Vous êtes sur la page 1sur 30
Module : TOP O LOGIE Professeur : M.R. HILALI Semestre : 5 Filière : SMA
Module : TOP O LOGIE Professeur : M.R. HILALI Semestre : 5 Filière : SMA
Module : TOP O LOGIE
Professeur : M.R. HILALI
Semestre : 5
Filière : SMA
200 9 -20 1 0
Topologie
Semestre : 5 Filière : SMA 200 9 -20 1 0 Topologie Exercice 1 Soient (

Exercice 1

Soient (a n ) et (b n ) deux suites rÈelles croissantes de limite infinie. On suppose que

n

!1 (a n +1 a n ) = 0 : Soit E = f a n b m ; (n; m) 2 N 2 g :

lim

a) Prouver que E est dense dans R .

b) Application : montrer que la suite (cos(ln n )) n est dense dans [ 1; 1].

Exercice 2

Soit N : R 2 ! R dÈfinie par:

N (x; y ) = sup

jx + ty j

1 + t + t 2

t2R

a) VÈrifier que N est bien dÈfinie.

b) N est-elle une norme ?

Exercice 3

Soit E le R -espace vectoriel E = C ([0; 1]; R ) muni de la norme de la convergence uniforme. Montrer que líapplication de E dans E qui ‡ f associe e f est continue.

Exercice 4

Soit E un R -espace vectoriel normÈ et f : E ! E vÈrifiant:

8(x; y ) 2 E 2 ; kf (x + y ) f (x) f (y )k M:

(a) Montrer que, si M = 0 et si f est bornÈe sur un ouvert non vide,

alors f est linÈaire et continue.

(b) On suppose f continue et E complet. En Ètudiant la suite g n (x) =

2 n f (2 n x), montrer que f se dÈcompose de maniËre unique en somme díune fonction linÈaire et díune fonction bornÈe.

Exercice 5

Soit E p = fA 2 M n (R ) j Rg (A) p g. E p est-il (i) ouvert, (ii) fermÈ, (iii) dense dans M n (R ):

Exercice 6

1

2

0

Soit A E E est un espace vectoriel normÈ, on note u (A) = A

0

et v (A) = A .

(a) Montrer que u et v sont des applications de P (E ) dans lui mÍme

qui respectent líinclusion.

(b)

Montrer aussi que u 2 = u et v 2 = v:

(c)

En dÈduire que, ‡ partir díun ensemble A E , en prenant successivement

líadhÈrence et líintÈrieur (ou le contraire), on ne peut avoir au maximum que 7 ensembles distincts.

Exercice 7

Soit E = C ([0; 1]; R ) muni de la norme infinie kk 1 et (q n ) n une ÈnumÈration

des rationnels de [0; 1].

On pose:

L(f ) =

1 1

=0 (

P

n

2 ) n f (q n ) pour f 2 E:

(a)

(b)

Prouver que L est une forme linÈaire continue sur E .

Montrer que sup 1 jL(f )j níest pas atteint.

k f k

Exercice 8

Soit E = 1 1 le R espace vectoriel des suites rÈelles bornÈes muni

de la norme infinie k(u n ) n k 1 = supfju n j ; n 2 N g. On note F = 1 1 le sous-espace

vectoriel de E des suites de suites (u n ) n vÈrifiant

1

P =0 ju n j < 1 muni

n

1

de la norme 1 k(u n ) n k 1 = =0 ju n j.

P

n

(a) Si (u n ) n 2 E et (v n ) n 2 F , prouver que P u n v n est absolument

convergente.

(b) On dÈfinit f v : ( u n ) n 2 E 7 ! P u n v n 2 R (o˘ v dÈsigne la suite

(v n ) n de F ). Montrer que f v appartient au dual fort E 0 de E (i.e. líensemble

des formes linÈaires continues sur E ).

