CPGE – Marrakech - Révisions de S.

I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


1













Document préparé par : OUIKASSI
(Recueil de 30 pages)


Merci de m’envoyer, par E-mail, toutes vos remarques et
suggestions à l’adresse : kamnit@yahoo.fr


Ce résumé est disponible sur le site web du lycée Ibnou Taymia.


Chapitre Page

Chapitre Page

Chapitre Page
Mécanique 2

Dynamique 9

Asservissements 17
Cinématique 3

Automatique 12

FAST –SADT 27
Statique 6

Combinatoire 13

Grafcet 29
Mobilité et Hyp. 8

Séquentiel 16



N.B : un résumé ne peut s’avérer bénéfique que si le cours entier est assimilé

CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


2




























CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


3


1. Torseur cinématique :
Le torseur cinématique du solide S par rapport au repère R, réduit au
point A est :




) / ( R S Ω : Vecteur vitesse de rotation de S/R ;
) / ( R S A V ∈ : Vecteur vitesse linéaire du point A dans le mouvement de S/R,
donné par :
R
R S A
dt
OM d
V
(
(
¸
(

¸

= ∈ ) / ( O est un point du repère R.
2. Relation de changement du point de réduction du torseur cinématique :
En un point B, ce torseur devient :
{ }
B
R S B
R S
R S
V
)
`
¹
¹
´
¦

=
∈ ) / (
) / (
) / (
ν
avec : ) / ( ) / ( ) / ( R S R S A R S B BA V V Ω ∧ + = ∈ ∈

3. Relations de composition de mouvement :
On considère un solide S en mouvement par rapport à un repère R
1
,
lui-même en mouvement par rapport à un repère R
0
.
) 0 / ( R S Ω = ) 1 / ( R S Ω + ) 0 / 1 ( R R Ω

) 0 / ( R S A V ∈ = ) 1 / ( R S A V ∈ + ) 0 / 1 ( R R A V ∈

{ }=
) 0 / ( R S
ν { }+
) 1 / ( R S
ν { }
) 0 / 1 ( R R
ν

Attention : pour déterminer le vecteur vitesse ) / ( R S M V ∈ , on ne peut
pas dériver si M n’est pas un point fixe de S.

4. Vecteur accélération :


Pour deux points liés au même solide :





Composition des vecteurs accélération :


Attention : pour déterminer un vecteur accélération
) / ( R S M∈ Γ
, on ne
peut pas dériver si M n’est pas un point fixe de S.
{ }
A
R S A
R S
R S
V ¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦

=
∈ ) / (
) / (
) / (
ν

R
R S A
R
R S A
dt
V d
dt
OA d
(
(
¸
(

¸

=
(
(
¸
(

¸

= Γ


) / (
2
2
) / (
[ ] ) / ( ) / (
) / (
) / ( ) / ( R S R S
R
R S
R S A R S B BA
dt
d
BA Ω ∧ ∧ Ω +
(
(
¸
(

¸


∧ + Γ = Γ ∈ ∈
) 1 / ( ) 0 / 1 ( ) 0 / 1 ( 2 R S A R R R R A V ∈ ∈ ∧ Ω + Γ + Γ ∈ ) 1 / ( R S A
= Γ ∈ ) 0 / ( R S A
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


4
5. Vecteur vitesse de glissement :
Le vecteur vitesse de glissement de S
1
par rapport à S
0
en leur point
de contact I est : ) 0 / 1 ( S S I V ∈
Ce vecteur est contenu dans le plan tangent commun au deux solides
contenant le point I.
En l’absence de glissement en I entre ces deux solides, ce vecteur
est nul : O V S S I = ∈ ) 0 / 1 (

6. Mouvement plan sur plan :
S est en mouvement plan par rapport à R si tous ses points se
déplacent dans des plans parallèles à un plan de R.

Centre instantané de rotation de S/R (I
SR
) :
C’est le point I
SR
tel que : O V R S I
SR
= ∈ ) / (
Nota: à l’instant considéré, S tourne par rapport à R autour de I
SR
.
Détermination graphique de I
SR
:
Connaissant les supports des vitesses de deux points A et B de S/R,
alors : I
SR
= (┴ en A au support de ) / ( R S A V ∈ )∩(┴ en B au support de ) / ( R S B V ∈ )

7. Détermination graphique des vecteurs vitesses dans
le cas de mécanisme plan :

Première méthode : Equiprojectivité (Fig.1)
C’est l’exploitation graphique de la relation : ) / ( ) / ( . . R S B R S A V AB V AB ∈ ∈ =
Conditions d’utilisation : On doit connaître complètement le
vecteur vitesse d‘un point d’un solide et le support de la
vitesse de l’autre point (les deux point sont liés au même
solide).
Deuxième méthode : CIR (Triangle ou champs des vitesses) (Fig.2)
C’est l’exploitation graphique de l’existence du CIR, sachant que :
O V R S I
SR
= ∈ ) / ( et que le mouvement de S/R à l’instant considéré est une
rotation autour de I
SR.
Conditions d’utilisation : On doit connaître la position du CIR
et le vecteur vitesse d’un point de S/R.
Troisième méthode : composition (Fig.3)
C’est l’exploitation graphique de la relation de composition des
vecteurs vitesse (Même point mais des solides différents).
Conditions d’utilisation : On doit connaître, au moins, un
vecteur vitesse et les supports des deux autres.


















A
B
) / ( R S B V ∈
) / ( R S A V ∈
S
A
I
S/R
) / ( R S A V ∈
S
B
) / ( R S B V ∈
) 0 / ( R S A V ∈
) 1 / ( R S A V ∈
) 0 / 1 ( R R A V ∈
A
Fig.1
Fig.2
Fig.3
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


5
8. Rappels et compléments utiles
Engrenages :

Rapport de réduction d’un train d’engrenages à axes fixes :
menées
menantes n
entrée
sortie
Z
Z
k
Π
Π
− = = ) 1 (
ω
ω

avec : n est le nombre d’engrenages cylindriques parallèles extérieurs.

Rapport de réduction d’un train épicycloidal :
( 1)
Planétaire de sortie porte satellite n menantes
planétaire entrée porte satellite menées
Z
k
Z
ω ω
ω ω

Π
= = −
− Π

Signe du rapport de réduction k d’un engrenage conique :
1 2
2 1
( )
z
k
z
ω
ω
= =±
Soit C1 et C2 les centres des deux roues 1 et 2 respectivement, et I leur point de
contact.
• Si
1
IC
uuur
et
2
IC
uuur
sont de mêmes signes, alors : k est négatif ;
• Si
1
IC
uuur
et
2
IC
uuur
sont de signes différents, alors : k est positif ;

Système Vis-écrou

Soit V la vitesse de translation et w celle de rotation. P est le pas de
l’hélice. On a la relation : w
P
v
π 2
± =
Le tableau suivant permet de décider du signe de la relation ci-dessus :


La vis tourne
La vis translate
La vis tourne
l’écrou translate
Hélice à droite + -
Hélice à gauche - +

Les liaisons :

Torseur cinématique
Torseur
statique
Dans l’espace
¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦
z z
y y
x x
V
V
V
ω
ω
ω

¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦
N Z
M Y
L X

Dans le plan
) , ( y x





)
`
¹
¹
´
¦
y
x
z
V
V
ω






)
`
¹
¹
´
¦
N
Y
X




Les liaisons pour lesquelles
le centre est fixe par rapport
aux deux solides liés sont :

Encastrement – Sphérique –
Pivot - sphérique à doigts.

(Autrement dit, ce sont les
liaisons qui n’autorisent
aucune translation)

La forme des deux torseurs est gardée en :

Tout point de l’espace :
plan Appui
Glissière
nt Encastreme

.Tout point de l’axe :
e hélicoidal
plan Sphère
glissant Pivot
Pivot

.


Tout point d’un plan : Linéaire rectiligne .Au centre :
doigts à Sphérique
Sphérique
cylindre Sphère
. ..


Réciprocité
On ne garde que :
- La rotation suivant
la normale ;
- Les deux translations
dans le plan.
Réciprocité
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


6



1. Modélisation des actions mécaniques de contact surfacique :
1.1. Modélisation locale :
Soient deux solide 1 et 2 en contact suivant une surface (S). L’action
mécanique de 1 sur 2 est représentée en chaque point M de (S) par : le
vecteur densité surfacique de contact
) 2 1 ( → M
f .











1.2. Lois de coulomb :

A la limite de glissement (ou équilibre strict) on applique les lois de
coulomb relatives au frottement.

1.3. Modélisation globale :
L’action mécanique de 1 sur 2 peut être représentée globalement par le
torseur :
{ }
A
A
S
M
R
¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦
=



) 2 1 , (
) 2 1 (
) 2 1 (
τ

tel que : ) 2 1 ( → R = ds f
M S
.
) 2 1 ( →
∫ ∫
et ) 2 1 , ( → A M = ds f AM
M
S
. ^
) 2 1 ( →
∫∫

Remarque :
Les relations précédentes restent toutes valables dans le cas d’un contact
linéique entre 1 et 2, à condition de substituer :
La surface de contact (S) par la ligne de contact (L) ;
L’élément de surface ds par l’élément de longueur dL ;
La densité surfacique par la densité linéique.
2. Action mécanique de contact ponctuel :
2.1. Modélisation :
Soient deux solides 1 et 2 en contact ponctuel en un point A. L’action
mécanique de 1 sur 2 peut être modélisée par un torseur :
M
π
) 2 1 ( → M
f ) 2 1 ( → Mn
f

) 2 1 ( → Mt
f

1
2
Considérons le plan tangent commun π à 1 et 2
contenant le point M. On peut écrire :
) 2 1 ( → M
f =
) 2 1 ( → Mn
f +
) 2 1 ( → Mt
f

) 2 1 ( → Mn
f : Densité surfacique normale ou pression
de contact (┴ à π ) ;
) 2 1 ( → Mt
f
: Densité tangentielle (Contenu dans π ).
1
er
cas : frottement 0 ) 1 / 2 ( ≠ ∈ M V
) 2 1 ( → Mt
f
^ 0 ) 1 / 2 ( = ∈ M V

) 2 1 ( → Mt
f
. 0 ) 1 / 2 ( = ∈ M V
<0
) 2 1 ( → Mt
f
=k
) 2 1 ( → Mn
f

K : coefficient de frottement
2
ème
cas : Adhérence 0 ) 1 / 2 ( = ∈ M V
) 2 1 ( → Mt
f
< k
) 2 1 ( → Mn
f


CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


7
{ }
A
A M
R
¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦
=



) 2 1 , (
) 2 1 (
) 2 1 (
τ
avec : ) 2 1 ( → R = T N + et ) 2 1 , ( → A M = n M + t M
N : ┴ à π : Effort normal . T : contenu dans π : Effort tangentiel ;
n M :┴à π : moment de pivotement. t M : contenu dans π :moment de roulement.

2.2. Lois analogues aux lois de Coulomb :

















3. Principe fondamental de la statique :

3.1. Enoncé :
Un système matériel Σ est en équilibre par rapport à un repère Galiléen si
et seulement si le torseur des actions mécaniques extérieures est nul.
{ } { } 0
) (
=
Σ → Σ
τ

3.2. Théorèmes généraux de la statique :
Théorème de la résultante statique :
0 ) ( = Σ → Σ R

Théorème du moment statique :
0
) (
=
Σ → Σ A
M
(A : point quelconque).
3.3. Cas particuliers : Equilibre sous l’action de forces

Nota :
On appelle force toute action mécaniques représentable par un torseur glisseur
Le point de la surface (ou ligne) de contact où le moment est nul est
appelé : Centre de poussée.
Equilibre sous l’action de deux forces :
Si le système matériel est en équilibre sous l’action de deux forces alors
elles sont directement opposées :
Même support ; Même module ; sens opposés.

Equilibre sous l’action de 3 forces :
Si le système matériel est en équilibre sous l’action de 3 forces alors :
Elles sont coplanaires ;
Leurs supports sont parallèles ou concourants en un point;
La somme vectorielle des trois vecteurs forces est nulle (Triangle
fermé).
Glissement
1
er
cas : ) 1 / 2 ( ∈ A V ≠ 0
) 1 / 2 ( ∈ A V ∧ T = 0
) 1 / 2 ( ∈ A V .T < 0
N k T . =
2
ème
cas : ) 1 / 2 ( ∈ A V =0
N k T . 〈
Pivotement
1
er
cas : (2/1) n Ω
ur
≠ 0
(2/1) n Ω
ur
^ n M = 0
(2/1) n Ω
ur
. n M < 0
n
M = N µ
µ : Paramètre de résistance
au pivotement;
2
ème
cas : (2/1) n Ω
ur
= 0
n
M < N µ
……………………………………………………………………………………
Roulement
1
er
cas : ) 1 / 2 ( ⋅ Ωt ≠ 0
) 1 / 2 ( ⋅ Ωt ^ t M = 0
) 1 / 2 ( ⋅ Ωt . t M < 0
t
M = N η
η : Paramètre de résistance
au roulement;
2
ème
cas :
(2/1) t

ur
= 0
t
M < N η
uur

CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


8




















































Légende :
Ns : nombre total des inconnues statiques ;
Nc : nombre total des inconnues cinématiques ;
N
L
: nombre de liaisons ;
N
p
: nombre de solides ;
γ : nombre cyclomatique ;
h : degrés d’hperstaticité ;
mc : mobilité cinématique ;
mcu : mobilité cinématique utile ;
mci : mobilité cinématique interne ;
ddl : degrés de liberté.
Nota : dans le cas d’un mécanisme plan, la formule de mobilité devient :
mc – h = Nc - 3γ
Pour déterminer mc et Nc, on ne comptabilise que les translations dans le
plan et les rotations normales au plan.
h
Liaisons
en //
Etude statique
{ } { }
Li Leq
τ τ Σ =
(I)
h = Ns - rs (ce sont les inconnues
statiques indéterminées)
Formule de mobilité :mc – h = Nc - 6γ
C’est le nombre de ddl de Leq
Intuitivement
Etude statique (I)
Etude cinématique :
{ } { }
Li Leq
υ υ =

N
L
-N
P
+1
Liaisons en
série
h = 0
mc = Nc
Pour Leq
Intuitivement
Etude statique :
{ } { }
Li Leq
τ τ =

Etude cinématique :{ } { }
Li Leq
υ υ Σ =
Cycle ou
Chaîne
complexe
Etude statique : on applique le PFS à chaque solide sauf
le bâti : h = Ns - rs
Formule de mobilité : mc – h = Nc - 6γ
mcu + mci
C’est le nombre de mouvement d’entrée
C’est le nombre de mouvement
qui subsistent quand on fixe
les mouvements d’entrée
Fermetures cinématiques
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


9


1. CINETIQUE :

1.4. Centre de gravité d’un système matériel Σ:
Définition : C’est le point G / 0 . =

Σ ∈
dm GP
P

Propriétés : - G ∈ à l’élément de symétrie de Σ ;
- Soit = Σ
U
n
i
S
1
(S
i
solide de masse m
i
et de centre de gravité G
i
) et
A point quelconque :


=
n
i
n
i i
m
AG m
AG
1
1
-


=
n
i
n
R Gi
i
R G
m
V m
V
1
1
) / (
) / (
et


Γ
= Γ
n
i
n
R Gi
i
R G
m
m
1
1
) / (
) / (

Théorèmes de GULDIN :
- Premier Théorème : La surface engendrée par la rotation d’une courbe
plane et homogène, autour d’un axe de son plan, ne la traversant pas, est
le produit de la longueur de la courbe par le périmètre du cercle décrit
par son centre de gravité : S = 2П R
G
L.
- Deuxième théorème : Le volume engendré par la rotation d’une surface
plane et homogène, autour d’un axe de son plan, ne la traversant pas, est
le produit de l’aire de la surface par le périmètre du cercle décrit par
son centre de gravité : V = 2П R
G
S.

1.5. Matrice d’inertie d’un solide S en un point Q :
Définitions
) , , (
) , (
z y x
S Q
C D E
D B F
E F A
I
|
|
|
¹
|

\
|
− −
− −
− −
= Telle que :
dm z y A
S P
) (
2 2
+ =


; dm z x B
S P
) (
2 2
+ =


; dm y x C
S P
) (
2 2
+ =


; dm yz D
S P


= ;
dm xz E
S P


= et dm xy F
S P


= . Sachant que : z z y y x x QP + + =
A, B et C sont des moments d’inertie ; D, E et F sont des produits
d’inertie. ( En Kg.m
2
)
Pour un système matériel Σ : Soit = Σ
U
n
i
S
1
alors : ) , (
1
) , ( Si Q
n
Q I I

= Σ
Effet de la symétrie matérielle sur la forme de la matrice d’inertie :
- S possède un plan de symétrie matérielle : L’axe ┴ à ce plan est
API (Axe Principal d’Inertie) ;
- S est une plaque plane : L’axe ┴ au à son plan est API, et le
moment d’inertie autour de cet axe est la somme des deux autres
moments d’inertie ;
- S possède un axe de révolution : La matrice d’inertie est
diagonale et les moments d’inertie autour des deux autres axes
sont identiques.

CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


10
Théorème d’HYGHENS :
Soit un solide S de masse m et de centre d’inertie G. Q point quelconque :
= ) , ( S Q I ) , ( S G I + { }) , , ( G ms Q I , tel que : { }) , , ( G ms Q I =
) , , (
2 2
2 2
2 2
z y x
b a bc ac
bc b a ab
ac ab c b
m
|
|
|
¹
|

\
|
+ − −
− + −
− − +

Avec : z c y b x a QG + + =
Moment d’inertie d’un solide S par rapport à un axe (Q,δ ) :
J
(S/
(Q,δ ) = δ δ . . ) , ( S Q I

1.6. Torseur cinétique d’un système matériel Σ / repère R :
Définition :
{ }
Q
R Q
C
R
R
C
¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦
=
Σ
Σ
) / , (
) / (
σ
avec :

Σ ∈
=
P
R P C dm V R ). / ( et

Σ ∈
Σ =
P
R P R Q dm V QP . ^ ) / ( ) / , ( σ
Expressions pratiques :
) / ( . R G C V m R Σ
Σ
= et, pour un solide, ) / ( ) / ( ) , ( ) / , ( ^ . . R S Q R S S Q R S Q V QG m I ∈ + Ω = σ
Nota : Pour un système matériel = Σ
U
n
i
S
1
:

= Σ
n
R Si Q R Q
1
) / , ( ) / , ( σ σ

1.7. Torseur dynamique d’un système matériel Σ / repère R :
Définition :
{ }
Q
R Q
d
R
R
D
¦
)
¦
`
¹
¦
¹
¦
´
¦
=
Σ
Σ
) / , (
) / (
δ
avec :

Σ ∈
Γ =
P
R P d dm R ). / ( et

Σ ∈
Σ Γ =
P
R P R Q dm QP . ^ ) / ( ) / , ( δ
Expressions pratiques :
) / ( . R G d m R Σ
Σ
Γ = et, ) / ( ) / (
) / , (
) / , ( ^ . R G R Q
R
R Q
R Q V V m
dt
d
Σ
Σ
Σ
Σ +
(
(
¸
(

¸

=
σ
δ
1.8. Energie cinétique d’un système matériel Σ / repère R :
Définition :

Σ ∈
Σ
=
P
R P
R
dm V T .
2
1
) / (
2
) / (

Expression pratique :
- Pour un solide S : { } { }
) / ( ) / ( ) / (
2
1
R S R S R
C V T ⊗ =
Σ

- Pour un système matériel = Σ
U
n
i
S
1
: { } { }
) / ( ) / (
1 1
) / ( ) / (
2
1
R Si R Si
n n
R Si R
C V T T ⊗ = =
∑ ∑ Σ

2. P.F.D :

2.1 Enoncé:
{ } { }
) (
/ (
Σ → Σ
Σ
= τ
Rg
D Rg : repère galiléen
2.2 Thérèmes généraux de la Dynamique (T.G.D):
Théorème de la résultante Dynamique T.R.D : ) ( ) / ( Σ → Σ Σ
Σ
= Γ R m Rg G
Théorème du Moment Dynamique T.M.D : int : Q po ∀ ) , ( ) / , ( Σ → Σ Σ = Q R Q M δ
2.3 Equation de mouvement :
C’est toute équation issue des T.G.D, ne contenant aucune composante
inconnue d’action mécanique (Si l’équation de mouvement est de premier
ordre alors, elle sera appelée : Equation intégrale première de mouvement).
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


11
3. ENERGETIQUE :


3.1 Puissance d’action mécanique extérieure :

La puissance développé par l’action mécanique du système matériel Σ
1
sur le
système matériel Σ
2
, dans le mouvement de Σ
2
par rapport au repère R, est :

m d f V P
M
M
R P
R

Σ ∈
Σ → Σ Σ → Σ
=
2
) 2 1 (
) / (
) / 2 1 (
. .
Avec :
) 2 1 ( Σ → Σ M
f est la densité massique de l’action mécanique de Σ
1
sur Σ
2
.
Expression pratique : si Σ
2
est un solide S alors :

=
→ Σ ) / 1 ( R S
P { } { }
) 1 ( ) / ( S R S
V
→ Σ
⊗ τ

3.2 Puissance d’inter efforts entre Σ1 et Σ2 :
=
Σ ↔ Σ ) 2 1 (
P
) / 2 1 ( R
P
Σ → Σ
+
) / 1 2 ( R
P
Σ → Σ


Propriété : cette puissance est indépendante du repère R.
Pour deux solides S1 et S2 :
=
↔ ) 2 1 ( S S
P
) 1 / 2 1 ( S S S
P

=
) 1 / 2 1 ( S S S
P


Définition d’une liaison parfaite : la liaison L
S1-S2
est parfaite si
et seulement si : =
→ ← ) 2 1 ( S S
L
P 0.

3.3 Energie potentielle :

Associée à une action mécanique extérieure :

C’est le scalaire V
(Σ1→Σ2/R)
tel que :
dt
dV
P
R
R
) / 2 1 (
) / 2 1 (
Σ → Σ
Σ → Σ
− =
Exemple :
Σ Σ Σ →
= OG g. m - V
R) / (pesanteur
avec O est un point de R.

