P. 1
A13.Control Du Soudage

A13.Control Du Soudage

|Views: 897|Likes:
Publié parMohamed Ghodbani

More info:

Published by: Mohamed Ghodbani on Oct 28, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/04/2013

pdf

text

original

SOUDAGE ET CONTROLE

4.1

Rédacteur : Monsieur DARDEVET Révision : 1 de 1996 TRAN 96.1

Ce document n’est diffusable qu’en accompagnement d’une action de formation

CONCEPTION CONSTRUCTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX DE TRANSPORT DE GAZ SOUDAGE ET CONTROLE

I LES PROCEDES DE SOUDAGE .............................................................................................5 1) 2) 2.1. 2.2. 2.3 GENERALITES ...........................................................................................................5 SOUDAGE A L'ARC ELECTRIQUE A L'ELECTRODE ENROBEE ......................5 Principe du procédé ......................................................................................................5 Caractéristiques de l'arc et d'un poste de soudage ........................................................6 Les électrodes ...............................................................................................................6
2.3.1 Propriétés générales ........................................................................................................ 6 2.3.1.1 Stabilité électrique de l'arc................................................................................. 7 2.3.1.2 Protection du métal en fusion ............................................................................ 7 2.3.1.3 Apport d'éléments .............................................................................................. 7 2.3.2 Types d'électrodes ........................................................................................................... 7 2.3.2.1 - Electrodes à enrobage cellulosique.................................................................. 7 2.3.2.2 Electrodes à enrobage basique ........................................................................... 8 2.3.2.3 Electrodes à enrobage rutile............................................................................... 9

3) 3.1

SOUDAGE A L'ARC AVEC FIL ................................................................................9 Soudage à l'arc avec fil sous protection gazeuse ..........................................................9
3.1.1 Postes de soudage.......................................................................................................... 10 3.1.2 Fil d'apport et gaz de protection .................................................................................... 10

3.2 3.3 4) 4.1 4.2 4.3 4.4

Soudage à l'arc avec fil fourré sans gaz ......................................................................10 Soudage automatique..................................................................................................10 SOUDAGE A L'ARC ELECTRIQUE AVEC ELECTRODE REFRACTAIRE SOUS GAZ INERTE..................................................................................................11 Principe .......................................................................................................................11 Torches de Soudage - Electrodes réfractaires.............................................................11 Gaz de protection - Métaux d'apport ..........................................................................11 Automatisation............................................................................................................11

II SOUDABILITE DES ACIERS ..............................................................................................13 1) 1.1 1.2. 1.3. 2) 3) 3.1 PHENOMENES THERMIQUES EFFETS METALLURGIQUES ..........................13 Echauffement en phase solide ....................................................................................13 Fusion .........................................................................................................................13 Refroidissement ..........................................................................................................13 PHENOMENES THERMIQUES EFFETS MECANIQUES ....................................14 CRITERES DE SOUDABILITE................................................................................15 Soudures sensibles à la fissuration à chaud ................................................................15
3.1.1 Description et causes provoquant ce défaut .................................................................. 15 3.1.2 Types de fissure ............................................................................................................ 15
2/35

3.1.3 Essais pour juger la sensibilité à la fissuration à chaud ................................................ 15 3.1.4 Remèdes pour éviter la fissuration à chaud................................................................... 16

3.2

Soudures sensibles à la corrosion fissurante par l'hydrogène.....................................16
3.2.1 Description et causes provoquant ce défaut .................................................................. 16 3.2.2 Essais pour juger la sensibilité à la corrosion fissurante par l'hydrogène ..................... 17 3.2.3 Remèdes ........................................................................................................................ 17

3.3

Soudures sensibles à l'arrachement lamellaire............................................................18
3.3.1 Description et causes provoquant ce défaut .................................................................. 18 3.3.2 Essais pour juger la sensibilité à l'arrachement lamellaire ............................................ 20 3.3.3 Remèdes ........................................................................................................................ 20 3.3.3.1 Elaboration de l'acier ....................................................................................... 20 3.3.3.2 Classification des aciers résistant à l'arrachement lamellaire .......................... 21 3.3.3.3 Modes opératoires de soudage ......................................................................... 21

3.4

Soudures sensibles à la fissuration à froid..................................................................22
3.4.1 Description et causes provoquant ce défaut .................................................................. 22 3.4.1.1 Contraintes subies par le joint soudé ............................................................... 22 3.4.1.2 Présence d'hydrogène introduit lors du soudage .............................................. 22 3.4.1.3 Structures fragiles en zone affectée thermiquement ........................................ 23 3.4.2 Méthodes pour juger la sensibilité à la fissuration à froid ............................................ 23 3.4.2.1 Méthode des "implants"................................................................................... 24 3.4.2.2 Méthode de "la dureté sous cordon" ................................................................ 24 3.4.3 Type de fissures ............................................................................................................ 25 3.4.3.1 Fissures "sous-cordon"..................................................................................... 25 3.4.3.2 Fissures "au raccordement" ou "à la racine" .................................................... 26 3.4.3.3 Fissures "transversales" ................................................................................... 26 3.4.4 Remèdes pour éviter la fissuration à froid .................................................................... 26 3.4.4.1 Réduire les contraintes subies par le joint soudé. ............................................ 26 3.4.4.2 Réduire le taux d'hydrogène introduit dans le métal déposé............................ 27 3.4.4.3 Eviter la formation de structure fragile et fragilisable ..................................... 27

III CONTROLES DES SOUDURES.........................................................................................28 1) 1.1 1.2 1.3 2) 2.1 2.2 GENERALITES .........................................................................................................28 Les contrôles avant soudure........................................................................................28 Les contrôles en cours d'exécution .............................................................................28 Les contrôle après soudure .........................................................................................29 CONTROLE PAR RADIOGRAPHIE OU GAMMAGRAPHIE ..............................29 Principes .....................................................................................................................29 Création des rayonnements.........................................................................................29
2.2.1 Générateurs de rayons X ............................................................................................... 30 2.2.2 Rayons gamma .............................................................................................................. 30

2.3 2.4

Impression du film radiographique.............................................................................32 Matériels .....................................................................................................................32

3/35

D'UN ARC ELECTRIQUE SOUDAGE A L'ARC AVEC FIL PROCEDES DE SOUDAGE AUTOMATIQUES SOUDAGE A L'ARC ELECTRIQUE AVEC ELECTRODE REFRACTAIRE SOUS GAZ INERTE SOUDAGE AUTOMATIQUE TIG ORBITAL CYCLE THERMIQUE ET ASPECTS DU JOINT SOUDE COMPARAISON ENTRE LES METHODES DE CONTROLES NON DESTRUCTIFS PRINCIPE DU CONTROLE PAR RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES PRINCIPE DES GENERATEURS A RAYONS X MATERIELS DE RADIOGRAPHIE 4/35 .ANNEXES ANNEXE I ANNEXE II ANNEXE III ANNEXE IV ANNEXE V ANNEXE VI ANNEXE VII ANNEXE VIII ANNEXE IX ANNEXE X ANNEXE XI ANNEXE XII LISTE DE SOUDAGE SOUDAGE A L'ARC ELECTRIQUE ENROBEE COURBES CARACTERISTIQUES.