(c) Trouver ' une isomÈtrie bijective de F sur E 0

Exercice 9

Soit E = 1 1 le R espace vectoriel des suites rÈelles bornÈes muni de la norme infinie k(u n ) n k 1 = supfju n j ; n 2 N g. DÈterminer si les sous-ensembles suivants sont des fermÈs ou non:

A = f suites croissantes g B = f suites convergeant vers 0 g C = f suites convergentes g D = f suites admettant 0 pour valeur díadhÈrence g F = f suites (u n ) n sommables: P 0 ju n j < 1 g; (indication: considËre

n

la suite (v k;n =

1

k

+ 2

) ( k;n) 2N 2 )

(n + 1)

k

+ 1

3

G = f suites (u n ) n pÈriodiques: 9p > 0 ; 8n 2 N ; u n +p = u n g

(indication: considËre la suite (v k;n =

Exercice 10

k

P 1

i

=1

i

2

sin 2n

i

) ( k;n) 2N N )

(a) Soit E un espace vectoriel normÈ sur R muni díun produit scalaire.

DÈmontrer líÈgalitÈ du parallÈlogramme : kx + y k 2 + k x y k 2 = 2 kxk 2 + 2 k y k 2 :

(b) Soit E un espace vectoriel normÈ. kk vÈrifie líinÈgalitÈ du parallÈlogramme:

(kx + y k 2 + kx y k 2 2 kxk 2 + 2 ky k 2 ). Montrer que kk vÈrifie líÈgalitÈ du parallÈlogramme puis quíil dÈrive díun produit scalaire (ThÈorËme de FrÈchet-Von Neumann-Jordan) .

(c) pour tout (x; y ) 2 E 2 , P (t ) = kx + ty k 2 . Montrer que P (t ) est un

polynÙme en t de degrÈ infÈrieur ou Ègal ‡ 2 si et seulement si kk dÈrive díun produit scalaire.

Exercice 11

1) Montrer quíune forme linÈaire f 2 E 0 = L(E; |) ( | = R ou C ) sur un espace vectoriel normÈ E est continue si et seulement si H = ker f est fermÈ. 2) Soit E líensemble des suites complexes qui convergent vers 0 muni de la norme infinie kk 1 , la forme linÈaire dÈfinie sur E par:

On pose H = Ker .

((u n ) n ) =

1

P u

2

n

n

n =0

(a)

Montrer que est continue et calculer sa norme induite.

(b)

Existe-t-il (v n ) n 2 E tel

que k(v n ) n k 1 1 et j ( v n ) n j = 2 ? En

dÈduire que la boule unitÈ B ((0) n ; 1) de E níest pas compacte.

(c)

de u H .

1

Soit u = ( u n = n + 1 ) n ; calculer ( u ). Trouver la distance d (u; H )

(d) Construire y dans H tel que k u y k 1 d (u; H ):

3) Montrer quíun endomorphisme u díun espace vectoriel normÈ E est continue si et seulement si líensemble F = f x 2 E g= k u (x)k = 1g est

fermÈ.

Exercice 12

(1)

(a)

(b)

(c)

(2)

On note E = R [X ] et, si P 2 E; k P k = sup 1 jP (x)j

j

xj

Montrer que kk est bien une norme.

Soit U : P 2 E 7 ! P (2) 2 R : U est-elle continue ?

Montrer que H = fP 2 E jU (P ) = 0 g est dense dans E .

Soit E un e.v.n., f 2 E non continue. Montrer que Kerf est

dense dans E .

(3) Montrer líÈquivalence H hyperplan () H noyau díune forme linÈaire.

4

(1) Montrer que tout fermÈ F peut Ítre obtenu comme intersection infinie díouverts (2) Montrer que si un sous-espace vectoriel F díun espace vectoriel normÈ E est díintÈrieur non vide alors E = F (3) Montrer quíun sous-espace vectoriel F de dimension finie díun espace vectoriel normÈ E est fermÈ.

(4) Montrer que líadhÈrence F díun sous-espace vectoriel F est un sous-espace vectoriel.

Exercice 14

(1) Montrer que la fonction N dÈfinie sur R 2 par N (x; y ) = sup 1 jx + ty j

0

t

est une norme sur R 2 . (1) DÈterminer et dÈssiner la boule unitÈ de centre 0:

Exercice 15

Montrer que: kx t k + ky z k k x y k + ky t k + k t z k + kz xk

Exercice 16

Soit E un espace vectoriel normÈ. Pour toutes parties A et B de E on note:

A + B = fa + b ; a 2 A; b 2 B g 1) Montrer que si A et B sont compactes alors A + B est compacte 2) Montrer que si A est compacte et B est fermÈe alors A + B est fermÈe 3) Montrer que si A est un ouvert alors A+B est un ouvert(commencer par le cas o˘ B un singleton)

Exercice 17

Soit (E; hi) un espace prÈhilbertien sur |; a 2 E 1) Montrer que la fonction x 7 ! hx; ai est continue 2) Montrer que líorthogonal de A; A ? est fermÈ.

Exercice 18

Soit E = M n (|) líespace vectoriel des matrices carÈes díordre n;

muni de líune des trois normes usuelles, pour A = (a i;j ) 1 i;j n :

8

>

>

>

>

>

>

>

k Ak 1 = supfja ij j ; 1 i; j n g

k Ak 1 =

1

P

i;j n

ja ij j

P ja ij j 2

1

i;j n

<

>

>

>

>

> k Ak 2 = r

:

>

>

Calculer pour chacun des trois normes ci-dessus la norme subordonnÈe de la forme linÈaire "Trace"

Exercice 19

Soit f un automorphisme de E . Montrer que : jjj f jjj

Exercice 20 (F)

f 1

1:

5

Soit E = M n (R ) líespace des matrices carrÈes díordre n; muni díune norme quelconque. 1) Montrer que le sous-espace GL n (R ) des matrices inversibles est un ouvert de E:

2) Montrer que le sous-espace O (n ) des matrices orthogonales est un compact.

Exercice 21

Soit E un espace de Banach (cíest-‡-dire un evn complet) muni díune norme jj jj E . Soit G un sous-espace vectoriel fermÈ de E . Soit R la relation díÈquivalence suivante :

xRy () x y 2 G:

Líensemble vectoriel quotient est notÈ F = E=G , et la classe de

x est notÈe x. On dÈfinit une norme jj jj F sur F de la maniËre suivante :

jjxjj F = inf 2G jjx y jj E :

y

1) VÈrifier que jj jj F est bien une norme sur F:

2) Montrer que (F; jj jj F ) est un Banach

Exercice 22

Soient E un espace vectoriel normÈ, F un fermÈ de E et x 2 E:

1) Montrer que la fonction dÈfinie sur E par: x 7 ! d (x; F ) = inf 2F jjx

y

y jj est continue sur E

2) Montrer

que: d (x; F ) = inf 2F jjx y jj = inf 2F d (x; y ) = 0 () x 2 F

y

y

3) Montrer que si x 2= F alors ils existent des voisinages ouverts U et V respectivement de x et F tels que: U \ V = ; 4) Montrer que si F et G sont deux fermÈs disjoints de E; alors il existe deux voisinages ouverts U et V respectivement de F et G tels que: U \ V = ;

Exercice 23

Montrer que líespace des polynÙmes rÈels de degrÈ n scindÈs ‡ racines simples est ouvert dans R n [X ]

Exercice 24

Soient E un espace vectoriel normÈ, F 1 ;F 2 deux fermÈs de E tels que

E

= F 1 [ F 2 ; et f une application de E dans un espace vectoriel normÈ

H

. Montrer que f est continue sur E si et seulement si les restrictions

f 1 et f 2 de f F 1 et ‡ F 2 sont continues.

6

Exercice 25

 

1)

Montrer que U = f(x; y ) 2 R 2 / x 2 + y 2 <x 3 + y 3 g est un ouvert de

R

2 :

 

2)

Montrer que GL n (R ) est un ouvert de M n (R )

3)

Soit (E; hi) un espace vectoriel euclidien, montrer que O = ff e 1 ;e 2 g 2

E 2 ; f e 1 ;e 2 g libre g est un ouvert de E:

Exercice 26

Soient les sous espaces vectoriels de líespace des suites rÈelles:

H 1 = f (u n ) n 2N / H 0 = f (u n ) n 2N /

H 1 = f(u n ) n 2N / P

1) DÈfinir des produits scalaires sur les H i et montrer quíils sont

P n 2 u n < 1g P u n < 1g

2

2

1

n 2 u

n 2 u

2

n < 1g

complets pour les normes associÈes.

2) Pour b = (b n ) 2 H 1 , montrer que la fonction ' : H 1 ! R ; '(u n ) =

P b n u n est une forme linÈaire continue, quelle est sa norme?

3) Montrer que la boule unitÈ fermÈe de H 1 est une partie compacte

de H 0 .

