P. 1
Fondations Profondes Dimensionnement et conception d'un programme de calcul

Fondations Profondes Dimensionnement et conception d'un programme de calcul

|Views: 1,009|Likes:
Publié parLOTFI MERABET

More info:

Published by: LOTFI MERABET on Aug 16, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial
Tarif : $4.99 Buy Now

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
See more
See less

08/06/2013

$4.99

USD

pdf

text

original

REPUBLIQUE DUSENEGAL.

UNIVERSITE CllEIKH ANTA DIOP DE DAKAR.
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE.
Centre de THIES.
DEPARTEMENT GENIE CIVIL.
PROJET DE FIN D'ETUDES.
EN VUE DE L'OBTENTION DU DIPLOME D'INGENIEUR DE CONCEPTION.
Titre:
« Fondations Profondes -
Dimensionnement et conception d'un
programme de calcul. »
Auteur D. Gildas Sleeve MONTCHO
Directeur: Professeur Ibrahima Khalil CISSE
Juillet 2005
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
DEDICACES.
=_"'---- .0..
Je rends grâce à Dieu et dédie ce travail:
l, À mon père, pour ta disponibilité et tes précieux conseils.
01 À ma mère, pour son soutien maternel inconditionnel.
-è, À mes frère et sœur, sur qui j'ai toujours pu compter.
,1 À eelle qui partage mes joies et peines.
l: À toute la promotion 2004-2005 de l'ESP T h i è ~ .
.1 À tous les enseignants qui ont contribué à ma formation.
l: À tous ceux qui me sont chers.
GiidaJ MONTCUQ· Projet defiJl d'';'"des Juille/1U()J - "sr Thies
Fondations pr!f.0ndes - Dimenstonnement et conception d'un programme de calcul.
REMERCIEMENTS.
Nous exprimons nos sincères remcreiements à toutes les personnes qui, de près ou de
loin, de par leurs aeres ou leurs conseils, ont contribue <i la réalisation de ee projet.
Nous tenons à rernereier en partieulier :
);> Notre Dirceteur interne, M. Ibrahimu Khalil CISSE, Professeur de géotechnique des
universités au département génie eivil de l'Ecole Supérieure Polytechnique dt: Thiès
pour sa grande disponibilité et ses conseils avisés.
);> M. Ismaûa GUEYE, Doeteur en Mécanique des sols, professeur à l'EŒR de
Ouagadougou, pour sa disponibilité et sa promptitude à nous fournir des indications
importantes.
);> Tout le corps professoral de l'Ecole Supérieure Polytechnique de Thiès.
};> Toute la promotion 2 0 0 4 ~ 2 0 0 5 de l'ESP Thiès et tous ceux qui nous ont soutenu,
conseillé et encouragé tout au long de ee projet de fln d'études.
Nous vous réitérons notre profonde gratitude.
H
Fonda/ions profondes ~ Dtmcnsionnemem et conception d'un programme de calcul.
SOMMAIRE.
Vu l'importance que revêt le calcul de la capacité portante d'un sol dans la stabilité
d'un ouvrage, l'inadéquation des fondations superficielles pour les ouvrages sur certains types
de sols et la rareté des programmes de ealcul de fondations profondes, ce projet de fin
d'études s'est donné pour but l'étude des fondations profondes, leurs différentes méthodes de
dimensionnement eL la eonception d'un programme de calcul.
Les différentes méthodes de dimensionnement des fondations profondes présentées sont
basées sur la détenninatiou Je la pression limite.
On peut classer les foudations profondes en deux groupes, les pieux: battus et les pieux forés.
La capacité portante des pieux battus peut être caleulée par plusieurs formules mais
nous en avons présenté deux:
};> la formule des Hollandais,
};> la formule de Crandall.
Pour le calcul de la capacité portante des pieux forés, nous nous sommes intéressés à :
};> la méthode statique (C- rp), à partir des essais au laboratoire,
};> la méthode au pénétromètre,
};> la méthode au presslomètre Ménard.
Les pieux étant généralement battus ou forés par groupe, l'effet de groupe est un
phénomène important qui a été pris en compte dans la présente étude.
Les dispositions constructives à respecter pour une bonne conception et exécution des
fondations profondes ont été présentées.
Le programme de calcul a été conçu en langage CH (Borland C++ Builder) et fonctionne
sous le système d'exploitation WINDOWS. Il permet de calculer la capacité portante d'une
fondation profonde en sol supposé homogène en entrant les données requises au clavier.
Mots cie: capacite portante, frottement lateral, frottement négatif, pression limite, groupe de
pieux, pieux inclinés.
Gildas MONTCHO - Projet deJin d'études juil/el 2005 ES? Thiès: ji i
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
TABLE DES MATIERES.
DEDICACES 1
REMERCIEMENTS 11
SOMMAIRE ,...................................................................... . 111
TABLE DES MATIERES iv
LISTE DES ANNEXES vii
LISTE DES FIGURES......................................................... viii
LISTE DES TABLEAUX. viii
LISTE DES ABREVIATIONS X
LISTE DES UNITES ET SY'dBOLF.S XI
INTRODUCTION 1
CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LES FONDATIONS.
1 . DEFINITION ' 2
11- TYPES DE fONDATIONS - fOI'DATIONS SUPERFICIELLES 2
l ~ Les fondations superficielles - Définition ,................... 2
2 - Notion de capacité portante et de tassement. , 3
3 - Méthodes de calcul de la capacité portante , 4
3-1 - La méthode calcul «C-qI » _ 4
3-2 - La méthode du pénétromètre dynamique , 6
3-3 - La méthode du pressiomètrc Ménard 8
3-3-1 - Calcul de la pression limite ql- 8
3-3-2 - Capacite portante des fondations qd sous charge verticale centrée 10
CHAPITRE 2: DIMENSIONNEMENT DES FONDATIONS PROFONDES.
1- GENERALITES SUR LES fONDATIONS PROFONDES !!
1 - Definition _ 11
2 -lypologie des pieux _ 13
2-1- Pieux préfabriqués en béton armé , 14
2-2 - Pieux exécutes in situ. . 14
3 - Classification des pieux selon Tcrzaghi et méthodes de calcul des pieux. __ 14
3-1 - Pieux flottants dans un sol à gros grains, très perméable 14
3-2 - Pieux flottants dans un sol à grains fins de faible perméabilité 15
3-3 - Pieux chargés en pointe. .._ 15
4 ~ Notion de ligne de rupture el fonctionnement d'un pieu 15
11- CALCUL DE LA CAPACITE PORTANTE DES fONDATIONS PROfONDES 17
1- Formules de battage , 18
1-1- Généralités _ 18
1-2- Formule des Hollandais , 19
J-3 - Formule de Crondalï. .. 19
2 - Détermination de 1<1 charge portante par les fonnules statiques 19
2-1 - Expression générale de la force portante QI 20
2-1-) - Pression limite 1.:( résistance limite :mus la pointe. ... 20
2-1-2 - Frottement latcral.. . 22
3 - Calcul de la charge portante QI il. partir de l'essai au pressiomètrc. __ 24
Fondations profondes - Dimensionnemeru et conception d'un programme de calcul:
3-\ - Contrainte limite de pointe qpet résistanee limite de pointe Qp 24
3-2 - Frottement latéral Qr _ 26
4 - Caleul de la eharge portante QI à partir de l'essai au pénétromètre 27
4-\ - Contrainte limite qp sous la pointe. . 28
4-2 - Frottement latéral unitaire limite, 30
5 - Charge admissible nette Qad d'un pieu fore 30
6 - Pieux sollicités en eompression ou en traction 31
7 - Tassement d'un pieu isolé 32
lll- GROUPE DE PIEUX 33
1 - Comportement d'un groupe de pieux 33
2 - Sécurité vis-à-vis de la rupture du groupe de pieux: 35
3 - Tassement d'un groupe de pieux 35
IV- FROTTEMENT NEGATIF SUR LES PIEUX 38
l - Description du phénomène 38
2 - Méthode de calcul. 39
2-1 - Valeur maximale du frottement négatif. 39
2-2 - Description et prise en compte du phénomène d'accrochage 39
2-3 - Application pratique 41
2-3·J-ValeursdeK·tano _ 41
2-3-2 - Cas particuliers 42
2-3-3 - Détermination de la position du point neutre 42
2-3-4 - Choix de la méthode _...... . 42
3 - Frottement négatif sur les pieux d'un groupe 42
V- EFFORTS HORIZONTAUX ET PIEUX INCLINES 44
l - Pieux exécutés en place 45
2 - Pieux battus , 45
VI- JUSTIFICATIONS ET DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 47
1- Capacité portante ou force portante 47
1~ 1 - Force portante limite QI 47
l ~ 2 - Force portante admissible 47
2 - Type de pieux , 47
J - Dimensions et inclinaison ' 4&
3-1- Diamètre , 48
3 ~ 2 - Longueur 4&
J·3 Inclinaison , 48
4 - Disposition en plan d'un groupe de pieux 48
5 - Démarche il suivre pour une étude de fondations profondes .49
CHAPITRE J : PROGRAMME DE CALCUL FONDPRO.
1- PRESENTATION DU PROGRAMME FONDPRO.................. . 50
u- MANUEL D'UTILISATION 51
1 - Aperçu du programme FondPro 1.0 51
2 - Méthode de Crandall et Méthode des Hollandais. 52
3 - Méthode Ccphi 52
III - QUELQUES EXEMPLES TRAITES. . 54
l - Calcul du Frottement négatif sur un pieu 54
2 - Calcul de la charge admissible nette d'uu pieu. .. 54
2 ~ 1 - Terme de pointe __ .. , 55
GiJ1".r MONTCHO - Prnjr'! do fill ri 'èuJes juillel ]005 ESP Thiès_
v
Fondations profondes - er conception d'un programme de calcul.
2-1-I-Méthode 1 55
2-\-2 - Méthode 2 55
2-2 - Terme de frottement. 56
2-3 - Force portante du pieu isolé 56
2-4 - Force portante du groupe de pieux 56
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS 58
BIBLIOGRAPHIE 60
Gildas MONTCHO Projel defin d'éIUdes)wfl"1 Hill; RSPTI"h
VI
Fondations - Dimensionnement el concrpûon d'un programme de ealcui.
LISTE DES ANNEXES.
Chapitre 1 :
Annexe 1.1 : Valeurs des facteurs de portance N
q
, Ne, Nç, K pour les fondations superficielles.
..................................................................................................................... 61
Annexe 1.2 'Valeurs de c et <fi en fonction du type de so1........................................ . _62
Annexe 1.3 'Pénétromètres de types A et B (schéma de principe) 63
Annexe lA :Pressiomètre et Sonde du type G 04
Chapitre 2 :
Annexe 2.l : Paramètres de calculs des fondations profondes : Dm.:lx, N
qma.,
N"n,ax, Ktanê..... 65
Annexe 2.2: Valeur de Pet qf._ d'après le fascicule 62. . 66
Annexe 2.2 : Valeur de J.1 pour un groupe illimité de pieux 66
Annexe 2.3 : Valeur du Coefficient de portance Kp pour l'essai pressiométrique par Ménard.
............................................................................................................................................... 67
Annexe 2A ; Détermination du frottement latéral unitaire qr = q, en fonction de la pression
limite Plct du type de sol. 68
Annexe 2.5: Détermination des coefficients k et a pour l'essai pénétrornétrique
(q, =k·qc ct q, = qc ) 69
a
Chapitre 3 :
Annexe 3.1 : Exemple de calcul avec la formule de Crandall. 70
Annexe 3.2 : Exemple de calcul par la méthode 72
Annexe 3.3 : Valeurs du coefficient d'adhésion ou adhérence 73
Gddas MONTe//o - Je Jin d 'élUdesjutllet 20U) - J:.SP lhiès. -
vu
Fonda/ions profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de cO/CIJI.
LISTE DES FIGURES.
Chapitre 1 :
Figure 1.1 : Différents types de fondations superficielles 3
Figure 1.2 : Courbe de tassement. , 4
Figure 1.3 : Différents cas de chargement. 6
Figure 1.4 : Courbe pressiométrique 9
Chapitre 2 :
Figure 2.1 : fondation profonde " l2
Figure 2.2: Profondeur critique ct résistance de pointe 13
Figure 2.3 : Schéma de fonctionnement d 'un pieu 16
Figure 2.4 : Force portante d'un pieu . 17
Figure 2.5 : Comportement général d'un pieu isolé soumis à une charge verticale 20
Figure 2.6: Courbes de frottement latéraL 26
Figure 2.7 : Résistance de pointe équivalente 29
Figure 2.8 : Action d'un groupe de pieux en profondeur. . 34
Figure 2.9: Pile fictive " 35
Figure 2.10 : Calcul du tassement d'un groupe de pieux 36
Figure 2. 1J : Pieux chargés en pointe dans un massif dc sable 36
Figure 2.12 : Frottement négatif sur un pieu. . 38
Figure 2.13 : Effet d'accrochage 40
Figure 2.14 : Position des pieux.. . 43
Figure 2.15 : Pieu incliné chargé axlalement. 45
Figure 2.16: Disposition avec une file de pieux travaillant à l'arrachement. 46
Chapitre 3 :
Figure 3.1: Interface du programme FondPro 1.0 50
Figure 3.2 : Ecran de saisie des données pour la méthode de Crandall. 52
Figure 3.3 : Ecran de saisie des données pour la méthode C-(+J " 53
Figure 3.4 : Exemple 1 .- Calcul du frottement négatif sur uu pieu. .. 54
Figure 3.5 : Exemple 2 - Calcul de la charge admissible nette d'un pieu. .. 55
Figure 3.6: Groupe de pieux............................. . 56
Gildas MONTCHO - Prr)jrl de fi" d'ùudes Juil/el 2005 - I:.'sr Thiès.
'III
Fondations profondes- Dimensiannement et conception d'un programmede calcul.
LISTE DES TABLEAUX.
Tableau 2.1 ; Valeurs de}. en fonction du sol et de la forme de la fondation 12
Tableau 2.2: Valeurs du coefficient ppour quelques pieux 22
Tableau 2.3 : Valeurs de K et ql. pour quelques pieux en foncriou de ~ . . . . . . . 23
Tableau 2.4 : Valeur" de k
p
selon le fascicule 62................................................... . 25
Tableau 2,5 : Choix de la courbe de frottement latéral. 27
Tableau 2.6 : Valeurs de k, selon le fascicule 62............................................ .. 28
Tableau 2.7: Catégories conventionnelles de sols........................................ . , 29
Tableau 2.8 : Charges admissibles en traction Qmin et en compression Qmax 31
Tableau 2.9 : Valeurs de K· tanO 41
Tableau 2.10: Efforts horizontaux admis pour les pieux verticaux 44
Gilda, MONTO.'O - PMJ<"I de{in d'éludes iuil/<" 2005 - f:SI' Tili",
ix
Fondations profondes Ïlimensionnement el conception d 'un programme de calcul.
LISTE DES ABREVIATIONS.
DTU : Documents Techniques Unifiés.
ELS : Étal Limite de Serviee.
ELU: État Limite Ultime.
BAEL ~ Béton Armé aux États Limite.
GilJasMONTCHO- Praj.'1 defin d·t;,udeJ"juillell005 - ES? Thiès.
x
Fcndcnans profondes - Dimensionnement el conception d 'un progrcmme de calcul.
LISTE DES UNITES ET SYMBOLES.
Nq : facteur de portance de la capacité portante (terme de profondeur)
Ne : facteur de portanee de la capacité portante (tenue de cohésion)
Ny: facteur de portance de la capacité portante (terme de surface)
<I» : Angle de frottement ou diamètre.
y : poids volumique.
qd: eapacité partante brute d'une fondation
qad au qadm: capaeité portante admissible d'un sol.
q/ : capacité portante nette d'un sol.
Qad: Charge admissible d'un sol.
N : le Newton, unité de force.
kN; le kilo Newton (1 kN ~ 1000 N)
Pa : le Pascal, unité de contrainte ou de pression (1 Pa = 1N/m
2
)
kPa : le kilo Paseal (1 kPa = 1000 Pa,)
kN/m
J
: le kilo Newton par mètre cube (1 kN/m3 = 1000 N/m3 = 0.1 tonne)
MPa : le Méga Pascal (l Mpa = LQ6 Pa).
nt : masse ou mètre.
m
2
: unité de surface, le mètre carré.
g : accélération de la pesanteur.
s : seconde, unité de temps.
e : excentricité ou épaisseur.
H ou h : hauteur
B ou b : largeur, épaisseur ou diamètre.
Lou 1: longueur ou largeur.
D ou d : Diamètre.
a: Angle.
Gildas MONTCHO - Prujel de fin d'etudes juillet 200J - ES? Th/à.
Fondations profondes - Dimensionnemem et conception d'unprogramme de calcu/.
"
INTRODUCTION.
Les fondations sont des éléments fondamentaux dans un projet de construction car la
pérennité de l'ouvrage dépend de leur qualité. Les fondations reprennent et transmettent au
sol toutes les charges - permanentes, aeeidentelles et charges d'exploitation. Il est donc
important qu'elles soient calculées ct réalisées avec le plus grand soin.
La différence existant entre le nombre de programmes de calcul des fondations
superficielles et ceux de calcul des fondations profondes est surprenante. Si les programmes
de calcul de fondations superficielles sont assez nombreux et vulgarisés, il n'en est pas de
même pour les programmes des fondations profondes. Ces derniers sont plutôt rares et peu
accessibles dans notre environnement, aussi bien aux étudiants qu'ame professionnels. Aussi,
la pratique des fondatious profondes n'est pas courante cl la documentation fait défaut.
Actuellement, il existe, dans la sous région, très peu d'entreprises capables de réaliser ce
genre de fondations et la plupart des fondations réalisées dans la sous région, même celles de
certains grands ouvrages telles 4ue les ponts, sont superficielles parce que leur calcul est
relativement simple et leur réalisation est plutôt facile et assez bien maîtrisée; or, compte tenu
des désordres liés au tassement des sols ou à un remaniement parfois imprévisible du sol, il
est préférable de recourir à des fondations profondes pour un meilleur ancrage et une fiabilité
accrue.
Cette étude sera principalement axée SLU les fondations profondes circulaires et en
béton armé. Nous nous focaliserons surtout sur l'aspect géotechnique des fondations
profondes dont nous présenterons les différentes méthodes de calcul. Les différentes
méthodes exposées reposent sur la détermination de la pression limite de pointe pour laquelle
on recourt aux essais in situ (essai pénétrométrique, essai pressiométrique et formules
dynamiques) et sur l'évaluation du frottement latéral. L'étude portera ensuite sur l'étude du
frottement négatif sur cc type de fondations et sur les groupes de pieux et enfin sur les pieux
inclinés.
L'objectif le plus important de ce travail est la conception d'un programme de ealcul
des fondations profondes. Ce programme développé sous C++ Builder de BüRLAND,
calcule la force portante des pieux isolés et des groupes de pieux suivant diverses méthodes.
Gllâlls MONTCHO - Pn;ie/ de (iJ1 d'éludl!.r jw!le{ ]{J(J5 - F:Sf' Thih
Chapitre 1
GENERALITES SUR LES FONDATIaNS.
Fondations profondes - Dimensicnnement et conception d'un programme de calcul.
1- DEFINITION.
On appelle fondation la base des ouvrages qui se trouve en eontacL direet avec le
terrain d'assise et dont la fonction es! de trnnsmettrc à ce dernier le poids de l'ouvrage, les
surcharges prévues et accidentelles auxquelles peut être soumis l'ouvrage. Une fondation est
donc destinée il transmettre au sol, dans les eonditions les plus favorables, les charges
provenant de la superstructure.
II - TYPES DE FONDATIONS - FONDATIONS SUPERFICIELLES.
Le type de fondation est déterminé par son allure générale et ses proportions et non par la
différence de niveau entre la surface d'assise et le terrain naturel. On peut distinguer deux
grands types de fondations; les fondations superficielles et les fondations profondes. La
distinction entre ces deux types de fondations se fait généralement en adoptant les critères
suivants:
D
-<4
B '
D
4S:-<IO,
B
.. ~ " I O ,
fondations superficielles (semelles filantes ou isolées, radiers)
fondations semi profondes (puits)
fondations profondes (pieux)
D : profondeur de la base de la fondation par rapport au terrain naturel
R : largeur ou diamètre de la fondation.
Au sens strier, les fondations semi profondes ne sont pas un type de fondation. Selon leur
mode d'exécution et la nature du sol, on peut les assimiler aux unes ou aux autres ou encore
adopter un calcul intermédiaire.
1 - Les fundatiuns superficielles - Définition.
Lorsque le terrain résistant se trouve li. une faible profondeur et qu'on peut facilement
y aecéder (nappe phréatique absente ou rabattue à l'inferieur d'Un batardeau par exemple), la
fondation est établie directement sur le sol à proximité de la surface. On réalise alors, en
général, un élargissement ou empattement de la base des murs ou des piliers.
On appelle « fondations superficielles ». toutes les fondations dom l'encastrement D
dans le sol de fondation n'excède pas quatre ou cinq fois la largeur 13 (le plus petit côté). Pour
un ouvrage, on pourra opter pour des fondations superficielles si les sols sont assez
Gi/drlf MONTrHo !'rojN dej i ~ li '.JIIl<l"" juii/('f 2005 - ES? Thiès.
2
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul.
homogènes et comportent des couches porteuses assez proches de la surface; autrement, le
choix se portera sur les fondations semi profondes ou profondes.
Parmi les fondations superficielles, on distingue: (voir figure 1.1)
a. Les semelles isolées, de section carrée, circulaire ou rectangulaire et supportant des
charges ponctuelles.
b. Les semelles filantes dont la longueur est très grande par rapport â la largeur et
supportant un mur ou une paroi.
c. Les radiers ou dallage, de grandes dimensions et occupant la totalité de la surface de
la structure. Ils ont une épaisseur h dictée par la descente des charges et le calcul
béton armé.
al bl cl
Figure 1,1 : Différents types de fondations superficielles,
2 - Notion de capacité portante et de tassement.
Lors du dimensicnncment d'une fondation, deux éléments importants sont à
considérer: la capacité portante et le tassement. L'ingénieur géotechnicien devra se
préoccuper dans un premier temps de la capacité portante du sol, c'est-à-dire s'assurer que les
couches du sol support sont en mesure de supporter la charge transmise par la fondation. Le
cas échéant, il devra alors vérifier que le tassement du sol- qui est la déformation verticale du
sol à la surface - reste dans les limites admissibles, Les notions de capacité portante et de
tassement sont illustrées à la figure 1.2,
La capacite portante d'un sol est la charge maximale par unité de surface qu'il peut
supporter. Au-delà de cette charge, on observe la rupture du sol et l'apparition de surface de
glissement dans ce dernier.
Le dimcusiounement d'une fondation consistera principalement à s'ussurer que l'on
reste en deçà de cette charge limite que l'on minore par des coefficients de sécurité.
Gildas MONTCfJO - Projer J" fin J'<:Illde->-juil/(1 1005 E . ~ p Thià.
Fondations profondes - Dimensiormemem et conception d'un programme de cakut.
qd = cepect té
portcnre
(a)
fissureticn
charge par unité de surface
qd qo
T
déferrnetron locelis ée
....,
c:
Qi
E
~
.19
cas (a) : sol retetrvement compact ou ré ststant (ca s de s sables)
cas (b) :sol peu compact ou rele tivement mou (cas des argiles)
Figure 1.2 : Courbe de tassemenl.
3 - Méthodes de calcul de la capacité portante.
Il existe plusieurs méthodes de calcul de la capacité portante des (ond,ll;-I;
superficielles. Nous ne nous appesantirons pas sur lesdites méthodes, nous en donnerons juste
un aperçu, le sujet ayant déjà été traite dans un projet précédent. Parmi ces méthodes, nous
avons:
3-1 - La méthode calcul « C - ~ >J.
Cette méthode considère que le sol est homogène sur nue épaisseur h sous la base
horizontale d'une fondation de largeur B telle que h > 3.5B. La contrainte de rupture ~ I , l
encore appelée eapaeité portante unitaire est donnée par la formule suivante:
B .
q , =r - N +y xDxN v c x N
~ 2' ~ ~
avec:
D : profondeur de la base de la fondation par rapport au terrain naturel ;
8 : largeur de la semelle;
y : poids volumique du sol de fondation;
1 : poids volumique du sol <lu-dessus de la fondation;
c, =1"D = r.Y·i·Zi: contrainte des terres au-dessus de la base de la fondation;
e : cohésion du sol sous la base de la fondation (en unité dl.' pression)
Gildas MON1CHU PrUJ('/ de fin d ','"1<les Jillilu 2(1)5 fSl' Thiès.
4
Fondations profondes Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
Les trois eoefficient N
y
, N
q
, et Ne appelés facteurs de capacité portante ne dépendent que
des angles Il' et lfl. Nç est le terme de surface, Nq est le terme de profondeur et Ne est le terme
de cohésion. Les valeurs de ces trois facteurs de portance sont tabulées en Annexe 1.1.
'P : angle de frottement interne du sol ou eocffieicnt des terres au repos. Selon Caquot
ct Kènscl, la valeur minimale de '{I est donnée par: VI =!!.- + cp .
4 2
Cet <fi sont des paramètres intrinsèques du sol, déterminés à partir de l'essai triaxial ou
de J'essai de cisaillement direct à la boîte. Ils dépendent de la nature du sol, de son degré de
saturation et des conditions de drainage à court et à long terme (voir Annexe 1.2).
Pour le calcul des facteurs de portance, les formules suivantes ont été proposées par
Prandtl :
Pour lfl = 0,
Pour lfl 1= 0,
Nq = l,
N
q 4 2) ,
N, =0,
N -1
N =-'- ,
tan e
Afin de limiter les tassements à des valeurs admissibles, il est convenable d'introduire
dans la formule de qd un coefficient de sécurité noté F et de tenir compte de l'accroissement
réel de la charge appliquée au massif dans le plan de fondation. D'après le fascicule n062 -
titre V, F = 2 à l'ELU et F = 3 à l'ELS.
On définit la contrainte admissible qad qui sera comparée à 13 contrainte appliquée q,
résultant de la descente de charge. Elle est donnée par:
On pose (Iv = YD = l YI X Zj qui est la contrainte des terres au dessus de la base de fondation.
Beaucoup de corrections ont été apportées à cette formule de la capaeité portante pour tenir
compte du type de sol, de l'application de la charge ou de l'encastrement de la fondation.
Différentes expressions découlent donc de ces corrections suivant les types de
fondation illustrés 1J figure 1.3.
Gildas MONTClIO PnJjel de fin d·érlldl'.rjuilkl 1005 ESP Thiès.
5
Fondations profondes Dimensumnemeru et conception d'un programme de calcul.
cas (a) cas (b)
cas Cc)
Cas de charge
verticale centrée
B
Cas de charge
verticale excentr-ée
e'
-,
-,
1/
'"1
/ ~
L
B
Cas de charge
ver ucete inclinée
Cas de charge incunéu
ex cerï tr é e
Cas ci'exceo tr ement dans les
ceux sens
Figure 1.3 : Différents cas de chargement.
3-2 - La méthode du pénétromètre dynamique.
L'essai de pénérranon dynamique permet de déterminer direetement la résistance
limite encore appelée résistance dynamique à la pointe d'un sol. Il a été eonçu à l'origine pour
les sols pulvérulents ou Il faible cohésion dans lesquels il est difficile de prélever des
échantillons intacts. Le domaine préférentiel d'utilisation des pénétromètres dynamiques est la
reconnaissance qualitative des terrains lors d'une reconnaissance préliminaire. Ils sont donc
recommandés pour le contrôle de j'homogénéité d'un site, la détermination des épaisseurs des
différenres couches de sols, la localisation des cavités ou autres diseontinuités et la
reeonnaissance du niveau du toit du rocher.
Deux types de pénétromètres sont normalisés en France: [es pénétromètres de type A
(PDA) et les pénétromètres de type B (PDB). (Voir Annexe 1.3)
Le sondage au PDA consiste à :
a Enfoneer dans le sol par battage de manière continue un train de tiges muni en partie
inférieure d'une pointe débordante, tout en injectant une boue de forage entre la paroi
du sondage ct les tiges.
Gildas MONTCHO -. Projel J ~ fill â'ètudcs imltel 2005 - ESP T'hies
6
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de ca/eut,
o Noter le nombre de coups de mouton néeessaire (N
d I O
) pour un enfoncement
permanent de la pointe de 10 cm.
Le sondage au PDB estle plus courant et consiste à :
o Enfoneer clans le sol par battage de manière continue un train de tiges muni en partie
inférieure d'une pointe débordante.
o Noter le nombre de coups de moulon nécessaire (Nd20) pour un enfoneeme nt
permanent de la pointe de 20 em.
o Vérifier l'importance des efforts parasites éventuels sur le train de tige.
Ces essais sont généralement associés à un sondage de reconnaissance de sol eornmc
la tarière manuelle ou un sondage à la soupape pour déterminer [a coupe du sol.
La résistance dynamique de pointe Qd est donnée par la formule des Hollandais:
(
m x g x H m) N
qJ = x---, x
Axe m+m
dans laquelle:
qa: résistance dynamique à la pointe en Pascal (1 Pa = 1N/m
2
) ;
m : masse du mouton en kilogrammes, (masse frappante) ;
g : accélération de ta pesanteur en mJs
l
;
H : hauteur de chute libre du mouton en metre ;
A : aire de la section droite du pieu en m" ;
e : enfoncement correspondant au nombre de coups N. en mètre (en général e est constant cr
égal à 0.20 m) ;
N : nombre de coups nécessaires à l'enfoncement e ;
m': masse cumulée, exprimée Cil kg, de l'enclume et de la tige-guide, si cette dernière est
solidaire de l'enclume et du train de tiges (masse frappée).
On réalise l'essai plusieurs fois à des endroits différents et à une profondeur donnée,
on retient la résistance minimale obtenue. Les résultats de l'essai sont représentés SIlf un
graphique avee échelle arithmétique donnant la résistanee dynamique de pointe qa en fonction
de la profondeur. La contrainte admissible est alors approximativeruent donnée par la
formule:
Gildas MOlffCHO - Profer d<!jin d'èmdes jmttet 2005 - ES? Thiès.
7
Fondations prop!:"des - Dtmenstonnement el conception d'un programme de calcul.
3-3 - La méthode du presslomètre Ménard.
L'essai au pressiomètrc Ménard consiste à dilater radialement une cellule cylindrique
placée dans un forage préalablement réalisé, La différence essenucile entre cet essai et les
autres est la réalisation d'un forage au préalable dans cet essai alors que les autres essais
prcssiométriques sont réalisés par autoforage ou par fonçage direct de la sonde par battage 011
à l'aide vérins.
Le pressiomètre Ménard comprend deux parties principales: la sonde et l'unité de
contrôle dite « contrôleur pression-volume » (voir Annexe 1.4), La sonde est constituée d'un
ensemble de trois cellules en eaoutchoue. La dilatation est obtenue par injection d'eau sous
pression dans la cellule centrale dite eellule de mesure, de diamètre 60 rrun pour l'essai
courant, entourée de deux eellules de garde qui contiennent du gaz. La quantité d'eau
eontenue dans la sonde est utilisée pour déformer le terrain, phénomène que l'on veut
mesurer.
L'essai est réalisé à ehaque profondeur désirée, en général de mètre en mètre, où (1:-:'
applique une pression suivant une progression arithmétique de 6 il 14 paliers. La pression l : ~ r ,
maintenue constante à ehaque palier et le volume d'eau injeetée dans la sonde est mesuré fi
J5, 30 et 60 secondes. Les valeurs à 60 seeondes sont utilisées pour le traeé de la courbe
pressiométrique.
Cet essai est fortement conseillé dans les sols mous, eohérents. compressibles
(formation argileuse, tourbe, ... ). Il constitue une meilleure alternative à l'essai
pénétrométrique dans la mesure où il donne des résultats plus précis mais coûte trois à cinq
fois plus cher. Il vise à :
o déterminer la contrainte de rupture du sol en fonction de la pression limite;
o calculer le, tassements ;
o connaître les différentes conches de terrain traversées à partir des cutting (refoulement
des particules du sol) du forage.
3-3-1 - Calcul de la pression limite qj.
La courbe pressiométrique eomprend typiquement trois phases;
• la phase initiale qui est la phase de mise en eontact de la paroi de la sonde avee le sol.
Elle est également appelée ILl phase de recompaction, A la fin de eette zone, la
pression mesurée Po, est egaie à la pression initiale horizontale au niveau du sol.
• la deuxième phase est la phase pseudo-élasuque.
=
Glld".\' MONTCHO - p,,,j"{ de fin J'é/IIJesjuiilo!/ 2()()j - ESP Tlu':,
8
Fondation.s profondes - Dimenstannement et conception d'un programme de calcul.
• la troisième phase est la phase des grands déplacements ou phase dite plastique.
La deuxième phase est la phase la plus importante. Au eours de cette phase, le volume
augmente progressivement en fonction de la pression exercée. Une relation linéaire entre la
pression eL le volume peul être trouvée. Dans cette partie quasi-linéaire de la courbe, on
détermine le module de déformation pressiométrique E
M
et la pression de fluage Pro

E

li
» Il
·w
t<
w
E
,
,
L

w
y,
'0
w
E
,

"
»
Po Pc Pf PI
Pression P en bar
r : Phase de mise en contact de la paroi de sonde avec le sol
II : Phase pseudo-élastique
III : Phase plastique ou des grandes déformations
Figure 1.4 : Courbe pressiométrique.
•:. Le module pressiomètrique E
M
est donné par la formule suivante;
t1P
E
M

tiV
v = coefficient de poisson fixé à 0.33
V = volume de la sonde au point d'inflexion de la courbe dans la zone pseudo -
élastique. V.:= Vo+Vr' Veest le volume au repos de la sonde qui en pratique, est égal .il
550 cm' et Vr le volume d'eau injecté au point d'inflexion de la zone pseudo-élastique
(volume correspondant au milieu de cette zone).
AP_ : Pente de la partie linéaire de la courbe dans la zone pseudo-élastique.
tiV
.:. Pression de Ouage ou limite élastiqu.e Pl::
C'est la pression correspondant à la fin de la zone pseudo-élastique.
GiMH' MONTClIO - Pn>id J" fin d'èeudes juillt·r ]()(J5 - ESP Th,l!s.
9
Fonda/ions profondes - tnmensionnemenr el conception li '11.11 programme de cotcut.
C'est la pression correspondant à l'abscisse de l'asymptote de la courbe pressiométrique. Par
convention, la pression limite Pl est la pression qui correspond au doublement du volume de
départ de la sonde V
o.1I
peul être pris égal à V
o+2Vr.
3-3-2 - Capacité portante des fondations qd sous charge verticale centrée,
Dans un terrain homogène, Ménard calcule la capacité portante par la formule suivante;

1 1
avec F[K(P,-P"l]
qo = y. D:::; LY,' zr ; pression verticale des terres situées au dessus de la base de fondation ;
D : profondeur d'encastrement de la fondation;
YI: densité de la couche i de fondation traversee, d'épaisseur
Po ; pression horizontale des terres au repos au niveau de l'essai pénérromérrique. LUe
correspond à la pression développée à la fin de la phase initiale 1de J'essai:
K: coefficient, dit facteur de portance, qui dépend du type de terrain et de la géométrie de la
fondation. (Voir Annexe 1.1), K est compris entre la valeur minimale de 0.8 pour les semelles
fondées superficiellement et la valeur 4.5 pour la pointe des pieux battus;
F: coefficient de sécurité et pris égal à 2 à l'ELU et 3 à l'ELS.
On déduit ensuite la contrainte admissible q.d qUI doit être inférieure à la
appliquée à la fondation.
Gildas MONTCHO - Projet defin d'éludes jujf/('I 1005 - ES? Thiès.
10
Chapitre 2
DIMENSIONNEMENT DES FONDATIONS
PROFONDES.
Fondations profondes Dimensionnemem et conception d'un programme dl! calcul.
1- GENERALITES SUR LES FONDATIONS PROFONDES.
1 - Définition.
Souvent, les couches superficielles d'un terrain sont compressibles, molles, peu
résistantes et l'amélioration de leur portance s'avère difficile voire impossible ou trop
coûteuse alors que les eouches sous-jaeenres sont résistantes à partir d'une certaine
profondeur. Si la fondation est exécutée directement sur ees eouches de faible résistanee, des
tassements incompatibles à la stabilité de l'ouvrage pourraient se produire. Il est donc naturel,
et parfois néeessaire, de fonder l'ouvrage sur ee substratum (le «( bed roek »).
Les fondations profondes sont doue celles qui permettent de reporter depuis la surface
les charges ducs à l'ouvrage qu'elles supportent sur des couches situées jusqu'à une
profondeur variant de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres, lorsque le sol en surface
n'a pas une résistance suffisante pour supporter ees charges par l'Intermédiaire de fondations
superficielles (semelles ou radiers).
Afin d'atteindre le substratum résistant, on réalise, soit des puits relativement peu
profonds, dont le diamètre peut varier de 1 à 3 m, soit des pieux pour lesquels le rapport D est
B
généralement supérieur à 10 - B étant le diamètre du pieu ou sa plus petite dimension dans le
plan horizontal et D sa longueur (voir figure 2.1). Les fondations de ce type sont dites
« profondes » et il existe plusieurs modes d'exéeuticn pour ces dernières.
Pour le caleul, les fondations superficielles et profondes se différencient
essentiellement par la prise en compte d'un frottement sur les parois latérales de la fondation
pour les fondations profondes. Pour ces dernières, le mode de travail et l'interaction avee le
sol environnant conduisent à introduire la notion de profondeur critique qu'on peut définir, en
première approximation, comme le niveau au-dessous duquel, en sol homogène, la résistance
sous la base n'augmente plus. L'expérience montre que, dans un sol homogène, la charge
limite de pointe Qp augmente avec la profondeur D jusqu'à nne profondeur critique De au-
delà de laquelle elle reste presque constante (figure 2.2). Cette profondeur dépend du type de
sol, de la résistanee du sol et du diamètre du pieu. On pose De = À x B. Les valeurs du
paramètre Ji sont proposées par Ménard dans le tableau 2.1, Il existe également des
abaques pOlIT la détermination de De = Dm... (voir Annexe 2.1). Les fondatious profondes,
stricto senSII, ont leur base située au dessous de cette profondeur critique; ce sont les pieux,
les puits et Je" barrettes. Les barrettes sont des parois moulées porteuses, qui, bien que de
forme différente et faisant appel à une teehnique d'exécution particulière, se eomportent
généralcrnem comme des pieux moulés en place sans tubage,
GI!Jas MONTCI/Q - Projer defin ri étudesjuillet 200,1 - r:SP Thies.
1\
.
Fondations profondes - Dimenstonnemem el conception d'un programme de calcul.
Entre les deux extrêmes, fondations superficielles et fondations profondes, on trouve
les fondations scmi profondes, dont la base se situe au-dessus de la profondeur critique, mais
pour lesquelles le frottement latéral ne peu! être négligé: il s'agit des pieux ou parois de faible
longueur et de tous les types de caissons. Il n'existe pas de méthode de calcul propre à celte
catégorie de fondations qui ne constituent que des cas particuliers et on adopte suivant les C;:";,
les méthodes retenues pour les fondations superficielles ou pour les fondations profondes.
-
À
SOL
Fondation
Circulaireou carrée filante
.:.
Argile - Limon
.:.
2
.:.
3
.:.
Argile raide - marne - limon compact -
.:.
5 '.' 6
sable compressible
.:.
Sable et gravier
.:.
8
.:.
9
.:.
Sable et gravier très eompect
.:.
10
.:.
11
-
Tableau 2.1 : Valeurs de À en fonction du sol et de la forme de la fondatlr.n.
B
M
·
,
·
·
·


·
·


·
Q
,
·

·




.:.
o = Fiche totale de la fondation
B = oremète du pieu
Figure 2.1 : fondation profonde.
Ci/dru MONTCHQ Pro),,! defi" "'<:I"dn jllill"1 ]005 F,SPThiès.
12
Fondations profondes - Dtmenstonnemem et conception d'un programme de calcul.
De
a qo
qp
D
Dc = Profondeur critique
CID = Résistance à la poiree
Figure 2.2: Profondeur critique et résistance de pointe.
2 - Typologie des pieux.
LC5 fondations profondes sont constituées par les pieux et les puits. La différence
fondamentale entre les pieux et les puits est le diamètre qui est plus grand pour les puits
(supérieur à 1 01). Dans la catégorie des pieux, on distingue les micropieux dont le diamètre
est inférieur ou égal à 250 mm. Traditionnellement, on classe les pieux suivant les critères ci-
dessous:
• La nature du matériau eonstitutif : béton, bois ou métal.
• Le mode de fabrication el de mise en plaee : pieux battus et forés.
La foree portante d'Un pieu d.épend à la fois de la résistance au poinçonnement du sol
sous sa pointe et de la mobilisation du frottement latéral entre son rut et le sol. La résistance
de pointe est peu influencée par le type de pieu sauf dans des cas très particuliers. n n'en est
pas de même pour le frottement latéral qui dépend étroitement du matériau constitutif du pieu
ainsi que de son mode de mise en place.
Ainsi, le D.T.U 13·2 propose-t-il la classification suivante:
1. Pieux façonnés à l'avance (battu préfabriqué, métal battu, tubulaire précontraint, battu
enrobé, pieu battu ou vibrofoncé injecté hante pression).
2 Pieux à tube battu exécutés en place (battu pilonné, battu moulé).
3. Pieux forés (foré simple, foré tubé, foré boue, tarière creuse, vissé moulé).
4. Puits.
Gildas MONTe/IÛ - Pro}l'I dl' fin d àr.d", iui!!'" 1005 - ESP Thiios.
1]
Fondations profondes - Dimensionnemem er conception d'lin programme de calcul.
5. Pieux foncés (béton foncé, métal foncé).
6. Micropicux (type J, type Il, type Ill, type IV) .
Les eolonnes ballastées et les picots sont également mentionnés dans ce DT.U, mais il
s'agit de procédés de fondations très particuliers dont les méthodes de caleul sont différentes
de celles des fondations profondes classiques.
li existent deux grandes catégories de pieux: les pieux préfabriqués et battus d'une
part, les pieux exécutés dans le sol d'autre part.
2-1- Pieux préfabriqués en béton armé.
Ces pieux sont enfoncés dans le sol, soit par battage, soit par prcssron, rotation,
lançage ou vibration. Leur section (circulaire, carrée ou polygonale) est en général constante,
mais elle est quelquefois élargie à la base. Ils peuvent être creux, évidés ou à vis.
Pendant le battage, ces pieux sont soumis à des efforts considérables, ils doivent donc
être réalisés avec du béton de très haute qualité. Ils nécessitent, à partir d'une certaine
longueur, une armature de flexion importante pour permettre leur bardage,
2-2 - Pieux exécutés in situ.
Il faut distinguer deux catégories de pieux exécutés dans le sol: les pieux moulés ou
forés dans le sol et les pieux à tubes battus.
Pour réaliser les pieux forés moulés dans le sol, on excave, grâce à un forage, le
volume qui sera celui du pteu et le béton est coulé dans le vide créé. Les pieux à tube sont
également bétonnés en place, à l'intérieur d'un fourreau provisoire, métallique, qui est battu ct
ensuite relevé progressivement au fur et à mesure du bétonnage, sauf en cas de gaines
perdues.
Bien souvent, la rmse en place du béton doit se faire sous l'eau. Il convient de
l'exécuter avec beaucoup de soin. La chute libre du béton directement dans l'cau est proserite.
Le béton, qui ne doit pas être gâché sec, mais avec une bonne consistance plastique, doit être
descendu à l'aide d'un tubc plongeur.
3 - Classification des pieux selon Terzaghi et méthodes de calcul des pieux.
La classification des pieux faite par Tcrzaghi repose sur leur mode de fonctionnement.
Ainsi, on distingue:
)-1- Pieux Ilnttants dam un sol à gros grains, très perméable.
Gildas MD.',,'TCHO - Projel defin d 'étudcs juil/cl 2005- ESP Thih.
14
Fondations profondes - Dimenstonnement et conception d'un programme de calcul.
Lors du battage, le pieu refoule et compacte le terrain. Au vorsmage du pieu, la
porosité et la compressibilité du sol sont réduites, de ce fail, le frottement latéral sur le pieu
est augmenté. Ces pieux transmettent d'ailleurs la plus grande partie des charges par
l'Intermédiaire du frottement latéral, d'où l'appellation « pieux flottants».
3-2 - Pieux flottants dans un sol à grains fins de faible perméabilité.
Ces pieux se comportent de manière identique aux pieux précédents, mais ne
compactent pas le sol de façon appréciable.
3-3 - Pieux chargés en pointe.
Ils reportent pratiquement toutes les eharges sur une couche résistante située à une
profondeur importante au-dessous de la construction.
Remarque: Les sols sont, dans la pratique, très hétérogènes. Aussi, le calcul des fondations
sur pieux implique-t-il obligatoirement des simplifications radicales. Les subtilités théoriques
telles que celles qui concement le calcul de la résistance à la rupture des groupes de pieux ;111
moyen de la théorie de l'élasticité sont illusoires et peuvent être négligées.
4 - Notion de ligne de rupture et fonctionnement d'un pieu.
On admet que les lignes de glissement qui règnent autour d'un pieu divisent le milieu
en quatre zones (figure 2.3),
• la zone J, limitée par la ligne de glissement EF'G' correspondant au frottement latéral
le long du fût; dans cette zone, le milieu est en équilibre de quasi-butée;
• la zone II, limitée par la ligne de glissement OCFE correspondant à l'effort en pointe ;
dans cette zone, le milieu est également en équilibre de butée;
• les zones 1II et IV, situées au-delà des lignes de glissement. Dans ces zones, le milieu
n'est pas en équilibre plastique, mais pseudo-plastique.
Gildas MONTCllO - Pm)':1 d ~ ' Jill d'éludes jl,,/l1'1 2(J()J FOSP Thlés.
15
Fondations profondes - Dimensionnement rI conception d'un programme de calcul.
G'
li ne de
r--':"g"li-ssem ant
• ,
· •
· •

· •
· •
u
9
o
B
n
=''''''''F='''F=='i' G
u
o
E
, 'f'
l l ~
> F "-
·
---'--+----\,', 0
c
IV
III
Dc= Profondeur critique de la fondation
o = Fiche totale de la fondation
B = tnemète du pieu
Figure 2,3 : Schéma de fonctîonnement d'un pieu.
Gildas MONTCHO Projet dr fi" d 'buJes juillet 200S - ES? Thih.
16
Fondarions profondes - Dimensionnemem el conception d'un programme de calcul.
II-CALCUL DE LA CAPACITE PORTANTE DES FONDATIONS
PROFONDES.
On peut définir la force portante d'un pieu QI comme la charge maximale qu'il peut
supporter sans se rompre. On définit aussi la capacité portante q, d'un sol qui est la charge
maximale par unité de surface que ce dernier peut supporter. Au-delà de cette charge, le sol se
rompt.
La charge limite QI supportée par une fondation profonde est décomposée en deux
eomposantes : la charge limite de pointe Q, (= A· qp) correspondant au poinçonnement du sol
"
sous la base du pieu et la charge limite Or (= p. l h, . qf. ) mobilisable par frottement entre Je
fût du pieu ct le sol, d'où la formule suivante de QI:
"
QI =Qp +Q! = A·qp -rIh; .qJ;
qr: contrainte limite de pointe (en kPa);
qr: fronement lateral unitaire de la couche i (en kPa) ;
A : sectiondroite du pieu (en ml) ;
P: périmètredu pieu (en rn]:
n : nombre de conches traversées par le pieu;
h, : épaisseur de la couchei [en rn) ;
(2. j)
Pour un pieu ancré dans un sable, la capacité portante nette: est pratiquement la môme
que la portance brute.
~ Ql= Qp+ or
. ', . ', '. ".\"
';: ...."
.6' .. l
.: '. .•• J
.... ' .:;
'.. J,.:, /.,.
, t
i ' .
t . · ' Q i : . ~ . ·
'(U1
.\" " ' ." " '
. . " '.
Qp
Figure 2.4 : Force portante d'un pieu
Gildas MONTCHO Projet Jefi" d'études jlJ.i!ler 2005 ESP Thiès.
17
Fondations profondes - Dimensionnemenl el conception d'un programme de calcul.
La détermination de la force portante d'un pieu peut se faire grâce à plusieurs méthodes:
1. L'utilisation des formules basées sur les résultats du battage des pieux;
2. L'utilisation des formules statiques de force portante établies à l'aide de la mécanique
théorique des sols;
3. L'interprétation des diagrammes de pénétration obtenus soit avee le pénétromètre
statique, soit avee le pénétromètre dynamique.
4. L'interprétation des essais de mise en charge d'un ou de plusieurs pieux;
En raison des nombreuses précautions il. prendre, des multiples vérifications il. faire, des
conditions il. réunir et du temps relativement important requis pour l'utilisation de la dernière
méthode, nous n'exposerons que les trois premières méthodes (l, 2 ct 3).
1 - Formules de battage.
)-)- Généralités,
De très nombreux types de pieux sont enfoncés dans le sol par battage à l'aide d'un
mouton et d'une sonnette. Souvent, on détermine l'enfoncement moyen du pieu, mesuré sni',
sous un coup, soit, de préférenee sous unc volée de 10 ou 20 coups de mouton. La précision
de la mesure de l'enfoncement est beaucoup plus grande dans les deux derniers cas. Cet
enfoncement moyen est souvent appelé refus.
L'obtention d'un eertain refus est généralement une condition néeessaire mats non
suffisante pour arrêter le battage. Il arrive, en effet, que des pieux pour lesquels le refus n'a
pas été atteint soient en mesure de porter des charges importantes, mais inversement, il arrive
également que l'application de la eharge résultant des formules de battage au refus mesur/
soit risquée.
Lorsque le battage s'effectue dans un milieu cohérent immergé, il est nécessaire cie
proeéder à des essais de chargement in situ afin de vérifier les charges portantes déduites des
formules de battage.
L'utilisatiou des formules de battage est sujette à des critiques, mais on continue de le:,
utiliser en raison de leur emploi relativement simple. Les résultats découlant de leur utilisation.
ont fait l'objet d'études systématiques et on peut être assuré, pour eertaines de ces formules,
d'obtenir des résultats qui concordent de manière satisfaisante avec les résultats des essais ,l,;
chargement.
Gttdas MONTCHO - Projet Je Jill d'études /JJrllel 2005 - ESf' n'i,:j".
rd
Fondations profondes Dimennonnement el conception d'un programme de calcul.
1-2 - Formule des Hollandais.
La formule des Hollandais est généralement utilisée pour des refus supérieurs à 5 mm.
1 M
2xH
Q=-x xg
F ex(M+P)
Q: charge portante admissible du pieu en N ;
H : hauteur de chute du moutonen m;
M : masse du mouton en kg;
P : masse du pieu en kg ;
c : enfoncement permanent ou refus moyen en m ;
g : accélération de la pesanteur en rn/
S
2 ;
F : coefficient de sécurité, en général pris égal à 6.
(2.2)
La formule des Hollandais donne suivant les cas, une sécurité excessive ou insuffisante et
pour cette raison, ne doit être utilisée qu'avec une extrême prudence.
1-3 - Formule de Crandall.
Crandall propose la formule suivante pour le calcul de la force ponante d'un pieu:
M
2xH
»s
F
(2.3)
dans laquelle c( représente le raceourcissernent élastique du pieu exprimé eü m. Pour cette
formule, il est recommandé d'utiliser un eoeffieient de séeurité F égal à 3.
2 - Détermination de la charge portante par les formules statiques.
On a vu plus haut que la charge portante QI d'un pieu se décomposait en deux termes :
la force limite de pointe encore appelée le tennc de pointe Qp et le frottement latéral Qr qui est
la foree résultant du frottement entre le pieu ct les couehes de sol traversées.
Alors que le tcrrnc de pointe ne dépend généralement pas ou peu du type de pieu, le
frottement latéral est fonction des matériaux constitutifs du sol. du pieu Cl du mode de mise en
place de ce dernier. Ce terme est le plus difficile à évaluer et on s'attelle plus au calcul de la
force limite de pointe Qp' Cependant, les difficultés liées à la détermination exacte de la force
résultant du frottement latéral ne doivent pas conduire l'ingénieur géoteehnicien à la négliger
car ce terme a, nous le verrons plus loin, son importance dans [a charge portante totale du
pieu.
Gïtdas MONTCHO - f'roje/ de fin J·études jflil/rr 200.1 f:Sf' Th'h.
19
"
FOI/dations profondes Dimensionnement el conception d'un programme de calcul,
2-1- Expression générale de la force portante QI_
Soit un pieu isolé fiché dans un terrain multicouche ct soumis à une eharge Q (voir
figure 2.5). La charge Q est équilibrée d'une part par la résistance Qp que reneontre le pieu
sur sa pointe et d'autre part par la résultante Qj des forces de Irottement qui s'exereent sur la
surfaee latérale du pieu au contaet du terrain.
a
D
t
-- -----
_____J
" J
---a _J
, t

\
----------
t

t
-----------
t
Figure 25 : Comportement général d'un pieu isolé soumis à une charge verticale.
2-/-/- Pression limite et résistance /imite sous la pointe.
La méthode la plus aneienne pour déterminer la pression limite est fondée sur les
formules de Terzaghi pour le ealeul de la eapacité portante des fondations superfieielles.
Ainsi. pour une semelle circulaire de rayon r, ancrée à une profondeur D. l'expression de la
eapacité portante brute est la suivante:
qd = O.6xyxr x N, +r" x Dx N" + 1.3x ex Ne
Pour les fondations profondes, cette expression devient:
(2A)
(2.5)
(Voir le chapitre l, paragraphe 1-3-1 pour l'explicitation des tennes dans ces équations.)
En général" on néglige le terme rxrxN,. On détermine alors des coefficients plus
élevés qui sont N" et N, . tabules en Annexe 2,1.
'"'''
Si ql' est la pression limite sous 1" pointe et A la section droite du pieu, on a :
Gildas MONTCHO - l'rait'! de fin " ..··//Ide" juillet 1005 - ESI' T1rià
20
Fondations profondes - Dimensiannement er conception d'un programme de calcul.
q =0" xN +1.3xcxN
c l' y
(2.6)
Cette formule n'est valable que lorsque l'on a atteint J'ancrage critique (fîgure 2.3),
c'est-à-dire Dans le cas contraire (D<D
e),
on utilisera la formule pour les
fondations superficielles (formule 2.4).
Lorsque l'ancrage du pieu dans la couche porteuse est supérieur à De. la formule
donnant la pression limite de painle s'éerit :
avec:
q =axN +ÀxcxN
p ,.....
a : constante ayantles dimensions d'une pression égale à 50 kPa ;
(2.1)
À : coefficient de forme. À == 1.3pour tes pieux de section circulaire ou carrée.
B .
À = 1+0.3- pour les barrettes et parois.
L
L: plus grande dimension de la section transversale.
Dans les sols purement cohérents, la formule précédente de qp (formule 2.7) est remplacee
par:
(2.8)
Les caractéristiques à considérer sontl' angle de frottement interne effectif q>' dans les
sols pulvérulents et les caractéristiques non drainées (cu et q>u) dans les sols cohérents,
La résistance limite à la pointe Qp est alors donnée par;
QI'=Axql'
Lorsque D De' la résistance limite devient constante en milieu homogène.
(2.9)
Dans un sol multicouche, l'ancrage critique est plus faible et dépend de la contrainte
verticale (J'" exercée par les couches supérieures. Les résultats expérimentaux ont conduit a
retenir les règles suivantes;
» Dans un monocouche (sol homogène), l'anerage critique est donné par l'expression
De = max{68; J mètres}
» Dans un muhicouchc vrai, Oc = JB
Un multicouche vrai est un multicouche dans lequel I'èpaisseur ct le poids volumique
des couches supérieures à la couche d'ancrage sont tels que la contrainte verticale effective (J'v
au niveau de cette couche est supérieure ou égale li 100 kt'a.
Gilda, MONTCUO .. f'r')il!/ dl!fin d'études iu;1/1'I 200.\ - ESf'
21
Fondations profondes _ Dtmosstonnemont cl conception d'un programme dl' calcul.
Pour le ealeul de Ne, Nq el De. Caquot et Kérisel ont proposé les formules suivantes;
Pour <p =' 0,
N ~ I
q,.., •
Pour (;J i:- 0 ,
B '
D =: -x N 3
~ 4 q...,
N -1
"-
lan qJ
2-1-2 - Frottement latéral,
Le frottement latéral Qr est la résistanee au cisaillement (eontrainte tangentielle)
pouvant être mobilisée au contact du pieu et du sol pendant lem déplacement relatif Il est pris
en compte seulement sur la hauteur D-D
c.
Il est assez difficile à évaluer ct on s'intéressera aux
cas de sollicitations particulières. On le calcule par la formule suivante:
, D - ~
o, =pxL:>, xqr, ~ P x Jqfdh
1=1 0
q-étanr le frottement lateral unitaire.
(2.I'j·
);- Pour les sols purement cohérents. le frottement latéral unitaire est donné par la
fonuu'e .
(2.11)
c., étant la cohésion non drainée du sol.
};- Les valeurs du coefficient Psont données dans le tableau 2.2. Toutefois, les valeurs
de q( obtenues avec la formule 2.11 doivent être bornées supérieurement à une valeur
plafond qf_ .
-
Forés'!' gros
Pieu Forés Battus Injectés
diamètre
Fût en béton
1
0.6 0,7 O} -
Fût en acier - 0,5
0,'
-
Faible pression - - - 1,0
Forte pression -
-
-
1.5
(1) pieux de diamètre > 1,50 rn, barrettes, p"!is coulés à oleinc fouille.
(2.12)
Tableau 2.2 : Valeurs du coefficient 13 pour quelques pieux.
Les valeurs de q/wu sont données annexe 2.2.
Gilda; MONTCJlù - f'r()j"J d,";' .. d'cr"J,'s jlli/icl lOD5 - f."SP 1hii's
22
Fondanons profondes Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
y Pour les soh non cohérents (plllvérulenls 011 grenl1s), le frottement latéral unitaire est
estimé par:
(2.13)
où cr;, et a ~ sont respectivement les eontraintes effecLives horizontale et verticale à mi-
hauteur de la couche où l'on calcule le frottement latéral (contrainte moyenne).
K et CP3 sont respectivement le coefficient de poussée du sol sur le pieu et l'angle de
frottement sol-pieu. Leurs valeurs ont été déterminées par Broms et sont données par le
tableau 2.3.
TYPE DE PIEU
'P.
K (compacité K (compacité
faible) forte}
Pieu acier 20 0,5 1
Pieu battu en béton rucueux 0,75. 1 2
Pieu battu en béton lisse 0,75. 0,5 1
lPieu foré
0,75. 0,5 0,5
0,67. 1,5 4 Pieu en bots COniqUe
Tableau 2.3 : Valeurs de K et tp, pour quelques pieux en fonction de <.p.
y Pour les sols cohérents (cp f:- 0 et c 1- 0), le sol doit être assimilé, soit à un sol purement
cohérent de manière à être ramené à "un des deux cas précédents.
Remarques:
• A titre indicatif, on adopte pour le frottement unitaire des sols non cohérents
(pulvérulents), les valeurs suivantes:
• limon, sable lâche ou cruie molle:
- sable moyen à très compact:
- craie altérée:
qr> 35 kPa.
q-e-Bû à 12ûkPa.
q , ~ 80 à ISO kPa.
• On peut généralement expnmer le frottement unitaire d'un sol par la formule
qf "" K xa: x tan VJ
a
en prenant pour le facteur K tan <Pa' les valeurs suivantes:
- Sols pulvérulents:
- Argiles et vases:
- Pieux battus dans les argiles très molles:
- Pieux métalliques ou chemisés enduits de bitumes;
Gildas MONTCHO - Projet defin d 'étudeslui/kt 2005 - ESP TMh
0.30
0.20 à 0.25
0.10
0.05
23
Fondations profondes thmensionnement el conception d'un programme de calcul.
• Lorsque le frottement latéral le long du pieu est positif on dit que le pieu lasse plus
que le sol ct c'est le cas le plus courant, le frottement latéral est dirigé vers le haut et
panicipc à la résistance du pieu et on a : QI = Qp + Qt.
• Par contre, lorsque le frottement latéral estnégatif on dit le sol tasse plus que le pieu
et surcharge ce dernier plutôt que de le soutenir, le frottement latéral est dirigé vers le
bas et la force portante s'en trouve réduite: QI = Qp - Qr:
3- Calcul de la charge portante QI à partir de l'essai au presslomètrc.
La ruérhode pressiomérrique est fondamentalement empirique el sa propriété la plus
remarquable est qu'elle est applicable à tous les sols ct à tous les types de pieux sans
limitation. Elle ne met cependant pas à l'abri des évolutions de certains sites pour des eauscs
naturelles ou artificielles (roches solubles, phénomènes de fontis, frottement négatif, efforts
parasites divers, .. ) ct tous ces points doivent être étudiés, le eas éehèant.
3-1- Contrainte limite de pointe qp et résistance limite de pointe Qp-
La résistance à la pointe et le frottement latéral sont caleulés à partir des pressions
limites mesurées au pressiomètre. La contrainte limite de pointe se calcule par application
d'une formule liant la pression limite Pie de l'essai pressiométriquc à la pression de rupture
sous la pointe.
dans laquelle pa ct qc sont respectivement les pressions horizontale et verticale totales \k,:
'erres au niveau considéré termes sont souvent négligés, ce qui nous donne:
q
- k x p.
p p 1"
PI: est lapression limite nette équivalente donnée par la formule:
Avec a: max { ,o.som} ;
b : min {a, hl ;
h : ancrage dans la couche où se situe [a pointe du pieu.
(2.14)
i2.l \
Ln pression limite nette équivalente Pl" peut également être calculée .1 partir de l;."
formule suivante :
Gildas MONTCI/O - d..Jin r/'h"'/"'J1"'fkl 2005 - ESP Thi,',".
24
Fondation:sprofondes - Inmensionnement et conception d'url programme de calcul,
(2.16)
Les Irais valeurs Pli, Pl2 el pn représentent les pressions limites Pl mesurées un mètre
au dessus de la pointe, au niveau de la pointe et un mètre en dessous de la pointe.
Pour une eouehe uniforme, on a ; bll - Pl2 - Pl3 - PIJ
Le coefficient de portance k, est fonction de la catégorie du sol, de la nature du pieu et
de la hauteur d'encastrement équivalente De. Ses valeurs, données par le faseieule 62, sont
fournies au tableau 2.4.
C"
~ Nature des terrains
Eléments mis en œuvre sans E1éments mis en œuvre avec
refoulement du sol refoulement du sol
.!-.
1,1 1,4
1
Argiles et limons
B 1.2 1,5
--
C 1,3 1,6
A 1,0 4,2
Sables el graves
B
1,1 3,7
C
1,2 3,2
A 1,1 1,6
Craies
~
_______'_.4__
2,2
-
C
1,8 2,6
Marnes. mamc-calcatres 1,8 2,6
~ ~ e s altérées (1) 1,1 à 1,8 1.8à3.2
(1) La valeur de k
p
pour ces rormatlons est prise égale à celle de la formation meuble du tableau
auquel le matériau concerné s'apparente le plus.
Tableau 2.4 : Valeurs de k, selon le fascicule 62.
La hauteur d'encastrement équivalente D ~ est donnée par la formule:
(217)
avee :
P'I(Z) : pression limite obtenue à la profondeur Z par interpolation linéaire entre les P'I
mesurées Immédiatement de part et d'autre de cette profoudenr ;
hi: épaisseur de la conche rencontrée;
D : hauteur d'encastrement réelle du pieu.
La résistance totale mobilisable par effort de pointe est donnée par Qp = Aqp, A étant
la section droite du pieu,
Gildas MONTCI{() - Proj<'i <h'/in d 't!II,des juif/er 200J F;SP Thih
25
Fondations profondes - Dtmenstonnement et conception d'lin programme de calcul:
Remarques:
• Les valeurs de kl' données dans le tableau 2.4 ne sont valables que pour de vraies
fondations, c'est-à-dire pour un anerage relatif .?: 5.
B

D'après la formule 2.15, un ancrage tel
B
que a == - ou 0.50 m
2
est toléré. Ceei est
aeccprable lorsque le pieu est fiehé dans une couche très résistante (rocher peu altéré
par exemple). Dans les sols meubles, il est vivement conseillé d'adopter un ancrage
minimal de 38 avee un minimum de 1.50 m dans la couche porteuse.
3-2 - Frottement latéral Qr.
Des corrélations ont été établies entre la pressron limite PI du sol el le frottement
latéral unitaire q,.. La méthode générale consiste à choisir, en fonction de la nature du sol et du
type de pieu, une courbe représentant une relation particulière entre Gr ct PI· Les lois lJJ =f(Pù
sont données par les eourbes QI à Q7 de la figure 2.6 elle choix de la courbe à considérer est
donné par le tableau 2.5. Les expressions mathématiques de ees courbes sont données par
le fascicule 62.
: , .
--,-.L@'O"4'1'
-!. -:---. -
.• ' L.L._.
t Qs {..
_ - '-_,_ _
. 1::::·IL : --. -1':: -- @J L .-0.. ' : 1.. - ---
-.;; 11-··' .. ,. :-i ._c...:·
. 1':---:':-;-";- ->
, .. 1-'" 1 - ;" -1 - . " -'C- - .... - -
.. " .rr.: - .... . i" ._L
• - 1 i ." --- (... -t-.---I-...:. ,-;-!- .
o 1 1 -1-- , ·1 --- "--Or : ; j
-i__ .j .. ..
- .••. 1-; 1 i- :: r'-H "
. - -1----;- ----'---,·ô·· --TI"" j l
. i:! ---t- 'f.;. . 1 j .-' "
.: . ., l ',f-
-r- ; - ·--·-i
-r--.'--' - - _ ..• -
._.•.1"';-_' ,.,.
2
J
4
Figure 2.6 : Courbes de frottement latéral.
Gildas MONrClfO --- Projet de.!;n d'études jllilier ?{)OJ-
26
Fa/Ida/Ions profondes - Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul.
=

n ..
\fOl"o
,"
"
a'
Q1' 0,
01'0.]
r'oro bouc
A'
0,'
01["
FOfo 'ub"
! '1
(tube roct.pétê)
a'
a,'
o?
FOIé tubé

ARGlLfS U"'ONS - CRAVES
CflAŒS ... AANE:S socuee
"
,.,
a,.
a]
a, a,
a, a,
a' a'
'"
a'
a, _a,
-_.-
(luhe plmlu) Q 1 i 01
r-'---
lo, ...':1. a,. . ..1_'O!_
::+ 0'- ;;1 C,
Dl .. I----Q;>-. [- Cl (4) OJ 1
10", T--- -'---- ..
--Ol---.t:2. al QI, 1 Q" JI -roi
- __L__ 1 06 1 - Os Q7
Il) ." .. """,," t"'_'lf
(21 da Q'.rod. .. "" ... ,."". mi
\3; lvha "''Or. '-:"'.,",,' .•
14' '. .. ia • t,,·; .. p;J' "'1.""" tv!'''O nep,."..
01(.,.,,·".. ""'..<1.' ,p." ,,"
(6) ''''"""",-a ',,,,,.,,
('fi ,••>"..,ti".. t.-r.I •. 1., " .......h· "-,0.,,1; ev .... Clur .. "V"" .,."',••
Tableau 2.5 : Choix de la courbe de frottement latéral.
4 - Calcul de la charge portante QI à partir de l'essai au pénétromètre.
Il existe une similitude de sollicitation du sol entre un essai au pénétromètre statique ct
un pieu soumis à une charge verticale centrée et cela laisse supposer que cet essai permet
d'obtenir une bonne appréciation de la force portante des pieux. Cet essai, qui sc fait par
enfoncement des tiges dans le sol se fait à vitesse constante et lente au moyen de vérins, est
limité aux pieux fichés Jans des terrains meubles.
Selon le fascicule 62, la hauteur d'encastrement équivalente est donnée par la
formulc :
(2.1S)
Gll,)"s MUN7'(.'HO - P, ,;jd dt:fil d 't1/11dt:s jlJ-illGf ;:OOJ - ES? TfIlÛS
27
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un progromme de calcul.
avec:
q«: résistance de pointe équivalente (définie au paragraphe suivant) ;
qJz) : résistance de pointe lissée à la profondeur z ;
D: hauteur d'encastrement réelle du pieu.
4-1- Contrainte limite qp sous la pointe.
La contrainte limite ou pression limite sous la pointe est donnée par:
q -k·q
p - c u
(2.19)
dans laquelle k, représente te coefficient de portance. Ce cocffieient dépend de la nature du
sol et du mode de mise en œuvre du pieu (foré ou battu) et traduit la proportionnalité entre III
résistance de pointe du pieu el celle du pénétromètre. Ses valeurs, données par le fascicule 67:,
sont présentées dans le tableau 2.6.
Nature du sol et \Pieux mis en œuvre sans Pieux mis en œuvre avec
catéccrfe'" refoulement du sol refoulement du sol
Argiles et
0,40 0,55
A
Sables et graves
B
0.15 0,50
C

Craies
A
0,20 0.30
B 0.30 0,45
1) les catèocrtes de sol A, B, C sont définies au tableau 2]" 1
Tableau 2.6 Valeurs de k
c
selon le fascicule 62.
La résistance de pointe équivotente est donnée par la formule:
avec:
a: max { ,o.som} ;
b: min la, h}, h étaut l'ancrage Je la fondation Jans la couche porteusc ;
lice: résistance Je pointe corrigée (figure 2.7)"
Gildas MONTCHO - PrI'J'"/ de fin d"el..de:>juil/e[ ESP Thil\
; 220)
Fondations profondes- Dimensicnnement et conception d'un programme de calcul.
-.'---
rv
,

1---'-.-

.- l '

1. .. __".. 1
i

\\:::
!
te-
D
!
z
-

-
1
-
co·
t.
+- ..
(

'2..
'=c-
c:
--
)
Figure 2.7: Résistance de poînte équivalente.
q« est obtenue comme suit:
calcul J..: la contrainte moyenne q<", sur la hauteur b à +3'1 par rapport .1 la base du pieu.
plafonnement à 1.3 qcm des résistances supérieures à cette valeur, soit qcc(z) le diagramme ccrcté.
calcul dc la nouvelle moyenne q" avec prise en compte des valeurs plafonds.

Pressiomètre Pénétromètre
P,IMPa)
0, IMPa\
A uuiles el limons mous <0,7 < 3,0
limons
B veltes et limons fermes 1,2-2,0 3,0·6,0
C lt\rclilestrès fermes à dures > 2,5 < 6,0
A Lâches < 0,5 < 5,0
graves
B Moyennement compacts 1,0·2.0 8,0 - 15,0
C omoacts > 2.5 > 20,0
A Molles < 0,7 < 5,0
rraies B Itérées 1.0 - 2,5 > 5,0
C Compactes > 3,0 -
Marnes A andres 1,5·4,0 -
Marna-calcaires B > 4,5 -
Roches"
A Itérées 2,5 - 4,0 -
.-
B Praornentées > 4,5 -
(0) L'appetauon "roches" peul regrouper des matériaux divers: calcaire, schiste, granite, etc
classiûcaûon est réservée S'JX materiaux oeèsentant des modules orsssicmétroues > 50 a 80 MPa
Tableau 2,7 Catégories conventionnelles de sols.
Gildas MONTC/IO - Projd dl' fin d'éludes jlJillel 2005 - FSP n,;,:s.
29
Fondations profondes - Dimensionncment el conception d 'UI/ programme de calcul.
Remargues:
• Les valeurs de k
e
données dans le tableau 2.6 ne sont valables que pour de vraies
fondations profondes, e'est-à-dire pour uuc hauteur d'encastrement équivalente telle
D
que zs: 2': 5.
B

D'après ia formule 2.20, un anemgc tel que a'" B ou 0.50 ID est toléré. Dans les sols
2
meubles, il est vivement conseillé d'adopter un ancrage minimal de 36 avee un
minimum de 1.50 m dans la eouehe porteuse.
4-2 - Frottement latéral unitaire limite,
I! est difficile et peu pratique d'évaluer le frottement latéral unitaire le long du pieu à
partir du frottement mesuré lors de l'essai pénétrornétrique mais il existe une relation entre k
frottement latéral unitaire limite qr du pieu et la résistance à la pénétration statique qc:
q ='1.
f P
(V, 1
(2.22)
Les valeurs du eoeffieient j3 out été données dans le tableau 2.2 plus haut.
Néanmoins, comme précédemment (paragraphe 2-1-2), il eonvient de plafonner la valeur .t.,
qr donnée par eette formule, soit:
qr
5 - Charge admissible nette Qld d'un pieu foré.
On appelle charge admissible d'un pieu la charge maximale que l'on pl lisse lui appliquer sans
risque de rupture et sans que les tassements dépassent une eertaine valeur appelée tassement
limite La charge admissible sera comparée à la charge résultante de la descente de charge. On
introduit ainsi la notion des facteurs de sécurité. Suivant les règles du B.A.E.L, les efforts (de
pointe et frottement latéral) sont affectés des coefficients rédueteurs suivants:
QI" ; foree portante nette à 1J. pointe du \lICU. Dans les sables, on peut assimiler la force
portante' hrute Qpà la foree portante nene.
Gi/d(/J' MONTCHO Projet defi" d'érudesjuil/cr 200j ESP Thiès.
JO
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul .
Qr: force de frottement mobilisable par le pieu.
6 - Pieux sollicités en compression ou en traction.
Nous avons vu plus haut que la charge limite du pieu en compression s'écrit:
On admet que le frottement latéral limite mobilisable est identique, que le pieu soit sollicité en
compression ou en traction. La charge limite de traction Qm s'écrit donc:
(2.23)
Pour déterminer les charges admissibles sous les états limites de service, on fait
référence à la charge de fluage qui peut être déterminée, soit par un essai de chargement du
pieu, soit à l'aide des formules 2.24, 2.25 et 2.26 suivantes.
La charge de fluage en compression Qc est donnée par la formule 2.24 pour les pieux
mis en œuvre refoulement du sol (pieux forés).
(2.24)
Pour les pieux mis en œuvre avec refoulement du sol (pieux battus), elle est donnée par ta
formule 2.25 :
(2.25)
La charge defIuage en compression (k est donnée, quelque soit le cas, par la formule ;
(2.26)
Les charges admissibles sous les différentes sollicitations sont données par le tableau 2.8,
d'après le fascicule 62.
Etats limItes Combinaisons [Traction Qmin Compression Qmax
Fondamentales
- Q",
z,
Ultimes
lAO 1.40
Accidentelles
Q", Q,U
1.30 1.20
Rares
-
-R..
De service
1.40 1.10
Quasi-permanentes
«.
0(1)
1.40
1) D'apr ès le fascicule 62. les pleux ne sont normalement pas conçus pour travailler en traction
kJeraœn permanente. ce Iype de fonctionr.ement est admis pour les les mlCfQpieux
Tableau 2.8 : Charges admissibles en traction Qmln et en compression
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'Î!ludesjuil/et2005 - ESP Thiès.
31
..
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
7 - Tassement d'un pieu isolé.
Le tassement d'un pieu isolé sous les charges usuelles est généralement faible et ne
constitue pas un paramètre de calcul déterminant pour la plupart des structures. Par contre,
dans certains cas où l'on a des pieux isolés, il est nécessaire de prendre en compte le
tassement .
Expérimentalement, on remarque que le tassement en tête des pieux est en général de
l cm, sous une charge de référence égale à O.7Qp et ce, pour une gamme de pieux dont la
longueur de fiche est comprise entre 6 et 45 ru, et dont le diamètre B varie entre 0.30 et 1.5û
m.
On définit une valeur limite du tassement notée Sref sous la charge de référence :
• Pour les pieux forés:
Secr= 0.006 B (avec des valeurs extrêmes de 0.003 et 0.010 B)
• Pour les pieux battus:
Srcr= 0.009 B (avec des valeurs extrêmes de 0.003 et 0.010 B)
Gildas MONTCHO- Projet defin d'étndes juillet ëûûi - ESP Th/à
32
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
III - GROUPE DE PIEUX.
1- Comportement d'un groupe de pieux.
Les pieux sont, dans la pratique, presque toujours battus ou forés par groupe. Il
convient donc d'étudier l'intluence de ce voisinage sur la force portante de chaque pieu du
groupe et le tassement de l'ensemble. Lorsque les pieux sont rapprochés, il ne suffit pas de
vérifier la résistance d'un pieu considéré comme isolé. En effet, il arrive que la charge limite
globale Qg du groupe de n pieux soit inférieure à la somme des charges limites des pieux du
groupe QI considérés comme isolés. Dès que l'entraxe de deux pieux est inférieur à un
,
dixième de leur longueur, la capacité portante de chacun des pieux est diminuée. Cet
abaissement de la capacité dépend de la taille de chaque pieu, de la forme du groupement
ainsi que de la nature du terrain. Cette perte de résistance peut s'évaluer à l'aide de plusieurs
méthodes.
Le coefficient d'efficacitéf èagroupe de pieux est un coefficient correcteur qui s'applique à la
force portante du pieu isolé et permet d'évaluer la force portante de l'un des pieux du groupe.
Il se définit conune suit :
(2.27)
Une idée intuitive de l'effet de groupe est donné par des pieux battus dans un sable
lâche. Le battage et la pénétration des pieux resserrent la structure et compactent le sol entre
les pieux, ce qui confère au groupe une force portante améliorée (f> 1), En milieu serré au
contraire, du fait de la dilatance, la pénétration des pieux produit un relâchement de la
structure avec augmentation de l'indice des vides, qui se traduit par une diminution de la
capacité portante du groupe (f < 1).
Parmi les différentes méthodes qui ont été avancées pour le calcul de la capacité
portante d'un groupe de pieux, nous indiquerons la méthode basée sur le coefficient
d'efficacité. Plusieurs formules ont été avancées pour le calcul du coefficient d'efficacité f.
Nous proposons ici la formule de « Los Angeles » :
f=l-B. 1 [m(n-l)+n(m-l)+.fi(m-l)(n-l)]
L n -m-n
Dans laquelle:
m : nombre de rangées ;
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études juillet 200S - ESP Thiès.
(2.28)
33
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de c3
leul
.
n : nombre de pieux dans chaque rangée;
B; diamètre d'un pieu;
L : entraxe des pieux d'une même rangée.
La charge portante limite d'un pieu du groupe est alors donnée par:
Et la charge portante limite du groupe est donnée par :
N étant le nombre de pieux du groupe.
Q;=j 'Q,
Qg =N·j·Q
On notera l'existence de la formule de Converse-Labarre qui ne s'applique qu'à
certains milieux sableux ;
(m-l).n+(n-l)·m
J = 1- e·
90·m·n
où e=tan -) ( l en degrés.
Une autre méthode qui donne des résultats comparables est la méthode de la « règle de
FELD» qui admet que chaque pieu a pour charge portante la charge portante d'un pieu isolé
diminuée d'autant de fois 1116 de sa valeur qu'il a de pieux voisins.
Par ailleurs, la transmission des contraintes en profondeur sous un groupe est
différente de celle sous un pieu isolé. Il y a en effet, interférence des contraintes induites par
chaque pieu et un effet radier apparaît (voir figure 2.8).
- : ', . .
. ' '.-
Q
. .
' ..
. , ' . .
o Q Q 0 0 Q
A- B . Radier fi ctl f pour pieux ([ ant
en pointe.
 - BI. Radier fictif pour pieux flottants
a) Pieu isolé b) Groupe de pieux
Figure 2.8 : Action d'un groupe de pieux en profondeur.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études juil/et 2005 - ES? Thiès.
34
Fondations profondes - Di'flensionnement et conception d'un programme de calcul.
2 - Sécurité vis-à-vis de la rupture du groupe de pieux.
On considère le pieu comme une pile monolithique de largeur 8
g
, de section
correspondant là l'enveloppe du groupe de pieux (aire A), de périmètre P correspondant au
contour-enveloppe et de fiche 0 (figure 2.Sb et figure 2.9).
La résistance à la rupture de la pile est la somme de deux tenues: la résistance de
pointe sur l'aire A et le frottement latéral sur le fût de la pile.
La charge limite de pointe Qgp se calcule comme celle d'une fondation superficielle,
serni-profonde ou profonde selon le rapport .!2. S'il existe une couche molle sous-jacente, il
B
g
faut considérer [a fondation comme fondée sur un bicouche. Ceci est relatif aux méthodes de
dimensionnement des fondations superficielles et sort du cadre de cette étude.
La charge limite en frottement latéral pour un milieu homogène est Qg[ = p. qf ' D.
J3--9 _.
' ';
Figure 2.9 : Pile fictive.
La justification du groupe se fait en incluant dans les sollicitations le poids des pieux
et du massif de sol formant la pile monolithique fictive.
Si le calcul conduit à une sécurité insuffisante vis-à-vis de la rupture, il faut élargir la
pile fictive en écartant les pieux ou bien les allonger.
3 - Tassement d'un groupe de pieux.
Les tassements d'un pieu isolé sous une charge nominale sont généralement faibles
(inférieurs à 1 ou 2 cm) et l'on ne s'en préoccupe pas. Par contre, les dimensions d'un groupe
de pieux sont telles qu'il peut transmettre les charges qu'ils supporte à des profondeurs assez
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'études juillet 2005 - ES? Thiès.
35
Fondat ions profondes - Dimensiannement et conception d'un programme de ca/cul.
importantes au dessous de la pointe des pieux, ce qui peut entraîner des tassements non
négligeables des couches sous-jacentes,
Terzaghi et Peck ont proposé les méthodes suivantes pour prévoir le tassement d'un
groupe de pieux flottants dans l'argile. On considère une semelle fictive située au 213 de la
longueur des pieux et qui supporte les charges permanente Qappliquées sur la semelle qui
supporte les charges permanentes Q appliquées sur la semelle de liaison (figure 2.10a). On
calcule le tassement de cette semelle en prenant une répartition des contraintes en profondeur
à 1pour 2.
Argile Sable
D D
q
-._--
- ------
/ \ /
q =...9-
\
1 / \ 1 / \
2V
\J2
/
BxL
\
q- Q
H
1 1
]H j,
/
- 8xL
\
2f
Argile
1 \
(a) Rocher ou sol dense (b) Rocher ou sol dense
Figure 2.10 : Calcul du tassement d'un groupe de pieux.
Dans ce cas, le tassement est égal à celui de la couche d'épaisseur H. Dans le cas de
pieux battus dans un dépôt de sable reposant sur une couche compressible, l'on procède de la
même façon, sauf que H représente l'épaisseur de la couche d'argile (figure 2.10b). La
même procédure est suivie lorsque les pieux travaillent en pointe, mais le sable repose aussi
sur une couche d'argile assez compressible (figure 2.11).
D
Sollrès mou
ou très llliche
Rocher ou sol dense
Figure 2.11 : Pieux chargés en pointe dans un massif de sable.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'études juil/el 2005 - ESP Thiès.
36
;;;=
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
De plus, s'il y a un frottement négatif, il faut que les charges causées par ce frottement
soient incluses dans les charges totales que le groupe de pieux doit supporter. Dans le cas des
sables, les tassements sont généralement faibles et rapides, et ne posent guère de problèmes.
Toutefois, dans le cas de pieux flottants dans un sable lâche, on pourra par sécurité appliquer
la méthode de la semelle fictive décrite précédemment.
Gildas MONTCHO - Projet defin d 'études juil/el Z005 - ESP Thiès.
37
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
IV - FROTTEMENT NEGATIF SUR LES PIEUX.
1- Description du phénomène.
Le frottement négatif se manifeste lorsque le terrain traversé par le pieu est le siège
d'un tassement ou lorsqu'une couche du sol prend appui sur le pieu et le charge. Ceci se
produit dans trois cas principaux, lors du rabattement d'une nappe phréatique, en raison de la
surcharge de couches très compressibles par des remblais ou pendant la consolidation du sol.
La charge ainsi ajoutée peut être grande. Le sol s'enfonce par rapport au pieu et non l'inverse
comme c'est le cas dans des conditions courantes de sollicitations des pieux. S'il y a
déplacement, il se produit alors un frottement au contact sol-pieu (voir figure 2.12). Il se
développe donc un frottement latéral dirigé ver le bas qui provoque un effort de compression
dans le pieu.
Les déplacements verticaux du sol (tassements) sont maximaux à la partie supérieure
et diminuent avec la profondeur. En effet, le déplacement AA' est dû au déplacement de la
couche d'épaisseur H et le déplacement CC' n'est dû qu'au tassement d'une couche
d'épaisseur H-z. A partir d'une profondeur H', le tassement du sol est inférieur ou égal à
l'enfoncement du pieu sous l'effet de la charge qu'il supporte. Le point situé à cette
profondeur est appelé point neutre N (figure 2.12).
<D
I
._•.•.•.•••••.• _....;5ub.strflfurn..nQlÔe. •_•_' _•_...... _•.• _•.•••
1 J
-,...


"
I
"A,' • - .. - .. - •. - - - • - ••• •.• ':t-: - - . - -8"
N
.....:7.. '.: .t :'. .. "..:..
- ... Sol-coFnFlre ssole . - .. - - . - - . - .. - - ..
, .. .. .. - .. .. .. .. .. & .. - .. • , - .. .. - .. .. .. .. .. .. .. .. -
'c ..... ......... - .... .. , ... '[j
-
.... or ............................. ......... ..
. . . . . . . . . . . . . . . . • . .. ' .. li' ...lL
I
..
N
. . . . . - - . . - . . - - - . - . . . . l. - . . - - . .
••• , •••• °K ......... , .. Mr;:;' •.•••.• °
,
ql . ,,< '
I
•• , • .. • •• 1, f' f···· .. .: .......
::: :::::::::::::::::::::::::::::::: :-fJN::::::::::::
.. • 1 • .. JI" .. ... .. .. • • • ... .. • • .. • .. • .. ... • .. ... ..
....... - ... -_ .. ... - ....... ... __ ...... -- .....
r . . . r
,
. . .. , , .. ..
.' 0'
r . .. . . ..
,
. . .
. ... .. . . ... .. .. .... .. . . .... ,.. .. .. .. .. ... .. . .. . . .. .... ... ,.. . .. ..
.. ... .. .. . .. .... . .. ... .. . .. .. .... ... .. .. .. .... .... .. .. .. .. ... ... .. .. ..
Figure 2.12 : Frottement négatif sur un pieu.
GildasMONTCHO - Projet defin d'étudesjuillet 2005 - ES? Thiès.
38
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
2 - Méthode de calcul.
La détermination de l'intensité du frottement négatif est extrêmement difficile, même
pour un pieu isolé. Pour leur évaluation, il existe certains principes de base à suivre:
1. Sauf cas particuliers (liquéfaction des sols), le frottement négatif est un phénomène
lent, puisqu'il ne peut se développer qu'au fur et à mesure de la consolidation de-s
couches compressibles. Les caractéristiques mécaniques à prendre en compte sont
donc les caractéristiques effectives <p' et c.
2. Au-delà du point neutre N, le frottement négatif n'existe plus.
3. Si le pieu traverse un remblai surchargeant le sol, le frottement négatif s'exerce sur
toute l'épaisseur du remblai et sur la couche compressible jusqu'en N.
Le frottement négatif unitaire C
n
est donné par la formule ci-après:
ln (z) = a ~ (2) .tan 0 = K .a: (z).tan 0 (2.29)
O " ~ (z) étant la contrainte effective verticale à une profondeur quelconque z et à proximité
immédiate du rut du pieu, K le coefficient de pression des terres au contact sol/pieu et 0
l'angle de frottement sol/pieu qui dépend du type de pieu et de la nature du sol.
2-1- Valeur maximale du frottement négatif.
Suivant l'hypothèse la plus simple, on admettra que la contrainte verticale O " ~ (z)
correspond au poids des terres et à la surcharge à la profondeur considérée. Le frottement
négatif total Fu sur le pieu s'obtient alors par intégration de la formule précédente (2.29)
depuis la partie supérieure du pieu jusqu'à la profondeur du point neutre. Cette méthode
conduit généralement à une surestimation du frottement négatif parce que l'effet d'accrochage
n'est pas pris en compte. L'estimation du frottement négatif ainsi obtenue correspond donc à
une valeur maximale.
(2.30)
2-2 - Description et prise en compte du phénomène d'accrochage.
À proximité du rut du pieu la contrainte 0":. est réduite en profondeur parce qu'une
partie du poids des terres est transmise dans le pieu par le frottement négatif mobilisé au-
dessus du point considéré: c'est l'effet d'accrochage.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'éludes juillet 2005 - ESP Thiès.
39
Fondations profondes - Dimenstonnement et conception d'un programme de ca/cul.
Aune distance p de l'axe du pieu voir figure 2.13)., l'effet d'accrochage ne se fait
plus sentir et la contrainte verticale à la profondeur z désignée par Œ; (z) correspond au poids
des terres et des surcharges. À une distance r comprise entre le rayon du pieu R et P, l'effet
d'accrochage réduite la valeur de la contrainte verticale; soit o - ~ (z,r) cette contrainte. À la
distance R correspondant au rut du pieu, la contrainte réduite est toujours désignée par 0-: (z),
Figure 2.13 : Effet d'accrochage.
Ce mécanisme a été étudié par O. Combarieu. En considérant un pieu circulaire de
rayon R, l'équilibre des forces impose que:
La valeur de Œ: (z, r) est donnée par :
u; (z,r)-u; (z):[u; (z)-u; (z)]-[1-,-"' ~ R ] (2.31)
À est un coefficient caractérisant l'amplitude de l'accrochage du sol autour de la fondation; il
prend les valeurs suivantes:
À= l
O,5+25K· tan 0
À =0.385 - K . tan 0
,1,=0
si K· tan 0 s 0.150
si 0.150 :5 K · tan 0 ~ 0.385
si K· tano > 0.385
(2.32)
Gildas MONTCHO - Projet defin d'étudesjuitlet 2005 - ESP Thiès.
40
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
Le calcul consiste donc à déterminer la valeur de o - ~ ( z). Il s'effectue en découpant le
sol en tranches horizontales et en effectuant te calcul successivement pour chaque tranche de
haut en bas.
Soit cr: (z/) la contrainte verticale au contact du fût du pieu au sommet de la tranche i
d'épaisseur AZi; la valeur de a;. (ZI-tl) est donnée par les formules suivantes:
Posons;
(2.33)
cr: (Z;+I) est donnée par la formule 2.34 si /l(À.) :f. 0 et par la formule 2.35 si 1l0,) =O.
(2.34)
(2.35)
2-3 - Application pratique.
2-3-1 - Valeurs de K· tan t5
Le frottement négatif total F
n
s'exerçant sur le pieu peut être très élevé et absorber une
part prépondérante, voire la totalité de la capacité portante du pieu. Pour réduire F
n
, des
dispositions spéciales peuvent être prises. On citera à ce titre le traitement de la surface des
pieux avec des enduits à base de bitume ou bien la réalisation d'un double chemisage sur une
certaine hauteur.
Les formules précédentes font apparaître le terme (K· tan t5). Les valeurs données
dans le tableau 2.9 peuvent être adoptées.
Nature du sol
Type de pieu
Foré tubé Foré Battu
Tourbe, arqile et limon mous 0,10 0,15 0.20
~ Ç J i l e et limon fermes à durs 015 0,20 0,30
Sables et graves très lâches 1,35 0,35 0,35
Sables et craves lâches à peu compacts 0,45 0,45 0,45
Sables et graves moyennement compacts à compacts 0,5 à 1 0,5 à 1 0,5 à 1
Tableau 2.9 : Valeurs de K· tana.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d' étudesjuillet 2005 - ESP Thiès.
41
Fondations profondes- Dimensionnement et conception d'un programmede calcul.
2-3-2 - Cas particuliers.
• Pieux battus ou chemisés enduits de bitume dans les sols fins :
• Cake annulaire de bentonite:
K· tan 0 ::: 0.02 .
K . tan r5 =0.05.
2-3-3 - Détermination de la position du point neutre.
Le frottement négatif est normalement calculé jusqu'au point neutre situé à la
profondeur H'. On admet que ce point correspond à tU1 tassement résiduel des couches
inférieures (calculé sans tenir compte des pieux) égal à B/100, cette valeur étant estimée
forfaitairement comme celle du tassement du pieu.
Cependant, l'effet d'accrochage peut être tel qu'à une profondeur z (z < H'>, la
contrainte verticale au contact du pieu 0": (z) devienne égale à la contrainte initiale O " ~ o (z) .
Si tel est le cas, le calcul par tranches est arrêté à la profondeur z.
2-3-4 - Choix de la méthode.
Le frottement maximal déduit de la formule 2.29 peut être retenu dans les cas
suivants :
o épaisseur des couches intéressées faibles,
o valeur de F, modérée,
o F
n
provenant essentiellement d'une couche superficielle à angle de frottement interne
élevé pour laquelle l'effet d'accrochage est nul (À =0).
Dans les autres cas, il est recommandé de tenir compte de l'effet d'accrochage en utilisant la
méthode de O. Combarieu.
3 - Frottement négatif sur les pieux d'un groupe.
Dans un groupe de pieux, tous les pieux ne sont pas sollicités de manière identique ; le
frottement négatif sera mo ins élevé sur un pieu central que sur un pieu extérieur. Les règles
empiriques ci-après sont utilisées.
Soit :
F
n
( co) le frottement négatif sur un pieu isolé,
Fn(b) le frottement négatif sur un pieu d'un groupe illimité de pieux identiques avec
des entraxes respectifs d et d dans les deux sens .
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études juil/el 2005 - ESP Thiés.
42
(2.36)
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
Fn(b) est calculé par la même méthode que pour le pieu isolé, le coefficient lJ. prenant cette
fois-ci une valeur différente qui est fournie par l'annexe 2.2. La valeur de b est donnée par :
b;: }; pour une seule file de pieux d'entraxe d (figure 2 . 1 : ~ ) et par
[d7
b =~ - - - - - ; - pour un groupe (figure 2.13 b).
Le frottement négatif F; sur chaque pieu d'un groupe est obtenu par la formule 2.37, les
valeurs des coefficients a. et Pdépendant de la position occupée par le pieu.
}> Dans une file unique :
(2.37)
• pieux d'extrémités (a)
• pieux intermédiaires (b)
}> Dans un groupe de pieux :
• pieux d'angle (a)
• pieux extérieurs (e)
• pieux intérieurs (i)
r---tttn
a e e e a
a) File unique
1
a=-
3
2
a=-
3
7
a=-
12
5
a=-
6
a=l
/3=3..
3
/3=!-
3
5
/3=-
12
ft=!
6
ft=O
b) Groupe de pieux
Figure 2.14 : Position des pieux.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'études juil/er 200S - ESP Thiès.
43
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
v - EFFORTS HORIZONTAUX ET PIEUX INCLINES.
Les murs de soutènement sont plus indiqués pour la reprise des efforts horizontaux sur
les ouvrages de fondation. Néanmoins, il arrive que les pieux soient soumis, en plus des
efforts verticaux, à des efforts horizontaux limités, Les efforts horizontaux généralement
admis pour les pieux verticaux sont résumés dans le tableau 2.10.
Type de pieu Tête Type de sol Efforts horizontaux admisJkN)
libre ou
sable 6.7
Bois arQile 6,7
(B = 0,30 m)
encastrée
sable 18.0
argile 18.0
Béton libre ou sable 27,0
(B = 0,40 m) encastrée
arcile 22,0
Tableau 2.10 : Efforts horizontaux admis pour les pieux verticaux.
Remarques:
• L'encastrement est réalisé si le pieu est « noyé » de 50 cm au minimum dans le béton
de la semelle.
• Dans le cas des argiles molles, les efforts horizontaux admis sont de l'ordre de 5 kN.
• Les pieux en béton fondés dans de l'argile molle et soumis à des efforts horizontaux
supérieurs à 5 kN devront être armés en flexion.
• Les déplacements horizontaux admis dans le cas des édifices courants sont de l'ordre
de 6 à 7 mm.
• Dans le cas où les efforts horizontaux sont supérieurs à ceux indiquées au tableau
précédent, il peut être plus économique d'utiliser des pieux inclinés.
Pour qu'un pieu supportant en tête un effort vertical Qv et un effort horizontal QH ne
subisse que des efforts de compression axiaux (la résultante QR passant par l'axe du pieu), il
[aut l'incliner (voir fi 9ure 2.15).
Cet angle d'inclinaison est en général fixé et un pieu ainsi incliné peut reprendre un
effort horizontal QH, fonction de l'effort vertical Qv appliqué, l'effort axial étant limité par la
charge nominale ou admissible du pieu :
QH =Qy 'tana
QR = ~ ~ QN' soit Qv ~ QN -coszr
cosa
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études juillet 2005 - ESP Thiès,
44
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
/
/
Figure 2.15 : Pieu incliné chargé axialement.
QN est généralement calculé comme pour un pieu vertical. Les valeurs admissibles de
Cl sont fixées en fonction du matériel de forage (pieux exécutés en place) ou de battage (pieux
battus). Les règles suivantes peuvent être adoptées;
1- Pieux exécutés en place.
Si B ~ 1.20m , inclinaison déconseillée;
Si 0.80::; B <l.20rn • inclinaison de 12
0
au maximum ;
Si B < O.SOm, inclinaison limitée à 12
0
si le terrain est aquifère et pouvant atteindre
18
0
si le terrain est non aquifère.
2 - Pieux battus.
La valeur de Ct est limitée à 20
0
pour des raisons de rendement et de battage.
Lorsque les efforts horizontaux sont très importants par rapport aux efforts verticaux, on est
amené à disposer les pieux de façon à ce que certaines files travaillent à l'arrachement
(figure 2.16). Le pieu résiste alors uniquement par le frottement latéral, qui est généralement
pris égal à 40% ou 50% du frottement latéral utilisé pour les calculs en compression.
Si, au cours de la vie de l'ouvrage, le système de charge se modifie, le pieu doit
résister en fléchissant et mobiliser la butée latérale du terrain. Dans ce cas, on a théories
faisant appel à la réaction latérale du sol.
Gildas MONTCHO - Projet defin d'études juillet 2005 - ES? Thiès.
4S
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
Figure 2.16: Disposition avec une file de pieux travaillant à l'arrachement.
Giidas MONTCHO - Projet de fin d' étudesjuillet 2005 - ESP Thiès.
46
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'WJprogramme de calcul.
VI -JUSTIFICATIONS ET DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES.
1 - Capacité portante ou force portante.
1-1 - Force portante limite QI.
Comme nous l'avons vu plus haut, la force limite QI d'un pieu fait intervenir deux
termes : le terme de pointe Qp et le frottement latéral Qf.
• Lorsque le frottement latéral le long du pieu est positif (le pieu tasse plus que le sol et
c'est le cas le plus général), le frottement latéral est dirigé vers le haut et participe à la
résistance du pieu. On dit que le frottement latéral est positif et : QI =Qp + Qr
• Lorsque le frottement latéral est négatif (le sol tasse plus que le pieu et surcharge le
pieu au lieu de le soutenir), le frottement latéral est dirigé vers le bas et la force
portante est égale à l'effort de pointe diminué du frottement latéral: on dit que le
frottement latéral est négatif et QI =Qp - Qr;
On peut choisir d'annuler j'effet du frottement négatif en rendant lisse la paroi du pieu par
un enduit comme le bitume.
1-2 - Force portante admissible.
Selon la règle des contraintes admissibles, la charge Q appliquée à la fondation,
résultant de la descente de charge aux états limites, doit rester inférieure à la force porta nt
admissible Qad du sol de fondation définie plus haut: Q :s; Qad
2 - Type de pieux.
Le choix du type de pieux n'est généralement pas fait au niveau de l'étude des fondations.
C'est le plus souvent l'entreprise qui propose une technologie particulière à partir de
critères qui peuvent être:
les orientations définies dans le dossier d'appel d'offres (type de pieux),
les habitudes locales ou liées au type d'ouvrage considéré,
le matériel dont dispose l'entreprise,
la configuration du site : (site aquatique ou terrestre),
[a nature des sols et la circulation de l'eau,
le coût. ..
Gildas MONTCHO - Projet defin d'études juillet 2005 - ES? Thiès.
47
Fo.':.t}a/i?,:s p r o f o n ~ e s - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
3 - Dimensions et inclinaison.
3-1- Diamètre.
Pour les pieux circulaires, on parle de diamètre D alors que pour les autres sections, on
parle de largeur B.
Les gros pieux forés ou puits (B >1.00m) sont en règle général, réservés aux grands
ouvrages.
Les pieux forés, non tubés sur toute leur longueur, ont une dimension transversale
minimale de 0.60 m. Pour les ponts-routes, il est recommandé de ne pas descendre au
dessous de 0.80 m.
Les petits pieux ne sont adaptés qu'aux ouvrages modestes, d'appuis modérés.
Plus particulièrement, les micropieux ont un diamètre inférieur ou égal à 250 mm
Si les efforts horizontaux sont faibles, les pieux de faible diamètre (B ~ 0.60 m)
peuvent convenir, quine à les incliner, alors que ceux de grands diamètres ont
rarement besoin d'être incliné.
Le choix du diamètre du pieu peut être conditionné par sa longueur.
3-2 - Longueur.
La longueur des pieux dépend :
de l'épaisseur des couches de sols résistants devant être traversées par le pieu pour
mobiliser un frottement latéral suffisant.
de la profondeur du substratum résistant et de l'encastrement prévu dans le substratum si
l'étude montre qu'il est nécessaire de l'atteindre.
Remarques: Dans le cas où le substratum n'existe pas où se trouve à grande profondeur,
on cherchera à profiter au maximum de la résistance au frottement latéral. Les pieux sont
alors dits flottants, car l'effort de pointe est très faible.
3-3 - Inclinaison.
La seule limite à l'inclinaison, quels que soit le diamètre et le type de pieu, reste
imposée par le matériel d'exécution. Actuellement, on ne dépasse pas une
inclinaison de 20
0

4 - Disposition en plan d'un groupe de pieux.
La disposition en plan des pieux d'une même fondation doit permettre:
Gildas MONTCHO <Projet defin d'étudesj uillet 2005 -ES? Thiès.
48
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul
- d'assurer une répartition la plus homogène possible des charges axiales entre les différents
pieux,
- d'assurer le centrage du groupe de pieux sous les parties de la structure qui transmettent des
sollicitations à la fondation.
L'espacement minimal de deux pieux doit être de 1.5 B, soit un entraxe minimal de 2.5 B, et
cela pour de raisons d'exécution (B étant le diamètre du pieu en m). Bien qu'il n'existe pas
d'espacement maximal à respecter, il faut éviter une distance entre pieux trop importante qui
conduit à une forte épaisseur de la semelle de liaison.
5 - Démarche à suivre pour une étude de fondations profondes.
Le dimensionnement d'une fondation sur pieux ne peut se faire que par tâtonnements.
On part d'un avant-projet établi de façon plus ou moins empirique: c'est le
prédimensionnement. On le soumet ensuite aux vérifications nécessaires. Si une ou plusieurs
conditions ne sont pas satisfaites, on reprend le projet jusqu'à l'obtention d'une fondation
capable de résister correctement aux charges transmises par l'ouvrage et résultant d'une
descente de charges.
On peut schématiser les étapes d'un projet de fondations profondes de la façon suivante:
.:. reconnaissance géotechnique et essais;
.:. descente de charges des ouvrages;
.:. choix entre fondations profondes et fondations superficielles;
.:. type et profondeur des fondations ;
.:. calcul des charges limites ;
.:. calcul des charges admissibles et, parfois, détermination des tassements ;
.:. dirnensionnement des pieux (béton, armature, acier, etc.)
.:. vérifications particulières: frottement négatif, risque de cisaillement des pieux, effet de
groupe, etc.
On obtient une première approximation du nombre de pieux en divisant la charge verticale
par la charge maximale que peut supporter le pieu, et cela à l'état limite et sous les
combinaisons d'actions les plus défavorables;
Il ne faut pas non plus perdre de vue qu'un projet de fondation, au -delà de la
confrontation des charges apportées par la superstructure aux propriétés mécaniques
du site, doit tenir compte des problèmes posées lors de l'exécution.
Mentionnons qu'on ne doit envisager des fondations profondes dans un projet qu'après
avoir conclu que les fondations superficielles ne sont pas possibles.
Gildas MONTCHO - Projet defi" d'etudes juil/el 2005 - ESP Thiès.
49
Chapitre 3
PROGRAMME DE CALCUL FONDPRO.
Fondations profondes- Dimensionnement et conceptiond'un programme de calcul.
1- PRESENTATION DU PROGRAMME FONDPRO.
L'objectif principal de ce projet de fin d'études était l'élaboration d'un programme de
calcul des fondations profondes. Le programme élaboré - FondPro 1.0 (figures 3.1) -
développé avec Borland C++ Builder sous Windows XP, comporte trois modules ou
méthodes de calcul des pieux que sont:
La méthode des Hollandais,
La méthode de Crandall,
La méthode Csp.
Méthode de Crandall "l" Méthode des Hollandais
Méthode C-phi 1 Mi?thodo
Quitter
Figure 3.1 : Interface du programme FondPro 1.0.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'études juil/el 1005 - ESP Thiès.
50
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'UT/ programme de calcul.
II - MANUEL D'UTILISATION.
1 - Aperçu du programme FondPro 1.0.
• Le programme FondPro est divisé en trois modules, chacun étant accessible par un
bouton indiquant le libellé de la méthode de calcul utilisée.
• Un clic sur des boutons .cpar exemple « Méthode de Crandall ») ouvre au-dessus de la
fenêtre principale une autre fenêtre permettant de saisir les différents paramètres
permettant le calcul de la capacité portante des pieux battus par la méthode Crandall.
• Un appui sur la touche Tabulation permet de passer d'une zone d'édition à l'autre.
• Certaines zones d'édition ne sont pas modi fi ables : eUes sont juste destinées à afficher le
résultat d'un calcul.
• Une fois le calcul effectué, les résultats sont visibles en cliquant sur le bouton
« Output ». Pour revenir à l'écran de saisie des données, il faut cliquer sur le bouton
« Input ».
• fi est possible d'enregistrer les résultats afm de continuer un projet ultérieurement. Il est
également possible de les imprimer à l'aide du bouton « Print». Un exemple de calcul
par la méthode de Crandall est fourni en Annexe 3.1.
• Un clic sur le bouton « Quitter» permet de quitter le module dans lequel on se trouve
ou de quitter le programme.
• Les boutons « New», « Open », « Save» et « Save As » permettent respectivement de
créer un nouveau projet, d'en ouvrir un précédemment enregistré, de sauvegarder toutes
les modifications apportées au projet en cours (déjà sauvegardé une fois au moins) et de
sauvegarder un projet qui n'a pas encore été sauvegardé.
• Pour la méthode de Crandall et celle des Hollandais, on peut calculer plusieurs pieux
dans le même projet. Une fois à l'intérieur du module de calcul choisi, il suffit d'entrer
les données pour le premier pieu. Le contrôle de la validité des données se fait au fur et
à mesure de l'entrée de ces dernières et une fois toutes les données entrées, on a la
possibilité de calculer la capacité portante du pieu isolé et d'un groupe de pieux
constitué de ln rangées comportant chacune un nombre n de pieux (soit N =mx n
pieux). L'ajout d'autres pieux se fait à l'aide du bouton « Add ».
• Si toutes les données d'un pieu ne sont pas entrées, le calcul ne sera pas effectué pour ce
pteu.
• Dans un projet ou l'on a entré les données pour un ou plusieurs pieux, on peut modifier
les valeurs des paramètres de chacun des pieux et refaire le calcul. On peut également
Gildas MONTCHO - Projet de fln d'études juillet 2005 - ESP Thiès.
51
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de ca/cul.
passer d'un pieu au pieu suivant en cliquant sur le bouton «> » ou au pieu précédent en
cliquant sur le bouton « < ».
2 - Méthode de CrandaU et Méthode des Hollandais.
m'
m
Houleur do chUlo - H
Roccourcisseme"1 âlastique - el
Oitlm6l1o du pieu - B
longueur du pieu - 0
....u ..e du pieu - P
~ . Rnlus :- "" . . ~
~ ~ ~ ~ ~ 0:;"' 1"e,;" , 1
-- _. --"- = ::::..---- - - - - - - - -------'==
Pieu Isol6
Figure 3.2 : Ecran de saisie des données pour la méthode de Crandall.
3 - Méthode C-phi.
Il s'agit d'une des méthodes les plus fiables pour le calcul de la capacité portante des
pieux. Son écran de saisie des données est présenté à la figure 3.3.
• Cet écran est composé de quatre panneaux numérotés de 1 à 4. Le calcul s 'effectue par
panneau et dans l'ordre. Si on désire prendre en compte la surcharge dans le calcul de
la résistance à La pointe (panneau 2), il faut saisir la valeur de la surcharge au préalable
dans le panneau 3 avant de procéder au calcul dans le panneau 2.
• Dans les panneaux 2 et 3, quand on a plusieurs couches, les paramètres pour chaque
couche doivent être tous entrés avant de procéder au calcul pour cette couche (bouton
« Calcul »), Le passage à la couche suivante ou à la couche précédente n'est possible
que lorsque tous les paramètres de la couche courante ont déjà été entrés et se fait à
l'aide des boutons « > » et « < » respectivement.
Gildas MONTCHO - Projet defin d'étudesjuillet 2005 - ESP Thiès.
52
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul,
• Une fois toutes les données saisies dans un panneau, on peut alors cliquer sur le
bouton « Calculer» dudit panneau pour procéder au calcul.
• Dans le panneau 3, pour calculer un frottement négatif dans une couche, entrez une
valeur négative pour f3 ' Cu (méthode q1 =BETAx Cu) ou pour K , tan (0) (méthode
New
Input
... . Sa.veilS
kN
kN
kN
IEW
1
Force portanle nette :
,
No mbm da pieu P'" rQ/lg6e :
Enlr9-aXe plaux d'une rangée :
Fo/ce portllJ1t" !,,, nc du pieu :
Coefficient d'elficacilll - .:
Force portente du groupe : 1
Poids vol sous base du plou :
Copllotil portllnto brute :
C..pacilé port..n'" nelle :
Fa/ce poMnle brute :

l
1
Epllisseur œucne (m): -.:J r'
Pcidsvol:miquecooche(kNlmJ) : ,------ Gull:. .,11
Pression verticale des lerres : r-- - - --kPo ]
kNlm3
kPll.
r
• Nombre de coudlos :
m
m
3 - frottement latéral
.
Profondeur aitique - Oc : 1 m ! i
Flldeur Nq : 1'""1- - - - - - \,\
Fadeur Ne: 1
. [
Fadeur Ng : 1 i1
f.nl n:l o' 1 Il
1 - Paramètres généraux
Forms do Ill. soetion du pieu :1l'"" O-·' -Qj -IOJ -'- 're '----...,
Oin.mél/o 'du l'leu -6 :
Profondou, d'oncI'lSlrement - 0 :
Cohhion du sol d'Q/lCIDgo - C :
Angle do lrottemenl- phi (>- 0) :
.2J i
Belc"CUouK"t.on(dell<l) coudlo i
Cohesion ouPd. volumiq, coudle : ,..-___ _ Col cul 1l'
FI01lllmenllCllérlll aluche :.
Frot brui talai (kN/ml do périm) : kN/ml!
Forco do frottomont bruIe IDt..le : 1 kN I l
Cul eulllrJ _ _ _
Figure 3.3 : Ecran de saisie des données pour la méthode C-<p.
Gildas MONTCHO - Projet deJin d'éludes j uil/et 2005 - ESP Thiès.
53
Fondations profondes - Dlmensionnement et conception d'un programme de calcul.
III - QUELQUES EXEMPLES TRAITES.
1 - Calcul du frottement négatif sur un pieu.
Il s'agit ici de calculer le frottement négatif'F, s'exerçant sur le pieu présenté à la figure 3.4.
r
Sable: G=18 kNlm3
Gsat =20 kN/m3
Argile
Gsat =16kNfm3
Gravier
4m
p = 100kN/m2
2m
K,tan(deltal) =0.30
2m
tan(delta2) =0.20
lli(p+Gz) =136
lli (p+Gz)
136+2G'l =156.4
lli (p+Gz)
=181.2
Figure 3.4 : Exemple 1 - Calcul du frottement négatif sur un pieu.
F
n
est calculé comme suit:
8 2 (P+18X2J
K,·lg6, x2m(p+T)+K. -lg6, x2m +
(
62X4)
+K
2
,tgo
2
x4m p+18 x2+IO.2x2+-
2-
(3.)
[
O.30X2(118)+ O.30 x2(146.2)]
F =;r·B =;r.B[70.8+87.7+135.0]=276.6kN
n +O.2ûx4(168.8)
2 - Calcul de la charge admissible nette d'un pieu.
Soit à calculer la charge admissible nette du pieu à la figure 3.5. On calculera d'abord la
charge admissible nette du pieu isolé puis d'un groupe de 3x5 pieux (3 rangées et 5 pieux par
rangée).
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'études juille! 2005 - ES? Thiès.
54
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
Couche CD
Couche Q)
Couche @
3m
:lm
3m
carréde 0 3mx 03m
Argile: Gsat "16kNfmJ. CU" JOkPa
Argile: Gsat "16kNlm3. CU" 4QkPa
Argile: Gsal "16kNlm3. CU" SOkPa
Figure 3.5: Exemple 2 - Calcul de la charge admissible nette d'un pieu.
2-1- Terme de pointe.
Le terme de pointe peut être calculé de deux manières.
2-1-1- Méthode 1.
La force portante nette en pointe peut =(9xc) .A
r
!. c elant la
cohésion de la couche dans laquelle se trouve la pointe du pieu. On a alors:
1 =(9
X50)
x (0.3)2 ="40.5kN 1
2-1-2 - Méthode 2.
Cette méthode est plus générale et c'est elle qui est utilisée dans le programme.
rp = 0 ::;. Facteur N =N =e7lanll' = l, Facteur N =N =7
q 1/,..,1 c c...
fi
. . D B 0.3 075 0
Pro ondeur cntique =- N = - = O. m ==
c 4 q..... 4
Pression verticale des terres =3 x (16 -10)+ 2x(16 -10)+ 3x (17 - 10) = 51kPa
{
q = N +1.3 ·c · N =51x [+ l.3x 50x 7 =S06kPa
D'?D::;. p q c
c
Force portante nette = x A
p
=455 x (0.3)
1
= 40.95 kN
On remarque une différence de 1.1% entre les résultats des deux méthodes. Le résult at es t
donc acceptable.
Gildas ,\iONTCliO Projet defin d'études jui llet 2005 - ESP Thiès.
55
Fondat ions profondes - Dimensionnemem et conception d'un programme de calcul.
2-2 - Terme de frottement.
- Couche 1: c =30kPa c =O.90 x30 = 27kPa
U a
o, =r 'AJi ] = 97.2kN

- Couche 2 : c =40kPa c = O.80x 40 = 32kPa
u a
Qr- =r'AI,
-4 <0.lO . 2m
- Couche 3 : Cu = 50kPa 4' ca = O.70 x 50 = 35kPa
o. =r·Ar, =35 X(4B 'D
l]=126kN
) ,
- h O.J Od m
J
:::> Qr = l Qr, =97.2 + 76.8 + 126 = 300 kN
1-1
2-3 - Force portante du pieu isolé.
Q' 3Q
ELU: QEl.U =----L+_
f
= 245.475kN
2 4
ELS: QELS =Q: +QI =163.65kN
3 2
2-4 - Force portante du groupe de pieux.
Considérons le groupe de pieux représenté à la figure 3.6.
1
4m
J m=3. n=5 B=O.30m
1
Î
S= 1m (onconsidère respacemenlle plus faible)
+(8) +(b) +(b) +(b)
+(a)
1m
+lb)
+(C) +(C)
+(C)
+(b)
+(8) +(bl +(b) + (b)
+(8)
-- - - _. ...--- -
Figure 3.6 : Groupe de pieux.
Calcul du coefficient d'efficacité.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études juillet 2005 - ESP Thiès.
56
Fonda/ions profondes - Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul.
Par la méthode de Converse-Labarre.
_1(8) (m-l)xn+(n-l)xm
C =)-tan - x =72.78%
~ S 90xmx n
Par la règle de Feld.
On a quatre pieux (a) dont la force portante est égale ~ , 8 pieux (b) dont la force portante .
16
égale à .!...!. et 3 pieux (c) dont la force portante est égale à ~ . On a alors :
16 16
13 Il 8
4x-+8x-+3x-
16 16 16 =64.06%
16
Par la méthode de Los-Angeles.
Cette méthode est plus récente que celle de Converse-Labarre et c'est elle qui a été tH;]: : "
dans le programme.
C. =1- B x 1 [m.(n -1)+n .(m-l)+J2(m-l)(n -l)J =78.79%
S x-m-n
La règle de Feld, qui suppose que les pieux ne supportent pas tous la même charge, don. .
pour ce cas le résultat le plus défavorable. Le résultat donné par formule de Los Angeles est
voisin de celui donné par la formule de Converse-Labarre.
La force portante du groupe est donc:
Q" =QELU xmxnxC
e
=2901.15kN
,.U..V
QgELS =QELS xmxnxC
e
=1934.1kN
Cet exemple a été traité par le programme et les résultats sont fournis en annexe 3.2.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'étudesjuillet J005 - ES? Thiès.
57
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS.
Le but de celte étude était de passer en revue les différentes méthodes de
dimensionnement des fondations profondes et d'élaborer un programme de calcul. Pour ce
faire, il était nécessaire d'avoir recours à une documentation bien fournie, mais les ouvrages
sur les fondations profondes ne sont pas très nombreux.
Nous avons répertorié les différentes méthodes de calcul des fondations profondes basées sur
la détermination de la pression limite qui constitue une méthode fiable de calcul des
fondations.
Le programme élaboré permet le calcul automatique de la capacité portante d'un sol
supposé homogène, à une profondeur donnée, à partir des paramètres du sol d'ancrage et des
caractéristiques des couches traversées.
Toutefois, le dimensionnement d'une fondation ne saurait être limité aux calculs de
capacité portante et de tassement abordés. Le dimensionnement des murs, des rideaux de
palplanches, des tranchées blindées, les études d'affouillement, la stabilité des pentes et talus,
les études hydrologique et hydraulique sont des volets importants et incontournables dans un
projet de dimensionnement de fondations,
Il faut noter qu'il existe d'autres méthodes plus élaborées de dimensionnement basées
sur la théorie de l'élasticité telle que celle des différences finies.
Ainsi, le dimensionnement des fondations est un domaine si complexe et si vaste
qu'on ne saurait prétendre en couvrir tous les aspects au cours d'un seul projet de fin
d'études.
Le programme ici conçu ne saurait être utilisé que par des professionnels du métier et
ne peut fournir des résultats fiables si les données entrées ne sont pas correctes. Cette version,
même si elle constitue une avancée significative par rapport à la version initiale élaborée par
un de nos aînés, gagnerait à être amél iorée.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'études juillet 2005 - ESP Thiès.
58
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
Dans le souci de compléter et parfaire ce travail, nous formulons les recommandations
suivantes :
}> Ce programme, malgré l'attention accordée à son élaboration, pourrait contenir des
bugs. Nous souhaitons qu'il soit poursuivi, que l'interface en soit améliorée et qu'il
soit beaucoup plus interactif.
~ Le cours de mécanique des sols II est un pré-requis à cette étude et nous n'avons pas
eu la chance de le suivre avant de boucler de travail. Nous demandons à l'Ecole de
prendre les dispositions nécessaires afin que tous les cours en général soient dispensés
à temps afin de permettre à tous les élèves ingénieurs d'avoir toutes les connaissances
nécessaires à la réalisation de leur projet-de fin d'études.
>- Les connaissances nécessaires à la conception d'un programme ou d'un logiciel nous
font demander un renforcement du niveau informatique des élèves ingénieurs et la
création de groupes de travail afin d'élaborer des outils similaires, label de l'Ecole
POlytechnique de Thiès, dans d'autres domaines du génie.
Gildas MONrCHO - Projet deJill d'éludes juil/el 2005 - ES? Thiès.
59
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d 'un programme de calcul.
BIBLIOGRAPlllE.
[l' Elément de Mécanique des sols.
Par François SCHLOSSER., Presse de l'ENPC (1988 - 276 pages)
f2] Calcul des fondations superficielles et profondes.
Par Roger FRANK, Edition Techniques de l'Ingénieur (2003 - 141 pages)
[3] Géotechnique et Calcul des ouvrages, Exercices résolus.
Par Eri c GERVREAU, Gaëtan Mori n Editeur, (2000 - 164 pages)
14] Cours pratiques de mécanique des sols Tome 1 : Plasticité et calcul des tassements.
Par Jean CaSTET et Guy SANGLERA. T, 3
è
édition, Dunod, (1975 - 283
Pages)
[5) Cours pratiques de mécanique des sols Tome 2: Calcul des ouvrages.
Par Jean CaSTET et Guy SANGLERAT, 2 ~ édition, Dunod, (1975 - 351
Pages)
(6) Fondations profondes pour le bâtiment, DTU 13.2.
Par la commission de normalisation Française, Edition AFNOR, (Septembre 1992 - 72
pages)
[71 Pieux et fondations sur pieux.
Par ZAVEN DAVIDIAN, Edition Eyrolles, (1969 - 190 pages)
18) Indispensable pour C++
Par Bernard Frala, Collection Marabout (1999,509 pages)
19) Fascicule 62 - Titre V : Règles techniques de conception des fondations des
ouvrages de génie civil.
Par le Ministère de l'Equipement et du logement et du Ministère des Transports de la
France (1993 - 182 pages)
(10) Les Fondations.
Rédigé sous la direction de G. A. LEONARDS, DUNûD, Paris, 1968 (1106 pages).
[111 Traité de Mécanique des Sols.
Par A. Caquot et J. Kerisel, GAUTH1ER-VILLARS, Paris, 1966 (506 pages).
Gildas MONTCHO - Projetde fin d'éludes juillet 1005 - ES? Thiis.
60
ANNEXES
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul
ANNEXE 1.1
N N Les valeurs de N sont tabulêes, de même pour
q et
.
y
c .
cp' N"
Ne Nq
0 0.0
5.14 1.0
5 0.1 6.5 1.6
10 0.5 8.4 2.5
15 1.4
ll.O 4.0
20 3.5 14.8 6.4
25 8.1 20.7 10.7
30 18.L 30.0 18.4
3S 41.1 46.0 33.3
40 100.0 75.3 64.2
4.5 254.0 134.0 135.0
Valeur des facteurs de portance pour (es fondations superficielles.
Type de sol
l
Nature
1 Argile 1
1 Limon .
Pression limite i
(en bars) 1
0-12
0-7
II
Argile raide et marne .
Limon compact :
Sable compressible ,
Roche tendre 1
18-40
1:!-30
4-8
JO-30
III
III bis
Sable et gravier .
Roche '" .
! Sable el gravier très compact 1
10-20
40-100
30-60
Valeurs de k (pour les terrains homogènes)
III bis
0,8
J,3
1,6
1.8
Il III
0,8 0,8
1,1 1,2
1,3 1,4
1,4 1.6
l III bis
0,8
2,\
2,8
3,3
Il[
0,8
1,9
2,5
3,0
II
0,8
1,5
1.8
~ . l
1
0,8
1. 3
1.6
J . ~
---- - --- ---- J;:-.------------
. j
0,8
1,0
[,2
1,2
D
B
o
0,5
r.o
1,5
Valeur du facteur de portance K pour l'essai pressiomètre.
Annexe 1.1 : Valeurs des facteurs de portance N
q
, N". N'Y' K pour les fondations
superficielles.
Gildas MONTCflO - Projet de fin d 'études j uil/et 2005 - ESP Thiès.
61
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul,
ANNEXE 1.2
Tableau VI. - Val6(Jrs rypïqU6S dflS C8ract6risriqu8s de ft1sistlJflC(1 au cisailllJm6nt dos sols.
Atçile. el vase.
- rl()<tNIlemeltl es
lfaiblement
Argile (Nwbonnel
INasbonnel
V_ (Marvoul
(l..at\estel1
Arfiile
<T>Ofo4 ICten)

....,. (Romainville)
AfVi\lI "" Toere>en (V.ne eu VaQ
du Sp.mecien (Provinsl
AJ?I- des Flendres
AtviIe ct. (S.n6desJ
d- rAJb;on (V.non dM Bottemviul
M_


Umom
limon (Orivl
limon (Oo1yl
ünoo (Jou'gnv) . - --
limon r.n

Sable ron (1'onu ineOl<o4ovl
SabI<l de Loite (Ange<sl
Sabl.. (OunkerqueJ
s.ble
SabLe de Cuise IOisel
SableIkhe (le Verdonl
S.abIo (l.e Verdon)
Sable el gaielS (le VerOoo)
s..t>Ic fin (le Ve<donl
fin (SaÔtlt -Ma IoJ
Sable .'gite..J1((Nart>oMO)

Bal.ul
c;..,,,,.non 0/14
Tourbe
(MO<Itreuil·svr-Mer!
Tovrbe (Bou'9O'nl
T0Vft)e (Caenl
TO<ttbe (ValIé<l de la
c_
1I'.
30 0
50 0
lB 0
\6 0
20 0
39 0
100 0
200. 300 0
117 0
50 0
10 0
70 0
46 13
50 0
14 0
20 0
20 0
c'
lP.
o
11
13
7
10
o
Ig
10
16
24
16
JO
75
25
o
40
12
o
o
o
o
o
o
o
o
o
10
o
o
o
30
10
S
p'

J4
JI
26
31
29
34
20
27
14
2.2
23
21
30
28
39
25
32
J.4
3OA40
33
42
36
35
32
J.4
38
40
37
J9
30
39
0,29
0,35
0.26
0.36
0.50
OLS
o
20
.'
. ....
10' 15
10
21
Tebtesu V. - Oooir d6:s d6 cisaillement des sols.
TYlH d<I
Typ. d<I :
r",. d4 .."
0Dm""'"

Typ..d'-..
,..........-
l'o<mulo
e.1ouI
tenwn(
d<l-o
CoMr-em Court Non Non W C. t. c.
Awer&<l ttiaxi.tl
lBol't. Ge
Ul"'.
l«me «hinll cu -, tac. -1...,
eu1Df(l("Nf
Co/W.m Court Non Non
W
Ape.ereil triada(
roon l..me
,
-
.-
.r - c_"" C=ul y _
do

..
CD
Awarai triexi.tl O<l botta do dsail-
Cohérem
lJ)<>g
CU.,...;
c', .'
1 - c " • a ' tan p .
lement pOU< \u ..SSaiI CD
t.-mo
....... d<av
App.a<."J cria.ciA1uut pour les esseioI
CU me""e de u
Long
1e<Tne
App.>re-! O<J bollo de
Pul, : .vIen1 0<1 Ot ..... CO
1 e: ,
.. - c · • ,, ' ,An r-
COUtl
1
cisa,llam<!f\t
'enne
Annexe 1.2 .Valeurs de c el cp en fonction du type de sol.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études juillet 2005 - ESPThiès.
62
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
ANNEXE 1.3

dl!
---_-. ....-.- "-: . .,.......-.,
tige de bat t;)qe
'.
.
. . . .
» :

dètait (type Ai
Annexe 1.3 .Pènèrrornètres de types A et B (schéma de principe).
Gildas MONTCI/O - Projet dl!fin d ' études juillet 20Q5 - ES? Thiès.
63
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
ANNEXE 1.4
.. ;,. 1y." ... coUvl" 4. gord.l
bGuhill. d_
'G" 1 u ra I0Il coIl Ill_ d. m_ ,un1
- ' --.oz;
101" di.
Annexe lA .Pressiornèrre et Sonde du type G.
Gildos MONTCHO - Projet defin J'hudesjuillet2005 - ES? Thiès.
64
Fondations profondes - Dimenslonnement et conception d'un programme de calcul.
ANNEXE 2.1

.upcrilci<:lI.

pro/onde
..
..
/
/
-
V
cncas,1o:menl
'6· capacilé porlanlc Ilm;l(' (l'une
tondauon en roncl inn de. son
• • • •• •
mIle ck IroucmeM IDlC'O'<: .....
47 - Ab&quc de de Lo
nk..., de Orou
cp
N
q
Ne

1 7

1,8 9,6
10° 3A
13,8
IS°
6,5 20,6
20°
13 32
25°
26 54
30° 57
97
35°
134 190
40°
355 421
Valeur des facteurs de portances N
gmu
et N
emu
des fondations profondes en fonction de
l'angle de frottement <p
Tableau 17 - S' ....a1...uon
. du frirtferi( 1
:
Pieux
Pieux
Pieux
1
Type d. pieu
-foc' és
fOfés b8ttus
tubés
,
Tourbes sols organiques _
0.10 0,15 0.20
Aranes
mous
0.10 0.15
0,20
1
Umon$
Ierrnes à durs
0,15 0.20
0,30
très lâches
0.35
S.blM
!
lâches
0,45
GrAves
1 1 autres
1,00
Annexe 2.1 : Paramètres de calculs des fondations profondes: D
m 3XJ
No:nm, Ktanô.
Gildas MOlVTCHO - Projet de fin d'études Juillet 1005 - ES? Thiès.
65
Fondationsprofondes - Dimensionnement el conceptiond'un programme de calcul.
ANNEXE 2.2
ARGILES - LIMONS SABLES· GRAVES CRAIES
A B C A B C A 8
'/3
- -
75(1)
- - 200 200 200 125 80
Foré
!qsm;)X' (kPa) 15 40
SO(1)
40

- -
120 40 120
1
IIJ
100
100(2) 100(2)
250 250 300 125 100
Foré tubé (tube récupéré
qsm"X' (kPa) 15 40
60(2)
40
80(2)
40 120 40 80
f3
- 120 150 300 300 300
qsmax (kPa)
(3)
Métal battu fermé
15 40 80
- -
120
f3
- 75 - 150 150 150
qsmax (kPa)
(3)
Battu à fOt béton
15 80 80 -
-
120
Remarques
(1) Pieux réalisés et rain urés en fin de forage, uniq uement.
(2) Forage à sec, tube non louvoyé.
(3) Le frottement latéral peut être très faible dans les craies avec ces types de pieux. A défaut d'essai de
chargement statique sur le site même, il convient de se référer à des essais de chargement exécutés
dans des conditions similaires.
Annexe 2.2: Valeur de pet q/...... d'après le fascicule 62.
_L
bjR=2,5
h/R=lO
b/H=3,4
b/R=4,0
lVR =5,0
b/R:: CD
À
0,2 0,4 0,6 0,8
1 1.2 1.4 1.6.
-
o
o
1
0,8
Annexe 2.2 : Valeur de l.t. pour un groupe illimité de pieux.
Gildas MDNTCHD - Projet defin d'étudcs juittet ZûûS - ESP Thiès.
66
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
ANNEXE 2.3
1<. 9
8
7
6
k
4
:3
2
./
v/
!
/"'
,1

Caf.
. m
bi c
.1
/-t
,-
r>
1
-
,/
----

,
V
V
..."....-
--
--
CcrteOQrie
/
,
V ... .... - J
TIl
l--
/
V
,......
i
-
/
v 1
/
IV/
...... __
-- --- ---
f---
//
V
II

----
V;!
",'
V
V ./
J ./
V
1/r ..
y 1

o.s
0
4
8 12 16 20
he
R
1
_PÎ4U.l
___ bollua
Tableau Il.
Pt (kPa) Sol Catégorie
<
1200 Argile
1
<
700 Limon
1800 à 4000 Argile raide et marne
1200 à 3000 Limons compacts
11
400 à 800 Sable compressible
1000 à 3000 Roche tendre altérée
1000 à 2000 Sable et gravier
III
4000 à 10000 Roche
3000 à 6000 Sable et gravier très compact III bIs
Annexe 2.3 : Valeur du Coefficient de portance Kp pour l'essai pressiornétrique par
Ménard.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d' étudesjuillet 2005 - ESP Thiès.
67
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.
ANNEXE 2.4
Table8u VI COl.rtl6 de (fOllement/attlral s oIl G'-<ol')
"'-lotI
u'" en.......... -' -..... du pIeot

1-
""","T_
Ill-

,.....
F_lbI4o
-
!I4to<l
lW4o<\
-- -
IU\al
pte••1on
--
Arl/Île molle. romon el Ùlble lache.
Cl'aoe lT'OIkI Da 0.1 AbÏ'J Abos Ab<s Allis AM A
-
ArQiIe 1,2" 2.0 (Ar IAr At>is (Ar Allis A 0""
All<s Atlis
NQ'1e .alde • lr6S 'aid<! > 2.0 c.&.)'" (Ar Abos {Ar A A 0
A.oCs Atlis AtIis
Sat>le el Il ravetrOyennement COInP8ClS U2 (ar (A)' {Br
A Abés Abls A A a
Sable el grlMl aees oompac\$ > 2.5 (Cr (B)" (C)'
a A A B a C
Craiealté<oo at'lIQmOOl6e > t (C)' (Sr A (C)' a c
a A B
'''-lame el marno-caJcaire 1.5 fl • (€)" (Cr B é'" é-'
é F
C B
Ma.<'>e tres compacle > E - - - -
,:
>F
Roct>e aMroo 2.Sb.. F F
-
':-" r- >F
l.agmenlOO > •. .5 F
-
- - -
>F
L,M ................... ............. .. ......... ...
œ
:.
...
'CI
,.,
.....
........ 0

....1\
."
L-(!)

-
10-

,
• •
• • •
,
, ..,ç
o
-
'/>
1.1
......
®

/
/ e
/
@
/'
V
0
/ /"'"
/
/ e
It--"'"
.,


'OC
.",
.'"
lllO
® Sat>'e< _Qo'eu< 1-. .....,....." 0fl1"<1
® s.c-.o--....,.,..,..I ....
© c......
@ AtQ... ,-

® I\o(;he< ...... 1
Annexe 2.4 Détermination du frottement latéral unitaire q- =q, en fonction de la
pression limite PIet du type de sol.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études jusllet 1005 - EST' Thiès.
68
Fondulions profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
ANNEXE 2.5
ft\! \U " ._

......
"
"-.111 -.'"
V"ur -"1I:1PUIiIr-- .. oQ,. ('P1I)
4l: ,·lIC
ot
,
............. ..,.

,'f.fIl., ..........
.....- ....-
.............
--
......
-
......
'Ol
,_
Hl
"'"
Ho
T-
,..
'..
,-
-
- - - - -
.......
---

· ...
... ..- !. • • , .
.
c!' :lO XI 3J 3J 15 15
'5
rs
... - : •••• ,- • •
· . -.
i
C80l
IlIC) 1801
· ..

, "
..
: C.•!, &0 8:l 40 ee ob 3S 3S 60 '2': ...
18:l (<<lI ltOl
.. ; - o os.s 60 120 GO 1'0 3S 3S eo
l-'" :. Il: ..
,
(OOJ ( 120)
1
l:- ;v» OJ, 120 ISO 110 160 35 JS 3S JS 80
1
Si-:t -f -f'"::: 1 BOO (IIX)) (2IXJ)
aool
(\201 (80) 1120)
::-:::r:- l, '000:> 0.5 180 2SO 100 2SO eo J:'> eo eo \20
; :-C.J: '
300 :lOO 1ISO) 1I2111

.. : .:-o.t<1
> '0 oœ O.J O.' 15<1 (2IXJ) ISO 12001 120 eo
'20
\;r() ISO
?OO
: l< ....,.... {SOO3 C.} C3 100 120
'00 '20
3S 35 3S J,'J eo
!

1 ·5003
('SOI 1'20) 1150:
01 O.' 60 eo
(;Il eo '20 eo
'20 'lO '::.0
1
..... -.. .. ( ....... ....,__....._ ."'_ "'-"'"",",,_;.00..,....,,- OOI"<....... •
... .. .....--...,..
..... __ .. ___ ... .. ..·_··,·"'.. ____ ..... ..--.- ... _....·
.. . '" .....,.-..-..':,.."....
,...".... _..-.. .. ... ... .••"""v.... ..-..,.,-........ ... .....
t N en
....... coe"'oC1<"""lS "< el 0'" oe:l,.. Lacornm:ss>oo de des de ClY'l,o,c {iI.
:
--"'<

...........
lo-t
Io<e .....
oa.;"
J
'o't

120
!
'00 fJO
1;>Q sc
i
15
--..... """1
\OOOoN
"'0'"
lao&.e
1
t-
I '-
1
---
.. .....,.... ,.
.......
.. "'-
0.5'1 000 so 10 80 Ill:>
SO 70 eo 55 '00
200
s..o.-=-0 '" •
0&0 eo '20 '000 so
,ro
3:Xl
,;>0""'. 0."0 120 \60 200 "0
:?$O seo
0.010
'eo
2000 270
,eo
l-3O oo:J
()o_
0.35
'CIO
2-CO
2ro -
180 3JO 6/iO
e-_-<__ '.}O ........................ .. ...... .... .. -r_
L
""- _ _ I11III_ .. ..,_'V'I""w.<D' .... ........ ... -<l"
Annexe 2.5 Détermination des coefficients k et (J. pour l' essai pénétrornètrique
( q
= k -q et q = )
1 C S Ct
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'éludesjuillet 2005 - ESP Thiès.
69
Fondarions profondes - Dimensionnement el conception d 'un programme de calcul.
ANNEXE 3.1
Calcul de la capacité portante de pieux: isolés par la méthode de Crandall
Coefficient de sécurité: 4
Pieu nO 1
Hauteur de chute (m) : 1.10
Masse du mouton (kg) : 1500.00
Diamètre du pieu (m) : 0.80
Longueur du pieu (m) ; 10.00
Masse du pieu (kg) : 12566.37
Refus moyen (mm) : 3.00
Raccourcissement élastique (mm) : 2.00
Charge admissible (kN) : 107.88
------------- Groupe de pieux -------
Nombre de rangées de pieux: 3
Nombre de pieux par rangée : 2
Entre-axe des pieux d'une rangée (m) : 1.50
Coefficient d'efficacité: 0.7219
Charge admissible par le groupe (kN) : 467.28
Pieu nO 2
Hauteur de chute (m) : 1.20
Masse du mouton (kg) : 2000.00
Diamètre du pieu (m) : 0.55
Longueur du pieu (m) : 10.00
Masse du pieu (kg) : 5939.57
Refus moyen (mm) : 2.50
Raccourcissement élastique (mm) : 2.50
Charge admissible (kN) : 395.39
-------------- Groupe de pieux -------------
Nombre de rangées de pieux: 3
Nombre de pieux par rangée: 4
Entre-axe des pieux d'une rangée (m) : 2.00
Coefficient d'efficacité: 0.8141
Charge admissible par le groupe (kN) : 3862.59
Annexe 3.1 : Exemple de calcul avec la formule de Crandall.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d ' études juillet 2005 - ESP Thiès.
70
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul.
ANNEXE 3.2
Calcul de la capacité portante de pieux isolés par la méthode C-phi
PARAMETRES GENERAUX
Section carrée
Coté du pieu (m) : 0.3
Périmètre (m) : 1.20
Section (ml): 0.09
Profondeur d'encastrement (rn) : 8
Cohésion du sol d'ancrage : 50
Angle de frottement interne du sol d'ancrage (degrés) : 0
D>=Dc
Facteur de portance Nq: 1.00
Facteur de portance Nc: 7.00
RES/STANCE A LA POINTE
Surcharge (kPa) : 0
Nombre de couches: 3
Epaisseur de la couche 1 (m) : 3
Poids volumique de la couche 1 (kN/m3) : 6
Epaisseur de la couche 2 (m) : 2
Poids volumique de la couche 2 (kN/m3) : 6
Epaisseur de la couche 3 (m) : 3
Poids volumique de la couche 3 (kN/m3) : 7
Pression verticale des terres: 51
Capacité portante brute (kPa) : 506.00
Capacité portante nette (kPa) : 455.00
Force portante brute (kN) : 45.54
Capacité portante nette (kN) : 40.95
FROTTEMENT LATERAL
Surcharge CkPa): 0
Nombre de couches: 3
Couche 1
Epaisseur de la couche 1 (m) : 3
'BETA*Cu' de la couche 1 (kPa) : 27
Poids volumique de la couche 1 (kN/m3) : 6
Frottement latéral de la couche: (kN/m) 81.00
Couche 2
Epaisseur de la couche 2 (m) : 2
'BETA*Cu' de la couche 2 (kPa) : 32
Poids volumique de la couche 2 (kN/m3) : 6
Frottement latéral de la couche: (kN/m) 64.00
Couche 3
Epaisseur de la couche 3 (m) : 3
'BETA*Cu' de la couche 3 (kPa) : 35
Gildas MONTCHO - Projet de fin d 'éludes juil/et 2005 - ESP Thiès.
71
Fondations profondes - Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.
Poids volumique de la couche 3 (kN/rnJ) : 7
Frottement latéral de la couche: (kN/m) 105.00
RESULTATS (pIEUX ISOLES ET GROUPE)
Surcharge: 0
Nombre de couches: 3
Etat Limite ultime
Force portante nette du pieu isolé (kN) : 245.47
- - ~ - - - - - - - - - - - Groupe de pieux ------------
Nombre de rangées de pieux: 3
Nombre de pieux par rangée: 5
Entre-axe des pieux d'une rangée (m): 1
Coefficient d'efficacité: 0.7879
Force portante nette du groupe (kN) : 2901.21
Etat Limite de Service
Force portante nette du pieu isolé (kN) : 163.65
- - - - - - - - - - - - ~ - Groupe de pieux - - - - ~ - - - - ­
Nombre de rangées de pieux: 3
Nombre de pieux par rangée: 5
Entre-axe des pieux d'une rangée (m) : 1
Coefficient d'efficacité: 0.7879
Force portante nette du groupe (kN) : 1934.14
Annexe 3.2 : Exemple de calcul par la méthode C-c.p.
Gildas MONTCHO - Projet de fin d'études juillet 200S- ES? Thiès.
72
Fondations profondes - Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul .
ANNEXE 3.3
"":":". .-

-_..
- ,- -
- - -
. ... _ - ---
-'-j
1
1 1
-
.. ,.
l , :: ..
..
!
1
Il
1 '-' lf.il1
!
......
\;. '"
tf '
• '''H
r""·<
.,




.. ,
i ... .', ..
J: ::i'
-1


Il ,,;i

'j'"
1
1

,
·c;.,
• 1
,b · .;-

..

.
"
..
.
"'"
1'"
"; X:
:;;1: "
." "Ç
...

=;


..ü..·,
;

I F ",l'I' .
r
;:;a;."
j .
,
<,
.,
'!rn.•
' ,-
tt;
!;:;:

Ù" "


-.
..
.• .. ,
j!J
Vi: .
.;

..
-
,..



1"
r; i'-.. ,. ,:.;
'te '",
Il l]; : ,. '='
'..

cl;fj" .:.•.t !

li'
i-

.

'.

..

I!:
; a,
o'
.. .
".l 1.......
1;". ';, 1'
" t'
,1:

,.@.
.:.
... ..,

Il"

J
"""'"
1

1 .......
"-
.il

..:
\.
,
"i;3
... ·L." ...,-. .... . ,.
, ".;.,
. .
"
0,9
0.8
0.7
0.6
:::1
o
ca
u
0,5
0,4
0.3
0,2
0,1
o 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170
I-+- CalOJ]
Cohésion non draInée Cu (kPa)
Annexe 3.3: Valeurs du coefficient d'adhésion ou adhérence .
Gildas MONTCHO - Projetdefin d'étudesj uille: 2005 - ESP Thiès.
73
PROJET DE FIN D'ETUDES
« FONDATIONS PROFONDES - DIMENSIONNEMENT ET
CONCEPTION D'UN PROGRAMME DE CALCUL»
ERRATA
Page 14 -ligne 6 :
Lire « Il existe » au lieu de « Il existent ».
Page 16- Figure 2.3 :
Lire «B - Diamètre du pieu» au lieu e «
Diamète du pieu ».
Page 23 - ligne 1 après tableau 2.3 :
Lire « Pour les sols cohérents, le sol doit être assimilé,
soit à un sol purement cohérent, soit à un sol
pulvérulent de manière à être ramené à l'un des
deux cas précédents ».
Page 35 - dernière ligne:
Lire « qu'il supporte» au lieu de « qu'ils supporte ».

Fondations profondes - Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.

DEDICACES.

=_"'----

.0..

Je rends grâce à Dieu et dédie ce travail:

l, À mon père, pour ta disponibilité et tes précieux conseils.

01

À ma mère, pour son soutien maternel inconditionnel.

-è, À mes frère et sœur, sur qui j'ai toujours pu compter.

,1 À eelle qui partage mes joies et peines.

l: l:

À toute la promotion 2004-2005 de l'ESP Thiè~.

.1 À tous les enseignants qui ont contribué à ma formation.
À tous ceux qui me sont chers.

GiidaJ MONTCUQ· Projet defiJl d'';'"des Juille/1U()J -

"sr Thies

Fondations pr!f.0ndes - Dimenstonnement et conception d'un programme de calcul.

REMERCIEMENTS.
Nous exprimons nos sincères remcreiements à toutes les personnes qui, de près ou de loin, de par leurs aeres ou leurs conseils, ont contribue <i la réalisation de ee projet. Nous tenons à rernereier en partieulier :

);>

Notre Dirceteur interne, M. Ibrahimu Khalil CISSE, Professeur de géotechnique des universités au département génie eivil de l'Ecole Supérieure Polytechnique dt: Thiès pour sa grande disponibilité et ses conseils avisés.

);>

M. Ismaûa GUEYE, Doeteur en Mécanique des sols, professeur à l'EŒR de Ouagadougou, pour sa disponibilité et sa promptitude à nous fournir des indications importantes.

);>

Tout le corps professoral de l'Ecole Supérieure Polytechnique de Thiès. Toute la promotion
2004~2005

};>

de l'ESP Thiès et tous ceux qui nous ont soutenu,

conseillé et encouragé tout au long de ee projet de fln d'études.

Nous vous réitérons notre profonde gratitude.

H

Fonda/ions profondes ~ Dtmcnsionnemem et conception d'un programme de calcul.rp). pieux inclinés.> la formule des Hollandais. Mots cie: capacite portante. Le programme de calcul a été conçu en langage CH (Borland C++ Builder) et fonctionne sous le système d'exploitation WINDOWS. l'inadéquation des fondations superficielles pour les ouvrages sur certains types de sols et la rareté des programmes de ealcul de fondations profondes. frottement négatif.> }. Vu l'importance que revêt le calcul de la capacité portante d'un sol dans la stabilité d'un ouvrage. SOMMAIRE. à partir des essais au laboratoire. la formule de Crandall. frottement lateral. Les pieux étant généralement battus ou forés par groupe. nous nous sommes intéressés à : }. On peut classer les foudations profondes en deux groupes.> }. Les différentes méthodes de dimensionnement des fondations profondes présentées sont basées sur la détenninatiou Je la pression limite. Les dispositions constructives à respecter pour une bonne conception et exécution des fondations profondes ont été présentées. leurs différentes méthodes de dimensionnement eL la eonception d'un programme de calcul.Projet de Jin d'études juil/el 2005 ES? Thiès: ji i . groupe de pieux.> la méthode statique (C . la méthode au presslomètre Ménard. la méthode au pénétromètre. Il permet de calculer la capacité portante d'une fondation profonde en sol supposé homogène en entrant les données requises au clavier. ce projet de fin d'études s'est donné pour but l'étude des fondations profondes.> }. La capacité portante des pieux battus peut être caleulée par plusieurs formules mais nous en avons présenté deux: }. Gildas MONTCHO . pression limite. les pieux: battus et les pieux forés. Pour le calcul de la capacité portante des pieux forés. l'effet de groupe est un phénomène important qui a été pris en compte dans la présente étude.

....Notion de capacité portante et de tassement.. partir de l'essai au pressiomètrc..Calcul de la pression limite ql3-3-2 ... 2 .....Frottement latcral....La méthode calcul «C-qI » _ 3-2 ....La méthode du pressiomètrc Ménard 3-3-1 .... 20 22 __ 24 ...Pression limite 1...Pieux préfabriqués en béton armé . J -3 ..CALCUL DE LA CAPACITE PORTANTE DES fONDATIONS PROfONDES 1 ...... 3 ....._ 4 ~ Notion de ligne de rupture el fonctionnement d'un pieu 11.Formule de Crondalï... très perméable 3-2 . 2-2 .Formule des Hollandais .. 2-1-2 . ..S INTRODUCTION 1 11 ....Détermination de 1<1 charge portante par les fonnules statiques 2-1 ...Méthodes de calcul de la capacité portante 3-1 . 1-1... 3 ..... TABLE DES MATIERES. DEFINITION ... DEDICACES REMERCIEMENTS SOMMAIRE ..... __ 3-1 . .GENERALITES SUR LES fONDATIONS PROFONDES 1 .Fondations profondes ..Pieux chargés en pointe... LISTE DES ABREVIATIONS LISTE DES UNITES ET SY'dBOLF. 3 .........:( résistance limite :mus la pointe. 19 19 20 ..Definition _ 2 -lypologie des pieux _ 2-1..... TABLE DES MATIE RES LISTE DES ANNEXES LISTE DES FIGURES...Pieux exécutes in situ. LISTE DES TABLEAUX......... 111 iv vii viii viii X XI 1 CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LES FONDATIONS........Pieux flottants dans un sol à gros grains......Généralités _ 1-2 ...... 2 .. 2 2 2 3 4 4 6 8 8 10 CHAPITRE 2: DIMENSIONNE MENT DES FONDATIONS PROFONDES...Capacite portante des fondations qd sous charge verticale centrée 1 ........ . ' 11..Pieux flottants dans un sol à grains fins de faible perméabilité 3-3 ..... .TYPES DE fONDATIONS ......Formules de battage ... 1.......Calcul de la charge portante QI il. !! 11 13 14 14 14 14 15 15 15 17 18 18 19 .La méthode du pénétromètre dynamique 3-3 ..Classification des pieux selon Tcrzaghi et méthodes de calcul des pieux........Dimensionnement et conception d'un programme de calcul....Définition .. ......fOI'DATIONS SUPERFICIELLES l ~ Les fondations superficielles ..Expression générale de la force portante QI 2-1-) ......

3 ..Application pratique 2-3·J-ValeursdeK·tano _ 2-3-2 .MANUEL D'UTILISATION 1 .Cas particuliers 2-3-3 . 3~2 .Longueur J·3 Inclinaison .r MONTCHO .Valeur maximale du frottement négatif.Détermination de la position du point neutre 2-3-4 . l .Pieux sollicités en eompression ou en traction 7 .0 2 . J . 2~1. VI.Pieux exécutés en place 2 . .QUELQUES EXEMPLES TR AITES.EFFORTS HORIZONTAUX ET PIEUX INCLINES l ..PRESENTATION DU PROGRAMME FONDPRO.FROTTEMENT NEGATIF SUR LES PIEUX l ..Dimensionnemeru et conception d'un programme de calcul: 3-\ .Tassement d'un groupe de pieux IV .Méthode de Crandall et Méthode des Hollandais.Disposition en plan d'un groupe de pieux 5 .Frottement négatif sur les pieux d'un groupe V . 1 .Calcul du Frottement négatif sur un pieu 2 . 3 ..Force portante admissible 2 ...Caleul de la eharge portante QI à partir de l'essai au pénétromètre 4-\ .Charge admissible nette Qad d'un pieu fore 6 ..Force portante limite QI l ~2 .Fondations profondes . .Description et prise en compte du phénomène d'accrochage 2-3 .Diamètre .Méthode Ccphi III .Sécurité vis-à-vis de la rupture du groupe de pieux: 3 ...Frottement latéral Qr _ 4 .Méthode de calcul..Contrainte limite de pointe qp et résistanee limite de pointe Qp 3-2 . . 5 . u.49 CHAPITRE J : PROGRAMME DE CALCUL FONDPRO..Démarche il suivre pour une étude de fondations profondes 24 26 27 28 30 30 31 32 33 33 35 35 38 38 39 39 39 41 41 42 42 42 42 44 45 45 47 47 47 47 47 4& 48 4& 48 48 . .Frottement latéral unitaire limite. 4 .GROUPE DE PIEUX 1 .Terme de pointe __ .Prnjr'! do fill ri 'èuJes juillel ]005 ESP Thiès_ v .Dimensions et inclinaison ' 3-1.JUSTIFICATIONS ET DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 1.. 2-2 .. 2-1 . 50 51 51 52 52 54 54 54 55 . .Calcul de la charge admissible nette d'uu pieu. GiJ1"..Tassement d'un pieu isolé lll..Pieux battus .Comportement d'un groupe de pieux 2 .Capacité portante ou force portante 1~ 1 ....Description du phénomène 2 . 4-2 .Choix de la méthode _.Type de pieux .......Contrainte limite qp sous la pointe.Aperçu du programme FondPro 1.

Méthode 2 2-2 .Force portante du pieu isolé 2-4 .Fondations profondes - Dirnen.Terme de frottement. 2-1-I-Méthode 1 2-\-2 .sio""erne~t er conception d'un programme de calcul. RSP TI"h VI .Force portante du groupe de pieux CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS BIBLIOGRAPHIE 55 55 56 56 56 58 60 Gildas MONTCHO Projel defin d'éIUdes)wfl"1 Hill. 2-3 .

.... Annexe 2....1 : Exemple de calcul avec la formule de Crandall...........3 'Pénétromètres de types A et B (schéma de principe) Annexe lA :Pressiomètre et Sonde du type G ..2 : Valeur de J.. .ax... Détermination du frottement latéral unitaire qr = q.......l : Paramètres de calculs des fondations profondes : Dm.. K pour les fondations superficielles.. 65 a............... LISTE DES ANNEXES..........:lx........2 'Valeurs de c et <fi en fonction du type de so1..1 : Valeurs des facteurs de portance Nq ...2 : Exemple de calcul par la méthode C~qJ 70 72 73 Annexe 3....rlVj~r Je Jin d 'élUdes jutllet 20U) .......3 : Valeur du Coefficient de portance Kp pour l'essai pressiométrique par Ménard.................. Nç.......... _62 63 04 Chapitre 2 : Annexe 2.... Nqm N"n....Dimensionnement el concrpûon d 'un programme de ealcui...........5: 68 coefficients k et Détermination des a pour l'essai pénétrornétrique 69 (q.2: Valeur de Pet qf......Fondations p~ofondes ...SP lhiès................ 67 Annexe 2A ............J:...... Ne...... ..................... Chapitre 1 : Annexe 1..................... Annexe 3....... en fonction de la pression limite Plct du type de sol...._ d'après le fascicule 62....................................3 : Valeurs du coefficient d'adhésion ou adhérence Gddas MONTe//o .......... Ktanê..............1 pour un groupe illimité de pieux Annexe 2.................... Annexe 2.. 66 66 Annexe 2. ... = qc ) a Chapitre 3 : Annexe 3. =k·qc ct q....... 61 Annexe 1. Annexe 1.......... vu ....

34 35 36 36 38 40 ..8 : Action d'un groupe de pieux en profondeur... Figure 1.3 : Ecran de saisie des données pour la méthode C-(+J Figure 3....4 : Exemple 1 .10 : Calcul du tassement d'un groupe de pieux Figure 2..Calcul de la charge admissible nette d 'un pieu.16: Disposition avec une file de pieux travaillant à l'arrachement.Dimensionnement et conception d'un programme de cO/CIJI....12 : Frottement négatif sur un pieu.'sr Thiès.. Figure 1.6: Groupe de pieux.3 : Schéma de fonctionnement d 'un pieu Figure 2.2 : Ecran de saisie des données pour la méthode de Crandall. LISTE DES FIGURES.1 : fondation profonde Figure 2..... Figure 2. Figure 2.3 : Différents cas de chargement. .. .. Chapitre 3 : Figure 3. 3 4 6 9 Chapitre 2 : Figure 2.Fonda/ions profondes .13 : Effet d'accrochage Figure 2. 50 52 53 54 55 56 Gildas MONTCHO . 17 20 26 29 . Chapitre 1 : Figure 1.5 : Exemple 2 .9: Pile fictive " Figure 2.. Figure 2.1 : Différents types de fondations superficielles Figure 1..0 Figure 3. Figure 3. " ....Prr)jrl de fi" d'ùudes Juil/el 2005 - I:. Figure 2.6: Courbes de frottement latéraL Figure 2. Figure 3.. ..7 : Résistance de pointe équivalente Figure 2.4 : Courbe pressiométrique . 'III .14 : Position des pieux.2: " l2 13 16 .. Figure 3.1: Interface du programme FondPro 1...2 : Courbe de tassement.15 : Pieu incliné chargé axlalement... 1J : Pieux chargés en pointe dans un massif dc sable Figure 2.Calcul du frottement négatif sur uu pieu.4 : Force portante d'un pieu Figure 2. 43 45 46 Profondeur critique ct résistance de pointe Figure 2.5 : Comportement général d'un pieu isolé soumis à une charge verticale Figure 2....

.......9 : Valeurs de K· tanO Tableau 2. Tableau 2.....4 : Valeur" de kp selon le fascicule 62....PMJ<"I de{in d'éludes iuil/<" 2005 .. en fonction du sol et de la forme de la fondation Tableau 2..10: Efforts horizontaux admis pour les pieux verticaux Gilda........8 : Charges admissibles en traction Qmin et en compression Qmax Tableau 2. 12 22 ... 28 ........ Tableau 2..2: Valeurs du coefficient Tableau 2....1 .... Tableau 2... Tableau 2....... 29 31 41 44 p pour quelques pieux pour quelques pieux en foncriou de ~......... ......3 : Valeurs de K et ql................ LISTE DES TABLEAUX. Valeurs de}.......... 23 25 27 ....f:SI' Tili".......Dimensiannement et conception d'un programmede calcul... MONTO..'O ...........Fondations profondes.... selon le fascicule 62..5 : Choix de la courbe de frottement latéral.................... Tableau 2. ix ..6 : Valeurs de k.....7: Catégories conventionnelles de sols... Tableau 2. ...

LISTE DES ABREVIATIONS.Praj. DTU : Documents Techniques Unifiés..Fondations profondes Ïlimensionnement el conception d 'un programme de calcul.ES? Thiès. ELU: État Limite Ultime. x . ELS : Étal Limite de Serviee. GilJasMONTCHO.'1 defin d·t.udeJ"juillell005 . BAEL ~ Béton Armé aux États Limite.

Fcndcnans profondes . unité de contrainte ou de pression (1 Pa = 1 N/m kPa : le kilo Paseal (1 kPa = 1000 Pa.ES? Th/à. g : accélération de la pesanteur.) kN/m J : le kilo Newton par mètre cube (1 kN/m3 MPa : le Méga Pascal (l Mpa = LQ6 Pa). H ou h : hauteur B ou b : largeur. LISTE DES UNITES ET SYMBOLES. Nq : facteur de portance de la capacité portante (terme de profondeur) Ne : facteur de portanee de la capacité portante (tenue de cohésion) Ny: facteur de portance de la capacité portante (terme de surface) <I» : Angle de frottement ou diamètre. unité de force. Lou 1 : longueur ou largeur. Gildas MONTCHO . a: Angle. Qad: Charge admissible d'un sol. nt : = 1000 N/m3 = 0. épaisseur ou diamètre. kN.Prujel de fin d'etudes juillet 200J . D ou d : Diamètre. .1 tonne) masse ou mètre. y : poids volumique. le kilo Newton (1 kN ~ 1000 N) 2 ) Pa : le Pascal. qd: eapacité partante brute d'une fondation qad au qadm: capaeité portante admissible d'un sol.Dimensionnement el conception d 'un progrcmme de calcul. s : seconde. q/ : capacité portante nette d'un sol. le mètre carré. : m 2 unité de surface. unité de temps. N : le Newton. e : excentricité ou épaisseur.

La différence existant entre le nombre de programmes de calcul des fondations superficielles et ceux de calcul des fondations profondes est surprenante. Cette étude sera principalement axée SLU les fondations profondes circulaires et en béton armé. la pratique des fondatious profondes n'est pas courante cl la documentation fait défaut. Gllâlls MONTCHO . même celles de certains grands ouvrages telles 4ue les ponts.permanentes. Il est donc important qu'elles soient calculées ct réalisées avec le plus grand soin. il est préférable de recourir à des fondations profondes pour un meilleur ancrage et une fiabilité accrue. or. aeeidentelles et charges d'exploitation.r jw!le{ ]{J(J5 - F:Sf' Thih . il existe. dans la sous région. L'étude portera ensuite sur l'étude du frottement négatif sur cc type de fondations et sur les groupes de pieux et enfin sur les pieux inclinés. très peu d'entreprises capables de réaliser ce genre de fondations et la plupart des fondations réalisées dans la sous région. compte tenu des désordres liés au tassement des sols ou à un remaniement parfois imprévisible du sol. essai pressiométrique et formules dynamiques) et sur l'évaluation du frottement latéral.ie/ de (iJ1 d'éludl!. Si les programmes de calcul de fondations superficielles sont assez nombreux et vulgarisés.Fondations profondes . sont superficielles parce que leur calcul est relativement simple et leur réalisation est plutôt facile et assez bien maîtrisée. Ces derniers sont plutôt rares et peu accessibles dans notre environnement. calcule la force portante des pieux isolés et des groupes de pieux suivant diverses méthodes. Les fondations reprennent et transmettent au sol toutes les charges . il n'en est pas de même pour les programmes des fondations profondes. Actuellement. Les fondations sont des éléments fondamentaux dans un projet de construction car la pérennité de l'ouvrage dépend de leur qualité. Les différentes méthodes exposées reposent sur la détermination de la pression limite de pointe pour laquelle on recourt aux essais in situ (essai pénétrométrique. Nous nous focaliserons surtout sur l'aspect géotechnique des fondations profondes dont nous présenterons les différentes méthodes de calcul. Ce programme développé sous C++ Builder de BüRLAND.Dimensionnemem et conception d'un programme de calcu/. L'objectif le plus important de ce travail est la conception d'un programme de ealcul des fondations profondes. Aussi. aussi bien aux étudiants qu'ame professionnels. " INTRODUCTION.Pn.

Chapitre 1 GENERALITES SUR LES FONDA TIaNS. .

2 . en général. on peut les assimiler aux unes ou aux autres ou encore adopter un calcul intermédiaire. une faible profondeur et qu'on peut facilement y aecéder (nappe phréatique absente ou rabattue à l'inferieur d'Un batardeau par exemple). les surcharges prévues et accidentelles auxquelles peut être soumis l'ouvrage. On appelle « fondations superficielles ». ~"IO. Une fondation est donc destinée il transmettre au sol. On réalise alors. 1. on pourra opter pour des fondations superficielles si les sols sont assez Gi/drlf MONTrHo !'rojN de ji~ li '. B . La distinction entre ces deux types de fondations se fait généralement en adoptant les critères suivants: -<4 D B ' fondations superficielles (semelles filantes ou isolées..TYPES DE FONDATIONS . II .Définition. les fondations semi profondes ne sont pas un type de fondation. toutes les fondations dom l'encastrement D dans le sol de fondation n'excède pas quatre ou cinq fois la largeur 13 (le plus petit côté).Les fundatiuns superficielles . Lorsque le terrain résistant se trouve li. On appelle fondation la base des ouvrages qui se trouve en eontacL direet avec le terrain d'assise et dont la fonction es! de trnnsmettrc à ce dernier le poids de l'ouvrage.DEFINITION. D : profondeur de la base de la fondation par rapport au terrain naturel R : largeur ou diamètre de la fondation. 1 . radiers) fondations semi profondes (puits) fondations profondes (pieux) D 4S:-<IO.FONDATIONS SUPERFICIELLES. les charges provenant de la superstructure.Fondations profondes . les fondations superficielles et les fondations profondes. Le type de fondation est déterminé par son allure générale et ses proportions et non par la différence de niveau entre la surface d'assise et le terrain naturel. Pour un ouvrage.JIIl<l"" juii/('f 2005 . un élargissement ou empattement de la base des murs ou des piliers. dans les eonditions les plus favorables.ES? Thiès. la fondation est établie directement sur le sol à proximité de la surface. Au sens strier. Selon leur mode d'exécution et la nature du sol. On peut distinguer deux grands types de fondations.Dimensicnnement et conception d'un programme de calcul.

homogènes et comportent des couches porteuses assez proches de la surface. c. on observe la rupture du sol et l'apparition de surface de glissement dans ce dernier. .~p Thià. autrement. circulaire ou rectangulaire et supportant des charges ponctuelles. Lors du dimensicnncment d'une fondation. La capacite portante d'un sol est la charge maximale par unité de surface qu'il peut supporter. de section carrée. deux éléments importants sont à considérer: la capacité portante et le tassement.Projer J" fin J'<:Illde->-juil/(1 1005 E. L'ingénieur géotechnicien devra se préoccuper dans un premier temps de la capacité portante du sol. â la largeur et al bl cl Figure 1.reste dans les limites admissibles.qui est la déformation verticale du sol à la surface . Les semelles filantes dont la longueur est très grande par rapport supportant un mur ou une paroi. il devra alors vérifier que le tassement du sol. Ils ont une épaisseur h dictée par la descente des charges et le calcul béton armé. 2 . Le dimcusiounement d'une fondation consistera principalement à s'ussurer que l'on reste en deçà de cette charge limite que l'on minore par des coefficients de sécurité.Fondations profondes . le choix se portera sur les fondations semi profondes ou profondes. Les semelles isolées. Gildas MONTCfJO . Au-delà de cette charge.Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul.1) a.2. de grandes dimensions et occupant la totalité de la surface de la structure. on distingue: (voir figure 1. Les radiers ou dallage.1 : Différents types de fondations superficielles. c'est-à-dire s'assurer que les couches du sol support sont en mesure de supporter la charge transmise par la fondation. b.Notion de capacité portante et de tassement. Parmi les fondations superficielles. Le cas échéant. Les notions de capacité portante et de tassement sont illustrées à la figure 1.

. Cette méthode considère que le sol est homogène sur nue épaisseur h sous la base horizontale d'une fondation de largeur B telle que h > 3. c.Y·i·Zi: contrainte des terres au-dessus de la base de la fondation.' pression) Gildas MON1CHU PrUJ('/ de fin d '. = r -2 ' +y xDxN ~ v c x N ~ avec: D : profondeur de la base de la fondation par rapport au terrain naturel . superficielles. 3 . =1"D = r. Nous ne nous appesantirons pas sur lesdites méthodes. c: Qi (a) qd = cepect té portcnre .Fondations profondes . ~I. y : poids volumique du sol de fondation.. le sujet ayant déjà été traite dans un projet précédent..l B . 4 . 8 : largeur de la semelle. nous en donnerons juste un aperçu.La méthode calcul « C-~ >J. 1 : poids volumique du sol <lu-dessus de la fondation. Il existe plusieurs méthodes de calcul de la capacité portante des (ond. La contrainte de rupture encore appelée eapaeité portante unitaire est donnée par la formule suivante: N q~. charge par unité de surface qd qo T .19 ~ E fissureticn déferrnetron locelis ée cas (a) : sol retetrvem ent compact ou ré ststant (ca s de s sables) cas (b) :sol peu compact ou rele tivem ent mou (cas des argiles) Figure 1. e : cohésion du sol sous la base de la fondation (en unité dl.Méthodes de calcul de la capacité portante.5B.-I..2 : Courbe de tassemenl. Parmi ces méthodes.ll.'"1<les Jillilu 2(1)5 fSl' Thiès.Dimensiormemem et conception d'un programme de cakut. nous avons: 3-1 .

1. 4 2 C et <fi sont des paramètres intrinsèques du sol.. D'après le fascicule n062 titre V. N. Ils dépendent de la nature du sol. 5 . Elle est donnée par: On pose (Iv = YD = l YI X Zj qui est la contrainte des terres au dessus de la base de fondation. =0.~5. .14 Pour lfl 1= 0. la valeur minimale de '{I est donnée par: VI =!!. et Ne appelés facteurs de capacité portante ne dépendent que des angles Il' et lfl. Gildas MONTClIO PnJjel de fin d·érlldl'. F = 2 à l'ELU et F = 3 à l'ELS. Pour le calcul des facteurs de portance. Les trois eoefficient N y N q . =-'tan e N -1 Afin de limiter les tassements à des valeurs admissibles. déterminés à partir de l'essai triaxial ou de J'essai de cisaillement direct à la boîte.3..2).+ cp . N. 'P : angle de frottement interne du sol ou eocffieicnt des terres au repos. On définit la contrainte admissible qad qui sera comparée à 13 contrainte appliquée q. Nç est le terme de surface. Nq = l. les formules suivantes ont été proposées par Prandtl : Pour lfl = 0. de l'application de la charge ou de l'encastrement de la fondation. Selon Caquot ct Kènscl. il est convenable d'introduire dans la formule de qd un coefficient de sécurité noté F et de tenir compte de l'accroissement réel de la charge appliquée au massif dans le plan de fondation. Nq est le terme de profondeur et Ne est le terme de cohésion. Beaucoup de corrections ont été apportées à cette formule de la capaeité portante pour tenir compte du type de sol.Fondations profondes Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.+rpÎe"lanp 4 2) . N. N q =tan~(. Les valeurs de ces trois facteurs de portance sont tabulées en Annexe 1. de son degré de saturation et des conditions de drainage à court et à long terme (voir Annexe 1. résultant de la descente de charge. Différentes expressions découlent ~ donc de ces corrections suivant les types de fondation illustrés 1J figure 1.rjuilkl 1005 ESP Thiès.

Il a été eonçu à l'origine pour les sols pulvérulents ou Il faible cohésion dans lesquels il est difficile de prélever des échantillons intacts. cas (a) cas (b) cas Cc) B Cas de charge verticale centrée Cas de charge verticale excentr-ée B Cas de charge ver ucete inclinée -.La méthode du pénétromètre dynamique. 3-2 . Ils sont donc recommandés pour le contrôle de j'homogénéité d'un site.3) Le sondage au PDA consiste à : a Enfoneer dans le sol par battage de manière continue un train de tiges muni en partie inférieure d'une pointe débordante.3 : Différents cas de chargement. Gildas MONTCHO -.Fondations profondes Dimensumnemeru et conception d'un programme de calcul.ESP T'hies 6 . la localisation des cavités ou autres diseontinuités et la reeonnaissance du niveau du toit du rocher. L'essai de pénérranon dynamique permet de déterminer direetement la résistance limite encore appelée résistance dynamique à la pointe d'un sol. -. Le domaine préférentiel d'utilisation des pénétromètres dynamiques est la reconnaissance qualitative des terrains lors d'une reconnaissance préliminaire. la détermination des épaisseurs des différenres couches de sols. (Voir Annexe 1. 1/ e' '"1 /~ L Cas de charge incunéu ex cerï tr é e Cas ci'exceo tr em ent dans les ceux sens Figure 1. Projel J~ fill â'ètudcs imltel 2005 . tout en injectant une boue de forage entre la paroi du sondage ct les tiges. Deux types de pénétromètres sont normalisés en France: [es pénétromètres de type A (PDA) et les pénétromètres de type B (PDB).

(masse frappante) . en mètre (en général e est constant cr égal à 0. H : hauteur de chute libre du mouton en metre . La résistance dynamique de pointe Qd est donnée par la formule des Hollandais: qJ = ( mxg xH Axe x---.Dimensionnement et conception d'un programme de ca/eut. A : aire de la section droite du pieu en m" .Fondations profondes . o Noter le nombre de coups de moulon nécessaire (Nd20) pour un enfoneeme nt permanent de la pointe de 20 em. on retient la résistance minimale obtenue. N : nombre de coups nécessaires à l'enfoncement e . o Noter le nombre de coups de mouton néeessaire (N d IO) pour un enfoncement permanent de la pointe de 10 cm. Le sondage au PDB estle plus courant et consiste à : o Enfoneer clans le sol par battage de manière continue un train de tiges muni en partie inférieure d'une pointe débordante. si cette dernière est solidaire de l'enclume et du train de tiges (masse frappée). g : accélération de ta pesanteur en mJsl . exprimée Cil kg. . Ces essais sont généralement associés à un sondage de reconnaissance de sol eornmc la tarière manuelle ou un sondage à la soupape pour déterminer [a coupe du sol. o Vérifier l'importance des efforts parasites éventuels sur le train de tige. 7 .20 m) . x m+m m) N dans laquelle: qa: résistance dynamique à la pointe en Pascal (1 Pa = 1 N/m 2) m : masse du mouton en kilogrammes. Les résultats de l'essai sont représentés SIlf un graphique avee échelle arithmétique donnant la résistanee dynamique de pointe qa en fonction de la profondeur. m': masse cumulée. La contrainte admissible est alors approximativeruent donnée par la formule: Gildas MOlffCHO .Profer d<!jin d'èmdes jmttet 2005 . de l'enclume et de la tige-guide.ES? Thiès. e : enfoncement correspondant au nombre de coups N. On réalise l'essai plusieurs fois à des endroits différents et à une profondeur donnée.

tourbe. La courbe pressiométrique eomprend typiquement trois phases. Les valeurs à 60 seeondes sont utilisées pour le traeé de la courbe pressiométrique.. est egaie à la pression initiale horizontale au niveau du sol. • la deuxième phase est la phase pseudo-élasuque. = 8 . connaître les différentes conches de terrain traversées à partir des cutting (refoulement des particules du sol) du forage.\' MONTCHO . La sonde est constituée d'un ensemble de trois cellules en eaoutchoue. de diamètre 60 rrun pour l'essai courant. La pression (1:-:' l:~r.. Cet essai est fortement conseillé dans les sols mous. L'essai est réalisé à ehaque profondeur désirée. où applique une pression suivant une progression arithmétique de 6 il 14 paliers. Il vise à : o déterminer la contrainte de rupture du sol en fonction de la pression limite. L'essai au pressiomètrc Ménard consiste à dilater radialement une cellule cylindrique placée dans un forage préalablement réalisé.. 30 et 60 secondes. tassements .4). . Le pressiomètre Ménard comprend deux parties principales: la sonde et l'unité de contrôle dite « contrôleur pression-volume » (voir Annexe 1. 3-3-1 . ). compressibles (formation argileuse. entourée de deux eellules de garde qui contiennent du gaz. La quantité d'eau eontenue dans la sonde est utilisée pour déformer le terrain. La dilatation est obtenue par injection d'eau sous pression dans la cellule centrale dite eellule de mesure. Il constitue une meilleure alternative à l'essai pénétrométrique dans la mesure où il donne des résultats plus précis mais coûte trois à cinq fois plus cher.Dtmenstonnement el conception d'un programme de calcul. A la fin de eette zone.La méthode du presslomètre Ménard. Elle est également appelée ILl phase de recompaction. en général de mètre en mètre. Glld". o o calculer le. 3-3 .Calcul de la pression limite qj. • la phase initiale qui est la phase de mise en eontact de la paroi de la sonde avee le sol.. la pression mesurée Po.j"{ de fin J'é/IIJesjuiilo!/ 2()()j . maintenue constante à ehaque palier et le volume d'eau injeetée dans la sonde est mesuré fi J 5.Fondations prop!:"des . eohérents. phénomène que l'on veut mesurer. La différence essenucile entre cet essai et les autres est la réalisation d'un forage au préalable dans cet essai alors que les autres essais prcssiométriques sont réalisés par autoforage ou par fonçage direct de la sonde par battage 011 à l'aide vérins.ESP Tlu':.p.

» " . Une relation linéaire entre la pression eL le volume peul être trouvée.- tiV v = coefficient de poisson fixé à 0. AP_ : Pente de la partie linéaire de la courbe dans la zone pseudo-élastique.~ E li » ·w t< w Il .Pn>id J" fin d'èeudes juillt·r ]()(J5 - ESP Th.Fondation. t1P EM ~2(I+v).e Pl:: C'est la pression correspondant à la fin de la zone pseudo-élastique. Le module pressiomètrique E M est donné par la formule suivante.Dimenstannement et conception d'un programme de calcul. V. • w '0 .:. w E ~ Po Pc Pf PI L Pression P en bar r : Phase de mise en contact de la paroi de sonde avec le sol II : Phase pseudo-élastique III : Phase plastique ou des grandes déformations Figure 1.l!s.s profondes . y. on détermine le module de déformation pressiométrique E M et la pression de fluage Pro ~ E .il 550 cm' et Vr le volume d'eau injecté au point d'inflexion de la zone pseudo-élastique (volume correspondant au milieu de cette zone). Au eours de cette phase.33 V = volume de la sonde au point d'inflexion de la courbe dans la zone pseudo élastique. tiV . Dans cette partie quasi-linéaire de la courbe.4 : Courbe pressiométrique. • la troisième phase est la phase des grands déplacements ou phase dite plastique.:= Vo+V r' Veest le volume au repos de la sonde qui en pratique. Pression de Ouage ou limite élastiqu. La deuxième phase est la phase la plus importante. 9 . le volume augmente progressivement en fonction de la pression exercée. •:. GiMH' MONTClIO . est égal .V.

Fonda/ions profondes .~q"+K(P'-P") avec 1 1 q". pression verticale des terres situées au dessus de la base de fondation . ChiHgl~ Gildas MONTCHO .' zr . LUe correspond à la pression développée à la fin de la phase initiale 1de J'essai: K: coefficient.d qUI doit être inférieure à la appliquée à la fondation. Dans un terrain homogène. d 'épaisseur Po . ~. LY. dit facteur de portance.~yLJ+ F[q. YI: densité de la couche i de fondation traversee.tnmensionnemenr el conception li '11. q. qui dépend du type de terrain et de la géométrie de la fondation. 3-3-2 .1I peul être pris égal à V o+2Vr. F: coefficient de sécurité et pris égal à 2 à l'ELU et 3 à l'ELS.8 pour les semelles fondées superficiellement et la valeur 4.1). (Voir Annexe 1. C'est la pression correspondant à l'abscisse de l'asymptote de la courbe pressiométrique.5 pour la pointe des pieux battus.-y·Dl~y·D+F[K(P.-P"l] qo = y. la pression limite Pl est la pression qui correspond au doublement du volume de départ de la sonde Vo.Capacité portante des fondations qd sous charge verticale centrée. D:::. pression horizontale des terres au repos au niveau de l'essai pénérromérrique. 10 . On déduit ensuite la contrainte admissible q.Projet defin d'éludes jujf/('I 1005 . Par convention. K est compris entre la valeur minimale de 0. D : profondeur d'encastrement de la fondation.11 programme de cotcut.ES? Thiès. Ménard calcule la capacité portante par la formule suivante.

.Chapitre 2 DIMENSIONNEMENT DES FONDATIONS PROFONDES.

1. 1 .r:SP Thies. on réalise. L'expérience montre que. comme le niveau au-dessous duquel. bien que de forme différente et faisant appel à une teehnique d'exécution particulière. en première approximation. Il est donc naturel. stricto senSII.2). Pour le caleul. les fondations superficielles et profondes se différencient essentiellement par la prise en compte d'un frottement sur les parois latérales de la fondation pour les fondations profondes.1). Les valeurs du paramètre Ji sont proposées par Ménard dans le tableau 2. le mode de travail et l'interaction avee le sol environnant conduisent à introduire la notion de profondeur critique qu'on peut définir.Fondations profondes Dimensionnemem et conception d'un programme dl! calcul. Si la fondation est exécutée directement sur ees eouches de faible résistanee. la résistance sous la base n'augmente plus. des tassements incompatibles à la stabilité de l'ouvrage pourraient se produire. Les fondations de ce type sont dites « profondes » et il existe plusieurs modes d'exéeuticn pour ces dernières.1 . Pour ces dernières. Les barrettes sont des parois moulées porteuses. Souvent.. Les fondations profondes sont doue celles qui permettent de reporter depuis la surface les charges ducs à l'ouvrage qu'elles supportent sur des couches situées jusqu'à une profondeur variant de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres. 1\ . et parfois néeessaire.Projer defin ri étudesjuillet 200. ce sont les pieux. soit des puits relativement peu profonds. Afin d'atteindre le substratum résistant.Définition. de fonder l'ouvrage sur ee substratum (le «( bed roek »). peu résistantes et l'amélioration de leur portance s'avère difficile voire impossible ou trop coûteuse alors que les eouches sous-jaeenres sont résistantes à partir d'une certaine profondeur. ont leur base située au dessous de cette profondeur critique. dont le diamètre peut varier de 1 à 3 m.. Les fondatious profondes. Cette profondeur dépend du type de sol. On pose De = À x B. lorsque le sol en surface n'a pas une résistance suffisante pour supporter ees charges par l'Intermédiaire de fondations superficielles (semelles ou radiers). GI!Jas MONTCI/Q .1). 1. qui. dans un sol homogène.B étant le diamètre du pieu ou sa plus petite dimension dans le plan horizontal et D sa longueur (voir figure 2. (voir Annexe 2. les puits et Je" barrettes. les couches superficielles d'un terrain sont compressibles. se eomportent généralcrnem comme des pieux moulés en place sans tubage. Il existe également des abaques pOlIT la détermination de De = Dm. molles. de la résistanee du sol et du diamètre du pieu.GENERALITES SUR LES FONDATIONS PROFONDES. soit des pieux pour lesquels le rapport D est B généralement supérieur à 10 . en sol homogène. la charge limite de pointe Qp augmente avec la profondeur D jusqu'à nne profondeur critique De audelà de laquelle elle reste presque constante (figure 2.

:.:".:.Dimenstonnemem el conception d'un programme de calcul.:. Argile .! de fi" "'<:I"dn jllill"1 ]005 F. . Il n'existe pas de méthode de calcul propre à celte catégorie de fondations qui ne constituent que des cas particuliers et on adopte suivant les les méthodes retenues pour les fondations superficielles ou pour les fondations profondes.' .:.. .:.1 : fondation profonde.. 2 5 8 10 .:. Fondations profondes . fondations superficielles et fondations profondes. M B · ·· •· • Q .n. Ci/dru MONTCHQ Pro). C.. 12 . 9 11 Tableau 2. .:. . o = Fiche totale de la fondation B = oremète du pieu Figure 2. mais pour lesquelles le frottement latéral ne peu! être négligé: il s'agit des pieux ou parois de faible longueur et de tous les types de caissons.:. . Entre les deux extrêmes.:.· · • •• •• · . . 3 6 .1 : Valeurs de À en fonction du sol et de la forme de la fondatlr.:.SP Thiès.: '.marne .Limon Argile raide .:. . on trouve les fondations scmi profondes. dont la base se situe au-dessus de la profondeur critique. À SOL Fondation Circulaire ou carrée filante .limon compact sable compressible Sable et gravier Sable et gravier très eompect . ·· •• .