procédé à l'arc électrique à l'électrode réfractaire. le tableau en annexe 1 en donne une liste limitée aux procédés les plus fréquemment utilisés. fournissent ensemble l'essentiel de la chaleur. Les électrons circulent de la cathode (pôle négatif) vers l'anode (pôle positif) que constituent l'extrémité de l'électrode et l'impact de l'arc sur la pièce : la polarité est choisie selon que l'on désire faciliter la fusion de la pièce ou de l'électrode. reste suffisamment chaude pour devenir émettrice. très utilisé jadis. Ces procédés sont décrits dans la suite de ce chapitre. Le procédé au chalumeau. fortement ionisée ne représente qu'une faible part d'énergie calorifique mais irradie surtout des rayonnements électromagnétiques (lumière visible. sous atmosphère inerte. Le réamorçage s'obtient dans la mesure où l'anode. concerne un domaine d'application restreint aux faibles diamètres et épaisseurs.I LES PROCEDES DE SOUDAGE 1) GENERALITES Les procédés de soudage sont multiples .. normalement non-conductrice. L'atmosphère gazeuse de l'arc. ultra violets. (annexe 2) L'arc électrique résulte du passage d'un courant électrique intense à travers une atmosphère de gaz ou de vapeur. 5/35 . 2) SOUDAGE A L'ARC ELECTRIQUE A L'ELECTRODE ENROBEE 2.. elle s'inverse à chaque alternance en courant alternatif.procédé à l'arc électrique au fil plein ou fourré . bombardée par les électrons est par contre à une température plus haute (3 500°C) que celle de la tâche cathodique (2 400°C).procédé à l'arc électrique à l'électrode enrobée . PRINCIPE DU PROCEDE Un arc électrique établi entre une électrode et les bords des pièces à assembler. La tâche anodique. Les assemblages de canalisations de transport de gaz sont préférentiellement effectués avec les procédés suivants : . .1. où se présentent les ions positifs. provoque leur fusion et crée un bain de métal liquide qui reçoit les gouttes de métal de l'électrode.) La tâche anodique et surtout la tache cathodique. portée à haute température (5 000°C à 8 000°C). devenue cathode. Cette situation est permanente en courant continu .

il est nécessaire qu'à une variation de cette longueur d'arc soit associée une faible variation de l'intensité .2. CARACTERISTIQUES DE L'ARC ET D'UN POSTE DE SOUDAGE La courbe caractéristique de l'arc. .la tension à vide Uo du générateur en circuit ouvert (l'arc ne débite pas de courant). . trois paramètres essentielles sont à considérer : . Comme en soudage manuel.3.une âme métallique dont le rôle est de conduire le courant et dont la fusion forme le métal déposé . 6/35 . lorsque l'arc est établie Les valeurs moyennes de Is et Us s'obtiennent en cherchant l'intersection des caractéristiques de l'arc et du poste de soudage. Uo peut varier de 40 à 100 V.2. pour que l'intensité nulle ne corresponde pas à une tension nulle. les postes de soudage à l'arc électrique manuel doivent donc présenter des courbes caractéristiques décroissantes (ou plongeantes) 2. La courbe caractéristique d'un poste de soudage est représentée par le schéma 2. annexe 3. la longueur de l'arc ne peut rester rigoureusement constante.l'intensité Is et la tension Us.l'intensité Icc du courant de court-circuit Lorsque l'électrode et la pièce sont en contact : l'intensité Icc doit être supportée par le poste de soudage sans dommage.1 Propriétés générales Les électrodes de soudage sont constituées par : . il faut que cette tension Uo soit supérieure à la tension d'amorçage de l'arc.un enrobage concentrique à l'âme dont la composition permet de remplir plusieurs rôles : * stabilité électrique de l'arc * protection du métal en fusion * apport d'éléments dans le métal déposé. Suivant les postes. annexe 3. Par suite l'intensité doit être déphasée par rapport à la tension.3 LES ELECTRODES 2. c'est à dire la courbe donnant la différence de potentiel entre l'électrode et la pièce en fonction de l'intensité de soudage a l'allure donnée au schéma 1. Le courant d'alimentation de l'arc est variable.

3. Leur combustion dégage un volume important de gaz réducteurs qui protègent le bain de fusion. De surcroît.1 Stabilité électrique de l'arc Les gaz émis lors de la fusion de l'enrobage facilitent l'ionisation. comme le silicium. l'enrobage fournit des constituants nouveaux (molybdène. se détache facilement. Les diamètres normalisés sont : 1.1. ralentissant le refroidissement et permettant aussi le départ des gaz occlus. le manganèse.1.) Le laitier modifie également la tension superficielle du métal liquide.1. 2. peu volumineux.2.3 Apport d'éléments Au cours de la fusion. nickel.1 ..l'enrobage cellulosique .l'enrobage basique . 2. donc l'établissement de l'arc entre l'électrode et la pièce à souder. l'enrobage compense alors ces pertes.3. des silicates naturels et des ferro-alliages réducteurs. 7/35 ..4 .15 . donnant au cordon une forme plus ou moins concave. cette ionisation permet de stabiliser l'arc malgré l'annulation de la tension à chaque phase.3.6.5 .3.Electrodes à enrobage cellulosique Les électrodes à enrobage cellulosique contiennent des produits volatils (cellulose de bois ou de coton).3.2 Types d'électrodes Les électrodes se définissent par le diamètre de l'âme et la nature chimique de l'enrobage.l'enrobage rutile 2. Lors du soudage en courant alternatif.2 Protection du métal en fusion L'atmosphère créée lors de la fusion de l'enrobage isole le métal liquide de l'oxygène et de l'azote de l'air. Le laitier.2. certains constituants plus volatils ont tendance à disparaître.3 mm Les enrobages les plus utilisés sont : . Chaque goutte de métal est entourée d'une protection de laitier qui viendra ensuite surnager sur le bain de fusion en formant une couche protectrice pendant la solidification. 2.25 .3.6 .1.

