Vous êtes sur la page 1sur 51
Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? Quelques repères

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ?

Quelques repères historiques

Dans les années 1980, la bande dessinée pour la jeunesse n’existait plus.

C’est un véritable paradoxe parce que durant les quelques décennies précédentes, la bande dessinée était essentiellement destinée aux enfants et lue par eux, à travers les très nombreux magazines qui existaient alors, les fameux "illustrés", dans lesquels les jeunes lecteurs (essentiellement les garçons d’ailleurs) suivaient passionnément les aventures de leurs héros préférés. Puis au début des années 1960, arrive un OVNI avec Pilote, le journal qui s’amuse à réfléchir. Pilote, imaginé et créé par René Goscinny et quelques amis, s’adresse à un lectorat beaucoup plus adulte et oriente la bande dessinée vers des territoires différents. Viennent ensuite A Suivre, qui donne au récit graphique ses premières lettres de noblesse, Métal hurlant, ou bien encore L’Echo des savanes, destinés aux adultes également.

Les années 1970-1990 : production et héros

Entre 1970 et 1990, la production de bande dessinée dans le monde franco- belge est essentiellement destinée à un public adulte, plutôt masculin, et elle privilégie les albums ou les séries faisant la part belle au « beau » dessin, avec des histoires de science-fiction ou d’aventures, de l’humour, du polar. Bien sûr, les « grands Anciens » : Tintin, Astérix, Gaston Lagaffe, Boule et Bill, Lucky Luke et autres héros incontournables, sont connus et appréciés par les enfants, qui lisent ce que leurs parents ont aimé avant eux. Les éditeurs ont aussi dans leurs catalogues des séries tous publics, notamment Dupuis, Casterman et Le Lombard, qu’adorent les enfants (Les Tuniques bleues, L’Agent 211, Ric Hochet, Tif et Tondu …)

Mais il n’y a plus alors d’offre spécifique, pas ou très peu de collections destinées spécialement aux enfants âges de 3-4 ans à 12 ans, peu d’éditeurs qui pensent que cela en vaut pourtant la peine. Le lectorat est essentiellement adulte et masculin, l’offre aussi. Seules les éditions Bayard ont développé de la bande dessinée pour les enfants, par le biais de leurs magazines comme J’aime lire, Astrapi, Je bouquine ou Okapi, dans lesquels on peut suivre par exemple les aventures de Tom-Tom et Nana (1977) ou celles des héros de Tendre banlieue.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Quelques héros incontournables

Les héros et héroïnes des années 1970 Papyrus : ce jeune Egyptien de l’Egypte pharaonique a été créé par le dessinateur belge Lucien De Gieter en 1974, dans le journal Spirou. Les albums sont édités par Dupuis à partir de 1978 et depuis, 29 albums sont parus, le dernier en date étant L’ïle de la reine morte, en février 2007. Les aventures de ce jeune héros et de son amie, la princesse Théti- Chéri, fille unique du pharaon, ont été adaptées en dessins animés en 1995.

du pharaon, ont été adaptées en dessins animés en 1995. Tom-Tom et Nana : ces deux

Tom-Tom et Nana : ces deux jeunes héros apparaissent dans le premier numéro du mensuel J’aime lire, publié chez Bayard presse, en 1977. Jacqueline Cohen, puis Evelyne Reberg en sont les scénaristes ; Bernadette Desprès les dessine, avec un trait simple et efficace. Cette chronique familiale met en scène la famille Dubouchon et leurs trois enfants : Marie-Lou, Nana et Tom-Tom, dans le cadre de leur restaurant "A la bonne fourchette". Leurs aventures sont souvent très loufoques et bourrées de gags. Bayard a publié Tom-Tom et Nana en albums brochés moyen format à partir de 1981. Une adaptation en dessins animés a suivi rapidement ainsi qu’un CDrom en 1998 : Bienvenue au club Tom-Tom et Nana. Emmanuel Guibert a rejoint l’équipe des auteures en 2005, Tom-Tom et Nana sont toujours au rendez-vous dans J’aime lire, et au total ce sont plus de 40 albums, ainsi que des livres dérivés qui existent. Ces héros dynamiques et attachants sont toujours très appréciés des jeunes lecteurs.

Les héros et héroïnes des années 1980 - 1990 Percevan, 1981 : les premiers exploits du preux chevalier ont lieu dans l’éphémère magazine Gomme en 1981. Jean Léturgie signe le scénario et Philippe Luguy est au dessin. Puis très rapidement les éditions Dargaud publient Percevan en albums. Percevan et son écuyer Kervin, un petit gros trouillard qui préfère la nourriture à l’aventure et qui ne se sépare pas de Guily, un petit animal entre marmotte et écureuil, évoluent dans un univers médiéval de fantasy. Neuf albums composent cette série, dont le dernier paru date de 2004 : Le Septième sceau.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Jeannette Pointu, 1982 : C’est une sacrée petite bonne femme, que la Jeannette Pointu ! Marc Wasterlain la crée en 1982 dans le magazine Spirou, et Dupuis la publie en albums à partir de 1983. Grand reporter pour une agence de presse, Jeannette parcourt le monde pour témoigner et rendre compte des fêlures de la planète, de son asphyxie lente, de la condition des femmes, des animaux en voie de disparition. Jamais elle ne se laisse intimider et elle poursuit sa route et sa lutte envers et contre tous. Marc Wasterlain réussit là un personnage féminin loin des clichés et des stéréotypes de la

bande dessinée de cette époque, extrêmement positif, libre, indépendant. Vingt albums sont parus pour l’instant, dont le dernier, Chasseurs de

tornades, date de 2006.

dont le dernier, Chasseurs de tornades , date de 2006. Tendre Banlieue, 1982 : Les premières

Tendre Banlieue, 1982 : Les premières histoires que Tito, dessinateur d'origine espagnole, dessine dans Okapi paraissent dès 1982, avant d'être publiées en albums chez Casterman en 1991. Cette série, très longtemps appréciée par les collégiennes, a la particularité de ne pas avoir de héros récurent que l'on retrouve dans chaque album.

Ici le héros est surtout un lieu, la banlieue, une banlieue ordinaire, avec ses habitants, ses adolescents, qui ne sont ni en perdition ni dans l'opulence. Dans chaque album, et à travers des histoires individuelles centrées sur un ou une adolescent(e), collégien(ne) ou lycéen(nne), Tito aborde un thème particulier : famille, chômage, illettrisme, sida,

et ce, sans pesanteur, sans didactime appuyé. Il ne juge pas

homosexualité, racisme

mais invite les lecteurs à se faire leur opinion, à réfléchir, à être ouverts. Chaque album peut donc se lire séparément des autres. En 2004, paraissent chez Casterman des novélisations de certains albums, écrites par Claude Carré.

Jojo, 1983 : ce petit garçon tout rond, tout mignon, est né en 1983 dans Spirou sous la plume de André Geerts. A travers Jojo, qui vit avec sa grand-mère parce que son papa, René Semaine, est trop occupé avec son métier de plombier, c’est du monde de l’enfance que nous parle Geerts, traité avec beaucoup de douceur dans un style graphique et un jeu de couleurs très tendres. Seize albums ont déjà été publiés chez Dupuis, dont le dernier, Jojo vétérinaire, en 2006.

Marion Duval, 1983 : cette petite fille de neuf ans est la vedette du magazine Astrapi depuis 1983. Bayard publie ses aventures en albums dès la première année. Yvan Pommaux, le créateur, confiera le dessin de son héroïne à Philippe Masson à partir de 1998. Marion vit seule avec son père qui est journaliste à Paris, dans le magazine Superhebdo. Elle voyage souvent avec son père, mène des enquêtes et a un excellent ami, Philibert. Dix-sept aventures de Marion Duval ont publiées en albums aux éditions Bayard. Dans l'une des dernières parues, Marion va enfin rencontrer sa mère !

Cédric, 1987 : ce garçon naît dans Spirou, créé par le scénariste prolifique Raoul Cauvin et dessiné par Laudec. Les deux auteurs racontent une jolie chronique familiale,

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

puisque Cédric vit avec ses parents et son grand-père dont il est très proche et parlent aussi de l'évolution de la société, de la vie qui change avec l'introduction dans les foyers de nouvelles technologies, des relations entre les générations, des premiers émois amoureux également puisque Cédric aime Chen, une fille de sa classe. Ces chroniques simples et souvent drôles sont déclinées dans de très courts récits de une ou deux planches, ponctués par un gag final. Les histoires de Cédric paraissent en albums chez Dupuis à partir de 1989. Vingt-deux albums sont sortis à ce jour, dont le dernier, Elle est moche !, paru en mars 2008.

dont le dernier, Elle est moche ! , paru en mars 2008. Le Petit Spirou, 1987

Le Petit Spirou, 1987 : Spirou est l'un des plus "vieux" héros de la bande dessinée franco-belge, qui roule sa bosse avec son ami Fantasio depuis une bonne soixantaine d'années aux quatre coins de la planète, à bord d'engins parfois bien surprenants. Mais Spirou a bien sûr commencé par être un enfant. C'est de cette idée évidente que sont partis Philippe Tome et Janry, les deux auteurs, en inventant l'enfance de Spirou, en imaginant sa bande de copains : Vertignasse, Ponchelot, Cassius et Masseur. Le Petit Spirou est donc né en 1987 dans l'hebdomadaire Spirou, toujours vêtu d'un costume de groom bien rouge. Les premiers albums paraissent à partir de 1990 chez Dupuis. Autour du Petit Spirou gravitent des personnages adultes parfois caricaturaux : Monsieur Mégot, le professeur de gym fumeur et buveur, l'abbé Angélusse, Mademoiselle Chiffre, la jolie prof de calcul sexy ou Melchior Dugenou, son ami. Le Petit Spirou et ses copains sont de terribles chenapans qui aiment jouer des tours à leur entourage et tout est prétexte à gag. Les albums sont composés de récits courts, de gags développés sur une ou deux planches. Treize volumes sont parus chez Dupuis. Le dernier; Fais de beaux rêves, date de septembre 2007. Cette série est très appréciée des jeunes lecteurs.

Mélusine, 1992 : cette apprentie sorcière, une rouquine flamboyante fort jolie et intelligente, débute dans Spirou en 1992, avant de paraître en albums chez Dupuis l'année suivante. Gilson et Clarke en sont les heureux créateurs. Mélusine est toujours vêtue d'une robe verte qui tranche sur sa chevelure rousse et elle jette des sorts, parfois à tort et à travers. L'apprentissage de la magie est le prétexte aux gags développés dans des histoires très courtes, parfois en une seule page. Chaque album de Mélusine paraît chaque année aux alentours d'Halloween. Quinze albums sont déjà parus, dont le dernier en 2007 : L'Apprentie sorcière.

Nathalie, 1992 : Sergio Salma, dessinateur espagnol, crée Nathalie en 1992. Ses aventures sont publiées chez Casterman. Nathalie a une sacrée énergie ! Elle est rousse, porte une queue de cheval, un pull jaune avec un pantalon bleu et des baskets. C'est une petite fille très imaginative qui s'invente toutes sortes d'aventures et de voyages. Elle vit avec des parents branchés, un tout petit frère, un oncle Eugène excentrique à souhait et un chat nommé Vendredi 13. Les albums sont constitués d'histoires très courtes, de gags en une planche, servis par une mise en page et un

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

graphisme dynamiques. Dix-sept albums sont parus, dont le dernier, Le Tour du monde en 80 bourdes, date de 2007.

Titeuf, 1992 : le gamin le plus populaire des cours de récré naît dans le magazine suisse Sauve qui peut, en 1992 et il est publié en albums chez Glénat dès 1993. C'est un pré-ado turbulent que ce Titeuf, au langage créatif, qui vit une vie ordinaire dans sa famille, avec ses parents et sa soeur Zizie. Il est entouré d'une bonne bande de copains : Manu, Hugo, Jean-Claude (celui qui porte un appareil dentaire), Hervé dit Vomito, François, le premier de la classe, Dumbo et puis Nadia, la plus belle fille de la classe dont Titeuf est amoureux.

Titeuf a, très rapidement, conquis un vaste public et, parallèlement, déclanché quelques polémiques chez les parents ou les éducateurs, certains n'appréciant pas le langage du gamin ou le fait qu'il parle souvent de sexe avec ses amis. En 1998, Glénat, fort du succès de son héros, lance le journal Tchô !, dans lequel il prépublie d'autres séries où les héros sont aussi des enfants et des adolescents. Certaines de ces pré-publications paraissent ensuite en albums dans la collection créée à l'occasion : Tchô ! En 2001, paraissent chez Hachette, dans la Bibliothèque Rose, des novélisations des albums illustrées par Zep et des adaptations en dessin animé pour la télévision. Parallèlement, le fameux Guide du zizi sexuel, publié chez Hachette également, connaît un vif succès auprès des adolescents.Enfin, en septembre 2007, la Cité des Sciences de La Villette à Paris, organise une grande exposition sur la sexualité, dont le guide est Titeuf ! La consécration ! Les derniers albums de Titeuf ont été tirés à plus de 2 millions d'exemplaires ! Onze albums sont parus : Mes meilleurs copains, le dernier, date de 2006.

parus : Mes meilleurs copains , le dernier, date de 2006. Inspecteur Bayard, 1993 : ses

Inspecteur Bayard, 1993 : ses premières enquêtes datent de 1988 dans le magazine Astrapi. Bayard les publie en albums à partir de 1993. Jacqueline Cohen en est la scénariste et Olivier Schwarz le dessinateur, remplacé ensuite par Jean-Luc Fromenteau. L'inspecteur Bayard est un grand gaillard blond, éternellement vêtu d'un large pull over bleu. Il mène ses enquêtes avec ses amis Isa et Sam. Les récits sont composés de courtes histoires complètes, parfois longues. Une pause est ménagée quelques pages avant la résolution de l'énigme afin que les lecteurs puissent faire le point, formuler eux aussi leurs hypothèses et proposer leur solution à l'énigme. Mais la solution est toujours donnée dans les dernières pages de l'histoire. La seizième enquête de l'inspecteur, Bienvenue en enfer, est sortie en août 2007.

L'élève Ducobu, 1994 : l'un des héros préférés des enfants est un cancre pur jus ! Il apparaît en Belgique en 1994 dans l'hebdomadaire catholique belge, Tremplin, puis en albums chez Le Lombard, à partir de 1997. Zidrou écrit les scénarios tandis que Godi est au dessin. Ducobu est donc un cancre, un vrai, tout rond, portant tel un forçat un pull over à rayures noires et jaunes. Il déteste l'école, il pense que Monsieur Latouche, l'instituteur, est un véritable bourreau, et il déteste sa voisine, la Léonie Gratin, qui est

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

une élève studieuse, modèle. Cette série, de facture classique et fonctionnant sur le principe de récits courts bourrés de gags, connaît un véritable succès auprès des jeunes lecteurs. Pocket jeunesse a proposé une novélisation en 2004. Le tome 14 des souffrances de notre cancre, Le premier de la classe en commençant par la fin, est annoncé pour août 2008, histoire de se remonter le moral juste avant la rentrée des classes !

Kid Paddle, 1994 : Cet accro du jeu vidéo et du joystick apparaît dans Spirou en 1994 puis continue à hanter les salles de jeux en albums chez Dupuis dès 1996. Ce gamin branché, portant une large casquette verte, a rencontré très rapidement les faveurs des lecteurs qui adorent ces histoires racontées en gags d'une ou deux planches. Fort de son succès, Kid Paddle est devenu un journal depuis 2002 , portant le même nom, publié par les éditions Disney Hachette presse, et il a été adapté en dessins animés pour la télévision à partir de 2003. Le Retour de la momie qui pue, le onzième album de Kid Paddle, est paru en octobre 2007.

Lanfeust de Troy, 1994 : Christophe Arleston, le scénariste, et Didier Tarquin, le dessinateur, sont les heureux pères de cette série d'heroïc fantasy et de science-fiction très humoristique, publiée chez l'éditeur toulonais, Soleil productions, et qui est devenue rapidement l'une des séries vedettes de l'éditeur, à tel point qu'en 1998, les éditions Soleil créent un magazine spécifique, Lanfeust Mag. Lanfeust est au départ un garçon assez ordinaire et tranquille, qui vit sur la planète Troy, et qui a tout de même le pouvoir de faire fondre le métal simplement en le regardant ! Il est entouré de deux superbes filles, Cixi et Cian, toutes deux amoureuses de lui. Lanfeust devient héros presque malgré lui, parce qu'au départ, c'est plutôt un garçon tranquille et sans histoires. Mais il va vivre des aventures qui l'entraîneront très loin de sa planète, y compris vers les étoiles. Beaucoup d'humour, des dialogues bien écrits, différents niveaux de lecture, et un dessin précis et inventif, ont rapidement bâti le succès de cette série devenue culte. Huit albums composent le premier cycle de Lanfeust de Troy. En 2001 débute le deuxième cycle : Lanfeust des Etoiles. Parallèlement, deux séries satellites sont développées : Trolls de Troy, en 1997, puis en 2004 : Les Conquérants de Troy, de Christophe Arleston et Ciro Tota au dessin. Cette série raconte ce qui s'est passé sur Troy avant que ne débute Lanfeust.

qui s'est passé sur Troy avant que ne débute Lanfeust. Les Moineaux, 1994 : ils apparaissent

Les Moineaux, 1994 : ils apparaissent dans Astrapi en 1994, puis en albums chez Bayard en 1998. Rodolphe en est le scénariste et Louis Alloing les dessine. Les Moineaux, ce sont Nina et Julien, deux enfants curieux qui se lancent dans de nombreuses aventures, aidés et encouragés par leur grand-père, inventeur génial, qui vit à la campagne et leur procure quelques inventions et gadgets qu'ils s'empressent d'expérimenter. Une série agréable, dans un style graphique très lisible, très ligne claire. La huitième aventure des Moineaux, Le Robot qui en fait trop, est parue en 2003.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Ludo, 1997 : ce jeune garçon naît dans Spirou en 1997 et il est publié en albums l'année suivante chez Dupuis. Denis Lapière, le scénariste, travaille avec Vincent Mathy, le dessinateur. Ludo a huit ans et un papa agent de police. Mais il aimerait que son père soit un véritable héros ! Aussi se réfugie-t-il dans un monde imaginaire, celui d'une bande dessinée qu'il dévore passionnément, Les aventures de l'inspecteur Castar ! Ludo s'identifie à ce super héros et essaie de calquer sa propre vie à celle de Castar. Les histoires de Ludo offrent deux niveaux de narration : la vie presque ordinaire du garçon et le récit dans le récit, avec les enquêtes de Castar. Ces deux niveaux sont clairement marqués graphiquement. Six albums sont parus chez Dupuis et la série est aujourd'hui rééditée chez le même éditeur, dans la collection Punaise.

Trolls de Troy, 1997 : Cette série satellite de Lanfeust de Troy, débute en albums à partir de 1997, scénarisée par Christophe Arleston, qui maîtrise parfaitement le monde étrange et fascinant de Troy, et dessinée par Jean-Louis Mourier. Le héros est un troll, Tetröm; ancêtre du célèbre troll Hebus, le copain de Lanfeust. L'action racontée dans cette série est antérieure à celle de Lanfeust et se situe deux siècles plus tôt. Même si les trolls aiment cuisiner le paysan et trouver toutes sortes de recettes fort inventives, ce sont des personnages sympathiques, drôles et pleins d'entrain. Le dixième volume des Trolls, Les Enragés du Darshan, est paru en 2007. La série est enrichie d'encyclopédies du monde des Trolls qui permettent d'en découvrir toutes les richesses et les curiosités, qualifiées d'Encyclopédies anarchiques du monde de Troy.

Jules, 1998 : Emile Bravo crée ce personnage en 1998 dans le magazine Okapi, dont les aventures sont publiées ensuite chez Dargaud. Jules est un adolescent plutôt curieux de tout, ouvert, qui a deux "handicaps" : des parents souvent dépassés et un petit frère véritablement odieux. Avec son amie Janet, Jules vit des aventures étranges, souvent farfelues entre fantastique et science-fiction, qui l'entraînent sur des planètes lointaines ou au centre de la terre et qui, parfois, l'empêchent de vieillir au même rythme que les autres humains, ce qui n'est pas sans lui poser quelques problèmes. Cinq albums sont parus, dont le dernier, La Question du père, date de 2005.

Malika Secouss, 1998 : Tehem crée cette beurette de caractère dans le magazine Tchô !. La même année, le premier album est publié aux éditions Glénat. Malika porte des baskets rouges et elle est entourée d'une bande de copains : Jeff, l'amateur de basket, le cefran, et Dooley, le black cool. Elle vit dans un quartier populaire avec tous les archétypes : le voisin raciste, le flic frimeur, le dealer chébran, le petit frère encombrant et l'éducateur parfois dépassé. Malika est une fille très positive, la leader du groupe, pleine d'humour et de ressources. Le tome 8, C'est du zouli, est paru en 2006.

Marie Frisson, 1998 : voici une gamine qui n'a pas froid aux yeux ! Eric Baptizot en est le scénariste et Olivier Supiot la dessine. Elle apparaît tout d'abord dans le magazine Tchô ! , puis en albums chez Glénat. Avec sa petite robe bleue et ses grands yeux

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

innocents, Marie a l'air candide et fragile. Mais que l'on ne s'y trompe pas : Marie n'est pas fragile du tout ! C'est une vraie peste qui s'est créé un monde imaginaire plein de choses horribles : le sorcier Kalendoos, le chien à trois têtes, des dragons et loups-

Et Marie mène tout ce joli monde-là à la

garous, des momies, des araignées

baguette. Avec elle, se faire peur devient horriblement délicieux. Le tome 7, Nuit magique, est paru chez Glénat en 2005.

Sardine de l'espace, 1998 : Emmanuel Guibert et Joann Sfar créent cette Sardine en 1998 chez Bayard. Cette histoire de SF a pour héroïne Sardine, une jeune pirate qui voyage à bord d'un vieux vaisseau spatial, l'Hector, en compagnie de son frère P'tit Lulu et de son oncle, le capitaine Epaule jaune. Sardine a quelques bons ennemis : le docteur Krok, un savant fou et dangereux, et Supermuscleman, le président tyran de l'univers. En 2002, Sfar, accaparé par ses autres séries, confie la Sardine à Emmanuel Guibert, qui la transmet ensuite à Mathieu Sapin. Ce

dernier assure seul la série depuis 2007. Les nouvelles aventures de la Sardine sont prépubliées dans Dlire, chez Bayard. Les albums, publiés depuis 2000 chez Bayard, sont à présent repris par Dargaud.

2000 chez Bayard, sont à présent repris par Dargaud. Un drôle d’ange gardien, 1998 Première série

Un drôle d’ange gardien, 1998 Première série de Sandrine Revel qui a fait du chemin depuis, scénarisée par Denis- Pierre Filippi et publiée chez Delcourt jeunesse. Une série lumineuse dédiée à l'enfance et à la poésie. Elle met en scène n petit diable, égaré dans les égouts parisiens, qui surgit à l'improviste et sauve deux orphelins des mains de gredins aux mines patibulaires. En guise de remerciement, l'ange gardienne des enfants l'embrasse, puis disparaît. Tourneboulé, le petit démon, bien décidé à revoir cette délicieuse ange gardienne, prend les enfants sous son aile protectrice. Mais qu'il est difficile de bien faire lorsqu'on est un diablotin qui connaît mal le monde des hommes On ne saura trop recommander cette excellente série, extrêmement belle graphiquement, aux couleurs chatoyantes, et délicate sur le fond. Les sentiments exprimés sont justes et beaux. A partir de 8 ans. Le Septième volume, Le Nuage-Danse, est paru fin 2007.

Merlin, 1999 : Tout le monde connaît l'enchanteur Merlin, ce personnage vénérable à la chevelure et à la barbe blanches, qui est au coeur de la littérature arthurienne. Mais Merlin n'a pas toujours été vieux ! C'est de cette idée simple que sont partis Joann Sfar et Jose Luis Munuera qui ont inventé l'enfance de Merlin. Quand il était petit, Merlin était vêtu d'une robe bleue trop grande et d'un chapeau trop grand aussi, lui tombant sur les yeux. Les premiers épisodes de Merlin sont publiés par "Ptit Loup", en 1999 puis sont rapidement édités en albums chez Dargaud. Merlin a deux copains, un ogre gentil et un cochon, qui est en réalité un homme ayant subi une malédiction, Tartine et Jambon. Le trio, vraiment attachant, évolue dans un Moyen Age où l'on croise tous les héros de la littérature médiévale : Tristan et Yseult, Guillaume le Conquérant, Gargantua, Renart

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Une série très réussie et fort bien écrite. Six albums ont été publiés chez Dargaud, dont le dernier, Merlin papa, date de 2005.

Petit Vampire, 1999 : Ce personnage attachant apparaît en 1999 dans la collection Jeunesse de Delcourt, créé par Joann Sfar qui assure scénario et dessin. Il est ensuite publié en épisodes dans J'aime lire, chez Bayard, à partir de 2004, adapté en dessins animés produits par France Télévision, la même année, puis en romans illustrés parus dans DLire en 2005 puis chez Delcourt également. En 2002, Sfar crée la série Grand Vampire, publiée chez Delcourt toujours. Petit Vampire, c'est un petit vampire, donc un monstre, qui vit avec ses parents dans un château peuplé de toutes sortes d'autres monstres. Mais Petit vampire s'ennuie et il aimerait avoir un ami et aller à l'école comme les autres enfants. Il fait la connaissance de Michel, un garçon humain. Ensemble Petit Vampire et Michel vont vivre toutes sortes d'aventures délicieusement horribles et prouver que la monstruosité n'est qu'une question de point de vue et que l'amitié est possible même si l'on est différent. Le septième volume, Petit Vampire et le rêve de Tokyo, est paru en 2005.

Les Profs, 1999 : Les Profs, c'est la série vedette de l'éditeur Bamboo, qui prouve que ce métier a de l'avenir !! Erroc et Pica imaginent ces enseignants souvent débordés, dont les aventures scolaires sont prépubliées dans Le Journal de Mickey à partir de 1999, avant de paraître en albums en 2000. C'est l'univers du collège qui est décliné ici sous un angle très humoristique, dans des gags en une planche. Le premier volume marche rapidement et désormais les albums des Profs bénéficient de tirages considérables. Le tome 10 : Motivation, 10/10, est paru en août 2007, juste avant la rentrée scolaire !

Ariol, 2000 : Marc Boutavant et Emmanuel Guibert créent Ariol dans J'aime lire en 2000, dont les aventures sont publiées ensuite en albums à partir de 2002, chez Bayard. Ariol est un petit âne, qui a un héros de dessin animé, "Le Chevalier Cheval, justicier des étoiles". Ariol a des parents et de bons copains : Ramono le cochon et Petula la génisse. A travers cette jolie série animalière, les auteurs parlent très justement et très tendrement de l'enfance.

Oscar, 2000 : Denis Lapière écrit le scénario et Christian Durieux est au dessin. Ils créent Oscar dans Spirou en 2000, publié ensuite en albums chez Dupuis à partir de

2001.

Oscar vit aux Etats-Unis, dans les années trente. C'est un petit garçon doué d'une imagination débordante, qui le fait mentir presque sans qu'il s'en aperçoive. Les parents d'Oscar sont au loin et le garçon est bien souvent livré à lui-même avec Karthoum le SDF et son chien Roquet. Dans cette série très intéressante, les deux auteurs parlent bien sûr de l'enfance, mais abordent aussi des thèmes plus sociaux : la pauvreté, la précarité, les hommes ballottés par les crises économiques Les albums d'Oscar sont aujourd'hui réédités dans la nouvelle collection Punaise, chez

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Dupuis.

Fin quatre-vingt-dix, 2000 : le renouveau de la bande dessinée pour la jeunesse Editeurs de bande dessinée et de littérature de jeunesse s'y mettent enfin !

Et puis, il y a une bonne dizaine d’années, c’est le réveil ! Le paysage éditorial change : la bande dessinée connaît un essor considérable, acquiert peu à peu une légitimité auprès du grand public, conquiert un public plus large et elle commence aussi à entrer à l’école, à être prescrite et étudiée. On assiste durant ces dernières années à une constante augmentation de la production éditoriale, tous genres confondus, y compris dans le secteur des traductions, avec l’apport important du manga et du manhwa (bande dessinée coréenne). 1553 livres appartenant au monde de la bande dessinée sont publiés en 2000 ; 1890 en 2001 ; 2204 en 2002 ; 2526 en 2003 ; 3070 en 2004 ; 3600 en 2005 ; 4130 en 2006. (Sources Gilles Ratier, secrétaire de l’ACBD, Association des Critiques de Bande Dessinée) Dans le même temps, l’édition pour la jeunesse est aussi en croissance, et l’on observe durant cette période, un changement dans l’attitude des jeunes lecteurs / consommateurs, qui souhaitent choisir eux-mêmes leurs livres. Il faut bien, dans ce contexte de croissance et d’euphorie, penser à eux, qui ont envie de lire des bandes dessinées, comme le faisaient leurs grands frères ou leurs pères, et qui vont devenir aussi des lecteurs adultes et des acheteurs. Et puis, il y a aussi les mangas qui commencent à arriver sur notre territoire, grâce à l'éditeur grenoblois Jacques Glénat, le premier à publier de la bande dessinée japonaise avec l’incontournable Dragon Ball. Les mangas s’installent d’abord timidement puis durablement dans les rayonnages des librairies, captant les plus jeunes, les filles aussi –fait nouveau- et les adolescents ! Les éditeurs francophones devaient réagir !

Du côté des éditeurs de bande dessinée

L’un des premiers à réagir a été Guy Delcourt, fondateur et dirigeant actuel des éditions Delcourt, nées en 1986, en créant une collection Jeunesse. Guy Delcourt s’en est expliqué ainsi : « On avait paradoxalement assez peu de nouvelles créations qui s’adressaient spécifiquement aux enfants. Je trouvais que la BD était quelque chose qui avait toujours un parfum d’enfance, une magie, que moi j’ai vécue quand j’étais enfant, que beaucoup d’auteurs ont vécue également. Et c’était un élément déterminant de notre vocation, aux uns et aux autres. J’avais une envie de renouer avec cette vocation de la BD et il se trouve que les auteurs la partageaient. C’est de cette envie que cette collection est née. » Les premiers albums destinés aux enfants paraissent en 1996 dans deux séries devenues cultes aujourd’hui : Le Vent dans les saules, de Michel Plessix, d’après le roman de Kenneth Grahame, et Toto l’ornithorynque, de Yoann et Eric Omond.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

La collection Jeunesse est riche aujourd’hui de quelque 200 titres, dont la plupart sont excellents, qui explorent des univers graphiques très différents et des thématiques riches et variées, et que beaucoup d’adultes ont aussi plaisir à découvrir. Lewis Trondheim, qui dirige la collection Shampooing chez Delcourt jeunesse, dit d’ailleurs : « J’ai tendance à préférer les BD à deux niveaux de lecture. Ne s’adresser qu’à des enfants est très réducteur et c’est prendre les enfants pour des imbéciles, choses qu’ils ne sont pas. »

Les deux séries fondatrices de la collection Delcourt jeunesse :

Le vent dans les saules, 1996 : Cette magnifique série dessinée par le Rennais Michel Plessix, est adaptée du roman animalier de l'écrivain britannique Kenneth Grahame, publié en 1908, disponible chez Gallimard jeunesse mais qui n'est pas forcément facile à lire pour des lecteurs d'aujourd'hui. Cette fable, mise en images et en couleurs, de manière délicate et lumineuse, raconte les histoires de quatre amis, Crapaud, Rat, Loutre et Taupe, qui vivent dans un univers paisible et buccolique, le Bois sauvage. La vie tranquille des amis est souvent perturbée par les élucubrations bruyantes de Crapaud, un personnage vantard et m'as-tu-vu. Quatre albums composent l'adaptation. Mais Michel Plessix n'a pas eu envie d'abandonner ses personnages à la fin du quatrième volume. Il a imaginé une deuxième série, Le vent dans les sables, où il entraîne Rat, Taupe et Loutre en Afrique, toujours dans le sillage du remuant Crapaud.

Toto l'ornithorynque, 1997 : Eric Omond et Yoann créent cette bande dessinée animalière dont l'action se déroule dans la forêt australienne, avec Toto et ses copains :

Riri la chauve-souris, Fafa la fille écureil, Wawa le koala, Chichi l'échidné. Lorsque le premier volume paraît en 1997 dans la toute nouvelle collection Jeunesse de Delcourt, chacun salue la qualité des histoires, intéressantes et novatrices, la beauté des couleurs directes, dans des gammes chaudes et éclatantes, et la jolie rondeur du trait.

D’autres éditeurs de bande dessinée ont rapidement dans la foulée créé leurs labels jeunesse ou modernisé leur offre en faisant appel à des auteurs issus des labels indépendants : Soleil avec Soleil Kids, Glénat, avec Tchô ! La collec …, regroupant les héros enfants dans le sillage de Titeuf, la vedette incontestable de l’éditeur, Casterman, Emmanuel Proust, Petit à petit, Les Humanoïdes associés, avec Les Trois masques, dans laquelle figurent deux excellentes séries : Basil et Victoria, de Yann et Edith et puis Gargouilles, scénarisée par Denis-Pierre Fillipi. Vents d’ouest explore un autre genre, à côté de quelques séries résolument jeunesse, avec une collection visant davantage le milieu scolaire, Commédia, dirigée par Simon Léturgie et proposant des adaptations de théâtre figurant dans les programmes de français du collège comme La farce du cuvier ou Les Précieuses ridicules. Petit à Petit s'engage aussi sur ce créneau. Vents d’Ouest, avec Comédia, et Petit à Petit avec Théâtre en bande dessinée

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

exploitent la niche commerciale que représente l’entrée de la BD dans les classes et ont donc créé des collections d’adaptations de textes de théâtre, collections visant essentiellement le public scolaire et les enseignants. Petit à petit, éditeur rouennais, vient de publier qutre albums : Le Cid, de Corneille, et Phèdre, de Racine, Ubu roi, d'Alfred Jarry et Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand, dans des versions en noir et blanc, où l’on retrouve le texte intégral des pièces. On connaît la difficulté des enfants aujourd’hui à lire des pièces classiques. Tout les déroute : les personnages, les situations et, bien sûr, le langage. On ne peut donc que se réjouir si un détour pédagogique permet de les faire entrer dans cet univers qui leur est si étranger. Alors, Le Cid en BD, pourquoi pas ? L'ouvrage propose bien le texte intégral de Corneille, mais… sans la disposition des alexandrins, disposition qui permet de faire entendre le rythme du vers, et par là même de mieux recevoir un texte difficile à comprendre : en se laissant porter par le rythme, on est moins sensible à la difficulté des mots… Parfois, une majuscule indique le début du vers mais souvent le texte est écrit comme si c’était de la prose, ce qui devient absolument incompréhensible. D'autre part, les dessins en noir et blanc n’ont pas d’unité ni dans le graphisme ni dans le découpage : ainsi on passe d’un plan d’ensemble à un gros plan sans justification. On passe aussi du réalisme à un dessin façon manga. Ils n’ont pas non plus d’unité de registre : le dessinateur utilise des codes de la BD comique et du dessin humoristique voire caricatural pour des personnages qui ne le sont pas : un petit nuage noir au dessus d’un personnage en colère ou des gouttes de sueur sur celui qui souffre. Les personnages sont le plus souvent inexpressifs. De plus, ils se ressemblent et l’on a peine à les identifier : Rodrigue ne paraît guère beaucoup plus jeune et séduisant que son père. On sait pourtant qu’une identification aux personnages permet plus aisément l’adhésion des lecteurs ! Vents d’ouest, de son côté, a créé la collection Commedia, dirigée par Simon Léturgie. Celle-ci vise les jeunes collégiens et propose les grands textes du patrimoine théâtral adaptés en bande dessinée, dans leur texte intégral également. Comédia se veut à la fois ludique et pédagogique. La couverture des albums montrant un rideau rouge ouvert doit entraîner les jeunes lecteurs sur la scène. Trois titres, parmi les pièces les plus étudiées au collège, ont inauguré cette nouvelle collection : La Farce du cuvier Les Précieuses ridicules et Le Médecin malgré lui, de Molière. Trois autres titres sont parus ensuite en 2006 : L’Avare, Les Fourberies de Scapin et Georges Dandin. Dom Juan est à paraître. Les Précieuses ridicules, de Molière / dessin de Simon Léturgie, 2006 Le résultat est mitigé : il est sûr que ce genre d’ouvrage peut faciliter l’accès au texte pour les jeuns. Il permet en effet de visualiser les personnages, la manière dont ils sont habillés, dont ils se comportent, et de créer ainsi des références et des images que le texte seul ne permet plus. Il les aidera aussi à mieux comprendre un texte écrit dans le français du XVIIème –qui est quasiment une langue étrangère pour eux- langue qui peut faire écran à la compréhension donc au plaisir de l’action. En ce sens, cette initiative peut se révéler être un bon outil pour les enseignants. Et en ce qui concerne le plaisir de lire, il n’est pas sûr que les jeunes aillent spontanément vers ce genre de bande

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

dessinée qu’ils vont percevoir comme « trop scolaire ». Il y a eu d’autres tentatives dans d’autres domaines : la musique, l’histoire, les concepts mathématiques en bande dessinée, que les élèves ne lisent jamais

Gros plan sur deux collections signées Dupuis : Punaise et Puceron Les éditions Dupuis sont, traditionnellement, un éditeur de bandes dessinées dont une grande partie du catalogue convient à un très large public, avec des séries d'humour ou d'aventures appréciées autant par les enfants que par les adultes. Cependant, il n'y avait jamais eu jusqu'à une date très récente, de collections spécifiques conçues pour un lectorat enfantin. C'est chose faite avec Punaise et Puceron. Les collections Punaise et Puceron, lancées en janvier 2007, proposent des bandes dessinées pour les petits. Denis Lapierre, scénariste connu et reconnu pour la grande qualité de ses histoires, dirige ces deux collections. La collection Puceron tout d’abord s’adresse aux enfants à partir de 3 ans. Elle leur offre des récits en bande dessinée, qui se veulent complémentaires du livre pour enfants. Ces récits sont quasiment dénués de textes et reposent donc entièrement sur les seules cases dessinées. Les enfants qui se lanceront dans les « Puceron » n’ont pas nécessairement besoin de la médiation d’un adulte pour comprendre l’histoire dessinée. Ils peuvent parfaitement le faire seuls, de manière autonome. La collection Punaise ensuite est destinée aux enfants à partir de 6 ans. Les récits proposés sont essentiellement centrés sur le monde de l’enfance ou sur un regard d’enfant sur le monde. Les cases comportent des textes bien sûr, peu importants néanmoins, servis par un lettrage soigné et très lisible.

