P. 1
Rapport de Stage BMCI

Rapport de Stage BMCI

|Views: 1,360|Likes:
Publié parDilal Toumi

More info:

Published by: Dilal Toumi on Feb 27, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/23/2015

pdf

text

original

Rapport de stage

BMCI Bourse

Plan
AVANT-PROPOS 1ERE PARTIE : LE MARCHE BOURSIER : MULTIPLICITE DES INTERVENANTS I : L¶HISTORIQUE DE LA BOURSE 1. Développement et formation de la bourse dans le monde : 2. Historique de la bourse des valeurs de Casablanca : II : LA BOURSE : QUEL INTERVENANT POUR QUEL ROLE ? 1. Société de Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC) : 2. Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) 3. Sociétés de bourse : 4. Dépositaire central (MAROCLEAR) : 5. Autres intervenants : A. L¶Association Professionnelle des Sociétés de Bourse(APSB) : B. La banque centrale (Bank Al Maghreb) : C. Les établissements collecteurs - dépositaires : D. La clientèle : III : LA SOCIETE DE BOURSE : NOYAU DU MARCHE 1. Cellule Analyse et Recherche : 2. Cellule Front Office : 3. Cellule Négociation : 4. Cellule Back Office : 5. Cellule Middle Office (Contrôle Interne) : 2EME PARTIE : L¶OPERATION DE BOURSE: L¶ART DU DENOUEMENT I : DE L¶ORDRE A LA TRANSACTION : VOLET FRONT OFFICE 1.Relation Clients ± Société de Bourse : 2. Modalité de traitement des ordres de bourse : A. La transmission des ordres de bourse B. Le support des ordres : C. Le contenu d¶un ordre de bourse : D. Cheminement des ordres II : DE LA TRANSACTION AU DENOUEMENT: VOLET MIDDLE ET BACK OFFICE 1. Système de dénouement des transactions de bourse : A. Principes et composantes du système : B. Fonctionnalités de la filières ajustement (SBI) C. Fonctionnalités de la filière bourse : D. Principes de la filière dénouement : 2. Traitement administratif des opérations de bourse

Rapport de stage A. Traitements effectués par le Back Office : B. Contrôles effectués par le Middle Office : C. Le suivi des documents relatifs au dénouement : D. La gestion des risques et des suspens sur les opérations de bourse : III : LE SYSTEME DE GARANTIE : ANALYSE CRITIQUE 1. Avantages et limites du système : A. Les avantages apportés par le nouveau système : B. Les contraintes dégagées par la mise en place du système : 2. Développement du système : A. Les améliorations organisationnelles : B. Les améliorations techniques : CONCLUSION GENERALE BIBLIOGRAPHIE

BMCI Bourse

Rapport de stage

BMCI Bourse

Introduction
Le secteur de l·intermédiation boursière a montré au Maroc au cours de la dernière décennie une très forte capacité d·évolution, dont les effets sont autant la transformation des acteurs du marché, que l·innovation dans les produits offerts et surtout dans les outils techniques utilisés. La modernisation de la bourse des valeurs de Casablanca, qui a débuté en 1993, a visé la transparence et la sécurisation du marché pour attirer les investisseurs tant marocains qu·étrangers dans le but de développer l·économie nationale. Cette modernisation a nécessité tout d·abord une révision du cadre réglementaire relatif au marché boursier et une mise à niveau des circuits de dénouement des opérations afin de se conformer aux standards internationaux en la matière. L·instauration au Maroc, en partenariat avec les acteurs du marché boursier français (COB, SICOVAM, SBF«etc.) de normes internationales de transparence et de sécurité du marché est passée par trois grands chantiers : __La modernisation du système de cotation et de négociation des valeurs mobilières à travers l·adoption du système de cotation électronique de La Bourse de Paris ; __La modernisation des circuits de règlement et livraison des titres à travers la dématérialisation des titres, la simultanéité du règlement des espèces contre la livraison des titres et enfin la standardisation des délais de dénouement ; __Le renforcement de la sécurité du marché par la mise en place d·un système de garantie de bonne fin des opérations. Le présent rapport , sera subdivisé en deux grandes parties : __Dans une première partie, nous donnerons un aperçu historique sur la bourse, sur l·organisation du marché boursier marocain et le rôle de ses intervenants ainsi que l·organisation type des courtiers en bourse avec les

Rapport de stage

BMCI Bourse

rôles et les missions assignées à chaque fonction au sein des Sociétés de bourse ; __Dans la seconde partie, nous analyserons les opérations de bourse sur tout leur circuit, c·est à dire depuis l·ordre du client jusqu·au dénouement de l·opération, avec une analyse critique (avantages et limites) des tâches ainsi que les améliorations (techniques et organisationnelles) à apporter au système de bourse afin de se conformer aux standards internationaux.

Rapport de stage

BMCI Bourse

1ERE PARTIE : LE MARCHE BOURSIER : MULTIPLICITE DES INTERVENANTS
Une présentation du marché boursier nécessite : __Tout d·abord, un bref aperçu historique de la bourse et sa genèse dans le monde et au Maroc ; __Ensuite, les différents intervenants du marché boursier marocain avec leurs rôles et missions ; __Et enfin, l·organisation type des intermédiaires boursiers avec le rôle et les attributions des différentes fonctions de L·organigramme.

I : L¶historique de la bourse
1. Développement et formation de la bourse dans le monde : Les embryons des marchés boursiers apparaissent dans l'antiquité grécoromaine. Beaucoup d'épargnants furent sollicités pour financer les grands travaux de l'Empire romain. Le "COLLEGIA MERCATORUM" était un marché ou s'échangeaient les effets de commerce et les devises et dont Juvénal disait déjà "Jamais la multitude des vices n'ont été plus grande. Vit-on jamais la fureur du jeu envahir à ce point les âmes". C'est à Bruges au XIV siècle qu'il faut aller pour découvrir l'étymologie du mot "bourse". Le seigneur VAN DER BUERSE avait fait bâtir un hôtel nommé "beurs" orné de l'écusson de ses armes représentant trois bourses pleines d'or où se réunissaient régulièrement les marchands et banquiers qui disaient se rendre "aux bourses". Des "places" boursières se développent dans les villes marchandes de l'Italie du nord, de la Bourgogne, des Flandres, dès le XV siècle, pour offrir aux commerçants et aux banquiers un lieu permanent d'échanges entre deux saisons de foire.

Rapport de stage

BMCI Bourse

Au XVI siècle, Anvers reprit le rôle joué jusqu'alors par Bruges. En 1531, la ville d'Anvers construisit un lieu de rencontre pour les négociants : la "beurs" (bourse), avec de véritables règlements, des heures d'ouverture«etc. A Anvers, les instruments financiers devinrent plus élaborés, entre autres, par l'introduction de l'escompte (opérations par lettres de change non échues) et l'endossement (transmission de propriété par mention au dos de l'effet). Le représentant de la Couronne britannique à Anvers, Thomas Gresham (connu pour la loi qui porte son nom), fut tellement enthousiasmé par cette bourse qu'il en fit construire une, en 1554, à Londres. Ce fut une copie exacte de celle d'Anvers et elle porta le même nom de "beurs" (bourse), jusqu'à ce que la Reine Elisabeth décide de la transformer en "Royal Stock Exchange". Au XVI siècle, et plus encore au XVII siècle, les transactions sur les valeurs mobilières se développent dans la bourse néerlandaise et Britannique avec l'essor des grandes compagnies maritimes qui sont des sociétés par actions. A Paris, les changeurs qui officient depuis le moyen âge sur le Pont au Change constitue, a partir de 1639, une nouvelle corporation spécialisée dans la négociation des papiers de commerce : les agents de change. La réglementation de la bourse de Paris est fixée par arrêté royal en 1724. En Amérique, la bourse du nouveau monde naît en 1792, dans une petite rue de New York, Wall Street, sous le nom de laquelle elle deviendra mondialement célèbre. Le rôle des bourses où s'échangent les actions s'accroît considérablement, au point qu'une spécialisation apparaît à la fin du XIX siècle : les unes deviennent de simples bourses de marchandises - dites "bourses de commerce" en France - ; les autres sont dédiées exclusivement au commerce des valeurs mobilières : la "Bourse" au sens moderne est née. Afin de permettre des négociations faciles, rapides, sincères et contrôlées entre capitalistes qui souhaitent vendre leurs actions, rentes ou obligations et épargnants qui désirent investir et acheter des titres, les bourses ont dû élaborer des principes de fonctionnement universellement reconnus. En outre, Il est apparu nécessaire que seules certaines catégories de titres soient