Associée à des inter efforts :
C’est le scalaire V
(Σ1↔Σ2)
tel que :
dt
dV
P
) 2 1 (
) 2 1 (
Σ ↔ Σ
Σ ↔ Σ
− =
Exemples :
Re
2
( 1 2)
1
V .
2
ssort de traction
k L
Σ ←→Σ
= ∆ avec K est la raideur du
ressort.
Re
2
( 1 2)
1
V .
2
ssort de torsion
c θ
Σ ←→Σ
= ∆ avec c est la raideur du ressort.

3.4 Théorème de l’Energie Cinétique (T.E.C) :

Pour un solide S :
) / (
) / (
Rg S S
Rg S
P
dt
dT

=
Pour un ensemble de solides = Σ
U
n
i
S
1
:
int
) / (
) / (
P P
dt
dT
Rg
Rg
+ =
Σ → Σ
Σ

Avec :
int
P est la puissance de tous les inter-efforts entre les
solides de Σ.


Rendement d’un mécanisme : C’est le rapport de la puissance à la sortie du
mécanisme par la puissance à son entrée.
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


12



CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


13



1. Généralités :
1.1. Variable logique :
C’est une grandeur qui ne peut prendre que 2 états possibles (Vraie ou
Faux).
On associe à ces deux états le nombre 0 ou 1.
1.2. Fonction logique :
Elle est représentée par des groupes de variables logiques reliées entre
elles par des opérateurs logiques, et qui ne peut prendre que deux valeurs
0 ou 1.

2. Algèbre de BOOLE :
2.1. Opérateurs logiques :

• Opérateur EGALITE ou
OUI : F
(a)
= a















• Opérateur COMPLEMENT ou NON : F(a)=
a




















• Opérateur ADDITION ou OU : F(a,b) = a + b

Schéma électrique à contacts :

Chronogramme :
t
a
t
F
(a)

1
Symboles logiques :

Table de vérité :

a F
(a)

0 0
1 1


Convention :
Interrupteur non actionné : 0
Interrupteur actionné : 1
a
Schéma électrique à contacts :

Table de vérité :

a F
(a)

0 1
1 0

1
Symboles logiques :

t
a
Chronogramme :
t
F
(a)

a
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


14









• Opérateur PRODUIT ou ET : F(a,b) = a . b























• Opérateur OU EXCLUSIF : F(a,b) = a

b












• Opérateur NAND : F(a,b)=
. ab
.Opérateur NOR : F(a,b)=
a b +









Table de vérité :

a b F
(a,b)

0 0 0
1 0 0
0 1 0
1 1 1

Schéma électrique à contacts :

a
b
Chronogramme :
t
b
t
F
(a,b)

t
a
Table de vérité :

a b F
(a,b)

0 0 0
1 0 1
0 1 1
1 1 1

Schéma électrique à contacts :

a
b
Symboles logiques :

≥1
Symboles logiques :

&
Symboles logiques :

&
Symboles logiques :

≥1
Table de vérité :

a b F
(a,b)

0 0 0
1 0 1
0 1 1
1 1 0

Symboles logiques :

=1
Remarques :
. a

b=1 si a≠b ;
. a

b= b a b a . . + ;
. a
1

a
2



a
n
= e (bit de parité)
e est 1 si le nombre de 1 dans la
combinaison a
1
a
2
…a
n
est impair
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


15
2.2. Théorème de DEMORGAN :

. ab a b = +

. a b ab + =

2.3. Relations fondamentales de l’algèbre de BOOLE :
Somme Produit
Commutativité a+b = b+a a.b = b.a
Associativité a+b+c = a+(b+c) a.b.c = a.(b.c)
Distributivité a+b.c = (a+b).(a+c) a.(b+c)= a.b + a.c
Elément neutre a+0 = a a.1 = a
Complémentation
a + a = 1 a .a = 0
Idempotence a+a = a a.a = a
Absorption d’un terme a+a.b = a a.(a+b) = a
Multiple de complément
a+a .b = a+b a.( a +b) = a.b
Elément absorbant a+1 = 1 a.0 = 0
Double complémentation
a = a

3. Simplification des équations :
3.1.1. Méthode algébrique :

• Principe :
Cette méthode consiste à appliquer les relations de l’algèbre de BOOLE.

3.1.2. Méthode graphique (tableau de KARNAUGH) :

- Pour une fonction à n variables, le tableau de KARNAUGH contient 2
n

cases. D’une case à la suivante une seule variable change à
la fois.
- Porter la valeur de la fonction à l’intérieur de chaque case.
- Faire les regroupements des 1 (Ou des 0).

• Conseils :
◊ On ne peut regrouper qu’un nombre de cases
correspondant à une puissance de 2 ;
◊ Rechercher les regroupements maxi ;
◊ Rechercher les regroupements en commençant par les
cases qui ne peuvent être regroupées que d’une seule
manière ;
◊ Minimiser le nombre des regroupements.

4. Systèmes combinatoires :
4.1. Définition :
On appelle système combinatoire, tout système pour lequel les variables
logiques de sortie ne dépendent que des variables logiques d’entrée.

4.2. Méthode de résolution d’un système combinatoire :
Trois étapes sont nécessaires :
• Identifier les variables d’entrée et de sortie ;
• Dresser la table de vérité ;
• Simplifier les équations.






CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


16


1. Définition :
Un système est dit séquentiel si l’état des sorties dépend non seulement de
l’état des entrées, mais aussi de leur ordre chronologique dans le temps.
Un système séquentiel possède donc une mémoire qui enregistre ses étapes
d’évolution.

2. Mémoires : (Bascules)
(Nota : Q
t-
est l’état précédent de la variable Q
t
)


Bascule RS Bascule RST Bascule D Bascule JK









































R S Q
t
0 0 Q
t-
0 1 1
1 0 0
1 1 0/1

T R S Q
t
0 Φ Φ Q
t-

1 0 0 Q
t-

1 0 1 1
1 1 0 0
1 1 1 Interdit

T D Q
t
0 Φ Q
t-

1 0 0
1 1 1

j k Q
t
0 0 Q
t-
0 1 0
1 0 1
1 1
t
Q



CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


17



Un système est dit asservi lorsqu’une grandeur de sortie (Action) suit
aussi précisément que possible les variations de la grandeur d’entrée
(Consigne ou Ordre), quelque soient les effets perturbateurs extérieurs.



B-1. Diagramme fonctionnel – Schéma bloc :

Elément Schématisation
Entrée


Sortie


Perturbation


Système ou processus
physique

Sommateur ou comparateur




B-2. Transformée de Laplace :

Définition :
A toute fonction du temps
( ) t
f nulle pour t < 0, on fait correspondre une
fonction F
(P)
qu’on appelle : Transformée de Laplace de
( ) t
f , telle que :
( ) ( ) ( )
0
. .
pt
P t t
F L f f e dt
+∞

( = =
¸ ¸ ∫

Propriétés de la transformée de Laplace :

Superposition linéaire :
( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )
tan , :
t t t t p p
et cons tes réelles f et g fonctions L f g F G λ µ λ µ λ µ ( + = +
¸ ¸


Dérivation :
'
( )
( )
(0 )
t
p
L f pF f
+
( = −
¸ ¸
Avec des conditions initiales nulles :
( )
( )
n
n
p n
df t
L p F
dt
(
=
(
¸ ¸

Nom du
système
+
±

CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


18
Intégration :
Avec des conditions initiales nulles :
( )
( )
n
p n
t
n
F
L f dt
p
(
=
(
¸ ¸


Théorème de la valeur initiale et finale :
( )
(0 ) lim p
p
f pF
+
→∞
= et
( ) ( )
0
lim p
p
f pF


=
Théorème du retard :
Soit
( ) ( ) ( ) ( )
pT
t t T P p
g f alors G e F


= =

Transformées de Laplace des signaux usuels :
2
( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 2 3
( ) ( )
2 2 2 2
1 1 1 1
1 § § § § §
sin ( ) § cos ( )
a t
t t t t t
t t
L L u L t u L t u L e u
p p p p a
p
L t u L t u
p p
δ
ω
ω ω
ω ω

( ( ( ( ( = = = = =
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸
+
( ( = =
¸ ¸ ¸ ¸
+ +

B-3. Fonction de transfert :
Définition :
La fonction de transfert F.T (ou Transmittance) d’un système linéaire
continu est le rapport de sa sortie sur son entrée en transformée de
Laplace avec des conditions initiales nulles.

Forme canonique et Caractéristiques d’une fonction de transfert :
Forme canonique :
2
1 2
( ) 2
1 2
1 1 ...
. .
1 ...
p
a p a p
H k
p b p b p
α
+ + +
=
+ + +

Ordre : c’est le degré de son dénominateur ;
Classe α : c’est le nombre de pôles nuls à l’origine ;
Gain :
( )
0
lim
p
p
k p H
α

=
B-4. Relations fondamentales des systèmes bouclés :

Schéma bloc minimal (forme canonique) :





FTCD

:
( ) p
G ; FTCR : R
(p)
; FTBO :
( )
( ) ( ) . ( )
r
BO p
S
H p FTCD FTCR
ε
= =
FTBF

:
( )
( )
1
BF p
S FTCD
H p
E FTBO
= =
+

G
(p)
R
(p)
S
(p)
E
(p)
ε
(p)
+
_
S
r
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


19
Pour un système à retour unitaire :
( )
1
p
R =
( )
1
BF p
FTBO
H
FTBO
=
+

Théorèmes de transformation usuels :




































H
1
H
2
e s H
1
.H
2
e
s
H
1
H
2

+
±
s
e
H
1
± H
2
e s
H
s
e
H
e
1
H

+
±
s
e
2
1
H

e
1 H

+
±
s
e
2
H
H
s
e
1
H
H
s
e
H

+
±
s
e
1
e
2
H

+
±
s
e
1
e
2
+
±
s
e
1
e
2
±
e
3
+
+
±
s
e
1
e
3
±
e
2
+
Théorème
Schéma initial
Schéma transformé
H
s
e
Association
d’éléments
en série
Association
d’éléments en
parallèle

Déplacement
de point de
dérivation en
amont d’un
élément

Déplacement
de point de
dérivation en
aval d’un
élément

Déplacement
d’un élément
en aval d’un
comparateur

Déplacement
d’un
élément en
amont d’un
comparateur
Permutation
de deux
comparateurs

CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


20
B-5. Réponses indicielles des systèmes élémentaires :
Amplificateur :
( ) p
H k =





e
0
: amplitude de l’échelon à l’entrée.
Intégrateur de premier ordre :
( )
1
p
H
p
=





Premier ordre fondamental :
( )
1
p
k
H
p τ
=
+








Deuxième ordre fondamental :
( ) 2
2
2
1
p
k
H
z p
p
n n ω ω
=
+ +














t
s
(t)

k.e
o
t
s
(t)

e
o
1
t
s
(t)

k.e
o
τ 3τ
0.95ke
o
t
1
D
1
t
s
(t)
k.e
o
z > >> > 1
s
(t)
t
k.e
o
z < << < 1
t
s
(t)
k.e
o
z = 1 : système rapide et sans
dépassements
t
k.e
o
z = 1
2
: système, absolument, le plus
rapide
s
(t)

2
1
1 0
1
2
. .
1
Z
z
D k e e
t
n z
π
π
ω


=
=


1.05ke
o
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


21
B-6. Diagrammes de Bode des systèmes élémentaires :

































C-1. Rapidité :

Elle est caractérisée par T
5%
, ou par la largeur de bande passante.
Un système est d’autant plus rapide que son T
5%
est faible ou que sa bande
passante est large.
Remarques :
Un système de premier ordre fondamental est rapide quand sa
constante de temps τ est faible ;
Un système de deuxième ordre fondamental est rapide quand sa
pulsation propre ω
n
est grande.
Méthodes de détermination graphique de T
5%
:
Par la définition : T
5%
est tel que
5% ( ) ( ) ( )
: 0.95 1.05
t
t T s s s
∞ ∞
∀ ≥ ≤ ≤

Log
ω
Logω

G
dB
Ø
20LogK
Log
ω
Logω

G
dB
Ø
-20
-90°
Log
ω
Logω

G
dB
Ø
-20
-90°
1/τ
20LogK
1/τ

3dB
-45°
Log
ω
Logω

G
dB
Ø
-40
-180°
ω
n
20LogK
ω
n

ω
R

-90°
1
2
Pour z 〈

1
2
Pour z ≥

Amplificateur Intégrateur
Premier ordre
fondamental
Deuxième ordre
fondamental
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


22
Par la réponse indicielle :








Par l’abaque T
5%
.ω ωω ω
n
= f(z) : (Pour un deuxième ordre fondamental)
T
5%
= 3τ ττ τ : (pour un premier ordre fondamental)

C-2. Précision :
La précision est caractérisée par le signal d’erreur
( ) t
ε .
Un système est d’autant plus précis que son signal d’erreur est faible.
On se limitera à l’étude de la précision statique, définie par :
( )
lim
s t
t
ε ε
→ ∞
=

On appelle :
Erreur de position (ou indicielle) : erreur statique pour une entrée échelon ;
Erreur de traînage (de poursuite ou de vitesse) : erreur statique pour
une entrée rampe.
Erreur statique pour l’entrée principale :

















Erreur pour une entrée perturbation constante :
Cette erreur statique serait nulle (donc l’asservissement serait insensible
à la perturbation), s’il existe au moins une intégration en amont du point
d’injection de la perturbation.
C-3. Stabilité :

Définitions :

Définition 1: un système est stable si à une entrée bornée correspond une
sortie bornée.
Nombre d’intégrations en BO
Entrée
α αα α
BO
= 0 α αα α
BO
= 1 α αα α
BO
= 2
Echelon : e
0
. u
(t)
1
o
BO
e
k +
0 0
Rampe : e
0
.t.u
(t) ∞
o
BO
e
k
0
Accélération : e
0
.t
2
.u
(t) ∞ ∞
2
o
BO
e
k


t
t
s
(t)
s
(t)
k.e
0
k.e
0
T
5%
0.95 ke
o
0.95 ke
o

1.05 ke
o

T
5%
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


23
Définition 2 : un système est stable si sa réponse impulsionnelle tend vers
zéro en régime permanent.

Condition de stabilité :
Un système est stable ssi tous les poles de sa FTBF sont à parties réelles
strictement négatives.
Remarques :
Remarque 1 : tout système de premier ordre ou de deuxième ordre
fondamental est stable.

Remarque 2 : si un système asservi est stable pour la consigne alors
il l’est pour la perturbation.

Critères de stabilité :
Critère de ROUTH :
Nota : on appellera équation caractéristique d’un système asservi, le
dénominateur de sa F.T.B.F égalé à zéro.

Enoncé du critère de ROUTH :
Première condition (nécessaire mais pas suffisante) :
Tous les coefficients de l’équation caractéristique doivent être du même
signe.

Deuxième condition :
Le système est stable si tous les termes de la colonne des pivots sont
strictement positifs.
Construction du tableau de ROUTH :
1 2
( ) 1 0 1 2
...
m m m
p m m m
D B p B p B p B p B
− −
− −
= + + + + +

p
m
B
m
B
m-2
B
m-4

p
m-1
B
m-1
B
m-3
B
m-5

p
m-2
C
m-2
C
m-4
C
m-6

p
m-3
D
m-3
D
m-5
D
m-7

.
.
.
P
1
1

avec: C
m-2
=
2
1 3 1
1
m m
m m m
B B
B B B

− − −
− ; C
m-4
=
4
1 5 1
1
m m
m m m
B B
B B B

− − −

Colonne des pivots
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


24
Critère du revers :
Critère du revers dans le plan de Nyquist :








Critère du revers dans le plan de Black-Nichols :










Critère du revers dans le plan de Bode :










Marges de stabilité :
Détermination analytique des marges de stabilité :
La marge de phase MP est définie à la pulsation ω
0
, pour laquelle
20LogH
BO(jωo)
= 0 dB, par : MP = 180° + Arg H
BO(jω ωω ωo).


La marge de gain MG est définie à la pulsation ω
-180
, pour laquelle
Arg H
BO(jω-180)
= -180° , par : MG = - 20Log  H
BO(jω ωω ω-180)
   .

( )
Re
BO j
H
ω
(
¸ ¸

( )
Im
BO j
H
ω
(
¸ ¸

A
-1
Stable
Instable
Un S.A est stable en boucle
fermée, si en parcourant son
lieu de transfert en boucle
ouverte, dans le sens des ω
croissants, on laisse le point
critique A(-1,0) sur la gauche.
Un S.A est stable en boucle
fermée, si en parcourant son lieu
de transfert en boucle ouverte,
dans le sens des ω croissants, on
laisse le point critique
A(-180°,0 dB), sur la droite.
( ) BO ω
Φ

( ) dB BO
G
ω −

A
-180°
Stable
Instable
Un S.A est stable en
boucle ouverte, si à la
pulsation ω
-180
pour
laquelle la phase en
boucle ouverte est de
-180°, le gain en
décibels en BO est < 0 .
-180°
Log (ω ωω ω)
Log (ω ωω ω)
GdB - BO (ω ωω ω)
Φ ΦΦ Φ
BO(ω ωω ω)
ω ωω ω-180
ω ωω ω-180

Stable
Instable
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


25
Détermination graphique des marges de stabilité :

Sur Black-Nichols Sur Bode Sur Nyquist












Correcteur proportionnel :
( )
1
p
c b = 〉
Toute augmentation du gain en BO provoque une :
Amélioration de la rapidité et de la précision de
l’asservissement ;
Détérioration de sa stabilité et de son amortissement.
Correcteur intégrateur :
( )
1
p
c p =
L’augmenation de la classe en BO provoque une nette amélioration de la
rapidité et de la précisionn de l’asservissement, mais son effet pour la
stabilité est néfaste.
Correcteur proportionnel-intégrateur (P.I):
( )
1 1
1
p
p
c
p p
τ
τ τ
+
= + =
Ce correcteur permet d’améliorer la précision et la rapidité de
l’asservisemnt sans gêner sa stabilité.

















( ) BO ω
Φ

( ) dB BO
G
ω −

-180°
MP
MG
-180°
Log (ω ωω ω)
Log(ω ωω ω)
GdB - BO (ω ωω ω)
Φ ΦΦ ΦBO(ω ωω ω)
ω ωω ω
o
MP
ω ωω ω
-180

MG

( )
Re
BO j
H
ω
(
¸ ¸

( )
Im
BO j
H
ω
(
¸ ¸

-1
( ,1) o ζ

o
MP
a
MG = 20 log a
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


26






































































CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


27




1. Méthode FAST

Principe :
Un diagramme FAST se présente sous la forme d’un « Arbre » de fonctions
partant de la fonction globale ou d’une fonction de service qu’on décompose
en plusieurs autres fonctions, pour déboucher finalement sur les solutions
techniques permettant de les satisfaire.

Forme générale :

















Lecture d’un diagramme FAST :
Sa lecture est basée sur une technique interrogative : « Pourquoi cette
fonction doit- elle être assurée ? Comment ? Quand ? » .



























Fonction
technique 12
Comment ?



Solution
constructive
Pourquoi ?



Participer à
la réalisation
de
la fonction
technique 1
Quand ?


Simultanément
aux fonctions
techniques 11
et 13
Quand ?
Quand « OU »
FS
FT 1
FT 2
Quand « ET »
FS
FT 1
FT 2
FP1
FT11
FT13

FT12

FT131

FT1312

FT2
FT1
FT1311

FT3
S 1311
S1312
etc
etc
etc
etc
Fonction de
service Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4
Solution
technologique
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


28
2. Méthode SADT

Principe :
C’est une méthode d’analyse descendante modulaire et hiérarchisée,
construite sur des fonctions. Partant de la fonction globale d’un produit,
elle en construit une décomposition par niveaux successifs.

Représentation graphique :
Les diagrammes SADT sont représentés par un ensemble de boites
rectangulaires interconnectées par des flèches, qui traduisent les liaisons
entre elles (Boites).























La représentation met en œuvre le code « MECS » :
M : Moyens E : Entrée C : données de Contrôles S : Sortie
























Activité :
Faire sur les
données d’entrée
Données de Contrôle :
• Energie
• Commande
• Décision de l’opérateur
• Information sur l’état du
système
Sortie
Entrée :
• Energie
• Information
• Service
Moyens :
• Matériels
• Logiciels
• Personnels

Que faire ?
Comment ?
Sur quoi ?
Avec quoi ?
Pourquoi ?



A-O




A1




A2






A3
A0
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


29
(T0)
(T1)

12 action A
Principales règles de syntaxe d’un SADT :

◊ La décomposition est faite par emboîtement ;
◊ La première boite distingue la fonction globale, elle est codée
A-0 ;
◊ Il est recommandé de décomposer cette boites en 3 à 6 boites ;
◊ La numérotation des boites permet de connaître le niveau
d’emboîtement (L’activité A231, par exemple, est la première de la
décomposition de l’activité A23 elle-même troisième activité de la décomposition A2
qui est la deuxième activité de A0 issue de l’activité principale A-0) ;
◊ La décomposition peut être poursuivie jusqu’à un niveau de détail
jugé nécessaire.


3. GRAFCET :

Structure graphique du grafcet

Le grafcet est utilisé
pour décrire et commander
l’évolution du système ;
Il permet de représenter :
• D’une part les variables
de sortie placées dans
les rectangles liés aux
étapes ; ( ce sont les
« Actions » ou
« ordres » qui sont les
éléments à réaliser par
le système : valeur
ajoutée à obtenir,
évènements souhaités …),

• D’autre part les
variables d’entrée
placées à droite du
trait représentant les transitions (elles caractérisent l’état du système
ou les évolutions réalisées par le système ; elles sont appelées
« Réceptivités » du grafcet).

Règle de conception du grafcet :
l’alternance Etape–Transition devra toujours être respectée.

