Vous êtes sur la page 1sur 24

Lilian LE GUEVELLOU

Damien CADOUX

Saint-Michel-
sur-Orge (91)
Etude d’impact sur l’environnement
Phase 2 : Analyse du projet proposé par l’atelier d’urbanisme JAM

L3 STPI Génie Urbain


Université de Marne-la-Vallée

1
Sommaire

1. L’ENVIRONNEMENT DU SITE ............................................................................................................................................ 4


a. L’environnement large ................................................................................................................................................. 4
b. Les abords immédiats .................................................................................................................................................. 4
c. La frange ...................................................................................................................................................................... 5
d. Le site ........................................................................................................................................................................... 8
2. LES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DU SITE .................................................................................................................. 9
a. Le relief ........................................................................................................................................................................ 9
b. L’hydrologie superficielle ........................................................................................................................................... 10
c. Le climat et la qualité de l’air ..................................................................................................................................... 10
d. Le sol et le sous-sol .................................................................................................................................................... 12
3. LA PROTECTION DU PATRIMOINE NATUREL ET BATI .................................................................................................... 12
a. La faune et la flore à l’échelle du site ........................................................................................................................ 12
b. Monuments historiques et archéologiques ............................................................................................................... 13
4. L’ENVIRONNEMENT SONORE ........................................................................................................................................ 13
5. LE MILIEU HUMAIN ........................................................................................................................................................ 14
a. Le peuplement ........................................................................................................................................................... 14
b. L’habitat ..................................................................................................................................................................... 15
c. Les activités ................................................................................................................................................................ 16
d. Les équipements pour l’enseignement et la formation ............................................................................................. 16
e. Les équipements pour la petite enfance et la jeunesse............................................................................................. 17
f. Equipements sanitaires et sociaux ............................................................................................................................. 17
g. Les équipements sportifs ........................................................................................................................................... 17
h. Les équipements culturels ......................................................................................................................................... 18
i. Santé .......................................................................................................................................................................... 18
6. LA DESSERTE ET LA CIRCULATION .................................................................................................................................. 19
a. Les transports collectifs ............................................................................................................................................. 19
b. La circulation automobile .......................................................................................................................................... 19
c. Le stationnement ....................................................................................................................................................... 19
d. La circulation douce ................................................................................................................................................... 20
7. LE PAYSAGE .................................................................................................................................................................... 22
a. Ce que l’on voit du site .............................................................................................................................................. 22
b. Ce que le site donne à voir......................................................................................................................................... 22
c. Les façades ................................................................................................................................................................. 23
d. Morphologie .............................................................................................................................................................. 23

2
Introduction

Dans la première phase de notre étude sur le projet de la ZAC Gambetta, il était question de réaliser
un diagnostic sur la ville de Saint-Michel-sur-Orge, d’identifier ses caractéristiques, son insertion dans
le milieu naturel, d’évaluer ses atouts mais aussi ses faiblesses. Ce travail est indispensable pour une
bonne compréhension des enjeux qui se jouent à l’échelle de la ville et bien sûr au niveau même du
futur aménagement de la ZAC.

Dans cette deuxième phase, nous allons reprendre les conclusions que nous avons tirées à partir de
notre travail de diagnostic et les mettre en relation avec l’avant projet proposé à la municipalité par
le cabinet d’urbanisme JAM. Notre travail n’est qu’un exercice à visée pédagogique et n’aura, a
priori, aucune répercution sur l’action menée par l’urbaniste désigné pour cet aménagement urbain.
Cet écrit, bien qu’éloigné de la réalité, conserve tout de même un intérêt certain, celui de nous initier
à la méthodologie de l’étude d’impact sur l’environnement, exercice que nous aurons sans doute a
pratiquer au cours de notre vie professionnelle. Notre démarche pour la deuxième phase sera de
reprendre chaque paragraphe dans le même ordre que dans la première phase dans le but de ne pas
en oublier et de présenter, de la manière la plus claire possible, notre raisonnement.

3
1. L’ENVIRONNEMENT DU SITE

a. L’environnement large

Dans la phase diagnostic, nous avions dit que la ville de Saint-Michel-sur-Orge était considérée par le
SDRIF 2007 comme un espace urbanisé à optimiser, avec un secteur de densification préférentielle
au niveau de la gare et de la ZAC Gambetta. Une continuité écologique doit également être
conservée au niveau de l’Orge. Est-ce que le projet répond à cette demande de densification ? Cette
question est un élément essentiel dans ce projet, nous pouvons d’ores et déjà apporter une réponse
qui sera affinée dans la suite de l’étude. Du point de vue de la densification, le SDRIF donne
simplement une recommandation mais ne chiffre pas les quantités à construire, la densité a l’hectare
qu’il serait bien d’atteindre. De ce fait, avec un programme de construction résidentielle de 167
logements (moins les quatre maisons détruites) à un endroit où il n’en existait presque pas (les
quatre maisons justement), nous pouvons affirmer que le projet a bien intégrer cette densification
de l’espace. Maintenant, il est toujours possible de faire mieux et nous pourrions émettre notre avis
sur la question mais il ne nous semble pas que ce soit notre rôle pour cette étude, ceci est d’avantage
une question de philosophie et de politique qu’une question pour des techniciens de l’urbanisme
comme nous. A ce sujet, on retrouve souvent deux visions opposées, ceux qui sont pour la
densification de la ville et ceux qui défendent plus volontiers l’habitat individuel.

b. Les abords immédiats

Ici, nous avions développé la situation géographique avantageuse du secteur de la ZAC Gambetta,
ainsi encadré par la gare RER et un centre commercial (Géant Casino). Ce centre commercial ayant un
rayon d’attraction très large, englobant notre site, nous avions émis l’hypothèse qu’il n’était pas
nécessaire d’y apporter une autre activité de ce type. A partir de ce qui nous a été fourni comme
documents sur le projet, nous pouvons affirmer que l’urbaniste a fait le même constat que nous,
c’est pourquoi, il n’a pas prévu de surface à visée commerciale dans la ZAC. De plus, il a pris
conscience de l’emplacement privilégié de la ZAC vis-à-vis de la gare RER et a intégré les
recommandations du Plan Local de Déplacements de la Communauté d’agglomération du Val d’Orge
en réalisant un "itinéraire cyclable sur le segment rond-point du 8 mai 1945/gare RER " passant par la
ZAC. Ce point sera développé plus en détail dans la partie traitant des déplacements.

Enfin, nous avions remarqué, en nous rendant sur les lieux, qu’une liaison douce partant de la gare
pour descendre jusqu’au parc du Lormoy pouvait être envisagée. Il semble que l’urbaniste ait fait le
même constat et annonce avoir proposé un projet sur cet aspect.

