Vous êtes sur la page 1sur 46
EECCOOLLEE NNOORRMMAALLEE SSUUPPEERRIIEEUURREE MMAARRTTIILL -- TTEETTOOUUAANN -- DDEEPPAARRTTEEMMEENNTT DDEE
EECCOOLLEE NNOORRMMAALLEE SSUUPPEERRIIEEUURREE
MMAARRTTIILL -- TTEETTOOUUAANN --
DDEEPPAARRTTEEMMEENNTT DDEE LLAANNGGUUEE EETT
LLIITTTTEERRAATTUURREE FFRRAANNÇÇAAIISSEESS
55 EMEMEE AANNNNEEEE
RéRéalaliisséé parpar ::
SSououss llaa didirreeccttiionon dede::
 AbdeAbdellhhakiakimm AMAMMMADADII
 JamJamalal ELEL ALALAOAOUUII
 MMohohamameedd BOBOUULLAAOAAOUUNNEE
DDrr AbdeAbdellllahah KIKIRKEZRKEZ
AAnnnnéeée ddee formformationation
2006 - 2007

1

Préambule………………………………………………………………………1 I- Tableau de distribution

Préambule………………………………………………………………………1

I-

Tableau de distribution des activités…………………………………….…2

A- Séquence I………………………………………………………… ……2

B- Séquence II………………………………………………………….……3

C- Séquence III………………………………………………………

……4

D- Séquence IV………………………………………………….………… 4 E- Séquence V…………………………………………………………….…5

II

– Proposition de quelques fiches pédagogiques :………………… ………7

Conclusion :……………………………………………………………………41

2

L

Préambule :

e présent module se veut une étude axée essentiellement sur une

nouvelle fantastique à savoir « Le Chevalier double » écrite par un nouvelliste qui plaide pour l’art comme étant en soi. Il s’agit bel et

bien de Théophile Gautier. Il sera également question de deux sonnets :

Le dormeur du vol » Arthur Rimbaud.

-« Rodomontade amoureuse » Colletet

De plus, par le biais de ce module nous visons à développer,entre autres,les compétences suivantes :

1) Reconnaître un genre littéraire : « La nouvelle fantastique ». 2) Etudier le fantastique. 3) Prendre la parole. 4) Ecouter activement. 5) Chercher l’information et la traiter en fonction de son projet. 6) Analyser une image.

Durée du module :28heures.

3

I- Tableau de distribution des activités :

Duré Séance Activité Compétences Capacités Contenu de la leçon e
Duré
Séance
Activité
Compétences
Capacités
Contenu de la leçon
e

4

Séquence 1

1h

I

Entrée dans

-Reconnaître un genre littéraire :

 

-Reconnaître l’œuvre et la vie du nouvelliste.

-Eléments

paratextuels

de

la

l’œuvre

nouvelle.

La nouvelle

-Elaborer le résumé et

le

fantastique.

schéma narratif de la

nouvelle.

1h

II

Etude de

-Etudier les caractéristiques d’un incipit.

 

-Repérer le

cadre

spatio-

-Etude

de

l’incipit

(approche

texte

temporel.

linéaire).

-Repérer

les

principaux

 

personnages.

1h

III

Langue

-Etudier la

 

-Reconnaître la complétive. -Reconnaître ses différentes fonctions.

-Le subordonné complétive.

 

complétive.

1h

IV

Travaux

-Présenter un exposé.

 

-Se documenter, exposer, prendre des notes.

-La nouvelle fantastique.

   

encadrés

1h

V

Production

-Rédiger un incipit.

 

-Préciser le cadre spatio- temporel. -Préciser les protagonistes.

-Ecrire l’incipit d’une nouvelle.

 

écrite

1h

VI

Etude de

-Lire méthodiquement un fragment d’une nouvelle.

 

-Développer

le

sens

de

« Enfin le maître chanteur… une étoile double ».

 

texte

l’observation,

de

la

reconnaissance

et

de

la

   

l’interprétation des éléments

 

qui

orientent

et

régissent

l’histoire.

1h

VII

Langue

-Etudier un registre de langue.

 

-Reconnaître le registre fantastique. -Repérer des mots relevant du registre fantastique.

-Le registre fantastique.

   

1h

VIII

Activités

Débattre d’un sujet.

 

-Exprimer oralement son point de vue. -Respecter le point de vue de l’autre.

-Le fantastique au cinéma.

 

orales

 

5

   

1h

X

Etude de

-Etudier les éléments de l’univers fantastique.

-Reconnaître le thème du double dans un récit fantastique. -Reconnaître le surnaturel dans le récit fantastique.

« le jeune Oluf est un enfant bien

 

texte

étranger

chanteur

de bohème ».

Séquence 2

1h

XI

Langue

-Etudier un fait de langue.

-Maîtriser les règles et les différents cas de l’accord du participe passé

L’accord du participe passé.

 

1h

XII

Activités

-Débattre d’un sujet.

-Exprimer oralement son point de vue. -Respecter le point de vue de l’autre.

-Relater un fait fantastique à d’une légende.

partir

orales

   

1h

XIII

Production

-Rédiger un récit fantastique.

-Respecter les temps du récit. -Employer les caractéristiques du genre fantastique.

-Raconter une aventure fantast

ique.

écrite

   

6

 
   

1h

XIV

Etude de

-Identifier les procédés du registre fantastique.

-Reconnaître et relever le champ lexical du fantastique. -Etudier l’effet du suspense.

« Malgré l’accueil sévère….les deux chevaliers étaient blessés ».

 

texte

Séquence 3

1h

XV

Langue

-Etudier un fait de langue.

-Reconnaître les procédés des modalités appréciatives. -Employer et utiliser ces procédés dans différentes situations.

-Les modalités appréciatives.

 

1h

XVI

Travaux

-Effectuer une

-Préparer un dossier sur la superstition. -Commenter oralement le contenu du dossier.

-Discussion

portant

sur

la

encadrés

recherche.

superstition.

   

1h

XVII

Production

-Elaborer une fiche de lecture.

-Sélectionner les idées intéressantes du passage. -Schématiser les idées relevées sous forme d’une fiche.

-Rédaction d’une fiche de lecture de l’extrait étudié au cours de l’activité de lecture.

 

écrite

   

7

 
   

1h

XVIII

Etude de

-Etudier le

-Découvrir l’ambiguïté du dénouement fantastique. -Comparer le dénouement de la nouvelle fantastique et de la nouvelle réaliste.

« Chose

étrange……la

fin

de

la

texte

dénouement.

nouvelle ».

   

1h

XIX

Langue

-Etudier un fait de langue.

-Distinguer

les

différentes

-L’accord

du

participe

passé

des

catégories

des

verbes

verbes pronominaux.

Séquence 4

 

pronominaux.

   

-Maîtriser

l’accord

du

participe

passé

des

verbes

pronominaux.

 

1h

XX

Activités

-Analyser une image.

-S’initier aux notions de dénotation et de connotation. -Exprimer oralement son point de vue.

-Thèmes :les gravures de fées.

 
   

orales

1h

XXI

Production

-Rédiger un excipit.

-Imaginer la fin d’un récit fantastique. -Respecter les caractéristiques du dénouement fantastique.

-Rédaction d’un excipit.

   

de l’écrit

   

8

 

Séquence 5

1h

XXII

Etude de

-Reconnaître une forme fixe.

 

-Etudier l’aspect formel d’un sonnet. -Repérer le champ lexical de la nature.

-« Le

dormeur

du

val ».Arthur

texte

Rimbaud.

(poème)

   

1h

XXIII

Langue

-Reconnaître et employer quelques moyens de description.

 

-Reconnaître une métonymie et une métaphore. -Reconnaître l’effet de la métonymie et de la métaphore.

-La métonymie/la métaphore.

 

1h

XXIV

Production

-Dresser un schéma actanciel.

 

-Repérer les

éléments

-Schéma actanciel de la nouvelle fantastique : « le chevalier double ».

 

de l’écrit

constituants d’un schéma actanciel. -Dresser le schéma actanciel d’une nouvelle.

1h

XXV

Etude de

-Reconnaître une forme fixe.

 

-Reconnaître les caractéristiques formelles du sonnet. -Relever les mots référant au champ lexical de la colère et du dégoût. -Dégager les figures de style du poème.

-Redomontade amoureuse.

 

texte

(poème)

 

2h

XXVI

Evaluation

   

-Comprendre un extrait d’une nouvelle fantastique. -Etudier les phénomènes grammaticaux figurant dans l’extrait. -Produire un texte d’invention.

-Leçons

vues

au

cours

de

ce

-Analyser une nouvelle fantastique.

modules.

 

1h

XXVII

Compte

   

Compte rendu :

 
 

rendu et

-Au cours de cette séance, ’enseignant procèdera,en interaction avec

 

9

II – Proposition de quelques fiches pédagogiques :

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

-Niveau : tronc commun.

-Entrée dans l’œuvre :

-Compétence : Reconnaître un genre littéraire : La nouvelle fantastique.

-Capacités :

Reconnaître l’œuvre et la vie du nouvelliste.

Elaborer le résumé et le schéma narratif de la nouvelle.

I)-LE RESUME DE LA NOUVELLE :

Edwige, l’épouse du comte Lodbrog, souffrait et ne cessait de pleurer :Elle cachait un secret qu’elle ne révèlera qu’au moment de sa mort à son confesseur. Cette souffrance commença depuis le jour où un maître chanteur beau et fascinant provenant de la Bohème avec un corbeau sur l’épaule, pendant quelque temps dans le château du comte.

Après le départ de l’hôte, Edwige enfanta un garçon. Le mire déclara aux parents que leurs fils était soumis à deux influences : l’une mauvaise, représentée par l’étoile rouge qu’il portait, l’autre bonne représentée par l’étoile verte qu’il portait aussi. On lui donna le nom d’Oluf.

En effet, le garçon était capricieux : tantôt il était méchant, tantôt il était bon. Lorsqu’il atteignit l’age de vingt ans, Oluf, dont les parents furent déjà morts,décida d’aller voir sa bien-aimé Brenda. Il s’engouffra à dos de son cheval Mopse dans une jungle effrayante, suivi de ses deux chiens Fenris et Murg.

10

Quand il arriva dans le château, la belle amante lui reprocha de venir lui rendre visite en compagnie d’un autre chevalier. Et elle lui enjoignit l’ordre de se débarrasser de son compagnon.

Le lendemain, Oluf reprit le chemin du château de Brenda. Il croisa, dans un sentier très étroit, un chevalier qui refusa de lui céder le passage. Les deux se livrèrent un combat sanglant. Le jeune comte Oluf en sortit vainqueur. Mais à la grande stupéfaction, il découvrit que son adversaire était lui-même, le double qui portait avait une étoile rouge. Ce dernier prit la fuite et disparut.

Ainsi, Oluf

se débarrassa de son double, le chevalier mauvais à l’étoile

rouge. Brenda accepta de l’accompagner.

II)-VIE ET ŒUVRE DE L’AUTEUR :

a- Sa vie :

Théophile Gautier est né, à Trabes en 1811, dans une famille aisée et lettrée. Après des études de peinture, se consacre à la poésie et devient l’ami de Hugo et de Nerval qu’il fréquente dans les cénacles romantiques. Il est, à l’occasion de la bataille d’Hernani,(défense de la nouvelle littérature contre la littérature classique)l’un des plus ardents défenseurs du mouvement et se tourne lui- même quelque temps vers le théâtre. Pourtant, dès1833 et son recueil de contes ironiques. Les Jeunes France, son indépendance se marque par l’attachement à l’expression d’une « beauté pure » qu’exprime son roman Mademoiselle de Maupin.

Ses

grands

voyages,en

Orient

ou

en

Espagne

(Belgique,Egypte,Angleterre,Algérie,Italie,Constantinople,Russie),confortent son goût pour le « dépaysement »géographique que complète celui de

« distanciation »historique(Le Roman de la momie ;Le Capitaine

la

fracasse).De

11

même façon,ses poèmes(Emaux et camées)font de lui l’un des théoriciens de « l’art pour l’art »et le précurseur de la réaction « parnassienne ».Salué pourtant par Baudelaire,le poète meurt en 1872.

b- Ses œuvres :

Mademoiselle de Maupin(roman) :1836.

Emaux et camées (poème) :1852.

Le roman de la momie (roman) :1858.

Le capitaine Fracasse (roman) :1836

III)-LES PERSONNAGES PRINCIPAUX A LA NOUVELLE :

Edwige : Femme du comte Lodrog. Elle souffre à cause d’un secret qu’elle confiera juste avant sa mort à son confesseur. Elle met au monde un garçon.

Le comte Lodrog : Mari d’Edwige. Père d’Oluf.

Le maître chanteur : Un homme beau qui est resté dans le château d’Edwige pendant plusieurs jours à cause de la tempête. Venant de la Bohème , cet étranger a un chant fascinant. Il a un corbeau sur l’épaule.

Le chevalier :Il a le regard de l’étranger qui a passé plusieurs jours dans le château d’Edwige. On lui donne le nom d’Oluf. le mire constate que l’enfant a une étoile double :rouge comme l’enfer,verte comme l’espérance. Oluf est capricieux : tantôt il est bon, tantôt il est méchant. Lorsqu’il atteint l’age de vingt et un an, Oluf combat son double et le chasse. C’est le prix exigé par Brenda, une jeune fille châtelaine, pour accepter de l’épouser. Il épouse Brenda après avoir vaincu le chevalier à l’étoile rouge.

12

Brenda : Jeune châtelaine belle,aimée par Oluf. Elle demande au jeune comte de se débarrasser de son double. C’est la condition qu’elle pose pour se marier avec lui.

IW)-LE SCHEMA NARRATIF :

La situation initiale : de « Qui rend donc la blonde Edwige si triste ? Que fait- elle assise à l’écart,le menton dans sa main »à : « les ramifications et les fleurs bizarres dont la gelée étame les vitres n’offrent pas le dessins plus compliqués et plus variés. ».A vrai dire, cette partie du récit ne constitue pas à proprement parler une situation initiale. Elle comporte déjà les éléments perturbateurs ; l’équilibre est déjà rompu : la faute de la mère, la présence sinistre du maître chanteur, la naissance d’un enfant sous de mauvais auspices, les supputations funestes du chapelain. Cette situation de tension se précisera avec un autre événement : il s’agit de la condition de la bien-aimée qui demande au chevalier de se débarrasser de son double.

tardé ! ».à : « je ne puis être la femme de deux hommes à la fois. »La demande de Brenda est l’événement qui fait apparaître au grand jour la crise/le problème (la dualité du chevalier) qui germait dans l’étape précédente.

L’action : de « Oluf eut beau faire et beau lire ; il ne put seulement parvenir à baiser le petit doigt »à : « il fallait que l’un des deux chevaliers reculât »Le chevalier prend le chemin de sa bien-aimée avec la ferme intention de mettre à mort l’autre chevalier qui l’accompagne.

passe,dit le chevalier à la visière baissée. »à : « le spectre jeta un grand cri et disparut. »La rencontre avec le double et le combat engagé qui aboutira à la mort du chevalier funeste rétablit l’équilibre perturbé dès le début de l’histoire.

13

L’événement

perturbateur :

de : « Seigneur

Oluf,

que

vous

avez

L’événement

équilibrant:de

L’événement équilibrant :de « seigneur Oluf ,reculez-vous pour que je

« seigneur

Oluf

,reculez-vous

pour

que

je

La situation finale : de : « La spirale de corbeau remonta dans le ciel et le brave Oluf continua son chemin »à : « moitié nageant ,moitié volant ».Brenda :

la bien-aimée,est contente du jeune comte Oluf qui a fait preuve de bravoue et de courage. Elle se soumet à lui. Il s’ensuit le bonheur des deux personnages.

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

14

 

-Niveau : Tronc commun.

   

-Etude de texte : « Etude de l’incipit ».

 

-Compétence :

Etudier les caractéristiques d’un incipit.

 

-Capacités :

repérer le cadre spatio-temporel.

 

repérer les principaux personnages.

 

-Démarche : approche linéaire

 
 

Déroulement de la leçon :

 

Support : « Qui

rend

donc

la

blonde

Edwige si

triste ?

(….)depuis

ce

jouir,Edwige ne fait que pleurer dans la fenêtre ». Page 127/128

 

I/-LECTURE MAGISTRALE :

 

II/-LECTURE SILENCIEUSE DE LA 1ERE PARTIE :

 

« Qui rend donc la blonde Edwige si triste ?

Si lui donniez un fils »

 
 

Questions de compréhension :

 

1/De qui parle le nouvelliste ?

 

2/Comment est-elle physiquement ?

 

3/ Est –elle contente ?

 

4/Quel est l’autre personnage évoqué dans cette partie ?

 

III/-LECTURES INDIVIDUELLES :

 
 

15

IV/-LECTURE SILENCIEUSE DE LA 2 EME PARTIE : « Hélas(…),le blonde Edwige ne fait que pleurer dans l’angle de la fenêtre ».

Questions de compréhension :

1/Quel est le personnage qui apparaît ?

2/Quelle était sa profession ?

3/Que se passe-t-il ?

V/-LECTURES INDIVIDUELL :

Synthèse :

L’incipit nous brosse le tableau d’une Edwige triste et malheureuse. On le voit même pleurer La visite de l’étranger est plutôt mystérieuse .C est peut- être elle le cause de sa tristesse.

16

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

-Niveau : Tronc commun.

-Activité de langue : « la complétive ».

-Compétence : Etudier la complétive.

-Capacités :

Reconnaître la complétive.

Reconnaître sa fonction

I/-OBSERVATION :

1/Il faut que tu fasses attention la prochaine fois.

2/Ils disent qu’on doit attendre encore un peu.

3/Ils souhaitent que les affaires aillent mieux.

II/CONCEPTUALISATION :

Remarques :

-Les complétives ne sont ni effaçable ni déplaçables.

-Les complétives remplacent un complément d’où leurs noms .Mais elle joue toutes les fonctions.

-Les modes :

17

Indicatif :

les

verbes

penser,espérer,savoir,raconter…)

(assurer,

certifier,déclarer,

Subjonctif : le verbe (craindre,préférer, redouter,souhaiter,refuser,exiger…)

III/APPROPRIATION :

Exercice A :

Distinguer les complétives dans les phrases suivantes en indiquant la fonction.

1/Que tu parles ainsi m’attriste.

2/Il exige que tu sois sérieuses.

3/Tes parents attendent à ce que tu réussisses.

4 / Elle veut qu’on parte.

Exercice B

Complétez ces phrases suivantes :

1/Il veut….

2/Elle craint….

3/Nous affirmons ….

4/Vous espérez… IV/TRACES ECRITES :

-Production d’élèves. -Conceptualisation.

18

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

-Niveau : Tronc commun.

-Travaux encadrés : « la nouvelle fantastique ».

-Compétence : présenter un exposé.

Capacités :

-exposer.

-poser des questions.

-prendre des notes.

I/PRESENTATION DE L’EXPOSE PAR LES ELEVES/EXPOSANTS :

II/DEBAT :

III/REPRISE SYNTHESE :

FAITE

PAR

LE

PROFESSEUR

19

SOUS

FORME

DE

Proposition de synthèse :

La littérature fantastique a vu le jour au 18 ème siècle en Europe à la faveur d’un contexte culturel nouveau où la science s’imposait dans la prescription et la représentation du monde.

Du point de vue narratif, la littérature fantastique présente de manière réaliste l’événement qu’elle évoque tout en soulignant son caractère inadmissible. D’où, chez Guy de Maupassant, ces textes énigmatiques sous forme de question : « Un fou !?. », »Qui sait !?. ».

20

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

-Niveau : Tronc commun.

-Production

écrite : rédaction d’un incipit.

-Compétence : Ecrire un incipit.

-Capacités :

préciser le cadre spatio-temporel.

préciser les protagonistes.

Sujet : « A incipit ».

I/PHASE ORALE :

-Lecture magistrale du sujet.

-Lectures faites par quelques élèves.

-Attirer l’attention sur les mots clés.

II/PHASE ECRITE :

-Demander aux élèves de procéder à la rédaction.

-Aider les élèves ayant des difficultés.

21

la

lumière

de

l’incipit

du ;Chevalier

la lumière de l’incipit du ;Chevalier double ;écrivez un

double ;écrivez

la lumière de l’incipit du ;Chevalier double ;écrivez un

un

III/TRACES ECRITE :

-Ecouter quelques productions d’élèves.

-Porter une production moyenne au tableau.

-Procéder à l’affinement de cette production.

