P. 1
AVENTIS- Pediatrie

AVENTIS- Pediatrie

|Views: 820|Likes:
Publié parghofrane
Aventis Internat

84

Orientation diagnostique devant une

Dr A. MUNCK
Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré, Paris
N A U

DOULEUR ABDOMINALE AIGUË DE L’ENFANT
AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I , PAT R I C K G E P N E R , J E A N

Perforation viscérale URGENCES CHIRURGICALES Contexte post-traumatique Contusion Hémorragie ou hématome Torsion du testicule ou kyste ovarien • Douleur abdominale ou scrotale • Masse mobile palpable • DA paroxystiques,
Aventis Internat

84

Orientation diagnostique devant une

Dr A. MUNCK
Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré, Paris
N A U

DOULEUR ABDOMINALE AIGUË DE L’ENFANT
AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I , PAT R I C K G E P N E R , J E A N

Perforation viscérale URGENCES CHIRURGICALES Contexte post-traumatique Contusion Hémorragie ou hématome Torsion du testicule ou kyste ovarien • Douleur abdominale ou scrotale • Masse mobile palpable • DA paroxystiques,

More info:

Published by: ghofrane on Nov 16, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/23/2015

pdf

text

original

Aventis Internat

84

Orientation diagnostique devant une

Dr A. MUNCK
Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré, Paris
N A U

DOULEUR ABDOMINALE AIGUË DE L’ENFANT
AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I , PAT R I C K G E P N E R , J E A N

Perforation viscérale URGENCES CHIRURGICALES Contexte post-traumatique Contusion Hémorragie ou hématome Torsion du testicule ou kyste ovarien • Douleur abdominale ou scrotale • Masse mobile palpable • DA paroxystiques, puis permanentes • Suivies de vomissements Diverticule de Meckel • Douleur abdominale peu intense • Rectorragies CAUSES MÉDICALES Voyage récent • Constipation • Stase stercorrhale à l’ASP • Parasitose

Fièvre

Invagination intestinale aiguë • Nourrisson • Douleurs abdominales paroxystiques violentes • FID vide • Boudin palpable • Sang au TR

SYNDROME OCCLUSIF • Vomissements bilieux • Arrêt du transit • Météorisme • Niveaux à l’ASP

Appendicite aiguë • Fébricule • Douleur + défense FID • Hyperleucocytose • Niveau liquide dans la FID à l’ASP ou stercolithe Adénolymphite mésentérique contexte rhinopharyngé

• Gastro-entérite • Pyélonéphrite aiguë • Angine, sinusite • Pneumonie à pneumocoques • Hépatite virale : subictère, selles décolorées • Purpura rhumatoïde : arthralgies, purpura, maelena • RAA : arthrites, souffle cardiaque • Ulcère gastro-duodénal • Acido-cétose diabétique • Drépanocytose • Colique néphrétique • Pancréatite aiguë

Vomissements

Volvulus sur mésentère commun Hernie étranglée Occlusion sur bride (cicatrice+++)

Anémie régénérative Douleur lombaire

Douleur à irradiation postérieure Céphalées

• Hypertension intra-crânienne

Tumeur abdominale, colite inflammatoire, yersiniose, porphyrie, maladie périodique

JUIN 1999

Aventis Internat

85
AV E N T I S

Orientation diagnostique devant des

Dr A. MUNCK
Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré, Paris
J E A N N A U

VOMISSEMENTS DU NOURRISSON
I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I , PAT R I C K G E P N E R ,

TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE entrepris après le diagnostic étiologique

BILAN ÉTIOLOGIQUE : • Interrogatoire : ancienneté, abondance, nature, horaire • Examen clinique complet

Apprécier le RETENTISSEMENT • État d’HYDRATATION • État NUTRITIONNEL

Intoxication médicamenteuse Aspirine, théophylline, vitamines A et D, digitaline

VOMISSEMENTS AIGUS

Affections neurologiques Hématome sous-dural HTIC (tumeur, abcès) Méningites

VOMISSEMENTS CHRONIQUES

Allergie aux protéïnes de lait de vache Urgences chirurgicales Maladies infectieuses Erreur diététique Causes métaboliques rares Occlusion Vomissements bilieux, météorisme, arrêt du transit, niveaux hydroaériques : • Occlusion sur bride • Hernie étranglée • Volvulus sur mésentère commun Invagination intestinale aiguë Douleurs violentes, paroxystiques, FID vide, boudin palpable, sang au TR Appendicite Fébricule, douleur FID, TR douloureux Diarrhée Gastro-entérite aiguë S. extra-digestifs Méningite +++ Otite Pneumonie Infection urinaire Hépatite Sténose du pylore Nourrisson de 3 semaines à 3 mois, vomissements en jet (fin de biberon), olive pylorique

Reflux gastro-œsophagien Vomissements peu abondants à distance des repas et aux changements de position

JUIN 1999

bactérienne : Fièvre élevée D.Le début aigu d’une diarrhée chronique . coproculture.Formes invasives . laxatifs si enfant diversifié QUELLE ÉTIOLOGIE? • Fièvre : Rechercher une infection extra-digestive : méningite+++.perte de poids > 10% • Syndrome septique : fièvre. pneumonie EXAMENS PARACLINIQUES SI . otite.La diarrhée hyponatrémique (perte de sel) de l’insuffisance surrénale .vomissements ou refus de boire et perte de poids > 5% ou .Le syndrome hémolytique et urémique qui débute par une diarrhée (E.Aventis Internat 86 AV E N T I S Orientation diagnostique devant une Dr A.Coli O157 H7) • État d’hydratation : Hospitalisation si .Foyer infectieux extra-digestif . somnolence.Absente : solutés hydro-électrolytiques sucrés . glairo-sanglante avec signes systémiques (NFS. virale : Fièvre modérée Atteinte des voies aériennes Conjonctivite JUIN 1999 . liquides et abondantes Ne pas méconnaître : .Déshydratation sévère (Iono Sg et U) . Paris J E A N N A U DIARRHÉE AIGUË DU NOURRISSON I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . hémocultures) • Erreur de régime • Sevrage : Allergie aux protéïnes de lait de vache • Épidémie : D. infection urinaire.NN > 3 mois : lait habituel + régime sans aliments.Infection extra-digestive • Fonction du degré de déshydratation . PAT R I C K G E P N E R .La fausse diarrhée d’une occlusion intestinale (invagination intestinale aiguë) . teint grisâtre QUEL TRAITEMENT? • Antibiotiques seulement si : . MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré.NN < 3 mois : lait sans protéïnes de lait de vache .Modérée (ou vomissements associés) : domicile ou hôpital : solutés en fractionné ou par sonde gastrique . glairo-sanglante D. réalimentation . QUEL RETENTISSEMENT? URGENCE? • Âge et degré de dénutrition DIARRHÉE AIGUË = Émission brutale et rapide de selles fréquentes.D.Sévère : hôpital : perfusion • Après correction de la déshydratation.

Aventis Internat 87 CONVULSIONS DU NOURRISSON et conduite à tenir en situation d’urgence avec la posologie médicamenteuse AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I .4 mg/kg/jour en continu • +/– assistance ventilatoire Si échec • Assistance ventilatoire en USI • NESDONAL® CCH SIMPLE (95% des cas) Pas d’exploration Crise occasionnelle Lésion épileptogène CCH COMPLEXE (5% des cas) • Age < 9 mois • Durée > 15 mn • Crise focale. Le Chesnay CONVULSIONS ENQUETE ETIOLOGIQUE TRAITEMENT • Décubitus latéral gauche • Liberté des voies aériennes • Antipyrétiques et oxygération si besoin • VALIUM® : 0. Mignot. théophylline PONCTION LOMBAIRE MÉNINGITE LCR NORMAL CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE (CCH) Si échec à 20 mn = état de mal convulsif • Hospitalisation • Perfusion • GARDENAL® : 15mg/kg en 30 mn Si échec à 40 mn = état de mal réfractaire • DILANTIN® : 15mg/kg en IVL sur 30 mn • ou RIVOTRIL® : 0.5mg/kg en intrarectal (IR) Si échec à 5 mn • VALIUM : 0. ATCD neurologiques Explorations (scanner et/ou IRM et /ou EEG) et traitement préventif JUIN 1999 . PAT R I C K G E P N E R . J E A N N A U Dr M.5mg/kg en IR ou IV ® CRISES ITÉRATIVES = EPILEPSIE • Spasmes • Epilepsie bénigne • Epilepsie myoclonique sévère PAS DE FIÈVRE FIÈVRE PAS DE CONTEXTE ÉVOCATEUR BIOLOGIE USUELLE Anormale • Hypoglycémie • Hypocalcémie • Dysnatrémie Normale • Scanner cérébral et/ou IRM CONTEXTE ÉVOCATEUR • Post-traumatique : HSD • Malaise grave : anoxie • HTA : glomerulonéphrite aiguë. alcool. déficit post-critique. aspirine. BELLAÏCHE Service de Pédiatrie Hôpital A. syndrome hémolytique et urémique • Neuropaludisme • Intoxication : plomb.

• Les tumeurs abdominales de l’enfant ont un développement ANTÉRIEUR • De découverte souvent FORTUITE. Bondy J E A N N A U TUMEUR ABDOMINALE DE L’ENFANT I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . IRM • Scintigraphie à la MIBG • Artériographie. BLAZQUEZ Unité de chirurgie infantile Hôpital Jean Verdier. toute masse abdominale impose un bilan TOPOGRAPHIQUE et ÉTIOLOGIQUE TUMEUR ABDOMINALE EXAMENS DE 1° INTENTION • Abdomen sans préparation • Echographie abdominale • Découverte FORTUITE • Altération de l’état général • Fièvre • Signes de compression. HVA. VMA • Alpha-fœto protéine • Neurone specific enolase BILAN D’EXTENSION • Cliché du thorax • Biopsie médullaire • Scintigraphie osseuse DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET ÉTIOLOGIQUE REIN ET RÉTROPÉRITOINE MALFORMATIONS URO-NÉPHROLOGIQUES • Syndrome de la jonction pyélo-urétérale (hydronéphrose) • Rein multikystique • Méga-uretère • Valves de l’urètre postérieur TUMEURS • Néphroblastome • Néphrome mésoblastique • Neuroblastome • Sarcomes.Aventis Internat 88 AV E N T I S Orientation diagnostique devant une Dr D. PAT R I C K G E P N E R . cavographie d’indication exceptionnelle MARQUEURS BIOLOGIQUES • Catécholamines. lymphomes FOIE • Hépatoblastome DIGESTIF • Duplication • Lymphomes GYNÉCOLOGIQUE • Hydromètrocolpos • Kystes ovariens JUIN 1999 . occlusion EXAMENS DE 2° INTENTION EXAMENS MORPHOLOGIQUES • Uroscanner.

clichés des 2 hanches F et P . J E A N N A U BOITERIE DE L’ENFANT NE PAS MÉCONNAÎTRE : • Un problème NEUROLOGIQUE .Impose un contrôle radiologique à 6 semaines (ostéochondrite débutante ?) CONGÉNITAL • Séquelles de luxation congénitale • Inégalité de longueur des membres inférieurs JUIN 1999 .Myopathie • Une TUMEUR (primitive. ostéomyélite . Le Chesnay BOITERIE DE L’ENFANT D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I .hypofixation scintigraphique • Épiphysiolyse de hanche (12-15 ans) . polynucléose. verrues plantaires • Examen clinique comparatif (+ neuro) • Clichés radio bassin face + hanches profils (ou incidence de LAUENSTEIN) • Biologie (NFS.Poliomyélite. VS) selon le contexte TRAUMATIQUE Importance des clichés centrés comparatifs INFECTIEUX • Ostéoarthrite de hanche.ponction au moindre doute DÉGÉNÉRATIF Pathologie de la hanche le plus souvent • Ostéochondrite primitive de hanche (4-9 ans) . métastase ou leucose) • Une SPONDYLODISCITE • Corps étranger. Mignot.fièvre.fréquente .obésité fréquente • Arthrite aiguë bénigne de hanche (3-10 ans) .Aventis Internat 89 AV E N T I S I N T E R N AT E S T Orientation diagnostique devant une Dr M. arthrite de genou. BELLAÏCHE Service de Pédiatrie Hôpital A. PAT R I C K G E P N E R .remaniements du noyau épiphysaire . IMC . VS élevée .diagnostic d’élimination = rhume de hanche . ongle incarné.glissement du noyau épiphysaire .

peau fine . macroglossie .Aventis Internat 90 Orientation diagnostique devant un Dr A. Glucocorticoïdes . HTA . Mucopolysaccharidoses . insuffisance hépatique Hypothyroïdie Age osseux Hypopituitarisme Age osseux # Age statural . obésité facio-tronculaire . faciès arrondi . Stéroïdes sexuels Anomalies viscérales Age osseux # Age statural • Cardiaques : cardiopathies congénitales • Respiratoires : asthme. diabète insipide. bradycardie . PAT R I C K G E P N E R . constipation . frilosité Rechercher dysgénésie thyroïdienne ou trouble de l'hormonogénèse Rechercher maladie de Cushing ou tumeur surrénalienne JUIN 1999 . Délétion complète ou partielle du chromosome X Carence nutritionnelle et/ou affective Endocrinopathies Médicaments . J E A N N A U Eliminer : • Retard intra-utérin . MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. RETARD DE CROISSANCE = enfant en dessous des variations staturales admises (< 2 DS. pilosité << Age statural . Nanisme chondrodystrophique . micropénis Hypercorticisme Age osseux > Age statural . Monosomies ou trisomies autosomiques . ensellure nasale . amyotrophie . Paris RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . mucoviscidose • Digestives : maladie cœliaque. adiposité du tronc . lambliase • Rénales : tubulopathies. anémies. en dessous du 3ème percentile sur la courbe de Sempé) . Retard pathologique s'il existe un ralentissement de la vitesse de croissance d'une année à l'autre (pathologie anténatale. insuffisance rénale chronique • Infections sévères. obésité . alcoolisme) RETARD DE CROISSANCE = Ne pas explorer • Retard simple (décalage de la courbe de croissance) • Petite taille constitutionnelle Croissance lente et régulière Morphologie normale Age osseux = Age statural / taillle des parents Dysmorphie .

causes et prévention AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . Paris PROBLEMES OBSTETRICAUX • Grossesses multiples (FIV +++) • Hydramnios • Placenta prævia • Malformations utérines INFECTIONS • Listériose • Infection urinaire (E. éclampsie • SFC .Aventis Internat 251 PRÉMATURITÉ et HYPOTROPHIE à la NAISSANCE Epidémiologie.RCIU PREVENTION +++ • Dépistage des facteurs de risque • Examens prénataux PREMATURITE • = naissance avant 37 semaines d’aménorrhée • 4 à 5 % des naissances en France CONSEQUENCES 26 à 30 SEMAINES • Mortalité importante • Pathologies respiratoires et digestives • Risque de séquelles neurologiques 30 à 34 SEMAINES IDEM mais meilleur pronostic 34 à 37 SEMAINES Excellent pronostic JUIN 1999 . PAT R I C K G E P N E R . FAURE Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. J E A N N A U Dr C. coli) • Infections à streptocoque B • Infections virales (grippe ++) CONDITIONS SOCIO-PSYCHOLOGIQUES • Activité maternelle excessive +++ • Primiparité • Multiparité > 4 • Classes socio-économiques défavorisées • Antécédent de prématurité • Age maternel < 18 ans ou > 40 ans DECISION MEDICALE • Diabète maternel • Iso-immunisation Rh • HTA. toxémie.

ma. alimentation. contrôle sphinctérien. articles. PAT R I C K G E P N E R . pronoms. adjectifs. psychomotricité. prépositions • Dit son nom • Marques grammaticales : Où ? Quand ? • Langage constitué • Extension du lexique • Comment ? • Conjugue • Couleurs Copie d’un losange Tour de 6 cubes Bruits buccaux • Rit aux éclats • Joue avec les mains Préhension Sourit au miroir Joue avec ses pieds 24 4 5 6 Tenue assise avec appui des mains Tenue debout avec soutien • Tenue assise sans soutien • Retournement du dos sur le ventre Tenue debout avec appui • Marche à 4 pattes • Se met debout seul Marche avec une main tenue Roulades. "are" Préhension d’un cube sur la table 30 7 Distingue les visages familiers Syllabes répétées (ba. da) 3 ans Copie d’un rond 8 Copie d’un carré 9 10 11 12 Pince pouce-index Notion de permanence de l’objet Premiers mots puis énoncé de 2 ou 3 mots : mama. au revoir 4 ans 5 ans Donne 7 ans JUIN 1999 . Paris AGE LANGAGE Oui ADAPTATIVITE SOCIABILITE AGE MOTRICITE 13 14 LANGAGE ADAPTATIVITE SOCIABILITE Boit seul 0 • Attitude en flexion avec hypertonie des membres • Réflexes archaïques et automatismes innés. grasping • Prédominance des réponses aux stimuli sensitifs Sourire électif Suit un objet à 180° Tenue de la tête en procubitus Marche autonome (12 à 18 mois) 18 • 10 à 15 mots • Petites phrases agrammatica les Se sert d’une cuillère 1 mois 2 3 20 Monter et descendre un escalier • Courir • Sauter • Accroissement rapide du lexique • Phrases. Moro. MASSE Psychiatrie MNASM. J E A N N A U Dr G. intelligence) AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I .Aventis Internat 252 MOTRICITE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR du NOURRISSON et de L’ENFANT Aspects normaux et pathologiques (sommeil. langage. verbes. papa Préhension de 3 cubes sur la table Bravo.

Aventis Internat 253 DÉTRESSE RESPIRATOIRE DU NOUVEAU-NÉ Diagnostic. sous scope) • Oxygénothérapie : Hood ou intubation + ventilation • Lutte contre hypothermie. pouls fémoraux.Aspiration sous laryngoscope si liquide teinté et SFA 2. recherche d’hépatosplénomégalie • Biologie + gazométrie • Cliché du thorax EN SALLE DE TRAVAIL 1. atrésie des choanes.Eliminer : .Atrésie des choanes INFECTION • Anamnèse +++ • Toujours la suspecter ++ • Radio : opacités nodulaires confluentes (mais tout est possible) MALADIE DES MEMBRANES HYALINES • Prématurité < 34 semaines d’aménorrhée • DR précoce • Silvermann ↑ • Radio : microgranité diffus + bronchogramme aérique • Besoins en O2 : 48 à 72 h RETARD DE RESORPTION • Tous les nouveau-nés (surtout si césarienne ou accouchement rapide) • Tachypnée • Radio : opacités alvéolaires puis interstitielles • Evolution favorable en 24 à 48 h INHALATION MECONIALE • SFA. hémodynamique • Etat neurologique. terme. Paris POLYPNEE > 60/mn CYANOSE SIGNES DE LUTTE (score de Silvermann > 4) DETRESSE RESPIRATOIRE BILAN ETIOLOGIQUE • Anamnèse : infection chez la mère. acidose métabolique • Dépression respiratoire (drogues chez la mère. PAT R I C K G E P N E R . hypoglycémie. SFA) ATTITUDE THERAPEUTIQUE (en USI. traitement d’urgence AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . J E A N N A U Dr C. SFA • Bruits du cœur.Atrésie de l’œsophage . FAURE Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. obstacle laryngé par malformation ou tumeur) • Atteinte musculaire ou neurologique • Hypoglycémie. hypocalcémie • Antibiothérapie si nécessaire JUIN 1999 .Hernie diaphragmatique (BDC à droite et abdomen plat) . liquide teinté • Silvermann ↑ • Radio : opacités nodulaires irrégulièrement réparties + atélectasies • Evolution potentiellement grave (pneumothorax. lésions pulmonaires) si ventilation au masque CAUSES RARES • Dyspnée obstructive (syndrome de Pierre Robin.

Aventis Internat 254 INFECTIONS BACTÉRIENNES DU NOUVEAU-NÉ Diagnostic.prélèvements multiples (gastriques.prélèvement vaginal Frottis placentaire si possible CLICHÉ DU THORAX Tous les aspects sont possibles FORTE SUSPICION d’IMF • Traitement d’abord empirique : .Streptocoque B (40 % des cas) .hémoculture. aisselles.coli K1 (60 % résistant à l’amoxicilline ) . ictère précoce • Purpura.hémoculture. ECBU. amoxicilline (200 mg/kg/j). principes du traitement.E. PAT R I C K G E P N E R . nétilmicine (6 mg/kg/j) • puis antibiothérapie adaptée au germe : . Mignot. prévention AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . Le Chesnay ANAMNÈSE MATERNELLE • Infection au cours du dernier trimestre • Syndrome pseudo-grippal • Cerclage pour béance cervico-isthmique • Amniotite • Fièvre per ou post-partum > 38° C • Rupture de la poche des eaux > 12 h • Liquide amniotique teinté • Souffrance fœtale inexpliquée ⇒ Pas d’anamnèse dans 25 % des cas ABCÈS PLACENTAIRE PATHOLOGIE NÉO-NATALE • Hypo ou hyperthermie • Troubles hémodynamiques • Troubles neurologiques • Détresse respiratoire • Anorexie • Hépatosplénomégalie. pharynx) Chez la mère : . J E A N N A U Dr M.antibiothérapie IV : céfotaxime (200 mg/kg/j).Streptocoque D (100 % résistant au cefotaxime) IMF DOUTEUSE ou NON CONFIRMÉE ⇒ Surveillance étroite . BELLAÏCHE Service de Pédiatrie Hôpital A. PL . ECBU .Listeria (100 % résistant au cefotaxime ) • Traitement symptomatique + surveillance JUIN 1999 . CIVD ⇒ Aucun signe n’est spécifique ni constant INFECTION MATERNO-FŒTALE ? BIOLOGIE • GB < 5 000 ou > 25 000/mm3 • Plaquettes < 100 000/mm3 • Fibrinogène > 4 g/l • CRP > 20 mg/l BACTÉRIOLOGIE Chez le nouveau-né : . oreilles.

herpès .Aventis Internat 255 AV E N T I S I N T E R N AT ICTÈRE NÉONATAL Physiopathologie.) • Atrésie des voies biliaires (échographie +++) • Déficit en alpha-1-antitrypsine • Mucoviscidose • Byler. COOMBS • Bilirubine totale et conjuguée • NFS. hypothyroïdie ICTÈRE AU LAIT DE MÈRE Jamais grave. agglutinines irrégulières transfusions grossesses antérieures EXAMEN • Date d’apparition de l’ictère : tout ictère apparaissant dans les 24 premières heures est pathologique • Taille du foie. gaz du sang • Bilirubine non liée si ictère sévère Ictère à BILIRUBINE LIBRE Ictère à BILIRUBINE CONJUGUÉE selles décolorées. hématomes.. diagnostic E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . calcémie. rate • Coloration des selles • Pâleur • Infection • Terme • Contexte infectieux • Présence d’un céphalhématome BILAN • Groupe/Rhésus. Paris ICTÈRE CUTANÉO-MUQUEUX intérêt du bilirubinomètre ANAMNÈSE • Mère : groupe/rhésus. pas d’HSM INCOMPATIBILITÉ RHÉSUS • Mère Rh — et enfant Rh + • Ictère précoce et intense • Hépatomégalie • Anémie Coombs + INCOMPATIBILITÉ ABO • Mère O et enfant A ou B • Hémolyse retardée • Pas d’HSM • Coombs souvent négatif AUTRES CAUSES • Déficit en G6PD • MINKOWSKI-CHAUFFARD • Déficit en pyruvate kinase • Infection (infection urinaire en particulier) • Hépatite (CMV. réticulocytes • Bilan infectieux si suspicion • Albuminémie • Glycémie.. PAT R I C K G E P N E R . Niemann Pick JUIN 1999 . rechercher une hépatomégalie +++ ICTÈRE PHYSIOLOGIQUE • Début > 36 h de la vie • Maximum à J4 • Bilirubine < 200 mol/l • Pas d’hémolyse • Favorisé par prématurité. FAURE Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. étiologie. J E A N N A U Dr C.

FAURE Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. PAT R I C K G E P N E R . Examens de santé obligatoires AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . anoxie) • Affections congénitales (cardiopathies) PRISE EN CHARGE EXAMENS OBLIGATOIRES • Avant le 8ème jour = dépistage de l’hypothyroïdie et de la phénylcétonurie • 9ème mois • 24ème mois feuillets du carnet de santé à renvoyer pour bénéficier des allocations familiales = Directives du carnet de santé • Poids . J E A N N A U Dr C.Aventis Internat 264 MORTALITÉ et MORBIDITÉ INFANTILE Définitions. gluten) • Prescriptions de Vitamine D +++ et fluor • Vaccinations +++ • Hospitalisations éventuelles JUIN 1999 .8 % des décés MORBIDITE Mortalité infantile Néonatale 0 Post-néonatale 1 an 14 ans 0 à 14 ans • Accidents et intoxications • Anomalies congénitales • Tumeurs • Maladies respiratoires • Maladies infectieuses • Intoxications et accidents 0 à 4 ans • Maladies respiratoires (30 %) • Maladies infectieuses • Maladies de la peau • Maladies digestives 4 à 14 ans • Maladies respiratoires • Maladies de la cavité buccale (caries) • Maladies infectieuses HOSPITALIERE GENERALE 28 jours 65 % des décès avant un an dont plus de 50 % avant 6 jours • Mort subite du nourrisson • Affections périnatales (détresse respiratoire. principales causes suivant l’âge.Taille • Développement psychomoteur • Régime (lait. Paris MORTALITE Enfants de 0 à 14 ans = 1. diversification.

toxoplasmose (HIV et HVB proposés) Protéinurie. J E A N N A U Dr C. FAURE Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. de gestation En cas de grossesse normale : 3 échographies • 1ère échographie (avant 13ème semaine) : Détermination du terme • 2ème échographie (à 21-24 semaines) : morphologie présentation placenta • 3ème échographie (3ème trimestre) : croissance placenta mortinatalité mortalité néo-natale précoce mortalité néo-natale tardive mortalité postnéo-natale Mortalité péri-natale Mortalité néo-natale Mortalité infantile Mortalité fœto-infantile JUIN 1999 . glycosurie • 6ème mois • 8ème mois • 9ème mois ASSURANCE MATERNITE = Prise en charge de : • Examens prénataux • Hospitalisations et frais à partir du 6ème mois • Préparation psycho-prophylactique à l’accouchement • Soins à l’enfant (1er mois) EMPLOI • Garantie emploi • Congés de maternité = 6 semaines en prénatal (+ 2 si pathologie) et 10 semaines en post-natal (+ 4 si césarienne ou allaitement) MORTALITÉ Causes • Prématurité. pathologie maternelle • Anomalies congénitales • Maladies infectieuses Naissance 7ème jour 28ème jour 1 an 28 sem. hypotrophie. rubéole.Aventis Internat 265 AV E N T I S PROTECTION PRÉNATALE : réglementation MORTALITÉ PÉRINATALE : épidémiologie I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . RAI Sérologies syphilis. souffrance fœtale. PAT R I C K G E P N E R . Paris PROTECTION PRENATALE • Prévention de la prématurité • Dépistage des pathologies de la grossesse 4 EXAMENS OBLIGATOIRES • Déclaration avant la 15ème semaine Groupe/Rhésus.

Mignot.Aventis Internat 266 AV E N T I S I N T E R N AT E S T SÉVICES À ENFANT Diagnostic. hématome intracérébral. ORL…) • Traumatismes suspects (morsures. fond d’œil • Photos au polaroïd PAS DE DANGER IMMÉDIAT ÉVALUER LA GRAVITÉ • Abus intra familial • Grossesse. BELLAÏCHE Service de Pédiatrie Hôpital A. MST • Conséquences psychologiques • Lésions justifiant un traitement chirurgical SYNTHÈSE MULTIDISCIPLINAIRE SIGNALEMENT JUDICIAIRE HOSPITALISATION SIGNALEMENT ADMINISTRATIF SIGNALEMENT JUDICIAIRE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE ordonnance de placement provisoire PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL de l’ASE → décision en accord avec les parents TRIBUNAL ASSISTANCE ÉDUCATIVE SÉPARATION (placement) CLÔTURE DU DOSSIER TRAITEMENT • Prise en charge psychologique • Interruption de grossesse. brûlures. conduite médico-légale D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . hématome viscéral…) TROUBLES PSYCHOMOTEURS • Apathie ou agitation • Retard psychomoteur • Échec scolaire • Dépression • Avidité affective CARENCES • Rachitisme • Hypotrophie • Hygiène défectueuse ABUS SEXUEL • Abus patent chez l’adolescent • Troubles psychosomatiques ou du comportement chez l’enfant MALTRAITANCE ? CERTIFICAT DESCRIPTIF (Durée de l’ITT à indiquer) DANGER IMMÉDIAT • Nourrisson • Traumatismes répétés • Échec de prise en charge antérieure • Lésions viscérales ± altération de l’état général BILAN SELON CONTEXTE • Radios du squelette complet • Hémostase. J E A N N A U Dr M. enfant secoué…) • Lésions viscérales (HSD. Le Chesnay LÉSIONS TRAUMATIQUES • Topographie inhabituelle (visage. traitement de MST • Contraception PÉNAL • Juge d’instruction • Poursuites judiciaires pour les parents si besoin CIVIL • Juge des enfants • Protection du mineur SUIVI MÉDICO-SOCIAL EXTERNE JUIN 1999 . PAT R I C K G E P N E R .

PAT R I C K G E P N E R . diagnostic.Aventis Internat 267 INVAGINATION INTESTINALE AIGUË du NOURRISSON Physiopathologie. J E A N N A U Dr A. traitement d’urgence AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . Paris • IIA = 1ère cause d’occlusion chez le nourrisson. entre 2 et 18 mois = pénétration d’un segment intestinal dans le segment d’aval • Urgence médico-chirurgicale +++ DOULEURS ABDOMINALES PAROXYSTIQUES EXAMEN CLINIQUE • Etat général conservé au début • Palpation abdominale : boudin d’invagination • TR +++ : sang. nouveau-né ou > 2 ans : • réduction manuelle • vérifier grêle • appendicectomie de principe • si sphacèle : résection + anastomose SANG DANS LES SELLES Précautions +++ • En milieu chirurgical • Voie d’abord • Avec produit hydrosoluble et sans pression • Progression suivie en scopie • de face : lacune • de profil : image en pince de homard JUIN 1999 . ampoule rectale vide ASP • Niveaux hydroaériques du grêle • Granité cæcal TRAITEMENT MEDICAL = Essai de réduction par lavement opaque réduction si : • cæcum en place • dernière anse grêle remplie à 20 cm • pas d’encoches sur la dernière anse ECHOGRAPHIE ABDOMINALE ++ VOMISSEMENTS INVAGINATION INTESTINALE AIGUE ? • Boudin d’invagination IMAGERIE LAVEMENT OPAQUE +++ Si pas de contre-indications +++ • Pneumopéritoine • Epanchement liquidien • Dilatation aiguë Arrêt du produit de contraste CHIRURGICAL D’EMBLEE Si récidive ou doute sur récidive. MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré.

ÉLIMINER une Torsion des annexes : testicule non ascensionné + douleur localisée . J E A N N A U Dr C. PAT R I C K G E P N E R .Au moindre doute. Paris • Torsion du cordon spermatique = urgence diagnostique et thérapeutique car risque de nécrose +++ • Période néo-natale : torsion supra-vaginale • Période pré-pubertaire : torsion intra-vaginale NOUVEAU-NÉ (Torsion anté ou post-natale) ENFANT • Douleur scrotale localisée au testicule • Vomissements éventuels Grosse bourse + œdème local EXAMEN CLINIQUE • Douleur à la palpation du testicule et de l’épididyme • Testicule ascensionné • Apyrexie. TR normal.Aventis Internat 268 AV E N T I S TORSION DU CORDON SPERMATIQUE Diagnostic. TORSION DU CORDON SPERMATIQUE INTERVENTION EN URGENCE (8 premières heures) = Détorsion + orchidopexie controlatérale EXPLORATION PAR VOIE SCROTALE • Castration si la glande reste noire • Possibilité de prothèse ultérieure • L’hydatide sessile est excisée systématiquement EXPLORATION PAR VOIE INGUINALE SI : • Tumeur simulant une torsion • Torsion supra vaginale • Testicule ectopique JUIN 1999 . le diagnostic différentiel se fera en peropératoire. traitement d’urgence I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . FAURE Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. orifices herniaires libres .

Aventis Internat 269 PURPURA RHUMATOÏDE de l’ENFANT et de l’ADULTE Diagnostic.hématomes pariétaux (duodénum) . évolution AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . PAT R I C K G E P N E R . lupus. symétrique • Aspect pétéchial • Augmenté par l’orthostatisme • Evolution par poussées ARTHRALGIES • Grosses articulations DOULEURS ABDOMINALES BIOLOGIE • NFS /plaquettes et hémostase normales • IgA sériques élevées • Bilan rénal systématique +++ PURPURA RHUMATOïDE • Etat général conservé • Pas d’hépatosplénomégalie • pas d’adénopathies EVOLUTION IMPRÉVISIBLE.IIA iléo-iléale . périartérite noueuse (biopsie cutanée .perforations intestinales . PAS DE TRAITEMENT GUERISON SPONTANEE Habituelle PRECOCES COMPLICATIONS A LONG TERME DIGESTIVES • Complications chirurgicales . MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré.IgA) PURPURA • Survenue brutale • Membres inférieurs. J E A N N A U Dr A.sténose duodénale • Entéropathie exsudative NEUROLOGIQUES • Encéphalite • Convulsions AUTRES • Orchite aiguë NEPHROPATHIES GLOMERULAIRES (25 %) • A rechercher systématiquement +++ • Protéinurie < 1 g/l : évolution favorable • Protéinurie > 1 g/l : PBR ++ Risque d’IRC si GN endo et extracapillaire avec croissants (5 % des cas) STENOSE URETERALE JUIN 1999 . Paris • Purpura rhumatoïde = vascularite d’étiologie inconnue. PAR POUSSÉES. avec des dépôts d’immuns complexes à IgA • Enfant de 4 à 10 ans • Prédominance saisonnière ELIMINER • Purpura infectieux • Purpura thrombopénique idiopathique • Hémopathie • Urgence chirurgicale abdominale • Maladie périodique.

5 g/l si fonction rénale normale) Sous SURVEILLANCE +++ • Poids/6 h • PC/24 h • PA. Paris DÉSHYDRATATION AIGUË DU NOURRISSON PERTE RAPIDE DE POIDS (pesée +++. FR. traitement d’urgence AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I .Aventis Internat 270 DÉSHYDRATATION AIGUË DU NOURRISSON Physiopathologie. fièvre DA globale ⇒ pertes eau = sel RECHERCHER LA CAUSE DA + OLIGURIE DA SANS OLIGURIE ⇒ Cause extra-rénale ⇒ Cause rénale • Diarrhée aiguë • Uropathies • Vomissements obstructives • Coup de chaleur • Déficit minéralo• Défaut d’apport corticoïde • 3ème secteur • Diabète sucré • Entérostomies • Diabète insipide • Brûlures étendues • Levée d’obstacle DÉPISTER LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES (convulsions. coloration. carnet de santé) PRÉCISER LE MECANISME CLINIQUE BIOLOGIE DA extra-cellulaire Sang ⇒ pertes sel > eau • Hémoconcentration • Troubles ioniques • Collapsus. PAT R I C K G E P N E R . J E A N N A U Dr A. oligurie • Déséquilibre acido• Pli cutané. coma) • complications parfois iatrogènes (réhydratation trop rapide) • Hyponatrémie • Hématome sousdural +++ • Phlébite cérébrale • Hémorragie intraparenchymateuse RÉNALES (hématurie. oligurie ou polyurie) • Insuffisance rénale organique ou fonctionnelle • Thrombose des veines rénales • Nécrose corticale IATROGÈNES Surveiller la kaliémie +++ • Risque d’hypokaliémie (acidose corrigée) • Risque d’hyperkaliémie (si anurie ou DA hypernatrémique) TRAITEMENT = URGENCE MEDICALE (risque vital +++) TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE TRAITEMENT ÉTIOLOGIQUE (en fonction de la perte de poids) < 5 % ou comprise entre 5 et 10 % ≥ 10 % • Soluté de réhydratation orale “ ad libitum ” • Si collapsus hypovolémique : soluté • Si anorexie ou vomissements : nutrition entérale macromoléculaire : PLASMION® 15 ml/kg en 30 mn à débit constant par soluté de réhydratation • Réhydratation par voie IV avec G 5 % + 3 g NaCl + 1 g Glu Ca : 150 ml/kg/j • Surveillance ionique (ajouter du KCl 1. monitoring • Diurèse • Iono sanguin + urinaire et osmolalité JUIN 1999 . MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. yeux creux et basique dépression de la fontanelle Urines DA intra-cellulaire ⇒ pertes eau > sel • Quantifier +++ • Altération de la conscience • Troubles ioniques • Hypotonie • Muqueuses sèches. soif. diagnostic.

J E A N N A U Dr A.Thorax bloqué .Pâleur DEPISTER LES COMPLICATIONS • Apnées +++ (nourrisson < 3 mois. traitement I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I .Cyanose • Thorax distendu • Freinage expiratoire • Anomalies auscultatoires ELIMINER • Corps étranger • Myocardite aiguë +++ • Laryngite • Mucoviscidose • Pneumopathie bactérienne • Pneumopathie à Chlamydia • Asthme • Pathologie de l’arc vasculaire CLICHE DE THORAX • Distension • Signes bronchiolaires • Bronchogramme aérien • Aspect en verre dépoli • Silhouette cardiaque ++ GAZOMETRIE • Hypoxie • Hypo ou hypercapnie AUTRES EXAMENS • Hémogramme • Etudes virologiques sur les sécrétions (IF rapide) • Sérologies virales SIGNES DE GRAVITE +++ • Age < 3 mois • Epuisement . PAT R I C K G E P N E R . FR. Paris • Broncho-alvéolite = pathologie virale pulmonaire touchant la bronchiole.Tirage intercostal • Battement des ailes du nez • Pâleur . kinési respiratoire ++.antitrypsine) • Bronchiolite oblitérante • Syndromes asthmatiformes SURVEILLANCE • FC. 1 .Irrégularité respiratoire .Atélectasies • Convulsions • Récidives (rechercher RGO. gazométrie • Hémodynamique. gavage gastrique si besoin • Discuter : 2-mimétiques.Altération de conscience . coloration • Conscience TRAITEMENT • Position demi-assise. test de la sueur. corticoïdes • Ventilation assistée parfois nécessaire • Pas d’antitussifs JUIN 1999 . aérosol O2. VRS) • Pneumothorax . l’alvéole et l’interstitium • Concerne surtout le nourrisson de 0 à 6 mois • Epidémies en hiver et au printemps FIEVRE BRUTALE DETRESSE RESPIRATOIRE CROISSANTE BRONCHO-ALVEOLITE ? CLINIQUE • Polypnée . antibiotiques.Disparition de la toux . MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré.Aventis Internat 271 AV E N T I S BRONCHO-ALVÉOLITE DU NOURRISSON Diagnostic. dosage des IgE. monitoring • Apports hydriques. théophylline.

J E A N N A U Dr M. choc. Mignot. et 4 mois (contre-indiquée si encéphalopathie évolutive. fièvre > 40° C. Le Chesnay FORME TYPIQUE • Incubation : 7-15 jours • Phase initiale (7 jours) : rhinopharyngite + toux • Phase des quintes (2-4 jours) : toux quinteuse avec reprise inspiratoire difficile • Convalescence : toux spasmodique appelée "tic coqueluchoïde" FORMES POTENTIELLEMENT GRAVES CHEZ LE NOURRISSON • Vomissements • Quintes asphyxiantes ou syncopales • Apnées. 5 voire 11 ans FAMILLE POUR L’ENTOURAGE CONTACTS OCCASIONNELS Si sujets à risque : • nourrissons en cours de vaccination • femmes enceintes • maladies respiratoires CRECHE Nourrissons incomplètement vaccinés et personnel de crèche DU CAS INDEX • Macrolide pour 10 jours • Eviction des collectivités pour 5 jours ECOLE ≥ 2 cas dans la même classe toute la classe + enseignants ≥ 2 cas dans deux classes différentes toute l’école + enseignants • Macrolide pendant 10 jours • Mise à jour du calendrier vaccinal pour les enfants < 7 ans JUIN 1999 . PAT R I C K G E P N E R . BELLAÏCHE Service de Pédiatrie Hôpital A.Aventis Internat 272 AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É COQUELUCHE Diagnostic. ou syndrome des cris persistants après injection préalable) • Par vaccin acellulaire : rappel à 1. 3. prévention PA R : W I L L I A M B E R R E B I . cyanose • Bradycardie • Défaillance multiviscérale DIAGNOSTIC • d’orientation : hyperlymphocytose • de certitude : culture de Bordetella pertussis sur sécrétions nasopharyngées (sensibilité 60%) TRAITEMENT PRÉVENTIF VACCINATION • Par vaccin tué : injection à 2.

cirrhose biliaire multifocale • Coup de chaleur • Diabète insulino-dépendant (tardif) • Stérilité masculine • Atteinte ORL : sinusite maxillaire.dilatation des bronches . E. K) et en acides gras essentiels • Prolapsus rectal • Equivalent d’iléus méconial tardif (syndrome d’obstruction intestinale distale) • Coup de chaleur • Atteinte respiratoire +++ = lésions pulmonaires évolutives .Surinfections pulmonaires de plus en plus fréquentes. avec germes multi-résistants (pseudomonas) • Dénutrition • Atteinte hépatique • Diabète DIAGNOSTIC POSITIF Y PENSER ++ TEST DE LA SUEUR • Ionophorèse quantitative à la pilocarpine ⇒ > 60 mmol/l de chlore pour 100 mg de sueur à 2 reprises • Interprétable si poids ≥ 4 kg BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Technique PCR TRYPSINE IMMUNORÉACTIVE SANGUINE en période néo-natale mais faux négatifs/positifs ENQUÊTE GÉNÉTIQUE TRAITEMENT Problème des cas extrêmes : greffe poumon/cœur/foie PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE • Régime hypercalorique. pyocyanique) • Syndrome anémie-hypoprotidémie ENFANT et ADOLESCENT • Atteinte respiratoire +++ • Atteinte digestive : équivalent d’iléus méconial. polypose nasale ÉVOLUTION et PRONOSTIC Fonction de : • Atteinte respiratoire (score de SHWACHMAN) . hémophilus influenzæ. diagnostic. hypotrophie • Atteinte hépato-biliaire : lithiase biliaire.Aventis Internat 273 AV E N T I S MUCOVISCIDOSE Génétique. Paris • Mucosviscidose = maladie congénitale familiale récessive autosomique • Constamment fatale • Physiopathologie : anomalie du canal chlore représenté par la protéine CFTR • Gène isolé sur le chromosome 7 Si 1 enfant déjà atteint DIAGNOSTIC ANTÉNATAL • Ponction de trophoblaste (10ème semaine) • Ponction amniotique NOUVEAU-NÉ • Iléus méconial = occlusion néo-natale iléale. carences vitaminiques (A.Importance de la prise en charge . insuffisance pancréatique externe. Traitement : lavement à la gastrographine ou chirugie si complications • Détresse respiratoire (rare) • Ictère cholestatique NOURRISSON • Hypotrophie pondérale par insuffisance pancréatique externe. supplémenté en vitamines A. E. PAT R I C K G E P N E R . principes du traitement I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. rougeole.poussées de surinfection (staphylocoque doré. évolution.atteinte bronchiolaire .distension thoracique .Adjonction de sel en période chaude • Si échec : nutrition entérale à débit constant (sonde nasale nocturne ou gastrotomie) PRISE EN CHARGE PSYCHOLOGIQUE KINÉSITHÉRAPIE ++ • Quotidienne (pluri) PRISE EN CHARGE RESPIRATOIRE ANTIBIOTIQUES Adaptés à l’ECBC Cures systématiques si infection chronique à pyocyanique O2 THÉRAPIE ± Aérosols de DNase VACCINS BCG. avec extraits pancréatiques gastroprotégés . J E A N N A U Dr A. sans restriction . (et K la 1ère année). normolipidique. grippe JUIN 1999 . coqueluche. D. D.

diagnostic. traitement par phénytoïne ou phénobarbital) ou 200000 UI/6 mois • Le lait artificiel contient 400 à 800 UI de Vit D/litre. épaississement frontal • Côtes : extrémités antérieures concaves en dedans • Poignets +++ : métaphyses élargies. JUIN 1999 . IV (1 g/m2/j de calcium élément) puis per os. • Puis reprendre le traitement préventif • Dès les premiers jours et jusqu’à 18 mois (inscrire sur carnet de santé +++) • Quelque soit l’alimentation (et pas dans le biberon) • Posologie : 800 UI/j de Vit D (1500 UI/j si peau noire. peau pigmentée. thorax déformé • Bourrelets épiphysaires et métaphysaires • Cyphose RETARD STATURO-PONDERAL INFECTIONS PULMONAIRES HYPERLAXITE LIGAMENTAIRE PATHOLOGIE DENTAIRE HYPOTONIE MUSCULAIRE SIGNES D’HYPOCALCÉMIE • Tétanie. floues et concaves • Diaphyses : déformations. prématurité. convulsions • Laryngospasme • Mort subite (rare) • Troubles du rythme • Insuffisance d’apport oral de vitamine D et/ou • Exposition solaire insuffisante • Terrain à risque : prématuré. PAT R I C K G E P N E R .Aventis Internat 274 AV E N T I S RACHITISME Physiopathologie. J E A N N A U Dr A. fontanelle large • Chapelet costal. MUNCK Service de Pédiatrie Hôpital Robert Debré. maltraitance RACHITISME CARENTIEL ÉLIMINER • Hypoparathyroïdie chronique • Insuffisance rénale • Rachitisme vitamino-résistant RADIOLOGIE ⇒ Anomalies précoces • Crâne : voûte amincie. traitement préventif et curatif I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . Paris SIGNES OSSEUX • Craniotabès. mères carencées. traitement anticonvulsivant. pseudo-fractures de LOOSER-MILKMAN • Vertèbres : double contour • Poumon rachitique • Déminéralisation diffuse TRAITEMENT PRÉVENTIF BIOLOGIE • Normocalcémie + hypophosphorémie • Augmentation des phosphatases alcalines • Effondrement de la 25 OH vitamine D3 • ± anémie (carence martiale associée) CURATIF • Vit D : 2 000 à 5 000 UI/j pendant 4 à 6 semaines ou 200 000 UI per os ou IM • Si hypocalcémie : supplémentation calcique en premier.

traitement AV E N T I S I N T E R N AT E S T D I R I G É PA R : W I L L I A M B E R R E B I . radios normales • Poursuite du traitement .. diagnostic..Guérison sans séquelles Guérison ABCÉS SOUS-PÉRIOSTE ÉVACUATION CHIRURGICALE Séquestration corticale +/. VS et CRP normales. J E A N N A U Dr G.fistules récidivantes = Passage à la chronicité JUIN 1999 . jusqu'à preuve du contraire RECHERCHER UNE PORTE D'ENTRÉE RECHERCHER UNE PRÉDISPOSITION Diabète. chez le nourrisson ou l'enfant est une ostéomyélite aiguë. PAT R I C K G E P N E R . désaxation) • Possible extension articulaire BILAN A J10 ÉVOLUTION FAVORABLE • Foyer indolore.Aventis Internat 275 INFECTION AIGUË OSTÉO-ARTICULAIRE des MEMBRES de L’ENFANT Physiopathologie. SCHNEIDER-MAUNOURY Chirurgie orthopédique Clinique Ambroise Paré. apyrexie. évolution. drépanocytose . PRÉLÈVEMENTS BACTERIOLOGIQUES • Hémocultures répétées • +/. Neuilly DIAGNOSTIC FACILE • Grand enfant • Douleur vive et brutale de topographie métaphysaire • Syndrome infectieux patent DIAGNOSTIC DIFFICILE • Nourrisson • Douleur osseuse (parfois rapportée à un traumatisme) • Syndrome infectieux discret PHYSIOPATHOLOGIE Infection par voie hématogène (thrombophlébite suppurée) de la métaphyse d'un os long chez le nourrisson Diffusion rapide vers l'épiphyse = arthrite chez l'enfant Barrière par le cartilage de conjugaison pas d'arthrite mais abcés sous-périosté Dans tous les cas. toute douleur osseuse associée à un syndrome infectieux.ponction locale RADIOLOGIE Radios normales au début TRAITEMENT URGENT IMMOBILISATION PLATRÉE Prenant les articulations sus et sous-jacentes ANTIBIOTHÉRAPIE • Association synergique et bactéricide (sur staphylocoque doré +++) • Surveillance clinico-radio-biologique • Traitement prolongé ++ En l'absence de traitement • Ostéomyélite chronique • Troubles de croisssance (racourcissement. même discret.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->