Vocabulaire :
• Une étape est soit "active", soit "inactive" ;
• Variable d’étape : on associera la lettre « X » au numéro d’une étape
pour définir une « variable d’étape » ; exemple : X4 est la variable
d’étape associée à l’étape 4 ;
la variable X4 vaut « 1 » si l’étape 4 est active, et « 0 » si
l’étape 4 est inactive.
• Une transition peut être « validée » ou non ; « franchissable » ou
non.
• L'ensemble (ou la liste) des étapes actives, définit la "situation"
du grafcet à un instant donné ;
Les règles d’évolution

Règle 1 : Situation initiale
La situation initiale d'un grafcet
caractérise le comportement initial du
CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI


30
14
15
b c
d
12 A
1
Les structures divergentes
Et convergentes


Les sélections de
séquences (divergences ou
convergences en « OU »):

système lors de la mise en énergie ; elle traduit généralement un
comportement de repos.
Elle correspond aux étapes actives au début du fonctionnement ; les
symboles de celles-ci sont tracés en trait
double sur le grafcet
Règle 2 : Franchissement d'une transition
Une transition est dite validée lorsque toutes
les étapes immédiatement précédentes reliées à
cette transition sont actives.
Le franchissement d'une transition se produit:
- Lorsque la transition est validée,
- ET QUE la réceptivité associée à cette
transition est VRAIE.
Règle 3 : Evolution des étapes actives
Le franchissement d'une transition entraîne
simultanément l'activation de toutes les
étapes immédiatement suivantes et la désactivation de toutes les
étapes immédiatement précédentes.
Règle 4: Evolutions simultanées
Plusieurs transitions simultanément franchissables sont
simultanément franchies.
Règle 5 : Activation et désactivation simultanées d'une étape
Si, au cours du fonctionnement, une étape active est simultanément
activée et désactivée,alors elle reste active.

LES STRUCTURES SIMPLES DU GRAFCET


















Les macro-étapes

Définition
Une macro-étape (par ex. : M30 sur la
figure 2-2-a) placée dans un grafcet (dit
grafcet « principal ») est l’unique
représentation d’un ensemble unique
d’étapes et de transitions nommé
« expansion de la macro-étape » .

Intérêt :
Améliorer la lisibilité des grafcets ;
améliorer la description des spécifications
fonctionnelles auxquelles doit répondre la
partie commande d’un système automatisé.

CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI

2

CPGE – Marrakech - Révisions de S.I – Année 2011 - Résumés des cours proposés par : OUIKASSI

1. Torseur cinématique :
Le torseur cinématique du solide S par rapport au repère R, réduit au point A est :

(S / R)

 }=  Ω 

     V ( A∈S / R )  A
(S / R)

Ω ( S / R ) : Vecteur vitesse de rotation de S/R ; V ( A∈S / R ) : Vecteur vitesse linéaire du point A dans le mouvement de S/R,
donné par :

 d OM  V ( A∈S / R ) =   O est un point du repère R.  dt  R  

2. Relation de changement du point de réduction du torseur cinématique :
En un point B, ce torseur devient :

(S / R)

}=  Ω 

  V ( B∈S / R )  B 
(S / R)

avec :

V ( B∈S / R ) = V ( A∈S / R ) + BA ∧ Ω ( S / R )

3. Relations de composition de mouvement :
On considère un solide S en mouvement par rapport à un repère R1 , lui-même en mouvement par rapport à un repère R0.

Ω ( S / R 0) = Ω ( S / R1) + Ω ( R1/ R 0) V ( A∈S / R 0) = V ( A∈S / R1) + V ( A∈R1/ R 0)

( S / R 0)

} = {ν

( S / R1)

}+ {ν

( R1 / R 0 )

}

Attention : pour déterminer le vecteur vitesse V ( M ∈S / R ) , on ne peut pas dériver si M n’est pas un point fixe de S.

4. Vecteur accélération :
 d 2 OA   d V ( A∈S / R )  Γ ( A∈S / R ) =  =  2  dt  dt  R  R    
Pour deux points liés au même solide :

 d Ω( S / R )  Γ ( B∈S / R ) = Γ ( A∈S / R ) + BA ∧   + Ω ( S / R ) ∧ BA ∧ Ω ( S / R ) dt  R   
Composition des vecteurs accélération :

[

]

Γ ( A∈S / R 0 ) = Γ ( A∈S / R1) + Γ ( A∈R1/ R 0 ) + 2Ω ( R1/ R 0 ) ∧ V ( A∈S / R1)
Attention : pour déterminer un vecteur accélération

Γ ( M∈S / R ) , on ne

peut pas dériver si M n’est pas un point fixe de S.

3

2 Fig. au moins.CPGE – Marrakech . Deuxième méthode : CIR (Triangle ou champs des vitesses) (Fig.V ( A∈S / R ) = AB. Troisième méthode : composition (Fig.1 V ( I SR ∈S / R ) = O V ( A∈S / R ) V ( A∈S / R ) V ( A∈S / R 0) V ( A∈R1 / R 0) A B V ( B∈S / R ) A S V ( A∈S / R1) S IS/R B Fig. Conditions d’utilisation : On doit connaître. ce vecteur est nul : V ( I∈S 1/ S 0 ) = O tous ses points se 6. Vecteur vitesse de glissement : Le vecteur vitesse de glissement de S1 par rapport à S0 en leur point V ( I∈S 1 / S 0 ) de contact I est : Ce vecteur est contenu dans le plan tangent commun au deux solides contenant le point I. sachant que : et que le mouvement de S/R à l’instant considéré est une rotation autour de ISR.1) C’est l’exploitation graphique de la relation : AB.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 5.3) C’est l’exploitation graphique de la relation de composition des vecteurs vitesse (Même point mais des solides différents).2) C’est l’exploitation graphique de l’existence du CIR. En l’absence de glissement en I entre ces deux solides.Révisions de S.V ( B∈S / R ) Conditions d’utilisation : On doit connaître complètement le vecteur vitesse d‘un point d’un solide et le support de la vitesse de l’autre point (les deux point sont liés au même solide).I – Année 2011 . Centre instantané de rotation de S/R (ISR) : C’est le point ISR tel que : V ( I SR ∈S / R ) = O Nota: à l’instant considéré. Mouvement plan sur plan : S est en mouvement plan par rapport à R si déplacent dans des plans parallèles à un plan de R. S tourne par rapport à R autour de ISR.3 A V ( B∈S / R ) 4 . Conditions d’utilisation : On doit connaître la position du CIR et le vecteur vitesse d’un point de S/R. alors : ISR = (┴ en A au support de V ( A∈S / R ) ) ∩ (┴ en B au support de V ( B∈S / R ) ) 7. Détermination graphique des vecteurs vitesses dans le cas de mécanisme plan : Première méthode : Equiprojectivité (Fig. un vecteur vitesse et les supports des deux autres. Fig. Détermination graphique de ISR : Connaissant les supports des vitesses de deux points A et B de S/R.

sphérique à doigts.I – Année 2011 .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 8.doigts 5 . On a la relation : v = ± P w 2π La vis tourne l’écrou translate Le tableau suivant permet de décider du signe de la relation ci-dessus : La vis tourne La vis translate Hélice à droite Hélice à gauche + - + Les liaisons : Torseur cinématique Torseur statique Dans l’espace ω x Vx    Réciprocité ω y V y  ω V  z  z On ne garde que : . et I leur point de contact.La rotation suivant la normale .à. Rappels et compléments utiles Engrenages : Rapport de réduction d’un train d’engrenages à axes fixes : k= ω sortie Π Z menantes = (−1) n ωentrée Π Z menées avec : n est le nombre d’engrenages cylindriques parallèles extérieurs.Les deux translations dans le plan. sont de signes différents. Rapport de réduction d’un train épicycloidal : k = ωPlanétaire de sortie − ω porte satellite Π Z menantes = (−1) n ω planétaire entrée − ω porte satellite ΠZ menées = Signe du rapport de réduction k d’un engrenage conique : (k ω1 z =± 2 ) ω2 z1 Soit C1 et C2 les centres des deux roues 1 et 2 respectivement. ce sont les liaisons qui n’autorisent aucune translation) La forme des deux torseurs est gardée en : Tout point de l’espace : Encastrement Glissière Appui − plan .glissant Sphère − plan hélicoidale Tout point d’un plan : Linéaire rectiligne . X  Y Z  L  M N  Les liaisons pour lesquelles le centre est fixe par rapport aux deux solides liés sont : Encastrement – Sphérique Pivot .Révisions de S. y ) Vx   ω z  Vy   Réciprocité X  N  Y   (Autrement dit.CPGE – Marrakech .. alors : k est positif . alors : k est négatif . Système Vis-écrou Soit V la vitesse de translation et w celle de rotation. . – Dans le plan ( x.Tout point de l’axe : Pivot Pivot. • Si • Si uuu r IC 1 uuu r IC 1 et et uuur IC 2 uuur IC 2 sont de mêmes signes.Au centre : Sphère − cylindre Sphérique Sphérique. P est le pas de l’hélice.

1. L’action mécanique de 1 sur 2 est représentée en chaque point M de (S) par : le vecteur densité surfacique de contact f M (1→ 2 ) . π 1 f Mt (1→ 2 ) : Densité tangentielle (Contenu dans Lois de coulomb : π ).ds et M ( A.CPGE – Marrakech .2. On peut écrire : f Mn (1→ 2 ) 2 f M (1→ 2 ) f M (1→ 2 ) = f Mn (1→ 2 ) + f Mt (1→ 2 ) M : Densité surfacique normale ou pression de contact (┴ à f f Mt (1→2 ) Mn (1→ 2 ) π) . Modélisation locale : Soient deux solide 1 et 2 en contact suivant une surface (S). Modélisation globale : L’action mécanique de 1 sur 2 peut être représentée globalement par le torseur : tel que : {τ (1→ 2 )  }=  R     M ( A. Modélisation : Soient deux solides 1 et 2 en contact ponctuel en un point A. L’élément de surface ds par l’élément de longueur dL .1.Révisions de S.3. La densité surfacique par la densité linéique. à condition de substituer : La surface de contact (S) par la ligne de contact (L) .I – Année 2011 . 2. V ( M ∈2 / 1) =0 <0 =k f Mt (1→ 2 ) < k f Mn (1→ 2 ) Mt (1→ 2 ) Mt (1→ 2 ) f Mn (1→ 2 ) K : coefficient de frottement A la limite de glissement (ou équilibre strict) on applique les lois de coulomb relatives au frottement. 1.1→2) = ∫∫ AM ^ f S M (1→ 2 ) . Action mécanique de contact ponctuel : 2. L’action mécanique de 1 sur 2 peut être modélisée par un torseur : 6 .1→2)  A   ( S 1→2 ) R (1→2) = ∫∫ S f M (1→ 2 ) . Modélisation des actions mécaniques de contact surfacique : 1. Considérons le plan tangent commun π à 1 et 2 contenant le point M.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 1.1.ds Remarque : Les relations précédentes restent toutes valables dans le cas d’un contact linéique entre 1 et 2. 1er cas : frottement V ( M ∈2 / 1) ≠ 0 2ème cas : Adhérence V ( M ∈2 / 1)=0 f f f Mt (1→ 2 ) ^ V ( M ∈2 / 1) =0 .

