P. 1
Corrigé devoir 5

Corrigé devoir 5

|Views: 11,226|Likes:
Publié parjayseseck

More info:

Published by: jayseseck on Jan 08, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/04/2015

pdf

text

original

Corrigé devoir 5 : Dissertation

En quoi les marchés sont-ils sources de croissance et de bien-être des individus ? Marchés : relever que le mot est au pluriel et donc qu¶il faut traiter de plusieurs types de marchés : des biens et services, du travail, financier« Marché : mode de coordination des échanges marchands, rencontre d¶une offre et d¶une demande Croissance : on parle ici de la croissance du PIB, donc de la valeur des productions. Bien-être : renvoie à l¶utilité des consommateurs, et au profit des entreprises. On peut évoquer les notions de surplus du consommateur et de surplus du producteur.

Introduction :
(Accroche) La crise financière de 2008 a plongé les économies développées dans la morosité. Elle aura aussi permit la multiplication des sommets du G20 auxquels nous avons pu voir qu¶en marge de ceux-ci, les contre-manifestations altermondialistes redoublaient d¶intensité, prônant la fin du capitalisme et des économies de marchés telles que nous les connaissons depuis 2 siècles. Le marché n¶est plus, pour une partie de la population source de bien-être. (Problématisation et définitions des termes) Les marchés sont un mode de coordination des échanges marchands (dont le but est donc de réaliser des profits) qui s¶est développé depuis plusieurs siècle et s¶est désencastré des sphères sociales et politiques depuis la révolution industrielle (19ème siècle). Nous constatons d¶ailleurs que c¶est à partir de ce moment précis de l¶histoire que la croissance économique, c'est-à-dire l¶accroissement des richesses produites sur un territoire fut soutenue et durable. Nous pouvons alors être tentés de penser que si les économies de marchés se développent un peu partout dans le monde, c¶est qu¶il est source de bien-être des individus, si l¶on considère que le bien-être correspond à la définition de l¶utilité des économistes, c'est-à-dire une satisfaction plus ou moins matérielle. Il y a donc un lien évident entre marché, croissance et bien-être, dans la mesure où le marché recouvre l¶essentiel aujourd¶hui de la vie sociale des individus (marché des biens et services, marché du travail, marché monétaire,«) et que le bien-être est l¶objectif de chacun de ces individus. Les périodes de crises montrent d¶ailleurs que c¶est à ce moment que les individus deviennent sceptiques et pessimistes à l¶égard du système économique. Nous chercherons donc à nous demander en quoi la coordination des échanges par le marché permet l¶accroissement des richesses et donc du bien-être des individus. (Annonce du plan) Pour répondre à notre problématique, nous verrons dans une première partie que le marché engendre des profits qui entretiennent la croissance, puis nous analyserons ensuite que le marché et la croissance économique accroissent les revenus et le bien-être des individus.

-

-

Plan détaillé :
I Le marché engendre des profits pour générer de la croissance A Les entreprises sur les marchés font à court terme un surplus - L¶objectif des entreprises est de faire un maximum de profit, elles ne vont sur un marché que si il y a du profit potentiel. Par conséquent, si des entreprises sont créées chaque année, c¶est qu¶il y a toujours des marchés à profit. - Ces profits motivent la production (l¶offre sur le marché des biens et services et la demande de travail et de capital) de richesses. - Les marchés en CPP génèrent un profit aux entreprises (le surplus du producteur). Et plus l¶entreprise a de pouvoir sur un marché et plus il accroit son surplus. B Ce surplus permet aux entreprises d¶investir et donc de réaliser de la croissance à long terme - Le profit correspond à l¶EBE dans le langage courant et l¶EBE permet le financement de l¶activité économique : l¶investissement. - L¶investissement permet à la fois d¶augmenter la production des entreprises qui fournissent le capital, mais aussi la production des entreprises qui investissent car elles gagnent en productivité. La hausse de la production motivée toujours par les profits accroît les richesses (quand la production augmente de 1%, l¶investissement augmente de 4% en France). - L¶accroissement de la production entraîne de la croissance économique. Il y a donc dans la réalité du profit à court et à long terme, donc de la croissance économique (en 1950 le PIB était de 15 milliards d¶euros tandis qu¶il est actuellement d¶environ 1900 milliards d¶euros). - Montrer que l¶effet prix dans la croissance du PIB multiplie la motivation des entreprises (loi de l¶offre). (doc 1) II Le marché et la croissance économique accroissent les revenus et donc le bien-être des individus A Les profits sont répartis en revenus sur le marché du travail et du capital - Rappeler la répartition des richesses entre revenus du capital et du travail (68% des richesses vont vers le travail). - Penser que les revenus permettent : la consommation des ménages et l¶investissement des entreprises. - Conclure que sur l¶accroissement des richesses vu en IB génère un accroissement de la consommation (0.9% si la production augmente de 1%) (relier aussi au doc 1 croissance du PIB et faire quelques estimations temporelles) - Introduire la demande des ménages sur les marchés des biens et services B Les revenus sont consommés et provoquent du bien-être pour les individus - La consommation génère aussi un surplus sur les marchés (différence entre la valeur d¶usage et le prix) - La valeur d¶usage est aussi appelé utilité et dépend de la consommation, et comme celle-ci augmente continuellement depuis 1950, alors l¶utilité augmente aussi (mais moins vite).

-

-

Pour preuve doc 2 : pendant la crise économique de 2008, le moral des ménages a baissé : comme la croissance est en berne, la consommation aussi et donc le moral des ménage. Preuve doc 3 : La chine et les pays en développement sont plutôt satisfait du système d¶économies de marché. Les français souhaitent à 33% quitter ce système et en sont très pessimistes. Conclusion : croissance entraine consommation et bien-être.

Conclusion
(Réponse à la problématique) Le marché est un mode de coordination des échanges qui touche la plupart des domaines de la vie sociale. Il est facteur de croissance car les entreprises cherchent le profit à court terme et sont donc prêt à offrir toujours plus. Ce profit permet l¶investissement et donc la croissance à long terme. De plus, le marché génère du bien-être pour les individus car les richesses sont répartis en revenus qui s¶accroissent aussi dans le temps. Or comme la satisfaction des ménages dépend en grande partie de sa consommation, alors c¶est le marché, en définitive qui est générateur de bien-être. (Ouverture) On peut néanmoins se demander aujourd¶hui avec la multiplication des crises économiques si la coordination par le marché est suffisamment stable pour que la croissance et le bien-être soit continue.

-

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->