Vous êtes sur la page 1sur 2

MANIFESTE POUR UNE ARCHITECTURE DIALOGIQUE ET CONTEXTUELLE

Ni XXL ni XXS, mais bien EEC : l'Exacte Echelle des Contextes.

1. Contre la Ville Franchisée et la vie transformée en produit, combat l'architecture


dialogique des territoires et des cultures.

2. La connaissance et la conscience, mentale et corporelle, de l’œcoumène construit


l’insécabilité et la continuité de l'Architecture, de la Ville et des territoires humains.

3. Contexte, identité, rationalité : l'architecture se doit d’être recherche de l’essence et


révélation des milieux : géographique, géologique, hydrographique, anthropologique,
culturel.

4. L'architecture n'est pas abstraction conceptuelle désincarnée et superficielle mais


bien plutôt l’expression même des territoires anthropisés et la mise en œuvre
actualisée des archétypes de l'habiter et de la vie pleine au quotidien.

5. En tous lieux, le matériau premier du projet contextuel est le réel qui se trouve
devant tes yeux, derrière les murs et sous tes pieds.

6. L'œil et l’esprit de l'architecte servent à regarder ce qui est au-delà, ce qui est
masqué, ce qui est encore à naître. Les territoires humains sont des Ouvroirs
d’Architecture Potentielle. Le projet dialogique est ainsi l'épiphanie, l’expression
puissante et raffinée du déjà là.

7. Le durable, c’est le bon sens du matériau. C'est édifier concrètement l'ascèse du


vide, c'est donner sens et grain au presque rien. C'est l’action pragmatique et
économe du faire avec ce que l’on trouve sur place.

8. L'architecture contextuelle des territoires est l’édification précise, précieuse et


aimante d’un réenchantement du réel. Elle participe conjointement du régionalisme
critique et du réalisme magique. Elle est un rationalisme synesthésique.

9. L'architecture dialogique est, tout à la fois, cosa pratica et cosa mentale. Elle est
tressage, sédimentation, feuilletage, conciliation et unification des contraires.

1
10. Les villes dialogiques ont déjà existé par le passé. Chacun a les siennes. Les
nôtres sont Tenochtitlan, Angkor, Machu Pichu. Elles se réincarnent aujourd'hui en
Europe, en Amérique du Sud et en Asie, dans les villes qui refont place à la
topographie, à l’hydraulique, à l'agriculture, aux spatialités archétypales, aux usages
et aux savoirs populaires.

11. L'architecture des territoires est symbiotique et est déjà à l'œuvre sur les cinq
continents. Elle manifeste et incarne concrètement le dialogue des cultures et des
savoirs. À nous d'en établir de nouvelles expressions contemporaines, les plus
vibrantes et incandescentes.

12. Contre le fast food architectural, ralentissez, observez et aimez les territoires et les
hommes : rejoignez à travers le monde, au Nord comme au Sud, en Occident comme
en Orient, ceux qui édifient, en intuition et en raison, la Slow Arch, l’architecture
contextuelle et dialogique d’aujourd’hui et de demain.

Christian Pédelahore de Loddis


Architecte et Urbaniste.
AXE SUD Int.