UNIVERSITÉ PAUL SABATIER - TOULOUSE III FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE

Année : 2007 Thèse n° 2007-TOU3-3037

T H È S E
pour le DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN CHIRURGIE DENTAIRE présentée et soutenue publiquement par

FARRÉ Marc
le 28 juin 2007 ---------------

GUIDE PRATIQUE POUR L'ENREGISTREMENT DES RAPPORTS INTER-ARCADES
Directeur de thèse : Docteur DARTHEZ André

--------------JURY Professeur GUYONNET J.J. Docteur CHAMPION J. Docteur ESCLASSAN R. Docteur DARTHEZ A. Président Assesseur Assesseur Assesseur

.

à mes amis. et à ceux qui s'investissent. à Marie sans qui je n'en serais certainement pas là aujourd'hui. c'est dans le coeur qu'ils sont proches. à mes soeurs avec qui je m'entends si bien. qu'ils résident ici ou à l'étranger. qui m'ont toujours soutenu et m'aident encore. aux professeurs qui m'ont aidé à passer le difficile cap de mes deuxièmes années. . parfois bénévolement.Je dédie cette thèse :      à mes parents. par amour de leurs élèves.

Docteur en Chirurgie Dentaire. Ex-Chef de la sous-section de Prothèses. Recevez ici l'expression de notre grande considération.Hôtel Dieu du CHU. .          Permettez-nous de vous remercier de l'honneur que vous nous faîtes en consentant à présider ce jury de thèse. Lauréat de l'Université de Paul Sabatier. Votre côté humain envers les étudiants ou les patients en difficulté restera gravé dans nos mémoires. Praticien Hospitalier des Centres de Soins.A notre président de jury Monsieur le Professeur GUYONNET Jean-Jacques  Professeur des Universités. Chirurgien dentiste. Docteur en Sciences Odontologiques. Docteur d'État en Odontologie. Chef de Service d'Odontologie . Chevalier dans l'ordre des Palmes académiques. d'Enseignement et de Recherche Dentaire. Diplômé d'Expertises Médicales en Réparation du Dommage Corporel.

A notre jury de thèse Monsieur le Docteur CHAMPION Jean

Maître de Conférence des Universités, Praticien Hospitalier des Centres de Soins, d'Enseignement et de Recherche Dentaire, Docteur en Chirurgie Dentaire, Docteur d'État en Odontologie, Lauréat de l'Université de Paul Sabatier.

  

Nous sommes particulièrement reconnaissant que vous ayez accepté de faire partie de ce jury avec une telle spontanéité. Votre dévouement pour les cours et les travaux pratiques mêlés de votre humour inconditionnel nous ont permis de garder à vie les notions les plus fondamentales de prothèse adjointe partielle.

A notre jury de thèse Monsieur le Docteur ESCLASSAN Rémi

Maître de Conférence des Universités, Praticien Hospitalier des Centres de Soins, d'Enseignement et de Recherche Dentaire, Docteur en Chirurgie Dentaire, Ancien Interne des Hôpitaux, Chargé de cours aux Facultés de Médecine de Toulouse-Purpan et de ToulouseRangueil, C.E.S. de Prothèse Scellée, C.E.S. de Prothèse Maxillo-Faciale, D.E.A. d'Anthropobiologie, Lauréat de l'Université de Paul Sabatier.

  

   

Vous avez gentiment accepté d'être membre de notre jury. Votre patience, votre bonne humeur, ainsi que votre sens pédagogique en clinique nous ont été d'une aide précieuse. Avec nos remerciements, veuillez trouver ici

l'expression de notre estime et notre gratitude.

A notre directeur de thèse Monsieur le Docteur DARTHEZ André
  

Chargé d'Enseignement à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Toulouse, Ex-Assistant Hospitalo-Universitaire, Faculté de Chirurgie Dentaire de Toulouse, Docteur en Chirurgie Dentaire.

C'est pour nous un plaisir immense de vous avoir comme directeur de thèse. Votre compétence et votre passion dans le domaine ne sont plus à prouver. Vous nous avez suivi tout au long de ce travail, de façon très réactive et très impliquée. Vos nombreux conseils nous ont été d'un bien précieux. Sans vos cours donnés bénévolement, ce sujet de thèse n'aurait certainement jamais vu le jour.

..............29 I.37 I...........2............3..Le système dentaire...25 I...............2......................................................................3 ..............................................................................................................21 I.10 Abréviations................Cinématique............Le système artériel.......1...............2 ...............................22 I.......21 I................................39 I.............................................L'appareil manducateur.............................26 I..Le système vasculaire....................................17 PREMIÈRE PARTIE : Appareil manducateur et simulation mécanique..................Muscles abaisseurs..............................Le système nerveux....................................41 .........................Mouvements dans le plan sagittal......................1 ........4 ..1................................Constituants.Fonctions.....................4...............3.........................2..........2 ..................................................1.3 .....................................................................2 .21 I.......................1 ...L'articulation temporo-mandibulaire...........1 ..Mouvements mandibulaires......Le système musculaire...1.....................................................................................10 TABLE DES MATIÈRES Table des matières........................................................29 I......25 I...............36 I.........1...............................................................................................................................1.................................Anatomie............................................1.................3 ...1.................................Le système veineux..........2 .............................1 ...........40 I.2 ...................................................2...........1.......1 ..................Muscles élévateurs............................1..................................................................................31 I..........1...............1 .....33 I.....................4...........................2.............19 I ................5 ......................2 ...................................Mouvements dans le plan horizontal........................................19 I.....................................................16 Introduction............21 I.Synthèse des mouvements limites du dentalé inférieur.........................................

.............................................................................................................5.........................2 ...................3...1 .....................................................47 I..........57 II..........................60 II.....................................61 II.................................5 ...........6 ..........................5.60 II.......................45 I.......................................................................................................Articulateur...........................................................................Dimension verticale de repos.....................................59 II..Simulation mécanique de l'appareil manducateur.......3 .......3 ...................................................................................1 ........................3 .......3 ......Prothèse fixée..3 ....................69 I....4.....4 .......................53 I...........................5 ..........4 .........................Entièrement adaptable...................Non adaptable pré-programmé...........Respiration.........Occlusion centrée................................41 I.........Occluseur...............3............Arc facial...............................Dimension verticale d'occlusion..69 I...........................................Occlusion d'intercuspidie maximale........................54 I....4...........2 ...............................................Semi adaptable de deuxième génération...Dimension verticale.................67 DEUXIÈME PARTIE : Choix du type d'enregistrement..........4.......Condylographe............................................................53 I.....................1 ...................................................................................Occlusions de référence....................................................69 ...............................ARCON / Anti ARCON..............2 ...........................1 .2........................................68 I .....................................................................................................62 II...4.............5.....1 ...........................................................................1........................3 .....................................................................................1................1 .......1................52 I..3..2 ................47 I......................................Historique...................................Relation centrée..............................Définition actuelle...................63 II..................2........47 I.......56 II......................................2 ................1.......64 II................1 ......................En fonction du traitement à réaliser.........................Déglutition..3......47 I.......Phonation......1...................................4.....................46 I...............................Mastication..................................50 I......69 I.2 .............2 ..54 II .........11 I..4 ..4.......Espace libre d'inocclusion.....................................................................1..........49 I...............................1 ......1.........Semi adaptable de première génération............................................Prothèse adjointe partielle....................................47 I...............2.............Prothèse...1........Justification.....

.....................................................................................................................................................91 I ..........................................................3 ................................................................................5 ..............Différentes classifications................................91 I.......................92 I.....................Analyse des édentements........6....................83 II.....92 I......................................................................................................................6......3 ..........71 I..........2 ....12 I........................................87 II...............2 ......................2 ..2 ......................................82 II.......................................1 .....2..........Parodonte..................78 II.................78 II......3...............72 I........................................................73 II.....Différentes méthodes...3....................................2..Orthodontie.................1 .......................89 TROISIÈME PARTIE : Techniques d'enregistrement............................................................Définition des DAM......93 I.........................Correction d'une dysfonction de l'appareil manducateur.....................................................................................................3.Arbre décisionnel...........92 I...........4 ...............Pour l'enregistrement de la position du maxillaire avec un arc facial ...................2 .......3.2 .86 II............................85 II.........Posture..........88 III .................................................74 II...Présence de renseignements individuels.........1 .....................................................80 II................................................2 ......................................................93 ..Évaluation de la dimension verticale....Conduite à tenir..........1 ...Symptômes et signes cliniques................................Désunions condylo-discales.70 I............................Pour l'enregistrement des rapports inter-arcades...................Occlusion..................Conséquences d’une mauvaise évaluation...................3 .................Prothèse adjointe complète...........77 II...........6...................................................1........................................1.............................................3 .........6........72 I...................................................................................................................................3.................................78 II.....77 II....1 ...Type d'enregistrement à effectuer................................En fonction de l'examen clinique...........1..................6.............................2 ...................Si la DVO est surévaluée..Choix de la maquette d'occlusion...........Articulation temporo-mandibulaire......................72 II ..........3 ....93 I.....6 ............1 ...........................................Conditions de la détermination......Si la DVO est sous-évaluée......Dimension verticale............1 ................1 ........................

13 I.3.2 - Absence de renseignements individuels.....................................................94 I.3.2.1 - Méthodes statistiques..........................................................................95 I.3.2.2 - Méthodes céphalométriques...............................................................98 I.3.2.3 - Méthodes fonctionnelles...................................................................100 I.3.2.4 - Méthode esthétique...........................................................................102 I.4 - Quelle technique choisir ?..............................................................................103 II - Choix du matériau................................................................................................104 II.1 - Cire.................................................................................................................105 II.2 - Oxyde de Zinc / Eugénol :.............................................................................107 II.3 - Résine et composites......................................................................................108 II.4 - Silicones par addition....................................................................................108 II.5 - Polyéther........................................................................................................110 III - Réalisation de maquettes d'occlusion................................................................110 III.1 - Caractéristiques............................................................................................111 III.1.1 - La base...................................................................................................111 III.1.2 - Les bourrelets.........................................................................................111 III.2 - Réalisation des maquettes............................................................................112 III.2.1 - Matériel..................................................................................................112 III.2.2 - Technique...............................................................................................113 IV - Utilisation de l'arc facial.....................................................................................115 IV.1 - Technique......................................................................................................116 IV.2 - Sources d'erreurs..........................................................................................119 V - Manipulations pour l'enregistrement de la relation centrée............................122 V.1 - Techniques......................................................................................................122 V.1.1 - Dawson....................................................................................................122 V.1.2 - Lee et Guichet..........................................................................................125 V.1.3 - P.K. Thomas.............................................................................................126 V.1.4 - A. Lauritzen.............................................................................................127 V.2 - Sources d'erreurs dans la manipulation.......................................................128 V.3 - Impératifs communs aux différentes techniques..........................................128

14 VI - Enregistrement des rapports inter-arcades......................................................129 VI.1 - Enregistrement statique en OIM.................................................................129 VI.1.1 - Techniques.............................................................................................130 VI.1.1.1 - Avec une cire non percée................................................................130 VI.1.1.2 - En évitant les zones de contacts dento-dentaires...........................131 VI.2 - Enregistrement statique en RC....................................................................131 VI.2.1 - Techniques.............................................................................................131 VI.2.1.1 - Dawson...........................................................................................131 VI.2.1.2 - P.K. Thomas...................................................................................134 VI.2.1.3 - A. Lauritzen....................................................................................135 VI.2.1.4 - C.G. Wirth......................................................................................138 VI.2.1.5 - Coiffes en résine.............................................................................139 VI.2.2 - Combiner avec la technique de Lucia si possible..................................142 VI.2.3 - Impératifs pratiques pour répondre à la définition actuelle...................147 VI.3 - Enregistrement statique en relation centrée thérapeutique.......................152 VI.3.1 - Technique...............................................................................................153 VI.4 - Enregistrement dynamique pour programmer l'articulateur.....................154 VI.4.1 - Enregistrement en propulsion................................................................155 VI.4.2 - Enregistrement en latéralités..................................................................155 VI.5 - Sources d'erreurs dans les enregistrements................................................155 VII - Utilisation du condylographe...........................................................................156 VII.1 - Description de l'appareillage......................................................................156 VII.2 - Manipulation..............................................................................................158 QUATRIÈME PARTIE : Montage des modèles et programmation de l'articulateur...........................................161 I - Montage des modèles sur l'articulateur...............................................................161 I.1 - Montage du modèle maxillaire.......................................................................161 I.2 - Montage du modèle mandibulaire.................................................................162 II - Programmation des déterminants postérieurs de l'articulateur......................164 II.1 - A l'aide des enregistrements dynamiques.....................................................164

15 II.1.1 - La pente condylienne..............................................................................164 II.1.2 - Les angles de Bennett..............................................................................164 II.2 - A l'aide d'un condylographe.........................................................................165 Conclusion.........................................................................................................................166 Bibliographie.....................................................................................................................168 Table des illustrations du texte........................................................................................174

16 ABRÉVIATIONS DAM : Dysfonctionnement de l'appareil manducateur DCD : DVO : DVR : ELI : OIM : ORC : PAC : PIM : PPA : RC : TC : ZOE : Désunion condylo-discale Dimension verticale d'occlusion Dimension verticale de repos Espace libre d'inocclusion Occlusion en intercuspidie maximale Occlusion en relation centrée Prothèse adjointe complète Position en intercuspidie maximale Prothèse partielle amovible Relation centrée Tête condylienne Oxyde de Zinc / Eugénol .

un enregistrement erroné conduit souvent à la réalisation d'une restauration fonctionnellement inadéquate (contacts occlusaux incorrects dans les positions de référence. présence d'interférences. Pour une analyse occlusale. . Vouloir gagner un peu de temps lors de cette étape signifie souvent en perdre beaucoup lors des essais : cela nécessite de longues et hasardeuses retouches intra-orales afin d'adapter les restaurations à la situation occlusale du patient. Le maître-mot de l'enregistrement demeure par conséquent la précision. Ceci passe par une analyse méthodique du cas. . nous aidera à analyser ces fonctions et à réaliser une prothèse adéquate tenant compte des spécificités de chaque patient. Cet enregistrement est donc le préalable à tout travail. un enregistrement aussi précis que possible et un bon transfert.. le diagnostic sera souvent erroné si l'enregistrement des rapports inter-arcades n'est pas parfait. Ce simulateur. On pourra ainsi reproduire. pouvant entraîner des conséquences graves pour le patient. les différentes fonctions du système manducateur.). aussi appelé articulateur.. Dans le cas de la réalisation d'une prothèse. plus ou moins parfaitement. une erreur à ce niveau-là sera répercutée sur tout le reste du traitement. Se situant en début de la chaîne.17 INTRODUCTION Le but de la présente thèse est d'étudier les étapes cliniques utilisées couramment en dentisterie permettant un montage des modèles sur articulateur de façon aussi précise que possible. sur un simulateur de mouvements.

18 Bref historique des enregistrements inter-arcades : Le premier enregistrement inter-arcades à l’aide d’une pâte thermoplastique (cire ou composition) a été décrit en 1756. [31] . dentiste de Frédéric le Grand de Prusse. C’est en 1929 que Hanau introduisit la notion d’égalité des pressions lors de l’enregistrement. par Philipp Pfaff. Christensen fut le premier à employer le terme de cire d’enregistrement en 1905.

19

PREMIÈRE PARTIE : APPAREIL MANDUCATEUR ET SIMULATION MÉCANIQUE

I - L'appareil manducateur
Définition : Unité fonctionnelle constituée des structures qui interviennent dans la mastication. [72] L’anatomie, la physiologie et les fonctions de l’appareil manducateur sont complexes. Comme dans l’appareil locomoteur, il existe un rapport entre muscles agonistes et antagonistes permettant le contrôle des mouvements (tant en intensité qu’en précision) ainsi que la production d’une position stable : la posture (définie comme une série de petits mouvements de part et d’autre d’une position fixe). Elle est liée au réflexe myotatique (Illustration 1).

20

Illustration 1: Schématisation du réflexe myotatique ; importance des interneurones dans les phases d’activation et d’inhibition. L’étude de l’appareil manducateur révèle une organisation plus spécifique en rapport avec la présence et l’architecture même de la mandibule. Cet os impair présente trois articulations : une à chacune des extrémités supérieures des branches montantes ; avec les éminences temporales correspondantes, elles forment les ATM. La troisième articulation est représentée par les arcades dentaires. Malgré un degré de flexibilité de 0,07 ± 0,01 mm (d’après Osborne et Tomlin), la mandibule peut cependant être considérée comme une structure rigide impliquant une dynamique musculaire élaborée : il n’existe pas un jeu mais des jeux musculaires (Illustration 2).

Illustration 2: Interférences des jeux musculaires dus à la présence d’os impairs : la mandibule et l’os hyoïde.

21 Pour la bonne santé manducatrice, ces jeux physiologiques doivent être harmonieux et synchronisés. De multiples facteurs peuvent être à l’origine de leur défaillance : croissance inégale des branches montantes, altération d’une ou des ATM ou inadéquation des rapports inter-arcades. En l’absence de toute pathologie, des relations inter-arcades statiques et dynamiques correctes sont essentielles pour une activité harmonieuse de l’appareil manducateur. [31]

I.1 - Anatomie
I.1.1 - Le système dentaire
Définition : Ensemble des organes dentaires (dent et parodonte) organisé en arcades maxillaire et mandibulaire. [5]

I.1.2 - L'articulation temporo-mandibulaire
Définition : Diarthrose bicondylienne à disque interposé (entre le processus condylien et le tubercule articulaire). Elle est paire, et a pour originalité de permettre des mouvements mandibulaires dans toutes les directions de l'espace (par rotation et translation). La liaison des articulations (droite et gauche) par la mandibule conditionne l'interdépendance fonctionnelle de celles-ci. [5] Elle joue un rôle important à la fois dans le mécanisme et dans la limitation des mouvements mandibulaires.

I.1.2.1 - Constituants
C'est une articulation bicondylienne, les surfaces articulaires sont :
 

d'une part, la cavité glénoïde et le condyle de chacun des temporaux ; d'autre part, les condyles du maxillaire.

la capsule . le ménisque .Cinématique Pente condylienne : Déplacement du condyle lors d'un mouvement de propulsion pure.2 . Il est assimilé à un déplacement rectiligne. .22 Différents éléments la composent :     les surfaces articulaires . vue latérale externe 1) frein discal dorsal supérieur 2) fosse mandibulaire 3) disque articulaire 4) tubercule articulaire 5) cavité articulaire supérieure 6) ligament méniscal antérieur 7) m. [64] Illustration 3: Capsule articulaire. Ce trajet est déterminé dans le plan sagittal alors que les « pentes condyliennes » sont données par rapport à l'horizontale de Francfort. ptérygoïdien latéral 8) conduit auditif externe 9) capsule articulaire 10) frein discal dorsal inférieur 12) cavité articulaire inférieure 13) membrane synoviale I. mais c'est en réalité un déplacement curviligne. les ligaments.1.2.

[19] Le mouvement latéral initial (MLI) : Il est également appelé Immediate side shift (ISS). Il désigne la première phase à composante transversale et interne du déplacement en diduction. mais c'est en réalité un déplacement curviligne. suivi d'un déplacement latéral vers l'avant d'une angulation d'environ 7° par rapport au plan sagittal (mouvement latéral progressif). .23 Angle de Bennett : Déplacement du condyle non travaillant lors d'un mouvement de latéralité initialement. [41] Lors des excursions latérales de la mandibule. Il est assimilé à un déplacement rectiligne. c'est-à-dire le mouvement du condyle travaillant). La confusion entre les deux termes dérive de la construction des articulateurs de type Hanau H2 dans lesquels le mouvement de Bennett est réglé par l'angulation des analogues condyliens du côté contralatéral (angle dit « de Bennett »). Il correspond au déplacement du condyle mastiquant pendant le début de sortie de cycle de la mastication. Il est caractérisé par une inflection initiale à composante principalement transversale. Il est suivi du mouvement latéral progressif qui désigne la deuxième phase du mouvement. Cet angle n'a pas de définition précise (Sir Norman Bennett n'a jamais décrit le mouvement de Bennett. le condyle non travaillant effectue un déplacement latéral centripète initial (mouvement latéral initial).

[19] Illustration 5: Paramètres de sortie de cycle et anatomie occlusale dans le plan frontal au niveau des molaires . Il peut être démontré expérimentalement que plus le MLI est important.24 Illustration 4: Tracé du déplacement de la tête condylienne du côté non travaillant L'implication pratique du MLI est réelle : son amplitude influence l'anatomie cuspidienne des dents postérieures (concavité des pans cuspidiens internes). plus le modelage occlusal devient concave.

en forme d’éventail recouvrant la partie latérale du crâne. C’est un muscle large et plat. qui est le muscle masticateur le plus superficiel.25 I. moyen et profond. moyen et dorsal. Il est innervé par le nerf massétérique . Son innervation se fait par le nerf mandibulaire. L'insertion se fait dans la fosse temporale et se termine sur le pourtour du processus coronoïde.1. bombé et quadrilatère. et se fixe à l'angle de la mandibule sur les crêtes ptérygoïdiennes. Il naît dans la fosse ptérygoïdienne.1. [15] . le muscle ptérygoïdien médial constitue avec le masséter une sangle musculaire qui enveloppe la mandibule. oblique en bas et en dorsal.Le système musculaire I. Il est divisé en deux faisceaux : le pars antérior et le pars postérior. Il est composé de trois faisceaux : superficiel. ● le muscle ptérygoïdien médial (interne).Muscles élévateurs Muscles propulseurs : ● Le masséter.3.1 . C’est un muscle puissant et épais qui s’allonge de l’arcade zygomatique jusqu’à la face externe de la branche montante de la mandibule.3 . issus du tronc ventral du nerf mandibulaire. symétrique au masséter. épais. Le temporal est le muscle de la posture le plus important de la mâchoire. quadrilatère. En s’étendant depuis la surface de la fosse ptérygoïde jusqu’à la face interne de l’angle de la mandibule. Il est innervé par les nerfs temporaux profond ventral. [33] [46] Muscles rétropulseurs : Seul le temporal assure cette fonction.

temporal et ptérygoïdien médial) assurent un autre rôle que celui de maintenir la mandibule au repos.1. [46] . la grande aile du sphénoïde.  Il est innervé par le nerf temporo-buccal. [23] I. Il est composé de deux chefs dans 65 à 70 % des cas :  un faisceau supérieur dit sphénoïdal. aplati transversalement. un faisceau inférieur dit ptérygoïdien. On les appelle aussi muscles extenseurs car ils peuvent participer à la position d’équilibre de l’individu : les muscles élévateurs sont donc aussi des muscles posturaux. Il a une direction oblique latéralement et en dorsal et peut être considéré comme pratiquement parallèle au plan d'occlusion. Il relie la face latérale de l'aile latérale du processus ptérygoïde. la tubérosité maxillaire et le processus pyramidal de l'os palatin au col de la mandibule et au disque articulaire de l'ATM. un chef postérieur horizontal.Muscles abaisseurs Muscle propulseur : Il s’agit du muscle ptérygoïdien latéral.3. un chef moyen oblique . Il s'insère à la fosse ptérygoïdienne du col de la mandibule. Celui-ci est très court et épais. [33] [46] Muscles extenseurs : les muscles élévateurs (masséter.2 . Un groupe inférieur s'insère dans la partie supérieure de la fossette ptérygoïdienne du col mandibulaire.26 Il est composé de trois faisceaux séparés par une lame tendineuse intramusculaire :    un chef antérieur vertical . branche du tronc ventral du nerf mandibulaire. et un groupe supérieur moins important s'insère pour certains auteurs au niveau du bourrelet ventral du disque articulaire et pour d'autres traverse le disque et gagne le ligament discomalléaire du frein discal dorsal.

en haut et en dedans. formant le ventre postérieur du digastrique. Son innervation se fait par le nerf hypoglosse. ● Muscles mylo-hyoïdiens : Les deux mylo-hyoïdiens s’étendent transversalement de la face interne de la mandibule (au niveau de la ligne oblique interne) à l’os hyoïde et au raphé médian maxillo-hyoïdien. des fibres tendineuses en pont issues du ligament stylo-hyoïdien le relient à l'os hyoïde.27 Muscles rétropulseurs : ● Muscle digastrique : il naît de la rainure du digastrique en dedans de la mastoïde. Il est innervé par le nerf mylo-hyoïdien. Puis. Il traverse le muscle stylo-hyoïdien par son tendon intermédiaire. C’est un muscle court et épais. Le ventre antérieur est innervé par le nerf mylo-hyoïdien. [33] [46] . appliqué sur le mylo-hyoïdien et s’attache à la fossette digastrique du bord inférieur de la mandibule. le ventre antérieur se dirige en avant. Au niveau de son tendon intermédiaire. ● Muscle génio-hyoïdien : Il s’étend de la partie médiane de la mandibule sur l'épine mentonnière inférieure à l’os hyoïde suivant une surface d’insertion en « fer à cheval ». Ce sont deux muscles larges et minces. le ventre postérieur par le nerf facial.

ptérygoidien médial 5) m. faisceau supérieur 3) m. digastrique 6) m. ptérygoïdien latéral. temporal 2) m. faisceau inférieur 4) m. ptérygoïdien latéral. génio-hyoïdien [18] . mylo-hyoïdien 8) m.28 Illustration 6: Les différentes insertions musculaires sur la mandibule 1) m. masséter 7) m.

qui est terminale. l'artère labiale inférieure (8) . alors que l'artère carotide interne vascularise le cerveau. où elle est en rapport avec le muscle sterno-cléïdo-mastoïdien.   l'artère occipitale (11) . l'artère angulaire (10).4. l'artère faciale (5). l'artère linguale (3) . l'artère maxillaire (14) qui forme un angle de 90° avec l'artère carotide externe.Le système artériel L'artère carotide externe (1 sur l'illustration 7) prend en charge la vascularisation de la face. Les collatérales de l'artère carotide externe sont :     l'artère thyroïdienne supérieure (2) . l'artère pharyngienne ascendante (4) . l'artère labiale supérieure (9) . qui elle-même présente les collatérales suivantes : ₀ ₀ ₀ ₀ ₀ l'artère palatine ascendante (6) . Une fois dans la loge parotidienne. L'artère temporale superficielle : Elle devient très vite superficielle et chemine vers le sommet du rebord orbitaire.1 . l'artère sous-mentale (7) . . l'artère carotide externe se divise en deux branches terminales :   l'artère temporale superficielle (13) qui poursuit la même direction .Le système vasculaire I.1. Elle est palpable. et parfois même visible.1. l'artère auriculaire postérieure (12). La carotide externe naît en latéral de la carotide commune (0) et se situe dans le cou.4 .29 I.

et des branches pour l'ATM. appelé « pariétal » (18) . l'artère buccale (23) . Puis. l'artère infra-orbitaire (26). Et enfin. [46] . l'artère alvéolaire inférieure (21) . ses collatérales sont :    l'artère transverse de la face (15) . les artères temporales profondes antérieure et postérieure (22) . L'artère maxillaire possède de nombreuses collatérales :        l'artère méningée moyenne (20) . Elle se termine par l'artère sphéno-palatine (27). l'artère palatine descendante (25) . juste en ventral du tragus et suit le nerf auriculo-temporal. L'artère maxillaire : C'est l'artère principale de la face moyenne et profonde. l'artère temporale profonde moyenne (17). Elle donne l'essentiel de la vascularisation artérielle de la cavité buccale. l'artère alvéolaire supérieure (24) . appelé « frontal » (19). l'artère zygomatico-orbitaire (16) . un rameau oblique ventral. Elle donne des branches parotidiennes. elle se divise en deux branches terminales :   un rameau vertical ascendant.30 L'artère temporale superficielle passe en dorsal de l'ATM. en ventral du pavillon de l'oreille.

les veines jugulaires antérieure.2 . Il y a de chaque côté une veine vertébrale et quatre veines jugulaires . interne (1) et externe (2).31 Illustration 7: Le système artériel de la tête I.4. .1. postérieure.Le système veineux Le sang veineux de la tête est ramené au coeur par les veines jugulaires et les veines vertébrales qui aboutissent aux veines innominées plus ou moins directement.

