Vous êtes sur la page 1sur 27

   Université Moulay Ismail

                                                                                                         

École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers

MEKNES
 

RAPPORT FINAL DU PROJET


DU BUREAU D’ETUDE III

Intitulé :

Conception et Dimensionnent
D’une éolienne tripale

Réaliser par : Mohamed Amine HAMDAOUI

Encadré par : M. Ali CHAABA

M .ARBAOUI .

Année Universitaire 2007-2008 


SOMMAIRE 
1.  Introduction ......................................................................................................................................................................... 3 
1.1.  Historique .................................................................................................................................................................... 3 
1.2.  Technologie ................................................................................................................................................................. 3 
1.3.  Importance de l'évaluation des ressources éoliennes ........................................................................ 3 
1.4.  Les éoliennes dans le monde ............................................................................................................................. 3 
1.5.  Impacts de l'éolienne sur l'environnement .............................................................................................. 4 
1.6.  Perspectives d'avenir de la technologie éolienne au Maroc ............................................................ 4 
2.  Description d’une éolienne .......................................................................................................................................... 5 
3.  Étude Technique ................................................................................................................................................................ 6 
3.1.  Pales fixes ..................................................................................................................................................................... 6 
3.2.  Pales en rotation ...................................................................................................................................................... 9 
3.3.  Loi (Np – Vv) et (β – x) ......................................................................................................................................... 10 
3.4.  Loi Fv ­ Cp ................................................................................................................................................................... 11 
4.  Conception du circuit hydraulique ....................................................................................................................... 14 
4.1.  Schéma du circuit .................................................................................................................................................. 14 
4.2.  Dimensionnement du Vérin ............................................................................................................................ 16 
4.3.  Dimensionnement du distributeur du vérin ......................................................................................... 18 
4.4.  Dimensionnement du régulateur de débit ............................................................................................. 19 
4.5.  Pression et Puissance (Récepteur 1) ......................................................................................................... 19 
4.6.  Dimensionnement de Moteur ........................................................................................................................ 19 
4.7.  Dimensionnement du distributeur du moteur ..................................................................................... 20 
4.8.  Dimensionnement du régulateur du moteur ........................................................................................ 21 
4.9.  Pression et Puissance (Récepteur 2) ......................................................................................................... 21 
4.10.  Dimensionnement de la pompe ............................................................................................................... 21 
4.11.  Dimensionnement des conduites ............................................................................................................ 23 
4.12.  Calcul de la pression de tarage et du limiteur de pression ....................................................... 24 
4.13.  Moteur de pompe ............................................................................................................................................. 24 
4.14.  Bilan énergétique ............................................................................................................................................. 25 
4.15.  Système de freinage : ..................................................................................................................................... 25 
5.  Travail CATIA  (Voir CD et Dessin en annexe) ................................................................................................ 27 
6.  Conclusion .......................................................................................................................................................................... 27 
 

 
1. Introduction 
1.1. Historique 

Il y a bien longtemps que les hommes ont imaginé des moyens pour exploiter le vent. 
On a trouvé, chez les Perses et dans la région de la Mésopotamie, des roues à aubes que le vent 
faisait  tourner.  Vers  le  XIIe  siècle  apparaissent  en  Europe,  jusqu'en  Grèce,  les  premiers 
moulins à vent, étranges machines tournantes qui servaient surtout à remplacer les animaux 
pour les travaux harassants.      

Cependant, cette éolienne, l’une des plus anciennes machines capables de fournir une 
puissance mécanique, était sur le point de devenir une pièce de musée s’il n’y avait pas eu les 
deux  chocs  pétroliers  des  années  70  et  surtout  les  multiples  inquiétudes  objectivement 
fondées  tant  sur  les  risques  que  fait  courir  à  l’environnement  l’utilisation  des  combustibles 
fossiles que sur la menace d’épuisement de leurs réserves exploitables, dans un avenir qui ne 
tardera pas à voir le jour.     