).2. (ferro-alliages) et à des fondants (spath fluor.première passe : polarité négative à l'électrode . Il est donc impératif que les conditions de stockage et d'étuvage soient conformes à celles indiquées par le fabricant. les polarités conseillées étant les suivantes : • première passe • autres passes : polarité négative à électrode : polarité indifférente Certaines électrodes peuvent cependant être utilisées en courant alternatif. Les électrodes à enrobage basique peuvent être utilisées en courant alternatif ou en courant continu où la fusion est meilleure. La résilience du métal déposé ainsi que la ductilité du joint sont plus basses que celles observées pour des électrodes à enrobage basique. Certaines électrodes dites à basse teneur en hydrogène conduisent à une teneur encore plus basse.autres passes : polarité positive à l'électrode 8/35 .. La quantité d'hydrogène est inférieure ou égale à 10 ml par 100 g de métal fondu. 2. Les enrobages basiques sont très hydroscopiques. Lorsque leurs enrobages sont parfaitement secs elles procurent des teneurs en hydrogène basses dans le métal déposé. dénitrurants. inférieure à 5 ml par 100 g de métal fondu. Une fusibilité et une stabilité d'arc satisfaisantes nécessitent des postes de soudage ayant des tensions à vide élevées (70 volts environ). La résilience et l'allongement sont élevés. Les polarités conseillées sont : . Les électrodes à enrobage cellulosique nécessitent l'emploi de courant continu de façon à obtenir une bonne pénétration de l'arc et une vitesse de fusion élevée. de telles électrodes humides ne présentent pas les caractéristiques de basse teneur en hydrogène dans le métal déposé qui sont précisément celles recherchées par l'emploi de l'enrobage basique.2 Electrodes à enrobage basique Les électrodes à enrobage basique sont constituées de carbonates (Ca ou Mg) mélangés à des produits désoxydants. à structure fine et exempt d'inclusions. Le laitier compact.3.. Toutefois. La fissibilité à froid ou à chaud est faible. L'emploi de certaines électrodes est limité au courant continu.Le métal déposé est affiné mais renferme beaucoup d'hydrogène (teneur généralement supérieure à 10 ml par 100 g de métal fondu). peu abondant est facile à détacher. Celui-ci est pur. ces électrodes ne s'étuvent pas et doivent être conservées dans un local suffisamment humide.

Cet enrobage est donc adapté pour le soudage de produits en acier minces. En courant continu. Ces électrodes peuvent s'employer en courant continu ou alternatif. de l'ordre de 0.I.03%). au lieu de 0. de caractéristiques moyennes (en tout état de cause nuances inférieures ou égales à TS E 290) de composition chimique soignée (notamment.A. Lorsque les enrobages comportent des additions de cellulose. 9/35 . Les caractéristiques mécaniques.G = métal active gas) Le déroulement du fil à vitesse constante permet d'alimenter en métal d'apport le bain de fusion. ces électrodes sont très maniables : l'amorçage et la stabilité de l'arc sont plus faciles à assurer. des ferro-alliages et silicates naturels.3 Electrodes à enrobage rutile Les électrodes à enrobage rutile contiennent essentiellement de l'oxyde naturel de titane ainsi que des oxydes de fer.3.Une tension à vide de 50 volts est suffisante sauf en courant alternatif où la tension à vide du générateur de courant devra toujours être supérieure ou égale à 75 volts.2 cm/s. la polarité directe est conseillée pour toutes les passes. Leur emploi peut générer des risques d'inclusions. dépendent de la teneur en ferro-alliages et sont plus faibles que celles obtenues avec les électrodes à enrobage basique. le taux de soufre doit être inférieur à 0.G = métal inert gas) ou actif (procédé M. de soufflures pour toutes les passes. Le remède consiste à maintenir un arc court et à limiter la vitesse de soudage. arc moins stable que pour une électrode à enrobage cellulosique). ces électrodes peuvent aussi s'employer en technique descendante (enrobage rutilo-cellulosique).2. Les électrodes à enrobage basique s'utilisent principalement en technique dite montante (le tube est axe horizontal. notamment de résilience et d'allongement. Grâce au pouvoir d'ionisation élevé de l'oxyde de titane. la progression de soudage va de bas en haut). Le laitier visqueux se détache facilement.1 SOUDAGE A L'ARC AVEC FIL SOUS PROTECTION GAZEUSE L'arc est entretenu entre un fil consommable et les bords de la pièce à souder. Les performances mécaniques du métal déposé sont obtenues au détriment de la maniabilité (cordon de pénétration moins profond.1 à 0.7 cm/s environ pour une électrode à enrobage cellulosique en technique dite descendante (progression du soudage de haut en bas) 2. 3) SOUDAGE A L'ARC AVEC FIL 3. Le fil en fusion et le bain de soudure est protégé de l'oxydation de l'air par un flux de gaz inerte (le procédé se dénomme alors M.

pur ou mélangé à l'oxygène. Le fil est raccordé au pôle positif est la pièce à souder au pôle négatif.3 SOUDAGE AUTOMATIQUE Les procédés à l'arc électrique avec fil (fourré ou plein) sont tels que le taux de fusion du fil s'ajuste à chaque instant à sa vitesse : ce sont donc des procédés dits semiautomatiques.1. la tension diminue et l'intensité augmente. 3.la torche ou pistolet 3. le fil plein est remplacé par un fil fourré d'un flux pulvérulent. est le gaz actif le plus fréquemment utilisé. 3.de la nature des matériaux à souder .une source de gaz protecteur .1.2 SOUDAGE A L'ARC AVEC FIL FOURRE SANS GAZ Le procédé de soudage relève des mêmes principes que ceux décrits au paragraphe 3. 10/35 . Les gaz actifs servent au soudage des aciers au carbone ou faiblement alliés (aciers à tube). La composition des fils dépend : .Ces différentes fonctions de protection et d'amenée de métal sont remplies par une installation qui comprend (cf annexe 4) : . ce qui rétablit la longueur d'arc initial. qui peut être basique ou rutile. Les gaz inertes à base d'argon. Le gaz carbonique.1 Postes de soudage Le poste de soudage utilisé pour ce procédé est à courant continu. ou d'hélium sont surtout utilisés pour les métaux légers et les aciers inoxydables.1. par exemple.le générateur de courant continu . Ce flux joue le même rôle que l'enrobage extérieur des électrodes et dispense donc de l'utilisation d'un gaz protecteur. parfois mélangé à l'oxygène. Toutefois. Il permet d'obtenir une pénétration plus importante et augmente la concavité du cordon. 3. La caractéristique doit être plate. ce qui permet une auto-régulation de l'arc : si la longueur d'arc diminue. conduisant à une fusion plus rapide du fil.2 Fil d'apport et gaz de protection On distingue les gaz inertes et les gaz actifs.un système de refroidissement à la torche .le moto-dévideur .des pertes d'éléments pendant le soudage.

Les électrodes réfractaires sont en tungstène ou en tungstène thorié (1 à 2% d'oxyde de thorium). Les électrodes réfractaires doivent être parfaitement épointées pour que la densité de courant soit la plus élevée possible. vitesse du fil.. 11/35 . en déposant une ou plusieurs passes de soudure. L'annexe 5 présente plusieurs procédés automatiques. il importe alors que les métaux d'apport fournissent les éléments nécessaires (désoxydants par exemple).G peut aussi être utilisé en mode automatique grâce a la mise au point des têtes de soudage dites orbitales.4 AUTOMATISATION Ce procédé T. si besoin est.I. déjà mis en œuvre dans plusieurs chantiers de pose de canalisation en mer ou sur terre. l'hélium ou l'azote hydrogéné sont les gaz les plus fréquemment utilisés.G = Tungstène Inerte Gaz. Les systèmes de commande programmés permettent d'exécuter et d'enchaîner toutes les opérations nécessaires avec des volumes de paramètres prédéterminés (intensité.I.ELECTRODES REFRACTAIRES L'alimentation en gaz et en courant électrique se fait par une torche. (annexe 6) La chaleur dégagée permet la fusion des bords à assembler et.2 TORCHES DE SOUDAGE .METAUX D'APPORT L'argon pur.) Les procédés de soudage automatique connaissent un essor dans l'industrie pétrolière ou gazière. 4) SOUDAGE A L'ARC ELECTRIQUE AVEC ELECTRODE REFRACTAIRE SOUS GAZ INERTE 4. La torche ou le pistolet se déplacent pour des colliers s'adoptant à la canalisation. qui se déplacent le long de la circonférence du tube. les procédés sont complètement automatiques.. L'électrode et le bain de fusion sont protégés de l'oxydation par une atmosphère de gaz inerte. 4.3 GAZ DE PROTECTION . Hormis la protection du bain de fusion. vitesse de rotation. d'où l'abréviation couramment utilisé T. 4. 4.1 PRINCIPE L'arc est établi entre une électrode non fusible en tungstène et la pièce à souder. ces gaz n'ont aucune action bénéfique sur le métal fondu . du métal d'apport.Lorsque la torche ou le pistolet sont guidés par une machine.

G automatique requiert des systèmes de commande et préprogrammation des paramètres. L'annexe 7 présente un matériel déjà testé.De façon identique aux procédés de soudage automatique avec fil. 12/35 . le procédé T.I. Les expériences de soudage de canalisations de transports sont peu nombreuses.

fusion .. d'oxydation.. L'austénisation à des températures élevées peut provoquer une surchauffe.) de réactions avec le milieu ambiant (formation de phosphures de fer. la zone modifiée de façon irréversible est limitée à une bande étroite. FUSION Dans le bain de fusion.l'austénisation Le franchissement d'un point de transformation efface les états antérieurs du métal .. de sulfures.la suppression des états hors d'équilibre Les aciers écrouis subissent une recristallisation.échauffement en phase solide .). c'est-à-dire un grossissement de grain qui. 13/35 .l'évolution de la composition chimique ..3. agira ultérieurement sur l'aspect final de la structure. (formation de soufflures . de façon irréversible. et entraîne des variations de composition chimique selon la nature du métal d'apport employé.1 ECHAUFFEMENT EN PHASE SOLIDE Il se traduit par les transformations métallurgiques suivantes : .le phénomène de dilution L'évolution de la composition chimique résulte de la volatisation de certains éléments. les aciers trempés un revenu . le refroidissement conduit à une structure de solidification orientée dans le sens de l'écoulement de la chaleur (dendrites). REFROIDISSEMENT Dans la zone fondue. deux aspects essentiels sont à considérer : .refroidissement 1. 1. La dilution consiste en un mélange du métal de base avec la zone fondue. 1. les aciers trempés revenus sont sujets aux phénomènes de vieillissement (précipitations de carbures) .2.II SOUDABILITE DES ACIERS 1) PHENOMENES THERMIQUES EFFETS METALLURGIQUES Le cycle thermique lié au soudage se décompose en 3 stades principaux : .

changement de structure.. Cette dilatation négative. est directement proportionnel au coefficient de dilatation du matériau. provoque des contraintes internes. de l'épaisseur.le retrait longitudinal qui engendre des déformations (ou des contraintes) dans l'axe de la soudure.A proximité de la zone fondue.A. sens d'exécution de chaque passe. de la forme du chanfrein. le métal de base est le siège de transformations structurales qui selon la vitesse de refroidissement et la composition chimique conduisent à des structures d'équilibre (retour à la structure cristalline du métal de base) ou hors d'équilibre (apparition de cristaux aux propriétés différentes) 2) PHENOMENES THERMIQUES EFFETS MECANIQUES Une autre conséquence de l'application de cycles thermiques réside dans les déformations et les contraintes internes. . Les déformations sont dues à la différence de dilatation entre le métal chaud et le métal refroidi. sans modification 14/35 . On peut délimiter alors trois zones : .T) .le métal de base. du mode de soudage (fonctionnement.apparition de contraintes résiduelles. du mode de pointage. ou retrait. L'empêchement du retrait.. 3) Aspects du joint soudé Le cycle thermique du soudage entraîne donc des modifications locales de deux sortes : (annexe 8) .. Les effets du retrait transversal sont plus complexes : ils dépendent de l'écartement des bords. Le retrait se présente sous deux formes : .). ou bridage. de composition chimique : ces changements modifient fondamentalement les propriétés mécaniques .la zone affectée thermiquement (Z.le retrait transversal qui s'exerce perpendiculairement à l'axe de la soudure. Le retrait longitudinal provoque toujours des contraintes de l'ordre de la limite d'élasticité du matériau de base.la zone fondue .

3 Essais pour juger la sensibilité à la fissuration à chaud Il existe plusieurs essais permettant de juger la sensibilité d'une soudure à la fissuration à chaud. Un critère de soudabilité a été choisi en tenant compte.fissures dans le cratère terminal d'un cordon de soudure.1. (rôle important de la composition chimique et de la capacité insuffisante d'allongement à chaud du métal fondu).1 Description et causes provoquant ce défaut La fissuration à chaud est associée généralement à la présence ou à la formation d'une phase fusible favorisant la décohésion intergranulaire sous l'influence du soufre et du phosphore notamment. 15/35 . rapide et le moins onéreux possible.2 Types de fissure . 3. 3. dans la mesure du possible.1 SOUDURES SENSIBLES A LA FISSURATION A CHAUD 3.fissures à la racine ou à un défaut d'entaille .fissures longitudinales .3) CRITERES DE SOUDABILITE La recherche de la sécurité dans les constructions soudées a conduit les sidérurgistes et les utilisateurs à rechercher les conditions d'utilisation optimales des aciers dans le domaine du soudage.fissuration à froid 3.fissuration au réchauffage .arrachement lamellaire .1. de tous les facteurs de soudabilité de façon qu'il puisse être jugé par un moyen simple.fissures transversales . Le critère qui a été retenu pour caractériser la soudabilité globale est la sensibilité de la soudure à un défaut grave d'origine métallurgique : .1. La fissuration à chaud se forme généralement dans le métal fondu sous l'effet de contraintes importantes au moment où le métal est encore très chaud.fissuration à chaud .corrosion fissurante par l'hydrogène .

