Vous êtes sur la page 1sur 62

L·habitat semi collectif

Plan de travail
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Définition de l·habitat semi collectif Historique de l·habitat semi collectif La densité Des typologie plus variées Des logement plus confortable Des logement avec des volumes originaux Des espaces extérieurs de qualité Des facilités pour stationné Des accès personnalisé Analyse d·exemple

Définition de l·habitat semi collectif 

À mi-chemin entre la maison individuelle et l·immeuble collectif,l·habitat intermédiaire offre une alternative intéressante aux modes d·habitat traditionnel. Il se caractérise principalement par un groupement de logements superposés avec des caractéristiques proches de l·habitat individuel : - accès individualisé aux logements, - espaces extérieurs privatifs pour chaque logement, - des pièces à vivre plus grandes. Ce type d·habitat souvent original dans sa conception semble répondre aux attentes d·individualisation du logement .

Cet habitat se présente comme une nouvelle forme d·habitat soucieuse d·économiser l·espace naturel. .Il s·agit véritablement d·une forme urbaine à part entière pouvant répondre de manière judicieuse à l·économie de foncier . en incitant à l·utilisation de parcelles réduites avec des formes urbaines adaptées.

C·est à cette époque qu·une préoccupation nouvelle tend à symboliser l·émergence de l·habitat intermédiaire comme une volonté d·associer les avantages du collectif et de l·individuel.   . Cela se traduit par l·apparition des maisons ouvrières (corons)* cités-jardins ou encore de maisons *coron : nom masculin signifiant un groupe de maisons en pays minier.l·histoire de l·habitat semi collectif:  La naissance de cette forme urbaine peut être attestée au XIX siècle.

et donne alors milieu à des réalisations qui font encore aujourd·hui référence (habitat à gradins. . . on explore en France la voie du «semi collectif».« ) dans les domaines de l·urbanisme et de l·architecture. tout comme dans les pays d·Europe du nord. c·est à dire à mi-chemin entre le collectif et l·individuel.Ce secteur du logement est dit «intermédiaire».Malgré tout.  . dans les années 60. notamment chez les jeunes architectes mobilisés par le concours d·idées Programme Architecture Nouvelle (PAN).

en même temps que l·avènement des villes nouvelles. Son renouveau aujourd·hui est essentiellement dû au coût élevé du foncier. des recherches sur de nouvelles voies : celles du semi-collectif et de l·habitat semiintermédiaire . population. l·habitat intermédiaire. dont la connotation «sociale» dans les esprits est très forte. de nombreuses réflexions d·architectes et d·urbanistes ont permis. ayant pour but principal de rendre appropriable l·espace par ses occupants. n·est pratiquement pas utilisé. Cette mauvaise image vient aussi du fait que ces opérations ont très souvent été réalisées à moindres frais que leur intégration urbaine laissait à désirer. Dans les années 80/90. Durant les années 60/70.  . au problème de l·étalement urbain et à une demande insatisfaite de la population.

les jardins privatifs. Les densités obtenues seront alors supérieures à celles d·un quartier d·habitat pavillonnaire et s·approchent de celles du collectif selon l·architecture du projet .les espaces verts.notamment les aires de stationnement. Cela est rendu possible par la mutualisation de certaines surfaces.La densité :  L·habitat intermédiaire superpose les logements à la manière de l·habitat collectif tout en proposant des configurations proches de l·habitat individuel. Ce type d·habitat permet d·offrir une alternative au tout individuel en limitant l·étalement urbain qu·induit l·habitat pavillonnaire classique. En effet. la surface nécessaire à la réalisation de logements intermédiaire(50 à 60 logements à l·hectare) est trois fois inférieure à un lotissement classique comportant des parcelles de 500 m². .

Il propose aussi des appartements différents. Il apparaît en effet difficile d·offrir à travers l·habitat individuel. l·habitat intermédiaire pourra proposer des logements plus petits. comportant des grandes terrasses parou des jardinets ce qu·offrent moins couramment les appartements des immeubles collectifs classiques . 2 ou 3 L·intérêt de l·habitat intermédiaire réside alors dans sa capacité à offrir de petits logements. organisés par-fois en duplex. En complément d·un ensemble de logements individuels composés de Type 4 ou Type 5. des logements de Type 1.Des typologie plus variées :  L·habitat intermédiaire s·adapte à des contextes variés. . Il pourra ainsi s·implanter sur un même îlot à proximité d·immeubles collectifs ou de maisons individuelles et compléter la gamme de logements présents dans les autres programmes de l·opération.

un logement en habitat intermédiaire semble plus cher. T3. les prestations ne sont pas comparables à celles que l·on trouve généralement dans l·habitat collectif. Or le coût au m² n·est pas forcément plus élevé. (70 à 75 m² au lieu des 55 à 60 m² habituellement rencontrés). . l·habitat intermédiaire induit souvent des surfaces plus grandes et un agencement plus original des pièces entre elles.dressing) apparaissent de nouveaux. En réalité. arrièrearrière-cuisine. En effet. De la même manière. l·architecture proposée sera différente : un accès privatif.Des logements plus confortable : * des pièces plus spacieuse et des rangements : à première vue. Ainsi les T2. un logement en duplex une terrasse au lieu d·un balcon voire un jardin . Les pièces annexes souvent absentes des appartements actuels (cellier. Un T3 en semi collectif aura parfois une surfaces supérieure de 10 à 15 m². T4 proposés peuvent être plus grands que ceux rencontrés dans les immeubles collectifs plus classiques.

la proximité du garage au logement est importante. pouvant comporter des doubles hauteurs. . Les espaces de rangement étant rares dans les appartements. des mezzanines . en duplex . le garage peut alors servir de pièce supplémentaire permettant de gérer le stockage temporaire (mobilier de jardin.* des distribution sur plusieurs niveaux : Les logements sont parfois disposés sur deux niveaux. outils.. ce qui induit un mode de vie proche de l·habitat individuel. jeux d·enfants. ect . * Le garage : une vrai pièce en plus : Lorsque la population ciblée est celle qui habituellement s·oriente vers la maison individuelle.. vélos.) en plus du stationnement de la voiture. matériel de pêche. Cela crée également des volumes plus spacieux.

Afin qu·elles soient réalisables. Cela permet aux habitants d·envisager l·agrandissement du logement au fur et à mesure de leur besoin. certains architectes offrent la possibilité de faire évoluer le logement. Les toitures terrasses peuvent accepter des pièces supplémentaires à condition que la structure ait été dimensionnée à cet effet. On peut enfin envisager la réalisation de petites extensions en rez-de-chaussée lorsque rez-deles espaces extérieurs le permettent.* des logement qui peuvent évoluer : Dans leurs projets. sans être contraint de déménager. ces extensions doivent être anticipées dès l·origine par les concepteurs. . On peut ainsi imaginer d·aménager les combles pour les résidents du dernier niveau. Elles seront alors prises en compte par le règlement de copropriété et connues par les résidents dès leur arrivée.

La hauteur du bâti :R+1 à R+3 ‡ les grandes maisons: Leur volume est souvent proche des maisons bourgeoises du 18 ou 19ème siècle. Lorsqu·on isole chaque volume. Elle présentent souvent des façades ouvertes de tous les côtés. La hauteur du bâti : R+1 à R+1+C ‡ la longère: Un volume global apparaît. La hauteur du bâti : R+1 à R+3 la maison appartement: Les volumes sont individualisés et permettent appartement: de distinguer les différents logements. La hauteur du bâti : R+1+C . Les petits logements sont réalisés sous les combles. le volume est divisé en plusieurs logements. à la manière des anciens corps de fermes qui auraient été divisés en plusieurs logements. À l·intérieur. la similitude à l·habitat individuel apparaît.Des logement avec des volumes originaux : * Plusieurs catégories se dégagent : le petit collectif : Il est caractérisé par un volume global dans lequel s·insèrent plusieurs logements en simplex ou duplex. il reprend les caractéristique de longère: l·habitat traditionnel.

.

.* Des possibilité d·imbrication plus nombreuse : De nombreuses superpositions et imbrications peuvent être imaginées dans l·habitat intermédiaire. Il n·y a pas de règle concernant le nombre de logements assemblés et c·est pour cela que chaque projet est différent et peut s·adapter au contexte.

Ces espaces répondent à la forte envie d·avoir un jardin attenant à son logement. d·un balcon et d·une loggia.Les espaces extérieur de qualité : *L·avantage d·un appartement avec « jardin »: L·atout majeur de l·habitat « intermédiaire » réside dans son offre en espaces extérieurs privatifs. péri² *Des espaces privatifs multiples : Certains logements possèdent plusieurs espaces extérieurs privatifs. de plusieurs balcons. ce qui constitue alors une alternative au coût élevé du m² de jardin en secteur urbain ou péri² urbain. Chaque espaces propose un degré d·intimité différent . d·un balcon et d·une terrasse. On voit ainsi la combinaison d·un jardin et d·une terrasse. de plusieurs terrasses.

L·attrait de ces espaces extérieurs réside dans la variété des usages qu·ils proposent du fait de leur taille plus importante que dans un immeuble collectif commun. Afin que ces espaces deviennent des lieux du quotidien. Dans le prolongement d·une cuisine. ceux-ci ceuxdoivent être facilement accessibles depuis les logements. tandis qu·un balcon attenant à une chambre sera un lieu de lecture ou un espace de jeu. la terrasse permettra de prendre les repas à l·extérieur. Pour cela. ils seront placés de préférence en c ur d·îlot plutôt qu·à l·avant du bâti ou le long des axes de circulation .Selon que l·on possède un jardin en pied d·immeuble ou une grande terrasse. l·utilisation qui est faite de ces espaces est différente. *Des espaces communs à valoriser. Ils proposent chacun une relation spécifique avec une ou plusieurs pièces du logement. Ainsi. l·intimité des usagers doit être respectée. Les résidents doivent pouvoir s·approprier les espaces extérieurs communs qui accompagnent les opérations.

‡ des box peuvent être prévus dans le prolongement du bâti ou bien de manière indépendante . Il peut être positionné à l·avant des habitations ou bien réparti dans l·îlot. l·accès au logement pourra s·effectuer directement depuis le garage ou bien par un sas dans lequel l·escalier va s·insérer. La plus part des projets prévoit en général une partie du stationnement en aérien. ‡ les garages peuvent être intégrés au bâti comme dans une maison individuelle.Des facilité pour stationner : De nombreuses solutions sont proposées pour le stationnement des véhicules : ‡ le stationnement en sous-sol est une solution assez onéreuse sousqui doit être mutualisée avec d·autres immeubles .  . Dans ce cas. Ils seront alors accolés au logement ou bien situés en dessous.

Des accès personnalisé :  L·accès individualisé au logement est une spécificité de l·habitat intermédiaire. ‡ des escaliers extérieurs : leur traitement s·intègre dans la ‡ des escaliers intégrés au bâti : cette solution permet de ménager l·intimité des résidents dès l·accès à l·escalier. Plusieurs cas de figures se présentent : composition de la façade. Il peut aussi protéger des vents ou de la pluie et permettre une meilleure intégration architecturale . On peut y adjoindre d·autres usages comme des espaces de rangements ou le support de plantation . Celui-ci donne aux habitants le Celuisentiment d·entrer dans une maison.

‡ des coursives et perrons : on trouve parfois des coursives ou perrons aménagés desservant plusieurs logements. Cette disposition permet de dissimuler en partie l·entrée et ménage l·intimité des habitants lorsqu·ils sortent de chez eux . Ces espaces tampons permettent de ne pas sortir directement sur la rue depuis son logement ‡ des accès directs: depuis le rez-de-chaussée sont parfois rez-depositionnés dans un renfoncement ou bien sous un escalier ou la coursive des autres logements. vis- . ‡ dans certains projets les entrées sont disposées à l·opposé les unes des autres afin d·éviter les vis-à-vis .

Analyse d·exemple .

Fiche technique : Situation: Situation: Hills road, Highestt, Cambridge / Highestt, England Les architectes: Eric Lyons & Partners architectes: Date de construction : 1964 Surface de la parcelle : 7780 m² Surface de la cellule : 148,7 m² L'emprise de la cellule : 54,7 m² Nombre des cellules : 18 Matériaux de construction: Brique plain Type de la famille : 4 personnes (Les parents + enfant de 10-14 ans + adolescent de 14 - 20 ans) 10-

Présentation du projet

A) Situation :
Cambridge (Angleterre), ville du Royaume-Uni, Royaumedans l·est de l·Angleterre, chefchef-lieu du Cambridgeshire, sur la Cam Population (2001) : 108 879 habitants

.

n udale. Positionné les habitats dans une zone Anti. un autre accès mécanique par l'Est (TENISON ROAD). Le troisième. un accès mécanique par le Nord. et on a qu·un accès piéton qui disert vers HILLS ROAD. Puisque l'habitat semi -collectif demande le plus possible de calme. un accès piéton par le Sud qui Mène vers HILLS ROAD. partagé en trois sous projets. au centre de ce projet un jardin public. les accès principales sont disposer a l· Est. Anti- . et un de ces sous projets est consacré pour l'habitat semi.collectif.L'accessibilité: Le projet se situe sur la rue de HILLS ROAD. Le deuxième. semiOn a 3 accès : Le premier.

.collectif dans chaque sous projet.B) étude de plan de masse : 1. L'orientation du projet : L'orientation du bâti se fait a partir d'une idée de clouté chaque regroupement pour créé un espace semisemi.

Les voies d'axée : La circulation mécanique se trouve à la périphérie des logements.2. . Les espaces intérieures entre les logements sont consacré uniquement pour la circulation piéton ce qui permet d'assurée la sécurité et le calme.

. mais on remarque que la cellule de chaque projet est toujours le module de base. Le module de trame dans notre projet fait 6x6 m² c'est la largeur de la cellule.3. La trame : Chaque sous projet prend une trame diffère. Cette logique donne l'aspect que la cellule gère le projet.

L'emprise du sol : La création d'un espace public au c ur du projet. . Chaque cellule (maison) Possède des espaces privées.4. puis la mis en place des espaces semi publics au niveau de chaque sou projet. (Jardin et seuil). Le taux de l'espace vert (42.4 %) exprime la vanté de développer la concept de la cité jardin et pour améliorer la qualité de vie environnemental.

.

Typologie .

Positionnement de cellules .1.

elle est plate d'une pente de 0 %. Morphologie et topographie La parcelle prend une forme régulière d'une surface totale de : 7780 m².2. .

3. Les plans : 1/100 .

4. La coupe : 1/100 .

5. La façade d'entrée : .

Ce type d'assemblage permet de développer le sens de la vie individuelle que le collectif. L'assemblage des cellules : Le projet est proposé pour 18 familles de 4 personnes : les parents avec un enfant de 10 à14 ans et un adolescent de 14 à20 ans. .6. On remarque que le sens de la vie individuelle apparaît dans la création des espaces privées comme le seuil et le jardin.

Analyse climatique .

1.L'ensoleillement : .

La disposition des espaces permet d'ensoleiller les espaces communautaires la cuisine. On remarque que l'ensoleillement des espaces de circulation et les rangements n·est pas à La hauteur par rapport aux autres espaces car on ne demande que la bonne ventilation dans ces espaces. les chambres et les sanitaires bien comme il faut. .

La lumière : L'utilisation des bais vitrée dans le côté ouest pour éclairer les espaces communautaires et les chambres au maximum. Un bon éclairage pour les sanitaires et la cuisine.2. . Un manque d'éclairage naturel au niveau des dégagements.

3. Les vents et la ventilation : .

.Implantation des arbres au Sud/ Ouest pour diminué la vitesse des vents. Ce type de ventilation permet d'assurer la meilleure ventilation pour chaque espace. Le type de ventilation de la maison est transversal.

La pluie : .4.

L'organisation spatiale : L'organisation linière entre les espaces de circulation puis la centralisation de toutes les espaces autour d'un dégagement facilite la circulation et assure aussi un degré de confort acoustique dans cette maison. D S D : dégagement M: espace communautaire (séjour) S : sanitaire I : espace individuelle C : cuisine S D M S D C M I I .

D.C 1ER ÉTAGE .Disposition : Escalier Escalier Séjour familiale + repas Dégagement Entrée WC Séjour Dégagement WC Cuisine Chambre 1 R.

. les chambre a l'Est et l'Ouest pour profité de la lumière douce et l'ensoleillement. les espace communautaires a L'Ouest pour assuré l'ensoleillement et les sanitaire a L'Est pour que la ventilation dégage les odeurs. le luidégagement prend toujours le rôle de patio et cette position donne l'esprit de liberté de circulation. Les escaliers sont disposé au Nord.Escalier Chambre 2 Dégagement SDB Chambre 3 Chambre des parents 2EME ÉTAGE L'organisation centralisée dans chaque niveau facilite beaucoup la circulation dans les étages lui-même et entre eux.

Les surfaces : Les surfaces habitables requises par le ministère de l·habitat : 20m2 pour le F1 55m2 pour le F2 75m2 pour le F3 90m2 pour le F4 Surf ace 4.9 m² Entrée +d 1 Dégage ment 2 Dégage ment 3 Séjour familial + repas séjour 29.6 m² 12.D.7 m² 2.5 m² 1 m² 11.5 m² 30.7 m² 0.2 m² cuisine w.5 m² 3.2 m² S.c 2 .5 m² 16m² 0.5 m² 10 m² 11.c 1 w.B Chambr e1 Chambr e3 Chambr e2 Chambr e des parents Rangem ent 1 Rangem ent 2 Rangem ent 3 Surfac e 9 m² 3.9 m² 1.

La circulation : CH 2 SDB A) L'inter relation entre les espaces : D3 CH 3 CH 4 WC Séjour D2 CH 1 Séjour + Repas CU D1 Entrée WC .

La circulation verticale est assurée par une cage d'escaliers qui est disposé au Nord. .B) la circulation verticale et la circulation horizontale : La circulation horizontale est assurée par un ensemble des dégagements centraux qui organisent les étages et ses espaces (organisation centralisé).

Espace nuit qui conte touts les chambres les dégagements de 2eme et 3eme étage et ces sanitaires. L'espace jour et l'espace nuit : La cellule est partagée en deux parties : Espace jour qui compte les espaces communautaires + la cuisine + l'entrée. Cette disposition permet d'assurer le maximum de calme pour les espaces nuit (confort acoustique). . le dégagement et le WC de RDC.c.

2. le mauvais ensoleillement et le peut de lumière au niveau des espaces de 10. le bon ensoleillement. la circulation et la liberté de déplacement. 4. la cellule gère le projet. 5. 10. il faut profité de l'eau pluviale parce que c'est une autre méthode d'améliorer 12. 7. ventilation et la lumière dans les espaces communautaires séjour + séjour familial + coin repas. 9. soleil et ventilation. il faut assuré le maximum de calme et de sécurité au niveau des projets d'habitation semi collectif. 12. l'utilisation des dernières méthodes dans le réchauffement et l'économie d'énergie. 6.Conclusion : Comme conclusion. 11. le développement du concept de l'esprit individuel dans la vie collectif. les chambres. la vie environnementale . 11. retour vers l'architecture traditionnelle (construction avec la brique). 3. retour vers la nature et le développement de la qualité environnementale et la relation habitat /environnement. cet exemple développe plusieurs concepts de l'habitat intermédiaire comme: 1. le meilleur positionnement et l'inter relation entre les espaces qui permettent d'assuré le calme. une bonne méthode de disposer les sanitaires selon la direction de ventilation. 8. circulation. la bonne disposition de chaque espace pour profite de plus de lumière. la cuisine et les sanitaires.

.

.

.

.

.

et d'autre part pour arriver à intégrer l'habitat dans son environnement.Il faut aussi que l'habitat assure le maximum de calme et développe de plus en plus la vie sociale de l'habitant par le respect des notions de voisinage sans toucher l'aspect de l'individualité.L'habitat de demain doit respecter les notions précédentes pour arriver à développer la vie humaine d'une part. .Il faut que l'organisation de l'habitat retourne vers les concepts traditionnels. . . . il est recommandé que l'habitat du futur protège l'environnement et l'espèce humaine par l'utilisation des matériaux de construction écologiques en plus de l'utilisation de l¶énergie du futur (solaire) et les systèmes de réchauffement écologiques.Conclusion .En plus.