Vous êtes sur la page 1sur 31

Jeune bovin Blond d'Aquitaine

Ce dossier comprend 5 types de production :

Blond Aquitaine Très Jeune Bovin : Moins de 12 mois

Blond Aquitaine Primeur : 13-14 Mois

Blond Aquitaine Rajeuni : 14-16 Mois

Blond Aquitaine Classique : 1 6 - 1 8 Mois

Blond Aquitaine Traditionnel : 1 8 - 2 0 Mois


Très Jeune Bovin
Blond d'Aquitaine
12 mois

Le Blond d'Aquitaine TJB peut se produire avec des régimes d'engraissement à base
de :

Maïs ensilage: Programme de type 6

Rations sèches ( pulpes déshydratées,


blé, mais grain entier, aliment complet) : Programme de type 9

Ce type de carcasse trouve un débouché quasiment exclusivement à l'exportation. Ces animaux


très jeunes fournissent une viande très claire, intermédiaire entre la viande de veau et de jeune
bovin telle que nous la connaissons dans l'hexagone. La race Blond d'Aquitaine est recherchée
sur ce créneau pour sa conformation et son rendement en carcasses.

L'abattage des animaux avant 365 jours permet de commercialiser les demi carcasse sans retirer
la colonne vertébrale, ce qui offre la possibilité de découpe de type Tbone's.

Dans ce créneau de production, la difficulté est de réussir à produire une carcasse suffisamment
lourde et suffisamment grasse. Ce type d'itinéraire ne souffre pas de la possibilité d'avoir des
périodes moins productives, la croissance des animaux doit être maximale tout au long de leur
cycle de production, c'est bien la croissance naissance-abattage qu'il faut considérer et non les
seules performances d'engraissement.

Dans cette optique, la complémentation du broutard sous la mère est un levier de production
indispensable pour atteindre les objectifs, cet outil est d'ailleurs très efficace en terme d'indice de
consommation.

Ce système permet une rotation très rapide des animaux et des capitaux. De plus, ce système
est facile à mettre en œuvre pour les élevage naisseurs, ou pour ceux qui « préparaient » leurs
animaux avant exportation, à condition de disposer d'animaux suffisamment conformés.

Une des difficultés à résoudre consiste à approvisionner régulièrement la filière. L'étalement des
périodes de vêlage est souhaitable dans ce système de production.
Blond d'Aquitaine T.J.B
à l'ensilage de maïs
Programma i
Ce programme permet :
• D'obtenir les performances requises pour ce type de commercialisation.
• Ce système est bien adapté aux ateliers de grande taille, utilisant des remorques
mélangeuses. Il est tout à fait possible d'alimenter des jeunes bovins destinés à
différents créneaux commerciaux avec ce type de régime.
• Dans ce type de régime, la part de l'ensilage de maïs est maîtrisée afin de permettre
une croissance suffisante et l'obtention de graisse de couleur claire.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré à 6 mois maximum)
Durée d'engraissement : 180 j maximum
GMQ moyen d'engraissement : 1700 g
GMQ naissance abattage : 1350 g (élevage naisseur engraisseur)
Poids de carcasse : 340 kg
Poids vif à l'abattage : 540 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U+/E=
2 - les conseils de production :
Une complémentation du broutard en pâture sous la mère est indispensable si l'on veux engraisser avec ce
type de régime 6, c'est la croissance naissance - abattage qu'il faut privilégier. La complémentation du
broutard doit démarrer le plus tôt possible. Les jeunes veaux doivent être habitués à consommer sous la
mère. Il faut éviter une croissance trop faible durant la phase de pâture, pour cela : gestion de l'herbe,
déparasitage adapté et mise à disposition du nourrisseur durant toute la phase de pâture sont
indispensables. Au sevrage, les animaux doivent consommer 3 kg de concentré au minimum.

Vaccination entérotoxémie recommandée.

Il est important de sevrer précocement les animaux (vers 6 mois d'âge) afin de bénéficier d'une période
d'engraissement suffisamment longue (Les croissances sous la mère sont limitantes par rapport à ce type
de performances).

Lors de l'engraissement, veiller à sélectionner alors un rapport PDI/UFV > 105 g pour que la croissance
des plus jeunes ne soit pas trop limitée.

L'ensilage de maïs est utilisé comme « fond d'auge ». Un hachage pas trop fin (coupe à 12/15 mm, si les
conditions de récolte et de stockage le permettent) doit être privilégié pour mettre en avant l'effet
rumination de l'ensilage de maïs. Le système de reprise du maïs doit être intégré dans le choix d'une
longueur de coupe (effet déstructurant d'un dessilage par fraise...). Si utilisation d'une remorque
mélangeuse, attention de garder une bonne structure globale du mélange. Eviter un brassage trop
énergique ou trop long.

La teneur en grain, la valeur énergétique de l'ensilage de maïs, de même que son ingestibilité n'ont un
impact relativement modéré sur les performances zootechniques de ce type de régime. Une bonne
régularité des performances doit être obtenue d'une année sur l'autre. Des variétés typées grain ne sont
qu'un inconvénient modéré dans ce modèle de production.

Dès 400 kg de poids vif, l'animal peut recevoir la dose maximum de concentré soit aux alentours de 5 à 6
kg de concentré EXCEL SUPREME.

Apport de DYNAFLORE, ou de NORBIL en fin d'engraissement et lors de toute chute ou ralentissement de


l'appétit

Contrôler l'homogénéité de la ration avec le kit INZO ARM.

Un apport de 50 à 125 g d'ANTACID est indispensable en continu dès qu'il y a utilisation de céréales en
l'état. La quantité de refus doit être de l'ordre de 1 kg/jour et par JB au maximum. S'assurer que les fibres
longues ne s'y retrouvent pas en grande partie, si elles ont été intégrées dans la remorque mélangeuse.

Le taux optimal de MS de ce type de régime est compris entre 45 et 60 %. Un régime trop sec favorise le tri
et la consommation préférentielle de fines. La ration doit conserver un aspect collant au toucher.

L'aliment liquide est un adjuvant de présentation de ration conseillé, quelle que soit la teneur en MS du
maïs.

Pour obtenir une carcasse suffisamment grasse et atteindre les objectifs de croissance, il convient de
respecter les apports suivants :
. Taux de matières grasses de la ration 2,5 à 4,5, voire 5 % ;
. En dessous de 2,5 % de MG : croissance et finition insuffisante.
. Au-delà de 4,5 - 5 % : risque de diminution de l'ingestion, voire de blocage du rumen.

Différentes sources de matières grasses seront associées avec succès : matières grasses insaturées
EXPREM (extrudé.,.) et matières grasses protégées (PRO MG) n'interférant pas avec le fonctionnement
du rumen. Avec les régimes riches en amidons de maïs très lentement dégradable (amidon très vitrifié),
privilégier les MG protégées.
Blond d'Aquitaine T.J.B
avec ration sèche
« Tout aliment »

Ce programme permet :
• Une facilité relative de mise en œuvre et de gestion des stocks.
• Une obtention facilitée des objectifs de carcasse (poids, couleur, état
d'engraissement...).
• Des transitions alimentaires simplifiées, voire fortement réduites par rapport aux
autres rations sèches.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré à 6 mois maximum)
Durée d'engraissement : 180 j maximum
GMQ moyen d'engraissement : 1700 g
GMQ naissance abattage : 1350 g (élevage naisseur engraisseur)
Poids de carcasse : 340 kg
Poids vif à l'abattage : 540 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U +/E
2 - les conseils de production
Une complémentation du broutard en pâture sous la mère est indispensable si l'on veux engraisser des
T.J.B, c'est la croissance naissance - abattage qu'il faut privilégier. La complémentation du broutard doit
démarrer le plus tôt possible. Les jeunes veaux doivent être habitués à consommer sous la mère. Il faut
éviter une croissance trop faible durant la phase de pâture, pour cela : gestion de l'herbe, déparasitage
adapté et mise à disposition du nourrisseur durant toute la phase de pâture sont indispensable. Pour
favoriser la transition alimentaire vers le régime d'engraissement, l'idéal est que l'aliment d'engraissement
soit proposé au nourrisseur en fin de phase de pâture.

Au sevrage, les animaux doivent consommer 3 kg d'aliment au minimum. L'idéal est de distribuer l'aliment
d'engraissement durant la fin de la période de pâture. La transition en sera facilitée.

Un soin tout particulier doit être apporté à la paille. Celle ci doit être appétente donc de préférence sans
barbes, mais surtout détassée et renouvelée chaque jour. Le foin, et plus encore le regain, sont à proscrire
de ce type de régime. La consommation de paille doit représenter au minimum 15 % de la M.S ingérée
pour un bon fonctionnement digestif. Se méfier des pailles moisies ou trop humides qui sont moins bien
consommées. La paille doit être proposée dans un endroit très accessible à l'ensemble du lot. Les pailles
les mieux consommées sont souvent celles qui conservent le rachis ( extrémité de la tige supportant l'épi ).
A noter également que la paille hachée est mieux consommée par les animaux.

La vérification quotidienne des abreuvoirs et la mise à disposition de sel en permanence sont largement
souhaitables.

Rationner très légèrement durant la transition alimentaire (sécurité alimentaire ). L'aliment doit ensuite être
distribué à volonté. Avec le programme EXCEL COMPLET veiller simplement à limiter la consommation à
1.5 kg pour 100 kg de poids vif d'animal durant les quatre premières semaines afin d'inciter à la
consommation de paille.

Lors de la mise en lots, veiller à ce que chaque animal dispose d'une place à l'auge. La place à l'auge n'est
pas limitante ultérieurement.

Avec ce type de régime, l'appétit est généralement compris entre 1.8 et 2.1 kilos de concentré pour 100
kilos vifs d'animal (races à viande) durant l'engraissement proprement dit.

Un apport de 50-80 g d'Antacid est conseillé au démarrage. L'aliment sera distribué de préférence en 2
repas, au début de la transition avant de le proposer à volonté. Le bloc PHYSIO DOLMIN REGUL sera
utilisé avec intérêt pour son apport de bicarbonate en libre service.

Une préparation sanitaire sans faille, incluant un déparasitage complet (parasites internes et externes), un
contrôle de l'entéro-toxémie et des pathologies respiratoires est de rigueur. Dans les élevages naisseurs-
engraisseurs, on aura tout intérêt à vacciner les jeunes veaux avant mise en pâture, et de pratiquer un
rappel supplémentaire à la mise en lot. La tonte du dos permet de limiter également les coups de froid
hivernaux favorables à l'apparition de grippe (forte sudation au pic de croissance).

Pour obtenir une carcasse suffisamment grasse et atteindre les objectifs de croissance, il convient de
respecter les apports suivants :
. Taux de matières grasses de la ration 2,5 à 4,5, voire 5 % ;
. En dessous de 2,5 % de MG : croissance et finition insuffisante.
. Au-delà de 4,5 - 5 % : risque de diminution de l'ingestion, voire de blocage du rumen.

Différentes sources de matières grasses seront associées avec succès : matières grasses insaturées
EXPREM (extrudé...) et matières grasses protégées (PRO MG) n'interférant pas avec le fonctionnement
du rumen. Avec les régimes riches en amidons de maïs très lentement dégradable (amidon très vitrifié),
privilégier les MG protégées.

Comme pour tous les régimes secs, l'abreuvement est important, tant en qualité qu'en quantité. Un
abreuvement insuffisant et un déséquilibre minéral (manque de sodium) est favorable à l'Urolithiase.
Blond d'Aquitaine Primeur
1 3 - 1 4 mois - 370 kg de carcasse

Le Blond d'Aquitaine Primeur peut se produire avec des régimes d'engraissement à


base de :

Maïs ensilage: Programme de type 6

Rations sèches: Programme de type 9

Maïs grain sec Programme de type 9

Ce type de carcasse trouve un débouché quasiment exclusivement à l'exportation. Ces


animaux très jeunes fournissent une viande très claire (Italie du sud...). La race Blond
d'Aquitaine, s'adapte parfaitement à ce créneau de par sa très bonne conformation.

Dans ce créneau de production, la difficulté est de réussir à produire une carcasse


suffisamment lourde et suffisamment grasse. Ce type d'itinéraire ne souffre pas de la possibilité
d'avoir des périodes moins productives, la croissance des animaux doit être maximale tout au
long de leur cycle de production, c'est bien la croissance naissance-abattage qu'il faut
considérer et non les seules performances d'engraissement.

Dans cette optique, la complémentation du broutard sous la mère est un levier de production
indispensable pour atteindre les objectifs, cet outil se révèle d'ailleurs très efficace en terme
d'indice de consommation.

Ce système permet une rotation très rapide des animaux et des capitaux, et reste facile à
mettre en œuvre pour les élevage naisseurs, ou pour ceux qui « préparaient » leurs animaux
avant exportation.

Cette production peut tout à fait cohabiter avec la production de T.J.B., les animaux n'ayant pas
pu être commercialisés dans le créneau T.J.B. trouvent davantage de débouchés dans ce
créneau en saison de forte production.
Blond d'Aquitaine Primeur
à l'ensilage de maïs
Programme i
Ce programme permet :
• Des performances plus régulières et supérieures à un régime moins complémenté
(Un système 3 ne permettant pas d'atteindre les objectifs commerciaux requis pour
ce créneau).
• Ce système est bien adapté aux ateliers de grande taille, utilisant des remorques
mélangeuses. Une même ration permettant d'alimenter des jeunes bovins
commercialisés dans différents créneaux commerciaux.
• Consommation faible de maïs permettant d'engraisser ce type de jeune bovin à
partir de surface ou de stock faibles.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré vers 7 mois)
Durée d'engraissement : 215 jours
GMQ moyen d'engraissement : 1600 g
GMQ naissance abattage : 1300 g (élevage naisseur engraisseur)
Poids de carcasse : 370 kg
Poids vif à l'abattage : 590 kg
Rendement à l'abattage : 62 %
Conformation : U+/E
2 - les conseils de production :
Une complémentation du broutard en pâture sous la mère est indispensable si l'on veut engraisser avec
ce type de régime (6), c'est la croissance naissance - abattage qu'il faut privilégier. La complémentation
du broutard doit démarrer le plus tôt possible. Les jeunes veaux doivent être habitués à consommer sous
la mère. Il faut éviter une croissance trop faible durant la phase de pâture, pour cela gestion de l'herbe,
déparasitage adapté, et mise à disposition du nourrisseur durant toute la phase de pâture sont
indispensables. Une vaccination entérotoxémie recommandée.