2ème cas : ηN ur Ω n (2 /1) = 0 η : Paramètre de résistance au roulement.1→2 )  A   : R (1→2) = N + T et M ( A. Cas particuliers : Equilibre sous l’action de forces Nota : On appelle force toute action mécaniques représentable par un torseur glisseur Le point de la surface (ou ligne) de contact où le moment est nul est appelé : Centre de poussée. 2ème cas : Mn < µN Mt < ηN uu r ur Ω t (2 /1) = 0 …………………………………………………………………………………… 3. Equilibre sous l’action de 3 forces : Si le système matériel est en équilibre sous l’action de 3 forces alors : Elles sont coplanaires . Principe fondamental de la statique : 3. M n :┴à π : moment de pivotement. M n Mn = ur Ω n (2 /1) ≠ 0 = < Roulement 1er cas : Ω t⋅( 2 / 1) ≠ 0 = < 0 0 Ω t⋅( 2 / 1) ^ M t Ω t⋅( 2 / 1) . T < 0 T = k. N 2 ème ur Ω n (2 /1) ^ M n ur Ω n (2 /1) . M t : contenu dans π :moment de roulement.1.I – Année 2011 . 7 . M t Mt = 0 0 µN cas : V ( A∈2 / 1) = 0 T 〈k.2. Equilibre sous l’action de deux forces : Si le système matériel est en équilibre sous l’action de deux forces alors elles sont directement opposées : Même support . 2. Théorèmes généraux de la statique : Théorème de la résultante statique : Théorème du moment statique : {τ }= {0} R ( Σ →Σ ) = 0 (A M A ( Σ→Σ ) = 0 : point quelconque). ( Σ →Σ ) 3. N µ : Paramètre de résistance au pivotement.CPGE – Marrakech . Leurs supports sont parallèles ou concourants en un point. Lois analogues aux lois de Coulomb : Glissement 1 er Pivotement 1er cas : cas : V ( A∈2 / 1) ≠ 0 V ( A∈2 / 1) ∧ T = 0 V ( A∈2 / 1) . 3. sens opposés.1→2) = M n + Mt N : ┴ à π : Effort normal .3.Révisions de S. T : contenu dans π : Effort tangentiel . Même module . La somme vectorielle des trois vecteurs forces est nulle (Triangle fermé). Enoncé : Un système matériel Σ est en équilibre par rapport à un repère Galiléen si et seulement si le torseur des actions mécaniques extérieures est nul.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI {τ (1→ 2 )  }=   R (1→2)    avec M ( A.2.

nombre de liaisons . degrés d’hperstaticité .CPGE – Marrakech . degrés de liberté.rs (ce sont les inconnues statiques indéterminées) Formule de mobilité :mc – h = Nc .rs Formule de mobilité : mc – h = Nc .Révisions de S.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Etude statique Leq Li {τ }= Σ{τ } (I) h = Ns .3γ Pour déterminer mc et Nc.6γ Liaisons en // C’est le nombre de ddl de Leq NL-NP+1 Intuitivement Etude statique (I) Etude cinématique : Intuitivement {υ }= {υ } Leq Li h Liaisons en série h = 0 mc = Nc Pour Leq Etude statique : {τ }= {τ } Leq Li Leq Etude cinématique : {υ } = Σ{υ } Li Cycle ou Chaîne complexe Etude statique : on applique le PFS à chaque solide sauf le bâti : h = Ns . nombre cyclomatique . la formule de mobilité devient : mc – h = Nc . 8 .I – Année 2011 . mobilité cinématique interne . Légende Ns : Nc : NL : Np : γ : h : mc : mcu : mci : ddl : : nombre total des inconnues statiques . on ne comptabilise que les translations dans le plan et les rotations normales au plan. nombre de solides . mobilité cinématique utile . nombre total des inconnues cinématiques .6γ Fermetures cinématiques mcu + mci C’est le nombre de mouvement qui subsistent quand on fixe les mouvements d’entrée C’est le nombre de mouvement d’entrée Nota : dans le cas d’un mécanisme plan. mobilité cinématique .

ne la traversant pas.S est une plaque plane : L’axe ┴ au à son plan est API. et B= P∈S ∫ (x 2 + z 2 )dm . . ∫ (x 2 + y 2 )dm . Sachant que : QP = x x + y y + z z A. est le produit de la longueur de la courbe par le périmètre du cercle décrit par son centre de gravité : S = 2П RG L.5. z ) C= P∈S −F P∈S ∫(y 2 + z 2 )dm .Premier Théorème : La surface engendrée par la rotation d’une courbe plane et homogène. ( En Kg.G ∈ à l’élément de symétrie de Σ . autour d’un axe de son plan. et le moment d’inertie autour de cet axe est la somme des deux autres moments d’inertie . Centre de gravité d’un système matériel Σ: P∈Σ Définition : C’est le point G / Propriétés : Soit ∫ GP. ne la traversant pas.dm = 0 .Deuxième théorème : Le volume engendré par la rotation d’une surface plane et homogène. autour d’un axe de son plan. CINETIQUE : 1. D = P∈S ∫ yzdm .S possède un axe de révolution : La matrice d’inertie est diagonale et les moments d’inertie autour des deux autres axes sont identiques. n Σ= US 1 i (Si solide de masse mi et de centre de gravité Gi) et A point quelconque : AG = ∑ m AG i 1 n i ∑m 1 n i - V (G / R ) = ∑m V i 1 n 1 n ( Gi / R ) et i ∑m Γ (G / R ) = ∑m Γ i 1 n 1 n ( Gi / R ) ∑m i Théorèmes de GULDIN : . est le produit de l’aire de la surface par le périmètre du cercle décrit par son centre de gravité : V = 2П RG S.4. 9 . P∈S ∫ xzdm F= P∈S ∫ xydm . B et C sont des moments d’inertie .I – Année 2011 . . 1. y . Matrice d’inertie d’un solide S en un point Q : Définitions I (Q . S ) A= E=  A  = − F − E  −E  B − D Telle que :  − D C  ( x.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 1. Si ) 1 n Effet de la symétrie matérielle sur la forme de la matrice d’inertie : .Révisions de S. .Σ ) = ∑ I (Q . E et F sont des produits d’inertie.m2) Pour un système matériel Σ : Soit Σ= n US 1 i alors : I (Q . D.S possède un plan de symétrie matérielle : L’axe ┴ à ce plan est API (Axe Principal d’Inertie) .CPGE – Marrakech .

dm δ (Q .dm Expressions pratiques : R d = mΣ .QG ^ V (Q∈S / R ) Σ= Nota : Pour un système matériel U S i : σ (Q.D.Σ →Σ ) 2. elle sera appelée : Equation intégrale première de mouvement).8. pour un solide.Σ / R ) = P∈Σ ∫ QP ^ V ( P / R) .2 Enoncé: {D ( Σ / Rg } = {τ ( Σ →Σ ) } Rg : repère galiléen Thérèmes généraux de la Dynamique (T.dm 2 P∫Σ ∈ T( Σ / R ) = Σ= n 1 {V( S / R) }⊗ {C( S / R ) } 2 n n 1 1 U S i : T(Σ / R) = ∑T( Si / R) = ∑ 1 1 {V( Si / R ) }⊗ {C( Si / R ) } 2 2. S ) + I ( Q .D : ∀Q po int : δ ( Q . S ) .I ( Q .V (GΣ / R ) σ (Q .Pour un solide S : .Σ / R ) = P∈Σ ∫ QP^ Γ (P / R) . tel que : I ( Q .3 Equation de mouvement : C’est toute équation issue des T.{ms . S / R ) = I (Q .7.M.1 2. δ ) = δ . δ ) : J(S/(Q.D : mΣ Γ ( GΣ / Rg ) = R ( Σ→Σ ) Théorème du Moment Dynamique T.F. 10 .Σ / R ) Q P∈Σ   Rd et δ ( Q .V ( Q / R ) ^ V ( GΣ / R ) dt  R   1.δ 1.R.Révisions de S. Torseur cinétique d’un système matériel Σ / repère R : Définition : {C (Σ / R ) }=    RC    avec : R C = ∫ V ( P / R ).G}) b2 + c2  = m − ab  − ac  − ab a2 + b2 − bc − ac   − bc  a2 + b2   ( x.Γ ( GΣ / R ) et.Σ / R ) =   d σ ( Q . S ) = I ( G .G}) .Ω ( S / R ) + m. Torseur dynamique d’un système matériel Σ / repère R : Définition : {D (Σ / R)  }=      avec : R d = ∫ Γ ( P / R ). et σ (Q .D): Théorème de la résultante Dynamique T.Σ / R )  Q P∈Σ   et. Q point quelconque : I (Q . S ) .Σ / R )   + mΣ .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Théorème d’HYGHENS : Soit un solide S de masse m et de centre d’inertie G. Σ / R ) = M ( Q .{ms .Si / R) 1 1 n n 1. ne contenant aucune composante inconnue d’action mécanique (Si l’équation de mouvement est de premier ordre alors.G.6.CPGE – Marrakech .dm Expressions pratiques : R C = mΣ . δ ( Q . P. Energie cinétique d’un système matériel Σ / repère R : Définition : T( Σ / R ) = Expression pratique : .I – Année 2011 . y.G. dm σ (Q .Σ / R) = ∑σ (Q.Pour un système matériel 2 1 V ( P / R ) .D : 2.z ) Avec : QG = a x + b y + c z Moment d’inertie d’un solide S par rapport à un axe (Q.

Pour deux solides S1 et S2 : P( S1↔S 2) = P( S1→S 2 / S1) = P( S1→S 2 / S1) Définition d’une liaison parfaite : la liaison LS1-S2 est parfaite si et seulement si : 3. 11 .I – Année 2011 .OGΣ avec O est un point de R. Rendement d’un mécanisme : C’est le rapport de la puissance à la sortie du mécanisme par la puissance à son entrée.Révisions de S. est : P( Σ1→Σ 2 / R ) = Avec : M ∈Σ 2 ∫V (P / R) . Associée à des inter efforts : C’est le scalaire V(Σ1↔Σ2) tel que : Exemples : ressort. Energie potentielle : Associée à une action mécanique extérieure : C’est le scalaire V(Σ1→Σ2/R) tel que : Exemple : P( Σ1→Σ 2 / R ) = − dV( Σ1→Σ 2 / R ) dt V(pesanteur →Σ / R) = . ENERGETIQUE : 3.∆θ 2 avec c est la raideur du ressort.4 Théorème de l’Energie Cinétique (T.E. 2 3.2 Puissance d’inter efforts entre Σ1 et Σ2 : P( Σ1↔Σ 2) = P( Σ1→Σ 2 / R ) + P( Σ 2→Σ1/ R ) Propriété : cette puissance est indépendante du repère R. P( Σ1↔Σ 2 ) = − dV( Σ1↔Σ 2) dt V(Σ1← 2) = Re ssort de traction →Σ V(Σ1← 2) = Re ssort de torsion →Σ 1 k . f M ( Σ1→Σ 2) .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 3.∆L 2 avec K est la raideur du 2 1 c .C) : Pour un solide S : dT( S / Rg ) dt = P( S →S / Rg ) n Pour un ensemble de solides Σ= US 1 i : dT( Σ / Rg ) dt = P( Σ→Σ / Rg ) + Pint Avec : Pint est la puissance de tous les inter-efforts entre les solides de Σ.d m f M ( Σ1→Σ 2 ) est la densité massique de l’action mécanique de Σ1 sur Σ2.1 Puissance d’action mécanique extérieure : La puissance développé par l’action mécanique du système matériel Σ1 sur le système matériel Σ2.m Σ g .3 P( S1←→ S 2) = L 0.CPGE – Marrakech . Expression pratique : si Σ2 est un solide S alors : P( Σ1→S / R ) = { ( S / R ) }⊗ { ( Σ1→ S ) } V τ 3. dans le mouvement de Σ2 par rapport au repère R.

Révisions de S.I – Année 2011 .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 12 .CPGE – Marrakech .

2.I – Année 2011 .2. Algèbre de BOOLE : 2. Variable logique : C’est une grandeur qui ne peut prendre que 2 états possibles (Vraie ou Faux). 1.1. On associe à ces deux états le nombre 0 ou 1. et qui ne peut prendre que deux valeurs 0 ou 1. Généralités : 1.CPGE – Marrakech . Opérateurs logiques : Opérateur EGALITE ou OUI : F(a)= a Table de vérité : a F(a) 0 0 1 1 Chronogramme : a a Symboles logiques : 1 • Convention : Interrupteur non actionné : 0 Interrupteur actionné : 1 Schéma électrique à contacts : t F(a) t • Opérateur COMPLEMENT ou NON : F(a)= a Table de vérité : a 0 1 Chronogramme : a F(a) 1 0 Schéma électrique à contacts : a Symboles logiques : 1 t F(a) t • Opérateur ADDITION ou OU : F(a.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 1.b) = a + b 13 .Révisions de S.1. Fonction logique : Elle est représentée par des groupes de variables logiques reliées entre elles par des opérateurs logiques.

b) = a ⊕ b Symboles logiques : Table de vérité : a 0 1 0 1 b 0 0 1 1 F(a. .b .b .b + a.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Table de vérité : Schéma électrique à contacts : a 0 1 0 1 • Symboles logiques : ≥1 b 0 0 1 1 F(a.I – Année 2011 .b)= a.b) t • Opérateur OU EXCLUSIF : F(a.b) = a . • Opérateur NAND : F(a.b)= a +b Symboles logiques : Symboles logiques : ≥1 & 14 .b) 0 0 0 1 Chronogramme : a Symboles logiques : & t b t F(a.Révisions de S.b) 0 1 1 0 =1 Remarques : .Opérateur NOR : F(a. a ⊕ b= a. a ⊕ b=1 si a≠b .b) 0 1 1 1 a b Opérateur PRODUIT ou ET : F(a.CPGE – Marrakech . a1 ⊕ a2 ⊕ … ⊕ an = e (bit de parité) e est 1 si le nombre de 1 dans la combinaison a1a2…an est impair . b Schéma électrique à contacts : a b Table de vérité : a 0 1 0 1 b 0 0 1 1 F(a.

b = a a.c) Distributivité a+b.c Elément neutre a+0 = a a.I – Année 2011 .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 2.2.b + a. .b = a + b a + b = a.3. • Simplifier les équations. 4.Pour une fonction à n variables.0 = 0 Double complémentation a= a 3.( a +b) = a. Simplification des équations : 3.1 = a Complémentation a+ a = 1 a . Méthode algébrique : • Principe : Cette méthode consiste à appliquer les relations de l’algèbre de BOOLE.1. D’une case à la suivante une seule variable change à la fois.b 2.(a+c) a. ◊ Rechercher les regroupements maxi . • Conseils : ◊ On ne peut regrouper qu’un nombre de cases correspondant à une puissance de 2 . ◊ Rechercher les regroupements en commençant par les cases qui ne peuvent être regroupées que d’une seule manière .(a+b) = a Multiple de complément a+ a . • Dresser la table de vérité . tout système pour lequel les variables logiques de sortie ne dépendent que des variables logiques d’entrée.(b+c)= a.a = 0 Idempotence a+a = a a.c = (a+b).Faire les regroupements des 1 (Ou des 0).b Elément absorbant a+1 = 1 a. 3.a = a Absorption d’un terme a+a. 15 .1.2. le tableau de KARNAUGH contient 2n cases.a Associativité a+b+c = a+(b+c) a.Révisions de S.CPGE – Marrakech . Méthode graphique (tableau de KARNAUGH) : . 4. Méthode de résolution d’un système combinatoire : Trois étapes sont nécessaires : • Identifier les variables d’entrée et de sortie .Porter la valeur de la fonction à l’intérieur de chaque case.c = a.1. Systèmes combinatoires : 4.b = a+b a.b = b. Définition : On appelle système combinatoire.1. Théorème de DEMORGAN : a.(b. . Relations fondamentales de l’algèbre de BOOLE : Somme Produit Commutativité a+b = b+a a. ◊ Minimiser le nombre des regroupements.b.2.

Un système séquentiel possède donc une mémoire qui enregistre ses étapes d’évolution.est l’état précédent de la variable Qt) Bascule RS R 0 0 1 1 S 0 1 0 1 Qt Qt1 0 0/1 Bascule RST T 0 1 1 1 1 R Φ 0 0 1 1 S Φ 0 1 0 1 Qt QtQt1 0 Interdit Bascule D T 0 1 1 D Φ 0 1 Qt Qt0 1 Bascule JK j 0 0 1 1 k 0 1 0 1 Qt Qt0 1 Qt − 16 .CPGE – Marrakech .I – Année 2011 .Révisions de S. mais aussi de leur ordre chronologique dans le temps. Définition : Un système est dit séquentiel si l’état des sorties dépend non seulement de l’état des entrées. Mémoires : (Bascules) (Nota : Qt.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 1. 2.

e − pt . telle que : fonction F(P) qu’on appelle : Transformée de Laplace de +∞ F( P ) = L  f (t )  =   ∫ 0 f (t ) . Transformée de Laplace : Définition : A toute fonction du temps f (t ) nulle pour t < 0.I – Année 2011 . f (t ) et g (t ) fonctions : L  λ f (t ) + µ g (t )  = λ F( p ) + µ G ( p )   Dérivation : L f  ' (t )  = pF( p ) − f (0+ )  Avec des conditions initiales nulles : L   df n (t )  = p n F( p ) n   dt  17 . quelque soient les effets perturbateurs extérieurs.dt Propriétés de la transformée de Laplace : Superposition linéaire : λ et µ cons tan tes réelles .CPGE – Marrakech .Révisions de S. on fait correspondre une f (t ) .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Un système est dit asservi lorsqu’une grandeur de sortie (Action) suit aussi précisément que possible les variations de la grandeur d’entrée (Consigne ou Ordre). Diagramme fonctionnel – Schéma bloc : Elément Entrée Schématisation Sortie Perturbation Système ou processus physique Nom du système + ± Sommateur ou comparateur B-2. B-1.

c’est le degré de son dénominateur .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Intégration : Avec des conditions initiales nulles : n F L  ∫ f (t ) dt n  = ( p )   pn   Théorème de la valeur initiale et finale : f (0+ ) = lim pF( p ) p →∞ et f ( ∞ ) = lim pF( p ) p →0 Théorème du retard : Soit g ( t ) = f ( t −T ) alors G( P ) = e − pT F( p ) Transformées de Laplace des signaux usuels : 1 1       L δ (t )  = 1 § L u (t )  = § L t u (t )  = 2 p p L sin (ω t ) u (t )  =   ω p + ω2 2 § 1 1     § L t 2 u (t )  = 3 § L e −a t u (t )  = § p p +a p L cos (ω t ) u (t )  = 2   p + ω2 B-3. pα 1 + b1 p + b2 p 2 + . p →0 k = lim p α H ( p ) fondamentales des systèmes bouclés : B-4. 1 1 + a1 p + a2 p 2 + .. Relations Schéma bloc minimal (forme canonique) : E(p) + _ Sr R(p) ε(p) G(p) S(p) FTCD : G (p) ... Forme canonique et Caractéristiques d’une fonction de transfert : Forme canonique : Ordre : Classe Gain : H ( p ) = k.CPGE – Marrakech . FTCR : R(p) . (FTCR ) FTBF : H BF ( p ) = S FTCD (p) = E 1 + FTBO 18 . α: c’est le nombre de pôles nuls à l’origine .T (ou Transmittance) d’un système linéaire continu est le rapport de sa sortie sur son entrée en transformée de Laplace avec des conditions initiales nulles. FTBO : H BO ( p ) = Sr ε ( p ) = (FTCD ) . Fonction de transfert : Définition : La fonction de transfert F.Révisions de S. ..I – Année 2011 .

I – Année 2011 .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Pour un système à retour unitaire : R(p) = 1 H BF ( p ) = FTBO 1 + FTBO Théorèmes de transformation usuels : Théorème Association d’éléments en série Schéma initial Schéma transformé s e H1.Révisions de S.CPGE – Marrakech .H2 e H1 H2 + ± s Association d’éléments en parallèle e H1 s e H1 ± H2 s H2 Déplacement de point de dérivation en amont d’un élément e e H s H e e H s H s Déplacement de point de dérivation en aval d’un élément H s 1 H + ± Déplacement d’un élément en aval d’un comparateur e1 H + ± e2 e1 s H s 1 H e2 Déplacement d’un élément en amont d’un comparateur e1 + ± e2 H s e1 H + ± H s e2 Permutation de deux comparateurs e1 + ± e2 + ± e3 s e1 + ± e3 + ± e2 s 19 .

Révisions de S. absolument.eo t1 z < 1 1.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI B-5.eo s(t) k.CPGE – Marrakech .I – Année 2011 .eo D1 −π Z s(t) k.eo D1 = k .95keo H (p) = k 1+τp τ 3τ t Deuxième ordre fondamental : H (p) = k 1+ 2z p2 p + ωn ωn 2 s(t) k.e t1 = 1− z 2 π ωn 1 − z 2 t z > 1 s(t) k. le plus 2 rapide 20 .05keo t t t z = z = 1 : système rapide et sans dépassements 1 : système. Réponses indicielles des systèmes élémentaires : Amplificateur : s(t) k.eo H (p) = k t e0 : amplitude de l’échelon à l’entrée.eo 0.e 0 . Intégrateur de premier ordre : s(t) eo H (p) = 1 p t 1 Premier ordre fondamental : s(t) k.

CPGE – Marrakech . Un système de deuxième ordre fondamental est rapide quand sa pulsation propre ωn est grande.I – Année 2011 .Révisions de S. ou par la largeur de bande passante. Méthodes de détermination graphique de T5% : Par la définition : T5% est tel que ∀ t ≥ T 5% : 0.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI B-6. Rapidité : Elle est caractérisée par T5%.95 s ( ∞ ) ≤ s (t ) ≤ 1.05 s (∞ ) 21 . Remarques : Un système de premier ordre fondamental est rapide quand sa constante de temps τ est faible . Un système est d’autant plus rapide que son T5% est faible ou que sa bande passante est large. Diagrammes de Bode des systèmes élémentaires : Amplificateur GdB 20LogK Log ω Intégrateur -20 GdB Log ω Ø Logω Ø Logω -90° GdB 20LogK 3dB Premier ordre fondamental 20LogK Log ω GdB Pour z 〈 1 2 1/τ ωR ωn Pour z ≥ 1 2 -20 -40 Ø Log ω Ø 1/τ -45° -90° Logω ωn -90° -180° Deuxième ordre fondamental Logω C-1.

Précision : La précision est caractérisée par le signal d’erreur ε (t ) . u(t) α BO = 0 α BO = 1 α BO = 2 eo 1 + k BO ∞ ∞ 0 0 Rampe : e0. Erreur statique pour l’entrée principale : Nombre d’intégrations en BO Entrée Echelon : e0.CPGE – Marrakech . 22 .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Par la réponse indicielle : s(t) k.u(t) 2 eo k BO Erreur pour une entrée perturbation constante : Cette erreur statique serait nulle (donc l’asservissement serait insensible à la perturbation).I – Année 2011 .ωn = f(z) : (Pour un deuxième ordre fondamental) T5% = 3τ : (pour un premier ordre fondamental) C-2.t. s’il existe au moins une intégration en amont du point d’injection de la perturbation.Révisions de S.95 keo s(t) 1.t2. définie par : ε s = lim ε (t ) t →∞ On appelle : Erreur de position (ou indicielle) : erreur statique pour une entrée échelon .05 keo k. Stabilité : Définitions : Définition 1: un système est stable si à une entrée bornée correspond une sortie bornée.u(t) eo k BO ∞ 0 Accélération : e0.e0 0. On se limitera à l’étude de la précision statique. Erreur de traînage (de poursuite ou de vitesse) : erreur statique pour une entrée rampe. Un système est d’autant plus précis que son signal d’erreur est faible.95 keo T5% t T5% t Par l’abaque T5%. C-3.e0 0.

P1 1 Colonne des pivots m-2 m-3 Bm Bm-1 Cm-2 Dm-3 Bm-2 Bm-3 Cm-4 Dm-5 Bm-4 Bm-5 Cm-6 Dm-7 … … … … avec: Cm-2 = − 1 B m −1 Bm B m −1 B m −2 . Deuxième condition : Le système est stable si tous les termes de la colonne des pivots sont strictement positifs.CPGE – Marrakech . est stable pour la consigne alors Critères de stabilité : Critère de ROUTH : Nota : on appellera équation caractéristique d’un système asservi. .T. Remarque 2 : si un système asservi il l’est pour la perturbation. Enoncé du critère de ROUTH : Première condition (nécessaire mais pas suffisante) : Tous les coefficients de l’équation caractéristique doivent être du même signe. + B 1 p + B 0 pm pm-1 p p . le dénominateur de sa F.I – Année 2011 . Construction du tableau de ROUTH : D ( p ) = B m p m + B m −1 p m −1 + B m −2 p m − 2 + .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Définition 2 : un système est stable si sa réponse impulsionnelle tend vers zéro en régime permanent.B...Révisions de S. Remarques : Remarque 1 : tout système de premier ordre ou de deuxième ordre fondamental est stable. . Condition de stabilité : Un système est stable ssi tous les poles de sa FTBF sont à parties réelles strictement négatives.F égalé à zéro. B m −3 Cm-4 = − 1 B m −1 Bm B m −1 B m −4 B m −5 23 .

Révisions de S. par : MP = 180° + Arg HBO(jωo). on laisse le point critique A(-180°.0) sur la gauche. pour laquelle 20LogHBO(jωo)= 0 dB.I – Année 2011 . Φ BO (ω ) Stable Critère du revers dans le plan de Bode : GdB . Critère du revers dans le plan de Black-Nichols : G dB − BO (ω ) Un S. le gain en -180° Log (ω) ω décibels en BO est < 0 . sur la droite. Stable croissants. A -180° dans le sens des ω croissants. si en parcourant son lieu de transfert en boucle ouverte.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Critère du revers : Critère du revers dans le plan de Nyquist : Un S. lieu de parcourant en sens le transfert dans on le boucle des A -1 Re H  BO ( j ω )   ouverte.20LogHBO(jω-180) .BO (ω) Un S.A est stable ω-180 en Stable Instable Log (ω) ω boucle ouverte.  ω 24 .CPGE – Marrakech .A est si stable en en boucle son ω Instable Im H  BO ( j ω )   fermée. si à la pulsation laquelle la pour en ΦBO(ω) ω ω-180 ω-180 phase boucle ouverte est de -180°. par : MG = .A est stable en boucle Instable fermée.0 dB). laisse point critique A(-1. Marges de stabilité : Détermination analytique des marges de stabilité : La marge de phase MP est définie à la pulsation ω0. pour laquelle Arg HBO(jω-180) = -180° . ω La marge de gain MG est définie à la pulsation ω-180.

Correcteur intégrateur : c( p ) = 1 p L’augmenation de la classe en BO provoque une nette amélioration de la rapidité et de la précisionn de l’asservissement.1) Sur Nyquist G dB − BO (ω ) MP -180° MG Log(ω) ω Φ BO (ω ) ΦBO(ω) MG MP Log (ω) ω a -1 Im H  BO ( j ω )   o Re H  BO ( j ω )   ω-180 MP -180° MG = 20 log a Correcteur proportionnel : c ( p ) = b 〉 1 Toute augmentation du gain en BO provoque une : Amélioration de la rapidité et de la précision de l’asservissement . 25 . Correcteur proportionnel-intégrateur (P.Révisions de S.I): c( p ) = 1 + 1 1+τp = τp τp Ce correcteur permet d’améliorer la précision et la rapidité de l’asservisemnt sans gêner sa stabilité. mais son effet pour la stabilité est néfaste.I – Année 2011 .CPGE – Marrakech . Détérioration de sa stabilité et de son amortissement.BO (ω) Sur Black-Nichols Sur Bode ωo ζ (o .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Détermination graphique des marges de stabilité : GdB .

CPGE – Marrakech .I – Année 2011 .Révisions de S.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 26 .

Forme générale : Fonction de service Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Solution technologique FP1 FT1 FT11 FT12 FT13 etc etc FT131 FT1311 FT1312 S 1311 S1312 FT2 FT3 etc etc Lecture d’un diagramme FAST : Sa lecture est basée sur une technique interrogative : « Pourquoi cette fonction doit.Révisions de S. Quand ? Pourquoi ? Fonction technique 12 Participer à la réalisation de la fonction technique 1 Quand ? Comment ? Solution constructive Simultanément aux fonctions techniques 11 et 13 Quand « OU » FT 1 FS FT 2 Quand « ET » FT 1 FS FT 2 27 . Méthode FAST Principe : Un diagramme FAST se présente sous la forme d’un « Arbre » de fonctions partant de la fonction globale ou d’une fonction de service qu’on décompose en plusieurs autres fonctions.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 1.I – Année 2011 . pour déboucher finalement sur les solutions techniques permettant de les satisfaire.CPGE – Marrakech .elle être assurée ? Comment ? Quand ? » .

Méthode SADT Principe : C’est une méthode d’analyse descendante modulaire et hiérarchisée. A-O A1 A2 A3 A0 La représentation met en œuvre le code « MECS » : M : Moyens E : Entrée C : données de Contrôles Données de Contrôle : • • Energie Commande Décision de l’opérateur Information sur l’état du système S : Sortie • • Entrée : • • • Energie Information Service Activité : Faire sur les données d’entrée Sortie Comment ? Moyens : • • • Matériels Logiciels Personnels Sur quoi ? Que faire ? Pourquoi ? Avec quoi ? 28 .Résumés des cours proposés par : OUIKASSI 2.Révisions de S.CPGE – Marrakech .I – Année 2011 . elle en construit une décomposition par niveaux successifs. Partant de la fonction globale d’un produit. Représentation graphique : Les diagrammes SADT sont représentés par un ensemble de boites rectangulaires interconnectées par des flèches. qui traduisent les liaisons entre elles (Boites). construite sur des fonctions.

Règle de conception du grafcet : l’alternance Etape–Transition devra toujours être respectée. définit la "situation" du grafcet à un instant donné . Il est recommandé de décomposer cette boites en 3 à 6 boites . Vocabulaire : • Une étape est soit "active". soit "inactive" . • Une transition peut être « validée » ou non .Révisions de S. et « 0 » si l’étape 4 est inactive. 3.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI Principales règles de syntaxe d’un SADT : ◊ ◊ ◊ ◊ La décomposition est faite par emboîtement . elle est codée A-0 . La numérotation des boites permet de connaître le niveau d’emboîtement (L’activité A231. ◊ La décomposition peut être poursuivie jusqu’à un niveau de détail jugé nécessaire. est la première de la décomposition de l’activité A23 elle-même troisième activité de la décomposition A2 qui est la deuxième activité de A0 issue de l’activité principale A-0) . elles sont appelées « Réceptivités » du grafcet). (T0) (T1) • D’autre part les variables d’entrée placées à droite du trait représentant les transitions (elles caractérisent l’état du système ou les évolutions réalisées par le système . • L'ensemble (ou la liste) des étapes actives. la variable X4 vaut « 1 » si l’étape 4 est active. ( ce sont les « Actions » ou « ordres » qui sont les éléments à réaliser par le système : valeur ajoutée à obtenir. « franchissable » ou non. GRAFCET : Structure graphique du grafcet Le grafcet est utilisé pour décrire et commander l’évolution du système . exemple : X4 est la variable d’étape associée à l’étape 4 . par exemple. Il permet de représenter : • D’une part les variables de sortie placées dans les rectangles liés aux étapes . • Variable d’étape : on associera la lettre « X » au numéro d’une étape pour définir une « variable d’étape » . évènements souhaités …).I – Année 2011 .CPGE – Marrakech . Les règles d’évolution Règle 1 : Situation initiale La situation initiale d'un grafcet caractérise le comportement initial du 12 action A 29 . La première boite distingue la fonction globale.

Elle correspond aux étapes actives au début du fonctionnement .I – Année 2011 . au cours du fonctionnement. Intérêt : Améliorer la lisibilité des grafcets .alors elle reste active. 1 30 .ET QUE la réceptivité associée à cette transition est VRAIE. d . elle traduit généralement un comportement de repos. 14 12 A Le franchissement d'une transition se produit: . une étape active est simultanément activée et désactivée. : M30 sur la figure 2-2-a) placée dans un grafcet (dit grafcet « principal ») est l’unique représentation d’un ensemble unique d’étapes et de transitions nommé « expansion de la macro-étape » .Révisions de S.Résumés des cours proposés par : OUIKASSI système lors de la mise en énergie . 15 Règle 3 : Evolution des étapes actives Le franchissement d'une transition entraîne simultanément l'activation de toutes les étapes immédiatement suivantes et la désactivation de toutes les étapes immédiatement précédentes. Règle 4: Evolutions simultanées Plusieurs transitions simultanément franchissables sont simultanément franchies. LES STRUCTURES SIMPLES DU GRAFCET Les structures divergentes Et convergentes Les sélections de séquences (divergences ou convergences en « OU »): Les macro-étapes Définition Une macro-étape (par ex.Lorsque la transition est validée. les symboles de celles-ci sont tracés en trait double sur le grafcet Règle 2 : Franchissement d'une transition Une transition est dite validée lorsque toutes les étapes immédiatement précédentes reliées à b c cette transition sont actives. améliorer la description des spécifications fonctionnelles auxquelles doit répondre la partie commande d’un système automatisé. Règle 5 : Activation et désactivation simultanées d'une étape Si.CPGE – Marrakech .