Rapport de stage

BMCI Bourse

admises sur le marché, et qu'un nombre restreint de responsables institutionnels aient le monopole des opérations : en France, ce furent les agents de change, officiers ministériels nommés par décret ; dans les pays anglo-saxons, ce sont les Jobbers (professionnels travaillants pour leur propre compte) et les Brokers (courtiers). 2. Historique de la bourse des valeurs de Casablanca : La Bourse de Casablanca est une des plus anciennes d·Afrique. Créée dès 1929, à l·initiative des principales banques privées qui exerçaient alors leurs activités au Maroc. Elle portait à cette époque le nom d'"Office de Compensation des Valeurs". En 1948, elle devint l'"Office de Cotation des Valeurs Mobilières", à l'occasion d'une première réforme qui vit, entre autres, l'instauration du marché à la criée. En 1967, une loi lui conféra le statut d'établissement public, la dota de la personnalité civile, et lui octroya l'autonomie financière. La bourse se trouva alors placée sous l'autorité du Ministère des Finances, avec un conseil d'administration, et gérée par un directeur général nommé par Dahir. Malgré ces réformes, la bourse connut ensuite une longue période de stagnation, due essentiellement à trois phénomènes : __Une taxation excessive des transactions et des plus-values ; __L·illiquidité du marché : très peu de titres circulaient et le marché était réservé, de fait, à un cercle réduit d·investisseurs initiés, essentiellement des institutionnels. Ceux-ci échangeaient leurs paquets de titres en dehors du marché officiel, afin d·éviter les taxations ; __Le peu d'intérêt des entreprises et de l'Etat pour ce moyen de financement. L'année 1993 marque un tournant décisif dans l'histoire de la Bourse de Casablanca. Le souci de l'Etat de réussir la privatisation de certaines entreprises publiques, d'attirer les investisseurs étrangers afin de mener à bien la libéralisation de l'économie marocaine et, par la suite, obtenir un niveau de croissance stable et durable, l'a conduit à réformer la Bourse de Casablanca. __La gestion de la bourse est cédée à une société privée, la Société de la

Rapport de stage

BMCI Bourse

Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC), société anonyme dont le capital est détenu à parts égales par les sociétés de bourse. __Ces dernières, actuellement au nombre de 13, créées à l·occasion de cette réforme, reçoivent le monopole de l·intermédiation boursière. __Pour réguler le marché boursier et en assurer un fonctionnement transparent, respectueux des dispositions légales, le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM)a été institué. __Des Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières (OPCVM) sont aussi crées afin de doter le marché d·instruments nouveaux susceptibles de mieux drainer l·épargne. __Pour assurer la gestion des flux des titres entre, et les établissements dépositaires et les sociétés de bourse, cette réforme institua le dépositaire central, appelé MAROCLEAR. La bourse de Casablanca est désormais entrée dans une phase de modernisation accélérée. Cette modernisation consiste dans l'amélioration des procédures de cotation et de circulation des titres. Ceci s'est produit par : y La mise en place de la cotation électronique en remplacement de la cotation à la criée avec la collaboration de la Bourse de Paris, dont le système informatique a été adopté ; y La dématérialisation des titres, et la création d'un dépositaire central par lequel doivent transiter toutes les transactions effectuées par les sociétés de bourse et qui est appelé à faciliter le dénouement des opérations qu'elles effectuent entre elles. Cette phase de modernisation constitue le complément organisationnel et technologique de la réforme juridique et réglementaire entreprise en 1993. Elle vise à rendre la Bourse de Casablanca comparable dans ses standards de fonctionnement aux places financières internationales les plus avancées et conformes aux recommandations du "Groupes des 30".

II : La bourse : quel intervenant pour quel rôle ?
1. Société de Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC) : La Société de Bourse des Valeurs de Casablanca est une société anonyme privée à qui le ministère des finances a concédé la gestion de la Bourse.

Rapport de stage

BMCI Bourse

Son capital est de 13.636.500,00 DHS détenu, à part égales, par l·ensemble des sociétés de bourse. Les missions attribuées à la SBVC sont principalement : __Gérer et développer la Bourse Casablanca en application d'un cahier de charges approuvé par le ministre des finances ; __Prononcer l'introduction des valeurs mobilières à la cote de la Bourse des valeurs et leur radiation ; __Veiller à la conformité des opérations effectuées par les sociétés de bourse au regard des lois et règlements applicables à ces opérations ; __Porter à la connaissance du conseil déontologique des valeurs mobilières toute infraction qu'elle aura relevée dans l'exercice de sa mission ; __Suspendre la cotation d'une ou de plusieurs valeurs mobilières pendant une durée déterminée lorsque les cours de celles-ci connaissent pendant une même séance de bourse une variation, à la hausse ou à la baisse, excédant un seuil déterminé ; __Suspendre des valeurs mobilières à la demande du conseil déontologique lorsque celui-ci dispose d'informations de nature à influer de manière significative sur les cours et devant être portées à la connaissance du public __Suspendre momentanément l'accès de la société de bourse au marché lorsque la société gestionnaire considère que les agissements d·une société de bourse sont de nature à mettre gravement en cause la sécurité ou l·intégrité du marché ; __Promouvoir la Bourse à l·échelle nationale et internationale, et la moderniser de façon continue, en la dotant des technologies les plus avancées utilisées par les professionnels de la finance ; __Informer les chefs d'entreprises sur les avantages que peut leur apporter une cotation ; __Instruire les dossiers d·introduction en bourse qui sont présentés pour accord au conseil d'administration ; __Informer les émetteurs sur le marché de leurs titres ; __Gérer les opérations sur titres (distribution de dividende, augmentation de capital, détachement de coupons«etc.) ; __Conseiller les émetteurs et les accompagner tout au long de leur vie boursière ; __Informer les investisseurs et les émetteurs (diffusion des cours, des avis«etc..

Rapport de stage

BMCI Bourse

2. Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) est un établissement public, doté de la personnalité morale et de l·autonomie financière dont le rôle consiste à veiller au bon fonctionnement du marché des valeurs mobilières et en particulier de s·assurer de leur transparence et intégrité et à assurer la protection de l·épargne investie en valeurs mobilières. A ce titre, il exerce un contrôle sur : __Les sociétés de bourse, seuls intermédiaires financiers autorisés sur le marché ; __L·instrument de collecte de l·épargne que sont les OPCVM ; __L·information fournie par les personnes morales faisant appel public à l·épargne. A l·instar de la SEC (Securities and Exchange Commission) aux Etats- Unis ou de la COB (Commission des Opérations de Bourse) en France, le CDVM est le "gendarme du marché". Le CDVM remplit trois fonctions principales : __Surveiller l·information donnée au marché financier : le CDVM contrôle l·exactitude, la sincérité et la régularité de l·information transmise par les sociétés faisant appel public à l·épargne (OPCVM inclus) ; __Surveiller le marché : la mission du CDVM consiste à détecter toute transaction frauduleuse sur le marché, de nature à porter préjudice à l·ensemble des intervenants ou à empêcher le fonctionnement normal du marché. Il s·agit notamment de l·utilisation d·informations privilégiées (délit d·initié) et de la manipulation de cours ; __Effectuer des enquêtes : à tout moment, le CDVM peut décider d·une enquête. Ce sont les constatations provenant de l·activité de surveillance du marché et des opérateurs ou les plaintes qui, le plus souvent, sont à l·origine du déclenchement d·une enquête. Le CDVM assiste aussi le gouvernement dans l·exercice de ses attributions en matière de réglementation de ces marchés.

Rapport de stage

BMCI Bourse

En plus de sa mission de contrôle, le CDVM accompagne les intervenants et le marché de façon générale, pour aider à son développement et améliorer la contribution des marchés financiers au financement de l·économie nationale. Cet aspect de la mission du CDVM se traduit principalement par l·initiation ou la participation à l·élaboration de projets de lois ou de règlements, ou à la préparation de circulaires. Le CDVM a également établi des codes déontologiques destinés à imposer des règles de bonne conduite afin d·assurer un cadre déontologique nécessaire pour tout marché sûr et transparent. Ces codes s·adressent au personnel et aux membres du Conseil d·Administration du CDVM luimême, à ceux de la SBVC, des sociétés de bourse, des OPCVM et des sociétés cotées. 3. Sociétés de bourse : Les sociétés de bourse exercent le monopole de l·intermédiation boursière. C·est à dire que toute opération d·achat ou de vente de valeurs mobilières cotées à la Bourse de Casablanca doit obligatoirement transiter par une Société de Bourse. En plus de leur objet principal qui est l·exécution des transactions sur les valeurs mobilières, les sociétés de bourse peuvent également : __Participer au placement de titres émis par les personnes morales faisant appel public à l·épargne ; __Assurer la garde des titres ; __Gérer des portefeuilles de valeurs mobilières en vertu d·un mandat ; __Conseiller et démarcher la clientèle pour l·acquisition ou la vente de valeurs mobilières ; __Démarcher et conseiller les entreprises en vue de leur introduction en Bourse ; __Assister les personnes morales faisant appel public à l·épargne pour la préparation des documents d·information destinés au public ; __Animer le marché des valeurs mobilières inscrites à la cote de la Bourse de Casablanca ; __Effectuer des opérations de contrepartie (pour le compte propre de la société de bourse) ;

Rapport de stage

BMCI Bourse

En plus de ces missions, les sociétés de bourse peuvent : __Effectuer des analyses financières de sociétés cotées ou susceptibles de l·être ; __Assurer la publication des principaux documents nécessaires pour satisfaire aux obligations légales et réglementaires d·informations des autorités de tutelle (CDVM, SBVC, Bank Al Maghreb«etc.) et au besoin du Conseil d·Administration et du commissaire aux comptes, chargés entre autre d·apprécier les résultats et la qualité de gestion de la société de bourse __Veiller au respect des codes déontologiques et de la réglementation en général. 4. Dépositaire central (MAROCLEAR) : Le dépositaire central a été créé par la loi n°35-96 du 09 janvier 1997. Dénommé "MAROCLEAR", le dépositaire central a été institué sous forme de société anonyme au capital de 20.000.000,00 DH. Son activité s·inspire de celle de la SICOVAM-PARIS en France qui a élaboré d·ailleurs le cahier de charges y afférent et fait de MAROCLEAR, à son exemple, le centre de passage des transactions relatives aux valeurs mobilières. Organisme de compensation, MAROCLEAR a pour rôle de : y Renforcer la sécurité des transactions sur les valeurs mobilières ; y Favoriser la dématérialisation des titres ; y Accélérer et optimiser le règlement et la livraison des titres issus des opérations de bourse. L·article 3 de la loi 35-96 a précisé son objet en énonçant que le dépositaire central : __Réalise tous actes de conservation adaptés à la nature et à la forme des titres qui lui sont confiés ; __Administre les comptes courants de valeurs mobilières au nom de ses affiliés ; __Exerce des contrôles sur la tenue de la comptabilité titres des teneurs de comptes«etc.

Rapport de stage

BMCI Bourse

5. Autres intervenants : A. L·Association Professionnelle des Sociétés de Bourse (APSB) : L·APSB a été instituée par la loi2 du 21 septembre 1993 sur la bourse des valeurs et a remplacé l·ancienne Association Professionnelle des Intermédiaires de Bourse (APIB). C·est une organisation regroupant tous les intermédiaires opérant à la bourse de Casablanca à laquelle les sociétés de bourse de la place sont obligées d·adhérer. Fondée en 1995, elle défend les intérêts collectifs et individuels de ses membres, leur offre des services de représentation, d·information et de formation. En plus de cette mission, l·APSB : __Veille à l·observation par ses membres des textes légaux et réglementaires les régissant ; __Porte à la connaissance des autorités de tutelle (Ministère des Finances et CDVM) les manquements relevés ; __Représente la profession à l·égard des pouvoirs publics et de tout organisme national ou étranger ; __Etudie les questions intéressant l·exercice de la profession, notamment l·amélioration des techniques boursières, la création de services communs, l·introduction de nouvelles technologies, la formation du personnel et les relations avec les représentants des employés. L·APSB a aussi un statut consultatif privilégié auprès des autorités du marché, notamment le Ministère des Finances et le CDVM, pour tout ce qui concerne le respect de la déontologie, l·harmonisation des procédures boursières, l·introduction de nouveaux métiers et techniques et l·amélioration du fonctionnement du marché . B. La banque centrale (Bank Al Maghreb) : La banque centrale du Royaume du Maroc, dénommée "Bank AlMaghreb", est un établissement public doté de la personnalité morale et de

Rapport de stage

BMCI Bourse

l·autonomie financière. Elle a été créée en 1959 en substitution à l·ancienne "Banque d·Etat du Maroc" . Ses principales missions sont : __Exercer le privilège d'émission ; __Veiller à la stabilité de la monnaie et à sa convertibilité ; __Développer le marché monétaire en relation avec la stabilité de la monnaie et assurer sa régulation ; __Gérer les réserves publiques de change ; __S'assurer du bon fonctionnement du système bancaire ; __Assurer le rôle de banquier et d'agent financier du Trésor ; __Etablir les statistiques sur la monnaie et le crédit. Pour son rôle dans le marché boursier, Bank Al Maghreb s·occupe de la gestion des comptes courants espèces des intermédiaires financiers habilités (établissements dépositaires, sociétés de bourse, OPCVM«etc.). Elle s·occupe aussi de la gestion des flux espèces issus des opérations de bourse. C. Les établissements collecteurs - dépositaires : Il s·agit principalement des établissements bancaires. Les banques jouent un rôle actif dans la collecte des ordres de leur clientèle grâce à l·expérience de leur service des titres mais aussi à l·importance de leur réseau réparti à travers tout le territoire national. Les établissements bancaires ont assuré également et depuis longtemps, le rôle de dépositaire et de conservateur des titres. Un protocole de place signé entre la SBVC, l·APSB et le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) a défini les différents acteurs du marché boursier en réglementant leurs relations tout en précisant les modalités techniques relatives à leurs opérations. D. La clientèle : La clientèle agissant sur le marché boursier peut être classifiée en quatre catégories : __Les institutionnels : généralement les compagnies d·assurances et de réassurances, les caisses de retraites, les fonds de pension«etc. ;

Rapport de stage

BMCI Bourse

__Les Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières (OPCVM) : généralement, ce sont les SICAV (Société d·Investissement à Capital Variable) et les FCP (Fonds Commun de Placement) ; __Les personnes physiques ; __Les personnes morales. Cette clientèle agit sur le marché soit : __Directement, en passant ses ordres à travers une société de bourse ; __Indirectement, par l·entremise d·un réseau collecteur d·ordres (établissements collecteurs - dépositaires). Nous pouvons récapituler les relations entre les différents intervenants du marché boursier marocain à travers le schéma suivant : Schéma 1 :Relations entre les différents intervenants du marché boursier marocain

Clientèle : -Institutionnels OPCVM Personnes Physiques Personnes Morales Établissements Dépositaires CDVM

APSB

Sociétés de Bourse

SBVC Marché

MAROCLE AR

BANK AL MAGHRIB

Rapport de stage

BMCI Bourse

III : La société de bourse : noyau du marché
Les sociétés de bourse exercent le monopole de l·intermédiation boursière,c·est à dire que toute opération d·achat ou de vente de valeurs mobilières cotées à la Bourse de Casablanca doit obligatoirement transiter par une Société de Bourse. Les sociétés de bourse sont de deux catégories : __Les sociétés de bourse dépositaires : qui font office en même temps de société de bourse qui s·occupe de l·intermédiation pure et d·établissement dépositaire de titres et collecteur d·ordres ; __Les sociétés de bourse intermédiaires : qui s·occupent exclusivement de l·intermédiation boursière. Et c·est dans ce dernier type de sociétés de bourse ou j·ai eu l·occasion de passer mon stage A l·instar des sociétés de courtage ou de bourse étrangères, l·organisation des sociétés de bourse marocaines peut être subdivisée en cinq fonctions principales (ou cellules) plus ou moins étoffées selon l·importance des sociétés. 1. Cellule Analyse et Recherche : Le rôle de cette entité est d·étudier l·évolution du marché de fournir au Front Office et à la clientèle ses évaluations sur les sociétés cotées. A ce titre, elle est appelée à : __Effectuer des analyses techniques concernant l·évolution à terme du cours des valeurs cotées ; __Effectuer des analyses fondamentales plus approfondies des valeurs. En plus de ces deux principales missions, les analystes peuvent conseiller la clientèle sur les choix d·investissement ou de désinvestissement à effectuer en valeurs mobilières en fonction de l·évolution prévisionnelle des cours. 2. Cellule Front Office : Le Front Office est composé principalement de commerciaux : conseillers, démarcheurs, traders et gestionnaires de portefeuille de valeurs mobilières. Cette cellule comprend souvent le directeur même de la société de bourse

