Vous êtes sur la page 1sur 44

Institut d'études éducatives et sociales (IEES)

PSYCHOLOGIE
1ère Partie

12 ED

Auteurs: Anouk BECHTEL-MATHEIS et


Simone LESCH
Professeurs-psychologues à l'IEES

Version 2004/2005
Psychologie 1ère Partie
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Table des matières

PREFACE .............................................................................................................................................................. 1
1ERE PARTIE ......................................................................................................................................................... 2
INTRODUCTION ................................................................................................................................................. 2
CHAPITRE 1 :DEFINITION DE LA PSYCHOLOGIE................................................................................... 5
CHAPITRE 2 : LES OBJECTIFS DE LA PSYCHOLOGIE ........................................................................... 8
CHAPITRE 3 : LES DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE ........................................................................... 9
1 QU’EST-CE QU’UN PSYCHOLOGUE ..................................................................................................... 9
2 DIFFÉRENCIATION TERMINOLOGIQUE ........................................................................................... 9
3 LES CHAMPS D'ACTIVITES DU PSYCHOLOGUE ............................................................................. 9
3.1 LES ACTIVITES DE CONSULTATION ET DE CONSEIL..................................................................................... 9
3.2 LES ACTIVITES D'ENSEIGNEMENT ............................................................................................................ 10
3.3 LES ACTIVITÉS DE RECHERCHE ................................................................................................................ 10
4 LES OBJETS D’ETUDE DE LA PSYCHOLOGIE ................................................................................ 11
5 LES PSEUDO-PSYCHOLOGIES ............................................................................................................. 11
CHAPITRE 4 : NOTIONS DE NORMAL ET D’ANORMAL ....................................................................... 13
1 DÉFINITIONS DE LA NORMALITÉ ..................................................................................................... 14
1.1 LA NORMALITÉ STATISTIQUE ................................................................................................................... 14
1.2 LA NORMALITE IDEALE ............................................................................................................................ 14
1.3 LA NORMALITE FONCTIONNELLE ............................................................................................................. 14
1.4 LA NORMALITE MEDICALE ....................................................................................................................... 15
CHAPITRE 5 : LES METHODES DE TRAVAIL ET DE RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE ............. 20
1 INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 20
1.1 LE BON SENS: INSUFFISANCES ET ERREURS .............................................................................................. 20
1.2 THEORIE IMPLICITE DE LA PERSONNALITE ............................................................................................... 20
2 L'APPROCHE SCIENTIFIQUE............................................................................................................... 21
2.1 LA DIVERSITÉ DES MÉTHODES ................................................................................................................. 22
3 DIFFERENTES METHODES DE TRAVAIL ET DE RECHERCHE.................................................. 22
3.1 L’INTROSPECTION ................................................................................................................................... 22
3.2 L’ENTRETIEN ........................................................................................................................................... 23
3.3 L'OBSERVATION EN MILIEU NATUREL ...................................................................................................... 23
3.4 L'OBSERVATION SYSTEMATIQUE ............................................................................................................. 24
3.5 LES ENQUETES ET LES TESTS.................................................................................................................... 24
3.5.1 Les enquêtes .................................................................................................................................. 24
3.5.2 Les tests psychologiques................................................................................................................ 24
3.6 LA METHODE CORRELATIONNELLE .......................................................................................................... 25
3.7 LA METHODE EXPERIMENTALE ................................................................................................................ 27
3.7.1 Détermination d’un plan de recherche.......................................................................................... 27
3.8 LA METHODE CLINIQUE - ETUDES DE CAS ................................................................................................ 28
3.9 LA MÉTHODE DES ENQUÊTES ................................................................................................................... 28
3.10 METHODES DE RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE: AVANTAGES ET INCONVENIENTS ................................ 29
3.11 COMPARAISON ENTRE LES METHODES DE RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE ILLUSTRE PAR L’ETUDE DU
COMPORTEMENT AGRESSIF ................................................................................................................................ 30
Psychologie 1ère Partie
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

4 OBSERVATION – INTERPRÉTATION : APPLICATION .................................................................. 31


CHAPITRE 6 : DIFFERENTES APPROCHES ET PERSPECTIVES EN PSYCHOLOGIE.................... 33
1 INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 33
2 LES PERSPECTIVES ................................................................................................................................ 34
2.1 LA PERSPECTIVE BIOLOGIQUE.................................................................................................................. 34
2.2 LA PERSPECTIVE PSYCHODYNAMIQUE / PSYCHANALYTIQUE.................................................................... 34
2.2.1 Les trois instances de la psychanalyse freudienne ........................................................................ 35
2.2.2 Le conflit intrapsychique ............................................................................................................... 36
2.2.3 Les mécanismes de défense ........................................................................................................... 37
2.2.4 Développement de la personnalité d’après FREUD ..................................................................... 37
2.3 LA PERSPECTIVE BEHAVIORISTE .............................................................................................................. 38
2.4 LA PERSPECTIVE HUMANISTE .................................................................................................................. 39
2.5 LA PERSPECTIVE COGNITIVE .................................................................................................................... 40
2.6 L’APPROCHE ECLECTIQUE ....................................................................................................................... 41
2.7 APPLICATION ........................................................................................................................................... 41
Psychologie 1ère Partie 1
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

PREFACE

Le cours de « psychologie » tel qu’il est présenté dans les pages qui suivent vient d’être
élaboré suite à une décision du Ministère de l’Education Nationale de regrouper les cours
« Introduction à la psychologie » et « Psychologie générale » dans un cours unique dit de
« Psychologie ». Par ailleurs il a été décidé de traiter - en quelque sorte comme ajoute à
l’approche de la psychologie générale Ŕ certaines fonctions psychologiques
fondamentales d’un point de vue de psychologie développementale, en vue de sensibiliser
les élèves, dès leur premier contact avec la branche de la psychologie, à l’unicité de cette
discipline.

Cette démarche, qui vise à favoriser chez l’élève une approche systémique de la discipline
« Psychologie », a eu certaines répercussions sur l’élaboration du présent cours. Pour le
regroupement et la fusion des volets « Introduction à la psychologie » et « Psychologie
générale » nous avons pu nous appuyer sur les cours de même nom que nous avions
rédigés au cours des années scolaires précédentes. En vue de faciliter l’intégration des
nouveaux éléments de psychologie développementale dans la deuxième partie de notre
cours, nous avons opté de présenter ce cours en deux temps : La première partie du
cours est remise aux élèves dès la rentrée scolaire, alors que la deuxième partie, une fois
complétée par les éléments de psychologie développementale, sera remise aux élèves
vers la fin du 1er trimestre, de sorte que l’enseignement de la branche complète pourra se
faire sans heurts au cours de l’année scolaire 2004/2005.

Nous tenons à souligner que les éléments de psychologie développementale seront


élaborés par d’autres titulaires du cours de psychologie.

Finalement, nous souhaitons bonne réception du document aux élèves du cours


« psychologie » en 1ère année d’études et ne manquerons pas d’y apporter, dans les
années à venir, les modifications nécessaires, en tenant compte, dans la plus large
mesure, des suggestions et réflexions émises par nos collègues-enseignants et nos
élèves.

Fentange-Livange
Septembre 2004

Anouk Bechtel-Matheis
Simone Lesch
Psychologie 1ère Partie 2
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

1ère PARTIE

INTRODUCTION

Un jeune qui aborde les études d’éducateur le fait pour des raisons diverses, liées bien sûr
à sa personnalité, à son environnement familial et social, à sa biographie scolaire et à bien
d’autres facteurs.

La décision de devenir éducateur est prise en général pour des motifs en relation avec
l’exercice de la profession de l’éducateur :

…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………
les études d’éducateur :

…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………
d’autres raisons :

…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………
Raisons ayant déterminé mon choix d’entamer les études d’éducateur :
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………
Psychologie 1ère Partie 3
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

L’éducateur qui veut exercer correctement son métier, essaie de comprendre la situation
dans laquelle il l’exerce. Il veut comprendre, qui sont les enfants et adolescents qui lui sont
confiés. Il veut comprendre, comment ils vont réagir à ce qu’il fait et à ce qu’il leur montre
et leur demande. Il veut comprendre, pourquoi ils réagissent ou agissent de telle manière
et non pas d’une autre, pourquoi ils sont si différents entre eux, pourquoi certains montrent
un vif intérêt pour tel ou tel sujet, alors que d’autres paraissent totalement désintéressés.
L’élève éducateur veut comprendre, pourquoi un jeune se montre agressif, adopte
facilement et rapidement des comportements violents, que des enfants de quatre, cinq ou
six ans continuent à mouiller leur culotte, pourquoi les uns développent à un âge très
précoce un langage très élaboré alors que d’autres n’y parviennent que très lentement,
que d’aucuns se montrent polis, affables et d’autres ont une approche sociale rude et
dure………… .

Mais le futur éducateur veut également mieux se connaître soi-même. « Connais-toi, toi-
même » nous dit Socrate.

Aussi l’élève se demande-t-il, pourquoi certaines personnes lui sont sympathiques alors
que pour d’autres ce n’est carrément pas le cas, pourquoi il accepte volontiers l’autorité
des uns, alors qu’il réagit de façon allergique au comportement autoritaire des autres,
pourquoi il réagit de manière anxieuse lorsqu’on lui demande de s’adresser à un public
plus nombreux, alors qu’il maîtrise parfaitement le sujet du débat, pourquoi il se sent
rapidement exaspéré par le comportement « inadapté » des enfants au cours d’un repas
en commun, alors qu’il fait preuve de la plus grande sérénité et d’une patience à toute
épreuve lorsqu’il aide ces mêmes enfants à faire leurs devoirs à domicile ?

Discussion :
En tant que professionnel de la relation éducative, pourquoi le futur éducateur doit-il
non seulement essayer de comprendre le comportement d’autrui, mais également Ŕ et
dans une mesure non moindre Ŕ comprendre son propre comportement, ses propres
sentiments, ses propres réactions à l’égard des autres ?
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………

Aussi l’éducateur se demande-t-il, que dois-je faire pour que les choses évoluent
favorablement, pour que les enfants et les jeunes progressent dans leur façon d’être dans
le monde, dans leur savoir et savoir-faire ?

Mais l’éducateur ne se demandera pas moins, de quelle façon, dans quel sens il devra
modifier son propre comportement, ses attitudes, son style éducatif pour aider ceux qui lui
sont confiés?

Il essaiera donc de comprendre les fondements des comportements des enfants, les
réactions des jeunes ; de même il essaiera de comprendre ses propres actions, réactions
et sentiments.
Pour y arriver, il réfléchira, observera, essaiera, discutera, comparera, s’informera,
lira, apprendra, accumulera de l’expérience et jugera.
Psychologie 1ère Partie 4
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Qui suis-je, qui est l’autre ? Pourquoi avons-nous (mes condisciples et moi, mes parents
et moi, les professeurs et moi) tellement d’aptitudes, d’attitudes, de sentiments en
commun, alors que d’un autre côté nous sommes si différents les uns des autres ?
Qu’est-ce qui fait que nous nous ressemblons, qu’est-ce qui fait que nous sommes
différents les uns des autres ?
Il va sans dire que lorsque nous nous posons de telles questions et que nous essayons
d’y trouver des réponses, nous sommes en plein dans le domaine de la psychologie et de
bien d’autres disciplines.

Lecture:
En 1799, des chasseurs capturent un jeune garçon qui, selon toutes apparences, vit seul
dans les forêts de l’Aveyron, au sud de la France. L’enfant ne ressemble pas à un être
humain, ni psychologiquement ni même physiquement. Il se déplace à quatre pattes,
mange comme un animal et mord ceux qui l’approchent. Ses sens de l’odorat et de l’ouïe
semblent très développés et de façon très particulière : le moindre craquement de branche
ou le bruit d’une noisette cassée entre les dents le fait sursauter alors que le claquement
d’une porte ne déclenche chez lui aucune réaction. Il peut se promener nu par des
températures glaciales. Il est capable de saisir la nourriture dans de l’eau très chaude
sans qu’apparemment il ne ressente aucune douleur. Il n’émet que des sons inarticulés
sans jamais chercher à communiquer avec son nouvel entourage, qu’il considère plutôt
comme un obstacle à la satisfaction de ses besoins.

Au début du XIXe siècle, un psychiatre réputé nommé Pinel examine l’enfant et déclare
qu’il s’agit d’un arriéré mental incurable. Itard, un jeune médecin qui traite des enfants
atteints de surdité, n’est pas d’accord avec ce diagnostic. Selon lui, le comportement de
l’enfant, à qui on a donné de nom de Victor, est la conséquence d’un isolement social
prématuré et prolongé. Il est persuadé qu’en éduquant adéquatement l’enfant, il pourra lui
permettre de reprendre une vie normale au sein de la société. Il décide donc de le prendre
en charge.

Après cinq ans d’efforts, Itard doit toutefois reconnaître qu’il n’arrivera jamais à atteindre le
but qu’il s’était fixé. Devenu adolescent, Victor a appris à reconnaître divers objets, à
comprendre et à prononcer quelques mots, à en écrire et à en lire quelques-uns, sans
bien en comprendre le sens ; mais, bientôt, l’enfant cesse de progresser. (périodes
sensibles - Maria Montessori)

C’est surtout au niveau de la socialisation de Victor que l’échec se révèle le plus


retentissant : jamais il n’apprendra à jouer ou à se comporter socialement et, encore
moins, à réagir adéquatement sur le plan sexuel. Il meurt à 40 ans sans qu’aucune autre
amélioration notable ne se soit manifestée dans son comportement.

(Extrait de Jo Godefroi : Les chemins de la psychologie, p. 18)

Allez voir le film : L’enfant sauvage, 1969, 85 min, noir et blanc, réalisé par François
Truffaut. Truffaut s’est basé sur les écrits du docteur Itard pour établir le scénario
de ce film, qui relate les efforts consentis pour tenter de réinsérer Victor dans la
société.
Psychologie 1ère Partie 5
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

CHAPITRE 1 :DEFINITION DE LA PSYCHOLOGIE

Lecture :

L’origine du mot «psychologie»

C’est à la mythologie grecque que la psychologie doit son nom et sa première définition.

Selon la mythologie classique, Psyché était une jeune femme très belle, dont Eros, le fils
d’Aphrodite, était tombé amoureux.

Malheureusement, cette dernière voyait d’un très mauvais œil le fait que son fils, immortel,
veuille s’unir à une simple mortelle. Elle mit donc tous ses efforts à séparer les amoureux
en imposant à Psyché une série d’épreuves à surmonter. Mais l’amour éprouvé par
Psyché était si puissant, et sa détermination à revoir Eros si forte, que les déesses et les
dieux en furent impressionnés et décidèrent de l’aider à accomplir les tâches imposées
par Aphrodite. Pendant ce temps, Eros réussissait à persuader Zeus, le dieu des dieux, de
transformer Psyché en déesse, en la rendant immortelle. Les amoureux furent ainsi réunis
pour l’éternité.

Ce mythe constituait, selon les Grecs, la description classique de l’amour véritable, la plus
haute réalisation de l’âme humaine. C’est la raison pour laquelle Psyché, mortelle
devenue immortelle, devint le symbole de l’âme à la recherche de son idéal.

Quant au mot psychologie, formé à partir des deux mots grecs psuké (âme) et logos
(étude), il n’est apparu pour la première fois qu’au XVIIIe siècle, dans un ouvrage
allemand traitant de ce sujet.

Extrait de Jo GODEFROI (1987, p. 80).

Etymologie du mot psychologie :

La psychologie :
 psyché = esprit, âme
 logos = connaissance ou étude

La traduction littérale du terme «psychologie » est donc : l’étude de l’âme, l’étude de


l’esprit.
Psychologie 1ère Partie 6
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Définition :

"La psychologie moderne est l’étude scientifique du comportement


et des processus mentaux" (TAVRIS & WADE, 1999, p.5).

La psychologie étudie donc deux éléments :


1. Les comportements
2. Les processus mentaux

ad 1) les comportements.
La psychologie étudie les comportements directement observables. Il s’agit donc de
comportements physiques, d’actes le plus souvent externes, qu’on peut voir, entendre,
sentir à l’aide de ses propres sens, ou enregistrer à l’aide d’un enregistreur vidéo ou
audio, d’un électroencephalographe2 ou d’autres appareil pour procéder à des examens
neurobiologiques.

Dans le cas de ces comportements, la psychologie parle d’actes explicites. Le


comportement explicite peut être examiné en grande partie grâce à l’observation directe.
Les comportements explicites peuvent être observés objectivement.

ad 2) les processus mentaux.

La psychologie cherche à comprendre le fonctionnement des processus mentaux, les


processus psychiques. La psychologie distingue de très nombreuses activités implicites,
intérieures : les perceptions, le raisonnement, les sentiments, le jugement, les émotions,
les rêves, les idéaux …. Beaucoup de psychologues préfèrent utiliser le terme de
comportements implicites, intérieures plutôt que le terme de « processus mentaux »

Les processus mentaux ne peuvent pas être observés directement. Pour les étudier, il faut
partir des comportements extérieurs, physiques ou neurobiologiques (p.ex. la
transpiration, le tremblement, …) qui sont directement observables et en déduire, ce qui
se passe à l’intérieur de la personne. Cette forme d’interprétation est loin d’être toujours
valide.

Un des objectifs essentiels de la formation psychologique dispensée à l’IEES est d’amener


progressivement les étudiants à maîtriser la tendance qui consiste à vouloir interpréter
trop vite les comportements et de passer trop rapidement d’une interprétation provisoire à
un constat définitif, à un jugement sur une situation ou une personne. La psychologie
cherche donc à nous prémunir contre les préjugés. Ces préjugés sont souvent basés sur
des on-dit ou des impressions premières.

La définition précitée relève le fait que la psychologie est une science :

Les psychologues font des recherches, des expériences, des observations scientifiques.
2
L’électroencéphalographe enregistre les ondes cérébrales. Le tracé qui en résulte est appelé
électroencéphalogramme (EEG).
Psychologie 1ère Partie 7
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Les observations scientifiques doivent être systématiques, structurées, c.-à.-d.


soigneusement planifiées et enregistrées.

Différences entre la psychologie scientifique et la psychologie « de tous les jours »


(psychologie naïve)

Psychologie naïve Psychologie scientifique


Descriptions :

-  Subjectivité  Objectivité
c. à d. influencées par : La psychologie scientifique essaie de donner une
les attentes (Erwartungen), description objective de la réalité.
les attitudes (Einstellungen),
les préjugés (Vorurteile),
les besoins (Bedürfnisse), La psychologie scientifique décrit des conduites ou
les intérêts (Interessen) de la personne qui activités précises, qui peuvent être observées dans
observe et décrit la réalité. Il s’agit alors d’une description
opérationalisée.
- Les termes peuvent avoir plusieurs significations.
Explications :
On distingue strictement entre description et
Souvent on ne fait pas la distinction entre explication.
description et explication
On nomme les conditions et causes qui sont
responsables du comportement
Les explications données dans la vie de tous
les jours sont des interprétations subjectives. Les explications se basent sur des théories, des
Elles dépendent des besoins, des expériences de la lois, des principes qui résultent d’études
personne qui explique. scientifiques.
Elles dépendent de raisonnements logiques ou
illogiques. Pour expliquer un comportement dans une situation
concrète, on émet une hypothèse en se basant sur
des connaissances.

Prédictions :

Dans la vie de tous les jours les prédictions se Les prédictions se basent sur des études
basent sur des expériences subjectives de scientifiques où des relations (corrélations) ont été
relations. constatées de manière précise.

Changements :

Les changements se basent sur des Les changements du comportement sont planifiés
raisonnements subjectifs et des expériences et contrôlés (p.ex. dans le cadre d’une thérapie) et
subjectives. s’orientent à des théories sur le comportement.
Ils surviennent souvent de manière non
intentionnelle et incontrôlée

 SUBJECTIVITE  OBJECTIVITE
Psychologie 1ère Partie 8
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

CHAPITRE 2 : LES OBJECTIFS DE LA PSYCHOLOGIE

La psychologie étudie le comportement humain en essayant de répondre à trois


questions :

1) Comment les hommes se comportent-ils ?


Le premier objectif de la psychologie est la description du comportement
(humain et animal). La description objective d’un comportement est difficile. Souvent il
est difficile pour l’observateur de rester objectif, d’éviter une attitude subjective, pleine
de préjugés favorables ou défavorables, surtout s’il doit décrire un comportement
humain.

Il faut distinguer observation et interprétation : « l’élève tremblait et ne regardait pas le


directeur dans les yeux » (c’est une observation).
L’élève tremblait, il avait peur (c’est une observation combinée à une
interprétation)
L’élève avait peur (c’est une pure interprétation de la part de
l’observateur.
ATTENTION : Il faut essayer de procéder à la description d’un comportement séparant
clairement l’observation de l’interprétation.

2) Pourquoi les hommes se comportent-ils comme ils font ? Le deuxième objectif de la


psychologie est l’explication du comportement.

L’observation minutieuse des comportements fournit à la psychologie son matériel de


base, des faits. Mais ces faits ont peu de valeur, s’ils restent isolés. Si les faits sont mis
en relation entre eux et si l’on en tire des conclusions alors les faits observés prennent
une signification. Un chien qui accourt à l’appel de son maître et qui obtient alors une
récompense, va probablement répéter cette réaction plus fréquemment à l’avenir, « il
obéira » donc plus facilement »
Les relations entre des faits psychologiques peuvent être exprimées sous forme de
lois. Ex. : Si un comportement ou une réaction d’un organisme entraîne pour lui une
conséquence positive, la probabilité augmente pour que l’organisme produise de
nouveau ce même comportement.

3) Comment peut-on prédire ou changer le comportement? Le troisième objectif de la


psychologie est la prédiction d’un comportement. Ainsi on peut examiner si
une certaine attitude d’une personne est en relation étroite avec un certain
comportement de sa part. Si l’on peut observer une relation entre les deux faits, on
peut éventuellement prédire le comportement dans une situation spécifique.

4) Comment peut-on modifier un comportement ? Le quatrième objectif de la psychologie


est la modification d’un comportement. En effet la modification va plus loin
que la prévision. Par des interventions spécifiques, le psychologue tente d’influencer
l’apparition, l’intensité et la fréquence d’un comportement.
Psychologie 1ère Partie 9
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

CHAPITRE 3 : LES DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE

1 Qu’est-ce qu’un psychologue


- a suivi des études universitaires d’une durée de 5 ans ;
- étudie le comportement et les processus mentaux ;
- développe et administre des méthodes de recueil de données, ex. : des grilles
d’observation ou des tests psychologiques;
- traite des problèmes en relation avec le comportement ou les processus mentaux et
en fait le diagnostic;
- applique pour cela des méthodes particulières : techniques d’entretien, méthodes
de détente, confrontation;
- agit dans de nombreux champs de travail et d’intervention.

2 Différenciation terminologique
Psychiatre : docteur en médecine générale et spécialisation en psychiatrie (=diagnostic et
traitement des maladies mentales et troubles mentaux graves)
Particularité : il est médecin et peut donc prescrire des médicaments

Psychothérapeute : psychologue ou médecin, spécialisé dans l’application des méthodes


thérapeutiques.

Psychanalyste : psychothérapeute qui utilise la méthode psychanalytique inventée par


Sigmund Freud. Il s’intéresse surtout à l’inconscient de ses patients et a dû suivre une
psychanalyse avant de pouvoir exercer.

3 Les champs d'activités du psychologue


Les activités professionnelles des psychologues se divisent généralement en trois grandes
catégories :
1) Les activités de consultation et de conseil
2) Les activités d’enseignement
3) Les activités de recherche.

3.1 Les activités de consultation et de conseil


Le psychologue conseil et le psychologue clinicien ont pour tâche d’évaluer des personnes
(enfants et adultes) aux prises avec des troubles comportementaux et affectifs qui
entravent plus ou moins sérieusement leur vie (leur fonctionnement) et leur bien-être. Leur
approche est fondée principalement sur l’observation et l’analyse approfondies de cas
individuels, aussi bien normaux que pathologiques, et pouvant s’étendre à celles des
Psychologie 1ère Partie 10
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

groupes. Le psychologue conseil et le psychologue clinicien interviennent au Luxembourg


dans beaucoup de domaines.

Dans le secteur de l’éducation :


Le rôle du psychologue scolaire est de comprendre et d’améliorer l’état psychologique
général de l’élève et d’aider à résoudre les difficultés reliées à l’environnement scolaire. Il
intervient aussi bien auprès des élèves que des parents et des professeurs.

Ce travail est surtout réalisé dans les Services de guidance de l’enfance et dans les
services de psychologie et d’orientation scolaire.

Dans le domaine de l’éducation, de l’instruction et de l’intégration des personnes


handicapées: Le psychologue conseil ou psychologue clinicien ou psychopédagogue y
exerce également une mission importante (dépistage, diagnostic et évaluation, conseils
aux parents, aux personnels éducatifs, aux institutions, aux organisations spécialisées). Le
psychologue conseil ou psychologue clinicien intervient également dans les services de
prévention et d’éducation précoce.

Dans le secteur de la santé mentale :


Les psychologues cliniciens travaillent dans des centres hospitaliers, des établissements
psychiatriques. Ils diagnostiquent et traitent les troubles et les déficiences d’ordre
comportemental, psychique ou émotionnel. Les psychologues cliniciens exercent
également dans les établissements pénitentiaires et auprès des tribunaux, dans des
institutions pour enfants et jeunes inadaptés sociaux, dans des institutions spécialisées,
prenant en charge des personnes passagèrement ou chroniquement en difficultés, dans
des institutions gérontologiques.

3.2 Les activités d'enseignement


Au Luxembourg un nombre assez important de psychologues de différentes
spécialisations travaillent dans le domaine de la formation, avant tout dans la formation
des éducateurs gradués et éducateurs, des instituteurs des enseignements primaire et
préscolaire, des professeurs d’enseignement secondaire et secondaire technique.

Au niveau universitaire, il est évident que des psychologues de diverses spécialités


participent à la formation des psychologues, pédagogues et pédagogues sociaux. Au
Luxembourg, ceci est le cas au niveau de l’Université de Luxembourg.

Un nombre important de psychologues enseignent aux universités (formation des


médecins, pédagogues curatifs, éducateurs gradués, orthophonistes, ergothérapeutes,
assistants sociaux, instituteurs, etc.)

3.3 Les activités de recherche


Dans le domaine de la recherche fondamentale (Grundlagenforschung),
le psychologue chercheur essaie d’accroître par ses recherches les
connaissances relatives à un problème donné,
Psychologie 1ère Partie 11
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

En recherche appliquée (angewandte Forschung), il est fait appel aux


connaissances fondamentales pour en tester les applications possibles
dans la pratique.

4 Les objets d’étude de la psychologie


Il existe de nombreux objets d’étude et d’application en psychologie dont voici trois
exemples:
La psychologie du développement (Entwicklungspsychologie). Elle étudie
le développement depuis la conception jusqu’à la mort.
la psychologie sociale (Sozialpsychologie). Elle étudie les personnes
dans un groupe ou dans toute situation où interviennent les facteurs
sociaux.
la psychophysiologie. Elle est spécialisée dans l’étude des composants
biologiques qui sous-tendent le comportement.
D’autre part on peut vouloir caractériser les situations spécifiques dans lesquelles le
psychologue intervient :
psychologie scolaire,
psychologie du travail,
psychologie de la vente
psychologie de la circulation routière
psychologie militaire, etc.

Finalement, on peut situer de façon plus précise les fonctions étudiées :


la psychologie de l’intelligence,
la psychologie du langage
la pharmaco-psychologie.

5 Les pseudo-psychologies
- n’ont aucun fondement scientifique.
Contrairement à la psychologie elles ne se fondent pas sur l’observation empirique ni sur
des tests scientifiques
- sont toutefois très populaires

Exemple : L’astrologie

Les astrologues supposent que la position des étoiles et des planètes au moment de la
naissance d’une personne détermine les traits de la personnalité et affecte le
comportement !
Or :
Il n’existe aucun lien entre la-disant compatibilité des signes astrologiques des
couples et les taux de mariage ou de divorce.
Des études n’ont trouvé aucun lien entre les signes astrologiques et les traits de
personnalité.
Psychologie 1ère Partie 12
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Les astrologues n’ont pas réussi à expliquer pourquoi le moment de la naissance


est plus important que celui de la conception.
L’examen de plus de 3000 prédictions d’astrologues célèbres a démontré qu’un
minime pourcentage de ces prédictions s’avéraient justes. Les prédictions
« réussies » avaient tendance à rester vagues.

Pourquoi alors bon nombre de personnes croient-elles à la vérité des propos


d’astrologues ?

Une description astrologique de la personnalité peut sembler exacte, parce que la


personne qui la lit ou l’écoute remarque et se rappelle les choses qui confirment ses
attentes et oublie les autres.

En ce qui concerne les horoscopes quotidiens, ils sont formulés en termes très généraux
pour correspondre à toutes les occasions.

Il faut absolument séparer la psychologie véritable des pseudo-psychologies qui n’ont


qu’une apparence de validité.
Psychologie 1ère Partie 13
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

CHAPITRE 4 : NOTIONS DE NORMAL ET D’ANORMAL

Il arrive à propos d’un comportement qu’on observe chez autrui qu’on se demande, si le
comportement en question est « normal », ou si on n'a pas à faire à une personnalité
« anormale ». Dans d’autres situations, il se peut que le comportement en question soit
qualifié de « pathologique », dans d’autres circonstances encore, une attitude ou le
comportement qui semble en découler, est décrite comme « immorale ».

Ce type de « jugement » - souvent formulé de façon irréfléchie - présuppose l’existence


d’une norme. Or, cette notion recouvre de multiples significations et facettes.

La limite entre une personnalité normale et une personnalité « anormale » voire


« pathologique » est difficile à cerner. La normalité n’a pas une définition univoque et peut
avoir des références différentes suivant qu’on se place du point de vue de l’individu ou de
la société. La normalité est donc une notion relative qui est influencée par :

La subjectivité individuelle (normes individuelles) : Jugements normatifs


influencés par l’ensemble des valeurs, opinions, attitudes et attentes individuels.
Les bases de ces jugements ne sont pas toujours conscientes.
La subjectivité sociale (normes sociales) : Jugements normatifs influencés par
l’ensemble des valeurs, attitudes, attentes et comportements qui définissent
l’appartenance à un groupe ou sous-groupe social.
La subjectivité culturelle : Jugements normatifs influencés par l’ensemble des
valeurs, règles ou modèles de pensée et des pratiques sociales qui définissent
une culture particulière.

En raison même de la grande variabilité des contextes culturels et éducatifs, et surtout de


la très grande capacité de conditionnement, d’apprentissage et de réaction affective de
l’être humain, quasiment tout phénomène, processus ou comportement, en fonction du
vécu propre du sujet, peut être subjectivement perçu comme normal ou anormal.

Dans la définition de la notion de normalité, le problème induit par la subjectivité humaine


est double :
a) Il semble d’une part que le sujet perçoit comme « normal » tout phénomène qui est
fréquent et habituel par rapport à sa propre expérience. Dans ce cas, le
phénomène « normal » est implicitement considéré, sans aucune vérification,
comme étant le reflet d’une « réalité naturelle ».
b) Par contre, la personne perçoit comme « anormal » tout phénomène qui est
inhabituel par rapport à sa propre expérience. De surcroît, de nombreux
phénomènes perçus comme « anormaux » sont implicitement considérés, sans
aucune vérification, comme « contre nature » ou « pathologique ».

Le but de la démarche scientifique est l’objectivité des connaissances construites.


Psychologie 1ère Partie 14
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

1 Définitions de la normalité
Nous distinguons quatre types de définition de la normalité :
1) La normalité statistique,
2) La normalité idéale,
3) La normalité fonctionnelle,
4) La normalité médicale.

1.1 La normalité statistique


Elle se réfère à ce qui est le plus fréquemment observé dans le groupe d’appartenance
d’un individu. Elle tient donc compte du plus fréquent, du plus habituel, par référence
aux individus situés dans la moyenne de la courbe de Gauss.

L’écart de la norme ou l’anormalité se réfère à des limites qui sont à définir. En général,
certaines variations sont encore considérées comme normales, mais les écarts trop
grands sont qualifiés comme anormaux1.

1.2 La normalité idéale


La norme idéale se réfère à un idéal accepté par des individus et/ou des groupes
(p.ex. normes légales, normes religieuses, normes morales). Les normes idéales ne
font donc pas le constat de ce qui est (was ist), mais elles font appel à faire ce qui
devrait être (was sein soll). Elles véhiculent un message, un appel
(Aufforderungscharakter) (Kurt Lewin). Font partie des normes idéales les valeurs
normatives d’ordre sociétal, religieux ou autre, qui varient plus ou moins d’une époque à
l’autre, d’une culture à l’autre, d’une société à l’autre.

Les normes de la vie commune des hommes ne sont pas fixes une fois pour toutes, elles
sont controversées (=umstritten). Dans chaque communauté humaine, il arrive que
l’individu se révolte contre la norme idéale du moment (de l’époque) en se référant à sa
conscience personnelle (Gewissen) à sa propre échelle de valeurs.

1.3 La normalité fonctionnelle


Elle est définie par rapport au fonctionnement de l’individu lui-même. D’une manière
individualiste, c’est le fonctionnement optimal d’un individu par rapport à ses capacités
et potentialités propres qui représente la normalité. Ce critère renvoie à l’épanouissement
individuel.

1
Cette règle générale vaut, mutatis mutandis, pour les quatre types de normes.
Psychologie 1ère Partie 15
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

1.4 La normalité médicale


En médecine, la normalité peut se définir comme l’absence de maladie. En
psychiatrie, cela correspond à l’absence de symptômes psychiatriques. Le problème
reste alors celui de la définition et de la description de ces symptômes. Définir le normal
et le pathologique ou l’anormal, est déjà bien délicat en médecine somatique. En
psychiatrie, cette définition est encore plus complexe et fragile.
Psychologie 1ère Partie 16
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Lecture (ZIMBARDO 1983, p. 500) : die Studien einbezogene


Privatkrankenhaus, wo die Diagnose
Geistig Gesunde in Institutionen für « manisch depressiv » lautete. (Diese
Geisteskranke Diagnose ist mit einer besseren
Heilungschance verbunden). Die
Wäre es denkbar, dass ein normaler, Pseudopatienten hörten, sobald sie in
« geistig gesunder » Mensch, der nie die entsprechenden psychiatrischen
in seinem Leben unter ernsthaften Stationen aufgenommen waren, sofort
psychiatrischen Symptomen gelitten auf, irgendwelche Symptome zu
hat, in eine Irrenanstalt aufgenommen simulieren. Jeder Pseudopatient
wird und, wenn er einmal dort ist, nicht verhielt sich in jeglicher Hinsicht so
als « Gesunder » erkannt wird ? Dies « normal » wie möglich.
ist mehr als eine akademische Frage ; Wie lange dauerte es, bis man ihnen
hier drückt sich nämlich die Angst aus, auf die Schliche kam ? « Obwohl die
die sich vielen Menschen aufdrängt, Pseudopatienten offen ihre psychische
die Nervenheilanstalten besuchen Gesundheit demonstrierten », so
oder in ihnen arbeiten. Eine höchst Rosenhan, « wurden sie überhaupt
bemerkenswerte Studie von Rosenhan nicht entdeckt oder durchschaut.
(1973) erweist, dass diese Furcht Überwiegend mit der Diagnose
teilweise gerechtfertigt ist, ist ein « Schizophrenie » aufgenommen,
Mensch erst einmal mit dem Etikett wurden sie mit der Diagnose
« verrückt » oder « geisteskrank » « Schizophrenie in Remission »
versehen und in einer entsprechenden entlassen. « Der
Anstalt gelandet, so ist es Krankenhausaufenthalt erstreckte sich
unwahrscheinlich, dass sein Verhalten über 7Ŕ52 Tage, wobei der
Ŕ was immer er auch tun mag Ŕ als Durchschnittswert bei 19 Tagen lag.
normal angesehen wird. Rosenhan Bezeichnenderweise wurde die
und 7 andere Personen wandten sich Entlassung durch Intervention von
an 12 verschiedene Hospitäler in 5 Ehepartnern oder Kollegen erwirkt und
verschiedenen Staaten der Ost- und kam in keinem Fall dadurch zustande,
Westküste, und zwar in der Weise, dass etwa ein Mitglied des
dass bei den Anmeldungsbüros aller Pflegepersonals entdeckt hätte, dass
dieser Krankenhäuser telefonisch um es sich hier um eine Fehleinweisung
einen Termin ersucht wurde. Jeder der handelte, oder dass jemanden
Pseudopatienten klagte über das aufgefallen wäre, dass sich hier ein
gleiche : « Ich höre Stimmen, deutliche geistig Gesunder in einer Station für
Stimmen. Ich glaube, sie sagen Geisteskranke aufhielt. Um die
« leer », « hohl », « dumpf ». Subjektivität der Beurteilung und die
Abgesehen von diesen Unzuverlässigkeit der psychiatrischen
Falschangaben und der Änderung des Diagnose nochmals zu demonstrieren,
Namens und Berufs wurde alles führte Rosenhan 1973 eine ähnliche
andere wahrheitsgemäß berichtet und Studie an einem Krankenhaus durch,
stellte somit die nichtpathologische dessen Personal von der oben
Lebensgeschichte der beschriebenen Studie wusste und sich
Pseudopatienten bis zur Gegenwart zu glauben weigerte, derartige Irrtümer
dar. In fast allen Fällen lautete die könnten in ihrem Hause vorkommen.
Diagnose « schizophren ». Eine Es ließ sie wissen, dass irgendwann
Ausnahme macht nur das einzige in im Laufe der nächsten 3 Monate ein
Psychologie 1ère Partie 17
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

oder mehrere Pseudopatienten an


ihrem Krankenhaus um Aufnahme
ersuchen würden. Der Mitarbeiterstab
war also darauf vorbereitet,
« Schwindler » zu entlarven. Sie
überprüften systematisch, mit wie
sicherer Überzeugung sie bei jedem
einzelnen der in diesem Zeitraum in
das Krankenhaus aufgenommenen
193 Patienten bestimmen konnten, ob
es sich jeweils um einen gesunden
Pseudopatienten oder um einen
kranken echten Patienten handelte. Es
stellte sich heraus, dass 41 Patienten
von jeweils mindestens einem Mitglied
des Krankenhauspersonals mit
sicherer Überzeugung als
Pseudopatienten eingestuft wurden ;
bei 19 dieser Patienten wurde das
Urteil « gesunder Pseudopatient » von
jeweils einem Psychiater und einem
anderen Mitarbeiter gefällt. Wieviele
Pseudopatienten hatte Rosenhan nun
wirklich in dieses Krankenhaus
eingeschleust ? Vielleicht haben Sie
es schon erraten : keinen einzigen !
Psychologie 1ère Partie 18
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Le modèle médical suggère donc que le mal se situe dans la personne, trouve
son explication dans la personne elle-même, et néglige l’influence du milieu.

Le diagnostic « malade mental » a deux conséquences :


a) Une dépréciation publique (par les autres).
b) Une dévalorisation de soi-même (par soi-même).

C’est un étiquetage (un stigmate) plus fort et plus tenace que n’importe quelle autre
tare (Makel).

Cette stigmatisation, ce « labeling » fait que de nombreuses personnes se privent de


conseils et d’un traitement psychologique ou psychiatrique, même si elles en ont
grand besoin. Le fait, d’être considéré et de se considérer comme des patients
psychiatriques diminue la confiance en soi et risque d’agir comme « self-fullfilling
prophecy » (prophétie autoréalisatrice).
Psychologie 1ère Partie 19
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

Lecture (ZIMBARDO 1983, p.504) : Krankheiten » (Science News, 5.


August 1972, S. 85)
Lässt sich der Makel jemals wieder Die Angelegenheit kam mit diesem
ganz abwaschen ? Aufruf eines autorisierten Gremiums
In jüngerer Zeit erst gab es ein jedoch nicht zur Ruhe. Als die
besonders hässliches Beispiel für den Kongresskollegen Gerald Ford vor
Schaden, den die Abstempelung mit seiner Ernennung zum
dem Etikett seelischer Krankheit Präsidentschaftskandidaten
anrichtet : Wir erinnern an die bewerteten, prüften sie den Bericht
öffentliche Schmähung und das Ende über seine geistige Gesundheit sehr
der politischen Karriere von Senator gründlich. In einer provokativen
Thomas Eagleton, dem Darstellung machte der Kolumnist
demokratischen Vizepräsidentschafts- Sydney J. Harris deutlich, wie
kandidaten in der Wahl von 1972. Er gefährlich unsere ungesunde
war bereits nominiert und auf die Einstellung zum Problem der
Wahlliste gesetzt, als die Enthüllung, « geistigen Gesundheit » sein kann :
er sei früher einmal in psychiatrischer « (Der Kongress) ersuchte Ford um
Behandlung gewesen, eine solche wiederholte Versicherungen, dass er
Welle von Mutmaßungen und Zweifeln nie einen Psychiater aufgesucht habe
auslöste, dass er schließlich durch oder jemals wegen einer emotionalen
einen anderen Kandidaten ersetzt Störung behandelt worden sei ; als ob
werden musste. Die Kontroverse die Tatsache, dass jemand niemals
drehte sich hauptsächlich darum, dass einen Psychiater konsultiert habe, ihn
Eagleton zehn Jahre zuvor wegen in irgendeiner Weise als psychisch
Depression in Behandlung gewesen gefestigt ausweise …. Emotionale
war. Obwohl es nicht den geringsten Probleme beeinflussen das Verhalten
Hinweis für ein Wiederaufleben weit mehr als dies rein körperliche tun.
depressiver Symptome gab, hielt man Der springende Punkt ist nur der, dass
ihn nun in Politikerkreisen noch sie das Verhalten jedoch weit stärker
« anfällig ». Wird man den Senator beeinträchtigen, wenn sie nicht erkannt
jemals in seinem Leben wieder als und behandelt werden » (1974)
« ganz normal » ansehen ?
Die American Psychiatric Association
reagierte auf die öffentliche Entrüstung
in der Eagleton-Affäre mit einer
Erklärung, die Ŕ im Auszug Ŕ wie folgt
lautete : « Die zigtausend Menschen
die wieder normalen Aktivitäten
nachgehen, nachdem sie erfolgreich
gegen Depression behandelt worden
sind, sind ein schlagender Beweis
dafür, dass die Existenz einer
depressiven Periode in der
Lebensgeschichte eines Menschen auf
die gleiche Art und Weise betrachtet
werden sollte, wie eine große Reihe
anderer erfolgreich behandelter
Psychologie 1ère Partie 20
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

CHAPITRE 5 : LES METHODES DE TRAVAIL ET DE


RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE

1 Introduction
Ce cours ne s’adresse pas à de futurs psychologues mais bien à de futurs
éducateurs. Il ne peut donc être question dans ce cadre de traiter à fond les diverses
méthodes de travail et de recherche en psychologie. L’objectif est de sensibiliser les
futurs éducateurs pour certaines approches utilisées par les psychologues. Aussi ne
présenterons-nous les différents problèmes méthodologiques que de façon
sommaire, en essayant toutefois de fournir à l’élève éducateur un certain nombre de
règles et de repères qui peuvent l’aider à valider son travail social et éducatif
(techniques de l’observation ; observation-interprétation, savoir, suggestion et
perception). Par ailleurs, les connaissances sur les méthodes de travail en
psychologie peuvent subsidiairement faciliter la collaboration de l’éducateur avec
d’autres intervenants dans le champ social et éducatif.

1.1 Le bon sens: insuffisances et erreurs


Parfois on a l'occasion d'entendre le commentaire suivant: "Je ne comprends pas
pourquoi il prend la peine de suivre des cours de psychologie. La psychologie, c'est
seulement le bon sens!" La psychologie, n'est-elle que le bon sens? Le sens
commun constitue-t-il une source d'information valable?

Considérons brièvement quelques dictons de sens commun. Ainsi on entend


souvent: "L'éloignement rapproche". Ceux qui sont séparés de leurs amis ou de leurs
amoureux peuvent y puiser consolation, jusqu'à ce qu'ils se souviennent de l’autre
dicton : "Loin des yeux, loin du cœur!" Une grande partie de ce qu'on considère être
de sens commun est aussi vague qu'incohérent. Certes, le sens commun n'est pas
sans valeur, mais souvent il nous empêche de rechercher de meilleures explications
ou la vérité. D'après Albert Einstein, "le sens commun est la couche de préjugés
déposée dans notre esprit avant l'âge de 18 ans". Paul Valéry disait que "l'objet de la
psychologie est de nous donner une idée toute autre des choses que nous
connaissons le mieux" ou comme nous le dirions « que nous croyons connaître le
mieux. ». Des observations, fondées sur le hasard et les généralisations du type
« bon sens » conduisent souvent à des conclusions erronées.

1.2 Théorie implicite de la personnalité


Au cours de notre vie, nous avons fait nôtre une certaine conception de la « nature
humaine » et chacun de nous a développé « sa » théorie implicite de la
personnalité, en fonction de laquelle il « observe, comprend et interprète » les
comportements et les attitudes de ses congénères.

Cette théorie, nous l’avons développée grâce à des observations que nous avons
faites, grâce aussi à des impressions qui nous ont marqués, à des questions que
nous avons posées, à des affirmations et des déclarations d’autres personnes. Cette
Psychologie 1ère Partie 21
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
conception s’est construite à travers nos lectures, les films que nous avons vus et le
savoir qui nous a été transmis.

Lorsque nous croyons avoir une certaine connaissance d’une personne mais que
nous ne la connaissons pas à fond, nous avons tendance à nous « construire » une
image complète de cette personne en recourant aux « données » et « informations »
de notre théorie implicite. Parfois, il suffit de disposer d’une seule observation, d’un
seul trait à propos d’un individu, pour évoquer en nous cette théorie implicite de la
personnalité. Or, cette tendance influence sensiblement notre perception de la
personne concernée, de l’image (l’idée) que nous nous faisons d’elle.

Dans ce contexte je voudrais introduire le concept de l’« attente de perception » qui


nous dispose à percevoir d’une façon particulière. Les attentes de perception
découlent souvent de la suggestion, particulièrement lorsqu’il s’agit de percevoir
d’autres personnes.

2 L'approche scientifique
Rappelons-nous les buts de la psychologie. En général, la psychologie vise à
décrire, expliquer, prédire et modifier le comportement, et son but ultime consiste à
amasser des connaissances au profit de l'humanité entière.
Ce qui distingue l'approche scientifique de l'approche non scientifique est entre
autre la façon plus consciente et plus vigilante avec laquelle on aborde les activités
précitées (décrire, comprendre, prévoir). Le psychologue ne doit jamais relâcher son
effort de faire une distinction claire et nette entre les diverses activités précitées.
Souvent la personne non formée en psychologie est moins exigeante quant à la
précision avec laquelle il aborde ces activités. Les connaissances en psychologie
devraient nous rendre aptes à pouvoir mieux décrire, expliquer, interpréter et prévoir
le comportement, c'est à dire avec plus de précision, de façon plus fondée et
souvent aussi plus prudemment. C'est donc à ces objectifs de la psychologie que
nous devrions nous référer, si nous voulons essayer d'analyser et de juger les
méthodes de travail et de recherche utilisées en psychologie.

Généralement la méthode scientifique comporte cinq étapes :


L’observation
La définition du problème
La formulation d’hypothèses
L’expérimentation (ou observation dirigée, prise de mesures, observation
clinique, enquête)
L’élaboration d’une théorie

Hypothèse = tentative d’explication d’un événement ou d’une observation

Il existe plusieurs méthodes pour rechercher les informations et en élaborer des


théories, afin d’approfondir les connaissances en psychologie:
Psychologie 1ère Partie 22
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

2.1 La diversité des méthodes


Il est évident que la psychologie ne se définit pas par l'emploi d'une seule méthode
de travail et de recherche applicable à tous les domaines d'étude de cette science.
En effet, le psychologue utilise des techniques particulières adaptées au type de
problèmes qu'il rencontre.

Eu égard aux approches fondamentalement différentes, il est évident que les


méthodes de travail et de recherche diffèrent également largement. Il s'ensuit que les
différentes approches méthodologiques de la psychologie ne se laissent pas
aisément cataloguer.

3 Différentes méthodes de travail et de recherche


3.1 L’introspection
Commencer l’étude des méthodes psychologiques par celles de l’introspection n’a
rien d’étonnant puisqu’il s’agit, dans ce cas, de la relation la plus directe qui puisse
exister entre un sujet humain et un psychologue. Nous distinguons :
a) l’introspection et
b) l’introspection dirigée et provoquée.
ad a) Par introspection (ou « regard intérieur ») on comprend l’observation de soi-
même par un sujet conscient. Le sujet a une connaissance « immédiate » de son
vécu psychologique.

ad b) Dans l’introspection dirigée ou expérimentale, le psychologue ne retient dans


sa relation avec l’autre que la description de l’expérience vécue par le sujet.
L’introspection dirigée ou expérimentale est également souvent appelée
introspection provoquée. C’est une approche qui est souvent appliquée en
psychologie clinique, où elle prend alors souvent l’allure d’un entretien clinique.

Dans la recherche, l’introspection provoquée consiste à faire exécuter à un sujet une


tâche déterminée, et à lui demander de porter une attention particulière à ses états
subjectifs et d’en faire un rapport détaillé, ce qui exige une rétrospection (avec toutes
les difficultés que ce processus peut poser). Cette méthode caractérisait la
psychologie scientifique à ses débuts, à l’époque de WUNDT surtout (fin du XIX e
siècle). C’était la « science des états de conscience ». Wilhelm WUNDT, le « père de
la psychologie », a créé le premier laboratoire de psychologie afin d’étudier le
phénomène de la conscience. Il se demandait comment se forment les sensations,
les images et les émotions. Au cours des années, il s’est servi de cette méthode pour
étudier la vision, l’ouïe, le goût, le toucher, le temps de réaction, la mémoire, les
émotions, la notion du temps et bon nombre d’autres sujets.

Critiques
L’approche introspective ne peut renseigner que sur la façon dont le sujet voit la
situation, mais non sur ce qu’est la situation. Les données obtenues par cette
technique sont incontrôlables par d’autres observateurs. Seul le sujet peut
s’observer, penser, sentir, agir.
Psychologie 1ère Partie 23
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
Par ailleurs, le langage étant le moyen de communication choisi par les
introspectionnistes, l’utilisation de cette méthode ne permet pas d’entrer en relation
avec certaines catégories de sujets (très jeunes enfants, …)

Il est évident que ce sont les behavioristes et les psychanalystes qui ont critiqué
l’introspection avec le plus de virulence.

3.2 L’entretien
Lors d’un examen clinique en psychologie, la première tâche du psychologue est de
rencontrer le sujet et de s’entretenir avec lui des « problèmes » qui le préoccupent.
En général, cet entretien est toujours structuré, c’est-à-dire fonction d’un canevas
préétabli permettant d’introduire les thèmes dont l’étude paraît nécessaire à la
compréhension de l’autre. Ainsi vont se dégager les traits importants révélés par
l’anamnèse du sujet.

Le but essentiel de l’entretien est de connaître aussi complètement que possible les
circonstances de la vie passée et présente du sujet de façon à pouvoir interpréter
chaque fait à la lumière de tous les autres.

3.3 L'observation en milieu naturel


L'observation naturelle est la méthode la plus facile mais aussi la plus fastidieuse.

Elle consiste, pour l'observateur, à se tenir de façon à passer inaperçu ou, au


contraire, à se mêler au groupe si bien qu'il n'attire plus l'attention; l'observateur doit
également noter et classer tous les événements qui ont un rapport avec le
phénomène à décrire.

Or il existe des problèmes (désavantages) liés à l’observation :

a) il est facilement possible de confondre l'essentiel avec l'accessoire ;


b) la présence d’un observateur peut affecter le comportement des sujets
observés (effet de l’observateur). On peut minimiser ce problème en cachant
l’observateur, par exemple derrière un miroir d’observation.
c) Il est possible d'interpréter certains événements en fonction de ce qu'on
s’attend à voir plutôt qu'en fonction de ce qui se passe réellement (préjugés et
subjectivité de l’observateur).

Un des remèdes consiste à s'armer d'un matériel audiovisuel (magnétophone,


caméra ou magnétoscope) qui permettra l'enregistrement des comportements et leur
visionnement, à plusieurs reprises et par divers observateurs, si le besoin s'en fait
sentir.

Malgré ces problèmes, l’observation peut faire découvrir de nombreuses informations


utiles. Dans la plupart des recherches scientifiques, elle constitue un excellent point
de départ.
Psychologie 1ère Partie 24
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

3.4 L'observation systématique


L'observation systématique consiste à centrer l'attention du psychologue sur une
facette particulière du phénomène ou du comportement. Il s'agit donc ici de décrire
de façon très précise toutes les caractéristiques, et uniquement celles-ci, de l'aspect
qui a été retenu aux fins d'observation.

Pour y arriver, on utilise souvent un questionnaire ou une grille d'observation


comportant les divers éléments sur lesquels on doit centrer l'intérêt: la fréquence du
comportement (c.à.d. le nombre de fois qu'il apparaît dans un temps donné), son
intensité (compte tenu des circonstances dans lesquelles il se présente), comment il
apparaît et comment il disparaît, etc. Ce type d'observation présente l'avantage de
concentrer l'attention de l'observateur sur l'essentiel, en lui évitant de sombrer dans
le détail anecdotique.

3.5 Les enquêtes et les tests


3.5.1 Les enquêtes

Les enquêtes effectuées à l'aide de questionnaires procurent des informations sur


des groupes importants, à partir de réponses fournies par les échantillons
représentatifs de ces groupes.

Il existe différents niveaux de structuration. Plus les possibilités de questions et de


réponse sont limitées et fixées, plus l'enquête est structurée.

Les questions et les réponses sont non-structurées.


Le thème de l'enquête est fixé. Celui qui pose les questions, peut les formuler
individuellement. Le sujet peut répondre librement.

Les questions sont structurées; les réponses sont libres (ouvertes)


Les questions ont été fixées pour tous les enquêteurs. Ils doivent tous poser
exactement les mêmes questions. Les sujets peuvent répondre librement.

Les questions et les réponses sont structurées


Les questions sont fixées. Les possibilités de réponse sont réduites. Le sujet doit se
décider pour une ou plusieurs des réponses proposées.

3.5.2 Les tests psychologiques

Qu'est-ce qu'un test?


Quant aux tests, ils représentent des instruments standardisés chargés de mesurer
différentes caractéristiques des sujets faisant l'objet de l'observation. Ils sont censés
permettre d'évaluer les aptitudes intellectuelles ou perceptives, les habilités motrices
ou les traits de personnalité, le niveau d'anxiété ou de frustration face à une situation
donnée ou encore l'intérêt pour tel ou tel type d'activité.
Psychologie 1ère Partie 25
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
Les tests sont constitués d'une série de questions et tâches (items) dont les
réponses vont fournir une indication sur la caractéristique à mesurer.

L'évaluation du test donne lieu à une certaine valeur, comme p.ex le QI. Cette valeur
est comparée avec celles qu'un grand nombre de sujets a obtenu au même test ou
aux mêmes tâches. Ces valeurs moyennes sont encore appelées normes.

Les tests psychologiques tests (jeux) psychologiques qu'on trouve dans les
magazines.
Quelques caractéristiques qui distinguent les tests psychologiques des tests
psychologiques qu'on trouve dans les magazines:
- Description précise de la (des) caractéristique(s) que le tests veut mesurer.
- Description des conditions et consignes (Anleitung/ Angaben).
- Indications pour la correction.
- Normes de référence.
Toutes ces informations sont contenues dans un manuel qui accompagne le test.

3.5.2.1 Les critères de tests: l'objectivité, la fidélité, la validité


Les tests psychologiques doivent répondre à certains critères: les mesures (résultats)
doivent être objectives, fidèles (fiables) et valides.
- Objectivité: Le résultat est indépendant du psychologue (celui qui fait passer le
test).
- Fidélité (Fiabilité): Le test est fidèle (fiable), si les mesures sont précises
(Zuverlässigkeit). Plusieurs répétitions donnent les mêmes résultats.
- Validité: Les test est valide, s'il mesure en effet la caractéristique qu'il veut
mesurer (Gültigkeit).

3.5.2.2 Types de tests


On distingue deux grandes catégories de tests psychologiques:
- Les tests de personnalité, qui explorent les aspects non cognitifs de la
personnalité, parmi lesquels on classe notamment
- les tests projectifs, conçus pour déceler la structure dynamique du sujet,
tels sont le TAT de Murray, le test de Rorschach;
- les tests objectifs, fondés sur l'observation standardisée du comportement.
Certains test de production (dessin libre, jeux) sont utilisés avec des
enfants.
Les tests d'efficience, qui explorent l'aspect cognitif de la personnalité. On
distingue parmi ceux-ci les tests d'aptitudes et les tests de développement.

3.6 La méthode corrélationnelle


L'utilisation des différentes méthodes dont nous venons de parler permet de pousser
l'analyse des faits plus loin encore lorsqu'on peut mettre en relation deux ou
plusieurs caractéristiques observées. Très fréquemment, le psychologue se pose la
question de savoir dans quelle mesure deux ou plusieurs séries d’observations sont
en interdépendance.

C'est principalement à l'aide de l'analyse statistique que de telles relations sont


évaluées. Le calcul le plus couramment utilisé alors est celui du coefficient de
Psychologie 1ère Partie 26
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
corrélation (un nombre qui se situe entre +1,00 et Ŕ1,00), qui est un indice de liaison
entre deux variables.

Si le nombre est 0 ou près de 0, il indique une relation faible ou inexistante.

Plus le coefficient de corrélation se rapproche de + ou Ŕ 1,00, plus la relation


est forte. (Les valeurs +1,00 ou Ŕ1,00 n’existent pas en psy)

Si le coefficient de corrélation se situe près de +1,00, il s’agit d’une


corrélation positive, (les augmentations d’une mesure correspondent à des
augmentations de l’autre, ou des diminutions d’une mesure correspondent à
des diminutions de l’autre)

s’il se situe près de Ŕ1,00, il s’agit d’une corrélation négative (les


augmentations de la première mesure sont associées à des diminutions de la
seconde).

Cette méthode pose cependant un problème en ce qui concerne l'interprétation


possible de la relation existant entre les variables.

En effet, la méthode corrélationnelle permet uniquement de constater et d’exprimer


de manière mathématique, s’il existe (ou non) un lien entre les facteurs en présence.

Il est vrai que dans la vie courante, le « sens commun » a vite fait de dire que si deux
séries de facteurs sont liées entre elles et que, lorsqu’un des facteurs change et que
l’autre change également, il est rapidement affirmé qu’il s’agit d’une relation de cause
à effet. Une telle conclusion est inadmissible.
Ainsi on peut p.ex. constater que des enfants qui consomment beaucoup de
télévision sont également plus agressifs. La conclusion est vite tirée : une grande
consommation de films et d’autres émissions à la télé engendre une agressivité
accrue de ces enfants comparés à des enfants qui regardent moins la télévision. Est-
ce qu’une telle conclusion est fondée ? Qu’est-ce qu’on a pu constater ? Il existe une
corrélation positive entre la quantité de la consommation de télévision et le degré de
l’agressivité.

On n’en peut pas tirer la conclusion que le fait de regarder beaucoup de télé est la
cause de l’agressivité accrue.

Or, dans le journal local et à la radio, il se trouvera certainement un journaliste pour


parler de cette étude et de lancer la conclusion « scientifique » que si un enfant
regarde beaucoup d’émissions télévisées, il en deviendra plus agressif. Le journaliste
va donc dire à ses lecteurs ou à ses auditeurs qu’il existe une relation de cause à
effet très claire, et qu’elle est appuyée par des statistiques établies scientifiquement.

Pareille conclusion n’est pas du tout scientifique, elle est purement spéculative. Mais
il est évident que c’est ainsi qu’on crée un « scoop ». Supposons qu’il existe une telle
corrélation et qu’elle ait été élaborée d’une manière méthodologique appropriée, on
pourrait en tirer au même titre la conclusion que les enfants, présentant une
agressivité accrue aiment davantage regarder la télévision que les enfants moins
agressifs. Que c’est donc parce qu’ils sont plus agressifs qu’ils aimeraient regarder
plus souvent et plus longuement la télévision. Cette conclusion est également
Psychologie 1ère Partie 27
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
inadmissible. L’étude dont nous tirons cet exemple, a par ailleurs montré qu’il existe
également un coefficient de corrélation positif entre la qualité du milieu familial et
social des enfants et les deux autres variables précitées (l’agressivité des enfants et
la consommation d’émissions de télévision).

Il se pourrait donc bien que cette troisième variable, le milieu familial déficient, soit la
cause des deux autres phénomènes. Mais sans pouvoir la contrôler scientifiquement,
cette troisième conclusion est également spéculative.

Les faiblesses de la méthode corrélationnelle sont liées au fait qu’on ne peut que
constater l’existence d’un lien entre les facteurs en présence, sans qu’on puisse
affirmer qu’il s’agit d’un lien de cause à effet.

3.7 La méthode expérimentale


La définition que donnent la plupart des auteurs de cette méthode est qu’elle rend
possible le contrôle systématique de toutes les sources de variations, qu’elles
tiennent au sujet, à l’expérimentateur ou à la situation expérimentale elle-même.

La méthode expérimentale est la façon la plus efficace de mettre en lumière la


présence d’un lien de cause à effet entre des facteurs.

Il est classique de définir quatre grands moments de la méthode expérimentale :

1) L’observation : pour déceler et connaître les faits remarquables.


2) La formulation d’hypothèses sur les relations pouvant exister entre les faits.
3) L’expérimentation pour vérifier les hypothèses.
4) L’élaboration, le traitement des résultats obtenus et leur interprétation.

3.7.1 Détermination d’un plan de recherche

Dès qu’un chercheur estime disposer de données suffisantes et fiables qu’il a


rassemblées par l’observation ou l’étude de la littérature scientifique, il cherche à
comprendre les relations qui existent entre ces faits et leurs causes.

Or, toutes les expérimentations ayant pour but d’élucider les causes d’un
phénomène, démarrent par la formulation du problème expérimental posé. Le
problème étant posé, la psychologie va traduire sa problématique en émettant une
hypothèse de travail, qui va comprendre l’hypothèse principale, éventuellement les
hypothèses annexes et l’hypothèse statistique. En général on peut dire que dans le
plus simple des cas, l’hypothèse suppose qu’il existe une relation entre deux ordres
de faits, entre une cause et un effet, entre une variable indépendante et une variable
dépendante.

Pour qu’on puisse réellement « tester » l’effet de la variable indépendante sur la


variable dépendante, on doit pouvoir contrôler toutes les autres variables qui
pourraient avoir une influence sur la production de l’effet de la variable indépendante.
Souvent le design expérimental prévoit un groupe de contrôle qui permet de vérifier
la validité des résultats obtenus.
Psychologie 1ère Partie 28
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
Un « design » expérimental type
Deux groupes sont constitués au hasard (par tirage au sort, par exemple) ou par la
constitution appareillée à partir d’un échantillon adéquat, le groupe expérimental et
groupe témoin.

Population Groupes Pré-test Traitement Post-test Post-test


expérimental Pré-test

Groupe Apprentissage du Vitamines Apprentissage du Effet sur le


expérimental devoir A pendant un devoir B groupe
Étudiants mois expérimental
masculins
1ère année
Groupe témoin Apprentissage du Apprentissage du Effet sur le
devoir A devoir B groupe témoin

Les deux groupes, le groupe expérimental et le groupe témoin (ou groupe de


contrôle) sont soumis aux mêmes pré-tests (apprentissage d’un devoir A) et au
même post-test (apprentissage d’un devoir B). Au cours de ces tests, « toutes » les
variables parasites sont contrôlées, c.à.d. sont maintenues égales (température
ambiante, temps disponible etc.). La seule différence systématique pour les deux
groupes consiste pendant l’intervalle entre le pré-test et le post-test dans le
traitement expérimental différent. L’apprentissage est défini par la différence des
résultats du pré-test et de ceux du post-test. Si la différence est plus importante pour
le groupe expérimental que pour le groupe contrôle, cette différence est à interpréter
correctement.

3.8 La méthode clinique - études de cas


L’information est recueillie à partir d’études de cas. L’étude de cas examine en
profondeur tous les aspects d’un seul sujet. (à l’aide d’entretiens, d’observations et
de tests)
De cette manière on peut élargir les connaissances et le savoir par rapport à des
problèmes pour lesquelles on ne peut pas recourir à l’expérimentation pour des
raisons d’ordre pratique ou éthique.

3.9 La méthode des enquêtes


Dans le cadre d’une enquête, les personnes faisant partie d’un échantillon
représentatif répondent à des questions soigneusement formulées.
Un échantillon représentatif comprend une proportion égale d’hommes, de femmes,
de jeunes, de vieux, de tout milieu social, ... à l’image de la population entière. On
n’interroge évidemment qu’un petit pourcentage, mais si l’enquête est minutieuse,
elle peut refléter les sentiments, opinions, … d’une grande partie de la population.

Même lorsque les questions sont bien formulées et que l’échantillon est représentatif,
un autre problème peut limiter l’enquête : Les réponses à une enquête ne sont pas
toujours exactes ou honnêtes. Beaucoup de gens ont tendance à donner des
réponses agréables et socialement acceptables. Malgré leurs limites les enquêtes
fournissent en général des renseignements utiles.
Psychologie 1ère Partie 29
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

3.10 Méthodes de recherche en psychologie: Avantages et


inconvénients

Tableau issu de TAVRIS & WADE, 1999, p.50


Psychologie 1ère Partie 30
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

3.11 Comparaison entre les méthodes de recherche en psychologie


illustré par l’étude du comportement agressif

Tableau issu de TAVRIS & WADE, 1999, p. 54


Psychologie 1ère Partie 31
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

4 Observation – Interprétation : Application

EXERCICE :

Lors de la description d’un comportement, il faut essayer de séparer clairement


l’observation de l’interprétation et du jugement. Ci-après vous trouverez la description
d’une scène familiale faite par un observateur extérieur.
Pour les mots du texte soulignés, indiquez s’il s’agit de tournures faisant état plutôt
d’une observation ou plutôt d’une interprétation et/ou d’un jugement. Pour procéder à
la classification, vous devez vous tenir strictement au déroulement du texte. Il y a en
tout 19 mots ou tournures à classer.

Description d’une scène familiale:

Les jours où il y a classe, la mère réveille ses deux enfants, Jean-Marc et sa sœur
aînée Laure, vers 645heures. Pour 715, elle prépare le petit-déjeuner, alors que le bus
du ramassage scolaire doit emmener les deux enfants vers 8 heures moins 20.

Tandis qu’au réveil, la sœur, pleine de vitalité, saute du lit pour faire sa toilette et
s’habiller, Jean-Marc, sans entrain, reste au lit. Après un deuxième appel de la mère,
il se lève à contrecœur, s’assied sur le bord du lit, immobile. « Il ne faut plus rêver »,
lui lance la mère qui regarde par la porte de la chambre, « il est temps de mettre les
habits » !

Alors que sa mère redescend à la cuisine, Jean-Marc se recouche au lit, prend une
position légèrement recroquevillée, ferme les yeux et attend. Il refuse obstinément de
se lever. Enervé, le père, la mine grincheuse, jette un coup d’œil dans la chambre et
élève légèrement la voix lorsqu’il lance : « Il faut faire vite, sinon tu vas rater le
bus » !

Mots ou tournures relevant de Mots ou tournures relevant de


l’observation l’interprétation et/ou du jugement
Psychologie 1ère Partie 32
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
Psychologie 1ère Partie 33
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

CHAPITRE 6 : DIFFERENTES APPROCHES ET


PERSPECTIVES EN PSYCHOLOGIE

1 Introduction
Lorsqu’un étudiant commence à étudier la psychologie, il est confronté à beaucoup
de faits et de résultats ainsi qu’à de nombreuses « théories ».

Parmi ces théories, il y a des « mini-théories » qui ne traitent que de phénomènes


très limités (p.ex. une illusion optique) ou encore des théories à plus grande portée (
concernant p.ex. l’intelligence).

Enfin il existe des modèles théoriques généraux. Ces modèles théoriques généraux
fournissent des cadres de référence pour situer les phénomènes psychiques les plus
divers. Ils constituent en quelque sorte des « lunettes » différentes qui nous
permettent d’observer, d’expliquer et de prédire les comportements et les processus
psychiques sous un certain angle de vue.

Exemple :
Pour illustrer et expliciter nos propos, présentons un exemple :
Imaginons un groupe de personnes discutant de leurs difficultés à accepter leur
colère.
Une femme déclare : « J’étais déjà en colère quand je suis née. Je montrais le
poing aux passants quand on m’a transportée de l’hôpital à la maison. »
Une autre femme avoue qu’elle se décharge de la colère qu’elle éprouve envers
son mari en criant après ses enfants, ses amis et sa mère. Elle ajoute : Je me
sens ensuite tellement coupable de m’être mise en colère que j’ai une migraine. »
Un homme attribue son mauvais caractère à l’exemple que lui a donné son père :
« Mon père avait l’habitude de se soûler et de se mettre en colère contre nous. Je
me surprends maintenant à faire exactement la même chose ».
Un autre participant affirme qu’il désire améliorer son comportement : « A moi
aussi il m’arrive d’être colérique, mais je déteste me voir agir de cette façon, ce
n’est pas comme ça que je me perçois. Je veux améliorer mes relations avec les
autres, il n’y a que moi qui puisse faire quelque chose et j’entends bien y
parvenir. »
Un adolescent, membre d’une bande de jeunes délinquants, explique pourquoi il
a attaqué un étranger dans la rue : « Je n’ai pas eu le choix. Cet homme était
méprisant ; il m’a manqué de respect. »

Chacune de ces observations souligne un aspect de la colère, mais aucune n’en


donne une vision globale. Les cinq commentaires émis par ces personnes bien
différentes correspondent aux cinq principales perspectives employées en
psychologie pour étudier et expliquer les processus mentaux et le comportement : la
perspective biologique, la perspective psychodynamique, la perspective
behavioriste, la perspective humaniste et la perspective cognitive.
Psychologie 1ère Partie 34
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
Ces perspectives reflètent différentes explications du comportement humain
(explications que les psychologues avancent sur les raisons qui poussent les gens à
agir de la sorte).

2 Les perspectives
2.1 La perspective biologique
Les psychologues ne s’intéressent pas seulement aux comportements et aux
pensées, mais aussi aux gènes, aux hormones et aux cellules nerveuses.

La perspective biologique repose sur le postulat que tous les comportements, les
sentiments et les pensées sont associés à des activités physiologiques. Des
impulsions électriques parcourent à toute vitesse le réseau complexe que constitue
le système nerveux ; des hormones circulent dans le système sanguin, indiquant aux
organes internes s’ils doivent ralentir ou augmenter leur activité ; diverses
substances chimiques, les neurotransmetteurs, traversent l’infime espace qui sépare
les cellules cérébrales les unes des autres et régularisent ainsi le comportement et
les pensées.

A propos de la femme mentionnée plus haut, qui croit « née en colère » ces
chercheurs se demanderont :
Que se passe-t-il dans l’organisme des personnes qui, comme cette femme,
s’emportent facilement ? Souffrent-elles d’une affection physique qui expliquerait un
tel comportement ? Existe-t-il un facteur biologique Ŕ lié aux gènes, à la structure du
cerveau ou aux hormones Ŕ responsable des comportements violents ? etc.

Bien des gens pensent que l’explication d’un comportement anormal est ou bien
d’ordre physiologique ou bien d’ordre psychologique, alors qu’il existe souvent une
combinaison de causes physiologiques et psychologiques (interactions complexes
entre le corps et la psyché).

2.2 La perspective psychodynamique / psychanalytique


Toutes les théories de ce type ont comme base la théorie psychodynamique de la
personnalité (=psychanalyse) de Sigmund Freud.
Ces théories ont comme suppositions communes :
- qu’il existe une dynamique inconsciente de l’individu, où interviennent entre
autres les forces intérieures, les conflits et l’énergie instinctuelle exprimée par
les pulsions qui motivent le comportement ;
- que les difficultés d’un adulte sont déterminées par des expériences vécues
dans la petite enfance ;
- que le développement psychologique se fait en plusieurs stades au cours
desquels des crises/problèmes doivent être résolus (Entwicklungsaufgaben) ;
- que l’inconscient n’est pas directement accessible, mais qu’il se manifeste par
des symboles (rêves, lapsus, …).

Ces théories ont en commun une vision intrapsychique de l’individu et soulignent les
mécanismes internes ou cachés de la « psyché », ou esprit. Selon Freud, la
conscience en état de veille n’est que la pointe d’un iceberg mental. Sous la pointe
Psychologie 1ère Partie 35
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
visible, dit-il, on trouve la partie inconsciente de l’esprit, qui renferme les désirs
inavoués, les ambitions, les passions, les pensées coupables, les envies
inavouables, et les conflits entre le désir et le devoir. Ces forces invisibles, croyait-il,
ont sur la conduite beaucoup plus d’influence que la conscience. Le véritable objet
d’étude de la psychologie consiste donc à s’efforcer de voir sous la surface des
choses.

Revenons encore une fois au groupe de discussion sur la colère. La femme qui
avoue « déplacer » sa colère sur ses enfants et exprimer sa culpabilité par des
migraines utilise des termes empruntés au vocabulaire de la psychanalyse. Les
psychologues ayant adopté cette approche se demanderaient pourquoi elle se sent
coupable d’être en colère et ils chercheraient à savoir quels motifs inconscients la
poussent à exprimer son insécurité par des symptômes physiques comme la
migraine.

Approche psychodynamique = Approche qui met l’accent sur la dynamique


inconsciente des forces intérieures, conflictuelles et instinctives qui orientent le
comportement de l’individu.

La perspective psychodynamique diffère radicalement des autres approches en ce


qui concerne le vocabulaire, les méthodes et les normes régissant la validité des
observations. Selon certains psychologues chercheurs qui ont opté pour la
perspective biologique, la perspective behavioriste ou encore la perspective
cognitive, l’orientation psychodynamique n’a pas sa place dans la psychologie
scientifique. Alors que les autres approches ont vu le jour dans le contexte de la
recherche scientifique, soutiennent-ils, les racines de la perspective
psychodynamique se trouvent davantage dans la philosophie, la littérature ou la
psychanalyse freudienne que dans les sciences sociales. Pourtant, la psychologie
actuelle dans son ensemble, notamment la psychologie clinique, a été grandement
influencée par cette approche, et ce de bien des façons.

Aujourd’hui, les chercheurs dans leur ensemble estiment que les pensées et la
conduite rationnelle sont susceptibles d’être perturbées par la culpabilité, l’anxiété et
la honte. Un conflit émotionnel prolongé peut en effet s’exprimer par des symptômes
physiques, des conduites infantiles et des actes autodestructeurs.

Les théories psychodynamiques ont donc contribué également au progrès de la


psychologie et à la compréhension du comportement humain.

2.2.1 Les trois instances de la psychanalyse freudienne

D’après la psychanalyse freudienne (Sigmund Freud (1856-1939)), la personnalité


est constituée de trois systèmes principaux : le ça, le moi et le surmoi. Bien que
chacun ait ses propres fonctions et propriétés, le comportement humain résulte
presque toujours de l’interaction de ces trois composantes.

Ça
Terme psychanalytique (traduction du mot allemand ES) désignant la partie du
psychisme
- où résident les pulsions sexuelles et agressives ;
- qui est le seul des trois composantes à exister depuis la naissance ;
Psychologie 1ère Partie 36
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

- qui est régi par le principe du plaisir, qui cherche à diminuer la tension, à
éviter la douleur et à procurer du plaisir ;
- qui recherche une satisfaction immédiate ;
- qui, à partir d’un certain âge ne se dévoile que rarement : sous l’influence
d’alcool ou d’autres drogues, dans les rêves, dans des actions impulsives …
c.à.d dans des situations dans lesquelles les processus mentaux supérieurs
sont désactivés.

Moi
Terme psychanalytique (traduction du mot allemand ICH) désignant la partie du
psychisme
- qui représente la raison, la sagesse et la maîtrise rationnelle de soi ;
- qui se développe après le ça (dans la deuxième année de la vie) ;
- qui joue le rôle de médiateur entre le ça et le surmoi. Il établit un équilibre
entre les désirs du ça et les exigences du surmoi, il surveille que le ça ne
commet pas d’actes interdits et freine les pulsions du ça ;
- qui utilise des mécanismes de défense pour se protéger de l’angoisse
inconsciente.

Surmoi
Terme psychanalytique (traduction du mot allemand ÜBER-ICH) désignant la partie
du psychisme
- qui est la dernière composante à se développer ;
- qui représente la conscience, la moralité et les normes sociales ;
- qui contrôle le Moi : par des sentiments agréables (fierté, satisfaction) pour
des bonnes actions et par de sentiments désagréables (culpabilité, honte)
pour des mauvaises actions.

Une plaisanterie bien connue résume ainsi les rôles respectifs du ça, du moi et du
surmoi.
Le ça dit : « Je veux cela et je le veux tout de suite » ;
Le surmoi dit : « Tu ne peux pas l’avoir parce que c’est mauvais (pour toi) » ;
Et le moi, ce médiateur rationnel, dit : « Voyons ! Tu pourras l’avoir en partie, mais
plus tard. »

2.2.2 Le conflit intrapsychique

= opposition entre des exigences contraires à l’intérieur même de la personnalité,


entre ses structures (ça, moi, surmoi)

Selon Freud, dans une personnalité normale, il existe un équilibre relatif entre les
trois systèmes, et les conflits qui les opposent sont d’une intensité modérée.
Par contre, dans une personnalité perturbée, on trouve des déséquilibres marqués
ou des conflits particulièrement aigus.

Conflit intrapsychique = opposition entre des exigences contraires à l’intérieur


même de la personnalité, entre ses structures (ça, moi et surmoi)
Psychologie 1ère Partie 37
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
2.2.3 Les mécanismes de défense

Lorsque les désirs du ça sont des désirs interdits, défendus ou embarrassants, la


personne peut se sentir menacée et ressentir de l’angoisse. Le moi cherche alors à
réduire cette tension (angoisse) en recourant à des mécanismes de défense.

