P. 1
Rapport annuel sur l'état de la fonction publique - Faits et chiffres 2008 - 2009

Rapport annuel sur l'état de la fonction publique - Faits et chiffres 2008 - 2009

|Views: 149|Likes:
Publié parSerge Sentubery

More info:

Published by: Serge Sentubery on Feb 07, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/07/2015

pdf

text

original

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L’ÉTAT

Rapport annuel sur l’état de la fonction publique
Faits et chiffres 2008-2009
Volume 1

La documentation Française

col

Fon ctio np ubl iqu e

lec

: fa its et chi ffre s

tio

n

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L’ÉTAT

Rapport annuel sur l’état de la fonction publique
Faits et chiffres 2008-2009
Volume 1

La Documentation Française

Directeur de la publication Rédactrice en chef Rédactrice en chef, adjointe Contributions

Paul Peny Christine Gonzalez-Demichel Valérie Plomb, assistée d’Arlette Raobeharilala Michel Amar (Insee) Bernard Amat (DGAFP) Mohamed Amine (CNFPT) Audrey Baëhr (DGAFP) Magali Bedu (Éna) Sabine Bessière (Insee) Michèle Bornert ( Éna ) Nunzia Bounakhla (DGAFP) Odile Bovar (Diact) Annie Brenot-Ouldali (DGAFP) Luc Brière (Insee) Jérôme Broquet (CNFPT) Séverine Buisine (CNG) Romain Cadart (DGAFP) Colette Calvez (DGAFP) Murielle Chabert-Desnots (CDC/Ircantec) Paul Chiappore (Direction du Budget) Virginie Christel (Drees) Marie-France Colette (CNG) Marie Cordier (Drees) Élise Coudin (Insee) Hélène Croguennec (Direction du Budget) Laure Crusson (Dares) Estelle Denis (DGAFP) Olivier Desmier (CDC/CNRACL) Nacer-Eddine Djider (DGAFP) Arnaud Dosseur (DGAFP) Mireille Eberhard (Ined) Jocelyne Etienne-Julan (DGAFP) Laurence Feuillat (CIG Grande Couronne) Arnaud Fizzala (Drees) Daniel Foulon (DHOS) Loïc Gautier (CDC/CNRACL) Philippe Gérard-Dematons (DHOS) François-Pierre Gitton (DGCL) Vincent Gombault (Insee) Christine Gonzalez-Demichel (DGAFP) Véronique Gronner (DGAFP) François Guillaumat-Tailhet (Drees) Jean-Luc Heller (DGCL) Joseph Henry (DGAFP) Jean-Paul Hurtaud (CNG) Salah Idmachiche (DGAFP) Olivier Jean (Service des retraites de l’État) Marie-Hélène Kerouanton (Diact) Pascal Lafon (CDC/CNRACL) Aude Lapinte (DGAFP) Alain Larmat (DGAFP) Sophie Lebret (DGAFP) Bruno Lecrivain (DGFIP) Guillaume Leforestier (DGCL) Stéphanie Lemerle (Insee) Béatrice Le Rhun (Dares) Kim-Ya Lim (Direction du Budget) Olivier Marouteix (CIG Grande Couronne) Cécile Métayer (Diact) Dominique Meurs (Ined) Hélène Michaudon (Dares) Christophe Moreau (DGFIP) Auguste Moutopoulos (DGAFP) Minh NGuyen (Insee) Sarah Ou-Rabah (DGAFP) Jean-Louis Pastor (DGAFP) Pascal Perrault (Direction du Budget) Aurélie Peyrin (DGAFP) Claudine Pinon (DGAFP) Dominique Quarré (Insee) Didier Reynaud (DGAFP) Laurence Rocher (DGAFP) Odile Romain (CNG) Pierre-Yves Romé (DGAFP) Emmanuel Rousselot (Direction du Budget) Nicolas de Saussure (DGAFP) Nicolas Sauvageot (Observatoire/FPT) Thomas Sauvant (CIG Petite Couronne) Christian Saves (Éna) Patrick Simon (Ined) Louis-Francis Tolini (DGAFP) Pascale Trebucq (DGAFP) Philippe Treilhou (CDC/Ircantec) Frédéric Véron (DHOS) Loïc Vinet (Diact) Eric Volumenie (CDG Seine-et-Marne) Emmanuelle Walraët (Service des retraites de l’État) Aurélie Weber (DGAFP) Josette Wertheim (DGAFP) Kamila Zidouri-Setila (CNFPT)

« En application de la loi du 11-mars 1957 (art.-41) et du Code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992, complétés par la loi du 3-janvier 1995, toute reproduction partielle ou totale à usage collectif de la présente publication est strictement interdite sans autorisation expresse de l’éditeur. Il est rappelé à cet égard que l’usage abusif et collectif de la photocopie met en danger l’équilibre économique des circuits du livre ».

© La Documentation Française, Paris 2009.

ISBN : 978-2-11-007798-1

Éditorial

A

vec la poursuite des vastes chantiers de réforme entrepris depuis 2007, des accords conclus en 2008 avec les partenaires sociaux sur le pouvoir d’achat et le dialogue social à l’aboutissement du projet de loi « mobilité et parcours professionnels », en passant par la réorganisation territoriale de l’État, le lancement de la rémunération à la performance individuelle et bientôt collective, la modernisation du recrutement ou encore l’amélioration de la prise en compte de la parité et de la diversité, le précieux document de référence que constitue le Rapport annuel sur l’état de la fonction publique devient plus que jamais pour tous les acteurs, élus, décideurs publics, gestionnaires, organisations syndicales, observateurs de l’évolution de l’emploi public, un outil de travail indispensable pour avoir une exacte approche des données, mesurer les bilans et évaluer les perspectives. Reprenant la structure du document tel qu’il a été refondu depuis deux ans pour renforcer la globalité et la cohérence des informations tant quantitatives que qualitatives sur toutes les composantes de la fonction publique, le présent rapport se répartit en deux volets.

Le volume 1, « Faits et chiffres », avec des données actualisées généralement au 31 décembre 2007, vise, comme à l’accoutumée, à faire un tour d’horizon en matière d’emplois, d’effectifs, de recrutement, de parcours professionnel, de formation, de rémunération. Véritable « bilan social » de la fonction publique dans son ensemble, il permet cette année aussi de faire un premier retour sur les importantes mesures prises l’année passée en faveur du pouvoir d’achat des fonctionnaires (garantie individuelle du pouvoir d’achat, valorisation des heures supplémentaires, modernisation du compte épargne temps, etc.). Il apporte également, cette année, des éclairages renforcés sur la fonction publique territoriale et sur la fonction publique hospitalière. Le volume 2 tend à illustrer la réalité et la diversité des politiques sur l’emploi public. À travers les quatre thématiques abordées (s’adapter aux besoins et à l’évolution des services ; personnaliser la GRH et accompagner les agents ; piloter le changement ; professionnaliser la GRH), il présente un état des politiques et des pratiques de gestion des ressources humaines, pour les services de l’État comme pour les collectivités territoriales ou les établissements de soins. La réflexion prospective est enrichie des expériences internationales, ainsi que des échanges de pratiques avec le secteur privé. Les descriptifs de réalisations concrètes contribuent à nourrir et à illustrer les grands chantiers de modernisation de la GRH. Le considérable travail de collation et d’analyse qui a été mené, et que je salue ici, contribue à assurer la transparence et la fiabilité des informations sans lesquelles aucun débat ni processus de décision ne peuvent valablement être menés. Il permet aussi de dessiner les contours d’une fonction publique cherchant à se rénover en profondeur, sur de nombreux plans, dans l’intérêt bien compris du service rendu aux citoyens comme de la gestion des deniers de l’État. C’est pour une bonne part à l’éclairage de tels travaux que nous pourrons poursuivre et mener à bien, collectivement, les réformes indispensables de la fonction publique.
Éric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État

Faits et chiffres 2008-2009

3

Sommaire
Vues d’ensemble ......................................................................................
1 L’emploi public 1.1 L’emploi public dans l’emploi total .............................................................................................. Annie Brenot-Ouldali Annexe de la vue : Le tableau de synthèse sur l’emploi public aux 31 décembre 2006 et 2007.................................................................................................. Stéphanie Lemerle 1.2 L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2007 .................................................................. Audrey Baëhr, Annie Brenot-Ouldali, Aude Lapinte Annexe 1 de la vue : L’évolution des effectifs des personnels de santé dans les établissements publics de santé entre 2004 et 2007 .................................................. Daniel Foulon, Philippe Gérard-Dematons Annexe 2 de la vue : Les praticiens hospitaliers au 31 décembre 2008.................................... Odile Romain, Séverine Buisine

9
11 13

21 29

65 73

2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2.1 2.2 Les recrutements externes dans la fonction publique de l’État en 2007.................................... Nunzia Bounakhla Les mouvements de personnels dans la fonction publique territoriale en 2007 ........................ Guillaume Leforestier Annexe de la vue : Le concours de rédacteur territorial en Île-de-France : l’exemple de la session 2007 .................................................................................................... Olivier Marouteix, Thomas Sauvant, Éric Volumenie 2.3 Les départs à la retraite dans les trois fonctions publiques ...................................................... Loïc Gautier, Olivier Jean, Didier Reynaud

85 87 101

109 117

3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3.1 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques en 2007 ................................................ Laurence Rocher

143 145

Dossiers .................................................................................................... 179
1 Approches locales de l’emploi public 1.1 La géographie des agents de l’État en France métropolitaine au 31 décembre 2006 .............. Marie-Hélène Kerouanton, Aude Lapinte, Cécile Métayer, Loïc Vinet Annexe 1 du dossier : Panorama des métiers territoriaux en 2006 .......................................... Mohamed Amine, Jérôme Broquet Annexe 2 du dossier : Bilans sociaux 2007 : une première photographie de l’emploi public territorial en Île-de-France (hors Paris).......................................................... Laurence Feuillat, Thomas Sauvant, Éric Volumenie 181 183 203

213

Faits et chiffres 2008-2009

5

Sommaire
2 Conditions de travail 2.1 Les conditions de travail des personnels du secteur hospitalier public et de la fonction publique de l’État en 2006 .............................................................................. Marie Cordier, Alain Larmat 225 227

3 Parité et diversités 3.1 Premiers éléments de comparaison entre la fonction publique et le secteur privé sur la population des salariés de 20 à 49 ans : caractéristiques et interactions entre vie familiale et vie professionnelle .................................................................................... Salah Idmachiche Annexe 1 du dossier : Accès et carrières des générations issues de l’immigration dans la fonction publique : une étude exploratoire des concours 2008 aux Instituts régionaux d’administration (Ira) .................................................................................................................. Mireille Eberhard, Dominique Meurs, Patrick Simon Annexe 2 du dossier : La parité hommes-femmes dans les collectivités locales de la Grande Couronne d’Île-de-France .................................................................................... Laurence Feuillat

251

253

277

287

Fiches thématiques .................................................................................. 297
1 Emploi public 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 1.9 1.10 1.11 1.12 1.13 1.14 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public.......................................................... Trois fonctions publiques : répartition géographique .................................................................. Trois fonctions publiques : séries longues.................................................................................. Fonction publique de l’État : ministères et Épa .......................................................................... Fonction publique de l’État : principales caractéristiques des ministères .................................. Fonction publique de l’État : agents non titulaires des ministères ............................................ Fonction publique de l’État : âge des agents dans les ministères ............................................ Fonction publique de l’État : séries longues .............................................................................. Fonction publique de l’État : périmètres de décompte des effectifs dans les ministères .......... Fonction publique de l’État : emplois en loi de finances ............................................................ Fonction publique territoriale ...................................................................................................... Fonction publique hospitalière .................................................................................................... Trois fonctions publiques : emploi des travailleurs handicapés ................................................ Autres organismes exerçant des missions de service public .................................................... 299 301 311 323 331 347 363 371 385 393 399 407 413 417 423

6

Rapport annuel sur l’état de la fonction publique - volume 1

Sommaire
2 Voies de recrutement externe 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 Recrutements externes (avec et sans concours) des agents titulaires dans la fonction publique de l’État.............................................................................................. Recrutements déconcentrés externes (avec et sans concours) des agents titulaires dans la fonction publique de l’État ............................................................ Recrutements externes niveau attaché dans les trois fonctions publiques................................ Recrutements externes niveau administrateur dans les trois fonctions publiques .................... Recrutement des travailleurs handicapés .................................................................................. 427 429 441 449 459 467

3 Parcours professionnels 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 Recrutements internes et promotion dans la fonction publique de l’État .................................. Recrutements déconcentrés internes dans la fonction publique de l’État.................................. Recrutement interne des attachés.............................................................................................. Recrutement interne des administrateurs .................................................................................. Mobilités et promotion sociale des agents des ministères ........................................................

471 473 483 491 497 503

4 Égalité professionnelle 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 Encadrement supérieur des trois fonctions publiques................................................................ Encadrement supérieur de la fonction publique de l’État .......................................................... Parité dans les jurys de concours .............................................................................................. Parité dans les organismes consultatifs centraux des trois fonctions publiques........................ Parité dans les organismes consultatifs de la fonction publique de l’État..................................

517 519 523 531 535 539

5 Retraite 5.1 5.2 5.3 5.4 Départs à la retraite .................................................................................................................... Effectifs des retraités .................................................................................................................. Montant des pensions ................................................................................................................ Équilibre financier des pensions ................................................................................................

543 545 557 567 577

6 Dépenses de personnel et rémunérations 6.1 6.2 6.3 6.4 Dépenses de personnel dans les trois fonctions publiques ...................................................... Évolution du traitement indiciaire................................................................................................ Rémunérations dans les trois fonctions publiques .................................................................... Rémunérations dans la fonction publique de l’État ....................................................................

581 583 593 597 603

Faits et chiffres 2008-2009

7

Sommaire
7 Formation 7.1 7.2 Formation initiale et continue...................................................................................................... Formation par ministère .............................................................................................................. 613 615 623

8 Temps et conditions de travail 8.1 8.2 8.3 Organisation du temps de travail ................................................................................................ Compte épargne temps .............................................................................................................. Temps partiel ..............................................................................................................................

631 633 635 643

9 Relations professionnelles 9.1 9.2 9.3 Élections aux commissions administratives paritaires................................................................ Commission de recours du CSFPE............................................................................................ Grèves ........................................................................................................................................

653 655 663 667

10 Politique sociale 10.1 10.2 10.3 10.4 10.5 Crédits sociaux .......................................................................................................................... Congés maladie .......................................................................................................................... Accidents du travail .................................................................................................................... Maladies professionnelles .......................................................................................................... Hygiène et sécurité ....................................................................................................................

669 671 675 681 689 693

Glossaire .................................................................................................... 697 Table des matières .................................................................................... 705

8

Rapport annuel sur l’état de la fonction publique - volume 1

Vues d’ensemble

Vues d’ensemble

L’emploi public Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques

1

2

Les rémunérations dans les trois fonctions publiques

3

Faits et chiffres 2008-2009

9

Vues d’ensemble
L’emploi public 1

L’emploi public

L’emploi public dans l’emploi total

1.1

Annexe de la vue Le tableau de synthèse sur l’emploi public au 31 décembre 2006 et 2007

L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2007

1.2

Annexe 1 de la vue L’évolution des effectifs des personnels de santé dans les établissements publics de santé entre 2004 et 2007

Annexe 2 de la vue Les praticiens hospitaliers au 31 décembre 2008

Faits et chiffres 2008-2009

11

Vues d’ensemble
L’emploi public 1

1.1 L’emploi public dans l’emploi total
Annie Brenot-Ouldali DGAFP 1 e tableau de synthèse établi par l’Insee permet de situer la fonction publique dans l’emploi salarié. Dans une approche économique, les « administrations publiques » (au sens de la comptabilité nationale, incluant des organismes privés à financement public) emploient 6,088 millions de personnes en métropole et dans les départements d’Outre-mer. Dans une approche juridique, 5,268 millions d’agents travaillent dans la fonction publique stricto sensu en métropole, dans les Dom, les Com et l’étranger, auxquels s’ajoutent 131 100 bénéficiaires de contrats aidés.

L

Chiffres-clés
6,088 millions de personnes travaillent dans les administrations publiques en 2007. 5,201 millions de personnes travaillent dans la fonction publique (3FP), plus 145 000 en emplois aidés. Pour 100 actifs occupés : - 21,1 le sont dans la fonction publique (emplois aidés compris) ; - 3,5 dans des organismes publics privés ou publics à financement public ; - 2,7 dans des entreprises publiques ; - 72,7 dans le secteur privé.

Ces agents sont employés, sous des statuts divers, par les services civils et militaires de l’État, les conseils régionaux, les conseils généraux, les communes, les établissements publics nationaux et locaux à caractère administratif, les hôpitaux publics, les maisons de retraite et les autres établissements sociaux et médico-sociaux. Les définitions et les critères de dénombrement dans la fonction publique sont maintenant bien établis, même si des progrès peuvent encore être accomplis pour une meilleure connaissance des frontières entre les différentes fonctions publiques. La fonction publique, emplois aidés compris, représente 21,1 % de l’emploi total (salariés et non salariés) en France.

À côté de la fonction publique, des missions de service public sont assurées par certains organismes publics qui ne font pas partie de la fonction publique, par des organismes privés financés par les collectivités publiques, ainsi que par des entreprises publiques (La Poste, la SNCF, la RATP, EDF, GDF, Aéroports de Paris, etc.). Au total, ce périmètre hors fonction publique représente 6,1 % de l’emploi total. Dénombrer les effectifs renvoie d’abord à des considérations de concepts et de méthodes. À présent, les différentes définitions de l’emploi public sont clarifiées et les critères de dénombrement sont établis. Ces clarifications trouvent leur expression dans le « tableau de synthèse » (voir annexe 1.1 de cette Vue). Cet outil, établi par l’Insee, donne la mesure statistique des différentes catégories d’emploi public et d’emploi privé selon différents critères. Les éléments de ce tableau de synthèse, permettant de situer la fonction publique dans l’ensemble de l’emploi en France, sont repris ici.

Le tableau de synthèse situe la fonction publique dans l’emploi salarié
Le tableau de synthèse donne la mesure des différentes catégories d’emploi salarié, public et privé. Pour des raisons d’homogénéité entre les statistiques de l’emploi privé et celles de l’emploi public, le tableau de synthèse est établi sur la métropole et les départements d’Outre-mer. Les collectivités d’Outre-mer (Com) et l’étranger n’y figurent donc pas. Cette limitation géographique porte sur 55 300 agents dans la fonction publique de l’État (ministères et Épa). Les ministères qui exercent une grande partie de leur activité hors métropole comme celui des Affaires étrangères voient leur périmètre réduit de façon significative par cette approche. Néanmoins, cette méthode garantit une parfaite comparabilité entre secteur public et secteur privé. Le tableau de synthèse décrit l’emploi salarié en France à partir du croisement de deux approches : l’approche économique et l’approche juridique. La manière d’articuler ces deux nomenclatures conduit naturellement à des différences de mesure de l’emploi public.
1 DGAFP, Bureau des statistiques, des études et de l’évaluation.

Faits et chiffres 2008-2009

13

le titre III à la fonction publique territoriale et le titre IV à la fonction publique hospitalière. publiques ou privées. mais. Cercles et foyers des armées. par exemple). Les organismes constituant la fonction publique sont. constituent le secteur des administrations publiques au sens de la comptabilité nationale. 14 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .088 millions de personnes en métropole et dans les départements d’Outre-mer. le plus souvent. dans : les services civils et militaires de l’État : administration centrale et services déconcentrés .399 millions de personnes fin 2007. les établissements sociaux et établissements médico-sociaux. les Com et l’étranger. Les services non marchands comprennent toutes les unités financées majoritairement par les prélèvements obligatoires. les maisons de retraite. l’emploi total se partage entre l’emploi des services non marchands à caractère public ou à caractère privé et l’emploi des services marchands (services financiers compris). organismes de protection sociale.volume 1 . En revanche.1 de ce présent rapport. Le critère juridique prime sur le critère de financement.268 millions d’agents qui travaillent en métropole. les trois versants de la fonction publique emploient 5. annexe Vue 1.1 % (2) Total des administrations publiques Source : tableau de synthèse/Insee. Tableau V 1.1-1 : Administrations publiques (dans une approche économique) et fonction publique (dans une approche juridique) au 31 décembre 2007 (en milliers) Emploi hors comptabilité nationale (Outre-mer et étranger) Organismes Organismes non marchands marchands Total Total hors emplois aidés Fonction publique en comptabilité nationale Fonction publique hors comptabilité nationale Total fonction publique Autres admistrations publiques Autres organismes publics Autres organismes privés (1) 5 246 98(3) 5 246 842 124 718 6 088 98 (3) 5 246 55 55 153 5 399 5 118 150 5 268 Part de la fonction publique en 2007 Dans l'emploi salarié : 23. on dénombre 5. Dans une approche juridique. Les administrations publiques emploient 6. GIP (groupements d’intérêt public). dans les Dom. les établissements publics nationaux et locaux à caractère administratif . les personnels des établissements dont le régime normal de recrutement est le droit privé ne sont pas compris dans la définition juridique (Caisses nationales de sécurité sociale.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Dans une approche économique. les conseils généraux et les communes . Cette définition est adossée au Statut général : chacune des trois fonctions publiques est définie selon la partie (« le titre ») à laquelle s’applique le Statut général : le titre II s’applique à la fonction publique de l’État. à la marge. autres organismes de droit administratif. on ne retient dans le champ de la fonction publique « stricto sensu » que les organismes de droit public à caractère administratif dont les agents sont soumis aux règles du droit public. (1) Épa à recrutement de droit privé. les hôpitaux publics. il existe quelques services marchands qui répondent à la définition juridique de la fonction publique : certaines institutions financières comme la Caisse des dépôts et consignations ou des services marchands tels que les maisons de retraite publiques. Sur la totalité des territoires où des agents de la fonction publique sont présents (y compris les Com et l’étranger) et avec les emplois aidés. Le critère de financement prime sur le critère juridique. Épa marchands. la plupart des établissements d’hébergement pour personnes âgées. Épic non marchands. des services non marchands au sens des comptes nationaux . associations non marchandes.0 % Dans l'emploi total : 21. sous des statuts divers. Le statut juridique de l’employeur ou celui du salarié n’intervient pas dans la définition. Sans compter les bénéficiaires de contrats aidés. hôpitaux privés sous dotation globale. organismes consulaires. (3) Caisse des dépôts et consignations. (2) Organismes à financement majoritairement public : enseignement privé sous contrat (enseignants et non enseignants). les conseils régionaux. Ces unités.

pour la détermination des plafonds d’autorisation d’emplois dans la fonction publique de l’État. Cette unité est celle utilisée pour suivre la consommation du plafond d’autorisation d’emplois voté par le Parlement. L’un est l’emploi principal (en principe celui qui occupe l’essentiel du temps de la personne). et de l’effet de la période d’activité dans l’année d’autre part (exemple : un agent ayant travaillé six mois seulement et à 80 % dans l’année compte pour 0. Le « turn-over ». exerce une seconde activité dans une autre collectivité ou dans une autre fonction publique ou dans le secteur privé. en particulier) et découle des méthodes mises en œuvre dans l’exploitation du Fichier Général de l’État (élimination des doubles comptes. Cet indicateur est particulièrement utile pour l’analyse de populations spécifiques (non-titulaires. • À partir de ces effectifs physiques. compare le nombre de personnes présentes chaque mois en moyenne annuelle avec le nombre cumulé de personnes présentes au cours de cette même année. par exemple) ou pour rendre compte de certaines formes de mobilité. Cet indicateur peut lui aussi être affiné par la prise en compte de la sur-rémunération éventuelle du temps partiel : on parle alors d’équivalents temps plein financier (ETPF).Vues d’ensemble L’emploi public 1 Les critères de dénombrement prennent en compte la variété des situations d’emploi Certaines personnes exercent deux (voire plusieurs) emplois dans la fonction publique. Si le poste examiné est occupé tous les mois par une personne différente. les effectifs de ce rapport sont établis à partir des seuls emplois principaux. sont des emplois secondaires. ou les autres.8). en cohérence avec les normes internationales. • Le décompte en équivalents année travail (EAT) corrige les effectifs physiques de l’effet du temps partiel ou incomplet d’une part. Elle permet de consolider des informations provenant de sources variées : on ne compte qu’une seule fois les agents. Pour éviter les doubles comptes.8*(6/12) soit 0. Encadré 1 : Les unités de décompte des effectifs La mesure de l’emploi public dépend non seulement des définitions de périmètre adoptées. proportionnels à l’activité des agents. Les ETP mesurent la capacité de travail à un instant donné. par exemple. Les ETPT sont évalués à partir des outils de décompte budgétaire des ministères. 60 % des 67 200 emplois secondaires sont occupés par des non-titulaires). Si c’est la même personne qui occupe le poste tout au long de l’année les deux éléments sont identiques et égaux à un : le « turnover » est nul. Le « turnover » mesure la rotation des effectifs sur les postes de travail. • Le décompte en équivalents temps plein travaillé (ETPT) correspond au même concept que l’EAT (volume de travail réellement disponible sur une année). 1 Voir circulaire n° 2115 du 9 février 2006 précisant le contenu de la circulaire du 10 mars 2005 relative aux procédures d’ouverture de recrutements.). qu’ils soient des emplois permanents ou non permanents. exclusions des enregistrements inappropriés au calcul. on construit certains indicateurs de gestion. • Le décompte en équivalents temps plein emploi (ETP ou ETPE) corrige les effectifs physiques de l’effet du temps partiel ou incomplet (par exemple : un agent travaillant à 80 % à la date de l’observation compte pour 0. quel que soit le fondement juridique de leur recrutement. l’autre. Il est fréquent qu’un agent d’une collectivité territoriale. etc. enregistrement des agents par quinzaines travaillées. Ce concept permet les comparaisons avec le secteur privé et les autres versants de la fonction publique. On peut en outre prendre en compte l’effet de la sur-rémunération éventuelle du temps partiel : on parle alors d’équivalents temps plein rémunéré (ETPR).4 EAT. Cette notion est de nature statistique. Faits et chiffres 2008-2009 15 . Cette unité de décompte renvoie à la notion de personnes occupant un emploi établie par les normes internationales à des fins d’observation macro-économique. mais aussi des conventions retenues pour décompter les agents. dans la fonction publique territoriale. leurs prévisions d’entrées et de sorties dans les corps ou catégories d’emploi de la Lolf à partir de cette unité de décompte(1). Mais tous les agents en fonction au 31 décembre de l’année sont comptés. son ETP restant à 0. dans les plans de recrutement.8 ETP). Il porte sur le périmètre associé à la définition juridique de la fonction publique (hors enseignement privé sous contrat. c’està-dire le nombre de postes de travail susceptibles d’être occupés. • La mesure en effectifs physiques représente le nombre de personnes « réelles » à une date donnée. le premier élément est égal à un mais le second à douze : le « turnover » est élevé. Les gestionnaires de personnel établissent. Il s’agit le plus souvent de non-titulaires (à titre d’exemple. en particulier. La Lolf a retenu les ETPT. Les EAT mesurent le volume de travail réellement disponible sur une année.

départements et communes sont aisément identifiables dans les systèmes d’information.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Les emplois multiples exercés entre divers employeurs de la fonction publique de l’État (un ministère et une université. d’améliorer encore le dispositif statistique actuel. s’agissant des agents des établissements publics locaux du secteur social et médico-social. la distinction entre les personnels des établissements publics relevant d’une part du titre III du Statut général et d’autre part du titre IV est plus délicate à établir. Vues d’ensemble 16 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Les données présentées dans ce rapport qui. à ce stade. de la fonction publique hospitalière. L’imprécision des contours entre fonctions publiques territoriale et hospitalière constitue une autre difficulté pour le système statistique. Des progrès peuvent encore être accomplis pour une meilleure connaissance des frontières entre les différentes fonctions publiques. Le rattachement des établissements publics locaux au titre III de la fonction publique territoriale ou au titre IV de la fonction publique hospitalière dépend de la nature juridique et du domaine d’intervention de ces établissements : Dans leur grande majorité. En ce qui concerne les établissements qui n’ont pas leur autonomie financière. qui de ce fait n’appréhende qu’imparfaitement les contours respectifs de ces deux fonctions publiques. reprennent les champs définis par le système statistique. sont donc vraisemblablement sous-estimées pour ce qui concerne la fonction publique hospitalière et a contrario surestimées pour ce qui concerne la fonction publique territoriale. En revanche. En revanche. L’interpénétration entre fonctions publiques territoriale et hospitalière dans le domaine social et médicosocial mérite davantage de précision statistique. à l’horizon 2010 (situation au 31 décembre 2008). En revanche.volume 1 . la grande majorité des maisons de retraite et des logements foyers qui dépendent de caisses communales d’action sociale sont sous statut « fonction publique territoriale ». les agents étant recensés individuellement à partir des fichiers de paie. personnes handicapées ou en difficulté sociale) relèvent. les établissements publics autonomes (personnes âgées. Les agents relevant des régions. les établissements départementaux d’aide aux personnes en difficulté sociale relèvent du statut de la fonction publique hospitalière. les emplois exercés entre deux collectivités territoriales ou entre un employeur public et un employeur privé peuvent éventuellement échapper au repérage et être comptés deux fois. statutairement. par exemple) sont le plus souvent identifiés car les techniques d’appariement y sont aisées à mettre en œuvre. Le recours généralisé aux déclarations annuelles de données sociales dans leur norme DADS-U permettra.

les missions et les métiers du service public et de la fonction publique. mais aussi d’établissements publics à caractère industriel ou commercial (Épic) lorsque la majeure partie de l’activité est non marchande. la Réunion des musées nationaux. enquête SPE. La plupart d’entre eux ont une activité principalement marchande. 25 % de fonctionnaires. on trouve par exemple le Commissariat à l’énergie atomique. avril 2008. Statistique annuelle sur les établissements de santé (SAE).14-2 des fiches thématiques). France Télécom .6% 0. des Comptes publics et de la Fonction publique. Graphique 1. Parmi ces Épic du secteur des administrations publiques.1-1 : Fonction publique. les théâtres nationaux.7% 2. Insee . mais ne sont pas considérés comme des entreprises publiques. des organismes consulaires. Tableau de synthèse/Insee en annexe du rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2008-2009. enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). 2 Sur la diversité des missions du service public.5% 20. des associations syndicales autorisées. on trouve aussi des Épic locaux. Près des deux tiers de ces Épic locaux marchands sont des offices publics d’aménagement et de construction au sein desquels on dénombre. Insee .7% Sources : Fichier Général de l’État (FGE). Conférence nationale sur les valeurs. service public et emploi total au 31 décembre 2007 (en %) 0. des organismes publics variés. en administrations publiques (voir tableau 1. l’Institut national audiovisuel. Ces organismes comptent 178 000 personnes fin 2007. Dans ces organismes publics hors fonction publique. des groupements d’intérêt public. ministère du Budget. Jean-Ludovic Silicani. Il s’agit des Caisses nationales du régime général de la sécurité sociale (Épa au régime particulier).6% 72. DHOS . les Charbonnages de France. La plupart d’entre elles travaillent dans des organismes classés. Bilan social 2007. au regard de la comptabilité nationale. des organismes privés ou des entreprises publiques assurent aussi des missions de service public2. Drees . l’Institut français du pétrole. voir le Livre blanc sur l’avenir de la fonction publique. pour des raisons historiques.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Le tableau de synthèse permet d’identifier d’autres périmètres de service public À côté du périmètre de la fonction publique proprement dite. Faits et chiffres 2008-2009 17 .8% 2. Certains organismes publics ne font pas partie de la fonction publique Certains organismes publics hors fonction publique recrutent des agents de droit privé ou en dehors des règles de la fonction publique.

Statistique annuelle sur les établissements de santé (SAE). (1) Les bénéficiaires d’emplois aidés sont décomptés à part dans la fonction publique et inclus dans les effectifs des autres organismes. (4) Différents concepts d’emploi coexistent. Recme. Insee . Celui retenu ici est « l’emploi total » qui comprend les salariés et les non salariés en France métropolitaine.1 719. bureau des statistiques.3 148. Champ : Métropole et Dom. privatisée en 2004.0 Sources : Fichier Général de l’Etat (FGE).7 671. compte 71 % de fonctionnaires parmi son effectif actif.0 152.1-2 : Fonction publique. DHOS .1-1 et 1.6 160.7 157. hors chômeurs). dans la définition de « l’effectif social » (124 161 personnes au 31.1 de la Vue 1 et les tableaux 1. enquête SPE. Insee .14-1 des fiches thématiques.9 131.9 208. Voir aussi tableau de synthèse de l’annexe 1. L’ entreprise. des études et de l’évaluation. Bilan social 2007 France Télécom .0 15. Insee. qui entrent.0 55.5 249.volume 1 . etc. Com et étranger compris pour les services de l’État et l’enseignement privé sous contrat seulement . Drees . service public et emploi total au 31 décembre 2007 (en milliers) Fonction publique Métropole Dom Com et étranger Total hors emplois aidés Emplois aidés de la fonction publique(1) Total y compris emplois aidés Organismes publics hors fonction publique (secteur non marchand) Épa nationaux de sécurité sociale.5 10.9 95. (3) L’effectif au 31.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Tableau V 1.5 53.12. L‘annexe 1 de la Vue 1 permet de situer l’emploi public parmi les salariés en métropole et Dom (soit 23 487 000 personnes fin 2007. hors doubles comptes des entreprises en forme juridique d’Épic du secteur non marchand.3 5 267. (2) Entreprises « de premier rang » contrôlées directement par l’État.8 44. 18 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Traitement DGAFP. congés non rémunérés.8 18 575.8 209.2007 retenu ici est « l’effectif actif » hors congés de fin de carrière. Tableau de synthèse/Insee en annexe du rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2008-2009. y compris Saint-Pierre-et-Miquelon pour la FPT. hors chômeurs et qui constitue la référence la plus courante pour les comparaisons internationales. enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).12.1 5 399.2007).5 53.6 178.1 25 543. pour leur part. congés de longue maladie.0 264. à recrutement de droit privé GIP nationaux et locaux et autres organismes non marchands Organismes consulaires Épic nationaux et locaux non marchands (secteur marchand) Epic locaux Total Organismes privés à financement public prédominant (secteur non marchand) Enseignants de l'enseignement privé sous contrat Associations Organismes de protection sociale Hôpitaux privés à but non lucratif Total Entreprises publiques (secteur marchand) Épic La Poste Épic marchands hors La Poste Entreprises hors Épic Total (2) Emploi privé hors service public (secteur marchand) Total Emploi total (salariés et non salariés) Total (4) dont France Télécom (3) 5 052.

par l’État. On rappellera qu’en dehors des entreprises publiques4. . c’est souvent sous la forme d’entreprises publiques détenues. Données 2007 provisoires. Rapport 2008. bien que leur employeur direct appartienne au secteur privé. qui appartiennent au secteur des « administrations publiques ». • Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l’État au 31 décembre 2007. 92 entreprises (soit 745 900 salariés)3 sont des entreprises dont le contrôle exercé est direct (entreprises dites de « premier rang »). ministère de l’Économie. ministère du Budget. les missions et les métiers du service public et de la fonction publique. la Française des jeux. il arrive que des sociétés du reste du secteur marchand emploient des fonctionnaires. Vue 1.14-3 des fiches thématiques). Parmi les salariés des entreprises publiques. dans l’enseignement privé sous contrat (152 900 enseignants. avril 2008. n° 93. l’Imprimerie nationale. 4 Les sources manquent pour une estimation fiable du nombre de salariés des sociétés privées dans lesquelles l’État ne détient aucune participation ou une participation minoritaire auxquelles des missions de service public sont confiées. Centre d’analyse stratégique. Déduction faite des Épic nationaux non marchands inclus dans les organismes publics hors fonction publique. les fonctionnaires constituent encore la majorité du personnel (64 %). des Finances et de l’Emploi. Aéroports de Paris. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. les Ports autonomes. (voir tableau 1. GIAT Industries. etc. mais qui emploie encore pour des raisons historiques près de 70 000 fonctionnaires. la RATP. etc. société privée dans laquelle l’État ne détient plus que 26. Faits et chiffres 2008-2009 19 . des organismes de protection ou de sécurité sociale (209 300 personnes). n° 40. totalement ou partiellement. les entreprises publiques sont constituées sous la forme d’Épic. février 2009. La note de veille. Conférence nationale sur les valeurs. Parmi les 848 entreprises contrôlées par l’État fin 2007 (soit 862 200 salariés). Faits et chiffres 2008-2009. sous la tutelle étroite des pouvoirs publics en raison de leur financement (sur prélèvements obligatoires) ou de leurs conditions de fonctionnement. On rappellera notamment que la rémunération des enseignants de l’enseignement privé sous contrat est imputée sur le budget de l’État. des Comptes publics et de la Fonction publique. avril 2008. on dénombre 671 900 salariés dans des entreprises publiques contrôlées directement par l’État : La Poste. Lorsque l’État est majoritaire sans détenir la totalité du capital. GDF. • « Quelles évolutions de l’emploi public dans les pays développés ? ». Annick Guilloux et Sylvie Bénard. la SNCF. 194 500 sont fonctionnaires dans des Épic marchands.7 % du capital (en juin 2008). y compris Com et étranger). dont 175 300 à La Poste. La mise à jour de l’année n se fait lors de la publication relative à l’année n+1. Jean-Ludovic Silicani. • L’État actionnaire. les entreprises publiques sont constituées en sociétés anonymes : EDF. Insee Résultats. Lorsque le capital appartient entièrement à l’État. Dans cette entreprise.2 de ce rapport. et que ces emplois sont compris dans les plafonds d’emplois des ministères de l’Éducation et de l’Agriculture. de fait. C’est notamment le cas de France Télécom. l’Office national des forêts. des hôpitaux privés à but non lucratif (148 100 personnes). rassemblent 719 000 salariés fin 2007.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Des missions de service public sont assurées par des organismes privés notamment par des entreprises publiques Certains organismes privés sont placés. Snecma moteurs.e1 L’emploi public Bibliographie • « L’emploi dans les trois fonctions publiques ». Lorsque le secteur marchand prend en charge des missions de service public. • « Livre blanc sur l’avenir de la fonction publique ». Les personnes concernées travaillent dans des associations financées majoritairement par les pouvoirs publics (208 800 personnes dont 37 % sont des salariés non enseignants de l’enseignement privé sous contrat). Audrey Baëhr. Ces organismes privés. Analyse. Insee. Agence des participations de l’État. 3 Selon le Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l’État (Recme) au 31 décembre 2007.

Vues d’ensemble .

Faits et chiffres 2008-2009 21 . les employeurs non marchands. en colonne.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Annexe de la vue 1. Ce classement s’opère de la façon suivante (voir l’encadré 1) : en ligne.). les emplois sont ventilés en titulaires civils. droit privé. la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière. Il n’est pas tenu compte de la quotité de travail (temps complet ou partiel). chez leur employeur principal. en comptant les bénéficiaires d’un emploi aidé. le nombre de personnes dépendant d’administrations ou d’établissements publics administratifs dans lesquels le recrutement de droit commun de l’agent relève des titres II. III et IV du statut de la fonction publique s’élève à 5. les employeurs sont classés en fonction du statut de droit commun de leurs agents (droit public. Hors emplois aidés. non-titulaires et emplois aidés (contrats d’avenir et contrats d’accompagnement dans l’emploi. Les tableaux portent sur les effectifs au 31 décembre 2006 et 2007.2 millions d’agents titulaires. 1 Insee. Au sein de chacun de ces deux secteurs.1 : Le tableau de synthèse sur l’emploi public au 31 décembre 2006 et 2007 Stéphanie Lemerle Insee(1) C e tableau vise à replacer l’emploi public dans l’ensemble des effectifs salariés. sa nature économique et le statut de recrutement de droit commun de ses agents. ou droit particulier). 5. Ils sont complétés par un calcul d’évolution des effectifs entre ces deux dates. militaires et non-titulaires travaillent en métropole ou dans les Dom. militaires y compris volontaires. les employeurs sont d’abord classés en fonction de leur nature économique (appartenance ou non au champ des administrations publiques des Comptes nationaux) : d’un côté (trois colonnes de gauche). Il permet également de préciser les contours des différentes fonctions publiques : la fonction publique de l’État. Le tableau classe chaque employeur en fonction de trois caractéristiques : son statut juridique. qui repose sur les critères juridiques du droit administratif et du droit des sociétés . Pour chacune des quatre premières lignes. essentiellement. Au 31 décembre 2007. En revanche. chaque personne comptant pour une. de l’autre côté (trois colonnes de droite).3 millions. anciens Tom) et l’étranger. Le classement dans le secteur institutionnel des administrations publiques dépend du système de comptabilité nationale en vigueur. Ce choix permet d’évaluer de manière homogène la part de l’emploi public dans l’ensemble de l’emploi salarié. les employeurs sont ventilés en fonction de leur statut juridique selon la codification Sirène de l’Insee. Présentation du tableau de synthèse Le champ géographique retenu est celui de la métropole et des Dom : sont donc exclus les agents employés par l’État dans les autres collectivités d’Outre-mer (Com. les personnes ayant simultanément plusieurs employeurs ne sont comptées qu’une seule fois. Division exploitation des fichiers administratifs sur l’emploi et les revenus. les employeurs marchands.

les communautés de communes et d’agglomération enregistrent toujours une croissance marquée (+8. III et IV du statut de la fonction publique s’élève à 5. La hausse concerne les titulaires (+6. 4.4 %) mais aussi les non-titulaires (+4.7 % en 2006 et deux années à -0. Après la forte montée en charge des emplois aidés en 2006 consécutive à la mise en application de la loi de cohésion sociale de 2005 instituant notamment les contrats d’avenir et les contrats d’accompagnement dans l’emploi. Parmi ces personnes. ce qui représente 25.7%). dans une approche économique. Dans les établissements d’enseignement secondaire publics (« établissements publics locaux d’enseignement »).4 % en comptant les emplois aidés). Les effectifs des administrations de l’État (ministères) décélèrent nettement plus vite que les années précédentes (-3. le recul des emplois aidés est compensé par le recrutement de personnel non titulaire. Les transferts de personnel de l’Éducation nationale et des directions départementales de l’équipement ont été initiés en 2005 conformément à la loi du 13 août 2004.volume 1 .9 % des salariés de métropole et des Dom. progressent en conséquence presque deux fois plus vite que l’année précédente (+5. Évolution des effectifs entre le 31 décembre 2006 et le 31 décembre 2007 Les effectifs de la fonction publique progressent moins vite que l’emploi salarié total entre 2006 et 2007 (respectivement +0.3 millions (y compris emplois aidés).7 %).1 %.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Le tableau de synthèse permet d’estimer l’importance de l’emploi public selon différents concepts : dans une approche juridique. après -1. soit 22. ces emplois sont en net repli en 2007. le nombre de personnes dépendant d’administrations ou d’établissements publics administratifs dans lesquels le recrutement de droit commun de l’agent relève des titres II. le nombre de personnes travaillant à titre principal dans des « administrations publiques » (administrations. Hors emplois aidés. 22 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .5 % et +1.4 % pour l’ensemble des salariés). organismes publics et organismes privés financés majoritairement par prélèvements obligatoires) s’élève au 31 décembre 2007 à 6. Cette baisse est liée aux politiques de limitation des effectifs et à la mise en œuvre de la décentralisation dans le cadre de la loi de 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.5 % y compris les emplois aidés en 2007.1 millions. la croissance des effectifs de la fonction publique est donc un peu plus prononcée (+0.7 % des salariés de la métropole et des Dom. Mais c’est en 2007 que les transferts sont les plus massifs avec l’intégration des corps de titulaires dans les cadres d’emplois de la fonction publique territoriale. assistants d’éducation en particulier.1 %). Les effectifs des collectivités territoriales (régions. Parmi les établissements publics locaux non marchands dépendant des collectivités territoriales.25 millions sont titulaires civils ou militaires. communes et départements y compris les emplois aidés). y compris les assistantes maternelles). C’est à partir du 1er janvier 2006 que les agents non titulaires (en particulier techniciens et ouvriers de l’Éducation nationale) sont admis dans les cadres d’emploi des conseils généraux et régionaux.8 % contre +1.

La Poste et l’Office national des forêts sont classés en colonne 4 : bien que de statut de recrutement de droit public. • les lycées et collèges. Les Épic marchands à recrutement de droit privé (en colonne 6) sont les autres Épic du type « entreprise » (Ports autonomes. etc. D’autres Épa comme les organismes consulaires (chambres d’agriculture. La ligne 5 correspond aux personnes physiques et sociétés commerciales. établissements publics locaux d’enseignement (EPLE). Économat de l’Armée.). on trouve des organismes gérant un régime de protection sociale à adhésion obligatoire. y compris le personnel médical et le personnel non titulaire sur crédits de remplacement . Les Épa non marchands à statut de recrutement de droit public. Cnavts) et le Centre d’études supérieures de la Sécurité sociale ont été classés en colonne 3 parce qu’ils recrutent sur des contrats de droit privé. les aéroports de Paris sont en colonne 5 parce qu’ils sont marchands et à recrutement de droit privé à statut. Les quatre caisses nationales de la Sécurité sociale (Acoss. le Cnes. en colonne 1. l’Onera ou l’Ifremer ou de la Culture (Opéra de Paris. • les hôpitaux publics. L’établissement public des Cultes d’Alsace et Lorraine est classé en colonne 6 parce qu’il recrute majoritairement des personnels de droit privé. etc. une partie des syndicats à vocation unique et les Cercles ou foyers des armées se trouvent également en colonne 4. les personnels. Ils sont inclus dans le périmètre des administrations publiques et ont un statut de recrutement de droit public. La ligne 3 correspond aux établissements publics administratifs (Épa) et autres organismes publics administratifs. les offices publics de HLM et la majorité des maisons de retraite publiques apparaissent en colonne 4 parce qu’ils produisent des services marchands.). figure dans cette ligne mais en colonne 6. les établissements de santé privés à but non lucratif. y compris la Défense. La société anonyme France Télécom. Agence française de développement. désormais. figurent également dans cette catégorie les maisons de retraite publiques autonomes. Réunion des musées nationaux. La ligne 4 correspond aux personnes morales de droit public soumises au droit commercial (Épic et Banque de France). les caisses nationales de régime général de la sécurité sociale. les centres communaux d’action sociale (CCAS). • les Épa relevant du champ des collectivités territoriales et qui ne sont pas marchands. l’Inserm . En non marchand à recrutement de droit privé (colonne 3) figurent essentiellement des Épic nationaux dans les domaines de la recherche comme le CEA. l’action sociale et médico-sociale et également les organismes nationaux comme le CNFPT et les centres départementaux de gestion de la FPT . En colonne 1. districts. l’Inra. Dans les unités considérées comme relevant des administrations publiques. les autres organismes privés classés par la comptabilité nationale en organismes divers d’administration centrale (Afpa) et les autres organismes privés classés en organismes divers d’administration locale. etc. enseignants ou non. Cnamts. La Banque de France figure également dans cette colonne. les universités (pour le personnel payé sur leur budget propre). Crous. de l’enseignement privé sous contrat.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Encadré 1 : Définition des lignes et des colonnes du tableau La ligne 1 correspond à l’administration de l’État : ministères. Les Groupements d’intérêt public (GIP) inclus dans le périmètre des administrations publiques sont comptabilisés en colonne 2. les Épic du champ de la FPE (Ugap. on trouve des organismes d’intervention sur les marchés agricoles dont le plus important est l’ONIGC (Office national interprofessionnel des grandes cultures). les organismes départementaux comme le service d’incendie et de secours. Épic locaux et régies). Il s’agit pour la plupart d’établissements où le statut de recrutement des agents est de droit public ou de cas particuliers comme les organismes consulaires. dont les effectifs sont encore composés majoritairement de fonctionnaires mais qui.).) et surtout les Épic du champ de la FPT (OPAC. recrute des agents de droit privé. les organismes intercommunaux du type communautés urbaines. Parmi eux. l’enseignement supérieur privé à financement public majoritaire. La ligne 6 correspond aux organismes privés spécialisés et groupements de droit privé. le seul cas significatif est celui des Safer (colonne 3). de métiers) apparaissent en colonne 2 parce qu’ils recrutent des personnels de droit public particulier. la SNCF. tout en recrutant des personnels relevant du statut général de la fonction publique. syndicats à vocation multiple ou unique. Faits et chiffres 2008-2009 23 . les caisses des écoles. les établissements publics scientifiques et techniques comme le CNRS. Cnaf. etc. départements (y compris préfecture de police de Paris) et communes. ils ne sont pas inclus dans le champ des administrations publiques. La Caisse des dépôts et consignations. parmi lesquels on distingue ceux aux missions de gestion administrative (ANPE. La ligne 2 correspond aux collectivités territoriales au sens strict : régions. pour leur personnel propre . Les Caisses de crédit municipal. de commerce et d’industrie. Les Épic nationaux non dotés d’un comptable public comme la RATP. Cité des sciences et de l’Industrie. peuvent être classés en quatre catégories : • les Épa dont les personnels relèvent surtout de la fonction publique d’État.

GDF dont Air France. France Télécom France Télévision.2. Office national des forêts Cnes. La Poste Charbon de France. comités d'entreprise. EPLE. etc. Ina. maisons de retraite publiques Caisse des dépôts et consign. Onera. CEA.(1) Cercles et foyers des armées Cultes d'Alsace-Lorraine Établissements publics administratifs 73 Épa nationaux : ANPE. SNCF Aéroports de Paris Banque de France Étab français du sang. Réunion des musées nationaux. CNRS.1-1 : La fonction publique dans l'économie nationale : classement des employeurs Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . CIRAD. DCN.5. Ports autonomes. Inra. Offices de tourisme. Institut francoallemand St Louis 4 Personnes morales de droit public soumises au droit commercial 4 ONIGC et autres Épic d'intervention agricole Ademe. BRGM. communes 3 Organismes consulaires ASA Caisses nationales du régime général de Sécurité sociale OPHLM Caisses de crédit municipal. Imprimerie nationale Tableau AV 1. Hôpitaux publics Organismes publics administratifs 74 GIP non marchands IGSA. 6 Organismes privés spécialisés et groupements de droit privé 8. départements. Crous. etc.Services non marchands Statut de recrutement de droit commun de l'agent Colonne 2 3 4 5 6 Statut juridique de l'employeur Colonne Intitulé Droit public particulier Droit privé Droit public Droit privé à statut Droit privé Code Sirène 1 Droit public 1 Administration de l'État 71 Ministères L’emploi public Vues d’ensemble 2 Collectivités territoriales 72 Régions. Safer et divers RATP. Giat industries. Opéra national de Paris.3.1 Ligne 24 Hors administrations publiques . organismes professionnels. Opac Épic locaux et régies 5 Personnes physiques. de protection sociale Enseignt privé sous contrat Hôpitaux privés à but non lucratif Associations Odac Associations Odal Mutuelles.9 Fonction publique (1) : CDC : Assimilée à épa. ter.6 sociétés (hors 32) commerciales EDF. Institut franç. ÉPA des Coll. . Ugap.Services marchands Statut de recrutement de droit commun de l'agent Administrations publiques . syndicats de propriétaires Associations et fondations non à financ public maj. du pétrole.volume 1 Organ. mais relevant de codification Sirène 74 (autres personnes morales de droit administratif). Agence française de développement. 1.Inserm.

6 (hors 32) TOTAL TIT NTIT 1 188 0 1 188 TOTAL TIT NTIT 126 514 TOTAL 15 086 379 TOTAL 15 214 081 0 TIT 69 693 TIT 69 693 126 514 NTIT 15 016 686 NTIT 15 144 388 6 Organismes privés spécialisés et groupements de droit privé 8.Administrations publiques . Drees . AID : Emplois aidés . Métropole et Dom.2. salariés à titre principal (1ère partie) Faits et chiffres 2008-2009 TOTAL TIT L’emploi public TOTAL TOTAL TIT MILVOL NTIT AID 5 248 529 3 775 396 336 588 1 008 724 127 821 NTIT AID 352 024 TOTAL 16 674 405 TOTAL 23 486 909 0 TIT 82 223 TIT 4 247 746 MILVOL 336 588 352 024 NTIT 16 591 451 NTIT 18 754 835 0 AID 731 AID 147 740 Vues d’ensemble Sources : Insee .3.5. MILVOL : Militaires et volontaires . DGAFP.Services marchands Statut de recrutement de droit commun de l'agent Droit public Droit public particulier Droit privé Statut de recrutement de droit commun de l'agent Droit privé Statut juridique de l'employeur Droit public Droit public particulier TOTAL Ligne Intitulé 2 3 4 5 6 Code Sirène 1 1 Administration de l'État (ministères) 71 TOTAL TIT MILVOL NTIT AID 2 151 538 1 641 501 336 588 171 665 1 784 TOTAL TIT MILVOL NTIT AID 2 151 538 1 641 501 339 540 175 368 1 719 2 Collectivités territoriales 72 TOTAL TIT NTIT AID 1 364 877 1 008 750 306 144 49 983 TOTAL TIT NTIT AID 1 364 877 1 008 750 306 144 49 983 3 Établissements publics administratifs et aut.9 TOTAL 716 393 TIT 132 613 NTIT 568 539 AID 15 241 dont enseignants du privé sous contrat(4) 63 423 TOTAL 2 152 TIT 60 708 NTIT 563 AID 776 508 TOTAL 137 530 TIT 623 691 NTIT 15 287 AID 372 020 TOTAL 250 445 TIT 118 237 NTIT 3 338 AID TOTAL TIT NTIT 1 516 024 TOTAL 0 TIT 1 516 024 NTIT AID 2 232 417 132 613 2 084 563 15 241 Tableau AV 1. TIT : Titulaires civils .1-2 : Ventilation des effectifs salariés au 31 décembre 2007. organismes 73 à 75 soumis au droit administratif TOTAL TIT NTIT AID(1) 1 729 993 1 124 498 529 441 76 054 TOTAL TIT NTIT AID 63 423 2 152 60 708 563 TOTAL TIT NTIT AID 16 894 1 067 15 793 34 TOTAL(2) TIT NTIT AID 97 527 68 508 25 744 3 275 TOTAL TIT NTIT AID 503 0 491 12 TOTAL TIT NTIT AID 1 908 340 1 196 225 632 177 79 938 4 Personnes morales de droit public soumises au droit commercial 4 TOTAL TIT NTIT AID 2 121 647 1 474 0 TOTAL TIT NTIT AID 42 033 3 850 38 171 12 TOTAL 274 493 TIT 181 937 NTIT 92 493 AID 63 dont La Poste(3) TOTAL TIT NTIT AID 225 510 0 225 510 0 TOTAL TIT NTIT AID 71 499 12 530 58 250 719 TOTAL TIT NTIT AID 390 146 198 964 190 388 794 5 Personnes physiques. NTIT : Non titulaires 25 1 .Services non marchands Hors administrations publique . sociétés commerciales 1. des études et de l’évaluation. bureau des statistiques.

DGAFP. des études et de l’évaluation. bureau des statistiques.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Tableau AV 1. Drees . Épa hors fonction publique Total (3) La Poste (4) Enseignants de l’enseignement privé sous contrat 264 468 150 286 TIT 175 307 1 242 NTIT 89 161 149 044 AID 0 0 Administrations Effectifs publiques de droit public Colonnes 1+2+3 Colonnes 1+ 4 Total dont titulaires et militaires dont titulaires + militaires + non-titulaires dont emplois aidés 6 088 460 4 251 666 5 944 789 143 671 5 620 549 4 362 429 5 489 390 131 159 Fonction publique métropole et Dom Colonnes 1+ 4 et lignes 1+2+3 5 343 670 4 179 836 5 212 653 131 017 Fonction publique Com et étranger 55 290 38 594 55 282 8 Total fonction publique 5 398 960 4 219 927 5 267 935 131 025 Sources : Insee . 26 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .volume 1 . Métropole et Dom. salariés à titre principal (2ème partie) (1) dont 34 892 dans les établissements publics locaux d'enseignement (2) dont Cercles et foyers des armées.1-2 : Ventilation des effectifs salariés au 31 décembre 2007.

Métropole et Dom.5% Évol (07/06) hors aidés -2.6% Eff 2007 1 908 340 Eff 2006 1 871 995 Évol (07/06) 1. .Évol (07/06) : 0.2% Évol (07/06) -1.4% Évol (07/06) hors aidés 0. salariés à titre principal Faits et chiffres 2008-2009 Eff 2007 372 020 Eff 2006 389 753 Évol (07/06) -4.3.Eff 2006 : 5 316 788 .7% Évol (07/06) hors aidés 0.Évol (07/06) hors emplois aidés : 0.5% Évol (07/06) hors aidés -3.2% hors aidés -2.4% 6 Organismes privés spécialisés et groupements de droit privé 8.5% Évol (07/06) hors aidés -3.9% 3 Établissements publics administratifs 73 à 75 Eff 2007 1 729 993 Eff 2006 1 683 410 Évol (07/06) 2.3% Eff 2007 63 423 Eff 2007 16 894 Eff 2006 64 071 Eff 2006 17 351 Évol (07/06) -1.6 sociétés (hors 32) commerciales Eff 2007 126 514 Eff 2007 15 086 379 Eff 2007 15 214 081 Eff 2006 129 181 Eff 2006 14 871 565 Eff 2006 14 873 515 Évol (07/06) -2.1% Evol (07/06) hors aidés 5. DGAFP.8% 4 Personnes morales de droit public soumises au droit commercial Eff 2007 1 188 Eff 2006 1 950 Évol (04/03) -39.1-3 : Évolution des effectifs salariés entre le 31 décembre 2006 et le 31 décembre 2007.6% Évol (07/06) hors aidés -6.8 %.5% Évol (07/06) hors aidés -5.3% 5 Personnes physiques.4% Évol (07/06) Évol (07/06) hors aidés -1.0% Évol (07/06) -0.4% 3 4 5 6 Hors administrations publiques .9% Eff 2007 63 423 Eff 2007 776 508 Eff 2006 64 071 Eff 2006 780 014 Évol (07/06) -1.8% Évol (07/06) Évol (07/06) hors aidés 1.1% Eff 2007 23 486 909 Eff 2006 23 172 654 Évol (07/06) 1.0% Tableau AV 1.9% Eff 2007 97 527 Eff 2006 104 415 Évol (07/06) -6. 1.Administrations publiques .1% Évol (07/06) hors aidés 5. Drees .1% hors aidés -3.4% Évol (07/06) hors aidés -0.4% Eff 2007 71 499 Eff 2007 615 656 Eff 2006 66 105 Eff 2006 623 737 Évol (07/06) 8.6% Eff 2007 503 Eff 2006 2 748 Évol (07/06) -81.6% Évol (07/06) hors aidés -1.1% Eff 2007 716 393 Eff 2006 719 122 Évol (07/06) -0.9% hors aidés -2.8% Eff 2007 225 510 Eff 2006 228 647 Évol (07/06) -1.4% Évol (07/06) 2. des études et de l’évaluation.5% Eff 2007 2 232 417 Eff 2006 2 274 444 Évol (07/06) -1.2% 3.8% Vues d’ensemble 27 Sources : Insee .5% .8% Évol (07/06) hors aidés -2.Eff 2007 : 5 343 935 . bureau des statistiques.3% Évol (07/06) Évol (07/06) hors aidés 8.8% Évol(07/06) hors aidés 3.4% Eff 2007 352 024 Eff 2006 357 828 Évol (07/06) -1.5% Eff 2007 1 364 877 Eff 2006 1 299 253 Evol (07/06) 5.5.8% 4 Eff 2007 Eff 2006 Évol (07/06) Évol(07/06) hors aidés 2 121 2 056 3.Services non marchands Statut de recrutement de droit commun de l'agent Droit public particulier Droit public Droit privé TOTAL 2 Eff 2007 2 151 538 Eff 2006 2 229 710 Évol (07/06) -3.1% Évol (07/06) -3.6% Évol (07/06) Évol (07/06) hors aidés -1.4% Évol (07/06) hors aidés -1.1% Évol (07/06) 1.9 L’emploi public TOTAL Eff 2007 5 248 529 Eff 2006 5 214 429 Évol (07/06) 0.7% Évol (07/06) hors aidés -81.3% Eff 2007 1 516 024 Eff 2006 1 555 322 Évol (07/06) -2.Services marchands Statut de recrutement de droit commun de l'agent Droit privé Droit public Droit privé à statut Statut juridique de l'employeur Intitulé Code Ligne Sirène 1 1 Administration de l’État (ministères) 71 Eff 2007 2 151 538 Eff 2006 2 229 710 Évol (07/06) -3.9% Évol (07/06) hors aidés 2.0% Évol (07/06) -2.6% Eff 2007 16 674 405 Eff 2006 16 495 740 Évol (07/06) 1.1% Évol (07/06) hors aidés 1.2% Eff 2007 42 033 Eff 2007 274 493 Eff 2006 41 591 Eff 2006 285 338 Évol (07/06) 1.2.5% 2 Collectivités territoriales 72 Eff 2007 1 364 877 Eff 2006 1 299 253 Évol (07/06) 5. 1 Fonction publique (Colonnes 1+ 4 et lignes 1+2+3) .3% hors aidés -1.

.

par une hausse de 17 000 agents dans les établissements 46 sont ouvriers ou employés publics à caractère administratif (Épa).7 % d’agents en catégorie A. L’offre de services publics plus développée en Île-de-France se manifeste par des effectifs importants dans les services déconcentrés des ministères et une forte présence de la fonction publique territoriale. le recours aux non-titulaires est La FPT compte : relativement stable dans l’ensemble de la fonction publique. Bureau des statistiques. 16. les 841 700 non-titulaires représentent 16 % des agents publics. soit 5. la fonction publique emploie 5.3 millions de personnes. dans la fonction publique hospitalière. contrats emploi consolidé (CEC) et aides éducateurs. La fonction publique territoriale affiche la plus forte 13. contrats d’avenir et encore quelques emplois jeunes. hors emplois aidés. contre 5. près d’un agent sur deux relève de la catégorie C et plus du tiers de la catégorie B (professions intermédiaires).4 %) non compensé intermédiaires (25 dans le privé) . En revanche.5 % en 35. E La croissance de l’emploi public ralentit encore en 2007 Au 31 décembre 2007. 16 % de non-titulaires dans la fonction En 2007. la part de l’encadrement tend à augmenter même si les catégories B et C restent prépondérantes : 78 % des agents territoriaux appartiennent à la catégorie C (employés et ouvriers) .2 millions en 2006 (voir encadré 1). suppressions de postes et transfert 49. les trois fonctions publiques emploient. du recrutement des personnels de surveillance (assistants 26.1 % en catégorie C. 1 DGAFP.5 % en catégorie B.9 % dans la FPT et +2.3 millions de personnes.6 % en catégorie C. ministère de l’Éducation nationale résulte de plusieurs facteurs : La FPE compte : effets de la décentralisation.8 % Chiffres-clés par rapport à 2006. a été la principale créatrice publiques : d’emplois (+86 000). proche de la hausse annuelle moyenne observée depuis 1996. 2007. Le nombre de non-titulaires La FPH compte : s’est accru dans chacune des trois fonctions publiques en 2007.8 % en catégorie B. FPE : 50 % de cadres (catégorie A). soit -2. Près de la moitié appartient à la fonction publique de l’État (47 %).7 % d’agents en catégorie A. En 8. soit un rythme 48.8 % en catégorie B. (FPH) (+16 700). un salarié sur cinq. hors emplois aidés. 2007 (+4. C’est dans la FPH que la croissance est la plus forte : +6.2 L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2007 Audrey Baëhr Annie Brenot-Ouldali Aude Lapinte DGAFP 1 n 2007. Dans les deux autres fonctions publiques. devant la fonction publique hospitalière 30 sont cadres (16 dans le privé) .Vues d’ensemble L’emploi public 1 1. Enfin. La nette diminution au (59 dans le privé) en 2007. soit une hausse de 0. contre 67 % en moyenne en province. 23. une proportion de dix points supérieure à celle observée en 1996. la qualification des emplois reste plus élevée dans la publique (FPE + FPT + FPH). des études et de l’évaluation. On compte aussi 131 000 bénéficiaires d’emplois aidés : contrats d’accompagnement dans l’emploi. Pour 100 agents des trois fonctions avec 33 % d’agents publics. Faits et chiffres 2008-2009 29 .8 % dans l’État). la fonction publique de l’État (FPE) enregistre une baisse globale de 61 600 agents : net recul des 24 appartiennent aux professions effectifs dans les ministères (-78 000. notamment en lien avec le remplacement progressif des instituteurs (catégorie B) par les professeurs des écoles (catégorie A). la fonction publique est globalement plus présente en Île-de-France où l’on compte 85 agents publics civils pour 1 000 habitants.5 % en catégorie C. Sur longue période. proportion : un agent territorial sur cinq est non titulaire contre 77.4 % d’agents en catégorie A. un tiers (33 %) à la fonction publique territoriale et un cinquième (20 %) à la fonction publique hospitalière. La fonction publique territoriale (FPT). 14 % dans l’État et l’hospitalière. d’éducation) vers les établissements publics d’enseignement.

2-1 : Effectifs physiques et équivalents temps plein (ETP) des trois fonctions publiques par statut au 31 décembre 2007 Ministères et collectivités territoriales Effectifs FPE Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Militaires et volontaires militaires Total FPE FPT Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total FPT FPH Titulaires Non-titulaires Médecins Total FPH 3 FP Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Assistantes maternelles Médecins Militaires et volontaires militaires Total trois fonctions publiques 2 668 392 46 51 532 994 695 022 0 2 551 312 45 50 539 336 486 485 0 1 659 591 137 845 46 695 348 649 2 192 780 1 008 941 255 149 51 022 1 315 112 ETP 1 600 641 114 144 45 486 348 649 2 108 920 950 898 198 192 50 485 1 199 576 Épa à recrutement de droit public Effectifs 92 309 196 939 745 1 711 291 704 320 166 108 111 4 989 433 266 788 560 143 665 102 848 1 035 073 1 201 035 448 715 745 4 989 102 848 1 711 1 760 043 ETP 89 781 149 798 713 1 711 242 002 301 416 84 876 4 856 391 147 750 481 131 248 74 171 955 899 1 141 677 365 921 713 4 856 74 171 1 711 1 589 049 Effectifs 1 751 900 334 784 47 440 350 360 2 484 484 1 329 107 363 260 56 011 1 748 378 788 560 143 665 102 848 1 035 073 3 869 567 841 709 47 440 56 011 102 848 350 360 5 267 935 Total ETP 1 690 422 263 942 46 199 350 360 2 350 922 1 252 314 283 068 55 341 1 590 723 750 481 131 248 74 171 955 899 3 693 678 46 55 74 216 257 199 341 171 348 649 3 507 892 348 649 3 308 495 350 360 4 897 544 Sources : Fichier Général de l’État (FGE). Le décompte des agents en équivalents temps plein. en moyenne. Com et étranger. DHOS. les agents travaillent.3 millions d’agents comptabilisés ne travaillent pas tous à temps complet. La grande majorité des agents (hors emplois aidés) de la fonction publique est titulaire ou militaire (80 %. Tableau V 1. Le travail saisonnier ou les variations de quotités de travail sur l’année ne sont ici pas pris en compte puisqu’on s’intéresse seulement aux agents présents au 31 décembre de l’année (voir encadré 2). Dom. ce taux est le plus faible pour les agents de la fonction publique territoriale (91. FPE : métropole. y compris internes et résidents. Traitement DGAFP.4 % d’un temps complet . soit 4. C’est dans la fonction publique de l’État que la quotité de travail moyenne des agents est la plus forte.6 % d’un temps plein.9 millions. Les non-titulaires (841 700) représentent 16 % de l’ensemble des effectifs.2 millions de personnes). enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). bureau des statistiques. tous statuts. Champ : emplois principaux. Les 4 % restants sont les ouvriers d’État (47 400 personnes). avec 94.volume 1 . conduit à un effectif de 4. Drees . 92. enquête SPE. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Une personne physique correspond à 0. Dom et St-Pierre-et-Miquelon. les médecins des hôpitaux publics (102 800 personnes) et les assistantes maternelles des collectivités territoriales (56 000 personnes).0 %).Vues d’ensemble 1 L’emploi public Les 5. non-titulaires sur crédits de remplacement. Insee . statistique annuelle des établissements de santé (SAE). des études et de l’évaluation.93 équivalent temps plein en moyenne. FPH : métropole et Dom . Insee . FPT : métropole. 30 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et médecins libéraux. c’est-à-dire en pondérant les individus par leur quotité de temps de travail hebdomadaire. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. Dans la fonction publique hospitalière.

DHOS. Champ 3FP : emplois principaux. Insee . Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Emploi total : Insee. soit +1. tous statuts. NTCR : Non-titulaires sur crédit de remplacement. Faits et chiffres 2008-2009 31 . Insee . Celle-ci enregistre la plus forte progression des effectifs (+38. suivie de la fonction publique hospitalière (+18 %. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002.4 % en moyenne annuelle) et enfin de la fonction publique d’État (+3. Insee . statistique annuelle des établissements de santé (SAE). soit +3 % en moyenne annuelle). Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. des études et de l’évaluation.5 %. Champ : emplois principaux. enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). Traitement DGAFP. Insee . Traitement DGAFP.0 % du solde net d’emplois créés entre 1996 et 2007 est à attribuer à la FPT. Graphique V 1.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Entre 1996 et 2007.3 % en moyenne annuelle. La croissance de l’emploi public repose sur celle de la fonction publique territoriale. Drees . DHOS. la FPT a absorbé à elle seule 65 % du solde net d’emplois publics créés depuis 1996. tous statuts. soit +0. enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). Lecture : 65.2-2 : Solde net d’emplois des trois fonctions publiques entre 1996 et 2007 (en %) FPE 11. enquête SPE. Graphique V 1.2 % en moyenne annuelle.5 %. Champ emploi total : salariés et non-salariés des secteurs public et privé.9% FPT 65. l’emploi total augmentait de 14.0% Sources : Fichier Général de l’État (FGE).2-1 : Évolution des effectifs des trois fonctions publiques depuis 1996 (base 100 au 31 décembre 1996) 145 140 135 130 125 120 115 110 105 100 1996 1998 FPE FPT FPH yc NTCR 3FP Emploi total 2000 2002 2004 2005 2006 2007 Sources : Fichier Général de l’État (FGE). enquête SPE.4 %. Dans le même temps.8 % soit +1. des études et de l’évaluation. Statistique annuelle des établissements de santé (SAE).1% FPH 23. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Alors qu’elle représente le tiers de l’emploi public en 2007. l’emploi public (hors emplois aidés) a augmenté de 15. soit +1. Drees . bureau des statistiques. bureau des statistiques.3 % en moyenne annuelle).

6 0.0 0.4 Évolution 2006-2007 Part (en %) -2. tous statuts. Alors que les effectifs des deux autres fonctions publiques n’ont cessé d’augmenter en onze ans.4 5. Sur un an.5 9.8 En effectifs -61 607 86 018 316 722 41 133 Sources : Fichier Général de l’État (FGE). Traitement DGAFP.volume 1 . à un rythme nettement ralenti par rapport à l’année précédente (+1. Champ : emplois principaux.8 %). entre fin 2006 et fin 2007. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002.4 %. statistique annuelle des établissements de santé (SAE). DHOS.0 -1. Drees . 32 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . hors emplois aidés. Insee . L’ensemble constitue le fichier général de l’État (FGE) de l’Insee. Insee .9 8.2 1. hors emplois aidés. enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).0 17.2 %). les effectifs des trois fonctions publiques ont augmenté. Métropole.1 0.1 0. augmenté de 1. ceux de la FPE ont commencé à se stabiliser à partir de 2003 et diminuent depuis 2006. quant à lui. Entre ces deux années.7 1.0 -6.2-3 : Évolution des effectifs des trois fonctions publiques entre 1996 et 2007 Évolution en moyenne annuelle entre 1996 et 2007 (en %) Fonction publique de l'État Fonction publique territoriale Fonction publique hospitalière Trois fonctions publiques 0.3 -1. tous statuts (yc les volontaires militaires). elle emploie encore près de la moitié des agents en 2007. l’emploi salarié total.Vues d’ensemble 1 L’emploi public La fonction publique hospitalière (FPH) constitue 19 % des agents publics en 2007 et a absorbé 24 % du total des emplois créés dans les trois fonctions publiques depuis 1996. Dom. Tableau V 1.2-2 : Évolution des effectifs physiques entre le fichier 2006 semi définitif et le fichier 2006 définitif 2006 semi-définitif Ministères Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Militaires Titulaires Non-titulaires dont établissements d'enseignement du second degré (EPLE) Ouvriers d'État Militaires 1 732 139 49 351 2 272 92 157 006 244 120 800 170 031 334 2006 définitif 1 730 696 140 050 49 112 351 307 2 271 165 86 502 185 557 64205 989 1 878 274 926 2 546 091 Évolution (en %) -0. La fonction publique de l’État (FPE). Encadré 1 : Révision des chiffres 2006 Les résultats relatifs à la fonction publique de l’État sont établis à partir de l’exploitation des fichiers de paie des agents de l’État complétés par les déclarations annuelles des données sociales (DADS).6 0. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. des études et de l’évaluation. de 41 133 personnes (+0. a été la moins créatrice d’emplois entre 1996 et 2007 (11 % des emplois créés). privé compris. Insee. Traitement DGAFP. Le traitement des fichiers 2007 a permis de valider la qualité de ces informations. Néanmoins. ce qui conduit à réviser les données 2006 publiées dans le précédent rapport. Tableau V 1. bureau des statistiques. enquête SPE.3 3. De nouvelles informations permettant de mieux caractériser les agents de la fonction publique ont été introduites dans les déclarations annuelles des données sociales (norme « DAS-U ») à partir de l’année 2006 : portant en particulier sur le statut et l’activité des agents. a. des études et de l’évaluation. elles permettent de mieux caractériser les emplois principaux ou secondaires et ainsi d’améliorer la qualité des résultats. bureau des statistiques. tout particulièrement pour les établissements publics. Com et étranger. enfin.9 Total ministères Épa Total Épa Total 59 304 999 1 906 252 270 2 524 440 Source : Fichier Général de l’État (FGE).0 -0. Champ : emplois principaux.0 1.

484 millions d’agents : 88 % appartiennent à des ministères (soit 2. fiche thématique 1.4 : Fonction publique de l’État : ministères et Épa. à partir du Fichier Général de l’État de l’Insee . Elles portent également sur un champ différent : en particulier. tous statuts. un agent ne peut pas travailler plus d’une EAT sur l’année. bureau des statistiques. Com et étranger. Bien que renvoyant au même concept. des études et de l’évaluation. Insee. mais ils comptent dans les EAT de l’année. notion retenue par la Lolf pour la détermination des plafonds d’autorisation d’emplois ministériels et utilisée pour suivre la consommation du plafond d’autorisation d’emplois voté par le Parlement. Encadré 2 : La mesure de la force de travail en « équivalents année travail » La mesure des effectifs en équivalents année travail (EAT) corrige les effectifs physiques de l’effet du temps partiel ou incomplet d’une part et de l’effet de la période d’activité dans l’année d’autre part. sousofficier ou officier sous contrat). ceux de la fonction publique territoriale (FPT) augmentent de 5. ces deux notions. la proportion d’agents présents au 31 décembre qui ne travaillent qu’une partie de l’année ou qui ne sont pas à temps complet : plus ils sont nombreux. Cette analyse intègre également (depuis l’édition précédente de ce rapport) les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale (9 000 fin 2007).2-4 : Effectifs en personnes physiques. Les EAT mesurent ainsi le volume de travail réellement disponible sur une année. présente. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. la proportion d’agents qui travaillent une partie de l’année mais qui ne sont plus présents au 31 décembre : ils n’apparaissent alors pas dans les effectifs physiques présents au 31 décembre. alors que son ETP au 31 décembre s’élève à 0.6 %). hors emplois aidés. Le nombre d’agents de la fonction publique hospitalière. prise en compte des maîtres de l’enseignement privé sous contrat de l’Éducation nationale et de l’Agriculture dans le périmètre des plafonds d’emplois et pas dans celui de la fonction publique de l’État (cf. en ETP et en EAT pour 2007 (Épa + ministères) Statut Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Militaires Total Effectifs physiques au 31/12 Effectifs en ETP au 31/12 Effectifs en EAT sur l'année 1 751 900 1 690 422 1 716 454 334 784 263 942 273 397 47 440 46 199 46 280 2 134 124 2 000 562 1 783 566 350 360 350 360 349 791 2 484 484 2 350 922 2 385 921 Total FPE Source : Fichier Général de l’État (FGE). quant à lui. Dom. même s’il cumule une activité complémentaire à temps complet (par exemple s’il donne des heures de cours). L’écart entre la mesure en effectifs physiques et celle en EAT va dépendre de deux effets influant dans des sens contraires : • d’une part.4 EAT sur l’année. Par convention. Le volontariat militaire peut constituer un sas d’entrée dans le métier militaire permettant d’évoluer ensuite vers d’autres types d’engagements (militaire du rang engagé.2 % sur la période.8* (6/12) soit 0. équivalent temps plein travaillé.10 et tableau 1. à partir des outils de décompte budgétaires. L’emploi continue de baisser dans la fonction publique de l’État en 2007 : la hausse dans les établissements publics à caractère administratif ne compense pas la forte réduction des effectifs dans les ministères Au 31 décembre 2007. la fonction publique de l’État rémunère.8.14 « Autres organismes exerçant des missions de service public »). Faits et chiffres 2008-2009 33 . La série a été actualisée depuis 2002. la seconde. année où le dispositif « adjoints de sécurité » a été clairement dissocié du dispositif « emplois jeunes ». des disparités importantes : tandis que les effectifs de la fonction publique de l’État baissent de 2.193 millions d’agents) et 12 % à des établissements publics nationaux à caractère administratif (soit 291 704 agents). Pour plus d’information. sont calculées à partir de sources distinctes : la première. 2. voir fiche thématique 1. • d’autre part. Cette analyse intègre les volontaires militaires (18 000 agents en 2007) qui constituent une catégorie particulière de militaires sous contrat.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Cette progression globale.4 % entre 2006 et 2007. L’équivalent année travail se rapproche de l’ETPT. plus les effectifs en EAT diminuent par rapport aux effectifs physiques . selon les fonctions publiques. Métropole. augmente de façon plus modérée (1. Par exemple. un agent ayant travaillé six mois seulement dans l’année et à 80 % compte pour 0. hors emplois aidés.4-2 de la fiche thématique 1. Champ : emplois principaux. qui figuraient auparavant parmi les bénéficiaires d’emplois aidés et font dorénavant partie des effectifs de non-titulaires. l’une statistique et l’autre budgétaire. Tableau V 1. Traitement DGAFP.

Insee. La part des agents rémunérés par les Épa ne représentait que 7. dont Agence nationale pour l'emploi (ANPE) Établissements d'enseignement du second degré (EPLE)(1) Autres Épa Ouvriers d'État Militaires Total Épa Total 1 730 696 140 050 10 032 49 112 351 307 2 271 165 86 502 185 557 27 514 69 829 88 214 989 1 878 274 926 2 546 091 2007 1 659 137 5 46 348 2 192 92 196 28 591 845 222 695 649 780 309 939 261 Évolution entre 2006 et 2007 (en %) -4. alors que ceux des ministères ont baissé en moyenne de -0. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. Ces évolutions renforcent.2-6 : Évolution des effectifs de la fonction publique de l’État entre 1996 et 2007 Effectifs 1996 Ministères Épa Total FPE 2 230 172 171 619 2 401 791 2007 2 192 780 291 704 2 484 484 Évolution en moyenne annuelle sur 1996-2007 (en %) Effectifs -0. Au total. Hors bénéficiaires d’emplois aidés.8 -3. Tableau V 1. Traitement DGAFP. la fonction publique de l’État voit ses effectifs reculer de 61 607 agents en un an.6 -47. des études et de l’évaluation.4 Évolution en effectif -71 -2 -4 -2 -2 -78 5 11 105 205 810 417 658 385 807 382 747 76 319 92 359 745 1 711 291 704 2 484 484 6 490 4 145 -244 -167 16 778 -61 607 Source : Fichier Général de l’État (FGE). Depuis 1996. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Pour la première fois en onze ans. des études et de l’évaluation.1 % des effectifs de l’État en 1996 . Champ : emplois principaux. bureau des statistiques.9 -4. à hauteur de 16 778.1 -2.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Tableau V 1.9 -0. bureau des statistiques. en l’amplifiant largement.9 6. le constat de l’année précédente.3 ETP -0. tous statuts.7 -8.3 Sources : Fichier Général de l’État (FGE). l’effectif des agents des ministères passe en dessous de son niveau de 1996.3 4. Traitement DGAFP.1 -1.2 % par an.9 % par an. dont Maîtres d’internat et surveillants d’externat (MI-SE) Ouvriers d'État Militaires Total ministères Épa Titulaires Non-titulaires.volume 1 .1 2. elle atteint 12 % en 2007. Cette baisse est très partiellement compensée par une hausse des effectifs des établissements publics à caractère administratif (Épa). Insee.9 0. Cette hausse est à imputer à la croissance des établissements publics administratifs auxquels sont transférées des compétences spécifiques.3 % par an. les effectifs de la FPE ont progressé en moyenne annuelle de 0. tous statuts. ainsi que les lycées agricoles.7 6. Une baisse globale de 9 000 agents avait été enregistrée : les effectifs physiques des ministères ont alors diminué de 42 000 agents tandis que ceux des Épa ont augmenté de 33 000 agents.2-5 : Évolution des effectifs physiques de la fonction publique de l’État entre 2006 et 2007 2006 Ministères Titulaires Non-titulaires.5 6.8 0.1 4.7 -24. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002.2 4. (1) Les EPLE comprennent les établissements d’enseignement du second degré de l’Éducation. Leurs effectifs ont augmenté en moyenne de 4. Les effectifs des ministères diminuent de 78 385 individus entre le 31 décembre 2006 et le 31 décembre 2007. 34 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .7 9. Champ : emplois principaux.

2 On rappellera que les assistants d’éducation. Les militaires sont les plus épargnés par cette baisse général (-0. et à la Jeunesse et sports.9 % de militaires. 6. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Par ailleurs.6 %). se poursuit. C’est le ministère de l’Éducation nationale qui accuse la baisse la plus forte : -61 236 titulaires. les effectifs de MI-SE payés par les ministères de l’Éducation ou de l’Agriculture ont diminué de 4 800. selon le processus amorcé depuis quelques années. 76.2 % non-titulaires et 15. Note : l’appellation des ministères renvoie à la nomenclature d’exécution de la loi de finances initiale de l’année. excepté à la Justice. en premier lieu. sont comptés avec les effectifs des Épa nationaux pour des raisons historiques. cohésion sociale et logement Intérieur et collectivités territoriales Jeunesse et sports Justice Outremer Santé et solidarités Services du Premier ministre Total Ministères Épa non dérogatoires Épa dérogatoires 20 40 60 80 100 Source : Fichier Général de l’État (FGE). Dans ces ministères.8 %) et en second lieu les non-titulaires (-1. dans les Services du Premier ministre. Faits et chiffres 2008-2009 35 . les techniciens et ouvriers des établissements locaux d’enseignement et les agents techniques de recherche et de formation.5 points). dont les effectifs baissent de 4.7 % de titulaires (-0. à la décentralisation et aux transferts de personnels de l’Éducation nationale vers la fonction publique territoriale. La part respective de chacun des statuts s’en trouve légèrement modifiée : alors qu’en 2006. Pour leur part.5 % militaires. le transfert de postes de maîtres d’internat et surveillants d’externat (MI-SE) vers les budgets des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE). comme d’autres non-titulaires non permanents des établissements publics locaux relevant du ministère de l’Éducation ou de l’Agriculture.1 %. dont les effectifs baissent de 40 000. Traitement DGAFP. finances et industrie Éducation nationale et recherche Équipement et Écologie Emploi.2-3 : Répartition des effectifs entre ministères et établissements publics administratifs au 31 décembre 2007 (en %) 0 Affaires étrangères Agriculture Culture Défense et anciens combattants Économie. des études et de l’évaluation. soit 71 105 agents) concerne pour 91 % les titulaires. soit -5. la baisse des effectifs en 2007 (-4.3 % de non-titulaires et 15. en particulier. Graphique V 1. En 2007. tous statuts. Cette baisse est à imputer.6 % de titulaires. Elle concerne.2 % des agents des ministères étaient titulaires. De ce fait. en 2007 on trouve 75. la hausse reste modérée et ne dépasse pas 2 %. conformément à la loi du 13 août 2004. Champ : emplois principaux. bureau des statistiques. Insee. 6.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Dans les ministères. En 2007. à l’Emploi. plus de 80 % de la baisse des titulaires dans les ministères est enregistrée à l’Education nationale. cohésion sociale et logement. soit 71 105 agents. les effectifs de titulaires baissent dans tous les ministères. tandis que ceux des assistants d’éducation payés par les EPLE2 progressent de 6 100. les personnels permanents titulaires et non-titulaires figurent dans le plafond d’emploi des ministères.1 %. Cependant. le corps enseignant voient également ses effectifs diminuer : environ 10 000 agents en moins.

des études et de l’évaluation. 99 % des agents des Épa appartiennent à un Épa dérogatoire.5% Économie.6% Sources : Fichier Général de l’État (FGE). l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux. Aux Affaires étrangères. Encadré 3 : Les établissements publics administratifs dérogatoires Certains établissements publics administratifs. Figurent notamment l’Agence nationale pour l’emploi. plus de 291 704. le recrutement de personnel de droit privé est autorisé. les agents des Épa représentent moins de 2 %. à l’Intérieur. par une disposition législative spécifique. Cette proportion s’élève à 22 % pour les seuls non-titulaires. sont comptabilisés comme agents des ministères. sont rémunérés sur le budget propre des établissements publics à caractère administratif (subventions de l’État et ressources propres dans le cadre de conventions). écoles d’ingénieurs et d’architecture. soit 12 % des effectifs. 36 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .4% Équipement et Écologie 4. 9 % de ceux de l’Équipement et Écologie et 5 % de ceux de l’Économie. universités.9% Intérieur et collectivités territoriales 8. bureau des statistiques.2-4 : Répartition des effectifs par ministère en 2007 (en %) Justice 3.volume 1 . Graphique V 1. Rappelons que les agents en fonction dans un établissement public mais rémunérés directement sur le budget de l’État. 17 % des agents des établissements publics administratifs travaillent dans des établissements dérogatoires.484 millions d’agents de la fonction publique de l’État. dans certains cas. à l’Outre-mer.).Vues d’ensemble 1 L’emploi public Les missions spécialisées sont accomplies par les établissements publics Parmi les 2. Insee. dans une proportion bien moindre. recours à des établissements publics ou opérateurs pour les exercer. les établissements institués dans le cadre de la politique de sécurité sanitaire (l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. deux tiers des effectifs relèvent du ministère et un tiers des Épa (essentiellement de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger). collèges. des affections iatrogènes et des infections nosocomiales. plus que les autres. comme l’Agence nationale pour l’emploi (28 600 personnes) ou l’Office des migrations internationales (OMI) (1 200 personnes). finances et industrie sont rémunérés par des établissements publics. l’Institut de veille sanitaire. à la Défense. etc. comme la plupart des personnels des lycées. (1) Liste des établissements publics à caractère administratif annexée au décret n° 84 38 du 18 janvier 1984 pris en application du 2ème alinéa de l’article 3 de la loi n° 84 16 du 11 janvier 1984 et liste des établissements publics à caractère administratif autorisés. de création plus récente. en raison du caractère particulier de leurs missions.1% Défense et anciens combattants 19.2% Autres ministères 5. certains ministères ont. Dans le secteur du travail et de l’emploi. Dans ce type d’établissements restent à la charge de leur budget propre surtout des non-titulaires et. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Champ : emplois principaux. à déroger au principe posé à l’article 3 de la loi du 13 juillet 1983.3% Éducation nationale et recherche 50. Les agents de ces établissements dits « dérogatoires » relèvent généralement du droit public mais. tous statuts. La liste des établissements dans lesquels la spécificité des missions justifie le recrutement de personnels non titulaires ayant une expertise adaptée compte actuellement une cinquantaine d’établissements ou groupes d’établissements(1). Traitement DGAFP. des fonctionnaires le plus souvent détachés. les agences de l’eau. les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires et. la part des agents dans les Épa est plus faible : 14 % des agents de l’Éducation. 72 % sont rémunérés par un établissement public administratif. Compte tenu de leurs missions. finances et industrie 8. À la Justice. Dans les ministères civils les plus importants. dérogent au principe selon lequel les emplois civils permanents de l’État sont occupés par des fonctionnaires. Ainsi sur 42 000 agents relevant du ministère du Travail et de l’Emploi.

(1) : Les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. En moyenne. S’il n’est pas statistiquement possible. notamment à l’Économie. Recherche et Jeunesse et Sport Intérieur et collectivités territoriales (1) Total Économie. à ce stade. finances et industrie (-1. 19. Au sein du ministère de l’Éducation.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Plus de la moitié des personnes rémunérées au 31 décembre 2007 par les ministères travaillent au ministère de l’Éducation . dont 11 000 non-titulaires. Parallèlement à la baisse des effectifs du ministère. s’explique par le transfert des postes de personnel de surveillance du budget de l’État vers celui des établissements publics mais surtout par l’impact de la décentralisation. Les principaux Épa concernés sont les universités (+2 900). tous statuts.6 %) et à la Défense (+0. mise en place dans le cadre de la loi de 2004 relative aux libertés et responsabilités locales. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. ils sont même inférieurs à ceux de 1992 : après une période de hausse régulière jusqu’en 2002. finances et industrie Équipement et Écologie Justice Sources : Fichier Général de l’État (FGE). le transfert des adjoints techniques et des ouvriers d’entretien et d’accueil vers la FPT monte en puissance en 2007.2-5 : Évolution des effectifs des principaux ministères entre 1996 et 2007 (base 100 au 31 décembre 1996) 125 120 115 110 105 100 95 90 85 80 1996 1998 2000 2002 2004 2005 2006 2007 Défense et anciens combattants Éducation nationale. davantage marquée entre 2006 et 2007. sur la période 1996-2007. bureau des statistiques. dont 6 100 assistants d’éducation). Initié dés 2006. le Centre national de recherche scientifique (+4 000) et les Établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) (+6 700. on constate cependant une baisse d’environ 40 000 ouvriers d’entretien et d’accueil et d’adjoints techniques des établissements d’enseignement au ministère de l’Éducation nationale en parallèle d’une hausse de 46 000 adjoints techniques territoriaux des établissements d’enseignement dans la FPT la même année. On observe également une rupture en 2002 au ministère de l’Intérieur avec l’intégration des adjoints de sécurité dans les effectifs pris en compte par l’étude (fonction publique hors emplois aidés). 8.0 %). La diminution.3 % à l’Économie. les effectifs des établissements publics sous tutelle de l’Éducation nationale augmentent de 16 000 agents en 2007. le nombre d’enseignants diminue d’environ 10 000 agents. Champ : emplois principaux des ministères. Insee. des études et de l’évaluation.1 %) et augmentation dans le cadre des missions de sécurité à l’Intérieur (+1. Graphique V 1. Il en est de même pour les Services du Premier ministre du fait de modifications de périmètre entre 2005 et 2006. Les effectifs du ministère de l’Éducation atteignent leur plus faible niveau sur la période étudiée . Traitement DGAFP.5 % à l’Intérieur et 8. la baisse a été continue. Faits et chiffres 2008-2009 37 . les évolutions des effectifs divergent selon les ministères : recul dans la majorité des ministères. à la Justice (+1.8 %).4 %) et à l’Équipement (-1. Ils étaient auparavant considérés comme des emplois aidés et étaient alors exclus du champ d’analyse.6 % d’entre elles à la Défense. de suivre les agents individuellement entre les deux fonctions publiques.

1 1.8 -22. Traitement DGAFP.3 1 172 082 45 822 1 126 260 26 891 121 841 166 947 129 235 37 712 63 225 3 144 2 838 2 230 172 2 183 159 1 108 280 5 059 1 103 221 28 299 107 456 187 130 41 603 145 527 75 316 2 549 8 734 2 192 780 2 187 650 Source : Fichier Général de l’État (FGE). les effectifs ont progressé de 38. tous statuts.5 -5.6 0.5 -18.7 % pour les non-titulaires et -0. dans un contexte de développement de certaines missions dévolues aux collectivités territoriales. Ce sont les titulaires.2 -0.0 0. Hors bénéficiaires d’emplois aidés.2 0. 3 Les emplois aidés.3 % en moyenne annuelle sur la période. qui augmentent le plus fortement : +3.5 -0. Les trois quarts travaillent dans les régions.volume 1 . Entre 2006 et 2007.4 -4.4 %. la FPT emploie 1. Emplois aidés compris. départements et communes.1 -2.8 13. Ainsi. la Cour des comptes et les juridictions financières ou le Conseil d’État et les juridictions administratives.0 -5.2-7 : Évolution des effectifs des ministères entre 1996 et 2007 Ministères Affaires étrangères Agriculture MI-SE hors MI-SE Culture Défense et anciens combattants Économie.0 Évolution 2006-2007 (en %) -2. soit + 3 % en moyenne annuelle. l’Éducation joue un rôle important sur la dynamique d’ensemble. Champ : emplois principaux. bureau des statistiques. la hausse s’accélère : +5.6 5. Tableau V 1.75 million d’agents sur emploi principal. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002.8 -0.6 -50.6 -0.4 -0.0 -9.2 0.8 -1.2 % contre +3. les effectifs correspondants augmentent de 10.2 %). des études et de l’évaluation.0 -3.0 -3. entamée en 2002 et confirmée les années suivantes. un quart dans les établissements publics administratifs locaux.5 -1.9 10.4 0. En effet.1 % l’année précédente3. la progression des effectifs de la fonction publique territoriale s’effectue à un rythme plus modéré : +4. ont diminué en 2007 de 12. Du fait d’une redéfinition des contours des Services du Premier ministre en 2006. Elle reste tout de même supérieure à celle observée l’année précédente emplois aidés compris : +3.9 1. 38 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . contre + 2. hors bénéficiaires d’emplois aidés. depuis 2006.1 -0. finances et industrie Éducation nationale et recherche et Jeunesse et sport MI-SE hors MI-SE Emploi.4 %.7 -1. Note : l’appellation des ministères renvoie à la nomenclature d’exécution de la loi de finances initiale de l’année.1 1.2 % entre 2005 et 2006.6 -1.5 -3.3 0. Insee.1 1.5 -0. est pour une large part imputable à ce ministère.4 % pour les assistantes maternelles.5 %.8 % en moyenne annuelle entre 1996 et 2007. Depuis 1996.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Compte tenu de son poids élevé dans les effectifs des ministères (50.3 -48. la baisse globale des effectifs. dépendent désormais du budget des Services du Premier ministre.4 -13. pour leur part. cohésion sociale et logement et Santé Équipement et Écologie Intérieur et collectivités territoriales Hors Police nationale Police nationale Justice Outre-mer Services du Premier ministre Total Total hors MI-SE 1996 19 763 36 853 1 35 12 393 210 191 662 598 863 127 2007 18 751 33 825 33 12 429 180 71 754 202 298 940 Évolution en moyenne annuelle sur la période 1996-2007 (en %) -0. La fonction publique territoriale connaît encore une forte croissance Au 31 décembre 2007.0 -2.

5 14. après une hausse de 24 % des non-titulaires en 2006. Tout en ayant multiplié leurs effectifs par 5.2 8. En 2007. Les communes restent néanmoins les premiers employeurs avec 58. sous gestion de la fonction publique territoriale. Hors assistantes maternelles. en particulier pour les titulaires (+ 170 %) mais aussi pour les non-titulaires (+ 18 %) dont les effectifs avaient déjà fortement augmenté en 2006 (+ 143 %).9 7.8 11. la progression est de 3. Faits et chiffres 2008-2009 39 .8 3. Les effectifs des établissements publics locaux ont augmenté de 5. Durant ces onze années.0 2007 Effectifs 1 022 417 245 838 46 857 1 315 112 141 943 67 457 223 866 433 266 1 748 378 Part (en %) 58. ces trois cadres d’emplois sont fusionnés en un seul : les adjoints techniques territoriaux des établissements d’enseignement.8 3. Sur la dernière année. médico-sociale et animation constituent un volume compris entre 4 % et 6 % des emplois. les régions ne représentent que 2.4 et 2 points.5 3.0 Évolution en Évolution moyenne annuelle 2006-2007 sur 1996-2007 (en %) (en %) 1.8 5. d’ici 2010. Les filières culturelle. des études et de l’évaluation. à partir de janvier 2006.9 12.7 % de l’emploi territorial.7 3. communes). tandis que l’ensemble de la FPT progresse de 5. La plus forte progression concerne les effectifs des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre avec un triplement des personnels en dix ans et une hausse de 7.1 3.7 2. de 1.7 75.5. tandis que les parts des départements et régions ont augmenté.0 3.8 18.1 2. Métropole. Dans les collectivités locales stricto sensu (régions. les effectifs des départements sont aussi en forte hausse : les effectifs de titulaires augmentent de 20 % en 2007.0 110. Dom et Saint-Pierre-et-Miquelon.8 % en un an.3 11. Tableau V 1.1 3.Vues d’ensemble L’emploi public 1 En 2007.9 16.8 100. soit une augmentation de 45 700 agents. dans le cadre de la loi de décentralisation du 13 août 2004. Insee.2 Toutes collectivités territoriales.6 12. On dénombre 6 900 agents dans ces trois cadres d’emplois en 2006 et 52 600 en 2007.5 % du total des agents en 2007. tous statuts. EPCI : établissements publics de coopération intercommunale. départements.5 % en moyenne annuelle entre 1996 et 2007. respectivement.0 1.8 24. Ces fortes hausses s’expliquent par le transfert de personnel de la fonction publique de l’État vers la fonction publique territoriale. la part des effectifs des communes a baissé de 9 points.1 5. hors Épa 1 023 049 EPCI à fiscalité propre Autres établissements intercommunaux(1) Autres Épa locaux Total Épa Total FPT 41 643 48 451 149 218 239 312 1 262 361 Source : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). La part des établissements publics progresse de 6 points sur la période. bureau des statistiques. Champ : emplois principaux. les effectifs hors emplois aidés ont augmenté en moyenne annuelle sur la période 1996-2007 de 2. les agents techniques des EPLE et les agents d’entretien et d’accueil des EPLE. Traitement DGAFP.3 3. D’autres transferts de la FPE vers la FPT sont encore à prévoir puisqu’en tout. en 2007.0 100. la filière administrative 22 % et la filière sociale 10 %. (1) En majorité Sivom et Sivu.3 %.1 %. 90 000 agents TOS et 30 000 agents du ministère de l’Équipement devront être transférés.2-8 : Évolution des effectifs de la fonction publique territoriale entre 1996 et 2007 1996 Effectifs Communes Départements Régions 853 715 160 757 8 577 Part (en %) 67. Ainsi.2 %. La part de la filière animation double presque en onze ans.0 0. Trois nouveaux cadres d’emploi apparaissent dans la filière technique : les agents de maîtrise des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE). la filière technique représente 45 % des agents des collectivités territoriales.6 15. les augmentations les plus fortes ont lieu dans les régions.1 5.7 0. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. des cadres d’emplois spécifiques ont été créés dans la FPT pour accueillir des agents en provenance de la FPE (essentiellement ministère de l’Éducation nationale).7 81. Dans une moindre mesure.1 3.

2-9 : Évolution des effectifs de la fonction publique hospitalière entre 1996 et 2007 1996 Effectifs totaux Total hôpitaux médecins personnel non médical Établissements d'hébergements pour personnes âgées Total fonction publique hospitalière 815 344 89 691 725 653 41 196 856 540 Taux de non-titulaires (en %) 8.0 5. les effectifs augmentent globalement de 1. Métropole. Insee. des études et de l’évaluation. des communes ou des établissements intercommunaux .4 9.5 26. Traitement DGAFP.1 13. En 2007.7 % en moyenne annuelle. les métiers de l’animation et de la culture. 1 035 073 personnes fin 2007 : 93.9 1.3 1. Cette hausse concerne les personnels des hôpitaux. Hors bénéficiaires d’emplois aidés et hors assistantes maternelles. Métropole et Dom. Hors doubles comptes avec la FPE et la FPT.4% Animation 6.0% Administrative 22.7 %) comme personnel non médical (+1 %).3% Sources : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). des études et de l’évaluation.5 % travaillent dans les hôpitaux et 6. Drees.2-6 : Répartition des effectifs de la fonction publique territoriale par filière d’emploi au 31 décembre 2007 (en %) Hors filières et indéterminé 2.1% Sécurité 1.5 % dans les établissements pour personnes âgées. Tableau V 1. pour l’essentiel.0% Technique 45.2 Effectifs totaux 967 661 102 848 864 813 67 412 1 035 073 2007 1996-2007 2006-2007 Évolution Taux de Évolution en moyenne non-titulaires annuelle des des effectifs (en %) (en %) effectifs (en %) 13. Dom et Saint-Pierre-et-Miquelon.7 1.0 14.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Certaines filières relèvent plus spécifiquement de certains types de collectivités : les fonctions de police des communes . Champ : emplois principaux. 40 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . ceux de la filière médico-sociale des communes et des départements. bureau des statistiques.6 1. Champ : emplois principaux. de 1. ainsi que ceux des établissements d’hébergement pour personnes âgées (+5. bureau des statistiques.6 Source : enquête SAE. hors emplois aidés. Traitement DGAFP. celles de lutte contre l’incendie des départements .6 1.5 4.7 1.8% Médico-technique 0. Graphique V 1.1 1.1 %).4 4.2% Sociale 9. Les effectifs de la FPH continuent d’augmenter Les personnels des hôpitaux publics et établissements autonomes d’hébergement pour personnes âgées représentent. hors emplois aidés. tous statuts.6 %. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. tous statuts. médecins (+4.8% Médico-sociale 4.8% Sportive 1.3% Culturelle 4. Depuis 1996.6 4.3% Incendie et secours 2. les effectifs de la FPH ont augmenté.volume 1 .1 8. Seules les filières technique et administrative sont présentes dans toutes les collectivités.

Le « personnel médical ».3 % du personnel non médical des hôpitaux. 4 Dans l’annexe 1.9 % de l’ensemble des effectifs de la fonction publique hospitalière.1 % à 16. bureau des statistiques.2-7 : Répartition des personnels non médicaux des hôpitaux publics par filière d’emploi au 31 décembre 2007 (en %) Technique et ouvrière 11. Faits et chiffres 2008-2009 41 . 841 700 personnes sont non-titulaires. composé de médecins (y compris les internes). Cependant.6 point. Traitement DGAFP.8% Soignante 70. Champ : emplois principaux. Les bénéficiaires d’emplois aidés sont également décomptés à part. Hors doubles comptes avec la FPE et la FPT. Sur la dernière année. On rappellera que cette catégorie de personnel ne comprend ni les ouvriers d’État. Dans les hôpitaux. la part de non-titulaires passe de 14. les effectifs les plus nombreux appartiennent aux corps des infirmiers (32 %). La part de non-titulaires est passée de 14 % à 16 % dans l’ensemble de la fonction publique entre 1996 et 2007 Dans les trois fonctions publiques considérées globalement. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. est régi par des dispositions statutaires spécifiques.2 % à 13. différentes du statut général de la fonction publique. Les filières techniques et administratives emploient chacune près de 12 % de l’ensemble des personnels non médicaux des hôpitaux.0 % des effectifs entre 1996 et 2007. le taux a augmenté de 0.6% Médico-technique 4. les non-titulaires sur « crédits de remplacement » représentaient 51 % des non-titulaires des hôpitaux.4% Administrative 11.3% Source : enquête SAE. tous statuts. Entre 1996 et 2007. la modification du plan comptable des établissements de santé publics (voir encadré 4) nécessite de considérer les évolutions des non-titulaires du personnel non médical des hôpitaux avec prudence. Dans cette filière. En 2007.9% Sociale et socio-éducative 1. l’approche plus macro-économique du tableau de synthèse de l’Insee regroupe toutefois ces trois catégories d’agents avec les non-titulaires. La filière soignante est logiquement largement majoritaire : elle représente 70. Métropole et Dom. ni les médecins des hôpitaux publics qui constituent des catégories généralement différenciées4.1 de cette vue d’ensemble.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Le « personnel non médical » est constitué de titulaires et de non-titulaires. des études et de l’évaluation. la part de non-titulaires employés par les hôpitaux et les maisons de retraite publiques est passée de 8. En 2006. 54 % des non-titulaires sont rémunérés sur un emploi en CDD en 2007. Graphique V 1. ni les assistantes maternelles de la FPT. des aides soignants (32 %) et des agents de service hospitaliers (16 %). Drees.

et d’autre part les aides éducateurs du dispositif emplois jeunes (personnes de droit privé antérieurement hors emploi statutaire classique). le mode de comptabilisation des agents déforme la répartition des non-titulaires entre les ministères et les Épa (41 % et 59 % respectivement). Ce type d’établissement a connu un dynamisme fort au cours du temps. sont depuis l’édition précédente de ce rapport intégrés aux effectifs de non-titulaires. culturel ou professionnel (EPSCP : universités. qui figuraient auparavant parmi les bénéficiaires d’emplois aidés. C’est pourquoi. Dans de nombreux Épa. Il s’agit d’établissements autorisés à déroger au principe selon lequel les emplois civils permanents de l’État sont occupés par des fonctionnaires (voir encadré 3). En mode Lolf. des améliorations du traitement statistique de l’emploi des non-titulaires de la FPE introduisent des difficultés d’analyse des séries : • les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale (9 000 fin 2007). attribués aux Épa dans ce rapport sont uniquement ceux rémunérés sur le budget propre des établissements. donc. • le processus de transfert des Ater (attachés temporaires d’enseignement et de recherche) du budget de l’Éducation vers celui des Épa (Universités) s’est poursuivi. Le développement des Épa « dérogatoires » vient accroître la part relative des non-titulaires travaillant dans les Épa. 5 Voir à ce sujet la fiche thématique 1. Ces assistants d’éducation ne sont pas compris dans le plafond d’emplois des ministères de l’Éducation nationale et de l’Agriculture mais dans celui des EPLE . En effet. etc. il s’agit des personnels des opérateurs de l’État non décomptés dans le plafond d’emplois des ministères de tutelle. Les agents. En revanche. Ne figurent plus au compte 6413 que les non-titulaires en CDI. il s’agit d’une contribution temporaire du ministère de l’Intérieur au plan de cohésion sociale (les derniers recrutements d’adjoints de sécurité en CAE ont été réalisés en décembre 2007) . titulaires ou non titulaires. La part de non-titulaires dans les EPLE (proche de 100 %) et plus largement dans l’ensemble des Épa (59 % en 2007) est à apprécier en tenant compte de ce phénomène « comptable ». C’est pourquoi dans les EPSCP et dans les EPLE. a créé un effet de vases communicants entre les ministères et les Épa . 42 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . en 2001 (généralisation du recours aux DADS pour les effectifs des Épa). les subventions du ministère ou les ressources dégagées par des activités propres alimentent un budget qui finance uniquement du personnel d’appoint. écoles d’enseignement supérieur. Cette mesure s’est traduite par une modification des catégories de non-titulaires des établissements de santé dans l’enquête SAE. la part de non-titulaires se trouve surestimée par ce mode de dénombrement des effectifs car on ne tient pas compte des autres personnels en fonction dans ces établissements et rémunérés sur le plafond d’emplois du ministère de tutelle5. ont remplacé. des non-titulaires. Enfin. essentiellement. auxquels la responsabilité du recrutement de ce type de personnels incombe depuis 2003. les non-titulaires de la FPH ne sont plus dénombrés en référence à la permanence de l’emploi : « emplois permanents » et « crédits de remplacement » mais en référence à la nature du contrat : « en CDD » ou « en CDI ». 1 800 personnes fin 2007) restent classés en emplois aidés. en 2004 (première étape dans une meilleure identification des emplois principaux) et en 2006 (introduction de la nouvelle norme DADS-U allant à nouveau dans le sens d’une distinction plus fine entre emplois principaux et emplois secondaires).9 sur les périmètres de décompte des effectifs. les adjoints de sécurité en contrat d’aide à l’emploi (CAE. source d’information essentielle des données sur l’emploi dans la FPH pour ce rapport. La série d’effectifs de non-titulaires a été actualisée depuis 2002 (voir fiches thématiques). personnels en contrat de durée déterminée. dans cette édition du Rapport annuel. C’est notamment le cas des établissements publics à caractère scientifique.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Encadré 4 : Les transformations des systèmes d’information et les évolutions comptables perturbent l’analyse de l’emploi des non-titulaires Dans la fonction publique de l’État. Les modifications d’origine budgétaire de l’imputation de la rémunération de certaines catégories de non-titulaires de la FPE accroissent aussi le poids des Épa dans les effectifs de la FPE : • le transfert des personnels de surveillance du budget de l’État vers celui des EPLE.) ou des EPLE. d’une part les maîtres d’internat et surveillants d’externat. En effet. Anciennement répartis entre « non-titulaires sur emploi permanent » correspondant au compte 6413 et « non-titulaires sur crédits de remplacement » correspondant au compte 6415. autrefois inscrits sur le budget ministériel. le système d’information fondé sur l’origine comptable du support de la rémunération conduit à attribuer à la partie « ministères » de la FPE des emplois fonctionnellement exercés dans les établissements publics. Dans la fonction publique hospitalière. • l’amélioration de la collecte et du traitement statistiques dans les sources Insee a créé des ruptures de série en 1996 (recours aux DADS pour les effectifs des EPLE).volume 1 . la période récente est marquée par la modification du plan comptable des établissements de santé publics consécutive au décret 2005-1474 du 30 novembre 2005. • les assistants d’éducation. année où le dispositif « adjoints de sécurité » a été clairement dissocié du dispositif « emplois jeunes ». ceux occupant un emploi permanent mais recrutés en CDD ont été transférés du compte 6413 au compte 6415.

le nombre de non-titulaires a augmenté en moyenne de 2. ETP : équivalents temps plein. prend en compte l’ensemble des non-titulaires des établissements de santé publics (sauf analyse particulière : voir annexes de cette Vue).2 point (12. soit au 31 décembre 2007.2 14. Com et étranger.2-11 : Effectifs physiques. Métropole. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. une progression moyenne annuelle de 1.8 13.6 Évolution 2006 . Ce rapport. des études et de l’évaluation.9 % et de 2. Dans la FPH. Il arrive en revanche que des publications d’origines variées s’appuyant sur la SAE excluent les non-titulaires du compte 6415 de leurs analyses. Fin 2007. Insee. notamment celle de la dernière année (+6.4 %.8 %.7 2.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Ce changement comptable crée potentiellement une rupture de série dans les effectifs de non-titulaires des hôpitaux et nécessite de considérer les évolutions des effectifs non titulaires du personnel non médical de la FPH avec prudence. Faits et chiffres 2008-2009 43 . En onze ans. Traitement DGAFP.5 20. pour sa part. aboutit à 263 942 équivalents temps plein : en moyenne. la part de non-titulaires s’est beaucoup accrue.7 6. il n’est pas à exclure que. ce qui crée des problèmes de suivi des agents passés d’un compte à l’autre. bureau des statistiques. Cette évolution. bureau des statistiques.2007 En moyenne annuelle (en %) 1.6 % par an. Tableau V 1.5 8. en particulier dans les fonctions publiques territoriale et de l’État pour lesquelles le nombre de non-titulaires progresse respectivement de 4.2007 En effectifs En % Part de Part de Non Non non-titulaires non-titulaires En effectifs titulaires titulaires (en %) (en %) FPE FPT FPH FPE + FPT + FPH 294 316 271 445 70 318 636 079 12.9 % en 2007.2 2. en équivalents temps plein et en équivalent année travail des non-titulaires dans la FPE en 2007 Effectifs physiques Ministères Épa Total FPE 137 845 196 939 334 784 ETP 114 144 149 798 263 942 EAT 118 387 155 010 273 397 Sources : Fichier Général de l’État (FGE). 13. dans certains établissements. La prise en compte de la quotité de temps de travail de ces agents à la date d’observation. Traitement DGAFP.1 334 784 363 260 143 665 841 709 13. Fin 2007.3 Sources : Insee. des études et de l’évaluation. En outre. un agent non titulaire de l’État travaille 79 % d’un temps plein.9 6. leur part dans l’emploi (ministères et Épa réunis) a progressé de 1. Durant la période transitoire (en 2006 surtout mais encore en 2007). comme les précédents. tous statuts. l’ensemble des agents connaissant.8 4.5 %) est sans doute accentuée par la modification du plan comptable (voir encadré 4). EAT : équivalents année-travail.2 % en 1996 à 13. les agents concernés aient été déclarés sur les deux comptes différents ce qui conduirait à une sur-estimation du personnel non médical non titulaire.5 % en 2007). Champ : emplois principaux. non titulaires.0 40 468 91 815 73 347 205 630 9 177 17 132 8 767 35 076 2. Tableau V 1. La fin de la période est marquée par une accélération : +4. les données attestent d’une légère hausse du recours aux non-titulaires sur longue période dans la fonction publique de l’État : depuis 1996. la fonction publique de l’État emploie une proportion de non-titulaires légèrement supérieure à celle de 1996 Sous réserve de ces précautions d’interprétation (voir encadré 4).9 16. passant de 8.2-10 : Évolution des non-titulaires dans les trois fonctions publiques depuis 1996 1996 2007 Évolution 1996 . Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Drees. on dénombre ainsi 334 784 agents non titulaires dans l’ensemble de la FPE.3 % entre 2006 et 2007.5 4. Champ : emplois principaux. DHOS.3 % des effectifs en 1996 .3 21. Dom. les agents du compte 6415 ne sont décomptés qu’en ETP.

0 120 620 213 815 36. leur quotité de temps de travail (temps plein ou quotité de temps partiel le cas échéant). ainsi que la durée travaillée sur l’année. titulaires ou non titulaires. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. Cette évolution résulte d’une baisse du nombre de non-titulaires dans les ministères (-2 200 personnes) largement compensée par l’augmentation des non-titulaires dans les établissements publics administratifs (+11 400 personnes). la population des non-titulaires de la fonction publique de l’État (ministères et Épa) a augmenté de 2. Com et étranger. Rappelons que cette répartition des non-titulaires entre ministères et Épa (41 % et 59 % respectivement) est déformée par le mode de comptabilisation des non-titulaires : les agents. Le volume de travail disponible au cours de l’année 2007 s’élève pour les non-titulaires de l’État (ministères et Épa réunis) à 273 397 EAT (voir fiche thématique FT 1.5 334 784 2 484 484 13. Insee. Hors bénéficiaires d’emplois aidés.2-12 : Non-titulaires de la fonction publique de l’État entre 2006 et 2007 2006 Non-titulaires des ministères Dont MI-SE Ministères Autres non-titulaires Effectifs totaux ministères Part de non-titulaires (en %) Non-titulaires des EPLE Assistants d'éducation Autres non-titulaires Effectifs totaux EPLE Part de non-titulaires (en %) Épa Non-titulaires des autres Épa Effectifs totaux Autres Épa Part de non-titulaires Non-titulaires ensemble des Épa Effectifs totaux Ensemble Épa Part de non-titulaires (en %) Non-titulaires de la FPE Total FPE Effectifs totaux FPE Part de non-titulaires (en %) 140 050 10 032 130 018 2 271 165 5.4 % sur la période. évalués pour la première fois en 2007 sur les données du Fichier Général de l’État (voir encadré 2). alors que globalement. Dom.8 % (+9 200 personnes). Champ : emplois principaux.8 2007 137 845 5 222 132 623 2 192 780 6. des études et de l’évaluation. bureau des statistiques.0 76 319 61 982 14 337 77 889 98.Vues d’ensemble 1 L’emploi public La mesure de la force de travail disponible sur l’année entière nécessite de prendre en compte l’ensemble des agents ayant travaillé sur la période (qu’ils soient ou non présents au 31 décembre 2007).2 185 557 274 926 67. attribués aux Épa dans ce rapport sont uniquement ceux rémunérés sur le budget propre des établissements (voir encadré 4). Métropole.4).4 196 939 291 704 67. Traitement DGAFP.6 115 728 203 380 35. 44 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Tableau V 1.7 69 829 55 377 14 452 71 546 97. parmi les 334 800 agents non titulaires de l’État.5 9 177 -61 607 11 382 16 778 4 892 10 435 6 490 6 605 -115 6 343 Évolution 2006 à 2007 -2 205 -4 810 2 605 -78 385 Source : Fichier Général de l’État (FGE).5 325 607 2 546 091 12.volume 1 . C’est ce que mesurent les équivalents années-travail (EAT). En 2007. Entre 2006 et 2007. les effectifs de la FPE ont diminué de 2. 137 800 sont employés par les ministères et 197 000 par les Épa.

pour leur part. s’agissant des Épa. Dans ces établissements. bureau des statistiques. finances et industrie Éducation nationale et recherche Emploi. +800 et +500 non-titulaires en 2007. Cette augmentation concerne en premier lieu les établissements d’enseignement supérieur (+2 300 non-titulaires dans les universités entre 2006 et 2007). selon le ministère au 31 décembre 2007 (en %) Affaires étrangères Agriculture Culture Défense et anciens combattants Économie. le nombre d’assistants d’éducation augmente de 6 600 personnes physiques. voient leur nombre progresser de 2 % (+2 600 personnes). des études et de l’évaluation.2-8 : Part de non-titulaires dans l’ensemble des effectifs (y compris Épa). la quasitotalité d’entre eux exerçant leurs fonctions à temps partiel. Ces résultats sont à considérer avec prudence. Faits et chiffres 2008-2009 45 .Vues d’ensemble L’emploi public 1 Au sein des ministères. Note : l’appellation des ministères renvoie à la nomenclature d’exécution de la loi de finances initiale de l’année. En effet. qui exercent des fonctions administratives ou d’enseignement. Ces établissements affichent par ailleurs une quasi-stabilité des autres non-titulaires (hors contrats d’aide à l’emploi ou autres emplois aidés). l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) avec respectivement +1 500. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Il est encore possible. Métropole. Insee. le transfert des postes budgétaires de personnels de surveillance vers les budgets des établissements publics locaux d’enseignement représente encore une diminution 4 800 MI-SE. Viennent ensuite le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ce transfert s’effectue parallèlement à la mise en extinction progressive de l’emploi de MI-SE au profit des assistants d’éducation (voir typologie ci-dessous).2 % par rapport à 2006). Les autres catégories de non-titulaires des ministères. Dans les EPLE. Com et étranger. La création nette est au final de 6 500 agents. Graphique V 1. Champ : emplois principaux. le nombre de non-titulaires est en hausse de 4 900 (+4. les déclarations annuelles de données sociales (DADS) constituent la source essentielle des données. Dans les autres Épa. cohésion sociale et logement Équipement et Écologie Intérieur et collectivités territoriales Jeunesse et sports Justice Outre-mer Santé et solidarités Services du Premier ministre Total 0 20 40 60 80 100 Titulaires + militaires + ouvriers d'État Non-titulaires Source : Fichier Général de l’État (FGE). Dom. Ministères et Épa. l’augmentation du nombre de non-titulaires s’accompagne par ailleurs d’une hausse du nombre de titulaires. après une baisse de près de 7 000 l’année précédente. Traitement DGAFP. malgré les progrès apportés par l’introduction de la nouvelle norme « DADS-U » (voir encadré 1) que le statut soit dans certains cas appréhendé de façon hétérogène.

hors catégories inconnnues. les agents non titulaires sont nettement plus jeunes que les titulaires (voir fiche thématique 1. plus importante parmi les non-titulaires (43. La proportion des agents de niveau B est. exercées à temps incomplet.4 13. de la Jeunesse et des sports. Compte tenu du fait que les fonctions sont. Champ : emplois principaux. Tableau V 1. Dom. 27.9 % contre 60.0 100.2 43.6. y compris ceux de ses établissements publics administratifs sous tutelle. 137 600 personnes (104 500 ETP) appartiennent à des catégories d’emplois très spécifiques en raison de la nature des fonctions exercées.Vues d’ensemble 1 L’emploi public L’analyse par ministère montre que la proportion de non-titulaires dans les effectifs d’un ministère. tous ministères et Épa confondus7).12.volume 1 . Note : le calcul de la répartition par catégorie hiérarchique s’effectue ici. En termes de qualification des emplois.5 % en B et 33.4).5 32. au 31. graphique 1. Métropole. 31. soient 13 % du total des agents non titulaires. 6 Il reste. Leur emploi est exercé parallèlement à la poursuite d’études supérieures. Au niveau C. 33 % chez les titulaires).8 % en A. les non-titulaires sont moins souvent de niveau A que les titulaires (38. Insee. Si la part des 30-39 ans est relativement proche pour ces deux catégories d’agents.9 % contre 18.4 38. Traitement DGAFP.1 % des non-titulaires sont de niveau B. presque 50 % des non-titulaires sont de niveau A. 39 % d’entre eux avaient moins de 30 ans contre 11 % chez les titulaires.2007. le FGE dénombrait 44 400 non-titulaires sans catégorie hiérarchique associée. Hors enseignants. surveillants d’externat et assistants d’éducation). enfin.9 B 27. dans certaines de ces catégories. Dans la FPE. Ils représentent 61 % des non-titulaires de niveau B dans la FPE . Fin 2007. Hors bénéficiaires d’emplois aidés.4 17. Ces pyramides des âges reflètent une temporalité des recrutements et des départs définitifs différenciée selon le statut. dépend fortement du poids de ses Épa. pour sa part.1 54. et celle des 50 ans et plus inférieure environ de moitié (18 % chez les non-titulaires. 41 % des non-titulaires de la fonction publique de l’État relèvent de catégories très spécifiques En 2007. 7 Loi n° 2003-400 du 30 avril 2003 relative aux assistants d’éducation. non titulaires. et de la Santé affichent les taux de nontitulaires les plus élevés. 46 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Dans les seuls ministères. Fin 2007. des Affaires étrangères. En croisant les définitions juridiques de la population des non-titulaires avec les données statistiques disponibles dans le fichier de paie de 2007. 55 800 ETP) y compris les maîtres d’internat et surveillants d’externat (il en reste encore 6 4006 environ en 2007 depuis l’instauration du dispositif de 2003.8 % parmi les titulaires) : ce niveau est très influencé par le volume de non-titulaires des EPLE (maîtres d’internat. Com et étranger. les tranches d’âge les plus élevées se différencient nettement selon le statut : la part des 40-49 ans des non-titulaires est de 12 points inférieure à celle des titulaires. on observe qu’en moyenne 100 personnes physiques correspondent à 76 équivalents temps plein (ETP) au 31 décembre 2007.2-13 : Répartition par catégorie hiérarchique des non-titulaires de la FPE au 31 décembre 2007 Part (en %) Ministères Épa Total A 49.0 100. on peut identifier les catégories spécifiques de non-titulaires suivantes : les assistants d’éducation (78 100 personnes. de la Culture.3 Total 100. Dans les ministères.6-3).0 Source : Fichier Général de l’État (FGE). et particulièrement de ses Épa dérogatoires (voir encadré 3). non-titulaires et titulaires affichent des proportions plus proches (17.6 % en C. dont 1 200 au budget des EPLE et 5 200 dans le plafond d’emplois des ministères. 6 400 MI-SE en personnes physiques (Éducation et Agriculture). bureau des statistiques.0 % pour les seconds). les parts de non-titulaires des ministères (hors Épa) sont presque équilibrées entre les trois niveaux hiérarchiques : 34.2 %) en raison d’une plus faible présence d’enseignants et de l’effet de structure par niveau entre les ministères et les établissements publics (voir tableau 1.4-2 de la fiche thématique 1. des études et de l’évaluation.9 C 23. C’est ainsi que les ministères de l’Emploi.6 % pour les premiers contre 21.

Faits et chiffres 2008-2009 47 . Ces contrats temporaires sont destinés à des personnes qui préparent des concours dans les corps de l’enseignement ou de la recherche ou à des professionnels extérieurs à l’université qui viennent y enseigner à temps partiel . 2 100 ETP) concernent des situations plus ponctuelles d’emploi temporaire ou particulier. comme relevant du droit privé. en principe. de surveillance et d’ouvriers mais les emplois de niveau A représentent tout de même plus du cinquième d’entre eux . aux recrutements effectués avant la loi du 13 juillet 1983 d’agents dits « le-porsiens » (article 82) ayant bénéficié. On citera par exemple les apprentis. de moniteurs des universités. Les nouveaux recrutés bénéficient. avec ceux ayant opté pour le droit public. les données actuellement disponibles dans le fichier général de l’État ne permettent pas de rattacher les agents non-titulaires à des catégories de recrutement prévues par la loi du 11 janvier 1984. mais constituent des catégories statutaires distinctes.5 % de l’ensemble des agents. 9 L’article 3 de la loi du 11 janvier 1984 prévoit également le recrutement des ouvriers d’État et celui des personnels médicaux et scientifiques des centres hospitalo-universitaires. les académiciens ou les aumôniers des prisons. Les autres exercent notamment des fonctions d’attachés temporaires d’enseignement et de recherche (Ater). À partir des données du fichier général de l’État sont donc regroupés dans une même catégorie tous les « autres non-titulaires » qui correspondent. à titre subsidiaire (article 4). La série a été actualisée depuis 2002 (voir fiches thématiques). isolés en tant que tel dans le fichier de paie. Il s’agit d’une contribution temporaire du ministère de l’Intérieur au plan de cohésion sociale et qui a pris fin en décembre 2007 . 8 Soit 6 200 personnes. année où le dispositif « adjoints de sécurité » a été clairement dissocié du dispositif «emplois jeunes ». Les adjoints de sécurité. renouvelables dans la limite de six ans. avant la jurisprudence Berkani (1998). La loi du 12 avril 2000 a donné aux personnels alors en fonction la possibilité d’opter avant fin 2000 pour un contrat de droit public de durée indéterminée ou pour le droit privé. Parmi eux. les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale (9 000 personnes . En raison des tâches spécifiques exercées. au recrutement de travailleurs handicapés (article 27) débouchant. sont vraisemblablement des personnes ayant opté pour le droit privé après la loi du 12 avril 2000. 20 % d’entre eux sont des allocataires de recherche. les personnels de service (3 000 personnes. En dehors de ces catégories spécifiques. les recrutés locaux (10 700 personnes. à des emplois permanents à temps incomplet (article 6-1) dont le recrutement en CDI est autorisé . Ces agents sont recrutés par des contrats de durée déterminée de trois ans maximum. dans ce rapport. d’un CDI . sur la titularisation du bénéficiaire . d’enseignants associés. 8 600 ETP) sont intégrés aux effectifs de non-titulaires depuis l’édition précédente de ce rapport. ces 137 600 non-titulaires représentent 41 % des non-titulaires de la fonction publique de l’État (ministères et Épa) et 5. 26 500 ETP) représentent le quart des non-titulaires de niveau A. à des emplois permanents classiques.Vues d’ensemble L’emploi public 1 les enseignants temporaires et les chercheurs temporaires (33 500 personnes. Ils ne figurent pas. recrutés sur d’autres fondements législatifs. les cas particuliers (3 300 personnes. Ensemble. dont la loi du 26 juillet 2005 a autorisé le renouvellement en CDI au-delà . dès leur recrutement. depuis. à des emplois saisonniers ou occasionnels (article 6-2). pour leur part. 9 600 ETP) sont des personnes recrutées à l’étranger ou dans les territoires d’Outre-mer et dont le contrat est soumis aux dispositions juridiques locales. 1 800 ETP). notamment lorsqu’il n’existe pas de corps de fonctionnaires correspondant. Ils occupent principalement des emplois de service. essentiellement : aux autres cas de recrutement prévus à l’article 3 de la loi9 : emplois supérieurs à la décision du gouvernement et emplois des établissements publics à caractère administratif dits dérogatoires (voir encadré 3) : il s’agit d’agents offrant une expertise ou des compétences techniques particulières . Seuls subsistent en emplois aidés 1 800 adjoints de sécurité en contrat d’aide à l’emploi fin 2007. dans la catégorie « Autres non-titulaires8 » . parmi les non-titulaires. les assistants d’éducation (et MI-SE) et les personnels enseignants associés des universités constituent une partie importante des cas de recrutement prévus par les articles 3 et 5 de la loi du 11 janvier 1984. ces personnels étaient considérés. d’un contrat de droit public et figurent. les personnels de service de droit privé et les cas particuliers sont ou ont été.

la possibilité de reconduire les contrats à durée déterminée en contrats à durée indéterminée. Métropole. le fichier général de l’État comportera certaines de ces informations issues des déclarations annuelles de données sociales. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Traitement DGAFP. 49 % fin 2005 et 50 % fin 200711. à l’horizon 2010.2-9 : Typologie des non-titulaires de la fonction publique de l’État au 31 décembre 2007 (en %) Adjoints de sécurité 2. Insee. des études et de l’évaluation. Dans sa configuration actuelle.9% MI-SE et assistants d'éducation 23. 1. etc. 11 Hors assistantes maternelles.volume 1 .5 % en 1996. non titulaires. La part des non-titulaires dans la fonction publique territoriale baisse légèrement Avec 363 000 non-titulaires en 2007. ancienneté des agents dans l’emploi. Ces « autres non-titulaires » représentent 197 200 personnes (159 400 ETP).9 % en 2006.9% Source : Fichier Général de l’État (FGE). La diminution tendancielle de la part de non-titulaires dans l’emploi territorial (21. Source : synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales (publication bi-annuelle). La loi de juillet 200510 transposant à la fonction publique française la directive européenne du 28 juin 1999 sur le travail à durée déterminée a ouvert. Dom. ancienneté depuis le recrutement. Des informations qui ne concourent pas directement à la paie font notamment défaut : distinction entre contrats de durée déterminée et indéterminée.3% Autres non-titulaires 58. soit 59 % des non-titulaires de la fonction publique de l’État (ministères et Épa) et moins de 8 % de l’ensemble des agents. En revanche. sous certaines conditions. Com et étranger. 72 % d’entre eux ont une durée de travail comprise entre 10 et 12 mois (personnes présentes au 31 décembre 2007). 39 % fin 2001 et 43 % fin 2003.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Graphique V 1. par ailleurs. le fichier général de l’État ne comporte pas d’éléments concernant la gestion de la carrière des agents. Les directions de personnel interrogées par la DGAFP ont déclaré plus de 8 900 bénéficiaires de la loi au 1er octobre 2006. 10 Loi n° 2005-843 du 26 juillet 2005 portant diverses mesures de transposition du droit communautaire à la fonction publique.0% Cas particuliers 1.329 million de titulaires et 56 000 assistantes maternelles). un agent territorial sur cinq est concerné par cette catégorie d’emploi (la FPT employant.7% Recrutés locaux 3. 20. Parmi ces « autres non-titulaires ». les seuls agents autorisés par la loi à bénéficier de contrats à durée indéterminée étaient ceux recrutés avant juillet 1983 et ceux correspondant à un besoin permanent impliquant un service à temps incomplet. ce transfert vers les régions et les départements ne concernait que des non-titulaires : 6 900 agents nontitulaires de l’État ont ainsi été accueillis dans les nouveaux cadres d’emploi de la FPT. Champ : emplois principaux. 48 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . En 2007. chapitre III.8 % en 2007) avait été ralentie en 2006 par le transfert des personnels ouvriers et de service des établissements d’enseignement de la fonction publique de l’État dans le cadre de l’acte II de la décentralisation.2% Enseignants et chercheurs temporaires 10. Jusqu’en juillet 2005. En 2006. Le recrutement de non-titulaires répond souvent à des besoins occasionnels ou saisonniers. On observe d’ailleurs une augmentation constante de la part des non permanents parmi les non-titulaires : 34 % fin 1999 . bureau des statistiques. 20. fondement juridique du contrat. ce sont essentiellement des titulaires qui ont été transférés.0% Personnels de service 0.

emplois principaux. (1) Il s’agit des emplois non classables ailleurs.8 4.0 2. Insee. Tableau V 1.6 62.3 93.7 2. pour typiques qu’ils soient. n’étant pas comprises dans les effectifs. Champ : hors bénéficiaires d’emplois aidés.0 Proportion de non titulaires par cadres d'emplois 18. tous statuts.8 2.6 18.5 17. apprentis.3 23. ces cadres d’emplois. n’étant pas comprises dans les effectifs.0 Part de non-titulaires dans la filière 12.3 2.4 6.7 2.5 % ici.8 3.8 17.0 7.3 9. (1) Les assistantes maternelles.5 % ici.3 1. que les conditions statutaires d’emploi placent en dehors de la référence aux filières. Ce cadre d’emplois qui remplace notamment celui des agents d’entretien13 se caractérise en effet par un mode d’exercice irrégulier. la proportion de non-titulaires passe de 20.2 45.9 97. le cadre d’emploi des adjoints techniques territoriaux regroupe près d’un tiers de l’ensemble des non-titulaires de la FPT (31 %). la proportion de non-titulaires passe de 20. Faits et chiffres 2008-2009 49 .2-8 à 21.0 30.0 1.0 4.0 28.2 100.3 24. Traitement DGAFP.4 0.5 21.6 20. Dans la filière animation. 13 Cadre d’emploi supprimé en 2007.8 % du tableau 1.5 6.7 95.6 100. 12 Anciennement appelé « adjoint d’animation ». assistants d’études.6 0.2-8 à 21.4 97.2-14 : Non-titulaires de la fonction publique territoriale par filière d’emploi au 31 décembre 2007 (en %) Filière Administrative Animation Culturelle Sportive Sociale Médico-sociale Médico-technique Incendie et secours Sécurité Technique Hors filières(1) Non déterminée Total (2) Poids de la filière dans les effectifs totaux (hors assistantes maternelles) 22. 62 % des agents sont non titulaires.9 15. que les conditions statutaires d’emploi placent en dehors de la référence aux filières.8 0.4 12.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Tableau V 1. bureau des statistiques.6 2.9 1.0 2. bureau des statistiques.7 46. Traitement DGAFP.6 10. (2) Les assistantes maternelles.1 15. proportion qui se décline à l’identique dans les cadres d’emplois correspondants : animateurs et adjoints territoriaux d’animation12.8 62. cadre d’emploi supprimé en 2007.2-15 : Répartition des non-titulaires par cadre d’emploi dans la fonction publique territoriale au 31 décembre 2007 (hors assistantes maternelles) (en %) Répartition des non-titulaires par cadres d'emploi 31.5 Source : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). Au sein de cette filière.1 1. fortement pourvoyeuse d’emplois occasionnels ou saisonniers.0 10. des études et de l’évaluation.4 3. propice au recours à des non-titulaires. tous statuts. des études et de l’évaluation.1 24. Hors bénéficiaires d’emplois aidés et hors assistantes maternelles. qui rassemble 48 % des titulaires et 37 % des nontitulaires. Néanmoins.1 60. comme par exemple les chargés de mission.8 % du tableau 1.5 Adjoints techniques territoriaux Adjoints territoriaux d'animation Adjoints administratifs territoriaux Agents sociaux Attachés Animateurs Emplois inclassables ou inconnus Adjoints techniques territoriaux des établissements d'enseignement Agents spécialisés des écoles maternelles Assistants d'enseignement artistique Chargés de mission Rédacteurs Technicien Autres cadres d'emploi Total (1) Source : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). Champ : emplois principaux.5 21.8 1. pèsent moins dans l’emploi de la FPT que ceux de la filière technique. Insee.9 62.4 24.

14 Données issues de l’enquête triennale SPE de la DHOS. Champ : emplois principaux. 50 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .9 1. particulièrement ceux rémunérés sur crédits de remplacement (avant modification du plan comptable de 2005).3 Non-titulaires sur contrat à durée déterminée 7.6 100. des études et de l’évaluation.9 6.volume 1 . C’est dans les centres hospitaliers régionaux. Champ : personnel non médical des hôpitaux publics seuls (hors maisons de retraite).3 7. Sur le seul périmètre des personnels non médicaux des hôpitaux (hors maisons de retraite).5 10. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. Hors bénéficiaires d’emplois aidés.8 4.2-17 : Personnels non médicaux des hôpitaux par filière d’emploi et par statut au 31 décembre 2007 (en %) Poids de la filière dans les effectifs totaux Administrative Médico-technique Socio-éducative Soignante Technique et ouvrière Total 11. l’évolution entre 2006 et 2007 est évaluée à +6. Tableau V 1. tous statuts.5 14.4 7. la part des non-titulaires s’est accrue de près de 6 points en onze ans.1 13.Vues d’ensemble 1 L’emploi public La modification du plan comptable des établissements publics de santé fragilise le décompte des effectifs de non-titulaires dans la fonction publique hospitalière La fonction publique hospitalière emploie.9 Sources : enquête SAE. Néanmoins.6 7. techniques et ouvriers. la plus importante de la FPH. on dispose d’informations sur la répartition par type d’hôpitaux à la date du 31 décembre 200414.1 5. soit une progression voisine de celle observée en moyenne annuelle depuis 1996. Traitement DGAFP. la part des non-titulaires est relativement faible : on en compte 13 pour 100 soignants. que la part de non-titulaires est la plus faible (10 % du personnel non médical). À la différence des deux autres versants de la fonction publique. la répartition entre les agents non titulaires rémunérés sur CDI et ceux rémunérés sur CDD penche légèrement au profit des CDD. Dans la filière soignante.4 70. Sous réserve des précautions d’interprétation de la modification du plan comptable de 2005 (voir encadré 4).0 Part de non-titulaires dans la filière 18. outre les 788 600 titulaires et les 102 900 médecins. Tableau V 1. passant de 8.7 13.6 Part de non-titulaires sur contrat à durée indéterminée 10.6 Sources : Drees.9 6.2-16 : Taux de non-titulaires dans la fonction publique hospitalière au 31 décembre 2007 (en %) Non-titulaires sur contrat à durée indéterminée Hôpitaux. environ 143 700 non-titulaires fin 2007.1 8. Drees . Les filières dans lesquelles les non-titulaires sont les plus présents sont celles des emplois administratifs.7 9. Emplois principaux.2 % en 1996 à 13. 15 Les CHR représentaient fin 2004 un tiers des effectifs du personnel non médical de l’ensemble des hôpitaux publics. bureau des statistiques.1 18.3 11. DHOS. ces hôpitaux locaux représentent une faible part du personnel non médical de l’ensemble des établissements (6 %).5 %. le recours aux non-titulaires le plus fréquent intervient dans les hôpitaux locaux dans lesquels un quart du personnel (hors médecins) est non titulaire. Selon ces données.2 6.5 13.3 5.1 7.0 11.9 % en 2007. gros employeurs15.6 Part de non-titulaires sur contrat à durée déterminée 8. enquête SPE. personnel non médical Total fonction publique hospitalière(1) 14.2 19. (1) Hôpitaux et maisons de retraite. et socio-éducatifs où les non-titulaires représentent presque le cinquième des agents. DHOS. En 2007.

2 79. tous statuts. 16 % dans la fonction publique hospitalière.4 14.8 14.0 56. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. Hors emplois aidés.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Des structures de qualification différentes dans les trois fonctions publiques Les catégories (ou niveaux) hiérarchiques de la fonction publique correspondent pour la catégorie A.5 24.6 22.9 % hors militaires) contre 9 % dans la fonction publique territoriale.8 22. dans les trois fonctions publiques réunies. Champ : emplois principaux. la part de la catégorie C parmi l’ensemble des agents civils des trois fonctions publiques est de 58 % .9 % des agents civils de l’État appartiennent à la catégorie A.2 26.4 29.1 3.7 2007 23. les parts des niveaux A et B passent respectivement à 16 % et 27 %. en y incluant les médecins. FPE : métropole. des études et de l’évaluation.7 2007 49. Compte tenu de l’importance des effectifs de la catégorie C. des études et de l’évaluation. Drees.9 36.1 36. bureau des statistiques.7 8.2-18 : Répartition par catégorie hiérarchique des effectifs des trois fonctions publiques aux 31 décembre 1996 et 2007 (en %) Catégorie A 1996 Fonction publique de l'État (ministères et Épa) Agents civils • dont enseignants (1) Catégorie B 1996 30. La FPH.9 25.2-18) ou dans le secteur privé : fin 2007. Note de lecture : au 31. FPH : métropole et Dom. de direction et d’encadrement . pour la catégorie B.7 33.3 12. directeurs d’établissement.9 73.7 19.0 38. 55. Faits et chiffres 2008-2009 51 . inspecteurs. Au total.9 24.5 14. Hors enseignants de l’État.3 57. 16 Évaluation DGAFP. hors chercheurs. à des fonctions d’exécution. bureau des statistiques. Tableau V 1.5 22. Dom.5 2007 26. et 16 % dans le secteur privé16.12.7 63.5 77. La qualification des emplois est plus élevée dans la fonction publique de l’État La catégorie A est prépondérante dans la fonction publique de l’État en raison du poids des enseignants.4 47.6 54. et pour la catégorie C.7 26.8 25. à partir des données du dernier trimestre 2007 de l’enquête Emploi de l’Insee sur le champ des salariés du privé. personnels d’orientation et de surveillance.3 24. Com et étranger. contribue fortement à l’importance de ce niveau dans l’ensemble de la fonction publique.8 32. (1) Enseignants : y compris élèves enseignants . à des fonctions de conception.7 16.3 48. Dom et St-Pierre-et-Miquelon.7 12. à des fonctions d’application et de rédaction . la catégorie B aux professions intermédiaires. près de trois agents sur dix appartiennent à la catégorie A. Traitement DGAFP.6 48.9 96.7 13.0 0.7 38.5 41.5 15. en particulier dans la FPT. La part de cadres y est beaucoup plus forte que dans les deux autres fonctions publiques (tableau V 1. DHOS.1 71.7 55. près d’un agent sur deux appartient à cette catégorie dans la FPE (55.0 26.6 Catégorie C 1996 30. FPT : métropole. c’est au niveau C qu’on trouve la plus forte proportion d’agents : 46 % des personnels toutes fonctions publiques réunies.1 0.2007. la catégorie C aux employés et ouvriers.8 35. dont plus du tiers des agents relèvent de la catégorie B (les infirmiers appartiennent à cette catégorie).8 • dont non-enseignants Militaires (y compris volontaires) Fonction publique territoriale Fonction publique hospitalière Trois fonctions publiques • dont civils non enseignants Sources : Insee.8 13.6 7.1 46. La catégorie A est comparable aux cadres.

bureau des statistiques. FPT : métropole. Traitement DGAFP.5 100.2 -4. La répartition par catégorie hiérarchique du personnel des établissements publics administratifs (Épa) diffère de celle des agents des ministères : les cadres et la catégorie C sont relativement moins nombreux dans les Épa alors que la catégorie intermédiaire (niveau B) représente 43 % des agents dans les Épa contre près d’un quart dans les ministères (tableau V 1. Dom. respectivement de 4 et 7 points.2-19 : Répartition des effectifs de la fonction publique de l’État par catégorie hiérarchique depuis 1996 Ministères 1996 (en %) A B C Total 38.5 30. des études et de l’évaluation. la part des cadres s’est accrue de plus de dix points dans la fonction publique de l’État La part des agents de catégorie A dans l’ensemble de la FPE est passée de 39 % en 1996 à 50 % en 2007. Drees. Champ : emplois principaux.7 26. Hors emplois aidés. y compris internes et résidents.1 31.8 23.5 16. viennent ensuite les conseillers de l’Agence nationale pour l’emploi (17 000 agents) et les techniciens de recherche du CNRS (4 400 agents). agents civils ho rs enseignants Territo riale Ho spitalière Catégorie A Catégorie B Catégorie C Sources : Insee. Traitement DGAFP. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. Note de lecture : la part de la catégorie A s’élève.2 30. Dom.7 -6. Elle a diminué de 3. Non compris les praticiens-hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et médecins libéraux.9 41.7 25. des études et de l’évaluation. Métropole.0 2007 (en %) 50. Hors bénéficiaires d’emplois aidés. au 31.0 100.8 100.5 16.0 2007 (en %) 49. tous statuts.7 points entre 1996 et 2007.8 30.9 29.4 Établissements publics administratifs Évolution 1996 2007 1996-2007 (en %) (en %) (en points) 44. De 1996 à 2007.4 -6. FPH : métropole et Dom . 52 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 24. Insee. FPE : métropole. Champ : emplois principaux. les poids des catégories B et C se sont réduits.7 100.2-10 : Répartition des effectifs physiques par catégorie hiérarchique dans chacune des trois fonctions publiques au 31 décembre 2007 (en %) 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Ensemble de l'État État. Com et étranger.2 -3.12.2-17). Plus de la moitié des agents de catégorie B dans les Épa sont des assistants d’éducation en fonction dans les établissements publics locaux d’enseignement (61 000 agents) . Dom et St-Pierre-et-Miquelon.2 % des effectifs des établissements publics administratifs.0 Évolution 1996-2007 (en points) 12.6 42.2007. bureau des statistiques.8 24.volume 1 .0 Total 1996 (en %) 38. Com et étranger.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Graphique V 1.0 -7.2 100.2 - Source : Fichier Général de l’État (FGE). DHOS. tous statuts. à 41. Tableau V 1.0 Évolution 1996-2007 (en points) 11.3 -13.4 100. Sur la même période.

8 pour une évolution sur 20 ans.2% -19. Note de lecture : la part de la catégorie A s’élève au 31.2-18). la part des cadres s’est accrue de 14 points entre 1996 et 2007.6% -4. le poids de la catégorie C dans l’ensemble des agents titulaires des ministères a diminué de près de 3 points.8 815 875 30 712 846 587 184 220 291 777 408 112 884 109 20. conformément à la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.6% -6. La diminution du nombre d’instituteurs contribue donc aussi à la baisse du poids de la catégorie B dans l’ensemble des agents titulaires des ministères.5% -14.5% 1. passant de 44 à 60 % (tableau V1. des études et de l’évaluation.3 817 204 19 268 836 472 184 304 290 202 348 613 823 119 22. 17 Voir aussi la fiche thématique 1. Cette évolution s’explique essentiellement par la montée en charge en 2007 de la décentralisation. par le corps des professeurs des écoles.8 1 001 508 309 470 348 613 1 659 591 60.9% Source : Fichier Général de l’État (FGE). portant à 19 000 le nombre d’instituteurs au 31 décembre 2007 (contre 31 000 fin 2006).9 579 669 210 565 790 234 149 906 194 224 527 577 871 707 17. Cette évolution est en grande partie due au remplacement progressif du corps des instituteurs. passant de 24 à 21 %.1% -4.2% -37.5% 0. Hors enseignants. inspecteurs. Entre 2006 et 2007. personnels d’orientation et de surveillance et chercheurs.2-20 : Enseignants et non-enseignants parmi les titulaires des ministères depuis 1996 Évolution 1996-2007 en moyenne annuelle (en %) 2.4 0.0% -14.1% 3. contribue quant à elle à la hausse du poids de la catégorie B sur la période récente au détriment du niveau C. Faits et chiffres 2008-2009 53 .2007 à 60. classé en A : entre 1996 et 2007. La requalification du corps d’encadrement et d’application de la Police nationale de C en B entre 2005 et 2006 qui concerne plus de 100 000 agents (voir encadré 5).4 % des agents titulaires des ministères. En effet.9% -2.7% -0. Traitement DGAFP.2 1 000 095 322 489 408 112 1 730 696 57.2% 0. ouvriers et de service (TOS) de l’Éducation nationale vers la FPT. (1) Enseignants stricto sensu et élèves enseignants : hors directeurs d’établissement. bureau des statistiques.7% 0.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Parmi les agents titulaires des ministères. le nombre d’enseignants de catégorie B dans les ministères a en moyenne diminué de 20 % chaque année. classé en catégorie B jusqu’en 1990.3% -1.4% -3.0% -0. avec le transfert des personnels techniciens.0% 1996 2006 2007 Évolution 2006-2007 (en %) A B Total titulaires C A+B+C Part de catégorie A (en %) A Enseignants(1) B A+B A B Non enseignants C A+B+C Part de catégorie A (en %) 729 575 404 789 527 577 1 661 941 43. soit une progression de 2.7% -3.9 % en moyenne chaque année depuis 199617. Insee.3 % des titulaires des ministères (hors Épa). la catégorie A représente.9% 3. on observe entre fin 2006 et fin 2007 une baisse de 15 % des agents de catégorie C parmi les titulaires de l’ensemble des ministères. à cette même date.5% 0. 22. Tableau V 1.12.

La documentation française. surveillant brigadier.4. Tableau 1. c’est ce traitement qui a été adopté dans les statistiques par catégorie hiérarchique présentés dans ce volume Faits et chiffres. 18 Voir aussi la fiche thématique 1. brigadier de police. capitaine de police. Les lieutenants de police sont quant à eux désormais recrutés parmi les titulaires d’une licence (ou d’un diplôme ou titre équivalent défini par arrêté). ont été alignées sur celles des corps correspondants de la Police nationale. pour sa part. le niveau de recrutement n’a pas été relevé et le concours externe reste ouvert aux titulaires d’un diplôme de niveau V (brevet des collèges) pour les surveillants. Le corps d’encadrement et d’application du personnel de surveillance de l’administration pénitentiaire comprend quatre grades : surveillant et surveillant principal. brigadier-major de police. la proportion de C parmi les titulaires non enseignants des ministères a fortement diminué entre ces deux années. les B représentaient 22 % de l’effectif total à la fin de l’année 2005 . le nombre total de cadres non enseignants (« A+ » et « A type ») reste stable alors qu’il avait progressé de 4 % entre 2005 et 2006. Tous statuts confondus.9 % des agents titulaires des ministères . ainsi que celle du corps de commandement5. Conformément aux critères de classement retenus par la Police nationale. 5. Sur la période la plus récente. 1.4-2. brigadier chef de police. Les gardiens de la paix sont dorénavant recrutés parmi les titulaires du baccalauréat (ou d’un diplôme ou titre classé au moins au niveau IV dans le répertoire national des certifications professionnelles prévu par le décret n°2002-616 du 26 avril 2002). volume 1. et d’environ 2 %. 2. capitaine pénitentiaire. commandant pénitentiaire. si l’on retient le niveau de recrutement pour le classement en catégorie hiérarchique comme cela est généralement le cas. et aux titulaires d’un diplôme de niveau « bac+2 » pour les lieutenants pénitentiaires. Voir le Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. Le corps de commandement de la police nationale (officiers) comprend trois grades : lieutenant de police. Au 31 décembre 2007. hors requalification du corps de commandement de la Police nationale passé de B en A. Les données du Fichier Général de l’État ont permis d’évaluer l’impact de la requalification des corps de la Police nationale sur la structure de qualification des emplois de l’État.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Encadré 5 : Les requalifications statutaires et indiciaires dans les corps actifs de la Police nationale et de l’Administration pénitentiaire Les corps actifs de la Police nationale ont connu une réforme profonde en 2004 et 2005 qui s’est traduite par la refonte complète des trois statuts particuliers concernés : décret n°2004-1439 du 23 décembre 2004 pour le corps d’encadrement et d’application1.volume 1 .4 points6). Le corps d’encadrement et d’application de la Police nationale comprend quatre grades : gardien de la paix. 54 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . commandant de police. Faits et chiffres 2006-2007. Le corps de conception et de direction de la police nationale comprend deux grades : commissaire de police. Cette « réforme des corps et carrières » de la Police nationale comporte notamment le rehaussement des conditions de recrutement des gardiens de la paix et lieutenants de police qui s’accompagne d’une refonte de leur grille indiciaire. Avec pour critère de classement le niveau de recrutement de l’agent. 4. Ainsi. Cependant. Parallèlement. commissaire divisionnaire de police. Vues Le nombre de cadres non enseignants a augmenté. ils en représentent un tiers fin 2006. décret n°2005-716 du 29 juin 2005 pour le corps de commandement2. de 1. les deux corps restent donc respectivement classés en catégories C et B.9 % par an entre 1996 et 2007. et si l’on considère l’ensemble de la FPE (Épa inclus). Leur part est passée de 17 % des titulaires des ministères en 1996 à 22 % en 2007. 6. premier surveillant. contrairement à la Police nationale. DGAFP. l’impact sur le poids de la catégorie C du passage des gardiens de la paix en B est d’environ . décret n°2005939 du 2 août 2005 pour le corps de conception et de direction3. passant de 58 % au 31 décembre 2005 à 46 % fin 2006. la proportion est la même sur l’ensemble du personnel FPE18 (encadré 6). tandis que parmi les titulaires non enseignants des ministères. le corps d’encadrement et d’application appartient à la catégorie B et le corps de commandement à la catégorie A. entre 2006 et 2007. après prise en compte du passage de C en B des gardiens de la paix. major pénitentiaire. La grille du corps d’encadrement et d’application4 du personnel de surveillance de l’administration pénitentiaire. la catégorie « A+ » représentait 2. 3. Ainsi. Le corps de commandement du personnel de surveillance de l’administration pénitentiaire comprend trois grades : lieutenant pénitentiaire. Les personnels de surveillance de l’administration pénitentiaire ont parallèlement aussi connu une réforme statutaire et indiciaire (décret n°2006-441 et 2006-442 du 14 avril 2006).

ce sont le ministère de la Jeunesse et des Sports et les Services du Premier ministre qui se caractérisent par la proportion la plus importante de cadres parmi leurs agents titulaires. voisine des 50 %. cohésion sociale et logement Équipement. finances et industrie Éducation nationale et recherche Emploi.2-11). Hors bénéficiaires d’emplois aidés.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Graphique V 1. Faits et chiffres 2008-2009 55 . Métropole. Dans les autres ministères. Champ : emplois principaux. Traitement DGAFP. (2) Y compris le budget annexe des Publications officielles et de l’information administrative. Dom. hors EPA. l’Équipement. qui étaient distincts en 2007. bureau des statistiques. Note : l‘appellation des ministères renvoie à la nomenclature d’exécution de la loi de finances initiale de l’année. Insee. l’Intérieur et la Défense comptent moins d’un cadre sur cinq chez leurs titulaires civils. des études et de l’évaluation.4% des titulaires non enseignants du ministère. Com et étranger. Hors enseignants. la catégorie A représente 33.2-11 : Répartition des titulaires non enseignants par catégorie hiérarchique selon le ministère au 31 décembre 2007 (en %) 0 Affaires étrangères Agriculture Culture Défense et anciens combattants Économie. titulaires non enseignants des ministères. Lecture : au ministère des Affaires étrangères. (1) Regroupement du ministère de l’Équipement et du ministère de l’Écologie. la part des A varie d’un quart à un tiers des agents (graphique V 1. La Justice. Écologie (1) Intérieur et collectivités territoriales Jeunesse et sports Justice Outre-mer Santé et solidarités Services du Premier ministre (2) Total Catégorie A Catégorie B Catégorie C 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Source : Fichier Général de l’État (FGE).

proviseurs adjoints. et une approche par les responsabilités exercées ou ayant vocation à être exercées (« viviers »). 56 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . dénombre 61 000 agents classés en catégorie A+ au 31 décembre 2007. l’expression « catégorie A+ » est pourtant fréquemment utilisée pour distinguer. la HEB. administrateurs civils (1 400). Sans qu’il y ait de définition précise et partagée par tous. médecins de l‘Éducation nationale (1 400).inspecteurs d’académie (1 100). au 31 décembre 2006. grades et emplois qui élimine les cas personnels atypiques où un agent d’un grade donné dispose d’un indice de rémunération hors échelle B non rattachable à une règle au sein de ce grade (en raison de bonifications par exemple). En parallèle. ingénieurs du génie rural des eaux et des forêts (1 300). alors que l’ancienne méthode aurait à la même date abouti à 84 000 agents en A+. le grade hors échelle B de chef des services fiscaux entraînerait le classement de l’ensemble des 20 000 agents du corps en niveau A+. Deux types de corps ont nécessité un traitement particulier : . de directeur adjoint et de sous-directeur des administrations centrales de l’État. On se fonde ici sur la nomenclature statutaire des corps. magistrats des cours administratives d’appel et des tribunaux administratifs (1 000). les travaux en cours dans le cadre du programme interministériel « Opérateur National de Paye » ont amené la DGAFP à formaliser plus précisément la définition du A+ : « la catégorie A+ désigne ainsi l’ensemble des corps ou emplois fonctionnels dont l’indice terminal du grade supérieur est au moins égal à la hors échelle B ». L’application de la définition ne pose pas de problème pour les non-titulaires sur quasi-statut puisqu’une grille de rémunération leur est appliquée. à 79 000 agents titulaires et non titulaires classés en A+ dans l’ensemble de la fonction publique de l’État (43 000 agents hors enseignants et chercheurs dont 34 000 parmi les non enseignants des seuls ministères). elle-même. soit 3. Dans l’État.volume 1 . principalement Polytechnique et Éna. équivalant à 3. l’ancienne méthode utilisée dans les rapports annuels précédents aboutissait.6 % des effectifs civils de l’État au 31 décembre 2006.les emplois bénéficiant de bonifications indiciaires occupés par les agents issus du corps des personnels de direction d’établissement d’enseignement (proviseurs. 4. on retient les agents dont l’indice majoré de rémunération est supérieur ou égal à 964. Les agents décomptés étaient uniquement ceux dont la rémunération atteignait effectivement la hors échelle A au moment de l’observation (et non la totalité des agents du corps dont la grille indiciaire atteignait la HEA). 2. Pour les agents pour lesquels on ne dispose d’aucune grille de référence (les non-titulaires sans quasi-statut et les titulaires dont on ignore le corps). La méthode antérieure consistait à dénombrer les effectifs rémunérés sur un indice correspondant au moins à la hors échelle A (HEA). Pour mémoire. ce grade est en extinction et compte par ailleurs moins de 50 agents. le Conseil scientifique mis en place à la DGAFP en 2008 s’est donné pour mission de définir la notion d’encadrement supérieur. qui représente un sous-ensemble de celui délimité par le A+.9 % des agents civils de l’État fin 20074. nécessairement. La nouvelle méthode. combinant une approche par (grands) corps. inspecteurs pédagogiques régionaux . magistrats des tribunaux (7 200). les autres corps de catégorie A ou niveau « A type » ayant vocation à exercer des fonctions d’encadrement intermédiaire. fondée aussi sur les grilles indiciaires. En 2008-2009. les corps ayant vocation à occuper des emplois de direction2. Selon la nouvelle méthode. B et C1. correspondant à un indice brut supérieur à 1217).9 % des effectifs civils de l’État fin 2007. décrite ci-après. La méthode de décompte à partir du Fichier Général de l’État a donc été modifiée en conséquence pour les données de l’année 2007 et s’applique aux agents titulaires et. 1. les corps de titulaires classés en A+ les plus nombreux sont ceux de professeurs des universités(15 200). En effet. Au sens du décret n° 55-1226 du 19 septembre 1955 modifié relatif aux conditions de nomination et d’avancement dans les emplois de chef de service. Il s’agit d’établir une définition davantage en phase avec la vision d’une fonction publique de « métiers ».Vues d’ensemble 1 L’emploi public Encadré 6 : Définition de la catégorie A+ dans la fonction publique de l’État et notion d’encadrement supérieur La catégorie A+ n’existe pas au sens du statut général des fonctionnaires de l’État puisqu’elle n’est pas prévue à l’article 29 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 qui définit les catégories hiérarchiques A. la catégorie A+ comprend l’ensemble des agents appartenant à des corps dont la grille indiciaire atteint au moins la hors échelle B (soit les corps dont un grade comprend un indice majoré strictement supérieur à 963. mais le seuil d’entrée en A+ conduisait à prendre en compte un volume plus important d’agents que le seuil fixé au niveau actuel de la hors échelle B. . 3. au sein de ce corps. alors que fin 2007. professeurs des universités praticiens hospitaliers (3 700). des individus possédant le potentiel pour occuper les emplois de dirigeants de l’État. soit 2. par extension. aux non-titulaires3 des ministères et de leurs établissements publics administratifs. au sein de la catégorie A. Cette réflexion en cours aborde. inspecteurs du travail (1 800). Ce sont ensuite les statuts particuliers qui fixent le classement de chaque corps dans l’une de ces catégories hiérarchiques. ingénieurs des ponts et chaussées (1 200). la question des critères de détection.le corps des personnels de catégorie A des services déconcentrés de la DGI (soit 20 000 agents) est exclu du A+. La rémunération de ces emplois peut atteindre la HEB grâce aux bonifications indiciaires d’une grille qui n’atteint pas. principaux notamment) sont également exclus du A+ (10 700 agents). dans le vivier de cadres supérieurs. commissaires de police (1 700).

des études et de l’évaluation.8 1.8 4. agents administratifs et adjoints administratifs) réunissent la moitié du personnel territorial. à 9. Tableau V 1.0 78.0 100. Insee.3 100.4 13.5 15. Insee.1 1.3 75.0 0. conformément à la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales. Traitement DGAFP.3 0.0 Évolution 1996-2007 (en points) 0. Champ : tous statuts. bureau des statistiques.0 2007 (en %) 9.3 2.3 29.0 7.9 91. la répartition par catégorie hiérarchique est légèrement différente de celle du tableau V 1.3 100. +0. des études et de l’évaluation.6 100.8 0.0 100. Faits et chiffres 2008-2009 57 .7 66.6 0.7 13.4 0.9 point pour celle des B.2 100. que les conditions statutaires d’emploi placent en dehors de la référence aux filières.0 Évolution 1996-2007 (en points) 2. Note de lecture : la part de la catégorie A s’élève.0 4.0 8.7 - Sources : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).4 points entre 1996 et 2007.1 100.3 100. Cependant. Traitement DGAFP. comme par exemple les chargés de mission.3 -0.4 6.4 100.0 90.3 1.0 100.5 % des effectifs des établissements publics locaux.7 Établissements publics locaux 1996 (en %) 7.6 2.5 83. hors emplois aidés. Les établissements publics locaux qui se sont développés sur cette période (hausse de 6 % des effectifs en moyenne annuelle19 entre 1996 et 2007) ont recruté davantage de cadres qu’auparavant.0 A 17.8 12.0 Total 2007 (en %) 8.0 12.2-19).0 14. 19 Voir aussi la fiche thématique sur les séries longues dans les trois fonctions publiques.1 10.8 100.1 100. Champ : emplois principaux.8 % des effectifs en 1996 contre 8.4 100. les parts des catégories A et B ont légèrement progressé entre 1996 et 2007 La structure hiérarchique de la fonction publique territoriale est en évolution. assistants d’études. tableau 1.4 0.0 100.8 3.1 12.2-21 : Répartition des effectifs de la fonction publique territoriale par catégorie hiérarchique depuis 1996 Collectivités territoriales hors Épa 1996 (en %) A B C Total 7. Elle a augmenté de 2. Tableau V 1.0 23. La catégorie B représente pour sa part 14 % des agents. le niveau C est largement prépondérant : il rassemble 78 % des agents de l’ensemble de la FPT (79 % en 1996).8 84. (2) Dans ce tableau.2 45. Métropole.2-22 : Répartition par catégorie hiérarchique des effectifs de la FPT.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Dans la FPT.12.8 77.0 9. cette évolution résulte notamment du recrutement de personnel d’encadrement et de gestion à la suite du transfert progressif des personnels de catégorie C de l’Éducation nationale (TOS) et des directions départementales de l’équipement. Cette caractéristique est en lien direct avec les missions assurées par la FPT : quatre cadres d’emplois appartenant à la catégorie C (agents d’entretien.1 100.6 100.0 89.7 point de la part du niveau C dans l’effectif total sur la période se fait au profit des deux niveaux supérieurs : +0. et hors assistantes maternelles. Sur les années récentes. dans les collectivités territoriales comme dans les établissements publics locaux.2 76.0 Répartition par catégorie hiérarchique (en %) B C Total 16.3 0. selon la filière d’emploi. La diminution de 1.0 12.9 79.0 1996 (en %) 7. Hors emplois aidés.3 100.9 point pour la part des A. apprentis.0 100.0 79. Métropole.1 66.0 Source : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).0 15.0 15.9 100.9 -1. n’étant pas comprises. agents techniques. les assistantes maternelles.0 4.2-20.7 -4.6 80.0 15.0 Évolution 1996-2007 (en points) 0.2 49. (1) Il s’agit des emplois non classables ailleurs.7 % en 2007 (tableau V 1.0 46. au 31.0 2007 (en %) 8.3 9.8 58.4 2.9 0. Dom et Saint-Pierre-et-Miquelon.0 8.6 29.4 0.3 78.5 100.2007.0 31. Dom et Saint-Pierre-et-Miquelon.5 100.5 6. au 31 décembre 2007 (hors assistantes maternelles) Filière d'emploi Administrative Animation Culturelle Incendie et secours Médico-sociale Médico-technique Sécurité Sociale Sportive Technique Hors filières(1) Non déterminée Total (2) Poids de la filière (en %) 22. Les cadres représentent 7. bureau des statistiques.1 35.3-1.

9 C 2.2-24 : Répartition par catégorie hiérarchique des personnels non médicaux des hôpitaux publics. Traitement DGAFP.9 0.0 Sources : enquête SAE.4 24.1 51. bureau des statistiques.0 41. 20 Infirmiers.0 Catégorie C 48.4 70. Les décisions conduisant à la requalification en catégorie A de personnels ou de corps classés auparavant en B (notamment les infirmiers spécialisés20) ont pris effet au 1er janvier 2002 et continuent de monter en charge.3 5.0 3. Métropole et Dom. Hors établissements d’hébergement pour personnes âgées.2-23 : Répartition par catégorie hiérarchique des effectifs de la FPH au 31 décembre 2007 (en %) Catégorie A Fonction publique hospitalière Personnel non médical Titulaires Non-titulaires Médecins 16.5 39.0 100. selon la filière professionnelle. hors emplois aidés et personnel médical.0 100. la structure hiérarchique du personnel non médical reste stable .0 100.0 100. 50. enquête SPE.6 6.2-21). ce sont quatre agents sur dix qui appartiennent à cette catégorie (tableau V 1.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Dans la FPH. elle évolue davantage si on inclut les médecins.6 42. Drees .0 50.4 95.9 1.0 100.6 Répartition par catégorie hiérarchique B 82.0 Sources : enquête SAE. bureau des statistiques.0 100.2 % du personnel non médical des hôpitaux publics. Champ : hors emplois aidés.0 100.3 11. La catégorie C représente près d’un agent hospitalier sur deux et se compose.0 46. Drees .5 0.7 48.6 Total 100. des études et de l’évaluation Champ : titulaires et non-titulaires.9 65.1 54. Tableau V 1. 58 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . DHOS .0 100.6 100.2 5.5 4.4 51. au 31 décembre 2007 (en %) Filière professionnelle Poids de la filière A Administrative Médico-technique Socio-éducative Soignante Technique et ouvrière Total 11. Entre 2006 et 2007. on observe dans l’ensemble des effectifs de la FPH (y compris médecins) une légère diminution de la part du niveau B au profit du niveau A. la structure hiérarchique de la FPH est caractérisée par une part de la catégorie B plus importante que dans les deux autres fonctions publiques : 36 % (dont les deux tiers d’infirmiers).4 95.1 0.4 % des agents appartiennent à la catégorie C au 31 décembre 2007. des études et de l’évaluation.0 Catégorie B 35. Note de lecture : dans la filière soignante qui représente 70. La fonction publique hospitalière a en effet fait l’objet d’importantes mesures de promotion professionnelle dans le cadre du protocole d’accord du 14 mars 2001. Insee.6 100.volume 1 . Hors médecins.0 15. Entre 1996 et 2007. pour plus de 60 % de ses effectifs.4 6.2 17. la part de la catégorie C atteint les deux tiers.0 34.0 100. Traitement DGAFP.0 Total 100. Parmi le personnel non titulaire. la part de la catégorie B a diminué d’un point entre 1996 et 2007 au profit de la catégorie A Compte tenu de l’importance en nombre du corps d’infirmier.4 0. DHOS.7 9. Tableau V 1. enquête SPE. d’aides-soignants et d’agents de service hospitalier qualifiés (ASHQ). anesthésistes de bloc opératoire et puéricultrices.8 4.

Ce poids de l’emploi public en Île-de-France résulte pour l’essentiel de la concentration des effectifs de la fonction publique de l’État : 41 agents pour 1 000 habitants. au 31 décembre 2007.6 31.6 67.6 Fonction publique territoriale 23.3 15. hors militaires.2 41. la concentration est loin d’être négligeable dans la fonction publique territoriale puisque l’écart entre l’Île-de-France et la province y dépasse les 5 points. 1 L’emploi public L’administration centrale de l’État et les établissements publics administratifs nationaux sont massivement situés en Île-de-France.2-25).2-25 : Répartition Île-de-France/Province de chaque fonction publique au 31 décembre 2007 (en %) Île-de-France FPE FPT FPH Total trois fonctions publiques 25 22 18 22 Province 75 78 82 78 France métropolitaine 100 100 100 100 Sources : Insee.2-24). agents civils Province Île-de-France dont Paris dont autres départements d’Île-de-France France métropolitaine 28. Hors emplois aidés. Par rapport à la province.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Le dynamisme de l’Île-de-France induit des services publics plus développés Les trois fonctions publiques employaient fin 2007 un million de personnes en Île-de-France. c’est 18 agents publics supplémentaires pour 1 000 habitants (tableau V 1. un taux supérieur de 13 points à celui de la province. y compris assistantes maternelles. hors militaires. 85 agents pour 1 000 habitants. un tiers de la fonction publique territoriale et un sur six de la fonction publique hospitalière.9 30. soit 22 % des emplois publics civils de métropole (tableau V 1.5 41. La moitié des agents publics franciliens relève de la fonction publique de l’État. Emplois principaux.9 159. agents civils 67. médecins et non titulaires sur crédits de remplacement des hôpitaux publics. Drees et DHOS. Champ : y compris Épa nationaux et locaux. Hors emplois aidés.2).8 29. En Île-de-France.6 Sources : Insee. contrairement à la fonction publique hospitalière pour laquelle le taux d’administration francilien est semblable à celui de province (15/1 000).4 37. Traitement DGAFP. bureau des statistiques. des études et de l’évaluation.4 24.1 8.6 70.3 84. La fonction publique est plus présente dans la région capitale qu’en province. Drees et DHOS. les trois fonctions publiques emploient. Emplois principaux. Ils contribuent pourtant faiblement à l’importance de la part d’agents publics dans la population. médecins. Tableau V 1. Cependant.8 Fonction publique hospitalière 15. y compris assistantes maternelles.1 Total trois fonctions publiques. Taux d’administration : nombre d’agents de la fonction publique (converti en équivalents temps plein) pour 1 000 habitants.9 27. Plus du tiers de ces emplois se situent à Paris (voir fiche thématique 1.0 80. Champ : y compris Épa nationaux et locaux. Tableau V 1. L’offre importante de services publics en Île-de-France semble liée aux caractéristiques démographiques et sociologiques de la population et à la dimension nationale et internationale de la région.2-26 : Taux d’administration Île-de-France/province dans les trois fonctions publiques au 31 décembre 2007 (en ‰) Fonction publique d’État. Cette offre se manifeste en particulier par des effectifs importants dans les services déconcentrés des Faits et chiffres 2008-2009 59 .2 14.

volume 1 . compte tenu du caractère confidentiel de l’information sur la localisation des agents du ministère de la Défense. ceux travaillant en administration centrale et ceux travaillant en services déconcentrés. Le rayonnement national et international de l’Île-de-France conduit la région à accueillir une population de passage pour des déplacements professionnels. la proportion de la population en zone urbaine sensible est la plus importante de métropole. La concentration s’accroît encore à Paris. La fonction publique doit donc se mettre au service d’une population très supérieure à celle des seuls résidents franciliens. où l’on comptait 2. a donc été élaborée. c’est-à-dire différente « d’Administration de l’État » et « d’Établissement public administratif » (par exemple Épic).1 % et 2. établissement public national (EPN). par rapport au reste de la région : la capitale rassemble 160 agents publics pour 1 000 résidents au 31 décembre 2007 (contre 170 fin 2006). Or. Les spécificités démographiques franciliennes engendrent par ailleurs des besoins en service public d’aide sociale.Vues d’ensemble 1 L’emploi public ministères (voir encadré 7). 32. Ce phénomène s’observe dans chacune des trois fonctions publiques.6 % et 2. Une nouvelle méthodologie. Par ailleurs. exercent dans des établissements dont la catégorie juridique ne relève pas de la fonction publique de l’État. ce qui induit des emplois d’aide sociale à l’enfance. La population francilienne est jeune et en âge d’avoir des enfants. les agents en administration centrale représentent alors respectivement en 2006 et 2007 2. établissement public local d’enseignement (EPLE).1 % en service déconcentré.2 % de l’ensemble. le fichier de paie permettait de distinguer. en se fondant sur l’existence de la nomenclature par services établie à partir de l’imputation budgétaire de la rémunération des agents au format « Ordonnance de 1959 ». Encadré 7 : Identification du type de service d’affectation des agents rémunérés sur le budget des ministères civils à partir du Fichier Général de l’État Avant 2006. Ce classement se fait sur le champ des agents des ministères. De plus. 2. Cette nouvelle méthode conduit à répartir désormais les effectifs selon cinq modalités (au lieu des deux précédentes) : administration centrale (AC). parmi les agents des ministères. L’information est également limitée pour environ 600 agents qui. y compris ceux de la Défense. Le changement de nomenclature budgétaire résultant de la mise en place de la Lolf à partir de 2006 n’a pas permis de maintenir l’information sur le service dans le Fichier Général de l’État (FGE) de l’Insee. 60 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .0 % dans des établissements publics locaux d’enseignement.7 %. sportifs.7 % en service à compétence nationale. ils sont exclus de ce classement. etc. y compris dans l’hospitalière où l’attractivité de la région est portée par Paris et non pas par l’ensemble de la région : 41 agents hospitaliers pour 1 000 habitants à Paris contre 15 sur l’ensemble de l’Île-de-France et le même taux en province. culturels. avant le changement de méthodologie. le dynamisme de la région implique nécessairement davantage de services publics. Les taux d’administration centrale en 2006 et 2007 s’élèvent respectivement à 2. En effet. c’est-à-dire rémunérés sur le budget des ministères.7 % en administration centrale et 0. Si l’on considère l’ensemble des agents des ministères. On se retrouve alors avec un niveau comparable à celui de 2005. à fin 2007. les agents rémunérés sur les plafonds d’emplois ministériels peuvent être en exercice dans un établissement public. s’appuyant essentiellement sur les catégories juridiques des établissements où exercent les agents mais aussi sur les programmes Lolf. Elle permet ainsi de tenir compte de la diversité des structures de l’État. c’est notamment le cas des enseignants qui travaillent dans les EPLE mais qui sont rémunérés sur le budget du ministère de l’Éducation nationale. bien que rémunérés sur le budget des ministères. service déconcentré (SD). L’aide aux personnes sans domicile fixe est aussi plus développée. service déconcentré à compétence nationale (SCN).1 % d’agents en administration centrale. 10. mais aussi par une forte présence de la fonction publique territoriale (29 agents pour 1 000 habitants dans la région capitale contre 24 en province). Les agents de l’État travaillent dans des services de compétences différentes : 54. touristiques.5 % dans des établissements publics nationaux.

Au ministère de la Culture. tout comme celui dans les EPN (32.3 % (Éducation nationale) à 40. Dom. de surveillance et de magasinage du ministère de la Culture ou des maîtres de conférences de l’enseignement supérieur. Com et étranger. hors Épa. Hors emplois aidés.6 %). Voir aussi la fiche thématique FT 1. la part des agents en administration centrale varie de 0. Insee.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Graphique V 1. la moitié des agents travaillent dans des établissements publics locaux d’enseignement (lycées et collèges) et un tiers dans les services déconcentrés (rectorats. etc. On trouve aussi un taux important d’agents dans les EPLE au ministère de l’Agriculture (36 %).5-2). de la Jeunesse et sports et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. cohésion sociale et Équipement et Écologie Intérieur hors Police nationale Intérieur. le taux d’agents en administration centrale est également très élevé (28. Métropole. Il s’agit notamment des agents d’accueil. Champ : agents des ministères civils. Au ministère de l’Éducation. Emplois principaux.2-12 : Répartition des agents rémunérés sur le budget des ministères civils selon le type de service d’affectation au 31 décembre 2007 (en %) Affaires étrangères Agriculture Culture Économie. Faits et chiffres 2008-2009 61 . Traitement DGAFP.7 % (Services du Premier ministre). bureau des statistiques. tous statuts. des études et de l’évaluation. Police nationale Jeunesse et sports Justice Outre-mer Santé et solidarités Services du Premier ministre Total 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Administration centrale Services déconcentrés à compétence nationale Établissements publics nationaux Services déconcentrés Établissements publics locaux d'enseignement Source : Fichier Général de l’État (FGE). de nombreux agents travaillent dans des établissement publics tout en étant néanmoins payés par le ministère de tutelle. Aux ministères de la Culture.5 (tableau 1. Selon les ministères.1 %). Note : l’appellation des ministères renvoie à la nomenclature d’exécution de la loi de finances initiale de l’année. finances et industrie Éducation nationale et recherche Emploi.).

2-12). La ligne verticale en pointillés gras correspond au taux d’administration trois fonctions publiques de province : 67 agents pour 1 000 habitants (hors militaires). C’est notamment le cas de la Corse où les effets de la présence importante d’une fonction publique de l’État et d’une fonction publique territoriale se cumulent. Emplois principaux. dans une moindre mesure. hors militaires. Hors emplois aidés. Champ : y compris Épa nationaux et locaux. les régions sont plutôt mieux pourvues en agents territoriaux. y compris assistantes maternelles.2 pour les cartes des taux d’administration régionaux par fonction publique). C’est aussi le cas du Limousin et. Elle permet de mettre en évidence les écarts de taux d’administration de chaque région par rapport à la moyenne des régions de province.2-13 : Taux d’administration par région et fonction publique au 31 décembre 2007 (en ‰) Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord. 62 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . médecins et non titulaires sur crédits de remplacement des hôpitaux publics. Taux d’administration : nombre d’agents de la fonction publique (converti en équivalents temps plein) pour 1 000 habitants. Note : les adjoints de sécurité (Police nationale) sont intégrés à partir de 2002. Drees et DHOS. tire les taux d’administration globaux au plus haut. La Corse est la première région métropolitaine pour son nombre d’agents territoriaux par habitant : 31 ‰ contre 25 ‰ pour l’ensemble de la métropole (voir fiche thématique 1. C’est au nord-est de la France que la présence de la fonction publique territoriale est la plus faible : 18 agents pour 1 000 habitants en Lorraine. Graphique V 1.volume 1 . de l’Auvergne où l’importance de la fonction publique hospitalière. 19 en Alsace et 20 en Champagne-Ardenne. associée à une FPE assez forte. Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Total métropole Total province 0 10 20 30 40 50 60 70 80 Nombre d'agents publics civils pour 1 000 habitants Fonction publique de l'État. Au sud d’une diagonale allant des pays de la Loire à Rhône-Alpes. agents civils Fonction publique territoriale Fonction publique hospitalière Sources : Insee.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Des disparités également en Province Les régions où l’emploi public est globalement le plus présent sont celles où au moins deux des trois fonctions publiques sont elles-mêmes très présentes (graphique V 1. suivent ensuite le Languedoc-Roussillon et le Limousin avec respectivement 27 et 26 agents territoriaux pour 1 000 habitants. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur en compte 29 ‰.

les autres régions de France sont relativement mieux pourvues en agents publics hospitaliers.2-1 : Taux d'administration de la fonction publique de l'État par département au 31 décembre 2007 Pour 1000 habitants 14. Insee.Vues d’ensemble L’emploi public 1 À l’inverse. Mis à part le Nord-Pas-de-Calais. Carte V 1. la Lorraine. Traitement DGAFP. Les régions de la France continentale les plus dotées en agents civils de l’État sont en effet (outre l’Île-de-France qui constitue un cas tout à fait spécifique) le Limousin. la Champagne-Ardenne. le Languedoc-Roussillon et la Corse que le taux d’administration hospitalière est le plus faible : 13 agents hospitaliers pour 1 000 habitants. Le Limousin. l’Auvergne et Midi-Pyrénées (entre 31 et 33 agents de l’État pour 1 000 habitants). et 38 pour les deux autres. Taux d'administration : nombre d'agents de la fonction publique (converti en équivalents temps plein) pour 1 000 habitants. Emplois principaux. soit moins de la moitié du taux d’administration moyen de la FPE en France métropolitaine (carte V 1. en dehors de Paris. avec 24 agents pour 1 000 habitants est la région française la plus dotée en agents de la FPH. on compte 14 agents hospitaliers pour 1 000 habitants. Suivent ensuite l’Ardèche et la Mayenne avec 18 et 19 agents de l’État pour 1 000 habitants.DGAFP 2009 Faits et chiffres 2008-2009 63 . la fonction publique hospitalière est moins présente au Sud qu’au Nord. bureau des statistiques. © Axciom . C’est dans la région Paca. le Puy-deDôme et la Mayenne sont les départements les plus dotés en agents de la FPE : 40 agents pour 1 000 habitants pour le premier département.2-1). En Rhône-Alpes.0 27. de la Corse-du-Sud et de la Haute-Corse qui constituent des cas particuliers. Midi-Pyrénées et Aquitaine.0 31. Les carrés symbolisent les préfectures de région. Dans ces régions. L’analyse par département montre que la Vendée est le département qui compte le moins d’agents de l’État par habitant : 14 ‰.7 Taux moyen France métropolitaine : 30. des études et de l'évaluation.5 80. La localisation des agents de l’État s’inscrit quant à elle le long d’une ligne Nord-Est/Sud-Ouest correspondant aux régions de la France continentale où la densité de population est la plus faible.9 39. la Haute-Garonne. À l’inverse. l’offre de soins est plutôt fournie par le secteur privé.6 ‰ Source : Fichier Général de l’État (FGE).1 23. Champ : fonction publique de l'État (ministères et Épa). hors militaires et emplois aidés.

n° 05-2008. La Corse. 2006. • Rapport annuel 2004-2005 de l’Observatoire de l’emploi public.volume 1 . Annexe 1 au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2005. la région de France la mieux pourvue en agents de la FPE (36 agents pour 1 000 habitants pour l’ensemble de la région). • « La géographie des agents de l’État en 2006 ». François Tugorès et Dominique Bertrand. juillet 2008. Odile Romain. joue un rôle primordial dans le maillage du territoire par l’emploi public. Philippe Gérard-Dematons (DHOS). • Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS). 64 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . La société française. Claudine Maillard-Barbé et Anthony le Mat. région montagneuse dont la densité de population est la plus faible de France. Pôle Fonction Publique. • « Les établissements d’hébergement pour personnes âgées activité et personnel. Cécile Métayer. Daniel Foulon. Aude Lapine. DGAFP. associée au caractère rural et au relief géographique parfois défavorable aux réseaux de transports. Séverine Buisine (CNG). • « Les praticiens hospitaliers au 31 décembre 2008 ». édition 2006. Point Stat. 75 92. n°55. plus jeunes à l’hôpital et chez les enseignants ». • « Synthèse des résultats des bilans sociaux 2005 ». Drees. Loïc Vinet (Diact. Stéphane Boucher et Annie Brenot-Ouldali. Annexe 1. Direction régionale de Bretagne. mars 2006. • « L’emploi dans les collectivités territoriales au 31 décembre 2003. Drees. Insee Résultat. 2008. • « Les établissements de santé : un panorama pour l’année 2006 ». Dossier 1 de ce volume Faits et chiffres 2008-2009. au Sud et chez les cadres. Julie Prévot. octobre 2007. • « La fonction publique plus présente en Île-de-France qu’en province ». Point Stat. Annie Brenot-Ouldali. Études et résultats. Arnaud Fizzala. Stéphanie Lemerle-Guillaumat. avril 2008. • « L’emploi public est tiré par la fonction publique territoriale ». DGAFP. vol. 2004 et 2005 ». • « L’emploi dans les collectivités territoriales au 31 décembre 2006 ». ministère de la Santé et des sports. n° 605. Économie et Statistique. Vue d’ensemble 1 du Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. n° 106. Drees. Drees. Annexe 1. janvier 2007. rapport 2006-2007. n° 79 Société. • « Un million d’emplois non médicaux dans les établissements de santé en 2005 ».Vues d’ensemble 1 L’emploi public La densité de population. après l’Île-de-France. • « Vieillissement dans la fonction publique : des agents plus âgés à l’Ouest. 2008. ministère de la Fonction publique. • « L’évolution des effectifs des personnels de santé dans les établissements publics de santé entre 2004 et 2007 ». 1 Faits et chiffres 20072008. Marie-Hélène Kerouanton. Audrey Baëhr. Bulletin d’informations statistiques de la DGCL. Observatoire des teritoires). ajoute sa situation d’insularité à toutes ces caractéristiques et constitue. Bibliographie • « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2006 ». Insee Première. p. 2005. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. n° 369 370. • « L’emploi public en région ». Données sociales. Audrey Baëhr. La documentation française.2-1 de la Vue d’ensemble 1 de ce volume Faits et chiffres 2008-2009. ministère de la Santé et des sports. octobre. • « Données sur la situation sanitaire et sociale en France en 2005 ». n° 9. La Documentation française. 2003. Insee Références.Série Statistiques.22 de la Vue d’ensemble 1 de ce volume Faits et chiffres 2008-2009. Philippe Reynaud. au 31 décembre 2003 ». Document de travail .

1 % en 2004 à 7. cellule statistique.3 % à +3. contre 19. les effectifs des différents types de personnels (médicaux et non médicaux) dans les établissements publics de santé ont connu des évolutions différenciées. Cette part était pratiquement identique en 2004 : 66. en 2007. éducatifs et sociaux. de même que ceux des autres spécialités chirurgicales (+2. par rapport à celle des personnels non médicaux.9 %. Entre 2004 et 2007. De fait. l’évolution des effectifs des personnels médicaux non statutaires est plus fortement marquée que celle des personnels médicaux statutaires. Cette croissance est très contrastée selon les disciplines.5 % en moyenne annuelle. 1 Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS). les praticiens statutaires3. avec des variations liées au statut et à la spécialité. Par exemple. passe de 7. Sous-direction des ressources humaines du système de santé.2 % à la masse salariale globale en 2007. de direction et administratifs).0 %. progressent : + 2. Dans les établissements publics de santé. expliquent les évolutions globales des personnels de santé. notamment la transformation de la structure des effectifs. 2 Cette évolution forte devra cependant être confirmée après la phase de redressement des données issues de la SAE par la Drees. calculés ici en équivalent temps plein (ETP).3 % en 2004.5 % en moyenne annuelle). Les effectifs en ETP des médecins augmentent Les évolutions observées chez les personnels médicaux. les ETP baissent fortement en chirurgie générale (-4. soit +3.9 % en moyenne annuelle sur la période. les effectifs travaillant à temps partiel progressent.1 % en moyenne annuelle).5 % en 2007. 3 Parmi ces praticiens statutaires. ainsi que le poids en équivalent temps plein des temps partiels. selon la discipline.9 % en moyenne annuelle sur la période 2004-2007. à savoir les praticiens hospitaliers (PH) et les professeurs des universités praticiens hospitaliers (PUPH). notamment non statutaires. les effectifs (en ETP) en gynécologie-obstétrique croissent fortement (+3. E Quant aux personnels non médicaux (soignants. Parmi eux. les effectifs en ETP des personnels médicaux augmentent de +2. en particulier dans les services de soins. la part des personnels médicaux a augmenté entre 2004 et 2007. Dans les disciplines psychiatrie. parmi les effectifs totaux. seuls les PUPH sont des titulaires relevant du statut général de la fonction publique. alors que ceux des radiologues ont augmenté dix fois moins vite (+0.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Annexe 1 de la vue 1. avec une accélération en 2007 (+4. représentent 65.9 % en moyenne annuelle). les effectifs en ETP des médecins salariés (exclusifs ou non) du secteur public dans les spécialités médicales ont crû de 10. compte tenu du niveau de rémunération et des charges sociales afférents à cette catégorie de personnel.7 %)2 (voir tableau AV 1. Au contraire. le poids des personnels médicaux. biologie médicale et autres. Par ailleurs. Faits et chiffres 2008-2009 65 .2 : L’évolution des effectifs des personnels de santé dans les établissements publics de santé entre 2004 et 2007 Daniel Foulon Philippe Gérard-Dematons DHOS1 ntre 2004 et 2007.5 % en moyenne annuelle. En effet.9 % de l’ensemble des personnels médicaux (en ETP). Dans les spécialités chirurgicales.6 % en moyenne annuelle seulement). En effet. les effectifs en ETP croissent également nettement : de +1. Cette progression faiblement marquée en effectifs conduit à un mouvement plus net en termes de masse salariale (en prenant en compte les rémunérations et charges des personnels médicaux) : les personnels médicaux contribuent pour 20. En premier lieu. ils connaissent une augmentation ralentie de leurs effectifs en équivalent temps plein. les effectifs en médecine générale augmentent de +5. les médecins à temps partiel tendent à être remplacés par du personnel à temps plein. médico-techniques.7 % en moyenne annuelle sur la période. Les effectifs médicaux (médecins).2-1-1).

9 3.9 1. Graphique AV 1.8 1.3 % et +2.3 0.5 2.3 -1.1 % à 13.6 3. en moyenne annuelle.9 0.1 2.7 1.1 5.8 % en chirurgie générale. le poids en ETP des médecins à temps partiel parmi l’ensemble des médecins est passé en trois ans de 15.5 4.1 3.0 2.5 2. Dans les autres spécialités médicales. Drees.0 1.3 1.1 % à 40.1 3.7 4.2-1-1 : Évolution des professions de santé dans les établissements publics de santé de 2004 à 2007 112 Spécialités médicales 110 108 106 104 102 100 98 2 004 2 005 2 006 2 007 Autres disciplines médicales Spécialités chirurgicales Personnel de direction et personnels administratifs Personnels des services de soins Personnels éducatifs et sociaux Personnels médicotechniques Personnels techniques et ouvriers Source : SAE base administrative 2004-2007 (données brutes). Globalement.1 3.2 1.1 1.1 5.5 -8. Tableau AV 1.9 %.4 2.3 5.7 1. en moyenne annuelle. les effectifs de médecins exerçant à temps partiel sont orientés à la baisse dans quasiment toutes les disciplines : -0. Drees.5 0.6 8.0 -2. 66 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .1 % en moyenne annuelle pour la radiologie à -8.7 2.2 4.5 2.7 7.3 3.2 7.8 -0.3 -0.4 3.1 5.9 Source : SAE base administrative 2004-2007 (données brutes).3 3.1 -0.3 1.1 -0. L’évolution des effectifs à temps partiel varie de -0.4 %.5 -5.8 2.6 1.2-1-1 : Évolution des effectifs des personnels médicaux des établissements publics de santé en ETP de 2004 à 2007 Spécialité Évolution 2004-2005 Évolution 2005-2006 Évolution 2006-2007 Taux de croissance moyen annuel 2004-2007 Autres disciplines Psychiatrie Biologie médicale Autres disciplines Autres disciplines Total Chirurgie générale Spécialités chirurgicales Gynécologie-obstétrique Autres spécialités chirurgicales Spécialités chirurgicales Total Anesthésie réanimation Cardiologie et maladies vasculaires Médecine interne Spécialités médicales Pédiatrie Radiologie Médecine générale Autres spécialités médicales Spécialités médicales Total Total 1.3 0.8 % pour l’ensemble. Seules l’anesthésieréanimation et la médecine générale enregistrent des hausses pour les effectifs à temps partiel : respectivement +4.6 3.4 -0.volume 1 .2 %.0 4. les effectifs baissent de -0.7 -0.8 % dans l’ensemble des effectifs.9 1.2 2.0 1.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Une partie des effectifs médicaux à temps partiel est remplacée par des médecins à temps plein Sur la période 2004-2007.6 3.4 -4.9 2.5 2.4 5. la part des effectifs à temps partiel est passée de 44.5 4.2 3.6 5.2 4.6 4.3 4. Dans le même temps.0 2.

soit -1.1% 43. mais les effectifs en ETP sont peu importants (1.6 % en 2007 soit -0. 2%.2 % en moyenne annuelle sur trois ans) et les personnels des services de soins (+0. Au niveau des professions. En 2007. les cadres de santé avec -1. les effectifs se sont réduits de manière quasi-continue.4% 40 30 21. qui eux-mêmes représentent 70 % des ETP de l’ensemble des personnels non médicaux.7% en 2006 et de +1.4 % en 2007.3% 19. Les effectifs (en ETP) des personnels non médicaux ont progressé de 0.6 % par an entre 2004 et 2007 Entre 2004 et 2007.8 % en moyenne annuelle).7% 40.9% 26. Ce net ralentissement concerne toutes les catégories de personnels.8% 27% 23.5% 35.9 % en moyenne annuelle sur trois ans. Des hausses plus significatives s’observent chez les personnels de direction et les personnels administratifs (+1. Dans le même temps.5% 1 50 39. pour les catégories suivantes : les agents de services hospitaliers (ASH) avec -2. les personnels de radiologie (+1.6% 0 Spécialités médicales Spécialités chirurgicales 2004 Personnels médico-techniques Autres disciplines médicales Personnel de direction et personnels administratifs 2007 Personnels éducatifs et sociaux Personnels techniques et ouvriers Personnels des services de soins Source : SAE base administrative 2004-2007 (données brutes). après +0.7 % en moyenne annuelle).Vues d’ensemble L’emploi public Graphique AV 1.2 % en moyenne annuelle).0 % en 2005.3% 48.3% 20 10 7. les effectifs (en ETP) progressent nettement sur la période pour : les sagesfemmes (+2. 76 % des ETP des personnels des services de soins. avec une baisse plus accentuée encore au cours des deux dernières années.2 % en moyenne annuelle sur trois ans . les infirmiers. dans leur ensemble.3 % du total des ETP en 2007). spécialisés ou non (+1. les effectifs en ETP des personnels techniques et ouvriers baissent (-0.1 % en moyenne annuelle) et les aides-soignants (+1. En particulier. Sur l’ensemble de la période.1% 6.4% 21. ainsi que les aides-soignants représentent. Drees. Ils ralentissent notablement en 2007 : +0. de même que certaines catégories de personnels des services de soins. Faits et chiffres 2008-2009 67 .5 % en moyenne annuelle). et certaines de façon significative. spécialisés ou non. les autres catégories sont toujours orientées à la hausse. Par exemple.7 % en moyenne annuelle). les infirmiers.2-1-2 : Effectifs à temps partiel en 2004 et 2007 (en %) 60 52.0 % en moyenne annuelle).9% 24. les effectifs (en ETP) des personnels non médicaux continuent de croître faiblement : +0.6% 20.6 % en moyenne annuelle sur la période. la plus forte augmentation entre 2004 et 2007 est enregistrée chez les personnels éducatifs et sociaux (+2.

7 2.2 1.1 0.5 0. spéc et psych) Aides-soignants (y.0 2. Drees.2 0.6 0.9 -0.3 0.2 0.7 0.9 0.4 1.9 % d’un temps plein en 2007.5 0. ainsi que la durée moyenne des temps partiels En moyenne.2 0.0 3.3 1.8 2.0 % en 2004.c.1 0. Le poids en ETP des effectifs à temps partiel dans le total des personnels non médicaux (en ETP) est croissant : 16.6 % en 2007 contre 18. Chez les personnels non médicaux.3 0.9 -0. aux. pour l’ensemble de la FPH. En 2004. Le poids des effectifs à temps partiel dans l’ensemble des effectifs des personnels non médicaux continue de croître : 19.0 -1.1 -1.8 -0.6 Personnels des services de soins Infirmiers (y.6 % des ETP. contrairement à la baisse observée chez les médecins à temps partiel : +2.5 -0.2 1.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Tableau AV 1. soit 6.0 0. le poids des non-titulaires (ensemble des contrats à durée indéterminée et à durée déterminée) était pour l’ensemble de la FPH de 7.9 0.4 1.7 -1.1 3.0 1.4 0.0 -1. la part de non-titulaires en contrats à durée indéterminée (CDI) s’établit à 4.3 1. seuls les CDI peuvent désormais être comptabilisés dans le cadre de l’enquête Statistique annuelle des établissements de santé (SAE). +3.4 1.4 1.9 % des ETP. puer et AMP) Agents de service hospitalier qualifiés (ASHQ) Autres personnels des services de soins Personnels des services de soins Personnels éducatifs et sociaux Personnels médico-techniques Personnels médico-techniques Personnels techniques et ouvriers Total Total Personnels radiologie Autres personnels médico-techniques Total Total Total Source : SAE base administrative 2004-2007 (données brutes).0 0.9 1.2 1.5 0. entre 2004 et 2007.9 % en 2004.5 % en 2007 contre 15.6 -0.2-1-2 : Évolution des effectifs des personnels non médicaux des établissements publics de santé en ETP de 2004 à 2007 (en %) Taux Évolution Évolution Évolution de croissance 2004-2005 2005-2006 2006-2007 moyen annuel 2004-2007 Filières Statut Personnel de direction et personnels administratifs Total Sages-femmes Surveillants (inf et non inf) 1.6 1. Mais ces données ne sont pas réellement comparables : compte tenu d’un changement du plan comptable en 2006. Cela indique une tendance à l’allongement de la durée moyenne des temps partiel : en moyenne.c. 68 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 % en 2004.3 % pour les aides soignants et +2. la progression des effectifs des personnels non médicaux employés à temps partiel est soutenue.1 1. les congrégationnistes et les bénévoles qui ne sont pas à la charge de l’établissement.7 -2.1 % des effectifs et 3.volume 1 .2 0.8 0.8 2.2 2.9 % pour les infirmiers spécialisés ou non.7 1.6 1.8 -0. un temps partiel équivaut à 73.9 % des effectifs.8 1.7 1. En 2007. les effectifs à temps partiel progressent. Note : ne sont pas pris en compte dans le personnel non médical les non salariés.0 % dans l’ensemble.7 0. contre 71.

3% P erso nnels techniques et o uvriers Source : SAE base administrative 2004-2007 (données brutes). chez les personnels techniques et ouvriers.8 %) et les aides soignants. Les infirmiers (hors encadrement). de la structure des emplois par profession influe sur les coûts salariaux En 2007. Graphique AV 1. la proportion la plus importante d’agents dans la catégorie A est celle des personnels des services de soins (11.6 % des personnels des services de soins relèvent de la catégorie C. Entre 2004 et 2007. certes lente. et. en termes de grandes catégories statutaires. Au cours de ces trois années. 11.6 % de l’ensemble des ETP des personnels non médicaux.3 %.4 % de personnels éducatifs et sociaux.5% 1. Les autres catégories sont moins nombreuses : 11. représentent près de trois agents non médicaux sur dix (28. biologie et autres disciplines).3 % d’entre eux) et des personnels médico-techniques (89.2 %). En particulier. sur l’évolution des coûts salariaux. de la catégorie B.4% Spécialités médicales A utres disciplines médicales Spécialités chirurgicales P erso nnel de directio n et perso nnels administratifs P erso nnels des services de so ins 10. deux reculs sont à noter.3 % des personnels techniques et ouvriers. pour plus d’un tiers des effectifs. les personnels des services de soins représentent 70. le poids des spécialités médicales a augmenté d’un point dans le secteur public. La catégorie B comprend des personnels éducatifs et sociaux (93. les personnels non médicaux relèvent pour moitié de la catégorie C. Drees. 85.2-1-3 : Structure ETP des personnels médicaux et non médicaux en ETP en 2007 (en %) 10.7 % de personnels administratifs et de direction.Vues d’ensemble L’emploi public 1 L’évolution.6 % d’entre eux). passant de 57. 4.3 % des ETP totaux de médecins. près d’un agent non médical sur quatre (24. 55. parmi les médecins salariés ou mixtes des établissements publics de santé. qu’ils soient spécialisés ou non.9% 65. puis les autres spécialités (24. Elle est néanmoins à suivre avec attention. Enfin. et chez les personnels des services de soins (ASH).4 % de personnels techniques et ouvriers.0% P erso nnels éducatifs et so ciaux P erso nnels médico -techniques 4. mais il est vrai qu’en la matière les mouvements sont généralement lents. Faits et chiffres 2008-2009 69 .5 % des personnels des services de soins parmi cette catégorie statutaire.7 % d’entre eux).4 % pour psychiatrie.9 % de personnels médico-techniques et 1. Les médecins exerçant dans les spécialités chirurgicales sont les moins nombreux : 17. Cependant.0% 4. En 2007. ce sont les spécialités médicales qui sont majoritaires en ETP (58.1% 2. La part de ces diverses catégories de personnels est restée stable au cours de ces trois années : toutes les variations sont inférieures à 1 % et souvent voisines de 0 %.3 %).4 % des personnels administratifs et de direction et 48. mais on ne compte que 39.2 % à 58. compte tenu de son impact sur la structure par catégorie statutaire et donc. En effet. la structure des emplois du secteur public a peu évolué.8% 1.

hors bénéficiaires d’emplois aidés) et des méthodes d’agrégation sont mises en œuvre en matière d’affectation des personnels selon la nature juridique et le domaine d’intervention des établissements employeurs (voir notamment les Vues 1. Les personnels non médicaux (la fonction publique hospitalière proprement dite) comptent. de métropole et des départements d’Outre-mer. Source DHOS : l’enquête SPE/SPS par corps. des critères de dénombrement sont établis (personnes en emploi principal. Parmi les personnels médicaux. les personnels techniques et ouvriers et enfin. les personnels des services de soins (cadres de santé. Pour éviter les doubles comptes dans l’agrégation des effectifs correspondants. Ils représentaient environ 7 % des non-titulaires des établissements publics de santé en 2006. les personnels qui appartiennent à la fonction publique hospitalière mais qui travaillent dans des structures appartenant aux collectivités territoriales (établissements sociaux ou médico-sociaux non autonomes) sont intégrés dans cette étude. alors qu’ils sont recensés par ailleurs avec les personnels territoriaux : 71 000 personnes environ seraient dans ce cas. Ainsi. les médecins contractuels. les personnels médicotechniques. autres paramédicaux.12 spécifique à la FPH). De même.1 et 1. aides soignants et agents des services hospitaliers. sont intégrés dans cette étude tandis qu’ils sont habituellement décomptés avec les agents de l’État dans les tableaux sur l’emploi public. Le Rapport annuel sur l’état de la fonction publique fournit un dénombrement des effectifs des trois versants de la fonction publique (État. Les données utilisées sont celles de la base administrative SAE (« données brutes » dans les tableaux). seuls les PUPH sont des titulaires relèvent du statut général de la fonction publique. Les autres personnels (10 %) travaillent dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Les non-titulaires rémunérés sur crédits de remplacement ne sont pas comptabilisés ici. L’étude présentée ici offre un panorama complet des agents relevant de la fonction publique hospitalière. infirmiers. etc.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Encadré 1 : L’emploi hospitalier dans l’emploi public Les effectifs de la fonction publique hospitalière (FPH) employés dans les établissements publics de santé représentent de l’ordre de 90 % de l’ensemble de la FPH. 70 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . leur quotité de temps de travail ou l’autonomie budgétaire de leurs employeurs. les personnels éducatifs et sociaux. les praticiens hospitalo-universitaires. Le champ de l’étude inclut les Dom et l’ensemble des établissements publics. par grandes catégories : les personnels administratifs et de direction. l’enquête SAE a été refondue en 2000).2 et la fiche thématique 1. parmi eux. quel que soit leur statut. Enfin. rémunérés par le ministère de l’Éducation pour la part de leur activité consacrée à l’enseignement.volume 1 . Elle peut donc fournir des données chiffrées légèrement différentes de la vue d’ensemble sur l’emploi public et des fiches thématiques correspondantes. ni les internes. Nomenclatures utilisées : Les personnels médicaux comprennent les praticiens hospitaliers (PH).). Ils ne comprennent pas les praticiens associés non autorisés à exercer la médecine en France. les praticiens statutaires sont les praticiens hospitaliers (PH) et les professeurs des universités praticiens hospitaliers (PU PH). y compris ceux du Service de santé des armées (SSA) sur les périodes considérées. ni les personnels faisant fonction d’internes. en raison des différences de champ. les professeurs des universités praticiens hospitaliers (PU PH). grade et échelon des personnels de la fonction publique hospitalière (champ établissements de santé et établissements sociaux et médico-sociaux). Encadré 2 : Définitions et méthodes Sources et champ de l’étude : Source Drees : enquête Statistique annuelle des établissements de santé (SAE) (hôpitaux publics. les praticiens adjoints contractuels (PAC) et les praticiens attachés. et cliniques et hôpitaux privés) pour les années 2004 à 2007 (base dite administrative . Cette proportion est plus faible chez les infirmiers (de l’ordre de 5 %). territoriale et hospitalière).

1 1 591.2 15 866.1 9 993.6 22 977. et non inf.2 183 824.3 6 003.3 13 296.1 15 290.0 2 527.5 5 517.9 23 373.0 16 423.0 22 571.9 24 218.2 Personnels médico-techniques Personnels techniques et ouvriers Source : SAE base administrative 2004-2007 (données brutes).0 36 399.9 1 529. Drees.8 37 008.4 1 004.2 218 258.7 2 313.4 21 954.3 32 821.1 940.2 37 280.2-1-4 : Évolution des effectifs des personnels non médicaux des établissements publics de santé en ETP de 2004 à 2007 Filières Personnel de direction et personnels administratifs Personnels des services de soins Statut Total Sages-femmes Surveillants (inf.4 91 099.6 12 337. auxiliaires puéricultrices et AMP) Agents de service hospitalier qualifiés (ASHQ) Autres personnels des services de soins Personnels des services de soins Total Personnels éducatifs et sociaux Personnels médico-techniques Total Personnels radiologie Autres personnels médico-techniques Total Total Total ETP 2004 86 105.3 216 389.4 34 553.8 6 192.7 33 815.1 37 515.3 24 297.3 2 409.0 89 831.9 56 971.5 11 785.7 9 238. spéc.7 761 741.6 2 004.2-1-3 : Évolution des effectifs des personnels médicaux des établissements publics de santé en ETP de 2004 à 2007 Spécialité Psychiatrie Autres disciplines Biologie médicale Autres disciplines Autres disciplines Total Chirurgie générale Spécialités chirurgicales Gynécologie-obstétrique Autres spécialités chirurgicales Spécialités chirurgicales Total Anesthésie réanimation Cardiologie et maladies vasculaires Médecine interne Spécialités médicales Pédiatrie Radiologie Médecine générale Autres spécialités médicales Spécialités médicales Total Total ETP 2004 6 139. Faits et chiffres 2008-2009 71 .0 181 660.) Aides soignants (y.1 5 352.2 530 629.3 525 082.6 3 618.5 ETP 2005 87 471.7 8 665.4 2 041.4 23 750.0 9 624.9 8 939.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Tableau AV 1.6 2 616.8 ETP 2007 89 113.7 Source : SAE base administrative 2004-2007 (données brutes).5 213 343.5 3 730.0 2 385.5 ETP 2006 6 244.0 22 532.9 8 361.7 2 483.4 59 358.8 58 398.6 536 540.1 2 158.5 998.8 5 624.3 748 919.1 763 425.3 2 367. et psych.2 2 322.2 2 279.0 78 426.1 15 637.3 3 629.0 11 973.0 37 486.4 13 189.3 90 708.4 13 037.8 534 940.2 10 230.1 2 354.1 ETP 2005 6 199.8 1 494.9 210 512.9 186 939.) Infirmiers (y.1 185 623.8 5 297.c.6 77 606.5 5 575.4 1 462.2 5 939.5 8 504.3 13 341.9 2 045.9 91 178.3 5 558.6 ETP 2007 6 500.3 12 869.c.1 24 017.1 5 644. Tableau AV 1.9 62 152.6 ETP 2006 88 376.2 8 999.8 2 351.9 75 751.3 9 329.0 8 831.1 8 858.3 863.9 7 519.1 5 809.2 8 945.0 3 593. Drees.7 24 138.2 78 433.1 2 552.3 23 838.2 5 393.8 8 072.5 756 553.7 24 243.1 10 425.

fr/drees/etude-resultat/er-pdf/er664.pdf • www.sante.gouv.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Bibliographie • www.gouv.gouv. Insee références.fr/drees/etude-resultat/er605/er605. édition 2008.fr/drees/etude-resultat/er-pdf/er691.fr/drees/donnees/es2006/es2006. Faits et chiffres 2008-2009.gouv. • Fiche thématique 1.pdf • Les salaires en France.volume 1 .sante.pdf • www.12 « Fonction publique hospitalière » de ce présent rapport.sante.pdf • www. 72 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .sante.

les entrées sont deux fois plus nombreuses en 2008 que les sorties définitives : toutes les disciplines en bénéficient. Faits et chiffres 2008-2009 73 . à temps partiel. Ils ne travaillent pas tous à temps complet : 5 676 praticiens travaillent. A En 2008. Les effectifs de praticiens hospitaliers à temps partiel. les effectifs de praticiens hospitaliers à temps plein continuent de progresser. sur les départs à la retraite (52 %). après plusieurs années de baisse continue. Les sorties définitives se concentrent. les effectifs de praticiens hospitaliers temps plein ont augmenté de +10 330. soit -0. des marges de recrutement existent encore : le tableau des emplois médicaux au 31 décembre 2008 fait apparaître 21 % de postes statutairement vacants (non occupés par des PH titulaires ou en période probatoire) pour les praticiens hospitaliers à temps plein et 36 % pour les praticiens hospitaliers à temps partiel.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Annexe 2 de la vue 1. mais les jeunes générations sont davantage féminisées. 1 Centre national de gestion des praticiens hospitaliers et des personnels de direction de la fonction publique hospitalière (CNG). L’emploi des praticiens hospitaliers continue de progresser en 2008 Au 31 décembre 2008.5 %). mais à un rythme ralenti par rapport aux années précédentes : +2.4 % en moyenne annuelle sur la période. sont repartis fortement à la hausse en 2008 (+6. les établissements publics de santé emploient près de 39 744 praticiens hospitaliers. en effet.9 % contre +5. soit +5. La majorité d’entre eux sont des hommes. quant à eux. Dans le même temps.2 : Les praticiens hospitaliers au 31 décembre 2008 Odile Romain Séverine Buisine CNG1 u 31 décembre 2008. près de 40 000 praticiens hospitaliers (PH) exercent dans les établissements publics de santé. soit une hausse de 3 % par rapport à 2007. toutes spécialités confondues. loin devant les démissions (28 %). pour plus de la moitié d’entre elles.3 % en moyenne annuelle de 2001 à 2008.3 % en moyenne annuelle sur la période. les praticiens à temps partiel ont vu leurs effectifs baisser de 5 840 en 2001 à 5 676 en 2008. Toutefois. dont 86 % comme praticiens hospitaliers à temps plein. Entre 2001 et 2008. Au niveau global.

2-2-1 : Effectifs des praticiens hospitaliers (temps plein et temps partiel) de 2001 à 2008 Statut PH temps plein PH temps partiel Ensemble PH Source : Sigmed. les praticiens recrutés sur ces statuts médicaux hospitaliers ne relèvent ni du statut général des fonctionnaires ni des statuts autonomes ou spéciaux. Effectifs au 31 décembre 2001 23 738 5 840 29 578 2008 34 068 5 676 39 744 Évolution en moyenne annuelle entre 2001 et 2008 5. le cas échéant. soit nommés dans un emploi de praticien à titre permanent. En effet. pour les chirurgiens-dentistes. pour les médecins. 6152-223 et R. 4127-98 et. Cependant.3% Évolution 2007-2008 2. elle renvoie à un statut médical spécifique. 6152-1 et suivants du code de la Santé publique : ils sont nommés et gérés par le Centre national de gestion des praticiens hospitaliers et des personnels de direction de la fonction publique hospitalière (CNG). 2° des indemnités et allocations dont la liste est fixée par décret. centre hospitalier régional.3% -0. CNG. Mais la notion de temps de travail diffère ici de la quotité du temps de travail. Ces émoluments sont fixés par arrêté des ministres chargés du budget. Ils suivent l’évolution des traitements de la fonction publique. L’avancement d’échelon est prononcé par le directeur général du CNG. Les praticiens hospitaliers (PH) sont recrutés par concours national organisé chaque année. Les lauréats sont inscrits sur une liste d’aptitude valable pendant quatre ans. Leur nomination relève de la compétence du CNG. soit admis à prolonger leur période probatoire pour une nouvelle durée d’un an. en position d’activité. les conditions de l’article R. Deux tours de recrutement sont organisés par an.O. La carrière des praticiens hospitaliers comprend 13 échelons. 4127-251.9% 6. 6152-221. Les PH postulent sur des postes vacants publiés au J. consacrent la totalité de leur activité professionnelle à l’établissement de santé et aux établissements. Les praticiens hospitaliers perçoivent après service fait (article R.4% 4. Les praticiens à temps partiel peuvent exercer une activité rémunérée en dehors de leurs obligations statutaires définies par les articles R. celles de l’article R. soit licenciés pour inaptitude à l’exercice des fonctions en cause. R. Les candidats issus du concours national de praticien des établissements publics de santé. de la commission statutaire nationale. après avis de la commission médicale d’établissement et du conseil exécutif. 313-12 du code de l’Action sociale et des familles.volume 1 . 6152-24 du code de la Santé publique. à l’exception des praticiens mentionnés à l’article R. Tableau AV 1. 6152-23) : 1° des émoluments mensuels variant selon l’échelon des intéressés. Les effectifs correspondants sont d’ailleurs comptabilisés dans la fonction publique de l’État dans les travaux et études figurant dans ce rapport (voir la Vue 1 sur l’emploi public et les fiches thématiques correspondantes). constatée par le ministre chargé de la santé . à l’issue de laquelle ils sont.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Encadré 1 : Les praticiens hospitaliers (temps plein et temps partiel) Les praticiens hospitaliers (PH) sont des agents publics qui relèvent d’un statut national régi par les articles R. hôpital local) et dans les établissements publics mentionnés au 1 de l’article L. Les PH exercent leurs missions dans les établissements publics de santé (centre hospitalier universitaire. 6152-60 du même code. centre hospitalier. sont nommés pour une période probatoire d’un an d’exercice effectif des fonctions. par arrêté du directeur général du Centre national de gestion des praticiens hospitaliers et des personnels de direction de la fonction publique hospitalière. constitue un corps de fonctionnaires de l’État (titulaires) du fait de son rattachement à l’Université. utilisée habituellement. de la santé et de la sécurité sociale. ainsi que.5% 3. le statut étant le terme en vigueur dans la fonction publique. Il existe deux modalités d’exercice de l’activité pour les praticiens hospitaliers : le temps plein et le temps partiel. Les praticiens temps plein.4% 74 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . sous réserve des dispositions de l’article R. services ou organismes liés à celui-ci par convention. 6152-224 du même code en respectant. Seule la catégorie des personnels hospitalo-universitaires (professeurs d’université praticiens hospitaliers (PUPH) et maîtres de conférence praticiens hospitaliers). relevant de leur spécialité de concours.

4% 6 5. Après avoir été soutenue sur l’ensemble de la période.9 %. avec +2.9% 2 0.5 % sur un an) : ils sont passés de 5 332 à 5 676.8 % en 2007 puis +2. Au total.2% -0. mais une majorité de femmes parmi les générations plus jeunes Quel que soit le statut. CNG. les PH à temps plein progressent de +2.8% 4 2. Chez les PH à temps partiel. En effet.8% 5.2-2-1 : Taux d’évolution annuel des effectifs des praticiens hospitaliers de 2002 à 2009 (en %) 2003/2002 10 2004/2003 2005/2004 2006/2005 2007/2006 2008/2007 2008/2009 8 7. Une majorité d’hommes chez les praticiens hospitaliers.2% 6.6% -2 PH temps plein -4 PH temps partiel -5. passant de 33 122 à 34 068.3% 0 0.9 % en 2008. ils représentent 58 % des effectifs chez les praticiens hospitaliers (PH) à temps plein et 59 % chez les PH à temps partiel. la moitié des hommes a moins de 50 ans. les effectifs de praticiens hospitaliers à temps partiel ont notablement augmenté (+6. avant de repartir à la hausse en 2008. Dans le même temps. la représentation des femmes est particulièrement forte chez les praticiens à temps partiel (75 %). Aux mêmes âges.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Au cours de la dernière année. En effet.2% 2.5% -6 Source : Sigmed.2% 5. Faits et chiffres 2008-2009 75 .8% 7. la population des PH à temps plein âgés de moins de 40 ans est constituée à 57 % de femmes. Chez les PH à temps plein. l’écart est plus important encore : la moitié des hommes a 54 ans contre 48 ans pour la moitié des femmes.1% -0. l’évolution des effectifs a été chahutée chez les PH à temps partiel : orientation à la hausse en 2002 et 2003. contre moins de 47 ans pour la moitié des femmes. Cette forte progression des praticiens temps partiel vient compenser les baisses enregistrées au cours des années antérieures. les hommes sont plus nombreux et plus âgés en moyenne que les femmes. Le rapport hommes-femmes est sensiblement inversé dans les classes d’âge plus jeunes. puis à la baisse jusqu’en 2007. la croissance des effectifs de praticiens hospitaliers temps plein ralentit de manière sensible à partir de 2007.5% -3. Graphique AV 1.

53 1. 2 Ces sept disciplines regroupent 51 spécialités (cf.79 2.52 1.9 ans Graphique AV 1. CNG. PH temps partiel Sexe ratio (1) 0.7 ans Hommes 19 101 259 547 837 823 605 82 3 273 58.54 ans 55 . Le poids des femmes varie aussi selon les disciplines.17 1.54 ans 45 .40 1.36 4. lequel est plus ou moins marqué selon les disciplines2.49 0.05 1.6 ans 53.7 ans 47. (1) Rapport hommes/femmes.volume 1 .2-2-2 : Effectifs rémunérés des praticiens hospitaliers au 31 décembre 2008 France entière PH temps plein Tranche d'âge 30 .49 ans 50 .9 ans 47.6 ans Hommes 569 2 035 2 990 3 993 3 721 3 621 2 424 238 19 591 57. 76 âges Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .35 Femmes 39 326 494 466 467 349 142 19 2 303 41.50% 46. CNG. 3 000 1 000 effectifs 1 000 3 000 5 000 PH temps plein PH temps partiel Hommes Femmes On observe un faible rajeunissement du corps des praticiens hospitaliers (PH).34 ans 35 . Tableau AV 1.49 ans 40 .64 ans 55 .2-2-2 : Effectifs rémunérés des praticiens hospitaliers au 31 décembre 2008 65 ans e t plus 60 .Vues d’ensemble 1 L’emploi public Tableau AV 1.6 ans 50.46 1.30% 46.2-2-8 ci-après).42 Femmes 786 2 614 2 847 2 734 2 434 2 044 948 70 14 477 42.9 ans Sexe ratio (1) 0.39 ans 40 .77 2.44 ans 35 .72 0.59 ans 50 .56 3.27 4.70% 52.36 1.78 1.31 0.64 ans 65 ans et + Ensemble PH Part (en %) Âge moyen Âge médian Source : Sigmed.34 ans 5 000 Source : Sigmed.44 ans 45 . avec notamment une surreprésentation en biologie et en pharmacie.50% 49.59 ans 60 .39 ans 30 .

64 ans 55 .49 ans 40 .59 ans âges Femmes 50 .54 ans 45 .34 ans 1100 800 500 200 0 100 effectifs Temps plein Temps partiel Femmes Femmes 50 .39 ans 30 .49 ans 40 .49 ans 40 .34 ans 50 .54 ans 45 .44 ans 35 .39 ans 30 . avec une progression de la féminisation dans les tranches d’âge les plus jeunes. 79 % chez les temps partiel.59 ans âges 50 . Hommes 65 ans et plus 60 .44 ans 35 .49 ans 40 .64 ans 55 . Hommes 65 ans et plus 60 . Hommes Femmes Femmes Temps plein Temps partiel 65 ans et plus 60 .59 ans âges Psychiatrie Une discipline exercée autant par les hommes que les femmes.39 ans 30 . même si les classes d’âge plus jeunes sont sensiblement plus féminisées. Hommes 65 ans et plus 60 .64 ans 55 .39 ans 30 . celles-ci étant plus nombreuses chez les plus jeunes.64 ans 55 .34 ans 900 700 500 300 100 0 100 effectifs 300 500 Temps plein Temps partiel 250 200 150 100 50 0 50 100 150 200 250 300 350 400 effectifs 700 Radiologie et imagerie médicale Une discipline où les hommes sont majoritaires (58 % chez les PH temps plein et 64 % chez les PH temps partiel).39 ans 30 .Vues d’ensemble L’emploi public 1 Graphiques AV 1.54 ans 45 .59 ans âges Femmes Temps plein Temps partiel Femmes 50 .59 ans 50 .39 ans 30 .49 ans 40 .64 ans 55 . Hommes 65 ans et plus 60 .34 ans Temps plein Temps partiel 300 200 100 0 effectifs 100 200 300 400 Médecine Une discipline à quasi-parité entre hommes et femmes.34 ans Temps plein Temps partiel 300 250 200 150 100 50 0 50 effectifs 100 150 200 Source : Sigmed.54 ans 45 .44 ans 35 .54 ans 45 .59 ans âges âges Chirurgie Une discipline qui reste largement masculine.64 ans 55 .39 ans 30 .44 ans 35 .44 ans 35 .64 ans 55 .59 ans âges Odontologie Une discipline exercée pour près de 60 % par des PH à temps partiel.49 ans 40 .34 ans Temps plein Temps partiel 2800 2300 1800 1300 800 300 0 200 700 1200 1700 2200 2700 effectifs 30 20 10 0 effectifs 10 20 30 Pharmacie Une discipline largement féminisée : 68 % de femmes chez les PH à temps plein.54 ans 45 . quel que soit le statut (81 % chez les temps plein et 83 % chez les temps partiel).54 ans 45 .34 ans 50 .44 ans 35 . CNG Faits et chiffres 2008-2009 77 .49 ans 40 . Hommes 65 ans et plus 60 .2-2-3 : Effectifs rémunérés des praticiens hospitaliers par discipline et par âge au 31 décembre 2008 Biologie Une discipline caractérisée par une majorité de femmes surtout chez les PH à temps partiel (72 %).44 ans 35 . Hommes 65 ans et plus 60 .

il existe un décalage entre la date de nomination et celle de la prise de fonction effective.2-2-3 : Solde net entrées-sorties des praticiens hospitaliers en 2008 AnesthésieBiologie réanimation PH plein temps PH temps partiel Source : Sigmed. les personnes pouvant réintégrer à tout moment. Tableau AV 1. dans les recrutements. assurant ainsi un renouvellement notable du corps (cf. la chirurgie (+82) et la psychiatrie (+110). ce qui permet de mieux répondre aux besoins en praticiens hospitaliers des établissements publics de santé. Ainsi. Cela conduit donc à un solde net d’emplois largement positif.9 % des effectifs en poste au 1er janvier 2008 (31 835 PH). tableau 4). dans un contexte de demande croissante de soins de la part d’une population vieillissante. soit 2. Au-delà du simple renouvellement des effectifs. Pour ce qui concerne le flux de sorties définitives (986 au total). Concernant les sorties. quelle que soit la discipline Le recrutement3 de praticiens hospitaliers observé au cours de l’année 2008 se situe à un niveau deux fois plus élevé que celui des sorties définitives. CNG.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Les entrées sont notablement plus nombreuses que les sorties définitives. 6152-9 du code de la Santé publique). les disponibilités ne sont pas considérées comme des sorties définitives. largement supérieur au niveau des sorties définitives en 2008. soit 4. la situation s’est sensiblement améliorée en termes de solde net d’emplois pour l’anesthésieréanimation (+64 pour l’ensemble temps plein + temps partiel). De même. 253 sorties définitives ont été enregistrées dans le corps (voir tableau AV 1. hors anesthésie-réanimation. garantit le renforcement des équipes. CNG.2-2-6). 3 Ne sont pas comptabilisés. hors anesthésie-réanimation. il s’avère que plus d’un lauréat sur deux est nommé sur un emploi relevant d’une spécialité médicale : 55 % des entrées pour les PH à temps plein et 53 % pour les PH à temps partiel. le niveau de recrutement des praticiens hospitaliers. 78 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Tableau AV 1.6 % de l’effectif en poste au 1er janvier 2008 (5 448 PH). pour les praticiens à temps partiel.2-2-5).volume 1 . les changements de statut tels que les praticiens hospitaliers temps à partiel qui deviennent praticiens à temps plein (R.2-2-4 : Lauréats nommés selon la discipline en 2008 Anesthésieréanimation PH plein temps Lauréats Part (en %) PH temps partiel Lauréats Part (en %) Source : Sigmed. ce sont également les spécialités médicales qui sont les plus représentées : 35 % des sorties pour les PH temps plein. Dans le même temps. 8 2 13 3 62 15 213 53 26 6 60 15 23 6 405 100 223 10 62 3 273 12 1 244 55 118 5 255 11 79 4 2 254 100 Biologie Chirurgie Médecine Pharmacie Psychiatrie Radiologie Total Si l’on considère le flux d’entrées de médecins dans la carrière de praticien hospitalier (2 659 au total). 59 5 14 5 Chirurgie 81 1 Médecine 903 108 Pharmacie 95 18 Psychiatrie 96 14 Radiologie 20 1 Total 1 268 152 Les sorties définitives de praticiens hospitaliers temps plein s’établissent à 986 en 2008 (voir tableau AV 1.

9 1 688 2.6 4 576 3.5 0.8% 51 2 1 341 34.5 % de sorties).5 ans 65.6 28.4% 1. départs à la retraite et démissions sont à des niveaux relativement voisins (respectivement 40 % et 31 % du total des sorties définitives). quant à elle.2 0.3 3 5 0 0 164 16. la radiation des cadres (pour cause de nomination en tant qu’hospitalo-universitaire ou directeur d’hôpital) arrivant juste derrière (21 %).3 1 529 1.2-2-5 : Modes de sorties définitives selon la discipline pour les PH à temps plein en 2008 PH plein temps Décès Démissions Licenciements Mise à la retraite Radiations Radiation des cadres (nomination hospitalo-universitaire ou directeur d'hôpital) Révocation-sanction disciplinaire Fin de contrat de praticien associé Total des sorties Part (en %) Effectif au 01/01/2008* Taux de sorties définitives Taux de départ à la retraite Âge moyen de départ à la retraite AnesthésieBiologie Chirurgie Médecine Pharmacie Psychiatrie Radiologie réanimation 10 37 0 105 7 2 2 0 44 0 4 60 0 76 12 18 107 2 155 5 4 2 0 17 0 16 27 0 106 4 1 42 0 13 2 Total 55 277 2 516 30 Part (en %) 5.1% 66.8% 2. CNG. mais elles atteignent 71 % chez les radiologues. L’âge moyen de départ à la retraite est de 65 ans chez les PH temps plein : il s’étale entre 64 ans pour les psychiatres et près de 67 ans chez les anesthésistes-réanimateurs et les radiologues.0 ans Source : Sigmed.9 ans 66.5% 64.3% 0 0 0 48 4. *Postes occupés hors odontologie. Au niveau global. le nombre le plus important de sorties définitives est enregistré chez les chirurgiens (4.1% 0 0 0 23 2.0% 103 2 1 986 100 31 835 3.3% 1. Graphique AV 1. CNG.8 ans 65.8% 2. la radiologie arrivant en deuxième position avec 4.5 ans 6 0 0 159 16.5 4 273 4.5% 1.1 4 230 3.6% 10.1% 1.6% 40 0 0 192 19. en seconde position avec 28 % des sorties. plus de la moitié des sorties de PH à temps plein concerne les départs à la retraite (52 %).9 ans 66.4 % des sorties.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Tableau AV 1.1 0.2-2-4 : Répartition des modes de sorties définitives pour les PH à temps plein en 2008 (en %) Radiation des cadres pour nomination hospitalo-universitaire ou directeur d 'hôpital 10% Radiations 3% Autres sorties 1% Décès 6% Démissions 28% Mise à la retraite 52% Source : Sigmed.5% 1.6 ans 65. Faits et chiffres 2008-2009 79 . Mais les départs à la retraite représentent jusqu’à 92 % des sorties définitives chez les biologistes et 74 % chez les pharmaciens.1 100 66. Chez les praticiens hospitaliers à temps plein.6 14 793 2. Les démissions arrivent.6% 2.0ans 1 0 0 59 6 1 334 4. chez les chirurgiens. À noter que.2 52.

Enfin.5 ans 64. départs à la retraite et démissions se situent à égalité. chez les radiologues.7 263 8% Total 11 101 12 125 3 1 253 100 5 448 5% Part (en %) 4. 42 % d’entre elles concernant les spécialités médicales.8 ans 63.9 ans 64. loin devant le départ à la retraite (35 %). les sorties définitives s’établissent en 2008 à 253. *Postes occupés hors odontologie.4 ans 64.1 1 054 6% 6 40 6 51 2 0 105 41.3 ans 62. Tableau AV 1.2-2-5 : Répartition des modes de sorties définitives des PH à temps partiel en 2008 (en %) Autres sorties 2% Décès 4% Démission en cours d'exercice 40% Mise à la retraite 49% Licenciement 5% Source : Sigmed. Mais les départs à la retraite atteignent jusqu’à 61 % des sorties définitives chez les chirurgiens à temps partiel. en revanche. En terme de motif de sorties définitives.5 2 752 4% 0 2 0 6 0 0 8 3.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Chez les praticiens hospitaliers à temps partiel. CNG.2 0. que. radiation pour inaptitude définitive. si bien que le taux maximal de départs à la retraite est observé dans cette profession avec 4 %. CNG.4 39. Graphique AV 1.9 ans 64.4 1. Autres sorties : Suspension dans l’intérêt du service.2-2-6 : Modes de sorties définitives selon la discipline pour les PH temps partiel en 2008 PH temps partiel Décès Démission en cours d'exercice Licenciement Mise à la retraite Radiation pour inaptitude définitive suite à congé maladie Suspension dans l'intérêt du service avec poursuites pénales Total des sorties Part (en %) Effectif au 01/01/2008* Taux de sorties définitives AnesthésieBiologie réanimation 0 2 0 1 0 0 3 1.2 816 6% 2 10 1 9 0 0 22 8.2 246 3% 1 27 2 16 0 0 46 18.2 202 4% Chirurgie Médecine Pharmacie Psychiatrie Radiologie 2 18 2 37 1 1 61 24.0 ans 63. 80 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . chez les psychiatres à temps partiel. devant les démissions : respectivement 49 % et 40 % des sorties définitives.9 4.4 100 Taux de départ à la retraite 1% 2% 4% 2% 2% 2% 3% 2% Âge moyen de départ à la retraite 66.0 ans Source : SIGMED. L’âge moyen de départ à la retraite est de 64 ans chez les PH à temps partiel : il s’étale entre 62.2 115 3% 0 2 1 5 0 0 8 3.volume 1 . À noter. le premier motif de sortie est la démission (59 %).5 ans chez les psychiatres et 66 ans chez les anesthésistes-réanimateurs.7 49. les départs à la retraite viennent en tête.

2-2-1 : Taux de vacance statutaire (1) des praticiens hospitaliers Temps plein Temps partiel NORD-PAS-DE-CALAIS NORD-PAS-DE-CALAIS PICARDIE HAUT E-NORMANDIE LORRAINE BASSE-NORMANDIE BRET AGNE PAYS DE LA LOIRE CENT RE ÎLE-DE-FRANCE CHAMPAGNE-ARDENNE ALSACE BOURGOGNE FRANCHE-COMT É PICARDIE HAUT E-NORMANDIE LORRAINE BASSE-NORMANDIE BRET AGNE PAYS DE LA LOIRE CENT RE ÎLE-DE-FRANCE CHAMPAGNE-ARDENNE ALSACE BOURGOGNE FRANCHE-COMT É POIT OU-CHARENT ES LIMOUSIN RHÔNES-ALPES POIT OU-CHARENT ES LIMOUSIN RHÔNES-ALPES AUVERGNE AQUIT AINE MIDI-PYRÉNÉES PROVENCEALPES-CÔT E D'AZUR AUVERGNE AQUIT AINE MIDI-PYRÉNÉES PROVENCELPES-CÔT E D'AZUR LANGUEDOC-ROUSSILLON LANGUEDOC-ROUSSILLON CORSE CORSE > au taux national Légèrement > au taux national autour du taux national < au taux national (5) (6) (6) (5) Très > au taux national > au taux national autour du taux national < au taux national (5) (9) (2) (6) Source : Sigmed. Pour les PH à temps partiel.4 %) sont enregistrés dans plusieurs régions : Basse-Normandie (31. Toutefois. quelles que soient la région et la discipline. Picardie (29. des taux de vacance statutaire supérieurs à la moyenne nationale (20.5 %) et en Pays de la Loire (50 %). Champagne-Ardenne (29 %) et Franche-Comté (27. pour les PH à temps plein.7 % et celui observé pour les temps partiel de 36 %. ce taux de vacance est à prendre avec précaution. le taux de vacance statutaire observé au niveau de la France entière pour les PH à temps plein est de 20. en Limousin (54.9%). Le taux de vacance statutaire n’est pas le taux de vacance réel des praticiens hospitaliers En 2008. En France métropolitaine. (1) Taux de vacance statutaire : ces données sont à utiliser avec précaution. Faits et chiffres 2008-2009 81 . Le taux de vacance statutaire n’est donc pas le taux de vacance réel. C’est une photographie à un moment donné : le nombre de postes vacants varie de façon importante selon le moment où la statistique est produite. Cartes AV 1. CNG.4%).Vues d’ensemble L’emploi public 1 Un tableau des emplois médicaux qui offre encore des perspectives Le nombre de postes statutairement occupés par des praticiens hospitaliers titulaires ou en période probatoire reste inférieur au nombre de postes budgétés.9%). certains taux de vacance statutaire sont supérieurs ou égaux à 50 % : en Alsace (54. car ces postes vacants sont souvent occupés par des praticiens contractuels ou temporaires. Les postes vacants peuvent être occupés par des temporaires.8 %).8%). en Basse-Normandie (53.

70% 20. 82 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .2-2-6 : Taux de vacance des praticiens hospitaliers par discipline (en %) 50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Biologie Source : Sigmed.4% 36.2-2-7 : Taux de vacance des praticiens hospitaliers par discipline PH temps plein Nombre de postes budgétés Biologie Chirurgie Médecine Odontologie Pharmacie Psychiatrie Radiologie et imagerie médicale Ensemble Source: Sigmed.6 %). CNG.50% 22. Chirurgie Médecine Odontologie Pharmacie Psychiatrie Radiologie et imagerie médicale PH Temps plein PH Temps partiel Tandis que le taux de vacance statutaire en pharmacie est très faible pour les PH à temps plein (8 %). CNG.40% 33.volume 1 .0% 47.00% 25. 1 963 5 634 25 251 72 1 817 5 912 2 015 42 664 Nombre de postes occupés 1 765 4 525 20 069 56 1 672 4 410 1 338 33 835 Taux de vacance statutaire 10.0% 25. la radiologie affiche des taux de vacance statutaire élevés.10% 19. Tableau AV 1. Seul le taux de vacance statutaire en odontologie est sensiblement équivalent entre les deux statuts (autour de 20 %).2-2-8).6 %). Enfin.6% 41.0% Graphique AV 1.70% Nombre de postes budgétés 279 1 440 4 528 128 471 1 360 477 8 683 PH temps partiel Nombre de postes occupés 197 1 045 2 897 96 247 798 274 5 554 Taux de vacance statutaire 29.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Quelle que soit la discipline.6 %) que chez ceux à temps partiel (42. aussi bien chez les praticiens hospitaliers à temps plein (33.4% 27.6% 36. le taux de vacance statutaire reste toujours plus élevé pour les PH à temps partiel que pour les temps plein (voir le détail par disciplines et spécialités dans le tableau AV 1.60% 20. il atteint un maximum chez les PH à temps partiel (47.20% 8.3% 42.

70% hématologie clinique 245 210 14.70% médicale Total radiologie et imagerie médicale 2 015 1 338 33.00% Pharmacie Total pharmacie hospitalière 1 817 1 672 8.40% Chirurgie chirurgie générale 398 324 18.10% 76 50 34.70% ophtalmologie 299 228 23.80% 20 17 15.90% 96 59 38.20% 63 42 33.50% 417 308 26.40% 81 61 24.50% 11 8 27.30% médecine interne 702 604 14.40% 1 360 798 41.70% 245 117 52.70% endocrinologie et métabolisme 353 293 17.00% médecine générale 2 564 2 014 21.60% 42 23 45.90% 128 91 28.Spécialités Source: Sigmed.80% 519 370 28.00% 471 247 47.20% gastro-entérologie et hépatologie 886 739 16.Vues d’ensemble L’emploi public 1 Tableau AV 1.20% cardiologie et maladies vasculaires 1 395 1 081 22. maladies tropicales 139 118 15.90% pédiatrie 2 111 1 692 19.60% Total France Entière 42 664 33 835 20.00% hygiène hospitalière 188 155 17.80% médecine d'urgence 3 645 2 902 20.60% 177 135 23.70% chirurgie vasculaire 144 110 23.80% oncologie radiothérapique 172 124 27.90% 14 10 28.20% chirurgie plastique reconstructrice et esthétique 41 30 26.00% Total médecine 25 251 20 069 20.90% neurologie 733 580 20.00% hémobiologie transfusion 246 212 13.60% Psychiatrie Total psychiatrie polyvalente 5 912 4 410 25.10% 106 36 66.70% médecine de la reproduction et gynécologie médicale 20 16 20.20% immunologie clinique 12 10 16.50% santé publique 568 437 23.60% chirurgie urologique 293 214 27.2-2-8 : Emplois médicaux France entière par disciplines et spécialités pour les praticiens hospitaliers temps plein et temps partiel (situation au 31 décembre 2008) PH temps plein PH temps partiels Nombre Nombre Taux Nombre Nombre Taux de postes de postes de vacance de postes de postes de vacance budgétés occupés statutaire budgétés occupés statutaire Biologie Total biologie 1 963 1 765 10.00% rhumatologie 249 212 14.70% 458 267 41.00% 82 64 22.90% oncologie médicale 278 185 33.80% 5 5 0.20% 128 96 25. CNG.50% 177 142 19.50% 4 4 0.30% médecine physique et de réadaptation 443 346 21.30% chirurgie maxillo-faciale 48 39 18.80% 10 9 10.00% Disciplines .00% 394 268 32.70% 1 440 1 045 27.10% médecine légale 51 39 23.00% 85 71 16.30% 12 9 25.80% 22 17 22.70% 24 17 29.70% chirurgie thoracique et cardio-vasculaire 148 123 16.90% stomatologie 37 34 8.70% génétique médicale 76 57 25.00% neurochirurgie 158 131 17.30% chirurgie infantile 170 146 14.00% chirurgie orthopédique et traumatologique 1 024 818 20.60% 477 274 42.20% Radiologie médecine nucléaire et imagerie radiologie 1 849 1 208 34.00% anesthésie-réanimation 5 718 4 535 20.70% 5 5 0.30% chirurgie viscérale et digestive 807 676 16.70% pharmacologie clinique et toxicologie 28 24 14.00% 62 38 38.90% Total chirurgie 5 634 4 525 19.10% 23 22 4.10% dermatologie et vénéréologie 145 127 12.70% 19 7 63.00% 17 15 11.40% 336 269 19.00% 4 0 100.70% médecine du travail 54 37 31.50% 4 528 2 897 36.60% 18 12 33.40% Médecine anatomie et cytologie pathologiques 317 263 17.40% 516 337 34.70% 268 195 27.00% Odontologie Total odontologie 72 56 22.00% 54 41 24.90% 517 255 50.30% 0 0 --pneumologie 858 708 17.10% 279 197 29.90% gériatrie 1 834 1 396 23.20% oto-rhino-laryngologie 345 292 15.00% 7 4 42.10% 15 8 46.30% 166 130 21.50% 36 13 63.90% 85 71 16. Faits et chiffres 2008-2009 83 .80% 46 35 23.90% 14 12 14.00% Spécialité non signalée 2 0 100.50% néphrologie 566 454 19.00% maladies infectieuses.50% 991 572 42.30% gynécologie et obstétrique 1 722 1 360 21.10% 3 1 66.50% explorations fonctionnelles 60 53 11.70% 8 683 5 554 36.10% 111 90 18.30% réanimation médicale 593 446 24.60% 30 14 53.

du préfet de région. sociaux et médico-sociaux (fusion du corps des directeurs d’établissements sanitaires et sociaux et du corps des directeurs d’établissements sociaux et médico-sociaux le 1er janvier 2008). régi par les dispositions réglementaires du décret n° 2007-704 du 4 mai 2007. des actes réglementaires les concernant. etc. s’adressent aux praticiens hospitaliers à temps plein et à temps partiel et aux directeurs relevant de la fonction publique hospitalière : les directeurs d’hôpital et les directeurs d’établissements sanitaires. Cette automatisation permet d’améliorer la fiabilité des informations et les délais de transmission. établissement d’affectation. la base de données est nationale. etc. L’objectif du CNG est de développer une gestion plus moderne à la fois collective et individuelle des personnels : gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Son conseil d’administration s’est tenu pour la première fois le 13 décembre 2007. Conçu comme un outil devant répondre aux besoins de l’ensemble des services qui assurent la gestion des personnels médicaux des établissements publics de santé. Son périmètre d’action se concentre sur les établissements sanitaires. Ce système est désormais géré par le Centre national de gestion de la fonction publique hospitalière : il renseigne sur les emplois médicaux (postes) et sur la situation des praticiens hospitaliers tout au long de leur carrière (position statutaire.volume 1 .). sociaux et médico-sociaux publics. développement des passerelles interfilières et interprofessions. Le CNG assure également l’organisation de 17 concours nationaux. aux établissements publics de santé et aux praticiens concernés. SIGMED a pour fonction d’automatiser l’ensemble des procédures de gestion. Encadré 3 : Source et champ des données Le Système d’information et de gestion des personnels médicaux (Sigmed) a été mis en place par arrêté du 27 septembre 1999 portant création d’un traitement automatisé d’informations nominatives pour la gestion des praticiens hospitaliers exerçant dans les établissements publics de santé. détachement. sous tutelle du ministère chargé de la santé. qui couvrent l’ensemble du territoire national. du préfet de département ou du directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation. en fonction de leurs compétences respectives. qu’elles soient de la compétence du CNG. juridique et financière de ses missions. y compris les Dom. 84 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . disponibilité. suivi des parcours individuels de carrière. Elle est alimentée par chacune des structures administratives précisées ci-dessus. Ses missions.Vues d’ensemble 1 L’emploi public Encadré 2 : Le Centre National de Gestion des praticiens hospitaliers et des personnels de direction de la fonction publique hospitalière (CNG) Le CNG est un établissement public à caractère administratif. donnant ainsi à l’établissement la pleine responsabilité administrative. médicaux et administratifs.

2 2.1 Les mouvements de personnels dans la fonction publique territoriale en 2007 Annexe de la vue : Le concours de rédacteur territorial en Île-de-France : l’exemple de la session 2007 Les départs à la retraite dans les trois fonctions publiques 2.3 Faits et chiffres 2008-2009 85 .Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Les recrutements externes dans la fonction publique de l’État en 2007 2.

.

Dans un contexte de modernisation et de réorganisation de l’action publique. Cependant. partie 2. malgré une offre d’emplois restée stable. concours unique et 3ème concours. Leur nombre représente l’équivalent de 1. notamment dans l’enseignement. Il s’agit le plus souvent de jeunes diplômés qui chaque année renouvellent le personnel administratif. Bureau des statistiques. a permis à 37 109 candidats 75 des recrutés externes d’intégrer la FPE. moitié moins qu’en 2002. et que de nouvelles pratiques de gestion des ressources humaines ont été introduites afin de faire évoluer les modes de recrutement (voir le volume 2 du présent rapport annuel. la sélectivité est en baisse pour les concours externes (1 admis pour 12 présents. il est à noter que. le volume d’emplois proposé est déterminé en partie par les besoins de renouvellement des effectifs (départs à la retraite). mais aussi par la volonté d’ajuster les ressources humaines aux priorités et objectifs fixés. mais ont au moins bac +3. mais aussi par recrutements sans concours grâce à des dispositifs dérogatoires mis en place depuis 2002. Si la réduction des recrutements a débuté dès 2003.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 2.5 à 2 % de l’effectif total de la FPE selon les années. ont été moins attractifs en 2007. Cependant. la révision générale des politiques publiques (RGPP) a ouvert un important chantier de transformations des administrations. Les flux d’entrées de personnels dans la fonction publique de l’État (FPE) se composent des candidats extérieurs à l’administration qui se présentent au recrutement. des études et de l’évaluation. des voies d’accès externes. les concours de catégorie A. pour les années à venir. Le profil des nouveaux entrants reste proche des années précédentes : un niveau d’études plus élevé que le niveau requis et des femmes qui se présentent plus nombreuses et réussissent mieux que les hommes. la stabilité globale du nombre de recrutés entre 2006 et 2007 cache des disparités importantes d’un ministère à l’autre : de +81 % à la Santé à -62 % à la Défense.1 Les recrutements externes dans la fonction publique de l’État en 2007 Nunzia Bounakhla DGAFP1 rienté à la baisse depuis plusieurs années. Les recrutements par concours unique (1 636 lauréats) et par 3ème concours (856 lauréats) sont également en très légère progression par rapport à 2006. comme depuis 2004. notamment pour occuper certains emplois de catégorie C. qui représente 93 % de l’ensemble 1 admis pour 11 candidats.1 Mieux recruter). l’État a recruté 695 personnes de plus qu’en dans la FPE en 2007. les recrutements externes de la fonction publique de l’État s’établissent à un niveau inférieur à celui des départs à la retraite de titulaires : 62 recrutements pour 100 départs en 2007. soit 2 % de plus que l’année précédente. 1 DGAFP. Faits et chiffres 2008-2009 87 . La sélection des nouveaux arrivants se fait essentiellement par concours externes. O Pour la première fois depuis 2002. Le concours externe. 2006. contre 1 pour 13 en 2006) . le nombre de Chiffres-clés recrutements externes de la fonction publique de l’État (FPE) connaît une stabilisation en 2007 : avec 39 867 39 867 recrutements externes nouveaux entrants.

1 0.volume 1 . Même chose pour le 3ème concours. des études et de l’évaluation. puis il a été étendu aux autres concours.4 1. Le concours externe. qui a permis l’entrée de 39 personnes supplémentaires (856 en 2007 au lieu de 817 en 2006). ouvriers spécialisés.1-1 : Nombre de recrutements externes et part des recrutements sans concours entre 2000 et 2007 2000 Concours externe Externe par concours Externe sans concours loi n° 2001-2(1) Concours unique 3 ème 2001 57 742 57 742 0 4 253 0 0 61 995 0 2002 63 151 59 619 3 532 2 445 1 454 0 67 050 3532 2003 55 195 52 510 2 685 2 565 1 532 0 59 292 2685 2004 46 515 43 415 3 100 1 364 1 255 0 49 134 3100 2005 45 090 42 022 3 068 1 433 782 72 47 377 3140 2006 36374 36151 223 1 561 817 420 39 172 643 2007 37109 36429 680 1 636 856 266 39 867 946 Part (en %) 93. ce qui représente une progression de 2.) progresse aussi de façon discrète : 1 636 lauréats (soit 75 de plus en un an). Ce concours est réservé aux personnes ayant déjà une expérience professionnelle dans le privé ou un mandat électoral. etc.0 %. Mais cette progression est de faible ampleur. Le niveau de recrutement reste de fait moitié moins important qu’en 2002 où 63 151 personnes avaient été recrutées en externe. L’année 2007 se traduit par une stabilisation du nombre de recrutés dans la fonction publique de l’État : 39 867 recrutés soit 695 entrants supplémentaires par rapport à 2006. les administrations ont fortement ralenti leurs recrutements pour atteindre un niveau plus bas que celui de 1998. DGAFP.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Concours externes et recrutements sans concours : stabilisation en 2007 Entre 2002 et 2006.1 2. (1) Loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001. bureau des statistiques. qui représente 93 % de l’ensemble des voies d’accès externes.4 54 357 54 357 0 4 376 0 0 58 733 (3) concours Pacte (sélection sans concours)(2) Total recrutement externe Dont externe sans concours 0 Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. il ne concernait que les postes offerts à l’École nationale d’administration (Éna) et aux Instituts régionaux d’administration (Ira). ce qui reste bien en deçà du niveau de 1998 (2 536 recrutés). soit 735 personnes de plus qu’en 2006. Le concours unique par lequel sont recrutés des personnels aptes à occuper des postes spécialisés (chercheurs.0 2. (3) = (1) + (2).7 4. Avant 2002.7 100. 88 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Tableau V 2.1 91. a permis à 37 109 candidats d’intégrer la fonction publique de l’État. Mais cette faible progression des recrutés en 2007 est loin de permettre un retour au niveau de 2002 (1 454 lauréats).

DGAFP. Graphique V 2. DGAFP. Flux annuel de nouveaux pensionnés (*) Recrutés par concours externe Faits et chiffres 2008-2009 89 . * Avant 2002. (*) Flux annuel de pensions de droit direct entrés en paiement (titulaires FPE. le 3ème concours ne concernait que l’Éna et les Ira. Jusqu’en 2002. bureau des statistiques.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphique V 2. recrutements externes et départs à la retraite de titulaires se sont quasiment équilibrés. le nombre de recrutements s’établissait à un niveau supérieur à celui des départs à la retraite de titulaires.1-1 : Évolution du nombre des recrutés externes par voie de sélection de 1998 à 2007 (base 100 en 1998 en %) 200 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Externe Unique 3ème concours* Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. Service des retraites de l’État (chiffres 2007 provisoires). évalué ici à partir des entrées en pension de droit direct : de l’ordre de 120 recrutements pour 100 départs à la retraite en moyenne annuelle de 1998 à 2002. les entrants ne sont plus que 39 867 pour 64 930 départs en retraite. le rapport s’est inversé : 100 départs à la retraite pour 62 recrutements. En 2007. hors militaires et ouvriers d’État). des études et de l’évaluation. Depuis. En 2003.1-2 : Flux annuel de nouveaux pensionnés et de recrutés par concours de 1998 à 2007 80 000 64 930 70 000 60 000 50 000 39 867 40 000 30 000 20 000 10 000 0 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. bureau des statistiques. des études et de l’évaluation .

il en représentait entre 6 et 7 % avec 3 068 recrutés en 2005. Deux voies le permettent : le recrutement direct sans concours. En 2007. alors qu’il y en avait eu 420 en 2006. 90 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Il s’agit de rendre les emplois publics accessibles à une population en marge des candidatures habituelles. d’ouverture et de diversification du recrutement. pour l’heure. l’impact véritable de tels dispositifs ne pourra se mesurer qu’au terme de plusieurs années d’observation. pour accéder aux premiers grades des corps de la catégorie C. DGAFP. hospitalière et de l’État) institué par l’ordonnance n° 2005-901 du 2 août 2005. 680 personnes extérieures à l’administration ont été recrutées sans concours pour occuper des emplois de catégorie C. il est à noter qu’entre 2002 et 2005. Ce type de recrutement représente 1.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Parallèlement aux voies traditionnelles d’accès. Ce dispositif mis en place depuis deux ans n’a pas encore montré de résultats significatifs. le Pacte (Parcours d’accès aux carrières de la fonction publique territoriale.1-3 : Évolution du nombre des recrutés externes sans concours et Pacte de 2002 à 2007 (base 100 en 2002) 700 600 500 Externe sans concours 400 300 200 100 0 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Pacte Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. bureau des statistiques. une remontée semble probable d’autant que les résultats partiels pour l’année 2008 font d’ores et déjà état de 1 990 postes offerts. On n’enregistre en effet que 266 contrats de ce type pour 2007. Graphique V 2. Cependant. Si. il existe la possibilité de devenir titulaire de la fonction publique sans passer de concours. sur ces deux dernières années. est un contrat de droit public s’adressant aux jeunes de 16 à 25 ans révolus sortis du système scolaire sans diplôme. soit 0.volume 1 . des études et de l’évaluation. Cette possibilité existe depuis 2001 dans la loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001. le poids des recrutements sans concours dans le recrutement externe total est très faible. volet « modernisation du recrutement » titre II.6 % de l’ensemble. Elle est de nouveau prévue dans la loi n° 2007-148 du 2 février 2007 relative à la modernisation de la fonction publique qui a modifié les dispositions statutaires pour permettre ce type de recrutement. Si. pour une durée de un à deux ans à l’issue de laquelle la titularisation est proposée si le candidat a donné satisfaction. les chiffres ne traduisent pas encore d’effets importants. Ces mesures s’inscrivent dans un contexte de réforme des concours. dont l’effet était limité dans le temps et s’est achevé en 2006.7 % de l’ensemble des flux externes. Il propose en alternance une période d’activité et de formation. et est en augmentation par rapport à 2006 : 223 personnes avaient alors été recrutées.

Ces postes ont attiré un nombre plus important de postulants. passant de 1 admis pour 13 présents en 2006 à 1 pour 12 en 2007. Le 3ème concours. Faits et chiffres 2008-2009 91 . ils étaient 440 352 présents en 2007 contre 491 127 en 2006 (-50 775).Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Pour la première fois depuis 2002. ce qui a produit un accroissement tout aussi important de la sélectivité (13. Note de lecture : au concours externe de 2007. en revanche. la sélectivité est en baisse pour les concours externes. de 2002 à 2007. Ce taux permet d’évaluer l’attractivité de l’offre et sa variation d’une année sur l’autre En 2007. La sélectivité est revenue à son niveau de 2005.0 %.3 %).9 en 2006). Ils étaient 12 883 en 2007 contre 18 295 en 2006.6 point. La voie externe sans concours est la plus sélective en 2007 : 1 candidat sur 16 a été retenu. contre 1 sur 6 pour le Pacte.1-4 : Évolution du taux de sélectivité par voie de recrutement externe de 2002 à 2007 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Externe Unique 3ème concours 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. les candidats étaient beaucoup moins nombreux qu’en 2006 et la sélectivité baisse de -1. 275 postes supplémentaires ont été proposés par recrutements externes sans concours (882 en 2007 au lieu de 607 en 2006). Même chose pour le concours unique qui a séduit beaucoup moins de candidats. avec un écart d’1 à 16. Au concours externe. la sélectivité s’établit à 12. fait baisser la sélectivité de 2 points. Cette désaffection (-10. Elle était de 13 en 2006. L’observation sur plusieurs années. a augmenté sa sélectivité d’un point. la fonction publique de l’État a attiré moins de candidats qu’en 2006 : sur l’ensemble des recrutements externes.4 à 7. montre cependant des fluctuations importantes. Graphique V 2. soit 1 admis pour 8 présents. la stabilité du nombre de recrutés fait écho à celle de l’offre d’emploi public. mais augmente pour les recrutements sans concours La sélectivité est le rapport entre le nombre de candidats présents et le nombre de candidats admis à un concours. et de 11 en 2007. Cependant. Après une année d’offre très restreinte accompagnée d’un très faible nombre de candidatures en 2006. alors même que les postes offerts n’ont reculé que de 1.8 au lieu de 2. en passant de 6. soit 1 admis pour 12 présents. DGAFP. Il y a eu plus de candidats (+815) alors que les postes offerts étaient sensiblement moins nombreux (-47).5. bureau des statistiques. des études et de l’évaluation. soit une diminution d’un tiers pour un nombre de postes en hausse (1 733 au lieu de 1 411).

on compte 11. soit -19. les postulants ont été moins nombreux de 17. En 2007. Les concours de catégorie A et B ont été moins attractifs en 2007. Les candidats aux postes de gardiens de la paix sont passés de 21 056 à 16 870. où les candidats présents ont diminué à l’Éducation nationale (conseiller principal d’éducation -15. notamment dans l’enseignement.9 % de moins à celui de professeur des écoles.volume 1 .5 % de candidats en moins. alors que la catégorie B n’en représente que 17. de 12. bibliothécaire -13.8 %). Cette baisse d’attractivité est perceptible notamment pour les concours d’enseignants. mais aussi pour intégrer les écoles de formation de cadre . 1 sur 15 en 2006 alors qu’il y en avait 1 sur 26 en 2004).6 % pour les postes de secrétaire administratif scolaire et universitaire.8 %) ou encore à la Justice (greffier en chef -3. le nombre de postulants est inférieur à celui de 2006 de 34. bureau des statistiques. Pourtant.5 % et la catégorie C 12. la sélectivité a encore baissé pour atteindre son niveau le plus bas depuis 2002 (1 personne admise sur 14 en 2007. des études et de l’évaluation. à l’Intérieur (élève commissaire de police -6. on remarque une désaffection pour les concours de catégorie B. Tout comme en catégorie A.0 % pour les emplois de contrôleur du Trésor et de 16. De même. l’offre d’emploi en catégorie B est en légère baisse avec 295 postes offerts de moins qu’en 2006 (-4.8 %. les candidats aux postes de catégorie A sont venus moins nombreux.8 % de moins aux concours d’agrégé et 4. DGAFP. à la Recherche (chargé de recherche au CNRS -19. avec -5. 14. 92 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 %. Au concours de professeur certifié. la catégorie A est celle dont l’effectif est le plus important avec 70. alors que l’offre d’emploi est restée stable Sur l’ensemble des recrutements externes.2 %.3 % des recrutés.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Graphique V 2.1-5 : Évolution du taux de sélectivité par voie de recrutement externe sans concours et Pacte de 2002 à 2007 18 16 14 12 10 8 6 4 2 0 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Pacte Externe sans concours Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. Note de lecture : la sélectivité des Pacte s’établit à 6 en 2007.7 %). Le recrutement dans cette catégorie est le seul à avoir diminué (-393 lauréats).2 %). faisant baisser la sélectivité de 2 points (9 au lieu de 11).0 % pour les emplois de contrôleur des impôts. Malgré une stabilité dans le nombre d’emplois proposés et un niveau de recrutement en légère progression par rapport à 2006 (+2. au concours des Ira.5 %. comme à l’école d’attaché statisticien.0 %.9 %). conseiller d’orientation psychologue -33.2 %. Même constat pour les emplois hors enseignement. soit 1 admis pour 6 présents.4 %).

3 13. DGAFP. ce qui correspond pour partie à la demande puisque 70 % des recrutements s’effectuent sur des postes de catégorie A (notamment dans l’enseignement).2 100. Pour cette catégorie de fonctionnaires chargés de fonctions d’exécution. des études et de l’évaluation.0 Recrutés par niveau de diplôme en 2007 (en %) Bac+3 à +5 Bac et bac+2 Brevet. CAP ou BEP Sans diplôme Diplôme inconnu Total 75.1-2 : Comparaison entre le nombre des recrutés par catégorie hiérarchique et le niveau de diplôme des candidats en 2007 Nombre de recrutés en 2007 (en %) Catégorie A Catégorie B Catégorie C Total 70.0 Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État.8 en 2006 à 22. où le niveau de diplôme exigé est celui de la licence. soit 1 admis pour 22. Le niveau d’études des nouveaux arrivants dans la fonction publique de l’État reste plus élevé que celui requis Plus de 7 lauréats sur 10 possèdent au moins un niveau bac +3. notamment pour les recrutements sans concours. Note de lecture : en 2007.4 3. Seuls les concours de catégorie C ont vu leur sélectivité progresser de façon importante passant de 17.9 en 2007. bureau des statistiques. des études et de l’évaluation. soit une augmentation de 5 points. la sélectivité s’établit 22. Tableau V 2. ont été plus nombreux (+6 % sur l’ensemble de la catégorie). bureau des statistiques.3 17.3 7. les candidats.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphique V 2.9 candidats.0 1.0 100.9 pour les catégories C. DGAFP. Faits et chiffres 2008-2009 93 .5 12.1-6 : Évolution du taux de sélectivité (ensemble des recrutements externes) par catégorie hiérarchique de 2002 à 2007 30 2002 25 2004 2006 20 2003 2005 2007 15 10 5 0 Catégorie A Catégorie B Catégorie C Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État.

voire plus. 7 avaient un diplôme de niveau bac +4. au concours de contrôleur des impôts. DGAFP.1-7 : Niveau de diplôme des lauréats au concours par catégorie hiérarchique sur l’ensemble des concours externes en 2007 (en %) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 A B C Bac +4 et +5 Bac +2 et +3 Bac BEPC et sans diplôme Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. 94 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . sur 233 recrutés. bureau des statistiques. soit la majorité. la parité est plus équilibrée puisque les femmes ne représentent plus que 48.3 %.2 % d’hommes. hors enseignement. des études et de l’évaluation. Les femmes se présentent plus nombreuses que les hommes et réussissent mieux. Même constat pour le concours de secrétaire administratif de l’équipement : sur 26 recrutés. notamment pour les postes d’enseignants La part des femmes dans le recrutement aux concours externes est de 63. celui du concours de gardiens de la paix : sur 949 recrutés.9 %. Autre exemple. sur 5 850 postes proposés en catégorie B. et 6 bac +5. En 2007. et sur 3 419 postes proposés en catégorie C seuls 1 719 candidats retenus n’avaient pas de diplôme ou seulement le brevet. Le complément des postes. On les retrouve majoritairement dans l’enseignement où leur part parmi les recrutés est de 73. Elles réussissent mieux que les hommes puisqu’elles ne sont que 58. alors que 135 lauréats avaient au moins un diplôme bac +3.8 % parmi les candidats présents lors des épreuves de sélection. En revanche. Graphique V 2. est pourvu par des candidats ayant plus que le niveau requis. ils étaient 714 à ne posséder que le bac. hors Éducation nationale.8 % des recrutés pour 51. Ainsi. pour lesquels le baccalauréat est requis. soit strictement le niveau requis dans les deux cas. ont une licence.volume 1 . la moitié avait au moins un diplôme bac +4. on constate que de nombreux candidats passant des concours de catégorie B. 3 416 lauréats avaient seulement le baccalauréat.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Cependant.

1-9 : Part des femmes admises sur les postes d’enseignement et hors enseignement en 2007 Enseignement Hors Enseignement 26. les femmes sont 73. Les recrutements restent globalement stables. mais aussi de techniciens supérieurs (12 pour 54) et de secrétaires de documentation (9 pour 18).8 %).2% 48. tous concours confondus (69. Faits et chiffres 2008-2009 95 . Le ministère de la Culture a lui aussi diminué les recrutements. le recrutement d’ingénieurs d’étude et de fabrication a subi la même accentuation de la baisse (13 en 2007 pour 90 en 2006). sur les emplois de catégorie B. comme le ministère de la Défense qui n’a accueilli que 384 externes contre 1 010 en 2006. À noter qu’elles sont volontaires aux recrutements sans concours à une forte majorité. leurs résultats ne sont pas aussi satisfaisants car moins de la moitié des entrants sont des femmes (44. 24 Pacte ont cependant été signés dans ce ministère.4 %) mais ne réussissent pas aussi bien (54.1% 51. avec de fortes disparités d’un ministère à l’autre Si le recrutement tous ministères confondus affiche sa quasi stabilité en 2007 (+1. il n’y a pas eu de concours de secrétaire administratif alors que 134 personnes avaient été recrutées en 2006 dans ce corps.8% 73. Certains ont fortement accentué leur baisse de recrutement. La catégorie C attire plus de femmes que d’hommes . qui n’en avait pas proposé en 2006. on constate une inégale politique de recrutement selon les ministères. Parmi les corps de catégorie A.1-8 et V 2.6 %). des études et de l’évaluation.2 % à être retenues. En revanche. Ce ministère a fortement réduit le nombre de techniciens de classe normale (9 en 2007 pour 185 en 2006).3 % à déposer leurs candidatures et 68. bureau des statistiques.1 % à se présenter.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphiques V 2. Même chose en catégorie C avec -29 % d’entrants. Elles sont recrutées majoritairement en catégorie A. essentiellement en catégorie C (agent technique -26). DGAFP.4 %) alors qu’elles sont 56. Leur place est d’importance variable selon les catégories hiérarchiques.9% Homme Femme Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. En catégorie B (la plus concernée par la baisse des recrutés).2 %). Sur ce type d’emploi. on constate qu’elles sont nombreuses à tenter les épreuves (66.

9 1.2 15. La baisse globale pour ce ministère est de 13 %. il n’y a pas eu de concours dans les corps de conseiller en insertion et probation. 2006 et 2007 Ministères Affaires étrangères Agriculture Culture Défense et anciens combattants Economie finances et industrie Education nationale et recherche Emploi. d’éducation physique et sportive (398).6 -10.0 0. À l’Éducation nationale.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Au ministère de la Justice. Les nouveaux professeurs agrégés (1 438). Le ministère de l’Équipement réduit le nombre d’entrées dans les corps de l’aviation civile : ingénieur du contrôle de la navigation aérienne (-98) et ingénieur électronicien des systèmes de sécurité (-12).9 -12. Certains affichent une progression importante. ce sont les corps de catégorie B et C qui ont bénéficié de cette hausse. bureau des statistiques. le recrutement en 2007 est stable.6 0. Certains concours qui n’avaient pas eu lieu en 2006 ont été organisés en 2007 comme celui d’adjoint administratif (225 recrutés). Seuls les professeurs des écoles voient leur nombre en augmentation de 6 % avec 829 entrants de plus qu’en 2006.3 Evolution 2006/2007 (en %) 8. d’éducateur spécialisé (8).9 -22. De 1 248 agents en 2006.7 -7.9 -6. le renouvellement du corps enseignant est égal à celui de 2006.1 5. le ministère de la Justice n’a recruté que 8 candidats dans le cadre du Pacte en 2007.1-3 : Nombre de recrutés par ministère en 2005.4 -24. certifiés (6 218). Note : l’appellation des ministères renvoie à la nomenclature d’exécution de la loi de finances initiale de l’année. Mais tous les ministères n’ont pas diminué ou maintenu leur niveau de recrutement. des études et de l’évaluation.volume 1 .1 -17.9 81. alors qu’ils étaient 66 en 2006. Au ministère de la Santé.7 7.0 -21.8 Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. Tableau V 2. * y compris l’Éna et les Ira. ou de lycées professionnels (1 283) ont intégré la profession en nombre quasi équivalent à celui de l’année précédente. En revanche. 96 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Par ailleurs.2 -16.8 -9. Dans d’autres ministères. ils ne sont plus que 670 à avoir intégré cette catégorie en 2007 dans les corps d’adjoint technique ou adjoint administratif.3 16.5 33. de secrétaire administratif (11). jusqu’à 81 % d’entrées supplémentaires. d’où un fléchissement global de 9 %. DGAFP.0 -32. d’adjoint technique de 2ème classe (32).6 -62.0 11.5 -25.5 106. d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse ou encore d’assistante sociale.5 -19. les corps de catégorie C ont diminué de moitié. cohésion sociale et logement Equipement et écologie Intérieur et collectivité territorialles Jeunesse et sport Justice Santé et solidarités Services du Premier ministre * Total 2005 69 656 175 1 125 2 806 34 083 93 997 4 389 96 2 045 351 492 47 377 2006 94 551 118 1 010 3 228 26 755 192 799 3 400 72 2 060 376 517 39 172 2007 102 735 89 384 3 601 26 943 177 725 3 974 67 1 794 682 594 39 867 Evolution 2005/2006 (en %) 36.4 14. d’infirmier (10).

le département ou l’académie où sera affecté l’agent. résulte d’un effet de structure : les ministères dont les recrutements sont orientés à la hausse organisent davantage de concours déconcentrés . En revanche.0 % de recrutés supplémentaires (260 au lieu de 194).Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 On constate des recrutements à la hausse aussi au ministère de l’Agriculture. Le concours externe consacre 47. Faits et chiffres 2008-2009 97 . technicien de l’enseignement agricole (34) ou technicien de formation et de recherche (12).8 %). pour seulement 35 % des recrutements d’agents de catégorie B. 19 201 postes ont ainsi été pourvus « localement ». dont 1 965 hors enseignement avec 709 en catégorie A). quasiment partout. le ministère de l’Économie et des Finances sur des postes d’inspecteurs et contrôleurs des impôts et contrôleurs du Trésor (957 personnes).0 %. en Rhône-Alpes (+103). situés principalement en Lorraine (+227). soit plus que le Pacte (63.5 % de ces recrutements aux services déconcentrés. alors que le recrutement sans concours y affecte 72. Cette augmentation de 4. et 71 adjoints administratifs au lieu de 2 en 2006.3 %. Elle recrute essentiellement les professeurs des écoles et le personnel administratif pour ses services académiques (14 943 personnes en 2007. le nombre des recrutés s’est accrû ou. en catégorie C. dans les corps de technicien : technicien supérieur de l’Office national des forêts (ONF. 89 recrutés). On compte 834 postes déconcentrés supplémentaires.9 % en 2007 et ceci pour toutes les catégories hiérarchiques. pour remonter à 2 713 en 2007. le ministère de l’Intérieur enregistre une hausse de 16. Au niveau régional. mais aussi les agents de constatation et d’assiette avec 833 entrants au lieu de 780. a permis de recruter 23 personnes en 2007.9 % en 2006 et 48. La hausse est également significative en catégorie C avec +15. En catégorie B. alors qu’ils sont au nombre de 86 en 2007. les ministères dont les recrutements sont orientés à la baisse organisent davantage de concours nationaux. les contrats Pacte qui étaient au nombre de 159 en 2006 sont passés à 121. maintenu à un niveau équivalent à l’année précédente. contre 18 367 en 2006. dont 53 en contrat Pacte. bien que moins massivement. supérieure à la tendance générale de 2007 (+1. en Basse-Normandie (+79). La moitié des recrutements d’agents de catégorie A et C est organisée au niveau local. Ils représentaient 41.1 %). l’Agriculture a proposé 6 contrats Pacte de plus qu’en 2006 (14 au lieu de 8). Après avoir baissé de 22. dont 14 en contrat Pacte. Il a aussi augmenté le nombre de chercheurs dans ses établissements publics tels que l’Institut de recherche pour le développement (IRD) (+36) ou l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) (+10). en Picardie (+98).6 % par rapport à 2006. Par ailleurs. qui n’avait pas eu lieu en 2006. Le concours d’attaché d’administration. des Finances et de l’Industrie a recruté davantage d’inspecteurs du Trésor (+45) et d’inspecteurs des douanes (+33). La moitié des recrutements de la fonction publique de l’État s’effectue via des concours déconcentrés La fonction publique de l’État recrute également directement dans la région. alors que depuis plusieurs années leur nombre diminuait régulièrement : de 5 184 en 2002. à l’échelon des régions et des départements : le ministère de l’Intérieur pour le personnel des préfectures et les gardiens de la paix (1 356 personnes).5 % ses recrutements en 2006. ils n’étaient plus que 2 648 recrutés en 2006. 46.5 % des candidats retenus.1 % en 2003. Ce sont les agents de recouvrement du trésor qui sont concernés avec 34. Ce ministère avait conclu 32 Pacte en 2006.2 % en 2007. L’Éducation nationale est de loin le principal employeur local. Le ministère de l’Économie. D’autres ministères recrutent également. les gardiens de la paix sont en augmentation (+ 65 recrutés). en Bourgogne (+111). ce qui fait progresser les recrutements de catégorie A de 18. au moins. La part de ces emplois dans le recrutement total est en augmentation.

la sélectivité est moins élevée.4 en 2007. soit un admis pour 12 présents.8). Le rapport s’établit à 6 candidats pour un admis.8 en Corse et 3. bureau des statistiques.3 en Île-deFrance où il est le moins élevé. Graphique V 2. Note de lecture : en 2007. est légèrement orienté à la baisse (-41). et non au niveau national comme le sont les professeurs du second degré. B et C à l'Éducation nationale Cat. la sélectivité moyenne a baissé globalement d’un point passant de 11. et reste moins élevée en région que sur l‘ensemble du territoire (10.4 pour 11. Le nombre de recrutés. 98 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . B et C hors Éducation nationale Total concours déconcentrés Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. L’attractivité de ce concours est assez comparable d’une région à l’autre.8 (mis à part les collectivités d’Outremer : 50. DGAFP.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques En région. Cette région concentre 28 % des postes offerts et seulement 15 % des candidats. Les professeurs des écoles sont recrutés localement dans chaque académie. à l’inverse de la tendance générale.1 en Province. avec un maximum dans le Limousin qui s’établit à 10. la sélectivité des concours déconcentrés s’établit à 12.volume 1 . des études et de l’évaluation.1-10 : Comparaison de la sélectivité des concours déconcentrés entre Province et Île-de-France 25 Sélectivité Île-de-France 20 Sélectivité Province 15 10 5 0 Professeur des écoles Cat. bien que très variable d’une région à l’autre.5) De manière constante en Île-de-France. Le taux de sélectivité est peu fluctuant. puisqu’il varie entre 7.0 en 2006 à 10.

Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. • « Les concours de recrutement des personnels enseignants du second degré. des études et de l’évaluation. • « Les départs à la retraite dans les trois fonctions publiques ». DGAFP. session 2007 ».8 Source : enquêtes annuelles Bilan des recrutements dans la fonction publique de l’État. 1. DGAFP. vol.DGAFP 2009 Faits et chiffres 2008-2009 99 .8 8.8 6. DGAFP. juin 2008. Note d’information n° 08. 1. Bibliographie • « Le recul des recrutements externes dans la fonction publique de l’État s’accélère en 2006 ».1-1 : Sélectivité des recrutements externes déconcentrés par région au 31 décembre 2007 Sélectivité moyenne : 10.8 9. 2008. ministère de l’Éducation nationale. Didier Reynaud et Emmanuelle Walraët.21. Faits et chiffres 2007-2008. Nunzia Bounakhla. bureau des statistiques. © Axciom . 2008.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Carte V 2.4 3.5 10. Faits et chiffres 2007-2008. de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Loïc Gautier. vol.

.

détachement. Pour les entrées. contre 7. sur 100 agents présents fin 2007.). Ce sont les conseils régionaux et généraux qui se partagent à parts égales ces nouvelles arrivées (agents techniques et ouvriers de service.5 pour les agents titulaires et stagiaires.5 recrutés au cours de l’année). Faits et chiffres 2008-2009 101 .2 Les mouvements de personnels dans la fonction publique territoriale en 2007 Guillaume Leforestier DGCL1 L es premiers résultats de l’exploitation statistique des bilans sociaux des collectivités et établissements publics territoriaux de 2005 à 2007 font apparaître que les flux d’entrées et de sorties ont sensiblement évolué selon le type de collectivité. passant de 24.2 en 2005). TOS de l’Éducation nationale essentiellement). réintégration. la filière d’emploi ou la catégorie des agents. Chiffres-clés Pour 100 agents présents dans la FPT fin 2007 : . Quant aux départs. mais l’accroissement des effectifs totaux observé en 2007 provient de la progression du taux de recrutement des titulaires pour l’essentiel. Ce taux de recrutement s’établit à 8. essentiellement du fait des transferts de compétence entre l’État et les régions. transfert de compétence. ils regroupent départs définitifs (départs à la retraite ou décès) et départs provisoires (mises en disponibilité ou mutations). le statut. ils mesurent aussi bien des départs définitifs (comme les départs à la retraite ou les décès) que des départs provisoires (mise en disponibilité. alors que les flux de départs sont restés quasiment stables par rapport à 2005. en forte augmentation par rapport à 2005 (5.8 sorties (retraites et autres causes).Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 2. l’intensité des flux reste toujours bien plus forte pour les non-titulaires (un tiers des recrutements) que pour les titulaires. détachement. mutation.1 ont été recrutés au cours de l’année (contre 8. promotion interne ou encore nomination d’un non titulaire suite à sa réussite à un concours).2 en 2005. promotion interne ou encore nomination d’un non-titulaire suite à sa réussite à un concours). . Département des Études et des Statistiques Locales. Au total. L’exploitation statistique des bilans sociaux des collectivités et établissements publics territoriaux de 2005 à 2007 permet d’approcher les flux d’entrées et sorties dans la fonction publique territoriale à l’aide des taux de recrutement et de départ constatés. il s’agit ici à la fois de recrutements externes (premières entrées dans la fonction publique territoriale) et de recrutements dits « internes » (mutation. 1 DGCL.3 en 2005. 34 non-titulaires. Globalement. etc.11. en 2007. Pour 100 recrutements. transfert de compétence. Les recrutements constatés dans la présente synthèse concernent à la fois des recrutements externes (recrutement de personnes travaillant pour la première fois dans la fonction publique territoriale) et des recrutements dits « internes » (mutation.7. 11.1 recrutements au cours de l’année 2007 . aussi bien chez les titulaires que chez les non-titulaires Sur 100 agents titulaires et non titulaires présents fin 2007. En termes relatifs. Pour les agents non titulaires.8 agents pour 100 agents présents fin 2007. les départs représentent 7. Flux d’entrées en 2007 : un taux de recrutement à la hausse. Quant aux départs. ce taux progresse également.1 ont été recrutés au cours de l’année. 11.6 en 2005 à 27. réintégration. Dans le même temps.7 en 2007. contre 8. les flux d’entrées se sont fortement accrus.

2 5. intercommunaux OPHLM CDG et CNFPT Ensemble des collectivités En 2003* 11. les taux de recrutements restent plutôt stables par rapport à 2005.8 9. 2005 et 2007 (en %) Type de collectivité Conseils régionaux Conseils généraux Communes et étab. ainsi que les communes et établissements communaux de plus de cinquante mille habitants.5 En 2005* 11.4 en 2005 à 11. Communes et étab.6 pour 100 agents présents fin 2007.9 9. Tableau V 2.3 5. C’est la filière animation qui conserve le taux de recrutement le plus important (17.4 % à 14.1 7.4 14.4 15.4 %). Communes et étab.2 En 2007* 55.1 8. En ce qui concerne les autres types d’employeurs.7 8.6 8.0 25. communaux de moins de 1 000 hab.6 8.0 8. Dans les autres filières.2 en 2007. communaux de 5 000 à 10 000 hab. dans le cadre de nouveaux transferts de compétences de l’État vers les régions (loi du 13 août 2004).7 13.1 8. Au total. communaux de 50 000 à 100 000 hab.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques L’augmentation du taux de recrutement par rapport aux années précédentes s’explique par l’arrivée en 2007 d’un fort contingent d’agents techniques et ouvriers de services (TOS) de l’Éducation nationale et de l’Agriculture (pour les lycées agricoles). Communes et étab. La filière sportive recrute aussi plus activement qu’en 2005 (+ 2 points).3 8. Communes et étab.1 5. Alors que les effectifs des catégories A et B demeurent stables par rapport à 2005. soit à des niveaux bien moins élevés que ceux observés dans les conseils régionaux et généraux. à parts égales. Les transferts de personnels de l’État vers les régions expliquent la forte augmentation du taux de recrutements en 2007 chez les agents de catégorie C (plus de 30 000 agents supplémentaires).7 9. soit respectivement des taux de recrutement de 55. l’ensemble de ces personnels transférés.1 7. communaux de 20 000 à 50 000 hab. * Nombre de recrutements au cours de l’année rapportés à l’effectif des titulaires (ou stagiaires) et non-titulaires sur emplois permanents recensés fin 2007. la baisse de près de cinq points dans les communautés d’agglomérations. A contrario.2-1 : Taux de recrutement par type d’employeurs en 2003. communaux de 10 000 à 20 000 hab.1 14.2 9.0 6.1 Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007.9 11.4 30.6 9.1 et de 18. communaux de plus de 100 000 hab.0 8.1 7. 102 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Ce sont les conseils régionaux et généraux qui accueillent.1 8.7 8.3 8.9 7. Les taux de recrutements dans les communautés de communes.3 8. pub. les communautés d’agglomérations et les syndicats et autres établissements restent importants (de 10.8 8.9 8.5 9.6 7.5 12.5 6.6 10.9 7.9 9.3 5. Communes et étab. Ensemble des communes et établissements communaux SDIS Communautés urbaines Communautés d’agglomérations/Syndicats d’agglomération nouvelle (SAN) Communautés de communes Syndicats et autres étab.7 9.TOS). Communes et étab.volume 1 . conseils régionaux et généraux ne représentent néanmoins que 17 % des effectifs de la fonction publique territoriale à la fin 2007 en emplois permanents. les communautés urbaines et offices publics d’HLM affichent les taux de recrutement les plus bas en 2007. communaux de 1 000 à 3 500 hab.1 7. passant de 7.5 8.8 9. C’est la filière technique qui double pratiquement son taux de recrutement.1 18.5 6.8 7.7 10.0 6. ceux de la catégorie C enregistrent un bond sensible.5 %). comme en 2005.2 7.1 12. cependant. À noter. communaux de 3 500 à 5 000 hab. en relation avec les caractéristiques des personnels transférés (agents techniques et ouvriers de service .4 12. il y a stabilité des recrutements par rapport à 2005. Communes et étab.

2 7.0 6. * Nombre de recrutements au cours de l’année rapportés à l’effectif des titulaires et non-titulaires sur emplois permanents recensés fin 2007. le recrutement de non titulaires représente toujours le premier mode d’entrée dans la fonction publique territoriale.9 9.9 10. avec 22. les recrutements les plus fréquents pour les titulaires.4 7. les recrutements directs et ceux par mutation sont.1 8.6 Taux de recrutement en 2007 (en %) 9.7 10.0% 9.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Tableau V 2.2% Faits et chiffres 2008-2009 103 .6% 21.4% 34.4% 1. C’est le résultat des transferts de personnels de l’État vers les collectivités territoriales.8 9. avec plus d’un tiers du total des recrutements.7 11. Graphique V 2.2-1 : Modes de recrutement en 2007 (en %) Par transfert de compétence Par recrutement direct Par voie de mutation Par voie de concours Détachement de la FPE Par réintégration Détachement (autre origine) Par promotion interne Par intégration directe Non titulaires Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007.8 6.5 9.9 6. alors qu’ils représentaient un très faible volume en 2005 (2.8 17.5% 22. Si l’on met à part les transferts de compétences. Les transferts de compétence en forte hausse parmi les recrutements En 2007.7% 3.9 11. dans le cadre de la loi du 13 août 2004.6 %. Cependant.5 18.4 2 120 561 206 744 1 116 939 362 704 69 17 62 130 19 38 59 424 526 573 805 270 919 553 796 431 Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007. les transferts de compétences se hissent à la deuxième place.4 %).2-2 : Taux de recrutement par catégorie et filière en 2007 Effectif en 2007* Catégorie A B C Filière d’emploi Administrative Technique Culturelle Sportive Médico-sociale Sociale Sécurité Incendie et secours Animation Taux de recrutement en 2005 (en %) 9. 4.8 11.0 10.4% 0.1% 2.8 7.9 11.7 13.3 7. comme en 2005.8% 0.0 7.

Dans cette filière. Quant aux détachements.2 7.0 5.0 13.3 26.4 50. technique et animation.9 3.0 2.9 22.2 7.1 15. 24.0 sont des non titulaires.8 ont eu une mutation.0 0.0 61.2-3 : Répartition des modalités de recrutement par catégorie hiérarchique et filière d’emploi (en %) Recrutement direct Catégorie A B C Filière d’emploi Administrative Technique Culturelle Sportive Médico-sociale Sociale Sécurité Incendie et secours Animation 3.0 1.0 5. les agents recrutés en détachement sont issus pour l’essentiel de la fonction publique hospitalière (73 %) et des autres collectivités locales (17 %).7 Concours Mutation Détachement Transfert de compétence 1.0 1.6 11.9 10. les recrutements concernant les catégories A et B s’effectuent pour moitié par l’embauche d’un non-titulaire.0 0.0 0. 49.8 55.1 4.5 4.3 1. 104 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .2 9. comme en 2005 : dans la première.6 71.1 2. les recrutements se font surtout par la voie de concours (47 %) et par la mutation (35 %) . Pour les filières administrative.3 1.3 21.7 10.6 11.1 Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007. Dans quasiment toutes ces filières. ils représentent en général une part des recrutements plutôt faible (inférieure à 5%). l’embauche de non-titulaires reste presque marginale.9 35. les recrutements directs (de l’ordre d’un quart du total) sont largement prépondérants par rapport à ceux par voie de concours.7 4.9 8. médico-sociale et sportive.0 51.3 4. A l’inverse. les recrutements s’effectuent pour plus de la moitié par mutation (56 %) et pour un cinquième par la voie du concours. dans la seconde. Ce type de recrutement est en recul parmi les catégories C.1 47.7 3.1 39.1 3.8 5. 3. les recrutements directs représentent toujours plus du quart des recrutements pour cette catégorie. le recrutement de non-titulaires continue de progresser.5 0.1 1. les transferts de compétence deviennent leur premier mode de recrutement (28.2 4.1 36.2 27. animation et culturelle .0 16.9 %) en 2007. De même.1 28. la mutation constitue un mode de recrutement nettement plus répandu pour les catégories A et B (autour de 20 %) que pour la catégorie C.6 24. Pour les filières sociale.7 1. En 2007.0 6.1 2. les transferts de compétences concernent essentiellement la filière technique (39.8 résultent de recrutements directs etc. Elle représente : de l’ordre des deux-tiers des recrutements pour les filières sportive.3 7. ces deux modes de recrutement représentent un volume quasi-équivalent.5 12.0 19.9 1. Note de lecture : sur 100 agents de catégorie A titulaires et non titulaires sur emploi permanent recrutés en 2007. l’embauche de non-titulaires est particulièrement répandue dans plusieurs filières en 2007.5 23. Dans ces filières.3 2.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques En 2007.5 26. excepté pour la filière médico-sociale (17 %).9 3.1% des recrutements) et restent très faibles partout ailleurs.8 18.5 4.8 4.8 6.6 10.1 4.1 3.2 5. alors qu’ils restent très faibles pour les catégories A et B (de l’ordre de 4 %).5 8. Dans les filières incendie-secours et sécurité.8 4. compte tenu des caractéristiques des personnels transférés de l’État vers les régions.3 13. compte tenu des transferts nombreux de personnels de catégorie C de l’État vers les régions. voire marginale dans les filières technique et animation.4 2.2 6.0 51. Tableau V 2. la mutation est limitée (autour de 10 % des recrutements).0 5.5 1. En effet.8 67.4 12. la moitié des recrutements pour les filières médico-sociale et sociale. Cependant.volume 1 .2 4.5 0. Au contraire.0 23.5 Autre Nontitulaires 49. le recrutement par concours se rencontre beaucoup plus fréquemment chez les catégories A et B (de l’ordre de 12 %) que parmi la catégorie C (3 % seulement).2 2.

0 7. soit légèrement plus qu’en 2005 (7.8 5. rapporté à un effectif de 100 agents titulaires ou stagiaires présents en fin d’année.4 5. les offices publics d’HLM.7 7. alors que les recrutements sont en forte progression.6 4.9 5. les taux de départ restent assez stables entre 2005 et 2007.7 7. communaux de 5 000 à 10 000 hab.2 9.1 4.3 En 2007* 9. communaux de 3 500 à 5 000 hab. communaux de 50 000 à 100 000 hab.8. excepté dans les conseils régionaux et dans les centres de gestion (CDG) et le CNFPT où il a sensiblement augmenté.3 5.8 6. excepté dans les conseils régionaux.8 8. Communes et étab.8 4. Communes et étab.6 6. Tableau V 2. stagiaires et non-titulaires par type de collectivités (en %) Titulaires.2 10. aussi bien chez les titulaires que chez les non-titulaires Globalement. communaux de 20 000 à 50 000 hab. communaux de plus de 100 000 hab.5 4. Des hausses plus fortes concernent les communes de plus de 100 000 habitants.4 8. Communes et étab. Ce taux est ainsi en hausse modérée par rapport à 2005. La hausse du taux de départ des agents titulaires en 2007 En 2007.8 10. Il a augmenté chez tous les types d’employeurs. Le taux de départ des agents sur emplois permanents progresse donc faiblement sur la période 2005-2007.6 7.9 8.9 8. pub.3 5. contre 4.8 8.8 Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007. Faits et chiffres 2008-2009 105 . rapporté à un effectif de 100 agents titulaires et non-titulaires présents fin 2007. stagiaires et non-titulaires Conseils régionaux Conseils généraux Communes et étab. les communes de moins de 1 000 habitants et les communautés d’agglomérations.1 6. ainsi que les centres de gestion et le Conseil national de la fonction publique territoriale (CDG et CNFPT).8).5 8. alors qu’il avait baissé entre 2003 et 2005.5 en 2005.4 5.2-4 : Taux de départ des titulaires. Communes et étab.8 7.2 6.6 4.6 9.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Les flux de sorties en 2007 en faible augmentation. où il s’est stabilisé.5 6. communaux de 10 000 à 20 000 hab. * Nombre de départs au cours de l’année rapportés à un effectif de 100 agents titulaires et non titulaires présents en fin d’année 2007. Il ne retrouve pas de fait son niveau de 2003 (5. communaux de moins de 1 000 hab. le nombre d’agents ayant quitté leur collectivité au cours de l’année s’établit à 7. intercommunaux OPHLM CDG et CNFPT Ensemble des collectivités En 2005* 5. communaux de 1 000 à 3 500 hab.0 7. Communes et étab. Quel que soit le type d’employeurs.2 5.2 9. Communes et étab. Communes et étab. Ensemble des communes et établissements communaux SDIS Communautés urbaines Communautés d'agglomérations / SAN Communautés de communes Syndicats et autres étab.1 départs de la collectivité au cours de l’année. on compte 5.3 départs).9 7.6 12.

volume 1 . communaux de 20 000 à 50 000 hab.2 6.1 Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007. congé parental Démission Décès Détachement Mis à disposition Fin de détachement dans la collectivité Transfert de compétence Autres cas 3.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Tableau V 2.0 2.9% 2. Enfin. communaux de plus de 100 000 hab.5 % à 5.1 3.8 3.4 5.1% 2. 106 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .4 4.4 5.7 4. communaux de moins de 1 000 hab.5 En 2007* 3.9 4.0 5. de 4. Communes et étab.6 2.7 3. Communes et étab. avec une proportion (23 %) presque inchangée par rapport à 2005 (22. Viennent ensuite les mises en disponibilité et congés parentaux en recul de deux points par rapport à 2005 (18. communaux de 10 000 à 20 000 hab. Les mutations demeurent la seconde cause de départ.4 5.5 5. mais ils enregistrent une forte progression par rapport à 2005 (40.8 4.4% 18.3 %).5% Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007.4% 23.3 4. Ensemble des communes et établissements communaux SDIS Communautés urbaines Communautés d'agglomérations / SAN Communautés de communes Syndicats et autres étab. Communes et étab.8 7. Communes et étab.7 5.6 6.3 3.6 5.7 5.2 7. communaux de 3 500 à 5 000 hab.1 %.5 % contre 33. pub. intercommunaux OPHLM CDG et CNFPT Ensemble des collectivités En 2005* 3. Graphique V 2.1 3.2 4.4 % contre 20. communaux de 5 000 à 10 000 hab.7 4. C’est cette progression qui explique l’augmentation relative du taux de départ global.9 6.7% 3. Communes et étab. Communes et étab.0% 40.8% 1. les autres causes de départ sont très faibles avec moins de 4 % pour chacune d’entre elles.5 2.8 4.0% 3.4 3.2% 1. Les départs à la retraite demeurent le principal motif de départ des titulaires en 2007. * Nombre de départs au cours de l’année rapportés à un effectif de 100 agents titulaires présents en fin d’année 2007.8 % des départs). Communes et étab. communaux de 1 000 à 3 500 hab.2 %).5 5.5 4.1 2.2-2 : Titulaires : principaux motifs de départ (en %) Départ à la retraite Mutation Mise en disponibilité.3 4.4 5.2 4. communaux de 50 000 à 100 000 hab.2-5 : Taux de départ des titulaires et stagiaires par type de collectivités (en %) Titulaires et stagiaires Conseils régionaux Conseils généraux Communes et étab.

0 20. Communes et étab.2-3 : Non-titulaires : principaux motifs de départ (en %) Fin de contrat 77.2-6 : Taux de départs des non-titulaires par type de collectivités en 2005 et 2007 (en %) Non-titulaires Conseils régionaux Conseils généraux Communes et étab.2 12. intercommunaux OPHLM CDG et CNFPT Ensemble des collectivités En 2005* 12.2 32.6 23. communaux de 3 500 à 5 000 hab.9 13. Tableau V 2.5 en 2005). communaux de 50 000 à 100 000 hab.2 24.6 14. Communes et étab.3 21.9 26.5 26.9 19.4 % en 2007 contre 14. communaux de 10 000 à 20 000 hab.7 30. le taux de départ des non-titulaires reste quasiment stable par rapport à 2005.9 Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007. en proportion.8 % des départs.4% Source : Synthèse nationale des rapports au CTP sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2007.9 26.2 31.0 12.0 23. Communes et étab. viennent les démissions (14. * Nombre de départs au cours de l’année rapportés à un effectif de 100 agents non titulaires présents en fin d’année 2007.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Quasi-stabilité du taux de départ des agents non titulaires en 2007 En 2007.4 19. pub. communaux de moins de 1 000 hab.5 En 2007* 36. communaux de 20 000 à 50 000 hab.5 % contre 3. globalement. par rapport à 100 agents non titulaires permanents présents en fin d’année. Communes et étab. En premier lieu.1 35.0 25.5 34. Ensuite. où ils représentaient 75.5% Autres cas 4.5 23.7 24.9 22.4 % en 2005). Ainsi.8% Démission 14.7 18. Ensemble des communes et établissements communaux SDIS Communautés urbaines Communautés d’agglomérations / SAN Communautés de communes Syndicats et autres étab.9 départs ont eu lieu au cours de l’année (contre 24. Faits et chiffres 2008-2009 107 .5 % en 2005 puis les départs à la retraite avec 3. Communes et étab. Ils sont d’ailleurs orientés à la hausse par rapport à 2005.5 18.1 25.9 29. Communes et étab.3 17.7 24. à ce qu’ils étaient en 2005. communaux de plus de 100 000 hab.9 21.2 23. Graphique V 2. communaux de 5 000 à 10 000 hab.4% Départ à la retraite 3. 24.7 29. Communes et étab.7 26. Les principaux motifs de départ restent à peu près identiques.1 12.2 24. tous types de collectivité confondus.0 38. communaux de 1 000 à 3 500 hab.8 % des départs. les fins de contrat prédominent largement avec 77.

de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales. « Les flux de personnels territoriaux.dgcl. rubrique « statistiques ». dont 15 061 sont finalement exploitables. Direction générale des collectivités locales.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Encadré 1 : Champ et précisions méthodologiques Le champ des bilans sociaux rassemble les collectivités disposant d’un comité technique paritaire propre (celles de plus de 50 agents) ou relevant du CTP d’un Centre de gestion.volume 1 .insee.intérieur.gouv. disponible sur www. À partir des bilans au 31 décembre 2007. 108 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . avril 2008. Stéphanie Lemerle-Guillaumat. ministère de l’Intérieur. Centre national de la Fonction publique territoriale . Insee Première. Bibliographie « L’emploi dans les collectivités locales au 31 décembre 2006 ». Claudine Maillard-Barbé et Anthony le Mat. « La fonction publique territoriale ». ministère de l’Intérieur. rubrique « statistiques ». n° 1205. octobre 2008. Le taux de couverture des collectivités est de 31 %.intérieur.fr. ce qui représente près des deux tiers des personnels titulaires (65. Il est un peu plus restreint que celui de l’enquête de l’Insee sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).Observatoire de la FPT – DGCL ».fr. juillet 2008.2 %).gouv. « Bilans sociaux – 5ème Synthèse nationale des rapports au comité technique paritaire sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2005 ». Synthèse thématique n° 22. disponible sur lwww. de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales.dgcl. Direction générale des collectivités locales. soit par l’intermédiaire des centres de gestion de la fonction publique territoriale.fr. disponible sur www. 18 161 dossiers ont été retournés. Bis n° 63. soit directement.

0 40. 1 Centre interdépartemental de gestion de la Grande Couronne. 85 % des postes sont ouverts pour la spécialité « administration générale ». dont plus de la moitié en Petite Couronne. Grande Couronne et Seine-et-Marne) pour 1 052 postes ouverts. Service Analyse et prospective sociales. Les moins de 30 ans. 46 % des 921 lauréats ont réussi le concours externe. Service emploi.0 Inscrits 5 484 57. Service GPEEC. La session 2007 des concours de rédacteur en Île-de-France : 921 lauréats pour 9 406 candidats Les trois concours de rédacteur organisés par les centres de gestion d’Île-de-France comptent en 2007 9 406 candidats inscrits.9 17. le reste relevant de la seconde spécialité « secteur sanitaire et social ».5 39. Faits et chiffres 2008-2009 109 . dont plus de la moitié par les collectivités de la Petite Couronne (pour comparaison.0 36.8 Inscrits 2 583 55.0 Seine-et-Marne Postes 148 40.0 7. les candidats venus de province et ceux ayant un diplôme d’études supérieures (notamment bac +5) réussissent mieux. À noter qu’aucun poste n’a été ouvert sur cette dernière spécialité en Seine-et-Marne. Tableau AV 2. les candidats ayant suivi une préparation aux concours réussissent deux fois mieux que les autres.5 concours (en %) Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. 17 % des présents ont été admis.6 Inscrits 1 339 63. Enfin.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Annexe de la vue 2. 2 Centre interdépartemental de gestion de la Petite Couronne. 3 Centre départemental de gestion de la Seine-et-Marne.0 Grande Couronne Postes 279 49.5 39. le concours externe étant plus sélectif que les deux autres concours.0 36. Avec un taux de présence de 6 sur 10 inscrits aux épreuves écrites.0 Inscrits 9 406 57. Tous concours confondus. 9 406 candidats se sont inscrits aux trois concours de rédacteur organisés par les centres de gestion d’Île-de-France (Petite Couronne.0 30.0 7. le même nombre de postes avaient été ouverts en Petite Couronne avec un nombre quasi-équivalent d’inscrits).0 7. à la session 2006. 45 % le concours interne et 9 % le 3ème concours.6 39. les femmes représentent près de 9 lauréats sur 10.0 20. Globalement.8 10.9 19.0 38.0 7.0 1 052 42. 1 052 postes ont été ouverts sur les trois territoires.2 : Le concours de rédacteur territorial en Île-de-France : l’exemple de la session 2007 Olivier Marouteix CIG Grande Couronne1 Thomas Sauvant CIG Petite Couronne2 Éric Volumenie CDG Seine-et-Marne3 E n 2007.2-1 : Nombre de postes ouverts et nombre d’inscrits au concours en 2007 Île-de-France Postes Tous concours Concours externe (en %) Concours interne (en %) 3 ème Petite Couronne Postes 625 40.

assistant(e) comptable et budgétaire. interne ou 3ème concours). Grande Couronne et Seine-et-Marne) ont organisé aux mêmes dates les épreuves des concours de la session 2007. concours interne et 3ème concours. Ils sont répartis comme suit : 40 % au moins pour le concours externe. L’organisation du concours relève des missions assurées par les centres de gestion. Le concours de rédacteur L’accès au cadre d’emplois des rédacteurs territoriaux s’effectue soit par concours (externe. Ils secondent. ils assurent en particulier des tâches de gestion administrative et financière. assurances. À chaque session. social. 40 % au plus pour le concours interne et 20 % au plus pour le 3ème concours. soit par la promotion interne. CNFPT). Les rédacteurs peuvent.). dans leur domaine de compétence. Les missions d’un rédacteur (article 2 du statut particulier) « Les rédacteurs sont chargés de l’instruction des affaires qui leur sont confiées et de la préparation des décisions. de l’exercice d’une ou plusieurs activités professionnelles ou d’un ou plusieurs mandats d’une assemblée élue d’une collectivité territoriale. etc. « ressources humaines ». Ils contribuent à l’élaboration et à la réalisation des actions de communication. Le concours externe est ouvert aux candidats titulaires d’un diplôme de niveau IV. Ils contribuent à la délivrance de renseignements et d’informations d’ordre général. etc. Relevant de la filière administrative. Les trois centres de gestion franciliens (Petite Couronne. etc. 110 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Le 3ème concours est ouvert aux candidats justifiant pendant une durée de 4 ans au moins. on peut citer les métiers d’assistant(e) de direction. d’assistant(e) ou gestionnaire (ressources humaines. Ils exercent leurs fonctions dans l’une des deux spécialités suivantes : • Administration générale : dans cette spécialité. ils assurent les tâches administratives à caractère médico-social et spécialement la gestion des dossiers des patients ou des usagers d’établissements à caractère social. « affaires juridiques ». d’animation et de développement économique. Pour chaque concours. les médecins territoriaux ou les personnels des services médico-sociaux. rédacteur principal et rédacteur chef.volume 1 . le concours ouvre aux trois voies de recrutement : concours externe. Il comporte trois grades : rédacteur. « service culturels ».Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Encadré 1 : Le cadre d’emplois des rédacteurs Le cadre d’emplois des rédacteurs territoriaux est l’un des 55 cadres d’emplois de la fonction publique territoriale. En exemple. culturel et sportif de la collectivité. c’est-à-dire le baccalauréat ou un titre reconnu équivalent. • Secteur sanitaire et social : dans cette spécialité. de suivi de la comptabilité et participent à la rédaction des actes juridiques. « urbanisme/aménagement ». des postes sont déclarés ouverts par les collectivités territoriales et établissements publics. Ils sont regroupés dans 17 familles de métiers. ou d’une ou plusieurs activités accomplies en qualité de responsable d’association (les activités professionnelles sont précisées par le statut particulier du cadre d’emplois des rédacteurs). Ils peuvent être chargés des fonctions de secrétaire de mairie d’une commune de moins de 2 000 habitants. chargé(e) de communication. les rédacteurs territoriaux constituent le cadre d’emplois de catégorie B de cette filière. » Une quarantaine de métiers peuvent être exercés par des rédacteurs territoriaux (voir le Répertoire des métiers territoriaux du Centre national de la fonction publique territoriale. Une dispense de la condition de diplôme est possible pour un parent d’au moins trois enfants et pour les sportifs de haut niveau (l’année du concours). telles que « affaires générales ». marchés publics. Le concours interne est ouvert aux fonctionnaires titulaires et agents publics non titulaires justifiant au 1er janvier de l’année du concours d’au moins 4 ans de services publics effectifs. assurer des fonctions d’encadrement des agents d’exécution et la direction d’un bureau et remplir les fonctions de principal adjoint d’un fonctionnaire de catégorie A. dans certains cas.

7 21.5 24.2 Grande Couronne Admissibles 26.1 31. Globalement.6 29. renouvelable deux fois au maximum. • Lorsque l’on parle de « taux de pourvoi des postes ouverts au concours ». Il varie faiblement d’un centre organisateur à l’autre. un peu moins au concours externe (taux de présence de 55 % en moyenne).7 Admis 16.2-2 : Part des admissibles et des admis parmi les présents en 2007 (en %) Île-de-France Admissibles Tous concours Concours externe Concours interne 3ème concours 25. 5 La réglementation rend possible des transferts de postes : lorsque le nombre de candidats ayant passé avec succès les épreuves de l'un des trois concours est inférieur au nombre de places offertes à ce concours. Par type de concours. Cette tendance est la même.9 24. 87 % des postes ouverts sont pourvus tous concours confondus Au total. 519 sont lauréats de la Petite Couronne.8 22.0 Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. L’inscription sur la liste d’aptitude est valable nationalement un an. La sélectivité varie selon le type de concours : le concours externe est plus sélectif que le concours interne et que le 3ème concours. La répartition des lauréats par type de concours dans chaque centre organisateur est quasiment identique.0 Admis 15.7 17. Tableau AV 2.7 26. quel que soit le centre organisateur.4 18. • La réussite à un concours de la FPT n’engendre pas le recrutement automatique du lauréat : les lauréats sont inscrits sur une liste d’aptitude.4 Seine-et-Marne Admissibles 33. on compte 921 lauréats rédacteurs.7 14. 254 de la Grande Couronne et 148 de la Seine-et-Marne. présentée par ordre alphabétique.7 16. le jury peut modifier le nombre de places aux concours externe et interne pour un poste au moins et dans la limite de 15 % du total des postes ouverts. Faits et chiffres 2008-2009 111 . sans ordre de mérite.0 Petite Couronne Admissibles 24. le taux de présence4 aux épreuves d’admissibilité est de 59 %.5 24.4 27.2 23.1 14.9 36. si le taux de présence est élevé en Petite Couronne et en Seine-et-Marne (respectivement 62 % et 65 %) il est plus faible en Grande Couronne avec seulement 49 %.9 29. Ils se répartissent de la manière suivante : 46 % sont lauréats du concours externe. 87 % des postes ouverts par les collectivités d’Île-de-France après transferts5 ont été pourvus.7 Admis 17.8 17. Quatre candidats inscrits sur dix sont absents aux épreuves d’admissibilité Tous concours confondus.0 Admis 19. il s’agit du rapport nombre de lauréats/nombre de postes ouverts au concours. Par centre organisateur.0 22. 4 Le taux de présence est calculé comme le nombre de candidats présents rapporté au nombre de candidats inscrits. 26 % des présents aux épreuves écrites ont été admissibles et 17 % de ces mêmes présents ont été admis.8 13.9 19.7 25.2 24. on observe qu’il est toujours plus fort au concours interne (taux de présence de 65 % en moyenne). 45 % du concours interne et 9 % du 3ème concours.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Encadré 2 : Le système des concours de la FPT • Les postes ouverts aux concours constituent une évaluation prévisionnelle des besoins de recrutement des collectivités. Quant au 3ème concours. et recherchent ensuite un emploi. Une sélectivité variable selon les types de concours Tous concours confondus. tous concours réunis.9 22.

50 ans et plus).5 44. présents et lauréats. Les comparaisons peuvent en être rendues délicates. Une réussite plus importante des candidats plus jeunes Avertissement À titre exceptionnel. les concours externe et interne enregistrent les meilleurs taux de pourvoi avec des valeurs toujours supérieures à 80 %. On constate également qu’elle varie faiblement entre les candidats inscrits.2-3 : Taux de pourvoi des postes ouverts après transferts par type de concours pour chaque centre organisateur en 2007 Île-de-France Petite couronne Grande couronne Seine-et-Marne Taux Taux Taux Taux Nombre Nombre Nombre Nombre de pourvoi de pourvoi de pourvoi de pourvoi de lauréats des postes de lauréats des postes de lauréats de lauréats des postes des postes ouverts (en %) ouverts (en %) ouverts (en %) ouverts (en %) Concours externe Concours interne 3ème concours Ensemble 426 410 85 921 90.3 Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. Si ce taux atteint 100 % en Seine-et-Marne. la part des femmes est très supérieure à celle des hommes. Tableau AV 2.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques De manière générale. En revanche. 112 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 99. le nombre de lauréats du 3ème concours est généralement plus faible.9 69. les tranches d’âge utilisées dans cet article (30 ans ou moins.1 70. 30 à 39 ans.1 87. 31 à 40 ans.2 92. Il ne semble pas remplir totalement les objectifs qui lui sont assignés : permettre aux collectivités de recruter des personnes expérimentées.0 83. 40 à 49 ans.2-4 : Part des femmes parmi les lauréats. sans condition de diplôme. il est moins élevé en Petite Couronne et en Grande Couronne en raison d’un taux de pourvoi très faible dans la spécialité sanitaire et sociale pour ces deux centres organisateurs (environ 15 %).0 68 67 13 148 100. par type de concours dans chaque centre organisateur en 2007 (en %) Tous concours confondus Île-de-France Petite couronne Grande couronne Seine-et-Marne 87 82 89 89 Concours externe 83 78 90 82 Concours interne 86 85 89 85 3ème concours 91 86 88 100 Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. Les caractéristiques des candidats et des lauréats Un concours très féminisé Quelle que soit la spécialité choisie et le concours présenté.2 53.5 239 224 56 519 85.0 119 119 16 254 99.volume 1 . 41 à 50 ans et 51 ans et plus) ne sont pas standardisées.1 81. contrairement à celles utilisées dans l’ensemble du volume 1 du Rapport annuel sur l’état de la fonction publique (moins de 30 ans.8 88. pour améliorer la diversité des recrutements.0 98. Tableau AV 2.3 91.

Par type de concours. En revanche. Toutefois. Parmi ces Franciliens. La part des candidats domiciliés hors Île-de-France (Dom y compris) est importante : 31 %. au 3ème concours. 33 % sont domiciliés en Petite Couronne. ces lauréats (78 %) sont surreprésentés de plus de 10 points par rapport à leur part chez les présents. la tendance par type de concours est identique : forte proportion des 30 ans et moins au concours externe (plus de 3 candidats présents sur 5) et des candidats plus âgés au concours interne et 3ème concours. sauf au 3ème concours. les moins de 30 ans échouent davantage : ils passent de 15 % des présents à 13 % des lauréats. on observe peu de différences. Faits et chiffres 2008-2009 113 . avec notamment une part importante des 31-40 ans (1 présent sur 2). En revanche. Enfin. Graphique AV 2. près de 7 candidats présents sur 10 sont domiciliés en région Île-de-France. Ainsi. hormis le nombre de candidats au 3ème concours domiciliés en province nettement supérieur aux autres (44 % des présents).Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Pour les trois concours organisés en Île-de-France. elle est légèrement plus forte au concours externe et plus faible au 3ème concours (5 candidats sur 10).2-1 : Répartition des candidats par tranche d’âge et par type de concours en 2007 (en %) Tous concours Lauréats Présents 46% 43% 36% 36% 15% 18% 3% 3% Concours externe Lauréats Présents 68% 78% 25% 17% 5% 7% 1% Concours interne Lauréats Présents 19% 14% 48% 52% 31% 23% 6% 8% 3ème concours Lauréats Présents 13% 15% 30 ans ou moins 54% 49% de 31 à 40 ans de 41 à 50 ans 27% 30% 51 ans ou plus 6% 6% Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. au concours externe. ce sont les 31-40 ans qui réussissent le mieux (plus d’1 lauréat sur 2 et presque 5 points entre présents et lauréats). Au concours interne. les 41-50 ans ne représentent plus qu’un quart des lauréats alors qu’ils représentaient presque un tiers des présents (leur part diminue de 8 points). 31 % en Grande Couronne (y compris en Seine-et-Marne) et 5 % à Paris intra-muros. Une meilleure réussite des candidats de province Tous concours confondus. Cette proportion est identique pour le concours interne seul . Les candidats de moins de 30 ans réussissent globalement mieux que les autres. les candidats de la tranche d’âge 31-40 ans sont toujours les plus nombreux et voient leur proportion augmenter de 4 points par rapport à ceux qui étaient présents. on observe que leur part (19 %) augmente parmi les lauréats de près de 5 points.

3 25.volume 1 .1 35.8 40.1 Total 20.6 3.4 26. 29 % des candidats en Petite Couronne et 19 % des candidats en Grande Couronne.4 10.0 26. C’est donc au concours de la Grande Couronne que l’on retrouve la proportion de lauréats franciliens la plus forte : ils sont 74 % (dont les deux tiers domiciliés en Grande Couronne). Ainsi. sont domiciliés en province 55 % des candidats en Seine-et-Marne.0 Admis 2.5 62.4 Admis 6.1 3ème concours Présents 2.1 18.4 16.2 14.1 29.2 27.2 Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. les candidats domiciliés en province représentent 41 % des lauréats.9 30.5 Admis 10. Tous concours confondus.8 24.6 12.2 31.6 12.6 28.0 5. 114 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .6 1.2-6 : Taux de réussite admis/présents en 2007 (en %) Concours externe Paris Petite Couronne (92/93/94) Grande Couronne (77/78/91/95) Île-de-France Province Dom 20.5 0.6 30.8 23.6 30.7 14.9 58.6 Concours interne Présents 2.2 22.0 37.3 21.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Par centre organisateur.6 Concours externe Présents 7.0 2.2-5 : Origine géographique des candidats présents et admis par type de concours en 2007 (en %) Tous concours confondus Présents Paris Petite Couronne (92/93/94) Grande Couronne (77/78/91/95) Île-de-France Province Dom 5.3 40.6 12.7 1. On remarque donc une surreprésentation des lauréats résidant en province.7 5.5 68.4 27.6 69.3 30.1 33. pour les trois concours.5 19. alors qu’ils sont seulement 57 % en Petite Couronne et 41 % en Seine-et-Marne.6 33. la part des lauréats domiciliés en Île-de-France est inférieure de 10 points à celle des présents (69 % des présents et seulement 59 % des admis).9 1.8 0.7 59.0 16. Tableau 2.8 0. Leur poids au concours de la Grande Couronne est nettement plus faible que les deux autres concours : ils sont 26 % des lauréats à être domiciliés en province.0 27.2 16.7 44.3 11.5 0. Tableau 2.9 Admis 2.0 17. Leur part s’élève à 59 % au concours de la Seine-et-Marne et 43 % à celui de la Petite Couronne.4 17.5 Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France.2 41.3 71.3 3ème concours 18.3 24.7 Concours interne 21.2 57.0 53.3 15.

Ceux qui ont déclaré détenir un diplôme d’études supérieures représentent 41 % des présents : ils sont majoritairement en possession d’un diplôme niveau bac +2 (26 %). 14 % à bac +3 ou 4. soit 62 % des présents (38 % à bac +2. 6 Le niveau de diplôme indiqué par les candidats est déclaratif. 26 % des candidats présents sont titulaires du seul baccalauréat et 63 % possèdent un diplôme d’études supérieures (bac +2 et plus)6.2-2 : Répartition des candidats par niveau de diplôme et par concours en 2007 (en %) Tous concours Lauréats Présents 16% 26% 24% 28% 25% 21% 28% 14% 5% 2% 9% 2% Concours externe Lauréats Présents 5% 13% 19% 34% 27% 30% 47% 22% 1% 1% 1% Concours interne Lauréats Présents 29% 35% 32% 26% 16% 11% 4% 10% 21% 10% 3% 3% 3ème concours Lauréats Présents 9% 25% 44% 38% Baccalauréat Bac +5 et plus 24% 14% 16% 10% 2% 5% 10% 3% Bac +2 Bac +3 et 4 Non renseigné Niveau inférieur au baccalauréat Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. Graphique AV 2. Les candidats du 3ème concours ont plus souvent un diplôme d’études supérieures que ceux du concours interne. Faits et chiffres 2008-2009 115 .Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Une surreprésentation des candidats diplômés d’études supérieures parmi les lauréats Tous concours confondus. 21 % des présents ont un niveau inférieur au baccalauréat. 30 % de niveau bac +3 ou 4 et 22 % de niveau bac +5 et plus. et 10 % bac +5 et plus). la part des candidats exclusivement bacheliers est plus importante (35 % des présents). Près de 80 % des candidats du concours externe ont déclaré détenir un diplôme d’études supérieures : 27 % de niveau bac +2. quel que soit le concours. En comparant les diplômes des candidats présents et ceux des lauréats du concours. La part des seuls bacheliers (25 % de présents) est ainsi plus faible qu’au concours interne et 10 % n’ont pas le baccalauréat. on constate une surreprésentation des lauréats ayant un diplôme d’études supérieures et une sous-représentation des lauréats détenant le seul baccalauréat par rapport à leur part dans les présents et cela. Enfin. puis bac +3 ou 4 (11 %) et enfin bac +5 et plus (4 %). Il est possible que certains candidats n'aient indiqué que le niveau de diplôme leur permettant de passer le concours. Au concours interne. Tous concours confondus. 16 % des lauréats détiennent uniquement le baccalauréat et 77 % ont un diplôme d’études supérieures. Seuls 19 % des présents ont déclaré n’avoir que le baccalauréat. et non le diplôme obtenu le plus élevé.

Un peu moins de 33 % des présents ont suivi une préparation. 1.6 28.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques L’impact positif des préparations au concours La préparation des candidats présents au concours de rédacteur reste le plus souvent personnelle7.9 23. Tous concours confondus.7 13. Tableau AV 2. Centre Interdépartemental de Gestion de la Petite Couronne.8 concours Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. En effet. 55 % d’entre eux déclarent s’être préparés seuls au concours.5 Non connu 13. 7 Les informations concernant les préparations suivies par les candidats sont déclaratives.6 11.8 24.2-7 : Mode de préparation des lauréats en 2007 Tous concours confondus Personnel Par un organisme de formation dont par le CNFPT Non connu Total 341 485 368 95 921 Concours externe Concours interne 187 187 102 52 426 117 257 231 36 410 3ème concours 37 41 35 7 85 Sources : Bases concours des centres de gestion d’Île-de-France. et les lauréats au concours externe à 44 %. Faits et chiffres 2007-2008. Nicole Duval et Bénédicte Rajot. vol. Le taux de réussite admis/présents conforte tout l’intérêt de suivre une préparation au concours qui double les chances de réussir le concours. 116 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . 2008.2 16. Bibliographie • « Le concours de technicien supérieur de la fonction publique territoriale en 2005 : exemple de l’Île-deFrance ». 53 % des lauréats ont préparé le concours avec un organisme de formation.1 11.volume 1 .6 29.2-8 : Taux de réussite admis/présents en fonction du mode de préparation en 2007 (en %) Personnel Tous concours confondus Concours externe Concours interne 3 ème Organismes de formation 26. Il est possible que certains candidats n'aient pas indiqué avoir suivi une préparation. Tableau AV 2. et 3 candidats préparés sur 5 pour le concours externe. Parmi ceux-ci.3 10. Ce sont les lauréats du concours interne qui en ont le plus bénéficié (63 %).6 12. • « Technicien supérieur : du concours à l’emploi ». juin 2009. les trois quarts ont suivi les formations du CNFPT : plus de 4 candidats préparés sur 5 pour le concours interne et 3ème concours. L’emploi territorial en Île-de-France. Les lauréats du 3ème concours ont quant à eux suivi une préparation pour 48 % d’entre eux. DGAFP. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne et Centre Départemental de Gestion de la Seine-et-Marne. et notamment par le biais du CNFPT (90 % d’entre eux).

Les départs avant l’âge de 60 ans sont non négligeables. des études et de l’évaluation. À long terme. selon l’Insee. sa montée en charge se poursuit . ont atteint des niveaux records dans les trois fonctions publiques en 2008 : 65 939 nouvelles pensions de droit direct attribuées par le Service des retraites de l’État. Didier Reynaud DGAFP3 L e vieillissement des effectifs de chacune des trois fonctions publiques se poursuit malgré une tendance au ralentissement. 2 Service des retraites de l’État.4 ans pour la fonction publique territoriale et de 39. 3 DGAFP. l’ensemble des régimes de retraite sera concerné par la dégradation assez nette du rapport cotisants/pensionnés. 40.0 % des départs de titulaires dans la FPE. la part des agents de 50 ans et plus. qu’il s’agisse de départs d’agents de catégorie active ou au titre des différents dispositifs de départ anticipé. Olivier Jean Service des retraites de l’État2. Faits et chiffres 2008-2009 117 . 31.65 939 titulaires et 12 420 militaires dans la FPE . Le vieillissement des effectifs des trois fonctions publiques se poursuit À l’image de la population française. n’a cessé de progresser depuis 1992. Sans tenir compte des départs pour invalidité. avec le recul actuel.2 % dans la fonction publique territoriale et 27. hors fonctionnaires de la Poste et France Télécom. de la communication et de la documentation. unité Études et Statistiques de la direction de la gouvernance des fonds de l'établissement de Bordeaux de la CDC. Aussi. les effectifs des trois fonctions publiques ont vieilli. et 62 592 nouvelles pensions attribuées par la CNRACL en 2008. Globalement. Parallèlement. La part des 50 ans et plus représente.8 ans sur le champ de l’ensemble des ministères.9 % dans la fonction publique hospitalière. Concernant la réforme des retraites de 2003. les modifications de comportement ne sont perceptibles. que sur certains types de départs : départs des catégories actives dans la FPE et départs pour motifs familiaux à la CNRACL. dans un contexte de vieillissement continue de la population. la population active se stabiliserait. D’après les projections du Conseil d’orientation des retraites. de 41 à 44. .4 % dans la FPH.29 874 titulaires dans la FPH. 32. . Bureau des études.9 ans pour la fonction publique hospitalière.4 % des effectifs de la fonction publique de l’État. en progression. fin 2007.3 % dans la FPT et 72. Cependant. l’âge moyen des agents titulaires est ainsi passé de 42 à 43. elle a augmenté de plus de 10 points entre 1992 et 2007. Chiffres-clés Admissions à la retraite en 2008 : . Bureau des statistiques. autre indicateur du vieillissement de la structure démographique. Entre 1992 et 2007. en particulier dans la fonction publique de l’État où de nombreux départs à la retraite sont intervenus au cours des dernières années. ces départs représentent 35. tandis que le nombre de départs pour carrière longue augmente sensiblement. la proportion des agents de 50 ans et plus a tendance à augmenter à un rythme ralenti depuis 2002. 1 CNRACL.3 Les départs à la retraite dans les trois fonctions publiques Loïc Gautier CNRACL1.32 718 titulaires dans la FPT .Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 2. les départs à la retraite de titulaires. du fait de départs à la retraite relativement importants ces dernières années.3 à 42.

Les recrutements dans la fonction publique de l’État ont été massifs dans les années 1970. aides-soignants. de la Culture (transfert des services de l’inventaire du patrimoine culturel). La pyramide des âges des agents de la FPH présente un pic correspondant à des générations nombreuses et âgées d’approximativement 50 ans.).Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Sur l’ensemble des ministères. bureau des statistiques. de l’Agriculture (transfert des TOS des lycées agricoles) et des Affaires sociales (personnels en charge du RMI. agents de service hospitalier. Les transferts d’agents et de services de l’État vers les collectivités territoriales sont susceptibles également d’avoir un impact sur les évolutions de l’âge moyen dans la FPE et la FPT. Ils concernent notamment des personnels techniciens. Champ FPT et FPH : agents titulaires affiliés à la CNRACL au 31/12 de l’année.4 %). cette tendance devrait se poursuivre. les deux tiers des effectifs de la fonction publique hospitalière (hors médecins) sont classés en catégorie active. ce qui laisse augurer un pic de départs à la retraite dans les dix prochaines années. traduisant les départs à la retraite importants depuis 2002 de ces générations du baby-boom (nées entre 1945 et 1960) qui étaient plus nombreuses. ouvrant droit à un départ à la retraire à 55 ans. sages-femmes. La pyramide des âges des agents titulaires des ministères présente en 2007 une forme relativement plate. personnels d’encadrement du personnel soignant. ouvriers de service (TOS) de l’Éducation nationale et des agents de l’Équipement. avec une forme plus « arrondie ». laisse augurer des départs à la retraite plus nombreux dans les prochaines années. Un agent est affilié dès lors qu’il cotise ou a cotisé à la CNRACL jusqu’à sa radiation des cadres. 118 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . On constate à partir de 2006 une stabilisation de l’âge moyen et de la part des agents de 50 ans et plus dans les ministères . Traitement DGAFP. etc. avec une durée hebdomadaire de travail au moins égale à 28 heures. Insee . tendance qui aura été amplifié par les transferts d’agents issus des services de l’État.volume 1 . CNRACL. puis ont été réduits par la suite. Les pyramides des âges de chacune des fonctions publiques illustrent de manière assez claire le vieillissement des effectifs. sans qu’il soit possible à ce stade de le mesurer. La pyramide des âges des agents de la FPT. cette proportion est inférieure à ce qui est constaté dans les ministères ou dans la fonction publique territoriale. Il s’agit notamment des personnels paramédicaux en contact avec les malades : infirmiers. près d’un agent sur trois est âgé de 50 ans ou plus en 2007 (32.3-1 : Évolution de la part des agents âgés de 50 ans et plus dans chacune des trois fonctions publiques depuis 1992 (en %) 35 30 25 20 Fonction publique de l'État 15 Fonction publique territoriale Fonction publique hospitalière 10 1992 1997 2002 2007 Sources : Fichier Général de l’État (FGE). des études et de l’évaluation. Champ FPE : agents titulaires civils des ministères. du FSL. Graphique V 2. principalement en raison d’un âge de départ à la retraite en moyenne plus précoce. En effet. etc. profitant aux générations du baby-boom. Dans la fonction publique hospitalière.

bureau des statistiques. Un agent est affilié dès lors qu’il cotise ou a cotisé à la CNRACL jusqu’à sa radiation des cadres. des études et de l’évaluation. Un agent est affilié dès lors qu’il cotise ou a cotisé à la CNRACL jusqu’à sa radiation des cadres. des études et de l’évaluation. FPH : répartition par âge des agents titulaires affiliés à la CNRACL (hors médecins hospitaliers) 40 000 30 000 Effectifs 20 000 10 000 0 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 44 46 48 50 52 54 56 58 60 62 64 66 Âges 1992 1997 2002 2007 Source : CNRACL. Traitement DGAFP.3-2 à V 2. avec une durée hebdomadaire de travail au moins égale à 28 heures. bureau des statistiques. Champ : agents titulaires de la FPH affiliés à la CNRACL au 31/12 de l’année. avec une durée hebdomadaire de travail au moins égale à 28 heures. Faits et chiffres 2008-2009 119 . FPT : répartition par âge des agents titulaires affiliés à la CNRACL 60 000 50 000 Effectifs 40 000 30 000 20 000 10 000 0 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 44 46 48 50 52 54 56 58 60 62 64 66 70 70 Âges 1992 1997 2002 2007 Source : CNRACL.3-4 : Évolution des pyramides des âges dans les trois fonctions publiques FPE : répartition par âge des titulaires civils des ministères 80 000 70 000 60 000 Effectifs 50 000 40 000 30 000 20 000 10 000 0 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 44 46 48 50 52 54 56 58 60 62 64 66 68 68 68 70 Âges 1992 1997 2002 2007 Source : Fichier Général de l’État (FGE). Traitement DGAFP. Traitement DGAFP. Champ : agents titulaires de la FPT affiliés à la CNRACL au 31/12 de l’année. bureau des statistiques. des études et de l’évaluation Champ : agents titulaires des ministères au 31 décembre de l’année. Insee.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphiques V 2.

5 0. À la différence du privé. le niveau de diplôme des agents du secteur public.5 1. dans la fonction publique. au maintien de l’emploi en règle générale des « seniors ».6 % pour les catégories B et 37. La part des 50 ans et plus est de 31. Graphique V 2.4 % pour les catégories A.5 Secteur public 3. alors qu’inversement. en moyenne plus élevé que celui des salariés du privé. 120 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . le recours à des dispositifs de préretraite et de dispense de recherche d’emploi pour les chômeurs.volume 1 . de 29. des études et de l’évaluatio Champ : salariés hors entreprises publiques. la proportion des salariés de 50 ans et plus est supérieure dans le secteur public.0 Âge 44 46 48 50 52 54 56 58 60 62 64 66 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 Source : Enquête emploi Insee.0 2.6 % pour les catégories A hors enseignants. De plus. ce qui réduit d’autant le poids des jeunes. explique des entrées plus tardives dans la vie active. contrats aidés et stagiaires.0 0. B ou C.8 % pour les catégories C. les situations de vieillissement sont contrastées en fonction de la catégorie A. ainsi que des entrées plus précoces sur le marché du travail contribuent à diminuer le poids des plus âgés. bureau des statistiques.5 2.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Les salariés du public restent plus longtemps en activité que ceux du privé Le profil par âge des secteurs public et privé indique une proportion de salariés de moins de 40 ans supérieure dans le secteur privé. Traitement DGAFP. apprentis. Parmi les agents titulaires des ministères. 4ème trimestre 2007. Cette proportion atteint 42.0 1.0 Secteur privé 3. Dans le privé.3-5 : Ventilation par âge des effectifs des secteurs public et privé à fin 2007 (en %) 4. hors intérimaires. Cette situation résulte du rythme des recrutements et départs à la retraite passés. le principe même de la carrière conduit.

Les disparités entre les hommes et les femmes sont également importantes. Traitement DGAFP.9 % parmi les agents de catégorie active. Faits et chiffres 2008-2009 121 .Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphique V 2. Du fait de départs à la retraite généralement à 55 ans.2 % parmi les femmes.1 % parmi les catégories sédentaires. la proportion d’agents de 50 ans et plus est mécaniquement plus faible au sein des catégories actives qu’au sein des catégories sédentaires. et de 34.3-6 : Pyramide des âges des agents titulaires des ministères selon la catégorie hiérarchique au 31 décembre 2007 Âges 65 60 55 50 45 40 35 30 25 20 15 22 500 effectif hommes 17 500 12 500 7 500 2 500 2 500 7 500 12 500 effectif femmes 17 500 22 500 Catégorie A Catégorie B Catégorie C Source : Fichier Général de l’État (FGE). des études et de l’évaluation. la part des 50 ans et plus est plus importante parmi les femmes (35. La part des 50 ans et plus est de 18. Dans les catégories B et C. Insee. Insee. 41. bureau des statistiques.6 % contre 31. La situation est inverse parmi les agents de catégorie A : 37.9 % de salariés de 50 ans et plus chez les hommes et 27. bureau des statistiques. Graphique V 2.6 % pour les B.3 % contre 24. des études et de l’évaluation.3-7 : Pyramide des âges des titulaires des ministères avec la distinction actifs sédentaires au 31 décembre 2007 Âges 65 60 55 50 45 40 35 30 25 20 15 35 000 25 000 15 000 5 000 5 000 15 000 25 000 35 000 Catégories actives Catégories sédentaires effectif hommes effectif femmes Source : Fichier Général de l’État (FGE). voire 50 ans. Traitement DGAFP.6 % pour les C).

âgé de plus d’un an et atteint d’une invalidité égale ou supérieure à 80 %. augmentée de 0 à 8 trimestres selon l’âge de l’agent (depuis le 1er janvier 2009) . qui précède la limite d’âge de 5 ans. l’âge d’ouverture des droits. l’ouverture des droits aura lieu à 60 ans pour les sédentaires et les personnels de catégorie active n’ayant pas rempli les conditions de durée de service.La radiation des cadres : il s’agit d’un acte administratif mettant définitivement fin à la carrière du fonctionnaire. Pour les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers. interrompu son activité dans certaines conditions. pour les militaires (condition de durée de service). Le paiement du traitement pour les fonctionnaires (augmenté des éventuels avantages familiaux ou SFT) est prolongé jusqu’à la fin du mois civil au cours duquel l’agent est radié des cadres ou admis à la retraite. • un départ anticipé est également possible lorsque le fonctionnaire civil est parent de trois enfants vivants. Des départs à la retraite nombreux dans les trois fonctions publiques en 2008 Les trois fonctions publiques emploient un certain nombre de catégories d’agents dépendant de différents régimes de retraite (voir l’encadré 2). . et à 50 ou 55 ans pour les personnels actifs ayant rempli les conditions de durée de service. qui est ensuite validé par le Service des retraites de l’État.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Encadré 1 : De la radiation des cadres à l’entrée en paiement effectif de la pension .L’année d’ouverture des droits à la retraite : elle se définit comme l’année au cours de laquelle le fonctionnaire atteint l’âge où il peut demander sa mise à la retraite. dans les cas suivants : • en cas de radiation des cadres par limite d’âge (65 ans pour les catégories sédentaires. à partir de l’âge d’ouverture des droits (60 ans pour les sédentaires ou 55 voire 50 ans pour les agents classés en catégorie active) . Le nombre de pensions civiles attribuées à des titulaires de la fonction publique de l’État a 4 Pensions versées à un agent du fait de son activité professionnelle. ou décédés par faits de guerre. Après avis de la CNRACL. d’un licenciement ou d’une révocation (qui met fin aux fonctions de l’agent pour des motifs disciplinaires). . dans ce régime et le cas échéant dans les autres régimes obligatoires. à la demande de l’agent. Le paiement de la pension du nouveau retraité commence donc au premier jour du mois suivant. est possible lorsqu’un fonctionnaire justifie. Elle découle soit de l’admission à la retraite. pour les parents de trois enfants (condition de durée de services et de situation familiale) et les retraites pour invalidité (absence de condition d’âge et de durée de service). On distingue ainsi : l’âge à la radiation des cadres. Pour les titulaires et militaires de l’État. La radiation des cadres n’entraîne donc pas obligatoirement la liquidation immédiate de la pension. 122 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . la demande de pension est adressée au directeur général de la Caisse des dépôts et consignations. pour chaque enfant.volume 1 . • un départ anticipé pour carrière longue. . ou d’un enfant vivant. par opposition aux pensions de réversion qui sont versées au conjoint ou aux enfants (orphelins) suite au décès du pensionné de droit direct.L’attribution de la pension : la liquidation de la pension intervient. • un départ à la retraite anticipé pour cause d’invalidité est possible lorsque le fonctionnaire n’a pas pu être reclassé dans un emploi compatible avec son état de santé . l’autorité investie du pouvoir de nomination prononce l’admission à la retraite. à condition qu‘il ait. Le nombre de pensions de droit direct4 entrées en paiement en 2008 suite au départ à la retraite de titulaires est en forte croissance dans la FPT et la FPH par rapport à 2007 . avant soixante ans. • en cas d’admission à la retraite. les services ministériels dont relève le futur retraité sont chargés de constituer le dossier nécessaire à la liquidation. 60 ans pour un certain nombre de corps classés en catégorie active) . Le service des retraites de l’État procède ensuite à la concession de la pension. En cas de démission ou de révocation d’un fonctionnaire. Des conditions spécifiques s’appliquent pour les catégories actives (condition de 15 ans de services actifs). pour les titulaires civils. Les données présentées ci-dessous proviennent essentiellement du régime des pensions civiles et militaires de l’État (Service des retraites de l’État) et de la CNRACL. d’une durée cotisée égale à la durée d’assurance exigée pour atteindre le taux plein l’année des 60 ans de l’agent concerné.L’entrée en paiement de la pension : le paiement de la pension de retraite ou de la solde de réforme ne peut être antérieur à la date de la décision de radiation des cadres du titulaire (sauf dans certains cas exceptionnels). et l’âge de liquidation (équivalent à l’âge à l’entrée en paiement de la pension). correspondant à l’acte d’attribution de la pension. il augmente de manière plus mesurée dans la FPE. soit d’une démission régulièrement acceptée.

3-9 : Ventilation des pensionnés de droit direct dont la pension est entrée en paiement en 2008 selon l’âge de liquidation (hors départs pour invalidité) 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Moins de 45 ans 45-49 ans 50-54 ans 55-59 ans 60-64 ans 65 ans et plus FPH / Départs de titulaires (*) FPE / Départs de titulaires hors La Poste et FT FPT / Départs de titulaires (*) FPE / Départs de militaires Sources : Service des retraites de l’État (chiffres 2008 provisoires) et CNRACL. Traitement DGAFP. Faits et chiffres 2008-2009 123 . À noter que pour les titulaires. bureau des statistiques. (3) Y compris soldes de réserve. (4) Pensionnés en titre définitif. 65 939 FPE / Titulaires civils hors La Poste et FT(1) FPE / Militaires(3) FPE / Ouvriers d'État(4) FPH / Titulaires(2) FPT / Titulaires(2) 32 718 12 420 1 544 Les âges de liquidation varient sensiblement selon la fonction publique et le statut civil ou militaire de l’agent. près d’un militaire sur deux part à la retraite avant 45 ans. des études et de l’évaluation. les départs à la retraite sont plus difficîles à appréhender (voir l’encadré 3). (2) Titulaires affiliés à la CNRACL. Concernant les non-titulaires de la fonction publique. être relativement éloigné de l’âge à la radiation des cadres (voir l’encadré 1). du fait d’un nombre important d’agents de catégories actives. Les agents titulaires de la fonction publique territoriale et de la fonction publique de l’État partent. et 29 874 à des titulaires de la fonction publique hospitalière (hors médecins hospitaliers). quant à eux. bureau des statistiques. Traitement DGAFP. soit un niveau supérieur à celui de l’année 2003 qui avait été tout à fait exceptionnelle dans le contexte de la réforme des retraites. Sur le flux des nouveaux pensionnés de l’année 2008. l’âge à l’entrée en paiement de la pension peut. majoritairement à 60 ans ou plus. des études et de l’évaluation. avec une durée hebdomadaire de travail d’au minimum 28 heures. Graphique V 2. atteignant 65 939 pensions (hors fonctionnaires de La Poste et France Télécom).3-8 : Flux annuels de pensions de droit direct entrées en paiement depuis 1998 70 000 60 000 50 000 40 000 30 000 29 874 20 000 10 000 0 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Sources : Service des retraites de l’État (chiffres 2008 provisoires) et CNRACL. 12 420 nouvelles pensions ont également été attribuées à des militaires et 1 544 à des ouvriers d’État. (*) d’une durée de travail hebdomadaire d’au minimum 28 heures. Graphique V 2.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 encore légèrement progressé en 2008. (1) Les pensions de fonctionnaires de La Poste et France Télécom ne sont pas prises en compte. 32 718 nouvelles pensions ont été attribuées à des titulaires de la fonction publique territoriale. tandis que la majorité des effectifs de la fonction publique hospitalière part entre 55 et 59 ans. Sont pris en compte dans les séries les militaires infirmiers et techniciens des hôpitaux des armées. dans certains cas.

124 p bi ct l Hors cha m p Foncotisopnitaluèrleq ue Fonteiroinopiubeiqu e r t r al h i Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . (7) Régime temporaire de retraite de l’enseignement privé. les sénateurs à la caisse de retraite des anciens sénateurs. sont rétroactivement transférés au régime général et à l’Ircantec (ils restent cependant affiliés au RAFP). (8) Les praticiens hospitalo-universitaires comprennent notamment les professeurs des universités praticiens hospitaliers et les maîtres de conférence praticiens hospitaliers. (3) Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales. les agents.3-1 : État des lieux des régimes de retraite auxquels cotisent les différents statuts de personnels de la fonction publique Régimes de base et caisses de retraite correspondantes Régimes additionnels et complémentaires Régimes auxquels cotisent les différents agents selon leur statut de ' F o n c t io n p u b liq u e d l ' É t a t Catégories d'agents : Titulaires des ministères et des établissements publics de l'État. (2) Géré par le Service des retraites de l’État. (4) Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l’État. géré par la CDC. (5) Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques. gérée par la Caisse des dépôts et consignations. les députés cotisent à la caisse de pensions des anciens députés. (1) Une durée de service de 15 ans minimum est requise (hors départs pour invalidité). gérée dans le cadre de l’ERAFP (gestion administrative : CDC). Pour une durée inférieure. Note : les individus ayant cumulé différentes situations professionnelles au cours de leur carrière dépendront. bureau des statistiques. gérée par la CDC. des études et de l’évaluation. Un retraité percevant des pensions de plusieurs régimes de base est dit polypensionné (voir l’encadré 4). (6) Retraite additionnelle de la fonction publique. magistrats et praticiens hospitalo-universitaires titulaires(1)(8) Militaires (1) Non-titulaires des ministères et établissements publics de l'État Ouvriers d'État (1) Personnels de l'Assemblée nationale Personnels du Sénat Titulaires territoriaux sur un poste d'au moins 28h hebdomadaires(1) Non-titulaires territoriaux Titulaires territoriaux sur un poste de moins de 28h hebdomadaires Assistantes maternelles de la fonction publique territoriale Titulaires hospitaliers sur un poste d'au moins 28h hebdomadaires(1) Non-titulaires hospitaliers Médecins hospitaliers (hors praticiens hospitalo-universitaires titulaires)(8) Titulaires hospitaliers sur un poste de moins de 28h hebdomadaires Enseignants du privé sous contrat Titulaires de La Poste et France Télécom Élus locaux(9) Source : DGAFP.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Encadré 2 Tableau V 2. sans droits à pension. Lecture : un agent non-titulaire de la fonction publique hospitalière cotise au régime général (régime de base) et à l’Ircantec (régime complémentaire). de plusieurs régimes différents. (9) Concernant les élus parlementaires.volume 1 im e d es pe ns CNR io n s A CL (3 c i v i le ) s et Rég m il it a im e ir e s g én é d e l 'E ra l FS P t a t (2 O E IE ) (4) C a is se d e re t ra it e C a is du p se d erso e re t nnel ra it e I rc a n de l’A du p tec (5) erso sse m nnel b lé e RAF du S n a t io P (6) énat n a le AR R CO A G IR C RET RE P (7) Rég im e a dd i t io n n el de r e tr a it e d e l 'e n s e ig nem ent p r ivé Rég . au moment de la retraite et selon certaines règles.

Banque de France.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Encadré 3 : La retraite des non-titulaires et l’Ircantec5 Le nombre de pensions accordées chaque année par l’Ircantec est important (114 260 pensions de droit direct dans le régime salarié en 2008) et a plus que doublé depuis 2002.3-11 : Répartition des pensionnés du régime salarié de l’Ircantec ayant liquidé en 2008 selon : 1) la durée de cotisation à l’Ircantec en tant qu’agent de la fonction publique (en %) Aucune cotisation(*) en tant qu'agent de la FP ou indéterminé 16% Agent ayant cotisé en tant qu'agent de la FP sur une période indéterminée 7% Plus de 30 ans 3% De 20 à 30 ans 5% De 10 à 20 ans 12% De 5 à 10 ans 15% Jusqu'à 1 an 14% De 1 à 5 ans 28% 2) le délai écoulé depuis la dernière période de cotisation à l’Ircantec en tant qu’agent de la fonction publique (en %) Indéterminé. Traitement DGAFP. Faits et chiffres 2008-2009 125 . plus d’un affilié sur trois n’a pas liquidé ses droits à l’âge de 70 ans. Les élus locaux sont affiliés à l’Ircantec.5 millions d’anciens salariés y ayant acquis des droits mais n’y cotisant plus. Il s’agit d’un régime de passage pour la majorité de ses affiliés : aux 2. 20 % plus de 10 ans et 8 % plus de 20 ans. mais disposent d’un régime spécifique.3-10 et V 2. l’Ircantec est un régime par points. ainsi que les agents salariés d’entreprises publiques ou semi-publiques telles la Poste. associations). FP : fonction publique. À noter que la durée de cotisation peut être minorée et le délai écoulé majoré dans le cas où la catégorie juridique de l’employeur n’est pas renseignée. Excepté pour le régime des élus. par négligence ou par oubli . Pour les pensionnés Ircantec ayant liquidé en 2008. EDF-GDF. • les agents non titulaires des établissements publics à caractère industriel et commercial. le champ du régime correspond à diverses catégories d’agents : • les agents titulaires à temps non complet des collectivités locales qui ne relèvent pas de la CNRACL (travaillant moins de 28 heures par semaine). il s’agit cependant d’affiliés ayant accumulé peu de droits dans le régime. qui quittent leur emploi sans remplir les conditions requises pour bénéficier d’une pension du régime spécial auprès duquel ils étaient affiliés. ainsi que les médecins hospitaliers .5 millions d’actifs cotisants qui y sont affiliés s’ajoutent près de 12. Contrairement aux régimes de titulaires. 10% Hors FP sur la dernière période de cotisation à l'Ircantec 12% Jusqu'à 1 an 19% De 1 à 5 ans 12% Plus de 30 ans 27% De 20 à 30 ans 7% De 5 à 10 ans 1% De 10 à 20 ans 12% (*) Ces pensionnés ont ainsi cotisé à l’Ircantec uniquement au sein du secteur semi-public (la Poste. La borne supérieure de chaque intervalle est incluse. Il en ressort que plus de 84 % des pensionnés de l’Ircantec ayant liquidé en 2008 ont cotisé au moins une fois dans leur carrière en tant qu’agent non titulaire (ou titulaire dans certains cas) dans le périmètre de la fonction publique. Chabert-Desnots (Ircantec). Source : Ircantec. la Banque de France ou d’associations. Graphiques V 2. bureau des statistiques. Actuellement. Note : seules les durées de cotisation correspondant à des employeurs relevant de la fonction publique (d’après la catégorie juridique) ont été prises en compte. des études et de l’évaluation. Plus de 35 % des pensionnés Ircantec ayant liquidé en 2008 ont cotisé dans le champ fonction publique plus de 5 ans. la pension de l’Ircantec intervient en complément de la pension versée par le régime général. tandis que 27 % l’ont quitté depuis plus de 30 ans. EDF-GDF. Les durées de cotisation à l’Ircantec sont dans de nombreux cas relativement courtes (près de 8 ans en moyenne pour les pensions attribuées en 2008 et moins de 4 ans dans la moitié des cas). 19 % des nouveaux pensionnés de l’Ircantec ont quitté la fonction publique depuis un an ou moins. une étude portant sur leurs différentes périodes de cotisation à l’Ircantec et sur la catégorie juridique des employeurs correspondant a été réalisée par l’Ircantec et la DGAFP. les agents titulaires sans droit à pension (TSD). Au-delà des agents non titulaires des trois fonctions publiques. 5 Cet encadré a été réalisé en collaboration avec M.

chiffre jamais atteint auparavant par le régime. mais de façon plus modérée qu’en 2007 (+0. Il s'agit en général du conjoint survivant ou divorcé et/ou des enfants (orphelins) qui bénéficient de ce fait d’une pension de réversion. 81 500 pensions civiles d’ayants droit sont entrées en paiement en 2008. Cependant. la structure des pensions en 2008 évolue sensiblement par rapport à l’année précédente. Un nombre toujours plus important de nouveaux pensionnés à la CNRACL en 200810 En 2008. 10 La partie concernant la CNRACL a été rédigée par Loïc Gautier (CNRACL). le montant annuel moyen de pension augmente de 1. 7 Pensionné de droit direct ou ayant droit : agent possédant un droit à pension du fait de son activité professionnelle.8 % en septembre. pour 121 100 en 2007. Cette évolution est essentiellement due à l’augmentation sensible du nombre de nouveaux droits directs7 (+ 18 %) qui s’élève à 62 592 en 2008 contre 53 111 un an plus tôt. la hausse est imputable essentiellement aux militaires (+14.volume 1 . Le pourcentage de liquidation. les pensions d’ayants cause sont en recul. Les départs anticipés pour motifs familiaux et les départs pour invalidité connaissent une baisse marquée (respectivement -14 % et -9 %). plus de 20 000 pensions militaires ont été concédées en 2008. au 1er janvier 2008. Par ailleurs. Au total. Comme l’an passé.6 % sur l’année). soit une progression de + 15. de l’administration pénitentiaire ainsi qu’aux agents de La Poste et France Télécom sont moins représentées dans le flux. 9 Indice correspondant au dernier traitement indiciaire brut versé (à la condition qu'il ait été versé pensant au moins 6 mois) et retenu pour la détermination du montant de la pension. Les chiffres de ce paragraphe portent sur l'intégralité du régime (y compris La Poste et France Télécom). Cette croissance s’observe pour tous les types de départs. Comme en 2007. le point de la fonction publique a progressé de +0. Les effectifs de nouveaux retraités (ayants droit7) ont baissé de manière continue entre 2001 et 2006. 8 Pensionné de droit indirect ou de droit dérivé ou ayant cause : personne ayant acquis un droit suite au décès d'un agent en activité ou en retraite. sans tenir compte de la décote et surtout de la surcote. 126 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Les départs pour carrières longues sont en progression importante (+50 %) alors que dans le même temps les départs suite à un congé de fin d’activité (CFA) ont quasiment totalement disparu.6 % par rapport au flux 2007. La barre des 12 000 pensions militaires d’ayants droit a été largement franchie. Cette baisse se répercute en partie sur le pourcentage calculé en tenant compte de la décote et de la surcote (-0. Ces deux évolutions tiennent à la fois aux modalités de la montée en charge des départs pour carrière longue et des restrictions d’accès aux CFA qui peuvent conduire à des transferts du dispositif des CFA vers celui des départs anticipés à partir de la génération 1947. les effectifs des pensions civiles et militaires entrées en paiement se stabilisent en 2008.5 % en 2008. poursuit sa diminution en 2008. Ainsi.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Stabilisation en 2008 des effectifs dont la pension est entrée en paiement au Service des retraites de l’État6 Après des hausses de 8 % en 2006 et de 4 % en 2007. avant de fortement augmenter en 2007 (+11%). mais elle est particulièrement marquée chez les pensionnés partis à la retraite au titre des carrières longues (+79 % par rapport à 2007) en raison de l’ouverture de ce dispositif. aux actifs de 56 et 57 ans. Le Service des retraites de l’État a ainsi concédé 121 600 nouvelles pensions en 2008. plus de 101 000 nouvelles pensions civiles sont entrées en paiement en 2008. Au sein des premières.6 % en 2007.9 %).4 point). les pensions relatives aux personnels de la Police. en léger recul. Cette progression s’est accélérée en 2008 (+15 %). mais reste néanmoins proche des 81 300 pensions civiles entrées en paiement en 2007.5 % en moyenne annuelle et les pensions de fonctionnaires radiés avant le 1er septembre 2008 ont bénéficié de la revalorisation des pensions de 0. la CNRACL a octroyé 71 272 nouvelles pensions. L’indice de liquidation9 moyen des nouveaux retraités civils progresse en 2008. Cet effectif de nouveaux retraités établit un nouveau record pour le régime. 6 La partie concernant les pensions civiles et militaires a été rédigée par Olivier Jean (Service des retraites de l’État). De plus. après une hausse de 2. Cette stabilité s’observe à la fois pour les pensions d’ayants droit7 qui augmentent faiblement et les pensions d’ayants cause8.

3 089 pensions de droit dérivé ont été concédées dans la fonction publique hospitalière.4 ans pour les pensionnés au titre de l’ancienneté et 56.5 % et celle de pensions relevées au minimum garanti s’élève à 46.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Au sein de la fonction publique territoriale.4 %. L’âge moyen à la radiation des cadres est de 58.3 % en invalidité. s’explique par la part importante des départs au titre de la catégorie sédentaire (les départs de la catégorie sédentaire à 60 ans ou au-delà représentent 57 % du flux). L’âge moyen à la radiation des cadres s’établit à 56. proche de 60 ans. proportion supérieure à celle observée dans l’emploi des collectivités territoriales (44 %).7 ans pour l’ensemble des départs et de 59. pour une durée moyenne de cotisation de 116. 29 874 départs à la retraite ont été observés en 2008.7 %.2 % des départs pour motifs familiaux (11 % de l’ensemble des départs) concernent des femmes.7 %. dont 23 % suite à des décès d’agents en activité. dont près de 22 % suite aux décès d’agents en activité. pour conjoint à charge. dont 6. 5 596 pensions territoriales de droit dérivé11 sont entrées en paiement.2 %) à recevoir une pension relevée au minimum garanti et 13 % à percevoir une pension à taux plein. dont 6 % d’accessoires12 pour une durée moyenne de cotisation de 129. 12 % se voient appliquer une décote avec un taux moyen de décote de 1. La pension moyenne mensuelle s’élève à 1 369 euros. mais y compris bonifications). Près de 49 % de ces droits directs sont des hommes. moins de 28 % des départs s’effectuent à 60 ans ou plus. La proportion de pensions au taux plein est de 12. 11 Pensions de droit dérivé : pensions de droit indirect ou pensions de réversion. Concernant la fonction publique hospitalière.1 ans.5 trimestres (après écrêtement. Le personnel féminin est largement majoritaire dans cette fonction publique et concerne 79 % des départs pour ancienneté et quasiment la totalité des départs anticipés pour motifs familiaux (lesquels représentent près de 20 % de l’ensemble des départs). Au final. Parmi les retraités pour ancienneté. En 2008. 99. 12 Avantage accessoire : avantage complémentaire à l'avantage principal (pension de base ou pension de réversion) correspondant à des majorations (pour enfants.3 trimestres (après écrêtement. Faits et chiffres 2008-2009 127 . Cette minoration de pension ne concerne ni les invalides ni les retraités dont la pension est relevée au minimum garanti. les nouveaux pensionnés territoriaux perçoivent une pension moyenne mensuelle de 1 217 euros. mais y compris bonifications).7 %.5 % des départs anticipés dans le cadre du dispositif carrières longues. pour tierce personne. De par une forte proportion d’emplois classés en catégorie active. dont le taux moyen de liquidation s’élève à 59. En 2008. sont un peu plus du quart (26. Le taux moyen de liquidation des nouveaux pensionnés territoriaux s’établit à 54. La distinction par sexe montre des répartitions très différentes selon les types de départ. Les nouveaux pensionnés. 32 718 départs à la retraite ont été constatés en 2008. pour charge d'enfants. En effet. dont 9. alors qu’elles représentent seulement 17.1 % au titre du risque invalidité. etc. Cet âge moyen.2 ans en prenant en compte les départs pour invalidité.). si les pensions pour invalidité ne sont pas prises en compte.

128 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . allant de 7. de la CNRACL et du FSPOEIE). auquel est associé le régime Ircantec. malgré la possibilité de valider. outre leur pension militaire. sous certaines conditions. Graphiques V 2. Une proportion importante des pensionnés du Service des retraites de l’État. Drees. relevant de ce régime de base. que ce soit dans le public ou le privé.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Encadré 4 : État des lieux des polypensionnés de la fonction publique Par définition. un individu est dit polypensionné lorsqu’il perçoit plusieurs pensions de différents régimes de retraite de base. Dans le tableau ci-dessous figurent. inférieure à celle des autres régimes. Ainsi. de 75 % à la CNRACL et de 74 % au FSPOEIE contre 38 % dans le régime des pensions civiles de retraite de l’État et 37 % à l’Ircantec. Entre 5 % et 10 % des pensionnés des régimes de retraite des titulaires des trois fonctions publiques. au final. une pension de la CNRACL ou une pension du FSPOEIE. n’est ainsi pas pris en compte pour estimer le nombre de polypensionnés. la proportion de polypensionnés est de 38 % parmi les pensionnés du régime général. de la CNRACL et du FSPOEIE cumule également une pension du régime général (un tiers des pensionnés civils de l’État et plus de 60 % des pensionnés militaires. Traitements DGAFP. bureau des statistiques. du fait du périmètre très large du régime général. Une proportion non négligeable de pensionnés. Un agent non titulaire de la fonction publique est susceptible d’occuper différents emplois sous différents statuts durant sa carrière. est de 72 % dans le régime des pensions militaires de retraite. une pension civile de l’État.1 % (parmi les pensionnés civils de l’État) à 18. un agent a plus de chances d’avoir toujours occupé des emplois. la proportion de polypensionnés parmi les pensionnés de l’Ircantec est. la part des pensionnés de 60 ans ou plus bénéficiant également d’une pension de tel ou tel autre régime.volume 1 . L’Ircantec. les services effectués en tant qu‘agent non titulaire. des militaires et des ouvriers d’État perçoivent en parallèle une pension de l’Ircantec (et du régime général). La proportion de polypensionnés. Environ 10 % des pensionnés militaires perçoivent.0 % (parmi ceux de l’Ircantec) bénéficie également d’une pension auprès de la Mutualité sociale agricole (MSA). RG : régime général. qui est un régime complémentaire. Aucun pensionné ne cumule une pension civile de l’État et une pension CNRACL. pour chaque régime de retraite. des études et de l’évaluation. À titre de comparaison. étant donné qu’une pension unique est versée par le dernier des deux régimes auquel l’agent a été affilié. Cependant.3-12 : Nombre de pensions de retraite dans un régime de base (en %) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Pensionnés militaires de l'État Pensionnés CNRACL Pensionnés FSPOEIE 4 et + 3 Pensionnés civils de l'État 2 1 Pensionnés Ircantec Pensionnés RG Source : EIR 2004. parmi les pensionnés âgés de 60 ans ou plus des différents régimes. Champ : pensionnés des différents régimes de retraite âgés de 60 ans ou plus.

Dans les ministères. un départ à la retraite pour cause d’invalidité est possible et ce.0 0. Champ : pensionnés des différents régimes de retraite âgés de 60 ans ou plus.0 7.8 1.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Tableau V 2.une pension de la CNRACL . 187 500 agents titulaires occupaient un emploi classé en catégorie active au 31 décembre 2007.0 10.0 1.4 69.2 3. soit un enfant âgé de plus d’un an et atteint d’une invalidité de plus de 80 %.0 100. Dans la fonction publique hospitalière. Ce type de départ concerne principalement des femmes.9 60.8 0. Lecture : 33.0 14.7 100. Les personnels ayant accompli au moins quinze ans de services dans un emploi de catégorie active peuvent partir à la retraite dès l’âge de 55 ans (au lieu de 60 ans). de l’Éducation. soit 11 % de l’ensemble des agents. bureau des statistiques.une pension militaire de l'État .8 5.2 100.0 2.0 14. Il s’agit principalement des personnels paramédicaux en contact avec les malades. Les départs à la retraite de la fonction publique avant 60 ans Les différents types de départs anticipés Les départs anticipés pour motifs familiaux Les conditions de départ anticipé pour motifs familiaux pour les agents ayant 15 ans de services recouvrent trois cas : soit trois enfants vivants ou élevés pendant 9 ans.7 % des pensionnés civils de l’État de 60 ans ou plus perçoivent une pension du régime général. Les catégories actives dans la fonction publique Dans la fonction publique de l’État et selon l’article L 24-I-1° du Code des pensions civiles et militaires. de l’Équipement et de la Justice.1 5.5 7.0 1. sans conditions d’âge et de durée de service.0 1. un départ à 56 ans ou 57 ans est possible si un certain nombre de conditions de durée de carrière sont remplies.une pension du FSPOEIE . Depuis le 1er janvier 2008. le classement en catégorie active concerne quelques corps.5 7.5 4.1 Pensionnés de l'Ircantec 98. appartenant principalement aux ministères de l’Intérieur.5 18. sont classés dans la catégorie active les emplois présentant un risque particulier ou des fatigues exceptionnelles (les autres catégories d’emplois étant qualifiées de sédentaires).0 100.6 0.3 0. Les départs pour invalidité Contrairement au régime général du privé. Dans la fonction publique territoriale. des études et de l’évaluation. La nomenclature de ces emplois est établie par décret en Conseil d’État. Traitements DGAFP. environ les deux tiers des effectifs de la FPH (hors médecins) relèvent d’un corps classé en catégorie active. Les départs anticipés pour carrière longue Ce dispositif. comme par exemple les sapeurs-pompiers professionnels et représente au total entre 5 % et 10 % de l’effectif total.7 8.0 3.2 10.une pension d'un autre régime . RG : régime général.1 8.0 16. introduit par la réforme des retraites de 2003.une pension de l'Ircantec Pensionnés Pensionnés militaires Pensionnés Pensionnés civils de l'État de l'État de la CNRACL du FSPOEIE 33.6 0. Ces départs concernent majoritairement des hommes.9 0. et 50 ans pour certaines professions (du domaine de la sécurité essentiellement).3 66. Faits et chiffres 2008-2009 129 .0 0.6 100.0 Source : EIR 2004 / Drees.0 0.3-2 : Part des pensionnés des régimes de la fonction publique bénéficiant de différentes pensions (en %) Part des pensionnés de chacun des régimes ayant : . permettait de partir au plus tôt à 59 ans jusqu’au 1er juillet 2006 et 58 ans sur la deuxième moitié de 2006. soit un conjoint invalide.une pension civile de l'État .une pension de la MSA .8 5.une pension du régime général .

1% 40 26. (2) Corps de catégorie B mis en extinction par le décret du 23 décembre 2003 et remplacé progressivement par le corps de professeur des écoles (catégorie A).1% 73.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Tableau V 2. Graphique V 2.9 % dans la FPT et 66. bureau des statistiques. classés en « catégorie active » peuvent partir à l’âge de 55 ans. aides-soignants. et comptant au moins 15 ans de services actifs ou partant avant l’âge de 60 ans (en %) 100 Agents comptant au moins 15 ans de services actifs 80 60 44. des études et de l’évaluation.1 % dans la FPH.Titulaires civils (hors La Poste et FT) FPT .Titulaires (1) FPH .9% 0 FPE . 130 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .1% Agents partant avant l'âge de 60 ans 66. Traitement DGAFP.7% Sources : Service des retraites de l’État (chiffres 2008 provisoires) .3-3 : Les différents corps classés en catégorie active Fonction publique de l’État Personnels actifs de la Police nationale Personnels de surveillance de l’administration pénitentiaire Ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne Personnels de la surveillance des douanes Instituteurs (2) Agents d’exploitation des travaux publics de l’État Éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse Personnels paramédicaux des hôpitaux militaires Contrôleurs des affaires maritimes et syndics des gens de mer (certains emplois) Fonction publique territoriale Agents des réseaux souterrains des égouts Sapeurs pompiers professionnels Agents de salubrité Agents de Police municipale Agents de surveillance de la préfecture de Police Agents d’entretien et agents techniques (certains emplois) Fonction publique hospitalière Personnels paramédicaux dont l’emploi comporte un contact direct et permanent avec des malades : surveillants. infirmiers spécialisés. 26. Contrairement aux professeurs des écoles. 6. dont la pension est entrée en paiement en 2008.5% 20 6. agents de services hospitaliers.Titulaires (1) 37. les instituteurs. Âge d’ouverture des droits 50 ans si 25 ans de services 50 ans si 25 ans de services 50 ans 55 ans 55 ans 55 ans 55 ans 55 ans 55 ans 50 55 55 55 55 55 ans ans ans ans ans ans Limite d’âge 55 ans(1) 55 ans(1) 57 ans 60 ans 60 ans 60 ans 60 ans 60 ans 62 ans 60 60 60 60 60 60 ans ans ans ans ans ans 55 ans 55 55 55 55 55 ans ans ans ans ans 60 ans 60 60 60 60 60 ans ans ans ans ans Parmi les pensions de titulaires entrées en paiement en 2008.3-13 : Part des agents titulaires. 58 ans pour les commissaires divisionnaires.5 % concernaient des personnels comptant au moins 15 ans de services actifs dans la FPE.sages-femmes Assistantes sociales dont l’emploi comporte un contact direct et permanent avec les malades Puéricultrice en fonction dans les services de pédiatrie Maîtres ouvriers et ouvriers professionnels (certaines fonctions) Agents d’entretien (certaines fonctions) Agents de service mortuaire et de désinfection Source : DGAFP (1) 57 ans pour les commissaires et les commissaires principaux . (1) d’une durée de travail hebdomadaire d’au minimum 28 heures. CNRACL.volume 1 . infirmiers.

notamment les agents de la FPT (âge moyen proche de 57 ans).hors carrière longue Départs d'agents comptant plus de 15 ans de services actifs(2) Ensemble des départs FPE .4%) 1 878 (6.carrière longue Départs pour motifs familiaux Départs pour invalidité 55 033 (83.4%) 19 884 (66. des études et de l’évaluation. CNRACL. Dans la FPT.Titulaires(1) Source : Service des retraites de l’État (chiffres 2008 provisoires) .3-14 : Proportion des différents types de départs à la retraite parmi les pensions de titulaires entrées en paiement en 2008 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 FPH .4 % dans la FPT et même 31.Titulaires (1) (hors La Poste et FT) Départs pour ancienneté . les agents titulaires qui disposent de plus de 15 ans de services actifs partent cependant en moyenne après 55 ans. (2) parmi les départs pour ancienneté ou pour motifs familiaux (hors invalidité).Titulaires(1) FPH . bureau des statistiques.3%) 5 902 (19. Pour les trois fonctions publiques. À la suite des modifications applicables depuis le 1er janvier 2008. les départs pour carrière longue sont sensiblement plus nombreux en 2008 et représentent désormais 3.9%) 2 972 (9. Traitement DGAFP.3-15 : Âges moyens de départ à la retraite selon le type de départ (pensions entrées en paiement en 2008) 62 60 58 56 54 52 50 Départs pour invalidité Départs pour motifs familiaux Départs pour ancienneté carrière longue Départs pour ancienneté .0%) 5 032 (7.Titulaires civils (hors La Poste et FT) FPT . Faits et chiffres 2008-2009 131 .1%) 3 633 (11.Titulaires (1) FPE .1 % parmi les départs d’ouvriers d’État.6%) 3 326 (5. 7. Graphique V 2. 22.Titulaires civils FPT .8%) 2 210 (7. L’écart d’âge moyen entre les catégories actives et sédentaires est proche de 5 ans dans la FPE. Les âges moyens de départ sont sensiblement différents selon le type de départ et selon la fonction publique considérée. CNRACL. Graphique V 2. les départs anticipés sont majoritairement dus à d’autres types de départs (voir le graphique ci-dessous). Traitement DGAFP. mais nettement inférieur à 5 ans dans la FPT et la FPH. notamment dans la fonction publique hospitalière où l’âge moyen de départ à la retraite est inférieur à 51 ans pour les parents de trois enfants. des études et de l’évaluation.5%) 18 770 (57.4 % dans la FPH. bureau des statistiques.hors carrière longue Départs pour ancienneté .4%) Sources : Service des retraites de l’État (chiffres 2008 provisoires) .6%) 2 548 (3.1%) 7 343 (22.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Une proportion importante des départs à la retraite avant l’âge de 60 ans est due aux départs d’agents de catégorie active dans la FPE et la FPH. Les départs pour motifs familiaux sont les plus précoces. (1) d’une durée de travail hebdomadaire d’au minimum 28 heures. (1) d’une durée de travail hebdomadaire d’au minimum 28 heures.9 % du flux de départs de titulaires dans la FPE.

2 Total 12 420 43.volume 1 . 166 de 2014 à 2019 et 167 à partir de 2020.8 ans en 2008. * y compris les bonifications autres que pour service militaire dans la limite d’un an.25 %. multiplié par le Décote A partir de 2006 et sauf pour les départs pour invalidité. il s’agira du traitement relatif à l’indice 227 multiplié par : 57. Le montant de la pension est à comparer au montant du minimum garanti.3 %.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Le cas particulier des militaires Les militaires peuvent partir à la retraite après quinze ans de services (militaires du rang et sous-officiers). Taux de liquidation Il est égal à 75 % du rapport entre la durée de liquidation et la durée de référence. Le calcul du minimum garanti est effectué au 1er janvier 2004. 132 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . 158 en 2007.5 % + 3. Montant de la pension Il est égal au traitement brut des 6 derniers mois multiplié par le taux de liquidation. le tout dans la limite de 20 trimestres.375 % par trimestre manquant dans la limite de . Surcote Une surcote s’applique depuis 2004 lorsque la durée d’assurance est supérieure à la durée de référence. Encadré 5 : Eléments de calcul de la pension de retraite d’un agent titulaire de la fonction publique Cas-type d’un agent titulaire civil mono-pensionné : Durée de liquidation Elle est égale à la durée des services réalisés en tant que fonctionnaire augmentée des éventuelles bonifications.75 % par trimestre effectué entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2008 et 1. ** excepté les bonifications autre que pour service militaire. éventuellement redressé sur la base d’un temps plein. 152 en 2004.25 % par trimestre effectué à compter du 1er janvier 2009. 162 en 2010. Il est au maximum de 75 % s’il n’y a pas de bonifications et de 80 % en tenant compte des bonifications. Le minimum garanti en 2013 sera donc calculé à partir de l’indice 227 au 1er janvier 2004.3 Sous-officiers 8 183 45. puis revalorisé ensuite à l’aide de l’indice d’inflation hors tabac. Minimum garanti En 2008. 154 en 2005. A partir de 2020. Durée de référence : Elle est égale à 150 trimestres jusqu’en 2003.1 % par année (pour une durée de service* de 60 à 110 trimestres) + 0. Source : DGAFP. 163 en 2011.5 % + 2. l’âge moyen de départ était de 43. A partir de 2013.25 % par trimestre manquant dans la limite de . vingt ans de service (officiers sous contrat) ou vingt-cinq ans (officiers de carrière).0.3-4 : Âge moyen de départ à la retraite selon le grade militaire en 2008 Officiers Total Âge moyen (à la date d’effet de la pension) 1 717 51. augmenté de l’inflation des années 2004 à 2013. il est égal au traitement indiciaire relatif à l’indice 221 multiplié par : 58. Tableau V 2. 156 en 2006.8 Caporaux et soldats 2 520 32. En 2008 : .8 Source : Service des retraites de l’État (chiffres 2008 provisoires).5 % par année supplémentaire** jusqu’à 160 trimestres. Une condition minimale de 15 ans de durée de services effectifs est nécessaire. 160 en 2008. 164 de 2012 à 2014. Les militaires infirmiers et techniciens des hôpitaux des armées ont été reclassés dans la hiérarchie des grades militaires. Champ : y compris soldes de réserve.5 % par année (pour une durée de service** de 60 à 120 trimestres) + 0. Elle est égale à 0. Durée d’assurance Elle est égale à la durée de liquidation augmentée des périodes d’activité relevant des autres régimes. 165 de 2015 à 2016. une décote s’applique si la durée d’assurance est inférieure à la durée de référence. Traitement indiciaire brut Il s’agit du traitement perçu sur les 6 derniers mois. 161 en 2009. . des études et de l’évaluation.22 % par année supplémentaire** jusqu’à 160 trimestres. Toutes catégories confondues. bureau des statistiques.1.

qui pourront poursuivre leur activité jusqu’à 65 ans . La réforme introduit des critères de pilotage du régime sur le long terme. et l’Estimation individuelle globale (EIG). répertoriant l’ensemble des périodes de cotisation. au minimum. le taux de cotisation effectif étant égal à 125 % du taux de cotisation théorique. Faits et chiffres 2008-2009 133 . reprenant l’estimation du montant total de la retraite en fonction de l’âge de cessation d’activité. la revalorisation des pensions intervient chaque année au 1er avril. à savoir l’année où l’agent remplit les conditions d’âge et/ou de durée de services nécessaires à son admission à la retraite. à partir du Relevé de situation individuelle (RSI). Il a été décidé que le paiement des pensions devait être assuré sur une durée de 30 ans par les cotisations futures ainsi que par les réserves. L’indexation des retraites a aussi été revue. de façon à prendre en compte l’inflation réellement constatée pour l’année précédente . avec la mise en place d’une information régulière des actifs concernant leur future retraite. En 2018.6 % en tranche A et de 14 % à 15. il était également prévu de porter progressivement cette durée à 41 ans en 2012. La réforme de l’Ircantec de 2008 Une réforme a été conduite en 2008. • le taux de surcote évolue de 0. dès lors que cette durée d’assurance est supérieure à la durée de référence.75 % à 1. Un droit à l’information a été instauré pour l’ensemble des retraités. en concertation avec les partenaires sociaux. La réforme de 2003 a également ouvert la possibilité de partir à la retraite avant 60 ans pour les individus ayant commencé leur carrière de manière précoce (dispositif dit de « carrière longue »).75 %) et une hausse progressive des taux théoriques de cotisation (de 4. • Les paramètres de calcul de la retraite dépendent désormais de l’année d’ouverture des droits. Le rendez-vous sur les retraites de 2008 Les principales mesures portant sur les régimes de fonctionnaires ont été les suivantes : • confirmation de l’allongement au fil des générations de la durée d’assurance exigée pour le taux plein de 40 ans en 2008 à 41 ans en 2012 . • assouplissement des limites d’âge pour les catégories « actives ». D’ici à 2018. afin d’en assurer la pérennité sur le long terme. concernant leur retraite. la réforme des paramètres combine une baisse progressive du rendement du régime par points (de 12.5 % à 5.25 % par trimestre à compter du 1er janvier 2009 et les conditions pour bénéficier de la surcote sont alignées sur le régime général . au terme d’une période transitoire de 9 ans. • à partir de 2009.6 % en tranche B). avec une entrée en vigueur à compter du 1er janvier 2004. à savoir 40 ans en 2008 (augmentation progressive jusqu’en 2008). sur celle applicable dans le régime général. qui consiste en une majoration de retraite pour les anciens fonctionnaires de l’État ou militaires résidant dans certains département ou territoires d’Outre-mer. la responsabilité du pilotage du régime incombera au conseil d’administration. équivalentes à une année et demi de prestations à l’horizon de 20 ans. • Une modification du calcul de minimum garanti. • L’instauration progressive d’une décote.1 % à 7.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Encadré 6 : Les principaux points de la réforme de 2003 Pour les agents titulaires de la fonction publique La promulgation de la loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites a instauré un nouveau mode de calcul des pensions des fonctionnaires (voir le schéma précédent). Les principaux points sont notamment les suivants : • L’alignement de la durée de cotisation du régime des fonctionnaires. nécessaire pour avoir une retraite au taux plein. avec une indexation non plus sur l’évolution des salaires mais sur celle des prix hors tabac. En fonction des gains d’espérance de vie constatés dans les prochaines années. Les cotisations sont assises sur les primes non soumises à retenue pour pension (dans la limite de 20 % du traitement indiciaire brut). lorsque la durée d’assurance tous régimes est inférieure à une durée de référence de 160 trimestres en 2008 et d’une surcote. • extinction progressive de l’indemnité temporaire de retraite. Elle a porté à la fois sur les paramètres et la gouvernance du régime. Un régime additionnel de retraite a également été créé pour les agents titulaires. • le cumul emploi-retraite n’est plus soumis à une condition de cumul mais à la condition que l’assuré ait liquidé intégralement sa retraite en ayant rempli les conditions requises pour bénéficier du taux plein. Ces dernières devront être.

A 60 ans. Cependant. les différents groupes de sexe et catégorie – active ou sédentaire – sont tous affectés par cette augmentation.volume 1 . L’écart des augmentations moyennes des âges entre hommes et femmes de catégorie active est particulièrement important en 2008 (0. En 2008. Les hommes actifs sont répartis entre l’Éducation nationale. avec des progressions également significatives même si elles sont moindres que pour les femmes. la moitié de l’augmentation de l’âge moyen est imputable à un faible accroissement de la part des agents sédentaires dans le flux 2008 (+2 points). Et comme l’an passé. un certain recul reste nécessaire pour évaluer l‘ensemble des impacts de la réforme en terme de durée de carrière et de montant de pension. ils ne sont plus que 54 % en 2008. Ces évolutions sont également perceptibles au niveau des distributions des âges de départ : la part des agents de catégorie active partant après 55 ans augmente encore de 2 points en 2008 et celle des agents de catégorie sédentaire radiés après 60 ans. 134 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . pour les actifs comme pour les sédentaires. 80 % des sédentaires liquidant pour ancienneté étaient radiés des cadres en 2006 . 13 La partie sur les pensions civiles et militaires de l’État a été rédigée par Olivier Jean (Service des retraites de l’État). Tout comme en 2007. 69 % des actifs liquidant pour ancienneté étaient radiés des cadres en 2004 . Les chiffres de ce paragraphe portent sur l'intégralité du régime (y compris La Poste et France Télécom). cependant son impact reste dans les mêmes proportions. ils ne sont plus que 72 % deux ans plus tard. Au Service des retraites de l’État. l’Intérieur. seuls les agents de l’Équipement connaissent une augmentation des âges de départ supérieure à la moyenne. l’Équipement et la Justice. Par ailleurs. comme en 2007 et 2006). l’âge moyen à la radiation des cadres des retraités civils liquidant pour ancienneté augmente d’un peu plus de deux mois (+0. plus de quatre nouveaux retraités civils sur cinq liquidant pour ancienneté ont une durée de référence d’au moins 152 trimestres et sont ainsi concernés par l’allongement de durée introduit par la réforme de 2003.19 année d’écart).2 an) en 2008. les âges de départ des agents de catégorie sédentaire sont en progression en 2008 d’un peu plus d’un mois en moyenne. Cette proportion était seulement d’un retraité civil sur trois en 2004. L’accroissement de cette part est bien plus modéré qu’en 2006 où il avait atteint 8 points. des reports de départs pour les nouveaux liquidants13 La poursuite de la montée en charge de la réforme de 2003 se traduit par une augmentation de la part de personnes concernées en terme d’allongement de la durée de référence. les femmes voient leur âge moyen de départ augmenter plus vite que les hommes. Il provient de la structure par sexe et administration des actifs et des âges de départs observés dans ces groupes : les femmes de catégorie active sont principalement des enseignantes du primaire. Parmi ces administrations. de 4 points. l’augmentation se poursuit en 2008 (+2 mois en moyenne. La Poste. qui enregistrent une hausse importante des âges de départ. Pour les catégories actives. A 55 ans. Comme en 2007.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques La montée en charge de la réforme de 2003 Du fait de l’entrée en vigueur progressive des nouvelles modalités de calcul des pensions introduites par la réforme des retraites de 2003 (voir les encadrés 5 et 6) et compte tenu des nouvelles règles concernant les départs pour carrière longue (à compter du 1er janvier 2008) et la surcote (à compter du 1er janvier 2009).

Les durées de services et bonifications acquis au régime. Les durées de bonifications ont connu un recul important en 2004 . se stabilisent en 2008.3-17 : Évolution des âges à la radiation des cadres depuis 2004 (en %) Pensions civiles de l’État : catégories actives 54 ans et moins 2004 2005 2006 2007 2008 0 16% 15% 14% 14% 13% 10 20 30 55 ans 53% 51% 47% 42% 41% 40 50 60 56 à 59 ans 60 ans et plus 26% 29% 33% 37% 38% 70 80 90 5% 5% 6% 7% 8% 100 Pensions civiles de l’État : catégories sédentaires 59 ans et moins 2004 2005 2006 2007 2008 0 1% 2% 7% 7% 8% 10 20 30 60 ans 79% 76% 73% 70% 64% 40 50 60 70 61 à 64 ans 65 ans et plus 14% 16% 14% 18% 22% 80 90 5% 6% 5% 6% 6% 100 Source : Service des retraites de l’État.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphiques V 2. bureau des statistiques. 95 % des bénéficiaires de surcote appartiennent à la catégorie sédentaire. y compris La Poste et FT. En cohérence avec les âges de départ des catégories actives. Les chiffres de ce paragraphe portent sur l'intégralité du régime (y compris La Poste et France Télécom).3-16 et V 2. elles progressent légèrement pour les actifs et sont en recul régulier pour les sédentaires. Champ : départs pour ancienneté uniquement (hors invalidité et départs pour motifs familiaux). 35 % du flux de nouveaux retraités civils a bénéficié de la surcote. Un nombre de bénéficiaires de la surcote toujours à la hausse au Service des retraites de l’État14 En 2008. Cette proportion est en augmentation régulière depuis 2004 où elle se situait à 14 %. depuis. Traitement DGAFP. Faits et chiffres 2008-2009 135 . qui constituent un indicateur de la durée d’activité dans la fonction publique de l‘État. des études et de l’évaluation. 14 La partie sur les pensions civiles et militaires de l’État a été rédigée par Olivier Jean (Service des retraites de l’État).

bureau des statistiques. Graphique V 2. (1) Hors pensions militaires. les principales évolutions concernent les départs anticipés pour carrière longue et les départs anticipés pour motifs familiaux15 Dans les fonctions publiques hospitalière et territoriale. 2003 constitue une année atypique avec une rupture de tendance dans l’évolution observée jusqu’alors. de 77 euros en 2006 et atteint 103 euros en 2008. Représentant environ un départ sur cinq les années précédentes. Du fait de la condition de date des services pris en compte pour le calcul de la surcote. les hommes et les femmes sont globalement autant concernés par la surcote. le nombre de trimestres de surcote augmente progressivement. La décote touche nettement plus les catégories actives (28 %) que les catégories sédentaires (12 %) et concerne de manière générale plus fréquemment les agents de catégorie A (près d’un quart est concerné). qui doivent être postérieurs au 1er janvier 2004. Cette anticipation est particulièrement sensible pour les départs anticipés de parents ayant 15 ans de services et trois enfants ou un enfant handicapé. La perte mensuelle moyenne de pension est de l’ordre de 34 euros pour les retraités concernés. Ce chiffre ne tient pas compte des pensions qui basculent en dessous du seuil du minimum garanti du fait de la décote. 16 % des nouveaux retraités civils voient leur pension réduite par la décote. C’est parmi les agents de catégorie B et les hommes de catégorie A que la proportion de pensions avec surcote est la plus grande. le nombre de départs à la retraite de droit direct a progressé régulièrement jusqu’en 2002. des études et de l’évaluation. en 2003. 15 La partie sur la CNRACL a été rédigée en collaboration avec Loïc Gautier (CNRACL). l’augmentation de 42 % par rapport à 2002 résulte d’un phénomène d’anticipation avant l’entrée en vigueur au 1er janvier 2004 de la loi n° 2003-775 du 21 août 2003 portant réforme des retraites. 136 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . à un départ sur quatre.volume 1 . Le bénéfice moyen de la surcote augmente en conséquence : il était de 37 euros mensuels en 2004.3-18 : Évolution de la part des pensions avec surcote (depuis 2004) et avec décote (depuis 2006) (en %) Régime des pensions civiles(1) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 2004 2005 2006 2007 2008 Pensions décotées 2004 2005 2006 2007 2008 Pensions normales 2004 2005 2006 2007 2008 Pensions surcotées 12% 14% 16% 2% 3% 3% 10% 14% 12% 14% 21% 25% 12% 15% 15% 33% 35% 23% 23% Régime CNRACL / FPT Régime CNRACL / FPH 5% 6% 8% 12% 12% Sources : Service des retraites de l’État (chiffres 2008 provisoires) et CNRACL. En effet. À la CNRACL.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Comme en 2007. Traitement DGAFP. En 2008. ce type de départs correspond.

3-20 : Évolution des âges à l’entrée en jouissance de la pension depuis 2002 dans le régime CNRACL (en %) Fonction publique territoriale : catégories actives et sédentaires 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 0 7% 9% 5% 4% 6% 4% 10% 16% 5% 6% 6% 10% 24% 23% 31% 10 moins de 55 ans 20 30 55 ans 40 56 à 59 ans 50 7% 7% 6% 9% 67% 59% 55% 51% 42% 60 60 ans 70 61 à 64 ans 80 60% 53% 11% 12% 10% 12% 10% 12% 14% 90 65 ans et plus 5% 4% 5% 5% 4% 4% 4% 100 6% 3% Fonction publique hospitalière : catégories actives et sédentaires 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 0 11% 12% 9% 11% 9% 10 4% 4% 5% 20 50 et moins 14% 19% 4% 4% 27% 26% 26% 30 40 50 55 ans 5% 7% 37% 34% 27% 28% 32% 60 56 à 59 ans 70 60 ans 80 61 et plus 35% 32% 16% 21% 17% 20% 28% 24% 28% 25% 21% 90 24% 18% 4% 4% 4% 5% 5% 6% 7% 100 51 à 54 ans Source : CNRACL. Traitement. bureau des statistiques. La surcote. En 2006. leur part atteint sur l’année 2008 près de 17 % du flux (quasiment un nouveau retraité sur quatre dans la FPT). qui est entrée en vigueur en 2004 et dont les modalités d’application ont changé au 1er janvier 2009. la montée en charge de ce dispositif est très nette avec plus de 13 % des nouveaux retraités bénéficiant du dispositif. Au sein des droits directs pour ancienneté. l’âge moyen augmente régulièrement depuis pour atteindre 52 ans en 2008. Graphiques V 2.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 En 2005.3 % du flux des nouveaux pensionnés vieillesse de droit direct. à environ 49 ans. leur part restant toutefois limitée à 1. Champ : départs pour ancienneté et anticipés pour motifs familiaux (hors invalidité). apparaissent les premiers départs au titre du dispositif carrières longues. DGAFP. Quasiment stable entre 2000 à 2003. La réforme de 2003 a instauré un mécanisme de décote/surcote impactant directement le montant de la pension. procure un gain moyen d’un peu plus de 57 euros. suite aux nouvelles dispositions en vigueur depuis le 1er janvier 2008. des études et de l’évaluation.3-19 et V 2. pour les nouveaux pensionnés de 2008 Faits et chiffres 2008-2009 137 . Les autres types de départ ne font pas apparaître de changement de tendance significatif permettant de conclure à un impact de la réforme des retraites sur l’âge à la liquidation. Désormais. les départs anticipés de parents ayant 15 ans de services et trois enfants ou un enfant handicapé voient également un changement de tendance sur leur âge moyen à la liquidation depuis la réforme de 2003.

3 % en 2007.1 % dans la FPH (respectivement 23. le Conseil d’orientation des retraites a retenu en 2007 des scénarios de projection afin d’appréhender l’équilibre financier futur des principaux régimes de retraite.2 en 2005) du fait d‘une population âgée plus nombreuse. Vers une stabilisation à plus long terme de la population active dans un contexte de vieillissement de la population Les projections de population active de l’Insee s’appuient sur les dernières projections de population de la France métropolitaine. militaires et non titulaires. qui tiennent compte du contexte institutionnel et notamment des réformes des retraites de 1993 et 2003.4 actif pour un inactif de plus de 60 ans en 2050 (contre 2. le rapport entre actifs et inactifs de plus de 60 ans ne serait pas sensiblement différent.4 % du flux des pensionnés vieillesse de droit direct pour la FPT et 11. Les impacts de ces réformes.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques ayant perçu une pension en décembre (contre 48 euros en 2007. initiée par la révision générale des politiques publiques. soit 23. Dans le scénario tendanciel. la perte moyenne occasionnée par la décote s’établit à près de 25 euros par mois (contre 16 euros en 2007) et concerne 3. le taux de fécondité est fixé à 1. Cet objectif est maintenu pour les années suivantes. À partir des projections de population active de l’Insee. sont évalués à travers le modèle de comportement Destinie (Insee) qui simule des trajectoires de vie et projette la situation des retraités.9 % et 14. Les prévisions de départs à la retraite Dans le cadre du projet de loi de finances 2009 et sur le champ des ministères (hors établissements publics) comprenant les personnels titulaires.5 millions de personnes d’ici à 2050. Dans ce scénario. Le scénario central du COR reprend le scénario tendanciel de l’Insee.5 millions de personnes. Il apparaît que les paramètres les plus influents sur le nombre d’actifs prévu pour les prochaines décennies sont les hypothèses en matière de fécondité et de migrations. ainsi que d’une remontée de l’activité des seniors induite par les réformes des retraites. 46 euros en 2006. mais à un rythme qui ralentirait progressivement d’ici à 2015. entre 28 et 28. il n’y aurait plus que 1. Cependant. 38 euros en 2005 et 22 euros en 2004). Un solde migratoire différent aurait un effet immédiat sur le nombre d’actifs alors qu’une variation du taux de fécondité ne jouerait qu’après 2025. actuellement proche de 28 millions de personnes.volume 1 . contre respectivement 2. continuerait de croître.9 et le solde migratoire à 100 000 personnes par an. et qui ne sont pas relevés au minimum garanti.2 et 28.6 % pour la FPH. Ce gain ne concerne que les nouveaux pensionnés de droit direct qui remplissent les conditions pour bénéficier de la surcote.5 % et 12.3-18). Elle se maintiendrait ensuite entre 28. et serait relativement stable. est entrée en vigueur en 2006 pour une fin de montée en charge en 2020. La décote. mais tient compte d’une plus grande inertie dans la modification des comportements d’activité et de départ à la retraite suite à la réforme de 2003.0 % en 2007. la population active serait légèrement inférieure à celle prévue dans le scénario tendanciel de l’Insee. ainsi que sur des projections de taux d’activité actualisées. tout comme ceux de l’allongement de la durée des études. voir graphique V 2. 138 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .5 % du flux des pensionnés de la FPT de droit direct en 2008 et 12. Cette augmentation proviendrait de la hausse de la population totale. qui ne concerne que le risque vieillesse. Cependant. près de 68 000 départs à la retraite sont prévus pour l’année 2009. D’après le scénario tendanciel de l’Insee. d’après le rapport préparatoire au débat d’orientation des finances publiques de juillet 2008. la population active. C’est sur cette base qu’est mise en œuvre la politique de remplacement d’un fonctionnaire seulement pour deux fonctionnaires partant à la retraite. révisée à partir des dernières projections démographiques. En 2008. qui prévoit 67 900 départs à la retraite pour l’année 2010.

24. soit 1.3 -1.2 2015 -0.7 -1.2 -0.4 2050 -1. Traitement DGAFP.7 -0.1 29 (1) (2) Scénario tendanciel avec apport migratoire : + 150 000 / an 28 (3) 27 Scénario tendanciel avec fécondité de 1.7 -0.2 -2.0 -1. Le besoin de financement varie sensiblement en fonction des différentes variantes portant sur les paramètres de fécondité. Note : avant prise en compte des nouvelles ressources envisagées en 2003 (redéploiement des cotisations chômage vers l’assurance vieillesse et augmentation des contributions aux régimes de la fonction publique).3 -1.8 -0.9 2030 -1.0 -2. soit 1 % du PIB.6 -0.6 2020 -1. Impact des facteurs démographiques sur le besoin de financement du système de retraite Le besoin de financement de l’ensemble du système de retraite français atteindrait.2 -0.6 -1.7 % du PIB.2 -0. Faits et chiffres 2008-2009 139 .5 -1.8 milliards d’euros 2006 en 2020.2 Source : Projections 2007 du COR.6 -2.3-21 : Projections de population active 2006-2050 (Insee) et scénarios retenus par le COR 31 en millions 30 Scénario tendanciel avec fécondité de 2.2 -0.3-5 : Besoin de financement du système de retraite en points de PIB.2 -0.2 -0. de mortalité et le solde migratoire.7 26 Scénario tendanciel avec apport migratoire : + 50 000 / an 25 projection 24 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 (1) (2) Scénario tendanciel Insee Scénario central 2007 du COR (3) Scénario bas 2007 du COR 2025 2030 2035 2040 2045 2050 Sources : Insee et COR (projections 2007).7 -0.0 -1.0 -1.7 -2.8 -0. Tableau V 2. et 68.1 -2.9 -2. selon les variantes démographiques 2006 Scénario de base Fécondité basse Fécondité hausse Mortalité basse Mortalité haute Solde migratoire bas Solde migratoire haut -0.4 -2.2 -0.0 -1.7 -2.7 -0.3 2040 -1.0 -1.2 -0. bureau des statistiques.2 -1.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphique V 2. des études et de l’évaluation.8 milliards d’euros 2006 en 2050.5 -0.9 -1. dans le scénario central du COR.

Dans le régime des pensions civiles et militaires de retraite de l’État. et atteindrait 5. le nombre de cotisants serait quasiment stable. À ces raisons s’ajoute le fait qu’il a été supposé en projection qu’avec la mise en o euvre du droit à l’information. Le nombre de retraités de droit direct serait multiplié par 4. le rapport démographique serait ainsi nettement inférieur à 1 pour le régime des pensions civiles et militaires de l’État. Il se dégraderait encore plus fortement à l’Ircantec. selon les hypothèses du scénario de base.9 million. Sont aussi prises en compte les orientations du gouvernement avec le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite jusqu’en 2012 (un fonctionnaire sur trois en 2008). Les effectifs de cotisants diminuent quant à eux d’ici à 2020. car l’Ircantec est un régime de passage (les flux annuels de nouveaux retraités sont importants) et de création relativement récente avec un effectif cotisant jeune – 36 ans en moyenne – (la montée en charge du régime n’est pas achevée). du fait de la forte hausse attendue des effectifs de retraités affiliés à ce régime. les effectifs de cotisants évolueraient. 140 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .7 million en 2006.6 à 2. et se stabilisent ensuite autour de 1.0 millions en 2050.2 % par an en moyenne.7 millions en 2050. scénario de base) Les hypothèses d’effectifs du scénario de base intègrent. En 2050. Au final. sont supposés évoluer comme l’emploi total qui augmenterait assez nettement.volume 1 . La croissance serait très forte sur la première moitié de la période de projection. contre 0. le nombre de retraités de droit direct augmenterait entre 2006 et 2040.5 à 2. et l’Ircantec.3 millions.3 entre 2006 et 2050. pour le régime des pensions civiles et militaires de l’État. et serait tout juste égal à 1 pour la CNRACL. Concernant l’Ircantec.2 millions en 2050). le rapport démographique (rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de pensionnés) diminuerait fortement entre 2006 et 2050 pour les trois régimes auxquels sont affiliés les agents de la fonction publique.8 millions entre 2006 et 2050. hors les transferts opérés dans le cadre de la décentralisation. Entre 2006 et 2015. auquel sont affiliés l’ensemble des agents non titulaires des trois fonctions publiques et des établissements publics industriels et commerciaux (Épic) et entreprises publiques. passant de 1. Actuellement. plus d’un affilié sur trois n’a pas liquidé ses droits à l’âge de 70 ans (75 % d’entre eux ont moins de 100 points). les mesures de décentralisation votées par le Parlement et le changement de statut des nouveaux employés à La Poste et à France Télécom. selon les hypothèses du scénario de base. puis diminuerait un peu (2. Au-delà. La diminution en fin de période provient ici des effets retardés du non remplacement d’un départ à la retraite sur deux. la forte croissance de l’emploi total conjuguée à un apport de cotisants supplémentaires lié à la décentralisation conduirait à une hausse des effectifs de cotisants de la CNRACL de +1. de moins en moins d’assurés (aucun à partir de 2020) oublieraient ou négligeraient de liquider leurs droits à l’Ircantec.Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Évolution du nombre de cotisants et de retraités dans les principaux régimes de retraite de la fonction publique (projections 2007 du COR. Les effectifs de cotisants de la CNRACL. géré par le Service des retraites de l’État. Le nombre de retraités de droit direct atteindrait quant à lui 2. comme ceux du régime général. Le nombre de cotisants passerait ainsi de 2.

5 2005 2010 2015 2020 Cotisants 2025 2030 2035 2040 2045 2050 Pensionnés CNRACL 2.7 1.0 1.9 1.Vues d’ensemble Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques 2 Graphiques V 2. bureau des statistiques.0 0.5 1.3 2.0 1.1 1. Faits et chiffres 2008-2009 141 .3-24 : Évolution du nombre de cotisants et pensionnés : projections de 2006 à 2050 (en millions) FPE : Régime des pensions civiles et militaires 2.0 4.5 2.3-22 à V 2.5 2.0 2. des études et de l’évaluation.0 2005 2010 2015 2020 Cotisants 2025 2030 2035 Pensionnés 2040 2045 2050 Source : Projections 2007 du COR.0 3.Traitement DGAFP.0 5.5 2005 2010 2015 2020 Cotisants 2025 2030 2035 2040 2045 2050 Pensionnés Ircantec 6.

5 2 1.3-25 : Projection du rapport démographique corrigé* de 2006 à 2050 3 2. bureau des statistiques.ircantec. • « Les retraites en 2006 ». Insee.5 0 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 Ircantec 2045 2050 Service des pensions CNRACL Source : Projections 2007 du COR. décembre 2008.fr • PLF 2009. plus jeunes à l’hôpital et chez les enseignants ». • 6ème rapport du Conseil d’orientation des retraites. des études et de l’évaluation. Alexandre Deloffre. www. mai 2008. Insee Première n° 1092.fr • Annuaire statistique de l’Institut de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques (Ircantec).fspoeie. novembre 2007. * Cotisants / [Pensionnés de droit direct + (Pensionnés de droit dérivé / 2)] Bibliographie • Pensions civiles et militaires de l’État : Chiffres-clés et recueils statistiques du Service des retraites de l’État.pensions. Études et résultats n° 662. au Sud et chez les cadres.5 1 0.bercy.cnracl. octobre 2008. Traitement DGAFP. • « Vieillissement dans la fonction publique : des agents plus âgés à l’Ouest. Rapport sur les pensions de retraite de la fonction publique. « Retraites : 20 fiches d’actualisation pour le rendezvous de 2008 ». Drees. • « Projections 2005-2050 ». Direction du Budget. www. « Droits familiaux et conjugaux en matière de retraite ».fr • Recueil statistique du Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels d’État (FSPOEIE). Élise Coudin. 142 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . DGAFP. juillet 2006. • 5ème rapport du Conseil d’orientation des retraites. www.gouv. www.fr • Recueil statistique de la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales (CNRACL).Vues d’ensemble 2 Les flux de personnels dans les trois fonctions publiques Graphique V 2. Point Stat n° 05-2008. Audrey Baëhr.volume 1 .

1 Faits et chiffres 2008-2009 143 .Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Les rémunérations dans les trois fonctions publiques en 2007 3.

.

Néanmoins.8 % en euros courants par rapport à 2006. du secteur privé (1 997 euros). Compte tenu d’une hausse des prix de 1.4 % en euros courants et de 2. variabilité de la part des rémunérations annexes (dont les primes) en fonction du type d’employeur.1 834 euros nets par mois de structure cumulés : davantage de cadres dans la fonction dans les établissements publics publique de l’État (FPE) et la fonction publique hospitalière de santé. (FPH) que dans la fonction publique territoriale (FPT) et le secteur privé . En 2007.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 3. La rémunération moyenne nette des personnes présentes en 2006 et 2007 a.3 % en euros courants.8 % par rapport à 2006 en euros courants.9 % en euros courants. L En effet. cette vue d’ensemble présente les données 2007 relatives aux salaires des agents de chacune des trois fonctions publiques.2 063 euros nets par mois des salaires moyens entre chaque fonction publique et le secteur dans la FPE . modes de gestion des effectifs. Bureau des statistiques. un agent de la fonction publique de l’État a perçu en moyenne un salaire brut de 2 682 euros par mois. soit une augmentation entre 2006 et 2007 de 2. Faits et chiffres 2008-2009 145 . un agent de la fonction publique territoriale a perçu en moyenne un salaire brut de 2 034 euros par mois. Au final. soit + 1. Il s’agit principalement d’effets . le salaire net moyen s’établit à 2 244 euros par mois. compte tenu des différences fortes . progressé de 3. supérieurs à celui de la territoriale (1 709 euros).8 % en euros constants. Cette vue d’ensemble s’appuie sur les travaux d’un groupe de travail statistique réunissant l’Insee (division Salaires et Revenus d’Activité). le salaire net moyen a augmenté de 1. la Drees (bureau professions de santé) et le département des études et statistiques locales de la DGCL. des études et de l’évaluation de la DGAFP. des études et de l’évaluation de la DGAFP.1 539 euros nets par mois entre les structures des personnels et des spécificités des dans la FPT . en augmentation de 2. poids plus élevés des agents à temps partiel dans la territoriale et l’hospitalière . auquel s’ajoutent au moins : des rémunérations annexes. En 2007. la comparaison directe . le bureau des statistiques. pour la première fois de manière simultanée. En 2007. 1 DGAFP. dont 14. privé s’avère peu opérante. Déduction faite des prélèvements sociaux.8 % en euros constants. un agent d’un établissement public de santé a perçu en moyenne un salaire net de 2 159 euros par mois. soit une hausse de 2. en augmentation de 4.4 % en euros constants.1 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques en 2007 Laurence Rocher DGAFP 1 es rémunérations des agents titulaires des trois fonctions Chiffres-clés publiques sont établies selon un même schéma : un traitement brut fondé sur la valeur du point fonction 50 % des agents perçoivent publique et l’indice de traitement de l’agent. le salaire net moyen s’établit à 1 709 euros. écart de salaires entre cadres et non cadres plus important dans les établissements publics de santé .7 % en euros constants.3 % en euros courants par rapport à 2006 et de 2. en 2007 comme en 2006.6 % sous forme de primes et rémunérations annexes. La rémunération moyenne nette des personnes en place chez le même employeur entre 2006 et 2007 progresse de 4. quant à elle. suivi des établissements publics de santé (2 159 euros). Déduction faite des prélèvements sociaux.5 % en moyenne annuelle en 2007. Elle utilise également des contributions de la DHOS (cellule des statistiques). la fonction publique de l’État (FPE) affiche le salaire mensuel moyen le plus élevé (2 244 euros). davantage d’employés et ouvriers dans la FPT que dans les établissements publics de santé .

CRDS (0. À ce traitement brut se rajoute éventuellement : • un supplément familial de traitement qui varie avec l’indice de l’agent et le nombre d’enfants à charge. les facteurs individuels d’évolution des salaires liés à la promotion interne et aux changements de catégorie hiérarchique ont un impact très sensible sur les salaires. etc. leur rémunération est habituellement fixée par référence à une grille ou à un indice.5 %). La rémunération d’un agent titulaire dans l’une des trois fonctions publiques est définie par un cadre commun : la valeur du point fonction publique que multiplie la valeur de l’indice de traitement de l’agent détermine le traitement brut. Encadré 1 : La feuille de paie d’un agent de l’État Le traitement brut annuel est le produit de la valeur annuelle du point par l’indice nouveau majoré de l’agent. Dans les deux autres versants de la fonction publique. Cet indice est déterminé par l’échelon de l’agent sur la grille de son corps statutaire ou de son cadre d’emploi. 146 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . • une indemnité de résidence (0 % à 3 % du traitement brut) .1-1 : Traitements mensuels moyens bruts et nets en euros dans les trois fonctions publiques au 1er juillet 2009 Indice majoré correspondant Minimum de traitement Sommet de grille (IM 821) Début hors échelle (A1) Hors échelle G (1501) 292 821 HE A1 HE G Traitement mensuel brut 1 341 3 771 4 047 6 895 Traitement mensuel net (1) 1 132 3 148 3 378 5 755 Source : DGAFP. Au terme de l’article 20 de la loi n° 83-624 du 13 juillet 1983.85 %).Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Dans la fonction publique de l’État. • des primes et indemnités définies par un texte législatif ou réglementaire . donnant lieu à une prime moyenne de 754 euros au titre de la garantie individuelle du pouvoir d’achat (GIPA). À chaque nombre d’enfants correspondent un supplément minimum et un supplément maximum. mais cette référence n’est pas obligatoire. s’ajoutent les effets des mesures en faveur du pouvoir d’achat (indemnisation d’heures supplémentaires et rachat de jours épargnés dans le cadre du compte épargne temps). le montant moyen versé au titre de la GIPA s’établit à 378 euros pour la FPT et 645 euros pour la FPH.1217 euros au 1er juillet 2009). formations assurées. CSG (7. L’ajout des primes et rémunérations annexes et la déduction des cotisations sociales à la charge du salarié permettent de passer au salaire net de prélèvement. • des rémunérations annexes : jurys de concours ou examens.8 %).volume 1 . En ce qui concerne les contractuels. la moitié des agents a vu son traitement indiciaire augmenter de plus de 14. un agent de la FPE sur quinze a connu une évolution de traitement indiciaire brut inférieur à l’inflation (6.5 %) et contribution de solidarité. le traitement brut annuel d’un fonctionnaire est le produit de l’indice détenu par l’agent et de la valeur du point fonction publique (55. Enfin. Les traitements caractéristiques sont les suivants (voir encadré 1 sur la feuille de paye). • une bonification indiciaire accordée à certains postes supportant des contraintes particulières .0 % entre 2003 et 2007. Tableau V 3. Sur cette période. Aux facteurs collectifs d’évolution des traitements bruts (pris en compte à travers le suivi de l’indicateur ITB-GI). (1) Cotisations déduites : retenue pour pension (7.

• la CSG non déductible : 5. • le CRDS : 0. À partir de l’année 2010.4 % .90 % . • Allocations familiales : 5. 2 La révision du Smic est obligatoire le 1er juillet de chaque année et lorsque l’inflation hors tabac dépasse les 2 % en glissement annuel jusqu’au 1er juillet 2009. ainsi que les primes et indemnités instituées par un texte législatif ou règlementaire. Salaires nets moyens : la comparaison directe entre les trois fonctions publiques et le secteur privé comporte des limites fortes. Les rémunérations annexes incluent la NBI (nouvelle bonification indiciaire).74 % en 2008 . • Allocation temporaire invalidité : 0. L’employeur et le salarié se partagent à égalité la cotisation de 10 % . du fait des caractéristiques très différentes des salariés Chaque fonctionnaire est rémunéré sur la base d’un schéma commun aux trois fonctions publiques. Une fois ces retenues effectuées. • Maladie : 9. L’indice minimum de traitement de la fonction publique constitue le dernier facteur commun aux trois fonctions publiques.1 % de 97 % du salaire brut . on obtient le salaire net.2 % .10 % du traitement brut . • la cotisation salariale au Régime additionnel de la fonction publique (RAFP) instituée en 2005. Les grilles de corps ou de cadre d’emploi de même niveau hiérarchique sont homogènes dans les trois fonctions publiques. Le traitement brut sert également d’assiette à des cotisations sociales employeur : • Fond national d’aide au logement : 0. la révision prendra effet le 1er janvier. • Transport (taux variable selon la localisation de l’emploi). • la contribution solidarité : 1 % du salaire brut hors retenue pour pension civile.5 % de 97 % du salaire brut . Faits et chiffres 2008-2009 147 .85 % du traitement brut .40 % .5 % pour les militaires . à méthode inchangée au 1er janvier 2010 et selon des modalités pas encore définies à partir du 1er janvier 2011.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 L’ensemble des éléments constitue le salaire brut.3 % . 101.31 % . • FNAL déplafonnée : 0. Il est relevé avec les variations du Smic. l’indemnité de résidence. Les chiffres présentés ici excluent les éventuels avantages en nature. • la CSG déductible : 2. au minimum le 1er juillet de chaque année2 : le traitement brut afférent à cet indice ne peut pas être inférieur au Smic mensuel brut. • Solidarité autonomie : 0. ainsi que l’indemnité logement des instituteurs.9 % .3 % pour la FPH et la FPT . 27. • État-Maladie : 2. Ce salaire brut est soumis à un certains nombre de cotisations sociales à charge du salarié : • la retenue pour pension civile : 7. le supplément familial de traitement éventuel. • RAFP (voir ci-dessus) . • Accident du travail : 0. • Pension civile : 50. Les salaires dans les trois fonctions publiques et le secteur privé Il importe d’indiquer en préambule que le champ couvert ici par la fonction publique hospitalière correspond aux seuls établissements publics ayant une activité économique principale hospitalière (851A). Ce schéma correspond à la rémunération brute comme la somme de deux éléments : le traitement brut et des rémunérations annexes.4 % de 97 % du salaire brut . Son assiette comprend toutes les primes énumérées ci-dessus dans la limite de 20 % du traitement brut.

Sont exclus les agents en congé de fin d'activité. en euros courants (en euros) Établissements publics de santé 2 159 4 658 3 591 2 204 1 664 2 071 4 041(2) 3 439 2 140 1 565 FPE FPT Privé Salaire moyen 2007 Cadres 2007 dont cadres hors enseignants dont cadres administratifs et de direction. Si l’on compare directement les salaires nets mensuels moyens. techniciens médicaux.volume 1 . éducateurs spécialisés. hors médecins et pharmaciens Professions intermédiaires Employés. hors apprentis et stagiaires. ouvriers : agents de services hospitaliers. Traitements Insee et Drees. Les salaires mensuels nets moyens de 2007 et 2006 sont les suivants (voir encadré 2 sur les sources d’information) : Tableau V 3. hors médecins et pharmaciens Professions intermédiaires Employés. (2) Contrairement à 2007. Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat. 148 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .1-2 : Salaires nets mensuels moyens en 2007 et 2006. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom. externes et résidents. ouvriers 2 244 2 525 3 625 1 998 1 612 2 181 2 503 3 529 1 938 1 542 1 709 3 078 1 991 1 508 1 663 2 963 1 943 1 464 1 997 3 997 2 017 1 433 1 938 3 852 1 965 1 398 Source : Fichier Général de l’État et DADS. la fonction publique de l’État affiche un salaire net supérieur à celui des autres fonctions publiques et à celui du secteur privé. ainsi que la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) (voir encadré 1 sur la feuille de paie). en poste en métropole. se réduit avec le secteur privé (12 %) pour se trouver à son niveau minimum avec les établissements publics de santé (4 %). externes et résidents. Professions intermédiaires : infirmiers. Champ pour fonction publique de l’État : agents des ministères civils de l'État. Insee.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Les rémunérations des salariés d’une entreprise du secteur privé ou semi-public sont soumises au droit du travail et souvent précisées par la convention collective du secteur d’activité de l’entreprise. Cadres : médecins et pharmaciens hors internes. ambulanciers. les salariés des établissements publics. des grilles définissant des niveaux de rémunération liées à l’expérience professionnelle et aux responsabilités exercées sont parfois opérationnelles. L’écart est le plus important avec la fonction publique territoriale (31 %). assistantes sociales. (1) Les résultats 2006 ont été révisés. Champ pour la fonction publique territoriale : salariés à temps complet des collectivités territoriales. il s’avère qu’en 2007 comme en 2006. Champ pour les établissements publics de santé : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement du secteur public ayant une activité économique principale hospitalière. aides-soignants. ouvriers Salaire moyen 2006 Cadres dont cadres hors enseignants 2006(1) dont cadres administratifs et de direction. titulaires et non titulaires. Champ pour le secteur privé : salariés à temps complet du secteur privé et semi-public hors secteur agricole et des services à la personne. sagesfemmes. cadres de direction administrative. Dans les grandes entreprises. y compris les internes. Employés. Le salaire net se calcule en défalquant du salaire brut les cotisations sociales à la charge du salarié.

les établissements publics de santé. prélèvements et cotisations sociales. deux phénomènes supplémentaires sont à prendre en compte : les parts respectives de nontitulaires et la répartition par catégorie socioprofessionnelle dans chacune des trois fonctions publiques. permet l’établissement d’agrégats nationaux. Encadré 2 : Les sources disponibles pour le suivi des rémunérations dans chacune des trois fonctions publiques et dans le secteur privé et semi-public Pour les trois fonctions publiques et le secteur privé. les cadres sont bien moins nombreux dans la FPT (7.8 %) que dans la fonction publique hospitalière (10. seulement les salariés à temps complet des collectivités territoriales. les établissements publics de santé et la fonction publique territoriale enregistrent des taux d’agents à temps partiel3 (29 % pour la territoriale4 et 22 % pour les établissements publics de santé) nettement plus élevés qu’à l’État (environ 11 %). leur exclusion du champ de l’étude crée un biais qu’il faudra lever ultérieurement. les salariés des services civils de l’État. ainsi que le secteur privé sont concernés par le système de collecte des données sociales (communément appelé DADS).5 % pour la fonction publique de l’État. Ce système. les établissements publics de santé et le secteur privé et semi-public Les déclarations annuelles des données sociales (DADS) de l’Insee : Les collectivités locales. Pour la fonction publique territoriale. Pour la fonction publique d’État L’exploitation annuelle des fichiers de paye des agents de l’État (Insee) : Cette exploitation permet de connaître tous les éléments de la rémunération brute et nette des agents de l’État : traitement indiciaire. Les résultats incluant le ministère de la Défense. 4 En 2007. le poids des non-titulaires n’est pas homogène : 13. Ainsi. emploi occasionnel. au prorata de leur présence : un agent travaillant 6 mois à temps complet et ayant perçu 10 000 euros compte pour 0. les effectifs sont convertis en équivalents années travail à temps complet. 13.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Ce premier constat est très difficile à interpréter. il existe d’une part des sources administratives et d’autre part des enquêtes spécifiques.9 % pour la fonction publique hospitalière et 20.0 %).8 % pour la fonction publique territoriale.1 %. primes. à temps partiel et à temps complet et d’autre part. Si ce même agent avait travaillé à mi-temps il aurait compté pour 0. Le salaire net est calculé net de toutes cotisations sociales. les agents sont payés respectivement 86 % et 91 % de leur rémunération à temps plein dans les trois fonction publiques. les populations étudiées n’étant pas comparables en l’état : d’une part. des établissements publics de santé et du secteur privé. En effet. Les employés et ouvriers sont très majoritaires dans la FPT : 76. Or. multi-activité. contre 19. ainsi que plusieurs indicateurs tels que le salaire moyen par tête (SMPT) et la rémunération moyenne des personnes en place (RMPP). proposent des postes à temps non complet.5 % dans la fonction publique de l’État et 52. et surtout à l’État (61. il ne comprend pas la participation ni l’intéressement quand il est placé sur un plan d’épargne entreprise (qui ne sont pas imposables). les trois versants de la fonction publique et le privé affichent des spécificités majeures en matière de quotité de travail : temps partiel. En outre. temps incomplet. Dans le secteur privé et semi-public. Enfin. mais sa parution un an après la fin de l’année pour les résultats « provisoires » ne permet pas de l’utiliser dans des analyses conjoncturelles ou prospectives. les établissements publics et l’enseignement privé sous contrat sont publiés dans la collection Insee Résultats.5 d’une année de travail rémunérée à 20 000 euros par an. conçu comme outil de déclaration unifiée des données nécessaires à la collecte des cotisations sociales et aux déclarations fiscales des employeurs. saisonnalité. de la contribution sociale généralisée ou du RDS par exemple. Ces agrégats concernent l’ensemble des éléments de rémunération ayant des incidences sur les assiettes de calcul des montants imposables. Les résultats publiés dans Insee Première ne concernent que les agents des services civils de l’État.5 % dans les établissements publics de santé en 2007. et particulièrement les plus petites d’entre elles. Pour ce qui concerne la fonction publique de l’État. Comme pour les établissements publics de santé et le secteur privé. et le suivi du seul salaire net moyen des agents à temps complet constitue une vision partielle des salariés. Si l’on revient au constat initial des écarts de 31 % à 4 % du salaire net moyen entre la FPE et les autres secteurs. C’est l’exploitation la plus fiable en matière d’évolution des rémunérations dans la fonction publique de l’État.2 %). 3 Il faut également prendre en compte le fait que pour les quotités de travail de 80 % et 90 % choisies. les collectivités locales. Faits et chiffres 2008-2009 149 .25 année-travail rémunérée à 40 000 euros par an. y compris CSG et CRDS.

1 % pour le personnel non médical) . L’enquête Coûts et Carrières de la Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS) : Pour la fonction publique hospitalière. une exploitation des fiches de paie est également réalisée par la Direction des hôpitaux et la Drees. mais n’ont pu l’être pour les médecins faute de correspondance possible entre les nomenclatures des deux enquêtes. les effectifs sont convertis en années-travail au prorata de leur durée de présence. • 101 CH (représentativité de 17. • le total des rémunérations annuelles brutes versées aux assistants maternels.9 % pour le personnel non médical) . Les moyennes sont obtenues en pondérant les salaires annualisés par la durée de présence. • les indemnités (y compris les heures supplémentaires) versées à l'ensemble des personnels non titulaires sur emplois permanents .9 % pour le personnel non médical) . un salarié ayant occupé un poste donné durant 6 mois et ayant perçu 10 000 euros compte pour 0. les informations concernant les rémunérations sont directement issues de données de paie des deux dernières années. • le total des rémunérations annuelles brutes versées aux personnels non titulaires sur emplois permanents rémunérés au 31 décembre . 2005. 150 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . • le montant des primes versées aux fonctionnaires . • le montant des primes (y compris les heures supplémentaires) versées aux fonctionnaires . • 21 CHS en psychiatrie (représentativité de 18.5 % pour le personnel non médical). 199 établissements ont été traités : • 24 CHR (dont l’AP-HP et l’AP-HM) (représentativité de 64. il comprend 271 établissements rassemblant 50 % du personnel hospitalier. • le total des rémunérations annuelles brutes versées aux personnels sur emplois non permanents (y compris les collaborateurs de cabinet) . Les bilans sociaux des collectivités locales : La source principale des données statistiques est constituée par les bilans sociaux. L'enquête couvre une période de 5 ans . 2003. 2007 à paraître). Les données sur les rémunérations et charges susceptibles d’être recueillis à ce titre sont : • les rémunérations et la nouvelle bonification indiciaire (NBI) pour l'ensemble des agents . recueillies en vue de leur présentation au comité technique paritaire de la collectivité territoriale. 2001. • le montant de la NBI versée aux fonctionnaires . Les données concernant le personnel non médical ont été redressées à partir de l’enquête SAE. L'enquête est réalisée sur un échantillon d'établissements représentatifs de la distribution des personnels en filières .5 année-travail rémunérée 20 000 euros par an.volume 1 . À l’issue de la collecte d’informations. Ces données. • 53 HL (représentativité de 5.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Pour les salariés à temps complet. Par exemple. Une bonne part des résultats est issue d'informations relatant l'historique de carrière des agents sur les cinq dernières années . • le total des rémunérations annuelles brutes versées aux fonctionnaires rémunérés au 31 décembre . font l’objet d’une exploitation statistique nationale tous les deux ans (1999. la dernière couvre la période 2001-2005. Seule l'enquête Coûts et Carrières réalisée annuellement par la DHOS permet de connaître les éléments sur la rémunération nette des agents de la fonction publique hospitalière.

Professions intermédiaires : infirmiers. aidessoignants. voire trois si l’on compare avec la fonction publique de l’État hors enseignants (qui n’ont pas d’équivalent dans la FPT). Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat. Insee. en poste en métropole. les salariés des établissements publics.1% 52. hors apprentis et stagiaires.2% 16.8% 0 FPE Cadres FPT Établissements publics de santé Employés et ouvriers Privé 10. assistantes sociales.0% 19.4% 61.6% Professions intermédiaires Sources : Fichier Général de l’État et DADS. au-delà d’un cadre statutaire général et de grilles indiciaires s’appliquant à tous. Cette différence de structure n’explique qu’une partie du différentiel de salaire net moyen puisque les salaires nets moyens par catégorie sont inférieurs dans la FPT pour deux catégories sur trois. Cadres : médecins et pharmaciens hors internes. techniciens médicaux. cadres de direction administrative.5% 76. Sont exclus les agents en congé de fin d'activité. Champ pour fonction publique de l’État : agents des ministères civils de l'État. Faits et chiffres 2008-2009 151 . La structure des salaires au niveau local résulte en premier lieu d’une structure des emplois particulière répondant aux missions spécifiques de chacune des collectivités territoriales. changement de grade et de cadre d’emploi) et de rémunérations annexes (taux de primes notamment). titulaires et non titulaires.1% 10 7.1-1 : Répartition catégorielle des effectifs dans les trois fonctions publiques en 2007 (champ homogène à celui des salaires nets mensuels moyens) (en %) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 16.4% 59. ouvriers : agents de services hospitaliers. Champ pour le secteur privé : salariés du secteur privé et semi-public hors secteur agricole et des services à la personne. Employés. du fait de l’autonomie de gestion des employeurs territoriaux.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Graphique V 3. Champ pour la fonction publique territoriale : salariés à temps complet des collectivités territoriales.5% 37. Traitements Insee et Drees.4% 24. sages-femmes. la structure des salaires résulte de politiques différenciées en matière de promotion interne (avancement d’échelon. Par ailleurs. éducateurs spécialisés. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom. externes et résidents.0% 19. Champ pour les établissements publics de santé : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement ayant une activité économique principale hospitalière. ambulanciers.

Champ pour fonction publique de l’État : agents des ministères civils de l'État. Pour les employés et ouvriers. Tableau V 3. Pour les professions intermédiaires. les salariés des établissements publics. En outre la variabilité des salaires des cadres du privé est bien plus élevée que celles des autres salariés du même secteur8. 6 Les médecins et les pharmaciens représentent 91 % des cadres de la fonction publique hospitalière. hors apprentis et stagiaires. en poste en métropole. aidessoignants. Insee.6 Fonction publique territoriale 1 600 1 799 12.4 Établissements publics de santé 1 927 2 459 27. externes et résidents. assistantes sociales. l’écart salarial est de 12 % en faveur des établissements publics de santé. Champ pour la fonction publique territoriale : salariés à temps complet des collectivités territoriales Champ pour les établissements publics de santé : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement ayant une activité économique principale hospitalière.1 pour les cadres. De même.volume 1 .Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Par catégorie.2 pour les professions intermédiaires et de 1.1-3 : Salaires nets mensuels moyens par sexe en euros en 2006 Fonction publique de l’État Femmes Hommes Écart des salaires hommes/femmes (en %) 2 048 2 368 15. Si les salaires sont toujours plus élevés pour les hommes que pour les femmes. ouvriers : agents de services hospitaliers. Champ pour le secteur privé : salariés du secteur privé et semi-public hors secteur agricole et des services à la personne. En particulier. ambulanciers. il est nécessaire de retirer d’une part les enseignants5 de la fonction publique de l’État et. le corps d’encadrement et application est désormais classé en professions intermédiaires. la comparaison des salaires moyens entre la fonction publique de l’État (FPE) et l’hospitalière (FPH) ne peut être effectuée directement. 7 Depuis 2006. cadres de direction administrative. Professions intermédiaires : infirmiers. cette différence est plus accusée dans les établissements publics de santé et dans le secteur privé en raison d’une très forte hétérogénéité des salaires des cadres dans ces secteurs d’activité. sages-femmes. parmi les cadres du secteur privé sont comptabilisés les chefs d’entreprise salariés qui ont probablement une très grande latitude pour fixer (à la hausse comme à la baisse) leur niveau de salaire. l’écart est de l’ordre de 2 % environ toujours en faveur des établissements publics de santé.6 Secteur privé 1 686 2 076 23. techniciens médicaux. Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat. 8 Le rapport inter-décile est de 3. d’autre part. Sont exclus les agents en congé de fin d'activité. pour les cadres. 5 Compte tenu de la structure de leur rémunération. 152 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Traitements Insee et Drees. Employés.1 Sources : Fichier Général de l’État et DADS. de 2. alors qu’il figurait parmi les employés et ouvriers en 2005. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom. Cadres : médecins et pharmaciens dont internes. titulaires et non titulaires. le corps de commandement de la Police nationale est classé parmi les cadres (catégorie A) alors qu’il était classé en professions intermédiaires (catégorie B) en 2005 et avant.9 pour les ouvriers et les employés. éducateurs spécialisés. De même. les médecins et pharmaciens de la fonction publique hospitalière6 pour approcher des populations comparables : l’écart salarial – initialement de 62 % – se réduit alors sensiblement7.

hors apprentis et stagiaires. Ainsi. Sont exclus les agents en congé de fin d'activité. Au 31 décembre 2006. l’effet de noria (remplacement de salariés âgés rémunérés en haut de grille indiciaire par des plus jeunes recrutés en début de grille) a un impact différencié dans chacune des trois fonctions publiques en raison de pyramides des âges différentes (voir Vue d’ensemble 2. en poste en métropole.3 « Les départs à la retraite dans les trois fonctions publiques »). ambulanciers. assistantes sociales. Champ pour fonction publique de l’État : agents des ministères civils de l'État. éducateurs spécialisés.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Tableau V 3. de 28 % parmi les titulaires de la fonction publique hospitalière9 et de 31 % parmi les titulaires territoriaux10.1-4 : Salaires nets mensuels moyens par tranche d’âge dans chacune des trois fonctions publiques et dans le secteur privé en euros en 2006 FPE FPT Établissements publics de santé Secteur privé Moins de 30 ans De 30 à 39 ans De 40 à 49 ans De 50 à 59 ans 60 ans ou plus 1 598 1 936 2 194 2 535 3 191 1 371 1 554 1 699 1 843 1 936 1 516 1 816 2 122 2 379 3 288 1 408 1 857 2 109 2 300 3 290 Sources : Fichier Général de l’État et DADS. 10 Source CNRACL. techniciens médicaux. l’autre moitié recevant un salaire supérieur. d’une année sur l’autre. Champ pour la fonction publique territoriale : salariés à temps complet des collectivités territoriales. cadres de direction administrative. Faits et chiffres 2008-2009 153 . Traitements Insee et Drees. Employés. Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat. Ce salaire médian dans la fonction publique de l’État est supérieur de 12 % à celui de la fonction publique hospitalière. ouvriers : agents de services hospitaliers. les parts des salariés plus âgés et des salariés les plus jeunes sont différentes entre les trois versants de la fonction publique. Enfin. externes et résidents. la part des 50 ans et plus est de 32 % parmi les titulaires des ministères. Professions intermédiaires : infirmiers. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom. la moitié des agents de la fonction publique de l’État perçoit un salaire net mensuel inférieur à 2 063 euros. Les distributions de salaires La structure catégorielle des effectifs explique en grande partie les différences observées entre les distributions de salaire des trois fonctions publiques. 9 Source CNRACL. Cet impact reste encore à mesurer plus précisément. En 2007. Insee. les salariés des établissements publics. Cadres : médecins et pharmaciens dont internes. ce qui conduit à des effets de noria distincts et à un impact variable sur l’évolution du salaire net moyen d’une fonction publique à l’autre. Champ pour le secteur privé : salariés du secteur privé et semi-public hors secteur agricole et des services à la personne. titulaires et non titulaires. Champ pour les établissements publics de santé : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement ayant une activité économique principale hospitalière. aidessoignants. sages-femmes. il s’avère plus élevé d’un tiers par rapport à celui de la territoriale.

hors secteur agricole et des services à la personne. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom.4 % en euros constants Les agents titulaires et non titulaires des ministères civils de l’État travaillant en métropole ont perçu un salaire mensuel brut moyen de 2 682 euros en 2007. Il s’établit à 2. cadres de direction administrative. hors apprentis et stagiaires. Il est supérieur à celui observé dans la territoriale (2. Sont exclus les agents en congé de fin d'activité. un salarié sur deux de la territoriale a perçu un salaire inférieur à 1 539 euros . éducateurs spécialisés. les salariés des établissements publics. titulaires et non titulaires. externes et résidents. Champ pour fonction publique de l’État : agents des ministères civils de l'État. Cadres : médecins et pharmaciens hors internes. ouvriers : agents de services hospitaliers.1-2 : Déciles particuliers des salaires nets mensuels moyens en euros dans chacune des trois fonctions publiques en 2007 Établissements publics de santé 1 319 1 834 3 088 1 191 FPT 1 539 2 415 1 429 FPE 2 063 3 223 1 083 Privé 1 594 3 163 0 5 00 1 000 9ème décile 1 500 Médiane 2 000 1er décile 2 500 3 000 3 500 Sources : Fichier Général de l’État et DADS. il constitue une mesure du degré de l’éventail des rémunérations. Cela correspond à un traitement indiciaire brut mensuel de 2 239 euros et à des compléments de rémunérations de 443 euros. Employés. Traitement Insee et Drees. Il est maximal dans le secteur privé (2. 90 % des salariés du secteur privé ont perçu un salaire inférieur à 3 163 euros. Champ pour les établissements publics de santé : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement ayant une activité économique principale hospitalière. Champ pour la fonction publique territoriale : salariés à temps complet des collectivités territoriales. sa médiane dépasse légèrement celle de la territoriale tandis que le neuvième décile se classe au second rang (des neuvièmes déciles) à 2 % de moins que celui de l’État. Note de lecture : 10 % des salariés des établissements publics de santé ont perçu un salaire mensuel inférieur à 1 319 euros . aides-soignants. Insee. ce qui indique un éventail plus large des rémunérations. techniciens médicaux. Champ pour le secteur privé : salariés du secteur privé et semi-public.3 (en 2007 comme en 2006) dans la fonction publique hospitalière (y compris médecins et pharmaciens) et la fonction publique de l’État.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Graphique V 3. ambulanciers. Une fois prélevés 438 euros de cotisations salariales.9 en 2007 comme en 2006). ce qui indique une concentration équivalente. en poste en métropole.0). La position relative des salaires du secteur privé et semi-public en tient largement compte : si le premier décile particulier du secteur privé est toujours inférieur à celui de chacune des trois fonctions publiques. assistantes sociales. Le rapport inter-décile est le rapport entre le salaire des 10 % des salariés les mieux rémunérés et celui des 10 % les moins bien rémunérés .volume 1 . Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat. 154 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Les salaires dans la fonction publique de l’État en 2007 En 2007 le salaire net moyen augmente de 1. sages-femmes. Professions intermédiaires : infirmiers. la rémunération moyenne mensuelle nette de prélèvements est de 2 244 euros.

Traitement brut .Cotisations sociales salariées (b) .4 2.9 2.8 3. dans le cadre du transfert de compétences de l’État vers les collectivités territoriales.9 % en euros constants. La rémunération moyenne des personnes en place (RMPP).5 % en moyenne annuelle en 2007).3 1.1-5 : Décomposition du salaire annuel moyen dans la fonction publique de l’État en 2007 Niveau moyen (en euros) 2006 Salaire brut (a) . Il résulte de l’effet de carrière.3 % comme en 2006 et 2005. L’effet de structure mesure l’effet des modifications de la répartition de la population entre les différents corps. les salariés des établissements publics.Cotisations sociales(3) (c) Salaire net de prélèvements = (a)-(b)-(c) (2) Évolution 2006/2007 (en %)(4) Euros courants 3.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Tableau V 3. le salaire net moyen croît de 2.5 1. du fait d’une hausse de 2. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom. solidarité chômage. et d’autre part d’une croissance plus soutenue des primes et rémunérations annexes (+3.9 3.0 2. Cette hausse résulte. le salaire net progresse de 1.4 % en euros constants. Faits et chiffres 2008-2009 155 .7 3. Inflation hors tabac (+1. Sont exclus les agents en congé de fin d'activité. les cotisations correspondantes versées en 2007 sont basées sur une pyramide salariale légèrement déformée vers le haut : les cotisations sont ainsi en nette progression.6 % des cotisations.5 % en 2006). l’effet de structure et l’effet de carrière.9 Euros constants 1. d’une hausse de 2.Primes et rémunérations annexes dont nouvelle bonification indiciaire(1) Cotisations . In fine. Ces techniciens et ouvriers de service ayant des salaires inférieurs à ceux de la moyenne de la FPE. et de l’effet de noria. La part des prélèvements est de 16.5 % au total en raison du transfert d’environ 40 000 agents de catégorie C de l’Éducation nationale vers la fonction publique territoriale.Indemnité de résidence(1) .4 2007 32 187 26 873 263 338 4 713 110 5 257 2 759 2 498 26 930 31 259 26 123 254 329 4 552 108 5 081 2 659 2 422 26 177 Source : Fichier Général de l'État (FGE).5 2.6 1.Supplément familial(1) .2 1. Compte tenu de la hausse des prix hors tabac (+1.5 %) Le salaire brut moyen a augmenté de 3. en 2006.6 % du salaire brut et d’une hausse de 2. Cotisations vieillesse.4 1.0 0. le salaire net moyen augmentait alors entre 2005 et 2006 de 0. contre 1. a augmenté de 1. c’est-à-dire le salaire net moyen des personnes présentes à la fois en 2006 et en 2007. Compte tenu de la hausse des prix hors tabac (+1. maladie. Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat. l’Insee calcule plusieurs indicateurs : l’évolution du salaire à structure constante.5 3. (1) (2) (3) (4) Rapportés à l'effectif total et non à celui des seuls bénéficiaires. Champ : agents des ministères civils de l'État. Pour mémoire. d’une part. Insee. grades et échelons.1 2.5 % après + 1.6 % en euros courants.2 2. Les cotisations augmentent légèrement plus vite que le salaire brut : +3.4 % pour le salaire brut. CSG et CRDS.0 % en euros courants en 2007.9 % en euros courants.9 % du traitement brut.7 % en moyenne annuelle en 2006). toujours positif. Elle retrace la moyenne des évolutions de salaires propres à chaque échelon dans chaque grade de chaque corps. Pour les agents présents deux années de suite. en poste en métropole.9 3.8 % en euros constants. L’évolution du salaire à structure constante est calculée en figeant la structure des effectifs par corps. grade et échelon au niveau atteint l’année (n-1). le salaire net moyen progressait de + 2. titulaires et non titulaires.0 1.

5 -0. Insee. Dans l’ensemble des agents titulaires civils et militaires des ministères travaillant à temps complet en métropole en 2007.4 2.0 % pour le salaire brut et 1.0 % pour le salaire brut et net) et à l’effet moyen calculé sur la période 2001-2006 (+0. le poids des enseignants joue à la baisse car l’évolution de la rémunération des cadres enseignants présents deux années de suite (+1.9 -0.9 1.4 2. Comme en 2006.1 2. de l’ordre de 10 %. L’effet de carrière est stable depuis le début de la décennie (entre +2.8 1. La rémunération moyenne des personnes en place (RMPP). rémunérés en haut de leur grille.1 1.2 -0.3 % par an). Champ : agents des ministères civils de l'État.6 1.3 3.0 1.volume 1 .7 En euros constants 1.3 1.5 2.2 % en euros constants) est moins dynamique que l’ensemble.9 % pour le salaire net) est supérieur à celui constaté en 2006 (respectivement +1. Il permet ainsi de s’affranchir de l’effet négatif sur le salaire moyen du remplacement d’agents sortants (rémunérés en haut de leur grille) par des agents rémunérés en bas de la grille aussi appelé effet de noria.7 2.8 2. a augmenté de 1. depuis plusieurs années.4 1. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom. Sont exclus les agents en congé de fin d'activité.0 2.5 En euros constants 1.1 -0.6 1. La part des rémunérations annexes dans le traitement brut (notamment les primes) est plus faible chez les cadres enseignants : elle est stable. Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat.1-6 : Décomposition de l’évolution du salaire moyen dans la fonction publique de l’État en 2007 Évolution 2006/2007 en moyenne annuelle (en %) En euros courants Salaire moyen Traitement indiciaire brut dont : effet de structure* Salaire brut dont : effet de structure* Salaire net de prélèvements dont : effet de structure* Salaire à structure constante Traitement indiciaire brut Salaire brut Salaire net de prélèvements Salaire brut des personnes en place dont : effet de carrière Salaire net des personnes en place dont : effet de carrière Indice des prix à la consommation (évolution en moyenne annuelle) 2.1 0.0 0.7% pour le traitement brut.8 %). la part des primes et indemnités s’élève à 23 % du traitement brut.9 1.5 3. en poste en métropole.3 1.2 1. Tableau V 3.6 % chacun). + 2. les salariés des établissements publics.6 1.4 2.0 2. L’effet de structure (+1.9 2.9 1.0 0. c’est-à-dire le salaire net moyen des seules personnes présentes en 2006 et en 2007. à l’exception de l’année 2005 où l’introduction de la cotisation au régime additionnel de la fonction publique (RAFP) et l’élargissement de l’assiette de la CSG ont ralenti l’augmentation salariale (+1.3 1.3 2. Elle reste en dessous de la valeur moyenne observée sur la période 2001-2006 (1. il traduit un accroissement de l’effet de noria dans le contexte de départs nombreux d’agents en fin de carrière et donc.1 1.9 1.1 0. 156 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .3 Évolution 2005/2006 (en %) En euros courants 2.1 1.7 1.7 3.8 1.1 1.3 %).5 1.0 2. Pour l’État.9 % en euros courants) est moins dynamique qu’en 2006 mais davantage qu’en 2005 (+0.1 % pour le traitement brut et +1. titulaires et non titulaires. L’évolution du salaire net à structure constante en 2007 (+0.9 1.1 1. L’effet de carrière mesure la contribution à l’évolution du salaire moyen des avancements et promotions qui inclut l’impact des mesures statutaires.1 3.8 2. soit au même rythme que sur la période 2001-2007.9 3.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques généralement négatif.1 %).8 % en euros constants.1 % et +2.4 -0.1 Source : Fichier Général de l'État (FGE).

soit les primes.5 2006/2007 (%) -3.6 %) notamment grâce à la traduction dans les feuilles de paie des nouvelles grilles indiciaires issues des accords du 25 janvier 2006.8 1 068. le supplément familial de traitement et les primes et indemnités.5 Salaires nets de prélèvements 2006 26 177 27 373 30 041 23 255 18 498 2007 26 930 27 658 30 295 23 981 19 343 Évolution 2006/2007 (en %) en euros constants 1.3 % et la moitié d’une augmentation de 11.4 -14.2 0.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Tableau V 3. (4) Rémunération nette totale. indemnités diverses et rémunérations d’activité diverses. l’indemnité de résidence et le supplément familial de traitement). 10 % des agents titulaires présents à la fois en 2003 et en 2007 à temps complet toute l’année ont vu leur traitement indiciaire progresser de moins de 7.1-8 : Évolution du salaire annuel net moyen dans la fonction publique de l'État en euros courants entre 2006 et 2007 Effectifs(1) 2007 (milliers) Ensemble dont total enseignants Cadres Professions intermédiaires Employés et ouvriers 1 750. Insee. Tableau V 3. professions scientifiques et culturelles Professions intermédiaires Employés et ouvriers Toutes catégories Traitement brut de base(1) 31 596 33 774 31 107 21 648 17 727 26 033 Montant 5 581 17 424 2 924 8 053 4 356 5 973 (2) Taux(3) (en %) 18 52 9 37 25 23 Salaire net global(4) 31 902 44 570 29 061 25 560 18 973 27 489 Source : Fichier Général de l'État (FGE).8 -1. les salariés des établissements publics. soit le traitement de base. Faits et chiffres 2008-2009 157 . tandis qu’à l’autre extrémité. (2) Rémunérations imposables (autres que le traitement. Sont exclus les agents en congé de fin d'activité.1-7 : Salaires annuels moyens nets en euros par catégorie socioprofessionnelle des agents titulaires des ministères civils et militaires employés à temps complet en métropole en 2007 Primes Catégories socioprofessionnelles Cadres et professions intellectuelles supérieures Cadres Professeurs. l’indemnité de résidence. moins le total des cotisations sociales obligatoires. 6.8 %).7 341.2 %). Ainsi.5 % des agents présents en 2003 et en 2007 ont vu leur traitement indiciaire évoluer moins vite que l’inflation hors tabac entre 2003 et 2007 (+ 6. 10 % des agents ont bénéficié d’une augmentation de plus de 24. (1) Effectifs évalués en années-travail à temps complet. Évolution du traitement indiciaire brut entre 2003 et 2007 Entre 2003 et 2007.4 340. La moitié des agents a bénéficié d’une augmentation supérieure à 14 %.6 1.8 %.5 -4. Ces évolutions de traitement brut sont plus favorables aux agents que celles de la période 2002-2006 (pour mémoire 10 % des agents avaient vu leur traitement indiciaire augmenter de moins de 6. contre 15 % entre 2002 et 2006 (pour une inflation hors tabac de 7.6 3. Champ : agents des ministères civils de l'État. (1) Traitement indiciaire brut de base. Sont inclus les enseignants des établissements d'enseignement privé sous contrat.4 -0. (3) Le taux de primes est égal au quotient des primes par le traitement brut de base. en poste en métropole. titulaires et non titulaires. la CSG et la CRDS. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom.1 %.5 -0.5 1 005.0 Source : Fichier Général de l'État (FGE). Insee.

8 %. la nouvelle bonification indiciaire et toutes les autres primes et indemnités pouvant être servies aux agents sont exclus de l’assiette.TIB de l’année de fin de la période de référence.1% 5% 6.1-3 : Distribution des évolutions de traitement indiciaire entre 2003 et 2007 (en %) 1er décile 2 ème 7. Si le TIB effectivement perçu par l’agent au terme de la période a évolué moins vite que l’inflation. Elle prend la forme d’une prime.8% 7ème décile 8 ème décile 9ème décile 0% 10% 15% 20% 25% 30% Source : Insee.0% Inflation hors tabac décile 3ème décile 4ème décile 5ème décile 6 ème décile 15. des départements. des collectivités à statuts particuliers. le montant de la garantie individuelle. le taux de bénéficiaires s’établit à 6. présents en 2003 et en 2007.1 %. Note de lecture : 10 % des agents ont vu leur traitement indiciaire progresser de moins de 7. 103 000 bénéficiaires de la GIPA 2008 dans la fonction publique de l’État Selon le bilan réalisé par la Direction générale des finances publiques (voir l’encadré 3). Champ : titulaires en poste en métropole à temps complet. Si l’on rapporte cet effectif de bénéficiaires à la population éligible. Traitement Insee-DGAFP.7% 17.volume 1 . Soit G. des communes. soit un niveau très proche de celui issu des travaux précédents sur un champ légèrement différent (6.8% 9. La garantie individuelle du pouvoir d’achat résulte d’une comparaison établie entre l’évolution du traitement indiciaire brut (TIB) détenu par l’agent sur une période de référence de quatre ans et celle de l’indice des prix à la consommation (IPC hors tabac en moyenne annuelle) sur la même période. la prime correspondant à la garantie individuelle du pouvoir d’achat – GIPA 2008 – (au titre de la période 2003-2007) a été versée à 103 202 bénéficiaires entre octobre 2008 et mai 2009.5 %). soumise au RAFP en dehors du plafond de 20 %.0% 24. la formule servant à déterminer le montant versé est la suivante : G = TIB de l’année de début de la période de référence X (1 + inflation sur la période de référence) . Encadré 3 : La garantie individuelle de pouvoir d’achat Créée par le décret 2008-539. L’indemnité de résidence. 90 % des agents ont vu leur traitement indiciaire progresser de moins de 24. L’inflation prise en compte pour le calcul est l’inflation moyenne sur la période de référence exprimée en pourcentage.4% 14. Toutes les majorations et indexations relatives à l’Outre-mer et applicables aux traitements ne sont pas prises en compte pour l’application de cette formule. des régions.7% 20. des collectivités d’Outre-mer et de leurs établissements publics recrutés sur contrat à durée indéterminée pour lesquels un texte règlementaire détermine l’évolution de la rémunération par un échelonnement indiciaire de traitement. Le TIB de l’année pris en compte correspond à l’indice majoré détenu au 31 décembre de chacune des deux années bornant la période de référence multiplié par la valeur moyenne annuelle du point pour chacune de ces deux années.8 % . le supplément familial de traitement. un montant indemnitaire brut équivalent à la perte de pouvoir d’achat ainsi constatée est versé à chaque agent concerné. la garantie individuelle de pouvoir d’achat s’applique aux fonctionnaires et agents publics non-titulaires des administrations de l'État. à savoir les présents en 2003 et 2007 (soit 1 510 000 personnes environ).3% 12. Un premier versement a été effectué au deuxième semestre 2008 sur la base des évolutions de traitement indiciaire 2003-2007 et un autre en 2009 sur la base des évolutions de traitement indiciaire 2004-2008.7% 11.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Graphique V 3. 158 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .

C’est un indice de salaire à structure de qualifications annuelle constante : il vise à apprécier les évolutions du traitement brut des agents de la FPE.0 Titulaires à catégorie inconnue 5 208 5 821 933 1 117. celles du point fonction publique (ainsi que l’attribution de points uniformes) et celles de l’indice minimum de la fonction publique en les projetant sur les effectifs présents au 31 décembre précédent. Champ : agents civils des ministères et des établissements publics dont la paie transite par la DGFiP (hors militaires). avec une forte représentation de la tranche d’âge 55-59 ans dans le dispositif. Champ : agents civils des ministères et des établissements publics dont la paye transite par la DGFiP (hors militaires).4 Titulaires cadres B 17 205 12 697 213 738.1 Total 3 99 411 74 956 793 754.9 Non-titulaires 9 782 6 965 461 712. Graphique V 3. les premiers éléments disponibles sont donc ceux de l’année 2001 (voir encadré 4). les agents de 50 ans et plus sont les principaux bénéficiaires de la mesure : ils représentent 3 bénéficiaires sur 4.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Tableau V 3. trimestriellement. les évolutions des grilles indiciaires n.4 : Répartition des bénéficiaires de la GIPA selon l’âge et le sexe en 2008 60 ans et plus 55 à 59 ans 50 à 54 ans 45 à 49 ans 40 à 44 ans 30 à 39 ans 20 à 29 ans 0 79 38 5 000 10 000 15 000 20 000 5 964 5 358 3 981 2 670 2 749 1 712 10 409 10 176 9 590 11 534 18 006 17 145 Hommes Femmes Source : DGFiP. Il suit.1-9 : Bilan au 31 décembre du dispositif GIPA dans la FPE (hors militaires) Titulaires cadres A Nombre de bénéficiaires Coût total (en euros) Montant moyen versé (en euros) 45 677 47 706 110 1 044.0 Titulaires cadres C 21 539 1 766 077 82. Les agents âgés de 50 ans et plus ont de plus reçu les montants moyens individuels les plus élevés.0 Source : DGFiP. Hors militaires. Cet indicateur a été calculé en référence à la situation moyenne de l’année 2000. Le gain indiciaire est alors constaté échelon par échelon. ni les différentes primes versées aux fonctionnaires. Il ne prend pas en compte le glissement vieillessetechnicité (GVT +). Faits et chiffres 2008-2009 159 . L’indice de traitement brut-grille indiciaire (ITB-GI) permet de suivre les facteurs collectifs d’évolution des traitements bruts L’indice de traitement brut-grille indiciaire (ITB-GI) est un indicateur trimestriel développé par la DGAFP afin de prendre en compte l’impact des reformes catégorielles dans l’évolution des grilles indiciaires (voir encadré 4 sur l’ITB-GI).1.

7 2004 0. Plusieurs facteurs expliquent ce résultat : attribution de points conditionnels chaque année pour aligner le minimum de traitement de la fonction publique sur le Smic.1-10 : Évolution moyenne de l’indice de traitement brut-grille indiciaire entre 2001 et 2008 Années Ensemble Catégorie A Catégorie B Catégorie C 2001 1. Ces nouveaux indices succèdent aux indices de traitement mensuel de base – brut et net – des fonctionnaires titulaires de l'État.7 2003 0.3 1. Ils peuvent toujours être consultés sur : www. Les facteurs individuels d’évolution des salaires Les facteurs individuels d’évolution des salaires liés à la promotion interne et aux changements de catégorie hiérarchique jouent un rôle très important dans la progression des salaires individuels.5 0. Cette table de passage est associée à l’estimation de la répartition de la population par corps/grade/échelon. 160 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .volume 1 .9 0. L’ITB-GI évolue notamment sous trois effets : la valeur du point de la fonction publique.6 1.4 2002 1.1 2008 0.insee.fr. Un indice du même type.5 2005 0. l’indice de traitement net-grille indiciaire (ITN-GI) est également calculé sur la valeur nette du traitement.2 1.6 0. mise en œuvre des accords « Dutreil » de 2005. bureau des statistiques. En 2007.0 2006 1. X % des agents de l’ancien échelon Y passent à l’échelon Z de la nouvelle grille et obtiennent un gain indiciaire G. à travers des décisions individuelles dans le cadre des CAP correspondantes ne sont pas prises en compte par l’indicateur.6 1. l’indice minimum et les mesures catégorielles qui modifient la grille indiciaire.9 0. Ces anciens indices ne prenaient en compte que la valeur du point de la fonction publique et l’indice minimum.2 2. les agents de catégorie C sont les premiers bénéficiaires des refontes de grille. Le traitement brut d’un agent est le produit de son indice par la valeur du point de la fonction publique. la croissance de l’ITB-GI était de + 0.9 1.8 Source : Insee . s’étaient ajoutées les revalorisations indiciaires traduisant les accords du 25 janvier 2006 (« Accords Jacob »). Ces mesures sont prises en compte de la manière suivante : pour chaque mesure catégorielle touchant un corps donné est construite une table de correspondance indiciaire (avant/ après). soit légèrement plus que la valeur du point. ainsi que des accords du 25 janvier 2006. Sur la période. le fichier de paie ne permettant actuellement pas ce type de suivi.9 0.5 0.7 0.4 1.6 2007 1. DGAFP. C’est un indice de salaire à structure de qualifications annuelle constante .6 %.3 1. Tableau V 3.5 0. des études et de l'évaluation. laquelle est fondée sur l’exploitation du fichier de paie des agents de l’État de l’Insee au 31 décembre de l’année précédente. mais pas l’impact des mesures catégorielles.2 1. À ces niveaux de traitement brut. L’ITBGI ne prend pas en compte les évolutions des autres éléments de rémunération.6 0. Ces indices calculés par l’Insee le seront encore jusqu’à la fin de l’année 2009. Il est élaboré à partir des fichiers de paie des agents de l’État traités par l’Insee et inclut le suivi des mesures catégorielles.4 1. Sur l’ensemble de la période. des études et de l'évaluation de la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP). l’attribution d’un ou deux points d’indice représente bien plus en valeur relative que pour un agent de catégorie A.8 0. comme celle du corps des instituteurs en professeurs des écoles.7 0.5 1. l’évolution moyenne de l’indice de traitement brut-grille indiciaire (ITB-GI) s’établit à 1. il vise à apprécier les évolutions du traitement brut des agents de la fonction publique de l’État.2 1. En 2008.4 % en moyenne : à la hausse de l’indice minimum. Nota bene : les refontes de grille qui s’expriment.1 % par an. l’ITB-GI avait crû de 1.2 1.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Encadré 4 : L’indice de traitement brut-grille indiciaire (ITB-GI) L’indice de traitement brut-grille indiciaire (ITB-GI) est calculé par le Bureau des statistiques. ainsi que l’ont montré des travaux récents menés par l’Insee à partir du panel des agents de l’État. notamment les primes.

En cas de réussite. Enfin. à cause notamment d’une amplitude indiciaire des grilles grandissante entre la catégorie C et la catégorie A. Sont exclus les agents en congé de fin d’activité. Encadré 5 : Les parcours professionnels dans la fonction publique Au cours de sa carrière. avec examen en commission administrative paritaire (CAP) : on parle alors de promotion « au choix ». La grille d’arrivée est en général plus rémunératrice que la grille de départ et l’agent reçoit ainsi un salaire supérieur (voir le Dossier 1. les salariés des établissements publics. Ainsi. eux-mêmes divisés en échelons.0 13. tandis que ceux demeurés en catégorie C ont vu leur salaire augmenter de 11 %. vol. il change de grade à l’intérieur de son corps-cadre d’emploi. Il sera proposable « au choix » dans le grade d’attaché dès 9 ans d’ancienneté. Si tel est le cas. comme sur la période 2002-2006. ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France Télécom.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Sur la période 2003-2007. Nunzia Bounakhla. Exemple : grille des secrétaires administratifs d’administration centrale : À partir de 9 ans d’ancienneté. Tableau V 3. examens professionnels et titularisations ». soit avec deux ans d’ancienneté au 7ème échelon. titulaires à temps complet. Sont inclus les enseignants des établissements d’enseignement privé sous contrat. L’agent peut bénéficier de réductions de durée en lien avec sa manière de servir .6 12. un agent titulaire voit sa rémunération progresser régulièrement de par la grille indiciaire de son corps ou de son cadre d’emploi. Cette progression est d’autant plus favorable que la catégorie d’arrivée est plus élevée.4 %.6 %. l’agent de classe normale peut passer le concours d‘entrée dans le grade de secrétaire administratif classe exceptionnelle. l’agent peut s’inscrire à des concours internes ou passer des examens professionnels. Sous certaines conditions d’ancienneté. 2008). L’agent de classe normale peut présenter le concours interne d’attaché d’administration centrale dès 4 ans d’ancienneté. 1.1 22. tandis que les agents demeurés en catégorie B ont vu leur salaire progresser de 12. la durée est susceptible d’augmenter dans le cas contraire. entre 2003 et 2007. À chaque échelon correspond un indice et une durée moyenne pendant laquelle l’agent va recevoir la rémunération afférente.1-11 : Évolution des salaires annuels nets moyens entre 2003 et 2007 selon la catégorie hiérarchique de 2003 Situation en 2003 Catégorie A Catégorie B Catégorie B Catégorie C Catégorie C Situation en 2007 Catégorie A Catégorie A Catégorie B Catégorie B Catégorie C Effectifs 544 597 65 122 97 937 92 063 183 360 984 146 Salaire net 2003 29 948 22 261 23 100 22 766 17 789 25 812 Salaire net 2007 33 861 27 290 26 048 26 033 19 740 29 278 Évolution (en %) 13.4 Total ensemble des agents Source : Fichier Général de l'État (FGE). Champ : agents des ministères civils de l’État. DGAFP.2 « Concours internes.8 % sur la même période. les agents initialement en catégorie B et bénéficiant d’une promotion en catégorie A ont bénéficié d’un gain de salaire de 22. Cette promotion peut se faire également sur proposition de sa hiérarchie. ou change de corpscadre d’emploi.4 10. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. Faits et chiffres 2007-2008.8 14. il redeviendra proposable au choix pour le passage en classe exceptionnelle dès le 4ème échelon de la classe supérieure. Il devient également proposable pour un passage au choix en classe supérieure. les agents initialement en catégorie C et promus en catégorie B ont bénéficié d’un gain salarial de 14. Cette grille se décompose en un certain nombre de grades. le changement de catégorie assure aux agents une évolution de salaire net très favorable. Insee. en poste en métropole et présents 12 mois chacune des deux années. Faits et chiffres 2008-2009 161 .

pour s’établir à 24 410 euros annuels.8 %. le salaire net moyen s’accroît de 2.3 % en euros constants. Le salaire brut moyen progresse également de 2.8 % en euros courants.1-12 : Grille indiciaire des secrétaires administratifs au 1er janvier 2009 Grades Échelons 7 6 5 4 3 2 1 8 7 6 5 4 3 2 1 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 Source : DGAFP. et 2 256 euros pour les salariés des collectivités Incendie-Secours.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Tableau V 3. Suivant le type de collectivité.2 million d’agents en équivalents années-travail. ont perçu en 2007 un salaire net mensuel moyen de 1 709 euros. Indices bruts Indices majorés Durée moyenne de l’échelon Secrétaire administratif classe exceptionnelle 612 580 549 518 487 453 514 490 467 445 421 397 4 ans 3 ans 3 ans 2 ans 2 ans 2 ans 425 377 Secrétaire administratif de classe supérieure 579 547 516 485 463 436 416 399 544 510 483 450 436 416 398 382 366 347 337 315 306 489 465 443 420 405 384 370 362 463 439 418 395 384 370 362 352 339 325 319 303 297 4 ans 3 ans 3 ans 2 ans 2 ans 2 ans 1 an Secrétaire administratif de classe normale 4 ans 3 ans 3 ans 3 ans 3 ans 3 ans 2 ans 1 an 6 mois 1 an 6 mois 1 an 6 mois 1 an 6 mois 1 an Les salaires dans la fonction publique territoriale en 2007 En 2007 le salaire net moyen augmente de 1. En 2007. 162 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .volume 1 . ce salaire moyen varie entre 1 500 euros pour les agents des caisses communales et caisses des écoles. soit 1. dans la fonction publique territoriale.3 % en euros constants dans la fonction publique territoriale Les salariés à temps complet de la fonction publique territoriale. soit +1.

1-13 : Évolution des salaires annuels nets moyens en euros courants entre 2006 et 2007 Effectifs 2006 (en %) Cadres Professions intermédiaires Ouvriers et employés Ensemble Source : DADS.8 % en euros constants dans la fonction publique territoriale Compte tenu de la variété des politiques de ressources humaines menées par les collectivités territoriales.8 % en euros constants en 2007.1 100.0 2.8 Cette progression (+2.8 %). comme l’année précédente. Faits et chiffres 2008-2009 163 .0 %) et les autres établissements locaux administratifs (+2. sans le transfert des 40 000 TOS (environ) en provenance de l’Éducation nationale. Elle est imputable aux employés et ouvriers de la fonction publique territoriale (76.7 17. S’y ajoutent en 2007 les communes (+3. Champ : salariés à temps complet des collectivités territoriales. Par ailleurs.0 %).Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Tableau V 3. la nature de l’employeur territorial influe sur l’évolution des rémunérations des agents. ont bénéficié en 2007 de la traduction dans les feuilles de paie des accords du 25 janvier 2006.1 % des effectifs au 31 décembre 2007) qui. Insee.2 74. les agents de moins de 30 ans de la FPT sont ceux qui connaissent la plus forte progression de toutes les classes d’âge (+ 3. la rémunération moyenne des personnes en place chez le même employeur augmente de 2. Comme en 2005 et en 2006.8 16.1 76. comme leurs homologues de l’État.4 3. 8.9 %) en termes de rémunération.0 Salaires nets 2007 36 935 23 886 18 096 20 509 Évolution 2007/2006 des salaires nets (en %) 3. Au total. la RMPP est plus dynamique dans les collectivités Incendie et Secours (+ 3.1 100.0 Salaires nets 2006 35 560 23 317 17 565 19 954 Effectifs 2007 (en %) 7. La rémunération moyenne des personnes en place (RMPP) augmente de 2. l’évolution du salaire moyen des ouvriers et employés aurait été plus dynamique encore.9 2.8 % en euros courants) est très proche de celle observée dans la fonction publique de l’État. Il est probable que.

3 2.5 2. la distribution des salaires se trouve nécessairement impactée : le salaire médian de l’ensemble des salariés de la FPT.1 3.0 2.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Tableau V 3.volume 1 . que chez les autres salariés (2.9 3.4 5.2 4.4 4. Insee.5 0.1 4.4 4.5 2.3 4. L’éventail des rémunérations est plus large chez les cadres (avec un rapport inter-décile de 2.0 0.8 25.0).7 48. Avec une forte proportion d’ouvriers et d’employés dans les collectivités territoriales (76.9 5.4 2.5 4. Champ : salariés à temps complet des collectivités territoriales.7 10.5 2.0 4.7 51.5 4.0 11.0 2.7 2.6 2.Secours Régions Autres collectivités locales Âge moins de 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans 60 ans ou plus 8.1 % en 2007). le type de collectivité et l’âge (données provisoires) Structure des effectifs en 2006 (en %) Ensemble Sexe Hommes Femmes Catégorie socioprofessionnelle Cadres Professions intermédiaires Employés et ouvriers Type de collectivité Communes Communautés de communes Caisses communales d'action sociale et caisses des écoles Autres établissements locaux administratifs Départements Incendie . (1) Prise en compte de l’inflation hors tabac (1.7 3.5 %).0 100 Salaires 2006 (euros) 20 125 Salaires 2007 (euros) 21 007 Évolution 2006/2007 euros euros constants (1) courants 4.0 1.8 3.2 34.7 2.3 27.8 Source : DADS.7 pour les employés et ouvriers et 1.8 4.0 76.5 4. la catégorie socioprofessionnelle.1-14 : Structure des effectifs et évolution des salaires nets annuels moyens des personnes en place selon le sexe. ainsi que celui des ouvriers et employés y affichent un écart de seulement 90 euros par mois. 164 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .3 3. Il s’établit à 1.3).4 2.6 4.0 35 947 23 623 17 771 19 128 21 135 17 739 20 139 23 336 26 127 25 043 20 380 16 632 18 690 20 406 22 171 23 912 37 466 24 648 18 552 19 992 21 993 18 460 21 016 24 223 27 308 25 581 21 167 17 542 19 621 21 301 23 168 24 931 4.4 3.3 21 350 18 957 22 251 19 828 4.8 2.9 pour les professions intermédiaires.3 8.1 4.6 2.2 4.3 3.1 15.8 2.5 4. La moitié des agents de la FPT a perçu un salaire net mensuel inférieur à 1 539 euros en 2007 La moitié des salariés de la FPT a perçu un salaire mensuel net inférieur à 1 539 euros en 2007.8 64.9 3.

3 14. 50 % des professions intermédiaires à temps complet ont perçu un salaire mensuel net inférieur à 1 945 euros .0 2. soit un taux de 4.6 8.6 Total 11. Tableau V 3.4 Non-titulaires 20.4 10. rapporté aux 1 617 000 agents retenus dans le champ de l’enquête de la DGCL au 31 décembre 2007 (ce champ ne correspond pas exactement à la population éligible au dispositif.1 3.9 9. enquête 2009 complémentaire au Bilan social. Parmi les bénéficiaires figurent également 1 500 non-titulaires dont la catégorie n’a pu être indéterminée.3 1. 35 500 bénéficiaires (soit 48 % de l’ensemble) appartiennent à la catégorie C.1-15 : Taux d’agents bénéficiaires de la GIPA (en %) Titulaires Catégorie A Catégorie B Catégorie C Catégorie indéterminée Total 4. Faits et chiffres 2008-2009 165 .4 4. Les fonctionnaires sont 58 500 à avoir bénéficié de la GIPA. auxquels s’ajoutent 15 500 non-titulaires. 21 000 à la catégorie B (28 %) et 16 000 à la catégorie A (22 %). à temps complet. Insee.0 3.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Graphique V 3. 90 % des ouvriers et employés.1 2.6 %.6 Source : DGCL.4 4.1-5 : Déciles particuliers des salaires mensuels nets en euros en 2007 dans la fonction publique territoriale 1 923 Ouvriers et employés 1 163 Professions intermédiaires 2 636 1 945 1 398 4 459 Cadres 1 933 2 415 Ensemble 1 191 0 500 1 000 1 500 2 000 D1 2 500 3 000 D9 3 500 4 000 4 500 5 000 1 539 2 857 1 449 Médiane Source : DADS. Champ : salariés à temps complet des collectivités territoriales. ont perçu un salaire mensuel net inférieur à 1 923 euros. Titulaires et non-titulaires regroupés. soit les présents en 2003 et 2007). 74 000 bénéficiaires de la GIPA 2008 dans la fonction publique territoriale Dans la fonction publique territoriale. le nombre d’agents bénéficiaires de la GIPA est de 74 000. Note de lecture : 10 % de l’ensemble des cadres à temps complet ont perçu un salaire mensuel net inférieur à 1 933 euros en 2007 .

à savoir 1. les salariés à temps complet. Concernant les agents de catégorie C.1-16 : Montant moyen en euros par agent bénéficiaire de la GIPA en 2008 Titulaires Catégorie A Catégorie B Catégorie C Catégorie indéterminée Total 402 845 665 154 Non titulaires 406 206 132 270 284 Total 670 547 153 270 378 Source : DGCL. En 2007. enquête 2009 complémentaire au Bilan social. Il varie de 132 euros pour les non-titulaires de la catégorie C à 845 euros pour les titulaires de catégorie A.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Au sein des différentes catégories. cadres. 1. avec de fortes disparités selon les catégories. Les trois quarts d’entre eux se situent dans les établissements publics et un quart dans les établissements privés. nombreux à avoir atteint relativement tôt le sommet de leur grille indiciaire. Les salaires dans les établissements publics de santé en 2007 Il importe d’indiquer en préambule que le champ couvert ici correspond aux seuls établissements publics ayant une activité économique principale hospitalière (851A). La moitié des titulaires bénéficiaires a touché plus de 400 euros. dans le même temps. 26 000 agents ont touché moins de 100 euros. Ainsi 41 000 agents ont touché plus de 400 euros au titre de la GIPA. seuls 3 % avaient vu leur traitement indiciaire progresser moins vite que l’inflation sur la période. mais.2 % en euros constants. 87 % d’entre eux ont reçu plus de 400 euros et les montants faibles sont beaucoup moins fréquents. 166 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . soit une évolution de +4. le salaire net moyen s’établit à 1 889 euros.volume 1 . le salaire net moyen. s’accroît donc de 4.8 % en euros courants et +3. Tableau V 3. Dans le secteur hospitalier.3 % en euros courants. En relation avec les catégories principalement concernées. ont perçu en 2007 un salaire net mensuel moyen de 2 159 euros. stagiaires et apprentis. parmi lesquels 23 000 a reçu plus de 800 euros. Le montant moyen versée au titre de la GIPA est de 378 euros par agent bénéficiaire. À l’opposé.4 million de postes salariés sont comptabilisés dans les établissements de santé publics et privés. En 2007.05 million d’agents en équivalent années-travail. le salaire net moyen augmente de 2.7 % en euros constants. les montants versés se distribuent aux deux extrémités. 41 % d’entre eux a touché moins de 100 euros. soit +2. qu’ils soient à but lucratif ou non (voir encadré 7). Hors médecins. l’effet des reclassements et des promotions intervenues étant significatifs dans la fonction publique territoriale. hors stagiaires et apprentis. Chez les non-titulaires. la GIPA a bénéficié à plus de 11 % des agents de catégorie A. parmi lesquels 10 500 a reçu moins de 50 euros.7 % en euros constants dans les établissements publics de santé Dans les établissements publics de santé.

la variation des salaires moyens observée est exceptionnellement élevée. les aides-soignants et les ambulanciers. stagiaires et apprentis Ensemble hors stagiaires et apprentis 34 442 33 082 23 617 21 760 17 461 17 414 19 939 21 648 49 174 41 268 25 793 23 496 18 750 19 079 21 642 24 848 57 988 43 096 26 541 24 950 19 991 19 838 22 672 25 913 17.4 2. contribuant à baisser le niveau des salaires observé pour 2006 et de façon symétrique à augmenter ceux de 2007. ainsi que chez les professions intermédiaires administratives et techniciens (respectivement +6.3 1.2 2. France entière. * Y compris internes.7 Source : Source : DADS 2000 à 2007. Les PI « sociaux » regroupent les assistantes sociales et les éducateurs spécialisés.9 4. recouvrent les agents de services hospitaliers.4 2. la variation la plus forte est constatée pour les agents de service et employés administratifs (+6. cadres. Insee. Faits et chiffres 2008-2009 167 .2 2.8 1. des spécialistes de la rééducation et des techniciens médicaux.6 %).8 4.4). Outre une probable baisse en 2006 du nombre d’heures rémunérées sans doute due à une réduction du recours aux heures supplémentaires. Champ : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement public ayant une activité économique principale hospitalière.*** Ouvriers Ensemble hors médecins.6 5. L’éventail des rémunérations est plus large chez les médecins.0 4.5 1.2 6. À la suite de l’exclusion des internes.6 en euros courants et 5. Il s’établit à 1.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Tableau V 3. ** PI : professions intermédiaires.6 4. avec un rapport inter-décile de 33. des sagesfemmes. externes et résidents en 2007 de la catégorie des médecins et pharmaciens. ce qui facilite la comparaison entre le secteur hospitalier public et le secteur hospitalier privé (non traitée ici).4 3.9) pour les professions intermédiaires. ou de gestion PI soignants et sociaux** PI administratifs et techniciens Agents de service et employés adm.4 4.9 6.5 1.1 3. Les professions intermédiaires « soignants » sont constituées des infirmiers. il est possible que des décalages entre le calendrier de paie des agents et celui de leur enregistrement dans les DADS soient intervenus en fin d'année 2006. *** Les « agents de service ».3 Catégorie socioprofessionnelle regroupée 2000 2006 2007 Évolution 2006/2007 en euros courants Évolution en euros constants Médecins. que parmi les autres salariés (2.3 16.2 1. pharmaciens* Cadres direction ou adm. externes et résidents jusqu'en 2006. En dehors de cette exception. externes et résidents en 2007.0 2. La moitié des agents des établissements publics de santé a perçu un salaire net mensuel inférieur à 1 834 euros en 2007 La moitié des salariés des établissements publics de santé a perçu un salaire mensuel net inférieur à 1 834 euros en 2007.9 1.0 % en euros constants). hors internes.8 pour les employés et ouvriers et à un niveau très proche (1. pharmaciens et cadres.1-17 : Évolution des salaires annuels nets moyens en euros courants entre 2000 et 2007 Évolution annuelle moyenne 2000-2006 (en %) 6. Traitements Drees.2 % et +4.

41 182 ETP ont bénéficié de la GIPA 2008 dans les établissements publics de santé Après la parution du décret n° 2008-539 du 6 juin 2008 relatif à l'instauration d'une indemnité dite de « garantie individuelle du pouvoir d'achat » et des circulaires d'application du 13 juin et du 30 octobre. Cependant. pharmaciens. Champ : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement public ayant une activité économique principale hospitalière. contractuels compris) : ils représentent plus de la moitié des bénéficiaires (54. PI administratifs 2 925 2 157 1 555 Médecins. Les « agents de service » recouvrent les agents de services hospitaliers. employés et ouvriers à temps complet ont perçu un salaire mensuel net inférieur à 2 180 euros. les aides-soignants et les ambulanciers. cadres direction ou administratifs 7 072 4 613 2 163 3 088 Ensemble 1 319 0 1 000 2 000 3 000 D1 4 000 Médiane 5 000 D9 6 000 7 000 8 000 1 834 Source : DADS 2000 à 2007. sociaux. pharmaciens et cadres à temps complet ont perçu un salaire mensuel net inférieur à 2 163 euros en 2007 . ce sont les titulaires de catégorie B qui bénéficient le plus de la GIPA (plus de 22 000 bénéficiaires sur un nombre total de 41 182 bénéficiaires. En volume.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Graphique V 3.2 %). pour un coût moyen de 645 euros par agent et un coût total de 26 554 395 euros.1 %). Insee. des sagesfemmes. 50 % des professions intermédiaires à temps complet ont perçu un salaire mensuel net inférieur à 2 157 euros . Les PI « sociaux » regroupent les assistantes sociales et les éducateurs spécialisés. ce sont les titulaires de catégorie A qui affichent le taux le plus élevé de bénéficiaires (10.volume 1 .3 % de l'effectif en ETP. ouvriers 2 180 1 592 1 245 PI soignants. soit 5. 168 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . 90 % des agents de service. PI : professions intermédiaires. des spécialistes de la rééducation et des techniciens médicaux.1-6 : Déciles particuliers des salaires mensuels nets en euros en 2007 dans les établissements publics de santé Agents de service et employés administratifs. une fois les effectifs de bénéficiaires rapportés aux effectifs de leur catégorie. Note de lecture : 10 % de l’ensemble des médecins. Les professions intermédiaires « soignants » sont constituées des infirmiers. France entière. Traitements Drees. 41 182 agents comptabilisés en équivalents temps plein (ETP) ont bénéficié de la GIPA. les établissements publics de santé ont mis en paiement la GIPA au cours du dernier trimestre 2008.

• l’expérimentation du revenu de solidarité active.5 % 2. A Assimilés cat. complétée par le décret n° 2007-1430 du 4 octobre 2007. Le second décret du 3 novembre 2008. deux dispositifs sont à distinguer : • la mesure de rachat de jours RTT ou congés annuels issue du décret n° 2007-1597 du 12 novembre 2007.6 % 0. Le paiement correspondant s’est étalé dans les ministères sur treize mois. à leurs performances . cette loi. relatif à la FPE. sont exonérés de l'impôt sur le revenu et ouvrent droit à une réduction des cotisations salariales de sécurité sociale assises sur ces heures supplémentaires.4 % 5. Dans la FPT s'applique également le décret n° 2007-1597 du 12 novembre 2007. • la réduction de l’impôt sur la fortune en cas d’investissement dans les PME ou pour des dons à des organismes d’intérêt général . • la mesure de rachat de jours CET issue du décret n° 2008-1136 du 3 novembre 2008. Le suivi des mesures en faveur du pouvoir d’achat (autres que la GIPA) Encadré 6 : La loi n°2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail. est en voie de transposition dans la FPT.1-18 : Récapitulatif du dispositif GIPA 2008 dans la FPH Effectif total (en ETP) Titulaires Catégorie A Catégorie B Catégorie C Sous-total Non titulaires Assimilés cat.7 % 958 756 126 613 5 683 206 16 834 360 1 362 676 23 880 242 Nombre de bénéficiaires En % de bénéficiaires Montant moyen (en euros) Coût total (en euros) 3 Source : Enquête DHOS 2008. Les rachats de jours de congés ou de CET et les indemnisations d'heures supplémentaires Dans la FPE. de décembre 2007 à décembre 2008. Les premiers paiements ont été versés avec la paie de février 2009.2 % 9. • la liaison des indemnités de départ des dirigeants. parachutes dorés. Faits et chiffres 2008-2009 169 . B Assimilés cat. prévoit que les éléments de rémunération versés aux agents publics. les heures supplémentaires payées aux personnels de la fonction publique hospitalière sont exonérées de cotisations sociales.1 % 4. • le renforcement du bouclier fiscal afin de maintenir ou de faire revenir en France les personnes pouvant investir . Depuis le 1er octobre 2007.8 % 2. de l'emploi et du pouvoir d'achat (TEPA) Elle prévoit 8 mesures : • l’exonération d’impôts et de charges sociales pour les heures supplémentaires ou les heures complémentaires. Depuis le 1er janvier 2008.3 % 741 1 617 252 1 207 645 481 354 2 130 030 62 769 2 674 153 26 554 395 57 951 227 245 402 173 687 369 5 932 22 261 10 774 38 966 10. l'indemnisation des 14 premières heures supplémentaires est augmentée de 25 % du traitement indiciaire brut dans la FPH.7 % 5. C Sous-total Total 10 583 28 759 51 828 91 169 778 538 650 1 318 249 2 216 41 182 6. ainsi que des jobs d’été pour les jeunes . titulaires et non-titulaires. au titre des heures supplémentaires qu'ils réalisent. • l’allègement des droits de succession et de donations .Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Tableau V 3. • un crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunts pour l’achat ou la construction de l’habitation principale . Des circulaires spécifiques du 20 décembre 2007 viennent préciser pour chaque fonction publique le champ d'application et les modalités de mise en œuvre. Dans la fonction publique.

Parmi les 566 704 bénéficiaires d'au moins un dispositif d'heures supplémentaires en 2008.volume 1 . Champ : champ DGFiP (personnels civils des ministères et de quelques établissements publics. Elles sont également effectuées par les catégories de personnel pour lesquelles les nécessités de service imposent des amplitudes horaires atypiques (policiers. 170 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Tableau V 3. personnel pénitentiaire. Champ : champ DGFiP (personnels civils des ministères et de quelques établissements publics. les IHTS.3 % de femmes.29 milliard d’euros dans la fonction publique d’État en 2008.5 Source : Direction du Budget. comptes publics et fonction publique Autres ministères 1% 2% Éducation nationale 78% Source : Direction du Budget. contre 1.9 1. bureau des statistiques. les décrets n°2008-454 et n°2008-455 du 14 mai 2008 prévoient la possibilité d'indemniser 50 % des jours épargnés au 31 décembre 2007 dans les comptes épargne temps. figurent 50. énergie. Graphique V 3.1-19 : Nombre de bénéficiaires des dispositifs d'heures supplémentaires éligibles à l'exonération TEPA Année n 2006 2007 2008 Effectifs bénéficiaires 568 897 558 159 566 704 Évolution n/n-1 (en %) -1. Les personnels médicaux et les agents de la FPH avaient jusqu'au 30 juin 2008 pour faire connaître leur souhait de bénéficier de ces dispositions. Ces mesures ont été financées par des crédits du fonds pour l'emploi hospitalier (FEH) complétés si besoin des provisions des établissements. Au total.17 milliard d’euros en 2007 et 2006 (champ : FPE. permettant ainsi à tous les agents de catégorie B et C de se voir rémunérer leurs heures supplémentaires travaillées sur cette base. Le dispositif d'exonération des heures supplémentaires dans la FPE Les heures supplémentaires au sein de l’État sont principalement effectuées par les enseignants. y compris l'enseignement privé sous contrat). Outre-mer et collectivités territoriales 6% Justice 6% Écologie. Traitement DGAFP.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Dans la FPH. hors militaires). hors militaires).1-7 : Répartition des bénéficiaires des dispositifs d'heures supplémentaires éligibles à l'exonération TEPA en 2008 par ministère (en %) Intérieur. initialement réservées aux agents détenant un indice brut inférieur à 380. Depuis le décret 2007-1630 du 19 novembre 2007. développement durable et aménagement du territoire 5% Agriculture et pêche 2% Budget. certains agents de catégories C et B). ont été étendues aux agents de catégorie B détenant un indice supérieur. et sont principalement rémunérées sous la forme d’indemnités horaires pour travaux supplémentaires (IHTS). Les personnels médicaux et les agents non médicaux de la FPH avaient jusqu'au 30 juin 2008 pour faire connaître leur souhait de bénéficier de ces dispositions. les dépenses de l'État au titre des heures supplémentaires et astreintes se sont élevées à 1. chauffeurs. Le décret n° 2008-456 du 14 mai 2008 prévoit également pour la FPH la possibilité de paiement des heures supplémentaires ni récupérées ni indemnisées restant dues à la date du 31 décembre 2007. des études et de l'évaluation.

hors militaires). Graphique V 3.1-20 : Total des montants correspondants versés dans l'année Année n 2006 2007 2008 Source : Direction du Budget.30 Source : DGFIP.6% 40 30 23.64 348.5% A niveau administrateur A niveau attaché Ensemble des A B C Magistrats Total Source : enquête annuelle sur le compte épargne temps.0% 11.1-21 : Bilan au 31 décembre 2008 de la mesure de rachat de jours RTT ou de congés annuels Décembre 2007 Montants des rachats en euros Nombre d'agents Nombre de jours Nombre de jours par agent Montant versé par agent (en euros) 21 091 260 58 430 223 107 3.91 Janvier 2008 13 554 645 40 296 150 547 3. Faits et chiffres 2008-2009 171 . des études et de l’évaluation. Champ : agents des ministères civils et des établissements publics dont la paie transite par la DGFIP. DGAFP.57 Total jusqu'en décembre 2008 41 271 902 117 482 440 434 3.2 3 Le rachat de jours RTT ou congés annuels dans la FPE Concernant la mesure de rachat de jours RTT ou congés annuels (décret n° 2007-1597 du 12 novembre 2007).3% 8. D'après l'enquête CET de la DGAFP.75 351.1% 20 17. les agents de catégorie A ont plus fréquemment racheté des jours RTT ou congés annuels.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Tableau V 3. Les ministères de l'Économie. bureau des statistiques. de l'Éducation et de l'Équipement représentent plus de la moitié des jours rachetés en 2007. le bilan au 31 décembre 2008 est le suivant : Tableau V 3.74 336.38 Février 2008 2 293 570 6 580 23 948 3. Champ : champ DGFiP (personnels civils des ministères et de quelques établissements publics.6% 10 0 9.83 364.7% 21.1-8 : Proportion d’agents ayant racheté des jours fin 2007 parmi les personnels éligibles au CET (en %) 39. Effectifs bénéficiaires 987 944 920 979 107 630 1 088 911 130 Évolution n/n-1 (en %) -0.9 11.

2% 4. ont été les plus nombreux en proportion à recourir au dispositif : plus de 10 %. et autour de 4 % des agents de catégorie B. Les autres bénéficiaires (environ 7 %) se partagent à parts à peu près égales entre agents de catégorie B.5% Source : DGCL.9 % de la catégorie C et 5. ensemble Catégorie A. Au total. 172 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . il s’agit d’une « indemnité compensant certains jours de repos travaillés »).3 % de la catégorie B. le dispositif d’exonération a porté sur un total de 33. Cela représente 10.volume 1 .1% 3.0% 1.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Le dispositif d'exonération des heures supplémentaires dans la FPT Ramené à une base mensuelle on peut estimer que : .7 % de la catégorie C et 3.2% 4. Les agents de catégorie A. les résultats de la FPT sur 2008 représentent environ 7. catégorie A 0 2 4 6 8 10 1.4 millions d’euros.5% 10.1 % des effectifs de la FPT (7. donnant lieu à un montant de réduction de cotisations salariales (tous régimes confondus) de 80. sur les 15 mois considérés. Cela représente 7.6% 12 1.7 % des effectifs éligibles. ensemble Catégorie B. 12. 2008.1% 8.1% 2. ensemble Femme. enquête complémentaire au Bilan social sur les comptes épargne temps et les heures supplémentaires.2 % de la catégorie B .174 000 agents en moyenne chaque mois ont bénéficié du dispositif d’exonération des heures supplémentaires en 2008. c’est-à-dire hors catégorie A).2 millions d’heures.8 % des effectifs éligibles. Ce pourcentage élevé provient naturellement du fait que nombre de comptes ont été ouverts en 2007. 8. ceux à l’indice brut 380 et plus (4 %) et ceux en deçà (3 %).9% 7. notamment les hommes. Il n’a touché qu’un agent sur 100 de catégorie C. précisément pour pouvoir mettre en œuvre le dispositif.2% 2. catégorie A Hommes. catégorie C Hommes.113 000 agents en moyenne chaque mois ont bénéficié du dispositif d’exonération des IHTS (indemnités horaires pour travaux supplémentaires ou heures supplémentaires) en 2007.1-9 : Proportion d'agents de la FPT ayant bénéficié du rachat de jours de CET (en %) Ensemble FPT Ensemble femmes Ensemble hommes Catégorie C. catégorie C Femmes. Le dispositif de rachat de jours de CET dans la FPT 40 % des agents ayant un CET (35 600 agents) ont demandé à bénéficier du dispositif de « rachat » ou de « revente » (selon les termes du décret du 12 novembre 2007.6 % des effectifs de la FPT (11.9 millions d’heures supplémentaires.5% 2. catégorie B Femmes. Le recours à ce dispositif de rachat a été inégalement répandu. catégorie B Hommes. c’est-à-dire hors catégorie A). Ramenés à un trimestre. Le dispositif s’adresse surtout aux agents de catégorie C qui constituent 93 % des bénéficiaires. . Graphique V 3.

les heures sont prioritairement récupérées. puisque qu’il est en moyenne de 3. enquête CET 2008. Tableau V 3.8 jours. très légèrement en dessus pour les hommes.8 1 118 093 219 34. Dans la FPH.1 % 1.5 % des jours épargnés.8 Non médical Sociaux et médico sociaux 302 853 130 623 43. Faits et chiffres 2008-2009 Non médical Sanitaires 86 940 1 791 207 21 349 555 19. pour un montant de 219 millions d’euros.1 173 .5 % des jours épargnés dans les CET.1-22 : Bilan de l'indemnisation des heures supplémentaires en stock au 31 décembre 2007 Personnel Types d'établissements Nb total d'heures supplémentaires en stock au 31/12/2007 Nb d'heures supplémentaires indemnisées Nb d'heures supplémentaires indemnisées par rapport au stock Montant brut de l'indemnisation (en millions d’euros) Nb d'heures supplémentaires de ce stock récupérées Rapport heures supplémentaires en stock au 31/12/2007 / ETP Sources : DHOS. soit 19. Il se situe à environ 2 millions d'heures et représente un montant d'un peu plus de 44 millions d’euros.5 % 53.5 Sociaux et médico sociaux 3 303 61 744 19 13 922 22.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Le nombre de jours revendus par agent est élevé et proche du maximum possible de 4 jours. soit 22. enquête CET 2008. 13 900 jours ont été indemnisés. Non médical Sanitaires 13 996 772 3 144 770 22.2 3 261 069 18. pour un montant d'environ 2 millions d’euros. soit 23 % des heures en stock au 31 décembre 2007. Pour les personnels non médicaux des établissements sanitaires fin 2008.6 72 878 0. Pour les personnels non médicaux des établissements sociaux et médico-sociaux fin 2008. elles ne sont indemnisées que si l'établissement le propose et si l'agent l'accepte.1-23 : Nombre de CET et de jours déposés dans la FPH et bilan du dispositif de rachat de jours Personnel Types d'établissements Nb de CET constaté au 31/12/2007 Nb total de jours épargnés au 31/12/2007 et non récupérés Nb moyen jours dans les CET au 31/12/2007 Nb de jours indemnisés Rapport du nb de jours indemnisés / nb de jours épargnés (en %) Nb de jours restant sur le CET au 15/09/08 Montant brut de l'indemnisation (en millions d’euros) Rapport Nb jours CET épargnés au 31 décembre 2007/ ETP (en %) Source : DHOS. Tableau V 3.5 56 491 2 0. En ce qui concerne le dispositif temporaire d'indemnisation des heures supplémentaires en stock au 31 décembre 2007. soit 31 % du total des jours épargnés. très légèrement en dessous pour les femmes et très proche entre les catégories. Les dispositifs relatifs aux heures supplémentaires dans la FPH Selon les enquêtes de la DHOS.4 Non médical Médical Sanitaires 42 507 1 823 499 43 562 194 30. 349 500 jours ont été indemnisés.5 1 240 527 43 2. le volume d'heures supplémentaires payées augmente peu en 2008 (moins de 3 %). 3.4 Médical Sanitaires - Bilan du dispositif d’indemnisation de jours CET dans la FPH Pour les personnels médicaux fin 2008. pour un montant de 55 millions d’euros.2 millions d'heures ont été indemnisées. ce qui représente un montant brut de près de 43 millions d’euros. plus de 562 000 jours épargnés dans les CET ont été indemnisés.

Les professions intermédiaires « soignants » sont constituées des infirmiers.7 25. les outils et les sources homogènes manquent encore dans la FPT et la FPH pour progresser dans la connaissance des rémunérations de ces deux composantes de la fonction publique.4 46.7 8.6 59.3 10.8 386.0 2. Il en va de même pour un salarié exerçant dans plusieurs établissements distincts. Pour des raisons liées aux contraintes des sources.3 4.9 47.7 21. respectivement 47 % et 38 %. notamment pour ce qui concerne les salaires moyens.9 6.0 36. non-titulaires.3 36.5 114.5 14.1 9.4 million de postes salariés sont comptabilisés dans les établissements de santé publics et privés (voir tableau V 3. des sages-femmes. externes et résidents.1 24. Les professions intermédiaires « soignantes » sont constituées des infirmiers. recouvrent les agents de services hospitaliers.6 17. Les PI « sociaux » regroupent les assistantes sociales et les éducateurs spécialisés. les aides-soignants et les ambulanciers. France entière.7 137. Encadré 7 : Les salariés dans le secteur hospitalier11 En 2007.6 23.9 48. des sages-femmes. des spécialistes de la rééducation..8 100. emplois aidés) Privé Postes salariés Public Ensemble Part des postes à temps partiel (en %) Privé 57. composantes de la rémunération) et la comparabilité. Les trois quarts d’entre eux se situent dans les établissements publics et un quart dans les établissements privés qu’ils soient à but lucratif ou non.1-24 : Répartition des salariés des établissements hospitaliers en 2007 et proportion de postes à temps partiel. A contrario. * Hors internes.1 8.volume 1 . 11 Cet encadré a été rédigé par Marie Cordier (Drees).8 1.1 100.9 Milliers (en %) Milliers (en %) Milliers (en %) 22. Enfin.4 353.6 2.0 1064. Des investigations complémentaires sont en cours pour élaborer des indicateurs pertinents garantissant la prise en compte des caractéristiques propres de leurs salariés (temps partiel. des techniciens médicaux et les professions intermédiaires « sociales ».8 13. 1. selon la CS et le type d'établissements Catégorie socioprofessionnelle regroupée Médecins.3 38.3 166.3 2.7 490.2 100.0 656.0 1418.1-24).9 37. adm.0 20.2 1. compte tenu des caractéristiques très différentes des salariés. 174 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .0 19.8 4. ** PI : professions intermédiaires. apprentis.1 16.9 22. DADS 2007 Champ : salariés ayant exercé dans un établissement ayant une activité économique principale hospitalière. *** Les « agents de service ».7 29. des assistantes sociales et des éducateurs spécialisés. des spécialistes de la rééducation et des techniciens médicaux. pharmaciens* Cadres direction. temps non complet. gestion PI soignants et sociaux** PI administratifs et techniciens Agents de service et employés adm. Dans le secteur public comme dans le secteur privé.3 1. Note : un emploi salarié correspond à un salarié dans un établissement : les salariés ayant changé d'établissement au cours de l'année sont donc comptés plusieurs fois.2 135.8 46.9 28. la comparabilité des salaires publics avec ceux du privé n’est pas garantie non plus à ce stade.0 10.8 17. Les « agents de services ou employés administratifs » incluent les agents de services hospitaliers.*** Ouvriers Ensemble (hors stagiaires. Tableau V 3.2 9. la comparaison des indicateurs de salaires entre les trois fonctions publiques.5 10. ils sont respectivement 46 % et 36 %.0 521.4 Source : Source : Insee. nécessite de multiplier les précautions. la majorité des effectifs correspondent à des emplois « d'agents de service ou employés administratifs » et des « professions intermédiaires soignantes et sociales ». Dans le secteur public.9 18.5 1.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Au final.8 22.0 29. la richesse du fichier de paye des agents de l’État et la constitution d’un panel des agents de l’État permettent d’ores et déjà des analyses approfondies sur la FPE.2 10. aides-soignantes et ambulanciers. et dans le secteur privé.2 14.9 15.9 Public Ensemble 33.

5 %). en l’absence de possibilité de rétropoler cette nouvelle série. pharmaciens » excluant les internes à partir de 2007. travaillent en très grande majorité dans le public et certains établissements privés participant au service public hospitalier. excluant les internes.0 %) et a un peu progressé dans le secteur privé (+0.0 et 2. c’est parmi les professions les plus qualifiées que les revenus sont les plus dispersés : le rapport inter-décile est ainsi de plus de 3 parmi les cadres – médicaux ou non – tandis qu'il est inférieur à 2 pour les autres professions.9 % en euros constants dans le public et de 1. la part des temps partiels pour chacune des catégories est stable. comptabilisés dans cette catégorie jusqu’en 2006. les internes – qui ont les salaires les plus faibles – n’appartenant plus à cette catégorie. pharmaciens ».4 % dans le privé. Au sein des professions intermédiaires « soignants et sociaux » et « administratifs et techniciens ». Les internes. pharmaciens » sont à temps partiel dans les établissements privés contre 34 % dans le public) (voir tableau V 3. ce qui autorise une meilleure comparaison des salaires entre secteurs. contribuant à baisser le niveau des salaires observé pour 2006 et de façon symétrique à augmenter ceux de 2007. ne le sont plus à partir de 2007. La dispersion des salaires dans le secteur public de la santé est proche de celles observées dans la fonction publique territoriale et dans la fonction publique de l’État (2. 30 % des postes y étant concernés.3 contre respectivement 2. le salaire annuel moyen est plus élevé dans le public (26 500 euros) que dans le privé (24 300 euros). la dispersion des salaires dans l’ensemble du secteur de la santé. un « médecin. Cet écart selon l’âge est beaucoup plus important pour les plus qualifiés que pour les autres salariés de l’hôpital. qui se retrouvent dans le bas de la distribution des salaires de la catégorie « médecins. les salaires – hors « médecins et pharmaciens » – ont augmenté sensiblement en raison notamment d’un recours important aux heures supplémentaires. Toutefois la comparaison des salaires moyens entre secteur public et secteur privé doit être réalisée avec précaution compte tenu des caractéristiques différentes des salariés. Faits et chiffres 2008-2009 175 . pharmacien ou cadre de direction » gagne 25 800 euros en moyenne en début de carrière et 63 400 euros entre 50 et 60 ans. rapports qui ne diffèrent pas d'un secteur à l'autre. tandis que salariés âgés de 50 à 60 ans perçoivent 30 600 euros. pharmaciens ou cadres de direction » représentent 12 % des effectifs dans le public et 9 % dans le privé. l’évolution du salaire moyen de cette nouvelle catégorie a pu être estimée : il augmenterait de 1. soit 25 900 euros dans le secteur public et 22 500 euros dans le secteur privé. puis un maintien sur la période 2002-2007. avec une croissance d’abord marquée entre 2000 et 2002 (+3 % en euros constants). les effectifs des « professions intermédiaires soignantes et sociales » ont augmenté de 9 % dans le public et de 8 % dans le privé . pharmaciens » a diminué. les internes. Dans le secteur public. Après une année 2003 marquée par une baisse du salaire moyen en euros constants liée au choix de recruter un personnel jeune (donc moins rémunéré) et de restreindre l’utilisation des heures supplémentaires. ce qui implique une rupture des évolutions d’effectifs et de salaires pour cette catégorie. perçoivent un salaire net annuel moyen plus élevé dans le privé (62 800 euros) que dans le public (58 000 euros). Dans le secteur de la santé. les salariés de moins de 30 ans gagnent ainsi en moyenne 20 700 euros. les « agents de service et employés administratifs » gagnent respectivement 20 000 euros et 16 600 euros dans les secteurs public et privé. que le public (22 %). En 2007. En 2007. entre 2006 et 2007. s’est maintenu en euros constants (définition) dans le secteur public (+0. De même. en dehors de la catégorie « médecins. les salaires sont repartis à la hausse en 2004 et se maintiennent en euros constants en 2005.6 % en euros constants. les évolutions de salaires hors « médecins et pharmaciens » sont homogènes. En 2006.4. Entre 2000 et 2007. Depuis cinq ans. appréciée par le rapport du salaire annuel en deçà duquel se situent 10 % des salariés et celui au-delà duquel se situent les 10 % les mieux payés (rapport inter-décile (D9/D1) est de 2. Cependant. le salaire net annuel moyen pour un emploi à temps complet s’élève à 25 200 euros. on ne dispose pas d’évolution des salaires moyens depuis 2000. suivie d’une hausse de 3. Dans le secteur privé. Ces dispersions sont extrêmement stables d’une année sur l’autre. à l’inverse.1-10 et V. public comme privé. En 2007. la dispersion du salaire des « médecins. Les écarts selon l’âge sont plus modérés encore pour les agents de service et ouvriers. on observe de nouveau une diminution du salaire moyen de 2. pharmaciens ». En 2007 cependant. Outre une probable baisse en 2006 du nombre d’heures rémunérées sans doute due à une réduction du recours aux heures supplémentaires.3). entre 2000 et 2002. pharmaciens ». dans le secteur de la santé. Depuis 2003. il est possible que des décalages entre le calendrier de paie des agents et celui de leur enregistrement dans les DADS soient intervenus en fin d'année 2006. ceux des « agents de service ou employés administratifs » ont augmenté de 5 % dans le public. alors qu’ils ont baissé de 2 % dans le privé.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 Les postes de « médecins. La catégorie « médecins.2 %.1-11).1-24). Il concerne particulièrement les médecins pour lesquels le salariat est souvent un complément de leur activité libérale (57 % des postes de « médecins. de 16 400 euros pour les plus jeunes à 21 400 euros pour leurs aînés. Les « médecins. Le temps partiel caractérise davantage le privé. Pour les professions intermédiaires « soignantes et sociales ». En effet. enlever les internes de cette catégorie la rend plus homogène entre secteurs public et privé. le salaire annuel net moyen des salariés. Cependant. en rythme annuel. mieux rémunérées (voir graphiques V 3.

externes et résidents jusqu'en 2005. stagiaires et apprentis Cadres direction ou adm.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Graphiques V 3. 176 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .volume 1 . L'évolution de la catégorie « médecins. pharmaciens » entre 2006 et 2007 est une estimation de l'évolution du salaire moyen de la catégorie hors internes entre 2006 et 2007. Champ : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement ayant une activité économique principale hospitalière. des sages-femmes. ou de gestion PI administratifs et techniciens Ouvriers Source : DADS. Les professions intermédiaires « soignants » sont constituées ses infirmiers. Par exemple. Insee. Il est net de toutes cotisations sociales. des spécialistes de la rééducation et des techniciens médicaux. pharmaciens* PI soignants et sociaux** Agents de service et employés adm. Définitions et sources : Poste ou emploi : un poste ou emploi salarié correspond à un salarié dans un établissement. Les PI « sociaux » regroupent les assistantes sociales et les éducateurs spécialisés. Les évolutions en euros constants (ou « en termes réels ») sont calculées en tenant compte de la progression de l’indice Insee des prix à la consommation (y compris tabac) de l’ensemble des ménages. y compris CSG (contribution sociale généralisée) et CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale). Salaire net annuel moyen : le salaire est calculé à partir du salaire net fiscal disponible dans la DADS. France entière. Il ne comprend pas les participations (qui ne sont pas imposables). les effectifs sont convertis en années-travail au prorata de leur durée de présence. un salarié ayant occupé un poste donné durant 6 mois et ayant perçu 10 000 euros compte pour 0. *** Les « agents de service » recouvrent les agents de service hospitaliers. hors externes et résidents en 2006 et hors internes.5 « année-travail » rémunérée 20 000 euros par an. Les moyennes sont obtenues en pondérant les salaires annualisés par la durée de présence.1-10 : Évolution du salaire net annuel moyen selon la CS en euros constants dans le public (base 100 en 2000) 135 120 105 90 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Médecins. Traitements Drees. Les salaires sont rapportés à cette durée pour le calcul des moyennes. ** PI : professions intermédiaires. Les salariés ayant changé d’établissement au cours de l’année ou exerçant à temps partiel dans plusieurs établissements distincts sont donc comptés plusieurs fois. Pour les salariés à temps complet. externes et résidents en 2007. La présente étude porte sur les établissements dont l’activité économique principale relève des activités hospitalières (851A).*** Ensemble hors médecins. cadres. * Y compris internes. les aides-soignants et les ambulanciers.

France entière. **PI : professions intermédiaires. Insee. stagiaires et apprentis Cadres direction ou adm.Vues d’ensemble Les rémunérations dans les trois fonctions publiques 3 G V3. pharmaciens* PI soignants et sociaux** Agents de service et employés adm. pharmaciens » entre 2006 et 2007 est une estimation de l'évolution du salaire moyen de la catégorie hors internes entre 2006 et 2007. externes et résidents jusqu'en 2005. externes et résidents en 2007.*** Ensemble hors médecins. ou de gestion PI administratifs et techniciens Ouvriers Source : DADS. L'évolution de la catégorie « médecins. Traitements Drees Champ : salariés à temps complet ayant exercé dans un établissement ayant une activité économique principale hospitalière. Faits et chiffres 2008-2009 177 . Les professions intermédiaires « soignants » sont constituées ses infirmiers. des sages-femmes. les aides-soignants et les ambulanciers. *** Les "agents de service" recouvrent les agents de service hospitaliers. * Y compris internes. des spécialistes de la rééducation et des techniciens médicaux. cadres.1-11 : Évolution du salaire net annuel moyen selon la CS en euros constants dans le privé (base 100 en 2000) 120 110 100 90 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Médecins. hors externes et résidents en 2006 et hors internes. Les PI « sociaux » regroupent les assistantes sociales et les éducateurs spécialisés.

• « Les salaires des agents de la fonction publique territoriale en 2007 ». • Les salaires en France. résultats de l’enquête 2009 complémentaire au Bilan social ». Direction générale des collectivités locales. Regards sur la parité. mai 2009. Insee Première n° 1258.volume 1 . • « Bilan sur l'utilisation des CET dans la Fonction publique de l'État au 31 décembre 2007 ». septembre 2009. Josette Wertheim. Pierre-Yves Romé. 178 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . DGAFP. Sabine Bessière et Stéphanie Depil. Informations Rapides. Michel Amar et Vincent Gombault. • « Les carrières salariales dans la fonction publique d’État. édition 2008. • Femmes et Hommes. Insee Première n° 1235. septembre 2009. n° 170. fiches thématiques. Insee Première n° 1257. • « L’indemnité de garantie individuelle du pouvoir d’achat (GIPA) et l’exonération fiscale des heures supplémentaires dans la fonction publique territoriale. Bis n° 63 : novembre 2008. Premiers éléments de caractérisation ». Insee. fiches thématiques. édition 2008.Vues d’ensemble 3 Les rémunérations dans les trois fonctions publiques Bibliographie • « Les salaires des agents de l’État en 2007 ». Insee Références. • « Les salaires dans les entreprises en 2007 : une forte progression ». Dominique Quarré et Vincent Gombault. Sabine Bessières et Julien Pouget. • « Indice de traitement brut dans la fonction publique de l’État – Grille Indiciaire – Premier trimestre 2009 ». Direction générale des collectivités locales. Bis Hors série : juin 2009. 24 juin 2009. Les Salaires en France. Insee Références. édition 2007. Point Stat à paraître fin 2009. • « La fonction publique territoriale représente un tiers des emplois publics ». Insee Références.

Dossiers Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Conditions de travail 2 Parité et diversités 3 Faits et chiffres 2008-2009 179 .

.

Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Approches locales de l'emploi public La géographie des agents de l'État en France métropolitaine au 31 décembre 2006 1.1 Annexe 1 du dossier Panorama des métiers territoriaux en 2006 Annexe 2 du dossier Bilan sociaux 2007 : une première photographie de l'emploi public territorial en Île-de-France (hors Paris) Faits et chiffres 2008-2009 181 .

.

2. tout en ayant le souci d’assurer la qualité du service public dans les différents territoires. La réorganisation de l’administration territoriale de l’État et les différentes mesures de délocalisation vont modifier la géographie des agents de l’État en France métropolitaine. infra-régional. sont les principaux facteurs de cette disparité. Observatoire des territoires. ainsi que la configuration de l’espace rural. Faits et chiffres 2008-2009 183 . est également de nature économique pour les territoires concernés. Les emplois publics constituent en effet une composante importante pour leur économie (impact sur l’économie résidentielle. 2 DGAFP. Les « fonctions métropolitaines ». L’objectif de cette réorganisation est de rationaliser l’implantation et les conditions d’intervention et de fonctionnement des services. (inter)régional. sont essentiellement regroupées dans les grandes aires urbaines : elles constituent un moteur de leur développement et un élément structurant de l’espace national. soit avant la mise en œuvre des réorganisations.1 La géographie des agents de l’État en France métropolitaine au 31 décembre 2006 Marie-Hélène Kerouanton Diact1 Aude Lapinte DGAFP2 Cécile Métayer Diact1 Loïc Vinet Diact1 L a localisation des agents de l’État résulte de missions de services publics s’exerçant à différents échelons géographiques. Elle joue un rôle déterminant dans le fonctionnement économique de certains territoires à travers l’activité générée par la présence de ces emplois. 1 Diact. L’enjeu des mouvements au sein des services ou entre les services. d’abord lié à cet objectif. Cette étude fait le point sur la répartition géographique des agents fin 2006. Le taux d’administration se situe entre moins de 20 ‰ et 40 ‰ selon les départements : le poids de l’espace urbain dans chaque département – en population et en agents de l’État –.7 % en administration centrale . sur les emplois dans le commerce ou les services). des études et de l’évaluation. comme l’enseignement supérieur et la recherche.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 1. 0.0 % dans des établissements publics locaux d’enseignement . Neuf d’entre eux sur dix travaillent dans les aires urbaines. La présence des services déconcentrés varie suivant la taille et le rôle administratif des villes et suivant la densité du rural.5 % dans des établissements publics nationaux .7 % en service à compétence nationale. national. 32. Bureau des statistiques. Le degré de concentration des services dépend du niveau de proximité à la population nécessité par la nature des services rendus. Chiffres-clés Les agents de l’État (ici hors personnels de la Défense et enseignants du privé) ne sont pas uniformément répartis sur le territoire. 10.

quand ils sont 16. de moins de 20 ‰ pour la Vendée et le Morbihan à 40 ‰ pour la Haute-Garonne. avec des écarts allant de 0. comme les services déconcentrés des ministères ou les établissements publics locaux d’enseignement (voir encadré 1). alors que 82 % de la population métropolitaine y réside. la configuration de l’espace rural d’autre part. dont 25 000 assistants d’éducation. Les communes multipolarisées sont peu dotées en emplois publics. Sur le champ ainsi défini. 184 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . 4 Le terme taux d’administration désigne ici le nombre d’agents de l’État. Les agents de l’État sont employés pour partie dans des services ou établissements à compétence nationale (services centraux des ministères et établissements publics administratifs nationaux). travaillent dans l’espace urbain (aires urbaines et communes multipolarisées). 6 Ce terme désigne les personnels administratifs et enseignants des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) et des écoles élémentaires publiques. Les agents civils et militaires du ministère de la Défense sont exclus du champ de l’étude : ils représentent une part des agents de l’État qui varie de 6 % à 25 % selon les régions.1 ‰ dans l’espace rural. Neuf agents de l’État sur dix travaillent dans l’espace urbain 1 757 000 agents.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Le nombre d’agents de l’État travaillant en France métropolitaine s’élève à 2 393 000 au 31 décembre 2006. les spécificités du tissu urbain d’une part. 2. Dans cet espace. On y compte.9 agents pour mille habitants. 5 Dans le reste de l’étude. dans l’approche par type d’espace (urbain.6 %) des agents de l’État dans ces espaces sont les personnels des écoles6. Les agents des services déconcentrés y sont peu présents.5 ‰. on compte en moyenne 31.6 agents de l’État pour mille habitants. on compte 34. soit 90. Les disparités trouvent leur origine en grande partie dans la géographie des départements. qui bénéficie des implantations de services dans les pôles ruraux. et l’essentiel (87. hors emplois aidés et hors enseignants des établissements d’enseignement privés3. pour partie dans des services ou établissements à compétence territoriale limitée. en moyenne. 3 Les établissements d’enseignement privé sous contrat emploient 152 942 enseignants. Ce taux d’administration4 varie selon les départements.9 agents de l’État pour 1 000 habitants.8 % du total des agents de l’État5. rural) sont exclus les quelque 27 000 agents de l’État qui n’ont pas pu être localisés à la commune. ce terme s’entend hors personnels de la Défense . dont 147 797 en France métropolitaine. soit un ratio sensiblement inférieur à celui obtenu sur les seules aires urbaines : 36. Le champ retenu correspond ainsi à 1 962 000 agents qui travaillent en France métropolitaine. avec seulement 10.39 enseignants de l’enseignement privé sous contrat pour mille habitants. en effectifs physiques. rapporté à la population. ceux des établissements ou service à compétence nationale en sont absents.volume 1 . Les communes multipolarisées sont celles où la progression de la population a été la plus vive entre 1999 et 2006.99 dans le Limousin à plus de 5 en Pays-de-la-Loire ou en Bretagne. Ils représentent globalement 36 % de l’ensemble des agents des trois fonctions publiques et 8 % de l’emploi total.

Faits et chiffres 2008-2009 185 . * L’espace urbain est composé des aires urbaines et des communes multipolarisées. Traitements DGAFP-Diact. hors établissement d’enseignement privé sous contrat.2 4 149 0. ** Non compris les services n’ayant pas pu être localisés à la commune.1-1 : Répartition et nombre d’agents de l’État pour 1 000 habitants selon le type d’espace au 31 décembre 2006 Aires urbaines Population Part (en %) Effectifs physiques Agents de l'Etat. Insee .1 15.3 34 487 1.1 10.1 Espace urbain* 50 336 677 81. hors Défense.5 28.4 16.7 ‰.9 11.6 573 141 94.8 1 356 253 88.9 Communes multipolarisées 3 161 562 5.9 9. hors Défense Part (en %) Agents des services déconcentrés et personnels des écoles Part (en %) Agents des services déconcentrés Part (en %) Nombre d'agents pour 1 000 habitants Agents de l'Etat.3 34. Ces disparités sont.0 1 321 919 86. et plus particulièrement par les activités d’enseignement supérieur et de recherche.0 1 530 475 100. Le taux d’administration y varie de 6.4 36 295 5.6 pour 1 000 habitants à 91. Champ : ensemble des agents de l’État.9 26.3 31. hors Défense Agents des services déconcentrés et personnels des écoles Agents des services déconcentrés 36.4 568 992 93.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Tableau D 1. pour partie.0 Espace rural 11 062 864 18.2 174 222 11.9 10.7 1 756 954 90.9 1. mais aussi celles de leur région d’implantation.8 34 334 2. Insee. Emplois principaux. Elles sont donc des éléments structurants de l’espace national.0 Sources : RP 2006.0 1 935 078 100. hors emplois aidés.5 24.0 1 722 467 89.9 47 175 115 76. Fichier Général de l’État (FGE).0 178 124 9.0 Total** 61 399 541 100.0 609 436 100. Les fonctions d’enseignement-recherche et les grands établissements nationaux structurent l’espace national Les aires urbaines regroupent 89 % des agents de l’État et 77 % de la population métropolitaine.0 12. Il s’agit là de fonctions métropolitaines.7 3. déterminées par l’importance des établissements ou des services à compétence nationale. dans le sens où leur rayonnement et leur aire de recrutement dépassent largement les limites non seulement de l’aire urbaine.

D’autres bénéficient d’implantations de services centraux de ministères ou de grands établissements publics.1-1 : Nombre d’agents de l’État pour 1 000 habitants au 31 décembre 2006 Nombre d'agents de l'État pour 1 000 habitants (par aire urbaine) 39. Bordeaux ou encore Nîmes avec l’École nationale de Police.3 Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact Sources : RP 2006. Au total.6 à 24.0 24. organismes publics de recherche ou écoles d’enseignement supérieur au regard de leur poids démographique. Champ : ensemble des agents de l’État. hors Défense. ou Toulouse avec Météo-France et le Centre d’études pour la navigation aérienne.9 6. Traitements DGAFP-Diact. qui héberge des services centraux des Affaires étrangères et de la Justice.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Carte D 1. comme Nantes.volume 1 . ces établissements ou services nationaux regroupent 400 000 agents dans les aires urbaines. Grenoble. hors établissement d’enseignement privé sous contrat.1 à 91.4 à 29. hors emplois aidés. comme Toulouse.0 à 39. Emplois principaux. Insee. Montpellier. Fichier Général de l’État (FGE).7 30. Quelques villes sont ainsi particulièrement bien dotées en universités. Nancy. 186 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Insee .

représentent près d’un million d’agents de l’État. Faits et chiffres 2008-2009 187 . 7 La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a prévu le transfert des 90 000 personnels techniques. avec 813 000 agents. Champ : ensemble des agents de l’État. administratifs et enseignants. hors Défense. hors emplois aidés. Traitements DGAFP-Diact. au total 1 322 000 agents. Insee . des composantes qui expliquent le niveau de présence des agents de l’État dans les aires urbaines. En dehors de ces agents. ils n’ont pas de caractère structurant. hors établissement d’enseignement privé sous contrat. Ils constituent une part importante des services rendus à la population et ont un poids économique élevé. Les personnels des établissements scolaires7. au nombre de 72 000. En ce sens. Insee. d’autre part les personnels des services déconcentrés du ministère de l’Éducation nationale.4 % des agents de l’État sur ce champ. En revanche.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Carte D 1. ouvriers et de service (TOS) aux Conseils régionaux (pour les lycées) et aux Conseils généraux (pour les collèges). soit 61. Emplois principaux. la présence de l’État dans les aires urbaines est le fait des services déconcentrés des différents ministères et des personnels des établissements scolaires. Elle regroupe d’une part les personnels des établissements d’enseignement. Leur répartition géographique est établie sur des critères de population scolaire et la polarisation de cette activité est de ce fait faible par rapport à celle des services déconcentrés. La première fonction est l’éducation. au même titre que les services déconcentrés des autres ministères. Fichier Général de l’État (FGE). inspections académiques.1-2 : Implantation géographique des principaux services ou établissements publics administratifs à compétence nationale (hors Île-de-France) au 31 décembre 2006 : établissements ou services employant plus de 150 agents Type de services d'emplois publics hors île-de-France* (nombre d'établissements) Universités et organismes de recherche (203) Établissements publics administratifs nationaux ou services centraux des ministères (50) Écoles d'enseignement supérieur (57) Établissement culturel (1) *Un carré représente un établissement Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact Sources : RP 2006. rectorats. les services déconcentrés du ministère de l’Éducation nationale sont.

7 278 579 48.1 8 060 53. Insee . les secondes davantage de ceux de l’Équipement et Écologie.volume 1 .7 34 956 24.1 13 559 18. S’agissant des petites villes (aires urbaines de moins de 30 000 habitants). Emplois principaux.3 143 977 9 360 11.3 10 301 981 21.8 568 992 Grandes aires urbaines 22 275 380 Part du total (en %) Villes moyennes Part du total (en %) Petites villes Part du total (en %) Total 47. en contact direct avec les populations. puis celle de l’Équipement avec son réseau de subdivisions à compétence géographique infra-départementale.7 67 276 46.9 72 136 Justice 14 274 22. de l’Éducation.3 6 403 8.3 8 999 6.2 5 520 3.5 32 746 22.6 13 285 59. Le cas de l’aire urbaine de Paris est atypique : la proportion des agents des services déconcentrés (23 % des effectifs) y est inférieure au poids démographique de Paris (25 % de la population de France métropolitaine). La concentration des agents des services déconcentrés est forte dans les grandes aires urbaines (au-delà de 150 000 habitants. ceux de l’Économie.8 6 916 55.6 5 683 37.6 63 562 Agriculture 613 4.2 41 902 58.6 27 098 4.3 12 399 Autres 4 362 19. hors emplois aidés. Les principaux employeurs sont les ministères de l’Intérieur8. de la Justice.4 15 010 Santé 1 712 13.9 134 279 23.1 30 659 19.2 15 670 24.8 3 489 28.2 71 800 45. Champ : ensemble des agents de l’État.2 22 261 Total 129 036 22. 188 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . 8 En 2006. Les premières bénéficient d’une part forte – relativement à leur poids démographique – des agents de l’Agriculture.1 282 2. Les services à compétence régionale de l’Agriculture ou de la Santé. des Finances et de l’Industrie. en particulier dans le rural.7 2 893 4.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public La présence des agents des services déconcentrés par ministère diffère selon la catégorie d’aire urbaine Les agents des services déconcentrés travaillant dans les aires urbaines sont au nombre de 569 000. le poids des services de l’Économie et Finances et de l’Agriculture y est en moyenne plus élevé que leur poids démographique.0 80 286 14 587 20. hors établissement d’enseignement privé sous contrat.6 4 355 19. de l’Équipement et de l’Écologie. hors Défense. Fichier Général de l’État (FGE). Seuls les agents relevant du ministère de l’Intérieur y connaissent une concentration supérieure à celle de la population. de la Santé. les personnels de gendarmerie n’étaient pas rattachés au ministère de l’Intérieur. ou encore les rectorats et les inspections académiques sont en revanche plus concentrés dans les grandes villes et assurent des missions de gestion et d’organisation plus que de service direct aux populations locales. de l’Agriculture. Tableau D 1.9 654 4. Traitements DGAFP-Diact.5 30 725 48. Insee.6 259 1.0 25 908 32.7 38 615 48. hors Paris) et dans les villes moyennes (aires urbaines de 30 000 à moins de 150 000 habitants). les personnels de gendarmerie n’étaient pas rattachés au ministère de l’Intérieur. Il apparaît ainsi que l’organisation des services et le degré de proximité à la population varie selon les fonctions : les plus éclatées sont celles de l’administration fiscale et de l’Agriculture.1-2 : Répartition de la population et des agents des services déconcentrés par ministère selon le type d’aire urbaine au 31 décembre 2006 Ministère Type d'aire urbaine Paris Part du total (en %) Population 11 769 424 24.9 Économie Équipement Intérieur* Éducation et Finances et Ecologie 51 382 32.8 2 088 2. qui sont en général sièges des préfectures de région ou de département.0 47 175 115 159 361 Sources : RP 2006.8 2 828 330 6. * En 2006.

Traitements DGAFP-Diact. Insee. hors Défense.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Carte D 1. Insee. hors Défense.1-4 : Effectifs des agents de l’État des services déconcentrés de l’Équipement et Écologie dans les aires urbaines au 31 décembre 2006 Nombre d'agents de l'État (par aire urbaine) 10 000 1 000 100 Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact Sources : RP 2006.1-3 : Effectifs des agents de l’État des services déconcentrés de l’Économie et Finances dans les aires urbaines au 31 décembre 2006 Nombre d'agents de l'État (par aire urbaine) 10 000 1 000 100 Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact Sources : RP 2006. Fichier Général de l’État (FGE). Fichier Général de l’État (FGE). Champ : ensemble des agents de l’État. Emplois principaux. Insee . Traitements DGAFP-Diact. Insee . hors emplois aidés. hors établissement d’enseignement privé sous contrat. Emplois principaux. Lecture : les échelles de ces deux cartes sont identiques. Carte D 1. hors établissement d’enseignement privé sous contrat. Faits et chiffres 2008-2009 189 . hors emplois aidés. Champ : ensemble des agents de l’État.

Traitements DGAFP-Diact. qui décroît avec le niveau de population. Insee . et affichent un taux proche de 40 ‰.1-5 : Effectifs cumulés des agents des services déconcentrés de l’État dans les aires urbaines Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact Nombre d'agents de l'État par aire urbaine 100 000 50 000 10 000 5 000 1 000 Aire urbaine Sources : RP 2006. Pour les autres petites villes. Dans les premières. Le rôle administratif des aires urbaines détermine le taux d’administration Sur le champ des services déconcentrés. Privas. à 20 ‰ pour les préfectures de département. 12. Emplois principaux. Les préfectures de département hébergent les principaux services à compétence départementale. La différence est sensible surtout pour les villes moyennes et les petites villes. Le rôle administratif est plus déterminant. La représentation graphique du taux d’administration selon la population pour chaque aire urbaine montre que la taille est un élément déterminant du taux. Il varie peu selon la catégorie d’aire urbaine : 11 ‰ pour l’aire urbaine de Paris.5 ‰ pour les plus grandes aires urbaines. 190 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . le taux moyen s’échelonne de plus de 30 ‰ pour les deux préfectures de région. Le taux d’administration atteint ainsi 50 ‰ en moyenne pour les cinq petites villes préfectures de département (Guéret. La relation n’est pas linéaire et traduit la nécessité d’un seuil minimum d’effectifs pour assurer le fonctionnement de l’État en région. 8 ‰ pour les sous préfectures et 5‰ pour les autres. les préfectures de région cumulent ceux à compétence régionale (voire interrégionales) et départementales. le nombre d’agents pour mille habitants varie de 0 à 67 selon l’aire urbaine.6 ‰ pour les plus petites. hors établissement d’enseignement privé sous contrat.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Carte D 1. Digne-les-Bains.volume 1 . hors Défense. Champ : ensemble des agents de l’État. Foix et Mende) qui sont situées dans des départements peu peuplés (de moins de 3 000 à 6 000 habitants) et concentrent l’essentiel des services de l’État. 13‰ pour les villes moyennes. Insee. les taux diffèrent peu de ceux mesurés sur les villes moyennes pour chaque catégorie. Chalons-en-Champagne et Ajaccio. hors emplois aidés. Les villes de Bar-le-Duc et Tulle sont les plus petites préfectures parmi les villes moyennes. sous préfectures et autres. Fichier Général de l’État (FGE). 9.

en particulier Arras. Insee. Traitements DGAFP-Diact. Arras.1-1 : Nombre d’agents de l’État des services déconcentrés pour 1 000 habitants dans les grandes aires urbaines (hors Paris) au 31 décembre 2006 25 Nombre d'agents de l'État pour 1 000 habitants Poitiers 20 Rouens Rennes Lille Marseille-Aix-en-Provence 15 Lyon 10 Grenoble Toulon Douai-Lens Nice Préfecture de région Préfecture de département Sous-préfecture Autre ville 5 Montbéliard GenèveAnnemasse 400 000 600 000 800 000 1 000 000 1 200 000 1 400 000 1 600 000 1 800 000 2 000 000 0 0 200 000 Population Sources : RP 2006. Champ : ensemble des agents de l’État. est de taille modeste dans un département très peuplé.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Graphique D 1. hors établissement d’enseignement privé sous contrat.1-2 : Nombre d’agents de l’État des services déconcentrés pour 1 000 habitants dans les villes moyennes au 31 décembre 2006 50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 0 30 000 60 000 90 000 120 000 150 000 Population Draguignan Tulle Nombre d'agents de l'État pour 1 000 habitants Bar-le-Duc Laon Châlons en-Champagne Ajaccio Arras Préfecture de région Préfecture de département Sous-préfecture Autre ville Sources : RP 2006. Insee. À Draguignan et Laon. d’où un ratio élevé. Insee . Traitements DGAFP-Diact. Graphique D 1. bien que préfecture de département. c’est la présence d’une prison sur le territoire de l’aire urbaine qui explique le taux d’administration relativement élevé. Elle concentre néanmoins une part importante des services à compétence départementale. Insee . hors emplois aidés. Lecture : la superficie des pastilles est proportionnelle au nombre d’agents de l’État dans chaque aire urbaine. Quelques aires urbaines s’écartent cependant de la courbe liant la taille de l’aire urbaine et son taux d’administration. Emplois principaux. Draguignan et Laon parmi les villes moyennes. hors établissement d’enseignement privé sous contrat. hors Défense. Emplois principaux. hors Défense. Faits et chiffres 2008-2009 191 . Fichier Général de l’État (FGE). hors emplois aidés. Fichier Général de l’État (FGE). Lecture : la superficie des pastilles est proportionnelle au nombre d’agents de l’État dans chaque aire urbaine. Champ : ensemble des agents de l’État.

d’où le taux d’administration élevé . Lecture : le taux d’administration de l’Ardèche est de 20.5 ‰. ville de faible taille au regard de son statut de préfecture de région. qui comptent 1 200 agents à Marseille-Aix et 400 à Lille. hors emplois aidés. en général préfecture de département ou de région. avec de petites villes concentrant l’essentiel des fonctions .volume 1 . pour la plupart. Mais elles tirent davantage à la hausse le taux d’administration du département puisqu’elles concentrent une grande partie des agents de l’État qui ont compétence sur l’ensemble des départements de leur région. Fichier Général de l’État (FGE).Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Parmi les plus grandes villes. les services relevant de l’Intérieur sont plus représentés que la moyenne. la Vendée. du fait de la forte densité de leur population. hors établissement d’enseignement privé sous contrat. départements très peu peuplés. Champ : ensemble des agents de l’État. tant dans le rural que dans l’urbain. Marseille-Aix et Lille affichent des ratios un peu plus élevés que la moyenne. hors Défense. qui affiche des taux d’administration faibles. Emplois principaux. et son rôle administratif. Graphique D 1. les services déconcentrés à compétence régionale et départementale. Traitements DGAFP-Diact. Les caractéristiques du tissu urbain et la densité du rural expliquent les disparités de taux d’administration entre départements Les plus grandes aires urbaines de province cumulent donc. 192 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Quelques départements s’écartent de la tendance. à travers notamment le poids de la principale aire urbaine. les fonctions métropolitaines. Insee. celui de Privas (préfecture de département) de 92 ‰. et des « Directions zonales des CRS ». la Lozère et l’Ardèche. notamment la Marne avec Châlons-en-Champagne. Le groupe des villes sièges des préfectures de région affiche néanmoins en moyenne un taux d’administration moins élevé que celui des préfectures de département. Insee .1-3 : Nombre d’agents de l’État pour 1 000 habitants dans les départements (hors Île-de-France) en fonction du nombre d’agents de l’État pour 1 000 habitants des aires urbaines siège de la préfecture au 31 décembre 2006 Nombre d'agents de l’État pour 1 000 habitants dans les départements 50 45 Haute-Garonne (Toulouse) 40 35 30 25 20 15 10 20 30 40 50 Préfecture de région Préfecture de département Vienne (Poitiers) Marne (Châlons-en-Champagne) Ariège Rhône (Lyon) Lozère Ardèche Vendée (La Roche-sur-Yon) 60 70 80 90 Nombre d'agents publics pour 1 000 habitants dans les aires urbaines Sources : RP 2006. Les caractéristiques de la composante urbaine de l’emploi public de chaque département expliquent largement les disparités de taux d’administration. Dans ces deux villes. et un nombre d’enseignants en rapport avec le niveau élevé de population. avec respectivement 3 500 et 2 600 agents relevant de la Direction de la Sécurité publique.

Rhône-Alpes. où le rural est particulièrement dense. Graphique D 1. Emplois principaux. la tendance semble s’inverser. Faits et chiffres 2008-2009 193 . Ce n’est néanmoins pas le cas dans les régions incluant des zones montagneuses. soit 168 000 agents et 80 % du total.3 pour mille habitants. 9 Le rural désigne ici l’espace hors aires urbaines. Le nombre d’agents des services déconcentrés tend à décroître avec la densité. la présence d’agents de l’État étant renforcée pour compenser les problèmes d’accessibilité. où seulement 16 % de la population vit dans des communes rurales très denses. 15 % de l’Agriculture. pour l’ensemble des départements. Traitements DGAFP-Diact. du nombre d’agents de l’État pour 1 000 habitants des territoires ruraux en fonction de leur densité démographique. sièges des préfectures de région. Champ : ensemble des agents de l’État. Ainsi dans les Bouches-du-Rhône. Au-delà d’un certain seuil. L’essentiel de la présence de l’État dans ces espaces tient aux personnels des écoles. hors emplois aidés. met en évidence un lien entre ces deux variables. regroupant les communes rurales et les communes multipolarisées. La représentation graphique. 30 % de l’Économie et Finances. le Rhône. que l’on y inclue les agents des écoles ou non. Auvergne. la Haute-Garonne. Les services à compétence nationale y sont très peu présents. en moyenne 3 ‰. cependant. Insee. La présence des services déconcentrés dans le rural est liée à la densité de population Le second facteur qui explique les disparités de taux d’administration entre départements tient en effet aux caractéristiques de leur partie rurale9. Les agents des services déconcentrés sont au nombre de 40 000. comme dans les départements d’Alsace. Midi-Pyrénées. hors établissement d’enseignement privé sous contrat. de faible densité géographique.3 ‰ à 9 ‰ selon les départements.1-4 : Nombre d’agents de l’État pour 1 000 habitants par département (hors Île-de-France) dans les services déconcentrés situés hors des aires urbaines au 31 décembre 2006 Nombre d'agents de l’État pour 1 000 habitants dans les départements 10 Alpes-de-Haute-Provence 9 Haute-Pyrénées Lozère 8 Aube 7 6 5 4 3 2 1 0 0 20 40 60 80 Densité démographique hors aires urbaines 100 120 Oise Haut-Rhin Territoire de Belfort Nord Bas-Rhin Sources : RP 2006. le taux d’administration du département siège de la préfecture de région est plus élevé que celui des autres départements. le nombre d’agents pour mille habitants est inférieur à celui observé dans les départements de montagne situés dans la même région. avec la présence de pôles ruraux importants. en moyenne moins de 0. 40 % de ces agents travaillent dans les services de l’Équipement et Écologie. en particulier dans leur partie rurale. hors Défense. ou le territoire de Belfort. Fichier Général de l’État (FGE).Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Dans la plupart des régions. Ce taux varie de 0. On y dénombre 4 000 agents. en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Insee . Les autres ministères sont peu représentés.

1 28.5 16. Traitements DGAFP-Diact. Fichier Général de l’État (FGE).7 à 87.). Champ : ensemble des agents de l’État. Traitements DGAFP-Diact.5 à 13.3 6. Aude.6 25.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Ainsi le taux d’administration élevé des départements de l’Est. Carte D 1.6 13.9 à 32.8 15.4 à 17. Haute-Garonne.volume 1 . etc. et/ou de départements où le poids des aires urbaines est fort (Meurthe-etMoselle. Insee . hors emplois aidés.). 194 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Creuse. hors Défense. Emplois principaux. hors Défense. Champ : ensemble des agents de l’État.8 Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact Sources : RP 2006.7 à 25.0 à 25. Insee. Insee. Territoire de Belfort. Haute-Vienne. Fichier Général de l’État (FGE). du Centre ou du Sud-Ouest s’explique par la coexistence au sein d’une même région de départements à faible densité du rural (Marne. Insee .1-7 : Nombre d’agents de l’État pour 1000 habitants au 31 décembre 2006 : ensemble des agents publics de l’État Nombre d'agents de l'État pour 1 000 habitants (par département) 32. Nord. Aveyron. hors établissement d’enseignement privé sous contrat.2 à 28.4 à 15. Emplois principaux. hors aires urbaines Nombre d'agents de l'État pour 1 000 habitants (par département) 17.3 Département sans espace rural Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact Sources : RP 2006. hors emplois aidés. Carte D 1. hors établissement d’enseignement privé sous contrat.1-6 : Nombre d’agents de l’État pour 1000 habitants au 31 décembre 2006 : services déconcentrés et personnels des écoles. etc.

Pour les besoins de cette étude dont l’objectif est la localisation des agents sur le territoire. a donc été élaborée. c’est-à-dire en prenant en compte l’ensemble des services au public : fonction publique territoriale et hospitalière et services concurrentiels. en relation avec les deux grands enjeux cités : l’accessibilité aux services et l’activité économique induite par ces emplois. 32.7 % en administration centrale et 0. à fin 2007. hors emplois aidés.1 % en service déconcentré. Elle suggère des pistes d’approfondissement. La source utilisée est le Fichier Général de l’État (FGE) de l’Insee. Leur nombre. Avant 2006. c’est-à-dire rémunérés sur le budget de ministères et figurant dans leur plafond d’emploi. Il s’agit d’analyser l’impact économique de leur évolution par rapport à l’emploi total. Ce classement a été construit sur le champ des agents de ministères. 5. Il s’agira alors d’entreprendre une analyse plus globale qui intègrerait notamment des questions d’accessibilité. Cette nouvelle méthode conduit à répartir désormais les effectifs selon cinq modalités (au lieu des deux précédentes) : administration centrale (AC). Les chiffres rapportés dans ce dossier sont donc différents des rappels 2006 que O RQ SHXW IDLUH DLOOHXUV GDQV OD 9XH  HW GDQV OHV ¿FKHV WKpPDWLTXHV UHODWLYHV j OD )3( Faits et chiffres 2008-2009 195 . l’hétérogénéité de l’armature urbaine d’une part. Encadré 1 : Champ et définitions Dans une acception juridique. les évolutions démographiques suivant différents types de population. qui considère ces emplois comme composante de l’activité économique d’un territoire. en se fondant sur l’existence de la nomenclature par services établie à partir de l’imputation budgétaire de la rémunération des agents au format « Ordonnance de 1959 ». service déconcentré (SD). Elle permet ainsi de tenir compte de la diversité des structures de l’État.393 millions d’agents (ministères + Épa). un agent de la fonction publique travaille dans un organisme public à caractère administratif dans lequel le recrutement se fait sur la base du droit public. Ils représentent 47 % de l’ensemble des agents publics. les caractéristiques géographiques des espaces ruraux d’autre part expliquent souvent la diversité des implantations de services de l’État sur le territoire national. 10. Dans cette approche. quelles que soient leurs missions. service déconcentré à compétence nationale (SCN). hors emplois aidés. pourra être mise en perspective avec d’autres facteurs de développement économique local tels que l’évolution du système productif local ou l’impact de la crise économique. établissement public national (EPN).Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Cette première approche révèle que les spécificités de configuration des territoires. tout particulièrement pour les établissements publics. le fichier de paie permettait de distinguer.2 millions d’agents qui travaillent dans l’une des trois fonctions publiques. Or les agents rémunérés sur les budgets des ministères peuvent être en exercice dans un établissement public : c’est notamment le cas des enseignants qui travaillent dans les EPLE mais qui sont rémunérés sur le budget du ministère de l’Éducation nationale.0 % dans des établissements publics locaux d'enseignement. ceux travaillant en administration centrale et ceux travaillant en services déconcentrés. C’est ainsi que l’on décompte. s’élève à 2. s’appuyant essentiellement sur les catégories juridiques des établissements où exercent les agents mais aussi sur les programmes Lolf.7 % en service à compétence nationale. Une nouvelle méthodologie.5 millions1. par exemple. L’autre approche. On se limite ici à la France métropolitaine. Ultérieurement. dont 2 272 170 dans les ministères et 252 270 dans les établissements publics administratifs (Épa). on considère la présence dans un territoire de tous les agents de l’État. Les agents de l'État travaillent dans des services de compétences différentes : 54. On s’intéressera alors à une partie des agents de l’État en prise avec des missions de service public de proximité. On s’intéresse ici aux agents de la fonction publique de l’État au 31 décembre 2006. Cette approche donnerait tout son sens à l’évolution des taux d’administration et de la polarisation de certains emplois publics. parmi les agents des ministères.5 % dans des établissements publics nationaux. l’analyse de l’évolution de la localisation des agents de l’État en tant que composante de l’offre de services à la population devra être mise en perspective avec les autres composantes de ces services. établi à partir de l’exploitation des fichiers de paie des agents de l’État complétés par les déclarations annuelles des données sociales (DADS). 1 On utilise ici les données de l'année 2006 avant révision. qui compte 2. 2. Le changement de nomenclature budgétaire résultant de à la mise en place de la Lolf à partir de 2006 n’a pas permis de maintenir l’information sur le service dans le FGE. le classement a été élargi aux agents des établissements publics administratifs. établissement public local d’enseignement (EPLE).

Agences de l’Eau. un périmètre composé de 1. Ont donc été exclus les EPLE. les services déconcentrés de l’Éducation nationale ont été conservés. Traitement DGAFP. ceux-ci sont également exclus de ce classement. des études et de l’évaluation. Ce poids étant très élevé. sont en exercice dans des établissements dont la catégorie juridique n’est ni « administration de l’État » ni « établissement public administratif » (par exemple Épic). bureau des statistiques. Ce sont ainsi 6 886 agents qui ont été exclus de ce classement. espace rural) portent sur 1. En conséquence. il masque néanmoins les spécificités de répartition territoriale des autres fonctions.volume 1 . Insee. C’est pourquoi le troisième champ a été restreint aux seuls services déconcentrés (hors services à compétence nationale). essentiellement des assistants d’éducation. Ce champ regroupe 609 700 agents dont 609 400 ont pu être localisés à la commune.963 million d’agents. Certains agents. hors établissement d’enseignement privé sous contrat. essentiellement présents dans les grandes aires urbaines. Il s’agit des agents des Services déconcentrés et des Établissement locaux d’enseignement (personnels administratifs et enseignants) et des autres EP à compétence territoriale limitée (Crous. personnels administratifs et enseignants. En revanche.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Tableau D 1. L’analyse sur ce champ permet de mettre en lumière le caractère structurant pour l’espace national des services ou établissements à compétence nationale.530 million ont pu être localisés à la commune. et notamment de l’absence d’information au niveau départemental. Centres régionaux de documentation pédagogique. 196 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . espace urbain. Ce champ regroupe ainsi 1. Le second champ considéré correspond aux agents travaillant dans des services ou établissements ayant une compétence géographique limitée. les analyses portant sur la répartition des agents de l’État par type d’espace (aires urbaines.555 million d’agents. L’approche par catégorie d’espace implique de connaître la localisation des agents au niveau de la commune. Ils sont globalement au nombre de 27 000. On y trouve aussi les enseignants des écoles élémentaires publiques. etc. Ainsi. Cette approche permet de mesurer le poids de l’ensemble des agents de l’État dans des fonctions à compétence territoriale limitée et de mettre en lumière le poids dans les territoires de la fonction « éducation » dans son ensemble. dont 1. ce qui n’est pas toujours possible. sauf spécification particulière. dans l’acception ordinaire du terme. on retient dans cette étude. compte tenu du caractère limité de l’information sur la localisation des agents du ministère de la Défense. Finalement. ainsi que les enseignants du primaire et les assistants d’éducation. Champ : Ensemble des agents de l’État. les agents non localisés à la commune ont été exclus.935 million d’agents de l’État. Par ailleurs.). bien que rémunérés sur le budget des ministères ou des Épa. Le premier champ d’étude concerne les agents de l’ensemble du périmètre retenu.1-3 : Répartition des agents selon le type de service d’affectation Ministères France métropolitaine + Dom + Com + étranger France métropolitaine Périmètre de l'étude Dont AC SD SDCN EPLE Autres EP Hors périmètre Dont Défense Autre 2 272 170 2 157 610 1 741 692 48 122 899 720 12 895 593 473 187482 415 918 415 447 471 Épa 252270 235 246 221 726 3 529 2 707 3 60 956 154531 13 520 7018 6 502 Ensemble 2524440 2 392 856 1 963 418 51 651 902 427 12 898 654 429 342 013 429 438 422 465 6 973 Source : Fichier Général de l’État (FGE). pour l’analyse par type d’espace.

qui englobe des communes situées au-delà des limites de l’Île-deFrance. Élaboré en 1997.2 33.1-4 : Différents champs considérés dans l’étude Total des agents de l’État Effectifs Ensemble : champ 1 Services déconcentrés. Insee. Les aires urbaines sont au nombre de 354 en France métropolitaine et regroupent 47 175 115 habitants.5 Part (en %) Source : Fichier Général de l’État (FGE). Encadré 2 : Aires urbaines. elle pourra donc évoluer.1 Part (en %) Agents localisés à la commune Effectifs 1 935 078 1 530 475 629 991 291 118 609 436 79.9 47. Ce zonage distingue l’espace à dominante urbaine constituée des aires urbaines et des communes multipolarisées et l’espace à dominante rurale regroupant les communes n’appartenant pas à l’espace urbain. Traitement DGAFP. des études et de l’évaluation. EPLE et écoles : champ 2 Dont personnels administratifs et enseignants des EPLE Dont enseignants des écoles primaires Services déconcentrés : champ 3 1 963 418 1 554 936 654 429 291 215 609 710 79. dont 40 % de la population active résidente travaille dans le pôle ou dans les communes attirées par le pôle. Nombre d'aires urbaines 1 50 153 150 354 Population 11 769 424 22 275 380 10 301 981 2 828 330 47 175 115 Part dans l'ensemble des aires urbaines (en %) 24. il a été actualisé avec le recensement de 1999. Parmi les plus petites aires urbaines. France métropolitaine.3 21. cinq comptent moins de 10 000 habitants. Insee. L’aire urbaine regroupe les pôles urbains (unité urbaines offrant au moins 5 000 emplois) et les communes périurbaines.6 76.8 4. Hors bénéficiaires d’emploi aidés.3 16. Cette méthodologie fait l’objet de réflexions. appelées « petites villes ». Tableau D 1.8 31. Les communes multipolarisées sont celles qui sont attirées par deux ou plusieurs aires urbaines à hauteur de 40 % de leur population active au total. Champ : Emplois principaux. La définition retenue pour les « villes moyennes » correspond aux aires urbaines regroupant de 30 000 à moins de 150 000 habitants. bureau des statistiques.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Tableau D 1. La notion d’unité urbaine repose sur la continuité de l’habitat : est considéré comme telle un ensemble d’une ou plusieurs communes présentant une continuité du tissu bâti (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants.9 Faits et chiffres 2008-2009 197 .0 Part dans la population métropolitaine (en %) 19. Les « grandes aires urbaines » sont celles qui comptent plus de 150 000 habitants. Hors Défense. représente à elle seule un quart de la population.8 6.6 15 31. espace urbain.0 100.1 32.1-5 : Répartition de la population des aires urbaines en 2006 Tranche de taille Paris Grandes aires urbaines Villes moyennes Petites villes Total Source : RP 2006. soit plus des trois quarts de la population.4 14. espace rural Le zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (Zauer) a été défini par l’Insee pour étudier le peuplement urbain et rural de la France. L’aire urbaine de Paris.2 36.

198 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Insee.1-8 : Population des aires urbaines en 2006 Dunkerque Lille Bethune Douat-Lens Amiens Le Havre Rouen Thionville Reims Metz Brest Lorient Rennes Le Mans Nantes Angers Tours Orléans Dijon Mulhouse Montbéliard Besançon GenèveAnnemasse Lyon SaintEtienne Valence Grenoble Avignon Nice Caen Paris Nancy Strasbourg Valenciennes SaintNazaire Poitiers Fonds cartographiques : Francièmes © Tous droits réservés Réalisation : Diact La Rochelle Limoges ClermontFerrand Bordeaux Bayonne Toulouse Pau Nîmes Montpellier Perpignan MarseilleAix-en-Pce Toulon Nombre d'habitants par aire urbaine 10 000 000 5 000 000 1 000 000 500 000 100 000 Aire urbaine Aire urbaine nommée : plus de 150 000 habitants Source : RP 2006.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Carte D 1.volume 1 .

3 5.6 4.5 36.1 58. 135 46 43 38 n.0 0.0 81.3 0.6 24.3 68.5 62.d.6 50.2 77.3 2.4 19.4 5.3 67.0 2.1 5.5 40.2 2.8 7.7 50.1 33.7 44.6 44.4 40.5 64.2 56.d.0 4.0 61.5 60.7 38.5 13. 49 50 46 39 102 Espace urbain* Part de la population (en %) 93.4 75.0 93.1 6.2 93.0 81.4 0.2 Densité (en hab/km²) 112 120 100 70 n.2 3.0 38. 1 815 493 1 079 016 736 477 3 119 778 404 052 1 393 758 362 827 322 292 636 849 1 335 938 343 309 149 682 219 484 623 463 1 628 837 517 168 222 220 549 361 340 088 3 094 534 570 861 883 001 945 851 694 821 2 519 567 314 675 421 114 232 959 580 312 325 182 645 325 1 338 850 285 653 299 704 565 841 187 652 294 118 135 718 158 400 1 150 624 516 157 257 399 235 867 141 201 219 227 209 76 45 139 39 60 51 51 47 26 44 78 52 59 33 64 46 114 83 131 140 102 64 43 72 34 95 51 95 52 55 50 69 30 34 34 34 71 99 51 44 232 Faits et chiffres 2008-2009 199 .5 74.9 55.7 42.4 68.3 65.8 80.3 57.0 8. 32 47 50 42 n.6 49.5 29.2 34.0 3.d.0 16.4 50.0 75.9 76.3 55.1 29.6 79.5 26.3 54.3 44.4 32.7 65.4 74.7 62.6 27.9 8.4 22.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Tableau D 1.5 7.2 71.3 3.0 6.1 0.0 Densité (en hab/km²) 252 271 230 175 98 224 103 121 198 135 102 97 117 170 103 124 101 106 78 199 174 221 195 198 108 85 88 62 192 89 124 101 85 107 122 68 104 92 121 113 180 77 59 232 Espace rural Part de la population (en %) 6.8 85.8 0.3 68.6 100.0 10.6 67. 52 41 77 86 85 66 73 34 34 31 16 64 23 38 32 40 23 35 15 n.4 55.0 0.3 72. n.0 1.7 75.3 37.8 65.d.6 77.1 39.3 56.6 76.7 55.8 Densité (en hab/km²) 378 413 338 186 98 253 103 128 210 146 103 97 116 208 120 142 101 120 101 230 204 255 220 242 131 100 114 71 209 101 161 121 109 119 141 85 104 92 121 136 193 87 72 308 Communes multipolarisées Part de la population (en %) 19.3 59.0 Total Densité Densité (en Population (en hab/km²) hab/km²) 79 72 91 32 31 44 28 36 28 24 24 18 31 23 25 22 19 36 24 55 47 62 57 56 31 23 37 24 37 32 47 24 32 24 25 19 16 14 18 34 39 37 26 n.7 41.0 18.3 61.4 59.9 0.6 5.5 70.9 66.6 5.d.7 31.5 73.1 63.d.9 73.8 16.0 28.0 83.9 37.9 70.0 83.6 50.4 49.4 47.8 60.8 73.5 67.8 9.0 18.7 24.5 37.9 5.5 2.1 26.d.5 5.6 32.1 18.2 74.5 1.8 22.3 55.0 0.5 65.0 5.2 39.0 18.7 0.0 6.6 59. 79 n.4 65.6 80.9 54.d.2 1.3 61.3 56.7 32.6 25.2 83.8 2.3 75. n.7 7.0 2.9 53.4 76.1 46.0 71.7 38.2 14.1-6 : Répartition et densité de la population des départements de France métropolitaine suivant les espaces (1ère partie) Aires urbaines Part de la population (en %) Alsace Bas-Rhin Haut-Rhin Aquitaine Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Auvergne Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme Bourgogne Côte-d'Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne Bretagne Côtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan Centre Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loir-et-Cher Loiret Champagne-Ardenne Ardennes Aube Marne Haute-Marne Corse Corse-du-Sud Haute-Corse Franche-Comté Doubs Jura Haute-Saône Territoire de Belfort 73.0 67.9 52.4 66.3 62.7 45.4 72.6 16.4 46.3 67.5 61.4 20.6 33.

0 76.1 7.0 0.5 47.0 23.6 68.0 97.6 47.9 100.d.1 38.2 77.9 61.d.5 100.9 5.0 66.3 67.6 69.d.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Tableau D 1.2 45.7 32.8 77.3 13. n.3 57.4 Densité (en hab/km²) 1 035 20 696 246 611 664 8 747 6 317 5 299 929 261 134 254 374 48 322 116 103 54 142 212 225 68 319 118 175 80 88 278 56 65 178 166 166 518 643 375 171 195 188 105 257 152 326 Communes multipolarisées Part de la population (en %) 0.1 49.3 32.9 16.0 0.8 4.2 3.0 100.2 75.9 50. n.d.8 9.6 60.7 50.4 100.d.8 12.d.1 22.7 13.6 24.8 57.d.0 7.6 3.1 0.d.0 0.6 2. 37 39 n.0 0.7 9.5 23.7 6.1 17.0 100.9 0.1 51.8 49.0 100.0 100.d.0 64.0 4.0 29.0 100.3 49.2 43.8 Densité (en hab/km²) 967 20 696 218 611 664 8 747 6 317 5 299 929 229 105 221 350 48 322 110 95 54 135 156 159 54 206 108 164 73 87 277 56 65 154 146 129 397 501 285 146 160 155 101 181 109 248 Espace rural Part de la population (en %) 0.0 96.0 0. 76 n.4 39.7 60.0 65. n. n.2 93.1 53.0 60.5 52. n.3 77. n.2 95.2 22.3 0.2 49.0 1.4 33.0 2.5 61.2 7.2 Total Densité Densité Population (en (en hab/km²) hab/km²) 76 n.3 0. n. n. 38 54 78 99 109 90 43 43 46 34 65 65 66 Espace urbain* Part de la population (en %) 99.0 2.volume 1 . n.3 2.0 77.4 44.6 0.d. n.7 67.5 0.1 0.8 56.0 39.2 36.1-6 : Répartition et densité de la population des départements de France métropolitaine suivant les espaces (2ème partie) Aires urbaines Part de la population (en %) Île-de-France Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Languedoc-Roussillon Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées-Orientales Limousin Corrèze Creuse Haute-Vienne Lorraine Meurthe-et-Moselle Meuse Moselle Vosges Midi-Pyrénées Ariège Aveyron Haute-Garonne Gers Lot Hautes-Pyrénées Tarn Tarn-et-Garonne Nord-Pas-de-Calais Nord Pas-de-Calais Basse-Normandie Calvados Manche Orne Haute-Normandie Eure Seine-Maritime 99.0 99.5 93.d.6 0. n. 34 66 56 27 85 49 58 43 57 34 76 n.3 6.0 0.1 1.0 1. 75 37 107 118 n.0 100.0 100.5 6.4 81.7 3.0 70. 38 28 58 53 12 25 22 22 19 25 35 34 23 42 47 26 19 19 35 25 26 25 37 39 73 94 64 46 56 56 33 57 58 55 11 532 398 1 273 488 1 395 804 1 198 273 1 536 100 1 491 970 1 298 340 1 157 052 2 534 144 341 022 683 169 1 001 041 76 800 432 112 730 920 240 363 123 401 367 156 2 335 694 725 302 193 696 1 036 721 379 975 2 776 822 146 289 273 377 1 186 330 181 375 169 531 227 736 365 335 226 849 4 018 644 2 565 257 1 453 387 1 456 793 671 351 492 563 292 879 1 811 055 567 221 1 243 834 960 215 611 664 8 747 6 317 5 299 929 93 56 117 164 15 105 43 41 22 67 219 138 31 167 65 61 30 31 188 29 32 51 63 61 324 447 218 83 121 83 48 147 94 198 2 181 371 20 696 200 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .5 66.2 95.1 18.8 39.3 76.0 0.0 0.0 52.9 10.2 6.9 46.1 3.0 0.5 33.9 92.1 91.5 46.0 0.d.d.0 100.d.0 2.6 79.0 100.6 38.3 8.0 47.0 88.0 0.0 100.5 81.d.4 20.9 60.0 74.9 82.4 31.8 5.7 5.2 91.7 3.6 58.4 Densité (en hab/km²) 46 n.0 0.8 51.1 89.1 83.d.1 7. 46 n.2 22.3 93.9 48.6 18.2 52.7 13.9 62.d.0 0.6 100.0 0.5 82.8 63.7 22.5 77.7 85.d.5 23.0 35.8 63.

3 71.6 70.8 86.3 40.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Tableau D 1.8 20.4 86.0 Densité (en hab/km²) 188 260 207 103 146 140 127 92 148 145 131 131 168 116 112 314 60 79 471 437 252 212 241 119 109 184 239 239 711 183 198 225 Part de la population (en %) 30.4 32.9 46.8 73.0 1.0 98.4 62.9 28.8 87.2 60.5 94.6 13. Faits et chiffres 2008-2009 201 .4 45.1 11.3 68.1 76.4 14.8 13.4 2.2 91. 59 44 44 78 31 n.1 5.2 0.6 4.3 64.1 6.0 86.9 64.4 70.9 60.5 2.8 78.9 93.1 Densité (en hab/km²) 68 104 62 40 41 58 70 45 99 48 53 n. nd : non déterminé.0 Densité Densité (en Population (en hab/km²) hab/km²) 55 62 58 36 45 68 55 48 63 59 37 33 50 38 26 24 16 14 10 51 48 57 38 56 28 28 51 47 73 29 42 35 3 450 329 1 234 001 766 659 299 000 553 484 597 185 1 894 355 537 061 792 975 564 319 1 724 123 347 037 598 915 359 711 418 460 4 815 232 154 501 130 752 1 073 184 1 937 405 985 099 534 291 6 021 293 566 740 306 185 468 608 1 169 491 741 269 1 669 655 403 090 696 255 61 399 541 108 181 107 58 89 89 98 73 135 91 67 58 87 60 60 153 22 24 250 381 165 150 138 98 55 72 157 155 514 67 159 113 Source : Insee.8 95.1 53.8 7.4 39.8 18.6 86.5 49.1 56.5 74.3 41.7 33.7 84.4 14.4 8.6 54.4 61.9 Densité (en hab/km²) 207 287 216 116 162 162 151 123 172 153 139 131 195 117 119 362 61 79 490 502 297 309 299 142 132 226 305 313 799 215 228 268 Part de la population (en %) 69.3 77.7 22.8 8.6 85.4 63.0 81.9 92.8 41.1 41.4 5.9 53.3 66.3 15.6 67.7 28.2 26.6 28.1 7.0 13.6 54.4 3.7 0.5 7.1 2.0 4.9 0.5 10.5 58.7 58.6 36.1-6 : Répartition et densité de la population des départements de France métropolitaine suivant les espaces (3ème partie) Aires urbaines Communes multipolarisées Part de la population (en %) 3.9 59. 38 100 78 68 76 59 64 68 99 74 83 81 76 66 Espace urbain* Espace rural Total Part de la population (en %) Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée Picardie Aisne Oise Somme Poitou-Charentes Charente Charente-Maritime Deux-Sèvres Vienne Provence-AlpesCôte d'Azur Alpes-de-HauteProvence Hautes-Alpes Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Var Vaucluse Rhône-Alpes Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute-Savoie Total 66.d.3 1.8 49.5 50.9 58.1 72.9 12.7 59.6 78.2 10.6 38.1 61. RP 2006 *L'espace urbain est composé d'aires urbaines et de communes multipolarisées.6 5.7 58.3 3.0 12.9 98.d.1 71.2 73.7 94.8 81.4 52.9 38.9 58.9 13.1 7.4 71.1 87.2 0.2 82.9 97.4 7.0 1.0 0.2 4.2 18.1 39.5 82.0 1.8 2.1 3.

Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Bibliographie ‡ © /¶HPSORL GpSDUWHPHQWDO HW VHFWRULHO .

 /H FK{PDJH GpSDUWHPHQWDO .

mars 2008. ‡ © /D UpSDUWLWLRQ VSDWLDOH GH O¶HPSORL HW GHV VDODLUHV HQ  ª &KULVWRSKH %DVVR *XLOODXPH *DXGURQ et Bernard Morel. Insee. édition 2006. ‡ © /¶HPSORL SXEOLF HQ UpJLRQ ª $QQLH %UHQRW2XOGDOL Données sociales. Insee. 2008. DGAFP. La Documention Française. Insee. ‡ © /¶HPSORL GDQV OHV WURLV IRQFWLRQV SXEOLTXHV HQ  ª $XGUH\ %DsKU $QQLH %UHQRW2XOGDOL HW $XGH Lapinte. Faits et chiffres 2007-2008. ª 3KLOLSSH Lauraire. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. janvier 2009. ‡ © (PSORL SXEOLF  OD UpSDUWLWLRQ GHV HIIHFWLIV VXU OH WHUULWRLUH ª 'HOSKLQH /pJOLVH HW 3LHUUH *UDYHURO Pages de Profils n° 36. septembre 2006. Insee Résultats n° 95 Société. juillet 2009. Insee Première n° 1100. ‡ © /D IRQFWLRQ SXEOLTXH SOXV SUpVHQWH HQ ÌOHGH)UDQFH TX¶HQ SURYLQFH ª 6WpSKDQH %RXFKHU .QVHH. 1. Jean-Philippe Martin. ‡ '\QDPLTXHV HW GpYHORSSHPHQW GXUDEOH GHV WHUULWRLUHV 5DSSRUW GH O¶2EVHUYDWRLUH GHV WHUULWRLUHV  Diact. vol.

202 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Insee. ‡ © *pRJUDSKLH GH OD IRQFWLRQ SXEOLTXH G¶eWDW  j FKDTXH PLQLVWqUH VD ORJLTXH ª 0RQLTXH 0HURQ Économie et statistique. $QQLH Brenot-Ouldali (DGAFP). Volume 222. 1998. 1989. ‡ © /¶RULJLQH JpRJUDSKLTXH GHV DJHQWV GH O¶eWDW ª 3LHUUH 0DVVDO '*$)3 Point Stat n° 98-01. janvier 2006. DGAFP.volume 1 . Point Stat n° 9-2006.

Dans soixante métiers. etc. tailles et finalités souvent divers .). plus de la moitié des agents relèvent de la catégorie A (médecins territoriaux. Une vingtaine se situe dans la moyenne très élevée de féminisation de la fonction publique territoriale (61 %) : puéricultrice. des métiers et des compétences de la FPT. CNFPT. selon la catégorie juridique de l’employeur : ce critère est peu pratique pour réaliser des regroupements simples et compréhensibles. alors que les plus de 55 ans prédominent chez les médecins cliniciens.1 : Panorama des métiers territoriaux en 2006 Mohamed Amine Jérôme Broquet CNFPT1 3 C omplémentaire des approches institutionnelle. 1 Observatoire de l’emploi. le part des non-titulaires est supérieur à 43 % (24 % pour l’ensemble des agents). psychologues. de mobilité et de formation. Enfin. cette vue d’ensemble des 231 métiers recensés pose les premiers jalons d’une gestion prévisionnelle des ressources humaines dans la fonction publique territoriale. contre 8 % pour l’ensemble des agents. Très instructive en termes de recrutement. selon le statut juridique de l’employé : cette approche permet de faire un lien direct avec les modes et les conditions de recrutement et de rémunération des agents.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Annexe 1 du dossier 1. ils sont composés de structures aux statuts juridiques. On apprend ainsi que quinze métiers concentrent près de 60 % des agents territoriaux. Le choix de l’approche professionnelle : mieux comprendre les métiers territoriaux Les statistiques sur l’emploi territorial peuvent être analysés selon des points de vue variés (celui des employés et celui des employeurs) et selon des paradigmes ou modèles rivaux (la nature juridique et l’activité). Point de vue Employeurs Nature juridique Paradigmes Activité Sectoriel(le) Professionnel(le) Institutionnel(le) Employés Statutaire Quatre approches complémentaires de l’emploi territorial peuvent ainsi être définies : ‡ ‡ approche institutionnelle. Une des principales spécificités de l’emploi territorial réside dans la variété des statuts des agents . Elle consiste à définir les emplois dans leur contenu en termes d’activités principales et de métier exercé. assistante maternelle. etc. statutaire et sectorielle. Dans une trentaine de métiers. assistante familiale. approche statutaire. la pyramide des âges est très liée aux métiers : la part des moins de trente ans est très importante chez les animateurs de loisirs. Quels que soient les regroupements retenus. Faits et chiffres 2008-2009 203 . l’approche professionnelle permet de donner à la réalité de l’emploi territorial une description intelligible par tous.

technique. organiser et exploiter l’information. des départements. qu’elle provienne des enquêtes ou de sources administratives. Aussi. le nombre d’échelons dans chaque grade. médico-sociale. établi par décret en Conseil d’État. Encadré 1 : 59 cadres d’emplois dans la fonction publique territoriale La loi du 26 janvier 1984. mais ils sont utilisés pour collecter. statutaires et sectorielles de l’emploi territorial. Chaque approche se réfère à des nomenclatures et répertoires associés pour mesurer et caractériser l’emploi territorial. Elle consiste à définir les emplois dans leur contenu en termes d’activités principales exercées en passant par la notion de métier. services rendus.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public ‡ ‡ approche sectorielle. Ils ne permettent pas uniquement de construire des produits statistiques tels que des tableaux. désignées. et de croiser les approches entre elles. usage d’une technique particulière. C : ‡ A : fonctions de direction et de conception . par les lettres A. Ce statut précise aussi les fonctions que peuvent exercer les fonctionnaires du cadre d’emplois. ‡ B : fonctions d’application/de maîtrise . des régions et de leurs établissements publics. Par commodité. Un secteur regroupe tous les services et directions dont les activités correspondent à des prestations (biens et services) ayant des caractéristiques communes : ressources utilisées. portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale. Les nomenclatures et répertoires. ces 59 cadres d’emplois sont regroupés en 8 « filières » : administrative. l’analyse des qualifications n’est pas toujours possible car les diplômes et le niveau d’études sont souvent moins bien renseignés. laquelle ne coïncide pas toujours avec celle de cadre d’emplois. S’il existe de nombreuses études et données sur les dimensions institutionnelles. l’approche professionnelle est plus rare et moins développée faute d’un langage commun sur les métiers territoriaux. les règles d’avancement d’échelon et de promotion au grade supérieur. établissent des instruments d’organisation des données. La notion de filière est cependant dépourvue de contenu juridique. « Un cadre d’emplois regroupe les fonctionnaires soumis au même statut particulier. selon le secteur d’affectation : cette notion renvoie à la structure organisationnelle de la collectivité. en ordre décroissant. ‡ C : fonctions d’exécution. Les 59 cadres d’emplois sont répartis en 3 catégories hiérarchiques. B. il n’est pas possible de disposer pour la totalité des agents territoriaux d’une vision de leurs caractéristiques professionnelles. . Il est donc commun aux fonctionnaires des communes. publics desservis. titulaires d’un grade leur donnant vocation à occuper un ensemble d’emplois. dispose que chaque cadre d’emplois est régi par un statut particulier. culturelle. Le cadre d’emplois peut regrouper plusieurs grades ». 204 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Il présente un caractère national. Ces quatre approches sont complétées par une analyse démographique. Chaque titulaire d’un grade à vocation à occuper certains des emplois correspondant à ce grade. police municipale et sportive. sapeurs-pompiers. À ce stade. Ce travail de classement a pour objet de donner de la réalité de l’emploi territorial une description intelligible par tous et qui tienne compte des contraintes de la production statistique. cet article présentera-t-il une extrapolation réalisée à partir de huit enquêtes sur les métiers territoriaux réalisées dans les régions. selon le métier exercé. Le statut particulier définit pour chaque cadre d’emplois la hiérarchie des grades. La principale originalité des enquêtes statistiques régionales sur les métiers territoriaux consiste à aborder les métiers selon chacune des approches de base. etc. approche professionnelle. qui constituent le langage commun.volume 1 . En revanche. de croiser les éléments de chaque approche entre eux. gérer. animation.

disponible depuis avril 2005 et mis à jour début 2009. Il faut souligner que le classement des emplois déclarés par métier est réalisé en référence à l’activité principale de l’agent. le système d’élaboration et de validation de cette actualisation s’est déroulé à plusieurs niveaux : au niveau sectoriel. 12 % des agents territoriaux exercent le métier d’agent d’entretien polyvalent. par la direction de la prospective. des affaires générales (14 % des agents). par les instances paritaires de l’établissement. il a été possible d’affecter un métier à 75 % des agents territoriaux et jusqu’à 91 % d’entre eux selon la région et ainsi de dresser un état statistique au 31 décembre 2006 de 228 métiers sur les 231 que compte le nouveau répertoire. Faits et chiffres 2008-2009 205 . Ces observations.Dossiers Approches locales de l'emploi public Panorama des métiers territoriaux Partant du travail de refonte et d’actualisation du Répertoire des métiers territoriaux entamé par le CNFPT en 2003. combinées à un contexte de fortes évolutions institutionnelles. d’identifier et de quantifier précisément et en continu les métiers dans les collectivités et les établissements publics territoriaux. 82 % d’entre eux travaillent dans les communes : c’est le métier le plus exercé par les agents territoriaux. composée de représentants des élus et des partenaires sociaux. La part des agents travaillant dans les départements s’élève à 12 %. en complément de la gestion statutaire de la carrière des agents territoriaux. Ils sont 61 % à exercer ce métier dans les communes et 19 % dans les départements. ont permis. au niveau de la méthode. les familles professionnelles les plus représentées sont les métiers de l’éducation et de l’animation (17 % des agents). ainsi que de l’entretien et des services généraux (12 % des agents). les programmes annuels d’observation et de prospective sur l’emploi et les métiers. par une approche de terrain. 1 Encadré 2 : Le répertoire des métiers Depuis la publication en 2005 du Répertoire des métiers territoriaux. validés par les instances paritaires de l’établissement et par le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale. 15 métiers concentrent près de 60 % des agents territoriaux Au niveau global. les CCAS ou les caisses des écoles. Ensuite viennent les métiers d’animateur de loisirs (6 %). les 15 métiers principaux regroupent 58 % de l’ensemble des effectifs territoriaux et 50 métiers concentrent 80 % de l’ensemble des agents. notamment les transferts de compétences et de personnels entre l’État et les collectivités et entre les communes et les établissements publics de coopération intercommunale. ont été un révélateur des ajustements nécessaires afin que les familles professionnelles et les métiers répertoriés correspondent aux réalités de l’emploi dans les collectivités. Ces trois familles professionnelles regroupent 44 % des effectifs territoriaux examinés dans cette étude. Vient ensuite le métier d’agent de gestion administrative : il occupe 11 % des agents territoriaux. alors que les collectivités renouvellent profondément leurs pratiques de gestion des ressources humaines. En volume. au niveau institutionnel. Les métiers varient fortement selon les missions des collectivités Près de trois agents territoriaux sur quatre travaillent dans une collectivité communale : 44 % dans une commune de plus 10 000 habitants. Enfin 10 % des agents exercent une activité dans un organisme intercommunal et près de 1 % dans les régions. En premier lieu. La démarche d’actualisation du répertoire a été pilotée par la commission métiers instituée au sein du conseil national d’orientation du CNFPT. d’agent d’accompagnement de l’enfance (5 %) et d’assistant d’accueil petite enfance (4 %). Métiers et compétences deviennent des problématiques centrales. 24 % dans une commune de moins de 10 000 habitants et 6 % dans un CCAS ou une caisse des écoles. Ce sont majoritairement des femmes (89 %) et des agents titulaires (88 %). en mobilisant les pôles de compétences et les professionnels des collectivités. Les agents exercent ces métiers à 91 % dans les communes. À l’instar de la première version du répertoire.

on trouve principalement les métiers d’agent de collecte.3% 6. d’agent d’accompagnement de l’enfance. Dans les organismes communaux. on trouve également parmi les métiers les plus représentés ceux d’animateur de loisirs. c’est le métier d’agent d’entretien polyvalent qui arrive en tête (14 % des agents communaux). les départements et les organismes intercommunaux est celui d’agent de gestion administrative. dans les organismes intercommunaux.4% Source : Observatoire de la FPT. aide à domicile. d’agent en maintenance de véhicules et les métiers du secteur incendie et secours sont presque exclusivement masculins : la part des hommes parmi les agents exerçant ces métiers est supérieure à 98 %. Parmi les métiers particulièrement féminisés (81 métiers sur 228 ont un taux de féminisation supérieur à la moyenne globale). d’agent de collecte. Enfin. de conducteur de véhicules poids lourds.6% 97. d’enseignant artistique. de puéricultrice et d’assistant d’accueil petite enfance. En effet. animatrice de relais assistante maternelle.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Le premier métier exercé dans l’ensemble constitué par les régions. Si. dans les organismes communaux.2% 49. dans tous les organismes. Une vingtaine de métiers affichent le taux de féminisation moyen de la FPT 61 % des agents territoriaux sont des femmes. d’archiviste. mais aussi d’agent polyvalent de restauration. En revanche. on retient plus précisément ceux dont le taux de féminisation est supérieur à 97 % : puéricultrice.2% 89. on trouve principalement dans les départements les métiers de travailleur social.6% 71. 206 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Ces agents représentent respectivement 27 %. à savoir les métiers de responsable de centre de loisirs. Cette large féminisation dans la territoriale est une constante observée depuis la création du statut de la fonction publique territoriale. les métiers de conducteur d’engins. on retrouve ces deux métiers parmi les métiers les plus exercés. A l’inverse.1-1-1 : Taux de féminisation dans les principaux métiers (en %) Assistant d'accueil petite enfance Agent d'accompagnement de l'enfance Agent polyvalent de restauration Agent de gestion administrative Agent d'entretien polyvalent Animateur de loisirs Ensemble des agents Enseignant artistique Ouvrier polyvalent de maintenance des bâtiments Jardinier des espaces horticoles et naturels 11. CNFPT.3% 61. 19 métiers sur les 228 métiers se situent à plus ou moins 5 points de la moyenne en terme de féminisation. d’agent de développement local ou de médiateur culturel. d’autres métiers sont exercés en lien avec le type de l’organisme et les compétences institutionnelles qui lui sont attribuées. de jardinier des espaces horticoles et d’enseignant artistique.6% 74.0% 90. assistante d’accueil petite enfance. 18 % et 11 % des agents.volume 1 . Le taux de féminisation est très variable selon les métiers : certains sont presque exclusivement féminins et d’autres presque exclusivement masculins. d’ouvrier polyvalent de maintenance de bâtiments. agent d’accompagnement de l’enfance. assistante familiale et responsable de l’aide sociale à l’enfance. d’assistante familiale. Graphique AD 1. d’agent d’exploitation de la voie publique et d’agent de nettoiement.5% 97.

2% 23.2% 3. d’agent de déchetterie (11 %). tout comme 93 % des policiers municipaux et 92 % des secrétaires de mairie.2% 16. Elle l’est notamment dans les métiers d’assistante familiale (99.5% 76.7% Source : Observatoire de la FPT. plus de 96 % des agents exerçant les métiers du secteur incendie et secours sont titulaires. d’animateur de relais assistantes maternelles (88 %). la part de non-titulaires est supérieure à 43 % Des disparités importantes apparaissent selon le statut.8% 3. d’animateur de loisirs (64 %) et d’enseignant artistique (50 %). Les agents travaillant comme médecin clinicien et psychologue figurent quasiment tous sur le cadre d’emplois qui se rapporte à leur fonction (médecin territorial et psychologue).9% 1.9% 7. comparativement aux 3 % d’emplois aidés constatés parmi l’ensemble des agents territoriaux.5% 70. infirmier (92 %) et travailleur social (80 %). 16 métiers comptent plus de 88 % des agents relevant de la catégorie A. on dénombre 9 métiers avec une proportion d’emplois aidés supérieure à 8 %.0% 9. Faits et chiffres 2008-2009 207 . Enfin. Ils représentent un peu plus de trois agents sur quatre parmi les animateurs-éducateurs sportifs et deux sur trois parmi les enseignants artistiques.2% 69. de jardinier des espaces horticoles et naturels (10 %) et d’agent d’accueil social (8 %).3% 72. les directeurs généraux de collectivités ou d’établissements publics relèvent pour moitié des attachés territoriaux.9% 2.6% 9.5% 58. pour 8 % des ingénieurs et pour 15 % d’entre eux au titre d’emploi fonctionnel.7% 4. CNFPT. une trentaine de métiers enregistrent une proportion de non-titulaires supérieure à 43 %. où la totalité des agents exerçant ces métiers sont de catégorie A. la proportion de non-titulaires est supérieure à celle observée pour l’ensemble des agents territoriaux (24 %). 60 métiers relèvent de la catégorie A pour plus de la moitié des effectifs Pour la catégorie A (soit 8 % de l’ensemble des agents). Les agents de catégorie B (soit 14 % de l’ensemble des agents territoriaux) concentrent plus de 50 % des effectifs dans une vingtaine de métiers : éducateur de jeunes enfants (avec 97 % des agents en catégorie B).4% 79.0% 2.7% 1.6% 35.9% 28. pour 73 métiers.9% 87.9% 4.4% 64.7% 6.2% 88.1-1-2 : Statut des principaux métiers (en %) Jardinier des espaces horticoles et naturels Agent polyvalent de restauration Ouvrier polyvalent de maintenance des bâtiments Assistant d'accueil petite enfance Agent d'accompagnement de l'enfance Animateur de loisirs Agent de gestion administrative Agent d'entretien polyvalent Ensemble des agents Titulaires 32.Dossiers Approches locales de l'emploi public Dans une trentaine de métiers. 1 Graphique AD 1. Parmi eux. on compte 60 métiers dont 50 % des agents appartiennent à la catégorie A. Les emplois aidés occupent une place importante notamment dans les métiers d’agent de médiation et de prévention (34 %). et ceux de directeur général de collectivités ou d’établissement public sont dévolus quasiexclusivement aux agents de catégories A (88 %). En revanche.6 % de nontitulaires). Au total.8% Non-titulaires Emplois aidés 25. On dénombre 164 métiers avec une part d’agents titulaires supérieure à la moyenne nationale (73 %). Les métiers de médecin clinicien et de psychologue.

d’animateur de relais assistantes maternelles (28 %). d’assistante familiale (24 %) et de directeur général de collectivité ou d’établissement public (24 %). parmi les 15 métiers les plus nombreux. À noter que les agents exerçant ce métier sont également très présents parmi les agents de catégorie A (31 % des enseignants artistiques sont de catégorie A). 95 % des agents d’accompagnement de l’enfance sont des agents de catégorie C. La quasi-totalité des agents d’entretien polyvalent sont adjoints techniques (93 %). Des pyramides des âges très liés aux métiers En 2006.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Les éducateurs de jeunes enfants et les infirmiers sont des métiers éponymes du cadre d’emplois qui les compose quasi-exclusivement. tout comme 89 % des agents de gestion administrative et 85 % des animateurs de loisirs. tandis que les animateurs-éducateurs sportifs relèvent principalement de celui d’éducateur des activités physiques et sportives (APS). Ces métiers ont un âge moyen supérieur à la moyenne de l’ensemble des agents (43 ans et 11 mois) : respectivement 46 ans et 10 mois pour les directeurs généraux. 48 ans et 1 mois pour les assistantes familiales. avec respectivement. de gardien d’immeuble (26 %). parmi les 107 métiers affichant une part de plus de 55 ans supérieure à la moyenne de l’ensemble des agents (16 %). globalement. Sur les 228 métiers. on trouve les métiers de médecin clinicien (37 %). assistant d’accueil petite enfance. la part des agents territoriaux de moins de 30 ans atteint 9 %. soit pour ces métiers des départs à la retraite conséquents d’ici une dizaine années.volume 1 . 47 % des agents de catégorie C relèvent du cadre d’emplois d’adjoint technique et 21 % de celui d’adjoint administratif. Concernant les métiers relativement « jeunes ». Un quart des effectifs est âgé de plus de 55 ans. on compte 25 métiers « âgés ». 10 sont composés de plus de 98 % d’agents de catégorie C : agent d’entretien polyvalent. Parmi les 5 autres métiers les plus exercés. 208 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . 48 ans et 10 mois pour les animateurs de relais assistantes maternelles et 50 ans et 5 mois pour les médecins cliniciens. on trouve les métiers d’équipier et de chef d’équipe sapeur-pompier. celle des agents âgés de 30 à 49 ans s’établit à 60 % et celle des plus de 50 ans à 31 %. Les travailleurs sociaux relèvent en majorité du cadre d’emplois d’animateur socio-éducatif (85 %). et la quasitotalité des agents de gestion administrative sont adjoints administratifs (95 %). c’est-à-dire les métiers où la part des moins de 30 ans est élevée. 18 métiers avec une proportion d’agents de moins de 30 ans supérieure à 20 %. ouvrier polyvalent de maintenance. Enfin. 49 % et 35 % d’agents de moins de 30 ans. À l’inverse. La part des moins de 30 ans est très importante parmi les animateurs de loisirs : 31 % des effectifs correspondants ont moins de 30 ans. 47 ans et 6 mois pour les gardiens d’immeuble. Au total. Les enseignants artistiques de catégorie B sont à parts égales composés d’agents des cadres d’emplois d’assistant d’enseignement artistique et d’assistant spécialisé d’enseignement artistique.

sectoriel.2% 19. C’est au carrefour de tous ces aspects de l’emploi territorial (institutionnel.7% 1 Source : Observatoire de la FPT. des emplois et des compétences et permet aux collectivités et aux établissements publics territoriaux de situer leur approche métier dans ce panorama. Faits et chiffres 2008-2009 209 . de mobilité et de formation des agents territoriaux dans les prochaines années. professionnel) que se situent les principaux enjeux de recrutement. statutaire.9% 12.Dossiers Approches locales de l'emploi public Graphique AD 1.7% 20.3% 18.9% 15.2% 15.8% 10.1-1-3 : Part des plus de 55 ans dans les principaux métiers (en %) Ouvrier polyvalent de maintenance des bâtiments Agent d'accompagnement de l'enfance Agent d'entretien polyvalent Agent polyvalent de restauration Ensemble des agents Assistant d'accueil petite enfance Agent de gestion administrative Jardinier des espaces horticoles et naturels Enseignant artistique Animateur de loisirs 5.2% 14. CNFPT.7% 19. Cette vue d’ensemble statistique des métiers territoriaux pose ainsi les premiers jalons de la gestion prévisionnelle des effectifs.

7 1.5 2. Statut Métiers Ensemble Agent d'entretien polyvalent Animateur loisirs Assistant d'éducation Assistant administratif Agent de gestion administrative Assistant d'accueil petite enfance Enseignant artistique Agent d'entretien des espaces de nature Agent d'exploitation de la voie publique Ouvrier polyvalent de maintenance des bâtiments Chargé d'accueil Agent de restaurant Travailleur social Secrétaire de mairie Agent de nettoiement Agent de collecte Aide à domicile Puéricultrice Agent de bibliothèque Aide-soignant Policier municipal Agent d'accueil social Agent d'exploitation des équipements sportifs Animateur .0 Titulaires 73 66 16 77 85 83 66 64 83 88 91 78 56 83 90 81 73 69 81 82 65 93 66 83 56 100 87 75 Non Emplois titulaires aidés 25 30 82 21 15 15 32 37 9 11 6 18 43 17 9 17 27 30 19 14 35 8 29 15 44 0 12 23 2 3 2 2 1 2 3 0 8 1 3 3 2 0 1 2 1 1 0 4 0 0 5 2 0 0 1 2 A 9 0 0 0 2 1 1 22 0 0 0 0 0 1 30 0 0 0 35 1 0 0 1 0 1 0 7 13 Catégorie* B 15 0 7 2 18 4 1 69 0 0 1 2 1 92 17 0 0 0 2 22 0 1 7 6 70 0 37 15 C 66 96 35 93 78 93 90 1 98 96 97 96 94 7 45 99 98 93 63 74 98 95 93 94 11 100 52 63 Âge** Plus Plus de 50 ans de 55 ans 29 35 13 35 27 26 28 20 21 24 32 29 36 16 32 29 21 36 26 30 20 16 27 30 19 18 30 31 14 17 6 18 13 13 14 9 9 11 15 15 19 6 15 12 7 18 11 15 9 7 12 14 9 5 13 15 61 75 77 96 88 88 97 49 8 3 11 83 94 77 91 22 1 95 90 85 91 27 89 22 35 2 87 48 Taux de féminisation Source : Observatoire de la FPT. ** Hors emplois aidés et agents titulaires non permanents.1-1-1 : Caractéristiques statutaires et sociodémographiques des principaux métiers territoriaux en Rhône-Alpes au 31 décembre 2006 Ces 26 métiers représentent près des deux tiers des agents territoriaux rhônalpins.1 1.5 3.9 9.4 1.4 5.0 4. Enquêtes régionales sur les métiers en Rhône-Alpes au 31/12/2006.6 5.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Encadré 3 : Zoom sur deux régions : Rhône-Alpes et Pays de la Loire Tableaux AD 1. CNFPT.4 1.2 1.0 1.0 1.1 1.2 1.4 2. * Hors emplois aidés. 210 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .0 2.9 1.1 2.3 1.7 3.volume 1 .0 1.1 1.7 2.éducateur sportif Chef d'agrès Assistant de direction Métiers non répertoriés Effectifs 152 039 17 300 8 440 7 639 7 145 5 339 4 496 4 101 3 746 3 699 3 225 3 182 2 880 2 643 2 135 2 058 2 004 1 767 1 749 1 669 1 664 1 653 1 559 1 531 1 493 1 477 1 440 13 626 En % 100 11.1 1.0 0.

1 4.9 2.7 5.4 2. Faits et chiffres 2008-2009 211 .1-1-2 : Caractéristiques statutaires et sociodémographiques des principaux métiers territoriaux dans les Pays de la Loire au 31 décembre 2006 Près des deux tiers des agents territoriaux ligériens sont concentrés dans ces 23 métiers. Statut Métiers Ensemble Agent polyvalent d'entretien Agent de gestion administrative Assistant administratif Assistant d'éducation Agent d'entretien des espaces de nature Animateur loisirs Agent de restaurant Assistant d'accueil petite enfance Ouvrier polyvalent de maintenance des bâtiments Assistante familiale Agent d'exploitation de la voie publique Aide à domicile Enseignant artistique Travailleur social Chargé d'accueil Aide-soignant Agent d'exploitation des équipements sportifs Animateur . CNFPT.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Tableaux AD 1.1 2.2 1. Enquêtes régionales sur les métiers dans les Pays de la Loire au 31/12/2006.6 Titulaires 80 80 89 92 88 88 53 83 62 95 1 94 65 50 90 83 69 89 71 92 88 93 91 86 73 Non Emplois titulaires aidés 19 17 11 8 11 7 43 15 37 4 99 5 35 51 10 16 31 11 28 8 9 7 5 12 25 1 3 1 1 1 5 4 1 2 1 0 2 0 0 0 1 1 1 1 1 3 0 5 3 2 A 8 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 24 4 0 0 0 2 0 0 45 0 0 10 Catégorie* B 15 0 1 17 5 0 13 0 1 0 0 1 0 73 90 2 0 1 86 0 21 9 1 5 9 C 76 98 98 81 94 98 85 99 93 99 100 97 99 3 6 97 99 99 12 100 78 44 99 95 70 Âge** Plus de 50 ans 29 37 24 26 29 23 12 36 29 35 57 29 33 16 26 29 15 31 17 23 26 29 30 25 29 Plus de 55 ans 13 17 10 11 15 11 7 17 14 17 31 10 16 7 10 16 5 15 6 7 13 11 13 10 13 62 78 91 95 99 5 81 96 99 11 96 2 96 48 90 79 95 22 29 1 85 85 15 90 57 Taux de féminisation Source : Observatoire de la FPT.3 2.0 5.6 2.3 4. ** Hors emplois aidés et agents titulaires non permanents.3 1.9 2.0 3.0 4.3 2.0 1.3 2.0 1.7 2.2 1.1 1.0 1.7 1.éducateur sportif Agent de collecte Agent de bibliothèque Secrétaire de mairie Agent de nettoiement Agent d'accueil social Métiers non répertoriés Effectifs 80765 8 049 4 586 4 247 3 323 3 192 2 685 2 381 2 305 2 178 2 126 1 969 1 894 1 855 1 704 1 591 1 354 1 030 960 934 862 845 795 794 3 734 En % 100 10. * Hors emplois aidés.

rubrique études régionales.observatoire. Rhône-Alpes (2006). a été réalisée en fonction des variables suivantes : effectifs de l’enquête Colter (Insee) en 2006.fr 212 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .fr Encadré 5 : Méthode La répartition statistique des métiers territoriaux présentée dans cet article est le résultat d’une extrapolation réalisée à partir des enquêtes régionales en Île-de-France (2004). . la répartition des métiers des départements manquants a été estimée en fonction de celle des départements issus des enquêtes régionales réalisées jusqu’ici et appartenant à la même classe. et le taux d’urbanisation.cnfpt. 1. .) . le taux de catégorie A.contribuer au dialogue social.contribuer à élaborer leur politique de gestion des ressources humaines et de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences .mieux connaître l’emploi territorial . notamment l’alinéa 3 bis précise que le CNFPT doit assurer entre autres : « la gestion de l’observatoire de l’emploi.cnfpt.fr. vis-à-vis des collectivités et en regard des partenaires institutionnels. Ensuite.) . L’observation permet aux collectivités territoriales de : . à : anticiper les besoins de formation et de compétences dans les collectivités . fixent quatre finalités au programme d’observation du CNFPT : en interne. Guadeloupe (2006) et Corse (2003). 4. Réunion (2005). L’observation permet au Conseil supérieur de la FPT de nourrir le dialogue social au plan national et de proposer des adoptions de textes législatifs et réglementaires. Le programme annuel d’observation explore trois directions d’études : . 3. qui s’appuie sur une typologie des départements en quatre classes. des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale du Centre national de la fonction publique territoriale La loi n° 2007-209 du 19 février 2007 modifie profondément l’article 12-1 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 sur les missions du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). contribuer à la construction d’une offre nationale et régionale de formations et de services . soit 34 % de l’emploi public territorial. etc. synthèses des bilans sociaux. Les orientations stratégiques. Centre (2003).les pratiques de formation et de gestion des ressources humaines (enquête sur les plans de formation des collectivités. la part des titulaires et des emplois aidés. notamment le Conseil supérieur de la FPT. le taux d’administration en 2006. . approuvées par le conseil national d’orientation et votées par le conseil d’administration du 20 juin 2007.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Encadré 4 : Rôle et missions de l’Observatoire de l’emploi. Pour en savoir plus : www. Bibliographie ‡ /HV UpVXOWDWV GHV HQTXrWHV UpJLRQDOHV VXU OHV PpWLHUV VRQW FRQVXOWDEOHV VXU OH VLWH GH O¶2EVHUYDWRLUH GH la fonction publique territoriale www.volume 1 . bilan de la mise en œuvre du droit individuel à la formation (DIF). ‡ Répertoire des métiers territoriaux – Version 2 consultable sur le site du CNFPT www.). études régionales sur les métiers territoriaux. L’observation vise. etc. définir la stratégie d’action des délégations régionales .la veille sur l’évolution nationale et régionale de l’emploi et des métiers territoriaux (veille sur le répertoire des métiers.cnfpt. etc. Pays de la Loire (2006).situer et se comparer par rapport aux autres collectivités . enquête de conjoncture. L’observation permet enfin aux partenaires extérieurs d’identifier la fonction publique territoriale dans les problématiques d’emploi et de formation de leur territoire. .observatoire. être en veille sur les situations en émergence ou atypiques . pour le CNFPT. Guyane (2005). cibler des actions de promotion de l’emploi 2.les dynamiques sectorielles (évolution des modes de gestion des services techniques des collectivités. des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale ». . L’extrapolation.

Les agents ont suivi 2. Tandis que le nombre d’agents titulaires baisse (-1.3 %). Les collectivités d’Île-deFrance apparaissent moins concernées par les transferts de compétences de la fonction publique de l’État vers la fonction publique territoriale : les arrivées correspondantes sont proportionnellement moins importantes que sur le reste du territoire (4.9 %). 3 Centre départémental de gestion de la Seine-et-Marne. Service GPEEC. Service Emploi. celui des non titulaires progresse nettement (+7. le Centre départemental de gestion de la Seine-et-Marne et les Centres interdépartementaux de gestion de la Petite Couronne et de la Grande Couronne de la région Île-de-France ont décidé. Enfin.6 % au niveau national). avec une surreprésentation de deux filières (technique et sécurité). Faits et chiffres 2008-2009 213 . le nombre d’accidents du travail s’établit à 9 pour 100 agents potentiellement concernés. 2 Centre interdépartemental de gestion de la Petite Couronne.1 : Bilans sociaux 2007 : une première photographie de l’emploi public territorial en Île-de-France (hors Paris) Laurence Feuillat CIG Grande Couronne1 Thomas Sauvant CIG Petite Couronne2 Éric Volumenie CDG Seine-et-Marne3 S elon les premiers résultats établis à partir des bilans sociaux 2007. Le congé de maladie ordinaire demeure le premier motif d’absence. Si les non titulaires représentent 30 % des effectifs au 31 décembre 2007. notamment en Petite Couronne. En effet. Le taux d’emploi des travailleurs handicapés s’établit à 4 %. d’agréger l’ensemble des informations collectées dans le cadre du REC 2007 (état au 31 décembre 2007) afin de renforcer la lisibilité de l’emploi public territorial à l’échelle régionale.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Annexe 2 du dossier 1. Les femmes sont fortement représentées parmi les personnels des collectivités d’Île-de-France (hors Paris) et l’âge moyen s’établit à 43 ans (44 ans pour les titulaires et 38 ans pour les nontitulaires).1 % des entrées. pour les collectivités territoriales et leurs établissements publics. L’étude présentée ici constitue la première synthèse des rapports sur l’état des collectivités (REC) ou bilans sociaux 2007. Quatre indicateurs viennent compléter cette première photographie de l’emploi public territorial en 2007 en Île-de-France (hors Paris). les effectifs des collectivités d’Île-de-France (hors Paris) restent quasiment stables au cours de l’année 2007 : autant d’arrivées que de départs en Petite Couronne et légère baisse des effectifs en Grande Couronne. sur la région Île-de-France (hors Paris). Service Analyse et prospective sociales. pour la première fois. La catégorie C concentre trois quarts des agents publics territoriaux en Île-de-France (hors Paris).8 jours de formation en moyenne (2 jours pour les catégories C). 1 Centre interdépartemental de gestion de la Grande Couronne (CIG). contre 22. Cela est à rapprocher d’un taux de départ à la retraite plus faible qu’au niveau national. ils concentrent plus de la moitié des recrutements de l’année et intègrent dans leurs rangs deux fois plus de catégorie A que les titulaires.

Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Cette première synthèse a pour ambition de dresser les principales tendances de l’emploi public territorial en Île-de-France (hors Paris) en 2007. avant le 30 juin de chaque année paire. alors que les collectivités de la Grande Couronne (département de la Seine-et-Marne compris) enregistrent une baisse de 1 % des effectifs. Tableau AD 1.volume 1 . les autorités territoriales présentent au comité technique paritaire. les effectifs des collectivités d’Île-de-France (hors Paris) restent quasiment stables (-0. Tandis que les effectifs d’agents titulaires reculent de 1. tous les deux ans. Outre une analyse socio-démographique et statutaire des agents. formation. le nombre de non-titulaires progresse très sensiblement (+7.3% soit : -0.3 %). le rapport sur l’état de la collectivité (REC). accidents du travail. permet d’obtenir. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). Il est néanmoins à noter que les évolutions de personnels sont variables sur le territoire francilien.9% soit : 0. Cette obligation légale. conditions de travail du personnel. types de formation.9% soit : +7.1% soit : -1. tout en tenant compte des spécificités locales.1-2-1 : Variation des effectifs occupant un emploi permanent au cours de l’année 2007 en Île-de-France (hors Paris) Île-de-France (hors Paris) Titulaires Non-titulaires Total -2 652 agents +2 089 agents -563 agents Petite Couronne (92. 94) Titulaires Non-titulaires Total -1 650 agents +1 645 agents -5 agents Grande Couronne (78.7% soit : +8.9 % au niveau global. temps de travail des agents. les effectifs des collectivités de la Petite Couronne enregistrent en 2007 autant d’arrivées que de départs.0 % soit : -1. 93.3 %). 214 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .2% soit : +4.3% Source : REC 2007. Au cours de l’année 2007. Ce rapport vise à la fois à améliorer la gestion des ressources humaines et à instaurer le dialogue social au sein des collectivités territoriales et des établissements publics qui leur sont rattachés. En effet. 77) Titulaires Non-titulaires Total -1 002 agents +444 agents -558 agents soit : -2. congés maladie. 91. 95. etc. une photographie détaillée de la situation de l’emploi public territorial par la collecte d’indicateurs statistiques très variés : caractéristiques statutaires des effectifs. tout particulièrement en Petite Couronne. communément appelée « bilan social ». elle aborde plusieurs thèmes relatifs à la gestion des ressources humaines : personnels handicapés. Encadré 1 : Les Rapports sur l’état des collectivités (REC) ou « bilans sociaux » Conformément à l’article 33 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires à la fonction publique territoriale et du décret n° 97-443 du 25 avril 1997.0% soit : -1.

Enfin.1-2-1 : Arrivées de titulaires et stagiaires et de non titulaires (hors remplaçants) par type de recrutement en 2007 (en %) Arrivée de non titulaire Recrutement direct (échelle 2) Mutation Concours (externe.7% 55. en 2005.7 % des recrutements de l’année.0% 11. le départ à la retraite arrive largement en tête en 2007 parmi les motifs de départs des titulaires (40.0% 0. avec une baisse en 2007 : les premiers résultats de la synthèse des bilans sociaux 2007 font état de 34 % de non-titulaires parmi les arrivées de l’année.2 %) et le départ à la retraite (31. 3ème voie) Transfert de compétence Autres arrivées (promotion interne "nette". le détachement ou la mutation (33. réintégrations) D'autres structures (FPH.1 %) parmi l’ensemble des arrivées constatées.4% 4. 92 % des départs de non titulaires. Au final.8 %. Pour les non-titulaires.6% 1. il apparaît que les collectivités d’Île-deFrance (hors Paris) ont nettement plus recours aux recrutements d’agents non titulaires que celles localisées sur le reste du territoire.6 % des arrivées de l’année) qu’au niveau régional (4.5 %). Faits et chiffres 2008-2009 215 . 1 Graphique AD 1.1 %) sont les causes de départ les plus fréquentes. Ensuite viennent les mutations. fonction publique d'un pays de l'UE. Il s’avère que ces transferts ont un impact beaucoup plus important au niveau national (22. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). cette évolution nationale est à resituer dans le contexte des transferts de compétence en relation avec la décentralisation. loin devant le détachement ou la mutation (26. contre 9.4% 16. interne. Au niveau national. À noter qu’au niveau national. selon les premiers résultats des bilans sociaux 2007. soit 4. avec 11. Néanmoins.5 % au niveau national. il faut noter que près d’un quart des agents franciliens non parisiens part en 2007 en congé parental ou en disponibilité au cours de l’année. le poids des recrutements (directs et par concours) s’établit à 20. Rapporté à l’ensemble des arrivées de l’année 2007. Concernant les agents titulaires. autres) D'autres collectivités territoriales (FPT) De la fonction publique de l'État (FPE) Intégration directe (résorption de l'emploi précaire) 4.7% 1. ces deux motifs réunis représentent en 2007. en y ajoutant ceux issus de la fonction publique européenne. fonction militaire.1% 3. les non-titulaires représentaient 42 % des recrutements de l’année.2 %). Au niveau national. Cette proportion est voisine de celle observée au niveau national (premiers résultats 2007).2 % des arrivées de l’année concernent des agents en mobilité entre les trois versants de la fonction publique.6% 1. les collectivités franciliennes ont recruté plus d’une fois sur deux un agent non titulaire. À noter enfin que 4. les fins de contrat (64 %) et les démissions (25 %) sont les principaux motifs de départ.4 %.5 % au niveau national. contre 18.Dossiers Approches locales de l'emploi public 55 % des agents recrutés en 2007 sont des agents non titulaires En 2007.4% Source : REC 2007.

prise en charge.1-2-2 : Motifs de départ des agents titulaires en 2007 (Île-de-France hors Paris) (en %) Détachement dans une autre structure.6% Transfert de compétence 1. tant chez les hommes (32 %) que chez les femmes (33 %). le temps partiel leur est quasiment réservé 63 % des agents territoriaux franciliens (non parisiens) sont des femmes.2% Congé formation 0. révocation. Près de 30 % des agents ont 50 ans et plus Les pyramides des âges des agents territoriaux en Île-de-France présentent les mêmes caractéristiques. etc. qu’ils soient employés en Petite Couronne ou en Grande Couronne (département de la Seine-et-Marne compris). mutation.) 4.2% 31. À titre de comparaison.4% Source : REC 2007. le poids des agents âgés de 40 à 49 ans est le plus important. En outre. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris).Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Graphique AD 1.3% Démissions. Les collectivités d’Île-de-France enregistreraient ainsi un taux de féminisation des emplois légèrement supérieur à la moyenne nationale. À l’image de la situation nationale connue en 2005. Le taux de féminisation est quasiidentique pour les titulaires (63 % de femmes) et les non-titulaires (62 %). 93 % des agents sur emplois permanents occupent des postes à temps plein et 7 % d’entre eux travaillent à temps partiel.1% Congé parental. disponibilité 23.volume 1 . l’analyse nationale des bilans sociaux 2005 (seule information disponible à ce jour sur ce thème) révélait un taux de féminisation global de 59 %. Or les femmes sont très largement surreprésentées parmi les agents occupant un emploi permanent à temps partiel : neuf agents sur dix travaillant à temps partiel sont des femmes. fin de détachement Congé de fin d'activité (CFA) 33.5% Mise à disposition d'une autre structure 1. 216 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . licenciements 4. Les femmes sont fortement présentes parmi les agents publics des collectivités d’Île-de-France (hors Paris) .7% Autres départs définitifs (décès.

7% Total 12. Avec une moyenne d’âge de près de 38 mois.5% Non titulaire 34. avec un âge moyen de 36 ans et 4 mois (contre 43 ans et 7 mois chez les titulaires). Ils sont un tiers à être âgés de moins de 30 ans contre à peine 10 % pour les agents titulaires.0% 49.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Graphique AD 1.0% 27. près de 30 % des agents territoriaux de la région Île-de-France (hors Paris) ont 50 ans et plus.3% 18. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris).2% 17.8% 58.1-2-3 : Pyramide des âges des agents territoriaux franciliens (hors Paris) au 31 décembre 2007 Effectifs Hommes Femmes 60 ans et plus 55-59 ans 50-54 ans 45-49 ans 40-44 ans 35-39 ans 30-34 ans 25-29 ans Grande Couronne Petite Couronne 5000 4000 3000 2000 1000 0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 9000 moins de 25 ans 10000 Source : REC 2007. l’âge moyen des agents en Petite Couronne (43 ans et 3 mois) est légèrement plus élevé qu’en Seine-et-Marne (42 ans et 8 mois) et dans le reste de la Grande Couronne parisienne (42 ans et 6 mois).9% 38 ans Total 13. C’est en Seine-et-Marne que les non-titulaires sont les plus jeunes. les agents non titulaires sont plus jeunes que les titulaires.2% 27. En particulier.2% 60.3% 60.9% Grande Couronne Titulaire 10.9% 16. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris).1% 30.3% Total 13. Par ailleurs. Faits et chiffres 2008-2009 217 .5% 12.5% 58.9% 49.3% 28. L’âge moyen des agents territoriaux s’établit ainsi à près de 43 ans sur l’ensemble du territoire francilien (hors Paris).7% Île-de-France Titulaire 9.1-2-2 : Âges des agents territoriaux en Île-de-France (hors Paris) au 31 décembre 2007 Petite Couronne Titulaire Agent de moins de 30 ans Agent de 30 ans à 49 ans Agent de 50 ans et plus Âge moyen 9.3% 43 ans 59.0% Non titulaire 39.0% 30.2% 48.2% 60.0% Seine-et-Marne Titulaire 10.3% 29. Tableau AD 1.0% 60.4% Non titulaire 32.2% 28.8% 29. Ce constat suscite bien évidemment des préoccupations en matière de renouvellement des effectifs au sein des collectivités territoriales et de leurs établissements publics.2% 48.0% 58.9% 44 ans et 2 mois Non titulaire 32.4% 38 ans 43 ans 43 ans 37 ans et 2 mois et 3 mois et 6 mois et 7 mois 42 ans 43 ans 36 ans 42 ans 44 ans et 6 mois et 7 mois et 4 mois et 8 mois Source : REC 2007.9% Total 15.

En 2005.9 % et 67. En revanche. La part des non-titulaires est variable selon les filières. dans la filière animation (40 %) et la filière culturelle (30 %). les non-titulaires étant particulièrement présents dans les filières sportive. quelques variations sont visibles d’un département à l’autre : avec un taux de 63 %. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). Titulaire Non titulaire 218 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . à l’échelle nationale. que dans les autres filières. Graphique AD 1. culturelle et animation Au 31 décembre 2007.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Près de sept agents territoriaux d’Île-de-France (hors Paris) sur dix sont titulaires. les agents non titulaires représentaient 35 % dans la filière animation.5 %).volume 1 . Cette proportion est sensiblement la même pour la Petite Couronne et la Grande Couronne (respectivement 66. 27 % dans la filière culturelle et 20 % dans la filière sportive. Graphique AD 1. la proportion respective des titulaires et des non-titulaires parmi l’effectif global du territoire francilien (hors Paris) reste conforme à la moyenne nationale observée lors du dernier bilan social 2005 (seule donnée disponible).1-2-5 : Part des titulaires et des non-titulaires par filière en Île-de-France (hors Paris) au 31 décembre 2007 (en %) Administrative Technique Médico-sociale Animation Culturelle Police municipale Sportive Incendie et secours Hors filière Source : REC 2007. Le poids des non-titulaires est plus important dans la filière sportive (41 %).1-2-4 : Répartition des agents territoriaux en Île-de-France par statut au 31 décembre 2007 (en %) 19% Titulaires Non-titulaires 14% 67% Autres agents (n'occupant pas un emploi permanent) Source : REC 2007. c’est dans le département des Hauts-de-Seine que la part de titulaires est la plus faible. tandis que le département de la Seine-et-Marne enregistre le taux le plus élevé de titulaires (75 %). bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). soit 70 % d’agents titulaires et stagiaires : 67 % des agents occupant un emploi permanent sont titulaires.

et la filière administrative (24 % des effectifs). Vient ensuite la filière médico-sociale (15.2% 41.6% Source : REC 2007.4% 1. Cette répartition des effectifs par catégorie hiérarchique est quasiment identique à celle observée lors de l’agrégation nationale des bilans sociaux 2005. Cette répartition par catégorie hiérarchique varie sensiblement en fonction du statut. les trois quarts des agents relèvent de la catégorie C dans les collectivités d’Île-de-France (hors Paris). À noter que la filière incendie et secours ne compte aucun agent parmi les collectivités de la Petite Couronne. et les agents de catégorie A.4 %). avec une part inférieure à 9 %.4% 24.Dossiers Approches locales de l'emploi public 1 Comme au niveau national (données 2005. les personnels concernés relevant du statut des sapeurs-pompiers de Paris. avec près de 42 % du personnel. les deux principales filières recensant la majorité des effectifs territoriaux en Île-de-France sont la filière technique. Graphique AD 1.3% 8. Faits et chiffres 2008-2009 219 . Les agents de catégorie A sont davantage présents chez les nontitulaires et dans les collectivités de la Petite Couronne À l’image du niveau national. on compte davantage d’agents de catégorie A parmi les non-titulaires (15 %) que parmi les titulaires (8 %). Le poids des autres filières reste relativement faible. En effet. seules disponibles à ce stade). bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). derniers chiffres disponibles. Les agents de catégorie B représentent environ 15 % des effectifs.0% 1.3% 15. 9 %.2% 0.1-2-6 : Répartition des agents territoriaux par filière en Île-de-France (hors Paris) au 31 décembre 2007 (en %) Technique Administrative Médico-Sociale Animation Culturelle Incendie et secours Sportive Police municipale Hors filière 2.6% 5.

6 % en Petite Couronne. qui ont des besoins supérieurs en terme d’encadrement par rapport aux structures plus petites.3% Non-titulaire Catégorie C 14. Tableau AD 1.5% 56.40 100.1-2-3 : Répartition des agents territoriaux (Île-de-France hors Paris) par catégorie hiérarchique au 31 décembre 2007 (en %) Petite Couronne Catégorie A Catégorie B Catégorie C Emploi de catégorie indéterminée Total 10. se situent ainsi principalement en Petite Couronne et aux marges internes des départements de la Grande Couronne parisienne.4% 8.60 15.20 1.4% 7. 220 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . 91. 95) et de 5. 91 et 95) 6.90 82.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Graphique AD 1.30 14.80 10.90 13.00 Île-de-France (hors Paris) 9.90 0.00 Grande Couronne (78.1-2-7 : Poids des catégories hiérarchiques par statut au 31 décembre 2007 (en %) 1. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris).1% Titulaire Catégorie A Catégorie B 15.00 Seine-et-Marne 5.8% 78.8 % dans celles de la Seine-et-Marne.00 Source : REC 2007. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). Ces écarts peuvent s’expliquer en partie par l’hétérogénéité des collectivités de la région Île-de-France.9% 74. La part des agents de catégorie A est plus élevée dans les collectivités de la Petite Couronne que dans celles de la Grande Couronne.7% 20% 13. Elle est de 6.40 100.60 74.60 100. Cette part s’élève à 10.20 73.3% Ensemble Emploi de catégorie indéterminée Source : REC 2007.volume 1 .00 100.9 % dans les collectivités de la Grande Couronne (78. Les collectivités les plus importantes.70 1.50 77. La taille des collectivités diminue à mesure que l’on s’éloigne de la capitale.00 2.6% 9.

2% 28. Plus de la moitié (58 %) des formations s’inscrit dans le cadre de la formation continue (en cours de carrière) et un quart concerne la formation prévue par les statuts particuliers (formation initiale et formations continues obligatoires).8% Source : REC 2007.9% 35.1-2-8 : Nombre de travailleurs handicapés par type en région Île-deFrance (hors Paris) au 31 décembre 2007 (en %) Handicapés CDAPH (ex-Cotorep) Fonctionnaires inaptes ou reclassés Titulaires d'une allocation temporaire d'invalidé Accidentés du travail.5 jours de formation pour les agents de catégorie A . soit un taux de 4 % parmi les effectifs franciliens4. soit une demi-journée supplémentaire de formation par agent. la dépense moyenne par jour de formation reste stable depuis 2005. Parmi les agents occupant un emploi permanent. Faits et chiffres 2008-2009 221 . 5.2 jours pour les agents de catégorie B . bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). Les agents de catégorie C ont moins souvent accès à la formation Au cours de l’année 2007. 1 Graphique AD 1. le nombre de jours de formation par agent augmente avec la taille de la collectivité.9% 15. le nombre moyen de jours de formation est de 2. 27 % des agents formés relèvent de la catégorie B et 19 % de la catégorie A. 29 % sont des fonctionnaires inaptes ou reclassés. Elle s’élève en 2007 à 111 euros pour les collectivités de la région Île-de-France (hors Paris).8 jours par agent occupant un emploi permanent. près de 36 % sont reconnus par la CDAPH (ex-Cotorep) . victimes de maladie professionnelle Autres (permanents ou non) Anciens militaires titulaires d'une pension d'invalidité 0. Les agents de catégorie C ont bien moins fréquemment accès à la formation que les autres catégories. C’est ainsi qu’il est en moyenne plus élevé chez les agents employés dans des collectivités de la Petite Couronne que dans celles de la Grande Couronne. Le profil des travailleurs handicapés en 2007 est similaire à celui observé au cours des recensements antérieurs : 90 % d’entre eux appartiennent à la catégorie C .Dossiers Approches locales de l'emploi public Le taux d’emploi des travailleurs handicapés s’établit à 4 % en Îlede-France (hors Paris) Au sens de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005. Enfin.9% 16. 54 % des agents formés appartiennent à la catégorie C. 2 jours pour les agents de catégorie C. alors que cette catégorie représente 75 % de l’ensemble des effectifs. 4 Le taux légal d’emploi de travailleurs handicapés en vigueur pour les collectivités de plus de 20 agents est de 6 %. Cette moyenne varie sensiblement selon les catégories hiérarchiques : 5. Par ailleurs. on recense 6 817 travailleurs handicapés dans les collectivités et établissements publics de la région Île-de-France (hors Paris).3% 2.