Il est important de sevrer précocement les animaux (vers 6 -7 mois d'âge) afin de bénéficier d'une
période d'engraissement suffisamment longue (Les croissances sous la mère sont limitantes par rapport
à ce type de performances). Globalement les jeunes bovins primeurs sont engraissés avec la même
technique que les très jeunes bovins. Ces deux spéculations se démarquant par le poids de sortie. Bien
souvent, les deux productions cohabiteront dans l'exploitation, les animaux ayant le meilleur potentiel
ayant souvent une destination préférentielle vers le T.J.B (importance de la conformation).

Ce régime limite très fortement la consommation de maïs (limitation de la surface en maïs, ajustement
des stocks...), compte tenu de la faible durée de la période d'engraissement. Les jeunes bovins Blond
d'Aquitaines qui se caractérisent par une capacité d'ingestion inférieure à celle des charolais de souche
élevage et, surtout par une moindre aptitude à adapter leur appétit à la densité de la ration valoriseront
tout particulièrement ce type de régime à haute densité énergétique.

Dès 400 kg de poids vif, l'animal peut recevoir la dose maximum de concentré soit aux alentours de 4 à 5
kg de concentré EXCEL SUPREME. Si utilisation d'une remorque mélangeuse avec un mélange unique,
veiller à sélectionner alors un rapport PDI/UFV > 105 g pour que la croissance des plus légers ne soit pas
limitante.

L'ensilage de maïs est utilisé, dans le système 6, comme « fond d'auge ». Un hachage pas trop fin
(coupe à 12/15 mm, si les conditions de récolte et de stockage le permettent) doit être privilégié pour
mettre en avant l'effet rumination de l'ensilage de maïs. Le système de reprise du maïs doit être intégré
dans le choix d'une longueur de coupe (effet déstructurant d'un dessilage par fraise...). Si utilisation
d'une remorque mélangeuse, attention de garder une bonne structure globale du mélange. Eviter un
brassage trop énergique ou trop long.

La teneur en grain, la valeur énergétique de l'ensilage de maïs, de même que son ingestibilité n'ont un
impact relativement modéré sur les performances zootechniques de ce type de régime. Une bonne
régularité des performances doit être obtenue d'une année sur l'autre compte tenu de la proportion
élevée de concentré. Des variétés typées grain ne sont qu'un inconvénient modéré dans ce modèle de
production. Eviter cependant les ensilages de maïs trop secs.

L'aliment liquide est un adjuvant de présentation de ration conseillé, quelle que soit la teneur en MS du
maïs. Le taux optimal de MS de ce type de régime est compris entre 45 et 60 %. Un régime trop sec
favorise le tri et la consommation préférentielle de fines. La ration doit conserver un aspect collant au
toucher.

Apport de DYNAFLORE, ou de NORBIL en fin d'engraissement et lors de toute chute ou ralentissement


de l'appétit. Un apport de 50 à 100 g d'ANTACID est indispensable en continu, notamment, dès qu'il y a
utilisation de céréales en l'état. La quantité de refus doit être de l'ordre de 1 kg/jour et par JB au
maximum. S'assurer que les fibres longues ne s'y retrouvent pas en grande partie.

Contrôler l'homogénéité de la ration avec le kit INZO ARM.


Blond d'Aquitaine primeur
avec maïs grain sec

Programme 9

Ce programme permet :
• Simple à mettre en œuvre, il permet de bonnes performances et une bonne sécurité
du programme de production.
• Le maïs grain sec peut être conservé par inertage ou séché artificiellement.
• Le maïs grain sec peut être utilisé en l'état, moyennant une dégradation modérée de
l'indice de consommation, par rapport à un aplatissage ou concassage grossier.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré vers 7 mois)
Durée d'engraissement : 215 j
GMQ moyen d'engraissement : 1600 g
GMQ naissance abattage : 1300 g (élevage naisseurengraisseur)
Poids de carcasse : 370 kg
Poids vif à l'abattage : 590 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U+/E
2 - les conseils de production :
Une complémentation du broutard en pâture sous la mère est indispensable si l'on veux engraisser des
jeunes bovins primeurs, c'est la croissance naissance - abattage qu'il faut privilégier, La complémentation
du broutard doit démarrer le plus tôt possible. Les jeunes veaux doivent être habitués à consommer sous
la mère. Il faut éviter une croissance trop faible durant la phase de pâture, pour cela : gestion de l'herbe,
déparasitage adapté et mise à disposition du nourrisseur durant toute la phase de pâture sont
indispensables.
Ce type de ration très énergétique permet des performances élevées et sécurisées du fait du profil
fermentaire du maïs (amidon plus « tranquille ») que celui des céréales. Globalement, ce type de régime
se conduit comme tout les régimes à base de céréales. Le maïs grain sec peut être utilisé en l'état, car sa
taille oblige l'animal à une mastication sommaire contrairement aux céréales à paille trop petites. Le
maïs grain entier peut parfois colorer de façon assez nette la graisse en jaune. Cette coloration soutenue
est davantage recherchée pour les carcasses destinées au marché intérieur que pour l'exportation. Un
concassage n'améliore que faiblement l'Indice de consommation au contraire d'un stockage par voie
humide (ensilage de maïs grain humide).
Comme pour les régimes à base de céréales à paille, un engraissement précoce est favorisé. Ce type de
régime est à réserver à des animaux à bon potentiel ou abattus jeunes. Appétent, le maïs grain est ingéré
à un niveau élevé. Il existe quelques risques d'inappétence liés aux fusariums, sur des lots très
contaminés.
Attention au respect des normes nutritionnelles en terme de matières grasses végétales. Le MG possède
naturellement une teneur élevée en huile (3.5 % environ). Un ajout trop important de matières grasses
insaturées ralenti trop la fermentescibilité de la ration et conduit à une dégradation de l'indice de
consommation. PRO MG ( matière grasse végétale protégée ) est à privilégier ici car sans interférences
avec le fonctionnement du rumen. Cet effet est particulièrement net sur les variétés tardives à amidon
fortement vitrifié.
Une présence modérée de grain de maïs dans les bouses est normale avec ce type de régime. Si cette
proportion devient trop importante, vérifier la mastication, l'apport d'azote soluble et l'équilibre minéral de
la ration.
Une préparation sanitaire sans faille, incluant un déparasitage complet (parasites internes et externes),
un contrôle de l'entéro-toxémie et des pathologies respiratoires est de rigueur. Dans les élevages
naisseurs-engraisseurs, on aura tout intérêt à vacciner les jeunes veaux avant mise en pâture, et de
pratiquer un rappel supplémentaire à la mise en lot. La tonte du dos permet de limiter également les
coups de froid hivernaux favorables à l'apparition de grippe (forte sudation au pic de croissance).
Les régimes à base de maïs grain favorisent l'apparition d'abcès au foie. Des apports réguliers de
substances hépatotropes sont indispensables : DYNAFLORE ou NORBIL. De même, le maïs grain est
favorable aux blocages d'appétit sur la finition (richesse en matières grasses insaturées du germe de
maïs). Comme pour tous les régimes secs, l'abreuvement est important, tant en qualité qu'en quantité.
Un abreuvement insuffisant et un déséquilibre minéral (manque de sodium) est favorable à l'Urolithiase.
Un soin tout particulier doit être apporté à la paille. Celle-ci doit être appétente, de préférence sans
barbes, mais surtout détassée et, renouvelée chaque jour. Le bon foin, plus encore le regain, sont à
proscrire dans ce type de régime. La consommation de paille doit représenter au minimum 15 % de la
MS ingérée pour un bon fonctionnement digestif. De même, se méfier des pailles moisies ou trop rigides
qui sont moins bien consommées. La paille doit être proposée dans un endroit très accessible à
l'ensemble du lot. Les pailles les mieux consommées sont souvent celles qui conservent le rachis (
extrémité de la tige supportant l'épi ). A noter également que la paille hachée est mieux consommée par
les animaux.