4
c. La frange

Dans cette sous partie, nous avions étudié les rues constitutives de l’îlot ainsi que le tissu urbain qui
les borde. Nous avions dénombré énormément de problèmes problème à ce niveau, notamment au sujet de la
circulation piétonne très difficile sur les trottoirs :

- Accotements
ccotements en sable d’un côté de la rue Sainte-Geneviève,
Sainte
- rue Gambetta, un seul cheminement piéton côté station essence mais beaucoup bea trop
étroit pour être confortable (le croisement de personnes ne pouvant se faire qu’à la
condition qu’une des deux emprunte la chaussée). L’autre côté de la rue est même
hostile aux piétons puisqu’il n’est composé que de places de parking.
- Le carrefour de la rue Gambetta et de la rue Sainte-Geneviève
Sainte Geneviève est un véritable coupe-
coupe
gorge pour les piétons, leur voie est non seulement au même niveau que la chaussée
mais aucune barrière ne délimite les deux. Enfin la largeur de cette dernière n’est
suffisante
isante qu’à condition de se coller contre le mur, ce qui n’est vraiment pas commode.
- La rue Saint-Exupéry
Exupéry qui fait actuellement face au centre Gambetta n’est pas mieux
aménagée. L’accotement qui se trouve au droit du petit espace vert n’est pas goudronné,
goudronné
le rendant ainsi désagréable à emprunter. Des places de stationnement existent à cet
endroit, cachant ainsi le parc et dévaluant cet espace.
- La rue des Acacias est, quant à elle, plus lisible et remplie mieux sa fonction, que se soit
pour les véhicules et pour les piétons.

Les solutions du cabinet d’urbanisme et notre point de vue.

- La rue Sainte-Geneviève

Proposition du cabinet d'urbanisme

Les deux principaux changements apportés par le cabinet seront, premièrement (en rouge), le l
réaménagement du carrefour refour et,
et, deuxièmement (en orange), une plantation d’arbres et
l’instauration de parkings au droit de l’actuelle salle des fêtes (médiathèque dans le projet).

Ces aménagements répondent parfaitement au besoin de sécurité qui se faisait sentir au niveau du
carrefour. Quant à l’autre partie, les places de parking étant déconnectées
déconnecté s de la rue, il ne semble pas
que cela pose problème quoi qu’il faille tout de mêmee veiller à ce que la sortie de véhicules ne soit
pas dangereuse, en effet, le virage pourrait réduire ire la visibilité. Il faudra peut-être
peut prévoir des
ralentisseurs dans cette rue pour ne pas créer une zone accidentogène là où il n’y en avait pas.

De la même manière, il sera primordial de bien réfléchir aux débouchées


débouchées des futures ruelles,
notamment de la venelle carrossable au niveau des maisons décrites en M3 à la page 3 de notre

5
support (en bleu sur le schéma).
schéma). Il est à noter que cette dernière va engendrée des nuisances
sonores qui n’existaient pas avant et que l’isolation phonique des bâtiments d’habitation
d’habi qui la borde
devra être en accord avec ce constat.

- La rue Gambetta

Le projet maintient la rue en double sens, ce qui nous paraît être une bonne idée, la
transformer en rue à sens unique aurait supprimé cet axe majeur Nord-Sud Nord
permettant de rejoindre la francilienne. Il conserve aussi le stationnement sur la
partie Est de la rue (côté Poste). Cette idée n’était valable que si une voie parallèle
était dédiée aux piétons, ceci est le cas. Il ajoute même une piste cyclable ce qui va
considérablement
ment augmenter le gabarit de cette voie. Ceci était inévitable s’il on
voulait améliorer la situation très difficile actuellement.
actuelle Le fait de planter des arbres
va créer une perspective pour cette rue. Aujourd’hui,, cette rue est directement au
contact du PIR
IR (Parking d’Intérêt Régional) et on se retrouve devant un grand terrain
bitumé, pas forcément très accueillant. Les arbres situés entre la chaussée et les deux
voies douces s’avère judicieux, ils permettent une séparation sécurisante et plus
confortable pour les piéton et les vélos (certaine distance des pots d’échappement,
bruit atténué, …).

- La rue Saint-Exupéry
Exupéry

La rue Saint-Exupéry
Exupéry va prendre un nouveau visage avec ce projet, elle sera beaucoup plus sollicitée
sollicité
et intégrée au milieu urbain. En effet, c’est elle que devront emprunter les personnes qui voudront
stationner sur le PIR, celles qui se rendront sur le nouveau pôle culturel, dans le square ainsi que les
résidents des immeubles se trouvant sur les lots 3, 3, 3bis, 4 et 4bis (accès aux parkings souterrains).
Des places de parkings seront créées
cré sur la rivee Nord, en prolongement du PIR ce qui permettra peut-
peut
être
re d’éradiquer le stationnement parfois sauvage qui s’effectuait sur la rive opposée (en violet),
c’estt du moins ce que l’on peut espérer. Le document qui nous a été fourni ne nous dit pas comment
l’accotement en terre qui prévalait à cet endroit va être transformé et même s’il va l’être. Ceci est à
espérer sous peine de retrouver les problèmes que nous connaissons
connaissons aujourd’hui. Nous ne savons
pas non plus si les places de parking tracées au sol vont être supprimées, elles gênaient la circulation
des véhicules dans les deux sens et avec la nouvelle
no configuration de la ZAC, une augmentation de
trafic étant à prévoir, les choses risqueraient de s’empirer, il faudra être vigilant sur ce point aussi.

6
- La rue des Acacias

Cette rue ne présentait pas de problèmes


majeurs. Il a été décidé dans le projet d’utiliser la
rive du côté de la ZAC comme un parking en épis
de 40 places. Des arbres seront plantés là aussi
afin d’éviter les grands espaces bitumés. Ces
places sont destinées au pôle culturel, au square
mais aussi au marché (stationnement des voitures,
non pas des stands).

Il reste un dernier point dans cette partie que nous n’avons pas encore développé, la place du parc
devant l’actuel centre Gambetta et son intérêt. Dans la première phase, nous nous sommes
interrogés sur ce parc et notamment sur son utilité. Il est composé d’une cinquantaine d’arbres, n’est
pas accessible, pas vraiment entretenu, pas mis en valeur depuis la rue car souvent caché par des
voiture garées sauvagement le long de la rue Saint-Exupéry,
Saint Exupéry, bref, à l’heure actuel, il est un espace
vert sans âme. Bien queue cet espace ne soit pas compris dans
le périmètre de la ZAC, le cabinet d’urbanisme aurait très
bien pu proposer une idée de restructuration comme il l’a
fait pour la promenade douce qui part de la gare et se
termine sur le parc du Lormoy. Rien de tel n’a
n’ été entrepris
et cet espace vert déjà mal considéré est cette fois-ci
fois ignoré.
Nous ne connaissons pas le propriétaire de ce terrain mais
ceci n’a pas vraiment d’importance, si la mairie avait voulu
lui donner un ordre visage, elle aurait sans doute eu les
moyens nécessaires à sa disposition pour le faire. faire Nous
aurions aimé avoir un entretien avec une personne chargée
chargé du projet pour que cet aspect nousno soit
expliqué plus en détail.

- La création d’une voie douce (piétonnière et cyclable) traversant l’îlot d’Est


d’ en Ouest.
Ce point sera développé plus en détail dans la partie traitant la circulation et les déplacements.

