Vous êtes sur la page 1sur 15

1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

FRANCHISSEMENT DES OBSTACLESPAR LES CANALISATIONS DE TRANSPORT


DES HYDROCARBURES PAR LA METHODE DES FORAGES DIRIGES

Kasmia farid
Ingénieur travaux – SONATRACH / TRC / DIRECTION REPARATION,
BETHIOUA, 31210, ALGERIE
Tél. 0 41 47 00 79 - fax. 0 41 47 94 75
E-mail : farid.ahmed@islamway.net

Résumé - le transport des hydrocarbures liquides et gazeux par canalisations constitue un maillon
stratégique de SONATRACH pour le marché algérien et le commerce international des hydrocarbures.

L’activité transport par canalisations, dans toutes les parties du pays, dispose de canalisations qui
traversent, à partir des différents centres nationaux de distribution des hydrocarbures, une multitude
d’obstacles tels que les routes, les chemins de fers, les cours d’eau et les grands oueds en utilisant des
méthodes classiques s’avérant impuissantes dans le franchissement de quelques obstacles de la taille des
fôrets protégées, les marais et les aéroports où les travaux de pose traditionnels (pose en tranchée) sont
impossibles.

Avec l’avènement technologique, d’autres techniques ont vu le jour dans la dernière du siècle passé sur
lesquelles SONATRACH / Activité Transport par Canalisations doit se pencher.

L’objectif de cette présente étude est de proposer une nouvelle méthode, non utilisée jusqu’à présent dans
la pose de canalisations, et qui est la technique du forage dirigé.

Mots-clefs : forage dirigé, pose traditionnelle, environnement,

-1- 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

1. Anciennes techniques de franchissement des obstacles

Le franchissement des canalisations de transport des hydrocarbures des obstacles se fait


en utilisant des mode de traversée classiques et anciennes et qui sont :

1.1. Franchissement par lestage :

Le franchissement par lestage est utilisé pour


les traversées des cours d’eau, oueds,
marécages et zones inondables.

1.1.2. Descriptif de la technique

Cette technique consiste à l ’exécution d ’un lestage en béton armé singulier ou en


longueur sur toute la longueur de la conduite enterrée sous le lit de l ’oued.

Ces lestages seront placés sur la conduite pour équilibrer les poussées des eaux de pluie
en cas de crue et éviter le soulèvement des canalisations risquant leurs ruptures induisant
à des incidents catastrophiques.

1.1.3. Inconvénients de la technique

Cette technique présente les inconvénients suivants :

ƒ Les travaux ne peuvent être exécutés que pendant les périodes sèches.

ƒ Les rives ou talus doivent être traités et gabionnés.

-2- 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

ƒ Les terrassements seront réalisés à une grande profondeur.

ƒ Les tubes seront toujours sollicités par la charge des cavaliers ou lestages en
béton.

1.2. Franchissement par fonçage horizontal:

Le franchissement par fonçage horizontal est utilisé pour les traversées des route, chemin
de fer et pistes importantes.

1.2.1. Descriptif de la technique

La réalisation de cette technique se fait comme suit :

ƒ Exécution d’un trou sous la structure de la chaussée ou du chemin de fer.

ƒ Emplacement d’une gaine en acier ou en béton


-3- 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

ƒ Introduction de la canalisation dans le trou tout en isolant la gaine des tubes


1.2.2. Inconvénients de la technique

Cette technique présente les inconvénients suivants :

ƒ Fragiliser la structure de la chaussée pour les travaux à ciel ouvert.

ƒ Diminution de la dp générée par la protection cathodique lors du contact de la


canalisation avec la gaine en acier

ƒ Perturbation du trafic pendant la durée des travaux

ƒ La canalisation, vu sa faible profondeur, est sollicitée en continu sous l ’effet des


charges des véhicules.

2. Techniques nouvelles de franchissement des obstacles

2.1. Technique du micro-tunnelier

2.1.1. Définition de la technique

Le micro-tunnelier est l’une des techniques nouvelles de pose de canalisations en


souterrain et de franchissement des obstacles sans l’utilisation de tranchées.

Elle permet de :

ƒ Forer le trou

ƒ Refouler les déblais d ’excavation du trou,

ƒ Placer les gaines dans le trou pour la construction du tunnel.

2.1.2. Planning de réalisation

A. Connaissance du sol :exécution d ’une étude géotechnique et géologique détaillée du


sous sol.
B. . Connaissance des aspects du projet : La longueur du fonçage, la profondeur du
tunnel, le diametre, l’épaisseur et la nuance des tubes et le type de produit à transporter.

C. Construction des puits : Un puits d’attaque et un autre de réception seront réalisés


sur les deux rives de l’obstacle à franchir.

D. Excavation du tunnel : le micro-tunnelier sera propulsé par l’équipement de poussée


par un moteur de rotation électrique, la tête coupante de forage transpercera ainsi le sous
sol.

-4- 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

E. Pose de la canalisation : les tubes seront descendus un par un dans le puits d’attaque,
soudés à leurs extrémités et poussés à l’intérieur du tunnel jusqu’à l’obtention de la
canalisation le long du tunnel.

2.1.3. Rayon laser directionnel

L’alignement du tunnel sera assuré par un


système de direction par rayon laser.

2.1.4. Système de refoulement des déblais

Consiste en une canalisation à circuit fermé où est


pompé l’eau

-5- 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

+ bentonite au niveau de la tête de forage, les déblais seront


remontés par force hydraulique.

2.1.5. Avantages de la technique

ƒ Permet la protection de l ’environnement puisqu ’elle évite tous les travaux à ciel
ouvert,

ƒ Peut être pratiquée et utilisée pour tous les types de sol,

ƒ Elimine toutes les pressions hydrostatiques du sol,

ƒ Minimise les coûts de la main d ’œuvre,

ƒ Peut être utilisée 24 heures sur 24.

2.1.6. Inconvénients de la technique

Cette technique présente les inconvénients suivants :

ƒ Les essais hors tunnels sont impossibles compte tenu que les tubes sont soudés et
contrôlés à l’intérieur du puits.

ƒ Le retrait de la canalisation complète hors du tunnel sera impossible.

ƒ Les travaux de terrassement, de bétonnage et de stabilisation des parois sont


énormes.

ƒ Le raccordement de la canalisation avec le pipeline nous impose l’exécution de


cintre à grand angle (nécessite des racleurs spéciaux).

ƒ Dépôt d’inclusions et de déchets au fond de la canalisation vu sa présence à un


point très bas.

2.2. Technique des forages dirigés

2.2.1. Descriptif des travaux

La méthode des forages diriges est l’une des techniques nouvelles de pose de
canalisations en souterrain et de franchissement des obstacles sans l’utilisation de
tranchées et de puits d ’attaque et de réception.

Elle consiste à traverser l’oued ou l’obstacle en souterrain par l’exécution d’un trou
permettant de faire glisser et tirer le pipe à poser. Cette technique est différente des autres
procédés de forage puisqu’elle permet de forer dans le sens oblique et horizontal à de
grandes profondeurs sans l’utilisation de puits d’attaque et de réception et de diriger les
tiges de forage dans le sens altimétrique et planimétrique (vertical et horizontal).

Cette technique mets en œuvre un rig de forage installé prés du point de sortie de la
canalisation, équipé d’un système permettant de régler l’angle à donner par rapport à
-6-
ères
1 JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

l’horizontale de la tige de forage, d‘un moteur de torsion assez puissant pour permettre
l’introduction des tiges de forage dans le sol et d‘un treuil muni d’un moteur produisant le
maximum de forces pour la traction du tube à poser

En général, une traversée de zone par la technique de forage dirigée est exécutée en
empruntant le phasage suivant :

A. Exécution du trou

ƒ Une tête de forage est montée au bout de la première tige de forage juste avant l’outil
de contrôle. Elle sera choisie en fonction du terrain à forer.

ƒ Un trou pilote sera réalisé par le pompage de la boue de forage à l’intérieur des tiges
de forage et en activant le moteur de rotation.

ƒ Au fur et à mesure que le forage progresse, des tuyaux ou tiges de forage seront
ajoutées et ce jusqu’à ce que le point de sortie soit atteint.

ƒ L’outil de contrôle installé derrière la tête de forage transmet les signaux au moniteur
dans le poste de commande permettant à l’opérateur de repérer la position de la tête
de forage et d’effectuer des modifications de sa progression dans le plan altimétrique
et planimétrique.

