Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

Introduction :
Le territoire des hauts plateaux connaît d‘importants déséquilibres entre ses grandes composantes territoriales mais également au sein de son système urbain et entre les villes et les campagnes. Ces déséquilibres vecteurs potentiels de ruptures territoriales fortes menacent la cohésion, l‘équité et le développement durable du territoire. Et c’est pour sa que le SNAT a mis des lignes directrices qui ont pour objectifs de guider et d’orienter le développement et de le réglementer.

1/ présentation générale de la wilaya et sa stratégie durable :(1) 1.1/ situation de la wilaya :
La Wilaya D'Oum El Bouaghi est issue du découpage Administratif de 1974 et remodelée lors du découpage de 1984 est composé de 12 dairates et 29 communes. Elle se situe dans la zone des hautes plateaux constantinoises au centre des wilayas de l'Est Algériens et s'étend sur une superficie 7638,13 km2 à une distance moyenne entre 90km et 100 km des principaux chefs lieux de wilaya, elle est limitée par: (Voir cartes : 01,02)

N

Carte n°01: Situation géographique de la wilaya d’O E B Source : Encarta étude2007

ddddd d’Oum El Bouaghi.
(1)

PAW d’Oum El Bouaghi

Source : Encarta étude2007.
- 50 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

Carte n°02 : Situation de la commune d’Oum El Bouaghi. Source : Encarta étude2007

 Au Nord par laSource de Guelma. wilaya : Encarta étude 2007.  Au Nord Ouest par la wilaya de Constantine.  A L'Ouest par la wilaya de Mila  Au Sud Ouest par la wilaya de Batna.  Au Sud par la wilaya de Khenchela.  A L'Est et se par la wilaya de Tébessa.  Au Nord Est par la wilaya de Souk Ahras.

1.2/ La stratégie durable de la wilaya :
Le PAW se la wilaya à tracé des lignes et mis des orientations pour aller vers un territoire durable.

A/ les lignes directrices du schéma national d'aménagement du territoire (Algérie) 2025 qui pourraient avoir un impact pour la wilaya d’Oum el Bouaghi;
Les lignes directrices du Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT) constituent un cadre stratégique et une grille de lecture qui met en avant les problématiques spécifiques de développement des Hauts Plateaux Est en général et d’Oum El Bouaghi en particulier, et d’inscrire les orientations de développement qui y seront proposées dans un cadre national et régional cohérent. D’une vue économique avec l’entrée de notre pays à l’Organisation Mondiale du Commerce "OMC" et l'association avec l’Union Européenne "UE" avec la création d’une zone de libre échange à l’échéance 2010.
- 51 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

D’une vue sociale avec l’arrivée sur le marché du travail des générations les plus nombreuses qui se porteront sur les villes si les campagnes ne sont pas en mesure de les occuper, D’une vue écologique avec l’échéance du stress hydrique généralisé et de l'amorce de l'épuisement de nos ressources énergétiques à l’horizon 2025 dans un contexte de changement climatique. Et à une échelle plus petites le PAW de la willaya essai lui aussi de faire réglementer d’une façon plus détaille ces orientations

B/Les quatre objectifs stratégiques du paw Oum EL Bouaghi:
D’après le SRAT la population actuelle de la wilaya est de 630 000 personnes et elle serait de 745 000 en 2025. C’est devant l’ampleur de ce défi à relever que l’ensemble des objectifs et actions doivent être mises en perspective pour garantir à tous, une amélioration significative des conditions de vie sans aggravation des formes les plus prédatrices du développement.

1- Veiller au respect de toutes les formes de protection des ressources et de L’environnement :
 Intégrer le risque sismique  Veiller aux risques d’inondations  Mettre en œuvre effectivement la gestion des déchets et des rejets dans l’ensemble des agglomérations  Poursuivre et amplifier le programme de reboisement et de valorisation de la Steppe.  Veiller à l’usage économe de l’eau pour les usages domestiques agricoles et industriels et élargir la mobilisation de toutes les ressources hydriques (nappes, retenues, eaux superficielles …).  Elaborer et respecter les orientations des plans directeurs d’aménagement et d’urbanisme et des schémas de cohérence urbaine qui déclinent localement la stratégie du plan d’aménagement à l’horizon 2025

2- Accompagner l’émergence organisée du couloir central dynamique d’urbanisation :
 Jouer ou encourager la synergie entre les 4 agglomérations en partant de leurs vocations et leurs fonctions actuelles au bénéfice de tous les territoires périphériques de la wilaya et de la région des Hauts Plateaux Est  Compléter le réseau d’infrastructures et d’équipements (axe ferroviaire, routes, potentiel aérien) et se saisir de chaque opportunité raisonnable  Développer une politique ambitieuse de l’habitat et de l’aménagement urbain.