1.04% < 0.2 SOUDURES SENSIBLES A LA CORROSION FISSURANTE PAR L'HYDROGENE 3. 3.04% < 0. les conditions suivantes doivent être remplies : S P C < 0.1 Description et causes provoquant ce défaut L'action fragilisante de l'hydrogène en solution dans le métal est marquée par une réduction sensible de la striction et se manifeste au cours d'une déformation plastique lente.04%.13% Mn > 20 S S Le nickel peut provoquer la fissuration à chaud en présence du soufre. mais pour des teneurs ne dépassant pas 1.composition chimique pour le soudage à l'arc avec électrode enrobée. L'électrode à enrobage basique réduit le risque de fissuration à chaud.mode opératoire de soudage • Choisir un produit d'apport bien adapté. 16/35 . . Les résultats sont exprimés par une courbe limite de non-fissuration dans un diagramme. • Eviter une vitesse excessive de soudage et des séquences de soudage provoquant l'accumulation des déformations dues au retrait.4 Remèdes pour éviter la fissuration à chaud Il faut agir soit sur la composition chimique du métal. 3. • Obtenir un bain de fusion dont le rapport longueur/profondeur ait une valeur suffisamment élevée (par exemple 0.5%. • Obtenir une bonne configuration du cordon de soudure (éviter les cordons trop étroits par rapport aux dimensions de la pièce).7). en particulier quand cette dernière s'applique à un métal déjà chargé en hydrogène. Cette courbe est tracée en fonction de l'énergie calorifique linéique dissipée par l'arc (kj/cm) et la vitesse de soudage ou vitesse de dépôt du cordon de soudure (cm/min).2. soit sur le mode opératoire de soudage. . il semble qu'il n'y ait aucune raison de limiter la teneur maximale en soufre à une valeur inférieure à 0.Parmi ceux-ci on retiendra l'essai BOEKHOLT qui consiste à déterminer la présence ou l'absence de fissurations dans le métal déposé lorsqu'on modifie les paramètres de soudage.

3 Remèdes Il existe deux moyens pour que la structure de la soudure soit voisine de l'état d'équilibre physico-chimique: . • de l'état structural du joint soudé. on détermine un mode opératoire permettant d'obtenir une teneur en hydrogène du métal déposé faible (électrode basique).traitement thermique du joint soudé Le joint est soumis au traitement de "normalisation" permettant de produire une structure aussi voisine que possible de la perlite fine. Une soudure sensible à la corrosion fissurante peut être aussi sensible à la fissuration à froid. bout à bout. Celui décrit ci-dessus peut convenir mais en choisissant un couple. il faut choisir des essais destructifs permettant de déterminer la structure de la soudure. soit un essai micrographique. • du niveau de contraintes subies par le joint soudé. énergie calorifique linéique dissipée par l'arc/température de l'acier juste avant le début de la première passe. soit la mesure de la dureté de la structure du joint terminé.mode opératoire approprié Le traitement thermique étant difficile à exécuter sur chantier. lorsque il s'agit de soudures d'appareils ou de canalisations contenant un gaz humide avec présence d'hydrogène sulfuré (H2S) 3. d'angle et à recouvrement sont concernées par ce défaut.Les soudures peuvent être plus ou moins sensibles à la corrosion fissurante. Il faut donc choisir un mode opératoire de soudage qui permette d'éviter les deux défauts. Cette sensibilité dépend : • de la composition chimique du joint soudé.2. 3. Ces essais peuvent être. Les passes successives faisant subir à la passe précédente un traitement thermique de recuit permettent à la structure finale du joint d'avoir une dureté maximale inférieure à 250 HV5 sauf pour la dernière passe qui n'est traitée thermiquement que partiellement. 17/35 .2.2 Essais pour juger la sensibilité à la corrosion fissurante par l'hydrogène La sensibilité des aciers à la corrosion fissurante diminuant lorsque leur structure métallurgique se rapproche de l'état d'équilibre physico-chimique. Ce traitement favorise le relâchement des contraintes dues à l'opération de soudage et le dégazage de la soudure. Les soudures. qui tienne compte de la composition chimique de l'acier et de l'épaisseur à souder. .

Cette particularité distingue les arrachements lamellaires des fissures de la zone affectée thermiquement dues à l'hydrogène étant donné que ces arrachements se présentent souvent dans le métal de base au-dessous de la zone affectées thermiquement.3 SOUDURES SENSIBLES A L'ARRACHEMENT LAMELLAIRE 3.1 Description et causes provoquant ce défaut L'arrachement lamellaire est une forme de fissuration qui se présente généralement pour des joints soudés fortement bridés dont les dimensions sont telles que le matériau est sollicité dans une direction perpendiculaire au plan de laminage.3. 18/35 . sous forme de gradins.3.

un mauvais choix : • de la géométrie des bords à souder (effet de bridage) • des produits d'apport • des séquences de soudage 19/35 . L'arrachement lamellaire est influencé par les facteurs suivants : . aluminates. b) conception des joints Les types de joints suivants sont sensibles à l'arrachement lamellaire : • joint en T avec soudures d'angle • joint en T avec soudures d'angle complètement pénétrées • joint avec soudures d'angle extérieur c) mode opératoire de soudage : L'arrachement lamellaire est lié directement au mode opératoire de soudage.mode opératoire de soudage La fissuration à froid peut jouer un rôle d'amorçage du défaut. principalement les contraintes de retrait. Il est causé par : .L'arrachement lamellaire est un phénomène mécanique qui se produit généralement pendant le soudage.conception des joints .nuance de l'acier . .la faible ductilité de l'acier dans le sens "travers-court". En particulier. oxydes. a) nuance de l'acier : La nuance de l'acier dans le sens "travers-court" dépend de l'état inclusionnaire de la tôle.les contraintes subies par la pièce dans le sens perpendiculaire au plan de laminage (sens "travers-court"). silicates. Les inclusions sont essentiellement des sulfures.

3 Remèdes 3.1 Elaboration de l'acier Pour éviter l'arrachement lamellaire. laitier synthétique). que subit l'assemblage.3. il faut que la ductilité de l'acier dans le sens "travers-court" soit suffisante pour résister aux contraintes. le sidérurgiste doit agir sur l'élaboration de l'acier (désoxydation. 3. Cette ductilité dépend de l'état inclusionnaire de l'acier.peut entraîner l'occurrence du défaut.3. Pour obtenir les qualités requises dans le sens "travers-court".. de la chaux) 20/35 . a) Additions d'éléments chimiques: • pour la désoxydation : silicium. magnésium (mélange avec du coke. calcium (carbure.2 Essais pour juger la sensibilité à l'arrachement lamellaire Essais sur éprouvettes non soudées a) Essais de traction b) Essais de résilience : sur éprouvettes prismatiques à entailles en U ou V à différentes températures Essais sur éprouvettes soudées a) Essais où le soudage intervient comme mode de sollicitation • Essais de traction b) Essais où le soudage intervient comme moyen de réalisation d'éprouvettes sollicitées mécaniquement • Essais de traction • Essais de résilience : essais sur éprouvettes prismatiques • Essais de pliage • Essais d'emboutissage c) Examens par ultrasons 3. déshydrogénation . dues notamment au soudage.3. • pour la désulfuration de la fonte : sodium (carbonate).) et sur les conditions de laminage.. (densité... aluminium. répartition et nocivité des inclusions). désulfuration.3.

du dégazage sous vide. Le calcium disperse les inclusions alumineuses et conduit actuellement au meilleur résultat. Toutes les classes. de Z A à Z D. et/ou de l'addition de terres rares. zirconium . Il est très important d'assurer la variation minimale des valeurs de la striction dans le sens travers-court.. b) Laminage : • la coulée continue diminue le corroyage géométrique et métallurgique.3 Modes opératoires de soudage a) Géométrie des bords à souder 21/35 . 3. sont obtenues par combinaison appropriée de la désulfuration. indéformables au cours du laminage.3.2 Classification des aciers résistant à l'arrachement lamellaire Une classification de résistance à l'arrachement lamellaire des aciers basée sur la teneur en soufre et sur la valeur de la striction dans le sens "travers-court" est retenu. 3. relevées en différents endroits de la tôle..terres rares : mischmetall (cérium + lanthane.• pour la désulfuration de l'acier: .calcium : on obtient des oxysulfures résiduels.3.) Le cérium est l'élément principal et doit être injecté proportionnellement à la teneur en soufre. On obtient des sulfures et des oxysulfures non déformables. • classe Z A • classe Z B • classe Z C • classe Z D S ≤ 0.006 % spécification plus sévère Les aciers de classes Z C et Z D sont utilisés pour des constructions dont le bridage est très sévère dans le sens travers court. .titane.008 % S ≤ 0.3.3.008 % S ≤ 0.

1 Contraintes subies par le joint soudé 3. Elle a lieu généralement vers la fin du refroidissement d'une soudure ou après celui-ci. les entailles géométriques favorisent le rassemblement de l'hydrogène provenant: . Les contraintes subies par le joint soudé.4 SOUDURES SENSIBLES A LA FISSURATION A FROID 3.1.du produit d'apport (enrobage des électrodes) 22/35 . Cet hydrogène ne diffuse pas aisément vers le métal de base (le coefficient de diffusion dans l'austénite est faible).de l'humidité de l'atmosphère . Il est retenu en sursaturation.contraintes subies par le joint soudé. . Le soudage à larges passes contribue à diminuer sensiblement le risque de déclenchement de ce défaut.formation de structures fragiles dans la zone affectée par la chaleur.2 Présence d'hydrogène introduit lors du soudage L'hydrogène. lors du soudage dans la zone affectée par la chaleur. 3. les micro-défauts. les inclusions. laquelle s'accroît lorsque la température de l'acier s'abaisse. 3.1.b) Produits d'apport Il ne faut jamais utiliser des électrodes conduisant à un métal d'apport ayant une limite d'élasticité supérieure à la résistance effective de la tôle.présence d'hydrogène introduit.4.des pièces à souder . .1 Description et causes provoquant ce défaut La fissuration à froid est une véritable cassure sans ramification à caractère intergranulaire.4. résultant de la décomposition de la vapeur d'eau dans l'arc électrique se dissout dans le métal fondu pendant l'opération de soudage. c) Séquences de soudage Le risque d'arrachement lamellaire croît avec le nombre de passes. Elle résulte de la réunion des trois facteurs suivants qui doivent exister simultanément : .4.

La figure ci-après donne un exemple de cette courbe. 3.3 Structures fragiles en zone affectée thermiquement La dureté est représentative. soit le temps écoulé entre 800 et 500°C. On associe à cette dureté le paramètre de refroidissement comme le refroidissement obéit aux lois de diffusion de la chaleur.4.plateau supérieur (t < 10 secondes) où la dureté varie peu (structures martensitiques). dans des conditions d'austénisation donnée de la micro-structure formée. Elle est adoptée pour caractériser la Z.2 Méthodes pour juger la sensibilité à la fissuration à froid Deux méthodes existent actuellement pour juger la sensibilité à la fissuration à froid d'un joint soudé : • méthode des implants • méthode de "la dureté sous cordon" 23/35 . soit le temps écoulé entre 700 et 300°C.zone de forte pente correspondant à la traversée du domaine mixte(10s< t< 36s). Plusieurs paramètres peuvent être adoptés : • Vitesse moyenne • Vitesse à température donnée • Temps de passage entre deux températures Il est nécessaire qu'à même valeur du paramètre corresponde la même structure c'est-àdire la même dureté. répondent à cette exigence.3.A.1. . En associant dureté sous cordon et paramètre de refroidissement on obtient pour chaque acier une courbe de dureté .4. et elle est habituellement appelée "dureté sous cordon". le cycle thermique de soudage peut être caractérisé par un paramètre représentant la vitesse de refroidissement. Elle possède certains traits caractéristiques que l'on retrouve dans pratiquement tous les cas : .T. .paramètre de refroidissement qui n'est autre que la présentation sous une forme chiffrée des informations contenues dans le diagramme de transformation en refroidissement continu. Les deux paramètres les plus utilisées. pour un acier.zone de plus faible pente correspondant à des structures ferrite + carbures.

2. L'influence des éléments d'alliages (éléments durcisseurs. ne doit pas dépasser une valeur maximale correspondant au début de la formation des structures fragiles. produite par une passe unique. A la courbe de fissuration est associé la courbe de dureté de l'acier. Actuellement le GAZ DE FRANCE prend pour valeur de dureté maximale : • 350 HV5 (dureté Vickers sous charge de 5 kgf ou 4.. diminution de la vitesse de diffusion.2.2 Méthode de "la dureté sous cordon" La dureté maximale de la zone affectée par la chaleur.22 % Pcm = C + 24/35 . 3. 18 % Ceq = C + Mn Cr + Mo + V Ni + Cu + + 6 5 15 SI Mn + Cu + Cr Ni Mo V + + + + + 5B 30 20 60 15 10 • Si le taux de carbone est inférieur à 0. Les formules les plus souvent utilisées sont : • Si le taux de carbone est supérieur à 0. • 380 HV5 si cette température est supérieure à 100°C.1 Méthode des "implants" Cette méthode de simulation consiste à faire des essais de soudage sur "implants" avec mise sous contraintes de la soudure lorsqu'elle est exécutée mais sa température doit être suffisamment élevée pour qu'aucun phénomène de fissuration ne puisse prendre naissance au moment de la mise en charge.9 daN) si la température de la zone soudée juste avant le début de la 2ème passe est inférieure à 100°C.3. après la fin de son refroidissement. Les résultats des essais permettent de trouver une courbe de fissuration.) à conduit à compléter la clause de limitation de la dureté par la composition chimique. formation de carbures.. stabilisation de la phase austénite se traduisant par un déplacement vers la droite de la courbe de début de transformation. concentration de contraintes plus importants). Elles sont surtout utiles à titre comparatif entre différentes microstructures du même acier ou entre les aciers.4.4. manutention. Les mesures de dureté sont faites sur une première passe seule (retrait thermique. Les courbes de fissuration sont très dépendantes de la technique et des conditions d'essais utilisées. Cette courbe est tracée en fonction des contraintes subies par la soudure. du critère de refroidissement et de l'énergie calorifique linéique dissipée par l'arc. Tant que la température est supérieure ou égale à 100°C environ (diffusibilité et solubilité de l'hydrogène favorisées dans le métal) la fissuration ne se déclenche pas.

fissures "sous-cordon" . Il en est ainsi généralement pour le soudage à l'arc avec électrode enrobées. il faut dans ce cas faire subir un traitement thermique au joint pour "adoucir" la structure (exemple : soudage par le procédé C.3. Dans le deuxième cas.3 Type de fissures Dans la zone affectée par la chaleur on peut rencontrer quatre types de fissures : .R.Remarque : Il ne faut pas confondre la mesure de la dureté de la structure de la zone affectée par la chaleur produite par une passe seule avec celle de la structure d'un joint réalisé avec plusieurs passes. La mesure de la dureté de la structure d'un joint effectué avec plusieurs passes peut être utile si elle est très différente de celle du métal de base. L'expression "fissure sous-cordon" a été généralisée. permettent à la structure finale du joint soudé d'avoir une dureté inférieure à celle de la structure du premier cas. le mode opératoire de soudage.fissures "transversales" 3. pour le soudage automatique avec fil électrode plein sous gaz la dureté de la structure du joint peut-être élevée (soudage avec de faibles énergies calorifiques) . 3. Certains spécifications ou codes donnent une valeur à respecter pour cette différence : elle peut être par exemple de 80 HV5 au maximum avec une dureté maximale de 280 HV5. dans ce cas. La simple contrainte développée par le dépôt du cordon de soudure suffit pour déclencher la fissure.4. (Elles sont du type 1) Ce type de fissuration est fréquent lorsque la structure de la zone affectée par la chaleur est franchement martensitique et que la teneur en hydrogène du métal déposé est élevée (électrodes à enrobages cellulosique et rutile). à tort à l'ensemble des fissures longitudinales associées à l'influence de l'hydrogène.1 Fissures "sous-cordon" Elles sont parallèles à la zone de liaison (fissures longitudinales par rapport au cordon de soudure) et ne débouchent pas nécessairement à la surface des pièces à souder. Il faut modifier. 25/35 . les passes successives. Par contre.fissures "au raccordement" ou "à la racine" .4.C Automatic Welding). faisant subir à la passe précédente un traitement thermique de "recuit" (ré-austénisation de l'acier) sauf pour la dernière passe.

Ces fissures "longitudinales" ne débouchent pas nécessairement à la surface des pièces à souder.type 5 : les fissures se produisent dans la zone fondue et pour des contraintes longitudinales élevées. La teneur en hydrogène du métal déposé et les contraintes longitudinales interviennent dans le déclenchement du phénomène.2 Fissures "au raccordement" ou "à la racine" Les fissures "au raccordement" sont du type 2. séquences de soudage etc. 3.4 Remèdes pour éviter la fissuration à froid Il faut agir sur les trois facteurs la provoquant 3. .).1 Réduire les contraintes subies par le joint soudé. 3.4.4. Les fissures "à la racine" sont du type 3. • diminuer les effets de bridage lors de la conception des pièces à souder. 26/35 . L'effet d'entaille intervient dans le déclenchement de ce type de fissuration. . Ce déclenchement se produit avec une faible teneur d'hydrogène du métal déposé et avec des contraintes transversales par rapport au cordon de soudure relativement élevées.4.3. • maintenir les tubes en position pendant le soudage de la première passe.3.3.4.type 4 : les fissures se produisent dans la zone affectée par la chaleur et pour des aciers très trempants.4.3 Fissures "transversales" Les fissures "transversales" (par rapport au cordon de soudure) sont du type 4 et 5. • concevoir un mode opératoire de soudage permettant de diminuer les contraintes thermiques (nombre et répartition des soudeurs.

3 Eviter la formation de structure fragile et fragilisable • obtenir une vitesse de refroidissement de la soudure inférieure à la vitesse critique de trempe de l'acier (choix du couple énergie calorifique linéique dissipée par l'arc/température initiale du métal de base en début de première passe en fonction de la composition chimique du métal et de son épaisseur). 3. 27/35 . en maintenant la température entre passes ou en effectuant éventuellement un traitement thermique après soudage.4.)..• supporter les tubes dans de bonnes conditions (cales . 3.4.4.2 Réduire le taux d'hydrogène introduit dans le métal déposé • favoriser la diffusion de l'hydrogène en préchauffant les soudures.engins de levage.4. • utiliser des électrodes à bas hydrogène..

. Enfin. Cette compétence n'est pas universelle : un soudeur compétent pour mettre en œuvre un procédé dans des conditions opératoires données peut ne plus l'être pour le même procédé dans des conditions opératoires différentes : les soudeurs sont donc soumis à des essais de qualification pour un mode opératoire bien défini. le calage des tubes . tension..) 28/35 .1 LES CONTROLES AVANT SOUDURE Afin de s'assurer des caractéristiques métallurgiques et mécaniques du métal déposé et de la zone affectée thermiquement. 1. un mode opératoire préliminaire rassemblant tous les paramètres de soudage est qualifié. notamment : .III CONTROLES DES SOUDURES 1) GENERALITES Les contrôles des soudures s'échelonnent sur trois périodes : • les contrôles avant soudure • les contrôles en cours d'exécution • les contrôles après soudure 1. A cette fin. de surcroît le métal d'apport doit aussi être qualifié à l'issue d'essais mécaniques réalisés sur des moules. il est nécessaire de vérifier que l'ensemble des paramètres régissant le soudage conduit effectivement à la qualité attendue. il importe de vérifier qu'elles sont observées. la compétence du soudeur est l'un des facteurs les plus importants. Des essais destructifs permettent de vérifier les caractéristiques mécaniques .2 LES CONTROLES EN COURS D'EXECUTION Lorsque les conditions opératoires ont été qualifiées.l'accostage.les paramètres électriques (intensité .la préparation .

2 CREATION DES RAYONNEMENTS Les rayonnements électromagnétiques utilisés dans le contrôle des matériaux ont leur origine : .soit dans l'émission d'un tube à rayons X.soit dans le rayonnement spontané d'une source radioactive. De surcroît la densité de l'image du défaut dépend de son épaisseur et un défaut plan.1 PRINCIPES Ce moyen de contrôle est basé sur l'absorption différentielle des rayonnements électromagnétiques de très courte longueur d'onde dans la matière en fonction de la densité des milieux traversés (annexe 10). 2) CONTROLE PAR RADIOGRAPHIE OU GAMMAGRAPHIE 2.les contrôles destructifs : des prélèvements de joints soudés peuvent permettre de s'assurer que le mode opératoire qualifié est appliqué et que les caractéristiques spécifiées sont obtenues . 29/35 . . Ce sont les principales limitations de ce type d'examen. Le rayonnement sortant de la pièce en impressionnant. L'image des défauts est la projection de ces défauts sur le plan du film. parmi lesquels on peut citer : • le contrôle radiographique ou gammagraphique • le contrôle par ultrasons • le ressuage • la magnétoscopie Le tableau en annexe 9 donne une comparaison entre ces différentes méthodes. La méthode la plus utilisée sur les chantiers de pose de canalisation est le contrôle par radiographie ou gammagraphie.les contrôles non-destructifs .1. perpendiculaire au rayonnement. Ces rayonnements utilisés sont de même nature que la lumière ou que les ondes hertziennes en radiophonie. soit un film photographique.3 LES CONTROLE APRES SOUDURE Les contrôles après soudure se répartissent en deux familles : . risque de ne pas être décelé. Ce procédé donne peu d'informations sur la hauteur des défauts. soit un écran fluorescent donne une image des hétérogénéités de la matière examinée. 2. mais leur longueur d'onde est beaucoup plus petite.

1 Générateurs de rayons X Lorsqu'un faisceau d'électrons émis par le filament d'une cathode est accéléré par un champ électrique élevé à l'anode.2.le cobalt 60. il est nécessaire de disposer de rayonnements de très haute énergie. La cathode est reliée au pôle négatif d'un générateur du courant continu. dans le cas des rayonnements industriels. .le césium 137. est généralement en tungstène et est reliée au pôle positif du générateur. Il est constitué par un ensemble de radiations monochromatiques ou raies caractéristiques de l'élément émetteur. L'anode est constituée par une cible qui. . 30/35 .2. qui ne peuvent être obtenus que par des appareils spéciaux (accélérateur linéaire. .l'iridium 192.2 Rayons gamma Certains corps comme le radium émettent spontanément un rayonnement électromagnétique appelé rayonnement gamma.).2. Dans le cas de l'acier la relation épaisseur-tension est donnée au tableau suivant : Pour les épaisseurs supérieures à 100 mm. 2.le thulium 170.. Un vide très poussé est établi dans l'ampoule contenant l'anode et la cathode (annexe 11). La composition du rayonnement émis par l'anode dépend de l'énergie des électrons et de la nature du métal de l'anode. La découverte de la radioactivité artificielle a permis d'obtenir de nouveaux radioéléments qui sont aujourd'hui couramment utilisés en radiographie industrielle. Le pouvoir de pénétration étant proportionnel à sa fréquence. la tension appliquée aux bornes du tube de rayons X est choisie en fonction de l'épaisseur et du coefficient d'absorption de la matière à radiographier.. des rayons X sont émis. Les principaux radioéléments utilisés sont : .

la dimension de son foyer. . Le thulium et le césium n'émettent chacun qu'une radiation: le premier. de la puissance du réacteur dans laquelle elle a été obtenue et du temps d'irradiation.son activité.1010 désintégrations par seconde. l'utilisation industrielle du radioélément n'est pas possible et qu'une valeur acceptable de la période est nécessaire pour son utilisation en gammagraphie. • Dimensions de la source C'est une caractéristique importante dont dépend la finesse des images radiographiques obtenues. de 0.6. 2X2. Elle peut varier de quelques secondes à plusieurs centaines d'années. C'est l'activité de saturation. . 3X3.7.Une source radioactive est caractérisée par : . Le curie correspondait à l'activité d'un gramme de radium c'est-à-dire à 3.651 MeV. dans le premier cas. On trouve par exemple des sources de lXl. La source est placée dans une capsule scellée appelée "porte-source". • La période C'est le temps au bout duquel l'intensité de la source est réduite de moitié. Un système d'utilisation comprend un dispositif d'éjection du porte-source permettant de manipuler celui-ci à distance et de le conduire dans sa position de prise de vue. Un électron-volt (eV) est l'énergie prise par un électron soumis à une différence de potentiel de 1 Volt (1 eV = 1.17 et 1.66 Mev. . 10-19 joules). La source se présente sous la forme d'un cylindre de diamètre ∅ et de hauteur h et est caractérisée par le produit ∅. émet deux radiations distinctes. Elle est stockée dans un container ou projecteur en plomb dont l'épaisseur dépend de la puissance de la source et de sa nature. par exemple.084 MeV et le second de 0. Il est évident que.h. • Energie des raies caractéristiques Certains radioéléments émettent une série de radiations monochromatiques caractéristiques de l'élément et dont l'énergie se mesure en mégaélectrons-volts (MeV).137 et 0.sa période. de 1. Le cobalt. 31/35 . Par contre l'iridium émet toute une série de radiations monochromatiques d'énergie comprise entre 0. L'intensité maximale d'une source dépend de sa dimension.32 MeV.l'énergie de ses raies. • L'activité de la source L'activité d'une source dont dépend le temps d'exposition s'est mesurée longtemps en curies. Il existe une activité spécifique maximale qui correspond à l'excitation de tous les atomes de la source.

à certaines doses. Il est constitué par une feuille d'acétate de cellulose mais enduite.2. sous l'effet du rayonnement sortant de la pièce. notamment celles visant à limiter la dose de rayonnement. La valeur d'un contrôle radiographique dépend en grande partie de la qualité des images obtenues . De même. 3 .4 MATERIELS Les matériels de radiographie X et γ sont présentés à l'annexe 12. sur ses deux faces. une couche d'argent se dépose. En conséquence. le contrôle par rayons X est en cours d'automatisation (radiographie avec traitement d'image). De grands progrès ont été faits dans la réduction des dimensions des appareils a rayons X intratubes. de films très sensibles ou encore d'une densité (c'est-à-dire d'un degré de noircissement) aussi élevée que possible compte tenu des négatoscopes. celle-ci est acquise par les moyens et méthodes suivantes: 1 . son importance étant fonction de l'intensité du rayonnement reçu et agissant sur l'émulsion. la mise en œuvre des matériels et des techniques d'irradiation doivent respecter les imposition réglementaires. il faut souligner que les rayonnements X et γ présentent. Le flou géométrique provient de la projection de l'indication sur le film . contrairement au film photographique.l'amélioration de la définition de l'image qui est très liée au film et au flou géométrique.l'augmentation du contraste qui est obtenue notamment par l'utilisation de rayonnements de grande longueur d'onde. par l'émulsion photosensible composée d'halogénure d'argent dans de la gélatine. des dangers pour le corps humain. 2 . Enfin. réémettent un rayonnement secondaire renforçateur.3 IMPRESSION DU FILM RADIOGRAPHIQUE Le film radiographique est le moyen le plus couramment utilisé pour obtenir une image des hétérogénéités de la structure radiographiée. Sous l'effet du rayonnement et des traitements ultérieurs subis par le film. 32/35 .l'emploi d'écrans renforçateurs (écrans fluorescents ou en plomb) qui. l'amélioration du flou passe par le choix judicieux de la distance focale 2.

33/35 .

34/35 .

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->