Vous êtes sur la page 1sur 43

I- Définition et caractéristique d’un

complexe
I- Définition

Un complexe (MLn) est un édifice polyatomique


constitué d’un atome ou d’un cation central (M)
auquel sont liés des molécules ou des ions (L)
appelés ligands ou coordinats
 Un complexe peut être mononucléaire avec un
seul M

 Polynucléaire avec 2M ou plus

Exemple:
Fe(SCN) : complexe mononucléaire

Fe2(SCN) : complexe binucléaire


I-1-Atome central

L’élément central M doit posséder au moins une


lacune électronique : tels que les éléments de
transition dont la sous couche d incomplète.

Exemple d’atome central:

Ag+, Co3+, Cu2+, Ni2+, Zn2+, Mn2+ …


I-2-Ligand

Les ligands sont des molécules ou des ions possédant


au moins un doublet d’électrons libres.

En général, les ligands peuvent être :

 des molécules neutres : NH3, H2O, R-OH, CO, …

des anions : CN−, SCN−, F− , …


 Un ligand est dit monodentate s’il possède un
seul doublet libre. Exemple: NH3

 Un ligand est dit bidentate s’il possède deux


doublets libres. Exemple H2O

 Un ligand est dit polydentate s’il possède


plusieurs doublets libres.
II-Nomenclature

Pour nommer les complexes, il faut suivre un certain


nombre de règles:
II-1 ligand

a-Pour les ligands moléculaires neutres, on utilise


les termes

Aqua : H2O
ammine : NH3
carbonyle : CO

b-Pour ligands anionique, on utilise le nom usuel


suivi du suffixe « O » : Chloro : Cl- ; fluoro : F- ;
cyano : CN− ; hydroxo : OH-; thiocyano : SCN- .
II-2- Nom des complexes

 Le nom du complexe s’écrit en un seul mot

 Si le complexe n’est pas neutre, il sera précédé


du mot « ion ».

 Les ligands seront cités dans l’ordre alphabétique,


suivi de l’élément central.

le préfixe : mono, bi, tri, tétra, penta,… précise le


nombre de ligands
On distingue deux catégories:

a- Si le complexe est neutre ou cationique, on


garde le nom du métal.
Exemples :
Al(OH)3 : trihydroxoaluminium (III)
(Cu(NH3)4)2+ : ion tétrammine cuivre (II)
Si le complexe est anionique, le nom du métal est
suivi du suffixe « ate »

Exemples :

(Fe(CN)6 )3- : ion hexacyanoferrate (III)

Ag(SCN)2− : ion dithiocyanoargentate (I)

Pour la géométrie, on suit les règles de Gillespie


Quelques exemples de complexes:
II-Formation de complexes en solution

M + nL MLn

M : accepteur de ligands


MLn : donneur de ligands

 MLn 
 
Kf =  C 
n
M   L 
   
 C   C 
 MLn 
 M   L
Kf =
n
Complexes successifs

M+L ML Kf1

ML + L ML2 Kf2

ML2 + L ML3 Kf3

MLi-1 + L MLi Kfn-1

MLn-1 + L MLn Kfn


Chaque réaction est caractérisé par une constante d’équilibre
II-2-Relations quantitatives: Loi d’action de masse

 ML 
 M   L
Kf1 =

 ML2
Kf2 =
 ML   L

Kfn =
 MLn 
 MLn 1  L
n = Kf1 . Kf2 . Kf3 …. Kfn

 MLn 
=
 M   L n
On définit la constante globale de formation ou la
constante de stabilité n

 MLn 
 
 C 
n = n
M   L 
   
 C    C 

C° = 1 mol/ L

n =
 MLn 
 M   L n
On définit également la constante globale de dissociation

Kd =
M  L  n

MLn 
= 1/ n
Remarque

La constante n caractérise la stabilité d’un complexe

n augmente, la stabilité augmente


II-2-Diagramme de prédominance

Par analogie avec la notion du pH, on introduit la


grandeur pL.

Acide : donneur de H+ ; complexe : donneur de ligand


H+ ; L
pH pL
Ka Kd
pka pk d

pL = - log L pKd = - log Kd


On considère la réaction 1

M+L ML Kf1
Complexe parfait Complexe instable
II-3- complexation successives

M+L ML Kf1

ML + L ML2 Kf2

ML2 + L ML3 Kf3

MLi-1 + L MLi Kfn-1

MLn-1 + L MLn Kfn


Chaque réaction est caractérisé par une constante d’équilibre
On considère la réaction i

pL = pKd + log
 MLi-1
 MLi
Exemple:

2
On distingue deux types de diagrammes

a- Avec majorité

b- Sans majorité
a- Diagramme avec majorité

Il ya comlexation successive et non simultanée lorsque


pkdi-1 > Pkdi +2

Exemple:

AgSCN; Ag(SCN)2-

pKd1 = 7,6 et pKd2 = 0,5


b- Diagramme sans majorité

Exemple
II-4-Complexations compétitives

On peut envisager les deux cas simples

Un atome central susceptible de régir avec L1 et L2

Un ligand L susceptible de réagir avec deux ions centraux


M1 et M2
Quand il y a compétition, c'est le complexe le plus
stable (celui qui a le pKd le plus grand) qui se forme
en premier et en majorité.

Remarque: Réaction de dismutation


Influence du pH

Le pH influence la formation ou la dissociation d’un complexe


lorsque le ligand présente des propriétés acido-basiques

Exemple

Fe(H2O)63+ + H20 Fe(H2O)5 (OH)2+ + H3O+


Les complexes à ligands basiques pourront être détruits
partiellement voir totalement par des acides.
Exemple

On verse de l’acide nitrique (H3O+ + NO3 -) concentré sur une


solution contenant le complexe diammineargent I(Ag(NH3)2)
+ , on détruit facilement ce complexe.

Vous aimerez peut-être aussi