Elle est très superficielle. [46] . plexus veineux Le plexus veineux ptérygoïdien est formé par une réseau très dense de veines situées en dedans et en latéral des deux muscles ptérygoïdiens ainsi que dans l'épaisseur des fibres musculaires. La veine jugulaire externe : Elle naît de la confluence de deux veines : la veine occipitale (8) et la veine auriculaire postérieure qui sont satellites des artères.32 La veine jugulaire interne : La veine jugulaire interne est formée par la confluence des sinus veineux de la dure mère. la veine rétro-mandibulaire (6) qui draine entre autres le ptérygoïdien (7). la veine linguale . et se jette dans la veine sous-clavière. la veine thyroïdienne (5) . Elle termine son trajet en dorsal de l'extrémité sternale de la clavicule où elle s'unit à la veine sous-clavière avant de se jeter dans la veine cave supérieure. Elle reçoit de nombreux affluents :      la veine pharyngienne (3) . ou parfois dans la veine jugulaire interne. et prend le nom de veine jugulaire interne lorsqu'elle franchit le golfe de la jugulaire. Elle est en continuité avec le sinus latéral. la veine faciale (4) .

IXème paire de nerfs crâniens . le nerf hypoglosse. et surtout. le nerf pneumogastrique. le nerf glosso-pharyngien (2). Vème paire de nerfs crâniens que nous allons détailler.33 Illustration 8: Système veineux de la tête I. le nerf accessoire .1.5 . . XIIème paire de nerfs crâniens . VIIème paire de nerfs crâniens . Xème paire de nerfs crâniens .Le système nerveux L'innervation de la tête se fait par :       le nerf facial (1). le nerf trijumeau (3).

qui assume des fonctions sensitives. Il gagne la fosse infra-temporale. Il présente trois branches terminales :    le nerf lacrymal (7) . un rameau orbitaire .V2 : Il naît du ganglion trigéminal dans l'angle de jonction de la paroi inférieure du sinus caverneux. le plus médial. le nerf grand palatin (12) . Il débouche ensuite dans la fosse ptérygo-palatine. le nerf petit palatin . les nerfs alvéolaires crânio-moyens (14) . motrices et sympathiques en participant à la régulation de la sécrétion salivaire et de la sécrétion nasale.V1 : Il est exclusivement sensitif. le plus latéral.34 C'est un nerf mixte. le nerf sphéno-palatin qui s'accole au ganglion ptérygo-palatin (10) et donne : ₀ ₀ ₀ ₀ ₀ ₀ les nerfs nasaux supérieurs (11) . moyen et le nerf mandibulaire (6). le nerf naso-palatin (11) . le nerf naso-ciliaire (9). le nerf frontal (8) . les nerfs alvéolaires crânio-dorsaux (13) . . Ses branches collatérales sont :    un rameau méningé . puis la fissure orbitaire inférieure dans la gouttière puis le canal infra-orbitaire où il se termine au foramen infra-orbitaire. Il participe également à la croissance faciale en constituant l'un des éléments de la matrice fonctionnelle faciale. le nerf maxillaire (5). Les racines du nerf trijumeau se dirigent vers le ganglion trigéminal qui donne naissance aux trois branches du trijumeau : le nerf ophtalmique (4). Le nerf ophtalmique . puis se dirige en ventral et gagne le trou rond. Le nerf maxillaire .

[46] . Le nerf donne deux troncs terminaux :  le tronc antérieur : ₀ le nerf temporo-buccal. Le nerf mandibulaire . le nerf lingual (18) . Les deux racines vont fusionner et passer dans le trou ovale.V3 : C'est un nerf mixte formé d'une grosse racine sensitive. La branche terminale est le nerf infra-orbitaire (16). qui se divise : ‐ ‐ le nerf temporal profond antérieur . la branche la plus externe du ganglion trigéminal. qui est passée sous le ganglion trigéminal. Le nerf mandibulaire présente une seule collatérale : le rameau récurrent méningé qui remonte dans le crâne. Il débouche dans l'espace inter-ptérygoïdien. le nerf massétérique. dans la région infra-temporale. le nerf buccal. qui donne : ‐ ‐ le nerf temporal profond postérieur . et d'une racine motrice. et se divise en ses terminales.35 ₀ les nerfs alvéolaires crânio-antérieurs (15).  le tronc postérieur : ₀ ₀ ₀ le nerf alvéolaire inférieur (17) . le nerf auriculo-temporal (19) . ₀ le nerf temporo-massétérique. la racine motrice du V.

les ligaments. leurs annexes.2 . l'analyse et la reproduction des mouvements mandibulaires.36 Illustration 9: Système nerveux de la tête I. permettent de restaurer prothétiquement une morphologie fonctionnelle d'organes dentaires inadaptés ou absents. sans imposer à la musculature un mode contraignant d'activités. En effet ces mouvements sont limités par les A. les aponévroses musculaires. Posselt a montré que les mouvements limites de la mandibule sont reproductibles et qu'ils constituent l'enveloppe dans laquelle sont inclus tous les autres mouvements. [9] La mandibule peut se déplacer par rapport à la base du crâne dans un espace précis.M. en particulier les mouvements fonctionnels. [59] .Mouvements mandibulaires La connaissance. la tonicité des muscles et les contacts des dents antagonistes.T.

Cette rotation a une amplitude limitée définie en valeurs angulaire et linéaire : 12 à 21 mm.correspondant au point interincisif inférieur .C.Mouvements dans le plan sagittal Dans le plan sagittal. début d’ouverture en translation.lors des mouvements limites est représentée par le diagramme de Posselt : Illustration 10: Diagramme de Posselt 1 : fermeture en RC 1 à II : Ce mouvement est une rotation pure. Ainsi. ce mouvement est donc reproductible.37 I. une rotation pure se produit autour de cet axe charnière lorsque le condyle est en R. . Elle permet d’enregistrer la RC avec une cire inter-arcades. Seul va être en action le compartiment inférieur de l’ATM : il y a rotation de la TC autour d’un axe virtuel sous le disque qui reste immobile.2.1 . Il est appelé mouvement axial terminal et s'effectue autour de l'axe charnière réel du condyle. qui correspond à une rotation du condyle mandibulaire sous la face inférieure du ménisque. dite en axe charnière. Cette position peut être transférée sur l'articulateur. la trajectoire du dentalé inférieur . 10 à 17°. ● ● ● II : fin d’ouverture en rotation pure de la TC.

Ensuite. C'est un mouvement court entre 0 et 1 mm. il n'est pas certain. qu'il faille imposer cette disposition. dans le cas où la musculature en état de tonus équilibré. vient un palier qui traduit le glissement en bout à bout incisif. ● ● ● ● ● ● ● ● De 2 à 1 : mouvement de rétrusion De 1 à 5 : mouvement de propulsion Le point de départ de la trajectoire est la RC. Barrelle pense que cette situation est idéale. ces dernières servant de plan de guidage antérieur. amène normalement la mandibule dans une position d'occlusion antérieure par rapport à la RC.38 ● II à III : correspond à la 2ème partie du mouvement d’ouverture qui conduit à l’ouverture maximale de la bouche (fonction des possibilités d’extension et de fonction des ligaments. 5 : propulsion maximale 3 : bout à bout incisif 2 : PIM De 1 à 2 : mouvement de protrusion A partir de la RC. il n'y a pas de glissements puisque PIM et RC sont confondues. A partir de là. Posselt a observé une coïncidence entre l'occlusion en PIM et l'occlusion de RC. Dans ce cas. Dans 10 à 15% des cas. le dentalé se déplace jusqu'à l'occlusion en PIM. comme le pensent les gnathologistes. Il va y avoir une combinaison de rotation et translation qui emmène la TC à l’aplomb de la tubérosité articulaire du temporal. . muscles et articulations). Il y a une rotation de la TC par rapport au disque qui reste sous la tubérosité articulaire du temporal. Par contre. III : ouverture maximale III à 5 : mouvement de fermeture tout en maintenant la mandibule dans la position la plus avancée possible. Puis le mouvement se poursuit jusqu'à la protrusion extrême. le dentalé passe par la RC puis décrit une pente descendante qui correspond au glissement du bord libre des incisives inférieures contre les faces palatines des incisives supérieures.

le coté opposé s'appelle le coté non travaillant. on est obligé d’avancer un peu la mandibule en même temps).2 . Nous pouvons également mettre en évidence le trajet en propulsion de la RC jusqu'au bout à bout incisif. Une fois les modèles positionnés sur l'articulateur. ils sont dénommés mouvements de diduction. le condyle gauche se déplacera vers l’avant .39 Le chemin parcouru de la RC au bout à bout incisif correspond à un guidage dentodentaire. Illustration 11: Losange de Spirgi Sur ce losange de SPIRGI.Mouvements dans le plan horizontal Les mouvements latéraux se produisent avec ou sans guidage dentaire.2. ● De 5 à 1 : mouvement de rétropulsion [6] [23] [61] I. [41] La mandibule peut effectuer un déplacement latéral à droite ou à gauche. Lorsqu'ils s'effectuent avec guidage dentaire. . On remarque que ce tracé coïncide avec le mouvement de latéralité jusqu'au bout à bout canin. il y aura donc une composante antérieure dans les mouvements gauche ou droite de la mandibule (on ne peut pas faire une translation pure. dans le cas où les deux blocs incisifs sont présents ou simulés sur l'arcade. la partie qui nous intéresse est celle qui correspond au trait gras. l'opérateur sera en mesure de reproduire ce mouvement. Si on fait un mouvement vers la droite. Le coté vers lequel le mouvement s'opère s'appelle le coté travaillant.

2. Cette "enveloppe" est donc limitée par l'ensemble des mouvements appelés aussi mouvements extrêmes. [62] [1] [23] I. qui sont reproductibles. Cette enveloppe globale des mouvements limites de la mandibule est représentée par la rhomboïde Posselt : [61] [23] . l’arc de Balkwill sur un sujet avec les dents. C'est la combinaison du diagramme de Posselt et du losange de Spirgi.3 . sachant qu'au fur et à mesure que l’on ouvre.40 Illustration 12: Diduction vers la gauche Ce mouvement vers l’avant se fait selon un arc :   l’arc de Gysi sur un sujet édenté . détermine un volume (ou espace de mouvement) de forme complexe. le losange se réduit.Synthèse des mouvements limites du dentalé inférieur L'ensemble des mouvements limites mandibulaires tracés par le dentalé inférieur.

[5] L'étude de la mastication analyse les caractéristiques des cycles masticatoires aux niveaux condylien.Fonctions I.Mastication Définition : Fonction manducatrice dans laquelle la consistance des substances alimentaires placées en bouche est mécaniquement modifiée afin de les rendre aptes à être dégluties.41 Illustration 13: Rhomboïde de Posselt I.1 .3.3 . molaire et incisif. . La mastication a été étudiée par de nombreux auteurs. à partir d'analyses sur des patients grâce à différents dispositifs. comme le Replicator par Lundeen et Gibbs en 1982. ou plus récemment avec l'électrognathographie.

[41] .42 Illustration 14: Tracés des déplacements dentaires et condyliens issus du Replicator Il apparaît qu'un cycle de mastication peut être divisé en deux phases (Illustration 15) dont la signification fonctionnelle est différente : ● une phase de préparation. avant et après le passage par la position d'intercuspidation maximale (Illustration 16). ● une phase dento-dentaire de trituration se situant à l'apex du cycle. et une fermeture. indirectement (par aliments interposés) ou directement (lors des derniers cycles précédant la déglutition). Elle a l'aspect d'une boucle représentant une ouverture. à direction interne centripète et s'appuyant. sur les versants cuspidiens. légèrement incurvée en direction interne. Cette phase peut être subdivisée en une entrée dentaire de cycle et une sortie dentaire de cycle. à distance des dents. fortement déportée vers le côté externe avant de se recentrer à proximité des dents .

43 Illustration 15: Différentes phases d'un cycle de mastication (pour un côté droit) Illustration 16: Phases d'entrée et de sortie dentaires de cycles (pour un côté droit) .

mais sans réflexe protecteur d'ouverture. dans un bol alimentaire résistant. La trajectoire de fermeture est d'autant plus latérale et postérieure que les aliments sont durs. jusqu'à la déglutition. quant à la trajectoire d'ouverture. pour décroître de façon linéaire au fur et à mesure de la mastication. avant d'exécuter un second cycle. L'amplitude verticale entre les arcades est maximale à l'introduction des aliments.44 La mandibule effectue une pause moyenne en OIM de 194 ms (écart-type de 38 ms). Un contact impromptu avec un objet dur provoque un arrêt immédiat du cycle masticatoire (Illustration 17). l'intercuspidie n'est pas atteinte. [55] Illustration 17: Schéma de fonctionnement du système nerveux central et périphérique au cours de la mastication . On constate environ quinze cycles masticatoires entre la préhension des aliments et leur déglutition. elle est habituellement sagittale médiane. excepté pour la gomme à mâcher où elle est d'emblée orientée du côté non travaillant. Lors des premiers cycles.

solide ou liquide. [41] La mastication entraîne une augmentation de la DV. Ceux-ci commandent la musculature pharyngée par l'intermédiaire du nerf glosso-pharyngien et provoquent la fermeture de la glotte grâce à des rameaux moteurs du nerf pneumogastrique. [72] Réflexe permettant au contenu buccal de passer dans l'œsophage. à son enduction salivaire.Déglutition Définition : Acte permettant au bol alimentaire. de la langue et des joues participent à la préhension du bol. reçoit donc les matières dégluties. afin de libérer de la place pour le bol alimentaire.3. [33] . de pénétrer dans l'œsophage. on ne connaît au niveau neurologique que sa grande adaptabilité et son point de départ réticulé. alors qu’une DVO surévaluée perturbe le patient lors de son alimentation. resté béant. [33] I. par l’action des muscles masséters. Si son cycle musculaire est très bien connu.2 . ptérygoïdiens latéraux et médians. elles excitent des centres nerveux bulbaires. contenu dans la cavité buccale. une DVO sous-évaluée provoque une fatigue musculaire plus importante. temporaux. ptérygoïdiens latéraux et médiaux). puisqu’il nécessite une mise en occlusion des arcades dentaires antagonistes. il ne faut pas négliger le rôle des muscles sus-hyoïdiens ainsi que celui des muscles du cou et de la nuque qui travaillent en synergie ou en opposition avec eux.45 La mastication est un phénomène complexe qui met en jeu pratiquement toute la musculature de la tête et du cou. le patient présente alors une déglutition infantile par interposition de la langue entre les arcades afin de pallier ce manque de hauteur. à son positionnement entre les surfaces dentaires et à sa déglutition. L'œsophage. Les fibres afférentes proviennent des rameaux sensitifs du nerf pneumogastrique et du nerf trijumeau . [43] C’est le temps buccal de la déglutition qui intervient dans la position mandibulaire. Les muscles des lèvres. temporaux. Si l'action essentielle de trituration est due aux quatre muscles masticateurs (masséters. correspondant ainsi à la DVO du patient. Malgré cette adaptabilité. Il convient de noter que si cette dernière est sous-évaluée.

Il s’agit du mécanisme sonore initial qui est ensuite soumis au filtrage du pharynx et de la cavité buccale pour être transformé en voyelles et en consonnes. une vibration passive de la muqueuse du bord libre sous l'influence de l’air phonatoire. [35] La forme des arcades dentaires est indispensable à l'organisation de cette fonction de communication. ce qui a pour effet de rétrécir la filière respiratoire. [72] La physiologie de la phonation correspond à l’ensemble des mécanismes qui permettent l’apparition d’une vibration au niveau du bord libre des cordes vocales. et un très petit mouvement vertical qui n'atteint jamais l'OIM. Les caractéristiques anatomiques des cordes vocales permettent. est bien plus étroit que celui de la mastication. L’air contenu dans les poumons est ensuite propulsé par une expiration active à travers les cordes vocales. [55] Il est nécessaire de noter que la phonation exige tantôt une position mandibulaire proche de la DVO pour la prononciation de certaines consonnes. tantôt en DVR pour d’autres.3. on constate un développement considérable du cerveau. dent-dent. grâce à leur structure feuilletée.46 I. même si le mouvement vertical est limité. [55] Durant la fonction phonatoire. vu dans un plan frontal. [45] Il n'existe presque pas de déplacement latéral. en particulier de ses structures frontales. Le larynx et en particulier les cordes vocales sont au centre du dispositif de production de la voix. les muscles et les cartilages du larynx rapprochent les cordes vocales les unes des autres (position phonatoire). issus du pharynx. L'espace utilisé par un sujet lors de l'élocution. Au moment de l'apparition du langage. il est possible d'étudier trois types de contacts : dent-lèvre. dent-langue.3 . Vu dans un plan sagittal l'espace antéro-postérieur est notable. Lors de la phase pré-phonatoire préparatoire. [33] .Phonation Définition : Ensemble des phénomènes volontaires qui produisent la voix et la parole.

4 . à partir de laquelle des mouvements de latéralité sont possibles.1 . Cette relation est donc guidée par les contacts dento-dentaires du patient.Respiration Comme toutes les autres fonctions de la sphère orofaciale. [33] I. à la respiration correspond aussi une position mandibulaire spécifique. pour une dimension verticale donnée.4. [31] [5] I. A la fin de la phase respiratoire correspond un repos musculaire complet. et ATWOOD en retient cette définition : « la relation centrée correspond aux rapports mandibulo-crâniens qui s'établissent lorsque les condyles sont dans la position la plus postérieure.3. non forcée.Occlusion d'intercuspidie maximale L'OIM est une position de la mandibule pour laquelle l’engrènement et le nombre de contacts occlusaux sont maximaux. fonctionalistes ou gnathologistes. Le concept de la relation centrée fut admis par la majorité des occlusodontistes.2.Relation centrée I. et quelque soit le degré d'ouverture de la mandibule. recherché pour la détermination de la DVR.4.47 I. est reproductible et définit la relation centrée.1 . et est indépendante de la situation des condyles dans les fosses mandibulaires. non forcée. reflet de la position de la mandibule la plus postérieure par rapport au massif crânio-facial.Occlusions de référence I. L'apex de l'arc gothique.2 . » .Historique Cette nécessité de disposer d'un rapport inter-arcades reproductible a tout d'abord été ressentie par les praticiens élaborant des prothèses complètes : Gysi. en 1929 appelle "arc gothique" la représentation graphique dans un plan horizontal des trajets mandibulaires lors des mouvements de diduction.4.4 .

1968 . Posselt. Cette notion pratique. acceptée de façon quasi unanime quant à son existence. Jankelson. 1964 . Weinberg (1985) s'appuie sur des radiographies pour obtenir la position concentrique radiologiquement. Gerber (1982) préfère la position centrée masticatoire . Gelb (1985) situe la position « quelque part » sur le tubercule temporal . Cette relation articulaire de référence repose sur le principe de la coïncidence ORC = OIM. Farrar (1983) pense que l'important est que le disque ne soit jamais déplacé Celenza (1985) définit une position antéro-supérieure . les auteurs s'appuyant sur leurs manipulations pour proposer une définition : Lundeen et Wirth (1973) parlent de powercentric impliquant la mise en tension du système musculaire . Il y a une hétérogénéité des définitions. 1968. le condyle étant placé au centre de la fosse mandibulaire . 1982). Lucia. Atwood. Pour les adeptes du concept PMS (Pankey-Mann-Schuyler).48 La précision « non forcée » laisse supposer qu'une situation plus postérieure puisse être obtenue (sous l'effet d'une pression notamment). Enfin. . mais elle serait indésirable et présenterait un caractère pathologique. Celenza et Nasedkin. donne lieu à des divergences quant à sa position. 1978 . il existe un espace « de liberté » antéro-postérieur entre la position d'ORC et d'OIM ainsi que dans le sens transversal. 1973 . Dawson (1985) recherche la relation centrée comme la position la plus haute . De nombreux travaux de recherche existent sur la position de la relation centrée (Stuart. du tripodisme et de la désocclusion des dents postérieures lors des mouvements excentrés.

Pour lui. c'est-à-dire qu'il n'y ait pas de contraction particulière.   Une fois ces conditions requises. Cet axe s'appelle l'axe transverse bicondylien. le condyle doit travailler avec le ménisque et ils ne doivent pas être séparés dans leurs fonctions en relation centrée. en latéralité et en protrusion. troisièmement : Le système ménisque-condyle forme un ensemble cohérent c'est-àdire qu'en fait. A partir de cette position des condyles. la relation centrée se situe quand les condyles sont les plus hauts dans la cavité glénoïde.2 . le concept « en arrière » ne doit plus être évoqué. simultanée et transversalement stabilisée. par exemple d'un chef du ptérygoïdien latéral qui va entraîner une position particulière du ménisque et donner un fonctionnement de l'articulation perturbé.49 I. réitérative dans un temps donné et pour une posture corporelle donnée et enregistrable à partir d'un mouvement de rotation mandibulaire sans contact dentaire.Définition actuelle La définition proposée par le Collège national d'occlusodontologie est celle que nous allons prendre comme référence : « La relation centrée est la situation condylienne de référence la plus haute. si l'on doit aujourd'hui donner une définition de la relation centrée. suggérée et obtenue par contrôle non forcé. [68] . deuxièmement : il faut que le système neuromusculaire soit en état synergique. il faut plusieurs conditions :  premièrement : pour qu'une ATM soit en relation centrée.2. » [53] Pour SLAVICEK . on peut espérer obtenir une rotation pure de la mandibule autour d'un axe qui est localisable.4. réalisant une coaptation bilatérale condylo-disco-temporale. il faut que le système articulaire soit en bon état.

La position recherchée est la position la plus haute. pour la plupart des auteurs.Justification Quelques points de cette définition méritent d'être commentés pour expliquer le concept actuel de la relation centrée : La plus haute : Il s'agit bien de la position la plus haute et non la plus reculée . Un recul condylien est susceptible d'entraîner un abaissement.2. s'éloigne du territoire fonctionnel de la fosse mandibulaire qu'est le tubercule temporal et provoque un étirement des structures ligamentaires et capsulaires.50 Illustration 18: Relation centrée (B) des condyles dans les fosses mandibulaires I. les condyles sont positionnés dans une direction plus antéro-supérieure. . Cette position condylienne plus rétruse n'est pas considérée comme physiologique.4.3 . contre les versants postérieurs des tubercules temporaux. Une position vers l'avant ou vers l'arrière provoque un abaissement du condyle.

Simultanée : La situation anatomique est comparable à droite et à gauche. [71] . Suggérée : C'est-à-dire non imposée par un guidage forcé mais « apprise au patient » par une succession de mouvements d'ouverture . Réitérative : La stabilité des structures articulaires assure une reproductibilité de la position mandibulaire dans une posture donnée. Slavicek (1983) l'énonce ainsi : « Je ne donne pas l'occlusion. je prends l'occlusion ».fermeture en rotation. quelques fibres du temporal et du masséter). Transversalement stabilisée : Le calage du mouvement de rotation est assuré par les pôles médiaux des condyles et les disques articulaires qui assurent la stabilité transversale de la mandibule. Obtenue par contrôle non forcé : Le praticien contrôle délicatement par un simple contact plutôt que par pression l'obtention d'un mouvement reproductible de rotation mandibulaire.51 Coaptation : Une situation fonctionnelle saine se caractérise par l'interposition et le calage du disque entre les deux condyles. Le mouvement de fermeture intéresse un certain nombre de fibres musculaires qui participent à cette stabilisation (chef supérieur du ptérygoïdien latéral. La définition de la relation centrée à partir du disque constitue l'élément essentiel de modernisation du concept. La position mandibulaire est transversalement stabilisée par les pôles médiaux des condyles et des disques articulaires.