Rapport de stage

BMCI Bourse

et se charge généralement, en plus de son activité de démarchage, des relations de la sociétés avec la SBVC, l·APSB et le CDVM. Parmi les missions attribuées à la cellule Front Office, on peut citer 2: __La constitution des fichiers prospects ; __La gestion de la relation avec les prospects ; __La réception des ordres clientèle et leur transmission au négociateur pour exécution sur le marché ; __Le conseil et le démarchage de la clientèle ; __L·entretien des relations avec le réseau d·exploitation des agences bancaires ; __L·entretien des relations avec les autres sociétés de bourse ; __Le développement des contacts avec les institutionnels tant marocains qu·étrangers ; __La participation aux négociations de blocs en contactant la clientèle et le Front Office des autres sociétés de bourse. 3. Cellule Négociation : La cellule négociation est le prolongement organisationnel de la cellule Front Office. C·est l·interlocuteur du Front Office sur le marché. Cette cellule est composée de négociateurs dûment habilités par la SBVC, après une formation spécifique assurée par cette dernière, pour agir sur le marché afin d·acquérir et céder des valeurs mobilières cotées. Ces principales missions sont : __Veiller à l·exécution des ordres de la clientèle dans le respect de la réglementation en vigueur ; __Informer les commerciaux et les analystes de la situation du marché ; __Participer aux négociations des blocs en contactant les autres négociateurs de la place ; __S·assurer de la pertinence des données saisies sur le système électronique de négociation.

4. Cellule Back Office :

Rapport de stage

BMCI Bourse

Le Back Office se trouve au c ur même du circuit de dénouement des opérations de bourse. Il s·occupe entre autres : __Du traitement administratif des opérations de bourse ; __Du suivi du dénouement des opérations et de celles en suspens ; __De la gestion des relations avec les établissements dépositaires, les sociétés de bourse contrepartie, le CDVM, la SBVC et MAROCLEAR. 5. Cellule Middle Office (Contrôle Interne) : Cette fonction doit avoir un niveau hiérarchique qui lui garantit son indépendance par rapport aux autres fonctions opérationnelles de la société de bourse. Le Middle Office assure cinq missions principales: __Le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur : il établit un recueil de l·ensemble de la réglementation en vigueur, veille sur sa mise à jour et en assure la diffusion auprès du personnel et des dirigeants de la société de bourse. __La formalisation des procédures de la société : le Middle Office s·assure que la société dispose d·un manuel de procédures, tient à jour ces procédures et en assure la diffusion auprès du personnel et des dirigeants. Il procède aussi aux contrôles nécessaires afin de s·assurer du respect des procédures par la société, ses dirigeants et son personnel. __La déontologie : en tant que responsable de la déontologie, le Middle Office est l·interlocuteur du personnel et des dirigeants de la société en la matière. Il organise au sein de la société, au moins deux fois par an, des séances de sensibilisation aux règles déontologiques. __La sécurité informatique : le Middle Office veille à la sécurité informatique et s·assure que la société dispose d·un système de protection permanent des accès informatiques et que les procédures de sauvegarde des informations sont périodiquement testées. __Le traitement des réclamations de la clientèle : Le contrôleur interne s·assure que la société donne suite aux réclamations de la clientèle avec diligence. En plus de ces missions, le Middle Office s·occupe du reporting concernant les états réglementaires vis-à-vis du CDVM (états quotidiens, mensuels, trimestriels, semestriels et annuels).

Rapport de stage

BMCI Bourse

Le schéma suivant récapitule l·ensemble des relations entres les fonctions de la société de bourse et les intervenants du marché. Schéma 2 :Relations entre les différentes fonctions au sein des sociétés de bourse par rapport aux intervenants du marché
ANALYSE & RECHERCH ES

CDVM

CLIENTS

MIDDLE OFFICE

FRONT OFFICE

Sociétés de Bourse

BACK OFFICE

NEGOCIATIO N

SBVC Marché

Établissements Dépositaires

BANK AL MAGHRIB

MAROCLEAR

Commentaires :

Rapport de stage

BMCI Bourse

1 : les clients transmettent les ordres de bourse soit directement au Front Office, soit à travers un carnet d·ordres émis par un établissement dépositaire. 2 : les ordres sont transmis au négociateur au fur et à mesure de leur réception. 3 : pour certains types d·ordres, le Front Office est amené à négocier les transactions avec des sociétés de bourse cons urs. 4 : le négociateur introduit les ordres reçu sur le système de cotation électronique. 5 : après la séance de bourse, le Front Office transmet l·ensemble des ordres reçus (directement ou par carnet) au Back Office qui s·occupe de la saisie des ordres directs sur le système de traitement administratif et du contrôle de la validité des ordres provenant du carnet d·ordres des établissements collecteurs. 6 : en parallèle, le Back Office reçoit les fichiers concernant les exécutions des ordres pour la société de bourse, les transactions du marché dans sa globalité, les cours de cotation des valeurs ainsi que d·autres fichiers. 7 : le Middle Office, quant à lui, contrôle l·ensemble de la chaîne de traitement depuis l·ordre jusqu·au dénouement de l·opération. Il contrôle aussi bien le Front Office que le Back Office. 8 : le Back Office, outre sa mission de traitement administratif des opérations de bourse, s·occupe de la relation avec les établissements dépositaires, BANK AL MAGHRIB et MAROCLEAR. 9 : le Middle Office s·occupe des reporting administratifs et réglementaires au CDVM. 10 : la cellule analyse et recherche s·occupe du conseil de la clientèle et du Front Office sur les valeurs et le marché en général. Parmi toutes ces fonctions, le back office ainsi que le middle office constituent la plaque tournante du dénouement des opérations de bourse.

Rapport de stage

BMCI Bourse

2EME PARTIE : L·OPERATION DE BOURSE: L·ART DU DENOUEMENT
Dans cette seconde partie, on définira la relation liant les sociétés de bourse à sa clientèle ainsi que l·ordre comme étant un outil d·initiation des opérations de bourse, et on essaiera de traiter les principales étapes caractérisant l·opération de bourse, aussi bien au niveau du Front Office, que Back et Middle Office. Ensuite, on abordera le système de garantie de bonne fin des opérations de bourse en portant un regard critique sur ses avantages et ses limites, en proposant quelques améliorations organisationnelles et techniques pouvant participer à son développement.