22

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

-Niveau : Tronc commun.

-Etude de texte : « dormeur du val » Arthur Rimbaud.

-Compétence : -Reconnaître une forme fixe.

-Capacités :

Etudier l’aspect formel d’un sonnet.

Repérer le champ lexical de la nature.

 

Etapes

Déroulement de la leçon

I-

LA

LECTURE

-c’est une lecture modèle faite par le professeur de façon expressive, en mettant en évidence l’état d’âme de poète.

VOCALE :

II- IDENTIFICATION DU TEXTE :

- le professeur pourra poser des questions du type suivant :

Quelle est la nature de ce texte ? Quel est le titre de ce poème ? Qui a écrit ce poème ? Qu’est ce que vous connaissez sur ARTHUR RIMBAUD ainsi que sur son écriture ? A quelle forme poétique appartient ce poème ?

23

III-

HYPOTHESES

DE

Comment s’appelle la forme de ce poème ? Quelles sont les caractéristiques du sonnet du point de point de vue de la forme ?illustrez vos réponses du poème soumis à l’étude ? Comptez le nombre de syllabes dans chaque vers ?Est ce que ce nombre est conservé dans tout le poème ?

LECTURE :

 

-Pour amener ses élèves à dégager les hypothèses de lecture, le professeur peut partir des questions suivantes :

Le poète dépeint deux choses essentielles dans ce poème, lesquelles ? Est-ce que ce poème contient des aspects contradictoires ? Pourquoi ?

Donc,

on

peut

retenir

comme

hypothèses

de

lecture :

IV- DEFINITIONS ET CONSTRUCTION DES AXES DE LECTURE :

le poème est une forme littéraire adoptée par le poète pour dépeindre la nature puis l’homme tout en réunissant certains aspects contradictoires afin de dénoncer l’absurdité de l’horreur et de la guerre.

1)-La nature :

 

Est-ce que la nature est omniprésente dans

 

24

 

tout le poème ? Quelle strophe occupe-t-elle intégralement ? Quelles sont les différentes impressions qui caractérisent la nature dans ce poème ? Justifiez vos réponses par des mots et des expressions du poème ? Dégager un champ lexical des couleurs froides ? Quel est l’intérêt des deux enjambements des deux vers (3) et(4) ?

-La nature est omniprésent dans le poème, elle occupe intégralement le premier quatrain.

-Elle se caractérise par :

Une impression de vie et de bonheur qui sollicite tous les sens : « verdure »dans le vers(1),par « l’herbe » au vers (7) et « vert » au vers(8). Impression de luminosité :avec « les aillons d’argent » au vers(2),renforcée au vers(3) et (13) par le soleil et dont la luminosité est reprise au vers(4) « masse de rayons »et vers(8) « lumière qui pleut » :c’est une métaphore qui donne une matérialité à la lumière.

De plus, les deux rejets (d’argent,luit ) accentuent

25

la qualité particulière de la lumière. -Ajoutons également que cette nature est présentée comme douée
la qualité particulière de la lumière.
-Ajoutons également que cette nature est présentée
comme douée de sentiments,au vers(11)elle est
personnifiée et présentée comme très
maternelle « berce ».
-Le verbe « mousser »résume la fusion de l’eau et
du soleil.
-Les consonnes(r, v) du premier vers,et les
assonances musicales du second(accrochant ;
follement ;haillons ;d’argent)donnent de la fluidité
à la description.
1
er élément de synthèse : D’après cette description
de la nature, nous avons l’impression que tout
respire une certaine joie de vivre.
2)-L’homme :
 Est-ce que l’homme est impliqué dans la
nature ?
 Est-ce que nous savons le statut social de
cet homme ? Qu’est ce qui le montre ?
 Dans quel état est –il présenté ?
 A l’aide de quelle figure de style, le poète
évoque le jeune soldat ?
 Quelle est notre découverte finale ?
-Cet homme est impliqué dans la nature par le
26
 

biais du mot « dans » :vers(6) ;(7) ;(9) ;(13).

-Du coté social,il est un soldat :vers(6).

-Il est jeune comme la nature.

-Il est présenté dans un état d’abandon total (bouche ouverte ; sa nuque baignant, dort).

V-SYNTHESE

GENERALE :

-Il parait mort.

 

-Le poète évoque le jeune soldat par des métonymies successives en utilisant des parties de son corps :la bouche ;la tête ; la nuque ;le sourire des lèvres ;les pieds ;la marine ;la poitrine .

-Le vers de chute(14) : « deux trous rouges sur le cote droit ».

-Les allitérations en (r )laissent entendre que le soldat est mort.

2

ème élément de synthèse : Rimbaud nous laisse

une foule d’indices qui recouvre le thème de la mort.

3)-Aspects contradictoires :

 
 

Est-ce que la mort est omniprésente dans ce poème ? Relevez les indices qui le montrent dans le poème ?

 

27

 

-La mort est en fait omniprésente :le mot « trou » du vers(1) fait écho avec celui du vers(14).

-« La bouche ouverte » est une caractérisation de la mort du soldat.

-Sa tête est nue car son casque a roulé par terre.

-« Etendu »signifie un corps sans vie.

-Le lit du vers(8) devient un lit de mort.

-Les glaïeuls évoquent les fleurs que l’on pose sur une tombe (il a les pied dans les glaïeuls).

-Rien ne bouge ; « la narine »et « la poitrine » ne réagissent plus. Il ne respire plus. Donc, il est mort.

-Violence des allitérations dentales pour trancher cette jeune vie.

3

ème élément de synthèse :Il parait nettement que

le

sommeil du dormeur était une image de mort.

-Dans le poème, on assiste à un cri de révolte contre :

 

L’horreur de la guerre.

L’assassinat des jeunes soldats.

A

travers un contraste entre un homme mort et

 

une nature pleine de vie.

 
 

28

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

I)-OBSERVATION :

-Niveau : Tronc commun.

-Activité: langue.

-Compétence : Reconnaître et employer quelques moyens de description.

-Capacités :

Reconnaître une métonymie et une métaphore.

Reconnaître l’effet de la métonymie et de la métaphore.

CORPUS :

1)- Le dompteur se dirigea vers le lion. Ce dernier accueillit l’autorité avec un rugissement.

2) -La ville s’éveille aux premiers rayons de soleil.

3) -Ma mémoire était une cire fraîche.

4) -Au fond de cette rue, tunnel noir et humide , s’ouvrit une porte.

-Lecture des phrases du corpus par le professeur puis par quelques élèves.

-Il pose les questions suivantes pour déterminer les mots-clés de chaque phrase.

Le lion accueillit qui ?

Qui s’éveille aux premiers rayons de soleil ?

Comment était la mémoire ?

A quoi est comparée la rue ?

29

II- CONCEPTUALISATION :

-Le professeur pourra poser les questions suivantes :

DEUX PREMIERES PHRASES :

Par quel mot a-t-on remplacé le dompteur ?

Quelle relation y a-t-il entre le dompteur et « autorité » ?

On aurait pu écrire : « le lion accueillit le dompteur avec un rugissement ».Pourquoi a-t-on choisi d’employer « autorité » ?

Quel est le sujet du verbe « s’éveiller » ?

Qui s’éveille en réalité ?

Que désigne ici le mot « ville » ?

Quel est le rapport entre « ville » et le véritable sujet de s’éveiller ?

Dans les deux exemples, comment appelle-t-on cette figure de style ?

DEUX DERNIERES PHRASES :

Qu’est ce que « ma mémoire »et cire fraîche ont en commun ?

Reconnaissez-vous cette figure de style ? Quel est son intérêt ici ?

Quel verbe y a-t-on entre les deux termes de cette figure ?

Qu’est ce que ce verbe indique ? Remplacez-le par un verbe d’état ?

Quelle est la fonction grammaticale de « cire fraîche » ?

Dans la phrase (4) ,qu’est ce que « cette rue » et « tunnel noir et humide »ont en commun, ?

Cette métaphore est-elle introduite par un verbe ?

Quels signes de ponctuation délimitent cette métaphore ?

la

suivante :

-Avec

participation

des

élèves,

le

30

professeur

formule

la

récapitulation

-La métonymie consiste à remplacer un terme par un autre ,celui-ci est lié au premier par un rapport logique que le destinataire peut comprendre. Ce rapport peut varier :

On peut remplacer le contenu par le contenant.

On peut remplacer une qualité par une partie.

On peut remplacer un objet par la matière.

On peut remplacer une œuvre par l’auteur.

-La métaphore est une comparaison sans outil de comparaison. Elle peut s’organiser en deux constructions :

La construction attributive : N+Verbe d’état+N (attribut)

La construction appositive : N ,apposition,…

III- APPROPRIATION :

-Le professeur propose les exercices suivants à ses élèves :

A)- Dans ces exemples, encadrez les métonymies,puis précisez le rapport qui motive chacune d’elle.

1-J’avais faim ce soir-la ; j’ai vite fini mon assiette.

2-A l’entée des joueurs, le stade s’est mis à applaudir.

3- Il fait très froid ce matin. Il vaut mieux mettre une petite laine.

4-Le bureau de l’association a élu son président.

5- Je ne me laisserai jamais de lire des Hugo.

6-La Maison Blanche a fait une déclaration surprenante.

31

7- Il ne faut pas écouter les mauvaises langues.

8- Pour soigner son mal de dos, mon père va souvent à Moulay Yacoub.

B)- Reliez les termes de ces deux listes, chaque fois qu’un lien méthodique est possible.

Vieille femme

Pavet

jardin

Pie

Petit garçon

Paradis

Film

Sorcière

Fille bavarde

Diablotin

C)- Avec les termes des deux colonnes, construisez des phrases où la métaphore est introduite par un verbe d’état.

C- Complétez à l’aide d’une métaphore apposée.

1-Le chanteur ……………., a charmé le public

2-Ce footballeur, …………, marque deux buts par match.

3-La médina de Fès,…………

,comprend

des centaines de ruelles.

4-Ces petits enfants,…………………

,sont

d’une gentillesse exemplaire.

32

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

-Niveau : Tronc commun.

-Production écrite : Schéma actanciel.

-Compétence : Dresser un schéma actanciel.

-Capacités :

Repérer les éléments constituants d’un schéma actanciel.

Dresser le schéma actanciel d’une nouvelle.