Dtmenstonnemem et conception d'un programme de calcul.2: Profondeur critique et résistance de pointe. métal battu. foré boue. Ainsi. La résistance de pointe est peu influencée par le type de pieu sauf dans des cas très particuliers. Puits.Pro}l'I dl' fin d àr. pieu battu ou vibrofoncé injecté hante pression). 2 . Gildas MONTe/IÛ .Fondations profondes . n n'en est pas de même pour le frottement latéral qui dépend étroitement du matériau constitutif du pieu ainsi que de son mode de mise en place. tubulaire précontraint. vissé moulé). Traditionnellement. le D.épend à la fois de la résistance au poinçonnement du sol sous sa pointe et de la mobilisation du frottement latéral entre son rut et le sol. 3. tarière creuse.ESP Thiios.d". battu moulé). iui!!'" 1005 . a qo qp De D Dc = Profondeur critique CID = Résistance à la poiree Figure 2. LC5 fondations profondes sont constituées par les pieux et les puits. on distingue les micropieux dont le diamètre est inférieur ou égal à 250 mm.U 13·2 propose-t-il la classification suivante: 1. on classe les pieux suivant les critères cidessous: • • La nature du matériau eonstitutif : béton. Dans la catégorie des pieux. La foree portante d'Un pieu d.Typologie des pieux.T. battu enrobé. foré tubé. La différence fondamentale entre les pieux et les puits est le diamètre qui est plus grand pour les puits (supérieur à 1 01). 4. Pieux forés (foré simple. 2 Pieux à tube battu exécutés en place (battu pilonné. Pieux façonnés à l'avance (battu préfabriqué. Le mode de fabrication el de mise en plaee : pieux battus et forés. 1] . bois ou métal.

type IV) .ESP Thih. Les pieux à tube sont également bétonnés en place. soit par prcssron. 2-1. Ils nécessitent. Pendant le battage. qui est battu ct ensuite relevé progressivement au fur et à mesure du bétonnage. Il faut distinguer deux catégories de pieux exécutés dans le sol: les pieux moulés ou forés dans le sol et les pieux à tubes battus. la rmse en place du béton doit se faire sous l'eau. Pour réaliser les pieux forés moulés dans le sol. métallique. 3 . ces pieux sont soumis à des efforts considérables.Projel de fin d 'étudcs juil/cl 2005. les pieux exécutés dans le sol d'autre part. on distingue: )-1.Pieux exécutés in situ. type Ill. Gildas MD. Ces pieux sont enfoncés dans le sol. très perméable. une armature de flexion importante pour permettre leur bardage. ils doivent donc être réalisés avec du béton de très haute qualité. Le béton. soit par battage. li existent deux grandes catégories de pieux: les pieux préfabriqués et battus d'une part. Pieux foncés (béton foncé. rotation.'TCHO . Ainsi. 14 . lançage ou vibration. on excave.Pieux préfabriqués en béton armé. 5.Classification des pieux selon Terzaghi et méthodes de calcul des pieux. évidés ou à vis. Bien souvent. qui ne doit pas être gâché sec..U. carrée ou polygonale) est en général constante. Micropicux (type J.'. le volume qui sera celui du pteu et le béton est coulé dans le vide créé. à l'intérieur d'un fourreau provisoire. Il convient de l'exécuter avec beaucoup de soin. 2-2 . Ils peuvent être creux. Les eolonnes ballastées et les picots sont également mentionnés dans ce DT. sauf en cas de gaines perdues. grâce à un forage. mais avec une bonne consistance plastique. doit être descendu à l'aide d'un tubc plongeur. mais il s'agit de procédés de fondations très particuliers dont les méthodes de caleul sont différentes de celles des fondations profondes classiques. à partir d'une certaine longueur. Leur section (circulaire. type Il. La classification des pieux faite par Tcrzaghi repose sur leur mode de fonctionnement.Pieux Ilnttants dam un sol à gros grains.Dimensionnemem er conception d'lin programme de calcul. métal foncé).Fondations profondes . La chute libre du béton directement dans l'cau est proserite. mais elle est quelquefois élargie à la base. 6.

très hétérogènes.Fondations profondes . d'où l'appellation « pieux flottants». le milieu est également en équilibre de butée.. Les subtilités théoriques telles que celles qui concement le calcul de la résistance à la rupture des groupes de pieux moyen de la théorie de l'élasticité sont illusoires et peuvent être négligées. 15 . Dans ces zones.3). le milieu est en équilibre de quasi-butée. de ce fail. On admet que les lignes de glissement qui règnent autour d'un pieu divisent le milieu en quatre zones (figure 2. situées au-delà des lignes de glissement. mais ne compactent pas le sol de façon appréciable. Aussi. dans cette zone. mais pseudo-plastique. la porosité et la compressibilité du sol sont réduites. Remarque: Les sols sont. Ces pieux se comportent de manière identique aux pieux précédents. le milieu n'est pas en équilibre plastique. • la zone II.Pieux flottants dans un sol à grains fins de faible perméabilité. 3-2 . Ils reportent pratiquement toutes les eharges sur une couche résistante située à une profondeur importante au-dessous de la construction. • les zones 1II et IV. dans la pratique. dans cette zone. le calcul des fondations sur pieux implique-t-il obligatoirement des simplifications radicales.Notion de ligne de rupture et fonctionnement d'un pieu.111 4 . le frottement latéral sur le pieu est augmenté. limitée par la ligne de glissement EF'G' correspondant au frottement latéral le long du fût. limitée par la ligne de glissement OCFE correspondant à l'effort en pointe . Gildas MONTCllO . Lors du battage. • la zone J. Ces pieux transmettent d'ailleurs la plus grande partie des charges par l'Intermédiaire du frottement latéral. le pieu refoule et compacte le terrain.Pieux chargés en pointe. 3-3 . Au vorsmage du pieu. .Pm)':1 d~' Jill d'éludes jl./l1'1 2(J()J FOSP Thlés.Dimenstonnement et conception d'un programme de calcul.

• G u B G' 9 o • • • • • · · · ·E .3 : Schéma de fonctîonnement d'un pieu. 16 . Gildas MONTCHO Projet dr fi" d 'buJes juillet 200S .'.· 0 o u Dc= Profondeur critique de la fondation o = Fiche totale de la fondation B = tnemète du pieu c IV Figure 2. n =''''''''F='''F=='i'.Dimensionnement rI conception d'un programme de calcul.Fondations profondes . r--':"g"li-ssem ant 'f' III li ne de >ll~ "F ---'--+----\.ES? Thih.

. " Ih.:.: . .\" '.." " ' '. . On peut définir la force portante d'un pieu QI comme la charge maximale qu'il peut supporter sans se rompre.. A : section droite du pieu (en ml) . P: périmètre du pieu (en rn]: n : nombre de conches traversées par le pieu. l ..·'Qi:. . .. ) mobilisable par frottement entre Je fût du pieu ct le sol.Fondarions profondes .Dimensionnemem el conception d'un programme de calcul.: '." . .i!ler 2005 ESP Thiès. ". .qJ.· . " Qp . La charge limite QI supportée par une fondation profonde est décomposée en deux eomposantes : la charge limite de pointe Q.. On définit aussi la capacité portante q. /.: épaisseur de la couche i [en rn) . ~ Ql= Qp+ or . j) Pour un pieu ancré dans un sable.. (2..~. l" h. la capacité portante nette: est pratiquement la môme que la portance brute...•• J i' . qr: fronement lateral unitaire de la couche i (en kPa) . t. qf. d'un sol qui est la charge maximale par unité de surface que ce dernier peut supporter. . ' . 17 ..6' .4 : Force portante d'un pieu Gildas MONTCHO Projet Je fi" d'études jlJ. le sol se rompt. '(U1 " ' Figure 2. II-CALCUL DE LA CAPACITE PORTANTE DES FONDATIONS PROFONDES. (= A· qp) correspondant au poinçonnement du sol sous la base du pieu et la charge limite Or (= p.\" t . h.: '. d'où la formule suivante de QI: QI =Qp +Q! = A·qp -r qr: contrainte limite de pointe (en kPa). '.. '. '. Au-delà de cette charge.J.

Dimensionnemenl el conception d'un programme de calcul. mais on continue de le:. )-).Généralités. pour eertaines de ces formules. sous un coup. Lorsque le battage s'effectue dans un milieu cohérent immergé.l.ESf' n'i. L'utilisatiou des formules de battage est sujette à des critiques. L'obtention d'un eertain refus est généralement une condition néeessaire mats non suffisante pour arrêter le battage. soit.Fondations profondes . il arrive également que l'application de la eharge résultant des formules de battage au refus mesur/ soit risquée. utiliser en raison de leur emploi relativement simple. De très nombreux types de pieux sont enfoncés dans le sol par battage à l'aide d'un mouton et d'une sonnette. Souvent.. en effet. faire. des conditions il. Les résultats découlant de leur utilisation. 3. L'utilisation des formules basées sur les résultats du battage des pieux.:j". de préférenee sous unc volée de 10 ou 20 coups de mouton. réunir et du temps relativement important requis pour l'utilisation de la dernière méthode. mesuré sni'. . L'interprétation des essais de mise en charge d'un ou de plusieurs pieux. mais inversement. L'interprétation des diagrammes de pénétration obtenus soit avee le pénétromètre statique. des multiples vérifications il. En raison des nombreuses précautions il. rd .Formules de battage. 2 ct 3). 4. 2. prendre. L'utilisation des formules statiques de force portante établies à l'aide de la mécanique théorique des sols. soit avee le pénétromètre dynamique. La détermination de la force portante d'un pieu peut se faire grâce à plusieurs méthodes: 1. Il arrive. que des pieux pour lesquels le refus n'a pas été atteint soient en mesure de porter des charges importantes. ont fait l'objet d'études systématiques et on peut être assuré. d'obtenir des résultats qui concordent de manière satisfaisante avec les résultats des essais chargement. La précision de la mesure de l'enfoncement est beaucoup plus grande dans les deux derniers cas. il est nécessaire cie proeéder à des essais de chargement in situ afin de vérifier les charges portantes déduites des formules de battage. 1 . Cet enfoncement moyen est souvent appelé refus. nous n'exposerons que les trois premières méthodes (l.Projet Je Jill d'études /JJrllel 2005 . on détermine l'enfoncement moyen du pieu. Gttdas MONTCHO .

Fondations profondes

Dimennonnement el conception d'un programme de calcul.

1-2 - Formule des Hollandais. La formule des Hollandais est généralement utilisée pour des refus supérieurs à 5 mm.

M 2xH 1 Q=-x xg F ex(M+P)

(2.2)

Q : charge portante admissible du pieu en N ;
H : hauteur de chute du mouton en m;

M : masse du mouton en kg;
P : masse du pieu en kg ;

c : enfoncement permanent ou refus moyen en m ; g : accélération de la pesanteur en rn/S 2 ; F : coefficient de sécurité, en général pris égal à 6.

La formule des Hollandais donne suivant les cas, une sécurité excessive ou insuffisante et pour cette raison, ne doit être utilisée qu'avec une extrême prudence.

1-3 - Formule de Crandall. Crandall propose la formule suivante pour le calcul de la force ponante d'un pieu:

Q=~x
F

2xH

(e+~)x(M+P)

M

»s

(2.3)

dans laquelle c( représente le raceourcissernent élastique du pieu exprimé eü m. Pour cette formule, il est recommandé d'utiliser un eoeffieient de séeurité F égal à 3.

2 - Détermination de la charge portante par les formules statiques.
On a vu plus haut que la charge portante QI d'un pieu se décomposait en deux termes : la force limite de pointe encore appelée le tennc de pointe Qp et le frottement latéral Qr qui est la foree résultant du frottement entre le pieu ct les couehes de sol traversées. Alors que le tcrrnc de pointe ne dépend généralement pas ou peu du type de pieu, le frottement latéral est fonction des matériaux constitutifs du sol. du pieu
Cl

du mode de mise en

place de ce dernier. Ce terme est le plus difficile à évaluer et on s'attelle plus au calcul de la force limite de pointe Qp' Cependant, les difficultés liées à la détermination exacte de la force
résultant du frottement latéral ne doivent pas conduire l'ingénieur géoteehnicien à la négliger

car ce terme a, nous le verrons plus loin, son importance dans [a charge portante totale du
pieu.

Gïtdas MONTCHO - f'roje/ de fin J·études jflil/rr 200.1

f:Sf' Th'h.

19

FOI/dations profondes
"

Dimensionnement el conception d'un programme de calcul,

2-1- Expression générale de la force portante QI_
Soit un pieu isolé fiché dans un terrain multicouche ct soumis à une eharge Q (voir figure 2.5). La charge Q est équilibrée d'une part par la résistance Qp que reneontre le pieu sur sa pointe et d'autre part par la résultante Qj des forces de Irottement qui s'exereent sur la surfaee latérale du pieu au contaet du terrain.

a

D

_____J " J ---a _J , t
"=="T~

--

-----

t

t ----------t

t==]e.,~===

t

\----------

Figure 25 : Comportement général d'un pieu isolé soumis à une charge verticale.

2-/-/- Pression limite et résistance /imite sous la pointe.
La méthode la plus aneienne pour déterminer la pression limite est fondée sur les formules de Terzaghi pour le ealeul de la eapacité portante des fondations superfieielles. Ainsi. pour une semelle circulaire de rayon r, ancrée à une profondeur D. l'expression de la eapacité portante brute est la suivante:
qd = O.6xyxr x N, + r" x Dx N" + 1.3x ex Ne

(2A)

Pour les fondations profondes, cette expression devient: (2.5) (Voir le chapitre l, paragraphe 1-3-1 pour l'explicitation des tennes dans ces équations.) En général" élevés qui sont N"
~"'"

on néglige le terme rxrxN,. On détermine alors des coefficients plus et N, . tabules en Annexe 2,1. '"'''

Si ql' est la pression limite sous 1" pointe et A la section droite du pieu, on a :

Gildas MONTCHO - l'rait'! de fin " ..··//Ide" juillet 1005 - ESI' T1rià

20

Fondations profondes - Dimensiannement er conception d'un programme de calcul.

q l'

=0" y

xN

~_

+1.3xcxNc

,,~,

(2.6)

Cette formule n'est valable que lorsque l'on a atteint J'ancrage critique D~ (fîgure 2.3), c'est-à-dire D~De' Dans le cas contraire (D<De), on utilisera la formule pour les fondations superficielles (formule 2.4). Lorsque l'ancrage du pieu dans la couche porteuse est supérieur à De. la formule donnant la pression limite de pain le s'éerit :

q p =axN
avec:

~-

+ÀxcxN,.....

(2.1)

a : constante ayantles dimensions d'une pression égale à 50 kPa ;
À:

coefficient de forme.
À=

À == 1.3 pour

tes pieux de section circulaire ou carrée.

1+ 0.3- pour les barrettes et parois. L

B

.

L: plus grande dimension de la section transversale.

Dans les sols purement cohérents, la formule précédente de qp (formule 2.7) est remplacee par: (2.8) Les caractéristiques à considérer sontl' angle de frottement interne effectif q>' dans les sols pulvérulents et les caractéristiques non drainées (cu et q>u) dans les sols cohérents, La résistance limite à la pointe Qp est alors donnée par;

QI'=Axql'

(2.9)

Lorsque D ~ De' la résistance limite devient constante en milieu homogène. Dans un sol multicouche, l'ancrage critique est plus faible et dépend de la contrainte verticale
(J'"

exercée par les couches supérieures. Les résultats expérimentaux ont conduit a

retenir les règles suivantes;

»
»

Dans un monocouche (sol homogène), l'anerage critique est donné par l'expression De = max{68; J mètres} Dans un muhicouchc vrai,
Oc = JB

Un multicouche vrai est un multicouche dans lequel I'èpaisseur ct le poids volumique des couches supérieures à la couche d'ancrage sont tels que la contrainte verticale effective au niveau de cette couche est supérieure ou égale li 100 kt'a.
(J'v

Gilda, MONTCUO .. f'r')il!/ dl!fin d'études iu;1/1'I 200.\ - ESf'

Thù~\'

21

Fondations profondes _ Dtmosstonnemont cl conception d'un programme dl' calcul.

Pour le ealeul de Ne, Nq el De. Caquot et Kérisel ont proposé les formules suivantes; Pour <p Pour
(;J i:='

0,

Nq,..,

~I

N -1
0,

lan qJ D
=:

"-

~

-x N

B

4

'3
q...,

2-1-2 - Frottement latéral, Le frottement latéral Qr est la résistanee au cisaillement (eontrainte tangentielle) pouvant être mobilisée au contact du pieu et du sol pendant lem déplacement relatif Il est pris
en compte seulement sur la hauteur D-Dc. Il est assez difficile à évaluer ct on s'intéressera aux

cas de sollicitations particulières. On le calcule par la formule suivante:

o, =pxL:>, xqr, ~Px J qfdh
1=1 0

,

D-~

(2.I'j·

q-étanr le frottement lateral unitaire.

);- Pour les sols purement cohérents. le frottement latéral unitaire est donné par la

fonuu'e .
(2.11 )
c., étant la cohésion non drainée du sol.

};- Les valeurs du coefficient Psont données dans le tableau 2.2. Toutefois, les valeurs de q( obtenues avec la formule 2.11 doivent être bornées supérieurement à une valeur
plafond qf_ .

(2.12)

Pieu

Forés'!' gros
diamètre

Forés
0,7 0,5

Battus

Injectés

1 Fût en béton Fût en acier Faible pression Forte pression

0.6

O}
0,'

-

1,0

-

-

-

1.5

(1) pieux de diamètre > 1,50 rn, barrettes, p"!is coulés à oleinc fouille.

Tableau 2.2 : Valeurs du coefficient 13 pour quelques pieux.
Les valeurs de q/wu sont données annexe 2.2.

Gilda; MONTCJlù - f'r()j"J d,";'.. d'cr"J,'s jlli/icl lOD5 - f."SP 1hii's

22

Fondanons profondes

Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.

y Pour les soh non cohérents (plllvérulenls
estimé par:

011

grenl1s), le frottement latéral unitaire est

(2.13)

où cr;, et

a~ sont respectivement les eontraintes effecLives horizontale et verticale à mi-

hauteur de la couche où l'on calcule le frottement latéral (contrainte moyenne).

K et CP3 sont respectivement le coefficient de poussée du sol sur le pieu et l'angle de
frottement sol-pieu. Leurs valeurs ont été déterminées par Broms et sont données par le
tableau 2.3.

TYPE DE PIEU

'P.
20 0,75. 0,75. 0,75. 0,67.

K (compacité faible)

K (compacité forte}

Pieu acier Pieu battu en béton rucueux Pieu battu en béton lisse

0,5
1

1 2
1

lPieu foré
Pieu en bots COniqUe

0,5 0,5 1,5

0,5
4

Tableau 2.3 : Valeurs de K et tp, pour quelques pieux en fonction de <.p.

y Pour les sols cohérents (cp f:- 0 et c 1- 0), le sol doit être assimilé, soit à un sol purement
cohérent de manière à être ramené à "un des deux cas précédents.

Remarques:
• A titre indicatif, on adopte pour le frottement unitaire des sols non cohérents

(pulvérulents), les valeurs suivantes: • limon, sable lâche ou cruie molle: - sable moyen à très compact: - craie altérée: • qr> 35 kPa.

q-e-Bû
q,~

à

12ûkPa.

80 à ISO kPa.

On peut généralement expnmer le frottement unitaire d'un sol par la formule
qf "" K x

a: x tan

VJa en prenant pour le facteur K tan <Pa' les valeurs suivantes:

- Sols pulvérulents: - Argiles et vases: - Pieux battus dans les argiles très molles: - Pieux métalliques ou chemisés enduits de bitumes;

0.30

0.20 à 0.25
0.10

0.05

Gildas MONTCHO - Projet defin d 'étudeslui/kt 2005 - ESP TMh

23

le frottement latéral est dirigé vers le haut et panicipc à la résistance du pieu et on a : QI = Qp + Qt.. le eas éehèant. Elle ne met cependant pas à l'abri des évolutions de certains sites pour des eauscs naturelles ou artificielles (roches solubles. h : ancrage dans la couche où se situe [a pointe du pieu.~ \ Avec a: max { ~ .Contrainte limite de pointe qp et résistance limite de pointe QpLa résistance à la pointe et le frottement latéral sont caleulés à partir des pressions limites mesurées au pressiomètre. le frottement latéral est dirigé vers le bas et la force portante s'en trouve réduite: QI = Qp . frottement négatif.Qr: 3 . La ruérhode pressiomérrique est fondamentalement empirique el sa propriété la plus remarquable est qu'elle est applicable à tous les sols ct à tous les types de pieux sans limitation.l '. ) ct tous ces points doivent être étudiés. dans laquelle pa ct qc sont respectivement les pressions horizontale et verticale totales \k.. .. 24 ." formule suivante : Gildas MONTCI/O - p/"(jj~r d.14) PI: est lapression limite nette équivalente donnée par la formule: i2.Jin r/'h"'/"'J1"'fkl 2005 .Calcul de la charge portante QI à partir de l'essai au presslomètrc. • Lorsque le frottement latéral le long du pieu est positif on dit que le pieu lasse plus que le sol ct c'est le cas le plus courant.'.k p x p.ESP Thi.1 partir de l.: 'erres au niveau considéré C~S termes sont souvent négligés.". phénomènes de fontis.o. Ln pression limite nette équivalente Pl" peut également être calculée . efforts parasites divers.som} b : min {a. . • Par contre. 3-1.Fondations profondes thmensionnement el conception d'un programme de calcul. lorsque le frottement latéral estnégatif on dit le sol tasse plus que le pieu et surcharge ce dernier plutôt que de le soutenir. hl . ce qui nous donne: qp . ~ 1" (2. La contrainte limite de pointe se calcule par application d'une formule liant la pression limite Pie de l'essai pressiométriquc à la pression de rupture sous la pointe.

8 C 1.4 : Valeurs de k. on a . Pl2 el pn représentent les pressions limites Pl mesurées un mètre au dessus de la pointe.8 1.4__ 1.!-.Fondation:s profondes .SP Thih 25 .1 A B C A Craies Marnes.3 1. mamc-calcatres ~~es altérées (1) ~ _______'_. La résistance totale mobilisable par effort de pointe est donnée par Qp = Aqp. est fonction de la catégorie du sol. bll . Ses valeurs.2 1.16) Les Irais valeurs Pli. selon le fascicule 62.PIJ Le coefficient de portance k.0 1. au niveau de la pointe et un mètre en dessous de la pointe. (2.1 1.6 2.8 E1éments mis en œuvre avec refoulement du sol 1. Pour une eouehe uniforme.4. sont fournies au tableau 2. A étant la section droite du pieu.2 3.2 (1) La valeur de kp pour ces rormatlons est prise égale à celle de la formation meuble du tableau auquel le matériau concerné s'apparente le plus. de la nature du pieu et de la hauteur d'encastrement équivalente De.1 à 1. Tableau 2.5 1.2 1.2 2.4 1.1 1. Gildas MONTCI{() . données par le faseieule 62.6 2.6 4.8à3.7 3. D : hauteur d'encastrement réelle du pieu. C" ~ Nature des terrains Argiles et limons .Proj<'i <h'/in d 't!II. La hauteur d'encastrement équivalente D~ est donnée par la formule: (217) avee : P'I(Z) : pression limite obtenue à la profondeur Z par interpolation linéaire entre les P'I mesurées Immédiatement de part et d'autre de cette profoudenr .6 1 1.2 1. B C -Sables el graves Eléments mis en œuvre sans refoulement du sol 1.Inmensionnement et conception d'url programme de calcul.Pl2 - Pl3 .des juif/er 200J F. hi: épaisseur de la conche rencontrée.

.• ' L.-+--i~-·~I::-·. :-i L _ - '-_.. il est vivement conseillé d'adopter un ancrage minimal de 38 avee un minimum de 1.15. . j ._.-0 .• - -r--. 1 - 1 -1-- . . ..Projet de. 1 ~.: ._ . :: r'-H j ·~T-<-+ l j ...- . . ----~~ .r . -1 . - . ._ ~_':~- _ o '~.. - ...50 m dans la couche porteuse.·ô·· --TI"" 1 '~I' ..~P~. Ceei est 2 aeccprable lorsque le pieu est fiehé dans une couche très résistante (rocher peu altéré B par exemple). 1-. ·1 --...---.t . Des corrélations ont été établies entre la pressron limite PI du sol el le frottement latéral unitaire q.'--' - . c'est-à-dire pour un anerage relatif D~ B .4 ne sont valables que pour de vraies fondations...-"..-.f·--·-i l j ... 3-2 .. . -:---.2r-·i":~i.. --..•.-!i" • 1 -> .!. -~.?: 5. 1':---:':-. ...6 : Courbes de frottement latéral. un ancrage tel que a == . t Qs {. La méthode générale consiste à choisir.~--~....-1----. 2 J 4 Figure 2.50 m est toléré. OJ~- .~.L@'O"4'1' -!... .~."--Or : . . ~6: ::::·IL : --. "~ -t-.6 elle choix de la courbe à considérer est donné par le tableau 2..i (. '. Gildas MONrClfO --.. • D'après la formule 2.. " .-. une courbe représentant une relation particulière entre Gr ct PI· Les lois lJJ = f(Pù sont données par les eourbes QI à Q7 de la figure 2..:~·.:·1._L j-~ .. ._-_l -i__ --".- i----'---.~.-' " ---~-+-~-7ëf'-i .rr.~: .:... 1-'" -. Les expressions mathématiques de ees courbes sont données par le fascicule 62...:-: -.n d'études jllilier ?{)OJ - E~'P Thi.'":~ -r. .1"'..ou 0. 26 .'f.1.-.@J.Dtmenstonnement et conception d'lin programme de calcul: Remarques: • Les valeurs de kl' données dans le tableau 2.L._c." --..-_' ._ . i:! .5. 1 1 1 --1'::· ' -.-.Frottement latéral Qr. Dans les sols meubles." -'C. . en fonction de la nature du sol et du type de pieu.. : .Fondations profondes .---I-. · ' : ..: .••. ~~=~-\.. " .

.ES? TfIlÛS 27 .... 10"...oVl{F."J' ._a. """. ~ ~ mi lvha "''Or. i 01 a.. la hauteur d'encastrement équivalente est donnée par la formulc : (2.'HO ..~:' ~ ..". ::+ a+~. ..' ev .. 4 .... "V"" olJ·-'""~t..••>".1 C.Calcul de la charge portante QI à partir de l'essai au pénétromètre.·".~"~~:. Il existe une similitude de sollicitation du sol entre un essai au pénétromètre statique ct un pieu soumis à une charge verticale centrée et cela laisse supposer que cet essai permet d'obtenir une bonne appréciation de la force portante des pieux.~':"O I~.. :.""" tv!'''O nep.H'~ c'a'~~ ia :-)...'•.pétê) FOIé tubé (luhe plmlu) PUlt~.cn <l''~ .... ..-a ('fi '~l~ll<><' ..rod. Cet essai. p....' .. ~~I...jd dt: fil d 't1/11dt:s jlJ-illGf." (6) In. a..+.J' "'1..S - CRAVES CflAŒS .<1.. est limité aux pieux fichés Jans des terrains meubles.~-. 0'- ~~-tlnrQbl! Dl .~ . '-:"'.':1. (j~". a' -_..Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul. -'---'0ol'-~+-r-T---..~..--~ r-'--.5 : Choix de la courbe de frottement latéral. .~t..p. -'-r~' Q" Q~ 1 al QI. .<:. "~~uI.....:a~~ '..--.IlU~ da \3.-r. ~ .mo lo. .-'---~) 1 06 [- Cl T-.. Clur .' 01[" 'ub" a' a./~ ...~.l~~ '.I •.~.•• Tableau 2. "~'.~u ......>-..h~.. ~'~~ ""'.~"" 1 . ~ .~~<:.: (21 j'. ~]~i:~.t:2.-~-~ (4) OJ . 14' r.·.' o?! '1 Q 1 (tube roct. !."'.:<. '" ""'''. h· ~~< "-.:OOJ ..] " r'oro bouc 0.0..~. U"'ONS ~..1 S) Gll. qui sc fait par enfoncement des tiges dans le sol se fait à vitesse constante et lente au moyen de vérins." ~'''-'''''. d~ t"'_'lf Q'.. = • ARGlLfS • a' A' n \fOl"o FOfo .~~ Q1' 0.ti".Fa/Ida/Ions profondes ....·1'~'" " . ~.. ~PIC~Slonit."." . a' a' a."".::o:::~ o~r~-l--~ --Ol---. .~ a.......P..i'~.~ ''''"""". ~! '""....)"s MUN7'(..0~~2-G~_~-~= ."~.a..?~ __ 1 - Os ~ Il) >!'~I..' ... L__ - T--.. '~'1..." " (.1. a..1_'O!_ a] a. . AANE:S socuee " 01'0.~ t.' a". F~~i~. 1 JI -roi Q7 .'" '~l"~' l'~''~ ~~ • t. I----Q.. ~~. ...."'".~. Selon le fascicule 62. ~ 01(." ..t--"l ." ~"~.

Ce cocffieient dépend de la nature du sol et du mode de mise en œuvre du pieu (foré ou battu) et traduit la proportionnalité entre III résistance de pointe du pieu el celle du pénétromètre.20 0. 4-1. représente te coefficient de portance. Ses valeurs.15 0.30 0.45 1) les catèocrtes de sol A.PrI'J'"/ de fin d"el. h étaut l'ancrage Je la fondation Jans la couche porteusc .de:>juil/e[ 2(Ji.som} .Dimensionnement et conception d'un progromme de calcul.30 0.40 0.. sont présentées dans le tableau 2.55 Sables et graves 0. La résistance de pointe équivotente est donnée par la formule: . avec: q«: résistance de pointe équivalente (définie au paragraphe suivant) . données par le fascicule 67:.50 Craies C A B 0. h}. Nature du sol et \Pieux mis en œuvre sans Pieux mis en œuvre avec catéccrfe'" refoulement du sol refoulement du sol Argiles et I.19) dans laquelle k.mo~ A B 0.7)" Gildas MONTCHO . B. C sont définies au tableau 2]" ~ 1 Tableau 2.6.Fondations profondes . b: min la.o. D: hauteur d'encastrement réelle du pieu. 220) avec: a: max { ~ .Contrainte limite qp sous la pointe. La contrainte limite ou pression limite sous la pointe est donnée par: qp -k·qu c (2.6 Valeurs de kc selon le fascicule 62._~ ESP Thil\ . lice: résistance Je pointe corrigée (figure 2. qJz) : résistance de pointe lissée à la profondeur z .

5 < 6. .5·4.0 < 0. 29 .0 Marna-calcaires > 4. sur la hauteur b à +3'1 par rapport . 1 t.0 ~ables. +. -.5 B ~actes 2... .. granite..0 > 2.Dimensicnnement et conception d'un programme de calcul.2.Projd dl' fin d'éludes jlJillel 2005 . Gildas MONTC/IO .0·2.: la contrainte moyenne q<".7 < 3.Fondations profondes.5 > 20.0·6. schiste.0 Marnes andres A 1.IMPa) IMPa\ <0. '=c- -- ) z Figure 2. graves 8.0 1.7: Résistance de poînte équivalente. ~ssedesol ~giles.0 1.__". P.0 < 0.2-2.3 qcm des résistances supérieures à cette valeur.l ' D - .0 rraies > 5.15.rv ._J~l_ 'l~j' • ! 1 - co· ( 1.0 3. q« est obtenue comme suit: calcul J.7 < 5.5 (0) L'appetauon "roches" peul regrouper des matériaux divers: calcaire..Roches" B Praornentées > 4. limons A uuiles el limons mous B veltes et limons fermes C lt\rclilestrès fermes à dures A Lâches B Moyennement compacts C omoacts A Molles B Itérées C Compactes Pressiomètre Pénétromètre 0..5 > 3.0 1.1 la base du pieu. ~ ~I c: i ·~I' \\::: ! te- '2..4. soit qcc(z) le diagramme ccrcté.FSP n.0 A Itérées . etc ~etle classiûcaûon est réservée S'JX materiaux oeèsentant des modules orsssicmétroues > 50 a 80 MPa Tableau 2...'--1---'-.:s.5 ..0 > 2.7 Catégories conventionnelles de sols.0 .5 < 5. calcul dc la nouvelle moyenne q" avec prise en compte des valeurs plafonds. plafonnement à 1.0 .

B • D'après ia formule 2. un anemgc tel que a'" B ou 0.Frottement latéral unitaire limite.2 plus haut. P (V. Dans les sables.A. pointe du \lICU.6 ne sont valables que pour de vraies fondations profondes. Suivant les règles du B. e'est-à-dire pour uuc hauteur d'encastrement équivalente telle D que zs: 2': 5.Dimensionncment el conception d 'UI/ programme de calcul. il est vivement conseillé d'adopter un ancrage minimal de 36 avee un minimum de 1. 1 Les valeurs du eoeffieient j3 out été données dans le tableau 2. soit: qr =min{~.50 2 ID est toléré. comme précédemment (paragraphe 2-1-2). on peut assimiler la force portante' hrute Qp à la foree portante nene. Remargues: • Les valeurs de ke données dans le tableau 2.. On appelle charge admissible d'un pieu la charge maximale que l'on pl lisse lui appliquer sans risque de rupture et sans que les tassements dépassent une eertaine valeur appelée tassement limite La charge admissible sera comparée à la charge résultante de la descente de charge. Néanmoins.Fondations profondes . On introduit ainsi la notion des facteurs de sécurité.E.22) 5 .20.t. 4-2 . I! est difficile et peu pratique d'évaluer le frottement latéral unitaire le long du pieu à partir du frottement mesuré lors de l'essai pénétrornétrique mais il existe une relation entre k frottement latéral unitaire limite qr du pieu et la résistance à la pénétration statique qc: q f ='1. les efforts (de pointe et frottement latéral) sont affectés des coefficients rédueteurs suivants: QI" . qr donnée par eette formule.Charge admissible nette Qld d'un pieu foré.L. Gi/d(/J' MONTCHO Projet defi" d'érudesjuil/cr 200j ESP Thiès.qf_) (2.50 m dans la eouehe porteuse. JO . il eonvient de plafonner la valeur . Dans les sols meubles. foree portante nette à 1J.

25 : (2.8 : Charges admissibles en traction Qmln et en compression Qm~x' Gildas MONTCHO . Qmax Ultimes Accidentelles Rares De service Quasi-permanentes 1.ement est admis pour les les mlCfQp ieux Tableau 2. (2. soit à l'aide des formules 2. lAO z. 2. Nous avons vu plus haut que la charge limite du pieu ~ en compression s'écrit: On admet que le frottement latéral limite mobilisable est identique.40 0(1) -R.26) Les charges admissibles sous les différentes sollicitations sont données par le tableau 2.Dimensionnement el conception d'un programme de calcul. on fait référence à la charge de fluage qui peut être déterminée.24) Pour les pieux mis en œuvre avec refoulement du sol (pieux battus). 6 .Q". 1.Pieux sollicités en compression ou en traction.20 . soit par un essai de chargement du pieu.24 pour les pieux mis en œuvre refoulement du sol (pieux forés).25) La charge defIuage en compression (k est donnée. elle est donnée par ta formule 2.Q~ 1. que le pieu soit sollicité en compression ou en traction. Ce~ndanl ce Iype de fonctionr. 31 .30 Q. d'après le fascicule 62.26 suivantes.25 et 2. La charge limite de traction Qm s'écrit donc: (2. (2.10 1) D'apr ès le fascicule 62. La charge de fluage en compression Qc est donnée par la formule 2. quelque soit le cas.ESP Thiès.40 Q".. 1. par la formule . «. Etats limItes Combinaisons Fondamentales [Traction Qmin Compression . Qr: force de frottement mobilisable par le pieu.U 1.24.Fondations profondes .23) Pour déterminer les charges admissibles sous les états limites de service. les pleux ne sont normalement pas conçus pour travailler en traction kJeraœn permanente .8.Projet de fin d 'Î!ludesjuil/et2005 .40 1.

Projet defin d'étndes juillet ëûû i . on remarque que le tassement en tête des pieux est en général de l cm.Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.010 B) Gildas MONTCHO . pour une gamme de pieux dont la longueur de fiche est comprise entre 6 et 45 ru.006 B (avec des valeurs extrêmes de 0. Le tassement d'un pieu isolé sous les charges usuelles est généralement faible et ne constitue pas un paramètre de calcul déterminant pour la plupart des structures.003 et 0..010 B) • Pour les pieux battus: Srcr= 0. il est nécessaire de prendre en compte le tassement.7Qp et ce. Fondations profondes . 7 . dans certains cas où l'on a des pieux isolés. Par contre.30 et 1.ESP Th/à 32 .5û m. et dont le diamètre B varie entre 0. sous une charge de référence égale à O. Expérimentalement.Tassement d'un pieu isolé..003 et 0. On définit une valeur limite du tassement notée • Pour les pieux forés: Sref sous la charge de référence : Secr= 0.009 B (avec des valeurs extrêmes de 0.

Les pieux sont. Nous proposons ici la formule de « Los Angeles » : f=l-B. Il se définit conune suit : (2.28) m : nombre de rangées . dans la pratique. du fait de la dilatance. Dès que l'entraxe de deux pieux est inférieur à un dixième de leur longueur. 1 . Cet abaissement de la capacité dépend de la taille de chaque pieu.GROUPE DE PIEUX. III . il arrive que la charge limite globale Qg du groupe de n pieux soit inférieure à la somme des charges limites des pieux du groupe QI.Comportement d'un groupe de pieux. presque toujours battus ou forés par groupe. Le coefficient d'efficacité f èa groupe de pieux est un coefficient correcteur qui s'applique à la force portante du pieu isolé et permet d'évaluer la force portante de l'un des pieux du groupe. la pénétration des pieux produit un relâchement de la structure avec augmentation de l'indice des vides. Il convient donc d'étudier l'intluence de ce voisinage sur la force portante de chaque pieu du groupe et le tassement de l'ensemble. Le battage et la pénétration des pieux resserrent la structure et compactent le sol entre les pieux. Cette perte de résistance peut s'évaluer à l'aide de plusieurs méthodes. Parmi les différentes méthodes qui ont été avancées pour le calcul de la capacité portante d'un groupe de pieux. Dans laquelle: L n -m-n 1 [m(n-l)+n(m-l)+.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. Plusieurs formules ont été avancées pour le calcul du coefficient d'efficacité f.Projet de fin d'études juillet 200S . Gildas MONTCHO . En milieu serré au contraire. ce qui confère au groupe une force portante améliorée (f> 1). de la forme du groupement ainsi que de la nature du terrain. En effet. nous indiquerons la méthode basée sur le coefficient d'efficacité.ESP Thiès. qui se traduit par une diminution de la capacité portante du groupe (f < 1). la capacité portante de chacun des pieux est diminuée.27) Une idée intuitive de l'effet de groupe est donné par des pieux battus dans un sable lâche. il ne suffit pas de vérifier la résistance d'un pieu considéré comme isolé.Fondations profondes . considérés comme isolés. Lorsque les pieux sont rapprochés.fi(m-l)(n-l)] (2. 33 .

' Q Q 0 0 Q - ~ : '.ES? Thiès. .Projet de fin d'études juil/et 2005 . diamètre d'un pieu. L : entraxe des pieux d'une même rangée. la transmission des contraintes en profondeur sous un groupe est différente de celle sous un pieu isolé. Radier fictif pour pieux flottants b) Groupe de pieux a) Pieu isolé Figure 2.Dimensionnement el conception d'un programme de c3 leul.. . ' ' . Il y a en effet. .8 : Action d'un groupe de pieux en profondeur. Gildas MONTCHO . B. .8).B .e· ~----'--~--'-­ où (m-l).=j 'Q. A. Une autre méthode qui donne des résultats comparables est la méthode de la « règle de FELD» qui admet que chaque pieu a pour charge portante la charge portante d'un pieu isolé diminuée d'autant de fois 1116 de sa valeur qu'il a de pieux voisins. Par ailleurs. interférence des contraintes induites par chaque pieu et un effet radier apparaît (voir figure 2. J = 1. 34 . .n+(n-l)·m 90·m·n e= tan -) ( ~ l en degrés.. On notera l'existence de la formule de Converse-La barre qui ne s'applique qu'à certains milieux sableux .Fondations profondes . Radier fi ctl f pour pieux tra'l~j ([ ant en pointe.- ' . . Â - BI. Qg = N·j·Q N étant le nombre de pieux du groupe.. Q o . La charge portante limite d'un pieu du groupe est alors donnée par: Et la charge portante limite du groupe est donnée par : Q. n : nombre de pieux dans chaque rangée.

de section correspondant là l'enveloppe du groupe de pieux (aire A).9).Fondations profondes . Par contre. il faut considérer [a fondation comme fondée sur un bicouche.Sécurité vis-à-vis de la rupture du groupe de pieux.!2. On considère le pieu comme une pile monolithique de largeur 8 g . J3--9 _. de périmètre P correspondant au contour-enveloppe et de fiche 0 (figure 2. S'il existe Bg une couche molle sous-jacente. les dimensions d'un groupe de pieux sont telles qu'il peut transmettre les charges qu'ils supporte à des profondeurs assez Gildas MONTCHO .Tassement d'un groupe de pieux. 3 .ES? Thiès. Les tassements d'un pieu isolé sous une charge nominale sont généralement faibles (inférieurs à 1 ou 2 cm) et l'on ne s'en préoccupe pas. 2 . Figure 2. ' '. il faut élargir la pile fictive en écartant les pieux ou bien les allonger. Ceci est relatif aux méthodes de dimensionnement des fondations superficielles et sort du cadre de cette étude. 35 . serni-profonde ou profonde selon le rapport . qf ' D.Sb et figure 2. La résistance à la rupture de la pile est la somme de deux tenues: la résistance de pointe sur l'aire A et le frottement latéral sur le fût de la pile . Si le calcul conduit à une sécurité insuffisante vis-à-vis de la rupture. La justification du groupe se fait en incluant dans les sollicitations le poids des pieux et du massif de sol formant la pile monolithique fictive.9 : Pile fictive. La charge limite de pointe Qgp se calcule comme celle d'une fondation superficielle.Projet de fin d 'études juillet 2005 . La charge limite en frottement latéral pour un milieu homogène est Qg[ = p.Di'flensionnement et conception d'un programme de calcul.

36 . On calcule le tassement de cette semelle en prenant une répartition des contraintes en profondeur à 1 pour 2. sauf que H représente l'épaisseur de la couche d'argile (figure 2.11).Q / .10 : Calcul du tassement d'un groupe de pieux. Terzaghi et Peck ont proposé les méthodes suivantes pour prévoir le tassement d'un groupe de pieux flottants dans l'argile. importantes au dessous de la pointe des pieux.Fondat ions profondes . l'on procède de la même façon.8xL \J2 \ \ =.Dimensiannement et conception d'un programme de ca/cul. (a) Rocher ou sol dense (b) Rocher ou sol dense Figure 2. ce qui peut entraîner des tassements non négligeables des couches sous-jacentes.Projet de fin d 'études juil/el 2005 .9BxL \ \ H \ 2f 1 1 Argile ]H j. mais le sable repose aussi sur une couche d'argile assez compressible (figure 2.11 : Pieux chargés en pointe dans un massif de sable._-..10a).. Dans ce cas. Sollrès mou ou très llliche D Rocher ou sol dense Figure 2. le tassement est égal à celui de la couche d'épaisseur H. La même procédure est suivie lorsque les pieux travaillent en pointe. On considère une semelle fictive située au 213 de la longueur des pieux et qui supporte les charges permanente Q appliquées sur la semelle qui supporte les charges permanentes Q appliquées sur la semelle de liaison (figure 2.ESP Thiès.10b). Gildas MONTCHO ./ q -----/ / / q 2V 1 1 / \ \ 1 q. Argile Sable D D -. Dans le cas de pieux battus dans un dépôt de sable reposant sur une couche compressible.

et ne posent guère de problèmes. 37 .. De plus.Dimensionnement el conception d'un programme de calcul...= Fondations profondes .Projet defin d 'études juil/el Z005 . il faut que les charges causées par ce frottement soient incluses dans les charges totales que le groupe de pieux doit supporter. on pourra par sécurité appliquer la méthode de la semelle fictive décrite précédemment. Gildas MONTCHO . Dans le cas des sables. s'il y a un frottement négatif. Toutefois.ESP Thiès. dans le cas de pieux flottants dans un sable lâche. les tassements sont généralement faibles et rapides.

.. .. . .. . • . . ... . or .. . . '[j ° .' • ... . . . li' .. .-8" . Le point situé à cette profondeur est appelé point neutre N (figure 2.~~~~ ~ ~t/. ~ .... ' .. .. • •• • .. 38 .•. • 1 • . ...Projet defin d 'étudesjuillet 2005 . Ceci se produit dans trois cas principaux... . . __ .'. .i... . . <D -.~~•. .. K .• ~ ~". . ..•.. Figure 2. ...••• ~'" . .. & ._•. .. ......••• . . Les déplacements verticaux du sol (tassements) sont maximaux à la partie supérieure et diminuent avec la profondeur... ... • • ... - I N ... ••• .....~~~ta:. A partir d'une profondeur H'..5ub... r:~~'-"'~- .. . . l..... .< ' f' ql f · · · · . :"~'·1~·'.. .. ...:7..... .. . -- .. . .. .... ... ... . ~. . _•_. -'..._•. .... .. .' • . ... . ... . ..12 : Frottement négatif sur un pieu. . . .~:::~~::::....•. le déplacement AA' est dû au déplacement de la couche d'épaisseur H et le déplacement CC' n'est dû qu'au tassement d'une couche d'épaisseur H-z. en raison de la surcharge de couches très compressibles par des remblais ou pendant la consolidation du sol. . • . .~} J N ':t-: .. .. • . I 1 " ~·t··~j:. . ...:........ ... ...Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. . ... ....... .....~ ~ ~t~ ~. . ... . .. ... .• ..... .... . . . . .. ... . u. ~ r ~ r 0' r ~ . .. La charge ainsi ajoutée peut être grande.···~·.ES? Thiès.. . . . GildasMONTCHO ..: . il se produit alors un frottement au contact sol-pieu (voir figure 2... ... .... .a · ....:.. . ...Fondations profondes . ... .... .. .Description du phénomène... -_..~... . . . . ......• . .. 1. . Sol-coFnFlre ssole .. ..···: "A.-.... •••• ° ---~-------------~~~ ......:. ~. .. .... .·····o:········Jllr. lors du rabattement d'une nappe phréatique.. ~ .. . ..... .---. .. . .'. :~::::::: : : : : : : : : : :: : : : : : : : : :-fJ N:::::::::::: ::~: JI" .l ... . . • .. . .....' . ... ~ . .... ..... --.. . . . ... En effet.. . ....12).. .. ._ .. le tassement du sol est inférieur ou égal à l'enfoncement du pieu sous l'effet de la charge qu'il supporte.. . ~ - ~ ... . . . - :'.. .~~'. ... • .. .•.. •_•_'.1' .. 1.. .nQlÔe.•••••. _. • • - • .. ~---....12)... • • • . .. Le sol s'enfonce par rapport au pieu et non l'inverse comme c'est le cas dans des conditions courantes de sollicitations des pieux..lL I Mr..... .t'.... Il se développe donc un frottement latéral dirigé ver le bas qui provoque un effort de compression dans le pieu.. ..lto.. • I • • .. 'c .. .. . .. S'il y a déplacement... Le frottement négatif se manifeste lorsque le terrain traversé par le pieu est le siège d'un tassement ou lorsqu'une couche du sol prend appui sur le pieu et le charge. ..FROTTEMENT NEGATIF SUR LES PIEUX......strflfurn.. .".. IV . . ..•... .. .. ...

ESP Thiès.30) 2-2 .Description et prise en compte du phénomène d'accrochage. L'estimation du frottement négatif ainsi obtenue correspond donc à une valeur maximale.Valeur maximale du frottement négatif. (2. À proximité du rut du pieu la contrainte 0":. le frottement négatif s'exerce sur toute l'épaisseur du remblai et sur la couche compressible jusqu'en N. 3. K le coefficient de pression des terres au contact sol/pieu et 0 l'angle de frottement sol/pieu qui dépend du type de pieu et de la nature du sol. Cette méthode conduit généralement à une surestimation du frottement négatif parce que l'effet d'accrochage n'est pas pris en compte. puisqu'il ne peut se développer qu'au fur et à mesure de la consolidation de-s couches compressibles. le frottement négatif n'existe plus. Sauf cas particuliers (liquéfaction des sols). Si le pieu traverse un remblai surchargeant le sol. on admettra que la contrainte verticale O"~ (z) correspond au poids des terres et à la surcharge à la profondeur considérée. est réduite en profondeur parce qu'une partie du poids des terres est transmise dans le pieu par le frottement négatif mobilisé audessus du point considéré: c'est l'effet d'accrochage. Suivant l'hypothèse la plus simple. Au-delà du point neutre N. a: (z).29) proximité immédiate du rut du pieu. Les caractéristiques mécaniques à prendre en compte sont donc les caractéristiques effectives <p' et c. 2.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.29) depuis la partie supérieure du pieu jusqu'à la profondeur du point neutre.Fondations profondes . le frottement négatif est un phénomène lent. il existe certains principes de base à suivre: 1. Gildas MONTCHO . même pour un pieu isolé. Le frottement négatif unitaire C est donné par la formule ci-après: n ln (z) = a~ (2) . tan 0 = K . Pour leur évaluation. La détermination de l'intensité du frottement négatif est extrêmement difficile. Le frottement négatif total Fu sur le pieu s'obtient alors par intégration de la formule précédente (2.Projet de fin d 'éludes juillet 2005 . 2-1. 39 . tan 0 O"~ (z) étant la contrainte effective verticale à une profondeur quelconque z et à (2.Méthode de calcul. 2 .

Figure 2.13). A une distance p de l'axe du pieu voir figure 2. En considérant un pieu circulaire de rayon R.385 (2.150 :5 K · tan 0 si K· tano > 0.32) . (z):[u. À une distance r comprise entre le rayon du pieu R et P.=0 Gildas MONTCHO .150 ~ si 0.31) À est un coefficient caractérisant l'amplitude de l'accrochage du sol autour de la fondation.-" '~R] (2. r) est donnée par : u. 40 . (z.385 . Combarieu.r)-u.K . la contrainte réduite est toujours désignée par 0-: (z). l'équilibre des forces impose que: La valeur de Œ: (z.Projet de fin d'étudesjuitlet 2005 . l'effet d'accrochage ne se fait plus sentir et la contrainte verticale à la profondeur z désignée par Œ.ESP Thiès.. soit o-~ (z. il prend les valeurs suivantes: À= À l O.13 : Effet d'accrochage.1. l'effet d'accrochage réduite la valeur de la contrainte verticale.Fondations profondes .Dimenstonnement et conception d'un programme de ca/cul.385 0. (z)-u.r) cette contrainte.5+25K· tan 0 = 0. Ce mécanisme a été étudié par O. À la distance R correspondant au rut du pieu. (z)]-[1-. (z) correspond au poids des terres et des surcharges. tan 0 si K· tan 0 s 0.

Fondations profondes .45 0.5 à 1 0.10 015 1. 41 Gildas MONTCHO .9 : Valeurs de K· tan a.35 0..45 0.33) cr: (Z. . Le calcul consiste donc à déterminer la valeur de o-~ ( z).30 0. Les formules précédentes font apparaître le terme (K· tan t5).35 0.20 0. des dispositions spéciales peuvent être prises.20 0. voire la totalité de la capacité portante du pieu.5 à 1 Tableau 2.Projet de fin d' étudesjuillet 2005 .15 0.Valeurs de K· tan t5 Le frottement négatif total F n s'exerçant sur le pieu peut être très élevé et absorber une part prépondérante.) = O. la valeur de Posons.5 à 1 0.45 Sables et graves très lâches Sables et craves lâches à peu compacts Sables et graves moyennement compacts à compacts 0.ESP Thiès.Application pratique. (ZI-tl) est donnée par les formules suivantes: (2. Nature du sol Tourbe.+I) est donnée par la formule 2.9 peuvent être adoptées.35 si 1l0. arqile et limon mous ~ÇJile et limon fermes à Type de pieu Foré tubé Foré Battu durs 0. Les valeurs données dans le tableau 2. Pour réduire F n.35 0. (2.35) 2-3 . a. On citera à ce titre le traitement de la surface des pieux avec des enduits à base de bitume ou bien la réalisation d'un double chemisage sur une certaine hauteur.) :f.Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.34 si /l(À. 2-3-1 . Soit cr: (z/) la contrainte verticale au contact du fût du pieu au sommet de la tranche i d'épaisseur AZi.34) (2. Il s'effectue en découpant le sol en tranches horizontales et en effectuant te calcul successivement pour chaque tranche de haut en bas. 0 et par la formule 2.

Dans les autres cas. la O"~o (z) . valeur de F. K .29 peut être retenu dans les cas suivants : o o o épaisseur des couches intéressées faibles. tous les pieux ne sont pas sollicités de manière identique . 42 . tan r5 = 0. Soit : Fn( co) le frottement négatif sur un pieu isolé. Cependant. Dans un groupe de pieux. le calcul par tranches est arrêté à la profondeur z. Si tel est le cas.ESP Thiés.Détermination de la position du point neutre.Cas particuliers. Fn(b) le frottement négatif sur un pieu d'un groupe illimité de pieux identiques avec des entraxes respectifs d et d dans les deux sens . Combarieu. 2-3-3 . Le frottement négatif est normalement calculé jusqu'au point neutre situé à la profondeur H'. l'effet d'accrochage peut être tel qu'à une profondeur z (z < contrainte verticale au contact du pieu 0": (z) devienne égale à la contrainte initiale H'>.Dimensionnement et conception d'un programmede calcul. • • Pieux battus ou chemisés enduits de bitume dans les sols fins : Cake annulaire de bentonite: K· tan 0 ::: 0.05 . il est recommandé de tenir compte de l'effet d'accrochage en utilisant la méthode de O. 2-3-2 . 3 . 2-3-4 . Le frottement maximal déduit de la formule 2.Choix de la méthode.02 . modérée.Frottement négatif sur les pieux d'un groupe.Fondations profondes.Projet de fin d'études juil/el 2005 . On admet que ce point correspond à tU1 tassement résiduel des couches inférieures (calculé sans tenir compte des pieux) égal à B/100. Fn provenant essentiellement d'une couche superficielle à angle de frottement interne élevé pour laquelle l'effet d'accrochage est nul (À = 0). Les règles empiriques ci-après sont utilisées. cette valeur étant estimée forfaitairement comme celle du tassement du pieu. le frottement négatif sera mo ins élevé sur un pieu central que sur un pieu extérieur. Gildas MONTCHO .

.Projet de fin d 'études juil/er 200S .Fondations profondes .2. 43 .: }. et [d7 (2. Gildas MONTCHO .pour un groupe (figure 2. Le frottement négatif F.ESP Thiès. 3 • }> pieux intermédiaires (b) a=3 2 /3=!3 Dans un groupe de pieux : • pieux d'angle (a) a=12 7 /3=ft=! ft=O 6 5 12 • • pieux extérieurs (e) pieux intérieurs (i) 5 a=6 a=l r---tttn a e e e a a) File unique b) Groupe de pieux Figure 2. La valeur de b est donnée par : b.37. sur chaque pieu d 'un groupe est obtenu par la formule 2. (2.36) Pdépendant de la position occupée par le pieu.13 b). Fn(b) est calculé par la même méthode que pour le pieu isolé. le coefficient lJ.1:~) et par b =~-----.37) }> Dans une file unique : • pieux d'extrémités (a) a=3 1 /3=3.14 : Position des pieux. prenant cette fois-ci une valeur différente qui est fournie par l'annexe 2. les valeurs des coefficients a..Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. pour une seule file de pieux d'entraxe d (figure 2.

7 sable 18. .Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.10. Pour qu'un pieu supportant en tête un effort vertical Qv et un effort horizontal QH ne subisse que des efforts de compression axiaux (la résultante QR passant par l'axe du pieu). Les murs de soutènement sont plus indiqués pour la reprise des efforts horizontaux sur les ouvrages de fondation. il [au t l'incliner (voir fi 9 ure 2.0 sable arcile 22.Fondations profondes . l'effort axial étant limité par la charge nominale ou admissible du pieu : QH =Qy 'tana QR =~~ QN' soit Qv ~ QN -coszr cosa 44 Gildas MONTCHO .Projet de fin d'études juillet 2005 . à des efforts horizontaux limités. Les efforts horizontaux généralement admis pour les pieux verticaux sont résumés dans le tableau 2.0 Tableau 2. • Dans le cas où les efforts horizontaux sont supérieurs à ceux indiquées au tableau précédent. v .10 : Efforts horizontaux admis pour les pieux verticaux. • Les déplacements horizontaux admis dans le cas des édifices courants sont de l'ordre de 6 à 7 mm. en plus des efforts verticaux. les efforts horizontaux admis sont de l'ordre de 5 kN. Remarques: • L'encastrement est réalisé si le pieu est « noyé » de 50 cm au minimum dans le béton de la semelle.15).40 m) Tête libre ou encastrée libre ou encastrée Type de sol Efforts horizontaux admisJkN) sable 6.7 arQile 6. fonction de l'effort vertical Qv appliqué.30 m) Béton (B = 0.ESP Thiès.0 argile 18. Type de pieu Bois (B = 0.0 27. il peut être plus économique d'utiliser des pieux inclinés. • • Dans le cas des argiles molles. Cet angle d'inclinaison est en général fixé et un pieu ainsi incliné peut reprendre un effort horizontal QH. il arrive que les pieux soient soumis. Néanmoins. Les pieux en béton fondés dans de l'argile molle et soumis à des efforts horizontaux supérieurs à 5 kN devront être armés en flexion.EFFORTS HORIZONTAUX ET PIEUX INCLINES.

qui est généralement pris égal à 40% ou 50% du frottement latéral utilisé pour les calculs en compression. 1.15 : Pieu incliné chargé axialement.SOm.Fondations profondes .ES? Thiès.Pieux battus. Le pieu résiste alors uniquement par le frottement latéral. Gildas MONTCHO .Pieux exécutés en place. Si. 4S . au cours de la vie de l'ouvrage.Dimensionnement el conception d'un programme de calcul. Les règles suivantes peuvent être adoptées. on est amené à disposer les pieux de façon à ce que certaines files travaillent à l'arrachement (figure 2. 2 . le pieu doit résister en fléchissant et mobiliser la butée latérale du terrain. Si B < O. Lorsque les efforts horizontaux sont très importants par rapport aux efforts verticaux.80::. La valeur de Ct est limitée à 20 0 pour des raisons de rendement et de battage.20rn • inclinaison de 120 au maximum .20m .Projet de fin d'études juillet 2005 . Si 0. le système de charge se modifie. QN est généralement calculé comme pour un pieu vertical. inclinaison limitée à 120 si le terrain est aquifère et pouvant atteindre 180 si le terrain est non aquifère.16). Dans ce cas. Si B ~ 1. on a théories faisant appel à la réaction latérale du sol. inclinaison déconseillée. B < l. / / Figure 2. Les valeurs admissibles de Cl sont fixées en fonction du matériel de forage (pieux exécutés en place) ou de battage (pieux battus).

16: Disposition avec une file de pieux travaillant à l'arrachement.ESP Thiès. 46 .Projet de fin d' étudesjuillet 2005 . Giidas MONTCHO .Fondations profondes .Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. Figure 2.

C'est le plus souvent l'entreprise qui propose une technologie particulière à partir de critères qui peuvent être: les orientations définies dans le dossier d'appel d'offres (type de pieux). VI -JUSTIFICATIONS ET DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES. la charge Q appliquée à la fondation. 1-2 . Comme nous l'avons vu plus haut. Lorsque le frottement latéral le long du pieu est positif (le pieu tasse plus que le sol et c'est le cas le plus général).Qr.Dimensionnement et conception d'WJ programme de calcul. le frottement latéral est dirigé vers le haut et participe à la résistance du pieu. la force limite QI d'un pieu fait intervenir deux termes : le terme de pointe Qp et le frottement latéral • Qf.Force portante limite QI. On peut choisir d'annuler j'effet du frottement négatif en rendant lisse la paroi du pieu par un enduit comme le bitume. le frottement latéral est dirigé vers le bas et la force portante est égale à l'effort de pointe diminué du frottement latéral: on dit que le frottemen t latéral est négatif et QI = Qp .Fondations profondes . .Force portante admissible. 1-1 . On dit que le frottement latéral est positif et : QI = Qp + Qr • Lorsque le frottement latéral est négatif (le sol tasse plus que le pieu et surcharge le pieu au lieu de le soutenir).ES? Thiès. 47 . [a nature des sols et la circulation de l'eau. 1 . la configuration du site : (site aquatique ou terrestre). le coût. le matériel dont dispose l'entreprise. Selon la règle des contraintes admissibles. Gildas MONTCHO .Projet de fin d'études juillet 2005 .Type de pieux..Capacité portante ou force portante. Qad 2 . résultant de la descente de charge aux états limites. Le choix du type de pieux n'est généralement pas fait au niveau de l'étude des fondations. doit rester inférieure à la force porta nt admissible Qad du sol de fondation définie plus haut: Q :s. les habitudes locales ou liées au type d'ouvrage considéré.

La seule limite à l'inclinaison. La disposition en plan des pieux d 'une même fondation doit permettre: Gildas MONTCHO <Projet de fin d 'étudesj uillet 2005 -ES? Thiès. les micropieux ont un diamètre inférieur ou égal à 250 mm Si les efforts horizontaux sont faibles. de la profondeur du substratum résistant et de l'encastrement prévu dans le substratum si l'étude montre qu'il est nécessaire de l'atteindre. Plus particulièrement. ont une dimension transversale minimale de 0.Fo. Pour les ponts-routes.00m) sont en règle général. Le choix du diamètre du pieu peut être conditionné par sa longueur.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. Actuellement. Pour les pieux circulaires.t}a/i?. 48 . non tubés sur toute leur longueur. car l'effort de pointe est très faible. on parle de largeur B.60 m. on ne dépasse pas une inclinaison de 20 0 • 4 . Remarques: Dans le cas où le substratum n'existe pas où se trouve à grande profondeur.80 m. il est recommandé de ne pas descendre au dessous de 0. 3 . reste imposée par le matériel d'exécution. Les pieux sont alors dits flottants. 3-3 .Inclinaison.Disposition en plan d'un groupe de pieux. alors que ceux de grands diamètres ont rarement besoin d'être incliné. on parle de diamètre D alors que pour les autres sections.Dimensions et inclinaison. Les petits pieux ne sont adaptés qu'aux ouvrages modestes.Diamètre. Les pieux forés. les pieux de faible diamètre (B ~ 0.60 m) peuvent convenir. d'appuis modérés. réservés aux grands ouvrages.':. Les gros pieux forés ou puits (B > 1. quine à les incliner.:s profon~es . quels que soit le diamètre et le type de pieu.Longueur. on cherchera à profiter au maximum de la résistance au frottement latéral. La longueur des pieux dépend : de l'épaisseur des couches de sols résistants devant être traversées par le pieu pour mobiliser un frottement latéral suffisant. 3-2 . 3-1.

:. doit tenir compte des problèmes posées lors de l'exécution.:.Projet de fi" d'etudes juil/el 2005 . L'espacement minimal de deux pieux doit être de 1. calcul des charges limites . soit un entraxe minimal de 2. parfois. Il ne faut pas non plus perdre de vue qu'un projet de fondation. Si une ou plusieurs conditions ne sont pas satisfaites. vérifications particulières: frottement négatif. On le soumet ensuite aux vérifications nécessaires. effet de groupe.Démarche à suivre pour une étude de fondations profondes. risque de cisaillement des pieux. On obtient une première approximation du nombre de pieux en divisant la charge verticale par la charge maximale que peut supporter le pieu. On peut schématiser les étapes d'un projet de fondations profondes de la façon suivante: . . on reprend le projet jusqu'à l'obtention d'une fondation capable de résister correctement aux charges transmises par l'ouvrage et résultant d'une descente de charges.:. descente de charges des ouvrages. .5 B. armature. 5 .:. calcul des charges admissibles et. et cela à l'état limite et sous les combinaisons d'actions les plus défavorables. .ESP Thiès.) . reconnaissance géotechnique et essais. . il faut éviter une distance entre pieux trop importante qui conduit à une forte épaisseur de la semelle de liaison. 49 . Gildas MONTCHO .:. Mentionnons qu'on ne doit envisager des fondations profondes dans un projet qu'après avoir conclu que les fondations superficielles ne sont pas possibles. etc. .:. choix entre fondations profondes et fondations superficielles. et cela pour de raisons d'exécution (B étant le diamètre du pieu en m).Dimensionnement et conception d'un programme de calcul . Bien qu'il n'existe pas d'espacement maximal à respecter.:. dirnensionnement des pieux (béton. .5 B.Fondations profondes .d'assurer le centrage du groupe de pieux sous les parties de la structure qui transmettent des sollicitations à la fondation. Le dimensionnement d'une fondation sur pieux ne peut se faire que par tâtonnements.:. etc . .d'assurer une répartition la plus homogène possible des charges axiales entre les différents pieux. détermination des tassements . On part d'un avant-projet établi de façon plus ou moins empirique: c'est le prédimensionnement. type et profondeur des fondations . au -delà de la confrontation des charges apportées par la superstructure aux propriétés mécaniques du site. acier.

.Chapitre 3 PROGRAMME DE CALCUL FONDPRO.

La méthode Csp. L'objectif principal de ce projet de fin d'études était l'élaboration d'un programme de calcul des fondations profondes.ESP Thiès. La méthode de Crandall. Le programme élaboré .1) développé avec Borland C++ Builder sous Windows XP.0.FondPro 1.siométriqlJ0 Quitter Figure 3. Méthode de Crandall "l" 1 Méthode des Hollandais Méthode C-phi Mi?tho do pr0~.Projet de fin d 'études juil/el 1005 .1 : Interface du programme FondPro 1. Gildas MONTCHO . comporte trois modules ou méthodes de calcul des pieux que sont: La méthode des Hollandais.Fondations profondes.Dimensionnement et conceptiond'un programme de calcul. 1.0 (figures 3. 50 .PRESENTATION DU PROGRAMME FONDPRO.

de sauvegarder toutes les modifications apportées au projet en cours (déjà sauvegardé une fois au moins) et de sauvegarder un projet qui n'a pas encore été sauvegardé.cpar exemple « Méthode de Crandall ») ouvre au-dessus de la fenêtre principale une autre fenêtre permettant de saisir les différents paramètres permettant le calcul de la capacité portante des pieux battus par la méthode Crandall. II . « Open ». On peut également Gildas MONTCHO .Dimensionnement et conception d'UT/ programme de calcul. on peut calculer plusieurs pieux dans le même projet. 51 . Il est également possible de les imprimer à l'aide du bouton « Print».Fondations profondes . • Les boutons « New». • Un clic sur le bouton « Quitter» permet de quitter le module dans lequel on se trouve ou de quitter le programme.Aperçu du programme FondPro 1. chacun étant accessible par un bouton indiquant le libellé de la méthode de calcul utilisée. les résultats sont visibles en cliquant sur le bouton « Output ». • Dans un projet ou l'on a entré les données pour un ou plusieurs pieux. on a la possibilité de calculer la capacité portante du pieu isolé et d'un groupe de pieux constitué de ln rangées comportant chacune un nombre n de pieux (soit N =mx n pieux).Projet de fln d'études juillet 2005 .MANUEL D'UTILISATION. on peut modifier les valeurs des paramètres de chacun des pieux et refaire le calcul. • Une fois le calcul effectué. • Le programme FondPro est divisé en trois modules. 1 . L'ajout d'autres pieux se fait à l'aide du bouton « Add ». • Un clic sur des boutons . Le contrôle de la validité des données se fait au fur et à mesure de l'entrée de ces dernières et une fois toutes les données entrées. il suffit d'entrer les données pour le premier pieu. « Save» et « Save As » permettent respectivement de créer un nouveau projet.0. • • Un appui sur la touche Tabulation permet de passer d'une zone d'édition à l'autre. il faut cliquer sur le bouton « Input ». • Pour la méthode de Crandall et celle des Hollandais. Un exemple de calcul par la méthode de Crandall est fourni en Annexe 3.1. Certaines zones d'édition ne sont pas modi fi ables : eUes sont juste destinées à afficher le résultat d'un calcul. Pour revenir à l'écran de saisie des données.ESP Thiès. Une fois à l'intérieur du module de calcul choisi. • fi est possible d'enregistrer les résultats afm de continuer un projet ultérieurement. d'en ouvrir un précédemment enregistré. le calcul ne sera pas effectué pour ce pteu. • Si toutes les données d'un pieu ne sont pas entrées.

P ~... -. 3 .B m' m longueur du pieu . 52 ..Méthode de CrandaU et Méthode des Hollandais. ~ ~ ~ ~ ~ 0 1" e 1 :._. • Cet écran est composé de quatre panneaux numérotés de 1 à 4.-----'== Pieu Isol6 Houleur do chUlo .." . Si on désire prendre en compte la surcharge dans le calcul de la résistance à La pointe (panneau 2). Rnlus :. --". Il s'agit d'une des méthodes les plus fiables pour le calcul de la capacité portante des pieux.. Le calcul s 'effectue par panneau et dans l'ordre..0 .~ Roccourcisseme"1 âlastique .Méthode C-phi. Gildas MONTCHO .-.= ::::."' .. il faut saisir la valeur de la surcharge au préalable dans le panneau 3 avant de procéder au calcul dans le panneau 2.2 : Ecran de saisie des données pour la méthode de Crandall.H Oitlm6l1o du pieu .Projet defin d 'étudesjuillet 2005 .u .-..Dimensionnement et conception d'un programme de ca/cul.. passer d'un pieu au pieu suivant en cliquant sur le bouton « > » ou au pieu précédent en cliquant sur le bouton « < ». les paramètres pour chaque couche doivent être tous entrés avant de procéder au calcul pour cette couche (bouton « Calcul »).. Son écran de saisie des données est présenté à la figure 3.".el Figure 3.. • Dans les panneaux 2 et 3. quand on a plusieurs couches.Fondations profondes . Le passage à la couche suivante ou à la couche précédente n'est possible que lorsque tous les paramètres de la couche courante ont déjà été entrés et se fait à l'aide des boutons « > » et « < » respectivement. ... 2 .ESP Thiès.e du pieu .3.-.

Sa.. volumiq.frottement latéral i1 kN ..: kN/ml! Force portente ~ elte du groupe : 1 kN Belc"CUou K"t. Gildas MONTCHO .Oc : Flldeur Nq : Poids vol sous base du plou : Copllotil portllnto brute : New 1 1'""1- m !i \. on peut alors cliquer sur le bouton « Calculer» dudit panneau pour procéder au calcul.Fondations profondes . • Une fois toutes les données saisies dans un panneau.. .:J kNlm3 kPll..nc du pieu : Coefficient d'elficacilll .Paramètres généraux Forms do Ill.l 1 IEW .----_~ . n'" nelle : Fa/ce poMnle brute : Force portanle nette : kN Fadeur Ne: Fadeur Ng : f..2J i i . Frot brui talai (kN/ml do périm) : Forco do frottomont bruIe IDt.--~I 1 . soetion du pieu :1l'""O Q-jIOJ're--.-.. entrez une valeur négative pour f3 ' Cu (méthode q1 =BETA x Cu) ou pour K ..-___ _ Col cul 1l' FI01lllmenllCllérlll aluche :.11 ..on(dell<l) coudlo Cohesion ou Pd.nl n:lo' 1 .kPo ] . coudle : .-. Profondeur aitique .C : Angle do lrottemenl.Gull:.\ C.. d'oncI'lSlrement .-'-' m m • r Nombre de coudlos : Epllisseur œucne (m): . pacilé port.0 : Cohhion du sol d'Q/lCIDgo . -·'. pour calculer un frottement négatif dans une couche.. • Dans le panneau 3. Pcidsvol:miquecooche(kNlmJ) : . Pression verticale des lerres : r-.... tan (0) (méthode ······-.. .3 : Ecran de saisie des données pour la méthode C-<p.------~ ~ l 1 r' Oin..0) : -.. 53 .ESP Thiès.phi (>.le : Cu l eulllr J 1 kN __ l I _ Figure 3.ve ilS Input ~Jcul P...[ Il 1 1 3 . No mbm d a pieu P'" rQ/lg6e : Enlr9-aXe plaux d'une ran g ée : Fo/ce portllJ1t" !..Projet deJin d'éludes j uil/et 2005 .Dimensionnement et conception d'un programme de calcul..mél/o 'du l'leu -6 : Profondou..

