Bactéries

Cocci Gram positif
y y y y y

Cocci Gram négatif
y y y

Staphylococcus aureus Streptococcus pyogenes Streptococcus agalactiae Streptococcus pneumoniae Enterococcus sp.
Bacilles Gram positif

Neisseria meningitidis Neisseria gonorrhoeae Branhamella catarrhalis
Bacilles Gram négatif

y y y y y

Listeria monocytogenes Corynebacterium sp.

y y y y y

Entérobactéries Pseudomonas aeruginosa Haemophilus influenzae Legionella pneumophila Campylobacter sp. Helicobacter pylori Bordetella pertussis Bartonella henselae
Cocci anaérobies

Actinomycètes aérobies
y y

Nocardia sp. Mycobacterium tuberculosis
Bacilles Gram positif anaérobies Bacilles Gram négatif anaérobies

y

Clostridium sp.
Intracellulaires stricts Mollicutes
y

y y y

Chlamydia trachomatis Chlamydophila pneumoniae Chlamydophila psittaci

Mycoplasma - Ureaplasma

Cocci Gram positif

Cocci Gram négatif

Bacilles Gram positif Bacilles Gram négatif .

Actinomycètes aérobies Cocci anaérobies .

Bacilles Gram positif anaérobies Bacilles Gram négatif anaérobies .

Prélèvements oculaires (infections orbitaires) .1-Cocci Gram positif 1.Recherche de la leucocidine de Panton-Valentine (PVL) : rôle dans les infections cutanées et les pneumonies nécrosantes (un phénotype de résistance Méti-R.Staphylococcus aureus . aureus . otites «) .Hémocultures (septicémies.Détection de la DNAse thermostable .Milieu chromogène d .Milieu de Baird Parker : présence de colonies noires (réduction du tellurite en tellure) .Détection de la coagulase libre .Prélèvements cutanés (lésions suppurées : furoncles.Anticorps anti-staphylolysine (ASL) : diagnostic d¶infection profonde à S.Détection de la protéine A. en diplocoques ou en amas .Prélèvements ostéo-articulaires (ostéites. salpingites «) . impétigo « ) .Prélèvements ORL (sinusites.Milieu de Chapman (milieu sélectif hypersalé) : présence de colonies jaunes (utilisation du mannitol) .Gélose au sang + antibiotiques (Ac. prostatites) . endocardites «) d . amygdalites. du clumping factor « d . fusidique R voire Tétracycline R est souvent associé à la présence d¶une PVL) . ostéomyélites «) . Kanamycine R.Prélèvements vaginaux (cervicites. panaris.Prélèvements broncho-pulmonaires (pneumopathies «) .Gélose au sang : présence de colonies -hémolytiques.Cocci Gram + isolés. Aztréonam «) si prélèvement polymicrobien .Prélèvements urinaires (cystites. Ac.Catalase positive . nalidixique. souvent de couleur jaune orangée . Colistine.

Gélose au sang sous CO2 +/.Prélèvements vaginaux (fièvre puerpérale «) .Typage de l¶antigène polysaccharidique de paroi : groupe A de Lancefield .Galerie d¶identification d . nalidixique.Anticorps anti-streptolysine O (ASLO). dermo-hypodermite nécrosante.Cocci Gram + en chaînette .en anaérobie (espèce anaérobie qui tolère l¶aérobiose) .Hémocultures (septicémie.Prélèvements cutanés (érysipèle.Prélèvements de gorge (diagnostic d¶angine érythémateuse ou érythémato-pultacée) . impétigo «) .2. scarlatine.Streptococcus pyogenes . Aztréonam «) si prélèvement polymicrobien présence de colonies -hémolytiques d . endocardite «) d .Catalase négative . glomérulonéphrite aiguë « . Colistine.Gélose au sang + antibiotiques (Ac. anticorps anti-streptodornase B (ASD) : utilisés pour le diagnostic rétrospectif d¶infection à strepto A lors de rhumatisme articulaire aigu.

groupe en B mais esculine +. -hémolytique (large zone d¶hémolyse). porcinus (PV ou nouveau né. mannitol +.Gélose au sang sous CO2 +/.3. agalactiae d . agalactiae) d Camp test + Hippurate + . nalidixique.Gélose Granada (en anaérobie.Streptococcus agalactiae . 10-30% de portage : Amoxicilline lors de l¶accouchement). Aztréonam «) si prélèvement polymicrobien présence de colonies -hémolytiques (très faible hémolyse) . sorbitol + (contrairement à S.LCR : méningite chez le nouveau né .Typage de l¶antigène polysaccharidique de paroi : groupe B de Lancefield .Prélèvements vaginaux (dépistage entre 34-38 SA.ECBU : responsable d¶infection urinaire (attention aux contaminations par les sécrétions vaginales) .Cocci Gram + en chaînettes .Prélèvements cutanés d .Catalase négative . Colistine.Gélose au sang + antibiotiques (Ac. lecture à 48H) : présence de colonies oranges spécifiques de S.en anaérobie (espèce anaérobie qui tolère l¶aérobiose) .Galerie d¶identification Diagnostic différentiel : S.

Cocci Gram + en diplocoques .Gélose au sang sous CO2 +/. responsable d¶otite et de sinusite .Recherche d'antigènes du pneumocoque dans les urines ou le LCR .4.Prélèvements ORL : portage au niveau du rhinopharynx.Catalase négative .Sensible à l¶optochine (contrairement aux autres streptocoques -hémolytiques) .Lyse par la bile d .en anaérobie (espèce anaérobie qui tolère l¶aérobiose) : présence de colonies -hémolytiques en atmosphère ordinaire (mais pouvant être -hémolytiques en anaérobie) Colonies +/.Streptococcus pneumoniae .Agglutination des antigènes capsulaires .Hémocultures : septicémie d .muqueuses en fonction du type de colonies (R ou S) et de la taille de la capsule Phénomène d¶autolyse qui donne un aspect en roue de vélo (présence d¶un ombilic au centre de la colonie) d .Prélèvements broncho-pulmonaires : responsable de pneumonie (voir broncho-pneumonie) .Mise en évidence de la capsule avec de l¶encre de chine .LCR : méningite chez l¶adulte .

Hémocultures : septicémie. colistine. . E. aztréonam «) .5. casseliflavus.PYRA + (pyrrolidonyl arylamidase) d .Prélèvements urinaires . casseliflavus et E.Gélose au sang sous CO2 +/. endocardites « d .Esculine + . flavescens qui sont des espèces mobiles à vérifier la mobilité) . immobile (sauf E. faecalis d .Prélèvements péri-abdominaux : infections abdominales d¶origine intestinale .Gélose à l¶esculine (enterococcosel) : présence de colonies noires .Catalase négative . gallinarum.Recherche de bactéries multi-résistantes : entérocoques résistant à la vancomycine (milieu enterococcosel + vancomycine) : attention certains entérocoques sont naturellement résistants à la vancomycine (E.Milieu au tellurite : résistance au téllurite de potassium pour E. E. flavescens) .Typage de l¶antigène polysaccharide de paroi : groupe D de Lancefield (parfois non groupables) . E.en anaérobie (espèce anaérobie qui tolère l¶aérobiose) Ajout d¶antibiotique si prélèvement polymicrobien (Ac.Enterococcus sp. nalidixique. gallinarum.Cocci gram + en chaînette.

arthrite (rares et plutôt N. meningitidis) . Colistine. négatif pour le gonocoque d . meningitidis d .Maltose + pour le méningocoque. gonorrhoeae .Milieux enrichis car germes exigeants : gélose au sang ou mieux gélose chocolat.Ostéo-articulaires : ostéomyélite. gonorrhoeae . W135 « .Prélèvements ano-génitaux : N. sous CO2 (aérobie stricte) .Recherche d¶antigènes solubles du méningocoque dans le sang. Y.Catalase + . A.Diplocoques Gram négatif aérobies stricte . meningitidis (si purpura fulminans associé : prélèvements cutanés) .Sérogroupage du polysaccharide capsulaire des souches de méningocoque : B (60%).LCR : N.2-Cocci Gram négatif 1. Triméthoprime) Le gonocoque ne résiste pas à des températures dépassant 37°C d . C (40%).Hémocultures : plutôt N.Milieux sélectifs pour la recherche de gonocoque : gélose chocolat VCAT (Vancomycine.Neisseria sp.Prélèvements oculaires : N. Amphotéricine B. . les urines ou le LCR .PCR .Rhinopharynx : 5-15% de portage de N.Oxydase + . meningitidis .

Nitrate réductase +.LBA : pneumonies . Colistine.Milieux sélectifs : gélose chocolat VCAT (Vancomycine. rhinopharyngites . liquides articulaires. otites.Milieux enrichis : gélose au sang ou gélose chocolat sous 5% de CO2 (aérobie stricte) .LCR.Test chromogénique pour la recherche de béta-lactamase (90%) : BRO-1 et BRO-2 (profil de résistance : Ampicilline.Diplocoques Gram négatif aérobies stricte . DNAse +. de méningites ou d¶arthrites d .Prélèvements ORL : bronchites. sinusites.Branhamella catarrhalis Flore commensale du nez et du rhinopharynx . Amphotéricine B.Prélèvements oculaires : conjonctivites .Oxydase + . Triméthoprime) d .Saccharose ± (contrairement aux Neisseria) d .Catalase + . hémocultures : exceptionnelles cas de septicémies. Piperacilline. Ticarcilline. laryngites. test à la Tributyrine + . C1G voire C2G) .

LCR : méningite chez l¶enfant de plus de 5 j et chez l¶adulte âgé ou immunodéprimé . S.Camp test positif . Erysipelothrix .Diagnostic différentiel : Entérocoques. liquide gastrique du nouveau-né « : contamination materno-f tale transplacentaire . gélose ANC d .Agglutination des antigènes flagellaires (H) et somatiques (O) d .Petits bacilles Gram +. agalactiae (catalase).Gélose hypersalée (Chapman). nalidixique. Aztréonam «) . Corynébactéries (esculine).Listeria monocytogenes . Colistine.3-Bacilles Gram positif 1.Catalase positive .Liquide amniotique.Hémocultures : septicémie (chez l¶enfant de moins de2 j et chez l¶adulte âgé ou immunodéprimé) d . zone étroite de -hémolyse Ajout d¶antibiotiques si prélèvement polymicrobien (Ac.Gélose ordinaire ou gélose au sang : microaérophile. mobiles à 25°C (immobiles à 37°C) . membrane placentaire. pousse de 4 à 42°C (psychrophile).Esculine + rapide (<2H) .

endocardite « . pseudodiphtericum : trachéite. abcès pulmonaire. nitrate réductase « d . C. C. diphtheriae : gélose au sang.Turicella otitidis : otite moyenne aiguë d .Recherche de la toxine diphtérique : ELISA. milieu de Tinsdale : colonies noires + halo noir) d .C.Atmosphère enrichie en CO2 .C.Gélose ordinaire ou gélose au sang . abcès.C. glucuronolyticum / seminale : urétrite. prostatite .Gélose sélective par ajout de Fosfomycine . milieu de Loeffler ou milieux spécifiques (cystine-tellurite. alphabet .Arcanobacterium haemolyticum (pharyngite avec rash cutané. Flore normale saprophyte de la peau et des muqueuses 3 espèces pathogènes : .Critères d'identification d'espèce : lipophilie. esculine. détection du gène tox .C. endocardite « . macginleyi : infection oculaire .Corynebacterium sp.C. abcès) .C. qu¶il y ait une réaction leucocytaire et inflammatoire. palissade.Bacilles Gram + en massue. pseudotuberculosis : lymphadénite.C. diphtheriae .C.C. renale : infection urinaire . minutissimum.Certaines espèces sont lipophiles (adjonction de Tween 80) . méningite. endocardite) Pour les autres espèces : il faut que le germe soit abondant à l¶examen direct et en culture. urealyticum : infection urinaire. uréase.2. qu¶il y ait des signes cliniques . pneumopathie . riegelii. jeikeium : septicémie.C. ulcerans (pharyngite diphtériforme. endocardite .