I- PHASE ORALE :

TEXTE DE DEPART :

Il était une fois, un jeune garçon qui voulait tout faire pour aider sa famille et surtout ses petits frères qui ne trouvaient pas de quoi manger. Ce garçon était très pauvre et sa belle-mère l’obligeait toujours à aller travailler au lieu d’aller à l’école.

Le jeune garçon trouvait rarement du travail, il passait ses nuits d’hiver sous la pluie et dans le froid parce qu’il avait peur de sa belle mère. Mais, un jour, il rencontra un vieil homme qui le conseilla de retourner à l’école et de poursuivre ses études.

En effet, le jeune garçon s’est rendu compte que seules ses études peuvent l’aider à sauver sa famille, alors il décida de retourner à l’école. Après 10 ans de labeur,et grâce à son intelligence,le garçon est devenu alors un homme célèbre et très riche sauvant ainsi sa famille et ses frères déjà grands.

-A l’aide des questions/réponse, le professeur emmène ses élèves à dégager le

vocabulaire du schéma actanciel. Puis, avec la participation de ses élèves,il essai

de formuler une définition de chaque terme.

33

Vocabulaire du schéma actanciel :

Dans un schéma actanciel, six fonctions sont distinguées :

Le suet de la quête : c’est le moteur principal de l’action, puisqu’il a un but (une mission, une quête) qu’il cherche à réaliser en accomplissant l’action.

L’objet de la quête : c’est le but de la mission (de la quête) poursuivi par le sujet.

L’adjuvant : aide le sujet dans la réalisation de sa quête.

L’opposant : fait obstacle à l’accomplissement de la mission.

Le destinateur : c’est tout ce qui pousse le sujet à agir (personne, sentiment, idée….)

Le destinataire : est le bénéficiaire de l’action du sujet. Donc,le repérage de ces six fonctions permet de dresser le schéma actanciel.

QUESTIONS :

« A partir du texte de départ et tenant compte des définitions citées précédemment, complétez ce schéma actanciel. ».

Destinateur Objet Destinataire Sujet Adjuvant Opposant
Destinateur
Objet
Destinataire
Sujet
Adjuvant
Opposant

34

II)-PHASE ECRITE :

-Le professeur écrit le consigne suivante au tableau :

« Dresser le schéma actanciel de la nouvelle fantastique,le chevalier double,de Théophile Gautier »

Le schéma actanciel :

qui

influencent le déroulement de l’action,et le rapport entre les personnages de

l’histoire.

Le schéma actanciel permet de mettre en évidence les différentes forces

Actant-adjuvant

Les deux chiens Fenris et Murb,le cheval Mopse

+L’amour

Les deux chiens Fenris et Murb,le cheval Mopse +L’amour Actant-sujet Actant-objet Le petit comte Oluf (à

Actant-sujet

Actant-objet

Le petit comte Oluf

(à l’étoile verte)

Actant-objet Le petit comte Oluf (à l’étoile verte) Actant-opposant Gagner le cœur de Brenda (la jeune

Actant-opposant

Gagner le cœur de Brenda

(la jeune châtelaine)+

se débarrasser de l’ennemi

(le double)

Le double

(Le chevalier à l’étoile rouge)

-Le professeur peut prévoir un travail de prolongement à la maison.

« Dresser le schéma actanciel de cette fable. ».

35

Le corbeau et le renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l’odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

« Hé !bonjour, monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli !que vous me semblez beau !

Sans vous mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »

A ces mots le Corbeau ne se sent pas joie ;

Et pour monter sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l’écoute :

Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »

Le Corbeau, honteux et confus,

Jura, mais un peu tard,qu’on ne l’y prendrait plus.

De La fontaine, Fables.

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

36

 

-Niveau : tronc commun.

 

Etude de texte : Rodomontade amoureuse.

-Compétence : -Reconnaître une forme fixe.

-Capacités :

Reconnaître les caractéristiques formelles du sonnet.

Relever les mots référant au champ lexical de la colère et du dégoût.

Dégager les figures de style du poème.

I)-LECTURE VOCALE DU POEME : Lecture modèle et expressive du poème en mettant en évidence l’état d’âme du poète.

II)- IDENTIFICATION DU TEXTE :

 
 

Quelle est la nature de ce texte ?

Quel est le titre de ce poème ?

Oui a écrit ce poème ?

A quelle forme poétique appartient ce poème ?

Comment s’appelle la forme de ce poème ?

Quelles sont les caractéristiques du sonnet du point de vue de la forme ?

III- HYPOTHESES DE LECTURE :

 
 

37

Le poème est une forme littéraire et une stratégie adoptée par le poète pour exprimer sa colère vie à vis de la femme qu’il aime et qui refuse de l’aimer.

IV- DEFINITION ET CONSTRUCTION DES AXES DE LECTURE :

a- L’ énonciation :

Qui est l’auteur de ce poème ?

De quel recueil est tiré ce poème ?

Qui est Claudine ?

Ce poème s’adresse à qui ?

Il ressemble à quel type d’écrit ?

Quelle est l’attitude du poète vis-à-vis de son interlocutrice ?

Quel sentiment éprouve-t-il envers elle ?

Pourquoi ? Quelle est la cause de ce ressentiment ?

-1 er élément de synthèse : le poème est entièrement écrit au discours direct :

c’est une lettre ouverte à claudine.

b- Etude du poème par unités de sens :

Est-ce que le poète garde la même attitude dans tout le poème ?

A quel moment du poème, le poète change-t-il d’attitude ?

Dans la première partie, quel est le sentiment du poète ?

Le poète exprime ce sentiment de quelle manière ?

Le poète lit-il l’avenir ? Est –il devin ?

Relevez toutes les prédictions formulées contre Claudine.

38

Maintenant

L’avenir

Comment évoluent les imprécations du poète ?

Quel sentiment domine dans les deux premières strophes ?

Comment intituler cette première partie ?

Quel est le but caché du poète ?c’est faire ramener Claudine à lui.

39

COMPOSANTE DIDACTIQUE :

-Niveau : Tronc commun.

-Production écrite : Rédaction d’un récit fantastique.

-Compétence : Rédiger un récit fantastique.

-Capacités :

Respecter les temps du récit.

Employer les caractéristiques du genre fantastique.

I)- PHASE ORALE :

-Le professeur écrit la consigne suivante au tableau :

« Il y a quelques temps, vous avez eu la plus grande peur de votre vie. Racontez ? »

-Le professeur pose les questions suivantes pour identifier les mots-clés de la consigne :

Qu’est ce qu’on vous demande de faire ?

Qu’est ce que vous allez raconter ?

Quand avez-vous eu cette grande peur ?

Alors, qu’est ce qu’on vous demande de rédiger ?

40

-A l’aide des questions /réponses, le professeur déclenche une discussion pour les emmener à proposer certaines idées qui peuvent les aider lors de la rédaction du récit. Par exemple :

-Temps : une nuit ; un jour ; un matin d’été.

-Lien : Dans une maison, un jardin, chez les grands parents…etc.

-Enonciation : Emploi du « je ».

Qu’est ce que je suis allé faire ?

Passer les vacances.

Se reposer.

Arroser les plantes.

Contempler la nature.

-Les éléments surnaturels :

Des objets qui bougent.

Mon grand père qui rêvait/Toussait.

Ou bien, vêtu d’une djellaba blanche.

-Avoir une grande peur/avoir de l’angoisse/être terrifié.

-Réveillé par un geste de la grande mère, c’était un cauchemar.

Quels sont les temps que vous allez utiliser?

Passé simple/Imparfait/le présent.

II- PHASE ECRITE :

-Le professeur demande aux élèves de procéder à la rédaction.

41

-Il passe entre les rangs pour guider les élèves et aider ceux qui rencontrent des difficultés.

III- CORRECTION :

-Lecture des productions des élèves.

-Le professeur désigne un élève pour écrire son essai au tableau .Cet essai doit être moyen.

-L’affinement de la production portée au tableau : la correction des erreurs par les élèves eux-mêmes.

« Un jour, j’étais dans le jardin de la maison de mes grands parents, ils sont morts depuis cinq ans. Cette demeure se trouvait près d’une forêt. Je me promenais en contemplant la nature. Des oiseaux chantaient. Soudain, j’ai entendu une voix bizarre qui venait de la maison. Mon grand père toussait. Il était habillé d’une vieille djellaba blanche. Derrière moi, les vases bougeaint. A ce moment la j’ai perdu mon sang froid. Une grande peur m’envahissait. Je me réveille et c’était heureusement un cauchemar. ».

42

CONCLUSION :

E

n guise de conclusion, on peut dire que ce module demeure une

proposition

basée sur « les Orientations pédagogiques de 2006 ».

Lesquelles orientations nous ont fortement secondées lors de la

formulation des compétences.

Ainsi,

document.

avons-nous

respecté

ces

compétences

préconisées

dans

ce

De plus, ce module tente de suivre la progression de la nouvelle en question. Nous avons tenté également de doter l’élève d’éléments pouvant l’aider à analyser une forme fixe à savoir le sonnet.

43

44

44

44

Le dormeur du val

C’est un trou de verdure où chante une rivière,

Accrochement follement aux herbes des haillons

D’argent, où le soleil, de la montagne fière,

Luis : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Et la nuque baignant dans le frai cresson bleu,

Dort ;il est entendu des l’herbe,sous la nue,

Pale dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pied dans les glaïeuls, il dort, Souriant comme

Sourirait un enfant malade,il fait un somme :

Nature, berce-le chaudement :il fait froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

Il dort dans le soleil, la main sur poitrine,

Tranquille. Il a deux trous rouges au cotés droit.

45

« RODOMONTADE AMOUREUSE »

Claudine, avec le temps tes grâces passeront,

Ton jeune teint perdra sa pourpre et son ivoire ;

Le ciel, qui te fit blonde, un jour te verra noire,

Et comme, je languis, tes beaux yeux languiront.

Ceux que tu traite ma te persécuteront,

Ils riront de l’orgueil qui t’en fait tant accroire ;

Ils n’auront plus d’amour, tu n’auras plus de gloire ;

Tu mourras, et mes vers jamais ne périront.

O cruelle à mes vœux, o u plutôt à toi-même,

Veux-tu forcer des ans la puissance suprême

Et te survivre encore au-déla du tombeau ?

Que ta douceur m’oblige à faire ton image,

Et les ans douteront qui parût le plus beau,

On mon esprit, ou ton visage.

Colletet, LES amours de Claudine(1656)

46