« un espace de tolérance autour de la relation centrée ». Sans contact dentaire : Aucun contact occlusal ne doit influencer cette position condylienne qui reste stable lors de la totalité du mouvement axial terminal. . peu fréquente naturellement mais utilisée fréquemment en thérapeutique lors des restaurations prothétiques complexes. où le patient ferme à la fois en PIM et en RC. I.4. selon l'expression.3 . C'est une référence qui se situe en dehors des arcades dentaires. Enregistrable : La possibilité de l'enregistrement de cette coaptation constitue son intérêt diagnostique et thérapeutique.52 Cette position peut varier légèrement en fonction de la posture et du temps puisque les structures articulaires soumises aux pressions fonctionnelles s'adaptent (remodelage tissulaire) pour créer. [72] C'est donc une position idéale.Occlusion centrée Définition : Occlusion optimale des dentures supérieure et inférieure affrontant le maximum de contacts intercuspidiens en condition d'équilibre musculaire.

euxmêmes sous la dépendance de phénomènes neuro-physiologiques.5. la respiration. [53] Les méthodes d’enregistrement de la dimension verticale d’occlusion. aux éléments perturbateurs et au vieillissement des tissus afin de préserver son rôle fonctionnel dans la mastication. de repos ou verticale phonétique sont très nombreuses. attestant de l’absence de méthode scientifique universelle pour sa détermination. Elle est conditionnée par les organes dentaires. d'assurer la stabilité de l'occlusion donc de la position mandibulaire. ainsi que par l’articulation temporo-mandibulaire et son complexe neuro-musculo-articulaire. Cette dimension verticale s’adapte tout au long de la vie aux divers troubles pathologiques. [53] [5] Ceci implique que les dents naturelles soient susceptibles. d'entrer en contact et. [33] I.53 I. [72] La dimension verticale s’établit durant la croissance grâce à la divergence des axes de croissance des maxillaires. la déglutition et la phonation.Dimension verticale Définition : Hauteur totale des maxillaire et mandibule dentés en intercuspidation maximale. .5 . d'une part.Dimension verticale d'occlusion Définition : La dimension verticale d'occlusion correspond à la hauteur de l'étage inférieur de la face mesurée entre deux repères (par exemple : point sous-nasal et gnathion).1 . lorsque les dents sont en occlusion d'intercuspidie maximale (OIM). d'autre part. Le critère esthétique du respect des proportions morphologiques constitue pour de nombreux auteurs un guide de référence préférentiel.

3 . lorsque la mandibule est en position de repos équilibré ou posture d'inocclusion physiologique. ainsi qu’un abaissement du seuil de fatigabilité. n'est qualifiée de dysfonctionnelle que si elle est responsable de l'apparition d'une symptomatologie [39] I. ce qui modifie la posture mandibulaire et donc la DVR. [5] Cette situation est retrouvée lorsque la tête du patient est en position droite. [53] [5] ELI = DVR . que l'activité des muscles élévateurs et abaisseurs équilibre les forces de gravité. correspond à la hauteur de l'étage inférieur de la face.Espace libre d'inocclusion Définition : L'espace libre d'inocclusion ou espace inter-occlusal de repos correspond à la distance entre les surfaces occlusales des dents maxillaires et mandibulaires quand la mandibule se situe en position de repos.54 Cette DVO peut être :   fonctionnelle dysfonctionnelle : la DVO. Il se produit aussi une diminution du tonus et de l’élasticité musculaire.2 .Dimension verticale de repos Définition : La dimension verticale de repos (DVR). mesurée entre deux repères. De ce fait. que les condyles se situent dans une position neutre sans aucune contrainte vis-à-vis des différentes composantes anatomiques des structures articulaires et qu'il y a absence de contacts interdentaires. le sujet âgé a tendance à se voûter et à avoir un port de la tête vers l’avant.5. ainsi qu’une ostéoporose et une diminution des réflexes.DVO . [55] Lors de la sénéscence : Le processus de sénescence entraîne l’atrophie et l’atonie du tissu musculaire strié.5. augmentée ou diminuée par rapport aux normes habituelles. [33] I.

L'impératif d'inocclusion prenant le pas sur celui de moindre activité musculaire. mais il peut être de 0. l'âge.2 mm à 10 mm sans que ne soit observé le moindre trouble. Lorsque la situation occlusale conditionne une position mandibulaire défavorable.. . à droite = DVO Les auteurs récents s'accordent pour reconnaître que cet espace est très variable : sa valeur conditionnée par la tension psychique. les dysharmonies dento-faciales. [47] La position de repos varie aussi avec les classes d'Angle :   en classe II. il présente des valeurs souvent moindres C'est surtout l'existence de cet espace qui importe : l'inocclusion est nécessaire au maintien de l'intégrité biologique de l'appareil. est d'une interprétation hasardeuse dans un diagnostic. La position de repos serait alors l'aboutissement de cet effort plus qu'un « équilibre » statique. grâce au phénomène d'adaptation.55 Les valeurs moyennes sont de 1 à 2. l'ELI a tendance à être plus important en classe III. Tout se passe comme s'il existait une certaine priorité pour le maintien d'un ELI. [39] Illustration 19: A gauche = DVR . le type constitutionnel.5 mm. il semblerait que le comportement neuro-musculaire tente de rétablir l'état d'inocclusion. etc.

nerfs. Au fur et à mesure de l'évolution non seulement des connaissances en matière d'anatomie et de physiologie mais aussi des techniques prothétiques. on ne pourra pas se passer d'un contrôle occlusal lors de la pose d'une nouvelle prothèse. Il est dépourvu de muscles. [19] .56 II . surfaces de glissement. . ligaments. le praticien est fatalement confronté à un choix : « quel type ? » et « comment s'en servir ? » Quel que soit le modèle choisi. les limitations des articulateurs étant essentiellement liées aux insuffisances de la reproduction de l'enveloppe de mouvement du patient.. Seuls les modèles sont transférés. tous les mouvements mandibulaires para-fonctionnels se situent au-delà de leur contrepartie mécanique sur l'articulateur et doivent donc être extrapolés à partir des mouvements effectués par cet instrument. il est impossible de remplacer un système biologique (patient) par un substitut mécanique. le prothésiste et le chirurgien-dentiste possèdent chacun un articulateur identique. [66] Ainsi. il est souhaitable d'utiliser un système d'articulateurs compatibles. Étant donné la multitude d'instruments disponibles sur le marché.Simulation mécanique de l'appareil manducateur La simulation des mouvements mandibulaires est une préoccupation pour de nombreux praticiens depuis près de deux siècles. Tout en reconnaissant les limitations des articulateurs. L'articulateur simule les mouvements centrifuges. Il ne faut donc pas oublier que « le meilleur des articulateurs est la bouche ».. ce qui rend impossible la simulation des fonctions. Ainsi. celui-ci reste un outil nécessaire dans toute restauration fixée. le potentiel de simulation des différents appareillages n'a cessé d'augmenter. [53] Quel que soit le type d'articulateur utilisé. En d'autres termes. Cela évite un transfert de l'articulateur du cabinet au laboratoire et vice-versa.

qui est variable suivant les articulateurs (plan de Francfort. Il est conçu selon un plan horizontal de référence. de la cinématique mandibulaire du patient. De part cette configuration.57 II. plan axio-orbitaire. l'articulateur est dit anatomique.Articulateur Définition : Dispositif mécanique supportant les moulages maxillaire et mandibulaire et simulant les relations occlusales dans les différentes positions mandibulaires. en fonction de sa programmation. [5] L'articulateur permet donc la reproduction mécanique plus ou moins précise. La branche supérieure de l'articulateur épouse la configuration de ce plan. [28] Illustration 20: l'articulateur par rapport au patient . La première représente la partie moyenne de la face. Il se compose de 2 branches : supérieure et inférieure. Ces deux branches supportant des plaques de montage sont reliées entre elles par une tige incisive qui détermine la hauteur de leur rapport en entrant en contact avec la table lui correspondant. la seconde l'étage inférieur mandibulaire. ou d'autres encore).1 .

ils fonctionnent autour d'un axe de symétrie. lorsqu'une analyse occlusale est nécessaire : préorthodontique. le choix d'un articulateur est dicté par la recherche :  d'un juste équilibre entre le temps consacré à la mise en oeuvre de l'appareillage et celui passé à l'ajustage au cabinet dentaire des pièces prothétiques ou à la modification extemporanée des conditions occlusales du patient . la plupart des articulateurs sont des dispositifs mécaniques dépourvus d'équivalents au système neuro-musculaire . . donc. [53]  Rôles : En pratique clinique. pré-prothétique ou pour compléter le diagnostic d'un DAM . réalisés avec plus de précision sur un articulateur et dans des conditions d'accès plus favorables. d'une qualité optimale des travaux.58 Limites et indication : Qu'ils soient très sophistiqués. dans ce domaine précis :  les moulages en plâtre. au stade thérapeutique.  Le facteur individuel intervient pour beaucoup en fonction de l'aptitude du praticien à effectuer une grande partie du travail directement en bouche ou bien à maîtriser rapidement des techniques complexes pour utiliser un articulateur très élaboré. sans imposer la présence permanente du patient. soit au cabinet dentaire soit au laboratoire de prothèses de tout ou partie des actes. plutôt réservés à la recherche. l'articulateur a pour rôle principal de permettre la conception et la réalisation. ce qui diffère de l'être humain. le plus souvent lors de la réalisation des traitements prothétiques. dans tout domaine de l'occlusion. ou qu'ils présentent au contraire une conception rudimentaire. les articulateurs imposent toujours un plus ou moins grand nombre d'approximations inhérentes à toute reproduction de la physiologie humaine et. la précision de simulation recherchée. répliques des arcades dentaires. ne reproduisent pas la visco-élasticité du desmodonte .   Un certain nombre d'actes nécessitent la simulation des mouvements mandibulaires :  au stade diagnostique. Selon le type d'actes à réaliser et. avec une nécessaire alternance entre cabinet dentaire et laboratoire de prothèse. outre leur imprécision dimensionnelle.

[5] Ils ne permettent donc que des mouvements d'ouverture et de fermeture. Il serait en conséquence illusoire de les utiliser pour la réalisation de réhabilitations où interviennent des guidages de mouvements mandibulaires. leur indication est relative : restaurations unitaires postérieures en présence d'un guidage antérieur fonctionnel et donc d'une discclusion postérieure lors des mouvements excentriques de la mandibule.59 Intervient également la volonté de savoir perdre du temps lors de l'apprentissage des techniques.1 . [19] .Occluseur Définition : Dispositif mécanique permettant l'accès à une position d'occlusion (généralement la PIM) entre deux moulages et n'autorisant aucun mouvement mandibulaire. l'autre concerne la prise en compte du fonctionnement de l'ATM : les articulateurs. L'amplitude des mouvements latéraux des cuspides de la restauration doit être extrapolée par le prothésiste. Deux familles d'appareils sont à la disposition du praticien : l'une concerne les occluseurs. Par conséquent. [53] Différents types de matériels : C'est après établissement de cet équilibre que le choix des articulateurs (un seul type ne suffit pas) intervient dans la pratique « occlusodontique » en fonction du type d'acte à réaliser et de la précision de reproduction recherchée. dont le seul rôle est de fixer l'OIM. [53] II.1. pour en gagner ensuite en évitant des retouches fastidieuses au fauteuil.

Denar Mark 2. Indication : toute réhabilitation prothétique fixée dans le cas d'un guidage antérieur efficace. La pente condylienne et l'angle de Bennett sont préétablis selon des valeurs moyennes et ne sont pas modifiables. Whip mix. [19] II. Contrairement aux précédents. Inconvénient : la simulation d'un mouvement latéral initial est impossible. [19] . Indications relatives : reconstructions simples en présence d'un guidage antérieur adéquat ou PAC.60 Illustration 21: Corrélation occluseur .1.arcades dentaires II. ceux-ci permettent d'effectuer des mouvements de latéralité et protrusifs.2 .1. Dentatus Il permet de modifier la pente condylienne et l'angle de Bennett.3 .Non adaptable pré-programmé Exemple : Quick de Quick lab 40. Les trajets condyliens sont rectilignes.Semi adaptable de première génération Exemple : Hanau H2.

61 Illustration 22: En gris et gras : trajets condyliens des articulateurs semi adaptables de première génération II. Quick Master de Panadent. [19] .4 . combinée à de nombreuses possibilités de programmation. Quick Perfect de Fag (version utilisant des ailettes de Bennett) Ils présentent deux améliorations par rapport à la génération précédente :   le mouvement latéral initial est possible . Ce type d'articulateurs est actuellement celui qui offre.Semi adaptable de deuxième génération Exemples : SAM 2.1. les trajets condyliens sont curvilignes (configuration anatomique). en font l'articulateur de choix dans une pratique quotidienne courante. à notre avis. Leur manipulation aisée et rapide. le meilleur rapport coût-simplicité d'utilisation/performances.

[19] .5 . Son coût élevé et son utilisation complexe sont des facteurs limitant qui en contreindiquent l'utilisation dans une pratique quotidienne.1. ils sont d'une utilité certaine dans un cadre universitaire car ils permettent d'illustrer l'influence de modifications au niveau des déterminants postérieurs. la précision apportée n'est que relative. Ce type d'instruments permet d'approcher au plus près la mécanique mandibulaire.62 Illustration 23: Articlateur SAM II II. Denar 5A. Les indications de ce type d'articulateur sont donc très limitées. En revanche. Cependant.Entièrement adaptable Exemple : Stuart.

ARCON / Anti ARCON On distingue les articulateurs ARCON. par exemple. ces 2 types de conception présentent des avantages et des inconvénients :  les articulateurs ARCON sont plus didactiques car plus proches de la réalité anatomique que les non-ARCON. contraction d'articulation condylienne (articulatorcondyle). elle constitue une source d'erreur pour les équilibrations en prothèse totale. les sphères condyliennes pouvant facilement quitter leur butée sur les boîtiers. Pour un degré de performance identique. Au contraire. et les articulateurs non-ARCON pour lesquels les sphères condyliennes sont solidaires de la branche supérieure.1.6 .63 Illustration 24: En gris et gras : trajets condyliens des articulateurs entièrement adaptables II. dont les sphères condyliennes sont solidaires de la branche inférieure. [53] l’utilisation des articulateurs non-ARCON est contre-indiquée lorsqu’on doit faire varier une dimension verticale car si on augmente la DVO. [23]   . on augmente la pente condylienne. La désolidarisation de la branche supérieure propre aux articulateurs ARCON procure de meilleures conditions d'accès pour la sculpture en cire ajoutée.

Le repère antérieur est matérialisé par un appui nasal qui situe.2 . et transférer sur la branche supérieure de l'articulateur le modèle de l'arcade maxillaire dans la même position spatiale que son original par rapport au crâne. Pour respecter l'anatomie. ou autres. matérialisant ainsi la situation postérieure du conduit auditif par rapport à l'axe charnière. La localisation de celui-ci est établie en fonction de moyennes anatomiques.64 Illustration 25: Articulateur ARCON à gauche et non-ARCON à droite Illustration 26: Boîtiers condyliens d'un articulateur ARCON à gauche et non-ARCON à droite II. il est indispensable que chacun des modèles montés sur l'articulateur le soit par rapport à un même plan superposable entre l'appareillage et le patient. cet arc facial dans un plan de référence qui s'apparente au plan axio-orbitaire. par construction. un arc de transfert. suivant les articulateurs. Pour faciliter le montage de l'arc facial. [5] Pour respecter la conception anatomique de l'articulateur. Celui-ci peut se référer à l'axe charnière localisé ou à l'axe charnière arbitraire. axio-orbitaire. encore appelé arc facial est employé. [19] [28] . le plan de Francfort. Ce plan de horizontal de référence est. la branche inférieure de l'articulateur supporte un petit ergot en arrière de son axe charnière pour recevoir la partie femelle incorporée dans l'embout auriculaire.Arc facial Définition : Dispositif destiné à repérer et à transférer la position de l'arcade maxillaire sur l'articulateur par rapport à un plan horizontal de référence. Pour harmoniser ces deux plans. chaque maison de construction d'articulateurs a conçu un appareillage qui se rapporte à l'axe charnière arbitraire.

soit on localise la TC par la palpation en demandant au patient d’ouvrir la bouche et de fermer lentement : ce système est plus précis car on place l’arc au niveau de la TC. ₀  arc facial dont l’axe est localisé au niveau postérieur de façon approchée : ₀ soit on positionne la tête condylienne avec un système de réglettes (on mesure la distance entre l’angle interne de l’œil et la TC) : dans ce cas la localisation est arbitraire . on place l’arc au niveau du point sous-orbitaire cutané grâce à un index (tige horizontale faisant partie de l’arc facial). au niveau antérieur. [23] ₀ Illustration 27: Schéma d'un arc facial avec embouts auriculaires . on localise l’axe charnière de façon cinématique avec une machine extra-orale . peu précis mais le plus utilisé : ₀ au niveau postérieur : embout auriculaire (on met l’embout dans le conduit auditif) . au niveau antérieur : appui nasal. ₀  arc facial cinématique : ₀ au niveau postérieur.65 Trois types d'arcs faciaux ont été développés :  arc facial arbitraire.

66 Illustration 28: Arc facial avec embouts auriculaires en place Illustration 29: Positionnement de l'arc facial par rapport au crâne et à l'articulateur .

T. L’état des ligaments et des attaches discales . grâce à l’enregistrement des déplacements condyliens. Ces deux dernières informations nous permettent de programmer l'articulateur afin d'avoir une reproduction plus fidèle des mouvements mandibulaires. la dysfonction articulaire .67 II. Illustration 30: Aplatissement du tubercule articulaire Illustration 31: Hyperlaxité ligamentaire Illustration 32: Luxation discale . lors des mouvements mandibulaires.3 .Condylographe Définition : Instrument d'analyse de la cinématique condylienne par l'enregistrement de la projection des déplacements d'un point condylien dans les trois plans de l'espace. les déterminants postérieurs (pentes condyliennes et angles de Bennett individualisés). Elle donne des informations précises sur :      La morphologie du condyle et de l’éminence temporale . [5] Un condylographe permet de visualiser le fonctionnement des deux A.M. l’axe charnière « réel » des condyles mandibulaires .

Un enregistrement de la situation donnée par les dents s'effectue bouche fermée. Cet enregistrement peut être statique mais surtout cinétique. Ces situations sont indépendantes. il est vivement conseillé de tester et stabiliser ce nouveau rapport inter-arcades par des prothèses transitoires. ce qui élargit le choix d'un articulateur pouvant faire intervenir des enregistrements extraoraux comme l'axiographie. Celui-ci est essentiellement statique et rend de ce fait très sommaires les données fournies pour l'étude sur articulateur.68 DEUXIÈME PARTIE : CHOIX DU TYPE D'ENREGISTREMENT Quelle position mandibulaire enregistrer ? Il existe une infinité de positions de la mandibule par rapport au maxillaire. Il faut en choisir une qui ne soit pas affectée par les différents actes cliniques ou de laboratoire et qui soit précise et reproductible. Seules deux situations permettent de répondre à cette exigence :   une position donnée par les dents : c'est l'OIM . [66] . Un enregistrement de la situation donnée par les ATM est réalisé en l'absence de tout contact entre dents antagonistes : il faut parler d'enregistrement de la relation articulaire de référence ou relation centrée. et la position de la mandibule qu'elles déterminent diffèrent l'une de l'autre chez plus de 90 % des individus. une position donnée par les ATM : c'est l'ORC. dents présentant un maximum de contacts occlusaux : il faut parler d'enregistrement de l'occlusion. [65] Dans le cas d'un enregistrement en RC.

69 I . l'enregistrement se fera généralement à l'aide de cires. les méthodes différeront légèrement. L’évaluation de la DVO peut présenter des difficultés en raison d’abrasions importantes : existe-t-il une diminution de la DVO ou bien y a-t-il eu égression des dents pour compenser la perte de hauteur progressive des couronnes cliniques ? Les versions mésiales des dents cuspidées.2 . entraîne deux types de difficultés :  des prématurités en RC qui provoquent une différence importante de dimension verticale entre l’ORC et l’OIM et rendent aléatoire l’enregistrement de la RC . Si l'édentement est plus important.Prothèse fixée Dans le cas d'un enregistrement de faible étendue.1 . la perte de calage en OIM et l’instabilité parodontale des secteurs antérieurs peuvent contribuer à altérer la DVO. .1. I.1. la DVO et les courbes fonctionnelles (Spee et Wilson) sont très souvent perturbées. liée le plus fréquemment à l’égression d’une dent ou d’un groupe de dents. [30] L'examen clinique déterminera le choix du rapport inter-arcades à enregistrer. la confection d'une maquette d'occlusion pour les zones édentées est souvent obligatoire. La perturbation des courbes fonctionnelles. ou est perdue : on enregistrera la relation inter-arcades en RC.En fonction du traitement à réaliser Les finalités des enregistrements inter-arcades sont multiples.Prothèse I. Suivant le but à atteindre.Prothèse adjointe partielle En présence d’édentements intercalaires anciens. I. La PIM doit être modifiée.1 . 2 cas sont possibles :   La PIM peut être conservée : si besoin. on effectuera un enregistrement en OIM .

Ces trois paramètres reflètent la position d'équilibre de l'appareil manducateur en rendant son harmonie au visage. généralement en résine. mais conditionnée par l'ensemble neuro-musculo-articulaire. la RC. [30] Ici. une maquette d'occlusion est presque toujours réalisée. I.Prothèse adjointe complète En PAC.1. En fait. les rapports inter-arcades sont généralement en ORC . cette notion relation myocentrée utilisée en PAC est incluse dans la définition de la RC donnée par Slavicek. Celle-ci est constituée d'une plaque base. . Mais le choix du rapport inter-arcades à enregistrer se fera de la même façon que pour la prothèse fixée. de type McKracken. l'absence de guide antérieur impose la recherche d'un calage postérieur le meilleur possible. L'enregistrement des rapports inter-arcades se fera à l'aide d'une maquette d'occlusion. la détermination de la DVO et le réglage de l'esthétique sont indissociables.3 . surmontée de bourrelets d'occlusion en cire. vertical : ‐ composante antérieure : réglage du bord libre des incisives. [29] Dans les cas de prothèses de grande étendue. c'est-à-dire le point 1 . la RC sera remplacée par la relation dite « myocentrée » qui correspond à une position des condyles dans la cavité glénoïde définie par la RC. à cause de la compressibilité des tissus mous. Avant d'enregistrer les rapports inter-arcades il faut :  Régler la situation du plan d'occlusion sur les bourrelets d'occlusion de la maquette d'occlusion maxillaire dans les sens : ₀ ₀ sagittal : correspond au soutien de la lèvre supérieure . [30] Dans le cas d'un édentement de classe I de Kennedy important. Lorsque l'édentement concerne tout le secteur incisivo-canin. il faudra réaliser un enregistrement avec des bourrelets d'occlusion sous pression occlusale.70  des égressions importantes ou des hyperplasies de crêtes ménageant un espace trop réduit pour mettre en place un support d’enregistrement tel qu’une maquette d’occlusion.

Orthodontie La PIM est définie par certains auteurs comme apte à déterminer la position mandibulaire que le traitement d'orthodontie doit pérenniser. ₀ frontal ou horizontal : ‐ ‐ parallélisme de la règle de Fox avec la ligne bipupillaire .2 . . Le caractère référent de la PIM pour la position mandibulaire au cours du traitement orthodontique est néanmoins assujetti à certaines conditions. Le statut référent de la PIM est donc compromis par ces mouvements dentaires thérapeutiques. L'intérêt de la RC tient dans le fait qu'elle est une position articulaire indépendante des rapports dento-dentaires qui sont sujets à modifications au cours du traitement orthodontique. le suivi du traitement et comme objectif de fin de traitement. musculaire et par l'évaluation de l'amplitude des mouvements mandibulaires. l'application des concepts de reconstruction selon le modèle gnathologique s'impose. [16] Les partisans des conceptions de l'école gnathologique voient dans le traitement orthodontique une reconstitution globale de l'ensemble de l'articulé dentaire. position des bourrelets postérieurs par rapport au dos de la langue. A ce titre.  Caractériser ce bourrelet maxillaire en réalisant des encoches afin de pouvoir positionner la mandibule .71 ‐ composante postérieure : situation de la cuspide mésio-palatine des premières molaires. dans le cadre d'un traitement orthodontique. être « validée par l'observation ou la mesure de différents éléments qui attestent de la bonne santé du système stomatognathique » et cela par un examen articulaire. en effet. ce qui peut être comparable à une reconstitution prothétique étendue. [11]  I. La PIM doit. c'est-à-dire le point 6. L'absence de potentiel pathogène de cette position est fondamentale pour la reconnaître comme position de référence au cours du traitement. C'est le concept du « point centric » : la position mandibulaire de référence est alors. la position mandibulaire en PIM soit superposable à la RC. Déterminer la DVO. [69] L'idée étant qu'à l'issue du traitement orthodontique. la relation centrée : pour le diagnostic.

mais pas complètement . ce qui est parfois faux pour le grade 3 :  Grade 1 : le patient présente une désunion partielle bouche fermée (la tête condylienne sera en contact avec le disque. les grades 3 et 4 étant dits « irréductibles ». soit par un décalage des bases soit par une inadéquation dans les rapports inter-arcades. On décrit quatre grades de DCD. en gardant à l’esprit l’unicité de l’appareil manducateur (classification AAOP).Désunions condylo-discales Description : Il faut distinguer les DCD réductibles et les DCD aiguës dites « irréductibles ». [40] Elles ont pour origine une anomalie dans le centrage de la mandibule. il n’y a donc pas d’unité condylo-discale) et une récupération totale bouche ouverte (la tête condylienne est sous le disque) .72 La relation centrée semble être la seule position mandibulaire reproductible au cours du traitement et de surcroît exploitable mécaniquement pour simuler les mouvements mandibulaires au laboratoire.2 .Correction d'une dysfonction de l'appareil manducateur I. nous parlons de DAM musculaire ou articulaire.3. les grades 1 et 2 correspondant à une DCD réductible.  . [30] Par référence au système atteint. [16] I. I. Les DAM correspondent aux douleurs et troubles du fonctionnement de l’appareil manducateur en rapport avec une anomalie musculo-squelettique.Définition des DAM Un dysfonctionnement est l’expression de perturbations des activités fonctionnelles pouvant conduire à des comportements adaptatifs.3.3 .1 . Grade 2 : ici la désunion est plus importante . [40] Dans ce guide nous nous limiterons à décrire les DAM articulaires en présentant les différentes désunions condylo-discales.

En fonction de l'examen clinique C'est le préalable le plus important avant de se lancer dans un enregistrement inter-arcade. [24]  Traitement : Pour une DCD réductible. sans cette analyse. Le montage sur articulateur ne sera donc peut-être pas bien adapté. souvent une absence de disque articulaire . Avant la stabilisation qui sera souvent orthodontique. [24] [22] II . la désunion peut être aiguë ou chronique . Un grade 4 nécessitera une gouttière de repositionnement ainsi qu'une prescription d'antiinflammatoires. des onlays en résine seront mis en place pour préserver la nouvelle relation articulaire. la désunion est toujours chronique. Dans les deux cas. En effet. Grade 4 : le patient présente des remaniements osseux de la tête condylienne et de la cavité glénoïde. une béance apparaît au niveau des secteurs cuspidés. plus importante du côté de la désunion. le traitement par la manoeuvre de Farrar. le plus souvent on utilisera une gouttière de repositionnement mandibulaire. . peut parfois être justifié. on ne mettra pas en place les éléments nécessaires.73  Grade 3 : il n'y a plus de récupération bouche ouverte . ou dans quelques rares cas. de l'arthrose. de façon à pouvoir rétablir très précisément l'occlusion du patient dans cette nouvelle position. Il doit être suivi par le port permanent d'une gouttière de luxation aiguë suivie d'une gouttière de repositionnement mandibulaire. Si le traitement se solde par un succès. Il faudra donc enregistrer cette position avec une technique spécifique. parfois associée à de la kinésithérapie ou d'autres traitements. la dernière gouttière définit une position mandibulaire appelée relation centrée thérapeutique. Dans le cas d'une DCD aiguë grade 3. et on ne choisira certainement pas la bonne technique. une prise en charge chirurgicale.

Posture Nous pensons que l’être humain est une globalité dont les différents segments ne peuvent être totalement indépendants les uns des autres. il y a des justifications embryologiques. il faut savoir qu'elle sera complètement fausse après reprogrammation posturale. tout acte définitif est à proscrire pendant ce laps de temps. De plus. au début. il faut attendre un mois et demi après la mise en place d'une reprogrammation posturale pour avoir la réalité du panorama occlusal d'un patient . Les ATM sont aussi des structures neurales. étant de provoquer une désaffération par une gouttière lisse. [25] Embryologie : Il y a une origine embryologique commune entre le système nerveux et l’appareil manducateur. Illustration 33: Justification embryologique de l'implication de la posture sur la RC .1 . Les dents proviennent des crêtes neurales comme les cellules nerveuses. anatomiques. assurant un nouvel équilibre dans le déséquilibre. et donc à un enregistrement correct de la RC. et sont un obstacle à sa correction. cliniques et expérimentales. Leur nombre est défini à la naissance comme les neurones. [13] A cela.74 II. biomécaniques. l'idéal. [13] Les troubles posturaux déséquilibrent l'appareil manducateur. neurophysiologiques. Le dysfonctionnement à un niveau peut parfois entraîner une adaptation à ce niveau ou à un niveau différent. [25] Si une rééquilibration occlusale est nécessaire avant l'enregistrement de la RC.

Illustration 36. Illustration 34: Brodie (1860) . Illustration 37). la théorie des chaînes musculaires vient appuyer la thèse de Brodie. Il semble donc évident qu'une posture pathologique influe indéniablement sur la position de la mandibule par rapport au maxillaire.Justification anatomo-biomécanique de l'implication de la posture sur la RC Plus tard.75 Anatomie .biomécanique : Brodie avait déjà montré en 1860 (Illustration 34) les relations étroites qui existent entre la ceinture scapulaire. . comme le montre Busquet (Illustration 35. le crâne et la mandibule.

1993) .76 Illustration 35: Chaîne de flexion Illustration 36: Chaîne d'extension Illustration 37: Chaînes croisées Neurophysiologie : Il existe des afférences occlusales au niveau des noyaux vestibulaires. [25] Illustration 38: Rôle intégratif des noyaux vestibulaires et contrôle vestibulo-spinal de la motricité (d'après Lacour et Borel. donc il peut y avoir des répercussions à distance par les voies efférentes excitatrices ou inhibitrices siégeant au niveau de segments corporels éloignés de la sphère oro-faciale.

hypo ou hyperacousie.Symptômes et signes cliniques Les signes cliniques principalement rencontrés sont les suivants : Anomalies de la cinématique mandibulaire :   Limitation : obstacle intra-articulaire ou dysfonctionnement musculaire (trismus) .  Douleurs : Très variables.1 ..2 ..).Articulation temporo-mandibulaire II. ou référées (à distance). éminence temporale (subluxation ou hypertranslation) .. Déviation.  Bruits articulaires :  Claquements : ils correspondent le plus souvent au franchissement par le condyle mandibulaire du bourrelet postérieur du disque.) . mais peuvent exister lors d’un frottement ligamentaire. Exagération : absence de limitation ligamentaire au mouvement de translation et de rotation en présence d’hyperlaxité ligamentaire acquise ou systémique . Symptômes potentiellement associés :    Auriculaires (acouphènes. troubles de l’accommodation…) . larmoiement….  Manifestations neurovégétatives (œdème.ou rétro-orbitaires. Crépitations : à type de bruits de sable mouillé. [40] . sensation d’oreille bouchée. elles sont le plus souvent évocatrices de modifications morphologiques des surfaces articulaires. ou du passage du condyle en avant du tubercule articulaire.) .. suboccipitales. déflexion : altérations du trajet mandibulaire lors de l’ouverture buccale. elles peuvent être :   localisées (musculaires ou articulaires) . rhinorrhée.77 II. Oculaires (douleurs péri. temporales.2. Céphalées de tension d’origine musculaire (frontales.

le choix se fera en fonction des conditions cliniques. Dans les cas de pathologies articulaires. Dans les cas de pathologies musculaires.Parodonte Il ne faut pas oublier de vérifier la non mobilité du matériel dentaire.Conduite à tenir Si l'ATM est dysfonctionnelle. on réalisera un enregistrement des relations inter-arcades dans une position mandibulaire corrigée. En effet. Il se contente de décrire des techniques valables chez des patients dont l'ATM est fonctionnelle. [54] Parmi les nombreuses techniques d'enregistrement. Nous retiendrons donc qu'avant de réaliser un enregistrement inter-arcades en vue de la réalisation d'une prothèse il nous faut vérifier l'intégrité de l'ATM. Une éventuelle maladie parodontale doit donc impérativement être stabilisée avant tout enregistrement des rapports inter-arcades.3 . II. le jig de Lucia ou la manœuvre de Dawson sont formellement interdites.4 . [31] . l'enregistrement des rapports inter-arcades doit obligatoirement être fait en RC puisque la PIM n'est pas exploitable. II. Elle diffère du jig de Lucia par sa partie en contact avec les bords incisifs. une seule dent mobile suffit à empêcher le repositionnement du matériau d'enregistrement sur le modèle en plâtre.2. horizontale et non inclinée vers le haut et l'arrière.78 II. L'enregistrement des rapports inter-arcades se réalise avec cette butée en place.2 . une décontraction préalable peut être réalisée grâce à une butée antérieure extemporanée en résine auto-polymérisante scellée avec du ciment de scellement provisoire sur les incisives maxillaires. et si besoin faire une correction d'une DAM préalablement à tout travail prothétique. sans oublier de contrôler si la posture du patient est correcte.Dimension verticale Dès que celle-ci est perturbée. [30] Mais ce guide n'a pas la prétention de détailler les méthodes d'enregistrement inter-arcades corrigées.

de ne modifier la DVO que du « minimum nécessaire pour satisfaire les objectifs de la restauration ». Illustration 39: Évolution dento-squelettique du portrait moyen entre 14-22 et 43-87 ans (standards M. utilise apparemment quelques phénomènes compensatoires. modifiant en quelques décennies l'image caricaturale d'édenté au profil de polichinelle.  On peut y ajouter la règle d'or de Kois. La verticalisation des axes incisivo-canins compense le raccourcissement normal des dents usées. car des modifications modérées de la DVO sont en général bien supportées par l'appareil manducateur.79 La dimension verticale retenue doit satisfaire aux critères suivants :   il doit exister un espace interocclusal en position posturale . en occlusion. qu'en ont gardée les cliniciens des précédentes générations. il ne doit pas exister de contacts entre les arcades dentaires durant l'activité phonétique . Crétot) Toutefois. l'étage inférieur du visage doit avoir une apparence agréable. [41] L'analyse d'un groupe de 850 individus révèle que la hauteur faciale des personnes âgées en position d'occlusion dentaire a généralement conservé sa valeur jeune. le vieillissement facial harmonieux fréquent de nos jours. [20] .

En effet. Cette nouvelle DVO supportée par des réalisations provisoires (composites occlusaux. si l'étage inférieur en posture apparaît effondré.Occlusion Le plan d’occlusion : L'évaluation du plan d'occlusion doit se faire en première intention grâce à la règle de FOX. Cette augmentation pourra donc être réalisée en une seule étape. Elle sera alors réalisée en plusieurs étapes. Lorsque la nouvelle DVO sera déterminée. .80 Lorsqu'un patient a subi une perte de dimension verticale. couronnes provisoires. les réalisations provisoires seront testées pendant 2 à 4 mois avant la réalisation définitive. Cependant. appareil mobile. [41] II. l'augmentation devra  vraisemblablement dépasser la valeur de l'espace libre d'inocclusion. en les associant au port d'une butée. plaques) sera maintenue pendant une période d'adaptation et de test de plusieurs mois avant l'étape prothétique définitive . il est nécessaire de commencer par évaluer sa position posturale. Les méthodes fondées sur l'appréciation de l'espace phonétique (par la prononciation de « S » ou de « 66 ») et utilisées en prothèse amovible complète peuvent également être appliquées aux sujets dentés. en prévoyant que le patient retrouvera une nouvelle position de posture à partir de cette DVO modifiée. cette dimension de posture est très probablement diminuée car elle a suivi la perte de la DVO et ne peut pas être prise directement en référence. Elle doit être associée à l'appréciation de l'étage inférieur de la face et du profil en relation avec le type morphologique :  si l'étage inférieur de la face du patient apparaît à peu près normal au repos. suivies de périodes de repos pour permettre l'adaptation progressive de la musculature faciale. l'augmentation se situera généralement dans la limite de l'espace libre d'inocclusion. les modifications importantes qui dépassent la valeur de l'espace libre en une seule étape ont une influence sur le tonus musculaire de repos.5 .

on choisit le montage du modèle maxillaire avec la table occlusale de l'articulateur. Dans ce cas. le plan d'occlusion différera. ou avec l'arc facial. définis par la formule de Thielemann : [4] occlusion totalement balancée = Pente condylienne. le centrage et le calage de la mandibule. Si ce paramètre est correct lors de l’occlusion d’intercuspidie maximale et ce. leur écart. Le calcul de l'occlusion totalement balancée tient compte de cinq facteurs. [65] Si le cas est trop complexe. selon le type de travail à réaliser. l'analyse occlusale des modèles d'étude devra comparer l'OIM avec l'ORC. il faudra enregistrer la RC. [30] OIM : On vérifie si elle est stable et si elle assure le guidage. la dimension verticale et les rapports tant des bases osseuses que des arcades (Classes I.  Le guide antérieur : Il permet le guidage de la mandibule lors des excursions. Le plan d'occlusion est mal orienté.81 Suivant que la personne est totalement édentée ou pas. car le montage des dents se fera en occlusion totalement balancée dans le cas de la réalisation d'un PAC. Le report du modèle maxillaire sur l'articulateur doit alors se faire obligatoirement avec l'arc facial. [30] . On peut aussi préalablement recréer ce guide antérieur à l'aide de prothèses provisoires qui serviront alors de référence. alors les mêmes rapports d'occlusion peuvent être conservés. II et III). même dans des cas d’édentements postérieurs. Si ce n'est pas le cas. alors qu'en présence de dents naturelles il doit au contraire y avoir une désocclusion du côté non travaillant. Pente incisive Inclinaison du plan d'occlusion Flèche de la courbe de Spee Hauteur cuspidienne Deux cas de figures peuvent se présenter :  Le plan d'occlusion est bien orienté par rapport à la face. en dehors de toute pathologie.

mais seulement une sur deux par exemple de façon à garder des contacts stratégiques permettant de conserver l'OIM. Ces classifications ont utilisé tout ou partie de trois grands principes :   classifications topographiques.6 . il est impossible de présenter le traitement de chaque cas clinique. Une fois les prothèses posées. on pourra se passer d'enregistrement.Analyse des édentements Le nombre de combinaisons possibles d'édentements étant extrêmement grand. si l'OIM peut être conservée.82 Si l'on opte pour un enregistrement en OIM. Sinon. aussi certains auteurs ont pensé regrouper des cas voisins pouvant être traités par des solutions similaires. on pourra parfois utiliser la technique de préparation alternée qui permet de ne pas préparer toutes les dents en même temps. . classifications dynamiques. il faudra enregistrer au moyen d'une cire. comme dans l'exemple ci-dessous : Illustration 40: enregistrement en OIM Dans le cas de la réalisation de prothèse fixée. Si l'engrènement est parfait. néanmoins leur étude présente un intérêt pour la compréhension de la conception des châssis métalliques amovibles. La multiplicité des classifications publiées montre les limites de ce système. fondées sur l'emplacement des dents absentes . il faut contrôler la stabilité des modèles l'un par rapport à l'autre. II. les autres dents pourront être préparées. et ce seront alors les nouvelles prothèses qui fixeront l'OIM. qui regroupent les édentements provoquant des déplacements parasites similaires des PPA .

qui ne comporte qu'un seul axe.83  classifications biologiques. la classe II. Cette classification se répartit en :  Classe I : la ligne de Prothéro coupe obliquement la ligne de symétrie axiale du maxillaire . Classe III : la ligne de Prothéro est unilatérale .1 . tenant compte de la valeur des segments édentés et des dents restantes. Classe IV : la ligne de Prothéro forme un polygone. Classification de Cummer Il s'agit d'une classification fondée sur des critères mécaniques qui fait appel au concept de « ligne de Prothéro » encore appelée fulcrum line par les auteurs anglo-saxons. Classe II : édentements unilatéraux terminaux de tout type .Différentes classifications De nos jours. Classe III : édentement intercalaire de tout type (sauf antérieur unique) . Cette ligne imaginaire réunit les dents piliers et tout se passe comme si la PPA pouvait pivoter autour de cet axe. Classe IV : édentement antérieur avec un seul segment édenté et traversant la ligne médiane. En revanche. Il n'est pas inutile cependant de rappeler celle de Cummer pour les notions d'axes de rotation auxquelles elle fait appel. Classification de Kennedy Elle comporte quatre classes :     Classe I : édentements terminaux bilatéraux de tout type . . Classe II : la ligne de Prothéro coupe perpendiculairement cet axe médian . est plus difficile à équilibrer. II.    Il est certain que la classe IV est la plus favorable car le fait d'avoir plusieurs axes neutralise les mouvements de rotation parasites des PPA.6. la classification de Kennedy-Applegate est universellement adoptée.

celle de deux segments édentés par « mod 2 ». Applegate a ajouté les classes V et VI qui prennent en compte l'absence de la canine :  Classe V : édentements de grande étendue unilatéraux ou bilatéraux. elle n'intervient pas dans la détermination de la classe. C'est l'édentement postérieur qui prime pour l'appellation de la classe. dans lesquels le segment édenté est limité du côté mésial par une incisive . [63] .84 Chacune d'elles peut être affectée d'une « modification » : la présence d'un segment édenté supplémentaire sera indiquée par « mod 1 ». Les segments édentés autres que ceux de la classe sont signalés d'après leur nombre. terminaux ou intercalaires.  Règles à utiliser pour la définition des classes : si la dent de sagesse est absente et ne doit pas être remplacée. etc. La classe IV n'accepte pas de modification. [63] Illustration 41: Classification de Kennedy Classification de Kennedy-Applegate Aux classes déterminées par Kennedy. La même règle s'étendra aux molaires dans le cas où leur remplacement ne serait pas envisagé. Classe VI : édentements intercalaires unilatéraux. Il n'existe pas de « modification » pour la classe IV. Ce sont toujours les zones édentées les plus postérieures qui priment pour la détermination de la classe.

l’occlusion d’intercuspidie maximale sera choisie .  . la relation centrée sera obligatoire pour des segments plus importants ou lorsque aucune dent ne se rencontre. » Le choix est en général effectué en fonction du nombre de dents à remplacer : s’il y a peu de dents absentes.2 . si le nombre de dents à remplacer est important. se contenter de combler des brèches édentées sans se préoccuper d’une relation maxillo-mandibulaire perturbée n’est pas faire œuvre de thérapeute. a contrario.Type d'enregistrement à effectuer Chez un édenté partiel : La présence simultanée de zones dentées et édentées est à l’origine d’un questionnement sur le choix de relation inter-arcades qu’il convient d’envisager. En revanche.6.85 Illustration 42: Modification d'Applegate II. sauf s’il n’y a pas de perte de dimension verticale et si le guide antérieur est correct. Modifier profondément et sans nécessité une occlusion bien tolérée est un sur-traitement parfois lui-même pathogène. alors l’option de la relation centrée s’impose. la classe III (édentement encastré postérieur uni ou bilatéral) pourra être traitée en OIM si elle ne représente qu’un petit segment (de une à trois dents) . Dans leur abrégé de prothèse adjointe partielle. Evelyne Batarec et Danielle Buch ont écrit : « Tout acte thérapeutique comporte un risque. Il peut être affiné en fonction de la classification de Kennedy :  les classes I et II de Kennedy (édentement postérieur bi ou unilatérale) imposent l’option de relation centrée.

[31] Chez un édenté total L’absence de la totalité des dents impose de retrouver une position d’équilibre permettant le fonctionnement harmonieux de l’appareil manducateur. Tous ces phénomènes perturbent les critères fondamentaux de toute bonne intégration prothétique au sein de l’appareil manducateur. ₀  Soit le patient n'est pas appareillé : dans ce cas il faudra également enregistrer une DVO correcte et la RC.Choix de la maquette d'occlusion L'édentation a pour conséquence principale la création de déséquilibres biomécaniques des arcades dentaires prises isolément et lors de leurs relations occlusales. Généralement les cas de prothèses amovibles partielles sont complexes.6.86  la classe IV (édentement encastré antérieur) sera traitée en OIM à condition qu’il y ait un bon calage postérieur (absence de proglissement). son appareil présente une occlusion défavorable : il faudra reprendre une nouvelle DVO et RC. [65] .3 . leur nonremplacement ou leur remplacement inadéquat ne font qu’accentuer la complexité du cas. Le vécu dentaire du patient est souvent chaotique. Le choix de la relation centrée s’impose . La perte plus ou moins ancienne des dents. il faut privilégier le centrage des condyles mandibulaires dans leur cavité glénoïde. des rotations et des malpositions diverses qui sont tolérées parce qu'elles sont apparues progressivement mais qui ne sont pas acceptables lors d'une reconstitution prothétique. Il est fréquent de constater des égressions. II. L'examen clinique doit donc aboutir à l'évaluation de ces deux situations influençant directement les techniques aboutissant à la mise en place des moulages sur l'articulateur. Deux cas de figure pourront se présenter :  Soit le patient est déjà appareillé : ₀ son appareil est convenable du point de vue occlusal : on pourra garder sa DVO et éventuellement la RC en se servant de son ancien appareil comme porte empreinte .

orientation des dents. position de la ligne du sourire. axe médian) . l’enregistrement des rapports inter-arcades dans les trois plans de l’espace .6. [29]  Le nombre et la répartition des dents restantes sur l'arcade doivent donc faire l'objet d'une première investigation destinée à définir les capacités du moulage à rester stable sur une surface plane. [65]  . temporairement. les appuis dentaires absents.87 La maquette d'occlusion est destinée à remplacer.1 . II. de servir de plan de montage des dents prothétiques au laboratoire. d’établir le plan d’orientation prothétique . [63] Elle permet :     la stabilisation du moulage maxillaire sur la fourchette de l’arc facial .Pour l'enregistrement de la position du maxillaire avec un arc facial Deux cas de figure peuvent se présenter :  trois dents restantes au minimum réparties sur l'arcade et suffisamment éloignées l'une de l'autre définissent un polygone de sustentation étendu qui permet de maintenir le moulage maxillaire sur la fourchette de l'arc facial recouverte de cire Moyco® (Illustration 43) . l'instabilité du moulage sur un plan horizontal rend nécessaire le recours à une maquette d'occlusion (Illustration 44). de préfigurer le volume des structures de soutien des éléments de la cavité buccale et d’enregistrer différents repères (soutien de la lèvre et des joues.3.

les calages occlusaux sont satisfaisants. au contraire.6.Pour l'enregistrement des rapports inter-arcades On va vérifier la répartition des contacts dento-dentaires :  dans le cas d'un polygone de sustentation réduit sur une ou les deux arcades.3.88 Illustration 43: Répartition des dents assurant un polygone de sustentation suffisant pour stabiliser le moulage Illustration 44: Une maquette d'occlusion est nécessaire II.  Illustration 45: Répartition des contacts dento-dentaires suffisante Illustration 46: Nécessité de réaliser une maquette d'occlusion . ou en présence d'une OIM instable.2 . si l'OIM est stable avec la présence de contacts postérieurs droits et gauches. les calages occlusaux ne seront pas suffisants. La conception de bourrelets d'occlusions ne sera donc pas indispensable. Il faudra alors réaliser des bourrelets d'occlusion . ainsi qu'au moins un contact antérieur.

ces maquettes ont impérativement une base en résine auto-polymérisante. III .89 Chez un édenté total. l’enregistrement des rapports inter-arcades se réalise à l’aide de deux maquettes d’occlusion .Arbre décisionnel Illustration 47: Arbre décisionnel . dans la plupart des cas.

si les calages occlusaux sont insuffisants. on vérifie que le patient a ses ATM intègres. ‐ ₀ si l'OIM et/ou la DVO ne sont pas conservables. Ensuite. on est dans le même cas que .90 Commentaires de cet arbre décisionnel : Avant de se lancer dans l'enregistrement des rapports inter-arcades. Dans tous les cas. il faudra au préalable réaliser des maquettes d'occlusion pour avoir une bonne stabilité de l'enregistrement inter-arcades. . il faudra analyser un certain nombre d'éléments :  Tout d'abord. on analyse sa OIM et sa DVO : ₀  si les deux sont conservables. alors on pourra se passer d'un enregistrement en RC sinon. alors on vérifie le guide antérieur et le plan d'occlusion : ‐ si au moins un des deux est correct. une posture correcte et des dents non mobiles.. un enregistrement en RC s'impose..

d'ATM ou de parodontie. il faudra au préalable avoir vérifié l'absence de problème de posture. ce qui est très important.Évaluation de la dimension verticale La relation inter-arcades doit être enregistrée à la DVO.91 TROISIÈME PARTIE : TECHNIQUES D'ENREGISTREMENT Comme expliqué dans la partie précédente. La détermination de la DVO reste une procédure fondée surtout sur l'expérience clinique. I . mais ceci n'entre pas dans notre propos. esthétique et elle permet de préserver les tissus de soutien si elle est correcte. Elle participe aussi au confort du patient. . Tout enregistrement qui ne serait pas à la DVO entraînerait une erreur lors du montage mandibulaire sur l'articulateur. utilisable notamment chez une personne édentée. sauf si on réalise une localisation réelle d'axe charnière. [66] Mais les critères utilisés pour déterminer la DVO sont essentiellement subjectifs. Nous allons donc décrire les méthodes les plus intéressantes. [58] Samoian a compté 47 méthodes pour fixer la DV. un certain nombre de cliniciens ont recherché des méthodes plus objectives. avant de procéder à l'enregistrement des rapports inter-arcades. On s’intéresse à la DVO car elle a une importance fonctionnelle. Les paramètres esthétiques et morphologiques s'appuient surtout sur les tissus mous extraoraux. mais sans succès. Afin de sortir de cet empirisme. et aucune ne permet à elle seule de déterminer la DVO avec précision. mais il n'existe pas de corrélation simple entre les rapports squelettiques infra-oraux que l'on cherche à préciser et les tissus mous extra-oraux.

2 . résorption plus importante car l’occlusion est presque permanente .1 . I. ₀  esthétique : ₀ avancée du menton. déglutition : effort beaucoup plus important. car ils ne sont pas directement atteints.Si la DVO est sous-évaluée D'autres conséquences peuvent survenir au niveau :  des tissus de soutien : ₀ ₀ pas de douleurs. ₀ ₀ ₀  esthétique : visage inexpressif. douleurs généralisées.Conséquences d’une mauvaise évaluation I.  fonctionnel : ₀ nécessité d’une contraction des muscles de la mandibule plus importante (douleur ou fatigabilité). déglutition : comme le patient a besoin d'un contact dento-dentaire.1. il place sa langue entre les dents . avec des traits du visage très tirés.  fonctionnel : ₀ phonation : oblige à parler avec les dents serrées. .Si la DVO est surévaluée Les conséquences s'observent au niveau :  des tissus de soutien : ₀ ₀ ₀ blessures généralisées sur l’ensemble de la crête (surtout à la mandibule).1 . manque d’herméticité labiale avec écoulement au niveau des commissures fatigabilité des muscles .1.92 I. claquement pendant la phonation. phénomènes de proglissement mandibulaire car le patient cherche un contact avec pour conséquence des troubles de l’ATM et une résorption des surfaces d’appui . marqués.

c'est-à-dire semi-assis avec le dos appuyé. [11] ₀ I. La maquette d’occlusion doit être impérativement dans la cavité buccale pour respecter l’espace de Donders. [33] . Elles sont replacées en bouche après les extractions du bloc antérieur. Ainsi.Conditions de la détermination Le patient doit être en dans une position physiologique.Différentes méthodes I.2 . On procède en premier lieu aux extractions postérieures pour des raisons de cicatrisation.3 . On peut aussi modifier les anciennes prothèses pour tester une nouvelle DVO si besoin. les maquettes sont placées sur les moulages et montées sur articulateur.93 ₀ l’étage inférieur étant effondré. Moulages préextractionnels : Il est intéressant de régler les maquettes d’occlusion à la DVO avant les extractions. accentuation nette de tous les sillons péribuccaux.Présence de renseignements individuels Anciennes prothèses : L’existence d’anciennes prothèses permet d'avoir une première approche. mais sans appui-tête. Pendant ce temps. I.1 . mais on ne connaît pas la position de la mandibule lors de la prise du cliché. on est en présence de commissures marquées avec perlèche. Photos : Des photos du patient sont également utiles. Cet espace virtuel représente l’espace entre le palais et le dos de la langue.3. la position de la mandibule est conditionnée par la position de la langue.

Le réglage de cette DVO se fera préférentiellement à l'aide d'une butée antérieure (Jig). La distance entre ces points est mesurée en occlusion et sert de repère après les extractions en étant conservée dans la fiche du patient. grâce à différentes méthodes. Illustration 49: Réglage de la DVO avec des maquettes d'occlusion . Pour éviter toute erreur de mesure due à la mobilité des tissus. bien entendu au maxillaire ainsi qu’à la mandibule.2 . Il reviendra donc au praticien de définir la DVO optimale. ces points se font sur la gencive attachée. Nous n'allons citer ici que les méthodes les plus connues.3.94 Tatouages gingivaux de Silvermann : Ce dernier suggère de tatouer deux petits points d’encre de Chine dans l’espace interradiculaire entre la canine et l’incisive latérale.Absence de renseignements individuels Certains patients n’ont aucune information individuelle. Illustration 48: Tatouage de la gencive I.

ce procédé reste très controversé.1 . [48] Cette égalité n’a jamais été vérifiée.95 I.2. [33] Cependant. Pour cela. [33] Illustration 50: Règle de Willis .Méthodes statistiques Des auteurs ont fait des mesures biométriques sur des patients dentés afin de les reporter sur des patients édentés : Technique de Willis : La distance entre le point sous-nasal et le point menton est égale à la distance entre l’ectocanthion (angle externe de l’œil) et la fente labiale. Martin et Monard ont expérimenté cette technique sur 60 sujets. sans doute parce que la compressibilité de la base du nez et du menton font varier les mesures.3. il utilise un compas coulisse appelé « compas de Willis » ou un compas à pointe sèche dans le cas de profil défavorable.

[7] Illustration 51: Règle de Boyanov Typologie de Sigaud : La distance entre l'ophrion et le point sous-nasal est égal à la distance entre le point sousnasal et le gnathion.96 Technique de Boyanov : Il établit une égalité morphologique qui existe en cas de DVO normale. . [33] Malgré une étude concluante portant sur 200 cas faite par Boyanov. Begin et Rohr suggèrent d’éliminer cette technique peu fiable. à savoir la distance entre les commissure des lèvres au repos et la distance séparant le gnathion du point labial.

Il considère qu’au moins deux de ces trois mesures sont égales entre elles et constantes au cours de la vie. De plus. [48] . la distance intercommissurale. qui a porté sur 60 sujets. la distance séparant la glabelle du point sous-nasal . il affirme que dans 95 % des cas elles correspondent à la DVO mesurée entre nasion et gnathion. n’a jamais permis de vérifier cette égalité.97 Illustration 52: Règle de Sigaud Règle de McGee : McGee mesure sur un sujet au repos :    la distance séparant le centre de la pupille de la commissure des lèvres . L’étude de McGee a certes porté sur 52 cas mais celle de Martin et Monard.

98 Illustration 53: Règle de Mac Gee I.3. lorsque le patient est en PIM. .Méthodes céphalométriques La téléradiographie est une technique radiologique particulière qui permet de réduire la déformation par agrandissement. que les radiographies soient effectuées de face ou de profil. connu et constant. Celui-ci est faible. soit angulaires.2 . l'angle Ricketts dont la valeur moyenne doit être de 45 degrés. Ces mesures peuvent être soit linéaires. deux angles sont utilisés :   l'angle Sagnial dont la valeur moyenne doit être de 40 degrés . Des mesures ont été effectuées préalablement afin de les retrouver lors d’un examen radiologique post-extractionnel.2. Cette méthode. une de face et une de profil. préconise la réalisation de deux radiographies. En ce qui concerne l'évaluation angulaire.

[33] Illustration 54: Mesure linéaires sur téléradiographie de profil Illustration 55: Mesures angulaires sur téléradiographie de profil .99 Il faut qu'il y ai concordance dans ces angles : ils doivent évoluer dans le même sens pour admettre une perte ou une augmentation de la DVO. Il s’agit ici d’une technique à la fois très louée et très controversée.

l'ELI étant très variable d'une personne à l'autre. . qui. la position supérieure « espace phonétique minimum » est la plus précise et la plus constante chez un même patient tout au long de la vie.3 . les déplacements mandibulaires effectués lors de la conversation déterminent un champ phonétique qui correspond à l'aire couverte par les déplacements des bords libres des dents antérieures mandibulaires (Illustration 56). Le problème est qu'elle est sous l'influence de facteurs extrinsèques :   la DVR est difficile à observer avec les maquettes en bouche . « Z » et « F ».100 I. Les extrémités inférieures et supérieures du champ phonétique sont caractéristiques : la positon inférieure « espace phonétique le plus important » est très variable et ne peut être tenue comme position de référence.Méthodes fonctionnelles Elles sont basées sur l’activité neuro-musculaire au cours d’une fonction spécifique de la mandibule. il n'est pas très coopératif. quand le patient est âgé. La dimension verticale de phonation : Il existe un espace libre de phonation. Elle consiste à demander au patient de prononcer certaines consonnes comme les labiodentales (« F » et « V ») et d'évaluer la position des bords libres mandibulaires par rapport aux bords libres des dents maxillaires. « Che ». Détermination de la DVO à partir de la DVR : La DVR est une position très intéressante car elle est répétitive. cela augmente l'incertitude de la DVO. Selon Silverman.3. Elle est obtenue lors de la prononciation de sibilantes : « S ». additionné à la DVO nous donne la dimension verticale de phonation. De plus. [11] L'utilisation de la phonétique semble être la technique la mieux adaptée pour déterminer l'espace libre de phonation. Par contre.2.

altérant ainsi l'évaluation de la dimension verticale. Dans 70 % des cas. « e ». « é ». on peut utiliser le phonème « S » entouré de voyelles neutres (« eu ».101 Cette évaluation doit être complétée par l'analyse du déplacement incisif telle que l'a décrite Pound. c'est exclure le sens des mots pour ne garder que l'aspect articulatoire des productions orales par l'utilisation préférentielle des logatomes. [60] . de manière à évaluer les mouvements verticaux et surtout antéropostérieurs de la mandibule. Dans un souci bien louable de communication. la prononciation des sibilantes s'accompagne d'un déplacement antérieur de la mandibule alors que. dans les 30 % restants. il est produit pour être reconnu et compris.consonnes) dépourvues de sens et non assimilable à un référent. il convient d'examiner les déplacements des bords incisifs mandibulaires de profil. [53] Illustration 56: Champ phonétique : aire couverte par les déplacements par les bors libres des incisives mandibulaires Dans les tests phonétiques. les mots sont utilisés comme « instruments de mesure » d'une position mandibulaire précise. le mot est rattaché à un sens et à un référent . Pour cela. le patient est souvent amené à modifier ses praxies articulatoires pour en restituer le sens au praticien. dans le langage oral. « è »). Optimiser l'évaluation de la dimension verticale. la mandibule ne se déplace pas en avant. Par exemple. Le logatome est une succession de séquences phoniques (voyelles . Or. Cette absence de déplacement est associée à la présence d'une classe II division 2 ou est bien souvent provoquée par une positon basse de la langue.

si les plots ne sont pas écrasés du-tout. c'est que les maquettes sont en sous occlusion. 46. dans un second temps. 41.4 . et les résultats restent plus ou moins aléatoires. [33] Cette vérification est relativement précise et doit impérativement contrôler toutes les autres méthodes.3.31) qui se ramollissent à température buccale . on demande au patient d'avaler plusieurs fois sa salive : ₀    si les plots sont complètement écrasés. surtout s’il y a des pathologies (ex : déglutition atypique). [50] [11] I. ₀ Ce sont des techniques qui peuvent être utilisées pour vérifier notre estimation. Nous allons décrire la technique de Shanahan :  on règle le bourrelet occlusal supérieur et on détermine la DVO de manière approximative . la détermination de cet espace libre de phonation et de la dimension verticale de phonation restent relativement difficile à mettre en oeuvre.Méthode esthétique Le praticien doit redonner à son patient édenté son apparence physique antérieure et donc rechercher la DVR en fonction de son aspect esthétique. . il faut réduire le bourrelet inférieur d’environ 3 mm . c'est qu'on est en présence d'une surocclusion. La dimension verticale de déglutition : La dimension verticale de déglutition est relativement proche de la DVO. sur le bourrelet inférieur. on place 3 plots de cire (36. En effet. Elles ne sont pas applicables dans tous les cas.2. une DV trop faible provoque un affaissement des traits et un abaissement des commissures donnant un aspect vieilli alors qu’une DV trop élevée provoque une tension fibromusculaire avec effacement de tous les sillons. malgré les différentes techniques.102 Malheureusement.

Cependant. D’avis général. les méthodes utilisant la déglutition et la phonation semblent les plus intéressantes.Quelle technique choisir ? La hauteur de l’étage inférieur de la face conditionne donc les fonctions principales de la sphère oropharyngienne. La DVO est en corrélation avec diverses fonctions telles que la phonation. [33] [11] [50] Elle est donc la cause directe d’un équilibre neurophysiologique et tissulaire indispensable ou. physiologiques ou non. la respiration. la mastication et la déglutition. ou encore les critères esthétiques. La diversité et le nombre de techniques répertoriées dans la littérature semblent prouver la constante préoccupation des odontologistes à trouver une technique efficace. mais trop lourdes de mise en œuvre dans l’omnipratique. celles basées sur la morphologie comme les méthodes photographiques ou certaines méthodes céphalométriques. de perturbations à l’intérieur du système stomatognathique. Elle croît tout d’abord irrégulièrement en fonction de la croissance des maxillaires.4 . au contraire. Qu’il s’agisse de la DVO. car elles font appel à des fonctions qui restent stables tout au long de la vie. Parmi les méthodes préexistantes. Une combinaison de deux ou trois méthodes de détermination fonctionnelle représente le meilleur compromis afin d’évaluer une DVO entrant dans le champ de tolérance du patient. Elle se stabilise vers 17 ans à la fin de la croissance pour passer dans une phase de pseudostabilité. mais elle est continue face aux phénomènes de sénescence qui touchent les déterminants de la face. . cette valeur n’est pas constante au cours de la vie. et le respect de la personnalité du patient en préservant son esthétique. Il faudra aussi toujours vérifier l’existence d’un ELI. Cette adaptabilité de la DVO peut être occasionnelle dans le cas de pathologies ou d’éléments perturbateurs opportunistes. ne peuvent nous donner qu’une valeur approchée de cette DVO pouvant nous servir de guide. l'esthétique et même le psychisme du patient. DVR ou de la dimension verticale de phonation. proposer une méthode clinique de détermination réitérable et applicable à tous les patients semble pour l’heure impossible. Les méthodes les plus récentes utilisant un dispositif électronique sont certes très fiables.103 I. s’adaptant tout au long de la vie à certaines modifications.

méritent d'être rappelées :   stabilité dimensionnelle. La manipulation reste néanmoins une étape essentielle de l'enregistrement des rapports interarcades . entraînant de fait une contraction progressive du matériau. leur visco-élasticité interdit un positionnement précis des modèles. Aussi resteil à la disposition du praticien averti :    les cires . Les qualités à attendre d'un matériau utilisable pour l'enregistrement d'un rapport interarcades. [52] Une étude [56] tente de classifier la fidélité de différents matériaux à la stabilité dimensionnelle. immédiate ou dans le temps . Il paraît donc souhaitable de passer en revue les matériaux disponibles et ainsi de proposer les solutions les moins mauvaises possibles aux diverses situations cliniques. les pâtes eugénol/oxyde de zinc . la caractéristique majeure des matériaux utilisés dans ce type d'opération étant précisément d'en manquer. du meilleur au moins bon :      Base en résine acrylique + cire Base en résine acrylique + alginate Base en résine acrylique + cire + ZOE Base en résine acrylique + cire + Duralay Silicone par condensation . quel qu'il soit. Sa précision doit rester en concordance avec celle des matériaux utilisés. précision de surface (c'est-à-dire capacité du matériau à enregistrer des détails plus ou moins fins). Ce cahier des charges élimine d'emblée les élastomères : leur réaction de prise se résume à une polymérisation dont on sait qu'elle se poursuit dans le temps.Choix du matériau Chacun sait que l'enregistrement des rapports inter-arcades exige une très grande précision.104 II . les composites. Dans l'hypothèse d'une mise en articulateur immédiate.

[52] Quelles cires peuvent être utilisées pour un enregistrement inter-arcades ? Il s'agit. par effet simplement mécanique de friction. un coefficient de dilatation thermique aussi bas que possible (celui des cires s'étage de 250. par définition. elles présentent un coefficient de dilatation thermique.10-6 par °C) . comme la Coprwax® (Lactona Surgident) ou la Copper Wax® (Caulk) sont utilisées pour l'enregistrement intraoral des déterminants postérieurs de l'occlusion (Check bites) .10-6 à 530. Composées.10-6 par °C) . Il s'agit de cires hydrogénées à haut poids moléculaire issues de schistes bitumineux. par définition. La marque la plus connue est l'Aluwax®. constituées d'un mélange de différentes formules :    d'origine minérale : d'origine végétale . . mais toujours en association les uns avec les autres.105 II. par ailleurs. en ayant recours à des cires dures comme la cire Moyco®. Les cires chargées de poudre de cuivre ou de bronze. aussi bas que possible (230.Cire Les cires sont. elles présentent un coefficient de dilatation thermique raisonnable et une résistance aux contraintes appréciables après refroidissement.  Ce résultat peut être obtenu de deux façons :  en utilisant des cires chargées de poudres métalliques réduisant. de cires d'origine essentiellement végétale. un fluage minimal. de cires répondant aux critères de stabilité dimensionnelle et de précision de surface caractérisés par :   un intervalle de température réduit . synthétiques.1 . Une étude rapide des caractéristiques de ces différents produits montre qu'ils ne peuvent pas être utilisés purs. soigneusement purifiées et stabilisées à l'aide de matériaux de synthèse comme l'acétate de polyvinyle : ₀  purifiées. leur fluage.

Elle doit être réchauffée dans un bain thermostaté à 52°C. mais aussi à température buccale. son manque de rigidité la rend moins satisfaisante et souvent le centre de l’enregistrement doit être renforcé par une zone métallique (comme la feuille de métal qui se trouve dans les films radios argentiques) . [52] La cire Moyco® : Cette cire synthétique se caractérise par son extrême dureté qui la rend cassante. ce qui en limite les déformations. Elle peut aussi servir à parfaire l’enregistrement réalisé en cire Moyco®. non seulement à froid.106 ₀ leur intervalle de température très faible (2 °C) limite par ailleurs leur fluage. une version non toilée sera utilisée pour les enregistrements par l’intermédiaire de bourrelets occlusaux ou pour le remontage sur articulateur de prothèses adjointes totales avant équilibration. Cette présence d’aluminium permet aussi de diminuer le fluage par effet de friction. Une fois l’enregistrement effectué. Elle doit être réchauffée dans un bain thermostaté à 55°C. Elle renferme dans sa texture de la poudre d’aluminium lui permettant ainsi d’emmagasiner la chaleur et de rester plastique plus longtemps. [31]  . C’est la cire de choix pour enregistrer les rapports inter-arcades de deux arcades dentées. Cependant. Cette cire présente les plus faibles variations dimensionnelles. un passage dans l’eau glacée pérennise celui-ci. Son utilisation est similaire à celle de la cire Moyco®. Il existe deux versions de cires Aluwax® :  une version toilée augmentant ainsi la rigidité de la plaque. La cire Aluwax® : Elle se distingue de la cire Moyco® par une plus grande souplesse à froid.

1% de contraction durant le passage de la température buccale à la température de la pièce) et indépendante de l’épaisseur du produit . pour parfaire un enregistrement avec une cire Moyco® en y ajoutant des plots aux endroits stratégiques . [52] Principales caractéristiques :  une stabilité dimensionnelle remarquable (moins de 0. et de l'oxyde de zinc est une réaction de chélation du zinc entre deux molécules d'eugénol. extraite de l'essence de girofle. une stabilité dans le temps quasiment illimitée. L'eugénolate de zinc est le produit de la réaction. comme le Mutiform®.  . de la cannelle blanche. pâtes ZOE pour empreintes. La réaction n'est possible qu'en présence d'eau.  Indications :  Comme pour la cire Aluwax®.2 . ou des sassafras. dont la fluidité est particulièrement adaptée pour un rebasage. avec élimination d'une molécule d'eau.107 II. une grande précision de surface . sans interposition de cire pour enregistrer des relations interarcades. [31]   Différentes présentations :  pâtes ZOE pour scellements provisoires comme le Temp Bond® (Kerr).Oxyde de Zinc / Eugénol : La réaction entre l'eugénol. à l'aide du système Gnathojust de Lustig® (Genedent) [52] par exemple que nous ne détaillerons pas dans ce guide. En utilisation directe. étant entendu que les formules sans eugénol (où celui-ci est remplacé par des acides carboxyliques) sont à rejeter en raison de variations dimensionnelles importantes liées à une hydrophilie excessive du réactif .

doit cependant être prise en compte.3 . une faible contraction de ce type de matériau. et de leur fluage. Qualités que devrait posséder le matériau : ● Une rigidité finale élevée : un matériau trop élastique rend le positionnement du modèle de travail aléatoire (possibilité d'écrasement rendant le montage imprécis) . ● Une viscosité initiale faible : cela évite une trop grande résistance du matériau pendant le mouvement de fermeture du patient. notamment en cas d'absence de calage dento-dentaire postérieur. lors de sa polymérisation. donnant une position sans équivoque . [19] Inconvénients : ● Pour les composites et encore plus les résines. en interposant. sont apparus sur le marché des matériaux spécifiques destinés aux enregistrements occlusaux statiques.108 II.4 .Silicones par addition A partir des années 80.Résine et composites Avantages : ● ● Précis et rigide. de la résine ou des pastilles de composite. [52] II. . Absence de contrainte de temps. Cette propriété diminue le risque de dérapage ou de mouvements dentaires parasites (dents mobiles) . entre les dents piliers de leurs constructions prothétiques fixées et la denture antagoniste. Indications : Certains auteurs pallient l'instabilité dimensionnelle des cires.

une prise rapide évitant au patient de devoir maintenir une position de fermeture pendant un temps prolongé. [70] Indications : Quelle que soit la technique de l'enregistrement (par mordu ou par clé vestibulaire). en particulier au niveau des sillons et des espaces interdentaires. une fois l'enregistrement réalisé. éliminer les éventuels appuis sur les zones muqueuses (risque d'erreurs) . Utilisation rapide et aisée (application intra-buccale directe). les silicones d'enregistrement de l'occlusion ne permettent pas le montage exact de deux empreintes sectorielles en occluseur.109 ● ● Une stabilité dimensionnelle acceptable d'environ 24 h . [19] éliminer tous les défauts sur le moulage de prothèse fixée. [19] Technique : Comme pour la cire. Inconvénients : ● ● Précision insuffisante . [17] . [17] Avantages : ● ● Présentation (dans la plupart des cas sous forme de cartouches auto-mélangeuses) . Temps de prise long. Un temps de travail suffisamment long pour une mise en place confortable en bouche. le matériau nécessite une découpe de manière à : ● ● ● vérifier la mise à fond sur les dents et les préparations .

la maquette d'occlusion prend appui sur les surfaces muco-osseuses tout en exploitant les possibilités de stabilisation offertes par les dents restantes.5 . [14] II. [19] Il peut également servir pour aider un enregistrement en PIM dans le cas d'édentements sectoriels.110 Mais ce matériau permet d'effectuer un premier montage suffisamment exact pour permettre au prothésiste de réaliser des armatures. [49]  III . Il présente à peu près les mêmes caractéristiques que silicones. Parmi les différences :   Il est plus hydrophile que les silicones . .Réalisation de maquettes d'occlusion Contrairement au support de cire à appui exclusivement dento-parodontal. La réponse à ces objectifs contribue de manière capitale à la détermination et au transfert des relations inter-arcade. C'est le matériau qui perd le plus de poids lors de sa polymérisation.Polyéther Le seul matériau à base de polyéther utilisé pour les enregistrements inter-arcades est le Ramitec®. Un remontage précis doit cependant être effectué lors de l'essai de l'infrastructure. La décision de leur réalisation sera fonction de l'arbre décisionnel présent en fin de deuxième partie de ce guide. C'est le matériau qui présente la plus faible variation linéaire (cette variation n'est pas corrélée avec la perte de poids). du à la restitution de l'eau absorbée . Les maquettes d'occlusion doivent répondre à des objectifs mécaniques et physiologiques bien précis.

1. le soutien de la lèvre et à la mandibule le soutien de la lèvre.La base Elle est réalisée dans un matériau lui conférant rigidité et résistance mécanique lors des différentes manipulations : résine ou « plaque base » armées d'un fil de renfort.  Les maquettes d'occlusion sont constituées d'une base et de bourrelets.1 .1. sagittale du point inter-incisif. La limite linguale respecte le frein de la langue et passe à 2 mm en deçà de la ligne mylo-hyoïdienne. Pour pallier le manque de sustentation. orientation des dents. [65] III. position de la ligne du sourire. l'enregistrement des rapports inter-arcades dans les trois plans de l'espace . Les limites vestibulaires sont tracées environ à 1 mm de la ligne de réflexion muqueuse et à 2 mm des freins.Les bourrelets Ils assurent l'enregistrement et le transfert des données suivantes :  Données esthétiques : le bourrelet permet de transférer au maxillaire la position verticale. .2 . d'établir le plan d'orientation prothétique .1 . frontale. axe médian) . de préfigurer le volume des structures de soutien des éléments de la cavité buccale et d'enregistrer différents repères (soutien de la lèvre et des joues. de servir de plan de montage des dents prothétiques au laboratoire. [65] III. La limite palatine passe par une ligne joignant la face distale des 2 molaires et passant à 2 mm en avant des fossettes palatines.Caractéristiques Les maquettes d'occlusion préfigurent en forme et en volume la future restauration prothétique amovible. le respect du sillon labio-mentonnier et la position future des bords libres. dans tous les cas.111 III. il est possible d'utiliser une pâte ZnO mais. la meilleure base d'occlusion est constituée par le châssis métallique. Elles permettent :     la stabilisation du moulage maxillaire sur la fourchette de l'arc facial .

112

Données fonctionnelles : les bourrelets assurent :

le transfert de l'orientation du plan occlusal, qu'il soit réglé par rapport au plan de Camper au maxillaire supérieur ou au plan équatorial de la langue et à la convexité du buccinateur à la mandibule ; la dimension verticale d'occlusion. [8]

III.2 - Réalisation des maquettes
III.2.1 - Matériel
Le matériel nécessaire est :
   

une torche, des ciseaux courbes, une spatule à cire, un cutter, une pince universelle ; une plaque base, du stens, du fil de renfort de 20/10 mm ; de la cire Aluwax® ; de la cire Moyco®.

La résine à porte empreinte est à utiliser de préférence à la place de la plaque base - qui est peu résistante à la température, à la torsion, à la flexion surtout dans des zones étroites comme il peut en exister dans la région du joint sublingual - mais le coût de l'élaboration de la maquette est alors plus élevé. Le matériel utilisé dans ce cas est :
     

De la résine chémo, photo, thermopolymérisable ou thermodéformable. une pièce à main et des fraises à résine ; des godets ; une spatule à ciment ; une plaque et un rouleau à résine ; de la vaseline. [65] [8]

113

III.2.2 - Technique
A l'arcade supérieure, sur la maquette un bourrelet de préhension est fixé. Il est réalisé en matériau thermoplastique ou composition (Stent's, Kerr Rouge ou Blanc), en cire dure (Surset Moyco®) ou bien en résine (identique à celle du porte-empreinte). D'une largeur de 3 mm au niveau antérieur il va en s'élargissant pour atteindre 5 à 6 mm dans la région molaire. Le bord libre se situe au niveau des incisives centrales entre 6 et 8 mm en avant de la papille incisive. Latéralement, l'axe général du bourrelet se situe très légèrement à l'extérieur de l'axe général des crêtes, 22 mm à partir du fond du vestibule, la surface occlusale du bourrelet est parallèle au plan de Cooperman (Illustration 57). Ce plan correspond au plan qui passe par la papille rétro-incisive et les deux ligaments ptérygomaxillaires. Mais surtout au laboratoire le technicien doit veiller à reproduire la position antéro-postérieure et la longueur du bourrelet réglées lors de la réalisation de l'empreinte secondaire. [65] [8]

Illustration 57: Plan de Cooperman

114 A la mandibule, le bourrelet présente une hauteur de 18 mm par rapport au fond du vestibule et distalement rejoint le milieu de trigone rétromolaire. Dans la région antérieure, il se place dans l'aire de sustentation d'Ackermann. Elle correspond à l'espace qui s'étend entre le sommet et le pied de la crête. Distalement, le bourrelet s'arrête avant le trigone rétromolaire au niveau de la future face distale de la deuxième molaire. Son épaisseur est comparable à celle du bourrelet maxillaire : 3 mm au niveau antérieur, 6 mm au niveau postérieur. [8] Dans le cas d'un enregistrement avec l'arc facial, des rainures de stabilisation sont gravées sur les bourrelets, et l'ensemble moulage et maquette est inclus dans la cire Moyco® recouvrant la fourchette. Cette situation doit être reproductible et stable dans le temps. [65] Les bourrelets sont réglés de telle manière à ménager un espace suffisant (2 à 3 mm) pour la cire d’enregistrement et ce lorsque le patient est en OIM. [31] Une bonne collaboration avec le laboratoire de prothèse facilite la préparation de cette étape. [57] Si la base comporte un appui muqueux, il est important de la réaliser sur l'empreinte de travail, ou bien de prendre les bourrelets d'occlusion (une fois réglés) dans l'empreinte.