7
d. Le site

Dans la première partie de notre étude, nous avions analysé et repéré les atouts et les faiblesses du
site :

• Une forte présence d’équipements mais souvent en mauvais état (salle des fêtes, gymnase,
plateau sportif, antenne du secours populaire). Une destruction de ces bâtiments est prévue, ce qui
nous paraît être une bonne idée compte tenue de la vétusté et de la piètre qualité de ces
installations, ces dernières n’ayant vraiment aucun cachet particulier qui nécessiterait de pousser
plus loin la réflexion. La salle des fêtes et l’antenne du Secours Populaire sont en effet composées de
matériaux de récupération et s’assimilent volontiers plus à des baraquements de fortune qu’à des
équipements d’utilité publique.

• Un autre grand équipement, le centre Gambetta, qui, contrairement à ce que nous venons
de dire, nous a semblé en assez bon état. Cette constatation n’est que purement visuelle, nous
n’avons pas pu entrer dans ce dernier pour juger de l’état des espaces intérieurs. A ce niveau, nous
aurions aimé avoir plus de renseignements car nous pensons qu’il y a d’autres raisons qui ont poussé
le cabinet d’urbanisme à vouloir le raser. Si on s’en tient à nos impressions, nous aurions privilégié
une réhabilitation moins coûteuse. La destruction d’un bâtiment n’est pas toujours la meilleure
chose à faire, cela représente un coût pour la société qu’il est parfois possible d’éviter.

• Un parking majeur, le PIR, qui nous a semblé très vieillissant ; des crevasses commençaient
à se former et les lignes blanches au sol à s’estomper fortement, créant une sorte de clairière de
bitume, un espace dévalorisant. A ce sujet, le projet prévoit de reconfigurer complètement le PIR, en
plaçant les places de parkings sous des arbres par exemple, ce qui améliorera son intégration dans la
ville. A priori, ce dernier devrait recevoir un nombre relativement similaire de places de
stationnement. Nous approfondirons par la suite ce sujet.

• L’esplanade du marché, terrain en sable, non arboré, qui présente un intérêt uniquement
les jours de marché. Le reste du temps, il fait le bonheur de quelques boulistes. De même que le PIR,
cet espace est un peu triste aujourd’hui. Le projet prévoit, contrairement au PIR, sa suppression pure
et simple. L’urbaniste a fait le choix d’y implanter le pôle culturel et un peu de logements (partie du
lot 1). La suppression ne nous scandalise pas vraiment, cet espace n’était pas entretenu et
dévalorisait le reste de l’îlot, dans un souci de densification, il était presque logique d’agir ainsi.

• Des maisons tantôt cachée, tantôt à visage découvert le long de la rue Sainte-Geneviève ne
participant pas à l’animation de la rue puisque ce sont les jardinets qui jouxtent avec la rue. En effet,
le long de cette rue, on a affaire à de grandes parcelles avec souvent des maisons de grande taille,
ceci allant à l’encontre de ce que le SDRIF préconise, à savoir une densification de l’habitat à ce
niveau. Bien sûr, il n’est pas question pour autant de les supprimer (d’ailleurs on peut remarquer
qu’un certain nombre d’entre elles figurent dans l’îlot mais non dans la ZAC) mais un travail pourrait
être réalisé en partenariat avec la mairie pour que le visage qu’elles renvoient à la ville par le biais de
leur ouverture sur la rue principale soit plus en accord avec le caractère et l’atmosphère que veux
créer l’urbaniste. Nous ne donnerons pas de consigne à ce sujet puisque ce n’est pas notre rôle mais
nous invitons tout de même les acteurs de ce projet à réfléchir à cet aspect. Ce dernier nous

8
paraissant très important si l’objectif du projet est de donner un nouveau souffle et une nouvelle
identité à l’îlot comme nous le pensons.

2. LES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES


PHY DU SITE

a. Le relief

Le sol est la matière première de l’aménageur, c’est le support sur lequel il va travailler, il est donc
très important de bien comprendre la configuration topographique de notre site. Sur la carte ci-
dessous, nous avons essayé de schématiser le relief, la zone foncée étant le point haut, nous
apercevons que le site est en pente suivant deux directions, la première Est-Ouest
Est Ouest et une seconde à
l’Ouest du site de direction Nord-Sud.
Nord

La première direction a été prise en compte à travers la réalisation de quatre terrasses qui "s’étagent
dans la pente le long de la rue Saint-Exupéry".
Saint

Pour ce qui est de la seconde direction de pente, on peut remarquer que l’architecte du pôle culturel
s’est
est inspiré de la pente pour réaliser son bâtiment, il a pris en compte la particularité topographique
du terrain.

S N

Dans ce projet, l’urbaniste n’a pas le budget pour réaliser ce qui est en train de se faire sur Paris-Rive
Paris
gauche par exemple où on recrée crée artificiellement la topographie du site avec des quantités très
importantes de remblai ainsi que des structures porteuses très élaborées (dans ce cas pour traverser
les voies de chemin de fer), il faut donc adapter les bâtiments au
au sol et non l’inverse.

9
b. L’hydrologie superficielle

Dans la première partie de notre étude, nous avions étudié l’orographie de la ville et nous avions
montré que le sens de la pente se faisait naturellement en direction de la rivière, i.e. qu’un
écoulement des eaux pluviales se faisait à travers la ville depuis notre ZAC Gambetta vers l’Orge et le
parc de Lormoy. Nous ne pouvons pas dire que le projet va vraiment accentuer cet écoulement car la
zone était déjà très urbanisée et le projet ne va pas vraiment imperméabiliser d’autres terres.
Cependant, sur la commune existe une réglementation concernant les eaux pluviales et ce dernier
impose que "le débit d’écoulement en direction de la rivière ne doit pas dépasser un litre par
seconde et par hectare1". En se contentant des données qui nous ont été fournies sur le projet, nous
ne sommes pas en capacité d’affirmer ou d’infirmer que ce règlement a été pris en compte par le
cabinet d’urbanisme. De toute évidence, il ne semble pas que des aménagements capables de gérer
les EP à l’échelle du site n’aient été prévus, on peut penser à des systèmes de récupération des eaux
pluviales en toiture et stockage en souterrain. Des toitures végétalisées auraient pu être pensées à
l’instar du quartier des Grouettes afin de soulager le réseau lors des fortes pluies. Il est à noter tout
de même que sur le quartier des Grouettes, l’architecte avait pour ambition d’installer "des
récupérateurs d’eau de pluie sur le toit des immeubles mais que la DDASS le lui a refusé au motif
d’un règlement sanitaire datant de 1952 qui interdit, pour des raisons sanitaires, la mise en place
d’eau non potable dans les logements1" (même si certains établissements comme des lycées et des
logements ont reçu des autorisations). Il est donc fort probable que si ces aménagements avaient été
décidés, les mêmes difficultés auraient été rencontrées, expliquant peut-être aussi pourquoi
l’urbaniste ne s’est pas aventuré sur cette voie.

c. Le climat et la qualité de l’air

Il est évident que le quartier ne va pas avoir d’influence sur le climat mais en revanche il peut
fort bien avoir des effets, positifs ou négatifs, sur le sujet de la qualité de l’air (quoi qu’en poussant la
réflexion à son paroxysme, nous pouvons dire que s’il on dégrade la qualité de l’air sur un espace
délimité, on favorise du même coup le changement climatique mais bon…). Il faut alors bien
différencier deux phases, la phase chantier et celle de vie du quartier achevé.

Pour ce qui est de la phase chantier, nous savons que les logements et le gymnase font
l’objet d’une démarche HQE, nous allons dans un premier temps nous intéresser au gymnase. Nous
pouvons agir sur la qualité de l’air lors de la construction si une importance toute particulière est
apportée à la cible éco-construction-chantier à faibles nuisances. En effet, pour que cette démarche
HQE ne soit pas que des mots mais se concrétise réellement, il faudra veiller aux méthodes de
construction qui seront employées pour ce gymnase afin que les nuisances, notamment sur l’air,
soient réduites au maximum. On peut agir sur les engins de chantier et demander des performances
contraignantes en matière de rejets de polluants, on peut aussi travailler sur les rotations de camions
pour les livraisons et pourquoi pas, même si ce n’est pas à l’échelle du site, imposer un transport par
voie de chemin de fer ou voie fluviale des matériaux qui proviennent d’autres régions plutôt que par

1
Propos recueillis sur un document de l’ARENE IdF concernant l’aménagement du quartier des Grouettes.

10
camions. A l’inverse, favoriser l’utilisation de matériaux locaux permettra un rejet moindre
moi de
polluants dans l’atmosphère du fait de la quantité réduite de kilomètres pour les transporter. Ceci est
une liste non exhaustive des possibilités qui s’offrent à une réelle ambition de développement
durable, à chaque niveau, il est possible d’agir et surtout ne pas oublier que tout le temps
d’ingénierie en amont du projet n’est pas du temps perdu et de l’argent gaspillé (comme pourrait le
croire bon nombre de municipalités
municipalité et de citoyens), c’est du temps utile qui permet de réfléchir à
co global d’un aménagement2.
une notion très importante : le coût

Concernant la vie du quartier quand ce dernier est terminé de construire, nous pouvons aussi
agir pour améliorer la qualité de l’air. Le travail se fait majoritairement là aussi, même si le chantier
est terminé, en phase de conception. Le premier poste à quoi quoi nous pouvons penser, c’est le mode de
chauffage. Ce dernier est responsable en France d’un rejet très important de gaz à effet de serre et
de particules fines. Pour les GES, on note sur le graphique ci-dessous
ci dessous que dans le secteur résidentiel-
résidentiel
tertiaire à même vu augmenter ses rejets sur la période 1990-2004
1990 2004 alors qu’on aurait pu croire à
l’inverse du fait des meilleures performances des bâtiments en matière d’isolation (imposé par la RT
2000 et 2005 aujourd’hui). Il n’en n’est rien du fait premièrement du du faible renouvellement du parc
(environ 1% seulement par an), an deuxièmement de l’augmentation des ménages équipés d’un
chauffage au bois, lequel rejetant des GES (moins dégradant "écologiquement" car bilan neutre voire
positif) et troisièmement et c’est sans
sans doute le plus déterminant, durant cette période, il y a eu un
accroissement du nombre d’habitants et par la même occasion du nombre de bâtiments. Tous cela
pour dire qu’il faudra veiller au mode de chauffage des logements, éviter l’utilisation de combustibles
combus
fossiles, le bois étant à part pour les raisons indiquées même si celui-ci
celui ci participe tout de même (cela
est souvent négligé) à des émissions de particules fines dégradant l’atmosphère et pouvant nuire à la
santé humaine
maine (à ce sujet, on peut penser aux ux particules fines dégagées par les nouveaux moteurs
diesel et dont on a toujours pas prouvé qu’elles étaient inoffensives pour l’homme  débats
actuellement).

Evolution des gaz à effet de serre en France entre


1990 et 2004

transports résidentiel - tretiaire


industries production d'énergie
agriculture déchets
22,70% 22,30%

Sources de particules fines d'origine


humaine en France

-10,50%
10,50% -8,50%
-17%
-21,60%

Source : ADEME

2
Cette notion est très importante dans un projet urbain durable, nous ne le développerons pas dans sa totalité car ce n’est
pas le but de notre exercice mais nous nous efforcerons, à chaque fois que cela est possible, de mieux cerner sa
signification et son intérêt.

11
Toujours dans cette partie et pour citer un dernier exemple (mais il y en a bien d’autres), nous
pouvons imposer des peintures acryliques plutôt que des peintures glycérophtaliques (dites aussi en
phase solvant ou à l’huile) pour le revêtement extérieur des bâtiments. En effet, ces dernières
utilisent moins de solvants et donc rejettent moins de Composés Organiques Volatiles (COV) dans
l’atmosphère. Rappelons que les COV en présence d’oxydes de souffre3 (NOx) rejetés par les
transports à combustion et de rayonnement UV (une partie du rayonnement émis par le soleil) sont à
l’origine de l’ozone troposphérique, pas celui de la couche protectrice de la Terre, mais celui qui peut
avoir des conséquences néfastes sur l’organisme humain. Les toitures végétalisées peuvent aussi être
une solution de même que les nouveaux revêtements de voirie qui captent les polluants.

d. Le sol et le sous-sol

Etant donné la nature des aménagements qui vont être réalisés, le sous-sol n’est pas une
composante essentielle, en effet, nous n’avons pas d’ICPE qui pourrait nuire à l’intégrité de ce
dernier via une pollution accidentelle. Sur notre site, notre sol est plutôt propice à la construction,
nous ne sommes pas en présence d’un sol dit "mou", avec des teneurs en eau très importantes (vase,
tourbe,…), il ne sera donc pas nécessaire d’utiliser des méthodes très complexes pour fonder nos
ouvrages. Toutefois, bien sûr, il faudra veiller au bon écoulement des eaux pluviales des voiries
(chargées en molécules polluantes) et vérifier que ces dernières soient bien toutes acheminées vers
le réseau d’assainissement pour qu’elles ne viennent pas polluer le sol de la commune.

3. LA PROTECTION DU PATRIMOINE NATUREL ET BATI

a. La faune et la flore à l’échelle du site

Quand on regarde l’annexe 6 de notre première étude, on voit que notre site est soit compris dans
une ZNIEFF 2 soit de toute manière très proche de cette zone revêtant un intérêt naturel. Comme les
ZNIEFF n’ont pas de porté juridique, l’important n’est pas tellement si notre site est compris dans
cette zone mais plutôt qu’il en est très proche, donc qu’il serait bien de le prendre en compte dans
nos aménagements. Dans le document fourni, décrivant le projet, cet élément n’est pas développé.
Nous pouvons nous interroger à ce sujet, est-ce un oubli de l’urbaniste ou bien est-ce que celui-ci l’a
développé mais qu’aucune retranscription de son analyse ne nous a été transmise. Nous savons juste
qu’une quantité importante d’arbres va être plantée mais nous ignorons leurs essences et donc si
une biodiversité à été pensée. Néanmoins, à l’échelle de notre site, il nous semble assez difficile de
traiter de ce point, la municipalité l’a très bien fait sur le parc de Lormoy mais il est évident qu’elle ne
peut faire cela dans tous les quartiers de la ville. Si on prend le problème dans l’autre sens, nous

3
Dans notre dossier de première phase, nous avons un document en page 17 qui montre que Saint-Michel-sur-Orge avec la
présence de la francilienne est sujette à de fortes concentrations de NO2 et donc que les émanations de COV sont à
proscrire au maximum.

12
pouvons peut-être même dire que densifier ce secteur est la meilleure manière pour protéger la
vallée de l’Orge car si aucune réflexion sur la densité ne s’effectue au niveau du centre ville, il est
évident que nous assisterons dans les prochaines années à un étalement urbain qui pourrait se
concentrer sur les rives même de l’Orge (on sait par habitude que les berges des rivières sont des
endroits souvent prisés et souvent construits lorsqu’aucune politique ne règlemente cette pratique).

Toujours concernant la faune et la flore, nous pouvons reparler de la zone arborée qui fait face au
site, de l’autre côté de la rue Saint-Exupéry. Cet espace n’est pas compris dans la ZAC mais il semble
qu’aucune réflexion n’a été entreprise et c’est en cela que nous voulions interpeler le lecteur. C’est
un espace de taille moyenne qu’il est nécessaire de repenser car son utilité est aujourd’hui
difficilement cernable. Nous avons déjà parlé de ce problème précédemment donc nous ne le
redévelopperons pas mais nous continuons à affirmer qu’il faut lui redonner un sens car sa situation
actuelle n’est pas satisfaisante.

De plus, on peut remarquer et saluer le projet de plantation d’arbres. Aujourd’hui, l’espace est très
peu arboré et il est vrai que l’urbaniste a réalisé un gros travail à ce niveau pour que certaines
perspectives soient de nouveaux possibles dans les rues. Le PIR sera aussi très ombragé.

Enfin, on peut noter la réalisation d’un square, assez petit mais ayant quand même l’intérêt d’exister.
Dans la perspective d’une offre de logements audacieuse, il est important que cet équipement voie
le jour car des familles vont venir s’installer et des espaces comme celui-ci sont toujours très
appréciés des citadins pour le calme et la verdure qu’on peut y trouver mais aussi pour les jeux
destinés aux enfants. A ce sujet, nous ne savons pas ce qu’il y aura dans ce square mais nous
pouvons espérer y trouver tout ce que nous venons d’aborder (jeux, espaces verts et fleuris,…).

b. Monuments historiques et archéologiques

Dans la première partie de notre travail, nous avons vu qu’il n’y avait pas de monument classé sur
notre site donc nous n’avons pas de remarque à ce sujet ni aucune recommandation. Concernant les
traces archéologiques non plus et du fait que l’on se trouve sur un terrain déjà urbanisé, nous
pouvons penser qu’aucune découverte de ce type n’aura lieu et donc qu’il n’est pas nécessaire de
prendre des mesures de précaution à ce niveau.

4. L’ENVIRONNEMENT SONORE

Dans la phase 1, à l’échelle de notre ZAC Gambetta, nous avions attiré l’attention sur la nécessité de
traiter les nuisances sonores causées par la D46 ou rue Sainte-Geneviève. En effet, cette rue est un
axe primaire de la ville, la circulation est intense et de ce fait les nuisances sonores deviennent une
préoccupation majeure, surtout pour un îlot comme le notre à vocation essentiellement
résidentielle. Le bureau d’étude ne semble pas avoir intégrer cette dimension puisque dans le dossier
les nuisances sonores ne sont pas abordées. Nous pensons que c’est un tort de la part de l’urbaniste

13
de cette ZAC, il aurait peut-être dû s’inspirer de celui qui a pensé le quartier des Grouettes, qui lui, a
mûrement réfléchi à toutes les nuisances, notamment sonores, qui s’exerçaient sur son site. Même
s’il est vrai qu’il n’en parle pas dans le document qui nous a été fourni, quelques indices peuvent
montrer qu’il y a réfléchi. Les bâtiments "plots" ont les balcons orientés vers les rues intérieures et
les deux faces côté rue Sainte-Geneviève et rue Saint-Exupéry sont sans ouverture. De plus, ces
"plots" sont disposés sur leur parcelle côté rue Saint-Exupéry, rue moins bruyante que Sainte-
Geneviève. Ils se retrouvent quand même entre la rue Sainte-Geneviève et le PIR et on pourrait peut-
être réfléchir à une séparation plus forte entre parking et résidences qu’une simple rangée d’arbres
comme il est actuellement prévu. Ensuite sur les matériaux choisis, nous n’avons pas d’indications
mais compte tenu de la démarche HQE qui a été initiée, nous pouvons espérer qu’ils seront de
nature à amélioration le confort acoustique dans les logements.

5. LE MILIEU HUMAIN

a. Le peuplement

Concernant l’habitat, le projet Gambetta propose de détruire plusieurs pavillons, cinq au total. Ceci
entrainant la perte de logements pour 12 personnes environ, si nous prenons pour constitution
moyenne des ménages 2,3 personnes (moyenne française en 2004). Cependant sur le même site 167
nouveaux logements vont être réalisés, ce qui compensera très nettement la destruction des
quelques pavillons. Ainsi c’est 384 habitants qui trouveront demeure dans ce nouveau programme,
avec une arrivée réelle de 372 habitants. Cependant, il serait assez simpliste de se dire que la
population globale de Saint-Michel-sur-Orge augmentera de 372 habitants suite a cette opération,
effectivement il faut également prendre en compte le phénomène de décohabitation (divorces,
enfants qui quittent la maison…), ce qui peut engendrer des mouvements de population à l’intérieur
de la ville, et ainsi la demande de nouveaux logements. On peut ainsi estimer une augmentation de
300 habitants (par phénomène d’immigration d’une autre zone géographique) portant ainsi le
nombre d’habitants dans la ville à environ 20 700, ce qui correspond au nombre d’habitants présent
en 1990 dans la commune. Cette arrivée permettra de faire progresser le solde migratoire de la ville
(entre 1990 et 1999 il était de -2625 habitants). Et c’est en passant par cette augmentation que la
population pourra augmenter car le solde naturel reste assez stable dans le temps et positif.

Cependant si l’objectif de la ville est d’augmenter sa population, elle a plusieurs solutions : soit
favoriser le développement d’activités dans sa ville pour attirer les travailleurs, soit réaliser de grands
projets d’habitation en densifiant la ville.

De plus ces habitations risquent d’attirer une population plutôt active car cette opération se situe à
proximité de nombreux moyens de transport et notamment le RER en direction de Paris. On peut
ainsi se dire que des personnes travaillant à Paris trouveront leur bonheur dans ces nouveaux
lotissements. De plus les T2 et les T3 sont majoritairement présents sur l’îlot (90% des logements), ils
permettent ainsi d’accueillir facilement les jeunes couples ainsi que les petites familles.

14
b. L’habitat

La particularité du projet est la mixité des bâtiments entre logements collectifs et logements
individuelles, chose qu’on ne retrouve pas ailleurs dans la ville, la séparation entre les deux est
nettement perceptible. L’îlot peut ainsi s’identifier à son entourage car celui-ci est encerclé sur trois
cotés par du logement individuel et sur un de ses cotés par du collectif.

On remarque que le projet propose différentes typologies d’habitat, des bâtiments de type collectif
(R+2 et R+3) mais aussi de l’habitat individuel (R+1). Il propose des maisons en bande parce que la
demande sur ce type d’habitat est importante dans la population et parce que le SDRIF recommande
une densification de la ville autour de la gare.

Le nombre de logements dans la ville sera porté à 8717 contre 8550 avant cette opération.

Ces divers bâtiments proposeront également partiellement du logement social ainsi 52 logements
seront prévus à cet effet, ce qui représente 32 % des logements de l’ilot, comblant ainsi que très
faiblement le déficit de logement social de la ville (4% de manque). Ainsi avant 1360 logements
sociaux étaient présents dans la ville (15.92% des logements), ils seront portés à 1412 logements
après l’opération. Mais le pourcentage du logement social dans la ville n’augmentera que très peu
car du logement neuf sera réalisé en parallèle, on aura ainsi après l’opération 16.2% de logements
sociaux dans la ville.

Ainsi, nous avons tenté de montrer dans le tableau suivant, l’influence du projet sur le pourcentage
de logements sociaux de la ville.

Part du logement Nombre de logements Part du logement


social dans l’îlot sociaux dans l’îlot social dans la ville
Etat actuel 0% 0 15,92%
Hypothèses et variantes au niveau de l’îlot
1) sans logement social 0% 0 15.6%
2) projet actuel 32% 52 16.2%
3) moitié-moitié 50% 84 16.56%
4) que du logement social 100% 167 17.5%

On peut ainsi voir que si la totalité des logements sont sociaux, ils permettraient à la ville de faire
passer son pourcentage à 17.5%, cependant cette solution n’est pas adaptée dans un contexte de
mixité sociale. Mais pour cette opération, partager les logements entre sociaux et non sociaux
(moitié-moitié) serait une bonne solution pour favoriser la mixité et améliorer le pourcentage de
logements sociaux exigé par la loi SRU.

De plus, on peut noter la présence dans ce projet de logements dits intermédiaires (50 dans les lots 3
et 4). Toutefois, il faut s’entendre sur les mots, l’urbaniste annonce du logement intermédiaire sans
vraiment préciser son intention. Il peut s’agir de logements locatifs privés à des prix encadrés ou bien
de PLI (Programmes Locatifs Intermédiaires) qui sont en fait le "haut de gamme" du logement social.

Enfin, on peut s’interroger aussi sur la nature des logements dits "libres". Seront-ils locatifs ou
privatifs ? A priori, nous ne pouvons savoir à l’avance, cela dépendra de la volonté du promoteur.

15
c. Les activités

Le nouveau projet sur la ZAC Gambetta ne proposera pas ou extrêmement peu d’activités car cette
opération n’est pas le siège d’implantations d’entreprises ou de commerces. Les quelques emplois
créés se limiteront à ceux engendrés par l’ouverture de la médiathèque car les autres équipements
seront uniquement une reconstruction de bâtiments et d’activités déjà existantes (exemples :
secours populaire, conservatoire…).

Dans la partie "abords immédiats", nous avons déjà entamé analyse en disant qu’il n’était pas
nécessaire d’apporter une activité commerciale sur l’îlot.

Pour ce qui est de l’avenir du marché, on remarque que les abris actuellement existants vont être
supprimés avec l’opération et on ne sait si une reconstruction aura lieu. Compte tenu du fait que
nous ne sommes pas allés sur le terrain un jour de marché, nous ne savons pas où s’implantaient
tous les commerçants. Il se peut très bien que l’esplanade soit utilisée comme l’espace couvert,
auquel cas, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que la place accueillant l’activité du marché sera
réduite avec le projet. Un emplacement lui a été assigné, il semble qu’il reprend la superficie de
l’espace couvert actuel mais au cas où la place serait réduite, on peut s’attendre à l’utilisation du
parking de la rue des Acacias par les marchands. De manière générale, conserver le marché sur l’îlot
nous paraît être une bonne idée du fait notamment de l’emplacement central de la ZAC par rapport à
la ville.

d. Les équipements pour l’enseignement et la formation

On peut tout d’abord noter que sur notre îlot aucun équipement pour l’enseignement, tel que des
groupes scolaire, des collèges ou lycées ne sera édifiés. Cependant les organismes pour la formation
tels que le conservatoire trouveront leur place dans les nouvelles constructions, ainsi le centre de
formation, prévention et insertion (CEPFI) et le conservatoire se retrouveront dans les lots 7 et 1
selon les variantes proposées. Leurs surfaces s’en trouveront peu réduites par rapport à leurs anciens
locaux, voir ils bénéficieront d’un agrandissement plus ou moins important selon l’hypothèse choisi.

Ces nouveaux logements vont également attirer de nouveaux élèves et étudiants, on peut ainsi
estimer que 75 enfants ou adolescents vont arriver grâce à la construction des habitations (car un
quart de la population à entre 0 et 19 ans et 300 nouveaux habitants vont arrivés grâce aux
lotissements). Et parmi ces 75 enfants on peut dire que ¼ ne sera pas en âge d’aller dans un
établissement scolaire et que ¾ pourront l’être, soit 56 enfants. Et on peut également estimer que la
moitié ira dans un groupe scolaire (28 élèves) et l’autre moitié dans un collège ou lycée (28 élèves).
On peut dire que les principaux établissements susceptibles des les accueillir seront le groupe
scolaire Blaise pascal et le collège Boileau car ce sont les deux établissements se situant les plus
proches de l’îlot. Ne connaissant pas la carte scolaire, nous ne pouvons être sûrs de ce que nous
avançons, néanmoins il serait intéressant de savoir si les capacités d’accueil seront suffisantes.

16
e. Les équipements pour la petite enfance et la jeunesse

On peut tout d’abord remarquer qu’aucun équipement destiné à la petite enfance et à la jeunesse ne
sera édifié sur îlot.

Comme nous l’avons dit précédemment ¼ des 75 nouveaux enfants estimés qui arriveront dans la
ville seront des enfants de moins de 5 ans, soit 19 enfants et on peut considérer qu’une douzaine
d’entre eux sera en âge d’aller à la crèche, mais même si actuellement les équipements sont en
déficit, les deux grands projets à l’horizon 2008 permettront de compenser cette arrivée et le
manque actuel. Ces projets se manifesteront par l’extension de la crèche François Dolto se situant à
proximité de la ZAC Gambetta (environ 500m) ainsi que la création d’un équipement mixte de la
petite enfance (crèche - école).

De plus, concernant la jeunesse, la mission locale qui aide les jeunes de 16 à 25 ans afin de leur
faciliter l’insertion dans le milieu professionnel, actuellement présent sur la ZAC sera déplacer à
quelques pas de sa localisation actuelle mais restera sur l’îlot, au rez-de-chaussée du lot 7. Il va
également subir un petit agrandissement de 35m², pour permettre d’accueillir les jeunes de Saint-
Michel-sur-Orge dans de bonnes conditions.

f. Equipements sanitaires et sociaux

Concernant les équipements sanitaires et sociaux, actuellement un secours populaire très vétuste est
présent sur notre îlot, il sera donc détruit mais le projet prévoit de le relocaliser au niveau du lot 7,
permettant ainsi de donner une seconde vie à ce bâtiment tout en augmentant sa surface de 40m²
par apport à l’actuel bâtiment. C’est le seul équipement sanitaire et social qui sera présent sur notre
site, rien ne change donc à ce niveau.

g. Les équipements sportifs

L’ensemble de notre îlot va perdre ses équipements sportifs et ses terrains de sport. Effectivement,
le gymnase ainsi que le terrain de basket ne trouvent pas leurs places dans le nouveau projet, c’est
pourquoi la mairie a décidé de reconstruire un autre gymnase à 800 mètres de la ZAC, à proximité de
l’école Lamartine, les travaux sont d’ailleurs bientôt achevés. Donc, même si la place Gambetta perd
cet équipement, il sera relocalisé dans un endroit stratégique car il se situera au milieu du secteur du
Bois des Roches, qui est le secteur le plus dense de Saint-Michel-sur-Orge. Cependant, le terrain de
basket ne sera quand à lui pas relocalisé et l’unique terrain de ce type sera situé en périphérie de la
ville au niveau du parc de Lormoy. Ce chemin est assez long mais peut devenir agréable grâce à la
création d’une coulée verte, prévue par la municipalité.

De plus on peut dire que les différents équipements sportifs présents dans l’ensemble de la ville sont
assez nombreux et diversifiés, ils permettront donc de satisfaire ces nouveaux arrivants.

17
h. Les équipements culturels

La ville de Saint-Michel-sur-Orge est en manque d’équipements culturels, c’est pour cela que la
réalisation de la médiathèque est au centre du projet de renouvellement de la ZAC Gambetta. Cet
équipement permettra également de faire face aux nouvelles technologies avec la mise à disposition
de CD ou de DVD en plus des livres par rapport à une simple bibliothèque, c’est pour cela
qu’actuellement un grand nombre de communes souhaitent construire une médiathèque dans leur
ville. Cet édifice sera couplé à une salle des fêtes mais les deux bâtiments resteront indépendants.
Cette salle des fêtes n’est pas un nouvel équipement créé par la commune mais uniquement une
reconstruction d’un bâtiment qui sera détruit pour la réalisation du projet Gambetta.

Ce complexe permettra de répondre au besoin de la population qui n’aura ainsi plus besoin d’aller
dans une commune voisine pour avoir accès à une vidéothèque par exemple. La salle des fêtes sera
également plus attractive car totalement rénovée et donc avec une conception architecturale
actuelle répondant mieux aux nouvelles attentes pour ce type de bâtiment (meilleure isolation
acoustique, confort thermique, …).

En revanche, la position géographique de la ville (à coté de grandes ou très grandes villes) permet
d’expliquer ce manque récurant d’équipements, car les différents habitants vont dans les communes
voisines pour répondre à leurs besoins, voire ils se déplacent jusqu’à la capitale. Il faut donc trouver
le juste milieu, répondre à leur exigences sans plomber les comptes de la communes car de toute
évidence, la ville ne pourra jamais rivaliser avec les équipements culturels de Paris.

i. Santé

Aucun équipement de santé n’était présent et ne sera créé au niveau de la ZAC Gambetta. D’après
nos connaissances, un cabinet médical recevant du public ne peut être installé n’importe où. Compte
tenu du fait que le projet ne prévoit pas de locaux destinés spécifiquement à cette activité, nous
pensons qu’il sera impossible dans l’avenir que ce type d’activité puisse s’implanter dans l’îlot. Nous
ne connaissons pas le taux d’activité des médecins de la ville mais de toute manière l’apport de cette
population ne devrait pas avoir d’influence notable sur l’offre. Cette opération n’est en rien
comparable à celle du Bois des Roches par exemple, à cette époque et lors de la construction, cet
aspect était beaucoup plus important et méritait une réflexion approfondie.

18
6. LA DESSERTE ET LA CIRCULATION

a. Les transports collectifs

Aucun nouvel aménagement concernant les transports collectifs ne sera réalisé aux alentours de
notre îlot, celui-ci est déjà très bien desservi avec dans un rayon de 150 mètres une gare RER ainsi
que sept lignes de bus ce qui est déjà très satisfaisant, il n’y a donc aucune utilité à rajouter ou
améliorer un réseau déjà excessivement développé autour de la gare RER.

Le principal point à renforcer serait ainsi de faciliter les déplacements entre les différentes stations
de bus ou RER et la ZAC Gambetta. Les habitants ne seront ainsi plus dépendant de leurs voitures et
accéderaient aisément aux différents transports collectifs proposés.

b. La circulation automobile

Le projet ne va pas modifier la circulation automobile dans la ville, effectivement toutes les rues
seront conservées, ainsi que leur sens de circulation. Les principaux changements seront effectués au
niveau des trottoirs ou des carrefours afin de faciliter la circulation douce dans la ville. Une
augmentation du trafic est à prévoir et il semble que les aménagements de voie au niveau des rues
Saint-Exupéry et Gambetta seront en mesure de gérer cette nouvelle donnée.

c. Le stationnement

Le nouveau projet va favoriser le stationnement, avec notamment la création d’un grand parking
permettant ainsi à toutes personnes venant de l’extérieur ou de la ville de profiter des équipements
présents sur la l’îlot ou bien de déposer leur voiture à proximité du RER avant de prendre celui-ci.

Ainsi les trois parkings séparés qu’il y avait initialement vont désormais être réuni en un unique
parking pour une meilleure lisibilité et une meilleure appropriation de l’espace. Ce parking sera
réalisé en paliers afin de respecter la dénivellation du site, il comportera environ 185 places mises à
disposition des usagers. Ce nombre de places correspond ainsi à peu prés au nombre de places qu’il y
avait précédemment. Effectivement, il était essentiel que le nouveau projet comporte un grand
parking tout en longueur comme cela a été proposé ou bien sur plusieurs étages.

A ceci vient s’ajouter l’amélioration du stationnement au niveau des rue des Acacias, de Saint-
Exupéry et Gambetta ; c’est ainsi environ 92 places qui viendront s’ajouter aux 185 places du PIR,
permettant ainsi d’accueillir l’ensemble des personnes les jours dont la fréquentation est la plus
importante comme les jours de marché.

19
Il est à noter que chaque unité résidentielle à un stationnement indépendant qui lui est propre avec
un parking souterrain sauf pour les habitants du lot 6 qui devront utiliser les places (une trentaine)
de la rue Gambetta voire même le PIR. Les entrées dess parkings sont parfois problématiques car se
situent à l’intérieur de l’îlot
îlot et donc nécessite le franchissement des voies douces.

Il faudra aussi veiller à la sortie de parking sur la rue Sainte-Geneviève


Sainte Geneviève pour qu’elle ne soit pas source
d’accidents.

d. La
a circulation douce

Ce projet s’inscrit dans la continuité de la coulée verte


verte que la municipalité souhaitait réaliser entre le
secteur des Grouettes, la gare et le secteur Gambetta. Cette voie douce permettra la circulation des
piétons
ns et des cyclistes, elle a fait l’objet d’une réflexion de la part du cabinet d’urbanisme JAM.

Sur le schéma ci-dessous


dessous nous pouvons voir la coulée verte qui sera développée
développée, on peut également
voir la percéee qui sera effectuée au niveau de l’ilot entre la gare et la ZAC Gambetta (cercle bleu)
pour permettre la continuité de cette coulée verte. Cette percée
percé se fera sur une parcelle déjà acquise
par la ville.

20
Par la suite on peut voir que cette coulée verte peut mener jusqu’à la vallée de l’Orge ou vers le Bois
des roches, la ville
le pourra, à terme, être traversée d’Est en Ouest
O par une promenade piétonne
agréable.

Au niveau de notre îlot, la coulée s’exprime


s’exprime par un passage planté réservé aux piétons et traversant
notre îlot d’Est en Ouest par son centre.
centre

Concernant les pistes cyclables,, notre projet sera également traversé par une piste de ce type, elle se
situera à coté du passage piéton, mais ce projet de piste cyclable ne se limitera pas à l’îlot car la piste
se prolongera jusqu'à la vallée de l’Orge permettant ainsi de raccorder la piste cyclable qui va être
créée à celle qui est déjà existante. Vers l’Est,
l’E elle ira jusqu’au Bois des Roches.

21
On peut ainsi imaginer que vers l’Est, cette nouvelle piste sera raccordée également à la piste
cyclable existante, elle permettra ainsi de se rendre en vélo jusqu'à la zone industrielle de Saint-
Michel-sur-Orge. Cette piste formera ainsi un réseau circulaire dans la ville.

7. LE PAYSAGE

a. Ce que l’on voit du site

L’environnement proche ne sera pas modifié ainsi on verra toujours de l’habitat individuel avec des
petits pavillons se limitant à un étage. Ainsi seuls les bâtiments qui posséderont trois étages pourrons
avoir une vu dominante sur l’ensemble de la ville (partie Ouest) qui est en dénivelé descendante et
composée de petit bâtiment. Ainsi, notre regard pourra aller jusqu’au niveau des communes
alentours comme Longpont-sur-Orge avec son château de Lormoy ou encore Montlhéry et ses restes
de château médiéval.

Seule la partie Est ne sera visible du site car des bâtiments de même taille obstrueront la vue et un
dénivelé non favorable existera.

b. Ce que le site donne à voir

On peut dans un premier temps dire que cet îlot est divisé en deux partie : au Nord des habitations et
au Sud des parkings et des équipements.

Au Nord, dans la rue Sainte-Géneviève le site donnera donc à voir dans un premier plan des
habitations individuelles qui se trouvent sur l’ilot mais qui ne seront pas démolies car n’appartenant
pas à la ZAC. Dernière ces petits bâtiments constitués d’un petit jardin, on retrouve le programme
résidentiel qui sera composé de bâtiments R+1, R+2 et R+3 construits de façon plus dense, ils
constitueront le deuxième point de regard. Quelques percées entre les bâtiments seront également
effectuées pour avoir un regard plus profond dans l’ilot et lui donner un aspect de transparence et
d’ouverture.

Au Sud, dans la rue Saint-Exupéry, on aura une vue sur l’ensemble des parkings en escalier, ainsi de
ce côté la vue sera peu modifiée, cependant de nombreux arbres seront plantés pour donner une
sensation un peu moins repoussante que le parking type d’un centre commercial par exemple ou
bien l’ancien PIR. Dans cette rue, notre regard s’achèvera par une note plus positive avec notamment
la médiathèque qui se dégagera des autres bâtiments par son architecture particulière. Elle
constituera un peu un point de convergence de tous les regards au niveau du parking. Le square
permet une transition visuelle entre le parking et la médiathèque.

22
Concernant la liaison douce, elle permettra d’avoir une vue traversante de l’îlot. Dans cet îlot, on
peut enfin remarquer qu’il n’existe pas vraiment d’espace publique central (grande place par
exemple) qui favorise les échanges et les rencontres. Le square ne peut pas jouer ce rôle pour trois
raisons essentiellement, il est fermé le soir et la nuit, il est de taille trop réduite et enfin possède une
mauvaise situation géographie (excentré par rapport à l’îlot et encadré par le parking et la rue Saint-
Exupéry).

c. Les façades

Peu d’informations sont fournies dans le mini dossier, cependant une consigne à été éditée en
relation avec la démarche HQE, elle demande une relation harmonieuse entre les bâtiments de l’îlot
et ceux de l’environnement immédiat, c'est-à-dire que les bâtiments qui seront édifiés posséderont
des façades de teinte plutôt blanche, grise ou dans les tons rose pale.

Seule la médiathèque peut aller outre cette consigne car en tant que bâtiment public, elle doit attirer
le regard et pour cela faire preuve d’une imagination architecturale plus aboutie.

d. Morphologie

La morphologie du site a beaucoup évoluée, une densification très importante a eu lieu car
l’urbaniste a réussi à implanter beaucoup de logements tout en conservant les équipements publics
précédents. Cependant, le gros reproche que l’on pourrait adresser aussi bien à l’urbaniste qu’à la
mairie, c’est la diminution très importante du patrimoine foncier de la ville qui sur cette opération va
passer de 28,5 ha à 17,2. La zone étant très bien située, la mairie aurait pu conserver la totalité de
son patrimoine au lieu de le vendre comme elle l’a fait. Cette politique peut être bénéfique à court
terme mais il nous semble qu’elle peut être préjudiciable sur le long terme. Quand la mairie aura
vendu tout son patrimoine, elle sera contrainte de racheter des parcelles privées à des prix très
élevés, ce qui pourra la freiner dans son développement et dans sa politique de création de
nouveaux équipements.

La hauteur des bâtiments reste assez faible est respecte assez bien les environs du site avec des
bâtiments d’une hauteur maximum de trois étages.

Même si le sous-sol est partiellement exploité pour des parkings destinés aux habitations, une
utilisation du sous-sol pour le PIR aurait permis une diminution de l’emprise au sol de celui-ci.
D’autres aménagements auraient pu venir s’installer, on peut penser à l’espace de centralité
manquant.

On peut ajouter que l’ilot gardera néanmoins son aspect fonctionnaliste et ouvert où les habitants
auront une aisance à circuler dedans.

23
Conclusion

L’objectif de ce travail était d’analyser l’impact sur l’environnement du projet de l’atelier


d’urbanisme JAM pour la ZAC Gambetta de Saint-Michel-sur-Orge. Pour cela, il fallait s’appuyer sur le
diagnostic que nous avions réalisé dans une première phase. Nous avons tenté de reprendre chacun
des points abordés dans le diagnostic et essayé de proposer des solutions. Afin de clarifier et de
synthétiser notre travail, nous allons réaliser un récapitulatif des points forts et des points faibles du
projet.

POINTS FAIBLES

- La non prise en compte de l’espace vert au niveau de la rue Saint-Exupéry.


- La reconfiguration proposée du Parking d’Intérêt Régional
- La diminution non négligeable de l’espace public
- Le manque d’ambition conceptuelle
- La problématique environnementale quelque peu délaissée
- Difficulté de réaliser un projet cohérent du fait de la configuration de la ZAC (espaces
privés de l’îlot non compris dans la ZAC)
- Le traitement des entrées de parkings souterrains

POINTS FORTS

- Réussite quant au maintien des activités présentes sur le secteur


- Densification
- Projet de circulation douce à l’échelle de la ville bien intégré par l’urbaniste au niveau de
la ZAC
- Végétalisation des espaces
- Apport d’un nouvel équipement culturel (Médiathèque) qui faisait défaut à la ville

24