P. 1
CROYANCE

CROYANCE

|Views: 14|Likes:
Publié parAdrien de Biron

More info:

Published by: Adrien de Biron on Feb 29, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/28/2014

pdf

text

original

APRES LE DECLIN DE LA CROYANCE

Ce déclin a généré un désarroi. Déclin est à entendre ici dans son sens le plus large, non pas seulement au sens religieux. On a parlé de déclin jusqu¶à la fin des 60s. On passerait alors dans des sociétés post-modernes. » Cela renvoie au siècle précédents (19e s) au diagnostic de Nietzsche (1844-1900) « Dieu est mort » en particulier l¶article 125 du Gail savoir (1882). Il s¶exprimer par aphorisme/ Ce paragraphe présente la parabole du fou qui est à la recherche de Dieu et sui nous accuse tous d¶être assassins de Dieu. « Où est Dieu ? s¶écriait-il. Je vais vous le dire, nous l¶avons tué, vous et moi.Nous sommes tous des meurtriers. » Un siècle après « Dieu est mort » il semblerait que tout au contraire un sois disant déclin de la croyance, une foule de croyance irrationnelles ont investi la culture contemporaine : l¶astrologie, des religions et sectes de toutes natures. Désarroi résulte du fort déclin de la croyance à l¶époque de la postmodernité (Jean François Lyotard, pour désigner le brouillage voire la disparition de toute transcendance (un horizon indéfiniment éloigné de nous-même qui constituait, fondait jadis nos repères collectifs.) Notre désarroi présent résulte de ce que le déclin de la croyance aura fait surgir un cortège impressionnant de superstitions, de passions nationalistes et religieuses qui témoignent plus que jamais que l¶insondable crédibilité humaine. Responsable d¶un bric-à-brac moral et intellectuel dont parlait Lyotard Rapport sur le savoir (1779) En 2001, il y a une dans le monde intellectuel une controverse autour d¶une thèse de sociologie soutenue à l¶université de Paris Descartes, sous la présence de sociologues jouissant d¶un prestige important dont Serge Moscovici. (Thèse sur l¶astrologie) Le personne qui soutenant cette thèse est Elizabeth Tessier. ( astrologue, pour elle, l¶astrologie est une science légitime, au même titre que toute autre science.) I. PEUT-ON NE PAS CROIRE ?

Relations entre la croyance (et la foi) avec la réalité. Se baser sur une formule très célèbre de Paul Valéry qui ressemble à un cri de désarroi : « que serions-nous sans le secours de ce qui n¶existe pas ? Peu de choses. Et nos esprits biens inoccupés languiraient si les fables les méprisent, les abstractions, les croyances et les monstres, les hypothèses et les prétendus problèmes de la métaphysique ne peuplaient d¶êtres et d¶images sans objets nos profondeurs et ténèbres naturels.» Petite lettre sur les mythes. (1928) Variété Que serions ±nous si toutes ces balivernes n¶existaient pas ? Y compris les faux problèmes de la métaphysique. « Languir » : être dans un état de manque absolu. Notre préoccupation du moment, à savoir le déclin de la croyance, pourrait-nous laisser dans cet Etat de langueur, d¶abandon, voire d¶angoisse collective, puisqu¶il parle d¶un secours. Il appelle croyance « êtres et images sans objets. »

