DP

6pTXHQFH
Fiche découverte : Découvrir un métier 1/5
Dans le tableau ci-dessous, nous avons regroupé dans les cases de gauche les réponses à une question.
Pouvez vous retrouver les questions ?

Le métier d`Ambulancier
Information Question
L'ambulancier transporte les blessés, les malades,
les personnes handicapées ou âgées vers les hôpi-
taux, les cliniques ou les maisons de retraite. Il doit
veiller au conIort du passager même s'il conduit a
grande vitesse dans une situation d'urgence.

La majorité des ambulanciers sont salariés dans de
petites entreprises Iamiliales ou artisanales. Leurs
horaires sont irréguliers. Ils peuvent être appelés le
jour, la nuit, le week-end ou les jours Iériés. Dans
un service d'urgence, la permanence s'eIIectue a
plusieurs, par roulement, chaque équipe étant rele-
vée toutes les 24 h.

L'ambulancier aide le malade a monter dans l'am-
bulance, puis l'installe. Durant la durée du trajet, il
veille a son conIort et a son état de santé. Il peut
intervenir en cas de besoin pour apporter les pre-
miers secours (bouche-a-bouche, massage cardia-
que...).

Le travail de l'ambulancier le contraint a rester as-
sis dans son véhicule, durant de nombreuses heures
d'aIIilées. Les trajets s'eIIectuent principalement en
ville ou il subit les embouteillages.

1280 a 1350 euros brut par mois
Sang-Iroid et réactivité sont tres appréciés dans ce
métier. Dans toutes les situations, voire pour sau-
ver une vie, l'ambulancier prend rapidement, et
seul, les bonnes décisions.

Le diplôme d'ambulancier est indispensable
pour exercer la profession. La Iormation est ac-
cessible apres avoir réussi des épreuves de sélec-
tion, avec, au minimum, un niveau 3
e
, souvent en
étant titulaire d'un diplôme de niveau bac. Pour
devenir auxiliaire ambulancier, il Iaut obtenir l'at-
testation de Iormation du même nom.


DP

6pTXHQFH
Fiche découverte : Découvrir un métier 2/5
Dans le tableau ci-dessous, nous avons regroupé dans les cases de gauche les réponses à une question.
Pouvez vous retrouver les questions ?

Le métier d`architecte
Information Question
Dans une agence de petite taille, entre 1 500 et 1 900 euros
brut par mois.

L'exercice de ce métier implique a la Iois des déplacements
sur le terrain et un travail important en agence, qui ne peut
pas toujours être planiIié et subit, souvent, des a-coups, au
gré des commandes qui tombent. Les emplois du temps sont
variables, mais Iorcément chargés si on veut gagner sa vie.

Tout commence par une étude de Iaisabilité qui prend en
compte les impératiIs économiques, la réglementation de la
construction, le choix des matériaux (verre, bois, béton...) et
les caractéristiques du terrain (bruit, sécurité...). Il devient
alors possible d'élaborer un avant-projet détaillé, qui servira
de base a la demande du permis de construire.
ParIois, les architectes sélectionnent les entreprises du BTP
qui vont réaliser les travaux et négocient les prix. Ils peuvent
aussi assurer des visites de chantier et rédiger des comptes-
rendus. Cette derniere mission est plutôt conIiée a des archi-
tectes conIirmés, capables de repérer les erreurs susceptibles
de compromettre le projet.

Concilier l'art et la technique : tel est le principal déIi de l'ar-
chitecte. Maîtrisant parIaitement la CAO et le DAO
(conception et dessin assistés par ordinateur), il se tient au
courant des innovations technologiques, qui vont bon train
dans le domaine de la construction. Il sait aussi gérer un bud-
get et manier quelques notions juridiques (code des marchés
publics, etc.).

Les études d'architecture sont longues : cinq ans apres le bac,
minimum. Elles demandent autant de connaissances en des-
sin et histoire de l'art qu'en sciences et techniques.
Le diplôme d'Etat d'architecte correspond au grade de master
dans le nouveau schéma européen des études. Il se prépare
dans une des vingt écoles d'architecture dépendant du minis-
tere de la Culture, ou a l'Institut national des sciences appli-
quées de Strasbourg ( INSA, quatre ans d'études, acces sur
prépa et concours) ou l'Ecole spéciale d'architecture (ESA)
qui se situe a Paris (cinq ans d'études, examen d'entrée ou-
vert aux bacheliers).
Une année supplémentaire est nécessaire pour valider la ca-
pacité a exercer la maîtrise d'oeuvre, permettant de s'inscrire
a l'Ordre des architectes et d'exercer en son nom propre.


DP

6pTXHQFH
Fiche découverte : Découvrir un métier 3/5
Dans le tableau ci-dessous, nous avons regrouper dans les cases de gauche les réponses à une question.
Pouvez vous retrouver les questions ?

Le métier d`ingénieur électronicien
Information Question
Dans tous les cas, le niveau bac + 5 est indispensable.
Les écoles d'ingénieurs restent la voie classique, mais le
métier est accessible aux diplômés de l'université.


L'ingénieur électronicien ne travaille pas seul dans son
coin. Il doit avoir une bonne culture générale et de réel-
les aptitudes a communiquer pour s'intégrer dans une
équipe pluridisciplinaire. Créativité, capacités d'analyse
et de synthese, sens de l'organisation : autant de qualités
qui lui seront demandées.

Variable en Ionction du secteur d'activité, environ 3
300 euros brut/mois.

