Vous êtes sur la page 1sur 2

@ Dpt Lgal

Collection : Je tHaisme

Encorps

La larme & la R se

Alors que je me voyais dans ton marbre. Alors que je me sentais vers la racine, loin des feuilles de ton arbre. Alors que je me voyais parmi tes couleurs, loin des peintures belltres, Je croyais quon saimait avec douceur et sans sabre.

Ctait bien la foi dune fleur fade Dune abeille qui na plus quune seule aile malade Dun papillon qui perdu le sens de la ballade Et dune petite fille fltrie qui par une encre noire, svade.

Ce que jespre et qui me froisse, Lespoir que je respire et qui prend les airs de poisse, Dessinent une veine obstrue et nourrie dangoisse Dans un cur froid, hant de penses qui coassent.

Il me reste la ruelle que jarpente quand le vent souffle, Les larmes qui coulent quand mon cur sessouffle, La nostalgie qui me souille et que mon corps camoufle, Toutes les roses que je te garde et dont le secret mpoustoufle.

Arielle Kitio

@ Dpt Lgal

Collection : Je tHaisme

Encorps

Le sel de la solitude, Le poivre de lincertitude, Les pices de la lassitude, Sont les gots dont je prends inluctablement lhabitude Maintenant que les jolis sentiments me laissent et menvoient paitre, Dans la citadelle de lenvie et du mal-tre.

La paix que jimplore dans mon tre, Et ton amour que jattends dune dvotion traitre Ont quitts ce visage que jadore, Ont brls dans ces regards qui me dvorent, Et meurent dans le doute que ton silence corrobore Sous ma peau qui dsormais respire sans pore.

Milles fois pardon, si une fois encore mes doigts osent Pardon, pour ces dires sans forme, comme une abjecte prose Cest elle, la pupille de lamour que je consomme sans cadence, ni dose Cest elle, que je caresse quand je ne taime plus qu travers la larme et la r se

Arielle Kitio