Vous êtes sur la page 1sur 2
ÉCRIVEZ NOUS ENVOYEZ VOS INFOS Pour le mois d'avril 2012 par e-mail : princeroro@gmail.com ATTENTION
ÉCRIVEZ NOUS ENVOYEZ VOS INFOS Pour le mois d'avril 2012 par e-mail : princeroro@gmail.com ATTENTION

ÉCRIVEZ NOUS ENVOYEZ VOS INFOS Pour le mois d'avril 2012 par e-mail :

princeroro@gmail.com ATTENTION :

Prochain bouclage autour du 22 mars

ATTENTION : Prochain bouclage autour du 22 mars Mouffe Maube Montagne Mensuel satirique, alterlocaliste,

Mouffe Maube Montagne

Mensuel satirique, alterlocaliste, libre, indépendant, gratuit et sans pube.
Mensuel satirique, alterlocaliste, libre, indépendant, gratuit et sans pube.

Mensuel satirique, alterlocaliste, libre, indépendant, gratuit et sans pube.

Mensuel satirique, alterlocaliste, libre, indépendant, gratuit et sans pube.
Mensuel satirique, alterlocaliste, libre, indépendant, gratuit et sans pube.
Mensuel satirique, alterlocaliste, libre, indépendant, gratuit et sans pube.

Numéro financé par la délicieuse Brigitte Naël

N° 24

Mars 2012

Édition Mouffetardienne du "Vantard du Faubourg " Tiré à 1000 exemplaires

du "Vantard du Faubourg " Tiré à 1000 exemplaires LA MAIN DU PIRATE SPECTACLES et CONCERTS

LA MAIN DU PIRATE

SPECTACLES et CONCERTS AU PIANO VACHE, 8 rue Laplace, Richard songe à tenir ses promesses

SPECTACLES et CONCERTS

AU PIANO VACHE, 8 rue Laplace, Richard songe à tenir ses promesses Tous les lundis de mars 5,12,19,26 RODOLPHE RAFFALLI nous la fait jazz Manouche, à l'envers et à l'en- droit, réchauffé de temps en temps par le soleil de Sète, lorsque Brassens s'invite au programme

Tous les mercredis soirée gothique avec DJ LIONEL aux manettes. Inspirés par le cinéma expression- niste allemand, le fantastique et le roman gothique, de sombres jeunes gens, amoureux du théâtre de la nuit, jouent à se faire peur, avant de som- brer dans les bras les uns des autres.

SOIRÉE MANIC DEPRESSION Tous les jeudis soirs New Wave DJ NASH nous offre l’autre côté de la New Wave (musique des années 80, les Lexomil ne sont pas fournis, les benzodiazépines non plus).

AUX PIPOS 2 rue de l'Ecole Polytechnique 75005, chez Alain Gangneux pour les amou- reux du vin authentique. Ce mois de mars, Patrice, dit Chouchou pour les intimes, vous fera goûter de bons vins.

L'ESPRIT GRENOUILLE Connaissez-vous l’esprit "grenouille" ? C’est une chose qui flotte, enlaçant les meilleurs moments que l’existence donne. C’est une main tendue, un vin par- tagé, une nourriture qui pour être terrestre devient céleste. C’est tenter "de vivre en poésie " Bon, c’est un peu abstrait tout cela pour le Vantard, n’est-ce-pas ? Alors, nous vous annonçons qu’il se matérialisera en musique et en poèmes lors d’une "gaminerie", en présence des amis, grâce au "dit" du comédien Frédéric NANTEL et à l’écrit du poète Serge Mathurin THEBAULT

le lundi 12 mars à 19 heures, chez les

frères DELACOURCELLE, où cet esprit- là, flotte depuis déjà longtemps.

Il sera assurément :

- susurré des flaques (extraits) du

spectacle Une gaminerie qu’ils présen- tent à Paris dans la semaine.

- présenté le compact-disc éponyme,

dont nous fêterons la naissance ce

jour, et le livre AA de Serge Mathurin THEBAULT, matière de ces délires de gamins. Tout cela se fera bien entendu dans la convivialité et l’échange chers à l’établissement. "Ils seront là le douze mars Au Pré Verre exactement

A l’angle des rues Thénard

Et sa semblable la Sommerard Deux gamins soucieux d’émerveille- ment :

L’un dit "du dit" avec en bandoulière Instruments : concertina et kas-kas Et d’autres inventoriés dans le bizarre Fera glisser les mots vers l’aérogare De nos têtes stressées et singulières L’autre dit "de l’écrit" sans ego Jouera avec sa simple carcasse Armé d’un carnet et d’un stylo Pour acrostiches et dédicaces. "Gamineries" qu’ils ont promis Pour plonger enfants en poésie Alors le Vantard avec eux s’associe Pour glaner un précieux moment de vie."

Pour plonger enfants en poésie Alors le Vantard avec eux s’associe Pour glaner un précieux moment

L E

M E N S O N G E

E N

P O L I T I Q U E ,

P O U R Q U O I

N O U S

M E N T E N T- I L S

?

Les hommes politiques affirment parfois des choses contraires à la vérité, ils jouent avec les faits, ils manipulent comme tout un chacun. Les mensonges de Nicolas Sarkozy sont très nombreux et sont recensés régulièrement par les journalistes, qui ont aussi pour travail de vérifier les faits et de rappeler les déclarations passées. Voir : /http://www.dailymotion.com/video/x1tsbj_sarkozy-com- pilation-de-ses-mensonge_news/ "Les promesses n'engagent que ceux qui y croient" disait mon- sieur Pasqua en son temps, grand amateur de boniments, de bo- bards et de rodomontades.

L'ARTDUSTORYTELLING

Mais l'artifice peut être diplomatique : dire comme François Hol- lande que l'on n'est pas tout à fait anti-finance au Guardian anglais et contre la finance folle en France nous permet de réviser nos classiques. Pascal : "Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà." Le mensonge ballon-sonde peut être utile. L'homme politique peut faire dire, par un de ses sbires, un truc "énaurme" et démentir par la suite en arguant qu'il s'était mal exprimé. Cela crée un choc dans l'opinion et permet de tester le niveau de mobilisation des

opposants. Le mensonge, la calomnie, l'hypocrisie, tout est bon pour eux, et l'on peut dire que le niveau de duplicité correspond au niveau d'infantilisation des peuples qui croient encore au Père Noël. L'homme a besoin de merveilleux, d'espoir, d'enthousiasme. "Embellir" les choses, est-ce mentir ? L'art du storytelling, c'est tenter de donner un sens à une suite d'événements erratiques. Réé-

crire l'histoire pour la rendre intelligible, mais aussi pour désigner le héros et le vilain. On peut promettre des tas de choses que l'on ne tiendra pas mais qui font du bien à entendre au moment où elles sont dites : une éphémère communion émotionnelle. On peut annoncer triompha- lement quelque chose le 4 février 2008 : "Nous ne permettrons jamais la fermeture de Gandrange." Et le héros-président sauve le

peuple ouvrier métallurgiste

Que nenni, le site a fermé en mars

2009 et la CFDT a mis une jolie stèle portant la mention : "Ici reposent les promesses de Nicolas Sarkozy." Bien entendu, au mois de Janvier 2012, quelqu'un a volé cette stèle…Suivez mon regard… Et puis, ne jamais oublier que plus le mensonge est gros, plus cela passe. Même Delors avait fini par avouer : "En politique ceux qui mentent beaucoup réussissent très bien".

YONAS GEBRE SELASSIÉ

"L'AMI ETHIOPIEN" par Prince Roro

Yonas est un ami très cher. Il représente ce bout d'Afrique sur la montagne Ste Geneviève, une ambas- sade de la joie d'être en vie. Quand vous entrez dans son restaurant, Godjo : la maison, l'abri,vous savez que vous n'en sortirez pas le même. Godjo est le nom donné à la maison la plus humble, celle du fermier. Voilà la phrase qui introduit le site Internet de ce res- taurant familial :

"À la question : Qu'est-ce que le fermier ? Le sage répondit : le fermier est le serviteur des produits de la terre, il soupire après la pluie, et espère obtenir l'eau quand son champ est ensemencé. Son travail est pour la nourriture. Il embellit le sol; il est le médecin de la terre, le consolateur de la campagne. Il reste sur les champs avec les animaux sauvages, supportant la rosée avec patience. Il est bon envers les voyageurs. Il nourrit les oiseaux; il est le fondateur de tout, le chef de tous les marchands." En somme, un excellent portrait de Yonas lui-même. Tout peut arriver dans son restaurant : rencontrer l'âme sœur, chanter à tue-tête, communier autour du plat convivial, parler de l'Erythrée et de ses drames avec le spécialiste du coin, croiser des artistes éthio- piens : peintres et photographes. NON, PAS LES ROBOTS ! Yonas est arrivé en France à l'âge de 17 ans. Il a tout de suite aimé ce pays, sans oublier Addis Abeba, sa ville natale. Il a obtenu un bac scientifique, et au mo- ment où il se demandait dans quelle direction il allait s'orienter, son frère, ingénieur informaticien, a eu la fabuleuse idée d'ouvrir un restaurant éthiopien au 8 rue de l'École Polytechnique, dans notre arrondis- sement chéri. Voyant que son frère avait du mal à tout faire à la fois, il a commencé à l'aider. Très vite, il est devenu le gérant de l'affaire, et comme Yonas est aussi un bon vivant, quelqu'un qui aime sortir, il a beaucoup observé et a inventé quelques "astuces" pour faire venir la clientèle. Heureusement qu'il n'a pas continué ses études : il voulait se consacrer à la robotique, vous l'imaginez entouré de R2-D2 et de C-3PO. Yonas est l'un des princes de la nuit germanopratine. Toujours élégant, il fréquente la fameuse rue de la Soif, le Bedford arms, le Café de Flore, les trois

ROUSCAILLONS BIGORNE de Joseph Stokober

Leçon n°14 : Jeu argotique

Yonas "jah man"
Yonas "jah man"

Mailletz et la Closerie des Lilas. Pour récupérer et se maintenir en bonne santé, il fait du jogging au Luxem- bourg et achète ses parfums au Bon-Marché. Ce qu'il aime, avant tout, c'est rencontrer des gens et "échanger", faire connaître la littérature et l'histoire de l'Ethiopie, fier de l'Amharique : la seule langue écrite de l'Afrique. Il a tant et tant parlé de l'Ethiopie que son ami de toujours, le peintre Jean-Paul Le Piouff a fini par partir, sur les traces de Rimbaud comme tant d'autres, mais aussi porté par les paroles et les récits de Yonas. Ceux qui sont racontés dans la douceur d'une nuit d'été, quand une table reste sur le trottoir du soir en attendant un visiteur. Il y a là Coin-Coin et ses amis, des écrivains, des juristes et ils parlent comme s'ils étaient sous l'arbre à palabres dans un village africain. Ils sont à la fois là-bas et ici dans le village de la Montagne Ste Geneviève.

Mes chers aminches, le "Rouscaillons" de ce mois-ci donnera dans l’originalité, histoire de casser un peu la monotonie de mes palabres professorales. Cette fois, donc, je vous propose donc un petit jeu, qui rappellera sans doute à certains les exercices ludo- pédagogiques du cours préparatoire. Je listerai des expressions argotiques numérotées de 1 à 10, auxquelles je ferai correspondre leur traduction en français conventionnel. Seulement voilà : les deux listes seront en désordre, et il vous faudra relier chaque expression jargonneuse à son équivalent académique. Tout le monde peut jouer. Pour cela, il faut envoyer votre réponse par mail à l’adresse courriel du Vantard : princeroro@gmail.com. Les ceusses qui auront tout bon seront élevés au rang de Chevalier de la Langue Verte par votre serviteur.

a) Bâtir sur le devant.

b) c) Débarbouiller à la potasse.
d)

e) f) Saignement de nez.
g)

h) Casser la gueule à son porteur d’eau.

i) j) Faire la pauvreté.
k)

Barboter le quibus.

Défleurer la picoure.

Passer à la plume.

Taper des griffes.

Un voyoutadoc.

Etrangler un perroquet.

1) Frapper au visage. 2) Être tabassé par la police. 3) Puer des pieds. 4) Un cigare bon marché. 5) Boire une absinthe. 6) Avoir ses règles. 7) Voler du linge sur les haies. 8) Interrogatoire. 9) Faire l’amour. 10) Voler l’argent. 11) Être enceinte.

SPECTACLES et CONCERTS (suite

)

 

CAFÉ LE VERRE À PIED, 118 bis rue Mouffetard 75005. 01 43 31 15 72

CAFÉ LITTÉRAIRE Samedi 24 mars, Dominique Maricot nous parlera avec fougue et passion du Paris après la Révolution.

EXPOSITION PHOTOGRAPHIE du vendredi 9 au dimanche 25 mars SIMON. photographies d'architecture, de perspectives bétonnées et de scènes de vie.

EXPOSITION PEINTURES Un jour de mars JEAN-PAUL LE PIOUFF nous présentera peut-être, s'il ne l'oublie pas et s'il ne va pas trop souvent à Marseille, quelques-unes de ses toiles, dont il vous parlera savamment autour d'un verre au- comptoir du Verre-à-Pied avec ses étudiants et ses grand-mères alertes et toujours curieuses.

Gérald Quinsat se déchaîne

 
 
 
 
 

LA VIEILLE NOUS DÉCLARE

 
 
 

vantard Mars 2012.indd

1

29/02/12

17:03

GENS DE MOUFFETARD FRANIA L'ENCHANTERESSE La particularité de Frania est de transformer la vie en

GENS DE MOUFFETARD

FRANIA L'ENCHANTERESSE

La particularité de Frania est de transformer la vie en pique- nique, la vie de tous ses amis. Elle sait aussi s'amuser

Frania
Frania

"Bonjour vous !" a-t-elle l'habitude de

Et vous savez

immédiatement que vous allez passer un très bon moment. C'est qu'elle est gour- mande : elle aime les bonnes choses et possède une adresse pour chaque produit dans le quartier. Nous ne désespérons pas au Vantard qu'un jour, elle nous fera la grâce de tenir une rubrique sur ce qu'il faut acheter chaque mois et où

dire avec son air coquin

LE BEAU SERGE

Serge est un personnage de la Mon- tagne Ste Geneviève, le compère du Didictateur. Il a travaillé dans plu- sieurs bistros du quartier

Serge
Serge

Retiens la nuit Le soir, quand il se fait tard et que tout le monde a les yeux pleins d'étoiles. Il prend alors la bonde de l'évier, derrière le bar, et muni de ce micro, il enchaîne les tubes des années 70 sous l'œil ému des clients.

MADAME ROSE

Comme les stars, elle aime porter des lunettes noires, comme les actrices, Madame Rose est toujours élégante, de la tête aux pieds

Madame Rose
Madame Rose

On ne présente plus Madame Rose aux gens du quartier. Pour les nouveaux ve- nus, méfiez-vous de cette enjôleuse, elle vous fera confesser publiquement tous vos secrets les plus intimes. CONNOLLY'S CORNER 12 rue Mirbel avec Oriane, Ian et Neal au bar Dimanche 4 mars JOHN G. MAT- THEWS 19h. Guitare, violon, chant, Blues, Folk, Blue Grass, country.

Dimanche 11 mars :

FAOLAN. Irish Music Une musique envoûtante, des arran- gements à couper le souffle, une voix venue du ciel, des petits Français qui décidément possèdent beaucoup de talent. BÉNÉDICTE LECROART au chant. CÉLINE RIVAUD au violon. PHILIPPE HUNSINGER bouzoukiste souriant (un petit laisser-aller ?) BAPTISTE RIVAUD à la flûte. Que du bonheur sur ta Guiness.

Dimanche 18 mars, OLD TIME BLUEGRASS avec VINCENT BLAIN Le groupe préféré de Serge le Belge. Dimanche 25 mars à partir de 19h. EMMANUEL DELAHAYE (irish bouzouki et mandoline), et MICHEL SKIOTAKIS (flute et Uillean pipes) le duo élastique auquel se joignent régulièrement plusieurs comparses aussi talentueux

ĢA C’EST LE CINQUIÈME

Le temps des copains
Le temps des copains

vantard Mars 2012.indd

2

LE CINQUIÈME Le temps des copains vantard Mars 2012.indd 2 MON QUARTIER 2, LE PLI DU

MON QUARTIER 2,

LE PLI DU MONDE par le Professeur Larue.

 

45.

Maudite décennie !

48.

Humour

51. Rencontre

Dans mon quartier, on chancelle, on révise sa vie pour tenter de l’arracher à ce flot continu et implacable de l’enchaînement des événements. On recherche des fondations nouvelles pour ré- envisager la matière qui nous constitue. La crise existentielle, à chaque fois que l’on passe une décennie.

Dans mon quartier, on a tendance à se moquer des gens, sans vergogne, ce ne sont ni la honte, ni la pudeur qui nous étouffent. L’humour, ici, est une idée sérieuse qui a sauté sur une mine, on en re- trouve des lambeaux en désordre qui tentent de se reconstituer. Le résultat est un produit de l’esprit, une molécule de sens, une incongruité qu’on ne retrouve dans aucun tableau taxinomique.

Dans mon quartier, la seule ma- nière de rencontrer est d’entrer en dérive dans des lieux connus. Les rendez-vous sont aussi ennuyeux qu'un tube des années 80 : une insipide et grinçante ritournelle. S’asseoir seul à la terrasse d’un café est un luxe rare, un thème de jazz que chaque visiteur trans- figure par sa musique. Une jam session, parfois endiablée, pour se débarrasser du poids de la vie.

52. Mouvement

46.

Libres

Dans mon quartier, il y a des montgolfières, des gens qui vivent sans attache. Certains disent qu’ils sont remplis d’air, d’autres qu’ils sont en chute libre, d’autres encore envient leur liberté de point de vue. Ils ne s’interrogent jamais pour comprendre ce qui les a fait devenir aéronefs.

 

49.

Livre et film

Dans mon quartier, personne n’existe que dans sa lumière. Mais la lumière est figurative et n’a besoin de personne. Mon quartier est un livre, on y passe son temps à s’émouvoir. On risque tout chaque fois qu’on l’ouvre, on se rattrape comme on peut, au bord du précipice, comme dans un film burlesque.

47.

Maman, les personnages ont-ils un être ?

Dans mon quartier, le biologiste se manifeste comme un organisme vital circonstancié, un mode d’être du vivant qu’il tente de prendre à la gorge. La littérature ne vit que par ses personnages qui ont tous des têtes de présupposés géants. Il faudrait peut-être se poser la vraie question : les circonstances, le contexte, le savoir régional, qu’est-ce qu’ils foutent là et qui les y a mis ?

Dans mon quartier, il n’y a pas d’habitants, mais un public bi- garré canalisé par la rue en pente. Les gens marchent penchés en arrière pour résister à la décli- vité magistrale. Ils cherchent la texture du monde en faisant leurs courses dans le regard des autres. Chacun participe au mouvement en cultivant son swing.

 

50.

Voyage

Dans mon quartier, les gens ne sont pas immobiles, ils voyagent dans leur tête. Ils laissent la villégia- ture aux autres, ceux qui vont voir que c’est exacte- ment comme dans le catalogue. On ne voyage que lorsqu’on change ce qui nous fait, quand on rêve dans la langue étrangère. Il y a beaucoup de voyageurs parmi nous.

JARDINS

De Claude Bureaux

dit Ludovicien l’Egalité Maître jardinier

   

LA RECETTE DU MOIS

L'AMOUR DU VIN Par Marc Delacourcelle

Par Philippe Delacourcelle

 
Qui, se promenant ou travaillant au Jardin des plantes, n'a pas éprouvé un sentiment de

Qui, se promenant ou travaillant au Jardin des plantes, n'a pas éprouvé un sentiment de plénitude face à la nature et à son œuvre en perpétuel mouve- ment ? Le jardin est cet espace intermé- diaire entre le matériel et l'imma-

tériel, le profane et le sacré, le visible et l'invisible.

Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire, créer et

le profane et le sacré, le visible et l'invisible. Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire,
Il y en a qui n’ont pas de chance! Le boulot au bureau, la lumière

Il y en a qui n’ont pas de chance! Le boulot au bureau, la lumière du jour venant de l’écran, l’air filtré de la climatisation. Allez-retour, manque de pot (d’échappement), les embou- teillages. Tandis que pour d’autres, les embouteillages, ce n’est pas la même musique. Pollution sonore, mais pour peu de temps. Après, Oh! le silence et la nature. La vigne, le vigneron, duo charmant, oui, mais quel boulot ! Pas de tout repos, éreintant ! Mais le cadre, l’environnement, alors là…Un vrai privilège. Chaque fois que je pense à cela, il y a un nom qui me revient, celui de Guy Jullien. On le voit traîner souvent dans le quartier, entre Les Pipos et Le Pré verre. Alors lui, en voilà un privilégié !! Monsieur bosse dur, mais dans ses vignes, c’est le pied. Je plante le décor : à environ 500 mètres d’altitude, coincé entre la vigne et les oliviers, le soleil dorant la croupe du vignoble, avec la vue sur le Ventoux par içi, les dentelles de Montmirail par là, sans oublier le plateau du Vaucluse, le Lubéron ou les Alpilles. Et ce n’est pas un poster. Beaumes de Venise. Rien que le nom, déjà, fait rêver. La visite vaut le coup, de blanc, de rouge. D’ailleurs, en parlant de coup, faîtes-vous en offrir un, de coup de blanc, c’est possible, mais ici, le rouge est roi. Moi, j’aime sa cuvée "Les Terres Jaunes". Du fruit rouge et des épices, mais le tout pas trop compliqué. Croquant, gouleyant, fruité, frais. Prêt à tout moment, sur le comptoir ou à table. Sur place aussi. Allez, trynchons à sa santé !!

LA POULARDE AU VIN JAUNE

( pas noir, ni blanc) et à la Cyrcassienne. pour 4 personnes.

1

50 g de morilles séchées,

1

3

cerneaux de noix, 1 gousse d'ail,

1

1

2

2

poularde ou un poulet,

bouteille de vin jaune,

cuillerées d'huile de noix,

cuillère à café de poudre de cumin,

pointe de curcuma en poudre,

dl de crème fraîche, 50 g de farine,

échalotes, sel fin et poivre du moulin.

entretenir un jardin a toujours été considéré comme bien plus qu'un métier, une occupation ou un loisir :

une véritable passion. La différence entre un jardin et une friche, ce n'est pas dame Nature, c'est l'Homme ; même s'il pousse plus de choses dans un jardin qu'on n'en a semées.

 

Choisir un poulet bien de chez nous! (Coucou de Rennes, poulet de Bresse ou des Landes). Coupez le en huit. Chaque cuisse, chaque blanc seront recoupés en deux. Réunissez dans une jatte les morceaux de poulet et versez dessus la moitié du vin jaune (j'ai bien dit jaune, pas noir ni blanc!). Laissez mariner une nuit. Les morilles. Ah !les morilles! Elles viendront d'Inde, les morilles (C'est un des plus gros producteurs mondiaux!) Faites-les tremper dans 1/2 l d'eau tiède environ deux heures. Épluchez l'échalote et coupez-la fine- ment. Épluchez l'ail et hachez la gousse finement.(Ils devront impérativement être Français sinon cela ne marche pas!) Mettez les cerneaux de noix d'origine louche (Connaissez-vous " le poulet à la Cyrcassienne", il est couvert de purée de noix!!!) dans une casserole avec de l' eau et portez à ébullition une minute. Egouttez. Chauffez une cocotte sur le gaz avec l'huile de noix.(Essayez tout de même celle du Périgord!) Egouttez-les morceaux de poulet et sèchez-les avec un papier absorbant. Faites-les dorer dans la cocotte sur toutes les faces et salez-les. Joignez-y les échalotes et une pointe de couteau d'ail haché. Laissez cuire une minute en remuant avec une spatule. Versez la poudre de cumin (turc ou espagnol) et la pointe de curcuma (évidemment d'Inde). Joignez les cer- neaux de noix et les morilles. Faites réduire de moitié l'eau de trem- page des morilles. Saupoudrez de farine les morceaux de poulet et versez le vin JAUNE (pas noir ni blanc), de la marinade dessus. Laissez frémir 5 minutes. Ajoutez-y un verre d'eau et laissez cuire à couvert au four 20 minutes à 180°. Une fois le temps écoulé, versez le restant de vin JAUNE de la bouteille et le jus de trempage des morilles. Laissez cuire 30 minutes. Versez la crème (normande, désolé!) et portez à ébullition. Rectifiez l'assaison- nement avec le sel et le poivre (Tiens! D'où vient-il celui-là ? Madagascar!) Servez avec un riz Basmati (sans com- mentaire) et un bon vin blanc du Jura! Bon appétit.

OURS :

Je

suis aujourd'hui dans la situation de certains

oliviers centenaires que l'on déracine et que l'on replante loin de leur habitat naturel. Parfois, ils supportent bien la transplantation et s'épanouissent, parfois ils déclinent et périclitent. Cela fera 65 ans que j'habite le centre de Paris entre l'Île-St-Louis, les Halles, la Maubert et la Mouffetard. Cela fera 48 ans que j'œuvre en qualité de jardinier au Jardin des plantes de Paris, où j'ai appris à marcher. Cela fera 35 ans que j'habite rue Buffon : j'y ai élevé mes 4

enfants et je dois quitter ce lieu de vie pour rejoindre cette belle province de Bourgogne. Quitter un espace

des visages familiers, se séparer d'objets témoins

et

 

de

osciller entre abattement et excitation, un trauma- tisme. Mais je souhaite continuer cette petite chro- nique fleurie et revenir souvent dans ce quartier où

j'ai tant d'ami(e) s. Je ne peux quitter mon cher Jardin

des plantes et les copains comme cela !

gare de Bercy n'est pas très éloignée de la Mouffe !

Bien sûr, vous pourrez toujours me retrouver sur

France Info (105.5), les vendredis à 10 h 50 et les samedis à 7 h 50, où je répondrai à vos questions concernant le jardin et le jardinage en général.

bientôt dans mes bistros favoris, en touriste cette

Et puis la

notre histoire, sont autant d'épreuves qui nous font

A

fois-ci !

Claude Bureaux Dit Ludovicien l'Egalité Maître Jardinier au Jardin des Plantes "Atteint par la limite d'âge" Qu'ils disent Qu'ils disent Laissons-les dire

Domaine Ferme Saint Martin Guy Jullien 84190 Suzette tél : 04 90 62 96 40

Domaine Ferme Saint Martin Guy Jullien 84190 Suzette tél : 04 90 62 96 40

LE MOT D'IRÈNE

 
LE MOT D'IRÈNE  
 

Il y aurait des civilisations supérieures à d’autres, comme un bordeaux serait supérieur à un bour- gogne, le rugby au foot, une miss Auvergne à une miss Pays de Loire, un auteur Grasset à un auteur Gallimard. Ou l’inverse.

Certains quartiers de Paris sont plus accueillants que d’autres, certains bistros plus chaleureux que d’autres, certains partis politiques plus racoleurs que d’autres. Certains hommes de pouvoir savent mieux que d'autres ce qui est bon pour le peuple, vous, moi, nous, qui n’attendions que leur avis pour nous faire une idée claire sur le sens de la vie. Et la différence des civilisations. Mais déjà qu’il a fait un froid supérieur à d’autres froids, que le nombre des chômeurs est supérieur à tout ce qu’on a connu, que les impôts à venir seront supérieurs aux actuels, et que le prix de l’essence suivra, si on oubliait un peu les différences pour nous attacher aux similitudes.

Ça s’appellerait l’égalité, et même si c’est un rêve, ça vaut peut-être le coup d’aller y voir de plus près. Quoique même là, il y en aurait certains qui seraient plus égaux que d’autres. Désespérer ? Non. C’est bientôt le printemps. Et les élections : l’un des candidats sera supérieur à l’autre, c’est certain. Ouf.

 

LE VANTARD™ Édité par LES AMIS DU FAUBOURG, Association loi 1901 37 rue Faidherbe 75011 Paris ISSN 1953-5104 Directeur de la publication : Frédérick Rimbert. Comité de rédaction : Obscur et protéiforme, parfois invisible. Rédac’chef : Prince Roro. Rédac' chef adjoint : JiCé Ditroy l'indétrônable fondateur du Vantard. Rédacteurs : Claude Bureaux, Joseph Stokober, Marc Delacourcelle. Irène, Chiara Santini Dessins : Gérald Quinsat toujours en grande forme et René olivares. Photos : Prince Roro. Corrections : La fantastique Agnès Marty qui répond toujours présent quand on a besoin d'elle, même au dernier Programme : Laissez tomber, on préfère parler des gens. Panda du mois : après un séjour à Sète continue de perdre la boule Maquette, mise en pages et reprisage du ti tout cuenti : Alix Nissen. Imprimé chez G.P.S. 16 rue Faidherbe 11 ème Toutes les contributions sont bénévoles, et généralement tardives, trop tardives

29/02/12

17:03