7% 1.2-10).Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Graphique AD 1. Le congé de maladie ordinaire demeure le principal motif d’absence Comme cela avait été observé lors des précédents bilans sociaux.8% Source : REC 2007. avec 44 % de la totalité des jours d’absence.8% 11. y compris congé de longue maladie (voir graphique AD 1.1% Frais de déplacement Source : REC 2007. le nombre moyen de jours d’absence s’établit à 24 jours par an : cela s’entend tous agents et toutes raisons confondus.9% 7.7% 18.0% Part titulaire Part non-titulaire 59.0% 42.1-2-10 : Motifs de jours d’absence parmi les titulaires et les non-titulaires en 2007 (en %) Maladie ordinaire Longue maladie Accidents du travail (service et trajet) Maternité. Il varie néanmoins en fonction du statut de l’agent : il est de 27 jours par an pour les titulaires et de 13 jours par an pour les non-titulaires.2% 10. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). on comptait en moyenne 21 jours d’absence par an pour les titulaires et 9 jours pour les non-titulaires.9% 31. Graphique AD 1.4% 3.volume 1 . Sur l’ensemble du territoire (hors Paris). bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris). Viennent ensuite les congés de longue maladie (29 %).8% CNFPT au titre de la cotisation obligatoire CNFPT au-delà de la cotisation obligatoire Autres organismes 4. 222 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .1% 2. Note de lecture : 59 % des absences d’agents non titulaires correspondent à des congés de maladie ordinaire.8% 58. À titre de comparaison avec les données nationales de 2005.5% 10. le congé de maladie ordinaire constitue en 2007 le principal motif d’absence des agents.1-2-9 : Répartition des dépenses de formation par type en 2007 (en %) 2.3% 34. paternité et adoption Maladie professionnelle Autres 0.

équipements et protection individuelle. Le nombre d’accidents du travail s’établit en moyenne à 9 pour 100 agents dans les collectivités de la région Île-de-France hors Paris. 1 Graphique AD 1.5% 41.6% 0. Faits et chiffres 2008-2009 223 . 90 % de ces dépenses sont des frais liés à l’amélioration des conditions d’hygiène et de prévention (investissements.2% 1. L’exploitation des REC 2007 met en évidence la prédominance des accidents du travail au sein de la filière technique (59.7% 24.4 %). 85 % des accidents du travail recensés ici sont des accidents imputables au service.6% 15. la filière police municipale. ainsi que la filière incendie et secours. Ce taux est légèrement supérieur à la moyenne nationale recensée lors du bilan social 2005 (près de 7 pour 100 agents).1-2-11 : Part des accidents du travail par filière en 2007 (Île-de-France hors Paris) (en %) Technique Administrative Médico-sociale Animation Culturelle Incendie et secours Sportive Police municipale Hors filière 8.6% 59. s’élèvent à 102 euros par agent occupant un emploi permanent au cours de l’année 2007.6 % des effectifs totaux.8% 1. En revanche. les dépenses en matière d’hygiène et de sécurité.3% 1. sont surreprésentées en terme d’accidents du travail. au regard de leur poids en effectifs. qui restent stables depuis 2005.) et 10 % concernent les formations des agents chargés de la mise en œuvre des règles d’hygiène et de sécurité (ACMO).1% 5. Par ailleurs.4% 1.0% 2. des habilitations ou des membres du comité d’hygiène et sécurité. Il ne s’agit donc pas ici d’un recensement exhaustif des accidents du travail. etc. De même.4% 12.0% 1. bases de données des centres de gestion d’Île-de-France (hors Paris).2% 10. les agents des filières administrative et culturelle sont les moins exposés à ce type de risque.Dossiers Approches locales de l'emploi public 59 % des accidents du travail concernent le personnel de la filière technique En 2007.0% 4.4% Part des effectifs par filière Part des accidents de travail par filière Source : REC 2007. sachant que cette étude couvre près de 70 % des agents territoriaux d’Îlede-France hors Paris (voir encadré 2). 16 266 accidents du travail (service et trajet) ont été comptabilisés dans les collectivités de la région Île-de-France hors Paris.3% 8.9% 0. Cela est d’autant plus remarquable que cette filière ne représente que 41.

‡ Bilan social 2007. Insee). 23 % de ces rapports sont issus des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Bibliographie ‡ © /HV IOX[ GH SHUVRQQHOV WHUULWRULDX[ HQ  ª *XLOODXPH /HIRUHVWLHU HW -pU{PH %URTXHW Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. ‡ © /HV PRXYHPHQWV GH SHUVRQQHOV GDQV OD IRQFWLRQ SXEOLTXH WHUULWRULDOH HQ  ª *XLOODXPH /HIRUHVWLHU Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. vol. DGAFP. Faits et chiffres 2008-2009. Au total. Les diagnostics de l’emploi territorial. l’Essonne (91) et le Val d’Oise (95) . 2008.Dossiers 1 Approches locales de l'emploi public Encadré 2 : Champ et méthode Le périmètre d’intervention des trois centres de gestion franciliens impliqués dans l’étude est le suivant : ‡ OH Centre interdépartemental de gestion de la Petite Couronne : il couvre la Seine-Saint-Denis (93). 5ème Synthèse nationale des rapports au Comité technique paritaire sur l’état des collectivités territoriales au 31/12/2005. DGAFP. environ 3 % relèvent des offices publics de l’habitat (OPH) et un peu moins de 1 % concernent les organismes départementaux. Centre interdépartemental de gestion de la Petite Couronne. À l’image de la collecte de 2005. 2009. vol. données sur les collectivités de la Petite Couronne. De ce fait. et sous réserve d’une analyse plus approfondie des caractéristiques des collectivités locales répondantes. 224 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . sous l’égide du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale. Ces chiffres indiquent une bon taux de couverture de la population globale car près de 70 % des agents territoriaux rémunérés au 31 décembre 2007 en Île-de-France (hors Paris) (source enquête Colter 2006. les trois centres de gestion franciliens ont recensé 1 432 rapports sur l’état des collectivités (REC) dans leurs bases de données. le redressement statistique n’apparaît pas nécessaire pour cette première synthèse. ‡ le Centre interdépartemental de gestion de la Grande Couronne : il couvre les Yvelines (78). plus de deux tiers des REC 2007 collectés proviennent des communes et des établissements communaux. 1. le Val-deMarne (94) et les Hauts-de-Seine (92) . janvier 2009.volume 1 . ‡ Bilans sociaux. juillet 2008. Leur agrégation porte sur 205 661 agents territoriaux (tous statuts confondus) occupant un emploi permanent au 31 décembre 2007. ‡ OH Centre départemental de gestion de la Seine-et-Marne : il couvre la Seine-et-Marne (77). Faits et chiffres 2007-2008. exploitation statistique réalisée par le Centre national de la fonction publique territoriale et la Direction générale des collectivités locales. 1.

Dossiers Conditions de travail 2 Conditions de travail Les conditions de travail des personnels du secteur hospitalier public et de la fonction publique de l’État en 2006 2.1 Faits et chiffres 2008-2009 225 .

.

Les astreintes. liées principalement à l’obligation de continuité de service et d’accueil du public. des études et de l’évaluation. qui déclarent plus souvent être d’astreinte. les salariés recourent plus souvent à leur hiérarchie en cas de difficultés avec le public. Le contrôle du travail est présent dans la fonction publique de l’État comme à l’hôpital : le tiers des personnels est contrôlé quotidiennement. des enquêtes similaires sur l’évolution des conditions de travail et leur perception par les agents ont été réalisées à la fois pour l’hôpital public et pour la fonction publique de l’État. ceux-ci sont compensés par des jours de repos ou un complément monétaire pour 80 % des salariés autres que les cadres . plus de la moitié des salariés déclare qu’il leur arrive de ne pouvoir respecter à la fois la qualité et les délais imposés. trois salariés sur dix effectuent fréquemment des dépassements d’horaires . Enfin. bureau des professions de santé. notamment chez les cadres (60 %). les agents de police –. 1 Drees. Cependant. Elles s’imposent à toutes les catégories de personnels soignants et médicaux : les horaires sont souvent déterminés par l’employeur. ou les ouvriers affectés à l’entretien des bâtiments et aux travaux publics. Ces contraintes se retrouvent au sein de la fonction publique de l’État (ici hors enseignants. le cumul de contraintes conduit certains salariés à un ressenti négatif de leurs conditions de travail et 10 % d’entre eux ont tous les jours l’impression de ne pas pouvoir faire face à la charge de travail . le travail le week-end et la nuit y sont également fréquents. Les contraintes de rythme et d’horaire concernent donc plus fréquemment le personnel du secteur hospitalier public et les salariés y sont deux fois plus nombreux que dans la fonction publique de l’État à ressentir des pointes d’activité quotidiennes. magistrats et militaires) pour certaines professions spécifiques comme celles en contact avec le public – par exemple. A l’hôpital public comme dans l’État. où les procédures sont plus formalisées.1 Les conditions de travail des personnels du secteur hospitalier public et de la fonction publique de l’État en 2006 Marie Cordier Drees1 Alain Larmat DGAFP2 P our la première fois. 2 DGAFP. Leur niveau d’autonomie vis-à-vis des procédures est comparable : ils appliquent strictement des consignes dans 60 % des cas. dans le monde de l’hôpital. permettant d’en faire une restitution commune. les contraintes horaires pèsent davantage sur les moins de 30 ans que sur les plus âgés. plusieurs éléments de constat sont partagés à l’hôpital public et dans la fonction publique de l’État : la moitié des agents ayant des contraintes de rythmes a le sentiment que celles-ci se sont accélérées depuis 2003 . la fixation d’objectifs précis est plus courante dans la fonction publique de l’État (50 % des salariés) que dans le secteur hospitalier public (40 %). bureau des statistiques. Cependant. Chiffres-clés Le fonctionnement hospitalier impose des contraintes particulières. Faits et chiffres 2008-2009 227 .Dossiers Conditions de travail 2 2.

issus notamment du ministère de l’Éducation (inspecteurs et chefs d’établissements). les salariés sont 35 % à ne pouvoir interrompre momentanément leur travail à leur initiative (15 % dans la fonction publique de l’État). Leur travail peut également dépendre directement de celui de leurs collègues (voir tableau D 2. à l’hôpital comme dans la fonction publique de l’État. infirmières et aidessoignantes _ cumulent trois à quatre contraintes différentes. exigeant des réponses immédiates. Entre 2003 et 2006. Dans le secteur hospitalier public. la moitié des salariés a ressenti une accentuation de ces contraintes de rythme de travail. même si certains agents de l’État font partie de l’échantillon des enquêtes sur les conditions de travail menées par la Dares (Direction de l’animation. contre un quart de ceux de l’État Dans la fonction publique de l’État comme dans le secteur hospitalier public. Cela concerne surtout le personnel médical et soignant (55 % des aides-soignantes et 45 % des infirmières). magistrats et militaires) et du secteur hospitalier permettent l’observation des conditions de travail dans le secteur non marchand et abordent les thématiques d’organisation. les salariés dépendent aussi du travail de certains de leurs collègues. menée en 2003 par la Drees (Direction de la recherche. 10 % des cadres et professions intermédiaires ne peuvent interrompre leur activité. 228 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Dans la fonction publique de l’État. Par ailleurs. près du tiers des salariés _ notamment les médecins. et pour 45 % d’entre eux. 20 % des salariés déclarent des délais de production ou des délais à respecter en une heure au plus. 50 % des salariés de la fonction publique de l’État (ici hors enseignants. des demandes exigeant des réponses immédiates. de la recherche. sur un échantillon plus réduit dans le secteur de la santé. à l’hôpital comme pour l’État. les agents de service des établissements d’enseignement et les surveillants de l’administration pénitentiaire sont plus particulièrement concernés. des études. ainsi que les enquêtes sur les conditions de travail menées par la Dares. Dans le secteur de la santé. et que les conditions de travail des salariés du secteur non marchand peuvent être observées. C’est donc la première fois que des enquêtes similaires sur ces thématiques sont réalisées à la fois pour l’hôpital et la fonction publique de l’État. de rythmes et d’horaires de travail. de l’évaluation et des statistiques). Ceux qui subissent ce cumul de contraintes sont le plus souvent des cadres (35 %). plus de la moitié des salariés sont contraints par des demandes extérieures (par exemple des patients) exigeant également des réponses immédiates. En effet. plusieurs enquêtes abordent la thématique des conditions de travail : l’enquête COTAES (condition et organisation du travail des actifs en établissements de santé). l’observation des conditions de travail par un dispositif d’enquêtes auprès des salariés est récente.Dossiers 2 Conditions de travail Les enquêtes sur les changements organisationnels et l’informatisation « COI » (voir encadré 1) auprès des salariés titulaires comme non titulaires de la fonction publique de l’État (ici hors enseignants. magistrats et militaires) et 60 % de ceux de l’hôpital déclarent que leur travail est contraint par des demandes internes (collègues ou autres services). À l’hôpital. Dans la fonction publique de l’État. à l’hôpital. Parmi ces derniers. les salariés doivent fréquemment jongler avec des contraintes de délais très courts. pour 15 % dans la fonction publique de l’État. des études et des statistiques). leur identification restant difficile.1-1). de même que 15 % des ouvriers et des employés. Dans le secteur hospitalier notamment. Au sein de la fonction publique de l’État. De plus.volume 1 . un tiers des salariés déclarent cumuler au moins trois contraintes de rythme. réalisées environ tous les 5 ans. un quart des salariés est concerné par le même niveau de contraintes. Toutes choses égales par ailleurs (voir encadré 2). cette dépendance immédiate contraint leur rythme de travail. de formation et d’informatisation. Toujours dans ce secteur. que ce soit de la part de collègues ou d’usagers (comme les patients à l’hôpital). elles ne peuvent être exploitées sur ce seul échantillon. les salariés ayant entre 5 et 10 ans d'ancienneté dans l'établissement ou l'administration ont davantage ressenti cette accentuation des contraintes de rythme de travail.

Dans le secteur hospitalier public. ainsi que parmi les salariés ayant un contact avec le public. Toutes choses égales par ailleurs. fortement liées aux contraintes de rythme. Par ailleurs. Les aides-soignantes sont aussi 35 % à déclarer des pointes d’activités quotidiennes. Faits et chiffres 2008-2009 229 . 35 % des professionnels du secteur hospitalier public se déclarent confrontés à des pointes d’activités et 15 % des agents de la fonction publique de l’État 70 % des salariés de la santé et 40 % de ceux de la fonction publique de l’État peuvent avoir à faire face à des pointes d’activités. et dans le secteur hospitalier public. pour le personnel soignant (infirmières. 15 % des salariés déclarent des pointes d’activité quotidiennes et 25 % au moins une fois par semaine (voir tableau D 2. aides-soignantes). 30 %. Dans la fonction publique de l’État. Toutes choses égales par ailleurs. Elles se sont répandues notamment pour les cadres de la fonction publique de l’État.1-1).Dossiers Conditions de travail 2 Quotidiennement. ce sont les infirmières qui y sont le plus souvent confrontées de manière quotidienne. près de 45 % d’entre elles étant concernées. parmi les quadragénaires. Ce sont les employés et ouvriers qui les déclarent le plus souvent. quotidiennes ou hebdomadaires. et le personnel médical et les agents de service. c’est à l’hôpital que ces pointes d’activité sont jugées plus fréquentes que trois ans auparavant. en particulier ceux de l’administration fiscale. la moitié des salariés rencontrant des pointes dans leur activité ont le sentiment qu’elles sont plus fréquentes depuis 2003. ces pointes d’activité sont en effet beaucoup plus souvent ressenties par les salariés du secteur hospitalier public (voir encadré 2). à l’hôpital comme dans la fonction publique de l’État.

pour les salariés ayant à faire face à des pointes d'activité. Mais c’est à l’hôpital que les personnels sont beaucoup plus nombreux à être en permanence en contact avec le public : 75 % contre 50 % dans la fonction publique d’État.1-2). etc.volume 1 . Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense.Dossiers 2 Conditions de travail Tableau D 2.1-1 : Répartition des salariés suivant les contraintes de rythmes de travail selon le secteur d’activité et la catégorie socioprofessionnelle en 2006 (en %) Ensemble FPE Le rythme de travail est imposé … … par des demandes internes … par des demandes extérieures … par des délais de production de maximum une heure … par des délais de production de maximum une journée … par le rythme des machines … par d'autres collègues Depuis 2003.) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux). Les salariés de la fonction publique de l’État comme du secteur hospitalier sont plus de 80 % à être en contact avec le public (voir tableau D 2. 17 % des salariés de la fonction publique de l’État (FPE) et 34 % du secteur hospitalier public (SHP) déclarent faire face à des pointes d’activité quotidiennes. le personnel médical et le personnel soignant sont le plus fréquemment en contact avec les patients et leurs familles. DGAFP. ce sont 230 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . A l’hôpital. CEE. Dares. ces dernières … … se sont allégées … se sont accentuées … sont restées stables Le salarié peut interrompre son travail quand il le souhaite 5 47 49 86 5 54 41 63 6 53 41 92 4 45 51 73 5 50 45 88 6 58 37 60 4 45 51 83 3 54 43 61 3 31 66 83 11 61 28 76 17 23 25 22 13 34 34 17 7 9 13 28 30 23 7 26 43 16 11 4 16 16 28 27 12 40 32 15 7 6 19 24 23 19 15 34 32 18 4 12 15 31 18 23 13 11 35 20 12 21 5 50 45 4 55 42 4 59 38 6 54 40 4 57 38 3 56 41 6 45 50 4 54 43 3 40 56 6 52 42 54 54 14 21 3 29 61 53 22 23 7 44 65 57 17 22 1 32 57 56 16 13 2 41 54 59 11 19 2 24 66 57 22 22 9 46 50 53 14 21 4 28 58 52 23 25 6 43 51 37 16 22 12 45 59 17 34 52 18 33 SHP Cadres FPE SHP Professions intermédiaires FPE SHP Employés FPE SHP Ouvriers FPE SHP Sources : enquêtes Changements organisationnels et informatisation (COI) 2006. Drees. enseignants. Des horaires atypiques dans le secteur de la santé Les horaires de travail sont très liés aux contraintes d’accueil du public (ou de patients à l’hôpital) et à l’obligation de continuité de service. Lecture : en 2006. Au sein de l’État (ici hors enseignants). pour les salariés déclarant des contraintes de rythme de travail … … elles se sont allégées … elles se sont accentuées … elles sont restées stables Fait face à des pointes d'activités … … tous les jours … au moins une fois par semaine … au moins une fois par mois … au moins une fois par an … jamais ou presque Depuis 2003.

les horaires sont fixés. en particulier le niveau de qualification. afin de pouvoir se mettre rapidement à disposition de l’établissement. dans le secteur de la santé. Parmi eux. ce sont les ouvriers et employés qui sont plus souvent concernés au moins occasionnellement par le travail nocturne (respectivement 30 % et 20 %). magistrats et militaires). Toutes choses égales par ailleurs. suivies du personnel médical (30 %) et des aides-soignantes (25 %) (voir tableau D 2. les agents de la police font partie des professions les plus souvent en relation avec le public. les établissements publics assurent avec les établissements privés du service public hospitalier la garantie de l’égal accès aux soins qu’ils dispensent. Durant ces astreintes. fixes mais au choix dans la fonction publique de l’État Dans le secteur hospitalier public. Enfin. les autres déclarant avoir le choix entre plusieurs plages fixes. 60 % des salariés travaillent le dimanche occasionnellement ou fréquemment contre 25 % des agents de l’État. En particulier. Dans la fonction publique de l’État. À l’hôpital. 30 % des salariés sont occasionnellement ou fréquemment d’astreinte (voir tableau D 2.1-2). Cela concerne entre 75 % et 90 % de ces salariés. Les ouvriers des travaux publics. un tiers des salariés déclare travailler le samedi dont un peu plus de 10 % fréquemment. près de 60 % des ouvriers affectés à l’entretien des bâtiments et aux travaux publics (DDE) réalisent fréquemment des astreintes. Dans la fonction publique de l’État (ici hors enseignants. deux fois plus que dans la fonction publique de l’État. les personnels soignants (aides-soignantes et infirmières) et agents de service ont le plus fréquemment des horaires fixés par l’établissement. dans la fonction publique de l’État. Ils doivent être en mesure d’accueillir les patients de jour comme de nuit. pour 70 % des ouvriers de ce secteur. Des plages d’horaires fixes dans le secteur hospitalier public. Ce sont les infirmières qui déclarent le plus cumuler l’ensemble de ces trois contraintes (35 %) . En revanche. Faits et chiffres 2008-2009 231 . Seuls les cadres (personnel médical et cadres de direction) ont un plus large choix dans leurs horaires : 40 % ont la possibilité de déterminer leurs horaires. le personnel médical et soignant déclare de nombreuses contraintes liées au travail fréquent le samedi. sont 70 % à travailler la nuit.Dossiers Conditions de travail 2 essentiellement les professions intermédiaires et les employés qui ont un contact permanent avec le public. Dans le secteur hospitalier public. Par conséquent. ayant notamment en charge l’entretien des routes. sans possibilité d’aménagement. 70 % des salariés sont amenés à travailler le samedi et plus de 50 % de manière fréquente. à l’hôpital. les jeunes de moins de 30 ans sont beaucoup plus concernés par le travail le samedi et le dimanche. Ainsi. les salariés peuvent choisir entre plusieurs horaires fixés par l’établissement (45 % des agents). Par ailleurs. la probabilité de travailler le samedi ou le dimanche est six fois plus élevée à l’hôpital et celle de travailler la nuit y est trois fois plus élevée que dans la fonction publique de l’État (ici hors enseignants. les salariés ont l’obligation de rester à proximité de leur domicile. notamment le personnel médical et les infirmières (40 %). En particulier. notamment les professions intermédiaires (60 %). Les salariés de l’État susceptibles de travailler le dimanche appartiennent aux mêmes corps que ceux amenés à travailler le samedi. ce sont les ouvriers qui sont les plus concernés : un tiers d’entre eux. les salariés ont en grande majorité des horaires déterminés par l’établissement. 35 % ont leurs horaires déterminés par l’établissement. éventuellement en urgence. A contrario. le dimanche ou la nuit et sont souvent amenés à les cumuler. Les astreintes concernent surtout le personnel médical et les ouvriers de la fonction publique de l’État Dans chacun des secteurs. magistrats et militaires). ils sont également plus nombreux à l’hôpital à fréquemment travailler la nuit (25 % contre 10 %). Enfin. Les astreintes fréquentes concernent 20 % des salariés du secteur hospitalier. les astreintes concernent 70 % du personnel médical fréquemment et 25 % occasionnellement.1-2). 25 % ont le choix entre plusieurs horaires proposés. Les agents de la police et de l’administration pénitentiaire font partie des métiers de l’État les plus sollicités par le travail du samedi (plus de 80 % d’entre eux). Dans la fonction publique de l’État.

35 % des professions intermédiaires déclarent effectuer fréquemment des dépassements d’horaires. les inspecteurs et officiers de Police sont largement concernés par ces fréquents dépassements. 55 % des médecins et 45 % des infirmières déclarent faire plus que l’horaire hebdomadaire habituel. Cependant. En particulier. les inspecteurs et chefs d’établissement de l’enseignement secondaire déclarent travailler en moyenne 49 heures par semaine. cette durée pouvant être réduite pour prendre en compte certaines spécificités comme le travail de nuit. A l’inverse. le travail au-delà de la durée habituelle est fréquent pour trois agents sur dix. plus nombreux à travailler au-delà de la durée habituelle. Ils sont cependant plus nombreux à le faire fréquemment dans la fonction publique de l’État avec respectivement 30 % des employés et 15 % des ouvriers. magistrats et militaires) travaillant à temps complet déclarent travailler habituellement 42 heures en moyenne par semaine. les aides-soignantes 34 heures et les agents de service. ouvriers et employés des deux secteurs en bénéficient pour respectivement 80 % et plus de 90 % d’entre eux. Au sein de cette catégorie. Respectivement 70 % et 65 % des employés et ouvriers de l’État font des dépassements d’horaires. Toutes choses égales par ailleurs. bénéficient moins souvent de contreparties. ce sont les cadres qui ont la plus grande marge de manœuvre dans le choix de leurs horaires. contre respectivement 15 % et 10 % à l’hôpital. de même que 20 % des aides-soignantes. 232 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . les employés et ouvriers sont nombreux à dépasser leurs horaires. fréquemment ou occasionnellement. la durée hebdomadaire de travail du personnel non médical est fixée à 35 heures. les salariés de l’hôpital ont une probabilité quatre fois plus élevée que ceux de la fonction publique de l’État d’avoir des horaires déterminés par l’employeur sans possibilité de modification. Enfin. la moitié des médecins à temps complet déclarent qu’ils travaillent habituellement plus de 50 heures par semaine. 80 % des contrôleurs de l’administration fiscale perçoivent des compensations. Par ailleurs. Des dépassements d’horaires souvent compensés en salaire ou en repos À l’hôpital comme dans la fonction publique de l’État. Les autres catégories sociales travaillant à temps complet déclarent effectuer en moyenne 38 heures par semaine. 60 % déclarant ne récupérer ni jours de repos. Dans le secteur hospitalier public. Dans la fonction publique de l’État. Dans la fonction publique de l’État. tandis qu’ils sont 65 % et 55 % dans le secteur hospitalier public. les cadres (ici hors enseignants. Dans chacun des secteurs. qu’ils soient à temps complet ou à temps partiel. Les infirmières à temps complet déclarent dans l’enquête effectuer 37 heures en moyenne. 80 % des infirmières du secteur hospitalier public et 65 % des agents de la fonction publique de l’État compensent les heures effectuées au-delà de leur durée habituelle de travail. les trois quarts des agents travaillant au-delà de la durée habituelle déclarent récupérer des jours de repos ou percevoir un supplément de rémunération. Pour les professions intermédiaires. L’enquête ne permet cependant pas de distinguer ces deux formes de compensation. Pour chacun des secteurs.Dossiers 2 Conditions de travail De même que dans le secteur hospitalier public. Les cadres. En particulier. trois agents sur dix déclarent effectuer fréquemment des dépassements d’horaires Dans le secteur hospitalier public.volume 1 . ni supplément salarial. le dimanche ou en horaires décalés. 36 heures. 40 % d’entre eux déterminent leurs horaires et 40 % ont la possibilité de choisir parmi des horaires fixés. pour chacun de ces secteurs. ni d’en connaître l’ampleur. 55 % des cadres de l’hôpital (médicaux ou non) et de la fonction publique de l’État travaillent fréquemment au-delà de la durée habituelle hebdomadaire et 35 % occasionnellement.

. 72 % des salariés de la fonction publique de l’État (FPE) et 75 % des salariés du secteur hospitalier public (SHP) déclarent compenser en salaire ou repos le travail effectué au-delà de la durée habituelle. travail « décalé » et dépassements d’horaires selon le secteur d’activité et la catégorie socioprofessionnelle en 2006 (en %) Ensemble FPE Le salarié est en contact direct avec le public … ..Dossiers Conditions de travail 2 Tableau D 2.. occasionnellement . Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense. occasionnellement .... Lecture : en 2006. etc...parfois ... jamais ou presque Travail le dimanche … … fréquemment ..jamais ou presque Si le salarié est parfois ou en permanence en contact avec le public : lorsqu'il rencontre des difficultés avec le public.) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux). Dares. jamais ou presque Si oui. jamais ou presque Travaille la nuit … … fréquemment .en permanence . jamais ou presque Travaille le samedi … … fréquemment .. il y a une compensation en salaire ou en repos Les horaires de l'établissement … … sont déterminés sans possibilité de modification … peuvent être sélectionnés entre plusieurs horaires … sont déterminés par le salarié Effectue des astreintes … … fréquemment .. DGAFP....1-2 : Répartition des salariés suivant le contact avec le public. enseignants. en général … …il se débrouille tout seul …il se débrouille avec les collègues …il fait appel à un supérieur hiérarchique …il ne rencontre pas ce genre de difficultés Travaille au-delà de la durée habituelle … … fréquemment . occasionnellement ... occasionnellement . Drees... CEE.. Faits et chiffres 2008-2009 233 .. occasionnellement ... jamais ou presque 54 26 14 6 34 41 25 72 40 36 20 4 31 39 30 75 70 19 7 4 56 34 10 43 57 31 8 4 54 34 12 43 63 21 11 5 36 40 24 66 45 37 14 4 43 40 18 81 45 33 17 6 28 43 29 83 29 38 30 3 16 39 45 82 62 4 19 14 16 48 36 96 17 0 16 68 9 49 43 93 48 28 23 73 9 17 33 34 32 78 7 14 53 25 23 79 8 13 53 27 21 73 10 17 35 42 24 5 17 79 SHP Cadres FPE SHP Professions intermédiaires FPE SHP Employés FPE SHP Ouvriers FPE SHP 45 43 12 11 16 73 11 13 76 12 20 68 8 11 81 72 18 10 21 11 69 47 16 38 53 18 29 23 15 61 21 39 40 11 21 68 5 14 81 6 32 62 4 9 87 40 24 36 57 16 28 25 34 42 42 36 22 29 30 41 30 58 11 11 13 75 6 9 85 5 18 77 4 6 89 69 20 11 22 10 68 47 15 38 52 18 31 30 14 55 56 40 4 8 16 76 16 13 71 18 17 65 11 12 77 83 15 1 8 9 83 56 9 35 59 12 29 17 11 71 72 21 8 34 13 53 12 25 64 13 23 64 9 21 70 86 12 2 16 9 74 33 25 42 35 27 38 1 10 89 Sources : enquêtes Changements organisationnels et informatisation (COI) 2006...

234 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . pointes d’activités. astreintes. etc. ce sont les ouvriers. Lorsque les rythmes imposés rendent impossible de respecter à la fois qualité et délais. et plus particulièrement ceux chargés des travaux publics et de l’entretien des bâtiments.) et aux contraintes de rythmes (délais à respecter en une heure. soit deux fois plus que dans la fonction publique de l’État.volume 1 . etc. les salariés soumis principalement aux contraintes horaires se distinguent de ceux qui font face avant tout à des contraintes de rythmes. 15 % du personnel médical et 30 % des aides-soignantes et infirmières déclarent devoir en partie sacrifier la qualité. Le maintien de la qualité est alors majoritairement retenu. Les jeunes de moins de 30 ans (quel que soit le secteur) sont plus souvent soumis à des contraintes horaires. 60 % des salariés du secteur hospitalier public et 50 % des agents de la fonction publique de l’État déclarent qu’il leur arrive de ne pouvoir respecter à la fois la qualité et les délais imposés. qui maintiennent le plus fréquemment la qualité.1-3). Ce sentiment est exprimé pour tous les jours ou toutes les semaines. quelle que soit la catégorie. les cadres faisant plus souvent que les autres le choix des délais. horaires non connus dans le mois à venir.Dossiers 2 Conditions de travail Un salarié sur dix exprime l’impression de ne pouvoir quotidiennement faire face à sa charge de travail Dans la fonction publique de l’État comme à l’hôpital. Dans la fonction publique de l’État. En effet. ce sont 25 % des salariés qui sont concernés. les jeunes de moins de 30 ans ont plus de contraintes horaires que leurs aînés. Dans la fonction publique de l’État. un premier axe oppose les salariés soumis à la fois aux contraintes horaires (travail de nuit et le week-end. sur un deuxième axe. 10 % des salariés expriment l’impression de ne pouvoir quotidiennement faire face à leur charge de travail (voir tableau D 2.) et les personnels moins contraints . 30 % des salariés déclarent cette difficulté au moins une fois par semaine. mais pas toujours possible. De plus. L’hôpital cumule à la fois des contraintes de rythmes et d’horaires Une analyse de données (voir encadré 2) fait ressortir les principales corrélations et oppositions relatives aux contraintes d’horaires et de rythmes : les salariés de l’hôpital cumulent à la fois contraintes d’horaires et de rythmes et quel que soit le secteur. travail dépendant de celui des collègues. ne pouvoir faire face à la charge de travail. Dans le secteur hospitalier public. d’une part. le secteur hospitalier public est ici celui dont les salariés cumulent le plus souvent l’ensemble des contraintes. par la moitié des infirmières et 45 % des aides-soignantes. D’autre part.

Drees. CEE. etc. n'en a pas la possibilité Il est impossible de respecter à la fois qualité et délais ou cadences … … fréquemment … parfois … jamais … n'a ni délais.) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux). DGAFP. a la possibilité de modifier ces objectifs … … de sa propre initiative … en discutant seul à seul avec le supérieur hiérarchique … en discutant à plusieurs ou collectivement . au moins une fois par semaine. Dares. enseignants. l’impression de ne pas pouvoir faire face à leur charge de travail.. le salarié … … maintient plutôt des délais … maintient plutôt de la qualité … sacrifie de la qualité et des délais Le salarié rencontre des moments où il a l'impression de ne pouvoir faire face à sa charge de travail … … tous les jours … au moins une fois par semaine … au moins une fois par mois … moins souvent … jamais ou presque 8 17 24 21 30 9 31 25 17 19 9 16 30 22 23 7 28 28 14 23 9 17 28 18 28 9 35 25 17 14 8 17 21 24 32 10 29 25 17 19 8 20 17 15 41 6 20 12 20 42 26 59 15 18 66 16 34 53 12 12 76 12 21 58 20 14 71 15 27 59 14 21 62 17 15 73 12 35 43 22 10 38 25 28 13 44 18 24 11 44 21 24 12 37 23 28 14 35 30 21 13 47 16 23 8 36 23 33 14 44 18 24 7 39 30 24 12 48 25 16 6 32 11 52 9 22 26 44 11 46 12 31 16 31 27 26 4 31 10 56 10 18 26 46 5 27 11 57 5 20 26 50 3 25 19 53 9 62 15 14 52 SHP 43 Cadres FPE 62 SHP 40 Professions intermédiaires FPE 59 SHP 49 Employés FPE 48 SHP 40 Ouvriers FPE 37 SHP 28 Sources : enquêtes Changements organisationnels et informatisation (COI) 2006.Dossiers Conditions de travail 2 Tableau D 2. respect de la qualité et des délais selon le secteur d’activité et la catégorie socioprofessionnelle en 2006 (en %) Ensemble FPE Le salarié doit atteindre des objectifs précis Si oui.1-3 : Répartition des salariés suivant les objectifs. Faits et chiffres 2008-2009 235 . Lecture : en 2006. ni cadences Si il est impossible de respecter à la fois qualité et délais ou cadences. Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense.. 17 % des salariés de la fonction publique de l’État (FPE) et 31 % des salariés du secteur hospitalier public (SHP) ont.

1-4 : Répartition des salariés suivant le sentiment de responsabilité selon le secteur d’activité et la catégorie socioprofessionnelle en 2006 (en %) Sources : enquêtes Changements organisationnels et informatisation (COI) 2006. Dans la fonction publique de l’État. Ainsi. 3 « La charge mentale au travail : des enjeux complexes pour les salariés ». Néanmoins. Cela reflète la spécificité de ce secteur : les erreurs commises peuvent avoir des répercussions directes sur la santé des patients. Dans la fonction publique de l’État comme à l’hôpital. ce type de facteur n’a jamais pu être analysé de manière univoque3. 34 % des salariés de la fonction publique de l’État (FPE) et 60 % des salariés du secteur hospitalier public (SHP) estiment qu’une erreur dans leur travail pourrait entraîner des conséquences dangereuses pour leur sécurité.. De même. Ils sont respectivement 55 % et 45 % dans la fonction publique de l’État avec des disparités selon les professions. 65 % déclarent des conséquences pour eux-mêmes. Drees. ce qui engendre un fort sentiment de responsabilité des professionnels. Tableau D 2.d'autres conséquences négatives pour l'établissement 34 38 46 29 53 60 77 68 44 70 19 31 47 31 71 47 74 67 47 80 26 30 46 28 53 63 83 72 48 78 37 39 45 28 47 59 74 66 42 62 82 78 51 29 55 70 61 63 27 48 SHP Cadres FPE SHP Professions Employés intermédiaires FPE SHP FPE SHP Ouvriers FPE SHP Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense. Pour 70 % d’entre eux. Mais il peut également penser que ces conséquences sont uniquement liées à des travaux importants et difficiles et en tirer une certaine fierté. 90 % des personnels de police pensent qu’une erreur peut avoir des conséquences négatives pour eux-mêmes.. Là encore..pour la sécurité d'autres personnes . quel que soit leur grade. Il est probable que l’agent ressente du stress en pensant qu’il pourrait être responsable d’un grave accident. DGAFP.pour la sécurité du salarié . il y aurait des répercussions négatives pour l’établissement.. Rougerie et S. les salariés déclarent également que des erreurs dans leur travail peuvent avoir des conséquences négatives d’ordre administratif et financier pour les personnels ou leur employeur.Dossiers 2 Conditions de travail Un fort sentiment de responsabilité chez le personnel soignant et à l’État. le sentiment qu’une erreur au cours du travail a des conséquences sur la sécurité des personnes est partagé par les trois quarts des personnels et par 85 à 90 % du personnel médical et soignant (voir tableau D 2.) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux).. les ouvriers et certaines catégories d’employé (surveillants de l’administration pénitentiaire. les salariés de l’hôpital sont beaucoup plus nombreux à penser qu’une erreur dans leur travail peut avoir ce type de répercussions. agents de police) étant particulièrement concernées (80 % à 90 % d’entre eux). Économie et statistique. Lecture : en 2006.d'autres conséquences négatives pour le salarié .d'autres conséquences négatives pour d'autres .1-4). Dares. enseignants. Un sentiment de responsabilité élevé est susceptible de provoquer des tensions chez l’individu..volume 1 .. n° 339-340.. C. Ensemble FPE Une erreur dans le travail pourrait entraîner des conséquences dangereuses … .. chez les ouvriers et les personnels liés à la sécurité Dans le secteur hospitalier public. 2000. CEE. etc. 40 % des salariés déclarent également qu’une erreur dans leur travail peut avoir des conséquences sur la sécurité des personnes. Hamon-Cholet.. 236 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .

A l’hôpital. notamment chez les cadres (60 %). À l’inverse. 2008). Par ailleurs. Le patient et son parcours sont placés au cœur de cette démarche qui vise à la coordination des soins qui lui sont apportés et à sa satisfaction.1-5). et les ouvriers qui déclarent qu’ils sont quotidiennement contrôlés. 2006. menés par des équipes associant 4 corps de contrôle ministériels et corps de contrôle interministériels. plus du quart des infirmières et des aides-soignantes déclarent qu’elles sont contrôlées en permanence. dans le secteur de la santé. Dans les deux secteurs. Le contrôle du travail est effectué par le supérieur hiérarchique (9 cas sur 10). plus courante dans la fonction publique de l’État que dans le secteur hospitalier public (respectivement 50 et 40 % des agents). 30 % du personnel du secteur hospitalier et 20 % des agents de la fonction publique de l’État peuvent également être contrôlés par des organismes ou personnes extérieures. s’ajoute la fixation d’objectifs précis. Pour plus de 30 % des personnels. J. L’importance de ce type de contrôle peut s’expliquer par l’influence croissante prise par la Cour des comptes et les corps d’inspection. le tiers des personnels déclare qu’il est contrôlé tous les jours. Arthuis. 4 « Rapport d’information sur la réforme de l’État et les audits de modernisation ». Dans la fonction publique de l’État.Dossiers Conditions de travail 2 Un suivi de procédures strictes en matière de qualité dans le secteur hospitalier public Dans la fonction publique de l’État. Une deuxième version de cette certification a été initiée au second trimestre 2004. le travail n’est quasiment jamais contrôlé pour 25 % des personnels (voir tableau D 2. C’est une charte générique de l’accueil des usagers destinée à tous les services administratifs ouvert au public. Celle-ci répond à une exigence de sécurité sanitaire et de qualité des soins. se sont multipliés3. L’amélioration de la qualité au sein de la fonction publique – et partant des procédures qui y sont liées – est un thème récurrent depuis quelques années pour les pouvoirs publics. notamment au sein de l’administration fiscale. Les rapports du Sénat n° 45.1-5). le contrôle est aussi fait par d’autres collègues. ce sont surtout les employés. dont la moitié des agents de police. le suivi des procédures de qualité strictes dans la fonction publique de l’État est loin d’être négligeable (50 %). À ces procédures de qualité. À partir de 2005 et dans le cadre de la modernisation de l’État. Faits et chiffres 2008-2009 237 . la moitié des personnels déclarent suivre des procédures de qualité strictes . ils sont 75 % (voir tableau D 2. les établissements suivent. 23 % des établissements sont certifiés au titre de la deuxième version et 63 % en cours de certification (Cordier. 20 % du personnel déclare être contrôlé en permanence dans son travail Dans le secteur hospitalier public comme dans la fonction publique de l’État. Elle énumère un certain nombre de procédures à respecter telle que la réponse systématique et dans un délai annoncé aux différentes réclamations. En effet. notamment au travers d’audits et par la Haute Autorité de Santé pour l’hôpital. dans le secteur hospitalier public. Tous les métiers hospitaliers sont concernés en particulier les infirmiers (9 sur 10). auprès de la Haute Autorité de Santé. une démarche de certification. Bien que beaucoup moins fréquent que dans le secteur hospitalier public. et 20 % en permanence. et préconise des procédures visant à l’amélioration du service rendu. En 2007. ces audits. Cette volonté s’est notamment traduite en 2005 par la généralisation à l’ensemble des services de l’État de la charte Marianne.

Ainsi. les salariés de la fonction publique de l’État (ici hors enseignants. Par ailleurs. avec une fréquence plus grande à l’hôpital. Quel que soit le secteur. Par ailleurs. plus on monte dans la hiérarchie. les ouvriers ont une autonomie supérieure à celle des employés : la moitié applique strictement les consignes contre les deux tiers. les cadres déclarent une plus grande autonomie dans la réalisation des consignes. les salariés de l’État – quelle que soit la catégorie sociale – ont une plus grande autonomie que ceux de l’hôpital. magistrats et militaires) comme de l’hôpital sont plus de 80 % à être en contact avec le public. Les personnels de l’État et de l’hôpital traitent les consignes de la même manière : ils déclarent qu’ils les appliquent strictement dans plus de 60 % des cas. alors que les cadres font surtout appel à leurs pairs. puisqu’ils ne sont que 40 % à les appliquer strictement. les cadres sont néanmoins 60 % à les appliquer strictement. Au sein de l’administration fiscale. dans la fonction publique de l’État. 45 % et 30 % à l’hôpital.volume 1 . En effet. 65 % des professions intermédiaires et 45 % des employés se débrouillent seuls en cas de difficultés rencontrées avec le public. 238 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Au sein de l’État. plus de 80 % des agents déclarent recevoir des consignes. En cas de difficultés rencontrées lors de ces contacts. contre respectivement 55 %. à l’exception des cadres Dans chacun des secteurs. 30 % des employés et 15 % des professions intermédiaires de l’hôpital font appel à leur supérieur hiérarchique en cas de difficultés avec le public – contre respectivement 15 % et 10 % pour l’État. moins on fait appel à ses supérieurs.Dossiers 2 Conditions de travail Une autonomie procédurale comparable pour les différentes catégories. 70 % des cadres. dont le fonctionnement est davantage soumis à des normes.

les conditions de travail des salariés et leur satisfaction au travail.rarement ou jamais Si le travail est contrôlé... etc. Faits et chiffres 2008-2009 239 . Dares.dans certains cas.au moins une fois par mois .au moins une fois par semaine . procédures de qualité et contrôle du travail selon le secteur d’activité et la catégorie socioprofessionnelle en 2006 (en %) Ensemble FPE Doit suivre des procédures de qualité strictes Recevez-vous des ordres.ils indiquent plutôt l'objectif du travail Le travail est contrôlé… . Lecture : en 2006... DGAFP.. D’autres thématiques et angles d’approches seront également exploités à partir des enquêtes Changements organisationnels et informatisation du secteur de la santé et de la fonction publique de l’État. les pratiques d’encadrement et les accès à ces fonctions ..) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux). Drees.. mais également des secteurs marchands.en permanence ..au moins une fois par jour .. la Dares et le CEE (Centre d’études de l’emploi) : les conditions. Dans l’optique de comparaison entre les salariés de l’État et des secteurs marchands. les taux d’équipement des outils informatiques et de gestion .Dossiers Conditions de travail 2 Tableau D 2. des consignes ? Si le salarié reçoit des ordres ou des consignes.1-5 : Répartition des salariés suivant l’autonomie procédurale. enseignants.. en relation avec les caractéristiques de l’employeur et la nature des relations sociales.. CEE..ils disent aussi comment il faut faire .. l’organisation et l’environnement du travail entre les salariés de la fonction publique de l’État et du secteur marchand .. Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense.. plusieurs angles seront développés par la DGAFP..il fait autrement la plupart du temps Lorsque les supérieurs hiérarchiques disent ce qu'il faut faire … .. Ces enquêtes autorisent en effet les comparaisons entre les salariés de la fonction publique de l’État. du secteur hospitalier. il l'est par … … le supérieur hiérarchique … d'autres collègues … des organismes ou des personnes extérieures 94 37 22 90 31 34 96 31 24 69 27 43 93 42 29 93 30 34 94 35 17 94 33 31 87 37 26 91 29 36 23 12 12 7 23 23 22 13 8 4 26 27 13 7 12 8 37 24 12 9 9 2 37 31 18 8 14 10 24 25 28 12 7 5 27 21 28 15 10 6 19 22 21 13 9 5 21 30 25 12 17 6 21 20 21 21 5 7 19 27 19 81 23 77 4 96 9 91 16 84 19 81 26 74 31 69 14 86 21 79 57 38 4 63 35 2 38 57 5 55 45 1 61 36 3 61 37 2 63 33 4 69 30 2 47 45 8 53 44 3 48 81 SHP 77 85 Cadres FPE 42 79 SHP 73 71 Professions intermédiaires FPE 50 79 SHP 82 91 Employés FPE 50 82 SHP 74 85 Ouvriers FPE 47 79 SHP 66 82 Sources : enquêtes Changements organisationnels et informatisation (COI) 2006. pour faire son travail correctement … …il applique strictement les consignes . il fait autrement ..à certaines occasions ... 57 % des salariés de la fonction publique d’État (FPE) et 63 % des salariés du secteur hospitalier public (SHP) déclarent appliquer strictement les ordres ou consignes qu’ils reçoivent. les liens entre les changements organisationnels.

dont 400 couplés avec l’échantillon « salariés ». Les autres employés recouvrent notamment les employés administratifs. des études et des statistiques) et l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques). l’acquisition et l’utilisation des compétences. Le « volet employeurs » de l’enquête COI cherche à cerner l’organisation stratégique de l’entreprise et la mobilisation des outils de gestion et d’informatisation dans ses différentes fonctions. C’est la première fois que ces enquêtes sont étendues à ces secteurs. mais également auprès de 2 000 salariés de la fonction publique de l’État. à l’exclusion des agents du ministère de la Défense. Toujours dans le secteur hospitalier. le fonctionnement des collectifs de travail. les conditions et les rythmes de travail est menée par la Drees. aux salariés de la fonction publique de l’État et des établissements de santé. Enfin les aides-soignantes et agents de service représentent les trois quarts de la catégorie « employé ». en associant deux points de vue complémentaires. l’acquisition et l’utilisation des compétences. celui des directions qui mènent ces changements (« volet employeurs ») et celui des agents qui les mettent en œuvre « sur le terrain » (« volet salariés »). ainsi que l’usage des techniques de l’information et de la communication. Les cadres de direction font également partie de cette catégorie (voir tableau D 2. Sont exclus du champ : les centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie. ainsi que l’impact de ce changement organisationnel sur le travail des salariés. des spécialistes de la rééducation.1-6). difficultés de recrutement). on distingue le secteur public et le secteur privé. centres hospitaliers régionaux ou centres hospitaliers universitaires sont interrogés. Les établissements de santé privés n’ont pas été pris en compte ici. la Dares (Direction de l’animation de la recherche. l’informatisation et le travail dans les entreprises. des techniciens médicaux. Le « volet salariés » apporte une information complémentaire sur l’organisation du travail. les unités employeuses correspondent à des services ordonnateurs des différents ministères. et l’enquête COI dans le secteur hospitalier un échantillon d’environ 800 établissements hospitaliers publics et privés. des assistantes sociales et des éducateurs spécialisés. c’est le volet « salariés » de l’enquête COI qui a été mobilisé. Les professions intermédiaires sont pour les deux tiers constituées des infirmières. sur l’usage des techniques de l’information et de la communication. des études qualitatives sont réalisées pour expliciter les liens entre la mise en place de la tarification à l’activité dans les établissements de santé et les difficultés liées aux ressources humaines (absentéisme. les conditions et le rythme de travail. Champ de l’étude L’enquête COI dans la fonction publique de l’État interroge un échantillon d’environ 400 unités administratives. cette catégorie étant principalement constituée du personnel médical (médecins. Dans le public. les établissements de soins de suite et de réadaptation. des magistrats et des enseignants. les hôpitaux locaux et autres établissements publics. une étude plus approfondie de la spécificité du secteur hospitalier dans l’organisation. les établissements de soins de longue durée.). Encadré 1 : Le dispositif général des enquêtes Changements organisationnels et informatisation Le dispositif d’enquêtes sur les Changements organisationnels et l’informatisation (COI) du système statistique public a fait l’objet d’un partenariat initial entre le CEE (Centre d’études de l’emploi). permet d’observer l’organisation du travail. 14 % sont des cadres. Les médecins libéraux ne sont pas interrogés. académies ou établissements scolaires dont les effectifs non enseignants rémunérés sur le budget de l’État dépassent 10 salariés. l’enquête interroge des établissements de soins de courte durée et des centres de lutte contre le cancer. Il s’agit de directions d’administration centrale ou déconcentrée. services déconcentrés. etc. les contreparties salariales. le fonctionnement des collectifs de travail. Pour le secteur hospitalier.Dossiers 2 Conditions de travail Par ailleurs. sur ces thématiques. Les autres professions intermédiaires comptent des sages-femmes. Sont exclus du champ : les établissements de soins contre les maladies mentales. Répartition par catégorie socioprofessionnelle des salariés des établissements de santé publics et des agents de l’État Dans les centres hospitaliers et centres hospitaliers universitaires et régionaux. La collecte du « volet salariés » a eu lieu au cours du deuxième trimestre 2006 auprès des salariés du secteur marchand. et de 2 000 salariés du secteur hospitalier. Les comparaisons ont été faites entre les salariés de la fonction publique de l’État – titulaires comme non titulaires – et les salariés des hôpitaux publics. Dans le privé. Les établissements publics sont exclus du champ. 4 000 salariés travaillant dans ces unités (2 000 dans chacun des secteurs) sont interrogés. sont comptabilisés 780 000 salariés (source Déclaration annuelle de données sociales). internes. 240 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Pour la fonction publique de l’État. Il s’agit d’un dispositif d’enquêtes couplées entreprises-salariés qui décrivent l’organisation interne. les contreparties salariales. pharmaciens. Extension de l’enquête à l’État et au secteur hospitalier L’extension de ces enquêtes réalisées initialement dans les secteurs marchands.volume 1 . mais aussi sur les conditions et le rythme de travail. et autres établissements privés. des centres hospitaliers. Pour cette étude.

1-7) sont encore employées par l’État au moment de la collecte de l’enquête. DGAFP. la part des employés a nettement augmenté.1 4.2 4.5 26.0 Professions intermédiaires Sources : enquêtes Changements organisationnels et Informatisation (COI) 2006. l’exclusion des enseignants du champ de l’enquête a fait passer la part des cadres de 46 % à 16 %.8 12. CEE. passant de 26 % à 51 %. Dares.0 Sources : fichier de paie des agents de l’État au 31/12/2005.6 100. Champ : salariés du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux). Faits et chiffres 2008-2009 241 .1-7 : Répartition par catégorie socioprofessionnelle des agents de la fonction publique de l’État Catégorie socioprofessionnelle regroupée Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble Champ complet 1 071 812 542 709 603 558 95 485 2 313 564 Part (en %) 46.0 100. Le périmètre retenu pour l’enquête a largement modifié la structure socioprofessionnelle habituelle des agents de l’État. En particulier.1 4.3 23.1 18.7 11.1 100. A l’inverse.0 13. Tableau D 2.1-6 : Répartition par catégorie socioprofessionnelle des salariés du secteur hospitalier public Catégorie socioprofessionnelle regroupée Cadres Catégorie socioprofessionnelle détaillée Personnel médical Cadres de direction Infirmières Autres professions intermédiaires Aides soignantes Employés Agents de service Autres employés Ouvriers Ensemble Ouvriers Effectifs 78 895 32 288 201 476 101 628 145 405 98 306 85 638 31 101 774 737 Part (en %) 10.3 26.1 6. Dares. enquêtes Changements organisationnels et Informatisation (COI) 2006. CEE.0 51. Drees. La proportion des professions intermédiaires est restée identique (un quart) et la part des ouvriers est restée faible malgré leur forte augmentation (de 4 % à 7 %). militaires et magistrats (non compris les établissements publics). Le champ COI de la fonction publique de l’État se compose de certaines professions spécifiques et/ou nombreuses. Le champ « État » de COI porte sur 815 000 personnes mais seulement 772 000 (voir tableau D 2.2 26.Dossiers Conditions de travail 2 Tableau D 2. Champ : salariés de l’État hors enseignants.0 Champ COI 125 928 200 576 394 676 50 803 771 983 Part (en %) 16.

Les variables « actives » sur lesquelles s’appuie l’analyse sont les différentes contraintes de rythmes (demandes internes et externes obligeant à une réponse immédiate. militaires et magistrats (non compris les établissements publics). Seules les variables « actives » contribuant à la constitution des axes ont été conservées sur le graphique. CEE.Dossiers 2 Conditions de travail Tableau D 2.1-8 : Ventilation partielle des catégories socioprofessionnelles du champ COI de la fonction publique de l’État Catégorie socioprofessionnelle regroupée Cadres dont chefs d'établissement de l'enseignement secondaire et inspecteurs dont inspecteurs de l'administration fiscale Professions intermédiaires dont contrôleurs de l'administration fiscale dont inspecteurs et officiers de Police Employés dont agents de service des établissements d'enseignement dont agents de Police dont surveillants de l'administration pénitentiaire Ouvriers dont ouvriers qualifiés des travaux publics dont ouvriers qualifiés d'entretien général des bâtiments dont ouvriers non qualifiés du second œuvre du bâtiment Ensemble Champ COI 125 928 8 296 22 324 200 576 39 966 7 318 394 676 56 889 83 541 18 662 50 803 7 249 8 780 6 774 771 983 Sources : enquêtes Changements organisationnels et Informatisation (COI) 2006. Encadré 2 : Méthodologie Méthode d’analyse de données : l’analyse en correspondances multiples L’analyse en composante multiple permet de mettre en évidence les principaux critères selon lesquels s’opposent les contraintes de rythme et d’horaires auxquelles sont confrontés les personnels. nombre d’enfants à charge. Il s’agit des caractéristiques des personnels : âge. les personnels de la fonction publique de l’État se projetant sur le côté opposé de cet axe. les horaires de travail déterminés par l’établissement / le choix entre plusieurs horaires fixés par l’établissement / les horaires librement fixés . la possibilité d’interrompre momentanément son activité . le ressenti d’une accentuation des contraintes de rythme . le ressenti d’une accentuation de ces pointes d’activité .volume 1 . Seules les variables « illustratives » suffisamment éloignées du point d’origine des axes figurent sur le graphique. Champ : salariés de l’État hors enseignants. 242 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . avoir le sentiment de ne pas pouvoir faire face à la charge de travail . Dares. avoir parfois l’impossibilité de maintenir les délais et la qualité. le dimanche et le samedi . sexe. Les jeunes de moins de 30 ans se projettent sur l’axe 1 du côté des contraintes et sur l’axe 2 du côté des contraintes d’horaires. Les personnels de l’hôpital se projettent sur l’axe 1 du côté des contraintes. catégorie socioprofessionnelle. Des variables illustratives ont été rajoutées à l’analyse. etc. DGAFP. Le deuxième axe (vertical) oppose les contraintes d’horaires aux contraintes de rythmes. les horaires connus ou non dans le mois à venir . Ce graphique représente le plan des deux premiers axes de l’analyse. Le premier axe (horizontal) oppose l’existence de contraintes à leur absence. l’existence de pointes d’activité au moins une fois par semaine .) . travaillant à temps plein ou temps partiel. travaillant dans le secteur hospitalier ou dans la fonction publique de l’État. en couple. le travail la nuit. délais de production à respecter en une heure maximum.

l’individu de référence est une femme en couple.1-1 : Analyse en correspondances multiples sur les rythmes et les horaires de travail Pas de contraintes de rythme contraintes d'horaires Pointes d'activité pas plus fréquentes en 3 ans Rythme non imposé par demandes internes Rythme non imposé par demandes externes Travail le dimanche Travail le samedi Travail la nuit Pas de pointes d'activité non contraints Fonction publique de l'État Être d'astreinte Horaires non connus dans Hôpitaux le mois Ne pas pouvoir interrompre son contraints activité Ne pouvoir faire face Existence de pointes d'activité Moins de 30 ans Pointes d'activités plus Travail dépendant de celui des fréquentes en 3 ans collègues Délai à respecter en une journée Délai à respecter en une heure Pas de travail le samedi Rythme imposé par demandes externes Choix d'horaire à la carte Contraintes de rythmes accentuées contraintes de rythmes Pas de travail le dimanche Sources : enquêtes Changements organisationnels et Informatisation (COI) 2006. Les effets propres sont mesurés en points d’écarts à la probabilité de la situation de référence. le fait d’être en couple et le nombre de personnes à charge. âgée de 30 à 40 ans. « ressentir des pointes d’activité plus fréquentes ». Les variables sociodémographiques retenues sont : le secteur d’activité. Régression logistique : « toutes choses égales par ailleurs » Le modèle Logit permet de séparer l’effet de chaque variable indépendamment des autres sur les conditions de travail (en particulier la probabilité de « faire des astreintes ». Faits et chiffres 2008-2009 243 . l’âge.). habitant dans l’aire urbaine de Paris et ayant une personne à charge.Dossiers Conditions de travail 2 Graphique D 2. celle du père et de la mère. l’unité urbaine. travaillant au sein de l’État à temps complet. CEE. titulaire d’un diplôme du 1er cycle. Ici. la catégorie socioprofessionnelle. la quotité de travail. le diplôme. Dares. DGAFP. « travailler la nuit ». le sexe. etc. de profession intermédiaire. Drees.

1162) Réf.1449 (0. 0. -0.0909) Secteur Salarié en contact avec le public Réf.0898) Réf. Ref.1575) -0.2309 (0. ns -0.1132) ns 0. DGAFP.1989 -0. de la mère.4961 (0.0508) Réf.1965 ( 0.4771 0.893 (0.3288 ns (0.2859 (0. 0.4583 ns (0.5745 (0.0670) Réf.1-9 : Impacts des caractéristiques des agents sur différentes conditions de travail Pointes Pointes Accentuation d'activité d'activité des rythmes quotidiennes ou plus hebdomadaires fréquentes État Secteur hospitalier public Fréquent Occasionnel Pas de contacts 30 à 39 ans Moins de 30 ans Âge 40 à 49 ans 50 ans et plus Professions intermédiaires Réf.4755 (0.0961) Réf.3008 (0.8112 (0.4501 (0. : situation de référence.0879) -0.1376) -0.8756 (0.1149) Réf.0831) Réf. 0. -0. 0.1376 (0. (1) La variable sexe n’a pas été conservée car les effectifs masculins sont trop peu nombreux au sein de certains métiers du secteur hospitalier public (ex : infirmières).228 (0.volume 1 .7134 -0.0911) -0.9127 0. 0.3918 (0.1542) Catégorie Cadres socioprofessionnelle Employés de départ Ouvriers Salarié titulaire Quotité de travail Ancienneté dans l'établissement ou l'administration Oui Non Temps complet Temps partiel 10 ans et plus Moins de 3 ans De 3 à moins de 5 ans De 5 à moins de 10 ans 1er cycle Primaire et secondaire Technique cycle court Secondaire général et préparation d'un bac professionnel 2nd.1056) -0. -0.9262 (0.5215 (0. Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense.) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux).2036) Paramètres (1) Astreinte Réf. 0. 0. Réf.0798) Réf. 244 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . ns 0. -0.1354) ns -0.1317 (0.0986) 0. ns -0.1039) -0. 3ème cycle et grandes écoles Diplôme Sources : enquêtes Changements organisationnels et Informatisation (COI) 2006.3467 (0.0941) -0.0972) Réf. -0.3375 (0. 0. 0.4745 (0.6461 (0. 0.1457) Travail le samedi Réf.0889) ns Réf. ns ns 0. les variables de contrôles suivantes ont également été introduites dans le modèle : profession du père.5212 (0.8379 (0.3031 (0.1449) 0.5021 (0.1323) -0.1118) Réf. Drees.3206 (0.2044 (0. 0.7808 (0. Réf.Dossiers 2 Conditions de travail Tableau D 2. -0.3141 (0. -0.6118 (0.0853) Réf. vie en couple et type d’unité urbaine. CEE.423 (0. -0.6948 (0.2563 (0.1323) Réf.0545) Réf.0778) Réf.0495) Réf.1304) -0.0923) Réf.1593) ( 0.0770) Réf. ns -0.0512) Réf.0571) Réf.3031 (0.3145 (0.2284 (0.1013) -0.1842 (0.0901) -0.0554) (0.3763 (0. Dares.0943) Réf.1775) Réf. nombre de personnes à charge.2356 (0.0933) (0.1620) -0.3258 (0.0880) Réf. ns -0. l’introduction de cette variable dans la régression logistique ne modifie pas les résultats.0962) (0.0957) Réf. -0.3612 (0.1507 (0. etc.1069) ns 0. Par ailleurs.3159 (0.0553) Réf. Les variables du modèle complet non significatives ont été supprimées. -0.0570) Réf.1001) Réf.248 (0. Néanmoins.1228 (0. -0. 0.1707) ns 0.0803) Réf.s.0879) 0.1482) -0. : modalité non significative au seuil de 5 %.1542 (0.9913 (0.1267) 0.1669) ns -0.0788) Réf.1774) -0.3147 (0.1111) ns ns Travail le dimanche Travail nocturne Horaires Dépassements déterminées d'horaires par fréquents l'employeur Réf.1854 (0.3587 (0.1655) -0.5044 (0. ns -0. Elles sont représentées en gris dans le tableau.2872 (0. enseignants. 0.534 (0.7104 (0.7263 (0. -0.5385 (0. Réf. n.4245 (0. 0.1503) ns ns 0. -0. Note : Entre parenthèse est indiqué l’écart-type en dessous de l’estimateur. 0.0915) ns 0.323 (0.1272) Réf.

En revanche les ordinateurs portables sont surtout mis à disposition des cadres (50 % d’entre eux. où la grande partie des personnels a une fonction de soins. Par ailleurs. contre la moitié des employés et le tiers des ouvriers. A l’hôpital. 45 % et 40 %). l’usage des micro-ordinateurs est également répandu et concerne 70 % des salariés. Dares. 20 % des salariés ayant par ailleurs un micro-ordinateur portable. Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense. etc. L’usage des terminaux est plus répandu que dans la fonction publique de l’État (30 % contre 20 %). mais seulement un ouvrier sur deux.1-2 : Répartition des salariés suivant leurs usages de l’informatique selon le secteur d’activité en 2006 (en %) 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Mail individuel Accès à Internet Usage de l'intranet Bases de de données en ligne Outils électroniques collaboratifs FPE SHP Sources : enquêtes Changements organisationnels et Informatisation (COI) 2006. aides-soignantes et ouvriers qui y ont le moins souvent accès (respectivement 30 %. Faits et chiffres 2008-2009 245 . les accès devant être sécurisés. le codage de l’activité soignante et médicale ou la gestion des dossiers des patients se fait soit à partir de terminaux disponibles en multi-accès.) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux). une part beaucoup plus élevée que celle des salariés des hôpitaux (30 %). Dans la fonction publique de l’État. 90 % du personnel médical et des infirmières ont un ordinateur fixe à disposition. Lecture : 57 % des salariés de l’État déclarent avoir un accès à Internet contre 38 % dans le secteur hospitalier public.Dossiers Conditions de travail 2 Encadré 3 : L’informatisation du travail Des taux d’équipement informatique élevés. enseignants. Graphique D 2. L’accès à Internet est plus fréquent pour les salariés de l’État (55 % contre 40 % dans le secteur hospitalier). Fonction publique de l’État : un usage étendu de la messagerie électronique et de l’Internet Les deux tiers des salariés de l’État sont équipés en messagerie électronique individuelle. 85 % des salariés disposent d’un micro-ordinateur fixe. soit à partir des ordinateurs. 20 % des salariés ont également accès à un terminal ou une console informatique. Ce sont plus particulièrement le personnel médical et les infirmières qui y ont accès. ces utilisations des réseaux sont courantes : 70 % des salariés ont la possibilité de consulter des bases de données (45 % à l’hôpital) et 55 % travaillent en collaboration via un serveur commun (35 % à l’hôpital). respectivement 50 % et 40 %. 95 % des professions intermédiaires et 80 % des employés. L’utilisation de ces messageries est très modérée à l’hôpital : seuls 20 % des salariés utilisent leur messagerie plus de 10 minutes par jour. Ce sont les agents de service. 10 % des personnels ont par ailleurs accès à une messagerie collective. Dans la fonction publique de l’État. ce sont surtout le personnel médical et les cadres de direction qui disposent d’un mail individuel. l’utilisation des ordinateurs portables est réservée au personnel médical et aux cadres de direction (40 % d’entre eux). est beaucoup plus mobile et passe peu de temps dans un bureau. mais ils sont moins nombreux à avoir accès à la totalité du réseau. CEE. L’intranet est également fortement développé dans la fonction publique de l’État puisque 75 % des salariés disposent d’un accès : ils sont 55 % à l’hôpital. L’accès à Internet ou à un intranet permet aux personnels de consulter des bases de données ou de travailler en collaboration via un serveur commun. la quasi-totalité des cadres et 90 % des professions intermédiaires ont à disposition une boîte individuelle. 25 % pour les professions intermédiaires). contre 50 % dans la fonction publique de l’État. L’usage du micro-ordinateur fixe s’est largement diffusé et il équipe respectivement 90 % des cadres. À l’hôpital. Suivant l’organisation de l’établissement. Drees. notamment dans la fonction publique de l’État Au sein de la fonction publique de l’État.

pour ces deux secteurs. qui ne sont que 20 % a en avoir suivi. plus d’un quart des personnels ont des salariés sous leur autorité. terminal. Les politiques de formation à l’encadrement divergent sensiblement entre les deux secteurs. notamment pour leurs activités de soins (80 % dans le secteur hospitalier et 50 % au sein de l’État). Ce taux est relativement homogène au sein des différentes catégories socioprofessionnelles de l’État. Les ouvriers des deux secteurs sont les personnels les plus fréquemment formés à ces procédures. Néanmoins. économie et droit.Dossiers 2 Conditions de travail Encadré 4 : Des spécificités de formation dans chacun des secteurs Un salarié sur deux a le sentiment de manquer de certaines compétences Dans le secteur hospitalier public comme dans la fonction publique de l’État. contre seulement 25 % dans le secteur hospitalier.1-10). etc. contre 30 % pour la fonction publique de l’État. ont néanmoins moins accès aux formations aux relations avec le public. Ainsi. 70 % des salariés de l’État bénéficient de formations à l’informatique : ils sont 50 % dans le secteur hospitalier. les formations en lien avec les relations humaines (communication. Tous les employés sont 35 % à avoir eu cette formation.). davantage de formations sur les procédures de qualité et sur l’hygiène et la sécurité Les salariés du secteur hospitalier suivent plus souvent que ceux de la fonction publique de l’État des procédures de qualité. Par ailleurs. 45 % des salariés estiment manquer de compétences pour faire leur travail (voir tableau D2. 35 % des recrutés en 2006 en catégorie B sur concours externe ont au moins une licence. Par ailleurs. Dans le secteur hospitalier. Parmi ces derniers. 20 % des agents hospitaliers suivent également des formations sur l’hygiène et la sécurité. les employés du secteur hospitalier sont beaucoup plus sensibilisés à ces problématiques puisqu’ils sont 10 % à suivre ce type de formation contre 5 % seulement des employés de la fonction publique de l’État. les salariés du secteur hospitalier. les formations informatiques dispensées par l’hôpital sont sensiblement plus courtes puisqu’elles sont 5 % à durer plus d’une semaine. 50 % des salariés de la fonction publique de l’État et 45 % du secteur hospitalier déclarent que certaines de leurs compétences ne sont pas utilisées. La fonction publique de l’État forme tous les personnels qui ont besoin de ce type de compétences.volume 1 . l’essentiel des formations concerne les professions intermédiaires et les ouvriers et peu les cadres. dans le secteur hospitalier ce sont surtout le personnel médical et les infirmières qui ont l’impression de manquer de compétences pour effectuer leurs tâches. 10 % des salariés de l’État suivent également des formations en gestion. A l’inverse. Dans chacun des secteurs. Dans la fonction publique de l’État. A l’hôpital. 15 % des cadres et 30 % des professions intermédiaires ont reçu cette formation. plus fréquemment en contact avec le public que ceux de la fonction publique de l’État. notamment les aides-soignantes et agents de service. En revanche. Dans le secteur hospitalier comme dans la fonction publique de l’État. management) sont plus souvent effectuées par les salariés du secteur hospitalier (10 % contre 5 % pour l’État). À l’hôpital. dans la fonction publique de l’État (hors Éducation nationale). 246 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . davantage de formations à l’informatique et à l’encadrement Parmi les personnes qui disposent d’au moins un équipement informatique (ordinateur fixe. portable. les personnes devant suivre ces procédures ont participé pour la moitié d’entre elles à une formation sur le sujet. 45 % des salariés de l’État ont eu accès à des formations sur l’encadrement. Ces résultats sont vraisemblablement liés au phénomène des agents surdiplômés. Enfin. contre respectivement 25 % et 35 % dans la fonction publique de l’État. En particulier. Par ailleurs. 4 salariés sur 10 trouvent également que leurs compétences sont davantage utilisées qu’avant.

) et du secteur hospitalier public (hors hôpitaux locaux).1-10 : Répartition des salariés suivant les compétences et types de formation suivie selon le secteur d’activité et la catégorie socioprofessionnelle en 2006 (en %) Ensemble FPE Le salarié estime que certaines compétences lui manquent pour faire correctement le travail oui ne sait pas Le salarié estime que certaines de ses compétences ne sont pas utilisées oui ne sait pas Par rapport à son recrutement ses compétences du salarié sont … … plus utilisées … moins utilisées … autant utilisées L'entreprise a assuré des formations à l'informatique Si le salarié doit suivre des procédures de qualité strictes. a reçu une formation sur ces procédures Si a des salariés sous ses ordres. a reçu une formation aux relations avec le public Autres types de formation suivies Langues Secrétariat. communication. DGAFP. a reçu une formation pour assurer ce rôle Si a un contact avec le public. bureautique Gestion. CEE.Dossiers Conditions de travail 2 Tableau D 2. Dares. Drees. Champ : salariés de la fonction publique de l’État (hors ministère de la Défense. droit Commerce. etc. marketing Relations humaines. Faits et chiffres 2008-2009 247 . sécurité 2 5 12 0 6 2 10 0 1 10 0 2 3 0 10 1 10 0 2 20 4 3 15 1 9 2 16 0 0 3 1 1 6 0 9 2 7 1 3 6 2 4 21 1 10 3 6 0 2 9 0 1 2 0 12 2 17 0 3 18 1 7 8 0 3 1 9 1 1 10 0 4 3 0 10 0 5 0 2 25 1 0 4 1 2 6 19 0 2 27 0 0 2 0 2 2 14 3 0 26 43 12 45 70 46 43 33 39 12 49 52 49 25 29 40 13 47 68 43 50 27 46 6 48 38 36 18 15 44 11 45 73 44 34 34 46 13 41 56 49 31 28 44 11 44 71 45 45 36 31 13 56 54 53 6 36 37 15 48 63 65 48 27 24 10 65 55 73 43 3 48 8 44 4 51 8 51 1 47 8 41 5 46 9 43 5 59 5 55 8 46 4 43 3 48 5 56 4 54 4 48 3 41 4 37 3 46 2 26 0 SHP Cadres FPE SHP Professions intermédiaires FPE SHP Employés FPE SHP Ouvriers FPE SHP Sources : enquêtes Changements organisationnels et Informatisation (COI) 2006. enseignants. Lecture : en 2006. vente. économie. 46 % des salariés de la fonction publique de l’État (FPE) et 43 % des salariés du secteur hospitalier public (SHP) estiment que certaines compétences leur manquent pour faire correctement leur travail. management Formations techniques industrielles Autres formations techniques Formations en informatique Formations pédagogiques Hygiène.

Les formations informatiques.1-3 : Répartition des actions de perfectionnement hors Éducation en 2006 (en %) 60 50 40 30 20 10 0 Développement Formations des capacités à l'encadrement professionnelles Formations l'informatique Formations linguistiques Formations Formations techniques techniques spécifiques pour l'ensemble aux missions des ministères de chaque ministère Total A B C et ouvriers d'État Sources : enquêtes annuelles Formation. Les agents de catégorie A bénéficient davantage de formations visant à développer les capacités professionnelles. ainsi que les formations des informaticiens. Note : les actions de perfectionnement représentent la formation continue à l’exception des congés de formation. messagerie). Champ : tous ministères. bureau des statistiques. des bilans professionnels et des préparations aux concours. représentent 14 % du volume de formation. les formations techniques représentent deux tiers du volume de formation de perfectionnement. deuxième thème le plus important en volume.Dossiers 2 Conditions de travail La formation des agents de l’État en 2006 : des actions de formation orientées vers les besoins techniques et informatiques des agents Dans la fonction publique de l’État (hors Éducation). de formations à l’encadrement et de formations linguistiques que les autres catégories d’agents. 248 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . des études et de l’évaluation. qui suivent plutôt des formations informatiques et techniques. et englobent les formations des utilisateurs aux outils informatiques de base (Word. Excel. DGAFP. Graphique D 2.volume 1 . hors Éducation.

M-C Floury. Danièle Guillemot et Aurélie Peyrin.1. ‡ « L’effort de formation reste stable dans la fonction publique de l’État en 2006 ». avril 2008. magistrats et agents du ministère de la Défense ». Mihai Dinu Gheorghiu et Frédéric Moatty. Document de travail. Michel Cézard et Sylvie Hamon-Cholet. Romuald Le Lan. Point Stat n° 12-2009. 2003. Drees. Les rapports du Sénat n° 45. n° 335. Quatre pages. Nicole Guignon. ‡ « La charge mentale au travail : des enjeux complexes pour les salariés ». ‡ La qualité des services publics. Documents méthodologiques. 1999. Centre d’Études de l’Emploi. Lydie Vinck. ‡ « Résultats SUMER 2003 ». Sylvie Hamon-Cholet. DGAFP. série Études. Florence Douguet. et Dominique Baubeau. Drees. n° 633. vol 1. Nicole Guignon et Lydie Vinck. 2006. Document de travail. Dares. ‡ « Les conditions de travail dans la fonction publique ». n° 49. Alain Larmat. 99. Centre d’études de l’emploi. Yves Cannac.2. 2004. Études et Résultats. n° 40. ‡ « Les conditions du travail en équipe ». DGAFP. DGAFP. Jorge Munoz. ‡ « Les agents de la fonction publique de l’État. Premières Synthèses. ‡ « Intensité et conditions de travail ». série Études. Danièle Guillemot. La documentation française. Damien Cartron. Dominique Waltisperger. Lydie Vinck. Drees. 2009. 2007. Dares. octobre 2003. n° 339-340. juin 2005. Point Stat n° 02-2009. août 2004. n° 48.n° 27. juin 2005. Jean Arthuis. des salariés comme les autres ? Une exploration de l’enquête COI ». Premières Synthèses. n° 01.Dossiers Conditions de travail Bibliographie ‡ « Rapport d’information sur la réforme de l’État et les audits de modernisation ». Faits et Chiffres 2006-2007. Dares. ‡ « Les conditions de travail perçues par les professionnels des établissements de santé ». Premières Synthèses.1. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. 2006. 2 Faits et chiffres 2008-2009 249 . Dares. Salah Idmachiche et Marie Rey. DGAFP. ‡ « Les effets de l’accréditation et des mesures d’amélioration sur la qualité des soins sur l’activité des personnels soignants ».07 . n° 120. ‡ « Les parcours professionnels dans les trois fonctions publiques ». 2007. Document d’études. Quatre pages. Michel Gollac. ‡ « Hôpitaux et cliniques en mouvement – Changements d’organisation de l’offre de soins et évolution de l’attente des patients ». Économie et statistique. Jennifer Bué. à paraître en 2009. ‡ « Conditions de travail : une pause dans l’intensification du travail ». Thomas Coutrot. Danièle Guillemot et Aurélie Peyrin. Catherine Rougerie et Sylvie Hamon-Cholet. hors enseignants. ‡ « Une fonction publique informatisée ». 2000. ‡ « Travail et charge mentale ». Études et Résultats. Marie Cordier. ‡ « 85 % des salariés des ministères utilisent l’informatique en 2006.

.

1 Annexe 1 du dossier Accès et carrières des générations issues de l'immigration dans la fonction publique : une étude exploratoire des concours 2008 aux Instituts régionaux d'administration (Ira) Annexe 2 du dossier La parité hommes-femmes dans les collectivités locales de la Grande Couronne d'Île-de-France Faits et chiffres 2008-2009 251 .Dossiers Parité et diversités 3 Parité et diversités Premiers éléments de comparaison entre la fonction publique et le secteur privé sur la population des salariés de 20 à 49 ans : caractéristiques et interactions entre vie familliale et vie professionnelle 3.

.

En matière de mobilité géographique. la tranche d’âge 20-29 ans des salariés de la fonction publique perçoit plus souvent que ses aînés cette difficulté. en relation avec les contraintes de fonctionnement des établissements de soins. Dans la fonction publique. sachant que la disponibilité est prise en compte dans les critères de promotion par 30 % des employeurs publics (contre près de la moitié dans le privé). pour 79 % dans le privé. soit très légèrement plus que dans le privé (86 %). Les employés de la fonction publique bénéficient d’une meilleure adéquation entre diplôme et niveau de qualification du poste occupé que leurs collègues du privé. les parents des agents de moins de 50 ans sont moins souvent nés à l’étranger que ceux du privé. six établissements employeurs d’un salarié de moins de 50 ans appartenant à la fonction publique sur dix accordent un temps partiel sur simple demande de l’agent. Néanmoins. mais ils y exercent majoritairement en tant que cadres ou professions intermédiaires. contre 25 % des femmes dans le privé. emploie peu d’étrangers (1. c’est moins souvent le cas dans la fonction publique (quatre salariés sur dix) que dans le privé (la moitié). Au sein de chaque fonction publique. des éléments de comparaison sont disponibles entre les trois versants de la fonction publique (État. soit un niveau voisin du privé (57 %). 1 DGAFP. contrairement aux professions intermédiaires. Ce n’est le cas que de quatre établissements sur dix dans le secteur privé. 14 % des salariés de 20 à 49 ans déclarent qu’avoir des enfants constitue un frein à leur évolution professionnelle : 15 % des femmes dans le public. 88 % des agents de la fonction publique de moins de 50 ans se déclarent satisfaits de l’intérêt de leur travail. mais elle est moins répandue que dans le privé. Concernant en particulier le changement d’horaires.4 % des salariés de 20 à 49 ans contre 5. bureau des statistiques. Faits et chiffres 2008-2009 253 . Chiffres-clés La population des salariés de moins de 50 ans de la fonction publique est davantage féminisée que l’équivalent dans le secteur privé et comprend davantage d’employés et de professions intermédiaires.Dossiers Parité et diversités 3 3. l’union entre deux personnes titulaires de diplômes de même niveau (homogamie) est certes fréquente. les agents de la fonction publique hospitalière déclarent un degré de satisfaction bien inférieur à celui de leurs collègues du secteur public.1 Premiers éléments de comparaison entre la fonction publique et le secteur privé sur la population des salariés de 20 à 49 ans : caractéristiques et interactions entre vie familiale et vie professionnelle Salah Idmachiche DGAFP1 3 P our la première fois. 84 % des salariés du public âgés de 20 à 49 ans se déclarent satisfaits des possibilités de conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle. En particulier. La fonction publique. territoriale et hospitalière) et le secteur privé. Si par ailleurs refuser un changement d’horaire ou de région est fréquemment considéré par les hommes et les femmes comme un obstacle à la promotion.8 % dans le privé). des études et de l'évaluation. les agents de la fonction publique n’ont pas tous les mêmes contraintes : 49 % des salariés de moins de 50 ans de la fonction publique de l’État déclarent que le refus d’un changement de région constitue un frein à leur évolution professionnelle. de par la particularité de ses conditions de recrutement. Enfin. contre moins d’un tiers des agents dans les deux autres versants de la fonction publique. concernant les caractéristiques sociodémographiques des salariés âgés de 20 à 49 ans et les interrelations entre leur vie familiale et leur vie professionnelle.

dans lesquels sont employés les personnes rencontrées dans le cadre du premier volet. en partenariat avec l’Insee. le Sessi et La Poste. Cette enquête couplée a pour objectif d’éclairer les interactions entre la vie familiale et la vie professionnelle. La forte présence de métiers traditionnellement féminisés 254 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . changer d’horaires ou changer de région) (voir encadré 1). ce qui conduit alors à des comparaisons entre FPE d’une part et (FPT + FPH) d’autre part. à travers son volet « ménages ». Le volet « employeurs » permet d’évaluer comment les établissements prennent en compte les caractéristiques familiales des salariés. Le volet « employeurs » permet de disposer de certains éléments. Encadré 1 : L’enquête « Familles et employeurs » L’enquête « Familles et employeurs » a été menée en 2004-2005 par l’Institut national des études démographiques (Ined). permet de connaître les caractéristiques des individus interrogés. la Dares. L’enquête comporte deux volets : un volet « ménages » et un volet « employeurs ». Le volet « ménages » ne permet pas de distinguer les agents de la fonction publique territoriale de ceux de l’hospitalière dès lors qu’on s’attache à leurs caractéristiques : dans le cadre de l’étude. sur lequel est essentiellement fondée cette étude. Le champ de l’étude est ici restreint aux seuls actifs occupés. Compte tenu de la taille de l’échantillon. diplôme. en particulier ici leur appartenance au secteur privé ou à la fonction publique. Au total.1-1) et elles sont plus présentes dans la fonction publique (58 %). et également selon les caractéristiques de leurs employeurs. âge. de l’intérêt du travail ou de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle) et sur leur perception face à quelques obstacles ressentis en matière de promotion ou d’avancement (avoir des enfants. Au-delà de l’analyse des caractéristiques des salariés âgés de 20 à 49 ans dans ces différents secteurs professionnels. Pour la seule population âgée de 20 à 49 ans. à la fois sur leur degré de satisfaction par rapport à l’emploi exercé (au regard des horaires. L’enquête « Familles et employeurs » permet également. Le volet « ménages » a été mené sous forme d’enquête en face à face auprès d’un échantillon de 9 547 individus de France métropolitaine. Il s’agit ici des facteurs suivants : avoir des enfants. les horaires et la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. ces agents ont été regroupés pour les analyses par caractéristique. le plus souvent regroupées sous le terme (FPT + FPH).Dossiers 3 Parité et diversités L’enquête « Familles et employeurs » a été réalisée pour la première fois en 2004-2005 par l’Institut national d’études démographiques (Ined). Les individus de 20 à 49 ans peuvent ainsi être observés en fonction de leurs caractéristiques sociodémographiques propres (sexe. le volet « ménages » (9 547 individus) porte sur un échantillon de taille plus importante que celui issu de l’appariement des volets « ménages » et « employeurs » (3 050 seulement). mais également leurs opinions et leurs perceptions sur différents thèmes liés à la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Le volet « employeurs » a été mené sous forme d’enquête postale auprès de 2 605 établissements répondants de 20 salariés et plus. Elle porte sur les interrelations entre la vie familiale et la vie professionnelle. davantage de femmes. de recueillir l’opinion des salariés sur certains facteurs susceptibles d’influencer les parcours professionnels et plus particulièrement la promotion et l’avancement. Chez les salariés de 20 à 49 ans du public. d’employés et de professions intermédiaires que dans le privé La population étudiée ici est celle des actifs occupés âgés de 20 à 49 ans à la date de l’enquête (20042005) : 46 % d’entre eux sont des femmes (voir tableau D 3. la Drees. changer d’horaire et changer de région. Le volet « ménages ». à la date de l’enquête (caractéristiques sociodémographiques. la Cnaf. globaux. La satisfaction des salariés par rapport à leur emploi est également approchée à travers l’intérêt du travail. conjoint. les opinions des individus sont recueillies. les comparaisons ont pu être effectuées selon deux approches : soit entre l’ensemble des trois fonctions publiques (3FP) et le secteur privé . elle fournit de premiers éléments de constat en matière de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.volume 1 . pour chacune des fonctions publiques. catégorie socioprofessionnelle. en partenariat avec l’Insee. ainsi que diversités des origines analysées à travers la nationalité des personnes et l’origine géographique de leurs parents). du point de vue des individus et de leurs employeurs. représentatifs des hommes et des femmes âgés de 20 à 49 ans. plus particulièrement encore dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière où deux tiers des agents de 20 à 49 ans sont des femmes. la DGAFP. soit entre la fonction publique de l’État (FPE) et les fonctions publiques territoriale (FPT) et hospitalière (FPH). âgés de 20 à 49 ans à la date de l’enquête. situation professionnelle et statut dans le cadre de l’emploi à la date de l’enquête).

0 23.8 29.6 6.2 19. Ined. à parts quasiment égales dans le secteur privé. Traitement DGAFP.2 5.Dossiers Parité et diversités 3 (enseignantes.9 41. des études et de l’évaluation.7 57.0 25. Parmi l’ensemble des salariés de 20 à 49 ans. Les cadres en représentent de l’ordre de 13 % : ils sont moins nombreux dans le privé (11 %) que dans le public (17 %).6 100. brevet des collèges CEP ou sans diplôme Ensemble 33. Les moins de 30 ans représentent un quart de la population étudiée ici : 22 % dans la fonction publique pour 26 % dans le privé.1 100.0 26.0 23. Tableau D 3.5 11.0 57.0 15. Une analyse toutes choses égales par ailleurs (voir tableau D 3.9 29.0 16.4 25.0 21.8 38.6 47.0 22.5 25.8 100.6 100. chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble Diplôme Diplôme supérieur Bac +2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau CAP.3 9. Plus de la moitié de la population étudiée (20-49 ans) est composée d’ouvriers et employés.6 100.0 13. particulièrement à l’État (24 %).8 100.2 8.0 20.8 10.4 45.5 6.2 50.6 29. plus marqué dans la fonction publique (tous les versants sont concernés) que dans le secteur privé.3 15.9 100.9 25.0 24. BEP ou autre diplôme de ce niveau BEPC.1 13.5 14.2 100.0 100. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005.1 100.9 30.3 36.0 31.6 65.0 100.2 7.5 100.0 FPT + FPH 3 FP Privé Ensemble Source : enquête Familles et employeurs.7 33.2 7.2 34.6 14. plus encore dans la fonction publique (44 %) que dans le privé (37 %). avec une très large majorité d’employés pour la fonction publique.1 20.9 28.0 14.6 100.3 33.6 38.2 100.1 % des agents âgés de 20 à 49 ans sont titulaires d’un diplôme supérieur.2 24.3 34. etc. emplois des filières administratives. infirmières. par rapport à un homme.) explique en partie la forte attractivité de la fonction publique pour les femmes.3 100. Sur cette tranche d’âge.1 12.3 100.8 45.1 21. Ces chiffres sont cohérents avec le constat d’un vieillissement général de la société française.7 42.5 100.4 6.3 19.3 36.0 54.2 37.0 2. Faits et chiffres 2008-2009 255 . les plus nombreux sont ceux de 40 à 49 ans.0 49.0 34.8 31.0 17.3 43.1-10) montre que le fait d’être une femme augmente de 11 points la probabilité de travailler dans la fonction publique. 33.7 7. à la date de l’enquête.8 100.7 15.8 6. un tiers des agents de la fonction publique exerce une profession intermédiaire contre seulement un quart des salariés du privé.5 100. Lecture : dans la fonction publique de l’État.4 100.6 24. La restriction du champ de l’enquête aux personnes âgées de 20 à 49 ans a pour conséquence de déformer la structure socioprofessionnelle des agents de la fonction publique (voir encadré 2).5 6.0 2.1-1 : Caractéristiques sociodémographiques de la population enquêtée (en %) FPE Sexe Homme Femme Ensemble Âge 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans Ensemble Catégorie socioprofessionnelle Agriculteurs exploitants Artisans.0 18.0 13.0 42. bureau des statistiques.2 42.0 8. commerçants.5 12.

ils sont sous-représentés au sein de la catégorie des professions intermédiaires : respectivement 11 % et 48 % selon le FGE et l’enquête « Familles et employeurs ».0 53. les principales caractéristiques des agents de la fonction publique de l’État (soit 49 % de l’ensemble des agents de la fonction publique au 31 décembre 2005).9 38.9 % des agents sur le champ retenu par l’enquête « Familles et employeurs ».1-2).8 50. Symétriquement.5 30.6 76. (1) Au sein de la population des cadres de la FPE. des études et de l’évaluation.2 100.7 4.0 Sources : Fichier Général de l’État (FGE).0 Champ EFE 47. à partir du Fichier Général de l’État (FGE).7 23.0 23.9 57. bureau des statistiques. Ined.0 46. d’une part à partir de l’enquête « Familles et employeurs » (EFE) et d’autre part. enquête Familles et employeurs.0 100. 46.2 100. 256 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .3 25. Lecture : sur le champ du FGE.8 100. Il s’avère alors que l’enquête surreprésente les employés et les professions intermédiaires : un tiers des salariés pour chacune de ces catégories dans l’enquête contre un quart seulement dans le Fichier Général de l’État. Champ : agents de la fonction publique de l’État.0 18. la structure sociale des agents de la fonction publique est sensiblement modifiée. En revanche. à titre d’illustration (voir tableau D 3. Ces derniers représentent 23. Tableau D 3.2 7. les cadres sont largement sous-représentés : 47 % du total dans le Fichier Général de l’État pour 24 % dans l’enquête.0 22. à savoir les individus âgés de 20 à 49 ans. Les enseignants sont surreprésentés dans la catégories des cadres : 77 % selon le FGE et 57 % sur le champ de l’enquête « Familles et employeurs ».6 27. On compare.6 % des agents sont des cadres.2 54.0 100.volume 1 .8 47. les enseignants représentent 77 % (source : FGE). Insee .1 100.Dossiers 3 Parité et diversités Encadré 2 : Représentation des catégories socioprofessionnelles des salariés de la fonction publique à travers l’enquête « Familles et employeurs » Compte tenu du périmètre de l’enquête « Familles et employeurs ».2 77.6 11. Traitement DGAFP.1-2 : Structure sociale des agents de la fonction publique de l’État selon le Fichier Général de l’État et selon l’enquête « Familles et employeurs » (en %) Champ FGE Sexe Hommes Femmes Ensemble Âge Moins de 30 ans 30 à 49 ans 50 ans et plus Ensemble Catégorie socioprofessionnelle Cadres … dont enseignants (1) Professions intermédiaires … dont enseignants (1) Employés Ouvriers Ensemble 49.

y exercent essentiellement comme cadres ou professions intermédiaires L’enquête « Familles et employeurs » permet de distinguer la nationalité des salariés de 20 à 49 ans.7 0. Selon l’enquête.4 % dans l’ensemble de la fonction publique (voir tableau D 3.6 %).0 FPT + FPH 94.8 % contre 1. Ils sont plus nombreux dans le secteur privé : 5.2 %) que dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière (1. outre les corps de fonctionnaires d’enseignants chercheurs. Les étrangers peuvent néanmoins accéder à un emploi dans les trois fonctions publiques sous différentes modalités : par la voie contractuelle via un contrat qui est ouvert à l’ensemble des étrangers sans distinction de nationalité .9 100. où ils exercent principalement des professions non concernées par la condition de nationalité. Tableau D 3. qui prévoit en principe l’occupation des emplois permanents de l’État par des fonctionnaires (par concours). Ils sont moins nombreux dans la fonction publique de l’État (1.9 100.4 0. Cette proportion monte à 55 % dans la fonction publique de l’État (pour 27 % dans la FPT+FPH). les modalités de recrutement de la fonction publique y limitent le recrutement des étrangers.0 3 FP 95.1 1. Faits et chiffres 2008-2009 257 . Il n’y a aucune discrimination dans les conditions de recrutement de ces agents en fonction de leur nationalité. Français.1-4). 2 Les effectifs interrogés ne permettent pas de fournir des résultats par pays d’origine. des études et de l’évaluation.9 4.0 Source : enquête Familles et employeurs. 4 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique.7 100. DGAFP. 96. 3 Les ressortissants d’un État membre de la Communauté européenne ou d’un autre État faisant partie de l’Espace économique européen peuvent se présenter à tous les concours. communautaires ou étrangers ressortissants d’un État extérieur à l’Union européenne sont traités de manière strictement équivalente. les Français par naturalisation et les étrangers (en isolant ceux originaires d’Europe et ceux des autres pays2).9 2.1 % sont français par naturalisation et 1. Les concours constituent le principal mode de recrutement.8 2. soit comportent une participation directe ou indirecte à l’exercice de prérogatives de puissance publique de l’État ou des collectivités publiques » (art.8 3.8 1.7 0.0 Ensemble 91.7 % des agents sont français de naissance (y compris par réintégration).6 0. soit dans la sphère de l’enseignement (enseignants-chercheurs par exemple). 2. La possibilité de recruter des contractuels est une dérogation au statut général des fonctionnaires.9 4. selon trois catégories : les Français de naissance. minoritaires dans la fonction publique. De fait. Lecture : dans la fonction publique de l’État. Cette souplesse permet de répondre à certains besoins de l’administration dans un cadre législatif particulier.2 % des salariés de la FPT et 13.8 2.7 2. 20.9 2. tout particulièrement dans la FPE et le statut général de la fonction publique impose la condition de nationalité française pour l’accès à la plupart d’entre eux.1-3 : Répartition des salariés de 20 à 49 ans selon leur nationalité (en %) FPE Français de naissance Français par naturalisation Étrangers …dont étrangers d’origine européenne …dont étrangers d’origine extra-européenne Ensemble 96. à la date de l’enquête.2 % sont des étrangers.4 2. Traitement DGAFP.2 5. 2007. la fonction publique en recrute les deux tiers sur des postes de cadres ou de professions intermédiaires : en particulier. par la voie des concours ouverts aux ressortissants communautaires ou par le biais d’un détachement qui est ouvert aux fonctionnaires des États membres de l’Union européenne3. sont déjà ouverts sans condition de nationalité.2 0.2 3.0 Privé 89. vol. bureau des statistiques. 5 bis de la loi du 13 juillet 1983). Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005.7 1.5 100. Ined.4 100. l’ensemble des emplois contractuels. contre seulement 6 % des étrangers dans le secteur privé (voir tableau D 3. Contrairement au secteur privé où près des trois quarts des étrangers sont ouvriers ou employés. sous réserve qu’ils n’accèdent pas aux emplois « dont les attributions soit ne sont pas séparables de l’exercice de la souveraineté.7 0. les étrangers (européens et extraeuropéens) représentent 5 % des actifs occupés âgés de 20 à 49 ans.Dossiers Parité et diversités 3 Les étrangers. 1. Faits et chiffres 2006-2007. Pour les ressortissants non communautaires.4 % de ceux de la FPH au 31 décembre 20054. 41 % des étrangers âgés de 20 à 49 ans occupent un poste de cadre dans la fonction publique (3FP). Il faut rappeler que les non-titulaires représentent 12 % des salariés de la FPE.1-3).

3 38.9 11.2 31. alors que leur présence est limitée dans le privé (11 %).2 17. l’un des parents est né à l’étranger .1 100. chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Privé Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble 22. 5 « L’acquisition de la nationalité française : quels effets sur l’accès à l’emploi des immigrés ? ». exerçant dans le privé. Les parents des agents de moins de 50 ans de la fonction publique sont moins souvent nés à l’étranger que ceux des salariés du privé L’enquête « Familles et employeurs » permet de distinguer les origines géographiques des salariés (pays de naissance des parents).3 12.2 31.5 9.5 12. Dans une étude concernant les effets de la naturalisation sur l’accès à l’emploi des immigrés.1 100.4 24.0 Français par naturalisation 49.6 15.0 11.1 100.0 0.2 100.4 31. Fougère et M. Ined.8 31.8 13.1 100.6 14.3 14. bureau des statistiques. Lecture : 49.0 Étrangers 55.9 100. 258 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . selon trois configurations : les deux parents sont nés en France .7 100.4 12.3 18.0 49.3 28.2 9.Dossiers 3 Parité et diversités Les étrangers sont également très présents parmi les professions intermédiaires de la fonction publique.4 18.0 100. atteint 15 %.0 7.4 47.4 25.9 31.volume 1 . Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005.0 27.0 19.1-4 : Répartition des actifs occupés selon la catégorie socioprofessionnelle et la nationalité (en %) Français de naissance Cadres et professions intellectuelles supérieures FPE Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble Cadres et professions intellectuelles supérieures FPT et FPH Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires 3 FP Employés Ouvriers Ensemble Agriculteurs exploitants Artisans. portrait social 2005/2006. commerçants. des études et de l’évaluation.6 100.0 0. surtout dans la FPT + FPH (31 %) mais également dans la FPE (19 %). la proportion des cadres parmi les salariés français par naturalisation.8 25.8 42. les deux parents sont nés à l’étranger.5 9.0 3.8 42.1 32.6 32.0 30.2 11.0 100.0 27.0 12.6 7.4 25. Traitement DGAFP.7 7.7 15.0 16.0 41.1 6.7 100. Safi ont souligné que les immigrés cadres ont plus de probabilités d’être naturalisés que les immigrés ouvriers5.3 Tableau D 3. France. contre 28 % sur l’ensemble des trois fonctions publiques. Enfin.2 5. à la date de l’enquête.6 % des Français par naturalisation qui exercent dans la fonction publique sont des employés.8 61. D. voire près de la moitié dans la FPE.8 100.6 0.0 Source : enquête Familles et employeurs.

les enseignants représentent 28 % du total des agents de 20 à 49 ans selon le champ de l’enquête « Familles et employeurs »6. Ined. Cela est à mettre également en relation avec la condition de nationalité nécessaire pour l’accès aux concours de la fonction publique (transmission de la nationalité française aux enfants). Dans huit cas sur dix. toutes choses égales par ailleurs. 80.3 9. Avoir au moins l’un des deux parents né en France accroît la probabilité d’appartenir à la fonction publique.0 3 FP 78.1-10) a confirmé que les personnes ayant les deux parents nés à l’étranger ont moins de probabilités (7 points de moins) d’exercer dans la fonction publique qu’une personne ayant les deux parents nés en France.4 100. des études et de l’évaluation.8 9.4 100. Cela tient d’abord à la forte présence des surdiplômés parmi les entrants : en 2006.1-5 : Répartition des salariés de 20 à 49 ans selon le pays de naissance de leurs parents (en %) FPE Les deux parents sont nés en France L'un des parents est né à l'étranger Les deux parents sont nés à l'étranger Ensemble 80. contrairement aux professions intermédiaires Les agents âgés de 20 à 49 ans de la fonction publique sont sensiblement plus diplômés que les salariés du privé (voir tableau D 3. à la date de l’enquête. Faits et chiffres 2008-2009 259 . la proportion d’agents titulaires d’un diplôme supérieur est bien moindre : avec 14 % des salariés âgés de 20 à 49 ans. Traitement DGAFP.1-1) : les titulaires d’un diplôme supérieur représentent environ un quart des salariés de cette tranche d’âge dans les trois fonctions publiques.1-1). La nature des métiers qui y sont exercés pourrait expliquer la présence importante des titulaires d’un diplôme bac +2 (15 %) et des titulaires de CAP et BEP (33 %). Les ouvriers et les employés de moins de 50 ans de la fonction publique bénéficient d’une meilleure adéquation entre diplôme et niveau de qualification du poste occupé que ceux du privé.0 9. bureau des statistiques. 6 Les enseignants représentent 38% des agents de la fonction publique de l’État au 31/12/2005 (source : FGE). dans l’ensemble constitué par les fonctions publiques territoriale et hospitalière.0 Source : enquête Familles et employeurs. contre 13 % des salariés du privé.0 FPT + FPH 77. Une modélisation de la probabilité d’exercer dans la fonction publique à la date de l’enquête (voir tableau D 3. Par ailleurs.0 7. 72 % des recrutés avaient au moins un diplôme de niveau bac +3.6 19. la proportion d’agents de moins de 50 ans dont les deux parents sont nés à l’étranger est légèrement plus élevée (15 %).3 100. elle est similaire à celle observée dans le secteur privé (voir tableau D 3.9 8.1-5). Dans les autres versants de la fonction publique (FPT + FPH).8 12. A contrario.3 % des agents ont les deux parents nés en France.6 15.9 100.0 Privé 68. Une analyse toutes choses égales par ailleurs (voir tableau D 3.Dossiers Parité et diversités 3 Tableau D 3.8 9. les origines des parents sont un peu plus diversifiées : sept salariés sur dix ont leurs deux parents nés en France et deux sur dix ont leurs deux parents nés à l’étranger. dans la FPE. un salarié exerçant dans la fonction publique de l’État a deux parents nés en France : s’y ajoutent 10 % d’agents ayant un parent né à l’étranger et 10 % d’agents dont les deux parents sont nés à l’étranger (voir tableau D 3. Lecture : dans la fonction publique de l’État.4 100. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005. Dans le privé. voire un tiers des agents de la fonction publique de l’État.1-10) confirme la forte attractivité de la fonction publique pour les titulaires d’un diplôme supérieur : le fait d’avoir un diplôme supérieur augmente de 11 points la probabilité d’être agent de la fonction publique par rapport au titulaire d’un diplôme de niveau bac +2.0 Ensemble 71.8 21.

Au cours de la carrière. contre 13 % des employés de la fonction publique de l’État et 12 % des employés de la (FPT + FPH). dans les professions intermédiaires.Dossiers 3 Parité et diversités De même. il s’avère que. attirent de nombreux candidats titulaires d’une licence. pour lesquels le baccalauréat est requis au minimum. 18 % d’entre eux sont titulaires d’un diplôme de niveau bac +2 et 61 % d’un diplôme supérieur. dans la fonction publique. obtiennent souvent par la suite des postes en adéquation avec leur niveau initial de diplôme : pour les jeunes sortis de formation initiale en 1998 et qui sont en emploi dans la fonction publique en 2005. Ces postes. le niveau de diplôme des cadres de moins de 50 ans du secteur privé est proche de celui observé dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière : dans le privé. En effet. Dans le public.1-6). dans la perspective d’évoluer au sein de la fonction publique par le biais des concours internes. En comparant la catégorie socioprofessionnelle et le diplôme le plus élevé obtenu chez les salariés âgés de 20 à 49 ans. avec 78 % des cadres titulaires d’un diplôme supérieur et 13 % d’entre eux titulaires d’un diplôme de niveau bac +2 (voir tableau D 3. 260 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . ayant accédé au départ à un emploi moins qualifiant. le « rattrapage » d’un « déclassement » initial est plus marqué pour les jeunes hommes que pour leurs consœurs7. ce « déclassement » tend à se résorber car les entrants surdiplômés. en ce qui concerne les employés et les ouvriers. la répartition des salariés de moins de 50 ans par niveau de diplôme dessine de nouveau une plus grande proximité entre l’ensemble (FPT + FPH) et le secteur privé qu’avec la FPE : 16 % des salariés du privé sont titulaires d’un diplôme supérieur. les candidats les plus diplômés peuvent se présenter aux concours de plus faible niveau. Vanessa Di Paola et Stéphanie Moullet. Enfin. 7 Voir « L’évolution du déclassement dans la fonction publique en début de carrière : des différences de genre ? ». Environ 20 % des employés du privé sont titulaires d’un diplôme de niveau bac +2 ou plus. Occuper un emploi d’ouvrier avec un diplôme égal ou supérieur à bac +2 est relativement plus fréquent dans le privé (4 % des salariés) que dans la fonction publique (2 %). pour 23 % dans la (FPT + FPH) et 42 % dans la fonction publique de l’État.volume 1 . le phénomène de « déclassement » (au sens de l’inadéquation entre niveau de diplôme et niveau de qualification du poste occupé) est moins accentué que dans le privé. voire davantage. pour 21 % et 59 % respectivement dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière. La fonction publique de l’État se distingue nettement. c’est en début de carrière que l’inadéquation entre niveau de diplôme et catégorie socioprofessionnelle s’observe le plus souvent. 3ème rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée. octobre 2007.

4 1.8 0.2 3.7 47.0 2.6 6.8 20.3 13.2 8.0 13.5 12.0 0.9 9.8 7. brevet des collèges CEP ou sans diplôme Ensemble Diplôme supérieur Bac +2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau CAP. Ined.2 7. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005. 2009.3 8.6 11.6 11.Dossiers Parité et diversités 3 Tableau D 3.1 10. brevet des collèges CEP ou sans diplôme Ensemble 3.0 41. à la date de l’enquête.4 12.0 27.5 100.6 Faits et chiffres 2008-2009 261 .0 20.9 9.5 3.0 100.0 FPT et FPH Ensemble des trois fonctions publiques Privé Source : enquête Familles et employeurs.9 18. chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Agriculteurs exploitants Ensemble 33.2 20.1 24.3 0.0 Employés FPE Diplôme supérieur Bac +2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau CAP.8 1.0 0.7 33.9 31.0 24.0 33.0 3.3 6.6 100.1 14.4 5.0 21.2 7.3 24.0 100.8 3.9 17.5 47.0 30.1 27.0 77.  eWXGH j SDUDvWUH VXU OD FRPSRVLWLRQ IDPLOLDOH GHV PpQDJHV FRPSRUWDQW XQ DJHQW GH OD IRQFWLRQ SXEOLTXH $XGUH\ %DsKU Point Stat. BEP ou autre diplôme de ce niveau BEPC.4 100.2 21.0 3.3 2.0 13.1 44.0 23. L’homogamie est abordée dans cette étude à travers le diplôme (voir encadré 3) : l’approche à partir des catégories socioprofessionnelles des conjoints8 fera l’objet de développements ultérieurs. Traitement DGAFP. commerçants.0 16. BEP ou autre diplôme de ce niveau BEPC.0 100.5 29.0 4.4 7.1 29.2 9.2 29.1 100.9 % des cadres de la fonction publique de l’État sont titulaires d’un diplôme supérieur.1 9.5 23.8 15.7 100.0 3.3 13.0 4.0 20.2 25.5 14.5 3.0 73. BEP ou autre diplôme de ce niveau BEPC.1 17.4 19.9 100.1 27.1 4.8 100.8 100.1 25. DGAFP.8 100.1-6 : Répartition des actifs occupés par secteur d’activité selon le diplôme et la catégorie socioprofessionnelle (à la date de l’enquête) (en %) Artisans.0 100. brevet des collèges CEP ou sans diplôme Ensemble Diplôme supérieur Bac +2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau CAP.9 13.2 19.8 13. des études et de l’évaluation.1 32.1 100.4 0.3 13.5 21.4 1.0 6.9 5.9 8.9 14.5 5.0 61.8 3.0 5.6 14.3 100.0 14.8 39.0 8.5 48.2 46.0 0.0 0.8 25.9 10.5 8.5 12.6 1. brevet des collèges CEP ou sans diplôme Ensemble Diplôme supérieur Bac +2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau CAP.2 2.0 59.3 8.0 100.7 4. BEP ou autre diplôme de ce niveau BEPC.2 20.3 100.5 100.6 5.6 6.3 16. L’union entre des personnes de même niveau de diplôme est plus fréquente dans le privé que dans le public À partir des données de l’enquête « Familles et employeurs ».6 43.3 100.1 100.8 5.3 19.1 19. le phénomène de l’homogamie peut être analysé chez les actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en fonction des caractéristiques de l’employeur. bureau des statistiques. Ouvriers 0.7 47.5 11.9 10.2 100. Lecture : 77.2 25.2 100.1 24.5 2.3 13.8 5.8 0.2 11.2 25.

L’union entre deux personnes ayant des niveaux d’études différents est plus rare (l’indice d’homogamie est inférieur à 1).5 dans la FPE. Pour les couples composés de deux titulaires d’un bac +2. Même constat dans la (FPT + FPH) avec 2.6 fois plus fréquente dans le privé que ne le voudraient les lois du hasard. 2006. soit deux fois plus que si les couples s’étaient formés au hasard »9.Dossiers 3 Parité et diversités L’homogamie demeure dans la société d’aujourd’hui la règle dominante. Économie et Statistique. Il s’avère alors qu’il est moins répandu dans la fonction publique que dans le privé et. pour les couples ayant tous deux des diplômes inférieurs au bac. « près d’un couple sur trois est composé de deux personnes de même position sociale. par rapport à une répartition des unions au hasard. Le comportement homogame est mesuré ici par un indice d’homogamie fondé sur le diplôme (voir tableau D 3. contre 1. n° 398-399. Au contraire.6 fois moins nombreux que dans le cas où les couples se seraient formés au hasard. comme de leurs origines sociales.3 fois moins de couples de ce type que la répartition des couples au hasard .0 pour le secteur privé et de 2. 9 « Homogamie socioprofessionnelle et ressemblance en termes de niveau d’études : constat et évolution au fil des cohortes d’unions ». l’union de deux salariés titulaires d’un diplôme supérieur est 3. c’est-à-dire que les conjoints qui se choisissent sont déjà appariés par la similitude de leur cadre de vie. Mais la tendance à l’homogamie n’est pas réservée aux plus diplômés . ce type d’union est 3 fois plus fréquent dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière et 1. constat largement amplifié dans le secteur privé où ces couples sont 3.4 pour le secteur privé. il s’établit à 1. les agents de la fonction publique de l’État titulaires d’un diplôme inférieur au bac et vivant avec un conjoint titulaire d’un diplôme supérieur sont 2.3 dans la (FPT + FPH) et 1.2 dans la (FPT + FPH).7 dans la FPE. A titre d’illustration. cet indice est de 1. 1999 ». Dans le même temps.volume 1 . quel que soit le type de diplôme et le type d’employeur. elle est assez générale. En particulier. en particulier moins fréquent dans la fonction publique de l’État que dans les deux autres fonctions publiques. Ces constats sont généraux et s’observent quel que soit le type d’employeur de la personne (public ou privé). De plus. de leur profession. dans la majorité des couples. « les deux conjoints ont aussi. des niveaux d’études identiques ».4 fois moins nombreux.1-7).8 fois seulement plus fréquent dans la FPE. Selon une étude nationale issue de l’enquête « Étude de l’histoire familiale. 262 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . mais de 2. Mélanie Vanderschelden.

Traitement DGAFP.08 1.56 0. Ined.40 0.95 1.90 0.74 0.78 1.10 0.29 Bac +2 1. des études et de l’évaluation.71 1.38)).34 0.85 1.95 1.93 0.22 0.37 0.55 0. à la date de l’enquête.15 1. vivant en couple avec un conjoint actif ou non.70 1. Les salariés interrogés ayant un diplôme inférieur au bac et vivant avec un conjoint titulaire d’un diplôme supérieur sont 3 fois moins nombreux que dans le cas où ils auraient choisi leur conjoint au hasard (1 divisé par la valeur de indice d’homogamie (0.97 1.02 1.37 3. également titulaire d’un diplôme supérieur.36 0.97 0. Lecture : les agents de la fonction publique de l’État.03 1.53 0. Faits et chiffres 2008-2009 263 .10 1.79 0.48 1.17 1. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005.48 0.86 0.91 0.27 0.23 0. sont 1.92 0.36 0.90 Inférieur au Bac 0.82 0.65 1.55 0.21 0.19 0.21 0.65 Bac ou équivalent 0.95 1.Dossiers Parité et diversités Tableau D 3.34 0.34 0.17 2.43 2.31 0. titulaires d’un diplôme supérieur.44 1.38 2.1-7 : Indice d’homogamie fondé sur le diplôme par type d’employeur (en %) Diplôme du conjoint Diplôme de l'individu Diplôme supérieur FPE Bac +2 Bac ou équivalent Inférieur au Bac Diplôme supérieur FPT et FPH Bac +2 Bac ou équivalent Inférieur au Bac Diplôme supérieur 3 FP Bac +2 Bac ou équivalent Inférieur au Bac Diplôme supérieur Privé Bac +2 Bac ou équivalent Inférieur au Bac Diplôme supérieur 1.81 0.72 0.94 1. bureau des statistiques.8 fois plus nombreux que ne le voudraient « les lois du hasard ».94 2.73 0.37 3 Source : enquête Familles et employeurs.61 1.05 1.89 0.20 1.77 1.

1-7. correspondant à ce que l’on appelle communément les « classes moyennes ». Les échanges les plus nombreux se font habituellement entre ces trois derniers milieux. Par ailleurs. il s’agit de vérifier en quoi elles sont susceptibles d’influer sur leur niveau de satisfaction vis-à-vis de leur travail et sur leur perception des freins à leur évolution professionnelle. tous types d’employeurs confondus. est le nombre d’enquêtés en couple de diplôme i. 264 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Indice d’homogamie : cet indice est calculé séparément dans chacun des secteurs d’exercice de l’activité. Il n’y a pratiquement pas d’échange entre les groupes situés au-dessous et au-dessus d’elles. les employés et surtout les cadres moyens. qui figurent dans le tableau D 3. toutes choses égales par ailleurs. Enfin. Elle peut être mesurée selon plusieurs critères : selon la catégorie socioprofessionnelle des conjoints. chez les ouvriers. etc.1-11). cet indice indique une tendance à l’homogamie. elle est la plus faible parmi les commerçants.volume 1 . les salariés issus de l’immigration se déclarent satisfaits de l’intérêt de leur travail dans la fonction publique dans à peu près les mêmes proportions que celles observées chez leurs collègues ayant les deux parents nés en France. les salariés ayant les diplômes les plus élevés sont ceux qui ont davantage de probabilités de se déclarer satisfaits de l’intérêt de leur travail. Dans le privé. et enfin chez les personnes appartenant aux groupes les plus favorisés . les salariés de 20 à 49 ans dont les deux parents sont nés à l’étranger ont moins de probabilité de se déclarer satisfaits de l’intérêt de leur travail que leurs collègues ayant deux parents nés en France (3 points d’écart). le diplôme. les salariés âgés de 30 à 49 ans ont plus de probabilités (3 points de plus) de se déclarer satisfaits que leurs collègues plus jeunes (20 à 29 ans) (voir tableau 3. BEPC et CAP ont moins de probabilités de se sentir satisfaits de l’intérêt de leur travail par rapport aux titulaires d’un bac +2 (4 points de moins). Sous l’hypothèse d’indépendance entre diplôme et choix du conjoint. Plus cet indice est proche de 1. sont le résultat du rapport des effectifs * observés nij sur les effectifs théoriques n ij. Les titulaires d’un bac. en ordre décroissant. Toutes choses égales par ailleurs (y compris la nature de l’employeur).j est le nombre de conjoints de diplôme j n et n le nombre total de couples. puis. n. 88 % des salariés de la fonction publique et 86 % de ceux du privé se déclarent satisfaits de l’intérêt de leur travail Les salariés du public âgés de 20 à 49 ans se déclarent légèrement plus satisfaits de l’intérêt de leur travail (88 % pour l’ensemble 3FP) que leurs collègues du privé (86 %)10 : on n’observe pas au sein de chaque secteur d’écarts significatifs entre les déclarations des hommes et des femmes. L’âge est un facteur significatif pour expliquer la satisfaction de la population interrogée (20-49 ans) en matière d’intérêt du travail. L’homogamie sociale la plus forte se rencontre parmi les cultivateurs.Dossiers 3 Parité et diversités Encadré 3 : Indice d’homogamie L’homogamie peut être définie comme la tendance à choisir un conjoint socialement proche et reflète l’idée d’une certaine ressemblance entre les caractéristiques sociales de l’individu et de son conjoint. x n. dont les membres s’unissent et se reproduisent entre eux. Les indices d’homogamie hij. l’âge. plus les conjoints se choisissent sans considération de diplôme. Il s’agit du rapport entre l’homogamie observée (ici. la religion. Lorsqu’il est supérieur à 1. nombre de couples dont les deux conjoints sont titulaires d’un diplôme équivalent) et l’homogamie théorique (nombre de couples homogames qui serait observé si les conjoints se choisissaient au hasard parmi les personnes vivant en couple). le nombre de couples composés d’une personne titulaire de diplôme i et d’une personne titulaire du diplôme j est : * ni. Toutes choses égales par ailleurs. qui jouent un rôle de charnière dans les phénomènes de mobilité sociale. l’écart de satisfaction entre ces deux catégories de salariés est significatif : 6 points d’écarts au profit des salariés ayant les deux parents nés en France. Après avoir examiné les caractéristiques sociodémographiques des agents de moins de 50 ans de la fonction publique. 10 Les deux proportions sont significativement différentes.j n ij = où ni.

de se déclarer satisfait est de 6 points inférieure dans le privé par rapport à la fonction publique. soit légèrement plus que dans le secteur privé (huit sur dix)13. selon l’enquête « Changements organisationnels et informatisation » (COI 2006). 14 Premier trimestre 2005. etc. contre 9 % chez les autres employeurs publics et 1 % dans le privé). les salariés du public âgés de 20 à 49 ans se déclarent davantage satisfaits des possibilités de conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle (84 % pour l’ensemble 3FP) que ceux du privé (79 %). De fait. selon l’enquête « Familles et employeurs ». ainsi que de leurs horaires de travail. les agents de la FPH se distinguent nettement de leurs collègues du public sur ces deux aspects : leur degré de satisfaction est plus faible et équivaut à celui observé dans le privé.). Dans la fonction publique.1-12). Enfin. la probabilité. Selon l’enquête Emploi de l’Insee14. filières administratives. cela n’est pas lié à la nature de l’employeur (public ou privé). ils se déclarent davantage satisfaits en matière d’horaires (87 % pour l’ensemble 3FP) que leurs collègues du privé (81 %)11. infirmières. De même. 12 Voir Dossier 2 de ce rapport « Conditions de travail ». près de neuf femmes sur dix se déclarent satisfaites des possibilités de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Alain Larmat et Marie Cordier. Ce n’est le cas que de quatre établissements sur dix dans le secteur privé. par exemple. Il est à noter ici que les établissements employeurs d’agents de la fonction publique hospitalière déclarent plus souvent que les autres types d’employeurs l’existence d’une garderie ou d’un centre aéré (13 %. Si la spécificité des métiers de la fonction publique y explique en partie la forte présence des femmes dans ce secteur (enseignants. et un quart des établissements employeurs de la fonction publique territoriale. Faits et chiffres 2008-2009 265 . En particulier. dans leur grande majorité. sans possibilité d’aménagement12. les plages horaires et le temps partiel sont pour l’essentiel choisis plutôt que subis. 13 L’écart est significatif. d’autres facteurs pourraient contribuer à la surreprésentation des femmes.Dossiers Parité et diversités 3 Conciliation entre vie familiale et vie professionnelle : les salariés de moins de 50 ans de la fonction publique se déclarent davantage satisfaits que leurs collègues du privé Par ailleurs. les astreintes et les horaires atypiques (travail de nuit ou le week-end) y sont fréquents : la quasi-totalité des établissements employeurs des agents de 20 à 49 ans de la fonction publique hospitalière déclarent fonctionner régulièrement la nuit (voir tableau D 3. Dans le même temps et sur la même population des 20-49 ans interrogés. contre 8 % chez les autres employeurs publics et 2 % dans le privé) ou bien d’une crèche au sein de l’établissement (51 %. pour un salarié de 20 à 49 ans. un tiers des établissements employeurs du secteur privé. Dans la fonction publique de l’État. comme par exemple les possibilités de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. dans le secteur hospitalier public. soit une proposition identique à celle observée dans le privé (voir tableau D 3. ce type de fonctionnement régulier la nuit ne concerne qu’un tiers des établissements employeurs de la fonction publique de l’État. 10 % des établissements interrogés déclarent refuser le temps partiel sur demande de l’agent. c’est au sein des fonctions publiques territoriale et hospitalière que le refus d’un temps partiel demandé par le salarié est le plus rare (4 à 5 % des établissements seulement). Néanmoins. Mais. des horaires déterminés par l’établissement employeur. 11 Les écarts de satisfactions par rapport aux horaires et à la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle sont significatifs entre la fonction publique et le privé. les salariés ont. les femmes ont davantage de probabilités de se déclarer satisfaites en matière de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle que les hommes (3 points d’écart). en ce qui concerne la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle ainsi que les horaires. peut être considéré comme plus aisé dans la fonction publique : par exemple. il s’avère.1-12). Toutes choses égales par ailleurs (y compris la nature de l’employeur). Or. Toutes choses égales par ailleurs. 28 % des femmes travaillent à temps partiel dans la fonction publique contre 31 % dans le privé. L’aménagement des horaires de travail. que six établissements employeurs d’un salarié de moins de 50 ans appartenant à la fonction publique sur dix accordent un temps partiel sur simple demande de l’agent.

la réduction du temps de travail est nettement plus importante chez les femmes que chez les hommes après une naissance. En cas d’enfant malade. n° 426. Ariane Pailhé et Anne Solaz. 15 « Vie professionnelle et naissance : la charge de la conciliation repose essentiellement sur les femmes ». les établissements employeurs des salariés de moins de 50 ans sont susceptibles d’accepter des aménagements d’horaires en cas d’enfant malade ou en fonction des horaires de la crèche ou de l’école. Chez les femmes. sur la population des 20-49 ans seule interrogée dans le cadre de l’enquête « Famillles et employeurs ».volume 1 . dans le secteur privé. Dans la fonction publique. ce facteur est significativement explicatif de la satisfaction vis-à-vis des horaires. Le fait que les femmes considèrent. En matière de satisfaction vis-à-vis des horaires. mais moins souvent que dans le privé. Population et Société. le fait d’avoir des enfants est fréquemment perçu par les femmes comme un obstacle à la promotion. y compris la nature de l’employeur. 71 % des employeurs de la fonction publique (3FP) acceptent ce type d’aménagement soit autant que dans le privé. Par ailleurs. À titre d’exemple. selon une analyse toutes choses égales par ailleurs. 266 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . A. dans des proportions supérieures aux hommes. Solaz ont souligné qu’après une naissance. Paillhé et A. cette proportion est plus importante dans la (FPT+FPH) que dans la fonction publique de l’État : respectivement 17 % et 14 % avec un écart significatif entre ces deux composantes. ce qui impacte vraisemblablement leurs parcours professionnels. Dans le même temps. les salariés âgés de 30 à 49 ans ont plus de probabilités de se déclarer satisfaits vis-à-vis de leurs horaires de travail (2 points de plus) que leurs plus jeunes collègues (20-29 ans). Ined. en termes de conciliation vie familiale-vie professionnelle. contre 11 % dans la fonction publique (l’écart n’est pas significatif). septembre 2006. 15 % de femmes exerçant dans la fonction publique considèrent que le fait d’avoir des enfants est un obstacle à la promotion ou à l’avancement dans l’établissement (5 % des hommes seulement). selon l’enquête « Familles et employeurs » et en cas d’enfant malade. et par conséquent leurs chances d’avoir une promotion ou un avancement. y compris la nature de l’employeur (public ou privé). et surtout dans la FPH (52 %). l’âge n’apparaît pas comme un facteur déterminant du sentiment de satisfaction en terme de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. le degré de satisfaction par rapport à la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle et aux horaires du travail n’est pas déterminé par la nature du diplôme : ce facteur n’est pas significatif dans ces deux cas. qu’avoir des enfants constitue un obstacle à la promotion est à mettre en relation avec leur plus grande implication dans la vie familiale et plus particulièrement dans les efforts de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Tous secteurs confondus. De même. les origines géographiques des parents ne jouent aucun rôle dans le ressenti des agents de la fonction publique et du secteur privé. les salariés dont les deux parents sont nés à l’étranger ont moins de probabilités de se déclarer satisfaits que leurs collègues ayant leurs deux parents natifs de France (2 points d’écart). En revanche. Globalement. 16 Ibidem. cette opinion est partagée par un quart des femmes (pour 7 % des hommes). les pères réduisent leur activité vingt fois moins souvent que les mères16.Dossiers 3 Parité et diversités Cette possibilité d’aménagement des horaires est recherchée par les femmes sur lesquelles repose essentiellement l’effort de conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle au sein du couple15. 14 % des salariés de 20 à 49 ans déclarent qu’avoir des enfants constitue un frein à leur évolution professionnelle 15 % des salariés de moins de 50 ans du secteur privé estiment qu’avoir des enfants constitue un obstacle à leur évolution professionnelle. Dans un couple. Toutes choses égales par ailleurs. ce type d’aménagement est plus fréquent dans la FPE (82 % des établissements) que dans la FPT (70 %).

20 L’écart est significatif entre la FPE et les (FPT+FPH). mais ce constat n’est pas homogène selon l’employeur public La moitié des salariés du privé déclarent que le refus d’un changement d’horaires constitue un obstacle à leur évolution professionnelle . les agents de moins de 30 ans déclarent plus souvent (48 %) que leurs aînés (40 % chez les 30 à 49 ans) que le refus d’un changement d’horaires peut constituer un obstacle à la promotion18. Les salariés du public déclarent moins souvent que ceux du privé que le refus d’un changement d’horaires ou d’un changement de région constitue un frein à leur avancement ou promotion. quasiment au même niveau. Ces constats sont partagés. Au contraire. n’est pas un élément déterminant de leur opinion sur le sujet. contre près du double chez les salariés du privé. Dans le privé.Dossiers Parité et diversités 3 Les salariés de 20 à 49 ans. la mobilité géographique est avancée par certains employeurs des salariés de 20 à 49 ans interrogés dans le cadre de l’enquête comme un des critères pris en compte (toujours ou souvent) dans l’évolution professionnelle : un tiers des employeurs relevant de la fonction publique de l’État et 31 % de ceux du secteur privé.6. contrairement à leurs collègues dont les deux parents sont nés de France. En effet. moins d’un tiers des agents des fonctions publiques territoriale et hospitalière effectuent cette déclaration20. dans la fonction publique. Ces proportions sont plus faibles dans l’ensemble fonctions publiques territoriale et hospitalière que dans l’État : 31 % des femmes et 17 L’écart est significatif. 57 % des salariés de 20 à 49 ans du secteur privé déclarent que le refus d’un changement de région constitue un obstacle à leur promotion ou avancement. Économie et Statistique. la disponibilité est avancée par les employeurs des salariés de 20 à 49 ans interrogés dans le cadre de l’enquête comme un des critères pris en compte (toujours ou souvent) dans l’évolution professionnelle : davantage dans le secteur privé (près de la moitié des employeurs) que dans l’ensemble de la fonction publique (30 %). 19 Chantal Brutel. considèrent très rarement le fait d’avoir des enfants comme un obstacle à la promotion. quel que soit le type d’employeur. l’âge des salariés. et c’est également le cas pour 49 % des agents de la fonction publique de l’État. soit quasiment autant que dans le secteur privé La mobilité géographique et la promotion ou l’avancement sont étroitement liées : une promotion implique souvent un déplacement géographique19. Il n’y a pas de différence en la matière entre la perception des hommes et des femmes. Dans la fonction publique. entre les hommes et les femmes du secteur privé. Maryse Jegou et Carole Rieu. au sein de cette population des moins de 50 ans. n° 336. En revanche. En revanche. 38 % de femmes partagent cet avis. En revanche. près des trois quarts des employeurs déclarent ne jamais prendre en compte la mobilité géographique en terme d’avancement ou de promotion. Faits et chiffres 2008-2009 267 . Près de la moitié des salariés de moins de 50 ans de la fonction publique de l’État déclarent que le refus d’un changement de région constitue un frein à leur évolution professionnelle. 18 L’écart est significatif. dans la fonction publique. En effet. « La mobilité géographique et la promotion professionnelle des salariés : une analyse par aire urbaine ». C’est dans la fonction publique de l’État que cette proportion est la plus faible (6 % contre 9 % chez les salariés des autres fonctions publiques17). la même perception est ressentie par 42 % des salariés du public. dont les deux parents sont nés à l’étranger. 2000. cette contrainte familiale n’est évoquée que par 7 % des agents dont les deux parents sont nés à l’étranger. dans la FPT et la FPH. moins fréquemment par ceux de l’État que par ceux des autres versants de la fonction publique (l’écart est significatif). le refus d’un changement de région est considéré par 51 % des hommes comme un obstacle à la promotion .

En revanche. type de diplôme. pour les jeunes les moins diplômés. Ceux qui souhaitent progresser dans leur carrière seraient prêts à changer de région. Selon l’enquête « Génération 98 à 7 ans ». à partir des enquêtes « Génération » du Céreq.volume 1 . préserver sa vie hors travail semble une préoccupation secondaire qui n’intervient qu’une fois la stabilité professionnelle assurée. contre seulement 70 % des mères de deux enfants. Le suivi longitudinal a l’intérêt de mettre les sentiments de satisfaction qu’ont les jeunes vis-à-vis de leur emploi en relation avec leurs trajectoires professionnelles. Pour les jeunes titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. 37 % des femmes estiment que le poste qu’elles occupent est le plus élevé qu’elles pourront atteindre chez leur employeur (l’ensemble des employeurs). Au final. contre respectivement 42 % des femmes et plus de la moitié des hommes dans la fonction publique de l’État. 31 % des jeunes (32 % des hommes et 28 % des femmes) ont une position professionnelle supérieure à celle de leur premier emploi. 44 % de ces mères ont un emploi à temps partiel. Il sera intéressant de compléter cette étude par des analyses longitudinales. Les deux tiers des jeunes sortis de formation initiale en 1998 estiment être employés à leur niveau de compétence et être bien payés (cette proportion ne varie pratiquement pas au cours du temps). En revanche.Dossiers 3 Parité et diversités 34 % des hommes. les jeunes avec une trajectoire d’instabilité ou de non emploi prolongé sont plus nombreux à déclarer rechercher un nouvel emploi. adéquation du diplôme et du poste occupé. Au fil des sept premières années de vie active. voire moins dans la fonction publique de l’État. ils rattrapent leur retard par la suite. l’enquête « Familles et employeurs » permet de dresser un panorama de la diversité des caractéristiques des agents de la fonction publique âgés de 20 à 49 ans en relation avec leur vie familiale et professionnelle. De fait. En revanche. Encadré 4 : Les sept premières années de carrière des jeunes diplômés de 1998 Les enquêtes Génération du Céreq sont des enquêtes sur les cheminements professionnels ayant pour objectif le développement d’une vision longitudinale de l’insertion et des débuts de carrières. Si les jeunes issus de l’immigration titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur ont des positions professionnelles légèrement moins valorisées lors du premier emploi. ce qui laisse à penser que les femmes perçoivent davantage d’obstacles à la promotion et à l’avancement dans leur entreprise ou établissement. après sept années passées sur le marché du travail. après sept ans de vie active. Cette opinion est partagée par plus de la moitié des salariés du secteur privé. contre 30 % des hommes. âge. la priorité est d’arriver à concilier la vie familiale et le déroulement de leur carrière. De bonnes conditions de travail sont des facteurs favorables au développement de sentiments de satisfaction par rapport au contenu de l’emploi et à sa rémunération. parcours avant emploi dans la fonction publique. origines sociales et géographiques. Ces questions seront abordées en fonction des caractéristiques des jeunes : sexe. il apparaît que les naissances ont des conséquences plus nettes sur la vie professionnelle des femmes que sur celles des hommes. filière de recrutement. 268 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . les jeunes qui travaillent affichent globalement une satisfaction croissante à l’égard de leur situation. Il s’agit de résultats relatifs aux jeunes sortants du système éducatif (pour la première fois) en 1998 et interrogés sept ans après (ils avaient également été interrogés en 2001). Au terme de leur septième année d’activité. leur salaire apparaît très proche du salaire moyen. L’enquête « Génération 98 à 7 ans » démontre qu’une trajectoire de stabilisation dans l’emploi à durée indéterminée induit davantage de satisfaction et de sentiment de se réaliser professionnellement. la quasi-totalité des pères de deux enfants travaille. Qui plus est. cheminement professionnel et promotion sociale. pour mieux observer les débuts de carrières dans la fonction publique : profils et statuts des entrants. à peu près dans les mêmes proportions quel que soit leur origine géographique. Au sein de la population des jeunes ayant quitté le système éducatif en 1998 et qui sont toujours en emploi sept ans après. dans la fonction publique. les salariés de 20 à 49 ans ayant leurs deux parents nés en France sont les plus nombreux (près de la moitié) à considérer le refus d’une mobilité géographique comme un obstacle à leur promotion : ce sentiment n’est partagé que par un tiers des salariés ayant leurs deux parents nés à l’étranger. Au total. Cette opinion des hommes dans la fonction publique de l’État s’établit ainsi au même niveau que celle des hommes du secteur privé. Cet encadré est élaboré à partir de l’ouvrage « Quand la carrière commence… les sept première années de vie active de la Génération 98 ». quel que soit le niveau de diplôme.

8 90.5 80.4 75.1 84.8 93.3 74.1 77.3 84.1 88. Lecture : 91.2 81.8 78.3 84. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005.0 84.1 .5 87.6 75.7 86.4 94. brevet des collèges CEP ou sans diplôme Catégorie socioprofessionnelle Agriculteurs exploitants Artisans.5 80.6 80.0 92.6 88.9 96.0 84. Traitement DGAFP.5 82.9 81.8 84.0 86.9 84.4 83.0 83.9 76.9 73.2 85.9 88.9 80.8 82.6 79.9 92.3 84.3 75.5 86.3 71.9 89.0 92.1 84.4 77. BEP ou autre diplôme de ce niveau BEPC.9 81.7 86.3 82. commerçants.6 85.1 86.2 72.4 81.3 90.5 80.1 89. des études et de l’évaluation.4 88.5 86.7 78.6 84.1 88.9 … des horaires dans l'emploi actuel FPT FPE + FPH 3 FP Privé … de la conciliation vie familiale/vie professionnelle FPT FPE + FPH 3 FP Privé 3 89.3 86.0 87.0 86.8 84.4 88.1 88.9 84.0 88.3 84.8 87. .1 86.2 91.3 78.3 87.Dossiers Parité et diversités Annexes Tableau D 3.3 83.1 82 84.5 87.7 65.8 85.8 82.8 82.5 84.2 87.9 83.8 77.9 81.4 82.3 85.1 86.8 84.1 85.9 84.8 89.0 92.5 78.7 80.7 81.7 77.9 87.3 88.9 84.8 95.0 85. .5 % des femmes agents la fonction publique de l’État déclarent être satisfaites de l’intérêt du travail dans l’emploi actuel.8 80.6 88.6 76.4 78.8 82.2 90.5 79.9 91.8 96.8 84. 91.9 87.1-8 : Proportion des actifs occupés qui se déclarent satisfaits de … (en %) … l’intérêt du travail dans l'emploi actuel FPT FPE + FPH 3 FP Privé Sexe Hommes Femmes Âge 20-29 ans 30-49 ans Nationalité Français de naissance Français par naturalisation Étrangers Diplôme Diplôme supérieur Bac +2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau CAP.4 94.2 83.4 77.7 91.7 82.9 80.3 83.1 84.3 90.8 85.9 .9 81.2 86.7 83.4 87.7 90.5 88.8 92.2 86.0 84.8 91.9 82.2 88.7 80.6 92.5 93.4 86.4 86.0 81.4 79. . bureau des statistiques.1 82.7 88.9 86.8 91.9 79.1 86.6 88.5 88.6 89.9 85. 91.1 91.7 82.8 81.9 87.2 88.8 86.5 84.2 82.7 80.3 79.6 90.3 88.2 93. Faits et chiffres 2008-2009 269 .8 88.8 91.4 83.8 79.9 85.1 81.4 91 70.3 89. chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Origines des parents Les deux parents sont nés en France L'un des parents est né à l'étranger Les deux parents sont nés à l'étranger Ensemble 93.8 92.6 83. 93.7 81.6 79.9 86.1 71.1 78.7 87.4 80. Ined.8 85.9 69.8 87.1 84.1 80.8 76.9 86.0 90.7 77.0 89.5 83.0 88.4 85.5 85.4 82.0 97.8 80.5 93.7 81.0 85.3 91.3 89.7 81.8 85.9 88.0 78.2 86.2 .3 87.3 80.9 84.7 87.7 84.1 79.2 82.5 77.3 85.3 82.8 81.1 87.0 87.5 81.4 79.6 84.6 83.9 80.2 80.4 92.2 85.1 Source : enquête Familles et employeurs.5 86.4 81.2 88.9 84.8 91.1 88.3 75.9 84.2 88.3 80.6 88.5 83. à la date de l’enquête.8 89.1 86.9 83.4 89.0 77.9 89.3 86.

5 61.4 32.1 54.0 41.2 40.0 57.2 5.7 49.4 44.0 55.7 53.8 3.2 41.8 45.3 33.7 45.0 33 38.1 7.8 16.6 33.7 57.5 50.1 48.5 55.3 14.9 11.6 5.9 41.9 4.8 35.2 31.2 6.7 12.4 17.8 40.5 52.2 65.Dossiers 3 Parité et diversités Tableau D 3.8 45.6 48.1 7.6 54.0 14.8 52.5 24.7 53.5 37.9 55.0 31.4 11.9 44.8 11.0 26.5 28.9 23.0 59.7 13.3 52.5 31.4 37.2 41.9 39.0 56.8 54.8 8.3 56.2 5.4 57.1 47.9 57.2 41.9 45.3 52.9 62.0 39.1 8.1 35.1 49.1 44.5 6.0 13.5 9.5 15.0 17.3 39.5 52.3 34.7 38.9 53.3 42.9 10.2 34.2 7.0 3.9 51.8 15.8 9.7 49.3 36.4 35.1 53.5 4.3 44.5 42.0 43.9 5.9 11. 270 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .5 FPT 3 FP + FPH Privé FPE FPT 3 FP + FPH Privé FPE FPT 3 FP + FPH Privé Source : enquête Familles et employeurs.7 15.1 60.0 56.9 68.0 33.4 6.1 20.9 15.5 56.4 52.8 37.4 17.8 14.6 10. 13.8 16.0 21. Traitement DGAFP.8 42. brevet des collèges CEP ou sans diplôme Catégorie socioprofessionnelle Agriculteurs exploitants Artisans.2 8.1 39.6 45.9 14.3 9.4 37.3 50.4 11 4.2 32.0 46.0 42.8 9.8 5.6 46.5 51.8 32.6 10.6 49.6 44.8 29.9 48.2 14.1-9 : Proportion des actifs occupés qui déclarent le fait … (en %) … d’avoir des enfants comme … de refuser des changements … de refuser un changement obstacle à la promotion d’horaires comme obstacle de région comme obstacle ou l’avancement dans à la promotion ou l’avancement à la promotion ou l’avancement l’établissement dans l’établissement dans l’établissement FPE Sexe Hommes Femmes Âge 20-29 ans 30-49 ans Nationalité Français de naissance Français par naturalisation Étrangers Diplôme Diplôme supérieur Bac +2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau CAP.4 10.7 53.6 38.7 50.6 48.9 12. à la date de l’enquête.2 50.4 30.9 53.9 35.3 10.4 33.2 28.3 44.0 52.8 59.7 49. des études et de l’évaluation.3 30. Lecture : 13.1 53.2 35.9 9.1 43.5 34.9 43.9 19.8 14.9 49.0 .4 36.7 52.4 9.9 36.4 12. chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Origines des parents Les deux parents sont nés en France L'un des parents est né à l'étranger Les deux parents sont nés à l'étranger Ensemble 9.8 27. commerçants.2 41.0 18.4 21.6 51.1 54.8 47.6 13.6 37.2 48.3 43.3 38. 18.0 15.3 57.1 8.7 61.7 56.1 4.1 54.9 53.7 11.0 16.2 12.1 50.3 10.9 58.2 .3 44.6 10.0 13.3 26.7 41.0 33.3 6.8 9.3 40. bureau des statistiques.5 33. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005.4 44.3 22.5 38.9 69.3 14.4 34.0 55.9 % de femmes agents la fonction publique de l’État estiment que le fait d’avoir des enfants est un obstacle à la promotion ou l’avancement.3 10.9 43.8 25.6 59. Ined.5 8.1 35.0 38.7 32.0 8.6 44.3 9.9 53.7 7.6 13.6 48.5 54.9 42.3 41.3 40.6 16.2 13.1 8.1 46.volume 1 .3 45.7 53.7 11.1 50.7 11.4 46. BEP ou autre diplôme de ce niveau BEPC.7 14.7 45.

s : modalité ou variable non significative au seuil de 5 %.156 -0. l’évolution de la probabilité de travailler dans la fonction publique pour une personne dont les deux parents sont nés à l’étranger est. BEP ou autre diplôme de ce niveau CEP ou sans diplôme Diplôme supérieur Les deux parents sont nés en France Origines des parents L'un des parents est né à l'étranger Les deux parents sont nés à l'étranger Modalités Coefficient estimé -1. Traitement DGAFP. à la date de l’enquête.P0 = 1 1 1 + exp(-(-1. L’évolution de la probabilité d’exercer un emploi dans la fonction publique est calculée par rapport à une situation de référence.408)) Faits et chiffres 2008-2009 271 . brevet des collèges CAP. La probabilité pour un individu correspondant à la situation de référence se calcule avec la seule constante selon la formule : 1 P0 = 1 + exp(-(-1. n. 0. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005. des études et de l’évaluation.143 -0. être femme augmente de 11 points (0.s.224 -0.408 .1-10 : Impacts des caractéristiques des personnes sur la probabilité de travailler dans la fonction publique Variables Constante Sexe Hommes Femmes Bac+2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau Diplôme BEPC. et toutes choses égales par ailleurs.Dossiers Parité et diversités Tableau D 3.11 n. n. -0. Ined.0.057 0.s.11) la probabilité d’exercer dans la fonction publique. n.549)) 1 + exp(-(-1. Lecture : par rapport à la situation de référence (en gras).07 3 Source : enquête Familles et employeurs.09 0.s.572 Réf.549 Écart par rapport à la probabilité de référence 0. il suffit de tenir compte des coefficients estimés dans la régression logistique.408 Réf.408)) Lorsqu’on s’écarte de cette situation de référence.695 0.s. Par exemple. bureau des statistiques. toutes choses égales par ailleurs : P1 .595 Réf. 0. -0. -0.11 n.

309 -0. n.353 -0.02 n.s.1-11 : Impacts des caractéristiques des personnes sur les probabilités de satisfaction Conciliation vie familiale et vie professionnelle Écart Écart Écart par rapport par rapport Coefficient par rapport Coefficient Coefficient à la probabilité à la probabilité estimé à la probabilité estimé estimé de référence de référence de référence Intérêt de l'emploi Horaires 2.392 Réf.06 Variable Constante Sexe Modalités Diplôme Source : enquête Familles et employeurs.02 n.825)) 272 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . il suffit de tenir compte des coefficients estimés dans la régression logistique. -0. bureau des statistiques.133 -0. Traitement DGAFP.127 Réf. 0.308 -0.volume 1 .s. toutes choses égales par ailleurs : P1 .04 -0.825)) Lorsqu’on s’écarte de cette situation de référence. -0.03 n. -0. -0.416)) 1 + exp(-(1.288 Réf.114 Réf. BEP ou autre diplôme de ce niveau CEP ou sans diplôme Diplôme supérieur Âge 20-29 ans 30-49 ans Les deux parents sont nés en France Origines des parents L'un des parents est né à l'étranger Les deux parents sont nés à l'étranger Secteur 3 FP Secteur privé Réf.140 0. Ined. 0.s.196 Réf.091 Réf.02 -0.339 0. 1.s. à la date de l’enquête.8254 . 0. -0.010 Réf. -0. l’évolution de la probabilité de se déclarer satisfait des conditions de l’emploi pour une personne travaillant dans le privé est.028 -0. 0.157 0. n.049 -0.825 Réf. brevet des collèges CAP. -0.s. n. et toutes choses égales par ailleurs.06 1. n.096 0. n.106 Réf.s.s. n. n.332 -0.154 -0.04 -0. -0.Dossiers 3 Parité et diversités Tableau D 3.04 -0.142 -0.s.050 n.s.P0 = 1 1 1 + exp(-(1.s.s.09 n. Champ : actifs occupés âgés de 20 à 49 ans en 2004-2005.06) la probabilité de se sentir satisfait des horaires de l’emploi par rapport à un salarié dans la fonction publique. 0. n.031 Réf. n.s : modalité ou variable non significative au seuil de 5 %.03 n.024 Homme Femme Bac+2 Bac ou brevet professionnel ou autre diplôme de ce niveau BEPC.416 0.05 n. Lecture : par rapport à la situation de référence (en gras).s.s.s.000 -0.187 Réf. L’évolution de la probabilité de se déclarer satisfait des horaires de l’emploi est calculée par rapport à une situation de référence. des études et de l’évaluation. -0. -0. être salarié dans le privé baisse de six points (-0. 0.0. 0. 0. -0. n.155 Réf.03 n.166 Réf. Par exemple.s.s. -0. 0. -0.457 Réf.699 0.s.135 -0. La probabilité pour un individu correspondant à la situation de référence se calcule avec la seule constante selon la formule (modèle satisfaction par rapport aux horaires de l’emploi) : 1 P0 = 1 + exp(-(1.

L’estimation de ce paramètre s’effectue en maximisant la vraisemblance qui a pour expression : l >F(-Zi. Faits et chiffres 2008-2009 273 . horaires et possibilités de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle). L’évolution de la probabilité de se déclarer satisfait par rapport aux horaires de l’emploi (ou par rapport aux autres conditions de travail) est calculée par rapport à une probabilité de référence qui est celle d’un homme.b]étati >F(-Zi. trois modèles ont été estimés sur l’ensemble des actifs occupés (voir tableau D 3. âge. le diplôme. l’âge et l’origine géographique des parents.1-11). F la fonction de répartition de la distribution logistique et b un paramètre structurel. âgé entre 20 et 29 ans.F(-Zi. Les variables sociodémographiques retenues sont : la nature de l’employeur. Cette probabilité est modélisée en fonction des caractéristiques de l’agent : sexe. diplôme. Un coefficient négatif indique une caractéristique défavorable.Dossiers Parité et diversités 3 Encadré 5 : Modélisation de la probabilité de se déclarer satisfait par rapport à l’intérêt du travail. La probabilité est supposée être donnée par la formule suivante : P(état= 1/Zi )= 1 . le genre. titulaire d’un bac +2 et ayant ses deux parents natifs de France. origines des parents et nature de l'employeur. la probabilité qu’un agent se déclare satisfait des horaires de l’emploi est modélisée ainsi : Satisfaction (oui) (état=1) ou non (état=0).b]1-étati Les paramètres ainsi estimés mesurent l’influence des différentes caractéristiques sur la probabilité de se déclarer satisfait des horaires de l’emploi.b) Où Zi représentent les caractéristiques de l’agent i. à la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle et les horaires Le modèle Logit permet de séparer l’effet de chaque variable indépendamment des autres sur les sentiments de satisfaction (intérêt du travail. Par exemple. Cette méthodologie est également la même utilisée pour modéliser la probabilité d’exercer un emploi dans la fonction publique à la date de l’enquête. Afin d’analyser l’effet de la nature de l’employeur sur la probabilité de se déclarer satisfait.

8 57.7 26.7 0. des études et de l’évaluation.1 47.1 24.6 40.5 40. pour tous les salariés Prise en compte vie familiale pour attribution du temps partiel Oui.7 3.4 1.4 Source : enquête Familles et employeurs.0 40.4 33.5 20.5 12.7 13.2 45.8 9.7 34.0 36.8 1. pour tous les salariés Oui.2 26.6 49.0 1.7 10. Lecture : 16.4 35.4 30.4 40.6 44.4 9.1 35.4 25.Dossiers 3 Parité et diversités Tableau D 3.8 77.7 41. bureau des statistiques.6 1.4 39 4. Traitement DGAFP.9 50.3 61.7 49.7 29.6 4.1 56.7 9.7 4.5 23.2 15.volume 1 . dans certains cas Non Toujours Disponibilité comme critère promotion Souvent Parfois Jamais Toujours Mobilité géographique comme critère promotion Souvent Parfois Jamais Garderie centre aéré Crèche pour établissement Environnement de travail Aide financière frais garde enfants Aide financière études enfants Logements sociaux 35.9 34.4 44.7 61 32.6 5.9 43.3 38. perso Non École / crèche Enfant malade Oui.4 70.8 6.4 42.7 35.1 48.2 13.2 48.8 59.9 8.7 33.2 9.9 21.2 35. 274 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 FPT 26 29.4 16.4 60.0 64. pour tous les salariés Prise en compte vie familiale pour planification congés Oui.9 16.6 87.8 48.1 44.4 39.0 36.1 46.6 8.4 69.5 82.6 37.2 2.2 9.7 38.2 Privé 36.7 71.7 21.1 71.9 14.6 19.7 31. Champ : établissements de 20 salariés et plus.8 36.4 6.5 52.6 % des établissements du privé ne considèrent pas la disponibilité comme un critère de promotion.9 10.9 4.9 51.5 40.6 64.6 33.4 7.8 49. Ined.1-12 : Opinions des établissements employeurs (en %) FPE Régulièrement Fonctionnement la nuit De temps en temps Jamais Proportions des établissements qui accordent le temps partiel si demandé par le salarié Aménagement d’horaires pour diverses raisons Prise en compte vie familiale pour horaires Oui à toute demande Certains services ou certains cat. dans certains cas Non Oui.6 46.0 60.6 56.1 91.6 6.2 3FP 49.5 53.4 2.3 14.9 20.6 19.7 26.4 8.1 51.5 51.3 51.7 21.7 35.4 28.6 30.3 34.6 28.5 9.6 16.3 9.2 27.5 53. dans certains cas Non Oui.9 11.2 14.3 FPH 98.3 54.6 6.2 10.0 40.7 23 38.7 9.7 6.0 5.0 14.9 33.5 23 31.0 43.1 30.4 5.9 18.

Données sociales. ‡ © 3URJUDPPH G¶DFWLRQ HW UHFRPPDQGDWLRQV SRXU OD GLYHUVLWp HW O¶pJDOLWp GHV FKDQFHV ª <D]LG 6DEHJ Commissaire à la diversité et à l’égalité des chances.QVHUWLRQ SURIHVVLRQQHOOH GHV MHXQHV HW SURFHVVXV GH GpFODVVHPHQW ª *pUDUG )RUJHRW HW -pU{PH *DXWLp Économie et Statistique. ‡ © /¶pFRQRPpWULH HW O¶pWXGH GHV FRPSRUWHPHQWV  SUpVHQWDWLRQ HW PLVH HQ °XYUH GH PRGqOHV GH UpJUHVVLRQ qualitatifs ». La Découverte. Premières Synthèses. Insee. portrait social 2005/2006. n° 426. n° 09-2. septembre 2008. n° 369-370. DGAFP. 2000 – 6. Faits et chiffres 2007-2008. n° 369-370. ‡ © /HV LQpJDOLWpV GH QLYHDX GH YLH GHV IHPPHV HQ FRXSOH ª 1DGLQH /DwE Études et résultats. mai 2008. Dares. mars 2007. La nouvelle société française. 2009. n° 336. vol. mai 2009. Paris. ‡ © /HV GpWHUPLQDQWV pFRQRPLTXHV GH O¶HQWUpH GDQV OD IRQFWLRQ SXEOLTXH ª 'HQLV )RXJqUH HW -XOLHQ 3RXJHW Économie et Statistique. Luc Rouban. Dominique Meurs et Patrick Simon. Insee. novembre 2005. 2006. Ined. 2003. France. Document de travail. ‡ © /D IRQFWLRQ SXEOLTXH  YHUV SOXV GH GLYHUVLWp " ª -XOLHQ 3RXJHW France. 2006. ‡ © /¶pYROXWLRQ GX GpFODVVHPHQW GDQV OD IRQFWLRQ SXEOLTXH HQ GpEXW GH FDUULqUH  GHV GLIIpUHQFHV GH genre ? ». Seuil. Économie et Statistique. ‡ © &RQVWUXFWLRQ G¶XQH PpWKRGRORJLH G¶REVHUYDWLRQ GH O¶DFFqV HW GX GpURXOHPHQW GH FDUULqUH GHV JpQpUDWLRQV issues de l’immigration dans la fonction publique ». Économie et Statistique. 2004. ‡ © 9LH SURIHVVLRQQHOOH HW QDLVVDQFH  OD FKDUJH GH OD FRQFLOLDWLRQ UHSRVH HVVHQWLHOOHPHQW VXU OHV IHPPHV ª Ariane Pailhé et Anne Solaz. Mélanie Vanderschelden. n° 560. Maryse Jegou et Carole Rieu. 2008. 2002. ‡ L’Égalité des possibles.Dossiers Parité et diversités Bibliographie ‡ © 3RVLWLRQ VRFLDOH HW FKRL[ GX FRQMRLQW  GHV GLIIpUHQFHV PDUTXpHV HQWUH KRPPHV HW IHPPHV ª 0pODQLH Vanderschelden. ‡ © /HV IHPPHV FKRLVLVVHQWHOOHV G¶DOOHU GDQV OH SXEOLF HW O¶DVVRFLDWLI " /H FDV GH OD )UDQFH ª 0DWKLHX 1DUF\ Joseph Lanfranchi et Dominique Meurs. Population et Société. 1. ‡ © /HV FRQGLWLRQV GH WUDYDLO GHV VDODULpV LPPLJUpV HQ   SOXV GH PRQRWRQLH PRLV GH FRRSpUDWLRQ ª Thomas Coutrot et Dominique Waltisperger. Éric Maurin. 2006. Mireille Eberhard. n° 398-399. ‡ © +RPRJDPLH VRFLRSURIHVVLRQQHOOH HW UHVVHPEODQFH HQ WHUPHV GH QLYHDX G¶pWXGHV  FRQVWDW HW pYROXWLRQ au fil des cohortes d’unions ». ‡ © /D FRPSRVLWLRQ IDPLOLDOH GHV DJHQWV GH OD IRQFWLRQ SXEOLTXH ª $XGUH\ %DsKU Point Stat n° 13-2009. 3 Faits et chiffres 2008-2009 275 . Document de travail. ‡ © /¶DFTXLVLWLRQ GH OD QDWLRQDOLWp IUDQoDLVH  TXHOV HIIHWV VXU O¶DFFqV j O¶HPSORL GHV LPPLJUpV " ª 'HQLV Fougère et Mirna Safi. juillet 2004. portrait social 2005/2006. 111-1. ‡ La fonction publique. ‡ Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. janvier 2000. septembre 2006. DGAFP. janvier 2009. ‡ © 9LHOOLVVHPHQW GDQV OD IRQFWLRQ SXEOLTXH  GHV DJHQWV SOXV kJpV j O¶2XHVW DX 6XG HW FKH] OHV FDGUHV SOXV MHXQHV j O¶K{SLWDO HW FKH] OHV HQVHLJQDQWV ª $XGUH\ %DsKU Point Stat. octobre 2007. ‡ © /¶HPSORL SXEOLF HW OHV WUDMHFWRLUHV G¶LQVHUWLRQ GHV MHXQHV ª 9DQHVVD GL 3DROD HW 6WpSKDQLH 0RXOOHW Économie et Statistique. DGAFP. Vanessa Di Paola et Stéphanie Moullet. CEE. ‡ © /D PRELOLWp JpRJUDSKLTXH HW OD SURPRWLRQ SURIHVVLRQQHOOH GHV VDODULpV  XQH DQDO\VH SDU DLUH XUEDLQH ª Chantal Brutel. février 2009. Drees. 3ème rencontres Jeunes & sociétés en Europe et autour de la Méditerranée. ‡ © . Ined. avril 1997. n° 304-305.

.

L. ce chiffre tombe à 31 % pour les descendants d’immigrés européens. Il s’agissait avant tout d’un travail exploratoire pour tester des approches méthodologiques d’une même question. s’accompagnant de difficultés à l’entrée pour les immigrés et leurs descendants. handicap que l’on ne retrouve pas dans les épreuves techniques. réalisée pour le compte de l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé)1. 1 Institut national des études démographiques (Ined). 20 % pour les descendants d’immigrés africains et maghrébins et 16 % pour les immigrés. ne déclarait-il pas que « en tant qu’employeurs. 1 Le rapport complet est disponible à l’adresse suivante : www. Louis Schweitzer.lacse. l’Acsé place l’étude dans le cadre général d’une sensibilisation à la diversité : « Favoriser la diversité ou l’accès à l’emploi des descendants de migrants dans la IRQFWLRQ SXEOLTXH ILJXUH SDUPL OHV REMHFWLIV GX JRXYHUQHPHQW HW GHV SRXYRLUV SXEOLFV>«@ 2XYULU O¶DGPLQLVWUDWLRQ j OD SULVH en considération positive de l’ensemble des composantes ethniques de la société française est une réflexion qui oriente aujourd’hui l’action du ministère chargé de la fonction publique ». les taux d’admission externes s’étagent de 13 % pour les personnes issues de « natifs » à 6 % pour les immigrés. Alors que 36 % des personnes sans ascendance immigrée sont admissibles à l’oral du concours externe.fr/ressources/files/actualites_new/rapport_FP_Acse_final. avec des phénomènes de reproduction sociale des fonctionnaires « de père en fils ».pdf 2 « Diversité : un enjeu de performance dans le secteur public ». les autorités publiques doivent donner l’exemple » et qu’une action positive favorisant la diversité dans la fonction publique est « un vecteur d’efficacité et de performance »2. Cette moindre performance s’expliquerait par des différences structurelles de parcours d’éducation (moindre suivi des préparations aux concours. avec un handicap plus spécifique dans la composition de culture générale.Dossiers Parité et diversités 3 Annexe 1 du dossier 3. alors qu’il n’y a pas de possibilité d’observation statistique directe de cette catégorie. présence plus faible dans les filières supérieures d’excellence). par la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde). Mais cette fonction semble s’être altérée corrélativement au ralentissement de la mobilité sociale. L’épreuve orale semble être moins défavorable aux candidats issus de l’immigration. sous son acception de non-discrimination. Son président. Ce texte résulte d’une étude sur l’accès et le déroulement de carrière des générations issues de l’immigration dans la fonction publique. Une enquête exploratoire auprès des candidats aux concours des Instituts régionaux d’administration (Ira) 2008 fournit des éléments plus précis : aux concours externe et interne. Au final. IGPDE. Schweitzer. L’ouverture plus large et effective de la fonction publique à la diversité des origines est en effet devenue une préoccupation partagée par les pouvoirs publics et. n° 22.1 : Accès et carrières des générations issues de l’immigration dans la fonction publique : une étude exploratoire des concours 2008 aux Instituts régionaux d’administration (Ira) Mireille Eberhard Dominique Meurs Patrick Simon Ined1 3 L a fonction publique a longtemps fonctionné comme un levier de promotion sociale pour les éléments instruits des classes populaires. le décrochage des immigrés et des descendants d’immigrés maghrébins et africains se produit essentiellement lors des épreuves écrites. février 2007. celle de la situation des « générations issues de l’immigration » dans la fonction publique. Encadré 1 : Construction d’une méthodologie d’observation de l’accès et du déroulement de carrière des générations issues de l’immigration dans la fonction publique. Faits et chiffres 2008-2009 277 . Dans sa note d’intention. Perspectives Gestions Publiques.

Cette observation. notamment du point de vue de la diversité des origines. Cette sous-représentation ne semble toutefois pas observée pour l’ensemble des salariés de la fonction publique.org/halde/index. Le premier module a été réalisé dans la municipalité de Nantes. 2005). et une phase de reproduction du profil socio-économique des fonctionnaires s’est ouverte. L’image du fonctionnaire de père en fille et de mère en fils n’est pas usurpée : avoir des parents dans la fonction publique est un solide prédicteur de ses chances d’y accéder.Dossiers 3 Parité et diversités L’enjeu de cette étude s’inscrit dans la recherche d’éléments factuels permettant d’attester de l’éventuelle sousreprésentation des descendants d’immigrés dans la fonction publique et d’en expliquer les causes. Du rapport Versini (2004) à la Charte pour la promotion de l’égalité dans la fonction publique2. 2007). Cependant. À tel point que *ZpQDsOOH &DOYqV GDQV VRQ UDSSRUW FRQVDFUp j OD QpFHVVLWp RX QRQ GH GpYHORSSHU GHV VWUDWpJLHV volontaristes pour accroître la présence des « Français issus de l’immigration ». 2006 . Fonction publique et diversité des origines L’idée que la fonction publique. Meurs et al.volume 1 . Cette fonction s’est grippée corrélativement au ralentissement de la mobilité sociale. Existe-t-il vraiment des difficultés d’accès à la fonction publique pour les personnes « issues de l’immigration » ? Peut-on mettre en évidence une sous-représentation telle qu’elle signalerait un déséquilibre manifeste ? Si oui. quelles en sont les causes ? Et une fois entrés dans la fonction publique. mais d’origine différente ? Théoriquement. Accueillante pour les éléments instruits des classes populaires. ne serait pas suffisamment représentative de la population est relativement récente. La trace de ces discriminations est difficile à identifier. Les modalités de recrutement sur concours sont censées limiter la prise en compte de l’origine à des fins discriminatoires. le principe républicain d’égalité des chances dans l’accès aux emplois publics assure normalement une représentation des descendants d’immigrés dans les différents corps de fonctionnaires à proportion de leur présence dans la population active. ou à tout le moins en correspondance avec leur « disponibilité sur le marché du travail » et leur niveau de qualification. Le second module a porté sur la campagne 2008 des concours d’entrée aux Ira et a consisté en un suivi de candidats depuis la rédaction de la première épreuve écrite jusqu’au résultat du concours. ces constats impressionnistes manquent de validations objectives et fiables. les descendants directs d’immigrés connaissent-ils des carrières de moins bonne qualité que leurs collègues de mêmes qualifications et grades. la fonction publique a au contraire longtemps fonctionné comme un levier de promotion sociale. auprès de la totalité des agents. tendrait à montrer que la fonction publique attire autant les secondes générations que les descendants de Français. C’est du moins ce qu’une analyse rapide des procédures laisse à penser.ensemblefonctionpublique. tous statuts confondus. Or différentes recherches tendent à indiquer une sous-représentation des secondes générations parmi les statutaires de la fonction publique après prise en compte des niveaux d’éducation et de l’origine sociale (Pouget. par le profil de ses agents. Voir : www. Deux modules expérimentaux d’enquête ont été conçus et réalisés en 2007/2008. si elle était confirmée. Elle pourrait indiquer un phénomène de discrimination indirecte et/ou directe via la procédure de recrutement par concours. et cette conviction se construit pour l’essentiel sur la base d’une expérience sensible : les agents de la fonction publique ne ressemblent pas assez à la population. ces questions ne devraient pas se poser.htm 278 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . la conviction que les discriminations ne se produisent pas uniquement dans le segment privé du marché de l’emploi et peuvent également concerner la fonction publique s’est largement diffusée. 2 Une charte pour la promotion de l’égalité dans la fonction publique a été signée en décembre 2008 entre le ministère de la Fonction publique et la Halde. mais que l’accès au statut de fonctionnaire poserait plus de difficultés pour les premiers. s'interroge sur la réalité du problème (Calvès. En effet.

quoique travailler dans la fonction publique ne soit pas uniquement le fait de fonctionnaires. Rien ne prouve que l’origine ethnique ne constitue pas. l’origine ethnique. Pour une observation des catégorisations ethnico-raciales qui se jouent au guichet d’une caisse d’allocation familiale (Eberhard. ou encore la religion. 3 Pour un aperçu de ces travaux. Une approche similaire faisant apparaître la façon dont l’origine ethnique ou raciale est utilisée – ou pas – dans le cadre de ces interactions quotidiennes. Selon leur genre. Faits et chiffres 2008-2009 279 . aussi bien du point de vue du recrutement des fonctionnaires et de la gestion de leurs carrières que de celui des attitudes et pratiques professionnelles des agents des services publics. une importante littérature s’est constituée récemment dans le champ d’analyse des « relations de guichet ». La question de la diversité dans la fonction publique ne concerne pas seulement sa gestion des ressources humaines. le revenu. Marginale en France. L’idée d’une neutralité axiologique des agents de l’État entrerait donc en contradiction avec une approche « active » où des groupes d’intérêt seraient représentés par leurs membres dans la fonction publique. ces travaux de terrain montrent comment les interactions aux guichets varient considérablement en fonction des positions de classe sociale des agents et des usagers3. voir en particulier (Dubois. l’âge. Si cette interrogation sur l’impact de l’origine ethnique des agents et des usagers sur l’accès aux services publics reste peu développée en France. et la représentation active. 2002) pour une observation dans un bureau de poste en banlieue parisienne où la catégorie « populaire » joue un rôle important mais où. de nombreux étrangers sont employés dans la fonction publique en tant que contractuels. serait à n’en pas douter heuristique. 2001). Concernant les premiers. à les écarter. cette littérature distingue deux formes de représentations : la représentation passive. La première répond à une logique arithmétique : à partir d’indicateurs démographiques tels que le genre. De fait. Le dossier « Classes populaires et services publics » de la revue Sociétés Contemporaines offre un panorama relativement complet de ce champ de recherche (n° 58. de fait.Dossiers Parité et diversités 3 Cette forte reproduction sociale s’accompagne d’une relative fermeture à l’entrée pour les immigrés et leurs descendants. en France. Elle ne prétend nullement ressembler à une société civile qu’elle a plutôt vocation à surplomber » (Calvès. les agents ont une manière différente de réaliser leurs activités. La seconde logique associe profil des agents et pratiques professionnelles. 2005). symptomatiquement. 1999) pour un cadre général d’analyse. Cette conception active de la représentativité serait-elle fondamentalement états-unienne et difficilement WUDQVSRVDEOH HQ )UDQFH " 6HORQ *ZpQDsOH &DOYqV © O¶DGPLQLVWUDWLRQ IUDQoDLVH Q¶HVW SDV DX VHUYLFH GH OD population mais de l’intérêt général. qui porte sur l’influence de cette composition sur les décisions et les actions entreprises au sein de l’administration. 1968). dans l’axe de recherche ouvert par Michael Lipsky dans son ouvrage sur la « Street-level bureaucracy » (Lipsky. qui renvoie à la composition des effectifs de la fonction publique. entre autres. 1980). S’inscrivant. un paramètre important dans le fonctionnement de la fonction publique. Elle permettrait de discuter de la singularité française vis-à-vis des États-Unis et de la portée de l’ignorance officielle de l’origine ethnique dans le cadre de la fonction publique. il s’agit de comparer la composition de la fonction publique à celle de la population qu’elle sert (Mosher. Il est délicat de trancher sur ces deux conceptions des attitudes et actions des agents sans prendre en compte la dimension psycho-sociologique qui détermine les grilles de comportement. C’est pour les descendants d’immigrés d’origine non européenne que la situation paraît la plus délicate à expliquer pour déterminer les mécanismes qui tendraient. Elle renvoie également à la notion de représentativité de l’administration. les clauses restrictives de nationalité liées au statut expliquent en grande partie leur exclusion. (Siblot. leur origine ethnique. leur position sociale. théorisée par la littérature anglo-saxonne en termes de « théorie de la bureaucratie représentative ». et suppose que les agents administratifs agissent en fonction et dans l’intérêt du groupe auquel ils appartiennent. ni les agents ni les usagers ne sont caractérisés par leurs origines. que ce soit dans les relations interpersonnelles en général ou dans la fonction publique en particulier. 2005).

il est encore trop tôt pour identifier des carrières durablement bloquées par rapport à leurs collègues. puis description des caractéristiques du personnel de la ville. aucun élément ne permet de construire la catégorie d’origine du répondant ou celle de ses parents. Sur les 6 600 enveloppes envoyées. Cela pose néanmoins la question de la prise en compte et la validation des acquis de l’expérience pour l’entrée dans la fonction publique territoriale. Ces différences de positions respectives au sein de la municipalité s’expliquent essentiellement par l’ancienneté.1-1-1). Tableau AD 3. La Ville de Nantes s’est ainsi portée volontaire pour une enquête monographique dans ses services. Étant les derniers arrivés. Dans ce contexte. L’idée la plus répandue est que la prise en compte de la diversité se fait naturellement et que la mise en œuvre d’actions plus volontaristes. Il est certain que le facteur décisif réside dans l’accès aux concours qui déterminent l’évolution de carrière au sein de la fonction publique. Cette dernière disposition ne leur est cependant pas spécifique et la taille des effectifs concernés ne permet pas de mettre en évidence un déclassement statistiquement plus fréquent dans leur cas que dans celui des agents sans ascendance immigrée.volume 1 .Dossiers 3 Parité et diversités Encadré 2 : La gestion des carrières : une enquête exploratoire dans les services de la Ville de Nantes Un des moyens d’enrichir les enquêtes généralistes consiste à se porter sur les sites mêmes où se constituent les trajectoires professionnelles et peuvent s’observer les conditions concrètes de gestion des carrières. Enfin. et l’adéquation entre les compétences requises pour passer les concours et celles requises pour exercer dans la fonction publique. pour une grande majorité d’entre eux. Une enquête quantitative a ensuite été lancée avec l’envoi à tous les salariés rémunérés par la ville d’un questionnaire court tenant en une page recto-verso accompagné d’une enveloppe T pour le retour du questionnaire rempli. 1 604 questionnaires ont été retournés. mais devient problématique quand elle s’applique à des pratiques concrètes dans lesquelles les agents sont impliqués. plus encore. Le taux de retour des seuls permanents (fonctionnaires et contractuels) est légèrement supérieur avec 28 % (1 304 questionnaires remplis pour 4 644 permanents). il a été procédé en deux temps : mise à plat des procédures de gestion du personnel. Les conditions d’entrée dans la fonction publique territoriale à Nantes singularisent les descendants d’immigrés africains dont les trois quarts de ceux qui sont titulaires ont commencé comme non permanent ou comme contractuel. 2008. La voie contractuelle apparaît donc comme une voie d’accès privilégiée pour ces groupes minoritaires. leur sous-représentation dans les catégories élevées de la hiérarchie et par une certaine tendance au déclassement relativement à leur niveau de diplôme. soit un taux de réponse de 24.3 %. La collecte s’est effectuée en juin 2008. entre en contradiction avec les critères de compétence et la neutralité des procédures. mais plutôt par leur accès moindre aux emplois statutaires de fonctionnaire. les entretiens réalisés auprès des agents des services de gestion du personnel ont montré que l’appropriation des objectifs et référentiels de la lutte contre les discriminations et la promotion de la diversité en est à ses débuts. la question de la discrimination est perçue comme consensuelle tant qu’elle reste abstraite.5 %) de l’échantillon. L’enquête ne met pas en évidence de sous-représentation manifeste des immigrés ou de leurs descendants par rapport au bassin d’emploi environnant (tableau AD 3. pour ne pas dire positives. les descendants d’immigrés ont. Leur situation ne se singularise pas par leur absence. Les immigrés et.1-1-1 : Répartition par origine de l’échantillon de l’enquête Effectif Immigrés Descendants d’immigré Ascendance non immigrée Total 78 80 1 422 1 580 Part (en %) 4. une ancienneté dans la fonction publique ou dans la ville de Nantes inférieure à 10 ans. Pour observer l’accès à l’emploi et l’évolution de carrière des générations issues de l’immigration au sein des services municipaux de la ville de Nantes.1 90 100 Source : enquête Ined.9 5. 280 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Missing : pour 24 personnes (1.

L’étude est concluante d’un point de vue méthodologique : l’utilisation d’une enquête par questionnaire pour recueillir une information sur l’origine n’a pas posé de problème rédhibitoire. on note une présence marquée des originaires des départements d’Outre-mer (13. Le groupe de la seconde génération (G2) doit cependant être divisé en deux sous-groupes selon l’origine des parents : africaine ou maghrébine (Maghreb et Afrique subsaharienne). Une fois le concours réussi. Par la suite. À tout le moins. pour le sous-ensemble qui a répondu à l’enquête. dont les épreuves se déroulaient de mi-janvier à mai 2008. Faits et chiffres 2008-2009 281 . soit un taux de réponse global de 60 % par rapport à ceux qui passaient cette épreuve. échec oral.3 %) parmi les candidats au concours interne. ou dans l’administration scolaire et universitaire. ces questionnaires ont été collectés le jour de la première épreuve écrite et appariés avec les notes obtenues à l’écrit et à l’oral et l’éventuelle admission dans le centre de formation Ira. De plus. externes. police. les candidats suivent une formation dans un des cinq Ira et sont ensuite affectés dans les services centraux ou déconcentrés (préfectures. les informations sur leurs origines et leur cursus antérieur. Enfin. 3 032 questionnaires ont été recueillis lors de la première épreuve écrite le 15 janvier 2008 dans les 26 centres d’examen (départements et collectivités d’Outre-mer inclus). inscription sur la liste complémentaire ou admission) et les origines des parents sont connus. la sous-représentation des descendants d’immigrés n’est pas flagrante. Elle a permis le suivi d’un ensemble de candidats depuis la rédaction de la première épreuve écrite jusqu’aux résultats finaux. ainsi que. essentiellement dans les collèges et lycées. autre mais principalement européenne. Encadré 3 : Méthodologie de l’enquête auprès des candidats aux concours 2008 des Ira La méthode suivie a consisté à adresser à l’ensemble des candidats un questionnaire comprenant des informations sociodémographiques permettant d’identifier l’origine sur deux générations. À l’issue de ces opérations. défaillance à l’oral. en utilisant un numéro d’ordre anonyme. la base est constituée de 1 874 personnes au titre des concours externes et de 905 autres pour les concours internes : leurs parcours complets dans le concours (échec ou abandon. cela permet d’estimer si les éventuelles difficultés rencontrées par les descendants d’immigrés sont concentrées sur un type d’épreuve ou si les résultats sont homogènes quels que soient la discipline et son mode d’évaluation. équipement. soit G2Autre. le nombre de refus explicites de répondre aux questions sur la nationalité et le pays de naissance des parents étant très faible. ainsi que des informations sur leurs parcours scolaires et de formation précédant le concours. tant parmi les candidats externes qu’internes (tableau AD 3. En effet.) des différents ministères. une base de données individuelles a été constituée pour l’ensemble des inscrits présents aux premières épreuves et leurs performances à chaque stade du concours. les secondes générations. etc. Au final. internes et troisième concours). il a une couverture nationale (y compris les Dom) et les pré-requis assurent une certaine homogénéité du public visé. une fois tous les appariements effectués. paraissent présentes dans l’ensemble des candidats en proportion de leur poids dans la population française.1-1-2). ce qui assure une certaine robustesse aux traitements statistiques. Le concours des Instituts régionaux d’administration attire un grand nombre de candidatures (près de 10 000 inscrits et 6 500 présents. une expérimentation s’est déroulée sur la campagne des concours 2008 des attachés issus des Instituts régionaux d’administration (Ira). puisqu’il s’agit de recruter des cadres généralistes de la fonction publique. soit G2AfMa . mais la population à laquelle comparer est mal identifiée . il est donc difficile de statuer définitivement sur ce sujet. toutes origines confondues. Comme les notes individuelles étaient également disponibles pour chaque épreuve. Au final.Dossiers Parité et diversités 3 Estimer les barrières à l’entrée dans les concours aux Instituts régionaux d’administration En collaboration avec la DGAFP. les profils des deux sous-groupes divergent nettement aussi bien du point de vue du parcours d’éducation antérieur que dans les résultats au concours.

Les catégories socioprofessionnelles des parents des autres secondes générations sont proches de celles des natifs.3 7. Note : 2 non réponses sur l’âge. alors que ce n’est le cas que pour 20 % des « natifs » (voir tableaux suivants qui détaillent ces éléments pour les candidats aux concours externes).79 Proportion de moins de 26 ans (en %) 16. autres origines (G2Autre) Issus de natifs Effectif 71 118 134 1549 Âge moyen 33.2 77. les candidats « natifs » sont plus souvent issus de pères cadres (38 %) que les immigrés (27 %) ou les secondes générations d’origine africaine ou maghrébine (20 %). Note : une non-réponse sur le sexe.66 26. dans le cas des concours externes. ce qui est vérifié dans cette enquête.7 50 37.39 28.7 8.5 13. G2 AfMa 73 61. Tableau AD 3. Le profil des candidats descendants d’immigrés se distingue de l’ensemble par un âge plus élevé et un niveau de diplôme supérieur à celui des personnes sans ascendance immigrée.3 100 71 118 134 1 453 98 1 874 Les concours de la fonction publique attirent généralement plus de femmes que d’hommes. Les différences d’origine sociale sont amples et dans le sens attendu : par exemple.1 118 100 G2 Autre 84 62.5 550 35. autres origines (G2Autre) Issus de France métropolitaine (issus de natifs métropole) Domiens et issus de domiens (Domiens) Total (1) Source : enquête Ined-Ira 2008.4 6.9 45 38.5 52.1-1-4 : Proportion de femmes selon l’origine (concours externe aux Ira) en 2008 G1 Femmes Part (en %) Hommes Part (en %) Total Part (en %) Source : enquête Ined-Ira 2008.5 Source : enquête Ined-Ira 2008.Dossiers 3 Parité et diversités Tableau AD 3.37 4. Tableau AD 3. (1) Base de données issues de l’enquête.8 6.8 64.9 48.5 5.volume 1 .8 30 42.1 29. Afrique et Maghreb (G2AfMa) Seconde génération.3 134 100 G3 1 000 64.13 Écart-type 8.1-1-3 : Moyenne des âges selon l’origine (concours externe aux Ira) en 2008 Origine Immigrés (G1) Seconde génération.1-1-2 : Structure par origine des candidats aux concours des Ira en 2008 Concours externes Immigrés (G1) Seconde génération.9 4.2 100 Concours internes 58 61 80 585 121 905 Part (en %) 6.5 1 550 100 Total 1 198 64 675 36 1 873 100 41 57. Part (en %) 3.9 33. Autre différence pour les secondes générations d’origine maghrébine et africaine : plus de la moitié ont des mères sans profession (59 %). Afrique et Maghreb (G2AfMa) Seconde génération.2 71 100 282 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .34 3.

6 1 551 100.5 31 2 55 3.2 G2 AfMa 19 16. Faits et chiffres 2008-2009 283 .1 33 27.0 Source : enquête Ined-Ira 2008. 31 % pour les descendants d’immigrés africains et 26 % pour les domiens.9 62 52. On observe le même phénomène pour les concours internes.9 14 19. Les descendants d’immigrés d’origine africaine obtiennent moins d’admission (9 %) que ceux d’origine européenne (13 %).0 Total 405 21.6 530 28. Au final.0 G1 7 9.9 48 35.Dossiers Parité et diversités 3 Tableau AD 3. le décrochage des immigrés et des descendants d’immigrés maghrébins et africains se produit essentiellement lors des épreuves écrites : alors que 36 % des personnes sans ascendance immigrée sont admissibles à l’oral.1-1-5 : Répartition des diplômes selon l’origine (concours externe aux Ira) en 2008 Diplôme Licence (L3) Part (en %) Maîtrise (M1) Part (en %) DEA (M2) Part (en %) École ou doctorat Part (en %) Autre ou non déclaré Part (en %) Total Part (en %) 71 100.9 435 28. Ils s’étagent de 13 % pour les personnes sans ascendance immigrée à 6 % pour les immigrés.7 42 59.1 675 43.1-1-6).3 833 44.0 134 100.5 G2 Autre 24 17. Cette première phase de sélection est suivie par une nouvelle sélection à l’oral qui est plutôt favorable aux descendants d’immigrés par rapport aux personnes sans ascendance immigrée. Note : les cases où les effectifs sont inférieurs à 5 ne sont pas renseignées pour préserver l’anonymat des enquêtés.0 118 100. les taux d’admission sont néanmoins différenciés selon l’origine. ce chiffre tombe à 38 % pour les immigrés. 20 % pour les descendants d’immigrés africains et 16 % pour les immigrés (tableau AD 3. auquel s’ajoute un taux d’échec à l’écrit des domiens d’un même ordre de grandeur que pour ceux issus d’immigrés d’origine africaine : 44 % des personnes issus de parents Français métropolitains sont admissibles à l’oral .5 42 2. ce chiffre tombe à 31 % pour les descendants d’immigrés européens.8 54 40.3 G3 355 22.4 1 874 100. Pour les concours externes.2 36 3.

4 479 43. la note moyenne « prédite » de culture générale aurait été majorée de 0. et.4 point . cette moindre performance s’explique par des différences structurelles de parcours d’éducation.8 Total 1 874 33.8 903 40.8 548 43.6 23 36. à savoir celles qu’ils auraient pu avoir si leurs caractéristiques propres (âge.5 5.7 pour les immigrés et de 8. au-delà des différences structurelles.3 248 54.5 18 38.3 25 36 55. probablement.3 23 47. L’hypothèse d’une discrimination à l’oral des descendants d’immigrés d’origine africaine ou maghrébine ne paraît pas pouvoir être retenue pour ce type de concours. 284 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .4 pour les descendants d’origine africaine.9 20. Dans le cas des secondes générations d’origine africaine ou maghrébine.8 Dans le cas des concours externes pour lesquels les effectifs permettent une analyse plus approfondie.8 Domiens 121 26.7 32 40.1 pour les candidats issus de natifs.5 G2 AfMa 118 20. Immigrés (G1) 71 15.4 10. particulièrement pour la dissertation de culture générale.1 11. L’effet sélectif indu de l’épreuve de culture générale apparaît confirmé pour ce concours. handicap que l’on ne retrouve pas dans les épreuves techniques.7 35 48. les autres épreuves n’auraient pas été affectées ou même des points auraient été perdus dans la note de synthèse. Pour mieux rendre compte de cet écart.6 Issus Natifs 1 551 36 13.volume 1 .7 22 54.) avaient eu le même effet sur les notes attribuées que dans le cas des natifs.3 12. à comparer à 8. ont été recalculées des notes « prédites ».Dossiers 3 Parité et diversités Tableau AD 3. À cela s’ajoute un handicap spécifique dans la composition de culture générale.4 Issus Métropole 583 44. on ne constate pas de pénalisation significative selon l’origine.1-1-6 : Résultats au concours des Ira 2008 selon l’origine des candidats en 2008 Concours externes Effectif des candidats Part d'admissible (en %) Part d'admis (en %) Effectif des candidats présents à l'oral Part d'admis parmi les présents à l'oral (en %) Concours internes Effectif des candidats Part d'admissible (en %) Part d'admis (en %) Éffectif des candidats présents à l'oral Part d'admis parmi les présents à l'oral (en %) Source : enquête Ined-Ira 2008. puisqu’elle sélectionne les candidats sur des connaissances et compétences qui sont moins souvent réunies par les descendants d’immigrés d’origine africaine alors qu’ils disposent en moyenne de diplômes plus élevés et qu’ils réussissent aussi bien que les autres aux autre épreuves du concours.8 pour les autres types de seconde génération et 9. moins de présence dans les filières supérieures d’excellence. avec une moyenne de 7. L’épreuve orale semble moins défavorable aux descendants d’immigrés.6 52.9 G2 Autre 134 31. puisqu’une fois toutes les variables observables contrôlées.9 20. mais ce résultat n’est pas statistiquement significatif.8 G2 AfMa 61 31.4 23. etc. La moyenne observée dans les trois épreuves des candidats qui ont composé (tableau AD 3.4 Immigré (G1) 58 37.9 12.6 G2 Autre 80 46.3 9. L’épreuve de culture générale peut alors être considérée comme une forme de discrimination indirecte dans l’accès à la fonction publique. notamment un moindre suivi des préparations aux concours.1-1-7) fournit un état des lieux contrasté : les immigrés et les secondes générations d’origine africaine ont des performances inférieures aux autres. diplôme.

3 0. En conclusion. Cela tient en partie aux différences structurelles et à un niveau de diplôme en moyenne inférieur. Afrique et Maghreb Culture générale Questions-réponses courtes Note de synthèse 2ème génération. l’origine sociale et le type d’Ira.25 -0. le sexe.18 8.63 0.21 0.23 8. Mais.94 Prédite (*) 8. même en tenant compte de ces facteurs.03 5. Le calcul des notes prédites est fait sur le sous-échantillon pour lequel toutes les variables sont renseignées. Tableau AD 3.5 9. qui semble la plus difficile à franchir pour ce groupe. il reste un écart significatif dans l’admissibilité par rapport aux autres groupes. Autres origines Culture générale Questions-réponses courtes Note de synthèse Issus de natifs Culture générale Questions-réponses courtes Note de synthèse 65 65 65 97 97 97 111 111 111 1 374 1 374 1 374 Observée 7.97 8. C’est l’épreuve des questions à réponse courte.64 5.01 -0.91 Écart 0.44 0. Les variables de la régressions sont l’âge.84 6.58 9.25 8.36 5.03 Source : enquête Ined-Ira 2008.09 -0.1-1-7 : Notes observées et « prédites » des épreuves écrites du concours externe aux Ira en 2008 Effectifs Immigrés (G1) Culture générale Questions-réponses courtes Note de synthèse 2ème génération. l’enquête réalisée de manière exploratoire auprès des candidats aux concours des Ira 2008 a permis de développer des analyses précises et solides. le suivi de préparation concours. Une étude plus approfondie se justifierait pour comprendre les ressorts des difficultés rencontrées par les domiens pour réussir aux concours internes. Le principal constat établi pour les concours aux Ira contribue également à éclairer la décision : si l’épreuve de culture générale s’avère aussi défavorable aux descendants d’immigrés d’origine africaine ou maghrébine. les diplômes.03 6. la question de son maintien doit être explicitement soulevée.07 -0.64 7.2 8.8 5.19 -0. ils échouent beaucoup plus que les autres natifs aux épreuves écrites. à dominante féminine.88 8. celle constituée par le groupe des domiens. (*) Calculée à partir des coefficients estimés par une régression linéaire sur les notes des externes ayant passé l’ensemble des épreuves.96 0.66 8.55 8. Champ : candidats n’ayant pas abandonné en cours d’épreuves. Faits et chiffres 2008-2009 285 . Très présents parmi les candidats.19 8.55 0. plus scolaire.Dossiers Parité et diversités 3 Dans l’étude des concours internes est apparue une spécificité.68 4.6 8.75 9.12 6.

Relation administrative et traitement de la misère.fr/Un-probleme-de-categories. Ariane Pailhé. décembre 2001. disponible sur le site de la Halde : www.ladocumentationfrancaise. 2004 : http://lesrapports. 763-802. origine sociale et origine nationale des salariés de la fonction publique et des collectivités territoriales ». 35-50. Dominique Meurs. Rapport publié dans le cadre du programme de professeur invité 2007-2008 organisé en partenariat par Sciences Po et la French-American Foundation. Julien Pouget. p. Paris. Patrick Simon. 61(5-6).pdf ‡ « Un problème de catégorie : stéréotypes et lutte contre les discriminations ». n° 8.halde. 2006. ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. 2008. Population.fr/BRP/054000049/0000. ‡ © /D IRQFWLRQ SXEOLTXH  YHUV SOXV GH GLYHUVLWp " ª -XOLHQ 3RXJHW . niveau d’étude. 1999. Vincent Dubois.Dossiers 3 Parité et diversités Bibliographie ‡ Renouvellement démographique de la fonction publique de l’État : vers une intégration prioritaire des Français issus de l’immigration ? *ZpQDsOH &ODYHV '*$)3 /D 'RFXPHQWDWLRQ IUDQoDLVH  ‡ La vie au guichet. ‡ © &DWpJRULVDWLRQV HWKQLFRUDFLDOHV DX JXLFKHW ª 0LUHLOOH (EHUKDUG Les cahiers du Ceriem. Paris. Economica. p. ‡ « L’emploi public s’est-il diversifié ? Sexe. Denis Fougère.html ‡ © 0RELOLWp LQWHUJpQpUDWLRQQHOOH HW SHUVLVWDQFH GHV LQpJDOLWpV  O¶DFFqV j O¶HPSORL GHV LPPLJUpV HW GH leurs descendants en France ». Linda Hamilton Krieger.

Faits et chiffres 2006-2007. LQ )UDQFH Portrait social 2005 . Insee. Disponible sur www.fr/rapports-publics/044000632/index. volume 1 ».shtml 286 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Dominique Versini.ladocumentationfrancaise. 2005. Rapport présenté à Renaud Dutreil. ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. 2007. 2004. DGAFP.2006. Paris. ‡ « Rapport sur la diversité dans la fonction publique ».volume 1 . ‡ « Rapport annuel sur l’état de la fonction publique.

la difficulté à concilier vie familiale et vie professionnelle pourrait expliquer en partie les difficultés rencontrées par les femmes en matière de promotion professionnelle et d’accès à des postes de direction.Dossiers Parité et diversités 3 Annexe 2 du dossier 3.1-2-1). 90 % des agents territoriaux travaillant à temps partiel sont des femmes.1 : La parité hommes-femmes dans les collectivités locales de la Grande Couronne d’Île-de-France Laurence Feuillat CIG de la Grande Couronne1 3 D ans les collectivités locales de la Grande Couronne parisienne. Ainsi. Ces inégalités sont particulièrement sensibles dans l’accès aux postes à responsabilité. 2 518 femmes supplémentaires en 2008 par rapport à 2003. On recense. pourtant essentielles dans l’évolution de carrière et la promotion professionnelle des agents. La part des femmes dans le monde du travail n’a cessé de progresser : le taux d’activité moyen des femmes âgées de 25 à 59 ans est passé de 60 % en 1975 à 82 % en 2006. rapporté à l’évolution de l’effectif global. On note en Grande Couronne des évolutions favorables aux femmes chez les attachés territoriaux et les ingénieurs territoriaux. En revanche. et les femmes suivent moins souvent des formations. le secteur public est plus féminisé que le secteur privé (59 % de femmes contre 45 % en 2006). Service Analyse et prospective sociales. taux sensiblement proche de celui de la moyenne nationale dans la fonction publique territoriale (FPT) : 61 %. En outre. parmi les titulaires et stagiaires. La répartition hommes-femmes par métier. des différences persistent : la répartition hommes-femmes par métier. La part de femmes diminue à mesure que la position hiérarchique s’élève : elles représentent 69 % des effectifs en catégorie C. malgré l’importance en nombre des femmes dans les effectifs. le taux de féminisation est plus élevé qu’ailleurs : 65 % des effectifs. Faits et chiffres 2008-2009 287 . Dans la fonction publique territoriale. elles n’occupent jamais plus d’un quart de ces postes dans les communes plus importantes. En revanche. contre 61 % dans la fonction publique territoriale et 59 % dans le secteur public. filière et catégorie hiérarchique évolue peu et reste très traditionnelle. les femmes occupent la moitié des postes de directeurs généraux des services. malgré de bien meilleurs parcours scolaires et une présence plus massive. le taux de femmes est demeuré pratiquement stable durant ces cinq dernières années (voir le tableau AD 3. De plus. Cependant. en Grande Couronne comme ailleurs. Dans les communes de 10 000 à 20 000 habitants. les femmes représentent 61 % des effectifs en 2006. mais seulement 55 % en catégorie A. avec une surreprésentation des femmes dans les filières médico-sociale et administrative. 1 Centre interdépartemental de gestion de la Grande Couronne (CIG). le taux de féminisation s’élève actuellement à environ 65 %. filière et catégorie hiérarchique évolue peu et reste très traditionnelle Dans les collectivités territoriales de la Grande Couronne.

Les différentes caractéristiques des métiers par filière expliquent cette répartition plutôt traditionnelle. l’emploi masculin est surreprésenté dans la filière sportive (74 %) et la police municipale (74 %). CIGGC.4 2005 14 820 27 846 42 666 65. En effet. de manière générale.3 2006 14 968 28 276 43 244 65. 2003 14 112 26 699 40 811 65. on constate.1-2-1 : Effectifs des agents titulaires et stagiaires et part de femmes de 2003 à 2008 Agents titulaires et stagiaires Hommes Femmes Total Part de femmes dans l’effectif total (en %) Source : bases carrières. 288 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . que les femmes sont représentées majoritairement dans les filières médico-sociale (99 %) et administrative (88 %). Graphique AD 3. CIGGC. les assistantes sociales ou les assistantes d’accueil de la petite enfance. Cette observation est similaire dans la filière administrative avec la présence de nombreux postes dans le domaine du secrétariat. En revanche.4 2004 14 489 27 372 41 861 65.Dossiers 3 Parité et diversités Tableau AD 3. la filière médico-sociale regroupe une majorité de professions « traditionnellement féminines » comme les infirmières.4 2007 15 157 28 570 43 727 65.5 Une spécialisation des métiers par sexe Au 31 décembre 2008. de la comptabilité ou de l’urbanisme.3 2008 15 397 29 217 44 614 65.1-2-1 : Part des hommes et des femmes selon la filière professionnelle en Grande Couronne d’Île-de-France au 31 décembre 2008 (en %) Administrative Femmes Technique Sportive Culturelle Médico-sociale Police municipale Animation 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Hommes Source : bases carrières.volume 1 .

certains métiers restent très largement marqués par une forte présence masculine : ceux du domaine de la prévention (ingénieurs ou techniciens de l’hygiène et de la sécurité) et de la sécurité (garde champêtre ou policier municipal).) mais en parallèle.Dossiers Parité et diversités 3 Le choix du parcours et de l’orientation scolaires est déterminant pour comprendre cette spécialisation des métiers selon les sexes. tandis que les garçons sont toujours très présents dans les domaines techniques et scientifiques. etc. En 2007. Une féminisation stable au sein des filières professionnelles Les données issues des bases carrières du CIG de la Grande Couronne mettent en évidence la stabilité de la répartition des femmes par filière entre 2003 et 2008. du sport (éducateur sportif ou responsable d’équipement sportif). Seule la police municipale connaît une légère hausse de la part des femmes au sein de ses effectifs (+ 2. 81 % des élèves de terminale « littéraire » sont des femmes et ces dernières représentent 64 % des élèves en terminale « économique et social ». l’augmentation des agents féminins y est très faible (+ 0. 91. conducteurs de travaux.7 points). d’autres professions sont très féminisées telles que les agents d’entretien ou les agents de la restauration collective. la part des femmes est demeurée stable sur la période de référence. Faits et chiffres 2008-2009 289 .7 point). Dans un contexte où la présence féminine est très forte dans la fonction publique territoriale. 95). En revanche. elle connaît une légère diminution au sein de la filière de l’animation (-3 points). Certains d’entre eux sont en effet principalement masculins (agents des espaces verts. Concernant les filières ordinairement très féminisées (médico-sociale ou culturelle). CIGGC. Malgré quelques évolutions. Quant à la filière sportive. En revanche. les filles s’orientent encore majoritairement vers les filières des lettres et des sciences humaines. l’écart hommes-femmes est faible : 56 % pour les hommes et 44 % pour les femmes. Dans la filière technique.1-2-2 : Évolution de la part de femmes selon la filière professionnelle de 2003 à 2008 (en %) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Administrative Animation Culturelle Médico-sociale Police-municipale Sportive Technique Source : bases carrières (78. Graphique AD 3. elles sont seulement 47 % parmi les élèves de terminale scientifique et 50 % des élèves de terminale technologique (de 9 % dans les filières industrielles à 95 % dans les filières médico-sociales). Ce constat s’explique essentiellement par la diversité des métiers au sein de cette filière.

un niveau moyen de diplôme et un taux de réussite aux examens supérieurs à ceux des hommes. les évolutions sur cinq ans sont différentes. La part de femmes diminue à mesure que la position hiérarchique s’élève : il y a une différence de 14 points entre la part des femmes dans l’effectif total des agents de catégorie C (69 %) et celle observée parmi les agents de catégorie A (55 %).volume 1 . Elles ont une durée moyenne de scolarisation. Certes.1-2-3 : Part des hommes et des femmes par catégorie hiérarchique en 2008 (en %) Catégorie C Part des femmes Catégorie B Part des hommes Catégorie A 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Source : bases carrières. déjà faible (9. Elles représentent en effet près de 56 % des étudiants de l’enseignement supérieur et sont plus de 57 % à suivre un cursus « licence » (bac +3). atteignant plus des deux tiers des effectifs. des inégalités persistent entre hommes et femmes. Au contraire.1 points. concernant le cadre d’emplois des administrateurs. Des évolutions favorables aux femmes chez les attachés et les ingénieurs territoriaux Si l’on observe la part des femmes dans les cadres d’emplois des administrateurs et des attachés territoriaux pour la filière administrative et celui d’ingénieur territorial pour la filière technique. les femmes rencontrent des difficultés pour concilier vie familiale et vie professionnelle.6 points. CIGGC.9 points). et celle des attachés territoriaux progresse également. En effet. ce qui explique en partie les obstacles qu’elles rencontrent en matière de promotion professionnelle et d’accès à des postes de direction. Les femmes consacrent généralement davantage de temps aux tâches domestiques que les hommes. En l’absence de politiques spécifiques. La réussite scolaire des filles est en mesure de leur favoriser un accès plus facile aux postes de responsabilité. la part des femmes. Graphique AD 3. mais moins vite (2. la part des femmes chez les ingénieurs territoriaux connaît une hausse de 4. la participation des hommes progresse dans ce domaine mais il n’en reste pas moins que les femmes consacrent actuellement deux fois plus de temps aux tâches domestiques que les hommes.Dossiers 3 Parité et diversités 55 % des catégories A sont des femmes.1 % en 2003) diminue de 3. particulièrement dans l’accès aux postes à responsabilité. 290 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . contre 69 % des catégories C Ici comme ailleurs.

5% 38. aucune femme parmi 11 agents). pour le grade d’ingénieur en chef de classe normale.2% 2005 11. Concernant la filière administrative.0% 67.68% Au sein des collectivités territoriales de la Grande couronne. même si la proportion de femmes augmente au cours de la période de 10.8% 2008 5. ingénieur en chef de classe normale.5 et +10 points). Ces fortes évolutions d’une année à l’autre explique en partie le faible nombre d’agents titulaires de ce grade (en 2007. CIGGC.1% 2004 6. Pour le grade d’ingénieur territorial et d’ingénieur principal.6% 65.3% 40.3 points. l’évolution observée est beaucoup plus erratique.1-2-4 : Évolution du taux de femmes par grade dans le cadre d’emplois des attachés territoriaux de 2003 à 2008 (en %) 80 70 60 50 40 30 20 10 0 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Source : bases carrières. de même que pour celui d’ingénieur en chef de classe exceptionnelle.7% 40. ingénieur principal.2% 41.Dossiers Parité et diversités 3 Tableau AD 3. l’évolution du nombre de femmes par grade et selon la filière est très variée. Faits et chiffres 2008-2009 291 . En revanche. la situation des femmes n’est pas homogène par grade (ingénieur territorial. pour les grades d’attaché territorial et d’attaché principal. filière technique et administrative de 2003 à 2008 2003 Administrateurs Attachés territoriaux Ingénieurs territoriaux Source : bases carrières. 9. le taux de féminisation pour les grades de catégorie A est relativement stable de 2003 à 2008.8% 64.3% 37. Directeur territorial Attaché principal Attaché territorial Au sein du cadre d’emplois des ingénieurs. progresse de façon régulière.4% 2007 5. CIGGC.9% 39.7% 65. ingénieur en chef de classe exceptionnelle). on recense 2 femmes pour 14 agents et en 2008.9% 67.0% 2006 5. la part des femmes progresse de façon relativement régulière tout au long de la période de référence (respectivement +2.1-2-2 : Part des femmes par cadre d’emplois de catégorie A. Graphique AD 3. la part des femmes. Malgré de légères fluctuations.1% 64. Cette régularité est moins perceptible pour le grade de directeur territorial.

0% 22. Les femmes représentent plus de la moitié des DGS dans les communes de 2 000 à 10 000 habitants. la part des femmes occupant un poste de DGS décroît à mesure que la taille de la collectivité augmente.1-2-5 : Évolution du taux de femmes par grade dans le cadre d’emploi des ingénieurs de 2003 à 2008 (en %) 70 60 50 40 30 20 10 0 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Source : bases carrières.1% 50.0% Femmes Hommes 53. 292 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .Dossiers 3 Parité et diversités Graphique AD 3.0% Source : bases carrières.9% 50. CIGGC.0% 25. il s’avère que la répartition varie selon le seuil démographique de la commune.1-2-6 : Répartition par sexe des directeurs généraux des services en fonction du seuil démographique des communes en 2008 (en %) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 DGS commune de 2 000 à 10 000 habitants DGS commune de 10 000 à 20 000 habitants DGS commune de 20 000 à 40 000 habitants DGS commune de 40 000 à 80 000 habitants DGS commune de plus de 80 000 habitants Ensemble 46.0% 75.volume 1 .0% 25. En examinant le taux de féminisation de cette fonction dans les collectivités de la Grande Couronne. mais moins de 30 % dans les communes de plus de 20 000 habitants.2% 45. Ingénieur en chef de classe exceptionnel Ingénieur en chef de classe normal Ingénieur principal Ingénieur territorial Directeur général des services (DGS) en Grande Couronne : 45 % de femmes en 2008 Près de la moitié des postes de directeur général des services (DGS) en Grande Couronne sont occupés par des femmes. Elles ont donc davantage l’opportunité d’occuper des postes de direction dans les petites structures que dans celles de grande taille.0% 75.0% 77. CIGGC.8% 55. De fait. Graphique AD 3.

2004 2005 2006 2007 2008 Davantage de temps partiels et des formations moins fréquentes pour les femmes Les hommes participent davantage que par le passé aux tâches domestiques et familiales. l’activité domestique et familiale est essentiellement du ressort des femmes. Faits et chiffres 2008-2009 293 . ce constat doit être relativisé car cette hausse est observée au moment où le seuil démographique fixé pour la création d’un poste de DGS passe de 3 500 habitants à 2 000 habitants (loi n° 2007-209 du 19 février 2007 relative à la fonction publique territoriale). CIGGC. Elles jouent notamment un rôle central en ce qui concerne la garde des enfants. Elle est plus importante qu’au niveau global de la fonction publique territoriale. En effet. la dernière campagne de bilan social (2007) révèle que le travail à temps partiel concerne quasi exclusivement les femmes. Néanmoins. c’est au sein des petites collectivités que les femmes occupant un poste de direction sont les plus représentées. Or.Dossiers Parité et diversités 3 Le taux de féminisation de la fonction de DGS en Grande Couronne a progressé de 7 points entre le 31 décembre 2003 et le 31 décembre 2008. dans près de 60 % des couples. Dans les collectivités de la Grande Couronne. 90 % des agents territoriaux travaillant à temps partiel sont des femmes. etc. Cette situation pourrait tenir à plusieurs facteurs : une implication des femmes exerçant dans la FPT en Grande Couronne dans leur vie familiale généralement plus élevée que celle de leurs collègues masculins. avec des conséquences sur les modalités d’exercice de leur travail. Cette surreprésentation est observée tant chez les agents titulaires (94 % de femmes) que non titulaires (80 % de femmes).1-2-7 : Évolution de la part des femmes parmi les DGS de 2003 à 2008 (en %) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 2003 Source : bases carrières. des enfants plus jeunes. L’augmentation observée résulte essentiellement de l’application du nouveau seuil démographique. Graphique AD 3. Cependant. une moyenne d’âge plus jeune qu’ailleurs.

dans les collectivités de la Grande Couronne parisienne. particulièrement dans les postes d’encadrement supérieur. il est important que les formations proposées ne nécessitent pas une réorganisation complète du rythme familial (horaires de formation et temps de transport raisonnables). ce qui est faible au regard de la proportion de femmes dans la fonction publique territoriale (65 % des titulaires en Grande Couronne). mais seulement 20 % d’entre elles occupent des postes de direction. du Val d’Oise et des Yvelines affiliées au Centre interdépartemental de gestion (CIG) de la Grande Couronne. En 2007. Même si l’emploi territorial est féminisé. Plus de la moitié des cadres sont des femmes.1-2-8 : Agents territoriaux à temps partiel selon le sexe et le statut en Grande Couronne au 31 décembre 2007 (en %) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 6% 20% 10% 94% 80% 90% Hommes Femmes Titulaires à temps partiel Source : Bilan social 2007. S’établissant à 66 % au 31 décembre 2007. Non-titulaires à temps partiel Total des agents Par ailleurs. Or. moins de 40 % des agents qui ont suivi une formation sont des femmes. Les formations sont essentielles dans l’évolution de carrière et la promotion professionnelle des agents. Les contraintes familiales qui reposent souvent davantage sur les femmes leur permettent difficilement de suivre une formation loin du domicile. Afin d’améliorer l’accès à la formation des parents en activité. des disparités entre les hommes et les femmes sont également visibles en fonction du statut. cette part reste stable par rapport à celle relevée lors du bilan social 2005 (67 %). Encadré 1 : Méthodologie Les données présentées dans cette étude portent essentiellement sur les agents titulaires et stagiaires des collectivités de l’Essonne. La grande majorité des données porte sur la période 2003/2008. Sources utilisées : base de données des services carrières du CIG de la Grande Couronne pour les agents titulaires et stagiaires et exploitation du bilan social 2007 pour les agents non titulaires. À l’échelle de la Grande Couronne parisienne. 294 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . cette étude permet de mettre en évidence la persistance de certaines inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes. d’autant que les formations interviennent souvent entre 25 et 40 ans.volume 1 . la part des femmes est sensiblement plus élevée parmi les non-titulaires que celle des hommes.Dossiers 3 Parité et diversités Graphique AD 3. période où les femmes sont généralement mères de jeunes enfants. on constate que les femmes se forment moins que les hommes. CIGGC.

vol. Le Seuil. janvier 2006. notamment la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983. renforcée par la loi Génisson de 2001. mars 2007. Plusieurs mesures gouvernementales ont été prises en faveur de l’égalité des sexes. de leur origine. Diane-Gabrielle Tremblay. instituée le 2 décembre 2008. directe ou indirecte. La loi 2006-340 du 23 mars 2006 relative à l’égalité des hommes et des femmes vise à réduire les inégalités de rémunération entre les sexes. 2008. Bibliographie ‡ Femmes et Hommes . Regards sur l’actualité.Regards sur la parité. de l’école à l’enseignement supérieur. La Documentation française. syndicales. ‡ Filles et garçons sur le chemin de l’égalité. 1 D’après le Dictionnaire Petit Larousse. de leur handicap ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance. de leur patronyme. 2007.Dossiers Parité et diversités 3 Encadré 2 : Références juridiques L’attention portée à la parité1 entre les hommes et les femmes dans le monde professionnel n’est pas récente en France. la notion de « parité » signifie une égalité générale parfaite. Faits et Chiffres 2007-2008. de leur âge. édition 2008. de leur apparence physique. ‡ Allez les filles. vol 9 n° 1. Synthèse n° 16. ‡ © 3DULWp HW GLYHUVLWp GDQV OHV WURLV IRQFWLRQV SXEOLTXHV ª Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. de leur orientation sexuelle. ‡ Quoi de neuf chez les filles ? Christian Baudelot et Roger Establet. vraie ou supposée. de leur état de santé. DGAFP. Actuellement. La loi 2001-397 du 9 mai 2001 vise à développer le dialogue social sur l’égalité professionnelle avec l’élaboration d’un rapport annuel de situation entre les hommes et les femmes au sein de l’entreprise. ‡ L’égalité hommes femmes au travail. ministère de l’Éducation nationale. mai 2007. Faits et chiffres 2008-2009 295 . 1. La loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 relative au statut général des fonctionnaires : « Aucune distinction. et à diversifier l’offre de formation professionnelle. philosophiques ou religieuses. Elmustapha Najem et Renaud Paquet. ‡ © /HV IHPPHV GDQV OHV HPSORLV GH GLUHFWLRQ GHV JUDQGHV FROOHFWLYLWpV ª /¶2EVHUYDWRLUH GH OD IRQFWLRQ publique territoriale. 1992. séance plénière du 21 décembre 2005. Insee. Pistes. à une ethnie ou une race ». à réconcilier la maternité et l’emploi. Christian Baudelot et Roger Establet. Nathan. cette question reste l’une des priorités des pouvoirs publics comme en témoigne la récente constitution de la charte pour la promotion de l’égalité dans la fonction publique. ‡ © 7HPSV GH WUDYDLO HW RUJDQLVDWLRQ GX WUDYDLO  XQH VRXUFH GH VWUHVV HW GH GLIILFXOWpV GH FRQFLOLDWLRQ HPSORL famille ? ». ne peut être faite entre les fonctionnaires en raison de leurs opinions politiques. ‡ 5DSSRUW GX FRQVHLO VXSpULHXU GH OD IRQFWLRQ SXEOLTXH WHUULWRULDOH Intégration l’égalité professionnelle femmes hommes dans la Fonction publique territoriales. mars 2009.

.

Fiches thématiques Fiches Emploi public Voies de recrutement externe Parcours professionnels Égalité professionnelle Retraite Dépenses de personnel et rémunérations Formation Temps et conditions de travail Relations professionnelles Politique sociale 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Faits et chiffres 2008-2009 297 .

.

3 1.13 1.12 1.5 1.4 1.Thème .Emploi public 1 Emploi public Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public Trois fonctions publiques : répartition géographique Trois fonctions publiques : séries longues Fonction publique de l’État : ministères et Épa Fonction publique de l’État : principales caractéristiques des ministères Fonction publique de l’État : agents non titulaires des ministères Fonction publique de l’État : âge des agents dans les ministères Fonction publique de l’État : séries longues Fonction publique de l’État : périmètres de décompte des effectifs dans les ministères Fonction publique de l’État : emplois en loi de finances Fonction publique territoriale Fonction publique hospitalière Trois fonctions publiques : emploi des travailleurs handicapés Autres organismes exerçant des missions de service public Faits et chiffres 2008-2009 1.6 1.10 1.11 1.2 1.8 1.14 299 .7 1.1 1.9 1.

.

Néanmoins. DGAFP. Enfin. ceux de la fonction publique hospitalière. les missions et les métiers du service public et de la fonction publique. qui sont des Épa locaux. elles permettent de mieux caractériser les emplois principaux ou secondaires et ainsi d’améliorer la qualité des résultats. année où le dispositif « adjoints de sécurité » a été clairement dissocié du dispositif « emplois jeunes ». 9 850 en 2004. enfin. 10 495 en 2005. En revanche.Emploi public 1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public 1. Jean-Ludovic Silicani. Livre blanc sur l’avenir de la fonction publique. 9 557 en 2006 et 8 963 en 2007. Les ministères et les établissements publics administratifs (Épa) nationaux constituent la fonction publique de l’État. C’est ainsi qu’ont été décomptés les 5. Audrey Baëhr. ouvriers d’État ou militaires . Le traitement des fichiers 2007 a permis de valider la qualité de ces informations. Faits et chiffres 2008-2009 301 . non-titulaires. tout particulièrement pour les établissements publics. ministère du Budget. des départements et collectivités d’Outre-mer et de l’étranger. Les agents de la fonction publique de l’État peuvent être des titulaires. 1. 1 779 personnes fin 2007) restent classés en emplois aidés. les effectifs de la fonction publique de ce rapport comprennent les individus présents au 31 décembre. La série a été actualisée depuis 2002. communes) et les Épa locaux forment la fonction publique territoriale. nontitulaires ou assistantes maternelles .2 millions d’agents qui travaillent dans l’une des trois fonctions publiques. Faits et chiffres 2008-2009. Les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale. les adjoints de sécurité en contrat d'aide à l'emploi (CAE. L'ensemble constitue le Fichier Général de l'État (FGE) de l'Insee. en emploi principal. des Comptes publics et de la Fonction publique. Audrey Baëhr. Sauf mention contraire.Thème .14). Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. hors bénéficiaires d’emplois aidés. Définitions et méthodes Dans une acception juridique. sont depuis la précédente édition intégrés aux effectifs de non-titulaires. Les résultats relatifs à la fonction publique de l'État sont établis à partir de l'exploitation des fichiers de paie des agents de l'État complétés par les déclarations annuelles des données sociales (DADS).2 de ce rapport : « L’emploi public dans les trois fonctions publiques en 2007 ». certaines missions de service public sont assurées en dehors de la fonction publique (voir fiche thématique 1. vol. Les collectivités territoriales stricto sensu (régions. ceux de la fonction publique territoriale peuvent être des titulaires. peuvent être des titulaires. qui figuraient jusqu’à l’édition 2006-2007 de ce rapport en tant que bénéficiaires d’emplois aidés. un agent de la fonction publique travaille dans un organisme public à caractère administratif dans lequel le recrutement se fait sur la base du droit public. On en compte 12 648 en 2002. nontitulaires ou médecins. les hôpitaux publics et les établissements d’hébergement pour personnes âgées. De nouvelles informations permettant de mieux caractériser les agents de la fonction publique ont été introduites dans les DADS (norme « DADS-U ») à partir de l'année 2006 : portant en particulier sur le statut et l'activité des agents. Pour plus d’informations « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2006 ». ce qui conduit à réviser les données 2006 publiées dans le précédent rapport. 11 456 en 2003. départements. 2008.1 Voir également la Vue 1. Faits et chiffres 2007-2008. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. Il s’agit d’une contribution temporaire du ministère de l’Intérieur au plan de cohésion sociale (les derniers recrutements d’adjoints de sécurité en CAE ont été réalisés en décembre 2007). Conférence nationale sur les valeurs. avril 2008. de métropole. constituent la fonction publique hospitalière.

Y compris Saint-Pierre-et-Miquelon pour la FPT. en annexe de la Vue 1.6% Emploi privé hors service public 72. vol. bureau des statistiques. Insee .1-1 : Fonction publique et panorama de l'emploi total au 31 décembre 2007 (en milliers) Effectifs au 31/12/2007 Fonction publique (secteur non marchand) Fonction publique hors emplois aidés Emplois aidés de la fonction publique (1) 5 399. Drees . Com et étranger compris pour les services de l'État et l'enseignement privé sous contrat (figurant avec les organismes privés du secteur non marchand). Champ : Métropole et Dom. Insee. Insee .9 131.1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public Tableau 1. Statistique annuelle sur les établissements de santé (SAE).1 25 543.1 du Rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2008-2009. en annexe de la Vue 1.1 du Rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2008-2009. Insee.14-1. Des travaux méthodologiques sont en cours pour une totale convergence. Voir la Vue d'ensemble 1.1 : tableau 1. enquête SPE. 302 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Statistique annuelle sur les établissements de santé (SAE).1 et dans les fiches thématiques : tableau 1.7% Sources : Fichier Général de l'État (FGE).0 671. Tableau de synthèse.8% Entreprises publiques 2. (1) Le nombre d'emplois aidés de ce tableau est un peu inférieur à celui du tableau 1.0 5 267. vol.5% Fonction publique hors emplois aidés 20.9 18 575. bureau des statistiques.1-1 : Fonction publique et panorama de l'emploi total au 31 décembre 2007 (en %) Organismes publics hors fonction publique 0.1 Thème .0 Organismes publics hors fonction publique (majoritairement secteur non marchand) Organismes privés à financement public prédominant (secteur non marchand) Entreprises publiques (secteur marchand) Emploi privé hors service public (secteur marchand) Emploi total (salariés et non salariés) Sources : Fichier Général de l'État (FGE). enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).volume 1 . DHOS .6% Organismes privés à financement public prédominant 2. le tableau de synthèse de l'annexe à la Vue 1.1-7 pour des raisons liées aux sources utilisées.1.1-2. Insee . enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).0 719. DHOS . Traitement DGAFP.7% Emplois aidés de la fonction publique 0.1 178. Tableau de synthèse. Bilan social 2007 France Télécom . enquête SPE. Insee . Drees . Graphique 1.Emploi public 1.Traitement DGAFP. 1. des études et de l'évaluation. Les bénéficiaires d'emplois aidés sont décomptés à part dans la fonction publique et inclus dans les effectifs des autres organismes. des études et de l'évaluation.

6 0. DHOS. tous statuts. FPT : métropole. FPE : métropole. (1) Y compris les établissements publics à caractère scientifique ou technologique (EPST) et les établissements à caractère scientifique. y compris internes et résidents.6 0.3 7. tous statuts. Traitement DGAFP. Com et étranger.0 8.5 47.3 Effectifs physiques 2 192 780 291 704 2 484 484 1 315 112 433 266 1 748 378 967 661 67 412 1 035 073 5 267 935 4 917 575 ETP 2 108 920 242 002 2 350 922 1 199 576 391 148 1 590 724 894 696 61 203 955 899 4 897 545 4 547 185 Évolution 2006-2007 (en %) Effectifs physiques -3. non-titulaires sur crédits de remplacement.0 Sources : Insee. Hors Épa de droit privé.2 25. FPH : métropole et Dom. catégories particulières d'établissements à caractère administratif (Épa).1 Tableau 1.6 5. y compris internes et résidents. Champ : emplois principaux. GIP et autres organismes de droit public non qualifiés d'établissements publics.1 5. Traitement DGAFP. Drees.Thème .5 1.3 19. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.2 18. FPE : métropole.3 3. bureau des statistiques. Champ: emplois principaux. Dom. Drees.4 1. Graphique 1.4 5.2 1.0 93.1 -2.1-2 : Effectifs physiques des trois fonctions publiques au 31 décembre 2007 2007 Répartition des effectifs physiques (en %) Ministères y compris volontaires militaires Épa nationaux (1) Total fonction publique de l'État Collectivités locales stricto sensu Épa locaux Total fonction publique territoriale Hôpitaux publics Établissements d'hébergement pour personnes âgées Total fonction publique hospitalière Total des trois fonctions publiques dont agents civils 41.9 ETP -3. des études et de l'évaluation. Dom.5 6.2 -2.4 5. Dom et St-Pierre-et-Miquelon.4 6.2 5. des études et de l'évaluation.8 0. bureau des statistiques.Emploi public 1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public 1. Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux. Faits et chiffres 2008-2009 303 . Dom et St-Pierre-et-Miquelon.2% Fonction publique territoriale 33. Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux.6 100.2 33.1-2 Répartition des effectifs physiques entre les trois fonctions publiques en 2007 (en %) Fonction publique hospitalière 19. DHOS. Com et étranger.2 1. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. FPH : métropole et Dom.9 1. non-titulaires sur crédits de remplacement.2% Sources : Insee. FPT : métropole.4 5.1 1.9 3. culturel ou professionnel (EPSCP).6% Fonction publique de l'État 47.

FPE : métropole. Drees.1 2. Com et étranger. y compris internes et résidents. DHOS.0 0. FPT : métropole.Emploi public 1.2 13.0 80.9 14. culturel ou professionnel (EPSCP). (1) Y compris les établissements publics à caractère scientifique ou technologique (EPST) et les établissements à caractère scientifique. catégories particulières d'établissements à caractère administratif (Épa).5 13.9 1. Voir tableau 1-1-7.0 100. FPH : métropole et Dom.2 100.9 100.1 16. tous statuts.1 Thème . Champ : emplois principaux.0 20. Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux.1 100.volume 1 . bureau des statistiques.5 1.0 76.1-3 : Effectifs physiques des trois fonctions publiques par statut au 31 décembre 2007 Ministères et collectivités territoriales Fonction publique de l'État (FPE) Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Militaires et volontaires militaires Total FPE Fonction publique territoriale (FPT) Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total FPT Fonction publique hospitalière (FPH) Titulaires Non-titulaires Médecins Total FPH FPE+FPT+FPH Titulaires et militaires Non-titulaires Ouvriers d'État Assistantes maternelles Médecins Total dont agents civils 3 017 181 392 994 46 695 51 022 0 3 507 892 3 159 243 1 659 591 137 845 46 695 348 649 2 192 780 1 008 941 255 149 51 022 1 315 112 Épa à recrutement de droit public (1) 92 309 196 939 745 1 711 291 704 320 166 108 111 4 989 433 266 788 560 143 665 102 848 1 035 073 1 202 746 448 715 745 4 989 102 848 1 760 043 1 758 332 Total 1 751 900 334 784 47 440 350 360 2 484 484 1 329 107 363 260 56 011 1 748 378 788 560 143 665 102 848 1 035 073 4 219 927 841 709 47 440 56 011 102 848 5 267 935 4 917 575 Répartition (en %) 70. Dom et St-Pierre-et-Miquelon. Traitement DGAFP.3 Sources : Insee.9 9.8 3.1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public Tableau 1. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Dom. des études et de l'évaluation. 304 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .0 93.0 76. non-titulaires sur crédits de remplacement.

Emploi public 1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public 1.5 100. Traitement DGAFP.7 17. tous statuts. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.9 100. des études et de l'évaluation. Drees.0 92. FPE : métropole.7 7.2 2.5 13. (1) Y compris les établissements publics à caractère scientifique ou technologique (EPST) et les établissements à caractère scientifique. FPH : métropole et Dom y compris internes et résidents.8 100.6 100. culturel ou professionnel (EPSCP).0 78. catégories particulières d'établissements à caractère administratif (Épa).2 14.0 1. Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux.Thème .0 81. bureau des statistiques. Com et étranger.0 14.1-4 : Effectifs en équivalents temps plein des trois fonctions publiques par statut au 31 décembre 2007 Ministères et collectivités territoriales Fonction publique de l'État (FPE) Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Militaires et volontaires militaires Total FPE Fonction publique territoriale (FPT) Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total FPT Fonction publique hospitalière (FPH) Titulaires Non-titulaires Médecins Total FPH FPE+FPT+FPH Titulaires et militaires Non-titulaires Ouvriers d'État Assistantes maternelles Médecins Total dont agents civils 2 551 539 312 336 45 486 50 485 0 2 959 846 2 611 197 1 600 641 114 144 45 486 348 649 2 108 920 950 898 198 192 50 485 1 199 576 Épa à recrutement de droit public (1) 89 781 149 798 713 1 711 242 002 301 416 84 876 4 856 391 147 750 481 131 248 74 171 955 899 1 141 677 365 921 713 4 856 74 171 1 587 338 1 585 627 Total 1 690 422 263 942 46 199 350 360 2 350 922 1 252 314 283 068 55 341 1 590 723 750 481 131 248 74 171 955 899 3 693 216 678 257 46 199 55 341 74 171 4 547 184 4 196 824 Répartition (en %) 71.0 78. DHOS.1 Tableau 1.2 1.9 1. FPT : métropole.9 11. non-titulaires sur crédits de remplacement. Dom. Faits et chiffres 2008-2009 305 . Champ : emplois principaux.3 Sources : Insee. Dom et St-Pierre-et-Miquelon.8 3.

0 16.0 13.0 15.5 1 751 900 334 784 47 440 2 134 124 903 600 1 230 524 350 360 2 484 484 Catégorie B (en %) Catégorie C (en %) Total Sources : Insee.7 14.8 43.7 12.2 12.9 0. FPH : métropole et Dom. Dom et St-Pierre-et-Miquelon.0 0. principaux et secondaires. 306 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .1 55.1 788 560 143 665 102 848 1 035 073 8.3 3 869 567 841 709 47 440 56 011 102 848 4 917 575 903 600 4 005 710 350 360 5 267 935 5.7 32.1 0.1 26. FPE : métropole.9 0. inspecteurs. DHOS. Drees. Note de lecture: 60.8 22. Com et étranger. Traitement DGAFP.0 57.0 8. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.8 77.5 0.6 54.7 18.9 0. des études et de l'évaluation. FPT : métropole.6 54.1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public Tableau 1.0 22.5 21. personnels d'orientation et de surveillance.Emploi public 1.6 100.2 22.5 51.3 86. non-titulaires sur crédits de remplacement.8 32.9 28.9 24.2 % des agents titulaires de la FPE sont des agents de catégorie A.9 15. appliquée aux emplois principaux.1 36. Dom.0 77.4 13.4 24.0 0.0 38. Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux.2 46. Enseignants : y compris élèves enseignants hors chercheurs.0 100.9 96.8 100.0 35.0 0.0 46.1 Thème .7 29.1 3.1-5 : Répartition par statut et catégorie hiérarchique des effectifs des trois fonctions publiques au 31 décembre 2007 Catégorie A (en %) Fonction publique de l'État (ministères et Épa) Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils dont enseignants dont non-enseignants Militaires et volontaires militaires Total FPE Fonction publique territoriale (1) Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total FPT Fonction publique hospitalière Titulaires Non-titulaires Médecins Total FPH FPE+FPT+FPH Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Assistantes maternelles Médecins Total agents civils dont enseignants dont non-enseignants Militaires et volontaires militaires Ensemble 31.0 30.volume 1 . (1) Répartition par catégorie de tous les emplois.7 9.8 49. y compris internes et résidents.7 49.4 100. directeurs d'établissement.6 1 329 107 363 260 56 011 1 748 378 60.5 0.8 21.8 72.2 0.4 42.2 38. bureau des statistiques. tous statuts.2 86.8 26.1 0.1 3. Champ : emplois principaux.9 96.5 23.5 46.9 13.7 12.1 22.9 65.4 0.0 17.8 24.0 48.

Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux. FPH : métropole et Dom. Com et étranger.1-3 : Répartition des effectifs physiques par catégorie hiérarchique dans chacune des trois fonctions publiques au 31 décembre 2007 (en %) 90 A 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Ensemble de l'État État hors enseignants Fonction publique territoriale Fonction publique hospitalière B C Sources : Insee. non-titulaires sur crédits de remplacement. Faits et chiffres 2008-2009 307 . des études et de l'évaluation. DHOS.1 Graphique 1. Dom et St-Pierre-et-Miquelon. bureau des statistiques. FPE : métropole. Dom. Champ : emplois principaux. Traitement DGAFP. FPT : métropole. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. tous statuts. Drees. y compris internes et résidents.Emploi public 1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public 1.Thème .

0 57.0 58.1 63.9 % des agents titulaires de catégorie A sont des femmes. Traitement DGAFP.9 58.1 61.1 14. FPH : métropole et Dom. les taux de féminisation par statut sont issus de l'exploitation des bilans sociaux de 2007.3 32.0 59.4 72.7 76.2 57.6 68. bureau des statistiques.5 75.6 86.7 96.3 58. Com et étranger.7 80. Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux.0 57.4 61.1 55. tous statuts.3 86.2 78.4 14.2 61. FPE : métropole.8 61.1 82.9 14.2 67.8 96. Note de lecture : dans la FPE. y compris internes et résidents.5 C 62.8 74.7 80.1-6 : Taux de femmes par statut et catégorie hiérarchique dans les trois fonctions publiques au 31 décembre 2007 (en %) Statut FPE (ministères et Épa) Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Total agents civils hors enseignants Militaires et volontaires militaires Total FPT (1) Titulaires Non-titulaires Total hors assistantes maternelles Assistantes maternelles Total FPH Titulaires Non-titulaires Total hors médecins Médecins Total FPE+FPT+FPH Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Assistantes maternelles Médecins Total agents civils Total agents civils hors enseignants Total A 60.1 57.4 14.2 56.9 47.2 76.2 79.9 62.1 Thème .1 75.4 62.2 46.3 Total hors enseignants 52.9 61.9 42.0 50.9 63.1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public Tableau 1.9 61.0 76.3 7. DHOS.8 Sources : Insee. FPT : métropole.9 61.7 65.4 57.3 50.6 Total 58.8 48.5 52. 60.0 58.1 42.4 58.2 42.5 14.2 58.4 66.9 42.0 96.volume 1 .0 96.5 79.0 62.2 32.3 79.6 62. (1) Pour la FPT.3 87.1 57.6 56.4 51.6 66.8 65.2 44.0 70. Dom.2 50.0 80. Drees.5 B 46.2 53.4 49.2 41.3 79.4 10.0 59. Dom et St-Pierre-et-Miquelon.0 13.6 68. Champ: emplois principaux.3 56.2 35.5 74.7 14.9 96.9 14. 308 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . des études et de l'évaluation. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.6 65.0 17.0 54.8 59.1 60.8 63.7 60.3 73.8 96. non-titulaires sur crédits de remplacement.Emploi public 1.0 80.1 7.5 14.3 59.8 49.

bureau des statistiques. FPE : métropole. FPT : métropole. non-titulaires sur crédits de remplacement.0 FPH 18 22 26 FPE hors enseignants 3. intérimaire. tous statuts.5 3.0 0. Champ : emplois principaux.5 0.0 2. Privé : salariés des entreprises privées au 4ème trimestre 2007.Thème .5 2.5 1.5 0.5 4.5 2. des études et de l'évaluation. Traitement DGAFP.0 1.0 3.0 1. Insee .5 2. bureau des statistiques. hors apprentis.0 18 22 26 30 34 38 42 46 50 54 58 62 66 Total FPE 4. des études et de l'évaluation.1 Graphique 1.1-4 : Part de femmes parmi les titulaires et non-titulaires des trois fonctions publiques au 31 décembre 2007 (en %) 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 FPE FPT Titulaires FPH FPE FPT Non-titulaires FPH Sources : Insee.5 0.0 18 22 26 30 34 38 42 46 50 54 58 62 66 18 22 26 30 34 38 42 46 50 54 58 62 66 Privé FPT 30 34 38 42 46 50 54 58 62 66 Sources : Fichier Général de l'État (FGE) .Emploi public 1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public 1.5 2.0 2. CNRACL. stagiaires et emplois aidés.0 1.5 3. Com et étranger.1-5 : Répartition par âge des effectifs des trois fonctions publiques et du secteur privé au 31 décembre 2007 (en %) 4. enquête Emploi. y compris internes et résidents. Non compris les praticiens hospitalo-universitaires (recensés avec les effectifs de la FPE) et les médecins libéraux.0 3.5 1. Dom.0 0. Faits et chiffres 2008-2009 309 . Dom et St-Pierre-et-Miquelon.0 1. FPH : métropole et Dom.0 2.Traitement DGAFP.0 3. Drees.0 0.5 1.0 0. Graphique 1.0 2. FPE : emplois principaux.5 0.5 3. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.5 3. FPT et FPH : titulaires affiliés à la CNRACL au 31 décembre 2007.5 1. titulaires civils au 31 décembre 2007.0 FPE 4.

(2) Les bénéficiaires d'emplois aidés de la Police nationale de ce tableau sont les adjoints de sécurité en contrat d'aide à l'emploi.1 Thème . mutuelles. des études et de l’évaluation.12. Parallèlement.volume 1 .1 Effectifs et principales caractéristiques de l’emploi public Tableau 1. Traitement DGAFP. les adjoints de sécurité « classiques » (9 000 en 2007) sont compris dans les effectifs de non-titulaires et ne sont donc pas compris ici. susceptible d'actualisation en juillet. ministère de l'Intérieur. bureau des statistiques. (1) Situation arrêtée en mars de l'année n+1.12. (5) Y compris les hôpitaux privés participant au service public hospitalier. (3) Une partie des bénéficiaires d'emplois aidés des Épa locaux est susceptible d'être déclarée en collectivités territoriales.2007(1) CEC. 310 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Champ : Métropole et Dom.2008(1) Emplois jeunes Total bénéficiaires d'emplois aidés 200 100 100 0 21 500 6 500 22 800 Total bénéficiaires CAE.Emploi public 1. le dispositif « nouveaux services-nouveaux emplois » (emplois jeunes) a été mis en extinction. CAV Police nationale(2) Collectivités territoriales (hors associations)(3) Épa ou Épic nationaux ou locaux(3)(4) Établissements publics d'enseignement Établissements publics de santé(5) Ensemble de la fonction publique Associations. autres Total secteur non marchand 1 800 44 000 19 200 61 800 500 100 0 Emplois jeunes Bénéficiaires au 31. La loi n° 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale a abrogé les dispositions relatives aux contrats emploi solidarité (CES) et aux contrats emploi consolidé (CEC) et a institué les contrats d'aide à l'emploi (CAE) et les contrats d'avenir (CAV). (4) La Dares ne ventile pas les CAE et les CAV des établissements publics entre ceux des Épa et ceux des Épic. CAE.1-7 : Nombre de bénéficiaires d'emplois aidés au 31 décembre 2007 et au 31 décembre 2008 Bénéficiaires au 31. CAV d'emplois aidés 1 800 44 500 19 300 61 800 200 21 400 6 400 22 800 27 000 0 27 000 13 900 0 13 900 153 800 111 800 265 600 600 8 400 9 000 154 400 120 200 274 600 64 700 50 600 115 300 200 4 500 4 700 64 900 55 100 120 000 Sources : Dares . En revanche.

Thème . hospitalière. Pierre Graverol. avec une problématique et une méthodologie homogènes. Annie Brenot-Ouldali (DGAF).2 de ce rapport : « L’emploi public dans les trois fonctions publiques en 2007 ». Les travaux sur la localisation de l’emploi public par région étendent au niveau local. tout particulièrement pour les établissements publics. DGAFP. Définitions et méthodes Les résultats relatifs à la fonction publique de l'Etat sont établis à partir de l'exploitation des fichiers de paie des agents de l'État complétés par les déclarations annuelles des données sociales (DADS). n° 09-2009 DGAFP. « Emploi public : la répartition des effectifs sur le territoire ».2 Voir également la Vue 1. janvier 2006. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. on inclut aussi les collectivités d’Outre-mer et de l’étranger. Delphine Léglise. Audrey Baëhr. 2008. Enfin. territoriale. Les résultats relatifs à la fonction publique territoriale ont été établis à partir de l’enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter) de l’Insee. vol. Faits et chiffres 2008-2009. Pages de Profils n° 36. L'ensemble constitue le Fichier Général de l'État (FGE) de l'Insee. mars 2008 « La fonction publique plus présente en Île-de-France qu’en province » Stéphane Boucher (Insee). Le traitement des fichiers 2007 a permis de valider la qualité de ces informations. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. en emploi principal. hors bénéficiaires d’emplois aidés.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : répartition géographique 1. Sauf mention contraire. les effectifs de la fonction publique de ce rapport comprennent les individus. Insee. 1. De nouvelles informations permettant de mieux caractériser les agents de la fonction publique ont été introduites dans les DADS (norme « DADS-U ») à partir de l'année 2006 : portant en particulier sur le statut et l'activité des agents. complétée par les déclarations annuelles de données sociales (DADS) de l’Insee et l’enquête Statistique du personnel non médical des établissements publics de santé (SPE) de la direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS). de métropole et des départements d’Outre-mer. Taux d'administration d'une région : part des agents (ici en effectifs équivalent temps plein) de la fonction publique (d'État. Dans le champ de la FPT. Voir également le Dossier 1 « Approches locales de l’emploi public ». des travaux de mesure des effectifs jusque-là réalisés à l’échelon national. elles permettent de mieux caractériser les emplois principaux ou secondaires et ainsi d’améliorer la qualité des résultats. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. Faits et chiffres 2008-2009 311 . les résultats relatifs à la fonction publique hospitalière ont été établis à partir de l’enquête Statistique annuelle sur les établissements de santé (SAE) de la Drees. Dans le champ de la FPE. Pour plus d’informations « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2006». Point Stat. Audrey Baëhr. Les effectifs comptabilisés sont ceux en fonction au 31 décembre. on inclut également Saint-Pierre-et-Miquelon. ce qui conduit à réviser les données 2006 publiées dans le précédent rapport. DGAFP. Faits et chiffres 2007-2008. ou de l'ensemble) par rapport à la population totale de la région.

1 Thème . FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement. 312 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . FPE : y compris Épa nationaux.2 Trois fonctions publiques : répartition géographique Tableau 1.Emploi public 1. Y compris assistantes maternelles.volume 1 . FPT : y compris Épa locaux. y c militaires(1) 137 710 254 906 5 767 111 041 4 999 111 988 8 119 131 553 28 865 250 570 19 536 198 536 13 496 112 550 1 753 8 723 26 980 94 005 3 949 42 635 138 116 1 100 270 (1) L’information sur les militaires n’est pas diffusable par département.2-1 : Effectifs physiques des trois fonctions publiques par région et par département au 31 décembre 2007 (1ère partie) Fonction publique de l'État. agents civils Alsace Bas-Rhin Haut-Rhin Aquitaine Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Auvergne Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme Basse-Normandie Calvados Manche Orne Bourgogne Côte-d'Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne Bretagne Côtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan Centre Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loiret Loir-et-Cher Champagne-Ardenne Ardennes Aube Haute-Marne Marne Corse Corse-du-Sud Haute-Corse Franche-Comté Doubs Haute-Saône Jura Territoire de Belfort Haute-Normandie Eure Seine-Maritime Île-de-France Essonne Hauts-de-Seine Paris Seine-et-Marne 56 402 37 136 19 266 98 248 10 161 53 594 9 227 8 294 16 972 44 002 9 277 4 344 5 095 25 286 42 984 21 524 14 286 7 174 49 610 20 350 6 307 13 974 8 979 87 762 12 326 25 225 34 953 15 258 73 287 9 568 10 468 6 978 16 749 21 275 8 249 44 560 8 340 9 118 6 361 20 741 11 513 5 194 6 319 36 072 18 256 6 266 7 056 4 494 54 288 14 390 39 898 505 041 45 544 48 063 186 135 38 838 Fonction publique territoriale 37 547 23 214 14 333 88 202 11 966 41 092 11 917 7 025 16 202 35 340 9 332 3 959 4 577 17 472 35 422 17 686 11 800 5 936 41 319 14 843 5 878 13 023 7 575 79 017 16 778 19 465 25 998 16 776 61 814 7 545 9 813 5 539 14 179 16 895 7 843 29 581 6 814 6 175 4 260 12 332 9 605 5 551 4 054 27 987 13 444 4 385 5 953 4 205 50 283 13 877 36 406 370 464 34 761 50 067 89 839 33 937 Fonction publique hospitalière 33 928 19 253 14 675 47 261 6 929 22 459 4 823 5 311 7 740 25 932 8 409 3 343 3 318 10 862 28 583 13 691 8 351 6 541 32 505 10 784 4 951 9 983 6 787 54 926 7 692 17 779 16 313 13 141 43 899 6 128 7 321 3 724 11 609 9 594 5 522 24 913 5 203 4 421 3 997 11 292 4 109 2 659 1 450 21 223 9 110 2 609 5 252 4 251 29 596 6 301 23 295 182 130 11 507 6 465 97 643 13 207 Total trois fonctions publiques. agents civils 127 877 79 603 48 274 233 711 29 056 117 145 25 967 20 630 40 914 105 274 27 018 11 646 12 990 53 620 106 989 52 901 34 437 19 651 123 434 45 977 17 136 36 980 23 341 221 705 36 796 62 469 77 264 45 175 179 000 23 241 27 602 16 241 42 537 47 764 21 614 99 054 20 357 19 714 14 618 44 365 25 227 13 404 11 823 85 282 40 810 13 260 18 261 12 950 134 167 34 568 99 599 1 057 635 91 812 104 595 373 617 85 982 Militaires(1) 9 833 21 195 Total trois fonctions publiques. Les militaires ne sont pas ventilés par département.

Les militaires ne sont pas ventilés par département. FPE : y compris Épa nationaux. agents civils 53 164 51 261 34 846 47 190 77 258 8 740 17 702 35 838 2 749 12 229 26 182 7 523 4 318 14 341 79 616 29 324 6 284 33 340 10 668 93 122 4 366 6 271 4 778 51 242 6 931 4 795 8 648 6 091 119 322 80 258 39 064 82 249 35 849 17 838 6 047 13 352 9 163 53 959 14 555 20 899 18 505 50 544 8 983 16 204 7 981 17 376 155 612 4 669 30 792 69 041 4 229 32 177 14 704 179 883 12 558 6 148 10 983 15 722 Fonction publique territoriale 50 119 44 399 31 279 36 063 76 742 11 699 17 908 32 879 1 814 12 442 21 210 7 061 3 225 10 924 47 372 15 641 4 087 19 315 8 329 79 963 4 135 6 323 5 440 38 612 5 712 4 288 9 498 5 955 110 675 74 370 36 305 83 256 33 821 15 943 7 231 12 520 13 741 44 011 12 827 16 328 14 856 48 277 8 995 16 257 10 451 12 574 153 795 4 740 38 301 60 510 4 256 30 064 15 924 157 243 10 012 7 088 11 424 18 673 Fonction publique hospitalière 12 608 10 864 14 279 15 557 36 220 4 222 9 462 16 008 1 828 4 701 18 475 4 926 3 013 10 536 39 783 15 750 4 044 12 208 7 780 42 645 3 200 4 905 3 203 15 859 5 313 2 442 4 456 3 266 60 894 43 671 17 223 56 376 18 232 13 276 6 534 9 721 8 614 34 393 10 307 11 884 12 203 29 931 5 564 9 396 6 245 8 726 67 625 2 486 14 408 27 380 3 666 10 202 9 482 95 694 6 068 5 035 7 015 8 978 Total trois fonctions publiques.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : répartition géographique 1. y c militaires(1) Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Yvelines Languedoc-Roussillon Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées-Orientales Limousin Corrèze Creuse Haute-Vienne Lorraine Meurthe-et-Moselle Meuse Moselle Vosges Midi-Pyrénées Ariège Aveyron Gers Haute-Garonne Hautes-Pyrénées Lot Tarn Tarn-et-Garonne Nord.2 Tableau 1.Thème . agents civils 115 891 106 524 80 404 98 810 190 220 24 661 45 072 84 725 6 391 29 372 65 867 19 510 10 556 35 801 166 771 60 715 14 415 64 863 26 777 215 730 11 701 17 499 13 421 105 713 17 956 11 525 22 602 15 312 290 891 198 299 92 592 221 881 87 902 47 057 19 812 35 593 31 518 132 363 37 689 49 111 45 564 128 752 23 542 41 857 24 677 38 676 377 032 11 895 83 501 156 931 12 151 72 443 40 110 432 820 28 638 18 271 29 422 43 373 Militaires(1) Total trois fonctions publiques. Faits et chiffres 2008-2009 313 . FPT : y compris Épa locaux. Y compris assistantes maternelles.2-1 : Effectifs physiques des trois fonctions publiques par région et par département au 31 décembre 2007 (2ème partie) Fonction publique de l'État. FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement. Pas-de-Calais Nord Pas-de-Calais Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée Picardie Aisne Oise Somme Poitou-Charentes Charente Charente-Maritime Deux-Sèvres Vienne Provence-Côte d'Azur Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Hautes-Alpes Var Vaucluse Rhône-Alpes Ain Ardèche Drôme Haute-Savoie 15 251 205 471 4 300 70 167 24 195 190 966 14 069 229 799 7 924 10 817 298 815 232 698 8 868 141 231 12 642 141 394 42 866 419 898 21 156 453 976 (1) L’information sur les militaires n’est pas diffusable par département.

agents civils Isère Loire Rhône Savoie Total Métropole Dom Guadeloupe Guyane Martinique Réunion Total Métropole + Dom Autres collectivités Étranger Total 38 269 18 055 65 617 12 531 2 021 516 69 652 15 901 9 080 15 316 29 355 2 091 168 13 911 29 045 2 134 124 Fonction publique territoriale 33 067 16 657 47 396 12 926 1 689 125 58 988 14 362 6 236 13 872 24 518 1 748 113 265 0 1 748 378 Fonction publique hospitalière 16 15 29 6 1 011 24 6 2 8 7 1 035 922 421 410 844 039 034 252 235 090 458 073 0 0 Total trois fonctions publiques.Emploi public 1. Champ : hors bénéficiaires d'emplois aidés. y c militaires(1) 330 958 7 341 5 052 638 160 015 338 299 4 612 7 449 350 360 5 212 653 18 788 36 494 5 267 935 1 035 073 4 917 575 Sources : Insee. FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement. Y compris assistantes maternelles. FPE : y compris Épa nationaux. DHOS. bureau des statistiques. Traitement DGAFP. Drees. tous statuts. emplois principaux.volume 1 . agents civils 88 50 142 32 4 721 152 36 17 37 61 4 874 14 29 258 133 423 301 680 674 515 551 278 331 354 176 045 Militaires(1) Total trois fonctions publiques. (1) L'information sur les militaires n'est pas diffusables par département. des études et de l'évaluation.1 Thème . FPT : y compris Épa locaux. 314 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .2-1 : Effectifs physiques des trois fonctions publiques par région et par département au 31 décembre 2007 (3ème partie) Fonction publique de l'État. Les militaires ne sont pas ventilés par département.2 Trois fonctions publiques : répartition géographique Tableau 1.

Thème . agents civils 52 636 34 694 17 943 92 115 9 622 50 054 8 705 7 842 15 893 41 270 8 757 4 113 4 698 23 702 40 175 20 081 13 339 6 755 46 237 18 741 5 937 13 072 8 487 82 153 11 517 23 655 32 663 14 318 69 234 9 006 9 896 6 640 15 756 20 109 7 827 41 877 7 894 8 590 5 942 19 451 10 875 4 959 5 916 33 432 16 878 Fonction publique territoriale 34 447 21 552 12 895 80 164 10 481 38 484 10 633 6 546 14 021 31 771 8 516 3 601 4 036 15 618 31 620 15 787 10 529 5 304 36 821 13 022 5 442 11 441 6 917 70 605 15 078 17 964 22 775 14 788 56 172 6 972 8 750 5 093 12 901 15 383 7 072 26 683 6 054 5 618 3 717 11 294 9 262 5 384 3 879 24 472 11 783 Fonction publique hospitalière 30 513 17 341 13 172 44 304 6 528 21 020 4 592 5 022 7 141 24 037 7 988 3 141 2 957 9 951 26 617 12 678 7 812 6 127 30 065 9 790 4 706 9 200 6 369 50 723 7 116 16 315 14 974 12 318 41 053 5 817 6 879 3 511 10 631 8 997 5 219 23 129 4 849 4 176 3 692 10 412 3 905 2 530 1 375 19 401 8 235 Total trois fonctions publiques.2 Tableau 1. Les militaires ne sont pas ventilés par département.2-2 : Effectifs en équivalents temps plein des trois fonctions publiques par région et par département au 31 décembre 2007 (1ère partie) Fonction publique de l'État.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : répartition géographique 1. Faits et chiffres 2008-2009 315 . FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement. Y compris assistantes maternelles. FPT : y compris Épa locaux. agents civils 117 596 73 586 44 010 216 583 26 631 109 558 23 930 19 410 37 055 97 078 25 260 10 855 11 691 49 272 98 411 48 546 31 679 18 186 113 123 41 553 16 085 33 712 21 773 203 482 33 711 57 934 70 412 41 424 166 459 21 795 25 526 15 244 39 288 44 488 20 118 91 689 18 797 18 384 13 351 41 157 24 043 12 872 11 170 77 305 36 895 Militaires(1) 9 833 Total trois fonctions publiques. y c militaires(1) 127 429 Alsace Bas-Rhin Haut-Rhin Aquitaine Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Auvergne Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme Basse-Normandie Calvados Manche Orne Bourgogne Côte-d'Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne Bretagne Côtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan Centre Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loiret Loir-et-Cher Champagne-Ardenne Ardennes Aube Haute-Marne Marne Corse Corse-du-Sud Haute-Corse Franche-Comté Doubs 21 195 237 778 5 767 102 845 4 999 103 410 8 119 121 242 28 865 232 347 19 536 185 995 13 496 105 185 8 723 86 028 (1) L’information sur les militaires n’est pas diffusable par département. FPE : y compris Épa nationaux.

FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement. 316 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .Emploi public 1. FPT : y compris Épa locaux.volume 1 . y c militaires(1) Haute-Saône Jura Territoire de Belfort Haute-Normandie Eure Seine-Maritime Île-de-France Essonne Hauts-de-Seine Paris Seine-et-Marne Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Yvelines Languedoc-Roussillon Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées-Orientales Limousin Corrèze Creuse Haute-Vienne Lorraine Meurthe-et-Moselle Meuse Moselle Vosges Midi-Pyrénées Ariège Aveyron Gers Haute-Garonne Hautes-Pyrénées Lot Tarn Tarn-et-Garonne Nord.1 Thème . Les militaires ne sont pas ventilés par département. Y compris assistantes maternelles. agents civils 11 931 16 645 11 835 123 728 31 908 91 820 986 682 85 031 98 171 349 279 80 217 108 491 98 459 75 456 91 577 174 512 22 255 41 717 77 455 5 871 27 215 60 875 18 140 9 803 32 932 153 857 55 988 13 185 59 916 24 768 198 385 10 831 16 123 12 249 96 905 16 743 10 464 20 820 14 251 268 103 182 159 85 943 201 956 79 865 42 634 17 933 32 770 28 754 Militaires(1) Total trois fonctions publiques. Pas-de-Calais Nord Pas-de-Calais Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée 3 949 127 677 42 635 1 029 317 15 251 189 763 4 300 65 175 24 195 178 052 14 069 212 454 7 924 276 027 10 817 212 773 (1) L’information sur les militaires n’est pas diffusable par département. agents civils 5 815 6 561 4 178 51 037 13 672 37 365 476 778 42 402 45 751 176 464 36 839 49 556 48 524 33 008 44 234 71 987 8 179 16 584 33 223 2 549 11 453 24 508 7 114 4 060 13 334 74 301 27 353 5 901 31 173 9 875 86 568 4 045 5 799 4 434 47 590 6 462 4 461 8 046 5 731 111 008 74 266 36 742 76 407 33 102 16 560 5 643 12 528 8 575 Fonction publique territoriale 3 703 5 245 3 742 45 295 12 337 32 958 341 692 31 973 46 528 82 899 31 134 47 064 39 988 29 127 32 980 69 504 10 208 16 349 29 863 1 641 11 443 18 973 6 385 2 860 9 728 42 854 14 179 3 487 17 526 7 661 72 256 3 790 5 751 4 796 34 732 5 290 3 742 8 674 5 482 100 420 67 360 33 060 74 186 30 243 14 020 6 275 11 341 12 306 Fonction publique hospitalière 2 413 4 838 3 915 27 396 5 899 21 497 168 212 10 656 5 892 89 916 12 244 11 871 9 948 13 322 14 363 33 020 3 868 8 784 14 368 1 681 4 319 17 394 4 640 2 884 9 869 36 703 14 457 3 797 11 217 7 232 39 562 2 996 4 573 3 020 14 583 4 991 2 261 4 100 3 038 56 674 40 534 16 141 51 363 16 521 12 054 6 014 8 901 7 873 Total trois fonctions publiques.2-2 : Effectifs en équivalents temps plein des trois fonctions publiques par région et par département au 31 décembre 2007 (2ème partie) Fonction publique de l'État. FPE : y compris Épa nationaux.2 Trois fonctions publiques : répartition géographique Tableau 1.

FPT : y compris Épa locaux.Thème . Y compris assistantes maternelles. Drees. tous statuts. agents civils 50 591 13 772 19 455 17 364 47 330 8 491 15 288 7 459 16 091 145 619 4 308 28 583 64 809 3 891 30 355 13 673 166 022 11 700 5 687 10 168 14 393 34 876 16 699 61 016 11 483 1 892 159 67 014 15 531 8 842 14 652 27 989 1 959 173 13 487 27 902 2 000 562 Fonction publique territoriale 39 155 11 175 14 665 13 315 43 432 8 133 14 733 9 092 11 474 144 819 4 321 35 616 57 364 3 886 28 721 14 911 140 379 9 068 6 200 10 071 16 571 28 716 15 228 43 134 11 391 1 534 984 55 480 13 138 6 078 13 169 23 096 1 590 464 259 0 1 590 723 Fonction publique hospitalière 32 9 11 11 28 5 8 5 8 61 2 13 25 3 9 8 86 5 4 6 8 15 13 26 6 932 23 6 6 3 7 955 249 623 241 385 051 201 855 789 206 895 303 048 054 362 429 698 557 586 602 309 081 224 882 729 144 822 077 083 125 620 249 899 0 0 Total rois fonctions publiques. emplois principaux. des études et de l'évaluation. agents civils 121 995 34 570 45 362 42 063 118 814 21 825 38 877 22 340 35 772 352 332 10 932 77 247 147 228 11 139 68 505 37 281 392 958 26 354 16 489 26 547 39 045 78 816 45 810 130 879 29 018 4 359 965 145 571 34 752 21 045 31 440 58 333 4 505 536 13 746 27 902 4 547 184 Militaires(1) 8 868 Total trois fonctions publiques. Les militaires ne sont pas ventilés par département. y c militaires(1) 130 863 Picardie Aisne Oise Somme Poitou-Charentes Charente Charente-Maritime Deux-Sèvres Vienne Provence-Côte d'Azur Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Hautes-Alpes Var Vaucluse Rhône-Alpes Ain Ardèche Drôme Haute-Savoie Isère Loire Rhône Savoie Total Métropole Dom Guadeloupe Guyane Martinique Réunion Total Métropole + Dom Autres collectivités Étranger Total 12 642 131 456 42 866 395 198 21 156 414 114 330 958 7 341 4 690 923 152 912 338 299 4 612 7 449 350 360 4 843 835 18 358 35 351 4 897 544 955 899 Sources : Insee.2-2 : Effectifs en équivalents temps plein des trois fonctions publiques par région et par département au 31 décembre 2007 (3ème partie) Fonction publique de l'État.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : répartition géographique 1. bureau des statistiques. FPE : y compris Épa nationaux. (1) L'information sur les militaires n'est pas diffusable par département. Faits et chiffres 2008-2009 317 . Traitement DGAFP.2 Tableau 1. DHOS. Champ : hors bénéficiaires d'emplois aidés. FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement.

8 27.6 23.3 23.8 15.3 60.8 69.2 21.7 65.9 20.6 16.2 69.4 28.4 13.8 65.5 15.2 18.5 73.1 16.9 19.4 29.7 34.7 20.5 29.1 29.4 25.1 61.8 3.7 17.1 22. 318 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .5 11.5 21.volume 1 .9 26.6 31.4 15.9 27.0 30.0 20.4 67.3 26.8 Total Total trois fonctions trois fonctions publiques.2 21.7 16.9 18.4 73.3 37.5 30.5 93. FPE : y compris Épa nationaux.2 13.8 65.0 31.1 22.0 Fonction publique hospitalière 16.5 Fonction publique territoriale 18.5 27.8 27.3 65.7 24.4 21.5 61.2 50.6 72.4 28.7 16.1 28.2 18.0 23.5 29.3 18.7 20.6 67. FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement.9 23.2 22.1 18.0 21.2 22.9 84.2 71.6 (1) L’information sur les militaires n’est pas diffusable par département.5 78.9 19.5 25.4 25.6 68.0 32.9 18.1 41.8 80.4 15.0 31.7 15.9 29.3 18. Y compris assistantes maternelles.0 24.6 23.9 65.5 8.8 57.9 36.2 24.3 69.2 Trois fonctions publiques : répartition géographique Tableau 1.6 26.2 26.8 21.8 15.6 59.3 15.7 67.8 14.7 21.7 18.6 26.2 55.4 35.4 64.8 75.6 24.2 20.2 24.2 16.8 20.9 10.1 18.8 74.2 72.9 17.2 29.5 83.3 17.1 65. agents civils 28.9 70.0 39.7 86.0 17.3 69.6 68.2 62.5 28.3 22.0 17.5 70.3 21.7 77.2 18. publiques.8 24.0 24.3 12.4 88.8 23.4 80.3 24.8 27.1 20.6 25.6 53.3 28.7 20.1 24.6 61.7 15.8 24.9 18.8 25.7 35.7 24.2-3 : Taux d'administration par région et par département (à partir des effectifs en équivalents temps plein) au 31 décembre 2007 (1ère partie) (en ‰) Alsace Bas-Rhin Haut-Rhin Aquitaine Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Auvergne Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme Basse-Normandie Calvados Manche Orne Bourgogne Côte-d'Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne Bretagne Côtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan Centre Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loiret Loir-et-Cher Champagne-Ardenne Ardennes Aube Haute-Marne Marne Corse Corse-du-Sud Haute-Corse Franche-Comté Doubs Haute-Saône Jura Territoire de Belfort Haute-Normandie Eure Seine-Maritime Île-de-France Essonne Hauts-de-Seine Fonction publique de l'État.3 23.1 10.0 64.5 73.4 36.3 68.5 27.0 21.9 16.0 26. agents civils y c militaires(1) 64.0 24.6 25.2 58.3 63.6 66.7 21.4 68.1 Thème .4 67.4 18.8 59.0 71.4 72.5 16.0 78.8 70.7 23.2 20.8 72.3 20.8 30.9 73.6 76.4 74.3 8.4 74.3 27.9 12.9 21.0 23.8 72.1 18.8 32.4 18.4 36. Les militaires ne sont pas ventilés par département.9 21.3 14.Emploi public 1.4 27.9 34.6 20.4 63.9 22.1 23.7 28.0 13.1 18.6 16.8 20.4 26. FPT : y compris Épa locaux.0 35.3 17.0 31.1 14.1 59.0 13.

1 15.2 64.9 76.8 13.6 62.7 21.9 7.8 18.4 Fonction publique territoriale 37.2 26.0 26.2 16.9 20.0 16.7 32.3 59. agents civils 80.4 25.9 19.2 14.5 18.1 20.4 29.1 24.9 23.7 16.8 9.4 68.5 14.2 25.2 62.8 19. Y compris assistantes maternelles.5 60.3 11.5 12.2 75.0 26. agents civils y c militaires(1) 159.0 72.3 29.6 25.3 76.0 14.1 79.2 15.1 71.1 12.4 18.9 26.1 80.8 12.1 28.3 22.7 24.0 59.5 30.7 89.6 64.0 23.0 55.7 29.8 37.1 68.0 75.0 64. FPE : y compris Épa nationaux.3 20.2 21.7 30.7 22.5 33.7 68.0 30.4 24.9 27.2 30.4 25. publiques.8 13.2 30.7 14.2 27.9 75.5 9.2 31.8 85.6 28.9 25.6 58.0 17.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : répartition géographique 1.3 24.0 16.7 73.4 61.2 31.7 Fonction publique hospitalière 41.4 23. Pas-de-Calais Nord Pas-de-Calais Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée Picardie Aisne Oise Somme Poitou-Charentes Charente Charente-Maritime Deux-Sèvres Vienne Provence-Côte d'Azur Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Hautes-Alpes Var Vaucluse Fonction publique de l'État.3 61.0 64.2 33.7 32.9 25.3 39.6 70.1 20.5 16.9 29.4 21.7 27.4 29.1 14.2 Tableau 1.5 27.4 26.1 9.2 20.3 64. Faits et chiffres 2008-2009 319 .8 65.3 70.8 77.9 24.0 26.4 71.9 23.4 68.4 58.0 58.2 23.8 69.3 26.1 14.Thème . Les militaires ne sont pas ventilés par département.0 23.5 28.4 30.4 68.8 65.8 20.0 26.3 24.9 14.5 25.4 23.1 23.4 56.7 33.4 33.2 22.6 28.3 12.2 15.4 21.3 16.6 28.7 67.0 88.7 71.8 81.4 76.0 17.5 75.0 13.2 12.6 23.8 23.2 21.9 11.1 66.4 65.7 16.6 61.3 28.1 26.1 68.5 18.9 37.4 73.5 21.6 23.7 19.4 84.7 14.7 21.8 64.8 25.4 57.6 38. FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement.5 25.4 10.1 57.7 25.5 12.1 13.4 28. FPT : y compris Épa locaux.9 25.1 21.5 7.6 20.5 62.2 26.4 (1) L’information sur les militaires n’est pas diffusable par département.3 18.3 26.2-3 : Taux d'administration par région et par département (à partir des effectifs en équivalents temps plein) au 31 décembre 2007 (2ème partie) (en ‰) Paris Seine-et-Marne Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Yvelines Languedoc-Roussillon Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées-Orientales Limousin Corrèze Creuse Haute-Vienne Lorraine Meurthe-et-Moselle Meuse Moselle Vosges Midi-Pyrénées Ariège Aveyron Gers Haute-Garonne Hautes-Pyrénées Lot Tarn Tarn-et-Garonne Nord.7 24.7 19.2 29.0 27.8 11.2 25.4 20.8 27.0 27.2 21.6 62.3 19.8 25.0 74.8 15.6 10.6 26.2 74.1 Total Total trois fonctions trois fonctions publiques.4 20.9 47.9 75.3 83.0 36.9 27.5 30.1 29.6 11.6 20.0 19.0 32.3 31.

3 23.3 70.6 ‰ 45.4 18.9 15. agents civils 64. bureau des statistiques. bénéficiaires d'emplois aidés.0 88. Traitement DGAFP.8 20.5 32. des études et de l'évaluation.6 28. Définition : Taux d'administration d'une région : part des agents (ici en effectifs équivalent temps plein) de la fonction publique (d'État.5 36.7 32.1 18.6 86. emplois principaux.3 20.5 25.8 70.volume 1 © Axciom .0 Total rois fonctions publiques.6 37. Traitement DGAFP.4 21.9 29.2 Sources : Insee. agents civils.3 9. bureau des statistiques. y c militaires(1) 68. Hors militaires.1 21. Insee. agents civils 27. (1) L'information sur les militaires n'est pas diffusables par département.3 11. FPE : y compris Épa nationaux.1 38.9 18.7 46.4 66.5 73.2 25.3 28.5 24.2 15.3 159.Emploi public 1. hospitalière. tous statuts. FPT : y compris Épa locaux.2 30.2 75.7 77.4 30.7 15.1 Thème . par département au 31 décembre 2007 Taux moyen Pour 1000 habitants France métropolitaine : 70.1 12.4 29.0 53.6 28.2-1 : Taux d'administration des trois fonctions publiques.1 15.6 22.2-3 : Taux d'administration par région et par département (à partir des effectifs en équivalents temps plein) au 31 décembre 2007 (3ème partie) (en ‰) Rhône-Alpes Ain Ardèche Drôme Haute-Savoie Isère Loire Rhône Savoie Total Métropole Dom Guadeloupe Guyane Martinique Réunion Total Métropole + Dom Fonction publique de l'État.6 Source : Fichier Général de l'État (FGE).3 20. ou de l'ensemble) par rapport à la population totale de la région (voir la partie Définition et méthode de la fiche thématique).6 ‰.5 41.6 76. Note : dans les Dom.9 57. Drees.9 Total trois fonctions publiques.2 Trois fonctions publiques : répartition géographique Tableau 1.6 35.DGAFP 2009 .8 Fonction publique territoriale 23.1 55. le taux moyen est de 80.6 80.8 61.6 93.2 80. 320 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 71. Y compris assistantes maternelles.9 84.7 63.0 Fonction publique hospitalière 14.7 14. Champ : hors bénéficiaires d'emplois aidés. emplois principaux. FPH : y compris médecins et non-titulaires sur crédits de remplacement.4 56.5 12.1 10.0 24. Les militaires ne sont pas ventilés par département. des études et de l'évaluation. Champ : fonction publique.1 15.4 36.8 15.9 13. Carte 1.5 20.8 72. DHOS.8 30. territoriale.9 9.

Insee.7 Source : Fichier Général de l'État (FGE).7 25.1 ‰.0 27. des études et de l'évaluation. emplois principaux. Insee. bénéficiaires d'emplois aidés. Traitement DGAFP.2-2 : Taux d'administration de la fonction publique de l'État (hors militaires) par département au 31 décembre 2007 Taux moyen Pour 1000 habitants France métropolitaine : 30.Thème .DGAFP 2009 © Axciom . © Axciom .6 19.5 80. Carte 1. emplois principaux.DGAFP 2009 Faits et chiffres 2008-2009 321 . des études et de l'évaluation. bureau des statistiques.6 28. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Hors militaires. Traitement DGAFP.1 23.8 39.7 ‰.5 22. le taux moyen est de 30.6 ‰ 14.2 Carte 1. Champ : fonction publique de l'État.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : répartition géographique 1.0 31.2-3 : Taux d'administration de la fonction publique territoriale par département au 31 décembre 2007 Taux moyen Pour 1000 habitants France métropolitaine : 24. Note : dans les Dom. le taux moyen est de 37. bureau des statistiques. tous statuts.8 ‰ 15.1 Sources : Enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). Champ : fonction publique territoriale.9 39. Note : dans les Dom.

DGAFP 2009 .volume 1 © Axciom . Traitement DGAFP. tous statuts. Dress .2-4 : Taux d'administration de la fonction publique hospitalière par département au 31 décembre 2007 Pour 1000 habitants Taux moyen France métropolitaine : 15.2 Trois fonctions publiques : répartition géographique Carte 1. bureau des statistiques. Hors doubles comptes avec la FPE et la FPT. le taux moyen est de 12.2 41.5 23. Insee.1 ‰ 3.Emploi public 1. 322 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .6 17.1 Thème . emplois principaux.1 Sources : Enquête SAE. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Note : dans les Dom.0 14. DADS. Champ : fonction publique hospitalière.7 12.8 ‰. des études et de l'évaluation.

2 de ce rapport : « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2007 ». Définitions et méthodes Les ministères et les établissements publics administratifs (Épa) nationaux constituent la fonction publique de l’État. Le traitement des fichiers 2007 a permis de valider la qualité de ces informations. tout particulièrement pour les établissements publics. Faits et chiffres 2008-2009 323 . ce qui conduit à réviser les données 2006 publiées dans le précédent rapport.14). année où le dispositif « adjoints de sécurité » a été clairement dissocié du dispositif « emplois jeunes ». certaines missions de service public sont assurées en dehors de la fonction publique (voir fiche thématique 1. Il s’agit d’une contribution temporaire du ministère de l’Intérieur au plan de cohésion sociale (les derniers recrutements d’adjoints de sécurité en CAE ont été réalisés en décembre 2007). les hôpitaux publics et les établissements d’hébergement pour personnes âgées. départements. on assiste.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : séries longues 1. sont désormais intégrés aux effectifs de non-titulaires. Audrey Baëhr. Rapport de l’Observatoire de l’emploi public. Le transferts d’agents de la FPE vers la FPT. en 2007. constituent la fonction publique hospitalière (voir fiche thématique 1. Les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale. De nouvelles informations permettant de mieux caractériser les agents de la fonction publique ont été introduites dans les DADS (norme « DADS-U ») à partir de l'année 2006 : portant en particulier sur le statut et l'activité des agents. se poursuit en 2007.Thème . elles permettent de mieux caractériser les emplois principaux ou secondaires et ainsi d’améliorer la qualité des résultats. 9 557 en 2006 et 8 963 en 2007. dans le cadre de la loi de 2004 relative aux libertés et responsabilités locales. les adjoints de sécurité en contrat d'aide à l'emploi (CAE. 1. communes) et les Épa locaux forment la fonction publique territoriale. Pour éviter la multiplicité des libellés qui peuvent varier selon les années. L'ensemble constitue le Fichier Général de l’État (FGE) de l'Insee. 11 456 en 2003. qui sont des Épa locaux. Après le transfert de 7 000 ouvriers des lycées et collèges (non-titulaires) du budget de l’État vers celui des collectivités territoriales en 2006. 2008. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique vol. qui figuraient dans éditions précédentes de ce rapport en bénéficiaires d’emplois aidés. Pour des raisons d’homogénéité des séries. suite à la mise en place de la décentralisation. On en compte 12 648 en 2002. Les résultats relatifs à la fonction publique de l’État sont établis à partir de l'exploitation des fichiers de paie des agents de l'État complétés par les déclarations annuelles des données sociales (DADS). DGAFP. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. l’appellation des ministères retenue renvoie à la nomenclature d'exécution de la loi de finances initiale de la dernière année considérée.1). Audrey Baëhr. 9 850 en 2004. à une baisse de 48 000 agents au ministère de l’Éducation nationale (y compris Épa). Faits et chiffres 2007-2008. dont 35 000 techniciens et ouvriers des établissements locaux d’enseignement et agents techniques de recherche et de formation. décembre 2003. En revanche. Faits et chiffres 2008-2009. Les collectivités territoriales stricto sensu (régions. « L’emploi public entre 1980 et 2001 ». La série a été actualisée depuis 2002. qui se fait en parallèle à une hausse de 46 000 adjoints techniques territoriaux des établissements d'enseignement dans la FPT.3 Voir également la Vue 1. Enfin. Philippe Raynaud. Néanmoins. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. certains ministères sont regroupés : c’est le cas de la Jeunesse et Sports avec l’Éducation nationale et la recherche et de la Santé et solidarités avec l’Emploi. Pour plus d’informations « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2006 ». la cohésion sociale et le logement. 1 779 personnes fin 2006) restent classés en emplois aidés. 10 495 en 2005.

0 1.1 1. (5) Depuis 2005.1 Thème .9 0.4 1. des études et de l'évaluation.6 0.Emploi public 1.6 20.3-1 : Effectifs physiques des trois fonctions publiques entre le 31 décembre 1986 et le 31 décembre 2007 Fonction publique de l’État Épa nationaux à recrutement de droit public 138 672 139 627 140 901 146 768 163 818 171 619 185 119 195 584 212 526 223 299 241 806 274 926 291 704 Fonction publique de l'État (FPE) Fonction publique territoriale Fonction publique territoriale (FPT) Fonction publique hospitalière (FPH) hors NTCR (2) Ministères (1) Collectivités territoriales Épa locaux FPE. hors contingent.8 0.9 19.3 5. soit les salariés + les non-salariés.1 0.4 19. bureau des statistiques.0 20. (3) Emploi en France métropolitaine. enquête SAE.1 Sources : Fichier Général de l'État (FGE).4 19. 324 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .9 2. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.5 20. (4) Rapport entre FPE + FPT + FPH (2)/ emploi total (3).2 -0.3 Trois fonctions publiques : séries longues Tableau 1.0 19.5 3. Drees . enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).1 19.1 3.2 0.6 20. Traitement DGAFP. les élèves de l'École polytechnique apparaissent dans le champ des Épa de la fonction publique de l'État.volume 1 . DHOS. enquête SPE.3 2. Insee .8 20. (6) Actualisation par rapport à la publication précédente. Ils sont 18 464 en 2004.3 1.4 1. 17 219 en 2005.7 3.6 20. FPT et FPH (2) Emploi total (en milliers) (3) Part de l’emploi public dans l’emploi total (en %) (4) 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2005 2006 (5) 2 148 786 2 157 952 2 166 915 2 182 464 2 202 503 2 230 172 2 254 822 2 276 518 2 330 766 2 329 663 2 313 192 2 271 165 2 192 780 2 287 458 2 297 579 2 307 816 2 329 232 2 366 321 2 401 791 2 439 941 2 472 102 2 543 292 2 552 962 2 554 998 2 546 091 2 484 484 926 826 926 590 963 224 982 263 1 003 556 1 023 049 1 055 364 1 091 111 1 135 166 1 189 022 1 210 622 1 242 211 1 315 112 194 557 193 066 203 140 219 455 228 193 239 312 251 881 280 817 328 212 385 232 402 599 420 149 433 266 1 121 383 1 119 656 1 166 364 1 201 718 1 231 749 1 262 361 1 307 245 1 371 928 1 463 378 1 574 254 1 613 221 1 662 360 1 748 378 756 201 768 266 783 473 799 448 812 177 825 710 836 624 855 660 889 752 948 291 956 837 957 799 966 497 4 165 042 4 185 501 4 257 653 4 330 398 4 410 247 4 489 862 4 583 810 4 699 690 4 896 422 5 075 507 5 125 056 5 166 250 5 199 359 21 499 21 908 22 371 22 088 22 091 22 301 23 029 24 226 24 709 24 712 24 870 25 036 25 543 19.2 4.4 (5)(6) 2007 Évolution en moyenne annuelle sur 1986-2007 (en %) Évolution en moyenne annuelle sur 1996-2007 (en %) 0. 18 124 en 2006 et 17 977 en 2007 (2) Les non-titulaires sur crédits de remplacement (NTCR) de la FPH ne sont disponibles qu'à partir de 2004 : on les enlève du champ toutes les années pour faciliter les comparaisons sur la période.1 19. (1) Les volontaires militaires sont comptabilisés dans les effectifs de l'État à partir de 2004. tous statuts.2 1. Champ : emplois principaux.

3 Graphique 1.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : séries longues 1. des études et de l'évaluation. DHOS. enquête SAE.3-1 : Évolution des effectifs physiques des trois fonctions publiques entre le 31 décembre 1986 et le 31 décembre 2007 (base 100 au 31 décembre 1986) 160 150 140 130 120 110 100 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2005 2006 2007 Fonction publique de l'État (FPE) Fonction publique hospitalière (FPH) hors NTCR(1) Fonction publique territoriale (FPT) FPE+FPT+FPH(1) Sources : Fichier Général de l'État (FGE). Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Drees . tous statuts. Traitement DGAFP. enquête SPE.Thème . Faits et chiffres 2008-2009 325 . enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). (1) Les non-titulaires sur crédits de remplacement (NTCR) de la FPH ne sont disponibles qu'à partir de 2004 : on les enlève du champ toutes les années pour faciliter les comparaisons sur la période. bureau des statistiques. Insee . Champ : emplois principaux.

tous statuts. (3) Depuis 2005. DHOS.6 3. les élèves de l'École polytechnique apparaissent dans le champ des Épa de la fonction publique de l'État.9 2. enquête SPE. Champ : emplois principaux. Ils sont 18 464 en 2004. territoriale et hospitalière entre le 31 décembre 1986 et le 31 décembre 2007 Fonction publique de l'État Épa nationaux à recrutement de droit public 118 323 118 845 119 691 127 483 142 705 144 231 151 380 162 918 171 650 193 973 211 338 225 740 242 002 Fonction publique de l'État (FPE) 2 189 942 2 192 927 2 199 803 2 222 962 2 251 171 2 273 943 2 309 181 2 336 652 2 395 666 2 423 269 2 429 119 2 407 506 2 350 922 Fonction publique territoriale Fonction publique territoriale (FPT) 1 028 163 1 027 625 1 067 616 1 100 690 1 122 048 1 148 146 1 182 268 1 235 612 1 324 123 1 425 023 1 462 888 1 507 461 1 590 724 Fonction publique hospitalière (FPH) hors NTCR (2) Ministères (1) Collectivités territoriales FPE.3 1. Drees . Traitement DGAFP.3 Sources : Fichier Général de l'État (FGE).1 3. bureau des statistiques.0 -0.1 1. enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). Insee .3 5.5 1. FPT et FPH (2) Épa locaux 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2005(3) 2006 (3)(4) 2007 Évolution en moyenne annuelle sur 1986-2007 (en %) Évolution en moyenne annuelle sur 1996-2007 (en %) 2 071 619 2 074 082 2 080 112 2 095 479 2 108 466 2 129 712 2 157 801 2 173 734 2 224 016 2 229 296 2 217 781 2 181 766 2 108 920 853 989 853 087 884 721 902 913 917 002 932 264 955 223 984 516 1 030 457 1 078 493 1 099 448 1 128 278 1 199 576 174 174 174 538 182 895 197 777 205 046 215 882 227 045 251 097 293 666 346 530 363 440 379 183 391 148 702 088 711 975 727 941 741 374 748 520 756 788 761 579 793 561 814 297 871 964 880 673 884 230 891 813 3 920 193 3 932 527 3 995 360 4 065 026 4 121 739 4 178 877 4 253 028 4 365 825 4 534 087 4 720 256 4 772 680 4 799 197 4 833 459 0.6 3. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.3 Trois fonctions publiques : séries longues Tableau 1.1 4.1 1.1 Thème . (4) Actualisation par rapport à la publication précédente.Emploi public 1. (1) Les volontaires militaires sont comptabilisés dans les effectifs de l'État à partir de 2004. 326 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 0.3-2 : Effectifs en équivalents temps plein des fonctions publiques de l'État. 17 219 en 2005.5 0.volume 1 . 18 124 en 2006 et 17 977 en 2007. enquête SAE. des études et de l'évaluation.3 2.0 1. (2) Les non-titulaires sur crédits de remplacement (NTCR) de la FPH ne sont disponibles qu'à partir de 2004 : on les enlève du champ toutes les années pour faciliter les comparaisons sur la période.

4 - 1996 1998 2000 2002 2004(1) 2005(1) 2006(1)(3) 2007(1) FPE.8 8.1 6.5 20.9 FPE+FPT+FPH Titulaires 3 363 796 3 421 063 3 518 597 3 655 548 3 798 056 3 847 739 3 861 674 3 869 567 Non-titulaires hors NTCR FPH 605 249 626 918 651 304 710 493 710 664 718 544 746 585 773 133 Non-titulaires y compris NTCR FPH 636 079 664 052 695 027 760 206 764 025 776 911 807 137 841 709 Militaires (1) 300 779 321 956 321 338 324 774 349 031 352 377 353 185 350 360 Ouvriers d'État 71 569 64 331 60 927 57 853 56 640 51 761 50 101 47 440 Assistantes maternelles 58 778 57 810 57 314 55 851 55 914 55 997 56 489 56 011 Médecins 89 691 91 731 90 211 91 902 105 202 98 608 98 216 102 848 Total hors NTCR FPH 4 489 862 4 583 810 4 699 690 4 896 422 5 075 507 5 125 026 5 166 250 5 199 359 Total y compris NTCR FPH 4 520 692 4 620 943 4 743 413 4 946 135 5 128 868 5 183 392 5 226 802 5 267 935 Part de non-titulaires hors NTCR FPH (en %) 13. tous statuts. DHOS.0 6.5 20. 18 124 en 2006 et 17 977 en 2007.5 12.4 16.7 13.3 2. bureau des statistiques. C'est pourquoi les effectifs sont indiqués avec et sans NTCR. Insee .8 8.2 1.3 12. enquête SPE.4 -3.0 14.8 788 560 75 089 143 665 102 848 966 497 939 465 1 001 652 1 015 173 1 018 351 1 035 073 8.4 1.1 14.7 -0.3 2.3 1.7 15.6 1. enquête SAE.5 7. Drees .7 -0.Thème . (3) Actualisation par rapport à la publication précédente.2 20.3 FPT.3 2.9 Part de non-titulaires y compris NTCR FPH (en %) 14.6 12. Faits et chiffres 2008-2009 327 .8 13.2 7.3 1. (1) Les volontaires militaires sont comptabilisés dans les effectifs de l'État à partir de 2004.5 13.2 FPH (2) Titulaires Non-titulaires hors NTCR Non-titulaires y compris NTCR Médecins Total hors NTCR Total y compris NTCR Part de non-titulaires hors NTCR (en %) Part de non-titulaires y compris NTCR (en %) 696 531 39 488 70 318 89 691 825 710 856 540 4.9 15.9 14.3-3 : Effectifs physiques des trois fonctions publiques par statut entre le 31 décembre 1996 et le 31 décembre 2007 Évolution en moyenne annuelle sur 1996/2007 (en %) 0.9 20.0 14.7 1.8 13.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : séries longues 1.6 708 170 57 280 101 003 90 211 855 660 899 383 6.4 3.3 1.5 14.3 14.6 9. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Traitement DGAFP. des études et de l'évaluation. (2) L'information sur les non-titulaires sur crédits de remplacement (NTCR) de la FPH n'est pas disponible sur toute la période. 17 219 en 2005.0 1.2 698 055 46 837 83 971 91 731 836 624 873 757 5.9 785 238 74 345 134 897 98 216 957 799 20.1 1.7 13.0 12.2 12.7 0.1 8. Champ : emplois principaux.2 13.4 -3.2 13.2 14.5 1 259 238 1 329 107 346 633 363 260 56 489 56 011 1 662 360 1 748 378 20. y compris Épa Titulaires 1 735 127 1 746 733 1 776 603 1 817 079 1 835 214 1 835 882 Non-titulaires 294 316 306 921 313 234 343 586 312 077 314 978 (1) Militaires 300 779 321 956 321 338 324 774 349 031 352 377 Ouvriers d'État 71 569 64 331 60 927 57 853 56 640 51 761 Total 2 401 791 2 439 941 2 472 102 2 543 292 2 552 962 2 554 998 Part de non-titulaires (en %) 12.8 13.4 20.0 15.2 727 019 70 830 120 543 91 902 889 752 764 940 78 149 131 510 105 202 948 291 779 706 78 493 136 860 98 608 956 807 1 817 198 1 751 900 325 607 334 784 353 185 350 360 50 101 47 440 2 546 091 2 484 484 12.0 Sources : Fichier Général de l'État (FGE). enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).7 1.7 11.3 Tableau 1.3 3. y compris Épa Titulaires 932 138 976 275 1 033 824 1 111 450 1 197 902 1 232 151 Non-titulaires 271 445 273 160 280 790 296 077 320 438 325 073 Assistantes maternelles 58 778 57 810 57 314 55 851 55 914 55 997 Total 1 262 361 1 307 245 1 371 928 1 463 378 1 574 254 1 613 221 Part de non-titulaires (en %) 21. Ils sont 18 464 en 2004.4 14.4 1.

Jeunesse et sports Emploi. rattachée à l'Éducation et de la Santé au Travail et emploi.volume 1 .8 -1.4 -1.0 32.4. sont ici répartis dans les ministères dont la tutelle fonctionnelle est historiquement la plus importante (exemple : Inra à l'Agriculture dans ce tableau). 18 124 en 2006 et 17 977 en 2007 (2) Actualisation par rapport à la publication précédente.2 4.2 0. 328 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .5 -1. Insee.8 3. Parce que la distinction n'est pas toujours possible. finances et industrie Éducation nationale et recherche .8 -3. certains ministères sont regroupés.9 -2. Traitement DGAFP.6 -0.1 -0.1 -0. cohésion sociale et logement Santé et solidarités Équipement et Écologie Intérieur et collectivités territoriales Justice Outre-mer Services du Premier ministre Total Total hors Éducation et Jeunesse et sports 19 340 18 476 11 860 11 603 31 200 30 079 37 739 39 755 20 069 21 890 57 808 61 645 14 607 14 694 7 707 8 153 22 314 22 847 411 619 414 626 5 218 6 158 416 837 420 784 207 663 200 497 10 227 11 035 217 890 211 532 1 181 434 1 207 422 86 237 88 804 1 267 674 1 296 226 26 401 28 840 27 584 31 671 19 161 18 751 10 075 10 106 29 236 28 857 34 711 33 825 13 237 12 921 47 948 46 746 14 141 12 202 11 543 11 361 25 684 23 563 433 426 429 298 7 414 7 305 440 840 436 603 186 482 180 940 10 349 10 284 196 831 191 224 1 170 786 1 108 280 170 502 186 938 1 341 288 1 295 218 28 176 37 095 28 299 37 999 55 241 59 255 117 922 115 637 12 268 12 863 130 190 128 500 166 760 165 772 6 39 166 766 165 811 65 198 66 839 853 979 66 051 67 818 3 144 2 231 377 997 3 521 3 228 2 995 2 985 1 454 1 392 4 449 4 377 2 254 822 2 276 518 185 119 195 584 2 439 941 2 472 102 1 073 388 1 069 096 98 882 106 780 1 172 270 1 175 876 65 271 66 298 112 411 107 456 11 670 11 776 124 081 119 232 186 039 187 130 106 135 186 145 187 265 74 661 75 316 1 362 1 406 76 023 76 722 2 522 2 549 0 0 2 522 2 549 8 649 8 734 1 573 1 473 10 222 10 207 2 271 165 2 192 780 274 926 291 704 2 546 091 2 484 484 1 100 379 1 084 500 104 424 104 766 1 204 803 1 189 266 Source : Fichier Général de l'État (FGE).5 -1.8 0. Ils sont 18 464 en 2004. tous statuts.3 0.6 5.8 1. 17 219 en 2005. Champ : emplois principaux.3 Trois fonctions publiques : séries longues Tableau 1. (1) Les volontaires militaires sont comptabilisés dans les effectifs de l'État à partir de 2004. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.0 1. sous tutelles multiples).5 7.7 1. des études et de l'évaluation.5 -1.9 0.3 4.Emploi public 1.6 8.8 0.5 3. bureau des statistiques.4 -0.8 10.2 1.3-4 : Évolution des effectifs physiques des ministères et de leurs Épa rattachés entre le 31 décembre 1996 et le 31 décembre 2007 Évolution en moyenne annuelle sur 1996/2007 (en %) -0.6 1.1 Thème . Les Épa de la recherche (établissements publics à caractère scientifique et technologique.3 0.2 1.2 -0.3 0.9 0. C'est le cas de la Jeunesse et sports.7 -0.1 1.3 1996 Affaires étrangères Agriculture Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total Ministère Épa Total 19 763 11 502 31 265 36 853 19 189 56 042 12 598 6 785 19 383 393 863 5 183 399 046 210 127 6 349 216 476 1 172 082 80 779 1 252 890 26 891 26 969 53 860 121 841 12 336 134 177 166 947 6 166 953 63 225 774 63 999 3 144 337 3 481 2 838 1 381 4 219 2 230 172 171 619 2 401 791 1 058 090 90 840 1 148 930 1998 2000 2002 19 167 12 993 32 160 39 149 23 801 62 950 14 830 7 805 22 635 418 633 5 113 423 746 198 864 10 974 209 838 1 233 346 95 957 1 329 305 28 272 38 776 67 048 115 978 14 396 130 374 186 879 114 186 993 69 134 986 70 120 3 020 0 3 020 3 494 1 609 5 103 2 330 766 212 524 2 543 292 1 097 420 116 567 1 213 987 2004(1) 19 442 13 587 33 029 37 708 22 711 60 419 13 915 8 223 22 138 441 700 5 065 446 765 194 217 10 606 204 823 1 211 829 113 492 1 325 321 28 398 33 400 61 798 115 539 12 670 128 209 186 889 416 187 305 73 151 1 350 74 501 3 346 0 3 346 3 529 1 435 4 964 2 329 663 222 955 2 552 618 1 117 834 109 463 1 227 297 2005(1) 19 049 13 802 32 851 36 920 23 271 60 191 13 862 9 139 23 001 437 366 7 193 444 559 193 449 11 077 204 526 1 200 873 122 393 1 323 266 28 807 39 119 67 926 114 417 12 842 127 259 187 489 37 187 526 75 042 1 376 76 418 2 506 0 2 506 3 412 1 557 4 969 2 313 192 241 806 2 554 998 1 112 319 119 413 1 231 732 2006(1)(2) 2007(1) Culture Défense et anciens combattants Économie.7 -1. tous rattachés au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans les tableaux de la fiche 1.9 -1. Note : l'appellation des ministères renvoie à la nomenclature d'exécution de la loi de finances initiale de l'année.4 4.

tous statuts. Champ : emplois principaux. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.3 Tableau 1.3-5 : Évolution des effectifs territoriaux par statut des agents et type de collectivité entre le 31 décembre 1986 et le 31 décembre 2007 (1ère partie) 1986 Communes Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Départements Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Régions Titulaires Non-titulaires Total Total collectivités territoriales Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Établissements communaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Établissements intercommunaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Établissements départementaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Autres Épa locaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Total Épa locaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Total FPT Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total 559 178 10 749 917 880 413 210 1988 581 174 11 767 801 226 933 960 1990 604 184 14 803 98 17 37 154 393 914 550 857 907 933 395 235 1992 616 189 15 822 100 18 35 153 934 291 860 085 022 385 507 914 1994 629 191 17 838 101 21 35 157 659 319 808 786 094 067 463 624 1996 655 181 16 853 104 20 35 160 506 687 522 715 236 851 670 757 1998 680 182 15 878 110 20 36 167 271 171 651 093 679 844 208 731 95 110 35 987 43 157 174 254 1 289 2 073 3 362 656 216 53 926 32 32 4 68 316 940 570 826 438 255 186 879 96 785 17 329 40 211 154 325 2 231 2 074 4 305 680 193 52 926 35 31 4 72 817 629 144 590 453 928 910 291 3 023 2 109 5 132 706 204 51 963 38 34 4 77 323 956 945 224 779 083 675 537 3 770 2 494 6 264 720 210 51 982 41 35 5 81 726 170 367 263 1 548 300 151 999 4 253 2 893 7 146 735 215 53 003 42 35 5 83 006 279 271 556 807 190 893 890 5 546 3 031 8 577 765 205 52 1 023 46 33 5 86 288 569 192 049 1 866 704 685 255 6 438 3 102 9 540 797 388 206 117 51 859 055 364 49 32 5 87 929 966 067 962 54 541 16 166 145 70 852 18 450 2 455 24 20 929 19 566 14 331 0 33 897 124 65 4 194 995 207 355 557 53 649 14 491 164 68 304 21 474 2 173 38 23 685 18 067 10 707 12 28 786 128 59 5 193 643 299 124 066 460 928 268 656 1 55 983 16 235 0 72 218 23 774 2 901 0 26 675 17 726 8 984 0 26 710 136 62 4 203 842 267 56 166 262 203 675 140 585 159 620 364 59 739 18 304 0 78 043 25 476 3 325 0 28 801 20 755 9 857 0 30 612 147 66 5 219 868 276 56 1 201 518 786 151 455 244 956 518 718 1 62 335 19 790 572 82 697 28 445 4 048 134 32 627 20 224 8 755 0 28 979 153 811 67 783 6 599 228 193 888 283 59 231 817 062 870 749 67 767 20 298 649 88 714 32 269 4 321 252 36 842 19 948 7 553 0 27 501 166 65 6 239 932 271 58 1 262 850 876 586 312 72 905 21 911 621 95 437 36 027 4 499 263 40 789 20 026 7 667 0 27 693 178 67 5 251 887 043 951 881 781 311 809 282 147 252 57 925 57 1 121 383 1 119 138 976 275 445 273 160 778 57810 361 1 307 245 Source : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter). Insee.Emploi public 1 Trois fonctions publiques : séries longues 1. bureau des statistiques. Traitement DGAFP.Thème . Faits et chiffres 2008-2009 329 . des études et de l'évaluation.

9 7.3 8.Emploi public 1.1 1.6 5.1 Thème . (1) Actualisation par rapport à la publication précédente.2 -0.4 13.6 10.3-5 : Évolution des effectifs territoriaux par statut des agents et type de collectivité entre le 31 décembre 1986 et le 31 décembre 2007 (2ème partie) Évolution en moyenne annuelle sur 1986/2007 (en %) 1.8 -5.6 1.7 17.4 0.7 -4.2 1.2 8.6 -9.0 2000 2002 2004 2005 2006(1) 2007 Communes Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Départements Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Régions Titulaires Non-titulaires Total Total collectivités territoriales Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Établissements communaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Établissements intercommunaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Établissements départementaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Autres Épa locaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total Total Épa locaux Titulaires Non-titulaires Assistantes maternelles Total 705 553 185 406 15 019 905 978 117 935 19 983 36 595 174 513 7 357 3 263 10 620 736 032 185 488 14 634 936 154 127 848 23 066 35 824 186 738 8 629 3 645 12 274 767 447 195 522 14 280 977 249 136 928 24 386 36 458 197 772 10 526 3 475 14 001 781 655 788 262 796 784 197 944 203 978 212 274 14 306 13 843 13 359 993 905 1 006 083 1 022 417 140 764 24 369 36 468 201 601 11 498 3 618 15 116 146 245 30 219 37 363 213 827 13 516 8 785 22 301 175 674 32 501 37 663 245 838 36 483 10 374 46 857 830 845 872 509 914 901 933 917 948 023 1 008 941 208 652 212 199 223 383 225 931 242 982 255 149 51 614 50 458 50 738 50 774 51 206 51 022 1 091 111 1 135 166 1 189 022 1 210 622 1 242 211 1 315 112 55 33 4 93 520 339 803 662 61 37 4 103 249 705 418 372 65 37 4 107 222 918 049 189 68 37 4 109 158 792 004 954 70 39 3 114 147 47 1 196 776 635 915 326 680 855 059 594 73 40 3 117 156 51 1 209 178 725 633 536 717 658 025 400 75 103 25 056 617 100 776 51 839 5 034 280 57 153 20 517 8 709 0 29 226 202 72 5 280 979 138 700 817 94 070 30 929 713 125 712 63 232 5 892 259 69 383 20 390 9 352 3 29 745 238 83 5 328 941 878 393 212 126 589 41 687 799 169 075 74 533 13 469 328 88 330 16 657 3 981 0 20 638 283 97 5 385 001 055 176 232 137 487 44 684 908 183 079 76 519 12 907 311 89 737 16 070 3 759 0 19 829 298 99 5 402 232 325 55 613 234 142 223 599 78 252 13 130 309 91 691 14 507 3 031 0 17 538 311 103 5 420 215 651 283 149 79 640 13 299 327 93 266 10 631 2 429 4 13 064 320 166 108 111 4 989 433 266 329 107 363 260 56 011 748 378 Total FPT Titulaires 1 033 824 1 111 Non-titulaires 280 790 296 Assistantes maternelles 57 314 55 Total 1 371 928 1 463 450 1 197 902 1 077 320 438 851 55 914 378 1 574 254 1 151 1 259 238 1 073 346 633 997 56 489 221 1 662 360 1 Source : enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Colter).3 Trois fonctions publiques : séries longues Tableau 1.7 4.volume 1 .8 1.1 -0.5 3. Traitement DGAFP.3 4.5 6.6 3.4 -1. bureau des statistiques.4 2. Insee. Champ : emplois principaux.0 -0.7 2.6 1.0 13.9 4.7 0.9 18.3 7.1 0.7 4.5 2.5 -0.8 -0.8 -6.1 4.0 1.8 2.1 8.7 11.2 8.5 3.7 2.8 5.5 3.4 4.2 7.9 8.1 -4.2 2.8 1.5 5.0 2. tous statuts.4 8.6 2.9 2. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.9 1.4 -2.2 1.9 -8.1 0.6 -2.2 2.1 Evolution en moyenne annuelle sur 1996/2007 (en %) 1.4 3. 330 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .9 4.7 -0.8 16.7 9.2 5.3 2.0 -0. des études et de l'évaluation.

En 2007. non-titulaires. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. 11 456 en 2003. En 2006. Les premiers recrutements ont été réalisés en 1999. Ils figurent avec ceux des établissements publics nationaux pour des raisons historiques.2 de ce rapport : « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2007». année où le dispositif « adjoints de sécurité » a été clairement dissocié du dispositif « emplois jeunes ». Parallèlement.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1. 1 779 personnes fin 2007) restent classés en emplois aidés. Les ministères et les établissements publics administratifs (Épa) nationaux constituent la fonction publique de l’État. étaient mis en extinction. intégrés aux effectifs de non-titulaires. les dispositifs permettant de recruter les maîtres d’internat et surveillants d’externat (non-titulaires) d’une part.1-7). hors bénéficiaires d’emplois aidés. parallèlement à la baisse de 48 000 agents au ministère de l’Éducation nationale (y compris Épa). mais sont décomptés à part (voir tableau 1. tels que les universités). ouvriers d’État ou militaires. les effectifs de la fonction publique de l’État de ce rapport comprennent les individus. mise en place par la loi de 2004 relative aux libertés et responsabilités locales. L'ensemble constitue le Fichier Général de l'État (FGE) de l'Insee. elles permettent de mieux caractériser les emplois principaux ou secondaires et ainsi d’améliorer la qualité des résultats. etc. ne figurent pas dans les effectifs de ces établissements. non-titulaires de droit public recrutés par les EPLE depuis la mise en place de ce nouveau dispositif en 2003. mais ils ne sont comptabilisés dans le fichier de paie de l’Insee que depuis 2004. Ils représentent 18 000 personnes environ en 2007.14). au tableau des effectifs des ministères. de métropole.4 Voir également la Vue 1. Définitions et méthodes Les tableaux de cette fiche thématique ont été établis à partir de l’exploitation du fichier de paie des agents de l’État complétée par des éléments issus des déclarations annuelles des données sociales (DADS). Les personnels qui sont décomptés ici dans les établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) sont pratiquement tous des non-titulaires. figurent. en revanche. ce qui conduit à réviser les données 2006 publiées dans le précédent rapport. des départements et collectivités d’Outre-mer et de l’étranger. en emploi principal. Le traitement des fichiers 2007 a permis de valider la qualité de ces informations. enseignants ou administratifs. Les bénéficiaires de contrats d’accompagnement dans l’emploi et de contrats d’avenir. 9 850 en 2004. Quant aux titulaires.Thème . Le transfert se poursuit et monte en charge en 2007 où. Les agents de la fonction publique de l’État peuvent être titulaires. Les effectifs comptabilisés sont ceux en fonction au 31 décembre. des vacations. qui figuraient jusqu’à l’édition 2006-2007 de ce rapport en bénéficiaires d’emplois aidés. Les Épa particuliers dont le régime de recrutement normal des agents est le droit privé (caisses nationales de sécurité sociale) ne figurent pas dans les effectifs de la fonction publique (voir fiche thématique 1. 10 495 en 2005. Les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale. rémunérés sur le budget de l’État. De nouvelles informations permettant de mieux caractériser les agents de la fonction publique ont été introduites dans les DADS (norme « DADS-U ») à partir de l'année 2006 : portant en particulier sur le statut et l'activité des agents. Faits et chiffres 2008-2009 331 . Ces personnels des EPLE sont principalement des assistants d’éducation. On en compte 12 648 en 2002. le budget de l’établissement public ne rémunère qu’une très faible partie des agents. nombreux dans les EPLE. Audrey Baëhr. sont inclus dans les effectifs des militaires depuis 2004. le transfert vers la FPT concerne en grande partie les titulaires. En revanche. Dans le cadre de la décentralisation. Sauf mention contraire. sont. La série a été actualisée depuis 2002. 7 000 techniciens et ouvriers de l’Éducation nationale ont été transférés au budget des collectivités territoriales en 2006. 9 557 en 2006 et 8 963 en 2007. on constate une hausse de 46 000 adjoints techniques territoriaux des établissements d'enseignement dans la FPT. Tous les autres agents. tout particulièrement pour les établissements publics. Il s’agit d’une contribution temporaire du ministère de l’Intérieur au plan de cohésion sociale (les derniers recrutements d’adjoints de sécurité en CAE ont été réalisés en décembre 2007). Les volontaires militaires. Faits et chiffres 2007-2008. qui constituent une catégorie particulière de militaires sous contrat. pour leur part. ils figurent. ce transfert vers les régions et les départements ne concerne que des non-titulaires. pour des prestations ponctuelles. au budget des ministères de l’Éducation ou de l’Agriculture. depuis le rapport précédent. et les aides éducateurs (emplois-jeunes) d’autre part. Dans certains cas (essentiellement les établissements d’enseignement supérieur. les adjoints de sécurité en contrat d'aide à l'emploi (CAE. Sont définis comme agents des établissements publics nationaux les agents rémunérés sur le budget propre de ces établissements.

Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. et de l’effet de la période d’activité dans l’année d’autre part (exemple : un agent ayant travaillé six mois seulement et à 80 % dans l’année compte pour 0. Les travaux au sein de la DGAFP ayant établi que la catégorie A+ représente « l’ensemble des corps dont l'indice terminal du grade supérieur est au moins égale à la HEB ». même s’il cumule une activité complémentaire à un temps complet (par exemple s’il donne des heures de cours). Cette notion est utilisée dans les comparaisons avec le secteur privé et les autres versants de la fonction publique. la proportion d’agents présents au 31 décembre qui ne travaillent qu’une partie de l’année ou qui ne sont pas à temps complet : plus ils sont nombreux.Emploi public 1. Faits et chiffres 2007-2008. mais ils comptent dans les EAT de l’année.10). 2008. la catégorie statistique A+ était constituée à partir des modalités de la variable « NH : niveau hiérarchique » du fichier de paie. • d’autre part. un agent ne peut pas travailler plus d’un EAT sur l’année. vol. Par convention. il est désormais nécessaire d’adapter la méthode de décompte à partir du fichier de paie en s’appuyant sur la grille indiciaire (voir encadré sur le sujet dans la Vue 1 de ce rapport : « L’emploi public ») Pour la première fois dans ce rapport. Elle correspond à une évolution de la force de travail disponible au cours de l’année. À noter que ce concept renvoie également à la notion d’ETPT utilisée dans le domaine budgétaire (voir la fiche thématique 1. 332 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8*(6/12) soit 0. La notion d’EAT corrige les effectifs physiques de l’effet du temps partiel ou incomplet d’une part.8). plus les effectifs en EAT s’en trouvent diminués par rapport aux effectifs physiques . 1. Pour plus d’informations « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2006 ».volume 1 . ne serait-ce qu’une quinzaine de jours.4 Fonction publique de l’État : ministères et Épa Jusqu’à présent. en cohérence avec les normes internationales. la proportion d’agents qui travaillent une partie de l’année mais qui ne sont plus présents au 31 décembre : ils n’apparaissent alors pas dans les effectifs physiques présents au 31 décembre. Audrey Baëhr. DGAFP. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique.4 EAT. L’écart entre la mesure en effectifs physiques et celle en EAT va dépendre de deux effets influents dans des sens contraires : • d’une part. on dénombre des effectifs d’emplois en équivalents année-travail (EAT). et pas seulement ceux présents au 31 décembre. son ETP restant à 0. Son calcul nécessite donc de prendre en compte l’ensemble des agents ayant travaillé dans l’année.1 Thème .

bureau des statistiques.9 50. Insee. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Éna. Tableau 1.9 90. Dom.Thème .2 91. Métropole. les militaires volontaires sont inclus dans les militaires. y compris les élèves fonctionnaires rémunérés durant leur formation (Ira. catégories particulières d'établissements à caractère administratif (Épa). Insee. tous statuts.4 Effectifs au 31/12/2006(2) Ministères civils Défense Tous ministères Dont enseignants Épa nationaux à recrutement de droit public(1) Total FPE 1 837 739 433 426 2 271 165 879 594 274 926 2 546 091 Effectifs au 31/12/2007 1 763 482 429 298 2 192 780 870 074 291 704 2 484 484 Source : Fichier Général de l'État (FGE). Faits et chiffres 2008-2009 333 . (2) Chiffres actualisés. (1) Y compris les établissements publics à caractère scientifique ou technologique (EPST) et les établissements à caractère scientifique. Champ : emplois principaux. Com et étranger. Dom.6 Évolution 2006-2007 (en %) -4. culturel ou professionnel (EPSCP).2 84. notamment dans les établissements supérieurs d'enseignement (universités par exemple).1 6. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. bureau des statistiques.6 37.5 51. des études et de l'évaluation Champ : emplois principaux.5 56. tous statuts.4-1 : Effectifs physiques en équivalents temps plein (ETP) et en équivalents année travail (EAT) par statut des agents de la fonction publique de l'État en 2007 Statut Ministères Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Militaires(1) Total Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Militaires(1) Total(3) Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Militaires(1) Total Effectifs physiques au 31/12 1 659 137 46 1 844 348 2 192 591 845 695 131 649 780 Effectifs en ETP au 31/12 1 600 114 45 1 760 348 2 108 641 144 486 271 649 920 Effectifs en EAT 2007 1 618 118 45 1 782 348 2 131 614 387 528 529 754 283 Épa nationaux à recrutement de droit public(2) 92 309 196 939 745 289 993 1 711 291 704 1 751 334 47 2 134 350 2 484 900 784 440 124 360 484 89 781 149 798 713 240 291 1 711 242 002 1 690 263 46 2 000 350 2 350 422 942 199 562 360 922 97 840 155 010 752 253 602 1 037 254 638 1 716 273 46 1 783 349 2 385 454 397 280 566 791 921 Total FPE Source : Fichier Général de l'État (FGE). École nationale de la magistrature.0 -3.0 -1.). Com et étranger.1 18.1 -2. des études et de l'évaluation. Traitement DGAFP.4 Tableau 1.8 32. (3) Pas de volontaires militaires dans les Épa. Métropole. etc.4 64. Traitement DGAFP.1 Part de titulaires et militaires (en %) 91. (1) Depuis 2006. (2) Hors agents payés par l'État.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1.4-2 : Effectifs physiques de la fonction publique de l'État au 31 décembre 2007 Rappel 2006 2007 Part de femmes (en %) 58.5 -1. y compris les agents des établissements publics locaux d'enseignement (EPLE) de l'Éducation nationale et les EPLE de l'Enseignement agricole recrutés sur ressources propres.

0 24.8 43. les militaires volontaires sont inclus dans les militaires.7 2.3 19. des études et de l'évaluation.9 13.5 Ministères Titulaire Non-titulaires(2) Ouvriers d'État Total agents civils Militaires(3) Total Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Militaires Total Titulaires Non-titulaires(2) Ouvriers d'État Total agents civils Militaires(3) Total 2. (1) Chiffres actualisés.3 21. École nationale de la magistrature. bureau des statistiques.4 86.1 12.3 49.6 0.2 16.5 23. (4) Hors agents payés par l'État.0 17.1 54.9 Source : Fichier Général de l'État (FGE).2 2.1 22.0 2.volume 1 . y compris les agents des établissements publics locaux d'enseignement (EPLE) de l'Éducation nationale et les EPLE de l'Enseignement agricole recrutés sur ressources propres. tous statuts.5 18. La série a été actualisée depuis 2002.8 32.0 3.0 2. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.7 49.8 Catégorie C (en %) 21.4 21. intégrés aux effectifs de nontitulaires (9 556 en 2006 et 8 963 en 2007). Insee. notamment dans les établissements supérieurs d'enseignement (universités.). (5) La notion de A+ est définie pour les titulaires.9 12. Métropole.9 0. (3) Depuis 2006.8 20. par exemple). Champ : emplois principaux.9 (5) Total FPE 2.1 0. Traitement DGAFP.0 23. Éna. depuis l'édition 2007-2008 de ce rapport.1 55.3 86.8 (5) Catégorie B (en %) 18.6 27.9 42.8 22.3 3.6 24.4 13. Com et étranger.2 38.4 3.6 22.1 Thème . Dom.0 55. et par extension. y compris les élèves fonctionnaires rémunérés durant leur formation (Ira.9 3.0 40.2 41.1 58.1 0.1 13.6 0.8 9.0 32.8 26. 334 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .8 54.5 0. (2) Les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale sont.9 16.2 60.8 32. etc.8 57.3 0.5 97.8 93. pour les non-titulaires.2 1. Elle n'existe pas chez les militaires.7 2.4-3 : Répartition par statut et catégorie hiérarchique des effectifs physiques de la fonction publique de l'État au 31 décembre 2007 Rappel 2006 Statut Effectifs au 31/12/2006(1) 1 730 696 140 050 49 112 1 919 858 351 307 2 271 165 86 502 185 557 989 273 048 1 878 274 926 1 817 198 325 607 50 101 2 192 906 353 185 2 546 091 Effectifs au 31/12/2007 1 659 591 137 845 46 695 1 844 131 348 649 2 192 780 92 309 196 939 745 289 993 1 711 291 704 1 751 900 334 784 47 440 2 134 124 350 360 2 484 484 2007 Catégorie A (en %) Ensemble A dont A+ (en %) (en %) 60.4 Fonction publique de l’État : ministères et Épa Tableau 1.Emploi public 1.3 50.8 42.3 (5) Épa nationaux à recrutement de droit public(4) 3.

Hors bénéficiaires d'emplois aidés. La série a été actualisée depuis 2002. tous statuts.5 Ministères Titulaires Non-titulaires(2) Ouvriers d'État Total agents civils Militaires(3) Total Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Militaires Total Titulaires Non-titulaires(2) Ouvriers d'État Total agents civils Militaires(3) Total 2.5 12. des études et de l'évaluation. École nationale de la magistrature.4 60.2 19.6 53.1 56.9 32.0 25.1 13.7 49.5 0.0 3.2 21.6 51.5 12.8 42.3 3.Thème .8 58.7 0.6 24. Métropole.4 86.4 40. y compris les élèves fonctionnaires rémunérés durant leur formation (Ira.9 2.8 17. (1) Chiffres actualisés. (3) Depuis 2006. par exemple).7 2.0 42.3 50.0 0.0 3.7 22. notamment dans les établissements supérieurs d'enseignement (universités.9 3.1 Source : Fichier Général de l'État (FGE).0 2.9 86.0 0.4 97.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1. (2) Les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale sont.8 40.2 0.4 Tableau 1.0 20. (5) La notion de A+ est définie pour les titulaires.7 22. Faits et chiffres 2008-2009 335 .1 21. Elle n'existe pas chez les militaires.2 42. Éna. intégrés aux effectifs de nontitulaires (9 556 en 2006 et 8 963 en 2007). pour les non-titulaires. Com et étranger.9 (5) Catégorie B (en %) 18. (4) Hors agents payés par l'État. les militaires volontaires sont inclus dans les militaires.9 3.2 17. etc.9 40.9 21.4-4 : Répartition par statut et catégorie hiérarchique des effectifs en équivalents temps plein de la fonction publique de l'État au 31 décembre 2007 Rappel 2006 Statut Effectifs au 31/12/2006 (1) 1 666 905 115 748 47 806 1 830 459 351 307 2 181 766 84 957 137 950 955 223 862 1 878 225 740 1 751 862 253 698 48 761 2 054 321 353 185 2 407 506 Effectifs au 31/12/2007 1 600 641 114 144 45 486 1 760 271 348 649 2 108 920 89 781 149 798 713 240 291 1 711 242 002 1 690 422 263 942 46 199 2 000 562 350 360 2 350 922 2007 Catégorie A (en %) Ensemble A dont A+ (en %) (en %) 60.0 55.9 17. depuis l'édition 2007-2008 de ce rapport.2 31. bureau des statistiques.5 23.1 14.1 (5) Total FPE 3.5 13.8 26. y compris les agents des établissements publics locaux d'enseignement (EPLE) de l'Éducation nationale et les EPLE de l'Enseignement agricole recrutés sur ressources propres.6 54.). Champ : emplois principaux.4 18.6 32.9 9.2 20.9 (5) Épa nationaux à recrutement de droit public(4) 3.6 Catégorie C (en %) 20.8 0. et par extension.7 26. Dom. Insee.3 2.1 58. Traitement DGAFP.0 93.0 3.0 0.

0 58.1 50.Emploi public 1.5 58.0 14.2 28.7 10. Dom.0 13.2 43.7 59.8 60.4 Fonction publique de l’État : ministères et Épa Tableau 1.2 32.0 48. inspecteurs. Com et étranger.3 Ensemble 58. Enseignants : y compris élèves enseignants hors chercheurs.2 43. Métropole.9 32. les militaires volontaires sont inclus dans les militaires.0 57.9 47.1 A+ (en %) 31.9 (3) Catégorie B (en %) 46.2 47.4 58.6 36.2 56.2 48.0 22. pour les non-titulaires.0 0.9 58.3 68.5 37.6 27.9 60.2 52.5 62.4-5 : Part des femmes par statut et catégorie hiérarchique (1) dans la fonction publique de l'État au 31 décembre 2007 (en %) Catégorie A (en %) Statut Ministères Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Total agents civils hors enseignants Militaires(2) Total Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Total agents civils hors enseignants Militaires Total Titulaires Non-titulaires Ouvriers d'État Total agents civils Total agents civils hors enseignants Militaires(2) Total Ensemble A (en %) 60. (1) Les réformes statutaires de la Police sont prises en compte à partir de 2006.3 14.2 57.0 46.4 23.7 14.4 Source : Fichier Général de l'État (FGE).4 51.0 67.2 66.2 65.8 32.2 41.8 48. directeurs d'établissement.3 27. Traitement DGAFP.1 60.4 61.2 35.7 16.1 (3) Épa 28.4 49.2 46.1 Ensemble hors enseignants 52.9 14.4 49.4 56.5 51. 336 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .7 57.2 64.2 57.1 Thème .1 45. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.5 62. des études et de l'évaluation.7 16.4 45.3 14. Insee.4 57. Champ : emplois principaux.3 61.5 65. (2) Depuis 2006.8 44.0 65.2 30.6 39.3 50.1 14.2 51.3 62.6 15.2 50.9 14.2 50.3 14.6 27.5 31.5 14.4 57. (3) La notion de A+ est définie pour les titulaires. et par extension. personnels d'orientation et de surveillance.2 9.2 58.0 58.7 60.4 10.3 32.2 41.0 50.0 17.4 58.4 50.1 13.1 58.0 70.2 52.6 15.1 7.2 44.volume 1 .1 58.0 Catégorie C (en %) 62.9 52.5 74. Elle n'existe pas chez les militaires.0 25.1 7.8 28. tous statuts.4 28.4 17.8 62. bureau des statistiques.0 59.5 (3) FPE 31.

4 40.6 44.2 40.7 19.5 38.9 26. bureau des statistiques.1 51.0 100.4 22.0 100.3 44. Champ : emplois principaux.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1.0 100.5 28.4 49.0 27.4 8.8 25.6 24.0 100.0 45.3 49.5 47.7 54.3 30.0 100. Faits et chiffres 2008-2009 337 .5 23.0 100.4 30.0 27.6 Ensemble 100.1 6.8 46.1 20.0 A hors enseignants 12.1 24.4 8.8 37.0 100.9 48.0 100. des études et de l'évaluation.7 24.9 23.7 25.2 27.7 50.7 31.9 27.5 55.1 35.0 29.2 26.8 27.8 C 21.8 28.1 26.8 45.5 9.0 100.1 28.0 100.0 100.9 24.0 28.3 52.0 100.0 25.0 100.2 26.0 52.8 11.7 52.1 30.8 29.3 26.0 28.2 25.2 13.2 41.0 100.0 100.2 25.5 25.0 100.4 46.3 26.0 100.0 100.5 10.6 Source : Fichier Général de l'État (FGE).5 23.3 20.0 100.7 29.5 8.5 27.6 25.7 25.6 25.0 100.0 100.0 100.0 100.9 27.6 20.0 100.3 28.1 7.0 42.3 7.0 21.2 C 22.0 100.1 27.9 41.9 10.1 23.4 24.1 24.3 40.0 100.1 24.0 23.2 9.0 19.5 49.4 43.5 48. tous statuts.2 7.3 32.0 100.0 100.7 22.0 100.0 100.0 100.0 100.0 48.8 52.4 31.0 100.0 100.4 39.1 26.9 45.4 Tableau 1.0 7.7 28.4 22.0 100.4 12.2 17.8 29.1 28.4 48.8 27.6 50.8 31.0 100.7 23.0 100.1 34.0 100.0 100.1 35.0 100.2 23.0 100.5 26.0 100.1 27.1 26.0 100.7 11.1 31.8 23.6 25.4 24.9 43.0 100.3 27.0 100.5 26.4 26.9 53.8 12.1 27.0 100.0 100.8 26.4 20.0 100.0 100.5 26.8 24.3 45.9 46.2 B 24.2 26.8 40.2 26.5 54.8 55.5 39.Thème .0 100.8 26.4 50.7 28.8 26.0 48.9 36.5 25.0 24.1 13.1 31.9 23.3 26.6 24.0 100.9 49.5 14.3 8.9 27.0 100.8 24.6 24.5 23.1 8.3 9.7 9.4 9.3 28.2 21.9 24.6 47.0 100.0 26.0 100.6 29. selon les départements.6 49.0 100.8 32.0 100.9 22.0 26.0 6.5 11.0 100.0 36.4 49.8 30.7 27.9 13.0 100.7 48.3 46.6 53.1 46.8 52.0 100.1 34.3 6.0 100.0 47.8 26.5 38.2 35.4 25.0 41.3 46.3 30.5 55.1 55.8 21.0 100.6 31.7 12.3 33.0 100.2 28.7 35.0 100.9 48.2 27.4 23.7 23.9 28.5 51.0 100.0 100.6 26.9 41.3 9.7 29.0 25.0 100.2 47.3 25.0 100.3 13.5 26.7 22.0 100.3 22.5 46.0 100. Traitement DGAFP.4 26.8 22.1 7.4 24.0 100.7 15.0 100.6 49.6 34.0 25.4-6 : Répartition par catégorie hiérarchique des effectifs des ministères et de l'ensemble de la fonction publique de l'État.6 37.2 50.4 28.8 28.1 Ensemble FPE B 25.4 20.5 7.1 46.5 44.5 46.9 37.0 100.2 8.5 27.8 47.2 7.4 42.0 100.0 100.5 25.7 45.3 24.6 26.4 21.3 24.4 20.0 100.0 8.8 23.0 100.0 46.7 32.0 100.8 53. Insee.0 100.6 23.0 24.1 44.4 26. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.6 47.1 26.7 24.6 26.1 27.2 22.0 100.6 41.0 21.9 35.7 50.7 23.9 23.9 50.4 52.9 34.1 25.0 100.1 25.3 24.1 47.0 100.8 31.0 100.6 50.5 10.2 13.7 12.0 100.0 100.0 100.7 29.5 12.4 51.3 33.2 22.4 39.2 8.0 7.0 100.9 12.5 35.8 52.0 100.7 32.3 49.0 100.0 100.5 30.3 24.9 27.1 25.0 100.1 8.8 24.7 31.1 23.5 27.3 25.0 100.0 100.1 21.3 27. au 31 décembre 2007 (1ère partie) (en %) Ministères A Alsace Bas-Rhin Haut-Rhin Aquitaine Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Auvergne Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme Basse-Normandie Calvados Manche Orne Bourgogne Côte-d'Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne Bretagne Côtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan Centre Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loiret Loir-et-Cher Champagne-Ardenne Ardennes Aube Haute-Marne Marne Corse Corse-du-Sud Haute-Corse Franche-Comté Doubs Haute-Saône Jura Territoire de Belfort 53.1 27.5 46.8 52.8 20.0 27.1 26.0 100.0 A 52.8 29.5 27.1 9.1 Ensemble 100.1 25.0 100.7 51.4 28.

0 100.0 100.9 25.3 55.9 26. Champ : emplois principaux.4 6.6 25.4 13.6 49.4 48.9 50.0 57.0 100.1 43.0 100.6 26.0 100.6 47.0 100.8 16.5 25.0 26.0 100.0 100.0 24.9 19.0 100.6 18.0 51.8 50.0 100. selon les départements.5 40.5 58.9 43.0 100.7 23.0 100.0 100.9 23.5 21.5 33.9 25.Emploi public 1.8 53.8 29.7 8.7 25.7 38.0 100.7 20.0 100.8 13.5 25.0 100.6 46.9 7.0 29.0 100.5 24.8 34.0 100.9 16.8 24.2 51.5 8.9 21.0 100.9 45.7 27.8 24.7 27.8 19.6 45.3 24.3 54.0 100.2 27.1 28.7 25.7 52.3 16.0 100.0 100.7 54.8 45.9 44.1 11.1 23.0 100.2 52.2 27.0 100.6 15.0 100.0 100.3 10.5 52.0 100.2 22.5 23.4 7.0 100.1 54.4 25.2 19.4 36.4 22.7 19.5 34.1 19.2 29.0 24.2 25.7 22.0 44.4 Fonction publique de l’État : ministères et Épa Tableau 1.6 24.3 18.8 50.5 53.7 7.0 100.2 28.3 7.0 49.1 C 20.0 100.7 27.0 100.9 57.4 40.7 27.0 100.8 8.6 33.3 42.5 25.0 100.7 8.2 23.2 40.6 21. Pas-de-Calais Nord Pas-de-Calais Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée Picardie Aisne Oise Somme Poitou-Charentes Charente Charente-Maritime 57.4 22.9 10.0 A hors enseignants 9.4 58.0 100.5 30.3 22.0 100.9 8.1 25.5 24.6 Ensemble 100.0 21.5 24.8 48.0 100.0 50.8 27.2 31.2 7.1 Thème .7 20.0 8. bureau des statistiques.9 39.8 44.6 24.0 100.2 19.5 16.2 22.5 26.1 58.3 35.6 30.0 100.5 22.9 23.0 100.0 32.4-6 : Répartition par catégorie hiérarchique des effectifs des ministères et de l'ensemble de la fonction publique de l'État.0 6.2 27.4 23.8 48.5 9.9 50.4 27. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.1 54.5 45.0 100.0 100.4 24.4 17.1 19.9 25.1 7.9 52.2 23.5 54.6 42.7 22.6 29.5 50.0 100.8 8.3 24.4 51.9 19.9 24.5 19.5 26.5 7.8 7.0 100.0 100.0 100.0 100.8 38.0 28.9 21.8 Source : Fichier Général de l'État (FGE).1 10.0 100.3 22.7 22.2 24.1 13.0 100.3 25.9 9. Traitement DGAFP.0 100.2 27.2 60.1 13.3 29.0 100.9 9.9 29.0 100.3 53.0 100.0 100.0 100.0 30.8 28.1 53.0 100.9 25.6 23.0 100.9 26.5 13.0 A 54.0 100.5 47.2 9.0 49.3 28.4 26.0 100.0 100.9 25.4 23.2 23.0 53.1 23.0 100.0 100.7 49.5 25.0 23.0 100.0 100.8 50.9 9.0 100.3 26.5 57.0 100. Insee.7 25.9 41.9 58.8 43.8 20.0 100. au 31 décembre 2007 (2ème partie) Ministères A Haute-Normandie Eure Seine-Maritime Île-de-France Essonne Hauts-de-Seine Paris Seine-et-Marne Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Yvelines Languedoc-Roussillon Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées-Orientales Limousin Corrèze Creuse Haute-Vienne Lorraine Meurthe-et-Moselle Meuse Moselle Vosges Midi-Pyrénées Ariège Aveyron Gers Haute-Garonne Hautes-Pyrénées Lot Tarn Tarn-et-Garonne Nord.9 23.9 31.6 18.0 100.3 7.7 53.3 57.2 55.0 46.8 26.1 11.9 21.6 32.7 58.0 100.4 55.9 37.0 100.4 18.1 25.0 21.5 24.8 46.0 100.0 50.6 26.0 63.8 26.7 52.0 23.8 23.7 23.0 100.9 17.0 100.7 25.3 B 22.3 23.6 25.0 100.2 61.8 59.8 25.3 9.4 10.0 37.0 100.0 100.0 100.1 9.0 100.8 22.1 29.3 45.6 12.2 13.3 37.0 100.3 26.0 51.4 21.1 22.6 28.5 23.0 100.0 27.8 49.2 10.1 8.3 26.8 49.volume 1 .0 19.0 100.8 42.4 33.4 26.6 13.0 100.3 23.6 23.8 26.9 Ensemble FPE B 25.7 25.0 100.7 21.1 C 20.0 100.7 25.8 57.8 21.0 100.6 49.0 100.4 25.2 55.9 32.0 25.0 100.3 26.1 47.6 56.1 41.0 100.7 34.4 23.2 25.6 30.0 38.6 27.0 10.2 7.0 100.1 19.2 28.0 100.0 100.0 100.0 25.4 23.0 23.2 52.1 55.9 23.8 19.8 20.9 22.9 21.3 19.6 24.5 27.6 22.0 100.9 21.6 55.1 25.8 23.4 61.0 100.5 33.3 40.5 28.3 23. 338 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .0 Ensemble 100.1 40.7 18.1 22.7 50.0 100.3 31.7 25.0 100.8 20.8 22.0 100.2 52.1 18.0 22.2 28.6 29.0 100.4 59.6 18.2 20.0 20.0 100.6 55.2 49.2 21.1 23.0 100.3 29.1 14.6 50.6 30.8 38.8 42.8 49.7 24.4 24. tous statuts.0 100. des études et de l'évaluation.0 100.3 22.8 24.0 100.5 20.

0 32.0 100.8 18.0 14.8 49.Thème .8 32.5 29.0 58.0 42.5 25.1 47.7 54.1 23.2 24.4 13.0 100.0 100.2 17.8 44.4 26.6 20.0 100.9 38.1 48.1 36.0 100.8 22.0 100.5 20.7 13.4 29. bureau des statistiques.0 100.9 56.5 23.4 16.7 38.0 100.1 50.5 31.0 100.4 12.0 28.8 59.0 22.9 22.4 25. tous statuts.0 100.9 28.2 55.8 24.0 100.4 58.0 8.4 52.7 Source : Fichier Général de l'État (FGE).2 50.0 27.0 28.3 22.6 55.8 24.9 19.4 30.9 18.8 58.0 30.8 C 25.5 53.8 20.0 100.0 100. Insee.0 20.0 100.1 24.0 24.8 37.2 24.0 100.3 56.3 51. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.4 50.5 Ensemble 100.8 B 24.5 9.7 8.4 28.5 21.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1.0 100.9 31.0 25.3 19.1 19.3 30.1 21.0 100.7 Ensemble FPE B 27.3 19.6 24.4 8.0 22.1 9.0 100.0 100.0 100.8 24.1 61.6 21.3 23.5 16.5 49.6 22.9 30.5 24.4-6 : Répartition par catégorie hiérarchique des effectifs des ministères et de l'ensemble de la fonction publique de l'État.6 20.1 50.2 12.0 100.0 100.4 Tableau 1.0 100.4 18.0 100.6 15.8 8.0 100.0 100.0 100.9 39.0 100.0 36.6 55.7 27.7 27.2 41.0 100.0 100.0 100.0 100.2 24.9 56.0 100.0 100.0 100.7 48.8 51.2 23.6 18.9 50. selon les départements.7 24.9 55.4 22.0 100.2 26.2 8.7 23.0 100.2 23.8 21.9 26.6 19.3 23.5 46.5 49.3 19.6 11.2 25.4 26. Champ : emplois principaux.0 13.3 55.0 100.2 15.1 7.6 56.5 30. Traitement DGAFP.0 100.9 23.7 26.1 36.0 18.6 13.8 38.5 61.1 17.8 C 24.1 54.7 27.4 Ensemble 100.0 A hors enseignants 8.7 9.5 8.0 100.0 100.7 8.0 100.0 23.9 56.1 21.2 59.6 23.2 9.7 25. des études et de l'évaluation.7 52.2 58.9 6.6 59.2 55.4 24.8 24.4 49.0 100.7 7.2 24.4 25.1 22.0 100.0 100.2 24.0 100.0 100.1 50.0 100.0 A 48.6 22.2 24.1 26.9 18.8 9.3 49.4 21.5 22.0 100.3 13.2 21.1 21.0 16.0 100.2 25.0 50.8 64.0 100.0 26.0 100.7 44.6 22.4 23.1 24.8 49.2 20.7 19. au 31 décembre 2007 (3ème partie) Ministères A Deux-Sèvres Vienne Provence-Côte d'Azur Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Hautes-Alpes Var Vaucluse Rhône-Alpes Ain Ardèche Drôme Haute-Savoie Isère Loire Rhône Savoie Total Métropole Dom Giuadeloupe Guyane Martinique Réunion Total Métropole + Dom Autres collectivités Étranger Total 50.9 28.0 100.4 21. Faits et chiffres 2008-2009 339 .0 100.

Dom.0 72.8 0. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Note : l'appellation des ministères renvoie à la nomenclature d'exécution de la loi de finances initiale de l'année.0 41. emplois de personnel ouvrier des Crous).1 Thème .8 0.3 0. soit.3 35.1 0.0 0.6 3.0 27.0 0. (1) La distinction entre Enseignement scolaire et Enseignement supérieur et recherche est parfois impossible en raison du partage de certaines fonctions (2) Regroupement du ministère de l'Équipement et du ministère de l'Écologie. 340 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Métropole.1 0.0 32.1 1. finances et industrie Éducation nationale et recherche Enseignement scolaire Enseignement supérieur et recherche Divers (1) Emploi. tous statuts.4 37.4 11. tous les emplois de l'Épa (par exemple.6 42. dans certains cas. bureau des statistiques. Insee. (3) Budget annexe.6 48.3 0.3 14.4-7 : Répartition des effectifs physiques de la fonction publique de l'État entre ministères et établissements publics à caractère administratif au 31 décembre 2007 Effectifs totaux (ministère + Épa) 28 46 23 436 191 1 284 1 002 254 27 41 119 105 13 187 41 145 10 76 2 24 10 857 746 563 603 224 753 313 830 610 714 232 775 457 265 730 527 465 722 549 584 207 Effectifs des ministères Dont nontitulaires des Épa 2 10 8 2 4 127 72 55 193 121 384 428 717 671 241 430 Part Part des effectifs des effectifs des Épa dans en situation les Épa dérogatoire (en %) (en %)(5) 35.0 0.3 Ministère de tutelle Effectifs Épa Affaires étrangères Agriculture Culture Défense et anciens combattants Économie.0 0.6 1.0 36. ANPE) ou certains emplois (par exemple. des études et de l'évaluation.0 17. cohésion sociale et logement Équipement et Écologie(2) Hors Aviation civile Aviation civile (3) Intérieur et collectivités territoriales Hors Police nationale Police nationale Jeunesse et sports Justice Outre-mer Santé et solidarités Services du Premier ministre(4) Total 18 33 12 429 180 1 100 925 146 27 11 107 94 12 187 41 145 7 75 2 16 8 751 825 202 298 940 395 828 957 610 662 456 513 943 130 603 527 885 316 549 637 734 10 12 11 7 10 184 76 107 106 921 361 305 284 358 485 873 30 052 11 776 11 262 514 135 127 2 580 1 406 0 7 947 1 473 291 704 29 470 3 794 3 284 510 84 80 0 2 282 204 0 5 275 358 196 981 2 484 484 2 192 780 Source : Fichier Général de l'État (FGE). (5) Épa en situation dérogatoire : Épa dans lequel le statut normal de recrutement est celui de non-titulaire.6 33.0 5.Emploi public 1.0 0.7 0.0 10.0 0.0 0. qui étaient distincts en 2007.volume 1 . soit de droit public. de droit privé. Traitement DGAFP. Com et étranger. Champ : emplois principaux. La dérogation au principe selon lequel les emplois peuvent être pourvus par des non-titulaires concerne.4 14.0 0.0 9.5 0.7 5. selon les cas.4 Fonction publique de l’État : ministères et Épa Tableau 1.3 7. (4) Y compris le budget annexe des Publications officielles et de l'information administrative.0 99.0 0.4 35.0 21.0 24.

pour les non-titulaires. Faits et chiffres 2008-2009 341 . CNAMTS.2 268 4 383 1 4 652 82. Insee. y compris les agents des établissements publics locaux d'enseignement (EPLE) de l'Éducation nationale et les EPLE de l'Enseignement agricole recrutés sur ressources propres. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.4 Indéterminé Ensemble Part de femmes (en %) 50.4 Tableau 1. y compris les élèves fonctionnaires rémunérés durant leur formation (Ira. par exemple). (5) La notion de A+ est définie pour les titulaires.5 703 14 805 4 15 512 74.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1.2 16.1 0 9 0 9 77. École nationale de la magistrature.9 172 5 453 1 5 626 55. Champ : emplois principaux. au 31 décembre 2007 Catégorie A Statut Ensemble des A 53 336 58 128 0 1 594 113 058 45.6 A+ 8 375 1 202 0 (5) Catégorie B 19 201 97 348 21 50 116 620 65. Traitement DGAFP. (2) Hors agents payés par l'État.8 92 309 196 939 745 1 711 291 704 56. etc.7 59. Éna. Elle n'existe pas chez les militaires.) (3) Caisse nationale de sécurité sociale (Acoss.Thème . (4) Depuis 2006. des études et de l'évaluation.3 9 577 28. Com et étranger (1) Les réformes statutaires de la Police sont prises en compte à partir de 2006.4-8 : Effectifs physiques des établissements publics à caractère administratif par catégorie hiérarchique (1). Métropole. École polytechnique.6 27. CNAVTS) et Centre d'études supérieures de la sécurité sociale.3 - Titulaires Épa nationaux Non-titulaires à recrutement Ouvriers d'État de droit public(2) Militaires(4) Total Part de femmes (en %) Épa nationaux à recrutement de droit privé(3) Titulaires Non-titulaires Militaires(4) Total Part de femmes (en %) 0 17 328 0 0 17 358 51.5 263 4 960 2 5 225 87. et par extension.4 74. tous statuts. IUFL. Dom.2 2 3 0 5 40 Source : Fichier Général de l'État (FGE). bureau des statistiques. notamment dans les établissements supérieurs d'enseignement (universités.4 25 74. les militaires volontaires sont inclus dans les militaires.1 Catégorie C 19 772 24 135 724 67 44 698 62.4 56. CNAF.5 72.

4 62.5 42.7 40.0 1.5 1.4 38.0 42.9 49.8 23.3 32.5 60.3 2.6 49.0 61.7 3.7 64.2 2.volume 1 .4 54.7 53.0 75.1 50.5 16.5 96.1 64.7 30.5 1.3 46.0 57.0 37.2 64.5 Culture Défense et anciens combattants (1) Dans les cas de tutelle exercée par plusieurs ministères.7 44.4 37.7 20.4 25.0 29.5 48.6 52.4 46.2 57.3 59.7 50.3 2.6 66.9 78.4 8.3 69.1 80.3 63.5 7.0 36.5 24.5 14.9 32.6 72.6 25.1 50.8 39.0 74.3 Part de femmes (en %) 56.4 11.5 61.9 10. c’est la tutelle jugée principale qui figure ici.Emploi public 1.6 34.1 Thème .7 4.8 80.3 38.9 34.0 3.7 50.0 9.2 65.7 58.3 69.3 14.5 55.3 24.0 8.4 Fonction publique de l’État : ministères et Épa Tableau 1.2 68.2 16.9 23. des eaux et forêts (Engref) Écoles nationales supérieures du paysage Écoles nationales vétérinaires Écoles supérieures d'ingénieurs agricoles et assimilées Établissement national d'enseignement sup agronomique de Dijon (Enesad) Fonds de financement des prestations sociales agricoles (Ex Bapsa) Institut national de formation des personnels du ministère de l'Agriculture Institut national des appellations d'origine (Inao) Inventaire forestier national Les haras nationaux Lycée d'enseignement maritime et aquacole Lycées d'enseignement technique agricole Académie de France à Rome Bibliothèque nationale de France (BNF) Centre des monuments nationaux Centre national d'art et de culture Georges Pompidou (CNAC) yc Bibliothèque publique d'information Centre national de la cinématographie française (CNC) Centre national des arts plastiques (CNAP) et École nationale supérieure de création industrielle Centre national du livre Cité nationale de l'histoire et de l'immigration Conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse et École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre Institut national du patrimoine École nationale supérieure des arts décoratifs École nationale supérieure des beaux-arts Écoles nationales des beaux-arts (de province) Écoles d'architecture Établissement public de maîtrise d'ouvrages des travaux culturels Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP)  Établissement public du musée du Louvre Établissement public du musée du quai Branly Établissement public du musée et du domaine national de Versailles Institut national d'histoire de l'art Musées nationaux Caisse nationale militaire de sécurité sociale (CNMSS) École polytechnique Écoles nationales supérieures d'ingénieurs du ministère de la Défense Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense Établissement publique d'insertion de la défense Institution nationale des invalides Musée de la marine Musée de l'air et de l'espace Musée de l'armée Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) Total 9 423 683 54 163 2 015 422 36 390 83 585 531 243 8 10 278 191 1 004 144 6 764 28 1 898 776 1 227 620 89 284 66 645 51 212 106 98 1 295 76 1 989 821 540 351 90 99 1 212 2 334 715 18 844 431 106 75 143 1 427 Part de titulaires (en %) 79. 342 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .1 16.8 23.9 40.6 37.4 7.1 59.4-9 : Effectifs physiques des établissements publics nationaux à caractère administratif au 31 décembre 2007 (1ère partie) Ministère de tutelle(1) Affaires étrangères Agriculture Épa Agence pour l'enseignement français à l'étranger Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) Centre national de promotion rurale de Marmilhat Centre national études agronomiques des régions chaudes Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles (Cnasea) Centre régionaux de la propriété forestière (CRPF) École nationale de formation agronomique de Toulouse École nationale du génie rural.0 20.5 13.6 68.3 14.1 82.0 37.8 39.3 35.8 63.0 37.7 8.5 0.0 10.

2 0.8 127 2 006 2 110 71 125 556 561 15 12 124 12 202 9 25 86 946 30 141 78 180 1 427 13 482 314 299 107 522 577 85.3 90 6.7 24.1 5. Rome.2 28.7 58.3 23 47.0 50. ex Commission des opérations de Bourse)(2) Caisse des dépôts et consignations (CDC) et autres EPN du groupe CDC Caisse de garantie du logement locatif social Écoles nationales supérieures des mines (Paris.0 1 271 20.2 65.0 80.0 53. lettres et des sciences humaines.0 26.1 0.0 40.8 59.2 17.4 57.4 59. Nantes) Fonds national de promotion et de communication de l'artisanat et Fonds de répartition des ressources affectées aux fonds d'assurance-formation Groupe des écoles des télécommunications (Paris.9 7. Toulouse) (2) Autorités indépendantes.0 81.4-9 : Effectifs physiques des établissements publics nationaux à caractère administratif au 31 décembre 2007 (2ème partie) Ministère de tutelle(1) Économie. cohésion sociale et logement Enseignement Centre d'études et de recherches sur les qualifications scolaire Centre national de documentation pédagogique (CNDP) et Centres régionaux de documentation pédagogique Centre national d'enseignement à distance (CNED) Établissements d'enseignement du second degré Institut national de la recherche pédagogique (INRP) et centre intern.2 3.5 52.0 63.. Archéo.3 57.4 75.1 66.7 60.Thème .0 53.0 58.0 61. Rennes.8 33.5 64.0 10 80.0 47.9 Emploi.3 50. Orient.5 76.3 75. Rouen.7 64.8 41.0 40.0 4.1 11 54. finances et industrie Épa Agence nationale des fréquences Agence nationale pour l'indemnisation des français d'Outre-mer (Anifom) Autorité de controle des assurances et des mutuelles(2) Autorité des marchés financiers (Autorité indépendante.5 21.7 28 648 1.8 57. Extrême-Orient.0 13.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1.0 62.1 67.6 10.0 95 91.5 0. Velazquez) Institut de France Institut national des langues et des civilisations orientales (Inalco) Instituts d'études politiques (IEP) Instituts nationaux des sciences appliquées (INSA) (Lyon. d'études pédagogique (CIEP) Office national d'information sur les enseignements et les professions (Onisep) Enseignement Académie des sciences d'Outre-mer supérieur Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg Centre national des oeuvres universitaires et scolaires (Cnous) Centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires (Crous) Centre technique du livre de l'enseignement supérieur Chancelleries d'université Collège de France Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) École nationale des chartes École nationale supérieure des arts et métiers École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques École pratique des hautes études Écoles d'ingénieurs et assimilées Ecole Nationale des Travaux Publics de l'Etat Écoles normales supérieures (ENS) (Cachan.3 52.4 Tableau 1.1 2. Saint-Étienne) Écoles nationales supérieures des techniques industrielles et des mines (Albi.1 46.0 70.0 60.0 1.6 749 8.3 0. conservées en Épa dans le fichier des EPN de l’Insee car dotées de la personnalité morale.3 64.3 46.2 0.5 72.6 26.4 30. Brest. Alès.8 40.9 62.4 35.5 17 35.2 74. Evry) Institut national de la propriété industrielle (INPI) Masse des douanes Agence nationale des services à la personne Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) Agence nationale pour l'emploi (ANPE) Centre d'études de l'emploi (CEE) Fonds de solidarité Fonds pour les retraites Institut national travail-emploi-formation professionnelle Office des migrations internationales (OMI) Total 323 50 188 357 6 380 23 536 395 Part de Part de titulaires femmes (en %) (en %) 54.3 14.3 100.4 75.8 29. Ulm) Grands établissements à l'étranger (Athènes.5 61.8 10 100.3 60.6 1 159 5.0 69.7 75.9 17.1 41.1 42.4 48. Douai. Lyon.7 1 100.0 72.2 45.0 44.6 78. Faits et chiffres 2008-2009 343 .

0 24.0 53.4 Fonction publique de l’État : ministères et Épa Tableau 1.7 82.6 36.9 61.5 95.0 Equipement et Écologie 138 113 141 1 866 760 99 493 83 514 87 1 710 456 3 146 1 1 658 511 4 70 11 42 2 217 10 165 2 119 66 1 Intérieur Jeunesse et sports 344 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique . Toulouse) Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) Muséum national d'histoire naturelle Observatoire de Paris et Institut de physique du globe de Paris Palais de la découverte Universités.4 2.5 26.1 40.2 22.5 12.2 6.9 0.4 66.6 6.9 33.1 0.0 13.8 55.1 54.3 55.0 15.4 79.2 43.5 53.7 73.4 0.8 36.5 28.0 55.6 53.1 55.5 62.4 73.8 77.2 14.9 40.2 84.2 58.9 36.0 63. IAE Recherche Agence nationale de la recherche Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Observatoire de la Côte-d'azur Centre national du machinisme agricole du génie rural des eaux et des forets (Cemagref) Institut de recherche pour le développement (IRD ex ORSTOM) Institut national de la recherche agronomique (Inra) Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) Institut national de recherche en informatique et en automatisme (Inria) Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (Inrets) Institut national d'études démographiques (Ined) Laboratoire central des ponts et chaussées Pôle de recherche et d'enseignement supérieur ParisTech Agence nationale de garantie des droits des mineurs Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (Anah) Agence française de sécurité sanaitaire de l'environnement et du travail (AFSSET) Agences de l'eau Office nationale de l'eau et des milieux aquatiques Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres École nationale des ponts et chaussées Écoles nationales de la marine marchande (ENMM) École nationale de l'aviation civile (Enac) EP de sécurité ferroviaire (EPSF) Institut géographique national (IGN) Établissement national des invalides de la marine (Enim) Météo France Institut français de l'environnement (Ifen).9 16.8 0.2 0.6 54.5 43.0 21.0 55.1 Thème .0 100.5 0.volume 1 .6 32.8 42.1 0.8 49.5 38.1 68.0 64.1 39.4-9 : Effectifs physiques des établissements publics nationaux à caractère administratif au 31 décembre 2007 (3ème partie) Ministère de tutelle(1) Épa Instituts nationaux polytechniques (INP) (Grenoble.0 62.2 0.2 100.7 38.8 50.4 74.6 82.0 83.4 25.4 36.6 36.0 84.0 38.5 53.6 14. service à compétence nationale à partir de 2004 Office national de la chasse (ONC) Parcs nationaux Agence Nationale des titres sécurisés (ANTS) École nationale supérieure de Police Fondations Carnegie et Singer-Polignac Institut national d'études de la sécurité civile Centres d'éducation populaire et de sports yc Centres régionaux d'Antibes et d'Île-de-France École nationale de voile École nationale d'équitation Ecole nationale de ski et d'alpinisme Institut national de la jeunesse et d'éducation populaire Institut national des sports et de l'éducation physique (Insep) Musée national du sport Total 1 027 26 253 394 96 281 29 047 56 33 607 1 3 10 6 2 073 827 337 836 019 578 207 619 1 Part de Part de titulaires femmes (en %) (en %) 12.0 69.0 32.0 45.0 4.0 72.0 12.8 31.5 76.8 0 13.9 54.4 57.9 52.4 70.3 53. Nancy.Emploi public 1.4 69.

6 56.4 69.9 22.7 31. Effectifs rémunérés sur le budget propre des établissements publics. Y compris les agents sur ressources propres des EPLE de l'Éducation nationale et les EPLE de l'Enseignement agricole.0 76.0 50. des affections iatrogènes et des infections nosocomiales École nationale d'administration (Éna) Institut des hautes études de défense nationale Instituts régionaux d'administration (Ira) Total 88 826 236 256 265 72 920 1 031 54 8 86 9 132 756 20 1 082 9 326 1 681 134 332 880 158 611 44 818 291 704 Part de Part de titulaires femmes (en %) (en %) 73.7 5. des études et de l'évaluation.5 9. Dom.9 80.9 73. Note : l'appellation des ministères renvoie à la nomenclature d'exécution de la loi de finances initiale de l'année.0 71.8 22.8 65.2 72.6 58.5 34. École nationale de la magistrature.8 75.5 66. Y compris les élèves fonctionnaires rémunérés durant leur formation (Ira. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.6 100 62.3 74. ne figurent pas ici mais dans les effectifs de l'État.4 48. Traitement DGAFP. tous statuts. Éna.0 11. Champ : emplois principaux. Insee.4-9 : Effectifs physiques des établissements publics nationaux à caractère administratif au 31 décembre 2007 (4ème partie) Ministère de tutelle (1) Justice Épa Agence de maîtrise d'ouvrage des travaux du ministère de la Justice École nationale de la magistrature (ENM) École nationale de l'administration pénitencière Établissement public de santé national de Fresnes Agence de la biomédecine (Ex Etablissement français des greffes) Centre National de Gestion des praticiens hospitaliers et personnels de direction de la fonction publique hospitalière(CNGPH) Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSPS) Agence française de sécurité sanitaire des aliments Agence technique de l'information sur l'hospitalisation Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie Caisse d'amortissement de la dette sociale Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale Centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingts Centre national du développement sportif École nationale de la santé publique (ENSP) Fonds de financement de la CMU Fonds d'action sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles (Fas) Haute autorité de santé Institut national de prévention et d'éducation pour la Santé (INPES) Institut de veille sanitaire Instituts nationaux des jeunes aveugles.2 56. bureau des statistiques. Note : il convient d'apprécier avec prudence les effectifs des Épa nationaux : la source en est les Déclarations annuelles de données sociales (DADS) dont la qualité du renseignement sur les non-titulaires est fragile.2 72.0 56.3 63.4 28.8 51.6 68.5 Santé et solidarités Services du Premier Ministre Total des Épa à recrutement de droit public Source : Fichier Général de l'État (FGE).3 68.Thème .8 42.4 9. Faits et chiffres 2008-2009 345 . conservées en Épa dans le fichier des EPN de l'Insee car dotées de la personnalité morale. notamment dans les établissements d'enseignement supérieur.8 33. (2) Autorités indépendantes. etc.0 50.6 55.0 71. (1) Dans les cas de tutelle exercée par plusieurs ministères. c'est la tutelle jugée principale qui figure ici.).2 9.2 70. Métropole.7 85.7 79.3 37. Les personnes payées par l'État exerçant dans les Épa.9 87.Emploi public 1 Fonction publique de l’État : ministères et Épa 1.9 12.6 56.1 66.4 48.2 34.4 Tableau 1.7 66. des jeunes sourds Office national d'indemnisation des accidents médicaux. Com et étranger.0 39.3 44.1 12.2 56.

.

c'est-à-dire rémunérés sur le budget des ministères et figurant dans leur plafond d’emploi. Faits et chiffres 2008-2009.5 Voir également la Vue 1. 11 456 en 2003. Cette nouvelle méthode conduit à répartir désormais les effectifs selon cinq modalités (au lieu des deux précédentes) : administration centrale (AC). Avant 2006. Pour plus d’informations « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2006 ». établissement public local d’enseignement (EPLE). année où le dispositif « adjoints de sécurité » a été clairement dissocié du dispositif « emplois jeunes ». Elle permet ainsi de tenir compte de la diversité des structures de l’État . Ce classement se fait sur le champ des agents de ministères. en emploi principal. La série a été actualisée depuis 2002. Définitions et méthodes Les résultats relatifs à la fonction publique de l'État sont établis à partir de l'exploitation des fichiers de paie des agents de l'État complétés par les déclarations annuelles des données sociales (DADS). certains agents. De nouvelles informations permettant de mieux caractériser les agents de la fonction publique ont été introduites dans les DADS (norme « DADS-U ») à partir de l'année 2006 : portant en particulier sur le statut et l'activité des agents. Le traitement des fichiers 2007 a permis de valider la qualité de ces informations. établissement public national (EPN). mais ils ne sont comptabilisés dans le fichier de paie de l’Insee que depuis 2004. Il s’agit d’une contribution temporaire du ministère de l’Intérieur au plan de cohésion sociale (les derniers recrutements d’adjoints de sécurité en CAE ont été réalisés en décembre 2007). qui constituent une catégorie particulière de militaires sous contrat. Les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale sont désormais intégrés aux effectifs de non-titulaires. des départements et collectivités d’Outre-mer et de l’étranger. en se fondant sur l’existence de la nomenclature par services établie à partir de l’imputation budgétaire de la rémunération des agents au format « Ordonnance de 1959 ». a donc été élaborée. 10 495 en 2005. DGAFP. non titulaires. vol. Audrey Baëhr. Or les agents rémunérés sur les budgets des ministères peuvent être en exercice dans un établissement public. ils ont été exclus de ce classement. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. Dans ce cas (environ 450 agents). les effectifs de la fonction publique de l’État de ce rapport comprennent les individus. 1 779 personnes fin 2007) restent classés en emplois aidés.2 de ce rapport : « L’emploi dans les trois fonctions publiques en 2007 ». Les volontaires militaires. 9 850 en 2004. En revanche. ce qui conduit à réviser les données 2006 publiées dans le précédent rapport. Une nouvelle méthodologie. les adjoints de sécurité en contrat d'aide à l'emploi (CAE. Annie Brenot-Ouldali et Aude Lapinte. sont inclus dans les effectifs des militaires depuis 2004. On en compte 12 648 en 2002. ils sont exclus de ce classement. Sauf mention contraire. depuis l’édition 2007-2008 de ce rapport. Les effectifs comptabilisés sont ceux en fonction au 31 décembre. Faits et chiffres 2007-2008. Ils représentent 18 000 personnes environ en 2007. ceux travaillant en administration centrale et ceux travaillant en services déconcentrés. Faits et chiffres 2008-2009 347 . L'ensemble constitue le Fichier Général de l'État (FGE) de l'Insee. s’appuyant essentiellement sur les catégories juridiques des établissements où exercent les agents mais aussi sur les programmes Lolf. hors bénéficiaires d’emplois aidés. bien que rémunérés sur le budget des ministères. c’est notamment le cas des enseignants qui travaillent dans les Eple mais qui sont rémunérés sur le budget du ministère de l’Éducation nationale. Par ailleurs. service déconcentré à compétence nationale (SCN). sont en exercice dans des établissements dont la catégorie juridique n’est ni « Administration de l'État » ni « Établissement public administratif » (par exemple Épic). compte tenu du caractère limité de l’information sur la localisation des agents du ministère de la Défense. service déconcentré (SD). 9 557 en 2006 et 8 963 en 2007. elles permettent de mieux caractériser les emplois principaux ou secondaires et ainsi d’améliorer la qualité des résultats. le fichier de paie permettait de distinguer. tout particulièrement pour les établissements publics.Emploi public Fonction publique de l’État : principales caractéristiques des ministères 1 1. de métropole. Audrey Baëhr. Enfin.Thème . Les agents de la fonction publique de l’État peuvent être titulaires. parmi les agents des ministères. Les premiers recrutements ont été réalisés en 1999. Le changement de nomenclature budgétaire résultant de à la mise en place de la Lolf à partir de 2006 n’a pas permis de maintenir l’information sur le service dans le FGE. ouvriers d’État ou militaires. Rapport annuel sur l’état de la fonction publique. 2008. 1.

9 -0.9 -3. (2) Depuis 2006.1 Thème . bureau des statistiques.8 -3.4 0.Emploi public 1.4 24. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.4 0.4 58. personnels Champ : emplois principaux.0 39.6 -4.4 Part d’enseignants (en %) 50. Com et étranger.3 14. Insee.1 14. (3) Chiffres actualisés. (1) Les adjoints de sécurité « classiques » de la Police nationale qui figuraient dans les éditions anciennes de ce rapport parmi les bénéficiaires d’emplois aidés sont désormais intégrés aux effectifs de non-titulaires (10 495 en 2005 et 9 557 en 2006). 348 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .5 Fonction publique de l’État : principales caractéristiques des ministères Tableau 1. directeurs d'établissement. hors chercheurs.5-1 : Effectifs physiques des ministères par statut et part de femmes et d'enseignants au 31 décembre 2007 Rappel 2006(3) Effectifs au 31/12/2006 Titulaires Non titulaires(1) Ouvriers d´État Total civils Militaires(2) Total 1 730 696 140 050 49 112 1 919 858 351 307 2 271 165 Effectifs au 31/12/2007 1 659 591 137 845 46 695 1 844 131 348 649 2 192 780 2007 Part de femmes (en %) 58.0 57. des études et de l'évaluation Enseignants : y compris élèves enseignants d'orientation et de surveillance.0 48.volume 1 . les militaires volontaires sont inclus dans les militaires.7 Évolution 2006-2007 (en %) -4. Métropole. tous statuts. Dom. Traitement DGAFP.2 50.1 -1.5 Source : Fichier Général de l'État (FGE). inspecteurs.

Métropole. Champ : emplois principaux. inspecteurs.5-1 : Répartition des effectifs des ministères selon le statut. bureau des statistiques. directeurs d'établissement. au 31 décembre 2007 (en %) Militaire(1) 15% Ouvriers d'État 2% Ensemble des ministères Titulaires de catégorie A 46% Non-titulaires 6% Titulaires de catégorie C 16% Titulaires de catégorie B 14% Enseignants Non-titulaires 4% Titulaires de catégorie B 2% Titulaires de catégorie A 94% Non-enseignants Militaire 26% (1) Titulaires de catégorie A 14% Titulaires de catégorie B 22% Ouvriers d'État 4% Non-titulaires 8% Titulaires de catégorie C 26% Source : Fichier Général de l'État (FGE). Hors bénéficiaires d'emplois aidés. les militaires volontaires sont inclus dans les militaires. Com et étranger. des études et de l'évaluation. Insee. Dom. tous statuts. Enseignants : y compris élèves enseignants .5 Graphique 1.Emploi public Fonction publique de l’État : principales caractéristiques des ministères 1 1. Note : les réformes statutaires de la Police sont désormais prises en compte. (1) Depuis 2006. Faits et chiffres 2008-2009 349 . Traitement DGAFP. personnels d'orientation et de surveillance.Thème . hors chercheurs.

5 92.9 10. (5) Bien que payés sur le budget des ministères.7 4.0 1.Emploi public 1.0 42 3 032 3 927 1 468 172 645 27 579 144 464 602 4 1 845 395 1 450 13 13 0.5 0.1 0.5 100.0 0.5 94.6 0.0 14. Traitement DGAFP.0 0.0 2.0 0.1 59.0 0.1 0. (3) Budget annexe.0 98.3 2. certains agents.0 11.7 Établissements publics locaux d’enseignement(5) Établissements publics nationaux(5) Total (6) Effectifs Part (en %) Effectifs Part (en %) Affaires étrangères Agriculture Culture Économie.5 0.0 50.4 11.9 1.0 1. des études et de l'évaluation.4 98.0 5.7 2.1 7. Agents dont la catégorie juridique du service d'affectation est de type « Administration de l'État » ou « Établissement public administratif ».0 0. Le total ne correspond donc pas tout à fait à l'ensemble des effectifs hors Défense (1 763 482).0 70.5 0. ont pour service d'affectation un établissement public.4 7. Insee.0 0.1 Thème .4 6. Métropole. cohésion sociale et logement Équipement et Écologie(2) Hors Aviation civile Aviation civile (3) Intérieur et collectivités territoriales Hors Police nationale Police nationale Jeunesse et sports Justice Outre-mer Santé et solidarités Services du Premier ministre(4) Total (6) 3 824 2 432 3 379 13 492 3 215 185 18 3 012 1 404 6 226 4 937 1 289 2 698 2 698 946 3 696 257 2 741 3 553 47 863 20.0 10.9 82. bureau des statistiques. notamment les enseignants. (2) Regroupement du ministère de l’Équipement et du ministère de l’Écologie.8 24. Hors Défense. Note : l'appellation des ministères renvoie à la nomenclature d'exécution de la loi de finances initiale de l'année.7 88.7 0. (1) Du fait de la Lolf.9 89.5 Fonction publique de l’État : principales caractéristiques des ministères Tableau 1.0 0.4 47. (6) Certains agents (665) ne sont pas ventilés dans un service d'affectation lorsque leur catégorie juridique est hors « Administration de l'État » ou « Établissement public administratif ».0 0. tous statuts.9 12.9 43.0 0.0 0. (4) Y compris le budget annexe des Publications officielles et de l'information administrative.5 67.5 Total (1) 18 751 33 815 12 035 180 713 1 100 358 925 805 146 956 27 597 11 658 107 236 94 29 12 943 187 130 41 603 145 527 7 885 75 316 2 549 16 637 8 734 1 762 817 Source : Fichier Général de l'État (FGE).6 85.5-2 : Répartition des effectifs physiques des ministères civils selon le type de service d'affectation des agents au 31 décembre 2007 Administration centrale Services déconcentrés Services déconcentrés à compétence nationale Effectifs Part (en %) 0 0 1 756 6 182 49 0 49 0 0 3 158 1 673 1 485 0 0 0 0 432 0 0 985 12 562 0.2 28.8 15.0 0.8 5.6 93. la distinction Enseignement supérieur-Enseigement scolaire n'est pas toujours possible pour les fonctions supports.1 16.2 9.6 0. 350 Rapport annuel sur l’état de la fonction publique .0 32.0 0.1 54.0 0. Hors bénéficiaires d'emplois aidés.0 1.0 0.6 0.3 0.0 0.0 1 384 371 112 429 185 272 0.volume 1 .0 17.0 12. Com et étranger.2 10.6 3.2 0.0 0.5 0.3 0. qui étaient distincts en 2007.1 Effectifs Part (en %) Effectifs Part (en %) 0 12 187 0 2 551 161 550 746 14 401 0 58 58 0 0 0 0 0 0 0 0 0 563 408 0.4 0.0 0.0 0.5 1.3 33.0 32.5 87.0 0. finances et industrie Éducation nationale et recherche Enseignement scolaire Enseignement supérieur et recherche Divers (1) Emploi.0 0.8 11. Champ : emplois principaux.5 0.5 0.0 0.9 37.2 0.0 4. Dom.0 0.7 3.7 14 885 16 164 2 973 159 569 373 288 347 295 2 411 23 582 10 250 95 949 87 230 8 719 184 419 38 892 145 527 5 555 70 817 2 292 13 784 3 767 953 712 79.0 89.5 40.0 0.9 10.0 0.

Faits et chiffres 2008-2009 351 .2 71.4 125 773 24 286 10 91 79 11 169 35 134 6 68 171 030 778 252 21 184 3 324 1 491 7 028 6 394 634 013 728 285 495 427 432 2 763 1 594 104 243 137 845 15 4 10 1 6 146 957 27 610 11 107 94 12 187 41 145 7 75 2 16 8 1 322 662 456 513 943 130 603 527 885 316 549 637 734 706 292 238 054 390 889 697 13 871 6 669 823 119 2 271 165 1 659 591 2 192 780 Source : Fichier Général de l'État (FGE).8 41. des études et de l'évaluation.9 33.3 52. Dom. (2) Regroupement du ministère de l’Équipement et du ministère de l’Écologie.0 28.2 50.5 29. (1) Du fait de la Lolf. Métropole.1 63. (3) Budget annexe.1 18.4 24.Thème .5 42.5 Tableau 1.4 46.9 59. qui étaient distincts en 2007.0 32.7 30. Hors bénéficiaires d'emplois aidés. Champ : emplois principaux.3 53. Traitement DGAFP.2 65.8 69.9 74.3 54. finances et industrie Éducation nationale et recherche Enseignement scolaire Enseignement supérieur et recherche Divers (1) Emploi. Note : l'appellation des ministères renvoie à la nomenclature d'exécution de la loi de finances initiale de l'année. la distinction Enseignement supérieur-Enseigement scolaire n'est pas toujours possible pour les fonctions supports. Insee. bureau des statistiques.7 68.6 54. (5) Chiffres actualisés. cohésion sociale et logement Équipement et Écologie(2) Hors Aviation civile Aviation civile (3) Intérieur et collectivités territoriales Hors Police nationale Police nationale Jeunesse et sports Justice Outre-mer Santé et solidarités Services du Premier ministre(4) Total hors enseignants Total 19 161 34 7