Les titres de la collection Puceron :

Petit Poilu, tome 1 : La Sirène gourmande, de Céline Fraipont et Pierre Bailly Petit Poilu est tout noir et ses cheveux noirs aussi se dressent tout autour de sa tête. Il bondit littéralement de son lit quand le réveil sonne le matin, va faire pipi, prend son petit déjeuner, embrasse sa mère qui l’aime et lui tend son sac et il part à l’école. Première planche de Petit Poilu : six cases largement espacées, nettes, égales, sans texte. Les images sont autonomes et la narration claire. Cette première planche, ce serait la vie ordinaire d’un Petit Poilu ordinaire. Mais le ciel tourne au déluge dès la deuxième page, Petit Poilu tombe dans l’océan, part à la dérive et fait quelques rencontres sous-marines inattendues. Tel Jonas, notre héros se fait avaler tout cru par une sirène bien gourmande qui abrite dans son énorme ventre toutes sortes d’habitants … Petit Poilu rêve-t-il ou bien a-t-il vraiment vécu cette odyssée ? Réponse dans la toute dernière planche. Une jolie histoire d’enfance, qui oscille assez habilement entre rêve et réalité, qui entraîne un jeune héros attachant dans une série d’aventures où il est confronté à la surprise, la peur, la découverte de nouvelles choses, et dont il sort finalement grandi. Une histoire pour s’amuser, pour rêver, pour grandir aussi. Le tome 2 est également disponible : La Maison Brouillard.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Méchant Benjamin, tome 1 : Ah non !, de Carine De Brab Benjamin est un petit garçon bien turbulent, qui ne tient guère en place et qui, surtout, n’a pas envie que sa maman parte en voyage quelques jours et le laisse à la baby-sitter. Aussi fait-il tout ce qu’il peut pour échapper à sa mère : se cacher dans le lustre du salon ou dans le sac de voyage, tomber au pays des monstres préhistoriques, secouer l’avion qui emporte sa mère après être devenu un super héros, faire enrager la jolie jeune fille qui le garde –et elle a bien du mérite-, lui dédier toute sa collection de grimaces ou bien faire enrager le chat à rayures. C’est sa manière à lui de dire qu’il est triste et qu’il souhaite surtout le retour de sa maman. Une histoire simple et touchante, déclinée en courts chapitres, que Carine De Brab mène à un rythme endiablé, sachant croquer avec grand talent et expressivité un petit garçon pas toujours facile à vivre, certes, dont elle nous montre de manière très concrète les différents sentiments. Le récit est ponctué d’une belle bande son et de quelques dialogues. Le tome 2, Pas beau !, est disponible également.

Les autres séries Puceron :

Hugo, de Wilizecat Hugo est un petit garçon en proie à des angoisses nocturnes. Il est victime d'un croque- moutons : une sorte de loup qui vit dans sa chambre et qui dévore ses moutons de

sommeil. Hugo ne peut donc plus s'endormir sereinement. Et le lendemain, à l'école, il dort ! Pas facile la vie ! Pas facile de grandir et de surmonter des problèmes qui peuvent

parfois tourner au cauchemar

Des histoires de la vie quotidienne, racontées avec

tendresse et dynamisme graphique aussi. Deux volumes sont disponibles : Le croque- mouton - La sorcière menthe à l'eau.

La vavache, de Carine De Brab et Virginie Vertonghen Le tome 1 : Plif ! Plaf ! Plouf ! Une histoire animalière qui met en case une vache malicieuse et pleine d'énergie qui ne se contente pas de regarder passer les

trains ! Et quand notre bestiole reçoit par la poste une piscine gonflable et qu'elle y batifole avec plaisir, c'est toute l'île qui veut s'y

plonger

Un récit très dynamique, sans aucun texte, facile à suivre, où les

personnages sont particulièrement expressifs.

Une situation explosive pour rire bien sûr.

expressifs. Une situation explosive pour rire bien sûr. Le Petit monde de Père Noël , de

Le Petit monde de Père Noël, de Alexandre Révérend et Thierry Robin Qui n'a pas rêvé un jour de s'introduire dans l'usine de jouets du Père Noël et de regarder comment cela se passe ? C'est l'exploit que va réussir l'héroïne de ce récit :

une gamine débrouillarde et délurée, qui veut tout voir, tout savoir, tout comprendre Une situation difficile au pays de Noël car Noël approche et la petite fille sème la pagaille dans ce petit monde bien ordonné !

Les titres de la collection Punaise :

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Agathe Saugrenu, de Vincent Zabus et Valérie Vernay

Agathe a huit ans et elle souffre de diabète. Cette maladie l'empêche de vivre tout à fait normalement. Aussi Agathe se réfugie-t-elle souvent dans un monde imaginaire où elle espère trouver un ami qui la comprendra. Avec son chat Trévor, compagnon fidère et inséparable, Agathe veut rejoindre le monde des monstres où elle pense qu'est sa place

Une réflexion intéressante sur le handicap, sur la

différence, sur la manière dont on se perçoit au sein d'une société qui n'est pas toujours tendre ni compréhensive. Le dessin de Valérie Vernay est enlevé, drôle et tendre à la fois. Deux albums sont sortis : Je suis un monstre - Masques et visages.

puisqu'elle se trouve monstrueuse

Brigade Fantôme, de David Chauvel et Cyril Pedrosa Tome 1 : Ribambelle pour une poubelle Dans la Brigade Fantôme, il y a Belinda, Bagar, Kroum, Tang et Maxence. Cinq amis bien soudés qui débusquent les monstres, les esprits frappeurs, les mauvais esprits hantant et perturbant le monde des vivants. Ce Club des cinq là sait de quoi il s'agit puisque les cinq amis sont morts eux aussi et sont devenus des fantômes ! Un récit fantastique plein de charme qui parle de l'enfance et de la différence.

Les Enfants d'ailleurs, de Bannister et Nykko Tome 1 : Le passage - Tome 2 : Les ombres Où l'on suit les aventures de quatre enfants, Rebecca, Noé, Maxime et Théo. Dans

l'étrange maison du grand-père de Rebecca, les enfants trouvent une porte mystérieuse qui est en réalité un passage vers un monde parallèle : l'Autre Monde. Ce monde n'est guère accueillant et les quatre enfants s'y retrouvent coincés et

attaqués par les Ombres

Heureusement, un vieux sage leur vient en aide !

Gusgus, de Christian Durieux et Jean-Luc Englebert Tome 1 : Les rois du monde - Tome 2 : Papa cool Gusgus est entre deux mondes, il est à moitié fantôme car son père est un revenant de bonne compagnie, il est à moitié humain car sa maman est une femme énergique qui exerce le métier de bibliothécaire. Gusgus doit faire attention et ne pas faire étalage de ses dons particuliers : voler ou traverser les murs par exemple.

Ludo, de Denis Lapière, Pierre Bailly et Mathy Deux volumes parus : Tranches de quartier - Qu'as-tu, Kim ? Cette série dédiée à l'enfance et au pouvoir de l'imagination a été publiée pour la première fois chez Dupuis en 1997. Elle a pour héros un petit garçon très débrouillard dont le père est policier et auquel il voue une grande admiration. Ludo est, de plus, passionné de bande dessinée et il dévore les aventures de son héros préféré, l'inspecteur Castar. Comme son père n'est pas parvenu à arrêter un dangereux malfaiteur nommé Noël Pâques, Ludo décide d'intervenir. Sa rencontre avec deux étranges créatures phosphorescentes qui vivent dans les tuyauteries l'entraînent dans une aventure endiablée que ne renierait pas le

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

fameux Castar. Le dessin très lisible et dynamique et le personnage très attachant de Ludo font de cet album une réussite.

Mademoiselle Louise, de Sergio Salma, André Geerts et Mauricet Deux volumes parus : Un petit cadeau - Une gamine en or La petite Louise n'a vraiment pas de chance : son papa est riche, très riche ! Et dès que Louise émet le moindre désir, il est exhaucé aussitôt, même devancé ! Pas facile pour Louise de rester une petite fille comme les autres. Et sa nounou, Millie, qui s'occupe d'elle parce que son papa riche est beaucoup trop occupé pour cela, doit veiller pour que Louise ait une enfance normale.

Le Monde selon François, de Vincent Zabus et Renaud Colin François a huit ans et il est curieux de tout. Il se pose aussi beaucoup de questions sur la vie. Il adore aussi inventer des histoires parce que plus tard, il voudrait devenir écrivain. Il a une manière particulière de régler un problème quand il y est confronté :

entrer dans un monde imaginaire afin de trouver une solution qui pourrait l'aider dans le monde réel. Deux tomes sont sortis : Le Secret des écrivains - Les Amants éternels

sortis : Le Secret des écrivains - Les Amants éternels Oscar , de Denis Lapière et

Oscar, de Denis Lapière et Christian Durieux Les titres disponibles : Boule de gnome ! - Pagaille dans les nuages - Les gadjos du cirque - Deux pour le prix d'un ! Réédition d'une très jolie série publiée pour la première fois en 2000. Oscar est un gosse des rues éternellement coiffé d'une grande casquette rouge, comme pour se protéger des coups durs de la vie. Il vit dans l'Amérique des années trente, durement touchée par la crise économique. Mais Oscar refuse d'accepter son sort et il est doté d'une imagination débordante. Il déteste l'orphelinat où il est trop contraint par son éducatrice, mademoiselle Elise, et il préfère tailler la route avec son ami le SDF et son chien. Une belle série, inventive et attachante, où les rêves de l'enfance permettent que la vie soit aussi parfois plus belle !

Sac à puces, de Falzar, Zidrou et Carine De Brab Deux tomes disponibles : Super maman - Mamy galettes La réédition d'une charmante série publiée pour la première fois en 1992 chez Casterman puis en 1998 chez Dupuis, qui a toute sa place dans la collection Punaise. Margot Duchêne a huit ans, six frères et soeurs et un authentique chien de gouttière bien roux, nommé Sac à puces ! Comme le cabot est indésirable à la maison, Margot

doit ruser pour retrouver son cher Sac à puces et vivre avec lui de belles aventures

trépidantes

Une jolie chronique familiale pleine de vie et de rebondissements.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Du côté des éditeurs de littérature de jeunesse … Parallèlement, les éditeurs de littérature de jeunesse se positionnent dans ce secteur au début des années 2000 avec plus ou moins de bonheur ou de réussite. Certaines collections, lancées rapidement, s'arrêtent tout aussi rapidement, faute d'un positionnement suffisant ou d'une offre très lisible. Il n'est pas toujours facile de proposer de la bande dessinée dans un marché très encombré déjà ! Bayard avait ouvert la voie dans la décennie précédente en proposant en albums cartonnés ou brochés des bandes dessinées enfantines et adolescentes prépubliées dans leurs très nombreux magazines : L’inspecteur Bayard, Marion Duval, Angelot du Lac, Tendre banlieue, pour les premières, suivies d’Ariol, de la Sardine de l’espace, ces derniers de facture moins classique.

2002 Somnanbule … La Joie de lire, maison d’édition sise à Genève, créée par Francine Boucher en 1987, remarquée par la qualité de ses publications, lance un secteur Bandes dessinées en 2002, avec l’étonnante collection Somnambule riche aujourd’hui d’une quinzaine de titres qui s’adressent aux enfants à partir de 7, 8 ans. La collection Somnambule guide les premiers pas des lecteurs dans la bande dessinée. Avec Somnambule, on entre dans une bande dessinée peu formatée et de qualité. Pas de séries, pas de héros récurent. Les albums entraînent les jeunes lecteurs dans des univers très différents servis par des graphismes aussi variés, des styles personnels. De l'humour, de l'absurde, de la poésie, de l'enfance ou de l'animalier, des histoires à dormir debout parfois ou à passer des nuits blanches : il faut s'attendre à tout avec ces albums atypiques !

:

Le Pingouin volant, de Pierre Wazem, janvier 2007 Voici un Pingouin pionnier, un aventurier, un rêveur, qui ne s'accroche nullement à la banquise comme ses congénères. Non ce Pingouin a un but dans la vie : voler, devenir Pingouin volant. Aussi arpente-t-il la glace affublé d’un casque d’aviateur et d’une écharpe rouge. La bestiole est entêtée et elle a décidé que tous les moyens, même les plus dangereux, seront bons pour prendre de la hauteur et convaincre ses compagnons du sérieux de son entreprise.

Parmi

nos

coups

de

coeur

du sérieux de son entreprise. Parmi nos coups de coeur Les épisodes se succèdent, développés sur

Les épisodes se succèdent, développés sur une page ou deux. On aime beaucoup la faculté qu'a le Pingouin d'imaginer, de bricoler des tentatives d’envol. Il ne renonce jamais ! Le trait de Pierre Wazem, vif, incisif, sied à merveille aux situations et au comique voire à l'absurde de ces aventures aériennes. Les dialogues sont également drôles. Un album qui séduira les lecteurs à partir de 8, 9 ans car le récit fonctionne parfois dans l'implicite et toutes les situations présentées ne sont pas toujours faciles à comprendre. Mais il est très réussi et l'on s'amuse franchement !

Lala,

de

Malika

Fouchier,

avril 2006

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

La petite Lala est mise en scène avec son ami Noé dans sa vie quotidienne : à l'école bien sûr, à la maison, dans la cour de récréation, pendant les vacances ou chez sa grand-mère. Chaque planche est découpée en six petits dessins éclairés ou commentés par une phrase descriptive. L'ensemble fonctionne bien et Malika Fouchier parvient à montrer l'univers de l'enfance par petites touches sensibles : ce que l'on ressent, les petites peurs, les amitiés, la manière de jouer, les bêtises que l'on a envie de faire Les personnages, dessinés très simplement mais de manière efficace, sont attachants et l'on est content de les accompagner quelque temps dans leur monde.

Chocottes au sous-sol, de Stéphane Blanquet, octobre 2005 L'histoire démarre alors qu'un petit garçon de sept ans arrive dans une fête costumée. Il

n'est guère à l'aise car son déguisement, un lapin rose, ne lui plaît pas du tout et il se trouve ridicule. Il doit descendre à la cave, où une fille est descendue pour prendre de nouvelles bouteilles de soda. Mais ce lieu est sombre, profond, inquiétant. De plus son amie est très inquiète et lui communique son angoisse : elle a vu bouger et s'animer une grosse peluche poussiéreuse et déglinguée qui a été mise au rebut dans cette cave. Les deux amis comprennent bientôt que la cave est remplie des vieux jouets cassés dont on ne veut plus, des jouets auxquels on a infligé de mauvais traitements, des

jouets qui se rappellent et qui demandent des comptes

La fête tant attendue tourne

au cauchemar et la peur est là. Comment les enfants vont pouvoir remonter dans le monde réel ? Un album très réussi sur le plan graphique, avec un dessin luxuriant, fourmillant de détails, appuyé de couleurs très vives, parfois même dérangeantes.

Vacances sur Vénus, de Albertine et Germano Zullo, mai 2005 Monsieur Labas et son chat Georges partent en vacances et la vie est belle ! Les deux compères ont choisi le Lavandou comme destination estivale, mais les routes sont bien contrariantes, pleines de bretelles et de bifurcations compliquées. Point de Lavandou à l'horizon, pas de mer, pas de ciel bleu ! Mais une planète : Vénus ! Drôle d'endroit pour des vacances ! Il y a des routes qui ressemblent à des montagnes russes, qui peuvent changer de destination ou d'inclinaison ! Et puis ils rencontrent aussi deux étranges personnages qui leur ressemblent un peu, mais qui ne parlent pas le même langage. Pourtant ils passent ensemble quelques moments agréables. Un album extrêmement réussi graphiquement : des gags très visuels, un texte réduit au minimum mais suffisant pour montrer l'absurde de la situation des personnages, des répliques drôles. On fait un voyage dépaysant à souhait et l'on aimerait bien finalement se tromper sur l'autoroute, comme monsieur Labas et Georges pour se retrouver sur Vénus !

Swimming poule mouillée, de Guillaume Long, 2004 Robin est peureux et timide et il vit avec sa maman très mère poule, très protectrice. Romain se réfugie souvent dans un monde imaginaire où il devient un véritable héros. Il aime lire aussi les aventures de son super héros favori : le captain Flash. Tous les mardis, Robin va à la piscine avec son école. Mais ce mardi-là, Robin est plus angoissé que d'habitude car c'est le jour où les enfants passent le test de la sardine d'or

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

! Monsieur Edgar, le maître nageur énergique qui ne se laisse jamais déborder, impose d'emblée aux enfants trois longueurs de brasse pour le test de la sardine. Robin appréhende mais il faut bien se lancer Beaucoup d'humour dans cet album dans lequel Guillaume Long, tout en abordant un sujet important : la peur chez les enfants, parvient rapidement à dédramatiser et à rassurer.

Les autres titres de la collection Somnambule : Miniflux, des frères Chapuisat, 2006 - Le grand méchant huit, de Guillaume Long, 2006 - Cache-Cache au bout du monde, de Jérôme Stettler, 2005 - Fourmi ?, de Isabelle Pralong, 2004 - La colline, de Sophie Clermont et Simon Kroug, 2003 - Le dessert, de Tom Tirabosco, 2003 - J’ai pas sommeil, de Patrick Mallet, 2002 - Le génie de la boîte de raviolis, de Germano Zullo et

Albertine, 2002 - Le Tibre bleu, de Nicolas Rebel, 2002 - Zak et le professeur, de Baladi,

2002

2002, La bande des petits, au Seuil jeunesse … Le Seuil jeunesse s'intéresse le premier aux tout-petits, en imaginant une collection

adaptée : La Bande des petits. La collection, dirigée par Frédéric Houssin et Cédric Ramadier, est la première collection de bande dessinée qui s’adresse aux tout-petits, à partir de 3 ans. Pour une lecture plus commode, les livres ont un format à l’italienne (24

x 17,5 cm) qui permet aux enfants de mieux balayer les planches. Peu de cases par

planche, qui alternent avec de grands dessins pleine page, permettant aussi aux lecteurs de faire une pause, de s’attarder sur tel ou tel détail de l’histoire. Le lettrage est lisible et rond. Tous les titres de cette excellente collection sont à conseiller et à proposer aux bédéphiles en herbe. Ramdam sur le macadam, de Christian Aubrun, 2002 Niac Niac !, de Lionel Le Léouanic, 2004 Un chouette camping-car, de Muzo, 2004 Boule de poils et mon canard, de Marc Boutavant, 2004 Boucle d'or et les sept ours nains, de Emile Bravo, 2004 La faim des sept ours nains, de Emile Bravo, 2005 Le père du pirate, de Vincent Bourgeau, 2006 Les ailes les plus bleues, de Gaëtan Dorémus, 2006 Poulpe à tout faire, de Marianne Boilève et Clément Oubrerie L’ours voleur de merguez, d’Alain Crozon

Nos préférés

Les Ailes les plus bleues, de Gaëtan Dorémus

«

Ce qu’il y a de bien avec le myrtille-ball, c’est qu’après on mange

le

ballon ! », s’exclame le moustique alors qu’il joue avec ses deux

amis, le bourdon et le moucheron. Tel est le point de départ de cette histoire bucolique qui s’ouvre dans une ambiance sereine et amicale. Arrive alors une papillonne aux ailes magnifiques, d’un bleu si bleu « qu’on se perd dedans comme dans l’océan ! »,

bleu « qu’on se perd dedans comme dans l’océan ! », Quelle offre, quelle démarche éditoriales

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

déclame le moucheron poète. La papillonne en rougit de plaisir et passe un bon moment avec ses nouvelles connaissances. Soudain une énorme dame surgit, armée d’une arme redoutable, un filet qui emprisonne la papillonne aux ailes si bleues. Moustique, Bourdon et Moucheron s’en vont à son secours. Mais comment la délivrer ? Comment convaincre la dame de leur rendre leur amie ? Une jolie histoire d’amitié, lumineuse et gaie par la gamme de couleurs très acidulées qu’utilise Gaëtan Dorémus et par les dialogues pétillants qu’il met en bulles. Cette fable permet aussi de s’interroger que la notion de possession : à quoi cela sert-il d’accumuler des objets ou des animaux pour en faire collection ? Ce titre de la collection La bande des petits est tonique, doux, drôle et intelligent à la fois.

