harm. Méd. tra.

afro 1995, pp 103-112
EVALUATION DES PROPRIETES ANTIMICROBIENNES
DES EXTRAITS AQUEUX TOTAUX DE QUELQUES
PLANTES MEDICINALES
de SOUZA, C.(1), KOUMAGLO, K.(2) et GBEASSOR, M. (3)
UNIVERSITEDUBENIN, LOME - TOGO
Département d'Analyses Médicales el Biologiques
Ecole Supérieure des Techniques Biologiques et
Alimentaires (ESTBA).
') Département de Chimie, Faculté des Sciences.
,) Département de Physiologie Animale, Faculté des Sciences.

Les extraits aqueux totaux de 38 plantes couramment utilisées en Afrique dans le
aitement traditionnel de certaines maladies infectieuses ont été soumis à des tests en vue de
lettre en évidence les propriétés antibactériennes et antifongiques. Les méthodes de dilution
II milieu liquide, de dilution en milieu solide et de dilution en milieu liquide couplée à
étalement sur milieu solide ont été utilisées pour les essais microbiens.
Nos résultats indiquent que les extraits testés inhibent à des degrés divers la
roissance in vitro des germes sélectionnés. 43% des plantes étudiées exercent leurs effets à
l fois sur des cocci à Gram positif (S. aureus, S. pyogenes, Streptocoques du groupe D) et
es bacilles Gram négatifs (P. aeruginosa, S. typhi, S. enteritidis, Sh. flexneri, Sh. sonnei, Sh.
vsenteriaet E. coli) ; 91% inhibent la croissance des levures (C albicans) et 100% agissent
If les dermatophytes (Microsporum ferrugineum et Tricophyton rubrum). Paullinia pinnata
git à la fois sur les quatre types de microorganismes (Bactéries Gram positives, Bactéries
lrarn négatives, Levures et Moisissures). La méthode de dilution en milieu liquide couplée à
êtalement sur milieu solide gélosé ne contenant pas d'extrait semble plus sensible et plus
)écifique.
lots clés: Plante médicinale - Antimicrobien - Antifongique -Maladie infectieuse.

Nos travaux portent sur 38 plantes (tableau 1) souvent utilisées pour la préparation
e remèdes efficaces dans le traitement traditionnel de diverses maladies et particulièrement
:s maladies infectieuses (ADJANOHOUN, EJ. et coll., 1986 ; 1989 ; AKE ASSI, L. et
iUINKO, S., 1991 ; GBEASSOR et coll. 1988; de SOUZA et coll. 1993 ; 1994; VANGA-
fANDAH et coll., 1994).
-104 -
Nous avons étudié les effets des extraits aqueux totaux de ces plantes (selon la
méthode traditionnelle de préparation) sur la croissance in vitro des germes les plus
impliqués dans les pathologies concernées : S. aureus, S. pyogenes, une souche de
Streptocoque du groupe D, P. aeruginosa, E. coli, S. enteritidis, S. typhi, Sh. flexneri, Sh.
dysenteriae, Sh. sonnei, C. albican, T. rubrum, M. ferrugineum, M. rhizopus, Penicillium sp,
A. fumigatus et Trichoderma sp. A cette première phase de nos recherches sur les plantes
médicinales, notre objectif est d'identifier parmi les plantes étudiées celles qui possèdent des
propriétés antibactériennes ou antifongiques avant d'envisager d'extraire, d'isoler, de
caractériser les principes actifs et de produire des remèdes à base de ces plantes.
Tableau N°l: Liste des pantes étudiées
N° Noms Familles Organe
1 Azadirachta indica Me1iaceae F
2 Nauclea latifolia Rubiaceac ER
3 Morinda Lucida Rubiaceae F
4 Cassia siamea Caesalpiniaccac F
5 Dialumguineense Caesalpiniaccae F
6 Dichapetalium madagascariense Dichapetalaceac F
.7 Gomphrena celosioides Amaranthaccac F
8 Jatropha gossipiifolia Euphorbiaceae F
9 Paullina pinnata Sapindaceae F
10 Securinega virosa Euphorbiaceae F
Il Heliotropium indicum Boraginaceae Tf
12 Alchornea cordifolia Euphorbiaceae Tf
13 Spondias mombin Anacardiaceae F
14 Hyptis suaveolcns Lamiaceae Tf
15 Eupatorium odoratum Asteraceae F
16 Xylopia aethiopica Annonaceae g
17 Spathodea campanulata Bignoniaceae F
18 Pteleopsis suberosa Combretaceae ET
19 Gossypium barbadense Maloaccae F
20 Psidium guajava Myrtaceae F
21 Tagetes patula Asteraceae F
22 Mangifera indica Anacardiaceae F
23 Khaya senegalensis Meliaceae ET
24' Bridelia ferruginea Euphorbiaceae F
25 Zea mays Poaceac Epi
26 Allium sativum Li1iaceac Rh
27 Zingiber officinale Zingiberaceae Rh
28 Allium cepa Liliaceac Rh
29 Eugenia aromatica Myrtaceac F
30 Capsicum frutescens Solanaceae FR
31 Aframomum melegueta Zingiberaceae g
32 Ocimum gratissimum Lamiaccae Tf
33 Thonningii sanguinea Balanophraccae F
34 Alstonia boonei Apocyanaceae F
35 Guiera senegalensis Combretaceae F
36 Momordica charantia Cucurbitaceae F
37 Piper guineense Piperaccae g
38 Securido.ca longepdonculata Polygalaceae ER
Note: F =feuilles; Tf =Tige feuillée; FR =Fruit
ER =Ecorce de racine; Rh =Rhizome; g =graines
ET =Ecorce de tronc
-lOS -
MATERIEL ET METHODES
Matière végétale
Nos analyses ont porté sur divers organes (feuilles, tiges feuillées et écorce de
racines) de 38 plantes récoltés de 1987 à 1993 dans différentes localités du Togo (Tableau
1).
