Vous êtes sur la page 1sur 950
NS DE L'INSTITUT FRANGAIS DU PETROLE «Science et Technique du Pétrole» No & du. ‘et des Moteurs préface de Awort GIRAUD Ingéniour on chet des Mines Meccsur peneral eujuint Ge ‘Finsieat Francais” du" Petrol LE PETROLE RAFFINAGE ET GENIE CHIMIQUE DEUXIEME EDITION ENTIEREMENT MISE A JOUR TOMEI! A: 937.2) EDITIONS TECHNIP © 27 RUE GINOUX ® 75737 PARIS. cevex 15 techni préface de la premiére édition, 1965 La présentation d'une ceuvre aussi nouvelle offre une occasion de réfiéchir sur les caractéres qui marquent la qualité d'un ouvrage technique. A contempler histoire des méthodes employées par homme pour transmettre le savoir, on ne peut s‘empécher de concevoir de 'émerveillement. L‘augmentation de plus en plus rapide de la connai sence accroit de jour en jour la difficulté de cette transmission et cependant, depuis que cette évolution est en marche, une amélioration est chaque fois apparue, & point nommé, apportant la solution actuelle au problame dans son état actuel de difficulté, chaque fois plus grande. Pour pallier les insuftisances de Ia tradition orale, les peuples ont inventé I'écriture puis, devant la Jenteur de cette derniére, Fimprimerie. La diffusion des livres s‘est progressivement améliorée: las pamphlets et les. gazettes circulaient avec une rapidité étonnante. Paraliélement au désir de rassembler toutes les connaissances acquises dans des encyclopédies. on a ressenti le besoin de sélectionner information : les dictionnaires, les revues périadiques, les bibliographies, les monographies, les résumés et Jes rapports de synthase ont facilité la recherche des renseignements. Des méthodes faisant appel 4 fa technologie la plus moderne renforcent aujourd'hui les moyens mis & notre disposition pour trier information, fa retrouver ou, encore, pour en permettre assimilation en faisant conjointement appel 4 audition. Ainsi "homme qui ploie sous te fardeau grandissant des connaissances s‘efforce inlessablement de les classer, de les regrouper en faisceaux cartésiens, de les articuler, afin de libérer sa mémoire et d'exercer plutdt ses facultés de jugement et de raisonnement. Connaitrait-il trop de détails — cela arrive — qu'il ne serait sans doute plus capable d'agir, Montaigne disait «A la mode de quoi nous sommes instruits, i! n'est pas merveille si ni les écoliers ni les maltres n‘en « deviennent pas plus habiles quoiqu'ils s'y fassent plus doctes. De vrai, le soin et la dépense de nos apéres ne visent qu’a nous meubler fa téte de science: du jugement et de la vertu, peu de nouvelles.» 11 serait hétif de conclue que tout classement des connaissances, pourvu qu'il soit logique, est acceptable ; cette notion mérite une plus ample réflexion. Le classement qui sera choisi est en vérité un instrument d'action. 1! ne vise pas seulement a faciliter la lecture ou & reposer la mémoire : il est destiné & permettre 4 'homme de penser avec plus de profondeur s'il s‘agit de connaissances spécula- tuves, d'agir plus efficacement si le savoir en cause est susceptible d'applications. Le bon livre est celui qui. au-deld d'une mise en ordre des faits qui pourrait apparaitre satisfaisante pour lesprit, garde un object d'efficacité et fournit 3 son lecteur une matidre en ordre de bataille, bien déployée, sans faille, pour affronter les problémes qui se poseront 4 lui dans le domaine de la pensée ou de action. Ainsi ne suffit-il pas de classer des connaissances; il faut les ordonner, si possible conformément & des lois générales qui resteront vraies dans les circonstances les plus variées. En matitre industrielle nous r’oublierons pas que c'est la croyance au déterminisme qui a permis Tintervemtion de la science et le passage du Moyen Age & I'essor spectaculaire du XIX* siécle. I @ fallu croire 4 la nécessaire application des lois de ta physique, de 1a mécanique. de la chimie exprimée par Francis Bacon avant méme qu'il existat