P. 1
Technologie de Construction i

Technologie de Construction i

|Views: 2,396|Likes:
Publié parNguyen Hoang Anh

More info:

Published by: Nguyen Hoang Anh on Jun 20, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/28/2013

pdf

text

original

PARTIE A

TRAVAUX DES TERRASSEMENTS
ET DES FONDATIONS
1
Chapitre I
TERRASSEMENTS
1.1 Définition, Fonction :
_ Définition :
On désigne par terrassements les opérations consistant à creuser, déplacer
ou transporter des terres ; ce sont les travaux destinés à modifier la forme
naturelle du terrain. Cette modification est réalisée par l’exécution de
déblais et des remblais
_ Fonction :
Les opérations élémentaires de terrassements comportent principalement :
 La fouille ou l’extraction des déblais.
 Le chargement de ces déblais dans les véhicules de transport.
 Le transport.
 La reprise ou la mise en remblais ou en dépôt.
_ Les travaux de terrassements sont précédés par les opérations suivantes :
 Sondage : études géotechniques chaque fois que la qualité du terrain
n’est pas connue.
 Relevés des diverses canalisations existantes.
 Implantations et piquetage destiné à matérialiser les mouvements de
terres en fonction des nivellements définitifs.
Terrain naturel
Bas Haut Bas Haut
Talus remblais
Route
Talus déblais
2
_ Les terrassements constituent les travaux de préparation pour :
 L’établissement de la plate –forme de réception de la construction.
 L’exécution de fondations.
 La mise en place des réseaux enterrés.
 La constitution de déblais et de remblais pour les ouvrages annexes
au bâtiment tel que les travaux de voirie.
Déblais
H H
Remblais
B
Pente de talus : tgφ=
H
B
1.2 Caractéristiques des terrains de terrassement
1.2.1 Classification des terrains :
_ Les terrains faisant l’objet de terrassements sont classés selon les
difficultés
 Les terrains ordinaires : les terres végétables , sables meubles,
gravois, les remblais de formation récente.
 Les terrains argileux ou caillouteux.
 Les terrains compacts.
 Les roches pouvant être attaquées au pic ou à la pioche.
 Les roches dures exploitables.
 Les roches très dures.
_ Dans la pratique professionnelle, on réduit la classification précédente à
deux grandes catégories :
 Les terrains meubles : comprenant les terrains légers, ordinaires,
lourds ; très lourds. Ces sols peuvent s’exploiter à la pioche(I-IV
type).
3
 Les terrains rocheux : comprenant les roches tenders, demi-dures,
dures, très dures. Ces terrains nécessitent l’usage de marteaux, de
rippers ou d’explosifs(V-XI type).
_ On peut distinguer encore selon l’humidité du terrain :
1 Terrain sec : Humidité W≤ 5%.
2 Terrain humide : Humidité W≤ 30%.
3 Terrain mouillé : Humidité W>30%.
Humidité= (Poids de l’eau)/ (Poids de terre sec) (en %)
1.2.2 Talus du terrain :
Pente de talus : tgφ=
H
B
H
B
?
? = a n g l e d e s t a l u s n a t u r e l
H = 1
?= 4 5 °
B = 1
T e r r a i n c r o u l a n t , e n v i r o n d e 4 5 °
4
H
B
f
f = angle des talus naturel
H=1
f = 45°
B=1
2
1
3
1
Terrain très compact,
environ de 70°
Terrain tendre,
résistace environ 45°
2
3
Terrain mauvais, talus
autoroute environ 45°
Fondation d'un chemin de grue
Pente minimal: 1/1
La fouille est étayée (blindée) si ces valeurs sont dépassées. Ces pentes
peuvent être défavorablement influencées par divers facteur : d’eau contenu
dans la sol, vibration d’engins, charges à proximité des fouilles.
1.2.3 Foisonnement :
Le foisonnement est une augmentation du volume des terres dues à
l’ameublissement provoqué lors de l’exécution de la fouille
5
V
V'
V'>V ou V'= V(1+1M) ou
V'= V(1+coef. de foisonnement)
B'
B
H
H
'
Tassement
des remblais
Foisonnement et tassement
6
Initial Fp
Persistant
Fp
Terre végétable, sable 10 à 15% 1 à 2% 8 à 12%
Gravier 15 à 20% 1 à 2% 12 à 15%
Terre argileuse 25 à 30% 4 à 6% 17 à 19%
Argiles, marnes 30 à 40% 6 à 8% 19 à 23%
Marnes très compactes 40 à 65% 8 à 15% 23 à 30%
Eboulis, roche tendre 30 à 40% 8 à 15% 17 à 18%
Roche compacte 40 à 65% 25 à 40% 10 à 15%
Natures des terrains
Coeficient de
foisonnement
Coeficient
du
tassemnet
1.2. Fouilles
1.2.1. Fouilles en terrain ordinaire sans blindage:
C’est le cas le plus simple : Il consiste à tailler le terrain suivant les dimensions
des massifs de fondation.

Poteau
Redan d'au moins
0,1 m
Semelle en béton

7

Terrain quelconque
f
Banquette de sécurité
0,2 - 0,5 m
Angle de
glissement

Si la pronfondeur de la fouille dépasse de 4 à 5m, il faut prévoir tous les deux à
3m un redan d’au moins 10 cm de largeur afin d’éviter tout éboulement.
Si les terrains ne sont pas assez consistant et que d’éboulements soient à
craindre, on pourra avoir avantage à procéder par fouilles ouvertes en talus.
L’onclinaison du talus sera déterminée par la nature du terrain.
1.2.2. Blindage de fouilles (ou Etayages) :
Lorsque la fouille est profonde, le terrain à traverser au sol d’assise est peu
consistant et l’inclinaison du talus à prévoir étant grande, conduira à un prix de
revient coutueux, il est nécessaire d’étayer les terres pour prévenir les éboulements
et les risques d’accidents. On distingue le boisage. Les boisage peuvent être
horizontaux ou verticaux, jointif ou non jointif.
Il faut boiser au fur et à mesure de l’avancement des fouilles avec le matériel en
bon état et en qualité suffisante, livré à temps sur le chantier.
• Blindage horizontal:
Les planches constituant le blindage sont disposes horizontalement lorsque le
terrain est assez consistant pour se tenir sur la hauteur d’une planche.
8
cadre ? 5cm
Etais 7x18cm
Etrésillon ? >10cm
Planches
>
f
A n g l e d e g l i s s e m e n t
E t a i s
N o n - j o i n t i f
J o i n t i f
• Blindage vertical:
Les planches constituant le blindage sont disposées verticalement lorsque le
terrain est peu cohérent et humide.
Les planches d’environ 2m de longueur sont posées à l’avancement et
doivent pénétrer d’au moins 30 cm sous le niveau du fond de la fouille.
9
4 0 c m
1
5

c
m
3
0

c
m
co i n d e c al a g e
Etrésillon
Longrine
10
Etresillon
Suspente
Planche
Porteur
Longrine
Coin
Calage
• Matériaux utilizes pour les blindages.
Le blindage se fait au moyen de planches de 3,4 à 5 cm d’espaisseur et 22 à 25
cm de larger. Elles sont maintenus par des étais verticaux d’au moins 7 x 18 cm
espacés par le terrain. Les planches sont calées par un coin. Les estais peuvent
eetre constitutes par de fer en I espacé de 2 à 2,5 m, enfoncés de 1 à 1,5 m au
minimum sous le niveau du fond de la fouille.
e
coin cloue
Plancher
e=3,4 à 5 cm
1.3 Venu d’eau
1.3.1 généralites
Les constructions présentant plusieur niveaux de sous-sols ont souvent leur
fondation, voire des niveaux d’infrastructure, situées dans les terrains aquifers. La
fouille devra donc eetre mise hors d’eau pour permettre une resalisation correte,
avec les moyens usuels, de ces ouvrages.
Cette operation peut être réalisée des plusieurs facons, la mesthode adoptée
dépendant de la nature du terrain et de la quantité d’eau à évacuer.
11
Boisage vertical non jointif Boisage vertical jointif
1.3.2 Venu d’eau uniquement accidentelle due à l’intempérie ( pas de nappe
aquifer )
On realize un simple drainage par des rigoles au fond de fouille qui convergent
vers en puisard. L’eau s’évacue par gravité dans les vides du sol. Des rigoles en
crête de fouille recueillent les eaux de ruissellement extérieures et les évacuent
suffisamment loin de la fouille.
1
m
1m
Terrassement
Puisard
Rigole
Drainage en fond de fouille
Si est nécessaire,réaliser un épuissement direct
1.3.3 Fond de fouille sous le niveau de la nappe phréatique
Il faut donc continuellement évacuer l’eau en provenance de la nappe, en
réalisant un rebattement de nappe.
a. Assèchement de la fouille a l’aide d’un fosse
l’eau recueillie dans un fossé en fond de fouille, est collectée dans un puisard
sur-creuse de 0,5 à 1 m, puis evacuee par pompage.
Cette méthode simple est utilisée pour des fouilles de faibles profondeurs (3 à
4m). en effet, les parois étant saturées d’eau, les caractéristiques du sol s’en
trouvent affectées.
12
Pompage
Position initiale de la
nappe acquifère
Position apr?s
l'évacuation de l'eau
Rigole
3
-
4

m
Fouille en talus
Fouille en exécution
Fouille en exécution
Nappe aquifère initiale
Blindage
Pompage
Fouille en exécution
Il faut donc la pente des talus soit plus failble que si le terrain était sec. le
fond de fouille sonstamment humide gêne le travail du personnel.
Le fonctionnement des pompes est généralement automatique, au moyen de
contacteur commandé par flotteurs.
Le pompage ne doit pas entrainer les éléments fins du terrain, afin d’éviter la
production de vide derrières et les blindages de la fouille et des éboulements.
13
b. Rabattement de nappe.
Il s’effectue par pompage a l’intérieur d’éléments filtrants,
• Avantage
-Stabilité du fond de fouille et des talus.
-Pente plus importante qu’un terrain sec
-Fond de fouille sèche, sous entrainement de matériaux.
• Domaine d’emploi
-La perméabilité horizontale du sol est comprise entre 10-2-10-6 m/s
-Le terrain est faiblement hétérogène
-Le rabattement est inférieur à 30m
-La hauteur d’eau après rabattement est de ¼-1/6 de la hauteur d’eau avant
rabattement.
-Débit global jusqu’à 3m3/s
c. Résea des pointes filtrantes (Ф = 50 à 80 mm)
• Mise en oeuvre :
Elles sont enfoncées dans le sol par lançage , c’est-à-dire par injection d’eau
sous pression à la base de la pointe munie d’un clapet. La pointe pénétrée au fur et
à mesure de l’évacualation et de l’extraction du terrain par le courant de l’eau.
Les pointes sont reliées entre elles par un collecteur relié a une pompe sous
vide.L’eau ét aspirée en bas du tube, dans une partie de crépine (sur envion 1m à
partir de la base du tube ), ce qui a pour effet de fermer la clapet. Elle chemine
ensuite dans pointe.
La hauteur d’aspiration est d’envion 8m et on peut alors espérer rabattement de
6,50m. Si la hauteur à rabattre est supérieure, il faut implanter les pointes
plusieurs étages. Le débit unitaire est de l’ordre de 0,15 l/s pour une pointe.
14
Colleteur d'aspiration
1a
Bouchon étanche
Tube d'exhauré
Sable filtre
Nappe rabattue
Pointe filtrante
15
1b
1c
Terrain peu perméable (K1)
1è rabattement
K2 > K1
Terrain très perméable (K2)
2è série de puits
1è série de puits
K1
K2
K2 < K1

16
• Utilisation préconisée :
Pour des sols perméables ( graviers, sables grossiers), le nombre des pointe
devient très vite important. On utilise donc ce procédé pour des sols de
perméabilité moyenne à faible dans lesquels le lançage est possible: sable fin ou
sableux, ayant un coeficient perméabilité compris entre → m/s.
d. Puits filtrants.
Prise de courant
Sable filtre
Tout venant
Colonne plein
Colonne d'exhaure
Colonne crépinée
Pompe
Moteur

A
A
Vue en plan Coupe A-A
Nappe avant "rabattement"
Nappe apres "rabattement"
17
• Mise en oeuvre:
Une crépine est un outil de pompage sont descendus dans un puits foré au
préalable
(
Φ400 à 600 mm). Entre le tube de crépine
(
Φ150 à 350 mm) et le
forage, un massif filtrant (gravier) est constitué. Les puits sont espacés de quelques
mètré jusqu’à une cinquantaine de mètres et leur profondeur varie entre 10 et 50m.
les pompes, généralement immergées au-delà de 6m d’aspiration évacuent 1,5 à 110
l/s (débit d’exhaure: 5 à 400 m3/s)
• Utilisation préconisée:
Cette méthode est utilisée quand on a des grands débits à évacuer, pour des
sols de forte perméabilié (K
h
compris entre 10
-2

à 10
-4
m/s): gravier,sable.
Le pompage est interrompu dès que la construction est suffisamment avancée
pour équilibrer les poussées dues à l’eau.
e.remarque:
• si les solutions précédentes sont inadaptées:
Il faut isoler la fouille en créant une barrière étanches (parois moulées…)
• Les couches de faible perméabilités:jouent le rôle de couche étanches vis-
à-vis des autres (rapport des perméabilités)
-si le fond de fouille se trouve dans le sable fin, il faut prévoir un rabattement
complémentaire et indépendant. De plus, cette couche ne sera plus atteinte
qu’à l’abri d’un écran étanche.(Figure 1 c)
- dans le cas contraire, il suffit de rabattre la nappe dans les graviers pour tout
assécher.(Figure 1 b)
18
1.4. Cacul des volumes des terrains
1.4.1 C alcul des trous de fondation
V1
V1
V1
V1
V3
V3
V2
V2
V4
H
a
b
c
d
Pour calculer le volume de ce prisme, on doit diviser ce prisme en 9
parties, c’est-à-dire en 9pièces différentes, entre elles,4 pièces de mêmes
volumes V
1
(4 pièces), V
2
(2 pièces), V
3
(2 pièces), V
4
(1 pièce).

1 1
2 2
3 3
4
1 1
. . . 4 .( )( )
3 2 2 3
1 1
.. . . 2 .( ) .
2 2 2
1 1
. . . 2 .( ). .
2 2 2
c a d b
V H V c a d b H
d b
V a H V d b a H
c a
V b H V c a b H
V abH
− −
· ·> · − −

· ·> · −

· ·> · −
·
19
d-b
2
a
H V2
d-b
2
c-a
2
V1
H
V4
H
V3
c-a
2
b
a
b
a,b: Longueur et largeur de la fondation de trou respectivement
c,d: Longueur et largeur de la surface supérieure de trou respectivement
H: profonddeur de trou
Le volume total de ce prisme sera:

1 2 3 4
4 2 2
1 1 1
.( )( ). ( ) ( )
3 2 2
V V V V V
c a b d H d b aH c a bH abH
· + + +
· − − + − + − +
Ou bien [ ]
( )( )
6
H
V ab a c d b cd · + + + + (1)
1.4.2 Calcul de volume des longs ouvrages en terrain (remblais)
Le volume du mouvement de terre (terrassement) peut être calculé en
utilisant Le moyen des sections extrêmes ou par la formule du prismoide :
20
B'
c '
A'
d'
h
2
h
1
f 1
H
m
Fm
a
c
b
d
h
3
h
4
L
b
Vn
m1 m2
m2
m1
f 1
m
1
=m
2
Pente =tgφ=
H
B
et cot
B
m g
H
ϕ · ·
De point A (du trapèze ABCD),on applique une coupe verticale au long du
prismoide, c’est-à-dire cette coupe est parallèle avec DD’ . De même façons, on
fait l’autre coupe commençant de B. Ce prismoide est divisé en 3 parties
différentes.
Maitenant on va calculer le volume selon les méthodes suivantes.
a. Formule du moyen des sections extrêmes :
V
a
= (F
1
+ F
2
).L ( ) (2)
V
b
= F
m
.L (2’)
Soit : F
1
,F
2
= les sections de bases parallèles (sections extrêmes)
F
m
= la section de hauteur égale à moitie des hauteurs extrêmes
L = distance entre les deux extrêmes
b. Formule de prismoïde
21
Le volume du prismoïde sera :

φ
1
V
p
= V
1
+ V
φ1
+ V
φ2
(3)
Mais selon la formule (2) nous avons :
V
1
= . L
Soit : F
1
,F
2
: sections transversals extrêmes.
φ
1
, φ
2
: surfaces de bases de pyramides 1,2 respectivement.
L : la longueur du prismoïde.
V
φ1
= φ
1
.L
Et V
φ2
= φ
2
.L
Substituent en (3) nous obtiendrons : H-H’
V = . L + φ
1
.L + φ
2
.L m(H-H’)
V
p
= .L - .L
Si l’inclination de la base du prismoïde n’est pas grande et les talus sont de
meme pente, nous avons
m
1
= m
2
φ
1
= φ
2
= .m
Soit H = et H’ =
m = cotg φ → φ
1
= = .m
φ
2
= .m
et V
p
= .L - [ .m.2] = .L –
V
p
= [ – ]L (4)
22
C’est la formule de Vinkler
c. Comparaison entre les deux formules :
Les volumes calculés par la formule de la moyenne de sections transversals
extrêmes sont généralement un peu grande que les volumes obtenus par la
méthode de prismoïde.
Soit : V
a
= Volume donné par la formule des sections extrêmes
V
p
= Volume donné par la formule de prismoïde.
V
v
= V
a
– V
p
= Correction de prismoïde
Soit : V
b
= Volume donné par la section que leur hauteur est égale à moitié
des hauteurs de sections extrêmes.
V
r
= Volume réel du prismoïde.
Alors que V
a
< V
r
< V
b
Note : Les formules (2) et (2’) sont appliquées quand L < 50m et la diff érence
entre les hauteurs des sections tranversales extremes ne dépasse de 0,5m.
1.4.3. Calcul des sections transversales
E N M E
A
B
m
m
F
d
b
a. Section pour la terrain horizontal
F = d(b+b+2md) = d(b+md)
Soit : b = Largeur de la base AB.
23
d = déblai ou remblai au centre
m = talus du terrain m =cotg ( )
b. Section pour le terrain incline.
A B
D
m
E
C
m
h
1
b
h
2
h
B
B'
h2 - h1
B = b + m(h
1
+h
2
)
F = b[( )] + mh
1
h
2
Soit : b = larger de la surface
B = larger de la base.
Pour calculer la surface de la section donnée, on peut la diviser en deux
parties: un trapèze et un triangle.
( )
( )
ABCD CDE
ABCD 1 1
1
CDE 2 1
F F F
b CD b b 2mb
F .hl b mh h
2 2
b 2mh
F h h
2
· +
+ · ·
· · · +
+
· −
Substituant en F, nous avons :
24
( ) ( )
( )
1
1 1 2 1
2 2
2 1
1 1 1 2 1
2 1
1 2
1 2
1 2
b 2mh
F b mh h h h
2
bh bh
F bh mh mh h mh
2 2
bh bh
F mh h
2 2
b h h
F mh h
2
+
· + + −
· + + − + −
· + +
+
· +
c. Section pour la terain de talus différents :
On utilise
1 2
m
m m
m
2
+
· dans les formules précédentes.
C’est-à-dire :
( )
1 2
1 2
b h h
F mh h
2
+
· +
( ) ( )
1 1 2 2
2 1
2 2
2 1 1 1 2 2
AE m h b m h
BE h h
B h h m h b m h
· + +
· −
⇒ · − + + +
h
2

-

h
1
h
2
B
h
1
b
B
C
D
A
( )
( )
ACDN ABN AGC CDHG DHN ABN
ACDN 1 1 2 1
2 1
ANB 1 1 2 1
F F F F F F F
F b m h m h b
h h
F b m h m h
2
· + · + + +
· + + + ¹
¹
'

· + +
¹
¹
25
Si
2 1
h h 0,5m − ≤
; On peut calculer
( )
1 1 2 2
ACDN ANB 1 2 1 2 1 2
B b m h m h
1
F F F bh bh m m h h
2
· + +
⇒ · + · + + + ]
]
1.5. Mise en œuvre :
1.5.1. Choix du mode d’ouverture de la fouille
Les caractéristiques du sol et de l’environnement du terrassement
conditionnement le choix du mode d’ouverture de la fouille. Deux possibilités, par
fois combinées entre elles, sont retenues :
La fouille, obtenue en réalisant, au de-là de l’emprise, des parois avec des
talus naturels, ce qui implique de disposer au sol de la surface nécessaire à
l’emprise, augmentée des têtes de talus.
La fouille ouverte verticalement, fréquement exécutée en agglomération où
la surface du chantier est tré exige, cela limite l’importance des déblais, mais
oblige à blinder les parois. Naturellement, istables afin d’une part, d’éviter
qu’elles ne s’effondrent et d’autre part, de ne pas modifier la stabilité des
constructions voisines par décompression du sol sous l’effet de l’ouverture de la
fouille.
1.5.2. Terrassements à la main
Les fouilles peuvent être réalisées à la pelle ou à la peche dans la terre
végétale, le sable, les sols vaseux. On n’effectue des fouilles à la main que
lorsqu’il s’agit de petits terassements, dé fouilles en rigoles ou en puits, non
accessibles ãu machines ou encore dans des embarras d’étais. Lorsque l’espace est
restreint, les fouilles en tranchées pour canalisations ou fondations sont exécutées
à la main. Ce travail s’effectue à la pioche par chouches successives d’environ
26
40cm de profondeur, la terre ameublie étant rejetée hors de la fouille par le jet de
pelle. Si la profondeur augmente, le jet de terre se fait par étape successive: C’est
le jet sur banquelles dont la hauteur ne doit pas dépasser 1,80m.
1.5.3 Terrrassements avec engins mescaniques.
Sitôt que le terrassement a une certaine importance, on utilise des engins
mécaniques. Le rendement de cette machine est variable, car il dépend de la
puissance de la machine, de sa capacité, du type de fouille, du terrain rencontré; la
débit peut varier de 20 à 400 m
3
à l’heure d’excavation. Avec une machine
moyenne, travaillant dans terrain ordinaire, il courant de réaliser 400 à 500 m
3
de
fouille par jour, y compris de chargement des terres sur camion.
a. Classification des engins.
Cet ouvrage se limite à l’étude des engins de terrassement dits mobiles,
c’est-à-dire pouvant se déplacer, même à allure réduite, de manière autonome d’un
autre, sur le chantier ou sur le réseau routier national.
+ Les engins de production : ils sont destinés couramment à extraire et
charger (plus rarement déplacer) des matériaux. On distingue:
 La pelle hydraulique
 Les chargeuses
 Les chargeuses – pelleteuses
 Les mini-pelle
 Les mini-chargeuses
 Les bouteurs
+ Les engins de transport: utilisé pour déplacer des matériaux, sont:
 Les camions à gabarit routier
 Lé tombereaux de chantier
 Lé motos-basculeurs
b. Caractéristiques principales des engins
 Le débit ou la capacité de production
27
 Ils dépendent notamment du volume du godet pour les engins de
production, du volume de la benne pour les engins de transport.
 Le mode de déplacement
- Les engins sur chenilles, sont relativement lents.Leur comportement est excellent
sur les sols de faible portant,détrempés ou accidentés.Ils sont capables de
pousser,tirer ou soulever de lourdes charges.Ils doivent être transportés d’un
chantier à l’autre sur des remorques porte-engins.
- Les engins sur roues sont plus rapides et donc bien adaptés aux epérations de
chargement et de transport.Ils nécessitent des pistes en bon état pout atteindre leur
meilleut rendement.
 La vitesse de déplacement :Elle dépend de la puissant de la machine ,qui
doit être majorée pour tenir compte de la résistance total au roulement (liée
à portance du sol, à la pente).Ce dernier paramètre,importante pour les
terrassements généraux,n’est pratiquement pas pris en compte pour les
fouilles de bâtiments son calcul et son utilisation ne sont pas détaillés ici.
1.5.4. La niveleuse ou grader
C’est un engin tracté ou automoteur qui refoule et creuse par couches
minces ,il est particulièrement indiqué pour égaliser une surface de terre.La lame
est orientable dans les plans horizontaux et verticaux.Il est utilisé essentiellement
pour les travaux routies ou pour des terrassements de grandes surfaces.
1.5.5. La pelle mécanique en butte (Pelle hydraulique)
28
Elle est utilisée pour les travaux où le front d’attaque est situé au-dessus de
la machine. Son rendement est supérieur à cellui de la pelle rétrocaveuse ;son
équipement est prévu pour des sols tendres à durs.
Rmax
1m
0.8m
Hc
He
H
m
a
x
Rmin r
Soit: R
max
= Rayon maximal d’attaque = Porté maximal (5-8 m)
R
min
= Rayon minimal d’attaque
r = Rayon de déversement (vidage)
H
e
= Hauteur d’attaque
H
max
= Hauteur maximale de fouille
H
c
= Hauteur de camion de transport
H = La dénivelée entre la camion et pelle mécanique
H
d
= Hauteur de déversement (vidage)
H
d
= H
c
+H+0,8m
Domaines d’emploi
• Facile à charger compte tenu de la force de pénétration importante du godet
et du bras support
• Utilisé pour des sols plus durs ou sols faciles à excaver
• Bien adaptées pour rependre des matériaux (stockage ,transport)
• Travail dans les conditions difficiles (carrière ,sol compact , couches …)
29
Le rendement du travail sera déterminé par le choix correct du schéma de
placement d’engins.Pour la pelle mécanique ,la mise en place peut être
longitudinale ou transversale.Il dépend de la longueur de fouille en question.
schéma de déplacement de pelle mécanique
dans le sens de la largeur
Transport No1
Pelle mécanique No2
Transport No2
Schéma de déplacement de pelle mécanique
dans le sens de la longeur
No1
Transport No2
Transport
Pelle mécanique
Note :
Pour une utilisation optimale; c’est mieux la combinaison de pelle
mécanique avec les moyens de transport.C’est –à-dire la pelle creuse et dévér le
contenu dans le godet pour les camions.Ces derniers transportent au lieu prévu.
1.5.6. La pelle mécanique en rétrocaveuse (en fouille)
Elle est utilisée lorsque le niveau de fouille se trouve en contrebas de la
machine.
Domaines d’emploi:
30
• Dans les travaux de démolition
• L’excavation d’une fouille à partie du terrain naturel comme rigoles de
canalisation,fouille de fondation etc.
• Remblayage de la fouille (Régalage et le nivellement de déblai)
• Pose les tuyaux de grand diameter
B
C
D
E
A
F
G
Soit :
A = Profondeur maximale d’excavation
B = Portée maximale au niveau de sol
C = Hauteur maximale en fin de vidage
D = Hauteur maximale de déchargement
E = Hauteur minimal de chargement
F = Profondeur maximale de la fouille pour fond plat
G = Profondeur maximale de la fouille (paroi verticale)
Schéma de déplacement de la pelle mécanique travaillant en fouille
31
+ Dans le sens de la longueur
+ Dans le sens de la largeur.
32
Avantages :
• L’excavation peut atteindre la pfofondeur de 4 à 8m.
• Condition de travail difficile : terrain humide avec l’eau
• Ne gêne le travail de transport.
1.5.7. La pelle mécanique en dragline (Grue à beene traînante)
Une dragline est une sorte de godet qui se remplit par traînage sur le sol grâce
à une forme convenable et à des dents en acier au manganèse, facilement
remplaçables dont l’angle d’attaque facilite la pénétration dans le terrain.
Domaine d’emploi
Utilisé pour les travaux où le niveau de fouille se trouve en contre-as de l’assise
de la machine et les terres sont déposées sur les berges de l’excavation. C’est la
machine appropiée pour les fouilles inondées ou les fouilles non-accessible aux
autres machines. Le travail est moins précis qu’avec les pelles en rétrocaveuse
ou en bulle, toutefois son rayon d’action est plus éténdu.
33
Soit :
A,A’ = Les points d’attque qui correspondent aux positions de machine C,C
1
respectivement.
H, H’ = Les profondeurs maximales que correspondent les points d’attaque
A,A’ respectivement.
B,B’ = Les points plus profonds des points d’attaque A,A’ respectivement.
C,C ‘ = Les positions de l’arrêt de la machine
A = Le pas de la machine
H
2
= La hauteur du déversement
R
1
= Le rayon maximale d’attaque
R
2
= Le rayon du déversement
Pour augmenter le rendemen des draglines, on n’augmente pas seulement le
volume du godet mais aussi la portée de la flèche et qu’on resalise ainsi une
seulement l’excavation mais du transport.
34
1.5.8 La pelle mescanique en benne preuneus
Cette machine présente les mêmes caractéristiques que la dragline avec un
rendement moins élevé, son esquipement est prévu pour des sols tendres ou
défoncés.
1.5.9 Chargeuse
Une chargeuse est un engin automoteur à roues (les plus courants) ou à chenilles,
équipé d’un godet frontal,supporté par une structure et une liaison que charge ou
creuse par le mouvement de l’engin vers l’avant, soulève, transporte ou décharge
des matériaux sur de courtes distances.
35
Soit :
A = La portée avant maximale pour hauteur de déversement maximal (m).
B = Hauteur de desversement maximal.
C = Profondeur de cavage.
Domaine d’emploi :
• Les chargeuses sur pneumatique :
Sont principalement utilisées pour les travaux qui né cessitent de nombreux
desplacement, essentiellement la reprise de matériaux en vue de leur stockage ou de
leur transport, par exemple à la suite de desmolition, de descapage de terre
végétale… Parfois, elles peuvent excaver une fouille si le sol est facile à terrasser
ou effectuer un régalage ou un nivellement de desblais.
• Les chargeuses sur chenilles :
Sont appréciées pour resaliser les mêmes travaux en terrain difficile, sur des sols
compacts détrempés ou glissant, sur des fortes déclivités.
Elles ne sont pas adaptées aux travaux nécessitant de nombreux déplacement en
raison de leur vitesse de déplacement faible.
1.5.10 Chargeuses – Pelleteuse :
Ce sont les engins sur pneus, très polyvalent, elles peuvent effectuer de
nombreuses tâches sur des chantiers.
Elles chargent à l’avant ( le godet être remplacé par d’autre équipement )
et portent une pelle équipée en retro à l’arrière, qui est souvent déportable par
rapport à la cabine sur la largeur de la machine.
Domaine d’application :
Elles sont très utiles sur les chantiers de petites tailles, comme les pavillons. Dans
les petites entreprises, elles sont couramment appelées tracto-pelles, et elles
remplacement une chargeuse et une pelle hydraulique.
1.5.11 Bouteurs ( Bulldozer ) :
Cet engin est un tracteur automoteur à roues ou à chenilles, qui est utilisé
principalement pour exercer une poussé par l’intermédiaire d’une lame
( nombreuses formes selon le matériau ou le travail ).
36
Outils d’un bouteur :
+ La lame ( bouclier )
+ Le ripper ou le scarificateur
La lame est un mécanisme placé à l’avant du bouteur qui lui permet de creuser le
sol et pousser les matériaux en les rassemblant. La lame peut avoir une inclinaison
ou un angle d’attaque variable.
5.1.12 Scarificateur :
Mécanisme possédant des dents pouvant pénétrer à faible profondeur à certains
matériaux ( terre, routes asphaltiers, routes en graves ) pour les ameublir. Il est
habituellement monté sur l’arrière de la chargeuse.
Le rippeur :
Équipement analogue au scarificateur, mais muni d’une seule dent, en général qui
sert à défoncer profondément les matériaux rocheux.
Domaine d’emploi des bouteurs :
+ Décharge, déblayage
+ Défonçage,refoulement:des matériaux traits déjà explosive peuvent
souvent être brisé, fragmentés par ces engins, qui ont de plus en plus souvent uen
très grande puissance, sans ébranlements ni projections.
+ Remorquage de grosses charges à faible vitesse, sur des terrains à fortes
pentes ou sur de faibles distances.
37
+ Poussage des décapeuses en cours de chargement
• Les schemas de déplacement du bouteur :
+ Schema déblai à la côté :
Remblai
déblai
+ Schema déblai en échenlon :
+ Schema en numéro 8

• Augmentation du rendement des bulldozers :
38
+ Déblai en tranches :
+ 2 ou 3 bouteurs fonctionnant en parallèle très l’un de l’autre :ils peuvent pousser
une masse supérieure au double de celle que pousserait un seul engine
0
.
3
-
0
.
5

m
0
.
3
-
0
.
5

m
0
.
3
-
0
.
5

m
0
.
3
-
0
.
5

m
+ Déblai en descente :
1.5.13. Décapeuse(scrapers)
C’est un engine-automoteur à roués,possède une benne ouvert avec un bord
coupant place entre les essieux.il arase. Chargre, transporte, décharge et répand des
matériaux par les ouvrages de bâtiment.

• Domaine d’emploi :
39
Cet engine est apprécié pour réaliser les travaux de remblais de la base de route.
- Lavitesse de décapeuse une fois charges :15-30 (km/h)
- La distance de l’utilisation intéressant:1000m,1500m ou meme 2000m
- Capacité de décapeuse :
9
3
m …………tracteur 80-110 CV
12
3
m …………tracteur 110-150 CV
30
3
m …………tracteur 400 CV
• Methode de l’augmentation de rendement de décapeuse
Il sait que le rendement de décapeuse depend du type du terrain, de la
distance transport et du schema de déplacement de lui-même.
Si le terrain à excaver est dur, on doit calculer avec le prudence en basant les
caractéristiques de la machine
Pour augmenter le rendement du travail, on peut choisir les schémas convenables à
utiliser chaque ouvrage.
Les schémas de déplacements de décapeusess sont les suivaints:
a. Ellipse:
Remblai
déblai
b. Schéma N
0
– 8:
40
c. Schéma N
0
– 8 allongé
d. Schéma de Sinus
e. Schéma N
0
– 8 Sinus
f. Schéma de Navette
41
1.6.Remblayages et compactages
1.6.1. Remblayages
Le remblayage ( ou remblai) est une masse de terre rapportée et compactée
pour surélever une partie de terrain, combler un déclivité, épauler le pied d’un mur
ou constituer ine terrasse derrière un mur de soutènement. Le remblaiement désigne
plutôt une accumulation de terre et de matériaux apportés par l’eau.
Avant d’entreprendre toute action de remblayage, il faut éliminer tous les
elément d’origine végétable, les plâtras et gravats et le terrain de mauvaise qualité
tel que vases, terres fluentes, tourbes, argiles, grasses limons.
Les terres légères sont réservées aux parties supérieures et aux talus.
La mise en place des remblais débute par les parties basses et s’effectue par
couches horizontales successives d’environ 20cm d’épaisseur ou plus si le
compactage est réalisé par des moyen mécaniques. Au contact d’un bâtiment ou
d’un mur de soutènement, il faut utiliser exclusivement des déblais ordinaires
provenant des fouilles et particulier, des matériaux assurant le drainage au voisinage
de fondation. Le remblayage ne peut s’effectuer que lorsque les marconneries ont
acquis une résistance suffisante et que la mise en place des étanchéités et des
drainage est contrôlée.
• Les principes de remblai en terrain
 Les couce de remblai en terrain
 Humidité
Sable gros………………………….………: 8-10%
Sable fin et moyen………………….……...: 12-15%
Argile sableuse et peu sableuse…................: 15-18%
Argile compacte……………………………: 18-25%
42
1.6.2. Compactage ( tassage)
Les operations de remblaiment sont généralement accompagnées des
compactages. Notablement pour les travaux de consolidation des sols substitués
ou compactes. Le compactage est l’ensemble des operations mécaniques qui
conduisent à augementer la densité en place d’un sol. Cette action augemente la
compacité du sol resserre la texture du materiau reduit les posibilites de deformation
du terrain et augement la capacite portante.
Un bon compactage permet de reduire les volume des vides (air et eau). Il
faut toutefois une quantite d’eau minimum por lunbrifier les grains et faciliter leurs
deplacements, une trop forte quantite de l’eau proche de la saturation, empeche la
diminuation des vides remplis d’eau non compressible.
a.Pour les terrassements importants
• Materiaux de compactage
- Utilise les compacteurs vibrants a pieds dameurs( pieds de mouton) dans les
sols coherents, plastiques ou fins( argile, limon…). L’effet du compactage
commence par le fond de la couche en raison des pilons des dents.
+Vitesse maximale: 12 (km/h)
+Vitesse moyenne de travail: 3 a 5 (km/h). Ils assurent souvent en
meme temps des fonctions de regalage.
Note: - Le regalage consiste a decharger des materiaux a la partie superieure
d’une couche en cours de mise en forme et a pousser dans le talus les materiaux
excedentaires a l’aide d’un bouteur de forte puissante.
43
- Compacteurs tractes vibrants a un seul cylindre( lisse ou a pieds
dameurs) utilises en complements des bouteurs, ils sont remorques
par le tracteur qui dresse le terrain avec sa lame.
b.Pour les terrassements plus petitsou pour des materiaux routiers “ a surface”
- Compacteurs a pneus: pour les sols argileux, sableux, graves fines et
moyenne. Ils sont tres mobiles.
Vitesse maximale: 6 (km/h)
Vitesse moyenne de travail: 3,5 a 5 (km/h)
pneu
- Compacteurs mono – cylindre ou tendeur à jantes lisse. Utilisés pour les
surfaces stabilisées ou asphaltées en finition des travaux superficiels
Vitesse maximale : 2 à 3 (km/h)
Vitesse moyenne de travail : 2 (km/h)
cylindre
pneu
- Compacteurs vibrants automoteurs : utilisés pour les sols sans cohésion
Vitesse maximale : 2 à 3 ( km/h)
Vitesse moyenne de travail : 2 (km/h)
c. Pour de petites opérations près des ouvrages
44
Cela concerne les compactages dans de petites tranchées ou au voisinage de
murs, pour de faibles volumes ou des lieux difficiles d’accès, en complément de
compacteurs lourds.
- Petits compactages vibrants à guidage manuel : à un ou deux cylindres (5
à 10 kN= P), facilement transportable, pouvant travailler sur des pentes de
25 à 30%. Vitesse moyenne de travail : 0 à 4 km/h
- Plaque vibrantes : le cylindre est remplacé par une plaque ou des patins,
qui subissent un mouvement alternatif vertical, avec un léger mouvement
horizontal. Pour les sols pulvérulents et les sols cohérents secs. Vitesse
moyenne de travail : 0 à 2 km/h.
cylindre
d. Compactage en profondeur
Le compactage du sol par vibrations, connu aussi sous le nom de
vibroflotation, permet d’améliorer les qualités d’un terrain qui n’est pas à même,
dans son état de compacité naturelle, de supporter les charges des constructions
projetées. Par cette technique, on tend à obtenir les résultats suivants :
- Augmentation de la portance du terrain
- Diminution du tassement
- Réduction des venues d’eau par diminution de la perméabilité.
Le compactage est effectué à l’aider d’un vibrateur, d’une longueur de 5 m
et d’un diamètre de 30 cm, suspendu à une grue par des tubes de rallonge. Le
vibreur pénétré à l’intérieur des sols à compacter jusqu’à la profondeur désirée. La
phase de pénétration est suivie par celle de compactage réalisé en remontant
lentement le vibreur, opération qui conduit à la fondation d’un véritable cylindre
compacté. Un point de compactage étant exécuté, l’appareil est déplacé afin de
procéder aux mêmes opérations pour le point suivant : Ceci en veillant à ce que les
45
zones des actions se recoupent. On obtient ainsi une consolidation de l’ensemble du
terrain sur toute la hauteur désirée.
1
2
3
A
B
C
D
5
4
1. Rallonge A. Pénétration
2. Vibreur B. Compactage
3. Satie de l’eau C. Sol compacté
4. Matériaux d’apport
5. Formation d’un entonnoir à la surface du terrain
6. Cylindre compacté
46
Chapitre 2
EXECUTION DES FONDATIONS
Dans la construction générale, la fondation a un rôle très inportant. La résolution
et le choix du type de fondation affectent directement à la qualité et la durée
d’ouvrage. Pour chaque ouvrage, on peut utiliser un type de fondation différente,
par exemple : pour bâtiment de faibles hauteurs( de 2 à 3 étages), la résolution des
fondations superficielles sera raisonnable, c’est-à-dire on peut utiliser les pieux en
bambou ou en bois pour renforcer le terrain sous la fondation mais quand la hauteur
dépasse 5 étages, la meilleure solution sera la fondation profonde, c’est-à-dire on
utilise les pieux en béton armé ou précontraint préfabriqué ou coulés en place pour
supporter la charge transmise par le bâtiment.
2.1. Fondations superficielles
Il existe 4 types de fondation superficielle :
- Fondations en rigoles( toujours filantes)
- Fondations rigides( isolées ou filantes)
- Fondations souples( isolées ou filantes)
- Radiers de fondation
2.1.1. Fondations en rigoles
• Le rôle :
Diffuser au sol les charges des murs soutenus porteurs ou non des ouvrages petite
importance( garage, villa, constructions légères…).
• Caractéristique :
- Section rectangulaire d ≤ h/2.
- Coffré en plaine fouille
- Armatures forfaitaires
- Béton faible dosé(150→250kg ciment /
3
m
)
- Économique mais sensible aux tassements différentiels
47
B
h
d
2Ø16
2.1.2 Fondations rigides en béton armé
a'
d
h
a
P
Réalisation d’une semelle :
- Implantation
- Terrassement
- Béton de propreté et tracé des axes.
- Mise en place du coffrage
- Mise en place des armatures
- Mise en œuvre du bé tion
- Décoffrage
2.1.3. Fondations souples en béton armé.
48
P
Barre de compression
(fixation des etriers)
acier porteur
acier de
repartition
etriers
2.1.4. Fondation profondes.
Lorsque le terrain d’assie se trouve à une profondeur, on peut utiliser des pieux
qui constituent un support interposé entre le terrain d’assise et la superstructure de
l’ouvrage.
En général, on peut utiliser lorsque les charges à transmettre au terrain d’assise
sont soit concentrées, soit ré parties irrégulièrement.
Si les surcharges sont uniformément réparties, on recouvre la tête des pieux d’une
dalle de béton qui constitue un radier général.
construction
terrain naturelle
terrain compressible
terrain d'assie
Pieu
Dalle (semelle en beton)
2.2. Nature des pieux
2.2.1. Pieux en bambou
49
On utilise les pieux en bambou dans le cas dans le cas la construction n’est pas
importante et les pieux sont constamment immergés.
Caract é ristiques gé né rales :
- Bambou vieux : plus de 2 ans.
- É paisseur de bambou :
1,5cm δ ≥
- Diamètre de bambou : 6 d cm ≥
- Longueur de pieu : l = 2 à 3m
- Densité du pieu : 25 pieux/
2
m
2.2.2. Pieux en bois

• Caractéristiques générales:
Jonction des pieux en bois
- De 3
e
à 4
e
classe (on classifie en 7 classes de bois)
- Diamètre

: de 20 cm à 30 cm

-Longueur : de 10 m à 12 m
50
Eclisse
Frette
Rondelle
en toole ou
en zinc
Eclisse
ø
>3d
Mi-bois
Sabot
boulon
guide
Guide en
bois dur Frette
mouton
à
vapeur
1.5 - 2 d
d
d
30 cm
Faux pieux
Manchon
en tôle
Goujon
(acier rond
c > 25mm)
> 2d
-Le bois plus fréquemment est :sapin,pin,chêne. On peut employer aussi: hêtre
, orme, mélèze, sycomore
-Qualité de bois: droit, sain, non gemmés
• Conservation :
Les pieux en bambou et en bois ne se conservent que s’ils sont constamment
dans l’eau
• Préparation de pieu en bois :
La préparation comporte les opération suivantes :
- Lignage du pieu
- Frettage et sabotage avec l’emploi de boulon guidé ( fretter et saboter)
- Enture, c’est-à-dire: réunion de 2 pieux( 2 parties) pour en constituer
un de plus grande hauter. Elle peut s’effectuer à mi-bois, à goujon et
éclisse, à manchon en tôle ou en gunite armée (si la tôle est attaquée par
corroisive de l’eau)
- Pour renforcer la portante des pieux en bois, on peut assembler
(joindre) les pieux avec 2 ou 4 tron ons de bois ҫ
Diamètre nécessaire des pieux: d’après la formule moderne:
D = 30
cm
+ 1,5(L-6) pour L >6m
Soit : D – diamètre au milieu du pieu ( cm)
L – longgueur du pieu (m)
51

Résistance du pieu : P = [σ].F
Diamètre moyen du pieu (Pag.10)
Longeur du
pieu (m)
Diamètre musuré
à 1m de la tête (cm)
Observasion
5 20 à 22 (jusqu’à 25) Charges admissibles par pieu
7,5 22 à 24 (jusqu’à 27)
10 22 à 25 (jusqu’à 30) À la compression: jusqu’à 45T
12,5 25 à 26 (jusqu’à 35) À la traction: jusqu’à 35T
15 25 à 29 (jusqu’à 40)
2.2.3. Pieux mixtes bois – béton armé
52
F2
F1
F2
Troncons de bois
F=F1+2F2
F2
F1
F2
F=F1+4F2
Troncons de bois
b.système simplex
Béton
Chemise
en tôle
Anneau
métallique
Acier rond
Pieu
en bois
c.système Heimba
Acier rond
Anneau
métallique
a.système Raymond
Goujon acier rond
Pieu en
béton
Chemise
en tôle
Pieu en bois
En réalité, on utilise les pieux en bois combinés avec les pieux en béton
armé. La partie constamment immergée est de pieux en bois et la partie
supérieure est en béton armé afin de résister aux alternatives sécheresse et
d’immersion. Ces pieux ne peuvent pas être battus inclinés.
Jonction des pieux en bois et en béton armé.
2.2.4. Pieux en béton armé ou précontraint
Les pieux en béton armé ou précontraint sont constitués dans les
ouvrages de hauteurs assez grandes, c’est-à-dire sa longueur dépasse 10m, et
subi une forte surcharge du bâtiment. Ces pieux doivent être capables de
résisster à l’eau de mer et supporter les alternatives de sécheresse et
d’immertion.
a. Pieux pleins en béton armé ou précontraint.
Section en général carré, pentaginale, hexagonale, octogonale.
53
l
e
0,21.l 0,21.l
étrier
25 ÷ 40 cm
Trigonal
e : épaisseur du béton en protection (enrobage)
Pour l’eau ordinaire: e = 3 cm Φ d’acier: l ≤ 10m Φ = 18 mm
Pour l’eau agressive: e ≥ 5 cm Φ longitudinaux: l > 10m Φ = 20 mm
b. Pieux en béton armé fretté.
Longeur jusqu’à 25m
Ces pieux sont utilisés dans les ouvrages lorqu’ils subissent une force de traction
(arrachement), par exemple, sous radier d’une cale de radoub. Les pieux tors ont
donné de bons résultats.
Dans un sol non cohérent
– A la compression jusqu’à 60T
– A la traction jusqu’à 40T
54
L
Pieux tors
en béton armé
travaillant à
l'arrachement
c. Pas de la frette: en fonction de L:
L(m) Pas de la frette (cm) Acier longitudinaux
15 7 4Φ26
16 7 4Φ26
17 6 4Φ28
+ Caractéristique générale du pieu en plein béton armé ou précontraint.
– Les pieux peuvent être armés ou fretté ou précontraints (longueur jusqu’à
40m)
– Tête du pieu: afin de permettre le battage sans détérioration du pieu, on fette la
tête sur une longueur de 0,4m à 1,0m qui sera recepée après le battage.
– Transport des pieux: les pieux doivent être calculés à la flexion qui peut se
produit pendant le transport.
d. Pieux creux en béton armé ou précontraint.
On les utilise généralement lorsque la longueur des pieux dépasse 25m et qu’ils
ont à supporter une très forte surcharge ce qui exigerait une section importane.
55
+ Caractéristiques générales:
– Forme: Section circulaire
– Longueur: jusqu’à 60 – 70 m
– Diamètre: jusqu’à 0,5 – 1,5 m
– Epaisseur de la paroi: 8 – 15 cm
– Armatures: Constitué par une spirale intérieure et extérieure et des aciers
longitudinaux
2.3 Fabrication et mise en oeuvre
La fabrication s’effectue en général par centrifugation ou par vibration. Dans le
cas où de pieux en béton armé précontraint, centrifugés, on disposerait bout à bout
des éléments de 5 à 8m de longueur que l’on assemble par câbles. Les pieux sont
munis d’un sabot ou d’une trousse coupante.
acier
logitudinal
béton coulé après
enfoncement
béton coulé avant
enfoncement
sabot en acier
acier logitudinal
Spirale extérieure
Spirale intérieure
56
2.3.1 Pieux métalliques:
Les pieux métalliques résistent bien aux efforts verticaux, mais leur manque de
masse les rend vulnérables au diversement latéral et aux affouillements du sol. Ils
sont de plus en plus remplacés par les pieux en béton mais on utilise néanmoins
encore.
– Dans les installations soumises à des chocs verticaux ( Par ex. chantier naval)
– Dans certains terrains sableux, ou rocheux le battage d’autres pieux est
difficile (Par ex. pieu à vis dans le sable)
– Afin d’éviter le soulèvement des pieux voisins dans le cas de terrains argileux
plastiques.
Actuellement, on uitlise les pieux métalliques sous la forme de profilés avec
ailes soudées à la base ou enrobés de béton dans tous les terrains.
• Différents types d’ailes soudées:
-Pieux en aciers profilés – Ailes soudée à la base
+Caractéristiques
. Autrefois , les pieux métallique étaient en fonte ou fer , actuellement en acier ou
mixte acier-béton. Pleins ,diamètre de 12 à 22 m , terminés en poite ou en profilés
spéciaux
. Longeur de 4 à 200 m
57
.Charge totale de pieux métalliques : jusqu’à 200 T
• Avantages
-Augmentation de la force portante en tous les terrains
-Diminution de la longueur de fiche nécessaire
-Énergie de battage relativement faible
-Facilité de manutention. Absence de fragilité
2.4.Battage des pieux
2.4.1.Définition
Le battage consiste à enforcer un pieu après sa mise en fiche , en frappant sur sa
tête , au moyen d’une sonnette munie d’une masse ou un marteau appelé Mouton
• “Mise en fiche” consister à piquer ou à présenter la pointe du pieu ,à
l’emplacement fixé pour son battage et à l’attacher aux guides de la sonnette
• “Fiche”: la longeur dont un pieu est enfoncé dans le terrain d’assise. Afin de ne
pas détériorer la tête des pieux par le battage on la recouvre d’un “casque de
battage” en bois
• “Refus” du battage des pieux
On désigne par “Refus” d’un pieu , son enforcement sous un nombre déterminé de
coups de mouton, appelé “Volé e”
Par exemple : le refus est de 5 cm sous une vol é e de 10 coups, ou bien de 5 mm
par coup (valeur moyenne)
58
La formule pour déterminer de refus:
1
1 1 1
0, 2 ( )
.
( )
+ +
=
+ + +
Q q q n F Q H
e
P P n F Q q q
Soit: e- le refus d’un coup le refus:
n- coefficient
n=150 t/m
2
pour pieux en béton armé avec le casque
n=100 t/m
2
pour pieux en bois sans casque
n=80 t/m
2
pour pieux en bois avec casque
n=500 t/m
2
pour pieux en m é tallique sans casque
F: section tranversale du pieu (m
2
)
Q: le poids du mouton (T)
H: hauteur de chute du mouton (m)( donné dans le tableau)
q: le poids du casque (T)
q
1 1
: le poids du casque (T)
P
1
:la charge portante du pieu (T)
2.4.2.Matériels du battage des pieux
L’enforcement des pieux en bois ou en béton armé préfabriqué se fait au moyen
de sonnette
a.Sonnette:
1.Poulie
2.Cable du mouton
3.Cable du pieu
4.Jumelle
5.Contre fiche
6.Treuil
7. Pieu
8.Chariot
59
Choix de la hauteur de la sonnette
Ho=l+H+h+z
Soit: Ho - hauteur totale de la sonnette
l - longeur du pieu
H - hauteur de la chute du mouton
Z - hauteur pour les é quipements
H - hauteur du mouton
. Choix du mouton.
On a:
2
.
E=
2
Qv
g
(1)
Soit : E : la force vive développée (kGm)
v : la vitesse du choc du mouton sur le pieu (m/s)
g : L’accélération de gravité (m/s
2
)
Q : le poids du mouton (T)
E doit être satisfait la condition suivante :
E 25P(kGm) ≥
(2)
Soit : P : capacité supportante du pieu (T)
On doit vérifier (1) et (2) avec le coéfficient d’adaptation :
1
M q q
K
E
+ +
·
Soit : M : poids total du mouton
q
1 :
poids du casque du pieu
q : poids du pieu
Consulter le tableau du coéfficient de K.
60
Si
#
calcul tableau
k k
,ce n’est pas adaptable. C’est à dire, soit le mouton est plus
léger,ce qui peut causer la destruction de la tête du pieu, soit le mouton est très
lourd, ce qui provoque l’enfoncement excessif du pieu.
c. Exécution du battage des pieux.
 Préparation des pieux.
- Les pieux sont disposés hors de la zone d’exécution.
- Les pieux doivent être marqués les axes.
- Pendant le transport, les pieux doivent être calés, la distance entre les calés et
les extrémités est égale à 0,2l (où l est la longueur du pieu).
 Battage des pieux.
Après « la mise en fiche », on procède à vérifier et ajuster la position du pieu
à travers de théodolite. On doit vérifier la position et la stabilité de la sonnete.
- Les premiers coups, on doit frapper de manière légèrement.
- Pendant le battage, on doit observer l’enfoncement du pieu. La pénétration du
pieu ne doit pas être très vite. S’il y a une déviation ou inclination du pieu ,on
doit ajuster immédiatement. Dans le cas imposible, ce pieu doit être arraché et
rebattu de nouveau.
- Quand les pieux sont enfoncés à l’approche de la profondeur désirée, on doit
médir le refus du pieu.
 Le schéma du battage
On commence souvent du centre au dehors.
61
 Espacement des pieux
Les pieux battus doivent être espacés de la valeur la plus grande entre celle
suivantes :

3
2,5.
100
D d
P
D


(m)
Soit : D - espacement des pieux
P - charge portante d’un pieu (en tonnes)
D – diamètre des pieux
 Les incidents trouvés pendant l’exécution des pieux.
- Le pieu n’est pas encore battu jusqu’à la profondeur désirée mais il est difficile
de l’enfoncer. (se trouver en obstacle)
- L’apparence de ‘faux refusù. C’est à dire le pieu n’est pas arrivé à la
profondeur calculée mais le refus est déjà atteint la valeur normalisée.
- Si il existe une déviation ou l’inclination du pieu, on doit ajuster par des treuils.
Dans le cas impossoble, on doit l’arracher et procéder à battre de nouveau.
- Quand la tête du pieu est détériorée, on doit le couvrir par casque.
- Quand le pieu est détruit pendant le battage, peut-être le poids du mouton
choisi est plus pétit que la portance du pieu, on doit donc changer le mouton.
- Pour arracher les pieux, on peut utiliser le treuil, la grue ou le vérin.
- Pour couper les pieux : La partie en béton, on peut détruire à la main, la partie
en armature, on peut détruire par la méthode de soudure.
 Arrachage des pieux et des palplanches.
62
On doit procéder à l’arrachage des pieux ou des palplanches lorsqu’ils ont été
battus provisoirement afin de permettre l’exécution des installations de chantier ou
lorqu’ils ont été mal battus.
On considère un pieu ou une palplanche comme mal battu si sa déviation par
rapport à sa position correcte dépasse 15cm pour un pieu et de 5cm pour une
palplanche.
Pour procéder à l’arrachage, on commence par ébranler le pieu par quelque
coups de mouton et on ameublit si possible le terrain qui l’environne.
Ensuite, on utiliser le matériel approprié à la nature du pieu, à sa longueur, à
son emplacement : vérin à vis, vis, levier monté sur le terrain ou sur un bateau.
Pour les palplanches, on utilise une mâchoire spéciale ou des mâchoires de
fortune, consritué par deux fers en U accrochés à un treuil et une moufle ou enfin le
marteau de trépideur ayant servi à enfoncer les palplanches, que l’on retourne et qui
décolle la palplache en la soulevant.
On note que d’une manière générale, l’arrachage est plus coûteux que le
battage.
 Faux pieux
Si l’un des pieux ou palplanche à battre n’est pas assez long et qu’on est
obligé de l’enfoncer sous l’extrémité inférieure des jumelles de la sonnete, si de
plus, on ne peut l’allonger, on utilise un ‘faux pieux’, généralement constitué par
une pièce de bois, frettée aux extrémités, placée sur la tête du pieu ou de la
palplanche à battre.
L’interposition du faux pieu produit une inertie et diminue par suite le
rendement du battage, aussi le prend ou le plus court possible.
63

Faux pieu
Galopin de
faux pieu
Sciure de bois
et copeau
Boulon Ø 25
Galopin de palplanche ou pieu
Pieu en béton
Collier
Plaque de tole
20 mm
1
,
2

à

1
,
5

m
2.5. Pieux Franki
Le pieu Franki est un pieu en béton monlé dans le sol; Le béton mise en oeuvre
à la consistance de terre humide et est fortement damé par un mouton de 2 à 4
tonnes.
2.5.1. Mode d’exécution du pieu Franki
Le pieu Franki est exécuté au moyen d’un tube de fonÇage par un procédé qui
permet la mise en oeuvre de bé on fortement damé dans le sol.
Le mode d’exécution qui comporte des variantes pour les cas spéciaux-est le
suivant:
Le tube de fonÇage est obturé hermétiquement à sa partie inférieure par un
bouchon de béton, puis enfoncé dans le sol au moyen d’un mouton -dameur de 2 à 4
tonnes tombant en chute libre de plusieurs mètres de hauteur. Ce tube est en acier
spécial de forte épaisseur et très resistant. La puissance de fonÇage du mouton est
supérieure à celle de n’importe quel mouton à vapeur. Le damage s’effectue sur le
bouchon qui entraîne le tube. Le tube atteint rapidement les couches résistantes. À
64
la profondeur désirée, le bouchon est expulsé en partie. Du béton très peu mouillé
est versé dans le tube par petites quantités et chassé dans le terrain par le monchon.
Il se forme ainsi dans le sol, comprimé jusqu’au refus presque absolu, un bulbe en
béton qui donne un pieu une très forte assise.
Lorsque la base du pieu est terminée, le fût est exécuté par damage,dans le sol
de la quantité successive de béton tandis que le tube est progressivement relevé. Le
béton est damé à raison au moins 20.000kg/m par métre cube.
Le fût terminé se présente donc comme une colonne rugueuse étroitement gainée
de terre comprimée, il est parfaitement solidaire de toute la masse du sol.
En cas de nécessité, le fût est armé de barres longitudinales reliées par des spires
en fils d’acier.
Pendant le bétonnage, une hauteur suffisante de béton est maintenue dans le tube
de faÇon à éviter toute pénétration d’eau ou de terre.
d. Caractéristique générale du pieu Franki
- Le diamètre du tube de fonÇage est choisi suivant l’importance de
charger à supporter. La charge utile en compression(varie de 35 tonnes à 125
tonnes/pieu)
-La charge utile en traction:10-25% de charge utile en compression
-La longueur est assez grande.
65
Mouton
Terre végétale
Remblai
Béton
versé
pour
exécution
du
bouchon
Bouchon
de béton
comprimé
Bouchon
de béton
parfaitement
étanche
Nappe aquifère
Tourbé
Argile
Gravier
portant
Le tube reste en
place.Le bouchon de
béton est expulsé en
partie et le beston est
introduit dans le tube
Profondeur de fon Çage
Base élargie
Bé ton
du fÛt
e. Le matériel Franki
La machine Franki comporte (comprend): une plate-forme mobile sur
rouleaux,galets ou chevilles,une jumelle de long de laquelle coulisse le tube de
fonÇage, un treuil plusieurs tambours, commandant toutes les main uvre ɶ
nécessaires.
Il existe plusieurs types de machines Franki adaptés aux nécessités, de la machine
lourde ayant une jumelle de 25m de haut,jusqu’aux petites machine légères se
pla ant sur camion et montées en une demi-heure. Les machine Franki peuvent ҫ
entreprendre tous les travaux de battage:Palplanches métallique en béton ou en
bois,poutrelle métallique, pilots en béton ou en bois.
2.5.2. Pieux Frankis mixtes
66
Les pieux Franki sont appliqués dans certains travaux. Il est exécuté de fa on ҫ
suivant:
- Le tube de fon age est enfoncé dans le sol jusqu’ à la profondeur requise; ҫ
- Une base élargie est bétonnée par damage à refus.
- Un pilot octagonal ou circulaire, en bé ton armé préparé d’avance, est
descendu dans le tube et assis fortement sur la base par quelques coups de dameur.
- Le tube de foncage est retiré du sol.
• Pharses d’exécution des pieux Franki mixte
Sections tranversal du
Pilot en béton armé
Ce mode d'exécution confère au pieux Franki mixte les suivants avantages:
• La tête du pieu peut-être arasée à un niveau quelconque au-dessus du terrain,
ce qui constitue un grand avantage pour l'exécution des fondations hautes,
des fondations en terrain destiné à être remblayé par la suite etc.
• Le pieu peut-être foncé dans l'eau Il convient donc pour les piles de pont, les
appontements, les piers, etc.
• Le fût étant lisse et de diamètre moindre que celui du tube de fonçage, le
frottement latéral est très réduit.
67
• Ce pieu conserve une grande force portante due à la puissance utilisée pour
fonçage du tube et à la base élargie en béton.
• Dans les terrains chimiquement agressifs le fût peut-être recouvert d'un
enduit qui le protège contre la corrosion. Le pilot n'est pas enfoncé dans le sol
par battage; l'enduit ne peut donc être arraché comme il le serait pour un pilot
ordinaire préparé d'avance.
2.5.3. Pieux Franki décarottés
Dans certains terrain argileux, les pieux Franki doivent être foncés non par
compression, mais par extraction de couches du sous-sol, soit parce que celles-ci
sont incompressibles et qu'il importe néanmoins de les traverser pour chercher une
assise en profondeur, soit parce qu'il faut éviter toute vibration ou ébranlement du
terrain.
L'exécution de ces pieux Franki forés, dits "décarottés", s'effectue au moyen
d'une machine ordinaire et d'une cloche. Celle-ci est constituée par deux mâchoires
cylindriques, coulissant dans un tronsçon de tube, lesté d'un mouton en acier. La
cloche est descendue au fond du tube de fonçage; les deux mâchoires se remplissent
d'argile, la couche est alors retirée et vidée grâce à un mécanisme spécial. Le tube
de fonçage est introduit dans la cavité ainsi formée en utilisant le poids de la
machine au moyen de câbles passant sur des poulies de rappel. L'opération est
recommence jusqu'à ce que le tube ait attaint la profondeur prescrite. Le pieu
Franki s'exécute ensuite de la façon habituelle.

68
Terre remplie
Sortie de
cloche
Carotte d'argile
extraite par le
tube-cloche
Ascention de
la cloche
Fond
hautes eaux
Basses eaux
2.5.4 Pieux Franki tubé s:
Nous exécutons, pour certaines foundations spéciales des "pieux tubés"
composés d'un fourreau en tôle abandonné dans le sol et rempli du béton.
Nous utilisons les pieux tubés en rivière; dans les terrains contenant des
couches très molles, ou dans les terrains dont l'eau est agressive pour le béton etc.
Certaines fondations requièrent des pieux une partie du fût dépasse le niveau du sol.
C'est le cas, par exemple pour beaucoup d'ouvrages en rivière, appontements, murs
de quai, piles de pont, etc.
2.5.5. Pieux Franki de grand diameter
Les pieux Franki peuvent avoir un très grand diamètre: un mètre et plus,
grâce à des tubes, foncés par forage.
Ces pieux de grand diameter peuvent avoir une base élargie.
69
Fond
Tube acier
épaisseur 9 à
11mm
Frette
Bouchon
en béton armé
Tube acier
épaisseur 9 à
11mm
Frette
Armature vertical
Ils sont utilisés pour les très fortes charges.
Leur mode d'exécution ne diffère pas essentiellement du procédé Franki
ordinaire.
Sur le chantier, il va procéder comme suite:
La machine fore le terrain, sans cuvelage jusqu'à argile dure, au moyen d'un
outil spécial.
Ou bien la machine Franki va foncer le tube de grand diamètre par battage
sur la tête. Après l' exécution de la base élargie, le fût sera bétonné de la manière
ordinaire. Le béton de la base et du fût sera vibré. Les pieux ainsi executes et armés
offrent une résistance particulièrement élevée.
2.6. Pieux moulés dans le sol
2.6.1. Puits et barrettes
- Grosses sections φ > 1,20 m
- Faibles profondeurs Z ≤ 8 m
a. Puits:
- La section tranversale est carré et circulaire.
- Exécutés à la tarière ou avec la benne de la pelle mécanique.
- Ils sont coulés en pleine fouille ou à l’intérieur d’une buse d’assainissement
( sol pulvérulent ).
- Ils sont non armés et realisés en gros béton.
- Un plot ( ou en dé béton vient les coiffer et assurer la liaison à la structure)
Puits
longrines B.A
en béton
60x60cm
100 à 150 cm 100 à 150 cm
<800cm
b. Pieur ou barrettes excavées sous boue stabilisatrice ( Bentonite)
70
 Exécution
- Les pieux ou barrettes sont confectinonnés dans un trou réalisé par
l’extraction du sol au moyen d’outils très variés choisis en fontion du terrain.
- La protectin du trou est assurée par une boue stabilisatrice, dont le
niveau minimum dans le trou est maintenu suffisamment haut par rapport au niveau
piézométrique dans le sol , de manière à empêcher la décompression du terrain.
Dans certains cas ( terrains très mous et surcharges latérales importantes par
exemple ) , le trou est protégé sur sa partie supérieure par une protection mécanique
( tubage un exemple).
- Il est possible , si cela est nécessaire, de placer préalablement au
bétonnage une armature sur toute la longueur du pieu ou de la barrette.
- Avant bétonnage, le fond du trou doit être soigneusement nettoyé afin d’éviter un
mauvais contact sol-pieu à la base, source de tassement plus ou moins importants.
Eventuellement la suspension de bentonite chargée de sable et limon sera remplacée
par de la suspension fraiche, de manière à éviter les décantations sur le fond du trou.
71
Le bétonnage est fait au tube plongeura.
a= mise de tube d’appui e= Descente de la trémie (de tube plonguer)
b=Forage( avec bétonnite) f= Traitement du sediment
c= Nettoyage de trou g= arrivée du béton
d= Descente du cage d’acier h=Sortie du tube
c. Barrette:
- Sections:
72
- Protection de la tête du trou à réaliser avec moyen de murets-guids ou
d’un caisson métallique.
- Outil principal: grappin hydrolique.
Et le procédé est même pour les pieux excavés sous boue stabilitrice
• Avantages de cette méthode
Exécution rapide, contrôle de qualité facile, moins polluante.
• Désaventage:
Cette méthode demande des équippements spésifiques d’un cout élevé et
de main d’oeuvre de qualification.
2.6.2. Parois en pieux :
Exécution :
Les parois sont exécutées normalement en utilisant la technique des pieux
forés avec fourreau provisoire.
a. Parois en pieux sécants :
- Exécution de pieux impairs (1,3,5,7…) par extraction des terrères.
- Bestonnage de ces pieux par béton dosé à 200 Kg/m
3
ciment à prise
lente et gravier 4/16 pour faciliter le découpage. Les pieux ne sont pas
armés.
73
- Lorsque le béton a fait sa prise mais avant que le durcissement , les pieux
pairs ( 2,4,6…) soient successsivement exécutés en utilisant un tube de
forage équipé d’une trousse spéciale.
- Mise en place de la Cage d’armature dans les éléments pairs.
- Bétonnage des pieux pairs au moyen de béton normal.
• Dimentions: φ 800, 970,1080, et 1180 mm
• Distance minimale de l’axe du pieu aux obstacles: 2,5m
• Longeur: courante 20 m
Schéma d’exécution :

1 3 5 7
1e phase
Pieux impairé
non-armés
Pieux paires
armés
1
2
3 4
5
6 7 8
2e phase
*Fontion: Ces parois servent essentiellement comme parois de
soutènement des terres.
b. Parois en pieux jointifs
• Exécution:
- Forage du trou par extraction des terres au moyen d’outils très divers.
- La protection du trou par une suspension de bentonite.
- Mise en place des armatures après le nettoyage du fond et éventuellement,
remplacement de l’eau par de l’eau proper , de manière à éviter les décantations
74
sur le fond du trou.
-Bétonnage des pieux pairs
• Dimensions : diamètre de 800mm à 1800mm.
• Longueur : dépend du probleme
• Fonction : Elle a une double function :
-Assurer la transmission des charges verticales à un terrain résistant
-Assurer une function de soutènement .
• Distance minimale de l’axe du pieu aux obstacles : 0,25m +/2
Schéma :

1 2 3 4
2.6.3. Parois excavées sous boue stabilisatrice.
a, Parois moulées dans le sol:
• Exécution :
- Construction des murets-guide: Exécution de la tranché par extraction des
terres au moyen d’outils choisis en fonction des terrains rencontré .
- Nettoyage du fond de l’excavation et recyclage de la boue afin d’obtenir
un bétonnage correct.
- Mise en place de la cage d’armature.
- Bétonnage du panneau au tube plongeur descendu jusqu’au fond de
l’excavation
• Dimensions : section rectangulaire o en T épaisseur 400mm à 1500mm
• Profondeur : pas de limite.
• Fonction : utilisés pour substituer les parois de soutenement
permanents ou temporaries ainsi que des écrans étanches .Ces parois servent
75
également souvent de foundation profonde portante.
Tubes jointifs:

1 2
1
76
b
c
Suspension de
bentonite
Bentonite
propre
Bentonite mal
propre
Plaque en acier
Mise en place des
armatures
d
f
Tube en plonguer
Be'tonnage
Sortie du plaque
en acier
g
e
a) Murets-guides
77
f. Parois excave’ à la boue stabilisatrice préfabriqué
• Exécution :
L’excavation est de même manitère pour le cas antérieur et puis on doit
substituer la boue par un coulis de scellement des panneaux préfabriques.
Descente des panneaux préfabriqués qui sont enclenchés mécaniquement par
un crochet de pied et soit maintenus suspend sur le muret-guide jusqu’a la
prise du coulis de scellement

Coulis de cellement
Un joint “Water stop” gonflable entre panneaux ou tout autre type de joint permet.
d’obtenir une très bonne étanchétité
• Dimension de panneau : Variables suivants les projets ( épaisseur 300 à
600mm)
• Fonction : soutènement
a) Excavation d’un élément de parois sous coulis de bentonite par benne
autoguide’
b) Mise en place du coulis de scellement par… rampe de distribution
c) Descente du premier panneau sous coulis de scellement
d) Descente du panneau adjacent
78
Tirant Tirant Tirant
2.7. Les soutènements en palplanche
2.7.1. Généralités
Les palplanches forment une classe particulière de soutènement que l’on
réalise par des rideaux continus, formés de pièces jointives enfoncées dans le sol par
le battage, préalablement aux fouilles . On s’en sert lorque’on a à soutenir des terres
don’t la consistance est telle qu’elles ne permettent pas l’exécution économique de
fouilles légèrement blindées. Les rideaux de palplanches peuvent être étanches par
eux-mêmes ou rendus tels par un procédé quelconque; ils se prêtent alors à
l’exécution de travaux dans l’eau ou dans la terre gorgée d’eau. Les palplanches
sont emplayées soit à titre provisoire, pour réaliser des enceintes permettant
l’exécution de travaux de fondation ou de batardeaux, soit à titre définitif,
lorsqu’elles sont incorporées dans les ouvrages comme soutènement de pied de
berges ou de talus, soutènement pour murs de quais, piles et culées de ponts, petites
écluses, môles, jetées, enceinte autour de massifs de fondation à fin d’encoffrer un
terrain fluant ou boulant et de le protéger contre les affouillements et les filtrations.
2.7.2. Les palplanches en bois
Le bois a été employé depuis très longtemps pour constituer des rideaux de
retenus. L’emploi des pieux en bois jointifs, pour retenir la terre et l’eau, remonte à
la plus haute qntiquité, à l’époque des cités lacustres: on emploi d’abord des tronçs
d’arbres,puis des pièces de bois équarries, et enfin les palplanches proprement dites.
a. Caractéristiques des palplanches en bois:
- Bois utilisés: Hêtre, Sapin
79
- Dimensions habituelles:
- Largeur: 20 à 35 cm
- Longueur: 7 à 10 m
- Epaisseur: variable selon la longueur
Longueur(m) 3 4 5 6-7 8-9 10
Epaisseur(cm) 10 12 14 16 18 20
Ensuite 1 cm en plus par 1 mètre en plus
+ Formule empirique: e = 0.04 + 0.02H (m)
Où: e – épaisseur de palplanche
H – Hauteur entre le terrain d’assise et le niveau d’eau
+ L’autre formule:
3
5
b
H
e
R
·
R
b
: Résistance du bois à compression(Kg/c
2
)
b.Assemblage des palplanches en bois:
A grain d'orge
A raimure
et languette
A recouvrement
80
Les rideaux de palplanches en bois sont souvent formés de panneaux limités
par des pieux en bois espacés de 1,5 à 2m. Ces pieux sont réunis, soit par des
moises entre lesquelles passent les palplanches, soir par des longrines boulonnées
sur les pieux et contre lesquelles sont battues et clouées les palplanches
Palplanche Longrine
Taquet
Pieux en bois
D=15 à 25cm
Boulon en acier
6 à 12 cm
Frette serie à chaud
épaisseur:25mm à 40mm
c. Battage des palplanches:
- A la tête: Afin d’éviter la fissuration de la tête des palplanches pendant leur
battage, on la coiffe d’une frette en acier forgé de 2 à 3 cm sous la tête. On en
lève la frette après le battage afin de la réuliser
- A l’extrémité inférieure des palplanches est taillée en pointe asymétrique et
munit d’un sabot en tôle
en
tôle
e= 2mm
Sabot de palplanche en
bois
- Equipement: On peut utiliser les outils employés dans le battage des pieux
come: Mouton à chute libre, mouton à vapeur et mouton à trépider.
81
- Le procédé est le même pour les pieux
2.7.3. Palplanches en béton armé
Les palplanches en béton armé sont surtout employées lorqu’elles peuvent
être incorporées dans les ouvrages à titre définitif. Elles peuvent, contrairement au
bois, émerger de l’eau sans inconvénient
a. Palplanches en béton armé préparé d’avance(Préfabriqué)
Dans ce cas, on contruit sur le chantier, préalablement aux travaux de fouilles,
des palplanches formées des pièces en béton armé, qui sont ensuite battues dans le
sol par emboîtement.
- Assemblages:
Il existe divers types d’assemblages. Les plus courants sont réalisés par grain
d’orge
- Battage des palplanches:
Lorsque le battage se fait dans un terrain consistant, les palplanches sont munies
de lardoire à leur pied. Leur partie inférieure est ,oulée en forme de biseau de
manière à ce qu’une buttée de terre développée sur la face oblique ainsi réalisée,
provoque pendant le battage, en serrage de la palplanche contre sa voisine.
-La tête: est protégée des coups de marteau par un chapeau formant coussin
élastique .
Dans de nombreux cas ,pour obtenir un enfoncement facile de la palplanche
dans le sol,on est obligé de désagréger préalablement le terrain par lançage d’eau
sous pression.
Les panplanches en béton armé ne peuvent pas général être arrachées en vue de
leur réemploi , on les emploie souvent pour les murs de quai ou comme para
fouille destinée à consolider des berges.
-Équipement du battage:
Le même pour les palplanches en bois.
82
Vue latérale
Vue frontale
60cm
1
1
c
m
3mm
b. Palplanches en béton armé moulées dans le sol.
De même que l’on a imaginé des pieux moulés dans le sol,on peut réaliser par un
procédé analogue des panplanches moulées dans le sol.
C’est ce qu’a fait la firme Franki de la façon suivante:
- Les panplanches sont constituées par des panneaux de 1m de largeur en
général , 0.20m d’épaisseur et la hauteur voulue qui se soudent un à un dans
le sol en cours de bétonnage pour constituer un écran continu sur une grande
longueur.
- Elles sont exécutées au moyen de deux caissons en acier de section
rectangulaire,sans fond.Les caissons sont enfoncés alternativement au moyen
munie d`un mouton à chute libre.La même machine sert à l’arrachage et le
soulèvement du caisson,par l`intermédiaire de moulages.
1
er
phase:Fonçage du premier caisson.
2
ème
phase: Le premier est foncé à la profonde voulue.
3
ème
phase: Le deuxième caisson est battu au côté du 1er caisson.
4
ème
phase: Une armature est placée dans le 1er caisson.Après la mise en place
de l’armature ,le 1er caisson est rempli de béton par un goulotte, ensuite soulevé
lentement par les câbles de moulages.
83
5
ème
phase: On se trouve un panneau bétonné dans le sol.
6
ème
phase: Le 3
ème
caisson enfoncé à côté du 2
ème
caisson.On procède alors au
bétonnage du 2
ème
caisson,les phases se succèdent dans l’ordre qui vient d’être
indiqué.
Remarque:
• Le procédé a eté appliqué sur des profondeurs de 8m au maximun avec 0,3m
d’épaisseur.
• À la partie inférieure,le caisson est obturé ,préalablement à l’enfoncement
dans le sol par une plaque de tôle ou de béton.
Caisson
1 caisson à fond
er
2 caisson à fond
ème
Mouton
Casque
1 phase
ere
Le caisson en cours
de fonçage
2 phase
eme
3 phase
eme
4 phase
eme
Arrivé de l'armature
et béton du caison
5 phase
eme
Élément bétonné
6 phase
eme
Fonçage du 3eme caisson
2.7.4. Palplanches métalliques.
a,Généralités.
Un rideau de palplanches métalliques est constitué,d’une manière générale,par
une paroi ondulée,réalisée par un profil spécialement de laminé à cet effet et ayant
84
une grande résistance.La paroi est formée de pièces jointives,enfoncées
successivement dans le sol.Chacune de ces pièces est la palplanche proprement dite.
Elles peuvent pénétrer dans la roche tendre. Elles servent non seulement de
batardeau,mais encore de blindage des fouilles,de soutènement définitif de murs de
quais,des consolidations de berges,etc...
b,Avantages des palplanches metalliques.
-Elles se lissent battre dans des terrains très compacts et pierreux.
-Le battage est rapide et ébranlement est relativement faible.
-Peut être arrachées et resservit un grand nombre de fois.
-Leur résistance très élevée au flambage et à la flexion ,ainsi que leur
étanchéité.
c,Classification des palplanches métalliques.
• Panplanche U ( Larsen )
• Palplanche S (terres rouges)
• Palplanche Z ( Belval)
• Palplanche V ( Goutière Rombas)
85
• Palplanche à âme plate ou rectiligne
d. Accrochage des palplanches
• A griffes et bourrelets. (possibilité de rotation)
• Joint en queue d’aronde
• Join à crochet
• Joint composite
2.8 Battage et arrachage des palplanches
2.8.1. Battage:
a.Choix du mouton:
86
Il depend de la nature du terrain, des dimensions et du type de palplanches
utilisées.
On peut utiliser les moutons habituels comme: moutons à chute libre, mouton à
vapeur et mouton de trépideur. À nos jours le mouton de tr1pideur (diesel) et les
vérins hydrauliques de plus en plus remplacent les moutons à chute libre et les
moutons à vapeur.
b. Méthode de battage:
• Pour obtenir un alignement convenable, il faut assurer un guidage parfait des
palplanches pendant le battage. Les guides peuvent être appliquées
directement sur le sol et calés d’une façon quelconque.
• Dresser et emboîter d’abord toutes les palplanches en leur donnant une faible
fiche( 1m par exemple).
Une fois mise ainsi en fiche, les palplanches sont battues par passe 1m à 1,5m
maximum. Ce procédé, qui est évidemment long temps, mais donne
d’excellents résultats.
• Lorsqu’il s’agit de battage dans l’eau, les guides sont fixés à l’échafaudages
de battage au niveau le plus bas que possible ( jusqu’au niveau de l’eau).
• Le battage de la 1
ẻme
palplanche doit s’effectuer avec la plus grand soin.
• On coiffe aussi un casque à la tête de palplanche.
• On peut utiliser la méthode de lançage de l’eau sou pression pour enfoncer
les palplanches.
• On doit dresser un graphique, donnant en abscisse le temps ou le nombre de
coups et en ordonnée, les profondeurs atteintes par le pied des palplanches.
• Un tel graphique permet de constater tous les incidents du battage: rencontre
d’une grosse pierre, désemboîtement, arrivée de pied sur le terrain
résistant,etc.
87

PARTIE B
88
TECHNOLOGIE DU BETON
La technologie, c’est la science des procédés auxquels les produits naturels
doivent être soumis pour développer leur utilisation au profit de l’industrie, c’est la
science des procédés et les moyens mécaniques des méthodes qui touche à la
fabrication.
En fermes simples, la technologie du béton englobe donc toutes les
connaissances qui ont trait à la confection du béton.
La connaissance de technologie du béton est pour celui qui travaille avec ce
dernier beaucoup plus importance que pour les autres matériaux de construction du
fait qu’il est confectionné soit dans la fabrique à béton frais sur le chantier
proprement dit ou encore qu’il y est amené comme béton frais et ensuite mis en
œuvre dans sa forme définitive. La qualité finale ou produite dépend de divers
facteurs et sa résistance ne peut être constatée qu’ultérieurement, sa réalisation
exige donc un soin particulier et un contrôle sévère. Le béton est un matériau dont
la qualité appartient à l’exécutant, contrairement à l’acier par exemple dont la
qualité peut être contrôle au préalable.
Le béton est en principe composé de 70 à 80% de granulats (agrégats), de 10
à 15% ciment, de 15 à 20% de l’eau et de 2 à 5% d’air (en pourcentage du volume).
Les granulats adhérents lé uns aux autres aux moyens d’une matrice de ciment
contenant des espaces capillaires remplis d’eau pour une part et remplis d’air pour
89
une autre part. La matrice de ciment ou pâte de ciment durcie se forme à la suite de
la réaction du ciment avec l’eau.
En raison de son faible résistance à la traction, le béton n’est pas conçu pour
les poutres et les plaques. Ces poutres ou plaques travaillent en flexion, c’est - à -
dire que la matériau est comprimé dans sa poutre supérieure et étiré dans sa partie
inférieure. Dans ce cas, l’acier est placé dans la partie inférieure, donc destiné à
travailler à flexion et maintenant l’élément constitué de béton et de l’acier appelé :
‘‘ Béton armé ’’.
Chapitre I
COFFRAGES
1.1 Introdution :
Le béton frais est un matériau facile à mettre en œuvre et peut en principe
prendre une infinité de formes. Excepté pour un béton projeté, un coffrage est
indispensable pour donner au béton la forme et la texture de surface souhaitée et le
soutenir. Durant le processus de prise et de durcissement.
Le coffrage est en outre un élément dont il ne faut pa sous- estimer le coût.
Celui- ci peut en fonction de l’élément à couler et du choix du système de coffrage
représenter de 25 à 75% du prix de revient du béton.
1.2 Caractéristiques des terrains de terrassement
Leur classement nécessaire pour organise les analyses est subjectif. On peut
proposer des ranger en tirers failles suivant l’action principale qu’il subissent du
béton poussée, frottement, ou poids). Dans ces familles, nous distinguerons ensuite
les réponses apportées aux problèmes d’organisation des travaux.
a) Coffrages pour parents verticaux
90
b) Coffrages grimpant, auto grimpant, console de harrage, traditionnels ou
banches, poteaux, fondation, coffrage, de tunnels.
c) Coffrages glissants
Pour parement verticaux, ou pour parement plus ou moins obliques.
d) Coffrages horizontaux
Coffrages et étaiement de dalles, table, de coffrage, coffrage tunnels, coffrages de
poutre et pontiers.
1.3 Les matériaux de coffrages.
Les coffrages sont généralement constitués des parties suivantes :
La paroi de coffrage : C’est la partie qui se trouve directement en contact avec
le béton frais. Elle est habituellement en bois, en métal, en matériaux synthétiques
ou en béton.
La construction portante (l’échafaudage) généralement à base de bois, de métal
ou d’une combinaison des deux, parfois de béton.
Les raidisseurs de stabilité et de flambage, les contreventements, généralement
à base de bois ou de métal.
a) Le bois :
Il est utilisé pour réaliser toutes sortes de coffrage courbes. Il est à travailler et
remettre dé assemblages simples. Enfin, c’est un bon isolant et supporte très bien
les vibrations. Nombre de fois d’utilisation est limité.
b) Métal :
L’acier est un matériau homogène. Il possède une résistance et une rigidité
importante, grande durée, il n’absorbe pas l’humidité, divers forme. Le domaine
d’utilisation de l’acier est très étendu. Nombre de fois d’utilisation est grande.
Inconvenients : Le poids spécifique élevé, des éléments lourds, difficiles af
manipuler, formation des rouilles. L’acier survient pour la production de grandes
séries d’éléments identiques.
c) Matériaux synthériques :
Ces matériaux sont de plus en plus souvent utilisés. Ils sont résistants à la
corrosion, légers, permet de réaliser toutes formes. Les matériaux synthétiques sont
également utilisés comme coffrages perdus ( pour remplir les vides dans un
plancher, revêtement de caractères architectoniques ou isolants) Etc…
d) Béton :
Le béton (généralement armé ou précontraint) est souvent utilisé pour concevoir
des éléments de coffrages perdus ou permanents.
91
Disposition générale pour les coffrages :
Chaque coffrage doit :
- Conduire à la forme souhaitée en tenant compte des tolérances admises.
- Reprendre toutes les charges en présence, sans de formation ni déplacement
inadmissibles.
- Être facile à déplacer, à monter ( Y compris la fixation des armature, écarteur,
etc. ) et à détacher ( sans dégradation de la surface du béton).
- Permettre un bétonnage et un durcissement optimum.
Coffrages et aspect extérieur du béton
Afin d’obtenir une surface de béton aussi homogène et uniforme que
possible, chaque face de coffrage en contact avec le béton doit répondre aux quatre
exigences suivants :
-Les caractéristiques de surface doivent être constants ( l’absorption d’eau
joue ici un rôle important).
-L’étanchéité du coffrage est indispensable.
-Le coffrage doit être prope
1.4 Système de coffrage
1.4.1 Coffrages de fondation
Coffrages de fondation, de gros mur et de grand massif.
a.Coffrage de Fondation isolée
Pl an c h er
B u t ée
Tr a ve rs e B u t o n
b.Coffrage de gros mur
92
T?ants
écarteur ou espaceur
Poutre
Plancher
c. Coffrage de grands massifs
Calé

