Vous êtes sur la page 1sur 2

Paris, le 24 mai

2011

Monsieur le Ministre,

De très nombreux agents de l’administration centrale se trouvent


aujourd’hui confrontés à des situations de plus en plus difficiles en raison
du gel de leurs traitements pour la deuxième année consécutive, mais
aussi d’un réel blocage de leurs carrières. Cet état de fait est
particulièrement critique pour les personnels de catégorie C.

C’est ainsi, par exemple, qu’un adjoint administratif principal de 2ème


classe au dernier échelon de son grade touche un salaire net inférieur à 1
600 €, souvent en cumulant plus de 35 ans d’ancienneté générale de
service. Bien évidemment, si on considère le grade inférieur, adjoint de
1ère classe, la situation est encore plus caricaturale puisque le salaire net
est de 1 450 euros en fin de carrière.
Les possibilités d’amélioration des rémunérations de tous ces agents à
travers des promotions sont infimes. Les chiffres étaient, en effet, les
suivants au titre de l’année 2010 :

 Accès en B : 7 possibilités pour 807 promouvables ! Certains collègues


totalisent 40 ans d’ancienneté….
 Passage en AAP1 : 32 possibilités pour 214 promouvables, parmi eux
beaucoup ont 38 ans d’ancienneté….
 Passage en AAP2 : 27 possibilités pour 125 promouvables, jusqu’à 28
ans d’ancienneté.
 Passage en AA1 : 2 possibilités ,6 promouvables seulement, les autres
collègues étant exclus parce qu’il faut totaliser 5 ans dans ce grade de
base pour devenir promouvable.

Les informations partielles dont nous disposons pour les prochaines CAP
de juin 2011 ne semblent pas améliorer cette situation.

Il faut rappeler qu’en l’absence de recrutements en catégorie C depuis


plusieurs années à l’administration centrale, la moyenne d’âge dans les
corps concernés est devenue très élevée. Cela signifie que de très
nombreux collègues risquent de partir en retraite sans avoir pu atteindre
le dernier grade de leur corps, voire sans avoir pu bénéficier d’une
promotion minimale.
Et, en matière de retraite, il convient de souligner que la pension d’un
adjoint parvenu au dernier échelon du grade sommital et totalisant
l’intégralité de ses annuités ne dépassera pas 1 250 € net. Chacun sait, de
plus, que de très nombreux collègues n’ont justement pas atteint le
dernier grade et que beaucoup ne totaliseront pas l’intégralité des
annuités nécessaires, ce qui fait tomber le montant de leurs pensions très
en-dessous des 1 000 €.

C’est pour sortir de cette situation intenable pour ces collègues que nos
organisations ont demandé que les ratios promus-promouvables soient
portés à 50% pour chacun des grades de la catégorie C, seul moyen
immédiat de déblocage pour ce qui est des promotions de grades..
Nous avons également demandé que le nombre de postes offerts en liste
d’aptitude pour l’accès en B soit déconnecté du nombre de postes au
concours, ce dernier étant infime.

Lors de récents contacts avec les responsables de la DGRH et du SAAM, il


a été acté que cette situation ne pouvait effectivement pas perdurer mais
que d’une part les ratios ne pouvaient être modifiés pour l’année 2011 et
que d’autre part nos demandes, l’année suivante, se verraient opposer
des contraintes budgétaires au niveau de la fonction publique.
Comment comprendre lorsque dans le même temps nous lisons que le
ratio en matière d’avancement pour l’année 2011 dans le corps des
inspecteurs de l’éducation nationale vient d’être porté à 34,5%....

Un refus concernant les personnels de catégorie C voudrait dire que de


très nombreux agents de cette catégorie seraient maintenus à leur niveau
actuel et partiraient en retraite dans les conditions que nous vous avons
décrites, ce qui n’est pas acceptable.
Non seulement cette situation perdurerait, mais elle serait aggravée par
les suppressions de postes massives qui touchent cette catégorie,
faussant de plus en plus le jeu du ratio promus-promouvables.

Nous nous adressons à vous, Monsieur le ministre, parce que nous


souhaitons qu’une décision politique soit prise à ce sujet.

Nous vous demandons de bien vouloir recevoir dans les meilleurs délais
une délégation de nos syndicats et des personnels concernés.

Dans l’attente d’une réponse favorable, veuillez recevoir, Monsieur le


ministre, l’expression de notre considération distinguée.

Pour le SNPMEN-FO, Pour A& I UNSA, Pour la CGT éduc’action, Pour le SGEN-CFDT,

J. DURU P.CHAUVET S. AEBISCHER M.COUDRAY