Vous êtes sur la page 1sur 418

Les nombres

Reflet de l'âme, clé du devenir

le symbolisme des

chiffres parle depuis toujours à notre imaginaire individuel et collectif. La numérologie, science analogique aussi ancienne que l'astrologie, associe la logique à l'imagination et rappelle qu'une destinée est sous-tendue par un prénom _ et un nom (que l'on a acceptés) et une date de naissance. — Science caractérologique, elle s'est considérablement enrichie durant le XXe siècle par l'apport de la psychologie moderne. Ainsi, faut-il aujourd'hui de grandes connaissances afin de pouvoir prétendre à une analyse fine et approfondie des potentialités offertes par un patronyme et une date de naissance, et surtout pour préciser et définir les perspectives de développement personnel si on sait les utiliser en pleine conscience. On peut ainsi choisir le moment le plus adapté pour faire aboutir ses choix et pour développer au mieux ses qualités et caractéristiques individuelles. Philippe de Louvigny, parce qu'il connaît à la fois les bases millénaires de la numérologie et les acquis de la psychologie la plus novatrice, réussit dans cet ouvrage à rénover le genre et à apporter une dimension plus riche et plus sensible à son utilisation. S'il existe quantité d'ouvrages sur la question, celui-ci reste novateur de par sa subtilité, mais également par sa forme. Il s'agit avant tout d'un manuel pratique (décomposé en 20 leçons) qui permet de s'initier progressivement et véritablement à la numérologie et de prétendre la pratiquer avec succès dans tous les domaines de la vie, tant en analyse psychologique qu'en prospective. Ce livre constitue donc une référence, un remarquable ouvrage de base qui doit figurer dans les bibliothèques de tous ceux — du néophyte au professionnel — qui veulent découvrir ou pratiquer cet art ancien, mais aussi à ceux qui veulent aborder un aspect supplémentaire de la pensée symbolique.

1 : actif, 2 : coopératif, 3 : communicatif, 4 : travailleur

Couverture :

Photo Michel Gurfinkel

"Grand angle"

Biographies-Religions :

Chawla, Navin (texte) Rai, Raghu (photographies) : Mère Teresa. Foi et compassion.

Mareuil, Arnaud de : Lanza deI Vasto. Sa vie, son œuvre, son message.

Mythologies :

Gravelaine, Joëlle de : La Déesse sauvage. Les divinités féminines

Psycho-épanouissement :

Anstet-Dangles, Jean-Yves : Les Mots de la vie.

Boorstein, Sylvia : La Vision bouddhiste du bonheur.

Borg-Hoffmeister, Béatrice : Nos cinq sourires cardinaux.

Cameron, Julia : Libérez votre créativité. Osez dire oui à la vie !

Cameron, Julia : La Veine d'or. Exploitez votre richesse intérieure.

Partitt, Will : Comment abattre nos murs intérieurs ?

Raquin, Bernard : Rire pour vivre.

Saint Girons, Benoît : L’Alchimie du Succès.

Wilde, Stuart : Demain sera un jour meilleur !

Santé :

Hark, Helmut : La Force de guérison de l'Arbre de vie.

Laskow, Leonard (D') : L’Amour, énergie subtile de la guérison.

Stévanovitch, Vlady : La Voie de l'énergie.

Sociétés :

Muller, Jean-Marie et Refalo, Alain : Vers une culture de non-violence.

Spiritualités :

Chadron, Thubten : Cœur ouvert, esprit clair. La pratique du bouddhisme tibétain au

quotidien.

Feuga, Pierre : Tantrisme. Doctrine, pratique, art, rituel.

Finley, Mitch : Messages d'amour de l'au-delà.

Ingram, Catherine : Dans les traces de Gandhi. La force de la non-violence.

Rutledge, Don & Robinson, Rita : Le Chant de la Terre. La spiritualité des Amérindiens.

Vincent, Ken R. : Visions divines lors d'états proches de la mort.

Symbolisme :

Arnold, Roland : Le Temple de l'âme.

Arnold, Roland : La Symbolique des maladies.

Barbault, André : Prévisions astrologiques pour le nouveau millénaire.

Berno, Simone : Tarot et psychologie des profondeurs.

Bourre, Jean-Paul : Le Message des prophètes.

Gabut, Jean-Jacques : La Magie traditionnelle.

Louvigny, Philippe de : Les Nombres, reflet de l'âme, clé du devenir.

Traditions :

Bancourt, Pascal : Le Livre des morts égyptien.

Lachaud, René : Magie et initiation en Égypte pharaonique.

Lepont, Bertrand : Le Calendrier sacré des Mayas.

Les nombres,

Reflet de l'âme, clé du devenir

"Grand angle/Symbolisme"

L'AUTEUR : Philippe de Louvigny, diplômé de l'École normale supérieure de l'enseignement technique, a

L'AUTEUR :

Philippe de Louvigny, diplômé de l'École normale supérieure de l'enseignement technique, a été durant vingt-deux années professeur d'histoire de l'art à l'École normale supérieure des arts appliqués de Paris.

Attiré par les philosophies bouddhistes et le zen, ayant étudié le tarot, le magnétisme et un peu l'astrologie, il découvre la numérologie en 1980, qui devient vite une passion dévorante qui ne le quittera plus. Après de longues recherches pour affiner et codifier cette technique, il publie plusieurs livres à succès, participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision et signe beaucoup d'articles de presse sur ce sujet. Il a également conçu un programme numérologique informatique prêt à être mis au service du public par Minitel, et a créé un logiciel de calculs inédit et complet, tant à l'usage des amateurs, des étudiants que des professionnels.

Il a aujourd’hui choisi de vivre en Candide au milieu de ses fleurs et de ses arbres dans le Lauragais, près de Toulouse. Toujours désireux de mettre ses talents de pédagogue au service du plus grand nombre, il organise des séminaires, cours, ateliers et conférences sur la numérologie, tant à Paris qu’en province et à l’étranger.

Autres ouvrages du même auteur :

Les Clefs de votre nom (Sand).

Les Nombres et leurs secrets (Nathan; épuisé).

Vos nombres, mode d'emploi (Jean-Claude Lattès).

Le Livre de la numérologie, méthode Louvigny (Solar ; épuisé).

Comprenez vos enfants grâce à la numérologie (Presses Pocket).

Trouvez votre partenaire grâce à la numérologie (Presses Pocket).

Les Lettres déchiffrées, graphisme, symboles et nombres (Guy Trédaniel)

Philippe de Louvigny

Les nombres,

Reflet de l'âme, Clé du devenir

Cours de numérologie,

du débutant au professionnel

Édition sous la direction d'Aline Apostolska

10 e mille

Éditions Dangles

18, rue Lavoisier

45800 SAINT-JEAN-DE-BRAYE

ISSN : 1160-3380

ISBN : 2-7033-0443-9

© Éditions Dangles, Saint-Jean-de-Braye (France) — 1996 Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays.

Avant-propos

Comment des chiffres peuvent-ils dépeindre la complexité psychologique d'un être et, pire encore, deviner de quoi demain sera fait ? Cette question, je me la suis

posée quand j'ai fait mon portrait, non pas en tant que professeur d'arts graphiques et d'histoire de l'art, mais comme « cobaye ». Je tairai les claques que j'ai reçues. Mortifié, goguenard, j'ai essayé d'expérimenter cette méthode bizarre auprès de proches. Miracle ! Là ça marchait beaucoup mieux ! Loin de dénigrer — comme certains scientifiques au petit pied qui refusent sans attendre ni chercher de

preuve — j'ai pris feu

et je brûle depuis quinze ans !

Du symbolisme au message numérique, il n'y avait qu'un pas.

Le Rubicon franchi, mes activités pédagogiques ont repris le dessus et il m'a fallu éclaircir, classer, établir une progression aussi bien pour mon propre usage que pour celui de celles et de ceux qui allaient devenir mes victimes consentantes lors de cours ou de séminaires.

Ce premier livre va simplement essayer de vous donner une méthodologie graduelle afin de vous mener sur ce chemin étonnant. Il a pour propos de vous permettre de mieux voir l'aspect symbolique des nombres et leur usage, tant sur le plan de l'analyse psychologique des individus, que sur l'étude de la prospective.

Approche sérieuse, elle demandera toutefois des approfondissements afin d'aller plus loin dans la recherche et les moyens d'investigation, ce qui fera l'objet d'un autre livre, de « perfectionnement ».

Mais rien ne sera possible si on ne possède ni les clefs ni la méthode.

Chi va piano, va sano !

Puisque vous voici mes élèves — pardon, des étudiants —, abordons ce rivage par le commencement, sans excès de vitesse dommageable.

PREMIERE PARTIE

L'analyse

psychologique

LEÇON 1

L'essence des nombres

Pour la numérologie, le NOMBRE représente une valeur qualitative, la source symbolique, et non pas une valeur quantitative. Il constitue la notion fondamentale, le concept de base.

Le CHIFFRE, lui, est le dessin, le graphisme, le code, le « caractère » qui sert à représenter le NOMBRE. Et, à notre époque, nous parlons chiffres. Il est donc primordial de bien se pénétrer de la signification, de la vibration propre au NOMBRE avant de se lancer dans une approche superficielle, sommaire et, par là même, fausse.

Ces NOMBRES sont nés du rythme, de la cadence, de l'alternance, 4 000 ans avant notre ère, en Mésopotamie, en même temps que l'astrologie. Cette connotation symbolique est passée en Egypte où Pythagore a puisé ses connaissances pour mettre en forme la numérologie occidentale, en opérant la corrélation entre les neuf premiers nombres et les lettres. Ne disait-il pas que Dieu était un géomètre ?

On peut même ajouter que chacun de ces nombres représente une classe d'équivalence.

Léon Bloy affirmait : « Autrefois, il y a longtemps, quand les humains avaient la tête entre les deux épaules, on savait que la notion abstraite du Nombre ne devait pas être confondue avec la notion de quantité. »

Honoré de Balzac écrivait : « Tout ici-bas n'existe que par le Mouvement et le Nombre ; le Mouvement est en quelque sorte le Nombre agissant. »

Étienne Pivert de Sénancourt, mort en 1846, disait : « Pourquoi chercher à rire des Anciens qui regardaient les Nombres comme le principe universel ? L'étendue, les forces, la durée, toutes les propriétés des choses naturelles ne suivent-elles pas la loi des Nombres ? Ce qui est à la fois réel et mystérieux, n'est-il pas ce qui nous avance le plus dans la profondeur des secrets de la nature ? »

Il existe cependant plusieurs écoles de numérologie :

— L'Occidentale, qui est le propre de ce cours.

— L'Américaine, qui prend en compte tous les prénoms, ce que nous ferons lors de

l'élaboration de la TABLE D'EXCURSION, ou encore quand on essaiera de discerner le

POTENTIEL du VÉCU.

— Celle issue de la kabbale, avec des équivalences lettres/nombres particulières.

— L'Indienne, qui se base uniquement sur la date de naissance.

Première approche

base uniquement sur la date de naissance. Première approche C'est ce qui est potentiel , créé,

C'est ce qui est potentiel, créé, mais non encore manifesté. Il permet le passage d'un cycle accompli à un autre : 10 = 1 + 0 = 1.

Il est l'objet sans valeur déclarée, mais qui confère à d'autres de la

ou alors annule quand il précède.

valeur (10, 100

),

C'est l'Ouroboros, ou l'œuf. Il n'a ni début, ni fin.

Début, amorce, commencement, principe de vie, masculin, actif. Premier de la série, il débute, émane, , amorce, commencement, principe de vie, masculin, actif. Premier de la série, il débute, émane, se veut le numéro UN, égocentrique pour le moins, autoritaire, énergique, plein de vitalité. Yang, il représente les signes solaires.

Il est la base, la flamme du départ, le principe seul. Il concentre toutes les potentialités de l'être qui existaient à l'état informel dans le ZÉRO.

Il est source manifestée, le centre, le Père, principe d'existence, de tout mouvement, de toute vie, voire d'efficacité (l'Union fait la force).

Il est donc Unification, réalisation, affirmation du Moi. « Tout l'Univers est contenu dans l'Unité », disait Pascal.

Féminin, yin, passif, réceptif, Pythagore l'assimilait à la notion de couple. Nombre de dualité, de gestation par rapport , Pythagore l'assimilait à la notion de couple. Nombre de dualité, de gestation par rapport à l'unité du UN, il réagit par sensation, par perception. Il recherche l'harmonie, l'entente, l'accord.

Première division, dédoublement du UN, il est aussi son reflet.

Le

multiplicité.

mouvement

du

UN

fait

apparaître

la

polarité

(le

2),

source

de

toute

Symbole du rythme, de la différenciation, il est donc à la fois complémentarité et

antagonisme, duo ou duel.

Nombre de la mère, très lunaire, avec un élément Eau, d'où son « lunatisme » ou sa cyclothymie.

IssuEau, d'où son « lunatisme » ou sa cyclothymie. Expression de la vie, il est la

Expression de la vie, il est la « synthèse » entre la « thèse » du UN et l'

« antithèse » du DEUX. Jamais deux sans trois de l'homme (UN) et de la femme (DEUX).

C'est la naissance par la rencontre

de

la

fusion

entre

le

1

et

le

2,

il représente la

création.

Si nous percevons images et sons en relief, grâce à des organes symétriques, un troisième principe permet la synthèse des perceptions, coordonne les sensations. Il permet par conséquent comparaison et nuancement.

UN dynamise le DEUX qui réunifie le UN.

Triangle, trinité, principe fondamental (statique, dynamique, équilibre ou encore création, destruction, conservation), il est présent, passé et avenir.

« Trépas » signifie le « triple pas » qu'il faut accomplir pour se libérer des trois enveloppes, physique, animique et mentale.

Il possède une connotation de spontanéité, d'aisance naturelle, de qualité de communication, de sociabilité, d'optimisme quand on ne trouve pas des tendances superficielles ou par trop épicuriennes.

Jupitérien, fait de Feu, il est création (symbole sexuel du triangle).

Carré, solide, statique, le 4 représente la réalisation , l'action , le devoir . Il est aussi stable, ordonné que fermé, limité, réalisation, l'action, le devoir. Il est aussi stable, ordonné que fermé, limité, avec ses faces lisses et ses angles piquants, son assise quand on s'appuie dessus, son blocage lorsqu'on s'enferme dedans.

Il représente la manifestation, le concret, la base de tout édifice durable dans un monde marqué par sa dualité (2 + 2).

Mais 1 + 2 + 3 + 4 = 10 = 1

Ce sont les limites imposées liées aux valeurs traditionnelles de rigueur, de discipline. Les notions de travail, de construction et de mérite dominent.

Il est structure, densification, formalisation tangible, manifestation concrète.

Il aboutit à la psyché humaine, totalité des processus psychiques conscients et inconscients, chez Jung (pensée, sentiment, intuition, sensation).

Il signifie simultanément efforts, mais construction, frustrations, mais désir de stabilité, labeur, mais concrétisation, contraintes, mais ténacité, lutte, mais aboutissement, limitations, mais sécurité, bataille, mais endurance, austérité, mais acquisition.

Il est alors très terrien.

Après l'ouvrage du 4, le 5 est le repos , le changement . Il parle de liberté personnelle, d'évolution, de découverte, fait du repos, le changement. Il parle de liberté personnelle, d'évolution, de découverte, fait du QUATRE plus UN, l'esprit opposé à la matière, situé à mi-chemin entre le UN et le NEUF, nombre de l'Homme, mi-ange mi-bête, nombre également du pentacle, spirituel quand il est dirigé vers le haut, charnel quand il descend vers le bas. Corps et âme

Axe central des nombres premiers, il relie toutes les énergies, expérimente, progresse, valorise, évolue, ouvre, mais représente aussi la loi de cause à effet qui sanctionne ou récompense les actions individuelles.

Extension et mobilité, changement et liberté, il peut être instable, abusif, avec une forte notion de plaisirs sensoriels.

Le pentagramme symbolise d'ailleurs l'union du principe mâle et du principe femelle, image de l'androgyne initial (voir Platon).

Ce sont les cinq Eléments chinois (Eau, Feu, Bois, Métal, Terre), leurs cinq sentiments (colère, plaisir, joie, peine, amour).

Très mercurien, il est communication, libre comme l'air, et yang, conquérant.

Le papillon s'arrête de butiner. L'oiseau cherche son nid. Le SIX représente l'image de la beauté dans la forme, la quête d'harmonie , d'équilibre entre les manifestations premières matérielles (1, beauté dans la forme, la quête d'harmonie, d'équilibre entre les manifestations premières matérielles (1, 2 et 3), avec les résultantes matérielles, celles du Créateur (4,5 et 6).

Symbole d'union ou d'opposition, entre évolution et involution, il représente le triangle céleste (spirituel) opposé au terrestre (matériel).

Somme (1 + 2 + 3) et produit (1 x 2 x 3) des trois premiers nombres, il devient donc source de toute chose, lié au processus de création.

Nombre du choix de la liberté humaine, découverte en 5, il offre action et responsabilités, récompense ou épreuves.

Recherche d’harmonie, mais hésitation, il désire l’affection, l'amour, l'union, proche du 2, mais avec, en plus, acceptation, conscience, en assumant responsabilités et obligations sous peine de séparation ou de sanction.

Bien ou mal, il est Lucifer, le 666, l'archange rebelle, nombre du péché dans l'Apocalypse, ou encore Vénus, l'Amoureux du tarot, tendant vers l'esthétique, les sentiments, l'adaptation, la paix, la médiation, la beauté.

SIX vient du latin sex, parent de sexus.

Nombre du foyer, du patrimoine, il renferme la notion de service et de libre arbitre. Il possède une dimension sociale et humaine. Il se teinte d'art.

Sensualité, facilité, tentations, servitudes, séparation, désaccord, doute, il est en même temps le contraire, aussi bien Air que Terre.

L'amour du 6 est yin, conciliant, féminisant.

TROIS (le Ciel) + QUATRE (la Terre) = SEPT, totalité de l'Univers créé. Il est analyse et synthèse : à partir des trois couleurs primaires, on reconstitue tout le spectre analyse et synthèse : à partir des trois couleurs primaires, on reconstitue tout le spectre (le 1), par le truchement des sept couleurs. C'est aussi la base de la photosynthèse. Le SEPT ouvre ou ferme l'évolution. Il représente l'intériorité, l'intellect, la spiritualité, nombre sacré et malaisé, car très trouble et ambivalent.

L'esprit souhaite dominer la matière, avec réflexion, recherche, méditation, leçons tirées du passé et projection dans l'avenir, concentration, retrait, distance, quête des causes existentielles, ouverture aux choses de l'esprit.

Animé de vie intérieure, le 7 facilite le sens de l'observation et la qualité d'analyse. Il est isolement ou solitude, quête de calme et de sérénité, études, spécialisation, indépendance, évasion, voyages dans toute l'acception du terme.

Nombre des mers, du magnétisme et de la spiritualité, souvent retrouvé comme symbole du temps ou des éléments, il est à la fois symbole de la totalité de l'espace et du temps, notion cosmique, perfection, tout comme repli, secret, pertes matérielles. Il est évolution mais silence, sagesse mais secret, calme apparent et passion rentrée, froideur extérieure et volcan intérieur, maturation lente mais profonde.

Neptunien, il est évidemment Eau.

Après le mental enrichi du SEPT, l'acte doit suivre la pensée. Après avoir fait le point, choisi un cap, on se l'acte doit suivre la pensée. Après avoir fait le point, choisi un cap, on se remet à l'ouvrage, avec une vision plus concrète et lucide des choses. Nombre de la justice, de la récolte. 2' (2 x 2 x 2 = 8), il est la totale incarnation de l'esprit dans une matière qui devient elle-même créatrice et autonome, qui organise ses propres lois.

C'est le visible et l'invisible de l'Oméga, symbole de l'infini (son graphisme est l'Oméga redressé), la dureté du DEUX fois le QUATRE, la loi qui se manifeste,

récompense ou sanctionne, épreuve, défi, maîtrise ou sanction, facture, tout ou rien, quitte ou double.

C'est la croissance de l’Homme, son développement par l’accumulation du savoir et du pouvoir.

Double, il peut construire comme détruire, avoir comme perdre, récolter comme payer. L'homme est responsable du fruit de ses actes, ou de ses dettes, de ses profits ou de ses faillites, de la construction ou de la fracture.

Il représente la concrétisation et la puissance d'exécution, la dimension pratique et matérielle, le karma, le pouvoir et la quête de maîtrise absolue ainsi que de prestige.

Apparenté aux planètes Saturne et Uranus, il est surtout plutonien.

aux planètes Saturne et Uranus, il est surtout plutonien. Somme des neuf premiers nombres (1 +

Somme des neuf premiers nombres (1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 = 45 = 9), le NEUF se réduit à lui-même : 3 x 9 = 27 = 9. Il est donc un symbole d’accomplissement. C'est la fin et le recommencement, l'achèvement d'un cycle et la préparation d'un autre.

« Neuf » signifie bien nouveau !

Il déborde du cadre matériel du HUIT pour toucher les plans intellectuels ou spirituels. C'est l'aboutissement, la fin du voyage, la somme des connaissances acquises.

Il tend vers l'amour universel, aux dépens de l'amour unique. Nombre de la mission et de la transmission, de l'apostolat, de l'idéal, parfois utopique, il est typiquement l'Ermite des tarots.

Le novénaire implique aussi une épuration nécessaire, une purification obligatoire afin de délester la nacelle afin qu'elle puisse s'élever.

Il est donc le bilan, avec récompenses ou pertes, voyages et découvertes, grandeur, universalité, régénération, ouverture sur les grands horizons, générosité, compassion, humanité, mais également sacrifice, abandons, peine, sanction si l'on n'a pas assez évolué, si l'on est encore englué dans la matière et les apparences.

C'est la disponibilité, le dévouement, l'enseignement, tout comme une forte hyperémotivité. Le 9 fait penser à Diogène, à Don Quichotte ou à mère Teresa. Sa finalité est d'ordre spirituel et collectif.

D'élément Feu, on y trouve autant Saturne, le temps, que Mars et son côté téméraire.

qui sont considérés comme des « maîtres nombres ».

Unité redoublée, puissance amplifiée, la concrétisation atteint un niveau élevé et d'ordre mental, intellectuel et spirituel, jamais matériel. L'Idéal est à réaliser au sein d'un support associatif, sur une base d'inspiration.qui sont considérés comme des « maîtres nombres ». C'est le messager , le go-between. Notoriété,

C'est le messager, le go-between.

Notoriété, succès, mais fragilité nerveuse et émotive, le 11 apporte des vibrations intenses et difficiles à porter, comme à supporter.

Il est deux fois le 1, positif, mais aussi se réduit au 2 plus fragile, indicateur de dualité !

Révélateur, signe de maîtrise spirituelle, d'exigences de vie, de devoir et de mission universels, la démarche se doit d'être altruiste, teintée de sacrifices personnels.

Force dans les tarots, il représente le courage, la prédominance de l'esprit sur la matière, mais lutte et tension.

Sous l'influence du 11, on doit apporter, révéler, guider, conseiller, loin de tout intérêt personnel ou de tout objectif égoïste.

Intense, ce nombre s'apparente à Uranus et à la dernière-née : Orion.

Folie ou grandeur, tout est disproportionné chez ce 4 démultiplié, à l'ouvrage considérable et universel . Les risques sont en proportion et l'ouvrage énorme, matériel, concret. l'ouvrage considérable et universel. Les risques sont en proportion et l'ouvrage énorme, matériel, concret. Ce nombre extrême, puissant, conquérant, signe de raison et de sagesse suprême dans la kabbale, est un signe extraordinairement puissant, qui peut tout : construire pour l'humanité ou l'opprimer, apporter au plus grand nombre ou détruire, matériellement, physiquement.

Rayonnant, il est considérablement magnétique, d'où des possibilités pour guérir ou tuer.

Il est, plus encore que le 8, tout ou rien, mystique ou démence, don ou abandon, réussite hors du commun ou sanction brutale et sans appel.

Il implique souvent des risques de déséquilibre psychique, physique, mental, nerveux, affectif, en toute surexcitation et imprudence.

Pluton le régit sans demi-teintes aucunes.

Le caractère des nombres

À partir de ces influences et vibrations premières, on peut commencer à définir sommairement les caractéristiques principales de ces nombres :

les caractéristiques principales de ces nombres : — Positif : volonté, personnalité, activité,

Positif : volonté, personnalité, activité, dynamisme, énergie, savoir- faire, courage, hardiesse, confiance en soi, leadership, initiative, prospection.

Désir de réussite et d'honneurs.

— Mal équilibré : risques de paresse, de doute, ou alors d'arrivisme, de suffisance et de tyrannie.

Positif : sensibilité, émotion, imagination, rêverie, sociabilité, diplomatie, collaboration, coopération, recherche Positif : sensibilité, émotion, imagination, rêverie, sociabilité, diplomatie, collaboration, coopération, recherche d'équilibre et de compagnie, union, discrétion.

Dualité.

— Mal équilibré : risques d'amoralité, de lunatisme, d'indécision, d'utopie, de passivité, d'inhibition.

d'utopie, de passivité, d'inhibition. — Positif : expression, créativité, sociabilité,

Positif

:

expression,

créativité,

sociabilité,

épicurisme,

communication, persuasion, sens pratique, optimisme, ambition.

Habileté, générosité, sensualité.

— Mal équilibré : risques d'amateurisme, de pédantisme, de dispersion, d'orgueil, de frivolité.

de pédantisme, de dispersion, d'orgueil, de frivolité. — Positif : organisation, ordre, méthode, solidité,

— Positif : organisation, ordre, méthode, solidité, pratique, devoir, rigueur, discipline, raison, régularité, souci du détail, recherche du vrai et du durable.

Concentration.

— Mal équilibré : risques d'étroitesse de vue, d'avarice, de maniaquerie, de

mesquinerie, de rébellion.

mesquinerie, de rébellion. — Positif : liberté, aventure, curiosité, variété, changement, innovation,

Positif

:

liberté,

aventure,

curiosité,

variété,

changement,

innovation, renouvellement, contacts humains, adaptabilité, intuition.

Goût de la lutte, de la nouveauté, désir de s'élever, indépendance personnelle.

— Mal équilibré : risques d'impulsions irréfléchies, d'imprudences, de dispersion, d'instabilité, de libertinage, de dissimulation, d'abus sexuels.

Positif : amour, idéalisme, harmonie, conciliation, responsabilités, quiétude, confort, sensibilité, esthétisme. Positif : amour, idéalisme, harmonie, conciliation, responsabilités, quiétude, confort, sensibilité, esthétisme. Douceur, affectivité.

— Mal équilibré : risques de sensualité débordante, de chantage affectif, de ruptures, d'instabilité, d'indécision.

de ruptures, d'instabilité, d'indécision. — Positif : sagesse, calme, réflexion, méditation,

Positif : sagesse, calme, réflexion, méditation, application,

prudence, vie intérieure, analyse, spiritualité, perfectionnisme, indépendance.

Sérénité, foi, recherche des causes premières, silence, profondeur.

— Mal équilibré : risques de doutes, d'inquiétude, de mélancolie, de chimères, de repli sur soi, d'insubordination, de fanatisme, de dissimulation.

soi, d'insubordination, de fanatisme, de dissimulation. — Positif : autorité, pouvoir, maîtrise, réussite

Positif

:

autorité,

pouvoir,

maîtrise,

réussite

matérielle,

construction, justice, ascendant, force, rationalité, logique.

Résistance, pragmatisme.

— Mal équilibré : risques d'extrémisme, d'ambition démesurée, d'arrivisme, de domination, d'excès, de destruction, de sectarisme, de malhonnêteté.

de destruction, de sectarisme, de malhonnêteté. — Positif : idéal, altruisme, quête du spirituel,

Positif : idéal, altruisme, quête du spirituel, humanité, mission et transmission, amour universel, transmutation, conseil, guidage.

Compréhension, fraternité, générosité.

— Mal équilibré : risques d'utopie, de révolte, de naïveté ou de scepticisme, de misanthropie, de pessimisme ou d'égocentrisme.

Positif : intuition, force, ascendant, conseils, grand idéal, aide, révélations, courage, vaillance, ambition. Positif : intuition, force, ascendant, conseils, grand idéal, aide, révélations, courage, vaillance, ambition.

Personnalité, capacités, nervosité.

Mal

équilibré

impatience.

:

arrivisme,

tyrannie,

égoïsme,

extrémisme,

sectarisme,

Positif Positif

intégrité, ascendant, sens pratique, protection.

:

création,

construction

universelle,

force,

maîtrise,

Puissance, magnétisme.

-

Mal

équilibré

imprudences.

:

violence,

abus,

déraison,

absolutisme,

destruction,

Aucun exercice ne vous attend encore. Prévoyez néanmoins du papier et de quoi écrire pour les chapitres suivants.

LEÇON 2

L'élaboration d'un thème

Le propos de ces cours est de pouvoir établir un thème, d'acquérir une méthodologie progressive, de mettre en place les données et d'être à même

d'interpréter. Etant donné la profusion des renseignements, la vision globale, de

synthétique risque de devenir confuse

Points importants

et les erreurs d'apparaître.

@ Premier point :

Quels que soient les nombres obtenus, il faut tenir compte de leur interactivité, ce que l'on appelle les contrastes simultanés en chromatologie.

Un nombre seul est vide. Il se colore, s'amplifie, s'infirme suivant son environnement. C'est le même défaut qu'en astrologie lorsqu'on parle de Cancer ou de Balance, par exemple. Quel ascendant ? Où se trouvent la Lune, Vénus, Jupiter, etc. ?

Donc, ne jamais parler d'un nombre isolé.

@ Second point :

Nous sommes évolutifs. Le schéma psychologique n'est pas statique. Il faut donc éviter des « jugements » définitifs et à l'emporte-pièce.

Ce qui est décelé dans l'analyse du caractère de départ doit être mis en équation avec le CHEMIN DE VIE, les CYCLES et les RÉALISATIONS pour mieux discerner le parcours de telle ou telle personnalité.

Toujours comparer l'identité de base avec son évolution dans le temps.

@ Troisième point :

En ce qui concerne la prospective, on dessine des tendances, on balise la route, on éclaire le chemin, on dessine des courants.

La numérologie prévient, conseille, avertit, mais ne prédit jamais !

C'est la raison pour laquelle ce cours progresse pas à pas, clarifie les données, en dépit de l'impatience et de la facilité apparente de la numérologie.

Grille d'équivalence

On part évidemment d'une grille d'équivalence entre les LETTRES et les NOMBRES. On attribue à chaque lettre, une à une, une valeur numérique selon la grille ci- dessous, et on additionne ces chiffres.

Chaque addition de lettres (transformées en chiffres) donne un total (un « sous- nombre ») que l'on réduit, en additionnant entre eux les chiffres qui composent ce sous-nombre, à un nombre compris entre 1 et 9, sauf le 11 et le 22.

à un nombre compris entre 1 et 9, sauf le 11 et le 22. Exemple de

Exemple de réduction :

P

É

D

A

G

O

G

I

E

7

5

4

1

7

6

7

9 5 = 51 (sous-nombre) = 5 + 1 = 6 (nombre réduit).

Les premiers outils

Pour l'élaboration de notre portrait psychologique, nous sommes composés de matériaux de construction. La numérologie se basant sur notre identité de naissance, les premiers outils de connaissance d'un individu sont :

@ Le NOMBRE DE MOTIVATION (ou NOMBRE ACTIF), issu de l'addition (réduite

ensuite) de toutes les lettres de notre prénom. C'est lui qui nous fait réagir, qui nous concerne, qui nous distingue (leçon 3).

@ Le NOMBRE DE DÉPART (ou HÉRÉDITAIRE), issu de l'addition (réduite ensuite) de

toutes les lettres (de notre nom de famille (de naissance toujours). Il s'agit de notre bagage, de nos gènes (leçon 4).

Simples matériaux de construction, ils existent néanmoins, et c'est grâce à eux que

l'on obtient dans un premier temps l'immeuble qui nous représente.

@ Le NOMBRE INTÉRIEUR (ou INTIME) s'obtient par l'addition (réduite ensuite) de

toutes les voyelles du prénom usuel et du nom de naissance. Il dessine la face cachée, immergée de l'iceberg, nos vœux, nos aspirations intimes, notre moi profond, souvent notre inconscient (leçon 5).

Premier nombre important.

@ Le NOMBRE EXTÉRIEUR (ou DE RÉALISATION) s'obtient par l'addition (réduite

ensuite) de toutes les consonnes du prénom usuel et du nom de naissance. Il indique la façade de l'immeuble, ce que nous projetons, ce que les autres

perçoivent de nous (leçon 6).

Second nombre important.

@ Le NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION) s'obtient par l'addition

(réduite ensuite) de toutes les lettres du prénom et du nom (consonnes et voyelles). Il s'obtient également par l'addition (réduite ensuite) du NOMBRE INTÉRIEUR (voyelles de l'identité complète) et du NOMBRE EXTÉRIEUR (consonnes de l'identité complète), ce qui permet de vérifier si on a affaire à une personnalité 11 ou 2, 22 ou 4. Il indique qui nous sommes, comment nous nous comportons, quelle est notre nature (leçon 7).

Troisième nombre important.

On vérifiera plus tard comment chacun de ces nombres est assumé et, en fin de parcours, les harmonies ou les discordances entre ces différentes données.

@ La GRILLE D'ÉVALUATION (ou D'INCLUSION). On comptabilise combien

de lettres de valeur 1 (A, J et S), 2 (B, K et T), etc., comportent le prénom et le nom. On remplit les cases d'une grille spéciale et cela donne deux résultats capitaux, déterminants, essentiels : une vision quantitative et une vision qualitative de chaque vibration propre à chacun des neuf

nombres premiers.

Ce point est extrêmement parlant, révélateur et important. C'est lui qui permet d'affiner l'analyse, de voir comment chaque nombre antérieur se réalise et de quelle manière (leçon 8).

@ Les lettres (leçon 9) :

— La PIERRE ANGULAIRE (ou initiale du prénom).

— La PREMIERE VOYELLE DU PRÉNOM (ou les premières voyelles en cas de prénoms composés).

L'INITIALE DU NOM DE FAMILLE.

— La PREMIERE VOYELLE DU NOM de famille.

— La DERNIERE LETTRE DU NOM de famille

— La LETTRE CENTRALE du patronyme complet.

On peut alors procéder par une vision analytique, pour vérifier, via les lettres et leurs significations, les renseignements apportés par les nombres.

@ Le NOMBRE D'ÉQUILIBRE, obtenu en additionnant les initiales du prénom et du

nom de famille, parle de l'équilibre de chacun, où et comment il doit se trouver

(leçon 10).

@ Le NOMBRE DU SUBCONSCIENT, obtenu en ôtant de 9 (nombre total des cases

de la GRILLE D'ÉVALUATION) le nombre de cases manquantes (vides), décrit la façon dont nous réagissons immédiatement, sans réfléchir, nos réactions impulsives et profondes (leçon 10).

@ Le NOMBRE DU DYNAMISME, obtenu par l'addition du NOMBRE DE MOTIVATION

avec le jour de naissance, indique comment vous réagissez face à une difficulté (leçon 10).

@ Les DÉFIS PERSONNELS (ou AVERTISSEMENTS).

— Le DÉFI EXTÉRIEUR de la personnalité, obtenu en soustrayant la première consonne du prénom et la dernière consonne du nom.

— Le DÉFI INTÉRIEUR de la personnalité, obtenu en soustrayant la première voyelle du prénom et la dernière voyelle du nom.

— Le DÉFI DE PERSONNALITÉ, obtenu en additionnant ou en soustrayant (deux techniques différentes) ces deux nombres.

Ces DÉFIS (ou avertissements) doivent obligatoirement se comparer avec le contenu de la GRILLE D'ÉVALUATION (leçon 10).

@ NOMBRES KARMIQUES : en cas de manque dans la GRILLE D'ÉVALUATION, chaque

nombre absent est appelé KARMIQUE. Loi de cause à effet, leçon à apprendre, cela joue au départ de l'existence, se maintient si aucun CYCLE ou aucune RÉALISATION

de vie ne vient corriger ce manque (leçon 10).

Lorsqu'un DÉFI équivaut à un NOMBRE KARMIQUE, le message n'en est que plus important.

@ Enfin, on essaie de voir quels rapports existent entre les NOMBRES (leçon 11).

~~

Cela conclut la première approche, celle d'un premier niveau.

N. B. : Le tiret d'un prénom ou nom composé ne compte pas.

Les cas particuliers

Le nom marital :

Si les calculs se basent sur le nom marital, les renseignements toucheront à l'apparence, au rôle social extérieur. Le noyau de la personnalité demeure celui de naissance, bien évidemment.

Mesdames, lorsque vous vous mariez, abdiquez-vous toute personnalité ? Heureusement pas ! Vous paysagez votre planète de départ de manière autre, voilà tout. Cela est révélateur lorsqu'on considère le cas de femmes chefs d'entreprise, scientifiques ou jouant un rôle politique. Elles offrent un visage, réagissent ou possèdent des qualités que la femme privée peut cacher ou taire. Histoire de talon d'Achille à révéler ou non, de prises de responsabilités.

— Encore faut-il que le nouveau patronyme ne crée pas de divorce profond avec la

nature intime de la personne. Certains noms ajouteront des qualités, d'autres, au

contraire, minimiseront le capital départ.

— Encore faut-il que cette nouvelle identité facilite au lieu de handicaper le CHEMIN DE VIE qui, lui, ne change pas puisqu'il se base sur la date de naissance. S'agit-il d'un atout ou d'une défaillance ?

— Les initiales changent aussi, et la RÉALISATION de l'individu peut devenir autre.

Des exemples ?

Simone (3) Jacob (4) est devenue maritalement Simone (3) Veil (3), née le 13.07.1927 :

— CHEMIN DE VIE : 13 + 7 + 1927 = 1947 = 1 + 9 + 4 + 7 = 21 = 2 + 1 =3.

Simone Jacob (PERSONNALITÉ 3 + 4 = 7) a donné Simone Veil (PERSONNALITÉ 3 + 3 = 6) avec un même CHEMIN DE VIE 3. On peut considérer que ce changement d'identité sociale est un plus, puisque le nombre du CHEMIN DE VIE s'accorde mieux avec le 6, lui-même composé de deux fois le 3, que le 7, plus sélectif et perfectionniste.

— NOMBRE D'ÉQUILIBRE de Simone Jacob : S + J = 1 + 1 = 2, coopération, réceptivité.

— NOMBRE D'ÉQUILIBRE de Simone Veil : S + V = 1 + 4 = 5, mouvance, novation.

~~

Marie Sklodowska devint Marie Curie, née le 07.11.1867 :

— CHEMIN DE VIE : 7 + 11 + 1867 = 1885 = 1 + 8 + 8 + 5 = 22 ou 4. Marie Sklodowska

(PERSONNALITÉ 1 + 4 = 5) réalisa des découvertes sous le nom de Marie Curie (PERSONNALITÉ 1 + 2 = 3), avec un CHEMIN DE VIE 4, sérieux, équilibré, restrictif mais aussi constructif.

— NOMBRE D'ÉQUILIBRE de Marie Sklodowska changement.

:

M

+

S

=

4

+

1

=

5,

liberté,

— NOMBRE D'ÉQUILIBRE de Marie Curie : M + C = 4 + 3 = 7, recherche, études.

Le pseudonyme :

Si on se base sur une identité différente que celle de naissance — comme un pseudonyme pour une actrice ou un comédien, qui sert dans l'activité professionnelle —, ce sera alors l'analyse de la personne dans le cadre de son métier. C'est un peu identique au rôle que joue le nom marital, ce qui sera également d'autant mieux assumé que les nombres de naissance et les autres se trouvent en harmonie.

En ce qui concerne le CHEMIN DE VIE, il faut alors considérer la date réelle et celle à laquelle on a décidé de changer d'identité, comme si on s'accordait une nouvelle naissance. Cela accorde souvent un autre parcours, ce qui permet de différencier la vie personnelle de la carrière.

Des exemples ?

Rosemary Albach-Retty, plus connue sous le nom de Romy Schneider, née le 23.09.1938 :

CHEMIN DE VIE : 23 + 9 + 1938 = 1970 = 1 + 9 + 7 = 17 = 1 + 7 = 8, adoptant le nom de sa mère en 1953, pour le film les Lilas blancs.

Nouveau CHEMIN DE VIE, professionnel : 23 + 9 + 1953 = 1985 = 1 + 9 + 8 + 5 = 23 =

5.

Notez qu'ici, c'est le nom qui est composé. L'héritage, l'hérédité, devient alors bipolaire, composé en premier lieu d'Albach, puis ensuite de Retty

Rosemary (6) Albach-Retty (9-7) : — Prénom 6 : sensible, émotif.

— Nom 7 : intériorisé, insatisfait, peu doué pour la réalité concrète.

— Résultat : 6 + 7 = 13 = 4.

CHEMIN DE VIE 8, de réalisation forte mais difficile.

Romy (8) Schneider (4) :

— Prénom 8 : Avec un certain ascendant.

— Nom 4 : net, clair, précis.

— Total : 8 + 4 = 12 = 3, expressif, créatif.

CHEMIN DE VIE 5, nombre de Mercure et de la comédie. — NOMBRE D'ÉQUILIBRE : R + S = 9+ 1 = 10 = 1.

Le même nombre se retrouve ici et là, signe de nécessité à s'affirmer. Qui peut prétendre que la vie privée de cette femme remarquable ait été plus heureuse que sa carrière ? Les nombres le confirment.

~~

Simone Roussel, autrement dit Michèle Morgan, née le 29.02. 1920, ce qui lui permet de fêter son anniversaire tous les quatre ans, pseudonyme trouvé en 1937, à l'occasion du tournage de Gribouille.

Simone (NOMBRE DE MOTIVATION 3) Roussel (NOMBRE DE DÉPART 1) a un NOMBRE DE PERSONNALITÉ 4 (3 + 1). — CHEMIN DE VIE : 29 + 2 + 1920 = 1951 = 16 = 7.

— NOMBRE D'ÉQUILIBRE : S + R = 1 + 9 = 10 = 1.

Michèle (NOMBRE DE MOTIVATION 1) Morgan (NOMBRE DE DÉPART 5) a un NOMBRE DE PERSONNALITÉ 6 (1 + 5).

— CHEMIN DE VIE : 29 + 2 + 1937 = 1968 = 24 = 6, en harmonie avec le profil de sa personnalité d'actrice.

— NOMBRE D'ÉQUILIBRE : M + M = 4 + 4 = 8.

Le diminutif :

Enfin, si l'on utilise un diminutif, rien que ce terme semblant péjoratif aux yeux de certains, la planète de départ ne change toujours pas, mais les réactions sont atténuées ou amplifiées par l'apport de ce placage subi ou recherché.

Les enfants sont très sensibles à ce double appel, l'un officiel, l'autre plus intime. Certains se sentiront sécurisés, d'autres refuseront ce qu'ils considèrent comme une privauté péjorative.

Un Philippe ne réagira pas tout à fait comme Philou. Philippe correspond au nombre 1, désirant s'affirmer. Philou devient un 9, tout à l'opposé, plus altruiste. Même si cela correspond à sa réalité, il apprécie peu qu'on le révèle. Philippe sera du vif-argent, nerveux et rapide, au contraire de Philou qui se laisse amadouer par des arguments sensibles.

Un Emmanuel entendra différemment si on l'appelle Manoli ou Manu, par exemple. Emmanuel (nombre d'EXPRESSION PERSONNELLE 3) aime bien son prénom et pas tellement qu'on l'ampute ou le transforme, sous quelque motif que ce soit. Manoli devient un 1 factice ou plaqué de force, et Manu un 4 plus restrictif.

Manoli aura tendance à devenir l'épicentre, alors que Manu se sentira bloqué, plus renfermé.

Les prénoms composés :

Dans ce cas, et ce n'est pas toujours une facilité, l'apport est double. Si les deux tendances tirent dans le même sens, tout est bien. Si, au contraire, il existe des différences flagrantes, la personnalité peut devenir dualitaire, se sentir tirée à hue et à dia.

Ainsi, Anne-Marie, commençant par Anne (7) et suivie par Marie (1), aboutit à un 7 + 1 = 8 fait d'introspection par le 7 introverti, d'affirmation de soi par le 1 extraverti, pour aboutir au 8 entier et absolu. Le A + M = 1 + 4 = 5, trouve son équilibre dans la mouvance, les échanges.

Marie-Françoise, débute par Marie (l) et s'achève sur Françoise (9), ce qui donne un

1 + 9 = 1 apparent, dynamique, entraînant, mais entaché de doutes et d'idéalisme par le 9. M + F = 4 + 6 = 10 = 1, l'équilibre se fonde sur la réalisation de son ego, mais à partir de doutes et des remises en cause provoqués par le 9 et le 10.

Jean-Pierre, avec Jean, un 3 communicatif, social, se poursuit par Pierre, 8, plus rigoureux, intense, sans grande demi-mesure. Cela donne un 8 + 3 = 11, nombre d'intensité, de nervosité, animé de très bonnes intentions, mais pas toujours très adroit. J + P = 1 + 7 = 8, confirmation du nombre de Pierre, qui accorde une tendance absolutiste et exclusive au caractère.

Jean-Louis amorce son approche par Jean, le 3 déjà vu, mais se termine par Louis,

un 4, net et carré, relativement éloigné du côté éloquent du 3. Le résultat donne un 3 + 4 = 7, un profil secret, proche de la terre et des choses vraies. J + L, soit 1 +

3 = 4, lui aussi confirmant la seconde partie du prénom et trouvant son équilibre dans la stabilité et la durabilité.

Exemple d'analyse complète

Voici, à titre d'exemple, le panorama complet des nombres représentatifs d'une personnalité, nombres que vous allez apprendre à déterminer au fur et à mesure des leçons de ce livre.

Pour Norma Jean Baker, véritable nom de Marilyn Monroe ( 1 ) :

Prénom, NOMBRE DE MOTIVATION : 1

11

Nom, NOMBRE DE DÉPART

:

1

8

Voyelles, NOMBRE INTÉRIEUR

:

1

7

Consonnes, NOMBRE EXTÉRIEUR : 1

3

NOMBRE DE PERSONNALITÉ

: 2

1

EVALUATEUR :

Norma Jean Baker :

   

Marilyn Monroe :

Quatre fois le 1

— Une fois le 1

Deux fois le 2

— Zéro fois le 2

Zéro fois le 3

— Une fois le 3

Une fois le 4

— Deux fois le 4

Quatre fois le 5

— Trois fois le 5

Une fois le 6

— Deux fois le 6

Zéro fois le 7

— Une fois le 7

Zéro fois le 8

— Zéro fois le 8

Deux fois le 9

— Trois fois le 9

 

PIERRE

NJ

M

 

ANGULAIRE :

NOMBRE

8

8

D'ÉQUILIBRE :

NOMBRE DU SUBCONSCIENT :

 

6

7

DÉFI EXTÉRIEUR :

 

4

5

DÉFI INTÉRIEUR :

 

1

4

DÉFI DE PERSONNALITÉ :

5

9

NOMBRES

KARMIQUES :

3, 7, 8

2, 8

( 1 ) Marilyn Monroe est née de Gladys Pearl Baker, née Monroe, et de père inconnu vu le nombre d'amants que sa mère avait eu. Ce n'est qu'à 16 ans, à l'occasion de son premier mariage, qu'on lui attribua un père, un certain Edward Mortenson, boulanger de son état, mort en 1929. De sa naissance à l'âge de 16 ans, elle fut donc légalement Norma Jean Baker. Elle devint Norma Jean Mortenson juste avant son hymen, nom qu'elle ne porta en fait jamais.

Norma Jean Baker. Elle devint Norma Jean Mortenson juste avant son hymen, nom qu'elle ne porta

LEÇON 3

Le nombre de motivation

Premiers matériaux de construction : le prénom ou NOMBRE DE MOTIVATION (ou ACTIF) et le nom de famille : NOMBRE DE DÉPART (ou HÉRÉDITAIRE) nous composent. Ils indiquent les premières bases.

Note : il est cependant nécessaire de comprendre, dès maintenant, l'importance des voyelles et des consonnes.

— Les voyelles représentent l'émanation profonde, la sensibilité intime, la face cachée du verbe.

— Les consonnes, au contraire, s'extériorisent, concrétisent, manifestent. Elles

mettent en place des structures et représentent la dimension concrète de l'existence, possédant une influence sur le plan extérieur, les relations sociales, le domaine professionnel.

Nous verrons plus tard en quoi cette distinction peut servir à mieux cerner cette première approche, lors de l'étude du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), et elle deviendra capitale lors de l'étude des NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR, ultérieurement.

Il est évident qu'il existe des points communs entre les Sophie et les Michel, par exemple. Cela ne signifie pas que toutes les Sophie et que tous les Michel soient identiques, tant s'en faut !

Néanmoins, on réagit à l'appel de notre prénom. Il nous distingue, nous personnalise à première vue. Il n'est pas tout, mais il fait partie de nous-mêmes.

C'est la première couleur, la première approche, le premier matériau. En voici donc les caractéristiques principales.

Calcul : il se fait par l'addition de toutes les valeurs des lettres du prénom, que l'on réduit ensuite. Exemple :

M

A

R

I

L

Y

N

4

1

9

9

3 7

5 = 38 = 11 = 2

 

Voyelles :

 

M

A

R

I

L

Y

N

 

1

9

7

= 17 = 8

Consonnes : M A

R

I

L

Y

N

4

9

3

5

= 21 = 3

Soit : 8 (total des voyelles) + 3 (total des consonnes) = 11 = 2.

Nombre de motivation 1

Exemple : Agnès (1 + 7 + 5 + 5 + 1 = 10 = 1).

Nombre solaire, le 1 accorde une personnalité certaine ne serait-ce qu'au prénom. Cette notion pourra ultérieurement se vérifier, s'amplifier, se pondérer, se limiter, voire même se renier.

Néanmoins, voici un matériau qui aime ou aimerait à s'affirmer, à se trouver sur le devant de la scène, pas toujours très discrètement pour certains(es).

Ici, on essaie de s'exprimer, de convaincre, de décider, de conduire, de mener, de diriger en appréciant de près ou de loin le leadership. S'il arrive un refoulement, une impossibilité, le manque peut alors engendrer envie et jalousie.

Cette personnalité est très forte, peu facile à porter, ni même parfois à

Elle invente, explore, défriche, innove, mais dans les grandes lignes,

car les détails l'insupportent fréquemment. Elle voit large et grand, non sans

ambition. Elle prend des initiatives, lance (sans toujours terminer), s'active avec

adresse, impatience et volonté sinon obstination

supporter

et tension nerveuse.

L'énergie est grande, l'esprit vif, aux aguets, sur le qui-vive.

Tel le lion superbe et généreux, le 1 brille ou souhaiterait briller en société, admet peu retards ou contradictions, apprécie les compliments, aime à être suivi sans réserve. Il a parfois tendance à imposer son point de vue et à se montrer quelque peu dirigiste, autoritaire, virulent, transformant sa fierté en orgueil. Il donne beaucoup de lui-même et s'investit quand il est connu, sinon reconnu, donc flatté et rassuré.

Possessif, ou même dominateur, son ego l'emporte bien souvent. En revanche, envers plus faible ou ignorant il peut se révéler dynamique, encourageant, animateur, enseignant patient, mais si ! Il ne faut ni le contrarier, ni le décevoir, voilà tout.

Emetteur, il lui faut des réceptifs.

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE

PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Philippe (1, issu de 5 et 5) est-il différent d'Emmanuelle (1 provenant de 7 [voyelles] et 3 [consonnes).

Donc, déjà, tous les prénoms UN ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 1 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Agnès (6 + 4)

Camille (6 + 4)

Cécile (1 + 9)

Claude (9 + 1)

Edith (5 + 5)

Elsa (6 + 4)

Marie (6 + 4)

Marie-Louise (6 + 4 et 5 + 4)

Maryvonne (1 + 9)

Solange (3 + 7)

Alain (11 + 8)

Bertrand (6 + 4)

Fabien (6 + 4)

Gilbert (5 + 5)

Gilles (5 + 5)

Laurent (9 + 1)

Nicolas (7 + 3)

Sylvestre (8 + 11)

Nombre de motivation 2 (ou 11)

2 ou 11 ? On additionne les composantes verticalement et horizontalement :

— Ou les additions des nombres donnent le 11 : pas de problème.

— Ou les deux additions diffèrent, l'une donnant le 11 l'autre le 2 : le résultat est 2 à tendance 11.

— Ou l'idéal devient prioritaire, et le 11 s'affirme. Cela se distingue en observant les autres nombres ou les étapes du CHEMIN DE VIE.

Exemples :

Nina (5 + 9 + 5 + 1 = 20 = 2).

Maxime (4 + 1 + 6 + 9 + 4 + 5 = 29 = 11).

Le 2 est fort dans l'assistanat, fragile dans son affect. Cette dimension sensible domine.

Émotif, timide, il représente la dualité.

Lunatique, il se tait ou reste en réserve, tout en ayant besoin de compagnie et de contacts humains. Il craint la solitude tout en cherchant à donner le change sous un masque railleur. Il sait ce qu'il veut, ou bien plutôt ce qu'il voudrait, en réclamant aide, compréhension, soutien, réconfort, tuteur, « raison » de vivre. Il aide, géné- reux, serviable, secourable, mais demeure influençable, dépendant, à tendance passive ou lymphatique.

Extrêmement réceptif, il est affamé de savoir et de connaissance, curieux, parfois méfiant, rarement prudent car, chez lui, le cœur a ses raisons

En général patient et calme, il prend sur lui, cherche à rester maître de soi, tendu comme une corde, avec un fond de mélancolie quand il se sent incompris ou déçu.

En dépit des apparences, le 2 est un passionné qui peut beaucoup, contrairement à son goût fréquent pour le farniente, mais pas tout seul ni pour lui seul. Ainsi, il peut se révéler débrouillard pour autrui, ne sachant pas se mettre lui-même en valeur.

Archétype du collaborateur, de l'associé, du « double » ou de la « moitié », il ressent, perçoit, vit selon ses émotions et ses perceptions diffuses.

Souvent de tempérament artiste, c'est un être généreux, indulgent, tendre, protecteur, qu'il faut fortifier pour qu'il donne le meilleur de lui-même.

Ne lui demandez pas de prendre des décisions, de trancher : il a horreur de ça. Il pourra aussi mentir, mais plus pour ne blesser personne que par hypocrisie pure. Ou alors, il regagne son coin, dans l'ombre, et s'enferme dans un silence douloureux.

Il représente, avec toutes ses qualités, l'« éminence grise ».

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Mireille (2, issu de 1 et 1) est-elle différente d'Andrée (2 provenant de 2 [voyelles] et 9 [consonnes]).

Donc, déjà, tous les prénoms DEUX ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 2 ou 11 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Audrey (7 + 4)

Catherine (2 + 9)

Denise (1 + 1)

France (6 + 5)

Renée (6 + 5)

Sylvie (3 + 8)

Benoît (11 + 9)

Guillaume (3 + 8)

Lucas (4 + 7)

Jean-Pierre (7 + 4)

Gérald (6 + 5)

Thibaud (4 + 7)

Si le total aboutit au même résultat, le langage des lettres importe.

Mais, déjà, les initiales différencient les similitudes apparentes.

Nombre de motivation 3

Exemple : Alice (1 + 3 + 9 + 3 + 5 = 21 = 3).

Jupitérien, le 3 est un indice, plus ou moins développé, d'originalité, d'invention, de création, d'expression et de communication.

Adroit, parlant bien, il aime à profiter des plaisirs de la vie et à célébrer Épicure.

Extraverti, imaginatif, il enjolive, dynamise, renouvelle et offre fréquemment un visage aimable, jovial.

Son ambition n'est pas toujours visible tant il sait mettre les formes, mais les obstacles ou les opposants n'ont qu'à bien se tenir ! D'autant plus qu'il récupère rapidement en cas d'échec.

Il n'apprécie pas la médiocrité, la mesquinerie, les petitesses, sou vent attaché à l'apparence et au brillant social. En fait, il se compose d'un être extérieur séduisant mais lucide, et d'un autre personnage, plus émotionnel. La cohabitation s'opère en général sans grand mal.

Vif, intelligent, spontané, il peut parfois manquer de retenue, mais sa ruse fait qu'il est rarement dupe des apparences. De plus, son côté juvénile attire.