Tendeur
Contre fiche
<

8
m

1.4.2. Coffrage pour parois et colonnes.
épaisseur de la paroi
Longrine
Tirant
Contre - fiche
Poutre
Planche
93
• Progressivement, les poutres et longrines en bois pour en augmenter l’efficiente:
moins tirants, possibilités de l’utilisation de panneux plus grands et plus
maniables.
Panneau de Coffrage
en multiplix
Longrine
Poutre
• Coffrages des colonnes.
94

Ouverture pour
couler le béton
Ouverture pour
couler le nettoyage
4
0

-

8
0
m
<

2
,
5
m

Ouverture réservés à
poutre et poutrelle
Cadre métallique
Joue
Traverse

95

Fil à plomb

Figure 1 – Coffrage des poteux traditionnels (en bois)

M u l t i p l i x
R ai d i s s e u r
P o u t r e d e
c ei n t u r e

Figure 2 – Coffrage de colonnes avec ceinture et longrines en bois
• Coffrages de colonnes en acier (Section rectangulaire).
• Coffrages de poteux sont constitués par une caisse à 4 panneux (poteux
rectangulaires) dont, l’épaisseur a été calculée ou choisie.
- Le raidisseur de panneux s’effectue par des cadres simples ou double, places tous
les 80 cm en bois ou en acier ( serre – joints ).
96
Variable
Crochet
variable
C
o
n
s
t
a
n
t
e
- Il faut ménager une ouverture dans le bas du coffrage afin de permettre le
nettoyage avant mise en place du béton. Dans le damage à main, il est préférable
de monter bétonnage, afin d’obtenir un meilleur damage en tous point
• Coffrage de poteau en acier (section rectangulaire.
Le coffrage du poteuu en acier comporte des éléments que leurs
caractéristiques sont les suivants
- Plaque d’acier de 1,5 à 4mm d’épaisseur.
- Longueur : 1,5 à 2,5 m
- Largeur: 16,20, 30 cm.
- Raidissage par cadre en fer et traverse.
- Poids par m
2
de coffrage: 43 à 70 kg/m
- Assemblage des éléments par crochets.
- Nombre de réemplois : 50 – 300.
Montage de coffrage:
- Coffrage formé par deux demi – coquilles de largeur constante et
longugeur variable.
- Coffrage à piston: Largeur constante, longueur variable nombreuse position,
intermédiaries, pas de trous dans le peau coffiante.
97
5
0
0
1
0
5
7
5
6
2
.
5
5
0
2
5
7
0
0
1
0
0
2
5
Double ceinture en profiles
Contreplaqué 21mm
Raidisseurs verticaux en
Entretoises ?15
profiles tôle pliée
variable
v
a
r
i
a
b
l
e
- Coffrage en aile de Moulin, largeur et longueur variables.
- Coffrage du Poteau de section polygonale.
1.4.3 Coffrage de tunnels
Les coffrage de tunnels répondent tous à deux suggestions communes : pas de
grue, et absence de place. Leur conception est bien sur dépendante de la function du
tunnel mais aussi de son mode d’exécution : le revêtement est-il fait pendant la
période de creusement ? Comment circulent le marinage, le matériel et les homes?
98
Le radier est-il execute avant les pieds droits ? Selon fa forme et les diménions de
la voûte quel temps doit –t-on ? Peut-on travailler à postes ? Les analyses
conduiront soit à un coffrage unique (non télescopique), soit télescopique.
a. Coffrage non télescopique
Utilisés pour les tunnels de faibles longueur, des galléries très sinueuses, des section
très petites ne permettant pas le télescopique, etc.
Figure 3: Coffrage non télescopique
L’ordre d’exécution du coffrage:
- Dépose du masque
- Mise en place transporteur
- Mise en place des tendeurs
- Mise en contact du sommier du transporteur avec la voûte du coffrage
- Dépose du calage en bas de coffrage
- Repliement des volets des pieds droits (s’il y en a)
- Repliement des pieds droits (avec les tendeurs)
- Abaissement du coffrage (avec les vérins)
- Déplacement de l’ensemble
- Nettoyage et huilage
- Relevage du coffrage
- Dépliage des volets de pieds droits (s’il y en a)
- Réglage du coffrage (recouvrement 5cm sur l’anneau précèdent)
- Calage et bétonnage des pieds droits
- Pose du masque
Le radier du tunnel peut être exécute en avance ou à la fois de pieds droits et voûtes.
b) Coffrage télescopique
Afin de travailler en continu en “masquant” les temps de durcissement du béton,
on peut employer un jeu de deux coffrage (on plus). La longueur du coffrage
determine par “l’apprentissage” sur le chentier après une période d’exécution.
Ces coffrage doivent être repliables pour pouvoir passer avec leur transporteur
dans un coffrage identique déjà en place.
Dans le cas de galléries de diamètres assez grands, on peut faire passer deux voies
de services : la première pour du coffrage enjambant et le deuxième pour le
marinage.
99
La vitesse d’avancement du revêtement peut alors égaler celle de la perforation.
Portique
COFFRAGES TÉLESCOPIQUE
Coffrage té lescopinque pour tunel à section policentrique.
Ce type de section est souvent rencontré dans les tunelssoutiers
Coffrage télescopique pour galerrie
en fer chevel avec radier coulé
en deuxieme phase et transporteur à mât central.
Coffrage télescopique pour galerie
circulaire crulée entiere
c) Portique.
• Charpente centrale : Robuste et économique, employé généralement
dans le petites galeries du fait manqué de place.
Inconvénient : elle obture le passage

Figure 4 : Charpente cetrale
Tendeur
100
Charpente en portique enjambant la voi de service permettant de conserver
l’usage de celle-ci. Sa longeur devra être supérieure au coffrage pour permettre le
repliement de celle-ci
Tendeur
Coffrage
Portique
Figure 5 : Charpente en portique
d) Phases pour un bestonnage discontinue.
Le procédé est successivement exécuté.
C' A B
B'
C
C' A B
C'
A
B'
C
C'
B
1e phase :
- Bétonné
- Décoffré
- Coffrage
2e phase : - Bétonné
- Décoffré
- Coffrage
1.4.4 Coffrage grimpant
On l’appelle aussi “ Cofrage barrge ou console … tenu en tête “. Il fait appel à
toutes les techniques que l’on peut rencontrer dans les différents types de coffrages
pour les parements verticaux.
La plupart du temps il n’est tenu qu’en pied par un ancrage et en tête par en
tirant, ce qui limite pour des raisons de poids et donc de prix. Sa hauteur de béton
coffré à 3m, 3.50m environ.
101
Son poids avec tous ses équipements rapport à la surface coffré aviosine les 200
kg/
1. Les éléments de coffrage
a. La peau :
Peut être en bois ou en métal
- Tôle 4mm d’épaisseur : 100 fois de réemplois.
- Contre –plaqué bakélisé de 20mm : 10 20 réemplois.
- Bois agglomérés bakélisé de 22mm : 5 → 10 réemplois.
b. Ossature :
Peut être en bois ou en métal ou mixte.
L’ensemble de la peau et de l’ossature doit résister aux efforts de poussées
exercées par le béton. Généralement ces efforts sont équilibrés par des réactions
d’appuis mobilises dans les ancrages en pied du coffrege, noyés dans le béton durci
de levée précédent et en tête de coffrage dans les tendeurs.
c. Pincement
La zone “pincé” doit être étanche. Or, le béton de cette zone a été moulé par la
partie supérieure de la peau du coffrage pendant l’exécution de la levée précédente.
On a donc un problème du à la difrérence de planéité entre le haut et le bas du
coffrage. D’ou intérêt de laisseer un maximum de souplesse à la zone de coffrage
effectuant pincement et étanche cette zone an la calfeutrant avec un “compribaude”
ou du mortier avant bétonnage de la levée.
d. Arase du béton
L’idéal est de faire correspondre le rebord supérieur de la peau de la banche à
l’arase du béton. Le chef du chantier voit ainsi aisément le moment ou il doit arrêter
le coulage du béton.
e. Calage et réglage
Destiné rattraper les imprécisions de la levée, et celle de l’implantation de
l’ancrage.
f. Bouton
102
Pour régler la verticalité et pour tenir la banche “à vide” contre les efforts du vent
(pouvoir travailler en compression et en traction.
103
Ancrage
Arase du Pincement
Calage et reglage
Figure 6: coffage grimpant
Passerelle
Bouton
Ossature
Passerelle de betonnage
Tirant du tendeur
supporte de
coffage
Beton
104
Remarque :
L’ouverture du coffrage peut être conditionée par une durée de protection du
béton contre le froid, ou par une résistance minimale du béton de 5 MPa.
On peut constater les ruptures de charge de travail pour la main d’œuvre. Pour
remédier, on doit analyser de nouveau sur le chantier.
Démarrage du coffrage
L’analyse de cette phrase est à tord, trop souvent négligée. Pour un ouvrage de 30m
réalise par la levée de 2,5m, le nombre de levée sera de 15m. Sur les 15 levées, 3 au
moins seront particulières.
1.4.5. Coffrage auto grimpant
C’est un coffrage grimpant équipé de son système pore de levage ( vérin
hydraulique, treuils ou tire-forts) lui permettant de monter de la levee n à la levée
n+1 sans aides d’une grue. Le coffrage est onéreux qu’un simple grimpant du fait de
son alourdissement par un système complexe de charpente, et de mécanique, mais il
est particulièrement appréciable par d’autres manutentions.
1.4.6. Coffrages traditionnels de bâtiment et banches.
Ces types de coffrages ne sont pas seulement employés pour les murs des
bâtiments mais aussi pour des voiles de grande hauteur.
Pour les travaux d’exécution, on doit avoir un support pour poser le coffrage,
en bâtiment, c’est le plancher bas de voile par des tirants pour équilibrer les efforts
de poussée du béton sur les banches en vis-à-vis. La hauteur de la levee sera alors
uniquement limitée par la possibilité de bien mettre en place le béton (Problème lié
à la densité des armatures et à l’épaisseur du voile).
On exécute sur la planche une “talonnette” de 10cm de hauteur environ bien
implantée par legéomètre, sur laquelle on pince le coffrage. Les tyrants sont
relativement aisé à placer dans le cas des voiles peu épais et peu ferraillés de
bâtiments.
En revanche, dans le cas de voiles d’ouvrage d’art (voiles de culé de ponts)
ou de murs haut, épais et fortement ferraillés, le passage des tirants devient difficile
et source de perte de temps.
105
Figure 1 : Coffrage traditionnel
1.4.7. Le “coffrage tunnel”
C’est un outil coffrant en même temps les voiles et les dales. Ils soit être
complets par de banches traditionnelles pour coffrer les faces extérieures des
pignons.
Avec des “batteries” de coffrage tunnel,on peut réaliser très rapidement les
étages répétitifs d’un immeuble dont les planchers portent des murs de refend à mur
de refend; on coule en une seule fois les voiles puis les dalles. Il faut prévoir une
charpente que l’on accroche en console sur la façade pour sortie les éléments du
coffrage après le décoffrage et les passer avec la grue sur le niveau qui vient d’ être
réalisé.

Figure 2 : Coffrage tunnel
106
1.4.7. Coffrages glissants
1. Généralités
Le terme coffrage glissant se réfère à une construction de coffrage qui se déplace
régulièrement tandis que le béton est place dans le coffrage.
Un coffrage glissant n’est pas comme un coffrage habituel, dressé pour maintenie
le béton en place puis dé monter lorque le béton a acquis une résistance suffisante.
La méthode de travail avec un coffrage glissant ressemble plutôt au processus
d’extrusion des métaux. Le béton frais est coul é à la partie supérieure du coffrage
et il est dégage (en début de durcissement) de la partie supérieure du coffrage, lors
de son passage dans le coffrage, le béton prend la forme souhaité. Mais à l’opposé
de ce qui passe pour l’extrusion des métaux, le béton est immobile et c’est le monde
qui se déplace.
On utilize dès lors des coffrages glissants pour des structures dont la section ne
varie pas trop sur la hauteur à réaliser.
La technique du coffrage glissant peut être appliquéé entre autres pour les types de
constructions suivants :
♦ Constructions verticals pour lesquelles l’épaisseur des parois et la coupe
horizontale restent constantes sur toutes la hauteur.
 Constructions verticals pour lesquelles l’épaisseur des parois et la coupe
horizontale change suivant la hauteur.
♦ Constructions présentant une légère partie par rapport à la verticalité
♦ Constructions horizontals, par exemple bandes de contrebutage.
Les glissements périodique du coffrage, caractéristique du système, exige des
équipes de jour et de nuit sur 24h.
Un contrôle est nécessaire pour s’assurer que le coffrage reste bien horizontal et
dans la direction souhaitée.
On prévoira une planification détaillée afin d’éviter l’interruption du travail par
suite d’un manqué d’approvisionnement en matériaux ou en matériel ou d’équipes
insuffisantes.
1. Conditions et avantages des coffrages glissants.
a. Conditions d’utilisation d’un coffrage glissant.
107
• On peut envisager l’utilisation d’un coffrage glissant soit lors de l’établissement
du projet par l’architecte, soit lors du choix de la méthode d’exécution par
l’entrepreneur. Dans ce dernier cas l’entrepreneur doit faire appel à des
spéchialistes ayant l’expérience de cette méthode.
• L’ouvrage à réaliser doit conserver la même forme sur toute la hauteur. Un
changement de forme géométrique (par exemple passage d’une section carré à
une section circulaire) n’est pas possible en cours de glissement du coffrage.
Certaines variations dimensionnelles sot néanmoins possibles.
• L’ouvrage doit avoir une hauteur suffisante. Si la hauteur est trop faible,
l’avantage du travail en construire set réduit.
• Le nombre d’ouvertures doit être aussi que possible, car elles augmentent la
difficulté du travail.
• L’exécution doit être confiée à du personnel expérimenté aussi bien pour la
direction de l’opération d’un coffrage glissant
• Le délai d’exécution est court grâce à l’exécution simultanée d’un grand nombre
de tâches et parce qu’on travaille jour et nuit.
• Les couts de construction d’un coffrage glissant sot réduits à un minimum,
puisqu’un seul coffrage doit être prévu pour toute la structure.
• En outre, certains éléments des coffrages glissants sot standardisés, ce qui
permet de les utiliser sur plusieurs chantiers.
• Des ouvrages de très grande hauteur peuvent être réalisés dans des délais
d’exécution minmum.
• Les équipes sont plutôt réduites. Par contre, les salaires sont plus élevés que pour
d’autres travaux puisqu’on travaille en plusieurs fois et qu’il faut donc prévoir
des supplesments pour lé travaux en dehors des horaies habituels.
2. Domaines d’utilisation des coffrages glissants.
Les coffrages glissants peuvent être adaptés aussi bien aux ouvrages unitaires
qu’en génie civil ou en bâtiment, par exemple :
− Silos
− Tours (cheminé, chaateaux d’eau …)
− Noyaux d’immeubles-tour.
− Piles de ponts.
3. Description d’un coffrage glissant :
108
a) Coupe d’un coffrage glissant
1.Poteur d’armature
2.Tige support de vérin ou barre de montée ou barre d’appui.
3.Vérin
4.Chevalet
5.Passerelle ou plate-forme supérieure ou de travail.
6.Passerelle ou plate-forme extérieure de circulation.
7.Raidisseur horizontal
8.Peau de coffrage
9.Fourreau des tiges supports des vérins.
10.Passerelle ou plate-forme inférieure intérieure.
11.Passerelle ou plate-forme inférieure extérieure.
12.Le béton
13.Console de couronnement
14.Poutraison
b) Dessin en perfective du coffrage glissant donné à la figure au dessus.
c) Pièces d’un coffrage glissant
• Coffrage glissant :
Le proprement dit est costitué de la peau de coffrages et des raidisseurs. Il
existe une paroi intérieure et une paroi extérieure, complètement indépendantes
l’une de l’autre.
La peau de coffrage a en général une hauteur limitée entre 1 et 1,25m.
Habituellement, on a deux raidisseurs par hauteur de peau de coffrage, parfois il y a
en a trois.
Le coffrage peut être :
− Entièrement en bois.
− Entièrement métalique.
− Mixte, c’est-à-dire avec peau de coffrage en bois et ossature métallique ou
peau de coffrage en tôle et ossature en bois ou métallique.
• Chevalets :
109
Les chavalets peuvent avoir différentes formes selon le procédé la forme d’un
H.
Chaque chevalet a deux montants dont la distance est réglable selon
l’épaisseur du mur. Des ferrures sont prévues aux montants pour la fixation des
raidisseurs de coffrage.
Les chevalets doivent empêcher que les coffrages s’écartent sous l’effet de la
pression du béton. L’ensemble du coffrage ainsi que tous les accessoires sont fixés à
ces chevalets et cntrainés verticalement par ceux-ci. Ces chevalets sont acutellement
presque toujours en acier, auparavant ils étaient en bois.
• Vérins :
Les vérins sont solidaires des chevalets et montant l’ensemble du coffrage en
s’agrippant aux barres d’appui au moyen de griffes.
Les vérins sont pneumatiques, hydrauliques ou électriques.
Les vérins peuvent actionnés simultanément ou indépendamment, ce qui
nécessaire pour les corrections.
Les vérins de différences marques sont presque tous concus suivant le même
pricipale : Une groupe de mâchoires supérieures et une groupe de mâchoires
inférieures fonctionnant alternativement sous l’action de la pression de l’huile.
Le travail d’un vérin est schémaitsé sur la figure suivante :

grifffes
barre
d'appuis
Figure 3 : Travail du vérin
1. Les griffes inférieures du vérin sont fixées à la barre d’appui,les griffes
supérieures sont libres
110
2. Commande de montée du vérin
3. Les griffes supérieures du vérin sont fixées à la barre de l’appui,et les griffes
inférieures sont libres.
4. Le piston inférieure est retourné et on répète le processus.
À chaque poussée du vérin , le coffrage monte de 5mm environ.
• Barres d’appui:
Les barres d’appui supportent tout le poids du coffrage glissant par
l’intermédiaire des vérins qui s’appuient sur elles .Elles transmettent directement ce
poids aux fondations de l’ouvrage,sans charger le béton de parois qui doivent
cependant empêcher leur flambage.
Le diamètre des barres d’appui varie de 25 à 40 mm et leur longeur de 1,50 à
4m.
Les barres sont vissées l’une à l’autre.
On doit veiller à ce que les points d’assemblage soient le moins possibles dans
un même plan horizontal.Pour cela , il est indiqué d’utiliser au départ des barres de
longeur différentes.
• Gaines pour la récupération des barres d’appui
Si on souhaite récupérer les barres d’appui,il faut éviter que le béton y adhère
.Pour cela,on fixe aux chevalets une gaine dans laquelle on place des barres.Ces
gaines ont un diamètre intérieur supérieur de 3 à 4 mm à celui des barres.Les gaines
ne restent donc pas dans le béton mais glissent avec l’ensemble du coffrage.
• Plate-forme de travail et passerelle extérieure de circulation
Tous les travaux nécessaires au coulage du béton, au ferraillage et au placement
des cardres pour les ouvertures sont réalisés au départ de la plate-forme de travail.
Ce plancher sert également à la circulation des travailleurs, au stockage des
armatures,des cadres….
Le groupe hydraulique qui actionne les vérins, est également placé sur cette
plate-forme.
Le plancher et ses longerons d’appui sont solidaires des chevalets.
111
Le démantèlement ou la rupture d’éléments des planchers peut entraîner des
accidents graves.Pour des raisons de sécurité, il est donc indispensable de construire
solidement la plate-forme.
• Passerelles suspendues intérieures au extérieures
Ces passerelles sont placées à 2m environ en dessous de la plate-forme de
travail.
Si c’est nécessaire , on peut fixer une seconde passerelle à la première.
On s’en sert pour contrôler le béton après glissement de coffrage et aussi pour
procéder à d’éventuelles réparations et au lissage du béton.
• Eclairage et moyens de transport
Il faut prévoir :
 Une travail d’éclairage pour le travail de nuit.
 Une installation d’alimentation en eau .
 Un ascenseur ou des échafaudages avec paliers et échelles.
 Une grue ou un monte-charge ou un treuil pour le transport vertiacal.

4. Fonctionnement des coffrages glissants
Dans la plupart des cas , le coffrage glissant est un matériel loué par
l’entrepreneur à une firme spécialisée.
Outre le matériel de coffrage, cette firme met à la disposition de entrepreneur du
personnel spécialisé pour construire le coffrage et commander son glissement.
On commence par la construction du plan de coffrage de 1 à 1,25 de hauteur,
suivant la forme de l’ouvrage à réaliser.Ce montage peut être exécuté soit sur les
lieux même du chantier , soit à proximité (à portée de la grue) et dans ce cas on
utilise un gabarit.
Le peau de coffrage est ensuite fixée aux chevalets , eux-mêmes distants
d’environ 1,5 à 2,5 m.On fixe ensuite sur les mêmes chevalets des longerons
d’appui (raidisseurs) qui supportent le plancher de travail.
112
Selon l’épaisseur des parois , on fixe sur chaque chevalet un ou plusieurs
mécanismes de levage composé d’un vérin ,d’une barre d’appui et une gaine pour
la récupération des barres.
Il est évident qu’avant de fermet le coffrage on doit placer le ferraillage .Les
barres verticales peuvent être avantageusement installées en escalier,tandis que les
barres horizontales ne peuvent être montées au-delà de 1,4m environ étant donné.
l’espace libre entre les chevalets et le plancher de travail (25 à 60 cm selon le type
de chevalet ).
Le matériel nécessaire pour les réservations et les ouvertures doit également
être placé d’avance.
Lorsque le coffrage glissant est complètement installé,on l’estime pour
vérifier son fonctionnement.
Pour glisser le coffrage , on doit d’abord humidifier pendant 4 à 6 heurs la
peau de coffrage pour éviter des ouvertures entre les planchers du coffrage et pour
empêcher la peau de coffrage n’absorbe l’eau du béton.
Le coffrage est rempli par couches successives de 25 cm de hauteur environ.
- 1
ème
heur : première couche de 25 cm
- 2
ème
heur : deuxième couche de 25 cm
- 3
ème
heur : troisième couche de 25 cm
Entre la 3
e
et la 4
e
heur, on monte le coffrage de 5 à 7 cm.
On contrôle alors la prise du béton libéré ( à la partie inférieure ).Si le béton
n’est pas suffisamment durci, on arrête le coulage du béton et le glissement du
coffrage.
Si la prise du béton est suffisante , on coule à la 4
e
heur la 4
e
couche de 25
cm du béton et on monte le coffrage jusqu’à 15 à 20 cm de hauteur.
On contrôle le béton libéré.
À partir de la 5
e
heur , on coule des couches du béton de ±20 cm de hauteur et
selon la dégrée du béton ,on monte le coffrage de 10 à 20 cm par heur.
Le glissement se fait en phases ,par exemple pour une vitesse de 24 cm/h ,on
monte le coffrage en 3 à 4 fois de 6 à 8 cm,chaque levage est exécuté assez
rapidement (2 à 3 minutes),
113
On contrôle la hauteur glissée au moyen de lattes graduées de ±30 cm qui
reposent sur les chevalets et qui coulissent en même temps.
Pour contrôler la prise du béton ,on pourrait procéder comme suit:
- Par au-dessus:
On prolonge une barre de Ø12 dans le béton
+ Si la barre s’enfonce de 70 cm ou plus, on doit attendre avant de glisser le
coffrage
+ Si la barre s’enfonce de 30 à 70 cm ,on peut glisser le coffrage.
1.5. Coffrages horizontaux et étaiement
En général, ils sont les coffrages de poutres, poutrelles, de planchers et des
dalles. On distingue habituellement deux é fontions : Le coffrage doonant la forme
et l’étaiement supportent le coffrage et transmettant son poids et celui du béton est
des appuis fixés.
1.5.1. Coffrages horizontaux
a. Coffrage de poutre
114
Ces coffrages sont constitués par 3 faces, cloués ou tire formés. L’épaisseur
des bois se déterminer par le calcul. Les fonds des poutres sont généralement
constitués par des planches de 35mm à 40mm. Pour les poutres de grande butée, on
donne au fond une sur-élévation ou contre—fiche déterminée par :
- Tassement prévu d’appuis pudes étais.
- Modification de la forme du coffrage sous l’effet de la surcharge qu’il reçoit
- Flexion élastique de la poutre en béton sous l’effet de la surcharge maximale.
- Suppléments imprévus
Il est préférable, poue aspect que la poutre ait une courbe légèment concave,
plutôt que convexe.
b.Coffrage de poutre-plancher
115
Afin d’augmenter l’efficacité des coffrages horizontaux, on utilise des
plaques de mutiplex renforçées de grilles en aluminum pour former le coffrage de
poutre de la plaque métallique est souvent raisonnable.
Des pré-dalles constituent également des coffrages performants. Ils forment
en effet la partie structurelle du plancher et le soutènement nécessaire est limité aux
sous poutres et aux supports.
Des panneaux en acier nervuré peuvent également être utilisés comme
coffrages perdus.
116
1.5.2. Sollicitations :
a) Sollicitations verticales :
• Le poids du béton, des armatures, divers…
γ
b
=2,5t/m
2


Le poids propre platelage .
• Le poids des hommes qui circulent.
• La surcharge du tas de béton au déchargement de la benne.
• Les effets éventuels de la vibration.
b) Sollicitations horizontales :
L’ évaluation des poussé es latérales sur les faces du coffage serait très simple si le
béton à létat plastique qui se comportait comme un liquide homogène. La pression
en tous points d’un liquide est en effet proportionnelle dans toutes les directions au
poids de la masse de liquide située au-dessus du point considéré. La pression
hydrostatique obtient par la simple formule :
P = γ
h
.h
117

Évolution des pressions :
1.Hydrostatique
2. Probable
3. Admissble
1.5.3. Etaiements et cintres :
Les étaiements et cintres sont des ouvrages provisoies destinés à caler le coffrage
au niveau voulu, et à en reporter les charges sur des points d’appui fixes ( par
exemple sur le sol ). On parlera l’étaiement pour des échafaudages don’t les
montants verticaux descendent verticalement les charges. On parlera des cintres
pour des poutres franchissant des obstacles ( par exemple pour la construction d’un
pont, au dessus d’une rivière ).
a) Les différents types d’étaiements :
- É taiement par “tubes et raccord” .
- É taiement par tour ou par table.
- É taiement par télescopique.
- Par étai simple et isolé
• Tubes et raccord :
• Les tours d’é taiement à montage rapide
118
Utilisation :
Pour coffer des dallessitué es à une hauteur intermeédiaire de 3,5m à 4m.
Composants :
Les é lé ments présentés à la figure au dessus sont complétés par des échelles de
meunier, des plateaux à trappe et des garde-corps. Placés à l’int é rieurs de la tour,
ils permettent d’une part de montage de la tour en toute la sécurité , d’autre part
l’accès au fourches de tête ( montage, réglage, ou dé centrage du platelage du
coffage ).
Mise en oeuvre :
Quand le platelage coffé se situe au-del à d’une certaine hauteur ( par exemple
5,5m ), des liaisons assurant un contreventement d’ensemble doivent……..
Le platelage du coffage, des longerons, et les étais doivent être calculés selon
les Normes de flexion et flambage. Mais en réalité, on peut dimensionner
rapidement un étaiement de plancher simple selon les dimentions du même.
• Les tours de grandes hauteurs :
Utilisations courantes :
119
Ce type d’étaiement est généralement utilisé :
- Pour établir des platelages à grande hauteur ( coffage de poutre, de dalles … )
- Quand les charges à supporter sont élevées.
- Pour libérer des servitudes de passages ( gabarits routiers ).
Composants :
Ils constituent un système d’étaiement préfabriqué, a finition télescopique manu
portables s’autobloquant au montage, permettant ensuite un déplacement
d’ensemble, à la grue par exemple ou encore par ripage, sur les galets, qui
remplacement les platines de pied.
La forme triangulaire des éléments crée automatiquement un contreventement de
la tour.
Il est possible d’aubmenter la capacité portante d’un plot en ajoutant des poteaux
supplémentaires sur une ou plusieurs faces d’une tour.
En tête, l’étage coulissant donne la hauteur à 30cm près. Un vérin de tête à
fourche permet le réglage fin.
Un télescopage ( décintrage du coffage sans démontage ) est possible si l’on
incorpore un système au niveau désiré.
Mise en oeuvre :
- Le platelage du coffrage supporté par des tours doit être calculé selon des
normes exitantes.
- Il convient impérativement de s’assurer que la préparation et la nature du sol
d’assie permettent effectivement la reprise des charges en pied.
120
7
5

o
u

1
0
0
c
m
charge par poteau 10 tonnes
charge par poteau 7 tonnes
charge par poteau 5 tonnes
fouche reglable
course 30cm
trapere
diagonal horizontale
socle reglable
course 30cm
raccord d'extremite
• Etais simples et isolés:
L’étais simple métalique à l’opposé des tours d’étaiement où les tubes verticaux
sont contreventés par des horizontaux ou des dialogues est plus fragile du fait de sa
“solitude”. Aussi les normes définissent- elles un certaine nombre d’obligation :
- L’épaisseur minimale du tube de l’étais doit être de 2,5 mm afin quùil
cabosse pas.l’intérieur comme l’extérieur doit être protéger contre la roille.
- Le diamètre des broches ne doit pas exceeder 2,5 fois le diameter du tube,
pour limiter les risques d’excentrement de charge, et ne doit pas transmettre une
pression supérieure à Mpa au bois dùappui.
- Une note de calculs est obligatoire pour justifier la conception des étaiements
supérieurs à 6m.
121
verin a vis pour ajuster
la hauteur d'etais
pied de l'etais
plantin
tube inferieur
fretti
broche prisonniere
tube superieur
Figure 4 :Etais simples et isoles
b.Cintre:
la plupart de temps, ils sont constitutés de poutrelles. Elles peuvent avoir les
longueurs fixes, être extensibles (pour les petites portées) ou bien se composer
d’éléments qui se motent comme un mécano pour les grands portées.
2.2 -2.5 m
2.5 - 3 m
partie inferieure
partie superieur
3 - 4.5 m
contreventements verticaux
122
Chapitre 2
ARMATURES
2.1. Généralités
L’armature est un assemblage, par soudure ou par attaches, constitutes par des
ronds aciers. Les aciers utilisés dans l’ouvrage doivent répondre à la spécification
de Normes. Afin d’éviter toute confusion sur le chantier, il est intetdit d’employer
dans un même ouvrage des mêmes apparences géométriques mais caractéristiques
differérents. On recommende aussi de ne pas utikiser plus de 3 types d’acier dans
une même pièce (ou element).
Sur le chantier , le ferraillage employ souvent la main d’oeuvre le moins
qualifié. Son travail constituant essentiellent à manutentionner et ligature ou souder
des armatures. Cependant les longueur des barres tributaires des arrêts de
bétonnage, les attentes dependant du sens de coulage du béton. On doit apporter une
attention particulière aux principles qui présideront à l’élaboration des plans
d’armature.
Les armatures doivent être places de manière qu’ealles ne puissant pas se
déplacer pendant le couvelage et la peu vibration du béton, ou du fait de la
circulation des ouvriers.
2.1.1. Classification des armatures
• Suivant leur diamètre, on distingue :
- Acier en rouleau :
φ
< 10mm
- Acier en barre :
φ ≥
10mm (10, 12, 14, 16, 18, 20, 22, 25, 32, 36, 40)
• Suivant les formes de leur section, ondistingue:
- Acier rond lisses, ronds reliefs(acier à haute adherence HA)
- Acier en profiles L,U,I,…..
• Suivant la résistance des aciers, on distingue:
- Acier CI:
a
R
= 2100 kg/
2
cm
- Acier CII:
a
R
= 2700 kg/
2
cm
123
- Acier CIII:
a
R
= 3600 kg/
2
cm
- Acier de haute résistance: utilize pour le béton précontraint :
a
R
= 10000 –
18000 kg/
2
cm
Suivant leurs roles, on distingue:
- Poteur: dans le sens de la petite portée
- De répartition: dans le sens perpendiculaire. Exemple: cas des dalle, les
balcons, des murs…
Processus d’execution de l’armature
Les armatures sont realisées par des “ateliers forains” sur le chantier. Dans
les pays industriels, on leur prefere la plupart du temps des usines, spécialisees, afin
augementer le rendement de production.
Schéma de processus d’exécution:
124
125
2.1.3. Faconnage de l’armature
a. Polissage ( rescurage) et remise à droit et coupage
 Méthode manuelle
 Méthode mécanique
126
b. Façonnage de l’armature par l’effet froid
Afin d’obtenir une augmentation de la résistance de l’acier utilisé dans les
constructions civiles, et industrielles, on utilise la méthode de façonnage de
l’armature à effet froid. Les aciers après le façonnage, leur résistance augmente
environ de 30% et leur allongement est de 3-8% de longueur initiale.
 Par poli-froid
Trou de forme conique
Tambour
de treuil
Rouleau à fils d'acier
Le fils d’acier passe par le trou de forme conique, leur diamètre après le
façonnage est réduit et on peut déterminer l’indice de déformation de la section
d’acier par la formule :
( ) %

· ∆ 100 .
0
0
F
F F
F

Soit : F
0
– section d’acier avant appliqué poli-froid
F – section d’acier après appliqué poli-froid
Avec ∆ F= 10-20 %, on a un allongement de plus de 20%
Cette méthode est appliquée pour les aciers CI, CII de diamètre égale ou
moins de 10mm.
 Frappe – froid
127
Roue dentée
Rouleau à fils d'acier
Lame électrique
Contact de lame
Chevalet ou étagère
Section après frappe :
D d
Frappe en 2 faces Frappe en 4 faces
Les barres d’acier passé entre deux roues dentées et frappées, peut être en 2
faces ou 4 faces, dépendant de l’exigence de l’ouvrage.
Le coefficient de déformation δ sera :

( ) %

· 100 .
D
d D
δ
Soit : D – diamètre de barre originale
d – diamètre de barre après la frappe
Avec δ = 10-14%, on a un allongement de barre de 4-7% et
la résistance augmentera 25%. L’adhérence augmentera 1,7- 2,4 fois.
Champs d’utilisation : Pour les aciers CI
 Tire- froid
La barre d’acier est allongée par un outil très simple, il comporte d’un treuil
(mécanique ou manuel) et un contre – poids. Le processus sera expliqué à travers de
la figure suivante
Méthode manuelle :
128
4
2 1 3
5
1. Armature à tirer
2. Chariot à tirer
3. Chariot à fixer
4. Treuil
5. Contre-poids
Vérin hydraulique
Pompe
Armature
Allongement de la barre : 3-8%
Résistance de la barre augmente de 20-30%
Domaine d’emploi : Pour les aciers de φ ≤ 22 mm
Jointement des armatures
2.1.4. Jointement des armatures
Les armatures de béton armé et les gaines de précontrainte doivent être
disposées exactement aux emplacements prévus au plan d’exécution et arrimées par
ligature, soudure ou supports judicieusement disposés de solidité convenable et en
nombre suffisant pour que les armatures ne puissent se déplacer pendant le
bétonnage.
a. Par ligature
Le moyen le plus utilisé est la ligature à l’aide d’un fils d’acier recuit ( φ 1-2mm)
129
Ø
L
L : longueur de recouvrement
- L’armature à traction : l ≥ 250mm
- L’armature à compression : l ≥ 200mm
- Lorsque l’armature travail à traction, les barres d’aciers doivent être cintrées de
forme de crochet
Ou bien : l = 30φ pour l’acier rond lisse
l = 40φ pour l’acier H.A
L
l = 30φ pour ronds lisses
l = 20φ pour acier H.A
• Domaine d’utilisation
- Pour les aciers d ≤ 16mm
- Pour les éléments disposés (placés horizontalement comme poutres, planchers,
dalles, etc.)
b. Par soudage
On peut joindre les aciers par différents types des joints pour obtenir
une longueur convenable de l’armature.
130
Joint vis à vis
Joint juxtaposition
Joint de ronds aciers
Joint chéneau
2.2. Mise en place des armatures
Les principales difficultés provienent de deux sources:
- La densité des armatures dans des nœuds qui peut être telle qu’il soit nécessaire
dans des cas extrêmes d’enquiller les barres à la masse.
- L’ordre de pose des barres qui peuvent être enchevêtrés.
On définit souvent les difficultés d’un ferraillage par le pourcentage du poids
d’armature rapporté au volume du béton (tone par
3
m
). Cette approche qui a
l’avantage de la simplifié est loin d’être rigoureuse. Il serait plus représentatif de
rapporter le tonnage d’armature à la surface du parement qui lui correspond, mais le
calcul s’avère plus complexe.
2.3. Organisation de la main d’œuvre
Il peut être int é ressant de donner un emploi contenu aux ferraillages (ferrailleurs)
sur un même ouvrage.
Les arrêts de ferraillage doivent être calcul é s pour que le travail soit continu et
harmonisé.
2.4. Sécurité
Un certain nombre d’accidents mortels est arrivé, suite à des chutes d’hommes sur
des armatures verticales sur lesquelles, ils se sont empalés. On recommande soit de
″crosser″ les attentes, ce qui n’est pas bon pour les armatures travaillant en
compression, soit de charpenter les attentes.
2.5. Préfabrication
131
La préfabrication est employée soit pour obtenir de meilleurs rendements lorsque
l’atelier de préfabrication permet un meilleur confort de travail, soit pour obtenir
une harmonisation entre les travaux de l’armature, de coffrage et de bétonnage.
On doit apporter une grande attention aux manutentions et levage des armatures
surtout les attentes.
2.6. Pose des armatures
Les armatuires doivent être mises en place conformément aux dispositions
définies dans les plans. Les armatures doivent être arrimées, entre-elle, et calées sur
le coffrage, de manière à ne subir aucun déplacement ni aucun déformation notable,
lors de la mise en œuvre du béton.
Calage des armatures
La nature des cales et leur positionnement dans le béton doivent être compatible
avec le comportement ultérieur de l’ouvrage, notamment en ce qui concerne la
protection des armatures contre la corrision et le cas échéant, la résistance au feu.
Il se fait en général par l’imtermédiraie de cales en béton ou en mortier, en
amiante-ciment, en plastique ou en métal. Les cales métalliques au contact direct
des coffrages sont interdites.
Cale
Coffrage de poutre
Armature porteuse
Armature de construction
Disposition des cales en ouvrage
132
Cale
Armature
Coffrage du poteau
Etriers
Cale en béton
Armature du plancher
Cale
• Remarque :
- L’espacement (écartement) minimum des armatures doit être plus grand que la
dimension maximale des granulats.
- Pour assurer les armatures, on doit attacher tous les croisement des armatures.
- Avant de bétonnage, les armatures doivent être sans plaques de rouille ni
calamine non adhérente et ne doivent pas comporter des traces, de terre ni de
graisse.
- Lorsque sur le chantier manque de l’espèce et diamètre de l’acier calculés, on
peut seulement changer le diamètre ou l’espèce des aciers si on adapte les
conditions suivantes :