1.2. Technologie     

Les principes de l’éolienne sont anciens de telle sorte que la conception de celle‐ci n’a 
guère  changé  au  cours  des  siècles,  mais  les  matériaux  et  la  technologie  ont  évolué.  Le 
développement  technique  des  éoliennes  modernes  a  emprunté  beaucoup  à  l'aviation  et  les 
pales  d'aujourd'hui  sont  réalisées en fibre de verre et en matériaux composites, notamment 
avec de la fibre de carbone (légère et résistante). 

La  plupart  des  éoliennes  modernes  sont  à  axe  horizontal,  et  sont  munies  de  3  pales, 
mais il existe des éoliennes à 2 pales ou à une seule 

Il existe aussi d’autres variantes d’éoliennes, dont principalement le rotor Darrieus et 
le  rotor  Savonius  qui  tournent,  contrairement  aux  éoliennes  précédentes,  autour  d’un  axe 
vertical. 

1.3. Importance de l'évaluation des ressources éoliennes 

En raison des phénomènes météorologiques et de la forme des reliefs, le vent est sans 
doute l’une des sources d’énergie qui varie de la façon la plus aléatoire. 

A  cause  de  cette  irrégularité  du  vent,  l’intérêt  économique  de  l’énergie  éolienne  peut 
être considérable en un lieu donné et négligeable dans un autre pourtant voisin. C’est la raison 
pour  laquelle,  l’énergie  éolienne  doit  être  prospectée,  comme  c’est  le  cas  pour  beaucoup 
d’autres sources d’énergie. 

1.4. Les éoliennes dans le monde    

La  puissance  électrique  d'origine  éolienne  installée  dans  le  monde  a  été  de  près 
9362MW fin 1998 et a cru de 64% par rapport à 1996 ; l’Allemagne, en première position, en 
détient à elle seule 2875 MW. 

Depuis  plus  de  15  ans,  on  assiste  à  une  diminution  progressive  des  coûts  et  un 
accroissement de la fiabilité mécanique des aérogénérateurs le coût totale  d'investissement 
est actuellement de l'ordre de 1200 US$/kW et la fiabilité technique dépasse 95%. En même 
temps la puissance unitaire est en augmentation continue. La puissance unitaire moyenne des 
aérogénérateurs, utilisés dans les parcs éoliens en Allemagne et ayant atteint 50 kW au milieu 
des années 80, est passée en 1998 à700 kW. 
1.5. Impacts de l'éolienne sur l'environnement          

Réduction de l'émission de gaz a effet de serre et d'autre polluant et substitution des 
ressources épuisable par une autre non ‐épuisable. On peut résumer les impacts de l'éolienne 
relevés  jusqu’à  ce  jour,  essentiellement  dans  les  émissions  sonores  qu’engendre  la  rotation 
des pales du rotor et le danger que peuvent présenter dans certains cas, les aérogénérateurs 
en fonctionnement, sur la vie des oiseaux. 

Concernant les émissions sonores, des efforts considérables sont été déployés dans le 
but  de  réduire  celui‐ci  à  un  niveau  plus  bas.  Les  fabricants  ont  ainsi  réduit  cette  nuisance 
potentielle en améliorant l'aérodynamisme des pales, en trouvant des moyens pour réduire le 
bruit  des  engrenages  dans  la  nacelle  et  plus  récemment,  en  supprimant  complètement  le 
multiplicateur de vitesse. 

Quant  à  l'impact  des  éoliennes  sur  les  oiseaux,  plusieurs  études  scientifiques  ont 
démontré que la plupart des oiseaux identifient et évitent l'hélice qui tourne. Il est néanmoins 
essentiel de s'assurer que le lieu d'un projet d'implantation d'éoliennes ne se situe pas dans 
un couloir de migration d'oiseaux, ni à proximité d'un site de reproduction. 

1.6. Perspectives d'avenir de la technologie éolienne au Maroc     

Avec à la fois des gisements éoliens importants (surtout au nord et au sud du pays) et 
un potentiel scientifique et technologique à la hauteur des ambitions de notre pays, le Maroc 
dispose des atouts nécessaires pour développer et tirer profit de cette technologie. 

Celle‐ci  est  donc  à  même  de  créer  une  dynamique  qui  peut  amener  les  opérateurs 
économiques  à  investir  dans  ce  secteur.  Ce  qui  peut  engendrer  l’émergence  d’un  tissu 
industriel à fort potentiel de création d’emploi 

Mais,  en  attendant,  les  petits  pas  réalisés  jusqu’à  maintenant  peuvent  être  qualifiés 
d’importants. En effet, dans le cadre de la politique de production concessionnel d’électricité 
initiée par l’ONE, il est prévu de réaliser un parc éolien de 50 MW à Koudia Al Baida dans la 
province de Tétouan et un projet d'installation de 200 MW est en cours de préparation.    

 
2.  Description d’une éolienne 
Une  éolienne  permet  de  transformer 
l'énergie  cinétique  du  vent  en  énergie 
électrique.  Elle  se  compose  des  éléments 
suivants : 
• Un mât permet de placer le rotor à une 
hauteur  suffisante  pour  permettre  son 
mouvement  (nécessaire  pour  les 
éoliennes à axe horizontal) et/ou placer 
ce  rotor  à  une  hauteur  lui  permettant 
d'être  entraîné  par  un  vent  plus  fort  et 
régulier  qu'au  niveau  du  sol.  Le  mât 
abrite  généralement  une  partie  des 
composants électriques et électroniques 
(modulateur, commande, multiplicateur, 
générateur, etc.). 
• Un  rotor,  composé  de  plusieurs  pales 
(en  général  trois)  et  du  nez  de 
l'éolienne.  Le  rotor  est  entraîné  par 
l'énergie  du  vent,  il  peut  être  couplé 
directement  ou  indirectement  à  une 
pompe  (cas  des  éoliennes  de  pompage) 
ou  plus  généralement  à  un  générateur  Source : Wikipedia 
électrique. Le rotor est relié à la nacelle 
par le moyeu. 
• Une  nacelle,  montée  au  sommet  du  mât,  abritant  les  composants  mécaniques,  pneumatiques, 
certains composants électriques et électroniques, nécessaires au fonctionnement de la machine. 
• Frein  d’urgence,  Ce  mécanisme  se  déclenche  automatiquement  lorsque  la  vitesse  atteint  un 
certain  seuil  par  l’intermédiaire  d’un  détecteur  de  vitesse.  En  cas  de  ralentissement  du  vent,  le 
frein est relâché et l’éolienne fonctionne de nouveau librement.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Étude Technique 
On a :  C1 

     

dS 
r1‐r2

Avec    
r‐r2   

On va faire notre étude dans les deux cas : 

‐ Pales fixe : aucune rotation   
C2 
‐ Pales en rotation     
3.1.Pales fixes 
Dans le cas des pales fixes, on a :    

On pose     Π   

3.1.1. Couple du moteur de la nacelle 

L’effort par pale est :      

L’objectif est de trouver la valeur maximale de F. Pour cela on va maximiser par rapport à θ 
puis par rapport à  Cx, Cz . 

En dérivant la fonction par rapport à θ, on trouve : 

   Avec      

Il faut maximiser par rapport à  Cx, Cz , pour cela on choisie un profil NACA23012. Ce profil 


est caractérisé par le polaire d’équation : 

  Avec   

Le problème revient à trouver le maximum de la fonction : 

 
 

 
Programme MATLAB
% Déclaration des constantes
rhoair = 1.25 ;
C1 = 0.6 ;
C2 = 1.7 ;
r1 = 14.0 ;
r2 = 1.0 ;
V = 25 ;

Cz = -0.9:0.01:0.9;

for i=1 : 181


gama = 0.25 * rhoair * (C1+C2) * (r1-r2) * V^2 ;
a = Cz(i)/(0.036+0.0666*Cz(i)^2);
F(i) = gama * ( Cz(i)*sin(atan(a)) + (0.036+0.0666*Cz(i)^2)*cos(atan(a)) ) ;
end

plot(Cz,abs(F));
title('Variation du couple Nacelle en fonction de Cz');
xlabel('Cz');
ylabel('C(N.m)');
Résultat : 

 
Ainsi la valeur maximale de l’effort sur une pale est  

 
Alors le couple maximal sur la couronne de la nacelle est : 

 
Avec d : distance entre le centre de la nacelle et la pale, on prend d  3 mètres 

 
 
3.1.2. Couple sur la pale 

L’effort normal sur la pale est :      

De la même façon que le paragraphe précédent, on doit maximiser la fonction : 

Programme MATLAB
rhoair = 1.25 ;
C1 = 0.6 ;
C2 = 1.7 ;
r1 = 14.0 ;
r2 = 1.0 ;
V = 25 ;

Cz = -0.9:0.01:0.9;

for i=1 : 181


gama = 0.25 * rhoair * (C1+C2) * (r1-r2) * V^2;
if Cz(i)== 0
F(i) = -gama * 0.036 ;
else
a = (0.036+0.0666*Cz(i)^2)/Cz(i);
F(i) = gama * ( Cz(i)*cos(atan(a)) - (0.036+0.0666*Cz(i)^2)*sin(atan(a)) ) ;
end
end

plot(Cz,abs(F));
title('Variation de l"effort normal sur la pale en fonction de Cz');
xlabel('Cz');
ylabel('F(N)');
Résultat : 

 
Ainsi : 
 
Pour calculer le couple induit par cet effort, il calculer le centre de poussée de la pale. 
le centre de poussée P x, y  est défini par :  y 
C1

 
Pour faciliter le calcul, soit   le centre de poussée de la surface S1 et 
 le centre de poussée de la surface S2. On a : 

S1 S2
x
  C2

Avec : 

    Et      

Le calcul donne :  

 
Pour maximiser le couple, on suppose que l’axe de la pale est l’axe  OY . Le couple induit par 
la force normale sur la corde de la pale est donc : 

 
Alors            
 
3.2.Pales en rotation 
Dans le CAS des pales fixes, on a :    

Avec     

De même que dans le paragraphe précédent, on calcul le couple maximal dans la couronne de 
la nacelle et le couple dans la pale. On trouve : 
     et     

Remarque : 

Pour  calculer  la  puissance  du  moteur  entrainant  la  couronne  de  la  nacelle,  il  faut  choisir  le 
rapport de réduction entre pignon du moteur et couronne de la nacelle. Et cela en respectant 
les rendements mécaniques des la transmission. 

3.3.Loi (Np – Vv) et (β – x) 
Après un déplacement Δx, on a la figure suivante : 

A  J

A’ 
α  µ
θ
λ
λ


B’
β

O’ 
 
ABO’ : configuration initiale 

A’B’O’ : configuration après déplacement Δx 

Nous allons calculer  x = f(β) avec x le déplacement du verin. 

Considérons le triangle A’B’J :

π sin(π − α )
sin α sin 2 sin(θ ) 2
On a = = =  
JB' A' B' AB + Δx − BJ AB + Δx − BJ

⎧ A' B' = AB = b
Avec                         ⎨  
⎩ BJ = OB' sin β = OB sin β = a sin β

b + Δx − a sin( β )
cos(α ) =       (I) 
b

Considèrons le triangle O’B’B :


(π − β ) ) cos( β )
sin( β ) sin λ sin( 2 = 2
On a : = =
B' B O' B' O' B a  
π −β sin( β )
λ=     Car le triangle O’B’B est isocèle. Î B' B = a * a 
2 cos( β )  
2

Considérons le triangle A’BB’ :


π −β
π sin(π − ( )) sin( β )
sin α sin( μ ) sin( 2 − λ ) 2 2 2 .
On a = = = =
BB' A' B' AB b b

sin( β )
sin( β )
D’après (a), on a : sin α = a * * 2       (II) 
β
cos( ) b
2
Et d’après (I) et (II) on trouve que : 

β ⎞
2

⎜ sin( β ) sin( 2 ) ⎟ ⎛ b + Δx − a sin( β ) ⎞
2

                    ⎜ a *
β
* ⎟ +⎜ ⎟ = 1 
⎜ cos( ) b ⎟ ⎝ b ⎠
⎝ 2 ⎠

Δx = b 2 − ( a * tg ( β 2) * sin( β )) 2 + a sin( β ) − b  

Nous savons que la course de la pale est β = 40° . On prend a=40cm et b=50cm.
Donc la course du vérin sera :                   Course = 24.82 cm  

Si on dérive la relation précédente on trouve la relation entre la vitesse du piston du vérin et la


vitesse de rotation de la pale :

⎛ ⎛ a * sin( β ) ⎞⎞
⎜ (a * tg ( β / 2) * sin( β )) * ⎜⎜ + a * tg ( β 2) * cos(β ) ⎟⎟ ⎟ °
⎝ 2 cos ( β 2)
2
°
⎜ ⎠ ⎟*  
x = ⎜ a * cos(β ) − ⎟ β
⎜ b − (a * tg ( β 2) * sin( β ))
2 2

⎜ ⎟
⎝ ⎠

Si on prend β = 23.27 * 10 −3
rad / s (c.-à-d. une rotation de 40° dans 30s).

On trouve la vitesse moyenne du piston du vérin :

 
3.4.Loi Fv ­ Cp 
On isole la barre AB, on trouve l’équation suivante

(Voir schéma page suivante)


Avec

D’où :

Cette force est induite par une seule pale, pour 3 pales on a :

 
Ainsi        

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Schéma cinématique tu système 
 

Pale
Rotor 

Rotor

C1  O1
Biell
A  B
Plaque 

Tige du vérin 

C  O1

Corps du 

A  Fv

B
α
γ 
β
Fp 
Rotor
C1  O1

C  O

Schéma du module de calage des pales 
 
 
 
4. Conception du circuit hydraulique  
4.1.Schéma du circuit 

 
 
 

 
 

4.2.Dimensionnement du Vérin 
On a les données suivantes :





4.2.1. Choix 
On a :
Alors d’après le catalogue ATOS (B015.pdf), on trouve :

Diamètre piston = 125 mm


Pour calculer le diamètre de la tige, on utilise le critère de vérification au flambage :
On a : Course = 400 mm ; F = 12000 N ; K=2
Donc : Li = 800mm
Alors :
Le diamètre de la tige doit être supérieur à 45, alors d’après les valeurs normalisées, on a :
Diamètre tige = 56 mm
Ainsi notre vérin choisi est :

• Réf : CK 125/56*400 P 0
• Piston 125 mm
• Tige 56 mm
• Course 400 mm

4.2.2. Vérification 

On a : et

Or et

Le vérin résiste en flambage.

4.2.3.  Calcul du débit Vérin 
On a :

Alors : Î

Vu l’absence dans le catalogue, d’un abaque ou méthode pour trouver le rendement volumétrique,
on peut prendre par exemple

Alors :

4.2.4. Pression et Puissance réels du Vérin 
La pression transmise par le vérin :

La puissance transmise par le vérin :

4.3.Dimensionnement du distributeur du vérin 

D’après le catalogue ATOS (E010.pdf), on choisie :

DHO-0711/2 XK

Ce distributeur induit à une perte de charge :


4.4.Dimensionnement du régulateur de débit 
La charge doit translater avec une vitesse V = 0.08 m/s,
ce qui est équivalent à un débit au coté tige

D’après catalogue ATOS (C321.pdf), on choisie :


QV20/2/K
Ce composant induit à son tour une perte de charge, et
depuis le catalogue) :

Il faut tourner le « knob » cinq fois pour avoir le débit


souhaité.

4.5.Pression et Puissance (Récepteur 1) 
Nommons l’ensemble Vérin+Dist. Vérin+ Régulateur, récepteur 1. On a :

Et

Cette ensemble peut être considérer comme récepteur pour la pompe.

4.6.Dimensionnement de Moteur 
4.6.1. Choix 
Puissance apparente

On a deux valeur pour

Alors pour

Ou pour

D’après catalogue PARKER-CALZONI, on choisie :

• Réf :
• Cylindrée :


4.6.2. Calcul des rendements 

D’après le graphe ci-dessus, on relève :


et et

4.6.3. Calcul du débit réel 

On a : >>

4.6.4. Calcul de la pression et Puissance Moteur 

On a la puissance dans le moteur s’écrit : >>

Et la puissance absorbée par le moteur sera :


>>

4.7.Dimensionnement du distributeur du moteur 

D’après le catalogue ATOS (E010.pdf), on


choisie :

DHO-0711/2 XK

Ce distributeur induit une perte de charge :


4.8.Dimensionnement du régulateur du moteur 

D’après catalogue ATOS (C321.pdf), on choisie :

QV20/2/K

Ce composant induit à son tour une perte de charge,


et depuis le catalogue) :

Il faut tourner le « knob » trois fois pour avoir le


débit souhaité.

4.9.Pression et Puissance (Récepteur 2) 
Nommons l’ensemble Moteur+Dist. Moteur+ Régulateur, récepteur 2. On a :

Et

Cette ensemble peut être considérer comme récepteur pour la pompe.

4.10. Dimensionnement de la pompe 
4.10.1. Choix 
On a pour le dimensionnement d’une pompe en utilisant le critère de la puissance apparente :

Or on a est déjà inclus dans les puissances des récepteurs, et on prend

Et vous avez imposé , on a

D’où
Alors d’après le catalogue ATOS (A005.pdf )ci-dessus, on choisie :

• Réf :
• Cylindrée :

4.10.2. Détermination de la vitesse et rendement volumétrique 

Le fonctionnement du système impose que la


pompe fournis au moins 60 l/min. alors d’après le
catalogue suivant, on a :

En plus on trouve le rendement volumétrique :

>>

4.10.3. Détermination du couple pompe et du rendement mécanique 

On négligeant dans une première partie, les


pertes de charges linéaire, on a :

En plus on trouve le rendement volumétrique :

>> (Récepteur 2)

>> (Recepteur 1)
4.11. Dimensionnement des conduites 
4.11.1. Conduite de refoulement 
Pour déterminer le diamètre de la conduite de refoulement, on impose la vitesse limite d’huile dans
la conduite a , alors on a :

>> TUYAU R8-16

Estimation des pertes de charges

‐ Vitesse moyenne d’écoulement


‐ Nombre Reynold λ = 0.03

‐ en prenant L=3m.
4.11.2. Conduite d’aspiration 
Pour déterminer le diamètre de la conduite de refoulement, on impose la vitesse limite d’huile dans
la conduite a , alors on a :

>> TUYAU R4-32


Estimation des pertes de charges

‐ Vitesse moyenne d’écoulement

‐ Nombre Reynold λ = 0.048

‐ en prenant L = 1 mètre

4.12. Calcul de la pression de tarage et du limiteur de pression 
Puisque on n’a pas un fonctionnement simultané entre les deux récepteurs définis précédemment,
Alors on doit prendre la pression maximale plus les différentes pertes de charges

= 155.82 bar

Alors       normalisée  

D’après le catalogue ATOS C010.pdf , on choisie : 

SP-CART ARE-15 /200 /F

4.13. Moteur de pompe 
D’après l’ensemble de calcul fait, en prenant un coefficient de sécurité s = 1.25, le moteur
d’entrainement de la pompe est :

N = 1200 tr/min
P = 20 kW
4.14. Bilan énergétique 
Le rendement total de l’installation est :

Alors

4.15. Système de freinage : 
L’industrie offre une grande variété de système de freinage. Dans cette partie nous choisissons un
système de freinage à disque hydraulique dans les catalogues de la société TWIFLEX.

Le freinage est fait par ressort, et l’ouverture est faite par ouverture hydraulique (mise sous pression
d’une chambre).

On a : Alors on dimensionne avec un coefficient de sécurité de 1.5

Choix du disque de frein :


Dimensionnement du système de freinage :

D’après l’abaque ci-contre, la pression


d’entée nécessaire pour l’ouverture est

On choisie alors un système de freinage : MX XSH 9.6


Modification de circuit pour ajouter le système de freinage

5. Travail CATIA  (Voir CD et Dessin en annexe) 
6. Conclusion 
Ce projet nous a permis de pratiquer les différentes techniques de conception et de
dimensionnement dans le domaine hydraulique. Comme perspectives :

• Conception du système hydraulique en Load Sensing pour augmenter le rendement


• Dimensionnement et ajout d’un système de refroidissement
• Utilisation d’une pompe à débit asservis pour éliminer les grandes pertes au niveau des
étrangleurs