Vous êtes sur la page 1sur 36

Jean-Paul NGOUNE

Mosaïques

POEMES

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

1

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

A EMILIO GUEN HALT, Un poète dans l’âme.

2

C’est la page blanche Qui sonde mon cœur Pour en extraire Le souffle et le manioc La colère et le sang

C’est la page blanche Qui appelle mes mots noirs Pour peindre sur l’histoire Le visage du temps

C’est la page blanche Qui couve dans mes entrailles L’espoir et la force Pour qu’éclore un jour Le sourire et la danse

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

3

Donne-moi un peu de ton amour Pour que je réchauffe mon cœur Meurtri par la tyrannie de l’histoire

Donne-moi un peu de tes larmes Pour que j’étanche ma peur Et abreuve ma peine

Donne-moi un peu de ton sourire Pour que j’éclaire ma tristesse Et cultive un peu d’espoir Sur les jalons arides de mes pensées

Donne-moi un peu de ta musique Ta musique profonde et fluide Pour que je nourrisse La sècheresse de mon esprit

Donne-moi un peu de ton silence Pour que j’apaise mes tourments Et accouche la tranquillité

Donne-moi un peu de ton souffle Pour que j’invente ma vie Sur le périple du temps…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

4

Ecoute la voix du griot Qui chante le passé Et crée l’histoire Entends le pas lourd du temps Traversant les siècles épiques Jonchés d’Hommes de feu Ecoute le souffle de la sagesse Qui édifie l’être Et le guérit de l’aliénation Ecoute la musique du griot Et puise à la source De son âme Les ingrédients de ta vie

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

5

Je veux vivre Je veux que retentisse sur le monde Les battements saccadés De mon cœur solitaire Je veux puiser à la source du destin La sève de l’espoir Pour construire mon histoire Je veux manger les jours ensoleillés Et boire les larmes Des supplices de l’existence Je veux danser sur l’amour Et croiser dans l’allégresse Le regard de la mort…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

6

La nuit ne perd pas son temps Lorsqu’elle s’assoit sur la terre Elle donne du répit A nos quêtes insensées

Le temps ne perd pas son temps S’il s’écoule sur nos vies Il use notre chair Et accouche la mort

L’argent ne perd pas son temps S’il file sur nos doigts Il vole notre paix Et invente la misère

Le pétrole ne perd pas son temps S’il dort dans les barils Il couve la guerre Et fait languir le monde

L’amour ne perd pas son temps S’il vole ton cœur Jouis-en si tu peux Car il se dissipera bientôt…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

7

Je veux boire l’océan A grandes gorgées Et traverser à sec Les mers de la terre Pour embrasser De mes mains calleuses La richesse et la paix Qui s’endorment outre-mer Sous un manteau d’insolence

Je veux lancer Mon pont de lianes Sur les toits de paille et les gratte-ciels Sur les cheveux crépus, blonds, roux… Et malaxer les races Pour créer la mosaïque Harmonieuse d’un monde unitaire.

Je veux que se taisent Sur les plages en larmes De Gorée, Ouidah, Loango… Les pleurs de ces grains de sables Qui virent s’évanouir à l’horizon Le souffle vital Du peuple d’Africa Et voir poindre une ère nouvelle Celle de la renaissance…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

8

Assis sur un tapis De rêves et d’espoir Le lointain m’appelle En mangeant peu à peu Le soleil qui bientôt Disparaîtra avalé Par la mer Sous le regard Médusé de la plage

Les pirogues remplies De destins hypothétiques Bravent les vagues sanguinaires Appâtées par l’illusion D’un pays cocagne Qui s’étend outre tombe

Mais Africa me couve De la chaleur De ses tropiques Et là J’accoucherai ma vie…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

9

Je ferai verdir Sur l’étendue aride De ma peau d’ébène Des champs d’audace Et de révolution Pour qu’éclore enfin La fleur noire et lumineuse Aux pétales d’argent Gorgée de sang, de souffle De passion, de colère… Dont le parfum s’élevant Comme l’encens des cathédrales Balisera le chemin Qui mène à la dignité

Je laverai ma tête crépue Comme un fourrage de bouc noir Avec le suc sanguinolent De la canne à sucre Avec la sueur crasseuse Des hommes au nez épaté Pour effacer l’opprobre De toute l’humanité Et entrer en dansant Dans le concert harmonieux Des nations de la terre…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

10

Que les étoiles tombent Que le jour refuse de naître Que la télé cesse D’écouler ses fleuves de larme Sur les cœurs honnêtes Que le pétrole vaille de l’or Moi je m’en fous Je veux manger Et dormir en paix C’est tout ce que demande Mon âme tropicale…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

11

Les épines du temps Caressent ma chair Et y dessinent De beaux sillons de rides Et pourtant Je ne vieillis pas… Je retrousse inlassablement les manches Sous le regard abusé du soleil Dont le dard tropical Ne pose plus Sur ma peau Ses couches d’ébène

Où est le sourire Où est le souffle Où est le manioc Où sont les cœurs Mon sang les cherche Mon âme les implore Avant que mes pas Ne se lassent de gravir Les collines du destin…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

12

Il pleut Et la musique de l’averse Sur la paille Caresse mon âme Comme le murmure de la vague Sur une plage de sable fin

Il pleut Sperme de la nature Qui féconde les entrailles De la terre nourricière Où se gonflent de vie Le manioc et l’ébène

Il pleut Est-ce la larme de Dieu Sur le théâtre lugubre De nos quêtes vaines

Il pleut Et je veux goulument boire de cette sève céleste Pour étancher la soif mortelle d’amour Qui darde mon cœur solitaire…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

13

Femme de la guerre Pourquoi ris-tu Ne vois-tu pas Que l’écho de tes éclats Apeure la conscience du violeur Tapis à l’ombre des ses canons Avec son sexe voleur de dignité

Femme du plafond Tes sanglots Dans la nuit du désespoir Ont éveillé ma révolte Et noyé dans la honte Ma virilité cannibale

Femme Pour la paix Ris aux éclats Que la lumière de ton visage La force de ton courage Et la chaleur de tes entrailles Couvent l’amour et le pardon Pour accoucher L’espoir et la vie…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

14

Karim J’ai ouvert La porte de ton visage Pour me réfugier dans ta candeur Et laver à la source De tes larmes Les canons aux dents de soufre Qui sacrifièrent ton enfance Sur l’autel de l’histoire

Karim Enfant du feu Entendras-tu encore La musique paisible du moineau Dans la clairière Grouillante de jeu et d’innocence Oublieras-tu seulement Le chant lugubre de la charogne Sur le village Jonché de fantômes

Karim Enfant de la paix Tu portes sur la tête La calebasse Pleine d’histoire et de souffle Pour abreuver l’espoir Sur le sentier de demain…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

15

La pirogue

A écrit sur le sable

Les cris des cœurs Et la chaleur Des rêves gorgés de vie

La pirogue

A salué la plage

Avec les larmes et les sanglots

Et blessé l’écume De sa proue Pour se fondre dans les flots

La pirogue a porté Dans la froideur de ses entrailles La vigueur et la chaleur Le sang et le manioc…

La pirogue est morte Sous l’épée de la mer cannibale Et les larmes de l’Afrique N’ont pas Arrosé le village Où attend l’espoir…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

16

Je ne sais pas aimer Je ne sais pas manger Le monde et ses voluptés Je ne sais pas courir Dans la vallée immense Où s’ébranlent les âmes Avides de sensualité métallique Je ne sais pas sourire au vent Et embrasser l’ombre du temps

Je ne sais pas aimer Parce que l’amour pleure Parce que ses larmes Ont lessivé mes lopins de cœur Parce que La peur L’angoisse Les soupirs de mon silence solitaire Ont emprisonné mes souffles