Exercice 27

1) Soient (E; d ) un espace mÈtrique complet, C un sous-ensemble non

vide de E fermÈ et f une application de C dans C k - contractante cíest ‡ dire:

8(x; y ) 2 C 2 ; d (f (x); f (y ) kd (x; y ); avec 0 k < 1 Montrer quíil existe un unique a 2 C tel que f (a) = a:

2) On suppose de plus que (E; kk) est un espace de Banach et C est

convexe et compact, et f vÈrifiant:

8(x; y ) 2 C 2 ; k f (x) f (y )k = k x y k

a) Montrer quíon peut supposer que 0 2 C

b) Montrer que pour tout 0 < k < 1 ; líapplication kf est dÈfinie

de C dans C et k - contractante, en dÈduire líexistence díun unique

point a k 2 C tel que

c) En considÈrant la suite (x n ) n = (a 1 1 ) n ; montrer quíil existe a 2

C tel que f (a) = a:

kf (a k ) = a k :.

n

Exercice 28

Soit E = f(u n ) n 2 R N = (u n ) n bornÈe g; on note k (u n ) n k 1 = sup ju n j

a) Montrer que kk 1 est une norme sur E

b) Montrer que E c = f (u n ) n 2 R N = (u n ) n convergeg est un sous-espace

n

vectoriel fermÈ de E

c) Montrer que E 0 = f (u n ) n 2 E c = (u n ) n converge vers 0g est un sous-espace

vectoriel fermÈ de E

7

e) Etudier la complÈtude de (E c ; kk 1 ) et (E 0 ; kk 1 )

Exercice 29

Soit E i = C i ([0; 1]; R ) (i = 0 ; 1); on pose pour f 2 E 1 ; kf k = jf (0)j + k f 0 k 1

a) Montrer

b) Montrer que kk est une norme sur E 1 :

c) Montrer que (E 0 ; kk 1 ) est complet

d) Montrer que (E 1 ; kk) est complet

e) Montrer que kk 1 et kk ne sont pas Èquivalentes

f) Donner un exemple de suite qui converge dans (E 1 ; kk 1 ) mais ne converge

que: 8f 2 E 1 : kf k 1 kf k

pas dans (E 1 ; kk): (indication: f n (x) = xe n x 2 )

2

Exercice 30

Soit E = ff

2 C 1 ([0; 1]; R ); f (0) = 0 g; on pose pour f 2 E;

k f k 1 = kf k 1

+

k f 0 k 1 et kf k 2 = k f + f 0 k 1

a) Montrer que kk i (i = 0; 1); sont des normes sur E

b) Montrer que (E; kk 1 ) est complet

c) Montrer que

d) En dÈduire que kf k 1 kf k 2 et kf 0 k 1 2 k f k 2

e) Montrer que kk 1 et kk 2 sont Èquivalentes

8f 2 E; 8x 2 [0; 1] : j(f (x)e x ) 0 j k f k 2 e x

f) Montrer que (E; kk 2 ) est complet

Exercice 31

1

Soit E = L 2 ([0; +1 [; R ); líespace des fonctions telles que R 1: On pose:

0

k f k 2 = q R

1

0

f 2 (t )dt:

f 2 (t )dt <

Soit ' une fonction continue et bornÈe sur R + :

a) Montrer que líapplication:

u : E !

E

f 7 ! 'f

est bien dÈfinie et un endomorphisme continue b) Soit x 0 2 R + on dÈfinie, pour tout n 2 N ; la fonction continue f n sur R + par:

f n (x) =

8

>

>

>

>

>

>

<

>

>

>

>

>

>

:

0;

si jx x 0 j 1

n

1; si x = x 0

1

affine sur [x 0 n ;x 0 ] et [x 0 ;x 0 +

1

n ]

1

DÈterminer líexpression de f n sur [x 0 n ;x 0 ] et [x 0 ;x 0 +

1 ]

n

8

Pour une fonction continue g sur R + ; montrer que:

lim

n !1

1

R

0

2

n (t )g (t )dt

f

1

R

0

2

f n (t )dt

= g (x 0 )

Calculer la norme subordonnÈe jjju jjj de u:

Exercice 32

Soient E et F des evn et ' 2 L (E; F ) continue de norme subordonnÈe jjj' jjj

a) Montrer que si E est de dimension finie, il existe x 0 ; tel que kx 0 k = 1 et jjj' jjj = k ' (x 0 )k

b) On considËre líevn E = f (u n ) n 2 R N / lim

n !1 u n = 0 g muni de la norme

infinie k (u n ) n k 1 = sup ju n j Soit:

' :

E

(u n ) n

!

7 !

R

1

P u

n =0

n

2 n

Montrer que ' est bien dÈfinie et une forme linÈaire continue Calculer la norme jjj ' jjj

Montrer que 8(u n ) n 2 E j' ((u n ) n )j

vÈrifiant k(u n ) n k 1 = 1 on a jjj' jjj =6

Exercice 33

a) Soient E un evn,u 2 L (E ) continue et une valeur propre complexe de u; montrer que: j j jjju jjj b) On considËre líevn E = f(u n ) n 2 R N /(u n ) n bornÈe g muni de la norme infinie k (u n ) n k 1 = sup ju n j Soient:

' :

E

!

E

(u n ) n 7 ! (v n = u n +1 ) n

!

, (u n ) n 7 ! (w n = u n +1 u n ) n

:

E

E

montrer que ' et

sont des endomorphismes continues et dÈterminer

leurs normes subordonnÈes. c) On considËre les evn E = C 0 ([0; 1]; R ) et F = C 1 ([0; 1]; R ) muni

respectivement des normes:

k f k E = kf k 1 et k f k F = kf k 1 + k f 0 k 1 Soit:

' : E !

F

f

x

7 ! ' (f ) : ( x 7 ! R f (t )dt )

0

montrer que ' est bien dÈfinie et une application linÈaire continue, calculer jjj' jjj :

Exercice 34 (ThÈorËme de Heine)

Montrer par líabsurde que toute application continue sur une partie compacte K díun evn E dans un evn F; est uniformÈment continue.

Solutions: Topologie

Exercice 1

9

a) Soit x 2 R : Montrons que: 8" > 0; 9u 2 E / jx u j "

9n 0 2 N

/ 8n n 0 ;a n +1 a n "

9n 1 2 N

/ 8n n 1 ;b n + x a n 0 +1

9N n 0 + 1

/ a N b n 1 + x a N +1

LíÈlÈment de E; u = a N b n 1 vÈrifie ce quíon veut car:

0 x (a N b n 1 ) a N +1 a N "

b) Pour: a n = ln n , b n = 2 n ; líensemble E = f ln n 2n ; (n; m) 2 N 2 g

est dense dans R ; et donc par continuitÈ de la fonction cosinus líensemble E 0 = fcos(ln n 2 n ) = cos(ln n ); (n; m) 2 N 2 g est dense dans [ 1; 1]:

Exercice 2

a) Posons E = f

on a:

jx + ty j

1 + t +

t 2 ; t 2 R g .ConsidÈrons la fonction f (t ) = jx + ty j

1 + t + t 2 ;

jx + ty j

1 + t + t 2

1 : Díautre part puisque f est continue sur le compact [ A; A ], alors f

est bornÈe sur [ A; A ] et donc E est majorÈ ce qui prouve que sup

existe, dío˘ N est bien dÈfinie.

lim 1 f (t ) = 0 ; et donc il existe A > 0 tel que: 8jxj A;

t !

jx + ty j

1 + t + t 2

t2R

b)

HomogÈinitÈ: N ( x; y ) = sup 1 + t + t 2 = sup j j 1 + t + t 2 = j j sup

SÈparation: N (x; y ) = 0 =) x + ty = 0; 8t 2 R =) x = y = 0

j x + t y j

t2R

jx + ty j

t2R

t2R

j j N (x; y )

InÈgalotÈ triangulaire: N (x + z; y + u ) = sup

t2R

jx + z + ty + tu j

1 + t + t 2

jx + ty j

jz + tu j

jx + ty j

sup (

t2R

N (z; u )

1 + t + t 2 + 1 + t + t 2 ) sup 1 + t + t 2 + sup

t2R

t2R

jz + tu j

1 + t + t 2 ) = N (x; y )+

jx + ty j

1 + t + t 2 =

Exercice 3

Soit (f; g ) 2 E 2 ,8x 2 [0; 1] :

Exercice 4

e g ( x) e f ( x)

=

e f ( x) e k f k e k f k

e g ( x) f ( x) 1

e g ( x) f ( x) 1

e k g f k 1

(a) Si M = 0; alors f (x + y ) = f (x) + f (y ); 8(x; y ) 2 E 2 ; on en dÈduit:

f (0) = 0; et f ( x) = f (x) 8n 2 N ; f (nx) = nf (x); puis f ( nx) = nf (x)

8(p; q ) 2 Z N ;f ( p x) = p f (x); car pf (x) = f (px) = f (q p x) = qf ( p x)

q

q

q

q

10

8 2 R ; f ( x) = f (x), car = lim

n !1

p n

q

n

et f ( p n x) = p n f (x)

q

n

q

n

Soit U un ouvert sur lequel f est bornÈe par m > 0; il existe a 2

U; r > 0 tel que la boule fermÈe B f (a; r ) U; et comme kf ((x a)k k f (x)k + kf (a)k ; alors f est bornÈe sur la boule fermÈe B f (0; r ) par un rÈel m >

0; dío˘ : 8u 2 E fag ; f (r

u a k u ak

m et donc kf ((u a)k m ku ak

r

ainsi 8x 2 E; k f ((x)k m k xk ce qui prouve la continuitÈ de f:

r

(b) On a f (2 n 1 + 2 n 1 ) f (2 n 1 ) f (2 n 1 ) = f (2 n ) 2f (2 n 1 )

M;

donc kg n (x) g n 1 (x)k M ; dío˘: kg n +p (x) g n (x)k

2

n

P M

p

k

=1

2 n +k

1

2 n ; ceci

prouve que la suite (g n ) vÈrifie le critËre de Cauchy uniforme donc converge

(E complet)vers une fonction g . Díautre part on a: kf (2 n x + 2 n y ) f (2 n x) f (2 n y )k

donc kg n (x + y ) g n (x) g n (y )k M dío˘: k g (x + y ) g (x) g (y )k

2

n

1

2

0

et díaprËs (a) g est linÈaire et continue. On a aussi f = g + ( f g )

, de kg n +p (x) g n (x)k alors f g est bornÈe.

n on trouve kg (x) g 0 (x)k 1 ; comme g 0 = f

M;

Exercice 5

E p est un ouvert car la fonction f dÈfinie sur M n (R ) par: f (A) = P (mineur de A díordre p ) 2 est continue et E p = f 1 (]0; +1[) E p níest pas fermÈ car la suite dans E p (A k ); donnÈe par A k =

1

k I p 0

0 ! I p la matrice identitÈ díordre p; converge vers la

0

matrice nulle qui níappartient pas ‡ E p :

E p est dense dans M n (R ) car il contient líespace des matrices

inversibles GL n (R )

Exercice 6

0

0

(a) Il est Èvident que: u (A) = A P (E ) et v (A) = A P (E ). Díautre

0

0

0

0

part si A B =) u (A) = A B = u (B ) et v (A) = A B = v (B )

0

0

0

0

0

0

(b) A A =) u 2 (A) = u ( A) u (A) = A = A = u (A), A A =) u (A) =

0

0 0

A A = u 2 (A)

 
0
0
 

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

A A =) v ( A) = A = A v ( A) = v 2 (A); v (A) = A A A = v 2 (A)

0

0

[

11

Exercice 7

(a) Il est clair que L est lineaie de plus on a: jL(f )j kf k 1

2 k f k 1 , donc L est continue

n =0 ( 1

1

P

2 ) n =

(b) On a k Lk = 2; car soit la suite de fonction (f n ) n affine par morceaux

dÈfinie par:

f n (q k ) =

8 < ( 1) k ; 0 k n

:

0;k n + 1

jL(f n )j =

K =0 ( 1

n

P

2 ) k =

1 (

2 1 ) n +1

1 1

2

et kf n k 1 = 1

n !1 jL(f n )j = 2 : Suppposons par líabsurde quíil existe f

(kf k 1 1) telle que L(f ) = 2 , ceci exige que f (q n ) = ( 1) n : Posons F 1 =

On a :

lim

f q 2 n g et F 2 = fq 2 n +1 g; on a :

8

< F 1 et F 2 des fermÈs non vides

:

[0