Vous êtes sur la page 1sur 257

Le miroir des âmes simples et anéanties

157

plus écouter leur grossièreté; qu'ils ne m'en parlent plus, je ne puis plus la souffrir! et je n'en ai d'ailleurs ni les moyens ni la raison. Et c'est là une œuvre de Dieu, car Dieu fait son œuvre en moi : je ne lui dois point d'œuvre, puisque lui-même opère en moi; et si j'y mettais du mien, je déferais son œuvre. Et c'est ainsi que les disciples de Raison voudraient, si je les en croyais, me ramener en cette pauvreté de leur conseil. Mais ils perdent leur peine, car c'est là chose impossible; cependant, je les en excuse pour leur bonne intention.

Chapitre 85. Comment cette âme est libre, plus que libre, parfaitement libre

Amour : Cette âme est libre, plus que libre, par- faitement libre, suprêmement libre, à sa racine, en son tronc, en toutes ses branches et en tous les fruits de ses branches. Cette âme a pour héritage une liberté parfaite; chacun de ses quartiers en est revêtu sur sa plaine 1. Elle ne répond à personne si elle ne le veut bien et s'il n'est de son lignage, car un gentilhomme ne dai- gnerait répondre à un vllain qui l'appellerait ou le convoquerait sur un champ de bataille; et c'est pour- quoi, .qui appelle cette âme ne la trouve pas : ses ennemis n'en reçoivent plus réponse. L'âme: C'est juste. Puisque je crois Dieu en moi, il faut qu'il se souvienne de moi; sa bonté ne peut me perdre. Amour : Cette âme est écorchée vive en étant mise à mort, elle est embrasée par l'ardeur du feu de la charité, et sa cendre est jetée en haute mer par le néant de sa volonté. Elle est d'une aimable noblesse dans la prospérité, d'une haute noblesse dans l'adver- sité, et d'une excellente noblesse en tous lieux, quels qu'ils soient. Celle qui est telle ne recherche plus

178

Le miroir des âmes simples et anéanties

de volonté libre! Ce n'est pas le cas, Dieu merci! Car il faudrait que Dieu ne soit pas Dieu pour que la vertu me soit enlevée malgré moi. En effet, pas plus que Dieu ne peut pécher, lui qui ne peut le vouloir, je ne puis pécher sans que ma volonté le veuille : en son amour, mon bien-aimé m'a donné cette liberté par sa bonté. Mais si je voulais pécher, pourquoi ne le supporterait-il pas? S'il ne le supportait pas, son pouvoir m'enlèverait ma liberté; mais sa bonté ne pourrait supporter que son pouvoir m'ôte ma liberté en rien; autrement dit, elle ne pourrait supporter qu'aucun pouvoir m'ôte mon vouloir sans que ma volonté y consente. Sa bonté m'a donc donné, par pure bonté, une volonté libre : en tout ce qu'il a fait pour moi, il ne m'a rien donné de meilleur; le reste, il me l'a prêté par courtoisie, et s'il me le reprend, il ne me fait aucun tort; mais ma volonté, il me l'a librement donnée, et c'est pourquoi il ne peut la retrouver s'il ne plaît à mon vouloir. Le maître de l'amour m'a donné par amour une telle noblesse en sa bonté, que jamais la liberté de mon vouloir ne peut m'enlever de lui si je ne le veux.

Chapitre 104. Où l'âme dit comment Dieu lui a donné sa volonté libre

L'âme: Voyez comment Dieu m'a librement donné ma volonté libre! J'ai dit plus haut qu'il m'a en plus donné autre chose; mais en disant cela, on pourrait comprendre qu'il ne m'aurait pas tout donné, vu qu'il ne m'a donné que la volonté libre, et que les autres choses, il me les a prêtées. Certes, ce serait mal comprendre, car il m'a tout donné et il n'aurait rien pu retenir sans me le donner, ce que confirme Amour lorsqu'il dit que ce ne serait pas amour de bien-aimé à moins de cela. En effet, en me donnant par sa pure bonté une volonté libre, il m'a tout donné pour peu