Et pourtant Je voudrais aimer Aimer le vent Aimer la candeur Aimer les visages et les sourires Aimer les haleines que mêle le temps Aimer l’amour…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

17

Femme… Que Dieu me pardonne Si ton visage dans la nuit Eclaire mes rêves solitaires Si mes narines impies dans la foule Savourent furtivement Les senteurs que rayonne ta peau Que Dieu me pardonne Si mon cœur s’ébranle Devant ces sourires Que tu sèmes dans le vent du soir Que Dieu me pardonne Si je contemple tes silhouettes Qui s’évanouissent dans l’espace Soufflées par le temps Femme Que le bon Dieu me pardonne Si je t’aime tant…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

18

Tu es si vielle Et pourtant Tu es si belle Afrique Sous le dard de tes tropiques Tu as vu mourir tant de soleils Ton nez, ta barbe Ton ventre ballonné Tes mains, Tes entrailles, ton sexe Ont été lacérés par l’histoire Et pourtant Tu es si belle Afrique Ton visage noir aux lèvres rouges Ton large sourire Banania Ton tam-tam, ton boubou Tes belles femmes aux seins nus Pilant du mil sous le baobab millénaire Tes éclats de rires tonitruants Ont fait ricaner les philosophes Avec leurs têtes pleines de cerveau Et pourtant Tu es si belle Afrique On dit que tu n’as rien inventé Même pas la poudre à canon Même pas la Kalachnikov Même pas la bourse Même pas le pouvoir d’achat Même pas le miroir pour admirer ton nez épaté Et pourtant, Tu es si belle Afrique.

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

19

Le vent souffle sur Haïti Et les flots de larmes noires Inondent les Gonaïves Le vent souffle sur Cuba Et la canne à sucre se meurt Sur le dos lacéré du coupeur Le vent souffle sur Miami Et les lances métalliques Oublient le chemin de l’espace Ouragans Pourquoi ton étreinte est si forte Sur la peau des Caraïbes

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

20

Kivu, Comme le ressac perpétuel des vagues Résonnent les canons Dans les villages fantômes Flots de sang Flots de larmes Flots de pas qui laminent les pistes ocres de l'histoire Kivu, Et si la richesse de tes entrailles N'était que malédiction des dieux Et si tes pleurs et tes complaintes N'étaient que douces litanies Aux oreilles des gens de la terre Kivu, Sur les pistes ocres Courent tes enfants affamés Et j'entends s'élever de la forêt Les sanglots des femmes violées Femmes de la terre Femmes braves et belles Femmes aux entrailles de feu.

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

21

Dieu a créé le monde C’est une évidence Il a créé le philosophe Qui quelquefois s’est proclamé athée

Dieu a créé la terre Il a demandé aux hommes de la soumettre

Et les hommes ont enchaîné la terre

Qu’ils traînent sur les chemins tortueux de l’histoire

Dieu a créé les étoiles

A

des années lumières de la terre

Et

les hommes y cherchent un refuge

Ou se retrancher Quand sous le poids de leurs folies

Succombera la terre

Dieu a créé le feu Pour que des tisons ardents

Les hommes éclairent leurs sentiers

Et les hommes en ont nourri des cannons

Qui vomissent sur la campagne la mort et le désespoir

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

22

Je reviendrai saluer mon village Quand ses larmes auront séché Et mes enfants iront jouer dans la clairière Où ne tonnent plus des cannons mangeurs de vie

Je reviendrai manger les soleils Pour réchauffer mon cœur Et fondre la peur et la colère Qui habitent mes entrailles

Je reviendrai saluer mon village Quand renaîtra la paix Sur les jalons arides De nos quêtes insensées

Et les femmes Porteuses de vie et d’espoir Sèmerons dans les plaines Le manioc et le pardon…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

23

Des hommes ont tué des hommes au nom de Dieu Des hommes ont tué des hommes au nom de la liberté Et si Dieu était l’amour de l’homme Et si la liberté était l’homme