I : De l¶ordre à la transaction : volet Front Office
1.Relation Clients ² Société de Bourse : Préalablement à la réalisation d·une opération de bourse pour le compte d·un nouveau client, la société de bourse, à travers le Front Office, vérifie l·identité de ce dernier. __Pour les clients, personnes physiques, le Front Office s·assure de la capacité juridique et la qualité requise pour effectuer l·opération envisagée ; __Pour les clients, personnes morales, le Front Office vérifie que le représentant de cette entité justifie de la capacité à agir, soit en sa qualité de représentant légal, soit au titre d·un mandat dont il bénéficie. Dans les deux cas, le Front Office demande la production de tout document lui permettant de vérifier l·habilitation ou la désignation du représentant. Le Front Office doit obtenir auprès de son client les informations lui permettant d·apprécier la compétence de ce dernier quant à la connaissance des opérations de bourse et des risques que ces opérations peuvent comporter. Cette appréciation tient compte de la situation financière du client, de son expérience en matière d·investissement et de la concordance entre ses objectifs d·investissement et la nature des opérations demandées. A ce titre, le Front Office informe le client des caractéristiques des valeurs

Rapport de stage

BMCI Bourse

susceptibles d·être traitées et des risques particuliers qu·elles peuvent comporter. Cette information doit être adaptée en fonction de l·appréciation de la compétence du client. Pour réaliser ces opérations de bourse, la société de bourse doit : __Signer avec le client une convention d·intermédiation .Toute convention d·intermédiation passée avec un client, doit obtenir l·approbation préalable du directeur général de la société de bourse ; __Constituer un dossier par client : ce dernier comporte toutes les informations et les documents nécessaires pour la connaissance du client. 2. Modalité de traitement des ordres de bourse : A. La transmission des ordres de bourse La transmission d·un ordre de bourse peut se faire soit : y Directement auprès de la société de bourse dans le cadre de la convention d·intermédiation signée avec le client ; y Indirectement auprès d·un collecteur d·ordres (établissement bancaire généralement) qui se chargera de le transmettre à la société de bourse. B. Le support des ordres : Les ordres de bourse peuvent être transmis par tous moyens à la convenance du client et de la société de bourse ou du collecteur d·ordres, notamment par lettre, téléphone ou télécopie. Généralement : __Pour les clients directs, les ordres sont reçus par téléphone. Ces ordres reçus sont systématiquement enregistrés, ce qui fait preuve en cas de litige. Parfois, la société de bourse peut demander au client une confirmation écrite de son ordre ; __Pour les autres clients, le collecteur d·ordres transmet un carnet, sous forme de fichier formaté, à la société de bourse (filiale) ou bien un carnet sous forme de listing papier. La société de bourse a la faculté d·exiger, à tout moment, la transmission d·ordres par écrit ou la confirmation écrite d·un ordre reçu par tout autre moyen.

Rapport de stage

BMCI Bourse

C. Le contenu d·un ordre de bourse : Tout ordre, quel qu·en soit le support, doit contenir les mentions suivantes : y Mentions obligatoires : __Le nom ou la raison sociale du client ; __La valeur sur laquelle porte la négociation ; __Le sens de l'opération (achat ou vente) ; __La quantité de titres ; __Le prix (prix du marché ou prix fixé) ; __La date de l·ordre. y Mentions facultatives : __Le numéro de compte titres et/ou espèces du client ainsi que les références de son dépositaire ; __La dénomination du marché : A défaut de préciser la dénomination du marché sur l·ordre, celui-ci sera exécuté sur le marché central, sauf disposition conventionnelle contraire ; __La durée de validité de l·ordre : A défaut de préciser la durée de validité de l·ordre, celui-ci est réputé valable 30 jours calendaires, à compter de la date de transmission dudit ordre à la Bourse des valeurs ; __Le prix d·acquisition des titres, dans le cas des ordres de cession. Sur instruction du client, la société de bourse a la possibilité d·exécuter un ordre à son entière discrétion : c'est-à-dire qu·elle procède à la fragmentation de la quantité ordonnée ou à la fixation des limites de prix pour chaque fragment d·ordre. L·ordre doit contenir la mention complémentaire suivante : ordre à exécuter à la discrétion de la société de bourse ». D. Cheminement des ordres Le schéma suivant expliquera le cheminement des ordres de bourse depuis l·entrée en relation avec le client jusqu·à l·exécution de l·ordre de bourse sur le marché.

Rapport de stage

BMCI Bourse

Schéma 3 : Circuit de traitement des ordres de bourse

Établissements Collecteurs d·Ordres

CLIENTS DIRECTS

ANALYSE & RECHERCHE

MIDDLE OFFICE

FRONT OFFICE

Sociétés de Bourse

NEGOCIATIO N

SBVC Marché

Commentaires : 1 : Immédiatement après la réception d·un ordre téléphonique, le Front Office procède à l·établissement d·une fiche d·ordre globale et ce, quelle que soit la catégorie du donneur d·ordres. Cette fiche d·ordre doit être horodatée dès son établissement par le Front Office. Le Middle Office, quant à lui, contrôle aussi bien la validité des informations figurant dans l·ordre que la situation du compte titre (en cas d·ordre de vente) ou espèce ( en cas d·ordre d·achat). 2 : Lorsqu·il s·agit du carnet d·ordres d·un collecteur d·ordres, le Middle Office doit l'horodater dès sa réception au même titre que n·importe quel ordre reçu. Ici deux cas se présentent : Pour les ordres remarquables relevant de montant très important, le Middle

Rapport de stage

BMCI Bourse

Office transmet l·ordre au Front Office qui se charge de contacter le client ou son chargé de compte pour s·enquérir de l·objectif de l·opération. Pour les ordres normaux, le Middle Office transmet le carnet d·ordres au négociateur pour passation sur le marché. 3 : Pour les clients directs, le Front Office les informe sur les valeurs en s·appuyant sur les analyses effectuées par la cellule analyses et recherche et négocie pour eux les opérations envisagées avec les autres sociétés de bourse de la place. 4 : Le Front Office transmet ensuite les ordres au négociateur pour passation sur le marché. 5 : Le négociateur, à son tour, présente les ordres avec diligence et de manière individuelle, en respectant scrupuleusement leur chronologie de réception, sur le système informatique du marché .Néanmoins, avant leur passation, le négociateur les enregistre sur une fiche d·ordres spécialement dédiée à cet effet qu·il horodate à chaque réception d·ordre.

II : De la transaction au dénouement: volet Middle et Back Office
Avant d·entamer la section relevant du traitement administratif des opérations de bourse, il serait judicieux de donner un aperçu général du système de garantie de bonne fin des opérations. 1. Système de dénouement des transactions de bourse : A. Principes et composantes du système : Le principe de base qui gouverne le système de dénouement des transactions est la simultanéité de la livraison des titres contre le règlement des espèces. Le dénouement des transactions se réalise par la livraison des titres contre le règlement des espèces de manière concomitante. Cette condition est couplée au respect d'un délai de place normalisé. Il s'agit de la durée qui sépare la date de la transaction de celle de son dénouement. Actuellement, elle est fixée à 3 jours de bourse ouvrables. Le système de Règlement / Livraison gravite autour de trois sous systèmes assurant trois fonctions principales : l'ajustement, la compensation et le dénouement.

Rapport de stage

BMCI Bourse

__La filière Ajustement : elle enregistre et contrôle les ajustements des transactions par les dépositaires sur la base des avis d'opéré produits par les sociétés de bourse à l'occasion de chaque exécution en bourse. Elle assure par la même occasion la préparation du dénouement. Les flux sortant de cette filière sont dénommés "flux SBI" (Sociétés de Bourse Intermédiaires). __La filière Bourse : elle assure le traitement des transactions initiées par les sociétés de bourse sur les marchés organisés par la Bourse de Casablanca. Les flux sortant de cette filière sont dénommés "flux ISB" (Inter - Sociétés de Bourse). __La filière Dénouement : elle assure simultanément la livraison des titres contre le règlement des espèces après vérification des provisions des intermédiaires. Elle est placée sous le contrôle de MAROCLEAR. B. Fonctionnalités de la filières ajustement (SBI) __Ajustement des avis d·opéré La fonction d'ajustement assure l'accord entre les dépositaires collecteurs d'ordres et les sociétés de bourse, négociateurs, sur chacun des termes des transactions à dénouer. Les informations faisant l'objet d'un ajustement sont matérialisées par un Avis d'Opéré (A/O). Un A/O reprend toutes les données nécessaires au dénouement de la transaction. Outre les caractéristiques de la transaction (quantité, cours, sens«) émanant directement du système de négociation, il est complété par d'autres références que seule la société de bourse peut renseigner (désignation du dépositaire, commission«).L'A/O prend la forme de fichier informatique formaté. A la réception d'un A/O émis par la société de bourse, le dépositaire contrôle les données et apporte sa réponse. En cas de refus, il retourne l'A/O avec le statut "refusé. Les A/O non répondus sont réputés acceptés d'office et sont présentés au dénouement le jour de dénouement théorique (j+3). C'est le traitement dit du "culot". __Filière de gré à gré Une sous-filière de gré à gré permet le rapprochement des A/O non ajustés dans les délais de place. Il convient alors de parler de système d'appariement.

Rapport de stage

BMCI Bourse

Chacune des parties concernées envoie à travers le système une instruction de livraison contre paiement, le système vérifie la concordance des informations relatives au règlement des espèces et à la livraison des titres, et provoque le "matching". Les instructions sont alors appariées et participent au dénouement. Le schéma ci-dessous illustre sommairement l'échange de flux dans la filière ajustement. Schéma 4 : Circuit des flux de la filière Ajustement (SBI)
Transactions Carnet d·Ordres

Bque Dépositaire

MAROCLEAR

Société de Bourse Traitement Administratif

J + 1 avant 10h Traitement Administratif A/O en attente d·ajustement

J + 1 avant 9h Génération A/O et routage vers MAROCLEAR

Refus des A/O et routage vers MAROCLEAR

J + 2 avant 16h A/O Refusés

J + 2 avant 18h

Régularisation des A/O refusés et envoi pour Appariement

J + 3 avant 15h

Appariement (LCP de gré à gré)

J + 3 avant 15h

Régularisation des A/O refusés et envoi pour Appariement

Rapport de stage

BMCI Bourse

Commentaires : La banque dépositaire reçoit les A/O en provenance des sociétés de bourse, par l'intermédiaire de MAROCLEAR et procède aux vérifications pertinentes: __Vérifier que les termes de la transaction sont conformes à l'ordre initial ; __Identifier les A/O non conformes et apposer le statut "refusé" ; __Router vers MAROCLEAR les A/O refusés. Les A/O refusés font l'objet d'un nouveau rapprochement entre les parties concernées afin de corriger d'éventuelles erreurs ou de régler un quelconque différend. Une fois le problème résolu, les A/O font l'objet d'appariement dans la filière de gré à gré. __La société de bourse instruit un A/O définitif retraçant les caractéristiques approuvées par les deux parties. Elle l'envoie ensuite à MAROCLEAR pour appariement ; __La banque dépositaire instruit un A/O définitif retraçant les caractéristiques approuvées par les deux parties. Elle l'envoie ensuite à MAROCLEAR pour appariement. MAROCLEAR extrait de ses bases les A/O ajustés ou appariés et prépare le dénouement. Tout A/O ajusté ou apparié et envoyé à MAROCLEAR devient une instruction irrévocable de livraison des titres contre paiement des espèces. Cette dernière est désignée par les initiales "LCP" (livraison contre paiement). C. Fonctionnalités de la filière bourse : La filière bourse produit en amont les flux qui se traduisent par des instructions de Règlement / Livraison. __La sphère de négociation La sphère de négociation assure la confrontation électronique des ordres de bourse à travers le système NSC (Nouveau Système de Cotation). Deux types d'organisations sont prévus en fonction du marché : y Sur le marché central, tous les ordres sont centralisés dans une et unique feuille de marché. L'affectation des transactions est gérée par le système sur la base de conditions préalablement définies (priorités

Rapport de stage

BMCI Bourse

cours, seuils de réservations«). La société de bourse ne choisit donc pas sa contrepartie. y Sur le marché de blocs, la confrontation des ordres s'effectue de manière bilatérale entre les contreparties désirant déclarer une transaction de blocs. Après l'accord des deux parties, et si les conditions réglementaires sont respectées (taille minimum de blocs, fourchette de cours autorisée«etc.), la transaction est enregistrée. C'est la société de bourse qui choisit donc sa contrepartie, raison pour laquelle le marché de blocs est un marché dit de gré à gré. __Le système de Compensation Le système de compensation est une composante essentielle de la filière bourse. Le traitement des opérations sous forme de flux compensés apporte deux grands avantages : la réduction considérable des flux à dénouer et la simplification du processus de dénouement. Cette compensation porte sur toutes les valeurs cotées uniquement sur le marché central. Le schéma suivant détermine le processus de compensation :

Schéma 5 : Processus de Compensation

Transactions

Positions

Mouvements

Compensation 1er niveau

Compensation 2ème niveau

Rapport de stage

BMCI Bourse

Commentaires : __La compensation de premier niveau : Le processus détermine pour chaque intermédiaire, à partir des transactions qu'il a réalisées sur le marché central, sa position nette titres et espèces par valeur. La position nette titres par valeur est la différence entre les titres achetés et vendus. La position nette espèce par valeur est la différence entre les montants d'espèces reçus et versés. __La compensation de deuxième niveau : Le processus assigne une ou plusieurs contreparties à chaque négociateur en fonction de ses positions nettes titres et espèces et en minimisant le nombre de flux à dénouer. Pour chaque valeur, le système va attribuer une ou plusieurs contreparties de règlement / livraison à chaque adhérent ayant une position nette titres ou espèces non nulle. On parle alors de mouvements ou de flux ISB. Tous les traitements postérieurs à la négociation dans la filière bourse se feront sur la base de ces flux ISB. Pour chaque mouvement issu d'une position nette le système attribue donc une ou plusieurs contreparties. Il est tout à fait possible que la société de bourse se retrouve face à une contrepartie, alors qu'elle n'a pas réalisé avec elle de transactions. Mais quel que soit le résultat du couplage des contreparties, il n'y a aucune incidence pour la société de bourse en ce qui concerne le dénouement, en raison de l'introduction du principe d'interposition systématique de la Bourse de Casablanca à travers le système de garantie. D. Principes de la filière dénouement : L'opération de dénouement des flux ISB est placée sous la responsabilité de MAROCLEAR. Elle consiste à imputer ligne à ligne les mouvements à dénouer suivant des cycles successifs. Deux principes sont à retenir : la simultanéité du règlement espèces et de la livraison des titres ; l'interposition du système de garantie entre les intermédiaires.

Rapport de stage

BMCI Bourse

__Le principe de simultanéité Il assure la concomitance entre la livraison des titres et le règlement des espèces.. Bien que les comptes espèces des affiliés soient gérés auprès de Bank Al-Maghreb, ce dernier communique à MAROCLEAR chaque jour les montants maximums à débiter, autorisés par chaque affilié. Lors des imputations le contrôle se fera sur la base de ces montants, appelés PONA (position nette acheteuse). Grâce à ce principe, les intermédiaires sont couverts contre le risque de crédit. __Le principe d'interposition Le principe d'interposition consiste à casser en deux tous les flux ISB et mettre le système de garantie en face des intermédiaires pour le dénouement des transactions. Le schéma suivant explique bien ce principe : Schéma 6 : Principe d·interposition du système de garantie
Mouvements Titres

SDB 1

SDB 2

SDB 1

Système de Garantie

SDB 3

SDB 1 SDB 1

SDB 7 SDB 8

Mouvements Espèces

Pour chaque mouvement à dénouer la société de bourse N livre les titres ou règle les espèces au système de garantie. Ce dernier relivre les titres ou reverse les espèces reçus à l'autre partie. Dans le cas où un mouvement tomberait en suspens, le mouvement complémentaire tombe lui aussi en suspens. La Bourse de Casablanca

Rapport de stage

BMCI Bourse

engage alors une procédure de résolution du défaut face au défaillant, pour que la partie lésée reçoit les titres ou/et les espèces qu'elle attend dans les meilleures conditions. __Echanges de flux d'information Les sociétés de bourse sont informées des mouvements ISB à dénouer. Il faut noter que les flux ISB ne nécessitent aucun ajustement ni confirmation de la part des sociétés de bourse. Ils seront automatiquement présentés au dénouement le jour de dénouement théorique, au même titre que les flux SBI. En règle générale si tous les flux SBI (transactions ajustées entre société de bourse et dépositaire) sont dénoués, les mouvements ISB le seront aussi. Schéma 7 : Circuit des flux à dénouer
Envoi des transactions en J pour ajustement + Envoi des mouvements en J pour Information

Société De Bourse

Établissemen t Dépositaire

Bourse de Casablanca

SBI

SBI

ISB AJUSTEMENT

SBI

MAROCLEAR (Dénouement)

2. Traitement administratif des opérations de bourse : Suite à l·exécution des ordres de la clientèle sur le marché, tout un circuit de traitement administratif est entamé tant au niveau du Back Office que du Middle Office.

Rapport de stage

BMCI Bourse

A. Traitements effectués par le Back Office : Au niveau de BMCI BOURSE, le traitement administratif des opérations de bourse est effectué sur le logiciel "BFI" (Banque et Finance Internationale). Ce dernier répond largement au besoin du marché boursier marocain ainsi qu·aux spécifications réglementaires. Le schéma suivant illustre d·une manière synthétique le traitement administratif des opérations de bourse initiées par la clientèle. Schéma 8 : Circuit de contrôle administratif des opérations de bourse
FRONT OFFICE BACK OFFICE

SBVC Marché

Système BFI Saisie des Ordres Directs + Intégration des Ordres Édition des Ordres Affectation des contrats aux ordres des clients Édition des Contrats Intégration de la Physionomie des Transactions reçue de

Affectation des ordres aux comptes des clients

Édition des Affectations

Édition des avis de confirmation d·exécution

Génération des instructions pour le dénouement Génération des AVIS D OPERE pour Édition des Avis d·Opéré

Commentaires Clients :

MAROCLEAR

Rapport de stage

BMCI Bourse

1 : Tout d·abord, le Back Office récupère les ordres reçus directement par le Front Office sur les fiches d·ordres 2 : Ensuite, le Back Office reçoit les avis d'exécution des transactions que la société de bourse a réalisées sur le marché, via le système électronique de cotation. 3 :Après,on a le traitement administratif des opérations de bourse sur le système "BFI" 4 : Pour terminer avec l·envoi du "fichier des avis d·opéré" qui est effectué par le Back Office via le logiciel de transfert de fichier "CFT" (logiciel standard utilisé par tous les intervenants en relation avec MAROCLEAR) et après contrôle du Middle Office. B. Contrôles effectués par le Middle Office : Le contrôle du traitement des opérations de bourse est une étape indispensable du dénouement des opérations : c·est sur ce contrôle que repose le dénouement ou le suspens des opérations. Ce contrôle suit le même cheminement que le traitement administratif effectué par le Back Office. Il s·agit aussi bien d·un contrôle de forme que de fond pour valider les opérations C. Le suivi des documents relatifs au dénouement : Afin de dénouer les opérations de bourse initiées en J par la clientèle des sociétés de bourse, MAROCLEAR traite, au niveau de la filière dénouement, les opérations et envoie aussi bien aux sociétés de bourse qu·aux dépositaires des documents (sous format de fichiers formatés) comptables. Ces documents sont de deux types : des documents prévisionnels et des documents réels. __Les documents prévisionnels : Le seul document prévisionnel envoyé par MAROCLEAR à ses affiliés concerne la matrice prévisionnelle de règlement / livraison. C·est un fichier, envoyé 24 heures avant le dénouement, qui reprend tous les mouvements aussi bien SBI que ISB qui doivent être dénoués. Il renseigne essentiellement sur l·alimentation du compte PONA (instrument de contrôle des provisions espèces auprès de Bank Al-Maghrib et qui permet de garantir l·irrévocabilité des dénouements) : c'est-à-dire qu·il

Rapport de stage

BMCI Bourse

donne la situation du compte PONA chez Bank Al-Maghrib et informe si la société de bourse doit ou non constituer une provision espèce sur son compte. __Les documents réels : Ces documents sont générés par MAROCLEAR suite aux traitements comptables survenus le jour du dénouement. La société de bourse reçoit quotidiennement trois documents : __Le Relevé Comptable Quotidien : Il retrace les écritures comptables titres effectivement enregistrées sur les comptes titres de la société de bourse ouverts auprès de MAROCLEAR au cours d·une journée comptable donnée ainsi que les soldes qui en résultent. __Le Relevé des Mouvements Quotidien : A la différence du relevé comptable quotidien qui ne retrace que les écritures comptables titres effectivement comptabilisées au cours d·une journée comptable donnée, le relevé des mouvements reflète, par valeur, l·ensemble des mouvements concernant la société de bourse, y compris ceux dont la date de dénouement est atteinte mais n·ayant pas pu être comptabilisés (dénoués) pour diverses raisons : suspens titres ou espèces, défaut de livraison«etc. __Le Relevé des Espèces Quotidien : Ce document, quant à lui, ne reflète pas les mouvements titres mais seulement les écritures de débit et de crédit des espèces sur le compte espèces de la société de bourse ouvert chez Bank Al-Maghrib. Le schéma suivant récapitule le circuit de transfert des documents comptables et de la matrice prévisionnelle de règlement / livraison vers les société de bourse ainsi qu·aux établissements dépositaires :

Schéma 10 : Circuit d·échange de fichiers comptables titres

Rapport de stage

BMCI Bourse

AJUSTEMENT Filière Ajustement + Filière Appariement Matrice prévisionnelle de Règlement / Livraison J + 3 avant 9h J + 3 avant 17h MAROCLEAR Dénouement + Traitement Comptable

Envoi des Documents Comptables

J + 3 avant 18h

Société De Bourse

Établissement Dépositaire

Pour ce qui est du dénouement des opérations au niveau de BMCI BOURSE, il est effectué en deux étapes : le dénouement proprement dit et le contrôle du dénouement et de la comptabilité titres. __Le dénouement proprement dit : Le schéma suivant expose le circuit de dénouement des opérations par le Back office.

Schéma 11 : Circuit de dénouement des opérations de bourse

Rapport de stage

BMCI Bourse

MAROCLEAR

Réception des Documents Comptables Titres BACK OFFICE

Système BFI Intégration du Relevé Comptable Quotidien Édition des Transactions à dénouer

Marquage des
Dénouement des contrats Édition des Transactions en suspens

Commentaires : A la réception des documents comptables de MAROCLEAR, le Back Office intègre le relevé comptable quotidien sur BFI »et édite ainsi les transactions à dénouer. Ensuite, le Back office marque tous les contrats qui tombent le jour de dénouement ; cette opération consiste, à partir des instructions générées lors du traitement effectué le jour de négociation, à valider toutes les opérations arrivant à échéance de dénouement, cette validation modifie les contrats en bourse du statut suspens non dénoué » au statut de suspens à dénouer » . Enfin, à partir de l·édition du relevé comptable quotidien, le Back Office dénoue les opérations : c'est-à-dire valider les opérations, sur instructions de MAROCLEAR, et les transformer de suspens à dénouer » au statut opération dénouée » . A l·issue de cette étape, le Back office édite les transactions éventuellement en suspens. __Le contrôle du dénouement et de la comptabilité titres :

Rapport de stage

BMCI Bourse

Cette étape est très importante pour la conformité du dénouement des opérations de bourse. Le schéma ci-dessous récapitule les différents contrôles effectués par le Middle Office. Schéma 12 : Circuit de contrôle du dénouement des opérations de bourse
MIDDLE OFFICE

Système BFI Contrôle des Mouvements à dénouer Base : Édition des Transactions à dénouer

Contrôle des Mouvements en suspens

Base : Édition des Transactions en suspens

Contrôle des écritures comptables titres enregistrés

Base : Édition de la Balance ² Journal Grand livre (comptable)

Commentaires : Il s·agit, pour le Middle Office de deux opérations complémentaires et indépendantes de contrôle : __Le premier contrôle concerne les mouvements à dénouer et en suspens ; à partir du relevé comptable quotidien édité le jour du dénouement et des transactions (SBI et ISB) éditées le jour de négociation, le Middle Office procède au pointage des deux bases de contrôle et ensuite dégage les mouvements non rapprochés ; ces derniers constituent des opérations en suspens. __Le second contrôle consiste à vérifier la comptabilité titres générée lors

Rapport de stage

BMCI Bourse

du traitement des opérations : cette étape consiste, pour le Middle Office à rapprocher, sur la base du grand livre, du journal comptable et de la balance titres, les écritures comptables ainsi que les soldes titres par valeurs ou par contrepartie correspondantes. Ces soldes doivent être nuls, par valeur et par contrepartie, sinon le Middle office se trouve en face d·un suspens titres. D. La gestion des risques et des suspens sur les opérations de bourse : L'intervention sur le marché boursier d'une société de bourse est génératrice de risques. Ces derniers peuvent être de natures différentes mais ils se manifestent toujours par la défaillance d'un intermédiaire. Eviter les risques, c'est éviter qu'une défaillance survenue à l'un des intermédiaires ne se répercute sur ses contreparties, et de là sur le restant des intermédiaires. L'impact d'une défaillance sur la contrepartie est d'autant plus important s'il existe un décalage temporel entre le règlement et la livraison. C'est ce qu'on appelle le risque de contrepartie. Le nouveau dispositif de R/L basé sur la simultanéité du règlement et de la livraison, annule ce risque. Toutefois, le principe de simultanéité ne neutralise pas tous les risques. En effet, la défaillance d'un intermédiaire n'est pas exclue. La contrepartie subit alors le risque de ne pas être livrée ou réglée dans les conditions prévues initialement. C'est le risque de crédit. Il disparaît avec la mise en place de mécanismes de garantie de bonne fin des opérations assurant à la partie victime un dénouement de l'opération dans un délai normalisé et sans préjudice. Le système de garantie prend en charge l'organisation et l'administration de la résolution des défauts titres et/ou espèces dans le cas d'une défaillance. Il procède au rachat ou à la revente des positions en suspens afin de pouvoir se procurer les titres ou les espèces que la contrepartie victime n'a pas reçus dans le délai normal. Or, ces interventions sont soumises aux conditions de marché, non connues à priori. C'est le risque de marché. Il est lié à l'évolution défavorable des prix entre le moment de la négociation et le moment de dénouement. Il se décompose en deux risques: Le risque de négociation est lié à l'évolution défavorable de la valeur des mouvements à dénouer entre le jour de négociation et le jour de dénouement effectif. A la fin de chaque séance de bourse, il est possible

Rapport de stage

BMCI Bourse

d'estimer correctement le décalage de cours qui serait supporté dans le cas d'un dénouement par une procédure de rachat ou de revente, compte tenu de l'évolution des cours. Le risque de liquidation est lié à l'incertitude quant aux écarts de cours susceptibles d'intervenir entre le moment où la défaillance d'un adhérent est constatée et le moment où le rachat (ou revente) est effectué. En outre, le rachat (ou la revente) pourra lui-même décaler les cours si la position à liquider est importante. Pour se couvrir contre le risque de défaillance partielle ou totale d'un adhérent, le système de garantie appelle des dépôts de garantie. Ils servent à couvrir les pertes pouvant résulter de la liquidation des positions de l'adhérent défaillant.

III : Le système de garantie : analyse critique
1. Avantages et limites du système : Comme tout système nouvellement mis en place, le système de dénouement des opérations de bourse possède des avantages mais aussi des limites que je n·essayerai pas de recenser mais seulement d·énumérer les principaux. A. Les avantages apportés par le nouveau système : L·avantage principal du nouveau système de garantie de bonne fin des opérations de bourse est qu·il apporte aux sociétés de bourse l'assurance que les mouvements issus des transactions qu'elles ont réalisées sur le marché seront dénoués quelque soit la situation de leurs contreparties, et ce, dans un délai qui ne peut excéder un nombre de jours maximum préalablement défini. C·est pour cette raison que le système de garantie a mis en place les moyens nécessaires pour résoudre les défauts titres ou espèces sans porter préjudice à la partie victime du suspens. D·autres avantages sont à mettre à l·actif du nouveau système : ce sont essentiellement des avantages d·optimisation de risques liés au transactions de bourse. Aussi, on peut citer des avantages techniques et organisationnels considérables notamment :

Rapport de stage

BMCI Bourse

__Une standardisation et une informatisation des échanges de fichiers (de même format) entre les différents intervenants du marché au lieu des échanges manuels des documents et la lenteur des procédures de traitement des opérations dans l·ancien système ; __Un quasi alignement des procédures de traitement administratif des opérations de bourse au sein des sociétés de bourse, __Une meilleure gestion des risques dans la relation entre les sociétés de bourse et leur clientèle à travers une sélection plus pointue du portefeuille des clients ; __Une synergie entre les établissements dépositaires et les sociétés de bourse dans la validation des opérations de bourse traitées B. Les contraintes dégagées par la mise en place du système : Parmi les contraintes de la mise en place du nouveau système de garantie de bonne fin des opérations, on peut énumérer trois types : __Contraintes liées à la relation clientèle : ces contraintes sont dues essentiellement à la réticence des sociétés de bourse à passer des opérations de bourse avec n·importe quelle relation sans évaluer les risques encourus avec cette dernière.; __Contraintes liées aux établissements dépositaires : pour une meilleure gestion des flux de titres et espèces dégagées par les opérations de bourse, les établissements dépositaires se dirigent de plus en plus vers la délégation des opérations de bourse de leur réseau collecteur d·ordres à leur sociétés de bourse filiales ; __Contraintes liées aux sociétés de bourse elle-même : la mise en place du nouveau système a engendré beaucoup plus de fonctions et de tâches (suivi des comptabilités titres, suivi des mouvements ISB, suivi des dénouements, suivi des comptes Bank Al-Maghrib, suivi des suspens, suivi des séances de rachat et de revente«etc.) pour les sociétés de bourse qu·auparavant. 2. Développement du système : Afin de développer le système de garantie de bonne fin des opérations de bourse et de l·optimiser, on peut citer deux types d·améliorations à apporter : des améliorations organisationnelles et des améliorations techniques.

Rapport de stage

BMCI Bourse

A. Les améliorations organisationnelles : Les améliorations organisationnelles concernent essentiellement : __D·une part, l·uniformisation des procédures de traitement administratif des opérations de bourse essentiellement au sein des sociétés de bourse :; __D·autre part, il s·agira de vulgariser et de sensibiliser aussi bien les fonctions de Front office des sociétés de bourse que les clients boursicoteurs sur le nouveau système de garantie afin de les mobiliser contre tout suspens de dénouement et ainsi améliorer la fluidité et la rapidité des circuits de traitement B. Les améliorations techniques : Les améliorations techniques concernent aussi bien le volet informatisation que le volet d·information : __Au niveau des développements informatiques à mettre en place : un logiciel uniforme et standard pour toutes les sociétés de bourse pour le traitement administratif des opérations de bourse. __Au niveau du système d·information, il serait judicieux de soulever deux points importants : le premier concernant les informations de marché, celles-ci, étant disponibles. C·est aux sociétés de bourse de les exploiter afin d·améliorer leur système d·information et surtout de communication et de marketing vis-à-vis de leur clientèle. Le second point concerne, quant à lui, la gestion des risques dans la relation avec la clientèle. Sur ce point, il faudrait que les sociétés de bourse, les établissements dépositaires ainsi que le CDVM, communiquent sur les clients à risques ou insolvables en mettant en place un service commun de gestion des risques clientèle, qui pourrait être logé au sein de l·APSB ou au CDVM.

Rapport de stage

BMCI Bourse

Conclusion générale
L'activité de marché est imprégnée de risques pour les sociétés de bourse qui y participent. Les reformes que connaît le marché boursier marocain mettent fortement l'accent sur sa sécurité, car la qualité d'une place se mesure, notamment, par le niveau de sécurité qu'elle apporte à ses intervenants. Toutes les composantes du nouveau dispositif mis en place contribuent à assurer que les opérations initiées sur le marché seraient dénouées dans des conditions optimales en maîtrisant les risques inhérents à l'activité de marché. A cet effet, la Bourse de Casablanca a mis en place le système de garantie de bonne fin des opérations. Celui-ci apporte aux sociétés de bourse la garantie de dénouement . Reste à savoir si, la modernisation de la bourse et les améliorations éventuelles vont réussir à relancer le développement du marché boursier marocain et attirer de nouveaux capitaux étrangers à investir en bourse : telle est l·énigme de l·inconnu que seule l·échelle du temps pourra résoudre !

Bibliographie

Rapport de stage

BMCI Bourse 

Ouvrages et revues :

j Guide de la Bourse au Maroc - édition HEADLINE 1998. j Guide du Système de Garantie de Bonne Fin des Opérations ² SBVC j Les nouveaux marchés des capitaux au Maroc ² BERRADA Mohamed Azzedine ²Edition SECEA 1998. 

Sites Internet :

http://www.financiere-valcourt.com/bourse_histoire.html http://www.bourse.be/pb/pbc/pbcc/frbcc01.htm http://www.casablanca-bourse.com http://www.apsb.org.ma/Presentation.htm http://www.bkam.gov.ma/francais/menu/anex.asp

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->