Vous êtes sur la page 1sur 172

De l’oc au français

Diccionari dels mots franceses que venon de l’occitan

Dictionnaire des mots français empruntés à l’occitan

Florian Vernet

2011

Les principaux ouvrages utilisés dans ce travail sont :

- Chrestomathie provençale accompagnée d’une grammaire et d'un glossaire, deuxième édition, augmentée et entièrement refondue par Karl Bartsch, Elberfeld 1868, Karl BARTSCH Chr

Diccionario etimológico de la lengua castellana Joan COROMINES

-

DELC

Diccionari etimològic i complementari de la llengua catalana Joan COROMINES

-

DECLC

Dictionnaire étymologique de la langue française Oscar BLOCH, Walther von WARTBURG

-

DELF

Dictionnaire historique de la langue française Direction A. REY

-

DHLF

Französisches Etymologisches Wörterbuch Walther von WARTBURG

-

FEW

-

Lexique roman

François Just Marie RAYNOUARD

LR

Petit dictionnaire Provençal-Français Emil LEVY

PDPF

Provenzalisches Supplement- Wörterbuch Emil LEVY

-

PSW

Petit lexique du provençal à l’époque baroque Florian VERNET

-

PLPEB

-Trésor du Félibrige Frédéric MISTRAL

TDF

- Trésor de la langue française informatisé Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française, Cédérom CNRS Éditions, http://atilf.atilf.fr/tlf.ht

TLF

Introduction au lexique des mots du français qui viennent de l'occitan

Sur le territoire de la France métropolitaine, les parlers d’oïl et d’oc forment deux ensembles d'importance à peu près équivalents. Il faut, bien entendu, faire abstraction des autres (langues?) [parlers] de France que sont le corse, le catalan, le basque, le breton, le flamand, et l'alsacien et la langue de Moselle.

Mais au niveau du statut et de l’égalité de traitement entre les parlers d'oïl et ceux d'oc, il va sans dire qu’il n’est pas question d'équivalence.

Pourtant ces deux langues sœurs et voisines ont su cohabiter un temps, au cours de l’histoire. Elles se sont mutuellement influencées. Mais comme l’étude de l’occitan a été laissée en friche, du moins bien souvent abandonnée à des chercheurs étrangers plus soucieux que nous-mêmes de notre patrimoine national, on constate un profond déséquilibre dans les ouvrages français traitant des origines de nos langues.

Du côté des parlers d'oïl, nous disposons aujourd'hui de données pléthoriques et de moyens considérables : le Trésor Informatisé de la Langue française en représente remarquable exemple. Alors que pour les parlers d'oc, si les textes sont sollicités d’un point de vue historique, ils ne le sont presque jamais au plan de la linguistique. Il en résulte un réel déséquilibre.

Les riches et anciennes archives notariales, communales, ecclésiastiques et juridiques occitanes n'ont pratiquement pas encore été exploitées. La production littéraire, pourtant très riche des origines à nos jours, ne l'a pas non plus été d'un point de vue purement linguistique.

De quelles données disposent les linguistes français qui travaillent sur les dictionnaires, concernant la langue occitane ? Les données dans lesquelles ils peuvent puiser pour investiguer une éventuelle origine occitane d'un mot sont rares et toujours issues des mêmes sources, de deuxième voire de troisième main. Elles sont utilisées de surcroît par des personnes qui n’ont pas une connaissance suffisante de cette langue et qui restituent dans leurs études le déséquilibre dont je parlais en commençant, car leur compétence en occitan n'est jamais équivalente à celle qu’ils peuvent avoir en français. Or, ils comparent, implicitement ou non, ces deux codes linguistiques.

Très systématiquement minorisé, dévalorisé et même nié, et cela depuis plusieurs siècles, l'occitan s'est peu à peu déformé. Les locuteurs de cette langue étaient invités à l'abandonner, à éviter de l'employer, et à miser leur avenir sur une meilleure connaissance du français.

L'étape ultime de ce processus de substitution linguistique est peut-être la prise de position de linguistes par ailleurs respectables qui prétendent que l’occitan n’existe pas et qu’il n’a même pas de grammaire (spécifique).

Or il faut rappeler quelques faits historiques simples et bien établis :

la première grande renaissance littéraire après la chute de l'Empire Romain, la première langue post-latine à faire fleurir la création en Europe Occidentale a été la

langue occitane avec la poésie des « trobadors ». la première grammaire en langue non-latine publiée en Europe, deux siècles avant que le français ne produise la sienne, est occitane (Leys d’Amor, 1356). l'invention du premier prix littéraire connu au monde est toulousaine, occitane (Lo consistòri del gai saber).

l'invention du premier prix littéraire connu au monde est toulousaine, occitane (Lo consistòri del gai saber).

Aujourd'hui, on constate que l'on a évacué plus ou moins élégamment les traces de l’origine occitane avérée de bien des mots du français moderne, dans les dictionnaires. Cette entreprise d'effacement des traces passe par des formules diverses : vous les trouverez pudiquement sous le maquillage de l'expression très pratique « venant du français régional ». D'ailleurs sans préciser si le mot concerné est de l’occitan mal parlé par un français, ou du français maltraité par un occitan ! Vous trouverez également d'autres tournures qui permettent d'éviter toute évocation de la langue occitane.

Nos dictionnaires français, même les plus fameux, contiennent donc des tours de passe- passe linguistiques qui n'ont d'autre objet que d’éviter toute référence à l’occitan.

C'est pour tenter de réparer ce dommage et pour restituer des étymologies plus scientifiques que j'ai entrepris le travail que vous allez lire maintenant. Il s'agit d'une tâche commencée empiriquement et bien partiellement menée, que je vous propose, et je vous prie de m'en excuser. Il est destiné à mettre en évidence les liens qui relient ces deux langues sœurs et voisines.

Le but n’est pas d’opposer un chauvinisme linguistique occitan mal compris à un éventuel autre chauvinisme français, mais de faire avancer la connaissance commune de nos deux langues. Au delà, je souhaite inciter les chercheurs de l’avenir à se former à égalité de compétence en français et en occitan afin d'être en mesure de poursuivre et d'approfondir, en particulier dans les archives, une recherche commencée au XIX° siècle et bien trop peu continuée depuis.

Florian Vernet, Professeur éméritede l'Université Paul Valéry de Montpellier.

Introduccion al lexiguet dels mots del francés que venon de l'occitan

Sul territòri de la França metroplitana, parlars d’Oïl e d’Òc forman dos ensèms gaireben parièrs un còp levats las autras lengas de França (còrs, catalan, basc, breton, flamenc e alsacian-lenga de Mosela).

Pasmens, lenga d d’Oïl e d’Òc son sòrres e vesinas, e se costejèron sens trebols pendent una passa, un còp èra. S'entre influencèron.

Mas, coma l’estudi de l’occitan es estat laissat en èrm e la màger part del temps abandonat a de cercaires estrangièrs mai socitoses que nosautres de nòstre patrimòni nacional, (avisam) [existís] un desequilibri prigond dins los obratges franceses que tractan de las originas (dels mots) [de nòstras lengas].

D’un costat la lenga d'òïl ten de donadas pletoricas e de mejans considerables, ne testimònia lo remirable Trésor Informatisé de la Langue Française.

Mentre que pels parlars d'òc, se los tèxtes son a vegadas sollicitats del ponch de vista istoric, o son gaireben pas jamai al plan de la lingüistica. Ne resulta un brave desequilibri. Los archius occitans – rics e ancians – tant notarials coma comunals o eclesiastics e tanben juridics son practicament pas explotats, nimai la produccion literària, e aquò de las originas fins a uèi.

Quinas donadas a prepaus de la lenga occitana pódon téner a posita aqueles lingüistas franceses que redigisson los diccionaris ? Las informacions que i pòdon accedir per establir una éventuala origina occitana son raras, e quasi sempre eissidas de las meteissas sorças, de còps de segonda e mai de tresena man. Los que las emplegan en mai d'aquó coneisson pas pro la lenga nòstra, e transmeton mai que mai lo desequilibri que ne parlavi a la començança, pr'amor que la competéncia en occitan que tenon es pas jamai parièra a la que mestrejan en francés. Empacha pas que comparan, implicitament o explicitament, aqueles dos còdes lingüistics.

Plan sistematicament minorizat, desvalorat, quitament negat, e aquò dempuèi bèl briu, l'occitan patiguèt e se desformèt pauc a pauc. Los locutors de la lenga, los convidavan a l'abandonar, a l'emplegar pas, e a se bastir l'avenidor demércé la coneissença del francés.

Saique l'etapa ultima d'aquel afar de substitucion lingüistica siá bensai la presa de posicion d'unes lingüistas, respectables ça que la, qu'escrivon que l’occitan existís pas e qu’en mai d'aquò a quitament pas de gramatica (especifica) ?

Totun baste que se brembe d'unes faches istorics simples e perfièchament establits:

la primièra renaissença literària aprèp la fin de l'Empèri Roman, la primièra lenga aprèp lo latin que faguèt florir tornarmai la creacion en Euròpa Occidentala, aquò foguèt la lenga occitana amb la poësia trobadoresca. la tota primiereta gramatica publicada en Euròpa per una lenga autra que lo latin, e aquò dos sègles abans que lo francés produsguèsse la sieuna, es occitana (Leys d’Amor, 1356).

autra que lo latin, e aquò dos sègles abans que lo francés produsguèsse la sieuna, es

l'invencion del primièr prèmi literari conegut al Mond es tolosana, alavetz occitana (Lo Consistòri del Gai Saber).

S'avisam qu'an quitat mai o mens elegantament las traças de l’origina occitana vertadièra de pro de mots del francés d'uèi, dins los diccionaris. Aquel afan per escafar las traças se vestís de mantun biais : traparetz de formas pudicas coma « mot provenent del francés régional ». Amai sens precisar se aquel mot ven de l’occitan mal parlat per un francoparlant, o se ven del francés mal mestrejat pels occitans ! Trobaretz tanben d'autras formuletas que permeton d'estalviar d'evocar la lenga occitana.

Nòstres diccionaris franceses, emai los mai famoses, caupon de polits torns de passa-que- t’ai-vist que permeton d’eliminar tota referéncia a l’occitan.

Amb per amira d'adobar aquel prejudici, e per ambicion de tornar donar d'etimologias mai scientificas qu'ai fach aquel trabalh qu'anatz legir aquí. S'agís d'una produccion començada a palpas e pas menada al cap del sieu camin, que vos prepausi, e vos pregui de me'n desencusar. A per tòca de far véser los ligams que i a entre aquelas doas lengas a l'encòp sòrres e vesinas.

La tòca non es d’opausar un « chauvinisme » lingüistic occitan mal comprés a un autre « chauvinisme » francés eventual, mas de far avançar la coneissença comuna de nòstras doas lengas. Delà, desiri de butar los cercaires de l’avenidor a se formar a egalitat de competéncia en francés e en occitan, per tal que se pòsca perseguir e aprigondir, dins los archius en particular, una recèrca començada al sègle XIXen, e gaire contunhada despuèi.

Florian Vernet, Professor emerit de l'Universitat Paul Valéry de Montpelhièr.

A

Abeille, subst.fém. Abelha [ab”¥O] à partir du latin apicula (diminutif de apis abeille). Le mot français correspondant et supplanté par l’occitan était avette.

« Et du miel tel qu’en Hymette, La desrobe-fleur avette /Remplit ses douces maisons ». RONSARD, Odes, II, 7. L’ancien français disait aussi « mouchette ». (TLF) (DELF) (PDPF) (DHLF) « Lo plus dignes auzels del mon es l’abelha » Liv. de Sydrac, fol. 117. Le plus digne oiseau du monde est l’abeille. LR. (1268)

Abricot (16ème s. ) : albricòt. [albrikOt] L’histoire du mot se confond avec celle de la diffusion du fruit. Le mot occitan vient lui-même d’un emprunt au catalan albercoc. Le mot catalan vient de l’arabe al-barquq qui vient lui-même d’un latinisme grec, praecox ou praecoquus désignant une pêche précoce.

Acabit, subst.masc. Acabit du verbe acabir [akabI]. Espèce, sorte, (hypothèse adoptée par le DHLF)

DHLF. N.m. pourrait être emprunté à l’ancien provençal acabit (t prononcé) du verbe °acabir « achever », composé de cabir ou caber, qui signifie « employer » : ce serait donc « employer complètement, finir » /…/ Acabit désignait depuis le XIV°s. le bon ou le mauvais état (d’un fruit par exemple), puis depuis le XV° s. un accident et ses résultats malheureux. Au XVII° s ; le mot s’applique à la qualité bonne ou mauvaise d’une marchandise, dans le tour de bon acabit (1650), et par extension s’emploie dans des jugements de valeur : un auteur de cet acabit (1697)… (DELF)

Il s’agit du participe passé de acabir : « placer, ranger, caser, loger

» « contenir » (PDPF). Une fois

substantivé, il signifie selon les nuances « ce qui est rangé, ce qui est rangé ensemble, ce qui est susceptible d’être mis ensemble, ce qui est de même sorte ». Pour rendre le sens des expressions françaises « de bon acabit » ou « de même acabit », l’occitan moderne dira de bona mena ou de bona merça ou de meteissa pagèla

Acagnarder (s') (16ème s.) : Canhardar.[ka arda] En français populaire: se complaire dans l’oisiveté. Canhardar (de can, chien ; littéralement : « se conduire comme un chien ») possède le même sens familier que « fainéanter ». En occitan, la canha, la canhassa, lo canharditge signifient : la fainéantise. Un canhard est un abri au soleil (où l’on peut paresser). (DELF)

Accolade, subst.fém. Acolada [akuladO] (sur « còl ») Le TLF repousse l’emprunt à l’occitan. Effectivement celui-ci « ne connaît que » : « acolar : v. a. accoler, passer qc autour du cou. (PDPF)» « Ne connaît que » signifie plus exactement que le terme n’a pas été repéré. Il serait étonnant que le verbe acolar en occitan ancien n’aie pas eu de participe passé au féminin acolada (en ancien français acolée) transformable en substantif, comme il advient très souvent. Le suffixe en -ade ayant précédé en occitan son adoption en français au XVI° siècle. On peut d’ailleurs s’interroger sur les raisons de cette mode qui supplanté les suffixes français. Jean PENENT me rappelle à bon escient qu’il s’agit en français d’une cérémonie féodale ; geste d’amitié. Acolada est le participe passé au féminin du verbe acolar («serrer dans ses bras» ; littéralement « tenir par le cou », de còl, cou) dans sa forme substantivée. Pour rendre le sens de acolar, le français utilise la périphrase « donner l’accolade ». Les équivalents de acolar et acolada ont cependant existé en ancien français sous les formes « acoler » et « acolie ». Ces formes ont été substituées par les formes occitanes. Pourquoi ?