Illustration 58: Maquette d'occlusion dans un édentement total avec une butée antérieure

115 Illustration 59: Maquette d'occlusion dans un édentement partiel munie de crochets pour la stabilisation IV . son utilisation est aisée et rapide. Toutes ces opérations demandent du temps et beaucoup d'approximations comparé aux manipulations simples et rapides d'un arc facial de transfert. [65] De plus. les asymétries d'arcades imposent la réalisation de tracés d'axe médian. L'imprécision résultante n'est que relative. il est souvent nécessaire d'utiliser un arc facial de transfert. [19] Il n'y a qu'en prothèse complète que l'on pourra souvent se passer de l'arc facial et positionner le modèle maxillaire avec la table de montage. il est plus aisé de stabiliser une base d'occlusion plate sur cette table qu'un modèle cuspidé qui a tendance à déraper. L'utilisation d'un plateau de montage ne présente aucun intérêt pour les cas d'édentements sectoriels : les courbes fonctionnelles. même « normales ». les dents égressées. De plus. [28] .Utilisation de l'arc facial Pour monter le moulage maxillaire en articulateur. de cales pour stabiliser le moulage sur le plateau plan.

. Placer la cire séchée sur la fourchette de telle sorte qu’il y ait une épaisseur de cire au niveau de la partie inférieure de la fourchette et 2 épaisseurs au niveau de la partie supérieure .1 . Vérifier l’adaptation du modèle supérieur sur la cire ainsi que la qualité de l’indentation .Technique L'enregistrement de la situation de l'arcade maxillaire par rapport au crâne avec l'arc facial s'effectue de la façon suivante : Mise en place de la cire sur la fourchette et indentation :   Chauffer de la cire Moyco® à 55°C . l’objectif est que le modèle supérieur soit stable sur la fourchette : on doit au moins avoir une indentation antérieure et deux indentations postérieures (droite et gauche). tout en veillant à ce qu’il n’y ait pas de contact entre les dents et la partie métallique de la fourchette   Refroidir la cire avec de l’eau froide ou glaçonnée . Indenter la cire : ₀ ₀ ₀ le praticien se place derrière le patient placer la tige de la fourchette dans le plan sagittal médian effectuer un appui identique à droite et à gauche simultanément. pour cela : ₀ placer la fourchette sur la cire de façon à ce que les orifices médians de la fourchette correspondent au bord de la cire rabattre la cire sur la partie supérieure de la fourchette en direction de la tige rabattre le reste de cire de l’autre côté (opposé à la tige) rabattre les bords de la cire sous la fourchette ₀ ₀ ₀   Réchauffer un peu pour ramollir la cire .116 IV.

Mise en place de l’appui nasal : La mise en place de l’appui nasal nécessite l’utilisation de deux pressions en sens inverse :   le pouce du praticien exerce un appui vers le patient l’index du praticien exerce un appui inverse. vers lui .117 Illustration 60: Fourchette indentée Illustration 61: Positionnement de la fourchette sur les dents maxillaires et le bourrelet d'occlusion Mise en place de l’arc : On place les embouts auriculaires dans les conduits auditifs et on demande au patient de les maintenir avec les doigts. A partir de cette étape. si non l’enregistrement sera faussé. le patient doit garder la bouche grande ouverte.

Illustration 63: Serrage de l'arc facial . serrer le cardan qui solidarise l’arc facial et la fourchette puis le cardan le plus proche de la branche frontale de l’arc facial. Le patient n’a alors plus besoin tenir les embouts auriculaires. Il faut bien respecter l’orthogonalité des différents éléments ainsi que la chronologie des serrages des cardans. il faut placer la fourchette préalablement indentée sur le maxillaire et demander au patient de la tenir avec ses pouces. Ensuite.118 Le but est d’antérioriser au maximum les embouts auriculaires dans les conduits auditifs pour qu’ils soient plus proche de la cavité condylienne. Cette antériorisation est ensuite maintenue grâce au blocage de l’appui nasal. Illustration 62: Arc facial en place Mise en place de la fourchette : Après avoir mis la partie extra-orale en place.

il y aura alors deux possibilités :   soit elle reste au contact des dents . Il faut donc veiller à ce que le patient ait la bouche grande ouverte. et non l'axe charnière « réel » obtenu avec un arc facial cinématique.119 Dépose de l’arc : Dévisser l’appui nasal puis désactiver le serrage de l’écartement des embouts auriculaires. L'arc facial à embout auriculaires enregistre donc un axe charnière arbitraire. ₀ Erreur due à la localisation de l'axe charnière par des embouts auriculaires : Une source d'erreur provient de l'estimation de la position des ATM lorsqu'on utilise des embouts auriculaires. On pourra réduire au minimum cette erreur en réalisant l'enregistrement inter-arcades de la RC avec une cire très fine (Illustration 64). pour compenser les erreurs générées.Sources d'erreurs Pour minimiser les sources d'erreurs. juste avant la dépose de l'arc. on va effectuer un contrôle : le patient va lâcher la fourchette. soit il y a un hiatus entre la cire et les dents .2 . En effet. soit au non respect de la chronologie du serrage des cardans. Il existe un système de compensation sur chaque articulateur semi-adaptable. les concepteurs d’articulateurs ont mis au point des systèmes de compensation dont l’objectif est de limiter l’erreur de localisation de la TC. [23] [4] . ce dernier est lié : ₀ soit au mauvais serrage de l’arc facial (pas assez d’antériorisation des embouts auriculaires) . [65] [28] [23] IV.

de la face supérieure de la base de l'articulateur).046 mm en dessous et 12 mm en arrière de l'axe de l'articulateur. En B. [4] . le troisième point de référence doit correspondre au repère inférieur de la tige incisive (à peu près 58 mm. Avec ce point. la tige de support de l'arc facial à embouts auriculaires est à environ 0. En A. en fonction de l'épaisseur de la clé inter-occlusale CR R1 = rayon de l'axe charnière réel R2 = rayon de l'axe charnière arbitraire Erreur due au troisième point de référence : Avec l'arc facial à embouts auriculaires. la différence entre A et B sera pratiquement nulle.120 Illustration 64: Erreur d'axe charnière au niveau des dents n°7 due à l'utilisation d'un axe arbitraire par rapport à l'axe réel. l'élévation ou l'abaissement du troisième point de référence avec l'arc facial à tiges auriculaires entraînent une erreur (Illustration 65) à la fois antéro-postérieure et verticale.

l'erreur imputable à l'utilisation d'un arc facial simple ne peut être cliniquement significative si la cire d'articulé de RC est d'une épaisseur inférieure à 0. [4] Erreur due au transport : En aucun cas l'arc facial ne doit être transporté : le montage doit se faire au cabinet.5 mm.121 Illustration 65: Erreur potentielle avec l'arc facial à embouts auriculaires de Hanau liée au 3ème point de référence Erreur due à l'épaisseur de la cire d'enregistrement : Par rapport à un arc facial cinématique. .

Manipulations pour l'enregistrement de la relation centrée Nous ne décrirons que des techniques manuelles pour guider le patient en relation centrée. La manipulation est plus facile si le patient est en décubitus dorsal.Dawson Principes généraux (Illustration 66) : Peter E. V. ● Quand la manipulation est correcte. ● La mandibule ne doit pas être forcée en relation centrée.1.122 V . DAWSON affirme que : ● On ne place jamais la mandibule en relation centrée si on utilise une technique unimanuelle.Techniques Nous nous contenterons dans ce guide de décrire seulement quelques techniques de manipulation sélectionnées pour leur grand nombre d'utilisateur. mais il existe d'autres techniques comme celle de Jankelson à partir d'un enregistrement électro-myographique. ● Il est très difficile d'enregistrer la position axiale terminale si le patient est assis. .1 .1 . V. et leur validation scientifique. L'axe charnière doit être localisé la bouche ouverte sans pression. le patient ne doit pas résister à l'opérateur.

le menton relevé. les patients ont moins tendance à propulser. ceci pour exercer au niveau des condyles une pression vers le haut.123 Illustration 66: Manipulation de Dawson Technique (Illustration 67 et Illustration 68) : Le patient est allongé sur le dos. Dans cette position. Les quatre doigts de chaque main sont placés sous le bord inférieur de la branche horizontale de la mandibule. Les pouces sont placés sur la symphyse mentonnière et la pression est exercée en bas et arrière. . Les doigts doivent exercer leur pression au niveau de l'os et non dans le cou. Le praticien est assis derrière lui et lui maintient la tête entre son avant-bras et sa cage thoracique. Les extrémités des pouces doivent se toucher. La tête doit être fermement maintenue dans cette position et elle ne doit pas bouger lors de la manipulation de la mandibule. le cou en extension. Le positionnement des condyles est facilité par l'hyperextension du cou.

Les arcs ne doivent pas être trop amples. Bien sûr les dents ne doivent pas se toucher durant cette manoeuvre. une pression dirigée vers le haut est fermement appliquée pour maintenir les condyles plaqués contre les ligaments et l'éminence articulaire. on la sollicite en lui faisant décrire des petits arcs de cercle jusqu'à ce qu'on ait le sentiment qu'elle pivote avec facilité autour de l'axe bicondylien. en position axiale terminale. . car les patients ont tendance à résister à ce type de mouvements. Pour ce faire. A ce stade de la manipulation.124 Illustration 67: Manipulation de Dawson Illustration 68: Manipulation de Dawson La mandibule est menée avec précaution.

Quand on parvient à manipuler sans douleur la mandibule en relation centrée. Seul le pouce est placé sur menton. mais la résultante de la force exercée sur la symphyse mentonnière doit être légèrement dirigée vers le bas.1.Lee et Guichet Principes généraux (Illustration 69) : ● ● ● Cette technique est unimanuelle.125 La pression vers l'arrière est appliquée essentiellement par les côtés des pouces. Le patient est en position assise. et il faut s’imaginer que c’est un stéthoscope Illustration 69: Manipulation de Lee et Guichet Technique : Il faut utiliser deux sortes de mouvements :   un mouvement haut / bas un mouvement avant / arrière . [27] V. l'opérateur peut alors rechercher le contact dento-dentaire.2 .

Thomas Principes généraux (Illustration 70) : ● ● Technique également unimanuelle. . Guichet recommande :   de ne surtout pas forcer ou pousser la mandibule en arrière d’apprendre au patient à mobiliser sa mandibule : « c'est vous qui bougez votre mandibule » [37] [36] V. le dentiste perçoit la sensation caractéristique de la mandibule correspondant à la position des condyles :   soit en relation centrée soit dans une position erronée qui est bridée musculairement. Simultanément.126 Il y a une exigence particulière par rapport à la position du praticien et du bras qui manipule :   le bras qui manipule doit se situer dans le plan sagittal il doit y avoir alignement à partir du coude en passant par le poignet et le pouce.3 . jusqu’à l’axe charnière L'intérêt de cette technique est que la pression sur le menton passe outre les engrammes occlusaux et induit la fonction des muscles rétracteurs.1.P.K. Le patient est en position assise.

1. replié sur l’éminence mentonnière l’index se positionne sous la branche horizontale gauche le majeur se positionne sous la branche horizontale droite La manipulation consiste en une série d’abaissements et de remontées de la mandibule. Technique très rapide pour éviter les réflexes neuro musculaires. Thomas Technique : Le praticien est situé entre 8h et 9h par rapport au patient. Le patient est en position assise.127 Illustration 70: Manipulation de P.K.A. Lauritzen Principes généraux : ● ● ● Technique également unimanuelle. . [34] V. Il manipule la mandibule à l’aide de 3 doigts :    le pouce est situé dans le plan frontal. jusqu’à ce qu’on obtienne la rotation autour de l’axe charnière.4 .

Ceci peut induire une erreur d'enregistrement transversale.2 .Impératifs communs aux différentes techniques Nous admettrons que la relation centrée est la relation de référence crânio-mandibulaire indépendante de l'occlusion dentaire où la mandibule adopte une position reculée dans laquelle les condyles mandibulaires occupent une position haute et avancée dans la cavité glénoïde alors qu'un mouvement de rotation pure existe autour d'un axe charnière qu'il est possible de déterminer. index replié en dessous. [21] Un autre source d'erreur peut venir d'une manipulation qui n'est pas symétrique. [42] [34] V. Dans certains cas il faudra avoir recours à une mise en condition neuromusculaire. Une éducation sera souvent nécessaire pour lui permettre de percevoir la position mandibulaire.Sources d'erreurs dans la manipulation La principale source d'erreur est une position trop antérieure de la mandibulaire. La main droite guide la mandibule. Le patient. surtout en chez un patient totalement édenté.128 Technique : Le praticien maintient la joue gauche avec l'index gauche. Cette erreur est due au manque de décontraction du patient. . V. le patient tenant lui-même la droite avec un écarteur. pouce replié en avant du menton.3 . à une rééducation de la cinématique mandibulaire permettant l’enregistrement et le transfert de la relation centrée. dans un mouvement rapide d'ouverture puis de fermeture de « dépasser » les éventuels réflexes neuro-musculaires et d'indenter plus profondément la cire. ainsi guidé en relation centrée est prié de contacter délicatement la cire par deux ou trois mouvements de fermeture. La décontraction ainsi obtenue permet au praticien.

il est nécessaire que tous les points occlusaux présents en bouche soient préservés lors du montage en articulateur. Il faut souligner l’importance souvent négligée de l’anatomophysiologie de la colonne vertébrale qui conditionne pour une part importante l’enregistrement. Manipulation du praticien : Elle devra favoriser la position haute et avancée des têtes condyliennes : les manipulations de Dawson si le patient est assis ou de Lee Guichet permettent de l’obtenir. Position du patient : Le buste et tête du patient doivent être en situation de mastication orthostatique : cette position correspond à la méthode de Lee et Guichet. il convient de l'éliminer autant que faire ce peut (ce qui est réalisé d'une manière idéale sur patient curarisé sous anesthésie générale. Cela veut dire que les modèles représentant les arcades dentaires doivent être impérativement débarrassés des excès de plâtre dus aux bulles dans la pâte à empreinte. Thomas. [31] Si nécessaire. Il est obligatoire que ceux-ci positionnent les arcades de manière stable sans entraîner de dérapage. C'est alors bien évidemment la suppression des engrammes de l’occlusion d’intercuspidie maximale. méniscales et ligamentaires. le déconditionnement musculaires.1 .129 Cette position limite est déterminée par les structures articulaires. il faudra au préalable réaliser des bourrelets d'occlusion. La décision de la réalisation de bourrelets d'occlusion est fonction des paramètres décrits dans la deuxième partie de ce guide.Enregistrement statique en OIM Si l’occlusion du patient est conservée.Enregistrement des rapports inter-arcades VI. [23] VI . . A. et la position du rachis du patient qui fait tout l'intérêt diagnostique et thérapeutique de la relation centrée. Lauritzen ou P. Ce sont ces points occlusaux qui vont guider le praticien lors de l’enregistrement. la mandibule devant alors être soutenue).K. Quand au facteur musculaire.

un couteau à cire . et ceux qui disent qu'il ne faudra pas de matériau interposé entre les contacts occlusaux existants. VI.1. L'enregistrement s'effectue ainsi sur une épaisseur de cire avec un support renforcé de trois épaisseurs.1.Techniques VI. Un renfort central est réalisé à chaud sur la partie médiane avec une épaisseur de cire Moyco® pliée en forme de U. Il suffit. [54] Du fait des reliefs présents sur le plâtre du à la présence de bulles dans le matériau à empreinte.1. de replier les deux côtés du trapèze initial en regard des arcades.1 .1 . En présence de dents abrasées. du ciment ZOE (Temp-bond® ou Bite Registration Past® de Kerr). des ciseaux droits. Caractéristiques et réalisation : Un trapèze isocèle aux dimensions de l'arcade est découpé dans une plaque de cire Moyco®. des cires Moyco® et Aluwax® . pour les obtenir. . Nous retiendrons donc que si l'occlusion ne permet pas un affrontement direct des modèles en plâtre en OIM (sans interposition de cire). sans relief occlusal. Les deux côtés non parallèles recouvrent les faces occlusales des dents cuspidées maxillaires à l'aplomb des faces vestibulaires. une cire percée ne permet pas de replacer les modèles en OIM correctement. deux épaisseurs de cires sont préférables.Avec une cire non percée Réalisation de la cire : Le matériel nécessaire est :    une torche. il faudra effectuer un enregistrement en OIM avec des cires non percées. c'est-à-dire juste avant le contact dento-dentaire.130 Deux écoles s'affrontent concernant l'enregistrement en OIM : les partisans de la cire percée [65].

ou mieux dans l'eau d'une bouilloire thermostatée à 52°C. à l'aide de bourrelets d'occlusion si besoin.1.2 .1.1 . pour le préformer sur le moulage maxillaire avec de légères indentations. [65] VI. .En évitant les zones de contacts dento-dentaires Dans cette technique. souvent à cause de malpositions dentaires. Nous ne décrirons pas les techniques d'enregistrement avec les matériaux type silicone ou polyéther pour les raisons évoquées au chapitre « Choix du matériau ».1. seules les zones en innoclusion sont enregistrées. Nous ne passerons en revue que quelques unes sélectionnées pour leur simplicité de mise en oeuvre. La partie périphérique du support est réchauffée à la flamme.131 Deux extensions en triangle sont réalisées au niveau des canines maxillaires pour permettre la préhension et le maintien en bouche de la cire.1 . VI.2 .2.Dawson On utilise des cires extra dures type Moyco® chauffées au-dessus d'une flamme de bec bunsen (Illustration 71). Les conditions sont ainsi réunies pour les enregistrements. et leur reproductibilité (donc leur précision). VI.2.Enregistrement statique en RC VI. ou en interposant une cire dans ces zones.Techniques La littérature propose quantité de différentes techniques d'enregistrement.

On dégage les dents antérieures (Illustration 73). .132 Illustration 71: La plaque de cire Moyco est réchauffée et repliée La cire encore plastique est appliquée en pressant légèrement sur les dents de l'arcade supérieure. Illustration 72: La feuille de cire est appliquée sur les dents On coupe la cire aux dimensions de l'arcade avec un instrument chauffé. en bouche ou sur les modèles (Illustration 72).

133 Illustration 73: Découper l'excès de cire en dedans des marques laissées par les cuspides vestibulaires On applique la cire sur les dents maxillaires séchées en appuyant légèrement au niveau des faces occlusales. On vérifie la parfaite adaptation. On vérifie qu'elle n'est pas perforée. [27] . La cire est refroidie dans l'eau glacée et deviendra très dure. Il ne doit pas y avoir de solution de continuité apparente entre la cire et les dents. ce qui permet de vérifier la précision de l'enregistrement en bouche. La mandibule est guidée jusqu'au contact avec la cire sans qu'il y ait de déviation. est retirée. On replace la cire sur les dents maxillaires et on guide les dents mandibulaires dans leurs indentations. La cire. refroidie. La cire sera conservée dans une boite hermétique contenant de l'eau en quantité suffisante pour qu'il n'y ait pas de distorsion. Avec un instrument tranchant on supprime les indentations correspondant aux cuspides vestibulaires. afin que les empreintes laissées soient précises au niveau de chaque dent.

appliquer l'étain à la périphérie par une ligne de points sur les deux faces. Prendre en sandwich la cire en repliant la feuille d'étain découpée aux dimensions du tracé. Cire Sure-Set de Kerr. Découper distalement à la dernière molaire et au ras des cuspides vestibulaires. Avec la pointe des ciseaux.1. Feuilles d'étain 6/10e de mm (U.K. Préformer la cire sur le modèle maxillaire. face toilée contre l'arcade. Ciseaux. Porter en bouche et réaliser un pré-enregistrement pour situer la zone d'impact des incisives mandibulaires. Tracer sur la face maxillaire le contour interne du renfort métallique à 5 mm des cuspides palatines et du bord incisif. Préparation de la cire :     Réchauffer légèrement la cire Aluwax par un passage rapide dans le bain. Bain thermostaté à 45 °C.2 . Lampe à alcool. C'est une méthode composite utilisant les propriétés physiques de cires différentes. Spatule à cire.    .S. Bol d'eau froide.134 VI. Cire collante. Thomas Principes généraux : ● ● La butée occlusale (Jig) est remplacée par une cire qui joue le même rôle.2.P. Gauge n° 5). Méthode : Matériel nécessaire :          Cire Aluwax.Couteau X-Acto n° 11.

A.3 . feuille d'étain de 0. Découper après l'avoir rechauffée une cale trapézoïdale dans la cire Moyco et la coller dans la région antérieure face mandibulaire. eau chaude à 52°. Sans bouger la spatule. Lauritzen Principes généraux : On n’utilise pas une plaque de cire pour indenter.1. eau froide. Méthode : MATERIAUX : Feuille de cire Moyco® beauty pink extra dure. amener à son contact le bâton de cire collante.05 mm d'épaisseur.2.  Illustration 74: Solidarisation de la feuille d'étain avec de la cire collante VI. . La cire fond et coule le long de la spatule pour tomber à l'endroit désiré (Illustration 74). mais deux bandes de la forme des arcades gauche et droite.135  Solidariser à la cire collante : chauffer l'extrémité de la spatule à cire et la présenter à la jonction étain-Aluwax.

longues de la canine à la dernière molaire (Illustration 75). dégressive d'avant en arrière telle que posées sur l'arcade inférieure l'arête soit en regard des sillons centraux des faces occlusales supérieures. en toit. réalisées par des rectangles de cire repliés en sandwich sur des bandes d'étain (droite et gauche) de la dimension correspondante : 3 mm de large. droite et gauche. Il leur donne une forme pyramidale.136 DANS UNE PREMIERE TECHNIQUE : L'auteur utilise pour son enregistrement deux empreintes. Illustration 75: Repliage de la cire selon la technique de Lauritzen . Cette technique ne peut être répétée ni corrigée.

ce qui permet aisément la soudure. La cire flotte et subit un réchauffement hétérogène plus important à sa face inférieure qui enregistrera les pointes cuspidiennes de l'arcade mandibulaire. face inférieure au contact de l'eau. Tremper la cire en la déposant délicatement. Découper aux dimensions approximatives de l'arcade. les pointes cuspidiennes de la mandibule doivent y pénétrer complètement et avec précision les indentations correspondantes de la cire.137 Illustration 76: Les cires en place pendant l'enregistrement UNE TECHNIQUE PLUS RECENTE utilise une feuille de cire Moyco® dont on double l'épaisseur en la trempant dans l'eau chaude et en repliant les faces séchées rapidement. face supérieure restant à l'air pendant une dizaine de secondes. Indenter légèrement le maxillaire avant refroidissement. Pratiquer l'enregistrement. découper au ras des empreintes. Vérifier l'enregistrement rendu rigide en bouche : maintenu contre le maxillaire. [42] [34] . refroidir en bouche avec la seringue à air puis tremper dans l'eau froide.

.K. On réalise un trépied de trois adjonctions de cire en coulant quelques gouttes d'Aluwax® coté mandibulaire au niveau de l'empreinte des incisives centrales et des molaires postérieures. eau glacée. Découper la cire à 2 mm des indentations afin d'éviter tout contact avec les tissus mous. l'adjonction antérieure est refroidie dans l'eau glacée réalisant une véritable butée. feuille d'étain de 0. que l'on indente lorsque la cire a perdu son aspect lisse. TECHNIQUE : Indenter en appuyant fermement sur le maxillaire (moulage ou à défaut en bouche). Renforcer la cire avec la feuille de métal que l'on repliera sur les deux faces de l'Aluwax® par son bord postérieur. l'adjonction antérieure refroidie dans l'eau glacée réalisant une véritable butée.1.7 mm d'épaisseur (N°7 de ASH).4 . On solidarise cire et métal avec de l'Aluwax® coulée ou en perforant les trois épaisseurs à l'aide d'un instrument pointu. découpée à 3-5 mm des indentations linguales.C.G. Répéter l'opération si nécessaire. Thomas On ne réchauffe que les adjonctions de cire postérieures. Indenter légèrement les cuspides mandibulaires en guidant la mandibule en relation centrée. Wirth Principes généraux : Technique de manipulation : P. la cire est refroidie dans l'eau glacée et on ne réchauffe que les adjonctions. Méthode : MATERIAUX : Plaque base d'Aluwax®.2. L'enregistrement définitif est obtenu en réchauffant uniquement les adjonctions postérieures.138 VI. eau chaude à 45°.

[74] [34] VI.5 . A partir d'un duplicata du modèle de travail. Les carottes sont isolées (isolant spécifique. Les restaurations provisoires sont déposées d'un côté uniquement .139 Vérification des indentations : précision des empreintes. L'opérateur doit vérifier la bonne remise en place de l'enregistrement sans aucune force ou pression. Les coiffes en résine sont placées sur les moignons respectifs et leur mise à fond contrôlée (limites. 6. refroidir légèrement la plaque et les trois arrêtes pour donner une rigidité supplémentaire.Coiffes en résine 1. Quand on est satisfait.2. les couronnes provisoires du côté controlatéral restent en place et maintiennent la dimension verticale. Une fenêtre est réalisée à l'angle des faces occlusale et vestibulaire. Une séance réservée à l'enregistrement de l'occlusion est prévue. huile de paraffine ou vaseline) (Illustration 77). La stabilité des modèles est immédiatement contrôlée. en bouche ainsi que sur les modèles. 4. le prothésiste réalise des carottes unitaires des préparations situées à des endroits appropriés en vue de la stabilisation inter-arcade des modèles. Les coiffes ainsi obtenues sont transférées sur le modèle de travail. Elle permettra ultérieurement un contrôle de la mise à fond en bouche (Illustration 79). on peut recommencer en ne réchauffant que les indentations. le processus d'enregistrement est répété. 7. 3. En cas d'instabilité. Les restaurations provisoires du côté controlatéral sont déposées et le procédé exposé en 4 et 5 est répété. . L'adjonction de résine auto-polymérisante sur la coiffe permet d'obtenir le contact avec la dent antagoniste (Illustration 80). elles maintiennent la dimension verticale. 2. De la résine auto-polymérisante de type Duralay® ou Pattern resin® est appliquée en couche homogène sur toute la préparation (Illustration 78). fenêtre vestibulaire).1. le montage peut être effectué ainsi. Les coiffes en résine du côté controlatéral sont laissées en place. 5. Si elle est correcte. absence de bascule sur les modèles.

140 Illustration 77: Isolation des carottes Illustration 78: Application de la résine Illustration 79: Réalisation de la fenêtre .