comme autant d¶illusion de superstitions et d¶imposture un certain nombre d¶idées religieuses. parce que sans lui nous sommes perdu. Copernic ) Cette rationalité scientifique et technique dénonce le combat des Lumières. premier sens le mal du pays ».         . le désordre dans les idées et les sentiments. mais également les idées métaphysiques (// voltaire ironisant sur les romans de Mr Descartes. politiques et morales que nous pouvons appelés des idées philosophiques. mais en même temps nous demeurons perdus. Nous avons cru parvenir à nous passer de nos croyances. l¶inanité.(2007) Jacques Bouveresse .Bouveresse est amené à développer un constat qui lui semble extrêmement préoccupant. à savoir que dans le monde actuel. elles sont HUMBLES. et non ses humbles vérités qui hypnotisent. Il y a en philosophie des vérités. La nostalgie= NOSTOS = ALGOS + Mot inventé par les médecins. Mais ces vérités n¶intéressent personne. nous ne sommes plus rien ou plus grand-chose sans elles : ces croyances auxquelles nous avons renoncé continues de nous aider à vivre. désorientés. et à nous orienter. mais nous continuons de l¶imaginer ce pays imaginaire parce qu¶il constitue un secours. Sous l¶effet de l¶émergence et du développement de la rationalité technique et scientifique de la Renaissance (Galilée. GOYA. de manière tangible. ce qui est fictif. ce qui est le faux et le fictif. Il va citer son collègue Peter Hacker  « Ce sont les illusions de la philosophie. P. Valéry : le déclin des croyances nous a laissé nostalgique d¶un certain monde. balivernes Ce même monde qui a pendant plusieurs siècles amorcé le déclin des croyances épouse profondément une nostalgie de ce qui n¶existe pas. admiration« En revanche.) Billevesées. d¶un univers dont nous avons découvert qu¶il n¶existait pas et donc nous souffrons du mal du pays. Le thème de l¶hypnose n¶est pas loin de la nostalgie. ont conservé beaucoup plus d¶emprise sur l¶esprit de la majorité des gens que la vérité. Non seulement biens sur les croyances religieuses. Disciple de Ludwig Wittgenstein (le philosophe le plus rationnel). Peut-on ne pas croire. Non seulement c¶est le cas de la plupart des hommes mais également de la plupart de ceux qui exercent le pouvoir intelligent. » Les Caprices. C¶est un monde qui d¶un côté a reconnu et dénoncer. ne permettent pas de gagner du prestige. illusions permettent de gagner du succès. Il associe 2 mots le faux » et le fictif ». de manière concrète et empirique. Ces idées sont représentatives de l¶inanité de ce qu¶il n¶existe pas. « Le sommeil de la raison engendre des monstres. Le désarroi . » La philosophie n¶est pas le lieu de la vérité mais le lieu de l¶illusion.1928. la désorientation. Nostalgie d¶un monde perdu. Paul Valéry dénonce (soit entre les 2GM) la contradiction de notre monde présent. La recherche de la vérité est le cadet des soucis de la plupart des gens. En somme les croyances d¶antan seraient les contes de fée.

de concepts. Le sens même de cette formule « peut-on ne pas croire ? » Selon le ton sur lequel on peut prononcer cette phrase. la crédulité. à partir des mêmes techniques. Les Hommes doivent adhérer au contrat sous peine de ne pas pouvoir exister socialement. Notre retrouvons quand même ici une croyance. commerciale s¶exerce également sur la politique et les médias. la politique et la religion. « Dieu est mort. La morale. Toute puissance de la publicité Vente d¶un produit (livre. guidée par une sorte d¶être transcendant. Il faudrait que nous nous habituions à admettre que la philosophie contient de nombreux conseils de sagesse. » La seule possibilité. constitué sur la toute-puissance d¶un souverain. La communauté humaine ne peut plus être orientée. . Là où il n¶y a plus de critères qui permet de déterminer clairement et rationnellement la validité d¶une connaissance tout et n¶importe quoi peut prendre place. La philosophie serait constituée d¶idées. non seulement les produits de consommation courante mais les idées sont effectivement proposées. la superstition. Hobbes : philosophie de l¶homme machine.) relève de la publicité..Un certain nombre de croyances dont nous savons incertains. politiques voire religieuses auxquelles nous accordons la plus grande importance dont nous sommes amenés en même temps à reconnaitre qu¶elles n¶ont aucune garanti sur le plan de la connaissance. On ne peut admettre quelle proposition comme équivalente à une autre. qui édicte la loi. L¶homme est un être rationnel : qui calcul là où est son intérêt. constituer un ordre et une sécurité sociaux. La toute puissance financière. L¶homme est-il capable de se défaire de ses croyances ? Implicitement : l¶homme peut-il échapper à l¶illusion.Peut-on vivre quand on ne croit plus ? nous sommes dans une époque où l¶on ne croit plus. est-il possible à une communauté humaine de vivre sans qu¶il y ait un minimum de croyance partagée ? un univers de croyance minimale qui oriente l¶existence. Nous avons l¶habitude de penser que la philosophie a acquis sa légitimité de ce qu¶elle peut nous prémunir contre l¶illusion et l¶erreur. On peut croire tout et n¶importe quoi si il n¶y a pas de rationalité cartésienne. illusions continuent d¶exercer un certain attrait. constituée de croyances qui n¶ont aucuns fondements solides. L¶émergence de la rationalité scientifique moderne a abolit des univers de croyance sur le plan politique religieux et moral. on a des enjeux multiples/ . .Question objective . de représentation auxquels adhèrent de nombreuses personnes mais qui ne correspondent à aucunes idées concrètes. Surtout dans une société marchande. Nous sommes condamnés à vivre au quotidien en nous appuyant sur des idées morales. Ce que dénonce clairement w. or Peter hacker fait partie de ceux qui dénoncent les illusions de la philosophie.

toutes croyances ne font qu¶un. Croire n¶est pas contraire à la raison. La réflexion sur le « croire » nous devons l¶engager à l¶inverse de ce que nous propose la tradition philosophique qui perdure aujourd¶hui dans l¶enseignement. Ne pas croire . rejeter toutes les croyances. elles sont toutes fausses. Sommes-nous devenus indifférents à la vérité ? vérité : nous sommes capables dans de nombreux domaines d¶élaborer des connaissances qui soient contrôlées par un travail de la raison. Ce qu¶on appelle science demeure un modèle de démarche. Si croire c¶est renoncé à toute raison : pose des problèmes.La croyance est malheureusement sous les formes les moins positives. Le Gai savoir. pessimiste « Est-il permis aujourd¶hui de ne pas croire certaines choses. de connaissances véritables. travail expérimental. Jacques Bouveresse dénonce la manière dont la société aurait perdu tout esprit de responsabilité. connaissance liée à l¶expérience et l¶exercice de la raison. Une connaissance élaborée méthodiquement par un travail de recherche et de vérification rationnelle. . justifier n¶importe quoi. (1883) Nietzsche. Croire fermement. On procède toujours comme si la vérité et la science étaient la préoccupation première des gens. osait dire que c¶était le contraire. conviction forte : (danger d¶obscurantisme) fanatisme. Lorsque nous discutons des croyances (convictions politiques. « ) Particularités de notre société : les moyens de manipulation les masses (médias) se sont massivement développés de nos jour peut être considéré comme un voile à la liberté. de raison. écartées. Bouveresse. la science demeure le type même de l¶exigence de connaissance véritable. rousseau contemporain. Notre objectif : peut-on ne pas croire ? Pas forcément la science Mais impossible d¶aborder la question de la croyance ou de la foi sans les confronter à la connaissance véritable. par un travail de preuves. Tendance du monde intellectuel capable de cautionner n¶importe quel genre de croyance. elles se valent toutes. Indifférence à toutes les valeurs. La responsabilité des intellectuelles est gravement impliquée. IL y a maintenant plus d¶un siècle que Nietzsche et ses successeurs nous ont appris à penser les choses autrement. Peut conduire à des conséquences très néfastes. Si nous ne confrontons pas. de ne pas soutenir certaines croyances pour la raison que certaines croyances ne sont pas acceptables ?» // Stiegler. en particulier .) Au 18e siècle des lumières. Sans une confrontation à la science. d¶expérience nous sommes condamnés à laisser faire. Puisqu¶aucune ne sont vraies. généralement intellectuels. Cela existe-t-il ? Des esprits qui accordent priorité à la vérité ? Nous avons souvent d¶autres priorités que d¶établir la vérité . religieuses. démarche rationnelle. Remise en cause de cette idée que la vérité et même la science sont le soucier premier de la plupart des gens (surtout philosophes. pas rationnellement fondées. qu¶on allait vers la décadence et la destruction de l¶Homme.