Gourmand, artiste, ne serait-ce que par goût, courageux, entreprenant, combatif, il ne manque ni de sens pratique, ni de celui des responsabilités et il sait s'adapter selon les circonstances du moment.

Longtemps instable sur le plan affectif, il peut se disperser, s'égayer dans la nature tout comme devenir un peu infatué de sa personne, quelquefois à tendance exhibitionniste, voire même extrémiste par instant.

N'importe, ce nombre apporte relations, contacts, saveur, chaleur humaine, même si le résultat, le fruit ou le but demeurent masqués pour mieux les atteindre.

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Jessica (3, issu de 6 et de 6) est-elle différente de Maud (3 provenant de 4 [voyelles] et de 8 [consonnes]).

Donc, déjà, tous les prénoms TROIS ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 3 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Anna (2 + 1)

Charlotte (3 + 9)

Céline (1 + 2)

Géraldine (11 + 1)

Laure (9 + 3)

Marianne (7 + 5)

Simone (2 + 9)

Virginie (5 + 7)

Alexandre (3 + 9)

Charles (6 + 6)

Emmanuel (6 + 6)

Jérôme (7 + 4)

Martin (1 + 2)

Sylvain (8 + 4)

Les initiales, de manière très simple et immédiate, arrivent à éviter une interprétation sommaire en cas de similitude.

Ou 4, ou 22

La méthode est identique à celle du 2/11. Si la personne accède au

22, la valeur du 4 restera tout de même présente, sous-jacente.

Exemples :

Aude (1 + 3 + 4 + 5 = 13 = 4).

Albret (1 + 3 + 2 + 5 + 9 + 2 = 22).

Signe de Terre, carré, actif, volontaire, tenace et persévérant, le 4 accorde des qualités de méthode, de rigueur, d'ordre, de discipline plus ou moins affirmées.

Organisé, il sait mieux entreprendre, faire que diriger à proprement parler. Il est vrai qu'il a besoin de temps pour exécuter, parfaire, classer, mettre au point, avec une rare puissance de travail.

Pragmatique et concret, il vise la stabilité en tout, la durabilité, la fiabilité. Il en a besoin. Certains et certaines peuvent paraître maniaques, routiniers (ères), conservateurs(trices).

Dotés d'un caractère urticant, pointu, à l'emporte-pièce qui apprécie netteté et sûreté, vérité et certitudes, ces prénoms possèdent souvent l'esprit de contradiction, ne serait-ce que pour bien prouver qu'on ne peut pas les manipuler aisément. S'ils bougent ou agressent, c'est également pour se rassurer et se prouver le bien-fondé de leur propre existence.

Si on les contrarie, les presse, les bouscule, rien ne va plus. En revanche, avec douceur, calme et compréhension, le 4 sait seconder, épauler, protéger avec efficacité.

Attaché à la famille, aux valeurs traditionnelles, à la justice, il ne brille pas par son originalité, reste dans la norme, mais assure de son équilibre et de son sérieux.

Inquiet mais résistant, il lutte et combat avec un certain acharnement pour préserver son acquis, parfois un peu amer.

C'est net, « carré », sans fioritures ni faux-semblants !

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Geneviève (4, issu de 2 et 2) est-elle différente de Line (4 provenant de 5 [voyelles] et 8 [consonnes)).

Donc, déjà, tous les prénoms QUATRE ne sont pas semblables.

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Bernadette (7 + 6)

Constance (3 + 1)

Hélène (6 + 7)

Jeanne (11 + 2)

Jeanine (2 + 2)

Monique (2 + 2)

Nicole (2 + 2)

Régine (1 + 3)

Christophe (2 + 2)

David (1 + 3)

Didier (5 + 8)

François (7 + 6)

Hervé (l + 3)

Jacques (9 + 4)

Louis (9 + 4)

Régis (6 + 7)

Sébastien (l] + 2)

Thierry (3 + 1)

Yvon (4 + 9)

Jean-Claude (6 + 6 et 9 + 1)

Si le total se décompose de manière identique, l'initiale du prénom arrive à établir une différence de départ.

Nombre de motivation 5

Exemple : Adeline (1 + 4 + 5 + 3 + 9 + 5 + 5 = 32 = 5). Mercurien, ce prénom réclame une grande liberté personnelle. Il découvre, expérimente, change, voyage tel un nomade ou un Arlequin, mais, paradoxalement, rarement tout seul.

Curieux, mobile, impulsif, il va de-ci de-là, abandonnant souvent une chose connue pour une autre, inconnue, par là même plus épicée, en payant de sa personne. Il apprécie les émotions fortes, sensuelles et crée, quand il ne subit pas, de fréquents changements dans son existence.

Charmant et charmeur, coopératif, aimable, intéressant, il attire par sa vivacité, son dynamisme, mais reste rarement en place, longtemps instable sinon fugitif.

Peu amateur de monotonie, de routine ou de médiocrité, il cherche encore et toujours, erre, en quête de nouveauté, de variété, en s'exprimant allégrement tant

physiquement que par l'esprit.

Adroit mais fréquemment excessif, intuitif et impulsif, son besoin d'indépendance refuse toute forme de discipline ou d'engagement au long terme.

Il aime jouer la comédie, détestant les compromis, ardent autant que conservateur en secret.

Malicieux, voire parfois cynique, il cherche et se cherche au travers de ses pérégrinations. Arc-en-ciel ou caméléon, ange ou bien démon, il représente toutes les facettes de l'homme, dans toute son étendue, dans toute sa multiplicité.

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Joëlle (5 issu

de 7 et 7) est-elle différente de Katty (5 provenant de 8

[voyelles] et 6 [consonnes]).

Donc, déjà, tous les prénoms CINQ ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 5 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Caroline (3 + 2)

Chantal (2 + 3)

Elise (1 + 4)

Emma (6 + 8)

Lucie (8 + 6)

Madeleine (7 + 7)

Marlène (11 + 3)

Sabine (6 + 8)

Yvonne (9 + 5)

Benjamin (6 + 8)

Edouard (3 + 2)

Frédéric (1 + 4)

Grégory (9 + 5)

Jean-Baptiste (6 + 6 et 6 + 5)

Mathieu (9 + 5)

Michel (5 + 9)

Stéphane (11 + 3)

Yannick (8 + 6)

Si deux prénoms se composent des mêmes nombres, dans le même ordre, l'initiale les départage.

Nombre de motivation 6

Exemple : Diane (4 + 9 + 1 + 5 + 5 = 24 = 6).

Sous le signe de Vénus, harmonie, conciliation, union sont les mots d'ordre de ce prénom. Toutes les formes d'amour sont les bienvenues, dans la paix, l'équilibre et l'entente.

Conciliant, le 6 est prêt à sacrifier beaucoup pour trouver l'osmose, capitulant parfois un peu vite, indécis ou hésitant d'autres fois, car choisir de manière durable reste un problème à résoudre. En effet, il s'enflamme intensément et sincèrement pour une cause jusqu'au jour où — on ne sait quand — il ira s'enflammer ailleurs, toujours aussi intensément et sincèrement.

Adorable, serviable, séduisant, charmant, adaptable, sentimental et romantique, il offre maintes qualités.

Bon médiateur, artiste de nature, amateur de beauté, il pratique parfois un double langage, ne serait-ce que pour avoir la paix, ou pour adapter la réalité à ses vues

Il peut assumer des responsabilités tant qu'il y croit. Influençable mais refusant souvent de l'accepter, par autodéfense, il lui arrive d'adopter une apparence ironique, caustique pour mieux cacher ses doutes.

En fait, il cherche à plaire pour se rassurer, il comprend vite mais reste vague dans ses options temporaires. Il apprécie amitiés et famille afin de conforter son besoin de confort ne fut-il que moral.

Ce prénom vibre et fait vibrer, mais pour combien de temps ?

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Myrtille (6, issu de 3 et 3) est-elle différente de Fanny (6 provenant de 8 [voyelles] et 7 [consonnes]).

Donc, déjà, tous les prénoms SIX ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 6 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation,

le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Aimée (2 + 4)

Christine (5 + 1)

Claudine (9 + 6)

Corinne (2 + 4)

Diane (6 + 9)

Florence (7 + 8)

Irène (1 + 5)

Maria (11 + 4)

Marie-Madeleine (6 + 4 et 7 + 7)

Micheline (l + 5)

Muriel (8 + 7)

Odette (7 + 8)

Véronique (1 + 5)

Alex (6 + 9)

André (6 + 9)

Cédric (5 + 1)

Denis (5 + 1)

Joël (11 + 4)

Patrick (l + 5)

René (l + 5)

Robert (11 + 4)

Vincent (5 + 1)

L'initiale arrive à mieux interpréter la signification d'un prénom en cas de résultat identique.

~

Nombre de motivation 7

Exemple : Pascal (7 + 1 + 1 + 3 + 1 + 3 = 16 = 7).

Neptune colore ce prénom intériorisé, introspectif, voire introverti. Le personnage est donc, a priori, cérébral, sinon intellectuel, ou même spirituel, doté d'une profonde intelligence, à la fois psychologue et philosophe.

Nombre du « mystère », le 7 tend vers la sagesse, réclame la plus entière indépendance tout en ayant paradoxalement besoin d'autrui.

Patient, calme et discret, il adopte une apparence imperméable alors qu'il est en réalité un passionnel presque volcanique.

Le tempérament est fait d'analyse, d'observation, de recherche, d'études. Il apprécie la solitude, loin du monde et du bruit, se penche souvent sur le passé, témoigne d'affinités électives — voire même perfectionnistes — et demeure secret,

insaisissable pour beaucoup.

Peu attaché aux choses pratiques, manuelles ou aux réalités concrètes, son univers est celui des idées, de la pensée.

Il faut également discerner les tendances opportunistes qui rendent le personnage redoutable stratège, la mélancolie et les remises en question qui taraudent le moral, les pourquoi et les comment qui affluent.

Cet anxieux, cet intuitif, ce marginal, concentré et attiré par l'inexpliqué, se veut prudent. Hélas ! Il n'est souvent que méfiant, à son grand dam, ce qui accentue désillusions, amertume, alors qu'il aurait facilement tendance à vouloir imposer ses idées.

Son problème principal est de savoir et d'assumer ce qu'il est en réalité. Tout cela plus ou moins développé, il va sans dire.

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Yvette (7, issu de 8 et 8) est-elle différente de Laurence (7 provenant de 5 [voyelles] et 2 [consonnes]).

Donc, déjà, tous les prénoms SEPT ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 7 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Anne (6 + 1)

Annick (1 + 6)

Barbara (3 + 4)

Christiane (6 + 1)

Evelyne (4 + 3)

Ingrid (9 + 7)

Magali (2 + 5)

Nathalie (7 + 9)

Alexis (6 + 1)

Anthony (5 + 2)

Bruno (9 + 7)

Francis (1 + 6)

Pascal (2 + 5)

Jean-Louis (6 + 6 et 9 + 4)

Xavier (6 +1)

William (1 + 6)

Jean-Christophe (6 + 6 et 2 + 2)

Si deux prénoms se composent de manière semblable, l'initiale seule peut facilement les différencier, à ce stade de l'étude.

Nombre de motivation 8

Exemple : Guy (7 + 3 + 7 = 17 = 8).

Le 8 est un nombre entier, fort, concret, puissant, symbole de la Justice, assez

plutonien, donc capable de construire haut et vaste comme de sanctionné.

détruire ou d'être

Ce prénom est absolu, entier, voire extrémiste. C'est blanc ou noir, à prendre ou à laisser, tout ou rien. Il apprécie la réussite, l'affirmation de soi, la valorisation de ses capacités, le pouvoir et la maîtrise.

Volontaire ou obstiné, il aime diriger, commander, décider, capable d'efforts importants, ambitieux qui manque parfois de calme et de considération pour autrui.

Actif et impulsif, persévérant et tenace, quelquefois rude, audacieux fuyant concessions et compromis, il peut néanmoins se révéler rusé lorsqu'il s'agit d'atteindre ses objectifs. Pragmatique, concret, il cherche à s'entourer de collaborateurs compréhensifs et souples, pour à la fois le rassurer (son apparence détachée, moqueuse ou froide ne faisant souvent que pallier ses doutes) et, en même temps, stabiliser son évolution en dents de scie.

Il aime ou déteste. On l'apprécie ou on le fuit.

Sensible aux valeurs vraies, amateur de justice, par outrance, il peut devenir injuste ou tyrannique. Ce qui fait que les prénoms 8 indiquent plus des excès ou des tendances, qu'une réalité lucide et pondérée. Et c'est bien dommage, car la force est présente. Encore faut-il apprendre à la canaliser.

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Julia (8, issu de 4 et 4) est-elle différente d'Anne-Marie (8 provenant de 3 [voyelles] et 5 [consonnes]).

Donc, déjà, tous les prénoms HUIT ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 8 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Alexandra (8 + 9)

Arielle (2 + 6)

Bettina (6 + 2)

Clara (2 + 6)

Clotilde (2 + 6)

Colette (7 + 1)

Danielle (2 + 6)

Dominique (5 + 3)

Gabrielle (2 + 6)

Liliane (l + 7)

Martine (6 + 2)

Pierrette (6 + 2)

Thérèse (6 + 2)

Bernard (6 + 11)

Eric (5 + 3)

Fabrice (6 + 2)

Franck (l + 7)

Gérard (6 + 2)

Guy (1 + 7)

Jean-Paul (6 + 6 et 4 + 1)

Jean-Michel (6 + 6 et 5 + 9)

Julien (8 + 9)

Marc (1 + 7)

Pierre (1 + 7)

Yves (3 + 5)

Si deux prénoms correspondent à la même décomposition, bien souvent l'initiale arrive aisément à établir une différence d'approche.

Nombre de motivation 9

Exemple : Elisabeth (5 + 3 + 9 + 1 + 1 + 2 + 5 + 2 + 8 = 36 = 9). Un tel prénom indique des tendances idéalistes, humanitaires, généreuses, compréhensives, oblatives et hyperémotives.

Saturnien, martien, il se partage entre le dévouement, la disponibilité, un côté missionnaire, la transmission, l'enseignement, au sens large du terme, et des

risques de témérité instinctive, de crédulité rare, de fragilité affective, d'utopie irréaliste, d'absolutisme par trop extrême.

Altruiste, remarquable conseiller mais praticien plus instable, fréquemment doté d'un tempérament artiste, il se sent seul, incompris, arrivant trop tard dans un monde pollué.

Il est capable de beaucoup quand il se sent valorisé, compris.

Alors, son écoute, sa combativité, sa sensibilité aux problèmes humains ou sociaux et sa vocation se réveillent. Dans le cas contraire, endolori, il se referme sur lui- même, refuse de voir ce qu'il ne veut pas comprendre, perdant toute indulgence, obstiné meurtri dans son propre univers.

Grand amateur de voyages, tant géographiques qu'intérieurs, il assimile vite, sur le qui-vive, les nerfs à fleur de peau. Persuasif, amical, pacifiste, sentimental, rayonnant, il tend vers la paix et l'amour universel. Mais ce guide peut également briller par un certain désordre, ne fut-il que mental, des exigences par trop sélectives, des humeurs cyclothymiques, visant souvent linaccessible étoile »

Regardez la lame du tarot, l'Ermite. Il ressemble à Diogène, à la fois en quête de vérité et d'absolu quand il demande à Alexandre de s'ôter de son

Mais ce profil général se colore différemment suivant le dosage des voyelles et des consonnes. Rappelons que ce point sera développé lors de l'analyse du NOMBRE DE PERSONNALITÉ (ou D'EXPRESSION), après avoir vu les NOMBRES INTÉRIEUR et EXTÉRIEUR.

Ainsi, Frédérique (9, issu de 9 et 9) est-elle différente de Yann (9 provenant de 8 [voyelles] et 1 [consonnes]).

Donc, déjà, tous les prénoms NEUF ne sont pas semblables.

@ Exemples de prénoms 9 :

Le premier nombre indique la somme des voyelles : la sensibilité interne, réceptive, la face intime, la sentimentalité, l'émotivité. Le second nombre indique la somme des consonnes : les aptitudes, l'extérieur, les possibilités de réalisation, le visage actif. En cas de résultat identique, les initiales signalent déjà des différences.

Brigitte (5 + 4)

Dorothée (4 + 5)

Jeannine (2 + 7)

Marguerite (5 + 4)

Carole (3 + 6)

Françoise (3 + 6)

Louise (5 + 4)

Marie-Thérèse (6 + 4 et 6 + 2)

Clément (1 + 8)

Daniel (6 + 3)

Étienne (6 + 3)

Florent (11 + 7)

Gabriel (6 + 3)

Henri (5 + 4)

Olivier (2 + 7)

Patrice (6 + 3)

Rémi (5 + 4)

Renaud (9 + 9)

Roger (11+ 7)

Serge (1 + 8)

Lorsque deux prénoms paraissent construits de manière semblable, l'initiale seule peut aisément apporter une différence de départ.

~~

Ainsi de termine cette approche du prénom, ou du NOMBRE DE MOTIVATION-ACTIF. Et encore, ce coup d'œil reste-t-il insuffisant puisque ces données peuvent se compléter par l'analyse des lettres composant le prénom afin d'en dresser une GRILLE D'ÉVALUATION, et que les composantes d'une personnalité sont bien plus multiples et riches.

Cas particuliers

La similitude phonétique

Certains prénoms se prononcent de manière identique. Mais leur orthographe, leur composition les départagent.

Frédérique (6 + 9 = 6) ne ressemble pas à Frédéric (6 + 4 = 1), pas plus que Renée (6

+ 5 = 11) n'est la sœur de René (l + 5 = 6), Emmanuelle et Emmanuel, Danièle,

Danielle et Daniel, Gabrielle et Gabriel. La numérologie devient alors explicite et révélatrice, au-delà de la sonorité.

Les prénoms androgynes

Dominique et Claude sont identiques et s'adressent aussi bien aux femmes qu'aux hommes. Cela ne signifie rien d'autre que, bien souvent, une recherche d'identité au départ de l'existence handicapée par cette couleur indifférenciée.

o Résumé :

~

Le prénom additionne la valeur accordée à chacune de ses lettres.

Le

résultat

global

ou

décomposé

en

voyelles

(SENSIBILITÉ)

et

consonnes

(EXTÉRIEUR) — donne une première approche du squelette psychologique d'une personne.

Attention : il ne faut jamais rester sur cette première impression, partagée par toutes celles et tous ceux qui portent le même prénom. Les points communs se colorent diversement suivant les autres composantes à venir.

o Exercice :

Calculez et trouvez deux prénoms différents dans chacun des neuf groupes de nombres.

Exemples : un prénom de valeur 1, composé d'un 9 (voyelles, sensibilité intime) et d'un 1 (consonnes, apparence, rôle social), puis, à l'inverse, d'un 1 en voyelles et d'un 9 en consonnes.

Deux prénoms 2 composés différemment, etc.

LEÇON 4

Le nombre de départ

Le nom de famille

Second matériau de construction : le nom de famille, le patronyme. Seul est pris en compte le nom de naissance, donc le nom de jeune fille, car tout changement d'identité après la naissance ne fait que paysager différemment une planète naturelle qui reste, et évoluera suivant les étapes de l'existence. Nous l'avons déjà signalé lors des cas particuliers.

Ainsi, un pseudonyme aura une influence sur la profession, l'activité sociale, l'apparence, l'aspect extérieur de l'existence, jamais sur la personnalité profonde de l'individu.

De par sa position seconde, le nom de famille représente non seulement le bagage héréditaire, mais aussi le contexte d'évolution familial. Il va, par là même, jouer un rôle fondamental sur les modifications que le prénom va devoir intégrer. Ce seront des plus, des atouts, des compléments, ou alors des antagonismes, des difficultés, des écueils.

Il peut paraître utile de voir ce que signifie le nombre en lui-même, et de le décomposer dès maintenant en voyelles (l'intérieur) et en consonnes (l'extérieur).

On décèle de la sorte, puisqu'il s'agit de l'héritage familial, certaines tendances ou des ambiances qui commencent mieux à cerner la psychologie de naissance de l'individu. Pourquoi de naissance ? Parce que nous ne sommes pas statiques. Les indications du déroulement du CHEMIN DE VIE indiqueront en leur temps l'évolution acquise.

Nous allons donc analyser ce que révèle le contenu général d'un NOMBRE DE DÉPART (ou HÉRÉDITAIRE), en différenciant dès à présent ses composantes en voyelles et consonnes.

Si ces derniers textes demeurent identiques, les confrontations varient et accordent à chaque groupe de NOMBRES neuf variantes possibles.

~~

Calcul : il se fait par l'addition de toutes les valeurs des lettres du nom de famille, que l'on réduit ensuite. Exemple :

L

A

M

A

R

T

I

N

E

3

1

4

1

9

2

9

5

5

= 39 = 12 = 3

 

Voyelles :

L

A

M

A

R

T I

N

E

 

1

1

9

5 = 16 = 7

Consonnes : L A

M A

R

T I N E

 