La Faim des sept ours nains, de Emile Bravo Dans l’histoire précédente, Boucle d’or et les sept ours nains, nous avions laissé nos oursons pas très malins chez le Petit Poucet. Mais ils s’y sont ennuyés tellement qu’ils ont préféré retourner dans la forêt se construire une maison pour l’hiver. Ils vivent du lait de leur vache, le seul bien qu’ils possèdent. Mais le lait les lasse aussi chargent-ils l’un d’entre eux, le moins dégourdi sans doute, d’aller vendre la vache au marché contre quelques bonnes tartines au miel … Emile Bravo s’empare de la matière des contes pour en faire une histoire d’aujourd’hui, où il est question de misère, de pauvreté, de famine, de gens trop naïfs et honnêtes qui se font gruger par d’autres, moins scrupuleux. Le ton est drôle, ironique, et certaines répliques sonnent dur : « Perdre notre frère ! Mais c’est terrible ! – Pff ! Mais non ! Tout le monde fait ça ! » Dans l’histoire on trouve quantité de personnages connus, revisités par Bravo : un Jack et son haricot magique, un chat aux bottes fourrées et aux coups du même tonneau, un petit Chaperon, fille du Père Noël, Hansel et Gretel, bien gratinés cela, que l’on dirait échappés des jeunesses hitlériennes, un petit Cochon maçon, un méchant Loup … L’ensemble est très drôle, très référencé. Les petits y trouveront du bonheur et les adultes aussi, en dégustant quelques zeugmas de belle facture : « Ses frères, remplis de ragoût de haricots géants … et de remords, l’accueillirent avec joie. » E. Bravo place aussi quelques adresses aux lecteurs, quelques recommandations sur les dangers d’une trop grande consommation de sucres par exemple. Le format à l’italienne permet une bonne prise en main. Chaque planche compte au maximum 4 vignettes et la fonction des textes est clairement différenciée à l’aide d’un code couleurs : fond jaune pour les récitatifs, fond jaune très pâle pour les bulles contenant les dialogues. Le lettrage aussi est soigné et lisible. Voici un album à déguster, sans sucre ajouté, à lire, à faire lire, à raconter aux petits. A partir de 3, 4 ans.

2003 Bréal dans les planches Bréal, éditeur de manuels scolaires et d’ouvrages péri-scolaires, lance en 2003 une belle collection de bandes dessinées et d’ouvrages illustrés que dirige Joann Sfar, Le

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Joann Sfar connu et reconnu en bande dessinée, apprécié pour la qualité et l'originalité des histoires qu'il dessine et/ou invente. (Séries Petit Vampire, Sardine de l'espace, Le Chat du rabbin, Professeur Bell, Le Minuscule mousquetaire, entre autres). Jean- Christophe Menu, l'un des fondateurs de L'Association, en assure la conception graphique. Sfar dit ceci : « On les aime bien, nos albums. Ils sont tous différents, tous surprenants et on dirait que les auteurs ont vite compris le principe : on essaie de raconter de bonnes histoires avec des dessins et du texte sans se demander trop si ça relève de la bande dessinée, de l’album jeunesse ou du roman illustré. On fait de notre mieux pour rester lisibles par tous : les enfants ne doivent pas être perdus dans nos livres, les grands ne doivent pas s’ennuyer en les lisant. » A qui s’adressent ces livres ? Sfar explique : « Jusqu’à présent, les livres que nous proposions s’adressaient exclusivement à des êtres capables de lire. Même si on ne mettait pas de tranche d’âge ; on voyait bien que c’était pas pour les bébés. Et pas pour les animaux non plus même s’il y aurait sans doute un public. » Une chose est sure, c’est que les livres que proposent Sfar et ses copains ne passent pas inaperçus, ne laissent pas indifférents : ils amusent, ils font réfléchir, ils plaisent, ils en énervent certains, ils en choquent d’autres, certains les adorent, d’autres les détestent. Mais ils sont là, ils sont faits par des gens talentueux, qui ont des choses à dire, qui savent manier la plume et ou le pinceau et qui réfléchissent. Des ouvrages dont certains peuvent s'apprécier dès 8, 9 ans, tandis que d'autres s'adressent davantage aux adolescents Six ouvrages inaugurent la collection, ouvrages cartonnés au format 17 x 22,5 cm. Orang-outan, de Sandrine Jardel Benjamn est heureux : parce que c’est lundi et qu’il sèche l’école, parce qu’il passe la journée avec son père qu’il voit rarement, parce qu’ensemble, ils vont au Jardin des Plantes voir les singes. Ils les observent un moment, leur prêtant des sentiments et une histoire d’après leurs attitudes. Puis le père de Ben est obligé de s’absenter un moment. Il lui laisse son précieux carnet à dessins et ses crayons. Pour faire honneur à son père, Ben observe ce qui se passe autour de lui, il note, il dessine les orangs-outans, les gens, les enfants des écoles, ses conversations avec les soigneurs. L’expérience est passionnante pour lui, il a appris plein de choses, y compris sur lui-même. Une jolie histoire à la première personne, nourrie à la fois de réflexions d’enfants amusantes et de dialogues père-fils. A travers l’observation des singes et de leurs rapports, il est question aussi de relations humaines et familiales. Illustrations et carnet de croquis signés Sfar. L’Atroce abécédaire, de Joann Sfar Un livre qui ravira tous les enfants que l’on brime en les empêchant de dire des bêtises ou de prononcer des gros mots ! C’est un abécédaire, il n’y a pas de doute là-dessus. Seules les entrées sont un brin insolites et les exemples aussi. Mais on s’amuse beaucoup à découvrir la manière dont on peut obtenir les lettres, minuscules et majuscules. Aviez-vous pensé à cela : “ Vous faites une autruche. Vous la cachez derrière un baobab. Voilà. Eh bien la partie qui

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

dépasse du baobab … c’est un B. ” “ On mâche un chewing-gum. On fait une grosse bulle. On ravale pratiquement tout l’air. Ca donne un r. ” Voici un livre très drôle, qui permet de re-découvrir nos vingt-six lettres par des chemins de traverse inattendus et bien peu fréquentés ! Monsieur Crocodile a beaucoup faim, de Joann Sfar Toujours affamé mais bien attifé tout de même, Monsieur Crocodile sort de son marigot en complet veston pour faire son marché et trouver une bestiole quelconque à manger. Tombant sur un cochon bien gras, il entend bien le becqueter mais le cochon lui joue un tour à sa façon et lui propose un marché : il s’engage à lui fournir chaque jour de la bonne viande fraîche et vivante à se mettre sous les crocs, si le crocodile accepte de le manger le plus tard possible. Ceci est le point de départ d’un voyage qui entraîne notre croco dans les méandres de la grande ville, puis en prison … Une fable amusante, qui se situe graphiquement entre la bande dessinée –les personnages dialoguent dans des bulles- et l’album illustré. Les dialogues sont excellents et comportent différents niveaux de lecture. Les autres livres, dans l’ordre d’apparition dans la collection :

Les Poixons, d’Emmanuel Guibert : une histoire de science-fiction sur la planète Glou. C’était la guerre mondiale, d’Emile Bravo : une histoire d’enfance façon Guerre des boutons ou Les Années Spoutnik, de Baru, qui suit exactement le scénario de la Seconde guerre mondiale. Manuel du puceau, de Riad Sattouf : un livre très drôle pour adolescents en mal de puberté sur un garçon en plein dans la sienne. A partir de 12 ans. Ma circoncision, de Riad Sattouf : on pourrait croire que R. Sattouf est obsédé par les histoires de zizi. Il parle très intelligemment d’un jeune garçon syrien qui attend le jour de sa circoncision avec des sentiments très mêlés. A partir de 12 ans. La Sorcière et la petite fille, de Joann Sfar : un conte plein d’humour racontant l’apprentissage d’une petite fille chez une sorcière. Le Soupir, de Marjane Satrapi : un conte persan par l’auteur de Persepolis. Sept petits porcelets, de Dorothée de Monfreid : l’histoire édifiante et drolatique de la famille Porc dans laquelle les parents Porc ont dû lire dans leur enfance, l’histoire du Petit Poucet. L’archéologie, c’est nul, de Mathieu Sapin : Lorsque Antoine reçoit de son grand-père son vieux matériel d’archéologue accompagné d’une lettre, il est déçu car, pense-t-il, « l’archéologie c’est nul », c’est pour les vieux ou pour les très bons élèves à lunettes. Ce cliché est renforcé à l’apparition de Lucien, un garçon pas drôle du tout qui adore l’archéologie et qui veut se lancer à la recherche des reliques de Saint Trognon. Sans enthousiasme, Antoine se lance dans la quête avec Lucien et son sac de matériel d’archéologue. Peu à peu pourtant, son intérêt augmente surtout quand il s’aperçoit que la relique est convoitée par bien des gens …Voici un album pas triste du tout, qui met en jeu une narration du type album et des techniques de bande dessinée. L’humour est omni-présent, les références à notre monde et à ses travers nombreuses et judicieuses, on prend plaisir à évoluer dans cette parodie d’aventure policière. Et puis, au-delà de

cette parodie d’aventure policière. Et puis, au-delà de Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

l’apparente légèreté de l’histoire, il y a aussi une réflexion sur ce que les adultes veulent transmettre à leurs enfants, sur la manière d’imposer parfois une passion à laquelle les enfants, et c’est aussi leur droit- n’adhèrent pas forcément. C’est-comme-ça-et-pas-autrement, de José Parrondi : où l’on rencontre les C’est- comme-ça, et les Ca-alors, qui ont des modes de vie radicalement opposés et qui ont bien du mal à se comprendre. A.L.I.E.E.N., de Lewis Trondheim : on connaît le goût de Trondheim pour les expériences graphiques et narratives inspirées des travaux oulipiens. Cette Anthologie de Littérature Infantile Extraterrestre Egarée Négligemment en est une preuve. Flip,de Morgan Navarro : une bd animalière où les personnages symbolisent chacun un enfant de dix ans. Le Cauchemar, de Mahler : on apprend toutes sortes de choses très utiles sur le métier de cauchemar : avantages, contraintes, héritage culturel et tout …

2004 Milan lance Capsule cosmique … Milan lance l’inventive collection Caspule cosmique, issue du mensuel du même nom dirigé par Gwen de Bonneval entre 2004 et 2006, avec quelques très bons albums. Capsule cosmique est un mensuel de bandes dessinées destiné aux enfants et édité par Milan, qui tranche résolument avec ce qui ce que l’on propose habituellement aux enfants dans ce domaine, tant sur le plan graphique que dans le contenu. Capsule cosmique voyage très loin des univers que proposent par exemple les éditions Bayard avec Okapi, ou bien encore Dupuis avec le bon vieux Spirou et elle embarque des auteurs talentueux, qui développent les univers de l’absurde, du décalé, de l’humour souvent caustique et créent toutes sortes de personnages délirants, parfois animaliers :Tête Noire le catcheur, l’oiseau-adolescent Pipit, Eddy Milvieux, Anna et Froga ou bien encore Plic et Ploc. Ils sont pour la plupart issus de ce que l’on appelle la bande dessinée indépendante, comme l’Association, ou d’éditeurs jeunesse indépendants aux catalogues innovants aussi, les éditions du Rouergue par exemple. Ils ont développé des œuvres originales et créatives et sont édités parallèlement à présent par des grands éditeurs de bande dessinée : Appollo, Jacques Azan, Mathieu Bonhomme, Pauline Chevalier, Jean-Luc Coudray, Frantz Duchazeau, Jean-Yves Duhoo, Jérôme Duveau, Nicolas Hubesch, Lisa Mandel, Colonel Moutarde, Stéphane Oiry, José Parrondo, Anouk Ricard, Riad Sattouf, Stanislas, Mickaël Sterkman, Hervé Tanquerelle, Jean-Michel Thiriet, Trap. Bien que d’une indéniable qualité, Capsule Cosmique arrêtera de paraître en 2006, faute d’un nombre de lecteurs suffisants. Certaines des histoires à suivre publiées dans le mensuel ont été éditées en albums et sont toujours disponibles : Chico Mandarine, de Jacques Azam, Eddy Milvieux, de Lisa Mandel, Grenadine et Mentalo, du Colonel Moutarde, L’ïle du professeur Mémé, de Lisa Mandel et de Julien Hippolyte, Pipit Farlouse, de Riad Sattouf, Plic et Ploc, de José Parrondo, Tête Noire, de Hervé Tanquerelle, Vladimir sur les toits, de Gwen de Bonneval et Nicolas Hubesch, et le Voyage d’Esteban, de Mathieu Bonhomme.

2006 Thierry Magnier et sa Petite poche Bande dessinée

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Thierry Magnier s’essaie lui aussi à publier des petits albums en noir et blanc au format de sa fameuse Petite poche : Petite poche BD. Cette collection, lancée en février 2006, sur le succès de la Petite poche qui proposait aux enfants de 8-9 ans des romans courts non illustrés, fait le pari du très petit format (10,5 x 15) et du noir et blanc, pour un lectorat à partir de 7 ans. Quatre titres sont parus en 2006 et trois autres un an plus tard, écrits et dessinés par des auteurs venus de la littérature de jeunesse ou de la bande dessinée. Pari difficile que ce choix éditorial et les Petite poche bande dessinée n'ont sans doute pas rencontré le succès espéré. La collection ne s'est guère étoffée depuis février 2007. Les titres existants :

Je hais les vacances, de Mathis - Oncle Hector, de Delphine Perret - Magie-Magie, de Alfred et Régis Lejonc - La longue vue, de Blexbolex - Billy Micmac, 2 volumes, de Mathis et laurent Bazart - Non-Non et Grand Ours Blond, de Claire Franek

2006 Lito lance un cri ! Onomatopée ! Lito crée en 2006 un label Bandes dessinées, avec Onomatopée !

L’onomatopée, petit mot féminin et sonore, est un élément indispensable de la narration en bande dessinée. Tout autant que les bulles et les récitatifs, l’onomatopée contribue à sonoriser le récit, à le rendre vivant, parfois bruyant et souvent drôle. C’est avec un plaisir toujours renouvelé que les lecteurs de bande dessinée apprécient les « bing », « ploc », « baf » ou « splatch » qui ponctuent les cases et les planches en rythmant les déplacements et les gestes des personnages. Matthieu Blanchain dirige la collection et en parle ainsi au moment de son lancement :

« Onomatopée souhaite avant tout accueillir des auteurs exigeants qui cherchent, qui expérimentent souvent différentes formes d’expression. Certains ont déjà un parcours remarquablement riche dans l’illustration, la peinture, le film d’animation … Onomatopée part aussi à la recherche d’auteurs trop rares, ou suscite des

… Si les livres d’Onomatopée s’adressent d’abord à tous les publics (et pour certains aux jeunes lecteurs, ils ne se limitent à aucune thématique. Nous ne préfabriquons pas des concepts de séries –chaque auteur reste libre, si l’envie et le désir l’y poussent, de poursuivre une histoire sur plusieurs albums. » Six albums inaugurent l’Onomatopée, dans des styles, des univers et des thématiques très différents. Les Semi-aventures des hommes-rats, tome 1 : Monsieur Laperche, de Wolfganf Placard Laura & Patrick, tome 1 : les jeunes de la jungle, de Riad Sattouf et Mathieu Sapin Folalié, tome 1 : Le trésor de Corcodème, de Philippe Kailhenn et Pierre Coré La bande des Bandits, tome 1 : Inconnu à la Déverse, de Dorothée de Monfreid et Jean- Yves Duhoo Les Aventures de Mégamonsieur, tome 1 : L’Attaque des ploutes, de Martin Desbat Petit Sapiens, tome 1 : La Vie de famille, de Ronan Badel

collaborations

inédites

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

2006, Les Petits Chats carrés, chez Carabas Les éditions Carabas, dont le catalogue Bande dessinée

2006, Les Petits Chats carrés, chez Carabas Les éditions Carabas, dont le catalogue Bande dessinée est plutôt tourné vers les adultes, propose désormais une nouvelle collection de petits albums cartonnés au format carré comme son nom l’indique : Les petits chats carrés. Destinés aux enfants de 6 à 10 ans, les histoires de 24 pages se déclinent soit en bandes dessinée, soit en récits illustrés et elles abordent tous les genres, dans des styles graphiques très différents. Cette collection innove pour plusieurs raisons : ses dimensions tout d’abord, un format d’album cartonné carré, facile à tenir en main, sa conception également puisqu’elle est véritablement une collection passerelle entre la bande dessinée et l’album illustré. Certaines histoires sont racontées avec des cases et des bulles, d’autres avec une illustration et un texte hors dessin.

Dans la collection sont déjà parus en 2006 et début 2007 :

Amira et les squelettes mexicains, de Arthur Hugot – Bestial, de Yacine Elghorri – Cloé, de Vincent Gravé – Coloriage, de Dawid et Mickaël Roux – Le Cochon qui crie au loup, de Arnaud Quéré – Le Corbeau et le renard, de Loïc Dauvillier et Matthieu Maudet - Croquemagnons, tomes 1 et 2, de Jack Manini – Les Eaux sauvages, de Joël Legars – Gérald le pingouin, de Mathieu Letessier – Je veux un chat, de Séverine Lambour et Lionel Larchevêque – Jour de pêche, de Sébastien Spagnolo – Jour de pluie, de Mickaël Roux – Lune de jour, de Gilles Aris – Le Miam de Moute, de Jean-Paul Krassinsky – Moi, j’aime pas le foot, de Joël Legars et François Ravard – Paf !, de Loïc Dauvillier et Mickaël Roux – Pilou Park, tomes 1 et 2, de Jean-Paul Krassinsky et Laetitia Scwendimann – Rodney contre le robot, de Sébastien Vassant - Piraterie, de Mickaël Roux – Plutôt mûrir, de Arnaud Floc’h – Les Poux, de Sybille Titeux de la Croix – Super cochon, de Loïc Dauvillier et Efix – La Tache, de Elise Decange et Laurent Houssin – La Tartine au beurre, de Hyuna – Un gâteau de grand, de Mickaël Roux – Va te brosser les dents, Loïc Dauvillier, David Bolvin et François Duprat Bredouille, de Carlier et Lorenzo – Dzapping jungle, de Jean-Christophe Pol - Petitchat et la lune, de Myriam et Sandrine Revel – Quelle vie de chat, de Arthur Hugot – Valentine, de Amandine et Tomatias - Voleur de rêves, de Wilfreid Péribois et Anne- Claire Macé -

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Les dernières nouveautés de 2007 :

El Mexicano, de Sébastien Vassant : un western pour rire où l’on retrouve comme il se doit un désert, des hyènes et des cactus, un sombrero et dessous, un Mexicain. Pour un duel au soleil entre El Mexicano et le Cactus géant ! Beaucoup d’humour, de vie et de rythme dans cette histoire sans paroles.

Il était une fois …, de Minikim et Pop : une relecture très colorée et gaie des contes de fées, une histoire sans texte, où l’on croise un chaperon rouge, une princesse endormie et une sorcière.

Maman, c’est toi ?,de Aris et Marant : L’adolescent, héros de cette histoire, est bien triste depuis la mort de sa mère. Pourtant il doit retourner travailler aux champs car la terre n’attend pas. Une poule le suit, qu’il ne connaît pas, qui l’agace beaucoup et qui se met à lui parler. Qui est ce volatile bavard et que lui veut-il ? Une histoire très tendre, sur la mort et le nécessaire travail de deuil.