Accoster, v.trans.intr. Acostar. [akusta]

DELF) (PDPF) (DHLF)

Ce verbe selon le TLF était connu en ancien français (XIII° s.). Abandonné, il a été réintroduit à travers les termes de marine (XVI° s.), à partir de l’occitan acostar (XII° s.). Ce n’est donc pas un emprunt total, mais partiel. Ce phénomène se reproduit souvent, dans les deux sens d’ailleurs.

Accoutrer, v. Acotrar [akutra] L’ancien occitan est peut-être (TLF) emprunté au français, mais de fait ces deux mots sont contemporains (XIII° s.). Notons chez RAYNOUARD :

« Se van ben armar et acotrar cascun » Chronique des Albigeois, col. 28. Ils vont chacun se bien armer et accoutrer. LR.

-ade. –ada [adO] cf. Grévisse « [du provençal et de l’italien ; forme pop. Franç. –ée] forme des noms indiquant une action (à partir de verbes), un produit, parfois une collection (à partir de noms)…) L’italien cantata (pp de cantare) fait cantate en français. C’est un emprunt technique et savant qui déforme très peu le mot d’origine. Le Grévisse, de façon très imprécise, nomme « provençal » (par tradition c’est l’occitan médiéval) ce qui est l’occitan d’aujourd’hui. À chaque fois que l’on trouve un mot terminé en « –ade » on ne se trouve pas forcément devant un emprunt à l’occitan – à l’italien non plus du reste - bousculade, foucade… par exemple, parce que ce suffixe a été totalement naturalisé français au fil du temps et en particulier à partir du XVI° siècle. Au Moyen Âge, les mots français en –ade sont des emprunts, par la suite le suffixe s’accole à des substantifs e à des verbes. Toutefois, il s’agit d’un indice qui demande vérification. Les dictionnaires étymologiques français, dans ce cas, vont la chercher dans les bases de données de l’italien, et parfois de l’espagnol. De l’occitan en désespoir de cause ? Alors que la proximité des deux langues est bien plus grande, et pas seulement d’un point de vue linguistique mais aussi culturel, géographique et historique.

TLF. Le suff. -ade est emprunté à diverses lang. méridionales : l'esp. -ada, le prov. -ado, l'ital. -ata (lat. -ata provenant, d'abord, de la substantivation des part. de la 1re conjug., s'accolant ensuite à des bases non verbales et donnant, en fr., la forme pop. rég. -ée : entrée, montée, année, brassée, etc.). Au Moy. Âge, les mots en -ade sont des emprunts; ce n'est qu'à partir du XVe s. que le suff. -ade s'accole à des verbes et à des subst. fr./…/ Il arrive parfois que les terminaisons en –ée / -ade coexistent …/ Qqf., les dér. en -ade et les dér. pop. en -ée coexistent :

charbonnée (se dit encore en pat.) /carbonnade; chevauchée / cavalcade; croisée / croisade; échappée / escapade; étouffée / estouffade; onglée / onglade; risée / risade (d'apr. NYROP t. 3 1936, § 367). Ailleurs, les dér. en -ade ont remplacé les dér. en -ée : accolade (accolée), ambassade (ambassée), bastonnade (bastonnée), boutade (boutée), embrassade (embrassée), glissade (glissée), peuplade (peuplée).

De fait, fin XVI° début XVII°, l’occitan est à la mode, et les « gascons » (tous les locuteurs d’oc, comme aujourd’hui tous les occitans sont « marseillais ») ont envahi la cour où ils prennent les places réservées jusque là aux seuls « français ». D’où un sentiment de frustration de ces derniers, qui tourne selon les moments à l’envie ou au mépris et à la satire (cf. D’AUBIGNÉ). Et les mots « gascons » francisés, de même que les termes français « gasconisés » se multiplient, avec de fréquents glissements ou spécialisations de sens. C’est un phénomène identique à celui qui dans le XIX° siècle romantique amateur d’espagnolades fait créer un « toréador » qui n’est espagnol que d’allure. Phénomène identique dans un XX° siècle anglomaniaque avec : « parking » et « dancing » qui sont – en anglais - des noms d’action et qui ne désignent ni un lieu où l’on garde des voitures ni un lieu où l’on danse.

Adouber 11ème s. : adobar [aduba]

Terme féodal : remettre ses armes à un nouveau chevalier ; apprêter. Le verbe occitan n'est pas limité au

Un adòb est une

réparation, une préparation (cf. Daube

un assaisonnement, un arrangement, un raccommodage. Un

adobaire est un homme qui sait «réparer» les corps, un «rebouteux»

sens français mais signifie plus largement «accommoder», «réparer», «arranger»

),

(PDPF)

« Que gen m’avetz noirit et adobat,/Et de nien fag cavayer prezat ». Rambaud de Vaqueiras, Valen marques. Que vous m’avez nourri et adoubé, et de rien fait chevalier distingué. LR. « E manda levar sa masnada/Qu’adobon de manjar corren » Roman de Jaufre, fol. 87 Et ordonne de faire lever ses gens pour qu’ils préparent à la hâte de quoi manger. LR. « Cal es aquel che vos a nafrat/ Ni chi tant mal vos a adobat ? » Roman de Blandin de Cornouailles, Quel est celui qui vous a blessé et qui vous a si mal arrangé ? LR.

Adoubement : adobament. Au delà de sa définition médiévale, équivalente à celle du français, adobament épouse les différents sens du verbe adobar (cf. Adouber) dont il est l’adverbe. On retrouve la même racine à l’origine de « radouber » et « radoub » apparus au XVI° siècle en français pour signifier la réparation des navires. (PDPF)

Adret, subst.masc. Adrech {adret} [adretS adret] Il est évident qu’en occitan on peut dire également, de façon plus abstraite ou dans un registre plus scientifique : Nòrd, Sud, Est, Oèst. [nOr syt ”st w”st] Mais adrech, ubac, levant, ponent sont plus concrets, plus empaysagés. Pour le TLF c’est « un terme provençal du Sud-est, attesté en ce sens

depuis ca. 1300 (Vie de Saint Honorat) « deves l’adreg del vinares » (à noter que le médiéval adreg se prononçait comme le moderne adrech. Il s’agit d’un terme proprement panoccitan. Avec des variantes, toutes les régions occitanes le connaissent. En témoigne d’ailleurs la toponymie. La forme change : « adrech » [adretS] à l’est, « adret » [adret] à l’ouest. Le terme est entré dans le vocabulaire français à travers les géographes.

(DELF) (PDPF) (DHLF)

Affre, subst.fém. Afra [afrO] La recherche de l’origine d’un mot finit toujours par s’arrêter. Pour nos langues romanes au latin, ou au celte, à l’indoeuropéen reconstitué, au préindoeuropéen… Ce qui ne veut pas dire que la réalité ne se poursuive pas au-delà. Selon le TLF le mot serait d’origine wisigothe dans la mesure où le sens est « horrible, terrible » et de l’occitan serait passé au français. Dans Istorio de Sanct Poncz (Deuxième moitié du XV° s.) Par contre il est passé en italien avec le sens de « âcre, amer », et ne peut pas venir de

cette langue. (TLF) (DELF) (PDPF) (DHLF)

C’est là où l’on voit l’intérêt d’utiliser un vocabulaire précis : « provençal » signifie de fait « occitan ancien », ce dernier n’entre pas en contradiction avec le fait que les ostrogoths étaient sur le territoire de la Provence historique – en gros à l’Est du Rhône – et les wisigoths à l’Ouest (jusqu’en Espagne).

NB. Le gotique fait partie du groupe des langues ostiques : les langues germaniques de l’est, celles des Goths, Vandales, Burgondes et Langobards. Elles ont aujourd’hui disparu. Cependant, ces peuples ont laissé quelques mots, à commencer par

le nom de certaines régions : les Burgondes ont donné leur nom à la Bourgogne, les Langobards à la Lombardie et les

Vandales à l'Andalousie. Le gotique est la seule langue germanique de l’Antiquité qui a laissé un texte : la Bible de Wulfila. Cette traduction gotique a été rédigée vers 350. Le gotique a cessé d’être couramment utilisé à partir de la seconde moitié du

VI e siècle en raison des défaites wisigothiques face aux Francs, de la destruction des Goths d’Italie (les Ostrogoths), de la

conversion au catholicisme des Goths d'Espagne, de la latinisation et de la romanisation, de l’isolement géographique, etc. Cette langue aurait néanmoins survécu au moins jusqu’au milieu du VII e siècle en Espagne

Affréter, v.tr. Afretar [afreta]

TLF. 1322 mar. « équiper un navire » (Arch. Nat. JJ 61 ds GDF. : Quant il avient que une nef est affretee a venir de bout deschargier en l'ille de Chansuy). 1519 (ibid.); 2. 1639 id. « prendre en location un navire pour transporter des marchandises » (CLEIRAC, Explication des termes de mar. ds JAL 1848 s.v. frétement : le maître Frete, le marchand chargeur Affrete; le prix est le Fret). (DHLF) « L naus ben garnidas et afretadas » Cat. Dels apost. De Roma, fol. 164 Cinquante navires bien garnis et bien équipés. LR.

Agachon, subst.masc. Agachon. [agatSun] Régionalisme plus spécifiquement provençal au sens de : « Lieu d’où l’on peut observer, épier ou guetter ». C’est un mot qui a ses lettres de noblesse.

TDF. Prov. agachon, 1375 « témoin mis au pied d'un terme » (cité par P. PANSIER, Hist. de la Lang. Prov. à Avignon du XIIe au XIXe s., t. 3, 1927, p. 6); prov. mod. agachoun « lieu d'où l'on épie; espèce de hune adaptée au sommet d'un pin, où les chasseurs s'embusquent pour tirer au vol les oiseaux de passage; cabane de branchages pour le même usage; guichet, judas » (MISTRAL t. 1 1879); prov. mod. agachon « témoin d'une borne; poste de chasse; lieu élevé d'où l'on voit de loin; guichet » (ALIB. 1966 s.v. agachar); dér. de l'a. prov. agach « guet » (aguaitz, XIIe s., P. d'Auvergne ds RAYN. t. 3, p. 417, no 8 s.v. agach), lui-même déverbal de l'a. prov. agachar « regarder », 1397 (cité par P. PANSIER, loc. cit., p. 6), ce dernier dér. de l'a. prov. gachar « guetter, épier », av. 1219 (G. de Tudèle ds RAYN. t. 3, p. 415 s.v. gaitar), ces 3 derniers mots étant les corresp. respectifs des a. fr. aguait « guet », agaitier « être aux aguets » et gaitier « monter la garde, faire le guet »; subst. fr. aguet*, verbe fr. aguetter*, verbe fr. guetter*. (PDPF)

Dérivé de : agachar {gaitar} (regarder, sur-veiller, épier). Une gacha {gaita} c’est donc une personne qui surveille, un gardien et par extension le travail qu’elle effectue. Le terme est sans doute passé en argot : « il a une bonne gâche » évoque d’abord celui qui surveille, un veilleur, quelqu’un qui est censé faire un travail peu pénible. D’où le sens argotique et familier : une « planque ». Tiens, au fait, c’est encore un terme occitan planca [plaNkO] passé dans l’argot français.

Aganter, v. Agantar [aganta] Saisir, atteindre, prendre… dans le vocabulaire de la marine. Pour le TLF c’est un emprunt probable à l’italien agguantare (attesté dès 1312-1319), qui serait passé au français par l’intermédiaire de l’occitan, bien que celui-ci (MISTRAL) ne fasse pas mention d’un emploi maritime. Ce verbe est quasiment panoccitan, et aussi ancien que les remparts de Carcassonne (avant réfection par Viollet-le-Duc) ou le Vieux Port. Le fait que MISTRAL ne mentionne pas l’usage marîtime limité qui est celui du français (car de fait il sert en occitan dans toutes les circonstances, maritîmes comprises) suffit pour le TLF à disqualifier l’hypothèse occitane.

Aigle, subst.masc. Agla {aigla} subst.fém. [’aglO/’ajglO] L’origine occitane est probable, l’ancien français avait « aille ». Les premières mentions (connues) sont dans des textes du XIII° s. de PEYROL et de Deudes (autrement : Daude) de PRADES. Le TLF conteste cet emprunt. Les autres dictionnaires, non. (DELF) (PDPF) (DHLF)

« Ieu m’espertz totz, com l’esparviers/ Que non a ni forsa ni cen,/Cant poder d’aigl’el sobrepen » Deudes de Prades, Anc hom. Je suis tout éperdu, comme l’épervier qqui n’a ni force ni sens, quand la puissance de l’aigle le surprend. LR. NB. Daude de PRADES, Troubadour (1214-1282) « E nueg e jorn plora la blanca tors/Per vostr’aigla qu’en gitet us voutors » Peyrols, Pus flum Jordan, Et nuit et jour la blanche tour pleure pour votre aigle qqu’un vautour en chassa. LR. NB. PEIROL, Troubadour (…1188-1222…)

Aigrette, subst.fém. Aigreta {Agreta} [”jgretO agretO] De l’ancien occitan aigron (héron) (RAYNOUARD, LR. XII° s. aigros)

(TLF) (DELF) (PDPF) (DHLF)

NB. L’agreta (prononcé [agretO] en languedocien c’est aussi l’oseille (diminutif de « agre/a = aigre). Quant à l’oiseau, en languedocien c’est « l’aigreta » (comme en provençal) ou encore plus familièrement : « lo guiraud blanc, lo bernat blanc ». L’aigreta {agreta} (prononcé [agretO ”jgretO]) c’est par contre l’aigrette… comme en provençal « moderne » ! Le problème du TLF c’est qu’il cite le grand dictionnaire de MISTRAL sans expliquer (et sans comprendre souvent !) que ce dernier transpose les mots dans un système spécifique : la graphie « mistralienne », c’est-à-dire la plupart du temps en essayant de reproduire la phonétique locale (et donc variable selon les parlers) du mot à travers peu ou prou le système graphique du français. Selon les régions, le même mot peut être prononcé de façon différente, et recevoir par conséquent une forme graphique variable. La graphie « classique » par contre retrouve le fonctionnement propre à la langue ancienne, chacun réalisant à l’oral selon les habitudes articulatoires de son parler.

Agrumes, subst.fém. Agrum.[agryn] Ce nom collectif en français des oranges, citrons, etc

occitan caractérise plus généralement ce qui est aigre (agre : aigre), et c’est surtout un collectif pour

est arrivé en français au XVIII° siècle. Le mot

l’ensemble des fruits à saveur acide. Il est donc employé au masculin singulier (l’agrum) tandis que le mot français par une sorte de pléonasme est toujours au féminin pluriel (les agrumes). (DELF) (PDPF)

Aiguade, subst.fém. Aigada [”jgadO] Vieilli. Provision d’eau douce pour un navire en voyage et lieu où les navires font provision d'eau douce. On le trouve chez RABELAIS (1552)… Le mot occitan désigne à la fois un lieu où l’on trouve des sources et, par glissement de sens, une provision d’eau (aiga). Il peut aussi avoir les sens d’inondation, de coup de marée… Il fonctionne comme un augmentatif de aigat. Pour le TLF le mot est d’origine espagnole (aguada) et il est probablement passé par l’occitan au français, comme beaucoup de termes concernant la mer et la navigation. (DELF) (PDPF)

Aiguadier subst. masc. (16ème s.) : Aigadièr [”jgadj”] Personne qui surveille la distribution de l’eau des canaux d'irrigation. Le terme occitan vient de aigada, désignant une provision d’eau en général.

Aiguage, subst.masc. XIX° s: Aigatge [”jgadZe] Droit de conduire de l’eau sur le terrain d’autrui au moyen d’un tuyau. De aiga, eau.

Aiguail, subst.masc. (XVI° s.) Aigal [”jgal] Rosée. De aiga, eau. Le mot français se veut recherché et poétique. La forme la plus courante en occitan moderne est aiganha.

Aigue-marine, subst.fém. (XVI° s.) Aigamarina [jgOmarinO]

Nom d’une pierre fine et transparente. Le mot occitan peut se traduire littéralement par « eau de mer ». C’est par réduction de sens que la « pierre ayant la couleur de l’eau de mer » (peira aigamarina) est devenue aigamarina. (DELF) (DHLF)

Aiguière, subst.fém. Aiguièra [”jgj”rO]

TLF. 1352 aiguière « vase servant à mettre l'eau, et qqf. le vin »/…/ Empr. à l'a. prov. aiguiera, attesté dep. le XIVe s. (Leys d'amors, fo 69 ds RAYN. I, p. 40 : Plenega per aiguiera), du lat. pop. *aquaria, subst. formé à partir de l'adj. aquarius « se rapportant à l'eau » (urceos aquarios, CATON, De agricultura, 9, 10, 2 ds TLL, 366, 30), dér. de aqua « eau ». (DELF) (PDPF) (DHLF)

On dit toujours aiguièra d’ailleurs, en provençal moderne, et en fait dans pratiquement tous les parlers d’oc.

Aiguillade, subst.fém. Agulhada [agy¥adO agujadO] Et beaucoup de noms français en « -ade » : « salade » vient de salada (participe passé employé comme adjectif, puis substantivé de salar, en français on aurait : « salée »). On dit aussi – dans les deux langues – « aiguillon agulhon ». Le correspondant français à « aiguillade » serait « aiguillée ».

Aiguillat, subst.masc. (16ème s.) : Agulhat [agyjat] Sorte de poisson de mer, en occitan on l’appelle aussi cat de mar, chin de mar. Le nom de ce poisson signifie littéralement «pourvu d’aiguilles» ou quand agulha désigne le poisson il s’agit d’un diminutif . Cf. Aiguille.

Aiguille, subst.fém. Agulha. [agyjO]

Fine tige d'acier pointue. En occitan, le terme désigne diverses choses qui ont en commun d’être aiguës, d’avoir une forme effilée (piquet maintenant les chargements de foin, certains instruments, poissons ou

plantes

Au Puy-en-Velay, on

admire sur son promontoire volcanique l’église romane de Sant Miquèl d’Agulha (Saint-Michel- d’Aiguilhe).

),

cet emploi étant aussi parfois passé au français (aiguilles rocheuses)

Aiguillon, subst.masc. Agulhon [agyjun] Bâton pourvu d’une pointe d'acier, généralement pour conduire le bétail. L’occitan moderne a préféré pour l’instrument la forme agulhada, aujourd’hui la plus répandue, mais le verbe correspondant est agulhonar (aiguillonner). De agulha, aiguille. Cf. Aiguille.

« Qu’en lor ai fraiz mais de mi agulions ;/Anc no puoic far un correr ni trotar » Bertrand de Born, Un sirventes fatz. Que j’ai brisé sur eux plus de mille aiguillons ; jamais je n’en pus faire courir ni trotter un seul. LR.

Aiguillot, subst.masc. Agulhòts. [agyjOts agy¥Ots] Terme de marine : pièce de fer pointue à l’avant du gouvernail. Le mot français est au singulier, le mot occitan est au pluriel et désigne littéralement des «petites aiguilles». De agulha, aiguille. Cf. Aiguille.

Aillade, subst.fém. Alhada. [ajadO a¥adO] Croûton de pain à l’huile et frotté d’ail. Il n’est pas indifférent de savoir que ce terme accompagne la venue des Gascons à Paris à la suite d’Henri IV (c’est à dire Enric III de Navarra). Il désigne plus généralement qu’en français, au masculin ou au féminin, une préparation aillée (alhat / alhada, de alhar, ailler), soit une soupe, ou une sauce, ou encore une tranche de pain frottée d’ail. Il s’agit ici d’un participe passé substantivé. Ensemble de têtes d’ail. En occitan, le suffixe -ada exprime après un nom une idée d’ensemble, de contenu, d’étendue (alh + ada).

« E’l coms no es d’un aill crezut » Rambaud de Vaqueiras, Leu sonet, Et le comte n’est pas cru d’un ail. LR

« Prendetz sol una dolsa d’aill » Deudes de Prades, Auz.cass. Prenez seulement une gousse d’ail. LR NB. Raimbaut de VAQUEIRAS, troubadour (…1180…1205)

Ailloli, subst.masc. Alhòli [ajOli] alh+òli (ail + huile, d’olive, est-il besoin de le préciser ?). Mot provençal au sens du TLF, en fait panoccitan, même si la prononciation peut légèrement différer d’un parler à l’autre. Les autres parlers occitans emploient le terme, de même que le catalan all e oli.

TLF. 1744 « sauce à base d'ail pilé et d'huile » (GILLART, Dict. fr.-bret. ds QUEM. t. 1 1959 : en gascon, aillolli)]; 1838 aillolis « id. » (Ac. Compl. 1842). Empr. au prov. mod. aioli (MISTRAL t. 1 1879) « id. » composé du prov. mod. ai « ail » et oli « huile ». La forme ailloli(s) est une francisation graph. pour préserver la prononc. prov. et faire sentir la parenté morphol. avec ail.

Ce serait bien mieux sans doute s’il y avait de l’aïoli sans ail. Sans tout « cet ail de basse cuisine », comme disait le pauvre Verlaine. La première mention de ce mot apparaît dans un texte français ce qui ne signifie pas que le français soit antérieur… et pour cause. Pourtant, pour bien des termes de toute évidence d’origine occitane placés dans les mêmes conditions, le TLF refuse d’envisager cette possibilité.

Airelle, subst.fém. Airèla [”jr”lO] Autre nom de la myrtille.

Selon le TLF il s’agit d’un emprunt : “à un mot dial. du Massif Central (Chamalières, Recharenge ds NAUTON, Atlas ling. du Massif Central, t. 1, 1957, carte 212, points 9 et 4) ou des Alpes (voir ROLLAND, Flore pop., t. 7, p. 235 et DAUZAT Ling. fr. 1946, pp. 243-244), dér. d'un simple attesté par le prov. mod. aire, du lat. ater « noir ».” (DELF)

Question : quel « dialecte » peut-on bien parler à Chamalières ? Une question à poser à Monsieur Valéry GISCARD D’ESTAING. Et d’ailleurs, le « Massif Central » qu’es aquò ? Pour un narbonnais ou un niçois, c’est le Massif Septentrional ! Airèla est en occitan la forme hypocoristique de aire, la plus communément employée avec avajon.

Aliboufier, subst.masc.(18ème s. ) Alibofièr [alibufj”] Terme de botanique, il s’agit de l’autre nom du styrax.

À savoir un genre d’arbres poussant le plus souvent en Extrême-Orient et dans le midi méditerranéen, appartenant à la famille des Styracacées et comportant diverses espèces, quelques-unes très appréciées en parfumerie et en pharmacie pour leur baume, en particulier lorsqu'il s’agit de l’espèce Styrax officinalis. La résine, de couleur jaune, est obtenue par incision du tronc. En pharmacie, le styrax ou baume styrax, sous forme de fumigations, est efficace contre les affections des voies pulmonaires. On l’utilise aussi pour traiter certaines maladies de peau. Comme toutes les résines odorantes, il peut être brûlé en tant qu’encens. En parfumerie, il joue le rôle de fixateur, le plus souvent dans des parfums féminins. Il a été utilisé dans les années 20, en particulier dans Shalimar, de Guerlain, puis a été abandonné avant de revenir à la mode grâce aux créations de la maison Yves Saint-Laurent (Opium, Nu). Les fruit apparaissent en été (juillet-août), ils sont constitués d’une petite drupe ovoïde de la taille d'une noisette, charnue blanc-verdâtre. La drupe renferme le plus souvent une seule graine ronde, brune, lisse et très dure. Le fruit se nomme alibòfi [alibOfi] en occitan. En Provence notamment où ces arbres sont encore nombreux, c’est un équivalent imagé de « testicule ». « M’a romput leis alibòfis ! »

Aligot, subst.masc. Aligòt. [aligOt] Mets rouergat à base de pommes de terre et de fromage de Cantal. Ce mets a été à l’origine préparé avec des morceaux de pain et avec de la tome fraîche. Les moines de l’Aubrac le servaient, dit-on, aux pèlerins qui traversaient ces montagnes sur la Via Podiensis, pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle. L’aligot est maintenant préparé avec des pommes de terres. Il s’agit d’une purée à laquelle sont mélangées de la crème, du beurre et de la tome fraîche, presque toujours avec un peu d’ail pilé ou haché finement. Purée qu’il faut travailler pour obtenir une texture très élastique. Originellement, l’aligot était confectionné et consommé dans les abris d’estives : les mazucs ou burons.

Alose, subst.fém. (16ème s.) Alausa. [alawzO] Sorte de poisson. Celui-ci se pêche au moyen d’un filet appelé alausièra. Le mot alausa peut désigner aussi l’alouette bien que la forme lauseta soit plus répandue. (DELF) (DHLF)

Amadou, subst.masc. Peut-être de l’occitan Amador [amadu]. Substance inflammable utilisée pour les mèches de briquets. En occitan, sa signification littérale est « amant », « amoureux » ou, dans l’acception classique, « digne d’être aimé ». Le nom de la substance lui vient plaisamment sans doute de sa facilité à « s’enflammer ». À partir de « amadou », on a créé en français les néologismes barbares de « amadouvier » (champignon utilisé pour fabriquer l’amadou), « amadouer » (rendre aimable) et « amadouement » (cajolerie) (DELF) (PDPF) (DHLF) Le TLF conteste cette étymologie, sans en proposer d’autre. On peut rappeler que le terme, en occitan, est le nom imagé (amoureux) d’un champignon (agaric, appelé encore : pradel, pradelet, pè de buòu) qui une fois sec s’enflamme facilement et servait autrefois à allumer le feu. Faire de l’étymologie à

partir d’un nombre de documents écrits considérable mais forcément non exhaustif, sans ethnographie, sans connaissance approfondie d’un pays c’est se priver de bien des solutions.

Amariner, v.tr. Amarinar. [amarina] Terme de marine : remplacer les matelots d’un navire pris à l’ennemi ; former un équipage pour la navigation. Le mot occitan signifie en outre et principalement « prendre le large », soit « lancer un vaisseau », « s’habituer à la mer » etc. (mar, mer ; marin, relatif à la mer). (PDPF) Cf. Marin.

Amarinage, subst.masc. (18ème s.) Amarinatge.[amarinadZe] Terme de marine : accoutumance à la mer. Mot formé sur amarinar, dans son sens de « s’habituer à la mer ». Cf. Amariner.

Amas (14ème s.) Amàs. [amas] Choses accumulées. Le mot occitan désigne encore un dépôt ou un abcès. Il est formé à partir de amassar (réunir, suppurer). (PDPF) Cf. Amasser.

Amasser (12ème s.) Amassar.[amasa] Réunir, entasser des choses. Le mot occitan peut signifier également « suppurer » et « assembler ».