Préparation des extraits aqueux totaux des plantes
Après authentification des plantes par le laboratoire de botanique de l'Université du
Bénin, les organes sont séchés à la température ambiante à l'abri du soleil avant d'être réduits
en poudre fine. Une suspension de 20g de poudre de chaque plante dans 400 ml d'eau
physiologique est agitée à la température ambiante pendant 24 H. Le mélange est décanté et
le surnageant filtré successivement sur du coton hydrophile et du papier filtre Whatman N° 1,
le filtrat est stérilisé sous vide à l'aide d'une membrane millipore de 0,45 pm. Les extraits
aqueux stériles ainsi obtenus sont utilisés pour les essais antimicrobiens. La concentration de
ces extraits est exprimée en milligramme d'équivalent de matière végétale séche (mg. eq.
mv.) par ml d'extrait soit 50 mg. eq. mv/ml.
Les différents microorganismes testés
Les germes testés sont ceux impliqués dans les pathologies traitées par ces plantes. Il
s'agit de S. aureus ATCC 25923, des souches hospitalières de S. aureus, S. pyogenes, une
souche de Streptocoque du groupe D, P. aeruginosa, E. coli, S. enteritidis, S. typhi,
Salmonella sp., Sh. flexneri, Sh. dysenteriae, Sh. sonnei, C. albicans, T. rubrum, M.
ferrugineum, M. rhizopus, Penicillum sp, A. fumigatus, Trichoterma sp.
Ces germes ont été obtenus des laboratoires de la ville de Lomé et du Prof.
VANDEPITfE de l'Université Zickenhuis St Raphaël (Leuven Belgium). Ils sont maintenus
en culture sur des milieux gélosés sélectifs appropriés : les milieux Drigalski,
Salmonella/Shigella (SS) Chapman, Gélose au sang frais, Pyocyanosel, Sabouraud
Chloramphénicol, Sabouraud Chloramphénicol avec actidione et du Bouillon Eugon.
Essai antimicrobien
Les méthodes de dilution en milieu liquide (KAMBU et coll. 1989) de dilution en
milieu solide gélosé (HMAMOUCHI et coll. 1992 ; MURENGEZI 1993 ; N'DOUNGA et
coll 1991) et celle combinant la dilution en milieu liquide et l'étalement sur milieu solide
gélosé ne contenant pas d'extrait de plante (de SOUZA et coll. 1993) ont été utilisées.
-106 -
RESU.LTATS
Croissance in vitro des germes en présence des extraits totaux des plantes
Les résultats sont consignés dans les tableaux 2 et 3.
Sensibilité des souches de bactéries à Gram positif
S. aureus
La sensibilité de la souche de référence S. aureus ATCC 25923 et de 19 souches isolées de
divers prélèvements pathologiques (de SOUZA et coll., 1988) a été vérifiée. Des 38 plantes
testées, 34 inhibent la croissance des souches. Seules Spondias mombin, Guiera,
senegalensis, Cassia siamea et Gomphrena celosioïdes n'ont pas d'effet sur ces germes.
Streptococcus pyogenes
Des Il plantes testées, 8 n'exercent aucun effet sur la croissance de ces germes. Les souches
sont par contre sensibles à l'action de Azadirachta indica, de Nauclea latifolia et de Zingiber
officinale.
Une souche de Streptocoque du groupe D de Lancefield isolée de la viande de mouton
La souche étudiée est sensible à l'action des deux plantes
testées: Dialium guineense et Guiera senegalensis.
Sensibilité des souches de bactéries à Gram négatif
Pseudomonas aeruginosa
Les souches testées sont sensibles à l'action de Dialium guineense, de Alstonia boonei et de
Guiera senegalensis. Aucun effet n'a été observé avec les autres plantes testées.
Escherichia coli
Des 31 plantes testées sur ce germe, 18 en inhibent la croissance. Les souches résistent par
contre à l'action de 13 plantes.
-107·
Les souches de Salmonella
Les espèces S. enteritidis et S. typhi et une souche dont l'espèce n'a pas été
déterminée, ont été testées. S. enteritidis est sensible à l'action de Dialium guineense,
Spathodea campanulata, Bridelia ferruginea, Allium sativum, Allium cepa, Eugenia
aromatica, Ocimum gratissimum, Guiera senegalensis et Piper guineense.
Salmonella typhi est sensible à l'action de Dialium guineense et de Guiera senegalensis alors
que la sensibilité de Salmonella sp. s'est manifestée à l'égard de Nauclea latifolia et
Momordica charantia.
Les souches de Shigella
Les espèces de Sh. flexneri, Sh. dysenteriae et Sh. sonnei ont été testées. La
croissance de ces germes est inhibée par Dialium guineense, Spathodea campanulata,
Pteleopsis suberosa, Gossypium barbadense, Psidium guajava, Tagetes patula, Guiera
senegalensis, Alstonia boonei Thonningia sanguinea, Securinega virosa, Nauclea /atifolia et
Azadirachta indica.
Sensibilité des Champignons: Levures et Moisissures
Les souches de Candida albicans, Microsporum ferrugineum Tricophyton rubrum,
Penicillium sp., Trichoderma sp, Aspergillus fumigatus et Mucor rhizopus ont été testées.
Les quatre dernières souches résistent à l'action de Dialium guineense et Guiera
senegalensis.
Candida albicans résiste à Securidaca /ongepedonculata et Guiera senegalensis.
Microsporumferrugineum est sensible à l'action de Thonningia sanguinea. Paullina pinnata,
Heliotropium indicum, Alchornea cordifolia, Spondia mombin, Hyptis suaveolens,
Eupatorium odoratum, Thonningia sanguinea et Guinea senegalensis inhibent la croissance
de Tricophyton rubrum.
Les extraits totaux aqueux des plantes testées exercent des effets bactéricide et/ou
fongicide sur la croissance des germes étudiés. L'intensité de ces effets varie en fonction de
la plante et des germes. Une relation dose-effet a été observée dans tous les cas (de SOUZA
et al. 1987 ; GBEASSOR et al. 1988; de SOUZA et al. 1993; 1994; VANGA-MANDAH et
al. 1994).
-lOS -
Tableau N°2: Sensibilité des genres aux extraits tataux des plantes étudiées.
Germes Nombre Actives Non actives
de souches
1, 2, 3, 5, 6, 8, 9, Il, 12, 14,
15, 16, 17, 18, 19, 20, 21,
S. aureus 20 22,23,24,25,26,27,28, 4,7,13,35
29,30,31,32,33,34,36,
37,38
S. pyogenes 10 1,2,27 3,4,5,6,7,8,9, 10
P. aeruginosa 5 5,34,35, 1,2,3,4,6,7,8,9,10
2,3,5,17,18,19,20,21, 1,4,6,7,8,9,10,16,
E. coli 20 22,23,24,26,28,29,32, 25,27,30,31
33,36,37
S. enteritidis 5 5,17,24,26,28,29,37, ]6,25,27,30,3]
32,35
S. typhi 2 5,35 1,2,3,4,6,7,8,9, ID
Salmonella sp. 5 2,36
Sh.nexneri 2
. 5, ]7, 18, 19,20,2],35 2, ]6
Sb dysenteriae 2 1,2,5, 10,34 3, 4, 6, 7, 8, 9
Sh. sonnei 2 33
1,2,3,4,5,6,7,8, Il,12,
e. albicans 10 13, ]4, ]5,27,28,29,30, 33,35
37,31,33
T.rubum 1 9, Il, 12,13, 14, 15,33,35
Streptocoque d'ugroupe D 5 5, 35
Microsporum ferrugineum ]
33 3
Mucor rhizopus 1 0 5,35
Penicillium sp. 1 0 5,35
AspergiJlus fumigatus 1 0 5,35
Trichoderma sp, 1 0 5,35
Remarque: Les chiffres correspondent aux numéros des plantes du tableau N° J.
- 109-
TableauN°3: Efficacité des plantes par rapport augram des germes testés.
N° Noms des plantes Action sur les germes à
Gram + Gram- Gram+&-
1 Azadirachta indica
+ + +
2 Naue/ea latifolia
+ + +
3 Morinda lucida
+ + +
4 Cassia siamea
+ - -
5 Dialium guineense
+ + +
6 Dichapetalium madagascariense
+
-
7 Gomphrena celosioides
+
- -
8 Jatropha gossipiijolia
+
- -
9 Paullinia pinnata
+
-
10 Securinega virosa
+ + +
Il Heliotropium indicum
+
- -
12 Alchornea cordifolia
+
- -
13 Spondia mombin
+
- -
14 Hyptis suaveolens
+ -
-
15 Eupatorium odoratum + + +
16 Xylopia aethiopica
+
- -
17 Spathodea campanulata + + +
18 Pteleopis suberosa + - -
19 Gossypium barbadense
+
- -
20 Psidium guajava
+ - -
21 Tagotes patula
+ + +
22 Mangifera indica +
- -
23 Khaya senegalensis +
-
-
24 Bridelia[erruginea + + +
25 Zea mays + - -
26 AIliumsativum + + +
27 Zingiber officinale + -
-
28 Allium cepa + + +
29 Eugenia aromatica + + +
30 Capsicumfrutescens +
-
-
31 Aframomum melegueta +
-
-
32 Ocimum gratissimum + + +
33 Thonningiasanguinea + + +
34 Altonia boonei + + +
35 Guiera senegalensis + + +
36 Momordica charantia - +
-
37 Piper guineense - +
-
38 Securidaca loneeoedonculata - - -
Note: + =Action antimicrobienne positive
• = Action antimicrobienne négative
·110·
DISCUSSION ET CONCLUSION
Les résultats de nos travaux indiquent que les plantes étudiées possèdent des propriétés
bactéricide et/ou fongicide. L'intensité des effets sur la croissance des germes, varie en
fonction de la plante, du type de microorganisme et du Gram de ces derniers (Gram positif
ou Gram négatif).
La croissance des germes à Gram positif et celle des bactéries à Gram négatif testés
sont respectivement inhibées par 92,10% et 47,36% des plantes étudiées. 42,10% de ces
plantes exercent leur effet à la fois sur les germes à Gram positif et les bacilles Gram négatifs
testés ; 91,66% inhibent la croissance des Levures et 100% agissent sur celle des
moisissures.
Une seule plante agit à la fois sur les quatre types de germes testés, il s'agit de Paullinia
pinnata.
La plupart de nos observations corrobore celles d'autres chercheurs (PATEL et
TRIVEDI, 1962 ; SILPASOWON, 1978 ; MACFOY et SAMA, 1983 ; MALCOM et
SOFOWORA 1969; DELAVER et coll.
1979; OGUNLANA et RAMSTAD, 1975).
Les divergences enregistrées par rapport aux résultats de certains chercheurs seraient
liées en partie aux méthodes utilisées et aux isolats testés. Par ailleurs, l'origine des germes
testés (site d'isolement) peut déterminer leur comportement vis-à-vis des extraits comme ce
que l'on observe avec les antibiotiques classiques.
Pour l'étude des propriétés antimicrobiennes des extraits totaux de plante, la méthode
de dilution en milieu liquide couplée àl'étalement sur milieu gélosé ne contenant pas d'extrait
semble plus sensible et plus spécifique que celles qui utilisent les biodisques, la dilution en
milieu solide ou la dilution en milieu liquide (NDOUNGA et coll., 1991 ; MURENGEZ,
1993 ; HMAMOUCH et coll., 1992; KAMBU, K et coll. 1989).
Ce travail de screening a permis de mettre en évidence les propriétés antibactérienne
et antifongique des extraits aqueux totaux de quelques plantes couramment utilisées en
Afrique dans le traitement traditionnel de certaines maladies d'origine microbienne.
Nos résultats peuvent être exploités pour la purification du ou des principes actifs
des plantes utilisées et la préparation des formes améliorées de remèdes efficaces à base de
ces plantes.
-111-
REMERCIEMENTS
Nous remercions MM SaNCY Kouassi et ANANI Kokou, Techniciens Supérieurs
de Laboratoire à l'Ecole Supérieure des Techniques Biologiques et Alimentaires (ESTBA)
pour leur collaboration technique.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
1. ADJANOHOUN, E.J. et coll., 1986, Contribution aux études ethnobotaniques et
floristiques au Togo - Rapport ACCT.
2. ADJANOHOUN, E.J. et coll., 1989, Contribution aux études ethnobotaniques et
[loristiques en République Populaire du Bénin - Rapport ACCT.
3. AKE ASSI L. et GUINKO, S., 1991, Plantes utilisées dans la Médecine Traditionnelle
en Afrique de l'Ouest. Editions ROCHE, BASEL SWITZERLAND 1991
4. DELAVER, P. ; DESVIGNES, A. ; ADOUV, E. and TESSIE, A. M., 1979.
CHEWING sticks from Occidental Africa: Chemical and Microbiological screening. Ann.
Pharm. Fr 37: 185-190.
5. GBEASSOR, M., et coll. 1990 Contribution à l'étude des propriétés pharmacologiques
de Morinda lucida Actes des Journées Scientifiques de l'Université du Bénin (DB). Les
presses de l'UB (2) : 298-311.
6. GBEASSOR, M. ; VIHO, G.K. et coll. 1989, Contribution à l'étude des propriétés
pharmacodynamiques de Azadirachta indica Ann. Univ. Bénin, Séries Sciences 1988-1989,
Vol. 9: 121-131.
7. HMAMOUCm, H. et coll. 1992, Etudes chimiques et microbiologiques des huiles
essentielles de quelques espèces d'Eucalyptus marocaines, Rev. Med. Pharm. Afr. 1992 Vol.
6, N°2 : 109-117.
8. KAMBU, K. et coll. 1989, Evaluation de l'activité antimicrobienne de quelques
Bull. Méd. Trad. Pharm. 1989, Vol. 3 N°l: 15-24.
9. MAC FOY, C.A. and SAMA, A.M., 1983, Medicinal plants in Pujehum district of
Sierra Leone J. Ethnopharmacol. 8(2) : 215 -225.
10. MALCOM, S.A. and SOFOWORA, F.A., 1989 Antimicrobial activity of selected
Nigerian folk remedies and their constituants plants LLOYDIA, 32 : 512 - 517.
·112·
11. MURENGEZI, Alphonse, 1993, Etude de L'activité antibactérienne de queLques
pLantes utilisées en médecine traditionnelle Rwandaise, Revue Méd. Pharma. Afr. 1993.
Vol.7 N°l: 3-7.
12. NDOUNGA, M. et coll. 1991 Etude préliminaire de L'activité antimicrobienne de
queLquespLantes médicinaLes de La flore congolaise. Revue Méd. Pharm. Afr. 1991, Vol. 5,
N°l: 33-38.
13. OGUNLANA, E.O. and RAMSTAD, E., 1975, Investigation into the antibacteriaL
activities of LocaL pLants. Planta Medica, 27 : 354.
14. PATEL, R.P. and TRIVEDI, B.M., 1962, The in vitro antibacteriaL activity of some
medicinal oiLs. Indian. J. Med. Res. 50: 218.
15. SILPASOWON, S., 1978, Studies of the effects of some medicinal plants on growth of
some bacteriaLin famiLy Enterobacteriaceae M.S. Res. Chiang mai Univ. : 2522.
16. de SOUZA, c., GBEASSOR, M. et KOUMAGLO, K, 1987, Contribution à L'étude
des propriétés pharmacoLogiques de Zingiber officinaLe roscoe (gingembre) : mise en
évidence d'une activité antimicrobienne. Afr. Méd. 251(26) : 243 - 247.
17. de SOUZA, c., GBEASSOR, M. et KOUMAGLO, K, 1988, Sensibilité aux
antibiotiques des souches de S. aureus isolées à Lomé, Médecine Tropicale Vol. 4, N°3 :
243 - 246.
18. de SOUZA, c., AMEGAVI,K.K et coll. 1993, Etude de L'activité microbienne des
extraits aqueux totaux de dix pLantes médicinaLes Revue Méd. Pharm. Afr., 1993. Vol. 7 N°2
: 109-114.
19. de SOUZA, C. et coll. 1994 Contribution à L'étude des procédés de conservation des
denrées alimentaires d'origine animaLe en milieu tropicaL : EvaLuation de L'activité
antimicrobienne de queLques pLantes aromatiques et épices. Microb. Hyg. AL. Vol 6,
N°16 Juillet 1994 : 3 - 12.
20. VANGAH-MANDA, M. ; de SOUZA, C. et coll. 1994, Evaluation des effets
microbien et cytotoxique des extraits aqueux totaux de Thonningia sanguinea VahL Revue
Méd. Pharm. Afr. 1994 Vol 8, N°2 : 153 - 157.

pyogenes. E. Rh Rhizome. S. Tableau N°l: Liste des pantes étudiées N° 1 2 3 4 5 6 Noms Azadirachta indica Nauclea latifolia Morinda Lucida Cassia siamea Familles Me1iaceae Rubiaceac Rubiaceae Caesalpiniaccac Caesalpiniaccae Dichapetalaceac Amaranthaccac Euphorbiaceae Sapindaceae Euphorbiaceae Boraginaceae Euphorbiaceae Anacardiaceae Lamiaceae Asteraceae Annonaceae Bignoniaceae Combretaceae Maloaccae Organe F ER F F F F F Dialumguineense Dichapetalium madagascariense Gomphrena celosioides Jatropha gossipiifolia Paullina pinnata Securinega virosa Heliotropium indicum Alchornea cordifolia Spondias mombin Hyptis suaveolcns Eupatorium odoratum Xylopia aethiopica Spathodea campanulata Pteleopsis suberosa Gossypium barbadense Psidium guajava Tagetes patula Mangifera indica Khaya senegalensis Bridelia ferruginea Zea mays Allium sativum Zingiber officinale Allium cepa Eugenia aromatica Capsicum frutescens Aframomum melegueta Ocimum gratissimum Thonningii sanguinea Alstonia boonei Guiera senegalensis Momordica charantia Piper guineense Securido. T. A. dysenteriae. rhizopus. Sh. Tf Tige feuillée. coli. rubrum. FR Fruit ER Ecorce de racine. S. aeruginosa. albican. une souche de Streptocoque du groupe D. M.7 8 9 10 Il 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24' 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 F F F Tf Tf F Tf F g F ET F Myrtaceae Asteraceae Anacardiaceae Meliaceae Euphorbiaceae Poaceac Li1iaceac Zingiberaceae Liliaceac Myrtaceac Solanaceae Zingiberaceae Lamiaccae Balanophraccae Apocyanaceae Combretaceae Cucurbitaceae Piperaccae Polygalaceae F F F ET F Epi Rh Rh Rh F FR g Tf F F F F g ER Note: F feuilles. P.-104 - Nous avons étudié les effets des extraits aqueux totaux de ces plantes (selon la méthode traditionnelle de préparation) sur la croissance in vitro des germes les plus impliqués dans les pathologies concernées : S. d'isoler. enteritidis. sonnei. M. Penicillium sp. S. fumigatus et Trichoderma sp. Sh.ca longepdonculata . typhi. A cette première phase de nos recherches sur les plantes médicinales. notre objectif est d'identifier parmi les plantes étudiées celles qui possèdent des propriétés antibactériennes ou antifongiques avant d'envisager d'extraire. flexneri. de caractériser les principes actifs et de produire des remèdes à base de ces plantes. g graines ET Ecorce de tronc = = = = = = = . C. aureus. ferrugineum. Sh.

sonnei. Salmonella sp. le filtrat est stérilisé sous vide à l'aide d'une membrane millipore de 0. Salmonella/Shigella (SS) Chapman. Ils sont maintenus en culture sur des milieux gélosés sélectifs appropriés : les milieux Drigalski. Les différents microorganismes testés Les germes testés sont ceux impliqués dans les pathologies traitées par ces plantes. 1989) de dilution en milieu solide gélosé (HMAMOUCHI et coll.-lOS - MATERIEL ET METHODES Matière végétale Nos analyses ont porté sur divers organes (feuilles. les organes sont séchés à la température ambiante à l'abri du soleil avant d'être réduits en poudre fine. ferrugineum.) par ml d'extrait soit 50 mg. 1993) ont été utilisées. Gélose au sang frais. fumigatus. aureus ATCC 25923. P. Les extraits aqueux stériles ainsi obtenus sont utilisés pour les essais antimicrobiens. .. dysenteriae. Trichoterma sp. Ces germes ont été obtenus des laboratoires de la ville de Lomé et du Prof. tiges feuillées et écorce de racines) de 38 plantes récoltés de 1987 à 1993 dans différentes localités du Togo (Tableau 1). La concentration de ces extraits est exprimée en milligramme d'équivalent de matière végétale séche (mg. M. mv/ml. 1992 . Essai antimicrobien Les méthodes de dilution en milieu liquide (KAMBU et coll. Sh. N'DOUNGA et coll 1991) et celle combinant la dilution en milieu liquide et l'étalement sur milieu solide gélosé ne contenant pas d'extrait de plante (de SOUZA et coll. enteritidis. flexneri.45 pm. S. Sh. une souche de Streptocoque du groupe D. S. rhizopus. coli. T. S. eq. M. Le mélange est décanté et le surnageant filtré successivement sur du coton hydrophile et du papier filtre Whatman N° 1. aureus. Sabouraud Chloramphénicol avec actidione et du Bouillon Eugon. typhi. albicans. Penicillum sp. mv. E. Sabouraud Chloramphénicol. MURENGEZI 1993 . A. Pyocyanosel. rubrum. Sh. des souches hospitalières de S. C. pyogenes. Il s'agit de S. aeruginosa. Préparation des extraits aqueux totaux des plantes Après authentification des plantes par le laboratoire de botanique de l'Université du Bénin. Une suspension de 20g de poudre de chaque plante dans 400 ml d'eau physiologique est agitée à la température ambiante pendant 24 H. VANDEPITfE de l'Université Zickenhuis St Raphaël (Leuven Belgium). eq.

Une souche de Streptocoque du groupe D de Lancefield isolée de la viande de mouton La souche étudiée est sensible à l'action des deux plantes testées: Dialium guineense et Guiera senegalensis. 18 en inhibent la croissance. . de Nauclea latifolia et de Zingiber officinale. Sensibilité des souches de bactéries à Gram positif S. Seules Spondias mombin. Escherichia coli Des 31 plantes testées sur ce germe.LTATS Croissance in vitro des germes en présence des extraits totaux des plantes Les résultats sont consignés dans les tableaux 2 et 3. Des 38 plantes testées. 8 n'exercent aucun effet sur la croissance de ces germes. Guiera.. Sensibilité des souches de bactéries à Gram négatif Pseudomonas aeruginosa Les souches testées sont sensibles à l'action de Dialium guineense. Cassia siamea et Gomphrena celosioïdes n'ont pas d'effet sur ces germes. Les souches résistent par contre à l'action de 13 plantes. senegalensis. de Alstonia boonei et de Guiera senegalensis.-106 - RESU. Les souches sont par contre sensibles à l'action de Azadirachta indica. Streptococcus pyogenes Des Il plantes testées. aureus ATCC 25923 et de 19 souches isolées de divers prélèvements pathologiques (de SOUZA et coll. aureus La sensibilité de la souche de référence S. 34 inhibent la croissance des souches. Aucun effet n'a été observé avec les autres plantes testées. 1988) a été vérifiée.

Les quatre dernières souches résistent à l'action de Dialium guineense et Guiera senegalensis. Spondia mombin. VANGA-MANDAH et al. Microsporum ferrugineum Tricophyton rubrum. Alchornea cordifolia. Trichoderma sp. GBEASSOR et al. Gossypium barbadense. Les extraits totaux aqueux des plantes testées exercent des effets bactéricide et/ou fongicide sur la croissance des germes étudiés. ont été testées. Aspergillus fumigatus et Mucor rhizopus ont été testées. Guiera senegalensis et Piper guineense. 1988. 1994. Salmonella typhi est sensible à l'action de Dialium guineense et de Guiera senegalensis alors que la sensibilité de Salmonella sp. Psidium guajava. Microsporumferrugineum est sensible à l'action de Thonningia sanguinea. Candida albicans résiste à Securidaca /ongepedonculata et Guiera senegalensis. Pteleopsis suberosa. L'intensité de ces effets varie en fonction de la plante et des germes.. Guiera senegalensis. Spathodea campanulata. typhi et une souche dont l'espèce n'a pas été déterminée. Heliotropium indicum. Eupatorium odoratum. Alstonia boonei Thonningia sanguinea. Hyptis suaveolens. Sensibilité des Champignons: Levures et Moisissures Les souches de Candida albicans. enteritidis est sensible à l'action de Dialium guineense. Ocimum gratissimum. 1993. S. Les souches de Shigella Les espèces de Sh. Securinega virosa. flexneri. Une relation dose-effet a été observée dans tous les cas (de SOUZA et al. 1994). Allium cepa. s'est manifestée à l'égard de Nauclea latifolia et Momordica charantia. dysenteriae et Sh. Nauclea /atifolia et Azadirachta indica. Sh. Paullina pinnata. sonnei ont été testées. Bridelia ferruginea. Thonningia sanguinea et Guinea senegalensis inhibent la croissance de Tricophyton rubrum. Eugenia aromatica. Tagetes patula. enteritidis et S. Spathodea campanulata. 1987 . . Penicillium sp. de SOUZA et al. La croissance de ces germes est inhibée par Dialium guineense.-107· Les souches de Salmonella Les espèces S. Allium sativum.

33.25.6.29. 21.37 ]6.35.13.35 2. Germes Nombre de souches Actives Non actives S. AspergiJlus fumigatus Trichoderma sp.25.31. 6.2. 12. coli S.35 0 5. 4.9. aeruginosa E. Il.3.5.34 33 1.27 1. ]7.24. Remarque: 1 1 1 1 1.3.4.17. 8. 4. Il. albicans T.30. ]6 . 37.17.7.28.rubum Streptocoque d'u groupe D Microsporum ferrugineum Mucor rhizopus Penicillium sp.10.24. 18.18.8. Il. 19. 7. 25. . 9 1. 14. 35 3 33 5.13.36.36.35 1.23. typhi Salmonella sp.4.23.21.9.30.6.35 22. 19.6. 2.8.4. aureus 20 S.30. 13.4.31.7. 16. 5.26.35 0 0 5.8.-lOS - Tableau N°2: Sensibilité des genres aux extraits tataux des plantes étudiées.20.37.2. sonnei 10 5 20 5 2 5 2 2 2 10 1 5 ] e.7.6. 17.nexneri Sb dysenteriae Sh. 20.3] 5.27.29.27.7.5. 2.28.35 37. 10 1. 33. 14.32. ID 5.28. pyogenes P.28. 15.35 Les chiffres correspondent aux numéros des plantes du tableau N° J.4.29.12. 10. ]4.3.34. 15.8.19. 8.38 3.8. 12. 32.30.3. 6.24.27.2].10 5. enteritidis S.32.9.31 22.33.16.20.35 3.36 2.33.5.34.7. 9.33 9. 3. 1.7.5.2. Sh. 18.26.27.2.9.6. 29.35 5. 5.35 0 5.26.2. ]5.

Noms des plantes Gram + Action sur les germes à Gram+ Gram+&+ 1 2 3 4 5 6 Azadirachta indica Naue/ea latifolia Morinda lucida Cassia siamea Dialium guineense Dichapetalium madagascariense + + + + + + + + - + + + + - 7 8 9 10 Il 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 Gomphrena celosioides Jatropha gossipiijolia Paullinia pinnata Securinega virosa Heliotropium indicum Alchornea cordifolia Spondia mombin Hyptis suaveolens Eupatorium odoratum Xylopia aethiopica Spathodea campanulata Pteleopis suberosa Gossypium barbadense + + + + - + - + + + + + + + + - + + - + + - + + + - - Psidium guajava Tagotes patula + - Mangifera indica Khaya senegalensis Bridelia [erruginea Zea mays AIliumsativum Zingiber officinale Allium cepa Eugenia aromatica Capsicum frutescens Aframomum melegueta Ocimum gratissimum + + + + + - + + + + + - + + + + + + + - + + + + + + + + + + + Thonningia sanguinea Altonia boonei Guiera senegalensis + + + Momordica charantia Piper guineense Securidaca loneeoedonculata - + + + - - Note: + =Action antimicrobienne positive • = Action antimicrobienne négative ..109- Tableau N°3: N° Efficacité des plantes par rapport augram des germes testés.

36% des plantes étudiées. 1993 . . HMAMOUCH et coll. L'intensité des effets sur la croissance des germes. 91. 1975). 42. DELAVER et coll. du type de microorganisme et du Gram de ces derniers (Gram positif ou Gram négatif). varie en fonction de la plante. 1983 . Ce travail de screening a permis de mettre en évidence les propriétés antibactérienne et antifongique des extraits aqueux totaux de quelques plantes couramment utilisées en Afrique dans le traitement traditionnel de certaines maladies d'origine microbienne. Les divergences enregistrées par rapport aux résultats de certains chercheurs seraient liées en partie aux méthodes utilisées et aux isolats testés..·110· DISCUSSION ET CONCLUSION Les résultats de nos travaux indiquent que les plantes étudiées possèdent des propriétés bactéricide et/ou fongicide.66% inhibent la croissance des Levures et 100% agissent sur celle des moisissures. 1979. Par ailleurs. Nos résultats peuvent être exploités pour la purification du ou des principes actifs des plantes utilisées et la préparation des formes améliorées de remèdes efficaces à base de ces plantes. K et coll. OGUNLANA et RAMSTAD. SILPASOWON. l'origine des germes testés (site d'isolement) peut déterminer leur comportement vis-à-vis des extraits comme ce que l'on observe avec les antibiotiques classiques.. La plupart de nos observations corrobore celles d'autres chercheurs (PATEL et TRIVEDI. Pour l'étude des propriétés antimicrobiennes des extraits totaux de plante.10% et 47. MURENGEZ. La croissance des germes à Gram positif et celle des bactéries à Gram négatif testés sont respectivement inhibées par 92. 1978 . 1962 . KAMBU. MALCOM et SOFOWORA 1969. il s'agit de Paullinia pinnata. la dilution en milieu solide ou la dilution en milieu liquide (NDOUNGA et coll. MACFOY et SAMA.10% de ces plantes exercent leur effet à la fois sur les germes à Gram positif et les bacilles Gram négatifs testés . Une seule plante agit à la fois sur les quatre types de germes testés. 1992. 1991 . la méthode de dilution en milieu liquide couplée àl'étalement sur milieu gélosé ne contenant pas d'extrait semble plus sensible et plus spécifique que celles qui utilisent les biodisques. 1989).

Rapport ACCT. 1989. 9: 121-131. N°2 : 109-117. GBEASSOR. 1992. VIHO. 8(2) : 215 -225. Rev. . 5. ADJANOHOUN. Les presses de l'UB (2) : 298-311.. Univ.517. Ethnopharmacol. 1986. Pharm. F. Méd. Medicinal plants in Pujehum district of Sierra Leone J. Bénin. Evaluation de l'activité antimicrobienne de quelques Bull.A. CHEWING sticks from Occidental Africa: Chemical and Microbiological screening. Etudes chimiques et microbiologiques des huiles essentielles de quelques espèces d'Eucalyptus marocaines. et GUINKO.Rapport ACCT. 3. 1989 Antimicrobial activity of selected Nigerian folk remedies and their constituants plants LLOYDIA. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. DESVIGNES. Vol.. C. Techniciens Supérieurs de Laboratoire à l'Ecole Supérieure des Techniques Biologiques et Alimentaires (ESTBA) pour leur collaboration technique.J. DELAVER. Contribution à l'étude des propriétés pharmacodynamiques de Azadirachta indica Ann. Séries Sciences 1988-1989.J. et coll. BASEL SWITZERLAND 1991 4. 1989. . Editions ROCHE. Plantes utilisées dans la Médecine Traditionnelle en Afrique de l'Ouest. Trad. et coll. 3 N°l: 15-24. MAC FOY. 8. S. . M. and TESSIE. et coll.A. Contribution aux études ethnobotaniques et [loristiques en République Populaire du Bénin . A. KAMBU. 1991.-111- REMERCIEMENTS Nous remercions MM SaNCY Kouassi et ANANI Kokou. M.. S. et coll. E. 1983. Med. Ann. Afr.. A.A. ADOUV.M. 1990 Contribution à l'étude des propriétés pharmacologiques de Morinda lucida Actes des Journées Scientifiques de l'Université du Bénin (DB).K. HMAMOUCm. Fr 37: 185-190. et coll. and SAMA. A. K. 1989. AKE ASSI L. 6. MALCOM. GBEASSOR... et coll. Pharm. 7. 1992 Vol. G. 9. H. P. ADJANOHOUN. Vol. M. and SOFOWORA. E. E. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Togo . . 10. 1979. 1989. 6.. 32 : 512 . 2. Pharm.

Studies of the effects of some medicinal plants on growth of some bacteriaL in famiLy Enterobacteriaceae M. VANGAH-MANDA. 1994 Vol 8. . : 2522.P. Sensibilité aux antibiotiques des souches de S. Hyg. 4. GBEASSOR. 1975.M. E. 1991 Etude préliminaire de L'activité antimicrobienne de queLques pLantes médicinaLes de La flore congolaise.·112· 11. AMEGAVI. Médecine Tropicale Vol. 17. Pharm. Investigation into the antibacteriaL activities of LocaL pLants.S. B. 19. 15.. N°l: 33-38. 27 : 354. K. c. M. 50: 218. Contribution à L'étude des propriétés pharmacoLogiques de Zingiber officinaLe roscoe (gingembre) : mise en évidence d'une activité antimicrobienne. c. Microb. 18. and RAMSTAD. de SOUZA.12. Indian. Afr. Vol. Med. Etude de L'activité antibactérienne de queLques pLantes utilisées en médecine traditionnelle Rwandaise. K. 20. Vol. S. 12.K. 16. C. Afr. Méd. 1993.. 1994 Contribution à L'étude des procédés de conservation des denrées alimentaires d'origine animaLe en milieu tropicaL : EvaLuation de L'activité antimicrobienne de queLques pLantes aromatiques et épices. Planta Medica. 14. Etude de L'activité microbienne des extraits aqueux totaux de dix pLantes médicinaLes Revue Méd.. de SOUZA. et coll. et KOUMAGLO. et KOUMAGLO. NDOUNGA. 1987.157. 1994.. Res.. SILPASOWON. 1988. 1978. Afr. 7 N°2 : 109-114. N°16 Juillet 1994 : 3 . Alphonse.247. M. N°3 : 243 . . The in vitro antibacteriaL activity of some medicinal oiLs. de SOUZA.246. 13. Revue Méd. aureus isolées à Lomé. E. de SOUZA.. and TRIVEDI. J. OGUNLANA. R.K et coll.O. Pharm. MURENGEZI. 1962. et coll. Pharma.7 N°l: 3-7. Afr. 1993. Evaluation des effets microbien et cytotoxique des extraits aqueux totaux de Thonningia sanguinea VahL Revue Méd. GBEASSOR. 1991. et coll. Vol. N°2 : 153 . Chiang mai Univ. c. Afr. Pharm. 251(26) : 243 . AL. M. PATEL.. 5. 1993. C. M. Res. de SOUZA. Revue Méd. 1993. Vol 6.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful