Vous êtes sur la page 1sur 3

Maradi- 17 octobre 2008- 03h18mn.

Rves dun fou

Lorsque la nuit sombre plane Le sommeil fuit, lesprit se fane Oh !rveur veill mais perdu Moment mlancolique venu Atroce comme guerre Il a peur car son destin erre Allong dans un lit de haillons Il voit des mages en bataillons Son drap comme linceul Il pleure bien tout seul Lune, toiles, lumires, fraicheur Consolent tristement ce mi-dormeur Retentir la sirne de lespoir Et le bonheur dans le couloir Du cur de cet enfant-pre N de cette gnration mgre.

MARGENT Jamais tu ne sauras point Ignorance de la tte au poing Il saimait depuis sept saisons Mais cette semaine et sans raisons Tu les a loigns Car tes sous ne sont pas pargns Alors, enfant, parent ou marchand ? Rouage, mariage et pillage Voila les pages de madame la sage.

Ces regards blancs et lents Des yeux enfoncs et profonds Sous les arcades des sourcils innocents O !silence des mes meurtries

Enfants doux aux corps mous Et quon eut pu compter les cotes Pas un souris tous les jours Vous les mourants de toujours

Parents des ces anges tranges O sont amour, chaleur et jalousie ? Que la nature a donns tous Mais change ou enfant ?

Echassiers des colosses ; enfants fragiles Moyennant vos rles des pactoles Vos pleurs : leur richesse Et fi si enfin ces enfants ont encore faim