Vous êtes sur la page 1sur 157
I ---:-:r-Frt-,-F.qq. ' '

I

---:-:r-Frt-,-F.qq.

'

'

9

Préface

11 Avant-propos

15 Le site :

Sommaire

La lor'êt cle Bière engendr-e 1c château Le château se rattache aux I'illes du royaume

LIn bourg s'implânte auprès du château

79

27

L organisation des espaces du château :

L'ordonnance cles c-ours L'ordonnance des jardins

Les liaisons entre le château et la ville :

La cour du Cheval Blanc et le carrefour de Ferrare La cour du Chcval Blanc er le carrefour disparu Le jardin de Dianc et la place Napoléon Boneparte I-a cour cles Offices ci la place cl'Armes

43 Les voies :

Les grands à\cs Desserte des villages d'alentour

Les cherains d'exploitation

59 La ville :

I "ulre de I Jrblrisdt,un. ( urJer ture\

I.'organisation clc ia ville

65

Les quartiers d'hôtels âristocratiques :

Physionomie des hôtels Le quartier de la " Porte des Champs " Un quartier c1'hôrels au voisinage de la place d'Armes

83 Le bourg royal :

La maison des pafiiculiers Le noyau du bourg Le développement linéaire du bourg L'encerclement du bourg par des hôtels au XVIIIe siècle

113

La ville et la forêr :

Les privilèges des habitan$

L in{crdi' rlon de ConS(r.rirc

727

Le vent de l'Histoire I

1789, ébranlement de la société, fi-rité ales srrucrures urbaines

Après 1830, le nouvel équilibre

133

Lévolution de la ville au XIXe siècle :

Les quartiers anciens L'intégration cl'un quartier neuf en secteur ancien Nouveaux quartiers à la périphérie L'expansion à l'est par l'elfet du chemin de fel

165 Pour conclure

167 Annexe

Principaux ouvrages de référencc

Préface

T Le lecteur qur s'apprète a decouvrir Fontainebleau sous la plume d'Yvonne Jesaz ne sera pas déçu. A propos d'une vilie de proportions nodestes, mais dont le nom retentit bien loin hors de nos frontières, il saura trouver ici une véritablc lcEon c1'histoire de l'urbanisme. Yvonne Jestaz connaît sa ville, elle l'aime. Depuis longtemps, elle l'ausculte (n est elle pas

l'épousc d'un méclecin ?) et la défen.l. Sachant ce qu apporrenr à la fois lexpérience du

regard, la consultation des manuscrits ou imprimés, la lecture des plans, elle n'a cessé d'en faire l'analyse. Topographie, toponymie, architecture - clomaine qu'elle affectionne pal des

sus tout -,

faits historiques ou de société, rien n'a échappé à son attention. Ses investi

gatior-is sont allées de pair avec u1r constant approlonclissement dc ses connaissances rela,

tives à l'éc1iÊce majeur autour cluclucl cette ville est née, la " vraie demeure des rois " qu'avec passion elle a fréquentée, aclmirée, explicluéc auprès des conscrvateurs successifs. Car elle a

toujours su que l'on ne pouvait pas éruclier I'une sans comprendre l autre. Historienne née, sachant manier la plume avec humour et talent, é\'oluant dans un milieu inlellectuel et cultivé, forte d'une activité pédagogique intense et merveilleusement cfficace,

elle se devait de faire la svnthèse de ses obser-vations et de livrer au public le lruit dc son

savoir. Voilà .lui esr fait I

11 faut lui en savoir gré. Car si le châreau de Fontainebleau a lait l'objet de multiples publi

cations, si la fcrrêt clui I'entoure n'a pas manqué d'attirer I'attention, la ville, jusalu'ici, n'avait

été étndiée que par Félix Herbet dans un ouvrege intitulé L Ancien |-ontaineblea&, copieux

dictionnaire par noms de rues constitué de renseignements glanés au hasard de découvertes erchivistiques. Le propos d'Yvonne Jestez est tout autre : brosser dans le temps le tableau du développe

ment cl'une ville et de ses divers quartiers à la lumière de tous les éléments accessibles à I'historien. Alors qu'Herbet accumule des matériaux (par ailleur-s passionnants), elle réfléchit

avec probité et luciclité, va à l'essentiel, reconnaissant sa dctte envers son illustre prédéces- seur. Elle use de prudence et sait mettre en valeur tout cc rlui a cléterminé le processus histo-

rique conduisant de la petite agglomération médiévale au Fontainebleau cl aujourd'hui : le site près d'un étang, I'installation des soLrverains attestéc dès le KIe siècle, l'omniprésence c1u

châtcau ct de la cour à partir clu XVle, les cor.itraintcs et les avantages nés de cette présence

PREFACE

et de I'environnemcnt forestier : cxcmption al impôts d'un côté, intcrcliction cle construire

édictée en 1669 de I'autre, et tant d autres faits qui ont façonné les lieux I L'iconographie qu'elle a choisie aide à bien saisir son texte et à I'apprécicr; clle vient heureusement illustrer

le propos auquel l'élégance et le style ne font jamais cléfaut. A une épu1ue où non-iblc c1'l-ristc)ricns 1re araignenr pas cl'être tcrnes pour p.rr';itre setjcuxJ

elle concilie éruclition et belle écriture. Nous l'en rcmercions.

JEAN PILRR! SÀ\'IOYAULT

Al minisrûrcùr géné.21 du ùlobilier nârn)ml, rlor Coirse$ercur génértrl

.lù Musée nrtioturld! ch,ucru.lc lonrdrebleiu

Avant-propos

T Lrrrsqu'en mars 1528 Fr:-rnçors Ter publia sa volonté cle résider à Paris, il pr-écisa . à Paris et

alentour ", et llientôt il fit savoir !l!re par < :rlentour , i1 entcndeit tout particulièrement Fontainebleau oir " nous avons I'intention et soûrmes dé1ibéré lairc ci-apr'ès et 1a plupart du

temps notrc séjour pour 1e plaisir que noLis prenons audit licu et eu déduit de la chasse des

bêtes rousses et noircs qui sont en la forêt de Bièr'e ". Fonteinebleau prenait le pas sur Saint-

Germain, Corrpiègne, Villers-Cottcrêts ct sur le châtcau qu'il construisait alors dans la fcrr'ût

cie Boulogne.

Ent.e toutes ses dcmeures cl'I1e-cleFrance, François ler avait élu Fontainebleau. C'étair le choix clu l-oi chasseur, et ce roi-là aurait pu s'en tenir, comme il l'avait d'aborcl prévu, à " r'ac- coutrer ' l anticlue châreau fort. Milis parce qu'il éteit aussi un esthète, le rendez-vous dc

chasse, quelques années plus tard, s'était mué cn un réceptacle de tous les arts, ct la fcrycur rolrale poLrr la poLrrsuite cles lauves de la for'êt se doublait désormais cl un bonhcur ct d'une Êcrté dc prop|iétaire : " Je vais chez moi ", disait 1l quand il venait à Fontainebleau s'enchan

ter dc ses décors à i'italienne ailleurs inconnus, de ses précieuses collcctions clc tableaux et

cle sa bibliothèquc d'érudition. Si le château n'avait revêtu sous ce règne une telle magni

ficcncc, i1 n'cst pas certain qu'il se fût acquis, corrme il le fit, le fidèle attachement de tous

1es successeurs, celui de louis XIV lui-mêne qlri ritualisa 1c n vo!-age cle Fontainebleau,, annuelle migration clc la cour qui faisait déferler au cl.râtcau et clans la ville des milliers de

gens (et combien (le chcvaux l). Tandis clue chaclue souvcrain, pour à son tour se scntir n chez soi " clans la clemeure ances- tra1c, y mcnait alcs travaux, Fontainebleau çrrenait cle l ampleur ct son plan se conrpliquait en

un enchevêtrement clc bâtimcnts c1'une étonnante diversité d'aspecr. I-'empreinre des siècles passés n'1'ftrt jamais complètemcnt r-rccultée car, cn clépit c1u chantier qui fonctionna sans relâche jusqu à la iin cles monarchies, eucun projet visanr à masquer sa disparité n'aboutit jâmais. Fontainebleau n'est donc ni le fiuir d'un grand dessein o|iginel ni celui c1'un remode

lage qui l'eût claté dc tcl ou tel règne. Son cléveloppen-ient spectaculaire relevait non pas

cl'une volonté de prcstigc. comme ce fut le cas de Versailles, mais cl'une constante adaph rion au Élotlt et aux besoins du temps. Auprès d'un tel châtcau, on ne peut s'attendre à trou- ver une ville arbitrairement créée par 1'urbeniste pour la plus grande gloire d'un monarquc.