1 .30 lli (p+G z) =136 lli (p+Gz) 136+2G'l Argile =156. III .30X2(118)+ O.tan(deltal) = 0.QUELQUES EXEMPLES TRAITES.r·B n O .2x2+. Gildas MONTCHO . Il s'agit ici de calculer le frottement négatif'F.Projet de fin d 'études juille! 2005 .) 62 +K2 . Soit à calculer la charge admissible nette du pieu à la figure 3.4+4G'~ = 181.0]=276.r.X4) ( 2F =. r Sable: G=18 kNlm3 p = 100kN/m2 Gsat = 20 kN/m3 2m 2m K.2)] =.tgo2 x4m p+18 x2+IO.8) 2 .ES? Thiès.Fondations profondes . s'exerçant sur le pieu présenté à la figure 3.8+87.4 Gsat = 16 kNfm3 4m ~ tan(delta2) = 0. x 2m + 1O_~X2 8 2 (P+18X2J (3.30 x 2(146.Calcul du frottement négatif sur un pieu.7+135. -lg6.B[70.20 lli (p+Gz) Gravier 156.Dlmensionnement et conception d'un programme de calcul. Fn est calculé comme suit: K. On calculera d'abord la charge admissible nette du pieu isolé puis d'un groupe de 3x5 pieux (3 rangées et 5 pieux par rangée).·lg6. x2m(p+T)+K.2 Figure 3.6kN [ +O.Calcul de la charge admissible nette d'un pieu.4 : Exemple 1 .4.5. 54 .Calcul du frottement négatif sur un pieu.2ûx4(168.

\iONTCliO Projet de fin d'études jui llet 2005 . Le terme de pointe peut être calculé de deux manières . On a alors: 1 Q~ =(9 X50) x (0. Cette méthode est plus générale et c'est elle qui est utilisée dans le programme. 2-1-1.Méthode 2.. = 7 ~ .Fondations profondes .3)2 ="40. CU" 4QkPa Couche @ 3m Argile: Gsal "16kNlm3.3 ·c · N c = 51 x [+ l.. Le résult at es t donc acceptable.ESP Thiès.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul..Terme de pointe. CU" SOkPa Figure 3. rp = 0 ::. c q p = 3 x (16 -10)+ 2x(16 -10)+ 3x (17 = p~. Facteur N q = N1/. carré de 0 3mx 03m Couche CD Q) 3m Argile: Gsat "16kNfmJ.Ar ! c ..5: Exemple 2 ..3 = .5kN 1 2-1-2 ....4 = O. 55 .1 = e7lanll' = l. Profiondeur cntique Dc B ~ =-4 N q.. 075m == 0 10) = 51kPa Pression verticale des terres p~ D'?D::.Méthode 1.95 kN On remarque une différence de 1.. 2-1..1% entre les résultats des deux méthodes.. Gildas . N q +1. La force portante nette en pointe peut s'écrireIQ~ =q~xAp =(9xc) . 0. CU" JOkPa Couche :lm Argile: Gsat "16kNlm3. elant la cohésion de la couche dans laquelle se trouve la pointe du pieu.3) = 40. Facteur Nc = Nc.Calcul de la charge admissible nette d'un pieu .3x 50x 7 = S06kPa 1 { q~=qp-p~=506-51=455kPa Force portante nette Q~ = q~ x A p = 455 x (0.

. =97. 2m = 50kPa 4' ca = O.Fondat ions profondes .2 + 76.Dimensionnemem et conception d'un programme de calcul.- _.)O . 2-2 .Force portante du groupe de pieux.90 x30 = 27kPa o..Couche 1: c U = 30kPa ~ ca = O.30m S = 1m (onconsidère respacemenlle plus faible) +(b) +(b) + (a) 1m +lb) +(C) +(C) +(C) +(b) +(8) +(bl +(b) + (b) +(8) -. =35 X(4B 'D l ] = 1 2 6 k N . 56 .U = ----L+_ = 245..4~O.h O. 1 4m J 1 +(8) Î +(b) m=3.8kN -4 <0. Calcul du coefficient d'efficacité.8 + 126 = 300 kN 1-1 2-3 .ESP Thiès.Couche 2 : cu = 40kPa ~ ca = O.lO .70 x 50 = 35kPa ~ o.2 kN "..Terme de frottement.-.80x 40 = 32kPa Qr. Considérons le groupe de pieux représenté à la figure 3. Gildas MONTCHO .=r'AI.475kN 2 4 ELS: QELS = Q: + QI = 163.. =r 'AJi =27X(~ ] = 97 .Projet de fin d'études juillet 2005 . n=5 B=O.65kN 3 2 2-4 .Force portante du pieu isolé.J Od m Qr = l J Qr.6. Q' 3Qf ELU: QEl. .. :::> ) =r·Ar.6 : Groupe de pieux . . Figure 3.Couche 3 : Cu =32X(~B:D~]=76..Jm .

.V QgELS =QELS xmxnxC e =1934.ES? Thiès. qui suppose que les pieux ne supportent pas tous la même charge. Par la méthode de Converse-Labarre.78% S 90xmx n Par la règle de Feld .2. = 1.B x S x-m-n 1 [m. et 3 pieux (c) dont la force portante est égale à ~..]: : " C. On a quatre pieux (a) dont la force portante est égale égale à ~. La force portante du groupe est donc: Q" =QELU xmxnxC e =2901.. Gildas MONTCHO .06% 16 Par la méthode de Los-Angeles.(n -1)+n .Projet de fin d 'étudesjuillet J005 .!. C =)-tan ~ _1(8) x (m-l)xn+(n-l)xm = 72. 8 pieux (b) dont la force portante 16 16 .Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul. . Cette méthode est plus récente que celle de Converse-Labarre et c'est elle qui a été dans le programme.79% La règle de Feld. Le résultat donné par formule de Los Angeles est voisin de celui donné par la formule de Converse-Labarre. don.!.1kN Cet exemple a été traité par le programme et les résultats sont fournis en annexe 3.(m-l)+ J2 (m-l)(n -l)J = 78. tH. pour ce cas le résultat le plus défavorable.Fonda/ions profondes . On a alors : 16 13 Il 8 4x-+8x-+3x16 16 16 =64. .15kN .. 57 .U.

Fondations profondes . même si elle constitue une avancée significative par rapport à la version initiale élaborée par un de nos aînés. Pour ce faire. gagnerait à être amél iorée. Gildas MONTCHO .ESP Thiès. Toutefois. mais les ouvrages sur les fondations profondes ne sont pas très nombreux. Ainsi. Nous avons répertorié les différentes méthodes de calcul des fondations profondes basées sur la détermination de la pression limite qui constitue une méthode fiable de calcul des fondations. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS. le dimensionnement des fondations est un domaine si complexe et si vaste qu'on ne saurait prétendre en couvrir tous les aspects au cours d'un seul projet de fin d'études. Le but de celte étude était de passer en revue les différentes méthodes de dimensionnement des fondations profondes et d'élaborer un programme de calcul. Le programme ici conçu ne saurait être utilisé que par des professionnels du métier et ne peut fournir des résultats fiables si les données entrées ne sont pas correctes. à une profondeur donnée. Cette version. Il faut noter qu'il existe d'autres méthodes plus élaborées de dimensionnement basées sur la théorie de l'élasticité telle que celle des différences finies. Le programme élaboré permet le calcul automatique de la capacité portante d'un sol supposé homogène.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. des tranchées blindées. la stabilité des pentes et talus. des rideaux de palplanches. les études hydrologique et hydraulique sont des volets importants et incontournables dans un projet de dimensionnement de fondations. à partir des paramètres du sol d'ancrage et des caractéristiques des couches traversées. 58 . les études d'affouillement.Projet de fin d 'études juillet 2005 . il était nécessaire d'avoir recours à une documentation bien fournie. le dimensionnement d'une fondation ne saurait être limité aux calculs de capacité portante et de tassement abordés. Le dimensionnement des murs.

malgré l'attention accordée à son élaboration. dans d'autres domaines du génie.Dimensionnement el conception d'un programme de calcul. Gildas MONrCHO . Nous souhaitons qu'il soit poursuivi. Dans le souci de compléter et parfaire ce travail. 59 . pourrait contenir des bugs. >- Les connaissances nécessaires à la conception d'un programme ou d'un logiciel nous font demander un renforcement du niveau informatique des élèves ingénieurs et la création de groupes de travail afin d'élaborer des outils similaires.Fondations profondes . nous formulons les recommandations suivantes : }> Ce programme. que l'interface en soit améliorée et qu'il soit beaucoup plus interactif. Nous demandons à l'Ecole de prendre les dispositions nécessaires afin que tous les cours en général soient dispensés à temps afin de permettre à tous les élèves ingénieurs d'avoir toutes les connaissances nécessaires à la réalisation de leur projet-de fin d'études.ES? Thiès. label de l'Ecole POlytechnique de Thiès.Projet de Jill d'éludes juil/el 2005 . ~ Le cours de mécanique des sols II est un pré-requis à cette étude et nous n'avons pas eu la chance de le suivre avant de boucler de travail.

(1975 . BIBLIOGRAPlllE. (Septembre 1992 .2. T. Kerisel. 1968 (1106 pages).164 pages) 14] Cours pratiques de mécanique des sols Tome 1 : Plasticité et calcul des tassements. A. Par Jean CaSTET et Guy SANGLERA. Par Roger FRANK.Dimensionnement el conception d 'un programme de calcul. Caquot et J. 3 è édition. Par le Ministère de l'Equipement et du logement et du Ministère des Transports de la France (1993 .Fondations profondes .182 pages) (10) Les Fondations. [111 Traité de Mécanique des Sols.. Dunod. [l' Elément de Mécanique des sols. Edition AFNOR. Par ZAVEN DA VIDIAN. LEONARDS. 60 .ES? Thiis. Edition Eyrolles. Edition Techniques de l'Ingénieur (2003 . (2000 .351 Pages) (6) Fondations profondes pour le bâtiment. Exercices résolus. Presse de l'ENPC (1988 .509 pages) 19) Fascicule 62 . DUNûD.190 pages) 18) Indispensable pour C++ Par Bernard Frala. 2~ édition. Collection Marabout (1999. DTU 13.72 pages) [71 Pieux et fondations sur pieux. Par Eric GERVREA U. Paris. Dunod. Par François SCHLOSSER.283 Pages) [5) Cours pratiques de mécanique des sols Tome 2: Calcul des ouvrages.Titre V : Règles techniques de conception des fondations des ouvrages de génie civil. Gildas MONTCHO .276 pages) f2] Calcul des fondations superficielles et profondes. 1966 (506 pages). Par Jean CaSTET et Guy SANGLERAT. Rédigé sous la direction de G. (1975 .Projet de fin d'éludes juillet 1005 . Gaëtan Mori n Editeur. (1969 . Paris. GAUTH1ER-VILLARS. Par A. Par la commission de normalisation Française.141 pages) [3] Géotechnique et Calcul des ouvrages.

ANNEXES .

cp' 0 5 10 15 N" 0.0 6.1 100.4 0. 1 III III bis Sable et gravier Roche .1 1.j 0.2 135.5 r.6 Valeur du facteur de portance K pour l'essai pressiomètre. 61 .\ 2.0 0.4 3.14 6.7 18.6 1.Projet de fin d 'études j uil/et 2005 .0 1.8 1.3 0.0 4.o 0.5 8.8 3.J-:.8 J .Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul ANNEXE 1.1 18.3 .8 2. ~ 1.5 3.4 20.0 10.0 75. Type de sol Argile Limon Nature Pression limite i 1 (en bars) 1 l 1 0-12 1 .0 0.5 41.8 ~ .0 254 .8 1. .7 30.0 Valeur des facteurs de portance pour (es fondations superficielles.--.5 4.2 1.4 1.8 1.ESP Thiès.O 14.3 134.8 1.4 ll.l----------Il[ 1 II III bis 0.1 Les valeurs de Ny sont tabulêes..6 J.8 1. '" . N'Y' K pour les fondations superficielles. Gildas MONTCflO .6 2.l 0. 1 10-20 40-100 30-60 ! Sable el gravier très compact Valeurs de k (pour les terrains homogènes) D B o Il III III bis ---..2 1.0 [.5 1. 0-7 18-40 1:!-30 4-8 JO-30 II Argile raide et marne Limon compact Sable compressible Roche tendre : .5 8.Fondations profondes . 3 0.5 1.8 1.4 33.2 1.. .9 0.---.3 64.L 20 25 30 3S 40 Ne 5.1 : Valeurs des facteurs de portance N q .3 1.8 Nq 1. N".8 1.1 0.0 46. Annexe 1.5 2. de même pour Nq et Nc .

d<I ~.>re-! rria~i<J1 O<J bollo Long Pul. r".26 -~ ~ile ~ . ~ CO 1 e: .qu" lCub~1 At~ <T>Ofo4 ICten) 30 50 lB 0 0 0 o 11 13 .i1~ 0/14 50 14 ~) o 30 (MO<Itreuil·svr-Mer! 0 0 10 Tovrbe (Bou'9O'nl T0Vft)e (Caenl TO<ttbe (ValIé<l de la S 30 39 0.rAJb...SSaiI CD App..r. .t>Ic fin "9~""'~ (le Ve<donl Sa~ fin (Sa Ôtlt -Ma IoJ Sable .' . ... .at\estel1 Arfiile ~n. c_ 1I'.vIen1 1e<Tne 0<1 Ot .ESP Thiès..2 (S.. ...on (V. .. pru.n6desJ d...d'-. tac. Ge ~meoQ Sci..2 Tableau VI..4 Sable ron (1'onu ineOl<o4ovl SabI<l de Loite (Ange<sl Sabl. 300 0 2.me Non ~ • .e Verdon) Sable el gaielS (le VerOoo) s... d<l-o Non ~ .ul 1.tl O<l botta do dsaillement pOU< \u . : Typ.50 20 20 0 0 Tebtesu V. (OunkerqueJ s.....""l~ Court l.ne eu VaQ 27 14 OLS 10' 15 AtviIe ct.".. d<av c'. -1... 6." TYlH d<I e. .nd) 75 25 30 28 Umom limon (Orivl limon (Oo1yl ünoo (Jou'gnv) ..Oooir d6:s ur..29 0...rl()<tNIlemeltl COn$On~es lfaiblement .1ouI 0Dm""'" tenwn( Typ.. l'o<mulo ""-.utConsorld~sl Argile ~ (Nwbonnel ~ ~ INasbonnel V _ (Marvoul ~ ~ (l.ereil triada( ~ do ~la<nenq Cohérem lJ)<>g t.ble IA~'osJ SabLe de Cuise IOisel Sable Ikhe (le Verdonl S."J cria... c.m roon ..An r- de COUtl cisa. el vase.d~ Awer&<l ttiaxi.-limon r. Ape..n ~noo<lO ~ 50 10 70 46 0 0 0 13 o 40 12 o 39 25 32 J.. 62 .. .' 1 - Awar ai triexi.non dM Bottemviul 16 23 21 JO 117 0 o 20 10 21 M_ Mwn4I(~euôlJ Mwn4IlQe<mo<lt~e. d4 .ciA 1 uut pour les esseioI CU e~ me""e de u App.....36 0.mecien (Provinsl des Flendres 100 0 16 24 200. .llam<!f\t 'enne 1 Annexe 1. . non Tourbe T~ Bal...J1((Nart>oMO) o 10 o o o o o o o o o 3OA40 33 42 36 35 32 J..Val6(Jrs rypïqU6S dflS C8ract6risriqu8s de ft1sistlJflC(1 au cisailllJm6nt dos sols .Fondations profondes . ANNEXE 1.. : .. Co/W.~a. c' lP.. - .c · • . r~ne ~ AJ?I- du Sp...tl lBol't.. ' . Court l«me Non «hinll Non ~ cu W W t . J4 JI 26 31 29 \6 20 39 0 0 0 7 10 o 34 20 0.4 38 40 37 J9 G~..Valeurs de c el cp en fonction du type de sol. C...-mo CD ~ ~ CU.r - .iorn~tre eu1Df(l("Nf . (Romainville) Ig 10 AfVi\lI "" Toere>en (V.'gite.2 .a<. p' ~ Atçile..ct~s d6 cisaillement des sols.Projet de fin d'études juillet 2005 .rc c.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul.I~ CoMr-em Ul"'.. Gildas MONTCHO .abIo ~ (l..35 0.... c_"" C=ul y _ c " • a ' tan p ...-..

.. ...)qe » : ~' dètait (type Ai Annexe 1. ..Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. ~~ ...ES? Thiès..Fondations profondes .Pènèrrornètres de types A et B (schéma de principe). Gildas MONTCI/O . ... .~.? : ---_-. .. tige de bat t..- dl! ïO:PÙ4':1~' . ~. ANNEXE 1. . 63 ..-.. . -. "-: '.3 .3 ~'(~ :~T.Projet dl!fin d ' études juillet 20Q5 .

oz.ES? Thiès.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. gord.4 bGuhill. ANNEXE 1. m_ ..Projet de fin J'hudesjuillet2005 ." ..un 1 - ' --. . 64 .. Annexe lA . 101" di. Gildos MONTCHO . coUvl" 4. 1 y.Fondations profondes .l 'G" 1 u ra I0Il co Il Ill_ d.Pressiornèrre et Sonde du type G.. d_ ..

pieu Pieux -foc' s é .6 13.15 Pieux fOfés Pieux b8ttus 0.. de Orou cp Nq Ne 0° 1 7 5° 10° IS° 20° 25° 30° 35° 40° 1. Ktanô. V.. No:nm..Fondations profondes ..Projet de fin d'études Juillet 1005 . son r. ANNEXE 2.00 Aranes 1 mous Ierrnes à durs très lâches Umon$ S.. Tourbes sols organiques _ tubés 0.l(' (l'une <:nt:a~lremenl tondauon en roncl inn de..a1.léun'd~~ K~ S'~tirl~.10 0.35 0.15 0. . 65 .uon du frirtferi( n6g~-(1J " 1 : 1 Type d.20 0. • • • •• .6 32 54 97 190 421 Valeur des facteurs de portances Ng mu et N emu des fondations profondes en fonction de l'angle de frottement <p Tableau 17 - .>llon de Lo nk.8 20.10 0.45 1.. <kir~ cncas..15 0.blM GrAves 1 ! 1 lâches autres Annexe 2.H"~ 47 ..ES? Thiès. Gildas MOlVTCHO ..1 : Paramètres de calculs des fondations profondes: D m 3X J Nqma~.30 0.20 0.upcrilci<:lI...Ab&quc de ~ffmln..5 13 26 57 134 355 9.20 0.8 3A 6.Dimenslonnement et conception d'un programme de calcul.1 Fcnd~lIQn . Fond~U"" / / • pro/onde -V mIle ck IroucmeM IDlC'O'<: .1o:menl Rgur~ '6· capacilé porlanlc Ilm..

66 .0 lVR =5.2 o À 1.Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.2 : Valeur de l..6..4 1.2 0.ESP Thiès. o 0.t.Projet defin d'étudcs juittet ZûûS .4 _L b/R =4. il convient de se référer à des essais de chargement exécutés dans des conditions similaires.2: Valeur de p et q/. d'après le fascicule 62..--__j bjR=2. ANNEXE 2.-+____-7""'\_-____::~~". (3 ) Le frottement latéral peut être très faible dans les craies avec ces types de pieux.0 b/R:: CD 1. uniq ueme nt.5 h/R=lO b/H = 3.----~--- ~-~_+_--+__-_+~.". 1 0..6 0.. Gildas MDNTCHD .--------r-----.8 "t7-~----'----~---r - -.2 A ARGILES . pour un groupe illimité de pieux. A défaut d'essai de chargement statique sur le site même.)X' (kPa) 15 40 15 40 SO(1) 250 300 250 40 1 IIJ f3 qsmax (kPa) 100(2) 60(2) 100(2) 80(2) 300 120 100 80 (3) Foré tubé (tube récupéré qsm"X' (kPa) 40 15 120 40 75 80 150 80 300 300 120 Métal battu fermé 150 - 150 f3 qsmax (kPa) 15 80 150 120 Battu à fOt béton - (3) Remarques (1) Pieux réa lisés et rain urés en fin de forage. Annexe 2. tube non louvoyé.8 1 Annexe 2.Fondationsprofondes . (2) Forage à sec.4 0.LIMONS B C SABLES· GRAVES A CRAIES B C A 8 '/3 Foré - 100 75(1) 40 40 80(~) 200 200 200 120 125 40 125 80 120 !qsm.

r> 7 .Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. ANNEXE 2.. .s 4 8 12 16 20 he R _PÎ4U. Gildas MONTCHO ./ /-t 1 . Pt (kPa) Sol Argile Limon Argile raide et marne Limons compacts Sable compressible Roche tendre altérée Sable et gravier Catégorie < 1200 < 700 1800 à 4000 1200 à 3000 400 à 800 1000 à 3000 1000 à 2000 4000 à 10000 3000 à 1 11 Roche Sable et gravier très compact III 6000 III bIs Annexe 2. bollua 1 Tableau Il.Fondations profondes ...fo~9orie __ II ~/ V../ V ".1 ~ /"' Caf.1 ..--- f--- V .ESP Thiès.".. 9 ! 8 . "'~ mbi c ~ ./ V V co.3 : Valeur du Coefficient de portance Kp pour l'essai pressiornétrique par Ménard..--..... ..l ~. J k 4 / / IV/ :3 V . ---~ 2 y 0 1/ r J 1 o.! // .V / v ~"' -.~ ___ P~..Projet de fin d' étudesjuillet 2005 ....../ 1<..- - . i 1 .-l-- ---- CcrteOQrie TIl ..~ ..' -. 67 . 6 / V V .3 v/ .. ..

.S""IYa()I"M~ ... ...Projet de fin d'études jusllet 1005 ..alde • lr6S 'aid<! Da 0.Dimensionnement et conception d'un programme de calcul. / ..... ~ © c..... =q.CO.I . Cl'aoe lT'OIkI ArQiIe ~1~eelJimon NQ'1e .......oCs (A)' Abos A 0 AtIis A Sat>le el Il rave trOyennement COInP8ClS U2 > (ar A {Br Abls A A A Abés (B)" A a C ~o Sable el grlMl ~cts a ees oompac\$ 2. - ®~.......Io-.rtl6 de (fOllement/attlral "'-lotI '~ctueal s C(}{1sidererrrf3~ ~ 6u<tam.." 0fl1"<1 ® s. 68 ....-"'P"*-IIIIIt\.~ ~ ...t~~4"ed...0 u'" en. 0 L-(!) • • • • • . . ~=~::::~~ 't(J1Y~o.... romon el Ùlble lache. 1 k~ Annexe 2."...S E F F F Roct>e aMroo ~ 2... @ ~ 10- .. . ".~ .4 Table8u VI COl.I'œ." ..... ANNEXE 2. ..ç ® Sat>'e< _Qo'eu< 1 .)'" ~ (Ar A. 'OC ..: ' '-lame el marno-caJcaire Ma...... V"II~o-~~~~'tJiIIOtI' ........he< .5 (Cr a (C)' B (C)' B a a ~o ~D Craie alté<oo a t'lIQmOOl6e >t (C)' a (€)" (Sr A c é ..o--.2" 2.: ~. / It--"'" •• / e 1. -' -. ............I~~ AtQ. :. ~ l l ~ ."T_ Ill- lW4o<\ Abos Arl/Île molle.: ~.5 fl • (Cr B B é'" é-' F C > ~.....Sb...... V / 'CI ~-- ® / / e @ o ...c-.... > •. c.Fondations profondes ........1 1. . ....&.... lllO '" ......tICI Pg....... du pIeot ..~ ® I\o(....... /' /"'" 0 .agmenlOO - - ':-" r- >F >F >F - - L.I'_~~IW"\Ie~~(I. en fonction de la Gildas MONTCHO .<'>e tres compacle 1..5 l......0 -Ab<s At>is Allis IU\al pte••1on -0"" AM Allis A (Ar ~ IAr All<s (Ar Atlis {Ar Atlis A A c.4 Détermination du frottement latéral unitaire qpression limite PIet du type de sol.1 '/> • ..cwr~..EST' Thiès....A.M ...." ~ ~. . !I4to<l AbÏ'J """...anl~ oIl G'-<ol') I<l~" F_lbI4o 1~ > 2.....1\ ..

. gl"O~e Plo~tIC·~ "'~ttu oa.rs ~ :lO &0 3J 3J 15 15 . "'~-.~""'.--_~ """"o...... ._ _.~~~wrr~d"w~""""". ~ .. ~ "..5 Détermination des coefficients k et (J.Fondulions profondes .Dimensionnement el conception d'un programme de calcul....... :-C. ~ô:JI""""f ~~'...o..s .......Projet de fin d'éludesjuillet 2005 . ~ ....fIl. . ..... ~. ..-.._...... I~~_~~ .' 180 2SO 300 (2IXJ) aool 2SO :lOO 12001 '20 eo eo eo \.."I=~1 ~~ 120 lo-t Io<e .--~ .. .. (f~D'è's Lacornm:ss>oo de ~I.-.. '20 eo 1150: '20 ..J C......~ .4..._~.'J eo '::. ~ i 15 000 10 80 Ill:> ~..... ..~C'Oi. Il: .·_··...~ ~ .'.......... .._ .-....' 100 60 . ANNEXE 2.._ J'~. ~ : ...~ l-'" l:...-e-~~ .• !....... t- --"'< "< el 0'" oe:l...•• _~·-.... '5 ' .-.. . .. ci. --..111 -.<D' ......Ii()III~" SO eo '000 200 270 55 '00 200 3:Xl s. . __ .... .'" . · ..·"'. ....- .. ... ..-r.. ~ • ! 1 :·~ot I~ff ~.. .r() ~?OO ...... '.. 120 (IIX)) 110 100 160 3S 1120) JS 1 ::-:::r::-~: ~ ~ Si-:t --': ~t''' -f -f'"::: BOO l. : .:~ 0..ESP Thiès.....~ ..~ ~l..... . 0.....e ~ 1......... pour l' essai pénétrornètrique ( q1 = k -q et C qS = q~ ) Ct 69 Gildas MONTCHO .... e ..: •••• .. .. ..010 seo oo:J 6/iO -r_ ~-'l".. 'Ol Hl - V"ur -"1I:1PUIiIr-.... oQ. ()o_ 'eo 'CIO . -.. ___ ~~~"'4~ ....<_ _ L ""- _ .J: ' ....._ XI "-.~ :. -=-0 '" • 0&0 eo 120 '20 \60 2000 so "0 . ........(7"IC... ' " .. ...- """v .--.. ..• • (. ..~ 0. • • . " c!' C.. .} 15<1 ISO 1ISO) 120 1I2111 eo l'~' '20 3S ISO ~ ?OO : l< ..-.v» os..~~IiO"Wr"""'~baq ~.I ( ... · .--..._'V'I""w..._ "'-"'""... .IV--... .. ...':. " ...eo 180 . .. .... O'~ ...· .. ~ ~ ..~""" ·5003 01 eo eo .>Q sc 1 J 'o't ._ t'$_.....0 ~200 OOI"<.. ~~ ~ ..-.. ....."...... ~~-~~ ~ ..r .. .... ..5 ft\! \U "... 0. '000:> 1 > O..:l~' de ClY'l. !.". '......-....-1~ t ~~#"_ N en ~ ~rr"rv:r"O<Je V~~ .---.. 120 '00 (.35 ~ ~ o c ~ ......-. ~ .o.. ('P1I) "'" Ho ...... des bufe.c {iI..- Atv<oIT"Q'~' i . ... -<l" Annexe 2.-. T- ...... . ... . . {SOO3 1 C3 O..~-... ".. .......5 O... ...... ....}O _ I11III_ 2-CO r~ 2ro - 3JO ..le<t~ f~~~ ...~ 8:l 40 ee 1'0 ( 120) C80l ob 18:l IlIC) 1801 3S ltOl ~ ~ 3S (<<lI 3S JS (80) J:'> 60 ~ '2': "~?r 'i:~ l~ '):. .. 1 60 16O)~ 120 ISO (2IXJ) GO (OOJ 3S 35 (\201 ~ eo 80 \20 ~200 O~ OJ... ~"_CI"".~ ..o ~ ...."0 0..>0""'. ~. ....... _.. .~--.5'1 O~ ! "'0'" so 70 \20~ '00 fJO \OOOoN lao&.. . .. """1 I 1 ~ --... ~: : .... ....'f...:-o. ____ ..... .. . -.. .. _.o..ro :?$O l-3O ~---5~<l.."'_ 'lO ~. 4l:.o." .....~ ..t<1 '0 oœ O . .\ ~01· '~ · .. ~ coe"'oC1<"""lS : . · ~ _ ..Il 3S ('SOI 35 1'20) J........ . ~ ..-..00... ....-.·lIC ot .. .

Projet de fin d ' é tudes juillet 2005 .Groupe de pieux ------------Nombre de rangées de pieux: 3 Nombre de pieux par rangée: 4 Entre-axe des pieux d'une rangée (m) : 2.00 Charge admissible (kN) : 107. 70 .ESP Thiès.88 ------------.50 Charge admissible (kN) : 395.80 Longueur du pieu (m) .1 : Exemple de calcul avec la formule de Crandall.55 Longueur du pieu (m) : 10. 10.39 -------------.Groupe de pieux ------Nombre de rangées de pieux: 3 Nombre de pieux par rangée : 2 Entre-axe des pieux d'une rangée (m) : 1. Gildas MONTCHO .00 Diamètre du pieu (m) : 0.7219 Charge admissible par le groupe (kN) : 467.20 Masse du mouton (kg) : 2000.00 Diamètre du pieu (m) : 0.Dimensionnement el conception d 'un programme de calcul.50 Coefficient d'efficacité: 0.00 Masse du pieu (kg) : 12566.Fondarions profondes .00 Masse du pieu (kg) : 5939.28 Pieu nO 2 Hauteur de chute (m) : 1.50 Raccourcissement élastique (mm) : 2.37 Refus moyen (mm) : 3.59 Annexe 3.8141 Charge admissible par le groupe (kN) : 3862. ANNEXE 3.00 Raccourcissement élastique (mm) : 2.00 Coefficient d'efficacité: 0.57 Refus moyen (mm) : 2.1 Calcul de la capacité portante de pieux: isolés par la méthode de Crandall Coefficient de sécurité: 4 Pieu nO 1 Hauteur de chute (m) : 1.10 Masse du mouton (kg) : 1500.

00 Force portante brute (kN) : 45.00 Capacité portante nette (kPa) : 455.20 Section (ml): 0. 71 .09 Profondeur d'encastrement (rn) : 8 Cohésion du sol d'ancrage : 50 Angle de frottement interne du sol d'ancrage (degrés) : 0 D>=Dc Facteur de portance Nq: 1.Fondations profondes .00 RES/STANCE A LA POINTE Surcharge (kPa) : 0 Nombre de couches: 3 Epaisseur de la couche 1 (m) : 3 Poids volumique de la couche 1 (kN/m3) : 6 Epaisseur de la couche 2 (m) : 2 Poids volumique de la couche 2 (kN/m3) : 6 Epaisseur de la couche 3 (m) : 3 Poids volumique de la couche 3 (kN/m3) : 7 Pression verticale des terres: 51 Capacité portante brute (kPa) : 506.3 Périmètre (m) : 1.00 Facteur de portance Nc: 7.Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul.95 FROTTEMENT LATERAL Surcharge CkPa): 0 Nombre de couches: 3 Couche 1 Epaisseur de la couche 1 (m) : 3 'BETA*Cu' de la couche 1 (kPa) : 27 Poids volumique de la couche 1 (kN/m3) : 6 Frottement latéral de la couche: (kN/m) 81.00 Couche 3 Epaisseur de la couche 3 (m) : 3 'BETA *Cu' de la couche 3 (kPa) : 35 Gildas MONTCHO . ANNEXE 3.ESP Thiès.00 Couche 2 Epaisseur de la couche 2 (m) : 2 'BETA *Cu' de la couche 2 (kPa) : 32 Poids volumique de la couche 2 (kN/m3) : 6 Frottement latéral de la couche: (kN/m) 64.54 Capacité portante nette (kN) : 40 .2 Calcul de la capacité portante de pieux isolés par la méthode C-phi PARAMETRES GENERA UX Section carrée Coté du pieu (m) : 0.Projet de fin d 'éludes juil/et 2005 .

Projet de fin d'études juillet 200S.p. Poids volumique de la couche 3 (kN/rnJ) : 7 Frottement latéral de la couche: (kN/m) 105.14 Annexe 3.Groupe de pieux ----~----­ Nombre de rangées de pieux: 3 Nombre de pieux par rangée: 5 Entre-axe des pieux d'une rangée (m) : 1 Coefficient d'efficacité: 0.Fondations profondes .Dimensionnement el conception d'un programme de calcul.2 : Exemple de calcul par la méthode C-c.Groupe de pieux -----------Nombre de rangées de pieux: 3 Nombre de pieux par rangée: 5 Entre-axe des pieux d'une rangée (m): 1 Coefficient d'efficacité: 0. 72 .47 --~----------.65 ------------~.7879 Force portante nette du groupe (kN) : 2901.21 Etat Limite de Service Force portante nette du pieu isolé (kN) : 163.7879 Force portante nette du groupe (kN) : 1934.00 RESULTATS (pIEUX ISOLES ET GROUPE) Surcharge: 0 Nombre de couches: 3 Etat Limite ultime Force portante nette du pieu isolé (kN) : 245.ES? Thiès. Gildas MONTCHO .

1 ! ~ ~ .-....X.. J: 'j'" ~"\t~ . 0... : ...~ I-+. 1' . ~ . .:...:.. . Vi: -~. .. ·c..6 ~ .. :. .4 ~V '. ~' .~ .ESP Thiès.·.:. .. a. ..:.3: Valeurs du coefficient d'adhésion ou adhérence ." ..~ r. ..~b. I ~ tt... o u :::1 ca 0. !. 73 .. . 1 .'. 'te '"..~.. '" "'" =. .. -Q!~ ~ . ~ ".. " .. ... J . .- 1 ~r. li'. .1: t' .3 . !i"~t . ANNEXE 3....t ! -. 0.ü." . " ~ .~L . o' .9 1 a'~>!. 1 . .: ::i' .. 0.. lf. !~ T~l~~ ~:1·W~ J~ .2 \.-. j!J . : """'" ...•.fj" '.Jt '!rn.. <...Projetdefin d 'étudesj uille: 2005 ...~ .:.5 ~ Ù " " I ~ ~H\ '~.~. ... ~ tf ' .~ I!: :~ . Il r""·< .:..il 0.. _ ....l'I' . 1 ~ ..~~.i Il ~ \.. ! 0.: ".Fondations profondes . ~ ~ 1 . ·L. .: ~~ . 1 i'''W~' ~& IF ".i- j. '-' '" ". 1" 0. ...a. .":{1 !.Dimensionnement et conception d 'un programme de calcul. ~.@ : .:.. :: ..... '..l ~ .. -_ ..1: " : .. • 1 • ::~... '=' . "i. ... ~:.8 -1 0. ". ~! ... r .b · {. " .. . Gildas MONTCHO .~ cl.1 " o 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 Cohésion non draInée Cu (kPa) Annexe 3.. . ~ff .. ~' ~ . ' ... Il" ~ '~%l- ~f 1.CalOJ] ." "Ç ... .. .~~~ ~0~ I~?~ Il l].. ~ ... • '''H ii. ~ ~ - .3 ~ ..il1 ..• ~ .- 1 l . ~: I. ! ..--- 1 -'-j i .. .3 "":":".• i'-. "- 1 ..7 0.

. soit à un sol purement cohérent. le sol doit être assimilé.PROJET DE FIN D'ETUDES « FONDATIONS PROFONDES DIMENSIONNEMENT ET CONCEPTION D'UN PROGRAMME DE CALCUL» ERRATA Page 14 -ligne 6 : Lire « Il existe » au lieu de « Il existent ». Page 16 .3 : Lire «B - Dia mètre du pieu» au lieu e « Diamète du pieu ».dernière ligne: Lire « qu'il supporte» au lieu de « qu'ils supporte ». Page 23 . soit à un sol pulvérulent de manière à être ramené à l'un des deux cas précédents ».ligne 1 après tableau 2.3 : Lire « Pour les sols cohérents.Figure 2. Page 35 .

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->