Talent de créer Christine de Pisan

philosophe et poètesse française d'origine italienne (1363 – 1430)
“ Soit blessure, soit bonheur, il me prend parfois l'envie de m'abîmer... c'est qu'il n'y a plus de place pour moi nulle part, même pas dans la mort. ”
(Roland Barthes, Fragments d'un discours amoureux, Seuil, J977).

féministe avant la lettre, Christine de Pisan est Parmi les femmes qui ont fait l’histoire et qui mérite d’être introduite au panthéon des immortelles. C’est une femme qui a fait de la poésie une carrière, qui a perçu mieux que plusieurs de ses contemporains la mutation qui s’opérait dans la société de son époque et qui allait voir la montée des seules valeurs guerrières et de la force physique comme justification du pouvoir Christine a laissé une œuvre poétique abondante et variée; ses poèmes sont organisés dans des recueils selon une trame narrative, beaucoup de ceux-ci sont tirés directement de son expérience personnelle telle Seulette suy et seulette vueil estr.

Œuvres
• • • • • • • • • • • • • • • • •

Cent ballades (1394-1399) Ballades d'estrange façon (1399-1402) L’Epistre au dieu d’amours (1399) Le Debat de deux amans (1400) Le Livre des trois jugemens (1400) Le Livre du Dit de Poissy (1400) L’Epistre Othea (1400-1401) Enseignemens moraux [Les Enseignemens que Christine donne a son filz] (1401) Proverbes moraulx (1401) Les Epistres du Debat sus le Roman de la Rose (1401-1402) Le Dit de la Rose (Christine de Pisan) (1402) Une oraison Nostre Dame (1402-1403) Les .XV. Joyes Nostre Dame (1402-1403) Une oroison de la vie et passion de Nostre Seigneur (1402-1403) Le Livre du Chemin de long estude (1402-1403) Le Livre de la pastoure (1403) Le Livre de la Mutacion de Fortune (1403)

"Seulette suis. dolente et courroucée.. sanz compaignon ne maistre. jeux à vendre. Traduction en français moderne I. Seulete sui. Seulette suis et seulette veux être." Version originale I. la naïveté. lais. surtout des ballades et des rondeaux. Seulette suis. Seulette suis. Seulete m'a mon douz ami laissiee.. elle ne compose que des ouvrages courts. Seulete sui. Parmi les premières séries de ses poesies fait partie “Le Livre des cent ballades” où la poetesse mélange la passion. la delicatessen et même une certaine élégance d'expression. Seulete sui et seulete vueil estre. . ouvrage perdu L’Epistre de la Prison de Vie humaine (1414-1418) Les Heures de contemplacion sur la Passion de Nostre Seigneur (1420) Le Ditié de Jehanne d’Arc (1429) Ses vers de début étaient consacrés à la mémoire de son mari. dolente et courrouciee. Dans cette première période. Seulette m'a mon doux ami laissée. sans compagnon ni maître. virelais.• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • Epistre a Eustace Mourel (1404) Le Livre des Fais et bonnes meurs du sage roy Charles V (1404) Le Livre du Duc des vrais amans (1404-1405) Le Livre de la Cité des Dames (1404-1405) Le Livre des trois vertus (1405) Epistre a la reine (1405) L’Avision Cristine (1405) La Descripcion et diffinicion de la Prod’ommie ou Le Livre de Prudence a l’enseignement de bien vivre (1405-1406) Le Livre du corps de policie (1406-1407) Autres ballades ou Ballades de divers propos (1402-1407) Encore autres ballades (1407-1410) Cent ballades d’amant et de dame (1407-1410) Les Sept psaumes allegorisées (1410) Le Livre des Fais d’armes et de chevallerie (1410) La Lamentacion sur les maux de la France (1410) Le Livre de la Paix (1412-1413) L’Avision du coq (1413).

imité de Guillaume de Machaut. des débats et des dits amoureux. charmant récit du voyage qu'elle fit en avril 1400 pour aller voir à Poissy sa fille religieuse. ainsi le dit de Poissy . Seulete sui. durement abaissiee. terrestre. Seulete suis. rien n'est qui tant me siée. De cette époque datent. de 1399 à 1403. par exemple dans l'épître d'Othéa à Hector. III. Christine de Pisan composa quinze gros volumes presque entièrement écrits en vers. riens n'est qui tant messiee. durement abaissée. Seulete sui. Seulette suis. Seulette suis. sanz ami demouree. sanz ami demouree. Seulete sui partout et en tout estre. Seulette suis souvent toute épleurée. Seulete sui en un anglet muciee. Seulette suis plus qu'autre rien Seulete sui plus qu'autre riens terrestre. Seulette suis en langueur mésaisée. Seulette suis plus que nulle égarée. de chacun délaissée. repaître. dolente ou apaisiee. Seulete sui. plus teinte que moree: Seulette suis plus tainte que morée. plus que nulle esgaree. Seulete sui. Dans l'espace de cinq années. or est ma douleur commenciee: Seulete sui. puis aborde les grandes compositions avec un but avant tout didactique et dans un esprit encyclopédique le Chemin de long . Seulete sui en ma chambre enserree. Seulette suis pour moi de pleurs Seulete sui pour moi de pleurs repaistre. Seulette suis sans ami demeurée. sanz ami demouree. Seulete sui. III. Envoi : Envoi : Princes. dolente ou apaisée. Seulete sui. sanz ami demouree. le dit de la Pastoure et le dit de la rose. Seulette suis en un anglet muchée. Elle fait dans ses vers un usage constant de l'allégorie. souvent toute esplouree. Seulette suis sans ami demeurée. Seulette suis sans ami demeurée. composition gracieuse ou Christine de Pisan suppose la fondation d'un ordre dans lequel entrent tous ceux qui ont fait le serment de ne jamais traiter légèrement l'honneur des femmes. qui est un traité de l'éducation d'un prince. Seulette suis en ma chambre enserrée. de chascun delaissiee. Seulette suis. Seulette suis sans ami demeurée. en langueur mesaisiee.Seulete sui. Elle fait aussi alors quelques poésies pieuses. Seulette suis. Seulette suis à huis ou à fenêtre. Seulete sui. Seulete sui. Seulete suis a uis ou a fenestre. par exemple. II. ou je voise ou je siee. où je vais où je siée. Seulete sui. Seulette suis partout et en tout être. de tout dueil menaciee. Seulette suis de tout deuil menacée. II. Seulette suis. or est ma douleur commencée : Princes. Seulete sui. Seulete sui.

Deux traités. de 1412-13.estude (1402). quand elle imagina son Poème sur Jeanne d'Arc. Même si L'imprimerie n'était pas encore inventée et les écrivains ne pouvaient espérer retirer jamais un profit réel de leurs oeuvres. dans lequel les pages originales sont rares. Mais maint grant bien.. Christine de Pisan compose en 1410 une Lamentation sur les maux de la guerre civile. à Poissy sans doute. avec une description de la Terre et du ciel. ce sont les derniers vers qu'on a d'elle. et qui est à la fois une satire de la société et un cours d'histoire de l'Antiquité. Christine continue à écrire et commence la série de ses oeuvres en prose. A la demande du duc de Bourgogne.L'ÉPISTRE AU DIEU D'AMOURS. qui présente une certaine ressemblance avec le Livre des faits et moeurs est un curieux ouvrage dans lequel elle a tracé le portrait des démagogues du temps. elle y explique son amour pour la France en même temps qu'elle y insère l'histoire de ce pays et fait un exposé des différents systèmes-philosophiques. Christine de Pisan compose le Livre des faits et moeurs de Charles V. Son Livre de paix. véritable traité de politique et d'éducation. grant sens et grant constance. 565 N'euvangile qui nul mal en tesmoigne. Si “La Cité des dames” est un compilation. qui venait de faire sacrer le roi (1429). Oeuvres poetiques TABLE DES MATIERES 1. la Cité des dames et le Livre des Trois Vertus ou Trésor de la Cité des Dames constituent comme un cours d'éducation à l'usage des femmes où l'on retrouve les allégories et les visions qui étaient de mode à cette époque. il y a là quantité de détails relatifs aux moeurs et usages. . Grant prudence. poème d'environ 6000 vers. Dans son œuvre “Vision” aussi en prose. il s’agit des divers changements que la fortune opère dans le monde. réunies sous le gouvernement de la Vierge Marie et des saintes. mais où Christine de Pisan a pu fournir des indications précieuses sur un roi et sur une cour qu'elle avait appris à connaître. le Livre des Trois Vertus peut être considéré comme son meilleur ouvrage en prose. Cependant la situation politique en France devenait de plus en plus grave. mainte haulte besoigne. Elle était depuis une dizaine d'années retirée dans un couvent sis à Paris ou dans les environs. poème cosmographique et moral de 6500 vers où l'influence de Dante se fait sentir et qui renferme. Dans “La Mutation de fortune” (1403). Christine de Pisan suppose une ville réservée aux femmes célèbres. elle a elle a raconté sa vie.

3. elle se résout à travailler pour nourrir ses enfants et choisit le métier d’homme de lettres ("de femelle devins masle"). en y posant le principe de l’équivalence des deux sexes. Grant charité. en remembrance De sa bonté. et défend contre lui l’honneur du sexe faible. le mépris de la Femme y est ouvertement affiché. Car vous avez surmonté A vo plaisir Mon cuer qui ne puet desdire Vo vueil. en revanche. Ne fust ores que pour la reverence De la haulte Roÿne. Belle ou il n'a que redire.Le Livre du Chemin de long estude . sanz y contredire. Réduite à la pauvreté et devant essuyer plusieurs procès pour dettes.L’Épître au Dieu Amour » La quête amoureuse a complètement disparu. mais compose en 1399 : « L’Épître au Dieu Amour ». mort et blecié. Car mort ne vif oncques ne le guerpirent. Quant cil est mort qui me tenoit en vie Regardez ma voulenté. Elle marque ainsi une étape dans la promotion de la Femme. et grant semblant en firent. Que j'aim sanz ja repentir. fervente volenté. Christine de Pisan n’ose pas l’attaquer ouvertement. Si est trop folz qui d'elles dit diffamme. une protestation contre les habitudes discourtoises qui s’étaient glissées dans la société et une tentative de réhabilitation de la Femme comme un être moral. navré. de sa condition de femme au milieu de la cour hostile. mais trop grief martire Fault sentir. Et comment entalenté Suis par desir D'obeir a vo bonté. car je ne desire Fors vous. 4. qui tant fu noble et digne. Toute la foy remaint en une femme. 2. Ferme et entier corage entalenté De Dieu servir. Ces pièces dans le goût alors à la mode pleurent son défunt mari et traitent de son isolement. Elle y dénonce la muflerie de l’écrivain. A moy qui n'en vueil partir Pour riens. CENT BALADES V.570 575 Perfaitte amour. en foy grant arrestance. Fors des femmes fu de tous delaissié Le doulz Jhesus. Elle se réfugie alors dans l’étude et compose une série de pièces lyriques compilées dans Le Livre des cent ballades qui obtiennent un grand succès.

Sa préoccupation d'imiter le latin en français lui est commune avec ses contemporains.Le Ditié de Jehanne d’Arc (1429) Après une longue période de repos. celles qui ont inventé le monde et illustré de façon exemplaire l’héroïsme et la force. Elle ne reprendra la plume que pour célébrer avec enthousiasme l’intervention de Jeanne d’Arc et le double triomphe des causes qui lui ont été les plus chères. le doit à un père qui l’a comblée des instruments de la connaissance.. régie par les femmes du passé. Fols habitans sans confiance » Douée d'une grande faculté d'assimilation. elle écrira : « L’An mil quatre cent vingt neuf. elle recherche la précision. Christine de Pisan a pour principal défaut l'absence d'invention. Son poème pourra contribuer ainsi à la réforme du pays. tout comme par les merveilles peintes sur les murs du château de Fortune dans la Mutacion – fait surgir de la calomnie et de la médisance séculaires une cité toute de promesses. parmi les religieuses. Reprit à luire le soleil. se faisant messagère d’un manque à réparer et des richesses à faire connaître. 5.la Cité des dames Dans la Cité des dames.. Ce débat vise à déterminer les qualités idéales d'un prince qui gouvernerait le monde entier. et celle de la Femme. celle de la France.Le Chemin de Longue Étude est le récit d'une vision à la faveur de laquelle Christine de Pizan gagne les sphères célestes et assiste à un débat entre les forces qui régissent la société. très mal conseillé. où elle se retire à l’abbaye St Louis de Poissy auprès de sa fille. Bien que ses ouvrages soient confus au point de vue de la composition. Elle cesse d’écrire. tout en étant à l'occasion pompeuse. c’est à la place des femmes dans la société qu’elle s’attache particulièrement. l’imaginaire allégorique – le texte qui fait signe par les murs. Si l’intellectuelle. le ciment et la pierre qu’il évoque. pourvue d’un exceptionnel savoir pour l’époque. Dans « le Dict de Jeanne d’Arc ». 6. » C’est un long poème de 56 strophes de 8 vers où elle chante son espoir et son admiration pour la pucelle. elle a subi d'ailleurs tout . Elle y exprime aussi sa profonde méfiance envers le peuple de Paris : « O Paris. et sa langue est claire.

naturellement l'influence des poètes et des érudits français dont elle était entourée.renaissanceamboise.revues. 1886-1896 http://fr.net/christinedepisan.poesies. Didot.asso.wikipedia. Bibliographie Christine de Pisan.html http://www. Maurice Roy. Selon Jacques Roubaud. elle est d'une originalité formelle remarquable »[2].org/index136.glnf. Paris.org/wiki/Auteur:Christine_de_Pisan http://clio. Christine de Pizan « a sans aucun doute atteint un des sommets de l'art de la ballade .html http://www.php . éd.wikisource.htm http://www. “Œuvres poétiques”.org/wiki/Christine_de_Pisan#Bibliographie http://fr.fr/provinces/bret/old/pisan.com/dossier_renaissance/ses_personnages/les_ecrivains/poetesses. comme d'autre part celle des auteurs italiens.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful