Vous êtes sur la page 1sur 14

I.P.E.I.S Département de préparation au concours en technologique

MECANIQUE GENERALE

EXERCICE 1 :

SERIE N° 4

STATIQUE DES SOLIDES

A. U : 2011/2012

PT1

r r Un arbre de transmission (1), qui porte une roue dentée conique, est guidé
r r
Un arbre de transmission (1), qui porte
une roue dentée conique, est guidé par
rapport au bâti (0) par deux roulements
A et B réalisant une liaison rotule de
centre A et une liaison linéique annulaire
de centre B (Fig. 1).
y
y
a a
b
b
d
d
r r
A
A
1 1
B
B
C
C
r
r
x
x
Un pignon conique (2) exerce sur la roue
conique (1) une action mécanique
r r
0
0
R
R
r r
r
T
T
assimilée à une force (D, F)
avec
Figure 1
z z r r
r r
r
r
r
r r
F
=
A
+
R
+
T
où A
est la composante
A
A
D
D
r
2
2
axiale, R
est la composante radiale et
r
T
est la composante tangentielle.

La

représenté) exerce sur l’arbre (1) un couple résistant C

Déterminer les actions mécaniques au paliers A et B. On donne : a=61mm, b=93mm,

d=274,3mm et C=2200mN

géométrie de la denture est telle que : T=1,295R et T=8,418A.Le récepteur (non

r

=

Cx r

.

y y L L L L L L B B C C B z z
y y
L L
L
L
L L
B B
C C
B z
z z
C C
C
z z
z
B B
B B
(S) (S)
x x
C C
y y
A A
D D
x
x
B
B B
y y y
d d
D D
Figure -2-
( ( ) )
z z

un repère, supposé galiléen, lié au bâti .

EXERCICE 2 :

Le schéma de la figure 2 donne

une modélisation simplifiée de la liaison entre l’ensemble S={pignon arbré (27), roue dentée (28)} et le bâti ={demi carter (1), demi carter (25)}. On se propose de déterminer les réactions aux paliers A et D assurant le guidage en rotation r r r

de S par rapport à . Soit

1) Ecrire les composantes dans la base de R et au point A, du torseur {T A } de l’action mécanique de sur S à travers la liaison linéaire annulaire. 2) Ecrire les composantes dans la base de R et au point D, du torseur {T D } de l’action

mécanique de sur S à travers la liaison rotule. 3) Le poids des pièces constituant l’ensemble S est négligeable devant les actions mécaniques extérieures à cet ensemble. Appliquer le principe fondamental de la statique à S et établir les équations entre les différentes inconnues statiques. On donne :

l’action mécanique r r r de r (11) sur S (engrenage cylindrique à denture hélicoïdale) au r

R A

(

, x, y, z)

point B :

B

=

Bx

+

By

+

Bz

=

Bxx

r

By y

r

Bz z

l’action r r mécanique r de (18) sur S (engrenage cylindrique à denture droite) au point

C

: C

=

Cy

+

Cz

=

r

Cy y

+

r

Cz z

1

EXERCICE 3 :

On s’intéresse à l’étude statique du système mécanique simplifié du moto-réducteur

FROG, donné en deux plans (O, y,z r r r r

) et

(O, x,y)

(voir figure 3). Les principaux

solides supposés indéformables constituant le système sont :

Le bâti fixe (S 0 ).

Le solide (S 1 ), formé d’un disque solidaire à la tige AEC, est en liaison rotule en A et en liaison linéaire annulaire en B avec (S 0 ).

Le disque (S 2 ) de rayon r de centre G, est en liaison ponctuelle avec frottement en D avec (S 1 ) (avec f : le

coefficient de frottement), et en liaison

r

pivot d’axe (H , z

) avec (S 0 ) en H.

On donne : R (O, x, r y,z r r uuur

r ,

) repère lié à (S 0 ), uuur

r ,

OD = 2r y

uuur OB = b z r , BE = b z r et CE = 3r y r .

uuur

uuur HG = a z

r ,

OA = a z

uuur

L’arbre

r

force

F = F x r en C. Le disque (S 2 ) est soumis à

(S 1 )

est

soumis

à

une

r z E C (S 1 b B (S 0 r (S 1 C m
r
z
E
C
(S
1
b
B
(S
0
r
(S 1
C
m
(S 2
b
r
y
O
D G
a
a
A
(S 0
H
(S
r
x
(S 1
r
F
r
y
E
O
D G
C
(S 2
Seulement (S 1 ) et (S 2 )

une action mécanique par un actionneur agissant avec un couple

les torseurs d’actions mécaniques en A et B sont respectivement :

(

S

0

S

1

)


=

 

X

A

Y A

Z

0

0

A 0

  

A

et (

'

S

0

S

1

)

=

 

X

Y

B

B

0

r

C

m

0

0

0

  

B

= C

m

Les liaisons en A, B et H sont supposées parfaites

z r . On rappelle que

0

1.

Etudier l’équilibre du disque (S 1 ).

2.

Etudier l’équilibre du disque (S 2 ).

3.

Déduire l’effort F

ur au point C en fonction de C m et r.

4.

Déduire les torseurs au niveau des liaisons en A, B et H.

EXERCICE 4 :

La figure 4 représente le schéma d’une perceuse manuelle. Cette perceuse est constituée d'un bâti (S 0 ), d'une tige (S 1 ), d'un porte outil (S 2 ) et d'une manette avec poignée (S 3 ).

On considère un repère R(O x y z) r r r

un repère R '(B ,u , n, z

La tige (S 1 ) est en liaison complète au point O avec le bâti (S 0 ). Le porte outil (S 2 ) est en liaison pivot glissant

d’axe(O,y) r

lié au bâti (S 0 ) et

r r r

,

,

,

)

lié à la manette (S 3 ).

avec la tige (S 1 ). La manette (S 3 ) est en

2

r C y r S n 3 r F B r u A O 2
r
C
y
r
S
n
3
r
F
B
r
u
A
O
2
r
S
2
F
r
E
Outil
S
1
S
4
D
O
r
x
S
0

liaison pivot d’axe (A , z

B.

La pièce (S 4 ) fixe par rapport au bâti (S 0 ) est en contact supposé ponctuel avec (S 2 ) au point D pendant l'opération de perçage. Toutes les liaisons sont parfaites sauf au point B. On donne:

-

-

-

) avec la tige (S 1 ) et en liaison ponctuelle avec le solide (S 2 ) au point

r

f : Le coefficient de frottement entre les solides (S 2 ) et (S 3 ) ; f 1 =0.3.

r

F

r

= F y r : l’action du ressort sur (S 2 ) au point O 2

r

r

F

D

= F y r

D

r

r

- F = Fy

: l’action de la pièce (S 4 ) sur (S 2 ) : l’action de l’opérateur sur la manette (S 3 )

uuur AB =

l

1

r

u

,

uuur BC =

l

2

r

u

uuur , DE = a x r + c y r , BE = c x r

uuur

d y r

,

uuur

EO

1

r

= h y

Dans cette étude, on s’intéresse à déterminer l’effet de l’opérateur au cours de l’opération de perçage. On néglige les poids des solides (S 2 ) et (S 3 ). 1/ En appliquant le principe fondamental de la statique (en A), étudier l’équilibre du solide (S 3 ) 2/ En appliquant le principe fondamental de la statique (en E), étudier l’équilibre du solide (S 2 )

l

3/ Exprimer F en fonction de :

4/ Sachant que

5/ Calculer la force F à la fin de l’opération de perçage (pour α = 0 et

F

r

,

F

D

, α, f,

1

et

l

2

F

D

= 300N,

F

r

= 0 et α = 30°. Déterminer la valeur de F .

F

r

= 200N)

EXERCICE 5 :

La figure 5 représente un système plan constitué d’un bâti (0) et de deux barres (1) et (2)

reliés par des liaisons pivot parfaites en A, B et C. Sur

r r y y C C 1 1 E E D D 2 2 r
r r
y y
C C
1 1
E E
D D
2 2
r r
r r
F
F
D D
45∞
45∞
F
F
30∞
30∞
E E
B B
A A
r r
x x
Figure 5
0
0

r

la barre (1) est exercée une force (D, F ) située dans le

D

plan ABC. Le point D est le milieu de AC et la force

est normale à AC. Sur la barre (2) est exercée une

r

F

D

r

force (E, F ) située dans le plan ABC. Le point E est le

E

r

milieu de CB et la force

Déterminer les torseurs d’action mécanique :

F

E

est verticale.

{

{

(0

(1

1)

2)

}

}

au point A,{

(0

2)

au point C.

}

au point B,

On donne :

r

F D

= 10000N ,

r

F E

= 20000N ,

AB
AB

= =

l

5m

EXERCICE 6 :

On se propose d’étudier statiquement le système de bridage représenté par le schéma

cinématique simplifié figure 6. L’objectif de cette étude est de déterminer la force de serrage exercée par le système de bridage sur la clé (4) en fonction de la force concentrée appliquée par le vérin au point A. Le bilan des liaisons entre les différents solides est :

r

-la liaison entre (0) et (1) est pivot d’axe (B, Z) ,

-la liaison entre (1) et (2) est ponctuelle de normale (C, X) ,

r

r

-la liaison entre (0) et (2) est pivot glissant d’axe (H, X) ,

r

-la liaison entre (3) et (2) est ponctuelle de normale (D, X) ,

r

-la liaison entre (0) et (3) est pivot d’axe (E, Z) ,

3

r

-la liaison entre (4) et (3) est ponctuelle de normale (M, Y)

Toutes les liaisons sont supposées parfaites.

1°) Donner le torseur d’action mécanique du vérin sur le solide (1) au point A { r

sachant que F

.

}

A

,

, et écrire la forme générale des torseurs d’action mécaniques des

V

1

V

=

F

V

r

X

liaisons suivantes : {

2°) Etudier l’équilibre du solide (1) et déduire les torseurs { F v , a et b. 3°) Etudier l’équilibre du solide (2) et déduire les torseurs { F v , a et b. 4°) Etudier l’équilibre du solide (3) et déduire les torseurs {

1

}

B

, {

1

2

}

C

, {

0

2

}

H

, {

3

2

}

D

, {

0

3

}

E

0

0

0

et {

1

}

B

4

et {

2

3

}

}

H

E

et {

et {

3

}

M

.

2

0

1

3

4

2

3

}

C

}

D

}

M

en fonction de

en fonction de

en fonction de

F v , a, b, e, f et g. Ecrire et encadrer la force de serrage exercée par (3) sur la clé (4).

F v Y A 1 e a 3 B r N S1 b f M
F
v
Y
A
1
e
a
3
B
r
N
S1
b
f
M
D
C
H
G
X
0
g
d
c
h
E
Figure 6. Schéma cinématique simplifié du système de bridage.

4

CORRECTION DE LA SERIE N° 4 STATIQUE DES SOLIDES

EXERCICE 1 :

On applique le PFS à l’arbre (1)

{

(A

1)

}

+

{

(B

1)

{

}

+

(1

{

1)

(2

}

=

1)

{

}

+

r r

0,0

{

}

(C

1)

}

=

{

r r

0,0

}

(1)

On exprime les coordonnées des torseurs en un même point, par exemple le point A.

Liaison rotule

{

(A

1)

}

=

X A 0

0

Z A  

0

Y

A

A

, Liaison linéique annulaire

{

(B

1)

}

=

 

0

Y

Z

B

0

0

B 0

 

B

{

(B

1)

}

=

0

Y

Z

B

B

0

0

0

 

+

 

  

0

Y

Z

B

B

  

   

(a

+

0

0

b)      

A

 

{

(B

1)

}

=

0

Y

Z

B

B

 

(a

+

(a

+

 

0

b)Z

B

b)Y

B

 

A

 

{

 

}

=

A

0

A

 

0

 

A

 

 

a





 

{

 

}

 

A

R

 

0.5d T

a T

 

 

R

0

=

R

0

+

R

0.5d

 

       

=

   
     
 

(2

 

1)

T

0

 

 

T

0  

 

  

T

 

  

0

 

 

A

   

(2

1)

T

 

0.5d A

+

a R

 

 

D

       

A

 

0

C

   

{

(C

 

1)

}

=

0

0

0

 

0

 

A

(1)

 

X

Y

Z

A

A

A

A

=

+ Y

B

+

+

Z

B

0

R

T =

=

0

0

(1)

(2)

(3)

et

 

 

0.5 d T

(a +

b)Z

(a

+

b)Y

B

C

=

0

B

a T = 0.5d A +

+

 

0

aR =

 

0

(4)

(5)

(6)

 

En plus on a : T = 1.295 R

(7)

et

 

T = 8.418 A

 

(8)

 

(4) T = 2C / d = 16040.8 N ,

(6)

(2)

Y

B

Y

A

= 3209.4 N ,

= 9177.3 N

EXERCICE 2 :

et

 

{

 

}

=

0

Y

0

0

 

A

1°)

(A

S)

 

A

 

Z

A

0

3°) On applique le PFS à (S)

{

(A

S)

}

A

+

{

(D

(7) R = 12386.7 N ,

{

S)

}

(5)

(1)

Z

X

B

A

= 6353.8 N ,

= 1905.5 N

   

{

(D

 

S)

}

=

X

Y

D

D

0

0

 

Z

D

0

 

D

 

r r

 

S)

{

}

=

0,0

 

 

{

}

}

+

{

 

}

=

{

 

(B

S)

A

   

(C

S)

A

2°)

(S

+

A

5

r r

0,0

}

(8) A = 1905.5 N

(3)

Z

A

(2)

= 9687 N

 

0

Y

Z

A

A

0

0

0

 

A

+

X

Y

Z

D

D

D

,

X

Y

Z

D

D

D

  

  

3L

0

0



 

  

+

A

B

x

B

B

y

z

,

B

x

B

B

y

z

  

  

L

r

0





+

 

A

0

C

C

z

y

,

 

 

0

C

C

z

y

  

  

2L 



0

 

=

R

 

0

0

Y 0

+

X

Y

D

0

3LZ

A

Z A 0

 

A

 

Z

X

Y

 

B

 

D

+

x

A

+

Y

D

Z

A + Z

D

D

D

=

0

B

B

y

+

z

D

3LY

D

C

C

=

y

=

z

 

(1)

0 B B y + z D 3LY D C C = y = z 

X

D

= B

x

,

(2)

+

A

B

x

B

B

y

z

rB

z

LB

z

rB

x

LB

y

+

A

0

C

C

z

y

RC

2LC

2LC

z

z

y

=

A

0

0

(1)

(2)

(3)

et

rB

3LZ

z

+

+

D

3LY

D

RC

=

z

LB

rB

x

z

0

=

2LC

z

0

LB

y

2LC =

y

3LZ z + + D 3LY D RC = z LB rB x z 0 =

Y

A

=

B

y

+

C

y

rB

x

+

LB

y

+

2LC

y

3L

,

(5)

(3)

y Y A = B y + C y rB x + LB y + 2LC

Z

A

=

B

z

C

z

B

z

2C

z

3

,

(6)

y 3L , (5) ⇒ (3) ⇒ Z A = B z C z B z

Y

D

=

rB

x

+

LB

y

+

2LC

y

3L

{

r r

0, 0

}

(4)

(5)

0 (6) B 2C z Z = z D 3
0
(6)
B
2C
z
Z
= z
D 3

EXERCICE 3 :

1°) On applique le PFS à (S1) : (S1) est en équilibre {{{{

{{{{

S 1

S1

}}}}

====

{{{{

S0

S1

}}}}

A

++++

{{{{

S0

S1

}}}}

B

++++

{{{{

F

S1

}}}}

C

++++

S 1

{{{{

S2

S1

}}}}

S1

====

}}}}

D

{{{{0 , 0}}}}

r v

====

{{{{0 , 0}}}}

r v

D’après Coulomb

r

T S 2

S1 ====

T

r

X

r

T S 2

(T

r

et V ( D r )

S2

sont 2 vecteurs parallèles et opposés

et

S1

>>>>

S1 / S 2

et opposés → et S1 >>>> S1 / S 2 T ==== f N 0 )

T ====

f

N

0 ) . On a N

r

N Y

S1 ====

(N

>>>>

0)

{{{{

{{{{

{{{{

S 1

F

D

S1

}}}}

S1

S1

}}}}

A

}}}}

A

====

====

====

 X



Y

 

A 0 



 X



Y

 

B 0 



 F





0

0



 

A

++++



0

0

0



 

3r

(a

++++

B

++++



 

2b )





 





 

 

0

0

A

A

B

Z

 F





 

0

0

A



0

 



 

  0  

0

 









0

  F  



 

0

0

 

++++

,

====







 

fN

N

0

,

  0  

0

 









0

++++

 



 

fN  

N

0



 

  0    



 



 

2r

a

 



A

0 

0

0

 











 

C

====







 

++++







 

F

0

0

fN

N

0

fN

N

0

0

0

0







 

0

F( a

++++

2b )

3rF

D







 

A

aN 



afN

2rfN



 

A

⇒⇒⇒⇒

6

A

{

r r

0, 0

}





{{{{

S1

}}}}

====

X



 

++++

S1

 X





 

A

++++

Y

A

++++

Z

A

====

Y

B

0

B

++++

F

N

====

X

A

++++

Y

A

fN

0

====

X

B

++++

++++

Y

B

Z

A

F

++++

N

0

( 1)

(2)

(3)

et

fN

 aN



++++

( a



 

X

3rF

B

X

B

( a

++++

aN

b )

++++

Y

B

( a

++++

b )

( a

++++

2b )F

3rF

2rfN

Y (a

B

++++

b )

====

0

++++

b )

2rfN

++++

====

( a

0

++++

2b )F

afN

====

0

2°) On applique le PFS à (S2) : (S2) est en équilibre

{{{{

S 2

S2

}}}}

====

{{{{

S0

S 2

}}}}

H

++++

{{{{

Cm

S 2

}}}}

H

++++

{{{{

S1

S 2

{{{{

}}}}

D

S 2

====

S 2

}}}}

====

{{{{0 , 0}}}}

r v

{{{{0 , 0}}}}

r v





afN

 



( 4 )

A

( 5 ) (6 )

{{{{

{{{{

{{{{

S 2

S1

S2

S 2

}}}}

S 2

}}}}

H

====

 X

Y

Z



H

H

H



 

====

 fN





 

N

0

S2

}}}}

====

 X



H

++++



 

Y

H

Z

H

L

M

H

H

0

,

fN

N







 

H

  0  

0









 

0

++++

++++

L

H

M

H

C

m

++++

++++

 0

0

0





 

  fN  



0

 

 

N



aN 

afN





 

rfN

H

0 

0





 

C

m

H

++++

  0    



 

r

a

 

 

 

 fN





 

N

0

0 

0

0





 

H

====

 fN





 

N

0

===={{{{

r r

0,0

}}}}⇒⇒⇒⇒

⇒⇒⇒⇒

D

aN 



afN

rfN

 



H

⇒⇒⇒⇒

 X

Y





H





H

Z

H

++++

N

0

====

fN

====

====

0

0

(7 )

(8)

(9)

et

3°) On a :

4°)( 5 )⇒⇒⇒⇒

(6 ) ⇒⇒⇒⇒F ====

2 fN

3

(a

4b)

3r(a

++++

b)

X B

====

C m



 

H

++++

aN

M

H

C

m

++++

 L



====

afN

0

====

rfN

====

0

0

( 10 )

( 11)

( 12)

et

( 12 )

et

⇒⇒⇒⇒

N

====

C

m

rf

donc

2C m F ==== 3r
2C
m
F ====
3r

( 4 )

rf ( a

a

++++

b )

Y B

====

C m

(1)

⇒⇒⇒⇒

X

A

====

(a

4b)

3r(a

++++

b)

C

m

2C

m

C m

++++

3r

r

7

⇒⇒⇒⇒

5b

3r(a

++++

b)

X A

====

C m

====

{{{{0,0}}}}

r r

rf ( a

b

++++

b )

Y A

====

C m

C m X ==== H r
C
m
X
====
H
r

et

Z A ==== 0 et ( 9 ) ⇒⇒⇒⇒ Z H ==== 0 a ====
Z
A ====
0
et
( 9 ) ⇒⇒⇒⇒
Z
H ====
0
a
====
M H
C m
r

(2) ⇒⇒⇒⇒

et

( 3 ) ⇒⇒⇒⇒ C m Y H ==== rf
( 3 ) ⇒⇒⇒⇒
C
m
Y H ====
rf

(7 ) ⇒⇒⇒⇒

et ( 8 )

a ==== L H C m rf
a
====
L H
C m
rf

( 10 ) ⇒⇒⇒⇒

( 11)

{{{{

{{{{

A

B

S1

S1

}}}}

}}}}

====

====





 

5b

3r(a

rf ( a

++++

b

b )







 

 (a 

 

++++

b )

0

4b )







 

3r(a

++++

b )

a

++++

b )

rf ( a

0

C

C

C

C

m

m

m

m

0

0

0

0

0

0





 







 





 







 

A

B

{{{{

S0

S 2

}}}}

====





 







 

C

m

C