Rationner très légèrement durant la transition alimentaire (sécurité alimentaire). Les concentrés doivent
ensuite être distribués à volonté. Avec le programme EXCEL COMPLET, veiller simplement à limiter la
consommation à 1,5 kg pour 100 kg de poids vif d'animal durant les quatre premières semaines afin
d'inciter à la consommation de paille. Lors de la mise en lot, veiller à ce que chaque animal dispose d'une
place à l'auge. La place à l'auge n'est pas limitante ultérieurement.
Avec ce type de régime, l'appétit est généralement compris entre 1,8 et 2,1 kilos de concentré pour 100
kilos vifs d'animal (races à viande) durant l'engraissement proprement dit.
Blond d'Aquitaine primeur
avec ration sèche
« Tout aliment »
Programme S

Ce programme permet :
• Une facilité relative de mise en œuvre et de gestion des stocks.
• Un ajustement facile du poids et de l'état d'engraissement de la carcasse produite
pour les besoins du marché.
• Des transitions alimentaires simplifiées, voire fortement réduites par rapport aux
autres rations sèches.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré vers 7 mois)
Durée d'engraissement : 215 j
GMQ moyen d'engraissement : 1600 g
GMQ naissance abattage : 1300 g (élevage naisseurengraisseur)
Poids de carcasse : 370 kg
Poids vif à l'abattage : 590 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U+/E
2 - les conseils de production
Une complémentation du broutard en pâture sous la mère est indispensable si l'on veux engraisser des
jeunes bovins primeurs, c'est la croissance naissance - abattage qu'il faut privilégier. La complémentation
du broutard doit démarrer le plus tôt possible. Les jeunes veaux doivent être habitués à consommer sous
la mère. Il faut éviter une croissance trop faible durant la phase de pâture, pour cela : gestion de l'herbe,
déparasitage adapté et mise à disposition du nourrisseur durant toute la phase de pâture sont
indispensable. Pour favoriser la transition alimentaire vers le régime d'engraissement, l'idéal est que
l'aliment d'engraissement soit proposé au nourrisseur en fin de phase de pâture.

Une préparation sanitaire sans faille, incluant un déparasitage complet (parasites internes et externes),
un contrôle de l'entéro-toxémie et des pathologies respiratoires est de rigueur. Dans les élevages
naisseurs-engraisseurs, on aura tout intérêt à vacciner les jeunes veaux avant mise en pâture, et de
pratiquer un rappel supplémentaire à la mise en lot. La tonte du dos permet de limiter également les
coups de froid hivernaux favorables à l'apparition de grippe (forte sudation au pic de croissance). A noter
la sensibilité particulière de la race Blond d'Aquitainee à la coccidiose...

Avec ce type de régime, l'appétit est généralement compris entre 1.8 et 2.1 kilos de concentré pour 100
kilos vifs d'animal (races à viande) durant l'engraissement proprement dit.

Un soin tout particulier doit être apporté à la paille. Celle ci doit être appétente donc de préférence sans
barbes, mais surtout détassée et renouvelée chaque jour. Le foin, et plus encore le regain, sont à
proscrire de ce type de régime. La consommation de paille doit représenter au minimum 15 % de la M.S
ingérée pour un bon fonctionnement digestif. Se méfier des pailles moisies ou trop humides qui sont
moins bien consommées. La paille doit être proposée dans un endroit très accessible à l'ensemble du lot.
Les pailles les mieux consommées sont souvent celles qui conservent le rachis (extrémité de la tige
supportant l'épi). A noter également que la paille hachée est mieux consommée par les animaux.

La vérification quotidienne des abreuvoirs et la mise à disposition de sel en permanence sont largement
souhaitables. Le bloc PHYSIO DOLMIN REGUL sera utilisé avec intérêt pour son apport de bicarbonate
en libre service.

Rationner très légèrement durant la transition alimentaire (sécurité alimentaire). L'aliment doit ensuite
être distribué à volonté. Avec le programme EXCEL COMPLET, veiller simplement à limiter la
consommation à 1.5 kg pour 100 kg de poids vif d'animal durant les quatre premières semaines afin
d'inciter à la consommation de paille.

Un apport de 50-80 g d'Antacid est conseillé au démarrage. L'aliment sera distribué de préférence en 2
repas, au début de la transition avant de le proposer à volonté.

Pour obtenir une carcasse suffisamment grasse et atteindre les objectifs de croissance, il convient de
respecter les apports suivants :
. Taux de matières grasses de la ration 2,5 à 4,5, voire 5 % ;
. En dessous de 2,5 % de MG : croissance et finition insuffisante.
. Au-delà de 4,5 - 5 % : risque de diminution de l'ingestion, voire de blocage du rumen.

Différentes sources de matières grasses seront associées avec succès : matières grasses insaturées
EXPREM (extrudé...) et matières grasses protégées (PRO MG) n'interférant pas avec le fonctionnement
du rumen. Avec les régimes riches en amidons de maïs très lentement dégradable (amidon très vitrifié),
privilégier les MG protégées.

C'est la raison pour laquelle un aliment EXCEL FINITION plus énergétique est recommandé en fin
d'engraissement. Un noyau EXPREM peut également être ajouté à l'aliment EXCEL COMPLET pour
augmenter la densité énergétique.

Contrôler l'homogénéité de la ration avec le kit INZO ARM.


Blond d'Aquitaine rajeuni
1 4 - 1 6 mois - 410 kg de carcasse

Le Blond d'Aquitaine rajeuni précoce peut se produire avec des régimes d'engraissement
à base de :

Maïs ensilage : programme de type 6

Régimes secs : programme de type 9


Blond d'Aquitaine rajeuni
à l'ensilage de maïs
Programme 8
Ce programme permet :

• L'objectif est de produire des animaux qui seront commercialisés tôt en saison
• Une croissance élevée à l'engraissement est obtenue avec ce type de régime.
• Ce régime permet des croissances très intenses et la production d'une carcasse jeune (de
couleur claire) et avec un état d'engraissement satisfaisant pour satisfaire les marchés
d'exportation Méditerranéens (Grèce...).

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré vers 6,5 mois)
Poids vif à l'abattage : 660 kg
Durée d'engraissement : 305 j
GMQ moyen d'engraissement : 1500 g
GMQ naissance abattage : 1100 g (élevage naisseur-engraisseur)
Poids de carcasse : 410 kg
Poids vif à l'abattage : 650 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U+E
2 - les conseils de production :
Une complémentation du broutard en pâture sous la mère est vivement recommandée si l'on veux
engraisser avec ce type de régime 6, c'est la croissance naissance- abattage qu'il faut privilégier. En race
blonde d'aquitaine la faible valeur laitière des mères conduit à recommander une complémentation précoce
et soutenue.
Vaccination entérotoxémie recommandée.

L'ensilage de maïs est utilisé comme « fond d'auge ». Un hachage pas trop fin(coupe à 12/14 mm, si les
conditions de récolte et de stockage le permettent) doit être privilégié pour mettre en avant l'effet rumination
de l'ensilage de maïs. Le système de reprise du maïs doit être intégré dans le choix d'une longueur de
coupe (effet déstructurant d'un dessilage par fraise...)
Les fibres longues (paille, foin...) seront alors rationnées pour éviter de déconcentrer la ration.

Si utilisation d'une remorque mélangeuse, attention de garder une bonne structure globale du mélange.

Dès 450 kg de poids vif, l'animal peut recevoir la dose maximum de concentré soit aux alentours de 6 kg de
concentré EXCEL, mais possibilité d'utiliser également 1 kg de concentré pour 100 kg de poids vif d'animal
avec le maïs à volonté. La densité énergétique du régime doit être supérieure à 0,95 UFV.

En revanche, le respect d'une augmentation progressive de la densité énergétique est indispensable si l'on
veut tous tirer les bénéfices de ce régime 6 et obtenir une finition adéquate sans trop d'alourdissement.

Dans le cas d'ensilage de maïs irrigué, veiller à un apport suffisant en azote (respect du rapport PDI / UFV).
Si l'on constate une proportion importante de grains dans les bouses, il faut suspecter le manque d'azote ou
un défaut de rumination avant toute chose.

Veiller à diversifier les sources énergétiques (associer différents amidons ...). Ces régimes riches en amidon
de maïs lentement dégradables (surtout de type corné) gagneront à être rééquilibré avec un peu d'amidon
de céréales à paille qui stimuleront l'ingestion. Cet effet est d'autant plus net que l'on observe un taux de
matières grasses élevé dans la ration. On utilisera Excel Finition riche en MG à cet effet en fin
d'engraissement.

Les animaux de race Blonde d'aquitaine valorisent extrêmement bien les apports en matière grasses
végétales non seulement en finition, mais également durant toute la phase d'engraissement compte tenu de
la tardivité très importante de cette race. INZO° recommande de respecter les niveaux de MG suivants :
Taux de matières grasses de la ration 2.5 à 4.5 voire 5 %
En dessous de 2.5 % de M.G : croissance et finition insuffisante
• Au delà de 4.5 - 5 % : risque de diminution de l'ingestion voire de blocage du rumen.

Différentes sources de matières grasses seront associées avec succès : matières grasses insaturées
(extrudé...) et matières grasses protégées (PRO MG) n'interférant pas avec le fonctionnement du rumen.
Avec les régimes riches en amidons de maïs très lentement dégradable (amidon très vitrifié), privilégier les
M.G protégées.

Attention à la possibilité d'échauffement de la ration à l'auge en période estivale


(surtout si proportion de fibres élevées). Les stabilisateurs de ration UCAMEL sont justifiés.

Apport de DYNAFLORE, ou de BOVISTIM en fin d'engraissement et lors de toute chute ou ralentissement


de l'appétit

L'aliment liquide est un excellent adjuvant de présentation de ration. Contrôler le mélange de la ration avec
le Kit INZO° ARM.
Blond d'Aquitaine Classique
16-18 mois - 420 kg carcasse

Le Jeune bovin Blond rajeuni peut se produire avec des régimes d'engraissement à base
de:

Ensilage de maïs : Programme de type 6

Rations sèches Programme de type 9

Maïs grain sec Programme de type 9


Blond d'Aquitaine Classique
à l'ensilage de maïs
Programme S

Ce programme permet :
• Ce régime permet des croissances très intenses et la production d'une carcasse jeune
(de couleur claire) et avec un état d'engraissement satisfaisant pour satisfaire les
marchés d'exportation.
• Ce régime limite très fortement la consommation de maïs ( imitation de la surface en
maïs, ajustement des stocks...)
• Ce système se justifie tout particulièrement dans les ateliers de grande taille utilisant les
remorques mélangeuses.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré vers 7,5 mois)
Poids vif à l'abattage : 665 kg
Durée d'engraissement : 305 j
GMQ moyen d'engraissement : 1450 g
G M Q naissance abattage : 1 0 5 0 g (élevage naisseur-engraisseur)
Poids de carcasse : 420 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U+E
1

2 - les conseils de production :


Une complémentation du broutard en pâture sous la mère est vivement recommandée si l'on veux
engraisser avec ce type de régime (6), c'est la croissance naissance- abattage qu'il faut privilégier. En race
blonde d'aquitaine la faible valeur laitière des mères conduit à recommander une complémentation précoce
et soutenue. Il serait souhaitable que les animaux consomment 3 kg de concentrés au sevrage.
Vaccination entérotoxémie recommandée.
L'ensilage de maïs est utilisé, dans le système 6, comme « fond d'auge ». Un hachage pas trop fin (coupe à
12/14 mm, si les conditions de récolte et de stockage le permettent) doit être privilégié pour mettre en avant
l'effet rumination de l'ensilage de maïs. Le système de reprise du maïs doit être intégré dans le choix d'une
longueur de coupe (effet déstructurant d'un dessilage par fraise... )
La fibre doit alors être limitée pour éviter de déconcentrer la ration.
Si utilisation d'une remorque mélangeuse, attention de garder une bonne structure globale du mélange.
Dès 450 kg de poids vif, l'animal peut recevoir la dose maximum de concentré soit aux alentours de 6 kg de
concentré EXCEL SUPREME, mais possibilité d'utiliser également 1 kg de concentré pour 100 kg de poids
vif d'animal avec le maïs à volonté.
En revanche, le respect d'une augmentation progressive de la densité énergétique est indispensable si l'on
veut tous tirer les bénéfices de ce régime 6 et obtenir une finition adéquate sans trop d'alourdissement.
Les animaux de race Blonde d'aquitaine valorisent extrêmement bien les apports en matière grasses
végétales non seulement en finition, mais également durant toute la phase d'engraissement compte tenu de
la tardivité très importante de cette race.
Dans le cas d'ensilage de maïs irrigué, veiller à un apport suffisant en azote (respect du rapport PDI / UFV).
Si l'on constate une proportion importante de grains dans les bouses, il faut suspecter en premier lieu le
manque d'azote ou un défaut de rumination. Augmenter suffisamment vite la correction azotée lors de
distribution manuelle pour éviter une dégradation de l'indice de consommation.
Attention à la possibilité d'échauffement de la ration à l'auge en période estivale (surtout si proportion de
fibres élevées). Les stabilisateurs de rations UCAMEL sont justifiés.
Apport de DYNAFLORE, ou de BOVISTIM en fin d'engraissement et lors de toute chute ou ralentissement
de l'appétit.
L'aliment liquide est un excellent adjuvant de présentation qui limite le démélange. La ration doit conserver
un aspect collant au toucher.
Veiller à diversifier les sources énergétiques (associer différents amidons ...). Ces régimes riches en amidon
de maïs lentement dégradables (surtout de type corné) gagneront à être rééquilibrés avec un peu d'amidon
de céréales à paille qui stimuleront l'ingestion. Cet effet est d'autant plus net que l'on observe un taux de
matières grasses élevé dans la ration. On utilisera Excel Finition riche en MG à cet effet en fin
d'engraissement.
Les animaux de race Blonde d'aquitaine valorisent extrêmement bien les apports en matière grasses
végétales non seulement en finition, mais également durant toute la phase d'engraissement compte tenu de
la tardivité très importante de cette race. INZO° recommande de respecter les niveaux de MG suivants :
Taux de matières grasses de la ration 2.5 à 4.5 voire 5 %
En dessous de 2.5 % de M.G : croissance et finition insuffisante
Au delà de 4.5 - 5 % : risque de diminution de l'ingestion voire de blocage du rumen.
Différentes sources de matières grasses seront associées avec succès : matières grasses insaturées
(extrudé...) et matières grasses protégées (PRO MG) n'interférant pas avec le fonctionnement du rumen.
Avec les régimes riches en amidons de maïs très lentement dégradable (amidon très vitrifié), privilégier les
M.G protégées.
L'aliment liquide est un excellent adjuvant de présentation de ration. Contrôler le mélange de la ration avec
le Kit INZO° ARM.
Blond d'Aquitaine Classique
Avec rations sèches
Programme 9
f • Il
Ce programme permet :
• Facilité relative de mise en œuvre et de gestion des stocks.
• Ajustement facile du poids de carcasse produite aux besoins du marché.
• Permet une bonne finition des animaux et une bonne valorisation du potentiel génétique.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg(broutards sevrés vers 7,5 mois)
Poids vif à l'abattage : 665 kg
Durée d'engraissement : 305 j
GMQ moyen d'engraissement : 1450 g
G M Q n a i s s a n c e abattage: 1050 g (élevage naisseur-engraisseur)
Poids de carcasse : 420 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U+E
2 - les conseils de production :
Les régimes secs conviennent très bien à la production de jeunes bovins blonds qui disposent à la fois,
d'une capacité d'ingestion faible et d'un très bon potentiel musculaire.

Sélectionner des animaux à bon potentiel de croissance , ayant un poids vif brut de l'ordre de 250 kilos. Les
broutards légers s'adaptent plutôt mal à ce régime (chute importante de croissance en fin d'engraissement,
difficultés à supporter ce régime durant toute la période souhaitable). Sélectionner de préférence des
broutards ayant eu une bonne croissance sous la mère et, ayant été complémentés au parc. L'idéal serait
que les broutards disposent de l'aliment d'engraissement au nourrisseur en fin de période de pâture, pour
favoriser la transition et, qu'ils consomment 3 kg d'aliment minimum au sevrage.
Un soin tout particulier doit être apporté à la paille. Celle ci doit être appétente donc de préférence sans
barbes, mais surtout détassée et renouvelée chaque jour. Le foin, et plus encore le regain, sont à proscrire
de ce type de régime. La consommation de paille doit représenter au minimum 15 % de la M.S ingérée pour
un bon fonctionnement digestif. De même, se méfier des pailles moisies ou trop rigides qui sont moins bien
consommées. Elles doivent en outre, être proposées dans un endroit très accessible à l'ensemble du lot.
Les pailles les mieux consommées sont souvent celles qui conservent le rachis (extrémité de la tige
supportant l'épi). Les pailles hachées sont également mieux consommées.
La vérification quotidienne des abreuvoirs et la mise à disposition de sel en permanence sont largement
souhaitables. Le bloc DOLMIN REGUL remplacera avec avantage le bloc de sel.

Un apport d'ANTACID (50 à 80 g/j) est conseillé au démarrage. Veiller en outre à limiter la consommation
d'EXCEL COMPLET à 1,5 kg pour 100 kg de poids vif (3 à 5 kg/jour) durant les six premières semaines afin
d'inciter à la consommation de paille. On distribuera, de préférence, l'aliment en deux repas au début de la
transition, avant de le proposer à volonté. Au démarrage, il est souhaitable que tous les animaux disposent
d'une place à l'auge. La place à l'auge n'est plus limitante ultérieurement.

Avec ce type de régime, l'appétit est généralement compris entre 1.8 et 2.1 kilos de concentré pour 100 kg
de poids vif. Durant toute la phase de croissance, l'aliment doit être à libre disposition.

Ce système s'adapte parfaitement à des ateliers de grande taille, où l'on cherche à optimiser le temps de
travail et la marge par journée de présence. Le coût de la mécanisation est minimisé. Les ateliers naisseurs-
engraisseurs, de taille plus modeste, apprécient la souplesse et la flexibilité qu'offre EXCEL COMPLET. Il
permet de démarrer l'engraissement, sans attendre la récolte du maïs. Les élevages de type engraissement
spécialisé, pratiquant une production désaisonnalisée et/ou des cycles de production courts rechercheront
davantage des programmes sécurisés que des régimes d'engraissement à base de céréales (difficulté à
réaliser les transitions alimentaires).

Pour la finition (à partir de 600 kg vif), EXCEL FINITION est un aliment plus énergétique que EXCEL
COMPLET. Il est composé d'amidon à digestion étalée ou enrichi en MG végétales. Il donne des résultats
efficaces pour le soutien de la croissance et améliore l'état de finition de la carcasse.

Pour obtenir une carcasse suffisamment grasse et atteindre les objectifs de croissance, il convient de
respecter les apports suivants :
. Taux de matières grasses de la ration 2,5 à 4,5, voire 5 % ;
. En dessous de 2,5 % de MG : croissance et finition insuffisante.
. Au-delà de 4,5 - 5 % : risque de diminution de l'ingestion, voire de blocage du rumen.

Différentes sources de matières grasses seront associées avec succès : matières grasses insaturées
EXPREM (extrudé...) et matières grasses protégées (PRO MG) n'interférant pas avec le fonctionnement du
rumen. Avec les régimes riches en amidons de maïs très lentement dégradable (amidon très vitrifié),
privilégier les MG protégées.
Blond d'Aquitaine Classique
Avec maïs grain sec
Programme 9
Ma valeur ajoutée!! en Bovin Viande

Ce programme permet :
• Simple à mettre en oeuvre, il permet de bonnes performances et une bonne sécurité.
Le maïs grain sec peut être utilisé en l'état,
• Le maïs grain sec peut être conservé, soit par inertage, soit séché artificiellement en
séchoir.
• Le maïs grain sec peut être utilisé en l'état, moyennant une dégradation modérée de
l'indice de consommation par rapport à un aplatissage ou un concassage grossier...

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 250 kg (broutard sevré vers 7,5 mois)
Poids vif à l'abattage : 660 kg
Durée d'engraissement : 305 j
GMQ moyen d'engraissement : 1450 g
GMQ naissance abattage : 1050 g (élevage naisseur engraisseur)
Poids de carcasse : 420 kg
Rendement à l'abattage : 63 %
Conformation : U+E
-
2 - les conseils de production :
Sélectionner des animaux à bon potentiel de croissance , ayant un poids vif brut de l'ordre de 250 kilos. Les
broutards légers s'adaptent plutôt mal à ce régime (chute importante de croissance en fin d'engraissement,
difficultés à supporter ce régime durant toute la période souhaitable).
Ce type de ration très énergétique permet des performances élevées et sécurisées du fait du profil
fermentaire du maïs (amidon plus « tranquille ») que celui des céréales à paille.
Le maïs grain sec peut être utilisé en l'état, car sa taille oblige l'animal à une mastication sommaire
contrairement aux céréales à paille trop petites.
Le maïs grain entier peut parfois colorer de façon assez nette la graisse en jaune. Cette coloration soutenue
est recherchée pour les carcasses destinées au marché intérieur.
Un soin tout particulier doit être apporté à la paille. Celle ci doit être appétente donc de préférence sans
barbes, mais surtout détassée et renouvelée chaque jour. Le foin, et plus encore le regain, sont à proscrire
de ce type de régime. La consommation de paille doit représenter au minimum 15 % de la M.S ingérée pour
un bon fonctionnement digestif.
La vérification quotidienne des abreuvoirs et la mise à disposition de sel en permanence sont largement
souhaitables
Rappelons enfin que la transition alimentaire devra être réalisée avec précision avec les céréales. Elle
s'étalera sur une durée de 5 à 6 semaines, et se traduira par une augmentation de la distribution de
céréales, par pas de 500 g tous les 3 ou 4 jours, jusqu'à ce qu'elle soit à volonté.
Ce type de régime nécessite une surveillance importante.
Une préparation sanitaire sans faille, incluant un déparasitage complet (parasites internes et externes), un
contrôle de l'entéro-toxémie et des pathologies respiratoires est de rigueur.
Comme pour les régimes à base de céréales à paille, un engraissement précoce est favorisé. Ce type de
régime est à réserver à des animaux à bon potentiel. Appétent, le maïs grain est ingéré à un niveau élevé.
Attention au risque de dégradation de l'I.C. si on alourdit trop.
Il existe quelques risques d'inappétence liés aux fusariums, sur des lots très contaminés.
Attention au respect des normes nutritionnelles en terme de matières grasses végétales. Le MG possède
naturellement une teneur élevée en huile (3.5 % environ). Un ajout trop important de matières grasses
insaturées ralenti trop la fermentescibilité de la ration et conduit à une dégradation de l'indice de
consommation. PRO MG est à privilégier ici car sans interférences avec le fonctionnement du rumen. Cet
effet est particulièrement net sur les variétés tardives à amidon fortement vitrifié.
Une présence modérée de grains de maïs dans les bouses est normale avec ce type de régime. Si cette
proportion devient trop importante, vérifier la mastication, l'apport d'azote soluble et l'équilibre minéral.
Les régimes à base de maïs grain favorisent l'apparition d'abcès au foie. Des apports réguliers de
substances hépatotropes sont indispensables DYNAFLORE ou NORBIL.
Le maïs grain est favorable également aux blocages d'appétit sur la finition (richesse en matières grasses
insaturées du germe de maïs).
Comme pour tous les régimes secs, l'abreuvement est important, tant en qualité qu'en quantité. Un
abreuvement insuffisant et un déséquilibre minéral (manque de sodium) est favorable à l'urolithiase.

Contrôler l'homogénéité de la distribution avec le kit INZO° ARM.


Blond d'Aquitaine
Traditionnel
1 8 - 2 0 mois - 450 kg carcasse

Le JB de race Blonde d'Aquitaine traditionnel peut se produire avec des régimes


d'engraissement à base de :

Ensilage de maïs : Programme de type 6

Rations sèches : Programme de type 9

Maïs grain sec Programme de type 9

Dans un certain nombre de situations, on aura tout à fait intérêt à rajeunir cette production
pour améliorer l'indice de consommation et rechercher une période de vente plus
favorable.

Contrairement aux autres races, le risque d'engraissement excessif est très peu présent
dans ces créneaux lourds, y compris avec des régimes très énergétiques.
Blond d'Aquitaine Traditionnel
à l'ensilage de maïs
Programme 8

Ce programme permet :

• Ce régime permet des croissances soutenues.


• Ce régime limite très fortement la consommation de maïs (limitation de la surface en
maïs, ajustement des stocks...)
• Ce système se justifie tout particulièrement dans les ateliers de grande taille utilisant
les remorques mélangeuses.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 300 kg (sevrage vers 9 mois)
Poids vif d'abattage : 710 kg
Durée d'engraissement : 280 jours
GMQ Engraissement : 1380 g
GMQ naissance abattage : 1050 g
Poids de carcasse : 450 kg
Rendement à l'abattage : 63.5 %
Conformation : E=+
2 - les conseils de production :
Ce type de régime s'adapte préférentiellement à des lots d'animaux à ingestion modérée. Une
complémentation du broutard en pâture sous la mère est vivement recommandée si l'on veux engraisser
avec ce type de régime.

En revanche, le respect d'un poids cohérent de sortie est indispensable si l'on veux tirer les bénéfices de ce
régime 6 ( risque de forte dégradation de l'indice de consommation si alourdissement excessif, et risque de
commercialisation à une période moins favorable pour le marché national ).

L'ensilage de maïs est utilisé comme « fond d'auge ». Un hachage assez grossier (coupe à 12/14 mm, si les
conditions de récolte le permettent) doit être privilégié pour mettre en avant l'effet rumination de l'ensilage de
maïs. Le mode de reprise et de distribution de l'ensilage de maïs doit être pris en compte dans le choix de
la finesse de hachage. Faire une distribution de fibres longues (rationnée à 0,3 - 0,5 kg) avec la remorque
mélangeuse. Cette quantité doit être respectée assez précisément pour éviter de trop déconcentrer la ration.

La teneur en grain, la valeur énergétique de l'ensilage de maïs de même que son ingestibilité n'ont un
impact modéré sur les performances zootechniques de ce type de régime. Une bonne régularité des
performances doit être obtenue d'une année sur l'autre.

Dès 500 kg de poids vif, l'animal peut recevoir la dose maximum de concentré soit aux alentours de 5-6 kg
de concentré EXCEL SUPREME, mais possibilité d'utiliser également 1 kg de concentré pour 100 kg de
poids vif d'animal avec le maïs à volonté.

Veiller à diversifier les sources énergétiques (associer différents amidons). Ces régimes riches en amidon de
maïs lentement dégradables (surtout de type corné) gagneront à être rééquilibrés avec un peu d'amidon de
céréales à paille qui stimuleront l'ingestion. Cet effet est d'autant plus net que l'on observe un taux de
matières grasses élevé de la ration.

Pour la finition des matières grasses végétales seront associées avec succès pour ce type de régime ( effet
favorable sur l'état d'engraissement et le dépôt de gras intramusculaire ).

Augmenter suffisamment vite la correction azotée lors de distribution manuelle pour éviter un dépôt de gras
trop précoce et une dégradation de l'indice de consommation.

Dans le cas d'ensilage de maïs irrigué, veiller à un apport suffisant en azote (respect du rapport PDI / UFV).
Si l'on observe une quantité importante dans les bouses, contrôler la correction azotée et la mastication et
l'équilibre minéral de la ration..

Vaccination entérotoxémie du broutard souhaitable.

Attention à une distribution excessive de fibres dans la ration qui favorise réchauffement à l'auge en période
estivale. Par forte chaleur, une distribution en soirée est plus favorable au maintien du niveau de
consommation. Le stabilisant de ration UCAMEL exprimera tout son intérêt.

Apport de DYNAFLORE, ou de BOVISTIM en fin d'engraissement et lors de toute chute ou ralentissement


de l'appétit.

Contrôler l'homogénéité de la distribution avec le kit INZO0 ARM.


Blond d'Aquitaine Traditionnel
Avec maïs grain sec
Programme 9

Ce programme permet :

• Simple à mettre en œuvre, il permet de bonnes performances et une bonne sécurité.


• Le maïs grain sec peut se conserver, soit par inertage, soit séché artificiellement en
séchoir.
• Le maïs grain sec peut être utilisé en l'état. Compte-tenu de sa taille, il nécessite en
effet une mastication sommaire par l'animal. Un concassage grossier ou un aplatissage
permet d'améliorer légèrement l'indice de consommation.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 300 kg (sevrage vers 9 mois)
Poids vif d'abattage : 710 kg
Durée d'engraissement : 280 jours
GMQ d'engraissement : 1380 g
GMQ naissance abattage : 1050 g
Poids de carcasse : 450 kg
Rendement à l'abattage : 63.5 %
Conformation : E=+
2 - les conseils de production :
Ce type de ration très énergétique permet des performances élevées et sécurisées du fait du profil
fermentaire du maïs (amidon « tranquille »).

Le maïs grain sec peut être utilisé en l'état, car sa taille oblige l'animal à une mastication sommaire
contrairement aux céréales à paille trop petites. Le concassage n'améliore que très faiblement l'I.C. En
revanche, l'ensilage de grain aplati (plus fermentescible permet d'améliorer l'I.C).

Comme pour les régimes à base de céréales à paille, un engraissement précoce est favorisé. Ce type de
régime est à réserver à des animaux à bon potentiel. Appétent, le maïs grain est ingéré à un niveau élevé.
Attention au risque de dégradation de l'I.C. si l'on alourdit trop.

Attention notamment aux maïs séchés en cribs. Il existe quelques risques d'inappétence liés aux fusariums,
sur des lots très contaminés.
Le maïs grain sec se digère en proportion élevé dans l'intestin grêle, ce qui apporte une sécurité
intéressante à ce régime. En revanche, il est nécessaire de prévoir dans les aliments EXCEL MGS
suffisamment de sources fermentescibles pour réussir à avoir un fonctionnement correct du rumen.
Attention au respect des normes nutritionnelles en terme de matières grasses végétales. Le MG possède
naturellement une teneur élevée en huile (3.5 % environ). Un ajout trop important de matières grasses
insaturées ralenti trop la fermentescibilité de la ration et conduit à une dégradation de l'indice de
consommation. PRO MG est à privilégier ici car sans interférences avec le fonctionnement du rumen. Cet
effet est particulièrement net sur les variétés tardives à amidon fortement vitrifié.
Une présence modérée de grains de maïs dans les bouses est normale avec ce type de régime. Si cette
proportion devient trop importante, vérifier la mastication, l'apport d'azote soluble et l'équilibre minéral.
Une préparation sanitaire sans faille, incluant un déparasitage complet (parasites internes et externes), un
contrôle de l'entéro-toxémie et des pathologies respiratoires est de rigueur. Dans les élevages naisseurs-
engraisseurs, on aura tout intérêt à vacciner les jeunes veaux avant mise en pâture, et de pratiquer un
rappel supplémentaire à la mise en lot. La tonte du dos permet de limiter également les coups de froid
hivernaux favorables à l'apparition de grippe (forte sudation au pic de croissance).
Les régimes à base de maïs grain favorisent l'apparition d'abcès au foie. Le maïs grain est favorable
également aux blocages d'appétit sur la finition (richesse en matières grasses insaturées du germe de
maïs). Des apports réguliers de substances hépatotropes sont indispensables DYNAFLORE ou NORBIL.
Comme pour tous les régimes secs, l'abreuvement est important, tant en qualité qu'en quantité. Un
abreuvement insuffisant et un déséquilibre minéral (manque de sodium) est favorable à l'urolithiase.
Un soin tout particulier doit être apporté à la paille. Celle-ci doit être appétente, de préférence sans barbes,
mais surtout détassée et renouvelée chaque jour. Le bon foin, plus encore le regain, sont à proscrire dans
ce type de régime. La consommation de paille doit représenter au minimum 15 % de la MS ingérée pour un
bon fonctionnement digestif.
De même, se méfier des pailles moisies ou trop rigides ; elles sont moins bien consommées.
Blond d'Aquitaine Traditionnel
Avec ration sèche
Programme 9

Ce programme permet :
• Une croissance élevée à l'engraissement est obtenue avec ce type de régime.
• Facilité relative de mise en œuvre et de gestion des stocks.
• Ajustement facile de la finition en race Blonde d'Aquitaine.

1 - objectifs de production
Poids vif de départ : 300 kg (Sevrage vers 9 mois)
Poids vif d'abattage : 710 kg
Durée d'engraissement : 280 Jours
GMQ Engraissement : 1380 g
GMQ naissance abattage : 1050 g
Poids de carcasse : 450 kg
Rendement à l'abattage : 63.5 %
Conformation : E=+
2 - les conseils de production :
Les régimes secs conviennent très bien à la production de jeunes bovins blonds qui disposent à la fois,
d'une capacité d'ingestion faible et d'un très bon potentiel musculaire.

Sélectionner des animaux à bon potentiel de croissance , ayant un poids vif brut de l'ordre de 250 kilos
minimum. Les broutards légers s'adaptent plutôt mal à ce régime (chute importante de croissance en fin
d'engraissement, difficultés à supporter ce régime durant toute la période souhaitable). Sélectionner de
préférence des broutards ayant eu une bonne croissance sous la mère et, ayant été complémentés au parc.
L'idéal serait que les broutards disposent de l'aliment d'engraissement au nourrisseur en fin de période de
pâture, pour favoriser la transition et, qu'ils consomment 3 kg d'aliment minimum au sevrage.
Un soin tout particulier doit être apporté à la paille. Celle ci doit être appétente donc de préférence sans
barbes, mais surtout détassée et renouvelée chaque jour. Le foin, et plus encore le regain, sont à proscrire
de ce type de régime. La consommation de paille doit représenter au minimum 15 % de la M.S ingérée pour
un bon fonctionnement digestif. De même, se méfier des pailles moisies ou trop rigides qui sont moins bien
consommées. Elles doivent en outre, être proposées dans un endroit très accessible à l'ensemble du lot.
Les pailles les mieux consommées sont souvent celles qui conservent le rachis (extrémité de la tige
supportant l'épi). Les pailles hachées sont également mieux consommées.
La vérification quotidienne des abreuvoirs et la mise à disposition de sel en permanence sont largement
souhaitables. Le bloc DOLMIN REGUL remplacera avec avantage le bloc de sel.

Un apport d'ANTACID (50 à 80 g/j) est conseillé au démarrage. Veiller en outre à limiter la consommation
d'EXCEL COMPLET à 1,5 kg pour 100 kg de poids vif (3 à 5 kg/jour) durant les six premières semaines afin
d'inciter à la consommation de paille. On distribuera, de préférence, l'aliment en deux repas au début de la
transition, avant de le proposer à volonté.

Avec ce type de régime, l'appétit est généralement compris entre 1.8 et 2.1 kilos de concentré pour 100 kg
de poids vif. Durant toute la phase de croissance, l'aliment doit être à libre disposition. Rationner très
légèrement en fin d'engraissement pour améliorer l'indice de consommation (2 kg d'aliment pour 100 kg de
poids vif au maximum).

Ce système s'adapte parfaitement à des ateliers de grande taille, où l'on cherche à optimiser le temps de
travail et la marge par journée de présence. Le coût de la mécanisation est minimisé. Les ateliers naisseurs-
engraisseurs, de taille plus modeste, apprécient la souplesse et la flexibilité qu'offre EXCEL COMPLET. Il
permet de démarrer l'engraissement, sans attendre la récolte du maïs. Les élevages de type engraissement
spécialisé, pratiquant une production désaisonnalisée et/ou des cycles de production courts rechercheront
davantage des programmes sécurisés que des régimes d'engraissement à base de céréales (difficulté à
réaliser les transitions alimentaires).

Pour la finition (à partir de 600 kg vif), EXCEL FINITION est un aliment plus énergétique que EXCEL
COMPLET. Il est composé d'amidon à digestion étalée ou enrichi en MG végétales. Il donne des résultats
efficaces pour le soutien de la croissance et améliore l'état de finition de la carcasse. Les matières grasses
végétales contribuent également à l'amélioration de l'indice de consommation.

Contrôler l'homogénéité de la ration proposée aux animaux avec le Kit INZO0 ARM .