la raison peut faire place à la croyance. Evidemment. la simple raison légitime la croyance religieuse . - Croyance et Savoir ne sont pas forcément en opposition. définition incompatible avec la foi « Je crois en Dieu » peut être une croyance ferme. Qu¶est-ce que croire ? Sens courant : affirmer quelque chose sans pouvoir en donner de preuves. Domaine religieux. Qu¶ils s¶agissent de preuves concrètes. Ce que Kant dans la critique de la raison pure (1781) a voulu faire la part entre le domaine de la croyance et de la raison. Mais on peut croire et il est légitime de croire. croire en est une autre. quelqu¶un comme Freud ne souhaite pas la disparition de la religion. empiriques ou des justifications rationnelles mathématiques. dans quelles mesures. limites. Mais cette première distinction indique qu¶on peut croire des choses vraies bien que non vérifiées et on peut croire des choses improbables voire absurde. Séduction. Croyance invérifiable Confrontation/discussion sophistique : consiste à avoir raison. Critique terrible de la religion mais Contrairement à une idée reçue. D¶où il résulte des degrés de probabilité. Croyance raisonnée. remplacée par la science -> absurdité. La dialectique de Platon. Il y a des domaines dans lesquels on ne peut savoir. cette acception courante du terme de croyance est quelque chose de probable. la maïeutique de Socrate consiste à mettre en jeu ma croyance pour peut-être m¶apercevoir que je me trompe. savoir de façon certaine est une chose. . Kant la religion dans les limites de la simple raison. Critique de la raison pure : comment la raison. Ce n¶est pas parce qu¶on ne peut pas savoir de façon certaine qu¶on n¶est pas croire. si je crois que napoléon est mort à st Hélène s¶en est une autre.*(vie après la mort) Une croyance peut avoir un degré de probabilité du point de vue de la raison. croyance raisonnée.Si je crois que Dieu a ressuscité c¶est une chose.CROYANCE Le thème de croyance s¶entend des sens différents qui peuvent même être incompatible. Pas de vérité chez les sophistes. c¶est une croyance raisonnable. La raison humaine a besoin de croire même là où elle ne peut pas savoir. pour la confronter de manière à savoir comment atteindre la vérité. Freud L¶avenir d¶une illusion (1927) considère que la religion est le lieu d¶une névrose individuelle et collective. Cette définition n¶est pas valable pour celui qui croit de façon faible. (Va trouver tous les arguments les plus forts) loi du plus fort. .

de probabilité. il nous faut des critères. Puisqu¶on connait les causes des phénomènes (causes naturelles) on va pouvoir les maitriser. on croit croire mais en réalité ne croit pas. Il y a des lois de la Nature. Nous devons au moins admettre des degré d¶acceptabilité. on peut agir et maitriser la nature. Il y a ici une croyance . doit être vérifiée et rendue vraie par une méthode. pratiques liées à des croyances ? On ne peut régler ses problèmes graves de croyance sans faire intervenir la raison. parcequ'elles ne peuvent pas être prouvées. principe du déterminisme. peut permettre de légitimer des croyances mais peut également les délégitimer. Fausse croyance. . « Chacun croit ce qu¶il veut » Il faut que la croyance ait une certaine consistance. Quel est le critère qui va interdire des croyances. Comment lutter contre le fanatisme. La raison est capable de connaitre. de quel droit possède-t-on ? C¶est le rôle de la raison. «progrès scientifique : la science se corrige et se transforme de ses propres erreurs. la science n¶est pas en mesure de répondre à toutes les questions que nous nous posons. Descartes pensait qu¶on pourrait vivre jusqu¶à 400ans. -> Preuves concrètes. On ne peut pas imaginer n¶importe quoi. EXAMEN DES PROBABILITES Nous avons un critère de raison. Nous nous efforçons de croire que nous croyons. Si une croyance nous paraît fanatique et dangereuse. on est nous-même fanatique. La science doit de permettre. Si l¶hypothèse est une croyance. la science. ? SI nous considérons que les croyances sont dangereuses. » Ce n est parce qu une théorie se dit scientifique qu elle l est. une confiance dans la capacité de la raison. Des croyances peuvent être légitimes. l¶esprit humain à connaitre les causes des phénomènes. Si toutes les croyances se valent. Nous ne connaissons pas les causes du SIDA.Vrai et fausse croyance ? Vrai croyance : on croit réellement. sinon comment vivre sans croyances ? L¶un des sens du mot croire . Car besoin de croire. à agir. rationnelles. une hypothèse doit être fondée empiriquement et rationnellement. la discussion. les modifier. nostalgie de la croyance. empiriques mais aussi preuves logiques. mais également croire des choses fausses voire absurdes et dangereuses. respectables. pense que c¶est volonté de Dieu. (témoins de Jéhovah) Un enfant malade à la naissance. Il faut rester lucide. comment vais prouver à l¶autre que ma croyance est la bonne? Si nous voulons établir n¶importe quoi et que n¶importe quoi peut devenir des croyances. la connaissance des causes. Si l¶on peut connaitre les causes. Une réflexion critique sur la croyance exige aussi une réflexion critique sur la science Bachelard . affirmer quelque chose sans pouvoir en donner de preuves. La croyance est susceptible de degré. lois causales à tous les phénomènes naturels. On peut croire des choses vraies mais non vérifiées. absurdes parce qu¶elles ne sont pas conformes aux nôtres. la confrontation. L¶exemple d¶une maladie : se fonde sur la science moderne.

