Vous êtes sur la page 1sur 10

m  


 

e court métrage est un morceau de la séquence I de (George Clarke)


trouvé dans les coulisses de Charlie Chaplin le film « The Circus ».
Cette image montrant une personne utilisant ce qui semble être un
téléphone portable, provient d'un extrait du making-of du film p 
de Charlie Chaplin tourné en 1928.

Extraite des bonus du DVD, cette vidéo montre de banals passants


devant le Manns Chinese Theatre à Hollywood. En regardant de plus
près (et au ralenti), on peut donc voir une personne utilisant un objet
M

très anachronique pour l'époque, un "téléphone cellulaire".



La vidéo se retrouve très vite sur You tube, dans plusieurs versions -
avec des ralentis, des zooms - et est visionnée plusieurs milliers de
fois. Les conspirationnistes s'en donnent alors à cœur joie arguant qu'il
s'agit d'une preuve que le voyage dans le temps existe.
Le débat est lancé : pour les "believers" il s'agit d'un voyageur du
temps en pleine conversation téléphonique avec son époque d'origine,
tandis que les plus cartésiens dans une thèse plus réaliste, pensent qu'il
s'agit simplement d'un appareil portatif pour malentendants fabriqué
en 1925, le è    
     .

Ça ne peut être un transistor, car à cette époque il n'existait pas


encore ? Donc que porte à la main cette dame en noir ?

ë  
   ë


ë  
   ë  M

Il s'agit d'un extrait d'un bonus du DVD du   , de Chaplin, plus


exactement un petit film d'époque sur la première à Hollywood en
1928. On y voit, entre autres passants anonymes ± il y en a aussi de
célèbres ±, cette dame qui tient quelque chose contre son oreille. Un
téléphone portable, s'est empressé de dire un cinéaste irlandais,
á ál  
il iá i á   ttl 
i tlá   á lt 
Un canuar ?
 lá t i ti itl ë 
l 
 t l" t"jttl  l
l titliitáii l i áit
 lti tálliit ilitá
t l tl t  i  ll t
it áálilt t t
it ilátitlá tii  ttill  tt
áiti i tll lá ttáiti  ttl
ltá tilái lá áttiá 
 t  tli ttll lt
!t  "# $ át i lt
á lit  il%iá i"" litt
itái&  l ittl

'()ilit#il
*(&l 
á +, -#Mil . 
M
     
ë     
  !"#
$%&'(&)ë %*+ ,)%

*
 
*+

--


-)
* .* * M
MM
MM

titi#á  ált/l 0l iá1láit


:á
lit "ál  á lt 
l l t"  á t i 0 til t 
t0áillá t i )i tl
it  

*
m  
m  
Un soir de juin 1950, un homme habillé de façon étrange est aperçu à
Times Square, à NEW-YO,2. A l'époque le capitaine de police
Hubert ,ihm était chargé des recherches sur les personnes disparues.
Il se souviendra de se cas mystérieux. L'homme, paraissant âgé d'une
trentaine d'années, fut aperçu au milieu de la foule qui sortait d'un
théâtre. Il était environ 23 H 15. L'homme en question portait des
vêtements d'un autre temps ;

- " un chapeau haut-de-forme, une jaquette avec une rangée de


boutons dans le dos, un pantalon collant à carreaux blancs et noirs,
sans pli ni revers. Il était chaussé de souliers montants à boucle.
Personne ne l'a vu descendre dans la rue. Les témoins disent l'avoir vu
immobile au milieu du carrefour, regardant d'un air effaré les feux
rouges. Sans vraiment prêter une attention particulière a la circulation,
cet homme décidera de traverser la route et se fera renverser par une
voiture qui le tuera sur le coup. Un policier en faction à l'angle de la
rue le remarquera, mais c'était déjà trop tard. On emporta donc son
corps a la morgue où tous ses objets furent examinés. Il avait une
pièce de bronze démonétisé 70 dollars en billets anciens et une lettre
adressé au porteur et portant le cachet postal de juin 1876. Avec
quelques cartes de visites portant le nom de ,udolf Fentz, résidant
dans la cinquième avenue. Les premières recherches permettront
d'établir que l'adresse de la cinquième avenue correspondait à un
magasin dont les propriétaires diront ne pas connaitre de ,udolf
Fentz. Mais le capitaine police qui avait été intrigué par
l'accoutrement du personnage continuera ses recherches qui
l'amèneront jusqu' à un annuaire de 1939, ou apparaissait un certain
,udolf Fentz Junior et son adresse.

Le policier se rendra à l'adresse et là, il apprendra que Mr ,udolf


Fentz Junior, était un homme d¶une soixantaine d¶années qui
travaillait dans une banque du voisinage. En 1940, il avait prit sa
retraite et avait déménagé. On lui expliqua qu¶il était mort cinq ans
plus tard en 1945, mais que sa veuve était toujours vivante. Celle-ci en
réponse à une lettre de ,ihm, lui écrivit que le père de son mari
avait disparu au printemps 1876. Mme Fentz, n'aimait pas que son
mari ,udolf Fentz fume à la maison, donc il sortait tous les soirs pour
fumer avant d'aller se coucher. Mais un soir il ne revint pas.
Sa famille fit des recherches, sans trop de succès. Le capitaine ,ihm,
découvrira par la suite qu'effectivement ,udolf Fentz se trouvait sur
une liste des disparus de 1876. Au moment de sa disparition, celui-ci
avait 29 ans. L'âge et la description des vêtements qu'il portait le soir
de sa disparition (1876) correspondait avec ceux de la victime de
Times Square (1950). Un voyage dans le temps de 74 ans.
Ê

m CAS B UY
!ji'3*4 5,i  táit áiá*6 
tá l jái áM7  
tiiillái l itá ti M"t li
 ái i tlá t ilá
ááiá  tt á iá iá 
illit  il il iáái
it lj,i  t"l 7  á
iá t  l i  táM"t ái t
j ii t i il átit #il áM
7   táitáitt itál!l8l&
iit ilá i i tiá l il 9it
illi  it5,itt  
 á-0 iti il lttiit illl
i i illliitl$i i
áliá tll tl táit

$t t i itliit
ltt tiáái á   l itáltáM
7 5,i i álill it
ili iá iláiti 
itili0#titil áM7  i tiá
ltt!tlt á tt
lá liátilái  5,i tt l 
t i  iti álái  itiá i0 i i
   i i  l  álill7 &i i l
j táitáitlill titlá#0táltl
i ti l l0ál!l8l á#láil 
tl ii t á#lái ii&i
)át lj7 iil tili
ti á ttt!i  tl á l
itá5,iilitli lill i 
tillijtitiálliti
tt-tillát1li ttá
li ilit i á i
t lj,i á til  t it á i iil
itM7  l  á illtlá t
áit tittáill á iái tlt 
t t i ttlt&!i tili# 
ilát0  itá l"jt  
á lt átttá li"
Ê

m CAS DU CHÂ AU D CHAMBORD


át á l:táCá  t
'34;$áiá:tit átilláttá
ilá ái llitáá  
ii0 .ltláittit  t l
 .lit:il tá li8tt
itt5 l ttiMi 

Mi titá l i0#á#0 tá á
 tt á:táCá<áit:táCá
 tit'= i0l i<<<<
'4';#'4>3  9
llt l<.  ti8:li 
i ái til tl0tti  <<
/látttáli  ilitáá á
tl0t: l ?tl !ltiit lt l  
t tti á0 ilitit@ <<
l it  t  tá  liá jt t0 i 
<.i  ái"# <Mi   jt i t
 t<<</lttá i0 áiiáttá
'= i0l it tt<

 it  t  á*A i0l i l tt0  t ál 
tt tál iji  t<& jlli 
li</lá  tiitiáitiá
+  ll ái áit<@i///litli l á 
ái0i it:t il l j <<
Cil tái titt@i///<+á lit
@ t#t <
 i ti  táitltt ttt tilit
litt li#l  á litiá
 át> i  tt t 
á t t  iti    ltt/l t   l#t#il<
áitl  tá l j t
á ll?t: it i i7ti ái >
 l t1t<!lli tlil átti i 
li  l l?t
7 l l  ái á ái ti ttt
ilt i< il  t l <!i
.i ti  ttl :i"  jt ttii 
á t <<!ti it tátitt
&l á t littá ái

, ltt:il  t tti ilá liá   
áitt i áittá'= i0l<<
 i  t
i << &l i87ti
$$ i$ át 

& á itii

)iil it tit tl á 1itlát=i 
$ti iiitá   
l tl tiá<<Ct#t#il  
 lt tiá liá til 
trace... comme s'il s'était volatilisé ! Et, malgré les recherches, on ne
retrouva jamais ce mystérieux inconnu...
*
  !

Le débat fait rage sur Internet: l'homme qui porte des lunettes de
soleil, à droite sur la photo, est, selon certains, "un voyageur du
temps". Ses lunettes de soleil, sa coupe de cheveux, ses vêtements et
l'appareil photo "numérique" qu'il tient dans les mains sont autant
d'éléments de preuves pour ceux qui croient que cet homme est un
homme qui vient du futur. La seule chose certaine est que la photo a
été prise en 1940, 1941. Il s'agit de la réouverture du point de South
Fork au Canada, qui avait été détruit lors d'inondations survenues en
novembre 1940. La photo figure sur le site officiel des musées
canadiens. Pour d'autres, les lunettes qu'il porte n'ont rien de si
moderne, tandis que son T-shirt est un chandail à emblème pas
exceptionnel à ce moment-là. L'appareil photo? ,ien de plus qu'un
modèle pliant 2odak Pocket en circulation depuis le début du 20e
siècle. Et vous, vous en pensez quoi?
*

:
ë 

    


ë 
 
 ë
ë ë     !
ë 

ë """  #$ %  &  !


 #
  ë 

ë """# #'() #      *'%*(+ë  # 


ë  #  *( #    !
 #ë