[19]  . Une séance séparée doit être consacrée à l'enregistrement des rapports interarcades. à distance des limites cervicales. Un jig est réalisé préalablement avec la même technique. Les coiffes en résine doivent être confectionnées . Dans ce cas.141 Illustration 80: Adjonction de résine auto-polymérisante pour faire le contact avec les dents antagonistes Il est également possible de réaliser ces coiffes directement dans la bouche du patient. [12] Avantages :   Qualité du matériau utilisé (cf le chapitre « Choix du matériau » . la correspondance avec la situation intra-buccale peut immédiatement être examinée. de manière à fixer la DVO. il faut substituer une résine photo-polymérisante à la résine autopolymérisante. Inconvénients :  Nécessité d'une phase de préparation. Contrôle aisé de la stabilité des modèles dans la position de référence choisie . Cette technique reste cependant plus délicate à réaliser que la précédente. [19] Un technique utilise des chapes de transfert métalliques réalisées sur le moulage de travail.« Résine ») .

142 VI. donc du corps mandibulaire. sur zone du jig incliné en haut et en arrière. c'est-à-dire dans un plan sagittal médian. afin de neutraliser les réflexes acquis de fermeture (engrammes) conditionnés par des rapports dentaires éventuellement inadéquats. L'inclinaison en haut et en arrière doit faciliter le recul de la mandibule lorsque le patient sera invité à mordre fermement (Illustration 81). LUCIA utilise deux éléments :  Un jig ou point d'appui antérieur de la mandibule. éliminant tous contacts entre les arcades. favorisant le glissement de l'incisive centrale inférieure avec laquelle il est en contact.   . Faire perdre au patient les réflexes acquis. formant avec les deux condyles un triangle assurant un calage stable du maxillaire inférieur contre le massif crânio-facial.  WEISFELD [73] indique que le jig a une orientation en haut et en en arrière. grâce à l'inocclusion établie par le jig . sans interférences dento-dentaires. car les seuls contacts inter-arcades ont lieu en un point médian. Un support de matériau d'enregistrement sous la forme d'une feuille de cire découpée à la forme de l'arcade. Souvent. vers la relation centrée. Cette opération comporte plusieurs buts :  Réaliser un appui par le bord libre des incisives centrales inférieures. Il permet un recul de l'arcade mandibulaire par la perte de "la mémoire occlusale" due au port du jig pendant le temps que nécessite son réglage. ce jig servira aussi à maintenir la DVO. Le patient pourra effectuer toutes les excursions mandibulaires.Combiner avec la technique de Lucia si possible Principes généraux : Le principe de la technique recommandée par LUCIA [44] est basé sur l'importance de l'entraînement du patient avant tout enregistrement.2 . dans une inocclusion minimale inscrite dans le mouvement axial terminal.2.

Les variations de forme de la butée dépendront des cas particuliers. Désinsérer de temps en temps pour ne pas fracturer les dents après la prise. appliquer la résine au stade pâteux sur les incisives centrales. . Finir le jig en arrondissant les angles. Couvrir les six dents antérieures et la muqueuse correspondante du modèle supérieur d'une feuille d'étain (0. Illustration 85.05 mm). jusqu'à ressembler à des bridges provisoires. ainsi que 2 mm au delà des collets vers le vestibule et le palais. en modelant une plateforme pour les incisives inférieures.143 Illustration 81: L'effet bras de levier créé par la butée antérieure permet le repositionnement des condyles en position crânienne Méthode d'enregistrement des rapports inter-arcades en relation centrée (Illustration 84. Illustration 86 et Illustration 87) : FABRICATION DU JIG : En résine autopolymérisable sur les modèles montés sur articulateur afin de ne pas brûler les muqueuses du patient par l'exothermie de prise. Augmenter la tige incisive de 5 mm.

qui serviront de repère pendant l'enregistrement. Découper la zone antérieure en forme de U pour libérer la place du jig. afin que le patient ne soit entraîné dans aucune de ces directions.144 FABRICATION DU PORTE-MATERIAU : Une plaque de cire extra-dure est ramollie dans de l'eau à 52° C (sure set). faire mordre en relation centrée (approximativement) afin de lui donner la courbure de l'arcade. Replier les deux pointes canines. en conservant deux pointes de cire dans le prolongement des cotés latéraux en regard des canines. On demande au patient de venir frotter ses incisives inférieures en avant. découpée à 2 mm des cuspides vestibulaires. Enregistrés au carbone par les incisives centrales inférieures apparaissent ainsi les tracés de l'arc gothique qui seront éliminés à la fraise résine pour ne laisser qu'une plate-forme postérieure de 3 mm de diamètre. Illustration 82: Jig de Lucia en place AJUSTAGE DU JIG : Le jig placé en bouche est libéré de toute interférence de la muqueuse mobile et des freins. en arrière et sur les cotés. . Placer en bouche la feuille de cire ramollie.

le patient est entraîné. doubler ou tripler l'épaisseur pour que le matériau soit tout de même soutenu). Le matériau présentant une certaine adhérence même une fois pris. le maintenir contre l'arcade inférieure en ouvrant de nouveau puis le retirer. on peut interposer la pompe à salive pendant le réglage. et lui demander de serrer fermement afin d'avoir la position la plus haute des condyles. De plus. les deux contre parties type axiosplits sont maintenus entre elles grâce à des aimants. Si le jig est instable. guider le patient en centrée. garnir les deux faces de pâte. ENREGISTREMENT : Essayer la plaque de cire jig en place qui doit être libre entre les dents (en cas de dents préparées. faire refermer. Illustration 83: Préparation du modèle pour la réalisation d'une double base engrenée . Cette double base engrenée peut être réalisée en plâtre (Illustration 83). le patient ne doit pas toucher les dents (sinon les réflexes réapparaissent) . Lubrifier les dents. Trois enregistrements sont pris afin de pouvoir vérifier leur conformité grâce au montage sur articulateur avec une double base engrenée (aussi appelée split-cast).145 Quand on dépose le jig. ce qui évite d'avoir à utiliser du plâtre. il convient de le désinsérer précautionneusement : faire ouvrir la bouche doucement en le maintenant sur l'arcade inférieure. il pourra être fixé à l'eugénate. Quand la hauteur du jig est suffisamment réduite. mais aujourd'hui on peut utiliser des modèles préfabriqués type axiosplit.

la partie la plus postérieure représente le contact du dentalé avec le jig quand la mandibule est en relation centrée Illustration 86: Découpe de la feuille de cire. Les bords de cette trace représentant l'arc gothique de Gysi. On peut aussi procéder à une équilibration occlusale en éliminant les prématurités au fur et à mesure de leur apparition lors de la diminution progressive de la hauteur du jig. La fenêtre antérieure permet le contact entre les incisives.centrales inférieures et le jig. [51] Illustration 84: Vue frontale et coupe sagittale du jig (d'après Huffman) Illustration 85: Vue palatine montrant la trace laissée par le dentalé au cours des mouvements mandibulaires. Vérifier en bouche une fois l'enregistrement refroidi. seules les indentations sont nécessaires. .146 Eliminer les fusées de pâte au niveau des sillons et embrasures.

3 .Impératifs pratiques pour répondre à la définition actuelle Quels sont les moyens de répondre au cahier des charges imposé par le Collège national d'occlusodontologie ? .147 Illustration 87: Les deux pointes canines sont repliées vers le haut afin de pouvoir en un instant remettre la feuille de cire à la place exacte Illustration 88: Mise en place d'Aluwax® pour un enregistrement sur un édenté total avec une butée antérieure Illustration 89: Fermeture en relation centrée et enregistrement dans les encoches des bourrelets d'occlusion VI.2.

148 Impératifs anatomiques La relation centrée est la situation condylienne de référence la plus haute ➢ MATERIAU : Possibilité d’utilisation du Jig (Lucia) ou d’une cire plus dure au niveau incisif (P. MANIPULATION : ➢ Pression digitale non forcée au niveau du menton et parfois. WIRTH). au niveau des branches horizontales de la mandibule. le patient étant assis la tête droite.K. . dirigée en haut et légèrement en arrière. THOMAS. Impératifs dynamiques réalisant une coaptation bilatérale condylo-discotemporale simultanée et transversalement stabilisée ➢ ➢ MATERIAU : Viscosité extrêmement basse avant l'enregistrement ENREGISTREMENT : Quatre indentations de très faible surface (les deux canines du bas et deux cuspides d’appui les plus postérieures) pour ne pas interférer avec l’arc de fermeture MANIPULATION : ➢ Éviter toute translation des condyles.

K. En présence de spasmes musculaires.149 Impératifs physiologiques suggérée et obtenue par contrôle non forcé ➢ ➢ MANIPULATION : Absence de gêne. anxio- litique). par perte de contacts inter-dentaires (technique du JIG de LUCIA). en veillant à ne pas pousser en arrière. immédiate des réflexes : neuromusculaires acquis (LAURITZEN déplacement extrêmement rapide et bref de la mandibule. . sédatif. parfois une butée antérieure (JIG) portée 20 à 30 min. par le praticien).  soit prémédication (myorelaxant. pour une posture corporelle donnée ➢ MANIPULATION : Patient assis car une position allongée risque d’entraîner une position trop postérieure de la mandibule due à la gravité. Thomas si la tête n’est pas en hyper extension. et si la tête n’est pas en hyper extension). Dawson si le patient est assis. et de façon à enregistrer la position de la mandibule dans une position physiologique de mastication orthostatique (P. ➢ Suppression de la mémoire occlusale et des réflexes acquis. ➢ Déconnexion rapide. la manœuvre est facilitée par une préparation du patient :  soit port d'un plan de morsure (24 heures à 15 jours). et de sensation douloureuse.

MANIPULATION : ➢ Pendant toute la durée de la manipulation.cf page suivante . ➢ Techniques différentes. MANIPULATION : ➢ L'enregistrement est obtenu par guidage de la mandibule. afin d’éviter tout réflexe d’évitement du à la proprioception des récepteurs desmodontaux. suivant que l'enregistrement s'adresse à des dentures naturelles. dans l’espace libre d’inocclusion (sinon peut conduire à l'enregistrement d'une position plus antérieure des condyles).a défini une épaisseur minimale de un mm d’épaisseur de cire au niveau de l’indentation des molaires). ENREGISTREMENT : ➢ Faible épaisseur de l'enregistrement (Weinberg . ou à des arcades destinées à recevoir une reconstitution prothétique importante. sans contact dentaire ENREGISTREMENT : ➢ Absence de perforation de l'enregistrement. le patient ne devra avoir aucun contact dentaire. .150 Impératifs cinématiques à partir d'un mouvement de rotation mandibulaire ➢ MATERIAU : peu encombrant pour le patient.

et calcule la différence Ca . l’enregistrement de la relation centrée est reproductible si l’opérateur maîtrise correctement une technique fiable. Précision concernant le calcul de Weinberg : Le calcul de l'erreur résultant d'un axe charnière arbitraire et de l'épaisseur de la cire d'enregistrement est le suivant : Si l'on tient compte du mode opératoire suivi lors de la prise des rapports inter-maxillaires. Le montage du modèle mandibulaire sur l'articulateur place E dans le référenciel de calcul de l'articulateur. il nous manque « réitérative dans un temps donné » : ce serait le cas si toutes les impératifs décrits dans ce tableau pouvaient être réunis. .Cp dans un troisième référentiel construit sur E. [3] Illustration 90: Calcul de Weinberg En conclusion : Le plus souvent. Donc sur un sujet qui ne présente pas de pathologie articulaire. un enregistrement en deux temps avec deux cires de différentes viscosités (ex : cire Moyco® et Aluwax®) donnera les meilleurs résultats. Lorsqu'on retire la cire. le contact Cp du patient est décalé en E par la cire (E = sommet de la cuspide mésiolinguale d'une deuxième molaire mandibulaire). et si les structures articulaires du patient étaient stables. ce qui nous donne « l'erreur de Weinberg ». le point E vient au contact avec le maxillaire en Ca (contact articulateur). Puis Weinberg donne la position du Cp dans un premier référenciel. prend la position du Ca dans un deuxième référentiel.151 Dans ce tableau.

combinée avec le jig de Lucia est la méthode répondant au mieux à ces impératifs. VI.Enregistrement statique en relation centrée thérapeutique Un tel enregistrement est effectué en cas de traitement d'une DCD par gouttière. Il devra donc surtout veiller aux facteurs qui conditionnent le plus la réussite d’un enregistrement de la mandibule dans la bonne position qui sont la position du patient. . la relaxation pour décontracter les muscles. patient assis dans une position physiologique de mastication orthostatique.3 . Le but sera de monter les modèles sur articulateur dans la nouvelle position mandibulaire définie par la gouttière de repositionnement. la suppression des engrammes occlusaux. le praticien doit garder à l’esprit que la cause d’un enregistrement très différent de la relation centrée se trouve plus dans une mauvaise utilisation d’une méthode que dans le mauvais choix d’une technique.152 L'enregistrement de Dawson. la manipulation suggérée mais non forcée. Illustration 91: Différence d'enregistrement de la relation centrée sur un patient sain dans deux positions différentes : assis et debout Dans tous les cas. et un enregistrement fin mais non perforé dans la cire.

exactement dans la position de la gouttière . Préparer une cire échancrée au niveau antérieur pour enregistrer la relation interarcades .3. 3. 4. selon la technique de Dawson . Échancrer la gouttière de repositionnement au niveau antérieur en créant une cavité de dépouille (Illustration 92).1 . Dégrossir la butée . 5. construire une butée antérieure avec de la résine Duralay® qui a pour but d’enregistrer le repère positionnel des dents antérieures antagonistes de la gouttière : le bord libre et l’embrasure occlusale des incisives centrales . Dans cette échancrure vaselinée. Placer la cire ramollie (55°C) en bouche et demander au patient de s’arrêter de fermer quand il sent un contact au niveau de la butée antérieure : s’il ne s’arrête pas. 2. 6.153 VI. on utilisera classiquement une base en cire Moyco® surmontée de plots de cire Aluwax®. Enlèver la gouttière : le patient ferme sur la butée. [24] Illustration 92: Échancrage de la gouttière .Technique 1. il fera des contractions isométriques et comprimera le disque.

soit avec de la pâte à l'oxyde de zinc. une en latéralité droite et une en latéralité gauche. elle se limite des secteurs postérieurs aux canines. et.Enregistrement dynamique pour programmer l'articulateur L'articulateur peut. en propulsion et en latéralités. De plus.4 . les indentations pourront être précisées en déposant des plots. Elle doit être homothétique au bord externe de l'arcade supérieure en la débordant légèrement. Elles seront réalisées en cire Moyco® beauty pink extra hard. [9] Cependant. [9] Illustration 93: Base en cire Moyco® sur le maxillaire . Cette méthode suppose la réalisation de trois cires: une de propulsion qui objectivera l'orientation de la pente condylienne. De plus.154 VI. soit avec de la cire Aluwax®. entre autres. et/ou les mouvements latéraux initiaux. le mouvement de diduction est plus facile à obtenir cliniquement. [63] Quel que soit l'enregistrement effectué. pour plus de précision. il est préférable de toujours utiliser le mouvement de latéralité car il permet d'obtenir des informations sur la pente condylienne et sur l'angle de Bennett. être programmé par des enregistrements intra-buccaux à l'aide d'enregistrements dynamiques. il nécessite une base en cire Moyco® que l'on prépare sur le modèle maxillaire. alors que le mouvement de propulsion n'en donne que sur la valeur de la pente condylienne. Ces deux dernières permettront de programmer les angles de Bennett gauche et droit.

La première est immobilisée grâce au pouce et à l'index. Nous préparons la base de cire Moyco® en la surélevant à l'aide d'une adjonction de cire du côté non travaillant pour permettre les contacts des cuspides avec le matériau d'enregistrement. Une fois la cire ramollie interposée et le patient mis en bout à bout canin. [9] VI. L'enregistrement effectué. de rajouter une ou deux épaisseurs de cire en regard des dents postérieures. afin que les cires puissent être indentées. Pour plus de sécurité. il faut entraîner le patient (en le guidant) à fermer la mâchoire de telle sorte qu'il se retrouve en bout à bout canin. En raison du phénomène de Christensen. il apparaît un espace important entre les deux arcades et il est souvent nécessaire. on attend que la cire refroidisse.5 .155 VI.Enregistrement en propulsion Il consiste à mettre le patient en bout à bout incisif.1 .Sources d'erreurs dans les enregistrements Il est impératif de maintenir les maquettes d'occlusion maxillaire ainsi que la maquette mandibulaire pendant l'enregistrement. plusieurs enregistrements sont réalisés (au moins trois). les autres sont utilisés pour le contrôle. [9] VI.4. les encoches des bourrelets visibles dans l'Aluwax® appliquée sur le bourrelet antagoniste permettent un repositionnement précis des deux moulages. La pulpe de ces doigts stabilise la maquette mandibulaire (des crochets peuvent être ajoutés lors de l'élaboration des maquettes). On réalise la même chose de l'autre coté. L’un d’eux sert au montage. mais avec de nouvelles cires.2 .4. [57] . [65] Il faut veiller à éviter tout contact du matériau d'enregistrement avec les tissus mous. puis on fait ouvrir d'un coup sec. après avoir interposé la cire ramollie entre les deux arcades.Enregistrement en latéralités Ici.

156 VII .Utilisation du condylographe Dans ce guide. tend maintenant à être remplacé par l'axiographe. Dans la région paracondylienne.Description de l'appareillage L'axiographe SAM est composé de plusieurs éléments dont tout d'abord un arc fixe à appui crânien ou arc supérieur. Illustration 94: Enregistrement des trajets condyliens sur le papier millimétré . fixé au niveau du crâne. Deux types de matériel exploitent le principe de l'axiographe : le système FAG et le système SAM. qui est formé d'un cadre métallique réglable. nous ne parlerons pas du pantographe qui. les bras latéraux portent des drapeaux interchangeables sur lesquels sont collés des papiers millimétrés. Nous ne parlerons ici que de l'axiographe SAM. [38] VII.1 . moins précis et plus complexe à mettre en œuvre. et latéralement sur la partie supérieure des oreilles. soutenu dans la région antérieure par l'anselure nasale.

celui de gauche sert au positionnement de la tige sous orbitaire. Les branches latérales. lors des mouvements de latéralité. [26] Illustration 95: Axiographe SAM . soit un comparateur: instrument composé d'un cadran gradué interprétable à l'aide de deux aiguilles. et le cardan intermédiaire permet de fixer la branche inférieure ainsi transformée en arc de transfert.157 L'autre élément de cet axiographe est l'arc mandibulaire d'enregistrement ou arc inférieur. comprenant lui aussi une partie frontale et deux parties latérales sagittales. par la rotation des aiguilles autour du cadran étalonné. solidarisées à la branche frontale par une vis antérieure.5mm. La partie frontale se présente comme une tige cylindrique munie de trois cardans: celui de droite solidarise cette tige à un clutch qui sera fixé au niveau de l'arcade mandibulaire. sont percées dans leur partie postérieure d'un orifice dans lequel vient se placer soit une douille de blocage où coulisse un stylet localisateur ou stylet porte mine. sur la table de montage en axe charnière réel. Le mouvement de translation dans le plan frontal de la mine est transformé. et d'une partie rectiligne munie à son extrémité d'une mine de crayon de 0. L'arc mandibulaire est relié à l'arcade mandibulaire par une gouttière de fixation.

l'une pleine qui recouvre les faces occlusales. La mandibule est guidée en relation centrée. dans les embrasures séparant les canines et les premières prémolaires.Manipulation La mise en place de l'axiographe se déroule en plusieurs étapes : lère étape : la gouttière de fixation Il existe deux types de gouttière de fixation. Simultanément. les deux autres.158 VII. le praticien veille à orienter la tige de fixation dans le plan sagittal médian tout en plaquant la gouttière contre la face vestibulaire des dents mandibulaires. le patient ferme afin d'amener les pointes cuspidiennes et les bords libres au contact du métal. en cavaliers. Illustration 96: Situation en coupe de la position de la gouttière . Cette dernière précaution permet aux dents antéro-supérieures de se situer en avant de la gouttière et de réduire l'augmentation de la DVO (Illustration 96). La gouttière est remplie sans excès de plâtre à empreinte. placée sur l'arcade mandibulaire. l'autre qui libère les faces occlusales dite gouttière para-occlusale. Trois toutes petites bandes de cire sont appliquées.2 . l'une sur les bords libres de canine à canine.

Le point d'émergence de l'axe charnière est marqué sur le papier. 6ème étape : enregistrements des mouvements condyliens Dans le plan antéro-postérieur. les bras latéraux réglés à la même longueur s'appuient sur la partie supérieure des oreilles. 4ème étape : localisation de l'axe charnière L'axe charnière est localisé suivant le principe du cadran d'horloge. l'aiguille de localisation devenant immobile par réglages successifs des vis des bras latéraux mandibulaires. postérieurement l'arc est maintenu par une sangle élastique rétro-occipitale. il est préférable d'enregistrer les mouvements de propulsion de manière bilatérale. 3ème étape : mise en place de l'arc mandibulaire L'arc mandibulaire est fixé à la tige de la gouttière de fixation en veillant à établir un parallélisme entre les différentes branches des arcs maxillaires et mandibulaires. La mandibule est guidée en relation centrée. la manoeuvre est ensuite répétée de manière controlatérale. 5ème étape : mise en place du dispositif d'enregistrement A l'extrémité des bras latéraux des stylets téléscopiques inscrivent les déplacements de la mandibule (Illustration 94).159 2ème étape : mise en place de l'arc maxillaire L'arc maxillaire est placé sur l'ensellure nasale. . les bras latéraux dans les plans para-sagittaux. Le bras antérieur est orienté dans le plan frontal. le praticien imprime à celle-ci un mouvement d'ouverture en rotation pure tout en observant le déplacement de l'aiguille vis-à-vis du drapeau d'enregistrement.

[38] . marquant temporairement l'émergence cutanée de l'axe charnière. le repère de l'arc facial bloqué. 7ème étape : repérage du point sous-orbitaire Celui-ci est repéré. L'arc est ensuite déposé puis placé sur sa table de montage. L'arc facial est présenté. ses extrémités postérieures orientées vers les points de repères cutanés. Le pointeau sousorbitaire amené en regard du point sous-orbitaire cutané. marqué sur la peau. Ensuite un cache transparent millimétré est collé sur la trajectoire. L'arc supérieur est enlevé sans modifier ses réglages. la tête soutenue par trois doigts au niveau occipital. Pour cela un comparateur est fixé en lieu et place du stylet. le stylet inscrit le déplacement du condyle non travaillant. Enfin le patient est placé le buste vertical sans appui.160 Lors du mouvement de latéralité. les aiguilles condyliennes ajustées à l'aide des vis de réglage antérieures en regard de la position des points d'émergence cutanés de l'axe charnière. Le praticien guide la mandibule en RC. l'aiguille de repérage enduite d'encre est appliquée sur la peau. 8ème étape : l'arc facial Dans un premier temps la fourchette de l'arc est préparée et placée sur l'arcade maxillaire de la même manière qu'avec un arc facial à embouts auriculaires. Le praticien observe le déplacement de l'aiguille lors du mouvement de latéralité et note les valeurs en regard de chaque graduation du cache millimétré. ceci permet au praticien d'observer et d'évaluer le mouvement de Bennett.

[65] Après coulée des modèles de travail et du modèle antagoniste.161 QUATRIÈME PARTIE : MONTAGE DES MODÈLES ET PROGRAMMATION DE L'ARTICULATEUR I . Nous ne détaillerons que la procédure pour un arc facial à embouts auriculaires et appui nasal. il est préférable d'effectuer le montage en articulateur au cabinet dentaire. Cela permet également de corriger immédiatement un montage défectueux.Montage du modèle maxillaire Il se fait grâce à l'arc facial ou la table de montage.1 .Montage des modèles sur l'articulateur Pour une meilleure précision et une ergonomie optimale. A l'aide d'un bistouri lame 15 ou 11. [30] I. . les risques de déformation. Cela évite. sur la branche supérieure de l'articulateur. il est indispensable de procéder à une vérification minutieuse. voire de détérioration des supports d'enregistrement lors du transport vers le laboratoire. notamment. on élimine toutes les imperfections du plâtre ainsi que les zones rétro-molaires muqueuses gênantes.

sur la branche inférieure de l'articulateur. [4]  I. placer le matériau d'enregistrement sur le modèle maxillaire . tous les contacts dentaires en occlusion centrée existant en bouche doivent exister sur les modèles montés sur articulateur.      Vérification :  il ne doit pas y avoir de béance entre les butées postérieures en occlusion centrée (cuspides d'appui et fosses) .2 . contrôler la stabilité . Dans le cas où la DVO doit être diminuée : il faudra alors augmenter encore plus la hauteur de la tige incisive de telle sorte que le repère se trouve en face à la fin de la modification de la DVO .    .Montage du modèle mandibulaire Il se fait grâce à l'enregistrement inter-arcades. Technique :   prérégler l'articulateur sur des valeurs moyennes . solidariser à la branche supérieure de l'articulateur à l'aide de plâtre à prise rapide (Snow-white®).162 Procédure :  préparer l'articulateur en fixant à sa branche supérieure la plaque de montage et fixer sur la branche inférieure le support de fourchette adéquat . s'assurer que la tige incisive est bien réglée à zéro . [66] fixer l'arc facial sur l'articulateur. placer le modèle mandibulaire sur le matériau d'enregistrement . mettre en place le moulage muni de sa double base engrenée sur la cire de la fourchette . sans en modifier sa position . régler la tige incisive augmentée de deux fois et demi l'épaisseur de cire au niveau molaire. retourner l'articulateur . et régler le support de fourchette de sorte qu'il supporte la fourchette.