Le Petit chien qui sentait mauvais de la bouche, de Efix et Nicolas Courty : lorsque l’on sent mauvais, on n’a pas d’amis. C’est ce que constate le petit chien de cette histoire, qui a pourtant le cœur sur la main et qui est adorable. Alors il faut trouver une solution … Une histoire tendre et drôle, entre récit illustré et bande dessinée, où textes et dessins sont étroitement mêlés.

Sakura, de Carine Becker : Une petite fille se réveille et ne trouve pas sa maman. Elle part à sa recherche, s’aventure dans les bois et se perd. Les rencontres qu’elle va faire vont l’aider ou la détourner : un panda pêcheur, une tortue lente, mais lente …, un renard pingre, un dragon … Une très jolie histoire, rythmée par une bande son expressive, servie par des couleurs très douces et beaucoup de tendresse.

Tomato Mayo, de Jean Leroy et Béren : un western où il ne fait pas bon jouer avec la nourriture ! C’est ce que l’étranger qui arrive dans la petite ville de l’ouest va comprendre rapidement en s’achetant un cornet de frites et en cherchant quelques condiments pour les rendre plus … piquantes ! Drôle, inventif et plein de rouge (pas du sang, que l’on se rassure, du ketchup simplement !)

Le Trou carré, de Séverine Lambout et Kinja Bej : Pourquoi la vache et le cochon veulent-ils plonger dans ce trou carré ? Qu’y a-t-il à l’intérieur ? Une histoire malicieuse en enlevée, qui n’est pas une bande dessinée mais un récit illustré où pages de récits et images alternent.

Viking !!, de Mathieu Maudet et François Ravard : quand un Viking survit à un naufrage et se retrouve condamné à voguer sur le dos d’un canard jaune ! Le prestige en prend un coup, c’est sûr. Mais au bout du voyage, il y a une plage, un crabe géant à éviter car la bestiole en pince pour notre Viking, et une princesse à sauver dans un château de sable. Une histoire sans texte, mais singulièrement expressive et drôle !

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Les nouveautés 2008 :

Achelle M, de Amélie Chevalier : Une girafe qui aimerait être tranquille et qui, pour éviter la promiscuité, le bruit, l’agitation, décide de s’installer sur la lune.

Carnaval, de Carlier : un héros bien embêté, qui est mal dans sa peau et contraint de promener son squelette la nuit à la pleine lune. Un état qui a ses inconvénients et quelques avantages aussi …

Courgette s’ennuie, de Caro et Krassinsky : Courgette, comme son nom ne l’indique pas, est une grenouille. Une grenouille neurasthénique, une grenouille qui s’ennuie sur son nénuphar insipide. Il lui faut partir à l’aventure …

Nos coups de cœur :

Waterloo, de Philippe Gillot, 2006 Un récit animalier destiné aux jeunes lecteurs partir de 6 ans. Le jour se lève sur la plaine et, dans les fourrés qui la bordent, brillent deux grands yeux bleus qui scrutent ! Ce sont ceux de notre lapin qui cherche désespérément une carotte, même petite, même modeste, à se mettre sous les crocs. Mais pour l’instant, dans la plaine, point de carottes hélas ! Le lapin déconfit et affamé croise une canne et ses cannetons, en rang d’oignon puis un épouvantail dépenaillé où deux affreux corbeaux à chapeaux sont perchés. Les volatiles peu sympathiques au premier abord n’ont guère envie d’aider le lapin et ils se moquent de lui quand il trébuche sur une racine, une racine … de carotte ! Portant fièrement sa carotte comme un trophée, le lapin marche dans la plaine, mais ce qu’il ignore, pauvre lapin, c’est que cette plaine a une histoire et un nom : Waterloo ! La guerre le rattrape et peut-être la chance aussi … Un récit tonique et plein de vie et de drôlerie, raconté en quatre vignettes par planche au maximum, au découpage dynamique, qui ne comporte aucun texte, ni dans les bulles ni récitatifs. L’histoire se lit fort bien et explique aux enfants, sans pesanteur aucune, qu’il ne faut pas forcément se fier aux apparences.

Le Manchot, de Arnaud Quéré, 2007 Une bande dessinée animalière, sans texte hormis les onomatopées qui forment la bande son. Le héros est un manchot, clown de son état, qui travaille dans un cirque en compagnie d’autres animaux : rhinocéros, éléphant, pieuvre, lapin, vache et autre souris. Notre manchot est clown etjongleur et son emploi n’est guère facile : il reçoit des tartes à la crème en plein bec, que lui assène avec une belle énergie son partenaire, le rhinocéros au melon vert. Le manchot n’aime plus les pâtisseries et trouve le monde du cirque bien cruel, qui rit tant à ses dépens. Pourtant, le clown encaisse parce qu’il est là pour cela et qu’il doit faire son métier de clown avec amour et respect. Il sait qu’il n’est pas la vedette. Pourtant lorsque le feu se déclare sous le chapiteau, mettant le cirque entier en danger, le manchot réagit vite, son adresse à manier les tartes si détestées ne sera pas inutile alors …

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Voici une jolie fable, à la fois tendre et cruelle, sur la condition de l’artiste, sur la manière aussi de provoquer le rire, parfois au dépens des autres, sur le respect que l’on accorde aux autres et à soi même. Arnaud Quéré raconte cette histoire sans paroles de manière très dynamique, vivante, avec des cases carrées très colorées, très gaies, et un découpage dynamique qui privilégie le mouvement. Une histoire que même les jeunes enfants, qui se savent pas encore lire, peuvent apprécier, lire et relire.

2007, Sarbacane en bandes dessinées Sarbacane lance en octobre 2007 un département de bande dessinée, dirigé par Gwen de Bonneval. Voir article sur Ricochet.

Les héros, héroïnes et séries des années 2000

Le Roi Catastrophe, 2000 Une série sur l’enfance « difficile », scénarisée par Lewis Trondheim et dessinée par Fabrice Parme, chez Delcourt jeunesse Adalbert est un tout petit enfant roi qui met à profit sa situation royale pour satisfaire tous ses caprices et il provoque, bien entendu, un certain nombre de catastrophes. Un petit roi qui ne fait ni dans la dentelle ni dans la nuance pour affirmer sa royale présence et qui met à mal la patience de son entourage ! A travers ce personnage agaçant et attachant, les auteurs parlent aussi de tout ce qui fait la vie quotidienne d’un enfant et de tout ce à quoi il est confronté : le matraquage publicitaire, la satisfaction immédiate des désirs, la consommation, l’honnêteté, le goût de l’effort, la vie en société … Le dessin de F. Parme, lisible et expressif, sied à merveille avec l’humour toujours un peu décalé d’un scénariste inspiré. Neuf albums composent cette bonne série, dont le dernier, Aldabert fait des affaires, est paru en avril 2005.

Aldabert fait des affaires , est paru en avril 2005. Basil et Victoria , 2003 Yann

Basil et Victoria, 2003 Yann assure le scénario et Edith le dessin de cette série dédiée à l'enfance qui se

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

termine, publiée chez Les Humanoïdes associés, dans la collection Les 3 masques. Tome 1 : Sâti Où nous faisons la connaissance de nos héros, Basil et Victoria, deux gosses des rues, débrouillards, débraillés, délurés, qui connaissent les docks londoniens comme leurs poches souvent percées et vides. Nous sommes dans le Londres victorien, une ville sombre, où l’on croise parfois une longue silhouette, celle du grand Sherlock Holmes, où les pauvres chassent les rats pour survivre. C’est ce que fait Basil, un bon petit gars. Victoria, c’est la chef, celle qui pense, qui sait tout, qui divorce quand Basil ne fait pas ce qu’elle veut. C’est alors qu’une jeune Indienne, qui s’est enfuie de chez elle, fait irruption dans leur vie et leur « couple » et qu’elle y sème, involontairement, la zizanie. Elle est recherchée, la récompense sera élevée. Victoria veut la ramener chez elle, Basil, sous le charme de Sâti, hésite. Mais ils finissent par découvrir ce qui attend réellement leur nouvelle amie … Tout est excellent dans cet album ; le graphisme et la mise en couleurs d’Edith, dont le trait nerveux excelle à montrer aussi bien les sentiments de ses personnages qu’à camper un décor et une atmosphère sombres, à ancrer les héros dans un contexte social bien défini. Les dialogues sont aussi très savoureux et le duo Basil-Victoria, qui s’aiment, se disputent, se séparent, se rabibochent, est particulièrement attachant : ils ont des réflexions d’adultes parfois mais sont encore des enfants. A lire aussi les volumes suivants : Jack - Zanzibar - Pearl - Ravenstein.

Gargouilles, 2003 Denis-Pierre Filippi est le scénariste de cette histoire de voyages dans le temps, dessinée par J. Etienne, puis Silvio Camboni, et publiée chez Les Humanoïdes associés (Les Trois masques) Tome 1 : Le Voyageur Grégoire rechigne à déménager, à vivre désormais près d’une église gothique à souhait avec les gargouilles qui seront ses plus proches voisines. De plus, la rentrée s’annonce, pour comble de malheur et quelques petits durs traînent dans les environs. Bref tout va mal. Pourtant, lorsqu’il découvre une étrange médaille cachée dans le plancher de sa chambre, sa vie va basculer et le garçon se retrouve, sans crier gare, dans un XVIIème siècle peuplé de dragons et autres créatures magiques tandis que sous ses yeux ébahis les gargouilles de pierre sont ici bien vivantes. Grégoire passe ainsi d’un monde à l’autre. Les personnes qui l’entourent dans la vie réelle ont un double dans l’autre vie et il apprend qu’un terrible danger menace … On lit cet album avec grand plaisir : il est tout d’abord un régal pour les yeux tant le graphisme et la mise en couleurs sont séduisants. Le dessin semi-réaliste de J. Etienne est vif, enlevé, ses personnages, humains ou étranges bestioles, réussis et expressifs et les décors magnifiques. D’autre part, l’histoire aussi nous tient en haleine, c’est à la fois un récit fantastique classique avec une porte qui s’ouvre sur un autre monde et un autre temps, en même temps qu’une évocation chaleureuse de l’enfance et de son insouciance, rehaussé d’une pointe d’humour. A lire également les volumes suivants : La Cité du temps - Les gardiens - Phidias

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Octave, 2003 Chronique d’enfance imaginée par David Chauvel et dessinée par Alfred, chez Delcourt jeunesse Octave est un petit garçon qui vit avec sa maman dans une maison plantée sur une falaise dominant la mer. La mer, il la regarde seulement, Octave, elle rythme sa vie mais il s’en méfie car elle lui a pris son papa. Pourtant dans chacune des aventures d’Octave, la mer joue un grand rôle car elle lui amène un animal, un ami à sauver, comme pour se faire pardonner … Il aide au fil des albums un cachalot échoué et une daurade royale, c’est un manchot papou et un fou de Bassan. Une série très tendre, construite autour d’un thème central lié à des préoccupations écologiques où l’on peut suivre aussi l’évolution psychologique d’Octave, ce garçon malmené par la vie, qui se méfie donc d’elle et se réfugie dans la solitude. Les albums parus : Octave et le cachalot – La Daurade royale - Octave et le manchot papou – Octave et le fou de bassan.

Alexia, 2004 La série Les démons d’Alexia est publiée chez Dupuis, scénarisée par Dugomier et dessinée par Benoît Ers. Elle a pour héroïne Alexia, une jeune fille un peu naïve, recrutée par le C.R.P.S. (Centre de Recherche des Phénomènes Surnaturels), comme enquêtrice dans toutes les affaires liées au surnaturel. On apprend peu à peu qui est cette jeune fille et les secrets qui entourent sa famille. On comprend aussi rapidement qu’Alexia est dotée de pouvoirs extraordinaires qui éveillent la curiosité et la méfiance de ses employeurs. On sait enfin que le Centre où Alexia exerce ses talents a été le théâtre d’événements d’importance que l’on s’efforce d’oublier en condamnant toute une partie des bâtiments comme pour y enfouir des secrets. Cette série, qui exploite la veine fantastique mais qui parle aussi de thèmes d’aujourd’hui, est de bonne facture. Elle est servie par des scénarios bien menés, un dessin efficace et une héroïne, même sorcière, à laquelle les adolescentes peuvent aisément s’identifier car elle a à résoudre un problème d’identité et à faire des choix de vie. Quatre volumes sont parus à ce jour : Tome 1 : L’héritage – Tome 2 : Stigma Diabolicum - Tome 3 : Yorthopia – Tome 4 : Le Syndrome de Salem

Léo Cassebonbons, 2004 Une série dédiée à l’enfance, écrite et dessinée par François Duprat, chez Petit à Petit, qui peut se lire à partir de 9, 10 ans. Cela ne va pas fort chez Léo : son père est au chômage ; sa mère est fatiguée car la petite sœur pleure souvent la nuit. Léo fait des cauchemars et a du mal à supporter l'ambiance tendue de la maison. Alors, à l'école, avec les copains et certaines filles pas trop mauvaises, il joue au foot. Mais il se pose tout un tas de questions : est-ce que ses parents l'aiment toujours ; pourquoi Anne-Marie, une fille de sa classe, se tient toujours à l'écart ; est- ce parce qu'elle n'a pas la même couleur de peau que sa mère ? Une réflexion anodine de son père le lance sur une explication

réflexion anodine de son père le lance sur une explication Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

possible : et si tous ces tracas venaient du croqueur de lune ? Et si tous les gens autour de lui étaient des mal-lunés ? Il suffirait de monter là-haut sur la lune et de lui faire son affaire, au croqueur ! F. Duprat, à qui l'on doit aussi l'excellent Mon cousin dans la mort, explore avec bonheur et un ton juste le monde de l'enfance, le moment où il est encore possible de prendre une expression au pied de la lettre et de laisser courir son imagination. Une histoire très tendre et joliment dessinée. Quatre volumes sont parus chez Petit à Petit : Chou blanc pour les roses - Les Mal- lunés – Mon trésor – Demandez la permission aux enfants

Nävis, 2004 Cette série de Jean-David Morvan et Jose-Luis Munuera est l'un des récits satellite de Sillage, immense saga de SF entamée en 1998, scénarisée par Morvan et dessinée par Philippe Buchet. Elle est destinée à un public plus jeune que le lectorat de Sillage et elle raconte l'enfance de Nävis, l'héroïne humaine de Sillage, lorsqu'elle vivait seule sur une planète isolée en compagnie d'un robot nurse. Trois tomes sont parus chez Delcourt. :

Houyo - Girodouss - Latitzoury

Le Trio Bonaventure, 2004 Des récits d’enfance aux tonalités fantastiques, de Corcal et Edith, chez Delcourt jeunesse Barnabé, Bénigne et Baltus Bonaventure ont décidé de vivre toutes sortes de belles aventures et ils se réunissent la nuit sous la table ronde de leur maison pour en parler. Que ce soit dans une étrange maison jaune, tout en haut d’un étrange escalier ou bien au bord de la mer, vacances obligent, les frères et la sœurs ont le don pour s’embarquer dans des aventures fantastiques et poétiques, comme eux seuls savent le faire, en y mettant tout leur cœur. Avec ce trio d’enfants imaginatifs, on s’installe dans un univers qui a à voir avec le nôtre bien sûr, mais égayé par la poésie et par des rencontres avec des personnages qui vont au bout de leurs rêves, quitte à passer pour de joyeux farfelus. Chaque histoire des Bonaventure nous apporte son lot de jolies trouvailles, de moments délicieux où l’on peut s’échapper des sentiers battus, où rien n’est attendu ni prévu. Tout y est habilement pensé et raconté, et bellement mis en images par Edith qui sait à merveille laisser le charme agir. De la belle ouvrage en vérité, à faire lire aux petits et à lire soi-même pour se rappeler la magie de l’enfance et de sa capacité à inventer. Trois volumes existent : La Maison jaune – Le Pays tout en haut - L’Enfant de sable

Esteban, 2005 Cette série d’aventures maritimes est écrite et dessinée par Matthieu Bonhomme et publiée chez Milan. Elle est destinée aux enfants à partir de 9 ans. Deux volumes sont parus : Le Baleinier Traqués. Esteban a 12 ans, il est indien, il est orphelin. Il vit au début du 20 ème siècle, à l’époque où les vaisseaux naviguaient entre Cap Horn et Atlantique afin de poursuivre et de chasser les baleines magnifiques. Juste avant de mourir, la mère d’Esteban lui avait fait promettre de trouver le baleinier

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Le Leviathan et de se faire enrôler par le capitaine, un homme buriné et rude, mais loyal et honnête avec ses hommes. Celui-ci refuse tout d’abord de prendre le garçon, le jugeant inapte à cette vie très dure. Mais Esteban insiste et le capitaine cède. C’est ainsi que le jeune Indien devient le mousse du Léviathan et qu’il se fait peu à peu à la vie à bord. Il gagne sa place parmi les marins aguerris qui travaillent nuit et jour en période de chasse pour transformer la chair des baleines en « huile fine et précieuse ». Ce voyage au pays des glaces est tout simplement magnifique : c’est à la fois un voyage initiatique où l’on prend grand plaisir à suivre la destinée hors du commun de ce jeune Indien, un formidable récit d’aventures, et une réflexion très pertinente sur deux façons de vivre le monde, symbolisées par les deux navires. Sur le Leviathan, on chasse la baleine, certes, mais on l’affronte à la loyale, au péril de sa vie, en respectant l’animal, l’environnement et le cycle écologique ; le vapeur au contraire est un tueur, sans aucun respect pour les animaux. Il est là pour piller et faire le plus grand profit possible. Soulignons enfin la précision du dessin de M. Bonhomme, clair, lisible, qui rend tout aussi bien la force brutale des éléments, les passions et les folies humaines ou bien encore la poésie d’un vieux navire évoluant dans la lumière bleutée d’une caverne de glace !

Etoile, 2005 Un récit d’enfance, écrit par Rascal et dessiné par Peter Elliott, chez Delcourt jeunesse. Deux volumes sont parus : Le Petit cirque - L’Homme chien Etoile est un petit garçon perdu, perdu et trouvé il y a six ans maintenant par les membres du petit cirque de Monsieur Balthazar, qui cahote et crapahute dans les campagnes. Il y vit à présent, très heureux avec ceux qu’il considère sa famille. Dans la famille d’Etoile, il y a Papa Zingaro, Maman Carmen, Papa Constantin le géant, Maman Rose, Papa Horace et Monsieur Bulle, le poisson du bocal. Etoile tient beaucoup à son pendentif, qu’il portait quand on l’a trouvé, une belle demi-étoile d’or. Il aime aussi quand Papa Zingaro lui raconte des histoires, quand on s’arrête le soir pour manger ensemble, rire et dire des bêtises qui font du bien, quand il va cueillir des fleurs avec Papa Constantin. Etoile est une très belle série, où la tendresse et l’humanité des personnages, souvent marginaux, sont une composante essentielle. P. Elliott parvient, par une mise en couleurs subtile et un dessin plus ou moins arrondi ou plus torturé, à rendre compte des différents sentiments du petit garçon, la peur de la nuit et du noir, l’eau qui devient hostile, les cauchemars, le bonheur d’être avec ceux qu’il aime … Une très belle fable sur la puissance de l’amour et sur la peur de l’autre, celui que l’on ne connaît pas et dont on se méfie. Une valeur sûre. Le tome 1 a reçu le prix Tibet au festival de Troyes en 2005.