Mécanisme de défense = stratégie employée par le moi pour empêcher l’angoisse


inconsciente d’atteindre la conscience

Les mécanismes de défense


servent à nier ou à déformer la réalité ;
fonctionnent de façon inconsciente ;
sont nécessaires pour échapper à des conflits désagréables et à l’angoisse.

Différents mécanismes de défense :

Le refoulement (Verdrängung) : consiste à empêcher une idée, une émotion ou un


souvenir menaçant d’atteindre la conscience (exemple : expérience terrfiante de
l’enfance est refoulée pour empêcher des sentiments de honte)

La projection : consiste à refouler et à nier ses propres pulsions et sentiments et à


les percevoir chez d’autres personnes (ex. : bouc émissaire)

La régression : consiste à revenir à un stade antérieur de son développement


psychique (ex. : après une expérience traumatisante, un enfant qui ne mouillait plus
son lit, recommence à mouiller son lit).

Le déplacement : consiste à changer l’orientation des émotions vers des choses,


objets ou personnes, qui ne sont pas l’objet réel des sentiments éprouvés (ex. : un
enfant en colère contre son père se décharge sur ses jouets ou sur sa petite sœur).

2.2.4 Développement de la personnalité d’après FREUD

Selon Freud, la personnalité se développe en 5 stades successifs bien définis.


(« stades psychosexuels »)

a) le stade oral
entre les 12 et 18 premiers mois
la bouche est le centre des sensations de plaisir durant cette phase

b) le stade anal
2e année de la vie
marque le début de l’élaboration du moi : l’enfant commence à prendre
conscience du soi et des exigences de la réalité.
Le principal enjeu de cette phase est la maîtrise des excréments,
l’entraînement à la propreté (maîtrise de soi)

c) le stade phallique (ou oedipien)


de 3 à 6 ans
Psychologie 1ère Partie 38
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
La zone érogène prépondérante est alors le pénis chez les garçons et le
clitoris chez les filles.
Durant cette phase l’enfant désire avoir pour lui seul le parent du sexe opposé
et écarter le parent du même sexe. (complexe d’Œdipe)
L’angoisse de castration conduit le jeune garçon à refouler le désir qu’il
ressent pour sa mère, à accepter l’autorité de son père et à s’identifier à lui.

Vers l’âge de 5 à 6 ans, lorsque le complexe d’Œdipe disparaît sous l’effet du


refoulement, les structures de la personnalité de l’enfant sont en place. Les conflits
inconscients avec les parents, les fixations et les sentiments de culpabilité, ainsi que
les attitudes à l’égard des personnes de l’un et de l’autre sexe qui sont alors
installées se reproduiront durant toute la vie.

d) la période de latence

de 6 ans jusqu’à la puberté


les expériences mentales et les excitations qu’il a vécues pendant les phases
préoedipiennes et oedipiennes sont maintenant refoulées
l’enfant se concentre sur l’école, les amis, l’apprentissage des règles sociales.

e) le stade génital

commence à la puberté
marque le début de la sexualité adulte
l’énergie sexuelle est alors localisée dans les organes génitaux et elle sera
finalement orientée vers les rapports sexuels.
Les désirs sexuels reviennent donc en force ; ces désirs sont toutefois
différents de ceux de la période phallique, car ils sont désormais dirigés vers
l’extérieur de la famille.

2.3 La perspective behavioriste


Le psychologue John B. Watson (1878-1958) affirmait (vers 1913) que la psychologie
ne pourrait jamais devenir une science objective si elle ne renonçait pas à l’étude de
l’esprit et de la conscience. Selon lui, les psychologues devaient mettre de côté
l’introspection en tant que méthode de recherche et ils devaient s’en tenir à ce
qu’ils pouvaient observer ou mesurer directement : les comportements des
humains et des animaux.

Ainsi, pour lui, il ne sert à rien de demander à quelqu’un de décrire ce qu’il ressent
quand on le pique avec une aiguille ; un behavioriste voudrait plutôt observer ce qui
se passe lorsqu’on pique une personne au doigt avec une aiguille : se met-elle à
pleurer ? retire-t-elle sa main ? se met-elle à jurer ? que fait-elle d’autre ?

Behaviorisme = Approche psychologique qui s’intéresse à l’étude du


comportement objectivement observable et au rôle de l’environnement comme
facteur déterminant du comportement humain et animal.

Watson a repris à son compte les études du physiologiste russe Ivan PAVLOV
(1849-1936), qui avait montré que plusieurs types de comportements automatiques
ou involontaires, tels que la salivation, n’étaient que des réponses conditionnées
Psychologie 1ère Partie 39
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
(apprises par associations répétées) à des évènements donnés ou stimuli, présents
dans l’environnement. A l’instar de Pavlov, Watson croyait que les lois élémentaires
de l’apprentissage peuvent expliquer les comportements des humains et des
animaux.

Par la suite, le psychologue B.E. SKINNER (1904-1990) a inclus dans l’approche


behavioriste l’explication des comportements qui nous paraissent volontaires, par
exemple allumer une lampe, faire du vélo ou s’habiller. Skinner a décrit comment les
conséquences d’un comportement déterminent dans une large mesure la
probabilité qu’il se reproduise. Ainsi, les conséquences qui ont pour effet
d’accroître la probabilité d’apparition du comportement sont dites renforçantes, alors
que les conséquences qui ont pour effet d’en diminuer l’apparition sont dites
punitives.

Mais il existe encore d’autres façons d’expliquer les apprentissages. En effet, on


apprend également par l’observation et l’imitation, de même que par la réflexion
sur les choses qui nous entourent.

 Théorie de l’apprentissage social (Albert BANDURA) (1986) = Approche selon


laquelle le comportement est appris et maintenu par l’observation et l’imitation
des comportements des autres personnes. Selon cette approche une bonne part
de l’apprentissage d’une personne est autogérée, c’est-à-dire modelée par ses
pensées, ses valeurs, ses réflexions sur elle-même et ses intentions. (Les
récompenses et les punitions venant de l’extérieur ne déterminent donc pas
entièrement les actions).

Mais alors, comment se fait-il que l’homme colérique, dont il a été question plus haut,
reproduise le comportement de son père malgré son désir d’agir différemment ? Les
chercheurs qui ont adopté la perspective behavioriste examineraient p.ex. les
conséquences des accès de colère des deux hommes : lorsqu’ils expriment leur
colère, obtiennent-ils l’attention et les réactions qu’ils souhaitent ?

Applications pratiques du behaviorisme : On a utilisé les techniques behavioristes


pour aider des personnes p.ex. de se libérer des peurs irraisonnées, à cesser de
fumer, à modifier des comportements agressifs destructeurs, etc. ( thérapie
comportementale).

L’importance que le behaviorisme accorde à la précision et à l’objectivité a


grandement contribué à faire progresser la psychologie dans son ensemble.

2.4 La perspective humaniste


 critique de la vision pessimiste et réductionniste de la nature humaine qu’adopte
la psychanalyse (selon les humanistes), basée uniquement sur l’observation
d’individus souffrant de troubles psychologiques.
 critique de la vision tout aussi réductionniste du behaviorisme, basée sur la
simple observation de rats et de pigeons.
Psychologie 1ère Partie 40
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES
La perspective humaniste est l'approche qui favorise l’étude des
caractéristiques uniques de l’être humain, comme le libre arbitre et le concept
de soi.

La perspective humaniste se démarque des autres perspectives par la place


prépondérante qu’elle accorde aux caractéristiques qui nous distingueraient des
autres animaux : une expérience subjective consciente composée de pensées, de
sentiments et de croyances (le soi), la capacité de faire des choix pour orienter sa
vie (le libre arbitre) et un besoin inné de croître et de se réaliser pleinement (le
besoin d’auto-actualisation).

Pour Carl ROGERS, l’épanouissement de toute personne sur le plan affectif et


fonctionnel dépend de l’amour et du soutien que lui apporte son entourage en
l’acceptant inconditionnellement. Malheureusement, beaucoup de personnes
accordent un regard essentiellement conditionnel, la condition étant « je t’aimerais si
tu te comportes comme je le veux », et « je ne t’aimerai pas si tu te comportes mal à
mes yeux ». Les personnes qui subissent un tel regard ont tendance à réagir en
éliminant des comportements qui leur sont propres ou en supprimant des pensées
qui les empêchent de recevoir le regard bienveillant de ceux qu’ils aiment. Selon
Rogers, il en résulte un état d’incongruence où la personne a l’impression de ne pas
être authentique, de s’isoler de ses vrais sentiments. A plus long terme, ces réactions
sont associées à une faible estime de soi, à un état défensif et à de l’amertume.

Dans l’exemple de la violence présenté, l’homme qui affirme « ne pas aimer se voir
comme ça » exprime probablement une incongruence entre son comportement et
son concept de soi. La décision de modifier ses comportements peut s’expliquer par
l’intention de se rapprocher du concept de soi désiré en développant pleinement son
potentiel. De plus, cette personne montre qu’elle croit avoir le choix et la maîtrise de
son avenir.

2.5 La perspective cognitive


L’un des apports les plus importants de la perspective cognitive a été de montrer que
les interprétations et les perceptions d’une personne influent sur ce qu’elle fait ou
ressent. Chacun cherche constamment à trouver un sens au monde qui l’entoure et à
son état physique ou mental du moment. Que nos pensées soient réalistes ou non,
elles exercent sans cesse une influence sur nos actions et nos choix.

Revenons au cas de l’adolescent qui a assailli un étranger parce qu’il se croyait


insulté par ce dernier. Même si ce jeune homme sentait qu’il n’arriverait pas à
réprimer sa colère et qu’il n’avait pas d’autre choix pour réagir, il s’était mis en colère
en réalité parce qu’il avait interprété le comportement de l’étranger comme un signe
d’irrespect. Il y avait peut-être d’autres possibilités d’interprétation de la situation :
l’étranger n’avait peut-être aucunement l’intention d’être méprisant ; il était peut-être
myope et n’avait même pas vu l’adolescent. Dans la perspective cognitive, les
chercheurs se demanderaient : Comment l’interprétation d’un événement influe-t-elle
sur les émotions et les réactions ? Existe-t-il d’autres interprétations possibles ?
Psychologie 1ère Partie 41
ED 12 – 2004/2005
Auteurs: A. Bechtel-Matheis et S. Lesch, professeurs-psychologues à l'IEES

2.6 L’approche éclectique


« Approche par laquelle le psychologue emprunte à chaque perspective ses
meilleurs éléments en fonction du problème abordé » (Tavris & Wade).

Discussion !

2.7 Application
L’anxiété est un trouble fort répandu : Associez chacune des cinq explications
possibles de l’anxiété avec une des cinq perspectives :

1. Les personnes anxieuses ont tendance à déformer les évènements


lorsqu’elles pensent à ce qui les attend.
2. L’anxiété est due à des désirs inconscients et défendus.
3. Les symptômes de l’anxiété sont souvent récompensés, p.ex. lorsqu’ils
permettent d’éviter un examen.
4. L’anxiété excessive peut être causée par un déséquilibre chimique, la
caféine ou un problème relié au sommeil.
5. L’anxiété peut être provoquée par une trop grande différence perçue
entre le soi idéal et le soi actuel.