une science expérimentale «Pour commander & la nature, i faut commencer par obéir & ses lois » vi LE PETROLE . RAFFINAGE ET GENIE CHIMIQUE C'est la conscience de cette vérité fondamentale qui conditionne ‘intervention de la science dans les actes de la technique industrielle et met ainsi lingénieur en possession de connaissances qui accroitront son pouvoir sur les machines, les installations et les phénoménes qui s‘y produisent. Dans une premiére période, des faits expérimentaux sont observés, notés, mesurés. Leur interpré- tation permet d'approcher les lois de la nature, au prix d'un effort d'imtelligence et de synthese souvent étendu. Une fois ces lois exprimées, les nouveaux faits observés sont interprétés & leur tour avec aisance. On peut méme prévoir que si telle ou telle condition est réalisée, tel ou tel phénoméne observable aura View. Lhomme, jusqu'alers simple témoin, voit s‘ouvrir devont Iui de merveilleuses possibilités d'action. « Le but de la science, écrivait Ampére, est de réduire au plus petit nombre possible les principes qui « doivent servir de base & toutes les explications et d'apprendre 4 en déduire les conséquences les « plus éloignées avec autamt de facilité que celles qui en découlent immédiatement. » Or dans bien des cas, la littérature technique se limite encore 4 un exposé des fats. Elle les classe, certes: elle les corréle, mais la plupart du temps par des corrélations empiriques et formelles qui résultent plus d'une concomitance que d'une relation de cause 4 effet. Des Equations sont données, mais elles ne contiennent pas les véritables paramétres fondamentaux. Que l'on se hasarde quelque peu hors du domaine des observations antérieures et la validité des formules s‘effondre. Cest justement dans effort tout particulier accompli par les auteurs pour palier cette insuttisance que réside 1a principale originalité du présent ouvrage de raffinage. Ils ont cherché & communiquer au lecteur les données factuelles essentielles qui peuvent lui étre utiles. Mais ils ont tenté surtout de les replacer dans un cadre logique constitué par les lois de la physique et de la chimie. A cette construction harmonieuse il manque certains éléments que lexpérience n‘a pas encore apportés et qu'elle fournira sans doute dans lavenir. Mais les grands traits de architecture d’ensemble demeureront. Le lecteur complétera sans peine ses connaissances, au fur et & mesure que de nouveaux procédés apparaitront, car i reconnaitra facilement les bases de leur fonctionnement. La fogique a voulu que le livre s‘ouvrit sur la description des caractéristiques des produits et de celle de la matiére premiére. Rien n'est négligé pour souligner les implications scientifiques de ces spécifi- cations dont l‘origine est bien souvent purement industrielle. On comprend ainsi que ta nécessité de 4 remplir, imposées & la composition chimique du produit. Comment parvenir 4 la composition chimique souhaitée dans chaque cas? Le raffineur dispose, 4 cet effet, de moyens de transformations chimiques et d'opérations physiques de sélection. C'est objet de la deuxiéme partie du livre de fournir une présentation claire des lois générales mises en ceuvre dans les transformations du raffinage — [a thermodynamique physique, qui régle les équilibres et les mélanges ; la thermodynamique chimique. qui permet de prévoir les possibilités d‘évolution des systémes chimiques, leurs incidences thermiques et les degrés de transformation quill est possible d'espérer : = Vhydrodynamique, qui permet de prévoir les écoulements ainsi que. pour les problémes plus généraux, les mouvements des particules dans un fluide : — les transterts de matiére qui.interviennent de maniére si importante dans les mélanges ou dans Jes mises en équilibre ; — les transterts de chaleur vus avec leurs différents mécanismes ; et, enfin, — [a cinétique chimique qui donne la connaissance des vitesses de réaction lorsque