Ratafia, 2005 De la belle aventure, des Frères de la Côté, des îles pas toujours désertes, du rhum, de l’humour, de l’absurde, du décalé … Tous ces ingrédients entrent dans la composition de cette belle série, dans laquelle on se plonge avec délice. Le scénariste Nicolas Pothier, et Frédérik Salsedo, le dessinateur, se régalent avec Ratafia et leur plaisir est

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

communicatif. La série est publiée chez Milan (Treize étrange) et peut s’apprécier à partir de 8, 9 ans. Quatre volumes sont parus à ce jour : Mon nom est Capitaine – Un zèle imbécile – L’Impossibilité d’une île – Dans les coinstots bizarres Charles est un capitaine au long cours qui ferait bien d’arrêter de jouer au poker. Cela ne lui réussit vraiment pas, il vient d’y perdre son bateau, La Kouklamou, son équipage de joyeux pirates, et surtout ses neuf précieuses cartes au trésor. Le marin qui a vaincu le capitaine Charles est un personnage mystérieux, assez charismatique qui conclut un marché avec l’équipage de la Kouklamou : il devient le capitaine officiel du rafiot en échange des cartes au trésor ! Ce nouveau capitaine se fiche éperdument des trésors et passe son temps à lire, chanter, sculpter et peindre le perroquet ! L’équipage, mené par Romuald, accepte l’autorité du nouveau capitaine artiste et s’embarque pour une chasse aux trésors. Mais les marins ignorent que le capitaine Charles est à leur poursuite ! On s’embarque dans une aventure endiablée, où les îles recèlent autant de zombies que de trésors, où les capitaines passent leur temps à lire des livres quand ils ne sombrent pas dans le coma, où l’on s’essaie à la démocratie à bord des navires pirates et où l’humour et la dérision fleurissent à chaque page, nourris de jeux de mots bien amenés.

La Fille du savant fou, 2006 Un récit loufoque imaginé par Mathieu Sapin, chez Delcourt (Shampooing) Mathieu Sapin aime les univers peuplés de personnages hauts en couleurs, de savants fous et de méchants. Il s'en donne à coeur joie dans cette série où l'on trouve effectivement un savant bien frappé, des robots, des inventions délirantes souvent parfaitement inutiles, un méchant ennemi et son assistant patibulaire. La fille du savant fou se nomme Argile Tannenbaum, une petite fille intelligente et espiègle, qui vit sur une île avec son papa, professeur de réputation internationale et Georges, son cochon sauvage domestique féru de jeux vidéo. Ils habitent en pleine jungle, dans une maison moderne truffée de gadgets électroniques. Un jour, Argile et Georges décident de partir à la découverte des environs malgré l'interdiction formelle du père d'Argile de s'éloigner de la maison. Deux albums sont parus : Tome 1 : L’invention interdite - Tome 2 : La machine à détraquer le temps

interdite - Tome 2 : La machine à détraquer le temps Kheti fils du Nil, 2006

Kheti fils du Nil, 2006 Un récit historique scénarisé par Isabelle Dethan et dessiné par Pierre Mazan, chez Delcourt jeunesse Tome 1 : Au-delà des portes Deux enfants en sont les jeunes héros. Ils ne se connaissent pas au départ, Kheti, le petit apprenti-scribe qui a du mal parfois à écrire ce que lui dicte son maître tant la chaleur qui s’abat sur les rives du Nil est accablante ; et Mayt, fille d’agriculteurs, qui cherche son chat. C’est en poursuivant l’animal que les deux enfants franchissent, sans

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

comprendre comment ni pourquoi, la porte dessinée sur le mur d’un temple et qu’ils se retrouvent au domaine des dieux. Dans ce royaume où le calme n’est qu’apparence et trompe-l’œil, ils rencontrent Ouadjyt, la déesse cobra, Thot le dieu baboin et Bès, le gardien des maisons, qui leur explique les règles de son monde et les prévient aussi que Sekhmet la puissante est très en colère et qu’elle change d’aspect selon son humeur … Ce premier album permet aux jeunes lecteurs de s’initier à la culture et aux croyances de l’ancienne Egypte, où la religion et ses dieux font partie intégrante de la vie des gens, tout en maintenant en équilibre le bien et le mal pour que le monde continue de tourner. Le tome 2 est également disponible : Le Roi des grenouilles

Mégamonsieur, 2006 Des histoires d’écologie, imaginées et dessinées par Martin Desbat, chez Lito (Onomatopée) Tome 1 : L’Attaque des ploutes Dès la première planche, on fait connaissance avec la fantastique cité de Luon dans une plongée vertigineuse, cité où les maisons ont une âme, un cerveau entre leurs quatre murs, où elles tentent de résister aux promoteurs et à la mutation urbaine. Où soudain surgit un petit être habillé d’un ridicule tricot jaune surmonté d’une cape rouge volant au vent : c’est Mégamonsieur, un vrai Super Héros. Vrai ? Pas encore ! Il faut se procurer un équipement et des pouvoirs de super héros. Il faut sauver des vies, le monde, l’univers, se faire connaître et se faire aimer. En attendant, Mégamonsieur boit du thé issu du commerce équitable pour aider les paysans du Tiers-Monde. Bref, notre Mégamonsieur a du boulot. Cela tombe bien car dans l’usine de poulets de la zone industrielle, c’est le carnage, l’horreur quotidienne quand les volatiles transgéniques en batterie passent à la moulinette industrielle. Quelques-uns en réchappent, s’échappent et mutent : ils deviennent d’énormes oiseaux mutants que l’on appelle les Ploutes, qui sèment la terreur en ville, bouffent les gens avec leurs grandes dents qui poussent ! L’occasion rêvée pour notre Mégamonsieur de faire ses preuves, des jeux de mots, des cascades époustouflantes et un peu de morale en passant. Il en profite aussi pour se faire quelques amis car d’autres aventures l’attendent … dans de prochains albums. Cet album est l’un des meilleurs de cette première livraison, aussi bien sur le plan graphique que sur le fond. Le dessin de M. Desbat, au trait simple et direct, est très efficace dans les nombreuses scènes d’action et il prend de l’envergure dans certaines scènes à l’intérieur de l’usine ou dans la cité envahie par les ploutes. Expressivité et efficacité sont au rendez-vous et la mise en couleurs, utilisant des gammes variées, contribue à l’ambiance très particulière de l’album. Le héros est un personnage naïf et très touchant qui met son idéalisme au service de grandes causes écologiques. A travers un regard humoristique et ironique, M. Desbat aborde des thèmes essentiels qui gangnènent le monde : utilisation d’OGM, alimentation industrielle, mutations génétiques, cynisme des multinationales de l’agro- alimentaire, pollution, transformation des villes … C’est intelligent et fort bien fait.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Le tome 2 : Y’en a marre des fioulpes ! est tout aussi réussi.

Messire Guillaume, 2006 Une série historique et fantastique, publiée chez Dupuis dans la collection Repérages, scénarisée par Gwen de Bonneval et dessinée par Mathieu Bonhomme. Tome 1 : Les Contrées lointaines Le jeune Guillaume de Saulnac ne parvient pas à accepter la mort de son père, dont il était proche. Sa sœur Hélis a disparu dans ces circonstances mystérieuses et sa mère, qui vient de se remarier avec un homme fort arrogant, quitte le manoir familial pour aller vivre chez son nouvel époux. Ces ruptures brutales affectent gravement l’adolescent qui décide de partir à la recherche de sa sœur. Il emmène avec lui des remèdes qu’il trouve dans le laboratoire de son père, seigneur éclairé, herboriste, guérisseur, adepte de la magie blanche. En chemin, Guillaume rencontre un personnage étrange, chevalier errant et bourru, qui se met à son service, l’aide dans sa quête et semble en savoir long sur Guillaume, son père et leur histoire familiale. Guillaume va affronter bien des dangers et vivre des épreuves singulières, qui dépassent parfois l’entendement. Ce récit d’aventures historiques, ancré dans le Moyen Age, emprunte peu à peu les chemins de l’étrange et de fantastique, et les contrées lointaines où s’aventurent les voyageurs réserveront aux lecteurs quelques surprises et prend rapidement l’allure d’une quête initiatique. On apprécie le dessin clair et très lisible de Mathieu Bonhomme et l’intérêt du scénario, bien construit, aux dialogues bien écrits. La suite dans le tome 2, paru en 2007, Le pays de vérité.

Nanami, 2006 Un manga à la française, scénarisé par Eric Corbeyrand et Amélie Sarn et dessiné par Nauriel, chez Dargaud (Cosmo) Nanami, adolescente rêveuse, se sent incomprise de ses parents qui la menacent de pension si elle ne fait pas un petit effort à l'école. On dit que la peur donne des ailes, à Nanami elle donnerait plutôt accès à un univers magique qu'elle seule semble à même d'entrevoir. Cet univers est celui d'un livre, une pièce de théâtre au titre mystérieux: Le Royaume invisible, qu'elle trouve par hasard dans les couloirs de son collège. Quand elle ouvre ce livre qui l'attire, elle semble happée par un autre monde. Cet album séduit les adolescentes grâce aux personnages adolescents auxquels il est aisé de s'identifier : Nanami, jeune fille sensible, rêveuse et passionnée, et son amie Cloé, gaie, positive et drôle. De plus le récit est très ancré dans le monde d'aujourd'hui en montrant le malaise que ressent Nanami, ses relations souvent houleuses avec ses parents, sa peur de l'inconnu, ses aspirations qu'elle n'arrive pas à formuler vraiment. Sa découverte du théâtre, auquel elle n'avait pas pensé, lui ouvre des portes insoupçonnées et lui offre une passion dangereuse, mais peut-être aussi très positive. Le dessin de Nauriel est net, précis, enlevé et lisible. La suite est disponible : L’inconnu, parue en février 2008.

Petit Sapiens, 2006 Une histoire de Ronan Badel, chez Lito (Onomatopée)

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Tome 1 : La Vie de famille Petit format pour Petit Sapiens ! Nous voici chez des homo sapiens en pleine mutation, découvrant enfin les joies de la vie sédentaire, dans une bonne caverne isolée des mauvais vents et des bestioles belliqueuses et carnivores. Petit Sapiens, le narrateur, nous raconte son quotidien et les membres de sa famille. Dans la famille Sapiens, il y a le père, du genre chef de clan chasseur, la mère amie des bêtes, la sœur, le pépé et la mémé qui se perd toujours. Il raconte, avec la naïveté de l’enfance, l’installation dans la caverne, la construction du barbecue, la chasse qui n’est décidément pas un art facile, les cueillettes avec maman, les histoires de pépé de quand il était jeune, le soir où la famille cherche mémé, les dessins qu’il fait sur les murs de sa grotte … Un récit composé de six histoires, drôles, émouvantes parfois, où les images et les textes se répondent parfaitement et font rebondir l’intérêt. Une vraie famille dont les préoccupations ne sont pas si éloignées de celles d’aujourd’hui. Cette histoire tendre n’est pas un récit historique mais s’attache essentiellement aux relations entre les personnages et au décalage entre ce qui est dit par le jeune garçon, leurs préoccupations et le contexte dans lequel ils vivent. Le tome 2 : Derrière la montagne, est tout aussi réussi.

Polly et les pirates, 2006 Des aventures fantastiques, écrites et dessinées par Ted Naifeh, pour les lecteurs à partir de 9, 10 ans, chez Les Humanoïdes associés Polly Ann est une jeune fille bien née, dans un milieu protégé et Polly est pensionnaire à St-Helvetia, établissement fort strict où l’on éduque ces jeunes filles à devenir de parfaites maîtresses de maison et où, surtout, il ne faut ni se farcir la tête de romans ni rêver ! Polly est une élève modèle, studieuse, obéissante, accomplissant toutes les tâches –y compris la lessive, avec une égale application. Son amie Anastasia, au contraire, ne rêve que d’aventures, d’amours grandioses et de grands espaces. Pourtant un soir au dortoir arrive l’impensable : la fenêtre s’ouvre, le lit de la gentille Polly s’envole et atterrit sur le pont d’un navire de pirates. Ces gentilshommes de fortune l’ont choisie comme capitaine, pour remplacer la terrible Meg Malloy, la reine des pirates ! Une série très jubilatoire, pleine d’aventures et d’actions, dominée par un personnage très attachant. La jeune Polly, aux grands yeux de biche un peu étonnés, toujours tirée à quatre épingles et parlant une langue très châtiée, est projetée dans un monde dont elle ignore tout, que son éducation et sa raison la poussent à rejeter, mais où elle doit s’adapter malgré elle et qu’elle finit aussi par façonner et modifier. Ce contraste permet les ressorts dramatiques de la narration où affleure toujours le second degré. Six tomes sont disponibles : L’Héritage de Meg Malloy - La Captive de Titania – Le trésor du roi – Le secret du tricorne – L’île aux chimères – Le retour de la reine

Prince Lao, 2006 Un récit d’aventures pour les enfants à partir de 8 ans, de Philippe Gauckler, au Lombard Le petit Lao mène une vie insouciante avec sa famille dans la haute montagne

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

himalayenne. Il est intrépide et plein de vie et passe ses journées à courir après les animaux. Au cours de l’une de ses balades, une avalanche se déclanche et engloutit le village. Lao est désormais seul, mais pas pour longtemps. Il rencontre Chabaka, le yéti, qui le console, l’adopte et le réchauffe. Lao découvre alors qu’il peut parler aux animaux. Sa nouvelle vie sera une suite d’aventures trépidantes, qui l’emmèneront souvent bien loin de chez lui. De jolies histoires, servies par un graphisme rond et expressif, de beaux décors, des personnages animaux vifs et expressifs. Les scénarios sont intelligents et souvent poétiques, invitant aussi les jeunes lecteurs à s’interroger sur les agissements des hommes. Trois albums sont disponibles : L’Ile aux loups – L’arbre de Jabadao – Pirates des cimes

L’Ile du professeur Mémé, 2006 Ces aventures scientifiques humoristiques sont imaginées par Lisa Mandel et dessinées par Julien Hippolyte, chez Milan (BD jeunesse

Capsule

Cette mémé-là ne fait ni gâteaux ni tricot, mais du labo ! Avec son chignon blanc façon pièce montée et ses grosses lunettes, Mémé est une savante folle, qui bricole, colle, range des fioles, avec une ardeur extraordinaire. Sur son île tranquille, Mémé se livre à toutes sortes d’expériences un brin farfelues. Mais une lettre du fils qu’elle n’a pas

vu depuis quinze ans à cause d’une stupide dispute rompt la routine, lui annonçant l’arrivée imminente de sa petite-fille, Marie-Robertine, qu’elle ne connaît pas. Mémé est une scientifique et non une nounou et fait tout pour échapper à la fillette qui s’incruste avec un bel aplomb et un sans-gêne incroyable. C’est que la Tine se plaît bien chez sa Mémé et elle transforme rapidement le labo de cette dernière en fabuleux terrain de jeux ! On s’amuse franchement avec cette histoire foldingue, à l’humour tonique et décapant, bourré de personnages drôles et fort bien croqués. Le duo Mémé/Tine fonctionne parfaitement, sur des ressorts comiques bien exploités, créant comme il se doit des situations explosives. Le dessin de J. Hippolyte est clair et expressif, avec un excellent sens du décor et du détail.

expressif, avec un excellent sens du décor et du détail. cosmique) Achab, 2007 Le capitaine Achab

cosmique)

Achab, 2007 Le capitaine Achab est le héros légendaire et tragique imaginé par Herman Melville dans son roman Moby Dick. Dans le roman, Achab est vieux, exalté, maudit, entièrement possédé par une quête : poursuivre et trouver enfin le cachalot blanc qui, un jour, lui a pris sa jambe. Mais Achab n’a pas toujours été ainsi. C’est de cette évidence que part l’auteur de cette nouvelle série, Patrick Mallet, qui entreprend de raconter toute la vie d’Achab. Dans le premier opus de cette série, Nantucket, nous faisons la connaissance d’un adolescent qui a 13 ans en 1806, qui vit sur l’île de Nantucket, dans le Massachusets. Cette île est le point de départ des navires baleiniers et le garçon écoute avec passion les récits des marins, rêve de devenir harponneur et d’en découdre avec les monstres des mers ! Il veut aussi venger son père, tué en mer par Moby Dick …

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Un très bel album, joliment mis en cases et dessiné, qui renouvelle le genre des aventures maritimes. Publié chez Milan, dans le label Treize étrange.

Jacques le petit lézard géant, 2008 En septembre 2007 surgit dans Spirou un étrange petit varan géant, qui répond au prénom de Jacques. Libon, qui sévit aussi dans Fluide glacial, en est le père inventif et parfois déjanté. Ce pauvre Jacques démarre bien mal dans la vie car il a été irradié, suite à une expérience atomique. Résultat : Jacques a des facultés intellectuelles surdéveloppées, il pense, il parle, il théorise. De plus il est géant pour un petit lézard, ce qui lui pose d’autres problèmes quand il est confronté aux humains. De cette rencontre du troisième type parfois, naissent des histoires délirantes à souhait. Un régal. A partir de 9, 10 ans. Le premier album est publié chez Dupuis en janvier 2008.

De l'adaptation

Depuis quelques mois, on assiste à la parution de nombreux albums de bande dessinée adaptés des classiques de la littérature, chefs d'oeuvre du patrimoine mondial et de la littérature de jeunesse aussi.

Plusieurs éditeurs sont conscients de la nécessité de faire entrer la bande dessinée à l'école où elle commence à trouver une place, bien qu'encore timide !. Ils ont intégré aussi l'enjeu de ce que représente la lecture de bande dessinée par un lectorat d'enfants et d'adolescents qui se tournent aujourd'hui plus volontiers vers le manga ou

l'heroïc fantasy, délaissant ce que l'on appelle la bande dessinée franco-belge plus traditionnelle. Ils proposent donc aujourd'hui aux jeunes lecteurs des albums de qualité, adaptés d'oeuvres irréprochables, que les enseignants pourront aussi faire lire en

classe,

Deux éditeurs viennent de créer deux nouvelles collections, destinées à un public enfant

et adolescent, qui vont dans ce sens : Delcourt, dont on connaît déjà la grande qualité du catalogue jeunesse, avec la collection « Ex-Libris », lancée en mars 2007, et Gallimard, avec sa « Fétiche », lancée en septembre 2007. Gallimard était entré en

bande dessinée il y a quelques années déjà, en lançant la première mouture de Futuropolis, dans laquelle l'éditeur publiait de grands textes de la littérature illustrés par de grands auteurs de bande dessinée. Rappelons-nous par exemple le Mort à crédit, de Céline, mis en images par Jacques Tardi. Puis la collection est restée en sommeil, comme la Belle au bois dormant, avant de renaître il y a deux ans, grâce la rencontre de Soleil productions et de Gallimard. Le catalogue de la Futuropolis aujourd'hui, qui s'adresse à un public adulte, est excellent et rassemble de très grands noms de la

bande

contemporaine.

Puis Gallimard jeunesse a lancé ensuite " Bayou ", dirigée par Joann Sfar, qui propose des albums de bande dessinée cartonnés moyen format, accessibles à un public plus large, notamment adolescent. La plupart des titres proposés ont l'avantage de développer un récit sur un ou deux albums seulement, ce qui évite la frustration engendrée par les séries qui comptent parfois plusieurs dizaines d'albums. Citons dans

en

parallèle

avec

les

textes.

dessinée

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

le Bayou le très beau Aya de Yopougon, de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie (chronique familiale dans la Côte d'Ivoire des années 1970), ou bien La Forêt de l'oubli, de Najda (un très beau conte initiatique au royaume des princesses) ou bien encore Chaque chose, de Julien Neel, qui met en scène un père et son fils, dans un récit très tendre et très incisif.