coli K1 .Salmonelles : agglutinines O et H pour le diagnostic de la fièvre typhoïde .coli O157 H7 (sorbitol négatif sur milieu MacConkey-sorbitol). Mac Conkey. Drigalski.Typage antigénique O.Coprocultures : Salmonella spp..H2S : réduction du thiosulfate en H2S qui réagit avec le citrate de fer pour donner du sulfure de fer (noir sur Hektoën. « d .coli (E. Drigalski. mirabilis.LCR : méningite néonatale : E. P. Shigella et Yersinia à 37°C) . Citrobacter. Klebsiella spp.Yersinia (enterocolitica et pseudotuberculosis) : diagnostic des érythèmes noueux. SS) surtout les salmonelles . coli « . pneumoniae « . polyarthrites « .Prélèvements urinaires : E.4-Bacilles Gram négatif 1. Klebsiella ..Oxydase négative.Sérologie : . Yersinia d . Enterobacter. Mac Conkey. E. Shigelles . coli (80% des cystites).Uréase : mise en évidence de l¶alcalinisation d¶un milieu urée tryptophane par libération d¶ammoniac Klebsiella.Milieu ordinaire ou gélose au sang . E.Géloses sélectives (présence de sels biliaires qui inhibent les Gram +) : Hektoën.Fermentation du lactose : fréquemment étudiée sur gélose (Hektoën. Proteus. Yersinia spp. « . SS « d .coli K1 chez les nouveaux nés) .Bacilles Gram négatif généralement mobiles (sauf Klebsiella.Salmonelles. nitrate réductase + (bandelettes urinaires) .Prélèvements broncho-pulmonaires : K. BCP) Escherichia. H et K : ..Shigelles .E.Hémocultures : septicémie. SS. Shigella spp.Entérobactéries .

aérobies stricts .Oxydase +.Prélèvements ophtalmo . SS «.Prélèvements cutanés : surinfection de plaies « .Prélèvements broncho-pulmonaires : pneumopathie.Milieux King A et King B favorisant la production des pigments du P. Ac anti-exotoxine A) permettrait de différencier une infection chronique d¶une colonisation occasionnelle chez les patients atteints de mucoviscidose   . colonisation des sujets atteints de mucoviscidose .Sérologie (Ac anti-protéase.Pseudomonas aeruginosa Germe opportuniste : infection des sujets immunodéprimés .Odeur de seringa d .Dénitrification ou respiration de l¶azote » : présence d¶une nitrate réductase et d¶une nitrite réductase d . aeruginosa .Prélèvements urinaires : infections urinaires nosocomiales . endocardite « d . catalase + .Prélèvements ORL : otite .Bacilles Gram négatif mobiles.Hémocultures : septicémie. Drigalski.Gélose au Cétrimide : gélose sélective qui favorise la pigmentation de P. Ac anti-élastase.Géloses sélectives (présence de sels biliaires qui inhibent les gram +) : Hektoën.2.Milieu ordinaire ou gélose au sang . Mac Conkey. aeruginosa (pyocyanine sur le milieu King A et pyoverdine sur le milieu King B) (10% des souches sont non pigmentées et certaines souches produisent un pigment rouge : la pyorubrine ) .

ORL : commensal de l¶oropharynx et du nasopharynx mais peut être responsable de laryngites. V.Gélose à 4 cadrans (4 cadrans : X+V.LBA. X. le sérum ou les urines .Haemophilus influenzae . exacerbation de bronchites chroniques « . pharyngites.Gélose chocolat sélective par ajout d¶antibiotiques : Bacitracine.Recherche de la production de pénicillinase (Céfinase®) .Exigeant : pousse uniquement sur gélose chocolat (nécessite du facteur X (hémine) et V (NAD)) sous CO2 .Test au delta-ALA : absence de coloration rouge si H. sinusites.Phénomène de satellitisme : développement de colonies d¶H. aspiration bronchique « : pneumonies.Prélèvements génitaux : peut être responsable de prostatites.LCR : méningites purulentes . Amphotéricine B d . urétrites. V et aucun facteur) ou utilisation de disques contenant X. ou X+V) .Liquide articulaire « : arthrites.Hémoculture : septicémies . infections néonatales d .Catalase + Oxydase + . influenzae d . vaginites.Petits bacilles Gram négatif. aureus apporte le facteur V) . Vancomycine. parfois capsulés . ostéo-myélites .Recherche de l¶antigène capsulaire dans le LCR. aureus sur gélose au sang (S. immobiles. épiglottites . otites. influenzae à proximité d¶une strie de S.3.Oculaires : conjonctivites .