3- s'ouvrir sans crainte sur la dynamique des territoires voisins de la wilaya:
 Jouer la complémentarité avec les grandes agglomérations des wilayas proches (Constantine, Batna, Tébessa…)  Se préparer aux effets induits des tracés des nouvelles infrastructures structurantes et se relier aux grands couloirs nationaux en cours de réalisation
- 52 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

 Affirmer sa place dans les objectifs du SRAT, et du SNAT (notamment vis-à-vis de l’option du redéploiement des populations)

4- Valoriser les avantages comparatifs et les atouts dormants de la wilaya:
 Tirer parti de la stabilisation de l’essor démographique  S’appuyer sur la structuration urbaine multi / polaire des 4 centres urbains de plus de 50000 habitants en perpétuel mouvement  Préserver et compléter si nécessaire l’assez bonne couverture en équipements publics et privés de base  Faire une force de nos apparentes faiblesses

C/Les orientations stratégiques selon le PAW pour aller durable :

vers un territoire

1/ Assurer un développement compatible avec la capacité de charge environnementale: 1- La résolution de l'équation de l'eau. 2- La conservation des sols et la lutte contre la désertification. 3- L’adaptation adéquate au changement climatique. 4- La préservation de la biodiversité et le développement du capital naturel (eau, sol, forets). 2/ : Protection et valorisation des écosystèmes: 1- La prévention des risques majeurs. 2- La revitalisation des massifs montagneux. 3 - La régénération de l'écosystème steppique. 4-- L'assainissement urbain et industriel. 5 - L’amélioration du cadre de vie et des espaces verts. 3/ Mise en valeur du patrimoine naturel, historique, culturel et artistique: 1- La mise en valeur des spécificités naturelles exceptionnelles d’Oum El Bouaghi. 2- La mise en valeur du patrimoine culturel et historique de la Wilaya. 3- La mise en valeur du patrimoine culturel immatériel et matériel. 4/ Un développement économique viable et durable dans e cadre d’une attractivité et d’une complémentarité efficiente: 1 - Le développement de l'agriculture. 2 - Le développement de l'industrie. 3 - Le développement de la petite et moyenne entreprise. 4 - Le développement des services et des commerces. 5 - Le développement de l'activité touristique. 6 - Le développement des technologies nouvelles. 7 - Le développement de la science et du savoir faire.

2/ Présentation de la commune:
La commune d'Oum El Bouaghi se localise a une altitude moyenne variant entre 700 et 1000 m et s'étend sur une superficie de 432,31 km2 occupant une position centrale à l'intérieur du territoire code de la wilaya et se situe donc à mi chemin entre Meskiana (extrême Est) et Ain m'lila (extrême ouest) et est limitée par les communes suivantes :
- 53 -

Chapitre V    

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

Ain Diss et Ain Babouche au Nord Berriche et F'kirina à l'Est Ain Zitoun au Sud Boughrara Saoudi et Ain Fakroun à L'Ouest

2.1/ Evolution historique:
Ville Militaire, dont l'histoire remonte à l'époque romaine, la région a été colonisée du temps de trageon. En témoignent des vestiges de cette occupation subsistent (ruines et galeries dans certains douars de la commune. (Voir photo n°09)

Photo n°09: " CanRobert" 1930, source: ghoste@yahoo.fr Déjà à cette époque, Oum El Bouaghi avait été Choisie comme Centre de commandement de la région 'Est', du fait de sa situation géographique qui la centralisait par rapport a d'autres centres urbains importants tels Timgad Lambèse Sigus et Tébessa. Comme il est utile de se pencher sur l'origine du nom de la ville. Celui de l'époque romaine n'est pas connu avec précision, tandisque celui de l'ère arabe et berbère est "Oum El Bouaghi". Actuellement différentes significations sont données à cette appellation; mais la plus plausible est celle qui signifie " la mère des restants" nom qui fût donné aux rescapés restants d'une importante bataille qui s'est déroulée dans la région. Le déclin d'Oum El Bouaghi s'est amorcé avec la colonisation française en 1842 qui en s'accaparant des meilleures terres avait refoulée les héractas vers les terres et contrées désertiques et incultes. C'est 1880 que la première administration coloniale fût installée à Oum El Bouaghi dans un fort construit en 1847 en annexe à une tour romaine
- 54 -

