Vous êtes sur la page 1sur 1

La description dans les récits fantastique et réaliste- Module de 2nde

Texte 1 Madame Bovary va visiter sa fille en garde chez une


nourrice à la campagne. Madame Bovary, GUSTAVE FLAUBERT. NOTES : BOURREES= FAGOTS DE MENUES BRANCHES
1857 INDIENNE = TOILE DE COTON
Ils reconnurent la maison à un vieux noyer qui SCROULES = LESIONS DE LA PEAU
l'ombrageait. Basse et couverte de tuiles brunes, elle avait en QUESTIONS
dehors, sous la lucarne de son grenier, un chapelet d'oignons
suspendu. Des bourrées, debout contre la clôture d'épines, 1. Pour chaque texte, indiquez ce qui est décrit.
entouraient un carré de laitues, quelques pieds de lavande et
des pois à fleurs montés sur des rames. De l'eau sale coulait Texte 1…………………………………………………...
en s'éparpillant sur l'herbe, et il y avait tout autour plusieurs
guenilles indistinctes, des bas de tricot, une camisole Texte 2…………………………………………………...
d'indienne rouge, et un grand drap de toile épaisse étalé en
long sur la haie. Au bruit de la barrière, la nourrice parut, 2. Quels sont, dans la progression thématique de la
tenant sur son bras un enfant qui tétait. Elle tirait de l'autre description, les éléments successivement détaillés ?
main un pauvre marmot chétif, couvert de scrofules au visage,
le fils d'un bonnetier de Rouen, que ses parents trop occupés
de leur négoce laissaient à la campagne. Texte 1…………………………………………………...
– Entrez, dit-elle ; votre petite est là qui dort.
La chambre, au rez-de-chaussée, la seule du logis, …………………………………………………………….
avait au fond contre la muraille un large lit sans rideaux,
tandis que le pétrin occupait le côté de la fenêtre, dont une Texte 2…………………………………………………...
vitre était raccommodée avec un soleil de papier bleu. Dans
l'angle, derrière la porte, des brodequins à clous luisants …………………………………………………………….
étaient rangés sous la dalle du lavoir, près d'une bouteille
pleine d'huile qui portait une plume à son goulot ; un Mathieu 3. Entourez en rouge les verbes à l’imparfait.
Laensberg traînait sur la cheminée poudreuse, parmi des
pierres à fusil, des bouts de chandelle et des morceaux 4. Surligner dans le texte 1 les mots qui évoquent ou
d'amadou. Enfin la dernière superfluité de cet appartement connotent la misère.
était une Renommée soufflant dans des trompettes, image 5. Qui sont les personnages présents dans chaque texte ?
découpée sans doute à même quelque prospectus de En quoi confortent-ils l’impression de réel ou au
parfumerie, et que six pointes à sabot clouaient au mur. contraire l’étrangeté du récit ?
L'enfant d'Emma dormait à terre, dans un berceau
d'osier. Elle la prit avec la couverture qui l'enveloppait, et se …………………………………………………………….
mit à chanter doucement en se dandinant.
Léon se promenait dans la chambre ; il lui semblait …………………………………………………………….
étrange de voir cette belle dame en robe de nankin, tout au
milieu de cette misère.
…………………………………………………………….

…………………………………………………………….
TEXTE 2 L’inutile Vertu (incipit) 1902– JEAN LORRAIN
Voilà trois longs jours qu’il chevauchait le long des …………………………………………………………….
dunes fleuries de chardons pâles, aucune voile ne
blanchissait à l’horizon : c’était, de l’aube au soir, la
6. Dans le texte 2, souligner les images qui donnent au
monotone immensité d’une mer calme, d’une mer sans ride,
couleur d’ardoise, sous le morne éclat d’un ciel blanc ; paysage son aspect irréel. Indiquez la figure de style
parfois, son cheval s’arrêtait brusque, les sabots en avant, utilisée.
et hennissait vers la mer, et, dans un soyeux effarement
d’ailes, des goélands dérangés de quelque trou de falaise 7. Constituer dans le texte 2 deux champs lexicaux
tournoyaient très haut dans l’air, puis s’évanouissaient, et le
sable roux se moirait de leur ombre.
Et le jeune homme ne relevait même pas la tête. Le
front grave sous le vol éployé de l’aigle de son casque, il
cheminait pensif au pied de la falaise. C’était une haute
muraille de schiste courant ainsi depuis des lieues le long de
la mer triste ; des herbes desséchées presque mauves
pendaient comme des chevelures à mi-flanc du roc, des
chevelures mortes, et quelques rares oiseaux de mer, seuls,
les habitaient.
Le soir, les falaises devenaient roses, les dunes elle-
même s’enflammaient dans l’incendie du couchant et le 8. Ecrivez un paragraphe de synthèse pour expliquer à
jeune homme, mettant pied à terre, laissait son cheval quoi tient le caractère réaliste ou fantastique dans
brouter les chardons bleus des sables et cherchait à tromper
chaque texte. Reprenez les observations effectuées
sa propre soif, sa faim aussi, en mordant à même la chair
salée de quelques coquillages. Et puis sous la lune montante précédemment.
il poursuivait son chemin.