Vous êtes sur la page 1sur 28

Ethique, fraude et audit

Séance 2:
Le Rapport de RSE
(Responsabilité sociale de l’entreprise)

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 1


Plan de la séance

„ Introduction: Définition de la RSE et questions


générales
„ I/ Le cadre de la RSE: démarches volontaires
et action des autorités publiques
Application à l’enjeu corruption
„ II/ Le rapport de RSE en France

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 2


Introduction

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 3


Définition de la RSE
„ « La RSE est l’intégration volontaire des
préoccupations sociales et écologiques des
entreprises à leurs activités commerciales et leurs
relations avec toutes les parties prenantes internes et
externes, (actionnaires, personnels, clients,
fournisseurs et partenaires, collectivités humaines) et
ce afin de satisfaire pleinement aux obligations
juridiques applicables et investir dans le capital
humain et l’environnement » (Livre vert de la
commission de la Communauté européenne- 18
juillet 2001).

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 4


Questions générales sur la RSE
„ Pourquoi la RSE ? : les différents bénéfices
„ Quel processus de mise en œuvre ? : les
différentes étapes
„ Quel type d’entreprises concernées ?
„ Quelles stratégies RSE ? : réactives ou
défensives

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 5


I/ Le cadre de la RSE: les initiatives
privées et publique
Application à l’enjeu corruption

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 6


Le cadre de la RSE: les démarches
volontaires privées
„ Constitution par les grandes firmes de cercles
de réflexion et …de lobbying.
„ Business Social Responsability (Etats-Unis)
„ Corporate Social Responsability Europe
„ Entreprise pour l’Environnement (EPE)
„ World Business Council For sustainable
Development (WBSCD)
„ Principes d’engagement de certains secteurs
d’activité: par exemple banque, chimie…

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 7


Le cadre de la RSE: l’action des
organisations supranationales
„ Le pacte mondial (Global Compact) des
Nations- Unies en 2000.
„ Le pacte repose sur un souscription
volontaire des firmes
Le 10ème principe concernant la corruption a été
rajouté en 2004

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 8


Le 10 ème
principe du pacte
mondial des Nations-Unies
“Business should work against corruption in all its forms,
including extortion and bribery”
„ Les entreprises sont invitées à agir contre la
corruption sous toutes ses formes, y compris
l'extorsion de fonds et les pots-de-vin.
„ L’engagement doit être démontré par des politiques et
des programmes concrets
„ L’évidence de progrès est attendue annuellement

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 9


Les recommandations du
pacte mondial

Définir les engagements, COLLECTIF


EXTERNE
les politiques et codes de INTERNE
conduite;
Former les employés et
déployer les ressources
d’intégrité du programme

Affirmer l’engagement, Former une action


communiquer les progrès collective avec d’autres
annuellement et partager les entreprises et parties
pratiques et des études de cas avec prenantes
les signataires du Pacte Mondial

Source: rencontre Novethic/SCPC 13 septembre 2006 sur l’enjeu corruption


dans la RSE ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 10
Communication externe des firmes
ayant souscrit le pacte mondial

Le Pacte Mondial exige une Communication de Progrès


annuelle.
Monde France
Signataires de +250 employés 1754 +500 employés 171
Ont communiqué leurs progrès 1004 64
Dont, pour 2005 509
10ème Principe ?? 22

Source: rencontre Novethic/SCPC 13 septembre 2006 sur l’enjeu corruption


dans la RSE
ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 11
Le rôle de l’OCDE
„ La convention de l’OCDE anti-corruption en
1998
„ Les principes directeurs de l’OCDE à
l’intention des firmes multinationales
(approche volontaire public-privé)

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 12


Principe directeur de l’OCDE à l’intention des
entreprises multinationales: la corruption

« Les entreprises (…) devraient améliorer la transparence de


leurs activités dans la lutte contre la corruption et
l’extorsion. Ces mesures pourraient inclure des
engagements publics contre la corruption et l’extorsion, et la
divulgation des systèmes de gestion adoptés par l’entreprise
afin de remplir ces engagements. L’entreprise devrait
également encourager l’ouverture et le dialogue avec le
public afin de promouvoir une prise de conscience et une
coopération dans la lutte contre la corruption et l’extorsion
(…) »
Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises
multinationales, 2000, chap. 6

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 13


Autres initiatives des organisations
supranationales
„ L’Organisation Internationale du travail (OIT)
a adopté en 1997 une déclaration tripartite,
révisée en 2000
„ L’union Européenne a publié le livre vert en
2001 et lancé un Forum plurilatéral

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 14


Une initiative multi-parties prenantes:
la Global Reporting Initiative
„ Tentative de normalisation du Reporting
sociétal
„ La démarche a été lancée en 1997 par le
CERES (coalition for Environmentally
Responsible Economies) et le programme
des Nations unies pour l’environnement
(PNUE)

