En écologie, les facteurs biotiques représentent l'ensemble des interactions du vivant sur le vivant dans un écosystème.

Opposables aux facteurs abiotiques, ils constituent une partie des facteurs écologiques de cet écosystème. Il s'agit des ressources alimentaires, des relations trophiques de prédation, coopération, compétition, parasitisme, etc. On distingue deux catégories de facteur biotique qui sont déterminées par les types de relations entre êtres vivants :
y y

les relations intraspécifiques les relations interspécifiques

Relations intraspécifiques[modifier]
On emploie aussi le terme d'intéraction homotypique. Ce sont les relations qu'ont les individus au sein d'une même espèce.
Ce sont en premier lieu les relations sexuelles et toutes les conduites relatives à la reproduction, et éventuellement, à la protection et à l'élevage des jeunes. Mais bien d'autres relations peuvent intervenir encore : Effet de groupe : Il est caractérisé par des modifications qui interviennent chez des animaux de la même espèce qui vivent groupés. Il a été mis en évidence chez de très nombreux insectes (criquets) ainsi que chez des vertébrés (oiseaux-mammifères). Il peut se manifester par des changements morphologiques. Effet de masse : II est caractérisé, à l'inverse de l'effet de groupe par le fait que les individus de la même espèce se gênent entre eux. Il y a alors surpeuplement. Dans ce cas l'agressivité des individus augmente ; il se peut que la fécondité des femelles diminue ou que l'on assiste à des actions suicidaires collectives. Compétition : La compétition entre individus de la même espèce peut revêtir différentes formes. - Chez les animaux, la concurrence s'établit pour la recherche de la nourriture, des abris, des lieux de reproduction, et d'une façon plus générale pour la conquête et la conservation du territoire. La possession d'un territoire est en effet un besoin vital pour de très nombreux animaux.La plupart des espèces territoriales n'en interdisent l'accès qu'à leurs congénères. L'écureuil ne considère pas le rat comme un intrus.

Ex : L'hirondelle revient au nid de l'année précédente ; le saumon, après une période de croissance et de maturation dans l'océan, retourne pour se perpétuer au ruisseau qui lui a donné naissance ; l'hippopotame sort de l'eau chaque nuit et pérégrine à la recherche de fourrage à l'intérieur d'un territoire qu'il défend au besoin contre les autres hippopotames et dont il marque les bornes (toujours aux mêmes emplacements) avec ses excréments.

fr . qui vit isolé en clairière a une cime étalée et des branches basses s'étendant horizontalement .ecole. biocéonoses) dans un écosystème (relations interspécifiques). en forêt. Source : environennement. ou entre deux ou plusieurs individus d'une même population (relations intraspécifiques). Elle se manifeste souvent par des changements morphologiques des individus entrant en concurrence Ex : Un chêne . la cime haute. la compétition joue pour l'eau et les sels minéraux. groupes. l'insuffisance de la lumière a provoqué un étagage naturel . pour la lumière.free.une espece qui a besoin de beaucoup de lumiere.Chez les végétaux. le tronc est élancé. Nb : Une interaction biologique désigne un processus impliquant des échanges ou relations réciproques entre plusieurs éléments biologique (espèces.. il n'y a plus de branches basses.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful