Vous êtes sur la page 1sur 10

Laryngite chronique.

1. INT. SALON DE COIFFURE. JOUR.

1.

Une masse de cheveux virevolte au rythme d'un sèche-cheveux. MARTIN (30), la tête dans un évier, se fait shampouiner. Les yeux fermés, il profite du massage. Il ouvre les yeux et sourit à ROSALIE (30), la shampouineuse. Elle lui renvoi son sourire puis commence à rincer les cheveux de Martin.

MARTIN Oh, encore un peu !

Rosalie sourit et arrête l'eau. Martin ferme les yeux. Elle reprend un peu de shampoing dans le creux de sa main puis commence à shampouiner sa barbe.

2. INT. PISCINE. JOUR.

2.

Martin ouvre les yeux. Il est assis sur une chaise en plastique, sur son T-shirt est marqué : « Maitre-nageur - Redder». Devant lui, le bassin de la piscine grouille de monde. Martin observe les gens s'amuser dans l'eau. Une main lui tend un balai.

L'HOMME-MAIN Aller Martin, c'est ton tour !

Martin passe le balais dans les rigoles autour du bassin. L'eau tourbillonne dans la rigole. Martin attrape le sifflet qui pend autour de son cou et le cale entre ses dents. Il sifflote doucement un air de Blues.

3. EXT. FACADE SALON DE COIFFURE. JOUR.

3.

Martin est adossé au mur, il joue le même air de Blues avec son harmonica. Rosalie sort de la boutique munie de son sac et d'un manteau.

MARTIN (embrassant rosalie dans le coup) Bon anniversaire!

ROSALIE (souriante) Merci ma biche!

Martin et Rosalie s'embrassent.

ROSALIE (prenant la main de martin) Bon, on y va ?

Rosalie tire Martin vers la droite. Martin tire Rosalie vers la gauche.

I

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

suis

court par là !

Non,

je

MARTIN

sur

que

c'est plus

ROSALIE (lachant la main de martin) C'est ce qu'on verra !

Ils se séparent et se mettent en route chacun de leurs côtés.

4. EXT. FACADE MAISON. JOUR.

4.

Rosalie

bouquet de fleur à la main. Il tend le bouquet à Rosalie.

arrive

devant

la

porte et

attends. Martin arrive, un

ROSALIE surprise !

une

Moi

soir tu fais ton premier concert !

aussi j'ai

Ce

Martin ouvre la porte d'entrée.

ROSALIE

les

copains sont au courant ! En plus c'est mon anniversaire !

Tu

ne

peux

pas

te

défiler,

Ils rentrent ensemble dans la maison.

5. INT. LIVING. JOUR.

5.

Martin, assis près d'un vinyl, trie des partitions. Posé à côté de

lui,

accroche des lampions. Sur la pointe des pieds, elle vacille et manque de perdre l'équilibre.

un

tas

de

ballon vide. Rosalie debout sur

une chaise,

MARTIN tu devrais me prévenir quand tu fais des choses comme ça.

ROSALIE (un poil énervée) Tu ne feras jamais rien si tu ne montres pas ce que tu fais. (descendant de la chaise) Et puis tu pourrais te bouger un peu et gonfler les ballons.

Rosalie sort de la pièce. Puis revient avec un énorme bol de cacahuètes. Tout les ballons sont gonflés et éparpillés dans la pièce. Martin, pris sur le fait, tient dans sa bouche un ballon vert à pois mauves à moitié gonflé. Rosalie, surprise, lui sourit et dépose le bol sur la table. Martin s'approche et positionne le ballon à hauteur de la tête de Rosalie. Il pince l'embout de ses doigts et laisse s'échapper un peu d'air du ballon. Il bouge l'embout comme si il s'agissait d'une bouche.

II

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

MARTIN (jouant le ventriloque) Mon souffle est trop court, embrasse-moi ! Au secours !

Rosalie sourit puis se penche pour déposer un baiser sur l'embout du ballon. A la dernière seconde, Martin récupère le baiser.

ROSALIE (taquine) Pe-tit pro-fi-teur ! (pressant le ballon) Prépare toi au pire !

MARTIN (serrant rosalie dans ses bras et la mordillant dans le cou) C'est moi le pire !

ROSALIE (s'éloignant de martin) Tracasse, j'ai du renfort qui arrive !

Rosalie sort de la pièce. Martin sourit puis regonfle le ballon vert à pois mauves, le noue et le pose sur la table. Martin siffle au rythme de la musique. Il se dandine avec deux ballons qu'il a placés à hauteur de sa poitrine. Il attrape quelques cacahuètes, les lance en l'air et les réceptionne dans sa bouche. La deuxième cacahuète tombe dans la bouche de Martin. Au même moment, la sonnette de la porte d'entrée retentit. Son visage se contracte. Il tousse, s'étouffe puis s'écroule.

ROSALIE (en off, parlant fort)

Martin ! T'ouvres aux copains ?!

6. NOIR.

6.

Le titre apparait. On entend des cloches d'enterrement qui résonnent lentement au rythme d'un air de Blues.

7. INT. LIVING MAISON. NUIT.

7.

Les lampes sont éteintes. On entend des clefs, une porte s'ouvrir. Rosalie, vêtue d'une robe noire, rentre dans la pièce. Un son de frottement d'un vinyl se fait entendre. Rosalie va couper la platine puis s’assoit sur un fauteuil. Elle observe autour d'elle, abasourdie puis se lève et s’assoit par terre au milieu des ballons éparpillés. Elle aperçoit un ballon jaune à pois rouges. Elle le prend et le caresse. Elle dénoue le ballon et laisse s’échapper l’air. Des ballons, autour d'elle, s'envolent.

III

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

VOIX DE MARTIN (d'un ton tendre, sortant du ballon) J'aime ta répartie ma Rosalie, autant que tes seins jolis.

Rosalie, les larmes aux yeux, dénoue frénétiquement tous les autres ballons. Les voix de Martin se superposent.

VOIX DE MARTIN (sortant des ballons) D'habitude c'est quand je suis rond que je souffle dans le ballon. Je suis sur que Miles Davis saurait les gonfler par dix. (sifflant un air de blues) Et de vingt-deux, je peux faire un voeu.

Rosalie est assise au milieu des ballons dégonflés. Elle aperçoit un ballon vert à pois mauves gonflé sur la table.

8. INT. LIVING. NUIT/JOUR.

8.

Un ballon ballon vert à pois mauves est posé sur la table. Le jour se lève puis vient la nuit. Le ballon se dégonfle progressivement au fur et à mesure que les jours passent. Les objets sur la table se succèdent : sac à main, verre, bouteille d'alcool, assiette, bouquet de fleurs. Le jour revient puis la nuit. Le ballon est maintenant devenu tout petit.

9. INT. MAGASIN DE BALLONS. JOUR.

9.

GUSTAVE (40) met en place des ballons. Rosalie rentre dans le magasin, elle tient le ballon vert à pois mauves dans ses mains. Sur le comptoir est posée une lampe de lave aux bulles de cire verte.

GUSTAVE (en passant derrière le comptoir) Bonjour mademoiselle, Qu'est ce que je peux faire pour vous?

ROSALIE (d'un air inquiet, pas sur d'elle) comment je pourrais faire pour qu'il arrête de se dégonfler ?

GUSTAVE

(surpris)

Il

m'a

l'air

mal partit

votre

ballon

mais

je

peux

vous

en

gonfler un neuf.

IV

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

ROSALIE (tendue, serrant le ballon contre elle) Non non, je veux juste qu'il reste comme ça ! (regardant gustave) Vous pouvez m'aider ?

Gustave regarde le ballon vert à pois mauves puis il se penche vers Rosalie.

GUSTAVE

(d'une voix basse)

Moi

je peux

rien faire

mais

je connais

pour vous quelqu'un qui

pourrait vous aider.

Gustave lui tend une carte. Sur la carte on peut lire : « Jules Abraxo. Laboratoire du souvenir. Transformation, conservation. ».

GUSTAVE (en dépoussiérant la lampe à lave) Voyez ce qu'il a fait pour moi.

Rosalie se penche et regarde une tumeur flotter dans une des bulles de cire.

ROSALIE Qu'est ce que c'est ?

GUSTAVE

(un petit sourire en coin)

Ma tumeur.

Elle m'accompagne au

quotidien.

Rosalie se relève, surprise.

10. INT. BUREAU MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

10.

JULES (40) et SACHA (60) sont assis face à face. Sur le bureau se trouve un ordinateur transformé en aquarium et un accordéon déplié. Des dossiers sont intercalés dans chaque compartiment du soufflet. Une longue tresse de cheveux roux est également posée sur le bureau.

SACHA Vous voyez, cela fait plus de quarante ans que je peinds et que je m'inspire du même modèle. Une femme sublime !

Jules écoute attentivement Sacha parler et prend des notes sous formes de dessins. Il pose son bic et attrape un pot de nourriture de poisson.

V

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

JULES

(saupoudrant l'aquarium de nourriture)

Hmm Hmm

SACHA Seulement voila, elle est atteinte du

cancer. Un cancer tout ce qu'il y a de

Mais elle

commun. Son sein gauche

ne veut plus que je la peigne.

Dites m'en plus.

Jules relève la tête.

SACHA

(géné)

J'aimerai

pouvoir

conserver

ses

cheveux.

JULES (prenant la tresse) Je vais voir ce que je peux faire.

Sacha se lève, serre la main de Jules tout en lui adressant un signe de tête de remerciement. Jules referme un dossier et le place dans un des compartiments de l'accordéon.

11. EXT. SALLE D'ATTENTE MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

11.

Rosalie est en bas d'une échelle, le ballon vert à pois mauves dans les mains. Autour d'elle, des canapés et une table basse. Etonnée, elle regarde Sacha descendre l'échelle. Une fois par terre, Sacha dépoussière son costume.

SACHA (drageur, levant son chapeau) Mademoiselle

L'homme

deuxième étage puis s'éloigne. Jules passe sa tête de la fenêtre.

tire

sur

la

corde d'une

sonnette qui monte jusqu'au

Montez !

JULES

Rosalie monte l'échelle, le ballon accroché au noeud de sa robe.

12. INT. BUREAU MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

12.

Rosalie, vêtue d'une robe noire, est debout le ballon vert à pois mauves dans ses bras. Elle regarde Jules un peu perdue.

JULES (indiquant à rosalie de s'assoir) Toutes mes condoléances.

VI

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

Rosalie s'assoit.

ROSALIE J'aimerais conserver quelque chose de très précieux.

Rosalie glisse ses bras autour du ballon, comme pour le protéger. Jules prend sa chaise et va s'assoir à côté d'elle.

JULES Faites moi confiance, je vais prendre soin de lui.

Jules prend doucement le ballon et le palpe.

Vous

êtes

JULES

arrivée

à

temps,

son

souffle est encore tiède.

Jules se lève et pose le ballon sur le bureau. Il sort un cornet auditif du tiroir. Il le pose sur le ballon et écoute.

JULES ha oui, de l'harmonica Je m'occupe de tout, faîtes pas.

ne

vous

en

13. INT. ATELIER MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

13.

Jules au-dessus d'une énorme loupe, fixe des cheveux sur un manche en bois à l'aide d'une aiguille. Une longue chevelure rousse est

posée à coté de lui. Le regard de Jules dévie

à pois mauves. Posé sur un coussin, une cloche en verre le recouvre. Absorbé, il réfléchit et finit par se piquer avec l'aiguille.

vers le ballon vert

Jules,

mécanisme d'un harmonica ouvert en deux. Une horloge désossée est

un

coussin. Autour de Jules, des étagères. Elles sont remplies d'un grand nombre de livres variés, de bouteilles contenant toutes sortes de liquide ou encore bricolages et assemblages en tous genres. Une pancarte est accrochée au mur. On peut y lire : « Jules Abraxo. Laboratoire du souvenir. Transformation, conservation. ». Jules prend le ballon et le dénoue. Il coince l’embout du ballon entre ses dents et, de ses deux mains, insère un tube transparent dans une balle de cuir. Au moment de récupérer le ballon avec une de ses mains, Jules avale le souffle. Le ballon est vide. Jules tousse en mettant son poing devant sa bouche.

le

posée à côté.

un pansement

Le

au

bout de l'annulaire,

à

pois

mauves

bricole

est posé

sur

sur

ballon vert

JULES (avec la voix de martin) Four-bigre-din !

Jules a un mouvement de recul et attrape sa gorge. Il a une boule dans le cou. Il tousse en se tapant la poitrine. De sa deuxième

VII

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

main, il ouvre un tiroir et en sort tout un tas de bricoles. Il tire le tiroir et le penche vers lui. Le fond du tiroir est un miroir. Il y regarde la boule qu'il a dans le cou.

JULES (articulant, avec la voix de martin) Enfer et charabia ! (refermant le tiroir) Me voila bien !

Il reste bouche bée, ne reconnaissant pas sa voix et fixant le ballon vide.

Jules, avec sa boule dans le cou, se gargarise énergiquement au dessus d'un évier. À côté de lui sont posés un pot de miel entamé, une pince et un déboucheur. Il recrache son bain de bouche. Il regarde l’intérieur de sa bouche dans un miroir et fait vibrer sa luette.

JULES (avec la voix de Martin) Aaaaaa !

La sonnette du bureau retentit. Jules, paniqué, remplit les balles de cuir de l'harmonica à l'aide d'une bouteille de plongée.

14. INT. BUREAU MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

14.

Rosalie porte une robe bleue et observe une machine posée sur un buffet. Un système de soufflerie constante garde en lévitation toute une série de balles en frigolite. Jules rentre, il porte une écharpe rouge et tient en main un harmonica entouré de deux balles de cuir.

ROSALIE

(curieuse)

Bonjour.

tend

l’appareil. Rosalie s'assoit. Jules actionne une petite manivelle et deux clapets fixés sur l'harmonica. Jules prend les mains de Rosalie et les pose sur les balles de cuir puis mime un mouvement de pression. Rosalie presse successivement une des deux balles, un air de fond marin se fait entendre. Rosalie, surprise, écoute.

Jules lui fait signe qu’il n’a plus

de

voix

et

lui

Mais

ROSALIE vous êtes sur ?!

Jules

acquiesce puis attrape une des

balles de

frigolite en

lévitation.

A

l'aide

d'un

bic

il

y

note :

« laissez-lui 2-3

jours ».

VIII

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

15.

EXT. SALLE D'ATTENTE MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

15.

Rosalie descend de l'échelle avec l'harmonica. Un homme attend. Il à l'air surpris de voir Rosalie. Rosalie le salue d'un signe de tête puis tire sur la sonnette et s'en va.

16. INT. AUBETTE DE BUS. JOUR.

16.

Rosalie est assise sur le banc, elle porte une robe mauve. Elle a

un

successivement les deux balles de cuir. Un air de fond marin se fait entendre. TIMOTHE (15) est assis à côté d'elle. Il porte un casque relié à un MP3. Il observe Rosalie, perplexe.

l'harmonica. elle presse

casque sur

la

tête

relié

à

17. INT. ATELIER MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

17.

Jules est assis, les deux bras posés sur une table. Un tissu blanc recouvre sa tête. Devant lui sont posées quatre fioles d'huiles essentielles. Jules relève le tissu, de la fumée sort d'une casserole posée devant lui. La fumée se dissipe, le visage rouge et bouffi de Jules apparait.

18. INT. LIVING MAISON. JOUR.

18.

Rosalie regarde un vieux film de vampire muet en noir et blanc. Elle porte une robe verte. Elle tient l'harmonica en main et fait retentir la mélodie. Elle pousse sur une des balles en cuir mais la mélodie reste marine. Elle recommence puis soupire. Rosalie se lève et décroche le téléphone.

19. INT. ATELIER MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

19.

Jules, absorbé, bricole. Le téléphone résonne. Jules décroche.

JULES (avec la voix de Martin)

Allo ?

20. INT. LIVING MAISON. JOUR.

20.

Rosalie

désappointée.

à

l'oreille

collée

au

téléphone.

Elle

a

l'air

JULES (en off, avec la voix de Martin) Allo ? Docteur Abraxo. Allo !

La communication se coupe. Rosalie reste en suspens puis raccroche le combiné. Abasourdie, elle regarde l'harmonica sur la table

IX

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM

basse. Puis se lève et sort.

21.

EXT. RUE. JOUE.

21.

Rosalie, sur un vélo, fonce à toute allure.

 

22.

INT. ATELIER MAGASIN SOUVENIR. JOUR.

22.

Rosalie arrive en trombe, furieuse. Jules pose ses outils et s'avance vers elle. Rosalie lui colle une gifle.

JULES (la main sur sa joue, avec la voix de martin) Je vais tout vous expliquer

Rosalie, décomposée, dévisage Jules puis s'en va.

23. EXT. AUBETTE DE BUS. JOUR.

23.

Rosalie assise sur le banc reprend ses esprits. Le vélo est posé sur un piquet. Jules rentre dans l'aubette et s'assoit à côté de Rosalie. Il sort un harmonica de sa poche et commence à jouer un air de Blues.

FIN

X

© 2012 Margot Fortin - Fabien Sant Oeuvre déposée à la SABAM