Source: www.ghoste2004@yahoo.fr

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

2.2/ Situation Administrative:
La commune mixte d'Oum El Bouaghi a été créée le 21 décembre 1880, et le chef lieu à été limité le 20 mars 1890 cette commune mixte dont le siège se nommait CANROBERT (du nom d'un Maréchal de l'armée coloniale) se composait de 12 DOUARS En 1951, la commune mixte éclata et le centre de Canrobert fût érigé en commune à laquelle lui furent rattachés en1961 et 1963 les douars de Sidi Rghiss, Touzeline Medfoun et Ain Zitoun; cette dernière fût promue chef lieu de Commune lors du découpage administratif de 1984 Oum El Bouaghi était une petite commune, lorsqu'en 1974 la décision fût prise pour en faire un chef lieu de wilaya, et qui se justifie par sa position centralisée par rapport aux trois villes moyennes qui l'entouraient à savoir Ain Beida, Khenchela et Ain M'lila. Depuis sa position s'est accrue par l'expansion qu'à prit la ville et l'accroissement de sa population ce qui lui permet de retrouver son importance de jadis. Sa position à l intersection de deux importants axes routiers qui sont la RN 10 reliant Constantine à Ain Beida, Tébessa et la frontière Tunisienne qui est un axe important pour les flux régionaux et internationaux. La route nationale 32 reliant Khenchela à Oum El Bouaghi et qui se prolonge jusqu'à la RN 80 (reliant les wilayas du Nord) et donne à la ville une position de carrefour. Bien que la ville ait pris une ampleur considérable depuis sa promotion au rang de chef lieu de wilaya, Oum El Bouaghi, reste parmi les villes moyennes de l'Est Algérien par rapport à certains chef lieu de wilaya qui l'entourent tels: Batna, Tébessa, Guelma, Constantine et Sétif et sur lesquels son influence reste très limitée de part son rôle de chef lieu de wilaya, elle exerce un commandement administratif sur l'ensemble des 29 communes de la wilaya. Car de l'Ouest elle subie l'influence de la ville de Ain M'lila et à l'Est celle d'Ain Beida. Par contre son influence est totale sur les communes limitrophes telles : Ain Babouche Ain Fakroun …etc. (Voir carte : 01)

- 55 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

- 56 -

Carte n°01 : Situation de la commune d’O.E.B. Source : SATO 2007.

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

3/ Etude du site de la commune :(2) 3.1/ Les grandes lignes du relief :
La commune d'Oum El Bouaghi est située dans la région des hautes plaines Constantinoises, entre les massifs montagneux de la région de Guelma (au Nord) et les Aurés (au Sud). De manière générale la commune s'infléchit du nord vers le Sud où elle passe de 1635m (djebel sidi Rghiss) au Nord, à celle de 808m (garaét et tarf) au Sud. Elle est composée de trois principaux reliefs isolés à savoir :  Djebel Sidi r'ghiss : Au Nord qui culmine à 1635m  Djebel Guellif au Sud Ouest d'une altitude de 1161m  Djebel el tarf au Sud 1134m Autour de ces reliefs montagneux isolés se disposent des zones plates (les plaines) dont l'altitude moyenne se situe à environ 870m présentant une topographie inclinée a vec des pentes faibles situées entre 0 et 3 %. (voir photo n°10)

Photo n°10: La montagne de Sidi Rghis (1635m). Source : travail personnelle mars 2007

3.2/ LA géomorphologie:
Sur le plan géologie deux (02) grandes zones se dessinent  Au Nord et à L'Ouest, Les structures relativement complexes annoncent les bouleversements des zones telliennes.
(2)

Révision du PDAU2008

- 57 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

 Au Sud, le Djebel et tarf appartient déjà à la zone simplement plissée de l'autochtone Nord aurasien Le massif original du Djebel Sidi r'ghiss est à l'époque actuelle partiellement démoli par l'érosion. Les flancs intérieurs de ce massif, les collines situées entre ses rameaux et une vaste surface entourant le massif sont formées d'un substratum calcaire surmonté d'un produit de dislocation de ce massif (éboulis, blocs calcaires, glacis et connes de déjection). Les plaines ondulées entourant le djebel Sidi r'ghiss sont Constituées de terrains sédimentaires du quaternaire (croûtes calcaires et limons) et de mio- pliocène (argiles et conglomérats rouges, calcaires lacustre et marnes). La vallée de l'Oued Bir Djedida est creusée jusqu'à à la formation du mio-pliocène. Quelques surfaces prés du fond de la vallée sont occupées par le limon du quaternaire indéterminé, alors que le fond de la vallée est quant à lui formé d'alluvions actuelles et récentes.

3.3/ Climatologie:
Le climat d'Oum El Bouaghi, est un climat de type continental rude, avec de fortes amplitudes thermiques diurnes et annuelles, une irrégularité des précipitations annuelles, une fréquence du gel en hiver et une forte aridité en été.

3.4/ Les précipitations:
o les pluies: Les pluies sont faibles dans la région, la station pluviométrique d'Oum El Bouaghi enregistre une moyenne interannuelle d'environ 382mm d'une année à une autre et en fonction de l'altitude. La moyenne enregistrée ces dernières années est la suivante :  Oum El Bouaghi ville : 382mm  Djebel Sidi r'ghiss : 750 à 850mm  Djebel Tarf : 700 à 750 mm

Le volume des précipitations est très fluctuant d'un mois à un autre et d'une année à l'autre, mais d'une manière générale. elles sont plus importantes et fréquentes de décembre à Avril. Les jours de pluie ne sont pas nombreux (30 à 60 j /an), de ce fait, l'intensité des précipitations est élevée (Les pluies sont de type orageux ou torrentiel) et causent parfois des dégâts importants.

o L'enneigement et la grêle:
Il neige environ pendant 5 ou 6 jours par an en saison hivernale (décembre, janvier et Février). La grêle tombe également pendant 5 jours et se constate surtout au printemps où elle cause parfois d'énormes dégâts aux cultures.
- 58 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

o Le gel et les gelées blanches:
Le nombre de jours de gelée est de 44 jours / an L'hiver et le printemps sont caractérisés par des gelées blanches, parfois importantes et néfastes aux cultures. Quant au brouillard, il est aussi fréquent dans la région et se produit pendant 8 jours par an.

3.5/ Les températures:
Dans La Commune les variations de température se situent entre 2°c et 40°c car elles sont variables selon l'endroit où on enregistre :  3°c à 40° au Nord  5°c à 30°c au Sud  2°c 35°c au centre et à L'Est. Les températures extrêmes enregistrées sont de 2°c en janvier et 37°c à l'ombre en juillet. Pour les températures les seules moyennes disponibles sont celles de Constantine et Batna, et qui sont relatives à une période de 25 ans (1947-1972)      Moyenne des minima Moyenne des maxima = - 2°c = +21,4°c

Minimum absolu observé = 4,8°c Maximum absolu observé = - 4,8°c Maximum absolu observé = + 42°c

Donc la Commune d'Oum El Bouaghi (cadre de notre étude) se caractérise donc par un hiver très rude (températures basses pouvant descendre en dessous de zéro) et des étés très chauds.

3.6/ Les vents dominants:
Ils sont de direction Nord – Ouest et Nord en hiver où ils sont froids et secs, et sont de direction Sud en été et c'est le siroco (principalement en juillet, Août et Septembre). La vitesse de ces vents est variable et est plus importante à la fin de l'automne et au début du printemps (Novembre et Avril) TAB 1: Vitesse des vents en (m/s) S M/Sec 3,2 O 2,6 N 3,8 D 2,6 J 2,6 F 3,0 M 3,0 A 3,6 M 3,0 J 3,2 Jt 3,2 A 3,2 Moyenne Annuelle 3,00

- 59 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi TAB 2: Nombre de jours de sirocco

Mois

S

O 4

N 2

D 0

J 0

F 1

M 3

A 5

M 3

J 5

Jt 10

A 10

N/Jours 6

Moyenne Annuelle 49

3.7/ L'hydrographie:
La situation géographique de la commune d'Oum El Bouaghi dans les hautes plaines Constantinoises et au pied des premières hauteurs du tell qui Constituent une barrière naturelle fait que dans le domaine de l'hydrographie ; L'endoréisme est dominant. Les Oueds convergent vers les chotts du Sud et de Sud- Est, à l'exception des Oueds du douar Medfoun qui font partie du bassin versant de la seybouse. La ville d'Oum El Bouaghi est traversée du Nord au Sud par trois Oueds au débit fluctuant entre important en hiver et nul en été et qui ont fait l'objet d'une opération canalisation et de protection contre les crues. La région est alimentée par des nappes phréatiques permettant à la population résidente de prélever l'eau soit par puisement soit par pompage (notamment la population résidente). Les flancs Est et Ouest de Djebel Sidi r'ghiss, alimentent la nappe des calcaires aptiens de bir djedida (à l'Ouest), mais des problèmes de canalisation et du contrôle des eaux du bassin versants du djebel Sidi R'ghiss restent posés. Les eaux souterraines sont mobilisées au moyen de puits individuels st de forages dont la répartition est la suivante : 8 forages fonctionnels avec des débits variables qui se répartissent comme suit :  Forages alimentant le chef lieu d'Oum el bouaghi.  F11 d'un débit de  FBJ2 d'un débit de  FH15 d'un débit de  FK13bis d'un débit de  Conduite d'Ain dhalia Quant au reste des forages, ils se répartissent comme suit:  FH6 Alimentant le VSA d'un débit de  FBJ1 Alimentant Touzeline d'un débit de  F Taref Alimentant Abbes laghrour d'un débit de  FI25 Alimente douar Medfoun d'un débit de Quant au captage des sources, ils sont au nombre de deux (2), l'une à Ledjledj d'un débit de l'autre au sud de la commune à Bled méniri d'un débit de 2 l/s. Les capacités de stockage sont de l'ordre de 12500 m3 répartis comme suit:   03 réservoirs de 3 x 2000 m3. 01 réservoir de 1 x 3000 m3
- 60 -

,

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

 01 réservoir de 1 x 1000 m3 Tous ces réservoirs sont regroupés dans le chef lieu de commune. Les Agglomérations secondaires sont desservies par : * 01 réservoir de 250 m3 à Oum el abair desservant l'agglomération de Touzeline. * 01 réservoir de 400 m3 desservant le VSA Sidi r'ghiss * 01 réservoir de 250 m3 à Abbés laghrour. Enfin la zone rurale, est desservie à partir de trois(03) réservoirs.  01 réservoir au sud de Abbés laghrour d'une capacité de40 m3  01 réservoir à Medfoun de 40 m3  01 réservoir à Bled meniri au sud est de la commune. Ces trois réservoirs desservent la zone rurale par:  04 Bornes fontaines aux environs de Laghrour abbés  05 " " à Mechta Rakrak  04 " " dans la partie sud de la commune  01 " " au douar Medfoun  01 " " à Ledjledj  01 " " à Bled meniri. Soit un total de 16 bornes fontaines réparties en zone rurale en fonction de la concentration de la population

3.8/ Les espaces verts :
Le traitement des édifices, des routes et des entrées d’une ville paraissent insuffisants pour ainsi dire malgré pour que cette dernière soit belle, une ville doit être riche en matière d’espaces verts, arbres d’alignements et notamment en jardins publics… Procurant plusieurs avantages, éducatif, détente, préservation de l’équilibre écologique, sociale et jouant le rôle de poumons de la ville en offrant un cadre de vie très agréable. La ville d’Oum El Bouaghi qui a pris naissance au pied de la montagne de Sidi Rghis, ce positionnement lui confère l’avantage naturel de profiter de la végétation naturelle de la montagne, (voir photo n°11) .(voir carte n° :02)

- 61 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

- 62 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

Photo n°11 : La ville bénéficie de la végétation de la montagne par où elle a pris naissance ; Source : travail personnelle mars 2009.

En plus :
    Une forêt située à l’entrée Ouest de la ville. Un espace boisé à la même entrée. Un espace boisé et un alignement d’arbres à l’entrée Est de la ville. Un espace boisé situé près du tissu traditionnel et c’est bien dommage, cet espace a subit un gâchis d’arbres pour l’implanter d’édifices.

Les espaces verts de la ville couvrent une superficie de 74,10 ha soit 5,64% (année 2000). Ce n’est pas assez suffisant pour des données démographiques croissantes, et une urbanisation accélérée, qui ne cesse de croître dans toutes les directions, additionné au taux croissant des véhicules pollueurs de l’atmosphère, créant des nuisances à toute tranche d’âges surtout les enfants (23,29% d’enfants) et les personnes âgées (12,68% de personnes âgées).

- 63 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

TAB 03:Repartition des forêts:
Nom Massif EL KEMINE Bir i R'ghiss / Sidi r'ghiss 3106 P.A cyprès + C.V NATURE (HA) Communal 100 100 JURIDIQUE ESSENCE Domanial / / ETAT OBSERVATIONS

P.A Cyprès " "

Bon

Terre Forestières Bon Le reboisement actuel porte sur 80 ha Bon à Forêt attaquée par Moyen l'helysine en période de sécheresse

Forêt urbaine

65

/

P.A + divers

Bon

3.9/ Le réseau routier:
La commune d'Oum El Bouaghi est reliée à Constantine et Tébessa par la RN10 qui parcours le territoire communal sur une longueur de 31km .et à Khenchela et Ksar sbahi sur une longueur de 16km, il s'agit de la RN32. Cet important facteur de la dynamique spatiale joue un rôle de premier lieu dans la composante communale. En effet la position d'Oum El Bouaghi au carrefour de deux importantes routes nationales lui confère un rôle stratégique vu sa position de centralité par rapport aux Wilaya de l'Est Algérien. L'état de ces routes reste bon pour le cas de la RN10 qui actuellement bénéficie de la réalisation d'un dédoublement qui va de la ville d'Oum El Bouaghi jusqu'à sa limite Ouest (avec Ain Fakroun). Et dont une partie (=8km) est entrée en fonction. Quant à la RN 32 son état général reste moyen et nécessite des réfections par endroits. Le réseau de routes nationales couvre 46km. Les chemins de Wilaya sont au nombre de deux, il s'agit : - Du C.W 3 reliant la commune d'Oum El Bouaghi à celle de Ain Zitoun qui traverse la commune sur une distance de 3KM et son état reste moyen. - Le CW5 reliant les communes d'Oum El Bouaghi (à partir de Touzeline) à Ain Diss. Sur une distance de 3KM et qui se trouve dans un état dégradé. L'ensemble du réseau de CW couvre un total de 6KM. Ceci bien sur en plus des liaisons de moindre importance mais qui permettent d'assez bonnes relations entre les différentes zones de la commune et les routes principales existantes Il s'agit des C.V.O qui sont généralement en bon état et les chemins ruraux (ou pistes carrossables). Cependant il est à remarquer que la partie nord est mieux desservie que la partie sud (moins peuplée). Enfin les chemins communaux couvrent 53KM à l'intérieur du périmètre communal.
- 64 -

Chapitre V

présentation de la ville d’Oum EL Bouaghi

3.10/ La voie ferrée:
La réalisation du nouveau tracée de chemin de fer (ligne Ain M'lila –Tébessa) pourra donner une dynamique sociale et économique appréciable à la commune et contribuerait à un essor économique très remarquable. Car cette ligne une fois en service. Il desservira l'agglomération chef lieu par une gare de voyageur, la zone d'activité, et facilitera ainsi le déplacement des personnes et des marchandises vers les régions Nord et Sud de la région. La voie ferrée traverse la commune sur une distance d'environ 35KM parallèlement à la RN10.

3.11/ Le transport:
Les liaisons inter Wilaya et intercommunales semblent privilégiées malgré un réseau routier très important qui facilite les accès à toutes les routes importantes de la région d'autant plus que nous notons une faiblesse dans le nombre d'opérateurs.

 CONCLUSION
Le gouvernement algérien, a tenu à fonder sa politique de développement durable sur la nécessité, de prendre en compte l’ensemble des conditions de sauvegarde du patrimoine environnemental et la qualité de vie des citoyens. Cette prise en considération, s’est concrétisée par la mise en œuvre de plusieurs actions, dont la création d’un agenda 21 local pour la ville de Blida, en est la preuve. Malgré ça, et après analyse, il nous est clair que la commune d’Oum El Bouaghi, n’a prêté aucune attention particulière pour ce domaine, et cela que ce soit de la part de l’administration ou bien des citoyens. Ce constat est établit, à travers plusieurs paramètres : différentes pollutions et nuisances, dégradation de la qualité des espaces extérieurs naturels « Oued », prolifération de l’habitat précaire « bidonvilles » et des décharges sauvages.

- 65 -