'
'
.
a
a a
a
R
F F
R
·
Soit :
a
F
- section de l’armature selon projet

'
a
F - section de l’armature à changer

a
R
- résictance de l’acier du projet
133

'
a
R - résictance de l’acier à changer
Chapitre 3
FABRICATION ET MISE EN OEUVRE DU BETON
Fabrication de béton
La fabrication du béton comprend les phases suivantes :
- L’approvisionnement et le stockage des matières premières
- La manutention et le transport des granulats
- Le dosage des matières premières et le chargement du malaxeux
- Le malaxage du béton frais
- La vidange du malaxeux et le transport du béton frais
3.1. Généralité
Le béton est fabriqué dans une petite bétonnière sur chantier ou dans une
centrale à béton installée ou non sur chantier ou en usine de préfabrication
134
De matière générale, les refgles de base suivantes doivent être respectées lors de
la fabrication du béton :
- Le lieu de stockage des matières premières est aisément et rapidement
accesible depuis une route et une voie d’eau
- Le lieu de stockage et l’installation de malaxage forment une toute ou sont
proches l’un de l’autre de facon à réduire le desplacement des matières premières au
minimum
Lors de la fabrication sur chantier, il faut en outre tenir compte des espects
suivants :
- L’espace disponable pour le stockage des matières premières est suffisant
- L’approvisionnement des matières premières ne perturbe pas l’avancement
du chantier et vice-versa
- L’installation de malaxage est située à un endroit tel que tous les
emplacements de bétonnage sont rapidement accesible avec les moyens de transport
disponibles
3.2. Centrales à béton
Lorsque la place manque sur les chantiers pour installer la malaxage et les
dépôts de matériaux (chantiers urbains), il peut être avantageux de produire de
béton dans une centrale que dessert les chantiers dans un rayon de 10 à 25km.
3.2.1. Classificatin
• Selon la méthode de fabrication utilisée :
- Centrale sans malaxeur: lorsque les matières premières sont uniquement
desées et déversées dans un camion malxeur, le malaxeur a lieu dans le camion
malxeur; cette méthode moins appropriée est tres peu utilisée de nos jours.
- Centrale avec malaxeur: lorsque les matières premières ne sont pas
uniquement pesées, mais aussi mélangées dans un malxeur fixe,d’ou le béton frais
est déversé vers un mode de transport approprié
- Centrale mixte: lorsque le ciment, le sable, l’eau et les éventuels adjuvants et
additions sont dosés et pré-malaxées dans un malaxeur fixe, le malaxage du mortier
et des gros granulats s’effectue dans le camion malaxeur
• Selon la configuration :
- Centrale de type vertical: lorsque les matières premières descendent depuis la
partie supérieure des tours, le long des silos et des trémies peseuses, vers le
135
malxeur,sous le simple effet de la gravité ; ce type de centrale est souvent utilisé
lorsque la space disponible est limitée (par exemple: en ville)
- Centrale de type horizontal: lorsque les composants sont dosés l’un coote de
l’autre et conduits par courroie transporteuse ou par benne d’alimentation vers le
malaxeur.
• Selon le degré de mobilité
- Centrale fixe qui ne peut être placée et dont seuls certains éléments sont
éventuellement récupérables.
- Centrale mobile équipée de roues permettant un déplacement sur route ou
installé sur bateau ou déplacement sur eau.
3.2.2. Schéma
La figure illustre un schéma applicable à toute centrale à béton:
Schéma d’une centrale à beton
(applicable à toute centrale à béton)
2
136
1
2
3
1
4
5
6
7
8
1. Stockage des matières premières
2. Manutention des granulats
3. Alimentation des silos
4. Distribution depuis les silos
5. Dosage des matières premières
6. Malaxage des béton frais
7. Vidange du malaxeux
8. Transport du béton frais
Exemple d’une centrale verticale
137
3
4
5
8
9
10 10
6
2
7
5
1. Silo d'attente granulats
2. Elévateur à godets
3. Goulotte rotative
4. Silos pour granulats
5. Trémie pesense des granulats
6. Silos à ciment
7. Vis à ciment
8. Trémis pesense du ciment
9. Malaxeur
10. Goulotte de distribution du béton frais
Exemple d’une centrale horizontale
138
A A
B
B
3
3
2
2
1
4
4
1
5
6
7
8
3.3 Approvisionnement et stockage des matière premières
139
3.3.1 Ciment
Le tableau indique la manière d’approvisionner et stocker le ciment:
Conditionnement Mode de
transport
Manutention Lieu de stockage
En sacs Camion, bateau,
chemin de fer
Manuelle, grue,
élévateur
Abri
En vracs Camion, bateau,
chemin de fer
Elévateur à godets,
air comprimé
Silo
Le ciment est commercialisé en sacs de généralement 50kg ou en vrac.
Les sacs sont utilisés sur les petits chantiers, sur les chantiers plus importants,
on utilise pour des qualité spéciales de de ciment (par ex. le ciment blanc). Les sacs
doivent être stockés de façon telle que le ciment puisse être utilisé dans l’ordre
d’arrivé.
Le ciment non conditionné est principalement utilisé dans le centrale à béton
et en usine de préfabrication. Il est généralement stocké dans des grands silos
d’attente d’où il est transporté vers les silos de travail.
Le ciment doit être bien protégé, tout contact à humidité doit être proscrit.
3.3.2. Granulats
a. Aprovisionnement
L’approvisionnement de granulats peut s’effectuer par camion, par bateau ou
exceptionellement par le chemin de fer.
b. Stockage
Les méthodes de stockage de granulats les plus fréquemment utilisées sont:
– En tas à même sol (utilisée en petits chantiers mais est déconseillé)
– En tas sur une aire aménagée. On distingue notamment: Stockage en
tas séparés, sur une surface en bois et stockage en étoile sur une aire bétonnée
– En silos, totalement ou partiellement enterrés. Ces silos sont en acier
ou en béton et surtout utilisées dans les centraux fixes de type horizontal.
registre donc la hauteur d’ouverture est ajustable et une petite courroie
transporteuse à vitesse réglable.
• Dosage en poids.
Le dosage en poids s’efffectue différemment. Selon le type de centrale, le degré
d’automatisation et la méthode de pesage utilisé (mecanique, électronique), on
distingue :
140
- Le pesage séparé de chaque granulat.
- Le pesage cumulait, où l’on pèse successivement les différents granulats dans
une même trémie.
Pour tous les pesages entièrement ou partiellement automatique, il faut contrôler
régulièrement si la masse obtenue est exacte, et il faut toujours vérifier si les trémies
peseuses sont entièrement vidées, donc si la balance est remise à zéro.
3.4.3. Eau
La mesure du taux d’humidité des granulats permet de déterminer la quantité
d’eau présente dans les granulats.
La quantité d’eau à ajouter au mélange est celle totale de gâchage prévue,
diminué de la quantité d’eau contenue dans les granulats. Pour une mesure correcte,
les installation sont pourvues :
- Soit d’un réservoir à eau avec indicateur de niveau.
- Soit d’un réservoir à eau avec compteur volumique.
- Soit d’un réservoir à eau avec temporisateur réglé manuellement ou
automatiquement selon le taux d’humidité des granulats dosés, utilisé le plus
souvent pour des mélanges de composition uniforme et à consistance
détérminée.
- Soit d’une installation de dosage complètement automatique où l’amenée
d’eau dans un malaxeur contrôlée par :
 La mesure de la résistance électrique du béton
frais dans le malaxeur.
 La mesure de l’énergie de malaxage absorbée, qui
dépend du teneur en eau effective (consistance) du
béton frais.
3.4.4. Adjuvants et additions
Leur utilisation requiert certaines précautions surtout sur les petits chantiers où
l’entrepreneur a tout intérêt à disposer de quantités emballées, dont la masse
correspond à la quantité requise par mélange. Dans les centrales à béton et usine de
préfabrication, on uitilise la plupart du temps des installations de dosage
automatique. Les adjuvants et les additions en liquides sont généralement dosés en
volume, et ceux en poudre généralement en poids.
141
3.5. Le malaxage du béton frais
Le malaxage du béton frais comporte les opérations suivantes :
- Le remplissage du malaxeur
- Le malaxage
- La vidange du malaxeur
L’objectif du malaxage est de répartir le plus uniformément possible les matières
dosées, de façon à obtenir un mélange homogène. Lors du malaxage, chaqe
particule de ciment devra être en contact avec l’eau pour pouvoir former la colle de
ciment, cette dernière, à son tour, doit enrober tous les granulats et également être
répartie uniformément dans tout le mélange.
Le malaxage des constituants doit être effectué dans une installation mécanique
de malaxage et être poursuivi jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène.
Si des adjuvants sont ajoutés en petites quantités, ils doivent être dispersés dans
une partie de l’eau de gâchage.
Si des adjuvants hautement réducteur d’eau (adjuvants à action limités) sont
ajoutés sur chantier, le béton doit être malaxé de façon homogène avant leur
addition.Après celle-ci, le béton doit être re-mélangé jusqu’à ce que l’adjuvant en
question soit totalement dispersé dans la gâchée et soit totalement effectif.
Une fois sortie du malaxeur, la composition du béton frais ne peut plus être
modifiée.
3.5.1. Types de malaxeurs
On distingue les types de malaxeur suivant
a. Malaxeur à production discontinue.
Ces malaxeurs peuvent être classés en 2 catégories :
 Malaxeur à tambour
Dans ces malaxeurs, le malaxage a lieu dans un tambour muni de palettes du
côté interieur qui soulèvent le matériel à mélanger, pendant que le tambour tourne,
jusqu’à ce qu’il redescende.
 Bétonnière à tambour bacuslant.
L’orifice de ce bétonnière sert tant pour le remplissage que pour la vidange.
Le tambour tourne sur son axe et il est suspendu dans une construction qui bascule
autour d’un axe horizontal. Le malaxeur est rempli en dirigeant l’orifice du tambour
142
obliquement vers le haut. Après le remplissage, on procède au malaxage, durant
lequel le tambour reste en position de remplissage où est mis en position
horizontale. Lors de la vidange, l’orifice du tambour est bien entendu incliné vers le
bas. Les petits modèles de ce type pour le malaxeur sont souvent utilisés sur
chantier pour le malaxage du béton ou du mortier frais.
Bétonnière à tambour basculant
 Le malaxeur à l’axe horizontal.
Il fontionne également selon le principe de la chute libre. Dans ce type de
malaxeur, le tambour tourne généralement sur des rouleaux d’appui horizontaux.
L’orifice de remplissage se trouve à l’arrière du tambour et l’orifice de vidange à
l’avant. Le sens de rotation pour le remplissage et le malaxage est opposé à celui de
la vidange.
Vider
Remplissage
Malaxeur à tambour à axe horizontal
Malaxeur
 Le camion malaxeur
Il fait en principe esgalement partie de ce type de malaxeur,étant entendu que celui-
ci comprend un axe oblique un lieu d’horizontal et qu’il possède un seul orifice.
b. Malaxeurs – agitateur
143
 Malaxeur – agitateur à axe horizontal
Le malaxage s’effectue dans une cuve au moyen de palettes qui se déplacent
indépendamment de cette dernière. Il existe des types de malaxeur – agitateur à
cuve fixe et à cuve rotative (malaxeur à contre -courant). La cuve est remplie d’en
haut et est habituellement vidée via un registre situé dans le fond ou dans la paroi
latéral de la cuve. Les matières premières sont malaxées par le mouvement rotatif
des palettes, accompagné ou non d’une rotation de la cuve,et après ouverture du
registre de vidange, le béton frais est vidé de l’orifice par les palettes. Le mlaxage
dans un malaxeur – agitateur est également appelé malaxage forcé. Les malaxeurs –
agitateurs sont souvent utilisés dans les centrales à béton et les usines de produits en
béton.
palet
registre
Malaxeur - agitateur à axe vertical
c. Malaxeur à auge
Dans ce type de malaxeurs,le malaxage a lieu dans deux cuves accolées installées
horizontalement, dans lesquelles deux arbres horizontaux munis de palettes tournent
en sens inverses. Le malaxeur est vidé par un orifice de vidange situé dans le fond.
144
Malaxeur à auge
d. Malaxeurs à productiion continue
Dans les malaxeurs à production continue qui sont sililaires aux malaxeurs à
auge, le malaxage s’effectue dans une cylindrique installée horizontalement où des
palettes tournent sur un arbre horizontal. Le remplissage est continu à une ex
trémité du cylindre et le mélage sort de l’autre côté. En raison de la continuité du
malaxage, le contenu est souvent restreint. Les malaxeurs à production continue
sont presque exclusivement utilisés dans des processus de production spéciaux pour
agglomérés de ciment.
3.5.2. Les principes de base de malaxage
a. Ordre d’introduction des matières premières
Cette ordre joue un grand rôle. Si l’on veut obtenir un bon résultat, il est
particulèrement important de suivre les indications du constructeur du malaxeur. Le
choix d’un mauvais ordre de dosage peut empêcher la formation d’un mé lange
homogène, car des morceaux de béton, l’on n’introduira jamais le ciment en
premier lieu afin d’éviter qu’il n’adhère aux paroi. D’autre part,l’amenée simultanée
des granulats dans le malaxeur (ou dans la benne d’alimentation) constitue déjà une
sorte de pré-malaxage.
b. Degré de remplissage
Il faut bien faire distinction entre le concepts de capacité utile et de capacité totale.
• La capacité totale de la cuve est son volume géométrique.
• La capacité utile de la cuve correspond à la somme des volumes apparents le
chacune des matières constituantes solides qui constituent le mélage maximal
145
pouvant être correctement malaxés en une gâchée. La capacité utile varie selon
le type de malaxeur entre 50 et 70% de la capacité totale de la cuve.
De plus, il est bon de rappeler que la somme des volumes apparents des
constituants est largement supérieur au volume du bé ton durci (cette différence
varie en fonction du type du béton)
Le volume du béton durci est la somme des volumes absolus de tous les
constituants du béton.
Les malaxeurs ne peuvent être remplis au-delà de leur capacité utile.
c. Durée de malaxage
La durée de malaxage est le temps nécessaire à l’obtention d’un mélange
homogène de béton frais. La durée idéale de malaxage doit être déterminée pour
chaque malaxeur. Cette durée dépend du type de malaxeur, du mode d’introduction
des matières premières dans les malaxeurs, de la nature, du dosage et de la
granularité des granulats, de l’ouvrabili té du mélage, du degré de pollution du
malaxeur et d’usure des palettes. Un entretien régulier de malaxeur est donc de
rigueur. C’est-à-dire que non seulement il doit toujours être nettoyé après
l’utilisation, mais que l’usure des palettes doit être en outre être contrôlé
régilièrement.
Une durée de malaxage trop courte donne lieu à une répartition irrégulière des
constituants (mélange hétérogène).
Une durée de malaxage trop longue donne également lieu à un mélange
hétérogène et peut conduire à une certaine désintégration des constituants (par
ex.granulats légers)
3.5.3 Vidange du malaxeur
La vidange du malaxeur ne peut provoquer aucune ségrégation (goulotte de
distribution).
Le béton frais est déversé vers un moyen de transport adéquat.
3.6 Mise en œuvre du béton
Après la fabrication du béton vient sa mise en oeuvre. Les operations
principales sont suivantes:
+ Le transport du béton de la central à béton jusqu'au point de déchargement
sur chantier.
+ Le transport du béton sur chantier.
146
+ Le contrôle du béton avant déchargement.
+ La mise en place dans le coffrage, éventuellement par des techniques
spéciales.
+ Le compactage du béton.
3.6.1 Transport du béton:
a. Longs trajets:
Les "longs" trajets comprennent les transports de béton sur des distances
allant de quelques certaines de mètres à plusieurs kilomètres.
 Camion malaxeur (Camion mixer)
Le camion mixer est équipé d'une bétonnière rotative qui pendant le transport et
avant le déchargement mélange convenablement les constituants du béton de
manière à obtenir l'homogénéité. La vitesse de rotation du mixer peut être modifiée.
Pendant le transport, la vitesse de rotation doit ểtre adaptée au type de béton.
Pour les bétons - faible teneur en ciment et d'une classe de consistance inférieure
une vitesse de rotation lente est commandée.
Les camions-mixers sont déconseillés pour le transport de mélanges sable-
ciment. Pendant le transport de béton additionné de fibres la cuve ne peut pas être
tournée afin d'éviter les concentrations des fibres.
Les camions mixers peuvent parfois être équipés de dispositifs spéciaux pour le
déchargement du béton tels que:
- Grue
- Tapis transporteur
- Pompe à béton
Camion mixer
Camion mixer - pompe avec fleche
147
 Camion agitateur
Ce véhicule est équipé d'une cuve fixe pourvue d'un système de malaxage qui
maintient l'homogénéité du mélange pendant le transport. Le déchargement
s'effectue par le basculement de la benne ou par une vis sans fin.
Les camions agitateur ne sont pas recommandés pour les bétons très secs ou très
fluides. Ils ne permettent pas l'obtention d'un mélange homogène après l'ajout
d'adjuvants de fibres. Les camions agitateurs sont déconseillés pour le transport par
voie publique.
 Camion benne
Ce véhicule est équipé d'une benne sans système de malaxage ou d'agitation.
Les camions bennes sont plus particulièrement destinés au transport de béton
maigre, de sables stabilisés, d'empierrements pour fondation, etc. Du béton
ordinaire transporté par camion benne doit être "re-mélangé" avant sa mise en
œuvre. Ceci est le cas par exemple pour les trains de bétonnage des revêtements
routiers.
3.6.2 Trajets courts
Les trajets courts comprennent les transports de béton sur le chantier même entre
bétonnière ou le mixer et le coffrage. Les trajets et les obstacles à vaincre
déterminent les moyens à mettre en œuvre.
 Pour les petits chantiers et moyens chantiers
a. Mouvement de translation:
On utilise:
• Gamattes: sortes de civière en bois porté par deux hommes. Volumes moyen
est de 20 litres.
148
• Brouette: en bois ou en métallique pour le transport de petites quantités de
béton sur des distances réduites. Le volume de brouette en bois est environ de 50l et
70l pour les brouettes en métallique.
• Wagonnet: V = 500l à 1000l.
• Chariot basculant métallique sur deux roués V = 250l à 300l.
• Sauterelles
b. Mouvement d'élévation et de descente
Utilisation de monte-charge, grues, derricks. En descente, la distribution du
béton ne peut faire en chute libre que pour des hauteurs < 2m, sous peine de
ségrégation des éléments.
 Pour les chantiers importants
a. Aérocables ou blondins
Ces appareils sont très pratiques pour l'exécution des ouvrages comme: ponts,
viaducs, écluses, cales de radoub, etc. Les bennes de capacité de 750l à 3000l se
vidant par le fond ou par basculement au lieu de mise en oeuvre ou dans des
goulottes.
Verticales ou légèrement inclinées de 10 à 15m
béton frais
Goulotte vertical mobile
b.Tour avec tapis roulants
Tour métallique, haubanée , supportant des tapis roulants orientables, horizontaux
ou inclinés jusqu’à 25
o
, déversant le béton dans une goulotte comme précédement.
- Rayon d’action jusqu’à 45m
- Débit horaire , jusqu’à 60m
3
Champ d’utilisation: pour l’exécution des barrages
149

Béton
Goulotte
Haubans
Tour
Contre-reventement
Trémie de réception
R=45m
tapis roulant
Distribution par tapis roulants
( 60 m
3
à

l’heure, R= 45m)
c.Grues – titans
Pour les gros travaux comme : barrages , pose de blocs en mer, etc. Par exemple:
grue de 3 à 30m de portée et de 30m à 60m de hauteur sous crochet.
Le béton peut être transporté de la bétonnière ou du mixer au coffage à l’aide
d’une grue et d’un cufa. Le beston doit être sufisamment fluide pour assurer un
déchargement sans pronblème. Le cufa peut être pourvu d;un manchon en
caotchouc pour limiter la hauteur de chute dans le coffrage.
La capacité de levage de la grue devra correspondre au poids total d’un cufa
rempli de béton une capacité de levage ínuffíante ralentira le rythe de bétonnage.
Pour le transport de randes quantités de béton – béton de masse, le cufa peut être
remplacé par un grappin.
d. Pompe à béton :
150
Pour le transport de plus grands volumes, debeton et sur des distances plus
importantes (jusqu’à plusieurs centaines centaines de mètres) et à des niveaux
defférents, les pompes à béton présentent la meilleure solution.
La combinaison mixer – pompe trouve aujourd’hui un important marché de
p0lace ou la rentabilité à cause du volume limité de béton à couler.
• Les pompes mobiles
Ces installations de pompage sont montées sir im châssis de camion ou sur un
camion-mixer. Elles sont habituellement pourvues d;un bras de distribution ( flèche)
et d;une conduite de longueur limitée . La pression de pompage se situe
habituellement entre 50 à 80kg/cm
2
• Les pompes fixes
Ces installations comprenent une pompe à béton et une tuyaux fixe, et
conviennent mieux pour des pompages sur de grandes distances ou dde grandes
hauteurs. Leur pression de pompage peut atteindre à 200 kg/cm
2
.
Les pompe à béton déversent le béton de manière pratiquement continue et
facillement ainci le travail des hommes qui régularisent

le remplissage de coffrage.
Elles ne peuvent être utilisées que pour le transport du béton , elles supporsent donc
que les engins de levage habituels du chantier.
Les tuyaux peuvent avoir de 125 à 150 mm de diamètre et admettre agrégats
ayant une grosseur élémentaire de l’ordre de la moitié du diamètre de la
canalíation. La distance horizontale de transport maximum est de 200 m et la
hauteur d’é lévation peut atteindre jusqu’à 40m.
Ces deux donnés dépendent d’une de l’autre par une relation approximative ,
telle que:
5H + D= 250 = rayon d’action
Soit: H- hauteur d’élévation
D- la distance horizontale
Débit: de 15 à 30 m
3
/h
151
Alimentation
Aspiration
remplissage
Fonctionnement des pompes à piston
Refoulement

Remarque:
• Presstion au départ: P ( kg/m
3
)
P= 0,14.D.f pour le parcours horizontal
P= 0,24.H pour le parcours vẻtical
Soit: f : le cofficient de frottement des matériaux dans les tuyaux
H: hauteur d’élévation (m)
D: distance horzontal (m)
• Vitesse de déplacement du béton : 10m/min
• Puissance nécessaire 8 à 50 CV pour distance de 1 à 30m
• Les tuyaux ne doivent pas être fixés d’une manière rigide au coffage et
échafaudages, afin de ne pas leur transmettre les chocs.
• Nécessité de nettoyer à chaque arrêt .
3.7. Contrôle du béton avant le bétonnage
3.7.1. Contrôle du béton
Avant le bétonnage ou le déchargement du camion mixer,il y a toujours lieu de
contrôler si le bétons correspond avec le béton commande’ ( contrôle du béton de
livraison)
Un contrôle visual du béton permet ensuit de juger:
- L’homogénéité du mélange
- La correspondence de la consistence ( si nécessaire faire le test au cône
d’Abranis
- La correspondence de la dimension maximale des granulats
Le contle de conformité comprend la combinaison des actions et des decisions à
prendre , selon des règles convenues à l’avance en vue de vérifier qu’un lot défine
152
presalablement est conforme aux spécifications .
La verification, l’échantillonnage ,les tailles des lots et les critères de conformité
sont conformes aux procedures décrites dans les Normes
3.7.2 Ajout d’adjuvants:
D’après les specifications de la norme, les adjuvants qui sont ajoutés en
petitequantités par rapport à la masse du ciment, sont ajoutés dans l’eau de gâchage
du béton, ce qui permet d’obtenir une repartition optimal dans la masse de béton . Il
est souvent preferable de les ajouer sur chantier. La règle dans ce cas pour que le
mélange soit homogène est de malaxer 1 minute par m3 de béton.
3.7.3. Ajouts de fibres
Avant d’introduire les fibres, le béton doit présenter une bonne homogénéité etune
consistence appropriée . Dán un camion malaxeur, seul un béton assez fluide permet
une pépartition uniforme des fibres. L’ajout de fibres dans un béton plus sec doit se
faire pendant la fabrication en centrale
3.8. Mise en place du béton
3.8.1. Desversement du béton dans un coffrage
En déversement du béton dans un coffrage,il faut veiller aux aspects suivants:
a, Limiter la chute libre du béton frais (1 mètre ) une hauteur de chute trop
importante donne au béton frais une force dynamique qui peut:
- Provoquer la segregation
- Déformer ,voire même ouvrir le coffrage
- Déplacer les écarteurs et aussi diminuer le recouvrement des armatures
- Déplacer les armatures
La hauteur de chute peut être diminuée en utilisant des goulottes. Ainsi le béton
coulera dans le coffrage au lieu d’y tomber.
a. Imposer en cas de bétonnage d’une paroi le remplissage par couches
successive sur toute sa longueur. Surtout ne pas déplacer le béton à l’aide d’une
aiguille vibrante d’un point central vers les côtés
b. Imposer également ; en cas de bétonnage de colonnes,le remplissage par
couches successive qui seront vibrées une à une afin d’assurer un bon compactage
du beston et une remontée de l’air occlus
153
c. En cas de bétonnage de plance, la repartition du béton doit être
commenced’une l’extrémité à l’autre afin d’éviter la circulation sur le béton frais
exécuté recent
d. En tous cas de bétonnage, le béton doit être versé au coffrage de haut à
bas,c’est obligatoire. Le rendement sera augmenté considérablement.
- La segregation peut être évitée en conduisant le béton par une goulotte ouPar
un tuyau avec entonnoir dans le coffrage lorsque la hauteur de chute du béton
dépasse de 1m
Brouette
Entonnoir
H>1m
- En absence de goulotte ou de tuyau, e béton rebondira contre le coffrage et
les armatures ceci peut provoquer la segregation et des nids de graviers
- Bétonnage par couches successives

- Bétonnage en escalier
- Lorsque l’on verra qu’il n’est pas possible de bétonner par couches
successive ,ni même en escalier, le temps de prise ne permettant pas à la couche en
cour de realization d’être liée à la couche qui lui est inférieure on changera les
hypothèses de travail par exemple:
154
 En augmentation les cadences de bestonnage avec du matériel Plus puissant
 En mettant un retardateur de prise
3.8.2. Arrêt de bétonnage
Les arrêt du bétonnage doivent être soit préscisés sur le plan d’exécution, soit
soumise à l’avis de l’ingénieur d’étude.
Les arrêts sont placés dans des sections où les efforts sont les plus faibles.
La reprise peut être coffrée par un “grillage” qui sera ensuite retiré.
La laitance (pour faciliter le décofrage) devra être retirés de la surface de
reprise, et un surdosage (mortier de repise) pourra être prévu lors du démarrage de
la phase suivante:
• Les arrêts dans structure
Dalle
Plancher Poutre
II
I
II
I
Fondation
I I I I
II II
III III I
I
I
I
• Les arrêts dans plancher
Lorsqu’on réalise le bétonnage du plancher, les arrêts seront installésen
dépendant de la direction d’exécution du béton.
Par exemple:
- Lorsque la direction de bétonnage sera parallèle à poutrelle → les arrêts
seront installés sur les poutrelles. Dans ce cas, on divise la poutrelle en 3
parties,les arrêts sont placés dans la partie centrale, mais en réalité, les
arrêts sont placés exactement au lieu de L
2
/3 (I-I, II-II)
155
L2
L2/3 L2/3 L2/3
L2 L2
L
1
L
1
Poutres
Poutrelles
Zones des arrêts
- Lorsque la direction de bétonnage sera perpendiculaire à poutrelle, les
arrêts seront installés sur les poutres. On divise la poutre en 4 parties, les
arrêts sont installés en 2 parties centrales, la meilleure solution sera en I –
I, II – II.
-
L2 L2 L2 L2 L2
L
1
L
1
/4
L
1
/4
L
1
/4
L
1
/4
L
1
Poutrelles Zones des arrêts
- Zone d’exécution
Le plancher sera divisé en quelques zones d’exécution de bétonnage par les
arrêts. La division doit être répondue la condition suivante:
min
min
.100 25%
max
V V
V



Soit: V
max
– volume du béton de la zone plus grande
V
min
– volume du béton de la zone plus petite
3.8.3. Serrage
156
Du béton fraîchement coulé contient entre 15 et 20% d’air occlus. Un béton
durci dans cet état serait très poreux, ce qui aurait une influence néfaste sur sa
résistance et sa durabilité.
On a établi la formule suivante:
2
'
c
c
c e a
V
f k
V V V
| `
·

+ +
. ,
Où: f’
c
= la résistance à la compression
V
c
= le volume absolu du ciment
V
e
= le volume absolu d’eau
V
a
= le volume absolu d’air
k = une constante
On voit qu’une augementation de la teneur en air diminue donc
proportionnellement (et au carré) à la résistance à la compression.
La surface du béton après décoffrage sera par ailleurs moins uniforme. On y
observera des trous et des cavités. Le béton ne remplira pas peut-être complètement
les coins et le recouvertement des armature risquent d’être insuffisant.
Si l’on veut permette à l’aire de s’échapper et combler tous les vides, il faut
vaincre toutes les forces existantes (force de frottement aux points de contact,les
forces de cohésion entre les particules et les forces capollaires) ce qui nécessite une
énergie.
Les méthodes applicables sont classées en deux groupes:
- Suppression ou diminution du frottement par un effet dynamique: vibrer,
secouer
- Par augmentation de la pression: comprimer, centrifuger, laminer
3.8.4. La vibration
a. Principe et méthode de vibration
La vibration fait perdre sa cohésion au mélange et diminue sa viscosité, elle a
pour conséquence:
- Transformer le mélange en un psedo-liquide permettant au béton de
pénétrer dans l’enchevêtrement des ferraillages et dans les recoins du
coffrage, en même temps la surface du béton va “se mettre à l’horizontal”
157
- Faire remonter les bulles d’air d’abord, puis le mortier et l’eau en surface,
descendre les gros cailloux par l’effet de pression d’Archimède. L’air
libérant est emplacement de mélange devient plus compact.
Béton non vibré
fin de dégagement de balles --> laitance plus mortier
apparition de laitance
Béton vibré Béton trop vibré
(Ségrégation)
b. Matériel de vibration
 Aiguille vibrantes sont constituées d’un cylindre à inférieur duquel
tourne un excentrique
L’entraînement peut être:
 Mécanique en câble métallique dans un flexible transmet la rotation impulsée
par un moteur à l’excentrique.
 Pneumatique :un tuyau flexibe conduit un flux d’air comprimé d’une turbine
située dans l’aiguille
 Electrique: un moteur est placé dans l’aiguille
Ces deux dernières techniques sont les plus couramment employées.
L’investissement “pneumatique” est moins cher que l’électricité,les chantiers
étant systématiquement équipés de réseau d’air comprimé,et les aiguilles
pneumatiques coûtant moins cher à l’achat que les aiguilles électriques.Cependant
l’électrique est de plus en plus répandu car plus fiable.
 Caractéristiques de l’aiguille
• Diamètre:de 25 mm à choisir en fonction
- De la dimension des mailles de ferraillage
- Des cadences de bétonnage
- De la dimension de plus gros grains du béton
Grains le plus gros
(dimension en mm)
Diamètre de
l’aiguille
Où? Quand?
158
Gravions petits ou
moyens(16mm)
25mm éprouvettes,noeuds de ferraillage très
dense
Gravillons
gros(25mm),petits
cailloux(31,5mm)
35-45mm Ouvrages de petites
dimensions,ferraillage dense
Petits cailloux (31,5mm) 45-55mm Ouvrages courants,voiles de 20 a 50cm
d’épaisseur
70 à 100 mm 60-100mm Béton de masse:fondation,voile de 60 à
80 cm d’épaisseur
100 à 200 mm 100-200mm Béton de très grande masse:barrages et
de très gros massifs: voile de 1 a 1,2m
d’épaisseur
• Rayon d’action
On admet que le rayon d’action d’une aiguille est égal à 5 jusqu’à 10 fois environ
son diamètre Ф:
r
0
=(5÷10)D
Soit : D-diamètre de l’aiguille
r
0
-rayon d’action
La distance entre l’introduction successive de l’aiguilles a sera:
A=1,5. r
0
C’est-à-dire: a = (7,5÷10) D
• Durée de plongée:
Les durées de plongé de l’aiguille varient avec la consistance du béton,seront
données dans le tableau suivant
Ouvrabilité
Type d’ouvrages
Durée de
plongée de
l’aiguille
(minute)
Classe de
consistance
Affaissement
( Cône Abrams)
(en cm)
Ferme 0÷4 Béton de propreté
Gros béton de fondation
1 a 2 minutes
Plastique 5÷8 Structure béton armé
Semelle,poteaux,poutres
20 secondes
159
,
dalles ,voiles,dallages
Très plastique 10÷15 Fondation coulée à
pleine fouille, pieux ,
voiles de faible
épaisseur
5 secondes
Fluide ≥16 Parois moulées Pas de vibration
c. L’utilisation de l’aiguille
- La longueur de l’aiguille et l’épaisseur des couches de béton à vibrer doivent
correspondre. Il faut faire descendre l’aiguille jusqu’à10cm de profondeur dans la
couche précédente.
Sens de vibration
Couche fraîcherment coulée
Couche antérieure
compactée
30-50cm
10cm
- Une aiguille vibrante ne sert pas à déplacer le béton horizontalement. Le
compactage du béton coulé sur un plan incliné doit se faire en commençant par le
bas.
- On laisse l’aiguille vibrante s’enfoncer verticalement ( ou presque verticalement)
dans le béton pour éviter une ségrégation,il faut limiter le temps de
vibration.L’aiguille doit être retirée quand la surface du béton commence à
réduire.La durée de remontée de l’aiguille doit être telle que le trou laissé par
l’aiguille puisse se refermer complètement.
- Le béton peut être vibré tant que ,par son poids propre,l’aiguille descend dans le
béton et tant qu’en sortant l’aiguille,le trou se referme aisément.
160
- Les armatures ou autres éléments noyés ne peuvent être touchés par l’aiguille .En
cas de contact ,les armatures vont propager les vibrations vers les bétons déjà
compactés,éventuellement visibles dans la surface décoffrée.Autre
conséquence,l’adhérence béton-acier peut être perturbé.
- On doit laisser une distance suffisante entre aiguille et le coffrage afin d’éviter
,autant que possible,une éventuelle vibration du coffrage.
- Le mélange du béton frais avec le béton précédemment coulé doit éviter autant
que possible les joints de reprise (la ligne de séparation entre les deux couches est
appelée “joint de reprise”)
d. Vibrateurs de coffrage
Les vibrateurs de coffrage sont installés à l’intérieur de coffrage.Les vibrations
sont transmises successivement au coffrage et au béton.Cette méthode n’est
intéressante que dans les cas où la somme des sphères d’influence des parois mises
en vibration est plus grand que l’épaisseur de la couches de béton frais se truant
entre ces parois.Ce procédé est donc adapté au serrage d’élément de constructions
hautes et à parois fines (parois,colonnes,poutres) qui sont difficiles à vibrer
autrement.
Le moteur vibrant à utiliser et les distances à respecter dépendent du matériau
de coffrage,de sa construction et de la consitance du béton:ces paramètres doivent
donc être déterminés expérimentalement.
Les coffrages en bas sont mieux vibrés à basse fréquence car l’amortissement
interne augmente fortement avec les fréquences croissantes.Les coffrages en
acier,par contre peuvent être vibrés à haute fréquence.Les vibrateurs doivent être
fermement arrimés au coffrage de préférence aux raidisseurs.Les vibrateurs
disponibles sur le marché sont aussi bien électriques,pneumatiques ou mécaniques.
e. Tables vibrantes
La table vibrante est principalement utilisée dans l’industrie des produits en
béton.Les coffrages sont fixés à la table vibrante(une plaque horizontale rigide)qui
est mise en vibration par un moteur vibrant.Cette méthode de serage permet la mise
en oeuvre de béton très sec,surtout si la vibration est complétée par une
compresstion.
f.Vibreur de surface
161
Ces vibreurs sont intéressants pour le serrage de construction mince et
horizontale telles les dalles de béton,les routes,etc.L’amblitude doit être suffisante
pour garantir une efficacité en profondeur.Le poids de la poutre (ou de la plaque)
vibrante,le moteur vibrant et le nombre de vibration à appoter par unité de longueur
au béton à serrer son autant d’autres paramètres déterminants.
3.8.5.Serrage par compression
La compression introduit l’énergie de serrage à la surface du béton
frais.Delà,elle va propager progressivement dans l’ensemble de la mise du béton.
Cette méthode va souvent de par avec une mise en vibration préalable ou
simultanée.Le béton frais doit contenir suffisamment d’éléments fins pour faciliter
le mouvement des granulats dans la masse.
Les granulats ne peuvent être poreux car l’eau s’introduit dans les pores lors de
la compression et les quittes lors de la diminution de pression en formant autour des
grains un film qui nuit à l’adhérence du mortier.
3.8.6.Serrage par laminage(aplatissement)
Le laminage est une variante du serrage par pression.Contrairement à cette
dernière méthode où la machine et le béton bougent à peine l’un par rapport à
l’autre, il y a,lors des laninages un déplacement du béton par rapport à l’engin de
serrage ou viceversa.
La pression peut aussi bien s’exercer à l’intérieur du béton, par un rouleau ou
un piston par exemple qu’à l’intérieur même de la masse, par une vis hélicoïdale.
Cette méthode de serrage est utilisée pour la production d’éléments ronds et
creux tels les tuyaux,de petits élements peu épais tells les tuiles, des hourdis en
béton précontraint,etc.
3.8.7.Centrifugation.
La centrifugation est une des méthodes dans lesquelles l’énergie de serrage de
extérieur sur la masse de béton. La force centrifuge remplit un double rôle:
-Le serrage du béton.
-L’expulsion de l’eau excédentaire.
Prenons un moule donné(par exemple circulaire) rempli partiellement de béton.
Si on impose une rotation au moule,le mélange va se comprimer et se compacter le
long de la paroi sous l’effet de la force centrifuge. Il est clair que ce procédé de
162
serrage n’est utilisable qu’en usine. Il est surtout adapté à la fabrication de longs
éléments creux à section circulaire ou polygonale tells les tuyaux,les poteaux
d’éclairage,etc.
3.9. Cure et protection du béton.
Pour que le béton obtienne les propriétés escomptées,une bonne cure et
protection du béton frais sont nécessaires.Cette cure et protection doivent débuter
aussi rapidement que possible après le serrage du béton frais.
La cure du béton frais est une mesure de protection contre le dessèchement
prématuré du béton jeune. La cure est indispensable, en particulier, par temps
chaud et venteux.
La protection après bétonage du béton frais est une mesure de précaution pour
prévenir les dégâts du béton. Durant la pris, le béton doit être protégé contre
délavement par la pluie et un ruissellement d’eau. Durant la phase de durcissement,
il est nécessaire que le béton soit à l’abri des basses températures.
3.9.1.Protection du béton jeune contre le dessèchement
a. Evaporation de l’eau à la surface du béton.
La vitesse d’évaporation de l’eau à la surface du béton est principalement
dépendante des conditions environnementales mais aussi de la température du béton
frais. Ces facteurs différent agissent des manières suivantes:
− L’humidité relative de l’air: plus l’air est sec, plus le dessèchement est rapide.
− La température de l’air: la température de l’air est étroitement liée à son
humidité, une augmentation de température de 10
0
C correspond à une baisse de 50
% de l’humidité relative.
− L’ensoleillement: l’ensoleillement conduit à un échauffement de la surface du
béton et à une augmentation de la tension vapeur de la couche d’air juste à la
surface du béton, ce qui entraine une augmentation de la vitesse d’évaporation.
− Le vent: le vent intervient dans le processus de dessèchement en ce sens qu’il
amène aconstamment de l’air nouveau et plus sec à la surface humide du béton.
Plus le vent est fort, plus de dessèchement est dont rapide.
163
− La température: plus élevée la température du béton, plus haute est tension de
vapeur de la couche d’air juste à la surface du béton et plus grande par conséquent
est à vitesse d’évaporation.
b.Infuence néfaste du dessèchement du béton
Le dessèchement conduit à deux sortes de pertubations :
– La pulvérulence de surface due à l’arrêt de l’hydralation à la surface
– La formation de fissures causées par le retrait plastique et le retrait
hydraulique précise.
3.9.2 Méthodes de cure
Pour empêcher l’eau de s’évaporer hors du béton prématurément, une cure
efficace doit être exécutée. Le principe de la cure est l’isolement du béton des
facteurs atmostphériques.
Les méthodes pricipales de cure sont :
- Laisser le coffrage en place
- Recouvrir par des bâches plastique ou des panneaux de recouvrement
- Mettre en place des couches humides(sables, jute..)
- Pulvériser l’eau ou placer sous eau.
- Appliquer des produits de cure formant des membranes de protection
Ces méthodes peuvent être appliquées iso ément ou en combinaison, En tout cas,
la cure doit débuter aussi tôt que possible. Il est aussi nécessaire de décider la
méthode de cure avant le début du travail sur chantier.
a.Laisser le coffrage en plac.
Laisser le coffrage en place est en général une méthode de cure suiffisante.
Comme matériaux, on rencontre le bois, l’acier, les plastiques.
Les éléments en bois et les panneaux sans recouvrement doivent être humidifiés
avant la coulée du béton et doivent être maintenus humides dans des conditions
fortement desséchantes.
b.Recouvrir par des bâches plastique ou des panneaux de recouvrement
En utilisant des bâches plastiques et des panneaux de recouvrement, il est
possible de recouvrir toute la surface. Il faut toutefois veiller à ce qu’il n’y ait pas
de courrants d’air entre le béton et la bâche.À cause de cet effet dénommé ‘effet
164
cheminée’, on peut avoir un dessèchement accéléré. Les bordes des bandes des
bâches doivent se superposer complétement de sorte que l’air peut passer sous ce
matériau.
c.Mettre en place des couches humides
Toute la surface est recouverte de matériaux conservant l’humidité, maintenus
humides en continue par pulvérisation. Il faut éviter que les matériaux ne puissent
s’envoler. Comme matériaux on utilise le sable, le jute et des nattes. Un
recouvrement avec du sable doit avoir une épaisseur d’au moins 25mm. Les
matériaux ne peuvent contenir aucune matière qui attaque la surface du béton ou qui
a une influence négative sur le durcissement de la surface du béton.
d. Cure avec de l’eau.
La cure avec de l’eau peut être effectuée par la pulvérisation constante d’eau à la
surface ou au moyen de la mise sous eau de surfaces horizontales. On doit veiller à
ce que la surface du béton soit compèletement et en permanence humide. Pour la
pulvérisation, on doit faire attention que les gouttes d’eau ne soient pas trop grosses
pour éviter qu’elles marquent des revêtements lors de leur chute sur la surface du
béton frais.
En général, des processus de cure ou l’eau est ajoutée conduisent à une stucture
du béton plus fermée que celles où empêche de dessèchement du béton. On doit
éviter que les surfaces de béton chaudes soient brusquement refroidies par la
pulvérisation d’eau lors de la pulvérisation d’eau à la surface, on doit surtout éviter
durant la phase de prise que la surface soit endommagée.
e.Application des produits de cure.
Ceux-ci sont des résines répandues par pulvérisation à la surface du béton et
qui forment un film continu d’une épaisseur suiffisante pour empêcher
l’évaporation de l’eau. Le produit doit être réparti très finement et former une
brume qui se pose sur la surface du béton frais sans pénétrer. Les produits de cure
ne peuvent pas former de tâche ou exérocher le saleté dur la surface du béron.
3.9.3. Durée de la cure
La durée de cure requise dépend du temps nécessaire pour atteindre une
certaine perméabilité. Ceci est également en rapport avec le dévelopempent de la
résistance du béton et les exigences de durabilité posée. La durée de la cure est aussi
165
dépendante d’un grand nombre de facteurs : la sorte de ciment utilisé et sa classe, le
facteur eau-ciment, la température du béton, les conditions climatiques de
durcissement, l’exposition ultérieure du béton
En général, la durée de cure varie de 5 à 10 jours.
3.9.4. Protection du béton frais contre la pluie
Le danger de dégât dû à la pluie existe dans les premières heures jusqu’à un
jour après le bétonnage. Le ciment à la surface supérieure est délavé par forte pluie.
Ceci a pour conséquence que la surface est riche en graviers et peu plane.
Des recouvrements simples sans moyens d’isolation supplémentaire suiffisent
pour prévenir les dommages de surface par la pluie. Les recouvrements doivent se
superposer afin que l’eau ne puisse s’écouler sous ceux-ci. Avec des haussés, il ne
peut apparaître de ventilation sous le recouvrement.
Certains produits de cure peuvent former également une protection suiffisante
contre la pluie. Les films secs de ces produits de cure peuvent résister à la chute de
grosses gouttes de pluie.
3.10. Le décoffrage- Le moment du décoffrage
3.10.1.Généralité
Le moment où le coffrage et les appuis peuvent être enlevés est défini en
fonction des critères suivants :
- Les constraintes qui seront produits lors du décoffrage ou dudécintrement
- La résistance du béton lors du décoffrage
- La nécessité de laisser certaines étançons pour réduire les déformations
dues au fluage ou d’assurer la stabilité pendant la phase de construction.
- Les conditions climatiques de l’environnement et les mesures qui seront
prises pour protéger le béton après le décoffrage.
Pour les contraites lors du décoffrage, on doit faire spécialement attention :
- Au poids du béton, puisqu’il constitue la partie principale de la charge
- À la charge suite à l’étançonnement sur des étages supérieures
- Aux charges suite aux éventuels appuis momentanés lors du décoffrage
Pour déterminer le moment de décoffrage, la résistance du béton durci peut être
mesurée ou on peut prendre garde durant un certain temps d’attente.La mesure de la
résistance en compression du béton dans un élément de construction est un
166
problème séparé. Pour juger de cette résistance, on peut entre autres avoir recours
à :
- La méthode de la maturité pondérée
- La détermination de la résistance en compression des cubes de chantier
- Des essais non destructifs
3.10.2. Recommandation
En l’absence de données plus détaillées, les périodes minimales suivantes
sont recommandées :
- Pour coffrages d’elément non porteur : 2jours
- Pour dalles de portée de moins de 2 mètres: 5 jours (quand
50%[ ]
b b
σ σ ·
)
- Pour poutres de portée inférieure à 8 mètres : 8jours (quand
70%[ ]
b b
σ σ ·
)
- Pour dalles de portée comprise entre 2÷6 mètres: 8jours (quand
70%[ ]
b b
σ σ ·
)
- Pour les dalles et les poutres de portée supérieure à 8 mètres : 21 jours
Cas particulier
L’enlèvement du coffrage et le décintrement sont effectués sans chocs et par des
efforts statiques. L’attention est attirée sur l’incidence de l’âge du béton au moment
de la mise en charge sur les déformations initiales et différées (fluage)
de la construction. L’influence de l’âge du béton au moment de sa mise en charge
sur les déformations ne peut en effet pas être négligé. Plus la mise en charge est
différée, plus c’est favorable pour le fluage.
C’est principal pour les éléments non porteurs qu’il peut arriver que déjà tôt
dans la phase de durcissement, on peut décoffrer. La résistance en compression
est.Il est vrai, suiffisante au point de la stabilité et des déformations, mais un
traitement brutal pendant le décoffrage peut conduire à des dégâts dans le béton.
Si le décoffrage présente des coins saillants tournés vers l’intérieure, ces
parties doivent être enlevées aussi tôt que possible, en tenant compte d’autres
critères liés au décoffrage.
3.10.3. Remarques
a. Pour des ouvrages spéciaux, nécessité de faire des essais de résistance du
béton
b. Au cas de gel, prolonger le délai de décoffrage
167
c. Dans le cas de poutres ou d’élément de grande portées, le délai peut être
doublé
d. Pendant le décoffrage ,il est prudent de conserver quelques étais de
secours sous les poutres et les hourdis.
On disposera ces étais comme suite:
• Poutres : des étais au milieu de la portée
• Hourdis: des étais tous les 6m ( si leur portée est supérieure que 3 m)
e. Après le décoffrage et avant de réemploi , le coffrage doit être nettoyé
soigneusement et remis en état et sera classé par longueurs et categories.
168
169





170


171
172

Chapitre I TERRASSEMENTS
1.1 Définition, Fonction : _ Définition : On désigne par terrassements les opérations consistant à creuser, déplacer ou transporter des terres ; ce sont les travaux destinés à modifier la forme naturelle du terrain. Cette modification est réalisée par l’exécution de déblais et des remblais _ Fonction : Les opérations élémentaires de terrassements comportent principalement :  La fouille ou l’extraction des déblais.  Le chargement de ces déblais dans les véhicules de transport.  Le transport.  La reprise ou la mise en remblais ou en dépôt. _ Les travaux de terrassements sont précédés par les opérations suivantes :  Sondage : études géotechniques chaque fois que la qualité du terrain n’est pas connue.  Relevés des diverses canalisations existantes.  Implantations et piquetage destiné à matérialiser les mouvements de terres en fonction des nivellements définitifs.
Terrain naturel

Bas

Haut

Bas

Haut

Talus déblais Talus remblais

Route

2

_ Les terrassements constituent les travaux de préparation pour :  L’établissement de la plate –forme de réception de la construction.  L’exécution de fondations.  La mise en place des réseaux enterrés.  La constitution de déblais et de remblais pour les ouvrages annexes au bâtiment tel que les travaux de voirie.

