P. 1
Psycho 2

Psycho 2

4.5

|Views: 6,949|Likes:
Publié paronghi

More info:

Published by: onghi on Nov 19, 2008
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/17/2014

pdf

text

original

Le réflexe inné (ou réflexe inconditionnel (inconditionné)) constituait le point de
départ des expériences et recherches de PAVLOV. Un stimulus bien précis et
spécifique déclenche un réflexe (une réponse) sans apprentissage.
Exemples :

Le réflexe pupillaire : contraction de la pupille provoquée par la projection, sur
l’œil, d’un faisceau lumineux ;
Le réflexe rotulien : extension brusque de la jambe sur la cuisse provoquée

par la percussion du tendon rotulien (endroit sous le genou). C’est le plus

connu des réflexes tendineux.

De nombreux autres réflexes innés peuvent être déclenchés chez l’homme.
Prenons l’exemple du réflexe salivaire. Ce réflexe, comme tout réflexe, a deux
composantes :

1) un stimulus inconditionnel (SI), la nourriture ;

2) une réponse inconditionnelle (RI), la salivation.

Le stimulus inconditionnel (SI) est donc un événement ou une condition de

l’environnement qui déclenche automatiquement une réponse inconditionnelle (RI),

sans apprentissage préalable. Autrement dit : une réponse inconditionnelle (RI) est

produite automatiquement par la présence d’un stimulus inconditionnel (SI).

4.3 Du stimulus neutre (SN) au stimulus conditionnel (SC)-

l’expérimentation de Pavlov

Observation à la base des expérimentations de PAVLOV.

La question décisive à laquelle PAVLOV essayait de répondre par ses recherches
était : est-ce que la réponse inconditionnelle (RI) (la salivation p.ex.) doit-elle
toujours être précédée du stimulus inconditionnel (SI) (la nourriture) ou peut-on
arriver à ce que d’autres stimuli puissent déclencher la réponse inconditionnelle ?

PAVLOV avait observé qu’un chien, qu’on avait amené plusieurs fois au laboratoire,
commençait à saliver avant qu’on lui introduise de la nourriture dans la gueule.
L’odeur ou la vue de la nourriture, la vue du plat dans lequel on la mettait, la vue de

la personne chargée de distribuer la nourriture ou encore le bruit de ses pas

suffisaient à faire saliver le chien. Cette nouvelle réaction salivaire n’était
évidemment pas innée, elle résultait de l’expérience. PAVLOV se posait alors la

Psychologie 2ème Partie

35

ED12 – 2004/2005- IEES

question, comment un stimulus qui n’est pas un stimulus inconditionnel (SI), mais un
stimulus neutre (SN), c’est-à-dire un stimulus qui ne déclenche pas la réponse qu’on
veut voir apparaître, pouvait à son tour déclencher la réponse inconditionnelle (SI).

L’expérimentation de PAVLOV:

PAVLOV procédait à des expérimentations sur des chiens. L’expérimentation
entreprise est simple à décrire.
Les chiens furent attachés à un tréteau spécial. Un petit tube inséré dans la gueule
du chien permettait de recueillir et de mesurer la salive produite par la glande

salivaire de l’animal.
PAVLOV commençait l’expérimentation à proprement parler en présentant au chien
un stimulus neutre, le son d’une cloche. L’animal réagissait par une certaine
agitation, mais non pas – et c’est décisif – par la sécrétion de salive. Le son de la
cloche était donc bien et bel un stimulus neutre (SN).

Le but de l’expérience fut de relier, d’associer ce stimulus neutre (SN) à une réaction
réflective des glandes salivaires. PAVLOV essayait d’atteindre cet objectif en
présentant d’abord le son, le stimulus neutre (SN), et immédiatement après la
nourriture, le stimulus inconditionnel (SI), pour déclencher de cette façon naturelle la
salivation (RI). Il répétait ensuite cette association des deux stimuli, le stimulus
neutre (SN) suivi du stimulus inconditionnel (SI) à de nombreuses reprises.
Finalement PAVLOV changeait la situation en présentant uniquement le son de
cloche (SN) sans présenter la nourriture (SI). A la suite, PAVLOV observait que la
salivation était déclenchée par le son qui avait acquis la qualité d’un stimulus
conditionnel (SC). Le stimulus neutre (SN) était devenu un stimulus conditionnel

(SC) au moment où il provoquait l’apparition d’une réponse semblable à la réaction

inconditionnelle initiale. Le stimulus conditionnel (SC) déclenchait une réponse
conditionnelle (RC).

Schéma des expériences de PAVLOV (conditionnement répondant)

Avant le conditionnement :

Nourriture (SI)

Salivation (RI)

Son (SN)

Pas de réponse

Pendant le conditionnement :

Son (SN) + Nourriture (SI)

Salivation (RI)

Après le conditionnement :

Son (SC)

Salivation (RC)

Stimulus inconditionnel (SI)

= stimulus qui déclenche une réponse de manière réflexe,
sans apprentissage préalable.

Psychologie 2ème Partie

36

ED12 – 2004/2005- IEES

Réponse inconditionnelle (RI)

= réponse déclenchée de manière réflexe par un stimulus
préalable.

Stimulus neutre (SN)

= stimulus qui ne déclenche pas de réponse

Stimulus conditionnel (SC)

= stimulus initialement neutre qui finit par déclencher une
réponse conditionnelle après avoir été associé à un stimulus
inconditionnel.

Réponse conditionnelle (RC)

= réponse déclenchée par un stimulus conditionnel et qui se

produit lorsqu’un stimulus conditionnel a été associé à un

stimulus inconditionnel.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->