Vous êtes sur la page 1sur 1
80 BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00 21 OCT

80 BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00

AUGUSTE-BLANQUI 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00 21 OCT 11 Hebdomadaire Paris
AUGUSTE-BLANQUI 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00 21 OCT 11 Hebdomadaire Paris

21 OCT 11

Hebdomadaire Paris

Surface approx. (cm²) : 162 N° de page : 7

Page 1/1

Mémorial pour la vie
Mémorial pour la vie
De retour en Tunisie, une femme est saisie par le souvenir d'un frère défunt
De retour en Tunisie, une femme est saisie par le souvenir d'un frère défunt
MONIQUE PETILLON
MONIQUE PETILLON
T out commence par la perte d'un minuscule morceau de bois-en for- me de mouton
T out commence par la perte d'un
minuscule morceau de bois-en for-
me de mouton Cette «piece man-
quante » dans le puzzle d'une toute
petite fille, Alice, est la métaphore d'une
absence D'une disparition, presque efîa
cee par l'oubli, qui mine sourdement la
recomposition des souvenirs Un deuil
familial, voilé de secrets, est au cœur d't/n
amourdefrère, unlivre ouïe parcoursauto

biographique de Colette Fellous prend un tour intense et poignant C'est lors d'un retour dans le pays de sa naissance, la Tunisie Lumiere dupleinété, une fois encore, dans ce «villaged'Onent» dont la romancière savoure les couleurs, dans un véritable éblouissement senso nel Où souvent elle revient, pour retrou ver une «autre façon de respirer», pour écrire, selon «une grammaire barbare et brûlantequi rendecomptedetouteslesbles sures et les fêtes dans une même phrase » Enquête d'un menuisier, pour recréer le petit mouton perdu, elle frôle la mort en traversant une voie ferrée, où se prend sa sandale dorée La violence de l'émotion fait surgir brusquement le souvenir d'un freredisparuenpleinejeunesse Enfance,à Tunis Avant ses cycles de «grande melon

Enfance,à Tunis Avant ses cycles de «grande melon colle », la mère, en robe de percale
Enfance,à Tunis Avant ses cycles de «grande melon colle », la mère, en robe de percale

colle », la mère, en robe de percale bleue, est entourée de ses cinq enfants, en cercle L'un d'eux, Georgy, malade du diabète, est cet « enfant doué et dévoué » qui devien dra « un jeune homme dévore et dévoyé », vivant pour le plaisir et la littérature C'est lui qui « hypnotisera] de lom» la petite sœur, de sept ans sa cadette, par ses lettres, ou il fait miroiter Pans, la « ville poème» Lui qui l'initiera a la poésie, a la musique, aux livres qu'il aime Beckett, Gombrowi cz, Genêt, Foucault, Proust Un ascendant dont la fillette croît entendre un écho loin- tain dans les vers de Baudelaire «Mon enfant, ma soeur»

tain dans les vers de Baudelaire «Mon enfant, ma soeur» Bouleversante«rétrospective» Pans,1967 Dans
tain dans les vers de Baudelaire «Mon enfant, ma soeur» Bouleversante«rétrospective» Pans,1967 Dans

Bouleversante«rétrospective»

«Mon enfant, ma soeur» Bouleversante«rétrospective» Pans,1967 Dans Unamourdefrère, l'évo- cation par

Pans,1967 DansUnamourdefrère,l'évo- cation par Colette Fellous de la découverte de la capitale, à la veille du printemps 1968, prend des allures de roman d'apprentissa- ge Pour l'étudiante, qui n'a pas encore 18 ans, Pans est «un pays ( ) neufet libre », elleveutvivre, «laïqueetrépublicaine» De l'Hôtel des Grands Hommes - hanté par Breton-àdes chambres debonne,debiblio- thèque en cinémathèque, c'est la griserie des découvertes Ainsi, très joliment, c'est à traverslagrâcedeFrançoiseDorléac, filmée par Truffaut, qu'elle comprend « le danger dudésir», qu'elleenaimela «brûlure» Elle n'aura que peu de temps, a Pans, pour partager ses émerveillements avec Georgy, le troisième de ses quatre frères - ce beau jeune homme aux yeux tristes, « avec

frères - ce beau jeune homme aux yeux tristes, « avec des airs d'Accatone», qui mourra
des airs d'Accatone», qui mourra à 27 ans Ambigu et fascinant par son refus des
des airs d'Accatone», qui mourra à 27 ans
Ambigu et fascinant par son refus des limi-
tes Inquiétant par son désir d'entraîner sa
sœur dans ses rêves et dans ses denves «fl
voulaitêtremoi,jevoulaisêtrelui Ilauraété
mon initiateurdiabolique »
Maîsce«dandyintérieur»,cetinconsola- ble «Desdichado», est aussi un sage, «le grand contemplatifde la misère du
Maîsce«dandyintérieur»,cetinconsola-
ble «Desdichado», est aussi un sage, «le
grand contemplatifde la misère du monde
et du luxe, celui des hôpitaux et des grands
hôtels L'amoureux des livres, des films, des
tableauxetdesstars » Al'instantdesa mort,
elle est au théâtre pour revoir Andromaque,
mise en scene par Vitez Elle découvnra, a
l'hôpital, le corps de son frère -une évoca-
tionesquissée,en1992,dansunessai(Frères
et soeurs, Denoel), où elle évoquait Walser,
TrakletMusil
«Bien apres les iours et les pays», cette bouleversante «rétrospective», guidée par la «mémoire aimantée»,
«Bien apres les iours et les pays», cette
bouleversante «rétrospective», guidée par
la «mémoire aimantée»,
UN AMOUR DI ni»,
est scandée par des rémi-
mscences deBarbare-un
de ColetteFellous,
p., tg €. P oeme étran 8 e et hermé -
Gallimard, 182
tiquedeRimbaud,quefrè-
re et sœur aimaient lire
ensemble Tel un poème, le magnifique
récit de Colette Fellous est a la fois « ouvert,
mobile, transparent, et complètement
secret, à jamais secret» Accompagné par
les sombres accents d'une cantate de Bach,
Artus rragicus, c'est unsplendide mémonal
pour la vie brève d'un frère tant aime, éper-
du dans sa poursuite d'une « beauté noire,
bnllante.fatale,magique» rn

HOTELS

6573689200503/GTG/OTO/1

Eléments de recherche : HOTEL DES GRANDS HOMMES : à Paris 5ème, toutes citations