Fétiche, lancée en 2007, propose des adaptations de textes littéraires appartenant au patrimoine mondial, textes de littérature de jeunesse ou non. Harry est fou, d'après le roman de Dick King-Smith, dessiné par Pascal Rabaté, et Le Roman de Renart, dessiné par Bruno Heitz, ont inauguré la collection. Puis viennent Les Contes du Chat perché, tome 1 : La patte du chat et Le canard et la panthère, d'après Marcel Aymé, dessiné par Agnès Maupré ; Une fantaisie du docteur Ox, d'après Jules Verne, par Mathieu Sapin. A suivre en 2008 : Roi Rose, d'après Pierre Mac Orlan, par David B. ; Le Petit Prince, d'après Saint-Exupéry, par Joann Sfar ; Zazie dans le métro, d'après Raymond Queneau, par Clément Oubrerie ; Le Roman de Renart, tome 2 ; Les Contes du Chat perché, tome 2.

"Ex-Libris", chez Delcourt. Elle est dirigée par le scénariste Jean-David Morvan et propose d'adapter les grands classiques de la littérature dans limite de nationalité,

d'époque ou de genre. Chaque dessinateur pressenti peut revisiter le livre qu'il a aimé ou qui l'a marqué, avec sa propre marque graphique. Les albums sont en outre enrichis de "clés de compréhension" : biographies des auteurs adaptés, notices replaçant l'oeuvre dans son époque, explications des dessinateurs. Des fiches pédagogiques destinées aux enseignants sont prévues également. Ex-Libris devrait compter une

vingtaine de titres par an.

Les Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas, scénario de Jean-David Morvan et Michel

Les premiers albums sont parus 2007 :

Dufranne ;

dessin

de

Ruben

Robinson

Crusoë,

de

Daniel

Defoe,

scénario

et

dessin

de

Christophe

Gaultier

Oliver Twist, de Charles Dickens, scénario de Loïc Dauvillier ; dessin de Olivier Deloye

Frankenstein,

Le dernier jour d'un condamné, de Victor Hugo, écrit et dessiné par Stanislas Gros L’Ile au trésor, de Stevenson, scénario de David Chauvel ; dessin de Fred Simon

Dans la colonie pénitentière, de Franz Kafka, scénarisé par Sylvain Ricard et dessiné

par Maël

Tom Sawyer, de Mark Twain, scénario de Jean-David Morvan et Frédérique Voulyzé ;

de Morvan et Wang Peng

Le Tour du monde en quatre-vingts jours, de Jules Verne, scénario de Loïc Dauvillier ;

Soleilhac

dessin

Le Dieu Singe, scénario de Jean-David Morvan, dessin de Jian Yi

Mousse

de

Mary

Shelley,

scénarisé

et

dessiné

par

Marion

Taras Boulba, de Nicolas Gogol

dessin En 2008 : Au bord de l’eau, de Jean-David

de

Aude

D'autres adaptations intéressantes chez d'autres éditeurs :

Série Agatha Christie, d’après l’œuvre de l’écrivain du même nom, scénarisée par

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

François Rivière, Emmanuel Proust Plusieurs volumes sont désormais disponibles. Tome 1 : Le Secret de Chimneys, dessiné par Laurence Suhner – Tome 2 : Mort sur le Nil, dessiné par Jean-François Miniac – Tome 3 : Dix petits nègres, dessiné par Frank Leclercq Le Crime du golf, Emmanuel Proust Hercule Poirot, rond à souhait dans cette mise en images, se rend à Calais en mission. Un certain monsieur Renault, richissime industriel de Merlinville-sur-Mer, lui a expressément demandé de venir chez lui car il se sent menacé. Mais lorsque Poirot, accompagné de son ami le capitaine Arthur Hastings, arrive sur les lieux, Renault a été retrouvé assassiné sur le terrain de golf proche de sa villa. Poirot mène alors sa propre enquête, tandis que la police française mène la sienne, chacune des parties rivalisant de recherches et de théories pour damner le pion à "l'ennemi". Les premières investigations désignent plusieurs suspects, dont la femme et la maîtresse de la victime. Mais il nous faut attendre les dernières images pour connaître le véritable assassin, comme dans tout bon roman d'Agatha Christie. Adaptation réussie du roman : la narration est fluide et l'on retrouve bien l'esprit de la dame anglaise. Le dessin de M. Piskic est fluide, élégant ; il crée une atmosphère prenante, bien dans l'époque à laquelle se déroule l'action.

Apprendre à frissonner / d’après Grimm, de Mazan, Delcourt jeunesse Adaptation pleine d’humour et d’entrain du conte des frères Grimm.

Série Arsène Lupin, de André-Paul Duchâteau et Geron, éditions Soleil (Détectives BD) 813 La Double vie - Les Trois crimes d’Arsène Lupin Arsène Lupin, le célèbre gentleman-cambrioleur, s’introduit au Palace-Hôtel à Paris, dans la suite de Rudolf Kesselbach, l’homme le plus riche du monde. Il lui vole les deux cents plus beaux diamants de sa collection et trouve un message mystérieux : A …A… O…O…N…Le lendemain, Lupin est accusé du meurtre de celui qu’il a volé. Au centre de l’affaire, un secret fabuleux représenté par un nombre mystérieux : 813 … Lupin est emprisonné, doit faire la preuve de son innocence et éclaircir cette singulière affaire, avec l’aide d’un certain Lenormand, policier de son état …

Série Arthur, de David Chauvel et Jérôme Lereculey, Delcourt (Conquistador) Avec Arthur, une épopée celtique, David Chauvel et Jérôme Lereculey ont entrepris un projet ambitieux : faire découvrir la version primitive –« la seule authentique » disent-ils, de la légende arthurienne. Basée sur une immense documentation, cette fresque se situe bien loin de l’imagerie féodale, de la chevalerie et du christianisme, si souvent associés à ce mythe. Nous sommes loin des visions édulcorées que nous a données le cinéma, que ce soit le dessin animé produit par Walt Disney, Merlin l’enchanteur, le film de John Boorman, Excalibur, ou plus récemment la série télévisée Kaamelott, qui risque d’ailleurs d’être l’unique référence des enfants en matière de légende arthurienne ! Dans cette bande dessinée, pas d’épée rutilante ni de beau château fort flambant neuf, mais des barbares hirsutes et des forteresses en bois (n’oublions pas que les premiers châteaux

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

apparaissent vers le 11 ème siècle). Même les noms des personnages sont

méconnaissables : Merlin se nomme Myrddin, Guenièvre Gwenhwyfar … en gallois dans le texte ! C’est d’ailleurs sans doute ce qui est le plus difficile pour les lecteurs : se familiariser avec les noms des personnages, imprononçables, pleins de G et de W ! Mais un glossaire fort utile figure à la fin de chaque album avec la traduction des noms des personnages.

Dix volumes composent cette saga qui entraîne les lecteurs dans l’univers du roi Arthur

et des chevaliers de la Table ronde.

Les Aventures oubliées du baron de Münchhausen, d’Olivier Supiot, Vents d’ouest (Equinoxe)

Ce personnage très haut en couleurs, baratineur, bretteur, séducteur et voyageur, est

plus connu du grand public grâce au film de Terry Gilliam, sorti en 1989, qui met en scène avec brio et inspiration le fantasque baron, dans une adaptation tenant du récit d’aventures, du fantastique et de la comédie en même temps. John Neville tient le rôle du baron et l’action se déroule dans un dix-huitième siècle de fantaisie, dans une ville assiégée par l’armée turque. Le Théâtre Royal, l’un des rares bâtiments de la ville, est encore debout et les comédiens s’échinent à jouer un spectacle grandiose, plein de machineries et d’effets spéciaux, qui s’intitule Les Aventures du baron de Münchausen. C’est alors qu’au beau milieu d’une scène, un vieillard se lève parmi les spectateurs et

dit qu’il est le véritable baron. Il annonce aux habitants de la ville qu’il est capable de repousser les Turcs …

Ce que le génial Olivier Supiot met en images dans cet album n’est pas raconté dans le

roma,, n’est pas ce qu’a vécu le baron ou ce qu’il a raconté plus tard. Mais cela pourrait. Olivier Supiot s’empare en effet de cette matière romanesque très riche et imagine d’autres aventures, tout aussi extraordinaires, et met en scène un personnage déchu, à la fois misérable et fascinant, que les mots et l’imagination font peu à peu renaître. Dès la première page de l’album où se découpe l’anguleuse silhouette de Karl Hieronymus von Münchhausen, il nous met en garde : « Cette histoire est véridique, bien des malfaisants d’obstinent à dire que je suis un vieux fou qui raconte ses périples douteux à une cour avinée, avide de sensations fortes et de contrées lointaines. » Pourtant il est en bien fâcheuse posture, notre héros. Nous sommes en 1870 dans le désert de Wadi Rum au cœur de l’empire ottoman, et le baron est un esclave, enfermé dans une cage et il se tait. Seuls ses yeux disent sa rage. Le sultan qui l’a acheté le met au défi : s’il veut la vie sauve, comme la Shéhérazade d’autres contes d’Orient, le baron

doit parler et lui raconter ses aventures édifiantes, lui faire croire à ses mensonges ! Le baron, ne pouvant résister à cet appel, raconte alors son odyssée orientale au cours de laquelle il croise en mer des pirates qu’il extermine en un coup de sabre, puis la Mort qu’il met en attente, et un monstre marin redoutable qui provoque un naufrage. Sur l’île

où il échoue, notre baron va vivre une expérience étrange, cruelle et poétique, en

compagnie d’une femme géante énigmatique … C’est un album très réussi, jubilatoire, foisonnant d’idées et très beau graphiquement. Ses paysages de désert ou de mer sont également convaincants. On est bien ici dans

un récit picaresque, où les mots créent des merveilles et de délicieux frissons. Les

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

vignettes d’Olivier Supiot sont de véritables tableaux, hautes en couleurs, où évoluent les personnages d’une grande expressivité. Supiot a été particulièrement inspiré par le personnage du baron, dont le visage éclairé par un regard dur et bleu hante véritablement les cases.

Bilbo le hobbit, d’après J.R.R. Tolkien, de Wenzel, Vents d’ouest Une adaptation en deux volumes assez convenue et peu inspirée.

Le Chat botté / d’après Charles Perrault, de Jean-Luc Loyer, Delcourt jeunesse Adaptation jubilatoire de l’un des plus célèbres contes de monsieur Perrault. Le conte est raconté très fidèlement : un chat futé permet à son maître d’échapper à sa triste condition de troisième fils sans fortune et de gagner une princesse et un royaume. Sur le plan graphique, Loyer prend le contre-pied de la manière dont on adapte des contes de fées. On est loin des beaux princes charmants, des princesses alanguies aux belles robes et des couleurs pastel et douces. Loyer utilise un dessin faussement naïf, à la limite de la caricature, où l’expression de chaque personnage est fouillée, le trait vif allant à l'essentiel. Sa palette de couleurs vive rend l’histoire joyeuse et lui donne un côté très contemporain.

Le Dernier chevalier, de Will Eisner, Rackham, 2000 Will Eisner est un formidable dessinateur américain, né en 1917, qui a influencé bon nombre d’auteurs par la suite. Son œuvre est riche, variée, il a un formidable sens du mouvement et sait insuffler à ses personnages une expressivité remarquable. Dans ce court album, Eisner met en scène un personnage incontournable de la littérature espagnole, le seigneur Alonzo Quixano, plus connu sous le nom de Don Quichotte, le héros créé par Miguel de Cervantès. Avec une plume alerte et des couleurs pastel plutôt tendres, il croque un personnage à la fois fou et tendre, excessif et cocasse, animé par un idéal chevaleresque que ses contemporains ne comprennent plus, un homme hors du temps et de son époque, avide d’exploits et investi d’une mission. Dans cette adaptation, le contraste entre la réalité (une Rossinante fatiguée, une Dulcinée lavandière bien en chair, des voisins moqueurs et terre à terre) et l’illusion dans laquelle évolue Don Quichotte éclate magnifiquement. Seul Sancho a su comprendre l’homme qu’il a servi et au rêve duquel il a fini par croire. C’est ce qu’il affirme dans la dernière planche, splendide.Un travail très intéressant, qui n’est pas au sens strict du mot, une adaptation, mais plutôt une évocation. Cet album aidera peut- être nos jeunes lecteurs à entrer dans l’œuvre de Cervantès.

Le diable aux trois cheveux d’or / d’après Grimm, de Cécile Chicault, Delcourt jeunesse Un jeune homme candide est haï par le roi car une prédiction dit qu’il épousera sa fille. Le souverain a juré sa perte et ordonne qu’on l’assassine. En vain car le garçon traverse la vie et les embûches sans une égratignure et finit par épouser la princesse. Il y en a qui sont vernis. Désespéré, le roi l’envoie au Diable auquel il doit arracher trois cheveux d’or … Très belle adaptation d'un conte de Grimm. Cécile Chicault, la dessinatrice, conjugue talent, finesse et sensibilité. Elle traite ses planches

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

comme des miniatures et ses mises en couleurs sont lumineuses.

Le Fantôme des Canterville / d’après Oscar Wilde, de Jean-Luc Cornette et Christophe Hanze, Delcourt jeunesse Voici une adaptation réussie du conte malicieux d’Oscar Wilde, que les enfants prennent toujours plaisir à lire ou à écouter. Une famille américaine, les Otis, achète un vieux manoir écossais, agrémenté, bien sûr, d’un fantôme. Les Américains sont des êtres modernes et pratiques, tout le monde sait cela, et bientôt, la tache de sang présente sur le sol depuis des siècles, est enlevée chaque matin par le détachant efficace du fils Otis et le fantôme perd le moral : il n’effraie personne. Pire ! C’est lui qu’on persécute ! Tout l’esprit et l’humour du texte de Wilde est conservé ici, tant dans les dialogues que dans le dessin de Hanze, expressif et soigné. Il prend soin d’attribuer à chaque personnage un attribut physique précis et l’utilisation de la couleur directe renforce la dimension fantastique de l’histoire.

La Fontaine aux fables, tome 1, 2002 - La Fontaine aux fables, tome 2, 2004 - La Fontaine aux fables, tome 3, 2006, Delcourt(Jeunesse) Au sommaire de chaque album, douze fables mises en images dans un très grand format, dans lesquelles on retrouve intégralement les textes intégraux des fables de monsieur de La Fontaine , dans les récitatifs pour le récit, dans les bulles pour les dialogues. Utile aux enseignants pour appuyer leur travail en classe et montrer comment l’on peut passer du texte à l’adaptation en images.Douze histoires traitées avec des styles graphiques très différents et des mises en couleurs extrêmement soignées. Ce qui est frappant lorsque l’on relit les textes tels que nous les proposent les auteurs ici, avec la distance et la mise en situation des personnages, c’est leur grande modernité.

Série Fracasse, de Marion Mousse, Milan (Treize étrange) Libre adaptation du roman de Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, que les adolescents d'aujourd'hui ne lisent plus guère. Peut-être que cette bande dessinée leur donnera envie de découvrir le destin singulier du jeune baron de Sigognac, désargenté et désoeuvré dans son château qui prend l'eau et le vent de Gascogne. Une troupe de comédiens ambulants qui fait étape dans sa propriété va changer définitivement le cours de la vie du jeune homme. Il décide de monter à Paris avec ses nouveaux amis et d'affronter ainsi les périls et les ornières des chemins, afin de trouver fortune meilleure. Au cours d'une représentation, l'un des comédiens meurt brutalement. Sigognac reprend le rôle et devient, sans le vouloir tout d'abord, le capitaine Fracasse. C'est ainsi, parfois, que naît une vocation … Beau travail d'adaptation réalisé ici par l'auteur ; Gautier n'est pas trahi et ce qui fait la chair du roman se retrouve bien dans ces planches découpées de manière sobre et efficace. Le graphisme du dessinateur (un homme se cache derrière ce pseudonyme féminin) a un style apparenté à ce que l'on appelle parfois la "nouvelle bande dessinée" : Sfar, Blain ou Larcenet. Une belle filiation !

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

La Guerre des boutons, tome 1 et 2, d’après Louis Pergaud, de Mathieu Gabella et Valérie Vernay, Petit à petit Adaptation très réussie du roman de Louis Pergaud, un peu « trop copieux » aujourd'hui ! Un prologue de deux planches explique la situation : la mésentente entre les deux villages de Longeverne et de Velran, dont l’origine est si lointaine qu’on ne la connaît plus. Puis vient la présentation des héros : Grand Gibus, Camus, Lebrac, Petit Gibus et La Crique, que la dessinatrice croque avec tendresse et drôlerie. Les premiers gnons entre les bandes rivales arrivent dès la quatrième planche, devant l’église, pour une banale histoire de voiture et de filles. A ne pas rater non plus la fameuse bataille de la rivière, où la troupe de Grand Gibus affronte courageusement l’ennemi dans le plus simple appareil, mais la tête protégée de casseroles et autres ustensiles culinaires. On prend un très grand plaisir à suivre cette guerre pour rire, grâce tout d’abord au dessin vif de V. Vernay, qui sait animer ses personnages et les doter de sentiments et d’expressions ; à la palette de couleurs aussi plutôt tendres qui donne à l’album un petit air nostalgique comme sur les vieilles photographies. Enfin les dialogues, reprenant ceux de monsieur Pergaud, sont toujours aussi drôles, pleins de vie, du sens de la répartie et d’argot. Bref on se régale !

Série Harry Dickson, de Richard Nolane et Olivier Roman / d’après le personnage de Jean Ray, éditions Soleil (Détectives BD) Les Loups de Darkhnege Un manoir du sud de l’Angleterre situé près des ruines mégalithiques de Darkhenge est le théâtre d’un crime étrange perpétré par un assassin aux capacités surnaturelles. Il n’en faut pas plus à Harry Dickson pour se mettre en quête et découvrir qu’un certain Ressman, adepte du célèbre magicien noir Aleister Crowley, vit aussi dans les environs, que des Allemands, sympathisants d’Adolf Hitler, sont récemment arrivés chez Ressman et que ce dernier se livre à des recherches occultes sur les portes qui existeraient entre les univers parallèles. Décidément, cette région si tranquille, si douce de l’Angleterre semble être investie par des gens diaboliques. Harry Dickson et ses compagnons doivent affronter toutes sortes de loups. Le Secret de Raspoutine Neuvième enquête d’Harry Dickon, « le Sherlock Holmes américain », publiée dans cette série. Nous sommes dans le Londres de 1920, secoué par une nouvelle affaire de tueur en série surnommé « L’Arracheur d’yeux » par la presse. Mais ces faits-divers sanglants n’intéressent pas Dickson. Il préfère se pencher sur l’assassinat d’un parapsychologue russe, Alexandre Kazantsky, secondé très efficacement par son amie journaliste Tania Symons et son fidèle assistant, Tom Wills. Avant de mourir, Kazantsky était sur les traces du célèbre Raspoutine. Pour comprendre, Dickson et Tania interrogent les Russes installés à Londres et tombent sur une bien mystérieuse transmission de pouvoirs … Une enquête dessinée et racontée de manière très classique mais efficace, avec des clins d’œil amusants parsemés tout au long de l’histoire. La Sorcière du Kent

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Dixième enquête de Dickson, assisté comme toujours de Tom qui vient de décrocher son permis de conduire, et de la belle et indépendante miss Symons, journaliste et sufragette. Le trio se rend dans le Kent, où le manoir de sir Nicholson est mis à mal par un esprit violent et frappeur. Les premières investigations du détective le mettent sur la piste d'un bijou maléfique et d'une tombe oubliée sur un îlot rocheux battu par les vents. La femme qui est enterrée là serait une sorcière et chercherait à nuire à nouveau … On lit avec plaisir cette série de facture classique, où le fantastique est ancré dans les années 1930, évoquées de manière à la fois précise et légère. Un plaisir à ne pas bouder.

Hansel et Gretel / d’après Grimm, de Philippe Petit, Delcourt jeunesse Cette version du conte des frères Grimm vaut incontestablement le détour grâce, d’une part, à l’expressivité des personnages, que ce soit les deux enfants, les parents et, surtout la sorcière affublée d’une trogne à la Bruegel, de l’ambiance tantôt sombre pour les scènes de forêt, tantôt acidulée dans la maison bonbonnière de la sorcière. Nos yeux se régalent à la lecture de ce joli album si tendre qu’on le croquerait.

L’Histoire d’une mère / d’après H.C. Andersen, de Peter Madsen, Delcourt jeunesse Peter Madsen est un dessinateur et un illustrateur suédois dont Delcourt a déjà publié le Jésus de Nazareth, en 1997. Il adapte ici de manière magistrale un conte d’Andersen, publié pour la première fois en

1848.

Dans une maison isolée une mère veille son enfant malade. Mais les soins constants, l’amour qu’elle lui porte ne suffisent pas : la Mort entre avec le vent glacé et emporte l’enfant. Pourtant la mère ne s’avoue pas vaincue. Décidée à sauver celui qu’elle aime plus que tout, elle se met en marche pour le royaume de la Mort. En chemin, elle doit laisser sa jeunesse et ses yeux en sacrifice si elle veut aller au bout. Ce conte sombre est une splendide illustration de l’amour maternel et de l’acceptation de la mort. Les images que P. Madsen donne à voir ici sont magnifiques, jouant pleinement sur le contraste entre l’ombre et la lumière, entre le froid et le chaud, entre des paysages désolés et la poésie d’un buisson de roses. Il installe son personnage dans des contrées grandioses, désoléés, inhospitalières, démesurées, qui renforcent par contraste l’amour que cette femme a en elle. Un livre magnifique, souvent bouleversant.

Série Le Magicien d’Oz / d’après Frank Baum, de David Chauvel et Ferrandez, Delcourt jeunesse David Chauvel est un scénariste fécond qui explore toutes sortes d’univers. Pour Delcourt jeunesse, il signe deux autres jolies séries :Octave et Popotka le petit Sioux. Ici il s’attaque au chef d’œuvre de Franck Baum, immortalisé grâce au cinéma, Le Magicien d’Oz. La jeune Dorothée est arrachée à son Kensas natal lors d’une tornade et se retrouve dans un monde inconnu. Elle doit aller à a cité d’Emeraude om réside le magicien qui pourra l’aider à rentrer chez elle. En chemin, elle rencontre plusieurs personnages : un épouvantail, un homme en fer-blanc et un lion. Chacun a quelque

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

chose à demander au magicien. Mais la route est longue. Cette œuvre incontournable de la littérature de jeunesse est mise en images et en couleurs par un jeune dessinateur espagnol très virtuose. Son dessin est souple, vif, vigoureux, son découpage précis et certaines scènes sont réellement très saisissantes, notamment celle de l’envol de la maison de Dorothée. Trois albums forment cette série.

Moonfleet, de Igor Szalewa et Marion Mousse, Milan (Treize étrange) Librement adaptée du roman de Falkner, qui est devenu un véritable classique de la littérature d’aventure dont Fritz Lang a tiré son film « Les Contrebandiers de Moonfleet », cette histoire au souffle épique conduit sur près de dix ans ses protagonistes des côtes de l’Angleterre jusqu’aux geôles des Pays-Bas. À la fois pour fuir l’armée anglaise qui le recherche et pour retrouver le fabuleux trésor de Barbe-Noire, le jeune John Trenchard poursuivra en fait une véritable quête initiatique.

L’oiseau d’or / d’après Grimm, de Cécile Chicault, Delcourt jeunesse Cécile Chicault aime les contes de fées et elle les lit toujours, les relit et les adapte en bandes dessinées avec de très belles palettes de couleurs. Elle s’est fait connaître en 1999 avec l’adaptation d’un conte de Grimm, Le Diable aux trois cheveux d’or, qui lui valut en janvier 2000 l’Alph-Art Jeunesse au Festival d’Angoulême. Elle s’empare aujourd’hui d’un autre conte de Grimm, très connu : L’Oiseau d’or. Un roi possède un beau jardin dans lequel un arbre unique donne des pommes d’or. Chaque matin, le jardinier les bichonne, les inspecte et les compte et l’émoi gagne le château lorsqu’il annonce qu’une pomme y a été dérobée. Le roi charge ses deux premiers fils, incapables notoires, de monter la garde et de trouver le voleur. En désespoir de cause, c’est le benjamin qui se charge de l’affaire, entamant une quête qui l’entraînera vers une cage d’or, un cheval d’or et une jolie princesse aux cheveux dorés. Un renard l’aide, le conseille, le tire de bien des mauvais pas car le garçon, même s’il a bon cœur, est un peu benêt, et lui fait une requête bien embarrassante … Ce qui frappe dans les albums de Cécile Chicault, c’est sa patte graphique qui allie précision et élégance du trait et profusion des couleurs, couleurs qui éclatent, qui éclairent les visages, qui embellissent la vie et l’histoire ! Ses mauves, ses bleus, ses rouges et ses jaunes pétillent dans les planches et font chaud au cœur. Elle donne au conte qu’elle adapte beaucoup de vie et de jeunesse, et ses personnages, qu’ils soient roi ou simple jardinier (avec un beau bonnet à rayures …) ne sont jamais mièvres ni figés. Un grand plaisir de lecture assurément.

Les Passe-murailles, tome 1 : Le Dedans des choses, de Jean-Luc Cornette et Stéphane Oiry, Les Humanoïdes associés, 2005 Le titre de cette nouvelle série imaginée par Cornette fait référence à la célèbre nouvelle de Marcel Aymé, Le Passe-murailles, dans laquelle un petit homme ordinaire, interprété par Bourvil dans l’adaptation cinématographique, avait soudain le pouvoir ravageur de traverser les murs et de causer quelques émotions fortes à certains de ses concitoyens

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

bien choisis ! L’album, lui, est composé de quatre histoires de passe-murailles, hommes et femmes banals en apparence qui ont le pouvoir singulier de passer au travers des murs ou des automobiles, et qui mettent leur don à profit pour améliorer leur quotidien, mais sans forcément aller vers le spectaculaire, le casse du siècle ou l’opération à grande échelle ! Comme à son habitude, Jean-Luc Cornette utilise des éléments fantastiques qu’il place dans le quotidien qui se trouve donc un peu décalé, plus poétique et plus doux. C’est aussi l’occasion de parler essentiellement des relations hommes-femmes, notamment dans la nouvelle Le gratin dauphinois, où une idylle se noue entre un chef de bureau et une secrétaire toute timide, mais excellente cuisinière qui mitonne un excellent gratin dauphinois ! Dans une interview, Stéphane Oiry précise :

« C'est vraiment le propos du bouquin, les rapports hommes/femmes. Tout ce qui se noue entre nous : rapport de séduction, rapport de domination, c'est ce que l'on a souhaité montrer, avec un petit décalage fantastique très léger ». On passe un bon moment en compagnie de ces passe-murailles très attachants, que Stéphane Oiry nous peint de manière sobre et très efficace.

Série Peter Pan / d’après J.M. Barrie, de Régis Loisel, Vents d’ouest

Six albums composent cette série : Londres – Opikanoba – Tempête – Mains rouges – Crochet – Destins. Loisel ancre le récit dans un dix-neuvième siècle londonien très réaliste et fait renaître Peter sous les traits d’un garçon de Whitechapel, l’un des quartiers les plus pauvres et sordides de Londres. Peter n’a pas de père, sa mère est alcoolique et prostituée. Grâce

à son imagination et à ses lectures, Peter survit et garde sa candeur et sa naïveté. Son

ami, le docteur Kundall, l’aide, le nourrit tant au plan terrestre qu’intellectuel puisqu’il lui apprend à lire et lui donne ainsi la clé des livres. Peter aime aussi raconter des histoires

à d’autres gosses aussi malheureux que lui et il s’invente une maman douce et aimante.

Il rencontre un jour la jolie fée Clochette qui l’entraîne dans son sillage vers le Pays de

Nulle Part.

Pierre et le loup, de Prado, Casterman Adaptation réussie du très célèbre conte musical de Prokofiev, écrit et composé en 1936, que des millions d'enfants ont apprécié depuis. Un petit garçon vit avec son grand-père à l'orée d'une immense forêt. Il n'a pas le droit d'aller dans la forêt car un grand loup gris y rôde, qui croque les petites garçons. Mais ce qui est interdit est bien tentant et Pierre désobéit. Dans le bois, il rencontre d'abord un oiseau, une cane, un chat et, finalement, le loup … Prado, dessinateur espagnol de grand talent, maintes fois récompensé, donne là une adaptation graphique pleine de force intérieure. Il maîtrise l'art de l'ombre et de la lumière, le jeu des couleurs et des mouvements. Il sait réveiller en nous toutes sortes d'émotions enfantines : la curiosité, la confiance, la peur ou le chagrin.

Pinocchio, tome 1 : Comme une plume au vent, de Corinne Denoyellle et Arnaud Boutle, Paquet, 2003. Cette série est très librement inspirée du conte de Carlo Collodi. Où, dans une forêt

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

enneigée, l’on fait la connaissance de Geppetto, le bûcheron un peu poivrot. Pourtant il

n’a pas forcé sur la bouteille lorsque la bûche qu’il ramasse dans la neige se met à parler et à répéter tout ce qu’il dit. Geppetto pense avoir trouvé la chose précieuse qu’il exhibera partout et qui le fera devenir riche. Mais la bûche est maligne et elle ne parle que lorsqu’elle en a envie. Alors une nuit, le vieux taille la bûche et en fait un pantin qui le réveille et l’appelle papa. Pinocchio est doté d’un sacré caractère, n’en fait qu’à sa tête de bois et veut découvrir le vaste monde. Il ignore dans sa très grande naïveté que

le monde est dangereux, peuple de personnages peu recommandables prêts à exploiter

les faibles et les gentils … Cette histoire, très joliment dessinée et mise en couleurs, a gardé toute la poésie du conte et montre bien la cruauté des hommes. Les auteurs font de Pinocchio un

personnage complexe, à la fois touchant et irritant : touchant quand il renonce parfois à

la vie et que l’immobilité le fait pencher vers sa condition initiale d’arbre. Un bel album.

Le deuxième tome est également disponible.

Série Robinson, de Jak Lemonier / très librement inspirée du roman de Daniel Defoe, Petit à Petit Tome 1 : C’est tous les jours Vendredi Pas facile d’être un homme civilisé et hautement “ technologisé ” et de se retrouver sur une île paradisiaque, certes, mais déserte et sans eau courante ni électricité. Notre espèce de Robinson, qui ressemble à Tom Hanks dans “ Seul au monde ”, s’installe donc, contre mauvaise fortune bon cœur et découvre l’existence de Robinson, un vrai sauvage, qui n’a pas attendu l’eau courante, la douche, ou l’électricité pour vivre en harmonie avec cette belle nature et les bestioles diverses qui la peuplent. Les deux hommes cohabitent mais ont bien souvent quelques difficultés de communication car ils n’ont pas les mêmes valeurs … Tel est le point de départ de l’album, composé de gags en une planche aux chutes souvent très savoureuses. Il revisite avec beaucoup

d’humour et d’à propos le thème de Robinson, avec un fil rouge qui est la relation entre Vendredi et Robinson, et une amusante critique de notre société de consommation, qui

a tendance à ne voir le monde qu’à travers le prisme déformant de la télévision. Un album tonique que l’on peut lire dès 8 ans et qui s’adresse à tous les publics. Le tome 2 est disponible également : Une bouteille à l’amer.

Série Sans famille / d’après Hector Malot, de Yann Degruël, Delcourt jeunesse Très belle adaptation du célèbre roman d'Hector Malot, « Sans famille », qui fit pleurer

des générations de lecteurs ! Où l'on fait ici la connaissance du jeune narrateur, Rémi, qui vit heureux avec celle qu'il croit sa mère, la mère Barberin. Où sa vie bascule lorsqu'il apprend brutalement qu'il est un enfant abandonné et que son père adoptif se débarrasse de lui sans état d'âme, le confiant à un vieux saltimbanque, le seigneur Vitalis. Y. Dégruel réussit là une série splendide graphiquement tout d'abord, montrant un trait à

la fois original et évident, servie par une mise en couleurs délicate, jouant parfaitement

avec l'ombre et la lumière. Il parvient également à faire passer l'émotion du roman, combinant parfaitement la poésie, la chaleur et la brutalité des faits. Il maîtrise toute la

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

gamme des sentiments humains qui passent sur le visage des personnages. Déjà parus : Mère Barberin – La troupe du seigneur Vitalis – Le cygne – Neige et loups

Les 6 cygnes / d’après Grimm, de Johanna, Delcourt jeunesse Le portrait d’une jeune fille, au caractère fort, qui met tout en œuvre pour sauver l’unité et l’honneur de sa famille à l’insu de chacun de ses membres.

Les trois petits cochons, de Tarek et Aurélien Morinière, Emmanuel Proust, 2006 (Jeunesse) Avec cet album plein d’humour, intelligemment fait, les éditions Emmanuel Proust ont inauguré en 2006 une nouvelle collection de bandes dessinées destinée aux enfants de 7 à 11 ans. Dans une forêt pas comme les autres, celle des contes, arrive un joli train à vapeur dont descend Shalom, le loup pacifiste hébreu. Sur le quai d’en face l’attend Salam, le loup pacifiste arabe. Les deux amis se saluent et font aussi la connaissance du vieux conteur sur un arbre perché qui leur donne les documents nécessaires à leur mission. Parallèlement, un lutin se glisse régulièrement entre les cases pour fournir aux jeunes lecteurs quelques explications nécessaires à la bonne compréhension du récit. Shalom et Salam cheminent donc en forêt et découvrent avec stupeur qu’ils doivent débusquer les trois petits cochons et les manger ! « Le monde est devenu fou ! » pensent les deux

amis. Pourquoi agresser ces cochons qui ne leur ont rien fait ? Quant à les manger, pas question, leur religion le leur interdit ! Ils décident tout de même d’aller voir les cochons en question, rencontrent en chemin un petit chaperon rouge, un autre loup pacifiste, quelques nains (ils en comptent sept), un guide assermenté et arrivent enfin chez ceux qu’ils devraient exterminer. Le vieux conteur a beau faire et défaire l’harmonie, il aura du mal à parvenir à ses fins

Un très joli récit, tout en finesse, où la matière du conte traditionnelle est mise à contribution pour parler du monde dans lequel nous vivons, où le racisme et l’intolérance sont, hélas, monnaie très courante. Tarek traite ce sujet délicat avec justesse et humour, sans être ni trop pesant ni trop didactique. Le dessin de Aurélien Morinière est dynamique et expressif, renforcé par le travail de mise en couleurs de Svart qui apporte de la douceur au récit. Album réussi donc, à mettre sans réserves entre les mains de nos jeunes lecteurs qui devraient se régaler.

Le Vaillant petit tailleur / d’après les frères Grimm, de Pierre Mazan, Delcourt, 1996 (Jeunesse) Le petit tailleur façon Mazan est un grand flandrin tout en hauteur avec une houppette à la Tintin et une démarche de rappeur. Il traverse l’histoire en dilettante, en venant à bout de sept mouches, de deux géants, d’un sanglier fort sauvage, d’une licorne et d’un roi imprudent, tout cela sans une égratignure mais avec une classe folle ! Un album jubilatoire, gai, rehaussé de couleurs vives et de dialogues savoureux. La narration est fluide, aidée en cela par un nombre réduit de cases par planche.

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

Les Voyages du docteur Gulliver : tome 1, Les Liliputiens / d’après Jonathan Swift, de Kokor, Vents d’ouest (Equinoxe) Une relecture inattendue du célèbre roman, où la fantaisie et la beauté rivalisent avec l'humour et l'aventure. Pourquoi le docteur part-il constamment en voyage ? Quelle est son attitude face aux Lilliputiens, aux Petits Boutiens et aux Grands Boutiens ? Et que sait-on de lui. Est-il marié ? A-t-il des enfants ? Est-il un bon médecin ? Et surtout, a-t-il le pied marin ? Jonathan Swift n'avait pas tout écrit. Heureusement, Kokor a sorti ses crayons pour composer une belle ordonnance graphique !

Ulysse, de Sébastien Ferran, Emmanuel Proust Cette trilogie est une très libre adaptation de l’Odyssée, réalisée par un jeune auteur passionné par la mythologie et l’œuvre d’Homère en particulier. On retrouve donc le héros, Ulysse, vainqueur de Troie, condamné par Poséidon à errer sur les mers et à affronter toutes sortes de périls. Les albums mettent en lumière quelques épisodes clés de l’épopée : le séjour chez la magicienne Circé, le passage de la Porte de l’Oubli où nagent les redoutables sirènes et leurs chants envoûtants, la rencontre avec la nymphe Nausicaa et enfin, le retour à Ithaque, les retrouvailles avec Pénélope et Télémaque après avoir défié les prétendants pour regagner son trône. On est surpris au départ par les choix graphiques de Ferran, dont le trait se raffermit et se maîtrise d’ailleurs d’album en album. On est loin ici d’une mise en images convenue et traditionnelle. L’auteur choisit de très grandes vignettes, utilise les contre-plongées comme éléments dramatiques, s’amuse à dessiner les monstres et les créatures fabuleuses et sa palette de couleurs très tranchées est audacieuse. Le tout forme un récit dynamique, qui met vraiment à la portée des jeunes lecteurs un texte fondateur de notre patrimoine, incontournable et passionnant.

Voyages sous les eaux, de François Rivière et Serge Micheli, Emmanuel Proust (Atmosphères) Un album qui entraîne le lecteur dans le monde de Jules Verne et de ses personnages. Tandis que dans les profondeurs marines, le Nautilus se rapproche de son objectif, Jules Verne, l'écrivain et le personnage de cette histoire fantastique, perturbé par un

énigmatique " livre d'eau ", semble pris d'une frénésie d'écriture. Au cours d'escales au Crotoy, de mystérieux personnages croisent sa route : un petit garçon sans nom, une

Et tous le conduisent à Nemo, la figure emblématique de sa

création, qui, soudain, semble étrangement vivante.

princesse indienne

Pour conclure, provisoirement …

Il y a donc aujourd’hui pour les enfants de 3 à 12 ans une vraie offre, variée, intéressante, où l’on trouve des récits de grande qualité. L’abondance des références données ci-dessus le démontre aisément ! Cette bande dessinée pour la jeunesse n’est

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008

plus boudée par les auteurs, même ceux qui ont un nom, bien au contraire : Joann Sfar et son Petit Vampire, Lewis Trondheim et son Monstrueux, Emmanuel Guibert et Ariol ou bien la Sardine de l’espace, Edith signe un excellent Trio Bonaventure, Zep s’est fait un nom avec l’incontournable Titeuf. D’autres ont fait leurs premières planches en jeunesse avant de passer à la bande dessinée adulte : Olivier Supiot a débuté avec la petite Marie Frisson, Mathieu Bonhomme avec Victor et Anaïs, allant ensuite vers des albums adultes qui ont été remarqués et primés : Le Dérisoire et L’Age de raison par exemple. Cette politique éditoriale volontariste porte donc ses fruits, a sans doute contribué à la reconnaissance de la bande dessinée par l’institution scolaire, qui préconise la lecture de quelques titres dans les accompagnements aux programmes. Par contre, il existe peu d’offre spécifique en direction des adolescents, dont on a, c’est vrai, plus de mal à cerner les envies, et qui s’emparent surtout des séries d’humour ou d’héroïc fantasy grand public et maintenant et surtout des mangas. Mais ceci est une autre histoire et fera l’objet d’un prochain article !

Catherine Gentile

Quelle offre, quelle démarche éditoriales dans la BD francophone pour les enfants ? - Catherine Gentile – www.ricochet-jeunes.org

19/03/2008