  Illustration 97: Vérification du montage sur articulateur . Vérifications :  laisser le matériau d'enregistrement des rapports inter-arcade en place. ainsi que le modèle supérieur engrené . refermer doucement l'articulateur en maintenant fermement le modèle supérieur sur le matériau d'enregistrement de la relation inter-arcades et vérifier que l'engrènement se fait parfaitement.163  solidariser à la branche inférieure de l'articulateur à l'aide de plâtre à prise rapide (Snow-white®). ouvrir l'articulateur : il y a désolidarisation au niveau de la double base engrenée du modèle supérieur .

de trouver la coïncidence du socle de la double base engrenée. II. [63] Cependant. Elle se fait en deux temps : le réglage de la pente condylienne. . Il est possible de se passer de la cire de propulsion. A ce moment là.1. il faut mobiliser les boîtiers à l'aide des vis de serrage.1 .A l'aide des enregistrements dynamiques Ces enregistrements donnent des résultats médiocres et peu répétitifs. puis serrer la vis de blocage. cette technique reste une alternative simple à mettre en oeuvre si l'on ne souhaite pas utiliser un condylographe. Nous aborderons ici deux techniques : II.Les angles de Bennett Il faut interposer une des cires de latéralité entre les deux moulages. jusqu'à établir le contact boîte condylienne-boule condylienne.1. mettre en contact le mur interne de la boîte condylienne et la boule condylienne côté non travaillant. puis tourner les éléments mobiles des boites condyliennes vers l'avant et mettre les Bennett à zéro. II.2 .1 .La pente condylienne Il faut positionner la cire de propulsion entre les deux arcades. puis celui des angles de Bennett.Programmation des déterminants postérieurs de l'articulateur La programmation des déterminants postérieurs de l'articulateur peut se faire de multiples manières. car les cires de latéralité permettent également de programmer les inclinaisons condyliennes. Il ne faut pas non plus négliger la difficulté de guider la mandibule du patient en fermeture latérale pour inscrire les indentations sur la cire d'enregistrement. ce qui se voit quand on essaye. sur un articulateur non Arcon.164 II .

En ce qui concerne l'angle de Bennett et le déplacement latéral initial. La détermination de la pente condylienne se fait à l'aide d'un rapporteur qui possède une graduation. Une fois les pentes condyliennes et les angles de Bennett droit et gauche réglés. Toutefois. Ceci pourra être possible avec d'autres systèmes. nous permet d'obtenir par construction le tracé du déplacement latéral du condyle travaillant. [26] . Le boîtier condylien le mieux adapté peut être choisi. bleue (plus incurvée). l'articulateur est dit programmé. les enregistrements dynamiques n'enregistrent que les valeurs angulaires de la pente condylienne et les mouvements de Bennett. en partant du point de départ (RC) jusqu'au point d'arrivé (bout à bout incisif ou canin). Par contre. Cette courbe est programmée sur l'articulateur à l'aide de l'une des quatre courbures d'ailette de Bennet à notre disposition: blanche (plate). verte (légèrement courbe).2 . L'angle de Bennett en est ensuite déduit. faire la même chose avec l'autre cire de latéralité. il suffit de se servir des valeurs reportées sur la feuille axiographique qui.165 Pour le côté opposé. et rouge (courbure plus marquée) en choisissant celle qui se rapproche le plus du tracé obtenu.A l'aide d'un condylographe Nous pouvons programmer la pente condylienne. Ainsi la valeur de la pente condylienne est directement mesurable sur le tracé axiographique. l'angle de Bennett ainsi que le déplacement latéral initial. [9] II. grâce à des tables de calcul de conversion et en tenant compte de la distance inter-condylienne du patient. il est impossible par ce moyen d'enregistrer les trajectoires condyliennes intermédiaires lors des mouvements de latéralité et de propulsion.

au niveau d'une dent unitaire.166 CONCLUSION L'enregistrement des rapports inter-arcades est une étape importante dans la réalisation d'une prothèse. nous avons essayé de donner des solutions raisonnablement coûteuses en temps et en matériel. certaines méthodes sont considérées à tort par une majorité de praticiens comme étant trop compliquées : il ressort de notre travail que des enregistrements de bonne qualité. il est fort à parier que l'avenir des enregistrements des rapports inter-arcades passe par l'informatique. A l'issue de notre travail. . mais aussi les techniques les mieux adaptées afin de pouvoir réaliser cet enregistrement avec succès. C'est pourquoi ce guide s'est attaché à clarifier la démarche intellectuelle. avec la technique Cerec® qui permet de numériser une préparation. en orthodontie ou pour l'analyse d'un dysfonctionnement de l'appareil manducateur. Nous avons tenté de mettre en avant les écueils possibles dans le geste technique. à condition d'avoir choisi la méthode adéquate et de l'appliquer avec rigueur . Un aperçu nous est déjà donné. ainsi que l'utilisation des différents matériels et matériaux. il apparaît deux points fondamentaux :  les techniques d'enregistrement actuelles offrent un niveau de précision suffisant pour que les capacités d'adaptation physiologiques puissent les compenser. la dent antagoniste en occlusion et ses mouvements excursifs. De même. adaptées à la complexité et aux nécessités du cas clinique. peuvent être au contraire très rapides et rentables en temps d'adaptation des prothèses et en qualité de soins.  Même si ces techniques n'en sont qu'à leur balbutiement. l'utilisation d'un articulateur semi-adaptable et d'un arc facial.

.

L'occlusion : aspect clinique. FLEITER B.Dynamique des occlusions.EMC (Encyclopédie Médico Chirurgicale).168 BIBLIOGRAPHIE 1 ABJEAN J. . - L'information dentaire. . 55 p. .. . 23-370-E-10 9 BESSET B.Réalisation au laboratoire des moyens d'enregistrement des relations intermaxillaires chez l'édenté total. ORTHLIEB J. 1974. HIPPOLYTE M. UPS Toulouse.Manuel d'occlusion pratique. LAURET J.. 1175-1184 8 BERTERETCHE M.Methods for minimizing the errors in mandibular model mounting on an articulator.. et SCHOUVER J. .UPS Toulouse.. et ROCHE M. 1977. . . et ROHR M.Julien Prélat. pp. et HUE O.P..Etude comparative de 2 moyens de programmation d'un articulateur : cires occlusales et axiographie.P.V.F. et KORBENDAU J. 1999 11 BLANDIN M. n° 24. 238 p. 117 p. . 2004 . .Occlusodontologie Lexique.Julien Prélat.Thèse de 2ème cycle. et RAMFJORD S. . .. .CNO . . et SCHOUVER J. 1991 4 ASH M..Les cahiers de l'ADF. pp. pp. 2 ADRIEN P.M.Cour de prothèse adjointe complète en D2.M.D. 1989. 1986 10 BLANCHARD J. n° 71. . . directives thérapeutiques.Peut-on augmenter la DVO en prothèse fixée ?. 46-65 7 BEGIN M. PIONCHON P. KNELLESEN C. . 6 BARRELLE JJ . . . CITTERIO H.Journal Of Oral Rehabilitation. 929-935 3 ADRIEN P.Le rapport inter-maxillaire en prothèse totale. 1997.. . 2001.Le calcul de WEINBERG est-il toujours d'actualité ? Étude mathématique et informatique des erreurs d'enregistrement. 5 BARALE B.P. . 1984.Quintessence International.Masson.

pp. pp. n° 127. .Enregistrement et transfert de la relation intermaxillaire....169 12 BLIND O. n° 96. vol 82. . RIMPAULT L.. 2003 24 DARTHEZ A.période A.Utilisation des silicones d'enregistrement de l'occlusion associés à des empreintes sectorielles.A. BUFFLIER P.L’ARTICULATION TEMPORO-MANDIBULAIRE . LALET P. 2006. . pp. et STROHL J.Les cahiers de prothèse. pp. .Compressibility of two polyvinyl siloxane interocclusal record materials and its effect on mounted cast relationships. 47-51 13 BRICOT B..Quintessence.. .F.SID. . et MARTINI L. 2001-TOU3-3031 17 CHAVAUX E. . 2001 22 DARTHEZ A. 1999.École cantonale Vaudoise de technique en radiologie médicale. DAAS M.La reprogrammation posturale globale.Objectifs occlusodontiques de fin de traitement orthodontique. n° 4.. et WISKOTT H. 2000.Les cahiers de prothèse. 2004 .Actual Odontol Scand. 1996. GOBERT B. . Diagnostic et traitement. NABOULET D.A.Les cahiers de prothèse. 80-80 21 DABADIE M. pp. pp. GIRARD E.Désunion condylo-discale aiguë. . .Technique d'enregistrement de la relation maxillomandibulaire en prothèse fixée complète. pp. . et TARVERNIER B.Cour d'occlusodontie en D2. . 2004. .Journal Of Prosthetic Dentistry. et NATHANSON D. .UPS Toulouse.Thèse. 1996.UPS Toulouse.Agencement dento-facial sagittal de l'adolescent à l'adulte âgé. . 456-461 15 CARLSOO S.Cour d'occlusodontie en D1. 27-32 18 COENDOZ S. n° 93.W. . Toulouse. . .. 55-63 20 CRÉTOT M. 51-63 23 DARTHEZ A. 1952. et PUJOL J. . ... . et COURET H.Nervous coordination and mechnical function of the mandibular elevators. 248-248 14 CAMPOS A.Cours pour 3° année .Les cahiers de prothèse. . .L'enregistrement de l'occlusion en prothèse complète. n° 134. 2000 19 CROTTAZ C. . . . n° 10 16 CHAPELET-LETOURNEUX S. BESSE F.. 1996.

.. n° 8.J Craniomandib Prac. CDP.Physiologie de la phonation. .Les cahiers de l'ADF. 20-632-A-10.F..F.Variation sur la relation centrée.IIIème JOURNÉE DU DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE – ANNABA. .Communication libre ..EMC (Encyclopédie médico chirurgicale). . A teaching manuel. TAVITIAN P. 1983.Enregistrement de l'occlusion en prothèse amovible. Evaluation. 2000. 1974. LOTY C. choix et montage des dents..Les enregistrements des relations intermaxillaires. . 2003. 1999 31 ESCURE S.J. TOSELLO A.Changer l'occlusion : risque et bénéfice thérapeutique ?. 16-16 36 GUICHET N. . . 1995. 87-108 35 GIOVANNI A. 16-16 30 ESCURE S.. . . 1992 27 DAWSON P. 2000.. 24-35 32 FARAH L. 118-118 29 ESCLASSAN R.Dimension verticale : aspects physiologiques.. . n° 8. . . . . EMC (Encyclopédie Médico-Chirurgicale). . pp. 22-008C-15. . .Prothèse adjointe partielle : occlusion. . pp.. 11-11 34 FISSORE Y. pp.J.. et TABBI-ANENI N. Polymérisation des bases.. BERTRAND C. Julien Prelat. et GARREL R. 2005 26 DARTHEZ A. et GUYONNET J.Encyclopédie Médico-Chirurgicale. et CHOUKROUN H. 1970 37 GUICHET N.Les problèmes de l'occlusion. 1977 28 DUPAS P-H. NOUIOUA F. CNO . pp.Prise en charge d'une variété d'ADAM chez l'édenté total.170 25 DARTHEZ A.Les cahiers de prothèse.M.Anahein. 2004 33 FERRIGNO J.Pertinence de la prise en compte de la posture en occlusodontie. LACOSTE-FERRÉ M. et POUYSSÉGUR V. pp. pp.Comment ? Pourquoi ? Quand ?. 23-310-F10. .H. ESCLASSAN-NOIRRIT E. .Les articulateurs semi-adaptables . MECHAKRA M.An introduction to : Clinical management of orofacial pain TMJ Dysfonction. pp. . diagnostic et traitement. 2004.Occlusion.Quintessence. 24-25 . OUAKNINE M.

C. 271 48 MARTIN J. . 1974 43 LAVERGNE D. ..H. et MONARD F. pp. DUMINIL G. .. pp. pp. 308 47 MARGUELLES-BONNET R.Manuel d'occlusodontie. 2004. 1988.Colorado springs.. 171-171 42 LAURITZEN . et GIBBS C. 67-77 49 MICHALAKIS K. T321941 44 LUCIA . CDP. et ANASTASIADOU V. 1960. PEDEUTOUR P. . 23-435-E-20 41 LAURET J. . pp. . .Inava .Part II: linear dimensional changes and accompanying weight change.Les cahiers de prothèse. et BOLLA M. 1992.Occlusodontologie : applications cliniques.CDP. 2002.Encyclopédie Universalis. 2001.X.Dimensions verticales en prothèse complète..Pratique de l'analyse occlusale et de l'équilibration. 1982 46 MADRID CARLOS . PISSIOTIS A. n° 78. 2007. 12-12 . .P. 150-159 50 MILLET C.An experimental study on particular physical properties of severel interocclusal recording media. . pp. . pp. et LE GALL M.Anatomie orale. .Advances in occlusion. n° 3. . . . Dysfonctionnements de l’appareil manducateur.Journal Of Prosthetic Dentistry. ..G.F.. et JAUDOIN P.Journal Of Prosthetic Dentistry. . 189-189 39 JEANMONOD A. 2005.Occlusion et fonction : une approche clinique rationnelle.Pierre Fabre Santé. . 10 45 LUNDEEN H. 2002.J Wright. 358358 40 LAPLANCHE O.Contribution à la détermination de la DVO chez l’édenté total : vérification chez le denté de plusieurs techniques proposées. pp.Déglutition. pp. pp. . JEANNIN C. 1992.Encyclopédie médico chirurgicale (EMC).CDP.171 38 HÜE O.EMC (Encyclopédie MédicoChirurgicale).Masson. et MAHLER P. .Atlas of occlusal analysis. . . 23-325-E-10. 1984. vol 13. Postgraduate dental handbook.Centric relation theory and practice.

D.. DE MATTOS M. 2004. .EMC (Encyclopédie médico chirurgicale).CDP. 5-12 53 ORTHLIEB J-D.G.L..Les matériaux d'enregistrement des rapports intermaxillaires.D.D. . 414 p.Les cahiers de prothèse. . 213-213 54 ORTHLIEB J. Julien Prélat. . . n° 100. 140-144 57 PEDEUTOUR P. pp. . BROCARD D.L.ADF . Belity P.).. . 2003.. . pp. 22-009-A-08 56 PAGNANO V.D..L'occlusion (traduction : Nahmani L. . pp. et EXBRAYAT J.Clinical evaluation of interocclusal recording materials in bilateral free end cases.L'Information dentaire.O. 1997. .Braz Dent J. 60 POUYSSÉGUR V. et WODA A. comment l'enregister ?.Tests phonétiques et dimension verticale : le logatome.Julien Prélat. 1975. et MAHLER P. SCHITTLY J.Quintessence.La position de référence en fonction des conditions cliniques : comment la déterminer. - Occlusodontie pratique. pp. et ASH M-M. LUCCHINI V. n° 27. pp. . . . . 2005. SCHITTLY J. 1969. 3031-3041 59 POSSELT ULF . LAURENT M.Existe-t-il des critères instrumentaux susceptible d'aider à la détermination clinique d'une position mandibulo-cranienne ?..Thèse. RIBEIRO R. 358 p. et VALENTIN C. . 1-1 58 PIONCHON P.. .Comparaison de trois techniques d'enregistrement de la relation centrée : intérêts cliniques. 52-57 61 PRIORETTI F... DUMINIL G. MANTOUT B. 2001. .Maîtriser la prothèse amovible partielle.. - ..Cinématique mandibulaire. . .F.Enregistrement de l'occlusion. 13-25 52 OGOLNICK R. et MANIERE-EZVAN A. 1987-NAN1-3045 62 RAMFJORD S-P. . n° 37. BOITEAU A. L'information dentaire.C. et MANTOUT B. pp.Considération sur les différentes techniques d'enregistrement de la RC selon les différents types d'édentation. 2001. 2001 55 ORTHLIEB J.. 185 p.CDP. 1978. 23-325-E-10. . SERRE D. Nancy.172 51 MORIN F. et TURBINO M. Quintessence.Les cahiers de prothèse. pp. 1997. n° 97. 63 SANTONI P. BEZZON O.Physiologie de l'occlusion et réabilitation.. n° 16.

Art et Techniques Dentaires. 1979.Enregistrement et transfert des relations intermaxillaires en prothèse fixée. 2006. SCHINDLER H. 1974.CILF.Journal of prosthetic dentistry.Masson. . n° 6. et CARIOU F.Schweizer Monatsschrift Fur Zahnmedizin. 105 p. . . et VERCHÈRE M. pp. Académie nationale de chirurgie dentaire.L'occlusodontie au quotidien. .. 1985. and signs and symptoms of temporomandibular dysfunction. pp. n° 112. n° 1. RODIGER O.Enregistrement de la relation centrée selon la technique de Lucia. MARINELLO C. 2000. . pp. pp.Edentements sectoriels.P. n° 69.173 64 SCHIANO M. 35-57 74 WIRTH et APLIN . vol 116. Les cahiers de prothèse. 12-15 67 SLAVICEK R.Thèse. 1996 71 TÜRP JENS C. 68 SLAVICEK R.Les cahiers de prothèse. . . 1999. 1999.Dictionnaire d'odonto-stomatologie. Angle Orthodontist. .. vol 10.Détermination des rapports intermaxillaires en prothèse adjointe totale et enregistrement. . . .P. . 1990-BOR2-O029 65 SCHITTLY E.[Vertical and horizontal jaw relations in reconstructive dentistry. 2004 73 WEISFLED A.An improved interocclusal record of centric relation.Condylar axis positions determined by the occlusion and measured by the CPI instrument..J. 25-36 66 SCHOUVER J. . . . A critical review].La relation centrée 69 STANLEY C.Analyse fonctionnelle de l'occlusion : communications libres. Enregistrement des rapports maxillo-mandibulaires. 103-117 70 TOUBOL J. Bordeaux II. pp. SMEEKENS S. 403-417 72 VERCHÈRE L.CNO. et et BABEL L. . n° 4. . . n° 25 .

...............42 Illustration 15: Différentes phases d'un cycle de mastication (pour un côté droit)..............................................40 Illustration 13: Rhomboïde de Posselt...................................................................................................................................... importance des interneurones dans les phases d’activation et d’inhibition.........................................41 Illustration 14: Tracés des déplacements dentaires et condyliens issus du Replicator....31 Illustration 8: Système veineux de la tête.............20 Illustration 3: Capsule articulaire...........................................................................................28 Illustration 7: Le système artériel de la tête..........................174 TABLE DES ILLUSTRATIONS DU TEXTE Illustration 1: Schématisation du réflexe myotatique ...................20 Illustration 2: Interférences des jeux musculaires dus à la présence d’os impairs : la mandibule et l’os hyoïde.........................55 Illustration 20: l'articulateur par rapport au patient.........................................................................................39 Illustration 12: Diduction vers la gauche...........................................................................62 ......................................arcades dentaires........ à droite = DVO...................................................................................................................................................................................................................................50 Illustration 19: A gauche = DVR .....61 Illustration 23: Articlateur SAM II....................24 Illustration 5: Paramètres de sortie de cycle et anatomie occlusale dans le plan frontal au niveau des molaires...................................................................33 Illustration 9: Système nerveux de la tête.......................................22 Illustration 4: Tracé du déplacement de la tête condylienne du côté non travaillant....................................................43 Illustration 16: Phases d'entrée et de sortie dentaires de cycles (pour un côté droit).........60 Illustration 22: En gris et gras : trajets condyliens des articulateurs semi adaptables de première génération.............................................................................................................................. vue latérale externe..36 Illustration 10: Diagramme de Posselt.......................37 Illustration 11: Losange de Spirgi....................................24 Illustration 6: Les différentes insertions musculaires sur la mandibule...........57 Illustration 21: Corrélation occluseur .............................44 Illustration 18: Relation centrée (B) des condyles dans les fosses mandibulaires.............................................................................................................................43 Illustration 17: Schéma de fonctionnement du système nerveux central et périphérique au cours de la mastication...................................................................................

..........................................................................................................88 Illustration 45: Répartition des contacts dento-dentaires suffisante..........................................................76 Illustration 37: Chaînes croisées............................................................................................................ 1993)....................................76 Illustration 38: Rôle intégratif des noyaux vestibulaires et contrôle vestibulo-spinal de la motricité (d'après Lacour et Borel........................................76 Illustration 39: Évolution dento-squelettique du portrait moyen entre 14-22 et 43-87 ans (standards M.67 Illustration 31: Hyperlaxité ligamentaire..................88 Illustration 47: Arbre décisionnel..............................67 Illustration 33: Justification embryologique de l'implication de la posture sur la RC..............................76 Illustration 36: Chaîne d'extension...............................................................................................................74 Illustration 34: Brodie (1860) ...................................................................................84 Illustration 42: Modification d'Applegate............................................ Crétot)............................Justification anatomo-biomécanique de l'implication de la posture sur la RC.............................................................75 Illustration 35: Chaîne de flexion..............................................................................................................................................................................................................................................64 Illustration 27: Schéma d'un arc facial avec embouts auriculaires.......................................................................................................................................63 Illustration 25: Articulateur ARCON à gauche et non-ARCON à droite.......................82 Illustration 41: Classification de Kennedy......88 Illustration 44: Une maquette d'occlusion est nécessaire...............................................................................89 Illustration 48: Tatouage de la gencive.........................................................................85 Illustration 43: Répartition des dents assurant un polygone de sustentation suffisant pour stabiliser le moulage.................................88 Illustration 46: Nécessité de réaliser une maquette d'occlusion............................................................................................96 ...............................................................................................................94 Illustration 49: Réglage de la DVO avec des maquettes d'occlusion............79 Illustration 40: enregistrement en OIM..........95 Illustration 51: Règle de Boyanov....................................65 Illustration 28: Arc facial avec embouts auriculaires en place.........67 Illustration 32: Luxation discale...175 Illustration 24: En gris et gras : trajets condyliens des articulateurs entièrement adaptables .......................................................................................................................................................................66 Illustration 29: Positionnement de l'arc facial par rapport au crâne et à l'articulateur...............................................................................................94 Illustration 50: Règle de Willis.............................................66 Illustration 30: Aplatissement du tubercule articulaire............................................................64 Illustration 26: Boîtiers condyliens d'un articulateur ARCON à gauche et non-ARCON à droite...............................................................................

...................................................................................................................K...115 Illustration 60: Fourchette indentée.......................................................................................................................98 Illustration 54: Mesure linéaires sur téléradiographie de profil..................................................137 Illustration 77: Isolation des carottes......117 Illustration 61: Positionnement de la fourchette sur les dents maxillaires et le bourrelet d'occlusion................................................................................................................................................................135 Illustration 75: Repliage de la cire selon la technique de Lauritzen.......140 Illustration 78: Application de la résine..................................133 Illustration 74: Solidarisation de la feuille d'étain avec de la cire collante...................................................................................... Thomas.....................................................................................................101 Illustration 57: Plan de Cooperman.............................................................................................132 Illustration 73: Découper l'excès de cire en dedans des marques laissées par les cuspides vestibulaires....................................................................................................................................118 Illustration 64: Erreur d'axe charnière au niveau des dents n°7 due à l'utilisation d'un axe arbitraire par rapport à l'axe réel..........................................................................97 Illustration 53: Règle de Mac Gee..................176 Illustration 52: Règle de Sigaud...................................................................123 Illustration 67: Manipulation de Dawson............................120 Illustration 65: Erreur potentielle avec l'arc facial à embouts auriculaires de Hanau liée au 3ème point de référence.................................................................................................................................................................................. en fonction de l'épaisseur de la clé inter-occlusale CR.........................................................140 Illustration 79: Réalisation de la fenêtre...................................................................................117 Illustration 62: Arc facial en place........................113 Illustration 58: Maquette d'occlusion dans un édentement total avec une butée antérieure ..................................136 Illustration 76: Les cires en place pendant l'enregistrement..................99 Illustration 55: Mesures angulaires sur téléradiographie de profil......................................................................................................................114 Illustration 59: Maquette d'occlusion dans un édentement partiel munie de crochets pour la stabilisation.............................................124 Illustration 69: Manipulation de Lee et Guichet...121 Illustration 66: Manipulation de Dawson......................................................................................................................................................................125 Illustration 70: Manipulation de P.........................................118 Illustration 63: Serrage de l'arc facial..........................................................................................................................124 Illustration 68: Manipulation de Dawson...........................127 Illustration 71: La plaque de cire Moyco est réchauffée et repliée......................132 Illustration 72: La feuille de cire est appliquée sur les dents.....................................140 .99 Illustration 56: Champ phonétique : aire couverte par les déplacements par les bors libres des incisives mandibulaires...........

.................................................................158 Illustration 97: Vérification du montage sur articulateur........................................................................152 Illustration 92: Échancrage de la gouttière..................... La fenêtre antérieure permet le contact entre les incisives.............................................................................157 Illustration 96: Situation en coupe de la position de la gouttière............................................................. la partie la plus postérieure représente le contact du dentalé avec le jig quand la mandibule est en relation centrée................................................................................................................147 Illustration 90: Calcul de Weinberg...centrales inférieures et le jig....................................................153 Illustration 93: Base en cire Moyco® sur le maxillaire.........................146 Illustration 86: Découpe de la feuille de cire......................................................................143 Illustration 82: Jig de Lucia en place........................................177 Illustration 80: Adjonction de résine auto-polymérisante pour faire le contact avec les dents antagonistes..........................141 Illustration 81: L'effet bras de levier créé par la butée antérieure permet le repositionnement des condyles en position crânienne.146 Illustration 87: Les deux pointes canines sont repliées vers le haut afin de pouvoir en un instant remettre la feuille de cire à la place exacte.........................................154 Illustration 94: Enregistrement des trajets condyliens sur le papier millimétré...............................156 Illustration 95: Axiographe SAM.......................................147 Illustration 89: Fermeture en relation centrée et enregistrement dans les encoches des bourrelets d'occlusion...........................145 Illustration 84: Vue frontale et coupe sagittale du jig (d'après Huffman)..163 ..................147 Illustration 88: Mise en place d'Aluwax® pour un enregistrement sur un édenté total avec une butée antérieure....................................146 Illustration 85: Vue palatine montrant la trace laissée par le dentalé au cours des mouvements mandibulaires........151 Illustration 91: Différence d'enregistrement de la relation centrée sur un patient sain dans deux positions différentes : assis et debout................................................................................................................................................................................................................................144 Illustration 83: Préparation du modèle pour la réalisation d'une double base engrenée.......................................... Les bords de cette trace représentant l'arc gothique de Gysi...................................................................................................................................

the way to choose the type of registration depending on the specific case. This guide intends to show that. but despite being simple and practical. This work is not exhaustive. The author explains how difficult it is to simulate the chewing system. and the available methods for doing it. despite the common opinion saying that these techniques of inter-occlusal recording are complex to apply.178 TITRE EN ANGLAIS : PRACTICAL GUIDE FOR INTER-OCCLUSAL REGISTRATION RÉSUMÉ EN ANGLAIS : The importance of a precise bite registration is often neglected. . on the contrary they allow to save time and improve the final quality. it should allow to solve most of the clinical cases.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful