Vous êtes sur la page 1sur 2
ELUS DU PERSONNEL certains employeurs veulent influencer le fonctionnement des comités d’en- treprise en participant au vote sur certaines décisions. L'un d’eux vient d’étre condamne pour avoir refusé, grace a sa voix, une réunion exceptionnelle du comité. Une décision appelée & faire école a =eNeLaRnenNat L’employeur n’est pas juge d’une réunion exceptionnelle du CE LVARTICLEL 434-3 DU CODE DU TRAVAIL, 1" ALNEA, fixe la périodicté des réunions du comité den- ‘reprise (une fois par mois pour les entreprises d’au moins 150 salariés ou pour celles ayant opté pour la délégation unique, et une fois tous ls deux mois pour les entreprises de moins de 150 salariés). Et la demniére phrase prévoit la possibilité, quel que sot efectfle entreprise, Ge tenir une seconde réunion sila majorité des ‘membres du comité en fat a demande, Les lus des comités d’entreprise et détabise ‘ment utisent cette possbilité assez fréquem: ment, Les réunions exepsionnelles sont en effet assez nombreuses,prés dela moti des comités actif se réunissant plas de dowze fis paran (1), invest pas rare que es us uilisent /arme que constitue la réunion exceptionnelee pour sorte d'une situation de blocage. Cest le cas princi palement lorsque lemployeut refuse d'inscrre lune question 3 ordre du jour d'une réunion, accord entre lesecrétaire ete président du comité (o1au minimum fire ojet d'une concertation préalable lorsquilsagit d'une question pouvant figurer de drota lordre du jour) (2) En effet, sila majorité des membres du comité cn fait la demande, Femployeur est non seule ment tema de conwoquerlecomité, mas de plus, Varticke LL.434-3, 2 alinéa, prévoit dans cette hypothése que figurent obligaoirement ordre ordre du jour qui doit étre fixé d'un commun du jour de la séance les questions jointes a la L’employeur ne devrait pas voter pour élire le secrétaire ‘La motivation de l'arrét rendu par la cour d’appel dont il est question cl-contre va bien au-dela de la demande d'une réunion exceptionnelle du comité d'entreprise. En effet, dans ‘autres cas, la jurisprudence reconnait encore, a tort selon nous, la participation de l'employeur au vote sur certaines questions qui concernent uniquement la délégation salariale. il en est ainsi particu- lérement de lection seer aucomitenrepse etd résovie la Gour de cessation amet que employeur puss partcier au vote au matt qu echt e'tabissement est membre du comité <étabissement I dit sls patcier& a désignation du secréaire cu cont, ce vote ne const- tuant pas la consultation des membres élus du comité en tant que délégation du personnel (Cass. soc. 21 nov, 2000, SA Bul, °8-23094, Or. soe. 2001.29, cont Lyon-Caen, obs. M. Cen, APOS 2001, ». 351) Orleraisonnementadopté parla cour e'apel de Colmar esti ssémentransposabe: en sa ‘qualité de président dy comité, employeur a des attributions et des obligations spécifiques. Mais il n'est pas membre éiu a part entiére du comité comme les élus du personnel qui éiisent le secrétaire. est président du comité (L. 434-2) et interlocuteur des membres élus. i! agit donc avec les mémes ‘wos que foquilconsute ce qu exclu qul soit cosidré comme un membre pour ele seeré- taire (Sur tous ces aspects, voir M. Cohen, Le droit des CE et des CG, 8 éd., LGDJ 2005, p. 384). Ceta ériterat, comme cela est rou récemment& Renaut-Clén, que employeurfasse ire un secré- ‘taire du CE plus conforme a ses veeux (le prenant ainsi en otage) au mépris de la véritable représenta- ‘Wt ds chaque syndiat eprésent. demande de convocation. On comprend dés lors pourquoi certains employeurs tentent de ‘manoeuvrer pour s opposer sa tenue. Pour cela, invest pas rare qu'il tente d’influer sur la majo sité du comité devant éte rassemiblée pour impo- setla reunion exceptionnelle. Une afaire récente en fournit un excellent exemple Trois + deux = 6! Le Comité d'entreprise de la société Domena comprend cing membres ttulaites. Lor de la premiére reunion du comité apres les élections, in différend concernant fixation de ordre du joura opposé le président ducomité a trois us titulaires. Ces demiers ont quite la séance qui s'est poursuivie,aboutissant a 'électon des deux autres membres titulaires dela délégation sala riale aux postes de secréiaire et de trésorer (Quelques ous pus tard, en invoquant es dispo- sitions de''article L. 434-3 du code du travail ies trois éhus ont par courrier sasi le président du comité d'une demande de temue d'une seconde Lemployeur ayant refusé ci demande, les lus ont alors sisi le uge des rf xés afin de faire condamner le président sous astreinte § organiser la réunion itgieuse. Le Jug des rférés du trbunal de grande instance de Mulhouse a déclaé la demande irrecevable enretenant que le comitéd’entreprise etait com posé de six membres —le président etune délé- gation salariale de cing membres titulaires- et que seuls trois membres ayant solicité la tenue dune seconde réunion, le majoritérequise par Tarticle L. 4343 du code du travail n’était pas constituée 3). Lacour dappel de Colmar, saisie parles us, a donc été amenée 4 examiner affair et devait répondre & trois questions Ja demande ce tenue d'une nouvelle éunion du comida demande dus qui avaient quitté Ja séance,étaitelle legitime? les élusayant quit la séance constinuaientils ‘euxcrois,la majorité dela délégation saariale 17 mars 2006 | La Nowvelle Vie Ouwiére 23 ELUS DU PERSONNEL > qui, au sens de l'article L. 434-3, est la seule requise pour rendre recevable la demande de tenve d'une nouvelle reunion? pour le calcul dela majorits, devaiton tenie compte uniquement des membres ttulaires de la délégation salariale, ou devaiton y ajouter le chet d'entreprise ou son représentant? ‘mLemployeur n'est pas juge ide Fopportunité de la réunion excentionnelie Sur la premigre question, conformément & la uurisprudence dominante, la cour d'appel a rappelé 3 employer qu'il n'est pas juge de ‘opportunité ou de I'utlité de la réunion excep: tionnelle reguliérement demande par la majo 5 Cy demande de nouvelle réunion aurait un objet nentrant pas dans les attributions du comité