3

4

9

2

5

= 23 = 5

Soit : 7 (en voyelles) + 5 (en consonnes) = 12 = 3.

~~~

Nombre de départ 1

Exemple : Proust (7 + 9 + 6 + 3 + 1 + 2 = 28 = 10 = 1).

Ce nombre augmente la potentialité d'évolution sur le plan personnel.

Il apporte le besoin d'indépendance, voire une autonomie forcée, une confiance en

soi nécessaire, ce qui n'est pas forcément facile a priori. La famille fournit de fortes personnalités, parfois en opposition, une présence paternelle importante,

avec des crises d'autoritarisme possibles.

En résumé, apport de : volonté, personnalité, dynamisme, activité, entreprise, création, originalité, savoir-faire, courage, aplomb, hardiesse, initiatives, élan,

plus ou moins conforté par les composantes, et chez l'individu, par le rapport avec

le prénom, le NOMBRE DE MOTIVATION.

Les différentes sortes de NOMBRE DE DÉPART 1 :

Le 9, suivant sa position, apporte un plus grand oubli de soi.

@ 1 + 9

Exemple : Guitry.

Le 1 en voyelles : le 1 s'intensifie, du moins au niveau de la sensibilité, à tel point que l'individu devra souvent atténuer son ego afin de mieux évoluer, plus harmonieusement, en refrénant son égoïsme latent, en évitant les dangers de l'arrivisme et de l'opportunisme. La masculinité s'amplifie. Son rôle sera de s'assumer, de se réaliser, d'être capable d'action et de décisions, sans dirigisme ni suffisance, bref de devenir presque un modèle, tant dans le domaine privé que professionnel.

Le 9 en consonnes : d'autant plus que l'on doit ici évoluer sur un plan humanitaire,

les actes réclament générosité, compréhension, dévouement, disponibilité, altruisme et dépassement des potentialités propres à la personnalité. L'émotivité se développe, et il est courant de constater que l’oubli de soi (antagoniste par rapport à la vibration du 1), voire certains sacrifices, doivent être consenti, même pendant la jeunesse.

@ 9 + 1

Exemple : Buffon.

Le 9 en voyelles : la sensibilité doit traverser des épreuves, connaître des situations pénibles, car l'oubli de soi est capital, presque antinaturel dans ce cas, tellement éloigné des vœux propres au 1 ! Mais ce n'est qu'à ce prix que l'évolution peut se réaliser, que l'idéal prend forme, que la personnalité se développe, que ce soit par évolution personnelle ou par obligation. Compréhension, humanité et contacts humains s'en trouvent dès lors enrichis.

Le 1 en consonnes : situation paradoxale; dans ce cas, l'individu doit s'affirmer, combattre, se mettre en valeur, ne pas douter de lui afin de se réaliser sur le plan pratique et concret. Il s'active, prend des initiatives, décide, développe volonté, courage et hardiesse sous peine d'être mésestimé ou méconnu. Rien ne doit atténuer l'élan, le dynamisme. Aucune hésitation ni crainte ne doit intervenir s'il veut réussir. C'est une nécessité essentiellement professionnelle ou sociale, beaucoup moins d'ordre privé.

~

Ici, le 1 se répète, s'impose, alors que le 2 atténue sa potentialité.

@ 2 (ou 11) + 8

Exemple : Newton.

Le 2 en voyelles : l'émotivité et la réceptivité sont accentuées par une ambiance souvent duelle, par l'importance de la mère ou le rôle des femmes, des situations de soumission ou de dépendance fréquentes dans le cadre familial. L'évolution se fait lentement, les objectifs sont contrariés, les projets remis à plus tard.

Le 11 en voyelles : la dualité s'accuse entre la « passivité » du 2 et la tension nerveuse du 11. En dépit des contraintes et des obstacles, l'équilibre ne peut s'atteindre que dans une forme de collaboration, d'entente, d'intégration et de participation dans un groupe. Dans ce cas, l'individu a souvent un modèle vers lequel il tend, ou auquel il rêve

Le 8 en consonnes : cet apport rend la vie extérieure, sociale ou professionnelle active, combative, avec des tendances extrémistes à atténuer sous peine de sanctions. Pondération, mesure et lucidité sont à mettre en œuvre; l'énergie doit se canaliser, l'action doit se maîtriser afin d'éviter toute pénalisation, toute forme de « karma ». En dualité par rapport au 2, on peut trouver ici des situations d'injus- tice, des erreurs, de l'instabilité ou des impulsions négatives avant de trouver une affirmation et un équilibre constructifs.

@

8 + 2 (ou 11)

Exemple : Barry.

Le 8 en voyelles : l'émotivité est absolutiste, entière, extrême, sans grande demi-

La personne doit agir, combattre, s'exprimer, en évitant

toutefois excès ou abus. Le caractère est cyclothymique et possessif, les énergies débordantes, les impulsions violentes. La maîtrise de soi doit absolument s'acquérir si l'on veut réussir et trouver un écho favorable à ses capacités réelles. Ne jamais perdre de vue la pondération, l'équilibre, le sens pratique, la lucidité.

mesure ni repos

Le 2 en consonnes : sur le plan matériel, la réalisation s'opère mieux dans un groupe ou une collaboration. Souplesse, attentions, assistanat, sociabilité et conscience sont à mettre au service des autres, souvent dans le sens du conseil ou de l'éducation, sous quelque forme que ce soit. L'ego est un peu sacrifié dans les objectifs purement personnels. La réussite passe par l'« autre », l'associé, le conjoint, avec une certaine nervosité à surveiller, des impulsions à maîtriser et une intensité à contrôler.

Ou encore le 11 en consonnes : rien ne semble pouvoir se réaliser hors d'une activité associative, faisant partie d'un groupe avec une direction ferme ou assistée. Les visées sociales sont alors favorisées, bien que l'éducation familiale puisse laisser une empreinte un peu limitative au départ de l'existence. Il convient de maîtriser ses impulsions et d'être moins un jouet qu'un être responsable et coopératif, sans visée personnelle à proprement parler.

~~

Dans le cas suivant, le 7 intériorise le 1 global.

@ 3 + 7

Exemple : Archipenko.

Le 3 en voyelles : l'évolution ne semble pas devoir être contrariée. Expression personnelle, imagination créative, contacts humains, facilités, entente et ouvertures facilitent les relations, surtout d'ordre amical, familial ou affectif. On extériorise aisément ses sentiments.

Le 7 en consonnes : en revanche, sur le plan matériel ou professionnel, études, recherche, solitude subie ou recherchée, distance et autoprotection viennent atténuer ou contrarier ce que la sensibilité indiquait. Les relations s'atténuent, la communication se limite, l'indépendance s'accentue, le besoin d'air se fait plus intense. Cette dualité interne peut provenir d'une vocation contrariée ou d'une incompréhension de l'entourage. Toutefois, analyse, observation, « diagnostic », cérébralité et invention se développent d'autant plus aisément qu'une motivation existe. Les inattendus sont souvent positifs dans ce cadre précis.

@ 7 + 3

Exemple : Roland (Thierry).

Le 7 en voyelles : l'émotivité est intense, mais souvent refoulée.

Doutes, craintes, remises en question et sentiment de différence amplifient une sensation de frustration, d'incompréhension et d'isolement. La personnalité — réservée et en retrait — se replie sur elle-même, mais analyse et observe beaucoup, ressent et perçoit sans arriver à s'extravertir ou à exprimer ses sentiments. Tout cela en secret, peu extériorisé, mais fortement passionnel.

Le 3 en consonnes : paradoxalement, sur le plan social ou professionnel tous les

obstacles diminuent. Communication, recherche, échanges, inventivité

le sens de la réalisation de la personnalité extérieure, toutefois assez tendue, parfois éphémère. La réussite peut être assez remarquable si l'on met en œuvre ses capacités au service d'une foi, d'une raison d'être ou d'une idéologie quelconque, dans le cadre d'une collaboration. Le profil devient alors redoutablement psychologue, rusé et efficace.

vont dans

~

Pour ces deux cas de figure, le 6 assouplit le 1.

@ 4 (ou 22) + 6

Exemple : Poliakoff.

Le 4 (ou 22) en voyelles : dans un contexte familial souvent un peu rigide, avec une évolution lente, des conditions parfois contrariantes, une ambiance stricte, sans grande liberté ni aisance, la sensibilité se heurte à des interdits, à des blocages, à une discipline souvent frustrante. Les « on doit » l'emportent sur la liberté. Le sens du mérite et du devoir s'acquièrent peu à peu. Les relations avec les personnes âgées semblent fréquentes ou faciles. C'est une contrariété affective certaine.

Le 6 en consonnes : socialement parlant, aide, service, esthétique, conciliation et confort sont présents, et à mettre au service des siens tout d'abord. Les responsabilités doivent s'assumer, les choix s'opérer de manière durable, en dépit de certaines obligations souvent liées à l'orientation professionnelle. Litiges et conflits peuvent apparaître alors, quitte à couper les ponts avec la famille qui aimerait voir la profession parentale se perpétuer. Mais la sociabilité prévaut.

@ 6 + 4 (ou 22)

Exemple : Pompidou.

Le 6 en voyelles : la sensibilité est déchirée entre le devoir, les responsabilités

familiales, les obligations, les choix à faire, les tentations, les doutes, l'instabilité,

les vœux pieux

un besoin tel que ce nombre varie, change, rompt plus souvent qu'il ne se détermine, s'affirme et choisit durablement. L'évolution devient dès lors fragile et lente.

La qualité affective passe par une fixité des objectifs, mais avec

Le 4 (ou 22) en consonnes : il faut pallier les écueils, obstacles et limitations, tant matériels que personnels. Le développement social est lent, le choix professionnel souvent guidé par les contraintes financières. On doit harmoniser envies et nécessités, apprendre à devenir pratique, concret et positif sous peine d'incompréhension ou du risque d'être mésestimé, ce qui est ressenti comme insup- portable puisqu'on réclame aide et intégration. Il faut agir, décider, matérialiser,

lutter contre toute forme de passivité, éviter instabilité et errances, ce qui n'est pas évident.

~~

Le double 5 accentue le désir d'indépendance et de mobilité.

@ 5 + 5

Exemple : Brice (Pierre).

Le 5 en voyelles : vivacité, énergie, curiosité, intelligence et indépendance se développent rapidement. Les appétits physiques se réveillent en général assez tôt. L'évolution demeure instable, avec doutes, peurs et dispersion, car expériences, goût de l'aventure, découvertes, sociabilité, recherches mobiles et multiples ont besoin de se réaliser dans la variété afin d'enrichir et de stabiliser peu à peu un affectif important, mais fugace. Impulsions et envies ne sont parfois qu'une réaction vis-à-vis d'une ambiance familiale trop possessive.

Le 5 en consonnes : c'est une indication d'indépendance sociale ou professionnelle désirée, de mouvance et d'adaptabilité. L'individu change fréquemment d'activité,

a le contact facile, recherche la nouveauté sans habitudes ni chaînes. Comédien,

sociable, habile et souple, il reste peu en place, se fixe difficilement, avec une tendance à exagérer ou à attirer l'attention. Il doit se sentir différent, original, libre, hors normes pour réaliser un équilibre social tardif, à cause de sa mouvance même et de ses impulsions.

Nombre de départ 2 (ou 11)

Il s'agit de sensibilité, de coopération, d'aide, de gentillesse, de douceur et de

discrétion, à tendance un peu soumise ou dépendante. On a besoin ici de soutien, de compréhension, d'encouragement, de présence, d'affectif et d'union. La dualité propre au 2 existe entre la serviabilité et la passivité latente, entre la peur de la solitude et une nervosité sous-jacente.

En résumé, apport de : sensibilité, coopération, collaboration, émotivité, imagination, aide, service, sociabilité, quête d'équilibre, dépendance, timidité, rêves, lunatisme.

Les différentes sortes de NOMBRES DE DÉPART 2 ou 11 :

Le seul cas où, paradoxalement, on trouve un 2 direct.

@ 1 + 1

Exemple : Bascaules.

Le 1 en voyelles : le 1 s'intensifie, du moins au niveau de la sensibilité, à tel point que l'individu devra souvent atténuer son ego afin de mieux évoluer, plus

harmonieusement, en refrénant son égoïsme latent, en évitant les dangers de l'arrivisme et de l'opportunisme. La masculinité s'amplifie. Son rôle sera de s'assumer, de se réaliser, d'être capable d'action et de décisions, sans dirigisme ni suffisance, bref de devenir presque un modèle, tant dans le domaine privé que professionnel.

Le 1 en consonnes : socialement, l'individu doit s'affirmer, combattre, se mettre en valeur, ne pas douter de lui afin de se réaliser sur le plan pratique et concret. Il s'active, prend des initiatives, décide, développe volonté, courage et hardiesse sous peine d'être mésestimé ou méconnu. Rien ne doit atténuer l'élan, le dynamisme. Aucune hésitation ni crainte ne doit intervenir s'il veut réussir. C'est une nécessité essentiellement professionnelle ou sociale, beaucoup moins d'ordre privé.

~~

La sensibilité prime avec le 2 et le 9, donc chez ce 11/2.

@ 2 (ou 11) + 9

Exemple : Beaumarchais.

Le 2 en voyelles : l'émotivité et la réceptivité sont accentuées par une ambiance souvent duelle, par l'importance de la mère ou le rôle des femmes, des situations de soumission ou de dépendance fréquentes dans le cadre familial. L'évolution se fait lentement, les objectifs sont contrariés, les projets remis à plus tard.

Le 11 en voyelles : la dualité s'accuse entre la « passivité » du 2 et la tension nerveuse du 11. En dépit des contraintes et des obstacles, l'équilibre ne peut ~ atteindre que dans une forme de collaboration, d'entente, d'intégration et de participation dans un groupe. Dans ce cas, l'individu a souvent un modèle vers lequel il tend, ou auquel il rêve

Le 9 en consonnes : d'autant plus que l'on doit ici évoluer sur un plan humanitaire, les actes réclament générosité, compréhension, dévouement, disponibilité, altruisme et dépassement des potentialités propres à la personnalité. L'émotivité se développe, et il est courant de constater que l'oubli de soi (antagoniste par rapport à la vibration du 1), voire certains sacrifices doivent être consentis, même pendant la jeunesse.

@ 9 + 2 (ou 11)

Exemple : Rousseau.

Le 9 en voyelles : la sensibilité doit traverser des épreuves, connaître des situations pénibles, car l'oubli de soi est capital. Ce n'est qu'à ce prix que l'évolution peut se réaliser, que l'idéal prend forme, que la personnalité se développe, que ce soit par évolution personnelle ou par obligation. Compréhension, humanité et contacts humains s'en trouvent dès lors enrichis.

Le 2 en consonnes : sur le plan matériel, la réalisation s'opère mieux dans un groupe ou une collaboration. Souplesse, attentions, assistanat, sociabilité et conscience sont à mettre au service des autres, souvent dans le sens du conseil ou de l'éducation, sous quelque forme que ce soit. L'ego est un peu sacrifié dans les

objectifs purement personnels. La réussite passe par l'« autre », l'associé, le conjoint, avec une certaine nervosité à surveiller, des impulsions à maîtriser et une intensité à contrôler.

Ou encore le 11 en consonnes : rien ne semble pouvoir se réaliser hors d'une activité associative, faisant partie d'un groupe avec une direction ferme ou assistée. Les visées sociales sont alors favorisées, bien que l'éducation familiale puisse laisser une empreinte un peu limitative au départ de l'existence. Il convient de maîtriser ses impulsions et d'être moins un jouet qu'un être responsable et coopératif, sans visée personnelle à proprement parler.

~~

Dualité et force entre le 3 et le 8, chez ce 11/2.

@ 3 + 8

Exemple : Ozenfant.

Le 3 en voyelles : l'évolution ne semble pas devoir être contrariée. Expression personnelle, imagination créative, contacts humains, facilités, entente et ouvertures facilitent les relations, surtout d'ordre amical, familial ou affectif. On extériorise aisément ses sentiments.

Le 8 en consonnes : cet apport rend la vie extérieure, sociale ou professionnelle active, combative, avec des tendances extrémistes à atténuer sous peine de sanctions. Pondération, mesure et lucidité sont à mettre en œuvre; l'énergie doit se canaliser, l'action doit se maîtriser afin d'éviter toute pénalisation, toute forme de « karma ». On peut trouver ici des situations d'injustice, des erreurs, de l'instabilité ou des impulsions négatives avant de trouver une affirmation et un équilibre constructifs.

@ 8 + 3

Exemple : Aragon.

Le 8 en voyelles : l'émotivité est absolutiste, entière, extrême, sans grande demi-

La personne doit agir, combattre, s'exprimer, en évitant

toutefois excès ou abus. Le caractère est cyclothymique et possessif, les énergies débordantes, les impulsions violentes. La maîtrise de soi doit absolument s'acquérir si l'on veut réussir et trouver un écho favorable à ses capacités réelles. Ne jamais perdre de vue la pondération, l'équilibre, le sens pratique, la lucidité.

mesure ni repos

Le 3 en consonnes : paradoxalement, sur le plan social ou professionnel tous les

vont dans

le sens de la réalisation de la personnalité extérieure, toutefois assez tendue, parfois éphémère. La réussite peut être assez remarquable si l'on met en œuvre ses capacités au service d'une foi, d'une raison d'être ou d'une idéologie quelconque, dans le cadre d'une collaboration. Le profil devient alors redoutablement psychologue, rusé et efficace.

obstacles diminuent. Communication, recherche, échanges, inventivité

~

@

4 + 7

Exemple : Valéry.

Le 4 (ou 22) en voyelles : dans un contexte familial souvent un peu rigide, avec une évolution lente, des conditions parfois contrariantes, une ambiance stricte, sans grande liberté ni aisance, la sensibilité se heurte à des interdits, à des blocages, à une discipline souvent frustrante. Les « on doit » l'emportent sur la liberté. Le sens du mérite et du devoir s'acquiert peu à peu. Les relations avec les personnes âgées semblent fréquentes ou faciles. Il signale de fréquentes contrariétés affectives.

Le 7 en consonnes : en revanche, sur le plan matériel ou professionnel, études, recherche, solitude subie ou recherchée, distance et autoprotection viennent atténuer ou contrarier ce que la sensibilité indiquait. Les relations s'atténuent, la communication se limite, l'indépendance s'accentue, le besoin d'air se fait plus intense. Cette dualité interne peut provenir d'une vocation contrariée ou d'une incompréhension de l'entourage. Toutefois, analyse, observation, « diagnostic », cérébralité et invention se développent d'autant plus aisément qu'une motivation existe. Les inattendus sont souvent positifs dans ce cadre précis.

@ 7 + 4 (ou 22)

Exemple : Pagnol.

Le 7 en voyelles : l'émotivité est intense, mais souvent refoulée. Doutes, craintes, remises en question et sentiment de différence amplifient une sensation de frustration, d'incompréhension et d'isolement. La personnalité — réservée et en retrait — se replie sur elle-même, mais analyse et observe beaucoup, ressent et perçoit sans arriver à s'extravertir ou à exprimer ses sentiments. Tout cela en secret, peu extériorisé, mais fortement passionnel.

Le 4 (ou 22) en consonnes : il faut pallier les écueils, obstacles et limitations, tant matériels que personnels. Le développement social est lent, le choix professionnel souvent guidé par les contraintes financières. On doit harmoniser envies et nécessités, apprendre à devenir pratique, concret et positif sous peine d'incompréhension ou du risque d'être mésestimé, ce qui est ressenti comme insup- portable puisqu'on réclame aide et intégration. Il faut agir, décider, matérialiser, lutter contre toute forme de passivité, éviter instabilité et errances, ce qui n'est pas évident.

~

Le 5 et le 6 apportent mouvance et indécision dans l'énergie de ce 11/2.

@ 5 + 6

Exemple : Brecht.

Le 5 en voyelles : vivacité, énergie, curiosité, intelligence et indépendance se développent rapidement. Les appétits physiques se réveillent en général assez tôt. L'évolution demeure instable, avec doutes, peurs et dispersion, car expériences, goût de l'aventure, découvertes, sociabilité, recherches mobiles et multiples ont besoin de se réaliser dans la variété afin d'enrichir et de stabiliser peu à peu un affectif important, mais fugace. Impulsions et envies ne sont parfois qu'une

réaction vis-à-vis d'une ambiance familiale trop possessive.

Le 6 en consonnes : socialement parlant, aide, service, esthétique, conciliation et confort sont présents, et à mettre au service des siens tout d'abord. Les responsabilités doivent s'assumer, les choix s'opérer de manière durable, en dépit de certaines obligations souvent liées à l'orientation professionnelle. Litiges et conflits peuvent apparaître alors, quitte à couper les ponts avec la famille qui aimerait voir la profession parentale se perpétuer. Mais la sociabilité prévaut.

@ 6 + 5

Exemple : Loti.

Le 6 en voyelles : la sensibilité est déchirée entre le devoir, les responsabilités

familiales, les obligations, les choix à faire, les tentations, les doutes, l'instabilité,

les vœux pieux

un besoin tel que ce nombre varie, change, rompt plus souvent qu'il ne se détermine, s'affirme et choisit durablement. L'évolution devient dès lors fragile et lente.

La qualité affective passe par une fixité des objectifs, mais avec

Le 5 en consonnes : c'est une indication d'indépendance sociale ou professionnelle désirée, de mouvance et d'adaptabilité. L'individu change fréquemment d'activité, a le contact facile, recherche la nouveauté sans habitudes ni chaînes. Comédien, sociable, habile et souple, il reste peu en place, se fixe difficilement, avec une tendance à exagérer ou à attirer l'attention. Il doit se sentir différent, original, libre, hors normes pour réaliser un équilibre social tardif, à cause de sa mouvance même et de ses impulsions.

Nombre de départ 3

Ce bagage héréditaire apporte de l'expression, des facilités et des talents, de la spontanéité. L'environnement ne pose a priori aucun problème majeur. Les relations humaines et les contacts sociaux se réalisent sans difficulté. Il faut néanmoins surveiller des tendances dispersées, futiles, volages, épicuriennes, ludiques qui peuvent dissoudre un peu les potentialités de l'individu dans un sens superficiel.

En résumé, apport de : expression, créativité, invention, originalité, plaisirs, optimisme, épicurisme, sens pratique, persuasion, sociabilité.

Les différentes sortes de NOMBRES DE DÉPART 3 :

Complémentarité des tendances 1 et 2.

@ 1 + 2 (ou 11)

Exemple : Beckett.

Le 1 en voyelles : le 1 s'intensifie, du moins au niveau de la sensibilité, à tel point que l'individu devra souvent atténuer son ego afin de mieux évoluer, plus harmonieusement, en refrénant son égoïsme latent, en évitant les dangers de

l'arrivisme et de l'opportunisme. La masculinité s'amplifie. Son rôle sera de s'assumer, de se réaliser, d'être capable d'action et de décisions, sans dirigisme ni suffisance, bref de devenir presque un modèle, tant dans le domaine privé que professionnel.

Le 2 en consonnes : sur le plan matériel, la réalisation s'opère mieux dans un groupe ou une collaboration. Souplesse, attentions, assistanat, sociabilité et conscience sont à mettre au service des autres, souvent dans le sens du conseil ou de l'éducation, sous quelque forme que ce soit. L'ego est un peu sacrifié dans les objectifs purement personnels. La réussite passe par l'« autre », l'associé, le conjoint, avec une certaine nervosité à surveiller, des impulsions à maîtriser et une intensité à contrôler.

Ou encore le 11 en consonnes : rien ne semble pouvoir se réaliser hors d'une activité associative, faisant partie d'un groupe avec une direction ferme ou assistée. Les visées sociales sont alors favorisées, bien que l'éducation familiale puisse laisser une empreinte un peu limitative au départ de l'existence. Il convient de maîtriser ses impulsions et d'être moins un jouet qu'un être responsable et coopératif, sans visée personnelle à proprement parler.

@ 2 (ou 11) + 1

Exemple : Diderot.

Le 2 en voyelles : l'émotivité et la réceptivité sont accentuées par une ambiance souvent duelle, par l'importance de la mère ou le rôle des femmes, des situations de soumission ou de dépendance fréquentes dans le cadre familial. L'évolution se fait lentement, les objectifs sont contrariés, les projets remis à plus tard.

Le 11 en voyelles : la dualité s'accuse entre la « passivité » du 2 et la tension nerveuse du 11. En dépit des contraintes et des obstacles, l'équilibre ne peut s'atteindre que dans une forme de collaboration, d'entente, d'intégration et de participation dans un groupe. Dans ce cas, l'individu a souvent un modèle vers lequel il tend, ou auquel il rêve

Le 1 en consonnes : socialement, l'individu doit s'affirmer, combattre, se mettre en valeur, ne pas douter de lui afin de se réaliser sur le plan pratique et concret. Il s'active, prend des initiatives, décide, développe volonté, courage et hardiesse sous peine d'être mésestimé ou méconnu. Rien ne doit atténuer l'élan, le dynamisme. Aucune hésitation ni crainte ne doit intervenir s'il veut réussir. C'est une nécessité essentiellement professionnelle ou sociale, beaucoup moins d'ordre privé.

~~

Rayonnement, générosité et esthétisme.

@ 3 + 9

Exemple : Alexandre (Robert).

Le 3 en voyelles : l'évolution ne semble pas devoir être contrariée. Expression

personnelle, imagination créative, contacts humains, facilités, entente et ouvertures facilitent les relations, surtout d'ordre amical, familial ou affectif. On extériorise aisément ses sentiments.

Le 9 en consonnes : d'autant plus que l'on doit ici évoluer sur un plan humanitaire, les actes réclament générosité, compréhension, dévouement, disponibilité, altruisme et dépassement des potentialités propres à la personnalité. L'émotivité se développe, et il est courant de constater que l'oubli de soi (antagoniste par rapport à la vibration du 1), voire certains sacrifices doivent être consentis, même pendant la jeunesse.

@ 9 + 3

Exemple : Lapicque.

Le 9 en voyelles : la sensibilité doit traverser des épreuves, connaître des situations pénibles, car l'oubli de soi est capital. Ce n'est qu'à ce prix que l'évolution peut se réaliser, que l'idéal prend forme, que la personnalité se développe, que ce soit par évolution personnelle ou par obligation. Compréhension, humanité et contacts humains s'en trouvent dès lors enrichis.

Le 3 en consonnes : paradoxalement, sur le plan social ou professionnel tous les

obstacles diminuent. Communication, recherche, échanges, inventivité

le sens de la réalisation de la personnalité extérieure, toutefois assez tendue, parfois éphémère. La réussite peut être assez remarquable si l'on met en œuvre ses capacités au service d'une foi, d'une raison d'être ou d'une idéologie quelconque, dans le cadre d'une collaboration. Le profil devient alors redoutablement psychologue, rusé et efficace.

vont dans

~~

Puissance remarquable dans ce 3, fait de 4 et de 8.

@ 4 (ou 22) + 8

Exemple : Giraudoux.

Le 4 (ou 22) en voyelles : dans un contexte familial souvent un peu rigide, avec une évolution lente, des conditions parfois contrariantes, une ambiance stricte, sans grande liberté ni aisance, la sensibilité se heurte à des interdits, à des blocages, à une discipline souvent frustrante. Les « on doit » l'emportent sur la liberté. Le sens du mérite et du devoir s'acquiert peu à peu. Les relations avec les personnes âgées semblent fréquentes ou faciles. Il signale de fréquentes contrariétés affectives.

Le 8 en consonnes : cet apport rend la vie extérieure, sociale ou professionnelle active, combative, avec des tendances extrémistes à atténuer sous peine de sanctions. Pondération, mesure et lucidité sont à mettre en œuvre; l'énergie doit se canaliser, l'action doit se maîtriser afin d'éviter toute pénalisation, toute forme de « karma ». On peut trouver ici des situations d'injustice, des erreurs, de l'insta- bilité ou des impulsions négatives avant de trouver une affirmation et un équilibre constructifs.

Le 8 en voyelles : l'émotivité est absolutiste, entière, extrême, sans grande demi-

La personne doit agir, combattre, s'exprimer, en évitant

toutefois excès ou abus. Le caractère est cyclothymique et possessif, les énergies débordantes, les impulsions violentes. La maîtrise de soi doit absolument s'acquérir si l'on veut réussir et trouver un écho favorable à ses capacités réelles. Ne jamais perdre de vue la pondération, l'équilibre, le sens pratique, la lucidité.

mesure ni repos

Le 4 (ou 22) en consonnes : il faut pallier les écueils, obstacles et limitations, tant matériels que personnels. Le développement social est lent, le choix professionnel souvent guidé par les contraintes financières. On doit harmoniser envies et nécessités, apprendre à devenir pratique, concret et positif sous peine d'incompréhension ou du risque d'être mésestimé, ce qui est ressenti comme insupportable puisqu'on réclame aide et intégration. Il faut agir, décider, matérialiser, lutter contre toute forme de passivité, éviter instabilité et errances, ce qui n'est pas évident.

~~

Indépendance et convictions animent cet ensemble de 5 et 7.

@ 5 + 7

Exemple : Mauriac.

Le 5 en voyelles : vivacité, énergie, curiosité, intelligence et indépendance se développent rapidement. Les appétits physiques se réveillent en général assez tôt. L'évolution demeure instable, avec doutes, peurs et dispersion, car expériences, goût de l'aventure, découvertes, sociabilité, recherches mobiles et multiples ont besoin de se réaliser dans la variété afin d'enrichir et de stabiliser peu à peu un affectif important, mais fugace. Impulsions et envies ne sont parfois qu'une réaction vis-à-vis d'une ambiance familiale trop possessive.

Le 7 en consonnes : en revanche, sur le plan matériel ou professionnel, études, recherche, solitude subie ou recherchée, distance et autoprotection viennent atténuer ou contrarier ce que la sensibilité indiquait. Les relations s'atténuent, la communication se limite, l'indépendance s'accentue, le besoin d'air se fait plus intense. Cette dualité interne peut provenir d'une vocation contrariée ou d'une incompréhension de l'entourage. Toutefois, analyse, observation, « diagnostic », cérébralité et invention se développent d'autant plus aisément qu'une motivation existe. Les inattendus sont souvent positifs dans ce cadre précis.

@ 7 + 5

Exemple : Lamartine.

Le 7 en voyelles : l'émotivité est intense, mais souvent refoulée. Doutes, craintes, remises en question et sentiment de différence amplifient une sensation de frustration, d'incompréhension et d'isolement. La personnalité — réservée et en retrait — se replie sur elle-même, mais analyse et observe beaucoup, ressent et perçoit sans arriver à s'extravertir ou à exprimer ses sentiments. Tout cela en secret, peu extériorisé, mais fortement passionnel.

Le 5 en consonnes : c'est une indication d'indépendance sociale ou professionnelle désirée, de mouvance et d'adaptabilité. L'individu change fréquemment d'activité,

a le contact facile, recherche la nouveauté sans habitudes ni chaînes. Comédien,

sociable, habile et souple, il reste peu en place, se fixe difficilement, avec une tendance à exagérer ou à attirer l'attention. Il doit se sentir différent, original, libre, hors normes pour réaliser un équilibre social tardif, à cause de sa mouvance même et de ses impulsions.

~~

Sensibilité, amabilité, plaisirs et esthétisme.

@ 6 + 6

Exemple : Blaise (Jean).

Le 6 en voyelles : la sensibilité est déchirée entre le devoir, les responsabilités

familiales, les obligations, les choix à faire, les tentations, les doutes, l'instabilité,

les vœux pieux

un besoin tel que ce nombre varie, change, rompt plus souvent qu'il ne se détermine, s'affirme et choisit durablement. L'évolution devient dès lors fragile et

lente.

La qualité affective passe par une fixité des objectifs, mais avec

Le 6 en consonnes : socialement parlant, aide, service, esthétique, conciliation et confort sont présents, et à mettre au service des siens tout d'abord. Les responsabilités doivent s'assumer, les choix s'opérer de manière durable, en dépit de certaines obligations souvent liées à l'orientation professionnelle. Litiges et conflits peuvent apparaître alors, quitte à couper les ponts avec la famille qui aimerait voir la profession parentale se perpétuer. Mais la sociabilité prévaut.

Nombre de départ 4

L'hérédité semble faite de rigueur, de sérieux, de valeurs établies et traditionnelles. Le père fait souvent sentir son autorité. Tout est appris laborieusement, sous le signe de la discipline, du devoir, du mérite et de la pérennité. Il est évident que ces contraintes bloquent une libre évolution, que des limitations peuvent intervenir, que des blocages doivent être surmontés afin que la réalisation personnelle s'opère peu à peu.

En résumé : « carré », solide, stable, rigoureux, constructif, lent, régulier, structure, ténacité, sentiment de frustration, quête de vrai et de durable.

Différentes sortes de NOMBRES DE DÉPART 4 :

Le 1 et le 3 s'allient pour animer un plus grand dynamisme.

@ 1 + 3

Exemple : Cardin.

Le 1 en voyelles : le 1 s'intensifie, du moins au niveau de la sensibilité, à tel point que l'individu devra souvent atténuer son ego afin de mieux évoluer, plus harmonieusement, en refrénant son égoïsme latent, en évitant les dangers de

l'arrivisme et de l'opportunisme. La masculinité s'amplifie. Son rôle sera de s'assumer, de se réaliser, d'être capable d'action et de décisions, sans dirigisme ni suffisance, bref de devenir presque un modèle, tant dans le domaine privé que professionnel.

Le 3 en consonnes : paradoxalement, sur le plan social ou professionnel tous les

obstacles diminuent. Communication, recherche, échanges, inventivité

le sens de la réalisation de la personnalité extérieure, toutefois assez tendue, parfois éphémère. La réussite peut être assez remarquable si l'on met en œuvre ses capacités au service d'une foi, d'une raison d'être ou d'une idéologie quelconque, dans le cadre d'une collaboration. Le profil devient alors redoutablement psychologue, rusé et efficace.

vont dans

@ 3 + 1

Exemple : Sidney.

Le 3 en voyelles : l'évolution ne semble pas devoir être contrariée. Expression personnelle, imagination créative, contacts humains, facilités, entente et ouvertures facilitent les relations, surtout d'ordre amical, familial ou affectif. On extériorise aisément ses sentiments.

Le 1 en consonnes : socialement, l'individu doit s'affirmer, combattre, se mettre en valeur, ne pas douter de lui afin de se réaliser sur le plan pratique et concret. Il s'active, prend des initiatives, décide, développe volonté, courage et hardiesse sous peine d'être mésestimé ou méconnu. Rien ne doit atténuer l'élan, le dynamisme. Aucune hésitation ni crainte ne doit intervenir s'il veut réussir. C'est une nécessité essentiellement professionnelle ou sociale, beaucoup moins d'ordre privé.

Double dualité (2 + 2),

ou double intensité (11 + 11).

@ 2 (ou 11) + 2

~~~~

Exemple : Sébastien (Patrick).

Le 2 en voyelles : l'émotivité et la réceptivité sont accentuées par une ambiance souvent duelle, par l'importance de la mère ou le rôle des femmes, des situations de soumission ou de dépendance fréquentes dans le cadre familial. L'évolution se fait lentement, les objectifs sont contrariés, les projets remis à plus tard.

Le 11 en voyelles : la dualité s'accuse entre la « passivité » du 2 et la tension nerveuse du 11. En dépit des contraintes et des obstacles, l'équilibre ne peut s'atteindre que dans une forme de collaboration, d'entente, d'intégration et de participation dans un groupe. Dans ce cas, l'individu a souvent un modèle vers lequel il tend, ou auquel il rêve

Le 2 en consonnes : sur le plan matériel, la réalisation s'opère mieux dans un groupe ou une collaboration. Souplesse, attentions, assistanat, sociabilité et conscience sont à mettre au service des autres, souvent dans le sens du conseil ou

de l'éducation, sous quelque forme que ce soit. L'ego est un peu sacrifié dans les objectifs purement personnels. La réussite passe par 1'« autre », l'associé, le conjoint, avec une certaine nervosité à surveiller, des impulsions à maîtriser et une intensité à contrôler.

