P. 1
Droit administratif

Droit administratif

|Views: 191|Likes:
Publié pargalidiane

More info:

Published by: galidiane on Feb 22, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/04/2012

pdf

text

original

Licence  2  –  Semestre  2  –  Droit  administratif       Droit  administratif         Chapitre  2  :  La  police  administrative     Le   terme   de   police   administrative   possède   une

  connotation   qui   peut   être   péjorative   et   l'existence  d'une  activité  de  police  dans  un  état  libéral  peut  même  surprendre  car  l'idée   de   police   est   étroitement   liée   à   l'Ancien   Régime   que   l'on   présente   comme   un   Etat   de   police.       Sous  l'Ancien  Régime,  toutes  les  règles  régissant  la  conduite  des  sujets  ou  organisant  la  vie   sociale  étaient  considérées  comme  relevant  de  la  police.  On  allait  même  jusqu'à  assimiler   Etat  de  police  et  Etat  arbitraire.  La  révolution  a  cherché  à  rompre  avec  cette  tradition  au   nom   de   la   liberté   et   tenait   la   police   en   suspicion.   Les   principes   du   libéralisme   logiquement  postulaient  la  suppression  de  la  police.  L'idée  était  que  la  réglementation,   la  contrainte  découlant  des  lois  de  police  constituaient  un  obstacle  à  l'épanouissement   de  la  liberté.       Très   vite,   les   contemporains   ont   compris   que   pour   s'épanouir,   la   liberté   avait   besoin   d'un  minimum  de  discipline.  C'est  ainsi  que  la  notion  de  police  est  réapparue  mais  sous   une   forme   différente.   Elle   n'était   plus   l'expression   d'un   pouvoir   autoritaire   mais   une   activité   de   protection   de   l'ordre   libéral,   c'est-­‐à-­‐dire   d'un   ordre   tourné   vers   la   protection   des  libertés  individuelles  et  collectives.  La  police  n'était  plus  l'expression  de  l'autorité  du   pouvoir  mais  une  activité  destinée  à  garantir  l'ordre  général.       De  cette  métamorphose,  la  police  administrative  a  hérité  de  deux  caractères.  C'est  une   activité   conservatrice,   en   ce   sens   qu'elle   n'a   nullement   comme   objectif   de   façonner   un   ordre  nouveau,  une  société  nouvelle.  C'est  aussi  une  activité  subsidiaire  dans  la  mesure   où  elle  n'a  vocation  à  intervenir  que  pour  pallier  les  carences  de  l'institution  libérale  et   rétablir  l'harmonie  sociale  que  la  liberté  qui  anime  l'institution  libérale  ne  peut  réaliser   à  elle  seule.       Cette   police   administrative   a   longtemps   été   éclipsée   et   l'est   toujours   par   la   notion   de   service   public.   Quand   on   parle   de   l'administration   on   pense   au   service   public   qui   contrairement   à   la   police   administrative   dispose   d'une   connotation   positive.   La   police   administrative   est   riche   et   complexe   et   demande   à   être   définie   (section   1),   nous   examinerons  ses  buts  (section  2)  ainsi  que  les  mesures  susceptibles  d'être  prises  dans  le   cadre  de  cette  activité  (section  3).     Section  1  :  La  définition  de  la  police  administrative     La  particularité  de  la  police  administrative  est  que  la  définition  que  l'on  peut  en  donner   ne   suffit   pas   à   la   définir   complètement   (§1).   Il   faut   en   outre   la   distinguer   de   la   police   judiciaire   (§2).   Nous   verrons   d'ailleurs   qu'il   existe   une   police   générale   et   des   polices   spéciales  (§3).     1  

  §1.  La  définition  de  la  police  administrative     Pour  définir  la  police  administrative  il  faut  commencer  par  dire  ce  qu'elle  n'est  pas.  En   premier  lieu  il  ne  faut  pas  confondre  la  police  administrative  activité  de  l'administration,   avec  les  forces  de  police  ou  le  personnel  de  police.  Ces  derniers  constituent  des  services   publics   au   sens   organique   du   terme.   La   police   administrative   est   une   activité.   Le   personnel   de   police   n'est   qu'un   des   moyens   parmi   d'autres   qui   sert   le   cas   échéant   à   l'exercice  de  cette  activité.     En   deuxième   lieu,   la   police   administrative   n'est   pas   uniquement   une   activité   préventive.   C'est   souvent   une   activité   préventive   mais   ce   peut   être   aussi   une   activité   curative   ou   répressive.  A  titre  d'exemple,  les  dispersions  lors  des  manifestions.       Enfin,  l'activité  de  police  administrative  n'est  pas  uniquement  une  activité  normative  qui   s'exprime  par  l'édictions  de  règles  de  droit.  Ce  peut  aussi  être  une  activité  matérielle.     Quel  est  le  critère  de  la  police  administrative  ?     Est  une  activité  de  police  administrative,  l'activité  de  l'administration  qui  a  pour  but  la   protection  de  l'ordre  public.  La  police  administrative  se  définit  non  pas  par  les  moyens   qu'elle   met   en   œuvre   ou   le   personnel   qu'elle   utilise   mais   par   sa   finalité.   C'est   ce   but   qu'elle  poursuit  qui  à  la  fois  fait  sa  spécificité  et  permet  de  l'identifier.     Cela   explique   de   manière   plus   concrète   pourquoi   la   police   administrative   revêt   un   caractère   conservateur.   Maintenir   l'ordre   public   ne   va   pas   dans   le   sens   de   la   transformation  ou  le  façonnement  de  la  société.     Ce   critère   n'est   néanmoins   pas   suffisant   pour   identifier   la   police   administrative   dans   tous  les  cas.     §2.  La  distinction  entre  police  administrative  et  police  judiciaire     Le   critère   de   la   police   administrative   n'est   pas   suffisant   pour   la   distinguer   d'une   activité   très  voisine  qu'est  la  police  judiciaire.  Cette  distinction  revêt  un  très  grand  intérêt.       A.  L'intérêt  et  les  difficultés  de  la  distinction     1.  L'intérêt  de  la  distinction     L'intérêt   de   la   distinction   est   de   deux   ordres.   Tout   d'abord,   il   est   d'ordre   contentieux.   Très   souvent   l'intérêt   que   s'attache   à   la   définition   des   notions   administratives   est   contentieux.  Il  résulte  en  ceci  que  les  litiges  qui  naissent  de  l'exercice  de  l'activité  de  la   police   administrative   relève   des   juridictions   administratives.   Quant   aux   litiges   qui   naissent  de  l'activité  de  la  police  judiciaire,  ils  relèvent  des  juridictions  judiciaires.     Le   second   intérêt   de   la   distinction   réside   dans   la   détermination   de   la   collectivité   responsable   de   chacune   des   polices   et   des   dommages   que   son   exercice   est   susceptible   d'engendrer.  

 

2  

  La   police   administrative   relève   de   plusieurs   collectivités.   Elle   relève   pour   partie   de   l'Etat,   pour   partie   du   département   et   en   grande   partie   de   la   commune.   En   cas   de   dommage,  la  collectivité  responsable  sera  celle  au  nom  de  laquelle  la  législation  a  été  prise.       A  l'inverse,  la  police  judiciaire  relève  de  l'Etat  et  de  lui  seul.  Cela  s'explique  par  le  fait  que   la   police   judiciaire   relève   du   service   de   la   justice,   or   il   n'est   de   justice   qui   ne   soit   étatique.  Les  actions  en  responsabilité  en  cas  de  dommages  devront  être  dirigées  contre   l'Etat.     2.  Les  difficultés     De  manière  générale,  ces  difficultés  résultent  du  lien  de  parenté  qui  les  unit.  Toutes  deux   ont  la  même  finalité  et  visent  à  la  préservation  de  l'ordre  public.       Elles   sont   par   ailleurs   unies   par   une   parenté   d'autorités,   certaines   autorités   cumulent   des  compétences  de  police  administrative  et  de  police  judiciaire  (maires,  préfets).       Il   y   a   ensuite   une   parenté   de   forme   d'action.   La   police   administrative   n'est   pas   uniquement   une   activité   préventive   et   non   répressive.   Or   souvent   encore   on   distingue   les  deux  activités  sur  ce  fondement.  Néanmoins  on  retrouve  les  deux  modes  d'actions  au   sein  des  deux  activités.       La  jurisprudence  a  été  amenée  à  dégager  un  critère  pour  opérer  cette  distinction.     B.  Le  critère  de  la  distinction     1.  Le  contenu  de  ce  critère     Ce  critère  a  été  dégagé  par  le  CE  et  le  TC  dans  deux  arrêts  de  principe.     Arrêt   BAUD,   11   mai   1951   (CE)   :   La   victime   avait   été   mortellement   blessée   au   cours   d'opérations  de  police  menées  en  vue  de  la  recherche  de  malfaiteurs.  L'activité  de  police   se  rapporte  à  une  infraction  et  le  CE  l'a  donc  qualifié  d'activité  de  police  judiciaire.     Arrêt  NOUALEK,  7  juin  1951  (TC)  :  La  victime  avait  été  blessée  alors  qu'elle  se  trouvait   à   sa   fenêtre,   il   a   été   atteint   d'une   balle   au   cours   d'une   opération   destinée   à   maintenir   l'ordre   lors   de   manifestation.   Le   TC   considère   qu'il   s'agit   d'une   activité   de   police   administrative.     Ces   deux   arrêts   ont   été   rendus   sur   les   conclusions   du   même   commissaire   du   gouvernement,  d'où  l'expression  "jurisprudence  des  bavures".     Le   critère   de   distinction   dégagé   réside   dans   l'existence   ou   l'absence   dans   l'activité   en   cause  d'une  infraction.       Si   l'activité   est   en   relation   avec   une   infraction,   qu'elle   a   pour   objet   d'empêcher   qu'elle   soit  commise,  d'en  réunir  les  preuves,  d'en  rechercher  et  d'en  arrêter  les  auteurs,  alors  il   s'agit  d'une  activité  de  police  judiciaire.  C'est  ce  qu'illustre  l'arrêt  BAUD.    

 

3  

  la   relation   de   l'activité   avec   une   infraction   est   conçue   de   manière   large.  C'est  ce  qu'illustre  l'arrêt  NOUALEK.  En  réalité.  voir  supposée  à  tort.  au  contraire.  Elle  est  poursuivie   et  la  personne  se  blesse  au  cours  de  la  course  poursuite.   emprunte  une  rue  en  sens  interdit  et  rentre  dans  une  moto  de  police.   Enfin.     Arrêt  demoiselle  MOTSCHE.   les   pouvoirs   publics   font   saisir   des   journaux   et   présentent   cette   saisie   de   journaux  comme  visant  à  conserver  les  preuves  d'une  infraction.   le   JA   accepte   qu'une   opération   puisse   changer   de   nature   au   cours   de   son   déroulement.   le   juge   adopte   une   méthode   réaliste   d'application   du   critère.   Ce   véhicule   force   un   barrage   qui   avait   été   dressé   en   vu   de   faire   un   contrôle   d'identité.       Exemple   :   Une   personne   est   blessée   alors   qu'elle   avait   pris   place   dans   un   véhicule.   il   admet   par   exemple   qu'une   opération   qui   était   initialement   une   activité   de   police   administrative   visant   à   protéger   l'ordre   public.   STE   FRANPAR.   Si.   CE)   :   En   pleine   guerre   d'Algérie.  certains  actes.  le  CE  saisit   de   l'affaire   constate   qu'il   n'y   avait   pas   de   volonté   de   conserver   les   preuves   d'une   infraction   mais   qu'il   s'agissait   d'empêcher   la   publication   d'articles   hostiles   à   la   politique   gouvernementale  et  susceptible  de  causer  des  troubles  à  l'ordre  public.     Tout   d'abord.   Il   ne   s'en   tient   pas   en   apparence   et   notamment   aux   apparences   que   veut   créer   l'administration.  TC.   Autrement   dit.   Il   peut   même   s'agir   d'une   relation  avec  une  infraction  supposée.       Il   s'agit   de   dommages   causés   par   des   agents   des   forces   de   l'ordre   poursuivant   des   personnes   qu’ils   soupçonnaient   d'avoir   pris   part   à   la   commission   d'un   délit   ou   allant   commettre  un  délit.     Cette  méthode  explique  que  le  JA  ne  qualifie  pas.   24   juin   1960   (Ass.  alors  c'est  une  activité   de  police  administrative.   c'est   le   cas   des   opérations   de   flagrant   délit.  Le  TC  considère  qu'on  se  trouve   face  à  une  activité  de  police  administrative.  une  fois  pour  toutes.     Secondement.  La  mise  en  œuvre  du  critère  de  distinction     Cette  mise  en  œuvre  a  amené  les  juges  à  poser  quelques  précisions.     4   .  5  décembre  1977.   Il   peut  en  effet  s'agir  d'une  relation  avec  une  infraction  déjà  commise  ou  d'une  infraction  à   commettre.   se   transforme  du  fait  de  circonstances  exceptionnelles  en  activité  de  police  judiciaire.  Tel   est   le   cas   des   saisies   qui   peuvent   être   des   actes   de   police   administrative   ou   judiciaire.   même   si   l'administration   présente   tel   de   ses   actes   comme   visant   à   prévenir   ou   à   mettre   un   terme   à   un   délit.  qui  était  initialement  une  activité  de  police   judiciaire.  l'activité  est  dépourvue  de  tous  liens  avec  une  infraction  et  s'inscrit  dans   le  cadre  d'une  mission  générale  de  protection  de  l'ordre  public.   le   juge   n'hésitera   pas   à   considérer   cet   acte   comme  relevant  de  la  police  administrative  si  telle  est  sa  réalité.       Arrêts   STE   LE   MONDE.   Autrement   dit.       2.     Tous   les   cas   ne   sont   pas   aussi   clairs   qu'on   le   souhaiterait   et   l'expérience   en   a   été   soumise  au  juge.

 La  dualité  de  la  police  administrative     L'activité   de   police   administrative   ne   forme   pas   un   ensemble   totalement   homogène.     Il   faut   donc   distinguer   entre   la   police   générale   et   ses   polices   spéciales.   sociales   dominantes.   Les   PS   ont   généralement   une   finalité  propre  qui  ne  peut  être  poursuivie  par  la  PG.     §3.  En  outre.   Ces   polices  se  distinguent  tout  d'abord  par  leur  fondement.       Section  2  :  Les  buts  de  la  police  administrative     L'étude   du   but   de   la   police   administrative   est   extrêmement   importante   parce   qu'il   délimite   le   champ   d'intervention   des   autorités   de   police   et   parce   qu'il   constitue   une   condition  de  l'égalité  des  mesures  qu'elles  sont  amenées  à  prendre.   tranquillité   et   salubrité   publiques.   une   multiplicité   de   polices   spéciales   aux   objets   les   plus  divers  (pêche.   Elle   comprends   par   ailleurs.  La  trilogie  classique  :  sécurité.  Ainsi  conçu   il  se  trouvait  concrétisé  par  la  trilogie  classique  :  sécurité.   Enfin.   Plus  récemment  se  sont  trouvé  intégrés  à  l'ordre  public  général  d'autres  considérations   telles  que  la  moralité  publique  ou  la  dignité  de  la  personne  humaine.  tranquillité.   On   a   ainsi   pu   dire   que  «  la   PG   relève   d'une   norme  de  nécessité  ».  Les   PS   obéissent   à   des   procédure   spécifiques   et   les   autorités   qui   en   ont   la   charge   se   voyant   reconnaitre  des  pouvoirs  pus  étendus.   l'activité  administrative  s'étend.       Encore  faut-­‐il  distinguer  l'ordre  public  général  des  ordres  publics  spéciaux.  c'est-­‐à-­‐dire  comme  un  ordre  public  matériel  et  extérieur.       A.…).   une   différence   quant   au   but   poursuivi.  chasse.   étant   précisé   que   c'est   cette   diversité   qui   rend   difficile   de   cerner   la   notion   de   police   administrative.       1.  Les  polices  spéciales  n'existent   que  dans  la  mesure  où  elles  sont  instituées  de  manière  expresse  par  un  texte  alors  que  la   PG   peut   exister   en   l'absence   de   tout   texte.  Les  composantes  de  l'ordre  public  général     Initialement   l'ordre   public   général   se   concevait   de   manière   exclusive   comme   «  l'ordre   public  dans  la  rue  ».   A   coté   de   la   police   générale   qui   vise   au   maintient   de   la   sécurité.  L'ordre  public  général     On   a   pu   dire   qu'il   s'agit   d'une   notion   relative   et   contingente   (Pr   Moreau).  très  souvent  les  deux  types   de  police  administrative  se  distinguent  par  les  modalités  d'exercice  de  leur  activité.  Les  autorités  qui  exercent  la  PG  et  les  PS  ne  sont  pas  toujours  les   mêmes.  salubrité  publiques.   C'est   une   notion   qui   a   varié   avec   le   temps   en   fonction   des   conceptions   politiques.  tranquillité  et  salubrité  publics     C'est  la  composante  fondamentale  de  l'OP  général  et  elle  correspond  à  peu  de  chose  près     5   .     §1.  La  notion  d'OP  comme  la  notion  de  SP  a  connu  une  incontestable  extension.   Nous  sommes  amenés  à  faire  un  constat  de  ce  que  au  travers  de  l'extension  de  la  notion.  espace  aérien.

 les  mesures  destinées  à  prévenir  ou  faire  cesser   un  trouble  grave  des  consciences.   Les   deux   considérations   peuvent  se  mélanger.       Sous   le   bénéfice   de   ces   précisions.  Mais   elle   n'admet   cette   solution   qu'avec   une   extrême   prudence   et   d'une   manière   générale.à   l'énumération   que   le   Code   de   communes   et   désormais   le   Code   gal   des   collectivités   territoriales   font   des   pouvoirs   de   police   du   maire.   Au   milieu   des   années   1970.   le   but   de   moralité   public   a   été   jugé   légal   dans   deux   hypothèses  :     Arrêt  1924  :  Est  légale  une  mesure  de  police  interdisant  un  match  de  boxe.   la   notion   de   sécurité  publique  englobe  non  seulement  la  protection  des  individus  contre  les  dangers   extérieurs   qui   les   menacent.   Cette   composante   couvre   un   champ   d'action   très   étendu   permettant   aux   autorités   de   police   d'intervenir   dans   de   multiples   domaines   :   la   protection   des   personnes   et   des   biens   contres   les   risques   d'accidents   (protection.  C'est  la  raison  pour  laquelle  son  admission  suscite  et  a  suscité  de  vives   réticences.       Haurioux  :  «  L'ordre  public  au  sens  de  la  police  est  l'ordre  matériel  et  extérieure  (….   La   difficulté   est   que   d'une   part   il   n'est   pas   toujours   aisé   de   démêler   ce   qui   relève   de   l'ordre   matériel   et   ce   qui   relève   de   l'ordre   moral.   Par   exemple.   mais   également   la   protection   des   individus   contre   eux-­‐ mêmes.   le   CE   a   rendu   des   arrêts   qui   ont   connu   un   certain   retentissement   et   par   lesquels   il   a   admis   la   validité   du   texte   du   Premier   ministre   imposant   le   port   de   la   ceinture   de   sécurité.   la   police   administrative   ne   doit   pas   se   transformer   en   police   des   conscience  garante  d'un  ordre  morale  quelconque.       D'autre   part.   des   exigences   morales   peuvent   être   aussi   forte   au   sein   de   la   société   que   celles   de   bon   ordre   matériel.     2.   Dans   une   conception   libérale.….…).   Vient   s'y   ajouter   la   moralité   publique  en  tant  que  but  de  police  administrative.  La  moralité  publique     La   poursuite   d'un   but   de   moralité   public   est   peu   conforme   à   la   notion   d'OP.   la   moralité   publique   a   été   exclue   pour   l'essentiel   des   buts   de   police   administrative.   C'est   sans   doute   pour   ça   que   la   juridiction   administrative  a   fini  par  admettre  que  la  police  administrative  puisse  poursuivre  un  but  de  moralité.     Cette   composante   est   donc   d'une   très   grande   ampleur.       6   .)  elle   se  contente  de  maintenir  l'ordre  matériel.  »     A   l'origine.  Les  atteintes  à  la  moralité  peuvent  en  effet  avoir  des  conséquences   matérielles.   elle  considère  que  seules  sont  légales.  information.   Le   CE   indique   de   manière   générale   que   cette   solution  se  trouve  justifiée  par  le  soucis  de  limiter  les  accidents  de  la  route  pour  alléger   les   finances   de   la   sécurité   sociale   mais   l'on   voit   par   là   que   l'on   s'éloigne   de   manière   relativement   importante   de   la   conception   libérale   de   la   police   administrative   et   de   la   conception  de  la  liberté  qui  se  définit  comme  faire  tout  ce  qui  ne  nuit  pas  à  autrui  et  non   à  la  société.     Cette   notion   d'OP   général   est   conçue   de   manière   très   large.  la  lutte  contre  le  bruit.

  Les   interdictions   sont   donc   légales   si   le   film   en   question   peut   susciter   des   troubles   matériels   dans   le   cadre   de   la   trilogie   classique.   CE)   :   "le   respect   du   principe   de   la   liberté   du   travail   et   de   celui   de   la   liberté   du   commerce  et  de  l'industrie  ne  fait  pas  obstacle  à  ce  que  l'autorité  de  police  municipale   interdise  une  activité  même  licite  si  une  telle  mesure  est  seule  de  nature  à  prévenir  ou  à   faire  cesser  un  trouble  à  l'ordre  public  .   un   maire   peut-­‐il   annulé   un   spectacle   au   seul   motif   qu'il   portait   atteinte   au   respect   de   la   dignité   de   la   personne   humaine   ?   Les   arrêtés   d'interdiction   ont   été   déférés   par   les   sociétés   de   spectacle.     C'est   une   jurisprudence   en   voie   d'extinction   dans   son   application   et   non   son   principe.  La  dignité  de  la  personne  humaine     C'est   une   valeur   à   laquelle   on   prête   une   attention   de   plus   en   plus   soutenue.   ou   encore   lorsque   le   film   présente   un   caractère   immoral   marqué   et   que   des   circonstances   particulières  existent  qui  font  que  ce  film  va  heurter  les  consciences.   Les   tribunaux   administratifs   ont   annulé   les   arrêtés   en   cause   au   motif   qu'il   n'existait  aucune  circonstance  locale  particulière  que  la  mesure  d'interdiction  fut  prise.     3.     Arrêt   Commune   de   Morsang   sur   Orge.   préjudiciables   à   l'ordre   public".   L'avancée   actuelle   ne   concerne   pas   la   moralité   publique   en   générale   mais   relative   à   la   dignité  de  la  personne  humaine.   A   la   fin   des   années   1950.  Le  CE  a  été  saisi  de  plusieurs  recours  et  a  admis  la  légalité  de  telles  mesures   lorsque   la   projection   du   film   "est   susceptible   de   provoquer   des   troubles   sérieux   ou   d'être  en  raison  du  caractère  immoral  du  film  et  de  circonstances  locales  particulières.       Arrêt  STE  des  films  LUTETIA.       La   question   s'est   notamment   posée   dans   le   cadre   de   lancers   de   nain.  que  tel  est  le  cas  en  l'espèce  eu  égard  à  la  nature   de   l'attraction   en   cause".   ville   d'Aix-­en-­Provence.   Etaient   visés   notamment   des   films   considérés   comme   licencieux.   Il   résulte   par   ailleurs   des   autres   considérants   de   l'arrêt   que   c'est  bien  l'atteinte  à  la  dignité  humaine  qui  justifie  à  elle  seule  l'interdiction  en  cause  en   l'absence   de   tout   trouble   matériel   à   l'ordre   public   et   même   de   circonstances   locales   particulières.Arrêt   BAUGE.  18  décembre  1959  :  Les  interdictions  de  projection  de   film   décidées   par   les   maires   sur   le   territoire   de   leur   commune.       On  peut  considérer  qu'il  appartient  au  CE  de  conserver  le  noyau  de  valeurs  auxquels  la   société   est   attachée.     Exemple  :  Les  liaisons  dangereuses  :  Le  CE  a  considéré  que  l'interdiction  était  justifiée   en  raison  des  circonstances  locales  particulières.   30   mai   1930   :   A   été   jugée   légale   l'obligation   de   porter   un   peignoir   de   bain  en  dehors  des  lieux  de  bains  dans  les  stations  thermales.     7   .   il  y  a  eu  une  vague  de  mesures  prises  par  les  maires  et  qui  visait  à  assurer  la  moralité   publique   au   sein   de   leur   cité.   A   telle   enseigne   que   le   groupe   d'étude   qui   était   présidé   par   Mme   Weill   n'a   proposé   l'ajout   dans   la  Constitution  que  de  la  notion  de  dignité  humaine.   Le  CE  a  censuré  le  jugement  de  ces  tribunaux  administratifs  .  Le  CE  se  montre  intransigeant  sur  ce  point  puisqu'il  précise  qu'il   n'importe   pas   que   la   personne   ait   ou   non   été   consentante   et   rémunérée   pour   ce   faire.   27   octobre   1995   (Ass.   La   dignité   humaine   fait   partie   de   ce   corps   de   valeurs   minimales   qui   fondent  notre  société.

 Les  limites  de  l'OP  général     La   première   limite   concerne   l'esthétique.  C'est  la  raison  pour  laquelle  les  applications  de  cette  notion  sont  rares.   Contrairement   à   l'OP   général.  Ces  OP  particuliers  ne   sont   pas   nécessairement   différents   de   l'OP   général.   Ministre   de   l'Intérieur   contre   association   solidarité   des   français   :   le   CE   a   examiné   l'interdiction   de   la   vente   de   soupe   aux   cochons.   Le   CE   a   justifié  cette  interdiction  en  réaction  des  risques  de  réaction  à  ce  qui  est  conçu  comme   une  démonstration  susceptible  de  porter  atteinte  à  la  dignité  des  personnes  privées  du   secours   proposé.       Le   JA   ne   peut   pas   pour   autant   faire   une   utilisation   massive   de   la   notion   de   dignité   humaine.     Il   existe   un   domaine   dans   lequel   plusieurs   décisions   sont   venues   utilisées   la   notion   de   dignité   humaine.  Le  JA  a  été  amené  à  accorder  des  réparations  à  des   détenus  sur  le  fondement  de  l'atteinte  à  la  dignité  humaine.  La  PS  se  distingue  alors  de  la  PG  par  les  autorités  compétentes  pour  l'exercer.     Exemple  :  Il  existe  une  police  des  édifices  menaçant  ruine  :  Le  but  de  cette  police  est  de   préserver   la   sécurité   publique.  La  portée  de  cette  limite  doit  être  relativisée.   société   OMEGA.  par  les  procédures  qui  leur  sont  imposées.   La   jurisprudence   en   question   concernait   les   cimetières.   Cette   interdiction   est   donc   valable   des   lors   qu'il   n'y   a   pas   d'autres   moyens  de  s'opposer  aux  troubles  à  l'ordre  public  en  résultant.       Cet  ordre  public  général  comporte  néanmoins  des  limites.   par  les  pouvoirs  qui  leur  sont  dévolus.  L'ordre  public  spécial     Les   OP   spéciaux   sont   les   buts   en   vue   desquels   les   autorités   de   police   spéciales   sont   habilitées   à   agir.   concernant   des   demandes   d'indemnité   de   détenus   relatives   aux   conditions  dégradantes  de  détention.   dans   un   arrêt   du   14   octobre   2004.  de  nombreuses  PS   permettent   en   effet   aux   autorités   de   police   de   défendre   la   sureté   de   l'Etat   et   de   ses   valeurs  républicaines.   Il   arrive   qu'ils   se   confondent   avec   ce   dernier.       Arrêt   Chambre   syndicale   des   entreprises   artisanales   du   bâtiment   de   la   Haute   Garonne  :  Entre  temps  ont  été  instituées  de  nombreuses  polices  spéciales  ayant  parmi   leurs  buts  légaux  un  but  de  protection  de  l'esthétique  de  l'extérieur.   but   identique   à   celui   de   la   PG.   Il   fut   une   époque   où   la   jurisprudence   admettait   que   les   autorités   de   police   administrative  puissent  poursuivre  un  but  esthétique.     Arrêt   5   janvier   2005.     §2.   ces   OP   spéciaux   ne   présentent   aucune   homogénéité.   la   CJCE   a   admis   la   possibilité   pour   des   autorités   nationales   d'interdire   une   activité  économique  pour  des  "motifs  de  protection  de  l'ordre  public"  en  raison  du  fait   que  cette  activité  porte  atteinte  à  la  dignité  humaine.   Néanmoins   les   procédures     8   .     B.       Le   CE   n'est   pas   isolé   dans   sa   position.C'est  donc  l'atteinte  portée  à  tout  personne  humaine  qui  est  sanctionnée.  Il  existe  autant  d'OP  spéciaux  que  de  PA  spéciales.  Un  autre  but  exclu   de   la   police   administrative   est   le   but   politique   si   l'activité   politique   est   de   nature   à   porter  atteinte  à  l'OP.

et  pouvoirs  sont  différents.  Il  se  trouve  que  sur   le  plan  national  il  n'existait  et  n'existe  toujours  aucun  texte  qui  attribue  une  compétence   de   PA   à   une   autorité   quelconque.   C'est   ce   que   l'on   a   appelé   la   théorie   des   pouvoirs  implicites.   la   question   s'est   posée  de  savoir  si  en  l'absence  d'habilitation  expresse  le  chef  de  l'Etat  était  néanmoins   pourvu   d'un   pouvoir   de   police.       Arrêt  LABONNE.  Les  autorités  compétentes  sur  le  plan  national     La  question  a  donné  lieu  à  une  jurisprudence  tout  à  fait  intéressante.   Pour   la   PS   du   cinéma.   Le   CE   affirme   qu'il   "appartient   au   chef   de   l'Etat   en   dehors   de   toute   habilitation   législative   et   en   vertu   de   ses   pouvoirs   propres   de   déterminer   celles   des   mesures   de   polices   qui   doivent   en   tout   état   de   cause   être   appliquées   sur   l'ensemble   du   territoire".       La   police   de   la   publicité   des   enseignes   lumineuses   a   pour   but   la   protection   de   l'environnement  et  de  l'esthétique.     Les  modifications  introduites  par  la  Constitution  de  1958  ont  conduit  à  se  demander  si   cette   jurisprudence   pouvait   être   maintenue.  La  répartition  des  compétences  de  police     Comment  les  compétences  de  police  sont-­‐elles  réparties  ?     Il  convient  de  distinguer  entre  PG  et  PS.     Le   plus   souvent.  8  juin  1979.     §1.   au   niveau   national.  Les  autorités  compétentes  en  matière  de  PG     Les   compétences   de   PG   s'exercent   à   plusieurs   niveaux   géographiques.   Aussi.  ce  qui  pose  un  problème  d'articulation.  départemental  et  communal.   Le   sieur   Labonne   invoquait   l'incompétence   du   chef   de   l'exécutif   pour   prendre   un   décret.     1.   L'article   34   de   la   C   donne   en   effet   compétence   au   législateur   pour   fixer   les   garanties   fondamentales   accordées   aux     9   .     Section  3  :  Les  compétences  de  police  administrative     Ces   compétences   sont   reparties   entre   de   multiples   autorités   mais   cette   répartition   n'équivaut   pas   à   un   cloisonnement   rigoureux.  8  aout  1919  :  Recours  d'un  automobiliste  contre  le  décret  instituant   le   premier   code   de   la   route.  local.     A.   les   PS   ont   pour   but   le   maintient   d'un   OP   spécifique.   dès   le   début   du   XXe   siècle.   Les   compétences   de   police   peuvent   en   effet  se  combiner  entre  elles.  Le  but  de  la  police  de  la  chasse  ou  de  la  pêche  sera  en   grande  partie  la  protection  des  espèces."Nécessité   faisant   loi".  il  s'agira  de  la  protection  de  la  moralité  publique  et  d'une  manière  plus  générale   de  tous  les  intérêts  généraux.     Arrêt  CHABROL.   le   CE   a   répondu   de   manière   positive.

      2.       Au   niveau   départemental.   Or   la   plupart   des   mesures   de   police   constituent   des   limites   aux   libertés   des   citoyens.   il   appartient   au   préfet   pour   assurer   la   sécurité   publique   sur   les  routes  nationales  en  dehors  des  agglomérations  et  il  appartient  au  président  du  CG   de   prendre   toute   mesure   applicable   sur   les   routes   département   en   dehors   des   agglomérations.  il  agit  au  nom  de  la  commune.  Les  autorités  compétentes  au  niveau  communal     La  compétence  de  principe  appartient  au  maire  mais  se  trouve  limitée  par  les  pouvoirs   attribués  au  préfet.  l'article  34  de  la  Constitution   n'a  pas  retiré  au  gouvernement  les  pouvoirs  de  police  qu'il  exerçait  antérieurement.   On   s'est   donc   demandé   si   ce   type   de   mesures  ne  relevait  pas  du  Parlement.     -­‐  En  règle  générale.   L'essentiel   des   pouvoirs  de  police  au  niveau  local  sont  exercés  par  le  maire.citoyens   pour   l'exercice   des   libertés   publiques.   C'est   un   pouvoir   qui   lui   est   propre   et   déroge   à   la   répartition   des   compétences   entre   exécutif   et   législatif.   c'est   le   Premier   ministre.  22  décembre  1978  :  Le  CE  précise   par  la  suite  qu'en  donnant  au  législateur  cette  compétence.         Il   existe   donc   une   autorité   compétente   en   matière   de   PG   sur   l'ensemble   du   territoire.  C'est  donc  la  responsabilité  de  cette   dernière  qui  sera  engagée  si  les  mesures  de  police  du  maire  causent  des  dommages.       3.     -­‐   Il   exerce   ce   pouvoir   tantôt   comme   exécutant   des   mesures   prises   par   les   autorités   supérieures  (Premier  ministre.     10   .     Arrêt   SARL   restaurant   Nicolas.  le  préfet  peut  se  substituer  à  lui.  Dans  ce  cas  le  maire  agit  comme  autorité  de  l'Etat  et  en  son  nom.   a)  La  compétence  de  principe  du  maire     Il   résulte   du   CG   des   CL   que   le   maire   est   chargé   sous   le   contrôle   administratif   de   l'Etat   dans   le   département   de   la   police   municipale   et   de   l'exécution   des   actes   de   l'autorité   supérieure  qui  y  sont  relatifs.   13   mai   1960   (Ass.     Observations  :     -­‐  Le  maire  exerce  le  pouvoir  de  police  seul  sans  contrôle  du  conseil  municipal.  Les  autorités  compétentes  sur  le  plan  départemental     Les   compétences   de   police   sur   le   plan   départemental   sont   limitées.   Ce   pouvoir   ne   se   confond   pas   avec   le   pouvoir  réglementaire  autonome.  Ce  dernier  agit  au  nom  du  département.  Il  en   va   autrement   lorsqu'il   assure   l'exécution   de   mesures   générales   prescrites   par   le   gouvernement.     Arrêt  Union  des  chambres  syndicales  d'affichage.  préfet).  et  en  cas  de  défaillance  de  sa   part.  tantôt  à  titre  initial.   CE)   :   Le   CE   affirme   qu'il   appartient   au   Premier   ministre   en   vertu   de   ses   pouvoirs   propres   et   même   en   dehors   de   toute   disposition   législative   l'y   habilitant   expressément   d'édicter   les   mesures   de   police   applicables  sur  l'ensemble  du  territoire.

  b)  Les  compétences  du  préfet     Le   préfet.     Le  pouvoir  spécial  de  police  du  cinéma  appartient  ainsi  au  ministre  de  la  culture.   En     11   .   le   maintien   de   la   tranquillité   publique   notamment   concernant   les   rassemblements   de   personnes   et   les   manifestations.   Le   préfet   dispose   de   pouvoirs   de   police   propre   dans   les   communes   où   la   police   a   été   étatisée.000   habitants  auxquelles  viennent  s'ajouter  les  communes  où  la  police  a  été  étatisée  par  voie   de   mesure   individuelle.  Il  existe  trois  hypothèses.   Il   s'agit   de   la   plupart   des   communes   qui   comptent   plus   de   10.     Se  pose  alors  la  question  du  concours  des  pouvoirs  de  police.   Le   CG   des   CT   distingue   ainsi   plusieurs   hypothèses   de   substitution   dans   le   cadre   communal.     En  revanche  les  textes  ne  déterminent  pas  comment  ces  compétences  s'articulent  ce  qui   a  du  être  déterminé  par  la  jurisprudence.  Les  compétences  de  police  spéciales     Leurs  titulaires  sont  extrêmement  divers.  d'une  seule  ou  de  plusieurs  communes.     B.  18  avril  1902  :  Le  CE  a  posé  que  les  titulaires  du   pouvoir   de   PG   ne   peuvent   aller   à   l'encontre   des   mesures   prises   par   les   autorités   supérieures   et   en   particulier   décider   de   leur   propre   chef   d'en   atténuer   la   rigueur.  est  confié  au  préfet.   maire)  peuvent-­‐elles  prendre  à  leur  tour  des  mesures  portant  sur  le  même  objet?       La  réponse  a  été  donnée  au  début  du  XXe  siècle.       A.     Arrêt  Commune  de  Neris  les  bains.  une  même  situation  concerne  plusieurs  autorités  voir  même  plusieurs  polices   distinctes.     La   seconde   compétence   du   préfet   est   plus   importante   encore.   Les   autorités   se   situant   à   un   échelon   inférieur   (préfet.   Ces   communes   sont   nombreuses.  Il  peut  s'agir  d'autorités  qui  disposent  déjà  d'un  pouvoir  de  PG  mais  il  peut   en  être  autrement.  L'articulation  des  compétences  de  police  spéciale     Si  le  problème  de  cette  combinaison  se  pose  c'est  parce  qu'il  peut  arriver  qu'un  même   problème.   Dans   toutes   ces   communes.   dispose   de   deux   types   de   pouvoirs   :   un   pouvoir   de   substitution  (agir  au  lieu  et  place  d'un  maire).   au   niveau   communal.  notamment  lorsque  ceux-­‐ci  ont  omis  de   prendre  les  mesures  de  PA  qui  s'imposaient  et  nécessaires  au  maintien  de  l'ordre  public.  La  combinaison  des  compétences  de  police  générale     La   question   se   pose   en   ces   termes   :   le   premier   ministre   dans   le   cadre   national   ou   les   préfets  dans  le  cadre  départemental  adoptent  une  mesure  applicable  dans  l'ensemble  de   leur   circonscription   territoriale.  Ils  sont  désignés  par  les  textes  qui  instituent   ces  polices.       §2.

  ces   autorités   inférieures   peuvent   aggraver   les   mesures   prises   à   l'échelon   supérieures  si  des  circonstances  locales  particulières  le  justifient.       12   .   En   revanche   ces   autorités   peuvent   décider   d'en   réduire   la   vitesse   s'il   existe   des   circonstances  locales  particulières  :  école.  La  combinaison  des  compétences  de  PG  et  de  PS     La   situation   est   plus   complexe.…       B.     Arrêt   Société   des   établissements   Satan.   Elle   peut   être   présentée   de   la   manière   suivante   :   une   police   spéciale   a   été   instituée   dans   un   domaine   déterminé.   mais   l'autorité   chargée   d'exercer   cette   police   n'a   pas   pris   les   mesures   qui   s'imposent   ou   encore   les   mesures   qu'elle  a  prise  se  révèlent  insuffisantes  pour  assurer  l'OP.   L’autorité   de   police   générale   ne   peut   qu’intervenir   en   poursuivant   les   buts   qui   sont  les  siens  et  non  pas  ceux  de  la  police  spéciale  dans  le  domaine  de  laquelle  elle   intervient.  22  décembre  1978  :  Il  a  été  jugé   que   l’existence   d’une   police   spéciale   de   l’affichage.     Arrêt   Commune   de   Moliere.   Cette   police   spéciale   de   l’aviation   civile   n’exclut   pas   la   possibilité   pour   le   maire   d’une   commune   de   réglementer   au   titre   de   ses   pouvoirs   de   PG   la   pratique   de   l’aéromodélisme   pour  des  raisons  de  tranquillité  et  de  sécurité  des  habitants.  voies  étroites.   Cette  intervention  est  cependant  subordonnée  à  des  conditions  strictes  :   Il  ne  faut  pas  que  les  textes  instituant  la  police  spéciale  aient  exclu  l’intervention   de  l’autorité  de  police  générale.   Arrêt  Union  Des  chambres  Syndicales  d’affichage.       Exemple  :  la  vitesse  de  circulation  des  voitures  au  sein  des  agglomérations  est  fixée  par   le   Premier   ministre.   de   la   publicité   et   des   enseignes   lumineuses  ne  fait  pas  obstacle  à  l’intervention  des  autorités  de  PG  telles  que  le  maire  ou   le  1er  ministre.   1935  :   Les   textes   qui   confèrent   au   préfet   une   police   spéciale   des   gares   et   aérodromes   excluent   l’intervention   des   autorités   de   police   générale.revanche.       Le  titulaire  du  pouvoir  de  PG  peut-­il  intervenir  pour  pallier  cette  carence  ?     Le   Conseil   d’Etat   admet   qu’une   autorité   de   police   générale   puisse   intervenir   dans   un   domaine  ayant  fait  l’objet  d’une  police  spéciale.   les   autorités   inférieures   ne   peuvent   ni   décider   qu'il   n'y   aura   pas   de   limite   de   vitesse   ou   en   fixer   elle   même   la   vitesse.   les   maires   des   communes.   1993  :   Il   existe   une   police   spéciale   qui   relève   du   ministre   chargé  de  l’aviation  civile  en  ce  qui  concerne  le  survol  de  certaines  zones  du  territoire.

  Ex:   une   ronde   de   sécurité   de   la   part   de   la   police   à   mesure   matérielle   et   préventive.   de   nature   juridique.  agir  selon  les   procédures  qui  lui  sont  imposées  en  vue  de  la  réalisation  des  buts  qui  lui  sont  assignés.  En  principe  chaque  police  spéciale  doit  rester  dans  ses  domaines.  elles  peuvent  être  de  nature   réglementaire   (ex   :   réglementation   de   la   vitesse   dans   les   agglomérations)   mais   également    être  des  mesures  individuelles  (ex  :  mesures  enjoignant  un  propriétaire  d’un   édifice  qui  menace  ruine  d’entamer  des  travaux  de  consolidation).  Les  différents  types  de  mesures  de  police   Les   autorités   de   police   disposent   d’une   large   gamme   de   mesures.     C.Par   exemple   l’autorité   de   PG   ne   peut   intervenir   que   pour   assurer   la   tranquillité   et   la   sécurité   publique   et   non   pas   en   poursuivant   le   but   de   la   police   spéciale   de   la   publicité   qui  est  la  conservation  de  l’esthétique.  Certaines  mesures  sont  autorisées.  Les  mesures  autorisées   Ces   mesures   sont   diverses.  Le  principe  de  la  séparation  des  polices  spéciales   En   droit   administratif   il   existe   le   principe   de   séparation   des   pouvoirs   de   police   spéciale.   Elles   peuvent   être   d’ordre   matériel.           13   .     L’autorité   de   police   générale   ne   peut   intervenir   que   si   des   circonstances   particulières  l’exigent  notamment  si  il  existe  un  péril  grave  et  imminent  auquel  il   convient  de  porter  remède  en  toute  urgence.   Le   port  de  la  ceinture  de  sécurité  est  également  une  mesure  préventive.   Exemple  d’intervention  :  la  police  du  cinéma  et  l’interdiction  de  films  au  nom  de  la  PG.   Les   mesures   de   police   peuvent   aussi   bien   consister   en   des   interdictions   qu’en   des   limitations.     Lorsque  ces  mesures  revêtent  le  caractère  d’acte  juridique.   26   juillet   2005   (CA   de   Lyon)  :   Le   maire   n’est   pas   compétent   pour   interdire   la   culture   d’OGM   dès   lors   qu’il   existe   une   police   spéciale   et   qu’il  n’existait  pas  en  l’espèce  de  péril  imminent  justifiant  son  intervention.     SECTION  4  :  Les  mesures  de  police  administrative   §1.   A.   Cette   gamme   n’est   pas   illimitée.  mais  également  avoir  un  caractère  répressif.   L’autorité   de   police   générale   ne   peut   intervenir   que   pour   prendre   des   mesures   plus  rigoureuses  que  celles  instituées  par  l’autorité  de  police  spéciale.   revêtir  un  caractère  préventif.   Arrêt   Commune   de   Ménard.  d’autres  sont  prohibées.

  L’autorité   de   police   ne   peut   soumettre   certaines   autorités   à   autorisation.  le  maintien  de  l’ordre  public  doit  être  concilié  avec  la  protection  des  libertés   et  ne  pas  excéder  ce  que  cette  protection  requiert.  ou  pourraient  la  paralyser.  seul  le  législateur  peut  instituer  un  régime  d’autorisations  préalables.   Certaines   réglementations  limitant  les  activités  des  administrés  peuvent  être  mises  en  place.  outre  des  conditions  générales  de  légalité  les  autorités  de   police  se  trouvent  soumises  à  des  conditions  spéciales  de  légalité.  pour  l’exercice  de  sa  mission.     En  effet.   22   juin   1961  :   à   propos   de   l’exercice   de   la   profession   de   photographe.       14   .     C’est  la  raison  pour  laquelle.  Les  conditions  générales  de  légalité  des  mesures  de  police   Ces  conditions  sont  celles  qui  s’imposent  à  tous  les  actes  de  l’administration  :   -­  Les  mesures  de  police  doivent  être  prises  par  les  autorités  compétentes.B.     L’autorité   de   police   peut   édicter   des   interdictions   mais   ne   peut   pas   subordonner   les   activités  des  administrés  à  des  interdictions  préalables.  compte  tenu   de   l’objet   de   la   police   administrative.  Elle  ne  peut  conclure  avec  des  particuliers  sous  peine  de  nullité.   Cependant.   -­   Les   mesures   doivent   respecter   les   procédures   requises   (dont   l’obligation   pour   l’autorité   de   police   d’expressément   motiver   ses   décisions   individuelles   de   police   et   de   respecter  avant  leur  édiction  le  principe  du  contradictoire).  Les  mesures  interdites   L’autorité  de  police  ne  peut  pas.  de  discriminations…     §2.   les   autorités   de   la   police   administrative   doivent   pouvoir   à   tout   moment   modifier   les   mesures   qu’elles   ont   prises   à   les   administrés   paralyseraient  l’action  administrative.  Les  conditions  de  légalité  des  mesures  de  police   Ces  conditions  de  légalité  des  mesures  de  police  constituent  une  question  d’importance   majeure  car  les  mesures  de  police  ont  pour  conséquence  de  porter  atteinte  aux  libertés   individuelles  ou  collectives.     Les   mesures   de   police   sont   justifiées   par   le   souci   de   maintien   de   l’ordre   public.     Arrêt   Daudignac.   Arrêt   Association   des   amis   de   la   terre   (1985)  :   Cette   solution   s’explique   par   le   fait   que  la  jurisprudence  considère  que  les  mesures  de  police  ne  peuvent  créer  de  droit  dont   pourraient  se  prévaloir  d’éventuels  cocontractants  de  l’administration  car.  il  y  avait   un  risque  d’arbitraire  de  la  part  de  l’administration.   A.  recourir  au  procédé   du  contrat.

-­   Les   mesures   de   police   doivent   se   conformer   à   l’ensemble   des   normes   supérieures   (lois,   conventions   internationales,   constitution,   PGD   tels   que   le   principe   d’égalité).     -­   Les   mesures   de   police   ne   doivent   pas   être   entachées   de   détournement   de   pouvoirs  :   l’autorité   de   police   ne   doit   pas   utiliser   ses   pouvoirs   dans   un   but   autre   que   celui  pour  lequel  ils  lui  ont  été  confiés  (ex  :  demoiselle  Raoult  ?)     -­   L’autorité   de   police   doit   faire   en   sorte   de   ne   pas   porter   atteinte   au   libre   jeu   de   la   concurrence   (Arrêt   Société   L&P   Publicité,   22   novembre   2000)  :   Dès   lors   que   l’exercice   des   pouvoirs   est   susceptible   d’affecter   les   activités   de   production,   de   distribution   de   services,   la   circonstance   que   les   mesures   de   police   ont   pour   objectif   la   protection  de  l’ordre  public  n’exonère  pas  l’autorité  investie  de  ces  pouvoirs  de  police  de   prendre   en   compte   également   la   liberté   du   commerce   et   de   l’industrie   et   les   règles   de   la   concurrence.     Il   ne   faut   pas   que   l’autorité   de   police   se   préoccupe   de   l’efficacité   de   ces   mesures,   mais   qu’elle  vise  à  concilier  le  maintien  de  l’OP  avec  le  respect  du  libre  jeu  de  la  concurrence   de  la  liberté  du  commerce  et  de  l’industrie.   Arrêt   Syndicat   de   défense   des   conducteurs   de   taxis   parisiens,   27   juillet   2007  :   Lorsqu’il  règlemente  le  nombre  de  taxis  autorisés  le  préfet  doit  tenir  compte  des  besoins   de   la   population,   des   conditions   générales   de   la   circulation,   mais   également   des   équilibres   économiques.   Il   n’a   pas   commis   en   l’espèce   d’erreur   en   refusant   les   autorisations.   B.   Les   conditions   spéciales   de   légalité   des   mesures   de   police  :   la   règle   de   nécessité   et   d’adaptation   C’est  la  condition  de  légalité  majeure     à  laquelle  se  trouvent  subordonnées  les  mesures   de  police.     1.  La  signification   Pour  être  légale  la  mesure  de  police  doit  être  justifiée  par  un  trouble  public  ou  une   menace   de   trouble   réel   à   l’ordre   public.   La   mesure   doit   être   proportionnée   à   l’importance  du  trouble  à  l’ordre  public  ou  à  la  menace  de  troubles  publics.     L’autorité  de  police  ne  doit  pas  prendre  des  mesures  plus  rigoureuses  et  restrictives  des   libertés   que   celles   qui   sont   nécessaires   pour   assurer   le   maintien   de   l’ordre   public.   Si   l’autorité   de   police   pouvait   atteindre   le   but   de   maintien   de   l’ordre   public   par   des   mesures  moins  contraignantes,  moins  restrictives  des  libertés,  les  mesures  qu’il  pourra   prendre   seront   jugées   excessives,   non   adaptées   et   par   suite   illégales.   Cette   règle   de   nécessité   et   d’adaptation   est   la   manifestation   de   l’essence   libérale   de   la   police   administrative.     Dans  son  esprit  l’autorité  doit  prendre  des  mesures  strictement  nécessaires  au  maintien   de  l’ordre  public,  la  meilleure  expression  possible  des  libertés  publiques.    

 

15  

Arrêt   Benjamin,   19   mai   1933  :   René   Benjamin   (conférencier)   avait   été   invité   par   le   syndicat   d’initiative   de   Nevers   sur   un   sujet   relatif   à   une   conférence   sur   deux   auteurs   comiques.   Le   problème   était   que   R.B.   était   un   fervent   opposant   à   l’école   publique.   A   cause  de  cela  des  instituteurs  du  public  manifestent  contre  sa  venue,  les  instituteurs  du   privé   font   de   même.   Le   maire   de   Nevers   interdit   la   venue   de   M.   Benjamin.   Selon   le   Conseil  d’Etat,  cette  mesure  est  annulée  car  l’éventualité  de  troubles  alléguée  par   le  Maire  de  Nevers  ne  présentait  pas  un  degré  de  gravité  telle  qu’il  n’ait  pu,  sans   interdire   la   conférence,   maintenir   l’ordre   en   édictant   les   mesures   de   police   qu’il   lui  appartenait  de  prendre.     Cette  menace  de  trouble  pouvait  être  combattue  par  des  mesures  moins  restrictives  que   des   mesures   limitant   la   liberté   d’expression,   mesures   telles   que   la   mise   en   place   d’un   service  d’ordre.     Le   Conseil   d’Etat   a   déjà   jugée   excessive   l’interdiction   générale   de   vente   de   denrées   alimentaires  aux  abords  des  plages.     Le  Conseil  d’Etat  a  également  jugé  que  l’interdiction  d’activités  musicales  et  attractions   sur  les  voix  piétonnes  de  paris    (Arrêt  Préfet  de  Police  contre  Guez,  1984).   Le  Conseil  d’Etat  a  considéré  que  l’interdiction  de  vente  de  journaux  aux  abords  du  stade   de  Roland  Garros  était  également  excessive  (Arrêt  Préfet  de  Police  contre  société  du   monde  du  tennis,  1984).   A   contrario   le   Conseil   d’Etat   a   considéré   qu’était   justifiée   l'interdiction   du   commerce   ambulant  sur  certaines  voies  et  places  d’une  ville  à  certaines  périodes  de  l’année  et  dans   une  certaine  plage  de  temps.     2.  Les  conséquences    de  ces  mesures  de  nécessité  et  d’adaptation   La   conséquence   de   ces   règles   est   de   rendre   le   plus   souvent   illégales   les   mesures   d’interdiction  générales  et  absolues  car  non  proportionnées.     Arrêt   Ville   de   Lille,   02   décembre   1983  :   Le   CE   a   considéré   comme   illégale   une   réglementation   rendant   quasiment   impossible   le   stationnement   de   nomades   dans   la   ville   de   Lille.   Mais   il   faut   tout   de   même   garder   à   l’esprit   que   la   règle   de   nécessité   et   d’adaptation  ne  condamne  pas  nécessairement  dans  tous  les  cas  les  mesures  générales   d’interdiction  qui  sont  légales  dès  lors  qu’elles  sont  adaptées  car  elles  constituent  le  seul   moyen  de  maintenir  l’ordre  public.     Il   y   a   de   très   fortes   probabilités     pour   que   de   telles   mesures   se   révèlent   en   fait   inadaptées,  excessives.  Ce  n’est  pas  systématique.     Arrêt   Ministre   d’intérieur   contre   LEROY,   13   mars   1968  :   Le   CE   a   jugé   légale   l’interdiction  absolue  de  l’exercice  de  profession  de  photographe  imprimeur  sur  toute  la   portion  de  route  menant  mont  saint  Michel    durant  toute  la  période  estivale.     Cette   règle   de   nécessité   et   d'adaptation   a   pour   conséquence   de   conférer   au   juge   un   pouvoir  maximal  de  contrôle  sur  les  mesures  de  police.    

 

16  

Le   juge   va   se   substituer   à   l'administration   et   apprécier   si   celle   ci   devant   agir,   pouvait   agir  comme  elle  l'a  fait.  On  a  souvent  parlé  de  contrôle  d'opportunité.   La   règle   de   nécessité   et   d'adaptation   permet   au   juge   de   faire   varier   ses   solutions   en   matière   de   mesures   de   police   en   fonction   des   préoccupations   sociales   dominantes.   Il   est   une  matière  dans  laquelle  il  y  a  eu  une  évolution  de  la  conception  des  mesures  qui  sont   nécessaires  et  adaptées,  c'est  le  domaine  du  stationnement  et  de  la  circulation  dans  les   agglomérations.     Le   CE,   tout   en   étant   conscient   que   des   mesures   limitant   les   stationnements   portaient   atteinte   à   des   libertés,   a   été   amené   à   considérer   qu'elles   étaient   adaptées   car   les   conditions  de  vie  dans  les  agglomérations  imposaient  de  telles  mesures.     3.  La  portée  de  la  règle  de  nécessité  et  d’adaptation   Cette  règle  de  nécessité  et  d'adaptation  a  une  portée  assez  générale,  mais  connait  tout   de  même  certaines  limites.     Cette  règle  d'adaptation  ne  s'impose  qu'aux  mesures  de  police  qui  portent  atteinte  à  de   véritables  libertés  et  non  pas  à  celles  qui  affectent  de  simples  complaisances  et  des  actes   illicites.  Les  pouvoirs  de  police  ayant  tendance  à  s'étendre,  il  est  un  domaine,  celui  des   concessions  sur  les  voies  publiques,  où  ce  fut  le  cas.     A   l'origine   la   règle   d'adaptation   de   nécessité   ne   s'imposait   que   pour   les   processions   traditionnelles  et  non  pas  pour  les  processions  non  traditionnelles.     Arrêt  Association  internationale  pour  la  conscience  de  Krishna,  15  mai  1982  :  Le   CE  a  estimé  que  les  interdictions  ou  limitations  d'une  procession  non  traditionnelle  était   également  soumise  à  la  règle  de  nécessité  et  d'adaptation.  Désormais  l'autorité  de  police   est  soumise  aux  mêmes  contraintes,  obligations,  qu'il  s'agisse  pour  elle  de  réglementer   les  processions  traditionnelles  ou  les  processionnes  non  traditionnelles.   En   second   lieu   la   règle   de   nécessité   et   d'adaptation   ne   s'applique   pas   à   toutes   les   mesures  de  police.     Un  certain  nombre  de  polices  spéciales  échappent  à  cette  règle  et  au  contrôle  qui  va  de   pair.   Les   textes   autorisent   la   police   spéciale   à   prendre   ces   mesures,   et   le   juge   n'a   pas   pour  vocation  de  vérifier  les  mesures  permises  par  ces  textes  sont  adaptées  ou  non.   C. L'obligation  de  prendre  des  mesures  de  police   L'autorité  de  police  est  obligée  d'agir  dans  certains  cas.   Les  autorités  de  police  doivent  prendre  les  actes  nécessaires  à  la  mise  en  œuvre  des   règlementations  existantes,  que  ces  règlementations  émanent  d'autorités  supérieures   ou  qu'elles  émanent  d'elles  mêmes.  L'administration  ne  doit  pas  laisser  inexécutées  les   règlementations  qui  doivent  s'appliquer.  

 

17  

  3   novembre   1982  :   Le   maire   a   l'obligation   d'interdire   la   circulation   des   véhicules  à  moteur  dans  un  jardin  public.  un  recours  en  excès  de  pouvoir  peut  être   intenté.     En  l'absence  de  mesures  de  police  la  responsabilité  de  la  collectivité  peut  être  engagée  si   certains  administrés  subissent  un  dommage.  En  cas  de  refus  de  prendre  des  mesures.   en   l'absence   même   de   toute   réglementation   préexistante   les   mesures   générales   ou   individuelles   qui   s'avèreraient   indispensables  pour  remédier  à  une  situation  particulièrement  dangereuse  pour  l'ordre   public.     Arrêt   Rossi.   à   titre   initial.                                           18   .Les   autorités   de   police   doivent   adopter.

 s’il  s’impose  à  des  tiers  sans  leur  consentement.  L'exemple  le  plus  significatif  est  le  silence  de  l'administration.  L’acte  administratif  est  un  acte  unilatéral     L’acte   administratif   se   distingue   du   contrat.       Ce  critère  doit  être  recherché  dans  les  relations  qui  s’instaurent  entre  l’acte  considéré  et   ses   destinataires.   L'acte   unilatéral   se   distingue  des  actes  matériels  qui.  L'acte  administratif  est  un  acte  juridique   L'acte   administratif   est   une   manifestation   de   volonté   destinée   à   produire   des   effets   de   droit.  c’est  un  acte  unilatéral.  soit  à  une  décision  de  rejet  de  la  part  de   l’administration.  bien  qu'animés  d'une  certaine  volonté  ne  visent  pas  à   produire  des  effets  de  droit.   alors   il   s’agit   d’un   contrat.   Il   existe   un   critère   de   distinction   contrat/acte  unilatéral.  soit  à  une  décision  d’acceptation.  C’est  la  raison  pour  laquelle  il  existe   des   décisions   implicites   de   l’administration   qui   constituent   de   véritables   unilatéraux   susceptibles  de  recours.   s’il   a   vocation   à   régir   les   relations   réciproques   entre   ses   auteurs.   il   existe   des   agissements   matériels   assimilés   à   des   actes   unilatéraux.     A.  L'identification  de  l'acte  administratif  unilatéral   A   cette   identification   s'attache   une   conséquence   majeure   :   seuls   les   AAU   au   sens   strict   peuvent  faire  l'objet  d'un  REP  devant  le  JA.     B.   L'acte   administratif   se   distingue   des   faits   matériels   qui   n'impliquent   aucune   manifestation   de   volonté   de   la   part   de   leurs   auteurs.  En  vertu  des   textes  le  silence  de  l’administration  est  assimilé.   Si   l’acte   a   vocation   à   régir   des   personnes   étrangères   à   son   adoption.       En   revanche   si   l’acte   procède   d’un   échange   de   consentement.   d’un   accord   de   volontés.  l'administration  utilise  deux  types  d'actes:  l'acte  unilatéral   et  le  contrat  administratif.     L'acte  administratif  unilatéral  peut  se  définir  comme  un   acte  unilatéral  émanant  d'une   autorité  administrative  et  affectant  l'ordonnancement  juridique.PARTIE  4  :  Les  actes  administratifs   Pour  mener  à  bien  son  action.       CHAPITRE  1:  L'acte  administratif  unilatéral     Section  1:  la  notion  d'acte  administratif  unilatéral   Tous   les   actes   unilatéraux   de   l'administration   ne   sont   pas   AAU   au   sens   strict   car   les   actes  administratifs  unilatéraux  peuvent  émaner  d'autres  personnes  que  les  personnes   publiques  telles  que  des  personnes  privées.       19   .     Dans   certains   cas   limités.     §1.

 10  juillet  1996.         20   .  en  ce  sens  qu’elles  résultent  d’un  accord  de   volontés.   Le  critère  de  la  distinction  n’est  donc  pas  quantitatif  mais  qualitatif. L’acte  administratif  unilatéral  est  un  acte  de  caractère  administratif     Cette   distinction   est   importante   car   tous   les   actes   unilatéraux   de   l’administration   ne   sont  pas  des  AA.       En  règle  générale  pour  qu’il  y  ait  contrat  il  faut  deux  personnes.).       Ex  :   Les   conventions   entre   les   caisses   de   sécurité   sociale   et   les   praticiens   en   vue   de   la   détermination  des  horaires  de  ces  derniers.       La   jurisprudence   tire   pour   conséquence   que   ces   clauses   présentent   un   caractère   réglementaire.  autorité.   Dans   les   contrats   de   délégation   il   peut   y   avoir   des   clauses   qui   régissent   les   conditions   d’accès   des   usagers   au   service.  les  conditions  tarifaires  faites  aux  usagers  du  service.  Or  seul  l’AA  à  caractère  administratif  est  régi  par  le  droit  administratif   et  relève  sur  le  plan  contentieux  du  juge  administratif.       Par   exemple   s’il   existe   une   voie   limitrophe   entre   deux   communes.  certains  aspects  de  leur  régime  sont  assimilables  à  des  actes  unilatéraux   réglementaires  (Arrêt  Cazeelle.   par  exemple  les  arrêtés  interministériels.   Le   seul   critère   à   prendre   en   considération   est   donc   celui   du   caractère   consenti  ou  non  de  l’acte.       1.   l’arrêt   Croix   de   Seugey   Tivoli.   en   l’occurrence   les   usagers   du   service.     Exemple  :  Les  DSP  sont  des  actes.   qui   sont   en   général   les   représentants   d’une   profession   déterminée.     Les   décisions   unilatérales   à   caractère   réglementaire   prises   en   accord   avec   un   certain   nombre   d’administrés.  il  faudra  prendre  un  arrêté  commun  entre  la  commune  X  et  la   commune   Y.   mais   il   en   va   autrement   si   le   contrat   est   de   nature  hybride  (DSP)  ou  si  le  contrat  est  mis  en  vigueur  par  un  acte  unilatéral.   La  convention  mise  en  vigueur  par  un  arrêté  ministériel  doit  être  selon  le  CE  assimilée  à   un  acte  unilatéral.  Ass.   pour   régler   la   circulation  sur  ces  voies.  résultant  d’un  accord   mais   qui   n’entrent   en   vigueur   que   parce   que   cet   accord   est   approuvé.   d’un   échange   de   consentement   de   la   collectivité   délégante   et   le   délégataire   qui   a  été  choisi.  Pour  qu’un  acte  soit  unilatéral  il  n’est  pas  nécessaire  qu’il  émane  d’une  seule   personne.  sont  des  actes  qui  se  présentent  comme  des  contrats.   D’un   autre   coté   ce   contrat   de   DSP   va   comporter   des   clauses   qui   s’imposent   à   des   tiers.       Des   actes   résultant   du   consentement   des   parties   sont   parfois   considérés   comme   des   actes  unilatéraux.  Mais  la  réciprocité  n’est   pas  vraie.  Cette  distinction  se  révèle  plus  compliquée  dans  la  pratique.  Cette  solution  est  précédée  par   un   autre   arrêt.   se   voit   conférer   force  juridique  par  un  acte  unilatéral.  Certains  actes  unilatéraux  peuvent  être  pris  par  plusieurs  personnes.  contrats.       Un   contrat   ne   peut   être   attaqué   pour   REP.  Il  ne  peut  y  avoir  de  DSP  au  sens  de  la   loi  SAPIN  du  29  janvier  1993  sans   accord   des   deux   parties.   21   décembre   1906   qui   élargit   la   recevabilité  des  recours  pour  excès  de  pouvoir.

      De  manière  plus  précise.  se  voient  refuser  le  caractère  administratif  plusieurs  catégories   d’actes  pris  par  des  personnes  publiques  :     Les  actes  de  gestion  du  domaine  privé  :  gestion  du  patrimoine  de  l’administration.  Les  actes  émanent  de  personnes  publiques     Les  actes  sont  dans  leur  quasi  totalité  des  actes  administratifs.   Il   faut   distinguer  si  l’acte  est  pris  par  une  personne  privée/publique.  Cependant  cette   présomption  n’est  pas  irréfragable.  C’est  également  le  cas  également  des  forêts  domaniales  qui   font  partie  du  domaine  privé  de  l’Etat.     Il   faut   se   demander   quand   l’acte   est   de   droit   administratif   ou   de   droit   privé.  Ces  actes  ont  donc   une  présomption  d’administrativité.         21   .     Cette  distinction  de  principe  s’explique  en  raison  du  statut  public  des  auteurs  des  actes  et   du  fait  que  la  majorité  des  activités  de  personne  publiques  sont  des  activités  de  service   public  dont  leurs  gestionnaires  dispose  de  pouvoirs  de  puissance  publique.  des   personnes   publiques   qui   n’est   pas   affecté   par   un   SP   et   qui   n’est   pas   non   plus   ouvert   à   l’usage  général  du  public.  notamment  le  droit  civil.       Ex  :   C’est   le   cas   du   patrimoine   immobilier   de   logements   qui   appartiennent     à   une   ville   et   sont  loués  à  des  particuliers.       Pour  les  actes  non  réglementaires  :     Parmi   les   actes   individuels.     a.       Arrêt   Chaussé.   1963  :   Le   refus   d’une   autorisation   de   circuler   et   de   chasser   dans   des   domaines  privés  est  un  acte  relevant  du  droit  privé.       Ces   solutions   sont   en   voie   de   régression.  Le  contentieux  auquel  ils  donnent  lieu  relève  donc   de  l’ordre  judiciaire.   même   ceux   relatifs   à   des   situations   de   droit   privé   ou   à   la   gestion   du   domaine   privé.Les   actes   privés   adoptés   par   l’administration   au   sens   large   du   terme   sont   régis   par   le   droit  privé.  Le  juge  a  estimé  que  certains   actes  de  gestion  du  domaine  privé  relèvent  du  DA.  la  gestion  relevant  du  domaine  privé.   sont   administratifs   uniquement   ceux   qui   se   rattachent   à   l’exécution   d’un   SP   administratif   et   qui   constituent   la   mise   en   œuvre   d’une   prérogative   de   puissance   publique.   En   revanche   les   actes   individuels   relevant   de   la   gestion  d’un  SPIC  sont  des  actes  de  droit  privé.   Certains   actes   de   disposition   sont   considérés   comme  détachables.   L’exercice   du   pouvoir   règlementaire   est   l’une   des   prérogatives   de   puissance  publique  majeure  de  l’administration.       Les   actes   règlementaires   (à   caractère   général   et   impersonnel)   sont   toujours   administratifs.

 de  propriété  privée.     a.       Il   existe   une   présomption   de   non   administrativité   des   actes   émanant   des   personnes   privées.   on   s’est   demandé   si   ces   2   conditions   étaient   cumulatives   et   s’il   ne   suffisait  pas.  pour  qu’un  acte  soit  administratif  qu’il  se  rattache  à  l’exécution  du  service   public.   31   juillet   1942   (Ass.  Tous  les  actes  réglementaires  de   personnes  publiques    sont  des  actes  administratifs.  Les  actes  individuels  relatifs  à  la  gestion  des  SPIC     Les  actes  individuels  pris  pour  la  gestion  des  SPIC.)  :   Des   organismes   dotés   de   prérogatives   de   puissance  publique  et  chargés  d'une  mission  de  service  public  peuvent  ne  pas  être  des   établissements   publics.   La   reconnaissance   du   caractère  administratif  de  ces  actes  est  variable. Les  actes  émanant  des  personnes  privées     Les   actes   AA   ne   sont   pas   uniquement   constitués   des   actes   pris   par   des   personnes   publiques.       Arrêt   Montpeurt.  Mais  aussi  des  personnes  privées  investies  d’une  mission  de  SP.     Les  actes  relatifs  à  des  rapports  de  droit  privé  :  les  questions  de  droit  civil  ou  de  droit   privé.Arrêt  Gaillard  17  octobre  1980  :  le  CE  a  considéré  que  le  refus  de  vendre  un  bien  du   domaine  privé  était  un  acte  administratif  parce  que  détachable  de  la  gestion  du  domaine   privé.  13  janvier  1961  :  Une  personne  privée  qui  gère  un  SPA  prend  des  actes   unilatéraux  s’il  y  a  délégation  de  prérogatives  de  puissance  publique.  même  pris  par  des  personnes   publiques  sont  actes  relevant  du  droit  privé.           22   .     Cependant   depuis   les   arrêts   Montpeurt   et   Magnier   l’on   sait   que   des   actes   administratifs   peuvent   être   pris   par   des   personnes   privées.   Les   personnes   privées   chargées   d'une   mission   de   service   public   peuvent   édicter   des   actes   administratifs   unilatéraux  relevant  du  juge  administratif.  sont  du  domaine  civil  à  condition  qu’ils  ne  mettent  en  œuvre   aucune  prérogative  de  puissance  publique.       b.   mais   des   organismes   de   droit   privé.       2.       Ces  solutions  ne  concernent  que  les  actes  individuels.     Arrêt  Magnier. Les  actes  relatifs  à  l’exécution  d’un  SPIC     Ces  actes  sont  administratifs  à  2  conditions  :     -­‐  Ces  actes  se  rattachent  à  la  mission  de  SP  dont  la  personne  privée  est  investie   -­‐  Ces  doivent  constituer  la  mise  en  œuvre  d’une  prérogative  de  personne  publique     Pendant   longtemps.

    C’est   le   cas   lorsque   l’acte   revêt   un   caractère   réglementaire   et   se   rapporte   à   l’organisation  du  service  public.     En   dehors   de   ce   cas.     Dans   l’arrêt   Montpeurt   la   décision   d’un   comité   d’organisation   des   industries   déterminait   les   entreprises   autorisées   à   assurer   certaines   fabrications.   il   faut   se   demander   quand   un   acte   est   censé   mettre   en   œuvre   une   prérogative  de  puissance  publique.     b.   la   jurisprudence   considère   qu’il   n’y   a   pas   exercice   de   prérogative   de   puissance   publique   et   donc   qu’il   n’y   a   pas   acte   administratif   chaque  fois  que  l’acte  a  pour  objet  de  régler  des  rapports  internes  à  l’organisme   qui  le  prend.  le  TC  avait  jugé  que  les  actes  relatifs  à   son  personnel  ont  un  caractère  administratif.   personne   morale   de   droit   privé.       En  revanche  il  a  y  exercice  d’une  prérogative  chaque  fois  que  l’acte  n’affecte  pas  le   fonctionnement   interne   de   l’organisme   mais   son   activité   et   qu’il   manifeste   par   celui  lui  un  certain  pouvoir.   Dans   l’arrêt   Magnier  il  s’agissait  d’un  groupement  de  défense  contre  les  ennemis  des  cultures  et  ce   groupement  privé  se  voyait  reconnaître  le  droit  de  fixer  la  participation  financière  des   agriculteurs   à   certaines   opérations   de   destruction   d’insectes   nuisibles.     B.   20/11/1961   ‘Centre   Régional   de   lutte   contre   le   Cancer   Eugene   Marquis).  et  dans  un  autre  arrêt  que  les  actes  relatifs   aux  personnes  à  la  retraite  avaient  un  caractère  de  droit  privé.     A  l’inverse  le  caractère  de  droit  prévu  a  été  reconnu  à  la  décision  par  laquelle  un  centre   de   recherche   contre   le   cancer.   Les  règlements  fixant  les  conditions  d’emploi  de  certains  personnels  par  Air  France  ont   un  caractère  administratif.  L’acte  administratif  est  un  acte  affectant  l’ordonnancement  juridique  :       23   .La   réponse   a   été   fournie   par   l’arrêt   ARPEI   (22   février   2007)  :   ces   conditions   sont   cumulatives.   Cette   organisation   et   la   participation   pouvait   imposer   a   certains   agriculteurs   sans   que   l’on   recherche  leur  consentement.  15/01  /1968).     Lorsque  la  SNCF  était  encore  une  société  privée.     Seuls  les  actes  revêtant  un  caractère  administratif  sont  les  actes  règlementaires  qui  ont   trait  à  l’organisation  du  SP  (TC.       Cependant.   avait   prononcé   la   révocation   d’un   médecin   y   exerçant   (TC.  Les  actes  en  question  relèvent  du  droit  privé.  Les  actes  émanant  de  personnes  privées  et  relatifs  à  l’exécution  d’un  SPIC     Les   actes   pris   par   ce   type   de   personnes   sont   beaucoup   moins   nombreux   à   être   administratifs.   De   la   même   manière   le   règlement   intérieur   par   lequel  un  comité  agricole  règle  sa  gestion  interne  est  un  acte  de  droit  privé.

  unilatéral   et   ne   pas   être   reconnu   acte   administratif   unilatéral   au   sens   strict   du   terme   car   il   ne   répond   pas   à   la   condition   du   caractère  d’affectation  de  l’ordonnancement  juridique.  Certaines  circulaires  :     Les   circulaires   administratives   sont   des   actes   par   lesquels   l’administration   va   commenter   les   textes   législatifs   ou   réglementaires   en   vigueur.  La  notion  d’acte  affectant  l’ordonnancement  juridique  :   Ordonnancement  juridique  :     Ensemble   des   règles   juridiques   qui   déterminent   la   situation   des   sujets   de   droit   qui  leur  confère  des  droits  ou  leur  impose  des  obligations.   en   ajoutant   certaines  dispositions  ou  au  contraire  en  retranchant  de  cet  ordonnancement  juridique   des   dispositions   en   vigueur.       Cette  pratique  de  circulaires    a  un  avantage  :  elle  permet  d’éclairer  l’administration  et  les   administrés  sur  le  sens  de  dispositions  réglementaires.  Les  actes  unilatéraux  n’affectant  pas  l’ordonnancement  juridique  :     Ces  actes  sont  :     a.   active.   les   interpréter.       1.   octroi   d’une   autorisation…     -­‐  Il  peut  affecter  l’ordonnancement  juridique  sans  le  modifier  en  prenant  une  position  à   son  sujet.  les  actes  négatifs  par  lesquels  l’administration  rejette  une  demande  d’un   administré   sont   considérés   comme   des   actes   administratifs     au   sens   strict.  c’est  sous  la  base  de  circulaires  dont  ils  font  l’objet  que  l’administration   va  agir.     Elles  par  ailleurs  fréquemment  utilisées  par  les  ministres  qui  tentent  de  pallier  l’absence   de   pouvoir   reg   par   l’édiction   de   mesures   qui   sont   censées   être   d’interprétation   des   textes.     Dans   la   pratique   ces   circulaires   sont   importantes   car.   Si  cette  condition  n’est  pas  remplie.       Un  acte  peut  affecter  cet  ordonnancement  juridique  de  2  manières  :       -­‐   Il   peut   d’abord   l’affecter   de   manière   positive.   Ainsi   l’acte   abrogeant   un   acte   pré   existant   affecte   l’ordonnancement   juridique.       2.  notes  de  service    confusion  au  niveau  de  leur  nom.   Ces   actes   revêtent   des   dénominations   diverses  :   il   peut   s’agir   de   textes   dénommés   circulaires.  directives.  l’acte  n’est  pas  susceptible  de  recours  en  annulation   devant  le  JA.   sous   couvert   de   circulaires   les   autorités   administratives   et   notamment   les   ministres   est   que   sous   couvert   d’une   circulaire   les   autorités   administratives   tentent   d’exercer   un   pouvoir   réglementaire   qu’elles   ne     24   .     Le   danger   de   ces   circulaires   est   que.   déterminer   la   manière   dont   l’administration  entend  les  appliquer.Un   acte   administratif   peut   être   administratif.   Ex  :   nomination   d’un   fonctionnaire.   compte   tenu   l’obscurité   de   certains  textes.  législatives.   des   actes   administrant  l’Ordonnancement  juridique.   en   le   modifiant.   les   commenter   de   façon   à   les   rendre   plus   accessibles.  Ainsi.

    Pour   déterminer   son   caractère   recevable.   il   faut   vérifier   si   la   décision   contestée   est   susceptible   de   recours.   mais   qui   pouvaient   aussi   commenter   des   textes   illégaux   et   reprendre   leurs   illégalités.   Il  s’est  produit  à  cet  égard  une  évolution  importante  :       Dans   un   1er   temps   le   juge   distinguait   circulaires   interprétatives   et   circulaires   réglementaires.  18/12/2002  ‘Duvignère’.     Si   celle-­‐ci   revêt   un   caractère   administratif   elle   peut   faire   l’objet   d’un   recours   en   annulation   de   la   part   des   administrés.   cette   jurisprudence   présentait   l’inconvénient  d’empêcher  les  recours  des  administrés  contre  des  circulaires  qui  certes   se   bornaient   à   commenter   des   textes.     Cette   distinction   fut   érodée   au   fil   des   décisions.  ce  n’est  pas  parce  qu’une  circulaire  constitue  un  AA  et  peut  faire  l’objet  d’un   recours  (ce  qui  est  le  cas  lorsqu’elle  est  impérative)  qu’elle  sera  nécessairement  illégale.   Ces   circulaires   en   sus   n’étaient   susceptibles   de   recours.     La   circulaire   peut   être   illégale   pour   différentes   raisons  :   autorités   incompétentes.   dès   lors   qu’elle   confère   à   l’interprétation  qu’elle  donne  un  caractère  administratif.       Depuis  lors  une  circulaire  pourra  faire  l’objet  d’un  recours  alors  même  qu’elle   n’affecte   pas   l’ordonnancement   juridique.           Les  solutions  adoptées  par  le  juge  pour  réaliser  cet  équilibre  ont  varié  dans  le  temps.  mais   sur  son  caractère  impératif  CE.   Les   conclusions   aux   fins   d’annulation   de   cet   acte   sont   ainsi   recevables  :   il   appartient  au  juge  de  rechercher  si  l’acte  est  légal  ou  non.   ce   qui   sera   le   cas   uniquement   si   celle-­‐ci   présente   un   caractère   impératif.     Cela  étant.   Il  en  va  ainsi  même  lorsque  la  circulaire  se  borne  à  interpréter  les  lois  et  règlements  en   vigueur.     Sans  caractère  administratif.  elle  ne  fait  pas  grief  et  ne  peut  être  attaquée.     C’est   la   raison   pour   laquelle   le   juge   tente   de   trouver   un   équilibre   entre   d’une   part   le   souci   d’éviter   que   les   administrés   puissent   invoquer   et   attaquer   n’importe   quelles   circulaires  et    d’autre  part  la  nécessité  de  garantir  à  ces  mêmes  administrés  un  recours   contre  ces  circulaires  qui  en  réalité  modifie  l’ordonnancement  juridique.   Le   juge   l’annulera   si   celle-­‐ci   est   entachée   d’illégalité.     C’est  l’une  des  raisons  pour  lesquelles  le  CE  a  modifié  sa  jurisprudence  :     La  distinction  ne  repose  plus  sur  le  caractère  administratif  de  la  circulaire.détiennent   pas   en   dissimulant   les   circulaires   en   mesures   modifiant   l’ordonnancement   juridique.   les   secondes   au   contraire   modifiaient   l’ordonnancement   juridique   et   étaient   assimilables   à   de   véritables   règlements  (donc  susceptibles  de  REP)  CE  29/01/1954  ‘Institution  Notre  Dame  Du   Kreisker’.   méconnaissance   du   sens   et   de   la   portée   des   dispositions   de   loi   ou   de   règlements   dont     25   .     Les   circulaires   interprétatives   commentaient   les   textes   en   vigueur.

  dépourvues   de   pouvoir   réglementaire      ces   directives.  par  deux  arrêts.   2.  L’administration  conserve   un   pouvoir   de   décision   lors   de   la   prise   de   chaque   décision.  mais  pas  non  plus  des  actes  impératifs.   Les   directives   peuvent   être   prises   par   des   autorités   dépourvues   de   pouvoirs   règlementaires.       26   .   Elle   doit   procéder   à   un   examen   particulier   du   cas   à   traiter.     Il  en  résulte  3  conséquences  :       1.   Ces   directives   visent   par   conséquence   à   donner   à   l’action   administrative   une   certaine   transparence   mais   aussi   une   certaine   rationalité.elle   est   censée   assurer   l’application.  Par  conséquent  elle   reproduit  leur  illégalité.     Devant  ces  inconvénients  le  Conseil  d’Etat  a.   dans   la   majorité   des   cas.           b.  11/12/1970  ‘  Crédit  foncier  de  France’  &  CE  29/06/1973  ‘Société  Géa  ‘     Dans   ces   arrêts   le   CE   indique   que   les   directives   ne   sont   pas   des   actes   réglementaires.   toute   les   circulaires   qui   ne   sont   pas   publiées   sur   ce   site   deviennent   inapplicables   de   sorte   que   l’administration   ne   puisse   s’en   prévaloir   –   moyen   de   protection  des  administrés.   A   compter   de   la   date   fixée   par   le   décret.Les  directives  (au  sens  national  du  terme)  :     Acte  à  caractère  général  et  impersonnel  par  lequel  un  ministre.   les   autorités   qui   prenaient   ces   directives   étaient.       Un   décret   du   8   septembre   2008   modifié   en   2009   impose   queles   circulaires   soient   publiées   par   mise   à   disposition   du   public   sur   un   site   internet.   elles   ne   peuvent   faire   l’objet   de   recours   en  annulation.     Comme  elles  ajoutaient  des  conditions  à  l’ordonnancement  juridique  car  comblaient  un   vide.  Les  directives  ne  lient  pas  complètement  l’administration.  un  chef  de  service   et   même   parfois   des   organismes   consultatifs   fixent   à   l’administration   agissant   sous   leur   ordre   ou   se   fixent   une   ligne   de   conduite   dans   un   domaine   ou   celle-­ci   dispose  d’un  pouvoir  discrétionnaire.   assimilées   à   des   actes   réglementaires  étaient  déclarées  illégales  pour  incompétence  de  leurs  auteurs.   L’administration   peut   déroger   à   la   directive   si   la   situation  particulière  de  l’administré  concerné  ou  un  motif  d’intérêt  général  le  justifie.     3.   N’étant   pas   des   impératifs   ou   réglementaires.   elle   peut   être   enfin   illégale   parce   que   les   textes   qu’elle  commente  ou  qu’elle  met  en  œuvre  sont  eux  mêmes  illégaux.     Pendant  longtemps  les  directives  ont  été  confondues  avec  les  circulaires.   une   certaine   cohérence   et   uniformité   propre  à  éviter  les  risques  d’arbitraire.  déterminé  le  régime  de  ces   directives  :     CE.

 et  affectant  l’ordonnancement  juridique.   unilatéral.  Le  délai  pour  qualifier  l’absence  de  réponse  comme  décision  implicite     de   rejet   est   en   principe   de   2   mois   Loi   du   12/04/2000   relative   aux   droits   des   citoyens  dans  leurs  relations  avec  les  administrés  (DCRA).   dès   lors   que   celles-­‐ci   ne   sont   que   des   simples  invitations  à  agir.  relevant  du  DA.   L’acte   par   lequel   l’administration   constate   la   caducité   de   l’autorisation  n’est  pas  susceptible  de  recours  car  se  bornant  à  enregistrer  un  fait.     Lorsqu’une  décision  administrative  est  basée  sur  une  directive  les  administrés  peuvent   contester  ces  décisions  soit  en  invoquant  le  caractère  illégal  de  la  directive  (  celle  ci  ne   respecterait  pas  les  textes  dont  elle  est  censée  encadrer  l’application)  soit  en  soutenant   que  la  situation  dans  laquelle  on  se  trouve  est  une  situation  tellement  particulière  qu’il   appartenait  à  l’administration  de  déroger  à  la  directive.  Auparavant  la  loi  fixait  à   4  mois  le  délai  faisant  naitre  des  décisions  de  rejet.  recommandations  émises  par  l’administration.   applicables   à   certains   marchés.  Les  autres  mesures  n’affectant  pas  l’ordonnancement  juridique  :     Il  est  impossible.     Ex  :  autorisation  pour  un  certain  temps  donné  à  la  condition  que  l’acte  autorisé  soit  mis   en   œuvre   dans   ce   délai.   elles   sont   opposables   aux   administrés.  La  classification  des  actes  administratifs  :     Plusieurs  classifications  sont  possibles.     §2.  La  classification  formelle  :     Aux   décisions   explicites   s’opposent   les   décisions   implicites   qui   résultent   du   silence   gardé  de  l’administration  sur  la  demande  d’un  administré.     Les  actes  déclaratifs  se  bornant  à  constater  l’existence  d’une  situation  de  droit  ou  de  fait.     Les   modèles   de   contrat.Il   est   une   règle   qui   veut   que.  propositions.   L’administration   peut   se   fonder   sur   des   directives   pour   justifier   ses   décisions.     C’est   également   le   cas   des   mises   en   demeure.     A.     c.  pour  les  administrés  d’en  demander  l’annulation  au  juge.       27   .   Un   décret   en   Conseil   d’Etat   peut   cependant   fixer   des   délais   différents.  les  directives  ne  sont  pas  dépourvues  de  tout  effet.   certaines   lois   prévoient   que   des   décrets   peuvent   assimiler   dans   certaines   matières  le  silence  à  une  décision  implicite  d’acceptation.   soit   plus   longs   lorsque  les  décisions  sont  complexes  à  prendre  soit  plus  brefs  en  cas  d’urgence.       Pour  autant.     Dès   lors   qu’elles   sont   publiées   comme   l’exige   la   loi.     Lorsque   l’administration   est   saisie   d’une   demande   laissée   sans   réponse   il   en   résulte   une   décision  de  rejet.     Par   ailleurs.     En  Conclusion  :     Pour   qu’un   acte   soit   qualifiable   d’AA   unilatéral     il   faut   que   ce   soit   un   acte   juridique.   DSP   dont   le   respect   ne   s’impose   pas  à  l’administration.   lorsque   l’administration   dispose   d’un   pouvoir   discrétionnaire  elle  ne  puisse  y  renoncer  en  se  liant  complètement.   Ce  sont  les  simples  avis.

 les  règles  d’entrée  en  vigueur  de   cesactes  ne  sont  pas  les  mêmes  (un  acte  individuel  ne  produit  ses  effets  que  si  il  a  été   modifié.     La  loi  d’avril  2000  fixe  des  dispositions  importantes  concernant  l’autorité  qui  reçoit  la   demande   et   l’obligation   qui   s’impose   à   elle   en   cas   d’incompétence   de   transmission   de   la   demande  à  l’autorité  compétente.  il  n’en   va  pas  de  même  pour  les  actes  individuels  créateurs  de  droits  dont  l’administration  ne   peut  modifier  le  statut.       28   .   Les   actes   réglementaires   ne   visent   pas   une   ou   des   personnes   déterminées  mais  le  titulaire  d’une  qualité.       Un  acte  réglementaire  peut  accomplir  une  fonction  assurée  par  une  seule  personne.       B.     Pour  qu’il  y  ait  décision  implicite  d’acceptation.  d’une  fonction…    le  critère  de  distinction   est  qualitatif.  Cet   acte   sera   considéré   comme   réglementaire   car   il   s’appliquera   au   titulaire   de   cette   fonction  quelle  que  soit  son  identité.     Ex  :   il   n’y   a   qu’un   secrétaire   général   au   gouvernement.  Ce  texte  n’est  pas  un  acte  individuel  car  il  ne  vise  pas  la  personne  physique  mais   le  secrétaire  en  général  quelle  que  soit  son  identité.  il  faut  que  la  décision  ai  été  demandé  et   il  faut  surtout  que  la  demande  soit  complète  (que  le  dossier  de  demande  soit  complet).     Ex  :  une  demande  est  adressée  à  une  autorité  incompétente.     Les  actes  individuels  sont  des  actes  visant  des  personnes  nommément  désignées.       En  revanche  le  délai  court  à  compter  de  la  réception  par  l’autorité  compétente  lorsque  la   décision  implicite  est  d’acceptation.   Cette  situation  a  une  incidence  sur  le  point  de  départ  du  délai  :  le  délai  de  2  mois  prévu   par  la  loi  court  à  compter  de  la  réception  de  la  demande  par  l’autorité  initialement  saisie   si  la  décision  implicite  est  de  rejet.  tout  dépend   encore  une  fois  de  la  complexité  de  la  décision  à  prendre.     Cette  distinction  est  importante  à  de  nombreux  égards.  Une  classification  matérielle  :     Avec   cette   classification   la   distinction   essentielle   se   situe   entre   les   actes   individuels   (nominatifs)  et  les  actes  règlementaires.       Il   existe   une   catégorie   d’actes   intermédiaires   pas   totalement   réglementaires   et   pas   assimilables  à  des  actes  individuels.Mais  il  faut  qu’un  texte  particulier  spécial  pris  sous  forme  de  décret  le  prévoie.  Le  délia   au  terme  duquel  naissent  ces  décisions  implicites  d’acceptation  est  divers.   ou  collectifs  (visant  une  multiplicité  de  personnes).  Si   la   demande   est   incomplète   l’administration   ne   fait   pas   naitre   de   décision   implicite   d’acceptation.       Les   actes   règlementaires   quant   à   eux   édictent   une   norme   générale   et   impersonnelle.   les   actes   réglementaire   ne   produisent   aucun  droit  à  l’encontre  des  administré  et  peuvent  être  abrogés  a  toute  moment.   un   acte   réglementaire   doit   être   publié.   il   existe   un   texte   régissant   son   statut.   Ces  actes  peuvent  être  strictement  individuels  (concerner  une  personne  en  particulier).

    Ces   règles   de   compétence   revêtent   une   grande   importance   dans   le   droit   administratif   oùu  les  compétences  sont  réparties  entre  les  diverses  autorités.       SECTION  2  l’Etude  du  régime  juridique  de  l’acte  administratif  :     Les  règles  de  légalité  interne  ont  trait  au  contenu  de  l’acte  ou  à  ses  motifs  (concerne  le   fond)   .   de   la   part   de   l’administration.   son   entrée   en   vigueur  (concerne  le  statut  de  l’acte).       1.  procédure.     Tel   est   par   exemple   le   cas   de   l’acte   par   lequel   des   électeurs   sont   convoqués   à   des   opérations   électorales.  Labonne).   du   point   de   vue   de   la   compétence   considéré   comme   un   acte   individuel   mais.       A.   Jamard  1936).     De   la   même   manière   la   jurisprudence   a   reconnu   aux   chefs   de   service   un   pouvoir   réglementaire  pour  pourvoir  à    l’organisation  et  au  fonctionnement  de  leur  service  (CE.     Le   vice   d’incompétence   ne   peut   faire   l’objet   d’une   régularisation      La   ratification   par   l’autorité  compétente  d’un  acte  qui  a  été  pris  par  une  autorité  incompétente  n’efface  pas   l’illégalité  dont  cet  acte  se  trouve  entaché.   les   autres   se   rapportent   au   statut   de   l’acte   à   son   élaboration.Ce   sont   des   actes   que   l’on   qualifie   d’actes   particuliers   ou   de   décisions   d’espèce.       29   .     §1.       Cette  importance  se  traduit  de  2  manières  principales  :     La  violation  de  règles  de  compétence  est  un  moyen  d’ordre  public    Moyen  que  le  juge   doit  relever  d’office  alors  même  qu’aucune  des  parties  ne  l’a  invoqué.   On   considère   que   le   régime   de   l’acte   dit   intermédiaire   est.  forme.  Les  règles  de  compétence  :     La  compétence  est  l’aptitude  des  agents.   C’est   un   rôle   qui   pour   l’essentiel   consiste  à  combler  les  lacunes  des  textes.     La   jurisprudence   a   ainsi   reconnu   compétence   au   chef   de   l’exécutif   pour   exercer   le   pouvoir  de  police  sur  le  plan  national  (CE.   à   l’instar   des   actes   réglementaires  l’acte  ne  produit  d’effet  que  si  il  est  publié  régime  mixte.     C’est   également   le   cas   de  l’acte   par   lequel   est   procédée   l‘ouverture   d’un   concours.   Ainsi   que   les   déclarations   d’utilité   publique   prises   dans   le   cadre  des  actions  d’expropriation.   Généralement   des   actes   se   rapportant   non   pas   à   des   actes   individuels   mais   a   une   opération  ou  une  situation  particulière.  Les  sources  de  la  compétence  :       Les   textes   déterminent.     La   jurisprudence   joue   néanmoins   un   rôle   en   la   matière.  L’élaboration  de  l’acte  :     L’élaboration   des   actes   unilatéraux   suppose.   en   règle   générale   les   autorités   compétentes   pour   prendre   tel   ou   tel  type  de  décision.   le   respect  de  3  sortes  de  règles  :  compétence.  autorités  administratives  à  prendre  des   actes  au  nom  des  personnes  qu’ils  représentent.

  Les   actes   que   cette   autorité   prendrait   avant   son   autorisation  officielle  seraient  entachés  d’incompétence  dans  le  temps.     Un  fonctionnaire.  cela  explique  des  aménagements  jurisprudentiels.     Ces   aménagements   poursuivent   des   buts   différents.       Ces  règles  sont  rigoureuses.       a.     Par   exemple   l’autorité   compétente   pour   nommer   un   fonctionnaire   le   sera   également   pour  prononcer  sa  révocation.     b.  Une  délimitation  temporelle  :     La  compétence  des  autorités  administratives  est  limitée  à  la  durée  de  leur  fonction  ou  de   leur  mandat  (s’il  s’agit  d’organes  élus).   Ce   cloisonnement   matériel   est   si   strict   qu’un   supérieur   hiérarchique   ne   peut   empiéter   sur  les  compétences  de  son  subordonné.   elle   peut   être   délimitée   d’un   point   de   vue  matériel.  avant  d’être  officiellement  installé  dans  ses  fonctions  ne  peut  prendre   d’acte   se   rattachant   à   celles-­‐ci.   D’autres  sont  liés  aux  circonstances.     La  jurisprudence  pallie  cette  carence  des  textes  en  considérant  que  l’autorité  ayant  pris   l’acte  initial  est  compétente  pour  prendre  l’acte  contraire.  C’est  le  cas  des  délégations  de  compétence.  territorial  et  temporel.   peut   annuler   les   décisions  qu’il  prend  mais  ne  peut  prendre  à  sa  place  la  décision.       30   .       Par  exemple  les  autorités  administratives  ne  peuvent  empiéter  sur  les  matières  qui  ne   relèvent  pas  de  l’administration.  Une  dimension  territoriale  :     Chaque  autorité  se  voit  assigner  un  territoire  à  l’intérieur  duquel  elle  peut  exercer  ses   pouvoirs  et  à  l’intérieur  duquel  elle  ne  peut  excéder  les  limites.   certains   sont   volontaires   et   visent   à   faciliter  l’action  de  l’administration.  Cette  règle   joue  lorsque  les  textes  désignent  l’autorité  compétente  pour  prendre  un  acte.         2.   De   manière   plus   générale.  Une  dimension  matérielle  :     Dans  certains  domaines  les  compétences  sont  cantonnées.   les   actes   que   l’autorité   prendrait   après   la   fin   de   l’exercice   de   ses   fonctions   sont  entachés  d’incompétence  (il  y  a  cependant  des  tempéraments).   il   est   interdit   à   une   autorité   administrative   d’empiéter   sur   les   compétences  d’une  autre  autorité    cloisonnement  matériel  des  compétences.  La  délimitation  de  la  compétence  :     La   compétence   revêt   plusieurs   modalités.     c.  mais  sont   muées  sur  celles  compétentes  pour  prendre  l’acte  contraire.     Les  ressorts  géographiques  peuvent  différer  suivant  les  compétences  exercées.   De   même.La  règle  du  parallélisme  des  compétences  a  été  établie  par  la  jurisprudence.   Le   supérieur   hiérarchique   peut   donner   des   ordres   à   son   subordonné.   Par   exemple   il   est   matériel   interdit   au   Conseil   Municipal   de   prendre   des   mesures   de   police.

    Ces   délégations   automatiques   concernent   les   directeurs   de   ministère.  elle  doit  remplir  4  conditions  :       -­‐  Elle  doit  être  prévue  par  un  texte  (législatif  ou  réglementaire)     -­‐  L’acte  de  délégation  doit  avoir  fait  l’objet  de  publication   -­‐  La  délégation  ne  peut  jamais  être  totale  et  doit  porter  sur  une  partie  des  compétences   de  l’autorité  délégante    c’est  un  PGD  (CE.  Elles  peuvent  revêtir  2  formes  :     Délégation   de   pouvoir   et   délégation   de   signature.       Ces  délégations  existent  dans  toutes  les  collectivités.   un   décret   de   2005   est   venu   réglementer   les   délégations   de   signatures   des   membres   du   gouvernement.     Ces  délégations  subsistent  même  en  cas  de  changement  de  ministre.   la  délégation  de  pouvoir  subsiste  alors  même  que  la  personne  qui  occupe  cette  fonction   vient   à   être   remplacée.   La   délégation   de   signature   est   au   contraire   personnelle   et   accordée   à   une   personne   nommément   désignée   de   sorte   qu’elle   cesse   de   produire   ses   effets   et   devient   caduque   lorsque   cette   personne   vient   à   cesser   ses   fonctions   et   être   remplacée.   les   chefs   de   service  et  ce  dès  leur  nomination.  Les  conditions  de  la  délégation  :     Si   la   délégation   est   irrégulière.     Pour  qu’une  délégation  soit  valable  et  légale.   Celles-­‐ci   sont   soumises   aux   mêmes   conditions  mais  produisent  des  effets  différents.  ni  sur  son  étendue.     C’est  une  procédure  qui  conduit  à  une  modification  de  l’ordre  des  compétences.  et  notamment  les  autorités  centrales.   La   délégation  de  pouvoir  opère  un  dessaisissement  de  l’autorité  délégante    tant  que  dure     31   .     a.   les   décisions   prises   par   celle-­‐ci   seront   elles-­‐mêmes   entachées  d’incompétence.     -­‐   L’étendue   du   transfert   de   compétences   qu’elles   opèrent   respectivement   diffère.  Les  effets  de  la  délégation  :     Ces  effets  sont  plus  importants  pour  les  délégations  de  pouvoir.     Différence  délégation  de  pouvoir/  délégation  de  signature  :   -­‐   La   délégation   de   pouvoir   est   une   délégation   impersonnelle.   une   délégation   accordée   non  pas  à  une  personne  déterminée  mais  aux  titulaires  d’une  fonction.   soumises   aux   mêmes   conditions   se   distinguent  par  leurs  effets.     Elle   est   admise   par   le   DA   car   elle   constitue   un   moyen   commode   sinon   indispensable   pour  alléger  le  travail  de  certaines  autorités.       Les   délégations   de   pouvoir   et   de   signature.       Au   niveau   étatique.  Chauved  08/02  /1950)   -­   La   délégation   doit   être   précise   et   claire   pour   qu’il   n’y   ait   aucun   doute   ni   sur   son   existence.   Les   signatures   sont   déléguées   à   un   certain   nombre   de   hauts   fonctionnaires   pour   les   actes   relatifs   aux   affaires   placées   sur   leur   autorité.       b.Une   délégation   de   compétence   est   un   acte   par   lequel   une   autorité   qui   détient   certaines  compétences  en  transfère  la  responsabilité  à  une  autre  autorité.  Par  conséquent.

 Elle  ne  peut  s’y  refuser  ni  de  propos  délibéré  ni  par  suite  d’une  erreur  sur  la   disposition   de   cette   compétence      le   juge   administratif   censure   les   autorités   administratives   qui   refusent   de   prendre   une   décision   parce   qu’elles   croient   par   erreur   ne  pas  disposer  de  compétences  pour  cela.   Dans  le  cas  de  la  délégation  de  pouvoir.  pour  une  raison  ou   une   autre   se   trouve   empêchée   soit   définitivement   soit   à   titre   temporaire   d’exercer   ses   fonctions.     La  théorie  de  l’expédition  des  affaires  courantes  est  une  théorie  jurisprudentielle  qui   permet   à   un   gouvernement   démissionnaire   d’accomplir   les   actes   nécessaires   à   la   satisfaction   des   besoins   immédiats   et   quotidiens   de   l’Etat   dans   l’attente   de   son   remplacement.  ceux  ci   concernent  l’expédition  des  affaires  courantes.   En   principe   ces   autorités   ne   sont   autorisées   à   prendre   que   les   mesures   strictement   nécessaires   à   la   continuité   du   SP.   mais   le   CE   a   parfois   admis   la   prise   de   certaines   mesures  dont  l’intérêt  de  la  continuité  publique  ne  semblait  pas  menacé.   Si   les   textes   confèrent   certaines   compétences   à   une   autorité   celle-­‐ci   a   l’obligation   de   l’exercer.  Elle  ne  peut  récupérer  ses  compétences   qu’en  abrogeant  la  délégation.     Dans   ce   cas   les   pouvoirs   du   suppléant   ou   de   l’intérimaire   sont   les   mêmes   sauf   disposition  de  texte  ou  décision  contraire  du  supérieur  hiérarchique.  L’autorité  délégante  peut  à  tout  moment  décider  de  prendre  elle  même   les  décisions  dont  elle  a  délégué  la  signature.la   délégation   l’autorité   délégante   ne   peut   récupérer   ses   compétences   et   ne   peut   les   exercer  au  lieu  et  place  de  l’autorité  délégataire.     Ainsi  il  a  été  admis  comme  nécessaires  certaines  mesures  concernant  la  fin  de  l’emploi   de  certains  fonctionnaires  ou  le  fait  de  mettre  fin  aux  fonctions  du  directeur  de  l’école   polytechnique.  L’exercice  de  la  compétence  :     Les   autorités   administratives   sont   tenues   de   respecter   l’étendue   de   leurs   compétences   et  les  limites  posées  à  celle-­‐ci.     Dans  le  prolongement  des  règles  de  compétence  il  existe  d’autres  aménagements.  le  juge  sanctionne  le  refus  d’exercice  d’une   compétence.         3.   Dans   le   cadre   de   la   délégation   de   signature   les   actes   sont   sensés   être   pris   par   l’autorité   délégante   elle   même.   L’aménagement   peut   également   résider   des   institutions   que   sont   la   suppléance   et   l’intérim  qui  visent  tous  deux  au  remplacement  d’une  autorité  qui.     32   .     Par  la  suite  cette  solution  a  été  étendue  aux  autorités  ou  agents  administratifs  dont  les   fonctions  viennent  à  cesser  sans  qu’un  successeur  ne  soit  désigné.  les  actes  du  délégataire  sont  censés  être  pris  par   lui   et   par   lui   seul   (car   dessaisissement   de   l’autorité   délégante).  La  délégation  de  signature  au  contraire  ne  produit  pas  de   dessaisissement.     La   suppléance   correspond   à   l’hypothèse   dans   laquelle   le   remplacement   de   l’autorité   défaillante   ou   empêchée   est   prévu   par   un   texte   et   l’intérim   correspond   à   l’hypothèse   dans   laquelle   ce   remplacement   n’est   pas   prévu   par   un   texte   mais   est   décidé   par   le   supérieur  hiérarchique  de  l’autorité  ou  de  l’agent  remplacé.     Les  autorités  doivent  en  outre  se  conformer  à  une  double  interdiction  :   En   1er   lieu   les   autorités   administratives   ne   doivent   pas   méconnaitre   l’étendue   de   leur   propre  compétence.  ceux-­‐ci  disposent   de  toutes  les  compétences  de  l’autorité  qu’ils  remplacent.

      B.     Ex  :  La  loi  de  1978  consacrant  l’accès  des  administrés  aux  documents  administratifs   Ex  2  :  La  loi  du  11  juillet  1979  sur  la  motivation  des  AA   Ex3  :  Un  décret  du  28/11/1983  concernant  les  relations  administration/usagers   Ce   décret   a   été   abrogé   mais   a   été   relayé   par   la   loi   du   28   avril   2000   qui   en   a   repris   en   grande  partie  les  dispositions.       Si  les  efforts  entrepris  pour  améliorer  la  procédure  administrative  n’ont  pas  totalement   abouti.   On   veut   ainsi   éviter   une   paralysie   de   l’administration.  alors  qu’elle  se  voit  reconnaître   le   pouvoir   de   prendre   une   décision   elle   subordonne   cette   décision   à   un   avis   favorable   non  prévu  par  les  textes  ou  encore  à  l’intervention  d’une  autre  autorité.     Ce   but   se   perçoit   non   seulement   au   contenu   des   textes   adoptés.   à   l’heure   actuelle   il   n’existe   toujours   pas  de  code  de  la  procédure  administrative  non  contentieuse.   l’administration   ne   peut   surseoir   à   la   prise   de   sa   décision.Dans  ces  hypothèses  l’acte  se  retrouve  entaché  d’un  vice  d’incompétence  insusceptible   de  régularisation.  ex3  :  la  décision  repose  sur  l’interprétation  d’un  contrat  de  droit  privé)    la  règle   posée   par   le   JA   est   que   l’administration   doit   quand   même   prendre   sa   décision   sans   attendre   que   la   difficulté   soit   tranchée   par   l’autorité   judiciaire.  Cette  règle   s’applique  dans  les  circonstances  suivantes  :     Il   peut   arriver.   ex2  :   le   sens   de   la   décision   peut   être   modifié   selon   qu’un   mariage   soit   valide   ou   non.  rationnelle.       33   .  efficace  en  ayant  une  pleine  connaissance  de  celles-­‐ci.     Depuis   une   trentaine   d’années   on   constate   que   les   textes   relatifs   à   la   procédure   administrative  non  contentieuse  se  sont  multipliés.  leur  orientation  est  parfaitement  claire  :  il  s’agit  de  rendre  l’administration  non   contentieuse.   Elles  font  en  sorte  que  l’édiction  de  normes  administratives  respecte  au  mieux  les  droits   des  administrés.     Ainsi  il  n’y  a  pas  de  question  préjudicielle  devant  l’administration  active.   mais   également   au   vocabulaire  qu’ils  utilisent.     Par  exemple  l’administration  commettra  une  illégalité  si.  son  action  plus  transparente  et  par  ce  biais  mieux  protéger  les  intérêts  des   administrés.   qu’ayant   à   prendre   une   décision   l’autorité   administrative   se   trouve   confrontée   à   une   difficulté   qu’elle   ne   peut   trancher   parce   qu’elle   ne   relève   pas   de   sa   compétence  (ex  :  le  sens  de  sa  décision  qu’elle  a  à  prendre  dépend  de  la  propriété  d’un   bien.     La   procédure   administrative   non   contentieuse   était   auparavant   uniquement   régie   par   la   jurisprudence.       Ces  règles  de  procédures  se  trouvent  à  la  fois  dans  la  jurisprudence  et  dans  les  textes.     Cet   effort   de   rationalisation   connaît   des   limites   car.     En   2nd   lieu   les   autorités   administratives   doivent   exercer   leurs   compétences   sans   soumettre  cet  exercice  à  des  conditions  non  prévues  par  les  textes.  La  soumission  à  des  règles  de  procédure  :     Ces  règles  de  procédure  ont  une  double  finalité  :     Elles  visent  à  permettre  à  l’administration  de  prendre  ses  décisions  de  la  manière  la  plus   satisfaisante.   Le   législateur   a   fait   un   effort   important   en   vue   d’unifier   et   de   rationnaliser  ces  règles.

  Si   cet   avis   était   facultatif   elle   pourra  abroger  le  décret  sans  suivre  la  même  procédure  consultative.  s’agissant  de  désigner  les  administrés.       La  régularité  de  la  consultation  concerne  plusieurs  organismes.   règle  à  caractère  général.  cela  sous  deux  réserves  :       Cette   règle   ne   s’applique   que   dans   la   mesure   ou   la   procédure   suivie   pour   l’édiction  de  l’acte  était  obligatoire.       Cette   règle   s’applique   lorsque   les   textes   déterminent   la   procédure   applicable   pour   prendre   un   acte.  la  loi  de  1978   parlait  de  public.   En   cas   de   consultation   obligatoire   la   convocation  des  membres  de  l’’organisme  doit  intervenir  5  jours  à  l’avance.   Il   existe   une   multitude   d’organismes   dont   les   textes   prévoient   la   consultation   avant   l’édiction   de   certaines   décisions.   Dans   ces   hypothèses   la   validité   de   l’acte   dépend   de   la   régularité   de   la   procédure   de   consultation.     Par   exemple   un   décret.     a.  La  procédure  consultative  :     Elle   occupe   une   place   très   importante   dans   l’administration.     Ex  :   à   une   certaine   époque   les   contrats   des   collectivités   territoriales   étaient   soumis   à   l’approbation   du   préfet.  Le  CE  avait  répondu  par  la  négative  :  DAME  FIGAROLI  17/03/1972.   le   faire   disparaître  de  l’ordonnancement  juridique.  ensuite  d’usagers  avec  le  décret  de  1983.   En  deuxième  lieu  la  règle  de  parallélisme  des  procédures  ne  s’applique  que  dans   l’hypothèse   ou   la   procédure   suivie   dans   l’édiction   de   l’acte   présente   une   utilité   pour  sa  suppression.       34   .     1.   Il   s’agit   pour   l’administration  de  prendre  des  décisions  en  connaissance  de   cause  et  d’ainsi  s’entourer  de  tous  les  avis  utiles  dans  les  matières  ou  elle  ne  dispose  pas   des  compétences  requises  ou  bien  lorsqu’elle  a  besoin  d’un  avis  d’un  comité  compétent.     Certains   comités   sont   régis   par   des   décrets   tels   que   le   décret   du   8   juin   2006   qui   s’applique  aux  établissements  publics  administratifs  étatiques  et  aux  services  de  l’Etat.     Il  existe  différentes  règles  jurisprudentielles  qui  subsistent  encore  aujourd’hui  telles  que   la   règle   du   parallélisme   des   procédures   (pendant   du   parallélisme   des   compétences).     Selon   ce   décret   sauf   disposition   contraire   de   la   loi   les   commissions   consultatives   sont   crées   pour   une   durée   maximale   de   5   ans.     Il  existe  3  règles  auxquelles  l’administration  est  soumise.A  cet  égard  on  peut  observer  que.   mais   non   pas   celle   à   mettre   en   œuvre   pour   le   supprimer.   acte   a   été   pris   après   avis   du   CE.   Il   a   fallu   se   demander   si   pour   la   résiliation   des   contrats   il   en   était  de  même.  puis  avec  la  loi  de  2000  les   administrés  sont  désignés  comme  citoyens.   La   procédure   de   suppression   de   l’acte   doit   être   la   même   que   celle   qui   préside   son   édiction  .  L’organisme  consultatif  :     Il   faut   distinguer   règles   applicables   à   l’Etat   et   établissements   administratifs   et   règles   applicables  à  d’autres  autorités.

 c’est  à  dire  qu’un  laps  de  temps  minimal  soit  laissé  aux  membres  de  l’organe  pour   prendre  connaissance  des  affaires  soumises  à  leur  avis.   Enfin.  dans  l’hypothèse  ou  des  membres  sont  intéressés  par   l’affaire   la   jurisprudence   du   Conseil   d’Etat   considère   qu’en   vertu   de   l’impartialité   la   seule  présence  au  sein  de  l’organisme  de  membres  intéressés  par  l’affaire  traitée  est  de   nature  à  vicier  leur  décision.     Selon  les  règles  jurisprudentielles  dont  sont  issues  une  large  part  du  décret  précité.  France   Bois  forêt.  pour   qu’n   avis   soit   régulier   il   doit   avoir   été   donné   par   un   organisme   ayant   une   existence   légale  c’est  à  dire  qu’il  soit  prévu  par  les  textes  et  qu’il  ait  été  régulièrement  constitué.  Modalités  de  la  consultation  :     Quelques  règles  à  retenir  :     Il  faut  l’organisme  soit  véritablement  consulté  :  l’émission  d’un  voeu  par  l’organisme  ne   saurait  remplacer  sa  confirmation  pleine  et  entière.     Il  ne  faut  pas  que  participent  aux  délibérations  de  l’organisme  consultatif  des  membres   étrangers  à  celui-­‐ci  ni  des  membres  dont  l’impartialité  ne  serait  pas  garantie.   La  question  se  pose  de  savoir  si.  Portée  des  avis  rendus  par  les  organismes  consultatifs  :     Les  textes  prévoient  que  la  décision  sera  subordonnée  à  lavis  d’une  autorité  unique.  l’affaire  faisant  l’objet  de   la  consultation.   Il   faut   l’avis   soit   demandé   et   rendu   avant   la   prise   de   la   décision   autrement   la   consultation  n’aurait  aucun  sens.  Sur  les  34  membres  composant  l’organisme  devant  donner  son  avis.   Le   CE   a   considéré   que   la   présence   de   ces   membres  viciait  la  procédure.   si   la   commission   l’organisme   qui   doit   être   consulté  n’a  pas  donné  son  avis  dans  un  délai  raisonnable  l’autorité  qui  doit  prendre  la   décision  peut  se  dispenser  de  son  avis.Pour   que   l’organisme   rende   un   avis   régulier   il   faut   que   le   quorum   soit   réuni.   Ce   quorum  est  fixé  à  la  moitié  au  moins  des  membres  de  l’organisme.  neuf  de   ses   membres   composaient   l’association.   Pour  que  la  consultation  soir  régulière  il  faut  es  membres  de  l’organisme  se  soient  vus   mettre  à  disposition  une  information  complète  sur  la  décision.   CE  28/12/2007  ‘Syndicats  des  Sylviculteurs  du  Sud-­Ouest  ‘   Il  s’agissait  pour  l’organisme  de  donner  son  avis  sur  la  décision  d’une  association.   Comme  il  est  expressément  prévu  par  le  décret  de  2006  et  admis  par  la  jurisprudence   l’autorité   compétente   pour   prendre   la   décision   peut   adopter   celle-­‐ci   sans   l’avis   requis   si     l’organisme  consultatif  ne  le  rend  pas  dans  un  délai  raisonnable.     Si  le  quorum  n’est  pas  réuni  au  moins  à  la  1ere  séance  une  nouvelle  convocation  devra   être  faite  et  l’organisme  pourra  statuer  sans  réunion  du  quorum  dans  cette  hypothèse.     c.       35   .     D’autre  il  existe  une  condition  de  quorum  exigeant  la  moitié  des  membres  +1  (majorité   simple).   Enfin.   D’autre   part   il   faut   également   que   les   membres   de   l’organisme   aient   été   convoqués   à   temps.     b.  il  est  impossible  pour  les  membres  de  l’organisme  qui  ont  un  intérêt  personnel  à   l’affaire  de  participer  à  ces  travaux  car  dans  ce  cas  l’avis  de  l’organisme  ne  remplirait  pas   les   conditions   d’impartialité   requise.

  Si   un   avis   est   demandé   par   celle-­‐ci.     36   .  Ce  droit  est  une  des  traductions  du  principe  du  droit  de  la  défense.   C’est   à   sa   discrétion.Le  Droit  administratif  distingue  3  types  d’avis  :     L’avis   facultatif   que   l’administration   n’est   pas   obligée   de   demander.   Ce  principe  trouve  son  origine  dans  l’affaire  des  ‘Fiches’  :  le  ministère  de  la  défense  avait   établi  des  fiches  mentionnant  les  opinions  religieuses  des  différents  gradés.     Si   l’organisme   consultatif   pose   des   conditions  .       L’avis  obligatoire  est  un  avis  que  l’administration  est  tenue  de  demander  mais  qu’elle   n’est  pas  obligée  de  suivre.       L’avis   conforme   est   un     avis   qu’elle   est   obligée   de   demander   et   qu’elle   est   en   outre   tenue  de  suivre.  Si  l’avis  est  défavorable  à  la  décision.  L’examen  particulier  des  circonstances  de  l’affaire  :     Cette   règle   a   vocation   à   s’appliquer   lorsque   l’administration   dispose   d’un   pouvoir   discrétionnaire   pour   prendre   une   décision   individuelle.     Ce   principe.  Cette  affaire   s’est   traduite   par   l’adoption   de   la   loi   du   22   avril   1905   consacrant   le   droit   pour   les   fonctionnaires   à   la   communication   de   leur   dossier   préalablement   à   toute   sanction   disciplinaire.  Le  respect  des  droits  de  la  défense  :     Le  principe  des  droits  de  la  défense  est  le  principe  qui  avait  permis  au  JA  de  créer  des   PGD.     3.  l’autorité  administrative   ne   dispose   que   de   deux   possibilités  :   soit   elle   suit   l’avis   de   l’organisme   (modifie   la   décision   dans   le   sens   préconisé   par   l’organisme   consultatif)   soit   elle   adopte   le   texte   initial  de  sa  décision  (le  texte  qu’elle  a  soumis  à  l’organisme).  Toutefois.   Elle   peut   même   adopter   une   décision   différente   de   celle   qu’elle   a   soumise   à   l’organisme   consultatif.   elle   n’est   pas   tenue   de   le   suivre.   Grâce   à   cette   règle   l’administration   ne   renonce   pas   à   son   pouvoir   discrétionnaire      l’administration  ne  se  lie  pas  à  des  règles  impératives  pouvant  la  conduire  à  régler  des   affaires  en  série  sans  examiner  le  cas  particulier  de  chacune  d’elles.   Cette  loi  avait  pour  vocation  de  protéger  les  fonctionnaires.     2.   aussi   appelé   principe   du   contradictoire   impose   à   l’administration   de   ne   prendre   certaines   décisions   qu’après   avoir   mis   les   administrés   destinataires   de   ces   décisions  en  mesure  de  présenter  leur  défense.  Elle  ne  peut  adopter  une   décision   à   la   fois   différente   de   celle   qu’elle   a   soumise   à   l’organisme   et   qui   ne   se   conformerait  pas  aux  préconisations  de  celui-­‐ci.   préalablement   à   sa   décision   de   procéder   à   un   examen   particulier   de   chacun  des  dossiers  qui  doit  donner  lieu  à  décision.  l’administration  devra  y  renoncer.   Elle   impose   dans   ce   cas   à   l’administration.   l’administration   devra   introduire   les   modifications  préconisées  par  l’organisme.   C’est  pour  cela  que  l’administration  a  souvent  recours  aux  directives    elles  permettent   de  rationaliser  son  action  mais  la  caractéristique  majeure  de  celles-­‐ci  est  de  ne  pas  lier   complètement   l’administration   et   de   ne   pas   la   dispenser   d’examiner   en   particulier   chaque   dossier   soumis   pour   savoir   si   l’on   doit   appliquer   des   règles   générales   ou   y   déroger.  si  l’avis  est  défavorable.

  Il  est  même  admis  que  certaines  décisions  soient  prises  sous  forme  verbale.     Il   existe   des   exceptions  :   demandes   abusives.       Obligation  de  motivation  :     37   .   Le  CE  dans  ce  cas  doit  se  fier  à  l’enchainement  des  faits.  L’imposition  de  règles  de  forme  :     Ces  règles  de  forme  sont  peu  nombreuses    Le  DA  n’est  pas  très  formaliste.   ARAMU  &  DAME  VEUVE  TROMPIER  GRAVIER  1944  et  1945).   circonstances   exceptionnelles.  La  loi  de  2000  peut  également  être  écartée  lorsque  des   textes   prévoient   également   une   procédure   contradictoire   présentant   des   garanties   équivalentes.   03/12/1999  ‘DIDIER’).  il  résulte  de  la  loi  du  12/04/2000  que  la  décision  doit   être   signée   par   l’autorité   compétente   et   que   cette   signature   doit   être   accompagnée   du   nom.       Il  est  arrivé  à  certaines  cours  de  juger  illégales  des  décisions  prises  par  un  préfet  suivies   d’une  signature  n’étant  pas  la  sienne  et  d’un  auteur  dont  le  nom  n’était  pas  lisible.       Lorsque  la  décision  a  été  prise.  d’obtenir  une   défense  de  la  part  de  l’administré  des  observations  orales  mais  simplement  de  le  mettre   en  mesure  de  présenter  ses  observations.       C.     Ce   principe   s’est   vu   reconnaître   une   valeur   constitutionnelle   et   rejoint   d’une   certaine   manière  le  droit  à  un  procès  équitable  consacré  par  la  CEDH  par  son  article  6-­‐1  dont  le   CE   admet   qu’il   s’applique   également   à   la   procédure   non   juridictionnelle   (CE.   lorsque   l’exerce   des   droits   de   la   défense   a   pour   finalité   de   troubler   l’exercice   des   relations   internationales  ou  l’ordre  public.  Elle  peut  se  faire  assister  d’un  conseil  ou   représentant  par  un  mandataire.       La  règle  de  forme  qui  est  la  plus  importante  est  celle  attrayant  à  la  motivation  des   actes  administratifs.     Ce  principe  du  contradictoire  n’impose  pas  à  l’administration  de  recueillir.   En   dehors   des   décisions   visées   par   la   loi   de   2000   il   résulte   de   la   jurisprudence   que   donne   également   lieu   à   l’application   du   principe   du   contradictoire   les   sanctions   prises   à   l’encontre   des   administrés   ou   les   mesures   qui   sont   prises   en   considération   de   la   personne  de  l’administré  à  condition  dans  les  deux  cas  qu’elles  présentent  un  réel  degré   de  gravité.   Par   la   suite   ce   principe   a   été   élargi.     Pour   les   fonctionnaires   ce   principe   se   traduit   dans   le   statut   général   de   la   fonction   publique  qui  reprend  la  règle  de  communication  préalable  du  dossier.   il   s’est   vu   reconnaître   le   principe   de   PGD   (CE.  de  la  qualité  de  l’autorité  signataire.     En  dehors  du  cadre  de  la  fonction  publique  les  droits  de  la  défense  sont  régis  par   la   loi   du   12   avril   2000   selon   laquelle   les   décisions   individuelles   dont   la   motivation   est   obligatoire   en   vertu   de   la   loi   du   11/07/1979   ne   peuvent   être   prises   qu’après   que   la   personne   concernée   n’ait   été   mise   à   même   de   présenter   ses   observations   écrites   et   le   cas   échéant  à  sa  demande  ses  observations  orales.  du  prénom.

      Quels  sont  ces  actes  ?       Les  décisions  individuelles  doivent  être  motivées.           1.   les   décisions   qui   infligent   une  sanction.       Que   faire   dans   l’hypothèse   ou   l’administration   refuse   une   autorisation   simplement   en   gardant  le  silence  ?     Dans  ce  cas  un  mécanisme  autorisant  l’administré  ayant  reçu  une  autorisation  implicite   de  demander  ses  motifs  à  l’administration.  les   mesures   de   police.   les   décisions   qui   refusent   une   autorisation.       La   loi   prévoit   que   quand   une   décision   implicite   de   rejet   est   prise   dans   un   cas   où   la   décision  explicite  aurait  du  être  motivée  l’administré  destinataire  de  cette  décision  a  le   droit   de   demander   les   motifs   de   celle-­‐ci   dans   le   délai   du   recours   contentieux   et   l’administration  doit  lui  communiquer  ses  motifs  dans  le  délai  d’un  mois.   législatifs  ou  réglementaires  qui  prévoient  l’obligation  pour  l’administration  de  motiver   certaines  décisions.  pas  les  actes  règlementaires.   l’obligation   de   motivation   ne   consiste   donc   pas   à   donner   des   motifs   aux   décisions   administratives   mais   à   expressément  faire  figurer  ses  motifs  dans  la  décision.     Ex  :   les   décisions   relatives   à   la   dissolution   des   conseils   municipaux   sont   soumises   à   l’administration  en  vertu  de  dispositions  spéciales.       Cette  obligation  a  été  modifiée  par  la  loi  du  11  juillet  1979.  Cette  loi  n’instaure  pas  une   obligation  générale  de  motivation  mais  impose  cette  motivation  pour  un  certain  nombre   de  décisions.   Tout   acte   administratif   est   pris   pour   certains   motifs.  Le  champ  d’application  de  l’obligation  de  motivation  :     Durant   une   certaine   période   les   actes   de   l’administration   ne   devaient   pas   être   motivés.       En   plus   des   hypothèses   prévues   à   la   loi   de   1979   il   existe   divers   textes   particuliers.       38   .     Cette  loi  impose  en  2nd  lieu  la  motivation  obligatoire  de  certaines  décisions  individuelles   qui  dérogent  à  une  législation  ou  à  une  réglementation  générale.     Parmi   ces   actes   individuels   seuls   sont   soumis   à   l’obligation   de   motivation   deux   catégories  de  décision  :     Les  décisions  défavorables  à  leurs  destinataires  et  qui  font  partie  d’une  liste  dressée  par   la  loi.     Cette  liste  comprend  les  décisions  qui  restreignent  l’exercice  des  libertés  publiques.   L’obligation   de   motivation   n’était   qu’une   exception   d’application   relativement  modifiée.

  la   motivation   doit   présenter  de  manière  claire  les  raisons  de  fait  ou  de  droit  qui  ont  déterminé  l’autorité   compétente  à  prendre  la  décision  concernée.   de  faciliter  les  recours  éventuels  devant  les  tribunaux.   mais   ne   doit   pas   être   stéréotypée.  L’entrée  en  vigueur  de  l  ‘acte  administratif  unilatéral  :     L’acte   administratif   est   opposable   et   applicable   aux   administrés   en   vertu   de   certains  principes  et  de  la  nature  de  l’acte.     Cet  élargissement  peut  s’expliquer  par  le  caractère  collégial  de  ces  organismes.       Cette  obligation  de  motivation  a  pour  but  de  rendre  l’action  administrative  transparente.    ni  à  priori.   L’administration   peut   en   revanche   adopter   des  dispositions  qui  vont  modifier  les  modalités  de  poursuite  des  auteurs  d’infractions   et   le   juge   considèrera   que   ces   dispositions   sont   d’application   immédiate  :   applicables   non   seulement   aux   infractions   commises   postérieurement   à   l’entrée   en   vigueur   du   texte   et  immédiatement  pour  les  infractions  commises  antérieurement.   déclarées   punissables.     Le   principe   de   non   rétroactivité   n’exclue   pas   l’existence   de   textes   d’application   immédiate  :  de  dispositions  s’appliquant  immédiatement  aux  situations  en  cours.  ni  à  postériori   La   motivation   peut   être   brève.  de  faciliter  le  travail  du  juge.  Les  modalités  de  la  motivation  :     La   motivation   doit   figurer   dans   la   décision   elle-­même   ou   bien   être   annexée   à   la   décision.           2.   Ex2  :  un  fait  sanctionnable  a  été  commis  par  le  passé.  Elle  doit  être  concomitante  de  la  décision.       Ex  :  l’administration  par  un  texte  réglementaire  prévoit  des  sanctions.     Elle  doit  être  fournie  ni  avant.     A.     Ce   principe   cesse   de   s’appliquer   lorsqu’il   s’agit   pour   l’administration   d’appliquer   une   décision  d’annulation  rendue  par  une  juridiction  administrative.       §2.  l’administration  peut  prévoir  des   disposions  modificatives  de  la  poursuite  qui  auront  une  application  immédiate.  ni  après  la  décision.  Elle  ne  peut  punir   par  ces  sanctions  que  des  faits  qui  se  seront  produits  après  que  les  sanctions  en  question   auront   été   prévues.       39   .Une   jurisprudence   issue   d’un   arrêt   d’assemblée   du   CE   27/11/1970   ‘AGENCE   MARITIME   MARSEILLE   FRET’   en   vertu   de   laquelle   certains   organismes   collégiaux   à   caractère  professionnel  ou  para  juridictionnels  doivent  motiver  leur  décision.  Le  principe  de  non  rétroactivité  de  l’acte  administratif  :     C’est   un   PGD   selon   lequel   l’administration   ne   peut   prendre   des   actes   qu’elle   rendrait  applicable  à  des  faits  antérieurs  à  leur  entrée  en  vigueur.   Ce  principe  permet  aux  actes  administratifs  de  ne  disposer  que  pour  l’avenir.     Ce  principe  fait  l’objet  d’aménagements  ou  d’exceptions.

  le   délai   du   recours   contentieux   ne   court   pas    il  peut  être  attaqué  sans  contrainte  de  délais.  Ainsi  par  exemple  les   décrets  du  1er  ministre  et  du  président  doivent  être  publiées  au  JO.  La  fin  des  AA  unilatéraux  :     Quand  un  AA  unilatéral  prend  il  fin  ?  Cesse  de  produire  des  effets  ?       Un  AA  peut  prendre  fin  lorsqu’est  prévue  une  durée.   le   règlement   peut   être   attaqué   par   les   administrés.B.  Leur  entrée  en  vigueur  est  déclenchée  par   leur  notification  lorsqu’ils  sont  défavorables  aux  administrés  qu’ils  concernent.         40   .     C’est  le  cas  des  règlementations  transitoires.     Il  a  été  admis  par  la  jurisprudence  qu’un  décret  ait  pu  être  insuffisant  à  lui  même  pour   entrer   en   vigueur.  le  délai  est  déclenché  par  la  publicité  des  actes  individuels    Le   délai  commence  à  courir  à  partir  du  moment  ou  les  tiers  ont  pu  prendre  connaissance  de   ces   actes   individuels.   Les   tiers   peuvent   souvent   attaquer   ces   actes   sans   condition   de   délai.   Parfois   les   décisions   d’un   Conseil   municipal   peuvent   être   publiées   par   voie   d’affichage   par  exemple.       §3.  des  autorisations  données  pour  une   durée  limitée.   S’il   est   connu.   Un  règlement  non  publié  n’est  toutefois  pas  dépourvu  ni  de  toute  existence  ni  de   tout   effet   juridique.     Leur   entrée   en   vigueur   est   liée   à   leur   signature   lorsque   ces   actes   sont   favorables   aux   intéressés      ne   pas   confondre   entrée   en   vigueur   de   l’acte   et   délai   de   recours   contentieux.   Ces   mesures   ne   peuvent   entrer   en   vigueur   que   sous   réserve   de   publicité  régulière  donnée  au  règlement  de  base.       A  défaut  de  prévision  par  les  textes  la  règle  est  que  la  publicité  de  l’acte  doit  être   adaptée  aux  cercles  des  citoyens  qui  méritent  d’être  informés.     C.     Par  ailleurs  l’acte  peut  devenir  caduque  par  disparition  de  son  objet.  L’entrée  en  vigueur  des  actes  individuels  :     Contrairement   aux   actes   règlementaires   les   actes   individuels   ne   nécessitent   pas   d’être  publiés  pour  entrer  en  vigueur.  L’entrée  en  vigueur  des  actes  réglementaires  :     Les  actes  règlementaires  n’entrent  en  vigueur  qu’à  partir  du  moment  où  ils  auront   fait  l’objet  d’une  publicité.  un  délai  d’application.     Les  modalités  de  cette  publicité  sont  parfois  fixées  par  les  textes.       Pour  ce  qui  est  des  tiers.     Avant   même   que   soit   publié   un   règlement   l’administration   peut   prendre   des   mesures   règlementaires  d’application  de  ce  règlement.       Pour  qu’une  publicité  soit  régulière  il  ne  faut  pas  que  l’administration  l’effectue  sur  un   support  confidentiel.   L’acte   peut   également   prévoir   qu’il   cessera   de   s’appliquer   à   compter   de   la   réalisation  d’un  certain  événement.   Si   la   publicité   n’est   pas   faite   ou   est   insuffisante.

  respect   de   la   légalité   et   la   nécessité  de  préserver  la  stabilité  des  situations  juridiques.     Ce  sont  les  actes  de  police  administrative  car  précaires  par  nature.   décisions   par   lesquelles   l’administration   oppose  un  refus  (autorisation  avantage)    les  actes  négatifs  créent  des  droits  au  profit   des  tiers.La   fin   de   l’acte   peut   également   résulter   d’une   décision   de   l’administration   d’y   mettre  un  terme.  L’abrogation  des  actes  règlementaires  :     L’administration   peut   à   tout   moment   abroger   les   actes   règlementaires.  ou  les  actes  dits  inexistants  c’est  à  dire  entachés  d’une  extrême  gravité.   les   voisins   disposent   du   droit   d’empêcher   une   construction.     Un   acte   créateur   de   droits     est   un   acte   qui   va   conférer   un   avantage   à   certains   administrés.   A   l’inverse   ne   créent   pas   de   droits   les   actes   ne   conférant   pas   d’avantages   à   leurs   destinataires   tels   que   les   déclarations   d’utilité   publique.     Cette  décision  peut  revêtir  2  modalités  :     L’abrogation.  au  mieux   il  y  a  droit  à  des  mesures  transitoires  (KPMG)   L’administration   a   le   droit   d’abroger   à   tout   moment   un   règlement   existant   mais   a   également  l’obligation  d’abroger  les  règlements  illégaux.   des   actes  de  promotion.   certaines   personnes.   ce   refus  crée  des  droits  pour  ses  collègues.   ce   sont   des   actes   obtenus   par   fraude.   qu’ils   soient  légaux  ou  non  -­  il  n’y  a  pas  de  droit  au  maintien  d’un  règlement.   Si   l’administration   refuse   d’inscrire   un   fonctionnaire   sur   un   tableau   d’avancement.       Trois  idées  président  à  la  conception  de  cette  jurisprudence  :       Laisser  à  l’administration  une  large  maitrise  de  la  réglementation  en  vigueur.  qui  consiste  dans  la  suppression  de  l’acte  pour  l’avenir.     Lui  imposer  le  respect  de  la  légalité.  L’abrogation  :     C’est  la  suppression  de  l’acte  pour  l’avenir.       1.   Ce   sont   par   exemple   des   actes   de   nomination.       2.   qui   consiste   en   la   disparition   rétroactive   de   l’acte.     Préserver  la  liberté  individuelle  et  la  sécurité  juridique          Il   faut   rechercher   un   équilibre   entre   liberté   d’action.   c’est   à   dire   sa   suppression   depuis  son  origine.     Ce   sont   également   des   décisions   négatives.  L’abrogation  des  actes  individuels  :     Les   modalités   d’application   dépendent   si   ces   actes   sont   ou   non   créateurs   de   droits.       A.  permis  de  construire).       41   .  des  autorisations  (exploitation.     Le   retrait.     Cette  recherche  d’équilibre  a  conduit  à  l’adoption  de  règles  dont  les  modalités  varient.     Ex  :   si   un   permis   de   construire   est   refusé.

    En  revanche  il  est  d’autres  actes  qui  ne  créent  des  droits  que  sous  réserve  que  leur   condition  d’adoption  perdure.     Si   l’acte   est   illégal   et   créateur   de   droits   son   abrogation   est   possible   sous   certaines   conditions  :  il  est  des  actes  qui  créent  des  droits  intangibles  dont  l’attribution  revêt  un   caractère  définitif.  poursuite  de  certaines  activités.   Le  retrait  impose  un  équilibre  principe  de  légalité/sécurité  juridique.     42   .     B.   En   réalité   l’intéressé   ne   remplissait   pas   les   conditions   pour   entrer   dans  l’ordre  des  chirurgiens  dentistes.   Le  retrait  est  soumis  à  des  conditions  strictes.   c’est   sa   suppression   rétroactive   qui   efface   tous   ses   effets   produits.   en   cours   d’exercice   de   la   profession   l’intéressé   avait   cessé  de  répondre  aux  conditions  correspondant  à  cette  profession  or  l’intéressé  dès  le   départ   ne   remplissait   pas   ces   conditions      cet   acte   n’était   pas   subordonné   à   des   conditions  devant  disparaître  car  elles  n’ont  jamais  existé.  Les  règles  d’abrogation  de  ces  actes  individuels  :     Si  ces  actes  individuels  sont  créateurs  de  droits  leur  abrogation  est  impossible  dès   lors  qu’ils  sont  légaux.     Cependant  le  JA  a  apporté  une  précision  :  lorsque  l’administration  a  commis  une  erreur   sur   les   conditions   justifiant   l’adoption   de   l’acte   depuis   l’origine   elle   ne   peut   l’abroger   lorsqu’elle  estime  ces  conditions  plus  remplies    COULIBALI  2009   En   l’espèce   l’administration   avait   inscrit   l’intéressé   au   tableau   de   l’ordre   des   chirurgiens-­‐  dentistes.    Le  JA  a  considérait  que  cette  abrogation  n’était  pas  justifiable.Ce   sont   également   les   actes   qui   se   bornent   à   constater   une   situation      les   actes   déclaratifs.     La   solution   eut   été   différente   si.  Ces  actes  accordent  une  subvention  sous   certaines  conditions  :  création  d’emplois.     C’est  le  cas  des  actes  accordant  une  subvention.     L’administration  accorde  la  nationalité  française  à  un  étranger    droit  définitif.       b.     L’abrogation  de  tels  actes  ne  peut  intervenir  que  dans  un  délai  de  4  mois  à  compter  de  la   prise  de  la  décision    SOCIETE  NEUF  TELECOM  30/06/2006.  Cet  acte  ne  peut  être  abrogé  que  dans  un  délai  de  4  mois  sauf  si   celui-­‐ci   est   illégal.  Le  retrait  de  l’acte  :     Le   retrait   d’un   acte.     Ex  :   on   subventionne   un   médecin   pour   qu’il   crée   un   cabinet   secondaire   si   les   besoins   de   la  population  justifient  un  cabinet  secondaire.       Les  actes  non  créateurs  de  droits  :     Ces  actes  peuvent  être  abrogés  à  toute  époque  car  leur  abrogation  n’est  pas  susceptible     de  heurter  la  sécurité  juridique.     Ces  actes  étaient  qualifiés  d’actes  ‘créateurs  de  droits  précaires’.     Ces   actes   disparaissent   lorsque   les   motifs   justifiant   leur   adoption   disparaissent   CE   14/03/2008  ‘PORTALIS’    les  actes  peuvent  être  abrogés  lorsque  les  conditions  leur   étant  subordonnées  disparaissent.

 Selon  cet  arrêt  retrait  de  l’acte  pouvait  intervenir  tant   que  celui-­‐ci  pouvait  faire  l’objet  d’une  annulation  contentieuse    le  juge  établissait  un   lien   entre   le   délai   du   recours   contentieux   et   le   délai   du   retrait   de   l’acte.   L’acte   pouvait   être   retiré   à   2   conditions  :   qu’il   soit   illégal   et   qu’il   ne   soit   pas   devenu   définitif    pas  insusceptible  d’une  annulation  contentieuse.     Si   le   règlement   est   illégal.  la  solution  à  ce  problème  a  fait  l’objet  de  plusieurs   interrogations.  Le  retrait  des  actes  individuels  :     Le   retrait   des   actes   individuels   peut   poser   problème   car   ils   accordent   des   droits   aux   administrés.   Il  faut  faire  plusieurs  distinctions  :     Si  ces  actes  individuels  sont  légaux.     Si  l’acte  individuel  est  illégal  :     Si  l’acte  n’a  pas  crée  de  droits.   Il   n’existe   qu’une   exception   à   ce   principe   qui   a   été   admise  :   c’est   l’hypothèse   dans   laquelle  le  règlement  légal  n’a  fait  l’objet  d’aucune  application.   1.  Tant  que  l’affaire  sera  pendante.     Cette   solution   présentait   un   inconvénient  :   les   actes   individuels   en   règle   générale   sont   notifiés   à   leur   destinataire   mais   ceux-­‐ci   ne   sont   pas   publiés   et   donc   ne   sont   pas   portés   à   la  connaissance  des  tiers.   il   peut   uniquement   être   retiré   dans   le   délai   du   recours   contentieux  (dans  les  2  mois  qui  suivent  sa  publication).     La   conséquence   est   que.   Ce   délai   se   trouve   prolongé   si.   vis   à   vis   des   tiers   le   délai   du   recours   contentieux   qui   ne   peut   être   déclenché   que   par   une   mesure   de   publicité   ne   court   pas      ces   actes   pouvaient   être   attaqués  par  les  tiers  dès  que  leurs  intérêts  étaient  lésés.  l’administration  peut  retirer  ce  règlement   durant  toute  l’instance  produite  par  le  recours.   Si  l’acte  individuel  a  crée  des  droits.   dans   ce   délai   le   règlement   a   fait   l’objet   d’un   recours   contentieux.       2.   Pendant   longtemps   la   question   a   été   réglée   par   les   solutions   dégagées   par   le   CE   dans   un   arrêt  Dame  Cachet  03/11/1922.        C’est   une   illustration   de   la   tentative   du   juge   de   combiner   sécurité   juridique   et   principe  de  légalité.   On   parlait   de   ‘couplage’.       43   .  et  ça  sans  condition  de  délai.  Le  retrait  des  actes  règlementaires     Le  retrait  d’un  acte  règlementaire  est  impossible  si  cet  acte  est  légal.     Avec  cette  solution  les  actes  individuels  pouvaient  être  retirés  :   Soit  dans  le  délai  du  recours  contentieux  soit  dans  les  2  mois  suivant  sa  publication   Soit   parce   que   ce   délai   n’avait   pas   été   déclenché   du   fait   de   l’absence   d’une   mesure   de   publicité  adéquate     Soit  parce  que  dans  le  délai  du  recours  contentieux  l’acte  avait  été  attaqué  devant  le  JA   et  était  susceptible  d’annulation.  il  peut  être  retiré  à  tout  moment.  leur  retrait  est  impossible.

 Or  la  suspension  ou  le  sursis  à  exécution  concernent  des  situations   exceptionnelles  et  sont  soumis  à  des  règles  très  strictes.     44   .     La   suspension   de   l’acte   n’est   possible   que   si   elle   est   demandée   par   le   requérant   et   correspond  à  certaines  conditions  telles  que  l’urgence  ou  la  gravité  de  l’acte.     En   ce   qui   concerne   les   décisions   implicites   (telles   que   les   décisions   implicites   de   rejet)   aucun   texte   ne   règlemente   cette   question.       Cette  solution  a  néanmoins  été  critiquée  car  ces  règles  ne  concernent  que  les  décisions   administratives  unilatérales  expresses.  un  sursis  à  exécution  que  cet  acte  cesse  de   produire  ses  effets.       §4.   par   exception.       Cette  solution  Dame  Cachet  a  été  renversée  par  l’arrêt  TERLON  26/10/2001.   Postérieurement  à  ce  délai  l’administration  ne  peut  plus  retirer  l’acte  que  dans  un  cas  :   celui  dans  lequel  le  bénéficiaire  de  l’acte  en  ferait  lui  même  la  demande.     Il  existe  enfin  une  dernière  solution  :       Cette  solution  concerne  le  retrait  des  décisions  implicites  d’acceptation  :  pour  ce  qui  les   concerne  les  règles  de  retrait  sont  fixées  par  la  loi  d’avril  2000.   Il  a  par  la  suite  été  précisé  que  la  date  était  celle  de  la  prise  de  la  décision  c’est  à  dire  la   date  de  la  signature  de  la  décision.   S’applique   donc   la   solution   ancienne  de  l’arrêt  Dame  Cachet  selon  laquelle  le  retrait  de  l’acte  est  possible  tant   qu’il  peut  faire  l’objet  d’une  annulation.     Avec   l’arrêt   Terlon   les   actes   individuels   créateurs   de   droits   ne   peuvent   sauf   disposition   législative   ou   règlementaire   contraire   être   retirés   que   dans   un   délai   de  quatre  mois  à  compter  de  la  prise  de  la  décision.     Ces  règles  relatives  au  retrait  impliquent  une  connaissance  des  règles  du  recours   contentieux.   Si   la   décision   a   été.   L’arrêt  TERLON  va  opérer  un  découplage  entre  délai  du  recours  contentieux  et  de  retrait   des  actes  administratifs.     Pour  les  tiers  ceux-­‐ci  disposent  de  2  mois  pour  attaquer  une  décision  après  la  publicité   de  celle-­‐ci    les  tiers  peuvent  attaquer  n’importe  quand  cette  décision  mais  aujourd’hui   l’administration  ne  peut  plus  retirer  cette  décision.  L’exécution  de  l’acte  :     Tant   que   l’annulation   ou   le   retrait   de   l’AA   n’est   pas   prononcé   cet   acte   ci   reste   obligatoire.   SI   la   décision   implicite   d’acceptation   a   fait   l’objet   d’un   recours   son   retrait   est   possible   durant  toute  la  durée  de  l’instance.   publiée   et   n’a   pas   fait   l’objet   de   recours   son   retrait   n’est   possible   que   dans   le   délai   du   recours   contentieux   (soit   dans   un   délai   de   2   mois   après  la  prise  de  la  décision).Il  en  résultait  que  l’administration  pouvait  rétroactivement  retirer  ces  actes  lorsqu’elle   le  souhaitait.  et  cela  même  s’il  a  fait  l’objet  d’un  recours.     Ce  n’est  que  si  est  prononcée  une  suspension.       Le   délai   du   recours   contentieux   (pendant   lequel   un   administré   peut   attaquer   un   AA)   est   déclenché  par  sa  notification.

   leur  prononcé  est  également  soumis  à  l’exigence  d’impartialité  des  organismes  ou   personnes  qui  les  prononcent.   Si.   En   cas   de   refus   d’obéissance   l’administration   dispose   de   différents   moyens   pour   contraindre   les   administrés   à   se   soumettre  aux  actes  qu’elle  a  pris.   L’exécution  de  la  décision  doit  s’être  heurté  à  une  résistance  de  la  part  des  administrés.   Ces  sanctions  doivent  respecter  le  principe  du  contradictoire  et  doivent  être  motivées.   comme   cela   est   souvent   le   cas   l’exécution   forcée   porte   atteinte   à   la   propriété   des   biens   d’un   administré   ou   à   une   liberté   fondamentale   (ex   liberté   d’aller   et   venir)   elle   constitue  ce  que  l’on  appelle  une  voie  de  fait  :  un  acte  entaché  d’une  irrégularité  d’une     45   .     Il  faut  pour  cela  que  le  non  respect  des  actes  administratifs  concernés  ait  été  érigé  par   les  textes  en  infraction  pénale.   Enfin.   Dans  cet  arrêt  le  CE  explique  que  ce  principe  existe  sans  texte  et  est  rappelé  par  la  CEDH   et  son  article  6-­‐1.     Le  principe  d’impartialité  est  un  PGD  (CE.     La   décision   qui   fait   l’objet   d’une   exécution   forcée   doit   trouver   sa   source   dans   un   texte   précis.     Par  exception  l’autorisation  par  décision  de  justice       TC  02/12/1902  ‘Société  Immobilière  Saint  Juste’  :   Si  l’exécution  forcée  est  autorisée  par  la  loi   Le  recours  a  la  force  n’est  possible  que  lorsqu’il  y  a  urgence  <<  Quand  la  maison  brûle  on   ne  va  pas  demander  au  juge  l’autorisation  de  ramener  les  pompiers>>   L’administration   peut   recourir   à   la   force   lorsqu’elle   ne   dispose   d’aucun   autre   moyen   pour  obtenir  l’exécution  de  sa  décision  :   Il   faut   qu’il   n’y   ait   ni   sanction   légale   ni   aucun   autre   procédé   légal   permettant   à   l’administration  d’obtenir  obéissance  à  sa  décision.  Ces   sanctions  peuvent  être  de  nature  diverses  :  pécuniaires.  administratives  ex  :  (retrait  du   permis)..  C’est  le  cas  par  exemple  des  infractions  aux  règlements   de   police   légalement   faits   (l’article   R610-­5   Code   pénal   punit   de   peines   contraventionnelles  les  infractions  aux  décrets  ou  arrêtés  de  police  légalement  faits).Les   administrés   sont   tenus   à   un   devoir   d’obéissance.     L’administration   peut   d’abord   engager   à   l’encontre   des   intéressés.     Si   l’administration   utilise   irrégulièrement   la   force   pour   exécution   de   ses   décisions   elle   engage  sa  responsabilité.   L’exécution   forcée   doit   se   tenir   à   ce   qui   est   strictement   nécessaire   pour   obtenir   exécution  de  la  décision.   des   administrés   récalcitrants  des  poursuites  pénales.   Ces   sanctions   ne   peuvent   être   prononcées   selon   le   CE   dans   la   mesure   ou   les   textes   définissant   les   éléments   de   l’infraction   sont   susceptibles   de   les   justifier   de   manière   complète  et  précise.   L’administration  peut  également  avoir  à  sa  disposition  des  sanctions  administrative.  En   principe  si  l’administration  veut  recourir  à  la  force  elle  doit  s’y  faire  autoriser  par  une   décision  de  justice.  DIDIER  20/12/1999).     La   question   que   posent   les   AA   est   de   savoir   si   l’administration   peut   procéder   à   l’exécution  forcée  de  ses  décisions  ?       En  principe  le  recours  à  l’exécution  forcée  est  soumis  à  des  conditions  très  strictes.

 Le  principe  :  le  caractère  de  droit  privé  des  contrats  passés  entre  personnes  privées  :     Ce  principe  est  constant.   rapports   avec   établissements   d’enseignements   privés.     I.   fournitures.       46   .     L’utilisation  du  contrat  par  l’administration  peut  être  faite  pour  différents  motifs  :     Elle   peut   contracter   à   des   fins  professionnelles:   se   procurer   des   travaux.     Sur  le  plan  juridique  les  contrats  de  l’administration  se  trouvent  toujours  dominés  par   une  distinction  classique  :  la  distinction  entre  contrat  de  droit  privé  de  l’administration   et  contrats  de  droit  administratif.   26/06/1989   ‘Compagnie   générale   d’entreprise   de   Chauffage’)      Seule   une   loi   peut   disposer   qu’un   contrat   passé   entre   personnes   privées   est   un   contrat   administratif.  Le  critère  organique  :     Pour   qu’un   contrat   puisse   être   qualifié   d’administratif   il   faut   d’abord   qu’y   soit   partie   une   personne   publique.   Le  procédé  contractuel  est  ainsi  utilisé  dans  d’innombrables  domaines  :  aménagements   du   territoire.   A   défaut.gravité   telle   que   l’administration   en   perd   son   privilège   de   juridiction   et   que   le   contentieux  de  cet  acte  relève  des  tribunaux  judiciaires.     On   assiste   depuis   les   30   dernières   années   une   tendance   à   la   contractualisation  :   l’utilisation  du  procédé  contractuel  dans  des  domaines  de  plus  en  plus  nombreux    les   politiques   ou   les   mesures   sont   plus   faciles   à   mettre   en   œuvre   lorsqu’elles   ont   préalablement  recueilli  l’accord  des  parties  intéressées.       SECTION   1  :   Distinction   contrats   administratifs   et   contrats   de   droit   privé   de   l’administration  :     §1.   services  dont  elle  a  besoin.   que   l’une   des   parties   au   contrat   serait   une   société  d’économie  mixte.   Elle  peut  contracter  à  des  fins  de  gestion  des  services  publics.     Le   TC   a   même   considéré   qu’il   s’agissait   d’une   règle   de   valeur   législative   (TC.   le   contrat   revêt   un   caractère   de   droit   privé.         CHAPITRE  2  :  Les  Contrats  administratifs  :       Le  procédé  contractuel  est  employé  par  l’administration  de  manière  traditionnelle  mais   revêt  une  importance  pratique  considérable.   Elle   peut   contracter   en   vue   de   s’occuper   de   la   gestion   de   ses   biens   (ex  :   louer   des   immeubles.  terrains).     Le  principe  ainsi  consacré  revêt  une  force  particulière  :     Ce   principe   s’applique   à   tous   les   contrats.     rapports   entre   collectivités  publiques.   Elle  peut  enfin  contracter  pour  règlementer  ses  relations  avec  les  usagers  de  certains  SP.   l’exécution   de   travaux   publics.   qu’ils   aient   pour   objet   l’exécution   d’une   mission   de   SP.

  Cette   solution   connaît   toutefois   une   limite  :   elle   ne   s’étend   pas   aux   travaux   qui   ne   concernent   pas   directement   la   voirie   routière.     Cette   solution   a   été   confirmée   par   la   suite   et   étendue   aux   ouvrages   d’art   voir   les   ouvrages  situés  hors  de  l’emprise  même  des  routes  ou  des  autoroutes.       A.     D’autre   part   la   jurisprudence   a   décidé   que   cette   solution   devait   s’appliquer   non   seulement  passés  par  des  sociétés  d’économie  mixte  concessionnaires  d’autoroute  mais   également  aux  contrats  passés  par  des  sociétés  purement  privés.   Cette   exception   ne   repose   pas   sur   la   considération   de   l’objet   du   contrat   mais   sur   la   considération   des   relations   pouvant   exister   entre   l’une   des   parties   au   contrat   et   une   personne  publique.       Ces  exceptions  revêtent  2  modalités.   08/07/1963   ‘Société   entreprise   Peyrot’).       2.       II.     47   .  Les  exceptions  d’origine  jurisprudentielles  :     1.     TC  12/11/1984  ‘Société  d’économie  mixte  du  tunnel  de  Sainte  Marie  aux  mines’.  entendu  au  sens  large  par  le  CC.  Les  exceptions  au  critère  organique  fondées  sur  l’objet  du  contrat  :     Cette   exception   découle   d’un   arrêt   du   TC   (TC.   autoroutière   (CE   09/20/1994   ‘Société   des  autoroutes  Paris  Rhin  Rhône’).Ce  principe  s’explique  à  la  fois  par  sa  simplicité  mais  aussi  par  le  fait  que  le  JA  considère   qu’il   y   a   moins   d’importance   de   conserver   par   devers   lui   le   droit   des   contrats   que   de   conserver  des  actes  unilatéraux  des  personnes  privées.     Cet   arrêt   décide   que   les   marchés   passés   en   vue   de   la   réalisation   de   travaux   autoroutiers   ou   relevant   de   la   voirie   routière   nationale   revêtent   un   caractère   administratif   alors   même   qu’ils   sont   passés   entre   2   personnes   privées   en   l’occurrence   une   société   d’économie   mixte   concessionnaire   d’autoroute   et   une   entreprise   privée   de   travaux   publics.     Cette  dérogation  s’explique  par  la  nature  des  travaux  en  cause  (routiers)  et  par  voie  de   conséquence  pour  l’objet  du  contrat.  Les  exceptions  fondées  sur  un  critère  relationnel  :     Cette  exception  est  fondée  sur  la  notion  du  mandat.   Les   exceptions   au   principe  :   le   caractère   administratif   de   certains   contrats   conclu   entre  personnes  privées  :     Ces   exceptions   s’expliquent   très   largement   par   la   place   qu’on   pris   certaines   personnes   morales  de  droit  privé.   En   matière   d’actes   unilatéraux   les   personnes   privées   investies   d’une   mission   de   SP   prennent  des  actes  unilatéraux  administratifs.   Cette  solution  se  fonde  sur  l’objet  du  contrat  en  l’occurrence  le  fait  que  la  construction   des   routes   nationales   revêt   le   caractère   de   travaux   publics   et   appartient   par   nature   à   l’Etat.

 Le  mandat  tacite  :     On  parle  de  mandat  tacite  ou  mandat  administratif.   appliquée     à   propos   des   contrats   de   marchés   de   travaux  passés  par  des  concessionnaires  d’aménagement  sociétés  privées  ou  d’économie   mixte.  Le  mandat  express  :     Il   arrive   qu’une   personne   publique   donne   mandat   à   une   personne   privée   pour   agir  en  son  nom  et  pour  son  compte    et  donc  pour  passer  en  son  nom  et  pour  son   compte  les  contrats  nécessaires  à  l’accomplissement  de  son  action.     Ce   mandat   correspond   à   une   situation   dans   laquelle   l’une   des   parties   au   contrat   n’est  pas  liée  à  une  personne  publique  par  un  mandat  en  bonne  et  due  forme  mais   entretient   néanmoins   avec   celle-­ci   des   relations   étroites   qui   conduisent   à   la   considérer  comme  un  simple  intermédiaire  de  la  personne  publique.  elle  peut  investir  un  délégataire  qu’elle  choisit  par  mandat.     Cette   solution   a   d’abord   été   adoptée.       La   même   solution   a   été   étendue   en   dehors   du   cas   des   marchés   des   sociétés   concessionnaires  à  propos  de  contrats  de  prêts  accordés  par  le  Crédit  Foncier  de  France   à   des   français   rapatriés   d’Outre   Mer   sur   des   Fonds   Publics   dont   l’utilisation   était   contrôlée  par  l’Etat.     La   jurisprudence   considère   également   que   le   critère   organique   se   trouve   rempli   lorsque   l’une   des   personnes   privées   partie   au   contrat   est   une   association   dite     48   .  en  réalité  la  personne  publique  mandante  était  directement  partie  au  contrat     le  critère  organique  se  trouve  rempli.       b.  ou  celle-­‐ci  se  voyait  remettre  les  actions  en  responsabilité   contre   les   constructeurs   dans   cette   hypothèse   la   société   concessionnaire   était   censée   agir   pour   le   compte   de   la   personne   publique   et   ses   contrats   revêtaient   un   caractère   administratif.       Plusieurs  textes  en  DA  prévoient  le  système  du  mandat  :     La   loi   relative   à   la   maitrise   d’ouvrages   publics  :   lorsqu’une   personne   publique   veut   réaliser  un  ouvrage.   Le   mandat   express   ayant   un   effet   de   représentation   le   JA   considère   que   tout   se   passe   comme  si.         a.     CE  Dame  Culard  18/06/1976   LE  Ce  a  considéré  que  le  crédit  foncier  ne  jouait  qu’un  rôle  intermédiaire  et  agissait  pour   le  compte  de  l’Etat.   CE  30/05/1975  ‘Société  d’équipement  de  la  région  montpelliéraine’   TC  07/07/1975  ‘Commune  D’Ade’       Les  deux  juridictions  ont  considéré  que.  lorsque  les  sociétés  concessionnaires  réalisaient   des   travaux   entièrement   financés   par   la   personne   publique   qui   devaient   être   remis   à   celle-­‐ci  dès  leur  achèvement.

    Elle   ne   s’applique   pas   aux   contrats   qui   seraient   volontairement   soumis   par   l’administration  au  code  des  marchés  publics  alors  qu’elle  n’y  est  pas  tenue.   les   concessions   de   travaux   publics.  passés  en  application  du   code  des  marchés  publics  de  contrats  administratifs.  mais  ne  s’applique  qu’à  eux.     La  loi  du  11/12/20001  Murcef    qualifie  les  marchés  publics.     §3.   leur   catégorie  s’est  considérablement  enrichie  au  cours  de  ces  dernières  années.       Ce  sont  les  marchés  de  travaux  publics.     A.transparente   c’est   à   dire   totalement   maitrisée   par   une   personne   publique   (la   personne   publique   la   finance   au   moins   majoritairement.   les   baux   emphytéotiques  .  Soit   le   législateur   qualifie   purement   et   simplement   tel   contrat   d’administratif   soit   le   législateur  remet  son  contentieux  aux  juridictions  administratives.  Les  contrats  administratifs  par  détermination  de  la  loi  :     Jusqu’à   une   période   récente   ces   contrats   étaient   relativement   peu   nombreux.  les  contrats  de  partenariat..  Les  exceptions  au  critère  organique  d’origine  législative  :     Ces  exceptions  sont  peu  nombreuses.       Plus  besoin  de  chercher  des  critères  jurisprudentiels  de  marchés  publics.  les   contrats   de   vente   du   patrimoine   de   l’Etat.  Le  critère  matériel  de  distinction  entre  contrat  administratif  et  privé  :     I.  les  contrats  d’occupation  du  domaine  public  .       Ordonnance   du   15/07/2009  :   sont   administratifs   les   contrats   de   concessions   de   travaux   publics   alors   même   qu’elles   seraient   passées   par   des   personnes   morales   de   droit  privé  avec  d’autres  personnes  privées.     Décret   Loi   17/06/1938  :   les   contrats   d’occupation   du   domaine   public   passés   par   des   concessionnaires  de  SP  sont  des  contrats  administratifs  alors  même  qu’ils  ne  mettent  en   présence  que  deux  personnes  privées.  Les  qualifications  légales  :     Certains  contrats  de  l’administration  voient  leur  nature  déterminée  par  la  loi.     Jusqu’à  une  certaine  époque  le  TC  et  le  CE  considéraient  que  le  fait  que  le  marché  soit  un   marché   public   ne   conférait   pas   au   contrat   à   lui   seul   un   caractère   administratif   (TC   05/07/1999  ‘Commune  de  Sauve’).           49   .     La   portée   de   cette   qualification   a   été   précisée   par   la   suite   par   le   CE   (29/07/2002   ‘Société   MAJ   blanchisserie   de   Pantin’)   d’où   il   résulte   qu’elle   vaut   pour   tous   les   marchés  soumis  au  code  des  marchés  publics.  les  marchés  publics.   détient   la   plupart   des   postes   des  organes  dirigeants)       CE  21/03/2007  ‘Commune  De  Boulogne  Billancourt’     B.

        50   .     Ex  de  clause  impossible  :  l’administration  consent  à  son  cocontractant  une  exonération   fiscale   (TC   Cazautetes   02/07/1962).  parce  que  ces  clauses  sont  considérées  comme   inhabituelles.  Les  critères  jurisprudentiels  de  droit  commun  :     Ces   trois   critères   sont   alternatifs   et   pas   cumulatifs      si   l’un   d’entre   eux   est   rempli.       Cette  solution  a  été  consacrée  par  un  arrêt  régional  31/07/1912  ‘Société  des  Granits   Porphyroïdes  des  Vosges’  dans  lequel  le  CE  considère  qu’un  contrat  de  fourniture  de   pavés  relève  du  droit  privé  parce  que  son  exécution  devait  s’effectuer  au  terme  de  ses   stipulations   car   cette   exécution   n’était   soumise   à   aucune   clause   exorbitante   du   droit   commun  applicable  aux  particuliers.   les   contrats   emploi-­‐solidarité   lorsqu’ils   sont   conclus   par   une   personne   publique.       II.   le   contrat  est  administratif.     a.  Les  critères  jurisprudentiels  :     A.  les  taxes  municipales.       Ex  de  clause  inhabituelle  :  Lorsque  des  clauses  confèrent  à  l’administration  un  pouvoir   d’action   ou   de   contrôle   étroit   unilatéral.     Par   exemple   la   clause   qui   reconnaît   à   l’administration   le   pouvoir   de   résilier   le   contrat   pour  un  motif  d’IG  sans  qu’il  y  ait  faute  du  cocontractant  (CE  26/12/1965  ‘Société  du   vélodrome  du  Parc  des  Princes).       Sont   également   exorbitantes   les   clauses   qui   reconnaissent   à   l’administration   un   pouvoir   de   contrôle   sur   les   tarifs   pratiqués   par   le   cocontractant.       Le  caractère  administratif  du  contrat  peut  dépendre  de  la  volonté  des  parties.  Les  contrats  de  droit  privé  par  détermination  de  la  loi  :     Ces  contrats  sont  moins  nombreux.  La  notion  de  clause  exorbitante  :     Ce   sont   des   clauses   que   l’on   ne   retrouve   pas   dans   les   contrats   entre   particuliers   pour  plusieurs  raisons  :   Parce  que  ces  clauses  sont  impossibles.B.       1.   Le   contrat   prévoyait   que   le   cocontractant   exploitant   d’un   théâtre   municipal   bénéficierait   d’une   exonération   fiscale   ce   qui   est   exorbitant  du  droit  commun.  les  baux  ruraux  des  collectivités   publiques.  Le  critère  des  clauses  exorbitantes  de  droit  commun  :     Un   contrat   est   administratif   s’il   comporte   des   clauses   exorbitantes   du   droit   commun.   la   clause   qui   permet   à   l’administration  de  renvoyer  son  personnel.   Ce  sont  les  contrats  d’affermage.

 est  exorbitante  de  droit  commun  la  ou  les  clauses  qui  imposent  au  cocontractant   des   clauses   qui   sont   inspirées   par   des   motifs   d’IG   (ex  :   obligation   imposée   à   un   restaurant   d’ouvrir   toute   une   période   à   certaines   heures.     Dès  1912  l’arrêt  Société  des  Granits  exigeait  la  présence  de  clauses  exorbitantes  de  droit   commun.     2.  la  clause  traduit  la  volonté  des  parties  de  conférer  au  contrat   un  caractère  administratif.Enfin.   Cette  jurisprudence  a  été  établie  dans  les  années  1950  à  la  faveur  d’un  mouvement  de   revalorisation  des  SP  (CE  SEC  20/04/1956  ‘Epoux  Bertun’).   Avec  l’arrêt  Bertun  le  critère  de  SP  est  devenu  un  critère  autonome  :  il  est  d’ailleurs   d’application   plus   facile   que   le   critère   des   clauses   exorbitantes.  Le  CE  a  ainsi  reconnu  un   caractère   administratif   à   un   contrat   par   lequel   l’Etat   avait   confié   à   des   particuliers   le   soin   d’assurer   à   la   fin   de   la   guerre   l’accueil   de   certains   réfugiés   en   instance   de   rapatriement.   un   modèle   de   contrat   suffisait   à   conférer   à   ce   contrat   un   caractère  administratif.     Comment  joue  le  critère  des  clauses  exorbitantes  de  droit  commun  ?     Il   suffit   qu’il   y   ait   une   seule   clause   exorbitante   du   droit   commun   pour   que   le   contrat  soit  administratif.     Le   CE   a   considéré   qu’un   contrat   était   administratif   du   seul   fait   qu’il   avait   pour   objet   de   confier   au   cocontractant   l’exécution   même   du   SP   sans   qu’il   y   ait   à   rechercher  ou  non  s’il  comporte  des  clauses  exorbitantes.     Dans   un   1er   temps   la   jurisprudence   considérait   que   le   seul   fait   que   le   contrat   se   réfère   à   un   cahier   des   charges   fixe.  ce  cahier  des  charges   comportaient   eux   mêmes   une   ou   plusieurs   clauses   exorbitantes   du   droit   commun   (02/10/1981  ‘Commune  de  la  Borce’).       51   .   Cette  solution  avait  connu  un  précédent  dans  un  arrêt  Terond  (1910).     Une  distinction  particulière  doit  être  faite  des  contrats  types  (cahier  des  charges)  mis  en  œuvre  par     arrêté  ou  par  décret  qui  sont  appliqués  à  certains  nombres  de  contrats  administratifs.   Cet  arrêt  a  permis  d’élargir  considérablement  la  catégorie  des  contrats  administratifs  il   échappe  à  la  volonté  des  parties.   ex  :   obligation   à   l’exploitant   d’un  théâtre  municipal  de  limiter  ses  représentations  à  certains  types  de  spectacle).       Le   fait   que   la   clause   exorbitante   soit   entachée   de   nullité   ne   l’empêche   pas   de   conférer  au  contrat  un  caractère  administratif.   Il   a   permis   d’élargir   considérablement  la  catégorie  des  contrats  administratifs.     Par   la   suite   le   CE   est   revenu   sur   cette   jurisprudence   et   a   considéré   que   la   référence  à  un  cahier  des  charges  type  ou  à  un  contrat  type  ne  conférait  au  contrat   un  caractère  administratif  que  dans  la  mesure  ou  ce  contrat.       Même  si  elle  est  nulle.  Le  critère  du  SP  :     Pendant   longtemps   les   contrats   conclus   pour   l’exécution   d’un   SP   n’étaient   pas   administratifs   de   ce   seul   fait   mais   ne   l’étaient   que   dans   la   mesure   où   ils   comportaient   des  clauses  exorbitantes.

 il  dépend  de  l’objet  du  contrat.       2eme  application:  cette  application  du  critère  de  SP  concerne  les  contrats  qui  font   directement  participer  le  cocontractant  a  l’exécution  du  service.  La  plus  importante  est  les  DSP.     La  réponse  est  non  mais    l’on  constate  qu’un  contrat  peut  être  indifféremment  qualifié   de  l’un  ou  de  l’autre.     Ce   critère   du   SP   quelque   peu   extensif   qu’il   soit   connaît   des   limites  :   n’ont   pas   pour   objet   l’exécution   du   SP   les   contrats   auxquels   l’administration   se   borne     à   se   procurer   les   moyens  nécessaires  au  fonctionnement  du  service.   L’illustration  en  a  été  donnée  par  un  arrêt  rendu  en  même  temps  que  l’arrêt  Bertin.     Dans  cette  hypothèse  le  cocontractant  ne  se  voit  pas  confier  l’exécution  du  SP  mais   c’est   le   contrat   qui   par   lui   même   constitue   le   moyen   pour   l’administration   de   réaliser  la  mission  de  SP  qui  lui  incombe.  Le  cocontractant   n’est  pas  chargé  de  la  responsabilité  du    service  mais  participe  à  son  exécution.  Le  régime  exorbitant  de  droit  commun  :     C’est  un  critère  marginal  par  rapport  aux  2  précédents.       3eme   application  :   cette   application   du   critère   de   SP   concerne   les   contrats   qui   constituent  une  modalité  d’exécution  du  SP.       3.   Ce  critère  est  un  critère  objectif.   quelque   soit   l’emploi   de   ces   agents      que   cet   emploi   les   fasse  participer  ou  non  à  l’exécution  même  du  SP.     Illustration  par  l’arrêt  de  principe  Bertin.  Il   s’agit  des  contrats  d’engagement  d’agents  par  l’administration.   25/03/1996   ‘Berkani’   le   TC   a   décidé   qu’étaient   administratifs   tous   les   contrats   liant   des   SPA   à   leurs   agents.  c’est   un    arrêt  de  section  du  CE  ‘Grimouard  20/04/1956  cet  arrêt  qualifie  d’administratif  un   contrat  conclu  entre  l’Etat  et  des  propriétaires  de  terrains  autorisant  l’Etat  à  les  utiliser   pour  des  opérations  de  reboisement.1995  ‘Préfet   d’Île  de  France)).       Ce  critère  implique  diverses  applications  :     1ere   application:   Elle   est   constituée   par   les   contrats   qui   ont   pour   objet   de   confier   au   cocontractant  l  ‘exécution  même  du  SP  ou  l’exécution  d’une  partie  de  celui-­ci.       TC.     4eme   application  :   Sont   également   administratifs   par   application   de   ce   critère   les   contrats   ayant   pour   objet   l’organisation   du   SP   (ex  :   contrats   passés   entre   2   entreprises  publiques  en  vue  de  coordonner  leur  mission  de  SP  (TC  16/01.       S’est  posée  la  question  de  savoir  du  fait  de  l’importance  pratique  par  les  critères   du  SP  il  ne  s’était  pas  établi  une  hiérarchie  nette  ce  principe  et  celui  des  clauses   exorbitantes.   Il   correspond   à   l’hypothèse   ou   le   contrat   ne   comporte   pas   de   clause   exorbitante   mais   se   trouve   soumis   par   les   textes   à   un   ensemble   de   règles   qui   lui   même   est   exorbitant  du  droit  commun  (donc  de  droit  public).       52   .

  Ex  :   CE   13/10/1972   ‘Société   du   crédit   du   Nord’   est   administratif   le   contrat   conclu   entre   une   banque   et   un   office   de   sécurité   HLM   destiné   à   garantir   les   obligations   découlant  d’un  marché  de  travaux  publics  (c’est  à  dire  un  contrat  administratif).  Les  contrats  conclus  entre  SPIC  et  leurs  usagers  :     Ces   contrats   sont   invariablement   de   droit   privé   quelque   soit   leur   clause   et   en   dépit   de   leur   objet.     On  s’est  aperçus  dans  la  jurisprudence  ultérieure  qu’alors  même  lorsqu’il  était  relatif  à   des   rapports   de   pur   droit   privé   un   contrat   pouvait   néanmoins   être   administratif   par   application  des  critères  de  droit  commun  du  droit  administratif.                 53   .   Le   CE   a   estimé   que   ce   régime   était   exorbitant   du   droit   commun   et   était   de   nature   à   leur   conférer   un   caractère  administratif.  les  contrats  constituant  l’accessoire  d’un  contrat  administratif  :     Lorsqu’un  contrat  n’est  que  l’accessoire  d’un  contrat  administratif  il  doit  lui  même   être  considéré  comme  administratif  même  s’il  ne  répond  pas  au  critère  de  contrat   administratif.  Ils  pouvaient  se  voir  reconnaître  un  caractère  de  droit  privé  dès  lors  qu’ils  ne   répondaient  pas  au  critère  habituel  du  contrat  administratif.     Les   textes   imposaient   qu’en   cas   de   contentieux.     B.  Les  solutions  jurisprudentielles  particulières  :     Il  existe  3  solutions  qui  méritent  d’être  signalées.     2.   ces   producteurs   devront   saisir   le   ministre   compétent.   Il   s’agissait   de   contrats   conclu   entre   EDF   et   des   producteurs   autonomes   d’électricité.       1.     3.     Cependant  la  jurisprudence  a  modéré  l’usage  de  ce  critère.   En   vertu   des   textes   les   producteurs   autonomes   d’électricité   étaient   tenus   de   vendre   leur   électricité  à  EDF.Ce   critère   est   ancien  et   a   connu   regain   de   faveur   avec   un   arrêt   de   CE   19/01/1973   ‘Société  d’exploitation  électrique  de  la  Rivière  du  Sant’.  les  contrats  entre  personnes   publiques   revêtaient   un   caractère   administratif   sauf   à   ce   que.   avant   l’engagement   de   toute   action   juridictionnelle.  Les  contrats  conclus  entre  personnes  publiques  :     Pendant   longtemps   ces   contrats   étaient   soumis   aux   mêmes   critères   que   les   autres   contrats.       TC  24/03/1983  le  TC  a  considéré  que.   eu   égard   à   leur   objet  ils  ne  fassent  naître  entre  les  parties  que  des  rapports  de  droit  privé.  par  principe.   Cette   solution   a   été   posée   par   un   arrêt   de   section   du   CE   (13/10/1961  Etablissement  Campanon  Rey’).

 de  mandat.  4  845  000  euros  HT  pour  les  marchés  de  travaux.   les   contrats   conclu   avec   des   entreprises   et   destinés   à   promouvoir   le   développement   de   certaines   activités  ou  zones  géographiques.       A.  de  prêt.     C’est   un   régime   ancien   qui   remonte   à   des   ordonnances   du   début   du   19eme   siècle.       Trois   grandes   catégories   de   contrats   dominent  :   les   DSP.     Les   principes   du   droit   communautaire   s’appliquent   aux   contrats   de   ces   montants   et   aux   contrats  d’un  montant  inférieur.  Les  marchés  publics  :       Ce  sont  les  contrats  par  lesquels  les  personnes  publiques  se  procurent  les  travaux.     Le   CE   a   illustré   cette   limite   dans   un   arrêt   relatif   à   un   contrat   de   vente   en   l’Etat   futur   d’achèvement.  d’assurance…     L’administration   peut   recourir   à   des   contrats   assez   divers   en   raison   d’un   principe   de   liberté   contractuelle   qui   s’est   récemment   vu   reconnaître   valeur   constitutionnelle.   elle   bénéficie   de   la   liberté  contractuelle.  Ce  principe  trouve  une  limite  :  l’administration  ne  peut  recourir  à   des   contrats   qui   auraient   pour   effet   de   la   soustraire   à   des   règles   d’ordre   public   qui   s’imposent  à  elle  et  notamment  les  règles  de  mise  en  concurrence  de  ces  contrats.   de   location.   les   marchés   publics   +   les   contrats  globaux.     §1.     Les  directives  communautaires  n’ont  vocation  à  s’appliquer  qu’aux  marchés  d’un  certain   montant  qui  est  de  125  000  (Etat)  ou  193  000  euros  HT  (Collectivités)  pour  les  marchés   de  fournitures  et  de  services.     A  l’heure  actuelle  le  régime  des  marchés  publics  procède  de  deux  sources  :  l   e  droit  communautaire  tout  d’abord  constitué  par  les  dispositions  du  traité  et  par  deux   directives  de  mars  2004.   Pendant   longtemps   les   marchés   publics   ont   même   été   les   seuls   contrats   de   l’administration  à  être  soumis  à  une  mise  en  concurrence  et  cela  jusqu’à  la  loi  SAPIN  de   1993  qui  a  imposé  la  mise  en  concurrence  des  DSP.  puis  la  jurisprudence  de  la  CJUE.  Leur  importance  :     Les  marchés  publics  représentent  10%  du  PIB.       En   droit   interne   le   régime   des   marchés   publics   découle   du   code   des   marchés   publics   qui   a   précédé   les   1eres   directives   communautaires   et   les   a   inspiré.   Ensuite   le     54   .     Si   l’administration   peut   recourir   à   une   grande   variété   de   contrats.   D’autres   contrats   connaissent   leur   pendant   en   droit   privé  :   les   contrats   de   vente.     SECTION  2  :  Les  principales  catégories  de  contrat  d’administration  :     Il   est   certains   contrats   dans   lesquels   on   ne   trouve   aucun   équivalent   en   droit   privé  :   Les   contrats   passés   entre   l’Etat   et   des   établissements   d’enseignement   privé.  Ils  correspondent  à  un  régime  spécifique   qui   se   caractérise   par   une   obligation   de   publicité   et   de   mise   en   concurrence   des   opérateurs  économiques  intéressés  préalablement  à  leur  passation.   fournitures  et  services  dont  elles  ont  besoin.

      B.  l’administration  commande  une  digue  à  un  entrepreneur.  les  collectivités  territoriales  et  leurs  établissements  publics.   ses   établissements   autres   qu’Industriels   et   commerciaux.  étant   entendu  que  ces  prestations  sont  entendues  de  manière  large.     Les   contrats   conclus   par   des   personnes   morales   de   droit   privé   comme   les   SEM   ou   les   personnes   de   droit   privé   investies   de   service   publique.  elle  pourra  payer   en   permettant   à   cet   entrepreneur   d’exploiter   des   terrains   attenants   ou   qui   appartiennent   à   l’administration.   en   l’occurrence   l’Etat.  elle  s’en  distingue  sur  le   plan   organique   car   les   directives   communautaires   considèrent   comme   des     55   .   il   est   indifférent   que   le   contrat   soit   passé   avec  un  opérateur  économique  privé  ou  public.   Conformément   au   droit   communautaire.   sauf   à   ce   que   ces   personnes   privées  agissent  en  tant  que  mandataires  d’une  personne  publique.  La  définition  des  marchés  publics  :       1.       Un  critère  matériel  :  ce  sont  des  contrats  qui  portent  sur  la  réalisation  de  travaux.     Par  exemple.  On   peut  donc  avoir  un  contrat  qui  porte  sur  le  même  objet  qui  sera  un  marché  de  service   public  ou  une  délégation  de  service  public  selon  la  forme  de  rémunération.   les   marchés   publics   se   définissent  par  trois  éléments  :       Un   élément   organique  :   ce   sont   des   contrats   passés   exclusivement   par   certaines   personnes   publiques. La  définition  communautaire  des  marchés  publics  :     Elle  ne  se  distingue  pas  de  la  définition  interne  en  ce  qui  concerne  l’objet  du  contrat  ou   le  mode  de  rémunération  du  cocontractant.     La   qualification   de   marché   public   s’applique   aussi   à   d’autres   formes   de   rémunération. La  définition  interne-­‐nationale  des  marchés  publics       Au   sens   du   droit   interne   (Code   des   Marchés   Publics).   Cette   forme   de   rémunération   est   en   effet   propre   aux   délégations   de   service   public.   le   code   des   Marchés   Publics   indique   que   ce   sont  des  contrats  à  titre  onéreux.     Le  code  des  marchés  publics  en  vigueur  date  de  2006.   C’est   ce   critère   financier  qui  permet  distinguer  les  marchés  publics  des  délégations  de  service  public.       Un   critère   financier  :   ce   critère   est   tiré   du   mode   de   rémunération   du   cocontractant.  de   fourniture  ou  de  service  (ou  sur  la  combinaison  de  plusieurs  de  ces  prestations).  mais  en  revanche.   le   code   des   marchés   publics   a   du   s’aligner   sur  les  directives  communautaires.  Cette  formule  d’onérosité  inclut  toutes  les  formes  de   rémunération  possible  à  l’exception  de  la  rémunération  qui  est  substantiellement  liée  au   résultat   de   l’exploitation   d’un   ouvrage   ou   d’un   service   et   qui   fait   peser   sur   le   cocontractant   une   part   significative   du   risque   d’exploitation.droit   communautaire   devenant   plus   étoffé.   elle  s’applique  à  des  contrats  dans  lesquels  l’administration  rémunère  en  nature  ou  en   exonérant  de  certaines  redevances.     La   forme   de   rémunération   la   plus   courante   dans   les   marchés   publics   est   celle   qui   consiste   dans   le   paiement   d’un   prix   par   la   personne   publique   au   titulaire   du   marché   –   prix  qui  peut  être  par  unité  de  prestation  ou  un  prix  global  et  forfaitaire.       2.   En   revanche.

  il   n’accepte   pas   que   l’administration   bénéficie   d’un   ouvrage   qu’elle   paiera   sur   plusieurs   années.   on   assiste   à   la   multiplication   des   contrats   globaux.   l’Etat   français   a   du   adopter   une   ordonnance  du  6  juin  2005  qui  transpose  le  droit  communautaire  des  marchés  publics   pour  ce  qui  concerne  les  marchés  passés  par  certaines  personnes.   leur   maintenance.  d’autres  prestations  de  service  concourant  à   l’exercice  par  la  personne  publique  de  sa  mission  de  service  public.   leur   exploitation  ou  leur  gestion  et  le  cas  échéant.     Ils  ont  été  créés  dans  le  but  d’accélérer  la  réalisation  d’un  certain  nombre  d’équipements   dans   des   domaines   où   leur   manque   est   particulièrement   grave   ou   sensible   politiquement  –  sécurité.  entretien  et   maintenance.   c’est   la   raison   pour   laquelle.       C’est  ce  que  le  droit  communautaire  appelle  des  «  organismes  de  droit  public  ».  publiques  ou  privées   non  soumises  au  Code  des  Marchés  Publics.marchés  publics  ceux  qui  sont  passés  non  seulement  par  les  personnes  soumises   au   Code   des   Marchés   Publics   mais   également   par   d’autres   personnes  :   établissements  publics  industriels  et  commerciaux  de  l’Etat  ou  encore  organismes  privés   (poursuivant  un  but  d’intérêt  général)  et  qui  sont  soit  financés  majoritairement  par  des   personnes  publiques.   définis   par   l’ordonnance   du   17   juin   2004   qui   les   crée  :   «  contrats   administratifs   par   lesquels   une   personne   publique   confie   à   un   tiers   pour   une   période   déterminée   en   fonction   de   la   durée   d’amortissement   des   investissements   (…)   une   mission   globale   relative   aux   financement   de   biens   immatériels.  justice  et  santé.   à   la   construction   et   à   la   transformation   de   ces   ouvrages   et   équipements.   s’ils   ont   mis   tant   de   temps   à   être   admis   en   droit   français.   public   ou   privé.  contrats  qui  permettent  de  confier  au  cocontractant  plusieurs  missions  à   la  fois.   d’investissements   immatériels.   leur   entretien.  Contrats  globaux  :     Depuis   le   début   des   années   2000.   c’est   par   la   globalité   des   actions   qu’ils   entreprennent.   d’ouvrages   ou   d’équipements   nécessaires   aux   services   publics.                             56   .     La  loi  Sarkozy  de  2002  a  crée  des  contrats  de  conception.  qui.     L’illustration   la   plus   achevée   de   ces   contrats   est   fournie   par   les   contrats   de   partenariat.  aménagement.  soit  soumis  à  leur  contrôle.     Le   Code   des   Marchés   Publics   n’accepte   pas   le   paiement   différé.  »   Ces   contrats.  et  que  leur  introduction  en  droit  français  menacerait   les  petites  et  moyennes  entreprises.  quel   que   soit   leur   statut.   on   considérait   que   seule   des   très   grandes   entreprises  pouvaient  les  assurer.   pour   se   conformer   au   droit   communautaire.   C’est   en   revanche  un  marché  public  au  sens  du  droit  communautaire.       §2.   concernent   le   droit   public.

  l’expression   du   consentement   de   l’administration   obéit   à   certaines   règles   spécifiques.     CE.  qu’il  rentre.   en   tout   cas   leur   équivalent   dans   la   jurisprudence   judiciaire.   Mais.  enfin  et  surtout.   la   détermination  du  contenu  du  contrat  et.   le   contrat   administratif   suppose   un   accord   de  volontés  né  d’un  échange  de  consentements  entre  les  parties  et  exempt  de  vice.  Cofreth:  La  haute  juridiction  a  considéré  comme  nul  le  contrat  passé  par  un   département   pour   l’alimentation   en   combustible   d’un   de   ses   collèges   et   l’entretient   de   son   installation   de   chauffage.  il  y  avait  inexistence  du  contrat.  Ses  spécificités  concernent  :       1.         §1. L’existence  d’un  accord  de  volontés  :     Pour   que   le   contrat   soit   valablement   formé. Le  consentement  de  l’administration  :       Le   consentement   de   l’administration   est   fourni   dans   des   conditions   qui   ne   sont   pas  celles  du  droit  commun.       B.  A  défaut.  Saisie  d’un  litige.   il   faut   d’abord   que   les   parties   se   soient   entendues   sur   son   objet.   sur   ses   éléments   essentiels   et   en   particulier   sur   le   prix  (largo  sensu).   Une   société   signe   un   contrat   d’occupation   du   domaine   public   qui   porte   sur   une  surface  de  1418  m2.  La  formation  des  contrats  administratifs.   Néanmoins.  L’accord  de  volontés     A   l’instar   des   contrats   de   droit   privé.  pour  que  le  contrat  soit  valide.SECTION  3.   le   régime   de   cette   formation   est   marqué   par   un   particularisme   net   qui   se   manifeste   au   travers   de   ces   trois   éléments   nécessaires   à   la   conclusion   d’un   contrat  :   l’existence   d’un   accord   de   volonté   entre   les   parties   (I).       Elle  obéit  en  partie  à  des  règles  qui  sont  communes  aux  contrats  de  droit  privé.  1985.       A.  dans  le  domaine   de  compétence  de  la  personne  publique  qui  le  passe.  elle  est  indifférente  en  droit  administratif.   le   droit   administratif   accepte  les  contrats  oraux.  le  choix  du  cocontractant.  Et  qui   trouvent   leur   source   dans   le   Code   civil   ou   bien.      En  ce  qui  concerne  la  forme.  La  compétence  de  la  personne  publique  qui  passe  le  contrat     Il  faut.     Par   exemple.  la  CAA  de  Marseille  a  considéré  que  l’a  superficie   était  un  élément  essentiel  du  contrat  et  que  faute  d’accord  des  parties  sur  cet  élément   essentiel.  Elle  signe  ce  contrat  et  l’adresse  à  une  collectivité  qui  la  signe   mais   y   annexe   un   plan   d’où   il   résulte   que   la   surface   dont   l’occupation   est   autorisée   n’est   plus  que  de  1280  m2.  le  juge  considère  que  le  contrat  est  nul.  par  son  objet.           57   .   En   dehors   de   ces   exceptions.  sauf  à  ce   qu’un   texte   en   impose   une   forme   particulière  :   qu’elle   soit   écrite   ou   que   le   contrat   comprenne   certaines   stipulations.   Or.   il   résultait   des   textes   que   la   personne   compétente   n’était  pas  le  département  mais  le  collège  lui  même  qui  devait  décider  par  délibération   de  son  conseil  d’administration.

  auquel   cas   de   nouvelles   procédures   viennent   s’ajouter  en  amont  des  décisions.     Cela  vaut  aussi  pour  certains  établissements  publics  dont  les  statuts  peuvent  prévoir  des   procédures   similaires.   à   la   suite   de   ces   manœuvre.   cette   délibération   doit   être   devenue   exécutoire.       Le   Conseil   d’Etat   a   considéré   que   le   marché   était   entaché   d’illégalité   en   raison   du   dol   dont   avait   été   victime   la   SNCF   mais   que   celle   ci   pouvait   se   contenter   de   réclamer   des   dommages   et   intérêts   à   l’entreprise   à   laquelle   elle   avait.   19/12/2007.     CE.                       58   .         3.     Ce  vice  d’incompétence  est  un  vice  d’ordre  public  qui  doit  être  soulevé  d’office  par   le  juge    CE.  il  est   entaché  d’une  nullité  potentielle.     De   plus.   avant   d’être   signés   par   l’exécutif.  19  /01/1945‘Société  des  aéroplanes  Voisin’).   C’est   ainsi   que   le   Conseil   d’Etat   a   pu   considérer   comme   nul   un   contrat   signé   par   un   fonctionnaire  qui  avait  reçu  délégation  mais  dont  la  délégation  était  irrégulière.  Le  respect  du  processus  même  de  formation  de  l’accord  :   Ce   processus   même   de   formation   de   l’accord   obéit   à   un   processus   complexe   constitué   par  une  chaîne  de  décisions.   On   retrouve   ici.     Néanmoins.  Société  Campenon  Bernard).     Le  Conseil  d’Etat  a  eu  l’occasion  de  faire  application  de  la  théorie  du  dol  dans  une  affaire   relative   à   des   marchés   passés   par   la   SNCF.  ‘Ministre  des  finances  et  des  affaires  économiques’.2.  Pour  être  valide.   appliquées   aux   contrat   administratifs   les   règles   de   compétence   que   l’on   a   vu   pour   les   actes   unilatéraux.   être   autorisés   par   l’assemblée   délibérante   laquelle   ne   peut   statuer   valablement   que   si   tous   les  éléments  essentiels  du  contrat  à  intervenir  lui  sont  soumis.   et   pour   cela   doit   avoir   été   transmise  au  contrôle  de  légalité  (préfet)  avant  que  le  contrat  soit  signé.  avis.  Les  contrats  des  collectivités  territoriales.  La  compétence  de  la  personne  signataire     En   deuxième   lieu.       Le  consentement  ne  doit  pas  être  vicié.   ces   contrats   doivent.  10/06/1996.   Le   processus   est   encore   plus   complexe   lorsque   le   contrat   fait   l’objet   d’une   mise   en   concurrence.  il  arrive  que  cette  théorie  soit  appliquée  :     Le   Conseil   d’Etat   a   pu   juger   qu’était   entaché   de   nullité   un   contrat   qui   avait   été   conclu   sous  l’empire  de  la  violence  (CE.   dans   laquelle   cette   dernière   avait   été   victime   d’une  entente  entre  les  entreprises  candidates.  l’accord  de  volonté  doit   être  exempt  de  vice  car  le  juge  administratif  fait  application  aux  contrats  administratifs   de   la   théorie   des   vices   du   consentement   issue   du   Code   civil   –   cela   même   si   les   hypothèses  en  sont  extrêmement  rares.   sur   le   fondement   de   sa   responsabilité   extracontractuelle  (CE.   attribué   le   marché.  sauf  délégation   prévue   par   les   textes.  1954.   le   contrat   n’est   valable   que   s’il   est   signé   par   l’autorité   compétente   de   la   personne   publique   qui   le   passe.  ‘Préfet  de  la  Côte  d’Or’  :  Si  le  contrat  n’est  pas  transmis.

  l’obligation   de   publicité   et   de   mise   en   concurrence   préalable   s’est   étendu   sensiblement   sous   l’influence   du   droit   communautaire  et  national.   et   de   transparence   impliquant   une   publicité   et   une   mise   en   concurrence   adéquate).  il  règlemente  le  choix  de  la  procédure  de  passation  du  marché  à   mettre   en   œuvre.   cette   obligation   a   fait   figure   d’exception   et   ne   concernait   que   les   marchés   publics   à   l’égard   desquels   elle   était   prévu   par   des   textes   depuis   longtemps   (années   1830).     Le   législateur   national   a   imposé   la   mise   en   concurrence   des   DSP   (loi   Sapin)   et   la   CJCE   considère   que   même   lorsqu’ils   ne   sont   pas   régit   par   des   directives   spécifiques.   les   contrats   qui   sont   passés   par   les   pouvoirs   adjudicateurs   sont   soumis   au   principe   découlant   du   traité   (principe   de   liberté.     La  formation  se  caractérise  surtout  par  son  originalité  par  rapport  au  contrat  privé  :     1°   la   formation   obéit   à   une  procédure   complexe   qui   fait   intervenir   une   multiplicité   de   décisions.   dol   émanant   d’entreprises   qui   se   sont   entendues   pour   tromper   la   collectivité   par   exemple).   à   l’instar   des   directives     59   .     De   plus.   il   règlemente   le   déroulement   de   la   plupart   des   procédures   de   mise   en   concurrence   qu’il   prévoit.       §2.   depuis   une   vingtaine   d’année.A  certains  égards.     Pendant   longtemps.   principes   qu’il   fait   découler   de   l’article   6   de   la   DDHC   et   de   son   article   14   (décisions  des  22  et  29  août  2002  qui  se  rapportent  aux  lois  Sarkozy).   d’égalité   de   traitement.   Ces   contraintes   ne   s’imposent   cependant   pas   à   un   certain   nombre   de   marchés   que   le   code.  Les  règles  de  passation  du  marché  public     Le   code   des   marchés   publics   impose   aux   personnes   publiques   deux   séries   de   contraintes  :  d’une  part.   La   JP   nationale   a   emboité  le  pas  à  la  Cour  en  considérant  que  les  principes  d’égalité  de  traitement  et  de   transparence   s’appliquaient   aux   conventions   d’aménagements   et   qu’ils   devaient   par   conséquent   être   passé   après   publicité   et   mise   en   concurrence   (arrêt   de   la  CAA   de   Bordeaux  du  9   novembre   2004  Société   SODEGIS).  la  formation  des  contrats  administratifs  obéit  aux  mêmes  règles  que   celles  des  contrats  privés  :  elle  requiert  l’absence  de  vices  du  consentement  (sont  rares.   c’est   le   cas   notamment   des   contrats   des   personnes   publiques   qui   disposent   d’une  assemblée  délibérantes  (les  contrats  des  CT  et  des  établissements  publics).  Ces  formalités  ont  une  double  justification  :  elle   vise  d’abord  à  assurer  la  liberté  d’accès  au  marché  public  des  opérateurs  économiques   ainsi  que  leur  égalité  de  traitement  .   D’autre   part.   d’égalité   de   traitement   des   candidats   et   de   transparence   des   procédures.     2°  la  conclusion  de  certains  contrats  de  l’administration  doit  être  précédée  de  formalités   de  publicité  et  de  mise  en  concurrence.   Le   législateur   a   par   la   suite   adopté   une  loi  soumettant  les  conventions  d’aménagements  à  ces  formalités.  elle  vise  ensuite  à  garantir  le  bon  usage  des  deniers   publics   et   l’efficacité   de   la   commande   publique   (étant   supposé   que   les   collectivités   obtiendront   de   meilleurs   conditions   dès   lors   qu’ils   mettent   en   concurrence   plusieurs   opérateurs).   le   CC   a   reconnu   valeur   constitutionnelle   aux   principes   de   liberté   d’accès   à   la   commande   publique.

000€   hors   taxe  (décret   décembre   2008.   -­‐   lorsque   les  circonstances   justifient   une   telle   dispense  de   publicité   et   de   mise   en   concurrence.  à  son  objet  en  partie…     1.  on  considère  que  tout  se   passe   comme   si   la   personne   publique   contractait   avec   elle-­‐même.   le   code   les   admet   dans   plusieurs  cas  :     60   .   un   démembrement   d’elle-­‐même. Les  marchés  soustraits  aux  règles  de  passation     Le   Code   des   marchés   exclue   de   son   champ   d’application   une   série   de   marché   pour   lesquels  les  procédures  de  publicité  et  de  mise  en  concurrence  apparaissent  inutiles  ou   inadaptés.     Sont  concernés   -­‐  les  contrats  de  travail.  Cette  liste  d’exclusion  est  limitative.  la  JP  considère  qu’elle  ne  joue   pas   lorsque   le   cocontractant   est   un   organisme   dont   le   capital   est   détenu. Les  marchés  dispensés  de  publicité  et  de  mise  en  concurrence     Pourquoi  ces  marchés  ne  sont  pas  exclus  de  l’application  au  code  des  marchés  publics  ?   car   le   Code   prévoit   d’autres   règles   de   passation   et   d’exécution   qui   ont   vocation   à   s’appliquer  à  ces  marchés.   -­‐  les  marchés  qui  exigent  le  secret  ou  des  mesures  particulières  de  sécurité.   fusse   pour   une   part   très   limitée   (1%).  Cette  exception  est  d’interprétation  stricte.   L’exception   de   in-­‐house   ne   joue   pas   dans   les   rapports   entre   une   collectivité   publique   et   leurs   sociétés   d’économie   mixte   (CJCE  13  octobre  2005  Société  Parking  BRIXEN).  la  collectivité  peut  passer  son  contrat  librement  avec  le  titulaire   de  son  choix  sans  publicité  ni  mise  en  concurrence  préalable.  Ce  sont  des  contrats  qui  n’ont  pas   le   caractère   de   marché   public.   pour   certaines   raisons.   se   sont   des   contrats   qui   répondent   à   la   définition   de   marché   public   mais   qui.   -­‐   les   marchés   dits   in-­‐house   (contrat   passé   par   les   personnes   publiques   avec   un   cocontractant   sur   lequel   cette   personne   publique   exerce   un   contrôle   analogue   à   celui   qu’elle  exerce  sur  ses  propres  services  et  au  cocontractant  qui  réalise  pour  la  personne   publique  en  question  l’essentiel  de  son  activité)  :  dans  ce  cas.  exclue  de  son  champ  d’application.   par   une   personne   privée.communautaires.     B.     A.000€). Le  choix  des  procédures     Il  existe  plusieurs  procédures  dont  l’utilisation  dépend  à  la  fois  du  montant  du  marché  et   d’autres  facteurs  qui  tiennent  aux  conditions  de  sa  passation.     Lorsque  l’on  se  trouve  dans  le  cas  de  l’une  des  exceptions  aux  obligations  de  publicité  et   de  mise  en  concurrence.   -­‐   les   marchés  négociés   sans   publicité   ni   mise   en   concurrence.   -­‐  les  achats  par  les  musées  d’objets  d’art  existants.  avant  :  4.     Ces  marchés  dispensés  de  publicité  et  de  mise  en  concurrence  sont  :   -­‐   les   marchés   qui   sont   d’un  montant   inférieur   à   20.   se   trouvent   dispenser   de   l’application   des  dispositions  de  passation.

  culturels.     Il   existe   d’autres   procédures   applicables   à   des   types   de   marchés   particuliers  :   la   procédure   de   concours   pour   le   choix   de   projet   notamment   (concours   de   maîtrise   d’œuvre  par  exemple).  elle  s’applique  dans  deux  cas  :  lorsqu’un  premier   appel  d’offre  s’est  révélé  infructueux  et  concernant  les  prestations  d’une  nature  ou  d’une   complexité  telle  qu’on  ne  peut  pas  en  définir  à  l’avance  les  spécifications.   adaptée  :   elle   doit   prendre   en   compte   les   caractéristiques   du   marché. Les  marchés  passés  selon  des  procédures  formalisées     Sont  prévues  dans  le  code  des  marchés  :   1°   la  procédure   d’appel   d’offre  qui   s’impose   en   principe   au-­‐delà   des   seuils   cités   précédemment.000€   pour   les   marchés   de   travaux.1°   l’hypothèse   d’urgence   impérieuse  résultant   de   circonstances   imprévisibles   non   imputables   à   la   personne   publique   et   ne   permettant   pas   de   respecter   les   délais   des   procédures  formalisées.   Procédure   adaptée   mais   à   partir   de   90.000€   pour   les   marchés   de   service   et   de   fourniture   des   CT   et   5.   le   CE   a   censuré   la   procédure  adaptée  d’attribution  d’un  marché  de  programmation  de  l’implantation  d’une   antenne   du   musée   du   Louvre   à   Lens   parce   que   la   publicité   concernant   le   marché   (publiée   dans   des   quotidiens   régionaux)   n’était   pas   adaptée   car   dans   cette   région   il   y   avait  très  peu  de  programmistes.   d’éducation   et   de   qualification   professionnelle).   3°   quand   la   CT   passe   des  marchés   complémentaires  au   marché   initial   (ne   doit   pas   dépasser   50%   de   la   commande   initiale   et   il   faut   que   la   prestation   n’ait   pas   été   prévue   et   qu’elle   soit   nécessaire   à   la   réalisation   de   la   commande   et   qu’elle   ne   puisse   en   être   dissociée  sans  surcoût  financier  excessif  ou  difficultés  techniques).   Cette   procédure   doit   comprendre   des   formalités   de   publicité   et   de   mise   en   concurrence   proportionnée.  soit  dans  un  bulletin  d’annonce  officielle).000€   il   faut   adopter   un   mode   de   publicité   fixé   par   le   Code   (envoyer   un   avis   de   publicité   soit   dans  un  journal  d’annonce  légal.   -­‐  les  marchés  de  services  dit  non  prioritaires  quelque  soit  leur  montant  (les  marchés  de   services   juridiques.   sportifs.   2°  une  procédure  de  mise  en  concurrence  a  été  organisée  mais  n’a  donné  lieu  au  dépôt   d’aucune  candidature  ou  d’aucune  offre.150.         61   .     3.   sociaux.     Les  marchés  qui  peuvent  être  passés  selon  cette  procédure  adaptée  sont  :   -­‐   le   marché   dont   le  montant   est   inférieur   au   seuil   d’application   des   directes   communautaires   càd   206.   Ex  :   dans   l’arrêt  Région   Nord   Pas   de   Calais  du  7   novembre   2005.   2°  le  marché  négocié  :  marché  passé  après  discussion  avec  les  candidats  précédés  d’une   publicité  et  d’une  mise  en  concurrence. Les  marchés  passés  selon  une  procédure  adaptée  (MAPA)     La   procédure   adaptée   est   une   procédure   de   publicité   et   de   mise   en   concurrence   librement   définie   par   la   personne   publique.   le   nombre   et   la   localisation   des   opérateurs   économiques   susceptibles   de   se   porter   candidats   et   les   circonstances   de   l’achat.     2.

000€  HT.C.   la   réglementation  autorise  les  candidats  à  se  présenter  en  groupements.  le  mode  de  publicité  à  utiliser  est  la  publicité  dans  un  journal   d’annonce   légal   ou   au   BOAMP.   un   arrêté   fixe   la   liste   limitative   des   renseignements  que  l’administration  peut  demander  au  candidat.   De   la   même   manière.   Ces   principes   sont   mis   en   œuvre   par   les   règles   prévues   par  les  dispositions  du  code  des  marchés.     a)  les  règles  de  publicité     Les   marchés   doivent   être   précédés   d’une   publicité   càd   de   la   publication   d’un   avis   informant   les   opérateurs   économiques   susceptibles   d’être   intéressé   de   l’organisation   d’une  procédure  de  mise  en  concurrence.  ce  qui  implique  tout  au  long  de  la  procédure  qu’elle  respecte   strictement  les  règles  régissant  la  procédure  qu’elle  a  définie.   Pour   éviter   tout   dérapage   à   cet   égard.   d’égalité   de   traitement   des   candidats   et   de   transparence   des   procédures.  le  Code  exclut  des  marchés  publics  certaines  catégories  de  candidats  qui  ne   sont   pas   en   règle   avec   leurs   obligations   sociales.   pour   faciliter   l’accès   au   marché.   Ces   critères   doivent     62   .     Une   fois   qu’ont   été   écarté   les   candidats   qui   n’ont   pas   les   capacités   requises.   l’administration  procède  au  jugement  des  offres  sur  la  base  de  critères  qui  doivent  avoir   été   préalablement   publiés   et   qui   doivent   avoir   été   pondérés.  Il   faut  que  les  garanties  exigées  par  la  personne  publique  soient  proportionnées  à  l’objet  et   à  l’importance  du  marché.   qui   ont   fait   l’objet   de   sanctions   pénales.   les   CT   ne   doivent   pas   imposer   d’utiliser   des   marques   de   produits   déterminées   ou   des   spécifications   techniques   particulièrement  contraignantes  et  qui  ne  seraient  pas  justifiées  par  l’objet  du  marché. Le  régime  de  passation  des  marchés  publics     1.   fiscales.     b)  l’accès  au  marché  public  et  l’égalité  entre  les  candidats  :     Les  personnes  publiques  doivent  veiller  à  ne  pas  restreindre  abusivement  l’accès  à  leurs   marchés   (par   exemple   en   favorisant   des   candidats   en   raison   de   leur   nationalité   ou   de   leur   implantation   géographique).   Au-­‐delà   des   seuils   des   procédures   formalités.  Il  existe  des  modèles  d’avis   de  publicité  qui  doivent  être  respectés.   A   l’inverse.   qui   sont   en   liquidation   judiciaire. Les  règles  de  passation  des  marchés  publics     Sont  dominées  par  des  principes  rappelés  dès  l’article  1er  du  Code  des  marchés  qui  sont   les   principes   de   liberté   d’accès   au   marché.     D’une   manière   générale.     Pour   assurer   une   concurrence   loyale   mais   aussi   pour   préserver   les   intérêts   de   la   collectivité.   la   personne   publique   doit   assurer   une   stricte   égalité   de   traitement  des  candidats.   A  partir  de  90.   la   publicité   doit  se  faire  à  la  fois  aux  BOAMP  et  au  journal  officiel  de  l’UE.  référence  sur  des  prestations  similaires  antérieures…).     c)  la  sélection  des  candidats  et  le  jugement  des  offres  :     Les  candidats  doivent  être  sélectionnés  en  fonction  de  leurs  garanties  professionnelles   et  financières  (chiffre  d’affaire.

  les   performances   en   matière   de   protection   de   l’environnement.     Ces  autorités  et  cette  commission  commencent  par  sélectionner  les  candidats  et  écartent   ceux   qui   n’ont   pas   les   capacités   requises.   le   coût   d’entretien.  L’administration  peut  à   tout  moment  abandonner  une  procédure  d’appel  d’offre  pour  un  motif  d’intérêt  général   (le  fait  que  le  budget  soit  trop  cher.     b)  l’appel  d’offre  restreint  :     Il   obéit   pour   l’essentiel   aux   mêmes   règles   que   l’appel   d’offre   ouvert   sous   la   réserve   qu’il   se  déroule  en  deux  temps  :  les  entreprises  sont  d’abord  invitées  à  présenter  simplement   une  candidature  et  la  personne  publique  va  alors  procéder  à  la  sélection  des  candidats.       63   .   Ensuite.   Le   principe   fondamental   de   l’appel   d’offre   est   qu’il   ne   peut   y   avoir   de   négociation   avec   les   candidats  :   les   seules   échanges   possibles  consistent  en  la  précision  de  certains  aspects  de  l’offre  ou  de  la  compléter  (de   manière   égalitaire).   celui   du   prix   lorsque   le   marché   le   justifie  :   s’il   n’y   a   pas   d’autres   critères  qui  puissent  départager  les  prestations.   L’autorité   dresse   un   classement   des   offres   car   la   collectivité   va   ensuite   demander   au   candidat   placé   en   premier   de   produire   les   justificatifs   qui   démontrent  qu’il  est  en  règle  avec  les  obligations  sociales. Les  règles  propres  à  l’appel  d’offre     Est   la   procédure   la   plus   courante.   Elle   peut   revêtir   deux   modalités  :   être   ouvert   ou   restreint.…).  le  fait  que  le  projet  n’est  plus  en  adéquation  avec  ses   besoins.  la  procédure  peut  être  déclarée  infructueuse.     Il  peut  y  avoir  deux  sortes  de  critères  :   1°   un  critère   unique.  Il  faut  simplement  que  ces  critères  soient  en  relation  avec  l’objet  du   contrat  et  permettent  d’identifier  l’offre  la  plus  avantageuse  pour  l’administration  d’un   point  de  vue  économique.   2°  prévoit  des  critères  multiples  (le  prix  mais  aussi  la  valeur  technique.   Les   entreprises   intéressées  doivent  présenter  leur  candidature  et  leur  offre  dans  un  certain  délai  précisé   par  l’avis  et  qui  ne  peut  être  inférieur  à  un  minimum  fixé  par  le  code  des  marchés.     a)  l’appel  d’offre  ouvert  :     Il   commence   par   la   publication   d’un   avis   d’appel   à   la   concurrence.     Ces   candidatures   sont   examinées   par   l’autorité   compétente   s’il   s’agit   de   marchés   de   l’Etat   et   par   une   commission   d’appel   d’offre   (élue   à   la   proportionnelle   par   les   assemblées  délibérantes)  s’il  s’agit  de  marchés  des  collectivités  territoriales.   elle  peut  d’ailleurs  dans  ce  cadre  avoir  décidé  de  ne  retenir  qu’un  nombre  maximum  de   candidats.permettre  à  la  collectivité  publique  d’identifier  et  de  choisir  l’offre  économiquement  la   plus  avantageuse.  l’esthétique  et  la   fonctionnalité.  fiscales…  Si  aucune  offre  ne   paraît  acceptable.     2.  l’irrégularité  de  la  procédure).   l’autorité   compétente   ou   la   commission   va   procéder   au   jugement   des   offres.

  dans  l’appel  d’offre  restreint. Les  recours  communs  à  l’ensemble  des  contrats  administratifs     a) Les  recours  des  tiers     Les  tiers  n'ont  pas  de  recours  en  annulation  ou  REP  en  contestation  des  contrats.       §3.     Seuls  ces  candidats  seront  invités  par  lettre  de  la  collectivité  à  présenter  une  offre  dans   un  délai  déterminé  dont  la  durée  minimale  est  là  encore  fixée  par  le  code.   La   première   exception   concerne   les   clauses   règlementaires   des   contrats.  C'est   cette  exclusion  du  recours  en  annulation   des   tiers   contre   le   contrat   qui   explique   toute   la   jurisprudence  permettant  aux  tiers  d'agir  contre  les  actes  détachables  du  contrat.  30  octobre  1998.).     La   seconde   exception   concerne   les   contrats   de   recrutement   de   certains   agents   publics   qui   ne   se   trouvent   pas   dans   une   situation   différente   de   celle   des   fonctionnaires.Contrairement  à  l’appel  d’offre  ouvert  où  l’administration  va  examiner  toutes  les  offres.  Ce  recours  ne  peut  déboucher  sur  l’annulation  du  contrat  que  si  celui  ci  a   un   contenu   illicite   ou   s’il   est   entaché   d’un   vice   d’une   particulière   gravité   tenant   notamment  aux  conditions  dans  lesquelles  les  parties  ont  donné  leur  consentement.   c’est-­‐à-­‐dire   des  actes  unilatéraux.  Le  contentieux  de  la  formation  et  de  l’exécution  du  contrat     A.     Il   existe   cependant   deux   exceptions   à   cette   solution.     b) Les  recours  des  parties  contractantes     Les   parties   contractantes   si   elles   contractent   un   vice   concernant   le   contrat   peuvent   elle   agir  en  nullité  de  ce  contrat  ?     Les  parties  contractantes  se  voient  reconnaître  classiquement  un  recours  en  nullité  de   leur   contrat   (ex  :   illégalité).   Commune   de   Béziers   dont   la   solution  se  fonde  sur  l’exigence  de  loyauté  des  relations  contractuelles.   dont   les   actes  de  nomination  peuvent  faire  l’objet  d’un  recours  en  annulation.     Arrêt  CAZEELE  du  10  juillet  1996  (Ass.       64   .   Cette   action   en   nullité   se   trouve   désormais   encadrée   et   limitée   par   l’arrêt   de   section   du   28   décembre   2009.     Arrêt  Ville  de  Lisieux.   qui   sont   assimilées   à   des   règlements.     Cet  arrêt  reconnaît  aux  parties  contractantes  un  recours  en  contestation  de  la  validité  de   leur  contrat.     Le  CE  a  considéré  qu’à  partir  du  moment  où  le  contrat  de  recrutement  vaut  nomination   de  l’agent  et  renvoit  à  un  statut  légal  et  règlementaire  et  qu’il  n’y  avait  pas  lieu  de  faire   de   différence   entre   les   agents   publics   recrutés   par   contrat   et   les   fonctionnaires   nommés   par  acte  unilatéral  et  recrutés  par  concours.  l’administration  ne  retiendra  que  les  offres  des  entreprises   les  plus  aptes  à  réaliser  le  marché.

 mais  également  celle  du  contrat  lui-­‐même.   Cela  permet  de  garantir  une  certaine  loyauté  des  liens  contractuels.       3.   demande   à   laquelle   il   sera   fait   droit   dès   lors   que   les   moyens   d’illégalité   qu’il   invoque   sont   sérieux   et   sans   qu’il   y   ait   nécessairement   urgence   à   prononcer  la  suspension  du  contrat.   objectifs   contractuels.   Si   le   contrat   est   entaché   d’un   autre   vice.   12   janvier   2011  :   Le   CE   a   considéré   que   la   violation   des   règles   de   publicité   et   de   concurrence   ne   constitue   pas   un   vice   suffisamment   grave   pour   que   le   contrat  soit  écarté.  la  suspension  d’un  acte  ne  peut  être  accordée  que  s’il  y  a  urgence   à   interrompre   son   exécution   ou   à   y   faire   obstacle.           65   .  le  juge  tenant  compte  de  la  nature  de  l’illégalité  commise  et   de  l’objectif  de  stabilité  des  relations  contractuelles  devra  opter  pour  une  autre  solution.   le  juge  ne  pourra  considérer  celui  ci  comme  nul  et  donc  en  écarter  l’application  que  s’il   est  entaché  de  l’une  des  illégalités  précédemment  mentionnées  et  qui  justifieraient  son   annulation.   qui   constitue   une   forme   de   recours   pour   excès   de   pouvoir.   assortir   son   recours   en   annulation   d’une   demande   de   suspension   de   l’exécution   du   contrat.   il   résulte   de   cet   arrêt   que   les   parties   ont   un   recours   en   contestation   de   validité   du   contrat   mais   ce   recours   ne   leur   permettra   d’obtenir   l’annulation   que   dans   deux   hypothèses   limitativement   définies.   Cette   condition   n’existe   pas   lorsque   c’est  le  préfet  qui  demande  la  suspension.       Arrêt   Manoukian.   cela   relèvera   alors   du   pouvoir   souverain   du   juge   (gravité   de   l’illégalité.  le  préfet  peut  demander  non  seulement  l’annulation  des  actes  détachables  du   contrat  .   un   contenu   illicite   ou   vice   affectant   le   consentement   des   parties   ou   les   conditions   dans   lesquelles   les   parties   ont   donné   leur   consentement.       Il   peut   de   plus.…).       Autrement   dit.       Dans  le  droit  commun.  avec  un  effet  différé  à  condition  cependant  que  la  résiliation  ne   porte  pas  une  atteinte  excessive  à  l’intérêt  général.   soit   prononcer   la   résiliation   du   contrat.   Hormis  ces  cas  d’illégalité.       Cela   signifie   que   le   juge   veut   éviter   que   les   parties   échappent   à   leurs   obligations   contractuelles  en  se  prévalant  de  moyens  qui  n’ont  pas  empêché  l’exécution  du  contrat.   soit   décider   la   poursuite   de   l’exécution   du   contrat   (malgré   l’illégalité   qui   l’entache)   sous   réserve   d’éventuelles   mesures   de   régularisations.     Dans   le   même   arrêt.   Il   lui   appartiendra   alors  de  décider  de  la  résiliation  du  contrat  (connaître  une  fin  anticipée  pour  l’avenir)  ou   alors  de  le  poursuivre  jusqu’à  son  terme.  Le  cas  échéant. Le  déféré  préfectoral     Dans   le   cadre   de   son   contrôle   de   légalité   le   préfet   dispose   d’un   droit   de   recours   privilégié   par   la   voie   du   déféré.   le   CE   considère   en   outre   que   lorsque   la   validité   du   contrat   est   invoquée  par  la  voie  de  l’exception  à  l’occasion  d’un  litige  relatif  à  l’exécution  du  contrat.

  usagers)  que  leurs  conséquences  négatives  pourraient  l’emporter  sur  leurs  avantages.  :   Le   juge   ne   refuse   de   censurer   les   procédures   entachées   d’illégalité   que   dans   des   cas  exceptionnels.   A   compter   de   l’enregistrement   de   la   requête.   mise   en   concurrence)   auxquelles   certains   contrats   se   trouvent   soumis.  suspendre  la  procédure  de  passation.   SP.   en   considération   de   l’ensemble   des   intérêts   susceptibles   d’être   lésés   (PP.   Le   référé   précontractuel  entraine  automatiquement  la  suspension  de  la  signature  du  contrat.     Un  autre  avantage  du  référé  précontractuel  qui  contribue  à  son  efficacité  est  d’être  jugé   en   urgence.   Ils   ont   pour   but   de   protéger   les   acteurs   économiques   contre   les   atteintes   aux   règles   de   concurrence.   au   début   des   années   1990.   DSP   et   marchés  publics).   Ce   référé   précontractuel   est   ouvert   contre   tous   les   contrats   qui  sont  soumis  à  publicité  et  mise  en  concurrence  et  qui  ont  pour  objet  l’exécution  de   travaux.   Certains   de   ces   recours   sont   d’origine   communautaire.       66   .       1.   le   premier   recours   contentieux   à   être   efficace   en   matière  de  formation  du  contrat.  lorsqu’il  existe  un  intérêt  général  marqué  :  lorsqu’il  y  a  urgence  à  ce   que  la  prestation  soit  réalisée  (construction  d’un  nouvel  hôpital).   le   magistrat   délégué   a   vingt   jours   pour   statuer.  Il  peut  à  la  demande   du   requérant.   ou   d’office.   Ce   n’est   pas   un   délai   de   rigueur   mais   c’est   un   délai   que   les   juges   s’efforcent  de  respecter.     De   plus.     Ce  recours  confère  au  juge  des  pouvoirs  extrêmement  importants.       N.   Il   peut   encore   s’abstenir   de   prendre   ces   mesures   s’il   estime.  Il  a  été  introduit   en   transposition   d’une   directive   communautaire   dit   «  directive   recours  »   adoptée   en   matière  de  marchés  publics.  Les  recours  propres  aux  contrats  soumis  à  concurrence     Ces  recours  ont  pour  objet  spécifique  de  sanctionner  la  violation  des  obligations  de  libre   concurrence   (publicité.   enjoindre   la   personne   publique   de   se   conformer   à   ses   obligations. Le  référé  précontractuel     C’est  un  recours  qui  fait  figure  d’ancien  dans  le  paysage  administratif.   le   contrat   ne   peut   être   signé   à   compter   de   la   saisine   du   tribunal   et   jusqu’à   la   notification   aux   pouvoirs   adjudicateurs   de   la   décision   de   celui-­‐ci.   ou   la   prestation   de   services   (premier   chef.B.  Il  été  efficace  car  le  DC  a  voulu  que  le  droit  de  mise  en   concurrence  soit  effective.  l’ordonnance  rendue  par  le  juge  du  référé  est  simplement  susceptible  de  pourvois   en   cassation   devant   le   CE.B.  l’annuler  en   tout   ou   en   partie   ou   encore   supprimer   les   clauses   du   contrat   qui   méconnaissent   les   obligations   qui   s’imposent   aux   personnes   publiques   en   matière   de   publicité   ou   en   matière   de   mise   en   concurrence.     Enfin.   d’autres   sont   d’origine  purement  interne.       S’il  constate  que  la  personne  publique  a  rompu  le  principe  d’égalité  lors  de  la  sélection   de  candidat  il  peut  user  de  ce  recours.  C’est  un  recours  qui  a  été  salué  par  la  doctrine  car  c’était  à   l’époque.   la   livraison   de   fournitures.   Cela   explique   leur   modalité   ainsi   que   l’efficacité   qu’on   a   voulu   leur   donner.

 S’il  est  introduit  postérieurement  à  la  signature.   Cela   alors   même   que   les   irrégularités  invoquées  n’avaient  eu  aucune  incidence  sur  le  bon  jeu  de  la  concurrence.   la   saisine   du   tribunal.  Le  juge  ne  peut  statuer  si  le  contrat  est  signé  avant  qu’il  rende  sa  décision.   soit     les   opérateurs   économiques   qui   ont   été   empêchés   en   raison   des   irrégularités   commises.  le  juge  rejettera  la  requête  .     On   a   accordé   au   juge   la   possibilité   d’ordonner   à   la   personne   publique   passant   le   contrat   de   suspendre   son   exécution.  Il  constitue  une  sorte  de  session  de  rattrapage.   et   ne   pourra   donc   statuer   sur   le   recours.       Il  concerne  les  mêmes  contrats  que  le  référé  précontractuel  et  peut  être  introduit  par  les   mêmes  personnes.   par   la   signature   du   contrat.   qu’après   la   signature   du     67   .  les  personnes  qui  ont  un  intérêt  à  conclure  le  contrat  et   qui   ont   été   lésées   par   le   manquement   aux   règles   de   publicité   et   de   mise   en   concurrence.     Limites  :     Le  recours  est  réservé  à  certains  requérants  :     -­‐  Les  représentants  de  l’état  dans  le  département  pour  ce  qui  est  des  marchés  locaux.   Il   est   d’origine   communautaire   plus   récent.   Désormais   la   procédure   n’est   suspendue   que   dans   la   mesure   invoquée   a   eu   pour   incidence  de  léser  le  requérant  ou  a  été  susceptible  de  le  léser.  entraine  l’interdiction  de  signer  le  contrat.   contrairement   au   référé   précontractuel.   des   moyens   tirés   de   manquements  à  des  obligations  de  publicité  ou  de  libre  concurrence.     2.   Soit   les   candidats   qui   ont   participé   à   la   procédure   de   concurrence   et   qui   ont   été   évincés.  A  savoir  que  n’importe  qu’elle   irrégularité   de   procédure   entrainait   l’annulation   de   celle-­‐ci.     Observation  :   Pour   éviter   que   le   contrat   soit   signé   avant   et   que   le   recours   ne   soit   introduit  il  y  eu  plusieurs  étapes.     Le   référé   précontractuel   doit   obligatoirement   être   introduit   avant   la   signature   du   contrat.  alors  même  que  la  procédure  se  trouverait   entaché  de  multiples  illégalités.   Si   tel   n’est  pas  le  cas.Ce   recours   a   pour   objet   d’éviter   que   des   contrats   soient   passés   alors   que   la   procédure   qui  doit  donner  lieu  à  leur  adoption  est  entachée  de  vices.  le  juge  estimera  qu’il  se  trouve   dessaisi   de   ses   pouvoirs.     Le  requérant  ne  peut  obtenir  satisfaction  que  si  le  manquement  aux  règles  de  publicité   et   de   mise   en   concurrence   qu’il   invoque   l’a   lésé   ou   a   été   susceptible   de   le   léser. Le  référé  contractuel     C’est  encore  un  recours  propre  aux  contrats  qui  font  l’objet  d’une  mise  en  concurrence.       Seuls   peuvent   être   invoqués   à   l’appui   d’un   référé   précontractuel.   introduit   en   droit   interne   par   une   ordonnance  du  7  mais  2009  codifié  au  sein  du  CJA.   A   la   suite   d’une   réforme   de   2009.     Arrêt  SMIRGEOMES   3   octobre   2008   :  Le   but   de   cet   arrêt   a   été   de   mettre   un   terme   aux   effets  destructeurs  du  référé  précontractuel  jusqu’alors.     -­‐  Pour  l’ensemble  des  marchés.  C’est  un  recours  qui   ne   peut   être   formé.   l’enregistrement  de  la  requête.

 Il  va  établir  la  balance  des  intérêts  en  présence.   encore   faut   il   que   les   conséquences   négatives   d’une   telle   suspension   ne   l’emportent  pas  sur  ses  avantages.   C’est   la   raison   pour   laquelle   lui   a   survécu   un   recours   propre   au   droit  interne.   dans   certaines   conditions.       Ce   référé   contractuel   se   distingue   cependant   du   référé   précontractuel   par   les   irrégularités   qu’il   permet   de   sanctionner.   Le   juge   peut   décider   de   sanctions   plus   légères   qui   vont   de   la   résiliation   du   contrat   à   des   pénalités   financières   en   passant   par   des   mesures   inédites   telles  que  la  limitation  de  la  durée  du  contrat.       Il  y  a  également  la  possibilité  pour  le  juge  de  suspendre  le  contrat  pendant  la  durée  de   l’instance.  le  recours  en  contestation  de  la  validité  du  contrat.       Ce   lapse   de   temps   doit   permettre   aux   candidats   évincés   de   présenter   un   référé   précontractuel.       Quant  aux  sanctions  susceptibles  d’être  prononcées  par  le  juge.  Elles  sont  limitativement  énumérées  et  ne  concernent  que   l’absence   des   mesures   de   publicité   requises   et.   à   condition   que   celles   ci   soient   divisibles   du   contrat.     3.       Ce  recours  est  ouvert  contre  le  contrat  dans  son  ensemble.   Il   peut   être   assorti   d’une   demande   indemnitaire   ainsi   que   d’une  demande  de  suspension  qui  ne  sera  accueillie  que  s’il  y  a  urgence  à  suspendre  le   contrat  et  si  les  moyens  invoqués  sont  sérieux.  Les  deux  recours  ne  sont  pas  cumulables. Le  recours  en  contestation  de  la  validité  du  contrat     Il   ressemble   par   sa   dénomination   au   recours   commun   à   l’ensemble   des   contrats   administratifs  mais  a  la  particularité  d’être  ouvert  aux  seuls  candidats  évincés.     Ce   référé   contractuel   se   trouve   surtout   limité   quant   aux   illégalités   qui   peuvent   être   soulevées   à   son   soutien.  16  juillet  2007  :  C’est  un  recours  de  plein   contentieux  (le  juge  peut  prononcer  d’autres  mesures  que  celles  en  annulation)  qui  est   ouvert   aux   seuls   candidats   évincés.contrat   et   à   condition   que   le   requérant   n’est   pas   introduit   précédemment   un   référé   précontractuel.   la   méconnaissance   par   la   personne   publique   d’un   certain   délai   qu’elle   doit   respecter   en   vertu  des  textes  entre  le  moment  où  elle  notifie  aux  candidats  évincés  le  rejet  de  leurs   offres  et  la  signature  du  contrat.  C’est-­‐à-­‐dire  au  moyen  d’un     68   .  il  peut  être  dirigé  contre  le   contrat   tout   entier   ou   seulement   à   certaines   de   ses   clauses  .   Ces   irrégularités   sont   moins   nombreuses   qu’en  référé  précontractuel.     Il  a  été  crée  par  un  arrêt  d’assemblée  :       Arrêt  société  tropic  travaux  signalisation.   Cela   laisse   supposer   que   ce   recours   concerne   essentiellement  les  contrats  faisant  l’objet  d’une  mise  en  concurrence.  elles  consistent  soit  dans   la   nullité   du   contrat   sauf   si   le   prononcé   de   cette   nullité   se   heurte   à   une   impérieuse   raison   d’intérêt   général.       Ce  recours  doit  être  formé  dans  un  délai  de  2  mois  à  compter  de  «  mesures  de  publicité   appropriées  »  (arrêt  société  tropic  travaux  et  signalisation).

  il   sera   indemniser   du   bénéfice   du   manque   à   gagner. Les  sanctions  pénales     Le   délit   d’octroi   d’avantages   injustifiés   ou   délit   de   favoritisme   (article   432-­‐14   du   Code   pénal)  est  puni  d’emprisonnement  et  d’amendes.  soit  prononcer  la  résiliation  du  contrat  ou  modifier  certaines  de  ses   clauses.     -­‐  Si  le  juge  considère  qu’il  n’était  pas  dépourvu  de  toute  chance  d’emporter  le  contrat.       69   .  En  fonction  de  ces  considérations.   du   bénéfice   que   lui   aurait   procuré   le   contrat  s’il  avait  été  exécuté.   Le   succès   de   son   action   suppose   qu’il   y   ait   effectivement   eu   irrégularité   de   procédure  mais  aussi  qu’il  ait  eu  une  chance  de  remporter  le  contrat.   le   candidat   évincé   d’une   procédure   de   mise   en   concurrence   peut   se   contenter   de   former   devant   le   juge   un   recours   indemnitaire   fondé   sur   l’irrégularité   dont   cette   procédure   s’est   trouvée   entachée.   Il   peut   enfin   annuler   le   contrat   totalement   ou   partiellement   mais   uniquement   après   avoir   vérifié   qu’une  telle  mesure  ne  porte  pas  une  atteinte  excessive  à  l’intérêt  général.     Le  CE  souhaite  éviter  que  puissent  être  remis  trop  facilement  en  cause  des  procédures   ou  des  contrats  par  le  prononcé  de  leur  nullité.     -­‐   Si   le   requérant   établit   qu’il   avait   une   chance   sérieuse   d’emporter   le   contrat.       5.       Il   peut   aussi   accorder   des   indemnités   au   candidat   évincé   qui   l’a   saisi.  il   lui  accordera  réparation  des  frais  qu’il  a  engagé  pour  participer  à  la  procédure.avis  qui  mentionne  à  la  fois  la  conclusion  du  contrat  et  les  modalités  selon  lesquelles  il   peut  être  consulté. Les  recours  indemnitaires       Indépendamment   des   recours   dont   il   vient   d’être   question.   Autre   trait   majeur.   l’extrême   diversification  des  pouvoirs  reconnus  au  juge.     4.         Les  sanctions  :     Si  le  contrat  est  entaché  d’illégalité.       La  jurisprudence  distingue  3  hypothèses  :     -­‐   Si   le   requérant   n’avait   aucune   chance   d’emporter   le   contrat   (ex  :   offre   moins   bonne).  C’est  le  fait  de  procurer  ou  de  tenter  de   procurer  à  autrui  un  avantage  injustifié  par  un  acte  contraire  aux  dispositions  de  textes   qui   ont   pour   objet   de   garantir   la   liberté   d’accès   et   l’égalité   des   candidats   dans   les   marchés  publics  et  les  DSP.   il   n’obtiendra  rien.  il  peut  soit  décider  la  poursuite  du   contrat  sous  réserve  de  régularisation  éventuelle  (ex  :  la  poursuite  du  contrat  répond  à   un  intérêt  majeur).  le  juge  dispose  d’une  palette  très  large  de  sanctions   qu’il  doit  utiliser  en  fonction  de  la  nature  de  l’illégalité  commise  et  des  conséquences  qui   en  sont  résultées.  Tout  cela  se  comprend  dans  un  objectif   de   sécurité.   de   stabilisation   des   relations   contractuelles.

 Ce  principe  vaut  aussi  bien  pour  le  cocontractant  de  l’administration  que   pour  l’administration  elle-­‐même.     A.  Cette  force  obligatoire   du   contrat   n’exclut   pas   cependant   la   possibilité   pour   les   parties   contractantes   de   modifier   leur   contrat   en   concluant   des   avenants.     §1.   limite   très   strictement   les   hypothèses   dans   lesquelles  les  parties  peuvent  se  délier  de  leurs  engagements  contractuels  en  invoquant   la  nullité  du  contrat.   elles   ne   peuvent   s’y   soustraire   unilatéralement   sans   encourir   des   sanctions   ou   engager   leur   responsabilité.   D’un   côté.   en  partie  exorbitantes  du  droit  commun  que  viennent  compenser  en  quelque  sorte.  le  DA  considère  que  le  contrat  c’est  «  la  loi  des  parties  ». La  force  obligatoire  du  contrat  vis-­‐à-­‐vis  des  tiers     La  force  obligatoire  du  contrat  peut  déborder  du  cadre  des  relations  entre  les  parties  et   s’entendre  à  des  tiers  dans  deux  hypothèses  :     -­‐   Lorsque   le   contrat   comporte   des   clauses   règlementaires  :   ces   clauses   règlementaires   sont  assimilées  à  de  véritables  règlements.       La   jurisprudence   administrative   essentiellement   à   l’origine   de   ce   régime   recherche   un   équilibre   dans   cette   exécution   qui   ne   résulterait   pas   d’un   respect   strict   et   rigide   des   clauses   du   contrat   mais   une   sorte   d’équivalence   entre   les   prérogatives   de   l’administration  et  des  droits  dont  bénéficient  les  cocontractants.       2.  des   avantages  consentis  au  cocontractant  au  nom  de  «  l’équilibre  financier  du  contrat  ».   on   retrouve   la   même   combinaison   entre   l’application   des   règles   de   droit   privé   et   celles   d’un   droit   administratif   spécifique.       Cela   est   renforcé   par   la   jurisprudence   Commune   de   Béziers   qui.  Il  s’agit  d’un  équilibre   plus  dynamique.  Les  effets  généraux  du  contrat     Conformément  à  l’article  1134  du  Code  civil  auquel  le  juge  se  réfère  parfois  de  manière   explicite.     1.   les   parties   contractantes   sont   liées   par   ces   clauses. La  force  obligatoire  du  contrat  à  l’égard  des  parties  contractantes     Une   fois   le   contrat   conclu.   Cette   force   obligatoire   trouve   également  ses  limites  dans  les  prérogatives  reconnues  à  l’administration.   l’exécution   des   contrats   administratifs   est   dominée   par   le   principe   de   la   force   obligatoire   du   contrat   mais  d’un  autre  côté  l’administration  s’y  voit  reconnaître  des  prérogatives  importantes.  Les  tiers  et  notamment  les  usagers  du  SP  s’y     70   . La  force  obligatoire  du  contrat     Le   contrat   a   dans   tous   les   cas   force   obligatoire   à   l’égard   des   parties   mais   elle   peut   également  s’étendre  à  des  tiers  extérieurs  du  contrat.     SECTION  4  :  L’exécution  des  contrats  administratifs     Au   stade   de   l’exécution.   au   nom   de   la   loyauté   et   de   la   stabilité   des   relations   contractuelles.

      Ces   clauses   se   retrouvent   principalement   dans   les   contrats   de   DSP   mais   peuvent   se   retrouver  plus  généralement  dans  d’autres  contrats  qui  portent  sur  l’organisation  d’un   SP.   qu’elles   respectent  les  clauses  de  ce  contrat  (Arrêt  Croix  de  Sègues  Tivoli).  Elles  ne  disposent  de  cette  liberté   que  si  le  contrat  n’a  pas  à  être  mis  en  concurrence.  Il  ne  s’agit   pas  d’une  limite  à  la  force  obligatoire  du  contrat  car  l’avenant  suppose  un  accord  entre   les  parties.  y  compris  des  marchés  publics.   exiger   du   délégataire   ou   de   l’administration   délégante.   les   parties   contractantes   ne   peuvent   décider   d’imposer   une   obligation  à  la  charge  d’un  tiers  sans  son  consentement.   Ex  :   gestion   d’un   SP   de   transport  :   clauses   concernant   l’organisation   et   le   fonctionnement   du   service.B.  les  clauses  qui   concernent   l’organisation   et   le   fonctionnement   du   service.  ce  tiers  pourra  se  prévaloir  de  la  force  obligatoire  du  contrat.   C’est-­‐à-­‐dire   les   clauses   qui   vont   avoir   une   répercussion   sur   les   tiers.   ils   peuvent   en   exiger   le   respect   par   les   parties  contractantes.     B.       Cette   limite   se   traduit   en   matière   de   marchés   publics   par   une   disposition   du   Code   des   marchés   interdisant   de   modifier   par   avenants   l’objet   du   contrat   ou   d’en   bouleverser   l’économie.   En   revanche.   ne   sont   pas   règlementaires   les   clauses   qui   concernent   les   rapports   purement  financiers  ou  matériels  entre  l’administration  et  son  cocontractant.  Cela  va  jusqu’à  inclure  les  redevances  devant  être  payées  par  les  usagers.  :   Cela   ne   vaut   si   l’une   des   parties   contractantes   contracte   une   obligation   vis-­‐à-­‐vis   d’un   tiers.         71   .       -­‐     Lorsqu’il   y   a   stipulation   pour   autrui  :   c’est   une   clause   du   contrat   par   laquelle   l’une   des   parties   contracte   une   obligation   ou   prend   un   engagement   vis-­‐à-­‐vis   d’un   tiers.   Les   usagers   sont   tenus   de   respecter   ces   clauses   mais   peuvent   en   contrepartie.   Dans   ce   cas.     N.       Le   tiers   pourra   se   prévaloir   du   contrat   pour   en   imposer   l’exécution   à   la   partie   contractante  avec  laquelle  il  a  contracté.   Ex  :   Fréquence   de   passages   d’un   service   de   transport.  la  conclusion  des   avenants   se   trouve   elle   même   encadrée   assez   strictement   de   façon   à   ne   pas   remettre   en   cause  les  conditions  dans  lesquelles  le  contrat  a  été  attribué. La  modification  du  contrat  par  avenants     Les  parties  contractantes  peuvent  modifier  le  contrat  par  la  voie  d’avenants.       Si   ce   type   de   modifications   mérite   d’être   signalé   est   parce   que   les   parties   ne   sont   pas   totalement  libres  de  modifier  à  leur  guise  le  contrat.trouvent   donc   soumis   mais   en   contrepartie.       En   revanche.     Si  le  contrat  est  au  contraire  soumis  à  mise  en  concurrence  préalable.     Sont  règlementaires  et  opposables  aux  tiers  et  aux  parties  contractantes.

  l’avenant   est   considéré   comme   un   nouveau   contrat   qui   doit   faire  l’objet  d’une  mise  en  concurrence  et  sera  jugé  illégal.  outre  ces  limites. Les  prérogatives  destinées  à  garantir  la  bonne  exécution  du  contrat     Elles   sont   d’une   part   d’ordre   préventif   et   de   l’autre   d’ordre   répressif.  Mais  la  limitation  en   dehors   de   toute   disposition   de   textes   s’applique   à   l’ensemble   des   contrats   mis   en   concurrence.  des  ordres  de  service  (marchés  publics  et  DSP  surtout).   c’est-­‐à-­‐dire   le   volume   des   services  inclus  dans  la  délégation.     Les  avenants.   comportements.   Son   exercice   conduit   en   effet   l’administration   à   s’immiscer   dans   l’exécution   du   contrat   en   imposant   au   contractant   certains   choix.  tels  que  «  sa  durée  ou  le   montant   des   investissements   mis   à   la   charge   du   délégataire  ».  ne  sont  pas  de  véritables  atteintes  à  la  force  obligatoire   du   contrat.     §2.   Imposer   au   cocontractant   l’utilisation   de   certains   procédés   ou   matériaux   de   construction  lorsqu’ils  ne  sont  pas  définis  par  le  contrat.   Ces  ordres  revêtent  un  caractère  écrit  et  sont  numérotés  et  doivent  émaner  de  l’autorité     72   .     Si   ces   limites   sont   franchies.Il  y  a  bouleversement  de  l’économie  du  contrat  lorsque  l’avenant  abouti  à  augmenter  le   montant  de  celui  ci  dans  une  proportion  variant  entre  15%  et  20%.   Ces   pouvoirs   s’expliquent   par   la   qualité   de   l’une  des  parties  (PP)  mais  aussi  par  les  besoins  du  SP  auxquels  les  contrats  que  conclue   l’administration   qui   sont   considérés   comme   liés.     A.       Avis   du   19   avril   2005  :   le   CE   avait   considéré   comme   illégaux   les   avenants   aux   DSP   modifiant  substantiellement  l’un  de  leurs  éléments  essentiels.     Ex  :  Intervention  dans  le  déroulement  des  travaux.   la   nécessité   de   garantir   la   bonne   exécution  du  contrat  et  d’adapter  le  contrat  si  cela  est  rendu  nécessaire  par  le  service.  19  juin  2008  (CJCE)  :  Il  interdit  les  modifications  substantielles  du   contrat  par  avenants. Le  pouvoir  de  direction  et  de  contrôle     L’administration   dispose   d’un   pouvoir   de   contrôle   qui   lui   permet   d’exercer   une   surveillance  générale  de  l’exécution  du  contrat  tout  au  long  de  son  existence.       Le   pouvoir   de   direction   va   plus   loin.   Nous   rencontrons   de   telles   atteintes   au   travers   des   prérogatives   dont   dispose  l’administration.       Arrêt  PRESSETEXT.  Les  prérogatives  de  l’administration     Le   contrat   administratif   se   caractérise   aussi   par   l’importance   des   pouvoirs   qui   sont   reconnus   à   l’administration   contractante.  leur  planification.       Ce  pouvoir  de  contrôle  et  de  direction  se  traduit  par  l’émission  par  le  maitre  d’ouvrage   ou  l’administration  en  général.     1.   Elles   consistent   en   un  pouvoir  de  direction  et  de  contrôle  ainsi  que  de  sanction.

      Si   le   contrat   n’est   pas   correctement   exécuté.   Lorsque  le  contrat  ne  prévoit  rien.   soit   parce   qu’il   s’en   montre   définitivement  incapable.       -­‐   La   sanction   résolutoire  :   La   résiliation   pour   faute   du   contrat  :   elle   peut   être   soit   simple   lorsqu’elle   n’est   pas   prononcée   ou   prononcée   aux   torts   et   risques   du   cocontractant.  Ex  :  sanction  du  non  respect  des   délais  contractuels.     Elles  sont  de  trois  ordres  :     -­‐  Les  sanctions  financières  sous  la  forme  de  pénalités.     Cela   ne   pose   pas   problème   concernant   le   pouvoir   de   contrôle   dont   on   considère   que   l’administration  en  dispose  de  plein  droit.     2.compétente.  Les  délais  doivent  être  prévus  par  le  contrat.     La   caractéristique   de   ces   sanctions   est   qu’elles   existent   de   plein   droit.  Dans  tous  les   cas  de  figure.     Il   arrive   aussi   que   le   contrat   prévoit   les   modalités   de   ce   pouvoir   de   contrôle   et   de   direction  et  les  mesures  que  l’administration  peut  prendre  dans  le  cadre  de  son  exercice.   l’administration   dispose   d’un   pouvoir   répressif.   soit   à   le   faire   exécuter   temporairement   par   une  entreprise  différente.  Cela  dépend  en  réalité  de  la  nature  du  contrat.  Cela  est  plus  contesté  concernant  le  pouvoir   de  direction.   La   jurisprudence   considère   que   le   manquement   ou   la   désobéissance     à   ces   ordres   de   service   constituent   une   faute   grave   pouvant   aller   jusqu’à   la  résiliation  du  contrat.   Le   cocontractant   doit   se   conformer   aux   ordres   de   service   sous   peine   d’encourir   des   sanctions.   Dans   ce   dernier   cas   le   cocontractant   pourra   être   condamné   à   indemniser   l’administration  des  dépenses  supplémentaires  qui  lui  aura  occasionné  l’achèvement  des   prestations   prévues   par   le   contrat   initial   (ex  :   marché   de   substitution   avec   une   autre   entreprise).  la  question  se  pose  de  savoir  si  et  dans  quelle  mesure   l’administration  dispose  d’un  tel  pouvoir.   Lorsque   le   contrat     73   .     En  contrepartie.       -­‐  La  sanction  coercitive  :  La  mise  en  régie  dans  les  marchés  de  travaux  et  mise  sous   séquestre   dans   les   DSP  :   cette   mesure   consiste   pour   l’administration   à   dessaisir   provisoirement  son  cocontractant  de  l’exécution  du  contrat  et  soit  à  exécuter  elle-­‐même   celui   ci   avec   le   matériel   du   cocontractant.  Ce    n’est  qu’une  sanction  provisoire  qui  prend  fin  soit  par  la   reprise   du   contrat   par   le   cocontractant   s’il   en   est   capable.  les  frais  occasionnés  par  la  mise  en  régie  sont  à  la  charge  du  cocontractant.  celui  ci  sera  en  droit  de  lui  réclamer  indemnité.  l’administration  vient  à   causer  un  préjudice  à  son  cocontractant. Le  pouvoir  de  sanction     L’administration   dispose   d’un   pouvoir   de   sanction   lui   permettant   de   sanctionner   le   cocontractant  en  cas  de  mauvaise  exécution  ou  d’inexécution  du  contrat.  si  par  son  pouvoir  de  contrôle  et  de  direction.   même   dans   le   silence   du   contrat   où   l’administration   en   dispose   quand   même.  Il  est  des  contrats  qui  par   nature  impliquent  que  l’administration  dispose  d’un  pouvoir  de  direction  (ex  :  DSP).  La  mise  en  régie  est  alors  suivie  d’une  résiliation.

      En  revanche.  le  juge  accordera  des  dommages  et  intérêts  au  cocontractant  victime  d’une   sanction  injustifiée.                           74   .  les  sanctions  eu  égard  à  leur  sévérité.  En  principe  l’administration  peut  prononcer  ces  sanctions  sans  s’y   faire   autoriser   par   le   juge.   Il   l’a   fait   de   plusieurs  manières.  doivent  être  justifiées  par  une  faute  d’une   particulière  gravité  qui  est  laissée  à  l’appréciation  du  juge.     Cela  s’explique  compte  tenu  des  délais  de  jugement.   le   juge   s’est   employé   à   les   encadrer.     Enfin.  Dans  ce  cas.  il  ne  se  reconnaît  pas   en  principe  le  droit  d’annuler  la  sanction  sauf  si  cette  sanction  consiste  en  la  résiliation   d’un  contrat  de  longue  durée  nécessitant  des  investissements  importants.  celui  ci  sera  indemnisé.   l’administration   peut   même   les   prononcer   dans   d’autres   hypothèses  que  celles  visées  par  le  contrat.  Si  la  sanction  n’est  pas  justifiée  par  la  gravité  de  la  faute  reprochée   au  cocontractant.…     Le  JA  va  vérifier  que  la  sanction  est  justifiée.  le  juge   estime  que  l’administration  n’a  pas  le  pouvoir  de  prononcer  ces  sanctions.  le  contrat  serait  déjà  achevé  au  jour   prononcé  de  la  décision.       Une   exception   est   posée   lorsque   le   contrat   donne   le   pouvoir   à   l’administration   de   prononcer  d’office  ces  sanctions.       Lorsque   l’administration   a   le   pouvoir   de   prononcer   ces   sanctions.   elle   doit   les   faire   précéder   d’une   mise   en   demeure.  Si  ce  n’est  pas  le  cas.  le   juge  se  reconnaît  un  pouvoir  d’annulation  de  la  sanction.   Les   sanctions   doivent   être   motivées   en   application   de   la   loi   du   11   juillet   1999.   sauf   dans   les   contrats   de   longue   durée   qui   nécessitent   des   investissements  importants       Ex  :  CSP  :  Compte  tenu  de  l’importance  de  tels  contrats  et  des  enjeux  financiers.   lui   octroyer   un   délai   pour   remédier   à   ces   manquements   et   lui   spécifier   la   sanction   qu’il   encourt   s’il   ne   le   fait   pas.     Ex  :   Mauvaise   exécution   technique.   manquement   au  devoir  d’obéissance  aux  ordres  de  service.   Cette   mise   en   demeure   doit   indiquer   au   cocontractant   les   manquements   qu’on   lui   reproche.   Si   la   sanction   est   irrégulière.prévoit   ces   sanctions.   l’administration   ne   pourra   pas   en   faire   supporter   au   cocontractant   les   conséquences  onéreuses.   dépassement   considérable   des   délais.     En   raison   de   la   gravité   de   ces   sanctions.

      -­  Un  pouvoir  de  résiliation  du  contrat  en  dehors  de  toute  faute  du  cocontractant     Le  pouvoir  en  question  est  celui  qui  permet  à  l’administration  de  résilier  ses  contrats  en   l’absence  de  toute  faute  du  cocontractant.       75   .  sauf  à  ce  que  les  modifications  sortent  ou   bouleversent  le  contrat.   Union   des   transports  publics  urbains  et  régionaux.3.       Comme  c’est  un  pouvoir  contraire  à  la  FO  du  contrat.       Ce   pouvoir   de   modification   a   néanmoins   été   consacré   comme   une   règle   générale   applicable   aux   contrats   administratifs   par   un   arrêt   du   2   février   1983.   3)   C’est   aussi   un   pouvoir   qui   donne   lieu   à   contrepartie  :   En   présence   de   modifications   le   cocontractant   ne   peut   s’y   soustraire   mais   a   droit   à   indemnisation   intégrale   du   préjudice   que  ces  modifications  lui  causent.     En   pratique.  Il  est  tenu.  de  se  soustraire  au  contrat.  Ce   pouvoir  permet  à  l’administration  notamment  de  modifier  les  aspects  administratifs  ou   techniques  du  contrat.  il  est  limité  par  la  jurisprudence  :     1)   La   jurisprudence   interdit   à   l’administration   de   modifier   les   clauses   financières   du   contrat.   2)   La   jurisprudence   prohibe   les   modifications   qui   aboutiraient   à   modifier   l’objet   du   contrat.  ce  pouvoir  a  été  fondé  sur  un  arrêt  d’interprétation  difficile.   ce   pouvoir   existe   même   en   l’absence   de   clauses   du   contrat. Les  pouvoirs  sur  le  contenu  et  l’existence  du  contrat     L’administration   dispose   de   pouvoirs   sur   le   contenu   et   l’existence   du   contrat.   Il   est   très   souvent  prévu  par  les  stipulations  du  contrat  mais  il  existe  mais  s’il  n’est  pas  prévu.       Ex  :  changements  des  matériaux.     Longtemps.  qui  se  distingue  du  pouvoir  de  résiliation  utilisé  pour  sanctionner  les   fautes  du  cocontractant.   Ils   sont   au   nombre  de  deux  :     -­  Un  pouvoir  de  modification  unilatérale  du  contrat     Il   est   considéré   comme   l’archétype   des   prérogatives   de   l’A   dans   ce   type   de   contrats   puisqu’il   permet   à   l’A   sans   l’accord   de   son   cocontractant   de   modifier   les   clauses   du   contrat  et  constitue  une  atteinte  à  la  force  obligatoire  du  contrat.  des  horaires  de  fonctionnement  d’un  SP.     Arrêt  compagnie  française  de  tramways.  Il  s’agit  d’un  pouvoir  de  résiliation  pour  motifs   d’intérêt  général.  21  mars  1910  :  On  ne  savait  pas  si  le  CE  avait   consacré  ou  reconnu  ce  pouvoir  en  le  déduisant  des  dispositions  de  textes  en  vigueur  ou   avait  voulu  accordé  ce  pouvoir  en  l’absence  de  toutes  clauses  le  prévoyant.

  l’administration   est   en   droit   de   faire   supporter   au   cocontractant   défaillant   les   dépenses   supplémentaires   occasionnées   par   l’achèvement   des  prestations  contractuelles.  Dans  ces  contrats  elles  ne  peuvent  être  prononcées  que  par   le  juge  sauf  stipulation  expresse  contraire  du  contrat.   Dans   le   second   cas.  il  est  même  admis  que  cette  indemnité  excède  le  préjudice  réel  subi  par  le   cocontractant  à  condition  toutefois  qu’elle  ne  soit  pas  fixée  à  un  niveau  tellement  élevé   qu’elle   ait   un   effet   dissuasive   et   empêche  de   facto  l’administration   de   résilier   (Cour   de   Versailles  en  formation  plénière  du  7  mars  2006  Commune  de  Draveil).Ce  pouvoir  existe  de  plein  droit  et  constitue  une  règle  générale  applicable  à  l’ensemble   des  contrats  administratifs  ainsi  qu’en  a  jugé  un  arrêt  du  CE  du  2  mai  1958.   Le  CE  a  considéré  qu’étaient  nulles  les  clauses  de  nature  à  faire  obstacle  à  l’exercice  du   pouvoir  de  résiliation  unilatérale  car  selon  lui.  Distillerie  de   Magnac-­‐Laval.   3°   Le   juge   exerce   un   contrôle   sur   le   bienfondé   des   sanctions   et   il   vérifie   notamment   qu’elles  sont  justifiées  par  des  fautes  d’une  particulière  gravité  car  ce  type  de  sanction     76   .     Ces  deux  sanctions  se  trouvent  encadrées  en  raison  de  leur  gravité.   Si   l’administration   omet   la   formalité   de   la   mise   en   demeure.   2°   Sauf   dispense   expresse   du   contrat.   ces   sanctions   doivent   être   précédées   d’une   mise   en   demeure   suffisamment   complète   pour   bien   informer   son   destinataire.   -­‐   ce   pouvoir   ouvre   droit   à   indemnisation   complète   du   cocontractant   tant   au   titre   du   bénéfice   dont   il   se   trouve   privé   qu’au   titre   des   dépenses   qu’il   a   déjà   engagé   et   qui   ne   pourront  pas  être  amortie  jusqu’à  la  fin  du  contrat.     Ce  pouvoir  n’est  pas  illimité  :   -­‐  la  décision  de  résiliation  doit  être  justifiée  par  un  motif  d’intérêt  général  dont  le  juge   vérifie  le  bien  fondé.       -­  Le  pouvoir  de  sanction  unilatéral  de  l’administration     L’administration  dispose  de  pouvoir  de  prononcer  elle-­‐même  des  sanctions  à  l’égard  de   son  cocontractant  en  cas  de  manquement  de  celui-­‐ci  à  ses  obligations  contractuelles.   -­‐   la  mise   en   régie  ou  mise   sous   séquestre  :   mesure   qui   consiste   pour   l’administration   à   suspendre   l’exécution   du   marché   par   son   cocontractant   et   à   prendre   en   charge   elle-­‐ même   cette   exécution   à   titre   provisoire   dans   l’attente   que   le   cocontractant   soit   à   nouveau  en  mesure  de  faire  face  à  ses  obligations  contractuelles.     Les  sanctions  les  plus  sévères  sont  de  deux  sortes  :   -­‐   la  résiliation   pour   faute  du   contrat   qu’il   faut   distinguer   de   la   résiliation   pour   motif   d’intérêt   général.   qui   peut   être   soit  simple  soit   prononcéeaux   torts   et   risques   du   cocontractant.     1°   Elles   sont   exclues   par   exception   dans   les   contrats   de   longue   durée   nécessitant   des   investissements  importants.  de  telles  clauses  sont  incompatibles  avec   les   nécessités   du   fonctionnement   du   service   public   (arrêt  Association   EUROLAT  du   CE   du  6  mai  1985).     Le  contrat  peut  prévoir  par  avance  l’indemnité  qui  sera  versée  au  cocontractant  en  cas   de  résiliation.   elle   ne   pourra   réclamer   aucune  réparation  à  son  cocontractant  fautif.

 il   se   borne   à   octroyer   au   cocontractant   des   dommages   et   intérêts   en   réparation   du   préjudice  que  la  sanction  lui  a  causé.   Le   cocontractant   ne   peut   invoquer   l’exception   d’inexécution   contre   l’administration  qui  existe  en  droit  privé.ne   peut   être   valablement   prononcé   que   si   le   cocontractant   a   commis   des   fautes   très   graves.  il  n’a  pas  le  pouvoir  d’annuler  les  mesures  de  résiliations.   Solution   découle   d’un   arrêt   du   CE   du  20   janvier   1905  Compagnie   départementale   des   eaux.   -­‐  Dans  le  cadre  des  marchés.   s’il   était   respecter   aurait   pour   conséquence   de   remettre   en   cause   la   solidité   de   l’immeuble).             77   .  le  juge  peut  annuler  des  mesures  de   résiliations.  20  ans.  Les  droits  et  obligations  du  cocontractant     Le   cocontractant   se   voit   imposé   des   obligations   strictes.  et  en  contrepartie   il  se  voit  reconnaitre  des  droits.   nuisible   aux   intérêts   de   l’administration   (ex  :   l’administration.  on  y  trouve  :     1.     En  présence  d’une  sanction  injustifiée.     Dans  le  prolongement  de  cette  obligation.  se  dispenser  d’y  obéir  que  si  ces  ordres  bouleversaient   totalement   le   contrat   ou   aurait   un   effet   très   négatif.   dans   le   cadre   des   contrats   de   longue   durée   nécessitant   des   investissements   importants   qui   ne   sont   susceptibles   d’être   amortis   que   sur   toute   la   durée  du  contrat  (concessions  de  service  public…).   donnerait   un   ordre   qui.  il  est  interdit  au  cocontractant  d’interrompre   l’exécution   du   contrat   ou   de   se   soustraire   à   certaines   obligations   que   lui   impose   le   contrat   sous   prétexte   que   l’administration   elle-­‐même   n’a   pas   rempli   ses   propres   obligations.   elle   s’explique   par   le   fait   que   l’annulation   retrouve   son   importance  dans  des  contrats  conclus  pour  15.   Le  juge  administratif  se  reconnait  un  pouvoir  d’annulation  de  toutes  les  mesures  prises   par  les  parties  dans  les  contrats  conclus  entre  personnes  publiques  (solution  consacrée   par  un  arrêt  du  section  du  CE  du  31  mars  1989  Département  de  la  Moselle)         §2.   -­‐   En   revanche.  sous  peine  de  sanction.     A. Le   cocontractant   doit   se   conformer   strictement   aux   ordres   de   service   qui   lui   sont   adressés     Il  ne  peut. Les  obligations  du  cocontractant     Le   cocontractant   a   l’obligation   de   se   conformer   aux   obligations   du   contrat.   conséquence   de   la   force   obligatoire  du  contrat  et  des  pouvoirs  exorbitants  de  l’administration.  de  plus  ces  contrats  portent  sur   des  sommes  importantes.   dans   le   cadre   d’un   chantier.   Généralement.  le  juge  dispose  de  pouvoirs  variables.

  Il   ne   s’agit   pas   alors   de   cession   car   le   contractant   initial   reste   totalement   responsable   et   cela   ne   porte   que   sur   une   partie   des   prestations. L’obligation  personnelle  du  contrat       Le   cocontractant   doit   exécuter   personnellement   le   contrat   qui   lui   a   été   confié   sans   pouvoir  le  céder.     La   caractéristique   des   pénalités   de   retard   est   de   s’appliquer   de   plein   droit   sans   que   l’administration   n’ait   à   prouver   d’un   préjudice.   Il   s’agit   de   sommes   forfaitaires   mises   à   la   charge   du   titulaire   du   contrat   par   période   de   temps   de   retard.   Le   CE   a   corrigé   sa   JP   après   un   arrêt   du  31   décembre   2008  OPHLM   de   Puteaux.   Les   pénalités   de   retard   sont   indépendantes  du  montant  du  préjudice.  le  cocontractant  de  certains  contrats  et  notamment  celui  titulaire  de  marchés   est   autorisé   en   vertu   d’une   loi   de   1975   à   sous-­‐traiter   l’exécution   d’une   partie   de   son   contrat.   Jusqu’à   récemment.  Le  non  respect  des  délais  est  généralement   sanctionné   par   des   pénalités   de   retard.   Cela   est   vrai   notamment  dans  le  cadre  des  marchés  de  tous  les  contrats  qui  prévoient  un  versement   par   l’administration  :   le   cocontractant   a   droit   au   prix   et   aussi   à   l’équilibre   financier   du   contrat.     Le  délai  est  fixé  par  le  contrat  très  généralement.     Cette  obligation  connait  deux  atténuations  :   -­‐  D’abord  en  vertu  d’une  JP  rappelée  par  un  avis  du  8  juin  2000  du  CE  :  le  cocontractant   peut   céder   son   contrat   à   un   tiers   sous   réserve   de   l’autorisation   préalable   de   l’administration  contractante.   Le   montant   est   fixé   entre   1/3000èmeet   1/1000ème  du  montant  du  marché.   Ces   obligations   de   l’administration   revêtent   un   caractère   financier.     78   .  si  ce  n’est  pas  le  cas  le  cocontractant   doit  faire  preuve  d’une  diligence  raisonnable.     (…)     B.  en  principe.   le   juge   administratif   ne   se   reconnaissait   pas   le   pouvoir   donné   au   juge  judiciaire  par  l’article  1152  du  cciv  de  moduler  les  pénalités  de  retard  excessives  ou   dérisoires.     -­‐  Ensuite.2.  L’administration  ne  peut  refuser  son  autorisation  que  si  le   cessionnaire   (la   personne   à   laquelle   le   contrat   est   cédé)   ne   présente   pas   les   qualités   requises  pour  exécuter  correctement  le  contrat.     3.   d’où   l’insertion   dans   le   contrat   de   clauses   prévoyant   ces   pénalités.   Cette   sous-­‐traitance   est   cependant  subordonnée  à  un  agrément  de  l’administration  portant  sur  le  sous-­‐traitant   et  de  ses  conditions  financières. L’obligation  de  respecter  les  délais       Elle  est  importante  notamment  en  matière  de  marchés.   Le   cocontractant   ne   peut   invoquer   l’exception   d’exécution   mais   s’il   subit   un   préjudice  du  fait  de  la  non  exécution.  il  pourra  engager  sa  responsabilité. Les  droits  du  cocontractant     Il   a   le   droit   à   ce   que   l’administration   exécute   les   obligations   que   le   contrat   met   à   sa   charge.

  sont   fondées  sur  des  éléments  en  rapport  avec  l’objet  du  contrat.     Ce  prix  peut  être  soit  forfaitaire  (lorsqu’il  consiste  en  une  somme  globale  censée  couvrir   toutes   les   opérations   nécessaires   à   l’exécution   de   la   prestation  :   ne   peut   que   difficilement  se  voir  modifier)  soit  unitaire  (consiste  en  la  fixation  d’une  certaine  somme   par   unité   de   travail   effectué  :   le   prix   dû   au   cocontractant   est   calculé   en   multipliant   chaque  prix  unitaire  par  les  quantités  de  prestations  effectuées).         79   .   il   n’y   a   pas   en   principe   lieu   à   indemnisation  même  si  l’administration  a  profité  des  prestations  complémentaires.   ni   par   l’administration   au   motif   qu’elle   trouverait   ce   prix   excessif.     Dans  le  cas  des  DSP. Le  droit  à  rémunération  du  cocontractant     C’est  un  droit  fondamental  pour  le  cocontractant.     Le  prix  dû  est  celui  stipulé  par  le  marché  et  est  irrévocable.   Est   un   cas   de   figure   très   courant   dans   le   cadre   des   marchés   et   donne   lieu   à   une   JP   abondante  :   le   juge   veut   se   montrer   équitable   vis-­‐à-­‐vis   du   cocontractant   et   limiter   les   dérives   possibles.   la   rémunération   consiste   en   le   versement   d’un   prix  par   l’administration.   1.   l’idée   étant   que   dès   lors   que   ces   prestations   étaient   indispensables.  le  cocontractant  a  droit  à  une  indemnisation   intégrale  incluant  la  marge  bénéficiaire  lorsque  les  prestations  supplémentaires  qu’il  a   réalisé   lorsqu’elles   étaient   indispensables   à   la   bonne   exécution   du   marché.  cette  rémunération  consiste  en  la  perception  de  redevances.   le   cocontractant   a   droit   à   réparation   sur   le   fondement   de   l’enrichissement  sans  cause  mais  celle-­‐ci  se  limite  aux  seules  dépenses  qu’il  a  engagées  à   l’exclusion  de  toute  marge  bénéficiaire  .   il   peut   faire   l’objet   de   modifications   ou  d’évolutions  :     -­‐  D’abord  par  l’application  de  clauses  de  révision  (clauses  prévoyant  l’adaptation  du  prix   en   fonction   de   l’évolution   des   circonstances   ou   des   conditions   économiques.     Cette  règle  connait  deux  atténuations  :   -­‐   en   cas   d’ordre   verbal.     Ce   prix   n’est   cependant   pas   totalement   immuable.  Pour   les   autres   contrats.   l’administration   doit   les   prévoit   et  donc  la  payer.  Il  ne  peut  être  modifié  ni  à  la   demande   du   cocontractant   sous   prétexte   qu’il   aurait   commis   une   erreur   dans   l’évaluation   de   son   offre.   En   l’absence   d’ordre   écrit.     -­‐  même  en  l’absence  d’ordre  écrit  ou  verbal.   La  règle   jurisprudentielle  est   que   le   cocontractant   n’a   droit   au   paiement   de   prestations   complémentaires   que   si   celles-­‐ci   ont   été   commandées   par   un   ordre   régulier   (càd   écrit).     -­‐   Le   prix   peut   également   être   augmenté   par   le   fait   de   diverses   circonstances   ou   par   l’application   de   diverses   théories   mais   encore   en   raison   des   prestations   supplémentaires  demandées  par  l’administration.

  Plusieurs  théories  :     La  théorie   des   sujétions   imprévues  :   elle   reconnait   à   l’entrepreneur   qui   s’est   trouvé   confronter   en   cours   de   contrat   à   des   difficultés   matérielles   importantes   un   droit   à   indemnité  ou  à  paiement  supplémentaire. Droit  du  cocontractant  à  l’équilibre  financier  du  contrat     L’une   des   originalités   du   droit   administratif   est   de   prendre   plus   largement   en   compte   que   le   droit   privé   les   aléas   qui   peuvent   affecter   l’exécution   du   contrat   et   préserver   le   cocontractant   contre   les   déséquilibres   économiques   du   contrat   que   ces   aléas   peuvent   entrainer.   Son   objet   est   d’imposer   à   l’administration   d’aider   financièrement   son   cocontractant   lorsque   l’équilibre   du   contrat   se   trouve   bouleversée   par  la  survenance  d’évènements  imprévisibles.   l’entrepreneur   a   droit   à   la   réparation   intégrale   du   préjudice   qu’il   a   subi   càd   non   seulement   le   coût   des   travaux   supplémentaires   qu’il   a   exécuté  mais  aussi  tous  les  frais  annexes.   compenser   les   conséquences   de   ces   aléas   par   un   maintien   au   moins   relatif   de   l’origine   du   contrat   pour   que   les   intérêts   du   contractant   ne   soient   pas   mis   trop   à   mal.   4°  la  sujétion  doit  être  extérieure  aux  parties  contractantes.   3°  la  sujétion  doit  revêtir  un  caractère  exceptionnel.     *   La  théorie   de   l’imprévision  :   est   une   théorie   d’origine   jurisprudentielle   qui   s’inspire   de   celle  des  sujétions  imprévues.L’arrêt   de   base   en   la   matière   est   l’arrêt   du   CE   de   section  17   octobre   1975.     En   matière   de   marché   et   pour   préserver   les   intérêts   du   cocontractant.   Les   sujétions   imprévues   peuvent   justifier   un   retard   dans   l’exécution   des   prestations   qui   ne  pourra  être  imputé  aux  fautes  du  contractant.   elle   consiste   essentiellement   à   des   difficultés  tenant  à  l’état  du  sol  ou  aux  conditions  climatiques.   Cette  théorie.  Elle  découle  d’un  arrêt  du  CE  du  30  mars  1916  Compagnie   générale   d’éclairage   de   Bordeaux.     L’application   de   cette   théorie   des   sujétions   imprévues   est   soumise   à   plusieurs   conditions  rappelées  dans  un  arrêt  du  30  juillet  2003  Commune  de  Lens.   1°   la   sujétion   doit   revêtir   un  caractère   matériel.   le   prestataire   bénéficie   de   plein   droit   d’intérêts  moratoires  à  un  taux  beaucoup  plus  élevé  que  le  taux  légal.   les   textes   prévoient   que   le   paiement   se   fait   de   manière   échelonnée   sous   la   forme   d’avance   et   d’acomptes.   2°   la   sujétion   doit   avoir   été  imprévisible   lors   de   la   conclusion   du   contrat  (ex  :   si   évènement  climatique  est  relativement  fréquent  dans  la  région  d’exécution  du  marché).  Commune   de  Canari.  dégagée  à  propos  des  concessions.   5°   ne   s’applique   que   si   les   sujétions   ont   bouleversé   le   coût   économique   du   contrat   (supérieur  à  10-­‐15%)     Si   ces   conditions   sont   réunies.     Les   textes   prévoient   que   leur   paiement   devra   intervenir   dans   un   délai   limité   qui   varie   selon   les   collectivités.       80   .  a  été  étendue  à  l’ensemble  des  contrats   administratifs.     2.   En   cas   de   dépassement.

  Si   ces   conditions   sont   réunies.   de   phénomènes  naturels.  Il  peut   s’agir   d’évènements   économiques   (la   hausse   du   prix   d’une   matière   première)   mais   encore   de   mesures   (sociales.   celle-­‐ci   couvrant  environ  90%  de  la  perte  qu’il  a  subi  et  non  pas  du  manque  à  gagner.   le   cocontractant   a   droit   à   indemnité..   4°   le  cocontractant   ne   doit   pas   interrompre   l’exécution   du   contrat  car   cette   théorie   est   fondée  dans  le  souci  de  continuité  du  service  public.  s’il  apparait  que  la  situation  d’imprévision  perdure  et  revête  un  caractère  définitif.   le   cocontractant   a   droit   à   l’indemnisation   intégrale   du   préjudice  subi..)   prises   par   les   autorités   publiques.  ces  faits  doivent  remplir  certaines  conditions  :   1°  il  doit  s’agir  de  faits  rigoureusement  imprévisibles  lors  de  la  conclusion  du  contrat.                                     81   .     Enfin.     La  théorie  s’applique  lorsque  la  mesure  qualifiée  de  fait  du  prince  cause  un  préjudice  qui   revêt   un   caractère   imprévisible   en   affectant   l’un   des   éléments   essentiels   du   contrat.       Pour  justifier  l’application  de  la  théorie.   L’une  des  difficultés  d’application  qui  explique  la  rareté  des  applications  positives  est  la   condition   qui   veut   que   la   rareté   affecte   spécialement   le   contrat   dans   un   de   ses   éléments   essentiels.   3°   il   faut   que   les   faits  bouleversent   l’économie   du   contrat  càd   non   seulement   qu’ils   diminuent  la  marge  bénéficiaire  mais  qu’il  le  conduise  à  exécuter  le  contrat  à  perte.     Le  fait  du  prince  :  désigne  les  mesures  prises  par  la  personne  publique  contractante  en   une  qualité  autre  que  celle  de  cocontractant  (Ex  :  commune  partie  à  un  contrat  et  dont  le   maire  va  prendre  des  mesures  de  police  qui  vont  avoir  une  incidence  sur  le  contrat).   fiscales.   2°  il  faut  que  ces  faits  d’imprévision  soient  extérieurs  au  cocontractant.Les  faits  d’imprévision  sont  plus  largement  conçus  que  les  sujétions  imprévues.     Lorsque   ces   conditions   sont   remplies.   ni   le   cocontractant   ni   l’administration   n’ont   intérêt   à   voir   le   contrat   se   poursuivre   et   donc  chaque  partie  a  la  possibilité  de  demander  au  juge  sa  résiliation  sauf  à  ce  qu’elle  se   soit   mise   d’accord   pour   modifier   le   contrat   dans   un   sens   qui   permette   une   exécution   équilibrée  de  celui-­‐ci.  de  troubles  sociaux.

 CAA  et  TA).  recrutés  par  la  voie  du  concours  de  l’ENA   -­‐   à   l’échelon   au-­‐dessus   =   les   maîtres   des   requêtes.   Ils   peuvent   ni  les  censurer.  Ce  domaine  qui  ne  peut  être  enlevé  à  la  JA  et  qui  donc   garantit   son   existence   constitutionnellement.     82   .PARTIE  IV  :  LA  JURIDICTION  ADMINISTRATIVE       CHAPITRE  I  :  L’organisation  de  la  juridiction  administrative     La  juridiction  administrative  a  trouvé  son  indépendance  avec  la  loi  du  24  mai  1872  qui   substitue   la   justice   délégué   à   la   justice   retenue.  il  est  possible  au  législateur  mais  à  lui  seul  dans  un  souci   de   bonne   administration   de   la   justice   de   créer   des   blocs   de   compétence   au   profit   de   l’un   ou  l’autre  des  ordres  de  juridiction.   ni   le   gouvernement   ne   peuvent   s’immiscer   dans   le   jugement   des   affaires   relevant   de   la   compétence   de   la   JA.   Cette   décision   signifie   que   la   JA   dispose   d’un   domaine   garantie.   première   marque   de   l’indépendance   reconnu  à  la  JA.   ce   domaine   comprend   le   recours   pour   excès   de   pouvoir.  et  d’autre  part.   irréductible   et   que   par   voie   de   conséquence   elle   ne   peut   être   supprimée   simplement   parce   que   sa   suppression   porterait   atteinte   à   ce   domaine   de   compétence   qui   est   constitutionnellement  garantie.   le   CSM)   mais   l’essentiel   du   contentieux   est   attribué   aux   juridictions   à   compétence   générale  (CE.     Cette   JA   est   composé   de   plusieurs   juridictions.   Ce   domaine   de   compétence   garantie   à   la   JA   connaît   deux   limites  :   d’abord.   en   son   exclut   les   matières   qui   sont   réservées   par   nature   à   l’autorité   judiciaire  (par  exemple.   mais   aussi   certains   contentieux   objectifs   autorisant   le   juge   a   annulé   des   actes   administratifs.     La  décision  du  CC  du  23  janvier  1987  qui  considère  que  figure  au  nombre  des  principes   constitutionnels   celui   selon   lequel   relève   de   la   JAl’annulation   et   la   réformation   des   décisions   prises   par   les   autorités   administratives   dans   l’exercice   de   prérogatives   de   puissance   publique.     SECTION  I  :  Le  Conseil  d’Etat     C’est   la   juridiction   suprême   de   l’ordre   administratif   mais   c’est   aussi   un   organe   consultatif  essentiel  du  pouvoir  exécutif.   choisis   a   raison   des   3/4   parmi   les   auditeurs.  ni  poser  des  injonctions  ou  se  soustraire  à  eux.  Composition     Il  est  composé  de  trois  catégories  de  membres  :   -­‐  au  bas  de  l’échelle  =  les  auditeurs.  les  affaires  qui  mettent  en  cause  les  libertés  individuelles  ou  le   SP  judiciaire)  .     Cette  indépendance  s’est  trouvée  renforcer  par  deux  principes  :     Indépendance   de   la   JA  (22   juillet   1980)   qui   est   un   principe   fondamental   reconnu   par   les   lois   de   la   république   en   vertu   duquel   ni   le   législateur.     §1.   de   deux   types   de   juridictions  :   une   multiplicité  de  juridictions  spécialisées  (les  plus  importantes  sont  la  cour  des  comptes.

  juridictionnelles   et   une   fonction   de   régulation  de  la  jurisprudence.   Il   est   saisi   par   le   PM   des   projets   qui   sont   établis   par   le   gouvernement.  Mais  il  s’agit  d’une  proportion   limitée.   Les   conseillers   et   maîtres   des   requêtes   sont   recrutés   discrétionnairement   par   le   gouvernement   parmi   les   personnalités  qu’il  choisit  à  sa  guise  =  le  tour  extérieur.       §2.  Il  doit  cela  à  ses  origines  napoléoniennes.  il  peut  également  être  saisi  par  le   Président   d’une   des   deux   assemblées   législatives   de   propositions   de   lois   sauf   si   son   auteur  s’y  oppose.).   le   CE   est   le   conseil   du   gouvernement   et   même   désormais   le   conseil   du   parlement   dans   une   certaine   mesure.   qui   ont   une   mission   consultative   (conseiller   les   projets   de   lois.  ceux-­‐ci  étant  en  général  jugés  par  le  regroupement  de   deux  sous-­‐sections.   sinon  plus  que  celui  qu’il  exerce  en  matière  contentieuse.   le   CE  doit  être  consulté.  Organisation     Il  est  organisé  en  6  sections.     En   vertu   de   l’article   L. Les  attributions  consultatives  du  CE  en  matières  administrative  et  législative     Avant   d’être   une   juridiction   suprême.  Lorsque  l’affaire  à  juger  présente  une  difficulté  ou  une  importance   particulière.  formée   par   les   présidents   de   toutes   les   sous-­‐sections   et   de   deux   conseillers   représentant   les   sections  administratives.   C’est   un   rôle   qui   est   aussi.112-­‐1   du   CJA.     A.   les   véritables   fonctions   de   président   étant  exercées  par  le  vice-­‐président  du  CE.  Attributions     Le   CE   a   trois   types   d’attributions  :   consultatives.     Il   y   a   5   sections   dites   administratives.   les   ordonnances.  il  est   porté   en   assemblée   (formation   de   10   à   12   membres   comportant   tous   les   personnages   importants  du  CE).-­‐   au   sommet   =   les   conseillers   d’état   choisis   à   raison   des   2/3   parmi   les   maîtres   des   requêtes.   le   CE   participe   à   l’élaboration   des   lois   et   ordonnances.       83   .     §3.  elle  est  portée  en  section  (?)  =  formation  de  jugement  particulière  .     Ex  :   Dispositions   constitutionnelles   qui   prévoient   que   pour   l’adoption   de   tels   textes.   Il   y   a   également   la   section   du   contentieux   qui   est   elle-­‐ même  divisée  en  plusieurs  sous-­‐sections  de  5  membres  environ  et  cette  sous-­‐section  est   la  formation  qui  instruit  les  litiges.  Quand  le  litige  présente  vraiment  une  grande  importance.   Depuis  la  reforme  constitutionnelle  du  23  juillet  2008.     L’avancement   se   fait   essentiellement   à   l’ancienneté.  législatives  ou  règlementaires..       Le  CE  donne  également  son  avis  sur  les  projets  de  décrets  ou  d’autres  textes  qui  lui  sont   soumis   par   le   gouvernement   ou   pour   lesquels   sa   consultation   est   prévue   par   des   dispositions  constitutionnelles.   Le   CE   est   présidé   par   le   1er   ministre   (symbolique).

 Il  se  limite  encore  aux  décisions  rendues  par  les   juridictions   administratives   spécialisées   sauf   dispositions   contraires   de   la   loi   et   aux   décisions   rendues   par   les   TA   en   matière   de   référés   liberté   (suspension   en   48h   de   décisions   portant   atteinte   grave   aux   droits   fondamentaux).  au  parlement  européen.   certains  contentieux  électoraux  (élections  régionales.B.   A   ce   dernier   titre.  il  peut  être  modifié  par  voie  règlementaire  mais  le  CE  doit  être   saisi.   le   CE   est   par   exemple   obligatoirement   consulté   sur   des   projets   de   décret  qui  abrogent  ou  modifient  des  textes  en  forme  législative.   Le   jugement   de   première  instance  est  rendu  par  le  TA.     Le   CE   peut   également   être   chargé   directement   par   le   gouvernement   de   préparer   et   rédiger  un  certain  nombre  de  textes.   les   actes  règlementaires  des  ministres.  A  ce  titre  il  exerce   trois  types  de  compétences.  La  loi  de  1987  créant  ces  cours  a  en   effet   substitué   aux   compétences   antérieures   du   CE   en   tant   que   juge   d’appel   des   compétences  de  juge  de  cassation.   à   commencer   par   celles   rendues   par   les   CAA.   Ces   contentieux   qui   n’étaient   pas   de   grande   importance   ont   été   répartis   entre   les   différents   TA   (TA   de  Nantes  :  refus  de  visa).…).  les  circulaires  ou  instructions  de  portée  générale  des   ministres.  le  Ce  donne  son  avis  ainsi  que  les  modifications  qu’il  estime   nécessaire  aussi  bien  en  matière  rédactionnelle  que  pour  assurer  la  légalité  du  texte.  notamment  des   recours  contre  les  actes  administratifs  dont  le  ressort  s’étendait  à  plus  d’un  seul  TA  ou   des   litiges   qui   sont   nés   hors   du   territoire   soumis   à   la   juridiction   des   TA.   Le   CE   est   seul   compétent   pour   statuer   sur   les   recours   en   cassation   dirigés   contre   les   décisions   qui   sont   rendues   en   dernier   ressort   par   les   juridictions   administratives.     -­‐   Le   CE   est   compétent   pour   juger   en   premier   et   dernier   ressort   des   recours   dirigés   contre   certaines   décisions   ou   contentieux   qui   lui   sont   confiés   en   raison   de   leur   importance   particulière.   Le   CE   rejuge   le   litige   en   faits   et   en   droit.  le  CE  était  chargé  d’autres  attributions.   les   litiges   concernant   le   recrutement   ou   la   discipline   des   agents   publics   nommés  par  le  président  (cette  compétence  a  été  réduite  par  un  décret  de  février  2010).   ses   attributions   en   tant   que   juge   d’appel   se   sont   fortement   réduites   et   se   limitent   désormais   aux   litiges   relatifs   aux   élections   cantonales   et   municipales.     B.  Cela  est  dit  par  le  CJA.         84   .     -­‐  Le  CE  est  juge  d’appel  pour  certains  contentieux  :  depuis  l’institution  des  CAA  en  1987.   Cette   compétence   a   été   considérablement  étendue  par  la  création  des  CAA. Les  attributions  juridictionnelles  du  CE     Le  CE  est  la  juridiction  administrative  suprême.     N.     Lorsqu’il  est  saisi  d’un  texte.  Il  n’y  a  pas  de  voie  de  recours  contre  sa  décision     Ex  :   Les   recours   contre   les   ordonnances   du   président   de   la   République   et   les   décrets.   Le   CE   est   la   première   juridiction   à   être   saisie   et   la   dernière   à   statuer.  Lorsqu’un  texte  est  pris   sous   une   forme   législative   et   qui   porte   sur   une   matière   qui   relève   depuis   1958   du   domaine  du  règlement.  Jusqu’au  décret  de  février.

Auparavant   le   schéma  :   décisions   rendues   en   1er   ressort   par   le   TA   et   pouvaient   faire   l’appel  d’un  appel  devant  le  CE.  Désormais  il  y  a  trois  degrés  de  juridictions.     Afin   d’éviter   que   cette   substitution   de   compétences   laisse   inchangée   la   charge   de   travail   du   CE,   la   loi   a   institué   un   système   de   filtrage   sous   la   forme   d’une   procédure   d’admission   des  pourvois  en  cassation  qui  a  d’abord  été  confiée  à  une  commission  spécialisée  et  qui   est   désormais   répartie   entre   les   différentes   sous   sections.   Les   pourvois   en   cassation   irrecevables   ou   qui   ne   sont   pas   fondés   sur   un   moyen   sérieux   sont   rejettes   sans   motivation   explicite.   Seuls   ceux   qui   échappent   à   ce   premier   tri   font   l’objet   d’une   instruction  et  d’un  jugement  selon  une  procédure  normale.         Dans  le  cadre  de  son  contrôle  de  cassation,  le  CE  ne  rejuge  pas  les  faits  qui  sont  laissés  à   l’appréciation   souveraine   des   juges   du   fond   sauf   dénaturation   mais   le   CE   juge   uniquement   le   droit   c’est   à   dire   qu’il   vérifie   si   la   règle   de   droit   a   été   correctement   appliqué   par   le   juge   du   fond   ce   qui   lui   permet   ainsi   d’assurer   l’unité   de   la   jurisprudence   administrative.       Pour  autant  le  CE  ne  se  trouve  pas  dessaisi  de  toute  possibilité  de  juger  le  litige  au  fond   en   cas   d’annulation   de   la   décision   attaquée.   Dans   ce   cas   le   CE   dispose   de   deux   possibilités.   Soit   il   renvoie   le   litige   devant   une   autre   juridiction   de   même   nature   que   celle   qui   a   rendu   ou   encore   la   même   CAA   statuant   dans   une   autre   formation.   Dans   un   soucis   de   bonne   administration   de   la   justice,   pour   ne   pas   faire   trainer   le   procès,   le   CE   peut   lui-­‐même   régler   l’affaire   au   fond.   Il   évite   ainsi   le   délai   supplémentaire   qu’impliquerait  un  renvoi.       C. La  fonction  régulatrice  du  CE       Pour  permettre  au  CE  de  maitriser  la  jurisprudence  et  éviter  les  divergence  de  solutions   entre   les   différents   TA   ou   CAA,   la   loi   de   1987   la   doté   d’une   compétence   supplémentaire.   Elle   prévoit   en   effet   qu’avant   de   statuer   sur   une   requête   qui   soulève   une   question   de   droit  nouvelle  présentant  une  difficulté  sérieuse  et  se  posant  dans  de  nombreux  litiges,   le  TA  ou  la  CAA  qui  se  trouve  confronté  à  cette  question  peut  transmettre  le  dossier  de   l’affaire  au  Ce  qui  examine  la  question  soulevée  dans  un  délai  de  3  mois.  Le  CE  indiquera   par   un   avis   dans   quel   sens   il   estime   qu’il   faut   juger.   C’est   ce   que   l’on   appelle   un   avis   contentieux.   Cet   avis   permet   par   conséquent   de   fixer   immédiatement   le   sens   de   la   jurisprudence  et  d’éviter  des  divergences  de  jurisprudence  entre  TA  et  CAA.     SECTION  2  :  Les  CAA     Ces   cours   ont   été   crées   par   la   loi   du   31   décembre   1987.   Elles   étaient   à   l’origine   au   nombre  de  5  et  sont  actuellement  au  nombre  de  8.  Le  nombre  de  chambres  de  ces  CAA   varie   en   fonction   de   l’importance   des   contentieux   que   ces   CAA   ont   à   traiter.   Elles   sont   présidées   par   un   conseille   d’État   et   leurs   membres   d’environ   300   sont   recrutés   pour   l’essentiel  parmi  les  conseillers  des  TA.     Au   terme   d’une   période   transitoire   qui   s’est   déroulée   jusqu’en   1995,   les   CAA   sont   devenues   compétentes   pour   connaître   de   tous   les   recours   en   appel   formés   contre   les   décisions  des  TA  à  l’exception  de  ceux  que  la  loi  réserve  au  CE.  

 

85  

  Les  arrêts  rendus  par  les  CAA  sont  susceptibles  de  pourvois  en  cassation  devant  le  CE.   Les  CAA  peuvent  également  être  amenées  à  donner  leur  avis  sur  les  questions  de  droit   qui  leur  sont  soumises  par  les  préfets.     SECTION  3  :  Les  TA     §1.  L’organisation  des  TA     Ils   sont   au   nombre   de   42   dont   31   en   France   métropolitaine,   le   dernier   ayant   été   crée   en   2009.  Ces  TA  sont  divisés  en  chambres  dont  le  nombre  varie  selon  l’importance  du  TA   (Paris  :   17).   Les   conseillers   auprès   des   TA   sont   environ   au   nombre   de   600   qui   sont   recrutés   en   principe   par   la   voie   de   l’ENA   mais   en   fait   la   proportion   des   JA   issus   de   l’ENA   est  de  25%  en  raison  des  recrutements  complémentaires  mis  en  place  pour  faire  face  à   l’augmentation  des  contentieux.     Les  membres  des  TA  appartiennent  au  même  corps  que  les  conseillers  auprès  des  CAA.   C’est  un  corps  unique  dont  les  membres  exercent  les  fonctions  de  magistrats  même  si  au   sens   strict   de   la   Constitution   ils   n’ont   pas   cette   qualité.   Ils   relèvent   néanmoins   du   ministère  de  la  justice  et  leur  carrière  est  gérée  par  le  CE.  Ils  bénéficient  cependant  de  la   même   inamovibilité   que   les   magistrats   de   l’ordre   judiciaire   puisqu’ils   ne   peuvent   recevoir  d’affectation  même  en  avancement  sans  leur  consentement.     A. Les  attributions  des  TA     Ces   TA   sont   juges   de   droit   commun   en   premier   ressort   des   litiges   administratifs   à   l’exception   de   ceux   qui   sont   attribués   en   premier   et   dernier   ressort   au   CE.   Leurs   décisions   sont   susceptibles   d’appel   devant   les   CAA   et   ils   exercent   les   mêmes   fonctions   consultatives  que  les  CAA,  à  la  demande  du  préfet.       La   multiplicité   des   TA   fait   que   se   pose   entre   eux   une   question   de   répartition   territoriale   des  compétences.     B. La  répartition  territoriale  des  compétences  entre  TA     Comment  détermine  t-­‐on  quel  TA  est  compétent  plutôt  que  tel  autre  ?     La   règle   est   que   le   TA   territorialement   compétent   est   celui   dans   le   ressort   duquel   l’autorité   qui   a   pris   la   décision   attaquée   ou   qui   a   signé   le   contrat   litigieux   a   son   siège.   Cette  règle,  si  elle  ne  connaissait  par  d’exception  aurait  pour  conséquence  d’entrainer  un   encombrement  excessif  du  TA  de  Paris.       Pour   éviter   un   tel   résultat,   la   règle   de   principe   connaît   des   aménagements.   Par   exemple,   en   matière   de   responsabilité,   le   TA   compétent   est   celui   dans   le   ressort   duquel   s’est   produit  le  dommage.  De  même,  en  matière  contractuelle,  les  parties  peuvent  choisir  un   autre   TA   que   celui   normalement   compétent   dès   lors   que   ce   choix   est   antérieur   à   la   naissance  du  litige  et  ne  nuit  à  l’ordre  public.        

 

86  

C. Le  jugement  des  affaires     Les  décisions  des  TA  sont  en  principe  rendues  en  formation  collégiale  qui  statue  après   que   le   rapporteur   public   a   prononcé   des   conclusions.   La   formation   ordinaire   de   jugement   est   la   chambre   mais   il   existe   d’autres   formations   possibles  :   plénière,   chambres  réunies.    Ces  formations  sont  peu  fréquentes.       En   revanche   on   assiste   à   une   multiplication   des   contentieux   jugés   ou   susceptibles   d’être   jugés   par   un   juge   unique  :   litiges   relatifs   au   permis   de   conduire,   litiges   indemnitaires   de   faible  montant  (<  10.000  euros),  certains  contentieux  relatifs  aux  impôts  locaux…       Cette   tendance   qui   s’accompagne   d’une   suppression   des   conclusions   du   rapporteur   public   risque   de   s’accentuer   avec   une   loi   de   simplification   du   droit   en   discussion   du   parlement   qui   prévoit   d’étendre   les   jugements   rendus   par   un   juge   unique   et   la   suppression  des  conclusions  du  rapporteur  public.  Cela  suscite  la  réprobation  de  totue   une  partie  de  la  doctrine.     NB.   Un   litige   ordinaire   est   jugé   par   une   formation   de   jugement   composée   de   3   magistrats  dont  le  rapporteur  public  qui  est  appelé  à  donner  un  point  de  vue  objectif  sur   l’affaire   au   regard   des   textes   existants   et   de   la   jurisprudence.   Il   propose   ensuite   à   la   formation   de   jugement   de   statuer   dans   un   sens   ou   dans   l’autre.   Cette   institution   des   conclusions   a   toujours   été   considérée   comme   une   garantie   de   qualité   de   la   justice   administrative.  Ces  conclusions  ne  lient  pas  le  TA.     SECTION  4  :  Le  statut  de  la  juridiction  administrative     Ce  statut  est  dominé  par  deux  principes.       §1.  Le  principe  d’indépendance  de  la  juridiction  administrative     Ce  principe  d’indépendance  a  été  dégagé  par  le  CCL  dans  une  décision  du  22  juillet  1980   et  consacré  comme  PFRLR.  La  loi  dont  il  est  issu  est  celle  du  24  mai  1872.  Il  en  résulte   qu’en  vertu  du  principe  d’indépendance  de  la  juridiction  administrative  il  n’appartient  ni   au   législateur,   ni   au   gouvernement   de   censurer   les   décisions   des   juridictions,   d’adresser   à  celles-­‐ci  des  injonctions  ou  de  se  substituer  à  elles  dans  le  jugement  des  litiges  relevant   de  leur  compétence     Ce  principe  d’indépendance  se  traduit  par  une  interdiction  faite  aux  autres  juridictions   ne   s’immiscer   dans   son   fonctionnement.   Cela   n’exclue   pas   l’existence   de   lien   étroits   entre   la   juridiction   administrative   et   la   juridiction   active.   Néanmoins,   sur   le   plan   juridique  une  garantie  a  été  consacrée  et  les  liens  ne  sont  pas  de  nature  à  faire  douter  de   l’impartialité  du  JA.       §2.  L’existence  constitutionnelle  de  la  juridiction  administrative     C’est  le  second  grand  principe  constitutif  du  statut  de  cette  juridiction.  La  Constitution   de  1958  fait  état  de  l’autorité  judiciaire  dans  plusieurs  de  ses  dispositions  mais  à  aucun   moment  de  la  juridiction  administrative.    

 

87  

  Conseil   de   la   concurrence   (CCL).   Par   dérogation   de   cette   répartition.  Le  CCL  ne  précise  pas  quelles   sont   ces   matières   mais   l’on   peut   en   déduire   de   la   jurisprudence   en   vigueur   qu’il   s’agit   des  contentieux  du  SP  judiciaire  ainsi  que  les  contentieux  qui  mettent  en  cause  la  liberté   individuelle.   électoral.     A.     Ces   dérogations   au   domaine   constitutionnellement   garanti   de   la   juridiction   administrative  doivent  cependant  obéir  à  certaines  conditions  pour  être  conformes  à  la   Constitution  :  elles  doivent  être  précises.   C’est   un   des   grands   arrêts   de  la  jurisprudence  administrative.  limitées  et  justifiées.       Dans   cette   décision   le   CCL   affirme   que   conformément   à   la   conception   française   de   la   séparation   des   pouvoirs.  De  plus.   Mais   il   comprend   aussi   des   recours   objectifs   dits   de   pleine   juridiction   permettant   au   juge   d’annuler   ou   de   reformer   des   décisions   administratives   (contentieux   fiscal.  ces  dérogations   au  domaine  de  compétences  de  la  juridiction  administrative  ne  peuvent  être  le  fait  que   du  législateur.   d’attribuer  à  l’un  ou  l’autre  ordre  juridictionnel  un  «  bloc  »  de  compétences.   si   son   existence   était   garantie   par   la   Constitution.   elle   ne   peut   être   supprimée   sans   modification   de   la   Constitution.     -­‐  Les  matières  réservées  par  nature  à  l’autorité  judiciaire.   Elle   a   été   apportée   par   une   décision   du   23   janvier   1987. Les  limites       Un   certain   nombre   de   domaines   ne   font   pas   partie   de   ce   domaine   constitutionnellement   garanti. Le  domaine  constitutionnellement  garanti     Le   domaine   réservé   à   la   juridiction   administrative   comprend   au   premier   chef   le   recours   pour   excès   de   pouvoir.       -­‐   Le   CCL   admet   qu’il   est   possible   dans   un   souci   de   bonne   administration   de   la   justice.   relève   de   la   juridiction   administrative   l’annulation   et   la   reformation   des   décisions   prises   par   les   autorités   administratives   dans   l’exercice   de   prérogatives   de   puissance   publique.   Par   là   se   trouve   consacrée   l’existence  constitutionnelle  de  la  juridiction  administrative.   néanmoins   il   compote   des   limites     B.  c’est-­‐à-­‐dire   l’ensemble   du   contentieux   relatif   à   une   législation   ou   une   règlementation.…).   La   réponse   n’a   cependant   pas   été   en   ce   sens.       Ceci  n’empêche  pas  que  le  législateur  dispose  d’une  marge  de  manœuvre  importante.  On  cherche  à  éviter  la  dispersion  des  contentieux.La  question  s’est  posée  de  savoir  si  la  juridiction  administrative  possédait  un  caractère   constitutionnel.   Ce   principe   constitue   lui   aussi   un   PFRLR.   figure   au   nombre   des   principes   constitutionnels   celui   selon   lequel.  il   dispose   d’une   très   large   liberté   dans   les   domaines   qui   ne   relèvent   pas     88   .   il   est   possible   d’accorder   à   l’un   des   deux   ordres   juridictionnels  ce  bloc.   Son   effet   est   clair  :   si   la   juridiction   administrative   possède   un   domaine   constitutionnellement   garanti.   C’est   un   domaine   étendu.   L’enjeu   en   cas   de   réponse   négative   était   qu’une   loi   aurait   pu   suffire   à   supprimer   la   juridiction   administrative.

  Ceci   explique   qu’il   soit   doté   d’un   statut   très   protecteur.     A.  un  simple  intérêt   à  agir  suffit.  Le  REP  est  l’instrument  privilégie  de   contrôle   de   la   légalité.   deux   recours   successifs   qui   avaient   débouché   sur   des   annulations   (1941.   Pour   briser   cette   résistance.   Cette   loi   déclarait   que   les   concessions   des   terres   incultivées   ne   seraient   pas     89   .  La  classification  des  recours  contentieux  devant  la  juridiction  administrative     Il   existe   plusieurs   types   de   recours   qui   peuvent   être   intentés   devant   la   juridiction   administrative.  Ensuite.  Ce  n’est  pas  un  recours  populaire  mais  un  recours  pour  la   formation  duquel  il  n’est  pas  nécessaire  de  se  prévaloir  d’un  droit  lésé.       §1. Le  recours  pour  excès  de  pouvoir     C’est   le   recours   par   lequel   une   personne   demande   au   juge   d’annuler   un   acte   administratif  unilatéral  en  raison  de  son  illégalité.   L’on   dit   que   ce   n’est   pas   un   fossé   entre   deux   parties   mais.  «  un  procès  fait  à  un  acte  ».   privilégié.         Le   REP   ne   soulève   pas   des   questions   de   droit   subjectif   (droit   à   indemnité).   une   loi   en   1943   avait   été   prise.       Ce   REP   permet   aux   justiciables   et   au   juge   d’imposer   à   l’administration   le   respect   de   la   légalité.   Il   se   distingue   du   recours   de   pleine   juridiction   par   plusieurs   caractéristiques.       Enfin.   L   a   été   victime   de   ce   genre   de   concessions   et   avait   formé   contre   une   décision   de   concession   par   le   préfet.  ce  REP  est  un  recours  qui  tend  exclusivement  à  l’annulation  de  l’acte.constitutionnellement   de   juridiction   administrative   (contentieux   des   contrats   ou   de   la   responsabilité).   1942).  l’existence  d’un  REP  est  un  PGD  auquel  il  ne  peut  par  conséquent   être  dérogé  que  par  la  loi.  Les  plus  importants  sont  le  recours  pour  excès  de  pouvoir  et  le  recours   de  pleine  juridiction.     Cette  décision  court  à  de  très  nombreux  débats  sur  le  problème  de  savoir  s’il  ne  faudrait   pas   supprimer   la   juridiction   administrative   au   profit   d’une   juridiction   unique   qui   comprendrait  des  chambres  et  tribunaux  spécialisés  en  matière  administrative.   17   février   1950   (CE)  :   Il   s’agissait   d’une   loi   de   1940   qui   enjoignait  aux  maires  des  communes  de  dresser  l’inventaire  des  terres  abandonnés  par   les  particuliers  et  leur  permettait  de  concéder  ces  terres  sans  autorisation  en  vue  de  leur   mise   en   culture.         Chapitre  2  :  L’activité  contentieuse  de  la  juridiction  administrative     C’est  une  matière  considérable.  c’est-­‐à-­‐dire  des  droits  objectifs.  C’est  d’ailleurs   la   raison   pour   laquelle   une   personne   ne   peut   pas   demander   l’annulation   d’un   AA   au   motif  que  celui-­‐ci  lui  cause  un  préjudice.   C’est   un   recours  très  largement  ouvert.   il   ne   se   rapporte  qu’à  des  problèmes  de  légalité.  le  recours  est  dirigé  contre  tel  acte  pris  par  telle  autorité  de  telle  commune.   selon   une   expression  consacrée.     Arrêt   DAME   LAMOTTE.  En  matière   de  REP.  le  juge  n’a  pas  d’autres  pouvoirs  qu’un  pouvoir  d’annulation.  De  fait  lorsqu’on  rédige  un  REP  devant   un  TA.   M.

  Pour   une   autre   part.     Il   arrivait   que   le   juge   se   sente     à   l’étroit   dans   cette   alternative   unique  :   l’annulation   ou   le   rejet.  Mais  au  cours  de  la  période  très   récente.   aux   termes   de   cet   arrêt.   mais   aussi   lorsque   le   recours   de   pleine   juridiction   est   formé   contre   une   décision   soit   de   l’annuler   soit   de   la   réformer  (décision  d’imposition).       Ce   REP   est   d’ordre   public.passibles   de   recours.   on   a   assisté   à   un   développement   notable   du   recours   de   pleine   juridiction.  installations  classées  pour  la  protection   de  l’environnement.   il   s’agit   d’un   contentieux   qui   vise   à   protéger   les   droits   subjectifs   des   administrés.   le   contentieux   de   pleine   juridiction   a   été   considéré   comme   secondaire  en  matière  de  légalité  par  rapport  au  REP.       Pendant   longtemps.   le   contentieux   de   pleine   juridiction   se   rapporte   à   des   problèmes   de   droits   objectifs.     Cette   tendance   est   illustrée   aussi   en   matière   de   contentieux   contractuel   puisqu’un   certain  nombre  de  contentieux  qui  étaient  limités  à  l’annulation  de  la  décision  ont  vu  les   pouvoirs  du  juge  étendu.   Les  renonciations  à  former  un  REP  sont  nulles.  CE)  :  Le  CE  considère  le  recours  d’un   administré  contre  une  sanction  qui  le  frappe  comme  relevant  du  plein  contentieux.       Pour   une   part.   le   REP   ne   peut   être   écarté   que   par   une   disposition   législative  exprès  explicite.  Par  exemple.       B.           90   .  notamment  dans  le  sens  d’une  réduction  de  la  sanction.  L’on  parle  de  contentieux  de  pleine  juridiction  ou  de  plein  contentieux.   de   légalité   d’une   décision  :  matière  fiscale. Le  recours  de  pleine  juridiction     Le   recours   ou   contentieux   de   pleine   juridiction   est   un   contentieux   composite.   hétérogène.  il   dispose   du   pouvoir   d’accorder   des   indemnités   (responsabilité).  contentieux  électoral.  Si  un  requérant  qui  a  formé  un  REP  se   désiste.  il  peut  revenir  sur  ce  désistement  à  tout  moment  de  la  procédure.   A   savoir  que  certains  contentieux  qui  relevaient  jusqu’à  lors  du  REP  ont  été  transformés   en  contentieux  de  pleine  juridiction.…       Ce   qui   réunit   ces   contentieux   c’est   que   le   juge   administratif   y   possède   des   pouvoirs   autres  ou  allant  au  delà  de  la  simple  annulation  d’un  acte  administratif.  la  décision  attaquée.  Cela   signifie   que   le   juge   peut   non   seulement   annuler   ou   rejeter   le   recours   mais   également   modifier.   ce   qui   signifie   qu’il   est   impossible   d’y   renoncer   par   avance.     De   plus.     Arrêt  SOCIETE  ATOM  du  16  février  2009  (Ass.   C’est   la   raison   pour   laquelle   font   partie   de   la   pleine   juridiction   le   contentieux   contractuel   et   celui   de   la   responsabilité.   LE   CE   a   estimé   que   la   loi   ne   devait   pas   être   interprétée   comme   excluant  le  REP.   Il   peut   par   le   biais   de   ce   recours   moduler   ses   décisions   en   fonction   des   circonstances  de  l’affaire.

      -­‐  Les  recours  intentés  à  des  fins  répressives     C’est  recours  sont  formés  aux  fins  de  faire  sanctionner  par  le  juge  certaines  personnes.   de   réformation.       Ex  :  destruction  d’un  passage  à  niveau.       Ces  conditions  de  recevabilité  sont  importantes  car  si  le  recours  n’y  satisfait  pas  le  juge   n’examinera   même   pas   la   validité   des   arguments   invoqués   par   le   requérant.…       §2.  peut  concerner  aussi   bien  des  contrats  que  des  AAU. Les  conditions  de  recevabilité  du  recours     Pour   qu’un   recours   soit   examiné   au   fond.   Leur   formation   pose   deux   problèmes  :   l’un   relatif   aux   conditions  de  recevabilité  et  l’autre  concerne  le  caractère  suspensif.   d’indemnités.     Ce  recours  ne  débouche  pas  sur  l’annulation  de  l’acte  dont  la  légalité  est  discutée  mais   sur  une  simple  déclaration  de  son  illégalité.  La  formation  des  recours     Le  recours  est  l’acte  par  lequel  un  justiciable  saisi  le  juge  d’une  demande  :  d’annulation. Les  autres  recours  contentieux     Il  en  existe  deux  qui  sont  néanmoins  de  moindre  importance.       Enfin.   il   faut   qu’il   soit   recevable   c’est-­‐à-­‐dire   qu’ils   remplisse   un   certain   nombre   de   conditions  dites  de  recevabilité.  pollution  d’une  rivière.       -­‐  Le  recours  en  appréciation  de  légalité       C’est  un  recours  qui  pose  comme  le  REP  une  question  de  légalité  objective  mais  il  s’en   distingue   par   plusieurs   caractéristiques  :   c’est   un   recours   incident   (non   pas   à   titre   principal)  qui  est  exercé  sur  renvoi  de  l’autorité  judiciaire.   Ce   n’est   qu’après   que   le   jugement   soit   rendu   que   le   juge   judiciaire  pourra  reprendre  l’affaire.   Il   faut   donc   distinguer  ces  deux  notions.  ce  recours  en  appréciation  de  légalité.   pour   que   le   juge   se   prononce   sur   son   bien   fondé.   pour   statuer   sur   un   litige.  contrairement  au  REP.   se   trouve   confronter   à   une   question   de   légalité.       91   .     A.C.   il   sursoit   à   statuer   et   renvoi   les   parties   à   se   pourvoir   devant   les   juridictions   administratives.   Le   cas   d’exemple   le   plus   important   de   ce   contentieux   est   ce   que   l’on   appelle   le   contentieux   des   contraventions   de   grandes   voieries   qui   permet   à   l’administration   de   faire  sanctionner  les  personnes  qui  ont  porté  atteinte  à  l’intégrité  matérielle  du  domaine   public.       Lorsqu’un   tribunal   judiciaire.

  compréhensible.  Il  faut  en  second  lieu  qu’il  ait  un   intérêt  à  agir.  ou  à  défaut  qu’il  soit  valablement  représenté.     Ex  :   en   matière   de   responsabilité.  D’ordre  public.       Ex  :  un  médaillé  militaire  peut  agir  contre  un  texte  qui  accorde  la  décoration  dont  il  est   titulaire   à   des   personnes   qui   n’ont   pas   connu   le   feu.     Cet  intérêt  à  agir  peut  aussi  bien  être  matériel  que  moral.  est  admise  depuis  plus  d’un  siècle.Elles   sont   d’autant   plus   importantes   qu’elles   sont   d’ordre   public   et   pour   certaines   insusceptibles  de  régularisation.  extensible.     L’intérêt   à   agir   peut   aussi   bien   être   individuel   que   collectif.   pour   reprendre   la   formule   exacte   utilisée   par   la   jurisprudence  «  un  intérêt  lui  donnant  qualité  pour  agir  ».   L’existence   de   cet   intérêt   ne   fait   pas   problème   dans   certains   contentieux   comme   celui   de   la   responsabilité   ou   des   contrats   dans   lesquels   la   plupart  du  temps  le  requérant  se  prévaut  d’un  véritable  droit  lésé.  Le  CE  estime  le   recours   recevable   car   il   considère   qu’en   tant   qu’adepte   de   cette   pratique.       Arrêt  DAMASIOT  du  28  mai  1971  (CE)  :  Un  hôtelier  installé  dans  une  station  thermale     a   un   intérêt   à   agir   contre   un   arrêté   ministériel   fixant   la   date   des   vacances   scolaire.  Il  se  contente  d’un  intérêt  susceptible  d’être  lésé.   celle   des  groupements.  Par  exemple.  en  conséquence  de  quoi  son  intérêt  se  trouve  lésé.   qui   n’ont   pas   été   au   fond.  n’importe   quel   justiciable   ne   peut   pas   attaquer   n’importe   quel   acte.  si  un  recours  a  été  formé  hors  du  délai  de  recours  contentieux.     La  question  est  en  revanche  plus  problématique  en  matière  de  REP.   L’action   corporative.  cela  signifie  que  le  juge  doit  les  relever   d’office.       Arrêt   ABISSET   du   14   février   1958   (CE)  :   Le   CE   déclare   recevable   le   REP   d’un   amateur   de   camping   contre   un   arrêté   municipal   qui   a   interdit   la   pratique   de   ce   loisir   sur   le   territoire  d’une  commune  où  le  requérant  n’avait  pratiqué  le  camping.  Chapu  qu’il  ait  «  un  intérêt  personnel   à   obtenir   ce   qu’il   demande  ».  Cela  se  manifeste  à  plusieurs  égards.   Il   a   un   intérêt  moral.   Le   juge   exige   des   requérants   qu’ils   établissent   posséder   un   intérêt   à   agir   ou.  En  effet.   Cette   date  est  susceptible  d’influencer  sur  la  fréquentation  de  son  exploitation  cela  même  si  ce   n’est  pas  certain  ou  directe.   on   n’aura   aucune   difficulté   à   reconnaître   l’intérêt   à   agir  de  celui  qui  a  subi  le  préjudice.     Le   juge   n’exige   pas   que   l’intérêt   dont   le   requérant   se   prévaut   soit   lésé   de   manière   absolument  certaine  et  directe. Les  conditions  de  recevabilité  relatives  au  requérant     Pour  qu’un  recours  soit  recevable  il  faut  d’abord  que  son  auteur  ait  la  capacité  pour  agir   en  justice.       92   .   Ce   n’est   pas   un   recours   populaire   ouvert   à   tout   justiciable.  celui  de  préserver  la  valeur  de  la  décoration  dont  il  est  bénéficiaire.   le   requérant   peut   avoir   un   jour   l’envie   de   faire   du   camping   sur   le   territoire   de   la   commune   et   en   sera   empêché  par  l’arrêté  municipal.   Mais   la   jurisprudence   nourri   de   cet   intérêt   à   agir   une   conception   très   large.  il   est  irrecevable.  c’est-­‐à-­‐dire  selon  l’expression  de  M.     1.

  Il   n’y   a   guère   que   les   décisions   individuelles   négatives   qui   ne   puissent   faire   l’objet   de   recours   de   la   part   des   groupement.   résultant   alors  du  silence  gardé  par  l’administration  pendant  un  délai  de  2  mois.     Cette   règle   a   néanmoins   une   raison   d’être.       Cela  étant.  même  lorsqu’il  s’agit  d’un  service  extrêmement  vaste  qui   concerne   la   très   grande   majorité   de   la   population   (usager   des   poste-­‐ télécommunications).       Il   existe   cependant   des   contentieux   dans   lesquels   la   règle   de   la   décision   préalable   ne   s’applique  pas.Arrêt  SYNDICAT  DES  PATRONS  COIFFEURS  DE  LIMOGE.   Dans   ce   type   de   contentieux.   La   règle   de   la   décision   préalable   prend   tout   son   sens   dans   d’autres   contentieux   qui   ne   naissent   pas   de   décisions.  De  la  même  manière.   lier   le   contentieux.  Le  cas  le  plus  important  est  celui  des  contentieux  en  matière  de  travaux   publics  dans  lequel  les  justiciables  et  notamment  les  victimes  de  dommages  de  travaux   publics  peuvent  porter  directement  leur  recours  devant  le  juge.  notamment  dans  le  contentieux  de  la  responsabilité  mais  parfois  aussi  dans  le   contentieux  contractuel.   Cela   ne   pose   pas   de   difficulté   lorsque   le   recours   est   un   REP   qui   a   pour   objet   d’obtenir   l’annulation   d’une   décision.     93   .  Ceci  par  application  de  l’adage  selon  lequel  «  nul  ne  plaide  par  procureur  ».   Cela  s’explique  par  le  fait  qu’on  veut  éviter  que  les  groupements  attaquent  des  décisions   à   l’encontre   d’individus   alors   que   ceux-­‐ci   ne   souhaitent   pas   les   contester   (fonction   publique).       2.   les   recours   contentieux   doivent   obligatoirement   être   exercés   contre   une   décision   de   l’administration.  Le  litige  ne  nait  pas  forcément  d’une  décision  dont  on  cherche  à   obtenir  une  annulation.     Cette   action   corporative   a   connu   un   constant   essor.   la   victime   devra   d’abord   adresser   sa   demande   à   l’administration   et   faire   naitre   ainsi   une   décision   qu’elle   attaquera   si   cette   décision   est   de   refus.     a) La  règle  de  la  décision  préalable     Pour   être   recevables.  la  jurisprudence  de  l’intérêt  à  agir  est  faite  de  faits  d’espèce  et  est  nuancée.   Cette   décision   peut   être   exprès   ou   elle   peut   être   aussi   implicite.     Dans   le   domaine   de   la   responsabilité.   ce   n’est   pas   uniquement   une   complication   introduite.   C’est   cette   décision   qui   va   selon   l’expression   consacrée.  les  usagers   d’un   SP   ont   intérêt   à   agir   contre   les   mesures   relatives   à   l’organisation   et   au   fonctionnement  de  ce  service.  du  28  décembre  1906.       Il  est  des  qualités  qui  donnent  automatiquement  intérêt  à  agir.  il  faut  qu’il  soit  dirigé  contre  une  décision  et  qu’elle   présente  une  certaine  nature.     Les   contribuables   des   collectivités   locales   ont   intérêt   à   agir   contre   les   mesures   qui   entrainent  des  dépenses  à  la  charge  de  ces  collectivités. Les  conditions  relatives  à  la  décision  attaquée     Pour  que  le  recours  soit  recevable.   la   victime   ne   pourra   demander   directement   réparation   au   juge.

    a) Le  champ  d’application     En  principe.   il   faut   ainsi   distinguer   entre   plusieurs   catégories   de  décisions.     D’autre   part.     b) Le  point  de  départ  du  délai  de  recours  contentieux     Ce   point   de   départ   est   toujours   lié   à   l’information   du   requérant.       Il  s’agit       -­‐  Les  actions  en  responsabilité  pour  des  dommages  de  travaux  publics   -­‐  Les  décisions  implicites  de  rejet  en  matière  indemnitaire  :  la  victime  d’un  dommage  qui   demande  réparation  à  l’A  et  n’obtient  pas  de  réponse  explicite  peut  intenter  son  recours   sans  condition  de  délai.     Selon   le   droit   commun   jurisprudentiel.  Nous  avons  vu  qu’un  certain  nombre   d’actes  de  l’administration  ne  modifiaient  pas  l’ordonnancement  juridique  et  étaient  de   ce  fait  insusceptible  de  recours  (mesures  d’ordre  intérieur.   L’idée   étant   que   le   délai   ne   peut   courir   qu’à   la   condition   que   les   requérants   potentiels   aient   pu   avoir   connaissance   de   la   décision   les   intéressant.   en   ce   qui   concerne   le   REP.  ce  point  de  départ  contentieux  en  partant  de  cette  idée  générale.     Il   n’existe   d’exception   à   cette   règle   que   lorsque   le   contrat   est   un   AAU   déguisé   ou   comporte  des  stipulations  propres  aux  AAU  (clauses  règlementaires  des  DSP).  dans  ce   cas   le   rejet   implicite   du   recours   administratif   formé   contre   un   acte   fait   courir   le   délai   de   recours  contentieux.  varie   en  fonction  de  la  nature  de  la  décision  attaquée.   avis.     -­‐   Les   recours   contre   des   actes   inexistants.   C’est   précisément   à   raison   de   cette   irrecevabilité   que   le   juge   a   développé   la   notion   d’actes   détachables   des   contrats   (AAU   qui   contribuent   à  la  formation  des  contrats).   Eu   égard   à   la   diversité   des   décisions   administratives. Les  conditions  de  délai     Pour   être   recevables   les   recours   contentieux   doivent   en   principe   être   formés   dans   un   délai  qui  est  généralement  de  2  mois.  actes  purement  déclaratifs).  La  solution  est  en  revanche  contraire  en  matière  de  REP.  circulaires  non  impératives.  tous  les  recours  contentieux  sont  soumis  à  des  conditions  de  délai  mais  il   existe  quelques  exceptions  à  cette  règle  et  certains  recours  échappent  à  cette  règle.b) Les  décisions  susceptibles  de  recours     Si  tout  recours  doit  être  dirigé  contre  une  décision.       94   .   c’est-­‐à-­‐dire   formés   d’une   irrégularité   particulièrement  grave.         3.  toute  acte  de  l’administration  n’est   pas  susceptible  de  recours  et  notamment  de  REP.   celui-­‐ci   ne   peut   être   intenté   que   contre   des   AAU   à   l’exclusion   des   actes   contractuels.

  le   délai   du   recours   contentieux   commence   à   courir   le   11   avril   à   0h   et   vient   à   expiration   le   11   juin   à   24h.   nature   de   celle-­‐ci.   date   de   la   décision   implicite. Le  délai  de  recours     1.   À   une  condition  cependant.       -­‐  Toutefois.-­‐   Les   actes   règlementaires  :   le   délai   court   à   compter   de   leur   publication   ou   le   cas   échéant.       B.   Le  délai  en  cas  de  prorogation  recommencera  à  courir  à  compter  de  la  décision  de  rejet   implicite  ou  explicite  du  recours  administratif.  Pour  que  le  délai  commence  à  courir.  Le  délai  est  calculé  par  mois  et  non  par  jour.  ni  le  jour  de  fin.       La  possibilité  de  présenter  un  recours  graçieux  ou  hiérarchique  contre  une  décision  est   un  PGD.   le   recours   ne   court  pas.   le   délai   de   recours   contentieux   commence   à   courir   à   compter   de   l’expiration   du   délai   de   2   mois   au   terme   duquel   né   la   décision   implicite.  ait  fait  l’objet  de  la  part  de   l’administration  d’un  accusé  de  réception  comportant  certains  renseignements  (date  de   la   réception   de   la   demande.  c’est  la  publicité  faite  à  l’acte  qui  fait  courir  le  délai  car  c’est  le  seul  moyen  pour   les  tiers  d’en  avoir  connaissance.   Si   le   dernier   jour   du   délai   est   un   dimanche.  Si  une  décision   est   publiée   ou   notifiée   un   10   avril.   Si   ces   renseignements   ne   sont   pas   donnés.  par  exception  à  cette  solution.  le  délais  de  recours  contentieux  commence  à   courir  à  compter  de  la  publication  pour  certaines  décisions  individuelles.     95   .   de   leur   affichage   s’il   s’agit   d’une   mesure   de   publicité   considérée   comme   suffisante. Le  délai  du  recours  contentieux  est  susceptible  de  prorogation     Il  existe  2  causes:   →  la  saisine  d'une  juridiction  incompétente     →   la   formation   d'un   recours   administratif   (   devant   l'administration   )   graçieux   ou   hiérarchique.  c’est   au   contraire   la   notification   de   celle-­‐ci   qui   déclenche   le   délai   de   recours   contentieux.  Il  en  va  ainsi   des   décisions   qui   concernent   un   grand   nombre   de   personnes   comme   celles   qui   sont   relatives   au   recrutement   ou   à   la   situation   de   fonctionnaire   ou   agent   public   (concours   de   recrutement).  En  ce  qui  concerne  les  destinataires  de  la  décision.       2.  il  faut  cependant  que  la  demande  formée   par  l’administré  à  l’origine  de  la  décision  implicite  de  rejet.   le   service   chargé   d’instruire   la   demande).  le  recours  est  recevable  jusqu'à  la  fin  du  premier  jour   ouvrable  suivant.  un  jour  férié  ou  chomé.     -­‐   Les   décisions   individuelles   explicites  :   À   l’égard   des   tiers   non   destinataires   de   la   décision. Le  calcul  du  délai     Les  délais  de  recours  contentieux  ne  sont  pas  des  délais  francs.  c’est  que  les  délais  et  voies  de  recours  soient  mentionnés  dans   la  notification  de  la  décision  à  condition  que  la  notification  précise  les  recours  ouverts  et   les  délais  dans  lesquels  ils  doivent  exercer  le  recours.     -­‐   Les   décisions   individuelles   implicites.  On  ne  compte  ni  le  jour   du  départ.

Les  effets  de  l'expiration  du  délai     L'expiration  du  délai  du  recours  contentieux  rend  irrecevable  tout  recours.     Lorsque  le  délai  est  prorogé  par  suite  de  la  saisine  d'une  juridiction  incompétente.   Mais  il  est  des  irrecevabilités  qui  ne  sont  pas  régularisables  )           96   .   notamment   à   l'égard   des   requérants   qui   agissent   sans   l'aide   d'un   avocat.   comporter  la  copie  de  la  décision  attaquée  et  il  doit  contenir  une  demande  précise  (  =  les   conclusions  ).   pour   être   recevable.       La  requête  peut  être  sommaire  mais  lorsqu'elle  l'est.   un   requérant   peut   ainsi   invoquer   l'illégalité   d'une   décision   individuelle   devenue   définitive   lorsque   celle   ci   fait   partie   d'une   chaîne   de   décisions  dont  l'aboutissement  est  constitué  par  la  décision  attaquée.   d'abord   en   ce   qui   concerne   les   décisions   règlementaires.   La   décision   attaquée   devient   définitive.       C.   Une   telle   décision   devenue   définitive   peut   néanmoins   voir   sa   légalité   contestée   par   la   voix   de   l'exception   d'illégalité   et  cela  selon  les  modalités  suivantes.  CE  )  +   les   opérations   dites   'complexes'.  il  faut  qu'elle  soit  complétée  par  un   mémoire   dit   'ampliatif'   dans   lequel   le   requérant   va   développer   les   arguments   qu'il   a   précédemment  énoncés  de  façon  sommaire.Pour  qu'un  tel  recours  proroge  le  délai  du  recours  contentieux.   Il   retraduit   en   langage   juridique   ce   que   les   requérants   ont   exprimé.   l'exception   d'illégalité   ne   peut   être   invoquée   hors   de   délai   du   recours   contentieux   que   dans   2   hypothèses.     À   l'encontre   des   décision   individuelles.   Il   est   toujours   possible   d'invoquer   l'illégalité   d'une   décision   individuelle   devenue   définitive   à   l'appui   d'un   recours  en  réparation  du  dommage  causé  par  cette  décision  (  arrêt  DUBOIS.  il  faut  qu'il  soit  lui-­‐même   introduit.     La  prorogation  par  un  recours  administratif  ne  peut  jouer  qu'une  fois.     La   requête   doit   enfin   comporter   également   les   raisons   de   faits   et   de   droits   qui   motivent   la  demande  du  requérant  (  =  les  moyens  ).   Il   doit   également.     Le   juge   se   montre   parfois   'bon   prince'. Les  conditions  relatives  à  la  présentation  du  recours     Le   recours   peut   être   rédigé   sur   papier   libre   mais   il   doit   l'être   en   langue   française   et   il   doit   permettre   d'identifier   le   requérant.  Si  il  ne  s'y  conforme  pas.  c'est   la  décision  de  la  juridiction  qui  se  déclare  incompétente  qui  fait  courir  le  délai.  il   ne  pourra  pas  dans  son  jugement  opposer  au  requérant  l'irrecevabilité  de  son  recours.  à  toute  époque  un  requérant  pourra  invoquer  devant  le  juge  l'illégalité  d'un   règlement   à   l'appui   du   recours   contre   une   décision   dirigée   contre   une   mesure   d'application  de  ce  règlement.  Le  requérant   est   dit   forclos.  soit  à  celle  du  juge  qui  a  même  l'obligation  d'inviter  les   requérants   à   régulariser   leur   requête   dans   tous   les   cas   où   l'irrecevabilité   peut   être   couverte  après  l'expiration  du  délai  de  recours  contentieux.  1952.   l'exception   d'illégalité   est   perpétuelle.       (  certaines  conditions  d'irrecevabilité  du  recours  sont  susceptibles  de  régularisation  →   soit  à  l'initiative  du  requérant.  formé  avant  l'expiration  du  délai  du  recours  contentieux.       3.

    C'est  également  là  une  règle  dont  on  peut  difficilement  faire  l'économie.  cette  procédure  était  soumise  à  des  conditions  très   strictes  :   →  cette  procédure  ne  pouvait  concerner  que  les  décisions  positives     →  supposait  également  que  la  décision  concernée  n'ait  pas  été  complètement  exécuté   →  l'octroi  du  sursis  était  subordonné  à  une  condition  d'urgence   →   également   subordonné   à   la   démonstration   par   le   demandeur   de   l'existence   de   moyens  sérieux  de  nature  à  justifier  la  suspension  de  la  décision  contestée   →  également  conditionné  par  le  risque  que  l'exécution  de  la  décision  cause  un  préjudice   difficilement  réparable  (  pas  réparable  en  argent  ).       Les   demandes   de   suspension   sont   désormais   recevables   contre   les   décisions   négatives   et   positives   –   la   condition   relative   à   l'existence   de   conséquences   ou   de   préjudices   difficilement  réparables  est  supprimée  en  tant  que  telle  et  il  en  résulte  que  le  sursis  peut   être   prononcé   alors   même   que   l'exécution   de   la   décision   aurait   des   effets   purement   financiers  réparables  en  argent.   la   décision   a   été  totalement  exécutée  et  qu'il  ne  puisse  être  efficacement  remédié  à  ces  conséquences.  CE  (ass.  elle  est  désormais  considérée  comme     97   .       Jusqu'à  il  y  a  une  dizaine  d'années.   le   caractère   exécutoire   des   décisions  administratives.)       -­‐   la   condition   relative   à   l'existence   de   moyens   sérieux   est   remplacée   par   une   formule   plus  souple  qui  vise  un  moyen  propre  à  créer  en  l'état  de  l'instruction  un  doute  sérieux   quant   à   la   légalité   de   la   décision   contestée   –   la   condition   d'urgence   est   quant   à   elle   maintenue  mais  le  juge  en  a  précisé  les  contours.       Pour  éviter  cela.   C'est   là   une   conséquence   de   ce   que   le   CE   appelle   une   règle   fondamentale   du   droit   public.     Arrêt   CONFÉDÉRATION   NATIONALE   DES   RADIOS   LIBRES.     C'est   une   règle   qui   pose   problème   dans   la   mesure   où   elle   risque   de   rendre   la   justice   inefficace   ou   inopérante.  2  juillet  1982.).   CE   (ass.     Arrêt  HUGLO  &  autres.   le   risque   est   que   lorsque   le   jugement   est   rendu.       Les   changements   intervenus   portent   sur   plusieurs   points.§2.   les   autres   demeurants   inchangés.  Le  caractère  non-­suspensif  des  recours     Principe:   l'exercice   d'un   recours   en   annulation   ou   en   réformation   d'une   décision   ne   suspend   pas   l'exécution   de   cette   décision.       Le  code  de  justice  administrative  articles  L521-­‐1  et  suivants  dans  sa  rédaction  issue  de   la   loi   du   30   juin   2000   est   venu   assouplir   ces   conditions   en   même   temps   qu'il   rebaptisait   le  sursis  à  exécution.   19   janvier   2001.   à   savoir.  il  existe  une  procédure  'la  procédure  de  référé-­‐suspension'  qui  permet   à   un   requérant   d'obtenir   en   urgence   la   suspension   de   l'exécution   de   la   décision   qu'il   attaque.

  cette   urgence   doit   être   appréciée   de   manière   concrète.  Les   libertés  en  cause  sont  celles  qui  ont  fait  l'objet  d'une  reconnaissance  ou  d'une  protection   par  les  textes  (lois.         98   .       Le  juge  peut  prendre  toute  sorte  de  mesures:  suspendre  la  décision  contestée.  Si  l'administration  ne  défère  pas  à  ses  demandes  le  juge   en  déduira  que  les  allégations  du  requérant  sont  fondées       Arrêt  BAREL.   Ce   référé   permet   au   juge   en   cas   d'urgence   d'ordonner   toute   mesure   nécessaire   à   la   sauvegarde   d'une   liberté   fondamentale   à   laquelle  il  aurait  été  porté  une  atteinte  grave  et  manifestement  illégale  (  3  conditions  ).  des  auditions  de  témoins.     Arrêt  SAEZ.       Le   juge   peut   également   ordonner   des   mesures   d'instruction.       Section  3:  L'instruction  des  recours     L'instruction  est  la  phase  du  procès  au  cours  de  laquelle  le  juge  prépare  sa  décision  en   s'informant  sur  toutes  les  données  de  fait  et  de  droit  du  litige.  le  référé-­‐liberté  prévu  par  l'article  L521-­‐ 2   du   code   de   justice   administrative.  constitution.       Il  existe  un  référé  particulièrement  important.  adresser   des  injonctions  …       Les  mesures  qui  sont  prises  dans  le  cadre  des  référés  n'ont  qu'un  caractère  provisoire..  5  mars  2001.  Pour  le  requérant  il   y   a   un   mémoire   introductif   d'instance.  le  juge   du   référé-­‐suspension   peut   ordonner   à   l'administration   de   prendre   les   mesures   qu'implique  nécessairement  l'exécution  de  son  jugement.   elles   ne   préjugent   pas   de   ce   que   sera   par   la   suite   la   décision   du   juge   du   fond   lorsqu'il   sera  amené  à  se  prononcer  sur  la  demande  d'annulation  de  la  décision.  28  mai  1954.  diligenter   des  expertises..       Les  procédures  de  référé  ont  été  améliorées  mais  elles  restent  tout  de  même  soumise  à   des  conditions  strictes  pour  des  raisons  d'efficacité  de  l'action  administrative.   objective   et   en   fonction   de   l'ensemble   des   circonstances   de  l'espèce  –  lorsque  la  décision  dont  la  suspension  est  demandée  est  négative.   Ensuite   un   mémoire   en   défense   auquel   le   requérant   peut   répliquer   précisément   par   un   mémoire   en   réplique   auquel   l'administration  peut  répondre  par  un  deuxième  mémoire  en  défense  etc…       Le   juge   peut   également   demander   à   l'administration   de   lui   remettre   tout   dossier.   soit   à   la   demande  des  parties  telles  que  des  visites  des  lieux.   tout   document   de   nature   à   l'éclairer   sur   les   circonstances   de   l'affaire   et   il   peut   également   demander  plus  directement  à  l'administration  de  lui  fournir  les  motifs  de  fait  et  de  droit   justifiants  la  décision  attaquée.remplie   lorsque   la   décision   administrative   contestée   préjudicie   de   manière   suffisamment  grave  et  immédiate  à  un  intérêt  public  à  la  situation  du  requérant  ou  aux   intérêts   que   celui   ci   défend   (arrêt   CONFÉDÉRATION.  Pour  cela  il  prend  d'abord   connaissance  des  écrits  échangés  par  les  parties  (  =  les  mémoires  ).  conventions  internationales).   ).   Le  juge  a  l'obligation  de  se  prononcer  dans  un  délai  de  48h  à  compter  de  sa  saisine.  CE.  CE.   soit   d'office.

  le   commissaire   du   gouvernement   change   de   dénomination.   De   plus   la   cour   considérait   que   la   présence   du   commissaire   du   gouvernement   lors   du   délibéré   de   l'affaire   était   susceptible   d'influencer   la   décision   à   intervenir.  le  rapporteur  public  intervient.       Procédure  contradictoire.   Les   délais   impartis   aux   parties   pour   produire  leurs  écrits.  le  rapporteur  public  ne  participe  plus  aux  délibérés  –  devant  le  CE.       Il  était  et  il  reste  considéré  comme  un  gage  de  qualité  de  la  juridiction  administrative.Cette   procédure   d'instruction   présente   3   caractéristiques.  une  procédure  dont  tous  les  éléments  qui  servent  de  base  au   jugement  doivent  avoir  été  préalablement  soumis  à  la  discussion  des  parties.     Le  rapporteur  public  prononce/lit  ses  conclusions  à  l'audience.  et  pour  le  déterminer  il  est  apparut  important  que  le  rapporteur  public   ait  eu  connaissance  des  délibérations  des       Ce  dispositif  a  été  jugé  conforme  aux  dispositions  de  la  CEDH.   procédure   essentiellement   écrite   (échange   de   mémoires).   il   fixe   les   délais   d'instruction   ie.       Contrairement   à   sa   dénomination   il   n'était   pas   du   tout   un   représentant   du   gouvernement  mais  un  membre  de  la  juridiction  ne  faisant  pas  partie  de  la  formation  de   jugement   et   qui   au   terme   d'une   analyse   des   circonstances   de   fait   et   de   droit   du   litige   était  appelé  à  se  prononcer  en  toute  objectivité  et  en  toute  impartialité  sur  la  solution  à   apporter  au  procès.   la  CEDH  a  considéré  que  l'institution  du  commissaire  du  gouvernement  méconnaissait  le   droit  à  un  procès  équitable  qui  implique  que  les  parties  puissent  prendre  connaissance   de   toutes   pièces   ou   observations   soumises   au   juge   fussent   par   un   magistrat   indépendant.       Le   jurislateur   a   été   amené   à   procéder   à   plusieurs   réformes.   c'est   lui   qui   règle   els   échanges   de   mémoire   entre   les   parties.   une   procédure   entièrement   dirigée   par   le   juge.       Le   problème   est   venu   de   ce   que   dans   un   arrêt   du   7   juin   2001.   qui   décide   d'ordonner   ou   non   des   mesures   d'instruction.   il   devient   un   rapporteur   public   –   les   textes   ouvrent   aux   parties   le   droit   de   connaître   le   sens   des   conclusions   du   rapporteur   public   avant   la   tenue   de   l'audience   –   les   textes   ont   introduit   la   possibilité   pour   les   parties   de   présenter  de  brèves  observations  après  le  prononcé  des  conclusions  -­‐  devant  les  TA  et   les  CAA.  La  question  qui  se  pose  est   celle   de   la   pérennité   du   rapporteur   public   en   raison   de   la   volonté   du   législateur   très     99   .   il   constituait   une   institution   traditionnelle  et  spécifique  de  la  juridiction  administrative.  leur  prise  de  parole  doit  être  brève.       Procédure   inquisitoire.     Section  4:  L'intervention  du  rapporteur  public       Après  l'instruction.   KRESS   CONTRE   FRANCE.  il  ne  sera   pas   présent   aux   délibérés   →   le   CE   est   la   juridiction   qui   détermine   le   sens   de   la   jurisprudence.   si   les   parties   sont   admises   à   présenter   devant   la   juridiction.       Initialement   dénommé   commissaire   du   gouvernement.  il  assiste  aux   délibérés  mais  sans  y  prendre  part  mais  si  l'une  des  parties  en  fait  la  demande.

      Le   JA   dans   l'arrêt   d'assemblée   du   11   mai   2004.   ASSOCIATION   AC.     En   matière   de   plain   contentieux.   il   doit   juger   l'affaire   sur   la   base   des   seuls   moyens   qui   sont   invoqués   par   les   requérants   mais   cette   obligation   est   tempérée   par   l'existence   des   moyens  d'OP.  Examiner  tous  les  moyens  invoqués  par  les  parties.     Section  5:  Le  jugement       §1.   Au   delà   de   ce   qui   est   demandé   par   le   requérant.  si  l'examen  d'un  seul  d'entre  eux  suffit  à  lui   faire   obtenir   gain   de   cause   et   donc   à   entraîner   l'annulation   de   la   décision.  il  ne  peut  pas   statuer  infra  petita.       Les  pouvoirs  du  juge:  le  juge  a  des  pouvoirs  qui  varient  selon  le  type  de  recours  dont  il   est  saisi.       Si   il   est   saisi   d'un   REP.   CE   selon   lequel   les   actes   annulés  sont  censés  n'avoir  jamais  existé     Cela   impose   à   l'administration   d'effacer   tous   les   effets   passés   de   l'acte.  voir  dans  certains  contentieux  particuliers  modifier  la  décision   qui  lui  est  déférée.   il   ne   pourra   faire   autre   chose   qu'annuler   la   décision   attaquée.   il   peut   non   seulement   prononcer   des   annulations.       Le  juge  a  en  premier  lieu  l'obligation  de  répondre  à  toutes  les  conclusions/à  toutes  les   demandes  des  parties.  Le  contenu  du  jugement       À  la  fois  fonction  des  obligations  du  juge  et  de  ses  pouvoirs.  Tout  ou  partie  des     100   .   accorder  des  indemnités.  cela  afn  d'alléger  la  tâche  des  juridictions  et  d'accélérer  le  cour  de  la   justice.   C'est   cette   règle  dite  de  l'économie  des  moyens  qui  s'applique  dans  ce  cas  et  qui  est  traduite  dans   les  jugements  par  l'expression  'sans  qu'il  soit  besoin  d'examiner  les  autres  moyens'.certainement   de   dispenser   un   nombre   d'affaires   important   de   conclusions   du   rapporteur  public.       Le   juge   a   en   revanche   l'obligation   de   ne   pas   statuer   ultra   petita.       S'agissant  des  moyens.   Principe   jurisprudentiel   posé   par   l'arrêt   RODIERE.  ie  des  moyens  que  le  juge  est  tenu  de  relever  d'office  alors  même  que  les   parties  ne  les  ont  pas  invoqué     Ex:  incompétence  de  l'auteur  de  l'acte       Il   doit   cependant   communiquer   ce   moyen   d'OP   aux   parties   au   litige   et   les   inviter   à   présenter  leurs  observations  à  son  sujet.   le   CE   a   consacré   le   principe  de  la  modulation  des  effets  des  annulations  dans  le  temps.   ie.       Les   annulations   contentieuses   possèdent   ce   caractère   particulier   d'être   rétroactives.   Remettre  en  cause  depuis  l'origine  tous  les  effets  qu'a  pu  produire  la  décision  annulée.   1925.  il  en  va  autrement.   totalement  ou  partiellement.   Parfois   les   annulations  d'actes  ont  de  telles  conséquences  →  lois  de  validation.  Sinon  il  entache  son  jugement  d'irrégularité.

 Des  moyens  d'assurer  de  l'exécution  des  jugements       La   partie   qui   est   condamnée   a   l'obligation   absolue   d'exécuter   le   jugement   qui   la   condamne.   Le   juge   peut   également  décidé  que  l'annulation  de  l'acte  ne  prendra  effet  que  dans  le  futur.   lorsque   la   décision   rendue   à   l'encontre   de   l'administration   implique   nécessairement   une   mesure   d'exécution   dans   un   sens   déterminé.       Cette   modulation   se   trouve   subordonnée   à   la   condition   que   les   effets   de   l'annulation   emportent   des   conséquences   manifestement   excessives   en   raison   tant   des   effets   que   l'acte   a   produit   ou   des   situations   qui   ont   pu   se   constituer   que   de   l'Intérêt   général   pouvant  s'attacher  à  un  maintien  temporaire  de  ces  effets.       §2.   le   juge   prescrit   cette   mesure   et   peut   assortir   éventuellement   cette   prescription   d'une   astreinte.   Elle   ne   peut   s'y   soustraire   pour   des   motifs   d'opportunité.  délai  qui  est  fonction  de  la  plus   ou  moins  grande  complexité  des  mesures  à  prendre  pour  exécuter  la  décision.       101   .     _   indépendamment   de   ces   procédures.  le  cas  échéant  sous  astreinte.   Lorsque   le   jugement   implique   l'adoption   d'une   décision   après   une   nouvelle   instruction.   Ces   précisions   peuvent   revêtir   deux   formes.   tout   au   plus   dispose-­‐t-­‐elle  d'un  délai  raisonnable  pour  s'y  conformer.   le   code   de   justice   administrative   permet   au   justiciable   victime   d'un   refus   d'exécution   d'une   décision   rendue   en   sa   faveur   de   demander   que   soit   fixés   des   mesures   et   un   délai   d'exécution   de   la   décision   et   que   soit   prononcée  une  astreinte  à  l'encontre  de  l'administration.   alors   la   juridiction   prescrit   que   la   nouvelle   décision   intervienne  dans  un  délai  déterminé.       Soucis   du   législateur   de   faciliter   l'exécution   des   décisions   de   justice   par   l'administration   →  institue  deux  types  de  mesures:   _  le  code  de  justice  administrative  prévoit  que  sur  demande  des  requérants  le  juge  peut   préciser   des   mesures   que   l'administration   doit   prendre   pour   exécuter   sa   décision.  voir  que  l'annulation  ne  produira  aucun  effet  si  l'administration   reprend  la  décision  annulée  mais  cette  fois  de  manière  régulière.       Les   voies   de   recours   contre   les   décisions   rendues   par   la   juridiction   administrative   n'ont   pas  d'effet  suspensif.effets   passés   de   l'acte   pourraient   être   considérés   comme   définitifs.  à  une  date   déterminée  par  le  juge.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->