dans un débat il y a un examen critique. mais cette échelle de la science ouvre la voie à des croyances de toutes sortes.Ne pas négliger un problème. non seulement remet en cause la valeur de la science. 21e s. analysé par Stiegler (Mécréance et discrédit). entre « vrai et fausse science » et nous revenons au principe cartésien d examen. rationnel à faire. qui normalement ne relève pas de la croyance. sortir de cet aveuglement ? La science. Nous sommes dans un monde ouvert à tous les fanatismes. Exemple sur le retour du religieux . se comprends de manière classique (dans les classes) par opposition aux passions et aux intérêts. Processus de destructions de la planète en accélération. Quand les scientifiques eux même vont à douter de la science. que d autre discours. Il ne faut pas confondre ce sens avec celles que leur donnent aujourd hui les économistes qui entendent par « raison » le calcul d intérêt considéré comme le moteur du comportement humain. Qu entendre par rationalité. le retour de la barbarie au 21e siècle (2005)le 20e siècle a été monstrueux . dont l esprit scientifique était censé nous garantir ? Alan SOKAL. Un usage de la raison n est pas forcément légitime. Comment résoudre les problèmes dans un monde où se développent les superstitions et les passions nationalistes et religieuse ? Postmodernité : personne n a plus l idée que pour trancher. Le terme de raison ou de rationalité peut prêter à confusion. anticiper. si nous voulons confronter nos critères de rationalité nous devons en déterminer la science. Bouveresse : une approche rationnelle des choses demeure le seul véritable rempart contre les folies d Homme se réclamant de n importe quelles croyances. et la foi qu on pouvait avoir en elle au 19e siècle. nous montre que le déclin de la croyance a fini par atteindre la science elle-même. y Thérèse Delpech. Qu est-ce que la rationalité : ce qui va permettre de ne pas pouvoir affirmer ou croire n importe quoi. Nous devons pouvoir distinguer entre « vrai et fausse » religion. on compte par centaines de millions de morts . publie « l Ensauvagement » . =/= raison en philo Le critère de rationalité permettrait de distinguer entre les croyances raisonnables et les croyances fondées sur les passions et les intérêts. il faut un usage critique de la rationalité. Pseudo science et post-modernisme Professeur de physique à l université de New York. dont le 19e siècle a célébrer les succès et annoncer un avenir heureux pour les sociétés humaines. approche elle-même des chose se retrouve dévalorisée. mais le 20e siècle nous a révélé qu elle était dangereuse et avait effets ravageurs sur le monde. Cet échec relatif de la science. Pourquoi on n a pas vu ce qui est arrivé alors qu on aurait pu le voir ? Sommes-nous capable de tirer enseignement. pas plus de valeur. qu entendre par raison ? Jon ELSTER Raison et raisons (2006) Le mot latin « ratio » que nous traduisons pas raison. peut-être pas siècle guerres Mais destruction de la nature. de distinction. Sokal dénonce l irresponsabilité d un certain nombre d intellectuels et notamment de scientifiques qui au nom du post-modernisme cautionnent l idée que les vérités de la science ne sont pas mieux fondées. n ont pas plus de valeur que les idées non scientifiques.

Nous croyons à nouveau que la croyance nous apporterait des bienfait. serait bénéfique. // placebo. inverse) Examen critique . Etre croyant est une chose. . DENNETT Darwin est il dangereux ? Théorie évolutionniste de la liberté. Les gens ne sont pas redevenus religieux et Bouveresse nous renvoie à DANIEL C. c est-é-dire que ce qui revient massivement. Retour massif et planétaire du religieux. on parle au retour du religieux. OR notre peuple demeure généralement incroyante. Conception utilitariste de la religion Nostalgie de la croyance Aux Etats unis on est très croyants et qu on l est resté. c est plutôt une croyance à la croyance. ce serait un retour de la croyance. s agit il bien d un retour du religieux ? La raison critique dit : non -> Nous avons affaire à un réveil du fondamentalisme religieux.-> les américains se comportent COMME SI ils étaient croyants. Un véritable retour du religieux. « ce qui se manifeste actuellement. ce n est pas un retour du religieux . c est la croyance dans les bienfaits qui résulteraient à la croyance.Ce qui se passe en ce moment. (il y a un siècle. croire que la croyance apporterait des bienfaits en est une autre.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->