(PDPF) (PDPF)

Ambassade, subst.fém. Ambassada {ambaissada} [ambasadO ambajsadO]

TLF. Empr. à l'ital. ambasciata, attesté dep. le XIIIe s. au sens de « mission diplomatique » (BRUNETTO LATINI, Il Tesoretto, I, 137 ds BATT.) et, au sens de « message officiel » (IACOPONE DA TODI, ibid.); «

Cependant le même TLF fait remarquer que ambasciata est emprunté à l’ancien provençal ambayssada (attesté depuis 1380/1400 au sens de « message »), et que l’occitan embaissat « message » se trouve chez le troubadour Girard de Roussillon (1155-1180) (DELF) (PDPF) (DHLF) Représentation diplomatique d’un État. Le mot occitan désigne la mission (de l’italien ambasciata) et non le lieu, la résidence de l’ambassadeur (cf. Ambassadeur), qui est une ambaissariá. Au XIII ème siècle, le français connaissait les mots « ambasse » et « ambassée » tandis qu’en occitan on employait indifféremment ambaissat et ambaissada. En résumé : « vient de l’italien » (qui vient de l’occitan). L’occitan a pénétré l’italien à l’occasion de la « Papauté d’Avignon » (1309/1378) et du « Grand Schisme » (de 1378 à 1418). Les papes « français » de cette période sont tous occitans et leur cour est un mixte d’italiens e d’occitans (dont la langue jout encore d’un grand prestige dans toute l’Europe cultivée).

« Ar mandan Viennes per tot ambayssadors/ Que queran lo cors sant » V. de S. Honorat. Maintenant les Viennois envoient partout ambassadeurs qui cherchent la personne sainte. LR. (vers 1300) « Avian trametut lor ambayssada » Chronique des Albigeois, col. 35 Ils avaient transmis leur ambassade. LR. (entre

1380/1400)

Amble, subst.masc. Dérivé du verbe occitan amblar [ambla]. Allure du cheval entre le pas et le trot. Le verbe latin est ambulare. Allure particulière du cheval ou

d’autres animaux courant en levant les jambes parallèlement du même côté. L’occitan connaît encore amblar (aller à l’amble), amblejar (aller à l’amble avec nuance péjorative), amblaire (qui va à l’amble),

ambladura (allure du cheval à l’amble), amblant (qui va à l’amble) Ambler (12ème s. ) : Amblar. Aller à l’amble. (PDPF)

« Et ella lo sec cavalcan/En un bel palafre feran/On hom de cavalcar no s dol,/Et ambla si que par que vol ». Roman de Jaufre, fol. 81. Et elle le suit chevauchant sur un beau palefroi gris, où on ne se plaint pas de chevaucher, et il amble tellement qu’il paraît qu’il vole. LR.

(DELF)

Amour, subst.masc. Amor [amur] Sentiment, attrait puissant. L’introduction en français de ce mot - il subira curieusement dans cette langue, sous une graphie différente, l’évolution phonétique de l’occitan moderne caractérisée par le passage du «o» fermé du latin au son [u] - est le signe évident, s’il était besoin de le souligner, de l’influence de la littérature occitane médiévale, de la lyrique des troubadours

cf. Troubadour « D’un amor qui m lass e m te » B. de Ventadour. D’un amour qui m’enlace et me tient. En cossirier. LR.

Porteur d’un concept nouveau de dépassement spirituel, amor [amur] n’eut guère de difficultés à détrôner son correspondant «amur» [amyr], encore attesté dans certains parlers du nord de la France (cf. Johnny Halliday !!!) pour désigner le rut des animaux. Le TLF chipote laborieusement sur l’attribution à l’occitan, on se demande pourquoi, sans doute au vu du prestige du mot. Le DHLF la reconnaît, ainsi que le DELF et le PDPF.

DHLF. D’abord sous la forme amor (fin X°s.) surtout féminin jusqu’au XVII° s., est un emprunt au latin amor ; sous sa forme actuelle, amour, est influencée par l’ancien provençal amor, illustré par la conception des troubadours, la fine amor, amour courtois, qui se développe en France du Sud vers le nord, remplaçant l’idéologie féodale marquée par les mœurs franques, et qui n’est guère féministe. En effet, le latin amor a donné directement amur (842), d’où amurer ; la forme normale ameur (cf. fleur) étant attestée plus tard (déb. XIII° s.)

« Per amor Dieu mi fezes/Ma dona quelque bon saber » B. de Ventadour. Bel m’es. Pour l’amour de Dieu, ma Dame me fit quelque bonne indication. LR.

« Los bes d’amor venon a tart/ E’l mals ven quasqun dia » P. Cardinal, Ben ten. Les biens d’amour viennent tard, et le mal vient chaque jour. LR.

« Donx li trobador noel venguan pozar en aquestas leys d’amors, quar ayssi es la fons d’esta gaya sciensa de trobar » Leys

d’amors, fol. 1. Donc que les troubadours nouveaux viennent puiser en ces lois de gaie science, car ici est la fontaine de cette

gaie science de trouver. LR.

Amoureux, adj. subst.masc. (12ème s.) Amorós. [amurus] Celui qui aime d’amour. De amor (Cf. Amour). Ce mot n’a fait qu’accompagner le précédent - il est attesté dans sa forme d’origine - dans son passage en français. Amorós s’est par ailleurs beaucoup diffusé en Occitanie comme surnom, puis comme patronyme. Ce dernier est encore très répandu de nos jours sous la forme francisée de «Amouroux».

« Be sui gays et amoros,/Dona, per amor de vos » Albert de Malespine, Dona a vos, dame je suis bien gai et amou- reux pour l’amour de vous. LR.

Amure (16ème s. ) Amura. [amyrO] Terme de marine : cordage tenant le coin de la voile du côté du vent. De amurar. Cf. Amurer. (16ème s.) Amurar. [amyra]. Tendre l’amure. En occitan, littéralement : « fixer au mur » (PDPF)

Anatomie, subst.masc. Anatomia [anatumiO]

TLF. 1370 « étude de la structure des organes par leur dissection » (ORESME, Eth., 29 ds GDF. Compl. : Et en ont un livre que il appellent anatomie);

Le terme apparaît également en occitan au début du XIV° s.

« Aysso mostra la anathomia./ En un nervi en la anathomia apelat optic ». Eluc. De las propr. Fol. 53 et 16. L’anatomie montre cela. Un nerf appelé optique dans l’anatomie. LR.

« La sciencia de anotomia » Trad. D’Albucasis, fol. 1. La science d’anatomie.

NB. La chirurgie d’Albucasis a été traduite en français au milieu du XIII° s. et en occitan au XIV° s.(et a eu 3 autres éditions). Pour la plupart des mots on constate qu’ils apparaissent dans les deux langues à des époques extrêmement voisines. Les datations ne sont pas toujours précises, l’éventualité statistique de trouver un terme dans l’une ou l’autre langue rend l’établissement de l’influence de l’une sur l’autre aléatoire. Reste la philologie, et l’histoire. Ce qui est clair c’est que l’occitan, dans aucun domaine, ne présente de retard par rapport au français au Moyen-Âge. Et se trouve même en avance

pour certains secteurs. (grammaire et rhétorique par exemple).

Anchois, subst.masc. Anchòia [antSOjO] Selon le DHLF, c’est un emprunt (on s’en serait douté) daté de 1397 « à l’ancien provençal » anchoia» subst.fém.

TLF. Empr. à l'a. prov. anchoia, attesté dep. 1397 (d'apr. P. PANSIER, Hist. de la lang. prov. à Avignon du XIIe au XIXe s., Avignon, 1924-27, t. 3, p. 10), et non à l'esp. anchoa (NYROP t. 1, p. 90; RUPP. 1915, p. 238; REW3; SCHMIDT 1914, p. 35; DAUZAT 1968), le comm. de l'anchois étant très florissant dans la Provence et l'Italie du XVIe s. (Cf. FEW t. 25, s.v. aphye).

Le mot (féminin) est en réalité panoccitan, et bien entendu encore en usage. On fait toujours des anchoïades chez nous et depuis la nuit des temps. Le DHLF trouve le terme anchòia [antSOjO] « ancien », (alors qu’il est toujours en usage) et ne voit même pas la contradiction lorsqu’il ajoute au sujet d’anchoïade qu’il s’agit « d’un emprunt à l’occitan (provençal) qui paraît récent. »

Recette : Lavez et nettoyez très soigneusement des anchois salés. Les égoutter, en les pressant, et les sécher. Les piler avec de l’ail (ad libitum) et les monter avec un trait de jus de citron et de l’huile d’olive. À consommer sur des tartines de (bon) pain grillé (ou pas), avec des légumes frais crus (carottes, céleri, chou fleur, radis…), et accompagner d’un bon rosé bien frais.

Angoisse, subst.fém. (12ème s.) Angoissa. [aNgujsO] Sentiment d’inquiétude. En occitan, ce sens figuré coexiste avec le sens premier - étymologique - de « lieu resserré » en montagne, de « gorge », de « défilé ». (PDPF) C’était aussi le cas en français jusqu’au XVI° s. Dans cette acception, angoissa est cependant concurrencé par angost. Angoisser (12ème s.) : Angoissar. [aNgujsa] Éprouver un sentiment d’angoisse. De angoissa. (cf. Angoisse). Le terme apparaît sous la forme « angoissier » dans la Chanson de Roland. À la même époque, on note le mot angoissos (qui deviendra «angoisseux») dans la Vie de saint Alexis. Alibert signale aussi pour angoissar le sens de «s’engouer». L’équivalent de angoissós en français moderne est «angoissant.

« Qual angoissa ni cal maltrat » Deudes de Prades, El temps. Quele angoisse et quel malheur. LR

« Anc no fui plus angoissos / Com soi de vostra despartia » FOLQUET de ROMANS, Domna ieu preu. Oncques je ne fus plus angoisseux comme je suis de votre séparation. LR NB. Folquet de ROMANS, Troubadour (…1215-1233…)

Antan (d’) (12ème s.) : Antan. [antan] En français, il est un synonyme précieux et rare de l’expression « d’autrefois ». En occitan, il a conservé son sens latin de « l’année d’avant », « l’an passé » (devàs antan : il y a deux ans), et s’oppose à ongan signifiant « cette année ». (PDPF) (DELF)

« Ja sui tornatz en l’afan / De que m’larguetz antan » CADENET Amors e com. Désormais je suis retourné en la peine dont vous me délivrâtes antan. LR.

« L’aautr’ier trobei la bergeira d’antan » G. Riquier, L’autr’ier. L’autre jourje trouvai la bergère de jadis. LR.

Anthrax, subst.masc. Antrax [antrats]

TLF.1495 méd. antrac (J. DE VIGNAY, Mir. hist., 22, 80 ds DELBOULLE, Recueil de notes lexicologiques inédites, ms. Sorbonne : Une grieve apostume qu'on nomme antrac)

La première apparition datée dans un texte occitan est du milieu du XIV° s. Bien entendu on ne peut pas en déduire que l’occitan a nécessairement influencé le français. Mais le raisonnement devrait s’appliquer en cas contraire.

« Si la materia no es trop venenosa, cum en herizipila et antrac ». Eluc de las propr. Fol. 97. Si la matière n’est pas très venimeuse, comme en érysipèle et carboncle. LR.

Apostrophe, subst.fém. Apostrofa [apustrOfO]

TLF. 1520 figure de rhét. par laquelle l'orateur adresse soudainement la parole à qqn ou à qqc. (FABRI, Rhet. ds GDF. Compl. : Par interrogation, par apostrophe); d'où 1738 p. ext. « vive interpellation adressée à qqn » (PIRON, Métrom. v. 4 ds DG : Vous méritez cette apostrophe-là); « Apostrophe e tropologia… fan se aquestas figuras, cant hom vira latersa persona en segonda » Leys d’amors, fol. 141. L’apostrophe et le discours figuré… Ces figures se font, quand on tourne la troisième personne en seconde. LR. NB. Les Leys d’amors au XIV° s. (1356) codifient la langue occitane, en occitan. Elles sont l’œuvre de Guilhem MOLINIER, dans le cadre de la Sobregaya companhia dels VII Trobadors de Tolosa. Elles contiennent des conseils de rhétorique et de grammaire (morphologie et syntaxe). Il en reste trois rédactions, la première en trois livres qui comprend outre la rhétorique des considérations philosophiques, morales ou théologiques. L’autre, en cinq livres davantage centrée sur les problèmes de langage. Il en existe enfin une troisième en vers. Au même moment, en territoire d’Oïl, ce type d’ouvrage est rédigé en latin, et il en sera ainsi jusqu’au XVI° s. bien avancé. Le TLF semble ignorer l’emploi précoce sur le territoire national, dans une langue vulgaire, de ces termes savants que le français n’adaptera que bien plus tard.

Apparaux, subst.masc. Aparelh. [apar”l]

Terme de marine : apprêts. L’occitan connaît par ailleurs aparelhar (cf. Appareiller), aparelhaire,

aparelhament, aparelhatge (cf. Appareillage)

Appareil), possède par ailleurs les sens d’instrument mécanique et de matériau de maçonnerie.

Le mot aparelh, comme le français « appareil » (cf.

Appareillade, subst.masc. (19ème s.) Aparelhada. [apare¥adO] Action de former des couples de perdrix pour la reproduction. On devine les confusions de sens entre aparelhada (de parelh, paire : rassemblement par paires) et apariada [aparjadO]. (accouplement. Cf. Apparier). (PDPF)

Appareillage, subst.masc. (18ème s.) Aparelhatge. [apare¥adZe]

Terme de marine : manœuvres d'un navire quittant le port. À l’origine, il désignait l’action de mettre à la voile (de aparelhar. Cf. Appareiller). On connaît aussi la forme aparelhament. (PDPF)

Appareiller, v.tr. (16ème s.) Aparelhar. [apare¥a] Terme de marine : quitter le port pour un navire. En occitan (XIV° s.) , il signifie précisément « apprêter », « préparer » (cf. parar = préparer. - même sens que « apareillier » en ancien français - et, par extension, « préparer les voiles », « mettre les voiles ». (PDPF)

« Ni ren que puesca apareyllar./Car segner, a nostre dinar », V. de S. Honorat. Ni rien que je puisse apprêter, cher seigneur, pour notre dîner. LR.

Appareiller (s’) v.r. (19ème s.) Aparelhar. [apare¥a] S’accoupler en parlant des animaux. Le mot occitan est un doublet populaire (à partir de parèlh [par”l], paire) du verbe apariar. Cf. Apparier. (PDPF)

Apparier, v.tr. (13ème s.) Apariar. [aparja] Accoupler des animaux. Du latin «pariare» : engendrer. Le mot occitan a remplacé l'ancien français «apairier».

« Parelhar

accouplement nous devons, moi et vous, villageoise, le long du pâturage. LR.

parelhadura/Devem,

ieu

e

vos,

vilana./Al

abric,

lonc

la

pastura. »

Maracabrus

:

L’autr’ier.

Apparier

Apparier (13ème s.) Apariar. [aparja] Assembler par paires, assembler. Le mot occitan, confondu avec le précédent (de par, paire), a également remplacé l'ancien français «apairier».

Araire, subst.masc. Araire [arajre] de arar . Selon le TLF. « 1re moitié XIIe s. arere « charrue simple, sans

avant-train et sans roues » (Voy. de Charlem. 296 ds GDF. Compl. : Si at cunduit l'arere tant adrecieement, Si fait dreite sa reie cume ligne que tent); 1443 araire (A.N. JJ 176, pièce 280, ibid.); bien attesté au XVIe s. puis repris ds les dict. à partir de BOISTE 1808; 2. 1740 araires subst. plur. (Trév. : Araires. Terme de coutume. En Bresse on appelle araires les instruments de l'agriculture) 1928, Lar. 20e. Empr. au lat. aratrum « id. » (CATON, Orig., 5 ds TLL s.v., 400, 1); la forme arere ayant disparu au XIVe s., la forme araire a été empr. à l'a. prov. araire « id. », cf. XIIIe s. E[lie] CAIREL, Pus chai ds RAYN., s.v. Arar; l'a. prov. étant lui-même issu du lat. aratrum (cf. NYROP t. 1, p. 32 et FOUCHÉ Phonét., p. 60). »

(DELF) (PDPF) Voici un cas fréquent d’emprunt qui mérite d’être mentionné, parce qu’il est loin d’être unique. Le français possède dès le XII° s. : « arere » (charrue simple sans roues ni avant-train) qui disparaît au moins dans les textes au XIV° pour se voir remplacer par le mot occitan de sens identique «araire » (sur le latin : aratrum), lui-même repéré au XII°. Il serait très intéressant de savoir pourquoi cette substitution. Il s’agit d’un phénomène assez fréquent pour laisser supposer qu’au fil des siècles l’extension du (petit) royaume de la « vraie France » à des provinces plus vastes et plus peuplées parfois, occitanes notamment, n’a pas été pour rien dans l’évolution de la langue française des origines.

(TLF) (DELF) (PDPF)

« Qui met sa ma al arayre » V. et Vert. Fol, 99. LR.

NB. Le Libre de Vicis e de vertutz est le remaniement occitan de la Somme le Roi française de Frère Laurent.

« Que mais amats dos buous et un araire a Montferrat » E. Cairel. Pus chais. Que vous aimez plus deux bœufs et une

charrue à Montferrat . LR. NB. Elias CAIREL, Troubadour (…1204-1222…)

« Tot mon linh e monaire/Vei revenir e retraire/Al vesoig et a l’araire » Marcabrus. L’autr’ier. Je vois toute ma lignée et ma famille revenir et retourner à la bêche et à la charrue. LR. NB. MARCABRU, troubadour (…1130-1149…)

Aramon, subst.masc. (19° s.) Aramon [aramun]

TLF. 1873 « nom d'un plant de vigne » (Journ. offic. 17 août 1873, p. 5431, 3e col. ds LITTRÉ : La vigne de M. L. [à Celleneuve, près de Montpellier], plantée principalement en aramons et carignans).

Nom d’un cépage. Issu de : Aramon, nom d’une commune du Gard.

Arantèle (16ème s.) Arantela. [arantelO] Terme de vénerie : filandres aux pieds des cerfs. En occitan, le mot signifie littéralement « toile d'araignée ». Dans ce sens général, la forme populaire rantela est encore vive mais l'occitan moderne connaît surtout telaranha.

« De peur que les hyraignes n’y bastissent leurs hyrantelles », IX, 538. BRANTÔME.

Ludovic LALANNE a l’immense mérite d’avoir entrepris l’analyse de la langue de BRANTÔME. (Lexique des œuvres de Brantôme, Imprimerie Générale, A. Lahure, Paris 1880) Il a cherché, et trouvé souvent dans les dictionnaires italiens ou espagnols qu’il avait à sa disposition les termes qui manifestement ne relevaient pas du français. Son ignorance de l’occitan, liée au manque d’ouvrages de référence à son époque (le seul dictionnaire disponible étant celui d’HONNORAT) ne lui a pas permis de mettre en évidence les nombreux termes d’origine occitane de cette œuvre. Pourtant, en tant que biographe de BRANTÔME, il savait que celui-ci était très lié à son pays et à sa langue, tout comme MATHAUD le secrétaire chargé de prendre les Mémoires à la dictée, périgourdin comme lui. LALANNE remarque du reste : « Arrivé jeune à la cour il y avait apporté son accent périgourdin ; et il n’en avait certainement rien perdu quand il la quitta au bout de 23 ans, car il n’avait eu ni à en rougir, ni à s’en préoccuper, au milieu de cette foule d’Italiens et de Méridionaux dont il était entouré ». Voici un échantillon représentatif des occitanismes indiscutables de cette œuvre. Ces termes, à la différence de ceux qui figurent dans le corpus, n’ont pas tous eu de postérité en français, mais sont toujours en usage en occitan. Affaner (III, 341) afanar, [afana] faire effort, peiner, se fatiguer ; Carretier (VII, 167) carretièr, [karetj”] charretier ; casanier (V, 399) casanièr, [kazanj”] de la maison ; castellan (I, 282) castelan, [kastelan] châtelain ; Dauphinat (V, 187) daufinat, [dawfinat] dauphinois (arc.) ; désespérade (IX, 335) (a la) desesperada, [dezesperadO] décision désespérée ; destourbar (III, 337) destorbar, [desturba] empêcher, déranger ; done (I, 274) dòna, [’dOnO] dame ; dont (X, 149) d’ont, [’dunt] d’où ; à l’enderier (III, 117) a l’endarrièr, [alendarj”] au dernier (moment) ; escarbillat (I, 45) escarabilhat, [eskarabijat] vif, éveillé ; escorne (I, 228) escòrna, [eskOrnO] injure, affront ; estaquade (VI, 233 ; IV, 78) estacada, [estakadO] palissade, champ clos ; estropiat (VI, 213) estropiat, [estrupjat] estropié ; fiçon (IX, 289) fisson, [fisun] pointe, aiguillon, dard, langue de serpent ; flacque (IX, 241) flac, [’flak] flasque, mou ; franciman (I, 104) francimand, [fransiman] français (péjoratif) ; ganivet (III, 310) ganivet, [ganivet] canif (c’était le surnom des hommes de loi. Voir les « ganivets ) ; hommenas (IX, 85) omenàs, [umenas] homme grand et fort… imbécile ; husse (de l’œil) (V, 336) ussa, [’ysO] sourcil ; intrade (I, 61) intrada, [intradO] entrée (« d’argent » dans la citation) ; jouvenet (V, 115) jovenet, [dZuvenet] tout jeune homme ; lever (IX, 421) levar, [leva] ôter, enlever ; manotte (I, 204) manòta, [manOtO] menotte ; mercque (III, 404) mèrca [’m”rkO] marque ; monine (VI, 197) monina [muninO] guenon ; naz (IV, 38) nas [’nas] nez ; Nore (VII, 33ç) nòra [’nOrO] bru ; pache (VI, 317) pacha [’patSO] pacte ; passade (II, 142) passada [pasadO] aumône de passage (passage, chemin, attaque…) ; passéger (se) (VII, 85) se passejar [se pasedZa] se promener ; planier (IX, 596) planièr [planj”] uni, sans obstacle, plan ; quinquenelle (V, 80) quincanèla [kinkanelO] répit accordé au débiteur, puis banqueroute ; (se) ressarrer (V, 191) se (re)sarrar [se resara] se retirer, retourner chez soi ; ristre (V, 333) ristre [’ristre] collet, cape courte ; sacquemens (I, 276) sacamand [sakaman] gens de sac et de corde ; tahut (I, 283. II, 201) (a)taüc [atayk] cercueil ; tardance (I, 155) tardança [tardansO] lenteur, retard ; tigne (II, 63) tinha [’ti O] teigne ; tracquet (VI, 194) traquet [traket] petit poignard ; tranche (III, 392) trenca {trencha} [’trenkO trentSO] bêche ; tridet (VII, 364) tridet [tridet] petite grive (draine) ; vastadour (II, 298) gastador {vastador} [vastadu gastadu] pionnier, ravageur (chargé de dévaster les villes une fois prises)

Arbouse, subst.fém. (16° s.) (d’)Arbosa. [arbuzO darbuzO] À partir du latin arbuteus. Le mot est passé en français par l’intermédiaire du français régional. On trouve peu d’arbousiers en pays d’Oïl ! Apparaît en français en 1557 (TLF). C’est un emprunt à l’occitan arbosa. (1550) (TLF) (DELF)

Arapède, subst.fém. (18° s.) Arapèda [arap”dO]

TLF. « Empr. au prov. mod. alapedo, arapedo « genre de mollusques qui s'attache aux rochers » (MISTRAL t. 1 1879), lui- même issu du lat. « patelle » (gr. , - « id. ») (PLAUTE, Rud., 2, 1, 8 ds FORC. t. 1 1864-1926) avec infl. du lat. lappa « bardane » pour le changement de la voyelle du rad. -e- > -a- et le doublement du -p- > -pp- (cf. infr. availlon « id. », Palissy ds GDF.); le rapprochement avec lappe est prob. dû à l'analogie entre le mollusque attaché à son rocher et la bardane qui s'attache aux vêtements (Barbier ds R. Lang. rom. t. 51, no 1, p. 276). »

C’est là l’explication « officielle », mais l’étymologue ignore sans doute que le « r » intervocalique est prononcé entre « r » et « l » en provençal marîtime avec des confusions du type canderon /candelon :

« petite chandelle ». Et que le verbe dont vraisemblablement le nom est issu est « arrapar » [arapa] (accrocher, agripper …). Une confusion entre les deux mots est toujours possible, et fort pratique.

Arcade, subst.fém. (16ème s.) Arcada. [arkadO] Terme d’architecture : ensemble d’arcs soutenus par des colonnes. De Arc + suffixe collectif. Ce terme est attesté en Provence (Pansier) en 1372 avec le sens de « arche ». Le terme français « arcade » apparaît en 1532 avec ce sens. Jusque là il sert (c’est un emprunt à l’italien « arcata ») à signifier l’espace, la distance à tir d’arc. Il est à noter par ailleurs que arcada, participe passé du verbe arcar (voûter), signifie «voûtée».

Selon le TLF : « Soit empr. à l'ital. arcata (WIND, p. 20, BRUNOT t. 6, p. 1192; KOHL. p. 29; SAR p. 19) attesté dep. le milieu du XIVe s. au sens « espace, distance à tir d'arc » (M. VILLANI [début XIVe-1363] 10-101; 1348 ds BATT.) et seulement dep. la 1re moitié du XVIIIe s. comme terme d'architecture (S. MAFFEI 5 5 94 ds BATT.); ital. arcata, dér. de arco du lat. arcus (arc*) (en faveur de cette hyp. la date de l'empr. par le fr.; à son encontre la date tardive de l'attest. de arcata, archit.). Soit empr. à l'a. prov. arcada « arche » (FEW t. 1, p. 130b), 1372 ds PANSIER, t. III; cf. lat. médiév. arcata « arche d'un pont » 1291, Avignon ds DU CANGE t. 1, p. 359a. (PDPF)

« X arx al cor, V de quada part ». Philomena. Dix arcades au chœur, cinq de chaque côté ». LR

NB. Le Roman de Filomena a été écrit dans la première moitié du XII° s. par un moine de l’abbaye de Notre-Dame-de-la- Grasse. C’est le plus ancien texte narratif en prose occitane que nous possédions.

« A un autar desotz us arcs-voltutz,/E ‘los trais a l’arc-vout d’un veirial »Roman de Gerard de Roussillon, fol. 89 et15. A un autel sous des arcades et il les conduit à l’embrasure d’une fenêtre. LR.

Pourquoi « soit… soit » ? L’attribution à l’occitan est plus que probable… mais il faudrait étendre l’attribution à d’autres mots en « -ade » que les linguistes français n’ont pas pu trouver dans les (trop rares) dictionnaires occitans consultés ou dans les bases de données occitanes, très déficientes… et qui n’ont pas bénéficié de toute l’attention des chercheurs. Comme on ne les a pas cherchés, on ne les a pas trouvés… et donc ils n’existent pas. QED. Ni la langue, ni la culture, ni la civilisation où ils ont pû apparaître.

Arcanson, subst.masc. (16ème s.) Arcaishon. [arkajSu] Une sorte de colophane fabriquée dans la ville d’Arcachon (Arcaishon), sur le littoral gascon.

Arcasse, subst.fém. Arcassa (grand coffre) [arkasO] Du latin « arca » (coffre et aussi caisse, cachot, cercueil !). Le mot latin a donné « arche » en français, arca [arkO] en occitan. Arcassa est un augmentatif. Une arcasse est un terme de marine qui signifie « charpente de poupe, arrière de la poupe » (cf. Poupe) voûtée (arcada) d'un navire. En occitan, littéralement : grande arche (de arca + augmentatif). Une confusion est possible avec arcassa, grand coffre (de arca, coffre).

Argamasse, subst.masc. Argamassa [argamasO] Mélange de chaux, de sable et d’eau employé en maçonnerie. Le mot est toujours usité en espagnol (en catalan et en portugais). Il existait en ancien occitan et a disparu de l’usage aujourd’hui. (PDPF)

« Pietat es ayssi coma bona argamassa de que hom fa los murs sarrazines, que hom no pot derrocar ab pic ni abpeira

d’engin » V. et Vert. Fol. 63. La pitié est comme le bon ciment dont on bâtit les murs sarrasinois, qu’on ne peut détacher avec pic ni avec pierre de machine. LR

Arganeau, subst. masc. Arganèl {arganèu} [argan”l argan”w] Gros anneau de fer placé à l’extrémité de la verge d’une ancre pour y étalinguer un câble, ou scellé dans le mur d’un quai, et qui sert à amarrer les bateaux. Le même terme existe en espagnol : arganel.

Arpion, subst.masc. (19ème s.) Arpion. [arpjun] En français, terme d’argot pour l’orteil ou le pied. En occitan, le mot ne saurait avoir ce sens que de façon imagée et plaisante. Il désigne simplement la griffe ou l’ergot des volatiles et constitue, à côté de arpiòt, un diminutif de àrpia. (DELF) arpa (PDPF)

Arquer, v.tr. (16ème s.) Arcar. [arka] Courber comme un arc. Le sens occitan s’étend à « voûter » mais aussi à « enjamber », « franchir ». Cf. Arcade. Marcher longuement : en français, dans cette acception particulière, le mot est argotique. En occitan, son sens est plus précis et évoque davantage des enjambées (l’arc formé par les jambes) que des pas.

Artison, subst.masc. (16° s.) Artison. [artizu] Ver du bois. [artizu artizun]

Aspic, subst.masc. En occitan « Aspic » [aspik] au sens de « lavande ». Le mot occitan est une altération de espic qui signifie de façon générale «épi». Par extension, de l’objet de la récolte à la plante elle-même, il a pu désigner celle-ci. Le changement de préfixe a permis sa spécialisation. C’est aussi une vipère, mais l’origine du mot est alors différente. En français (18° s.) on trouve l’expression de « un aspic de foie gras avec le sens de « plat en gelée ».

Aspre, subst.masc. (20ème s.) Aspre. [aspre] En français : colline caillouteuse dans le Midi. En occitan, de façon générale, « caillouteux », « difficile » et, au figuré « âpre ». cf . Aspres sur Buèch. (PDPF)

« A Enpus a granz aspres/ E una gran clapiera » V. de S. Honorat. A Empus (aujourd’hui Ampus, dans le Var) il y a de grands lieux scabreux et un grand amas de pierres. LR.

Asticot, subst.masc. (19ème s.) Asticòt. [astikOt] En français : larve de mouche utilisée comme appât pour la pêche. En occitan du XVème et du XVIème siècles : sorte de rapière (cf. Rapière), d’épée. Dans ce cas, il semble dériver, par dérision sans doute, de ast, « broche à rôtir ». Un asticòt serait donc une petite broche. Mais en occitan un astic [astik] c’est également l’os dont les cordonniers se servaient pour lisser les semelles. Et asticòt est donc un diminutif. Asticar en occitan c’est depuis toujours : lisser les semelles avec un astic, et, par extension : fourbir… astiquer, mot pour lequel le TLF donne:

TLF. 1833 milit. « nettoyer, fourbir » (VIDAL, J. DELMART, La caserne, mœurs militaires, p. 210); 2. 1833 pronom. arg. milit. s'astiquer « se porter des coups » (BALZAC, Le médecin de campagne, p. 168) à rapprocher du terme dial. ang. astiquer « appliquer avec vigueur » (VERR.-ON.); 1847 trans. arg. (Dict. de l'argot ou la langue des voleurs dévoilée, p. 117 : Battre. Astiquer); 3. 1847 arg. « être engagé dans le conflit amoureux » (ibid., p. 140).

Asticoter, v.tr. (19ème s.) Asticotar. [astikuta] Taquiner, lancer des pointes à quelqu'un. Semble renvoyer à la broche ast et à l'ancienne épée gasconne asticòt. Le mot est admis par Mistral à côté de ponchonar « piquer avec une pointe » dont le sens figuré est le même.

Atome, subst.masc. Atòm [atOm] Pour le TLF le mot apparaît en français entre 1350-1400. On le trouve en occitan un demi siècle avant.

« Et atomis XLVII / Quascuna de las onsas ret ». Breviari d’amor, fol. 43 Et chacune des onces rend quarante-sept atomes. LR. NB. Le Breviari d’amor du franciscain Matfre ERMENGAUD (mort vers 1322) est une imitation du Speculum naturale. C’est un immense poème de 34000 vers octosyllabes.

La littérature savante en langue vulgaire est aussi ancienne en occitan qu’en français, et parfois davantage.

Attrapade, subst.fém. Atrapada [atrapadO] Familier. Synonyme de « attrapage ». TLF.

Aubade, subst.fém. de l’occitan médiéval Albada (en provençal moderne albada {aubada} » [albadO awbadO]). C’est une chanson de l’aube. Dans la poétique des Troubadours, ces « Aubes » constituent un genre à elles seules. Elles mettent en scène un guetteur, et deux amoureux (adultères) qui passent la nuit ensemble jusqu’à l’aube, moment où ils doivent se séparer pour ne pas encourir les médisances des lauzengiers ou les foudres du mari jaloux ! Il existe des albas profanes et même des albas religieuses !

(Voir : Gérard GOUIRAN « Et ades sera l’Alba ». Recueil des chansons d’aube des troubadours. « Lo Gat ros ». Université Paul Valéry. Montpellier III, CEO, 130 p. 2005)

Pour le TDF c’est un emprunt à l’ancien provençal albada « aubade » (début XIII°), en occitan moderne. aubada, attesté dep. 1458 (PANSIER), dérivé de alba « aubade » (début XIII° s.,) (LR), d'abord « aube », du lat. alba, subst. fém. tiré du lat. albus « blanc » (aube1*). (DELF) (DHLF)

TLF. Début XVe s. albade (Myst. de S. Bern. de Menthon, 1923 ds GDF. Compl. : Une albade bien gracieuse); 1432 aubade (Hist. du chevalier Paris et de la belle Vienne, fo 4 ro, ibid.). Empr. à l'a. prov. albada « aubade », prov. mod. aubada, attesté dep. 1458 (d'apr. PANSIER t. 3, p. 7), dér. de alba « aubade » (dep. début XIIIe s., H. de La Bachelerie ds RAYN.), d'abord « aube », du lat. alba, subst. fém. tiré du lat. albus « blanc » (aube1*). Cette hyp. est préférable à celle de MARTY t. 1, p. 183, pour qui aubade est empr. à l'esp. albada, car le Myst. de S. Bernard de Menthon est un texte appartenant au domaine fr.-prov., et P. de La Cépède, aut. de Paris et Vienne, est d'orig. marseillaise.

Oui certes, et même si Jean de La CEPPÈDE, poète baroque né en 1548 ou 1550 à Marseille et mort à Avignon en 1623, est un poète de langue française, conseiller au parlement d’Aix, puis président de la Chambre des comptes de Provence (1608). Ce catholique est l’auteur des Méditations sur les Psaumes et surtout des Théorèmes sur le sacré mystère de notre rédemption (première partie en 1613, seconde partie en 1621 ; au total, plus de 500 sonnets). Descendant de l’illustre mystique Teresa CEPEDA y AHUMADA (Sainte Thérèse d’Avila).

Auberge, subst.fém. Aubèrga. [awb”rgO]

Hôtellerie de campagne. Du verbe Albergar {aubergar} (XII° s.) qui signifie : héberger, loger, abriter. En occitan, ce mot peut désigner de façon plus large un logement. (DELF) À l’origine, dans le droit féodal, il exprime l’obligation (dreit d'alberga) d’accorder le gîte à son seigneur. (PDPF) (DHLF) Quant à Fast Food, c’est du français contemporain.

« Ni albergada, ni do, ni prest. Cout. de Fumel de 1265, DOAT, t. VIII, fol. 134 Ni droit de gîte, ni don, ni prêt. LR

« Per totas las albergas an li grayle sonat » Roman de Fierabras, v. 3882 Les cors ont sonné par tous les campements. LR.

« Fan alberjas bastir e traps dressar » Roman de Gerard de Roussillon, fol. 72. Ils font bâtir baraques et dresser tentes. LR.

« Albergen els reials albergamens » id. fol . 106 Hébergent aux royales demeures. LR

Aubergine, subst.fém. Aubergina [awberdZinO]

DHLF. : « … emprunt tardif (1750) au catalan albergina (XIII° s.) lui-même emprunté avec des modifications à l’arabe ‘al badingan, du persan batingan, apparenté à un nom sanscrit ». TLF. Empr. au cat. alberginía subst. « id. », attesté dep. le XIIIe s. (Sentencia donada per lo rey en Jacme sobre los delmes e primicies del regne de Valentia, Valencia, 1487 ds ALC.-MOLL. t. 1), empr. à l'ar. al « id. », du persan qui remonte au skr. bhantaki (v. FEW t. 19 s.v. ). (PDPF)

Petit commentaire : distinguer le catalan et l’occitan au XIII° siècle demande une belle compétence que les auteurs du DHLF et du TLF (l’un reprenant l’autre) n’ont peut-être pas tout à fait. Les catalanistes les plus pointilleux eux-mêmes en conviendraient sans doute. Ceci étant le mot est probablement passé de l’arabe au castillan et au catalan et de là au français par l’intermédiaire de l’occitan. (Au XX° siècle encore dans bien des régions de la France septentrionale, ce remarquable légume était inconnu). En espagnol : merenjana / berenjana et en occitan moderne : aubergina (languedocien) [awberdZinO], merinjana [merindZanO] (provençal). Le languedocien, du reste, dit, très familièrement viech d’ase [bje’daze] : autrement dit : « pénis d’âne ».

Aufe, subst.masc. de Alfa {aufa}, [’alfO awfO] un autre nom pour l’alfa, le sparte. À Marseille on connaît le « Vallon des Aufes ».

Autan, subst.masc. Autan. [awta] Vent venu de « l’altum », c’est-à-dire de la haute (aut, auta [’awt awtO]) mer. Sud Sud-Est. Si les normalisateurs du siècle dernier avaient été informés de cette étymologie, ils nous auraient sans doute aujourd’hui traduit en français le mot par : le « hautain ». C’est le vent de la pluie… et des fous ! (PDPF) (DHLF)

Avalanche, subst.fém. (et aussi, terme vieilli : lavanche). En occitan on dit lavanca, lhavet [lavankO ¥avet] et {avalancha} [avalantSO] en Nord-Occitan (Limousin, Pays Gavot) On trouve aussi le mot en franco-provençal. Forcément, dans la Beauce il ne s’en produit guère. Le sens premier du verbe avalar (PDPF) dont le mot dérive est « tomber » (vers la val, la vallée), engloutir. Le sens du verbe avalancar est : affaisser, faire ébouler. Le verbe s’avalancar signifie « s’écrouler », une avalancada est un « éboulis » et un avalancament un éboulement. Pour Louis Alibert, la forme avalanca / avalancha est le produit de la contamination lavanca (ou lavancha) avalar (avaler, engloutir).

Aveline (avelaine), subst.fém. Avelana [abelanO avelanO] désigne une variété de noisette allongée. En espagnol et en catalan : « avellana », « avelã » en portugais, mais « nocciola » en italien (auquel le français a sans doute moins directement emprunté qu’on ne le pense). (PDPF)

« Avelanas et notz muscadas », Eluc. de las propr. Fol. 215 Avelines et noix muscades. LR.

Aven, subst.masc. (1889) Avenc. [aben] Première mention en occitan de ce terme comme nom de lieu dès 1151 (l’Aveno). L’occitan connaît aussi le mot avencar, s’abîmer. Un nombre important de mots relevant du champ de la géographie (physique et humaine) ont été intégrés plus ou moins récemment au vocabulaire français, souvent spécialisé. Certains ont connu un succès tel que tout le monde a fini par oublier leur origine : adret, ubac, levant, ponant, mas (maset/mazet)…

DHLF. Ce mot est prélatin ; on y retrouve très probablement la racine celtique ab- « eau, cours d’eau » présente dans le gaulois abona, le breton avon, aven, l’irlandais abann « rivière », avec un suffixe –inco de nature gauloise…

Avitailler (13ème s.) : avitalhar [avitaja] En français, terme de marine : approvisionner un navire. En occitan, de façon plus générale : donner de la nourriture ; prendre de la nourriture. De vitalha, victuailles. (PDPF) Cf. Ravitailler.

Azerole, subst.fém. Azeròla [azerOlO]

Esp. Acerola < Arab : az-zou’roûr. On dit aussi : argeiròla, cerisòla, pometa(DELF)

L’azérolier (Crataegus azarolus) est un arbre fruitier du genre Crataegus (aubépine) appartenant à la famille des Rosaceae. Originaire du bassin méditerranéen, il est appelé familièrement pommette dans le sud de la France. Les fleurs traitent l’hypertension. Son fruit : azerole, pommette, cénelle, comporte trois noyaux. Riche en flavonoïdes, vitamines A et C. On en fait de la gelée, et une pâte comme la pâte de coings. La variété languedocienne est le Crataegus azarolus spriscino-nensis. On l’appelle aussi « botelhon »[bute¥u]

B

Bâcler, v.trans. Baclar. [bakla] En occitan médiéval le verbe vient du latin populaire « bacculare* », lui même formé sur « bacculum » (bâton), le sens est d’abord celui de « fermer au moyen d’un bâton ». Le terme serait passé au français par l’intermédiaire de l’occitan. (DELF) (PDPF)

Badaud, adj. subst.masc. (16° s.) Badaud, [ba’daw] (XII°) dérivé du verbe badar. [bada] Selon le TLF apparaît en 1532 comme adjectif avec le sens de « sot, niais » (RABELAIS, Pantagruel, chap. 18, ). Emprunt à l’ancien occitan badau substantif « niaiserie » (1130-50 MARCABRUS, Lo vers comens LR.),

comme adjectif « niais » (XIII° s. T. DE BERTRAND et DE GAUSBERT, Gausbert, LR.),

Dérivé de badar « bâiller, rester bouuche bée » (XII° s. PEIRE VIDAL, LR.) (DELF) (PDPF)

« E’ls savis e’ls fols e’ls badius/De ma franca regio ». Raimond de Miraval. Entre dos. Les sages et les fous et les sots de la région française. LR.

Dès l’ancien occitan, badau avait de nombreux équivalents dérivés : badoc, badaul, badiu, baduel, badaluc.

Baderne, subst.fém. (terme de marine) Badèrla [bad”rlO] Grosse tresse de cordage utilisée dans la marine. MISTRAL, TDF.

(TLF) (DELF)

Badin, adj.subst. Badin (Fin XVI°) [ba’di ba’din] Dérivé de badar (XII°) : badaud et sot, et aussi bouffon dans les comédies au XV°, ce qui explique le glissement de sens. (DELF)

Bagarre, subst.fém. Bagarra (béarnais, du basque bagatsa)

TLF. Orig. incertaine; prob. empr. au prov. bagarro « rixe » (MISTRAL), qui serait une adaptation du basque batzarre « confusion de personnes », proprement « réunion, assemblée » (M. DE AZKUE, Diccionario Vasco-Español-Francés, Bilbao, 1905-6), cf. gasc. batsarre « tumulte » (PALAY) DHLF. Attesté depuis 1628, est d’origine douteuse, probablement emprunté au provençal bagarro « rixe », qui pourrait être une adaptation du basque batzarre « confusion de personnes », proprement « réunion, assemblée »…

Puisqu’ils sont deux à dire (comme presque toujours) la même chose et en des termes identiques…

(DELF)

Bagasse, subst.fém. Bagassa (XII°) [bagasO] Emprunt à l’ancien occitan. Issu du gallo-roman *bacassa, qui a donné l’ancien français baiasse :

servante.

« Ren non semblo miés un couguou/ Que lou marit d’uno bagasso ». Claudi BRUEYS, Aix-en-Provence, JDMP, Autre discours, p. 77. Avant 1600. (PDPF)

« Ta moler es falsa, baguassa e delial ». Philomena. Ta femme est fausse, prostituée et déloyale. LR

Baguenaude, subst.fém. Baganauda Fruit du baguenaudier : chose sans importance par extension) [baganawdO]. Pour le TLF. L’origine est douteuse, mais à chercher au sud de la France en raison de la localisation de cet arbuste. L’occitan est directement dérivé du latin baca : baie. Le mot recouvre aussi le sens de chose sans importance que le français lui a emprunté. (DELF). En occitan ancien baganau est adjectif et signifie :

« vain, futile, oisif, non utilisé ». (PDPF)

« Et tu non voudras jamays ren / Qu’à faire quauquo baganaudo ». Claudi BRUEYS, Aix-en-Provence, JDMP, (A). p 43

NB. Le Jardin des Muses Provençales » publié en 1628 a été écrit avant 1600. NB. Le baguenaudier (Colutea arborescens), aussi appelé baguenaudier arborescent ou arbre à vessies, est un arbrisseau de la famille des Fabacées qui se caractérise par ses fruits nommés « baguenaudes », gousses d’un brun rougeâtre qui enflent à maturité et deviennent translucides. D’où le nom populaire « d’arbre à vessies » qui lui est parfois donné. C’est un arbre du Sud-est de la France, familier des garrigues. Les fleurs, jaunes, sont des papilionacées.

Baile, bailli, subst.masc. Baile. [’bajle] Emprunt à l’occitan baile, officier chargé d’une administration (XII°) (PDPF)

« E aussi cuocx e bivers e bailos » P. Cardinal. Un sirventes. Et il occit cuisiniers et sommeliers et intendants. LR.

Baladin, subst.masc. Baladin (danseur) [baladi

Dérivé de balada lui même formé sur le verbe balar « danser ».

baladin]

Balandran, subst.masc. Balandran {balandral}. (XIII° s.) [balandran] Manteau de pluie. Selon le TLF ce terme d'origine occitane est « attesté en latin médiéval sous la forme balandrana dans deux

textes languedociens : (Statuta Ord. S. Benedicti in provincia Narbonn., ann. 1226 dans DU CANGE t. 1, p. 531b; Concilium Albiense, ann. 1254, ibid.). Balandrana semble dériver d'un terme occitan *balandra ou balandrau, forme attestée seulement au XIVe s. (Guillem de la Barra dans LEVY Prov.) » (PDPF)

Balcon, (15° s.) subst.masc. Balcon [balkun] (XIII° s.)

TLF. Repéré en 1404 sous la forme barcon « saillie construite sur la façade d'un bâtiment et entourée d'une balustrade ».

L’italien avait employé le terme au début du XIV ° s. Le terme apparaît dans un texte occitan un peu avant d’être repéré en Italie, dans les Vidas (écrites entre 1128 et 1242) mais à cette époque les échanges entre pays occitans et italiens (il n’y avait pas à proprement parler « d’Italie ») étaient bien plus fréquents que les échanges entre « l’Italie et la France »:

La dona ac paor, e fugi al balcon, e se laisset cazer jos, e fo morta. V. de Guillaume de Cabestaing. La dame eut peur, et fuit au balcon, et se laissa cheoir en bas, et elle fut morte. LR.

Balèze, (XX°) adj.subst.masc. Balès [bal”s] Le sens premier en occitan est « fort, gaillard, costaud » et le sens grotesque est simplement dérivé et plus tardif. Le terme est passé en français standard à travers les usages argotiques qui en ont gauchi le sens. Dans le francitan de Marseille (mais pas seulement, Marseille n’est pas tout « le Sud ») « balès » est pratiquement synonyme de « type ». « Ce balès commence à me gonfler les alibofis ! ». C’est aussi, de façon sans doute immodeste, le sexe masculin. « Je vais soulager le balès », je vais uriner.

Ballade, subst.fém. Balada [baladO] du verbe balar (danser) [bala] Emprunt à l’ancien occitan ballada (TLF) (DELF) (PDPF)

« Dona n’Auda, balladas ni chansons,/No vuelh faire que no y parle de vos » Pons de Capdueil. Per joi d’amor. Dame Aude, je ne veux faire ballades ni chansons que je n’y parle de vous. LR. NB. Pons de CAPDUELH, Troubadour (1190/1237)

« Les jeunes prothenotaires… s’estudioient de dancer ausy bien et baler qu’un gentilhomme ». BRANTÔME, II, 134

Banaste, subst.fém. Banasta (panier, nigaud) [banastO] Au sens de « panier » depuis l’occitan ancien. (PDPF) L’extension du sens à « nigaud » (ou pire !) se fait en occitan par la ressemblance avec banut, banarut, porteur de banas [’banOs] c’est-à-dire de cornes : « cocu ».

Bande, subst.fém. (troupe) Banda (XIV° s.) [’bandO]. Ce mot d’occitan ancien est d’origine germanique et dans un premier temps il signifie : « étendard, bannière ». Le sens de « troupe » se comprend comme « groupe assemblé sous un étendard ». (DELF)

(PDPF)

« Avia faita tres bandas de sas gens ». Chronique des Albigeois. Col. 53. Il avait fait trois bandes de ses gens. LR.

Bandière, subst.fém. Bandièra (XIII° s.) [bandj”rO] (Vieux). Bannière, pavois, Pavillon sur lequel sont brodées les armes du souverain et qui était placé au sommet d'un mât de navire. Front de bandière. La ligne des étendards, des drapeaux en tête d'un corps d’armée campée. (DELF) (PDPF)

« Cant viron las baneiras desplegadas ». Guillaume de Tudela. Quand ils virent les banières déployées. LR.

NB. Guillaume de Tudela est l’auteur de la première partie de la Chanson de la Croisade (« des Albigeois »). Il est favorable aux croisés. Il écrit vers 1210.

« S’étant (Dragut) mis au large et arboré la bandière du rachaptement ». BRANTÔME, II, 51.

Bandit, subst.masc. Bandit [bandit]

TLF. Empr. à l'ital. bandito (KOHLM., p. 31; BRUNOT t. 3, p. 220; NYROP t. 1, § 43 et 66) attesté au sens littéral de « banni, hors-la-loi » dep. av. 1533 (ARIOSTE [1474-1533] 803 dans BATT.) et au sens de « malfaiteur, vaurien » dep. 1686

(BALDINUCCI, I-94, ibid.). L'ital. bandito est le part. passé substantivé de bandire « proclamer, proscrire, bannir » empr. au got. bandwjan « faire signe », dér. de bandwo « signe » autre forme de bandwa « id. » (bande* « troupe »), v. FEIST, p.

79.

Le DHLF fait également venir ce mot de l’italien « bandito », le banni, mais « bandir » (infinitif, et bandit participe passé) est déjà occitan, avec le même sens (bannir, exiler, exclure, chasser, lâcher) dès le plus lointain Moyen-Âge (PDPF). L’une des peines appliquées aux délinquants était le bannissement…

« Las terras dels banditz » Tit. Du XIV° sièc. Doat, t. VIII, fol 219. Les terres des bannis. LR.

L’occitan, de la même façon que les parlers du nord de l’Italie a été influencé par le gotique, mais les goths (visigoths ou ostrogothes étaient des barbares déjà grandement romanisés). Le français l’a davantage été par une autre langue germanique, le francique. Comme bandir s’est progressivement spécialisé sur le sens de « envoyer », l’occitan qui pour des raisons d’expressivité ne recule jamais devant ce qui est pour le français un pléonasme a trouvé fòrabandir, envoyer au dehors, pour « bannir, exiler, renvoyer… »

Banquette, subst.fém. Banqueta (banc + diminutif) [baNketO] De l’occitan ancien (et toujours vivant) banqueta, diminutif de banc. (DELF) (PDPF)

Baraque, subst.fém. Barraca [barrakO] Le mot serait passé (TLF) en français par l'intermédiaire de l'ancien provençal (cf. baraca en 1381 dans une charte lat. de Marseille) depuis le catalan de Valence où barraca « petite construction primitive servant d'abri » est attesté depuis 1249 (sous la forme barraqua)

Baratin, subst.masc. Dérivé de Barat [barat] Échange, troc, tromperie. Au début du XVI° s. ( 1530) on trouve dans les chansons du Carrateyron d’Aix-en-Provence :

Ellos morriau de l’enrabbo/ Lou jourt que non faran baratz ».

et aux environs de 1600 chez Claude BRUEYS :

Me faguet faire descuberto / Que tout mestier a per desserto / Veritablament lou barat » (Ballet de Cridaires d’aigardent »). (PDPF)

Mais, bien plus anciennement :

« Peccatz cassa sanctor/E baratz simplessa ». P. Cardinal. Falsedats. Le péché chasse la sainteté et la tromperie simplesse. LR. « Et ai ab vos fait maint cortes barat ». Rambaud de Vaqueiras. Valen marques. Et j’ai fait avec vous mainte courtoise tromperie. LR.

Barigoule, (18° s.) subst.fém. Berigola (champignon) [berigulO] Emprunt à l’occitan de Provence berigola {barigola}, nom de divers champignons comestibles, en particulier de l’agaric du panicaut ou oreille de chardon.

Bardot, subst.masc. Bardot (XIV° s.°), petit mulet [bardOt] Celui qui porte le bard (le bât). En occitan la barda (féminin augmentatif) est le bât, la bardèla (comme l’espagnol « albarda »), est la selle sans arçons… bardar, « mettre le bât à un mulet… » D’où le sens dérivé, en occitan et en argot français : « ça va barder… » (DELF)

Il faut qu’elle (une digression) passe pour bardot sans payer péage ». BRANTÔME, IV, 14

Barque, subst.fém. Barca [’barkO] (XIV° s.) et bien entendu toute la famille de dérivés : débarquer, embarquer, embarcadère. « Barca » existe en italien, en espagnol, en portugais et en catalan, tout autant qu’en occitan. (DELF) (PDPF).

« Trobero doas barcas pescant en lo ribage ». V. de S. Honorat. Ils trouvèrent deux barques pêchant sur le rivage. LR.

(1300)

« Naus en mar quant a perdut sa barja »Bertrand de Born, Non estarai. Navire en mer quand il a perdu sa chaloupe. LR. (XII° s.)

L’ancien français dit plutôt « barge ». L’origine occitane n’est pas véritablement démontrable (sinon par la proximité géographique et la communauté « nationale » à partir d’une certaine époque. Les autres origines ne sont pas démontrables

davantage, et pourtant ce sont elles – l’italienne surtout (début XIV°) – qui sont généralement choisies. Pourquoi ?

c

Bartavelle, (18° s.) subst.fém. Bartavèla (perdrix) (début XIV° s.) [bartav”lO bartabelO] Le terme est enregistré dans l’Atlas Linguistique de Gascogne, (Français) mais de Bordeaux à Nice interrogez les chasseurs d’aujourd’hui, il est connu et employé partout. À défaut relisez le très célèbre passage de La Gloire de mon Père de Marcel PAGNOL. La « bartavelle » est le traquet des moulins, ou le verrou des portes (verterelle) : le cri de la perdrix grecque en rappelle le bruit. (DELF) (PDPF)

Basane, subst.fém. Basana (XIII° s.) [bazanO] Emprunt à l’ancien occitan besana, basana (XIII° s., Narbonne), lui-même emprunté à l’espagnol badana (XVe s). La forme « basane » issue de badana ne peut s’expliquer que par un intermédiaire

occitan. (TLF) (DELF) (DHLF)

Basque, subst.fém. Basca (pan de vêtement) [baskO] Emprunt probable à l’occitan basta « troussis, rempli d’étoffe » (TDF.), seule langue romane du Sud, avec le catalan, à avoir ce sens : l’ital. basta, n’a en effet que le sens de « faufilure » qui ne suffit pas à expliquer le sens du mot français, et il en est de même pour l’espagnol basta, attesté depuis 1571. (TLF)

(DELF)

Baste, interj. Basta ! [’bastO] Pour exprimer l’indifférence, la résignation, l’impatience ou la déception. Il {ça} suffit !

on vous cheuauchera a grand

coup de picque & de lance. Baste, dist Epistemon).

Pour le TLF il s’agit de la francisation de l’exclamation italienne basta de même sens, attestée depuis

la 1 ère moitié du XVI° s. (« 3e pers. de l'ind. prés. de bastare « suffire », v. baster. »)

Accessoirement le verbe bastar en occitan signifie « suffire, depuis… le Moyen-Âge (DELF) (PDPF).

« Nostras tenzos pot ben hueimais bastar » T. de Troubadours anonymes. Amics privats. Notre tenson peut bien désormais suffire. LR.

En espagnol également. Et RABELAIS connaissait (entre autres) ces deux langues. Ses séjours italiens lui ont beaucoup servi, son passage à Montpellier et sa très longue fréquentation de son protecteur et ami l’agenais occitanophone Geoffroy d’ESTISSAC aussi.

« Baste que c’est un grand roy (Philippe II). » BRANTÔME, VIII, 145

TLF. 1534 interj. baste (RABELAIS, Pantagruel, éd. Marty-Laveaux, t. 1, chap. 26, p. 343 :

Bastide, subst.fém. Bastida [bastidO] Ville nouvellement bâtie en Gascogne et Périgord surtout au XIII° s. Château fort, forteresse. Maison dans la campagne. Bastida en latin médiéval. Le mot est attestéé en français en 1305, et en occitan en 1263 (TLF), entre autres dans la Chanson de la Croisade (G. de TUDELA) (DELF) (PDPF)

Bastille, (14° s.) subst.fém. Bastilha [basti¥O] (XIII° s.) Ouvrage de fortification. Dérivé de l’ancien occitan bastida avec substitution de suffixe. (TLF) (DELF)

Bastidon, subst.masc. Bastidon. [bastiduN] Diminutif de bastida.

Bastingue, subst.masc. Bastinga [bastiNgO] Féminin de l’occitan bastenc, cordage de sparterie. La bastenga était une toile matelassée tendue autour du plat-bord des navires pour parer les balles. Sur bastir (An mil): bâtir.

« Volon mais de sai bastir / Que lai conquerre los felos » P. CARDINAL. Quan vey lo. Veulent plus bâtir de çà que conquérir là les félons. LR.

Le français « bastingage » a la même origine. (DELF) Comme on aura l’occasion de le constater en parcourant ce petit ouvrage, un nombre significatif de mots est passé de l’occitan au français dans le champ sémantique de la mer et de la navigation. Avec des mots de dialecte normand ou picard, de langue bretonne ou flamande. Faut-il s’en étonner ? Toutes ces régions possèdent une façade maritîme et une longue tradition marine. (DELF)

Bastonnade, subst.fém. Baston + suffixe-ada D’après le TLF Ce terme apparu en 1482 en français serait un emprunt à l’italien bastonata attesté (entre 1348-1353) chez Boccace, soit à l’espagnol bastonada attesté depuis le XIII° s., soit à l’occitan bastonada dans les Leys d’Amor (1341).

Baudroie, subst.fém. (1927) Baudròi [bOwdrOj] subst.masc. (XV° s.) En français : « lotte ». Sur le marché du Vieux Port de Marseille vous pouvez vous amuser et passer un moment instructif en demandant à la poissonnière (celle qui « vend ses poissons vivants au prix des morts » de vous servir une « lotte ». Si possible, prononcez [’l{t] avec l’accent le plus lutétien que vous serez capable d’imiter). Le sketch qui s’ensuivra risque de ne pas vous donner exactement le beau rôle, mais vous en aurez pour votre argent.

Baume, subst.fém. (13° s.) (grotte) Balma {bauma} (XII° s.) [’balmO bawmO] Emprunt au gaulois balma. Caverne, grotte, et en particulier habitée par des ermites : La Sainte Baume près de St Maximin en Provence. Le mot a disparu très vite en français et s’est maintenu en occitan. Un quartier de Toulouse s’appelle « BALMA » (écrit en graphie classique, s’il vous plaît). Le mot s’est conservé partout en pays occitan, dans la toponymie, on connaît pour son excellent muscat Beaumes de Venise au pied du Ventoux, mais aussi dans l’usage courant. (DELF) (PDPF)

« La taverna es balma de layros » V. et Vert. Fol. 22. La taverne est caverne de voleurs. LR.

Bauxite, subst.fém. Baucita [bawsitO] (des « Baux-de-Provence » : Li Bauç de Provença.) (DELF) En pays occitan un bauç [’baws baw] est une falaise escarpée. Il s’agit d’un toponyme très répandu. Le Beausset (francisé au point que la transcription « beau » efface la référence au paysage) est un village perché du Var.

A Toulon, l’incompréhension ( ?) des auteurs français de cartes de la région a fait nommer « Beau de

Quatre Heures » - ce qui ne veut pas dire grand chose - l’éminemment provençal Bauç de quatre auras autrement dit « la montagne escarpée aux quatre vents ». Mais la déformation est si systématique qu’il n’est pas interdit d’y voir la volonté d’effacer la marque de l’occitan sur le paysage. Le bêtisier en ce domaine remplirait des pages. On en rirait si par-delà l’ignorance il ne s’agissait pas de rendre incompréhensible le rapport du pays aux hommes et à leur histoire. L’IGN semble aujourd’hui revenir sus ces aberrations.

Bellone, subst.fém. Bellona [belunO] Variété de grosse figue.

TLF. Étymol. et Hist. 1838 hortic. (Ac. Compl. 1842 : Bellone, variété de figue). Empr. au prov. mod. belouno, dér. de bello « beau » (MISTRAL).

Non ! bello » (écrit dans la graphie classique bella et prononcé le plus souvent [’b”lO]) n’est pas un masculin mais le féminin de l’adjectif bèl {bèu} (beau) : Bellona est un diminutif féminin de sens affectif. Il est vrai que les linguistes français, dans leur splendide orgueil ont considéré jusqu’à très récemment que l’occitan « n’avait pas de grammaire ». Pour mémoire les premières grammaires françaises du français apparaissent au XVI° siècle, deux siècles après les Leys d’Amor… traité de poésie

et de grammaire en occitan, sur l’occitan .

Béret, (19° s.) subst.masc. Barret. [barret] (XIV°) Mot dérivé du bas latin birrum : « sorte de capote à capuchon, en usage dans toutes les classes de la société sous les derniers empereurs », peut-être d’origine celte pour le TLF qui le décrit comme étant

un emprunt au béarnais, bien que le terme soit - au masculin et au féminin - largement panoccitan. Il s’agit d’une spécialisation de l’ancien occitan ber/r/et au sens de « bonnet ». Voir le Pseudo-Turpin de

la fin du XIV° s.

Ainsi donc par une ironie de l’histoire linguistique le symbole (avec la baguette de pain sous le bras) de

la francitude profonde est d’origine occitane ! Que seraient-ils sans nous ? Même les ethnotypes les

plus tenaces (et les plus éculés) y perdraient leur sens ! (DELF) (PDPF). En tout état de cause, il existe pour l’occitan une occurrence plus ancienne que celle citée par le TLF, et celle-ci, provençale, est de

1300.

« En son cap porta barreta. Del cap li osta la berreta ». V. de S. Honorat. En son chef il porte une barrette. Il lui ôte la barrette de la tête. LR. NB. L’auteur de la Vida de Sant Honorat est Raymond FERAUD, niçois, prieur de la Roque-d’Anthéon. Il mourut en 1328. Il n’était pas béarnais. Le mot est panoccitan, sous des transcriptions différentes parfois.

Si le mot pouvait être celte ! Mais même de cette façon, il n’empêcherait pas les populations occcitanes (et pas seulement celles du Massif « Central » d’être aussi celtes que celles des pays d’Oïl… et bien moins franques, c’est-à-dire germaniques. Et il y a presque autant de menhirs en pays occitan qu’en Bretagne.

Berlingot, (1604) subst.masc. Berlingòt [berliNgOt] (1511) Le mot est probablement passé de l’italien (XV° s.) au français (1604) par l’intermédiaire du provençal (1511). À noter que berlingau, en occitan, c’est un osselet dont on se sert dans le jeu qui porte ce nom. MISTRAL, TDF, T.I, p. 270b. (DELF)

Bernard l’Hermite, subst.masc. Bernat ermita [bernat ermitO] Selon le TLF qui cite MISTRAL il s’agit d’un « emprunt au languedocien bernat l’ermito »). Bernard (du nom de Bernard de Cîteaux) est très usité comme sobriquet pour désigner différents animaux :

bernat-blanc « héron aigrette », bernat-pescaire « héron », bernat-pudent « tout insecte ou animal exhalant une mauvaise odeur ». (DELF) Dans son TDF (T.I, p. 271b), MISTRAL ne précise pas que le nom est « languedocien ». Il est de fait tout autant provençal et en réalité panoccitan.

Biais, susbt.masc. Biais (XII°)

TLF. Prob. empr. à l'a. prov. biais « direction oblique, détour », XIIe s. (ds RAYN.), d'où le mot paraît s'être répandu dans la Romania. Orig. du prov. controversée. L'hyp. la plus vraisemblable est celle d'un lat. *biaxius « qui a deux axes » (Holthausen dans Arch. St. n. Spr., t. 113, p. 36; v. COR., s.v. viaje II). (DELF)

« Els van dizen qu’amors torn en biays ». Bernard de Ventadorn. Quan la. Ils vont disant que l’amour tourne en biais. LR.

« Ar vau dretz et ar eb biais ». Rambaud d’Orange. Entre gel. Tantôt je vais droit et tantôt de biais. LR.

Il en faut certainement davantage pour assurer l’origine occitane de ce mot mais si l’on en croit le PDPF (p. 46b) d’Emil LEVY, on constate les emplois suivants :

biais s. m. biais, manière, façon ; faute, défaut ; de b., en b. de biais, en biais, obliquement ; adj. pointu, terminé en pointe ; qui ne convient pas, faux, impropre ; inconstant. Biaisa s. f. Biais, détour. Biaisar v. n. et réfl. Biaiser, s’incliner obliquement ; se détourner ; biaisat louche.

C’est-à-dire que dès le Moyen-Âge, le terme recouvre en occitan tous les emplois que le mot a connu par la suite. Quant aux exemples cités par RAYNOUARD, voici celui qui concerne l’auteur de la première partie de la Crosada. (XII° s.)

« La ciutatz se n’espren, e leva se l’esglais / La vila ars trastota de lonc e de biais » Guillaume de TUDELA. La cité s’en embrase, et l’épouvante se répand, la ville brûle toute en long et en biais. LR. NB. C’est à dire en français moderne : « en long en large et en travers ».

Biasse, subst.fém. Biassa [bjasO] Sorte de besace. Le terme est régional.« Marthe avait préparé une ‘biasse’ abondante » (BOSCO, Le Mas Théotime, 1945, p. 169). L’origine est provençale, et correspond au français « besace » avec chute du « s » intervocalique. Son emploi chez Bosco n’a rien d’étonnant.

TLF. Terme occitan corresp. au fr. besace*, a. prov. beasa « besace » (XVe s., dans R. Lang. rom., t. 35, p. 55), prov. mod. biasso, beasso « id. » (MISTRAL). (PDPF)

Bidasse, subst. masc. Pop. Soldat, troupier :

Quant on demandait aux soldats, surtout languedociens, comment se passait pour eux leur séjour sous les drapeaux, ils avaient coutume de dire qu’ils passaient du bon temps avec leur ami « Bidasse ». Ce fut par la suite une façon de passer la censure militaire, et le terme fit florès pendant la Grande Guerre. « Bidasse », en occitan est vidassa [bidasO], un augmentatif dans ce cas péjoratif de « vie », équivalent à «saleté de vie, vie de chien ».

NB. Il s’agit à l’origine d'un nom propre tiré de la chanson de comique troupier « Avec Bidasse », créée par Bach en 1913, sur un texte de Louis Bousquet, et une musique d'Henry Mailfait : «Avec l’ami Bidasse, On n’se quitte jamais, Attendu qu’on est, Tous deux natifs d’Arras, Chef-lieu du Pas-d’Calais». Louis Bousquet était natif de Parignargues dans le Gard occitanophone, il est donc probable que l'étymologie du nom propre Bidasse soit le substantif occitan vidassa (prononcé bidasse) qui signifie vie désagréable, vie pénible.

Bigaille, subst. fém. Bigalha [biga¥O]

TLF. prob. empr. au prov. mod. bigaio, bigalho « bigarrure, tache » nom générique des insectes ailés, qui piquent; usité dans les colonies françaises p. allus. à la bigarrure des insectes (MISTRAL); le prov. bigalho se rattache au prov. jalho « tacheté (d'un animal) » cf. mouscho jalho « taon » (ibid.), dér. de jaiet, jalha « tacheté de blanc et de roux, grivelé (d'un animal) » (ibid

« Jalho » (en graphie « mistralienne », jalha en graphie classique, prononcé dans tous les cas [’dZajO]) et ses dérivés sont du nord-occitan (pour la Provence, le « pays Gavot) mais c’est le même mot que galha [’gajO]. Comme gau [‘gaw] (Provençal pour gal languedocien) donne jau [’dZaw] en nord- occitan,

Bigarade, subst.fém. Bigarada. [bigaradO] Variété d’orange amère ou de grosse poire. Emprunté à l’occitan bigarrat participe passé de bigarrar

Bigorne, subst.fém. Bigòrna [bigOrnO] (1403) (DELF) Enclume à deux pointes.

Bigue, subst.fém. Poutre. Biga [’bigO] (XIII° s.) Selon le TLF. C’est un emprunt (controversé) à l’occitan biga « joug » (1 ère moitié XIIIes. Chez Bernard Alahan de Narbonne dans LR.), « Chevron, solive » bigua vers 1200, Philomena, LR. (PDPF)

« Totas las parets foro faytas e las biguas aparelhadas de pausar ». Philomena. Toutes les murailles furent faites et les chevrons préparés à poser. LR.

Biner, v.trans. Travailler deux fois la terre. Binar [bina] Du bas latin *binare, retourner la terre une seconde fois. Ancien occitan. (TLF) (DELF) (PDPF)