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 15


Global Reporting Initiative (version 2006)
sur la Corruption

2 indicateurs clés

„ SO2 Portée de la formation et de l'analyse des risques en


vue de prévenir la corruption (indicateur clé)
„ SO3 Réactions aux cas de corruption (indicateur clé) :
description de la politique, des procédures/systèmes de
management et des mécanismes de contrôle des
organisations et des employés en matière de corruption

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 16


Bilan du reporting sur la corruption:
l’étude Novethic/SCPC 2006

„ Le panel : les entreprises du CAC40


40 entreprises en 2004
35 en 2005 (rapports non publiés à temps)
„ Le périmètre : Les sites internet et les rapports annuels,
de développement durable etc.
„ La méthode : évaluation sur 15 critères (pondérés) et
consolidation par thème, entreprise, secteur…

Source: Etude Novethic/SCPC « Transparence des multinationales françaises


en matière de lutte contre la corruption » Septembre 2006

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 17


Résultat global : peu
d’informations

„ 1/4 de l’information attendue en moyenne


„ 20% des entreprises fournissent une information substantielle
(Total, Thalès, EADS, Alacatel, EDF, FT, Lafarge)
„ 80% fournissent une information incomplète ou inexistante
„ Peu de progrès entre 2004 et 2005. Lafarge premier en 2004

„ Whistle-blowing mentionné par 60% des entreprises

Source: Etude Novethic/SCPC « Transparence des multinationales françaises


en matière de lutte contre la corruption » Septembre 2006

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 18


Les ‘engagements’ sont privilégiés

100%

80%

60%
46%
40%
29% 27%
23% moyenne : 24,9%
20% 12%
10%

0%
Engagement Organisation Mention de C ollaborateurs Fournisseurs Société C ivile
de l'entreprise interne l'exposition au
risque

Source: Etude Novethic/SCPC « Transparence des multinationales françaises


en matière de lutte contre la corruption » Septembre 2006
ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 19
Conclusions de l’étude
Novethic/SCPC (1)
„ La « prise en compte » est réelle, mais souvent
superficielle, sans description détaillée des dispositifs
„ Il n’y a pas d’’effet « 10ème Principe » du GC. Les
nombreux référentiels, le contexte, la prise en compte
par les agences de notation ne génèrent pas un
reporting précis
„ L’ambiguité entre « reporting » et « pratiques »
demeure : d’autres travaux montrent que tout ce qui est
fait n’est pas dit
Source: Etude Novethic/SCPC « Transparence des multinationales françaises en
matière de lutte contre la corruption » Septembre 2006
ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 20
Conclusions de l’étude
Novethic/SCPC (2)

„ Le risque de réputation liée à ce sujet sensible pèse


visiblement beaucoup sur la qualité du reporting
„ Peu d’entreprises parlent d’allégations ou de faits de
corruption les concernant (Thalès et Alcatel uniquement)
„ Les cartographies des risques de corruption sont rares
„ Les travaux avec la société civile et les ONG, ou avec les
pouvoirs publics (SCPC) sont peu évoqués
Source: Etude Novethic/SCPC « Transparence des multinationales
françaises en matière de lutte contre la corruption » Septembre 2006
ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 21
II/ Le rapport RSE en France (loi NRE)

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 22


L’action des Etats
„ Les initiatives se multiplient au Royaume –
Uni, Danemark, Argentine…
„ En France: la loi NRE

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 23


Cadre juridique français de la RSE
„ La loi sur les Nouvelles Régulations
Economiques du 15 mai 2001 et son décret
d’application du 20 février 2002 imposent aux
entreprises cotées en bourse l’établissement
d’un rapport de RSE

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 24


Le rapport de RSE
„ Les nouvelles obligations par rapport au bilan
social:
„ Description des relations entretenues avec les
associations d’insertion, établissements
d’enseignement et les associations de
défense des consommateurs et les
populations riveraines
„ L’importance de la sous-traitance
„ Le respect par les filiales des dispositions des
conventions fondamentales de l’OIT
ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 25
Les difficultés
„ Combien de rapports?
„ Le périmètre de consolidation
„ Les différences de situations entre les
entreprises
„ Le problème de la crédibilité du rapport

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 26


La production du rapport de RSE

Les participants au rapport de RSE:


„ Obligatoirement: le CA, le CE, les services
comptables et l’expert comptable, le
commissaire aux comptes
„ Accessoirement: des organismes d’audit et de
certification, des organismes de conseil, des
parties prenantes consultées

ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 27


Bibliographie
„ CAPRON M.,QUAIREL-LANOISELEE F., Mythes et
réalités de l’entreprise responsable, La découverte,
2004.
„ IGALENS J. JORAS M., La responsabilité sociale de
l’entreprise, comprendre, rédiger le rapport de
responsabilité, Editions d’organisation, 2002
„ Novethic/SCPC: Etude « Transparence des
multinationales françaises en matière de lutte contre
la corruption » Septembre 2006
„ Site Novethic.fr
„ Site globalreporting.org
„ Site Vigeo, Nations-Unies (un.org)
ISC Paris - Filière AMRH - Anne Sachet-Milliat 28