B Déblais H H Remblais

Pente de talus : tgφ=

H B

1.2

Caractéristiques des terrains de terrassement

1.2.1 Classification des terrains : _ Les terrains faisant l’objet de terrassements sont classés selon les difficultés  Les terrains ordinaires : les terres végétables , sables meubles, gravois, les remblais de formation récente.  Les terrains argileux ou caillouteux.  Les terrains compacts.  Les roches pouvant être attaquées au pic ou à la pioche.  Les roches dures exploitables.  Les roches très dures. _ Dans la pratique professionnelle, on réduit la classification précédente à deux grandes catégories :  Les terrains meubles : comprenant les terrains légers, ordinaires, lourds ; très lourds. Ces sols peuvent s’exploiter à la pioche(I-IV type).

3

Terrain mouillé : Humidité W>30%.2 Talus du terrain : Pente de talus : tgφ= H H =1 ? B ?= 4 5 ° B=1 ? = a n g le d e s ta lu s n a tu r e l T e r r a in c r o u la n t. dures. Humidité= (Poids de l’eau)/ (Poids de terre sec) (en %) H B 1.2. demi-dures. _ On peut distinguer encore selon l’humidité du terrain :  1 2 3 Terrain sec : Humidité W≤ 5%. Terrain humide : Humidité W≤ 30%. de rippers ou d’explosifs(V-XI type).Les terrains rocheux : comprenant les roches tenders. Ces terrains nécessitent l’usage de marteaux. e n v ir o n d e 4 5 ° 4 . très dures.

environ de 70° Terrain tendre. 1.2. Ces pentes peuvent être défavorablement influencées par divers facteur : d’eau contenu dans la sol. vibration d’engins.3 Foisonnement : Le foisonnement est une augmentation du volume des terres dues à l’ameublissement provoqué lors de l’exécution de la fouille 5 .H H=1 f B f = 45° B=1 f = angle des talus naturel 2 3 1 1 Terrain très compact. charges à proximité des fouilles. talus autoroute environ 45° Fondation d'un chemin de grue Pente minimal: 1/1 La fouille est étayée (blindée) si ces valeurs sont dépassées. résistace environ 45° 2 3 Terrain mauvais.

V' V V'>V ou V'= V(1+1M ) ou V'= V(1+coef. de foisonnem ent) B B' H Tassem ent des rem blais H' Foisonnement et tassement 6 .

1 m Poteau Semelle en béton 7 .Natures des terrains Terre végétable.1. Fouilles en terrain ordinaire sans blindage: C’est le cas le plus simple : Il consiste à tailler le terrain suivant les dimensions des massifs de fondation.2. sable Gravier Terre argileuse Argiles.2. marnes Marnes très compactes Eboulis. roche tendre Roche compacte Coeficient de foisonnement Persistant Initial Fp Fp 10 à 15% 1 à 2% 15 à 20% 1 à 2% 25 à 30% 4 à 6% 30 à 40% 6 à 8% 40 à 65% 8 à 15% 30 à 40% 8 à 15% 40 à 65% 25 à 40% Coeficient du tassemnet 8 à 12% 12 à 15% 17 à 19% 19 à 23% 23 à 30% 17 à 18% 10 à 15% 1. Fouilles 1. Redan d'au moins 0.

• Blindage horizontal: Les planches constituant le blindage sont disposes horizontalement lorsque le terrain est assez consistant pour se tenir sur la hauteur d’une planche. L’onclinaison du talus sera déterminée par la nature du terrain. Il faut boiser au fur et à mesure de l’avancement des fouilles avec le matériel en bon état et en qualité suffisante.0. il faut prévoir tous les deux à 3m un redan d’au moins 10 cm de largeur afin d’éviter tout éboulement. jointif ou non jointif.2 . Blindage de fouilles (ou Etayages) : Lorsque la fouille est profonde. le terrain à traverser au sol d’assise est peu consistant et l’inclinaison du talus à prévoir étant grande. conduira à un prix de revient coutueux. Si les terrains ne sont pas assez consistant et que d’éboulements soient à craindre. 1.2.0. Les boisage peuvent être horizontaux ou verticaux. on pourra avoir avantage à procéder par fouilles ouvertes en talus. 8 . il est nécessaire d’étayer les terres pour prévenir les éboulements et les risques d’accidents. On distingue le boisage.5 m Angle de glissement f Banquette de sécurité Terrain quelconque Si la pronfondeur de la fouille dépasse de 4 à 5m. livré à temps sur le chantier.2.

cadre ? > 5cm A n g le d e g liss e m e n t Etais 7x18cm Etrésillon ? >10cm E ta is f Planches N o n .jo in tif J o in tif • Blindage vertical: Les planches constituant le blindage sont disposées verticalement lorsque le terrain est peu cohérent et humide. 9 . Les planches d’environ 2m de longueur sont posées à l’avancement et doivent pénétrer d’au moins 30 cm sous le niveau du fond de la fouille.

15 cm 40 cm c o in d e c a la g e Longrine 30 cm Etrésillon Longrine Porteur Coin Planche Etresillon Calage Suspente 10 .

5 m au minimum sous le niveau du fond de la fouille. 11 . Le blindage se fait au moyen de planches de 3. Cette operation peut être réalisée des plusieurs facons. La fouille devra donc eetre mise hors d’eau pour permettre une resalisation correte.Boisage vertical non jointif • Boisage vertical jointif Matériaux utilizes pour les blindages. la mesthode adoptée dépendant de la nature du terrain et de la quantité d’eau à évacuer.4 à 5 cm Plancher 1.4 à 5 cm d’espaisseur et 22 à 25 cm de larger.3.5 m. avec les moyens usuels. voire des niveaux d’infrastructure. coin cloue e e=3. Les estais peuvent eetre constitutes par de fer en I espacé de 2 à 2. Les planches sont calées par un coin.1 généralites Les constructions présentant plusieur niveaux de sous-sols ont souvent leur fondation.3 Venu d’eau 1. enfoncés de 1 à 1. situées dans les terrains aquifers. Elles sont maintenus par des étais verticaux d’au moins 7 x 18 cm espacés par le terrain. de ces ouvrages.

a. les caractéristiques du sol s’en trouvent affectées.1. puis evacuee par pompage.3 Fond de fouille sous le niveau de la nappe phréatique Il faut donc continuellement évacuer l’eau en provenance de la nappe. Cette méthode simple est utilisée pour des fouilles de faibles profondeurs (3 à 4m).réaliser un épuissem direct ent 1. Des rigoles en crête de fouille recueillent les eaux de ruissellement extérieures et les évacuent suffisamment loin de la fouille.3.2 Venu d’eau uniquement accidentelle due à l’intempérie ( pas de nappe aquifer ) On realize un simple drainage par des rigoles au fond de fouille qui convergent vers en puisard.5 à 1 m.3. L’eau s’évacue par gravité dans les vides du sol. en réalisant un rebattement de nappe. les parois étant saturées d’eau. en effet. est collectée dans un puisard sur-creuse de 0. Assèchement de la fouille a l’aide d’un fosse l’eau recueillie dans un fossé en fond de fouille. 12 . Terrassem ent 1m 1m Puisard Rigole D rainage en fond de fouille Si est nécessaire.

le fond de fouille sonstamment humide gêne le travail du personnel.Pompage Position initiale de la nappe acquifère 3-4 m Position apr?s l'évacuation de l'eau Rigole Fouille en talus Pompage Blindage Nappe aquifère initiale Fouille en exécution Fouille en exécution Fouille en exécution Il faut donc la pente des talus soit plus failble que si le terrain était sec. au moyen de contacteur commandé par flotteurs. afin d’éviter la production de vide derrières et les blindages de la fouille et des éboulements. 13 . Le fonctionnement des pompes est généralement automatique. Le pompage ne doit pas entrainer les éléments fins du terrain.

Les pointes sont reliées entre elles par un collecteur relié a une pompe sous vide. -Débit global jusqu’à 3m3/s c. Résea des pointes filtrantes (Ф = 50 à 80 mm) • Mise en oeuvre : Elles sont enfoncées dans le sol par lançage . La hauteur d’aspiration est d’envion 8m et on peut alors espérer rabattement de 6.b. Si la hauteur à rabattre est supérieure. sous entrainement de matériaux. -Pente plus importante qu’un terrain sec -Fond de fouille sèche. Elle chemine ensuite dans pointe. dans une partie de crépine (sur envion 1m à partir de la base du tube ).15 l/s pour une pointe. Il s’effectue par pompage a l’intérieur d’éléments filtrants. 14 . il faut implanter les pointes plusieurs étages. La pointe pénétrée au fur et à mesure de l’évacualation et de l’extraction du terrain par le courant de l’eau.L’eau ét aspirée en bas du tube. • Domaine d’emploi -La perméabilité horizontale du sol est comprise entre 10-2-10-6 m/s -Le terrain est faiblement hétérogène -Le rabattement est inférieur à 30m -La hauteur d’eau après rabattement est de ¼-1/6 de la hauteur d’eau avant rabattement. • Avantage -Stabilité du fond de fouille et des talus. Rabattement de nappe.50m. c’est-à-dire par injection d’eau sous pression à la base de la pointe munie d’un clapet. Le débit unitaire est de l’ordre de 0. ce qui a pour effet de fermer la clapet.

Colleteur d'aspiration 1a Bouchon étanche Tube d'exhauré Sable filtre Nappe rabattue Pointe filtrante 15 .

1b Terrain peu perméable (K1) 1è rabattement K2 > K1 Terrain très perméable (K2) 2è série de puits 1c K1 K2 < K1 K2 1è série de puits 16 .

Utilisation préconisée : Pour des sols perméables ( graviers. d. sables grossiers). Puits filtrants. On utilise donc ce procédé pour des sols de perméabilité moyenne à faible dans lesquels le lançage est possible: sable fin ou sableux. ayant un coeficient perméabilité compris entre → m/s. le nombre des pointe devient très vite important. • Prise de courant Tout venant Colonne plein Colonne d'exhaure Colonne crépinée Sable filtre Pompe Moteur Vue en plan Coupe A-A A Nappe avant "rabattem ent" Nappe apres "rabattem ent" A 17 .

cette couche ne sera plus atteinte qu’à l’abri d’un écran étanche. Le pompage est interrompu dès que la construction est suffisamment avancée pour équilibrer les poussées dues à l’eau.5 à 110 l/s (débit d’exhaure: 5 à 400 m3/s) • Utilisation préconisée: Cette méthode est utilisée quand on a des grands débits à évacuer. De plus.(Figure 1 b) 18 .• Mise en oeuvre: Une crépine est un outil de pompage sont descendus dans un puits foré au préalable ( Φ400 à 600 mm). il suffit de rabattre la nappe dans les graviers pour tout assécher.dans le cas contraire. les pompes.sable. généralement immergées au-delà de 6m d’aspiration évacuent 1.remarque: • si les solutions précédentes sont inadaptées: Il faut isoler la fouille en créant une barrière étanches (parois moulées…) • Les couches de faible perméabilités:jouent le rôle de couche étanches visà-vis des autres (rapport des perméabilités) -si le fond de fouille se trouve dans le sable fin. e. un massif filtrant (gravier) est constitué. Entre le tube de crépine ( Φ150 à 350 mm) et le forage.(Figure 1 c) . Les puits sont espacés de quelques mètré jusqu’à une cinquantaine de mètres et leur profondeur varie entre 10 et 50m. pour des sols de forte perméabilié (Kh compris entre 10-2 à 10-4 m/s): gravier. il faut prévoir un rabattement complémentaire et indépendant.

4. V3 (2 pièces).a.H 2 2 2 1 c−a 1 V3 = . Cacul des volumes des terrains 1.1 Calcul des trous de fondation V1 c V2 V4 V2 H V1 d V1 V3 V3 V1 b a Pour calculer le volume de ce prisme.H => 2V3 = .H => 2V2 = . V2 (2 pièces).H => 4V1 = . on doit diviser ce prisme en 9 parties.(c − a )(d − b) H 3 2 2 3 1 d −b 1 V2 = . . .b. c’est-à-dire en 9pièces différentes.4 pièces de mêmes volumes V1 (4 pièces).H 2 2 2 V4 = abH 19 .b. 1 c −a d −b 1 V1 = . . entre elles.(d − b)a.(c − a ).4.1. . V4 (1 pièce)..

d: Longueur et largeur de la surface supérieure de trou respectivement H: profonddeur de trou Le volume total de ce prisme sera: V = 4V1 + 2V2 + 2V3 + V4 1 1 1 = .2 Calcul de volume des longs ouvrages en terrain (remblais) Le volume du mouvement de terre (terrassement) peut être calculé en utilisant Le moyen des sections extrêmes ou par la formule du prismoide : 20 H .H + (d − b) aH + (c − a )bH + abH 3 2 2 Ou bien V = H + d + + [ab+ a( c )( b ) cd 6 ] (1) 1.d -b 2 a c -a 2 d -b 2 V2 H V1 c -a 2 V4 V3 H b b a a.b: Longueur et largeur de la fondation de trou respectivement c.(c − a )(b − d ).4.

Formule de prismoïde 21 . Formule du moyen des sections extrêmes : Va = (F1 + F2 ). c’est-à-dire cette coupe est parallèle avec DD’ .L ( ) (2’) (2) Soit : F1. a. on fait l’autre coupe commençant de B. De même façons.F2 = les sections de bases parallèles (sections extrêmes) Fm L = la section de hauteur égale à moitie des hauteurs extrêmes = distance entre les deux extrêmes b.L Vb = Fm . Ce prismoide est divisé en 3 parties différentes.c m1 b h3 b h4 d m2 a Hm Fm L c' h1 d' f1 h2 Vn m2 A' f1 m1 B' m1=m2 Pente =tgφ= H B et m = cot g ϕ = B H De point A (du trapèze ABCD). Maitenant on va calculer le volume selon les méthodes suivantes.on applique une coupe verticale au long du prismoide.

L H-H’ m(H-H’) Substituent en (3) nous obtiendrons : V= Vp = .2 respectivement.L + φ2. φ2 : surfaces de bases de pyramides 1.[ .2] = .m.L Et Vφ2 = φ2.L - .Le volume du prismoïde sera : φ1 Vp = V1 + Vφ1 + Vφ2 Mais selon la formule (2) nous avons : V1 = Soit : . nous avons m1 = m2 φ1 = φ2 = Soit H = m = cotg φ → et H’ = φ1 = φ2 = et Vp = . φ1.L – = .m Vp = [ – ]L (4) 22 .L . Vφ1 = φ1.L .L (3) F1.F2 : sections transversals extrêmes. L + φ1.m .m . L : la longueur du prismoïde.L Si l’inclination de la base du prismoïde n’est pas grande et les talus sont de meme pente.

C’est la formule de Vinkler c. Alors que Va < Vr < Vb Note : Les formules (2) et (2’) sont appliquées quand L < 50m et la diff érence entre les hauteurs des sections tranversales extremes ne dépasse de 0. E m A N F d M E m B b a. Vv = Va – Vp = Correction de prismoïde Soit : Vb = Volume donné par la section que leur hauteur est égale à moitié Vr = Volume réel du prismoïde. Calcul des sections transversales des hauteurs de sections extrêmes. 1.3. 23 .4. Section pour la terrain horizontal F = d(b+b+2md) = d(b+md) Soit : b = Largeur de la base AB. Soit : Va = Volume donné par la formule des sections extrêmes Vp = Volume donné par la formule de prismoïde.5m. Comparaison entre les deux formules : Les volumes calculés par la formule de la moyenne de sections transversals extrêmes sont généralement un peu grande que les volumes obtenus par la méthode de prismoïde.

nous avons : 24 . Pour calculer la surface de la section donnée. b A h1 B m h C m h2 D h2 . F = FABCD + FCDE FABCD = FCDE b + CD b = b = 2mb .d m = déblai ou remblai au centre = talus du terrain m =cotg ( ) b. on peut la diviser en deux parties: un trapèze et un triangle.hl = = ( b + mh1 ) h1 2 2 b + 2mh1 = ( h 2 − h1 ) 2 Substituant en F. Section pour le terrain incline.h1 E B' B B = b + m(h1 +h2) F = b[( )] + mh1h2 Soit : b = larger de la surface B = larger de la base.

h1 A h1 D b C F = FACDN + FABN = FAGC + FCDHG + FDHN + FABN FACDN = ( b + m1h1 + m 2h1 + b )   h 2 − h1 ( b + m1h1 + m 2h1 ) FANB =  2 25 h2 . Section pour la terain de talus différents : On utilise m m = C’est-à-dire : m1 + m 2 dans les formules précédentes. 2 F= b ( h1 + h 2 ) + mh1h 2 2 AE = m1h1 + b + m 2 h 2 BE = h 2 − h1 ⇒B= ( h 2 − h1 ) 2 + ( m1h1 + b + m 2h 2 ) 2 B B h2 .b + 2mh1 ( h 2 − h1 ) 2 bh bh 2 2 F = bh1 + mh1 + 2 − 1 + mh1h 2 − mh1 2 2 bh bh F = 2 + 1 + mh1h 2 2 2 b ( h1 + h 2 ) F= + mh1h 2 2 F = ( b + mh1 ) h1 + c.

par fois combinées entre elles. 1. cela limite l’importance des déblais. Terrassements à la main Les fouilles peuvent être réalisées à la pelle ou à la peche dans la terre végétale. Ce travail s’effectue à la pioche par chouches successives d’environ 26 . augmentée des têtes de talus.5m . Choix du mode d’ouverture de la fouille Les caractéristiques du sol et de l’environnement du terrassement conditionnement le choix du mode d’ouverture de la fouille. les sols vaseux.Si h 2 − h1 ≤ 0. sont retenues : La fouille. On peut calculer B = b + m1h1 + m 2 h 2 1 ⇒ F = FACDN + FANB =  bh1 + bh 2 + ( m1 + m 2 ) h1h 2   2 1.2. les fouilles en tranchées pour canalisations ou fondations sont exécutées à la main. Mise en œuvre : 1. obtenue en réalisant. La fouille ouverte verticalement. des parois avec des talus naturels. fréquement exécutée en agglomération où la surface du chantier est tré exige. non accessibles ãu machines ou encore dans des embarras d’étais.5. dé fouilles en rigoles ou en puits. le sable.5. au de-là de l’emprise. ce qui implique de disposer au sol de la surface nécessaire à l’emprise. mais oblige à blinder les parois. Naturellement. istables afin d’une part. Deux possibilités.5. d’éviter qu’elles ne s’effondrent et d’autre part.1. Lorsque l’espace est restreint. On n’effectue des fouilles à la main que lorsqu’il s’agit de petits terassements. de ne pas modifier la stabilité des constructions voisines par décompression du sol sous l’effet de l’ouverture de la fouille.

du terrain rencontré. la terre ameublie étant rejetée hors de la fouille par le jet de pelle.40cm de profondeur. Cet ouvrage se limite à l’étude des engins de terrassement dits mobiles. travaillant dans terrain ordinaire. a. On distingue: +  La pelle hydraulique  Les chargeuses  Les chargeuses – pelleteuses  Les mini-pelle  Les mini-chargeuses  Les bouteurs + Les engins de transport: utilisé pour déplacer des matériaux. du type de fouille. 1.3 Terrrassements avec engins mescaniques. Avec une machine moyenne. car il dépend de la puissance de la machine. Sitôt que le terrassement a une certaine importance. il courant de réaliser 400 à 500 m3 de fouille par jour. Le rendement de cette machine est variable. même à allure réduite. de manière autonome d’un autre. Caractéristiques principales des engins  Le débit ou la capacité de production 27 .5. de sa capacité. sont:  Les camions à gabarit routier  Lé tombereaux de chantier  Lé motos-basculeurs b. Classification des engins. sur le chantier ou sur le réseau routier national. y compris de chargement des terres sur camion. le jet de terre se fait par étape successive: C’est le jet sur banquelles dont la hauteur ne doit pas dépasser 1. c’est-à-dire pouvant se déplacer. Si la profondeur augmente. la débit peut varier de 20 à 400 m3 à l’heure d’excavation. Les engins de production : ils sont destinés couramment à extraire et charger (plus rarement déplacer) des matériaux. on utilise des engins mécaniques.80m.

détrempés ou accidentés. La pelle mécanique en butte (Pelle hydraulique) 28 .Ils nécessitent des pistes en bon état pout atteindre leur meilleut rendement.Les engins sur chenilles. sont relativement lents.Leur comportement est excellent sur les sols de faible portant.Il est utilisé essentiellement pour les travaux routies ou pour des terrassements de grandes surfaces.  Le mode de déplacement .5. 1.tirer ou soulever de lourdes charges.Ils doivent être transportés d’un chantier à l’autre sur des remorques porte-engins. La niveleuse ou grader C’est un engin tracté ou automoteur qui refoule et creuse par couches minces .5.il est particulièrement indiqué pour égaliser une surface de terre.qui doit être majorée pour tenir compte de la résistance total au roulement (liée à portance du sol. 1.importante pour les terrassements généraux.Ce dernier paramètre.4. du volume de la benne pour les engins de transport.Ils sont capables de pousser. .La lame est orientable dans les plans horizontaux et verticaux. Ils dépendent notamment du volume du godet pour les engins de production. à la pente).n’est pratiquement pas pris en compte pour les fouilles de bâtiments son calcul et son utilisation ne sont pas détaillés ici.  La vitesse de déplacement :Elle dépend de la puissant de la machine .5.Les engins sur roues sont plus rapides et donc bien adaptés aux epérations de chargement et de transport.

transport) • Travail dans les conditions difficiles (carrière .sol compact .son équipement est prévu pour des sols tendres à durs.8m Hmax Hc He 1m r Rmin Soit: Rmax Rmin r He Hmax Hc H Hd = Rayon maximal d’attaque = Porté maximal (5-8 m) = Rayon minimal d’attaque = Rayon de déversement (vidage) = Hauteur d’attaque = Hauteur maximale de fouille = Hauteur de camion de transport = La dénivelée entre la camion et pelle mécanique = Hauteur de déversement (vidage) Hd = Hc+H+0.8m Domaines d’emploi • Facile à charger compte tenu de la force de pénétration importante du godet et du bras support • Utilisé pour des sols plus durs ou sols faciles à excaver • Bien adaptées pour rependre des matériaux (stockage . couches …) 29 .Elle est utilisée pour les travaux où le front d’attaque est situé au-dessus de la machine. Rmax 0. Son rendement est supérieur à cellui de la pelle rétrocaveuse .

Le rendement du travail sera déterminé par le choix correct du schéma de placement d’engins.Pour la pelle mécanique ,la mise en place peut être longitudinale ou transversale.Il dépend de la longueur de fouille en question.

Transport No2 Pelle mécanique Pelle mécanique No2

Transport No1 Transport No1 Transport No2 Schéma de déplacement de pelle mécanique dans le sens de la longeur schéma de déplacement de pelle mécanique dans le sens de la largeur

Note : Pour une utilisation optimale; c’est mieux la combinaison de pelle mécanique avec les moyens de transport.C’est –à-dire la pelle creuse et dévér le contenu dans le godet pour les camions.Ces derniers transportent au lieu prévu. 1.5.6. La pelle mécanique en rétrocaveuse (en fouille) Elle est utilisée lorsque le niveau de fouille se trouve en contrebas de la machine. Domaines d’emploi:

30

• Dans les travaux de démolition • L’excavation d’une fouille à partie du terrain naturel comme rigoles de canalisation,fouille de fondation etc. • Remblayage de la fouille (Régalage et le nivellement de déblai) • Pose les tuyaux de grand diameter

C D E B

G

F

A

Soit : A = Profondeur maximale d’excavation B = Portée maximale au niveau de sol C = Hauteur maximale en fin de vidage D = Hauteur maximale de déchargement E = Hauteur minimal de chargement F = Profondeur maximale de la fouille pour fond plat G = Profondeur maximale de la fouille (paroi verticale) Schéma de déplacement de la pelle mécanique travaillant en fouille

31

+ Dans le sens de la longueur

+ Dans le sens de la largeur.

32

Domaine d’emploi Utilisé pour les travaux où le niveau de fouille se trouve en contre-as de l’assise de la machine et les terres sont déposées sur les berges de l’excavation.5. Le travail est moins précis qu’avec les pelles en rétrocaveuse ou en bulle. • Condition de travail difficile : terrain humide avec l’eau • Ne gêne le travail de transport. toutefois son rayon d’action est plus éténdu. facilement remplaçables dont l’angle d’attaque facilite la pénétration dans le terrain. 33 . La pelle mécanique en dragline (Grue à beene traînante) Une dragline est une sorte de godet qui se remplit par traînage sur le sol grâce à une forme convenable et à des dents en acier au manganèse. 1. C’est la machine appropiée pour les fouilles inondées ou les fouilles non-accessible aux autres machines.Avantages : • L’excavation peut atteindre la pfofondeur de 4 à 8m.7.

H. H’ = Les profondeurs maximales que correspondent les points d’attaque A.A’ = Les points d’attque qui correspondent aux positions de machine C.A’ respectivement.C 1 respectivement. 34 .B’ = Les points plus profonds des points d’attaque A.A’ respectivement.C ‘ = Les positions de l’arrêt de la machine A = Le pas de la machine H2 = La hauteur du déversement R1 = Le rayon maximale d’attaque R2 = Le rayon du déversement Pour augmenter le rendemen des draglines. on n’augmente pas seulement le volume du godet mais aussi la portée de la flèche et qu’on resalise ainsi une seulement l’excavation mais du transport. C. B.Soit : A.

35 . transporte ou décharge des matériaux sur de courtes distances.5.1. soulève.9 Chargeuse Une chargeuse est un engin automoteur à roues (les plus courants) ou à chenilles.supporté par une structure et une liaison que charge ou creuse par le mouvement de l’engin vers l’avant. son esquipement est prévu pour des sols tendres ou défoncés.8 La pelle mescanique en benne preuneus Cette machine présente les mêmes caractéristiques que la dragline avec un rendement moins élevé.5. 1. équipé d’un godet frontal.

1. comme les pavillons. C = Profondeur de cavage. Dans les petites entreprises.5. sur des fortes déclivités.5. elles peuvent effectuer de nombreuses tâches sur des chantiers.10 Chargeuses – Pelleteuse : Ce sont les engins sur pneus. de descapage de terre végétale… Parfois. Domaine d’emploi : • Les chargeuses sur pneumatique : Sont principalement utilisées pour les travaux qui né cessitent de nombreux desplacement. • Les chargeuses sur chenilles : Sont appréciées pour resaliser les mêmes travaux en terrain difficile. Elles ne sont pas adaptées aux travaux nécessitant de nombreux déplacement en raison de leur vitesse de déplacement faible. qui est souvent déportable par rapport à la cabine sur la largeur de la machine. essentiellement la reprise de matériaux en vue de leur stockage ou de leur transport. 36 . elles sont couramment appelées tracto-pelles. elles peuvent excaver une fouille si le sol est facile à terrasser ou effectuer un régalage ou un nivellement de desblais. 1. très polyvalent. et elles remplacement une chargeuse et une pelle hydraulique.11 Bouteurs ( Bulldozer ) : Cet engin est un tracteur automoteur à roues ou à chenilles. par exemple à la suite de desmolition. Domaine d’application : Elles sont très utiles sur les chantiers de petites tailles. qui est utilisé principalement pour exercer une poussé par l’intermédiaire d’une lame ( nombreuses formes selon le matériau ou le travail ).Soit : A = La portée avant maximale pour hauteur de déversement maximal (m). sur des sols compacts détrempés ou glissant. B = Hauteur de desversement maximal. Elles chargent à l’avant ( le godet être remplacé par d’autre équipement ) et portent une pelle équipée en retro à l’arrière.

Outils d’un bouteur : + La lame ( bouclier ) + Le ripper ou le scarificateur La lame est un mécanisme placé à l’avant du bouteur qui lui permet de creuser le sol et pousser les matériaux en les rassemblant. Le rippeur : Équipement analogue au scarificateur. qui ont de plus en plus souvent uen très grande puissance. 5. fragmentés par ces engins. déblayage + Défonçage. en général qui sert à défoncer profondément les matériaux rocheux. sur des terrains à fortes pentes ou sur de faibles distances.12 Scarificateur : Mécanisme possédant des dents pouvant pénétrer à faible profondeur à certains matériaux ( terre. routes en graves ) pour les ameublir. + Remorquage de grosses charges à faible vitesse. Domaine d’emploi des bouteurs : + Décharge. Il est habituellement monté sur l’arrière de la chargeuse.1. 37 .refoulement:des matériaux traits déjà explosive peuvent souvent être brisé. La lame peut avoir une inclinaison ou un angle d’attaque variable. mais muni d’une seule dent. routes asphaltiers. sans ébranlements ni projections.

+ Poussage des décapeuses en cours de chargement • Les schemas de déplacement du bouteur : + Schema déblai à la côté : Remblai déblai + Schema déblai en échenlon : + Schema en numéro 8 • Augmentation du rendement des bulldozers : 38 .

+ Déblai en tranches : + 2 ou 3 bouteurs fonctionnant en parallèle très l’un de l’autre :ils peuvent pousser une masse supérieure au double de celle que pousserait un seul engine 0.5 m + Déblai en descente : 1. Décapeuse(scrapers) C’est un engine-automoteur à roués.13. décharge et répand des matériaux par les ouvrages de bâtiment.5 m 0.3-0.3-0. 0.3-0. transporte.possède une benne ouvert avec un bord coupant place entre les essieux.il arase.3-0.5 m .5.5 m • Domaine d’emploi : 39 0. Chargre.

on doit calculer avec le prudence en basant les caractéristiques de la machine Pour augmenter le rendement du travail.Lavitesse de décapeuse une fois charges :15-30 (km/h) .Capacité de décapeuse : 9 m3 …………tracteur 80-110 CV 12 m3 …………tracteur 110-150 CV 30 m3 …………tracteur 400 CV • Methode de l’augmentation de rendement de décapeuse Il sait que le rendement de décapeuse depend du type du terrain. Si le terrain à excaver est dur. Ellipse: Remblai déblai b.La distance de l’utilisation intéressant:1000m. Schéma N0 – 8: 40 . .1500m ou meme 2000m . on peut choisir les schémas convenables à utiliser chaque ouvrage. de la distance transport et du schema de déplacement de lui-même. Les schémas de déplacements de décapeusess sont les suivaints: a.Cet engine est apprécié pour réaliser les travaux de remblais de la base de route.

Schéma N0 – 8 Sinus f. Schéma de Sinus e. Schéma N0 – 8 allongé d. Schéma de Navette 41 .c.

les plâtras et gravats et le terrain de mauvaise qualité tel que vases..1... argiles.6.………: 8-10% Sable fin et moyen…………………..Remblayages et compactages 1..: 15-18% Argile compacte……………………………: 18-25% 42 .: 12-15% Argile sableuse et peu sableuse….... combler un déclivité. Avant d’entreprendre toute action de remblayage. La mise en place des remblais débute par les parties basses et s’effectue par couches horizontales successives d’environ 20cm d’épaisseur ou plus si le compactage est réalisé par des moyen mécaniques... • Les principes de remblai en terrain  Les couce de remblai en terrain  Humidité Sable gros………………………….. Remblayages Le remblayage ( ou remblai) est une masse de terre rapportée et compactée pour surélever une partie de terrain. épauler le pied d’un mur ou constituer ine terrasse derrière un mur de soutènement. Le remblaiement désigne plutôt une accumulation de terre et de matériaux apportés par l’eau. terres fluentes. Les terres légères sont réservées aux parties supérieures et aux talus..6.. Au contact d’un bâtiment ou d’un mur de soutènement. il faut utiliser exclusivement des déblais ordinaires provenant des fouilles et particulier. des matériaux assurant le drainage au voisinage de fondation. grasses limons.. tourbes. il faut éliminer tous les elément d’origine végétable.1.…….. Le remblayage ne peut s’effectuer que lorsque les marconneries ont acquis une résistance suffisante et que la mise en place des étanchéités et des drainage est contrôlée...

43 .Utilise les compacteurs vibrants a pieds dameurs( pieds de mouton) dans les sols coherents. Note: . +Vitesse maximale: 12 (km/h) +Vitesse moyenne de travail: 3 a 5 (km/h). Compactage ( tassage) Les operations de remblaiment sont généralement accompagnées des compactages. une trop forte quantite de l’eau proche de la saturation. empeche la diminuation des vides remplis d’eau non compressible.Le regalage consiste a decharger des materiaux a la partie superieure d’une couche en cours de mise en forme et a pousser dans le talus les materiaux excedentaires a l’aide d’un bouteur de forte puissante. Il faut toutefois une quantite d’eau minimum por lunbrifier les grains et faciliter leurs deplacements.Pour les terrassements importants • Materiaux de compactage .1. Ils assurent souvent en meme temps des fonctions de regalage. Cette action augemente la compacité du sol resserre la texture du materiau reduit les posibilites de deformation du terrain et augement la capacite portante. Le compactage est l’ensemble des operations mécaniques qui conduisent à augementer la densité en place d’un sol. plastiques ou fins( argile. a. Un bon compactage permet de reduire les volume des vides (air et eau).2. Notablement pour les travaux de consolidation des sols substitués ou compactes. limon…).6. L’effet du compactage commence par le fond de la couche en raison des pilons des dents.

Compacteurs vibrants automoteurs : utilisés pour les sols sans cohésion Vitesse maximale : 2 à 3 ( km/h) Vitesse moyenne de travail : 2 (km/h) c.Compacteurs mono – cylindre ou tendeur à jantes lisse. Pour de petites opérations près des ouvrages 44 . graves fines et moyenne.Compacteurs a pneus: pour les sols argileux. Utilisés pour les surfaces stabilisées ou asphaltées en finition des travaux superficiels Vitesse maximale : 2 à 3 (km/h) Vitesse moyenne de travail : 2 (km/h) pneu cylindre .5 a 5 (km/h) pneu . sableux. Ils sont tres mobiles. b.Compacteurs tractes vibrants a un seul cylindre( lisse ou a pieds dameurs) utilises en complements des bouteurs.. ils sont remorques par le tracteur qui dresse le terrain avec sa lame. Vitesse maximale: 6 (km/h) Vitesse moyenne de travail: 3.Pour les terrassements plus petitsou pour des materiaux routiers “ a surface” .

Vitesse moyenne de travail : 0 à 4 km/h . Par cette technique.Diminution du tassement .Réduction des venues d’eau par diminution de la perméabilité. pour de faibles volumes ou des lieux difficiles d’accès. permet d’améliorer les qualités d’un terrain qui n’est pas à même. on tend à obtenir les résultats suivants : . suspendu à une grue par des tubes de rallonge. Vitesse moyenne de travail : 0 à 2 km/h. qui subissent un mouvement alternatif vertical. l’appareil est déplacé afin de procéder aux mêmes opérations pour le point suivant : Ceci en veillant à ce que les 45 . Le compactage est effectué à l’aider d’un vibrateur.Plaque vibrantes : le cylindre est remplacé par une plaque ou des patins. d’une longueur de 5 m et d’un diamètre de 30 cm. opération qui conduit à la fondation d’un véritable cylindre compacté. Pour les sols pulvérulents et les sols cohérents secs. Compactage en profondeur Le compactage du sol par vibrations.Cela concerne les compactages dans de petites tranchées ou au voisinage de murs. en complément de compacteurs lourds. La phase de pénétration est suivie par celle de compactage réalisé en remontant lentement le vibreur.Petits compactages vibrants à guidage manuel : à un ou deux cylindres (5 à 10 kN= P). dans son état de compacité naturelle. de supporter les charges des constructions projetées. cylindre d. Un point de compactage étant exécuté. facilement transportable. pouvant travailler sur des pentes de 25 à 30%. connu aussi sous le nom de vibroflotation. avec un léger mouvement horizontal. .Augmentation de la portance du terrain . Le vibreur pénétré à l’intérieur des sols à compacter jusqu’à la profondeur désirée.

On obtient ainsi une consolidation de l’ensemble du terrain sur toute la hauteur désirée. Sol compacté 46 . Pénétration B. Satie de l’eau 4. Rallonge 2. Formation d’un entonnoir à la surface du terrain 6.zones des actions se recoupent. Vibreur 3. Cylindre compacté A. 1 4 5 A 3 2 B C D 1. Matériaux d’apport 5. Compactage C.

La résolution et le choix du type de fondation affectent directement à la qualité et la durée d’ouvrage.1. constructions légères…). villa. la fondation a un rôle très inportant.Coffré en plaine fouille .1. 2.Béton faible dosé(150→250kg ciment / m3 ) .Chapitre 2 EXECUTION DES FONDATIONS Dans la construction générale. Fondations superficielles Il existe 4 types de fondation superficielle : .Fondations rigides( isolées ou filantes) .Armatures forfaitaires . . la meilleure solution sera la fondation profonde.Section rectangulaire d ≤ h/2. Fondations en rigoles • Le rôle : Diffuser au sol les charges des murs soutenus porteurs ou non des ouvrages petite importance( garage. par exemple : pour bâtiment de faibles hauteurs( de 2 à 3 étages).Radiers de fondation 2. c’est-à-dire on peut utiliser les pieux en bambou ou en bois pour renforcer le terrain sous la fondation mais quand la hauteur dépasse 5 étages. c’est-à-dire on utilise les pieux en béton armé ou précontraint préfabriqué ou coulés en place pour supporter la charge transmise par le bâtiment.Économique mais sensible aux tassements différentiels 47 . la résolution des fondations superficielles sera raisonnable. Pour chaque ouvrage.1. • Caractéristique : .Fondations souples( isolées ou filantes) .Fondations en rigoles( toujours filantes) . on peut utiliser un type de fondation différente.

1. Fondations souples en béton armé.1.2 Fondations rigides en béton armé P a h a' d Réalisation d’une semelle : Implantation Terrassement Béton de propreté et tracé des axes.3.d 2Ø16 h B 2. 48 . Mise en place du coffrage Mise en place des armatures Mise en œuvre du bé tion Décoffrage 2.

on peut utiliser lorsque les charges à transmettre au terrain d’assise sont soit concentrées.4. En général. Nature des pieux 2. Lorsque le terrain d’assie se trouve à une profondeur.2. construction Dalle (semelle en beton) terrain naturelle terrain compressible Pieu terrain d'assie 2.2.P etriers Barre de compression (fixation des etriers) acier de repartition acier porteur 2. Si les surcharges sont uniformément réparties. Fondation profondes. Pieux en bambou 49 .1. soit ré parties irrégulièrement.1. on peut utiliser des pieux qui constituent un support interposé entre le terrain d’assise et la superstructure de l’ouvrage. on recouvre la tête des pieux d’une dalle de béton qui constitue un radier général.

É paisseur de bambou : δ ≥ 1.5 .2.On utilise les pieux en bambou dans le cas dans le cas la construction n’est pas importante et les pieux sont constamment immergés.2.Longueur de pieu : l = 2 à 3m - Densité du pieu : 25 pieux/ m 2 2. Caract é ristiques gé né rales : .Diamètre -Longueur : de 10 m à 12 m 50 . Pieux en bois - Eclisse Frette Rondelle en toole ou en zinc Eclisse ø mouton à vapeur Frette >3d Guide en bois dur boulon guide Mi-bois Faux pieux d Manchon en tôle > 2d Goujon (acier rond c > 25mm) 1. .Bambou vieux : plus de 2 ans.5cm Diamètre de bambou : d ≥ 6cm .De 3e à 4e classe (on classifie en 7 classes de bois) : de 20 cm à 30 cm .2 d 30 cm Sabot d • Caractéristiques générales: Jonction des pieux en bois .

sycomore -Qualité de bois: droit.pin. à manchon en tôle ou en gunite armée (si la tôle est attaquée par corroisive de l’eau) Pour renforcer la portante des pieux en bois.chêne. non gemmés • Conservation : Les pieux en bambou et en bois ne se conservent que s’ils sont constamment dans l’eau • Préparation de pieu en bois : La préparation comporte les opération suivantes : Lignage du pieu Frettage et sabotage avec l’emploi de boulon guidé ( fretter et saboter) . orme. On peut employer aussi: hêtre .5(L-6) pour L >6m Soit : D – diamètre au milieu du pieu ( cm) L – longgueur du pieu (m) 51 . sain.Enture. c’est-à-dire: réunion de 2 pieux( 2 parties) pour en constituer un de plus grande hauter.-Le bois plus fréquemment est :sapin. on peut assembler (joindre) les pieux avec 2 ou 4 tronҫons de bois - Diamètre nécessaire des pieux: d’après la formule moderne: D = 30cm + 1. mélèze. Elle peut s’effectuer à mi-bois. à goujon et éclisse.

Pieux mixtes bois – béton armé 52 .3.F Diamètre moyen du pieu (Pag.5 15 2.F1 F2 F2 Troncons de bois F=F1+2F2 F2 F1 F2 Troncons de bois F=F1+4F2 Résistance du pieu : P = [σ].2.5 10 12.10) Diamètre musuré Observasion à 1m de la tête (cm) 20 à 22 (jusqu’à 25) Charges admissibles par pieu 22 à 24 (jusqu’à 27) 22 à 25 (jusqu’à 30) À la compression: jusqu’à 45T 25 à 26 (jusqu’à 35) À la traction: jusqu’à 35T 25 à 29 (jusqu’à 40) Longeur du pieu (m) 5 7.

a. Section en général carré. on utilise les pieux en bois combinés avec les pieux en béton armé. pentaginale. Ces pieux ne peuvent pas être battus inclinés. Pieux en béton armé ou précontraint Les pieux en béton armé ou précontraint sont constitués dans les ouvrages de hauteurs assez grandes.système Heimba Acier rond Pieu en bois Acier rond Anneau métallique En réalité. c’est-à-dire sa longueur dépasse 10m. 2. Ces pieux doivent être capables de résisster à l’eau de mer et supporter les alternatives de sécheresse et d’immertion.système Raymond Goujon acier rond Pieu en béton Chemise en tôle Pieu en bois b. hexagonale. La partie constamment immergée est de pieux en bois et la partie supérieure est en béton armé afin de résister aux alternatives sécheresse et d’immersion.2. Pieux pleins en béton armé ou précontraint.système simplex Béton Chemise en tôle Anneau métallique c. octogonale. 53 . a. Jonction des pieux en bois et en béton armé. et subi une forte surcharge du bâtiment.4.

Longeur jusqu’à 25m Ces pieux sont utilisés dans les ouvrages lorqu’ils subissent une force de traction (arrachement).l 25 ÷ 40 cm Trigonal e : épaisseur du béton en protection (enrobage) Pour l’eau ordinaire: e = 3 cm Pour l’eau agressive: e ≥ 5 cm Φ d’acier: l ≤ 10m Φ = 18 mm Φ longitudinaux: l > 10m Φ = 20 mm b.21.21.l e l 0. Les pieux tors ont donné de bons résultats. par exemple.étrier 0. Pieux en béton armé fretté. sous radier d’une cale de radoub. Dans un sol non cohérent – A la compression jusqu’à 60T – A la traction jusqu’à 40T 54 .

– Les pieux peuvent être armés ou fretté ou précontraints (longueur jusqu’à 40m) – Tête du pieu: afin de permettre le battage sans détérioration du pieu. Pieux creux en béton armé ou précontraint. on fette la tête sur une longueur de 0.Pieux tors en béton armé travaillant à l'arrachement L c. On les utilise généralement lorsque la longueur des pieux dépasse 25m et qu’ils ont à supporter une très forte surcharge ce qui exigerait une section importane. 55 . d. Pas de la frette: en fonction de L: L(m) 15 16 17 Pas de la frette (cm) 7 7 6 Acier longitudinaux 4Φ26 4Φ26 4Φ28 + Caractéristique générale du pieu en plein béton armé ou précontraint. – Transport des pieux: les pieux doivent être calculés à la flexion qui peut se produit pendant le transport.4m à 1.0m qui sera recepée après le battage.

acier logitudinal acier logitudinal Spirale extérieure Spirale intérieure béton coulé après enfoncement béton coulé avant enfoncement sabot en acier 56 . on disposerait bout à bout des éléments de 5 à 8m de longueur que l’on assemble par câbles. centrifugés. Dans le cas où de pieux en béton armé précontraint.3 Fabrication et mise en oeuvre La fabrication s’effectue en général par centrifugation ou par vibration.+ Caractéristiques générales: – Forme: Section circulaire – Longueur: jusqu’à 60 – 70 m – Diamètre: jusqu’à 0. Les pieux sont munis d’un sabot ou d’une trousse coupante.5 – 1.5 m – Epaisseur de la paroi: 8 – 15 cm – Armatures: Constitué par une spirale intérieure et extérieure et des aciers longitudinaux 2.

terminés en poite ou en profilés spéciaux . • Différents types d’ailes soudées: -Pieux en aciers profilés – Ailes soudée à la base +Caractéristiques . les pieux métallique étaient en fonte ou fer .3. Actuellement. Autrefois . actuellement en acier ou mixte acier-béton.1 Pieux métalliques: Les pieux métalliques résistent bien aux efforts verticaux. mais leur manque de masse les rend vulnérables au diversement latéral et aux affouillements du sol. Ils sont de plus en plus remplacés par les pieux en béton mais on utilise néanmoins encore. on uitlise les pieux métalliques sous la forme de profilés avec ailes soudées à la base ou enrobés de béton dans tous les terrains. pieu à vis dans le sable) – Afin d’éviter le soulèvement des pieux voisins dans le cas de terrains argileux plastiques.diamètre de 12 à 22 m . – Dans les installations soumises à des chocs verticaux ( Par ex. Pleins . ou rocheux le battage d’autres pieux est difficile (Par ex.2. Longeur de 4 à 200 m 57 . chantier naval) – Dans certains terrains sableux.

Définition Le battage consiste à enforcer un pieu après sa mise en fiche .à l’emplacement fixé pour son battage et à l’attacher aux guides de la sonnette • “Fiche”: la longeur dont un pieu est enfoncé dans le terrain d’assise.Battage des pieux 2.. Afin de ne pas détériorer la tête des pieux par le battage on la recouvre d’un “casque de battage” en bois • “Refus” du battage des pieux On désigne par “Refus” d’un pieu . en frappant sur sa tête .4. son enforcement sous un nombre déterminé de coups de mouton. ou bien de 5 mm par coup (valeur moyenne) 58 . au moyen d’une sonnette munie d’une masse ou un marteau appelé Mouton • “Mise en fiche” consister à piquer ou à présenter la pointe du pieu . appelé “Volé e” Par exemple : le refus est de 5 cm sous une vol é e de 10 coups.4. Absence de fragilité 2.1.Charge totale de pieux métalliques : jusqu’à 200 T • Avantages -Augmentation de la force portante en tous les terrains -Diminution de la longueur de fiche nécessaire -Énergie de battage relativement faible -Facilité de manutention.

Poulie 2.Cable du mouton 3.Matériels du battage des pieux L’enforcement des pieux en bois ou en béton armé préfabriqué se fait au moyen de sonnette a.le refus d’un coup le refus: n.Treuil 7. P1 ( P1+ n F ) Q+ q q 1 + Soit: e.Contre fiche 6.4. 2 ( q + q) 1 .Chariot (m2) (T) (T) (T) (T) H: hauteur de chute du mouton (m)( donné dans le tableau) 59 .La formule pour déterminer de refus: e= n F Q H Q + 0 . Pieu 8.2.coefficient n=150 t/m2 pour pieux en béton armé avec le casque n=100 t/m2 pour pieux en bois sans casque n=80 t/m2 pour pieux en bois avec casque n=500 t/m2 pour pieux en m é tallique sans casque F: section tranversale du pieu Q: le poids du mouton q: le poids du casque q1: le poids du casque P1:la charge portante du pieu 2.Sonnette: 1.Cable du pieu 4.Jumelle 5.

Choix de la hauteur de la sonnette Ho=l+H+h+z Soit: Ho . 60 . On a: Soit : Q. 2 v E = 2g (1) E : la force vive développée (kGm) v : la vitesse du choc du mouton sur le pieu (m/s) g : L’accélération de gravité (m/s2) Q : le poids du mouton (T) E doit être satisfait la condition suivante : E ≥ 25P(kGm) (2) Soit : P : capacité supportante du pieu (T) On doit vérifier (1) et (2) avec le coéfficient d’adaptation : K= Soit : M + q + q1 E M : poids total du mouton q1 : poids du casque du pieu q : poids du pieu Consulter le tableau du coéfficient de K.hauteur pour les é quipements H .hauteur totale de la sonnette l Z .hauteur de la chute du mouton H . Choix du mouton.longeur du pieu .hauteur du mouton .

La pénétration du pieu ne doit pas être très vite. ce qui provoque l’enfoncement excessif du pieu.ce n’est pas adaptable.  Battage des pieux. c. . ce pieu doit être arraché et rebattu de nouveau.2l (où l est la longueur du pieu).  Préparation des pieux. on procède à vérifier et ajuster la position du pieu à travers de théodolite. Après « la mise en fiche ». on doit observer l’enfoncement du pieu.Si kcalcul # ktableau . soit le mouton est plus léger. Exécution du battage des pieux.Les pieux sont disposés hors de la zone d’exécution.Pendant le battage.Quand les pieux sont enfoncés à l’approche de la profondeur désirée. S’il y a une déviation ou inclination du pieu . . les pieux doivent être calés.  Le schéma du battage On commence souvent du centre au dehors. 61 . soit le mouton est très lourd.Les premiers coups. on doit frapper de manière légèrement. Dans le cas imposible. C’est à dire. la distance entre les calés et les extrémités est égale à 0. . On doit vérifier la position et la stabilité de la sonnete.Les pieux doivent être marqués les axes.ce qui peut causer la destruction de la tête du pieu. .Pendant le transport. . on doit médir le refus du pieu. .on doit ajuster immédiatement.

5. . C’est à dire le pieu n’est pas arrivé à la profondeur calculée mais le refus est déjà atteint la valeur normalisée.Quand la tête du pieu est détériorée. . la grue ou le vérin.charge portante d’un pieu (en tonnes) D – diamètre des pieux  Les incidents trouvés pendant l’exécution des pieux. Dans le cas impossoble. 62 .Pour couper les pieux : La partie en béton. on doit ajuster par des treuils.L’apparence de ‘faux refusù. .  Arrachage des pieux et des palplanches.Si il existe une déviation ou l’inclination du pieu. P 100 (m) Soit : D . on doit donc changer le mouton.Pour arracher les pieux. on peut détruire par la méthode de soudure. (se trouver en obstacle) . on doit le couvrir par casque.Le pieu n’est pas encore battu jusqu’à la profondeur désirée mais il est difficile de l’enfoncer.Quand le pieu est détruit pendant le battage. . on peut détruire à la main. on doit l’arracher et procéder à battre de nouveau. on peut utiliser le treuil. peut-être le poids du mouton choisi est plus pétit que la portance du pieu. . la partie en armature.espacement des pieux P . Espacement des pieux Les pieux battus doivent être espacés de la valeur la plus grande entre celle suivantes : D ≥3 d D ≥ 2. .

on utilise une mâchoire spéciale ou des mâchoires de fortune. On considère un pieu ou une palplanche comme mal battu si sa déviation par rapport à sa position correcte dépasse 15cm pour un pieu et de 5cm pour une palplanche. L’interposition du faux pieu produit une inertie et diminue par suite le rendement du battage. l’arrachage est plus coûteux que le battage. aussi le prend ou le plus court possible. Ensuite. levier monté sur le terrain ou sur un bateau. Pour procéder à l’arrachage. on utilise un ‘faux pieux’. si de plus. vis. on ne peut l’allonger. frettée aux extrémités. généralement constitué par une pièce de bois.On doit procéder à l’arrachage des pieux ou des palplanches lorsqu’ils ont été battus provisoirement afin de permettre l’exécution des installations de chantier ou lorqu’ils ont été mal battus. à son emplacement : vérin à vis. On note que d’une manière générale. 63 . à sa longueur. Pour les palplanches. que l’on retourne et qui décolle la palplache en la soulevant. on commence par ébranler le pieu par quelque coups de mouton et on ameublit si possible le terrain qui l’environne. on utiliser le matériel approprié à la nature du pieu. placée sur la tête du pieu ou de la palplanche à battre. consritué par deux fers en U accrochés à un treuil et une moufle ou enfin le marteau de trépideur ayant servi à enfoncer les palplanches.  Faux pieux Si l’un des pieux ou palplanche à battre n’est pas assez long et qu’on est obligé de l’enfoncer sous l’extrémité inférieure des jumelles de la sonnete.

2. La puissance de fonÇage du mouton est supérieure à celle de n’importe quel mouton à vapeur.5. Ce tube est en acier spécial de forte épaisseur et très resistant. Le tube atteint rapidement les couches résistantes.5 m Galopin de faux pieu Collier Sciure de bois et copeau Boulon Ø 25 Plaque de tole 20 mm Galopin de palplanche ou pieu Pieu en béton 2. Le damage s’effectue sur le bouchon qui entraîne le tube. Mode d’exécution du pieu Franki Le pieu Franki est exécuté au moyen d’un tube de fonÇage par un procédé qui permet la mise en oeuvre de bé on fortement damé dans le sol.1.2 à 1. Le béton mise en oeuvre à la consistance de terre humide et est fortement damé par un mouton de 2 à 4 tonnes. puis enfoncé dans le sol au moyen d’un mouton -dameur de 2 à 4 tonnes tombant en chute libre de plusieurs mètres de hauteur. Le mode d’exécution qui comporte des variantes pour les cas spéciaux-est le suivant: Le tube de fonÇage est obturé hermétiquement à sa partie inférieure par un bouchon de béton.Faux pieu 1.5. À 64 . Pieux Franki Le pieu Franki est un pieu en béton monlé dans le sol.

En cas de nécessité. un bulbe en béton qui donne un pieu une très forte assise. il est parfaitement solidaire de toute la masse du sol. le bouchon est expulsé en partie. La charge utile en compression(varie de 35 tonnes à 125 tonnes/pieu) -La charge utile en traction:10-25% de charge utile en compression -La longueur est assez grande. le fût est exécuté par damage. comprimé jusqu’au refus presque absolu.000kg/m par métre cube. Du béton très peu mouillé est versé dans le tube par petites quantités et chassé dans le terrain par le monchon. une hauteur suffisante de béton est maintenue dans le tube de faÇon à éviter toute pénétration d’eau ou de terre.Le diamètre du tube de fonÇage est choisi suivant l’importance de charger à supporter. Caractéristique générale du pieu Franki . Lorsque la base du pieu est terminée. d.la profondeur désirée. Il se forme ainsi dans le sol. Le béton est damé à raison au moins 20. 65 .dans le sol de la quantité successive de béton tandis que le tube est progressivement relevé. le fût est armé de barres longitudinales reliées par des spires en fils d’acier. Pendant le bétonnage. Le fût terminé se présente donc comme une colonne rugueuse étroitement gainée de terre comprimée.

Le matériel Franki La machine Franki comporte (comprend): une plate-forme mobile sur rouleaux.Le bouchon de béton est expulsé en A rgile partie et le beston est introduit dans le tube G ravier portant Profondeur de fon Çage B ase élargie B é ton du fÛt e. 2. Il existe plusieurs types de machines Franki adaptés aux nécessités.2.poutrelle métallique.galets ou chevilles.5. Pieux Frankis mixtes 66 .M outon B éton versé pour exécution du bouchon Terre végétale Bouchon de béton com prim é Bouchon de béton parfaitem ent R em blai étanche N appe aquifère T ourbé Le tube reste en place. pilots en béton ou en bois. commandant toutes les mainɶuvre nécessaires.une jumelle de long de laquelle coulisse le tube de fonÇage.jusqu’aux petites machine légères se plaҫant sur camion et montées en une demi-heure. un treuil plusieurs tambours. Les machine Franki peuvent entreprendre tous les travaux de battage:Palplanches métallique en béton ou en bois. de la machine lourde ayant une jumelle de 25m de haut.

• Le fût étant lisse et de diamètre moindre que celui du tube de fonçage.Une base élargie est bétonnée par damage à refus.Le tube de foncage est retiré du sol. est descendu dans le tube et assis fortement sur la base par quelques coups de dameur. • Pharses d’exécution des pieux Franki mixte S ectio n s tran ve rsal du P ilot e n b éto n arm é Ce mode d'exécution confère au pieux Franki mixte les suivants avantages: • La tête du pieu peut-être arasée à un niveau quelconque au-dessus du terrain. etc. les piers. les appontements. ce qui constitue un grand avantage pour l'exécution des fondations hautes.Les pieux Franki sont appliqués dans certains travaux. Il est exécuté de faҫon suivant: . le frottement latéral est très réduit. . . en bé ton armé préparé d’avance. 67 . des fondations en terrain destiné à être remblayé par la suite etc.Le tube de fonҫage est enfoncé dans le sol jusqu’ à la profondeur requise.Un pilot octagonal ou circulaire. • Le pieu peut-être foncé dans l'eau Il convient donc pour les piles de pont. .

5. dits "décarottés". s'effectue au moyen d'une machine ordinaire et d'une cloche. Le tube de fonçage est introduit dans la cavité ainsi formée en utilisant le poids de la machine au moyen de câbles passant sur des poulies de rappel. Le pilot n'est pas enfoncé dans le sol par battage. Celle-ci est constituée par deux mâchoires cylindriques.• Ce pieu conserve une grande force portante due à la puissance utilisée pour fonçage du tube et à la base élargie en béton. la couche est alors retirée et vidée grâce à un mécanisme spécial. L'opération est recommence jusqu'à ce que le tube ait attaint la profondeur prescrite. coulissant dans un tronsçon de tube. lesté d'un mouton en acier. mais par extraction de couches du sous-sol. l'enduit ne peut donc être arraché comme il le serait pour un pilot ordinaire préparé d'avance. les deux mâchoires se remplissent d'argile.3. • Dans les terrains chimiquement agressifs le fût peut-être recouvert d'un enduit qui le protège contre la corrosion. Sortie de cloche Terre remplie Carotte d'argile extraite par le tube-cloche Ascention de la cloche 68 . La cloche est descendue au fond du tube de fonçage. Pieux Franki décarottés Dans certains terrain argileux. Le pieu Franki s'exécute ensuite de la façon habituelle. soit parce qu'il faut éviter toute vibration ou ébranlement du terrain. les pieux Franki doivent être foncés non par compression. 2. soit parce que celles-ci sont incompressibles et qu'il importe néanmoins de les traverser pour chercher une assise en profondeur. L'exécution de ces pieux Franki forés.

5. pour certaines foundations spéciales des "pieux tubés" composés d'un fourreau en tôle abandonné dans le sol et rempli du béton.5. dans les terrains contenant des couches très molles. C'est le cas. murs de quai.4 Pieux Franki tubés: Nous exécutons.5. grâce à des tubes. ou dans les terrains dont l'eau est agressive pour le béton etc. appontements. Ces pieux de grand diameter peuvent avoir une base élargie. Certaines fondations requièrent des pieux une partie du fût dépasse le niveau du sol. foncés par forage. par exemple pour beaucoup d'ouvrages en rivière. Nous utilisons les pieux tubés en rivière. Pieux Franki de grand diameter Les pieux Franki peuvent avoir un très grand diamètre: un mètre et plus. piles de pont. etc. Fond hautes eaux Tube acier épaisseur 9 à 11mm Frette Basses eaux Fond Frette Tube acier épaisseur 9 à 11mm Bouchon en béton armé Armature vertical 2. 69 .2.

Ils sont utilisés pour les très fortes charges. Leur mode d'exécution ne diffère pas essentiellement du procédé Franki ordinaire. Sur le chantier, il va procéder comme suite: La machine fore le terrain, sans cuvelage jusqu'à argile dure, au moyen d'un outil spécial. Ou bien la machine Franki va foncer le tube de grand diamètre par battage sur la tête. Après l' exécution de la base élargie, le fût sera bétonné de la manière ordinaire. Le béton de la base et du fût sera vibré. Les pieux ainsi executes et armés offrent une résistance particulièrement élevée. 2.6. Pieux moulés dans le sol 2.6.1. Puits et barrettes - Grosses sections φ > 1,20 m - Faibles profondeurs Z ≤ 8 m a. Puits: - La section tranversale est carré et circulaire. - Exécutés à la tarière ou avec la benne de la pelle mécanique. - Ils sont coulés en pleine fouille ou à l’intérieur d’une buse d’assainissement ( sol pulvérulent ). - Ils sont non armés et realisés en gros béton. - Un plot ( ou en dé béton vient les coiffer et assurer la liaison à la structure)
longrines B.A
100 à 150 cm 100 à 150 cm

en béton 60x60cm

<800cm Puits

b. Pieur ou barrettes excavées sous boue stabilisatrice ( Bentonite)

70

 Exécution - Les pieux ou barrettes sont confectinonnés dans un trou réalisé par l’extraction du sol au moyen d’outils très variés choisis en fontion du terrain. - La protectin du trou est assurée par une boue stabilisatrice, dont le niveau minimum dans le trou est maintenu suffisamment haut par rapport au niveau piézométrique dans le sol , de manière à empêcher la décompression du terrain. Dans certains cas ( terrains très mous et surcharges latérales importantes par exemple ) , le trou est protégé sur sa partie supérieure par une protection mécanique ( tubage un exemple). - Il est possible , si cela est nécessaire, de placer préalablement au bétonnage une armature sur toute la longueur du pieu ou de la barrette. - Avant bétonnage, le fond du trou doit être soigneusement nettoyé afin d’éviter un mauvais contact sol-pieu à la base, source de tassement plus ou moins importants. Eventuellement la suspension de bentonite chargée de sable et limon sera remplacée par de la suspension fraiche, de manière à éviter les décantations sur le fond du trou.

71

Le bétonnage est fait au tube plongeura.

a= mise de tube d’appui b=Forage( avec bétonnite) c= Nettoyage de trou d= Descente du cage d’acier c. Barrette: - Sections:

e= Descente de la trémie (de tube plonguer) f= Traitement du sediment g= arrivée du béton h=Sortie du tube

72

3. .7…) par extraction des terrères. Les pieux ne sont pas armés. contrôle de qualité facile. - Bestonnage de ces pieux par béton dosé à 200 Kg/m3 ciment à prise lente et gravier 4/16 pour faciliter le découpage.. 2.Protection de la tête du trou à réaliser avec moyen de murets-guids ou d’un caisson métallique. moins polluante.5. Et le procédé est même pour les pieux excavés sous boue stabilitrice • Avantages de cette méthode Exécution rapide. Parois en pieux sécants : .Outil principal: grappin hydrolique.2. 73 .6. • Désaventage: Cette méthode demande des équippements spésifiques d’un cout élevé et de main d’oeuvre de qualification. Parois en pieux: Exécution : Les parois sont exécutées normalement en utilisant la technique des pieux forés avec fourreau provisoire. a.Exécution de pieux impairs (1.

.4.Forage du trou par extraction des terres au moyen d’outils très divers.Mise en place des armatures après le nettoyage du fond et éventuellement. et 1180 mm • Distance minimale de l’axe du pieu aux obstacles: 2. . remplacement de l’eau par de l’eau proper .Bétonnage des pieux pairs au moyen de béton normal. 970.5m • Longeur: courante 20 m Schéma d’exécution : 1e phase Pieux impairé non-armés 3 5 7 Pieux paires armés 1 2e phase 1 2 3 4 5 6 7 8 *Fontion: Ces parois servent essentiellement comme parois de soutènement des terres. b.6…) soient successsivement exécutés en utilisant un tube de forage équipé d’une trousse spéciale..1080. Parois en pieux jointifs • Exécution: . . . les pieux pairs ( 2.Lorsque le béton a fait sa prise mais avant que le durcissement .Mise en place de la Cage d’armature dans les éléments pairs.La protection du trou par une suspension de bentonite. de manière à éviter les décantations 74 . • Dimentions: φ 800.

Nettoyage du fond de l’excavation et recyclage de la boue afin d’obtenir un bétonnage correct.3. .Bétonnage du panneau au tube plongeur descendu jusqu’au fond de l’excavation • • • Dimensions : section rectangulaire o en T épaisseur 400mm à 1500mm Profondeur : pas de limite. • Fonction : utilisés pour substituer les parois de soutenement permanents ou temporaries ainsi que des écrans étanches . . • Longueur : dépend du probleme • Fonction : Elle a une double function : -Assurer la transmission des charges verticales à un terrain résistant -Assurer une function de soutènement . Parois excavées sous boue stabilisatrice.Ces parois servent 75 .6.25m +/2 Schéma : 1 2 3 4 2.sur le fond du trou.Mise en place de la cage d’armature.Construction des murets-guide: Exécution de la tranché par extraction des terres au moyen d’outils choisis en fonction des terrains rencontré . . -Bétonnage des pieux pairs • Dimensions : diamètre de 800mm à 1800mm. Parois moulées dans le sol: Exécution : . • Distance minimale de l’axe du pieu aux obstacles : 0. a.

Tubes jointifs: 1 2 1 76 .également souvent de foundation profonde portante.

a) Murets-guides c S uspension de bentonite b Bentonite propre Bentonite mal propre P laque en acier d e Mise en place des arm atures Sortie du plaque Tube en plonguer Be'tonnage en acier f g 77 .

f. d’obtenir une très bonne étanchétité • Dimension de panneau : Variables suivants les projets ( épaisseur 300 à 600mm) • Fonction : soutènement a) Excavation d’un élément de parois sous coulis de bentonite par benne autoguide’ b) Mise en place du coulis de scellement par… rampe de distribution c) Descente du premier panneau sous coulis de scellement d) Descente du panneau adjacent 78 . Parois excave’ à la boue stabilisatrice préfabriqué • Exécution : L’excavation est de même manitère pour le cas antérieur et puis on doit substituer la boue par un coulis de scellement des panneaux préfabriques. Descente des panneaux préfabriqués qui sont enclenchés mécaniquement par un crochet de pied et soit maintenus suspend sur le muret-guide jusqu’a la prise du coulis de scellement C oulis de cellement Un joint “Water stop” gonflable entre panneaux ou tout autre type de joint permet.

à l’époque des cités lacustres: on emploi d’abord des tronçs d’arbres. enceinte autour de massifs de fondation à fin d’encoffrer un terrain fluant ou boulant et de le protéger contre les affouillements et les filtrations.Bois utilisés: Hêtre. Caractéristiques des palplanches en bois: . lorsqu’elles sont incorporées dans les ouvrages comme soutènement de pied de berges ou de talus. préalablement aux fouilles .7. pour retenir la terre et l’eau. Sapin 79 . Généralités Les palplanches forment une classe particulière de soutènement que l’on réalise par des rideaux continus. Les soutènements en palplanche 2. et enfin les palplanches proprement dites.Tirant Tirant Tirant 2. a. piles et culées de ponts. Les palplanches sont emplayées soit à titre provisoire. 2. remonte à la plus haute qntiquité. On s’en sert lorque’on a à soutenir des terres don’t la consistance est telle qu’elles ne permettent pas l’exécution économique de fouilles légèrement blindées. Les palplanches en bois Le bois a été employé depuis très longtemps pour constituer des rideaux de retenus. petites écluses. pour réaliser des enceintes permettant l’exécution de travaux de fondation ou de batardeaux. Les rideaux de palplanches peuvent être étanches par eux-mêmes ou rendus tels par un procédé quelconque.1. ils se prêtent alors à l’exécution de travaux dans l’eau ou dans la terre gorgée d’eau. soit à titre définitif. formés de pièces jointives enfoncées dans le sol par le battage.7. jetées. môles. L’emploi des pieux en bois jointifs.7.puis des pièces de bois équarries.2. soutènement pour murs de quais.

.02H (m) Où: e – épaisseur de palplanche H – Hauteur entre le terrain d’assise et le niveau d’eau + L’autre formule: 5H 3 e= Rb Rb : Résistance du bois à compression(Kg/c2) b.Epaisseur: variable selon la longueur Longueur(m) Epaisseur(cm) 3 10 4 12 5 14 6-7 16 8-9 18 10 20 Ensuite 1 cm en plus par 1 mètre en plus + Formule empirique: e = 0.Longueur: 7 à 10 m .Largeur: 20 à 35 cm .Dimensions habituelles: .Assemblage des palplanches en bois: A grain d'orge A raimure et languette A recouvrement 80 .04 + 0.

Les rideaux de palplanches en bois sont souvent formés de panneaux limités par des pieux en bois espacés de 1.5 à 2m. Battage des palplanches: . On en lève la frette après le battage afin de la réuliser A l’extrémité inférieure des palplanches est taillée en pointe asymétrique et munit d’un sabot en tôle en tôle e= 2mm Sabot de palplanche en bois . mouton à vapeur et mouton à trépider.A la tête: Afin d’éviter la fissuration de la tête des palplanches pendant leur battage. Ces pieux sont réunis. 81 .Equipement: On peut utiliser les outils employés dans le battage des pieux come: Mouton à chute libre. on la coiffe d’une frette en acier forgé de 2 à 3 cm sous la tête. soit par des moises entre lesquelles passent les palplanches. soir par des longrines boulonnées sur les pieux et contre lesquelles sont battues et clouées les palplanches Palplanche Longrine Taquet Pieux en bois D=15 à 25cm Boulon en acier Frette serie à chaud 6 à 12 cm épaisseur:25mm à 40mm c.

- Le procédé est le même pour les pieux 2.7.3. Palplanches en béton armé Les palplanches en béton armé sont surtout employées lorqu’elles peuvent être incorporées dans les ouvrages à titre définitif. Elles peuvent, contrairement au bois, émerger de l’eau sans inconvénient a. Palplanches en béton armé préparé d’avance(Préfabriqué) Dans ce cas, on contruit sur le chantier, préalablement aux travaux de fouilles, des palplanches formées des pièces en béton armé, qui sont ensuite battues dans le sol par emboîtement. - Assemblages: Il existe divers types d’assemblages. Les plus courants sont réalisés par grain d’orge - Battage des palplanches: Lorsque le battage se fait dans un terrain consistant, les palplanches sont munies de lardoire à leur pied. Leur partie inférieure est ,oulée en forme de biseau de manière à ce qu’une buttée de terre développée sur la face oblique ainsi réalisée, provoque pendant le battage, en serrage de la palplanche contre sa voisine. -La tête: est protégée des coups de marteau par un chapeau formant coussin élastique . Dans de nombreux cas ,pour obtenir un enfoncement facile de la palplanche dans le sol,on est obligé de désagréger préalablement le terrain par lançage d’eau sous pression. Les panplanches en béton armé ne peuvent pas général être arrachées en vue de leur réemploi , on les emploie souvent pour les murs de quai ou comme para fouille destinée à consolider des berges. -Équipement du battage: Le même pour les palplanches en bois.

82

60cm 3mm

Vue latérale

b.

Palplanches en béton armé moulées dans le sol.

De même que l’on a imaginé des pieux moulés dans le sol,on peut réaliser par un procédé analogue des panplanches moulées dans le sol. C’est ce qu’a fait la firme Franki de la façon suivante: - Les panplanches sont constituées par des panneaux de 1m de largeur en général , 0.20m d’épaisseur et la hauteur voulue qui se soudent un à un dans le sol en cours de bétonnage pour constituer un écran continu sur une grande longueur. - Elles sont exécutées au moyen de deux caissons en acier de section rectangulaire,sans fond.Les caissons sont enfoncés alternativement au moyen munie d`un mouton à chute libre.La même machine sert à l’arrachage et le soulèvement du caisson,par l`intermédiaire de moulages. er 1 phase:Fonçage du premier caisson. 2ème phase: Le premier est foncé à la profonde voulue. 3ème phase: Le deuxième caisson est battu au côté du 1er caisson. 4ème phase: Une armature est placée dans le 1er caisson.Après la mise en place de l’armature ,le 1er caisson est rempli de béton par un goulotte, ensuite soulevé lentement par les câbles de moulages.

11cm Vue frontale

83

5ème phase: On se trouve un panneau bétonné dans le sol. 6ème phase: Le 3ème caisson enfoncé à côté du 2ème caisson.On procède alors au bétonnage du 2ème caisson,les phases se succèdent dans l’ordre qui vient d’être indiqué. Remarque: • Le procédé a eté appliqué sur des profondeurs de 8m au maximun avec 0,3m d’épaisseur. • À la partie inférieure,le caisson est obturé ,préalablement à l’enfoncement dans le sol par une plaque de tôle ou de béton.
Mouton
ere

Casque

1 phase Le caisson en cours de fonçage

2 phase

eme

3 phase

eme

1 caisson à fond Caisson

er

2 caisson à fond

ème

4 phase Arrivé de l'armature et béton du caison

eme

5 phase Élément bétonné

eme

6 phase Fonçage du 3eme caisson

eme

2.7.4. Palplanches métalliques. a,Généralités. Un rideau de palplanches métalliques est constitué,d’une manière générale,par une paroi ondulée,réalisée par un profil spécialement de laminé à cet effet et ayant

84

• Panplanche U ( Larsen ) • Palplanche S (terres rouges) • Palplanche Z ( Belval) • Palplanche V ( Goutière Rombas) 85 . -Peut être arrachées et resservit un grand nombre de fois. -Le battage est rapide et ébranlement est relativement faible.ainsi que leur étanchéité. c. Elles servent non seulement de batardeau. -Elles se lissent battre dans des terrains très compacts et pierreux.Avantages des palplanches metalliques.Chacune de ces pièces est la palplanche proprement dite.des consolidations de berges.etc. Elles peuvent pénétrer dans la roche tendre.une grande résistance...La paroi est formée de pièces jointives.mais encore de blindage des fouilles. -Leur résistance très élevée au flambage et à la flexion . b.Classification des palplanches métalliques.de soutènement définitif de murs de quais.enfoncées successivement dans le sol.

Choix du mouton: 86 . Accrochage des palplanches • A griffes et bourrelets.8.1. (possibilité de rotation) • Joint en queue d’aronde • Join à crochet • Joint composite 2. Battage: a.8 Battage et arrachage des palplanches 2.• Palplanche à âme plate ou rectiligne d.

• • • Lorsqu’il s’agit de battage dans l’eau.5m maximum. On peut utiliser les moutons habituels comme: moutons à chute libre. Les guides peuvent être appliquées directement sur le sol et calés d’une façon quelconque.Il depend de la nature du terrain. Méthode de battage: • Pour obtenir un alignement convenable. À nos jours le mouton de tr1pideur (diesel) et les vérins hydrauliques de plus en plus remplacent les moutons à chute libre et les moutons à vapeur. les guides sont fixés à l’échafaudages de battage au niveau le plus bas que possible ( jusqu’au niveau de l’eau). des dimensions et du type de palplanches utilisées. Le battage de la 1ẻme palplanche doit s’effectuer avec la plus grand soin. les palplanches sont battues par passe 1m à 1. • On peut utiliser la méthode de lançage de l’eau sou pression pour enfoncer les palplanches. arrivée de pied sur le terrain résistant. désemboîtement. • Dresser et emboîter d’abord toutes les palplanches en leur donnant une faible fiche( 1m par exemple). qui est évidemment long temps. mouton à vapeur et mouton de trépideur.etc. On coiffe aussi un casque à la tête de palplanche. les profondeurs atteintes par le pied des palplanches. donnant en abscisse le temps ou le nombre de coups et en ordonnée. b. • On doit dresser un graphique. Une fois mise ainsi en fiche. il faut assurer un guidage parfait des palplanches pendant le battage. Ce procédé. 87 . mais donne d’excellents résultats. • Un tel graphique permet de constater tous les incidents du battage: rencontre d’une grosse pierre.

PARTIE B 88 .

Le béton est en principe composé de 70 à 80% de granulats (agrégats). La connaissance de technologie du béton est pour celui qui travaille avec ce dernier beaucoup plus importance que pour les autres matériaux de construction du fait qu’il est confectionné soit dans la fabrique à béton frais sur le chantier proprement dit ou encore qu’il y est amené comme béton frais et ensuite mis en œuvre dans sa forme définitive. contrairement à l’acier par exemple dont la qualité peut être contrôle au préalable. c’est la science des procédés et les moyens mécaniques des méthodes qui touche à la fabrication. de 15 à 20% de l’eau et de 2 à 5% d’air (en pourcentage du volume). la technologie du béton englobe donc toutes les connaissances qui ont trait à la confection du béton. En fermes simples. La qualité finale ou produite dépend de divers facteurs et sa résistance ne peut être constatée qu’ultérieurement. sa réalisation exige donc un soin particulier et un contrôle sévère. Le béton est un matériau dont la qualité appartient à l’exécutant.TECHNOLOGIE DU BETON La technologie. Les granulats adhérents lé uns aux autres aux moyens d’une matrice de ciment contenant des espaces capillaires remplis d’eau pour une part et remplis d’air pour 89 . de 10 à 15% ciment. c’est la science des procédés auxquels les produits naturels doivent être soumis pour développer leur utilisation au profit de l’industrie.

Celui. l’acier est placé dans la partie inférieure.à dire que la matériau est comprimé dans sa poutre supérieure et étiré dans sa partie inférieure. le béton n’est pas conçu pour les poutres et les plaques. Durant le processus de prise et de durcissement. a) Coffrages pour parents verticaux 90 .une autre part.ci peut en fonction de l’élément à couler et du choix du système de coffrage représenter de 25 à 75% du prix de revient du béton. En raison de son faible résistance à la traction. Chapitre I COFFRAGES 1. Dans ce cas. un coffrage est indispensable pour donner au béton la forme et la texture de surface souhaitée et le soutenir. donc destiné à travailler à flexion et maintenant l’élément constitué de béton et de l’acier appelé : ‘‘ Béton armé ’’.2 Caractéristiques des terrains de terrassement Leur classement nécessaire pour organise les analyses est subjectif. Excepté pour un béton projeté. On peut proposer des ranger en tirers failles suivant l’action principale qu’il subissent du béton poussée. nous distinguerons ensuite les réponses apportées aux problèmes d’organisation des travaux. 1. Ces poutres ou plaques travaillent en flexion. c’est . La matrice de ciment ou pâte de ciment durcie se forme à la suite de la réaction du ciment avec l’eau. ou poids). Le coffrage est en outre un élément dont il ne faut pa sous. Dans ces familles.1 Introdution : Le béton frais est un matériau facile à mettre en œuvre et peut en principe prendre une infinité de formes.estimer le coût. frottement.

en métal. ou pour parement plus ou moins obliques. Les matériaux synthétiques sont également utilisés comme coffrages perdus ( pour remplir les vides dans un plancher. Les coffrages sont généralement constitués des parties suivantes : La paroi de coffrage : C’est la partie qui se trouve directement en contact avec le béton frais. c’est un bon isolant et supporte très bien les vibrations. coffrage. en matériaux synthétiques ou en béton. c) Coffrages glissants Pour parement verticaux. les contreventements. revêtement de caractères architectoniques ou isolants) Etc… d) Béton : Le béton (généralement armé ou précontraint) est souvent utilisé pour concevoir des éléments de coffrages perdus ou permanents. 1. Nombre de fois d’utilisation est limité. de tunnels. grande durée. Le domaine d’utilisation de l’acier est très étendu. a) Le bois : Il est utilisé pour réaliser toutes sortes de coffrage courbes. d) Coffrages horizontaux Coffrages et étaiement de dalles. L’acier survient pour la production de grandes séries d’éléments identiques. Elle est habituellement en bois. Ils sont résistants à la corrosion. La construction portante (l’échafaudage) généralement à base de bois.3 Les matériaux de coffrages. coffrage tunnels. b) Métal : L’acier est un matériau homogène. Il possède une résistance et une rigidité importante. il n’absorbe pas l’humidité. Nombre de fois d’utilisation est grande. légers. fondation. divers forme. parfois de béton. Enfin. formation des rouilles. table. Il est à travailler et remettre dé assemblages simples. c) Matériaux synthériques : Ces matériaux sont de plus en plus souvent utilisés. de métal ou d’une combinaison des deux. difficiles af manipuler. Inconvenients : Le poids spécifique élevé. de coffrage. console de harrage. 91 . généralement à base de bois ou de métal. permet de réaliser toutes formes. traditionnels ou banches. Les raidisseurs de stabilité et de flambage. poteaux. auto grimpant. des éléments lourds. coffrages de poutre et pontiers.b) Coffrages grimpant.