AVANT.PROPOS

Dans son ombrr, attiré par le pfotit que ce voisinage laissait esconpter-, un bourg

s'esquissa dès le XIIe sièc1c, sur les voies clui s'étaienr tollt naturellement tracées pour le clesservir. Sous la pressron cle la néccssité il se dér'eloppa peu à peu, tant bien que mal, igno- ré par 1e châtcau sauf pour Jes services c1u'il pour.ait 1ui rendrc. Bicn plus, alors aluc d'impor- tants privilèges consentis aux habirants témoigncnt clc La bienveillance rovale à leur égard, le château frt si peu ces du bourg qu'il le bouscula pour se faire place, et cela à maintes reprises I pâtés de maisons rasés, carrefours et places de narché englobés, rues inrerceptées dans Ia plus parfaite lndillérence à f intérôt général. Mais 1)olrr ce bourg qui en sa quâlité ale bourg royal attendâit tout des seruices iie l'Etat,

pavagc clcs lues. fondation cl'un hôpital, cl'une ég1ise. c1'un cinretière, la norion même d'inté

rêt général avait elle un sens'l Ni synclic, ni maire, ni édilcs pour- r-epr'ésenter la communauté

clcs habitants, seulement quelclues merguilliers clc paroisse cles notables dont le rôle essenticl consistâit à cLéfendre contre l'appétit cles agents clu frsc le plus précieux des privi-

lèges, la quasi exemption d'impôts consentie par le roi aux paroisses forestières. Par âilleurs

quancl le roi, pour logcr unc administration. un supplément à la " Pcritc Ecuric - ou a l hurel des n Menus Plaisirs ", achetait en villc ii:i douze lopins ct quinze, c'était autant c1e particu licrs qui voyaient s'empiir leur escarcc1lc

Le marché des terrains lur un importent secteur c1c l'économie du bourg, lacluelle gravitait

tout entière autour du château er cle ses satellites, les hôtels cles princes. Production agricole

et ertisanale, négoces et seryices les plus dive|s, location cl'habitations mais aussi du matériel

le plus hétéroclite, toute cette activité concentrée en quelques mois, voire en quelciues

semaines, devait dispenser la manne qui permettrait au bourg de survivre le rcste de I'année.

A ce métier s'enrichissâit-on ? lvloins sans cloute que ne le pr-étendaient les collecteurs cf impôts qui, pour battre en brèche les prir-ilèges ôscaux dont bénéllciait le bourg, tiraient

leurs argumcr]ts de I'aisance qLre lui apportaient les séjours du roi. Ces ressources, pourtant,

étaient aléatoires. Si quclque circonstance s'ollposait à la venue de la cour, l'annuelle récolte

étair perclue. En quclquc sorte, 1e bourg rotel connaissait le régimc clu n bon an, mal an, des

pavs agricoles dont I'humeur clu ciel décide de 1a pr-ospérité ou cle la clisette: à

Fonrainebleau I'absence ou la préscnce du roi faisait la pluie ou le beau temps I

D'aillerrrs si le bourg s'érait enrichi, on pcut penser clu'il aurait obtenu son inclépendance administrative bien avaDr clue Louis XVI ne la 1ui accordât, et qu'il aurait fait montre de son opulcr.icc cn édifiant un hôtel de ville, ari premier chef. C)r à Fontainebleau ne se trouvent ni

bâtimcnts civils ni []âriments religieux excclltionnels. Fontainebleau n'esr pas une ville

musÉc, cllc n'offre pas même de très vieux quartiers pittoresques, elle ne se pare que de Ia présencc immédiate de ses deu,r inestimables richesses, ses deux n monuments,, comme l'âge romanticluc désignait aussi bien la lorêt que le château. Dans cette aimable ville or.r reconnaîtrait plus volontie|s Lrne sorte de u conservaloire de bourg |oyal " I En effct, quand

l'histoire 1'a mise dans I'obligation de conquérir son auronomie, de trouver un second

souffle, sori évolution s'est accomplie sans heurts, si bien que sorr orgsnjsation primitive reste perceptible sous lcs epparences de la ville actuelle. Son plan, scs arcs dc développe- lrent, son découpage en îlots, en palcelles, ses constructions typiques, en un mot toutes ses

structures révèlent à quels impératifs cllcs se sont pliécs.

En outrc, pour connaître Ia ville à tous lcs stacles cle son dér'eloppement, ce mode d'inves- tigâtion qui s'apparente à une reconnaissencc clu terrain s'impose d'autant plus impérieuse-

ment qu il n'c)dste pas de plans de la ville avant la fin c1u XVIIe siècle. Il arrive heureusement

clue l obsen'ation trouve pour appui quelclue donnée sûre, ainsi, par e'xemple, le nom primi-

til des lieux transmis per les textes ou par la tradirkrn orale, - noms parlants, 1e plus souvcnt,

AVANT PROPOS

tl

et parlanr clirifcment : le chemin fait sa\oir oir il va ct le lieu dit révèlc la nature clu tcffein, la végétation qui v croit, ou bicn encore la(:tivjta'qui s'v pratique

c.cst pour

une grancle pin't sLlf cc mode pragrnaticluc alue ce llvfe s attzrcire à dérnèlcr ce

dc Fontaineblcau a <1'un pcu clér'<turant I pourclucli lie s v llllllle r i1 pas un quarrler

que lx ville

n.récljéval, alors clu elle cst née cl un châtealr qui cliistriit au rléllut clu XlIe siècle ? Pol]rquoi

Cet esllace ir.régulier- cler.ant le château oùt Sereit attendue Llnc place Prcstigielrsc ? Pout'qtroi <les rues sans reialeur et d autres tirées au corde:ru. cles maisors ici strictcrrent alignées sur la

.uC et là fk)ttant

lânières. des

SUr leur tcrrain, cles iar-dilts vastes COmnIe cles p;rrcs. or.r étirés cn étrtlitCs

corlfs aux 1-râtimcr-rts anarchiques, cle: ruelles clér-obées'l oIi ne pcut restsr indjl

férent à la significarion (lc tous ces traits et de ranr d:rutres (lui cLessinenl le visage cle la ville, d unc ville clue l'Hisloire a visilée penclanl hurt sièclcs

Première approche

Que 1c lecteui. le rere soir intfoduir,

de Fontainebleau

lecteul clui ne connaîtreit pas Foltai[eblcau ou lc (:ottnaîtr:rit ma1, I

ct cle quelle atrraYanre Iiçon. pa| lc peintrc Pierfe Ifenis N4aftin; il en a repré- Fi!. l

scnré les rrois visales. on nc peut rêvel Plus Peftine[te exposition clu sujet : Fonreinebleau,

rrne ville accolée à un clomainc roval. or cc grancl clomaine cst isslr d'un petit château fort.

Fig 1 , fonr illebledu

à l.t fn Lltt rè.qtrc./e Iatti\ xt|

Pat tieûeL )eni\ r1.n1 itl

llr.u.r1in le-leun. lt 146.J l-l).

nt!sée tntiandl n ) t .hâ,!tù!.le firûd it tehled ù

,{VAX'T PROPOS

Comment une telle exp:ursion n'irurlit elle pas retenti sur le clér,eloppemcnt du bourg primi- tivement blotti sous les courtines ? Fontainebleau, une viile en lisière alc forêt. une forêt cle iliassc; I-or-ris XIV menent son léler atteleÉae serait là pour-1c rappelcr, s'il cn éteit besoin. Or la chasse à courLe ruinc les culrures, cepencla[t.]ue lcs h:rbit?rnts, cn cltloit:Lnt abusivement la forêr, lui portent préjuclice. ,{ilisi .'r<tlosé. lc par-tage clu site leisse eotre\oir cluc la genèse cLc la ville ne se découvr.ira qLr'au prlx r1c rcchcrches suf ia ûature de ses rcLations avec le château. avec la forêt, ses insigncs partenaires, trclp iltsignes sans cloutc pciu. n être pas oppressifs.

Aujourcl'hui encore le portrait dLr c:hâtcau cst ressemblant à cluelques clétai1s près; et cclui

cic la ville ne le serait pas moilts, :tu prl{ (1 unc retoLtche cluj en étollcrâit légèrement 1'cmpri

se au pourtolrr, tout en létirant forterrent au Long clu perc. direction où cleveiL l'attirer en

son temps la présence de la gare du c-heniin c1c fer.

Souvelains ayant contribué à l'édification du château de Fontainebleau

" Le chàte t est

neitionné poto /

1

Prciniù] e Jois da)ts 11ne

chd

e du1oi L()t!isVII en ll )7,f)relnièt?

année.re:on rèqrc tl

Peln renanter à Glt!i

de Louis Vl le G ' s

(l10tl-l1J7). tDi'e à

æhti .1e Philippe ler q i

.t réu1i lc (;titinais a

to1)dltrne en 1068

! ! l,es lrar.uû: sônt

dtù ibttdbles.i ls bea

lc BLIL iète ,ùre du,oi.

.t t 1 l Pos sédtr i t I'o n td i n e

bleatt tlatr son not.taip

CAPÉÏENS

VAIOIS

BOURBON

BONAPARTE

ORI,ÉANS

BONAP,\R'I'F]

Louis Vll le Jeune 1' roi cle France Saint Louis

Charles Vll *'! FranÇois Ier

Henri II

Charles IX

Henri lV

I-ouis XIll

I-ouis XIV

Louis XV

Lolris XVI

Napoléon Ie[, eûrpereur des Français I-ouis Philippe ler, roi dcs Françeis

\:r.nleon lll., mpr'rtu-,ler l-r .rçar

1137

1226

1122

1515

1180

72 ,-0

1161.

1547

- 1559

- 1s74

- 1610

- 1613

- 7715

1547

1560

1589

1610

1613

li15 - 7174

1r- r-1 - 7793

1u04 - 1815

1830

1852

- 18,18

- 1870

Le site

Ltnfonclus soLrs le nterre nolt, liés dans le temps, liés dans I'espace au point que lcurs limires commlrnes ont fluctué, la forêt, le château ct la ville sont indissociables. En raison dc

fintérêr qu'à de multiples points de vue préscntcnt la forêr et 1e château. beaucr-tn1t

d'ouvrages leLrr ont été consacrés. lls font abrtraction cle la villc. La clémarche inversc ser:rit

impossible. On ne saurait éludcr la lorêt, ct moins encore le château pour trairer Lle lâ ville.

La forêt de Bière engendre le château

Politiqucment, Fonrainebleau appartient à la courolrnc des châteaux d'Ilc-de-F.ance, clui rcprésente Je sYstèIne défensif du perir royaume des p.emiers Capéticns. Son édification sui- vit le rattachement (1068) clu comté du Gâtinais dont la forêt de Bièrc couvre la panie sep- tentlionale. En posirion retranchée. il renforçait la ligne de défense constituée par les places lortifiées de ce comté. Cependant c'est moins position srratégique cque la nature dc son environnement immédiat clui a pr'ésidé aux alestinées tlu château. Apposr comme un sccau sur un acte cle propr-iété, il signihait que seul le roi avait le droit d'y chasser, ce droit dont Lrn seigneur ne sc scrait pas plus cléparti cÈre cle celui de justlce, et qLri érair l'expression même dc la propriété. La chasse à courre représeDtait bien davant.ege qu'un divertissement :

un rite monarchique. Elle garantit l indéfectible attacl.rement des rois à Fcmtainebleau jusqu'à la fin de l'Arcien

Régimc. C cst pourquoi, nous llrollosant cl'analyser r-rne vi11c clui eur pour raison d être la

préscnce c1u château, lui-même engendré par la forêt, nous ne repousserons pes eu-delà de celle ci les bomes du site susceprilrle d avoir influé sur la topographie ur-baine. I-a forêt (17000 ha) présente une série de crêtes rocheuses parallèlcs entre elles, olientécs d'est en ouest, sépar'ées par dcs platièrcs ou n hautes plaines, et par des vallées sèchcs. Mais en son milieLr, il est trne ra11ée où r:oulc un moclcstc affluent de 1a Seine, le ru cle Changis (lui

nourrit d'alluvions lcs terrcs lcs plus basscs qu'i1 irrigue: cette fertilité peut expliqucr l'anté ri.rrité, par r-appot à Fontainebleau, tlu hameau cle Changis et clu village d'Avon clont ce

i'ig.2

Fig .l

1a)

.

t

rrrJ

lrtIr:

r11.\

!,-i:'

t.

t'tt:. ) , Naut elle deso'iltit,t

./c lu F.re:t Raldlle de Fantuù1eblt.tu. par Nt.alds It()isseaL! t I618)

'Iiq) aPPror:int.t it e Patu- ê1t! u n e sol oLt ùcb. d e nsti]ntntet.ts cette cd e a lc ùllritL d o/l1n une

in.t,e.e tDùtnittue de ta ti.ule que rco

t E le nôt1t dc Fanrttinehle.ttl

: ld |otat: a

c(Èù] de ]a làrat

le cbâtt'du:.t pei e iùdi.lùee côriLlLt.hàteau,lulille: dk,'sqùe 'uelutt.tlt tnrd et trt.,?t au

stkl en dppaui$ent .o11)ne d'.l tqLte' tilés loùiliées

hameau fait pa.tie. À\'on est situé un petr à l esl de Fontainebleau qui se trouve en amollt dLl

ru, à un cnalroit où les eaux stagnent. C'est dans ces ntaréc:rges que le châteatl fut collstruit

eu prj-\ d importants travaux c1c terrassemcnt : une ch:russéc endigua sur I'un de ses bclrcls un étang naturel pout- métragcr, au suci, une voie d xccès Ll situatioll cl'un château ibrt constitLre sa prenrière c1élense. Gér'réralemcnt élevé sur unc ilutte, il dominc l'éventuel

assaillanr. Ici. planté en plein marais, il le menecc d'enlisement La chaussée dc i étang lut

cl abord la scule voie c1'âccès au château quc pt-obablenlent un fossé protégeait

Le château se rattache aux villes du royaume

l:ig 1,5

:' Les PatqLlets otr remlses sot|l des

e1rclos est rele|?ll

le gibler en t,ue tlu

rePeuPlem.enI

de la.lôrêt.

A proximité (iç la Seine, limite orjentale de la lorêt.lc Bière, la route dc Bourgogne chemi

nait sur les treccs ai'une voie romainc En s'v raccordant le château sc trouvait relié aux villes

importantes du royaunie. En clirection de Sens (1 ércché) et d Autun lc raccord se fit près cle

Morer.

Au nord, en direction de X'lelun et de Paris. il se fit à la hautcur cle la Tablc dtr roi, monu-

ment d oriÉlinc féodale. Cette r,-oie de raccorrl subsiste sous la fbrme d'une largc allée fbres- rière, la rolrte dcs Ligueurs (il est à reÛrarquer clue 1a route Roncle cn a assimilé lc tronçon

compris entre 1a table clu ltoi er Relle Crojx. ancicrlne croix TaPcreeu érigée en 130'i) Elle

s'est effacée à lepproche c1u châreau Sa trace a été rclcvée dans le canton qu'e11e travetsait

(celui où Louis XV établit le Grand Parquet':) pour gagncr 1a chaussée clc 1'Etang en cor]tour' nanr les narécages oir le châtcatr fort s'était érabli Aucunc clonnée archéologique n'indique

r r\ R()r rRc s Tt\tPt ANTI] ^l PRits Dtl aFl{TE,{u

t;iC J (.irc tallée l)ûtt)cdget& .\u L(Lut le la lôût. entù: les nu'si|i

tu.1t"6 .tu: làmrcs taLttnie r1la'.l coule l? i ù ./e Chunris S.t ltop f.tibtu

l)tnle

dtuit!e

nùis biln rlelle

"

"ldl

le: ) ùissella"].!nts )11t.11/+le:.tLP :lrlbalisL kt lag(,ktuire

t.anl.tin.-ttellc

F:.ul " D.tbat.l tléle1ts. naù1t(Uc pa1ù k

ûà1edtt.li,t.le.lù t)ititttst:c

et lieù de ll./c

!n.li! ac td alisée,/. 11t:;sdnte, sen Patlrc

patLt lc d.)ûtedI.le pl.lisan(e

Fig 1 I.e n.col.lerk:tlt dù cbâte.at du site

Fig 5

f.iguel.tts BeUe.ODit

t.a route des

quc soir anrérieur au châtcau le grancl chernin de Melun à Nemours (qui devait ofTrir au bourg son :r-re principal). bicn que ces deur cités. (l'origine gallo rolnaine. aient été impor-

tantes c1ès lc XIle siècle. Vers lcst. iles voies gagnèrent la Seine | à Samois un pont romain ouvrait la route de la Brie et cie la Chempagne. l)es voies revo[nantes ont ûrtégré le château au site for-esticr. Ceiles là seules qLri sc dirigent vers le nord et le nord-est der,'iendront des

rues de vllle.

Un bourg s'implante auprès du château

ll ne semble pas arbitreire de consiclérer'1a i'llle naissante comme unc cxtcnsior.t du châ-

tcnu, indisl)ensable pour-logcr l'escorLe drt roi, les princes et leur sllitc, non moirts quc pLrur

clisposer-c1c la main cl ctuvre néccssaire à la construction, à I'entretien. à l approvisionne-

meirt clu châtcau.

Le château ouvrait aLl sud, c'est pourtant au nord que la ville s'implanta. Au sud. une crête rocheuse, prochc ct assez abrupte. lor-mée par lc Pctit-Àlont-Chauvct er le Rocher d'Avon

t8

I,I] SiTE

laisse ltctr cle plaCe :i 1a clairière. Au nOrcl. un \-asTc cspace nalturellenrCl-lt 1ll.(lpice ir l'rtrll:rnisa

Lion ùonle en pente cloucc vers les niassifs (lu N{ontllerreux, cle llt l3ulte ilLlx Aifes ct (Lu C:rlvailc. De Plus, clans cettc clitection. la f:rible clénivcllatioti ct l:r pet-tréabilité des terrains sabkrnleux flu,orisenl lcs sourccs cl les résrlrgcûces. I-a neppe phl-i'atirlue esl peu profoncle.

(c clLli tilcilitc Le lit|agc Cles pLtits La Pféscnce de le2lLt fut Urlc circ(nlslence plopice, ia SeLlle

sLlr uû s(t in.qrtt llux saltlons stér'ilcs, Oil ne se scrllil pas implanté Ltn c1c Ccs llortrgs ctllllrlrc

en cngenclrcni 1es fiche:s fégions agricoles

si lc roi n'avait clloisi t1 v vctiir chlssel-

fontîinebleau cst. de n?lissance, une vilLc résiclentielle.

l:ig () ]:tz1t!Çoi: Ie)

cbds!.tnl .lLD!s lLt lat a/

.lL J.rnktitt4 edù Iila)

Colûo

]e ts.rtLe

I I i l)l i ot hù.1 u r. ) x/ t i( ) t tt

le.

L'organisation des espaces du château

)ous lrLrgle de 1.r ge,,grlphLe. rl n y a pas lieu cLe faire une plus large place aLr site lorestier

car la forêt n'est à l'origine de la vjlle qu'intlircctcmcnt, par l'intcr-médiair-e du château. Le

château est l inrmédiate raison d'êtrc cle la villc. Il l'a suscitéc, il cn a orienté les 2).es, imposé

lcs limites, détermjné les quaniers, lavorisé ou maîtrisé la croissance. Il cn fut cn soûtme l'inconsi:icnt et parlois désinvolte ulbaniste r 1a part clu lion luj est clue. Bien plus, lorganisa- tion dc la ville rcsterait inexplicablc si le château n'en livrait les clés. Or il les détient jalouse- mcnt eu seill de sa complexité. Que le perit château fort soit clevenu l'immcnsc domainc cluc nous connaissons ne lut pas sinple atlaire cl accroissement cle surface, ellc sc cloubla c1e variations qui aflectaient la hiérarchie des cours. DaDS ces conclitions, comment espérer quc Fontaincblcau se livre à 1a première approche? Prenons lc visitcur au débotté : il eborde le château par la coul des Adieux. Comment

soupçonnerait-il 1a présence de la cour d'honneLrr retranchée ? Il se croit au ccæur clu monu

Inent et volontiers, tant l'Empereur hantc ces lieux, il 1ui en âttribuerait ia paternité

à

Fig 7

moins qu'il ne soit féftr d'architecture. Mais alors n'a-t-il pas de quoi êÎre décontenancé à se

voir dos à une grille Empirc, face à un escalier baroclue. entre une aile Rcnaissance et une

âi1e Louis XV? (encorc simplillons{ous). Emprlrnte-t-il un âutre âccès'l . Où donc est la faça-

Le prome-

neur familier lui-même, le bcllifirntain qui esl ici chez lui saurait-il toujour\ rc(unsLiluet en esprit I'enscmble du clom:rinc à partir clu bâtiment c1u'il côtoie'l Et ce bâtiment, est-cc bien

de ? " dit-i1 dans le jariiin clc Diane ii tourne en quête cl'un ;xe cle symétric

sûr clu il sa<1-re toujours le nommcr?'fel de mes amis a clécour,ert la cour cles Princcs précisé- mcnt grâce à une vrre cl avion, et fut le pt-emicr à cn .irc, revi quc cc châtcau lui offrît encore

une surprisc.

Le temps fut le gland ordonnatcur du châreau de Fontainebleau, quelclue effort qu'aient déployé ses architectes successils pour cr-t conserrer la maîtrise.

Dès 1624, le cardinal tscntivoglio clui l'a connu à peu prùs tcl clue nous le révèie une t ue cle

Francini" écrivait à son propos : " C'est en vérité une magnifique maison et clignc d'un tel roi ; et cluoiclue ce soient plusieurs bâtiments joints les Lrns aux âutres clans divels temps sans

aucun orclrc ni s).métfie, cette confusion néanmoins a un air c1e grandeur qui surprend

agréablement

"

+ Tbatas FrancirtL

alcbitecrc et ingë-

/ùeur h),draulicien

.Iorcntin. renu etx

Frar'rce en 1598, attec

san.hère e I ds sis|ai7.,

I,'ORGANISA]'IO\

DI]S ESIàCES DI] (]TI|fE,{I]

l'ig / , (b,ùt)e)1t ,1)upç

)tùEt

ld ca Ùleut' du clràtea ? ii nnins 4u an )ù' e|ùble

Que c1'acljonctioris vienclront encore ag€araver la clisparitÉ des stvles rr la " confusion " cles

' l'air de gr:rnclcur ' que cet amareur éclairé' éloigné dL' tout

Cela se pourrair il s'i] ne s'agisslriÎ que de " bâtinenls joints ies

bât]ments, s?lns quc se Pcrde

ckrgrnatisme, leur- reco[naît I

uns .lux autfes sans aucul ordre ûi svnlétfie ' ?

Les maisons fclvales sont lr-euvre clcs siècles. Aucunc ùe le laisse paraîtrc davantagc clue Fontaineble:ru. Ni le l-ouvre ni Versailles. \''us en plan, ne trahissent à ce point lcs érapcs de lelrl

constructioit. Le sYmétrie y règnc clans les masses sinon 'lans lcs déteils Dc !-ontainebleau la

SYùétricfL]tprtlsct'iteclèslonqueFrançoislcrdéciclacl'élcverSesnoLlveauxbâtilllentssulles

assises clu château mécliévei Pohgone irréguliet- tcnclairt

à I'ovale sans 2-xe' ce noYeu initial

n'était pas sulcePtible (lc collstilucr le centrc cl'utlc compositioll tlasstque C'ntr--Lir,jm(nt a

Vel-sailles,oùlcpetitChâteaudel-OtlisXllIsetrou\:aitofÏl.irassezclerégularitépout.sclaisscr

I ig

ij, r. 10

F

)ntainebleau.

le

I'lùs quinrcun Ltube Dnnù1)rcùt

t:o1tk1in eb I ea u Dt.Lr t i fe!Îe qùe

les

I lnLttsons ratales sout I Gn t e ,les

I'ORDONNANCE DES COL'RS

/

.:

I

n

W

tvtoven Âse

::.

xvre s. (Les varos)

XVre s. (d'Henrirv à Loùis XLV)

l't':al xulle s. (Louis xv, LouisxvD

E xlxe s. (du lerau 2nd Empre) éléments disparus

I:i! 11 : t,es ét.qes sii ?lilîées./e l.t catl\lrLkiian dLt cbâtedu Ld Jisltriltë d.s bâtinents d. ce DlonunÊnt can+t)site tend à acculter sût t)rg.tnisdtiorl

inclure daûs le p:rlais de Louis XIV, ce châteeu reconstrlrit ne pouvait être que 1e prcûrier maillon d'un enchainelnent cle bâriments. l.'enchaînement ne se fit pas d'une façon anar