Ou encore le 11 en consonnes : rien ne semble pouvoir se réaliser hors d'une activité associative, faisant partie d'un groupe avec une direction ferme ou assistée. Les visées sociales sont alors favorisées, bien que l'éducation familiale puisse laisser une empreinte un peu limitative au départ de l'existence. Il convient de maîtriser ses impulsions et d'être moins un jouet qu'un être responsable et coopératif, sans visée personnelle à proprement parler.

@ 11 + 11 = 22 = 4

Exemple : Monet.

Cette variante du DÉPART 4 conserve les limitations propres à ce nombre. Toutefois, les ambitions se font plus fort, et il est extrêmement malaisé d'assumer

tout l'énorme influx du 22 qui réclame puissance et maîtrise, sans rien de médiocre

L'intensité est telle, qu'il convient

ni de faible, ni pour soi, ni autour de soi d'atténuer ou de limiter ces élans.

Si le prénom est faible, le 22 se réduit alors au 4.

~~

Répétition du 4, contrebalancé par l'ouverture du 9.

@ 4 + 9

Exemple : Apollinaire.

Le 4 (ou 22) en voyelles : dans un contexte familial souvent un peu rigide, avec une évolution lente, des conditions parfois contrariantes, une ambiance stricte, sans grande liberté ni aisance, la sensibilité se heurte à des interdits, à des blocages, à une discipline souvent frustrante. Les « on doit » l'emportent sur la liberté. Le sens du mérite et du devoir s'acquiert peu à peu. Les relations avec les personnes âgées semblent fréquentes ou faciles. Il signale de fréquentes contrariétés affectives.

Le 9 en consonnes : d'autant plus que l'on doit ici évoluer sur un plan humanitaire, les actes réclament générosité, compréhension, dévouement, disponibilité, altruisme et dépassement des potentialités propres à la personnalité. L'émotivité se développe, et il est courant de constater que l'oubli de soi (antagoniste par rapport à la vibration du 1), voire certains sacrifices doivent être consentis, même pendant la jeunesse.

@ 9 + 4

Exemple : Casanova.

Le 9 en voyelles : la sensibilité doit traverser des épreuves, connaître des

situations pénibles, car l'oubli de soi est capital. Ce n'est qu'à ce prix que l'évolution peut se réaliser, que l'idéal prend forme, que la personnalité se développe, que ce soit par évolution personnelle ou par obligation. Compréhension, humanité et contacts humains s'en trouvent dès lors enrichis.

Le 4 (ou 22) en consonnes : il faut pallier les écueils, obstacles et limitations, tant matériels que personnels. Le développement social est lent, le choix professionnel souvent guidé par les contraintes financières. On doit harmoniser envies et nécessités, apprendre à devenir pratique, concret et positif sous peine d'incompréhension ou du risque d'être mésestimé, ce qui est ressenti comme insup- portable puisqu'on réclame aide et intégration. Il faut agir, décider, matérialiser, lutter contre toute forme de passivité, éviter instabilité et errances, ce qui n'est pas évident.

~~

Intensité à tempérer avec le 5 mobile et le 8 entier.

@ 5 + 8

Exemple : Ernst.

Le 5 en voyelles : vivacité, énergie, curiosité, intelligence et indépendance se développent rapidement. Les appétits physiques se réveillent en général assez tôt. L'évolution demeure instable, avec doutes, peurs et dispersion, car expériences, goût de l'aventure, découvertes, sociabilité, recherches mobiles et multiples ont besoin de se réaliser dans la variété afin d'enrichir et de stabiliser peu à peu un affectif important, mais fugace. Impulsions et envies ne sont parfois qu'une réaction vis-à-vis d'une ambiance familiale trop possessive.

Le 8 en consonnes : cet apport rend la vie extérieure, sociale ou professionnelle active, combative, avec des tendances extrémistes à atténuer sous peine de sanctions. Pondération, mesure et lucidité sont à mettre en œuvre; l'énergie doit se canaliser, l'action doit se maîtriser afin d'éviter toute pénalisation, toute forme de « karma ». On peut trouver ici des situations d'injustice, des erreurs, de l'insta- bilité ou des impulsions négatives avant de trouver une affirmation et un équilibre constructifs.

@ 8 + 5

Exemple : Bruce (Jean).

Le 8 en voyelles : l'émotivité est absolutiste, entière, extrême, sans grande demi-

mesure ni repos

toutefois excès ou abus. Le caractère est cyclothymique et possessif, les énergies débordantes, les impulsions violentes. La maîtrise de soi doit absolument s'acquérir

La personne doit agir, combattre, s'exprimer, en évitant

si l'on veut réussir et trouver un écho favorable à ses capacités réelles. Ne jamais

perdre de vue la pondération, l'équilibre, le sens pratique, la lucidité.

Le 5 en consonnes : c'est une indication d'indépendance sociale ou professionnelle désirée, de mouvance et d'adaptabilité. L'individu change fréquemment d'activité,

a le contact facile, recherche la nouveauté sans habitudes ni chaînes. Comédien,

sociable, habile et souple, il reste peu en place, se fixe difficilement, avec une tendance à exagérer ou à attirer l'attention. Il doit se sentir différent, original,

libre, hors normes pour réaliser un équilibre social tardif, à cause de sa mouvance même et de ses impulsions.

~~

Tendances perfectionnistes accusées.

@ 6 + 7

Exemple : Albert.

Le 6 en voyelles : la sensibilité est déchirée entre le devoir, les responsabilités

familiales, les obligations, les choix à faire, les tentations, les doutes, l'instabilité,

La qualité affective passe par une fixité des objectifs, mais avec

un besoin tel que ce nombre varie, change, rompt plus souvent qu'il ne se détermine, s'affirme et choisit durablement. L'évolution devient dès lors fragile et lente.

les vœux pieux

Le 7 en consonnes : en revanche, sur le plan matériel ou professionnel, études, recherche, solitude subie ou recherchée, distance et autoprotection viennent atténuer ou contrarier ce que la sensibilité indiquait. Les relations s'atténuent, la communication se limite, l'indépendance s'accentue, le besoin d'air se fait plus intense. Cette dualité interne peut provenir d'une vocation contrariée ou d'une incompréhension de l'entourage. Toutefois, analyse, observation, « diagnostic », cérébralité et invention se développent d'autant plus aisément qu'une motivation existe. Les inattendus sont souvent positifs dans ce cadre précis.

@ 7 + 6

Exemple : Daninos.

Le 7 en voyelles : l'émotivité est intense, mais souvent refoulée. Doutes, craintes, remises en question et sentiment de différence amplifient une sensation de frustration, d'incompréhension et d'isolement. La personnalité — réservée et en retrait — se replie sur elle-même, mais analyse et observe beaucoup, ressent et perçoit sans arriver à s'extravertir ou à exprimer ses sentiments. Tout cela en secret, peu extériorisé, mais fortement passionnel.

Le 6 en consonnes : socialement parlant, aide, service, esthétique, conciliation et confort sont présents, et à mettre au service des siens tout d'abord. Les responsabilités doivent s'assumer, les choix s'opérer de manière durable, en dépit de certaines obligations souvent liées à l'orientation professionnelle. Litiges et conflits peuvent apparaître alors, quitte à couper les ponts avec la famille qui aimerait voir la profession parentale se perpétuer. Mais la sociabilité prévaut.

Bagage mouvant, hérédité faite de changements, d'adaptabilité nécessaire ou voulue. La liberté personnelle, la mobilité, l’instabilité même font partie de l'héritage. On peut s'investir dans l'autonomie, sens et physique mêlés. Il arrive que ce contexte implique certaines difficultés relationnelles avec les femmes, proches ou moins.

En résumé, apport de : liberté, indépendance, curiosité, mouvance, communicabilité, goût du changement, variété, contacts humains, expériences, adaptabilité, instabilité.

Différentes sortes de NOMBRES DE DÉPART 5 :

Volonté, pugnacité, réalisme du 1 et du 4.

@ 1 + 4 (ou 22)

Exemple : Frank (Leonhard).

Le 1 en voyelles : le 1 s'intensifie, du moins au niveau de la sensibilité, à tel point que l'individu devra souvent atténuer son ego afin de mieux évoluer, plus harmonieusement, en refrénant son égoïsme latent, en évitant les dangers de l'arrivisme et de l'opportunisme. La masculinité s'amplifie. Son rôle sera de s'assumer, de se réaliser, d'être capable d'action et de décisions, sans dirigisme ni suffisance, bref de devenir presque un modèle, tant dans le domaine privé que professionnel.

Le 4 (ou 22) en consonnes : il faut pallier les écueils, obstacles et limitations, tant matériels que personnels. Le développement social est lent, le choix professionnel souvent guidé par les contraintes financières. On doit harmoniser envies et nécessités, apprendre à devenir pratique, concret et positif sous peine d'incompréhension ou au risque d'être mésestimé, ce qui est ressenti comme insup- portable puisqu'on réclame aide et intégration. Il faut agir, décider, matérialiser, lutter contre toute forme de passivité, éviter instabilité et errances, ce qui n'est pas évident.

@ 4 (ou 22) + 1

Exemple : Lloyd.

Le 4 (ou 22) en voyelles : dans un contexte familial souvent un peu rigide, avec une évolution lente, des conditions parfois contrariantes, une ambiance stricte, sans grande liberté ni aisance, la sensibilité se heurte à des interdits, à des blocages, à une discipline souvent frustrante. Les « on doit » l'emportent sur la liberté. Le sens du mérite et du devoir s'acquiert peu à peu. Les relations avec les personnes âgées semblent fréquentes ou faciles. C'est une contrariété affective certaine.

Le 1 en consonnes : socialement, l'individu doit s'affirmer, combattre, se mettre en valeur, ne pas douter de lui afin de se réaliser sur le plan pratique et concret. Il s'active, prend des initiatives, décide, développe volonté, courage et hardiesse sous peine d'être mésestimé ou méconnu. Rien ne doit atténuer l'élan, le dynamisme. Aucune hésitation ni crainte ne doit intervenir s'il veut réussir. C'est une nécessité essentiellement professionnelle ou sociale, beaucoup moins d'ordre privé.

~

Sensibilité du2 ou impatience du 11, et expression du 3.

@ 2 + 3

Exemple : Verlaine.

Le 2 en voyelles : l'émotivité et la réceptivité sont accentuées par une ambiance souvent duelle, par l'importance de la mère ou le rôle des femmes, des situations de soumission ou de dépendance fréquentes dans le cadre familial. L'évolution se fait lentement, les objectifs sont contrariés, les projets remis à plus tard.

Le 11 en voyelles : la dualité s'accuse entre la « passivité » du 2 et la tension nerveuse du 11. En dépit des contraintes et des obstacles, l'équilibre ne peut s'atteindre que dans une forme de collaboration, d'entente, d'intégration et de participation dans un groupe. Dans ce cas, l'individu a souvent un modèle vers lequel il tend, ou auquel il rêve

Le 3 en consonnes : paradoxalement, sur le plan social ou professionnel tous les

obstacles diminuent. Communication, recherche, échanges, inventivité

le sens de la réalisation de la personnalité extérieure, toutefois assez tendue, parfois éphémère. La réussite peut être assez remarquable si l'on met en œuvre ses capacités au service d'une foi, d'une raison d'être ou d'une idéologie quelconque, dans le cadre d'une collaboration. Le profil devient alors redoutablement psychologue, rusé et efficace.

vont dans

@ 3 + 2 (ou 11)

Exemple : Burri.

Le 3 en voyelles : l'évolution ne semble pas devoir être contrariée. Expression personnelle, imagination créative, contacts humains, facilités, entente et ouvertures facilitent les relations, surtout d'ordre amical, familial ou affectif. On extériorise aisément ses sentiments.

Le 2 en consonnes : sur le plan matériel, la réalisation s'opère mieux dans un groupe ou une collaboration. Souplesse, attentions, assistanat, sociabilité et conscience sont à mettre au service des autres, souvent dans le sens du conseil ou de l'éducation, sous quelque forme que ce soit. L'ego est un peu sacrifié dans les objectifs purement personnels. La réussite passe par l'« autre », l'associé, le conjoint, avec une certaine nervosité à surveiller, des impulsions à maîtriser et une intensité à contrôler.

Ou encore le 11 en consonnes : rien ne semble pouvoir se réaliser hors d'une activité associative, faisant partie d'un groupe avec une direction ferme ou assistée. Les visées sociales sont alors favorisées, bien que l'éducation familiale puisse laisser une empreinte un peu limitative au départ de l'existence. Il convient de maîtriser ses impulsions et d'être moins un jouet qu'un être responsable et coopératif, sans visée personnelle à proprement parler.

~~

Insistance du 5 nomade à portée ouverte sur l'humanité du 9.

@ 5 + 9

Exemple : Itten.

Le 5 en voyelles : vivacité, énergie, curiosité, intelligence et indépendance se développent rapidement. Les appétits physiques se réveillent en général assez tôt. L'évolution demeure instable, avec doutes, peurs et dispersion, car expériences, goût de l'aventure, découvertes, sociabilité, recherches mobiles et multiples ont besoin de se réaliser dans la variété afin d'enrichir et de stabiliser peu à peu un affectif important, mais fugace. Impulsions et envies ne sont parfois qu'une réaction vis-à-vis d'une ambiance familiale trop possessive.

Le 9 en consonnes : d'autant plus que l'on doit ici évoluer sur un plan humanitaire, les actes réclament générosité, compréhension, dévouement, disponibilité, altruisme et dépassement des potentialités propres à la personnalité. L'émotivité se développe, et il est courant de constater que l'oubli de soi (antagoniste par rapport à la vibration du 1), voire certains sacrifices doivent être consentis, même pendant la jeunesse.

@ 9 + 5

Exemple : Marquet.

Le 9 en voyelles : la sensibilité doit traverser des épreuves, connaître des situations pénibles, car l'oubli de soi est capital. Ce n'est qu'à ce prix que l'évolution peut se réaliser, que l'idéal prend forme, que la personnalité se développe, que ce soit par évolution personnelle ou par obligation. Compréhension, humanité et contacts humains s'en trouvent dès lors enrichis.

Le 5 en consonnes : c'est une indication d'indépendance sociale ou professionnelle désirée, de mouvance et d'adaptabilité. L'individu change fréquemment d'activité, a le contact facile, recherche la nouveauté sans habitudes ni chaînes. Comédien, sociable, habile et souple, il reste peu en place, se fixe difficilement, avec une tendance à exagérer ou à attirer l'attention. Il doit se sentir différent, original, libre, hors normes pour réaliser un équilibre social tardif, à cause de sa mouvance même et de ses impulsions.

~

Choix difficiles du 6 et ambition du 8.

@ 6 + 8

Exemple : Cocteau.

Le 6 en voyelles : la sensibilité est déchirée entre le devoir, les responsabilités familiales, les obligations, les choix à faire, les tentations, les doutes, l'instabilité,

les vœux pieux

un besoin tel que ce nombre varie, change, rompt plus souvent qu'il ne se détermine, s'affirme et choisit durablement. L'évolution devient dès lors fragile et

lente.

La qualité affective passe par une fixité des objectifs, mais avec

Le 8 en consonnes : cet apport rend la vie extérieure, sociale ou professionnelle active, combative, avec des tendances extrémistes à atténuer sous peine de sanctions. Pondération, mesure et lucidité sont à mettre en œuvre; l'énergie doit se canaliser, l'action doit se maîtriser afin d'éviter toute pénalisation, toute forme de « karma ». On peut trouver ici des situations d'injustice, des erreurs, de l'insta- bilité ou des impulsions négatives avant de trouver une affirmation et un équilibre constructifs.

@ 8 + 6

Exemple : Shelley (Percy ou Mary).

Le 8 en voyelles : l'émotivité est absolutiste, entière, extrême, sans grande demi-

La personne doit agir, combattre, s'exprimer, en évitant

toutefois excès ou abus. Le caractère est cyclothymique et possessif, les énergies débordantes, les impulsions violentes. La maîtrise de soi doit absolument s'acquérir si l'on veut réussir et trouver un écho favorable à ses capacités réelles. Ne jamais perdre de vue la pondération, l'équilibre, le sens pratique, la lucidité.

mesure ni repos

Le 6 en consonnes : socialement parlant, aide, service, esthétique, conciliation et confort sont présents, et à mettre au service des siens tout d'abord. Les responsabilités doivent s'assumer, les choix s'opérer de manière durable, en dépit de certaines obligations souvent liées à l'orientation professionnelle. Litiges et conflits peuvent apparaître alors, quitte à couper les ponts avec la famille qui aimerait voir la profession parentale se perpétuer. Mais la sociabilité prévaut.

~ Indépendance capitale et autoprotection propres au 7.

@ 7 + 7

Exemple : Bonnard.

Le 7 en voyelles : l'émotivité est intense, mais souvent refoulée. Doutes, craintes, remises en question et sentiment de différence amplifient une sensation de frustration, d'incompréhension et d'isolement. La personnalité — réservée et en retrait — se replie sur elle-même, mais analyse et observe beaucoup, ressent et perçoit sans arriver à s'extravertir ou à exprimer ses sentiments. Tout cela en secret, peu extériorisé, mais fortement passionnel.

Le 7 en consonnes : en revanche, sur le plan matériel ou professionnel, études, recherche, solitude subie ou recherchée, distance et autoprotection viennent atténuer ou contrarier ce que la sensibilité indiquait. Les relations s'atténuent, la communication se limite, l'indépendance s'accentue, le besoin d'air se fait plus intense. Cette dualité interne peut provenir d'une vocation contrariée ou d'une incompréhension de l'entourage. Toutefois, analyse, observation, « diagnostic », cérébralité et invention se développent d'autant plus aisément qu'une motivation existe. Les inattendus sont souvent positifs dans ce cadre précis.

Nombre de départ 6

L'apport familial accorde le sens des responsabilités et du devoir, la quête d'harmonie et d'affectif. Esthétique, engagements, équilibre, tout passe par un juste positionnement de l'ego et par des choix malaisés à faire avant de les rendre durables.

En résumé, apport de : affectif, recherche d'équilibre, d'amour, esthétisme, conciliation, médiation, sensibilité, idéalisme, doutes, hésitations, choix.

Les différentes sortes de NOMBRES DE DÉPART 6 :

Impulsions et affirmation de soi.

@ 1 + 5

Exemple : Chirac.

Le 1 en voyelles : le 1 s'intensifie, du moins au niveau de la sensibilité, à tel point que l'individu devra souvent atténuer son ego afin de mieux évoluer, plus harmonieusement, en refrénant son égoïsme latent, en évitant les dangers de l'arrivisme et de l'opportunisme. La masculinité s'amplifie. Son rôle sera de s'assumer, de se réaliser, d'être capable d'action et de décisions, sans dirigisme ni suffisance, bref de devenir presque un modèle, tant dans le domaine privé que professionnel.

Le 5 en consonnes : c'est une indication d'indépendance sociale ou professionnelle désirée, de mouvance et d'adaptabilité. L'individu change fréquemment d'activité, a le contact facile, recherche la nouveauté sans habitudes ni chaînes. Comédien, sociable, habile et souple, il reste peu en place, se fixe difficilement, avec une tendance à exagérer ou à attirer l'attention. Il doit se sentir différent, original, libre, hors normes pour réaliser un équilibre social tardif, à cause de sa mouvance même et de ses impulsions.

@ 5 + 1

Exemple : Siqueiros.

Le 5 en voyelles : vivacité, énergie, curiosité, intelligence et indépendance se développent rapidement. Les appétits physiques se réveillent en général assez tôt. L'évolution demeure instable, avec doutes, peurs et dispersion, car expériences, goût de l'aventure, découvertes, sociabilité, recherches mobiles et multiples ont besoin de se réaliser dans la variété afin d'enrichir et de stabiliser peu à peu un affectif important, mais fugace. Impulsions et envies ne sont parfois qu'une réaction vis-à-vis d'une ambiance familiale trop possessive.

Le 1 en consonnes : socialement, l'individu doit s'affirmer, combattre, se mettre en valeur, ne pas douter de lui afin de se réaliser sur le plan pratique et concret. Il s'active, prend des initiatives, décide, développe volonté, courage et hardiesse sous peine d'être mésestimé ou méconnu. Rien ne doit atténuer l'élan, le dynamisme. Aucune hésitation ni crainte ne doit intervenir s'il veut réussir. C'est une nécessité essentiellement professionnelle ou sociale, beaucoup moins d'ordre privé.

~

Émotivité du 2 et désir de stabilité du 4.

@ 2 (ou 11) + 4 (ou 22)

Exemple : Robert (Yves).

Le 2 en voyelles : l'émotivité et la réceptivité sont accentuées par une ambiance souvent duelle, par l'importance de la mère ou le rôle des femmes, des situations de soumission ou de dépendance fréquentes dans le cadre familial. L'évolution se fait lentement, les objectifs sont contrariés, les projets remis à plus tard.

Le 11 en voyelles : la dualité s'accuse entre la « passivité » du 2 et la tension nerveuse du 11. En dépit des contraintes et des obstacles, l'équilibre ne peut s'atteindre que dans une forme de collaboration, d'entente, d'intégration et de participation dans un groupe. Dans ce cas, l'individu a souvent un modèle vers lequel il tend, ou auquel il rêve

Le 4 (ou 22) en consonnes : il faut pallier les écueils, obstacles et limitations, tant matériels que personnels. Le développement social est lent, le choix professionnel souvent guidé par les contraintes financières. On doit harmoniser envies et nécessités, apprendre à devenir pratique, concret et positif sous peine d'incompréhension ou du risque d'être mésestimé, ce qui est ressenti comme insupportable puisqu'on réclame aide et intégration. Il faut agir, décider, matérialiser, lutter contre toute forme de passivité, éviter instabilité et errances, ce qui n'est pas évident.

@ 4 (ou 22) + 2 (ou 11) Exemple : Stanley (sir Henry Morton).

Le 4 (ou 22) en voyelles : dans un contexte familial souvent un peu rigide, avec une évolution lente, des conditions parfois contrariantes, une ambiance stricte, sans grande liberté ni aisance, la sensibilité se heurte à des interdits, à des blocages, à une discipline souvent frustrante. Les « on doit » l'emportent sur la liberté. Le sens du mérite et du devoir s'acquiert peu à peu. Les relations avec les personnes âgées semblent fréquentes ou faciles. C'est une contrariété affective certaine.

Le 2 en consonnes : sur le plan matériel, la réalisation s'opère mieux dans un groupe ou une collaboration. Souplesse, attentions, assistanat, sociabilité et conscience sont à mettre au service des autres, souvent dans le sens du conseil ou de l'éducation, sous quelque forme que ce soit. L'ego est un peu sacrifié dans les objectifs purement personnels. La réussite passe par l' « autre », l'associé, le conjoint, avec une certaine nervosité à surveiller, des impulsions à maîtriser et une intensité à contrôler.

Ou encore le 11 en consonnes : rien ne semble pouvoir se réaliser hors d'une activité associative, faisant partie d'un groupe avec une direction ferme ou assistée. Les visées sociales sont alors favorisées, bien que l'éducation familiale puisse laisser une empreinte un peu limitative au départ de l'existence. Il convient de maîtriser ses impulsions et d'être moins un jouet qu'un être responsable et coopératif, sans visée personnelle à proprement parler.

~~

Double apport d'expression et de sensibilité artistique.

@ 3 + 3

Exemple : Antoine (Jacques).

Le 3 en voyelles : l'évolution ne semble pas devoir être contrariée. Expression personnelle, imagination créative, contacts humains, facilités, entente et ouvertures facilitent les relations, surtout d'ordre amical, familial ou affectif. On extériorise aisément ses sentiments.

Le 3 en consonnes : paradoxalement, sur le plan social ou professionnel tous les

vont dans

le sens de la réalisation de la personnalité extérieure, toutefois assez tendue, parfois éphémère. La réussite peut être assez remarquable si l'on met en œuvre ses capacités au service d'une foi, d'une raison d'être ou d'une idéologie quelconque, dans le cadre d'une collaboration. Le profil devient alors redoutablement

psychologue, rusé et efficace.

obstacles diminuent. Communication, recherche, échanges, inventivité

~~

Hypersensibilité vibrante, grands besoins affectifs.

@ 6 + 9

Exemple : Sherman.

Le 6 en voyelles : la sensibilité est déchirée entre le devoir, les responsabilités

familiales, les obligations, les choix à faire, les tentations, les doutes, l'instabilité,

les vœux pieux

un besoin tel que ce nombre varie, change, rompt plus souvent qu'il ne se détermine, s'affirme et choisit durablement. L'évolution devient dès lors fragile et

lente.

La qualité affective passe par une fixité des objectifs, mais avec

Le 9 en consonnes : d'autant plus que l'on doit ici évoluer sur un plan humanitaire, les actes réclament générosité, compréhension, dévouement, disponibilité, altruisme et dépassement des potentialités propres à la personnalité. L'émotivité se développe, et il est courant de constater que l'oubli de soi (antagoniste par rapport à la vibration du 1), voire certains sacrifices doivent être consentis, même pendant la jeunesse.

@ 9 + 6

Exemple : Hugo.

Le 9 en voyelles : la sensibilité doit traverser des épreuves, connaître des situations pénibles, car l'oubli de soi est capital. Ce n'est qu'à ce prix que l'évolution peut se réaliser, que l'idéal prend forme, que la personnalité se développe, que ce soit par évolution personnelle ou par obligation. Compréhension, humanité et contacts humains s'en trouvent dès lors enrichis.

Le 6 en consonnes : socialement parlant, aide, service, esthétique, conciliation et confort sont présents, et à mettre au service des siens tout d'abord. Les responsabilités doivent s'assumer, les choix s'opérer de manière durable, en dépit

de certaines obligations souvent liées à l'orientation professionnelle. Litiges et conflits peuvent apparaître alors, quitte à couper les ponts avec la famille qui aimerait voir la profession parentale se perpétuer. Mais la sociabilité prévaut.

~~

Analyse et retrait du 7 joint au pragmatisme entier du 8.

@ 7 + 8

Exemple : Howard (Leslie).

Le 7 en voyelles : l'émotivité est intense, mais souvent refoulée. Doutes, craintes, remises en question et sentiment de différence amplifient une sensation de frustration, d'incompréhension et d'isolement. La personnalité — réservée et en retrait — se replie sur elle-même, mais analyse et observe beaucoup, ressent et perçoit sans arriver à s'extravertir ou à exprimer ses sentiments. Tout cela en secret, peu extériorisé, mais fortement passionnel.

Le 8 en consonnes : cet apport rend la vie extérieure, sociale ou professionnelle active, combative, avec des tendances extrémistes à atténuer sous peine de sanctions. Pondération, mesure et lucidité sont à mettre en œuvre; l'énergie doit se canaliser, l'action doit se maîtriser afin d'éviter toute pénalisation, toute forme de « karma ». On peut trouver ici des situations d'injustice, des erreurs, de l'insta- bilité ou des impulsions négatives avant de trouver une affirmation et un équilibre constructifs.

@ 8 + 7

Exemple : Gary (Romain).

Le 8 en voyelles : l'émotivité est absolutiste, entière, extrême, sans grande demi-

La personne doit agir, combattre, s'exprimer, en évitant

toutefois excès ou abus. Le caractère est cyclothymique et possessif, les énergies débordantes, les impulsions violentes. La maîtrise de soi doit absolument s'acquérir si l'on veut réussir et trouver un écho favorable à ses capacités réelles. Ne jamais perdre de vue la pondération, l'équilibre, le sens pratique, la lucidité.

mesure ni repos

Le 7 en consonnes : en revanche, sur le plan matériel ou professionnel, études, recherche, solitude subie ou recherchée, distance et autoprotection viennent atténuer ou contrarier ce que la sensibilité indiquait. Les relations s'atténuent, la communication se limite, l'indépendance s'accentue, le besoin d'air se fait plus intense. Cette dualité interne peut provenir d'une vocation contrariée ou d'une incompréhension de l'entourage. Toutefois, analyse, observation, « diagnostic », cérébralité et invention se développent d'autant plus aisément qu'une motivation existe. Les inattendus sont souvent positifs dans ce cadre précis.

Nombre de départ 7

Le matériau amplifie le côté cérébral, développe l'analyse, la recherche et le besoin de solitude, ne serait-ce que par autoprotection. L'indépendance, la vie

intérieure et le besoin de paix vont de pair avec le sentiment d'être insatisfait, différent ou incompris.

En résumé, apport de : vie intérieure, recherche, analyse, observation, perception, tranquillité, solitude, application, perfectionnisme, recherche des causes premières, prudence ou méfiance, esprit, méditation, secret.

Les différentes sortes de NOMBRES DE DÉPART 7 :

Indépendance du 1 et soif d'équilibre affectif du 6.

@ 1 + 6

Exemple : Richard (Jean).

Le 1 en voyelles : le 1 s'intensifie, du moins au ni veau de la sensibilité, à tel point que l'individu devra souvent atténuer son ego afin de mieux évoluer, plus harmonieusement, en refrénant son égoïsme latent, en évitant les dangers de l'arrivisme et de l'opportunisme. La masculinité s'amplifie. Son rôle sera de s'assumer, de se réaliser, d'être capable d'action et de décisions, sans dirigisme ni suffisance, bref de devenir presque un modèle, tant dans le domaine privé que professionnel.

Le 6 en consonnes : socialement parlant, aide, service, esthétique, conciliation et confort sont présents, et à mettre au service des siens tout d'abord. Les responsabilités doivent s'assumer, les choix s'opérer de manière durable, en dépit de certaines obligations souvent liées à l'orientation professionnelle. Litiges et conflits peuvent apparaître alors, quitte à couper les ponts avec la famille qui aimerait voir la profession parentale se perpétuer. Mais la sociabilité prévaut.

@ 6 + 1

Exemple : Stewart (James).

Le 6 en voyelles : la sensibilité est déchirée entre le devoir, les responsabilités

familiales, les obligations, les choix à faire, les tentations, les doutes, l'instabilité,

les vœux pieux

un besoin tel que ce nombre varie, change, rompt plus souvent qu'il ne se détermine, s'affirme et choisit durablement. L'évolution devient dès lors fragile et lente.

La qualité affective passe par une fixité des objectifs, mais avec

Le 1 en consonnes : socialement, l'individu doit s'affirmer, combattre, se mettre en valeur, ne pas douter de lui afin de se réaliser sur le plan pratique et concret. Il s'active, prend des initiatives, décide, développe volonté, courage et hardiesse sous peine d'être mésestimé ou méconnu. Rien ne doit atténuer l'élan, le dynamisme. Aucune hésitation ni crainte ne doit intervenir s'il veut réussir. C'est une nécessité essentiellement professionnelle ou sociale, beaucoup moins d'ordre privé.

~

Sensibilité et mouvance autonome.

Le 2 en voyelles : l'émotivité et la réceptivité sont accentuées par une ambiance souvent duelle, par l'importance de la mère ou le rôle des femmes, des situations de soumission ou de dépendance fréquentes dans le cadre familial. L'évolution se fait lentement, les objectifs sont contrariés, les projets remis à plus tard.

Le 11 en voyelles : la dualité s'accuse entre la « passivité » du 2 et la tension nerveuse du II. En dépit des contraintes et des obstacles, l'équilibre ne peut s'atteindre que dans une forme de collaboration, d'entente, d'intégration et de participation dans un groupe. Dans ce cas, l'individu a souvent un modèle vers lequel il tend, ou auquel il rêve

Le 5 en consonnes : c'est une indication d'indépendance sociale ou professionnelle désirée, de mouvance et d'adaptabilité. L'individu change fréquemment d'activité,

a le contact facile, recherche la nouveauté sans habitudes ni chaînes. Comédien,

sociable, habile et souple, il reste peu en place, se fixe difficilement, avec une tendance à exagérer ou à attirer l'attention. Il doit se sentir différent, original, libre, hors normes pour réaliser un équilibre social tardif, à cause de sa mouvance

même et de ses impulsions.

@ 5 + 2 (ou 11)

Exemple : Thiers.

Le 5 en voyelles : vivacité, énergie, curiosité, intelligence et indépendance se développent rapidement. Les appétits physiques se réveillent en général assez tôt. L'évolution demeure instable, avec doutes, peurs et dispersion, car expériences, goût de l'aventure, découvertes, sociabilité, recherches mobiles et multiples ont besoin de se réaliser dans la variété afin d'enrichir et de stabiliser peu à peu un affectif important, mais fugace. Impulsions et envies ne sont parfois qu'une réaction vis-à-vis d'une ambiance familiale trop possessive.

Le 2 en consonnes : sur le plan matériel, la réalisation s'opère mieux dans un groupe ou une collaboration. Souplesse, attentions, assistanat, sociabilité et conscience sont à mettre au service des autres, souvent dans le sens du conseil ou de l'éducation, sous quelque forme que ce soit. L'ego est un peu sacrifié dans les objectifs purement personnels. La réussite passe par l'« autre », l'associé, le conjoint, avec une certaine nervosité à surveiller, des impulsions à maîtriser et une intensité à contrôler.

Ou encore le 11 en consonnes : rien ne semble pouvoir se réaliser hors d'une activité associative, faisant partie d'un groupe avec une direction ferme ou assistée. Les visées sociales sont alors favorisées, bien que l'éducation familiale puisse laisser une empreinte un peu limitative au départ de l'existence. Il convient de maîtriser ses impulsions et d'être moins un jouet qu'un être responsable et coopératif, sans visée personnelle à proprement parler.

~~

Créativité du 3 alliée avec la rigueur du 4.

Le 3 en voyelles : l'évolution ne semble pas devoir être contrariée. Expression personnelle, imagination créative, contacts humains, facilités, entente et ouvertures facilitent les relations, surtout d'ordre amical, familial ou affectif. On extériorise aisément ses sentiments.

Le 4 (ou 22) en consonnes : il faut pallier les écueils, obstacles et limitations, tant matériels que personnels. Le développement social est lent, le choix professionnel souvent guidé par les contraintes financières. On doit harmoniser envies et nécessités, apprendre à devenir pratique, concret et positif sous peine d'incompréhension ou au risque d'être mésestimé, ce qui est ressenti comme insupportable puisqu'on réclame aide et intégration. Il faut agir, décider, matérialiser, lutter contre toute forme de passivité, éviter instabilité et errances, ce qui n'est pas évident.

@ 4 (ou 22) + 3

Exemple : Michaux.

Le 4 (ou 22) en voyelles : dans un contexte familial souvent un peu rigide, avec une évolution lente, des conditions parfois contrariantes, une ambiance stricte, sans grande liberté ni aisance, la sensibilité se heurte à des interdits, à des blocages, à une discipline souvent frustrante. Les « on doit » l'emportent sur la liberté. Le sens du mérite et du devoir s'acquiert peu à peu. Les relations avec les personnes âgées semblent fréquentes ou faciles. Il signale de fréquentes contrariétés affectives.

Le 3 en consonnes : paradoxalement, sur le plan social ou professionnel tous les obstacles diminuent. Communication, recherche, échanges, inventivité vont dans le sens de la réalisation de la personnalité extérieure, toutefois assez tendue, parfois éphémère. La réussite peut être assez remarquable si l'on met en œuvre ses capacités au service d'une foi, d'une raison d'être ou d'une idéologie quelconque, dans le cadre d'une collaboration. Le profil devient alors redoutablement psychologue, rusé et efficace.

~~

Domaine des idées, du cérébral, de l'intellectuel, voire du spirituel.

@ 7 + 9

Exemple : Pissaro.

Le 7 en voyelles : l'émotivité est intense, mais souvent refoulée. Doutes, craintes, remises en question et sentiment de différence amplifient une sensation de frustration, d'incompréhension et d'isolement. La personnalité — réservée et en retrait — se replie sur elle-même, mais analyse et observe beaucoup, ressent et perçoit sans arriver à s'extravertir ou à exprimer ses sentiments. Tout cela en secret, peu extériorisé, mais fortement passionnel.

Le 9 en consonnes : d'autant plus que l'on doit ici évoluer sur un plan humanitaire, les actes réclament générosité, compréhension, dévouement, disponibilité, altruisme et dépassement des potentialités propres à la personnalité. L'émotivité se développe, et il est courant de constater que l'oubli de soi (antagoniste par rapport à la vibration du 1), voire certains

sacrifices doivent être consentis, même pendant la jeunesse.

@ 9 + 7

Exemple : Eluard.

Le 9 en voyelles : la sensibilité doit traverser des épreuves, connaître des situations pénibles, car l'oubli de soi est capital. Ce n'est qu'à ce prix que l'évolution peut se réaliser, que l'idéal prend forme, que la personnalité se développe, que ce soit par évolution personnelle ou par obligation. Compréhension, humanité et contacts humains s'en trouvent dès lors enrichis.

Le 7 en consonnes : en revanche, sur le plan matériel ou professionnel, études, recherche, solitude subie ou recherchée, distance et autoprotection viennent atténuer ou contrarier ce que la sensibilité indiquait. Les relations s'atténuent, la communication se limite, l'indépendance s'accentue, le besoin d'air se fait plus intense. Cette dualité interne peut provenir d'une vocation contrariée ou d'une incompréhension de l'entourage. Toutefois, analyse, observation, « diagnostic », cérébralité et invention se développent d'autant plus aisément qu'une motivation existe. Les inattendus sont souvent positifs dans ce cadre précis.

Deux 8 paradoxaux, constructifs, pratiques et passionnels.

@ 8 + 8