5%) .Recherche d¶antigènes urinaires : détection d¶antigène spécifique de L. aérobies stricts .Exceptionnellement sang.Legionella pneumophila .Prélèvement d¶eau : contamination par inhalation de micro-gouttelettes (aérosol) . GVPC) sous faible concentration de CO2 (2. péricardique « d .Oxydase + .Crachat.Enquête épidémiologique . mobiles. éventuellement sélectif par l¶ajout d¶antibiotiques (BMPA.Milieux spéciaux contenant de la cystéine : BCYE.Bacilles Gram négatif.Aspect de verre fritté à la loupe binoculaire d .Typage du sérogroupe par agglutination d . liquide articulaire.4. LBA « : infection pulmonaire aiguë .Culture lente : 3-10j . pneumophila sérogroupe 1 (80% des infections) excrétion précoce (2-3j suivant les signes cliniques) et longue (2-12mois) et non influencée par l¶antibiothérapie . aspiration bronchique.Sérologie : multiplication du titre par 4 entre 2 sérums prélevés à 3 semaines d¶intervalle (diagnostic rétrospectif) .Catalase faiblement positive .

Polymyxine B.Oxydase + . en microaérophilie (5% O2) Karmali. 37°C pour C. 3 sem après l¶entérite) .Hemocultures : plutôt Campylobacter fetus (bactériémie et localisations secondaires surtout chez l¶immunodéprimé) . Campylosel « .Coproculture : plutôt Campylobacter jejuni (responsable d¶entérites : contamination par la volaille et le lait cru). AN : S / C. jejuni.Campylobacter sp. fetus : CF : S AN : R d .Milieux de culture enrichis et sélectifs (ex : Vancomycine.Sérologie : C. Triméthoprime. très mobiles .Température de culture : 42°C pour C.Campylobacter coli : environ 10 % des Campylobacter isolés dans le sang ou les selles (contamination surtout par le porc) d .Sensibilité à la Céfalotine et à l¶Acide nalidixique : C.5. jejuni . . fetus d .Bactéries spiralées (ou incurvées) Gram négatif. Skirrow. jejuni peut être responsable d'un syndrome de Guillain-Barré (env.Catalase + .Hippurate + uniquement pour C. jejuni : CF : R. Amphotéricine B).

Uréase +++ (test à l¶urée indole directement sur la biopsie ou test respiratoire à l¶urée radiomarquée) d .Oxydase + .Bactéries spiralées (ou incurvées) Gram négatif.Test respiratoire : ingestion d¶urée marquée au carbone 13 (ou 12) et mesure de CO2 marqué expiré .Sérologie (ELISA.6.PCR et séquençage .Gélose enrichie et sélective. Western Blot) .Helicobacter pylori Biopsie gastrique : responsable de gastrite pouvant évoluer vers l¶ulcère gastrique et le carcinome gastrique d .Pousse lente (examiner les boîtes tous les 4 jours pendant 15 jours) d .Détection d¶antigènes dans les selles . en microaérophilie (10% CO 2) .Catalase + . mobiles.Endoscopie et biopsie gastrique . microaérophiles .

NFS : hyperlymphocytose . mouton.Le diagnostic est principalement réalisé par PCR .Milieu additionné de sang frais (cheval. immobile.Petit bacille Gram négatif (coccobacille).Bordetella pertussis Agent pathogène strictement humain responsable de la coqueluche . pousse en 3-6j Petites colonies en gouttelettes de mercure s¶entourant d¶une zone d¶hémolyse d . lapin) : milieu de Bordet et Gengou .Ecouvillonnage rhinopharyngé d Bactérie fragile (ensemencer le prélèvement rapidement) et exigeante (milieux spéciaux) . capsulé .7.Crachat.Oxydase positive d .Catalase positive .Sérologie : Ac anti-toxine pertussique. aspiration bronchique « .Milieu au charbon Atmosphère aérobie stricte. Ac anti-adénylcyclase .

Petit bacille gram négatif . BCYE .8.Diagnostic principalement sérologique d .Oxydase ± d . axillaires) . syndrome oculo-glandulaire de Parinaud.Gélose au sang frais. morsure «) .Atmosphère humide enrichie en CO2 (5%).Maladie typique : fièvre. complications neurologiques .spécifiques de B.Formes sévères : hépatite. quintana et de B. lésions cutanées.Culture difficile.Bartonella henselae Transmission principalement par contact avec un chat (griffure.Prélèvements : ponction d¶adénopathie. rétinite.Sérologie Bartonella : on dispose d¶Ag +/.Autres formes : endocardite infectieuse. biopsie cutanée. 37°C d .Catalase ± . pousse lente (2-4 semaines) . hémoculture . henselae . adénopathies satellites (cervicales. angiomatose ou péliose bacillaire .

Nocardia sp.Colonies blanches ou pigmentées (jaune. orange. gris.Prélèvements pulmonaires : crachats. Lowenstein-Jensen «) .Pousse généralement en 3-7j . nitrate-réductase +. pourpre) souvent incrustées dans la gélose . -galactosidase +. greffé «) . rose. SIDA. gélose chocolat. Germe opportuniste (corticothérapie. vomissements. uréase souvent + d .Prélèvements cutanés : mycétome : nodule non douloureux qui devient inflammatoire et purulent . du gène hsp65 . cancer.Bacilles Gram + (prend mal le Gram : apparaît en pointillés) ou généralement acido-alcoolo résistants à la coloration de Ziehl-Neelsen modifiée .Séquençage de l¶ARN 16S. Sabouraud.5-Actinomycètes aérobies 1.En aérobiose 5 à 10% de CO2 . brun.Aspect de filaments ramifiés . LBA « (toux. rouge. déficits sensitif ou moteur « (la bactérie est rarement retrouvée dans le LCR) d . gélose au sang. évolution subaiguë) . BCYE.Ponction de pus et d¶abcès cérébraux : céphalées.Non exigeant (gélose ordinaire.Catalase +. nausées. chimiothérapie. dyspnée.Aspect cérébriforme (parfois duveteux : présence d¶hyphes aériens visibles au microscope) d .

T-SPOT-TB® : test ELISPOT permettant la détection de la production d¶IFN . liquide articulaire.Prélèvements de crachats (3 jours de suite.Colonies rugueuses en chou fleur. atteintes génito-urinaires. cutanées « .Identification d¶espèce et de certaines résistances (Rifampicine.2.milieux solides : Lowenstein-Jensen ou Coletsos ( uf coagulé) .LCR. de couleur crème d Bacilles acido-alcoolo résistants (BAAR) à la coloration de Ziehl-Neelsen (prend mal le Gram. latente ou traitée récemment) . 7H9 « .Milieux spéciaux : . aspirations bronchiques.IDR à la tuberculine : met en évidence une hypersensibilité retardée . tuberculosis. mais qui sont absents du vaccin BCG (diagnostic de tuberculose active. MB-redox. hémoculture. le matin au réveil (voire tubage gastrique)). urines «) et de concentration par centrifugation d . Pyrazinamide «) par méthode génotypique : amplification par PCR puis hybridation ou séquençage .On utilise des techniques de fluidification (crachats).milieux liquides : MGIT.Mycobacterium tuberculosis .Culture lente : 2-4 semaines (les milieux sont gardés environ 3 mois) . urine « pour les autres localisations : miliaire (septicémie tuberculeuse). ostéoarticulaires (Mal de Pott). méningo-encéphalite. liquide pleural. LBA pour les formes pulmonaires : caverne tuberculeuse (voire miliaire tuberculeuse) .Antibiogramme en milieu liquide par la méthode des proportions . mais structure de Gram +) Bacilles fluorescents après coloration à l¶auramine (ou à l¶acridine orange) Nitrate réductase + Niacine + (production d¶acide nicotinique) d .Atmosphère aérobie humide sous 10% de CO2 . de décontamination (crachats.Quantiféron® : dosage de l¶interféron après stimulation lymphocytaire par des Ag spécifiques de M.

C.C.C.Moxifloxacine R et Erythromycine R orientent vers les souches O27 hypertoxinogènes ¡ . capsulé .C.C. difficile : coproculture colite pseudo-membraneuse ou de diarrhée post-antibiothérapie (attention : portage chez 3% de la population et 50-70% des enfants de moins de 2 ans) . citrate de fer) d . pneumonies nécrosantes.C. anaérobie strict. Immunochromatographie. botulinum. Fructose.Recherche d¶antigène dans les selles (glutamate déshydrogénase) . tetani : laboratoires spécialisés d Gélose au sang en anaérobiose . non sporulé. cholecystites . perfringens : gros bacille Gram + immobile. jaune d¶ uf) taurocholate de sodium (favorise la formation de spores).Endoscopie . déformante) .Recherche des toxine A (entérotoxine) et B (cytotoxine) sur les selles (voire sur la culture) : ELISA.C. Polymyxine. mobile et sporulé (spore sub-terminale.Typage phénotypique ou génotypique . difficile : milieux enrichis et sélectifs tels que CCFA (Cyclosérine. difficile : gros bacille Gram +. en anaérobie stricte colonies à bords irréguliers.C. septicémies. Céfoxitine. ovale.Clostridium sp.C. difficile : . . entérocolites. perfringens : milieu TGY (double hémolyse) ou milieu TSN (Néomycine. non hémolytiques.Catalase ± d . PCR « . odeur caractéristique de crottin de cheval . perfringens : infections des plaies.6-Bacilles Gram positif anaérobies 1.

G. Chlamydophila pneumoniae. L2a.sérovars A. . E.techniques de PCR d . Chlamydophila psittaci . prélèvement urétral ou 1er jet d¶urine . B. L2. 70% des stérilités tubaires .la technique de choix est la PCR . I.Chlamydia trachomatis : la sérologie peut aider au diagnostic des infections génitales hautes.techniques d¶immunofluorescence directe .Chlamydia trachomatis. ornithose : transmises par les oiseaux) d . Da.Chlamydophila psittaci : pneumopathie (psittacose.Chlamydia trachomatis : 1er agent bactérien responsable d¶IST. chez l¶homme.Chlamydophila pneumoniae et C.7-Intracellulaires stricts 1. pharyngite.Chlamydophila pneumoniae et psittaci : la sérologie peut être utile au diagnostic mais est d¶interprétation difficile (prévalence élevée de C. des pneumopathies du nouveau-né ou des lymphogranulomatoses vénériennes .Chlamydophila pneumoniae : pneumopathie atypique communautaire.sérovars L1. F. psittaci : . J et K : responsables d¶IST prélèvement endocervical sous spéculum à l¶écouvillon ou.sérovars D. bronchite . H. pneumoniae et réactions croisées avec les autres Chlamydia). Ia. Ba et C : responsables du trachome (kératoconjonctivite chronique contagieuse) .Germes intracellulaires donc culture cellulaire réservée à des centres spécialisés d .Chlamydia trachomatis : . L3 : responsables de la lymphogranulomatose vénérienne ou Maladie de Nicolas et Favre (maladie systémique avec atteinte ganglionnaire et lymphatique) .

les Cyclines et les Fluoroquinolones . Acide nalidixique) : on teste les MLS. Sulfamides. Triméthoprime. : (résistance naturelle : -lactamines.8-Mollicutes Mycoplasma .). urealyticum d Glucose + + - Arginine + - Urée + Respiratoire Génital Génital Génital . endométrite (M.Prélèvements ORL et broncho-pulmonaires : M. non colorables au Gram Prélèvement M.) .Antibiogramme pour M.M. genitalium M. pneumoniae (enfant > 5ans et adulte jeune) : pneumonie atypique. trachéobronchite . hominis et Ureaplasma sp. hominis et Ureaplasma sp. abcès des glandes de Bartholin (M. pneumoniae . Ureaplasma sp.Ureaplasma . hominis. salpingite. infections per-partum : chorioamniotite. hominis). Ureaplasma sp.Germes polymorphes. hominis U. pneumoniae : culture difficile et longue (2-3 semaines) diagnostic par PCR . hominis et Ureaplasma sp. pneumoniae M.) .M.Prélèvements néonataux : infection des grands prématurés (M.M. Rifampicine. hominis. peuvent être cultivés en milieu liquide contenant de l¶urée ou de l¶arginine et un indicateur coloré d .Prélèvements génitaux : urétrite non gonococcique (Ureaplasma sp.Sérologies et PCR pour M. : infections extragénitales chez l¶immunodéprimé (arthrites «) d .