Vous êtes sur la page 1sur 2

TRACE ECRITE – LE FRONT POPULAIRE

1/ La République après la guerre

La France a beaucoup souffert de la Première Guerre mondiale ( immigration de 2 millions de


Belges, Polonais, Italiens).

Les Français sont pacifistes et pour la République. Extrême gauche (communistes) et extrême
droite (ligues nationalistes et antisémites) sont minoritaires. IIIeme République est née en
1875.

Gauche : radicaux + SFIO + parti communiste (PCF né en 1920 au congrès de Tours).

2/ Les crises des années 30

crise économique mondiale de 1929 : production s’effondre, nombreuses faillites


d’entreprises, chômage (soupe populaire, marches de la faim).

crise politique : l’impuissance du gouvernement face à la crise renforce les extrémistes.

3/ Le rassemblement de la gauche

L’extrême-droite, les ligues refusent la démocratie , sont xénophobes, fascistes.

6 février 1934 : anciens combattants et ligues manifestent devant l’Assemblée contre la


république (20 morts et 1500 blessés). Ils tentent d’envahir la chambre des députés. La gauche
y voit un coup d’Etat fasciste.

14 juillet 1935 : PCF + SFIO (Socialistes Léon Blum) + radicaux (Edouard Daladier)
manifestent contre le fascisme aux cris de « pain, paix, liberté ». C’est la naissance du Front
populaire : alliance des 3 partis de gauche contre l’extrême droite.

II Le front populaire

1/ 1936 : la victoire du Front populaire

Elections législatives de 1936 : le Front populaire a la majorité absolue. Léon Blum devient
président du Conseil. Grèves spontanées.

2/ Le temps des réformes

7 juin : accords Matignon fortes hausse de salaires, liberté syndicale, congés payés (15 jours),
semaine de travail à 40 heures.

Le gouvernement nationalise les industries d’armement et les chemins de fer (création de la


SNCF).

3/ La chute du front populaire


Le chômage ne recule pas. Le parti communiste réclame davantage de mesures sociales. Il
veut que la France s’engage dans la guerre civile en Espagne. Léon Blum refuse par crainte
d’une guerre.

Léon Blum démissionne le 22 juin 1937. Les radicaux mettent fin au Front populaire en avril
1938 en faisant alliance avec la droite. C’est la fin du Front populaire. Le radical Daladier
devient président du Conseil

A la conférence de Munich (29-30 septembre 1938), Hitler réclame les Sudètes


tchécoslovaques. Chamberlain et Daladier acceptent.