Des hommes ont tué des hommes au nom de la paix Des hommes ont mangé des vies pour assouvir leur cupidité Et si la paix était dans le sourire de l’homme Et si la richesse était le partage

Des hommes ont bâti des cités sans vie Avec des souffles que mange le béton Et si la vraie cité était la nature Florissante et chatoyante de vie…

Les hommes ont fermé leurs visages Pour que ne s’échappent leurs sourires Et si la joie profonde Etait le parfum d’innocence Que dégage l’hilarité…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

24

Tu ne mourras pas Gaza La sueur de tes enfants Sur le chemin de la liberté Fera reverdir le cèdre séculaire De tes terres Arabes

Tu ne mourras pas Gaza Et j’entends la musique lugubre Des canons dans la nuit Nourris de soufre et de phosphore blanc Qui sème dans ta campagne Colère et désolation… Mais fera éclore l’espoir et le pardon

Je voudrais voir le sourire de tes fils Et la danse gracieuse de tes filles Assurés enfin d’un avenir radieux Dans un monde plus juste

Ils disent Que l’indépendance serait pour toi Un luxe dangereux à l’ « ordre mondial » Ils t’enferment dans un immense bagne Ou croupissent tes enfants Affamés de liberté…

Tu ne mourras pas Gaza Tu vivras Palestine Et Jérusalem la Sainte Te couvrira d’effluves de bénédictions…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

25

La richesse A quoi sert-elle Si la misère se perpétue

De l’or, l’argent, les bénéfices Les bourses Les agences de notation La crise en Grèce La faillite des banques…

Le pétrole, le cuivre, le bois La tanzanite, l’émeraude, le diamant…

Le réchauffement climatique, Les ouragans, les inondations,

La peur, la guerre

La mort…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

26

C’est la caresse de l’histoire Qui a endormi tes vierges Si pleines de vie Elles étaient si belles avec leurs sourires Et leurs visages de soleil

C’est la colère de la nature Qui a privé les cieux de leurs eaux Afin que ne tombe sur nos lopins arides Le souffle des nuages Qui amène à la vie le manioc

Et tu as pleuré Et tes larmes n’ont pas nourri la terre assoiffée Et tu as labouré Et ta sueur mourrait goutte à goutte Sur la terre assoiffée de sève

C’est le dard de l’histoire Qui tirera ta postérité Du gouffre de la torpeur Au fond de laquelle Elle sommeille depuis des lustres…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

27

Ils ont dit que Dieu est mort Puissance à la science et à la raison Ils ont dit que Dieu n’existe pas Puissance à l’homme Qui illumine la terre de ses folies intellectuelles

La liberté, Est-elle dans sa raison ou dans la foi Est-elle dans la science ou dans la raison Est-elle dans le pardon ou dans la vengeance

Ils ont dit que l’amour règnerait dans les palais Que des colombes blanches de candeur Peupleraient le fromager millénaire Qui écrit dans la clairière L’histoire du village

L’amour Est-il dans le pain ou dans le manioc Est-il dans la forêt éplorée Où gémissent mes sœurs violées Est-il sur vos cous Où brillent les diamants de la mort…

Moi, je t’aime D’où que tu sois Je te pardonne Quoi que tu aies fait Je t’ambrasse Même si tu es pleine d’épines Je t’aime Même si tu me hais…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

28

Tu parlais Tu parlais beaucoup Tu soufflais Tu soufflais si fort Et le voile de ma conscience se déchirait Tu pleurais Tu pleurais beaucoup Pour que de tes larmes le lave mon cœur Antre de mes pulsions criminelles

Tu parlais dans la nuit Et les braises de ta voix Illuminaient mes pensées profanes Tu parlais du jour qui naitrait Et le jour ne naissait pas…

Et j’ai pleuré J’ai pleuré tout mon sang J’ai pleuré Et la musique de mes larmes A bercé tes complaintes Et sur mes jambes Tu t’es endormie…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

29

C’est la musique de ta voix Qui écrit sur mes lèvres puériles Les sagesses de feu Qui éclairent mon chemin Jonché de rêves futiles

C’est la danse de tes pensées Qui imprime sur mes vies Les pas et les timbres De mes peurs, de mes complaintes

C’est la clameur de tes rires Qui me libère Du joug du silence et de la torpeur Pour me réchauffer sur les braises de la paix

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

30

Les jours parlaient Les jours parlaient de mort Les jours caressaient mes vies De leurs mains calleuses et dénuées de fécondité Les jours parlaient d’endurance

Et l’histoire au fil des jours Tressait sur ma peau Les sillons du temps

Et les jours mouraient au fil du temps Emportant dans leur agonie La musique langoureuse de l’histoire

Et tu courrais dans le jour Portant sur tes vies Tes rêves et tes histoires Soufflés par les bourrasques du temps

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

31

Je verse sur la terre Mes larmes de sang Pour abreuver la haine et la violence Des cœurs qui ne vivent plus J’offre aux fusils et aux canons Mon âme bâtarde Pour que mon silence Libère la postérité Du joug de la mort Je lave dans le pardon De mon peuple meurtri Mes mains souillées Par le vice de la guerre Pour que Dieu n’ait plus honte de moi Je scrute l’horizon L’horizon, père de l’espérance Et je vois briller, Au loin, L’étoile rose d’un lendemain Plein de paix, d’harmonie Et d’amour…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

32

Les oiseaux volent dans le ciel Les roses parfument les jardins de leurs senteurs légères Des sourires candides illuminent les visages d’enfants C’est le monde qui vit…

Les bruits de bottes Tracent leurs sillons de peur Sur nos lopins de cœur Arides de joie et de paix La famine éventre des greniers vides Le pétrole brûle sur le désert Les dollars de la mort C’est le monde qui avance…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

33

L’amour s’est dissipé de nos cœurs Comme la brume Qui s’évapore au levé du soleil Il s’en est allé Rebuté par l’odeur de soufre Qui infeste la terre L’amour a porté le deuil De nos conquêtes meurtrières Il s’est envolé Comme l’aigle dans la nuit Et a disparu à l’horizon Au-delà des frontières De la raison humaine

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

34

Je veux écouter Dans le silence de la nuit Le murmure du temps Qui s’écoule doucement Sur les soupirs de nos vies Je veux entendre Les complaintes de l’histoire Et pleurer sur les cendres de la terre Les victimes des folies De notre génie Je veux embrasser Les rêves et les espoirs Des âmes désemparées Et réchauffer sur les braises de mon cœur La torpeur de mes soleils tropicaux Je veux chanter un cantique Le cantique pour l’unité de l’humanité Et voir danser Sur l’autel de l’amour Nos destinées Enfin libérées…

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

35

Mosaïques. Danse des pensées diffuses. Foisonnement de complaintes et d’espoir, révolte, caresse des mots sur

Mosaïques. Danse des pensées diffuses. Foisonnement de complaintes et d’espoir, révolte, caresse des mots sur les rugosités de l’histoire…

A PROPOS DE L’AUTEUR

NGOUNE Jean-Paul est mon nom. Je suis un amoureux de littérature, en particulier de poésie. Je fus lauréat en 2002 du concours de poésie organisé par l’Alliance Française de LYON sous le thème « Thème libre ». Mon poème intitulé « Un jour n’est rien » obtint le 4 e prix dans la catégorie 13ans -18 ans. Je suis actuellement professeur de génie électrique au lycée technique de Kumbo, Cameroun, région du Nord Ouest.

NGOUNE Jean-Paul, P.O. Box: 102 NSO, Kumbo, Cameroon. Phone: (+237) 7506 2458. Email : jngoune@yahoo.fr Web site : www.scribd.com/jngoune

Jean-Paul NGOUNE_Mosaïques_Poèmes.

36