Vous êtes sur la page 1sur 4

Note a l'attention de

Monsieur Jacques cervier

DLI6 13&t

Cette note de simulation, dont vous connaissez les modalités d'élaboration, appelle de ma part les remarques suivantes

En termes de méthodes tout d'abord:

- en construisant pour les années 2002, 2003, 2004 deux jeux d'hypothèses « roses » et « grises » on décrit « un espace des possibles » à l'intérieur duquel se situera nécessairement la réalité pour les années considérées.

la qualité du travail repose donc essentiellement sur la vraisemblance des hypothèses retenues. Il faut sur ce point bien considérer qu'aucune d'entre elles n'est le fruit d'un quelconque travail d'imagination mais que toutes reposent sur des éléments concrets (par exemple, les hypothèses retenues pour le vastarel correspondent aux points de départ et aux points d'arrivée de la négociation diamicron) ou sur des propositions d'experts, des discours ou des projets politiques évoqués depuis plusieurs années (par exemple, déremboursement des médicaments à SMR insuffisant ou poursuite du plan Aubry

- le terme de l'étude a été fixé à 2004 car jusqu'à cette année là tous les paramètres sont connus, ce qui n'est plus tout à fait le cas ensuite, en raison du lancement de nouveaux produits ; la réflexion sur 2005, 2006 mériterait néanmoins d'être poursuivie.

- le périmètre retenu pour ce travail est celui de Servier-France stricto- sensu (chiffre d'affaires remboursable, hors biogaran)

En termes de conséquences ensuite:

Le premier intérêt de cette simulation est de traduire en termes de chiffre d'affaires (et donc de marges) les conséquences des différentes mesures éventuellement prises par les pouvoirs publics ; ces conséquences sont extrêmement sensibles puisque le CA varie, selon le jeu d'hypothèses retenues, de 3500MF à 2800MF en 2004.

- 3500 MF dans l'hypothèse dite de base, qui est en fait une hypothèse extrêmement favorable (rose vif !)puisque aucune mesure, d'aucune sorte, ne serait prise entre 2002 et 2004, et où le vastarel serait inscrit dans des conditions identiques à celles du diamicron.

- 2800MF dans une hypothèse ((grise)) de déremboursement des médicaments à SMR insuffisant ou de remboursement forfaitaire de certaines classes.

Certes, le pire n'est jamais certain, et la réalité se situera vraisemblablement entre ces deux extrêmes, mais la plus élémentaire des prudences est tout de même de se préparer au pire en prenant en compte le scénario gris et en se mettant ainsi en situation d'aborder dans de bonnes conditions les années 2004/2005.

X216 (383

2

Le second intérêt de cette simulation est de contribuer à l'élaboration d'une position politique de la maison. Les conséquences des différentes hypothèses ne sont en effet pas équivalentes ; certaines sont plus nocives que d'autres : le déremboursement est plus coûteux que la poursuite du plan Aubry qui est lui-même plus coûteux que la création d'un taux de remboursement à 10 ou 15 % qui lui ne coûte à peu prés rien. Bref, il y a là matière à réflexion sur ce que pourrait être, compte tenu de cette simulation, la position officielle de la maison et sa formulation dans les deux ans à venir.

Hypothèse de base

Chiffre d'affaires conventionnel, sans nouvelle baisse de prix hormis une baisse de 7 % de Vastarel liée à l'inscription de Vastarel 35mg*

2001 3300 MF

2002 3286 MF

2003 3403 MF

2004 3562 MF

Hypothèse n° 1: application stricte du plan AUBRY

en octobre 2002 :

en octobre 2002 :

a) 3ème baisse de prix sur les produits à SMR Ja) 3ème baisse de prix sur les produits à SMR

insuffisant : -75MF en année pleine

I

insuffisant: -75MF en année pleine

b) 2ème baisse de prix sur les produits à fort b) 2ème baisse de prix sur les produits à fort volume de ventes et/ou non encore volume de ventes et/ou non encore génériqués : -45 MF en année pleine génériqués : -45 MF en année pleine

aucune baisse nouvelle en 2003

c) baisse de 30% (et non de 7 %) de Vastarel liée à l'inscription de Vastarel 35mg*

aucune baisse nouvelle en 2003

2001 3300 MF

2001

3300 MF

2002 3256 MF

2002

3221 MF

2003 3283 MF

2003

3141 MF

2004 3442 MF

2004

3293 MF

* les deux hypothèses de baisses de prix de VASTAREL s'appuient sur le dossier « vécu » pour Diamicron 30mg :

0

-30%, proposition initiale du CEPS pour l'inscription de Diamicron,

9

-7% proposition finale du CEPS.

3

^

]

fI

Hypothèse n°2: ppursiite du Ian AUBRY en 2003 et 2004

a) VASTAREL à —30 %

b) baisse de prix en 2002 (cf ci-dessus)

a) VASTAREL à 7 %

b) baisse de prix en 2002 (cf ci-dessus)

c) + 100MF de baisses de prix en juillet 2003 et c) + 10OMF de baisses de prix en juillet 2003 et 10OMF en juillet 2004

10OMF en juillet 2004

2001 3300 MF

2002 3256 MF

2003 3233 MF

2004 3292

MF

2001

3300 MF

2002 3221 MF

2003 3091 MF

2004

3141 MF

03 :

juillet 2003

a) VASTAREL à —30 %

b) baisse de prix en 2002 (cf ci-dessus)

a) VASTAREL à 7 %

b) baisse de prix en 2002 (cf ci-dessus)

c) + 400MF de baisses de CA en janvier ou en c) + 400MF de baisses de CA en janvier ou en juillet 2003

juillet 2003

2001 3300

2002 3256

2003 (janv.) ou 3083 MF (juil.)

MF

MF

2883

3042

2004 MF

3300 MF

2002 3221

2003 2741

2004 2891 MF

2001

MF

(janv.) ou 2941 MF (juil.)

4

Hypothèse n°4: introduction à compter de janvier 2003 d'un remboursement forfaitaire sur les médicaments de la C5C, de la C4A et les médicaments générigués (les mutuelles refusant de

prendre en charge la totalité du complément)

4.a)

Remboursement forfaitaire de DAFLON 500 mg sur la base du « prix cible» de 1,00 F par jour (PFHT)

2001 3 300 MF

2002 3 256 MF

2003 3 045 MF

2004 3198 MF

4.b)

Remboursement de DIAMICRON et VASTAREL sur la base du prix des génériques

2001 3 300 MF

2002 3 256 MF

2003 2 967 MF

2004 3111 MF

4.c) Remboursement forfaitaire de DAFLON 500 sur la base de 1,00 F par jour Remboursement forfaitaire de DUXIL sur la base de 1,50 F par jour

Remboursement de DIAMICRON et VASTAREL sur la base du prix des génériques

2001 3 300 MF

2002 3 256 MF

2003 2 752 MF

2004 2 892 MF

L'obligation de prescrire en DCI avec substitution par le pharmacien pour l'un des produits les moins chers aurait globalement les mêmes conséquences.

NB: La création d'un taux de remboursement de 10 % pour les médicaments à SMR insuffisant constituerait, dans l'hypothèse où les mutuelles accepteraient de prendre en charge la totalité du complément, la mesure la plus favorable puisqu'elle n'aurait pratiquement aucun impact sur le chiffre d'affaires de ces produits.

Il conviendrait pour ces deux dernières hypothèses (n°4 et création d'un taux de remboursement à 10 %) d'effectuer d'autres simulations pour mesurer les conséquences des diverses attitudes possibles des mutuelles