. Coffrages et aspect extérieur du béton Afin d’obtenir une surface de béton aussi homogène et uniforme que possible. etc. de gros mur et de grand massif. .Coffrage de Fondation isolée P lan c h er B u tée T ra v e rse B u to n b. . -Le coffrage doit être prope 1.Être facile à déplacer. écarteur.Coffrage de gros mur 92 . chaque face de coffrage en contact avec le béton doit répondre aux quatre exigences suivants : -Les caractéristiques de surface doivent être constants ( l’absorption d’eau joue ici un rôle important).Conduire à la forme souhaitée en tenant compte des tolérances admises.Reprendre toutes les charges en présence. a.4.1 Coffrages de fondation Coffrages de fondation. sans de formation ni déplacement inadmissibles.Permettre un bétonnage et un durcissement optimum. -L’étanchéité du coffrage est indispensable. ) et à détacher ( sans dégradation de la surface du béton).Disposition générale pour les coffrages : Chaque coffrage doit : . à monter ( Y compris la fixation des armature.4 Système de coffrage 1.

4.2.T?ants Poutre Plancher écarteur ou espaceur c.fiche 93 . épaisseur de la paroi Longrine Tirant Planche Poutre Contre . Coffrage de grands massifs < 8m Tendeur Contre fiche Calé 1. Coffrage pour parois et colonnes.

• Progressivement. les poutres et longrines en bois pour en augmenter l’efficiente: moins tirants. Panneau de Coffrage en m ultiplix Longrine Poutre • Coffrages des colonnes. possibilités de l’utilisation de panneux plus grands et plus maniables. 94 .

40 .80m Ouverture pour couler le béton < 2.5m Ouverture pour couler le nettoyage O uverture réservés à poutre et poutrelle C adre m étallique Joue T raverse 95 .

places tous les 80 cm en bois ou en acier ( serre – joints ). l’épaisseur a été calculée ou choisie. • Coffrages de poteux sont constitués par une caisse à 4 panneux (poteux rectangulaires) dont. Le raidisseur de panneux s’effectue par des cadres simples ou double. - 96 .Fil à plom b Figure 1 – Coffrage des poteux traditionnels (en bois) M u ltip lix R aid isse u r P o u tre d e c ein tu re Figure 2 – Coffrage de colonnes avec ceinture et longrines en bois • Coffrages de colonnes en acier (Section rectangulaire).

.20. Le coffrage du poteuu en acier comporte des éléments que leurs caractéristiques sont les suivants .- Il faut ménager une ouverture dans le bas du coffrage afin de permettre le nettoyage avant mise en place du béton.Coffrage formé par deux demi – coquilles de largeur constante et longugeur variable.5 à 2. . il est préférable de monter bétonnage. longueur variable nombreuse position. intermédiaries.Poids par m2 de coffrage: 43 à 70 kg/m . afin d’obtenir un meilleur damage en tous point • Coffrage de poteau en acier (section rectangulaire.Assemblage des éléments par crochets. Dans le damage à main.Largeur: 16. . Crochet Variable Coffrage à piston: Largeur constante. pas de trous dans le peau coffiante. 30 cm. Montage de coffrage: .5 à 4mm d’épaisseur.5 m .Nombre de réemplois : 50 – 300. variable 97 Constante .Plaque d’acier de 1. .Raidissage par cadre en fer et traverse.Longueur : 1.

. largeur et longueur variables. variable - Coffrage du Poteau de section polygonale. Leur conception est bien sur dépendante de la function du tunnel mais aussi de son mode d’exécution : le revêtement est-il fait pendant la période de creusement ? Comment circulent le marinage.Coffrage en aile de Moulin.3 Coffrage de tunnels Les coffrage de tunnels répondent tous à deux suggestions communes : pas de grue. Double ceinture en profiles 500 100 700 25 Contreplaqué 21mm 50 Raidisseurs verticaux en profiles tôle pliée Entretoises ?15 1.5 75 105 variable .4. et absence de place. le matériel et les homes? 98 25 62.

des section très petites ne permettant pas le télescopique. on peut faire passer deux voies de services : la première pour du coffrage enjambant et le deuxième pour le marinage. Coffrage non télescopique Utilisés pour les tunnels de faibles longueur. on peut employer un jeu de deux coffrage (on plus). 99 . des galléries très sinueuses. Ces coffrage doivent être repliables pour pouvoir passer avec leur transporteur dans un coffrage identique déjà en place. etc. soit télescopique. Figure 3: Coffrage non télescopique L’ordre d’exécution du coffrage: Dépose du masque Mise en place transporteur Mise en place des tendeurs Mise en contact du sommier du transporteur avec la voûte du coffrage Dépose du calage en bas de coffrage Repliement des volets des pieds droits (s’il y en a) Repliement des pieds droits (avec les tendeurs) Abaissement du coffrage (avec les vérins) Déplacement de l’ensemble Nettoyage et huilage Relevage du coffrage Dépliage des volets de pieds droits (s’il y en a) Réglage du coffrage (recouvrement 5cm sur l’anneau précèdent) Calage et bétonnage des pieds droits Pose du masque Le radier du tunnel peut être exécute en avance ou à la fois de pieds droits et voûtes. La longueur du coffrage determine par “l’apprentissage” sur le chentier après une période d’exécution. a. b) Coffrage télescopique Afin de travailler en continu en “masquant” les temps de durcissement du béton. Dans le cas de galléries de diamètres assez grands.Le radier est-il execute avant les pieds droits ? Selon fa forme et les diménions de la voûte quel temps doit –t-on ? Peut-on travailler à postes ? Les analyses conduiront soit à un coffrage unique (non télescopique).

La vitesse d’avancement du revêtement peut alors égaler celle de la perforation. COFFRAGES TÉLESCOPIQUE Portique Coffrage té lescopinque pour tunel à section policentrique. • Charpente centrale : Robuste et économique. Inconvénient : elle obture le passage Tendeur Figure 4 : Charpente cetrale 100 . Ce type de section est souvent rencontré dans les tunelssoutiers Coffrage télescopique pour galerrie en fer chevel avec radier coulé en deuxieme phase et transporteur à mât central. employé généralement dans le petites galeries du fait manqué de place. Coffrage télescopique pour galerie circulaire crulée entiere c) Portique.

Coffrage . 3.Bétonné .Bétonné . 1e phase : A C C' C' B B' .4. La plupart du temps il n’est tenu qu’en pied par un ancrage et en tête par en tirant. Le procédé est successivement exécuté. Il fait appel à toutes les techniques que l’on peut rencontrer dans les différents types de coffrages pour les parements verticaux.Coffrage C' A B C 2e phase : B' C' A B 1. 101 . Sa hauteur de béton coffré à 3m. Sa longeur devra être supérieure au coffrage pour permettre le repliement de celle-ci Coffrage Tendeur Portique Figure 5 : Charpente en portique d) Phases pour un bestonnage discontinue.Décoffré .4 Coffrage grimpant On l’appelle aussi “ Cofrage barrge ou console … tenu en tête “.Charpente en portique enjambant la voi de service permettant de conserver l’usage de celle-ci.50m environ.Décoffré . ce qui limite pour des raisons de poids et donc de prix.

b.Son poids avec tous ses équipements rapport à la surface coffré aviosine les 200 kg/ 1. Le chef du chantier voit ainsi aisément le moment ou il doit arrêter le coulage du béton. Les éléments de coffrage a. Or. Pincement La zone “pincé” doit être étanche. Ossature : Peut être en bois ou en métal ou mixte. Généralement ces efforts sont équilibrés par des réactions d’appuis mobilises dans les ancrages en pied du coffrege. c. le béton de cette zone a été moulé par la partie supérieure de la peau du coffrage pendant l’exécution de la levée précédente. f. Bois agglomérés bakélisé de 22mm : 5 → 10 réemplois. On a donc un problème du à la difrérence de planéité entre le haut et le bas du coffrage. et celle de l’implantation de l’ancrage. noyés dans le béton durci de levée précédent et en tête de coffrage dans les tendeurs. Contre –plaqué bakélisé de 20mm : 10 20 réemplois. d. Bouton 102 . L’ensemble de la peau et de l’ossature doit résister aux efforts de poussées exercées par le béton. D’ou intérêt de laisseer un maximum de souplesse à la zone de coffrage effectuant pincement et étanche cette zone an la calfeutrant avec un “compribaude” ou du mortier avant bétonnage de la levée. La peau : Peut être en bois ou en métal - Tôle 4mm d’épaisseur : 100 fois de réemplois. Calage et réglage Destiné rattraper les imprécisions de la levée. e. Arase du béton L’idéal est de faire correspondre le rebord supérieur de la peau de la banche à l’arase du béton.

103 .Pour régler la verticalité et pour tenir la banche “à vide” contre les efforts du vent (pouvoir travailler en compression et en traction.

Tirant du tendeur Passerelle de betonnage Ossature A rase du Beton Pincement Bouton Calage et reglage Passerelle supporte de coffage A ncrage Figure 6: coffage grimpant 104 .

4. Ces types de coffrages ne sont pas seulement employés pour les murs des bâtiments mais aussi pour des voiles de grande hauteur. 1.4. trop souvent négligée. 3 au moins seront particulières.5m.5.Coffrage auto grimpant C’est un coffrage grimpant équipé de son système pore de levage ( vérin hydraulique. épais et fortement ferraillés. c’est le plancher bas de voile par des tirants pour équilibrer les efforts de poussée du béton sur les banches en vis-à-vis. mais il est particulièrement appréciable par d’autres manutentions. on doit analyser de nouveau sur le chantier. Démarrage du coffrage L’analyse de cette phrase est à tord. Sur les 15 levées.6. en bâtiment. Coffrages traditionnels de bâtiment et banches.Remarque : L’ouverture du coffrage peut être conditionée par une durée de protection du béton contre le froid. dans le cas de voiles d’ouvrage d’art (voiles de culé de ponts) ou de murs haut. treuils ou tire-forts) lui permettant de monter de la levee n à la levée n+1 sans aides d’une grue. et de mécanique. On exécute sur la planche une “talonnette” de 10cm de hauteur environ bien implantée par legéomètre. sur laquelle on pince le coffrage. Pour les travaux d’exécution. Le coffrage est onéreux qu’un simple grimpant du fait de son alourdissement par un système complexe de charpente. Les tyrants sont relativement aisé à placer dans le cas des voiles peu épais et peu ferraillés de bâtiments. La hauteur de la levee sera alors uniquement limitée par la possibilité de bien mettre en place le béton (Problème lié à la densité des armatures et à l’épaisseur du voile). Pour un ouvrage de 30m réalise par la levée de 2. On peut constater les ruptures de charge de travail pour la main d’œuvre. on doit avoir un support pour poser le coffrage. le nombre de levée sera de 15m. ou par une résistance minimale du béton de 5 MPa. Pour remédier. le passage des tirants devient difficile et source de perte de temps. 105 . En revanche. 1.

Avec des “batteries” de coffrage tunnel. Figure 2 : Coffrage tunnel 106 .Figure 1 : Coffrage traditionnel 1.7. Le “coffrage tunnel” C’est un outil coffrant en même temps les voiles et les dales. on coule en une seule fois les voiles puis les dalles.4. Ils soit être complets par de banches traditionnelles pour coffrer les faces extérieures des pignons.on peut réaliser très rapidement les étages répétitifs d’un immeuble dont les planchers portent des murs de refend à mur de refend. Il faut prévoir une charpente que l’on accroche en console sur la façade pour sortie les éléments du coffrage après le décoffrage et les passer avec la grue sur le niveau qui vient d’ être réalisé.

On prévoira une planification détaillée afin d’éviter l’interruption du travail par suite d’un manqué d’approvisionnement en matériaux ou en matériel ou d’équipes insuffisantes. Conditions d’utilisation d’un coffrage glissant. le béton prend la forme souhaité. Conditions et avantages des coffrages glissants. le béton est immobile et c’est le monde qui se déplace. dressé pour maintenie le béton en place puis dé monter lorque le béton a acquis une résistance suffisante.4. caractéristique du système. La technique du coffrage glissant peut être appliquéé entre autres pour les types de constructions suivants : ♦ Constructions verticals pour lesquelles l’épaisseur des parois et la coupe horizontale restent constantes sur toutes la hauteur. Un contrôle est nécessaire pour s’assurer que le coffrage reste bien horizontal et dans la direction souhaitée. 1. Coffrages glissants 1. lors de son passage dans le coffrage. On utilize dès lors des coffrages glissants pour des structures dont la section ne varie pas trop sur la hauteur à réaliser.7. 107 . Un coffrage glissant n’est pas comme un coffrage habituel.1. a. Le béton frais est coul é à la partie supérieure du coffrage et il est dégage (en début de durcissement) de la partie supérieure du coffrage. Généralités Le terme coffrage glissant se réfère à une construction de coffrage qui se déplace régulièrement tandis que le béton est place dans le coffrage. Mais à l’opposé de ce qui passe pour l’extrusion des métaux.  Constructions verticals pour lesquelles l’épaisseur des parois et la coupe horizontale change suivant la hauteur. par exemple bandes de contrebutage. ♦ ♦ Constructions présentant une légère partie par rapport à la verticalité Constructions horizontals. La méthode de travail avec un coffrage glissant ressemble plutôt au processus d’extrusion des métaux. Les glissements périodique du coffrage. exige des équipes de jour et de nuit sur 24h.

l’avantage du travail en construire set réduit. soit lors du choix de la méthode d’exécution par l’entrepreneur. ce qui permet de les utiliser sur plusieurs chantiers. puisqu’un seul coffrage doit être prévu pour toute la structure. • Des ouvrages de très grande hauteur peuvent être réalisés dans des délais d’exécution minmum. • L’exécution doit être confiée à du personnel expérimenté aussi bien pour la direction de l’opération d’un coffrage glissant • Le délai d’exécution est court grâce à l’exécution simultanée d’un grand nombre de tâches et parce qu’on travaille jour et nuit. • Les couts de construction d’un coffrage glissant sot réduits à un minimum. • En outre. • Le nombre d’ouvertures doit être aussi que possible. Par contre. Si la hauteur est trop faible. − Piles de ponts. • Les équipes sont plutôt réduites. car elles augmentent la difficulté du travail. les salaires sont plus élevés que pour d’autres travaux puisqu’on travaille en plusieurs fois et qu’il faut donc prévoir des supplesments pour lé travaux en dehors des horaies habituels.• On peut envisager l’utilisation d’un coffrage glissant soit lors de l’établissement du projet par l’architecte. 3. • L’ouvrage à réaliser doit conserver la même forme sur toute la hauteur. 2. Domaines d’utilisation des coffrages glissants. • L’ouvrage doit avoir une hauteur suffisante. Les coffrages glissants peuvent être adaptés aussi bien aux ouvrages unitaires qu’en génie civil ou en bâtiment. par exemple : − Silos − Tours (cheminé. Dans ce dernier cas l’entrepreneur doit faire appel à des spéchialistes ayant l’expérience de cette méthode. chaateaux d’eau …) − Noyaux d’immeubles-tour. Un changement de forme géométrique (par exemple passage d’une section carré à une section circulaire) n’est pas possible en cours de glissement du coffrage. Certaines variations dimensionnelles sot néanmoins possibles. Description d’un coffrage glissant : 108 . certains éléments des coffrages glissants sot standardisés.

La peau de coffrage a en général une hauteur limitée entre 1 et 1. 11.Chevalet 5. c’est-à-dire avec peau de coffrage en bois et ossature métallique ou peau de coffrage en tôle et ossature en bois ou métallique. 10. − Mixte. Le coffrage peut être : − Entièrement en bois. Habituellement. 6. 7. − Entièrement métalique. • Chevalets : 109 .Le béton 13.Poteur d’armature 2.a) Coupe d’un coffrage glissant 1.Raidisseur horizontal 8.Passerelle ou plate-forme inférieure extérieure.Tige support de vérin ou barre de montée ou barre d’appui. 12. c) Pièces d’un coffrage glissant • Coffrage glissant : Le proprement dit est costitué de la peau de coffrages et des raidisseurs.Passerelle ou plate-forme inférieure intérieure. Il existe une paroi intérieure et une paroi extérieure.25m.Poutraison b) Dessin en perfective du coffrage glissant donné à la figure au dessus.Peau de coffrage 9.Console de couronnement 14.Passerelle ou plate-forme supérieure ou de travail.Passerelle ou plate-forme extérieure de circulation.Vérin 4. complètement indépendantes l’une de l’autre. on a deux raidisseurs par hauteur de peau de coffrage. 3.Fourreau des tiges supports des vérins. parfois il y a en a trois.

Les chavalets peuvent avoir différentes formes selon le procédé la forme d’un H. Ces chevalets sont acutellement presque toujours en acier. Les griffes inférieures du vérin sont fixées à la barre d’appui. ce qui nécessaire pour les corrections.les griffes supérieures sont libres 110 . Les vérins peuvent actionnés simultanément ou indépendamment. Des ferrures sont prévues aux montants pour la fixation des raidisseurs de coffrage. Les vérins de différences marques sont presque tous concus suivant le même pricipale : Une groupe de mâchoires supérieures et une groupe de mâchoires inférieures fonctionnant alternativement sous l’action de la pression de l’huile. Le travail d’un vérin est schémaitsé sur la figure suivante : barre d'appuis grifffes Figure 3 : Travail du vérin 1. Les chevalets doivent empêcher que les coffrages s’écartent sous l’effet de la pression du béton. • Vérins : Les vérins sont solidaires des chevalets et montant l’ensemble du coffrage en s’agrippant aux barres d’appui au moyen de griffes. L’ensemble du coffrage ainsi que tous les accessoires sont fixés à ces chevalets et cntrainés verticalement par ceux-ci. hydrauliques ou électriques. Les vérins sont pneumatiques. auparavant ils étaient en bois. Chaque chevalet a deux montants dont la distance est réglable selon l’épaisseur du mur.

• Gaines pour la récupération des barres d’appui Si on souhaite récupérer les barres d’appui.des cadres…. 111 . • Barres d’appui: Les barres d’appui supportent tout le poids du coffrage glissant par l’intermédiaire des vérins qui s’appuient sur elles . le coffrage monte de 5mm environ.on fixe aux chevalets une gaine dans laquelle on place des barres. Le piston inférieure est retourné et on répète le processus. Les griffes supérieures du vérin sont fixées à la barre de l’appui. Les barres sont vissées l’une à l’autre. est également placé sur cette plate-forme. Commande de montée du vérin 3.50 à 4m. Le groupe hydraulique qui actionne les vérins.Ces gaines ont un diamètre intérieur supérieur de 3 à 4 mm à celui des barres.Pour cela. À chaque poussée du vérin .Les gaines ne restent donc pas dans le béton mais glissent avec l’ensemble du coffrage. • Plate-forme de travail et passerelle extérieure de circulation Tous les travaux nécessaires au coulage du béton. Le plancher et ses longerons d’appui sont solidaires des chevalets. il est indiqué d’utiliser au départ des barres de longeur différentes. 4.il faut éviter que le béton y adhère .2. On doit veiller à ce que les points d’assemblage soient le moins possibles dans un même plan horizontal. Le diamètre des barres d’appui varie de 25 à 40 mm et leur longeur de 1. au stockage des armatures. au ferraillage et au placement des cardres pour les ouvertures sont réalisés au départ de la plate-forme de travail.Elles transmettent directement ce poids aux fondations de l’ouvrage.et les griffes inférieures sont libres.sans charger le béton de parois qui doivent cependant empêcher leur flambage. Ce plancher sert également à la circulation des travailleurs.Pour cela .

• Passerelles suspendues intérieures au extérieures Ces passerelles sont placées à 2m environ en dessous de la plate-forme de travail. suivant la forme de l’ouvrage à réaliser.  Un ascenseur ou des échafaudages avec paliers et échelles. • Eclairage et moyens de transport Il faut prévoir :  Une travail d’éclairage pour le travail de nuit. Outre le matériel de coffrage. Le peau de coffrage est ensuite fixée aux chevalets . il est donc indispensable de construire solidement la plate-forme.  Une installation d’alimentation en eau .On fixe ensuite sur les mêmes chevalets des longerons d’appui (raidisseurs) qui supportent le plancher de travail. Si c’est nécessaire . cette firme met à la disposition de entrepreneur du personnel spécialisé pour construire le coffrage et commander son glissement.Le démantèlement ou la rupture d’éléments des planchers peut entraîner des accidents graves.  Une grue ou un monte-charge ou un treuil pour le transport vertiacal.5 à 2. on peut fixer une seconde passerelle à la première.25 de hauteur. soit à proximité (à portée de la grue) et dans ce cas on utilise un gabarit. 112 .Pour des raisons de sécurité. Fonctionnement des coffrages glissants Dans la plupart des cas . On commence par la construction du plan de coffrage de 1 à 1.5 m.  4.Ce montage peut être exécuté soit sur les lieux même du chantier . le coffrage glissant est un matériel loué par l’entrepreneur à une firme spécialisée. eux-mêmes distants d’environ 1. On s’en sert pour contrôler le béton après glissement de coffrage et aussi pour procéder à d’éventuelles réparations et au lissage du béton.

on coule des couches du béton de ±20 cm de hauteur et selon la dégrée du béton .on monte le coffrage en 3 à 4 fois de 6 à 8 cm. On contrôle le béton libéré. on coule à la 4e heur la 4e couche de 25 cm du béton et on monte le coffrage jusqu’à 15 à 20 cm de hauteur.3ème heur : troisième couche de 25 cm Entre la 3e et la 4e heur. on fixe sur chaque chevalet un ou plusieurs mécanismes de levage composé d’un vérin . Le coffrage est rempli par couches successives de 25 cm de hauteur environ. . Lorsque le coffrage glissant est complètement installé. Pour glisser le coffrage .1ème heur : première couche de 25 cm . Si la prise du béton est suffisante .Les barres verticales peuvent être avantageusement installées en escalier.on l’estime pour vérifier son fonctionnement. On contrôle alors la prise du béton libéré ( à la partie inférieure ).chaque levage est exécuté assez rapidement (2 à 3 minutes).d’une barre d’appui et une gaine pour la récupération des barres.Si le béton n’est pas suffisamment durci. Il est évident qu’avant de fermet le coffrage on doit placer le ferraillage . Le matériel nécessaire pour les réservations et les ouvertures doit également être placé d’avance.Selon l’épaisseur des parois .4m environ étant donné. on arrête le coulage du béton et le glissement du coffrage. Le glissement se fait en phases . À partir de la 5e heur .2ème heur : deuxième couche de 25 cm . on doit d’abord humidifier pendant 4 à 6 heurs la peau de coffrage pour éviter des ouvertures entre les planchers du coffrage et pour empêcher la peau de coffrage n’absorbe l’eau du béton.on monte le coffrage de 10 à 20 cm par heur.par exemple pour une vitesse de 24 cm/h . on monte le coffrage de 5 à 7 cm. l’espace libre entre les chevalets et le plancher de travail (25 à 60 cm selon le type de chevalet ).tandis que les barres horizontales ne peuvent être montées au-delà de 1. 113 .

Coffrage de poutre 114 . poutrelles. Coffrages horizontaux a. on doit attendre avant de glisser le coffrage + Si la barre s’enfonce de 30 à 70 cm . 1.On contrôle la hauteur glissée au moyen de lattes graduées de ±30 cm qui reposent sur les chevalets et qui coulissent en même temps. ils sont les coffrages de poutres.5.1.5. de planchers et des dalles.Par au-dessus: On prolonge une barre de Ø12 dans le béton + Si la barre s’enfonce de 70 cm ou plus. Pour contrôler la prise du béton . 1.on pourrait procéder comme suit: . Coffrages horizontaux et étaiement En général. On distingue habituellement deux é fontions : Le coffrage doonant la forme et l’étaiement supportent le coffrage et transmettant son poids et celui du béton est des appuis fixés.on peut glisser le coffrage.

Flexion élastique de la poutre en béton sous l’effet de la surcharge maximale.Coffrage de poutre-plancher 115 . Les fonds des poutres sont généralement constitués par des planches de 35mm à 40mm. . L’épaisseur des bois se déterminer par le calcul. on donne au fond une sur-élévation ou contre—fiche déterminée par : . cloués ou tire formés.Modification de la forme du coffrage sous l’effet de la surcharge qu’il reçoit .Tassement prévu d’appuis pudes étais. b.Suppléments imprévus Il est préférable. . plutôt que convexe.Ces coffrages sont constitués par 3 faces. poue aspect que la poutre ait une courbe légèment concave. Pour les poutres de grande butée.

on utilise des plaques de mutiplex renforçées de grilles en aluminum pour former le coffrage de poutre de la plaque métallique est souvent raisonnable. Des pré-dalles constituent également des coffrages performants. Ils forment en effet la partie structurelle du plancher et le soutènement nécessaire est limité aux sous poutres et aux supports. 116 . Des panneaux en acier nervuré peuvent également être utilisés comme coffrages perdus.Afin d’augmenter l’efficacité des coffrages horizontaux.

Sollicitations horizontales : • • • b) L’ évaluation des poussé es latérales sur les faces du coffage serait très simple si le béton à létat plastique qui se comportait comme un liquide homogène. La pression en tous points d’un liquide est en effet proportionnelle dans toutes les directions au poids de la masse de liquide située au-dessus du point considéré.1.h 117 . Sollicitations : a) • Sollicitations verticales : Le poids 2 γb =2. La surcharge du tas de béton au déchargement de la benne.5. Le poids des hommes qui circulent. divers… • Le poids propre platelage .5t/m du béton. des armatures. La pression hydrostatique obtient par la simple formule : P = γh . Les effets éventuels de la vibration.2.

et à en reporter les charges sur des points d’appui fixes ( par exemple sur le sol ).3.Évolution des pressions : 1. On parlera des cintres pour des poutres franchissant des obstacles ( par exemple pour la construction d’un pont. Par étai simple et isolé • • Tubes et raccord : Les tours d’é taiement à montage rapide 118 .5. On parlera l’étaiement pour des échafaudages don’t les montants verticaux descendent verticalement les charges. Etaiements et cintres : Les étaiements et cintres sont des ouvrages provisoies destinés à caler le coffrage au niveau voulu. É taiement par tour ou par table. É taiement par télescopique.Hydrostatique 2. Probable 3. a) Les différents types d’étaiements : É taiement par “tubes et raccord” . au dessus d’une rivière ). Admissble 1.

• Les tours de grandes hauteurs : Utilisations courantes : 119 . Mise en oeuvre : Quand le platelage coffé se situe au-del à d’une certaine hauteur ( par exemple 5.5m à 4m. ils permettent d’une part de montage de la tour en toute la sécurité . des liaisons assurant un contreventement d’ensemble doivent……. Mais en réalité. réglage. ou dé centrage du platelage du coffage ). Le platelage du coffage. des plateaux à trappe et des garde-corps. d’autre part l’accès au fourches de tête ( montage.Utilisation : Pour coffer des dallessitué es à une hauteur intermeédiaire de 3.5m ). Placés à l’int é rieurs de la tour.. on peut dimensionner rapidement un étaiement de plancher simple selon les dimentions du même. des longerons. Composants : Les é lé ments présentés à la figure au dessus sont complétés par des échelles de meunier. et les étais doivent être calculés selon les Normes de flexion et flambage.

En tête. qui remplacement les platines de pied. Composants : Ils constituent un système d’étaiement préfabriqué. Il convient impérativement de s’assurer que la préparation et la nature du sol d’assie permettent effectivement la reprise des charges en pied. 120 . de dalles … ) Quand les charges à supporter sont élevées. a finition télescopique manu portables s’autobloquant au montage. Un télescopage ( décintrage du coffage sans démontage ) est possible si l’on incorpore un système au niveau désiré. Un vérin de tête à fourche permet le réglage fin. Mise en oeuvre : Le platelage du coffrage supporté par des tours doit être calculé selon des normes exitantes. l’étage coulissant donne la hauteur à 30cm près. sur les galets. permettant ensuite un déplacement d’ensemble. à la grue par exemple ou encore par ripage. La forme triangulaire des éléments crée automatiquement un contreventement de la tour.Ce type d’étaiement est généralement utilisé : Pour établir des platelages à grande hauteur ( coffage de poutre. Pour libérer des servitudes de passages ( gabarits routiers ). Il est possible d’aubmenter la capacité portante d’un plot en ajoutant des poteaux supplémentaires sur une ou plusieurs faces d’une tour.

pour limiter les risques d’excentrement de charge. Le diamètre des broches ne doit pas exceeder 2. 121 . et ne doit pas transmettre une pression supérieure à Mpa au bois dùappui.l’intérieur comme l’extérieur doit être protéger contre la roille.elles un certaine nombre d’obligation : L’épaisseur minimale du tube de l’étais doit être de 2. Aussi les normes définissent. .5 fois le diameter du tube.5 mm afin quùil cabosse pas.Une note de calculs est obligatoire pour justifier la conception des étaiements supérieurs à 6m.charge par poteau 10 tonnes charge par poteau 7 tonnes charge par poteau 5 tonnes fouche reglable course 30cm raccord d'extremite trapere 75 ou 100cm diagonal horizontale socle reglable course 30cm • Etais simples et isolés: L’étais simple métalique à l’opposé des tours d’étaiement où les tubes verticaux sont contreventés par des horizontaux ou des dialogues est plus fragile du fait de sa “solitude”.

4.tube superieur broche prisonniere fretti tube inferieur verin a vis pour ajuster la hauteur d'etais pied de l'etais plantin Figure 4 :Etais simples et isoles b. contreventements verticaux 2. Elles peuvent avoir les longueurs fixes.5 m 2. ils sont constitutés de poutrelles.Cintre: la plupart de temps.3 m partie superieur partie inferieure 3 . être extensibles (pour les petites portées) ou bien se composer d’éléments qui se motent comme un mécano pour les grands portées.5 .5 m 122 .2 -2.

.1. On doit apporter une attention particulière aux principles qui présideront à l’élaboration des plans d’armature. 12.Chapitre 2 ARMATURES 2. Suivant la résistance des aciers. par soudure ou par attaches. les attentes dependant du sens de coulage du béton. Généralités L’armature est un assemblage. Les armatures doivent être places de manière qu’ealles ne puissant pas se déplacer pendant le couvelage et la peu vibration du béton.U. 18. 36. 32.…. ondistingue: Acier rond lisses. on distingue: 2 Acier CI: Ra = 2100 kg/ cm • • - 2 Acier CII: Ra = 2700 kg/ cm 123 .I. Son travail constituant essentiellent à manutentionner et ligature ou souder des armatures. Afin d’éviter toute confusion sur le chantier. le ferraillage employ souvent la main d’oeuvre le moins qualifié. constitutes par des ronds aciers. On recommende aussi de ne pas utikiser plus de 3 types d’acier dans une même pièce (ou element). Cependant les longueur des barres tributaires des arrêts de bétonnage. 40) Suivant les formes de leur section. il est intetdit d’employer dans un même ouvrage des mêmes apparences géométriques mais caractéristiques differérents. Sur le chantier .1. 14. Classification des armatures • - Suivant leur diamètre. 20. 2.1. 25. 22. 16. ronds reliefs(acier à haute adherence HA) Acier en profiles L. on distingue : Acier en rouleau : φ < 10mm Acier en barre : φ ≥ 10mm (10. Les aciers utilisés dans l’ouvrage doivent répondre à la spécification de Normes. ou du fait de la circulation des ouvriers.

afin augementer le rendement de production. Exemple: cas des dalle. les balcons. des murs… Processus d’execution de l’armature Les armatures sont realisées par des “ateliers forains” sur le chantier. Schéma de processus d’exécution: 124 .Poteur: dans le sens de la petite portée . on leur prefere la plupart du temps des usines. Dans les pays industriels.- Acier CIII: Ra = 3600 kg/ cm2 Acier de haute résistance: utilize pour le béton précontraint : Ra = 10000 – 18000 kg/ cm2 Suivant leurs roles.De répartition: dans le sens perpendiculaire. on distingue: . spécialisees.

125 .

2.1. Faconnage de l’armature a.3. Polissage ( rescurage) et remise à droit et coupage  Méthode manuelle  Méthode mécanique 126 .

b. et industrielles. Les aciers après le façonnage.100( % ) F0 Soit : F0 – section d’acier avant appliqué poli-froid F – section d’acier après appliqué poli-froid Avec ∆ F= 10-20 %. on a un allongement de plus de 20% Cette méthode est appliquée pour les aciers CI. leur diamètre après le façonnage est réduit et on peut déterminer l’indice de déformation de la section d’acier par la formule : ∆F = F0 − F . CII de diamètre égale ou moins de 10mm. leur résistance augmente environ de 30% et leur allongement est de 3-8% de longueur initiale. Façonnage de l’armature par l’effet froid Afin d’obtenir une augmentation de la résistance de l’acier utilisé dans les constructions civiles. on utilise la méthode de façonnage de l’armature à effet froid.  Par poli-froid Trou de forme conique Rouleau à fils d'acier Tambour de treuil Le fils d’acier passe par le trou de forme conique.  Frappe – froid 127 .

2. Le coefficient de déformation δ sera : δ= D−d .froid La barre d’acier est allongée par un outil très simple. dépendant de l’exigence de l’ouvrage. L’adhérence augmentera 1. Le processus sera expliqué à travers de la figure suivante Méthode manuelle : 128 .100( %) D Soit : D – diamètre de barre originale d – diamètre de barre après la frappe Avec δ = 10-14%. il comporte d’un treuil (mécanique ou manuel) et un contre – poids. Champs d’utilisation : Pour les aciers CI  Tire.7. peut être en 2 faces ou 4 faces.Roue dentée Lame électrique Contact de lame Rouleau à fils d'acier Chevalet ou étagère Section après frappe : D Frappe en 2 faces Frappe en 4 faces d Les barres d’acier passé entre deux roues dentées et frappées.4 fois. on a un allongement de barre de 4-7% et la résistance augmentera 25%.

4 2 1 3 5 1. Armature à tirer 2. Chariot à fixer 4. Chariot à tirer 3. Contre-poids Vérin hydraulique Armature Pompe Allongement de la barre : 3-8% Résistance de la barre augmente de 20-30% Domaine d’emploi : Pour les aciers de φ ≤ 22 mm Jointement des armatures 2. Par ligature Le moyen le plus utilisé est la ligature à l’aide d’un fils d’acier recuit ( φ 1-2mm) 129 . a.1. soudure ou supports judicieusement disposés de solidité convenable et en nombre suffisant pour que les armatures ne puissent se déplacer pendant le bétonnage. Treuil 5. Jointement des armatures Les armatures de béton armé et les gaines de précontrainte doivent être disposées exactement aux emplacements prévus au plan d’exécution et arrimées par ligature.4.

130 . planchers. Par soudage On peut joindre les aciers par différents types des joints pour obtenir une longueur convenable de l’armature.A • Domaine d’utilisation - Pour les aciers d ≤ 16mm .Lorsque l’armature travail à traction.Ø L L : longueur de recouvrement - L’armature à traction : l ≥ 250mm L’armature à compression : l ≥ 200mm forme de crochet .A L l = 30φ pour ronds lisses l = 20φ pour acier H.) b. les barres d’aciers doivent être cintrées de Ou bien : l = 30φ pour l’acier rond lisse l = 40φ pour l’acier H. etc. dalles.Pour les éléments disposés (placés horizontalement comme poutres.

ce qui n’est pas bon pour les armatures travaillant en compression. Les arrêts de ferraillage doivent être calcul é s pour que le travail soit continu et harmonisé. 2.4. mais le calcul s’avère plus complexe.5. 2.La densité des armatures dans des nœuds qui peut être telle qu’il soit nécessaire dans des cas extrêmes d’enquiller les barres à la masse.2.L’ordre de pose des barres qui peuvent être enchevêtrés. Sécurité Un certain nombre d’accidents mortels est arrivé. 2. ils se sont empalés. soit de charpenter les attentes. On recommande soit de ″crosser″ les attentes.Joint vis à vis Joint juxtaposition Joint de ronds aciers Joint chéneau 2. Organisation de la main d’œuvre Il peut être int é ressant de donner un emploi contenu aux ferraillages (ferrailleurs) sur un même ouvrage.3. suite à des chutes d’hommes sur des armatures verticales sur lesquelles. Il serait plus représentatif de rapporter le tonnage d’armature à la surface du parement qui lui correspond. On définit souvent les difficultés d’un ferraillage par le pourcentage du poids d’armature rapporté au volume du béton (tone par m3 ). Cette approche qui a l’avantage de la simplifié est loin d’être rigoureuse. Mise en place des armatures Les principales difficultés provienent de deux sources: . Préfabrication 131 . .

notamment en ce qui concerne la protection des armatures contre la corrision et le cas échéant. entre-elle. Calage des armatures La nature des cales et leur positionnement dans le béton doivent être compatible avec le comportement ultérieur de l’ouvrage. et calées sur le coffrage. en amiante-ciment. de coffrage et de bétonnage.6. Il se fait en général par l’imtermédiraie de cales en béton ou en mortier. Pose des armatures Les armatuires doivent être mises en place conformément aux dispositions définies dans les plans. On doit apporter une grande attention aux manutentions et levage des armatures surtout les attentes. en plastique ou en métal. lors de la mise en œuvre du béton. Les armatures doivent être arrimées. Disposition des cales en ouvrage Armature de construction Armature porteuse Coffrage de poutre Cale 132 . Les cales métalliques au contact direct des coffrages sont interdites. soit pour obtenir une harmonisation entre les travaux de l’armature. la résistance au feu. de manière à ne subir aucun déplacement ni aucun déformation notable.La préfabrication est employée soit pour obtenir de meilleurs rendements lorsque l’atelier de préfabrication permet un meilleur confort de travail. 2.

.Avant de bétonnage. . on doit attacher tous les croisement des armatures. on peut seulement changer le diamètre ou l’espèce des aciers si on adapte les conditions suivantes : Fa' = Fa .section de l’armature selon projet Fa' . Ra ' Ra Soit : Fa .Etriers Coffrage du poteau Armature du plancher Cale Armature Cale en béton Cale • Remarque : . . les armatures doivent être sans plaques de rouille ni calamine non adhérente et ne doivent pas comporter des traces.L’espacement (écartement) minimum des armatures doit être plus grand que la dimension maximale des granulats.section de l’armature à changer Ra . de terre ni de graisse.résictance de l’acier du projet 133 .Lorsque sur le chantier manque de l’espèce et diamètre de l’acier calculés.Pour assurer les armatures.

' Ra . Généralité Le béton est fabriqué dans une petite bétonnière sur chantier ou dans une centrale à béton installée ou non sur chantier ou en usine de préfabrication 134 .1.résictance de l’acier à changer Chapitre 3 FABRICATION ET MISE EN OEUVRE DU BETON Fabrication de béton La fabrication du béton comprend les phases suivantes : L’approvisionnement et le stockage des matières premières La manutention et le transport des granulats Le dosage des matières premières et le chargement du malaxeux Le malaxage du béton frais La vidange du malaxeux et le transport du béton frais 3.

le malaxage du mortier et des gros granulats s’effectue dans le camion malaxeur • Selon la configuration : Centrale de type vertical: lorsque les matières premières descendent depuis la partie supérieure des tours. le sable. le malaxeur a lieu dans le camion malxeur. les refgles de base suivantes doivent être respectées lors de la fabrication du béton : Le lieu de stockage des matières premières est aisément et rapidement accesible depuis une route et une voie d’eau Le lieu de stockage et l’installation de malaxage forment une toute ou sont proches l’un de l’autre de facon à réduire le desplacement des matières premières au minimum Lors de la fabrication sur chantier. Classificatin • Selon la méthode de fabrication utilisée : Centrale sans malaxeur: lorsque les matières premières sont uniquement desées et déversées dans un camion malxeur. il faut en outre tenir compte des espects suivants : L’espace disponable pour le stockage des matières premières est suffisant L’approvisionnement des matières premières ne perturbe pas l’avancement du chantier et vice-versa L’installation de malaxage est située à un endroit tel que tous les emplacements de bétonnage sont rapidement accesible avec les moyens de transport disponibles 3. il peut être avantageux de produire de béton dans une centrale que dessert les chantiers dans un rayon de 10 à 25km.d’ou le béton frais est déversé vers un mode de transport approprié Centrale mixte: lorsque le ciment. l’eau et les éventuels adjuvants et additions sont dosés et pré-malaxées dans un malaxeur fixe. 3.2. cette méthode moins appropriée est tres peu utilisée de nos jours.De matière générale. Centrales à béton Lorsque la place manque sur les chantiers pour installer la malaxage et les dépôts de matériaux (chantiers urbains). Centrale avec malaxeur: lorsque les matières premières ne sont pas uniquement pesées.1.2. le long des silos et des trémies peseuses. mais aussi mélangées dans un malxeur fixe. vers le 135 .

ce type de centrale est souvent utilisé lorsque la space disponible est limitée (par exemple: en ville) Centrale de type horizontal: lorsque les composants sont dosés l’un coote de l’autre et conduits par courroie transporteuse ou par benne d’alimentation vers le malaxeur.malxeur.2. • Selon le degré de mobilité Centrale fixe qui ne peut être placée et dont seuls certains éléments sont éventuellement récupérables. Schéma La figure illustre un schéma applicable à toute centrale à béton: Schéma d’une centrale à beton (applicable à toute centrale à béton) 2 1 2 3 1 5 6 7 8 4 136 .sous le simple effet de la gravité .2. 3. Centrale mobile équipée de roues permettant un déplacement sur route ou installé sur bateau ou déplacement sur eau.

5.1. Stockage des matières premières Manutention des granulats Alimentation des silos Distribution depuis les silos Dosage des matières premières Malaxage des béton frais Vidange du malaxeux Transport du béton frais Exemple d’une centrale verticale 137 . 7. 6. 8. 2. 3. 4.

Silo d'attente granulats 2. Vis à ciment 8. Elévateur à godets 3. Silos à ciment 7. Silos pour granulats 5. Goulotte rotative 4. Malaxeur 10. Trémie pesense des granulats 6. Goulotte de distribution du béton frais Exemple d’une centrale horizontale 138 .3 4 2 6 5 5 8 9 10 10 7 1. Trémis pesense du ciment 9.

3 Approvisionnement et stockage des matière premières 139 .B A A B 1 4 3 2 5 6 7 8 1 2 3 4 3.

tout contact à humidité doit être proscrit. électronique). totalement ou partiellement enterrés. bateau. Aprovisionnement L’approvisionnement de granulats peut s’effectuer par camion. bateau. Abri chemin de fer élévateur En vracs Camion.3. Silo chemin de fer air comprimé Le ciment est commercialisé en sacs de généralement 50kg ou en vrac. Les sacs sont utilisés sur les petits chantiers. le ciment blanc). b.2. Ces silos sont en acier ou en béton et surtout utilisées dans les centraux fixes de type horizontal. Granulats a.3.1 Ciment Le tableau indique la manière d’approvisionner et stocker le ciment: Conditionnement Mode de Manutention Lieu de stockage transport En sacs Camion. on utilise pour des qualité spéciales de de ciment (par ex. • Dosage en poids. Le ciment doit être bien protégé. Le dosage en poids s’efffectue différemment. Elévateur à godets. sur les chantiers plus importants. Le ciment non conditionné est principalement utilisé dans le centrale à béton et en usine de préfabrication. On distingue notamment: Stockage en tas séparés. par bateau ou exceptionellement par le chemin de fer. on distingue : 140 . Selon le type de centrale. grue. Manuelle. Il est généralement stocké dans des grands silos d’attente d’où il est transporté vers les silos de travail.3. registre donc la hauteur d’ouverture est ajustable et une petite courroie transporteuse à vitesse réglable. sur une surface en bois et stockage en étoile sur une aire bétonnée – En silos. 3. le degré d’automatisation et la méthode de pesage utilisé (mecanique. Stockage Les méthodes de stockage de granulats les plus fréquemment utilisées sont: – En tas à même sol (utilisée en petits chantiers mais est déconseillé) – En tas sur une aire aménagée. Les sacs doivent être stockés de façon telle que le ciment puisse être utilisé dans l’ordre d’arrivé.

Pour tous les pesages entièrement ou partiellement automatique. Adjuvants et additions Leur utilisation requiert certaines précautions surtout sur les petits chantiers où l’entrepreneur a tout intérêt à disposer de quantités emballées. où l’on pèse successivement les différents granulats dans une même trémie. utilisé le plus souvent pour des mélanges de composition uniforme et à consistance détérminée. qui dépend du teneur en eau effective (consistance) du béton frais.4.Le pesage séparé de chaque granulat. on uitilise la plupart du temps des installations de dosage automatique.Soit d’un réservoir à eau avec indicateur de niveau.  La mesure de l’énergie de malaxage absorbée. Pour une mesure correcte.Soit d’une installation de dosage complètement automatique où l’amenée d’eau dans un malaxeur contrôlée par :  La mesure de la résistance électrique du béton frais dans le malaxeur. La quantité d’eau à ajouter au mélange est celle totale de gâchage prévue. il faut contrôler régulièrement si la masse obtenue est exacte. Les adjuvants et les additions en liquides sont généralement dosés en volume.4. Dans les centrales à béton et usine de préfabrication. Eau La mesure du taux d’humidité des granulats permet de déterminer la quantité d’eau présente dans les granulats.. et ceux en poudre généralement en poids. donc si la balance est remise à zéro. 141 . dont la masse correspond à la quantité requise par mélange. . . diminué de la quantité d’eau contenue dans les granulats.Soit d’un réservoir à eau avec temporisateur réglé manuellement ou automatiquement selon le taux d’humidité des granulats dosés. 3.4. les installation sont pourvues : . et il faut toujours vérifier si les trémies peseuses sont entièrement vidées. .Soit d’un réservoir à eau avec compteur volumique. Le pesage cumulait.3. 3.

à son tour. de façon à obtenir un mélange homogène. Si des adjuvants hautement réducteur d’eau (adjuvants à action limités) sont ajoutés sur chantier.Le remplissage du malaxeur . ils doivent être dispersés dans une partie de l’eau de gâchage. Le malaxage des constituants doit être effectué dans une installation mécanique de malaxage et être poursuivi jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène. Le malaxage du béton frais Le malaxage du béton frais comporte les opérations suivantes : .Le malaxage . Si des adjuvants sont ajoutés en petites quantités.1. Le malaxeur est rempli en dirigeant l’orifice du tambour 142 .3. Malaxeur à production discontinue. Types de malaxeurs On distingue les types de malaxeur suivant a. le béton doit être re-mélangé jusqu’à ce que l’adjuvant en question soit totalement dispersé dans la gâchée et soit totalement effectif. la composition du béton frais ne peut plus être modifiée. pendant que le tambour tourne. Une fois sortie du malaxeur. le malaxage a lieu dans un tambour muni de palettes du côté interieur qui soulèvent le matériel à mélanger. doit enrober tous les granulats et également être répartie uniformément dans tout le mélange. cette dernière. le béton doit être malaxé de façon homogène avant leur addition.La vidange du malaxeur L’objectif du malaxage est de répartir le plus uniformément possible les matières dosées.  Bétonnière à tambour bacuslant.5. Le tambour tourne sur son axe et il est suspendu dans une construction qui bascule autour d’un axe horizontal.Après celle-ci. 3. chaqe particule de ciment devra être en contact avec l’eau pour pouvoir former la colle de ciment.5. L’orifice de ce bétonnière sert tant pour le remplissage que pour la vidange. Lors du malaxage. Ces malaxeurs peuvent être classés en 2 catégories :  Malaxeur à tambour Dans ces malaxeurs. jusqu’à ce qu’il redescende.

durant lequel le tambour reste en position de remplissage où est mis en position horizontale. Malaxeurs – agitateur 143 . Lors de la vidange. b.obliquement vers le haut. Dans ce type de malaxeur. on procède au malaxage. Le sens de rotation pour le remplissage et le malaxage est opposé à celui de la vidange. le tambour tourne généralement sur des rouleaux d’appui horizontaux. Après le remplissage. Bétonnière à tambour basculant  Le malaxeur à l’axe horizontal.étant entendu que celuici comprend un axe oblique un lieu d’horizontal et qu’il possède un seul orifice. Les petits modèles de ce type pour le malaxeur sont souvent utilisés sur chantier pour le malaxage du béton ou du mortier frais. Malaxeur Remplissage Vider Malaxeur à tambour à axe horizontal  Le camion malaxeur Il fait en principe esgalement partie de ce type de malaxeur. L’orifice de remplissage se trouve à l’arrière du tambour et l’orifice de vidange à l’avant. l’orifice du tambour est bien entendu incliné vers le bas. Il fontionne également selon le principe de la chute libre.

palet registre Malaxeur . Il existe des types de malaxeur – agitateur à cuve fixe et à cuve rotative (malaxeur à contre -courant). Les malaxeurs – agitateurs sont souvent utilisés dans les centrales à béton et les usines de produits en béton.et après ouverture du registre de vidange. La cuve est remplie d’en haut et est habituellement vidée via un registre situé dans le fond ou dans la paroi latéral de la cuve. Malaxeur – agitateur à axe horizontal Le malaxage s’effectue dans une cuve au moyen de palettes qui se déplacent indépendamment de cette dernière.agitateur à axe vertical c.le malaxage a lieu dans deux cuves accolées installées horizontalement. Le malaxeur est vidé par un orifice de vidange situé dans le fond. le béton frais est vidé de l’orifice par les palettes. Malaxeur à auge Dans ce type de malaxeurs. accompagné ou non d’une rotation de la cuve. 144 . Les matières premières sont malaxées par le mouvement rotatif des palettes. dans lesquelles deux arbres horizontaux munis de palettes tournent en sens inverses. Le mlaxage dans un malaxeur – agitateur est également appelé malaxage forcé.

il est particulèrement important de suivre les indications du constructeur du malaxeur. Malaxeurs à productiion continue Dans les malaxeurs à production continue qui sont sililaires aux malaxeurs à auge. En raison de la continuité du malaxage. b. Les malaxeurs à production continue sont presque exclusivement utilisés dans des processus de production spéciaux pour agglomérés de ciment. Si l’on veut obtenir un bon résultat. • La capacité totale de la cuve est son volume géométrique. • La capacité utile de la cuve correspond à la somme des volumes apparents le chacune des matières constituantes solides qui constituent le mélage maximal 145 . D’autre part. Degré de remplissage Il faut bien faire distinction entre le concepts de capacité utile et de capacité totale. le malaxage s’effectue dans une cylindrique installée horizontalement où des palettes tournent sur un arbre horizontal. Le remplissage est continu à une ex trémité du cylindre et le mélage sort de l’autre côté. le contenu est souvent restreint. Ordre d’introduction des matières premières Cette ordre joue un grand rôle. car des morceaux de béton.l’amenée simultanée des granulats dans le malaxeur (ou dans la benne d’alimentation) constitue déjà une sorte de pré-malaxage.2.Malaxeur à auge d. Le choix d’un mauvais ordre de dosage peut empêcher la formation d’un mé lange homogène. l’on n’introduira jamais le ciment en premier lieu afin d’éviter qu’il n’adhère aux paroi. 3.5. Les principes de base de malaxage a.

6 Mise en œuvre du béton Après la fabrication du béton vient sa mise en oeuvre. Durée de malaxage La durée de malaxage est le temps nécessaire à l’obtention d’un mélange homogène de béton frais. Les malaxeurs ne peuvent être remplis au-delà de leur capacité utile. De plus.3 Vidange du malaxeur La vidange du malaxeur ne peut provoquer aucune ségrégation (goulotte de distribution).granulats légers) 3. il est bon de rappeler que la somme des volumes apparents des constituants est largement supérieur au volume du bé ton durci (cette différence varie en fonction du type du béton) Le volume du béton durci est la somme des volumes absolus de tous les constituants du béton. du degré de pollution du malaxeur et d’usure des palettes. du mode d’introduction des matières premières dans les malaxeurs. Cette durée dépend du type de malaxeur. du dosage et de la granularité des granulats. 3. mais que l’usure des palettes doit être en outre être contrôlé régilièrement. La capacité utile varie selon le type de malaxeur entre 50 et 70% de la capacité totale de la cuve. de l’ouvrabili té du mélage. c. Les operations principales sont suivantes: + Le transport du béton de la central à béton jusqu'au point de déchargement sur chantier. Le béton frais est déversé vers un moyen de transport adéquat. Un entretien régulier de malaxeur est donc de rigueur. Une durée de malaxage trop courte donne lieu à une répartition irrégulière des constituants (mélange hétérogène). + Le transport du béton sur chantier. Une durée de malaxage trop longue donne également lieu à un mélange hétérogène et peut conduire à une certaine désintégration des constituants (par ex. 146 .5. de la nature. La durée idéale de malaxage doit être déterminée pour chaque malaxeur.pouvant être correctement malaxés en une gâchée. C’est-à-dire que non seulement il doit toujours être nettoyé après l’utilisation.

Grue . 3. Pendant le transport de béton additionné de fibres la cuve ne peut pas être tournée afin d'éviter les concentrations des fibres.6.Tapis transporteur .pompe avec fleche 147 .1 Transport du béton: a. Pendant le transport. Longs trajets: Les "longs" trajets comprennent les transports de béton sur des distances allant de quelques certaines de mètres à plusieurs kilomètres.  Camion malaxeur (Camion mixer) Le camion mixer est équipé d'une bétonnière rotative qui pendant le transport et avant le déchargement mélange convenablement les constituants du béton de manière à obtenir l'homogénéité. + La mise en place dans le coffrage. + Le compactage du béton. éventuellement par des techniques spéciales. Pour les bétons .faible teneur en ciment et d'une classe de consistance inférieure une vitesse de rotation lente est commandée. Les camions mixers peuvent parfois être équipés de dispositifs spéciaux pour le déchargement du béton tels que: .Pompe à béton Camion mixer Camion mixer . La vitesse de rotation du mixer peut être modifiée.+ Le contrôle du béton avant déchargement. la vitesse de rotation doit ểtre adaptée au type de béton. Les camions-mixers sont déconseillés pour le transport de mélanges sableciment.

Ceci est le cas par exemple pour les trains de bétonnage des revêtements routiers. Les trajets et les obstacles à vaincre déterminent les moyens à mettre en œuvre.6. Les camions bennes sont plus particulièrement destinés au transport de béton maigre. Du béton ordinaire transporté par camion benne doit être "re-mélangé" avant sa mise en œuvre. de sables stabilisés. 3.  148 . d'empierrements pour fondation. Les camions agitateurs sont déconseillés pour le transport par voie publique. Les camions agitateur ne sont pas recommandés pour les bétons très secs ou très fluides. Ils ne permettent pas l'obtention d'un mélange homogène après l'ajout d'adjuvants de fibres.  Camion benne Ce véhicule est équipé d'une benne sans système de malaxage ou d'agitation.  Pour les petits chantiers et moyens chantiers a. Mouvement de translation: On utilise: • Gamattes: sortes de civière en bois porté par deux hommes.2 Trajets courts Les trajets courts comprennent les transports de béton sur le chantier même entre bétonnière ou le mixer et le coffrage. Le déchargement s'effectue par le basculement de la benne ou par une vis sans fin.Camion agitateur Ce véhicule est équipé d'une cuve fixe pourvue d'un système de malaxage qui maintient l'homogénéité du mélange pendant le transport. Volumes moyen est de 20 litres. etc.

 Pour les chantiers importants a.Tour avec tapis roulants Tour métallique. Aérocables ou blondins Ces appareils sont très pratiques pour l'exécution des ouvrages comme: ponts.• Brouette: en bois ou en métallique pour le transport de petites quantités de béton sur des distances réduites. grues. supportant des tapis roulants orientables. viaducs. Le volume de brouette en bois est environ de 50l et 70l pour les brouettes en métallique. Rayon d’action jusqu’à 45m Débit horaire . cales de radoub. Mouvement d'élévation et de descente Utilisation de monte-charge. Verticales ou légèrement inclinées de 10 à 15m béton frais G oulotte vertical m obile b. • Wagonnet: V = 500l à 1000l. haubanée . la distribution du béton ne peut faire en chute libre que pour des hauteurs < 2m. écluses. sous peine de ségrégation des éléments. • Sauterelles b. déversant le béton dans une goulotte comme précédement. jusqu’à 60m3 Champ d’utilisation: pour l’exécution des barrages 149 . • Chariot basculant métallique sur deux roués V = 250l à 300l. etc. horizontaux ou inclinés jusqu’à 25o . Les bennes de capacité de 750l à 3000l se vidant par le fond ou par basculement au lieu de mise en oeuvre ou dans des goulottes. En descente. derricks.

Par exemple: grue de 3 à 30m de portée et de 30m à 60m de hauteur sous crochet.Grues – titans Pour les gros travaux comme : barrages . d. R= 45m) c.un manchon en caotchouc pour limiter la hauteur de chute dans le coffrage. Le cufa peut être pourvu d. Pour le transport de randes quantités de béton – béton de masse. etc. Pompe à béton : 150 . pose de blocs en mer. Le beston doit être sufisamment fluide pour assurer un déchargement sans pronblème. le cufa peut être remplacé par un grappin. La capacité de levage de la grue devra correspondre au poids total d’un cufa rempli de béton une capacité de levage ínuffíante ralentira le rythe de bétonnage.Contre-reventement Tour Haubans Trémie de réception Goulotte tapis roulant Béton R=45m Distribution par tapis roulants ( 60 m3 à l’heure. Le béton peut être transporté de la bétonnière ou du mixer au coffage à l’aide d’une grue et d’un cufa.

elles supporsent donc que les engins de levage habituels du chantier.hauteur d’élévation D. Les tuyaux peuvent avoir de 125 à 150 mm de diamètre et admettre agrégats ayant une grosseur élémentaire de l’ordre de la moitié du diamètre de la canalíation.la distance horizontale Débit: de 15 à 30 m3/h 151 . La pression de pompage se situe habituellement entre 50 à 80kg/cm2 • Les pompes fixes Ces installations comprenent une pompe à béton et une tuyaux fixe. Ces deux donnés dépendent d’une de l’autre par une relation approximative .un bras de distribution ( flèche) et d.une conduite de longueur limitée . les pompes à béton présentent la meilleure solution. et conviennent mieux pour des pompages sur de grandes distances ou dde grandes hauteurs. La combinaison mixer – pompe trouve aujourd’hui un important marché de p0lace ou la rentabilité à cause du volume limité de béton à couler.Pour le transport de plus grands volumes. telle que: 5H + D= 250 = rayon d’action Soit: H. La distance horizontale de transport maximum est de 200 m et la hauteur d’é lévation peut atteindre jusqu’à 40m. debeton et sur des distances plus importantes (jusqu’à plusieurs centaines centaines de mètres) et à des niveaux defférents. Les pompe à béton déversent le béton de manière pratiquement continue et facillement ainci le travail des hommes qui régularisent le remplissage de coffrage. Leur pression de pompage peut atteindre à 200 kg/cm2 . Elles ne peuvent être utilisées que pour le transport du béton . Elles sont habituellement pourvues d. • Les pompes mobiles Ces installations de pompage sont montées sir im châssis de camion ou sur un camion-mixer.

3. selon des règles convenues à l’avance en vue de vérifier qu’un lot défine 152 .H pour le parcours vẻtical Soit: f : le cofficient de frottement des matériaux dans les tuyaux H: hauteur d’élévation (m) D: distance horzontal (m) • Vitesse de déplacement du béton : 10m/min • Puissance nécessaire 8 à 50 CV pour distance de 1 à 30m • Les tuyaux ne doivent pas être fixés d’une manière rigide au coffage et échafaudages.24.il y a toujours lieu de contrôler si le bétons correspond avec le béton commande’ ( contrôle du béton de livraison) Un contrôle visual du béton permet ensuit de juger: .7.D.f pour le parcours horizontal P= 0.Alim entation Aspiration remplissage Refoulem ent Fonctionnem ent des pompes à piston Remarque: • Presstion au départ: P ( kg/m3) P= 0. Contrôle du béton avant le bétonnage 3.L’homogénéité du mélange .La correspondence de la dimension maximale des granulats Le contle de conformité comprend la combinaison des actions et des decisions à prendre .1.7. • Nécessité de nettoyer à chaque arrêt .14.La correspondence de la consistence ( si nécessaire faire le test au cône d’Abranis . afin de ne pas leur transmettre les chocs. Contrôle du béton Avant le bétonnage ou le déchargement du camion mixer.

l’échantillonnage . Mise en place du béton 3. Imposer en cas de bétonnage d’une paroi le remplissage par couches successive sur toute sa longueur. L’ajout de fibres dans un béton plus sec doit se faire pendant la fabrication en centrale 3. ce qui permet d’obtenir une repartition optimal dans la masse de béton . Surtout ne pas déplacer le béton à l’aide d’une aiguille vibrante d’un point central vers les côtés b.8. Ainsi le béton coulera dans le coffrage au lieu d’y tomber.presalablement est conforme aux spécifications .7. Dán un camion malaxeur.les tailles des lots et les critères de conformité sont conformes aux procedures décrites dans les Normes 3. sont ajoutés dans l’eau de gâchage du béton.voire même ouvrir le coffrage Déplacer les écarteurs et aussi diminuer le recouvrement des armatures Déplacer les armatures La hauteur de chute peut être diminuée en utilisant des goulottes.7. 3. en cas de bétonnage de colonnes. a.8.2 Ajout d’adjuvants: D’après les specifications de la norme.3. La règle dans ce cas pour que le mélange soit homogène est de malaxer 1 minute par m3 de béton. Il est souvent preferable de les ajouer sur chantier.le remplissage par couches successive qui seront vibrées une à une afin d’assurer un bon compactage du beston et une remontée de l’air occlus 153 . Limiter la chute libre du béton frais (1 mètre ) une hauteur de chute trop importante donne au béton frais une force dynamique qui peut: Provoquer la segregation Déformer . Desversement du béton dans un coffrage En déversement du béton dans un coffrage. les adjuvants qui sont ajoutés en petitequantités par rapport à la masse du ciment. Imposer également . seul un béton assez fluide permet une pépartition uniforme des fibres. le béton doit présenter une bonne homogénéité etune consistence appropriée . La verification. Ajouts de fibres Avant d’introduire les fibres.1.il faut veiller aux aspects suivants: a.

La segregation peut être évitée en conduisant le béton par une goulotte ouPar un tuyau avec entonnoir dans le coffrage lorsque la hauteur de chute du béton dépasse de 1m Brouette Entonnoir H> 1m En absence de goulotte ou de tuyau.c.ni même en escalier. En tous cas de bétonnage. la repartition du béton doit être commenced’une l’extrémité à l’autre afin d’éviter la circulation sur le béton frais exécuté recent d. Le rendement sera augmenté considérablement. le béton doit être versé au coffrage de haut à bas. e béton rebondira contre le coffrage et les armatures ceci peut provoquer la segregation et des nids de graviers Bétonnage par couches successives - Bétonnage en escalier Lorsque l’on verra qu’il n’est pas possible de bétonner par couches successive . En cas de bétonnage de plance. le temps de prise ne permettant pas à la couche en cour de realization d’être liée à la couche qui lui est inférieure on changera les hypothèses de travail par exemple: 154 .c’est obligatoire.

les arrêts sont placés exactement au lieu de L2/3 (I-I. les arrêts seront installésen dépendant de la direction d’exécution du béton.8. Par exemple: - Lorsque la direction de bétonnage sera parallèle à poutrelle → les arrêts seront installés sur les poutrelles. et un surdosage (mortier de repise) pourra être prévu lors du démarrage de la phase suivante: • Les arrêts dans structure Dalle Plancher Poutre III II III II II II II I II I I I I I Fondation • Les arrêts dans plancher Lorsqu’on réalise le bétonnage du plancher. La laitance (pour faciliter le décofrage) devra être retirés de la surface de reprise. II-II) 155 . on divise la poutrelle en 3 parties.les arrêts sont placés dans la partie centrale. Arrêt de bétonnage Les arrêt du bétonnage doivent être soit préscisés sur le plan d’exécution.  En augmentation les cadences de bestonnage avec du matériel Plus puissant En mettant un retardateur de prise 3. Les arrêts sont placés dans des sections où les efforts sont les plus faibles. mais en réalité. Dans ce cas. soit soumise à l’avis de l’ingénieur d’étude.2. La reprise peut être coffrée par un “grillage” qui sera ensuite retiré.

les arrêts sont installés en 2 parties centrales. Zones des arrêts Poutrelles L1 L1/4 L1/4 L1 L1/4 L1/4 L2 L2 L2 L2 L2 .3. les arrêts seront installés sur les poutres. On divise la poutre en 4 parties. La division doit être répondue la condition suivante: Vmax − Vmin .Zone d’exécution Le plancher sera divisé en quelques zones d’exécution de bétonnage par les arrêts.Zones des arrêts Poutrelles Poutres L2/3 L2/3 L2/3 L2 L2 L2 .100 ≤ 25% Vmin Soit: Vmax – volume du béton de la zone plus grande Vmin – volume du béton de la zone plus petite 3.Lorsque la direction de bétonnage sera perpendiculaire à poutrelle. Serrage 156 L1 L1 . la meilleure solution sera en I – I. II – II.8.

Du béton fraîchement coulé contient entre 15 et 20% d’air occlus. il faut vaincre toutes les forces existantes (force de frottement aux points de contact. Principe et méthode de vibration La vibration fait perdre sa cohésion au mélange et diminue sa viscosité. Un béton durci dans cet état serait très poreux. centrifuger.Par augmentation de la pression: comprimer. Les méthodes applicables sont classées en deux groupes: . Si l’on veut permette à l’aire de s’échapper et combler tous les vides. La surface du béton après décoffrage sera par ailleurs moins uniforme.8. Le béton ne remplira pas peut-être complètement les coins et le recouvertement des armature risquent d’être insuffisant.Suppression ou diminution du frottement par un effet dynamique: vibrer.4. en même temps la surface du béton va “se mettre à l’horizontal” 2 157 . ce qui aurait une influence néfaste sur sa résistance et sa durabilité. La vibration a.les forces de cohésion entre les particules et les forces capollaires) ce qui nécessite une énergie. On y observera des trous et des cavités. secouer . On a établi la formule suivante:   Vc f 'c = k    Vc + Ve + Va  Où: f’c = la résistance à la compression Vc = le volume absolu du ciment Ve = le volume absolu d’eau Va = le volume absolu d’air k = une constante On voit qu’une augementation de la teneur en air diminue donc proportionnellement (et au carré) à la résistance à la compression. elle a pour conséquence: . laminer 3.Transformer le mélange en un psedo-liquide permettant au béton de pénétrer dans l’enchevêtrement des ferraillages et dans les recoins du coffrage.

puis le mortier et l’eau en surface.. descendre les gros cailloux par l’effet de pression d’Archimède. fin de dégagement de balles apparition de laitance --> laitance plus mortier Béton non vibré Béton vibré Béton trop vibré (Ségrégation) b.Cependant l’électrique est de plus en plus répandu car plus fiable.et les aiguilles pneumatiques coûtant moins cher à l’achat que les aiguilles électriques. Matériel de vibration  Aiguille vibrantes sont constituées d’un cylindre à inférieur duquel tourne un excentrique L’entraînement peut être:  Mécanique en câble métallique dans un flexible transmet la rotation impulsée par un moteur à l’excentrique. L’air libérant est emplacement de mélange devient plus compact.  • - Caractéristiques de l’aiguille Diamètre:de 25 mm à choisir en fonction De la dimension des mailles de ferraillage Des cadences de bétonnage De la dimension de plus gros grains du béton Diamètre de l’aiguille Où? Quand? Grains le plus gros (dimension en mm) 158 .  Pneumatique :un tuyau flexibe conduit un flux d’air comprimé d’une turbine située dans l’aiguille  Electrique: un moteur est placé dans l’aiguille Ces deux dernières techniques sont les plus couramment employées.Faire remonter les bulles d’air d’abord.les chantiers étant systématiquement équipés de réseau d’air comprimé. L’investissement “pneumatique” est moins cher que l’électricité.

seront données dans le tableau suivant Ouvrabilité Classe de Affaissement consistance ( Cône Abrams) (en cm) Ferme 0÷4 Plastique 5÷8 Durée de plongée de l’aiguille (minute) 1 a 2 minutes 20 secondes Type d’ouvrages Béton de propreté Gros béton de fondation Structure béton armé Semelle.Gravions petits ou 25mm moyens(16mm) Gravillons 35-45mm gros(25mm).5÷10) D • Durée de plongée: Les durées de plongé de l’aiguille varient avec la consistance du béton.2m d’épaisseur • Rayon d’action On admet que le rayon d’action d’une aiguille est égal à 5 jusqu’à 10 fois environ son diamètre Ф: r0=(5÷10)D Soit : D-diamètre de l’aiguille r0-rayon d’action La distance entre l’introduction successive de l’aiguilles a sera: A=1.voiles de 20 a 50cm d’épaisseur Béton de masse:fondation.petits cailloux(31.ferraillage dense Ouvrages courants.5mm) 45-55mm 70 à 100 mm 100 à 200 mm 60-100mm 100-200mm éprouvettes.5.noeuds de ferraillage très dense Ouvrages de petites dimensions.poteaux.voile de 60 à 80 cm d’épaisseur Béton de très grande masse:barrages et de très gros massifs: voile de 1 a 1. r0 C’est-à-dire: a = (7.5mm) Petits cailloux (31.poutres 159 .

L’aiguille doit être retirée quand la surface du béton commence à réduire. pieux .dallages Fondation coulée à 5 secondes pleine fouille.par son poids propre. Il faut faire descendre l’aiguille jusqu’à10cm de profondeur dans la couche précédente. L’utilisation de l’aiguille .La durée de remontée de l’aiguille doit être telle que le trou laissé par l’aiguille puisse se refermer complètement.Très plastique 10÷15 Fluide ≥16 . .On laisse l’aiguille vibrante s’enfoncer verticalement ( ou presque verticalement) dans le béton pour éviter une ségrégation.l’aiguille descend dans le béton et tant qu’en sortant l’aiguille. voiles de faible épaisseur Parois moulées Pas de vibration c.il faut limiter le temps de vibration. dalles . Couche fraîcherment coulée Sens de vibration 30-50cm 10cm Couche antérieure compactée . .La longueur de l’aiguille et l’épaisseur des couches de béton à vibrer doivent correspondre. Le compactage du béton coulé sur un plan incliné doit se faire en commençant par le bas.Le béton peut être vibré tant que .Une aiguille vibrante ne sert pas à déplacer le béton horizontalement.voiles.le trou se referme aisément. 160 .

Ce procédé est donc adapté au serrage d’élément de constructions hautes et à parois fines (parois.Les coffrages en acier.Le mélange du béton frais avec le béton précédemment coulé doit éviter autant que possible les joints de reprise (la ligne de séparation entre les deux couches est appelée “joint de reprise”) d.En cas de contact .Cette méthode n’est intéressante que dans les cas où la somme des sphères d’influence des parois mises en vibration est plus grand que l’épaisseur de la couches de béton frais se truant entre ces parois.colonnes.On doit laisser une distance suffisante entre aiguille et le coffrage afin d’éviter . Vibrateurs de coffrage Les vibrateurs de coffrage sont installés à l’intérieur de coffrage.par contre peuvent être vibrés à haute fréquence.Les coffrages sont fixés à la table vibrante(une plaque horizontale rigide)qui est mise en vibration par un moteur vibrant.une éventuelle vibration du coffrage.les armatures vont propager les vibrations vers les bétons déjà compactés.de sa construction et de la consitance du béton:ces paramètres doivent donc être déterminés expérimentalement. Tables vibrantes La table vibrante est principalement utilisée dans l’industrie des produits en béton.l’adhérence béton-acier peut être perturbé.surtout si la vibration est complétée par une compresstion..Les vibrations sont transmises successivement au coffrage et au béton.Les vibrateurs disponibles sur le marché sont aussi bien électriques.éventuellement visibles dans la surface décoffrée. e.Les vibrateurs doivent être fermement arrimés au coffrage de préférence aux raidisseurs. .Les armatures ou autres éléments noyés ne peuvent être touchés par l’aiguille .poutres) qui sont difficiles à vibrer autrement. Le moteur vibrant à utiliser et les distances à respecter dépendent du matériau de coffrage. .autant que possible.pneumatiques ou mécaniques.Autre conséquence. Les coffrages en bas sont mieux vibrés à basse fréquence car l’amortissement interne augmente fortement avec les fréquences croissantes.Vibreur de surface 161 . f.Cette méthode de serage permet la mise en oeuvre de béton très sec.

Serrage par compression La compression introduit l’énergie de serrage à la surface du béton frais.8. Cette méthode de serrage est utilisée pour la production d’éléments ronds et creux tels les tuyaux. La pression peut aussi bien s’exercer à l’intérieur du béton.lors des laninages un déplacement du béton par rapport à l’engin de serrage ou viceversa.etc. des hourdis en béton précontraint.Contrairement à cette dernière méthode où la machine et le béton bougent à peine l’un par rapport à l’autre. Prenons un moule donné(par exemple circulaire) rempli partiellement de béton. Cette méthode va souvent de par avec une mise en vibration préalable ou simultanée. 3. Si on impose une rotation au moule.Delà.elle va propager progressivement dans l’ensemble de la mise du béton. 3. par un rouleau ou un piston par exemple qu’à l’intérieur même de la masse.8.L’amblitude doit être suffisante pour garantir une efficacité en profondeur.Centrifugation. 3.les routes.7.5.de petits élements peu épais tells les tuiles. La centrifugation est une des méthodes dans lesquelles l’énergie de serrage de extérieur sur la masse de béton.Ces vibreurs sont intéressants pour le serrage de construction mince et horizontale telles les dalles de béton.Le poids de la poutre (ou de la plaque) vibrante. Il est clair que ce procédé de 162 .etc. Les granulats ne peuvent être poreux car l’eau s’introduit dans les pores lors de la compression et les quittes lors de la diminution de pression en formant autour des grains un film qui nuit à l’adhérence du mortier.8.le mélange va se comprimer et se compacter le long de la paroi sous l’effet de la force centrifuge. -L’expulsion de l’eau excédentaire. il y a. par une vis hélicoïdale.le moteur vibrant et le nombre de vibration à appoter par unité de longueur au béton à serrer son autant d’autres paramètres déterminants.Serrage par laminage(aplatissement) Le laminage est une variante du serrage par pression. La force centrifuge remplit un double rôle: -Le serrage du béton.6.Le béton frais doit contenir suffisamment d’éléments fins pour faciliter le mouvement des granulats dans la masse.

serrage n’est utilisable qu’en usine. Il est surtout adapté à la fabrication de longs éléments creux à section circulaire ou polygonale tells les tuyaux,les poteaux d’éclairage,etc. 3.9. Cure et protection du béton. Pour que le béton obtienne les propriétés escomptées,une bonne cure et protection du béton frais sont nécessaires.Cette cure et protection doivent débuter aussi rapidement que possible après le serrage du béton frais. La cure du béton frais est une mesure de protection contre le dessèchement prématuré du béton jeune. La cure est indispensable, en particulier, par temps chaud et venteux. La protection après bétonage du béton frais est une mesure de précaution pour prévenir les dégâts du béton. Durant la pris, le béton doit être protégé contre délavement par la pluie et un ruissellement d’eau. Durant la phase de durcissement, il est nécessaire que le béton soit à l’abri des basses températures. 3.9.1.Protection du béton jeune contre le dessèchement a. Evaporation de l’eau à la surface du béton. La vitesse d’évaporation de l’eau à la surface du béton est principalement dépendante des conditions environnementales mais aussi de la température du béton frais. Ces facteurs différent agissent des manières suivantes: −

L’humidité relative de l’air: plus l’air est sec, plus le dessèchement est rapide.

La température de l’air: la température de l’air est étroitement liée à son humidité, une augmentation de température de 100C correspond à une baisse de 50 % de l’humidité relative. − L’ensoleillement: l’ensoleillement conduit à un échauffement de la surface du béton et à une augmentation de la tension vapeur de la couche d’air juste à la surface du béton, ce qui entraine une augmentation de la vitesse d’évaporation. − Le vent: le vent intervient dans le processus de dessèchement en ce sens qu’il amène aconstamment de l’air nouveau et plus sec à la surface humide du béton. Plus le vent est fort, plus de dessèchement est dont rapide.

163

− La température: plus élevée la température du béton, plus haute est tension de vapeur de la couche d’air juste à la surface du béton et plus grande par conséquent est à vitesse d’évaporation. b.Infuence néfaste du dessèchement du béton Le dessèchement conduit à deux sortes de pertubations : – La pulvérulence de surface due à l’arrêt de l’hydralation à la surface – La formation de fissures causées par le retrait plastique et le retrait hydraulique précise. 3.9.2 Méthodes de cure Pour empêcher l’eau de s’évaporer hors du béton prématurément, une cure efficace doit être exécutée. Le principe de la cure est l’isolement du béton des facteurs atmostphériques. Les méthodes pricipales de cure sont : - Laisser le coffrage en place - Recouvrir par des bâches plastique ou des panneaux de recouvrement - Mettre en place des couches humides(sables, jute..) - Pulvériser l’eau ou placer sous eau. - Appliquer des produits de cure formant des membranes de protection Ces méthodes peuvent être appliquées iso ément ou en combinaison, En tout cas, la cure doit débuter aussi tôt que possible. Il est aussi nécessaire de décider la méthode de cure avant le début du travail sur chantier. a.Laisser le coffrage en plac. Laisser le coffrage en place est en général une méthode de cure suiffisante. Comme matériaux, on rencontre le bois, l’acier, les plastiques. Les éléments en bois et les panneaux sans recouvrement doivent être humidifiés avant la coulée du béton et doivent être maintenus humides dans des conditions fortement desséchantes. b.Recouvrir par des bâches plastique ou des panneaux de recouvrement En utilisant des bâches plastiques et des panneaux de recouvrement, il est possible de recouvrir toute la surface. Il faut toutefois veiller à ce qu’il n’y ait pas de courrants d’air entre le béton et la bâche.À cause de cet effet dénommé ‘effet

164

cheminée’, on peut avoir un dessèchement accéléré. Les bordes des bandes des bâches doivent se superposer complétement de sorte que l’air peut passer sous ce matériau. c.Mettre en place des couches humides Toute la surface est recouverte de matériaux conservant l’humidité, maintenus humides en continue par pulvérisation. Il faut éviter que les matériaux ne puissent s’envoler. Comme matériaux on utilise le sable, le jute et des nattes. Un recouvrement avec du sable doit avoir une épaisseur d’au moins 25mm. Les matériaux ne peuvent contenir aucune matière qui attaque la surface du béton ou qui a une influence négative sur le durcissement de la surface du béton. d. Cure avec de l’eau. La cure avec de l’eau peut être effectuée par la pulvérisation constante d’eau à la surface ou au moyen de la mise sous eau de surfaces horizontales. On doit veiller à ce que la surface du béton soit compèletement et en permanence humide. Pour la pulvérisation, on doit faire attention que les gouttes d’eau ne soient pas trop grosses pour éviter qu’elles marquent des revêtements lors de leur chute sur la surface du béton frais. En général, des processus de cure ou l’eau est ajoutée conduisent à une stucture du béton plus fermée que celles où empêche de dessèchement du béton. On doit éviter que les surfaces de béton chaudes soient brusquement refroidies par la pulvérisation d’eau lors de la pulvérisation d’eau à la surface, on doit surtout éviter durant la phase de prise que la surface soit endommagée. e.Application des produits de cure. Ceux-ci sont des résines répandues par pulvérisation à la surface du béton et qui forment un film continu d’une épaisseur suiffisante pour empêcher l’évaporation de l’eau. Le produit doit être réparti très finement et former une brume qui se pose sur la surface du béton frais sans pénétrer. Les produits de cure ne peuvent pas former de tâche ou exérocher le saleté dur la surface du béron. 3.9.3. Durée de la cure La durée de cure requise dépend du temps nécessaire pour atteindre une certaine perméabilité. Ceci est également en rapport avec le dévelopempent de la résistance du béton et les exigences de durabilité posée. La durée de la cure est aussi

165

Les constraintes qui seront produits lors du décoffrage ou dudécintrement . la température du béton. les conditions climatiques de durcissement.10. la résistance du béton durci peut être mesurée ou on peut prendre garde durant un certain temps d’attente. Les recouvrements doivent se superposer afin que l’eau ne puisse s’écouler sous ceux-ci. il ne peut apparaître de ventilation sous le recouvrement. Certains produits de cure peuvent former également une protection suiffisante contre la pluie.La nécessité de laisser certaines étançons pour réduire les déformations dues au fluage ou d’assurer la stabilité pendant la phase de construction. le facteur eau-ciment.Le moment du décoffrage 3.Les conditions climatiques de l’environnement et les mesures qui seront prises pour protéger le béton après le décoffrage. Ceci a pour conséquence que la surface est riche en graviers et peu plane.1. Pour les contraites lors du décoffrage.dépendante d’un grand nombre de facteurs : la sorte de ciment utilisé et sa classe. puisqu’il constitue la partie principale de la charge .Aux charges suite aux éventuels appuis momentanés lors du décoffrage Pour déterminer le moment de décoffrage. Protection du béton frais contre la pluie Le danger de dégât dû à la pluie existe dans les premières heures jusqu’à un jour après le bétonnage.À la charge suite à l’étançonnement sur des étages supérieures .Généralité Le moment où le coffrage et les appuis peuvent être enlevés est défini en fonction des critères suivants : . 3. .La résistance du béton lors du décoffrage . 3.9. on doit faire spécialement attention : . Le ciment à la surface supérieure est délavé par forte pluie.La mesure de la résistance en compression du béton dans un élément de construction est un 166 . Avec des haussés. l’exposition ultérieure du béton En général. la durée de cure varie de 5 à 10 jours. Les films secs de ces produits de cure peuvent résister à la chute de grosses gouttes de pluie. Le décoffrage. Des recouvrements simples sans moyens d’isolation supplémentaire suiffisent pour prévenir les dommages de surface par la pluie.Au poids du béton.10.4.

10.Pour les dalles et les poutres de portée supérieure à 8 mètres : 21 jours Cas particulier L’enlèvement du coffrage et le décintrement sont effectués sans chocs et par des efforts statiques. nécessité de faire des essais de résistance du béton b. Recommandation En l’absence de données plus détaillées. on peut décoffrer.Des essais non destructifs 3. L’influence de l’âge du béton au moment de sa mise en charge sur les déformations ne peut en effet pas être négligé. Remarques a. La résistance en compression est. on peut entre autres avoir recours à: . Plus la mise en charge est différée. en tenant compte d’autres critères liés au décoffrage.3. C’est principal pour les éléments non porteurs qu’il peut arriver que déjà tôt dans la phase de durcissement. Pour des ouvrages spéciaux. prolonger le délai de décoffrage 167 .Il est vrai. Pour juger de cette résistance.problème séparé.La méthode de la maturité pondérée . ces parties doivent être enlevées aussi tôt que possible. 3.Pour coffrages d’elément non porteur : 2jours - Pour dalles de portée de moins de 2 mètres: 5 jours (quand σ b = 50%[σ b ] ) Pour poutres de portée inférieure à 8 mètres : 8jours (quand σ b = 70%[σ b ] ) Pour dalles de portée comprise entre 2÷6 mètres: 8jours (quand σ b = 70%[σ b ] ) .2. Si le décoffrage présente des coins saillants tournés vers l’intérieure.La détermination de la résistance en compression des cubes de chantier . L’attention est attirée sur l’incidence de l’âge du béton au moment de la mise en charge sur les déformations initiales et différées (fluage) de la construction. les périodes minimales suivantes sont recommandées : . plus c’est favorable pour le fluage. suiffisante au point de la stabilité et des déformations. Au cas de gel. mais un traitement brutal pendant le décoffrage peut conduire à des dégâts dans le béton.10.

le coffrage doit être nettoyé soigneusement et remis en état et sera classé par longueurs et categories.il est prudent de conserver quelques étais de secours sous les poutres et les hourdis. 168 .c. le délai peut être doublé d. Pendant le décoffrage . Après le décoffrage et avant de réemploi . Dans le cas de poutres ou d’élément de grande portées. On disposera ces étais comme suite: • Poutres : des étais au milieu de la portée • Hourdis: des étais tous les 6m ( si leur portée est supérieure que 3 m) e.

169 .

170 .

171 .

172 .

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->