ƒ Un champ magnétique formé par un câble en boucle traversé par un courant continu,
dans lequel la tête pourra être repérée avec précision.

ƒ L’entrepreneur devra aménager un bassin pour le stockage des eaux nécessaires pour
le forage. Les dimensions de ce bassin seront déterminé par l’entrepreneur en fonction
de ses besoins.

-7- 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

B. Alésage du trou foré et tirage de la conduite :

ƒ L’alésage du trou ne sera entamé qu’après l’approbation du maître de l’ouvrage de la


configuration planimétrique et altimétrique du trou.

ƒ Une fois l’outil de forage est sorti, la tête de forage et l’outil de commande sont
démontés et un alésoir est placé au bout de la tige de forage sortante. L’ensemble est
retiré vers le point de départ.

ƒ Pour de gros diamètres, plusieurs passes (aller-retour) seront prévus de telle façon à
préparer un trou aussi large que possible pour éviter d’endommager le revêtement lors
du tirage.
-8-
ères
1 JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

ƒ Des longueurs de tiges de forage seront placées derrière l’alésoir pour préserver le
trou tracé précédemment.
ƒ Le diamètre du trou doit être suffisant afin d’éviter d’endommager le revêtement du
tube lors du tirage.
ƒ Sur l’autre côté de la rive, la conduite est préparée en totalité (soudage, contrôle,
revêtement des joints, essais,..) Posée sur des rouleaux et prête à être tirée dans le
trou.

ƒ Une fois les tubes testés, le trou libéré et approuvé par le maître de l’ouvrage de tout
obstacle ou obstruction, une tête de traction sera soudée au bout de la canalisation.

ƒ Le tuyau de forage utilisé pour tirer le tube sera muni d’un système à rotule pour éviter
la rotation de la conduite dans le trou.

-9- 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

2.2.2. Règles générales :

ƒ Avant le démarrage des travaux, le réalisateur doit élaborer une étude d’engineering
de détail basée essentiellement sur un profil topographique et une étude géotechnique
du sous sol à traverser.

ƒ La boue de bentonite sera utilisée pour l’exécution du trou pilote, la récupération des
débris, la cimentation de la paroi du trou et la lubrification (graissage) de la conduite
lors du tirage.

ƒ Une fois la conduite tirée, les conduites seront testés pour plus de garantie et de
sécurité.

ƒ Un tube témoin sera tiré hors du trou pour vérifier s’il garde les mêmes caractéristiques
(revêtement tube et joint, soudure, forme géométrique,..) D’avant tirage.

ƒ Dans le but d’éviter le chevauchement entre les tubes lors de leurs points de sortie et
- 10 -
ères
1 JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

de préserver les entre-axes des canalisations les précisions suivantes sont exigées: en
longueur : + ou – 5 m, en largeur + ou – 1.50 m.

ƒ Après le tirage, des tubes cintrés seront soudés aux deux bouts de la canalisation
forée pour permettre son raccordement à la nappe existante.

ƒ La boue de bentonite utilisée dans le forage n’est pas toxique et ceci sera prouvé par
des analyses chimiques.

ƒ L’entrepreneur devra minimiser le nombre de passes d’aléseurs pour éviter de


déformer l’allure du trou et de fausser la précision des points de sortie (3 passes au
maximum pour un 40’’).

ƒ Dans le cas où le tube coincerait dans le trou, l’entrepreneur devra user de toutes les
techniques pour pouvoir y remédier. une procédure d’urgence de dégagement de
tubes après incidents doit toujours être préparée avant le démarrage des travaux.

ƒ Tous les dommages en temps et en coûts causés par un incident similaire seront pris
en charge par l’entrepreneur, ce dernier devra transmettre.

ƒ Pour plus de garantie et de sécurité, les tests (de contrôle de revêtement, géométrique
ou de calibrage, d’étanchéité et de résistance aux pressions) seront exécutés avant et
après le tirage des canalisations.

2.2.3. Avantages de la technique

Cette technique présente les avantages suivants :

ƒ Est plus rapide et discrète que les autres techniques de traversée,

ƒ Permet la protection de l’environnement et la préservation de l ’équilibre écologique

ƒ Est plus sécurisante que les autres modes de traversée,

ƒ Est universelle et largement pratiquée dans le monde et les traversée des grands
obstacles,

ƒ Est plus économique que les autres modes de traversée,

ƒ Nécessite peu de travaux de terrassement

ƒ Est en conformité avec les normes iso 14 000 qui obligent à ce que les traversées
des grands oueds soient souterraines.
- 11 -
ères
1 JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

APPLICATION AU PROJET D ’EL MACTÂA

1. But et opportunité du projet

La réalisation de cette traversée au niveau de la zone marécageuse est imposée par les
impératifs suivants :

ƒ La réparation du pipe gz1 40’’ vu l’existence de plusieurs ;

ƒ Points de corrosion en plein marais ;

ƒ La réparation de l’oz1, du lnz1 et du gz0 dans cette zone ;

ƒ La préservation de l’équilibre écologique de la zone ;

ƒ La prévention contre les risques de dégradation des conduites au niveau du pont et


au-dessous de la route ;

ƒ La réduction de la surveillance des canalisations au niveau du pont ;

ƒ La réalisation de l’autoroute oran – mostaganem et l’élargissement de la chaussée.

2. Incidences de la nappe existante sur l’environnement

- 12 - 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

Habitations : Les canalisations GZ0, OZ1, LNZ1 ET GZ1 en exploitation


passent à proximité d’un ensemble de maisons à environ six
(06) mètres.

Par ailleurs, le règlement de sécurité prévoit une distance


minimale de 75 m séparant la nappe des habitations les plus
proches.

Ecologie : Les marais d’El Mactaâ étant un site protégé mondialement, une
attention particulière doit être apportée à la préservation de la
flore et de la faune ainsi qu’à l’environnement. En cas de rupture
ou fuite au niveau des pipelines, les fluides qui y seront
déversés peuvent causer un déséquilibre écologique
irréversible.

Par ailleurs, les normes internationales iso 14000 obligent


les opérateurs de pipeline à ce que les traversées des
grands oueds ou cours d’eau importants soient
souterraines.

Circulation routière : La configuration actuelle du tracé des pipelines ne permet pas


d’alléger le pont et permettre un éventuel élargissement de la
chaussée. Les tubes posés à 3.00 m de la chaussée longent
l’accotement sur une distance d’environ 300 m.

Circulation ferroviaire : Un tronçon de la voie ferrée ARZEW-MOHAMADIA est posé sur


la nappe des pipelines et longe celle-ci sur une longueur de 150
m et pose donc un danger quotidien.

Surveillance : Du fait que les pipelines traversent el mactaâ en aérien, une


surveillance permanente et continue 24/24 heures est assurée
par des agents de sécurité au niveau du pont.

3. Consistance des travaux

Ce nouveau tracé de la nappe de pipelines nous impose de réaliser les tronçons, cités ci-
dessous, et l’installation de deux (02) postes de sectionnement par canalisation en amont
et en aval du marais (voir plan ci-joint) :

La description des tronçons sera comme suit :

N° tronçon Zone à traverser Longueur Mode de traversée


Tronçon I Agricole 1380 ml Réalisé par pose traditionnelle
Tronçon II Marécageuse 1000 ml Réalisé par forage dirigé
Tronçon III Agricole (terre plein central) 45 ml Réalisé par pose traditionnelle
Tronçon IV Marécageuse 770 ml Réalisé par forage dirigé
Tronçon V Agricole 125 ml Réalisé par pose traditionnelle

- 13 - 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

4. Schéma du point dangereux

les quatre canalisations traversent, en aérien, au niveau de la région d’el mactaâ, un pont
suspendu coté mer entre un pont routier de franchissement de la RN 11 et un pont
ferroviaire

CE SCHÉMA MONTRE LE TRACÉ ACTUEL PASSANT PAR LA CITÉ EL MACTÂA ET LE TRACÉ PROJETÉ
PASSANT SUR LES DEUX ZONES MARÉCAGEUSES.

- 14 - 1 ères
JNTSTD
1ères JOURNEES NATIONALES SUR LE TRATEMENT, LE STOCKAGE, LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION DES HYDROCARBURES

- 15 - 1 ères
JNTSTD