20° du coût d'une voiture en 2003, 35° prévus en
2006 : les applications de l'électronique dans l'industrie
automobile ne cessent de progresser. Même constat
dans tous les secteurs d'activité. L'électronique apparaît
comme une technique stratégique, indispensable a la
compétitivité de l'économie. Un secteur aux reins relati-
vement solides malgré les Iluctuations du marché.

Des horaires élastiques, voire une certaine dose de
stress sont a prévoir en période de bouclage, surtout
dans les sociétés d'ingénierie. Quant a la mise a jour de
ses connaissances (nouvelles technologies, normes en
vigueur...), elle se Iait souvent le week-end.


En premiere ligne, l'ingénieur de recherche met au
point des innovations technologiques qui seront utili-
sées dans la conception des produits de sa société.
Travaillant sur une station d'IAO (ingénierie assistée
par ordinateur), l'ingénieur d'études déIinit l'archi-
tecture des produits ou des composants et réalise un
prototype.
Par une série de tests, l'ingénieur essais vériIie que ce
prototype possede bien les caractéristiques attendues.


DP

6pTXHQFH
Fiche découverte : Découvrir un métier 4/5
Dans le tableau ci-dessous, nous avons regroupé dans les cases de gauche les réponses à une question.
Pouvez vous retrouver les questions ?

Le métier d`opérateur sur machine a commande numérique
InIormation Question
L'opérateur travaille toujours en équipe et ses activités
l'amenent a collaborer avec les diIIérents services de
l'entreprise. De la maintenance a la gestion de produc-
tion, en passant par le contrôle - qualité, il échange des
inIormations avec tous ceux qui, comme lui, cherchent
a optimiser la production et a réduire les coûts.

L'opérateur conduit une (ou plusieurs) machine(s) a
commande numérique (tour, perceuse, rectiIieuse, Irai-
seuse...) pilotée(s) par un programme inIormatique. Ces
machines Iabriquent des pieces mécaniques (boîtes de
vitesses, moteurs...) par usinage, c'est-a-dire en enle-
vant du métal.

Dans l'industrie, les opportunités de promotion interne
ne manquent pas. Avec de l'expérience, un opérateur
peut rapidement encadrer une équipe et évoluer vers
des Ionctions de cheI d'atelier (lancement, coordination
et suivi de la production). Grâce a la Iormation proIes-
sionnelle, il peut également se spécialiser et devenir
technicien des méthodes, technicien qualité ou encore
gestionnaire de production.

Réaliser des travaux d'usinage sur des machines a com-
mande numérique, demande un esprit méthodique, de la
logique et une attention soutenue. Le travail de l'opéra-
teur exige, en eIIet, des gestes précis, de la minutie et
de l'astuce, sans oublier une bonne résistance physique
(travail debout en atelier, horaires irréguliers). Pour lire
les plans, une bonne représentation des volumes dans
l'espace est aussi nécessaire, sans oublier l'aptitude au
calcul et l'utilisation de schémas et Iormules mathéma-
tiques.

BEP métiers de la production mécanique inIormatisée
(MPMI).
Bacs pro pilotage des systemes de production automati-
sée ; productique mécanique, option décolletage ; tech-
nicien outilleur ; technicien d'usinage.
BTS industrialisation des produits mécaniques.


DP

6pTXHQFH
Fiche découverte : Découvrir un métier 5/5
Pour découvrir et connaître un métier, il est nécessaire de collecter certaines inIormations que l`on peut re-
grouper en 5 grandes catégories :

- ..........................................
- ........................................
- ..........................................
- ........................................
- ........................................

Pour pouvoir renseigner ces 5 catégories d`inIormations le plus précisément possible il est parIois nécessai-
re de se poser des questions telles que :

1 . ...........................................
2 . ...........................................
3 . ...........................................
4 . ...........................................
5 . ...........................................
6 . ...........................................
7 . ...........................................
8 . ...........................................
9 . ...........................................

Pour trouver ces inIormations il existe plusieurs possibilités :

- ..........................................
- ........................................
- ..........................................
- ........................................
Consignes

1 . Collecter le maximum d`inIormation sur le métier de votre choix.
2 . Compléter le tableau ci-dessous.

DP

6pTXHQFH
Fiche application : Découvrir un métier
Le métier ............
Catégories Informations
La nature
du travail

