Vous êtes sur la page 1sur 10

Picasso, Les Demoiselles d’Avignon, quand

le peintre représente sa propre révolution


artistique

« Je voudrais arriver à ce qu’on ne


voie jamais comment mon tableau
a été fait. Qu’est ce que cela peut
faire ? […] Ceux qui cherchent à
expliquer un tableau font la
plupart du temps fausse route »
( Picasso à Zervos, 1935 )

   
Les Demoiselles d’Avignon, 1907, MOMA, 243,9x233,7 cm
Trajectoire d’un
Vie :
artiste, biographie artistique
1881 : Naissance de Pablo Ruiz
Picasso ( 25 Octobre ) à Malaga.
1895 : Intègre la « Lonja », école
des Beaux-arts
1904 : S’installe au Bâteau Lavoir
à Paris
1944 : Adhésion au Parti
Communiste
1962 : Reçoit le prix Lénine de la
Paix
1873 : Mort de Picasso (8 avril)
Autoportrait, Picasso,
1907
Prémices de la période
Œuvre : cubiste
1901 : Première exposition chez Ambroise
Autoportrait, Picasso Vollard
1901
1905 : Rencontre Apollinaire, premiers achats
Période Bleue
de tableaux par les Stein
1907 : Rencontre Derain et Kahnweiler, qui
ouvre une galerie de tableaux, peint Les
Demoiselles d’Avignon.
1911-1913 : Période d’expérimentation avec
Braque
1916 : Participe à l’exposition du salon d’Antin,
organisé par Salmon
    : peint Guernica
1937
Autoportrait,
Picasso, 1906 1939 : Grande rétrospective à New York au
L’enfance de l’art picassien 
La période bleue
Science et Charité, Picasso, 1897,
Barcelone, Museu Picasso
La période rose

-Les premiers
engagements -Intérêt pour les
saltimbanques et le
-Réflexion sur la
cirque : idée
condition humaine
d’errance
-Réinsertion de la
couleur dans son
oeuvre

Une œuvre de jeunesse

- Entre Académisme et
Impressionnisme
-Importance de l’étude dans la
Celestina, Picasso, 1904,
construction Musée Picasso de paris
-Représentation de personnes
  déguisées
réelles,  
Arlequin assis, Picasso
1905
Une marche vers une révolution artistique : les
signes avant-coureurs
Portrait de Gertrude Stein, 1905-
1906 The Metropolitan Museum
Vers le NY
Deux femmes nues, 1906, New
primitivisme et la York MOMA

géométrisation des
corps
Visage : masque

-Nez et lèvre supérieure


accentués
-Yeux disproportionnés
- « lissage » des traits,
simplification

Apparition du primitivisme

-Décomposition des corps par la lumière : les différentes


tonalités utilisées suivent les jeux d’ombre et de lumière
- Le fond non narratif, dans les mêmes tonalités que les
 
personnages  
Les Demoiselles d’Avignon, une révolution
artistique
« Les Demoiselles d’Avignon, ce
que ce nom peut m’agacer.
Vous saviez bien que ça
s’appelait ‘Le bordel d’Avignon’
au début » (Picasso à
Kahnweiler )

Un mythe à part entière

-Tableau peint après le séjour


de Picasso à Gosol en Espagne
-Première exposition en 1916
au salon d’Antin, organisé par
Salmon
-1920 : Salmon et Kahnweiler
déclarent que c’est la 1ère
œuvre cubiste
-1924 : Acquisition par Doucet
-1937 : Achat par le MOMA
-1990 : Exposition « Picasso
    and Braque, pioneering
Les Demoiselles d’Avignon, 1907 MOMA, NY 243,9 x 233,7 cm cubism » au MOMA
Une révolution picturale

« …les formes naturelles (…) sont fragmentées dans un dessin semi-


abstrait, qui occupe toute la surface de la toile, faite de plans décalés et
basculés ; ceci est déjà le cubisme (…) le tableau des Demoiselles est un
tableau de transition, un laboratoire, ou mieux un champ de bataille où
essais et tentatives livrent combat… » (Barr-1939 )
L’affirmation d’une rupture dans le
parcours de l’artiste

-Les études préliminaires : l’importance


de la déconstruction
-Plusieurs points de vue rassemblés en
un seul : posture invraisemblable de la
demoiselle accroupie
-L’art primitif affirmé : du vocabulaire à
la syntaxe primitiviste
-L’œuvre ne renvoie qu’à elle-même : les
femmes nous regardent depuis l’œuvre,
elles nous forcent à voir (demoiselle qui
retient le rideau)
-Représentation de la réalité brutale d’un
bordel => géométrisation : violence et
   
dynamisme, lignes brisées
Une Révolution artistique

« Rien ne ressemble plus à un bordel qu’un musée » (Michel


Leiris, L’âge d’homme )
Les Demoiselles d’Avignon , une parodie :
-Le renoncement affirmé au stéréotype de la peinture
-la réponse à l’académisme et à la révolution de Matisse
: selon les critiques il était allé trop loin, selon Picasso,
pas assez loin
-une contradiction violente
à la mélodieuse sérénité de
Matisse
-La volonté de sortir des
carcans hérités de la
renaissance : rejet de la
perspective

Dénoncer la prostitution de
l’art :

Ingres, Le bain Turc


-Masque : accentuation de
l’ambivalence entre présence et
absence
-Le ‘bordel philosophique’ se
 
transforme en parodie pour  
choquer Matisse, La joie de vivre 1905-
L’héritage des Demoiselles d’Avignon
« En peinture il y’a, aujourd’hui, Picasso (…) Ecrire le nom de Picasso c’est, hélas,
du même coup, amener à l’esprit du lecteur le mot fatidique et à présent fastidieux
: cubisme. (…) Avec lui, il faut remonter bien loin, plus haut, pour égrener tout le
long du chemin, l’infini rosaire d’une œuvre. » (P. Reverdy Paris Journal, 1923 )
Une nouvelle forme d’art :

-La naissance du cubisme ?


-La déconstruction, comme forme de création : une
nouvelle façon d’observer
-La simplification et la géométrisation des formes
-L’art au service d’un engagement politique

Portrait d’Ambroise Vollard, 1910,


Moscou, musée Pouchkine

   
Guernica, Picasso, 1937, Madrid, Musée National du
Prado 3,51x7,51 m
Conclusion

Sur le plan pictural :

-Les Demoiselles d’Avignon constituent


une rupture dans l’art de Picasso :
violence, dynamisme et géométrisation
rompent avec son enseignement
académique et son expérience
impressionniste.
-Approfondissement des expériences du
début du 20ème siècle au-delà des fauves et
des impressionnistes.
-Se pose en parallèle au mouvement
symboliste.

Sur le plan philosophique et intellectuel :

-Une révolution de la perception de


l’artiste et de l’art lui-même.
-La persistance d’un monde intérieur et la
nécessité de contrôler son art, pour ne pas
qu’il  tombe dans l’académisme.  
La danse, 1925, Londres, Tate Gallery
Quand le peintre représente sa propre révolution
artistique
-Les Demoiselles d’Avignon, volume 1,
Musée Picasso Paris, sous la direction
d’Hélène Seckel, conservateur au musée
Picasso
-L’amour de l’art, histoire de l’art
contemporain, Novembre 1933, sous la
direction de René Huyghe
-Picasso, la déconstruction créatrice, Jean-
Louis Ferrier
-Dictionnaire Picasso, Pierre Daix
1896
-Le Chef-d’œuvre invisible, Hans Belting 1972

1901
1906 1907