des phénoménes limitatits de transfert de matiére ou de chaleur n’interviennent pas. C’est I le coeur de louvrage. ot se manifeste originalité signalée plus haut. Les différentes disci- plines, dont Vexposé n'est en général accessible qu’aux spécialistes, ont été rendues ici particuliérement Claires et assimilables. Leur usage courant devrait rendre des services étendus non seulement a I'ingé- nieur de recherche ou de conception, mais méme & lingénieur d‘exploitation. N'artive-t-il pas fréquemment que des considérations élémentaires de cinétique chimique éclairent les conséquences apparemment surprenantes d'un nouveau réglage, d'un recyclage, d'une surchauffe ? PREFACE vi Une autre caractéristique de ce livre est Fassociation des exposés scientifiques et des données pratiques. Le caractére trop lache des relations entre la science et la technologie, si méme il ne s'agit point de mépris. est 'un des principaux obstacles au progrés. Ici 'une et l'autre ont été prises en consi- deération, ce qui représente une rare vert. Dans les chopitres relatifs aux procédés de raffinage te lecteur sera immédiatement sensible aux Ieisons avec les lois fondamentales exposées précédemment. Chaque fois qu'il est possible, les sens de variation imposés par la thermodynamique, ta cinétique, les lois des tansferts, etc. sont indiqués ‘ef souvent méme ces variations sont chittrbes Par contre In description des uniths industrielles reste sommaire. Leur réalisation varie trop d'un cas a autre pour que des indications détaillées aiont pu valablement trouver leur place ich Une place importonte est réservée 4 étude et au calcul du matériel. On doit se féiciter que cette partie de la technologie ait été trée de 'ombre ou les spécialistes souhaitent généralement la maintenir. Les exploitents disposeront ainsi d'un guide simpliié, mais sans doute précieux, pour apprécier les conditions dens lesquelles fonctionne 'appareillage qui leur a été remis. On notera particulidrement fa section réservée aux réacteurs chimiques en reppelont que cette piece appareillage. souvent modeste dans une installation, conditionne en pratique par son bon fonetion- rnement une grande partie de ce qui la préceéde et de ce qui la suit dans le schéma de I'unité Entin, les problemes spécitiques de exploitation font Fobjet d'importants développements. C'est une preuve supplémentaire de Iéquilibre de Fouvrage : la technique n'est pas une tin en elle-méme elle ast destinge & créer des instruments de production, il faut donc que ceux-ci produisent effectivement, cest-a-dire quils soient bien exploités Science, technique. gestion, économie, tout concourt au bénéfice des progrés du raffinage. 11 est significati que le live s‘achéve sur une section consacrée 4 1a recherche opérationnelle et aux calculateurs électroniques. I! s‘ouvre ainsi sur les formes modernes d'exploitation qui ont déja transformé et continueront 8 modeler progressivement le fonctionnement des usines. La rédaction de cet ouvrage a été vraiment voulue. Elle doit sa principale incitation & action de ‘M. Navarre qui, das la création de Institut Francais du Pétrole. a su metire en route sur la base de son Lexpérience acquise 8 'usage par cet enseignement, au sein du Centre d'Etudes Supérieures de Rattinage et de Génie Chimique de IEN.S.P.M., méritait d'étre ditfusée. Depuis trop longtemps, en effet, on souftrait de ne pouvoir se rétérer qu’a des livres, bons et pratiques, certes, mais partiels ou trop énumératits et insuffisamment pensés, de plus presque tous étrangers. Les ambitions des parrains et parents de ouvrage étaient considérables mais cependant précises cet limitées. Co ne fut pas tache aisée, en particulier, de choisir les matiéres qui figureraient 4 son som- maire, lorsque se réunit le comité de rédaction pour la premiére fois en 1960. MW eut été dommage de faire moins et simplitier davantage, mais le choix fait représemtalt aussi la limite des objectits auxquels pouvait prétendre un manuel. Car ce live est un manuel: iJ ne remplace pas les traités spécialisés, Comme tous les manuels, il paraitra élémemtaire aux spécialistes de chacune des branches qui y sont évoquées, mais il apportera de maniére rapide et pratique & ces mémes spécialistes les indications essentielles sur les autres domaines. Wen est des manuels comme des programmes scolaites : on souhaite leur allégement et en méme temps on trouve toujours qu'il y manque un enseignement. Que le lecteur critique veuille bien se souvenir de cette remarque. Je crois pouvoir cependant dire aux étudiants qui utiliseront ce livre quills ont beaucoup de chance, Je me sowviens du temps, 4 issue de la guerre, o nous apprenions le raftinage sur des feuill2s volantes et des photocopies d'articles américains. La belle ordonnance de ce nouveau livre, la vue d’ensemble quil offre et, par-dessus tout, la logique de sa présentation, conviennent bien aux tétes bien faites vu Le PETROLE . RAFFINAGE ET GENIE CHIMIQUE que nous voudrions voir formées par nos enseignements. II permet de mesurer le chemin parcouru depuis Ja date ot les ratfineries frangaises se relevaient de leurs ruines. Ces progrés sont le fait d'un groupe de jeunes animés d'enthousiasme ; mais il serait malséant de ne pas rappeler tout ce qu'ils doivent 4 leurs prédécesseurs : aux techniciens & qui sont dus les principaux développements des techniques du ratfinage ; aux ingénieurs qui, apras les lois de 1928, ont biti 'industrie du raffinage en France et constitué les premiers cadres; aux professeurs qui leur ont dispensé leur forma- tion de base, et 4 qui fouvrage doit indirectement sa clarté. Lun de ces prédécesseurs les plus éminents n'a pas hésité du reste apporter son concours actif 4 Fentreprise : M. Normand @ droit 4 des remerciements tout particuliers. sa grande expérience lui ayant permis d*harmoniser la réalisation des chapitres concernant plus particuligrement l’exploitation. Mais ce livre est I'euvre d'une équipe. Une telle méthode de rédaction pouvait nuire & son unité, HW a'en a rien été et ce n‘est pas diminuer le mérite des différents collaborateurs de Mouvrage que de souligner fa tche véritablement écrasante acceptée et accomplie par M. Wuithier pour éviter cet écuell ‘Non seulement ia rédigé lui-méme une grande partie de l'ouvrage, mais ila aussi joué le rble d'un véritable chef dorchestre en demandant aux différents instrumentistes qu'ils veuillent bien écrire une partition consonnante avec le projet d’ensemble et en lobtenant. 11 était juste que cette préface conclue en rendant hommage 4 celui qui a tout fait pour que louvrage réalisé s‘approche de Fidéal que nous avons si longtemps appelé de nos veux. ANDRE GIRAUD Ingénieut en chef des Mines Diroctour général adjoint Inaitut Francais du Pétrole de avant-propos de la premiére édition, 1965 I n'est pas besoin de remonter bien loin dans le temps pour retrouver I'époque artisanale de la science 00, en recherche fondamentale comme en production industrielle, individualisme régnait en maitre et constituait un des fleurons de esprit et du génie francais. Le dernier conflit mondial et la situation économique qui s‘en font mi organisation de la nouvelle société a généralisé les problémes de toute nature & une échelle d'ou est prati- ‘quement exclue l'action isolée de individu ou du petit groupe; la prise de conscience d'une solidarité ut verselle a amené un regroupement indispensable des énergies disponibles et la mise en commun du potentiel scientifique et industriel pour faire face avec le maximum d'efficacité au gigantisme des besoins, La décision dentreprendre, la réalisation et les chances de réussite de toute ceuvre, requiarent maintenant une acs de compétences éclairées 00, a tout niveau de fa hiérarchie, chaque spécialiste doit étre conscient des autres disciplines qui bordent son propre champ dactivité. un terme définitif & cette dre scientifique od fe hasard pouvait encore servir linitiative personnelle. En particulier, 1a complexité croissante de la science dans ses formes industrielles appliquées, le manque de temps des ingénieurs et des chercheurs pour faire une exégése honnéte de connaissances de plus en plus affinées et enfin des délais d'exécution sans cesse réduits pour arriver le premier et au moindre prix sur l'impi toyable marché de la compétition font que toute production scientifique est maintenant subordonnée & un travail collectif parfaitement dirigé et coordonné. La publication de livres techniques d'une certaine importance est soumise a cotte loi. En avril 1961, la direction générale de l'institut Frangais du Pétrofe me contia la lourde responsabilité de ener a bien la rédaction d'un ouvrage faisant la synthese des connaissances essentielles acquises dans le raffinage du pétrole brut et dans l'art du calcul des divers éléments constituant les unités de fabrication. De tels ouvrages existent déja en langue anglo-saxonne; mais, en toute objectivité, chacun reconnalt que, pour aussi bien faite qu'elle soit, une traduction pure et simple n’apporte que rarement une solution satisfaisante & un problame de ce genre. Uélaboration du plan général fut dictée par le souci de faite couvre originale dans la succession logique et ordonnée des divers chapitres, en établissant la liaison presque toujours passée sous silence entre les pa purement fondamentales et les méthodes de calcul industriel du génie chimique. Nous souhaitons que la lecture de cet ouvrage initie le dialogue entre le chercheur et I’ingénieur ot leur fasse mieux percevoir la solidarité qui les unit dans des activités on apparence si dissemblables. Par aillours, il fallait également associer a cet aspect pédagogique un caractére utilitaire afin que le lectour trouve dans chaque chapitro les methodes de calcul et les problémes pratiques quill est en droit d'y voir figurer. De nombreux exemples numériques sont fournis & Tappui de la théorie et une bibliographie abondante permet de gagner un temps précieux pour aborder étude des points plus particuliers. La premiére partie de rouvrage est une initiation a l'industrie du raffinage ; elle présente la matiére premiére, le pétrole brut, les produits finis répondant aux spécifications commerciales et enfin les procédés de fabrication qui sont fes outils de travail du raffineur. Le schéma de fabrication donne une vue panoramique des problémes de mise en ceuvre. La seconde partie comporte des rappels de thermodynamique et cinétique, présentés dans tune optique trs appliquée afin d‘introduire directement les développements suivants qui supposeront acquises x LE PETROLE . RAFFINAGE ET GENIE CHIMIQUE toutes ces notions fondamentales. La troisidme partic est consacrée a l'étude théorique, a la description et au calcul des divers procédés de fabrication exploités en raffinerie, Les services auxiliaires : controle et régulation, centrale thermo-électrique, traitement des eaux, etc., indispensables au bon fonctionnement des unités prin- cipales font ‘objet de la quatriéme partie. La cinquiéme, sous le titre de génie chimique, couvre I’étude du matériel; elle donne la technologie, le dimensionnement et les problémes liés & 'exploitation, d’un appareillage twés vatié. Enfin une demiére partie est réservée a la gestion de lusine : organisation des services, législation et apercu des possibilités offertes par les calculateurs électroniques pour optimiser cette aestion. En annexe, on trouvera quelques renseignements statistiques et économiques, ainsi que les tables de conversion d'unités. Les ingéniours de recherche de I'institut Frangais du Pétrole priront on charge la rédaction des chapitres a caractére purement théorique alors que les applications industrielles furent confiées aux bons soins des spécialstes de T'industrie du pétrole. Pour mener & bien cette couvre, deux années complates de travail sous le signe de la patience et du sacrifice furent nécessaires. Dans le cadre volont né a Fouvrege, chacun a apporté son expérience personnelle et consenti aun effort considérable de synthase et de concision our laminer son manuscrt jusqu’s 'épaissour requise sans pour autant tomber dans une simplification exagérée le de laisser dans ombre certains aspects essentiels des problémes ou de nuire a la clarté de exposé Une illustration araphiaue bien comprise et de tr8s nombreuses références ont permis d'alléger le texte au maximum, Chacun s’est également astreint ala discipline de la présentation, des notations, des symboles et des umités. En ce domaine, rien ne peut étre parfait. Tout en se conformant aux usages et aux textes légaux, tilisa- tion des alphabets latin et grec ne permet pas d'éviter des symboles communs & plusieurs grandeurs. Le grief pourrait nous étre fait également de n‘avoir pas employé systématiquement le newton, le pascal et le joule. Si ces unités peuvent étre introduites relativement aisément dans les travaux et publications de laboratoire, len va tout autrement dans l'industrie oi certaines habitudes sont profondément ancrées : emploi de I'heure comme unité de temps dans les transferts et de la calorie comme unité d’énergie. De plus, le raffinage du pétrole est tune industrie assez récente en France: elle a été importée globalement des Etats-Unis vers 1930 et en reste encore tributaire sous de nombreux aspects, de sorte que la premiére étape a effectuer pour s'affranchir en particulier du systéme d'unités analo-saxonnes qui orévaut toujours dans les dimensions nominales ou méme dans les calculs, serait de mettre a la disposition des ingénieurs toute une documentation pétroliére de base fen unités métriques. Un tel ouvrage est en préparation et sa parution suivra celle du présent ouvrage. Nous souhaitons ainsi, par le publication de ces deux livres, répondre aux veux qui nous ont été si souvent exprimés, en donnant aux ingénieurs des moyens de documentation et de travail appropriés. Je tiens & exprimer ici ma plus profonde gratitude la direction de I'/nstitut Frangais du Pétrole pour la marque de confiance qu'elle m’a témoignée en m’accordant la responsabilité de cette entreprise. Ma dette de reconnaissance est également lourde vis-a-vis de tous les rédacteurs pour la bonne volonté et lesprit de compréhension qu'ils ont constamment manifestés & mon égard en dépit des contraintes de toute nature que Jai pu leur imposer, ainsi que vis-a-vis de mes collaborateurs directs MM. Bajard, Barbier, Cessou, Decastille et Jamin qui m’ont accordé sans compter une assistance précieuse. soit dans la préparation de mes rédactions personnelles, soit dans ta coordination et I'homogénéisation des divers chapitres. Je n’oublie- rai pas également Madame Moureau qui a bien voulu se charger d’établir index des sujets, tache fastidieuse mais indispensable dont je lui suis infiniment reconnaissant. Enfin, que toutes les personnes qui ont partagé mes soucis dans une longue collaboration quotidienne pour mener a bien les travaux de dactylographie, de reproduction graphique et d’édition, trouvent ici expression de mes remerciements les plus cordiaux. PIERRE WUITHIER lagéniour & TLEP. Protesseur de ratfinage 8 'EN.S.P.M. liste alphabétique des auteurs BAJARD Jean (voir WUITHIER Pierre) Ingemeur are P CCherge de conterences a TENS PM. BARBIER Jean-Claude (voir WUITHIER Pierre) Ingeneur ari, BONTE André Ingemeur dla SFB. Prix de revient de fabrication (V1.3). BOURBILLON Pierre Chet du sevice « Unites #8 la SFBP Centrale thermo-électrique (IV.2). Traitement et refroidissement des eaux (IV.3). *CAESEMAECKER Francis lagtoieurd'etudes Service « utomatiemes 0 SF.@P Controle et régulation (1V.1). CESSOU Maurice (voir WUITHIER Pierre) Ingénieur 8 LEP Charge de conterences 8 TENS PM CHOFFE Bernard Iggéniev principal 9116 (Choige de'cours 3 TENS'P Mt Colonnes 4 garnissage (V.4). mont» Procédés » du Conve de ‘and. Couronne ge la Shell Francaise. Raffinage chimique des produits blancs (M1.13) COLAS Marcel Ingenieur a FUE. Charge de cours 3 °E N.S P.M Tuyauteries (V.12). COSTE Léon (voir NORMAND Xavier) lngeneui aa SBP DAUDIN René (voir NORMAND Xavier) genieut le SBP DECASTILLE Marcel (voir WUITHIER Pierre) CChoige de conferences 8 ENS PM DEFIVES Daniel Transfert de matiére (11.3) Adsorption : étude théorique (IMA). DESBRANDES Robert (uoir 1F BOUCHER, Bernard) Ingimour de recherche a FP “DUBOIS Jean-Pierre Ingeniour d'études. Service « Automatismes » SBP Calculateurs électroniques (V1.5). *DUHAUT Ingdoiour principat a FLFR Réformation catalytique (Il1.8) ierre DURANDET Jean Maite de recherche BLE. {Chel du département « Physico.chimie applqude » Protesteur BTENSP Mt Extraction par solvant : étude théorique (l.2). Appareillage d’extraction par solvant (V5). ESCHARD Francois sive de recherche 8 (FP Chel “du. department Recherches chimiques de développement» Charge de conferences &CENS PM. Cinétique chimique (N15). FORTANT Claude (voir NORMAND Xavier) Ingoniour a 1a SBP GATELLIER Claude (voir LE BOUCHER Bernard) Cchatge de recherche 2 11 FP JAMIN Bernard (voir WUITHIER Pierre) Ingémieur FL ® ie contétences 6 TEN SPM xu Le PeTROLE. LE BOUCHER Bernard Maine de weonerone 211 F P Charge de conferences 8 TENS PM Corrosion (V.13). DESBRANDES Robert Ingbnieur de vecharene 816 haige de recherche 8 TLE? LEFEBVRE Yves ngniout de cacherche @ 11 FP LEVEBVRE Yves (voir LE BOUCHER Bernard) ngénieur de recherene 8 1LEP LENIEF Paul ues» tabissements Desmarais Législation des produits du pétrole (via): LOGEAIS Bernard naériaur charge de, Véteblissement des, programmes de production des ratfinenes de In S EP Calculateurs électroniques (V1.5). LOURTIOUX Paul ingenious 8 SFP Controle et régulation (1V.1). MARTIN Raoul SFB Pa Lave Bassins de décantation et traitement des eaux usées (VI.4). Vide-vite, évents et torches (IV.5). MAURIN Henri sen chet 2 Ja directon mndustieve oe Ie fee Eraraé de conferences 8 ENS P.M, Application de la recherche opéra- tionnelle 4 Vindustrie du pétrole (via). MAURY Louis Chet dos servicos techniques de l@ Mobil Oil Francaise fatinone de Fronugnan Change de conferences a ENS P at Craquage catalytique : le procédé TCC. (M6). MONNOT Georges Inganiew principal a V1 P Chet tu BALE Charge de eonferances &VEN'S PM Transfer de chaleur : rayonnement (MA). RAFFINAGE ET GENIE CHIMIQUE MONTARNAL Roger ate de reonerne 9 LE . Réformation catalytique (Wl1.8). MOUGET Pierre Pompes, compressours, éjecteurs (V.11). turbines, NORMAND Xavier Protesseur 8 TENS P.M. Excairectour du rtfnage de SBP Extraction par solvant : désasphaltage au propane ‘et préparation des bitumes Extraction des hydrocarbures aromatiques des coupes lubrifiantes par les solvants sélectits (M1.2). Cristallisation: application précipitation des paraffines et cires des coupes /uori fiantes par les solvants sélecuits (11.3). Adsorption : waitements definition appliqués aux huiles lubrifiantes et aux parafiines (M4). Organisation des services de la raf- finerie (V1.1). COSTE Léon Ingenieur 81a SBP Extraction par solvant : désasphaltage au propane et préparation des bitumes (1.2). DAUDIN René Extraction par solvant : extraction des hydrocarbures aromatiques des coupes Jubnifiantes par les solvants sélectits (M2). FORTANT Claude Ingeaieur a a § FP Extraction par solvant : désasphaltage au propane et préparation des bitumes (m2). TREIL Jacques fogineor 4a SFBP Cristallisation : application - précipita tion des paraffines et cires des coupes Jubrifianies pares solvanes sélectits (1.3). RICARD Jean-Marie CCrot du sewvice « Etudes techniques » £380 Standard Sit Srtlinene de Bordeaux Craquage thermique (11.5). Graquage catalytique : Jes procédés fluides (1.6).

Vous aimerez peut-être aussi