Les conditions
de travail

La vie
proIessionnelle

Compétences
requises

L`acces
au métier

Le métier
d`InIirmier
Catégories Informations
La nature
du travail
Le « rôle propre » : Ce rôle consiste a assurer, en collaboration avec l'aide-soignant, les soins d'hygiene, de
conIort et de sécurité du patient. L'inIirmier s'assure aussi que le patient a bien compris les explications du mé-
decin. Il peut répondre a certaines de ses interrogations. Mais, dans tous les cas, l'inIirmier est soumis au secret
proIessionnel.
Le « rôle sur prescription » : La prescription médicale est le seul lien hiérarchique entre le médecin et l'inIir-
mier. C'est-a-dire que l'inIirmier n'intervient que sur ordre et avec l'accord du médecin. En aucune Iaçon, il ne
peut déIinir lui-même un traitement pour le patient. En revanche, il est chargé de surveiller les éventuels eIIets
secondaires ou complications.
La gestion administrative : Surveillance des équipements, gestion des stocks de médicaments et des dossiers...
autant de tâches dont l'inIirmier doit s'acquitter. Il établit aussi les plannings de soins en Ionction des prescrip-
tions médicales. Par ailleurs, il peut organiser des rendez-vous aupres d'autres services (en radiologie, par
exemple). Ou s'occuper des Iormalités d'admission des patients et rédiger les comptes rendus des visites du mé-
decin dans le cahier des soins...
Les conditions
de travail
Crande disponibilité : De jour comme de nuit, le week-end comme les jours Iériés, l'inIirmier assure une conti-
nuité de services. Ces astreintes sont une des caractéristiques du métier, même si les conditions de travail va-
rient en Ionction du lieu d'exercice : hôpital, clinique, centre médico-social, dispensaire, Samu social, associa-
tion humanitaire...
Surtout à l'hôpital : Pres de 75 ° des inIirmiers exercent a l'hôpital, 15 ° dans le domaine libéral et 10 ° dans
les établissements scolaires, les services de protection maternelle et inIantile (PMI) ou ceux de la médecine du
travail. Dans tous les cas, l'inIirmier doit posséder une certaine résistance physique et nerveuse pour supporter
des situations parIois diIIiciles.
La vie
proIessionnelle
Le plein-emploi : La proIession bénéIicie de conditions d'emploi Iavorables. En eIIet, dans les 5 premieres an-
nées d'exercice, le taux de chômage est l'un des plus Iaibles de toutes les Iormations de même niveau. Pres de la
moitié des inIirmiers nouvellement diplômés exercent dans un service public. 90 ° d'entre eux sont... des inIir-
mieres !
Evoluer en se spécialisant : Apres 5 ans d'expérience dans un établissement hospitalier, l'inIirmier peut prépa-
rer un diplôme pour devenir cadre inIirmier (ou cadre de santé). Autres possibilités : apres 2 ans d'expérience,
réussir un concours pour suivre la Iormation d'inIirmier anesthésiste, d'inIirmier de bloc opératoire ou d'inIir-
miere puéricultrice.
Salaire du débutant : 1400 euros brut par mois.
Compétences
requises
Le sens du dialogue : Au sein de l'hôpital, l'inIirmier est un maillon important de l'équipe médicale, car il a
aussi une Ionction d'observation et de dialogue avec le patient. Il recueille des inIormations pour une prise en
charge adaptée. Cela lui permet d'être a l'écoute, de rencontrer les Iamilles, d'assurer un accompagnement et un
soutien psychologique.
Une santé de fer : Un bon équilibre et une grande résistance physique sont indispensables. Par ailleurs, la capa-
cité a s'organiser et a analyser rapidement une situation sont des atouts pour s'épanouir dans ce métier. Sur le
plan psychologique, la maturité et la capacité a prendre du recul permettent de côtoyer la maladie et la mort en
se préservant le mieux possible sur le plan personnel.
Une vigilance élevée : L'inIirmier doit savoir interpeller le médecin lorsqu'il identiIie une anomalie ou une
prescription atypique, aIin d'en obtenir conIirmation. Cela constitue une des diIIicultés majeures de la proIes-
sion. Il doit être en mesure de comprendre chaque prescription pour en déterminer les risques et les surveillan-
ces. Ce diagnostic inIirmier est complémentaire du diagnostic médical et ne s'y substitue en aucune maniere.
L`acces
au métier
Pour exercer ce métier, il Iaut obtenir le diplôme d'Etat d'inIirmier, délivré par les instituts de Iormation aux
soins inIirmiers (IFSI). Bien que préparé en 3 ans apres le bac, le DE et seulement reconnu au niveau bac ¹ 2.
30 000 places étaient oIIertes au concours de la rentrée 2007, dont certaines réservées aux auxiliaires de puéri-
culture et aux aides-soignants justiIiant de 3 ans d'expérience.
Niveau bac ¹ 2
Diplôme d'Etat d'inIirmier.
Ce que vous devez savoir faire :

x M6 : Savoir collecter les inIormations sur un métier.
x M8 : Savoir rédiger un compte rendu suivant un point de vue prédéterminer.

DP

6pTXHQFH
Fiche synthèse : Découvrir un métier
1 . A retenir :

Pour pouvoir parler précisément d`un métier, il Iaut collecter des inIormations, les plus completes possibles,
sur les cinq domaines suivants :

- La nature du travail (les activités, le rôle)
- Les conditions de travail (avantages, inconvénients, etc.)
- La vie professionnelle (salaire, perspective de carrière, débouchés, etc.)
- Les compétences requises (conditions physiques, morales, etc.)
- L`accès au métier (formations, diplômes, etc.)

Cette collecte d`inIormation peut se Iaire de diIIérentes Iaçons :

- Oralement lors d`interviews de proches ou en posant des questions lors de visites.
- Par des recherches dans des documents (journaux, revues, brochures, etc.)
- En visionnant des Iilms ou des documentaires
- En eIIectuant des recherches sur Internet ou sur des supports multimédia (CD.)



 /H WUDYDLO GH O DPEXODQFLHU OH FRQWUDLQW j UHVWHU DV VLV GDQV VRQ YpKLFXOH GXUDQW GH QRPEUHXVHV KHXUHV G DIILOpHV /HV WUDMHWV V HIIHFWXHQW SULQFLSDOHPHQW HQ YLOOH R LO VXELW OHV HPERXWHLOODJHV  j  HXURV EUXW SDU PRLV 6DQJIURLG HW UpDFWLYLWp VRQW WUqV DSSUpFLpV GDQV FH PpWLHU 'DQV WRXWHV OHV VLWXDWLRQV YRLUH SRXU VDX YHU XQH YLH O DPEXODQFLHU SUHQG UDSLGHPHQW HW VHXO OHV ERQQHV GpFLVLRQV /H GLSO{PH G DPEXODQFLHU HVW LQGLVSHQVDEOH SRXU H[HUFHU OD SURIHVVLRQ /D IRUPDWLRQ HVW DF FHVVLEOH DSUqV DYRLU UpXVVL GHV pSUHXYHV GH VpOHF WLRQ DYHF DX PLQLPXP XQ QLYHDX H VRXYHQW HQ pWDQW WLWXODLUH G XQ GLSO{PH GH QLYHDX EDF 3RXU GHYHQLU DX[LOLDLUH DPEXODQFLHU LO IDXW REWHQLU O DW WHVWDWLRQ GH IRUPDWLRQ GX PrPH QRP 4XHVWLRQ .

QIRUPDWLRQ 'DQV XQH DJHQFH GH SHWLWH WDLOOH HQWUH   HW   HXURV EUXW SDU PRLV / H[HUFLFH GH FH PpWLHU LPSOLTXH j OD IRLV GHV GpSODFHPHQWV VXU OH WHUUDLQ HW XQ WUDYDLO LPSRUWDQW HQ DJHQFH TXL QH SHXW SDV WRXMRXUV rWUH SODQLILp HW VXELW VRXYHQW GHV jFRXSV DX JUp GHV FRPPDQGHV TXL WRPEHQW /HV HPSORLV GX WHPSV VRQW YDULDEOHV PDLV IRUFpPHQW FKDUJpV VL RQ YHXW JDJQHU VD YLH 7RXW FRPPHQFH SDU XQH pWXGH GH IDLVDELOLWp TXL SUHQG HQ FRPSWH OHV LPSpUDWLIV pFRQRPLTXHV OD UpJOHPHQWDWLRQ GH OD FRQVWUXFWLRQ OH FKRL[ GHV PDWpULDX[ YHUUH ERLV EpWRQ.ƒ '3 6pTXHQFH  )LFKH GpFRXYHUWH  'pFRXYULU XQ PpWLHU  'DQV OH WDEOHDX FLGHVVRXV QRXV DYRQV UHJURXSp GDQV OHV FDVHV GH JDXFKH OHV UpSRQVHV j XQH TXHVWLRQ 3RXYH] YRXV UHWURXYHU OHV TXHVWLRQV " /H PpWLHU G¶DUFKLWHFWH .

HW OHV FDUDFWpULVWLTXHV GX WHUUDLQ EUXLW VpFXULWp.

 .OV SHXYHQW DXVVL DVVXUHU GHV YLVLWHV GH FKDQWLHU HW UpGLJHU GHV FRPSWHV UHQGXV &HWWH GHUQLqUH PLVVLRQ HVW SOXW{W FRQILpH j GHV DUFKL WHFWHV FRQILUPpV FDSDEOHV GH UHSpUHU OHV HUUHXUV VXVFHSWLEOHV GH FRPSURPHWWUH OH SURMHW &RQFLOLHU O DUW HW OD WHFKQLTXH  WHO HVW OH SULQFLSDO GpIL GH O DU FKLWHFWH 0DvWULVDQW SDUIDLWHPHQW OD &$2 HW OH '$2 FRQFHSWLRQ HW GHVVLQ DVVLVWpV SDU RUGLQDWHXU.O GHYLHQW DORUV SRVVLEOH G pODERUHU XQ DYDQWSURMHW GpWDLOOp TXL VHUYLUD GH EDVH j OD GHPDQGH GX SHUPLV GH FRQVWUXLUH 3DUIRLV OHV DUFKLWHFWHV VpOHFWLRQQHQW OHV HQWUHSULVHV GX %73 TXL YRQW UpDOLVHU OHV WUDYDX[ HW QpJRFLHQW OHV SUL[ .

O VDLW DXVVL JpUHU XQ EXG JHW HW PDQLHU TXHOTXHV QRWLRQV MXULGLTXHV FRGH GHV PDUFKpV SXEOLFV HWF. LO VH WLHQW DX FRXUDQW GHV LQQRYDWLRQV WHFKQRORJLTXHV TXL YRQW ERQ WUDLQ GDQV OH GRPDLQH GH OD FRQVWUXFWLRQ .

QVWLWXW QDWLRQDO GHV VFLHQFHV DSSOL TXpHV GH 6WUDVERXUJ .O VH SUpSDUH GDQV XQH GHV YLQJW pFROHV G DUFKLWHFWXUH GpSHQGDQW GX PLQLV WqUH GH OD &XOWXUH RX j O . /HV pWXGHV G DUFKLWHFWXUH VRQW ORQJXHV  FLQT DQV DSUqV OH EDF PLQLPXP (OOHV GHPDQGHQW DXWDQW GH FRQQDLVVDQFHV HQ GHV VLQ HW KLVWRLUH GH O DUW TX HQ VFLHQFHV HW WHFKQLTXHV /H GLSO{PH G eWDW G DUFKLWHFWH FRUUHVSRQG DX JUDGH GH PDVWHU GDQV OH QRXYHDX VFKpPD HXURSpHQ GHV pWXGHV .16$ TXDWUH DQV G pWXGHV DFFqV VXU SUpSD HW FRQFRXUV.

RX O eFROH VSpFLDOH G DUFKLWHFWXUH (6$.

TXL VH VLWXH j 3DULV FLQT DQV G pWXGHV H[DPHQ G HQWUpH RX YHUW DX[ EDFKHOLHUV.

 8QH DQQpH VXSSOpPHQWDLUH HVW QpFHVVDLUH SRXU YDOLGHU OD FD SDFLWp j H[HUFHU OD PDvWULVH G RHXYUH SHUPHWWDQW GH V LQVFULUH j O 2UGUH GHV DUFKLWHFWHV HW G H[HUFHU HQ VRQ QRP SURSUH 4XHVWLRQ .

O GRLW DYRLU XQH ERQQH FXOWXUH JpQpUDOH HW GH UpHO OHV DSWLWXGHV j FRPPXQLTXHU SRXU V LQWpJUHU GDQV XQH pTXLSH SOXULGLVFLSOLQDLUH &UpDWLYLWp FDSDFLWpV G DQDO\VH HW GH V\QWKqVH VHQV GH O RUJDQLVDWLRQ  DXWDQW GH TXDOLWpV TXL OXL VHURQW GHPDQGpHV 9DULDEOH HQ IRQFWLRQ GX VHFWHXU G DFWLYLWp HQYLURQ   HXURV EUXWPRLV  GX FR€W G XQH YRLWXUH HQ   SUpYXV HQ   OHV DSSOLFDWLRQV GH O pOHFWURQLTXH GDQV O LQGXVWULH DXWRPRELOH QH FHVVHQW GH SURJUHVVHU 0rPH FRQVWDW GDQV WRXV OHV VHFWHXUV G DFWLYLWp / pOHFWURQLTXH DSSDUDvW FRPPH XQH WHFKQLTXH VWUDWpJLTXH LQGLVSHQVDEOH j OD FRPSpWLWLYLWp GH O pFRQRPLH 8Q VHFWHXU DX[ UHLQV UHODWL YHPHQW VROLGHV PDOJUp OHV IOXFWXDWLRQV GX PDUFKp 'HV KRUDLUHV pODVWLTXHV YRLUH XQH FHUWDLQH GRVH GH VWUHVV VRQW j SUpYRLU HQ SpULRGH GH ERXFODJH VXUWRXW GDQV OHV VRFLpWpV G LQJpQLHULH 4XDQW j OD PLVH j MRXU GH VHV FRQQDLVVDQFHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV QRUPHV HQ YLJXHXU.QIRUPDWLRQ 'DQV WRXV OHV FDV OH QLYHDX EDF   HVW LQGLVSHQVDEOH /HV pFROHV G LQJpQLHXUV UHVWHQW OD YRLH FODVVLTXH PDLV OH PpWLHU HVW DFFHVVLEOH DX[ GLSO{PpV GH O XQLYHUVLWp / LQJpQLHXU pOHFWURQLFLHQ QH WUDYDLOOH SDV VHXO GDQV VRQ FRLQ .ƒ '3 6pTXHQFH  )LFKH GpFRXYHUWH  'pFRXYULU XQ PpWLHU  'DQV OH WDEOHDX FLGHVVRXV QRXV DYRQV UHJURXSHU GDQV OHV FDVHV GH JDXFKH OHV UpSRQVHV j XQH TXHVWLRQ 3RXYH] YRXV UHWURXYHU OHV TXHVWLRQV " /H PpWLHU G¶LQJpQLHXU pOHFWURQLFLHQ .

 HOOH VH IDLW VRXYHQW OH ZHHNHQG (Q SUHPLqUH OLJQH O LQJpQLHXU GH UHFKHUFKH PHW DX SRLQW GHV LQQRYDWLRQV WHFKQRORJLTXHV TXL VHURQW XWLOL VpHV GDQV OD FRQFHSWLRQ GHV SURGXLWV GH VD VRFLpWp 7UDYDLOODQW VXU XQH VWDWLRQ G .$2 LQJpQLHULH DVVLVWpH SDU RUGLQDWHXU.

 O LQJpQLHXU G pWXGHV GpILQLW O DUFKL WHFWXUH GHV SURGXLWV RX GHV FRPSRVDQWV HW UpDOLVH XQ SURWRW\SH 3DU XQH VpULH GH WHVWV O LQJpQLHXU HVVDLV YpULILH TXH FH SURWRW\SH SRVVqGH ELHQ OHV FDUDFWpULVWLTXHV DWWHQGXHV 4XHVWLRQ .

ƒ '3 6pTXHQFH  )LFKH GpFRXYHUWH  'pFRXYULU XQ PpWLHU  'DQV OH WDEOHDX FLGHVVRXV QRXV DYRQV UHJURXSp GDQV OHV FDVHV GH JDXFKH OHV UpSRQVHV j XQH TXHVWLRQ 3RXYH] YRXV UHWURXYHU OHV TXHVWLRQV " /H PpWLHU G¶RSpUDWHXU VXU PDFKLQH j FRPPDQGH QXPpULTXH .QIRUPDWLRQ / RSpUDWHXU WUDYDLOOH WRXMRXUV HQ pTXLSH HW VHV DFWLYLWpV O DPqQHQW j FROODERUHU DYHF OHV GLIIpUHQWV VHUYLFHV GH O HQWUHSULVH 'H OD PDLQWHQDQFH j OD JHVWLRQ GH SURGXF WLRQ HQ SDVVDQW SDU OH FRQWU{OH  TXDOLWp LO pFKDQJH GHV LQIRUPDWLRQV DYHF WRXV FHX[ TXL FRPPH OXL FKHUFKHQW j RSWLPLVHU OD SURGXFWLRQ HW j UpGXLUH OHV FR€WV / RSpUDWHXU FRQGXLW XQH RX SOXVLHXUV.

PDFKLQH V.

j FRPPDQGH QXPpULTXH WRXU SHUFHXVH UHFWLILHXVH IUDL VHXVH.

SLORWpH V.

SDU XQ SURJUDPPH LQIRUPDWLTXH &HV PDFKLQHV IDEULTXHQW GHV SLqFHV PpFDQLTXHV ERvWHV GH YLWHVVHV PRWHXUV.

SDU XVLQDJH F HVWjGLUH HQ HQOH YDQW GX PpWDO 'DQV O LQGXVWULH OHV RSSRUWXQLWpV GH SURPRWLRQ LQWHUQH QH PDQTXHQW SDV $YHF GH O H[SpULHQFH XQ RSpUDWHXU SHXW UDSLGHPHQW HQFDGUHU XQH pTXLSH HW pYROXHU YHUV GHV IRQFWLRQV GH FKHI G DWHOLHU ODQFHPHQW FRRUGLQDWLRQ HW VXLYL GH OD SURGXFWLRQ.

 *UkFH j OD IRUPDWLRQ SURIHV VLRQQHOOH LO SHXW pJDOHPHQW VH VSpFLDOLVHU HW GHYHQLU WHFKQLFLHQ GHV PpWKRGHV WHFKQLFLHQ TXDOLWp RX HQFRUH JHVWLRQQDLUH GH SURGXFWLRQ 5pDOLVHU GHV WUDYDX[ G XVLQDJH VXU GHV PDFKLQHV j FRP PDQGH QXPpULTXH GHPDQGH XQ HVSULW PpWKRGLTXH GH OD ORJLTXH HW XQH DWWHQWLRQ VRXWHQXH /H WUDYDLO GH O RSpUD WHXU H[LJH HQ HIIHW GHV JHVWHV SUpFLV GH OD PLQXWLH HW GH O DVWXFH VDQV RXEOLHU XQH ERQQH UpVLVWDQFH SK\VLTXH WUDYDLO GHERXW HQ DWHOLHU KRUDLUHV LUUpJXOLHUV.

 3RXU OLUH OHV SODQV XQH ERQQH UHSUpVHQWDWLRQ GHV YROXPHV GDQV O HVSDFH HVW DXVVL QpFHVVDLUH VDQV RXEOLHU O DSWLWXGH DX FDOFXO HW O XWLOLVDWLRQ GH VFKpPDV HW IRUPXOHV PDWKpPD WLTXHV %(3 PpWLHUV GH OD SURGXFWLRQ PpFDQLTXH LQIRUPDWLVpH 030.

 %DFV SUR SLORWDJH GHV V\VWqPHV GH SURGXFWLRQ DXWRPDWL VpH  SURGXFWLTXH PpFDQLTXH RSWLRQ GpFROOHWDJH  WHFK QLFLHQ RXWLOOHXU  WHFKQLFLHQ G XVLQDJH %76 LQGXVWULDOLVDWLRQ GHV SURGXLWV PpFDQLTXHV 4XHVWLRQ .

ƒ '3 6pTXHQFH  )LFKH GpFRXYHUWH  'pFRXYULU XQ PpWLHU  3RXU GpFRXYULU HW FRQQDvWUH XQ PpWLHU LO HVW QpFHVVDLUH GH FROOHFWHU FHUWDLQHV LQIRUPDWLRQV TXH O¶RQ SHXW UH JURXSHU HQ  JUDQGHV FDWpJRULHV   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««  ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««  «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««  ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««  «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« 3RXU SRXYRLU UHQVHLJQHU FHV  FDWpJRULHV G¶LQIRUPDWLRQV OH SOXV SUpFLVpPHQW SRVVLEOH LO HVW SDUIRLV QpFHVVDL UH GH VH SRVHU GHV TXHVWLRQV WHOOHV TXH    «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««   ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« 3RXU WURXYHU FHV LQIRUPDWLRQV LO H[LVWH SOXVLHXUV SRVVLELOLWpV   «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««  ««««««««««««««««««««««««««««««««««««««««  «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««  «««««««««««««««««««««««««««««««««««««««« .

QIRUPDWLRQV /HV FRQGLWLRQV GH WUDYDLO /D YLH SURIHVVLRQQHOOH &RPSpWHQFHV UHTXLVHV /¶DFFqV DX PpWLHU .ƒ '3 &RQVLJQHV  6pTXHQFH  )LFKH DSSOLFDWLRQ  'pFRXYULU XQ PpWLHU   &ROOHFWHU OH PD[LPXP G¶LQIRUPDWLRQ VXU OH PpWLHU GH YRWUH FKRL[   &RPSOpWHU OH WDEOHDX FLGHVVRXV /H PpWLHU ««««««««««« &DWpJRULHV /D QDWXUH GX WUDYDLO .

QIRUPDWLRQV /H © U{OH SURSUH ª  &H U{OH FRQVLVWH j DVVXUHU HQ FROODERUDWLRQ DYHF O DLGHVRLJQDQW OHV VRLQV G K\JLqQH GH FRQIRUW HW GH VpFXULWp GX SDWLHQW / LQILUPLHU V DVVXUH DXVVL TXH OH SDWLHQW D ELHQ FRPSULV OHV H[SOLFDWLRQV GX Pp GHFLQ .O SHXW UpSRQGUH j FHUWDLQHV GH VHV LQWHUURJDWLRQV 0DLV GDQV WRXV OHV FDV O LQILUPLHU HVW VRXPLV DX VHFUHW SURIHVVLRQQHO /H © U{OH VXU SUHVFULSWLRQ ª  /D SUHVFULSWLRQ PpGLFDOH HVW OH VHXO OLHQ KLpUDUFKLTXH HQWUH OH PpGHFLQ HW O LQILU PLHU & HVWjGLUH TXH O LQILUPLHU Q LQWHUYLHQW TXH VXU RUGUH HW DYHF O DFFRUG GX PpGHFLQ (Q DXFXQH IDoRQ LO QH SHXW GpILQLU OXLPrPH XQ WUDLWHPHQW SRXU OH SDWLHQW (Q UHYDQFKH LO HVW FKDUJp GH VXUYHLOOHU OHV pYHQWXHOV HIIHWV VHFRQGDLUHV RX FRPSOLFDWLRQV /D JHVWLRQ DGPLQLVWUDWLYH  6XUYHLOODQFH GHV pTXLSHPHQWV JHVWLRQ GHV VWRFNV GH PpGLFDPHQWV HW GHV GRVVLHUV DXWDQW GH WkFKHV GRQW O LQILUPLHU GRLW V DFTXLWWHU .O pWDEOLW DXVVL OHV SODQQLQJV GH VRLQV HQ IRQFWLRQ GHV SUHVFULS WLRQV PpGLFDOHV 3DU DLOOHXUV LO SHXW RUJDQLVHU GHV UHQGH]YRXV DXSUqV G DXWUHV VHUYLFHV HQ UDGLRORJLH SDU H[HPSOH.QILUPLHU &DWpJRULHV ./H PpWLHU G¶.

 2X V RFFXSHU GHV IRUPDOLWpV G DGPLVVLRQ GHV SDWLHQWV HW UpGLJHU OHV FRPSWHV UHQGXV GHV YLVLWHV GX Pp GHFLQ GDQV OH FDKLHU GHV VRLQV *UDQGH GLVSRQLELOLWp  'H MRXU FRPPH GH QXLW OH ZHHNHQG FRPPH OHV MRXUV IpULpV O LQILUPLHU DVVXUH XQH FRQWL QXLWp GH VHUYLFHV &HV DVWUHLQWHV VRQW XQH GHV FDUDFWpULVWLTXHV GX PpWLHU PrPH VL OHV FRQGLWLRQV GH WUDYDLO YD ULHQW HQ IRQFWLRQ GX OLHX G H[HUFLFH  K{SLWDO FOLQLTXH FHQWUH PpGLFRVRFLDO GLVSHQVDLUH 6DPX VRFLDO DVVRFLD WLRQ KXPDQLWDLUH 6XUWRXW j O K{SLWDO  3UqV GH  GHV LQILUPLHUV H[HUFHQW j O K{SLWDO  GDQV OH GRPDLQH OLEpUDO HW  GDQV OHV pWDEOLVVHPHQWV VFRODLUHV OHV VHUYLFHV GH SURWHFWLRQ PDWHUQHOOH HW LQIDQWLOH 30.

RX FHX[ GH OD PpGHFLQH GX WUDYDLO 'DQV WRXV OHV FDV O LQILUPLHU GRLW SRVVpGHU XQH FHUWDLQH UpVLVWDQFH SK\VLTXH HW QHUYHXVH SRXU VXSSRUWHU GHV VLWXDWLRQV SDUIRLV GLIILFLOHV /H SOHLQHPSORL  /D SURIHVVLRQ EpQpILFLH GH FRQGLWLRQV G HPSORL IDYRUDEOHV (Q HIIHW GDQV OHV  SUHPLqUHV DQ QpHV G H[HUFLFH OH WDX[ GH FK{PDJH HVW O XQ GHV SOXV IDLEOHV GH WRXWHV OHV IRUPDWLRQV GH PrPH QLYHDX 3UqV GH OD PRLWLp GHV LQILUPLHUV QRXYHOOHPHQW GLSO{PpV H[HUFHQW GDQV XQ VHUYLFH SXEOLF  G HQWUH HX[ VRQW GHV LQILU PLqUHV eYROXHU HQ VH VSpFLDOLVDQW  $SUqV  DQV G H[SpULHQFH GDQV XQ pWDEOLVVHPHQW KRVSLWDOLHU O LQILUPLHU SHXW SUpSD UHU XQ GLSO{PH SRXU GHYHQLU FDGUH LQILUPLHU RX FDGUH GH VDQWp.

O GRLW rWUH HQ PHVXUH GH FRPSUHQGUH FKDTXH SUHVFULSWLRQ SRXU HQ GpWHUPLQHU OHV ULVTXHV HW OHV VXUYHLOODQ FHV &H GLDJQRVWLF LQILUPLHU HVW FRPSOpPHQWDLUH GX GLDJQRVWLF PpGLFDO HW QH V \ VXEVWLWXH HQ DXFXQH PDQLqUH /¶DFFqV DX PpWLHU 3RXU H[HUFHU FH PpWLHU LO IDXW REWHQLU OH GLSO{PH G eWDW G LQILUPLHU GpOLYUp SDU OHV LQVWLWXWV GH IRUPDWLRQ DX[ VRLQV LQILUPLHUV .O UHFXHLOOH GHV LQIRUPDWLRQV SRXU XQH SULVH HQ FKDUJH DGDSWpH &HOD OXL SHUPHW G rWUH j O pFRXWH GH UHQFRQWUHU OHV IDPLOOHV G DVVXUHU XQ DFFRPSDJQHPHQW HW XQ VRXWLHQ SV\FKRORJLTXH 8QH VDQWp GH IHU  8Q ERQ pTXLOLEUH HW XQH JUDQGH UpVLVWDQFH SK\VLTXH VRQW LQGLVSHQVDEOHV 3DU DLOOHXUV OD FDSD FLWp j V RUJDQLVHU HW j DQDO\VHU UDSLGHPHQW XQH VLWXDWLRQ VRQW GHV DWRXWV SRXU V pSDQRXLU GDQV FH PpWLHU 6XU OH SODQ SV\FKRORJLTXH OD PDWXULWp HW OD FDSDFLWp j SUHQGUH GX UHFXO SHUPHWWHQW GH F{WR\HU OD PDODGLH HW OD PRUW HQ VH SUpVHUYDQW OH PLHX[ SRVVLEOH VXU OH SODQ SHUVRQQHO 8QH YLJLODQFH pOHYpH  / LQILUPLHU GRLW VDYRLU LQWHUSHOOHU OH PpGHFLQ ORUVTX LO LGHQWLILH XQH DQRPDOLH RX XQH SUHVFULSWLRQ DW\SLTXH DILQ G HQ REWHQLU FRQILUPDWLRQ &HOD FRQVWLWXH XQH GHV GLIILFXOWpV PDMHXUHV GH OD SURIHV VLRQ . $XWUHV SRVVLELOLWpV  DSUqV  DQV G H[SpULHQFH UpXVVLU XQ FRQFRXUV SRXU VXLYUH OD IRUPDWLRQ G LQILUPLHU DQHVWKpVLVWH G LQILUPLHU GH EORF RSpUDWRLUH RX G LQILU PLqUH SXpULFXOWULFH 6DODLUH GX GpEXWDQW /D QDWXUH GX WUDYDLO /HV FRQGLWLRQV GH WUDYDLO /D YLH SURIHVVLRQQHOOH   HXURV EUXW SDU PRLV &RPSpWHQFHV UHTXLVHV /H VHQV GX GLDORJXH  $X VHLQ GH O K{SLWDO O LQILUPLHU HVW XQ PDLOORQ LPSRUWDQW GH O pTXLSH PpGLFDOH FDU LO D DXVVL XQH IRQFWLRQ G REVHUYDWLRQ HW GH GLDORJXH DYHF OH SDWLHQW .)6.

 %LHQ TXH SUpSDUp HQ  DQV DSUqV OH EDF OH '( HW VHXOHPHQW UHFRQQX DX QLYHDX EDF     SODFHV pWDLHQW RIIHUWHV DX FRQFRXUV GH OD UHQWUpH  GRQW FHUWDLQHV UpVHUYpHV DX[ DX[LOLDLUHV GH SXpUL FXOWXUH HW DX[ DLGHVVRLJQDQWV MXVWLILDQW GH  DQV G H[SpULHQFH 1LYHDX EDF   'LSO{PH G eWDW G LQILUPLHU .

ƒ '3 &H TXH YRXV GHYH] VDYRLU IDLUH  6pTXHQFH  )LFKH V\QWKqVH  'pFRXYULU XQ PpWLHU x 0  6DYRLU FROOHFWHU OHV LQIRUPDWLRQV VXU XQ PpWLHU x 0  6DYRLU UpGLJHU XQ FRPSWH UHQGX VXLYDQW XQ SRLQW GH YXH SUpGpWHUPLQHU   $ UHWHQLU  3RXU SRXYRLU SDUOHU SUpFLVpPHQW G¶XQ PpWLHU LO IDXW FROOHFWHU GHV LQIRUPDWLRQV OHV SOXV FRPSOqWHV SRVVLEOHV VXU OHV FLQT GRPDLQHV VXLYDQWV   /D QDWXUH GX WUDYDLO OHV DFWLYLWpV OH U{OH.

 /HV FRQGLWLRQV GH WUDYDLO DYDQWDJHV LQFRQYpQLHQWV HWF.

 /D YLH SURIHVVLRQQHOOH VDODLUH SHUVSHFWLYH GH FDUULqUH GpERXFKpV HWF.

 /HV FRPSpWHQFHV UHTXLVHV FRQGLWLRQV SK\VLTXHV PRUDOHV HWF.

 /¶DFFqV DX PpWLHU IRUPDWLRQV GLSO{PHV HWF.

&HWWH FROOHFWH G¶LQIRUPDWLRQ SHXW VH IDLUH GH GLIIpUHQWHV IDoRQV   2UDOHPHQW ORUV G¶LQWHUYLHZV GH SURFKHV RX HQ SRVDQW GHV TXHVWLRQV ORUV GH YLVLWHV  3DU GHV UHFKHUFKHV GDQV GHV GRFXPHQWV MRXUQDX[ UHYXHV EURFKXUHV HWF.

QWHUQHW RX VXU GHV VXSSRUWV PXOWLPpGLD &'«.  (Q YLVLRQQDQW GHV ILOPV RX GHV GRFXPHQWDLUHV  (Q HIIHFWXDQW GHV UHFKHUFKHV VXU .

.