Vous êtes sur la page 1sur 2

- DE LA VIGILANCE –

« Tu dois, mon frère, être attentif à Dieu quand tu te meus et quand tu t’arrêtes, à tout instant, à chaque battement de paupière, dans chaque pensée, souhait et dans tout autre état. Ressens comme Il est proche de toi ! Sache qu’Il te regarde et qu’Il sait tout de toi, que rien de ce que tu tiens secret ne Lui est caché. Le poids d'un atome n'échappe à ton seigneur ni sur terre ni dans les cieux. 1 Si tu fais entendre ta parole à haute voix, Lui certes connaît parfaitement ce qui est secret et ce qui est le mieux caché. 2 Où que vous soyez il est avec vous, 3 par Sa connaissance, Sa pénétration et Sa puissance. Si tu est du nombre des justes, Il te guidera et te protégera.

Sois modeste comme il convient de l'être devant ton Seigneur. Fais en sorte qu'Il ne te voit jamais dans une situation qu'Il a interdite, et qu'Il ne te cherche pas en vain là où Il t'a ordonné d'être. Adore-le comme si tu Le voyais, car même si tu ne Le vois pas, Lui te voit. Chaque fois que tu remarques dans ton âme une paresse à L'adorer ou une inclinaison à la désobéissance, rappelle-lui que Dieu t'entend et te voit et qu'Il sait tes secrets et ta conversation intime.

Si ce rappel ne suffit pas en raison de l'imperfection de sa connaissance de la majesté divine, rappelle-lui les deux nobles anges qui enregistrent les bonnes et les mauvaises actions, et récite-lui : Lorsque les deux anges envoyés à la rencontre de l'homme sont assis à sa droite et à sa gauche et recueillent ses propos, l'homme ne profère aucune parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l'inscrire. 4

Si ce rappel ne l'influence pas, rappelle-lui la proximité de la mort, qui est la plus proche de toutes les choses cachées auxquelles on se prépare. Fais-lui peur en lui rappelant qu'elle surgit brusquement, et que si elle vient à un moment où l'âme est dans un état qui laisse à désirer, la conséquence en est la perdition sans fin.

Si cette menace est inopérante, rappelle-lui l'immense récompense que Dieu à promise à ceux qui Lui obéissent, et le tourment douloureux dont Il a menacé ceux qui Lui désobéissent. Dis- lui : « Âme, après la mort tu n'auras aucune possibilité de te repentir, et il n'y aura, après cette vie, que le Jardin ou le feu. Tu as le choix. Soit l'obéissance, qui te mènera vers le triomphe, le bonheur, l'immortalité dans de vastes jardins et la contemplation de la Face de Dieu, le Généreux, le Bienveillant. Ou bien la désobéissance, qui te conduire à la dégradation, à l'humiliation, à la moquerie, à la privation et à l'emprisonnement entre les couches du feu. »

Applique-toi à soigner ton âme avec de tels rappels, quand elle néglige d'obéir ou quand elle incline à se rebeller, car ce sont des remèdes utiles pour les maladies du cœur.

Si tu sens émerger dans ton cœur, quand te revient à l'esprit le fait que Dieu t'observe, un embarras qui t’empêche de Lui désobéir et te pousse à t'efforcer de Lui obéir, tu es en possession d'une part des réalités de la vigilance ( murâqaba 5 )

1 Coran 10:61

2 Coran 20:7

3 Coran 57:4

4 Coran 50:17-18

5 murâqabâ : vigilance, garde attentive, attitude du serviteur qui conserve la conscience permanente d'être pénétré intimement en tous ses états par le Seigneur. (Livre des Définitions, de Jurjânî)

Sache que la vigilance est une des stations les plus nobles, une des positions les plus éminentes, et un des degrés les plus élevés. C'est la station de l'excellence (ihsân) à laquelle fait référence la parole du Prophète, que les bénédictions et la paix de Dieu soient sur lui : « L'excellence, c'est d'adorer Dieu comme si tu le voyais, car si tu ne Le vois pas, Lui te voit. »

Chaque croyant a la convictions que rien sur terre comme au ciel n'est caché à Dieu, que Dieu est avec lui où qu'il se trouve, et qu'aucun de ses mouvements ou de ses instants de repos ne Lui est caché. Mais la chose importante est que cette conscience soit permanente et que ses résultats apparaissent, le moindre étant de ne rien faire, quand on est seul avec Dieu, dont on aurait honte si un homme vertueux le voyait. Cela est rare, et ce qui est au-delà est encore plus rare, jusqu'au point où le serviteur est totalement immergé en Dieu, donc devenu inconscient de tout le reste, rendu inattentif à la création par sa contemplation du vrai Roi, parvenu dans un séjour de vérité, auprès d'un Roi tout-puissant 6 .

Le livre de l'aide - L'Imâm al-Haddad (1044-1132 Hégire), grand maître spirituel, s'adresse au cœur de tous ceux qui cherchent à s'initier et se perfectionner dans le chemin menant à la gratitude divine.

6 Coran 54:55